Noé 90

onevoiceplanet

8 - DOSSIER

DOSSIER - 9

UNE SITUATION EXPLOSIVE

One Voice a pu effectuer un vaste audit de la situation

auprès de nos nombreux refuges partenaires.

Ces pièces au dossier sont accablantes. Tous ou

presque sont confrontés à de terribles difficultés de

fonctionnement posées par l’ampleur de l’errance et

des abandons.

« L’année 2017 a été catastrophique. Certaines fourrières

qui n’euthanasiaient pas ont dû s’y résoudre et

moi-même j’ai été forcée d’endormir 13 chatons qui

n’avaient pas encore

les yeux ouverts.

On ne trouve

pas de familles

d’accueil, les gens

ne se mobilisent

pas ». Les responsables

contactés

font néanmoins

preuve de courage

et de détermination

: « Si on

lâche c’est foutu,

il ne faut pas baisser

les bras, mais

c’est compliqué… »

Azalée attend une famille depuis 2012.

Abyss et Blanco, inséparables, ont été sauvés par One Voice en 2017

mais peinent à trouver une famille pour la vie...

Les pics d’afflux de chatons sont aussi problématiques : les soins

aux juvéniles ont un coût très lourd pour les associations, et ils

sont souvent préférés à l’adoption, laissant sur le carreau les

chats adultes déjà recueillis… « La population continue d’augmenter

car les gens ne sont pas responsables : ils ne font pas

stériliser leurs chats », souligne la responsable d’un refuge normand.

Or la cote d’alerte est atteinte (voir encadré ci-contre).

Des abattages massifs

Le réflexe est tenace. On le voit à l’œuvre dans toutes les

grandes manifestations sportives, Jeux olympiques et Coupes

du monde : pour faire place nette, les organisateurs emploient

des sociétés privées pour l‘élimination des animaux errants.

Paris l’a déjà prévu pour 2024… Ces plans d’extermination

sont honteux. On ne peut parler ici d’euthanasie, qui

est l‘abrégement des souffrances. Ce à quoi nous sommes

confrontés, c’est bien à un abattage massif pour convenance

humaine. Des centaines de milliers de chats sont concernés

chaque année en France, envoyés en fourrière dans le cadre

de politiques communales inadaptées.

« Ce à quoi noussommes confrontés,

c’est bien à un abattage massif

pour convenance humaine. »

Lorsqu’un chat est abattu, un autre prend vite sa place.

La seule solution à l’errance est un plan de stérilisation de

grande ampleur. Celui-ci permettrait non seulement d’enrayer

les naissances, mais aussi de limiter la propagation des

maladies.

Le guide sur les fourrières, édité par le ministère de

l’Agriculture à destination des maires, stipule clairement

que le devenir des chats errants conduits en fourrière « se

réduit à l’euthanasie ». Il souligne également que cela n’est

pas une solution durable, et propose comme alternative leur

identification, stérilisation et relâchage...

Pour un plan national d’urgence

L’abattage des chats en bonne santé n’est pas tolérable. Il est

primordial d’éviter les naissances et les abandons pour traiter

l’errance féline à la source. One Voice s’engage donc dans une

démarche d’ampleur.

Si l’on veut enrayer la spirale du malheur, il est indispensable

de rendre obligatoire la stérilisation des chats, conjointement

à une campagne forte d’éducation pour qu’ils soient mieux

connus, compris et réhabilités. En complément, nous

poursuivons le travail pour faire interdire leur cession par

petites annonces, les ventes en animaleries, pour réprimer

sévèrement tout abandon et faire appliquer, enfin, les règles

d’identification des animaux.

One Voice va demander à l’État de prendre en urgence des

ordonnances en ce sens, et accompagner les mairies, grâce

à son programme Chatipi (voir p. 7), dans la mise en place de

structures d’accueil pour les chats sans abri, qui doivent être

rendues obligatoires. •

CRÉER DES FOYERS SALVATEURS

Le programme Chatipi de One Voice va

aider les maires à respecter leur obligation

légale de protection des chats sans

abri. Il s’agit non seulement d’identifier,

de stériliser et de relâcher les chats, mais

aussi de créer pour eux une structure

adaptée. Ils doivent pouvoir s’y protéger

des intempéries et de la violence, y être

nourris, abreuvés et bénéficier d’un suivi

sanitaire. Ces lieux d’accueil, qui pourront

être implantés dans un espace public, seront

à la fois l’occasion

de mieux

les faire respecter

et générateurs de

liens sociaux entre

les habitants de la

commune.

Abattre les chats errants

est cruel, coûteux et inutile.

D’autres investissent un

territoire qu’ils auraient

conservé en étant soignés,

identifiés, stérilisés.

ONE VOICE NOÉ #90 MAI 2018

Commandez gratuitement rapport d’enquête et fascicule sur les chats sans famille

ONE VOICE NOÉ #90 MAI 2018

More magazines by this user