Views
3 months ago

LCA-16042018

4 Lundi 16 avril 2018 Le

4 Lundi 16 avril 2018 Le Chiffre d’Affaires ACTUALITÉ Transferts sociaux Plus de 80 milliards de DA dédiés aux projets pour les nécessiteux La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, a fait état, samedi à Alger, de l’affectation de plus de 80 milliards (mds) de dinars au titre des transferts sociaux, en vue de créer des quotas supplémentaires et de nouveaux projets dans les différentes wilayas du pays pour améliorer la prise en charge des catégories nécessiteuses. Dans son allocution lors de la rencontre nationale des directeurs de l’action sociale avec les services de l’Agence de développement social, la ministre a affirmé que le plan d’action de cette Agence pour l’année 2018 «traduit l’engagement des autorités publiques à poursuivre le soutien et à préserver le niveau des transferts sociaux», indiquant que parmi les projets qui seront financés dans le cadre de ce budget, 41 milliards ont été affectés au dispositif de la pension forfaitaire, au bénéfice de 831 542 individus, en plus de 268 054 autres individus placés dans le cadre de la kafala, tout en levant le gel sur le replacement de postes vacants». En outre, 22 mds de DA ont été également affectés au Dispositif d’activité d’insertion sociale (Dais) qui prend en charge actuellement l’emploi de 218 441 individus, pour assurer la prise en charge d’un quota supplémentaire estimé à plus de 70 000 personnes en situation de précarité et qui sera répartis sur l’ensemble du territoire national, tout en accordant la priorité aux wilayas des Hauts-Plateaux et du Sud». Quant au programme d’insertion sociale des diplômés, doté de 3 mds de DA, il prendra en charge un quota supplémentaire de plus de 20 000 nouveaux postes, à l’instar de 6 721 jeunes parmi les diplômés d’universités et d’Instituts de formation professionnelle, qui ont bénéficié de contrats de pré-emploi au titre de ce programme». S’agissant du programme des travaux d’utilité publique à haute intensité de maind’œuvre (TUP-Himo), le secteur a l’intention, au cours de l’année 2018, poursuit Mme Eddalia, de «réaliser près de 1 000 projets d’utilité publique, à même de permettre de créer 4 683 emplois provisoires au profit de personnes en chômage et en situation précaire, moyennant une enveloppe budgétaire de 4 milliards de dinars». Concernant le programme de développement social, Mme Eddalia a annoncé le dégel de 155 projets, outre la programmation de 228 nouveaux projets pour l’amélioration des conditions de vie aux catégories défavorisées, à travers la réalisation de projets sociaux pour les catégories nécessiteuses qui résident dans les régions Recherche en bio-cimentation L’Algérien Lyesse Laloui primé en Europe Le chercheur algérien, Pr Lyesse Laloui, a été distingué par le Conseil européen de la recherche (CER) qui lui a attribué le prestigieux Prix «Advanced ERC Grant», pour le projet Biogeos, lui reconnaissant, ainsi, son rang de leader dans le domaine de la recherche en bio-cimentation. Le projet Biogeos (BIO-mediated GEOmaterial Strengthening) développe l’utilisation de processus biologiques en géotechnique ayant pour vertu de renforcer la stabilité des infrastructures. Les innovations développées au sein de ce projet sont en train de «révolutionner» les technologies de stabilisation des sols et apporter une réponse durable à la protection des infrastructures face aux phénomènes climatiques, tels que les tremblements de terre, les glissements de terrain ou encore les phénomènes d’érosion du sol. Utilisées à une plus grande échelle, ces méthodes pourraient apporter une solution aux émissions des gaz à effets de serre dans le domaine de la construction et contribuer directement à la lutte contre le réchauffement climatique. Le Prix «Advanced ERC Grant» est doté d’un soutien financier de 2,5 millions d’euros. Originaire de Touggourt, le Pr Lalaoui, qui dirige le Laboratoire de mécanique des sols de la prestigieuse école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), s’est formé à Alger où, en 1987, il obtient un master en génie civil à l’Ecole nationale supérieure des travaux publics. Il poursuivi son cursus universitaire à l’Ecole centrale de Paris (France), couronné en 1989, par un master en mécanique du sol et structure et obtient un doctorat en 1993. Après un passage dans un laboratoire associé au Centre national de la recherche scientifique (CNRS-France), il rejoint en 1994, l’EPFL. Il fonde ensuite une publication dédiée à ses problématiques de prédilection, et multiplie les conférences et les publications. Il rejoint une université américaine et enchaîne les expertises auprès d’industriels et de décideurs politiques, en Chine notamment, auprès du géant du pétrole Sinopec. isolées, à l’instar des projets destinés à la prise en charge de personnes aux besoins spécifiques, tels que l’ouverture de routes et l’alimentation en eau potable (AEP), à laquelle une enveloppe budgétaire de plus d’un milliard DA a été consacrée». Cette démarche vise, selon la ministre, «à concrétiser le plan d’action du gouvernement et à mettre en œuvre le programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qui prévoit le maintien de la politique de solidarité nationale, la consécration de la justice sociale et la poursuite de la mobilisation des mécanismes de solidarité nationale au profit des catégories démunies et celles aux besoins spécifiques, en vue de favoriser leur insertion sociale». A l’occasion du 50e anniversaire du service national, Mohamed-Saleh Benchicha, directeur du Service national au ministère de la Défense nationale, s’est exprimé sur les ondes de la radio algérienne sur les appréhensions des jeunes vis-à-vis de «l’encasernement» et le travail à faire afin de les rassurer. Créé en 1968, le Service national est considéré comme un «pilier de la citoyenneté», qui prend une dimension stratégique pour le développement du pays et la construction de la jeunesse après l’indépendance. Selon le généralmajor, l’ANP a réussi à faire intégrer la jeunesse algérienne d’après- l’indépendance et la faire contribuer aux grands chantiers de l’époque pour la réhabilitation du pays tel que le barrage La ministre a souligné la nécessité «d’appliquer le plan d’action de l’Agence de développement social (ADS) qui traduit, selon elle, «l’engagement des autorités publiques à poursuivre les subventions et à préserver le niveau des transferts vert, l’autoroute et les voies ferrées. Seulement, depuis, le Service national ne suscite pas le même engouement. Mohamed- Saleh Benbicha explique cela par les changements sociaux-culturels au sein de la population algérienne, et l’appréhension des jeunes pour le service national par manque d’information sur le déroulement et les conditions de l’encasernement, surtout auprès des jeunes des régions enclavées. Le général-major Benchicha, explique qu’il faut insister sur la noblesse d’accomplir son service d’où la tenue, pour ce faire du 15 au 18 avril des journées «Portes ouvertes» sur le service national sur tout le territoire algérien, précisant que 40 bureaux et 11 centres sont mis à la disposition des jeunes pour répondre à toutes leurs questions. Il appellera même les personnes en situation irrégulière de s’y rendre pour être informé des dispositions mises en place pour régulariser leurs situation. Il a ajouté, par ailleurs, qu’il y a une certaine satisfaction au plan de l’incorporation de l’ANP depuis l’avènement du décret de 2014, et la réduction de la sociaux, en veillant à rationnaliser les dépenses publiques de solidarité pour les orienter aux véritables bénéficiaires». La représentante du gouvernement a rappelé l’importance de la rencontre visant «à examiner les voies d’unifier les visions, coordonner les efforts et intensifier les contacts permanents entre les différents services et organes relevant du secteur et définir les dysfonctionnements entravant l’application des programmes». Sensibilisation sur le service national L’ANP veut détruire le cliché de l’encasernement auprès des jeunes période de déroulement du service de deux ans à une année, mais, toutefois, un travail de responsabilisation auprès de cette catégorie de la population reste nécessaire surtout pour éviter d’être en insoumission. Il a déclaré aussi, que d’ici 2022, tous ceux qui ne disposent pas d’un document délivré par les instances du service national seront systématiquement en situation contentieuse. Sara Abada

5 Lundi 16 avril 2018 Le Chiffre d’Affaires ACTUALITÉ Lutte contre le commerce informel 1 000 marchés de proximité à réaliser Avec l’approche du mois de Ramadhan, le spectre des marchés informels refait surface. Des centaines de ces marchés vont réapparaître comme à l’accoutumée dans l’ensemble du territoire national. Un phénomène à prendre au sérieux par les autorités et tous les acteurs économiques. En effet, ces derniers sont appelés à travailler la main dans la main pour éradiquer ces marchés et réaliser de nouveaux espaces commerciaux, répondant aux normes. Par Zahir R. dant leur gestion», a-t-il dit. Pour lutter contre ce phénomène, l`Etat a engagé, rappelons-le, plusieurs actions, telles que le démantèlement des marchés informels, le renforcement des infrastructures commerciales, incluant les marchés de proximité ou les marchés couverts. En dépit de tous ces efforts, le tiers de 1 541 communes n’a pas de marchés de proximité. Selon les estimations de l’Association nationale des commerçants et artisans (Anca), l’Algérie a besoin entre 800 à 1 000 marchés de proximité pour couvrir les nouvelles cités et répondre aux besoins des consommateurs. Le président de cette Organisation, en l’occurrence, El Hadj Tahar Boulanouar, propose au gouvernement d’associer les commerçants, notamment durant cette conjoncture économique difficile, dans la réalisation de ces marchés de l’Enseignement proximité et de tenter d’intégrer les acteurs de l’informel dans ces commerces. «Nous avons proposé au ministre du Commerce que nous avons rencontré récemment et également aux responsables locaux d’associer les commerçants pour la réalisation de nouveaux espaces commerciaux de proximité, tout en gar- D’ailleurs, ce responsable a annoncé la signature prochaine d’un protocole d’accord entre l’association des commerçants et le ministère de la Formation et de professionnels pour le recrutement des jeunes activant dans le circuit informel par les commerçants affiliés à l’Anca. Il est à rappeler que le nombre de marchés informels éradiqués jusqu’à fin novembre 2017 a atteint 1 050 sur les 1 453 recensés en 2012, selon les derniers chiffres de la direction de la régulation et de l’organisation des activités auprès du ministère du Commerce. Toutefois, «85 nouveaux marchés informels ont apparu, alors que 216 ont fait leur réapparition après leur éradication et que le nombre de marchés informels qui restent encore à éradiquer s’élève à 403». S’agissant des mesures d’interdiction d’importation, M. Boulanouar a précisé que son association soutient la démarche du gouvernement qui vise à réduire la facture et également offrir une opportunité aux produits locaux pour occuper er reconquérir les parts du marché local. Dans ce cadre, il a affirmé que pas moins de 16 importateurs se sont Ph:yacine.Radji convertis dans la production dans les domaines de l’agriculture, l’industrie agroalimentaire, la fabrication de chausseurs et l’habillement. «Nous sommes en discussions avancées avec ces fabricants pour la signature d’une convention de partenariat dans les prochains jours pour la commercialisation de leurs produits par nos commerçants présents dans les quatre coins du pays», a-t-il souligné. Réunion demain de la commission mixte algéro-saoudienne Messahel : «Hisser les relations à un plus haut niveau» Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, s’est félicité de la relation «privilégiée» entre l’Algérie et l’Arabie Saoudite qui sera, a-t-il dit, hissée à un «plus haut niveau» à la faveur de la réunion de la commission mixte algéro-saoudienne, prévue demain mardi à Riyadh. Dans un entretien au journal saoudien «Al- Riyadh», à la veille de la tenue du 29e Sommet arabe à Dhahran (Arabie Saoudite) et des travaux de la commission mixte algéro-saoudienne, Messahel s’est félicité de la relation «privilégiée» entre l’Algérie et l’Arabie Saoudite, notamment entre les dirigeants des deux pays «frères», le Président Abdelaziz Bouteflika et le Serviteur des Lieux-Saints, le roi Salmane ben Abdelaziz Al-Saoud, qui se traduit, a-t-il dit, par le haut niveau de la concertation et de la coopération entre Alger et Riyadh dans divers domaines. Concernant le sommet arabe, Messahel a souligné qu’«il intervient dans une conjoncture très sensible au sens, où notre nation arabe n’a jamais été confrontée à des défis aussi grands et aussi graves qu’aujourd’hui. Les crises et les conflits qui secouent les pays arabes se sont aggravés en raison de l’ingérence étrangère dans nos affaires intérieures», a- t-il déploré. Estimant nécessaire d’œuvrer, au niveau arabe, à trouver les solutions idoines, M. Messahel a indiqué que les pays arabes doivent «conjuguer leurs efforts, dépasser les différends et placer les intérêts arabes au dessus de toute autre considération». A une question sur la participation de l’Algérie et son attachement à l’unité arabe, le ministre a réitéré que l’Algérie a de tout temps été soucieuse de l’unité arabe, et cette ligne de conduite a été maintenue sous la conduite éclairée du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. «Dans toutes ses démarches en direction des frères et des autres partenaires, l’Algérie demeure convaincue que les solutions aux crises qui secouent notre nation ne sauraient être que pacifiques loin de tout ingérence étrangère», a soutenu M. Messahel. Programme d’appui jeunesse emploi (Paje) Organisation d’un séminaire aujourd’hui à Alger Le Programme d’appui jeunesse emploi, Paje, organise un séminaire sur l’économie sociale et solidaire (ESS) aujourd’hui, lundi, à l’école supérieure de la sécurité sociale à Alger (Ben Aknoun). Cet événement est placé sous le haut patronage de leurs Excellences, Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mme la Ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme et rehaussé par la présence de son Excellence Monsieur l’Ambassadeur/Chef de délégation de l’Union européenne en Algérie. Transport aérien L’objectif du séminaire est d’informer, de manière générale, sur le champ de l’économie sociale et solidaire et son émergence en Algérie comme voie d’innovation et de diversification économique, et en particulier, sur les activités du Paje en matière d’ESS. Afin d’assurer une capitalisation immédiate, un atelier national de réflexion sera organisé demain. L’objectif est d’aboutir, avec le concours de l’ensemble des parties prenantes, spécialistes et parties intéressées, à des recommandations pour un développement et une structuration durable de l’ESS en Algérie. Pour rappel, le programme Paje est issu d’une convention de cofinancement signée entre la République algérienne démocratique et populaire et l’Union européenne en décembre 2012 pour un montant de 26 millions d’euros (dont 23,5 millions pour la partie européenne et 2,5 millions pour la partie algérienne). Son objectif principal est de soutenir l’action et les reformes du gouvernement algérien dans ses politiques nationales en direction de la jeunesse. Le programme est mis en œuvre par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale en partenariat avec 13 autres ministères et le Cnes. Il intervient aux niveaux central et régional dans quatre wilayas pilotes (Annaba, Béchar, Khenchela et Oran) et se structure en trois composantes : «L’appui à la création d’activités favorisant l’employabilité et la structuration de l’économie sociale et solidaire ; le renforcement de l’intersectorialité et des partenariats dans la mise en œuvre de la politique nationale de la jeunesse et le renforcement de l’accompagnement des jeunes en vue d’une meilleure insertion socioprofessionnelle». Tassili Airlines, la moins ponctuelle du monde La compagnie algérienne Tassili Airlines est classée comme étant la compagnie la moins ponctuelle au monde en mars 2018. En effet, cette information est présentée par OAG, une entreprise britannique spécialisée dans les voyages aériens. Les statistiques révèlent que la compagnie Tassili Airlines se place en dernière position avec un taux de ponctualité de 29,2% sur 425 vols au mois de mars, suivie par la compagnie canadienne Air Inuit, et la compagnie portugaise Azores Airlines. Ce manque de ponctualité date du début de l’année 2018, puisque la compagnie aérienne Tassili Airlines se classait en avant-dernière place avec des taux enregistrés de 48,4% en janvier et de 46,4% pour le mois de février. Le classement des compagnies aériennes mondiales, réalisé par l’entreprise OAG, permet de remarquer que la compagnie aérienne Air Algérie se retrouve à la 99e place, avec un taux de ponctualité de 65,4%.

Fr-25-02-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Fr-17-06-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Alger - La Nouvelle République
Mise en page 1 - Algérie news quotidien national d'information
Fr-27-05-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Fr-27-05-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Page 05-4297 cse toufik - La Nouvelle République
Mise en page 1 - Algérie news quotidien national d'information
Télécharger le Format PDF - Alger Hebdo.com
Mise en page 1 - Algérie news quotidien national d'information
Page 01-4308csearezki - La Nouvelle République
Page 01-4039 Braham - La Nouvelle République
Fr-24-08-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Page 01-4471CSEAREZKI - La Nouvelle République
Lire le journal en PDF - Le Soir d'Algérie
Page 01-4620 CSE - La Nouvelle République
Fr-18-04-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Fr-20-05-2013 - Algérie news quotidien national d'information
Fr-20-05-2013 - Algérie news quotidien national d'information