Désolé j'ai ciné #6

djcmagazine

70

Un boulevard s’ouvre pour la comédie française cet été entre

quelques sorties de blockbusters made in USA. Tandis que certains

films sont assez attendus («Au Poste !», «Neuilly sa mère, sa mère» ou

encore «Le Monde est à toi»), on redoute également la sortie d’autres

comédies françaises qui sont bien loin de donner ne serait-ce qu’une

once d’envie (coucou «Christ(off)» et «Ma Reum»). Et c’est donc dans

cette - petite - vague estivale de comédies que débarque Julien Guetta

et son premier long-métrage «Roulez Jeunesse».

Oscillant constamment entre drame et comédie avec une facilité assez

déconcertante pour quelqu’un qui réalise là son premier film, «Roulez

Jeunesse» tient surtout grâce à la composition d’Eric Judor - absolument

sous-estimé l’année dernière avec son dernier film «Problemos» - qui

trouve ici certainement l’un de ses plus beaux rôles. Abandonnant

ainsi tous ses tics et l’humour qu’on lui connaissait pour nous offrir

un véritable rôle de composition qui nous prouve que le bonhomme

en a sous le pied, et bien plus qu’on le pense même. À contre-courant

de tout ce qu’il a pu nous proposer auparavant - à contrario de son

comparse de toujours Ramzy Bedia qui s’est déjà essayé plusieurs

fois, avec succès, au drame -, l’acteur de 48 ans trouve dans ce film

un nouveau terrain de jeu où le spectateur peut apprécier une palette

de jeu époustouflante, beaucoup plus dans la retenue. Eric Judor c’est

Alex, 43 ans, dépanneur automobile dans le garage de sa mère, qui se

retrouve du jour au lendemain avec deux gosses et une adolescente

sur les bras après un coup foireux d’une nuit.

Corde tendue entre la comédie dans sa première moitié de film avant

de basculer un petit peu plus vers le drame avec de vrais moments

bouleversants, «Roulez Jeunesse» réussit cependant à rester dans

le feel-good movie profondément humain et tendre envers tous ses

personnages. D’ailleurs pour l’épauler, Erico judo peut compter sur

une belle brochette d’acteurs et actrices dont la formidable Laure

Calamy ainsi que le jeune Ilan Debrabant d’une candeur à croquer.

Véritable surprise de cet été, «Roulez Jeunesse» est une bouffée d’air

frais dans la comédie française plutôt indigeste ces derniers temps.

En plus de confirmer les talents d’Eric Judor, il permet surtout à Julien

Guetta d’imposer sa patte dans le cinéma français avec ce véritable

bonbon aussi sucré que subtilement acidulé.

Margaux Maekelberg

DE JULIEN GUETTA. AVEC ERIC JUDOR, LAURE CALAMY... 1H24

More magazines by this user
Similar magazines