Views
7 months ago

LCA-15042018

02 Dimanche 15 avril

02 Dimanche 15 avril 2018 Le Chiffre d’Affaires Le Chiffre d’Affaires Edité par SARL Art of Advertising 92 rue Sylvain Fourastier - El-Mouradia ALGER CB N° : 1130000416-95 N° Imt.Fisc. : 000416279045535 RC N° : 0968264 B 04 N° Article : 16272951011 Capital Social: 5 000 000,00 DA Tél/Fax: 021 69 64 83 Mob. 0661 412 576 acm_communication@yahoo.fr Directrice de publication / Gérante: CHAFIKA LARBAOUI Rédaction: 92 rue Sylvain Fourastier El-Mouradia - ALGER Tél / Fax: 021 69 64 63 021 69 64 83 e-mail: redactionlca@gmail.com acm_communication@yahoo.fr Publicité: ANEP 1 Avenue Pasteur - Alger Tél: 021 737 678 / 737 128 Impression: SIA Alger Distribution: SARL Art of Advertising Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la rédaction ne seront pas rendus et ne feront l’objet d’aucune réclamation. Reproduction interdite de tous les articles sauf accord de la rédaction. ACTUALITÉ 7 000 LE CHIFFRE DU JOUR cas de rougeole ont été enregistrés à travers l’ensemble du pays cette année Le chiffre a été révélé par le ministre de la Santé, Mokhtar Hasbellaoui. DÉCLARATION DU JOUR Hocine Necib, ministre des Ressources en eau «L’alimentation des populations en eau potable ne connaîtra pas de perturbation durant l’été prochain, en particulier durant le mois de Ramadhan. Les grandes villes, à l’instar de la capitale, Tipasa, Oran et Constantine seront alimentées en H 24 et pour les autres localités, l’approvisionnement en eau sera au moins assuré 8 heures par jour» Ahmed Ouyahia L’INFO «L’Algérie regrette les frappes en Syrie» Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a indiqué, hier, samedi, que l’Algérie regrettait les frappes effectuées tôt ce matin par les Etats-Unis et leurs alliés en Syrie. L ’Algérie ne peut que regretter les frappes qui se sont déroulées cette nuit en Syrie au moment où toute la communauté internationale attendait plutôt l›envoi d›une commission d›enquête pour évaluer ou vérifier toutes ces informations relatives à l’usage (présumé) des armes chimiques que l’Algérie avait dénoncé», a déclaré M. Ouyahia, lors d’une conférence de presse animée au Centre international des conférences (CIC). «L’Algérie est signataire de la convention contre l’usage des armes chimiques et ne sera pas un pays qui soutiendra l’usage de ce genre d’armes», a-t-il ajouté, en réponse à une question sur l’agression contre la Syrie, précisant, qu’«il fallait attendre d’abord une commission d’enquête». «Malheureusement, ça n’a pas été le cas», a déploré M. Ouyahia. Réitérant la position officielle de l’Algérie quant au règlement politique du conflit syrien, M. Ouhayia a soutenu que «malheureusement, ces frappes vont encore créer une atmosphère qui ne manquera pas de peser négativement sur une dynamique de règlement politique de la crise syrienne». Quant conséquences de ces frappes occidentales sur la région, il a fait observer que «de toute manière, le monde arabe connaît ces derniers temps des tragédies». «Il serait plus sage de laisser au sommet de la Ligue arabe, qui se tiendra demain à Djeddah (Arabie Saoudite), le soin aux Etats arabes de dire ce qu’ils pensent de toute cette situation», a déclaré le Premier ministre. L’intervention militaire occidentale contre la Syrie, qualifiée dans plusieurs réactions d’«agression contre un pays souverain», n’a pas été autorisée par le Conseil de sécurité de l’ONU. Selon la Russie, un total de 103 missiles de croisière ont été tirés par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne, dont des missiles américains Tomahawk, et 71 d’entre eux ont été interceptés par la défense antiaérienne syrienne. Une photo pour le dire Violence et mauvaise organisation lors de la demi-finale de la Coupe d’Algérie Académie de langue amazighe L’avant-projet sera examiné au Conseil des ministres L’avant-projet de loi organique relatif à la création de l’Académie algérienne de la langue amazighe sera examiné «dans les prochains jours» au Conseil des ministres, pour le soumettre au Parlement «durant le premier semestre» de l’année en cours, a indiqué, samedi à Alger, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia. L’avant-projet de loi organique relatif à cette académie sera examiné au Conseil des ministres «qui devrait être tenu dans les prochains jours», avant de le présenter au Parlement durant le premier semestre de l’année en cours, a affirmé M. Ouyahia lors d’une conférence de presse. Rappelant la promotion de la langue amazighe au rang de langue nationale et officielle lors de la révision constitutionnelle de 2016, le Premier ministre a «réaffirmé l’engagement de l’Etat pour le développement la culture amazighe, à même de souder encore plus l’unité nationale». SNTF Déraillement à Saïda d’un train de transport d’hydrocarbures Un train de transport d’hydrocarbures en provenance d’Arzew (Oran) est sorti des rails, et la locomotive a atterri sur le côté au niveau de Haï Belkasdir à Saïda, a-t-on appris auprès des services de la Protection civile. «La locomotive tractait huit citernes remplies de carburant, d’une capacité de 24 000 litres chacune, qui n’ont fort heureusement pas été touchées», a déclaré le chargé de communication au niveau de la direction de la Protection civile à Saïda, le commandant Abdelkrim Takine. L’accident a occasionné un état de malaise chez deux employés de la SNTF, qui ont été transportés aux urgences de l’hôpital Ahmed-Medgheri de Saïda, pour recevoir les premiers secours, a-t-on indiqué. Une enquête a été ouverte pour définir les circonstances de cet accident. Crash à Boufarik La boîte noire de l’Illiouchine avait été récupérée le jour même du drame Alors que le déblaiement du site où s’est écrasé mercredi dernier l’avion militaire à Boufarik s’est achevé, l’opération d’identification des victimes se poursuit toujours, a-t-on appris, auprès des enquêteurs qui signalent que la boîte noire a été récupérée le jour même du crash. Les experts de l’Unité nationale de l’identification des victimes des grandes catastrophes de l’INCC (Institut national de criminologie et de la criminalistique) de la Gendarmerie nationale à Bouchaoui sont à pied d’œuvre. Le vice-ministre la Défense nationale, chef d’étatmajor de l’ANP, le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, avait donné des instructions sur la nécessité de prendre en charge les transferts des dépouilles vers leurs régions d’origine et d’accélérer l’opération d’identification des autres corps, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.

10 03 Dimanche 15 avril 2018 Le Chiffre d’Affaires ACTUALITÉ 2,2% de croissance globale et 3,7% hors hydrocarbures Ouyahia défend le bilan de son gouvernement Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a présenté, hier à Alger, le bilan de son gouvernement et ses perspectives. Evoquant la situation économique du pays, le Premier ministre s’est montré optimiste pour l’avenir de l’Algérie, en dépit de recul des prix de pétrole. Par Zahir R. Il a rappelé dans ce cadre, que l’année 2017 était une année difficile sur le plan économique pour l’Algérie, cependant, les résultats réalisés étaient respectables. «Sur le plan économique, nous avons enregistré des investissements de 3 500 milliards de DA. Un taux de croissance de 3,7% en dehors des hydrocarbures et une croissance globale de 2,2% », a-t-il précisé, avant d’ajouter que le taux de chômage s’est établi à 11,7%. En effet, selon les chiffres de Ouyahia, quelque 563 000 postes d’emploi ont été créés durant cette année. Pour les prévisions de l’année en cours, Ouyahia a affirmé que «cette année sera meilleure sur le plan économique et social. La dynamique économique bouge encore mieux». Le Premier ministre a tenu à préciser que «beaucoup a été dit par les experts qui avaient estimé que l’endettement intérieur allait entraîner de l’inflation, mais Dieu merci, et je peux vous le démontrer sur la base de statistiques, dont vous aviez déjà pris connaissance avant aujourd’hui, que si l’inflation qui était de 6% en octobre 2017, de 5,6 % en décembre 2017 et de 5,2% en janvier 2018 est passée à 4,9% en février 2018, cela signifie et contrairement à ce qui a été dit, que l’inflation est en train de baisser un peu», a-t-il expliqué et d’ajouter : «Si vous me demandez comment le pays a financé ses activités, je vous répondrais que cela a été possible, non pas parce que la crise économique a expiré, mais parce que l’Etat avait recouru à un endettement intérieur. Le Trésor public emprunte ainsi de la Banque centrale». D’ailleurs, Ahmed Ouyahia a révélé que cette dette avait atteint les 2 200 milliards de DA, dont 570 milliards pour le budget et le reste pour relancer le réseau bancaire et le financement de la construction des logements AADL, ainsi que l’assainissement des dettes de l’Etat à l’égard de Sonelgaz et Sonatrach. Selon lui, cette mesure, qui a été critiquée par certains, a permis à l’Algérie de vivre une crise des hydrocarbures «mortelle» et qui est plus difficile que celle de 1986. Ouyahia a également confirmé que le gouvernement comptait revoir Programme de transition énergétique Un volume additionnel de 300 milliards de m 3 de gaz de réserve La concrétisation du programme national en énergie renouvelable, d’une capacité de 22 000 mégawatts, à l’horizon 2030, permettra à l’Algérie d’économiser des quantités importantes en gaz. Elles sont estimées à quelque 300 milliards de m 3 de gaz, soit un volume additionnel à nos réserves, dira le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni. S’exprimant hier lors de la 22 e Journée de l’énergie organisée par l’Ecole nationale polytechnique –Alger-, M. Guitouni a précisé que l’Etat a donné une grande importance, à ce programme qui aura des retombées majeures. «Il nous permettra dans un premier temps à l’économie de quelque 300 milliards de mètres cubes de gaz, soit un volume additionnel à nos réserves. Il est l’équivalent de 7 à 8 années de consommation nationale actuelle de gaz». Il a, en outre, souligné que « ce programme a connu une phase initiale de concrétisation nécessairement lente dans la réalisation de plusieurs centrales photovoltaïques, totalisant une capacité de près de 400 MW». M. Guitouni a rappelé que le premier fondement au programme du gouvernement adopté en 2011 et mis à jour en 2015, en Conseil des ministres, prévoit le développement d’une capacité de 22 000 MW d’électricité renouvelable, notamment solaire, à long terme. «La trajectoire dans ce domaine est donc tracée, et c’est justement ce que le plan national EnR a ciblé en prévoyant 47 à 51 Twh à l’horizon 2030 », a-t-il dit dans son allocution. Le ministre, qui a saisi cette occasion pour évoquer les principaux fondements de ce programme, a fait savoir qu’après une phase initiale de concrétisation nécessairement lente, la réalisation de plusieurs centrales photovoltaïques, totalisant une capacité de près de 400 MW, «l’Algérie s’apprête à un déploiement à grande échelle de l’électricité renouvelable que le président de la République a érigé en priorité nationale». Pour lui, le déploiement à grande échelle de ces énergies constitue une opportunité historique pour le développement industriel national et la diversification de l’économie du pays. En effet, au-delà de retombées énergétiques, c’est cette opportunité pour l’industrie nationale qu’il faut saisir et exploiter pleinement. Le secteur public et l’industrie privée se doivent d’agir pour assurer le développement de cette industrie. Aussi, il est impératif de mettre en place rapidement un cadre attractif pour attirer les technologies et les investisseurs autour du partenariat gagnant-gagnant. Dans ce cadre, une place stratégique doit être accordée à la recherche et de développement pour maîtriser tous les segments de cette industrie, a-t-il conclu. S R. la politique de subventions. « La politique de subventions publiques est à corriger. Les couches défavorisées ne seront pas victimes d’une révision, les pouvoirs publics feront tout leur possible pour épargner les couches moyennes», a souligné le Premier ministre, en précisant qu’il n’y aura aucun changement dans la politique de subventions cette année. «Ce n’est pas normal que celui qui gagne 100 millions, 30 millions ou 2 millions paient le pain au même prix», a-t-il observé. Il s’agit donc de trouver la formule idoine. Et cela passe par un travail de recensement économique de tous les Algériens «pour savoir qui est financièrement concerné». Pour cela, deux ateliers sont mis en place, l’un au niveau du Premier ministère, qui travaille en collaboration avec des pays qui ont opéré le glissement au niveau de leurs politiques de subvention des prix, l’autre au niveau du ministère de l’Intérieur, qui est «le plus informatisé actuellement», a expliqué Ouyahia. Par ailleurs, ce dernier a souligné que le gouvernement présentera prochainement le bilan des réalisations de l’Algérie durant les 20 dernières années, sous la conduite du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Devant un parterre de journalistes, M. Ouyahia a estimé que la présentation de ce bilan était nécessaire pour répondre aux détracteurs du Président Bouteflika qui s’interrogent sur le sort de 1 000 milliards de dollars. Hydrocarbures Sonatrach appelée à renouveler ses réserves La priorité, qui s’impose dans l’heure actuelle pour la compagnie nationale «Sonatrach», c’est le renouvellement de ses réserves pétrolières et gazières, sachant que le modèle de consommation énergétique algérien est basé à 99% sur ces énergies fossiles. L’autre priorité, c’est l’amélioration du taux de récupération dans les champs pétroliers en exploitation depuis des années. Face à la réalisation de ces deux objectifs durant cette conjoncture économique marquée par la rareté des ressources financières, l’Algérie serait dans l’obligation de réviser la loi des hydrocarbures, notamment le volet régissant les investissements étrangers en Algérie. Néanmoins, c’est ce que l’expert en énergie, Abdelmadjid Attar, a préconisé, tout en appelant à la finalisation de la nouvelle loi dans les brefs délais pour booster l’investissement étranger en Algérie et capter les capitaux qu’il faut pour la concrétisation du programme national énergétique. «Notre modèle de consommation énergétique impose aux cadres de la Sonatrach de poursuivre et de renforcer les investissements dans l’exploration de pétrole et gaz pour les prochaines années, en dépit de l’existence d’un programme national des énergies renouvelables de 22 000 mégawatts», a-t-il précisé lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale « Chaîne I». Pour l’ex-PDG de la Sonatrach, la poursuite des investissements dans ce domaine exige l’élaboration de nouvelles lois, des moyens humains et également de nouvelles techniques pour réduire les coûts. L’autre problématique que les décideurs doivent résoudre, c’est l’amélioration du climat des affaires. En effet, il faut lutter efficacement contre la bureaucratie qui prend de l’ampleur, ajoute-t-il, et également décentraliser la gestion des dossiers d’investissements. «L’investisseur étranger n’a pas de temps à perdre. Cette lenteur dans la prise de décision retombera négativement sur l’Algérie. Pour cela, et vu la conjoncture locale et mondiale actuelle, il est plus que nécessaire d’approuver la nouvelle loi des hydrocarbures», a-t-il lancé. Par ailleurs, le même responsable a fait savoir que la révision de la loi des hydrocarbures en 2005, 2006 et 2013 n’a pas apporté des résultats escomptés, en particulier dans l’exploration. Durant cette période, les découvertes ont été minimes et le taux de récupération dans les champs pétroliers n’a pas été amélioré. Il avoisine les 27 à 28% dans le champ de Hassi Messaoud. Il est à rappeler que des appels d’offres internationaux lancés durant la période de 2015 à 2017 ont été déclarés infructueux, à cause de la baisse drastique des prix de pétrole. Devant cette situation, le groupe Sonatrach était obligé de prendre le relais des sociétés étrangères avec l’augmentation de ses capacités de production afin de compenser une partie de la baisse de ses recettes d’exportation. Z R.

Algérie news quotidien national d'information
Page 01-4434csearezki - La Nouvelle République
Aït-Ahmed absent au congrès du FFS - Le Soir d'Algérie
Mise en page 1 - Algérie news quotidien national d'information
Fr-25-04-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Page 01-4600CSEAREZKI - La Nouvelle République
Télécharger le Format PDF - Alger Hebdo.com
Page 01-4620 CSE - La Nouvelle République
Fr-18-04-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Les conférences de Québec - Commission de la capitale nationale ...
Page 01-4320 Hollande - La Nouvelle République
Mise en page 1 - Algérie news quotidien national d'information
Page 01-4308csearezki - La Nouvelle République
LA Sommaire - Commission de la capitale nationale ...
Publication en ligne Muzac Magazine, Mai 2018
Fr-12-09-2013 - Algérie news quotidien national d'information
comité pour la mémoire de l'esclavage - La Documentation française
et si on reconnaissait nos valeurs? - Le Soft international
Fr-08-05-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Fr-24-08-2013 - Algérie news quotidien national d'information
énergie - Ministère de l'énergie et des mines
Page 01-4454csearezki - La Nouvelle République
Page 05-4591 cse rachid - La Nouvelle République