LA GAZETTE DE NICOLE 006

nicoleesterolle

La

DE Nicole

THE NEWS OF MADAME ESTEROLLE

ALISSON SOMMERS IJEAN BRANCIARD DANIEL SPARKES

DARON MOURADIAN EL GATO CHIMNEY PHILIP GUSTON THE PIT

JEAN KIBOI MADAME ET MONSIEUR GORGÔ ALFRED STEINER


NICOLE A CHANGÉ DE CRÈMERIE !!!

POUR NE RATER AUCUN NUMÉRO DE LA GAZETTE DE NICOLE

SUIVEZ-NOUS EN VOUS ABONNANT LÀ :

https://www.yumpu.com/fr/la_gazette_d

NICOLE VOUS DIT : « COCHEZ FOLLOW »! ;-)


Cette Gazette présente tous les mois, enluminés par Jean-

Jacques Tachdjian, une dizaine d’artistes extraits de mon

Nicole-Museum, arme de reconstruction massive, qui est

en construction, mais que vous pouvez déjà visiter ici :

http://nicolemuseum.fr/

Elle est donc une porte d’entrée dans cette fabuleuse

famille des 4000 peintres libres et décoiffants de tous les

pays, qui figurent dans ce « musée ».

Vous pouvez toujours me demander (par nicole.

esterolle@yahoo.fr) de vous envoyer gratis par

wetransfer la collection entière.

L’art d’État, officiellement contemporain, est, après

quarante ans d’hégémonie, en voie d’extinction paraît-il.

Son appareil, troué de toutes parts, est en-train de faire

naufrage, malgré le soutien désespéré de la financial-artspéculation…

et de l’argent public.

Alors partagez cette gazette, car je crois que vous

contribuerez ainsi à l’avènement d’une alternative

salvatrice pour l’art et les artistes de ce temps.

e_nicole_esterolle

Nicole Estérolle

Et puis je vous suggère d’aller faire un tour sur mon site

www.schtroumpf-emergent.com


Allison Sommers


Parrainez Allison !

Car elle le mérite bien !

« Salut! Je suis Allison Sommers, une

artiste ouvrière basée à Brooklyn. Je

passe la plus grande partie de ma vie

éveillée dans un type de fabrication ou

dans un autre. Ma pratique principale

est le dessin et la peinture, mais je fais

aussi des sculptures, des assemblages,

des livres d’art et des films.

J’explore beaucoup ce qui concerne

l’humain et l’animal, et là où les deux

se chevauchent.

Je travaille tous les jours, je me

lève tôt, je me couche tard et j’étudie

beaucoup à travers mes carnets de

croquis.

J’ai partagé des pages de ces carnets

de croquis, principalement en

fragments en ligne, au cours de ces

dernières années.

Je suis toujours ouverte aux

suggestions, aussi, s’il y a quelque

chose que quelqu’un veut savoir sur

mon travail, je serais heureuse de

l’éclairer.

L’une des raisons pour lesquelles

j’utilise le modèle Patreon est

qu’il me permet de me connecter

étroitement aux amateurs d’art

intéressés, qui peuvent ainsi me

soutenir. Je suis extrêmement

sensible à l’aide continue que je

reçois de mes « Parrains », parce

qu’ils m’aident à garder les lumières

allumées et à expérimenter et

pousser plus loin mon aventure.

Merci beaucoup, beaucoup ! »

https://www.patreon.com/awsommers


Jean Branciard


Et vogue la galère !

« Avant de nous risquer sur cette mer pour

l’explorer dans toutes ses étendues et nous

assurer s’il y a quelque chose à y espérer, il

nous sera utile de jeter encore un coup d’ œil

sur la carte du pays que nous allons quitter et

de nous demander d’abord si, par hasard, nous

ne pourrions pas nous contenter de ce qu’il

renferme ou s’il ne nous faut point, par force,

nous en contenter dans le cas, par exemple, où

il n’y aurait pas ailleurs un autre sol sur lequel

nous pourrions nous fixer ; et ensuite, à quel

titre, nous possédons ce pays et comment nous

pouvons nous y maintenir contre toutes les

prétentions ennemies. » Robert Surcouf

Jean Branciard vit et travaille à Letra (69)


Daniel Sparkes


Pourquoi n’a-t-on pas

d’hybrides comme

celui-ci en France ?

L’artiste anglais Daniel Sparkes, né en 1980,

en Angleterre et autodidacte, que vous

connaissez peut-être mieux sous le pseudo

de Mudwig , présentait quelques-unes de ses

dernières oeuvres à la Line Gallery.

Ça fait quelque temps maintenant qu’il

travaille sur ces nouvelles peintures à l’huile

fortement inspirées par Philip Guston. Mais

il a d’autres inspirateurs, comme Ged Quinn

et Piranesi.

Ici, avec ces dernières oeuvres, l’artiste

continue là où Guston s’était arrêté. Comme

il le dit, il y a un chaînon manquant entre

le travail de Guston et le mouvement Comic

Abstraction, un vide que l’artiste essaie donc

de combler. Dans cette suite de peintures,

on retrouve une série d’auto-portraits,

mais aussi des espèces de machins un

peu grotesques. Dans la forme, au niveau

de la technique de peinture et du trait,

ça ressemble en effet à du Guston, mais

à l’inverse du changement opéré par ce

dernier à la fin de sa carrière, Daniel

transforme les formes figuratives en formes

hybrides, comme coincées entre figuratif et

abstraction.

Plus d’infos : http://danielsparkes.com/


Daron Mouradian


Au désespoir

de la critique d’art.

Parlant de ses œuvres, l’artiste arménien dit :

« Je ne parlerai pas beaucoup de mes peintures qui parlent

d’elles très bien. Laissez les visiteurs voir eux-mêmes ce que

mes peintures disent. »

Il puise en effet à la source interdite par la critique d’art

d’avant-garde internationale : celle du bienheureux sommeil

de la Raison qui enfante les créatures de Goya, d’Ernst, ou de

Lautréamont… Celle d’un monde où règnent des «singes de

Dieu», où déferlent toutes les obsessions, toutes les hantises,

tous les rêves de l’humanité... « La sagesse des sages est folie

pure », disait Saint-Paul.

Daron Mouradian est né en 1961 à Érevan (Arménie)


El Gato Chimney


Tiens, encore un peintre

animalier !

El Gato Chimney est né en 1981

à Milan, où il vit et travaille

actuellement.

Il a commencé sa carrière

en tant qu’artiste autodidacte

fiérement déclaré et assumé,

tout en développant un intérêt

précoce et irrépressible pour le

graffiti et l’art pariétal urbain, ce

qui l’a amené à poursuivre un

voyage réussi dans le « streetart

», qu’il cite encore comme

une de ses inspirations, avec

la culture steampunk et le

surréalisme non duchampien.

Ses recherches picturales

portent sur une grande variété

de sujets, tels que l’alchimie, l’art

ancien et moderne, la magie,

le tribal océanien, l’animisme,

le syncrétisme religieux,

l’occultisme, le folklore populaire,

le spiritualisme, l’art primal et

l’ornithologie.

https://www.steambiz.com/

works/paintings/


Philip Guston


Une figuration « post-abstraite »

Philip Guston est un peintre

américain qui a fait un moment

dans l’expressionnisme abstrait

hégémonique de l’époque, puis

s’en est vite lassé. Abandonné

par ses galeries, il embraye

donc sur cette figuration tout-àfait

personnelle, financièrement

incorrecte pour l’époque, et qui

n’a rien à voir avec les courants

d’air du temps générés par la CIA.

Une œuvre incongrue, sauvage,

irrévérencieuse… intemporelle

donc, qui garde aujourd’hui une

étonnante fraîcheur et revient en

force dans le grand marché.


Jean Kiboi


Qui a ubu… uboira !

Jean Kiboi parle de son univers «Kibuesque» pour

dire que son monde est celui du Père Ubu : grossier,

cruel, injuste, intéressé, dur aux faibles, complaisant

avec les puissants.

« À travers le choc que l’on ressent d’abord en

regardant ces corps tordus, torturés, ces gueules

cassées, ces fous hurlant leur détresse, ces

personnages emprisonnés dans des boites trop petites

pour eux, Jack l’éventreur sa feuille de boucher

ensanglantée à la main, on ne peut que se rendre à

l’évidence : ce monde est bien le nôtre » a écrit très

pertinemment Émile Brami.

Plus d’infos : https://www.jeankiboi.com/


Madame et Monsieur

Gorgô


Voyage en

Haute -

Gorgonie

C’est d’une rencontre fusionnelle

entre Michel Gouteux et Bénédicte

Devilliers, deux peintres hautsnormands,

qu’est née l’entité

picturante dénommée « Monsieur et

Madame Gorgô ».

Pourquoi Gorgô ?… On ne sait pas

bien….une vague évocation des

gorgones et du surréalisme postmoyen-âgeux,

peut-être…

Y-a-t’il un critique d’art duchampien

dans l’autobus pour nous expliquer ?


Alfred

Steiner


Un art soumis à sa loi

Alfred a commencé par des études de droit. « La loi et l’art

ont donc été principalement des sphères séparées pour

moi. Mais il ne fait aucun doute que l’étude de la loi a influencé

mon travail », dit-il.

« J’ai passé mes années d’école primaire dans l’Ohio rural.

Il y avait des animaux partout. Le père de mon meilleur

ami avait un magnétoscope et trois cassettes VHS, Star

Wars, Cheech et Chong’s Next Movie et The Texas Chainsaw

Massacre. Ce dernier était mon préféré, et pas seulement

parce que ces événements fictifs ont eu lieu le jour de ma

naissance. Il y a une scène où l’une des victimes nubiles

trébuche dans une pièce parsemée d’ossements d’animaux,

vision à la fois terrifiante et rustique sous le soleil jaune du

Texas. Pour ne pas être en reste, mon ami et moi avons

découvert un boneyard en parcourant une ferme voisine et

récolté quelques crânes de vache que nous avons nettoyés

avec de l’eau de Javel. Il y avait aussi un marchand de

fourrures qui vivait à proximité dans une masure humide

juste après le ruisseau. Lors de notre unique rencontre, j’ai

regardé avec enthousiasme cet homme sculpter le cœur d’un

renard et me le remettre. Une deuxième image canine de

cette période est celle d’un terrier Jack Russell sautant dans

les airs pour attraper les testicules fraîchement tranchés d’un

bouc que lui jetait ma mère, une sacrée épreuve pour l’enfant

que j’étais ! Mais aucune de ces expériences ne m’a préparé

pour le jour où je suis sorti de mon bus et ai ouvert la boîte

aux lettres pour trouver un œil bleu coupé me regardant

fixement. En ouvrant la boîte, je regardai à l’intérieur pour

trouver un orbe laiteux, de la taille d’une pomme, suspendu

dans un pot de formol. C’était un cadeau non sollicité de

notre vétérinaire, qui alimentait ainsi ma prédilection pour

l’anatomique. »


Soyons clairs,

une Nicole fausse est-elle une fausse Nicole ?

Peut-on déterminer l’âge du capitaine d’un simple

clic de souris (un clic droit si possible) ?

Y a-t-il une vie avant la mort ?

La société est-elle réellement malade ou tout

simplement hypocondriaque ?

Vraie fausse Nicole en bois faux,

début du XXI e siècle.

Courtesy of «la chapelle des

Nicoles» bar restaurant à Cluny

sur Escaut (B).

RIGOLE,

PICOLE,

BRICOLE

ET

NICOLE

75% de

copinage,

100%

d’informations

!!!


Jean-Jacques Tachdjian


The PIT


La classe

Internationale

J’ai eu la chance, l’honneur, l’avantage et

la régalade de rencontrer Pit quand il était

encore un jeune lycéen, Pierre Choisnet,

aka The Pit, a vite acquis un style unique qui

fait de lui un des IMAGINISTES* majeurs en

ce début du XXI e siècle.

Ses images sont faites de filles, souvent

jalouses, enragées et furibardes, il les

dessine avec ce fameux pinceau à un poil

qui a fait sa renommée.

À la croisée du graphisme et de la peinture

on peut citer en voyant son travail de

nombreux artistes, comme Jeff Keen, Peter

Saul, Adami, Sue Williams, et tant d’autres

mais The Pit est the Pit et une de ses clés

de décriptage est qu’il mélange allègrement

des codes de lecture opposés dans une

même image. Un florilège de détails

jouxte par endroits un élément graphique

énorme et perturbe la lecture, qui, une fois

dépassée cette tapette à souris, se révèle

pour ne plus vous lâcher.

The Pit est un génie et on est ami-ami.

https://www.flickr.com/photos/introthepit/

*Les imaginistes sont des faiseurs d’images quels que

soient le support ou la technique, l’œuvre unique ou la

duplication, alors arrêtez de nous faire chier avec la

peinture ou le dessin ou l’art numérique, tout ça, c’est

des conneries, seule l’image compte !

More magazines by this user
Similar magazines