Views
6 months ago

LCA-16042018

14 10 Lundi 16 avril

14 10 Lundi 16 avril 2018 Le Chiffre d’Affaires REGARD SUR LE MONDE Infos du monde contact: redactionlca@lechiffredaffaires.com Te: .021696483 www.lechiffredaffaires.com Les frères Winklevoss Rois jumeaux du bitcoin À 36 ans, les frères Winklevoss sont devenus les premiers milliardaires et les figures de proue de l›univers des cryptomonnaies. Une belle revanche pour ces deux forts en thème passés à côté de l›aventure Facebook. Mais ils ne comptent pas s›arrêter là. Août 2012. Le soleil est en train de plonger dans la Méditerranée. Les baffles du Blue Marlin, célèbre club d›Ibiza, arrêtent un instant de cracher leur son, le temps pour les serveuses de se faufiler entre les clients et d›atteindre les carrés VIP, situés au bord de la plage. Le set du DJ doit reprendre dans quelques minutes. C›est ce moment-clé que choisit David Azar pour tenter sa chance. Le jeune homme se rapproche de la table de Tyler et Cameron Winklevoss, de passage sur l›île. Les jumeaux, millionnaires depuis leur procès contre le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, sirotent un cocktail au milieu de célébrités. À la recherche d›un prétexte pour les aborder, David Azar évoque un «ami commun» à New York. Mais la tentative fait Advent Advent International tient la corde pour reprendre Zentiva, la filiale européenne de génériques de Sanofi, à laquelle s’intéressent également des groupes pharmaceutiques et plusieurs autres fonds d’investissement, a pschitt. Le businessman décide alors d›y aller franco et demande à Cameron s›il a déjà entendu parler du « B-I-T-C-O-I-N » et des cryptomonnaies. Et, surtout, s›il est prêt rapporté vendredi le Financial Times, citant trois sources au fait des discussions. Si le fonds britannique de capital-investissement réussit , il aura notamment écarté BC Partners, précise le journal, ajoutant que Industrie pharmaceutique Mylan poursuit des discussions à un stade avancé en vue de racheter à Merck KGaA son pôle santé grand public, d’autres candidats n’ayant pas répondu aux attentes du laboratoire allemand en matière de prix, a-t-on appris de sources proches du dossier. “Bien que la politique de Mylan soit de ne pas commenter les rumeurs ou les spéculations, au vu de l’inexactitude flagrante des informations publiées ce matin, le groupe est contraint de confirmer que les informations de Reuters sont fausses”, a déclaré Mylan dans un communiqué publié vendredi. à « investir ». Le colosse de 1,96 m, qui se vante souvent d›être un peu plus grand que son frère Tyler, prête cette fois l›oreille. L›échange est bref, mais le contact est établi. « Ces deux minutes ont fait basculer la ce dernier pourrait également améliorer son offre. Sanofi joue Advent contre BC Partners, explique-t-il. Le prix ne sera pas le seul élément pris en considération au moment de faire un choix, selon les trois Une porte-parole de l’entreprise s’est refusée à préciser quels éléments de ces informations étaient erronés. Merck n’a pas souhaité commenter. Le montant exact de l’offre de Mylan n’a pas pu être établi mais les sources ont dit que les sociétés discutaient sur la base d’un prix situé vie des frères Winklevoss », considère, six ans plus tard, Nathaniel Popper, journaliste du New York Times et auteur du livre de référence sur le bitcoin, Digital Gold. À leur retour aux entre 3,5 milliards et 4 milliards d’euros. Il n’est pas certain que ces négociations débouchent sur un accord, soulignent les sources qui ajoutent que Merck discute également avec des sociétés de capital-investissement. Ces négociations avancées avec Mylan font suite au retrait de Nestlé Etats-Unis, Tyler et Cameron, qui viennent de lancer ensemble la société d›investissement Winklevoss Capital, se jettent à l›eau. Ils injectent plus de 1 million de dollars dans la plateforme d›échange BitInstant fondée par Charlie Shrem - David Azar est l›un des associés. Convaincus avant tout le monde de l›avenir doré des cryptomonnaies, les deux natifs de Southampton (Etat de New York) achètent par ailleurs pour plus de 11 millions de dollars de bitcoins, soit 1% de la cryptomonnaie en circulation. Un pari assez fou. « Investir autant d›argent, c›était phénoménal », admire Frédéric Montagnon, créateur de la plate-forme d›échange de cryptomonnaies Legolas aux Etats-Unis. Le groupe proche de racheter les génériques de Sanofi Mylan discute de l’achat de la santé grand public de Merck KGaA sources. L’accord doit toujours être finalisé et n’est pas garanti. Sanofi pourrait encore décider de conserver sa filiale ou de choisir un autre acquéreur, ont-elle ajouté. Un accord éventuel, soumis à l’approbation du conseil d’administration, pourrait être annoncé dans les prochains jours. En février, des sources avaient rapporté à Reuters que le laboratoire brésilien EMS et l’indien Torrent Pharma étaient également en lice. et de Reckitt Benckiser de la course. Merck avait annoncé l’an dernier sa volonté de vendre son pôle de santé grand public, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 810 millions d’euros, pour financer ses recherches dans les médicaments sur ordonnance. Véhicule électrique Tesla sera rentable au 3 e et au 4 e trimestres, affirme Musk Tesla n’a pas besoin de lever des fonds cette année car le constructeur de voitures électriques aura un flux de trésorerie positif et sera rentable au troisième et au quatrième trimestres, a déclaré vendredi sur Twitter son fondateur et PDG. Elon Musk réagissait à un article de The Economist, citant l’intermédiaire Jefferies, selon lequel le constructeur automobile devra lever entre 2,5 et 3 milliards de dollars (2,02-2,43 milliards d’euros) supplémentaires cette année. “Tesla sera rentable et positif au niveau du cash flow au T3 et au T4, donc pas besoin de lever des fonds”, a tweeté le milliardaire américain. Les dépenses de Tesla augmentent à mesure que le groupe accélère la production de sa berline Model 3, le modèle le moins cher de sa gamme et qui est essentiel à sa rentabilité. Cela a amené certains à Wall Street à se demander si la société ne devrait pas lever plus de capital pour soutenir ses opérations. Le constructeur a néanmoins affirmé le 3 avril n’avoir aucunement besoin d’argent frais supplémentaire cette année et être parvenu à un rythme de production hebdomadaire de 2.020 exemplaires de la Model 3. Face aux réformes chez Volkswagen Diess s’efforce de rassurer Herbert Diess, le nouveau président du directoire de Volkswagen, s’est efforcé vendredi de présenter de manière rassurante les bouleversements annoncés dans l’organisation du géant allemand de l’automobile, dont les velléités de réforme ont souvent été entravées par des querelles entre différents clans en interne. Lors d’une conférence de presse organisée au siège du groupe à Wolfsburg, Herbert Diess a minimisé l’importance de ces changements en prenant soin de ne pas alimenter des craintes éventuelles sur l’avenir des emplois, comme cela fut le cas par le passé lors de précédentes tentatives de réorganisation bloquées par les syndicats. “C’est une évolution, pas une révolution”, a dit le nouveau président du directoire pour commenter le remodelage du groupe, dont les activités vont être réparties différemment avec notamment le regroupement des différentes marques de voitures en trois pôles. Les détails de cette réorganisation seront finalisés dans les prochains mois, a-t-il dit. “La création de pôles de marques est envisagée depuis un certain temps”, a poursuivi Herbert Diess, dont la nomination a été annoncée jeudi soir. Les analystes ne sont pas tenus à la même prudence et ils saluent ces signes de mutation en profondeur de Volkswagen, où les changements de structure se sont souvent heurtés aux réticences des actionnaires. “Nous ne pouvions pas demander plus et il faut s’attendre à ce que le marché accueille la nouvelle positivement”, écrit Arndt Ellinghorst, analyste d’Evercore ISI, dans une note publiée vendredi.

15 10 Lundi 16 avril 2018 Le Chiffre d’Affaires REGARD SUR LE MONDE Moyen-Orient Échec d’une résolution de l’ONU pour condamner les frappes en Syrie La Russie a soumis samedi au Conseil de sécurité une résolution condamnant les frappes occidentales en Syrie, mais sans succès. La France entend reprendre la main dans le processus diplomatique. Sans surprise, le projet de résolution présenté samedi 14 avril par la Russie pour faire condamner les frappes aériennes conduites en Syrie, dans la nuit de vendredi à samedi, par les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, n’a pas été adopté par le Conseil de sécurité. Parmi les membres du Conseil, seules la Russie, la Chine et la Bolivie ont voté en faveur du projet. Huit pays s’y sont opposés, tandis que quatre autres se sont abstenus (Pérou, Kazakhstan, Éthiopie et Guinée équatoriale). Le projet de résolution russe avait pour but de «condamner l’agression commise contre la République arabe syrienne par les États-Unis et leurs alliés en violation du droit international et de la Charte des Nations unies». Pour être adopté, il aurait dû recueillir neuf voix en sa faveur, Mali sans qu’aucun membre permanent du Conseil de sécurité (Russie, Chine, France, Grande- Bretagne et États-Unis) n’y oppose son veto. Un projet occidental de résolution De leur côté, la France, les États-Unis et le Royaume-Uni ont remis samedi à leurs 12 partenaires du Conseil de sécurité un projet de résolution sur la Syrie à plusieurs facettes - chimique, humanitaire et politique -, incluant la création d’un nouveau mécanisme d’enquête sur l’emploi d’armes chimiques, selon des diplomates. Les négociations sur ce texte, rédigé par la France, doivent débuter lundi, selon les mêmes sources. Aucune date pour une mise au vote n’est encore avancée, Paris voulant se donner le temps d’une «vraie négociation», selon une source diplomatique. C’est la première fois qu’un texte regroupant les aspects chimique, humanitaire et politique du conflit vieux de plus de sept ans est proposé au Conseil de sécurité. Attaque contre les casques bleus et les forces françaises à Tombouctou Une attaque sans précédent a visé samedi les camps de la Minusma et de la force française Barkhane à Tombouctou, dans le nord du Mali, faisant au moins un mort et une vingtaine de blessés. La situation est désormais Afrique du Sud «sous contrôle». Des tirs de roquettes, des assaillants déguisés en casques bleus montés à bord de véhicules piégés, des échanges de coups de feu : les camps de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) et de la force française Barkhane à Tombouctou ont été la cible, samedi 14 avril, d’une attaque «sans précédent». Le bilan est d’au moins un mort et une vingtaine de blessés. L’assaut s’est produit peu après 14 h (GMT et locales) sur le site aéroportuaire de cette ville du nord du Mali. Alors que les deux camps essuyaient une «dizaine de tirs de roquettes», des hommes portant des casques bleus ont tenté de «s’infiltrer» dans la zone militaire à bord de deux véhicules piégés, a précisé dans un communiqué le ministère malien de la Sécurité. L’un des véhicules portait les couleurs des Forces armées maliennes (FAMA) et l’autre le sigle «UN» des Nations unies. Le premier «a explosé», tandis que le second «a pu être immobilisé». Winnie Mandela, l’hommage de la nation En Afrique du Sud, près de 40 000 personnes ont rendu samedi un dernier hommage à Winnie Mandela, l’icône de la lutte contre l’apartheid. La cérémonie d’adieu a rassemblé les habitants du township de Soweto, l’un des plus pauvres du pays. Un moment d’union nationale où l’opposition et l’ANC, le parti au pouvoir, ont joué l’apaisement en l’honneur de l’ancienne épouse de Nelson Mandela. Winnie Mandela est décédée le 2 avril dernier à l’âge de 81 ans après une longue maladie.La cérémonie d’inhumation met fin à une période de deuil de près de deux semaines décrétée par le gouvernement. Asie - pacifique Retour symbolique d’une première famille de Rohingya en Birmanie U ne première famille de Rohingya, qui avait fui au Bangladesh pour échapper aux persécutions, est revenue en Birmanie, a annoncé le gouvernement samedi, sans préciser si ce retour doit être suivi sous peu par d’autres. C’est un retour symbolique. Une première famille de musulmans rohingya, enfuie au Bangladesh à la suite de ce que l’ONU dénonce comme un nettoyage ethnique en 2017 en Birmanie, est rentrée, a annoncé samedi 14 avril le gouvernement birman. «Les cinq membres de cette famille ont été renvoyés chez des proches à Maungdaw», épicentre des violences, selon un communiqué diffusé sur Facebook, avec des photos de la famille s’enregistrant auprès de responsables birmans. Le gouvernement «va vérifier avec eux quelles sont les difficultés rencontrées par les personnes ayant fui à cause des conflits» afin d’»améliorer le processus de rapatriement», assure le gouvernement. Il ne précise pas cependant si ce premier retour doit être suivi sous peu par d’autres, alors que 700 000 Rohingya s’entassent dans des camps insalubres au Bangladesh et que des épidémies y sont redoutées à l’approche de la saison des pluies. La question du retour des réfugiés est suivie de près par la communauté internationale, les ONG s’inquiétant de l’impréparation de la Birmanie, censée construire des camps d’accueil temporaires, les villages rohingya ayant été souvent brûlés dans les violences. S’ajoute à cela la forte haine anti-rohingya en Birmanie, attisée par le nationalisme bouddhiste. Brésil Incarcéré, Lula perd des points mais reste en tête des intentions de vote de l’élection présidentielle ex-président brésilien Lula, incarcéré le 7 avril, L’ reste largement en tête des intentions de votepour l’élection présidentielle d’octobre, selon un sondage publié dimanche. Emprisonné depuis le 7 avril, l’ex-président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a perdu du terrain mais reste en tête des intentions de vote pour l’élection présidentielle d’octobre, selon un sondage publié dimanche 15 avril. Le candidat, fondateur du parti des travailleurs (PT), cumule 31 % des intentions de vote, suivi par le député d’extrême droite Jair Bolsonaro, qui en obtient 15 %. Marina Silva, ex-ministre de l’environnement du gouvernement Lula, arrive en troisième position avec 10 %. Cette enquête Datafolha, réalisée entre le 11 et le 13 avril, soit au moins quatre jours après l’incarcération de Lula, dans 227 communes avec une marge d’erreur de deux points de pourcentage, montre un recul de l’ex-chef d’État (2003-2010). Ce dernier avait obtenu 37 % des intentions de vote lors du précédent sondage de cet institut en janvier, contre 16 % pour Bolsonaro. La situation profite à Marina Silva, qui enregistrerait 15 % des voix en cas d’absence de Lula aux élections, talonnant Bolsonaro (17 %). L’actuel président Michel Temer, qui pourrait se présenter, recueille 2 % des intentions de vote. Lula, 72 ans, a été incarcéré le 7 avril pour purger une peine de 12 ans et un mois de prison pour corruption. Il nie farouchement toute culpabilité et dénonce un complot des «élites» et des médias pour l’empêcher de briguer un troisième mandat, huit ans après avoir quitté le pouvoir avec une popularité record.

Fr-17-06-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Alger - La Nouvelle République
Mise en page 1 - Algérie news quotidien national d'information
Page 05-4297 cse toufik - La Nouvelle République
Fr-20-05-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Aït-Ahmed absent au congrès du FFS - Le Soir d'Algérie
Algérie news quotidien national d'information
Page 01-4610csearezki - La Nouvelle République
Mise en page 1 - Algérie news quotidien national d'information
Page 01-4434csearezki - La Nouvelle République
Fr-05-04-2013 - Algérie news quotidien national d'information
PUBLICITÉ - 20minutes.fr
PUBLICITÉ - 20minutes.fr
PUBLICITÉ - 20 Minutes
Illettrisme : les chiffres - Centre Inffo
53 % des Français satisfaits de la représentation de la ... - 20minutes.fr
ILS REVIENNENT POUR UN DERNIER TRIP - 20minutes.fr