Views
2 months ago

181645_Syndicom_04_2018_low_FR

Le magazine syndicom aborde des thèmes syndicaux et politiques avec des explications de fond, sans oublier les domaines de la culture et du divertissement. Il entretient le dialogue au travers des médias sociaux et informe surles prestations, événements et offres de formation du syndicat et de ses organisations affiliées.

4 Une fine équipe

4 Une fine équipe Champions de la syndicalisation Rémy Ségur (26 ans) Originaire de Gerlafingen (SO) et menuisier de formation, il travaille depuis 2013 comme « Customer Service Desk Steering » chez Swisscom, à Ittigen (BE). Egalement thérapeute en travail corporel aquatique, il est affilié à syndicom depuis 2016. Cornelia Ziehler (44 ans) Originaire de Boniswil (AG), elle est employée de commerce diplômée et travaille depuis 20 ans chez Sunrise, dans différentes fonctions. Actuellement, elle est rattachée à la division des clients commerciaux. Membre de syndicom depuis 2004, elle fait partie du comité central et du comité de secteur Télécom/IT. Senol Kilic (37 ans) Habitant Bassersdorf (ZH), il est employé depuis 2009 dans la distribution du courrier à La Poste. Auparavant à Berlin et membre actif du syndicat ver.di, il a travaillé dix ans pour la Deutsche Post. Après son déménagement en Suisse, il s’est affilié à syndicom. Texte : Nina Rudnicki Photo : Yoshiko Kusano « Lors de problèmes au travail, les collègues viennent à nous d’euxmêmes » A syndiquer, nous ne pouvons que gagner ! De prime abord, les collègues disent presque toujours non. Mais par la suite, nous avons de bons arguments et des stratégies éprouvées pour susciter leur intérêt. Certains d’entre nous offrent un petit cadeau tel qu’un stylo syndicom. Dans les grandes entreprises, les pauses sont une bonne occasion d’approcher les employé·e·s. Ils savent que nous sommes membres de syndicom. Actifs dans la commission du personnel ou représentant·e·s de la jeunes se, nous n’hésitons pas à sortir du bois. C’est important : s’il y a des problèmes au travail, voire des craintes de licenciements, les col lè gues viennent à nous d’eux-mêmes. Nous leur rappelons parfois que l’affiliation à un syndicat, c’est la meilleure des protections. Nous expliquons que la force d’un syndicat dépend du nombre de ses membres. Et il est plus facile d’en gagner de nouveaux quand le syndicat parvient à renforcer les droits des travailleurs. La négociation réussie d’une nouvelle convention collective de travail entraîne de nombreuses affiliations. Nous syndiquons par conviction. Pour nous, c’est un honneur d’être reconnus comme les meilleurs recruteur·euse·s à l’occasion des événements régionaux organisés jusqu’en avril. Nous devons tenir les grandes entreprises à l’œil. Globalement, nous bénéficions de bonnes conditions de travail, mais ce n’est pas une raison pour penser que cela va per durer. Le marché du travail s’est considérablement transformé ces dernières années. Garder son emploi n’est plus garanti – même si on travaille pour le même employeur depuis longtemps. Le défi majeur consiste à syndiquer les jeunes. Quand ils ne se plaisent pas quelque part, ils changent d’entreprise. Mais plus on avance en âge, plus la sécu rité devient importante. Une entreprise ne fait pas de cadeaux à ses employés. Tout doit être négocié. Cependant, nous insistons toujours sur le fait que les entreprises et les syndicats ne sont pas des ennemis. Nous entretenons une relation de partenariat social. C’est donnant-donnant.

Brèves Coursiers « notime » : La Poste doit agir \ FSM : syndicom présente son manifeste \ Succession de Paul Rechsteiner \ Formation continue et numérisation \ Ringier : plan social décevant 5 Les coursiers « notime » doivent être soumis à une CCT Agenda syndicom estime que la donne n’est plus la même pour les coursiers de la start-up notime , une entreprise qui a jusqu’alors toujours refusé d’ouvrir des négociations en vue d’une CCT, tout comme d’adhérer à l’organisation patronale SwissMessengerLogistics (SML). Dès lors que La Poste a pris, le 15 mars dernier, une participation majoritaire dans notime, elle endosse une responsabilité pour que ce segment de la branche logistique, encore largement déréglementé, soit contrôlé. notime permet à La Poste de s’approprier un domaine nouveau pour elle, soit la livraison d’envois le jour même. syndicom salue ce fait, mais exige qu’aucune tâche de PostLogistics ne soit externalisée à notime. Il est exclu que La Poste concurrence sa maison mère avec des entreprises non soumises à la CCT Poste. Le modèle techno logique des plateformes ne doit pas rimer avec conditions de travail précaires. syndicom a présenté son manifeste Economie 4.0 au Forum social mondial 2018 Six membres de syndicom ont parti cipé au Forum social mondial (FSM) à Salvador de Bahia (Brésil) du 13 au 17 mars 2018. syndicom a coorganisé un atelier où il a présenté son manifeste « Economie 4.0. Le monde du travail numérique ». En outre, c’était l’un des organisateurs d’une « assemblée de convergence sur la transition sociale et écologique », convoquée par une dizaine d’organisations suisses, canadiennes et latino-américaines. USS : Paul Rechsteiner quittera la présidence fin novembre Après 20 ans à la tête de l’Union syn dicale suisse (USS), Paul Rechsteiner quittera ses fonctions à fin novembre. Les délégués lui désigneront un successeur lors du congrès qui aura lieu du 30. 11. au 1. 12. 2018. Le processus de succession sera préparé par les vice-présidents Vania Alleva et Giorgio Tuti, soutenus par la direction du secrétariat de l’USS. En tant que président, Rechsteiner a œuvré pour la protection des salaires par les mesures d’accompagnement à la libre-circulation des personnes, en étendant la protection des CCT. Il s’est aussi impliqué pour l’amélioration des bas salaires, contre le démantèlement des retraites et pour la coopération des fédérations de l’USS. Une journée sur la numérisation et la formation continue La qualification permettant aux travailleurs d’apprendre tout au long de leur vie est la clef du progrès social. Cette journée d’étude, proposée par Movendo et l’USS, sert de guide dans la jungle suisse de la formation continue, fait le point des besoins de formation continue dans les différentes branche, plaide pour ancrer cette exigence au sein des CCT et examine les effets de la numérisation sur le temps de travail et la formation continue. Ces sujets, tout comme la numérisation du secteur public, sont abordés l’après-midi par des ateliers avec des symdicalistes, en traduction simultanée. Fribourg, NH Hôtel, jeudi 28 juin 2018 de 9 h à 16 h 30. Gratuit pour les membres de Garanto, Nautilus, SEV, syndicom, VPOD et Unia, 250 francs pour les autres. Ringier : plan social décevant pour Adligenswil La fermeture, à la fin de 2018, de l’imprimerie de journaux de Ringier à Adligenswil entraînera la suppression de 172 postes de travail. Or le personnel et les syndicats critiquent le rejet, par la direction, de leurs propositions d’amélioration du plan social. syndicom et syna ont certes obtenu que les salaires soient garantis jusqu’à la fin de décembre, mais Ringier persiste à refuser tant des indemnités de licenciement qu’une amélioration financière pour les cas de départ à la retraite anticipée. L’entreprise doit négocier un meilleur résultat. Avril 5 Visite de la Reitschule Berne, Neubrückstrasse 8 Syndicom invite les membres de sa commission jeunesse à visiter les coulisses de ce centre culturel où se rencontrent les jeunes. Inscription par le compte personnel my.syndicom. 18 La Suisse, un îlot de cherté ? Chexbres, Hotel Préalpina Cours Movendo sur la formation des prix et les moyens de les réduire, par Samuel Bendahan. Gratuit pour membres syndicom (Fr. 410.– pour les autres). info@movendo.ch 7-29 Mon histoire, mes droits – portraits de Suisse Galerie Espace Noir Saint-Imier, Francillon 29 Le photographe Fabian Biasio a réalisé neuf portraits de personnes dépossédées de leurs droits fondamentaux. 24 MétroBoulotKino Maison des arts du Grütli Genève, Général-Dufour 16, 19 h Saigneurs, de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, 2017 Suivi d’une discussion avec l’un des réalisateurs sur le travail dans un abattoir, symbole d’un monde du travail qui cache ses prolétaires. Mai 3 Journée mondiale de la liberté de la presse Diverses manifestations. amnesty.ch syndicom.ch/agenda