Magazine VALAIS - Mai 2018

valais

NUMÉRO 7 25 AVRIL 2018

VA LAIS

GRAVÉ DANS MON CŒUR

L’Hawaïen qui surfe sur les lacs de montagne

Les champions soutiennent les Jeux en Valais

En randonnée jusqu’au sommet du Barrhorn

Une pépinière viticole Offres estivales


La foi déplace les montagnes

Le Valais est la plus grande région viticole de Suisse. C’est

une destination de vacances, notre cadre de vie, un site économique

à la remarquable force d’innovation, le terroir de

savoureux produits régionaux ainsi qu’un lieu de culture.

Nous sommes persuadés que cette diversité est unique et

contribuons à la faire connaître, notamment en relatant l’histoire

de Valaisannes et de Valaisans passionnés. Pas à pas,

nos actions modifient la perception du Valais.

La concrétisation d’une vision exige une intense force de

conviction, le courage d’emprunter des chemins inédits et

une constance à toute épreuve. En vingt-cinq ans, Martin

Engstroem a fait du Verbier Festival un point de rencontre

pour les mélomanes et un tremplin pour les nouveaux talents

venus de tous les continents. La jeune famille qui a repris

le plus ancien hôtel du Lötschental a changé son mode

de fonctionnement et gère son établissement de manière

innovante afin d’en assurer l’avenir à long terme. Nos sportifs

d’élite ont démontré qu’ils ont la capacité de déplacer

des montagnes grâce à leur détermination. L’enthousiasme

de quelques-uns peut initier un mouvement de grande ampleur.

Les Valaisans possèdent un caractère entier et s’engagent

pour leur canton, qui poursuit son développement,

tout en conservant sa diversité et sa soif de progrès. Les

Jeux olympiques et paralympiques Sion 2026 pourraient

renforcer durablement l’attractivité du Valais comme place

économique et espace de vie, en lui ouvrant une vaste fenêtre

sur le monde. Découvrez cette diversité!

Avez-vous un souvenir

particulièrement beau de

l’été valaisan? Faitesnous-en

part sur Facebook,

Twitter ou Instagram avec

le hashtag

#MonEteEnValais

ÉDITO

Damian Constantin, directeur Valais/Wallis Promotion

Couverture Sedrik Nemeth

impressum

Le magazine «Valais» paraît comme supplément Dominic Koch Collaborateurs | Anita Lehmeier,

de «L’illustré» du 25 avril 2018

Thomas Kutschera, Manuela Enggist, Manuela

Rédaction | «Wallis», Schweizer Illustrierte, Flur strasse Lavanchy Photographes | David Carlier, Sedrik

55, Postfach, 8021 Zurich, Tél. 058 269 26 26, Fax 058 Nemeth, Pascal Gertschen, Marco Schnyder, Kurt

269 26 40, info@schweizer-illustrierte.ch Responsable Reichenbach Rédaction images | Regula Revellado,

Wallis / Responsable des magazines | Urs Heller Martin Müller, Fabienne Hubler Correction |

Rédacteur en chef | Stefan Regez Directrice de la Géraldine Schönenberg (resp.) Concept de design |

rédaction | Monique Ryser Responsable images | Beling Thoenen Design Photolithographie | Ringier

Nicole Spiess Responsable textes | Jan

Redaktions-Services Responsable des partenariats

Morgenthaler Layout / Production | Simona Guarino, de marketing | Thomas Passen Publicité | Admeira

SA, Flur strasse 55, Postfach, 8021 Zurich, Tél. +41 58

909 99 62, e-mail: salesservices@admeira.ch Prix des

annonces et conditions générales | www.admeira.ch

Chief Executive Officer | Bertrand Jungo Business

Unit Director Print & Digital | Beniamino Esposito

Sales Director | Roger Knabenhans Media Service

Print | Esther Staub Editeur | Flurstrasse 55, Postfach,

8021 Zurich, Tél. 058 269 20 00 Directeur de

production | Michael Passen Impression |

Swissprinters AG, 4800 Zofingen

3


46

Peter

Gschwendtner, du

Castel à Blitzingen,

sublime la nature

sur l’assie/ e.

18

L’hôtel Nest- und

Bietschhorn est le

plus ancien du

Lötschental. Et il est

très moderne.

SOMMAIRE

36

Dani Albrecht et de

nombreux sportifs

s’engagent pour que les

Jeux olympiques se

tiennent en Valais.

66

Dominée par les

célèbres châteaux

de Valère et de

Tourbillon, Sion

cultive la douceur

de vivre.

Photos Sedrik Nemeth, Kurt Reichenbach, Rob Lewis, Pascal Gertschen

6

CONCOURS

#MonEteEnValais

La photographie gagnante.

12

VTT

Stoneman Glaciara

Dans le Haut-Valais, le parcours Stoneman

de Suisse traverse des paysages de

montagne et des villages pi/ oresques.

18

LÖTSCHENTAL

Hôtel Nest- und Bietschhorn

Minutieusement restauré, le plus ancien établissement

hôtelier du Lötschental séduit

les voyageurs par son atmosphère familiale.

22

ALOHA FROM HAWAÏ

Kai Lenny

Le surfeur hawaïen glisse sur des lacs de

montagne et se déclare fan du Valais.

26

PORTFOLIO

Pépinières viticoles

Le photographe Sedrik Nemeth illustre la

production de nouveaux plants de vigne.

36

SION

Oui aux JO

D’hier et d’aujourd’hui, les grands

champions suisses et valaisans sont

unanimes: saisissons ce/ e chance!

42

APROZ

Eau minérale valaisanne

L’Aproz est l’eau minérale la plus

appréciée des Suisses.

46

CASTEL

La nature sur l’assiette

Peter Gschwendtner sublime les produits

du terroir dans ses créations culinaires.

52

TOURISME PÉDESTRE

La plus haute randonnée d’Europe

Le Barrhorn, qui culmine à 3610 mètres

d’altitude, est accessible sans équipement

d’alpinisme.

4


07

Sommaire

12 26

Le Stoneman

Glaciara est un

parcours de

mountain bike qui

longe deux glaciers.

Visite d’une

pépinière viticole

qui produit de

nouveaux ceps de

vigne.

55

SI PROCHE

Des quatre coins de la Suisse...

… le voyage en Valais est plus court

qu’on ne l’imagine.

56

VERBIER FESTIVAL

Martin Engstroem

Le fondateur du Verbier Festival

se félicite d’un succès qui se confirme

d’année en année, depuis vingt-cinq ans.

60

PATRIMOINE CULTUREL

Murs en pierre sèche

Ces ouvrages d’art marquent de leur

empreinte le paysage du Valais.

65

ÉCONOMIE

Entreprises valaisannes

Innovation dans les régions de montagne

et énergie hydraulique.

66

DESTINATION

Sion a beaucoup à offrir

Entre plaine et montagne, le chef-lieu du

Valais allie un remarquable patrimoine

historique et un mode de vie urbain.

72

ROAD TRIP

Promotion

Mazda met une voiture à disposition pour un

voyage en Valais et offre une nuit dans le Cube.

5

74

OFFRES ESTIVALES

Chasse au trésor

Le Valais abonde en propositions

d’aventures pour toute la famille.

Découvrez notre sélection!

82

AGENDA

Pour tous les goûts

Courses de montagne, parcours

cyclistes, fêtes et expositions

artistiques.


13 ÉTOILES

#MonEteEnValais

Avec sa vue du lac de Taney, Elise Rabaey a remporté

le concours de photographie 2017 #MonEteEnValais.

Photos akg-images, DR

Lac de Taney | Elise Rabaey et son mari

s’étaient mis en route de bon matin afin

de gravir le Grammont avec leurs VTT

électriques au moment où elle a réalisé

cette superbe photographie. A la descente,

ils ont fait une halte pour se rafraîchir

dans le lac de Taney, qui est situé

à 1408 mètres d’altitude et semble

ne pas connaître d’écoulement. Le Valais

occupe une place particulière dans

le cœur d’Elise. En effet, c’est sur le Cervin

que son mari lui a demandé sa main!

Au départ de Vouvry, le lac de Taney se

trouve à mi-chemin du sommet du

Grammont, qui offre un panorama saisissant

sur le Léman. Une halte à l’auberge-refuge

de La Vouivre s’impose

pour se reposer au bord du lac et reprendre

des forces. Participez également

à notre concours de photographie

#MonEteEnValais et postez votre cliché

préféré du Valais sur Twitter, Instagram

et Facebook. Vous pourrez gagner un

séjour en Valais

#MonEteEnValais

6


Vitamine locale

César Ritz, fils d’un paysan de la

vallée de Conches, a profondément

transformé l’hôtellerie.

Le grand

César Ritz

Niederwald | «Le petit chevrier est devenu

un roi et le fils de paysans un globetrotter»,

s’est exclamé un jour César Ritz

en parlant de lui-même. En 1864, alors

qu’il avait 14 ans, il a quitt son village natal

dans la vallée de Conches et a conquis

le monde avec les hôtels Ritz. A l’occasion

du 100 e anniversaire de sa disparition,

Niederwald fête son fils le plus célèbre

avec un spectacle en plein air qui réunit

une cinquantaine de participants, sur la

scène et dans les coulisses. Cette œuvre

théâtrale et musicale relate l’existence

passionnante de ce pionnier devant un

superbe décor de montagnes. Hormis

cette production interprétée par des comédiens

de la région, diverses activités

marqueront le jubilé pendant l’été et l’automne

2018. Le programme comprend

notamment des randonnées culturelles

et culinaires dans le parc naturel régional

de la vallée de Binn en suivant un circuit

qui commence à Niederwald et passe par

Blitzingen, avant de revenir à son point

de départ. Des forfaits hôteliers spéciaux,

des voyages en train à vapeur avec dîner

et une fête sur le chemin d’altitude de la

vallée de Conches rappelleront la mémoire

du grand hôtelier.

www.caesar-ritz.ch/jubile-2018

Valais | Le nom est tout un programme.

Le service de livraison Vitamine locale,

panier saison et épicerie propose des

abonnements pour des paniers de fruits

et de légumes de la région. Une fois par

semaine, les produits des fermiers des

environs sont livrés à domicile. A partir

du mois de mai, ce service réservé

jusqu’à présent aux Valaisans sera étendu

à la Suisse romande. Outre les primeurs

des maraîchers locaux, Vitamine

locale propose également sur son site

des articles d’épicerie ainsi que des fromages

et de la viande de producteurs

valaisans, souvent de qualité bio.

www.vitaminelocale.ch

Vitamine locale propose des

abonnements pour des paniers de

fruits et de légumes de la région.

A partir du mois

de mai,

Vitamine locale

livrera ses

paniers dans

toute la Suisse

romande.

7

Air Zerma/ organise des

journées portes ouvertes pour

célébrer son 50 e anniversaire.

Sauveteurs en

rouge et blanc

Rarogne | Au cours des dernières décennies,

ils ont gagné la réputation de maîtriser

les sauvetages en montagne les plus

périlleux du monde et ont fait sensation

dans les années 70 avec la première intervention

réalisée sur la face nord de l’Eiger.

Cette année, les hélicoptères aux étoiles

rouges et blanches célèbrent leur 50 e anniversaire.

Lors de sa fondation en 1968,

Air Zermatt était la première société à assurer

un service de sauvetage dans les

massifs de la région de Zermatt. Parfois,

les appareils ne pouvaient pas décoller de

l’aéroport de Sion en raison des mauvaises

conditions météorologiques, ce qui a décidé

quelques habitants de Zermatt à

acheter un hélicoptère. Leur entreprise a

connu un rapide essor et emploie aujourd’hui

65 personnes sur ses bases de

Gampel, Rarogne et Zermatt. Hormis les

actions de sauvetage, elle effectue aussi

des missions de transport et des vols touristiques.

A l’occasion de son 50 e anniversaire,

Air Zermatt organise des journées

portes ouvertes les 19 et 20 mai. Les spectateurs

pourront prendre part à des vols,

assister à des démonstrations et différentes

animations.

www.air-zermatt.ch


13 ÉTOILES

Photos Photovf.com / Valentin Flauraud, Jürg Waldmeier, DR

Avec ses 494 mètres, le pont

suspendu de Randa est

le plus long du monde.

Un pont pour

les intrépides

Randa | Inauguré en juillet 2017, le pont

suspendu Charles Kuonen est le plus long

du monde avec ses 494 mètres. Dès

l’été 2018, il sera accessible par un nouvel

itinéraire pédestre. Oscillant à 85 mètres

au-dessus du sol au point le plus élevé, sa

traversée requiert près de dix minutes. Ce

circuit familial convient à toutes les personnes

qui n’ont pas le vertige ainsi qu’aux

enfants et aux chiens qui se déplacent

sans difficulté sur un caillebotis métallique.

La randonnée commence à proximité de

la gare de Randa. Elle passe par des forêts

de mélèzes et offre de superbes vues sur

un extraordinaire paysage de montagnes.

Après le franchissement de l’impressionnant

pont suspendu, les randonneurs

peuvent se rendre à l’Europahütte avant

de revenir à Randa. Le pont Charles Kuonen

fait partie du sentier de l’Europe, qui

conduit de Grächen à Zermatt. Sa reconstruction

était devenue nécessaire en raison

d’une instabilité du sol détectée

en 2010. Les intrépides qui souhaitent tester

leur résistance au vertige feront un détour

par le pont suspendu de Furi, au-dessus

de Zermatt. Il est long de 100 mètres

et atteint 90 mètres au point le plus haut.

www.zermatt.ch

Courses de

montagne pour

les cracks

Valais | Un trail de 360 kilomètres depuis

Oberwald dans la vallée de Conches

jusqu’au Bouveret au bord du lac Léman!

Avec cette course qui se tiendra du 2 au

9 septembre 2018, une autre aventure

exceptionnelle complétera la série des

légendaires épreuves des SwissPeaks.

Le Valais sera aussi à l’honneur le 12 avril

avec la course Sierre-Zinal, ouverte aux

professionnels comme aux amateurs.

L’Ultra Trail Verbier Saint-Bernard agit

aussi comme un aimant sur les fans de

trail. Il se déroulera cette année les 7 et

8 juillet.

www.swisspeaks.ch

www.sierre-zinal.com

www.trailvsb.com

En Valais,

les courses

de montagne

réunissent

professionnels

et amateurs.

Anciennes

variétés et

nouveaux

canaux

Leurs variétés de légumes sont

prisées des jardiniers dans

toute la Suisse et à l’étranger.

Les Evouettes | Ils sont des pionniers du

bio. Au début des années 80, Christine et

Robert Zollinger s’intéressaient déjà à la

préservation des variétés traditionnelles et

à la sélection des semences biologiques.

Alors qu’ils résidaient encore en Thurgovie,

ils ont commencé à planter des légumes,

des herbes aromatiques et des fleurs.

En 1991, ils ont saisi l’opportunité d’acquérir

une exploitation de 25 hectares aux

Evouettes et se sont installés en Valais. Les

vastes dimensions du domaine leur ont permis

d’agrandir leur assortiment. Aujourd’hui,

plus de 400 variétés de plantes fleurissent

et prospèrent sur le domaine. Depuis 2016,

leurs fils Til, Tizian et Tulipan ont repris les

rênes de la maison en poursuivant une stratégie

simple, comme l’explique Tulipan Zollinger:

«La philosophie de notre entreprise

est évidente: nous sélectionnons des

plantes robustes qui produisent de bonnes

récoltes et se distinguent par leur goût.» Ils

veillent également à réaliser eux-mêmes la

plus grande partie du travail. Ainsi, de la sélection

au nettoyage et au conditionnement

des semences, toutes les opérations se déroulent

à la ferme.

www.zollinger.bio

8


Le whisky

valaisan

Ardon | En 2000, alors qu’il commençait

à distiller du whisky, Alex Delaloye aurait

été bien en peine d’anticiper deux événements:

d’une part, que sa production remporte

le titre de whisky de l’année 2005

lors de la compétition Eurowhisky et, de

l’autre, que ses concurrents écossais envoient

la police à son domicile afin de vérifier

s’il confectionnait véritablement du

whisky. «J’étais à la fois choqué et flatt »,

se souvient-il. Rapidement, il a été lavé de

tout soupçon de fraude et son Swhisky

(Swiss Whisky) continue de susciter l’enthousiasme

des connaisseurs. Etant donné

qu’il se consacre essentiellement à sa

profession de physiothérapeute, Alex Delaloye

n’est pas soumis à une forte pression

comme de nombreuses autres distilleries.

Il peut ainsi stocker son whisky aussi

longtemps qu’il le désire. Il ne doute pas

que la note fruitée qui caractérise sa production

exerce un attrait particulier et séduit

en particulier les dames. L’assortiment

d’Alex Delaloye comprend également du

gin, de la vodka et du vin, depuis trentecinq

ans. Et comment parvient-il à mener

de front autant d’activités? «Avec la passion

comme seule motivation!»

www.maisonlesvignettes.ch

Un fleuve se défend

Le documentaire «Dans le lit du Rhône» relate

l’histoire d’un fleuve qui emprunte un nouveau cours.

Depuis dix-huit ans, Alex Delaloye

distille son propre whisky.

Valais | C’est à Montréal que la réalisatrice

valaisanne Mélanie Pitteloud a entendu

parler pour la première fois de la

troisième correction du Rhône. Cette information

a éveillé son intérêt pour le

fleuve auquel elle n’accordait auparavant

à peine qu’un regard. A son retour,

elle s’est plongée dans les archives et

s’est intéressée à la vie étriquée que le

Rhône est contraint de mener. Rendus

nécessaires à la suite des inondations,

d’importants travaux se déroulent actuellement

pour élargir le lit du fleuve.

Afin de raconter l’histoire mouvementée

9

de ce cours d’eau, Mélanie Pitteloud a

réalisé un film documentaire. Dans le lit

du Rhône donne la parole à divers acteurs:

des paysans qui perdront une partie

de leurs terres arables ainsi qu’une

biologiste qui se prononce en faveur

d’une revitalisation du Rhône. En raison

de ces approches différentes, le spectateur

est appelé à s’interroger sur son

rapport à la nature. Dans le lit du Rhône

est à l’affiche de divers cinémas suisses.

www.goldeneggproduction.ch/portfolio-item/rhone-fr


13 ÉTOILES

Photos Christian Pfamma/ er, Kenny Carrillo / EyeEm, DR

La marque Valais garantit des

abricots de la meilleure qualité.

Déguster et

fêter l’abricot

Saxon | Existe-t-il un fruit plus doux,

tendre et velouté que l’abricot? Il est l’incarnation

de l’été, de la chaleur et du

plaisir. Comme il a besoin de nombreuses

heures de soleil pour parvenir

à maturité, il n’est guère étonnant que

96% des abricots suisses proviennent du

Valais. Le sol chaud et sablonneux de la

vallée du Rhône, l’eau pure des glaciers

utilisée pour l’irrigation et un microclimat

idéal lui assurent depuis toujours

une coloration superbe et un arôme intense.

La marque Valais garantit le respect

d’un calibre et d’un taux de sucre

minimum, de normes sociales et environnementales

strictes. Les diverses variétés

sont prêtes à être cueillies à des

époques différentes, de sorte que les

abricots valaisans sont disponibles tout

au long de la belle saison. Les premiers

à arriver sur le marché sont les Orangered

et Vick Royal, suivis des Goldrich/

Jumbo Cot et des Luizet, qui céderont

la place aux variétés tardives comme les

Bergarouge, Kioto, Bergeron et Tarif de

Tain. Du 20 au 22 juillet, Saxon organise

la Fête de l’abricot – pour célébrer le

fruit emblématique du Valais sous toutes

ses formes.

www.saxontourisme.ch

L’histoire

d’une vallée

Val d’Anniviers | Le Parcours anniviard

présente des thèmes liés à l’histoire du

val d’Anniviers au fil d’étapes qui sont autant

de lieux de découverte. Ce circuit

historique convie à un voyage à travers

les anciens villages au superbe patrimoine

architectural. Il permet également

aux visiteurs de mieux comprendre la vie

que ses habitants menaient à des

époques lointaines. L’itinéraire commence

par la visite des quartiers des Anniviards

dans la ville de Sierre et se termine

à Chandolin par une étape dédiée

à la pratique religieuse. Trois heures sont

nécessaires pour suivre le Parcours anniviard,

à raison d’une heure et demie

pour le trajet en voiture et une durée

équivalente pour les différentes stations.

L’ouvrage consacré à ce parcours

historique peut être acheté au prix de

20 francs auprès de l’office du tourisme.

www.valdanniviers.ch

La route du

val d’Anniviers

effrayait les

anciens

visiteurs de la

vallée.

L’utilisation

intelligente de

l’énergie

Les nouvelles sources d’énergie

exigent des réseaux intelligents.

The Ark souhaite apporter sa

contribution.

Sion | The Ark, la fondation pour l’innovation

en Valais, souhaite rapprocher la numérisation

et l’énergie. Le Smart Energy

Portal est une nouvelle plateforme dédiée

à l’échange d’informations en vue de favoriser

la numérisation du marché de l’énergie.

Cette initiative a pour objectif de

mettre les données à la disposition des professionnels

et des personnes intéressées.

La thématique du projet Smart Energy est

également présentée lors d’une manifestation

qui se tiendra cette année le 31 août

à Sion. Le Valais est un important producteur

d’énergie hydroélectrique, il possède

un laboratoire en plein air (BlueArk Entremont)

ainsi que de nombreux centres de

compétences académiques (eEnergy Center,

EPFL Valais, HES-SO Valais-Wallis) et

il se positionne clairement dans le domaine

de la numérisation de l’énergie. Le marché

est en mutation permanente et la part des

énergies renouvelables croît rapidement.

C’est précisément dans un tel contexte

que des solutions nouvelles sont nécessaires

afin d’utiliser l’énergie à bon escient

et de l’acheminer aux endroits où elle est

requise.

www.smartenergyportal.ch

10


Le Valais

hôte d’honneur

Le Valais est l’hôte d’honneur

du Salon du livre de

Genève, qui se tient du 25 au

29 avril 2018. Le cinéaste et écrivain

Wilfried Meichtry sera présent avec

13 autres auteurs valaisans. Le

canton veut faire valoir ses

atouts culturels et

touristiques.

La chronique des amants

de la liberté

Wilfried Meichtry est l’auteur d’un biopic

sur Katharina von Arx et Freddy Drilhon.

Valais | Le réalisateur valaisan Wilfried

Meichtry a d’abord pensé qu’il avait affaire

à une fieffée menteuse le jour où il a rencontré

Katharina von Arx. «Cette femme

de 83 ans nous a montré sa superbe demeure

et nous a raconté des histoires à

dormir debout. Dans ses jeunes années,

elle aurait fait le tour du monde en autostop,

bateau-stop et avion-stop. Elle aurait

aussi séjourné en Inde dans le harem d’un

maharadjah, aurait interprété une chanson

traditionnelle lucernoise à la radio japonaise

et serait entrée en contact avec des

tribus cannibales en Nouvelle-Guinée.»

Deux conversations et un examen attentif

11

des archives de la vieille dame, Wilfried

Meichtry était convaincu de la véracité de

ses propos et ne parvenait pas à croire sa

chance. «Ce personnage extraordinaire

était un sujet en or. Lors de notre troisième

visite, nous avons installé la caméra. J’ai

commencé à interviewer Katharina von

Arx et nous nous sommes pris à rêver d’un

film qui retracerait son existence. En 2017,

cette vision est devenue réalité. Cependant,

plutôt qu’un film d’aventures, nous

avons choisi de tourner une docufiction.»

Jusqu’au bout des rêves fait revivre la relation

entre Katharina von Arx et son mari,

Freddy Drilhon. Deux ans auparavant, l’historien,

écrivain, scénariste et cinéaste avait

publié un livre sur les deux personnages

principaux. Malheureusement, Katharina

von Arx ne verra jamais ce film, car elle est

décédée en 2013.

Wilfried Meichtry était déjà connu pour

son livre Verliebte Feinde paru en 2007.

Il retraçait la vie d’Iris et Peter von Roten,

un couple engagé en faveur du droit des

femmes. Cet ouvrage a aussi été adapté

au cinéma. Wilfried Meichtry a également

écrit une biographie du chansonnier bernois

Mani Matter et a été commissaire de

plusieurs expositions.

www.bis-ans-ende-der-traeume.ch


VTT

LA ROUTE

DES GLACIERS

Il longe deux glaciers, de ravissants villages

et d’imposants 4000. S’il n’est pas de

tout repos, le circuit Stoneman Glaciara

réserve de grands moments.

Texte: Monique Ryser Photos: Pascal Gertschen

12


13

Des cyclistes sur la Moosfluh qui

domine le glacier d’Aletsch.


1 2

3

VTT

14


4

1 Paysage

d’altitude sur le trail.

2 Instants de détente

devant le glacier d’Aletsch. Le

Stoneman Glaciara longe également

le glacier de Fiesch. 3 La traversée du vieux

village de Bellwald. 4 S’il faut être bien

entraîné pour remporter un

trophée, le trail est un plaisir

pour les cyclistes de

tout niveau.

Il est parfois nécessaire de décider

spontanément et d’agir immédiatement.

En quelques heures, Romeo Volken

a esquissé un parcours approximatif

afin d’intégrer le Valais dans le réseau

Stoneman. Après avoir suivi un exposé

sur le concept des trails Stoneman lors

d’un congrès de cyclistes, ce passionné

de VTT était convaincu que le Valais avait

sa place au sein de ce réseau. A son retour,

il a affiné le tracé et présenté le dossier.

Le circuit s’est imposé face à d’autres

candidatures suisses et l’agrément des

organisateurs est arrivé peu avant les

fêtes de Noël 2016. Les régions concernées

(le parc naturel de la vallée de Binn,

l’Aletsch Arena, Goms et Bellwald) ont

tout mis en œuvre afin de pouvoir inaugurer

six mois plus tard le Stoneman Glaciara,

d’une longueur de 127 kilomètres.

L’idée est simple et elle rencontre un vif

succès: les parcours Stoneman ne sont

pas uniquement accessibles pour un

événement particulier, mais doivent demeurer

à la disposition des fans de VTT

pendant toute la saison estivale. «Il était

essentiel à mes yeux que ce/ e offre s’insère

dans un concept de tourisme doux.

Comme la plupart des cyclistes séjournent

plusieurs jours dans la région, ils

ont le temps d’apprécier les beautés du

Valais», ainsi que le précise cet habitant

de Bellwald. Des trails Stoneman existent

déjà dans les Dolomites et dans les Monts-

Métallifères (Erzgebirge). Ils perme/ ent

de s’adonner à la passion du vélo dans des

paysages spectaculaires et chaque pays

n’en compte qu’un seul. «Naturellement,

nous sommes fiers de représenter la

Suisse dans ce réseau», déclare Romeo

Volken, qui précise que ce parcours est le

seul à longer deux glaciers, une spécificité

soulignée par le nom de Glaciara.

Cet athlète de 38 ans est un cycliste talentueux.

Membre du Swiss National

Team, il a défendu les couleurs de la

Suisse lors d’un Championnat d’Europe

et d’un Championnat du monde. Romeo

Volken n’est pas uniquement à l’origine du

Stoneman Glaciara, mais il a aussi instauré

la Bellwalder Downhill, une course qui

réunit jusqu’à 400 participants. Ce/ e année,

elle connaîtra sa douzième édition,

qui se tiendra comme à l’accoutumée lors

de la première semaine d’octobre.

Romeo Volken dirige à Bellwald l’entreprise

Rodeo Bike, qui possède un magasin

et un centre de services. Il est aussi

certifié Swiss Cycling Guide. «Le Valais

compte 8000 kilomètres de trails qui favorisent

d’extraordinaires découvertes.»

Composé de trois étapes équilibrées, le

Stoneman Glaciara occupe cependant

une place particulière dans la liste de ses

parcours favoris. Il grimpe vers le grand

glacier d’Aletsch avant de redescendre

en direction de Mörel. Il se poursuit par la

montée reine, au dénivelé de près de

1600 mètres, qui emprunte une ancienne

route militaire et conduit à 2451 mètres

d’altitude sur le col du Breithorn. Ensuite,

les sportifs amorcent la descente dans la

vallée de Binn, le paradis des cristaux de

roche et de plus de 200 autres minéraux.

En suivant le Rhône, l’itinéraire continue

en direction d’Obergoms – le long d’anciens

villages, de monuments historiques

et de cafés accueillants. L’héritage culturel

du Valais avec ses chalets noircis par

le soleil a également joué un rôle non négligeable

dans le choix de la candidature

valaisanne pour le Stoneman suisse.

Chaque cycliste accomplit le circuit

comme il l’entend. «Les participants démarrent

à l’endroit où ils le désirent et

progressent à leur rythme. L’itinéraire du

15


VTT

Stoneman Glaciara est entièrement balisé.»

Le sportif qui souhaite gagner un trophée

se procurera le kit ad hoc avec la

carte à tamponner qui attestera qu’il a effectué

le parcours dans son ensemble.

Il devra en venir à bout en trois jours au

maximum. «Seuls les athlètes de pointe

parviennent à boucler les trois étapes

dans la même journée», explique Romeo

Volken. Cependant, les cyclistes confirmés

qui ont déjà une expérience du VTT

ne rencontrent pas de difficulté à respecter

le délai imparti.

Pour Romeo Volken, l’un des grands moments

de la course est le passage entre

Bellwald et la vallée de Fiesch: «Un véritable

single trail où abondent les pierres

et les racines.» Le tronçon qui conduit de

Märjelen à la Fiescheralp est tout aussi

impressionnant. Les cyclistes qui apprécient

les descentes rapides et mouvementées

mettront leurs nerfs à rude

épreuve entre la Moosfluh et Mörel. Afin

que le temps de repos soit également un

plaisir, le site internet du Stoneman mentionne

différentes possibilités d’hébergement.

Au total, 18 partenaires hôteliers et

prestataires de services sont situés directement

sur le tracé.

L’objectif des parcours Stoneman

consiste à inciter les sportifs à dépasser

leurs limites et à découvrir de nouvelles

régions. «Le trophée est conçu de telle

sorte qu’il peut être surmonté d’une

deuxième ou d’une troisième distinction.»

Romeo Volken est convaincu que

les divers domaines en retirent des avantages.

«J’espère que les cyclistes du

Stoneman Glaciara seront sensibles à la

beauté de la nature et qu’ils se rendront

compte des possibilités offertes par le

Valais.» Sur ce terrain de jeu presque illimité,

les parcours signalés longent des

torrents sauvages et des lacs d’altitude,

serpentent sur le flanc de montagnes et

traversent de mystérieuses forêts. En

outre, l’excellent réseau de transports

publics permet aux sportifs de tout niveau

de composer librement leur itinéraire

de rêve.

Certains parcours faciles, à l’exemple du

Courtavey Bike (12,4 kilomètres), qui

conduit de Crans-Montana aux alpages

qui dominent le village, ou le circuit du lac

Noir à Zermatt (12,7 kilomètres) font le

bonheur des familles.

Les tours de difficulté moyenne se répartissent

dans tout le Valais, à l’exemple de

la Route du lait, qui revient à Champéry

depuis la station d’arrivée du téléphérique

de la Croix-de-Culet en passant par

Lapisa et offre une vue merveilleuse sur

les Dents-Blanches. Le légendaire Mur

suisse (Pas de Chavanette) peut être enfin

franchi sans neige ni bosses! Les sportifs

bien entraînés désirant se rapprocher

de sommets qui culminent à plus de

4000 mètres choisiront le parcours Valais

Alpine Bike; aucun autre itinéraire

n’est aussi proche des imposantes montagnes.

Pas moins de 143 kilomètres séparent

Verbier de Chandolin et certaines

parties du parcours suivent le tracé de la

course mythique du Grand Raid qui relie

Verbier à Grimentz. Ce marathon pour

cyclistes n’est pas uniquement le plus ancien

et l’un des plus spectaculaires des

Alpes, mais c’est également le plus prestigieux

de tous. La meilleure saison pour

s’élancer dans un tel parcours alpin commence

en juin et le Stoneman Glaciara

sera accessible dès le 15 juin.

Informations: www.stoneman-glaciara.com,

www.valais.ch/bike

1 Le pont

romain de Binn.

2 Roland Stauder,

fondateur du Stoneman, sur

le parcours. Pour ne pas

effaroucher les animaux, les cyclistes ne

se me/ ent en selle qu’après le lever du soleil.

3 Les vieux villages de la vallée de Conches

sont les principaux centres d’intérêt

culturel du parcours. 4 Le

Cervin, vu pour une fois

sous une autre

perspective.

1

16


2

3 4

17


B L A T T E N

Révolution

dans le Lötschental

Un vent nouveau dans des villages isolés:

malgré ses 150 ans, l’hôtel Nest- und Bietschhorn se distingue

par de nombreuses innovations. Grâce à leur inventivité,

les hôteliers a/ irent davantage de visiteurs dans la vallée.

Texte: Manuela Enggist Photos: Kurt Reichenbach

HÔTEL

La porte s’ouvre. Un bambin entre

dans la salle, suivi de près par

son frère. Il tient un avion en

Lego dans la main gauche et quelques

serviettes dans l’autre. Noé, 4 ans, et

Luc, 1 an et demi, sont les enfants

d’Esther Bellwald et de Laurent

Hubert – le couple d’hôteliers qui préside

aux destinées du Nest- und

Bietschhorn – et les véritables stars de

l’entreprise familiale. Les deux enfants

courent dans les couloirs, servent les

boissons, apportent les tickets de

caisse et font rire les hôtes avec leurs

facéties, exactement comme leur mère

autrefois. Situé à l’entrée de Blatten,

entre les Alpes bernoises et valaisannes,

cet établissement de charme

fête cette année son 150 e anniversaire.

Le plus ancien hôtel du Lötschental a

été édifié en 1868 afin de proposer un

gîte aux alpinistes anglais et aux touristes

qui venaient toujours plus nombreux

dans la région. Quand sa famille

l’acquiert, Esther Bellwald a 2 ans. Elle

grandit entre ses murs et s’initie de

bonne heure aux métiers de la restauration.

Il y a vingt et un ans, elle rencontre

son mari dans la cuisine d’un

palace lausannois. Elle est responsable

de la viande, lui du poisson. Le Français

et la Valaisanne forment bientôt

un couple, ils travaillent dans des hôtels

renommés, parcourent le monde

et décident en 2011 de retourner aux

racines d’Esther Bellwald. Ils reprennent

la gérance du Nest- und

Bietschhorn pendant six ans avant de

l’acheter. «Nous devions nous assurer

que nous avions un avenir dans le

Lötschental. Nous réalisions que des

investissements considérables étaient

nécessaires pour qu’un établissement

traditionnel comme le nôtre demeure

concurrentiel», explique Esther Bellwald

dans la salle alors que les enfants

jouent dans la cuisine avec leur

père. Pour l’ancienne étudiante de

l’école hôtelière de Thoune, il était

évident que seules des méthodes hors

du commun seraient de nature à garantir

la survie de leur entreprise.

Avec les hôtels partenaires Edelweiss

et Breithorn à Blatten, ils ont fondé en

3

1 La famille d’hôteliers dans la salle

à manger. Esther Bellwald avec

leur fils Luc dans les bras. Laurent

Hubert, chef de cuisine, assis avec

Noé. 2 De précieux vestiges

rappellent les exploits d’autrefois.

3 Des Tschäggättä en petit format:

confectionnés en bois d’arolle,

peau de chèvre et de mouton, les

masques traditionnels du

Lötschental servent de porte-clés.

18


1

2

19


1

2

HÔTEL

3

4

1 Les travaux de rénovation ont mis

au jour des parois boisées vieilles de

plusieurs siècles. 2 Le fier uniforme

d’un grenadier de Dieu. 3 Ils se sont

connus dans une cuisine d’hôtel.

4 Une création de Laurent Hubert:

médaillon de rumsteck Natura Beef

Limousin de Rarogne au porto,

pommes de terre boulangère et

légumes.

20


Les hôteliers

recourent à

des méthodes

inhabituelles

pour attirer

davantage de

visiteurs dans

le Lötschental.

2011 la coopération hôtelière et touristique

Die Lötschentaler, qui s’est

désormais élargie au camping de

Fafleralp. Par des stratégies de marketing

et des investissements communs,

ces établissements souhaitent réduire

leurs coûts, attirer de nouveaux visiteurs

et créer d’intéressantes opportunités.

«Dans un petit endroit, l’union

fait la force», déclare Esther Bellwald

en saluant les résultats de cette étroite

collaboration. Depuis 2017, les trois hôtels

proposent des chambres entièrement

rénovées. Dans le Nest- und

Bietschhorn, les travaux d’aménagement

ont exhumé des secrets bien dissimulés:

des boiseries anciennes sont

apparues sous les couches de plâtre.

Elles proviennent certainement de

l’Egguhuis. Partiellement détruite par

une avalanche, cette vieille ferme avait

été rasée pour laisser place à l’hôtel.

Les panneaux encore intacts ont été

utilisés dans la rénovation du bâtiment

originel et sont aujourd’hui visibles

dans deux chambres.

De telles découvertes encouragent les

deux hôteliers, qui sont animés par la

passion de leur métier. Laurent Hubert

a développé au fil des années un style

de cuisine personnel. Il associe les

produits frais du Lötschental à la gastronomie

traditionnelle du nord de la

France pour élaborer des créations

très appréciées. En 2018, il a obtenu

15 points au GaultMillau. Le guide a

également récompensé son engagement

en faveur des crus valaisans en

faisant figurer sa cave au nombre des

dix meilleures cartes des vins régionaux

de Suisse.

Les deux hôteliers ont voyagé à travers

le monde et ils sont convaincus

qu’un petit établissement comme le

leur peut rencontrer le succès dans

une vallée retirée. «Il est possible de

faire de la bonne cuisine partout.

Quand on remporte l’adhésion des

gourmets, ils viennent volontiers

jusqu’à nous», ainsi que le relève Laurent

Hubert. A cet effet, le couple

n’hésite pas à sortir des sentiers battus.

En été, le petit-déjeuner est régulièrement

servi au bord du ruisseau et

les voyageurs trouvent dans chaque

chambre un sac à dos qui les accompagnera

lors de leurs excursions. En

outre, la beauté du paysage et la sérénité

du lieu composent un cadre idéal

pour les personnes qui souhaitent se

détendre dans une atmosphère familiale.

«Nous aimerions que nos hôtes

se sentent autant à l’aise que nos

enfants», déclare Esther Bellwald en

suivant du regard son fils Noé, qui

s’affaire et aide le sommelier à ranger

la salle. Manifestement, il a aussi hérité

du gène de l’hôtellerie.

21


LE MANA

DES MONTAGNES

Il est venu, il a vu et a décrété que

c’était le plus beau voyage de l’année.

La star hawaïenne du surf

Kai Lenny en visite en Valais.

Texte: Monique Ryser Photos: David Carlier

VOYAGE

Kai Lenny avec une voile de kiteboard

au bord du Riffelsee qui offre la vue

sur le Cervin. «C’est fantastique

de surfer dans un tel paysage.»

22


23


VOYAGE

Kai Lenny est une star. Originaire

de Maui, le jeune Hawaïen de

24 ans est surfeur, champion du

monde de stand up paddle, kiteboarder

et passionné de foilsurf. Et, avec une

planche adaptée, il maîtrise sans difficulté

les pentes enneigées. A l’initiative de

son sponsor TAG Heuer, il s’est rendu en

Valais où il n’a pas boudé son plaisir.

Même si le volcan Haleakalā, qui culmine

à un peu plus de 3000 mètres, se dresse

juste devant sa porte, il a été époustouflé

par les montagnes et les paysages.

Les photographies de son voyage qu’il a

publiées sur Facebook figurent parmi

ses posts les plus appréciés et il serait

heureux de troquer une fois encore son

île contre les sommets alpins.

D’Hawaii en Valais: quel a été votre

plus grand sujet d’étonnement?

KAI LENNY: C’était mon premier

voyage en Valais et à Zermatt. Tout était

d’une certaine manière différent, les

rues dépourvues de trafic automobile,

les chèvres au milieu du village. Pourtant,

ces impressions étaient aussi familières,

car les poules se promènent librement

à Maui. En revanche, la température a

représenté un choc. A Hawaii, il fait toujours

chaud. Et ma première vision du

Cervin restera à jamais gravée dans ma

mémoire.

Quel lien voyez-vous entre l’océan et

la montagne?

KL: Quand je m’éloigne de la côte avec

mon foilboard, je suis entouré de hautes

vagues qui me donnent parfois l’impression

de me trouver au cœur des montagnes.

Face aux Alpes valaisannes, j’ai

perçu le mana, la force qui se dégage de

ces imposants sommets.

Vous avez surfé sur un lac d’altitude.

Quel souvenir en conservez-vous?

KL: L’eau est l’élément de liaison. Même sur

un snowboard, je me sens à l’aise. La neige

n’est rien d’autre que de l’eau sous forme

solide. Le vent est fort à Hawaii et il nous

permet de surfer sur les vagues. Avec un

bon équipement, je m’amuse aussi sur un

lac de montagne à la surface miroitante.

A Hawaii, les volcans sont imposants,

à l’image du Haleakalā qui culmine à

3055 mètres et est parfois recouvert

de neige. Quelle différence voyezvous

avec les Alpes?

KL: A bord d’un hélicoptère, nous avons

traversé les nuages pour voler au-dessus

des montagnes. Je me suis senti happé

par cette énergie, par les formes extrêmes

que la nature revêt dans les

Alpes. C’était tout simplement fantastique.

Le Valais, Zermatt et la Suisse

figurent parmi les plus beaux endroits

que j’ai découverts au cours de mes

voyages. Je serais heureux de pouvoir y

revenir dans un avenir proche.

Comment avez-vous décrit le Valais à

vos amis hawaïens?

KL: Je leur disais d’imaginer qu’ils regardaient

un tableau, avec des prairies d’un

vert tendre, un ciel d’un bleu intense et des

lacs qui possèdent leurs propres couleurs.

Qu’avez-vous le plus apprécié pendant

ce voyage?

KL: Nous avons marché sur d’étroites

corniches, nous avons dévalé des glaciers

en snowboard avant d’effectuer un

vol en parapente. Je me souviens aussi

du kitesurfing au pied du Cervin et du

foilsurf sur le lac Léman. Waouh – il faudrait

que je revienne pour vous dire ce

que j’ai préféré!

«Même sur

un snowboard,

je me suis senti

à l’aise»,

déclare

le sportif

hawaïen

24


1

2

3

1 Kai Lenny a

été accueilli par des

chèvres dans les rues de

Zerma/ . 2 Sous toutes ses

formes, l’eau est son élément. 3 Star

du surf, Kai Lenny voyage dans le monde

entier – qui est un village: le

photographe David Carlier a

découvert qu’ils étaient

voisins il y a vingt ans

à Hawaii.

25


Marco da Silva, de la pépinière

viticole Germanier à Conthey,

prépare les nouvelles barbues

pour la plantation en pleine terre.

PORTFOLIO

26


V I T I C U L T U R E

Pépinière

viticole

Non moins de 24 étapes de travail sont

nécessaires pour produire de nouvelles

barbues à partir de ceps sélectionnés.

Une fois plantées dans le vignoble, elles

donneront du raisin pendant des décennies.

Photos: Sedrik Nemeth

27


1

PORTFOLIO

2

28


3

4

29

1

Les boutures

fraîchement

greffées sont

préservées du dessèchement

avec de la cire. 2 Angela Teixeira

Pica coupe œil par œil les sarments de

vigne, appelés rameaux greffons. 3 Après

le greffage, les boutures sont stockées dans

la sciure. 4 Chaque plant est manipulé

à de nombreuses reprises

au cours de ce processus

qui s’étend

sur douze

mois.


PORTFOLIO

30


31

Les boutures sont entreposées

sous serre pour favoriser

leur développement. Filipe Caeiro

Fialho range les caisses.


Eric Germanier dans sa pépinière,

à proximité du village d’Erde,

sur la commune de Conthey.

PORTFOLIO

32


Une stricte rotation des cultures est

observée dans la pépinière. A cet effet,

Eric Germanier échange des champs

avec des paysans du voisinage.


PORTFOLIO

Les sarments utilisés pour le greffage

sont prélevés lors de la taille

effectuée au début de l’année.


Texte: Monique Ryser

Avec 4825 hectares de vignes, le

Valais est le plus important canton

viticole de Suisse. Environ 3%

de cette surface est remplacée chaque

année. Eric Germanier est l’un des cinq

spécialistes valaisans qui préparent de

nouveaux ceps dans leur pépinière. C’est

une tâche difficile, ainsi qu’en témoignent

ses mains tannées et calleuses. Elle exige

en outre un immense savoir-faire, une

grande précision et une propreté irréprochable.

«Vingt-quatre étapes sont nécessaires

jusqu’au moment où les jeunes

ceps sont mis en vente.»

Le processus débute en automne. A cette

période, les experts de la Confédération

examinent les pépinières où prospèrent

les jeunes plants ainsi que les vignes existantes

qui produisent les rameaux greffons.

Ce contrôle permet de s’assurer de

l’authenticité et de la pureté des cépages.

Il sert également à détecter la présence

de maladies graves comme la flavescence

dorée. Lors de la taille de la vigne en janvier-février,

les sarments, appelés rameaux

greffons, sont prélevés. Eric Germanier

et ses dix collaborateurs les découpent

œil par œil et les trient selon les

variétés. «Quand un œil tombe à terre,

nous l’abandonnons de crainte qu’une variété

ne soit confondue avec une autre et

n’arrive dans la mauvaise caisse», explique

Eric Germanier. «Chez nous, tout est étiqueté,

absolument tout! Nous sommes les

spécialistes des étiquettes et en avons

toujours dans les poches», dit-il en riant.

Pour obtenir un plant de qualité, il est nécessaire

d’assembler un porte-greffe et

un greffon de même calibre. Le greffage

s’effectue à l’aide d’une machine. En fonction

des exigences du client et de la nature

du sol, Eric Germanier définit ses besoins

en porte-greffes, qu’il achète en

France. La greffe est pratiquée à l’aide

d’une double incision afin de réunir les

deux parties. La bouture greffée est immédiatement

plongée dans la cire, car «le

plus grand danger réside dans le dessèchement».

Les boutures sont disposées

dans des caisses garnies de sciure et entreposées

dans un local chauffé à 30°C

afin de favoriser la formation du cal de

soudure entre le porte-greffe et le greffon.

Dès la mi-mai, les boutures sont plantées

en pleine terre où elles se développeront

pendant l’été. L’irrigation est assurée

par un système de goutte-à-goutte et

la plantation réalisée sur plastique. En novembre,

Eric Germanier et ses employés

retirent délicatement les plants. Chacun

est de nouveau contrôlé afin de vérifier

la solidité de la greffe et l’homogénéité

de l’enracinement. «En règle générale,

nous éliminons de 30 à 40% de la production»,

précise le spécialiste. Finalement,

environ 300 000 plants parviennent

sur le marché. Et quel est le prix

d’un jeune cep? «Trois francs quarante»,

indique Eric Germanier.

Les cépages les plus demandés sont le

pinot noir et le chasselas, suivis par le sylvaner

et le païen (ou heida). Le pinot noir

et le chasselas sont aussi les variétés les

plus cultivées, même si la part des cépages

autochtones à l’image de la petite

arvine, du cornalin, du païen et de l’humagne

rouge ne cesse de croître depuis

quelques années. Les pépiniéristes et les

vignerons valaisans veillent sur leur héritage.

En collaboration avec l’Office valaisan

de la viticulture et l’Agroscope de

Changins, la Société des pépiniéristes valaisans

a instauré un programme de sauvegarde

du patrimoine appelé «Sélection

Valais». Il met à la disposition des vignerons

des centaines de types différents et

garantit la diversité génétique, gage de

qualité.

35

Eric Germanier a repris la pépinière viticole

de son père. «Nos dix collaborateurs

de longue date sont notre capital,

ils possèdent un extraordinaire savoir-faire.»


PORTRAIT

ramon zenhäusern

Skieur alpin | «Notre pays se prête parfaitement

à l’organisation des Jeux olympiques,

car les sports d’hiver ont pris leur essor en

Suisse et dans le Valais. Sion 2026 est un

excellent projet, qui repose sur la simplicité

et le développement durable. La plus grande

partie des infrastructures existe déjà. A

Pyeongchang, il n’y avait aucune ambiance

et j’avais l’impression de disputer un championnat

d’Europe. En Valais, les Jeux seraient

une fête populaire qui réunirait toute la

Suisse. Sous un angle plus personnel, je serais

heureux que les Jeux se déroulent juste

devant ma porte, car ils pourraient devenir le

point culminant de ma carrière.»

36

Photos Keystone/Gian Ehrenzeller, Keystone/Anthony Anex,

Valeriano Di Domenico, Remo Naegeli


«Saisissons

cette chance!»

Des champions olympiques, des icônes du sport et

une nouvelle génération de sportifs du Valais et de

toute la Suisse partagent le même avis: Sion 2026

doit devenir une réalité afin que les Jeux

olympiques d’hiver reviennent enfin en Suisse.

pat burgener

Snowboardeur / halfpipe | «La Suisse possède

une longue tradition dans les sports d’hiver, elle

dispose du savoir-faire et de la capacité nécessaires

à l’organisation des Jeux. En 2026, j’aurai

plus de 30 ans, mais je ne me/ rai pas un terme à

ma carrière avant ce grand événement! Et j’espère

déjà remporter une médaille pour notre

pays lors des Jeux olympiques de 2022 en Chine.»

Mélanie Meillard

Skieuse alpine | «Les Valaisannes et les

Valaisans sont animés par la passion et ils

transformeraient les Jeux olympiques en une

immense fête, je n’en doute pas un instant. Je

pense que l’ambiance serait extraordinaire,

car on se rend déjà compte lors des courses

pour la Coupe du monde à quel point le

public nous soutient.»

37

Daniel yule

Skieur alpin | «Je pense que ce serait une

formidable occasion pour démontrer que le

Valais est en mesure d’organiser un si grand

événement selon les principes du développement

durable. Et nous avons beaucoup à

offrir: de superbes panoramas, d’excellents

vins et la véritable racle/ e, qui se déguste

uniquement en Valais.»


Théo Gmür

Luca Aerni

Didier Cuche

PORTRAIT

Skieur alpin | «Ce serait fantastique que les Jeux

olympiques et paralympiques se tiennent en

Valais. Ce désir est encore plus fort depuis que

j’ai pris part à mes premiers Jeux et que je sais

comment ils se déroulent. Si huit années sont une

longue période, les Jeux en Valais représenteraient

une forte motivation pour continuer la

compétition et ils seraient aussi la manière idéale

de me/ re un terme à ma carrière.»

Skieur alpin | «J’espère que le Valais et la

Suisse se décideront en faveur des Jeux olympiques.

Les Suisses aiment le sport et créent

une bonne ambiance, comme les spectateurs

nous le démontrent à Adelboden, à Wengen

et même à Bâle lors du tournoi de tennis. Pour

nous, ce serait génial: la famille, les amis et les

fans pourraient assister aux compétitions et

rendre cet événement inoubliable.»

Ancien skieur alpin | «Nous maîtrisons le

savoir-faire pour accueillir les Jeux. Le CIO a

adapté ses directives afin que la manifestation

retrouve une grandeur normale et c’est

notre chance. Il est temps que les Jeux se

déroulent à nouveau dans un pays européen.

A ce propos, je pense aux Jeux de Lillehammer

en 1994, qui ont a/ iré de nombreux spectateurs.

Nous pouvons aussi le faire.»

Photos Remo Naegeli, Mickey Ross, Kurt Reichenbach, Sedrik Nemeth,

Rob Lewis, Johann Groder/freshfocus, Sébastien Agne/ i/13 Photo

Roland Collombin

Ancien skieur alpin | «Le Valais est l’emplacement

idéal pour les Jeux olympiques d’hiver! Et,

soyons sincères, bien davantage que la Chine

ou la Corée. Ils nous offrent l’opportunité de

présenter notre pays, et plus particulièrement

le Valais, au monde. Ce serait un atout précieux

pour le tourisme. Les Jeux olympiques sont

uniques, pour les athlètes comme pour les spectateurs.

Saisissons ce/ e chance!»

daniel albrecht

Ancien skieur alpin | «A mes yeux, l’essentiel est

le sport. Les athlètes n’ont pas besoin de luxe ou

de faste, mais des meilleures conditions pour

réaliser des exploits. Nous avons l’ambition de

nous imposer comme des pionniers et de

reme/ re le Comité olympique sur la bonne voie,

celle qui accorde la priorité au sport. L’infrastructure

sera durable et les émotions aussi – elles

resteront pour toujours dans les mémoires.»

Benjamin weger

Biathlète | «Les Jeux olympiques représentent

une chance pour le Valais, la Suisse et nos

champions. Pour un sportif, c’est une occasion

unique de participer aux Jeux olympiques dans

son propre pays, et elle susciterait un immense

enthousiasme. En outre, le Valais est un emplacement

idéal, car nous disposons de l’infrastructure

et de l’expérience requises – sans

oublier d’excellents athlètes.»

38


patrizia kummer

Snowboardeuse | «La Suisse a tous les atouts

pour faire des Jeux olympiques un événement

durable et inoubliable. Nous sommes connus

pour être une nation de sportifs et pouvons

nous vanter de figurer à l’avant-garde dans

les domaines de l’innovation et de la protection

de l’environnement. Sion 2026 nous perme/ rait

de montrer au monde que nous n’avons

pas usurpé notre renommée.»

39


Bernhard Russi

pirmin zurbriggen

vreni Schneider

PORTRAIT

Ancien skieur alpin | «Les Jeux olympiques

représentent le meilleur instrument de marketing

pour le tourisme suisse et une manière

idéale de faire connaître nos montagnes enneigées

dans le monde entier. Actuellement, le

CIO opère un changement positif. En Suisse,

nous disposons déjà de nombreuses infrastructures

et nous sommes en mesure de démontrer

que des Jeux fantastiques peuvent revêtir des

dimensions humaines.»

Ancien skieur alpin | «Qui pourrait accueillir

les Jeux olympiques mieux que nous? En

Suisse, nous avons la capacité d’organiser

des Jeux authentiques qui concilient passion

et raison.»

Ancienne skieuse alpine | «C’est notre dernière

chance pour organiser les Jeux olympiques.

A Lillehammer, j’ai pris part à des

Jeux très agréables. Ils étaient de dimensions

modestes et parfaitement maîtrisés. Même

les athlètes qui sont rentrés chez eux sans

médaille ont déclaré qu’ils avaient vécu une

fantastique expérience. En Suisse, nous pourrions

également offrir ces moments de joie à

des sportifs venus du monde entier.»

Photos Lukas Maeder/13 Photo, Sébastien Agne/ i/13 Photo,

Fabienne Bühler, Sedrik Nemeth, Rémy Steiner, David Carlier

Philippe Varone

Président de la ville de Sion | «Sion aimerait

accueillir les Jeux olympiques de 2026 sous la

forme de Jeux humains, responsables et

durables. La candidature est raisonnable

d’un point de vue financier mais grande par

ses ambitions, et elle serait une extraordinaire

aventure pour les jeunes. L’organisation

des Jeux olympiques est une occasion unique

et un projet pour toute une génération.»

Didier Défago

Ancien skieur alpin | «Sion 2026 représente une

opportunité de familiariser les jeunes avec les

sports d’hiver et au fait qu’ils font partie de notre

culture. La motivation des enfants croît quand ils

peuvent vibrer avec leurs idoles. La Suisse peut

se profiler comme un exemple dans les domaines

de l’écologie, de l’économie et de la technologie

des transports. Nous avons besoin de personnalités

capables de soulever l’enthousiasme.»

Amélie REymond

Spécialiste du télémark | «Les Jeux olympiques

ne se limiteraient pas au Valais, mais

intégreraient de nombreux autres cantons.

Ils nous perme/ raient de me/ re à l’épreuve

nos capacités d’organisation comme notre

esprit festif. En outre, nos superbes montagnes,

la neige et la beauté des paysages

souligneraient l’authenticité de ce grand

événement.»

40


La carte des emplacements

sportifs montre que toute la

Suisse serait intégrée au

projet Sion 2026.

BRUXELLES

FRANKFURT

Bienne

BASEL

Berne

MÜNCHEN

ZÜRICH

SALZBURG

PARIS

Engelberg

Fribourg

Grand tramplin

Eiger-Mönch-Jungfrau

4158 M

Kandersteg

Ulrichen

Tramplin normal

Fiesch

Lausanne

Montreux

Leysin

Crans-Montana

Viège

PARIS

Aigle

Les Diablerets

Saint-Moritz

/Celerina

Sion

Thyon/Veysonnaz

Genève

Mont-Blanc

4809 M

Martigny

Cervin

4478 M

MILANO

LYON

BARCELONA

MARSEILLE

Liaisons internationales

Olympic Ring rail

Olympic Ring rail + autoroute

Utiliser les infrastructures de la Suisse

Texte: Manuela Enggist

Pirmin Zurbriggen pose une question

rhétorique: «Qui pourrait accueillir

les Jeux olympiques d’hiver mieux

que nous?» Le grand skieur valaisan trouve

les mots justes dès qu’il s’agit de la candidature

valaisanne pour les Jeux olympiques

d’hiver Sion 2026. Comme de nombreux

autres sportifs du Valais et de toute

la Suisse, il pense qu’il est grand temps

que les jeux retrouvent le chemin de la

Suisse, où ils se sont déroulés pour la dernière

fois à Saint-Moritz en 1948.

En mars, le parlement cantonal valaisan a

voté un crédit de 100 millions de francs

pour les Jeux olympiques. La décision a

été adoptée par 101 voix contre 22 et

5 abstentions. Le 10 juin, il appartiendra

au corps électoral valaisan de se prononcer.

Sion 2026 figure aussi au centre des

discussions au niveau de la Confédération.

Le Conseil fédéral soutient le projet

et entend accorder une garantie de déficit

de 1 milliard de francs. Le Conseil national

souhaite que cet objet soit soumis

au peuple. Selon toute vraisemblance, le

Conseil des Etats abordera la question

une fois que le résultat de la votation valaisanne

sera connu. Le dossier de candidature

doit être remis en janvier 2019. Le

Comité olympique tranchera en septembre

2019.

Le président de la ville de Sion est

convaincu que le Valais serait l’emblème

de Jeux raisonnables: «Nous souhaitons

montrer au monde notre sens de l’hospitalité

ainsi que des valeurs typiquement

suisses: la paix, la démocratie, le respect

des minorités.»

41

Pour Daniel Albrecht, le skieur valaisan

qui a manqué en 2006 la médaille de

bronze en combiné pour 6 petits centièmes

de seconde, une évidence s’impose:

«Nous devons être des pionniers,

car le gigantisme ne convient ni au Valais

ni à la Suisse. C’est précisément pour

cette raison que nous sommes les plus

qualifiés pour organiser des Jeux qui accordent

la priorité au développement

durable.» Le choix des emplacements

des compétitions en témoigne, car il

comprend des infrastructures dans toute

la Suisse. Le comité de Sion 2026 souligne

cependant que les Jeux représenteraient

un formidable élan qui aiderait

les destinations à adapter leurs structures

et stimulerait l ’activité touristique

tout au long de l’année.


L’Aproz est une des eaux minérales

préférées des Suisses. Depuis 1947,

elle est mise en bouteilles dans le

village d’Aproz, sur la commune de

Nendaz.

INDUSTRIE

42


A P R OZ

L’eau pour

désaltérer

la Suisse

Les eaux minérales du Valais apaisent la soif

des Suisses. Aproz Sources Minérales SA est

leader sur le marché avec ses marques Aproz,

M-Budget, Aquella, Nendaz et Valais.

Photos: Sedrik Nemeth

Dans un accompagnement de crépitements

et de grincements, les

bouteilles de PET de 1,5 litre décrivent

leur ronde dans l’usine d’embouteillage

d’Aproz en suivant un labyrinthe

de tapis roulants, de dispositifs de suspension,

de machines à étiqueter et à

emballer. Plus de 120 millions de litres

d’eau minérale recueillie dans la région

sont expédiés chaque année dans toute

la Suisse. Chaque source correspond à

l’une des marques Aproz, M-Budget,

Aquella et Valais. Contrôlée et attestée

par le laboratoire cantonal, la teneur en

minéraux – le signe caractéristique d’une

eau minérale par opposition à une eau

potable – varie selon la provenance.

Aproz présente la minéralisation la plus

élevée et Valais la plus faible. «La

concentration en minéraux est déterminée

par les diverses couches de roche

que l’eau traverse. L’importance du débit

ne joue à cet égard qu’un rôle mineur»,

précise le directeur, Michel Charbonnet.

Il se félicite que la fabrication de

bouteilles soit intégrée à ce processus

depuis 2006 dans un bâtiment annexe

où la société Resilux donne leur forme

de bouteille aux petits tubes de PET

avant leur acheminement dans l’installation

d’embouteillage. Les automates

peuvent gonfler quelque 80 000 pièces

par heure. Une gestion informatique

perfectionnée permet de produire exactement

la quantité requise au cours de

chaque étape de travail. Au total, quatre

lignes peuvent fonctionner simultanément.

La collaboration avec Resilux supprime

des trajets inutiles. En outre, un

tiers du PET utilisé provient d’un matériau

recyclé. «Depuis que nous avons

raccourci le bouchon tournant en 2012,

nous avons économisé 218 tonnes de

PET et 46 tonnes de plastique d’emballage.»

Le respect de l’environnement est un

critère essentiel pour Michel Charbonnet:

«En 1961, notre fabrique était déjà

reliée au réseau ferroviaire.» Aujourd’hui,

trois voies arrivent directement dans

une halle où les wagons sont chargés.

«Plus de 90% de notre production

43


INDUSTRIE

voyage par train, nous expédions environ

6000 wagons par année», déclaret-il.

Après avoir jeté un coup d’œil sur le

bulletin de livraison collé sur la paroi, le

connaisseur s’exclame: «Selon toute vraisemblance,

Migros prépare une promotion.»

Aproz SA appartient à Migros. En 1958,

le grand distributeur a racheté la société

à ses deux fondateurs valaisans, qui embouteillaient

de l’eau de source depuis

1947. A cette époque, l’eau minérale était

une boisson essentiellement prisée pour

son action bienfaisante et ne représentait

qu’un marché de taille modeste.

Avant la reprise par Migros, l’entreprise

vendait 8000 litres par année. Depuis

lors, la production n’a cessé de croître,

les installations ont connu plusieurs

agrandissements et le PET a remplacé le

verre.

«La Suisse est le château d’eau de l’Europe

et nos eaux minérales sont de très

haute qualité. Néanmoins, des producteurs

étrangers se sont établis sur le

marché helvétique et ils sont nos principaux

concurrents», explique Michel

Charbonnet. Parallèlement, le prix

a chuté: en 1997, une bouteille de 1,5 litre

était encore vendue 65 centimes au

consommateur. Aujourd’hui, un emballage

de 6 bouteilles de 1,5 litre d’eau minérale

de la marque M-Budget ne coûte

que 1,45 franc. «Aussi notre entreprise

de 235 collaborateurs doit-elle se montrer

extrêmement productive.»

La société a développé de nouveaux

champs d’activité. Les boissons gazeuses

Pepsi, 7up et Orangina sont embouteillées

à Aproz où sont aussi fabriquées les

limonades bios de Migros, la ligne Jarimba

et des apéritifs. Grâce à l’intégration

d’une installation de pasteurisation,

l’usine produit également du jus de

pomme et du Schorle, sans oublier les sirops

de Migros qui sont mis au point et

confectionnés à Aproz par une division

spéciale. «Le sirop de framboise est le

plus apprécié, précise Michel Charbonnet.

Par litre, nous utilisons plus de

400 grammes de framboises sous forme

de concentré.» Dans ce domaine aussi,

Aproz occupe une position de leader.

Des nouveautés sont venues compléter

l’assortiment, à l’image du sirop à l’arôme

de mojito il y a quelques années ou, plus

récemment, du sirop d’abricot.

Comme il se doit pour une entreprise

valaisanne dirigée par un chef valaisan,

il existe aussi une ligne valaisanne. «Elle

nous tient à cœur», relève Michel Charbonnet.

En collaboration avec la fabrique

de PET Resilux, il a mis au point

une bouteille originale qui comporte

l’esquisse du Cervin à l’intérieur. L’usine

réalise aussi des éditions spéciales en

bouteilles de verre qui sont particulièrement

recherchées dans la restauration.

Les bouteilles en PET avec l’effigie

de ce sommet mythique sont disponibles

dans toutes les succursales valaisannes

de Migros. La marque Valais

provient d’une source particulière et

Michel Charbonnet la considère

comme l’un de ses meilleurs produits.

Elle est légère, fraîche et pourtant

pleine de caractère – exactement

comme le Valais.

Les sirops

Migros sont

développés et

fabriqués à

Aproz. Depuis

peu, la gamme

s’est enrichie

d’un sirop

d’abricot.

La marque Valais en bouteille PET avec

l’effigie du Cervin et en bouteille de

verre est disponible en Valais.

44


1

2

3

1 Les tubes

de PET produits à

partir d’un tiers de matériel

recyclé avant leur gonflage.

2 La machine à étiqueter. 3 Aproz est la

plus ancienne marque d’eau minérale de Migros.

4 Les installations peuvent remplir 100 000 bouteilles

par heure. 5 Codes de couleur pour les

eaux plates, avec peu ou beaucoup de

gaz carbonique. 6 Trois voies ferrées

conduisent directement

dans la fabrique.

4

5

6

45


FORTEMENT

ENRACINÉ

Aux fourneaux du Castle à Blitzingen,

Peter Gschwendtner sublime les produits

du terroir. Rencontre avec un homme qui vit

en symbiose avec la nature.

GASTRONOMIE

Texte: Anita Lehmeier Photos: Sedrik Nemeth

46


Le carré d’agneau du Lötschental en croûte

aux herbes (recette en page suivante)

est une création du cuisinier du Castle,

reconnu par 16 points au GaultMillau.


GASTRONOMIE

1

2

3

1 Dix années

durant,

Peter Gschwendtner a

rénové le chalet pendant ses

heures de loisir. Il a fait une

formation de charpentier.

2 Le carré d’agneau du Lötschental

en croûte aux herbes. 3 Un rare

moment de détente pour

savourer un verre de

vin valaisan.

48


Croûte aux herbes

Ingrédients pour 4 personnes

50 g de beurre

50 g de farine ou de chapelure

30 g d’herbes fraîches, essentiellement

ciboule/ e et persil

Un peu de thym et de romarin. Eviter

l’aneth ou le basilic, qui teindraient

la masse en gris

Sel et poivre

Laisser ramollir le beurre à température

ambiante, verser dans le bol du mixer avec la

farine ou la chapelure.

Hâcher grossièrement les herbes fraîches,

retirer les grandes tiges du thym et du

romarin et incorporer à la masse de beurre

et de farine.

Saler et poivrer, mixer le tout jusqu’à

obtention d’une masse homogène de couleur

verte.

Etendre la masse sur une feuille de

cellophane et la rouler en forme de saucisse,

bien refermer et laisser reposer deux à trois

heures dans le réfrigérateur. Pour le carré

d’agneau, découper des tranches de deux à

trois centimètres d’épaisseur.

La nature n’est pas un vain mot pour

Peter Gschwendtner, qui vit au

cœur des montagnes, à 1350

mètres d’altitude. Depuis l’hôtel Castle

à Blitzingen, dans la vallée de Conches,

le regard embrasse des sommets qui

semblent toucher le ciel. Cependant, un

bref instant ne suffit pas pour se rassasier

de cette vision composée de vert et

de bleu, idéale pour calmer les yeux des

citadins.

Cet amoureux de la nature, moniteur de

ski, guide de montagne et alpiniste expérimenté

a-t-il trouvé son séjour idéal?

Assurément. Pourtant deux âmes cohabitent

en lui et, pour le cuisinier hors

pair, cette situation idyllique ne représente

pas toujours un avantage. Bien sûr,

le chef est ici au paradis pour se procurer

les meilleures matières premières:

l’agneau du Lötschental, le bœuf de la

vallée de Fiesch, les truites de Rarogne,

des légumes, des champignons et de petits

fruits de la vallée de Conches, des

herbes de son jardin. S’il n’est pas le seul

à se servir dans la corne d’abondance

des produits régionaux, le cuisinier du

Castle se distingue par la manière dont

il les apprête. L’ancien autodidacte est

devenu un maître. Le GaultMillau loue

sa cuisine raffinée et salue son entrée

dans la ligue supérieure en lui décernant

16 points. A Zurich, Berne ou Bâle, sa

créativité a toujours fait merveille et ses

tables étaient réservées longtemps à

l’avance. Dans la vallée de Conches toutefois,

loin des sentiers empruntés par

la communauté des gourmets, l’art culi-

49

naire de Peter Gschwendtner s’apparente

à une profession de foi. «C’est

vrai», relativise-t-il modestement, «mais

je suis incapable d’agir différemment.

Quelle que soit la tâche que j’entreprends,

j’essaie de la faire au mieux – devant

mes fourneaux ou en montagne. En

outre, je ne m’imagine ni vivre ni travailler

ailleurs. Je puise mon énergie dans

ce coin de nature où je me sens chez

moi.»

Depuis longtemps, ce Tyrolien d’origine

a trouvé son bonheur dans la vallée de

Conches. Il a été attiré par la beauté du

paysage et par le cœur de Brigitte, l’une

de ses habitantes, ainsi que Peter

Gschwendtner le raconte en riant. Ils ont

eu deux enfants, déjà adultes, et sont

d’heureux grands-parents. Ils ont transformé

en véritable bijou cet ancien appart-hôtel

au destin mouvementé qui

avait connu trois faillites en cinq ans. Aujourd’hui,

cet oasis de bien-être et hautlieu

gastronomique accueille des hôtes

venus parfois de loin, et assure une douzaine

d’emplois dans la vallée. Et comme

Brigitte, physiothérapeute de profession,

ne mange que très rarement de la

viande, les végétariens se sentent aussi

chez eux au Castle. Le chef précise: «Selon

la saison, il n’est pas toujours simple

de concocter un menu gastronomique

végétarien de cinq plats.»

Les défis sont précisément l’aiguillon de

Peter Gschwendtner, qui abandonne

parfois sa tenue de maître-queux pour

s’adonner à son autre passion: la montagne.


1 La cuisine de

Peter Gschwendtner

accorde une large place

aux produits régionaux. 2 Un

petit régal pour les vaches du voisin.

3 Brigi/ e Gschwendtner a réalisé un

sentier Kneipp autour du Castle. Elle y

conduit ses hôtes alors que Peter

leur fait découvrir la

montagne.

GASTRONOMIE

Dans ce domaine, il tranche aussi par son

exigence. Il ne connaît pas uniquement

les sommets qui l’entourent, mais a déjà

pris part à diverses expéditions au Népal

et gravi plusieurs 8000 mètres dans

l’Himalaya. Le 16 mai 2004, il a conquis

l’Everest, 8848 mètres, ainsi qu’en témoigne

une photographie exposée dans

le lobby de l’hôtel. Ses yeux limpides

sont encore plus clairs que le ciel immaculé

au-dessus du plus haut sommet du

monde. «Un moment particulièrement

émouvant», se rappelle-t-il. «La difficulté

réside pourtant autant dans l’ascension

que dans la descente » précise-t-il

en n’évoquant pas seulement l’effort demandé

à l’organisme, mais surtout le retour

à la vie quotidienne.

Récemment, de plus grandes joies encore

sont venues couronner les instants

de bonheur qu’il a éprouvés sur les sommets.

En novembre dernier, il s’est rendu

au Népal, à Patale, un village isolé de

la région de Solukhumbu, fortement

frappée par le séisme de 2015, afin

d’inaugurer une école. Avec sa cordée,

Peter a vécu le tremblement de terre

dans sa chair alors qu’il gravissait le Manaslu,

un sommet de 8163 mètres. «Brusquement,

toute la montagne s’est mise à

vibrer» et les alpinistes n’ont échappé

que par miracle à plusieurs avalanches.

Ce n’est que sur le chemin du retour

qu’ils ont pris la dimension de la catastrophe,

la plus terrible de l’histoire du

Népal, qui a provoqué des milliers de

morts et des dizaines de milliers de blessés.

Pour Peter, qui se sent très proche

de ce pays et de ses habitants, il était

évident d’aider à la reconstruction. Brigitte

a alors émis l’idée d’organiser une

soirée de bienfaisance plutôt que de

donner une fête pour célébrer le vingtième

anniversaire du Castle. L’événement

a rencontré un remarquable succès,

également sur le plan financier.

«Nous ne voulions pas uniquement envoyer

de l’argent, relève Peter Gschwendtner,

mais souhaitions l’investir dans un

projet durable.»

Il pouvait compter sur un intermédiaire

intègre en la personne du sherpa Mingmar,

son compagnon d’expédition devenu

un ami. C’est ainsi que 160 enfants de

Patale ont découvert en novembre leur

nouvelle école. La moitié du bâtiment a

été édifiée grâce à l’engagement du

couple d’hôteliers. Naturellement, il

reste encore beaucoup à faire et Peter

Gschwendtner tient fermement les

rênes de ce projet d’aide pour le Népal.

Comme alpiniste de l’extrême et cuisinier

d’exception, il sait conjuguer précision

et endurance. Et c’est dans la vallée

de Conches qu’il trouve au quotidien la

force requise pour réaliser ce travail au

plus proche de sa conscience.

Dès le début de la saison d’été, le 8 juin,

Brigitte et Peter Gschwendtner seront

disponibles tous les jours pour leurs

hôtes. Avant cette date, ils s’accordent

quelques semaines de liberté. Brigitte se

rend vers le sud et la chaleur alors que

Peter tourne de nouveau son regard vers

le ciel afin de gravir un nouveau sommet,

qui culmine à plus de 8000 mètres.

50


1

2

3

Carré d’agneau sur ratatouille

Pour 4 personnes

2 carrés d’agneau, environ 12 côtes,

de 300 à 500 g

1 dl de jus d’agneau

1 gousse d’ail

200 g de poivrons, de courge/ es,

d’aubergines et de tomates

10 g de purée de tomate

Enlever la graisse et les tendons du carré

d’agneau. Important: prélever les nerfs entre

les côtes, les couper en deux avant de les

fro/ er à l’ail et de les assaisonner de poivre

et de sel. Faire revenir dans de l’huile

d’arachide très chaude.

Découper la croûte préparée au préalable

(page précédente) et déposer sur le carré.

Gratiner dans le four à 220 degrés environ

3 minutes.

Sortir le carré d’agneau du four et laisser

reposer.

Couper les légumes en petits dés, les faire

revenir avec un peu d’ail et d’oignon finement

émincés, ajouter la purée de tomate et

rectifier l’assaisonnement.

Enfourner à nouveau le carré d’agneau et

laisser cuire 3 minutes jusqu’à obtention

d’une couleur rose. Pendant ce temps,

chauffer le jus d’agneau, disposer la

ratatouille sur les assie/ es, entourer du jus

d’agneau et déposer le carré d’agneau. Le

meilleur accompagnement pour ce plat: un

gratin de pommes de terre.

51


V A L L É E D E T O U R T E M A G N E

A l’assaut

du Barrhorn

La plus haute randonnée des Alpes à 3610 mètres.

L’ascension de l’Äusserer Barrhorn est astreignante,

mais elle est récompensée par une vue fantastique. Pascal

Bourquin, un randonneur expérimenté, a gravi ce sommet.

Texte: Thomas Kutschera Photos: Pascal Bourquin

RANDONNÉES

Pascal Bourquin rit. «C’est vrai que je

suis un peu fou, au moins deux jours

par semaine», déclare le journaliste

de télévision de 52 ans établi à Moutier. En

effet, il se met en route tous les week-ends.

Son amie et sa fille doivent se passer de lui,

depuis 2013. Ce/ e année-là, l’ancien marathonien

a lancé son ambitieux projet, qu’il

a baptisé La vie en jaune – aussi jaune que

les panneaux indicateurs dans les Alpes.

Jusqu’en 2041, en vingt-huit ans, il a l’intention

de parcourir la totalité des sentiers de

randonnée suisses, soit 65 000 kilomètres.

Pascal Bourquin a déjà marché sur plus de

12 000 kilomètres, près de 20% de la distance

totale. Cinquante kilomètres chaque

week-end et 4000 des 8000 kilomètres

qui figurent au programme dans les Alpes

valaisannes. «La Suisse est un pays de randonnée

idéal. Il est simplement dommage

que 90% des marcheurs n’utilisent que

10% du réseau des sentiers balisés.»

Il se souvient avec plaisir d’une course

particulière, l’ascension de l’Äusserer Barrhorn.

Situé au fond de la vallée de

Tourtemagne, il culmine à 3610 mètres.

C’est le plus haut sommet des Alpes qui

peut être gravi sans matériel d’alpinisme. Il

est classé en degré de difficulté T3+ et exige

des randonneurs un pied sûr et l’absence

de vertige. Fredy Tscherrig, le gardien de la

cabane de Tourtemagne depuis 1997, en

convient: «Ce n’est pas un itinéraire facile.»

Pascal Bourquin se lance à l’assaut du Barrhorn

le 31 août 2016. C’est sa 317 e randonnée.

Il a passé la nuit à l’Hôtel Schwarzhorn

de Gruben, dans la vallée de Tourtemagne.

A 8 heures du matin, il s’élance avec de

bonnes chaussures et un coupe-vent

orange.

A travers les pâturages, le chemin longe la

rivière Turtmänna. Pascal Bourquin progresse

au pas de course. Après le lac de

barrage, le sentier s’élève brusquement.

Cap sur la cabane de Tourtemagne, à

2519 mètres d’altitude. Elle appartient au

CAS du Jura, section prévôtoise.

Autour du refuge, les prairies sont en fleurs.

Les edelweiss, les gentianes et les véroniques

prospèrent à ce/ e altitude. Fredy

Tscherrig, le gardien de la cabane, a aménagé

des parcours d’escalade dans la région.

3

1 Sur la route du double sommet du

Barrhorn: le lac de barrage de

Tourtemagne, à 2191 mètres d’altitude.

Au fond, les Alpes bernoises. 2 Vue

depuis le Schöllijoch: l’Äusserer Barrhorn

est entouré de brume. 3 Pascal Bourquin

au sommet de l’Äusserer Barrhorn. Les

jours clairs, le regard embrasse le Dom,

le Mont-Blanc et des 4000 mètres des

Alpes bernoises et vaudoises.

52


1

2

53


Depuis la cabane de Tourtemagne,

aperçu sur le glacier du même nom.

RANDONNÉES

Pascal Bourquin poursuit sa route entre

des blocs de rochers et des parois à pic. Il

se hisse vers le haut à l’aide des cordes et

progresse dans un étroit couloir. Ensuite,

il suit la moraine du glacier Brunegg et

avance en virages serrés vers le Schöllijoch.

Il s’arrête un instant sur l’Innerer Barrhorn

avant d’aborder la dernière montée

abrupte jusqu’à l’Äusserer Barrhorn. A

cette altitude, l’air se raréfie. Pascal Bourquin

signe le livre d’or au sommet et

s’élance sur le chemin du retour. Il fait halte

à la cabane de Tourtemagne pour déguster

un plat de röstis.

La descente s’effectue à vive allure. Vers

14 heures, le turborandonneur est de retour

à Gruben, il soigne ses pieds avec de

la crème. En cinq heures, il a parcouru

30 kilomètres et un dénivelé de

3600 mètres. «La plupart du temps, je n’ai

besoin que de la moitié de la durée indiquée.»

Pour le commun des mortels, il est

recommandé de réaliser l’ascension du

Barrhorn en deux jours, en prévoyant de

passer la nuit à la cabane de Tourtemagne.

En 2018 également, le passionné de ran-

données sera en Valais. Il s’élancera sur les

sentiers du val de Bagnes et de la vallée

de Zermatt. Il se consacrera aux chemins

du Plateau vers la fin de son aventure. «A

70 ans, je n’afficherai assurément pas la

même forme.» En 2041, la Suisse célébrera

son 750 e anniversaire. Pascal Bourquin

prévoit d’arriver sur La place Fédérale à

l’occasion de ces festivités et de s’écrier:

«Je l’ai fait!»

www.lavieenjaune.ch

En route! Les conseils de Pascal Bourquin

pour la randonnée en Valais

Pour les familles: du col du Sanetsch

jusqu’à la Quille du Diable: 13 km,

5 heures (sans les pauses).

Pour les marcheurs ambitieux: de

Viège à la Baltschiederklause: 16 km,

7 h 30. Nuitée dans la cabane du CAS.

Pour les sportifs: de La Sage au val

d’Hérens par le col du Tsaté

(2868 mètres), descente au lac de

Moiry. Retour vers La Sage par le col

de Torrent (22 km, 9 h 30).

www.valais.ch/fr/activites/randonnee

«En Valais,

il y a des

paysages

et des sentiers

pédestres

uniques»

54


SI PROCHE!

Plus proche qu’on ne l’imagine: pour une grande partie de la Suisse, il est

possible de rejoindre les montagnes du Valais en un peu plus de trois

heures. Le trajet est particulièrement rapide depuis la Suisse alémanique

en empruntant le tunnel de base du Lötschberg ou en chargeant

sa voiture sur le train. Les passionnés de voyages ferroviaires choisiront

l’ancien tracé pour profiter des paysages spectaculaires.

Ovronnaz

Zurich 3 h 45 3 h 10

Berne 2 h 40 2 h 00

Lucerne 3 h 50 3 h 00

Bâle 3 h 50 3 h 00

Genève 2 h 40 2 h 10

Lausanne 2 h 00 1 h 30

Neuchâtel 2 h 45 2 h 10

Crans-

Montana

Zurich 3 h 10 3 h 15

Berne 2 h 05 2 h 05

Lucerne 3 h 10 3 h 10

Bâle 3 h 10 3 h 05

Genève 2 h 40 2 h 15

Lausanne 1 h 50 1 h 35

Neuchâtel 2 h 40 2 h 20

Loècheles-Bains

Zurich 3 h 05 3 h 30

Berne 2 h 00 2 h 20

Lucerne 3 h 10 3 h 10

Bâle 3 h 10 3 h 20

Genève 3 h 05 2 h 20

Lausanne 2 h 20 1 h 40

Neuchâtel 3 h 05 2 h 25

Riederalp

Champéry

Zurich 3 h 50 2 h 40

Berne 2 h 45 1 h 30

Lucerne 4 h 20 2 h 30

Bâle 3 h 50 2 h 30

Genève 2 h 20 1 h 35

Lausanne 1 h 30 1 h 15

Neuchâtel 2 h 45 1 h 30

Zurich 2 h 50 2 h 40

Berne 1 h 40 2 h 20

Lucerne 2 h 50 2 h 25

Bâle 2 h 50 3 h 20

Genève 3 h 10 2 h 40

Lausanne 2 h 30 2 h 00

Neuchâtel 2 h 50 2 h 45

Infographie Laura Bendixen, Simona Guarino

Verbier

Zurich 3 h 30 3 h 15

Berne 2 h 30 2 h 05

Lucerne 4 h 05 3 h 10

Bâle 3 h 35 3 h 05

Genève 2 h 30 2 h 15

Lausanne 1 h 45 1 h 35

Neuchâtel 2 h 25 2 h 20

Zermatt

Zurich 3 h 10 3 h 45

Berne 2 h 05 2 h 30

Lucerne 3 h 10 3 h 15

Bâle 3 h 15 3 h 30

Genève 3 h 40 2 h 55

Lausanne 2 h 50 2 h 15

Neuchâtel 3 h 10 3 h 00

Saas-Fee

Zurich 2 h 50 3 h 45

Berne 1 h 50 2 h 30

Lucerne 3 h 05 3 h 15

Bâle 3 h 05 3 h 30

Genève 3 h 30 2 h 55

Lausanne 2 h 45 2 h 15

Neuchâtel 3 h 05 3 h 00

55


Des musiciens reconnus et de jeunes artistes se

rencontrent depuis vingt-cinq ans tous les étés à

Verbier, à la grande joie des amateurs de musique

classique qui viennent en nombre assister aux

concerts dans le val de Bagnes. Martin Engstroem,

fondateur et directeur du Verbier Festival, a

réalisé son rêve: offrir aux concertistes et aux

mélomanes des journées inoubliables à Verbier.

INTERVIEW

Martin

Engstroem

Interview: Monique Ryser Photo: Sedrik Nemeth

56


57


1

2

INTERVIEW

3

4

1 Le Verbier Festival se déroule dans tout

le village. 2 Le violoniste et chef d’orchestre

Roberto Gonzáles-Monjas s’est produit

l’année dernière. 3 Stanislav Kochanovsky

dirige le Verbier Festival Junior Orchestra.

Après le succès remporté l’an dernier

par Eugène Onéguine, il interprétera

«Rigole/ o» le 5 août prochain.

4 The Terrace, un point de rencontre

incontournable.

Le Verbier Festival Orchestra permet à

de talentueux musiciens entre 18 et

28 ans de se perfectionner. Fondé par

Daniel Harding, le Junior Orchestra se

compose de jeunes de 15 à 18 ans qui

peuvent réunir de précieuses expériences

pendant trois semaines à Verbier.

L’Academy encourage pour sa part des

concertistes, des musiciens de chambre

ainsi que des chanteurs.

Photos Aline Paley, Nicolas Brodard, DR/Verbier Festival

58


Son enthousiasme est intact comme

au premier jour. Sur la terrasse du

Chalet d’Adrien à Verbier, Martin

Engstroem contemple le Grand Combin.

«La montagne, l’air, le paysage – ici, à plus

de 1500 mètres d’altitude, on est un

autre homme.» C’est exactement ce sentiment

que ce Suédois d’origine souhaitait

faire partager à ceux qui lui sont particulièrement

chers: les musiciens professionnels

qu’il a représentés pendant

de nombreuses années dans son activité

d’agent artistique. A cet effet, il a fondé

il y a vingt-cinq ans le Verbier Festival,

qui a attiré l’été dernier plus de

50 000 spectateurs.

Pourquoi Verbier?

ME: En 1986, j’ai quitt Paris avec ma famille

pour m’installer sur les rives du Léman.

Des amis m’ont fait découvrir Verbier

pendant les vacances d’été et j’ai

été immédiatement conquis. Le matin,

je partais en randonnée avec les enfants.

L’après-midi, ils jouaient et mon épouse

pouvait lire toute la journée en contemplant

un merveilleux paysage. Il ne manquait

que l’offre culturelle qui, comme la

nature, nourrit le cœur et l’âme.

Vous avez résolu d’organiser un festival

d’été dans une destination hivernale?

ME: Si l’hiver est fantastique à Verbier,

les possibilités sont encore plus nombreuses

en été. Par mon métier d’agent

artistique, je connais d’innombrables

festivals et cycles de récitals, mais ils se

déroulent tous dans les villes. J’ai pris

comme exemple Aspen, dans le Colorado.

Cette station de ski organise des

concerts estivaux depuis 1949. Je souhaitais

créer un lieu à l’atmosphère par-

GAGNEZ

Pour son

25 e anniversaire, le

Verbier Festival tire au sort:

5 x 2 billets pour le concert du 28.7

à 19h – Al McKay’s Earth Wind & Fire

Experience et 5 x 2 billets pour le concert du 5.8

à 11h – Verbier Festival Academy présente…

Participation jusqu’au

30 juin 2018

sur valais.ch/concoursmagazine

ticulière où pourraient se rencontrer des

musiciens, des mélomanes et des amis

des arts. La route qui conduit à Verbier

est un cul-de-sac. Il est difficile d’aller

beaucoup plus loin, et je m’en félicite.

Tout est concentré, au contraire d’une

ville où les influences sont multiples.

D’une certaine manière, une version

musicale du Forum économique

mondial de Davos?

ME: Oui, exactement. Klaus Schwab est

un ami et il m’a toujours apporté son soutien.

A nos débuts, j’ai reçu un prix d’encouragement

du WEF au titre de meilleure

start-up culturelle, qui s’accompagnait

d’un chèque de 50 000 francs. Il

est arrivé à point nommé, car nous

avions conclu la saison inaugurale sur un

déficit de 400 000 francs. L’année suivante,

l’ardoise s’est élevée à

800 000 francs et cela a été ma chance.

Voilà une réflexion qui demande une

explication!

ME: Dès cet instant, tout le monde voulait

me parler, le président de commune

comme les responsables de la banque.

C’est ainsi que j’ai eu la possibilité de

présenter ma vision. De ces discussions

est né l’UBS Verbier Festival Orchestra,

composé de musiciens entre 18 et 28 ans.

Ce type de sponsoring était à l’avantgarde

et il a souvent été imité depuis

lors. Cette collaboration s’est malheureusement

achevée lorsque UBS a

connu des difficultés. Mon objectif est

de conserver le budget aux alentours de

59

10 millions de francs. Nous y sommes

parvenus cette année.

Le Verbier Festival Orchestra a un

nouveau chef d’orchestre!

ME: Oui, Valery Gergiev le reprend

cette année. C’est un ami de longue date

et nous nous voyons souvent à Verbier.

Un jour, il m’a dit qu’il viendrait uniquement

si je lui lançais un défi. Aussi lui aije

demandé de jouer avec deux autres

musiciens le 7e concerto pour trois pianos

de Mozart. Tel est notre mode de

fonctionnement, chaque participant doit

éprouver de la joie et se sentir stimulé.

Je n’ai jamais voulu me limiter à organiser

des concerts, je souhaite encourager

des jeunes talents et sortir des sentiers

battus.

Après un quart de siècle, quels aspects

vous réjouissent le plus?

ME: Les musiciens ressentent toujours

la même passion. Et notre PME, avec

onze employés et quatre apprentis, a acquis

une importance économique au fil

des ans. Pendant le festival, 270 personnes

travaillent pour nous. Toute la région

en bénéficie et Verbier est aujourd’hui

une destination estivale appréciée

– une situation gagnant-gagnant!

Verbier Festival

Du 19 juillet au 5 août 2018

88 concertistes venus du monde entier

et plus de 270 jeunes musiciens

célèbrent avec le public le

25 e anniversaire du Verbier Festival.

Au total, 59 concerts se tiendront

pendant 18 jours.

www.verbierfestival.com


M U R S E N P I E R R E S È C H E

Patrimoine

culturel valaisan

Sans murs en pierre sèche, il n’y aurait pas de vin – un

constat aussi étonnant que fascinant. Les murs en

pierre sèche résistent au temps uniquement par la

savante disposition des pierres.

Texte: Monique Ryser Photos: Marco Schnyder

PATRIMOINE

Les plus hauts avoisinnent une

hauteur de 20 mètres. Ils s’élèvent

à proximité de Sion et marquent

de leur empreinte le paysage de la rive

droite du Rhône. Moins imposants dans

le Haut-Valais, ils ne parviennent généralement

pas à rivaliser avec leurs

grands frères. Plus courts et moins

hauts, ils ont subi en janvier de cette année

l’attaque de leurs ennemis les plus

féroces: les pluies diluviennes ont détruit

plus de 200 murs. Le Sundüus,

près de Visperterminen, a été la région

la plus frappée. Une coulée de boue a

emporté sept terrasses avec leurs murs

et leurs vignes. La commune a évalué

les dégâts provoqués par la violence

des éléments à plus de 4 millions de

francs. Les intempéries ont également

endommagé des constructions qui

avaient été rénovées depuis peu, grâce

à un crédit de 7,6 millions de francs voté

par la Confédération et le canton pour

assurer la conservation de ce patrimoine

valaisan.

La technique qui régit l’édification de murs

en pierre sèche est très ancienne et les

vestiges de terrasses érigées entre 800 et

700 av. J.-C. sont répertoriés dans les environs

de Jérusalem. En Valais, si quelques

murs en pierre sèche datent du XVII e

siècle, ils ont pour la plupart entre 100 et

150 ans. Ces ouvrages ont vu le jour afin de

de cultiver les terres des coteaux abrupts

et ensoleillés. Ils protègent de l’érosion les

pentes exploitées en culture. Tels qu’ils se

dressent en Valais, les murs en pierre

sèche doivent uniquement leur longévité à

l’astucieuse disposition des pierres. Ils sont

exempts mortier ou de tout autre liant. Si

le plus haut mur en pierre sèche d’Europe,

la Cotzette, près de Sion, est édifié sur un

rocher selon des principes légèrement différents,

tous les autres murs valaisans sont

construits selon la méthode traditionnelle.

Ils bénéficient d’une remarquable stabilité

et d’une meilleure longévité que les

constructions rigides en béton – à moins

que pluies et glissements de terrain n’en

décident autrement.

60


61

Indissociables du paysage de la vallée

du Rhône, les murs en pierre sèche ont

permis l’essor de la viticulture.


«Les murs en

pierre sèche

témoignent de

la lutte pour la

survie sur le

moindre arpent

de terre.»

PATRIMOINE

1 2

1 Les murs en

pierre sèche ne délimitent

pas uniquement

les surfaces de cultures, ils

servent également de cheminements.

2 Beat Locher en plein travail. Avec son associé,

il s’est spécialisé dans la réfection

et l’entretien des murs en

pierre sèche.

www.schteimüüri.ch

Ils ont aussi besoin d’entretien. Beat Locher

est un expert dans l’édification de

murs en pierre sèche. «La difficulté

consiste à choisir et à harmoniser minutieusement

les pierres disponibles, explique-t-il.

Un œil exercé est tout autant

indispensable que des capacités de représentation

spatiale et, avant tout, une

longue expérience.» Les bâtisseurs de

murs en pierre sèche utilisent uniquement

un marteau de paveur, une masse,

un pic et une châsse. «Les artisans expérimentés

associent les techniques de

construction à sec au savoir-faire du tailleur

de pierres», précise Beat Locher. Un

62

regard lui suffit pour déterminer si un mur

a été édifié par des professionnels, même

s’il date de plusieurs siècles. Ces ouvrages

qui le fascinent témoignent d’une

lutte pour la survie qui s’attachait au

moindre arpent de terre. Les scènes de

dévastation qui se sont produites en janvier

dernier l’ont consterné: «D’innombrables

constructions ne pourront pas

être sauvées.»

Les murs en pierre sèche marquent de

leur empreinte l’un des plus beaux paysages

culturels de Suisse. Leur nombre

est estimé à 3000 et ils enserrent environ

1500 hectares de vignes.


64


En collaboration avec le Club des entreprises

Les centrales électriques d’Ernen et

de Mörel sont des producteurs E-can.

Les vidéos de Recto Verso illustrent

des projets hors du commun.

Photo Name Corn

Innovation dans

les montagnes

Sion | L’économie de montagne du Valais

s’est développée entre autres grâce au tourisme

et à diverses activités de construction.

Afin de renforcer ce secteur clé de

l’industrie locale, le Valais tourne son regard

vers l’avenir et révise son modèle économique.

De nombreux projets voient le

jour dans les Alpes, notamment dans les

domaines du développement durable et

de la mobilité douce. Chacun d’eux contribue

à la modernisation et à l’innovation

dans les régions du Valais. Un exemple à

cet égard est représenté par Green Mobility,

un service de voitures électriques mis

à la disposition des hôtes dans le val d’Hérens.

Il se fonde sur le principe de «pay

what you want», car c’est l’utilisateur qui

détermine le montant dont il souhaite s’acquitter

pour bénéficier de cette prestation.

D’autres projets intéressants sont la cabane

des Dix, qui est entièrement autonome,

le refuge du Mont-Rose, développé

en collaboration avec l’EPFZ, ou le nouveau

téléphérique 3S de la société Zermatt

Bergbahnen, qui devrait être inauguré à

l’automne 2018. Pour voir des vidéos sur

l’innovation en Valais:

ww.valais.ch/rectoverso

Acheter de l’électricité hydraulique

Sion | E-can suisse a lancé en octobre 2017

une opération de crowdfunding destinée

à offrir aux particuliers la possibilité de disposer

à long terme et à prix fixe d’une électricité

de provenance hydraulique. Afin

que ce projet devienne réalité, le volume

commandé doit atteindre 40 GWh jusqu’au

30 juin 2018. Cette valeur correspond approximativement

à la consommation de

10 000 ménages suisses. La coopérative E-

can a développé un modèle qui permet aux

producteurs de vendre directement leur

électricité hydraulique aux consommateurs

plutôt que de la commercialiser par

l’entremise des réseaux de distribution

existants. Les participants soutiennent ainsi

le développement d’une énergie renouvelable

et locale. Le courant sera fourni par

les deux centrales hydrauliques d’Ernen et

de Mörel. Actuellement, les commandes

représentent 51% de la quantité requise.

La coopérative E-can suisse garantit à ses

participants une livraison d’énergie issue

toute l’année à 100% d’énergie hydraulique

suisse. Pour cela, la consommation

du client final est mesurée toutes les

quinze minutes et transmise à l’une des

deux centrales hydroélectriques en Valais.

La consommation d’énergie nécessaire

sera produite simultanément par la centrale

et injectée sur le réseau. Ainsi le client

final sera certain que sa consommation est

couverte à chaque moment de l’année par

de l’énergie indigène et renouvelable.

Informations et inscriptions:

wwww.e-can.ch

ÉCONOMIE

65


DESTINATION

Emblème de la ville, la basilique de

Valère est située sur une colline à

côté du château de Tourbillon. Elle

possède l’un des plus anciens orgues

du monde.


URBAINE

ET ANIMÉ E

Sion, la cité au cœur des Alpes, s’étend

de la plaine à la montagne. Le chef-lieu

du Valais est une ville qui conjugue avec

bonheur innovation et art de vivre.

Texte: Manuela Lavanchy Photos: Sedrik Nemeth

Des navettes autonomes circulent

entre la gare et le centre historique.

Sur le campus Energypolis,

plus de 200 personnes venues de

40 pays expérimentent des méthodes

révolutionnaires pour accroître l’efficacité

énergétique et réduire les émissions

de CO 2

. L’ancien aéroport militaire

s’ouvre au trafic civil et s’est transformé

en centre de compétences pour l’aéronautique.

La liaison plaine-montagne

conduira directement de la gare de Sion

aux pistes de Veysonnaz. Ce ne sont là

que quelques-uns des grands projets

mentionnés par Philippe Varone, le président

de Sion, hormis naturellement la

candidature aux Jeux olympiques

d’hiver, Sion 2026. La capitale du Valais

s’est défaite de sa réputation de cité administrative

pour devenir une ville plaisante

et vivante. Distingué en 2013 par le

Patrimoine suisse qui lui a décerné le

67

Prix Wakker, le cœur historique s’est métamorphosé.

Les terrasses des nombreux

bistrots et cafés invitent à déguster un

verre de vin valaisan avec une raclette ou

de la viande séchée. Les huit restaurants

mentionnés au GaultMillau confirment

que Sion est un carrefour de la gastronomie.

«Ce plaisir de vivre ensemble est

particulièrement perceptible lors du marché

hebdomadaire du vendredi», relève

Philippe Varone.


Culture et gastronomie

VISITER

Musées cantonaux du Valais (3)

Les Musées cantonaux du Valais réunissent

trois sites: le Musée d’art, le Musée

d’histoire et le Musée de la nature.

www.musees-valais.ch

Galerie de la Grande Fontaine

Depuis plus de trente ans, la Galerie de

la Grande Fontaine expose les artistes

du Valais et d’ailleurs.

www.galerie-grande-fontaine.ch

fondue ou une assiette valaisanne. La

fondue glareyarde est la spécialité de la

maison.

www.vieuxvalais.ch

Le Verre à pied (4 et 5)

La vinothèque réunit les encaveurs de

Sion. C’est l’un des endroits de prédilection

du président Philippe Varone.

www.sioncapitaledesvins.com

SORTIR

1

DESTINATION

Les Celliers de Sion (6)

Le premier parc œnologique de Suisse

a ouvert ses portes au pied du vignoble

de Sion, avec lounge, vinothèque et

concept d’exposition. Visites guidées du

vignoble.

www.celliers.ch

MANGER & BOIRE

Damien Germanier

Damien Germanier (17 points au Gault-

Millau, 1 étoile au Michelin) abandonne

la traditionnelle carte pour surprendre

ses hôtes. Il souligne ses créations d’un

élégant graphisme.

www.damiengermanier.ch

La Sitterie (1)

Jacques Bovier (15 points au Gault-

Millau) sublime les délices des Alpes et

mise sur les produits régionaux dans son

restaurant avec jardin au cœur de Sion.

www.lasitterie.ch

Le Coq en Pâte

Jean-Marie Théler (13 points au Gault-

Millau) enchante les gourmets curieux

dans l’historique Maison Supersaxo avec

terrasse et loggia.

www.coqenpate.ch

Au Vieux-Valais

Au cœur de la vieille ville, la parfaite

adresse pour déguster une raclette, une

Ferme Asile

Centre culturel avec des expositions

d’artistes du monde entier. Scène musicale

et restaurant avec un grand jardin.

www.ferme-asile.ch

Le Port Franc

La salle de concert pour la musique moderne

est située dans une ancienne halle

du terminal des containers. Le Port

Franc est relié au centre-ville par une navette

gratuite.

www.leportfranc.ch

DORMIR

B&B La Grande Maison (2)

Bed and breakfast à 10 minutes de la

ville, à Chandolin-près-Savièse. Les

suites et chambres possèdent le charme

d’une époque révolue.

www.authentic-switzerland.com

Hôtel des Vignes

Agrémenté d’un vaste parc, cet hôtel

4 étoiles est situé à l’extérieur de la ville,

à proximité immédiate du vignoble.

www.hoteldesvignes.ch

Hôtel Elite ***

Proche de l’Espace des Remparts et de

la place du Midi, cet établissement familial

3 étoiles n’est qu’à cinq minutes de la

gare.

www.hotelelitesion.ch

3

5

68


2

4

6

69


1

2

DESTINATION

3

4

5

70

6


SHOPPING

Marché hebdomadaire (2)

Le grand marché se tient tous les vendredis

dans la rue du Grand-Pont. On y

trouve des spécialités valaisannes, des

fruits et des légumes et bien d’autres

produits encore.

David, L’Instant Chocolat

Les créations poétiques du chocolatier

David Pasquier (Swiss Chocolate Master

2013) sont disponibles dans sa boutique

de Sion.

www.instant-chocolat.ch

HASTA Glaces

Ces glaces et sorbets faits maison sont

élaborés à partir d’ingrédients entièrement

naturels, des framboises de Nendaz

au kulfi indien.

www.hastaglaces.ch

DÉCOUVRIR

Sion & Wine Tour (3)

Tour guidé comprenant la visite de trois

édifices historiques de la vieille ville avec

dégustation d’une assiette valaisanne et

de cinq vins.

www.siontourisme.ch/sionwinetour

Parcours historique et dégustations (1)

Découvrir la vieille ville médiévale,

avec les emblématiques châteaux de

Tourbillon et de Valère. Quatre haltes

de dégustation en chemin.

www.siontourisme.ch

Domaine des Iles (6)

Les chaudes journées d’été, les Valaisans

et les touristes recherchent un peu de

fraîcheur dans les eaux turquoise des anciennes

gravières. Le domaine propose

également des activités telles qu’un minigolf,

un parc aventure et un mur d’escalade.

www.les-iles-bourgeoisiedesion.ch

Tour de ville (5)

Faites un tour de ville avec l’un des bus électriques

autonomes qui circulent entre la

gare et le centre-ville. Le trajet est gratuit.

Montorge

Cette réserve naturelle avec son petit

lac et les ruines d’un château du

XIII e siècle est située au-dessus de la

ville. Ne pas manquer la visite de la Maison

de la Nature.

www.maisondelanature.ch

Le bisse de Clavau (4)

Une merveilleuse promenade le long du

bisse de Clavau, à travers les vignes et

les murs en pierre sèche. Une randonnée

facile d’environ deux heures jusqu’à

l’arrivée à Saint-Léonard.

www.valais.ch/fr/activites/randonnee/bisses/bisse-de-clavau

É V É NEMENTS

Finale nationale de la race d’Hérens

La fête nationale des traditionnels combats

de reines se tiendra les 5 et 6 mai

2018 à Aproz.

www.finale-cantonale.ch

Festival Arcades

En juillet pendant la journée et/ou le soir,

des concerts live sur la rue du Grand-Pont

et à d’autres emplacements de la ville.

www.festivalarcades.ch

Sion Festival

Des stars internationales de la musique

classique soulèvent l’enthousiasme par

des concerts audacieux et de haute tenue.

Du 25 août au 2 septembre 2018.

www.sion-festival.ch

Fête du Goût

Dans le cadre de la Semaine suisse du

Goût, 20 stands de restauration proposeront

des spécialités de régions

proches ou lointaines. Le 15 septembre

2018 dans le centre-ville.

www.valais.ch/events

71


Road trip

en Valais

Partir à l’aventure – Mazda et le Valais tirent au sort

quatre road trips, y compris une exceptionnelle nuitée

dans un cube posé au cœur de la nature, au bord

du lac de Moiry ou dans la vallée de Binn.

OFFRE

Sur la route du lac de Moiry.

72


Le Cube au bord du lac de Moiry.

C’est un point de départ idéal pour

de superbes randonnées.

Un impressionnant tunnel creusé dans

la pierre permet de se rendre dans la

vallée de Binn.

Le Cube est entièrement équipé, et

même les provisions ne font pas défaut.

Un voyage de deux jours à travers

les Alpes valaisannes et une nuit

dans le Cube Mazda – voilà le séduisant

programme qui attend les gagnants

du concours My Magic Roadtrip.

La nouvelle Mazda CX-5 sera également

mise à leur disposition pendant tout le

périple. Le séjour, à faire valoir entre juin

et octobre 2018, aura pour décor le Haut-

Valais, à Fäld, au cœur du parc naturel de

la vallée de Binn, ou le val d’Anniviers, au

bord du lac de Moiry. Au plaisir du

voyage s’ajoutera ainsi la découverte de

splendides paysages. Au départ de

Fiesch, un bref trajet suffit pour rejoindre

le village d’Ernen aux chalets noircis par

le soleil et ornés d’une profusion de

fleurs. La Tellenhaus présente la plus ancienne

fresque de Suisse dédiée à Guillaume

Tell (1578). Après une courte halte,

le parcours se poursuit en direction de la

vallée de Binn, célèbre pour ses minéraux.

Il vaut la peine d’entreprendre une

randonnée ou de savourer un piquenique

dans cet environnement à la beauté

spectaculaire. Après le hameau de

Fäld, la nature reprend ses droits et il n’y

a plus que la roche, le bois et la terre.

C’est là que se dresse aussi le Cube.

Le road trip en direction du lac de Moiry

commence à Sierre, au milieu du vignoble.

La route longe le sauvage val d’Anniviers

et passe à proximité de Saint-Luc, qui

offre une vue à couper le souffle sur la vallée.

Le pittoresque village de Grimentz représente

une autre halte appréciée avant

de retrouver la nature pure du lac de

Moiry. Depuis le Cube, une vue dégagée

s’ouvre sur ses eaux turquoise.

GAGNEZ

l’un des quatre road trips

de deux jours avec la nouvelle

Mazda CX-5 et une exceptionnelle

nuitée dans le Cube à Fäld ou au bord du

lac de Moiry. Participation jusqu’à fin

juillet 2018 sur

valais.mymagicroadtrip.ch

Mazda CX-5

Pour ce road trip valaisan de deux

jours à destination de la vallée de

Binn ou du lac de Moiry, Mazda met

à disposition le nouveau CX-5. Entièrement

repensé à l’intérieur comme à

l’extérieur, le SUV compact de Mazda

offre autant de plaisir et de confort

aux passagers qu’au conducteur. Les

systèmes de sécurité transforment

les longs trajets en voyages détendus

alors que la traction intégrale

i-ACTIV AWD lui assure une tenue de

route parfaite. La carrosserie arbore

la nouvelle teinte Soul Red Crystal.


OFFRES

Photo Valais/Wallis Promotion - Pascal Gertschen

74


OFFRES

ESTIVALES

L’été en Valais associe les joies de la famille,

les plaisirs de la table, le sport et la nature.

Partez à la découverte!

75


CHASSE AU TRÉ SOR

EN FAMILLE

valais.ch/tresor

Photos Valais/Wallis Promotion - Pascal Gertschen

OFFRES

Lancez-vous à la chasse au trésor!

Les destinations familiales valaisannes

proposent à leurs hôtes des

itinéraires adaptés avec des étapes

et des missions passionnantes. Vous

obtiendrez gratuitement la documentation

consacrée à cette activité

dans les offices du tourisme

locaux. Les sept parcours sont tous

originaux et différents. Muni d’une

carte détaillée, vous rechercherez

des indices et résoudrez les

énigmes. Une aventure en plein air

qui transmet de manière ludique le

plaisir de la marche aux enfants et

forge de beaux souvenirs.

valais.ch/tresor-concours

Le train historique du BLS

De juin à octobre, de vénérables

compositions historiques circulent

selon l’horaire du RegioExpress. Le

deuxième dimanche de chaque mois,

un train historique relie Berthoud à

Brigue en passant par Berne et le

tracé panoramique avec une brève

halte pour prendre des photos à Hohtenn.

Ces voyages exceptionnels sont

organisés par la Fondation BLS et des

billets ordinaires suffisent pour monter

à bord. Appréciez ce trajet hors du

commun pour réaliser une excursion

dans la région, entreprendre une randonnée

le long de la rampe sud du

Lötschberg ou commencer de manière

originale vos vacances en Valais!

Informations complémentaires:

bls.ch/erlebniszug

Sur les traces des «Gogwärgini» dans

l’Aletsch Arena

Les «Gogwärgini» sont de petits nains

travailleurs qui auraient vécu autrefois

dans le Haut-Valais. Leur légende est

toujours vivace et vous pourrez découvrir

ces gentils personnages lors d’une

chasse au trésor en dix étapes.

Notre conseil: complétez la journée par

une excursion en téléphérique à l’Eggishorn,

et profitez d’une vue grandiose

sur le glacier d’Aletsch.

Voyage temporel au cœur de Bellwald

Etes-vous prêt à voyager à travers le

temps? La chasse au trésor de Bellwald

parcourt le vieux village en dix étapes

et révèle divers aspects de la vie quotidienne

telle qu’elle se déroulait dans un

hameau de montagne.

Notre conseil: sur l’autre versant

s’étend le parc paysager de la vallée

de Binn. Au départ de Fürgangen, le

Goms Bridge, un pont suspendu d’une

longueur de 280 mètres, enjambe le

Rhône et conduit directement à Mühlebach.

Les énigmes de la petite sorcière Véro

à Blatten-Belalp

La petite sorcière Véro défie les chasseurs

de trésor à Blatten-Belalp en leur

posant énigme sur énigme. Seuls les

aventuriers qui suivent minutieusement

ses indications ont une chance de découvrir

le coffre magique.

Notre conseil: prévoyez une halte à

l’historique hôtel Belalp de

l’Aletschbord qui offre une vue splendide

sur le grand glacier d’Aletsch.

Le sentier des détectives à Grächen

A Grächen, les fins limiers aident

l’inspecteur Furet à résoudre les

énigmes qui parsèment les 15 étapes du

sentier des détectives afin de découvrir

le code qui ouvre le coffre au trésor.

Le parcours circulaire part de la place du

village pour monter en direction

de l’alpage d’Äpnet et du lac de Grächen.

Notre conseil: accordez-vous une

pause bienvenue dans le jardin Kneipp

situé entre la forêt et le lac.

Chasse au trésor artistique à Nendaz

La chasse au trésor commence au cœur

de Nendaz et conduit les participants à

la grande antenne située en bordure du

village avant de traverser une forêt et

de revenir au point de départ par le

chemin des sculptures.

Notre conseil: promenez-vous le long

des bisses de Nendaz. Vieux de plusieurs

siècles, ces canaux d’irrigation

conduisent l’eau de fonte des glaciers

dans les vallées et les cultures.

76


GAGNEZ

Concours de la chasse au

trésor: prenez une photo de

votre famille sur la piste des indices

et postez-la sur les réseaux sociaux avec le

hashtag ##TresorValais

Informations complémentaires:

valais.ch/tresor-concours

Sur les traces des animaux des Alpes à

Saas-Fee

A Saas-Fee, la chasse au trésor est dédiée

aux animaux de la région. Chacune

des huit étapes présente une espèce et

apporte de manière ludique de captivantes

informations sur son mode de

vie.

Notre conseil: les places pour grillades

situées à proximité invitent à savourer

un délicieux pique-nique tandis que les

cheminements aquatiques du jardin

Kneipp dans la région de Bifig garantissent

des instants de repos rafraîchissants.

Le trésor des pirates du Cervin à

Zermatt

Il y a fort longtemps, les pirates ont caché

un trésor à Zermatt et seul Wolli, le mouton

nez noir – la mascotte de Zermatt – sait où il

se trouve. Avec une carte au trésor et les indications

de Wolli, les aventuriers de tout

âge découvrent des aspects inconnus de

Zermatt.

Notre conseil: les gorges de la Gorner sont

situées à 15 minutes de marche du centre du

village. En suivant les passerelles qui longent

ce défilé rocheux, le voyageur plonge dans

un monde de parois à pic où les eaux furieuses

se précipitent en grondant.

77

Avec un peu de chance, vous

remporterez des vacances en

famille ou de nombreux autres prix

en partant à la chasse au trésor en

famille à travers le Valais!


LE VALAIS A VÉ LO

OFFRES POUR CYCLISTES

valais.ch/offres-velo-vtt

Le paysage montagneux du Valais

est un véritable paradis pour des

vacances actives et le cadre idéal

pour me/ re ses aptitudes sportives

à l’épreuve – ou simplement apprécier

ces conditions fantastiques –

sur de spectaculaires trails pour

VTT ou des itinéraires cyclistes de

légende.

valais.ch/offres-velo-vtt

Photos Valais/Wallis Promotion - David Carlier

OFFRES

Les trésors cachés du Haut-Valais

Cet itinéraire cycliste d’une durée de six

jours et d’une longueur totale de 440 kilomètres

vous fera découvrir d’impressionnants

barrages, des cols offrant des

vues à couper le souffle et de pittoresques

villages valaisans, face aux plus

beaux et aux plus hauts sommets des

Alpes suisses. Au départ de Loèche,

vous traverserez le parc naturel de Pfyn-

Finges et la superbe Moosalp. Le voyage

se poursuit dans la vallée de Conches, le

long de scintillants lacs de retenue et de

paysages de roche et de glace. Ce parcours

à travers les cols des Alpes est l’un

des plus beaux de Suisse.

Offre: 6 nuitées selon programme (hôtels

3 étoiles) y compris petit-déjeuner,

transfert des bagages, descriptif détaillé

de l’itinéraire.

Validité: du 3 juin au 15 octobre 2018.

Aucun nombre minimum de participants

requis. Autres dates sur demande.

Prix: dès Fr. 759.– par personne.

A vélo de Sion à la vallée de Conches

Depuis les châteaux de Sion, ce tour de

540 kilomètres conduit dans la célèbre

station de Crans-Montana. Après une

halte aux thermes de Loèche-les-Bains,

le périple se poursuit jusqu’au château

de Stockalper à Brigue et aux villages

Walser de la vallée de Conches. Les plus

hauts cols des Alpes sont désormais à

portée de main. Le St-Gothard, le Nufenen

et le Grimsel figurent à votre programme

avant d’achever dans la sérénité

des vallées latérales ce voyage qui

semble sorti d’un livre d’images.

Offre: 7 nuitées selon programme (hôtels

3 étoiles) y compris petit-déjeuner,

transport des bagages, description détaillée

de l’itinéraire.

Validité: du 3 juin au 15 octobre 2018.

Aucun nombre minimum de participants

requis. Autres dates sur demande.

Prix: dès Fr. 1015.– par personne.

En suivant le chemin du vignoble

Au départ de Martigny, ce parcours

d’environ 90 kilomètres suit le versant

ensoleillé de la vallée du Rhône à travers

un vignoble qui produit quelques-uns

des meilleurs vins de Suisse. En mettant

le cap à l’est, l’itinéraire longe les châteaux

de Sion et continue en direction

de la place du marché de Loèche. En

cours de route, vos efforts seront récompensés

par un magnifique panorama

sur les montagnes valaisannes et un panier

rempli de délices gastronomiques.

Offre: 2 nuitées selon programme (hôtels

3 étoiles) y compris petit-déjeuner,

transfert des bagages, dégustation de

vin, panier pique-nique valaisan, description

détaillée de l’itinéraire, etc.

78


Validité: tous les jours du 4 mai au 26 octobre

2018. Aucun nombre minimum de

participants requis. Autres dates sur demande.

Prix: dès Fr. 335.– par personne.

Itinéraires

cyclistes Le Valais

répond à tous les désirs des

fans de vélo, qu’ils préfèrent flâner

à travers la vallée du Rhône et les

vignobles ou partir à l’assaut des montagnes au

prix de grands efforts. En contemplant un

superbe panorama, il n’est rien d’aussi

agréable que de reprendre des

forces en dégustant une

assie/ e

valaisanne.

79


EXCURSIONS VITICOLES

ET GASTRONOMIQUES

valais.ch/oenotourisme

OFFRES

Photos Valais/Wallis Promotion - Christian Pfamma/ er, Valais/Wallis

Promotion - Sedrik Nemeth, Valais/Wallis Promotion - David Carlier

Avec 5000 hectares de vignes, le

Valais est la plus grande région

viticole de Suisse. Des paysages

grandioses avec des versants à

l’ensoleillement exceptionnel, plus

de 50 cépages AOC qui produisent

une large diversité de grands vins et

des traditions qui leur confèrent

caractère et authenticité. De subtils

arômes, des fruits à la saveur

intense et des céréales dorées sont

le résultat de milliers d’heures d’ensoleillement

qui transforment le

Valais en un jardin des délices et

une source d’inspiration pour la gastronomie

suisse.

valais.ch/oenotourisme > Offres

Vin et Gastronomie

Dégustation pédestre à Plan-Cerisier

Préparez-vous à voyager dans le temps

lors de cette randonnée guidée et suivez

la trace des vignerons itinérants et de

leurs mazots dans la région de Martigny.

Les passionnés d’histoire et d’œnologie

découvriront dans ces constructions authentiques

l’origine des crus valaisans

avant de les déguster à l’ombre d’une

tonnelle à l’heure de l’apéritif. Le point

de ralliement est situé devant la Fromathèque,

à côté de l’église de Martigny-

Croix. L’heure exacte sera fixée d’entente

avec l’accompagnateur. Retour au

point de départ.

Offre: circuit guidé, dégustation de trois

vins, pain de seigle et fromage. Durée:

2 h 30.

Validité: par beau temps, de mai à octobre,

dès 10 personnes.

Prix: dès Fr. 30.– par personne.

Le rallye des cinq sens

Dans un château ou un vignoble, savourez

un délicieux repas et passez un moment

captivant avec Christelle Besse,

experte passionnée en vin et organisatrice

d’événements. A deux ou

en groupe, en compagnie d’amis, de collègues

ou d’autres personnes réunies

par le même intérêt, vous dégusterez un

repas thématique de cinq plats, accompagné

de cinq vins particulièrement remarquables.

Eveillez vos sens!

Offre: durée environ 3 h 30.

Validité: toute l’année sur réservation,

4 personnes au minimum et 12 au maximum.

Prix: dès Fr. 149.– par personne.

De la semence à l’assiette

Les anciennes traditions reviennent sur

le devant de la scène. La cuisine régionale

est en vogue et les voyageurs d’aujourd’hui

recherchent l’authenticité, la

simplicité et le contact direct avec les

produits locaux. Dans cet esprit,

Véronique Zen Ruffinen et son mari Yves

organisent des «Tavolata» dans leur domaine

de Turrilji à La Souste. Le couple

est aux fourneaux et propose des menus

saisonniers servis à la maison. Dans

la salle à manger, le jardin ou à la cave,

l’hôte est roi. Savourez des produits issus

de la ferme ou de la région et apprêtés

selon des recettes familiales à l’inspiration

ancienne ou moderne. Les vins

valaisans du couple complètent ce moment

de convivialité.

Offre: Tavolata au menu saisonnier, avec

ou sans vin.

Prix: dès Fr. 76.– par personne sans le

vin, 96.– par personne vin compris.

Vin et raclette à Sierre

Découvrez les trésors culinaires valaisans

dans le château de Villa à Sierre,

véritable paradis de la dégustation. Le

80


Saveurs Le

Valais est riche en

délices culinaires: le pain

de seigle AOP confectionné

avec du seigle valaisan, les vins des

vignobles qui s’étendent sur les coteaux les

plus ensoleillés de Suisse, de juteux

abricots à la douceur inégalée,

de la viande séchée IGP, du

fromage, en particulier

le racle/ e

AOP.

restaurant propose une expérience

unique et sert de délicieux produits régionaux

sélectionnés avec soin, à l’image

de la raclette valaisanne AOP ou de la

viande séchée du Valais IGP. Les amateurs

de vin trouveront leur bonheur

dans la vinothèque. La cave abrite environ

650 vins d’une centaine de producteurs

valaisans.

Offre: dégustation de vins et repas valaisan

typique.

Validité: toute l’année.

Prix: Fr. 70.– par personne.

81


Culture, sport et traditions

Il se passe toujours quelque chose en Valais. Voici

un aperçu des divers événements et manifestations.

www.valais.ch/event

AGENDA

juin

Fondation Pierre Gianadda –

Exposition Pierre Soulages

Du 15 juin au 25 novembre 2018,

Martigny. Billet spécial des CFF.

www.gianadda.ch

Jubilé César Ritz, le pionnier

de l’hôtellerie

Du 3 juin au 25 octobre 2018, Obergoms.

Evénements organisés à l’occasion du

centième anniversaire de sa disparition.

www.caesar-ritz.ch

Juillet

Trail Verbier Saint-Bernard

Les 7 et 8 juillet 2018, Verbier. Courses

de montagne de 29 à 111 kilomètres.

www.trailvsb.ch

Théâtre en plein air sur la Riederalp

Du 11 juillet au 18 août 2018, Riederalp.

«Der letzte Sander von Oberried»

évoque la vie quotidienne d’un village alpin

il y a cent cinquante ans.

www.derletztesander.ch

Verbier Festival

Du 19 juillet au 5 août 2018, Verbier. Le

25 e anniversaire du Verbier Festival avec

de grands noms de la musique classique.

www.verbierfestival.com

Fête de l’abricot

Du 20 au 22 juillet 2018, Saxon. Le fruit emblématique

du Valais et toutes ses déclinaisons..

www.fetedelabricot.ch

Valais Drink Pure Alphornfestival

Du 20 au 22 juillet 2018, Nendaz.

Concours officiel et fête populaire avec

le plus grand rassemblement de cors des

Alpes du monde.

www.nendazcordesalpes.ch

Aoû t

Cyclosportive des Vins du Valais

Le 1 er août 2018, Sion. L’une des compétitions

cyclistes les plus appréciées de

Suisse a lieu le jour de la Fête nationale.

www.lacyclosportivevalaisanne.ch

Tour des Stations

Le 11 août 2018, Verbier. De la plaine à la

montagne, une course cycliste pour amateurs

chevronnés.

www.tourdesstations.ch

Open Air Gampel

Du 16 au 19 août 2018, Gampel. Rock, rap,

électro et groupes suisses.

www.openairgampel.ch

Swiss Food Festival

Le 17 août 2018, Zermatt. Flânerie et dégustations

à travers le village.

www.swissfoodfestival.ch

Grand Raid BCV

Les 17 et 18 août 2018, Verbier. Le marathon

des fans de mountain bike.

www.grand-raid-bcvs.ch

Vision Art Festival

Du 17 au 26 août 2018, Crans-Montana.

Rencontres artistiques au sommet!

www.visionartfestival.com

Ultra Trail Mont-Blanc

Du 27 août au 2 septembre 2018, Orsières.

Un must pour tous les coureurs

confirmés.

www.utmbmontblanc.com

Vinea

Les 31 août et 1 er septembre 2018, Sierre.

Dégustations et Grand Prix des vins

suisses.

www.vinea.ch

Septembre

Swiss Peaks Trail

Du 2 au 9 septembre 2018, à travers le

Valais. Courses de montagne pour tous

les degrés de difficulté.

www.swisspeaks.ch

Omega European Masters

Du 6 au 9 septembre 2018, Crans-Montana.

Le tournoi de golf des stars mondiales.

www.omegaeuropeanmasters.com

Perskindol Swiss Epic

Du 11 au 15 septembre 2018, Zermatt,

Grächen, Bettmeralp. Compétition de

VTT par étapes.

www.swiss-epic.com

Semaine du goût

Du 13 au 23 septembre 2018, dans tout

le Valais. Déguster, savourer, acheter...

www.gout.ch

TRAILLOVE Festival

Du 14 au 18 septembre 2018, Zermatt. Les

amateurs de VTT se retrouvent à Zermatt.

www.traillove.bike

Octobre

Fête de la châtaigne

Les 13 et 14 octobre 2018, Fully.

Mythes, histoires, forêt de châtaigniers

et brisolée.

www.fetedelachataigne.ch

82

More magazines by this user