Views
1 week ago

Vital Actuel avril 2018

Alimentation Truies: la

Alimentation Truies: la structure du troupeau et la fertilité doivent être élaborées Niklaus Scheiwiller, ing. agr. EPF, Service technique Vital Suisse orientale Pour être à même de tenir un niveau de production élevé, un troupeau de truies doit présenter une structure d‘âge constante. Il importe donc d‘assurer une remonte régulière. Les cochettes longévives sont robustes; leurs membres sont solides. Des conditions de détention optimales et un régime alimentaire adapté aux performances doivent être garantis, même en cas de stress thermique. Une remonte conséquente L‘élimination ciblée des truies peu productives, âgées ou malades est une mesure importante pour la réussite d‘une production de porcelets. Le taux de remonte s‘élève à environ 40% du cheptel. Ainsi, on obtient une structure d‘âge constante et un haut niveau de production. La performance à vie d‘une truie devrait atteindre au moins 65 porcelets sevrés, ce qui représente environ cinq à six portées. Combien de remontes faut-il? Pour éviter un vieillissement du cheptel, il convient d‘estimer les besoins annuels de cochettes. La formule suivante peut être utile: Portées par truie et par an x taille du troupeau Ø nombre de portées par truie Exemple pour un cheptel de 100 truies: (2.3 x 100)/5.5 = 42 cochettes/an Le vieillissement tue la productivité Si les truies âgées sont trop nombreuses, le niveau de production du troupeau diminue. Le vieillissement entraîne une hausse de la remonte. Une fraction élevée de cochettes dans le cheptel signifie une baisse supplémentaire des performances. Elle peut aussi porter préjudice à l‘état de santé général du troupeau car le système immunitaire des cochettes est encore peu efficace. Elimination des truies âgées Les performances de reproduction des truies atteignent leur pic entre la 3ème et la 5ème portée. A partir de la huitième portée, le nombre de porcelet décroît fortement. De plus, la production laitière des truies diminue en raison de leur âge. Le graphique 1 montre à partir de quand il faut accorder une attention particulière aux truies âgées. Nombre de porcelets nés vivants 14.0 13.5 13.0 12.5 12.0 11.5 11.0 Grand porc blanc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Numéro de portée Graphique 1: Performances de reproduction au fil des portées (source: SUISAG 2016) 4 Vital Actuel Avril 2018

Alimentation Une structure de troupeau optimale doit se présenter comme suit: Cochettes 1ère portée 2e portée 3e portée 4e portée 5e portée 6e portée 7e portée et p. suivantes 19% 17% 16% 14% 12% 10% 7% 5% Des remontes en bonne santé et longévives Une cochette achetée à un poids de 100 kg coûte environ Fr. 1000.- jusqu‘à sa première mise bas. Avec une marge brute de Fr. 1500.- par truie et par an, la remonte est amortie après 1.5 portée. Il faut donc tout mettre en œuvre pour que les cochettes restent plus longtemps productives et permettent d‘obtenir un revenu intéressant. Les remontes robustes sont la base d‘une production réussie et constante (figure 1). Des membres robustes Outre la génétique souhaitée, les cochettes doivent avoir des membres solides. C‘est pourquoi il importe de leur donner des doses élevées de minéraux pendant leur croissance. La croissance par jour de vie ne devrait pas dépasser 650 g. Des croîts trop importants affaiblissent les membres. Le phénomène de la dépression estivale La „dépression estivale“ est un phénomène récurrent qui péjore la fertilité d’un troupeau. De juin à septembre, la fertilité souvent se détériore. Les symptômes sont des chaleurs faibles, des retours d‘œstrus plus fréquents et davantage de jours vides jusqu‘à la saillie. On observe des taux d‘avortements plus élevés et des portées moins nombreuses. Conséquence: le nombre de porcelets baisse pendant les mois d‘hiver. Ces troubles sont génétiquement déterminés. Figure 1: Des gorets en bonne santé, base d‘une remonte productive Conditionner les remontes et saillir au bon moment Les cochettes doivent être saillies à l‘âge de 220 à 240 jours, après les 2èmes ou 3èmes chaleurs. Selon l‘expérience, les remontes inséminées lors du troisième cycle atteignent des performances à vie plus élevées. Les premières saillies doivent avoir lieu à un poids de 130 à 140 kg. Une épaisseur de lard dorsal de 15 à 18 mm est alors idéale. La couche de graisse sert de réserve énergétique; elle est importante pour la production hormonale. La couche de lard dorsal se forme pendant la phase de conditionnement. Celle-ci commence avec la sélection des remontes et dure 60 jours jusqu‘à la première insémination. Durant cette période, nous conseillons d‘utiliser un aliment de conditionnement. Une teneur énergétique élevée et une teneur protéique plutôt basse favorisent la formation d‘une couche de graisse ciblée. Stress thermique: garantir les apports nutritionnels et les possibilités de rafraîchissement A des températures élevées, l‘ingestion alimentaire des truies diminue beaucoup. L‘approvisionnement en vitamines et oligoéléments n‘est plus assuré. Outre trois repas par jour, une spécialité très utile tel que Vital Fertil-Plus favorise la fertilité, renforce le système immunitaire et réduit le stress. La chaleur augmente les besoins en eau. Des sucettes qui fonctionnement parfaitement, avec un débit élevé, ne suffisent pas! Pour que les truies boivent suffisamment, les auges doivent aussi être remplies d‘eau. Pendant les mois les plus chauds, il faut veiller à ce que les truies puissent se rafraîchir et que les parcours soient ombragés. La fertilité du troupeau dépend de nombreux facteurs. A part la structure du troupeau, il importe de veiller tout au long de l‘année à de bons apports nutritionnels et de bonnes conditions de détention. Ainsi, l‘éleveur pourra se prévaloir d‘un troupeau de truies en bonne santé et fertiles. Vital Actuel Avril 2018 5