Views
2 months ago

Vital Actuel avril 2018

Sommaire Alimentation

Sommaire Alimentation Page 3 Nouvelles contributions à l‘efficience des ressources pour les éleveurs de porcs Page 4 + 5 Truies: la structure du troupeau et la fertilité doivent être élaborées Page 8 + 9 Interpréter et utiliser les résultats des analyses de lait Page 10 + 11 L‘élevage des veaux commence avant le vêlage Hygiène Page 6 + 7 Le pou rouge des volailles – un petit monstre Chères lectrices, chers lecteurs, „Aucun homme ne devrait pouvoir devenir président s‘il ne connaît rien aux porcs“. Cette citation est du président américain Harry S. Truman (1884-1972). Je ne sais pas ce qu‘il voulait dire exactement par là. Avant de faire de la politique, Harry S. Truman était fermier. Je doute fort que l‘actuel président US connaisse quoi que ce soit aux porcs. Ceux-ci ne figurent pas sur les billets de dollars. Néanmoins, les USA comptent parmi les plus importants producteurs de porcs au monde. Mais le danger qui guette notre population porcine ne vient pas des Etats-Unis. Il est bien plus proche. La peste porcine africaine est de plus en plus présente chez les sangliers, en Pologne, en Roumanie, dans les pays baltes et en République tchèque. Des infections ont également été signalées chez les porcs domestiques. Si on ne parvient pas à stopper cette épizootie et si le virus continue de se propager dans notre direction, la maladie risque bien d‘atteindre aussi la Suisse. Sommes-nous préparés à cela? Les autorités observent la situation et sont prêtes. Les laboratoires disposent des capacités nécessaires aux diagnostics. Qu‘en est-il au front? En cas de morts subites, de température élevée et d‘hémorragies cutanées, on pense à une maladie telle la peste porcine. Mais lors de symptômes non spécifiques (animaux chétifs, diarrhées, avortements et mauvaises performances d‘engraissement), ce n‘est pas la première suspicion. Pourtant, tous ces symptômes peuvent aussi être ceux de la peste porcine. Une détection précoce est essentielle, en cas d‘épizootie. Informez-vous sur le site de l‘OSAV (www.blv.admin.ch). A partir de l‘année prochaine, le projet SI ABV apportera des changements pour tous les détenteurs d‘animaux de rente. Il s‘agit du „Système d‘information sur les antibiotiques en médecine vétérinaire“, qui permettra de recueillir des données relatives à l‘utilisation des antibiotiques, de la prescription vétérinaire à l‘utilisation sur l‘exploitation. Ce sera un très grand défi pour tous les intéressés! Il me reste donc à vous souhaiter bonne chance et bien du plaisir à feuilleter les pages qui suivent. Iwan Nussbaumer Responsable Département santé animale Vétérinaire spécialisé en médecine porcine 2 Vital Actuel Avril 2018

Alimentation Nouvelles contributions à l‘efficience des ressources pour les éleveurs de porcs Markus Pitschen, ing. agr. EPF, Service technique Vital Suisse centrale Une alimentation en phases bien ciblée et une réduction de la teneur en protéines brutes de la ration permettent de diminuer la quantité d‘azote mise en circulation dans le cycle agricole. Un montant de Fr. 35.- par UGB Porcs sera versé à cet effet pendant quatre ans (2018 - 2021). L‘adaptation de la teneur en protéines brutes de la ration aux besoins respectifs des phases de croissance et de production recèle un potentiel considérable, s‘agissant de la réduction des excrétions d‘azote. Elle permet également de réduire les pertes d‘ammoniac. L‘efficacité protéique de l‘alimentation augmente. Les nouvelles contributions à l‘efficience des ressources constituent une incitation financière à adopter une alimentation pauvre en N dans l‘élevage porcin. L‘inscription a lieu avec le relevé des données structurelles. L‘exécution est du ressort des cantons. Conditions • La teneur en protéines brutes moyenne de tous les aliments s‘élève au maximum à 11 g PB/MJ EDP. • Les exigences s‘appliquent à toutes les catégories d‘animaux (porcheries d‘élevage, d‘engraissement, porcheries mixtes) et à tous les porcs d‘une exploitation. • La justification se fait via le module „Bilan Import/Export“ ou la „Correction linéaire selon les teneurs des aliments“. • L‘exploitation doit avoir droit aux paiements directs (PER). Quelles sont les contributions versées? Catégorie Facteur UGB Montant par place Porcs à l‘engrais 0.17 Fr. 6.- Truies avec porcelets 0.45 Fr. 16.- – 25 kg Truies allaitantes 0.55 Fr. 19.- Truies taries > 6 mois 0.26 Fr. 9.- Porcelets sevrés 0.06 Fr. 2.- De quoi faut-il tenir compte? Les porcs n‘ont pas vraiment besoin de protéines brutes. Pour leur croissance, les acides aminés – éléments constitutifs des protéines – sont déterminants. Etant donné que seuls cinq acides aminés sont disponibles pour la fabrication des aliments pour porcs, on ne peut pas réduire arbitrairement la teneur en protéines brutes. Ce serait risquer d‘importantes pertes de performances. Les rations destinées aux porcs à l‘engrais ne posent aucun problème. Mais dans l‘élevage, on doit faire attention, en particulier pour les truies allaitantes et les porcelets. Chez les porcelets d‘élevage, si la conversion alimentaire (CA) se détériore de seulement 0.1 unités (100 g/kg de croît) en raison d‘un manque d‘acides aminés, les nouvelles contributions d‘efficience des ressources n‘apporteront plus aucun avantage financier, comme le montre clairement l‘exemple suivant. Exemple Porcherie d‘élevage, 50 truies, élevage de porcelets 7-25 kg 1250 porcelets vendus par an 40 t d‘aliments porcelets (Fr. 67.-/100 kg) Contributions à l‘efficience Fr. 787.50 des ressources Aliments par porcelet 32.0 kg Aliments par porcelet 33.8 kg si CA détériorée Consommation plus 2‘250 kg élevée d‘aliments porcelets Surcoût aliments porcelets Fr. 1507.50 Avez-vous des questions concernant votre production? Les conseillers Vital vous aident volontiers à prendre les bonnes décisions. Vital Actuel Avril 2018 3