AUTOINSIDE Édition 7/8 – Juillet/Août 2018

autoinside

ÉDITION 7 / 8 JUILLET / AOÛT 2018

AUTO

INSIDE

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

Union professionnelle suisse de l‘automobile (UPSA)

De quel logiciel un garage a-t-il véritablement

besoin et où se dissimulent les chantiers

numériques ?

Pages 8 23

Les opportunités de la numérisation des

processus de vente.

Pages 24 35

L’évolution des priorités et opportunités des

propulsions dans le contexte des nouvelles

directives sur le CO 2

.

Pages 66 69

GAGNEZ ET ÉCONOMISEZ

grâce aux solutions online de l’ESA


Advertorial

Les TIC de façon intelligente

En tant que petite entreprise, nous ne voulons pas nous charger de l’exploitation ICT.

Comment procéder si nous souhaitons externaliser l’informatique, et quels avantages

en tirerons-nous?

Par Filipe Pinto Teixeira,

conseiller PME chez Swisscom

De nombreuses PME font face au même problème:

elles ont besoin de services ICT qui fonctionnent

mais n’ont pas leur propre département

ICT. Un collaborateur s’occupe des ordinateurs et

du serveur en plus de son travail, les sauvegardes

sont réalisées sur des cassettes. Les postes de

travail sont équipés de différentes machines, l’environnement est

hétérogène et difficile à administrer. Lorsque l’ICT est externalisé auprès

d’un partenaire compétent, l’entreprise peut se concentrer sur

son coeur de métier. Ce qui était jusqu’alors un pensum se mue en un

facteur propice aux affaires. Le partenaire proposera idéalement

un service complet: il conseillera l’entreprise quant à ses besoins,

fournira la connexion à Internet, la téléphonie et le matériel, assurera

une exploitation fluide et apportera un soutien rapide en cas de

problèmes.

Pack complet modulaire

Swisscom a détecté ce besoin et lancé une solution complète destinée

aux PME de toutes tailles et de tous secteurs: «Smart ICT»

combine tout ce dont une société a besoin en matière de prestations

informatiques et de télécommunication, à un prix mensuel fixe.

L’offre Smart ICT est conçue de façon modulaire. Il n’est pas nécessaire

de commander et d’utiliser toutes les fonctions d’emblée.

Autrement dit, vous pouvez débuter avec les services de base tels que

la connexion à Internet et la téléphonie et ajouter ensuite d’autres

modules de la solution, par exemple des services de sauvegarde

depuis le Cloud ou des abonnements à des logiciels tels qu’Office

365. Si vous le souhaitez, l’offre Smart ICT peut inclure le matériel.

Ainsi, vous êtes libéré d’investissements onéreux dans des ordinateurs

fixes ou portables.

Conseil compris

Le site Internet Smart ICT de Swisscom (www.swisscom.ch/smartict)

dispose d’un configurateur en ligne qui fournit des informations sur

les différentes options et leurs coûts. Pour ce qui est de la pratique,

les experts Swisscom se feront le plaisir de prodiguer des conseils

sans engagement, que ce soit dans un Swisscom Center ou chez les

personnes intéressées, avec une analyse détaillée de la situation.

Conseil personnalisé par Swisscom

Les membres d’associations bénéficient de conditions spéciales

sur nos offres. Contactez-nous, nous serons heureux de

vous conseiller de manière personnalisée.

0800 800 568 agvs.info@swisscom.com


Union professionnelle suisse de l‘automobile (UPSA)

De quel logiciel un garage a-t-il véritablement

besoin et où se dissimulent les chantiers

Les opportunités de la numérisation des

L’évolution des priorités et opportunités des

propulsions dans le contexte de directives

RZ_1_EBS_TITELSEITE2015_AI_DF.indd 2 28.05.2018 15:58:59

SOMMAIRE

Juillet/Août 2018

5 Éditorial

6 En bref

52 La VSW et l’UPSA sont convaincues

de contribuer à une amélioration

de la qualité et de l’efficacité dans

les centres de formation grâce aux

nouveaux outils pédagogiques CI.

66 « Les moteurs diesel seront là

pour longtemps », affirme l’expert

Christian Bach. Le directeur de la

section Systèmes de propulsion

des véhicules de l’Empa explique

l’évolution des priorités et

opportunités des propulsions

dans le contexte des nouvelles

directives sur le CO 2

.

Logiciels

8 Le véhicule comme aspirateur de données

11 Évolution du garage grâce au big data

12 De quel logiciel un garage a-t-il besoin ?

14 Examen des testeurs multimarques

16 Eurotax à la rencontre de la numérisation

18 Les données numériques mettent les gaz

20 Actualités des logiciels de A à Z

Numérisation/plates-formes

24 Les recettes des fournisseurs et importateurs

pour la « présence en ligne »

28 L’interface entre AutoScout24

et Carauktion fonctionne

30 Le camp marketing pour garagistes

32 Petit-déjeuner des garagistes : P. Schweizer AG

24 Ces produits favorisent l’ordre numérique

Association

36 41 e assemblée des délégués réussie

38 Les objectifs du président central confirmé

41 Un nouveau visage au comité central

42 La solution par branche SAD a été recertifiée

44 Le garage vainqueur du selfie dit merci

80 Les annexes aux contrats de

concession et de service recèlent

souvent des normes et des

directives formulées par les

constructeurs ou les importateurs.

Le prof. Patrick L. Krauskopf de la

ZHAW explique aux garagistes

comment jouer la sécurité avec de

telles clauses.

ÉDITION 7 / 8 JUILLET / AOÛT 2018

AUTO

INSIDE

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

numériques ?

Pages 8 23

processus de vente.

Pages 24 35

sur le CO 2.

Pages 66 69

GAGNEZ ET ÉCONOMISEZ

grâce aux solutions online de l’ESA

En couverture :

gagner et

économiser grâce

aux solutions en

ligne d’ESA.

AUTOINSIDE | Juillet Août 2018

Sections

46 L’UPSA des deux Bâle fête ses 90 ans

48 Deux échéances importantes pour les Vaudois

49 Le sujet de formation décore la Suisse centrale

50 Sensibilisation concrète aux métiers de l’UPSA

Profession et carrière

52 Outils pédagogiques électroniques dans les CI

54 Le « Future Day » à Vauffelin

58 L’UPSA Business Academy

60 Réunions régionales d’information

Atelier et service après-vente

62 Mobilité forfaitaire

65 La période des vacances, c’est celle du CEA

66 L’Empa affirme que le diesel a de l’avenir

71 Ce qu’il faut savoir sur les garanties de véhicule

72 La Formule E fait une halte à Zurich

73 L’autotecnica.ch est de retour

74 Tout sur le Swiss Automotive Show

76 L’invitation de ZF au Power Show

Politique/Management et droit

77 Détenteurs de véhicules d’entreprise

78 La loi sur le CO 2

est source de discussions

80 Normes et CGV illicites

82 Garages/Impressum

Votre partenaire compétent

pour une maison

de l’auto conviviale

Planification et conseils lors d’une construction nouvelle

ou d’une rénovation de garages et de maisons

de l’auto, de stations d’essence, shops

Profitez de notre expérience. Nous nous tenons

à votre entière disposition pour un entretien sans

engagement.

AWS ARCHITEKTEN AG

Muristrasse 51

CH-3006 Bern

Téléphone 031 351 33 55

Téléfax 031 351 33 68

Homepage: www.aws.ch

e-mail: architekten@aws.ch


Les meilleures marques de pièces de rechange,

d’équipements et de consommables pour l‘atelier

31.08.-01.09.2018

NIEDERBIPP

www.swiss-automotive-show.ch


ÉDITORIAL

La relation de confiance encourage

et renforce l’UPSA

Chère lectrice, cher lecteur

L’assemblée annuelle des délégués

constitue toujours un temps fort pour

l’UPSA, en particulier aussi parce que

l’organisation de la manifestation est

confiée à une section qui agit en qualité

d’hôtesse et qui présente son canton et

sa région aux délégués. Cette année, nous

nous sommes rendus à Neuchâtel. La

section neuchâteloise s’est parfaitement

occupée des délégués et de nos invités

qui auront vécu, une fois de plus, une

journée inoubliable. Je souhaite remercier

le comité et les membres de la section

pour leur merveilleuse hospitalité.

Cette année, l’assemblée des délégués

s’est tenue sous le signe de l’entrepreneuriat

en mutation, de la mobilité de

plus en plus variée et des élections du

comité central. Avec mes collègues du

comité, j’ai eu l’occasion de porter un

regard rétrospectif sur une excellente

année automobile 2017 et sur un exercice

réussi pour l’UPSA.

Dans le même temps, les garagistes ont

partagé leur inquiétude et leur confiance

quant à l’évolution future de notre branche

dans le cadre de l’irrésistible mutation

qui s’articule autour des développements

numériques et techniques.

Les routes devraient accueillir de plus

en plus de voitures électrifiées. De

nouvelles formes de mobilité, selon

lesquelles la voiture sera plus utilisée

(autopartage) et moins achetée, sont

proposées. La pression concurrentielle

sera maintenue et les marges resteront

insuffisantes. Les constructeurs et les

« Dans le même temps, les

garagistes ont partagé leur inquiétude

et leur confiance quant

à l’évolution future de notre

branche dans le cadre de l’irrésistible

mutation qui s’articule

autour des développements

numériques et techniques. »

importateurs adoptent des normes de

plus en plus strictes et mettent les gaz

suite au processus de concentration qui

secoue la branche automobile.

Au milieu de ces contraintes, nous

pouvons encore faire l’hypothèse que

le besoin de mobilité s’intensifiera

davantage. En tant que garagistes, nous

sommes au cœur de la problématique et

il nous appartient, en notre qualité d’entrepreneur,

de prendre nous-mêmes en

main notre avenir. Le garagiste deviendra

ainsi de plus en plus un interlocuteur

compétent dans tous les domaines qui

relèvent de la mobilité au sens large.

C’est pourquoi le garagiste demeure un

entrepreneur qui a de l’avenir.

Le comité central, la direction et les

cadres de l’UPSA se penchent intensément

sur toutes les évolutions. L’accompagnement

informationnel et les offres

de services occupent le devant de la

scène pour que nos membres puissent

s’organiser au mieux sur le marché et

sur le plan technologique compte tenu

des évolutions pertinentes.

Pour que nous soyons en mesure de

relever les immenses défis auxquels

est confrontée l’UPSA, il nous faut une

équipe motivée et une collaboration marquée

par la confiance. Cette confiance

a été signifiée unanimement au comité

et à la direction lors des élections du

comité et de l’approbation des comptes

annuels et du rapport annuel.

Il s’agit là d’un impressionnant vote de

confiance pour lequel j’adresse mes

plus sincères remerciements aux électeurs

au nom de l’ensemble du comité.

Cette confiance crée simultanément

la meilleure fondation possible nous

permettant tous ensemble de fortifier

encore plus l’UPSA avec motivation et

dynamisme.

Je me réjouis de la poursuite de notre

collaboration placée sous le signe de la

confiance et du respect mutuels.

Meilleures salutations,

Urs Wernli

Président central

NOUS AVONS

LA BONNE SOLUTION

POUR VOS REMISES

DE CLEFS

BOPP Solutions AG

Industriestrasse 6 | 8305 Dietlikon | Schweiz

T +41 44 883 33 88 | F +41 44 883 33 89

info@bopp-solutions.ch | www.bopp-solutions.ch


Liberté d’entreprise

... un des nombreux atouts du partenaire le GARAGE!

Die Marke Ihrer Wahl

EN BREF

Amedeo Bonorva, Akzo Nobel.

Stefan Baumann, Swissexperts.

Pascal Lanz (responsable commercial Mitsubishi, Kia, Suzuki, centre automobile d’Emil

Frey, Safenwil ; de g. à dr.), Daniel Zobrist (président des Swiss Handball Awards) et Davide

Raia (vendeur d’automobiles Mitsubishi, centre automobile d’Emil Frey, Safenwil).

Akzo Nobel : un nouveau

directeur commercial

Un nouveau départ avec un

visage familier : Amedeo Bonorva

est responsable de la direction

commerciale d’Akzo Nobel Car

Refinishes AG et de la marque de

peinture haut de gamme Sikkens

depuis début juillet. Le cadre de

52 ans a gagné la confiance des

clients et de son équipe : « Les

quatre dernières années chez

Akzo Nobel m’ont montré que la

branche, les clients et mon équipe

constituent pour moi la bonne

motivation pour reprendre avec

enthousiasme cette nouvelle

fonction et surtout pour l’exercer

à long terme. »

Stefan Baumann est le nouveau

directeur de Swissexperts

Steven Caviezel, président du

CA de Swissexperts AG, sise à

Zurich, se réjouit qu’un dirigeant

chevronné issu de la branche

automobile ait rejoint ses rangs :

« Stefan Baumann devra développer

et renforcer la société et

ouvrir de nouveaux domaines

d’activité. » M. Baumann dispose

de plus de 30 ans d’expérience

du management dans l’automobile,

les accessoires et les

services.

Pirelli renforce son

organisation commerciale

Pour mieux répondre aux

besoins des revendeurs de

pneus, des garagistes, des

importateurs de véhicules et

des grossistes, Pirelli Tyre

(Suisse) SA se réorganise et

élargit son équipe. Glen George,

Key Account Manager actuel,

quittera l’entreprise fin août de

sa propre initiative et relèvera

un nouveau défi professionnel

hors de la branche automobile.

Cosimo De Luca lui succèdera

au poste de Key Account Manager.

Il connaît parfaitement

les clients car il a déjà exercé

cette fonction jusqu’à la fin

de l’année 2016. La fonction

actuelle de Channel Manager

Garage de Cosimo De Luca

est assurée depuis le 1 er juillet

par Filippo Covello, qui a lui

aussi de l’expérience de cette

mission. Les restructurations

n’épargnent pas non plus l’organisation

de vente au détail, le

groupe Agom/Driver Center :

Elena Ballista, qui travaille chez

Pirelli depuis plus de 30 ans, a

repris la fonction de Retail Director.

Felice Di Paolo renforce

désormais l’équipe commerciale

d’Agom/Driver Center.

Emil Frey, partenaire des

Handball Awards

Le centre automobile d’Emil

Frey SA à Safenwil soutient les

Swiss Handball Awards 2018 en

sa qualité de partenaire et met

une Mitsubishi Outlander PHEV

à la disposition du président du

comité organisateur, Daniel Zobrist.

« Nous sommes ravis que

le centre automobile d’Emil Frey

à Safenwil soit le partenaire de

l’Award cette année et qu’il joue

un rôle de premier plan dans l’organisation

de l’élection », affirme

M. Zobrist. Lors du prestigieux

événement, un jury a élu Andy

Schmid (Rhein-Neckar-Löwen)

meilleur joueur de handball

suisse et Rolf Erdin (Fortitudo

Gossau) entraîneur de l’année.

Carlos Deza a repris

les commandes d’Abt AG

Depuis début juillet, Abt AG

n’est plus sise à Dietlikon mais

à Brüttisellen et dispose d’un

nouveau directeur, Carlos Deza.

Après sa formation de mécanicien

d’automobiles, il est passé

dans la branche du pneu chez

Adam Touring GmbH. Il y a gravi

les échelons pour devenir responsable

de la région Est. Après

23 ans, il a cependant décidé

d’assumer de nouvelles responsabilités.

Il reprend les commandes

d’Abt AG avec le soutien

de Carlo Ledermann, l’actuel CEO

et propriétaire de l’entreprise.

Markus Hutter entre au conseil

d’administration d’Axa-Arag

Markus Hutter, CEO et président

du conseil d’administration

de Hutter Dynamics AG, ainsi

que Wanda Eriksen-Grundbacher

et Martin K. Eckert ont été

élus membres indépendants du

conseil d’administration d’Axa-

Arag Protection juridique SA.

L’élection du trio doit encore être

approuvée par la Finma. M. Hutter

exerce en outre les mandats

de vice-président et de président

du comité de nomination et de

rémunération du CA de Ruag,

de président du CA d’ESA et de

membre du CA d’Identech AG.

Markus Hutter.


EN BREF

Valvoline et Krautli font le bonheur

du directeur Flavio Zani (à dr.).

Simona Baitieri, Quality1.

Nouvelles têtes, carrières et compétences sur UPSA Online

Krautli et le géant américain

Valvoline coopèrent

Krautli (Suisse) SA est

désormais le partenaire de

distribution et de logistique

de Valvoline en Suisse et au

Liechtenstein pour la palette

de produits lubrifiants et de

produits chimiques pour véhicules.

L’entreprise suisse offre

à ses partenaires, des grossistes

et ateliers indépendants,

un accès à plus de 400 produits

du portefeuille complet de

Valvoline. Le groupe américain

se consacre au développement

d’huiles moteur depuis plus de

150 ans.

Mobilcity : l’un des plus beaux

lieux propices aux réunions

Dans le cadre du Swiss

Location Award 2018, plus de

8500 organisateurs d’événements

et visiteurs ainsi qu’un jury

d’experts indépendants ont récompensé

les meilleurs sites de

Suisse. Plus de 500 hôtels, restaurants,

lieux de congrès et de

manifestations étaient nominés.

Mobilcity à Berne, le siège de

l’UPSA, a décroché la 14 e place

de la catégorie des lieux propices

aux réunions. D’après Sandra

Nützi, responsable Événementiel

à Mobilcity, la distinction est

« une immense gratification et un

signe de reconnaissance pour

toutes les parties prenants ».

Quality1 mise sur

les femmes en marketing

14 e place dans la catégorie des lieux propices aux réunions : Mobilcity à Berne.

pd. 55 220 visites et presque 150 000 pages imprimées par mois :

voilà, les chiffres des médias de l’UPSA sur les canaux en ligne, avec

une tendance à la hausse. L’une des clés du succès d’upsa-agvs.ch

réside dans les contenus d’actualité pertinents, destinés avant tout

aux garagistes et aux décisionnaires des garages. Ce concept sera

désormais complété avec un News-Ticker, qui diffuse un aperçu

concis sur les nouveautés commerciales ou relatives à la vie des entreprises

: changements de poste, nouveaux produits, inaugurations.

Adressez-nous vos actualités à newsdesk@agvs-upsa.ch.

Simona Baitieri est responsable

marketing de Quality1

AG depuis début mai. Avant de

rejoindre cette dernière, la cadre

de 35 ans était chargée du marketing

dans une petite entreprise

de paiements. Auparavant, elle a

accumulé sept ans d’expérience

en tant qu’assistante marketing

dans une entreprise de construction.

Elle a fait ses premiers pas

dans le monde du travail dans un

garage BMW et Mini.

Urs Wernli, nouveau

président de routesuisse

La 73 e assemblée des

membres de routesuisse, la

Fédération routière suisse (FRS),

a été particulièrement marquée

par la nouvelle structure de

l’association introduite en 2017.

Grâce à sa nouvelle organisation,

l’association faîtière suisse

du trafic routier privé est plus

que jamais tournée vers l’avenir

et prête à relever les nombreux

défis qui résultent de la nécessite

d’une circulation fluide et

de l’évolution de la mobilité. Le

Fonds pour les routes nationales

et le trafic d’agglomération

(Forta) et le programme de développement

stratégique (Prodes)

pour les routes nationales, la

révision de la loi sur le CO 2

, la

tarification de la mobilité, les

nouvelles technologies électroniques

ainsi que la politique des

données dans le domaine de la

mobilité font partie des principaux

défis que devra adresser

routesuisse. Arrivé au terme de

son mandat de président, Peter

Goetschi s’est réjoui de placer la

destinée de l’association entre

de nouvelles mains. Urs Wernli,

le président central de l’UPSA,

a été élu à l’unanimité au poste

de président pour une année par

l’assemblée des membres.

Une formation

quotidienne :

www.agvs-upsa.ch

le GARAGE,

le concept de garage

partenarial de votre ESA

Die Marke Ihrer Wahl


LOGICIEL DE GARAGE FOCUS

Collecte de données, prestation de services

Le véhicule comme aspirateur de données

Au cours des prochaines années, l’Internet des objets (IoT Internet of Things) et l’industrie 4.0 vont influencer le

quotidien des hommes, mais aussi le secteur des garages. Les véhicules modernes collectent, entre autres nombreuses

informations, des données d’exploitation, des informations sur le trafic et l’état des routes, et les acheminent vers un cloud

via la téléphonie mobile ou le Wi-Fi. Des spécialistes des bases de données ou des logiciels spécialement programmés

filtrent les informations obtenues pour générer des prestations et services. Andreas Senger, rédaction

Quelles données un véhicule moderne transmet-il au fabricant ou

aux sous-traitants ? L’industrie ne répond pas clairement à cette question.

La connectivité intégrée des véhicules modernes leur permet en

effet de fournir de manière autonome des informations sur l’état du

véhicule, sur les itinéraires empruntés, ainsi que des données d’exploitation

telles que la consommation, la charge de moteur, etc.

15 à 200

informations issues de capteurs

sont enregistrées par véhicule sur les serveurs des fabricants d’origine.

« Chaque fabricant de première monte collecte un nombre varié

de données », explique Alexander Haid, Managing Director de Caruso

Dataplace. « Entre 15 et 200 informations issues de capteurs sont

régulièrement sauvegardées sur les serveurs pour un véhicule : de la

durée de vie de la batterie de démarrage à l’usure des pneus, de nombreux

paramètres sont enregistrés et évalués. » Ces informations permettent

d’optimiser la conception des composants, mais également

d’analyser la durée de vie des différents modules.

Un trafic plus fluide grâce au big data

Grâce à des capteurs tels que le radar et la caméra frontale, des

informations sur l’environnement sont en outre enregistrées et transmises

au serveur. Des programmes sophistiqués créent des cartes

routières très précises. La collecte des profils de mouvement des

véhicules par des systèmes de guidage et les recommandations de

départ et d’itinéraire pour le trafic individuel permettent de réduire

les embouteillages. Les avertissements relatifs aux conditions météorologiques

établis à partir de l’évaluation du fonctionnement des

essuie-glaces de nombreux véhicules (fortes pluies, etc.) contribuent

également à la prévention des accidents. La communication des véhicules

avec l’infrastructure routière (et notamment les feux de signalisation)

doit permettre d’optimiser la fluidité du trafic et d’éviter

ainsi les engorgements dans le centre-ville. Le consommateur ignore

généralement que des données sont fournies par son véhicule, bien

qu’il accepte expressément le flux d’informations en signant son

contrat de vente. L’importance accordée à la protection des données

a diminué depuis l’arrivée du smartphone. Les consommateurs se

sont habitués à la collecte de leurs données personnelles par Google,

Apple, etc.

Pas de services sans collecte des données

De nombreuses informations sont également nécessaires pour la

conduite autonome. « La voiture doit voir, penser et agir », déclare Jumana

Al Sibai, responsable adjointe des ventes de la division Chassis

Systems Control de l’entreprise Bosch. « Pour y parvenir, nous avons

besoin d’informations très précises, en particulier concernant l’environnement,

sous forme de cartes routières numériques permettant

d’optimiser la commande du véhicule. »

Suite page 10.

ABARTH - ALFA ROMEO - BANNER - BRIDGESTONE - CASTROL - CHRYSLER - CONTINENTAL - COOPER - DAIHATSU - DODGE - DUNLOP - FALKEN - FIAT - FIAT PROFESSIONAL - FORD - G

Vous avez les voitures, nous les lubrifiants.

Chez nous vous recevez des lubrifiants de haute qualité de quatre fabricants renommés - tout d‘une seule source. Produits

de qualité à des prix honnêtes - livrés dans toute la Suisse jusqu‘à trois fois par jour.

ABARTH - ALFA ROMEO - BANNER - BRIDGESTONE - CASTROL - CHRYSLER - CONTINENTAL - COOPER - DAIHATSU - DODGE - DUNLOP - FALKEN - FIAT - FIAT PROFESSIONAL - FORD - G


LOGICIEL DE GARAGE

La connexion du smartphone dans le véhicule progresse. Le téléphone portable

collecte des informations, mais l’itinéraire, la charge du moteur ou l’état des

routes et les conditions météorologiques sont également recueillis en ligne.

Danger d’une présence en ligne constante : dans l’univers de l’IoT, les cyber-attaques

supposent une protection optimale, comme par le biais de systèmes de sécurité

matériels et logiciels adaptés.

Collecter les données sur un serveur central :

ce qui ressemble à de la science-fiction

est une réalité depuis longtemps. Les

véhicules modernes collectent en continu

15 à 200 données de capteurs et le logiciel

d’évaluation dédié identifie les informations

intéressantes (photos Büro Senger ; photo

principal Bosch, Continental).

La quatrième révolution industrielle

IoT est essentiel pour la prochaine vague d’innovation

1 re révolution industrielle

Vapeur

2 e révolution industrielle

Électricité

3 e révolution industrielle

Informatique

4 e révolution industrielle

Intelligence

Automatisation IA

Robotique IoT

1784 1870 1969 aujourd'hui

La 4 e révolution industrielle est marquée par l’intelligence artificielle, l’automatisation et l’Internet des objets. En tant que système high tech, la voiture est au cœur

de cette révolution.

OODYEAR - JEEP - LANCIA - LEXUS - MG - MICHELIN - MOBIL - MOTOREX - NOKIAN - OSRAM - PANOLIN - PIRELLI - ROVER - THULE - TOYOTA - VREDESTEIN - WYNNS - YOKOHAMA

Commandez maintenant:

> E-Shop: shop.fibag.ch

> E-Mail: orders@fibag.ch

> Hotline: 062 285 61 30

Fibag SA

Lischmatt 17

4624 Härkingen

OODYEAR - JEEP - LANCIA - LEXUS - MG - MICHELIN - MOBIL - MOTOREX - NOKIAN - OSRAM - PANOLIN - PIRELLI - ROVER - THULE - TOYOTA - VREDESTEIN - WYNNS - YOKOHAMA


LOGICIEL DE GARAGE

Mais l’optimisation générée par la collecte d’informations radar et

caméra de millions de véhicules ne se limite pas à l’environnement.

Les conditions routières et météorologiques doivent également être

enregistrées en temps réel. « La collecte de données est une chose,

l’analyse de la très grande quantité de données en est une autre »,

déclare l’ingénieure en économie diplômée.

Gagner de l’argent grâce aux données

D’ici 2020, les constructeurs automobiles entendent réaliser 25 %

de leur chiffre d’affaires avec les données de leurs clients. Pour Rainer

Kaltenbach, CEO de la division Connected Mobility Services du

groupe Bosch, il est clair que « la mobilité devient de plus en plus

un service. La question se pose de savoir quelles données et informations

je peux utiliser pour quel client. » Concrètement, cela signifie

qu’en plus de collecter les données, les fabricants d’origine et

les sous-traitants réfléchissent aux services qui peuvent en découler.

Afin d’accélérer le développement du futur générateur de ventes

« prestations et services », les fabricants d’origine et les sous-traitants

achètent des start-up spécialisées dans l’analyse des quantités considérables

de données. L’intérêt des données à des fins de marketing

ou pour les assureurs est évident : elles permettent une publicité personnalisée

et des primes d’assurance basées sur la conduite. Le secteur

de la publicité et de l’assurance va ainsi également prendre part

à l’exploitation des stocks de big data.

Avantages pour le garagiste

Le flux de données ouvre des perspectives intéressantes pour le

garagiste. La surveillance de nombreux systèmes de véhicule permet

de prévoir la panne imminente d’un composant et d’inviter le client

à une visite préventive à l’atelier. La mobilité individuelle va par ailleurs

s’étendre à l’autopartage. Grâce à la mise en réseau de différents

modes de transport, le client choisit via une application l’itinéraire

optimal lui permettant de se rendre d’un point A à un point B le

plus rapidement possible. Le garagiste peut ainsi prendre en charge

la gestion de la flotte de location partagée et assurer les services d’entretien,

de nettoyage et de réparation.

Mais l’atelier va également beaucoup évoluer sous l’effet du flux de

données. Si les concessions disposent aujourd’hui des notices de diagnostic

et de réparation de leur constructeur, de plus en plus d’applications

open source sont commercialisées (voir encadré « Évolution

du garage grâce au big data »). L’assistance des logiciels correspondants

permet le déploiement de concepts multimarques et l’engagement

plus souple des collaborateurs.

Protection contre les attaques informatiques

Les sous-traitants comme Continental sont conscients des dangers

de la mise en réseau. « Nos experts travaillent au renforcement

de la sécurité et à la protection de nos systèmes contre les attaques

informatiques », déclare Felix Bietenbeck, responsable du service

Vehicule Dynamics de Continental. « La sécurité concerne tous les

composants d’un véhicule. En plus des interfaces de communication,

les composants de sécurité tels que les systèmes de freinage doivent

par conséquent aussi être protégés. » Le développement de l’IoT est

également lucratif pour les fabricants de programmes antivirus.

Evgueni Valentinovitch Kasperski, fondateur de l’entreprise de cyber-sécurité

éponyme en est convaincu : « S’ils y voient un intérêt,

les cyber-criminels exploiteront les failles des systèmes matériels et

logiciels. La sécurité IoT doit être intégrée dans tous les véhicules

en réseau. Nous manquons actuellement d’ingénieurs en sécurité »,

regrette-t-il. « Il est urgent d’investir dans la formation. »

25 %

du chiffre d’affaires des constructeurs automobiles

doit être réalisé grâce aux données des clients d’ici 2020.

Ne pas craindre la nouveauté

Grâce au produit high tech automobile, le garage est habitué à

réagir de manière flexible aux évolutions techniques. Les nouvelles

opportunités offrent aux entreprises la possibilité de s’établir en tant

que prestataires de services de mobilité. Comme pour la sécurité Internet,

le secteur du garage a également besoin de spécialistes bien

formés. Si le personnel des ateliers aura à l’avenir de plus en plus

accès à des programmes d’assistance, la compréhension des systèmes

et de leur mise en réseau est essentielle. La formation initiale et

continue menée dans tous les secteurs et métiers d’un garage garantit

l’entrée de l’entreprise dans l’ère industrielle 4.0. <

Tout pour soutenir une équipe

gagnante.

Chemuwa Autozubehör AG

info@chemuwa.ch, Tél. 055 256 10 10

LIVRAISONS JUSQU‘AU 3 FOIS LE JOUR


FOCUS LOGICIEL DE GARAGE

Le garagiste profitera du nuage de données : de nouveaux services tels que les intervalles entre les véhicules ou les visites d’atelier préventives en raison de défaillances

imminentes des pièces du système dynamisent l’activité.

Collecte de données, prestation de services

Évolution du garage grâce au big data

La mise en réseau de véhicules, la collecte de nombreuses données et l’évaluation par des entreprises spécialisées vont,

dans l’avenir, simplifier le travail de l’atelier. Andreas Senger, rédaction

Les possibilités de diagnostic et les instructions de réparation

basées sur la réalité virtuelle ne sont possibles que par le biais de

l’échange de données. De nombreuses start-up aident les fabricants

d’origine et les sous-traitants établis à mettre en œuvre de nouvelles

idées dans ce domaine. Dans l’exemple (voir illustration ci-dessus),

le technicien d’atelier est guidé pas à pas dans un diagnostic. En raison

de problèmes de démarrage à froid sur un moteur diesel à rampe

d’injection commune, le système invite le collaborateur à contrôler

le système de préchauffage. La connexion à la base de données et la

probabilité d’erreur limitée en raison des symptômes offrent au technicien

un soutien ciblé.

Réalité virtuelle sous le capot

Ce dernier tient ainsi la tablette au-dessus du compartiment moteur

et obtient, en dépit du cache en plastique situé sur le moteur et

grâce à la technologie de réalité virtuelle, un affichage de la position

des bougies d’allumage. Le démontage des caches s’affiche également,

ainsi que des conseils pour la mise en place correcte des connecteurs.

Les erreurs dans l’atelier peuvent ainsi être minimisées et le temps de

diagnostic et de réparation réduit. <

AQUARAMA Swiss AG, votre spécialiste

pour les lavages des automobiles rentables.

www.aquaramaswiss.ch

AUTOINSIDE | Juillet Août 201811


LOGICIEL DE GARAGE

De quels logiciels a-t-on vraiment besoin ?

« Le volume des données augmente de manière

exponentielle avec celui des commandes »

Dans notre ère numérique, les exigences des garagistes, notamment à l’égard des fournisseurs de logiciels pour garages,

ne cessent de croître. Avec 80 collaborateurs, dont 15 spécialistes et quatre développeurs pour la branche automobile

suisse, GCS Suisse SA relève le défi avec l’outil DMS (système de gestion des concessionnaires). Ce logiciel a déjà été

installé dans quelque 2500 PME en Suisse, en Autriche et en Allemagne. Reto Dellenbach, son dirigeant, évoque les enjeux

pour les 500 garages qui misent sur son outil. Tatjana Kistler, rédaction

Monsieur Dellenbach, les garagistes cherchent de préférence

une solution logicielle clé en main, une sorte de poule aux œufs d’or.

Que pouvez-vous leur offrir ?

Reto Dellenbach : Ce désir est en effet exprimé de plus en plus

souvent. Nous proposons aux garagistes une solution, ou plutôt un

concept, qui correspond à leurs attentes. Il s’agit d’une part d’un matériel

d’une grande stabilité adapté aux besoins, avec des solutions

réseaux jusqu’au cloud, d’autre part de notre solution DMS VCS/VIS

(Vehicle Calculation System, Vehicle Inhouse System), grâce à laquelle

les processus d’entreprise peuvent être représentés de la réception

à l’atelier jusqu’à la facture, avec un traitement des commandes

complet et sans papier. L’outil permet également de reproduire tout

le processus du garage sur des terminaux mobiles, tablette, I-Pad,

smartphone, notebook ...

De quel logiciel un garage a-t-il besoin ?

Pas facile de répondre d’emblée ... Le garagiste doit parfaitement

savoir avec quels processus et quels acteurs du marché il travaille.

Cela lui fixe un objectif. Mais il s’agit d’un instant T, tout peut changer

en deux ou trois ans. Le garagiste doit en prendre conscience. On

peut ainsi évaluer quel système sera le plus approprié. Je prends souvent

pour comparaison l’achat d’une radio il y a 15 ans. Certains modèles

proposaient d’enregistrer 30 stations, d’autres 90. Au moment

de l’achat, j’étais certain que 30 stations mémorisées suffisaient, or,

peu après, j’ai regretté de ne pas en avoir quelques-unes de plus...

Telle est la difficulté pour les garagistes. Nous ne pouvons que recommander

de prévoir suffisamment de marge. Il ne faut pas limiter

sa liberté d’entreprise à cause du logiciel ou du système IT. Autrement

dit, le fournisseur doit pouvoir offrir une solution flexible,

adaptée aux spécifications du client. Il doit également être prêt à se

développer en collaboration avec les garagistes. Le choix d’un logiciel

doit être vu comme un mariage pour la vie, car un divorce serait compliqué

et douloureux ...

« En matière de logiciel, tout peut être très

différent dans deux ou trois ans.

C’est un problème dont le garagiste doit

prendre conscience. »

Et sur le plan technique ?

Le logiciel doit présenter une API ouverte, c’est-à-dire une interface

de programmation qui permet d’échanger des données dans les deux

sens. Cela veut dire à la fois lire les données fournies par le logiciel et

transmettre au logiciel des données. Notre solution propose une stratégie

d’API-REST récente, qui peut traiter des données en externe et

communiquer avec le DMS. La flexibilité est alors maximale. À cela

s’ajoutent la création de commandes et la réception des véhicules

axée sur les processus, la documentation entièrement automatique

et numérisée relative aux réparations et la gestion des dossiers. Ce

dernier point permet d’associer une commande à plusieurs factures,

compilées dans un dossier unique.

Ce sont quelques exemples de

fonctions qu’un logiciel moderne

doit offrir.

Interfaces et compatibilités

: un véritable défi ?

D’un point de vue technologique,

c’est certainement

un défi majeur, et passionnant,

pour les fournisseurs de logiciels.

Tout ce qu’on désigne par

interface n’apporte pas néces-

En 2018, quels critères doit remplir un logiciel dédié aux garages ?

Il doit disposer de structures innovantes. L’utilisateur aura du mal

à les reconnaître au premier coup d’œil, mais c’est indispensable pour

l’avenir. Il faut bien repérer les systèmes qui ont perduré. Un critère

pour aider les garagistes : la taille du fournisseur de logiciels. Celui-ci

doit réaliser son chiffre d’affaires exclusivement pour la branche, employer

plus de 20 personnes, dont un tiers de purs développeurs. Les

exigences en matière de logiciels vont fortement augmenter au cours

des prochaines années.

12

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


LOGICIEL FOCUS DE GARAGE

sairement plus de facilité. Chez GCS Suisse SA, nous considérons que

notre tâche n’est pas seulement d’installer des interfaces, mais de

s’assurer que telle interface convient à tel garage. Le critère primordial

est alors de vérifier que l’interface élimine les doubles saisies

de données. Il existe des interfaces unidirectionnelles ou multidirectionnelles.

Concernant les interfaces bidirectionnelles, il s’agit

d’intégrations : les interfaces unidirectionnelles classiques relient les

boutiques en ligne ou les catalogues de pièces détachées des fournisseurs,

que le garagiste consulte depuis l’offre ou la commande du

DMS ; il transmet ensuite les données d’un véhicule et sélectionne

les unités de travail et les pièces chez le fournisseur. Ces éléments

seront ensuite intégrés dans la commande.

Qu’en est-il des interfaces multidirectionnelles ?

Les intégrations sur lesquelles plusieurs connexions sont effectuées,

avec des données devant être adaptées dans le DMS et dans le

mode de calcul, sont techniquement beaucoup plus complexes. C’est

le cas par exemple d’interfaces entre les logiciels dédiés aux garages

et les constructeurs automobiles ou les spécialistes des données

comme Audatex, auto-i-dat ou Eurotax. Un seul clic pour une importation

ne suffit pas : on doit pouvoir effectuer cette action plusieurs

fois pendant le processus de commande. Il faut se pencher en détail

sur l’analyse de la solution logicielle, sur le fonctionnement des interfaces,

sur l’adéquation entre le système présenté et le processus interne,

et bien comprendre que les interfaces sont toutes différentes.

« Le choix d’un logiciel doit être

un mariage pour la vie. Car un divorce serait

compliqué et douloureux ... »

L’employé doit pouvoir indiquer au logiciel la commande en cours,

et l’outil doit aiguiller l’employé sur les champs à remplir. Il s’agit

de processus dirigés visant à éviter des saisies inutiles. En outre, les

chefs de service ont besoin toujours plus rapidement de données du

système afin d’adopter des décisions de gestion d’entreprise pertinentes,

comme le propose par exemple notre outil de saisie des données

temporelles et d’exploitation « Mobil Worker (MOW) », qui présente

sous forme graphique les données requises.

Le travail quotidien dans le secteur automobile génère une abondance

de données. Que doit comporter une solution logicielle ?

Nous estimons que le volume des données va augmenter de

manière exponentielle avec le volume des commandes. Outre les

mesures relatives au système, le fournisseur de logiciels doit tenir

compte de ce contexte dans son modèle de banques de données et

dans le choix de ces banques de données. Des standards ouverts

comme Microsoft-SQL-Server sont requis. Outre le défi technique,

il s’agit de guider l’utilisateur dans le traitement des données. Chez

GCS, nous identifions à la réception d’un document où il devra être

par exemple le plus pertinemment enregistré. Ainsi, la photographie

d’un permis de circulation sera stockée en PDF avec le véhicule,

un bon de livraison ou la photo d’une réparation seront automatiquement

joints en PDF à la commande. « L’aperçu rapide » permet

de visualiser l’ensemble du dossier avec toutes les données saisies.

L’analyse des données saisies et les conclusions que l’on peut en tirer

prennent toujours plus d’importance. Le composant « tableau de

bord » affiche selon le statut du collaborateur le nombre des offres

ouvertes ou des commandes sans validation de réparations, le volume

des commandes à facturer, ou le chiffre d’affaires comparé à

celui de l’exercice précédent. <

Avec le progrès technologique, la fréquence des mises à jour

semble s’accélérer.

Auparavant, on fournissait une ou deux mises à jour par an. Avec

le développement des applications Internet, les cycles de mises à jour

se raccourcissent régulièrement. Il est désormais indispensable de

traiter ces mises à jour chaque mois. Cela incite les fournisseurs de

DMS à offrir encore plus de flexibilité aux garagistes et à assurer la

continuité de la main-d’œuvre, car rester plusieurs jours sans interface

peut avoir de fâcheuses conséquences.

Dans quelle mesure les solutions logicielles contribuent-elles à la

rentabilité des garages ?

Considérons qu’un mécatronicien d’automobiles doit traiter chaque

jour plusieurs commandes, cela veut dire que la gestion des commandes

est toujours plus lourde et le délai de plus en plus court. De

plus, la complexité de la saisie des commandes s’accentue

sans cesse : un changement de pneus à l’hôtel pour

pneus s’enregistre autrement qu’un service avec

garantie ou un cas d’assurance en responsabilité

civile avec casco complète. Et il existe

aussi des commandes de services complets,

payés en partie par le client et en partie

par le fournisseur. De fait, il ne suffit

plus que le chef explique à ses collaborateurs

comment effectuer les saisies.

Les dix éléments clés d’un bon logiciel

dédié aux garages :

• « N’achetez pas de système propriétaire » : « Le standard mondial

est dominé par Microsoft, tout système doit pouvoir s’intégrer dans

cet univers », estime Reto Dellenbach. Cela donne la garantie que le

fournisseur trouvera les développeurs compétents à l’avenir afin de

pouvoir adapter les logiciels aux besoins croissants.

• « Choisissez la flexibilité » : Notamment dans la création d’une

commande, les processus sont de plus en plus complexes, et il n’y a

que deux alternatives : soit le collaborateur sait quelles données il

doit saisir parmi les nombreuses informations requises, soit il choisit

le procédé approprié de sorte que le logiciel lui indique les données à

saisir.

• Saisie des adresses : Un DMS performant doit pouvoir associer plusieurs

adresses à une commande, au moins quatre ou cinq (conducteur,

propriétaire, fournisseur de leasing, assurance, etc.)

• Interfaces : Une stratégie d’interfaces API clairement identifiable,

permettant d’associer des acteurs du marché aisément et rapidement.

• Intégration : si possible de tous les fournisseurs de données de calculs

comme Audatex, auto-i-dat ou Eurotax et les acteurs courants de

l’après-vente, comme ESA, Derendinger, Lorch, Hostettler, Rhiag, etc.,

ainsi que les constructeurs automobiles.

• Solutions rigides :

• Solutions n’ayant pas ou peu évolué au cours des 15 dernières années.

• Solutions qui n’accompagnent pas les processus, sur le principe que « tout

le monde peut établir une facture ».

• Solutions de fournisseurs qui réalisent moins de 80 % de leur chiffre d’affaires

ou emploient moins de 20 collaborateurs dans la branche.

• Interfaces non bidirectionnelles (ne fonctionnant pas dans les deux sens)

ou données que le DMS connaît mais qui doivent tout de même être saisies

une nouvelle fois, ou si une seule action d’import/export est possible.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201813


LOGICIEL DE GARAGE

Testeurs multimarques

Une compétition fair-play

Cinq équipes au total ont participé à la grande journée de test des appareils de diagnostic mise sur pied par la revue

spécialisée auto&savoir. Leur mission : effectuer différentes tâches pratiques sur dix véhicules. Deux vainqueurs ont été

couronnés : le gagnant du test et celui du rapport qualité/prix. Harry Pfister, auto&wissen

Au total, six fournisseurs d’appareils de

diagnostic avaient été invités à participer à

un test comparatif. Un seul a décliné l’invitation.

Quant aux autres, ils ont pu comparer

leurs appareils dans le cadre d’une compétition

captivante. Malheureusement, la marque

Hella-Gutmann n’a pas souhaité se soumettre

au test comparatif, prenant position comme

suit : « Nous avons renoncé à participer à ce

test comparatif car, à notre connaissance, ce

sont principalement des tâches de diagnostic

traditionnelles qui ont été demandées aux

fabricants d’appareils, et non des tâches résolument

tournées vers l’avenir telles que la

calibration des caméras ou des capteurs radar

ou le PassThru. »

Les cinq appareils suivants ont été

comparés :

• Autel MaxiSys 908

• Bosch KTS 590

• BrainBee Connex BT

• Delphi DS450E

• Texa Navigator TXTs

Des conditions jugées acceptables

Les critères d’attribution des points et les

appareils à tester ont été divulgués au début

du test. Ainsi, aucune équipe n’était avantagée.

Le credo : des conditions équitables pour

des tâches identiques. Tous les participants

se réjouissaient de connaître l’issue des tests.

L’atmosphère n’était toutefois pas tendue. Faisant

preuve de fair-play, les équipes ont même

échangé des astuces.

Chaque équipe s’est ensuite attaquée aux

diverses tâches mises sur pied, sur la base d’indications

fournies par des garagistes, des instructeurs

de cours interentreprises (CI) et des

prestataires de cours indépendants.

À chaque poste, deux critères devaient être

remplis : la détection de tous les calculateurs

et le nombre de calculateurs ainsi détectés. Ces

deux critères ont donné lieu à de grandes disparités.

Sur la Mercedes, le Connex de BrainBee

s’est avéré presque douze fois plus rapide que

le KTS 590 de Bosch. Par ailleurs, l’appareil de

Bosch a trouvé la plupart des calculateurs sur

la moitié des véhicules. Le Navigator TXTs de

Texa s’est distingué par sa constance, tous véhicules

confondus, pour le temps de détection,

tout en étant à quatre reprises le plus rapide.

Des performances disparates

En principe, tous les appareils peuvent lire

les données des véhicules allemands. Le Delphi

s’est toutefois avéré sensationnel sur la BMW.

En revanche, Delphi et BrainBee (encore en

version bêta) ont présenté des faiblesses sur

la Subaru et la Mitsubishi. Ces insuffisances

leur ont malheureusement coûté de précieux

points. Avec la Toyota, les choses sont revenues

plus ou moins à la normale. Ces résultats

sont à attribuer au nombre d’immatriculations

pour le marché automobile allemand. Si peu de

véhicules ont été vendus, ils ne sont pas encore

enregistrés dans le logiciel. Le MaxiSys 908

d’Autel a pour sa part étalé sa supériorité sur

la Subaru.

Le véhicule du constructeur japonais étant

un modèle de présérie uniquement vendu sur

le marché américain dans cette configuration,

l’appareil d’Autel, principalement conçu pour

le marché américain, a pu abattre toutes ses

cartes. Autel et Texa se sont aussi montrés

convaincants sur la Mitsubishi et ont impressionné

avec le grand nombre de valeurs tirées

du différentiel autobloquant.

Les modèles plus récents représentent un

grand défi pour les testeurs multimarques. La

Volvo V90 (année de construction 2017) en

a été un exemple parlant. Autel a dû utiliser

un modèle similaire, car le numéro de châssis

était attribué au mauvais modèle. Les autres

participants ont toutefois accepté le procédé,

car le technicien devrait aussi choisir un véhicule

analogue à l’atelier.

Bosch a su tirer son épingle du jeu grâce à

ses informations de fond. C’est le seul appareil

qui a été en mesure d’indiquer quel type

de capteurs d’ABS était monté sur la Ford. En

outre, il est parvenu sans problème à lier les

résultats de mesure à une possible erreur sur

la SEAT.

Résultat serré en tête de classement

C’est finalement le KTS avec ESI[tronic] de

Bosch qui a remporté le test, devançant de

peu le deuxième appareil. Le MaxiSys 908

d’Autel, moins coûteux que ses concurrents et

arrivé troisième du classement général, l’emporte

au niveau du rapport qualité-prix. <

Tous les participants du test comparatif (g. à dr.) : Asrit Reci / Alain Brülhart de Bosch, Markus Kreisig / Markus Hübner de Texa, Marco Wey en tant que praticien du garage Garage

Wey pour Delphi, Björn Truscheit / Peter Krieg d’Autel, Marten-Willem Naarding / Andreas Dippel de BrainBee.

14

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


LOGICIEL DE GARAGE

RÉSULTATS DU TEST

RÉSULTATS DÉTAILLÉS

Fabricants (par ordre alphabétique) B Autel Bosch BrainBee Delphi Texa Autel Bosch BrainBee Delphi Texa

Désignation de l’appareil MaxiSys 908 KTS 590 Connex BT DS450E Navigator TXTs MaxiSys 908 KTS 590 Connex BT DS450E Navigator TXTs

MERCEDES CLASSE E

MERCEDES CLASSE E

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 3 1 5 2 4 2'55" 11'51" 1'05" 4'54" 2'06"

Nombre d’appareils de commande *2 6 10 4 0 4 32 48 30 29 30

Programmer le capteur TPMS *3 10 10 0 10 10 ja ja nein ja ja

Tester la commande des phares *2 2 4 10 10 0 16 20 22 22 12

Total (maximum 35 points) 21 25 19 22 18

BMW SÉRIE 1 E83

BMW SÉRIE 1 E83

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 4 5 2 1 3 0'43" 0'17" 2'48" 3'03" 1'38"

Nombre d’appareils de commande *2 6 0 4 10 4 20 17 18 23 18

Contrôler la température de l’évaporateur / pression du liquide réfrigérant *3 10 10 10 10 10 ja ja ja ja ja

Placer le lève-glaces à l’avant à gauche *3 10 10 10 10 10 ja ja ja ja ja

Total (maximum 35 points) 30 25 26 31 27

OPEL MERIVA B

OPEL MERIVA B

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 3 4 1 2 5 0'49" 0'35" 1'56" 0'53" 0'30"

Nombre d’appareils de commande *2 4 0 4 10 10 10 9 10 11 11

Exécuter le code d’erreur *3 0 10 10 10 10 nein ja ja ja ja

Schéma du moteur / aperçu du connecteur de l’appareil de commande *3 0 10 5 5 5 nein / nein ja / ja ja / nein ja / nein nein / ja

Total (maximum 35 points) 7 24 20 27 30

SEAT LEON

SEAT LEON

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 5 4 3 1 2 0'07" 0'18" 0'20" 3'38" 1'04"

Nombre d’appareils de commande *2 6 6 0 10 6 16 16 13 17 16

Contrôler le code d’erreur de l’airbag *3 10 10 10 10 10 ja ja ja ja ja

Informations sur l’erreur *3 0 10 0 0 0 nein ja nein nein nein

Total (maximum 35 points) 21 30 13 21 18

FORD FIESTA

FORD FIESTA

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 4 1 2 3 5 0'30" 2'41" 1'57" 0'58" 0'22"

Nombre d’appareils de commande *2 4 10 0 10 4 10 11 9 11 10

Code d’erreur ABS/ESP *3 10 10 10 10 10 ja ja ja ja ja

Informations sur le capteur ABS *3 0 10 0 0 0 nein ja nein nein nein

Total (maximum 35 points) 18 31 12 23 19

TOYOTA AURIS

TOYOTA AURIS

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 2 5 1 3 4 0'52" 0'20" 1'45" 0'48" 0'27"

Nombre d’appareils de commande *2 10 10 0 2 10 16 16 9 12 16

Contrôler le système hybride du régime du moteur électrique *3 10 10 10 0 10 ja ja ja nein ja

Contrôler le système Keyless-Go *3 10 0 0 0 10 ja nein nein nein ja

Total (maximal 35 Punkte) 32 25 11 5 34

SUBARU IMPREZA

SUBARU IMPREZA

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 2 3 0 4 5 5'30" 1'46" 1'18" 0'26"

Nombre d’appareils de commande *2 10 2 0 6 6 8 4 5 5

Contrôler les paramètres du moteur avec l’OBD *3 10 10 0 10 10 ja ja ja ja

Contrôler la « readiness » *2 10 10 0 10 10 ja ja ja ja

Total (maximum 35 points) 32 25 0 30 31

MITSUBISHI EVO X

MITSUBISHI EVO X

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 3 5 0 0 4 2'47" 0'47" 1'27"

Nombre d’appareils de commande *2 6 10 0 0 6 19 22 19

Contrôler les valeurs effectives du double embrayage *2 6 10 0 0 4 57 82 56

Contrôler les valeurs effectives du différentiel autobloquant *2 10 4 0 0 10 90 69 90

Total (maximum 35 points) 25 29 0 0 24

PEUGEOT 308 PEUGEOT 308

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 2 1 5 4 3 1'48" 2'09" 0'32" 1'00" 1'18"

Nombre d’appareils de commande *2 2 10 0 4 10 11 18 8 12 18

Représentation de l’autorisation de démarrage Kl 50 *3 0 10 10 0 0 nein ja ja nein nein

Périodicité de service de 20 000 km et 24 mois *3 0 0 0 0 0 nein nein nein nein nein

Total 4 21 15 8 13

VOLVO V90

VOLVO V90

Détection du temps (arrondi à une seconde) *1 4 3 2 0 5 2'16" 4'38" 4'51" 0'36"

Nombre d’appareils de commande *2 10 6 2 0 4 32 31 17 24

Régler l’embrayage mécanique *3 0 0 0 0 0 nein nein nein nein

Indiquer le niveau de charge de la batterie *3 10 10 0 0 10 ja ja nein ja

Total (maximum 35 points) 24 19 4 0 19

Nombre de résultats optimaux par véhicule 2 5 0 1 2 Légende des couleurs

Meilleur Valeur record Vainqueur de l’essai Vainqueur du rapport qualité/prix

Nombre de points (maximum 350) 214 254 120 167 233

Classement 3. Rang 1. Rang 5. Rang 4. Rang 2. Rang

Colonne B (critères / points attribués)

Prix de vente en CHF, TVA incluse 3900. 6710. 4944. 4523. 4831. *1 : Le plus rapide = 5 points / puis 4, 3, 2, 1

Classement en fonction du prix 1. Rang 5. Rang 4. Rang 2. Rang 3. Rang *2 : Le meilleur

Total du classement et du prix de vente 3 + 1 = 4 1 + 5 = 6 5 + 4 = 9 4 + 2 = 6 2 + 3 = 5 *3 : Satisfaisant

Résultats du test des cinq appareils de diagnostic. Le Connex BT de Brainbee était encore une version bêta. La version définitive sera disponible durant le courant du 3 e trimestre.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201815


LOGICIEL DE GARAGE

Eurotax

« Pas de signes

encourageants

pour le diesel »

Depuis le début de l’année, Olivier Lourdin occupe le poste de Head

of Marketing & Communications chez Eurotax. Dans son interview

avec AUTOINSIDE, le Français aborde la stratégie de numérisation,

la mobilité partagée et le diesel. Sandro Compagno, rédaction

Olivier Lourdin.

M. Lourdin, quelles sont les priorités que vous établissez dans votre

travail en tant que Head of Marketing & Communications chez Eurotax ?

Olivier Lourdin : Mon activité consiste à renforcer le positionnement

d’Eurotax comme LE spécialiste de l’évaluation sur le marché

de l’occasion en utilisant une communication proactive, transparente

et ciblée. Les diverses données extrêmement détaillées représentent

l’élément central de notre activité. En effet, les produits numériques

d’Eurotax émanent en premier lieu de l’analyse et de l’évaluation de

ces données. Ils visent à atteindre des résultats mesurables en matière

d’efficacité et de réduction des coûts. Ainsi, nous essayons d’établir

une base décisionnelle objective et actuelle pour tous les acteurs

de la branche automobile.

Eurotax mène une stratégie numérique claire. Pourquoi ce

changement de paradigme ?

Je ne considère pas que la stratégie numérique adoptée par Eurotax

depuis déjà plus d’un an est un changement de paradigme, mais

plutôt une amélioration et adaptation à un nouvel environnement.

Nous vivons une mutation numérique mondiale qui entraîne de nombreux

changements. Nous sommes donc obligés d’orienter notre stratégie

vers le numérique, d’exploiter à fond le potentiel d’innovation

de la numérisation et de tirer profit des opportunités de l’intégration

numérique de nos clients.

Quels nouveaux produits planifiez-vous jusqu’à 2020 ?

Nous avons établi un solide plan d’investissement afin de proposer

constamment à nos clients et partenaires des produits avec lesquels

ils peuvent renforcer leur image de marque et la fidélité de leurs

clients ainsi que maximiser leurs bénéfices. Par exemple, je pense

au rapport Performance Management Report (PMR) que nous avons

introduit récemment. Cet outil en ligne interactif, personnalisé, actualisé

en permanence et très rapide offre la possibilité aux constructeurs,

aux importateurs et aux grands concessionnaires d’obtenir

un parfait aperçu de leur marché. Enfin, nous doterons nos produits

existants de nouvelles fonctionnalités, notamment l’application de

calcul des dommages « RepairEstimate », qui connaît un franc succès.

L’autopartage fait partie de la mobilité partagée et, comme vous

l’avez dit très justement, il est en plein essor. Par exemple, à la fin de

l’année 2017, un prestataire de services d’autopartage viennois connu

a doté sa flotte de 200 nouveaux véhicules pour atteindre un total de

700 véhicules. C’est très positif pour nous, car ces véhicules arriveront

sur le marché de l’occasion à l’avenir et, à partir de ce moment,

Eurotax sera l’interlocuteur idéal en matière de calcul de dommages

et d’évaluation.

Le diesel est une thématique qui préoccupe les automobilistes et

garagistes suisses. Que prévoit votre sismographe par rapport au

développement du diesel ?

Depuis l’éclatement du scandale du diesel en septembre 2015, nous

observons une légère baisse constante du prix des véhicules diesel

d’occasion par rapport aux véhicules essence. Jusqu’à aujourd’hui, cela

n’a pas donné lieu à une chute drastique des prix en Suisse, mais nous

partons du principe que les prix des véhicules diesel d’occasion continueront

à reculer par rapport aux véhicules essence, et ce pour trois

raisons : tout d’abord, les voitures diesel rachetées pendant les années

2015/16 couronnées de succès et émanant des flottes et du leasing

arriveront de nouveau sur le marché dans un avenir proche, ce

qui va accentuer la pression sur les prix. De plus, la demande en

véhicules diesel neufs régresse fortement depuis longtemps. Enfin,

les gros titres récents comme les premières restrictions de circulation

pour les anciennes voitures diesel en Allemagne, ainsi que l’annonce

de divers constructeurs de ne plus proposer de moteurs diesel et les

rappels du groupe Daimler ne sont pas des signes encourageants

pour le diesel. Un aperçu est disponible dans nos Insights, disponibles

gratuitement tous les mois sur notre site Internet, et dans nos

revues du marché trimestrielles.

Quelles sont vos recommandations aux concessionnaires ?

De manière générale, les concessionnaires devraient observer attentivement

le marché et réaliser une gestion professionnelle des véhicules

d’occasion. D’ailleurs, nous proposons les meilleurs produits

pour y parvenir ! <

La mobilité partagée a le vent en poupe : si moins de personnes

possèdent une voiture, les achats et ventes vont également

diminuer. Comment voyez-vous le rôle d’Eurotax à l’avenir ?

Plus d’informations sur :

www.eurotax.ch

16

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


Une sécurité attractive

pour aujourd’hui et demain

Information sur l’exercice 2017

Toutes les valeurs cibles en matière de réserves et de provisions

ont été entièrement atteintes.

Voici les avantages pour les assurés en 2017:

• L’ensemble des avoirs vieillesse ont bénéficié en 2017 d’un taux d’intérêt

de 2,00 % (alors que le taux d’intérêt minimal selon la LPP a été de 1,00 %)

• Les taux de conversion en rentes qui ont été augmentés au 1.1.2015

pour les avoirs de la prévoyance surobligatoires ont également été maintenus

en 2017 et resteront inchangés en 2018

La bonne marche des affaires a permis une baisse des cotisations de risque

dans la prévoyance professionnelle LPP au 1.1.2018 d’environ 15 % en moyenne

(5 e baisse au cours des 10 ans passés).

Les principaux évènements dans l’exercice 2017:

D’importants jalons ont été posés pour l’avenir

La réforme de la «Prévoyance vieillesse 2020» ayant été rejetée, la Commission

d’assurance a discuté des adaptations possibles et judicieuses dont certaines

sont déjà mises en application pour l’année 2018. Ces adaptations reposent

sur les conclusions d’une étude d’ALM (Asset Liability Management) qui a pour

but de coordonner les prestations de la Caisse de pension avec la stratégie

d’investissement. Conformément à l’intention de CP MOBIL de proposer aux

personnes assurées également à l’avenir des taux de cotisation et prestations

attractifs, on a décidé de générer les recettes requises à cet effet avec une part

plus élevée d’auto-investissements.

Le portail d’assurance sur PC, tablette et Smartphone

Le développement de la plate-forme d’information destinée à nos assurés

progresse rapidement. Elle sera probablement disponible au deuxième

semestre 2018. Elle permettra aisément de simuler au moyen des propres

données de prévoyance les modifications salariales, un versement anticipé

des rentes ou une retraite anticipée.

Nous remercions cordialement tous nos clients de la confiance accordée

et adressons nos remerciements à la Commission d’assurance ainsi qu’aux

collaboratrices et collaborateurs de CP MOBIL de leur engagement important!

Nous tenons également à remercier cordialement les associations UPSA,

ASTAG, 2roues Suisse et USIC ainsi que les partenaires de la caisse de leur

collaboration confiante et agréable au cour de l’année dernière.

La CP MOBIL en bref au 31.12.2017

Entreprises affiliées 2 268

Total des personnes assurées 15 631

Nombre de bénéficiaires de rentes 2 289

Volume des cotisations annuelles en CHF 107 Mio.

Réserves de fluctuation de valeurs en CHF 63,8 Mio.

Capitaux de prévoyance en CHF 1,688 Mia.

Taux de couverture selon l’art. 44 OPP 2

110

100

90

80

70

105,50 104,97 105,93

2015 2016 2017

Informations actuelles 2018

Taux d’intérêt des avoirs de vieillesse

Partie obligatoire 1,25 %

Partie surobligatoire 1,25 %

(Taux d’intérêt minimal selon LPP 1,00 %)

Plans de prévoyance base salariale LPP

Frais d’administration en pourcentage

du salaire assuré LPP 0,4 %

Réduction des cotisations en fonction

de la classe d’âge 5565 (64)

du salaire assuré LPP 2,0 %

Plans de prévoyance base salariale AVS

Frais administratifs en pourcentage du

salaire assuré AVS 0,3 %

Réduction des cotisations en fonction

de la classe d’âge 5565 (64)

du salaire assuré AVS 0,8 %

Taux de conversion en rentes

Pour la partie surobligatoire

Hommes (âge 65) 5,90 %

Femmes (âge 64) 5,77 %

Abaissement du taux de conversion surobligatoire

en deux étapes (2019 et 2020) sur le taux calculé

par les assureurs.

Le rapport annuel 2017 complet va paraître au cours

du deuxième semestre 2018 et sera publié sur le site

www.pkmobil.ch, rubrique «Actualité».

CP MOBIL, Wölflistrasse 5, CH-3000 Berne 22, Tél. +41 (0)31 326 20 19

Fax +41 (0)31 326 20 39, info@pkmobil.ch, www.pkmobil.ch

La CP MOBIL, une institution de prévoyance de proparis Prévoyance arts et métiers Suisse,

est la caisse de pensions des associations professionnelles UPSA, ASTAG, 2roues Suisse et USIC


LOGICIEL DE GARAGE

Données de véhicule

C’est parti pour

l’autoroute

numérique entre

garagiste et client

La branche automobile se voit confrontée à une grande

vague de numérisation qui s’est immiscée depuis longtemps

dans le quotidien. auto-i-dat ag fait partie des éditeurs de

logiciels de la première heure. Ses outils sont disponibles

depuis près de 20 ans et « ils sont encore adaptés », comme

le souligne Wolfgang Schinagl, le CEO.

Tatjana Kistler, rédaction

M. Schinagl, comment répondez-vous avec des logiciels aux

besoins de la branche automobile numérique si agitée ?

Wolfgang Schinagl : L’essentiel, c’est de mettre en œuvre les exigences

des clients et du marché aussi vite que possible. Il faut écouter

et répondre rapidement aux besoins. Depuis le début, nous proposons

les données au-delà de notre service Internet, ce qui a porté ses

fruits. Il n’est pas toujours nécessaire de proposer l’ensemble du système

au marché. Les données sous forme de produit central revêtent

souvent une importance bien plus grande. Une approche progressive

mais rapide est judicieuse dans le monde numérique.

Votre SilverDAT figure parmi les outils numériques qui sont utilisés

depuis près de 20 ans. Comment un tel outil est-il maintenu en état

de répondre aux besoins des clients pendant si longtemps ?

Nous avons entièrement redémarré il y a près de 30 ans et nous

avons adopté une structure aussi modulaire que possible pour le programme

et les données. Notre système

est structuré de telle sorte que les données

puissent être étendues à volonté. La

croissance n’est donc pas limitée. Nous

avons commencé il y a plusieurs années

à concevoir de nouveaux modules et

développements sur la base d’Internet

pour pouvoir réagir aux nouvelles exigences

de manière modulaire.

La numérisation fait évoluer les exigences des clients. Comment

percevez-vous ces évolutions ?

Dans notre branche, les moteurs de la numérisation sont surtout

les assureurs, les grands groupes et les entrepreneurs innovants qui

ont de bonnes idées. Nous tentons d’appuyer ces idées et ces exigences

à l’aide de plates-formes. En d’autres termes, nous construisons

des routes numériques qui relient les acteurs du marché les

« Beaucoup de choses sont encore

faites sur du papier :

les mêmes données sont saisies

x fois sur différents systèmes. »

uns aux autres. Nous enrichissons si nécessaire les données par des

données de véhicules. Mais nous en sommes encore loin. La réalité

ne sera pas numérique avant longtemps. Beaucoup de choses sont

encore faites sur du papier. Les mêmes données sont saisies x fois

sur différents systèmes.

Les outils numériques permettent d’améliorer l’efficacité. Le

développement de tels logiciels est coûteux. Combien de personnes

travaillent dans le développement de nouveaux outils chez vous ?

Nous avons actuellement dix développeurs de données et six développeurs

de logiciels dans l’équipe. Les données sont complétées

tous les jours. Le développement logiciel se déroule toutefois de manière

très différente. Pour le poste de travail de vendeur entièrement

intégré de Renault, il nous a fallu cinq ans, uniquement pour les interfaces

et les nouveaux modules. Un tout nouveau développement

de zéro jusqu’à la maturité commerciale dure encore plus longtemps

dans certains cas. La technologie agile

actuelle permet de lancer assez rapidement

une version puis de la développer

progressivement.

Quels sont les plus grands défis lors du

développement de logiciels ?

C’est clair : maîtriser les nouvelles

technologies et miser sur le bon cheval,

un cheval qui pourra encore courir dans cinq à dix ans. Il faut également

hiérarchiser tous les jours les nouvelles exigences des clients

de telle sorte qu’une utilité aussi large que possible puisse en ressortir

pour les clients. Grâce à notre excellente situation à Zurich

et à notre approche familière, nous trouvons toujours de très bons

professionnels pour notre équipe. Les effets et les résultats sont immédiatement

visibles dans une petite entreprise. Cela est de plus en

plus apprécié.

18

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


Dans quelle mesure impliquez-vous vos clients dans le

développement de nouveaux produits ?

Nous essayons de construire aussi rapidement que possible une

nouvelle version et de l’améliorer avec le client dans le cadre d’une

utilisation pratique. Le feed-back de nos clients est pris en compte

tous les jours, que ce soit au support, au service clientèle, aux ventes

et enfin lors des salons.

La fréquence de mise à jour des logiciels semble augmenter de plus

en plus. À quel rythme diffusez-vous les mises à jour ?

Les données sont actualisées chaque semaine et distribuées en

ligne. Nous envisageons toutefois de le faire tous les jours ou en

temps réel. Nous construisons généralement les grandes versions

quatre à six fois par an.

Un logiciel techniquement robuste est néanmoins considéré comme

un échec s’il n’est pas facile à utiliser. Comment tenez-vous compte

de la convivialité pour l’utilisateur (utilisabilité) ?

Notre crédo est : pas d’obstacles ! Le logiciel doit être facile et intuitif

à utiliser au point qu’aucune formation n’est nécessaire. Une

formation est en revanche nécessaire pour les systèmes complets.

Nous veillons aussi à ce que l’utilisateur n’ait pas besoin de plus d’un

clic pour utiliser telle ou telle fonction.

Pour les assureurs, les solutions telles que votre e-Service sont une

bénédiction, car ils reçoivent toutes les données requises de manière

structurée dans un paquet. Est-il envisageable que les signalements

de sinistres ne soient un jour plus traités que de cette manière ?

Oui, je pense que nous n’en sommes plus très loin. Tous les assureurs

seront reliés à l’e-Service en 2019 au plus tard. Les réparateurs

ne connaissent plus d’autre méthode que le traitement intégralement

numérique et en ligne dès la prise en charge du sinistre. Les experts

en assurance le font déjà depuis longtemps avec SilverDAT. Les assureurs

travaillent d’arrache-pied à structurer les processus de sinistre

de manière numérique. Il s’agit là d’une évolution logique qui permettra

également aux commerces d’être directement reliés aux processus

par l’e-Service.

Vous travaillez depuis plus d’un an sur une appli complète pour

garagistes qui devrait aider ces derniers à approfondir la relation

avec leurs clients. Mais de nombreux garagistes disposent déjà

d’une appli de la marque avec laquelle ils doivent travailler.

Qu’est-ce qui différencie votre solution ?

Nous sommes actuellement dans la phase de test « Friends and

Family » avec un maximum de 30 garagistes pour générer des retours

et des idées lors de l’essai pratique. Cette appli n’a été pensée que pour

l’automobiliste. En coulisse, nous développons une toute nouvelle plateforme

avec CRM 2.0. Celle-ci sera intégrée harmonieusement à « auto-i

Commerce d’automobiles ». L’appli est indépendante des marques aussi

bien pour le garagiste que pour l’automobiliste. Elle contient de nombreuses

fonctions utiles et favorise une communication intelligente

entre le garagiste et l’automobiliste. Toutes les données nécessaires

sont automatiquement interconnectées : une vraie autoroute numérique

entre le garagiste et ses clients ! <

Des synergies

qui transportent.

11 15. 9. 2018

Vous n’avez encore jamais vécu autant de diversité

dans la mobilité. Pour la première fois, l’industrie

des pneumatiques est également présente à Francfort

en sus des équipements, des pièces, des

accessoires, du management et des services.

Automechanika et REIFEN deux manifestations

mondiales sur le site de salons le plus international

d’Allemagne : profitez des synergies dans les

affaires autour des pneus et des ateliers au

rendez-vous majeur de la branche professionnelle

Automechanika !

www.automechanika.com

info@ch.messefrankfurt.com

Tel. +41 44 503 94 00

25 th

Automechanika

Frankfurt

AUTOINSIDE | Juillet Août 2018


LOGICIEL DE GARAGE

GCS Suisse SA

www.gcsag.ch

> Logiciel innovant pour processus d’atelier carrés

pd. GCS offre au garagiste le

système informatique d’atelier

extensible qui permet un traitement

efficace des mandats

et une gestion rentable de l’entreprise

grâce à une technique

innovante, à un service complet

et à l’interconnexion intégrée

avec tous les acteurs importants

du marché.

tels que les assureurs (EC2), les

constructeurs (Ford, Citroën

ou Peugeot) ou les fournisseurs

de pièces (Derendinger,

ESA, Hostettler, Lorch, etc.)

peuvent être raccordés très

efficacement aux DMS par des

interfaces multidirectionnelles,

sans rupture de médias et sans

saisies redondantes.

Avec le MobileWorker, le

tableau de bord GCS, la saisie

du temps de travail et des

données d’exploitation TCS

et les outils de planifications

GCS, le garagiste dispose

de solutions innovantes

et intelligentes qui le

soutiennent parfaitement

dans l’organisation de

l’atelier et dans la gestion de

l’entreprise et qui donnent lieu

à des processus productifs et

rentables. <

Interconnexion avec tous les

acteurs sans rupture de médias

Les DMS VCS, VIS et VES

proposent l’intégration totale

des données de calcul d’Audatex,

d’Auto-i-dat ou d’Eurotax

en fonction de la taille et

de l’orientation de l’atelier et

permettent de répliquer efficacement

les processus propres

au garage.

Les autres acteurs pertinents

du marché dans la gestion

électronique des mandats

Le tableau de bord GCS.

Audatex (Suisse) GmbH

www.audatex.ch

> « Qapter Sync » : copier revient désormais au passé

pd. Audatex veut soutenir ses

partenaires commerciaux dans

leur gestion d’accidents et de

dommages par un accès global à

l’expertise spécialisée concentrée

ainsi qu’en proposant des

produits intégrés. L’application

« Qapter Sync » est l’un de ces

produits qui permettent un

transfert numérique immédiat

de l’ensemble des données relatives

au véhicule et au propriétaire

dans AudaXpert.

Jusqu’à présent, la gestion

d’un dommage nécessitait de

prendre des photos du véhicule

endommagé, de faire une

copie des documents du

véhicule et d’entrer toutes

les données dans le système.

Après avoir rangé l’appareil

numérique, fermé le couvercle

de la photocopieuse et saisi

manuellement toutes les

données, le calcul du dommage

pouvait démarrer. Souvent,

jusqu’à 30 minutes s’écoulaient.

Que fait « Qapter Sync »

pour optimiser ce processus ?

C’est très simple : l’app est

installée sur le smartphone

(iOS ou Android), ensuite on

prend les photos requises du

véhicule endommagé ainsi

que du permis de circulation à

l’aide du smartphone. « Qapter

Sync » transmet les documents

dans AudaXpert. Les

données relatives au véhicule

ainsi qu’au propriétaire sont

reprises dans l’ordre respectif

au moyen d’un scanneur OCR

et d’un logiciel intelligent. Par

la recherche VIN automatique,

toutes les spécifications de

véhicule sont récupérées du

fabricant et ensuite transférées

directement dans AudaXpert

le tout en moins de cinq

secondes.

Par quelques clics seulement

et en quelques minutes, le client

reçoit une information sur les

coûts occasionnés. Ceci vous

permet de consacrer le temps

économisé au client. En combinaison

avec le résultat VIN, la

qualité du calcul du dommage

généré pendant ce processus

est absolument suffisante pour

l’autorisation de la réparation

en cas d’assurance déclaré, et

le calcul peut aussi être utilisé

pour la commande automatique

des pièces de rechange via

Global InPart. <

20

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


LOGICIEL DE GARAGE

CDK Global

www.cdkglobal.ch

> Le Zeughausgarage d’Appenzell s’est réorganisé avec Autoline de CDK Global

pd. Comme l’ancien fournisseur

du Dealer Management

System (DMS) ne pouvait

proposer les interfaces nécessaires

pour Mercedes-Benz,

notamment pour l’atelier, le

Zeughausgarage d’Appenzell

s’est lancé à la recherche

d’une nouvelle solution. « Nous

sommes rapidement tombés

sur Autoline de CDK parce qu’il

s’agit du DMS recommandé par

Mercedes-Benz Suisse », affirme

Sandro Willi, le directeur

du Zeughausgarage.

« Nous y avons trouvé toutes

les interfaces requises comme

la Xentry Portal pro qui assure

la connexion dans Autoline

de tous les domaines pertinents

de l’après-vente avec le

Xentry Portal numérique de

Mercedes. » À titre d’exemple,

notre choix nous a permis de

simplifier l’identification des

mesures de service nécessaires

ou des travaux de maintenance

à réaliser.

Pour l’expérience client

Ulrich Vinkelau, directeur

général Allemagne/Autriche/

Suisse chez CDK Global,

confirme : « Nous sommes très

bien implantés chez Mercedes-Benz

en tant que partenaire

et expert informatique

des garagistes dans le monde

entier, mais aussi en Suisse. »

L’approche CDK est conçue

de façon à favoriser une expérience

client facile et continue

aussi bien avec Mercedes

qu’avec les clients garagistes.

« Et Autoline est extensible, au

De g. à dr. : le directeur Sandro Willi, Markus Egger et Hans Fässler (interlocuteurs

Service) du Zeughausgarage.

point de convenir tant aux petites

entreprises qu’aux grands

groupes. »

Autre avantage : fini les

saisies multiples, grâce au

CRM comme module central

du système intégré Autoline.

« La conversion s’est globalement

déroulée sans accrocs

lors de la reprise des données

existantes des clients et des

véhicules. Nous profitons de

plus en plus des avantages

du système après six mois

d’utilisation », déclare Sandro

Willi. <

Autocomp AG

www.autocomp.ch

> Le logiciel de garage WSCAR : complet mais simple

pd. Autocomp commercialise

son logiciel de garage sous le

nom WSCAR. L’application existe

aussi dans une variante minimale

avec une licence annuelle de CHF

900.. Ce logiciel, dont sont équipés

environ 550 établissements

en Suisse alémanique, a été

constamment optimisé au cours

de ces 30 dernières années.

Il englobe aujourd’hui l’ensemble

des applications nécessaires

pour gérer un garage. Voici

ses principales fonctions : gestion

de la clientèle (avec véhicules

des clients), gestion du matériel

(avec commandes, lecture des

listes de prix des fournisseurs),

catalogue des postes de travail

(avec heures fixes, modules de

texte), commerce de véhicules

(avec achat/vente de véhicules,

carnet de véhicules), facturation

(avec ordre, offre, bulletin de

livraison, confirmation, facture

d’acompte, bonifications et

factures, interfaces avec les

webshops), débiteurs (avec

traitement électronique des

paiements, rappels), créanciers

(avec le soutien du lecteur de

pièces justificatives, virements

électroniques), comptabilité

financière (avec décompte TVA

automatisé), gestion du personnel

(avec contrôle des absences,

décompte de salaire/certificat

de salaire, comptabilisation

automatique), planificateur de

rendez-vous/capacité (avec planification

collective, gestion des

véhicules de location ou de remplacement,

stockage de pneus),

gestion des documents (avec

fonction lettres en série), listes

(avec possibilité d’affichage à

l’écran, d’impression ou d’export,

impression d’étiquettes), gestion

des utilisateurs (avec autorisations

d’accès). Les options

suivantes sont disponibles :

module de saisie des heures

(avec scanner de codes-barres),

module de caisse (avec scanner

de codes-barres), connexion au

distributeur automatique de carburant,

interfaces avec d’autres

programmes (ESA, Derendinger,

Technomag, Hostettler, autoi-dat,

Eurotax, ETOS, etc.),

connexion aux applications des

constructeurs et des importateurs

(Opel, Volkswagen, Peugeot

ou Citroën). Autocomp propose

régulièrement des démonstrations

du programme, sans aucun

engagement. Les dates correspondantes

sont publiées sur son

site Internet. Les clients peuvent

acheter l’ensemble du matériel

informatique (ordinateur, imprimante,

etc.) et l’infrastructure

réseau chez Autocomp AG ou lui

confier la maintenance. <

AUTOINSIDE | Juillet Août 201821


SPONSORED PUBLIREPORTAGEN CONTENT

JobCloud

Recruter sur des portails

d’emploi en ligne

Une enquête menée par JobCloud et l’institut Link en avril 2018 montre que les bourses professionnelles en ligne

constituent la principale méthode de recherche d’emploi (68 %).

pd. Le rubriques dédiées des sites Internet des entreprises et les

contacts personnels arrivent respectivement en deuxième et en troisième

places. Les journaux et les magazines s’arrogent la quatrième

place de ce concours de popularité des méthodes de recherche d’emploi

mais ils n’ont plus le vent en poupe, comme en témoigne l’importance

croissante des portails d’emploi en ligne lors du recrutement.

Plus de candidatures en moins de temps

Publier les offres d’emplois sur le site Internet de l’entreprise ou

faire jouer les contacts personnels sont de bons débuts mais ces approches

ne sont pas les plus efficaces. Il existe des portails d’emploi

en ligne sur lesquels les candidats peuvent consulter des offres d’emplois

de divers secteurs.

Comme les utilisateurs les fréquentent avec une intention bien

précise, à savoir trouver un emploi, la probabilité qu’ils postulent est

plus élevée. Les candidatures devraient donc être nombreuses. Les

portails d’emploi en ligne sont conçus pour faciliter la recherche d’un

emploi, donc les candidats s’y retrouvent mieux.

Des annonces peuvent être publiées sur des portails d’emploi universels

qui s’adressent aux candidats venant de toutes les branches,

comme jobs.ch. Les candidats peuvent y filtrer par région et par

branche et d’après des termes de recherche précis. Pour entrer

en contact avec des experts dans des domaines particuliers, il est

conseillé de recourir à des portails d’emploi ciblant les spécialistes de

domaines divers. L’utilisation de jobs4sales.ch est recommandée aux

garagistes à la recherche de spécialistes de la vente alors qu’ingjobs.ch

permet de recruter des ingénieurs.

Les annonces d’emplois ne sont plus le seul moyen de s’adresser aux professionnels et

aux cadres. En la matière, JobCloud ne cesse de créer des possibilités.

pourvoir à ce moment-là. Le portrait qui permet à l’entreprise d’améliorer

sa visibilité et de se positionner en employeur attractif est gratuit

chez jobs.ch.

Le contact direct grâce aux portails d’emploi

Les portails d’emploi en ligne peuvent également être utilisés

pour effectuer de l’Active Sourcing. Pour les entreprises, cette méthode

permet d’aborder directement et activement des talents et de

tenter de les recruter. Elles ont accès à des profils intéressants de

candidats. Le CVcloud de JobCloud en est un exemple. <

Le marketing des moteurs de recherche et la notoriété

En plus de générer des candidatures plus rapidement, les portails

d’emploi favorisent aussi la diversité des candidats. Les rubriques

« Carrière » des sites Internet des entreprises ne sont souvent fréquentées

que par des individus qui connaissent déjà l’entreprise. Les

portails d’emploi en ligne jouissent d’un degré de notoriété plus généreux

: ils sont plus faciles à trouver sur Google grâce au marketing des

moteurs de recherche. En outre, les bons portails en ligne sont adaptés

à la lecture sur smartphone. En fait, le service des portails d’emploi

en ligne couvre des compétences qui font défaut à l’entreprise.

Forte visibilité grâce au portrait de l’entreprise

De nombreux portails d’emploi permettent aux entreprises de

créer un profil. Il peut être assorti d’un texte de description de l’entreprise

indiquant ses valeurs et ses conditions de travail et complété

par des photos et des vidéos. Sur le profil de l’entreprise affiché sur

le portail, les candidats bénéficient d’un aperçu de tous ses postes à

Leader sur le marché de l’emploi en ligne suisse, JobCloud, forte

d’une expérience de plus de 20 ans, exploite entre autres jobup.ch,

jobscout24.ch et jobs.ch, les plateformes d’emploi préférées en

Suisse romande et en Suisse alémanique.

Rendez-vous sur www.jobcloud.ch/leblog pour de plus amples

informations, des conseils, des check-lists et des articles sur les

thèmes du recrutement et de la politique RH.

Conseil : le livre blanc gratuit « Tout ce qu’il faut savoir sur

le recrutement ».

www.jobcloud.ch

22

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


LOGICIEL DE GARAGE

Stieger Software AG

www.stieger.ch

> Prendre rendez-vous à l’atelier à toute heure du jour ou de la nuit

pd. Les clients veulent tout

sans attendre. C’est pourquoi

Stieger a développé l’« Online

Planer » pour les garagistes. Pour

les clients, celui-ci a l’avantage

d’être disponible à toute heure

du jour ou de la nuit pour prendre

rendez-vous à l’atelier.

Un service client moderne

L’« Online Planer » est un

bon exemple de la manière

dont un processus de prise de

rendez-vous jusqu’à présent

chronophage peut être numérisé

sans difficulté et offrir des

avantages aussi bien aux clients

qu’aux garagistes.

Les conversations téléphoniques

de prise de rendez-vous

accaparent surtout le personnel

en nombre limité aux heures de

grande affluence. L’« Online Planer

» le soulage. Il contrôle luimême

en quelques secondes les

rendez-vous d’atelier disponibles

en se synchronisant automatiquement

avec le calendrier de

l’atelier Stieger et en l’affichant

au client pendant la réservation.

Les rendez-vous pris en ligne

sont automatiquement saisis

dans le calendrier de l’atelier et

le garagiste et le client reçoivent

une notification ou une confirmation

par e-mail.

Situation gagnante

pour le client et le garagiste

Les clients, qu’ils soient

nouveaux ou existants, peuvent

prendre un rendez-vous à

l’atelier, n’importe où et à tout

moment sans devoir attendre.

L’« Online Planer » permet aux

garagistes de gagner un temps

précieux tout en réalisant des

ventes additionnelles et en

améliorant la charge de travail

de l’atelier. Il constitue un petit

site Internet autonome hébergé

directement par Stieger. Les

garagistes qui n’avaient jusqu’à

présent pas leur propre site

Internet peuvent donc également

l’utiliser. L’offre destinée aux

clients sur l’« Online Planer »

est définie par le garagiste qui

dispose d’une multitude de

possibilités de sélection. Le

design peut également être

adapté individuellement à la

charte graphique du garage.

Stephan Rissi (téléphone

071 858 50 80) se fera

un plaisir de fournir des

renseignements ou de réaliser

une démonstration sans

engagement de l’« Online

Planer ». <

D’un seul clic, les clients prennent eux-mêmes dès à présent leurs rendez-vous

d’atelier grâce à l’« Online Planer ».

Des données de

première qualité sur

les véhicules, depuis la

Suisse, pour la Suisse

Des données sur les véhicules comme base décisionnelle:

voici le cœur de notre métier. Nous répertorions dans

notre base de données toutes les données relatives aux

voitures, aux véhicules utilitaires et aux motos admis

en Suisse qui remontent à 1980. Ceci constitue la base de

notre vaste gamme des produits qui simplifient le travail

quotidien de nos clients, et qui ont fait de nous le leader

du marché suisse.

auto-i-dat ag, Widmerstr. 73h, 8038 Zurich, tél. 044 497 40 40, fax 044 497 40 41, office@auto-i-dat.ch, www.auto-i-dat.ch


NUMÉRISATION / PLATES-FORMES FOCUS

Le défi de la numérisation

« Il faut tous les points de vue »

La numérisation de la branche automobile est sur toutes les lèvres. Des thématiques variées telles que les technologies

de motorisation, les véhicules autonomes et les formes de mobilité redéfinissent tout le secteur. Mais existe-t-il une voie

royale permettant aux entreprises de relever les défis et de rester à la page sur Internet ? Coup d’œil dans les coulisses

des fournisseurs et des importateurs. Tatjana Kistler, rédaction

« Nous ne pensons pas que la numérisation

soit une mode », affirme Urs Jaschke, Head

of Digital Business Development d’Amag.

Ressentir cette dynamique chaque jour et pronostiquer

sûrement les évolutions sont toutefois

des tâches de plus en plus ardues. « Amag est elle

aussi contrainte de revoir les objectifs et la stratégie

de manière quasi permanente. » L’importateur

doit donc adopter une structure organisationnelle

Urs Jaschke, Head

of Digital Business

Development, Amag.

particulièrement flexible. Mais les défis numériques nécessitent des

ressources (voir l’encadré « Équipes numériques »). Martin Schmied,

directeur de Hostettler Autotechnik AG, anticipe un autre point central

: « Les échanges sûrs d’informations entre le client et le fournisseur

ainsi que la coordination étroite des processus de livraison sont

importants. C’est une question de confiance. »

Le chantier permanent de la présence en ligne

C’est surtout la présence en ligne qui doit créer la confiance. D’après

des études, la carte de visite numérique d’une PME est le premier point

de contact pour 80 % des clients. « Il est donc déterminant de planifier

la présence sur Internet et de veiller à l’actualité des informations et

à la saisonnalité des offres », déclare Kurt Wyssbrod, responsable de

marque Technomag, pour esquisser une ligne directrice de la présence

en ligne. Une étude de Swisscom Directories SA montre que 87 % des

PME suisses sont encore des « dinosaures numériques ».

« Nous avons l’opportunité de contrôler notre

propre représentation », indique M. Schmied en

guise d’incitation, tout en exposant le grand

écart : « Il faut toutefois répondre simultanément

aux exigences des différents groupes. » Il

conseille à chaque entreprise, c’est-à-dire à chaque

garage, de créer un compte gratuit Google My

Business pour être encore mieux visible numériquement.

Des photos haute résolution des collaborateurs,

Martin Schmied,

directeur de

Hostettler

Autotechnik AG.

les numéros de téléphone actuels des interlocuteurs, les horaires d’ouverture,

le plan d’accès et le portefeuille actuel de prestations doivent

faire partie de la présence en ligne. Matthias Krummen, responsable

Management & Services/Communication d’ESA, ajoute une mesure

d’accompagnement : « Les clients qui contactent électroniquement leur

garage (e-mail, WhatsApp, Facebook) doivent impérativement obtenir

une réponse sous 24 heures. »

Le client et le contenu sont rois

Les fournisseurs sont unanimes en matière de présence numérique

: le client ou l’utilisateur doit être l’objet de tous les efforts. Le

concept de « User Centered Design » (UCD) reste toutefois un chantier

permanent. L’utilisateur doit être guidé à travers le portail web

d’expérience et sa bonne humeur doit être maintenue sur toutes les

pages de contenu. Il s’agit du « Customer Journey » (le parcours client

24

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


NUMÉRISATION / PLATES-FORMES

en français). Pour ce travail herculéen, Amag s’oblige à une collaboration

interne interdépartementale. « Il faut les points de vue de tous les

départements pour servir le client au mieux. Cela nécessite de remiser

les paradigmes professionnels pour ne pas perdre sa concentration et

pour penser selon une logique de système », souligne M. Jaschke. Les

investissements dans la diversité des appareils/navigateurs, dans les

interfaces système et dans le personnel pour gérer les contenus et les

données ainsi que pour la surveillance ne doivent pas être en reste.

Comment les géants de la branche se développent-ils ?

Pendant les années 1990, Derendinger figurait

parmi les pionniers des boutiques en ligne en

Suisse. Ce qui faisait sourire à l’époque est aujourd’hui

incontournable et « oblige à un développement

continuel », d’après Maja Kaufmann,

la responsable de la marque. ESA est aussi un

précurseur de la branche avec esashop.ch. « Nous

nous penchons intensément sur l’optimisation

mais aussi sur la disponibilité des données et sur

l’accès aux informations techniques, des progrès

dont nos sociétaires ont besoin pour fournir leurs

Matthias Krummen,

responsable Management

& Services/

Communication d’ESA.

services. » ESA focalise ainsi son attention sur le développement de

« Garagino », une plate-forme qui permet aux garagistes de gérer leur

propre boutique en ligne sans grand investissement.

Suite au renouvellement du design d’autotechnik.ch, Hostettler

Autotechnik s’attèle désormais aux travaux sur autofit.ch, site assorti

d’une mise en page rafraîchie, de nouvelles fonctions et de nouveaux

contenus. Alors qu’Amag a lancé ces douze derniers mois sa nouvelle

plate-forme numérique de gestion des sinistres, l’« eMarketPlace »,

Technomag poursuit les anciens schémas et se fortifie en vue d’une recomposition.

M. Wyssbrod : « Malgré nos efforts et nos progrès, nous

continuons en partie d’utiliser les anciennes applications. » Il convient

de parler sérieusement des nouveautés et de promouvoir les avantages

pour les garagistes. Chez Motorex, une entreprise de taille mondiale

originaire de Langenthal, les travaux portant sur une campagne de

moteurs de recherche au fameux Search Engine Advertising (SEA) occupent

le devant de la scène en plus de l’Oilfinder qui permet au garagiste

de trouver le bon lubrifiant en ligne.

D’après des études, une telle approche serait vitale du fait du comportement

évolutif de recherche des clients : d’abord Google et compagnie,

puis le réseau social de l’entreprise, la recherche de l’itinéraire d’accès,

sur local.ch ou sur search.ch, avant de se rendre dans l’entreprise ou au

garage. Outre le nouveau lancement d’une présence en ligne complète

appuyée par des graphismes modernes, l’entreprise traditionnelle Motorex

a renforcé sa compétence en matière de réseaux sociaux ces derniers

temps. Le géant de l’huile exploite désormais deux pages Facebook, ainsi

qu’un compte Instagram et YouTube.

Les portails clients et l’autopartage ont

le vent en poupe

Entre-temps, les services et le marché de

l’après-vente offrent de nombreuses opportunités

de toucher de nouveaux groupes cibles

d’après M. Schmied, le patron de Hostettler

Autotechnik. « Il faut toutefois impérativement

être sûr que les technologies sont fiables, adéquates

et économiques. » Pour Luca Balzli, Junior Digital Marketing

Specialist chez Motorex, traiter tous les domaines d’activité

de manière uniforme demeure le principal défi, un problème que

le groupe cherche à résoudre à l’aide d’un outil visuel d’accès pour

ses dix spécialités. Avec le slogan « The World of Motorex » mis

en œuvre graphiquement, l’utilisateur visualise tous les secteurs

d’un seul coup d’œil et aboutit en un clic à la recherche et aux

informations voulues. Amag se concentre entre-temps sur le développement

des portails numériques de vente et clients en ce qui

concerne l’e-Business. « Nous sommes par ailleurs très actifs dans

l’autopartage avec des participations dans Catch a Car et sharoo

ainsi que dans le partenariat avec la Swiss Startup Factory », indique

Urs Jaschke.

Suite page 26.

Maja Kaufmann,

responsable de

marque Derendinger.

Comment les équipes numériques sont organisées

• Amag : 15 personnes travaillent dans le « Digital Business Development

» et six collaborateurs sont chargés de la « New Mobility ».

Divers spécialistes travaillent pour Amag IT et Amag Leasing SA.

• Hostettler Autotechnik : L’entreprise n’est qu’au début des services

automobiles numériques et de la conduite connectée mais n’entretient

pas sa propre équipe informatique. « Dans notre branche, tout un

chacun devrait s’impliquer de nos jours », indique Martin Schmied, le

directeur.

• Derendinger : L’équipe centrale se compose de quatre collaborateurs

de développement et de programmation, les travaux de programmation

étant en partie externalisés.

• ESA : La numérisation se déroule à tous les niveaux de l’entreprise

et ponctuellement chez des partenaires externes. « Nous avons

toutefois aussi une grosse équipe de spécialistes très compétents,

certains d’entre eux ayant fait toute leur carrière dans l’informatique

», affirme Matthias Krummen.

Technomag : L’entreprise s’appuie sur quatre spécialistes IT internes. Ils

ont de l’expérience dans les boutiques en ligne, ils connaissent la branche

et ont déjà été au contact de la clientèle en tant que vendeurs ou à des

postes similaires. La programmation est externalisée.

• Motorex : Un collaborateur à temps complet et un autre à temps

partiel s’occupent des réseaux sociaux, du contenu du site Internet et

de la SEO ainsi que de la coordination avec les agences. La programmation,

la création de vidéos et l’encadrement de la campagne SEA

sont externalisés.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201825


NUMÉRISATION / PLATES-FORMES

Kurt Wyssbrod,

responsable de

marque Technomag

Le défi de la jungle des données

Qu’il s’agisse de données de véhicules, d’informations

relatives aux prix spécifiques au

constructeur, de données de maintenance et de

réparation pleinement intégrées ou de possibilités

d’identification de grande portée grâce à des reproductions

graphiques ainsi qu’à des informations

sur les numéros minéralogiques, les motorcodes,

les numéros originaux et les numéros de comparaison

et les fiches d’homologation, le vaste éventail de données de la

branche automobile doit être entretenu et ventilé avec clarté, souligne

Matthias Krummen. Une tâche qui préoccupe la branche. Jusqu’à présent,

les données ont par exemple été consignées dans divers systèmes

depuis l’historique. « Une mise en relation intelligente de toutes les données

constitue toutefois la condition préalable permettant de servir au

mieux le client », souligne Urs Jaschke. En attendant, Luca Balzli de Motorex

invite à la rigueur : le Règlement général européen sur la protection

des données (RGPD UE) en vigueur depuis le mois de mai continuera de

donner du fil à retordre à la branche (voir AUTOINSIDE 6, page 36).

Tirer les leçons des expériences des autres branches

« La formation continue permanente et l’ouverture aux nouvelles

idées », telle est la formule magique de la numérisation de Martin

Schmied. Il est éminemment important de détecter les tendances,

d’être informé et interconnecté, d’identifier, d’interpréter et de découvrir

les évolutions sur son propre marché, mais

aussi dans d’autres branches, affirme Urs Jaschke

en guise de plaidoyer en faveur de l’attention

: « Nos spécialistes échangent en permanence

au sein de l’équipe et avec des partenaires

externes, y compris d’autres branches. Nous

testons des technologies et nous recueillons les

expériences. » Luca Balzli de Motorex relativise

toutefois en affirmant que l’entrepreneur ne doit

Luca Balzli, Junior

Digital Marketing

Specialist, Motorex.

pas être un expert dans tous les domaines, « mais il faut s’informer

activement et faire appel à un partenaire spécialisé qui saura identifier

rapidement les nouvelles tendances et les mettre en œuvre. »

Le facteur humain et la flexibilité conservent importance

Maja Kaufmann, la responsable de la marque Derendinger, résume

le nœud gordien de la diversité des médias : « L’abondance des possibilités

en matière numérique est infinie. Le défi consiste à réaliser les

bonnes activités et les bons projets pour s’adresser correctement au

client, lui offrir le meilleur service possible et répondre aux besoins

du marché. » Et Kurt Wyssbrod de souligner : « Il n’y a qu’une recette :

rester sur le coup chaque jour. » Le facteur humain demeure toutefois

incontournable, comme le pronostique Matthias Krummen : « La numérisation

n’est pas une fin en soi. Des offres attrayantes, un conseil

professionnel, une logistique fiable ainsi que de la flexibilité et de

l’orientation clientèle restent les clés d’un succès durable. » <

Les conseils des fournisseurs et des importateurs

• « Content is king » : La meilleure infrastructure technique est inutile si le client

cherche encore des informations après une visite du site Internet ou s’il trouve

des contenus qui ne sont pas pertinents pour lui.

• Échéance régulière : Kurt Wyssbrod, le responsable de la marque Technomag,

conseille de prévoir une place horaire hebdomadaire fixe en guise de rappel. La

devise : « La présence sur Internet encore conforme à la situation ? »

• Guidage strict de l’utilisateur : Si un client souhaitant réserver une révision ne

trouve pas le bouton à cet effet, son potentiel de frustration s’accroît. Le fameux

« Call to Action » (CTA) doit occuper le devant de la scène.

• Les faits priment sur les opinions : Conformément au mot d’ordre « Fact Beats

Opinion », il convient de remettre en cause régulièrement les données des clients

sur la base d’observations pratiques. « Ce n’est pas parce qu’on est fier d’un

projet interne que le client sera nécessairement intéressé. Concentrez-vous sur

le ‹ Why › », affirme l’équipe numérique d’Amag. Pourquoi le client fréquente-t-il le

site Internet ? Que cherche-t-il ? Qu’est-ce qui fonctionne/ne fonctionne pas de

son point de vue ? Comment simplifier les processus ?

• L’expérience de marque d’un seul bloc : Pour favoriser une expérience Internet

harmonieuse, il importe d’intégrer les mesures de communication analogiques

existantes (dépliants, brochures, affiches, factures, matériel de point de vente)

à la présence numérique indépendamment du navigateur et de l’appareil, en

Responsive Design.

• Garder la balle en jeu et jouer : La devise du texte Internet et des vidéos ?

« Autant que nécessaire, aussi peu que possible ». Des puces et des icônes sont

voyantes et attirent l’attention.

• Faire de la marque une brand : « Développer avec votre équipe trois valeurs de

marque au plus qui distinguent votre garage de la concurrence et qui aident

le client à s’identifier à votre entreprise », conseille Amag (exemple : « Local,

sympathique, professionnel »). De telles valeurs d’entreprise peuvent constituer

de précieuses aides à la décision lors de discussions portant sur le contenu

Internet.

• Enquêtes clients et qualité : Le feed-back est le seul moyen d’anticiper les désirs

des utilisateurs et d’entrer finalement en contact avec de nouveaux clients.

La formation continue est la route qui nous

permet de rouler vers notre avenir

L’offre de formations continues de l’UPSA est certifiée et de haute qualité. Profitez-en !

www.agvs-upsa.ch, Rubrique : Formation/UPSA Business Academy

26

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


L’efficacité au service de nos membres

Information sur l’exercice 2017

Situation financière

Au bénéfice de ses assurés, la CC MOBIL a décidé de réduire ses réserves à partir

de 2015 en adaptant le modèle pour le calcul des frais administratifs. Les réserves

ont dès lors à nouveau été réduites en 2017. S’élevant à CHF 2 551 111.

au 31.12.2017, elles ont diminué de CHF 347 848 par rapport à l’année précédente.

Au 1.1.2017, la CC MOBIL a accueilli 83 nouveaux membres qui ont adhéré à

une association professionnelle affiliée. En 2017, les recettes en provenance des

cotisations ont augmenté en conséquence.

Le taux de frais administratif moyen (calculé sur la base des contributions aux

frais d’administration par rapport aux cotisations) est de 0,73 %.

Bref résumé de l’exercice 2017

Caisse d’allocations familiales (CAF): organe de décompte du canton

d’Argovie

Depuis le 1.1.2017, la CC MOBIL peut percevoir pour tous ses membres dans

le canton d’Argovie les cotisations CAF en même temps que les cotisations

AVS / AI / APG / AC.

La numérisation progresse rapidement, également au niveau de la

CC MOBIL

• Traitement électronique du courrier entrant

Pour le courrier entrant ainsi que son archivage consécutif, nous avons opté

pour un traitement électronique (ELPO). En 2017, cela a déjà été fait pour une

grande partie des courriers entrants et permet d’optimiser l’archivage ainsi que

les processus de travail en général.

• PartenaireWeb

Le PartenaireWeb permet à nos membres de nous transmettre aisément et en

toute simplicité leurs messages et modifications. L’accès au PartenaireWeb se

fait de manière peu compliquée via notre site Internet (www.akmobil.ch).

En pleine forme bien qu’arrivée à l’âge de la retraite:

la CC MOBIL a fêté un jubilé!

La CC MOBIL a fêté en août 2017 un jubilé et passe en revue 70 années couronnées

de succès. Nous devons ce succès à la confiance accordée par les associations

porteuses et aux membres ainsi qu’au grand engagement de toute l’équipe.

Evolution des membres

5000

4500

4000

3500

3000

2500

2000

1500

1000

Le recul de l’effectif de membres est en majeure partie dû

aux travaux de mise à jour structurelle (ex. indépendants sans

revenu salarial).

Evolution des cotisations (AVS/AI/APG)

240 000 000

230 000 000

220 000 000

210 000 000

200 000 000

2015 2016 2017

Personnes sans activité lucrative

Indépendants

Employeurs

2015 2016 2017

Cotisations personnelles indépendants /

personnes sans activité lucrative

Cotisations salariés /employeurs

Le rapport d’activité complet sera publié au cours du second semestre 2018

sur le site www.akmobil.ch, dans la rubrique «Actualité».

Caisse de compensation des associations professionnelles UPSA et 2roues Suisse

CC MOBIL, Wölflistrasse 5, case postale, CH-3000 Berne 22, tél. +41 (0)31 326 20 20, www.akmobil.ch

CAISSE DE COMPENSATION MOBIL


NUMÉRISATION / PLATES-FORMES

AutoScout24 et Carauktion

« Une situation

gagnant-gagnant »

AutoScout24 et Carauktion collaborent depuis mars dans le domaine du remarketing de véhicules. La coopération s’est

bien déroulée, d’après un premier bilan parfaitement positif que tirent Christoph Aebi, directeur d’AutoScout24, et Daniel

Hablützel, CEO de Carauktion. Sandro Compagno, rédaction

Une interface commune relie les deux plates-formes et simplifie

la gestion des occasions. Les concessionnaires profitent d’un processus

de vente efficace. Ils peuvent transférer les données de leurs véhicules

d’un clic de l’espace membre d’AutoScout24 à Carauktion, mais

aussi exporter sans effort vers AutoScout24 les véhicules achetés sur

Carauktion. « Nous soutenons ainsi la gestion active des occasions

du concessionnaire », ajoute Daniel Hablützel. « Les ressources et les

capitaux sont ménagés et peuvent être déployés ailleurs. »

Il s’agit de réduire les durées d’immobilisation et de minimiser

la charge de travail dans la vente, affirme Christoph Aebi : « Nous

aidons les concessionnaires à numériser leurs processus et à en améliorer

l’efficacité, nous proposons une véritable plus-value et nous

pouvons nous positionner encore plus près des clients. »

Les avantages d’une enchère sont évidents. Au lieu d’un prix fixe

statique, un processus se charge d’équilibrer l’offre et la demande.

Daniel Hablützel l’explique par un exemple : « Si une offre à prix fixe

ne trouve pas preneur, le prix est excessif. Si le véhicule se vend rapidement,

il eut été éventuellement possible d’obtenir un prix plus

élevé. Nous résolvons ce problème avec une enchère. » Un prix minimal

fait en sorte qu’aucun véhicule ne soit trop bon marché, alors que

l’offre et la demande jouent aux niveaux supérieurs de prix.

96 % des garagistes suisses sont clients d’AutoScout24. Avec plus

de 155 000 nouvelles annonces chaque jour, la place de marché en

ligne implantée à Flamatt (FR) est le leader incontesté du marché.

Elle est active en B2B, en B2C et en C2C. Carauktion exploite quant

à elle la première plate-forme B2B de remarketing de véhicule de

Suisse. Outre la plate-forme pure de mise aux enchères, Carauktion

propose également des services tels que le transport, l’expertise ou

le recouvrement.

« Une situation gagnant-gagnant »

« La coopération nous permet d’élargir la palette de services dans

l’intérêt du client grâce à des ressources groupées », affirme Christoph

Aebi tout en s’extasiant pratiquement : « Le partenariat nous

28

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


NUMÉRISATION / PLATES-FORMES

Christoph Aebi, Director d’AutoScout24.

Daniel Halblützel, CEO de Carauktion.

permet de profiter des synergies et de garantir la santé de l’entreprise

qui dispose de solides connaissances sur le marché automobile. Il

devrait en résulter une situation gagnant-gagnant, à la fois pour le

concessionnaire, pour Carauktion et pour AutoScout24. »

Bien qu’AutoScout24 soit également en pointe dans l’activité visant

les clients finaux, des enchères ne sont actuellement pas prévues

pour les particuliers. « Une enchère nécessite la garantie d’une

transaction sécurisée », déclare Christoph Aebi. Il fait essentiellement

allusion à l’identification et à la solvabilité de l’acheteur potentiel.

« Si le marché évolue, nous pouvons proposer rapidement une

solution grâce à notre logiciel », ajoute Daniel Hablützel.

Trois mois après le lancement de la coopération, Christophe Aebi

et Daniel Hablützel tirent, l’un comme l’autre, un bilan positif. « Nous

avons déjà organisé environ 1000 ventes aux enchères pour plus de

120 représentants et garagistes participants », affirme M. Aebi au

nom de son confrère : « Nous sommes satisfaits et nous travaillons

actuellement sur d’autres optimisations pour que le succès se pérennise

pour les concessionnaires et pour perpétuer les transactions. » <

UPSA Garantie

avec succès depuis 2005

by Quality1 AG

UPSA Garantie

by Quality1 AG

Implantée depuis plus de dix ans sur le marché, la UPSA Garantie by Quality1 AG vous aide d‘augmenter la satisfaction et la fidélisation des clients.

Pour plus d’informations:

+41 (0)55 254 30 00 | info@quality1.ch | www.quality1.ch

© Quality1 AG, Bubikon 2/2018


NUMÉRISATION / PLATES-FORMES

Camp marketing pour garages

Tendances et conseils

dans un endroit idyllique

Lors du deuxième camp marketing pour garages, cent cadres, en majorité des garagistes, des chefs des ventes et des

responsables marketing, ont trouvé des informations et de l’inspiration sur les tendances et les nouveautés dans le vaste

domaine de la numérisation. Ils n’ont pas regretté d’avoir fait le déplacement. Sandro Compagno, rédaction

Il voulait faire de la rencontre au club de golf du lac de Sempach,

qui offre une vue imprenable sur le lac éponyme et la région en direction

de Napf, une tradition, a affirmé Beat Jenny, l’organisateur.

Autant le cadre était idyllique, autant le programme que les responsables

de cours Beat Jenny et Christian Panzeri avaient préparé

pour la centaine de participants s’est révélé exigeant. Lors de cette

journée de fin juin, treize ateliers se sont tenus, à raison de deux

ou trois en parallèle, si bien que chaque participant a pu suivre cinq

sessions au maximum. Ils étaient consacrés aux bases des vidéos,

aux blogs, à la SEA Google, à la génération de leads et au marketing

personnalisé de dialogue, pour ne citer que quelques-uns des sujets

abordés. « Certains participants m’ont dit qu’ils auraient bien voulu

assister aux treize sessions », a raconté Beat Jenny en souriant. Pour

lui, l’objectif n’était pas que les gens passent cinq heures devant

le formateur. « Notre système de conférences innovant permet aux

participants de composer le programme de leur journée et de participer

activement aux ateliers. »

d’un garage, il s’agit de clients potentiels qui ont une affinité avec la

marque, cherchent à acheter une voiture et sont solvables.

L’atelier « Google SEA » se voulait lui aussi pragmatique : Katharina

Geldner, Manager Sales Digital Channels du groupe Aduno (Cashgate),

a montré comment fonctionne le marketing par moteur de recherche

et à quoi le garagiste doit prêter attention pour apparaître tout

en haut de la liste des résultats d’une recherche Google. Pour K.

Geldner, il faut ici encore tenir compte d’un point primordial :

« Know your customer ! Vous devez savoir ce que l’utilisateur saisit

dans la recherche Google et ce qu’il recherche. »

Ces deux exemples montrent à quel point l’approche du camp

marketing pour garages est pragmatique.

Les sujets et intervenants ont été sélectionnés dans un but clairement

défini, ont déclaré B. Jenny et C. Panzeri : « Les questions

étaient les suivantes : ‹De quoi le concessionnaire a-t-il besoin ? Et de

que peut-il se servir ?› Nous recherchons ce qui est faisable. » L’approche

pragmatique caractérise cette journée à Sempach. <

Par des praticiens pour des praticiens

Beat Jenny est un invité apprécié de la Journée des garagistes

suisses en janvier de chaque année. Il différencie toutefois clairement

son camp marketing pour garages du principal événement spécialisé

de la branche automobile suisse : « La Journée des garagistes

suisses s’articule autour de visions, de la stratégie et de la politique.

Nous nous occupons plutôt des tendances actuelles du marketing en

ligne et de la numérisation. » Une tout autre approche, mais qui comporte

un grand intérêt pratique.

Des praticiens suivent les ateliers et assistent aux exposés d’autres

praticiens. Ainsi, Pascal Suri, responsable du développement commercial

et de la gestion de produits à La Poste, a parlé de la génération

de leads. Il a indiqué la somme d’argent qu’un garagiste doit

dépenser pour encourager des clients potentiels à faire un essai sur

route par le biais d’outils multimédias (e-mail, Facebook, Google) : 30

000 francs.

Il est déterminant de générer des leads dits « chauds ». Dans le cas

Beat Jenny dans son élément : avec Christian Panzeri, le responsable de cours de

l’UPSA a accueilli 100 participants au camp marketing pour garages à Hildisrieden.

Le cadre était lui aussi approprié : photo de groupe devant le restaurant « Green Garden » au club de golf du lac de Sempach (photos : Stephan Ulrich).

30

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


NUMÉRISATION FOCUS / PLATES-FORMES

Ce qu’en disent les participants

« La numérisation est un sujet captivant,

pour les garagistes, mais aussi pour nous, les

prestataires de services. Nous en attendons

beaucoup, surtout dans les contacts avec la

clientèle et dans la publicité. Quality1 soutient

le camp marketing pour garages depuis

la première édition en tant que sponsor. »

Matthias Odermatt,

Quality1 AG.

Thierry Bürki, Belwag

AG Berne.

« Ce camp était riche en informations

et m’a beaucoup inspiré. Je m’intéresse surtout

à la vidéo : elle est rapide, personnelle,

dégage une certaine fraîcheur et interpelle

bien plus qu’un simple texte ou une photo.

Je vais essayer de mettre en pratique au garage

le contenu du séminaire. »

Daniel Wolgensinger,

Wolgensinger AG, Wil

et Herisau.

« Je m’intéresse aux nouvelles tendances.

Nous pouvons mettre en pratique au garage

ce que nous avons appris et certains enseignements

nous confortent dans nos choix. Selon

moi, il ne s’agit pas uniquement de réalisations

concrètes. Je discuterai de ce que j’ai entendu

avec notre marketing et nous ferons le point.

L’entretien des contacts occupe toujours une

large place dans de tels événements. »

Rahel Wipfli et

Beatrice Tremp, Binelli

Group Zurich.

« Au camp, je voudrais en apprendre

plus sur les réseaux sociaux. Notre site Internet

fonctionne bien. Les retours positifs

de nos clients le confirment. Mais nous

voulons devenir plus actifs sur les réseaux

sociaux. Pour l’avenir, je discerne surtout

une tendance : vidéo, vidéo, vidéo... Nous

le faisons déjà, c’est possible sans grands

efforts et il n’est pas nécessaire d’atteindre

la perfection. »

Anne Liechti, Liechti

Automobiles SA,

Payerne.

« La communication joue un rôle prépondérant

dans notre branche. Le client

souhaite qu’on s’adresse directement à lui,

ce qui nous est plus facile en tant qu’entreprise

familiale que pour un grand garage.

Nous ne sommes pas seulement intéressés

par la promotion des ventes. Nous cherchons

plutôt à présenter notre entreprise et

nos collaborateurs. Je suis là pour trouver de

l’inspiration. Je m’intéresse surtout aux blogs,

aux mails vidéo et au marketing de dialogue. »

Markus Niffeler,

Centralgarage

Sursee.

« Nous nous informons au sujet des

tendances liées aux évolutions actuelles

en marketing. Ce séminaire nous permet

de revenir au garage avec certaines

idées et suggestions. Nous nous intéressons

notamment au marketing en ligne

et aux opportunités d’optimisation dans

ce domaine. »

La plus grande plateforme B2B de ventes

aux enchères de véhicules en Suisse

Ici se rencontrent l‘offre et la demande

Nous soutenons les importateurs, les sociétés de leasing

et les propriétaires de flottes dans le Remarketing des

véhicules avec succès.

Transport - Expertise - Commercialisation -

Encaissement - Reporting

www.carauktion.ch / Tél. 055 533 40 00 / info@carauktion.ch

AUTOINSIDE | Juillet Août 201831


NUMÉRISATION / PLATES-FORMES

Petit-déjeuner des garagistes au garage P. Schweizer AG de Liestal

« Il faut tout simplement en faire davantage »

Pas besoin de diriger une grande entreprise pour suivre le rythme de la numérisation : de nos jours, les PME peuvent elles

aussi se positionner par le numérique et fidéliser leurs clients par des offres sur Internet. Le garage P. Schweizer AG, à

Liestal en est l’exemple. Sandro Compagno, rédaction

Un établissement typique de la branche automobile suisse : Peter

et Monika Schweizer fondent leur propre garage à Sissach (BL) en

1984. L’entreprise grandit, mais le projet d’acquisition du bâtiment de

l’époque et d’extension échoue à cause du propriétaire et de l’espace

disponible. Les Schweizer déménagent en 2004 et achètent un garage

au sud de Liestal, le chef-lieu du canton. Le garage P. Schweizer

AG emploie actuellement 13 personnes, dont cinq apprentis. La

deuxième génération est maintenant à la tête de l’entreprise. Depuis

le mois de juin, David Schweizer, l’aîné des deux fils, officie en tant

que directeur.

Le garage P. Schweizer AG fait partie des premières représentations

Seat de Suisse. « Nous avons accompagné la marque dans tous

les hauts et les bas », affirme David Schweizer. Seat a de nouveau

le vent en poupe actuellement. Au cours des dix dernières années,

les immatriculations en Suisse ont doublé, passant de quelque 6000

à plus de 12 000. La statistique actuelle d’auto-suisse fait également

état d’une tendance ascendante sur les cinq premiers mois de l’année

2018. Une marque autonome assortie de modèles Cupra conçus pour

être performants vient renforcer l’activité.

Un directeur de 32 ans

À 32 ans, David Schweizer fait partie de ces jeunes garagistes qui

ne diabolisent pas les canaux numériques et les réseaux sociaux,

mais les considèrent plutôt comme des outils du quotidien, dont l’intégration

aux processus d’affaires n’est pas une nécessité pure mais

une évidence. Après une formation professionnelle initiale de mé-

canicien d’automobiles (effectuée dans un autre établissement que celui

de ses parents) et une maturité professionnelle, David Schweizer a

suivi une formation continue d’ingénieur en économie. Son projet de

bachelor intitulé « Marketing en ligne dans la branche automobile : le

garage P. Schweizer AG à l’ère numérique » était prémonitoire à l’été

2016 et peut être consulté aujourd’hui sur www.pschweizerag.ch.

C’est comme dans la vie, affirme David Schweizer en parlant de

la présence professionnelle en ligne de la petite entreprise familiale

: « C’est la première impression qui compte. Nous voulons donner

une image décente de notre entreprise. » Bien que l’entreprise

vende des produits Seat, « Nous ne sommes pas Seat, mais le garage

P. Schweizer AG. »

Gain de temps, d’affaires et de confort

Le CMS du site provient d’Amag, l’importateur de Seat. Le site Internet

du garage et celui de la marque sont étroitement liés. « Le site

Seat cherche à favoriser le vente de produits. Nous voulons proposer

des services complémentaires et générer des ventes additionnelles

sur notre site Internet. » Ceux qui atterrissent chez Seat en passant

par pschweizerag.ch y verront aussi les offres du garage de Liestal.

Actuellement, il est par exemple possible de prendre rendez-vous

en ligne pour un changement de pneus. Les clients qui le font bénéficient

de divers services complémentaires allant du contrôle de

printemps à la location de coffres de toit en passant par la révision

de la climatisation, pour ne citer que quelques exemples. Réserver en

ligne est un peu plus discret qu’au téléphone. David Schweizer : « Au

téléphone, je ne peux pas générer autant d’affaires

additionnelles. Sur notre formulaire de réservation,

le client est obligé de cocher

une case. » Même s’il coche

la case « Aucun service complémentaire

», il aura au moins été

informé de l’offre.

Année de construction 1970 :

la Seat 600 restaurée appartient

à la famille.

32

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


NUMÉRISATION FOCUS / PLATES-FORMES

À taille humaine : David Schweizer dans l’entrepôt.

Sportive : la Seat Leon Cupra attire les regards dans le showroom de Liestal (photo Guido Schärli).

Moderne et lumineux : l’atelier du garage des Schweizer (photo Guido Schärli).

« C’est la première impression qui compte » : le nouveau site Internet de P. Schweizer AG.

Outre la prise de rendez-vous pour un changement de roues,

un tchat WhatsApp invite le client à dialoguer avec le garage des

Schweizer. Le site est par ailleurs aussi bien relié à Autoscout24 qu’à

Sharoo. « Autoscout24 est la principale plateforme, derrière notre

site », affirme David Schweizer. Sharoo est en revanche plutôt un complément.

Les Schweizer utilisent la plateforme de partage pour louer

leurs véhicules de remplacement le week-end au lieu de les laisser

prendre la poussière sur le parking. Il ne s’agit pas encore d’une grosse

activité, mais les petits ruisseaux font les grandes rivières... « Tout le

monde parle d’autopartage, de numérisation. Les garagistes doivent

monter à bord de ce train, faute de quoi ils resteront sur le bas-côté.

La réservation en ligne présente un autre avantage de taille, explique

David Schweizer : « Au téléphone, il nous faut environ cinq

minutes pour fixer un rendez-vous pour un changement de pneus. »

25 à 30 % de ces rendez-vous, soit plus de 200 par saison, sont pris

en ligne. Le calcul est vite fait : 1000 minutes, soit plus de 16 heures,

sont ainsi économisées, qui peuvent être mises à profit autrement.

Le CMS d’Amag

Grâce au Content Management System (CMS) d’Amag, la charge

de travail liée au développement du site Internet est restée raisonnable,

déclare David Schweizer. Nous n’avons fait appel qu’à une graphiste

et à un photographe : « Les photos doivent être belles, faute de

quoi il n’y a aucun intérêt à avoir son propre site Internet. » L’étroite

interconnexion avec Seat est un immense avantage, insiste le jeune

garagiste : « Nous ne touchons pas à ces contenus. C’est l’importateur

qui actualise en permanence les promotions consacrées aux voitures

neuves qui changent souvent. »

Nouveaux contacts grâce aux réseaux sociaux

Le train de la numérisation comprend aussi un wagon occupé par

les réseaux sociaux. Le garage P. Schweizer AG est à ce titre présent sur

Facebook, sur WhatsApp et (pour des raisons de placement sur le moteur

de recherche) sur Google Business. La présence Instagram devrait

s’y ajouter en août ou en septembre : « Sur le site Internet, nous échangeons

surtout avec des clients existants. Les réseaux sociaux nous

donnent l’opportunité de nouer de nouveaux contacts. » Le potentiel

est énorme, estime David Schweizer, mais la gestion des canaux reste

une question de ressources. L’essentiel consiste à offrir une valeur

ajoutée au client sur les réseaux sociaux. Il peut s’agir d’un post divertissant

ou d’une actualité en provenance du garage : « Je suis parfois

surpris de la manière dont les clients apprennent notre existence. » En

matière de promotion des ventes, David Schweizer dépense parfois un

peu d’argent dans une publicité Facebook pour finalement se rendre

compte qu’elle n’a servi à rien car le groupe cible ne l’a pas vue : « Mais

cela ne dépasse jamais quelques centaines de francs par année. »

AUTOINSIDE | Juillet Août 201833


NUMÉRISATION / PLATES-FORMES

David Schweizer est le nouveau directeur depuis le 1 er juin.

« Pas de crainte des erreurs »

La clientèle réserve un très bon accueil au site Internet conçu

par un professionnel et aux posts sur les réseaux sociaux. Cela ne

signifie pas pour autant que la numérisation est achevée au garage

P. Schweizer AG. Prochaine étape, proposer tous nos services en

ligne », ajoute David Schweizer. Il s’agit de dégager une utilité complémentaire

pour le client et un gain de temps pour le garage, mais

pas seulement : « Nous voulons être perçus comme une entreprise

moderne et innovante. »

Et David Schweizer n’oublie pas de donner un conseil à tous les

garagistes qui s’inquiètent au sujet de la numérisation : « Il n’y pas de

bonne ou de mauvaise approche. Il faut tester ces nouveaux moyens

de communication, tâtonner, sans avoir peur de commettre des erreurs.

» Avec le recul, il n’investirait plus autant de temps dans la

recherche du CMS parfait : « Peut-être que c’est le principal défi : il

faut apprendre à vivre avec des réalisations qui ne sont pas tout à fait

parfaites, et continuer d’avancer. » <

Monika et Peter Schweizer (au centre) avec David, le directeur, entourés de leur équipe (photo Guido Schärli).

NEU L’App intelligente

QAPTER SYNC

la gestion des sinistres

encore plus rapide.

www.audatex.ch

34

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


FOCUS NUMÉRISATION / PLATES-FORMES

Würth AG

www.wuerth-ag.ch

> Emprunter le chemin le plus simple pour le client

pd. Le contact humain et la

prise en charge personnelle du

client par les collaborateurs du

service externe ou au Shop des

Artisans restent les ingrédients

de base d’un partenariat avec

Würth. L’entreprise a également

lancé récemment des offres

numériques qui permettent au

client de satisfaire plus facilement

ses besoins en matériel.

La boutique en ligne offre des

informations sur les produits et

les services à toute heure du

jour ou de la nuit. Le client peut

commander aisément de nouveaux

produits en s’appuyant

sur des commandes antérieures.

Retrait sous 60 minutes

Le client peut commander

en toute simplicité de n’importe

où grâce à l’appli Würth

pour iPhone, iPad, Android

et Windows. L’appli est la

boutique en ligne mobile. Sa

fonction « Click & Collect » relie

la boutique en ligne au Shop des

Artisans : commande en 60 secondes,

retrait sous 60 minutes.

Sans oublier le calcul de l’itinéraire

menant au Shop des Artisans

le plus proche et le scanner

de code-barres pour commander

directement sur l’appli.

Numériser les données,

c’est parti

Le scanner Würth représente

une alternative : scannage

des codes-barres, transmission

des données et livraison des

produits directement à l’adresse

indiquée. En outre, la commande

peut être affectée directement

à un centre de coûts précis.

Würth AG propose également

l’e-procurement, c’est-àdire

des solutions intelligentes

d’achats électroniques.

Des catalogues électroniques,

des interfaces en ligne

et des connexions au système

EDI sont intégrés aux systèmes

et aux plateformes du

client. Avantage : processus

d’achat optimisé et productivité

accrue. <

Encore plus proche, encore plus Würth : les canaux numériques complètent les points

de contact classiques avec les vendeurs, au téléphone, dans le Shop des Artisans.

Gowago AG

www.gowago.ch

> Pour un processus de leasing automobile simplifié : main dans la main avec les concessionnaires

pd. La plateforme en ligne

Gowago aide le client à trouver

la bonne voiture neuve en

quelques étapes et au juste prix.

La start-up zurichoise a entamé

son activité en février 2018.

Gowago soutient le client par

une recherche conviviale de la

voiture adaptée et de l’offre de

leasing correspondante. Quand

un ou plusieurs modèles adéquats

ont été trouvés, Gowago

permet au client de configurer

la voiture selon ses besoins.

Des concessionnaires implantés

non loin de chez lui soumettent

ensuite jusqu’à trois offres.

Les avantages pour le garagiste

Les avantages pour le garagiste

sont évidents : Gowago optimise

le processus d’offre pour éviter

au concessionnaire de passer

du temps à rédiger péniblement

des offres. Le temps ainsi

dégagé peut être mis à profit

plus efficacement. Le contact

direct avec la clientèle occupe à

nouveau le devant de la scène.

Répondre aux exigences des

clients numériques

« Toute la branche automobile

sera de plus en plus numérisée

et les clients attendent

beaucoup des plateformes

numériques. Avec Gowago,

nous sommes dans le peloton

de tête des innovateurs pour

nous assurer que nous pouvons

proposer le meilleur leasing en

ligne, tant au concessionnaire

qu’au client », commente Rutger

Verhoef, le CEO de Gowago. <

L’équipe Gowago installée à Zurich souhaite révolutionner la vente numérique de voitures.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201835


ASSOCIATION

41 e assemblée des délégués de l’UPSA à Neuchâtel

Urs Wernli président central

La 41 e assemblée des délégués de l’UPSA à Neuchâtel était

placée sous le signe des élections. Urs Wernli, le président

central, a été confirmé à son poste pour trois nouvelles années,

et le Grison Andri Zisler succède à Kurt Aeschlimann au

comité central. Sandro Compagno et Reinhard Kronenberg, rédaction

Les 97 délégués ont manifesté unanimement leur confiance à Urs

Wernli. L’unanimité était également de mise lorsque les délégués ont

élu les deux vice-présidents Pierre-Daniel Senn et Manfred Wellauer

pour un nouveau mandat de trois ans. L’UPSA entamera donc la décennie

avec un trio de direction éprouvé et rodé. Les membres du comité

Enrico Camenisch, René Degen, Charles-Albert Hediger, Markus

Hesse, Dominique Kolly et Nicolas Leuba ont également été réélus à

l’unanimité et en bloc pour trois ans. Kurt Aeschlimann n’était plus

disponible. Après douze ans au comité central, le garagiste thounois

souhaite prendre un peu de recul. Il veut consacrer son temps à son

Message de remerciement pour le départ de

Kurt Aeschlimann

Cher Kurt

Tu as rendu des services sans égal à l’UPSA et aux garagistes dans le

canton de Berne, du Jura et en Haute-Argovie. Pendant 20 ans, tu as été

un garagiste très engagé, œuvrant sans relâche pour le bien de tes collègues

de l’UPSA, et tu as participé en première ligne à d’innombrables

projets. Tu as le plus souvent occupé des fonctions de responsable. En

dernier lieu, tu as présidé la section cantonale bernoise et longtemps

été président de la sous-section Oberland bernois. J’ai eu le privilège

de te côtoyer au sein du comité central en tant que collègue prévenant,

concentré sur ses objectifs, ayant de solides connaissances et un esprit

critique aiguisé, au point qu’aujourd’hui tu es devenu mon ami.

Mes collègues et moi-même avons pu nous reposer sur toi. Nous avons

tous tiré profit de ta grande expérience dans la vente de voitures en tant

que garagiste dirigeant une entreprise de taille moyenne. Ton intérêt pour

le projet et ta clairvoyance ont contribué à ce que nous puissions réaliser

ensemble Mobilcity. Ta vision d’un centre de compétences dédié à l’automobile

a suscité l’enthousiasme des autres. Comme nous, « tes » sections

ont bénéficié de ton large réseau et de ton implication dans certains

cercles professionnels.

À la fin de l’année passée, cher Kurt, nous avons longuement discuté de

tes autres objectifs. Tu as alors pris la décision de t’investir encore plus à

l’avenir dans l’organisation de la succession au sein de ton entreprise. Ce

choix inspire le respect. Il me revient maintenant de te remettre l’insigne

d’or du mérite pour te remercier de ton travail exemplaire à l’UPSA et en

reconnaissance de tes grands succès.

J’ai en outre le privilège de te nommer membre d’honneur pour ta coopération

unique au sein de l’UPSA. Je souhaite maintenant remercier sincèrement

Cornelia, ta chère et charmante épouse. Elle t’a toujours beaucoup

soutenu, continue à le faire, et aux côtés de Tim, votre fils, elle collabore

activement dans l’entreprise. Merci pour tout, chère Cornelia.

Urs Wernli

Président central

Une association saine : Urs Wernli s’adresse aux 97 délégués habilités à voter et aux nomb

entreprise et la succession de son fils. Pour remplacer Kurt Aeschlimann,

les délégués ont élu Andri Zisler, le président de la section

Grisons de l’UPSA, au comité central.

C’est Jean Studer qui a donné le coup d’envoi de la 41 e assemblée

des délégués. Le président du Conseil de banque de la Banque nationale

suisse a répondu à l’invitation du vice-président de l’UPSA et

hôte Pierre-Daniel Senn et a réservé une allocution aux garagistes

présents. Il allait décevoir les auditeurs, a affirmé l’ancien conseiller

aux États et conseiller d’État du canton de Neuchâtel : « Les déclarations

sur l’évolution des cours de change et des taux d’intérêt

sont le domaine réservé du directoire et notamment de Thomas

Jordan. » Jean Studer a plutôt effectué un tour d’horizon du canton

de Neuchâtel et a rappelé à l’assistance l’histoire automobile, avec

Louis Chevrolet et les usines Martini qui fabriquaient des voitures à

St-Blaise jusque dans les années 1930.

« Le besoin d’être mobile augmentera encore »

Urs Wernli, le président central de l’UPSA, s’est montré parfaitement

optimiste pour l’avenir dans son exposé de principe. Certes,

la forte dynamique de l’évolution technique tant pour les véhicules

que pour les offres de mobilité modifie durablement le rôle du garagiste

: « Le besoin d’être mobile, de se déplacer en voiture va aller

croissant. Les prestataires de services de mobilité ont donc toutes

leurs chances. » Pour M. Wernli, les voitures seront de plus en plus

achetées à l’avenir pour être partagées et de moins en moins utilisées

uniquement par l’acheteur lui-même. Les concepts de motorisation

seront eux aussi plus variés. La Suisse est toutefois encore loin de

la fin du moteur à combustion interne, a affirmé Urs Wernli en faisant

référence à Christian Bach de l’Empa : 80 à 85 % des voitures

neuves et plus de 95 % du parc général disposeront d’un moteur à

combustion interne d’ici 2030. « C’est une bonne nouvelle pour les

garagistes », ajoute-t-il.

36

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION

pour trois autres années

jeunes portent leurs fruits. Le vice-président Pierre Daniel Senn s’est

exprimé sur l’activité politique de l’UPSA. Il s’agit d’un mal nécessaire

pour une association professionnelle, a déclaré le président de

la section Neuchâtel de l’UPSA. Il a cité divers succès l’an passé, tels

que le Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération

(FORTA) et un deuxième tube pour le tunnel du Saint-Gothard, deux

projets largement approuvés par le peuple suisse. L’UPSA continuera

également de s’engager en faveur d’un marché du travail flexible,

de charges sociales stables et continuera de lutter contre l’excès réglementaire.

« Faire de la politique est un mal nécessaire », a répété

M. Senn, « mais, en tant qu’association, nous ne devons pas rester

dans notre coin et nous lamenter ! »

Nicolas Leuba a présenté d’excellents chiffres concernant la

CC Mobil 33 et la CP Mobil. Les cotisations aux deux caisses ont à

nouveau augmenté, et la marge contributive de la caisse de pension

MOBIL s’élève à 105,93 %, un niveau très sain. « De nombreuses institutions

de prévoyance nous envient ces chiffres », a conclu M. Leuba.

reux invités lors de l’assemblée des délégués à Neuchâtel.

Au niveau politique, l’UPSA s’engage actuellement en faveur d’une

loi sur le CO 2

qui soit compatible avec l’économie et qui puisse être

mise en œuvre. Urs Wernli : « Notre attitude est claire : protéger le climat

est important, mais il faut que cela soit abordable et réalisable. »

« Personne ne sait où nous allons »

Markus Hesse, membre du comité central de l’UPSA, s’est montré

peu optimiste concernant le commerce automobile dans sa rétrospective

et son analyse des perspectives. L’année a été ponctuée

de moments importants, d’après lui : « PSA a avalé Opel, Cadillac a

arrêté de travailler avec tous ses concessionnaires européens et les

milieux politiques ont totalement remis en question le diesel. » Les

constructeurs, les importateurs et les garagistes sont frappés d’incertitude.

« Personne ne sait où nous allons. » Au vu des bouleversements

politiques et économiques, les ventes sont restées étonnamment

stables. 314 00 voitures neuves ont été immatriculées en 2017

et environ 873 000 changements de propriétaire ont été enregistrés

pendant l’année, contre respectivement 317 000 et 873 500 en 2016.

Markus Hesse : « La tendance à l’acceptation croissante de voitures

énergétiquement efficaces reste elle aussi interrompue. Les

hybrides, les voitures entièrement électriques, mais aussi les véhicules

fonctionnant au GNC progressent. » Dominique Kolly a présenté

d’excellents chiffres concernant les véhicules utilitaires. L’année

2017 a connu une forte hausse des ventes, tant pour les véhicules

utilitaires lourds (+12,5 %) que pour les utilitaires légers (+6,2 %). « Les

chiffres des immatriculations sont bons, mais les marges restent décevantes

», a relativisé M. Kolly.

Charles-Albert Hediger, responsable de la formation professionnelle

au sein du comité central, a présenté le nouveau sujet de formation

et le nouveau site Internet metiersauto.ch. M. Hediger a fait

référence à la stabilité du nombre de contrats d’apprentissage : « Cela

prouve que les investissements dans des mesures de recrutement de

L’apparition du « fusilier Läppli »

Elle fait partie de toute assemblée des délégués, tout comme l’apéritif

final et le repas de midi, qui a eu lieu cette fois-ci au bord du

lac de Neuchâtel : René Degen a de nouveau fait profiter les délégués

d’un trait d’humour cette année. Le président de la section UPSA des

deux Bâle s’est fait représenter à Neuchâtel par le fusilier Läppli, qui a

tourné en dérision des sujets tels que les consignes des importateurs

et des constructeurs, la saisie du temps de travail et la numérisation.

Des finances saines

L’UPSA est en bonne santé financière, comme l’a expliqué le

vice-président Manfred Wellauer. L’exercice 2017 s’est clôturé sur des

recettes de 13,3 millions de francs et sur un résultat d’exploitation

(avant intérêts, impôts et amortissements) de près de 70 000 francs.

La communication a notamment contribué au résultat. Elle a en effet

généré un surplus de 250 000 francs grâce à la propre commercialisation

des médias de l’UPSA, alors même que les dépenses de communication

ont pu être réduites par le biais d’économies. Le budget 2018

prévoit un excédent de 81 000 francs pour des recettes de 13,2 millions.

L’apparition d’Angie Ott a permis de divertir l’assistance. La neuchâteloise

à la voix puissante a envoûté les délégués et les nombreux

invités avec ses chansons. <

Distinctions

Insigne d’or du mérite :

Erich Besch

Hansjörg Stahel

Adrian Walther

Kurt Aeschlimann

Membre d’honneur :

Kurt Aeschlimann

AUTOINSIDE | Juillet Août 201837


ASSOCIATION

41 e assemblée des délégués de l’UPSA à Neuchâtel

« L’esprit d’entreprise de nos garagistes

doit trouver plus d’échos en politique »

« Le garagiste doit évoluer, à tous les égards, du réparateur vers le prestataire de services s’il ne veut pas mettre en

péril son activité », déclare Urs Wernli, reconduit pour trois ans à son poste lors de l’assemblée des délégués. En tant

que président central de l’UPSA, il souhaite apporter un soutien actif à la branche automobile pour qu’elle renforce sa

solidarité en interne. Reinhard Kronenberg, rédaction

Urs Wernli, félicitations pour votre réélection à la fonction

de président central de l’UPSA. Qu’est-ce qui vous a poussé

à vous représenter ?

Urs Wernli : D’une part, la grande responsabilité qui incombe au

président, et que j’assumerai volontiers pour trois nouvelles années.

Je souhaite continuer à gérer l’UPSA dans un esprit de continuité avec

mes collègues du comité central, la direction et les collaborateurs du

secrétariat, et contribuer au renforcement de la solidarité de la branche

automobile en interne, ainsi qu’à une plus grande visibilité de l’extérieur.

Grâce aux différentes rencontres avec les membres, les responsables

et les partenaires, je ressens l’existence d’un lien étroit avec la

branche automobile, et un vif esprit d’entreprise qui devrait trouver

plus d’échos dans le débat politique.

Vous discutez régulièrement avec les membres de l’UPSA, vous savez

ce qui les préoccupe. Quelles sont aujourd’hui les questions brûlantes ?

Tous les membres ressentent chaque jour directement l’effet de la

baisse des marges. La tension économique empêche souvent de réaliser

les investissements nécessaires. Comme les constructeurs cherchent de

plus en plus à entrer en contact direct avec le client final par le biais

des nouvelles technologies, l’incertitude s’accentue. Bien entendu, les

membres se demandent tous quel sera leur rôle et celui de leurs collaborateurs

dans le secteur de la mobilité de demain.

On note quatre grands domaines d’innovation qui auront des répercussions

considérables sur la branche automobile : la connectivité,

l’autonomie, le partage et les moteurs électriques. Quelle tendance

sera la plus marquante ?

Beaucoup prétendent que ce sera la voiture électrique. J’apporte un

bémol : certes, les véhicules électriques nécessitent moins d’entretien,

« L’UPSA doit veiller à ce que la

formation reste à la hauteur

dans notre branche. Je m’attends à

ce que l’UPSA défende nos intérêts

dans l’arène politique. »

René Bobnar,

Garage Bobnar AG, Hägendorf

« Je m’attends à de l’innovation

et à du soutien pour les garagistes

suisses. Et je m’attends à

ce que l’UPSA s’engage aussi

politiquement pour que notre

branche puisse continuer à faire

son travail et pour qu’il y ait

de moins en moins de garagistes

qui restent sur le carreau. »

Ronald F. Betschart

« En tant que garagiste, je m’attends

à des idées et à des informations

de la part de l’UPSA pour que notre

branche puisse tenir le rythme

de toutes les évolutions à venir. »

Hans J. Mäschli,

Mäschli Kreuzgarage AG Elgg

« Je m’attends à ce que l’UPSA

s’engage plus en faveur des

petits garages. J’ai parfois

l’impression que notre association

est trop proche des importateurs.

Il devrait être possible pour les

petits garages de conclure aussi

des contrats de service simples

avec les importateurs sans

obligation de vendre un nombre

défini de voitures neuves. »

Christian Frieden,

Christian Frieden Automobile AG Stäfa

Cadre sympathique : l’AD a eu lieu

au Théâtre du Passage.

Kurt Aeschlimann quitte le comité

de l’UPSA.

Giorgio Feitknecht, le CEO d’ESA,

et l’ancien président d’Amag.

Markus Hesse, membre du

comité de l’UPSA.

François Launaz,

Markus Aegerter et René Deg

38

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION

« Lorsque le garagiste ne gagne presque

plus rien sur les ventes de véhicules neufs

tandis que les constructeurs engrangent

des milliards de bénéfices, cela crée une

situation incompréhensible et inacceptable. »

mais devront toutefois être révisés. Le garagiste reste pour cela le plus

compétent. La connectivité, l’accès aux données du véhicule et de l’utilisateur,

et les tâches qui en découlent posent un défi bien plus grand.

Si le garagiste en est exclu, il perd ses meilleurs atouts : le contact direct

avec la clientèle et les informations sur les clients.

Pourquoi est-ce si important pour l’UPSA que le garagiste évolue du

réparateur vers le prestataire de services ?

Parce que sans cela l’avenir de son activité est fragilisé. L’enjeu est

de renforcer la partie conseil. La plupart des automobilistes ont une

connaissance vague des différentes motorisations. Il en va de même

pour le thème de l’efficacité énergétique, de l’entretien ou des micro-réparations,

par exemple. Avec une approche tournée vers la prestation

de services, le garagiste peut surprendre agréablement sa clientèle et

renforcer leur relation. Sous la houlette de Markus Aegerter, l’UPSA et

ses partenaires offrent une large palette de produits et services, peu à

peu diffusés par la voie numérique.

La branche automobile compte différents acteurs : les petites entreprises

se spécialisent davantage dans des niches tandis que les

grandes sociétés grossissent constamment du fait d’acquisitions.

Cette évolution vous préoccupe-t-elle ?

Oui. Même si ces processus sont compréhensibles sur le plan économique,

ils modifient la juxtaposition saine d’entreprises de différentes

tailles et la structure de la branche. Mais c’est la loi du marché. Notons

aussi, à ce propos, l’actuelle refonte des réseaux d’importateurs,

une sorte d’épée de Damoclès sur de nombreuses têtes. Les membres

doivent maîtriser leurs chiffres-clés et déceler à temps les changements

qui s’amorcent ; c’est essentiel. En tant qu’association et en collaboration

avec nos partenaires, nous sommes là pour les conseiller.

Une enquête non représentative sur agvs-upsa.ch a révélé qu’un

quart des entreprises n’est pas satisfait de son chiffre d’affaires, et

un tiers d’entre elles ne l’est pas de ses marges. L’écart entre les

recettes et le bénéfice se creuse pour de nombreuses sociétés.

Au comité central, nous sommes inquiets de cette évolution, même

si elle n’est pas nouvelle. Le chiffre d’affaires par salarié augmente depuis

2014, mais les marges baissent, notamment en raison de la situation

monétaire et de la concurrence, parfois des coûts de personnel élevés.

Lorsque le garagiste ne gagne presque plus rien sur les ventes de

véhicules neufs tandis que les constructeurs engrangent des milliards

de bénéfices, cela crée une situation incompréhensible et inacceptable.

Constructeurs et importateurs se doivent d’assurer au concessionnaire

des revenus corrects.

Suite page 40.

« En tant qu’entreprise formatrice,

je m’attends à ce que nous tenions

le rythme de la numérisation.

Nous devons être et rester attractifs

pour les futurs professionnels. Je

m’attends à ce que l’UPSA demeure

un interlocuteur robuste face au

vent contraire glacial que subit

notre branche. »

André Kunz,

Chräbel Garage Goldau

« L’UPSA doit continuer ce qu’elle

a fait jusqu’à présent. Depuis

qu’Urs Wernli est président,

notre association accomplit un

travail exceptionnel, également et

particulièrement dans la formation

initiale et professionnelle. »

Urs Weibel,

Autoweibel AG Aarberg

« Je m’attends à des idées

innovantes de la part de l’UPSA,

notamment concernant les

nouvelles technologies telles que

les voitures électriques ou les piles

à combustible. Nous ressentons

une certaine pression issue des

milieux politiques bien que la

technique n’en soit pas encore là.

Trouver un dénominateur commun

dans tout cela est difficile. »

« Je m’attends à ce que la protection

des investissements avance.

En tant que garagiste, j’investis des

millions et je risque la résiliation

de la part de l’importateur le jour

de l’ouverture. Je connais des

garagistes de mon âge qui sont

à la recherche d’un successeur pour

leur entreprise et dont les enfants

disent : ‹ Papa, garde ton garage.

Je n’en veux pas... › »

Beat Salzmann,

Forellensee-Garage Zweisimmen

Walter Hasler,

Walter Hasler AG Frick

en.

Rires garantis : « Fusilier Läppli » alias

René Degen.

Urs Wernli remet l’insigne d’or du

mérite à Adrian Walther.

Talentueuse et sympathique :

la chanteuse Angie Ott.

Élection unanime : Urs Wernli accueille Andri Zisler

en qualité de nouveau membre du comité central.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201839


ASSOCIATION

La baisse des marges sur les ventes de véhicules neufs devrait être

compensée par les recettes de l’après-vente. Comment faire si l’on

passe demain au tout électrique ?

On ne verra pas circuler uniquement des voitures électriques du

jour au lendemain. Même les plus fervents défenseurs de l’électrique

estiment que la part de marché d’ici 2030 concernera entre 25 et 30 %

des nouvelles immatriculations, et de l’ensemble du parc. Les véhicules

à moteur conventionnel domineront encore longtemps le marché.

Mais que l’on se comprenne bien, le fait d’avoir du temps devant

soi n’est pas une raison pour en perdre.

Deux tiers des entreprises se plaignent d’avoir du mal à recruter

des apprentis compétents. Que fait l’association pour aider ses

membres ?

Notre équipe, pilotée par Olivier Maeder, saisit toutes les occasions

possibles pour présenter aux jeunes les atouts de nos métiers.

En 2018, nous avons lancé le nouveau site Internet metiersauto.ch ;

début 2019, nous diffuserons sur tous les canaux, bien entendu aussi

sur les réseaux sociaux, une vidéo attractive destinée aux 13-16 ans.

Notre message est clair : l’automobile offre des métiers d’avenir, car la

mobilité individuelle prendra toujours plus d’ampleur. Une partie non

négligeable de notre personnel est par la suite recrutée par d’autres

branches, ce qui témoigne de la bonne formation et des compétences

des employés de la branche automobile.

La branche automobile évolue à grands pas depuis quelques années.

Il est difficile d’y voir clair, ne serait-ce que par manque de temps.

Comment l’association aide-t-elle ses membres ?

L’UPSA observe attentivement les divers changements pour le

compte de ses membres, et met en relief les points qui auront un impact

sur le modèle commercial d’aujourd’hui et de demain via ses médias

(AUTOINSIDE, le site Internet, les newsletters) ainsi qu’à travers

les conseillers à la clientèle de l’UPSA. De plus en plus de membres et

de partenaires en sont conscients, comme le prouve l’énorme augmentation

de lecteurs et de visiteurs. N’oublions pas la Journée des garagistes

suisses, qui enregistre chaque année un nouveau record de participants,

au cours de laquelle nous traitons des sujets qui préoccupent

les membres.

Autre bouleversement constaté ces dernières années : la création de

médias en propre. Quels en sont les enjeux ?

Le domaine numérique permet aux associations et autres organisations

de se libérer, pour un investissement raisonnable, de la dépendance

aux médias qui a perduré pendant des décennies. Nous

nous sommes lancés, avons recueilli les premiers avis, avant de développer

progressivement le projet. Le succès rencontré nous a donné

raison : les médias de l’UPSA sont autofinancés, grâce, entre autres,

à une commercialisation professionnelle. Dans le monde associatif,

c’est une performance qui ne coule pas de source. L’autofinancement

nous permet de diffuser des informations pertinentes à nos membres

et de les accompagner ainsi dans leur travail quotidien.

« La plupart des automobilistes ont une

connaissance vague des différentes

motorisations. Il en va de même pour le thème

de l’efficacité énergétique, de l’entretien

ou des micro-réparations, par exemple. »

Des élections ont eu lieu au comité central. Andri Zisler succédera

à Kurt Aeschlimann, qui se retire après de longues années d’engagement

intense. Quels sont les défis majeurs qui attendent le comité

central au cours des prochaines années ?

Il nous faut convaincre nos membres de la nécessité de se confronter

à l’avenir de leur activité ; aider chaque membre à prendre conscience

qu’il devra se positionner davantage comme prestataire de services à

l’égard de ses clients, et surtout qu’il devra tout faire pour renforcer

sa relation avec la clientèle. Le garagiste peut et doit incarner encore

plus sa propre marque. Cela ne garantit pas la pérennité, mais offre

une sécurité durable. <

40

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION

Le nouveau membre du comité central de l’UPSA en portrait

Une carrière d’entrepreneur

qui n’était pas prévue

En la personne d’Andri Zisler, c’est une forte personnalité du monde de l’entreprise qui rejoint le comité central de l’UPSA.

Le président de la section UPSA des Grisons a géré pendant des années le plus grand garage privé du canton, avant de le

vendre fin 2017 et de pouvoir désormais « s’engager intensément pour la branche automobile également au niveau national ».

Reinhard Kronenberg, rédaction

Certaines choses n’étaient pas planifiées : début dans la branche

automobile, création d’une société et départ à la retraite précoce à

50 ans, notamment. Heureusement, la vie ne se déroule pas toujours

comme prévu ... Pour Andri Zisler, les circonstances ont été favorables

: « Mon destin m’a choyé », dit-il, en oubliant par modestie de

préciser qu’il a pris des risques et énormément travaillé.

Après une formation d’électricien pour la télévision et la radio, il

est entré dans la branche automobile en tant que commercial pour

Mazda, quittant ainsi l’Engadine pour s’installer à Coire. Trois ans

plus tard, il a reçu un appel de la direction du garage Alpina. Le propriétaire

s’était renseigné auprès de Finalba, devenue ensuite Cembra

Money Bank, pour savoir qui vendait le plus de contrats de leasing à

Coire. Réponse : Andri Zisler. Puis, on connaît la suite...

En l’an 2000, la question de l’avenir de la société devenait brûlante.

Le propriétaire avait déjà 65 ans, ses enfants n’étaient pas dans

le secteur automobile, et BMW Suisse exigeait rapidement une solution.

A. Zisler était à l’époque l’un des deux vendeurs et également

le responsable commercial ; il voulait savoir qui dirigerait prochainement

l’entreprise. La réponse a sonné en trois lettres (« Toi ! ») et

a marqué le début d’une brillante carrière. À

32 ans, Andri Zisler sut réunir 150 000 francs

et prendre 50 % de parts dans la nouvelle structure

créée. Les années suivantes ont été couronnées

de succès, « grâce à la marque BMW », se

souvient-il. Il avait toujours eu un faible pour le Andri Zisler.

constructeur bavarois. Le « plaisir de conduire »,

cela ne peut venir que de BMW, déclare-t-il, bien qu’il préfère se

rendre à Berne en train, car « le plaisir est de conduire mais pas dans

les bouchons ».

Les conseils d’Andri Zisler : prévoir suffisamment tôt

le passage de témoin

Lorsqu’on lui demande de citer sa meilleure décision, Andri Zisler

en mentionne deux : l’achat et la revente de sa société. L’achat n’était

pas prévu, et la revente devait avoir lieu bien plus tard. Mais l’occasion

s’est présentée, il a su la saisir. « On ne réfléchit jamais assez

tôt au passage de témoin mais souvent trop tard », explique-t-il

volontiers à ceux qui se trouvent dans la situation qu’il a connue à

l’automne 2017. Il a franchi le cap alors qu’il ne subissait encore ni

pression ni obligation. Il avait alors vécu de tout autres épisodes,

notamment du côté des importateurs. Il ajoute : « Cette pression va

s’amplifier, car les changements dans les réseaux de distribution

concernent pratiquement toutes les marques. »

Dans son élément : Andri Zisler, président de la section Grisons mène son AG.

Lâcher prise ? Allez !

Il n’a pas eu de mal à lâcher prise, mais ce fut « un moment difficile

» d’aller au-devant de l’équipe pour annoncer la vente à Christian

Jakob AG. Aujourd’hui, Andri Zisler exerce comme conseiller en entreprise,

et n’accepte que les mandats qu’il a plaisir à honorer. Il a

été élu pour deux ans minimum président de la section UPSA des

Grisons, et se réjouit de « pouvoir s’engager intensément pour la

branche automobile au niveau national ». Ce quinquagénaire est également

impliqué dans le social : pendant son temps libre, en tant que

joggeur, il récolte des fonds pour le Therapeion de Zizers, un établissement

qui accueille des enfants souffrant de paralysie cérébrale ou

de polyhandicap.

C’est donc un nouveau membre doté d’une solide expérience qui

vient renforcer l’UPSA, un homme qui appelle un chat un chat. Il a

toujours été quelqu’un de franc, comme il le dit lui-même, et n’a nullement

besoin de faire des courbettes : « Je n’ai plus besoin de plaire à

qui que ce soit », affirme-t-il. C’est sur le ton de la plaisanterie certes,

mais Andri Zisler en profite pour annoncer la couleur... <

AUTOINSIDE | Juillet Août 201841


ASSOCIATION

Solution par branche pour la sécurité au travail et la protection de la santé SAD

Reconnaissance au plus haut niveau

Un socle sain et une croissance qui se poursuit : après un travail de préparation long et intensif, la solution par branche de

la branche automobile et des deux-roues (SAD) a été recertifiée avec succès. Pourquoi cette recertification a lieu tous les

cinq ans et quelle est son importance pour les membres : nous vous expliquons tout. Tatjana Kistler, rédaction

La satisfaction règne au sein du secrétariat de la solution par

branche SAD : la solution par branche pour la sécurité au travail et la

protection de la santé SAD a vu sa certification prolongée de cinq ans.

« Un tour de force », selon Karl Baumann, responsable de la sécurité

au travail et de l’environnement à l’UPSA, qui brandit fièrement une

lettre de félicitations du responsable MSST Christophe Iseli. Cette

recertification représente à la fois des efforts et une récompense.

De la branche, pour la branche : une solution pour toutes

les associations membres de l’organisme responsable

Ainsi, toutes les entreprises sont légalement tenues d’appliquer en

leur sein la directive 6508 (sécurité au travail et protection de la santé).

Les solutions par branche constituent des systèmes de sécurité

particuliers pour chaque branche : ce sont pour ainsi dire des manuels

techniques de sécurité. Elles sont portées par les partenaires sociaux

d’une branche et développées en coopération avec des spécialistes de

la sécurité au travail. Elles établissent des listes de contrôle et proposent

diverses prestations. « La concrétisation et la mise en œuvre

doivent cependant se faire au sein de chaque entreprise », explique

Karl Baumann, directeur de l’organisme responsable.

Monsieur Baumann, la CFST (Commission fédérale de coordination

pour la sécurité au travail) décrit la solution par branche comme

une voie royale pour les PME. Pourquoi ?

Karl Baumann : Le large soutien dont bénéficient

les solutions par branche parle déjà de

lui-même. À la fin mars 2018, 80 solutions par

branche étaient certifiées à côté des solutions

types et des solutions par groupes d’entreprises.

Karl Baumann,

UPSA.

Notre solution par branche réunit l’UPSA, l’Union

Suisse des Carrossiers (USIC), 2roues Suisse, l’Association

suisse du pneu (ASP), l’association Swiss Automotive Aftermarket

SAA et ParkingSwiss, ce qui témoigne aussi de la solidarité

de notre branche. Les syndicats Unia et Syna siègent également dans

notre organisme responsable.

Entretien relatif à la recertification du 23 avril 2018 : (de g. à dr.) Karl Baumann (solution par

branche), Peter Furrer (inspecteur cantonal du travail de Lucerne), Natalie Spoljaric (SECO)

et Christina Schiesser (centre pour la médecine du travail, l’ergonomie et l’hygiène AEH).

Pourquoi cette recertification était-elle nécessaire ?

La CFST entend maintenir le niveau des solutions collectives MSST

au sens d’une assurance qualité. La recertification vérifie ce transfert

de savoir-faire. Par ailleurs, le développement économique suit son

cours. Des changements structurels dans les processus de travail nécessitent

une mise à jour permanente de l’appréciation du risque et

des mesures qui en découlent. La recertification sert à examiner si les

solutions collectives MSST ont été mises à jour régulièrement.

42

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION

Qu’attend-on des solutions par branche, des solutions types et des

solutions par groupes d’entreprises ?

Que le contenu et les fonctions de la solution interentreprises

soient régulièrement vérifiés et, si nécessaire, remis en question. On

veille en particulier à ce que le recours aux spécialistes MSST soit

bien organisé. Chaque organisme responsable est tenu de conclure

des conventions écrites avec les spécialistes MSST et d’actualiser l’appréciation

du risque. La formation continue et le perfectionnement

sont aussi des éléments centraux. La recertification sert à examiner

si des opérations thématiques ponctuelles et des formations sont régulièrement

mises sur pied. En outre, le financement d’une solution

interentreprises MSST doit être assuré : c’est le seul moyen pour une

solution par branche de fonctionner de manière efficace. On attend

également de l’organisme responsable qu’il encourage les entreprises

et les groupes d’entreprises affiliés à s’investir activement pour la

mise en œuvre de la solution MSST. La CFST attend un rapport d’expérience

pour juger de l’ensemble des activités.

Comment se déroule une recertification ?

Dans le cadre d’un audit, la personne chargée par le Secrétariat

d’État à l’économie (SECO) évalue l’état de la solution interentreprises

MSST et dresse un rapport assorti d’une proposition à l’intention

de la commission spécialisée 22 « MSST » de la CFST. Dans notre

cas, l’inspecteur cantonal du travail responsable de notre branche

était également présent. La commission spécialisée 22 de la MSST a

ensuite évalué, sur mandat de la CFST, la solution interentreprises

MSST, et prolongé la validité de l’accord pour cinq ans. <

Plus il y a de membres, moins chères sont les primes

La SAD est un partenaire sûr et efficace pour toutes

les entreprises en matière de sécurité au travail et

de protection de la santé. Et son action porte ses

fruits, comme le confirme aux médias de l’UPSA le

président de la direction de la Suva, Felix Weber

(cf. interview AUTOINSIDE 4/18, page 62) : « Au

cours de cette dernière décennie, le nombre

d’accidents survenus dans la branche automobile

(classe de risque 13D) a baissé d’un sixième. C’est

une tendance réjouissante, meilleure même que la

moyenne de toutes les branches assurées par la

Suva. » Les entreprises qui se sont ralliées à la SAD présentent en moyenne

moins d’accidents : « L’adhésion en vaut donc la peine. » Et plus le taux d’accidents

dans la classe de risque 13D est bas, moins les primes sont chères.

S’affilier à la SAD dès à présent

La SAD privilégie les solutions simples, en adéquation avec la pratique,

conformes à la législation en vigueur et rentables. La solution en ligne

innovante « asa-control » (asa = nom allemand de la SAD) veille par exemple

à l’application correcte de la directive CFST 6508 et décharge les membres

de la SAD de ce souci. « asa-control » accompagne chaque entreprise,

petite, moyenne ou grande, dans les domaines de la sécurité au travail, de

la protection de la santé, de la formation interne, de la maintenance et des

dossiers de suivi de maintenance. Tous les membres d’une association de

la branche bénéficient d’une réduction sur la cotisation d’adhésion et la

cotisation annuelle.

Vous obtiendrez davantage d’informations sur www.safetyweb.ch, en

écrivant un e-mail à info@safetyweb.ch, en appelant le numéro gratuit

0800 229 229 ou en vous adressant au secrétariat de la SAD.

Secrétariat SAD : Wölflistrasse 5,

Case postale 64, 3000 Berne 22

Felix Weber,

président de la

direction de la Suva.

be safe!

Protégez vos apprentis et vous-même avec un Safety Bag!

Action valable 25.6. 2018 -10.9. 2018

Safety Bag sans chaussures de sécurité :

Prix membre SAD 59. 89. | non-membre 89. 114.

Safety Bag avec chaussures de sécurité :

Prix membre SAD 114. 139. | non-membre 164. 189.

Le contenu du Safety Bag peut différer de l’image.

Safety Bag

Le set sécurité / Safety Bag comprend l’équipement de protection individuelle (EPI) qui est prescrit par la loi comme

une paire de lunettes de sécurité, chaussures de sécurité, bouchons d’oreilles de sécurité, gants de sécurité ainsi

qu’une brochure sur la sécurité au travail. Fourni dans un sac à dos pour tout transporter pratiquement. Vous pouvez

commander le Safety Bag avec ou sans chaussures de sécurité.

Vous trouverez sur www.safetyweb.ch des informations complémentaires ainsi qu’un formulaire de commande.

be safe!

AUTOINSIDE | Juillet Août 201843


ASSOCIATION

Concours de selfies de l’UPSA

Un repas pour toute l’équipe et une

cohésion plus forte face aux défis à venir

Ils sont venus, se sont photographiés et ont vaincu :

la société Bilsport AG de Thoune a gagné un bon-cadeau

au concours de selfies lors du salon de l’automobile,

et a ainsi renforcé son esprit d’équipe. Tatjana Kistler, rédaction

« Tout le monde me regardait avec un grand sourire et voulait savoir

ce qu’on ferait du cadeau », raconte Adrian Stucki, le dirigeant

de Bilsport AG de Gwatt, près de Thoune, à son retour du Salon de

l’auto de Genève. De bonnes raisons de se réjouir : grâce au selfie de

son équipe au stand de l’UPSA, l’entrepreneur de l’Oberland bernois a

remporté le prix du jour au concours en ligne de l’UPSA : un bon-cadeau

d’environ CHF 300..

« Une excursion avec toute l’équipe », tel était le projet de ce garage

Volvo et Mazda spécialisé en tuning. Au mois de juin, Adrian Stucki

a finalement choisi d’organiser une soirée à la brasserie « Playoff »,

insufflant à son équipe l’excitation de la coupe du monde tout en

soudant l’équipe.

L’esprit d’équipe, au garage et à l’UPSA

« À deux pas de chez nous, grâce au cadeau de l’UPSA, nous avons

passé une soirée très agréable autour d’un repas américain, avec de

la bière et de la bonne musique », résume le dirigeant. « Notre cohésion

est également excellente, je crois que cela se voit sur notre

selfie vainqueur. Des événements comme ce dîner d’équipe sont très

appréciés. C’est l’occasion de parler d’autres choses que de voitures,

on découvre ses collègues sous un autre angle », ajoute-t-il.

L’adhésion à l’UPSA, un guide dans le monde numérique

Adrian Stucki retrouve cet esprit d’équipe au sein de l’association

suisse des garagistes. L’adhésion à l’UPSA apporte à ses yeux un réel

plus, notamment à l’heure du numérique : « C’est essentiel d’être bien

préparé aux nouveautés et aux changements. L’association nous informe

précisément de tout ce qui concerne notre domaine d’activité.

L’UPSA nous montre les points sur lesquels nous pencher. Cela nous

rassure, notamment dans la compréhension des ordonnances et des

modifications législatives. » Par ailleurs, « pour notre entreprise qui

forme constamment des apprentis, l’adhésion à l’association est vraiment

utile et nous offre un soutien remarquable. » <

Ce selfie a permis à Bilsport AG de remporter le prix du jour de l’UPSA

au Salon de l’auto de cette année.

Kevin Mladanovic (apprenti mécanicien en maintenance d’automobiles),

Flavio Hauser (apprenti mécanicien en maintenance d’automobiles), Ives Schwander

(mécatronicien d’automobiles), Beat Sager (chef d’atelier) et le dirigeant Adrian Stucki.

depuis

1964

CORTELLINI &

MARCHAND AG

Le plus complet des services de

réparation de boîtiers

électroniques pour auto

de Cortellini & Marchand AG

www.auto-steuergeraete.ch

061312 40 40

Rheinfelderstrass 6, 4127 Birsfelden

Vous cherchez, nous trouvons

Votre service de recherche pour

pièces automobiles d’occasion

www.gebrauchte-fahrzeugteile.ch

44

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


SPONSORED CONTENT

Publipostages par carte postale

Faire des clients des fans

Si un garage souhaite fidéliser sa clientèle, il lui faut entretenir de bonnes relations avec elle. Les cartes postales sont un

moyen particulièrement efficace pour les commerçants de se rappeler régulièrement au souvenir de leur clientèle et de leur

témoigner de la reconnaissance. Il est possible de réaliser un publipostage par carte postale rapidement et à moindre coût.

pd. Lors de l’achat d’une voiture, le client

est roi. Toutefois, le contact entre le garage et

le client s’émousse souvent rapidement. Par

exemple, il est rare qu’un vendeur contacte

son client un an après l’achat pour le remercier

à nouveau, s’informer de sa satisfaction

avec le véhicule et lui offrir un bon pour un

entretien de la voiture. Mais, sans ce type de

contacts personnels, il n’y a pas de fidélisation

du client avec son garage.

Les garages disposent de toutes sortes

d’opportunités pour entrer en contact avec

leur clientèle (voir encadré). Les cartes postales

sont des outils de communication parfaitement

appropriés. Elles attirent l’attention,

jouissent d’une grande sympathie et renforcent

la fidélisation de la clientèle.

Mettre en œuvre ses propres idées

Les concessionnaires automobiles n’ont pas

besoin d’une agence de communication ou

d’une imprimerie pour réaliser des publipostages

par carte postale personnalisés. Le service

en ligne PostCard Creator de La Poste leur

permet de le faire eux-mêmes avec rapidité

et simplicité. Ils sélectionnent le format souhaité,

téléchargent les images, conçoivent les

textes et ordonnent le tout à leur convenance

en quelques clics. Ensuite, ils importent les

adresses, insèrent la formule d’appel personnalisée

et sélectionnent le mode d’expédition.

Les utilisateurs enregistrés peuvent sauvegarder

une ébauche à tout moment et la retraiter

ultérieurement. De plus, il est possible

de reprendre des cartes postales déjà créées

comme modèles pour de nouveaux publipostages.

La Poste se charge de l’impression et de

l’expédition des cartes postales.

Bons et flyers

Avec PostCard Creator, les garages créent

des cartes postales de différentes tailles

et formes. Si nécessaire, ils intègrent des

cartes-réponse ou des bons personnalisés que

les clients peuvent détacher. Même les cartes

publicitaires et les flyers non adressés sont

créés rapidement avec PostCard Creator. La

Poste se charge également de vos impressions.

Encore plus de fonctions pratiques

La toute dernière version de PostCard

Creator s’accompagne de nouvelles améliorations

pour les utilisateurs. Désormais, le

processus de commande est encore plus intuitif,

les images peuvent être importées sans

mémoire cache et un panier de marchandises

est disponible pour les commandes multiples.

Des méthodes de paiement supplémentaires

comme le paiement avec un avoir prépayé

sont en outre proposées. <

À tester dès maintenant :

www.post.ch/postcardcreator

Chère conductrice Dacia, cher conducteur Dacia,

les températures remontent et les jours rallongent! Nous aimerions

d’ores et déjà vous rappeler de changer vos roues afin que vous et

votre Dacia soyez parés pour la saison la plus ensoleillée de l’année.

Nous vérifierons volontiers vos pneus d’été et, si ceux-ci ne correspondent

plus aux prescriptions, nous vous soumettrons une offre pour

de nouveaux pneus d’été adaptés à votre véhicule. Au début de la saison,

vous bénéficiez de 10 % de remise sur les nouveaux pneus d’été.

Attention, cette offre n’est valable que pour les commandes passées

d’ici au xx.xx.2018.

Nous serions également heureux de vous soumettre une offre pour

l’entreposage de vos roues d’hiver pendant une saison.

Appelez-nous pour prendre rendez-vous. Nous nous réjouissons de

votre visite.

Meilleures salutations,

Automobile Exemple SA

De précieux alliés:

Herr

Peter Kunde

Kundenweg 112

5678 Kundenwil

Les publipostages par carte

postale sont adaptés à cet effet

• Carte de remerciement personnalisée

après l’achat d’une voiture

• Remerciement pour la fidélité de la clientèle

• Présentation de nouveaux collaborateurs

• Invitations à des expositions et à des

événements clients

• Rappel du changement de pneus

• Actions promotionnelles pour des véhicules

de stockage ou des accessoires

D.R. garagiste

Directeur

Tél. +41 (0)44 623 44 12

E-mail: dr.garagiste@dacia.ch

Service de changement de roues et de pneus

et des accessoires pratiques. Chez nous.

nos pneus d’été sont parfaitement adaptés à votre Dacia!

Garage AG

Voici comment le contact avec la clientèle fonctionne : au printemps dernier, avec une carte postale originale, les

partenaires Dacia ont rappelé le changement de roues à leur clientèle et lui ont en même temps communiqué leur

action promotionnelle pour de nouveaux pneus d’été.

Rabais spécial

pour les membres de l’UPSA

En tant que membre de l’UPSA, vous bénéficiez

du partenariat de votre association avec la

Poste. Pour bénéficier d’une remise de 10 %

sur le prix de production des publipostages que

vous réalisez via PostCard Creator, il vous suffit

de saisir le code promotionnel suivant :

agvs311218

AUTOINSIDE | Juillet Août 201845


SECTIONS

Assemblée générale anniversaire de la section UPSA des deux Bâle

90 e anniversaire à Europa-Park

À l’occasion de ses 90 ans, la section UPSA des deux Bâle a organisé son assemblée générale à Europa-Park.

58 garagistes votants ont témoigné de la cohésion de la branche. Une fête inoubliable, bien que teintée de tristesse.

Sandro Compagno, rédaction

René Degen, garagiste à Binningen, membre du comité central

de l’UPSA, président de la section UPSA des deux Bâle et actif dans

divers comités, est non seulement un véritable touche-à-tout de l’automobile

et un patron à l’énergie inépuisable, mais aussi une nature

joyeuse, souvent un boute-en-train. Mais c’est au bord des larmes

qu’il a évoqué la mémoire de Martin Wagner, son coprésident disparu

récemment.

Le dimanche 28 janvier, Martin Wagner a été victime d’un terrible

acte criminel. « Aujourd’hui encore, je n’arrive pas à accepter

que Martin n’est plus là », déclare René Degen d’une voix tremblante,

avant de saluer l’énorme engagement du juriste en faveur de la

branche automobile bâloise : de la première assemblée générale vécue

ensemble en 1992 (« Martin, jeune juriste, était alors secrétaire de

la section UPSA des deux Bâle, tandis que j’étais avec mon chef de

l’époque »), jusqu’à l’élection de 2008 qui a vu Martin Wagner et René

Degen élus respectivement président et vice-président. « Martin s’est

engagé avec vigueur et enthousiasme pour la branche automobile. S’il

pouvait au Ciel continuer à conduire de belles voitures ... »

Une place d’honneur

Plus tard, en chemin vers le dîner de gala dans

la salle de bal, un autre moment d’émotion est

survenu : dans une galerie de portraits de personnalités

allemandes figurait justement Martin

Wagner. Or, lors de la reconnaissance des

locaux de réunion d’Europa- Park, à l’automne

dernier, Martin avait dit en plaisantant qu’il espérait

figurer un jour dans cette galerie. C’est également

lui qui a eu l’idée d’organiser l’assemblée

René Degen.

générale anniversaire à Rust.

Les 160 participants (les garagistes votants, leur conjoint ou

conjointe ainsi que des invités du comité central) ont également eu

une pensée pour Ernst Keigel, disparu le 27 octobre 2017 à l’âge de

87 ans entouré des siens, membre du comité de la section UPSA des

deux Bâle de 1975 à 2001. « Ernst était de ceux qui disent beaucoup

de choses en peu de mots », se souvient René Degen en évoquant le

garagiste qui s’était engagé intensément pour la formation.

Des ressemblances entre l’UPSA et

Europa-Park

Le gérant Jürgen Mack a tenu à accueillir

la délégation bâloise à Europa-Park. Cet ingénieur

en économie de 60 ans dirige l’entreprise

familiale aux côtés de son frère Roland,

de neuf ans son aîné. À ce jour, l’entreprise emploie

4000 personnes. Jürgen Mack a souligné

Jürgen Mack.

des ressemblances entre le parc de loisirs et la

délégation reçue : « En tant que garagistes, vous veillez à ce que nos

visiteurs suisses viennent nous voir en toute sécurité. De notre côté,

Les nouveaux visages du comité de la section, élus à l’unanimité : Sascha Renz,

Bettina Schmid et David Schweizer.

à Europa-Park, nous transportons jusqu’à 50 000 personnes par heure

sur nos attractions, également en toute sécurité. » Avec quelque

5,6 millions de visiteurs par an, Europa-Park est le deuxième parc de

loisirs d’Europe, après Disneyland Paris. 22 % des visiteurs viennent

de Suisse, et 82 % se rendent plusieurs fois à Rust. « Cela nous oblige

à innover constamment », a ajouté le dirigeant. « Le numérique n’a

pas épargné Europa-Park, mais le grand huit classique est toujours

très prisé. »

Des comptes à l’équilibre et trois nouveaux membres au

comité

Le comptable sortant Markus Meier, qui deviendra à la fin de l’été

directeur de l’Association suisse des propriétaires fonciers (HEV),

a constaté un léger bénéfice de près de 3000 francs. Concernant le

centre de formation de Sissach, l’excédent s’élevait à 108 000 francs.

Les budgets 2018 prévoient des comptes légèrement déficitaires pour

la section et un nouvel excédent pour le centre de formation.

Les comptes ont été approuvés à l’unanimité, le budget avec une

abstention. Tous les autres points de l’ordre du jour ont été approuvés

sans réserve, y compris les nouvelles élections au comité du fait

de la disparition de Martin Wagner et des démissions de Peter Schneiter

et de Peter Schweizer. Ce dernier a déclenché l’hilarité dans la

salle en présentant son rapport sur les centres de tests CVM dans les

deux Bâle : non pour le contenu, mais parce qu’il apparaissait dans

une vidéo en short et coiffé d’un fez. Le garagiste de Liestal voyage

actuellement sur un voilier en Turquie, mais grâce aux miracles du

numérique, il a pu assister à la réunion de Rust.

David Schweizer, le fils de Peter Schweizer et dirigeant de

P. Schweizer AG à Liestal, Bettina Schmid, dirigeante du garage Schmid

à Reinach, et Sascha Renz, dirigeant du garage Wiederich Donà

à Muttenz, ont été élus par acclamation au comité de la section UPSA

des deux Bâle. Ces trois nouveaux visages incarnent le rajeunissement

du comité de la section.

46

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


SECTIONS

Bien connu des garagistes de la section : le conseiller à la clientèle Kurt Pfeuti.

Discussions informelles et joviales entre collègues.

« Préserver la libre entreprise »

Le comité central et la direction de l’UPSA étaient conviés à l’assemblée

générale anniversaire, et l’invitation à Rust a remporté un

franc succès. Le président central Urs Wernli a transmis les salutations

et les félicitations de Mobilcity, et a exposé les thèmes sur lesquels

l’association se penche actuellement : « Nous devons avoir accès

aux données techniques, freiner le pouvoir des constructeurs sur le

marché et protéger nos investissements. L’enjeu est de préserver la

libre entreprise. » Il est nécessaire pour cela que ceux qui partagent

les mêmes intérêts s’unissent.

Urs Wernli a évoqué en outre l’avenir de la branche, notamment

l’autopartage, la voiture électrique et la voiture autonome : « Où cela

nous mènera-t-il ? Nul ne le sait. Mais nous savons tous qu’il y aura

de grands changements. » Le président central a

conclu en affirmant que les garagistes possédaient

un atout en particulier : « Nous sommes

au cœur de l’évolution de la mobilité individuelle.

Or cette mobilité constituera à l’avenir

toujours un besoin majeur. »

La délégation de l’UPSA s’est ensuite rendue

Urs Wernli.

au Voletarium d’Europa-Park pour un vol virtuel

au-dessus de l’Europe, avant de rejoindre la salle de bal pour une

soirée conviviale entre amis et collègues. Joyeux anniversaire à la

section UPSA des deux Bâle ! <

Retrouvez sur leurs sites Internet respectifs ce que les autres

sections ont décidé durant leurs AG :

www.upsa-agvs.ch

Prêt pour

le virage

numérique

de demain.

brainsnhands.ch

La numérisation est un sujet central pour bon nombre de garagistes

suisses. Chez vous aussi? Mettez toutes les chances de votre côté pour

assurer la pérennité de votre entreprise avec Stieger Software! Grâce

à des outils totalement intégrés, vous bénéficiez de processus efficacement

connectés et d‘un flux continu des données soit des conditions

optimales pour accroître méthodiquement votre productivité et offrir

une véritable plus-value à vos clients. Avec les solutions informatiques

globales de Stieger, vous préparez votre garage à relever les défis

numériques de demain.

we drive your business

Stieger Software AG ❙ Hauptstrasse 71 ❙ CH-9422 Staad ❙ +41 (0)71 858 50 80

Stieger Academy ❙ Grundstrasse 1 ❙ CH-5436 Würenlos ❙ +41 (0)56 437 68 68

www.stieger.ch ❙ info@stieger.ch


SECTIONS

Deux événements majeurs pour la section vaudoise

> Le Rallye du Chablais (Aigle, Arsenal Militaire) et la conférence des présidents latins

Jean-Luc Pirlot. Lorsqu’il est l’heure pour

les présidents latins de l’UPSA, et leur président

central à Berne, de se retrouver dans

le pays de Vaud pour évoquer de nombreux

thèmes directement liés à la branche des garages,

quoi de plus naturel que de le faire au

milieu des bolides prêts à en découdre lors

d’une manche de championnat suisse des rallyes,

dont les célèbres pilotes Sébastien Loeb

et Ari Vatanen ont assuré l’ouverture.

C’est en effet dans les locaux de l’Arsenal

d’Aigle, qui accueillait le parc d’assistance du

Rallye du Chablais, 15 ème du nom, que les présidents

et secrétaires des sections (GE, TI,

FR, VS, NE, JU, VD) se sont réunis. Ils ont pu

partager avec le président Urs Wernli et des

représentants de la Centrale leurs projets,

leurs résultats, leurs attentes et faire part de

leurs inquiétudes concernant la branche automobile.

Un grand nombre de thèmes ont ainsi pu

être abordés : relations avec les partenaires

sociaux, questions de formation professionnelle

initiale et continue, prospection de

nouveaux membres, fidélisation des collaborateurs,

avenir de la branche au sens large du

terme. Ces échanges très positifs ont été suivis

par une partie récréative qui a permis d’apprécier

la prouesse des pilotes de rallye lors

de deux épreuves spéciales les ayant conduits

des Avants à Villars-sur-Ollon. Un superbe repas

a conclu cette radieuse journée de la plus

belle des manières. <

Le Rallye du Chablais 2018 a été un très grand succès.

Participants à la conférence des présidents latins de l’UPSA avec Urs Wernli, le président central, au centre.

> Les sections romandes de l’UPSA et la Centrale félicitent l’AMAD pour ses 75 ans

Olivier Cochet, le président de l’AMAD, et Nicolas

Leuba, le président de la section vaudoise.

Jean-Luc Pirlot. Le Ral lye du Chablais a

également été le théâtre des 75 ème assises de

l’AMAD (Association des Mécaniciens en Automobile

Diplômés). Cela a été possible grâce

au soutien des différentes sections romandes

de l’UPSA et de la Centrale qui ont contribué

de manière généreuse aux frais engagés par

un tel événement.

Ce sont près de 70 participants qui ont

pu profiter d’une magnifique journée dans le

Chablais : accueil café-croissants dans le parc

d’assistance des voitures de courses, puis déroulement

de l’Assemblée Générale au cours

de laquelle Nicolas Leuba, président de la

section vaudoise, a pu féliciter l’AMAD et son

président, Olivier Cochet, pour ce très beau

jubilé, tout en relevant tout le plaisir qu’il

avait à y participer, montrant l’importance

des relations entre nos associations qui ont

toutes deux pour objectifs principaux la défense

et la promotion des métiers de l’automobile.

Puis les participants se sont rendus en car

à Champéry pour assister à une épreuve spéciale

impressionnante et captivante, avant de

partager un repas au Café du Nord et d’écouter

le message de bienvenue du patron du Rallye,

Eric Jordan, et du président de la commune

de Champéry, Luc Fellay. Enfin, la journée

s’est terminée à l’Arsenal d’Aigle, autour d’un

verre de chasselas… <

48

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


SECTIONS

Le nouveau sujet de formation est omniprésent et attrayant

> La section Suisse centrale met les gaz

Tatjana Kistler. Le centre de formation

de la section Suisse centrale à Horw est

grand et offre une superficie propice à la

meilleure publicité pour la formation professionnelle.

C’est pourquoi les responsables

de la section ont décidé d’embellir

le bâtiment du nouveau sujet de formation

UPSA afin que tout le monde sache que

les métiers automobiles ont de l’avenir, y

compris les voyageurs qui passent devant

le centre de formation à bord du train de

Lucerne à Engelberg ou sur le Brünig.

« Le sujet de formation peut être

utilisé de plusieurs manières »

Les membres de la section Suisse centrale

ont adapté l’intégralité de leur portefeuille de

formation au nouveau sujet de formation. Tous

ces documents et supports de communication

se présentent non seulement avec fraîcheur et

modernité, mais aussi avec uniformité vis-à-vis

de l’association faîtière qu’est l’UPSA. « L’identification

a été la motivation de ce remaniement

complet de notre présence », explique

Le centre de formation de Suisse centrale à Horw est désormais identifiable en tant que fabrique de jeunes

talents grâce à la nouvelle inscription sur le bâtiment.

le directeur Hanspeter Selb, qui s’engage pour

que l’image de la formation de l’UPSA fasse

école. Et d’ajouter que « maintenant, les sections

connaissent le nouveau visuel clé, mais

pas encore ses nombreuses possibilités d’application

». Assistée par Viva AG für Kommunikation,

la section Suisse centrale a adapté son

identité visuelle à la nouvelle représentation

graphique des métiers de l’automobile. L’agence

est le partenaire de communication de l’association

faîtière et des médias imprimés et en

ligne de l’UPSA. Des sujets d’annonces, des inscriptions

pour bus, l’impression de BVR pour

les factures et la carte d’invitation à la cérémonie

de qualification ont été créés. M. Selb en

est convaincu : « C’est devenu joli ».

Cube du salon.

Un socle a été mis en place pour

d’autres sections

La section participera au salon de la formation

professionnelle de Suisse centrale

(Zebi) en novembre avec un nouveau concept

et attirera assurément tous les regards.

« Nous avons développé un cube qui séduit

visuellement et favorise l’identification grâce

au sujet de formation. Il présente toutes les

informations relatives à la formation professionnelle

initiale des métiers de l’automobile

dans la section regroupant les cantons de Lucerne,

Nidwald et Obwald », indique Robert

Knopf, chef du département graphique de

Viva AG für Kommunikation, pour décrire

cette nouveauté. « Ce cube ne manquera pas

de surprendre », se réjouit M. Selb à l’idée de

l’inauguration du concept du salon.

Les membres de la section Suisse centrale

ont décidé de réaliser, en complément, un

mur de salon comportant le sujet de formation

national original. « Nous le mettons à

la disposition des autres sections qui le souhaitent

», affirme M. Selb, qui en parle déjà

avec ses collègues uranais. <

AUTOINSIDE | Juillet Août 201849


SECTIONS

Sensibilisation concrète aux métiers de l’automobile

> Une occasion de converser avec les clients

À vos marques, prêts, partez : en kart ou pour postuler à un apprentissage dans la branche automobile.

Tatjana Kistler. 38 jeunes, 38 pilotes de karting motivés et reconnaissants,

38 apprentis potentiels, 38 personnes invitées par la section

bernoise de l’UPSA à l’événement de karting « Race-Inn » de Roggwil.

« Nous sommes ravis du résultat », s’est exclamée avec enthousiasme

Ursula Grütter-Isenschmid, la secrétaire de la section. « Cet événement

nous a non seulement permis de faire plaisir aux jeunes, mais aussi

de les sensibiliser aux possibilités de carrière dans la branche automobile

».

Automobile et technique en théorie et en pratique

Les membres de l’UPSA ont concilié théorie et pratique. Les élèves

du secondaire ont pu s’informer sur les différentes professions, les

tests d’aptitude, les possibilités de formation continue et les tremplins

professionnels au stand d’informations et lors d’une visite guidée, et

ont eu l’occasion de ressentir concrètement la rapidité de la technique

automobile. « C’est important », estime Ursula Grütter-Isenschmid. Et

d’ajouter : « Puisque les jeunes étaient accompagnés d’un adulte, nous

avons pu sensibiliser les parents, parrains et grands-parents, soit les

personnes qui influencent le choix professionnel des élèves, aux métiers

de l’automobile ».

Relever le défi du recrutement

La branche automobile est en pleine évolution grâce aux nouvelles

prouesses techniques. « Tout comme les métiers de l’automobile », précise

Ursula Grütter-Isenschmid. Il est par conséquent indispensable

que les membres de l’association suisse des garagistes améliorent la

publicité pour leur corps de métier et qu’ils mettent en avant leur statut

d’entreprise formatrice. Par le biais de l’événement de karting, la

section bernoise de l’UPSA souhaite offrir une plate-forme de publicité

aux propriétaires de garages afin de leur permettre de trouver des recrues

et des clients. « Les garagistes doivent connaître leurs clients »,

déclare Ursula Grütter-Isenschmid, citant un message de la dernière

Journée des garagistes suisses, la plus grande conférence nationale

de la branche automobile. « Les garagistes, personnes de confiance,

connaissent leurs fidèles clients et leur situation familiale. Que ce soit

au marché du village ou lors d’un service, nos garagistes ont toujours

du succès lorsqu’ils approchent leurs clients et leur offrent la participation

à l’événement de karting ». Une expérience du monde fascinant

de l’automobile, qui peut déboucher sur un métier après formation. <

Le pilote Nico Müller a fait de sa passion un métier. Il a répondu aux questions lors de l’événement de karting.

Hannes Flückiger (à gauche), président de la section

Emmental/Haute-Argovie de l’UPSA et propriétaire de

S. Flückiger AG à Auswil, et Georg Gautschi, responsable

de la formation professionnelle de la section et

d’un garage à son nom à Langenthal.

50

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


SPONSORED CONTENT

ESA

esashop.ch : l’assistant de commande efficace

L’offre tout compris de solutions en ligne pour un parcours sans souci dans le monde d’ESA.

GEWINNEN UND l’ ESA-eShop avec SPAREN

une offre spéciale. Les

produits sont sélectionnés dans l’immense

dank Online-Lösungen der ESA

gamme ESA ou peuvent être commandés

pd. L’ESA-eShop offre diverses modalités

de recherche pour trouver rapidement le produit

souhaité. Lorsque le véhicule est défini,

par exemple au moyen de l’homologation, du

numéro minéralogique, d’une recherche de

véhicule ou du motorcode, l’ESA-eShop affiche

les produits adaptés au véhicule.

La recherche de pièces, de pneus, de jantes,

de capteurs TPMS, de lubrifiants, de batteries

ou de chaînes à neige devient un jeu d’enfant.

RZ_1_EBS_TITELSEITE2015_AI_DF.indd 1 28.05.2018 15:58:52

Prisé et conforme aux besoins

Le catalogue des pièces ESA constitue un

autre point fort. Il répond non seulement aux

besoins des garagistes suisses, mais il est

même le catalogue de pièces le plus utilisé

d’Europe. La recherche graphique d’éléments

de montage ou les données techniques intégrées

de véhicules de HaynesPro et d’Autodata

facilitent le travail quotidien des garagistes.

Avec HaynesPro et Autodata, deux fournisseurs

de données de maintenance, de réparation

et de diagnostic de première catégorie

sont à la disposition des garages.

Du lundi au vendredi, « Presto ! » accueille

tous les jours les clients à 7 h 30 dans

ponctuellement sous forme d’offre spéciale.

garagino.ch : l’opportunité de la

numérisation

En ouvrant leur garage sur garagino.ch,

les propriétaires sont disponibles en permanence

pour leurs clients, 24 heures sur 24 et

7 jours sur 7. Leur présence dans l’univers numérique

ouvre aux garagistes un très important

canal supplémentaire leur permettant de

communiquer avec leurs clients existants ou

nouveaux. Les garagistes sont ainsi présents

à toute heure, ils acceptent les demandes de

rendez-vous et vendent leurs services et les

produits définis en dehors des horaires d’ouverture

et sans travailler.

Application Pièces ESA : pièces d’usure

et de service partout et à tout moment

Pour que les garagistes puissent commander

encore plus facilement les pièces d’usure

et de service dont ils ont besoin, il leur suffit

de disposer de l’application Pièces ESA

sur leur smartphone. Comment faire ? C’est

tout simple : numériser le code EAN et commander

tout simplement la pièce souhaitée.

L’application Pièces ESA peut être téléchargée

dans le Google Play Store et l’Apple Store.

Rapide, actuelle, informative :

notre communication en ligne

La newsletter ESA hebdomadaire relaie

les actualités issues de la branche et d’ESA,

évoque les nouveautés de l’offre ESA, les promotions

en cours et les sujets d’actualité. Les

lecteurs restent parfaitement informés grâce

à elle. Facebook, Google+, YouTube et le site

Internet d’ESA constituent d’autres platesformes

contenant de précieux conseils et

informations consacrés à la branche automobile.

<

AUTOINSIDE | Juillet Août 201851


PROFESSION ET CARRIÈRE

Outils pédagogiques électroniques dans les CI

Les sections unissent leurs forces

L’Association suisse des maîtres d’atelier (VSW) et l’UPSA sont convaincus de contribuer à une amélioration de

la qualité et de l’efficacité dans les centres de formation grâce aux nouveaux outils pédagogiques CI et de relever

correctement les défis de la numérisation dans la formation. Tatjana Kistler, rédaction

À l’occasion de la réunion à huis clos du

comité central de l’UPSA à Bologne il y a bientôt

quatre ans, le comité central avait décidé

d’intensifier la collaboration avec les sections,

d’exploiter les synergies et de travailler davantage

avec les sections et les partenaires au

niveau des organisations de réseau. Il s’agissait

de mieux utiliser le réseau de l’UPSA et

de devenir plus efficace et vigoureux.

Il fallait également tenir compte de la

tendance à la numérisation. « Avec le projet

de manuel pratique électronique pour les CI,

toute cette approche est prise en compte », affirme

Olivier Maeder, le responsable de la formation

de l’UPSA. La nouveauté électronique,

qui a été développée par le spécialiste bernois

de l’informatique ionesoft (voir l’interview)

est désormais dans les starting-blocks. Le

manuel pratique est disponible pour la première

année de la formation technique de

base (nouvelle OrFo) à partir du mois d’août

2018. La version française

devrait suivre en 2019,

éventuellement aussi

la version italienne.

Les contenus de la première

année d’apprentissage

d’assistant en main-

Olivier Maeder.

tenance d’automobiles,

de mécanicien en maintenance d’automobiles,

de mécatronicien d’automobiles sont actuellement

saisis conformément aux nouveaux

plans de formation.

Centralisation, homogénéité,

actualité permanente

« Les documents pour les CI ne doivent

dorénavant plus être créés et imprimés dans

chaque centre. Une équipe d’auteurs se charge

en effet de les élaborer, de les mettre à la

disposition de tous les centres CI et de les

actualiser de manière centralisée », déclare

M. Maeder. Une telle approche améliore non

seulement l’efficacité mais aussi la qualité des

supports de cours. « L’utilisation des outils

pédagogiques les plus modernes est maintenant

garantie et nous garderons ainsi les yeux

rivés sur la numérisation de la formation initiale

au niveau national », souligne M. Maeder.

Une satisfaction et une conviction que le

responsable de la formation de l’UPSA a partagées

avec les sections dans le courrier le

plus récent. Celui-ci indique notamment que

l’UPSA prend en charge la distribution du manuel

pratique et qu’elle détient les droits sur

les contenus. L’Association suisse des maîtres

d’atelier (VSW) dirige le projet et élabore les

contenus du manuel pratique électronique. En

résumé, « le projet correspond parfaitement

à la stratégie de l’UPSA : nous sommes plus

forts ensemble ! » <

Un extrait du contrôle de base du

nouveau manuel pratique électronique.

52

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


PROFESSION ET CARRIÈRE

En théorie

« Tous les outils pédagogiques sont coordonnés »

Le prestataire informatique bernois ionesoft a signé le nouveau manuel pratique électronique CI. Son directeur,

Daniel Stainhauser, promet que l’outil sera convivial pour l’utilisateur et de première qualité. Tatjana Kistler, rédaction

M. Stainhauser, de quels besoins de

l’UPSA deviez-vous tenir compte lors du

développement du nouvel outil pédagogique

électronique destiné aux candidats CI des

métiers de l’automobile ?

Daniel Stainhauser : Les candidats CI ont

besoin d’un outil pédagogique électronique qui

puisse être utilisé aussi bien

à côté du véhicule dans

l’atelier, dans le train en

déplacement et dans la

salle de classe. Un format

flexible capable de

s’afficher de manière optimale

sur un smartphone

Daniel Stainhauser.

et un ordinateur portable

est donc particulièrement avantageux. Nous

utilisons à cet effet le format « EPUB pour corps

de texte ». L’outil pédagogique a été entièrement

recréé numériquement pour tenir compte de

ces exigences dès la phase d’élaboration.

Qu’est-ce qui différencie le nouveau support

des outils pédagogiques électroniques CI des

autres métiers faisant l’objet d’une formation

initiale ?

Grâce à la coordination des écoles professionnelles,

des centres CI et d’autres éditeurs, il

a été possible de créer une offre générale pour

les métiers de l’automobile sur la même plateforme

e-books de beook en collaboration avec

ionesoft. Tous les outils pédagogiques sont ainsi

à la disposition des apprentis dans une application.

Ils sont coordonnés les uns aux autres et

peuvent être utilisés les uns à côté des autres.

Une recherche plein texte permet par exemple

de trouver et de lire chaque terme sur tous les

outils pédagogiques en quelques secondes.

Les outils pédagogiques CI sont-ils compatibles

avec les autres supports utilisés par les

écoles professionnelles ?

Il est possible de connecter les outils pédagogiques

des écoles professionnelles et des CI.

Exercices interactifs, pages propres, images,

photos, résumés, notes diverses : tout cela est

même disponible hors ligne sur un smartphone,

une tablette ou un PC sous la forme

d’une application. Aspect important pour une

formation réussie, les données sont sécurisées

grâce à la synchronisation sur le cloud.

Enfin, les directeurs de CI peuvent partager

leurs propres contenus directement dans les

e-books des apprentis.

Les métiers de l’automobile ont de l’avenir.

Est-ce aussi le cas des outils pédagogiques

nouvellement développés ou y aura-t-il bientôt

des remaniements en raison du progrès technologique

rapide ?

Il est possible de compléter continuellement

les outils pédagogiques par de nouveaux

contenus grâce à leur concept modulaire

qui permet de petits composants séparés

et réutilisables dès la saisie des données en

fonction des objectifs de performance et des

spécialités. La technologie beook permet de

mettre à jour ces contenus à tout moment

avec une actualisation dans l’application, sans

pour autant perdre les notes rédigées par l’utilisateur

lui-même et ses propres contenus.

L’avenir numérique peut commencer. <

En pratique

« L’outil pédagogique répond aux besoins actuels »

Sven Zenklusen est enseignant d’atelier au centre de formation de Suisse centrale. Avec Christof Müller, membre du comité de

l’Association suisse des maîtres d’atelier (VSW), il dirige le projet « Manuel pratique électronique ». Tatjana Kistler, rédaction

M. Zenklusen, entrons dans le vif du sujet :

êtes-vous satisfait de la nouveauté ?

Sven Zenklusen : Très satisfait.

L’outil pédagogique

fournit des conseils sur

des activités pratiques

et correspond au plan

de formation des différents

groupes de métiers.

Sven Zenklusen. Le manuel pratique est

très dynamique grâce aux

fonctions de notes et chaque utilisateur peut le

compléter individuellement.

M. Müller, que peuvent faire les enseignants et

qu’est-ce qui plaît aux apprentis

Christof Müller : Un texte court, une belle

photo ou une vidéo : les enseignants et les

apprentis peuvent placer

leurs idées et leurs réflexions

directement

sur le sujet en question.

Les contenus sont

toujours présents grâce à

Christof Müller. l’application pour smartphone

et peuvent être

partagés. L’outil pédagogique peut être utilisé

pendant la procédure de qualification.

Quelles ont été les particularités dont vous

avez dû tenir compte lors du développement de

l’outil pédagogique électronique ?

Sven Zenklusen : Jusqu’à présent, chaque

centre CI a créé les documents en fonction

de sa propre conception. La synchronisation

des différents contenus et idées constitue le

principal défi. Comme nous savions que de

nouveaux plans de formations sont entrés en

vigueur en 2018, nous les avons analysés en

détail.

Les métiers de l’automobile et la formation

initiale de l’UPSA ont de l’avenir. Pour que

cela soit aussi le cas pour l’outil pédagogique,

les prochains travaux sont certainement

déjà prévus, n’est-ce pas ?

Christof Müller : La réalisation et l’optimisation

du manuel pratique occuperont le devant

de la scène ces prochaines années. Nous

nous efforcerons par ailleurs d’adapter les

contenus au développement rapide des véhicules.

L’enseignement répond aux besoins de

l’époque actuelle avec l’introduction de l’outil

pédagogique électronique. <

AUTOINSIDE | Juillet Août 201853


PROFESSION ET CARRIÈRE

Le crash à 60 km/h a laissé des traces.

Raphael Murri, chef de service au DTC, et Daniel Mauerhofer de Bott

observent les dégâts sur le véhicule du crash.

Ceinture trois ou quatre points ?

Un effet palpable pour une vitesse d’impact d’à peine

7 km/h.

Bernhard Gerster est l’hôte à Vauffelin.

54

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


PROFESSION ET CARRIÈRE

FutureDay à Vauffelin

Les dangers d’un chargement

non sécurisé en cas d’accident

Pendant une semaine, des jeunes en 3 e année d’apprentissage aux métiers de l’automobile cherchent de l’inspiration pour

la suite de leur carrière au FutureDay à Vauffelin. L’essai de crash l’après-midi en est le point d’orgue. Sascha Rhyner, rédaction

Le programme prévu pour les plus de 900 jeunes qui sont arrivés

à Vauffelin de tout le pays dans le courant de la semaine était riche

et ponctué de nombreux plaisirs. L’essai de crash fut le temps fort de

cette journée riche en rebondissements. L’essai, réalisé par le Dynamic

Test Center (DTC), portait sur les systèmes de sécurisation du chargement.

« Lorsque le client décide d’acheter un break, un van ou un

petit véhicule de transport, le volume, la charge utile et les coûts ne

sont pas les seules considérations », affirme Daniel Mauerhofer, responsable

commercial chez Bott Suisse. « La sécurité du chargement et

des occupants est tout aussi importante. » Bott, l’importateur général

d’équipements de véhicules et d’entreprise, propose régulièrement des

cours de sécurité de chargement et réalise l’essai de crash avec le DTC

à Vauffelin. Le garagiste bénéficie ainsi de bons points d’appui pour les

entretiens avec ses clients, par exemple lors de la vente d’un véhicule.

Gerster maîtrise

Le département Technique automobile de la Haute École spécialisée

bernoise (BFH) a organisé la manifestation FutureDay de cinq jours

pour la 8 e fois déjà, sous la houlette de Bernhard Gerster. Au centre

de laboratoire de technique automobile dans le Seeland bernois, les

apprentis ont obtenu des informations sur la formation professionnelle

continue après la formation initiale. Cet événement s’adressait

aux apprentis qui terminaient la troisième des quatre années de leur

formation pour éviter les éventuels conflits de dates avec la fin de l’apprentissage.

La technologie des piles à combustible et les véhicules hautement automatisés

et interconnectés occupaient le devant de la scène. Stupeur

à l’essai d’impact. Les visiteurs ont écarquillé les yeux en constatant la

force qui se manifeste lors d’une collision à 7 km/h. Personne n’a quitté

Vauffelin sans ceinture de sécurité.

Un sur quatre devient diagnosticien

L’UPSA était présente avec son stand d’information. Olivier Maeder,

le responsable de la formation de l’UPSA, a présenté les diverses possibilités

de formation continue dans les métiers de l’automobile. « Près

d’un mécatronicien d’automobiles sur quatre continue par une formation

de diagnosticien d’automobiles », explique-t-il.

Le FutureDay a été organisé en collaboration avec l’UPSA, l’Union

suisse des carrossiers (USIC), l’association professionnelle Technique

agricole (Agrotec Suisse) et l’Association de la branche du commerce

spécialisé des véhicules deux-roues (2roues Suisse). Ont également

participé l’Association suisse des enseignants de la technique automobile

(ASETA) et l’Association suisse des enseignants techniques du

machinisme agricole, de la construction et d’appareils à moteur (ASE-

MACA). <

Un impact qui fait de l’effet à 7 km/h

Outre le spectaculaire essai de crash, la journée était aussi ponctuée

d’autres gourmandises. Les trois techspots « Entraînements », « Sécurité

» et « Nouvelles technologies et construction de véhicules » ont

délivré des connaissances théoriques et des démonstrations pratiques.

Olivier Maeder a abordé les diverses possibilités de la formation continue

dans les métiers de l’automobile.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201855


SPONSORED PRESTATIONS CONTENT

40

Bien s’informer pour vendre

plus rapidement

2400

20

SC 2018/16 SC 2018/17 SC 2018/18 SC 2018/19

Visualisations de vos annonces (hits)

Apparitions dans les résultats de recherche

Moyenne AutoScout24

Nombre moyen d’apparitions de vos annonces dans les résultats de recherche c

AutoScout24.

Mon annonce pour un parc de véhicules sur AutoScout24 est-elle assez attractive pour les internautes?

2000

À quelle fréquence les utilisateurs ont-il regardé mes annonces? Combien de demandes de contact

mes offres ont-elles suscité? Avec son reporting détaillé dans «Cockpit», AutoScout24 propose aux

1600

concessionnaires un aperçu des réponses à ces questions et à bien d’autres.

Cockpit

Des statistiques générées

automatiquement sont à la disposition

du concessionnaire dans le cockpit,

dans la partie protégée par mot de

passe. Ces statistiques examinent

votre parc de véhicules en se basant

sur différents chiffres clés. Une valeur

est en rouge? Des graphiques précis

montrent immédiatement ce qui doit

être modifié et grâce à des propositions

d’optimisation, le concessionnaire peut

rapidement effectuer les modifications

nécessaires. Il peut p. ex. modifier le prix

ou ajouter des photos supplémentaires.

Les annonces pour lesquelles toutes les

possibilités d’insertion de la plateforme

sont parfaitement utilisées apparaissent

en vert.

1200

800

400

SC 2018/16 SC 2018/17 SC 2018/18 SC 2018/19

Visualisations de vos annonces (hits)

Accueil

Parc de véhicules (Annonces actives)

Aujourd’hui avec

153’682 véhicules

Recherche

Photos du véhicule proposé

Des photos représentatives du véhicule

proposé augmentent les chances de vente.

Conseil: ne lésinez pas sur les prises de vues

extérieures et intérieures. Pour chaque

annonce, vous pouvez ajouter jusqu’à

16 photos du véhicule proposé.

Moyenne AutoScout24

Véhicules neufs

Jours d'immobilisation

Chaque jour d’immobilisation

perte. Gardez tout sous contr

après une période d’inactivité

analysez l’attractivité des pho

proposé, des titres et de la de

Dans le cockpit, le concessionnaire

peut également ajuster son annonce

avec différents paramètres, comme

p. ex. adapter l’énumération dans les

listes de recherche en fonction des

valeurs moyennes de toutes les offres

publiées sur AutoScout24. Grâce à ces

diagrammes interactifs, vous voyez

en un coup d’œil si vos données sont

en adéquation avec le comportement

actuel du marché.

De 3 à 16 photos: 62 Véhicules

1 ou 2 photo(s): 0 Véhicules

Aucune photo: 13 Véhicules

Utilisation du compte (12.06.2018, 08:03 heure )

AutoScout24 Abonement Professional 100

Utilisés: 103 (dont 28 Inactif)

De 0 à 60 jours d'immobil

Véhicules

De 61 à 90 jours d'immob

Véhicules

Plus de 90 jours d'immob

Véhicules

libre(s): 3

TopL

Utili

Le client peut également s’abonner

très facilement pour recevoir par e-mail

un résumé périodique des valeurs du

cockpit. Ainsi, le concessionnaire est

au courant des performances de ses

annonces à tout moment et peut donc

effectuer des améliorations rapidement.

La branche et les vendeurs de voitures

en profitent de manière égale.

39 Neuf 18 Démonstration 18 Occasion

Expi

56

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


SPONSORED CONTENT

SC 2018/20 SC 2018/21 SC 2018/22 SC 2018/23

omparé avec la moyenne de toutes les annonces présentes sur

ANNONCES ACTIVES SUR AUTOSCOUT24

153′682

SC 2018/20 SC 2018/21 SC 2018/22 SC 2018/23

Valeurs moyennes par concessionaire /

mois de toutes les annonces de voitures

sur AutoScout24 (état au 7 juin 2018).

APPARITIONS DANS LES RÉSULTATS

DE RECHERCHE

3′583

Vendre Magazine Mon AutoScout24

entraîne une

ôle! Conseil:

de 90 jours,

tos du véhicule

scription.

Dernière modification du prix

Avec un marketing des prix à visée

stratégique, vous éviterez les invendus.

Conseil: tous les 30 jours, contrôlez si vos prix

sont toujours en phase avec la situation

actuelle du marché!

DURÉE DE PUBLICATION (EN JOURS)

71

VISUALISATION DE VOTRE

EMPLACEMENT

17,4

isation: 36

ilisation: 5

ilisation: 34

Depuis 0 à 60 jours: 48 Véhicules

Depuis 61 à 90 jours: 2 Véhicules

Depuis plus de 90 jours: 25 Véhicules

VISUALISATIONS D’ANNONCES (HITS)

177,8

isting 75

sés: 16

libre(s): 59

rera le 31.12.2018

À vous d’essayer!

Vous êtes client professionnel chez

AutoScout24? Sélectionnez le cockpit

dans «mon AutoScout24» et comparez

vos chiffres avec les valeurs publiées. Un

aperçu pertinent des performances de

votre entreprise est à votre disposition.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201857


PROFESSION ET CARRIÈRE

UPSA Business Academy

JUILLET

AGVS-Didaktikmodul « Die Instrumente

der neuen BiVo kompetent einsetzen »

> > 12. Juli 2018, Winterthur

> > 28. September 2018, Bern

> > 8. Januar 2019, Goldau

AOÛT

Basisseminar 2018 für

Automobil-Verkaufsberater/innen

> > 13. bis 24. August 2018, Bern

Mehrwertsteuer-Grundkurs

> > 22. August 2018, Bern

Automobil-Verkaufsberater/in mit

eidgenössischem Fachausweis

Der Lehrgang umfasst acht Module :

Verkaufspsychologie und Persönlichkeitsschulung,

Verkaufsmethodik und

-kommunikation, Administration und

Informatik, Arbeits- und Betriebsorganisation,

Rechnungswesen, Recht

und Versicherung, verkaufsbezogene

Produktekenntnisse, Marketing und

Handel.

> > Start Lehrgang : 22. August 2018, Bern

SEPTEMBRE

Steigerung der Produktivität und

Rentabilität im Aftersales-Geschäft

Absolventen dieses Kurses sind in der

Lage, mit den wichtigsten Kennzahlen zu

arbeiten und Massnahmen zur Steigerung

der Produktivität umzusetzen. Umsätze

und Erträge sollen durch mehr Effizienz

und damit verrechenbare Stunden im

Aftersales-Geschäft erhöht werden. Zur

Unterstützung erhalten die Teilnehmer

Checklisten, Beispiele und ein einfaches

Excelsheet zur Berechnung und Überwachung

der wichtigsten Kennzahlen.

> > 5. September 2018, Bern

Facebook, Xing, Twitter et WhatsApp

dans la vente automobile

L’atelier montre de nouvelles

possibilités pour utiliser ces

différentes plateformes afin de

vendre encore plus efficacement. Cet atelier

est spécialement conçu pour la branche

automobile.

> > 10 septembre 2018, Paudex

Modules didactiques de l’UPSA pour

formateurs professionnels des formations

initiales techniques

Il ne faut pas que du savoir-faire technique

pour former la relève. Préparez-vous dès

maintenant pour être prêts à encadrer vos

nouvelles personnes en formation afin de

pouvoir foncer ensemble.

« Utiliser avec compétence les instruments

des nouvelles ordonnances de formation »

> > 11 septembre 2018, Yverdon

Cours d’introduction « Orfo 2012

employé(e)s de commerce »

> > 18 et 20 septembre 2018, Yverdon

Mehrwertsteuer-Fortsetzungs- und

Vertiefungskurs

> > 19. September 2018, Bern

Berufs- und Praxisbildnerschulung

Kaufmann/-frau EFZ (BiVo 2012)

> > 27. September 2018, Bern

58

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


PROFESSION ET CARRIÈRE

OCTOBRE

Fabi / Grenzgänger diese

Lösungen haben wir für Sie !

Mit diesem Halbtagesseminar verstehen

die Teilnehmer die möglichen steuerlichen

Nachteile resultierend aus der

FABI-Abstimmung für Mitarbeiter mit

Firmenfahrzeugen. Die Absolventen

kennen die Lösungsmöglichkeiten und

wissen über die Situation für Grenzgänger

und Optimierungsmöglichkeiten

Bescheid.

> > 23. Oktober 2018, Bern

Grundlagen Flottenverkauf

> > 24. Oktober 2018, Bern

NOVEMBRE

Occasionsmanagement

> > 7. November 2018, Bern

Séminaire de gestion des occasions

> > 8 novembre 2018, Paudex

Chefsache ! Workshop

Mitarbeitergespräche

> > 13. November 2018, Bern

Finanzielle Führung in Garagenbetrieben

Kennen Sie die Finanzzahlen in Ihrem

Unternehmen und wissen Sie, wie Sie diese

beurteilen müssen? Dieser Kurs richtet sich

an Inhaber, Geschäftsführer und Finanzverantwortliche

von Garagenbetrieben, die

ihre Kompetenz in Finanz- und Controlling-

Fragen auffrischen oder vertiefen wollen.

Sie lernen, wichtige Finanzentscheide im

Betrieb zu beurteilen, vorzubereiten und

durchzuführen.

> > 14. November 2018, Bern

Direction financière dans les garages

Connaissez-vous les indices financiers de

votre entreprise et savez-vous comment vous

devez les évaluer ? Ce cours s’adresse aux

propriétaires, directeurs et responsables

financiers de garages souhaitant rafraîchir

ou approfondir leur compétence sur les

questions de controlling et financières. Ils

apprennent à évaluer, préparer et réaliser

les décisions financières importantes dans

l’entreprise.

> > 20 novembre 2018, Paudex

Facebook, Xing, Twitter und

WhatsApp im Autoverkauf

Der Workshop zeigt neuartige Möglichkeiten

auf, wie die verschiedenen

Plattformen fürs Eigenmarketing und

den Verkauf eigesetzt werden können.

Dieser Workshop ist speziell für die

Automobilbranche konzipiert.

> > 26. November 2018, Winterthur

AGVS-Didaktikmodul «Lernende

selektrieren» für Berufsbildner der

technischen Grundbildungen

Zum Ausbilden von Nachwuchskräften

gehört nicht nur technischen Know-how,

sondern auch didaktisches Handwerk.

Machen Sie sich jetzt mit dem Modul

«Lernende selektieren» fit für Ihre neuen

Lernenden, damit Sie gemeinsam Vollgas

geben können.

> > 27. November 2018, Winterthur

> > 10. Januar 2019, Goldau

FÉVRIER

Formation Turbo pour vendeur auto

> > 21 janvier 1 février 2019, Paudex

Die Kurse sind in der jeweiligen Kurssprache ausgeschrieben.

Les cours sont proposés dans

la langue correspondante. D’autres cours seront

proposés ultérieurement. Mise à jour sur

www.agvs-upsa.ch, Rubrik:

www.agvs-upsa.ch.

Berufsbildung/AGVS Business Academy

Diese und weitere interessante Themen

finden Sie online in der Business Academy.

Retrouvez ces thèmes, et bien d’autres,

dans la Business Academy en ligne.

Elévateur

de Rotary

Connaissance

donne compétence

Elévateur à 2 vérins

Elévateur à ciseaux

Elévateur à 4 colonnes

Elévateur à 2 colonnes

Spinnerei-Lettenstrasse 2 | 8192 Zweidlen ZH

Tel. +41 (0)44 867 02 78 | www.gassnerag.ch

AUTOINSIDE | Juillet Août 201859


PROFESSION ET CARRIÈRE

Formation initiale et continue dans la branche

automobile : événements régionaux à venir

LEHRGANG FAHRZEUGRESTAURATOR

Die Lehrgänge starten 2019:

Fachrichtung Automobiltechnik

Fachrichtung Carrosseriespenglerei

Fachrichtung Carrosserielackiererei

Infoabend: Donnerstag, 6. September 2018,

Olten

> > www.fahrzeugrestaurator.ch

AARGAU

Betriebswirt im Automobilgewerbe

Kursstart: 17. August 2018

Ort: Handelsschule KV Aarau

> > www.hkvaarau.ch

Automobildiagnostiker

Informationsabende:

Donnerstag, 13. September,

Dienstag, 13. November 2018

Kursstart 2018: Mittwoch, 5. September

Kursstart 2019: Mittwoch, 4. September

Ort : Weiterbildungszentrum Lenzburg

> > www.wbzlenzburg.ch

BERN

Informationsanlass Weiterbildungen im

Automobilgewerbe

Mittwoch, 5. September 2018, 18 Uhr

Ort: Gewerblich-Industrielle Berufsschule

Bern (GIBB)

> > www.gibb.ch/weiterbildung

Automobildiagnostiker/in

Start Lehrgang: Mittwoch, 14. August 2019

Kundendienstberater/in im Automobilgewerbe

Start Lehrgang: Mittwoch, 30. Januar 2019

Betriebswirt/in im Automobilgewerbe

Start Lehrgang: Freitag, 16. August 2019

Automobil-Werkstattkoordinator/in

Start Lehrgang: Freitag, 16. August 2019

Automobil-Verkaufsberater/in

Start Lehrgang: 22. August 2018

Ort: Mobilcity Bern

> > www.agvs-upsa.ch

Workshop

«Berufswelt Automobil & Transport»

Mittwoch, 14. November 2018

Ort : Mobilcity Bern

> > www.fokus-technik.ch

HORW

Automobildiagnostiker

und Automobil-Werkstattkoordinator

Start Vorbereitungskurs: August 2018

Ort: AGVS Ausbildungszentrum Horw

> > www.agvs-zs.ch

ST. GALLEN

Automobildiagnostiker

Neu mit Einführungstagen

Lehrgangsstart: August 2018

Ort: AGVS Ausbildungszentrum St. Gallen

> > www.agvs-abz.ch

THURGAU

Automobildiagnostiker

Lehrgangsstart: August 2019

Ort : Gewerbliches Bildungszentrum Weinfelden

> > www.gbw.ch

60

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


PROFESSION ET CARRIÈRE

WINTERTHUR

Informationsanlass

Weiterbildungen im Automobilgewerbe

Dienstag, 23. Oktober 2018, 19 Uhr

Ort: Schweizerische Technische Fachschule

Winterthur (STFW)

> > www.stfw.ch/info

Betriebswirt im Automobilgewerbe

Start Lehrgang: Mittwoch, 22. August 2018

Ort: STFW

> > www.stfw.ch/abwa

Automobil-Verkaufsberater

Start Lehrgang: Dienstag, 21. August 2018

Ort: STFW

> > www.stfw.ch/aavb

Automobildiagnostiker

und Automobil-Werkstattkoordinator

Start Lehrgang: 5./6. September 2018

Ort: STFW

> > www.stfw.ch/ad

> > www.stfw.ch/adwo

Kundendienstberater im Automobilgewerbe

Start Lehrgang: Januar 2019

> > www.stfw.ch/akb

ZÜRICH

Betriebswirt im Automobilgewerbe

Start: Montag, 20. August 2018

Ort: TBZ Zürich

> > www.tbz.ch

Automobildiagnostiker/in

und Automobil-Werkstattkoordinator/in

Start: Montag, 20. August 2018

Ort: TBZ Zürich

> > www.tbz.ch

Automobil-Werkstattkoordinator

mit Zertifikat AGVS

Start: Montag, 17. September 2018

Ort: TBZ Zürich

> > www.tbz.ch

ZUG

Automobildiagnostiker/-in

Lehrgangsstart: Freitag, 26. Oktober 2018

Ort: Gewerblich-industrielles Bildungszentrum

Zug (GIBZ)

> > www.kursprogramm.info/ad

ROMANDIE

UPSA module didactique « Utiliser avec

compétence les instruments des nouvelles

ordonnances de formation »

Mardi 11 septembre 2018

Lieu : Centre de formation UPSA VD, Yverdon

> > www.agvs-upsa.ch/fr/

Brevet fédéral de conseiller de service à la

clientèle dans la branche automobile

Prochaine session : 11 septembre 26 juin

2020

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > www.romandieformation.ch

Brevet fédéral de conseiller de vente en

automobile

Prochaine session : 1.5.2019 25.11.2020

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > www.romandieformation.ch

Brevet fédéral de coordinateur d’atelier

automobile UPSA

Prochaine session : 10 septembre 2018 30

juin 2019

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > www.romandieformation.ch

VALAIS

Diagnosticien d’automobiles

Prochaine session : Automne 2018

Lieu : École Professionnelle Technique et des

Métiers, Sion

> > www.formationcontinuevalais.ch

Coordinateur d’atelier automobile

Prochaine session : Automne 2018

Lieu : École Professionnelle Technique et des

Métiers, Sion

> > www.formationcontinuevalais.ch

Les sections nous informent

Pour une publication dans AUTOINSIDE,

envoyez-nous vos informations sur les

événements et formations à venir dans la

branche automobile à l’adresse

myfuture@agvs-upsa.ch.

Vous trouverez les informations relatives à toutes

les formations continues sur

www.agvs-upsa.ch/fr/formation/formation-

professionnellesuperieure

personnelle, durable, conforme à la loi

l’élimination

intelligente

Huiles usagées, liquide de freins,

filtres à huile, batteries, parechocs,

vitres ou pneus: en tant que

partenaire expérimenté de garages

automobiles, nous vous facilitons la

vie en ce qui concerne la récupération

et l’élimination de tous types de

matériaux et de déchets spéciaux.

Webshop: simplicité et confort

Il n’y a pas plus simple: notre boutique

en ligne vous permet de nous transmettre

vos mandats 24h / 24, en tout

confort et exactement quand cela vous

convient. www.altolashop.ch


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

La mobilité au forfait

« De l’importance de réagir

à l’évolution des besoins »

Les constructeurs vendront à l’avenir la mobilité automobile sur la base d’une

mensualité fixe. Ce n’est qu’une question de temps. Les premiers essais dans ce

sens ont déjà commencé en Allemagne. AUTOINSIDE est allé tâter le terrain dans

un établissement pilote et a interrogé l’UPSA sur les conséquences possibles pour

les garagistes. Reinhard Kronenberg, rédaction

Dans quelle mesure les habitudes et les

besoins évoluent-ils à l’ère de la numérisation

qui progresse très rapidement ? En quoi

dépendent-ils du développement technologique

? L’industrie du divertissement illustre

bien de telles considérations : les disques sont

devenus des CD, les cassettes vidéo des DVD,

et tout se vendait. Et aujourd’hui ? Les services

de streaming comme Spotify pour la musique

ou Netflix pour les films ont bouleversé

l’industrie du divertissement. Posez-vous

la question : à quand remonte votre dernière

visite d’un magasin de disques, voire d’une vidéothèque,

pour autant que vous en trouviez

encore une ? Une chose est sûre, vos enfants

ne fréquenteront plus de tels endroits.

La voiture en tant que propriété

collective ?

Pourquoi en serait-il autrement pour les

autres habitudes d’utilisation ? Dans les années

1950 et 1960, la voiture que l’on possédait

était un objet de fierté. C’était un symbole

du statut social et la preuve que l’on avait

les moyens de se payer un certain niveau de

luxe. Projetons-nous dans l’avenir : partager

son véhicule avec des inconnus ? Quelle idée

absurde... De fait, les gens se demandent de

plus en plus souvent aujourd’hui, surtout à

proximité des centres urbains, pourquoi ils

possèdent une voiture qui, primo, mobilise

du capital et secundo, est immobilisée dans le

garage à raison de 90 % du temps. Les chiffres

d’une enquête représentative réalisée en Allemagne

en février dernier par le Center of

Automotive Management sous la responsabilité

du professeur Stefan Bratzel * sont parlants

: tandis qu’il est très important d’avoir

une voiture particulière privée pour 73 % de

la population, seuls 36 % des jeunes citadins

partagent cet avis.

Sécurité, confort, efficacité

Sur cette simple base, deux tendances

claires se dessinent : d’une part, près de deux

tiers de la jeune population citadine sont

ouverts aux nouvelles formes de mobilité.

D’autre part, nous assisterons à l’avenir à une

évolution de la mobilité à deux « vitesses »,

l’une dynamique dans les agglomérations, et

l’autre plus lente à la campagne.

Les besoins de mobilité quotidienne cités

le plus fréquemment sont la sécurité (88 %),

l’indépendance et la flexibilité temporelle (très

importantes ou importantes pour 86 %), les

faibles coûts (85 %) et le gain de temps (80 %).

La « sphère privée », autrefois tellement déterminante,

recueille toujours un assentiment

important (74 %), mais elle est déjà passée au

deuxième rang par rapport à d’autres aspects,

au même titre d’ailleurs que la « mobilité pour

préserver le climat et l’environnement » (65 %).

Le véhicule privé couvrait jusqu’à présent

une grande partie de ces aspects. L’industrie

réussira-t-elle à satisfaire bientôt à une

grande partie d’entre eux d’une autre manière,

en développant des modèles de mobilité

adaptés ? Pour les chercheurs, le système

actuel basé sur la propriété va basculer. Ce

n’est qu’une question de temps. L’industrie a

déjà deux réponses à apporter face à la modification

des comportements de mobilité :

Mobility et Sharoo. Les prestataires tels que

Mobility rendent la mobilité possible quand

elle est nécessitée. Le système a toujours un

caractère « semi-alternatif ».

Sharoo permet en revanche de réduire les

temps d’utilisation de son propre véhicule.

Comment ? En mettant sa voiture à la disposition

des autres. Jusqu’à présent, les deux systèmes

n’ont pas réussi à réaliser une grande

percée.

La mobilité flexible entre en lice

Plus récemment, l’exemple d’Uber a toutefois

montré de manière éclatante à l’industrie

automobile la rapidité avec laquelle des prestataires

extérieurs à la branche peuvent se répandre

sur le marché grâce à un système bien

étudié. Depuis lors, cette société met les bouchées

doubles pour rester aux commandes et

marquer de son empreinte le développement.

Les modèles commerciaux qui occupent le

premier plan dans ce contexte ne sont plus

prioritairement ceux dans lesquels le fait de

posséder une voiture est central, mais ceux

axés sur la mobilité automobile.

Il s’agit, dans le même temps, de vendre

la mobilité comme un abonnement, qui offre

aux utilisateurs la possibilité de se servir de

différents véhicules à des heures variées : le

break durant la semaine, le cabriolet pour le

week-end et le SUV en hiver.

En Allemagne, les constructeurs ont commencé

à se positionner : après Cadillac, Porsche

et Volvo, Mercedes-Benz est en train de

lancer un abonnement automobile : « Avec

‹ Mercedes me Flexperience ›, nous franchissons

une nouvelle étape décisive en direction

de la mobilité de demain », a affirmé Britta

Seeger, responsable de la vente Mercedes au

sein du comité Daimler, aux journalistes du

magazine spécialisé « Autohaus ». Elle précise

que la nouvelle offre a un format entièrement

numérique et qu’elle devrait attirer de nouveaux

segments de clients vers la marque premium.

Il y a quelques semaines, le constructeur

a démarré la phase pilote dans deux

établissements allemands importants.

Et comment les garagistes peuventils

entrer dans la course ?

« Pour le garagiste, tout le défi sera de trouver

le rôle qu’il peut jouer dans cet écosys-

62

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

tème autour de la mobilité », affirme Markus

Aegerter, membre de la direction de l’UPSA.

Il observe les évolutions actuelles avec précision

et, avec un groupe de travail, il développe,

entre autres, des prestations numériques

en faveur de chaque membre de l’UPSA.

Dans ce contexte, AUTOINSIDE a cherché à

connaître les premières impressions d’Hendric

Müller, directeur de Lueg Solutions GmbH.

L’entreprise est responsable de toute l’activité

de location de la société Fahrzeug-Werke

Lueg AG. Elle est actuellement l’un des principaux

partenaires de distribution et de service

de Daimler AG en Allemagne et, avec

ses 17 centres Mercedes-Benz de la Ruhr et

de la Saxe implantés sur plus de 30 sites, elle

compte près de 1400 collaborateurs.

Monsieur Müller, comment devient-on

l’établissement pilote d’un tel projet ?

Hendric Müller, directeur de Lueg Solutions

GmbH : La société Fahrzeug-Werke Lueg

AG fait partie des principaux partenaires de

distribution et de service de Daimler AG en

Allemagne. De plus, nous sommes un partenaire

de longue date de Mercedes-Benz Rent.

Sur la base de ce partenariat très concluant,

Daimler nous a demandés si nous étions intéressés

par la réalisation du projet pilote aux

côtés de Beresa. Nous avons immédiatement

accepté, car « Mercedes me Flexperience »

nous a motivés, mais aussi parce qu’en tant

que pionnier du numérique, contribuer au développement

de telles innovations nous procure

une réelle satisfaction.

Y a-t-il une taille d’entreprise minimale

requise pour permettre une exploitation

ultérieure dans des conditions « normales » ?

Oui. Nous sommes en mesure de gérer

un parc de 100 à 150 véhicules à louer. Le

client a ainsi la possibilité, dans un délai très

court, de choisir son nouveau véhicule dans

la classe convenue ou d’une autre catégorie.

Quand un client de « Mercedes me Flexperience

» peut même choisir la motorisation,

la couleur et l’équipement intérieur , il faut

soit que le concessionnaire dispose d’un

assortiment incroyablement large, soit que

la livraison de véhicules configurés en

conséquence soit parfaitement organisée

par les ateliers de production. Comment une

entreprise de taille moyenne peut-elle gérer

un tel casse-tête sur le plan logistique ?

Dans « Mercedes me Flexperience », les

clients ont la possibilité d’opter pour une

classe de véhicules donnée, sachant que la

couleur et la motorisation peuvent

être choisies selon le stock de

véhicules disponibles. S’ils

le veulent, ils peuvent également

passer à une classe

supérieure moyennant un

surcoût. L’application dédiée

indique aux clients les véhicules

disponibles pour la pé-

Hendric Müller.

riode souhaitée. Avec un parc de 100 à 150

véhicules à louer, nous disposons ainsi, dans

la phase pilote du moins, d’un choix très important,

qui est satisfaisant pour les clients.

Néanmoins, l’application développée par

Daimler ne permet pas encore de sélectionner

l’équipement du véhicule, mais il est possible

de se renseigner à tout moment auprès de nos

collaborateurs, qui se font toujours un plaisir

d’informer le client.

Comment fonctionnent le retrait et la remise ?

Dans la phase pilote, les clients peuvent à

tout moment prendre en charge le véhicule et

le restituer dans l’un des centres Lueg d’Essen

ou de Bochum. Une remise sur d’autres sites

Lueg est prévue, à condition que « Mercedes

me Flexperience » soit proposé à long terme

une fois la phase pilote terminée. Si nos

clients préfèrent par exemple retirer ou restituer

un véhicule à Essen plutôt qu’à Bochum,

nous leur proposons naturellement de nous

occuper pour eux du transfert vers le site respectif.

Dans l’enquête représentative du Center of

Automotive Management, 61 % des personnes

interrogées expriment leur incertitude

concernant le forfait de mobilité, à

savoir que le véhicule ait été sali par les

utilisateurs précédents.

Avant de remettre les véhicules en location,

nous les nettoyons de fond en comble

et les examinons pour vérifier la présence de

dégâts ou défauts éventuels. Dans le véhicule

loué, le client doit non seulement se sentir

bien, mais aussi en parfaite sécurité.

Jusqu’à présent, Lueg AG a enregistré plus

de 250 inscriptions à « Mercedes me Flexperience

». De quel genre de personnes s’agitil,

et quelles sont leurs attentes en termes

de disponibilité, de service et de coûts ?

Les personnes qui sont intéressées par

« Flexperience » ne veulent plus se fixer sur

un véhicule en particulier durant une période

prolongée. Ils veulent plutôt conduire

une voiture adaptée à la situation, à la saison

et à leurs envies. En été, leur choix se portera

peut-être sur un cabriolet chic, sur une

voiture spacieuse pour les vacances et en

hiver, sur un SUV pour rouler dans la

neige. « Mercedes me Flexperience » implique

une flexibilité accrue et donc un

atout en termes de liberté, de plaisir de

conduite et de confort.

Le nouveau concept implique-t-il que,

demain, l’activité essentielle ne sera plus

la vente de véhicules, mais les services de

mobilité ?

Oui et non. Le nouveau concept de location

signifie avant tout qu’aujourd’hui, les

offres de mobilité sont plus nombreuses, que

la tendance se poursuivra à l’avenir, ce qui

nous permettra de mieux approfondir encore

les besoins individuels des clients.

Le besoin de mobilité existera toujours.

Il pourra être satisfait par le fait de posséder

son propre véhicule, d’en louer un ou de

pratiquer le carsharing, avec la possibilité

de passer d’une solution à l’autre à tout moment.D’où

toute l’importance pour un concessionnaire

de réagir à l’évolution des besoins

ou des modèles de comportement, ou mieux

encore, de ne pas rester les bras croisés et de

présenter de manière proactive aux clients

de nouvelles solutions de mobilité telles que

« Mercedes me Flexperience ».

Comment effectuer les calculs pour une

nouvelle activité de ce type vu qu’il n’y a pas

de valeurs comparatives ?

Avec « Mercedes me Flexperience », nous

explorons un domaine entièrement neuf.

Nos calculs reposent en priorité sur les tarifs

mensuels de la location de véhicules classique

et sur certaines mensualités de leasing.

Suite page 64.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201863


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

La rentabilité finale de « Mercedes me Flexperience

», tant pour le client que pour nous

en tant qu’entreprise, ne pourra être évaluée

qu’après la phase pilote de douze mois.

Est-il prévu que les concessionnaires reçoivent

les données via l’application ?

L’application « Mercedes me Flexperience »

a été développée par Daimler, ou plus précisément

par Lab1886, la structure innovante

de Daimler, puis mise à notre disposition

dans le cadre du projet pilote. Les données

clients enregistrées sur celles-ci sont celles

de notre clientèle attitrée. La société Daimler

peut certes consulter les données en tant que

constructeur, mais ne peut ni les exploiter

pour elle-même ni les transmettre à des tiers.

Cet accord a été passé par écrit au préalable,

conformément à l’ordonnance relative à la

protection des données. Nous y accordons

une très grande importance, car le thème de

la protection des données est pour nous une

priorité absolue, et pas seulement depuis l’entrée

en vigueur récente du RGPD-UE.

Tirer des leçons de l’expérience du

grand voisin

Le projet pilote « Me Flexperience » est

aussi suivi avec intérêt par Mercedes Suisse

SA, même si « un lancement en Suisse n’est

pas prévu à l’heure actuelle », comme l’indique

Verena Hutter quand on lui pose la question.

Le commerce stationnaire demeure également

un pilier important des ventes Mercedes-Benz

à l’ère de la numérisation : il reste le

lieu de contact pour tous les clients et pour

toutes les personnes intéressées. « En plus du

contact virtuel, il y aura toujours le contact

personnel avec le client, cela ne changera

pas », déclare V. Hutter. Mercedes Suisse teste

actuellement divers modèles de distribution.

« Nous serons simplement encore plus présents

sur la scène numérique et nous souhaitons

par exemple proposer à nos clients

d’autres offres de vente en ligne. » <

* Lors de la Journée des garagistes suisses 2019, le

professeur Stefan Bratzel fera une présentation

exclusive pour mieux comprendre le développement

actuel des différents modèles commerciaux

autour de la mobilité.

Projets pilotes suisses

tki. Les premiers prestataires de location

longue durée, dont Volvo, font leur apparition

en Suisse. Le constructeur automobile haut de

gamme suédois propose actuellement onze

modèles, de la catégorie compacte au SUV

de luxe. Les véhicules Volvo Car Rent peuvent

toutefois être utilisés hors de Suisse, dans les

pays d’Europe occidentale. À titre de comparaison,

les clients leasing ont le droit de conduire

à l’étranger sans restriction. L’entreprise

thurgovienne Procars Swiss se concentre elle

aussi sur la location longue durée. L’entreprise

implantée à Egnach exige néanmoins un

acompte de 13 % du prix pour les deux ans de

location. Comme l’indique K-Tipp, Plusdrive

s’est spécialisée dans la location de voitures

de démonstration à faible kilométrage ou de

voitures de moins de douze ans. Le portefeuille

des véhicules est présenté sur autoricardo.ch.

Questions-réponses

« J’aimerais obtenir des réponses à certaines questions »

Monsieur Hesse, que fait l’association

pour suivre les évolutions relatives à la

mobilité de demain ?

Markus Hesse : Cela intervient

à différents niveaux

chez nous, et de manière

institutionnalisée dans le

service Prestations, plus

précisément dans l’équipe

Markus Hesse,

directeur d’Emil Frey SA

à Ebikon (Lucerne),

est responsable du

service Commerce au

sein du

comité central de l’UPSA.

de Markus Aegerter. Cette

dernière examine toutes

les évolutions pertinentes

par rapport à leurs répercussions

sur les différents

membres de l’UPSA. Les

médias UPSA jouent eux

aussi un rôle important. Ils font en quelque

sorte office de sismographe. Enfin, dans le

cadre de nos activités professionnelles, compilées

au sein de la Commission des marques,

nous observons la manière dont notre branche

évolue.

En ce qui concerne les forfaits mobilité,

le calcul est une vraie difficulté, dans la

mesure où aucune valeur de comparaison

n’est disponible …

L’expérience des prestataires de full-leasing

permet déjà d’avoir une idée très proche

de la réalité. Sur le principe, il convient toutefois

de considérer dans le prix qu’un tel

abonnement de mobilité est un véritable pack

sérénité pour le client, qui n’a plus besoin de

s’occuper de rien, sauf du carburant. Cela a

forcément un prix...

Outre l’approfondissement de la relation

client, le modèle permet-il au garagiste

d’utiliser ses modèles d’occasion de manière

productive ?

Il reste à voir si les véhicules garés devant

le garage seront réservés. Toutefois, même si

l’ensemble peut en grande partie être organisé

de manière presque entièrement automatisée

via une application, il faut prévoir des

ressources en personnel pour mettre à disposition

les véhicules, les entretenir et les nettoyer.

Sans parler de la gestion des cas d’assurance

inévitables... De plus, il reste quelques

inconnues qui relèvent de la gestion d’entreprise

et apparaîtront en fin de journée.

Le forfait de mobilité ne remplacera donc

pas le leasing actuel à grande échelle ?

Il ne faut pas s’y attendre, du moins pas à

moyen terme. Le forfait de mobilité s’adresse

en priorité aux personnes qui ne veulent pas

acheter de voiture ni opter pour le leasing,

mais qui ne souhaitent pas non plus recourir

aux services de partage. Elles représentent un

groupe cible encore assez petit, qui aime varier

les plaisirs. Comme cette souplesse doit

avoir un prix, aucun effet de masse ne se produira

dans l’immédiat.

Quand un tel modèle pourrait-il être mis en

place en Suisse ?

En tant que garagiste, il faudrait que j’aie

clarifié toute une série de questions avant

de me lancer dans cette activité. Toutefois,

il est évident que les services de mobilité

feront partie de notre futur de chef d’entreprise,

même s’il faut encore attendre un peu.

Il est important que nous nous penchions

dès aujourd’hui sur ce thème afin que nous y

soyons préparés le mieux possible. Je suis très

heureux que l’UPSA prenne ce sujet à bras-lecorps

avec tout le respect et la clairvoyance

qui s’imposent. <

64

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

La période des vacances, c’est celle du CEA !

Aborder le sujet avec les clients

Ça y est : les Suisses planifient leurs vacances. Le garagiste UPSA peut se positionner

comme l’expert incontournable pour que tout se passe à merveille sur la

route des vacances. Voici quelques conseils pour investir dans la relation client et

générer des affaires complémentaires avec le CEA. Tatjana Kistler, rédaction

Markus Peter,

responsable Technique

et Environnement.

Markus Peter, responsable

Technique et

Environnement à l’UPSA,

a établi pour nous le top

dix des conseils à donner

aux clients à la veille

des grands départs en

vacances. Comment faire de

la publicité efficacement

pour le CheckEnergieAuto

en tant que prestation

supplémentaire ? « Les

conseils pratiques sont une excellente entrée en

matière et montrent aussi que le garagiste prend

au sérieux les besoins de ses clients et ne perd

jamais de vue le bien des personnes et de leur

véhicule. »

• Autres pays, autres usages : Attirer l’attention

des clients sur le fait qu’ils doivent s’informer

des règles de circulation propres au

pays, et surtout des accessoires du véhicule

(vignette CH, extincteur, gilet de sécurité, ampoules

à incandescence de rechange).

• Le zénith pas encore atteint ? Vérifier la date

de péremption des produits de la pharmacie de

bord, cela peut générer des affaires supplémentaires.

• Tout y est ? S’assurer que le set d’assistance

en cas de panne est complet ; ici encore, il ne

faut pas perdre de vue la possibilité d’affaires

complémentaires.

• Manque d’air ? La pression des pneus et leur

état sont-ils bons ? Contrôler la pression de

la roue de secours et la date d’expiration du

produit anti-crevaison.

• Le moment de réviser la climatisation ? À l’arrivée

du véhicule, s’assurer du bon fonctionnement

de la climatisation et suggérer son service

au client.

• Sans le haut ? Contrôler la sécurité de la fixation

des galeries et coffres de toit pour éviter que

les bagages ne s’en aillent. Aborder aussi la

question de la sécurité du chargement et son

bon déroulement selon la règle : « Ranger les

objets lourds en dessous et au milieu » !

• Une chance à saisir : Il manque de la place dans

le coffre ? Le garagiste UPSA a l’accessoire qu’il

vous faut !

• Avec remorque ? L’état du système d’attache

pour remorque, y compris des raccordements

électriques, nécessite l’œil d’un spécialiste.

• Se montrer professionnel : Inciter les clients à

contrôler les papiers du véhicule, leur couverture

d’assurance et leurs prestations d’assistance

avant le départ. L’information sur les

moyens de paiement en station-service et aux

péages autoroutiers à l’étranger est aussi utile

et préventive pour le client.

• Pour que les clients parviennent à retrouver le

garage : Une remise à jour des cartes de l’appareil

de navigation peut être utile !

Pour de plus amples informations :

www.autoenergiecheck.ch. <

Where

connections

begin

CDK Global contribue à façonner l'avenir

du commerce et des services automobiles.

La technologie CDK comble le fossé entre les

concessionnaires automobiles, les fabricants,

les partenaires et les clients.

www.cdkglobal.ch

©2018 CDK Global. MFH 0-18 V1.0


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

Les propulsions du futur

« Les gros véhicules seront encore équipés

de moteurs diesel pour longtemps »

Bonnes nouvelles pour les propriétaires, les acheteurs et les vendeurs de véhicules diesel : « Le débat actuel portant sur les

oxydes d’azote se transformera bientôt en discussion bien plus intense consacrée au CO 2

», affirme Christian Bach, chef du

département Systèmes de propulsion de véhicules à l’Empa. Il prophétise une évolution positive du marché des véhicules au GNC.

Reinhard Kronenberg, rédaction

Le diesel a la vie dure. Alors qu’il était encore le sauveur des

plafonds de CO 2

il y a deux ans, il est aujourd’hui considéré comme

dangereux. C’est tout à fait exagéré…

Christian Bach : Oui et non. Le comportement de pollution réel

des diesel actuels n’est pas satisfaisant. Mais l’industrie automobile

n’est pas la seule responsable d’après moi. La législation sur les gaz

d’échappement, en vigueur jusqu’à l’automne dernier, était totalement

vieillissante, notamment pour la commande des moteurs. La critique

sévère de la Commission européenne visant les véhicules diesel est

donc également quelque peu usée jusqu’à la corde… Je crois que le

débat actuel portant sur les NO x

se transformera bientôt en discussion

bien plus intense consacrée au CO 2

. Alors que les émissions de

NO x

peuvent être réglées par une technique plus performante, nous

sommes encore relativement loin d’une solution concernant le CO 2

.

Christian Bach, chef du

département Systèmes de

propulsion de véhicules, Empa.

(Image : Empa)

Achèteriez-vous aujourd’hui une diesel neuve ou d’occasion ?

Il existe des applications pour lesquelles un véhicule diesel est le

bon choix. Je pense aux camions, aux semi-remorques et au transport

sur de longues distances. Pour les trajets en ville et en agglomération,

j’achèterais toutefois plutôt une voiture au gaz ou électrique,

qui sont mieux adaptées à cette finalité et bien plus propres.

À quoi le concessionnaire doit-il faire particulièrement attention

aujourd’hui lorsqu’il accepte des diesel d’occasion en guise de

paiement ? Jusqu’à quel niveau Euro les véhicules pourront encore

être assez facilement vendus ?

Les concessionnaires ne devraient généralement plus accepter de

diesel dépourvus de filtre à particules en guise de paiement et ils ne

devraient plus en vendre. Les véhicules jusqu’à Euro 5 font état d’une

part de NO 2

significativement plus élevée des émissions de NO x

. Ils ne

devraient surtout plus être utilisés en ville. Ils posent un risque bien

plus réduit pour la santé à la campagne, car la pollution au NO 2

y est

largement plus faible. Pour les Euro 6b équipés d’un système de SCR, il

faut se renseigner pour savoir si une mise à jour logicielle permettant

de diminuer le niveau d’émissions de NO x

à une valeur « acceptable »

est disponible. Pour les Euro 6d temp et Euro 6d, nous pouvons en fin

de compte faire l’hypothèse de niveaux de pollution plus bas.

Les constructeurs automobiles présentent un avenir du diesel très

différent. Toyota retire progressivement le diesel du marché européen

alors qu’Harald Krüger, le patron de BMW, affirme : « Le diesel

BMW a de l’avenir ». Qui a raison ?

Les constructeurs allemands ont beaucoup investi dans la technologie

diesel alors que les constructeurs japonais développent plutôt de

nouveaux procédés de combustion pour les moteurs essence ou des

propulsions hybrides. Je comprends donc aisément que ces derniers

aient une relation moins passionnelle au diesel. Le fait est qu’aucun

concept de propulsion n’a que des avantages ou que des inconvénients.

Nous partons donc du principe que les moteurs diesel disparaîtront

des petites voitures, mais que les gros véhicules en seront encore équipés

pour longtemps, naturellement avec très peu d’émissions de NO x

et d’autres polluants.

D’après auto-i-dat ag, la part du diesel dans les voitures

particulières neuves s’élève toujours et encore à environ 33 %. Où en

serons-nous dans trois ans ?

C’est difficile à dire. La part du diesel pourrait à nouveau augmenter

du fait des prescriptions strictes de réduction des émissions de

CO 2

s’appliquant aux voitures particulières. Reste à savoir si l’image

peut être à nouveau améliorée.

66

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

Le moteur à combustion interne continuera de jouer un rôle à

l’avenir. D’après vous, quelle sera sa part de marché dans les voitures

particulières neuves en 2020, en 2025 et en 2030 ?

À partir de 2020, nous nous attendons à des parts particulièrement

élevées de véhicules hybrides capables de parcourir des distances

de deux à cinq kilomètres à l’électricité. Les surcoûts sont très

surmontables et la technologie est très bien reçue par le marché. Ces

véhicules sont tous équipés d’un moteur à combustion interne. La

pénétration du marché par les véhicules électriques est difficilement

prévisible, car les divers pronostics et scénarios varient fortement.

Nos attentes dépendent donc plutôt de la législation. La Commission

européenne prévoit de l’aménager de telle sorte qu’au moins 15 %

des voitures neuves soient propulsées à l’électricité en 2025, et 30 %

en 2030. Il s’agit là de véhicules purement électriques ou d’hybrides

rechargeables. Je pense que cela est difficile, mais toutefois faisable

pour l’UE. Les parts pourraient être plus élevées en Suisse du fait du

pouvoir d’achat plus important. En faisant l’hypothèse d’une part de

50 % de véhicules purement électriques et de 50 % d’hybrides rechargeables,

80 à 85 % des voitures neuves et plus de 95 % du parc total

seront équipés d’un moteur à combustion interne en 2030.

Êtes-vous également en mesure de faire un pronostic de l’évolution

des véhicules utilitaires légers et lourds ?

Il est probable qu’une grande partie des véhicules de livraison urbains

de petite et moyenne tailles seront munis d’une propulsion électrique.

Une telle approche est intéressante aussi bien sur le plan de la consommation

d’énergie et de la préservation de l’air que de la réglementation

sur les émissions sonores. Pour les véhicules de livraison de 3,5 tonnes,

pour lesquels nous nous attendons à une forte hausse, le moteur diesel

restera dominant parce que la charge utile baisse fortement dans le cas

de presque tous les autres concepts de propulsion. La propulsion au GNC

pourrait à elle seule passer à une part déterminante dans ce segment.

Les camions seront eux aussi soumis à des prescriptions de CO 2

après

2020. À partir de 2025 approximativement, les plafonds qui s’appliqueront

à eux ne pourront vraisemblablement plus être respectés en n’utilisant

que des moteurs diesel. Dans ce domaine, nous estimons que le

moteur diesel restera la principale méthode de propulsion pour les applications

de grandes distances et que les moteurs au GNC et à l’hydrogène

équiperont de plus en plus les véhicules de distribution mixte et les bus.

À l’automne 2017, vous aviez affirmé que le diesel devrait devenir

« propre ». Vous faisiez référence à la réduction des émissions de

NO x

grâce à une nouvelle génération de catalyseurs (SCR). Où en

sommes-nous aujourd’hui ?

La technologie SCR s’est fortement développée. Nous comprenons

actuellement bien mieux l’injection d’AdBlue, le comportement

du film pariétal, les processus de décomposition et les produits intermédiaires

ainsi que la catalyse qu’il y a encore quelques années.

En outre, le matériel tel que les injecteurs, les sections de mélange

des gaz d’échappement, les catalyseurs devrait également connaître

d’importantes améliorations. J’estime que la principale amélioration

concernera les systèmes de régulation optimisés. Plus les processus

de régulation des gaz d’échappement pourront être reproduits de manière

plus performante ou « plus précise physiquement », plus le système

global sera meilleur et plus les émissions de NO x

seront faibles.

L’Empa est en contact étroit avec les constructeurs automobiles

pour le développement de technologies de dépollution des gaz

d’échappement. Cela vaut aussi pour des équipementiers tels que

Bosch. Volkmar Denner, le patron de Bosch, vient d’annoncer que ses

ingénieurs sont parvenus à réduire considérablement les émissions

de NO x

dans les moteurs diesel. Que pensez-vous de ce développement

?

Des publications récentes montrent que le problème des NO x

sur

les véhicules diesel est réellement résolu avec l’homologation Euro

6d. De tels véhicules font en réalité état de faibles émissions de NO x

comparables à celles des véhicules essence. Sans la nouvelle législation

sur les gaz d’échappement assortie de mesures sur route, cela

n’aurait probablement pas été le cas.

N’y a-t-il pas un dilemme ici ? Réduire les émissions de NO x

signifie augmenter la consommation de carburant et d’AdBlue. Un

argument puissant en faveur du diesel s’affaiblit alors…

Non, pas nécessairement. Avec un bon post-traitement du NO x

,

il est possible de mieux dimensionner le moteur. Le dimensionnement

et le fonctionnement du moteur, la formation du mélange, la

combustion, les mesures internes au moteur et le traitement des gaz

d’échappement doivent être coordonnés de manière optimale les uns

aux autres. C’est plus complexe qu’il n’y paraît. Si nous y parvenons,

le moteur diesel bénéficiera d’une forte réduction de consommation

même pour des émissions très faibles de NO x

.

« Pour les trajets en ville et en agglomération,

j’achèterais toutefois plutôt

une voiture au gaz ou électrique. »

Si les mesures sont effectuées conformément à la nouvelle méthode

d’essai (WLTP), les véhicules font état presque sans exception

de valeurs de consommation et de pollution plus élevées qu’avec

l’ancien cycle d’essai (NEDC). Cela signifie-t-il que les plafonds de

CO 2

ne pourront être respectés ?

Le passage à la nouvelle procédure de mesure WLTP élimine de

nombreuses faiblesses de l’ancien NEDC. À titre d’exemple, les véhicules

de catégorie moyenne pouvaient jusqu’à présent être mesurés

de manière plus modérée que leur circulation réelle. Cela conduisait

à de bonnes valeurs de consommation en laboratoire, mais aussi à

des surconsommations élevées dans la réalité. Globalement, nous

estimons que le passage au WLTP entraînera une hausse des émissions

normalisées de CO 2

du parc suisse de voitures neuves d’environ

10 g/km. Cette hausse devrait être légèrement plus élevée pour les

petites voitures et légèrement inférieure pour les grosses voitures. Il

sera donc assurément encore plus difficile d’atteindre les objectifs.

Tout laisse à penser que nous connaîtrons un e-boom, mais la

part des véhicules électriques sur les routes suisses continue d’être

faible. Pourquoi ?

Cette part augmentera de manière relativement certaine, car le législateur

le prescrit plus ou moins. Il existe toutefois aussi quelques limitations

telles que l’installation de bornes de recharge dans les maisons

individuelles ou les appartements locatifs ou bien les coûts d’acquisition

encore largement plus élevés actuellement des voitures électriques. Nous

sommes quelque peu sceptiques dans le cas des hybrides rechargeables.

Suite page 68.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201867


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

Avec de bonnes valeurs en laboratoire, mais une consommation

réelle largement plus élevée, ces véhicules font état du même profil

problématique que les véhicules diesel tant critiqués. Si nous avons

tiré des leçons du scandale du diesel, nous devrions faire preuve de

prudence dans le cas de véhicules présentant un tel profil.

Le coût total de propriété (TCO en anglais) sur tout le cycle de

fonctionnement d’un véhicule électrique est-il d’ores et déjà en

réalité moins élevé que pour une voiture équipée d’un moteur à

combustion interne ?

Le TCO sur tout le cycle de fonctionnement est déjà moins élevé que

pour une voiture conventionnelle munie d’un moteur à combustion

interne, car l’énergie n’est pas imposée et le véhicule bénéficie souvent

de quelques exonérations fiscales. Le TCO des trois à quatre premières

années est toutefois davantage déterminant. Sur cette période, les voitures

électriques ne sont généralement pas moins chères. Les dépenses

de capital ou la dépréciation sont élevées sur cette période et ne sont

pas compensées par les dépenses énergétiques moins élevées dans la

plupart des cas. Nous estimons que les coûts ne sont pas décisifs pour

l’achat d’une voiture électrique dans de nombreux cas. Il existe des

applications pour lesquelles la voiture électrique est judicieuse. Elles

y trouveront un élargissement du marché. Elles ne s’imposeront pas

dans d’autres domaines, avec ou sans subventions.

Et que dire du bilan énergétique et de CO 2

en général ?

La voiture électrique est-elle ici aussi avantageuse d’après vous ?

La réponse dépend des conditions-cadres telles que la taille de

la batterie, l’origine de l’électricité et le type d’utilisation. Pour simplifier,

nous pouvons affirmer que les voitures électriques sont plus

propres que les véhicules utilisant des énergies fossiles tant qu’elles

ne sont pas équipées de trop grosses batteries et qu’elles sont rechargées

avec du courant renouvelable. Cela vaut aussi pour les véhicules

au GNC fonctionnant au biogaz. L’énergie utilisée, plutôt que le

concept de propulsion, est déterminante pour le bilan de CO 2

.

« Des publications récentes montrent que le

problème des NO x

sur les véhicules diesel est

réellement résolu avec l’homologation Euro 6d. »

D’après vous, quels seront les principaux défis actuellement

et sur les deux à trois prochaines années des véhicules purement

électriques ?

Les principaux défis concernent la mise à disposition du courant,

l’infrastructure de recharge et les matières premières nécessaires à

la fabrication des batteries, en particulier le cobalt. Le courant est

produit à partir d’énergies fossiles dans la plupart des pays, même

souvent et malheureusement à partir de charbon, ce qui entraînera

une forte hausse des émissions de CO 2

lors du passage aux voitures

électriques. Le développement de l’infrastructure de recharge rencontrera

divers défis : si l’installation d’une borne de recharge ne pose

aucun problème pour le propriétaire d’une maison individuelle, elle

est largement plus délicate pour les propriétaires de places de stationnement

dans un parking souterrain et pratiquement impossible

pour les automobilistes qui se garent au bord du trottoir. J’estime

Votre manifestation

fait encore

plus bouger les

choses au centre

de compétences

pour l’automobile

et le transport !

Vous trouverez chez nous les conditions

cadres idéales pour réussir vos formations,

réunions et événements juste à la sortie

d’autoroute de Wankdorf.

Contact : téléphone 031 307 15 70,

info@mobilcity.ch, www.mobilcity.ch

68

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

que le troisième problème concerne l’approvisionnement en matières

premières destinées aux batteries. Le domaine social connaît encore

de gros problèmes, notamment pour le subventionnement du cobalt.

Les voitures électriques contiennent jusqu’à 80 % moins de pièces

d’usure que les voitures munies d’un moteur à combustion interne.

Comment les garagistes peuvent-ils préserver leur activité dans le

domaine de l’après-vente.

L’électromobilité donnera assurément naissance à de nouveaux modèles

commerciaux. Il y a des experts chevronnés dans ce domaine.

La demande de mobilité et donc de véhicules augmentera fortement

au cours des dix prochaines années dans les pays émergents.

L’offre de véhicules électrifiés pourra-t-elle tenir le rythme ?

L’industrie automobile a un caractère global et est très performante.

Si des marchés se développent, elle est rapidement en mesure

de réagir à une hausse de la demande.

Les experts semblent unanimes : avec une part (encore) plus faible

de diesel, les plafonds de CO 2

ne pourront pas être respectés d’ici

2021 à moins d’utiliser largement plus de véhicules au GNC. Quels

sont les arguments favorables?

Selon moi, les coûts, le degré de maturité, la pollution de l’environnement

et la sollicitation du climat sont des facteurs favorables

à une évolution positive du marché des véhicules fonctionnant au

GNC. Bien que ces derniers occupent une niche, le TCO n’est pas plus

élevé que celui des essence. Il y a actuellement environ 20 millions

de véhicules au gaz dans le monde. Même si ce marché ne progresse

que légèrement, les véhicules au GNC sont même meilleur marché

que les essence. La technologie est en outre mûre et elle a fait ses

preuves. Les véhicules au GNC font état d’émissions de polluants très

faibles et d’émissions de CO 2

largement inférieures à celles des essence.

Concernant les émissions de CO 2

sur le cycle de vie, les véhicules

au biogaz sont comparativement aussi propres qu’une voiture

électrique chargée avec du courant renouvelable.

Pourquoi le GNC n’a-t-il pas encore réussi à s’imposer comme

méthode de propulsion ?

Aucune autre méthode de propulsion n’a jusqu’à présent pu s’imposer

face aux véhicules essence et diesel, à l’exception des véhicules

essence hybrides. Certaines choses évoluent toutefois aussi en matière

de mobilité dans le monde entier du fait de la nouvelle stratégie énergétique,

de l’accord de Paris sur le climat et des nouvelles prescriptions

de CO 2

. Les véhicules au GNC ont donc des atouts à cette aune. Nous

décelons une nouvelle façon de réfléchir surtout dans le domaine des

véhicules de flottes. De plus, les ventes de véhicules GNC progressent

fortement en Allemagne à l’heure actuelle. Il est tout à fait possible que

le GNC devienne le nouveau diesel...

Pour finir, quel système de propulsion utilisez-vous sur votre voiture ?

Ma voiture personnelle est un véhicule GNC que j’utilise depuis

huit ans, car la vallée de la Glatt, où j’habite, est très bien desservie

en stations-service GNC. Nous avons pris cette décision parce que

nous pouvons rouler à l’énergie renouvelable, tracter notre caravane

et ne jamais rester coincés en vacances, la voiture étant aussi équipée

d’un réservoir d’essence. J’en suis très satisfait. <

Croquis du sinistre

Schadenskizze

UPSA

Assistance

un instrument

de fidélisation

Erfolgreiche

efficace

Kundenbindung

mit der AGVS

Assistance

Quoi qu’il arrive nous vous aidons

rapidement et simplement. mobiliere.ch

Was immer kommt wir helfen Ihnen

rasch und unkompliziert. mobiliar.ch


SPONSORED CONTENT

innova

Solutions d’assurance avantageuses

pour les membres de l’UPSA

Avec innova comme partenaire d’assurance à vos côtés, vous assurez votre entreprise contre les risques de l’obligation

légale de poursuivre le paiement du salaire. Grâce au contrat-cadre entre l’UPSA et innova, vous profitez en tant que

membre de l’UPSA de primes intéressantes. Vous et vos employés recevez des rabais attrayants sur les assurances

maladie complémentaires.

pd. Les collaborateurs sont le principal

capital de toute entreprise: ils contribuent

à la réussite économique. Cela étant, aucune

entreprise n’est à l’abri d’événements

imprévisibles.

Un risque totalement calculable

pour les PME

En cas de maladie des collaborateurs,

il faut continuer à leur verser un

salaire durant une période déterminée.

Pour cela, innova propose une assurance

perte de gain abordable.

C’est vous qui en profiterez :

• solution d’assurance simple

et standardisée ;

• conditions particulièrement

avantageuses ;

• gestion des prestations efficiente et

calcul des primes individualisé ;

• -case management gratuit.

Le case management constitue une partie

intégrante des assurances perte de gain innova.

L’objectif de cette prise en charge individualisée

est la réinsertion rapide et durable

des collaborateurs malades. <

100 francs pous la formation d’apprenti

pour chaque nouveau client

Pour tous les membres de l’UPSA qui

deviennent clients innova, nous dépensons

100 francs pour la formation d’apprenti. Changer

d’assurance pour passer chez innova vaut donc

doublement la peine: Vous profitez de primes

intéressantes et des avantages du contratcadre

entre innova et l’UPSA, investissant ainsi

en même temps dans l’avenir de votre branche.

www.innova.ch

Pour garagistes:

services tout-terrain.

Profitez de l’assurance

perte de gain d’innova.

Réservée aux membres de l’Union professionnelle suisse de l’automobile UPSA: L’assurance

perte de gain d’innova à des primes avantageuses! Soyez protégé des retombées économiques

d’une perte de gain et obtenez un revenu continu en cas de maladie ou d’accident. Nous vous

offrons des services complets ainsi qu’un Case Management gratuit.

Parfaitement assuré: www.innova.ch | vente@innova.ch | 0848 866 400

70

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

Garanties de véhicule

Un bon conseil ne doit

pas être plus cher

L’activité de garantie de véhicule doit être assortie d’un bon service. Celui-ci commence au département interne. Voici les

dix questions et réponses les plus fréquentes auxquelles est confronté chaque jour le département interne (département

clients et sinistres) de Quality1.

sco. Le service commence au téléphone. Les collaborateurs du département

interne de Quality1, le principal prestataire de garanties

pour véhicules neufs et d’extensions de garantie, doivent faire en sorte

que le téléphone ne sonne pas plus de trois fois. Dans ces cas exceptionnels,

l’appelant est placé dans une file d’attente avant qu’il ne soit

assisté dans la langue nationale en question pas plus de quelques minutes

plus tard. Voici les dix principaux thèmes abordés lors de ces

conversations téléphoniques.

1. Je souhaiterais collaborer avec Quality1 AG. Comment

procéder ?

« Nous transmettons votre demande au conseiller du service externe

compétent pour votre région. Il vous contactera dans les plus

brefs délais et conviendra avec vous d’un rendez-vous pour vous présenter

sur place nos produits et services et discuter des détails d’une

éventuelle collaboration. »

2. Quel est le prix d’une garantie ?

« Cela dépend du type de véhicule, de son âge et de son kilométrage

ainsi que de la garantie souhaitée (couverture/prestation). En tant que

partenaire de Quality1, vous pouvez consulter le prix sur le portail B2B

carplus.ch. »

3. Comment souscrire une garantie en tant que garagiste ?

« Une garantie peut être souscrite en quelques clics sur la plateforme

B2B carplus.ch. »

4. J’ai égaré une facture de Quality1. Que dois-je faire ?

« Vous trouverez vos factures sur carplus.ch, le portail B2B. »

5. Comment commander du matériel de point de vente ?

« Vous pouvez commander le matériel par téléphone, sur carplus.ch

ou auprès de votre conseiller du département externe. »

6. Comment signaler un sinistre ?

« Vous avez trois manières de signaler un sinistre : sur carplus.ch,

sur l’appli ou sur quality1.ch. Nous vous répondons sous 15 minutes et

vous pouvez alors planifier la suite de la démarche avec votre client. »

Premiers interlocuteurs en cas de sinistres : les collaborateurs du service interne.

le kilométrage et (si nécessaire) une estimation des coûts. Des documents

tels qu’un permis de circulation ou des justificatifs de service ne

doivent être déposés a posteriori que sur demande, si ceux-ci s’avèrent

nécessaires pour clarifier d’autres aspects. »

8. Puis-je entamer le diagnostic après avoir signalé un sinistre ?

« Vous pouvez en principe brancher le véhicule au testeur aux fins

de diagnostic. Rien ne doit toutefois être démonté sur le véhicule avant

la validation du sinistre. »

9. Quelles pièces sont couvertes par la garantie ?

« L’étendue de la couverture de garantie est indiquée dans les CGA.

Nous vérifions en détail si telle ou telle pièce est couverte par la garantie

après réception du signalement de sinistre. Vous recevez une

réponse sous 15 minutes. »

10. Une autre pièce qui n’a pas été mentionnée dans le signalement

de sinistre est également défectueuse. Est-il possible de

l’inclure sur la facture sans nouvelle validation ?

« Non. Chaque pièce supplémentaire qui est remplacée a posteriori

doit être signalée par écrit au département des sinistres. Nous n’acceptons

pas de facture sans validation préalable. » <

7. Quelles informations doivent être fournies lors du signalement

du sinistre ?

« En plus de la défaillance qui doit être décrite, seules quelques

autres informations sont requises telles que le numéro de la police,

Plus d’information sur:

www.quality1.ch

AUTOINSIDE | Juillet Août 201871


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

Record de fréquentation

La Formule E électrise Zurich

L’automobile a mobilisé Zurich. Environ 150 000 spectateurs se sont rassemblés autour du parcours de près de 2,5 km à travers le

centre-ville de Zurich, à l’occasion de la première course de Formule E de Suisse. Sascha Rhyner, rédaction

Même les plus optimistes n’avaient pas prévu une telle fréquentation.

Les foules se sont précipitées pour voir cette course automobile

à Zurich, ville gouvernée par une coalition rouge-verte. Il s’agissait de

la première course sur circuit de Suisse depuis 64 ans. Elle s’est transformée

en véritable fête populaire sous un soleil rayonnant. Pendant

toute la journée, les spectateurs avides et curieux avaient le nez collé

sur les grilles qui rappelaient l’ambiance des compétitions automobiles.

Alejandro Agag, CEO de Formula E Holdings et créateur des championnats

de Formule E, n’a pas hésité à parler de « Notre Monaco ». Une

ambiance frénétique régnait sur les nombreux stands entre les entraînements

et le coup d’envoi de la course. Côté culinaire, des chaussons

tibétains farcis, toutes sortes de burgers, des brochettes flambées et

des saucisses naturelles grillées ont ravi les gourmands. Les stands de

boissons étaient eux aussi fortement sollicités, par une température de

près de 30 °C. Plus le début de la course approchait, plus la cohue s’intensifiait.

À un moment donné, la police a même condamné les accès

au circuit. Aussi, la sécurité était prioritaire aux abords.

Le départ en trombe des bolides peu après 18 heures, signalé par

l’extinction de la lampe rouge, a été immortalisé par d’innombrables

Départ de la course de Formule E à Zurich. (Images : LAT/Formula E)

smartphones. De nombreuses personnes ont toutefois dû s’habituer

au son qui avait des airs de chambre d’enfant et de circuit Carrera.

Les sifflements et la vitesse des bolides étaient impressionnants.

Et la course, que la plupart des spectateurs suivaient sur des écrans

géants en bord de lac, faute de vue dégagée de la piste fermée, a été

l’occasion d’un spectacle plus intense que la procession de Formule 1

qui se déroulait quelques heures plus tard à Montréal, avec beaucoup

moins d’animation.

Votre spécialiste

Pour boîtes de vitesses, directions et essieux.

www.zf.com/services/ch

ZF Services Schweiz AG

8604 Volketswil

30 stations de recharge pour Zurich

Pendant cette journée, seuls quelques organisateurs et exposants

furent préoccupés par un souci environ deux heures avant le coup

d’envoi : on a rangé les rolls-ups sur le côté avec empressement sur la

Bürkliplatz, où Electrosuisse avait planté son stand et où des voitures

au gaz naturel ou au biogaz étaient exposées. En effet, MétéoSuisse

avait annoncé un gros orage pour 17 heures sur son appli. La panique

fut de courte durée car fausse alerte : rien n’a compromis cette

magnifique journée de compétition à Zurich. Corine Mauch (PS), la

maire de la ville, avait ainsi plusieurs raisons d’être satisfaite : elle a

pu remettre la coupe de la victoire au vainqueur Lucas Di Grassi ; les

zurichois ont rejeté une proposition qui cherchait à limiter sérieusement

le nombre de manifestations au centre-ville et enfin, ABB, le

sponsor principal de la Formule E, a offert 30 stations de recharge

rapide à la ville. <

72

RZ ZFA_Ad_91x63mm_Suisse_CMYK_1711_FR_DE 16-11-2017.indd 4 16.11.17 11:32

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

La halle 6 doit devenir un lieu de rencontre pour sous-traitants, garagistes et prestataires.

Au cœur de l’action

Après trois ans d’absence, l’autotecnica.ch fait son retour. Le salon de la sous-traitance fera partie de l’Auto Zürich

Car Show du 8 au 11 novembre 2018 à la place de foires de Zurich (Messe Zürich). « L’autotecnica.ch doit être un lieu de

rassemblement pour les sous-traitants, les garagistes et les prestataires de la branche automobile », déclare Peter Krieg,

initiateur et directeur du salon. Sandro Compagno, rédaction

Visualisation de l’autotecnica.ch avec le « Brain-Village ». La halle 6 doit devenir un lieu de rencontre des sous-traitants, des garagistes et des prestataires.

Partie intégrante de l’Auto Zürich Car Show,

le salon autotecnica.ch sera présent en plein

cœur de la halle 6. Les 1400 mètres carrés

de surface seront avant tout occupés par des

fournisseurs régionaux qui présenteront leurs

produits et prestations ; le directeur du salon,

Peter Krieg, mise sur quelque 25 exposants.

Au cours de la table ronde se tiendront divers

exposés spécialisés et démonstrations, animés

notamment par des sociétés de tuning,

qui bénéficient d’une proximité immédiate

avec l’autotecnica.ch. Peter Krieg se réjouit

particulièrement de leurs « concours de démarrage

» : « Nous devons rendre ce salon

plus vivant ! »

Peter Krieg assure que l’autotecnica.ch ne

prétend nullement concurrencer la halle 7 du

Salon de l’auto de Genève. « Nous souhaitons

compléter le Salon de l’auto. En effet, beaucoup

d’entreprises zurichoises n’exposent

plus à Genève car les garagistes zurichois ne

sont plus très nombreux à s’y rendre. » L’autotecnica.ch

offre à ces sous-traitants une plateforme

attrayante durant quatre jours.

« Brain-Village » à l’Auto Zürich

Car Show

Le « Brain-Village » fera également son

apparition remarquée : jusqu’ici, la relève professionnelle

était restée quelque peu dans son

coin sous une tente placée sur le parvis de la

place de foires de Zurich. Désormais greffée à

l’autotecnica.ch, la plate-forme sera nettement

mieux mise en valeur. Au cours des dernières

années, entre 250 et 300 élèves du niveau secondaire

II ont afflué dans le « Brain-Village »

pour glaner des informations sur les métiers

de l’automobile. Grâce à un emplacement

sensiblement plus attractif cette année, de

nombreux autres visiteurs pourront également

découvrir aussi bien les prestations des

sous-traitants que les efforts déployés par

la branche pour promouvoir la relève. Outre

la section UPSA Zurich, l’Association suisse

des transports routiers (ASTAG) et l’Union

suisse des carrossiers (USIC) participeront au

« Brain-Village ».

Championnats zurichois des métiers

Une fois de plus, les championnats zurichois

des métiers se dérouleront dans le

« Brain-Village » : nous recherchons les meilleurs

mécatroniciens d’automobiles, mécaniciens

en maintenance d’automobiles et assistants

en automobiles. Pour la première fois,

les apprentis du secteur des véhicules utilitaires

sont également admis.

Comme l’an dernier, des réfugiés reconnus

seront aussi présents cette année. Il y a un an,

un groupe de jeunes hommes d’Érythrée et de

Syrie a eu l’occasion de présenter les compétences

qu’il avait acquises dans le cadre d’un

cursus d’un an à l’École technique suisse de

Winterthour (STFW). À partir du mois d’août,

une classe de réfugiés effectuera un préapprentissage

intégratif pour la première fois

dans le canton de Zurich. Ce projet s’inscrit

dans le cadre d’une coopération entre la section

UPSA Zurich, la STFW et le canton de

Zurich. « Ce n’est pas une question de charité

», explique Andreas Billeter de la section

UPSA Zurich. « Nous voulons exploiter le

potentiel de ces personnes en Suisse et leur

donner une chance dans leur nouvelle vie. » <

Plus d’informations sur :

www.autotecnica.ch

MIDLAND.CH

AUTOINSIDE | Juillet Août 201873


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

B

122

123

124

224

125

131

231

332

133

134

135

141

241

142

143

144 244

151

152

153

253

222

322

223

323

232 332

233

333

234

334

242

342

243

343

251

252

352

351

Van KS-Tool

422

423

424

425

431

432

433

434

435

441

442

443

444

451

452

453

Swiss Automotive Show

Démonstration de

performances et forum

Le programme des exposés techniques du Swiss Automotive Show est désormais connu. Le salon interne de

Swiss Automotive Group (SAG), qui aura lieu le 31 août et le 1 er septembre dans l’entrepôt national de SAG

à Niederbipp (BE), est prometteur. Sandro Compagno, rédaction

Wasserrückhaltung

Dès le mois d’avril, le responsable marketing de SAG, Sébastien

Moix (photo), avait annoncé que la troisième édition du salon spécialisé

Swiss Automotive Show (SAS) se déroulerait à guichets fermés. Par

rapport à 2017, M. Moix pourra accueillir 25 exposants de plus, soit

un total de plus de 100 entreprises et marques qui présenteront leurs

produits et leurs services.

Près de 40 fournisseurs, essentiellement des équipementiers, exposeront

leur gamme de produits destinés aux voitures particulières

et aux utilitaires. Concernant la saison hivernale,

la branche du pneu sera représentée au

mieux par huit stands. À cela s’ajoutent

23 fabricants d’équipements d’atelier et

d’outils dans les domaines de la technique

de levage, du service de pneu,

de la climatisation, du diagnostic, du

sto-ckage et du nettoyage ainsi qu’environ

20 fournisseurs de lubrifiants,

de produits chimiques, de peinture et

de consommables. La démonstration

de performance des fournisseurs automobiles

sera parachevée par divers prestataires

de logiciels d’atelier, de données

techniques, d’assurances, de mobilité

et de recyclage.

« Les visiteurs profiteront d’offres attrayantes au salon », promet

Sébastien Moix. « Des enchères de produits issus de la gamme d’équipements

d’atelier et d’outil seront organisées au cours des deux journées.

» Comme l’an dernier, les médias de l’UPSA seront à nouveau partenaires

du Swiss Automotive Show.

Exposés techniques passionnants au « Techforum »

Les exposants des divers secteurs seront regroupés en fonction de

leurs points forts. Le SAS bénéficiera ainsi de plus de clarté que l’an

dernier. Sur les deux jours, Sébastien Moix s’attend à environ 4500 visiteurs

qui s’informeront d’une part des nouvelles offres et qui suivront

d’autre part les exposés techniques au « Techforum ». Des exposés sur

quatre thèmes y sont prévus :

1. Étalonnage de systèmes d’assistance à la conduite

Les véhicules modernes sont équipés d’un nombre croissant de

systèmes d’assistance à la conduite qui sont censés rendre la conduite

plus sûre et plus confortable à l’aide de capteurs, de caméras et d’un

radar. Quels types de services les garages devront-ils offrir à l’avenir ?

Quelles tendances se dessinent chez les constructeurs automobiles ?

Quels investissements les garagistes devront-ils consentir ?

2. Diagnostic avec PassThru

Le PassThru permet d’accéder aux données

de diagnostic, de maintenance et d’entretien

qui sont requises pour les véhicules Euro

5/6 et que le constructeur en question doit

fournir. Quel équipement est nécessaire

pour effectuer le diagnostic PassThru ?

Quels coûts disparaissent ?

74

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


k

Vordach

Verladerampe

458.38

ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

122

221

121

212 312

112

89.13 m 2 Vorplatz

ektro

48

Verteilerschrank

freihalten

47

46

412

521

45

421

44

211 411

Treffpun kt

Besichtigung Landeslager

Point de rencontre

visite du stock national

111

101

401 501

Best. Elektroverteilung

Detail 2

458.30

6

ABFA

BEN

1 2 4 5

Eingang

Entrée

ABSTELL ZONE

016

017 018

Van SW-Stahl

Van Hazet

Van Beta

015

19 ANDOCK-STELLEN KSTELLE

005 006

004

014

001B

001

Dodge Pioneer

100 exposants sur plus de 2500 m 2 : le plan du Swiss Automotive Show

à Niederbipp.

Van Facom

003

002

013

Truck Valeo on Tour

012

011

010

611

612

613

614

725

713 714

724

723

711 712 721 722

815

811

812

813 814

3. Nouvelles technologies d’éclairage

Les phares automobiles modernes utilisent de nouvelles technologies

telles que les LED ou une matrice et sont commandés par des

assistants adaptatifs. Comment fonctionnent ces nouveaux systèmes

d’assistance à l’éclairage ? Quel équipement est nécessaire au garagiste

pour contrôler et régler ces systèmes ?

4. Nouvelles générations d’huiles moteur

L’huile moteur fait partie des éléments qui permettent aux constructeurs

automobiles de réduire la consommation de carburant et les

émissions. Ces aspects sont essentiels pour respecter les nouvelles

prescriptions sur les émissions des gaz d’échappement. Quelles tendances

se profilent ? Quelles en sont les conséquences sur les ateliers ?

Le programme du Swiss Automotive Show

Vendredi 31 août 2018

• Début de l’exposition : 11 h 00

• Début des visites guidées dans l’entrepôt national : 11 h 30

• Cuisine chaude de 11 h 30 à 20 h 00

• Fin des visites guidées dans l’entrepôt national : 20 h 00

• Fin de la manifestation : 21 h 00

Samedi 1 er septembre 2018

• Début de l’exposition : 9 h 00

• Début des visites guidées dans l’entrepôt national : 10 h 00

• Cuisine chaude de 11 h 00 à 16 h 00

• Fin des visites guidées dans l’entrepôt national : 16 h 00

• Fin de la manifestation : 17 h 00

Le camion Valeo passera à nouveau à Niederbipp pour y présenter

des nouvelles technologies. La convivialité ne sera pas non plus en

reste. L’espace restauration sera agrandi et complété par un Truck Bar

où une large sélection de bières locales sera proposée gratuitement. <

Plus d’information sur:

www.agvs-upsa.ch/fr/swissautomotiveshow2018

AUTOINSIDE | Juillet Août 201875


ATELIER ET SERVICE APRÈS-VENTE

ZF Suisse

« Nous sommes passionnés et

entendons poursuivre notre croissance »

Près de 160 personnes intéressées ont répondu à l’invitation au ZF Suisse Power Show de Volketswil (ZH). Elles ont

assisté à des présentations captivantes données par des intervenants de haut vol. Même si l’électrification occupait le

devant de la scène, le discours a aussi été favorable au diesel. Sandro Compagno, rédaction

Forte de 146 000 collaborateurs et d’un chiffre d’affaires annuel

de 36,4 milliards d’euros (2017), l’ancienne fabrique d’engrenages de

Fried richshafen est actuellement le deuxième équipementier automobile

du monde. « Le moteur vient en premier, et ZF arrive juste

après », a déclaré Thomas Kaufmann, CEO de ZF Suisse/Austria, en

accueillant les 160 invités, et d’ajouter aussitôt une information capitale

: « Avec l’électromobilité, cela changera. » Dans leurs exposés,

Knut Heidsieck et Matthias Wenger, deux salariés de ZF, ont clarifié

les propos de leur patron.

M. Heidsieck a présenté un nouvel essieu arrière modulaire dont

le développement est déjà bien avancé. Le système mSMART (mobular

Semi Trailing Arm Rear Suspension) devrait un jour servir de

plate-forme que le constructeur pourrait configurer à sa convenance :

avec ou sans entraînement, électrique ou conventionnel, avec ou

sans direction. « Les constructeurs recherchent de telles solutions

sous forme de plates-formes », a affirmé M. Heidsieck au sujet de la

nouveauté. ZF attache une grande importance à la recherche et au

développement. L’entreprise a en effet investi 2,23 milliards d’euros

dans ce domaine au cours de la seule année 2017.

Matthias Wenger a parlé de deux nouveaux moteurs électriques

destinés à des bus urbains, le moteur de moyeu de roue AVE 130 et

l’entraînement central CeTrax. Les 160 auditeurs (et rares auditrices)

l’ont écouté attentivement, bluffés par les performances annoncées.

Le CeTrax développe en effet un couple maximal de 4500 Nm et atteint

2170 Nm pendant 30 minutes. Ces performances sont telles que

le moteur électrique compact d’à peine 260 kilogrammes est capable

de déplacer un bus articulé de 29 tonnes sur une pente de 23 %.

L’électrification croissante offre à ZF une opportunité d’intégration

verticale de la boîte de vitesses à toute la chaîne cinématique.

Le groupe se tourne de manière résolue vers l’avenir en la matière,

ou pour le dire avec les mots de Thomas Kaufmann : « Nous sommes

passionnés et entendons poursuivre notre croissance. » Lors des

pauses, les responsables de ZF ont présenté aux invités les ateliers de

Thomas Kaufmann a accueilli 160 invités au ZF Suisse Power Show.

Modulaire : le nouvel essieu arrière mSMART de ZF a suscité un vif intérêt.

l’entreprise où sont révisés et réparés les essieux, les directions et les

boîtes de vitesses de tous les constructeurs de véhicules utilitaires,

de VP, d’engins de chantier et de bus.

« Euro 6 équivaut pratiquement à ‹Zero Emission› »

Après les deux techniciens ZF, Peter Krähenbühl, le directeur

de FPT Motorenforschung à Arbon, a abordé le diesel. D’après l’industriel,

cette technologie de motorisation aurait encore une raison

d’être et un avenir : « Je parle du Heavy Duty, pas des voitures particulières

», a indiqué P. Krähenbühl pour limiter son propos. Au cours

de ces 20 dernières années, le diesel a réduit ses émissions de 98 %.

« Un semi-remorque moderne de 40 tonnes émet actuellement moins

qu’une VP diesel. » La norme Euro 6 équivaut pratiquement à « Zero

Emission », mais il reste encore un potentiel d’amélioration. Lorsque

le cycle diesel a été inventé en 1893, son efficacité énergétique s’élevait

à 26 %. Elle est aujourd’hui de 47 % et pourrait atteindre 50 % d’ici

2020, d’après l’expert du diesel. La physique n’offre plus vraiment de

marge de manœuvre, mais P. Krähenbühl discerne encore un potentiel

dans les déperditions de chaleur et dans l’efficacité de la combustion.

Il se prononce en outre en faveur d’une « électrification légère »,

le dernier kilomètre devant être réalisable sans émissions. Partout

dans le monde, le diesel restera la technologie principale dans le domaine

du Heavy Duty : « Il serait idiot d’abandonner le développement

du diesel » <

76

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


POLITIQUE

Détenteurs de véhicules d’entreprise

Le Conseil national

adopte lui aussi la motion FAIF

Succès partiel pour l’UPSA et l’Union suisse des arts et métiers (usam) au Parlement fédéral. Après le Conseil des États,

le National accepte lui aussi que le montant équivalent à 9,6 % du prix d’achat d’un véhicule d’entreprise déjà imposable au

titre de son utilisation privée couvre également les trajets entre le domicile et le lieu de travail. Sandro Compagno, rédaction

© www.parlament.ch

La Chambre basse a suivi la recommandation de sa Commission

de l’économie par 117 voix contre 65. Seule la gauche du Conseil et

quelques représentants du PDC ont rejeté la proposition. Émanant de

la Commission des transports et des télécommunication du Conseil

des États (CTT-E), la motion transmise prévoit que toutes les utilisations

d’un véhicule d’entreprise à titre privé soient imposées via le

forfait en vigueur. Celui-ci porte donc également sur le trajet entre le

domicile et lieu de travail.

Depuis 2016, les déductions fiscales des pendulaires qui se rendent

au travail en voiture ou en train sont plafonnées à 3000 francs au niveau

fédéral. La nouvelle réglementation des frais de déplacement professionnels

est une des mesures prévue par le projet de financement et

d’aménagement des infrastructures ferroviaires (FAIF) accepté par le

peuple en 2014. Quelques cantons y ont déjà donné suite. Dans le canton

d’Argovie, la déduction annuelle ne doit plus dépasser 7000 francs.

Le canton de Genève l’a pour sa part limitée à 500 francs.

En automne 2017, contre l’avis du Conseil fédéral et du ministre

des finances Ueli Maurer, le Conseil des États a approuvé une motion

d’Erich Ettlin (PDC/OW) demandant un régime spécial pour les pendulaires

qui utilisent une voiture d’entreprise. Ceux-ci ne doivent pas être

soumis à la nouvelle réglementation car elle conduirait à une imposition

supplémentaire du revenu des salariés et entraînerait d’énormes

charges administratives pour les entreprises, en particulier lors de

l’établissement des certificats de salaire.

L’UPSA est satisfaite, mais reste vigilante

L’UPSA et l’Union suisse des arts et métiers sont montées au créneau

pour contrer ces deux effets indésirables de la nouvelle réglementation.

« Il faudrait qu’il n’y ait pas de charge administrative supplémentaire

par rapport à la solution actuelle (d’avant 2016), et pas non

plus de réduction supplémentaire ou de déduction supplémentaire

pour le trajet domicile-travail pour les détenteurs de véhicules d’entreprise

», a précisé l’UPSA aux membres de la CTT-E dans un courrier

datant de juillet 2017.

La motion transmise doit permettre une imposition forfaitaire de

l’ensemble des utilisations privées d’un véhicule d’entreprise. L’UPSA

et l’usam sont satisfaites de ce résultat, mais n’en restent pas moins

vigilantes, en regard de la menace qui continue à peser sur les propriétaires

de véhicules d’entreprise : au terme des débats, le texte

laisse toujours ouverte la possibilité d’une « augmentation modérée »

du forfait de 9,6 % portant sur la part privée. L’usam n’apportera son

soutien à la motion modifiée que si le montant du forfait n’est pas

remis en question. <

Restez à jour en politique :

www.agvs-upsa.ch/fr/representation

AUTOINSIDE | Juillet Août 201877


POLITIQUE

La loi sur le CO 2

demeure une épée de Damoclès

La part suisse doit être

réduite davantage

La Suisse génère près d’un pour mille des émissions mondiales de CO 2

. Le Conseil fédéral prévoit de

réduire encore plus cet oligoélément climatique. La commission de l’environnement du Conseil

national souhaite lui emboîter le pas. Sandro Compagno, rédaction

En amont de la session estivale des Chambres fédérales, la Commission

de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de

l’énergie du Conseil national (CEATE-N) a entamé la discussion par

article visant à préparer une nouvelle loi sur le CO 2

intégralement révisée.

La loi devrait ancrer et concrétiser au niveau national l’Accord

de Paris sur le climat.

La CEATE suit la proposition du Conseil fédéral dans les grandes

lignes. Elle appuie notamment l’objectif consistant à réduire les

émissions de gaz à effet de serre de la Suisse de moitié par rapport

au niveau de 1990. Cette réduction doit être obtenue à hauteur d’au

moins 60 % par des mesures appliquées en Suisse. Ce taux devrait

encore faire l’objet de discussions, car la commission a décidé à une

voie près (13 contre 12) d’introduire un taux intérieur dans la loi.

À titre ponctuel, la commission a toutefois aussi adopté d’autres

thèmes centraux que ceux du Conseil fédéral. Ceux-ci se rapportent

en particulier à des solutions économiques. À 13 voix contre 12,

elle a, par exemple, approuvé deux propositions qui formulent

d’autres directives concernant la définition des objectifs de réduction.

Le Conseil fédéral doit, d’une part, mieux se concerter avec

les secteurs concernés et « s’orienter en fonction de l’état actuel des

connaissances ». Il devrait, d’autre part, tenir compte de prestations

préalables et du potentiel de réduction économiquement réalisable.

Le maintien de la compétitivité devrait lui aussi être un critère de

conception.

Menaces d’amendes de plusieurs millions de francs

Indépendamment de ces discussions, la branche automobile se

prépare à la baisse des émissions moyennes de CO 2

de 130 g/km actuellement

à 95 g/km. Malgré des modalités d’introduction simplifiées,

ces valeurs ne seront pas atteintes ou le seront uniquement

sur la base de mesures absurdes. Les importateurs de véhicules s’exposent

à de lourdes amendes si les objectifs ne sont pas atteints.

Pour chaque gramme de dépassement des plafonds de CO 2

, une

amende comprise entre 95 et 152 francs devra être acquittée par véhicule,

quel que soit le cours de l’euro. Chaque importateur pourrait

faire face à un fardeau de plusieurs millions, qui alourdirait également

le prix des véhicules. Prenons l’exemple d’un importateur qui

vend 20 000 voitures et qui dépasse son plafond de trois grammes

en moyenne. Une telle incartade lui coûtera jusqu’à neuf millions de

francs.

Le marché automobile suisse se distingue des autres marchés

européens par sa forte part de véhicules tout-terrain. Les voitures

particulières neuves suisses disposent en moyenne d’une puissance

supérieure à leurs homologues des pays voisins. Cette particularité

due à la topographie de notre pays et au pouvoir d’achat élevé aggrave

les émissions de CO 2

.

Pour en tenir compte autant que faire se peut, le Conseil fédéral

assouplit les modalités d’introduction par des « Supercrédits » ou un

« Phasing in ». Mais ces assouplissements sont également menacés.

Deux motions du conseiller national Jürg Grossen (PVL, BE) visent à

les supprimer.

Comme le CO 2

ne reconnaît pas les frontières qui séparent les pays,

les organisations routières exigent que les flottes suisses soient imputées

à la moyenne européenne. Avec ses associations partenaires

de routesuisse, l’UPSA s’engage en faveur de cette « voie royale ». Une

valeur de flotte sur tous les États membres est en effet adoptée dans

l’Union européenne, et même la Norvège et l’Islande, qui n’en sont

pas membres, sont soumises à cette réglementation. Il n’est ni judicieux

ni efficace que la Suisse en soit délibérément tenue à l’écart. <

78

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


POLITIQUE

Andreas Burgener.

« Nous ne nous lamentons pas, nous

nous en tenons aux objectifs »

M. Burgener, l’impression est-elle trompeuse ou

la branche automobile est-elle davantage dans

la ligne de mire des défenseurs du climat que

d’autres secteurs de l’économie ?

Andreas Burgener, directeur d’auto-suisse : Je

crois que chaque branche a le sentiment d’être

particulièrement frappée par les réglementations

sur le CO 2

. Les interventions liées à l’environnement

sont toutefois gigantesques. Alors que d’autres secteurs connaissent

des instruments d’encouragement, les importateurs automobiles sont

affligés de lourdes sanctions si les plafonds ne sont pas respectés. La

branche automobile règle en Europe le tribut le plus élevé pour le CO 2

à

l’échelle mondiale. Mais nous ne nous lamentons pas, nous nous en tenons

aux objectifs. Dans la même veine, nous nous défendons aussi contre ceux

qui cherchent à supprimer les modalités d’introduction pour les plafonds à

venir. Nous nous opposerons par tous les moyens aux motions correspondantes

de Jürg Grossen qui doivent être débattues au Conseil national.

Pourquoi la Suisse ne se rattache-t-elle pas à l’UE pour le calcul de sa

flotte alors que la Norvège et l’Islande, qui ne sont pas membres de l’UE,

le font ?

Une question légitime que vous et nous, à auto-suisse, devons poser aux

politiciens. Le CO 2

ne connaît en fin de compte pas de frontières. C’est

pourquoi il serait assurément judicieux d’adopter une moyenne européenne

indépendamment d’une adhésion à l’UE ou à l’EEE.

À l’heure actuelle, nous parlons non seulement de l’essence et du diesel,

mais aussi de l’électrique, du GNC/biogaz et de l’hydrogène : laquelle

de ces technologies trouve le plus grâce à vos yeux pour résoudre notre

problème des plafonds de CO 2

?

Je pense qu’un mélange de toutes ces options serait une bonne solution

pour la période à venir, compte tenu du domaine d’utilisation et des conditions-cadres.

« La Suisse prend les devants en

donnant l’exemple »

M. Bilang, quel conseil donneriez-vous à un

garagiste qui chauffe ses locaux professionnels

au mazout ?

Roland Bilang, directeur de l’Union pétrolière :

Il y a des cantons qui souhaitent s’opposer au

chauffage au mazout par des lois révisées sur

l’énergie dans un futur proche. Ceux qui disposent

d’un chauffage vieillissant devraient faire une

Roland Bilang.

seule chose : acheter un nouveau chauffage au mazout dans les plus brefs

délais. Ils économiseront ainsi beaucoup d’argent, car le chauffage au mazout

est bien moins cher que les alternatives que la loi cherche à prescrire.

Dans le débat portant sur la législation sur le CO 2

, l’Union pétrolière se

prononce contre des mesures s’appliquant en Suisse, car elles seraient

plus efficaces ailleurs. La Suisse ne devrait-elle pas prendre les devants

en donnant l’exemple ici ?

La Suisse le fait déjà depuis des années, elle qui fait partie des pays affichant

l’intensité de CO 2

la plus faible. Nous ne sommes généralement pas

contre des mesures s’appliquant en Suisse, pour autant que leur rapport

coût/utilité soit intéressant. Pour que le climat en profite le plus, il vaudrait

mieux commencer par les gros émetteurs qui peuvent réaliser d’importantes

réductions d’émissions pour un effort proportionnellement modeste.

Les émissions de CO 2

dues aux combustibles ont baissé de 25 % depuis

1990 malgré la croissance démographique. Pourquoi n’y parvenons-nous

pas avec les carburants ?

D’une part, parce que l’essence et le diesel ne peuvent être remplacés

aussi rapidement par de nouveaux carburants du fait de leurs avantages.

D’autre part, le seul transport de personnes sur route est responsable d’un

milliard de kilomètres-personnes par an. Bien que l’efficacité des moteurs à

combustion ait enregistré une amélioration moyenne et estimée de 20 % sur

cette période, ce progrès a été annulé par le nombre sans cesse croissant

de kilomètres parcourus.

Abonnez-vous

à la connaissance

de la branche !

L’avenir est automobile. Et il est en mouvement.

Restez informés sur

les avancées de la branche automobile.

les défis commerciaux et solutions.

les questions politiques impactant notre branche.

Le magazine spécialisé le plus vendu de la

branche automobile suisse s’adresse aux

décideurs, cadres et futurs dirigeants.

AUTOINSIDE, Administration et abonnements

Wölflistrasse 5, Case postale 64, 3000 Berne 22, verlag@agvs-upsa.ch

Abonnez-vous !

agvs-upsa.ch/fr/abo

rz_20170508_f_AGVS_Abo_Fuellerinserat_187x131mm.indd 1 08.05.17 11:58

AUTOINSIDE | Juillet Août 201879


MANAGEMENT ET DROIT

La branche automobile sous pression

Des règles standard et des CG illégales

En pratique, les règles standard ne sont pas négociées. Elles sont au contraire imposées par le constructeur/l’importateur

sous forme de compléments au contrat préformulés. De telles règles standard sont ensuite considérées comme des

conditions générales (CG). Le droit contractuel et le droit des cartels prévoient des règles de contrôle afin de protéger les

garagistes contre des règles standard déloyales. La protection peut conduire jusqu’à l’invalidation d’une règle standard.

Prof. Patrick L. Krauskopf et Sarah Umbricht, ZHAW

Les annexes aux contrats de concessionnaire ou de service incluent

souvent des règles standard et des directives. Dans les

contrats, les règles standard ne sont pas uniformément appelées ainsi,

mais sont souvent qualifiées de « convention », « annexe X », « dispositions

d’exécution », etc. Les règles standard contiennent d’importantes

réglementations et dispositions d’exécution notamment sur

l’identité d’entreprise, l’aménagement et la structuration des espaces

de vente ou de l’atelier, la relation clientèle, l’infrastructure informatique

requise, le déroulement précis des processus de commande ou

encore le for.

Le fabricant/l’importateur déclare les règles standard partie intégrante

impérative du contrat, sans aucune négociation préalable.

En pratique, celles-ci naissent d’une forte position de négociation :

pouvoir de négociation, expérience, savoir-faire et de considérables

ressources financières chez les grands entrepreneurs (fabricants/importateurs)

conduisent à des règles standard établies en faveur de

l’importateur en tant que partie dominante. Celui-ci peut ainsi souvent

modifier les règles standard à court terme ou résilier sans préavis

un contrat avec un garagiste pour violation de règles standard.

Qu’est ce que les CG ?

Les CG sont des conditions contractuelles préformulées qui s’appliquent

en continu aux relations d’affaires. Les CG possèdent les caractéristiques

suivantes :

• But : les CG permettent de mieux standardiser et rationaliser

(contrats conclus plus rapidement et en

plus grand nombre) ainsi que d’imposer ses exigences

contractuelles propres (pouvoir de négociation).

• Préformulées : les CG sont formulées à l’avance, soit en général

avant le début des négociations contractuelles. Ceci vaut

également lorsque certains passages prévoient un choix limité

entre diverses possibilités (p. ex. objectifs annuels).

• Emploi sériel : en règle générale, les CG sont établies dans

le but de s’appliquer à différents contrats individuels futurs

avec différents partenaires contractuels. Les contrats

individuels se bornent ensuite à renvoyer aux CG.

Ainsi, les CG représentent le « contraire » du contrat individuel, qui

est négocié au cas par cas entre les parties et établi conjointement.

Pourquoi les règles standard doivent être qualifiées de CG ?

En raison de leurs éléments caractéristiques, les règles standard représentent

souvent des CG :

• But des règles standard : d’une part, les règles standard permettent

une standardisation (tous les garages d’un certain

réseau de distribution doivent se présenter de manière similaire

afin de promouvoir l’identité de la marque). Le fabricant/ l’importateur

est d’avis que les procédures et processus (p. ex. les

processus de commande) peuvent être accélérés lorsqu’ils sont

simplifiés et unifiés. D’autre part, l’aménagement se fait généralement

en faveur de l’importateur (pouvoir de négociation).

• Règles standard préformulées : les règles standard sont

établies avant les négociations contractuelles ou même

avant le premier contact entre le garagiste et l’importateur.

Les modifications sont en général seulement communiquées

au concessionnaire pour information.

• Application sérielle des règles standard : les règles standard

sont présentées à tous les concessionnaires de marques

et ateliers et déclarées partie intégrante du contrat.

Les règles standard ne sont pas négociées entre les parties contractantes,

mais le fabricant/l’importateur les déclare unilatéralement

comme faisant partie intégrante du contrat. Les garagistes doivent les

reprendre dans leur intégralité. Si un garagiste ne veut pas accepter

les règles standard, soit le contrat ne sera pas conclu du tout, soit un

contrat existant sera résilié. C’est pourquoi les règles standard doivent

souvent être qualifiées de CG.

Quand les règles standard violent-elles le droit des contrats

(CO) ?

Le droit des contrats contient des règles qui protègent la partie

plus faible (en règle générale le concessionnaire de marques ou l’atelier)

contre des règles standard « déloyales ».

• Les règles standard violent la règle de l’insolite : les dispositions

peu courantes ne s’appliquent pas pour la partie plus faible ou

moins expérimentée si elles ne sont pas explicitement signalées.

Sont peu courantes les dispositions auxquelles la partie

plus faible ne devait pas s’attendre à la conclusion du contrat. Si

un garagiste ne devait pas compter avec une ou plusieurs réglementations

que les règles standard incluent, cette réglementa-

Pouvoir de négociation

du garagiste

Pouvoir de négociation

de l’importateur/du fabricant

Pouvoir de négociation

du garagiste

Pouvoir de négociation

de l’importateur/du fabricant

80

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


MANAGEMENT ET DROIT

tion ne s’appliquera pas pour lui. Un exemple : une clause qui

force un concessionnaire à faire valoir ses droits découlant de

la Comauto de la Commission de la concurrence (COMCO) à un

for prédéfini par l’importateur n’est en principe pas admissible.

• Les règles standard violent la règle de l’insolite : si une clause

des CG ou des règles standard manquent de clarté ou sont équivoques,

elles doivent être interprétées et comprises en faveur de la

partie plus faible (garagiste par rapport à l’importateur en général

plus puissant). Un exemple : une règle standard (CG) confère à

l’importateur un droit de « résiliation immédiate du contrat pour

justes motifs ». En cas de doute, la question de savoir si l’on est en

présence de justes motifs est interprétée en faveur du garagiste.

Quand les règles standard violent-elles le droit des cartels

(LCart) ?

Le droit des cartels protège les concessionnaires contre des règles

standard « déloyales » dans la mesure où le fabricant/l’importateur se

trouve dans une position dominante. Dans ce cas, les règles standard

sont nulles et l’importateur risque une amende élevée prononcée par

l’autorité de concurrence (COMCO).

• Les règles standard d’un fabricant/importateur dominant sur

le marché : un importateur est considéré puissant sur le marché

lorsqu’il peut s’y comporter de manière largement indépendante

des autres acteurs du marché. Selon la jurisprudence allemande et

autrichienne, cela est en général le cas des fabricants sur le marché

de l’après-vente. La situation juridique en Suisse est similiaire.

• Les règles standard sont « inadéquates » : les règles standard

sont « inadéquates » lorsqu’elles sont désavantageuses

ou disproportionnées, ou lient trop fortement le partenaire

contractuel dans le temps ou au niveau du contenu. Ceci peut

surtout arriver lorsqu’il est possible de dévier unilatéralement

du droit contractuel (dispositif) qui part du fait d’un équilibre

entre droits et obligations, en défaveur du garagiste.

• Les règles standard sont imposées : l’importateur peut

imposer ses règles standard en raison de son pouvoir de

négociation plus étendu, parce que le garagiste ne dispose

pas d’une autre source d’approvisionnement.

Les règles standard désavantageant une partie contractante sont

une forme typique de l’abus de pouvoir sur le marché. C’est la tâche

de la COMCO et des tribunaux d’éclairer ces points via des procès

exemplatifs. Les autorités suisses seraient bien instruites de prendre

en considération la jurisprudence de nos pays voisins. L’UPSA cherche

notamment à protéger les PME du secteur de l’automobile. <

Le service juridique de l’UPSA vous soutient

En droit du travail, en droit de la circulation routière comme en droit des

assurances, le service juridique de l’UPSA vous soutient dans tous les

domaines juridiques qui touchent la branche automobile.

La prestation du service juridique de l’UPSA comprend un conseil bref,

soit une évaluation de cinq à dix minutes par cas, et est à la

disposition gratuite de tous les membres de l’UPSA.

Contact :

Olivia Solari, téléphone 031 307 15 15,

e-mail rechtsdienst@agvs-upsa.ch,

www.agvs-upsa.ch/fr/prestations/droit-et-impots

CP MOBIL, la caisse de pensions pour UPSA ASTAG 2roues Suisse USIC

Un été plein d’avantages

pour les clients de la

CP MOBIL

Cotisations de risque 2018

Réduction d’environ 15%

Taux d’intérêt 2018

CP MOBIL 1,25%

Obligatoire 1%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

%

SILENCER | Élimine les sifflements de freins

Agent nourrissant pour freins à disque et à tambour

CP MOBIL Tél. +41 (0)31 326 20 19 pkmobil.ch

GYSO SA | CH-1023 Crissier | CH-8302 Kloten | gyso.ch

AUTOINSIDE | Juillet Août 201881

18_0782_inserat_bvgsommer18_fr_90x130.indd 1 20.02.18 12:29


GARAGES

Hankook Tire

www.hankooktire.com

> Bien implantés dans tous les domaines et pour toutes les exigences de véhicules

pd. Hankook investit continuellement

de 20 ans de Hankook dans le le « Ventus V12 evo² », un pneu entailles dans la surface de

dans la recherche domaine des pneus utilisables large tourné vers les perfor-

roulement figure parmi les

et le développement. Dans cinq toute l’année. Outre le fleuron mances et destiné aux transformations

technologies particulièrement

centres de développement et UHP « S1 evo² », basé sur la

pour les conducteurs performantes du fabricant de

huit grandes usines répartis technologie DTM et installé sportifs et ambitieux.

pneus haut de gamme. Elle est

dans le monde entier, Hankook en première monte avec grand

d’ores et déjà livrée à Volkswagen

conçoit et fabrique des solutions succès sur des véhicules haut de La technologie Sealguard

sous la forme du « Ventus

de pneumatiques spécialement gamme tels que l’Audi RS5 actuelle,

La technologie Sealguard Prime² Sealguard » pour la

adaptées aux exigences des

la BMW X3 ou la version exclusive pour pneus au-

première monte. <

marchés régionaux. En Europe, SUV de la GLC Coupé Mercedes-Benz,

to-étanches qui répare les

le développement de pneus

Hankook propose un

destinés aux marchés locaux vaste éventail de performances

et à la première monte d’après pour l’été avec le « Ventus

les directives des principaux Prime³ ». Ce pneu a été développé

constructeurs européens de véhicule

pour obtenir une alliance

a lieu au centre technique équilibrée de performances, de

de Hankook à Hanovre.

confort, de sécurité et de respect

de l’environnement. Il est

Nouveau produit, nouvelles disponible en plus de 90 tailles

prestations

pour une palette de véhicules

Pour l’utilisation urbaine, particulièrement large allant de

Hankook a récemment présenté la voiture compacte à la berline

son pneu spécial tous temps le de luxe. Le nouveau pneu été

plus récent, le Kinergy 4S², qui complète ainsi la gamme haut de

bénéficie de l’expérience de plus gamme Ventus du fabricant avec Cette Audi RS5 Coupé roule sur des pneus Hankook S1 evo2, le fleuron de la marque.

The Tire Cologne

www.thetire-cologne.de

> « Changement de pneus » maîtrisé

sco/pd. Avec « The Tire

Cologne », un nouveau salon

spécialisé consacré aux pneus

et aux roues implanté à Cologne

a fêté son inauguration. Il a

marqué des points grâce à un

concept événementiel clair, de

nouvelles thématiques et des

services exceptionnels.

Les organisateurs ont

annoncé 533 exposants et 70

autres marques issus de 40 pays

du 29 mai au 1 er juin. Les stands

étaient largement plus spacieux

que pendant le salon « Reifen »

qui a eu lieu à Essen jusqu’à il y

a deux ans.

Le salon « The Tire Cologne »

a enregistré plus de 16 000 entrées

de personnes provenant de

113 pays, soit une performance

inférieure à celle communiquée

à Essen ces dernières années.

Reifenpresse, le magazine allemand

de la branche, soupçonne

toutefois les organisateurs du

salon d’Essen d’avoir effectué

un décompte trop généreux des

visiteurs.

Les organisateurs de « The

Tire Cologne » se sont montrés

satisfaits du « changement de

pneus » d’Essen à Cologne. « Les

performances étaient inégalées

: la qualité des visiteurs, le

concept événementiel, la nouvelle

orientation et la généreuse

offre de halles du site de Cologne

ont séduit les exposants et

les visiteurs », résume Katharina

C. Hamma, la directrice de la

foire de Cologne. Les exposants

ont particulièrement apprécié

l’excellente qualité des visiteurs

de « The Tire Cologne ».

Lors d’un sondage qui a eu

lieu dans la foulée, plus de 80 %

des visiteurs spécialisés ont

estimé être très satisfaits de

l’offre d’exposition et plus de

L’espace d’accueil de « The Tire Cologne » à la Messe Köln.

90 % recommanderaient à des

relations d’affaires de se rendre

à la manifestation.

La prochaine édition de « The

Tire Cologne » aura lieu du 9 au

12 juin 2020. <

82

Juillet Août 2018 | AUTOINSIDE


GARAGES

Kärcher Schweiz AG

www.kaercher.ch

> Kärcher SB MC 2 : nettoyage haute pression dans un espace réduit

pd. Avec le système SB MC 2

Kärcher propose une nouvelle

installation compacte en

libre-service pour le nettoyage

haute pression de véhicules. Son

principal avantage est d’offrir

de nombreuses possibilités

pour une configuration adaptée

au besoins. Comme appareil à

eau chaude ou froide, avec

un ou deux emplacements de

nettoyage les exploitants bénéficient

d’un modèle qui prend

très peu de place et qui peut être

équipé de manière individuelle.

La configuration de base

comprend quatre programmes

de nettoyage standard nettoyage

haute pression, nettoyage

à la mousse, rinçage et

application de produits. Avec les

programmes supplémentaires

pour décoller la saleté tenace ou

pour éliminer efficacement les

résidus d’insectes, cette installation

couvre pratiquement tous

les besoins de nettoyage des véhicules.

Les outils de nettoyage

se rangent sur l’appareil.

L’utilisation est facile et

Sous le capot de l'unité de pompage, il y a également de la place pour des produits

nettoyants.

confortable pour les utilisateurs.

La sélection des programmes

de nettoyage s’effectue à l’aide

d’un seul et grand bouton rotatif

qui est positionné à hauteur des

yeux. Le guidage du flexible est

conçu de manière à éviter tout

contact avec le sol et donc les

salissures inutiles. Un écran

disponible en option indique

le temps restant. La lance

haute pression et la brosse

de nettoyage tiennent bien en

main et peuvent être facilement

déplacées autour du véhicule

grâce au long flexible.

Sophistication technique

Les exploitants peuvent

choisir de nombreux aspects

de l’équipement technique en

fonction de leurs besoins. Par

exemple le nombre d’emplacements

de nettoyage, la température

de l’eau, la puissance des

pompes, la protection antigel et

une couleur personnalisée. Des

serrures de sécurité permettent

de limiter l’accès à la pompe et

à l’unité de commande avec le

coffret à monnaie aux personnes

autorisées. <

APERÇU DE L’ÉDITION 9 D’AUTOINSIDE SEPTEMBRE 2018

La prochaine édition paraîtra le 30 août 2018 et portera sur les thèmes suivants :

91 e année, 11 numéros

en allemand et en français

Tirage par Septembre 2017 certifié REMP :

12 289 exemplaires dont 9172 en allemand

et 3117 en français

Le magazine spécialisé

au plus fort tirage de la

branche automobile suisse

Éditeur

Union professionelle suisse de l’automobile

(UPSA)

www.agvs-upsa.ch

Éditions

AUTOINSIDE, Wölflistrasse 5

case postale 64, CH-3000 Berne 22

Téléphone : +41 (0)31 307 15 15

verlag@agvs-upsa.ch, www.autoinside.ch

Administration

et gestion des abonnements

Abonnement annuel

CHF 110.(TVA incluse)

Numéro à l‘unité

CHF 11. (TVA incluse)

Contact : Alain Kyd

Téléphone : +41 (0)31 307 15 15

alain.kyd@agvs-upsa.ch, www.agvs-upsa.ch

S’abonner maintenant !

www.agvs-upsa.ch/fr/abo

Rédaction

Supports médiatiques de l‘UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Téléphone : +41 (0)43 499 19 81

newsdesk@agvs-upsa.ch

Rédaction : Tatjana Kistler (tki, rédactrice

mobilité en chef), Sandro Compagno (sco,

responsable Gestion du contenu), Reinhard

Kronenberg (kro, responsable Jwournalisme),

Sascha Rhyner

(srh, rédacteur mobilité), Jean-Pierre

Pasche (jpp, correspondant Suisse

romande), Andreas Senger (se, domaine

spécial Technologie), Bruno Sinzig (si, domaine

spécial Formation), Dr. Raoul Studer

(rst, domaine spécial Politique)

Autres articles de : Jean-Luc Pirlot, Prof. Dr.

Patrick L. Krauskopf, Sarah Umbricht

Conception : Robert Knopf, Christoph Pfister

Commercialisation

Supports médiatiques de l‘UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Contact : Erich Schlup, Key Account Manager

Téléphone : +41 (0)43 499 19 83

Portable : +41 (0)79 256 29 23

vermarktung@agvs-upsa.ch

Responsabilité générale

Rédaction et commercialisation

Georg Gasser

Supports médiatiques de l‘UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zürich

Téléphone : +41 (0)43 499 19 99

ggasser@agvs-upsa.ch

Impression / envoi

galledia AG, Burgauerstrasse 50

CH-9230 Flawil, www.galledia.ch

Contact : Michael Rottmeier

Téléphone : +41 (0)58 344 97 44

michael.rottmeier@galledia.ch

Un travail propre !

Rien ne réjouit plus M. et Mme

Auto que de récupérer leur véhicule

immaculé après un passage à

l’atelier. Dans la rubrique « Laver,

entretenir et conserver », nous vous

présentons les nouveautés et vous

montrons dans quelle mesure le

lavage, un service complémentaire,

est une marque distinctive

déterminante.

Se distinguer !

Les pneus, les jantes et les roues

complètes sont des éléments

déterminants pour la sécurité. Ils ont

aussi leur importance d’un point de

vue optique et écologique. Nous ouvrons

la saison de changement des

pneus : nos experts en conseil vous

proposent des produits intéressants

ainsi que des astuces pour générer

des affaires supplémentaires.

Permis de circulation

Chaque semaine, les garagistes se

rendent au service des automobiles

pour actualiser des permis de circulation

et perdent ainsi beaucoup

de temps. Le canton d’Argovie a

résolu ce problème en introduisant

le permis de circulation numérique,

mais la situation dans les autres

cantons stagne. Aperçu des obstacles

politiques.

Réimpression ou reproduction d’articles,

même partielle, uniquement avec l’accord

des médias de l’UPSA. Nous déclinons

toute responsabilité pour les manuscrits

et les photos envoyés spontanément.

L’administrateur des pages auxquelles

renvoient les liens est seul responsable

de leur contenu.

AUTOINSIDE | Juillet Août 201883


31.08.-01.09.2018

NIEDERBIPP

Les meilleures marques de pièces de rechange,

d’équipements et de consommables pour l‘atelier

De nombreuses nouveautés

et offres exclusives à ne pas manquer

Des conférences techniques passionnantes

www.swiss-automotive-show.ch

More magazines by this user