LG 215

LGMagazine

Octobre 2018 | n˚ 215

www.gemengen.lu

Romain Muller

Managing Director

JLL Luxembourg

DAVID DETERME

BETIC

Les agenceurs de l’espace

GILLES HEMPEL

AIS

Promouvoir l’immobilier social

CLAUDE SEYWERT

ENCEVO

Diriger, c’est prévoir


Comment

transformer tout

un écosystème ?

Découvrez comment EY accompagne le secteur public

dans sa modernisation administrative et accélère sa

transformation digitale.

ey.com/lu/public-sector

#BetterQuestions

© 2018 Ernst & Young S.A. All Rights Reserved. ED none


EDITO

PAR MARTINA CAPPUCCIO

Quels visages

pour le Luxembourg et l’Europe de demain?

Alors que le Luxembourg s’apprête à former son nouveau

gouvernement, on voit déjà se construire au loin des enjeux

politiques à plus large échelle sur le Vieux Continent. Au vu des

programmes électoraux des principaux partis politiques du pays, le

Luxembourg semble à l’abri du populisme, du nationalisme et de

l’euroscepticisme. Ce qui est loin d’être le cas de ses voisins…

L’Italie, la Pologne, la Grèce, l’Autriche et la Hongrie voient déjà

leurs gouvernements dirigés par des partis situés aux extrêmes

de l’échiquier politique. Les Pays-Bas, l’Allemagne, la Suède,

le Danemark et la France ont quant à eux connu une montée

en puissance des partis d’extrême droite lors de leurs dernières

élections.

Selon le Commissaire européen aux affaires économiques et

financières, Pierre Moscovici, les tensions politiques que connait

l’Europe seraient le résultat de la mauvaise gestion de la crise

économique de 2008. Cet argument semble pourtant bien pâle

lorsque l’on voit des pays à l’économie bien portante et au chômage

en baisse céder aux tentations nationalistes ou populistes…

Les Salvini, Orban et Le Pen de la politique puisent plutôt leurs forces

dans la question migratoire, la lutte contre le terrorisme, le contexte

de mondialisation et l’insatisfaction liée aux partis traditionnels et

en font autant de chevaux de bataille dans leur course au pouvoir.

Les élections européennes se profilant à l’horizon, l’on voit même

des tentatives d’alliances se former, à l’instar de la rencontre entre

Matteo Salvini et Marine Le Pen, dont l’objectif était d’envisager les

questions sociale et de croissance économique dans une Europe…

des Nations!

Les réactions des europhiles face à ces mouvements se font

heureusement entendre et on se souvient d’ailleurs d’un Jean

Asselborn exaspéré au son des explications avancées par le ministre de

l’Intérieur italien quant à sa position défavorable sur l’immigration,

allant jusqu’à la comparer à une forme moderne d’esclavagisme.

Contre les eurosceptiques, les partis traditionnels peinent toutefois

à s’affirmer et pour cause, ces derniers connaissent un éclatement

partout en Europe de par leur incapacité à se renouveler et à adapter

leurs programmes aux nouvelles réalités sociales et économiques.

Bravant la tempête à coup de critiques contre le camp adverse, ils

ne semblent avoir pour seule arme que le sentiment de peur qu’ils

distillent en alertant les populations sur les dangers qu’une Europe

menée par les extrêmes pourrait impliquer.

Seuls les progressistes, dont le président français Emmanuel Macron

semble être devenu le chef de file, pourraient encore faire rempart

contre la formation d’une Europe eurosceptique. Les dirigeants du

Benelux lui apportent leur soutien mais faut-il encore espérer que

cette tendance s’affirme parmi les autres Etats membres…

Espérons qu’au sein de cette Europe divisée les électeurs

luxembourgeois se souviendront que leur pays est non seulement au

cœur mais aussi à l’origine de leur si fragile Europe et des valeurs

qu’elle doit continuer à véhiculer… n


SOMMAIRE

CONSTRUCTION DURABLE

COVERSTORY

10 | ROMAIN MULLER

JLL

32 | ANGELINE PREVOT

GERI Management

La sécurité au cœur de la construction durable

CONSEIL & CONSTRUCTION

40 | PIERRE HURT

OAI

Un accompagnement du changement personnalisé

Vers un cadre de vie qualitatif

BÂTIMENT ET CONSTRUCTION

14 | VINÇOTTE

BÂTIMENT ET CONSTRUCTION

26 | CHRISTOPHE FAGOTTO

Metalica Home

CONSEIL & CONSTRUCTION

42 | CHRISTIAN WEIWERS

LUXCONSULT

L’indépendance des avis

Une fenêtre sur la qualité

40 ans de LUXCONSULT: du passé vers l’avenir

BÂTIMENT ET CONSTRUCTION

16 | JACQUES BRAUCH

Soludec

CONSTRUCTION DURABLE

30 | CLK

CONSEIL & CONSTRUCTION

46 | DAVID DETERME

Betic

Répondre aux besoins

Une isolation innovante et écologique

Les agenceurs de l’espace


LETZEBUERGER GEMENGEN

Publication éditée par Euro-Editions S.A.

www.gemengen.lu

LOGEMENT

52 | GILLES HEMPEL

AIS

MOBILITÉ

64 | MARC WENGLER

CFL

Société éditrice

Euro-Editions S.A.

24, rue Michel Rodange • L-4660 Differdange

Régie publicitaire

Julien Malherbe

marketing@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 30

Promouvoir l’immobilier social

LOGEMENT

58 | MAGNUS KOERFER

ADAPTH asbl

En train pour améliorer la mobilité

MOBILITÉ

66 | GASTON GREIVELDINGER

xxx

Administration

Lucia Ori

Tél. 58 45 46 29 • Fax 58 49 19

admin@euroeditions.lu

Raouf Hatira • Tél. 58 45 46 23

secretariat@euroeditions.lu

Rédaction

Julien Brun

julien@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 26

Martina Cappuccio

martina@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 26

Pierre Birck

pierre@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 24

Raouf Hatira

La conception pour tous appliquée

au logement

PORTRAIT

92 | CLAUDE SEYWERT

Encevo

Il fait bon vivre à Strassen

Conception et réalisation graphique

Sophie Glibert

sophie@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 25

Photographie

Marie De Decker

Eric Devillet

Mouvement

luxembourgeois

pour la Qualité

et l’Excellence

PERFORMANCE DURABLE

Impression

Imprimerie Centrale

Diriger, c’est prévoir

© Euro-Editions

Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.

Tous manuscrits, photos et documents envoyés à la

rédaction ne peuvent être exploités qu’avec l’accord

de leurs auteurs. Publiés ou non, ils ne seront pas

restitués. Les reportages signés n’engagent que

leurs auteurs. Les prix figurant dans cette revue

sont indicatifs et peuvent être sujets à des variations

dont l’éditeur ne pourrait nullement être tenu pour

responsable.


6

LG

OCTOBRE 2018

Index des

intervenants

10 | ROMAIN

MULLER

Managing Director

JLL Luxembourg

14 | CHRISTOPHE

EISCHEN

Head of Technical

Development

Vinçotte Luxembourg

14 | LUC

WEYDERT

Operation Manager

Vinçotte Luxembourg

14 | PATRICK

BOURONE

Administrateur délégué

Vinçotte Luxembourg

16 | JACQUES

BRAUCH

Directeur général

Soludec

18 | HELDER

PEIXOTO

Administrateur délégué

AP Construction

18 | EFRAIN

FERNANDEZ

Administrateur délégué

SopiConcept

18 | ORLANDO

PINTO

Administrateur délégué

Sopinor

20 | STEPHAN

HOSTERT

Directeur général

Steffen Holzbau S.A.

26 | CHRISTOPHE

FAGOTTO

Directeur

Metalica Home

30 | SOPHIE

BROUWERS

Gérante technique

CLK Constructions

30 | POL

BEAUJEAN

Administrateur délégué

Thermilux Isolation

30 | ANTOINE

MEHLER

Thermilux Isolation


̏ Terrasses de la Ville ̋ - Differdange

78 logements

clefs en main

en vente à la Semaine

Nationale du Logement

du 13 au 21 octobre

2018

̏ Wunnen am Park ̋ - Esch-Nonnewisen

info@fondsdulogement .lu

www.fondsdulogemen t.lu


8

LG

OCTOBRE 2018

30 | FRÉDÉRIC

CHIFFOLEAU

Responsable

technico-commercial

Synthesia Technology EU

32 | ANGELINE

PREVOT

Directrice

GERI Management

40 | PIERRE

HURT

Directeur

Ordre des Architectes et

des Ingénieurs-conseils (OAI)

42 | CHRISTIAN

WEIWERS

Administrateur délégué

LUXCONSULT S.A.

46 | DAVID

DETERME

Administrateur délégué

Betic

52 | GILLES

HEMPEL

Directeur

Agence Immobilière Sociale

54 | MARC

HANSEN

Ministre du Logement

58 | MAGNUS

KOERFER

Architecte et responsable

CCNAB

ADAPTH

64 | MARC

WENGLER

Directeur général

CFL

66 | GASTON

GREIVELDINGER

Bourgmestre de Strassen

72 | PHILIPPE PIERRE

Associé en charge du secteur

public et responsable mondial

Institutions européennes

PwC Luxembourg

72 | VINCENT

VILLERS

Associé et Cybersecurity

Leader

PwC Luxembourg

Copyright: Mike Zenari

Copyright: Mike Zenari

Copyright: Mike Zenari

78 | PIERRE

AHLBORN

CEO et Managing Director

Banque de Luxembourg

78 | GILBERT

SCHINTGEN

Managing Director

UBS Fund Management

Luxembourg

78 | JACQUES

FAVEYROL

CEO

Cardif Lux Vie

92 | CLAUDE

SEYWERT

CEO

Encevo


DELOITTE

ALTER DOMUS

www.soludec.lu

RÉALISATIONS SOLUDEC

TOUS CORPS D’ÉTAT

LIVRÉES EN AUTOMNE 2018


10 LG

OCTOBRE 2018

COVERSTORY

Un accompagnement

du changement

personnalisé

Présente depuis 1989 au Luxembourg, la société JLL

n’a depuis cessé de grandir. Bénéficiant de croissances

économique et démographique particulièrement favorables,

la société n’a néanmoins pas choisi la facilité en décidant de

diversifier son activité de manière à offrir des compétences

variées et complémentaires aux différents acteurs du marché

de l’immobilier. Romain Muller, Managing Director de JLL

Luxembourg, revient d’ailleurs avec nous sur l’importance

pour une entreprise de se remettre en question et d’adapter ses

processus de travail pour assurer sa pérennité. Explications.

Décrivez-nous votre entreprise en quelques

mots…

JLL Luxembourg a été créée en 1989 par

le bureau de Bruxelles car le Luxembourg

était à l’époque un très petit marché qui ne

suscitait pas l’intérêt de la maison mère, à

Londres.

J’ai moi-même rejoint le bureau

luxembourgeois en 1997. Notre activité

tournait principalement autour de l’agence

de bureaux, de l’investissement et de la

gérance. En 1999 notre groupe a fusionné

avec LaSalle Investment & Partners;

la société étant cotée en bourse, nous y

sommes également entrés.

J’ai repris la direction du bureau en octobre

2011 et nous sommes depuis passés d’un

effectif de 23 à 107 personnes. Nos activités

sont aujourd’hui diversifiées et nous offrons

un full service à nos clients: agence bureaux,

surfaces commerciales, résidentiel, évaluations

de biens, vente de terrains,

évaluations, gestion d’immeubles et centres

commerciaux, corporate solutions,... Nous

proposons également des aménagements

de bureaux en entreprise générale et

avons une équipe de Project Management.

Dernièrement, nous avons vu grandir

notre département Facility Management

proposant une gestion de bureau grâce à du

personnel JLL implanté en interne dans les

entreprises.

Je dis toujours qu’il faut faire les choses

bien ou s’en abstenir et jusqu’ici cette

philosophie nous a permis de diversifier

nos activités de manière à nous assurer une

certaine stabilité par rapport aux évolutions

du marché. De plus, nous bénéficions du

bon climat économique du pays et savons

en tirer parti et développer des activités qui

correspondent à ce marché.

“Si une société ne

se remet jamais en

question et n’ajuste

pas ses processus

de travail, elle finira

par fermer”

En quoi consiste votre activité de Change

Management?

Une politique de Change Management a

pour objectif d’introduire des changements

en vue d’une meilleure productivité. Il

s’agit là d’un sujet très vaste comprenant

des thématiques variées telles que la

mobilité, l’aménagement du lieu de travail,

l’intégration, la communication, le télétravail,

les nouvelles technologies,… Pour instaurer

des changements qui ont du sens, nous nous

rendons d’abord sur le terrain et analysons

avec les ressources humaines les modes de

travail en place dans une entreprise. Nous

établissons ensuite un programme de

Change Management cohérent et complet.

Les chiffres montrent que les changements

introduits par un organisme extérieur sont

bien acceptés et intégrés dans 60% des

cas, contre 25% de réussite lorsqu’ils sont

initiés en interne par l’entreprise ellemême.

L’homme est par nature réticent au

changement et préfèrera toujours le confort

de sa situation même si elle présente des

inconvénients; or si une société ne se

remet jamais en question et n’ajuste pas

ses processus de travail, elle finira par

fermer. La mixité des profils dans une

entreprise (au niveau de l’âge, du genre,…)

et le déménagement dans de nouveaux

bureaux favorisent également l’ouverture

au changement.


Au Luxembourg, la mobilité est un problème

de taille pour les employés. Quelles

solutions peuvent-être apportées par un

programme de Change Management à ce

niveau?

Le changement le plus facile à mettre en place

est le télétravail mais les frontaliers se heurtent

à des difficultés fiscales à ce niveau. Pour aider

ces employés, nous encourageons alors à

l’adoption d’horaires décalés leur permettant

d’éviter les pics de circulation. Sur base d’une

analyse réalisée en interne sur les habitudes

des employés, nous déterminons quels jours

se prêtent au télétravail et quels horaires sont

les plus avantageux pour les employés.

Une autre solution est pour les entreprises

de créer des hubs aux frontières, qui

permettraient à leurs collaborateurs de

parcourir une distance moins longue pour se

rendre au travail. Toutefois, si cette tendance

se généralise, il faudra que les politiques

créent des infrastructures routières adaptées

au risque de ne faire que déplacer le problème

de la capitale à ces hubs et de recréer des

embouteillages interminables aux abords de

ces zones d’activités économiques.

Il faut toutefois gérer ce changement avec

précaution car en favorisant ces décalages, le

risque est d’isoler les employés et de nuire à

la cohésion d’une équipe. Avec l’adoption du

télétravail, une entreprise doit donc compenser

en créant des activités qui rassemblent les

collaborateurs et soudent l’équipe.

Au niveau de l’organisation du bureau, nous

proposons des applications grâce auxquelles

il est par exemple possible de réserver

quotidiennement sa place de parking. Les

sociétés adoptent ainsi un système de places

sans attribution fixe et prévoient 20% de

places en moins par rapport au nombre

d’employés afin d’optimiser l’espace

imparti. Nous avons constaté que grâce à

un système de roulement, ces places sont

suffisantes.

Romain Muller

Quels sont les autres leviers d’une politique

de Change Management réussie?

Plusieurs éléments entrent en ligne de

compte. Par exemple, la valeur ajoutée

d’une entreprise se mesure notamment

à la communication interne et aux

échanges entre ses différents services.

Or, l’essor de la digitalisation crée parfois

des environnements où les employés

communiquent principalement par email et

ne se parlent plus. Le Change Management

permet de créer des pools de communication

pour réinstaurer le dialogue parmi les

collaborateurs, favoriser les échanges et

recréer une cohésion générale.

L’intégration des nouveaux collègues

peut également être facilitée grâce à des

adaptations simples comme la flexibilisation

des postes de travail. En effet, un nouvel

employé rencontrera plus facilement une

majorité de collègues en s’installant tous

les jours à un nouveau poste de travail!


12 LG

OCTOBRE 2018

COVERSTORY

De plus, les employés des différents services

pourront ainsi plus facilement se rencontrer

et échanger.

D’autres éléments comme la qualité de l’air,

la nutrition, les activités sportives et l’infrastructure

des bureaux ont une influence sur

la productivité d’un employé et peuvent

facilement être adaptés.

Quels sont selon vous les défis que devra

relever le prochain gouvernement au

niveau du développement immobilier et

de l’aménagement du territoire?

Actuellement, on compte 220.000 habitants

actifs au Luxembourg et 186.000 employés

frontaliers. Les frontaliers représentent

donc une part importante de notre

force de travail, or il est de plus en plus

difficile d’attirer de nouveaux talents au

Luxembourg au vu de nos problèmes de

mobilité qui impactent la qualité de vie

des employés. Le problème principal

que rencontre le pays est un problème

d’infrastructures et de transport et cela

devrait être la priorité du gouvernement.

Si l’Etat investissait dans des infrastructures

routières – autres que des élargissements

qui ne feront qu’élargir les embouteillages

– ou des systèmes de transport efficaces et

attractifs depuis des zones d’activités situées

aux frontières vers les centres-villes, alors

tout ce système pourrait fonctionner.

De plus, le régime fiscal contraignant imposé

aux frontaliers ne leur permet pas beaucoup

de flexibilité au niveau du télétravail. Il serait

donc nécessaire de conclure des accords avec

les pays voisins afin d’offrir cette possibilité

à leurs habitants.

“Une politique

de Change

Management a pour

objectif d’introduire

des changements en

vue d’une meilleure

productivité”

Un autre problème de taille sera de faire

face à la crise du logement. Actuellement,

les propriétaires de zones constructibles

mettent des années à obtenir des permis

de bâtir et le pays a besoin d’une grande

simplification administrative à ce niveau.

De plus, quand bien même cela se

solutionnerait, resterait la problématique du

manque de main d’œuvre au Luxembourg.

Jusqu’à 40% des constructeurs sont

en effet mobilisés par l’Etat pour des

chantiers publics, si bien que la plupart

des entreprises de construction sont

actuellement indisponibles jusqu’à la fin

2019 pour d’autres contrats.

D’autre part, les décisions gouvernementales

d’augmenter la TVA pour les investisseurs

de 3 à 17% n’ont fait que participer à

l’augmentation du prix des loyers, dans la

mesure où ces investisseurs doivent faire

un bénéfice. Il faudrait donc à mon sens

trouver une solution fiscale permettant de

fixer un seuil de revenus locatifs au-delà

duquel les impôts seraient plus élevés sur la

partie excédante.

Des initiatives institutionnelles peuvent

toutefois être saluées comme celle d’Éric

Rosin, nouveau directeur du Fonds du

Logement, qui a décidé que tous leurs

logements seraient rachetés à terme par

leurs soins de manière à conserver la

main mise sur des habitations à loyers

contrôlés pour les personnes avec un

faible revenu. n

JLL Luxembourg

41, rue du Puits Romain

L-8070 Bertrange

Lux@eu.jll.com

www.jll.lu


jll.lu

hearAMBITION

Whether your investment strategy calls for buying,

selling or financing, we’ll provide a capital solution that

maximizes both value and returns. Let us listen to help

you move closer to achieving your ambitions.

JLL Luxembourg

41, rue du Puits Romain

L-8070 Bertrange

Tél +352 46 45 40


14 LG

OCTOBRE 2018

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

L’indépendance

des avis

Vinçotte est l’un des principaux organismes de contrôle au

Luxembourg. Fort d’un groupe international centenaire et

ancré sur le territoire depuis plus de 30 ans, ses ingénieurs

et techniciens interviennent partout où il y a un besoin de

forte compétence, d’indépendance et de confiance. Vinçotte

Luxembourg compte actuellement 95 employés dont une

soixantaine de contrôleurs. Interview de Patrick Bourone,

administrateur délégué; Christophe Eischen, Head of

Technical Development et Luc Weydert, Operation Manager.

Comment pourrait-on définir Vinçotte?

PB: Nous sommes un organisme de contrôle,

dont les activités principales sont la conformité,

la sécurité des personnes et la protection de

l’environnement. C’est là notre ADN puisque

le groupe a été fondé en 1872 pour la sécurité

des ouvriers industriels. Aujourd’hui, nous

accompagnons les entreprises à se conformer

aux législations dans une perspective qualitative

et la responsabilité de notre action nécessite

une technique à la pointe et l’assurance de

pouvoir l’appliquer.

CE: L’accréditation OLAS, permet d’attester

de la bonne organisation de Vinçotte mais

aussi de garantir et de valider le bon niveau

de compétence des inspecteurs qui sont sur

le terrain. Avoir un personnel compétent et

expérimenté est la clé de voute de nos 130

services.

LW: Nous réalisons des opérations de contrôle,

de réception, de supervision, d’évaluation

et d’expertise. Sans oublier notre centre de

Christophe Eischen, Luc Weydert et Patrick Bourone


LG

OCTOBRE 2018

15

formation «Knowledge Sharing» qui est un

secteur en pleine croissance. Nous sommes

un des principaux organismes de contrôle du

Luxembourg et partageons à ce titre notre

expertise, sur laquelle nous ne cessons d’investir.

Quels sont les profils de vos inspecteurs?

LW: Nos inspecteurs sont des ingénieurs civils

ou industriels et des techniciens. Tous ont une

grande expérience des chantiers et doivent - au

regard de la rapidité des évolutions techniques

et des besoins du marché - régulièrement se

soumettre à des formations continues. Nous

investissons dans la formation des nos experts

non seulement pour répondre aux besoins du

marché mais également pour répondre aux

besoins de nos clients.

PB: Il nous paraît également primordial

d’accompagner les jeunes dès la sortie des

lycées et de l’université dans le métier. Car

si de solides connaissances techniques sont

indispensables au métier, on devient contrôleur

au travers de l’expérience qui ne peut s’acquérir

que sur le terrain.

CE: Organisés en départements qui

rassemblent les différentes compétences

nécessaires, nos experts s’organisent en équipes

pluridisciplinaires selon les besoins du client.

Vinçotte Luxembourg peut également pour

des missions particulières, s’appuyer sur les

2.000 spécialistes du groupe.

Où vont vos contrôleurs?

CE: Nous sommes présents quasiment

partout, des bâtiments administratifs, scolaires,

industriels, de bureaux, aux infrastructures

sportives et culturelles, en passant par

les crèches ou encore les aires de jeu. Au

Luxembourg, les sites opérationnels doivent

bénéficier d’une autorisation d’exploitation de

l’Inspection du Travail et des Mines (ITM) et

faire l’objet d’une réception avant l’exploitation

ainsi que de contrôles périodiques.

LW: Toutes nos actions sont prioritairement

centrées sur la sécurité des personnes, le

développement de la qualité et la protection de

l’environnement. Cela nous amène à travailler

dans différents endroits et notamment ceux de

la construction, qui est un secteur dynamique et

aux besoins importants.

Nous œuvrons donc sur les nouveaux projets,

sur des rénovations dont les installations

se dégradent avec le temps et réalisons les

contrôles périodiques durant toute la vie d’un

bâtiment. Nous contrôlons aussi les levages

industriels comme les engins de chantier, les

grues, les ascenseurs, les monte-charges, les

éoliennes, etc.

On peut donc dire que vous participez à la

réduction des accidents de travail?

CE: Si notre métier est avant tout réglementaire,

il sert en effet à la réduction des risques et des

accidents. Nous sommes donc conscients que

de ces règles dépendent la sécurité d’hommes,

de femmes et d’enfants. Nous sommes un

prestataire de services dont l’enjeu est la sécurité

et cela passe par les relations humaines. Nous

nous sentons donc préoccupés par le bien-être de

nos employés et celui de nos clients.

PB: Nous nous considérons toujours

comme les partenaires de nos clients et les

accompagnons dans leurs démarches de

conformité de leurs installations. Une grande

partie didactique est d’ailleurs intrinsèque

au métier. Nous prenons le temps de leur

expliquer le pourquoi et nous les sensibilisons

aux enjeux de la sécurité des personnes et à la

protection de l’environnement. n

Sylvain Carton

Lifting

«L’inspection des ascenseurs, des montecharges,

des grues, des ponts roulants, des

engins de levage et des lignes de vie constitue

mon quotidien».

Cédric Berg

Safety Technologies

«Mon travail consiste à vérifier que tout

est mis en œuvre pour garantir la sécurité

physique des personnes et du personnel

intervenant».

Vinçotte Luxembourg

74, Mühlenweg

L-2155 Luxembourg

info@vincotte.lu

www.vincotte.lu


16 LG

OCTOBRE 2018

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

Répondre aux besoins

Soludec fait partie du paysage luxembourgeois de la construction

depuis sa fondation en 1949. Au regard de ses réalisations,

comme le pont Adolphe, le Mudam, la CSSF ou encore le

terminal principal de l’aéroport, on pourrait même dire qu’elle

participe au paysage architectural du pays depuis bientôt 70 ans.

Interview de son directeur général, Jacques Brauch.

Nous sommes une entreprise luxembourgeoise

qui a toujours répondu aux

besoins du pays et construire dans un

rayon de 80 km nous oblige à savoir tout

construire. C’est pour cela que nous avons

trois départements que sont le génie civil,

le tertiaire et le résidentiel et qui sont aussi

importants les uns que les autres.

Quelles sont vos dernières grandes

réalisations?

Nous venons tout juste de livrer trois

projets d’envergure pour une valeur totale

de 120 millions: à Bertrange d’abord avec

les 24.460 m 2 de l’immeuble Beaubourg,

et ensuite à Gasperich avec les 16.000 m 2

du bâtiment Alter Domus ainsi que les

45.660 m 2 du nouveau bâtiment de Deloitte.

Le bâtiment Alter Domus accueillera à

terme 900 personnes et celui de Deloitte

2.000 et ce dernier pourrait bien devenir, si

ce n’est déjà le cas, un emblème architectural

du Ban de Gasperich. Sa fenêtre urbaine

de 20 mètres sur 20, qui représentait un

réel défi pour la structure du bâtiment, est

vraiment impressionnante. On le reconnait

de loin, que ce soit depuis l’autoroute ou

même du hublot de son avion.

Au nombre de vos réalisations, peut-on

dire que Belval est un vrai terrain de jeu

pour Soludec?

Dexia 1 et 2, la gare, la résidence étudiante, la

Maison du Savoir, l’Université, le laboratoire

Ketterthill, le tunnel Micheville, l’immeuble

Jazz (96 appartements et 5.000 m 2 de surfaces

commerciales et de bureaux) et 9 immeubles

résidentiels; il est vrai que cela fait beaucoup.

Ce n’est pourtant pas fini puisqu’au Central

Square, nous allons réaliser l’immeuble

mixte Manhattan et que nous construisons

actuellement les deux ponts pour relier

Belval à l’autoroute d’Esch.

Nous sommes très actifs sur Belval,

Gasperich et le Kirchberg et à mon sens,

Belval est le quartier urbain idéal. On

accède rapidement à la ville, il y a des

résidences à proximité des lieux de travail,

de nombreux commerces, des lieux de

loisirs et de culture, et il y fait bon vivre.

Un mot sur vos collaborateurs?

Le pont Haubané à Howald, le Mudam,

le Skate-park de la Pétrusse ou encore la

nouvelle prison à Sanem ou les stations

d’épuration requièrent, de par leurs

particularités propres, des savoir-faire

polyvalents. Nous demandons donc à nos

collaborateurs d’acquérir ce savoir parce que

le propre d’un ingénieur, même spécialisé

dans un domaine, c’est de s’adapter à tous

les terrains!

“24.000 m 2

de l’immeuble

Beaubourg,

16.000 m 2

du bâtiment

Alter Domus,

45.000 m 2

du nouveau

bâtiment

de Deloitte”

L’entreprise a 69 ans et le rajeunissement

de notre effectif est indispensable dans

un marché de la construction en pleine

activité. Si nous recrutons régulièrement

et que nous enregistrons 550 personnes qui

travaillent quotidiennement pour Soludec,

force est de constater que nous faisons face

à une pénurie de personnes qualifiées sur le

marché.

Quels sont vos projets à venir?

Nous avons débuté la construction des

6.000 m 2 de bureaux du Show à Howald

dans lequel le Lëtzebuerger Wort prendra

ses quartiers à partir d’automne 2020. Nous

avons également commencé la construction

des sous-sols du bâtiment «Bijou» qui prend

forme entre les bâtiments Deloitte et Alter

Domus et dont l’architecture florale sortira

du lot. Enfin, nous venons de débuter la

réalisation d’un troisième projet, OBH au

Kirchberg qui accueillera sur 30.000 m 2 un

Hôtel Mama Shelter avec 145 chambres et

un deuxième bâtiment avec 11.000 m 2 de

bureau.

Un dernier exemple pour conclure?

Dans le quartier de la gare, entre la rue

d’Hollerich et la rue de Strasbourg, les

trois résidences du projet Soho comportent

150 appartements ainsi que 5.000 m 2 de

surfaces commerciales et bureaux. Ces

appartements ont été vendus à une vitesse

folle, ce qui laisse espérer des perspectives

d’améliorations dans tout le quartier. La

piste cyclable que nous avons réalisée sous

le pont Adolphe participe à ce changement

car les habitants peuvent rejoindre le centre

en vélo et en toute sécurité. n

Soludec

Parc d’Activité Gadderscheier

L-4570 Differdange

www.soludec.lu


LG

OCTOBRE 2018

17

Jacques Brauch

1

2

3

4

5 6

Bâtiments: 1. Show Bureaux — 2. Pont Adolphe — 3. CSSF — 4. One to One — 5. Beaubourg — 6. Résidence New York - Projet SOHO


18 LG

OCTOBRE 2018

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

Une conception durable

de la construction

Spécialisée dans la planification des projets et la gestion

globale des chantiers, SopiConcept vous propose son expertise

et vous fait bénéficier de celles de ses partenaires tels que

Sopinor, AP Construction, SopiTherme et SopiFaçades. Avec

dynamisme, nous nous investissons dans de grands projets

pour le développement de notre société et dans l’intérêt

de nos clients. Nous sommes en permanence à l’étude des

nouvelles technologies et des dernières innovations.

L’entreprise vient d’entamer un chantier

à Dudelange comprenant 7 appartements

et 31 chambres meublées pour la partie

réservée aux logements ainsi qu’une grande

salle des fêtes et des bureaux. Pour ce projet,

le bâtiment existant sera partiellement

détruit et reconstruit pour une partie en

béton et pour l’autre de trois étages en bois,

ceci afin de tenir compte d’une volonté

avant tout écologique mais également de

données statiques.

La vocation de l’entreprise

En janvier 2015, Efrain Fernandez crée

SopiConcept, avec comme spécialité les

chantiers Tous Corps d’Etat (TCE) et clés en

main (E.P.C.C. Engineering, Procurement,

Construction and Commissioning) tant pour

les clients privés que pour les promoteurs,

les associations, les promotions du Groupe

Sopinor et ses propres promotions.

L’objectif du Groupe, qui a atteint le nombre

de 520 employés cette année, est de contrôler

un maximum des métiers et spécialités de la

construction. Ainsi, AP Construction prend

en charge les gros-œuvres, les transformations

et les alentours. SopiTherme exécute toute

la partie technique «Chauffage, Sanitaire et

Ventilation». Depuis 2017 et afin de compléter

l’offre de services, SopiFaçades réalise les

travaux de façades et de parachèvements.

SopiConcept se charge du contact avec le

client et de l’organisation du projet dans son

ensemble en unissant l’expertise des autres

membres du groupe pour les combiner

de manière efficace, avec pour objectif de

réaliser, avec leurs propres savoir-faire, un

maximum de programmes immobiliers.

Pour les autres corps de métiers, l’entreprise

fait appel à des artisans exclusivement

luxembourgeois avec lesquels elle collabore

fidèlement depuis de nombreuses années.

Depuis sa création, SopiConcept est

passée d’un employé unique à un effectif de

dix personnes. Une vingtaine de chantiers

sont à l’heure actuelle en cours et pas moins

de 200 unités sont inscrites au carnet de

commande que ce soit en rénovation, en

construction ou en clé en main.

Exemple de chantiers en cours

SopiConcept travaille actuellement sur

un chantier de logements subventionnés

par l’Etat et d’une résidence en promotion

à Ettelbruck, le tout pour un budget de

5,3 millions d’euros. Ce projet comprend

sur 3 résidences, 12 logements sociaux, 5

appartements en promotion ainsi qu’un

parking commun d’environ 35 places.

En regroupant toutes les techniques de

construction, ce chantier a nécessité une

grande préparation en amont de la part de nos

équipes. Comme toutes les façades avant du

bâtiment sont classées et que les immeubles

se situent en zone inondable, de nombreuses

autorisations ont dû être sollicitées et

obtenues auprès des diverses administrations.

Lors des travaux de rénovation, des

techniques spéciales ont dû être mises en

œuvre comme les épinglages, la pose de

caissons de soutènements, des reprises en

sous-œuvre et un cuvelage étanche.

Chantiers avec façades à conserver


LG

OCTOBRE 2018

19

Helder Peixoto, Efrain Fernandez et Orlando Pinto

L’entreprise est agréée «Maisons passives»

et veille à ce que tous ses employés

acquièrent ce module fondamental. Le

Groupe Sopinor assure également une

formation continue de tout le personnel, et

ce, particulièrement au niveau technique.

Par ailleurs, les employés sont régulièrement

sensibilisés et responsabilisés à la sécurité

générale des chantiers, notamment grâce à

des stages de sensibilisation. Des travailleurs

désignés opèrent sur les chantiers et un

bureau de sécurité externe est mandaté

pour veiller à ces mesures.

Construire durablement

SopiConcept privilégie l’utilisation d’isolants

écologiques comme les laines de bois

qui améliorent le confort thermique et

acoustique tout en augmentant la résilience

au feu d’un bâtiment.

Les nouvelles incitations financières dans le

cadre d’une rénovation poussent nos clients

à utiliser des matériaux isolants recyclables

afin de supprimer peu à peu ceux à base de

pétrole. Grâce à sa collaboration avec un

bureau de conseil en énergie, SopiConcept

s’adapte à ces nouvelles normes et conseille

les clients afin d’obtenir ces aides, souvent

importantes, pour la pose de ces isolants

écologiques. n

SopiConcept SA

70 Rue Romain Fandel

L-4149 Schifflange

www.sopiconcept.lu


20 LG

OCTOBRE 2018

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

„Holzbau ist aktiver

Klimaschutz“

Behaglich, nachhaltig und mit innovativer Formensprache: Steffen Holzbau aus Grevenmacher

beweist seit 25 Jahren, was sich mit Holz umsetzen lässt. Ob Turnhallen, mehrstöckige

Firmenbauten oder Einfamilien-Energieplushäuser. Es gibt keine Vision, welche die Firma

nicht mit dem nachwachsenden Rohstoff verwirklichen kann. Von der geschlossenen Hülle bis

hin zum schlüsselfertigen Objekt.

Die Geschichte von Steffen Holzbau s.a.

beginnt in den 70 er Jahren im deutschen

Dorf Speicher. Ferdi Steffen steigt in

die Zimmerei seines Vaters ein, einem

kleinen Familienbetrieb. Steffen hat viele

Ideen. Warum, statt beispielsweise nur

einen Dachstuhl zu bauen, nicht auch das

Dachdecken, also ein komplettes Dach,

mit anbieten? Die Firma wächst, doch

Steffen möchte mehr und gründet 1993

gemeinsam mit Matthias Hettinger seinen

eigenen Betrieb: die Steffen Holzbau s.a.

in Grevenmacher, der Grundstein für das

heutige Unternehmen.

Seit 25 Jahren ist Steffen Holzbau nun

auf dem Markt in Luxemburg und

der Grenzregion vertreten. Rund 100

Mitarbeiter arbeiten für die Firma. „Mit

der Zeit sind wir immer größer geworden“,

sagt Geschäftsführer Stephan Hostert.

Die Kernbereiche des Unternehmens,

Zimmerei, Klempnerei und Dachdeckerei,

sind noch heute der Kernbestandteil des

Unternehmens. Doch dabei blieb es nicht.

„Der Planungsanteil wurde immer größer,

denn im Holzbau steckt eine intensivere

Planung als im Massivbau und so wurde

die Engeneeringkompetenz immer weiter

ausgebaut. Wir sehen uns mittlerweile als

Baudienstleister mit der Kernkompetenz

Holz“, sagt Hostert.

„Jeder Werkstoff wird da benutzt, wo er

sinnvoll ist“

Heute baut das Unternehmen alles

vom maßgeschneiderten Ein- oder

Mehrfamilienhaus über große Objektbauten

wie Schulen, Kindertagesstätten oder

mehrstöckige Bürogebäude bis hin

zu Sport- und Industriehallen oder

auch Holzbrücken. Steffen Holzbau

koordiniert dabei alles vom Rohbau über

den Innenausbau bis hin zur technischen

Ausstattung und der Gestaltung der

Außenanlagen. Holz ist dabei zwar

immer der Nummer Eins-Werkstoff,

aber nicht der einzige. Jeder Werkstoff

wird da genutzt, wo er sinnvoll ist. Durch

diese offene Herangehensweise ohne

Berührungsängste mit anderen Baustoffen

ergeben sich vielfältige Möglichkeiten

hinsichtlich Material-Mix, Form und

Bauweise. „Ingenieurbauten aus Holz sind

äußerst stabil und ästhetisch zugleich“,

schreibt Steffen Holzbau in seiner

Firmenbroschüre. Holz sei ein Rohstoff,

der es erlaube, Ideen freien Lauf zu lassen.

„Ingenieurbauten

aus Holz sind

äußerst stabil

und ästhetisch

zugleich“

„Es gibt keine Form und keine Vision, die

sich nicht in Holz verwirklichen lässt. In

Kombination mit Stahl und Glas werden die

vielfältigen, gestalterischen Möglichkeiten

selbst den höchsten Ansprüchen an

Ökologie und Design gerecht.“ Projekte,

welche Steffen Holzbau umgesetzt hat, sind

etwa die Esso-Tankstelle in Ingeldorf, das

Centre National de Jeu de Quilles & Hall

de Tennis und das Luxlait Erlebniswelt-

Vitarium. Oder auch das Biodiversum in

Remerschen.

„Die gestiegenen Energieeffizienzanforderungen

spielen uns in die Karten“,

sagt Hostert. „Je energieeffizienter ein

Gebäude sein soll, desto eher geht die

Tendenz zum Holzbau.“ Viele Menschen

würden bei Holzhäusern an Blockhütten

denken. „Doch damit haben moderne

Holzhäuser nichts zu tun. Ein modernes

Holzhaus ist genauso stabil wie ein

Haus aus Beton.“ Stabiler gar, denn

erdbebensichere Häuser werden gerne aus

Holz gebaut. Beispielsweise in Japan oder

im italienischen L’Aquila, wo 2009 ein

Erdbeben praktisch die gesamte historische

Innenstadt zerstört hat. Obendrein lässt

sich ein Holzhaus schneller errichten

als ein Massivhaus. Die Wände sind bei

gleicher Stabilität und Dämmung dünner,

wodurch Innenraumfläche gewonnen wird.

Und, vielleicht einer der größten Vorteile:

Ein Holzhaus ist behaglicher.

Man kennt das, wenn man im Winter ein

paar Tage nicht zu Hause war und die

Heizung runter gedreht hat. Wenn man

dann die Heizung wieder aufdreht, ist die

Luft zwar warm, aber Wände und Boden

sind sehr kalt. Es dauert gerne einen Tag,

bis sich das Gebäude aufgewärmt hat. Und

dennoch strahlen Betonwände immer eine

gewisse Kälte aus. Nicht so Holzwände.

Die bieten sogar ungeheizt ein gutes

Raumklima. Man merke das bei einem

Rohbau, so Hostert: „Ein Massivhaus-

Rohbau fühlt sich immer feuchtkalt an.

Bei einem Holzhaus-Rohbau kommt

man rein und fühlt sich wohl. Manche

denken gar, es sei geheizt worden, so

angenehm ist es.“ Tatsächlich braucht es in

Holzhäusern eine geringere Temperatur,

um sich wohlzufühlen, was Heizkosten

spart – von den Ersparnissen durch die

perfekte atmungsaktive Isolierung abgesehen.


LG

OCTOBRE 2018

21

Stephan Hostert


22 LG

OCTOBRE 2018

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

Ein Holzhaus ist ab dem ersten Tag des

Einzugs trocken. Und genauso brandsicher

wie ein Betonbau.

„Ein modernes

Holzhaus

ist genauso stabil

wie ein Haus

aus Beton“

Erstklassig ausgebildete Fachkräfte

Um die hohe Wertigkeit sicherzustellen,

arbeitet Steffen Holzbau nur mit

erstklassig ausgebildeten Fachkräften, die

regelmäßig weitergebildet werden. Dabei

bekommen sie auch Einblicke, die über

ihre eigentlichen Aufgaben hinausgehen,

um das große Ganze zu verstehen. Welchen

Stellenwert die Mitarbeiter haben, wird

auch durch das Zertifikat „Entreprise

Socialement Responsable“ deutlich.

So gehört zur Unternehmensgruppe

beispielsweise auch das Gesundheitszentrum

„aktiva“, das Mitarbeitern kostenlose

Sportmöglichkeiten, Physiotherapie oder

Ernährungsberatung bietet.

Die Nachfrage nach Holzhäusern steigt.

Das hängt auch mit dem gestiegenen

Umweltbewusstsein der Menschen

zusammen. Für Beton braucht man Sand,

dieser ist aber ein begrenzter Rohstoff,

der schon knapp zu werden droht.

Steffen Holzbau arbeitet hingegen mit

nachhaltigen Baustoffen – es wächst in

Europa beispielsweise mehr Holz nach,

als täglich benötigt wird. Oder wie es

Hostert formuliert: „Holzbau ist aktiver

Klimaschutz.“ n

Steffen Holzbau S.A.

11-12, rue Flaxweiler

L-6776 Grevenmacher

info@steffen-holzbau.lu

www.steffen-holzbau.lu

Source photos de réalisations: Steffen Holzbau


Profitez d’une exonération

de 50 % de vos impôts

sur les revenus locatifs

Vous êtes propriétaire d’un logement inoccupé ?

Vous voulez investir dans l’immobilier ?

Le partenaire des communes dans la lutte contre la pénurie du logement vous offre plein d’avantages :

Loyer garanti

Remise en état du logement

Récupération en cas de besoin

Encadrement de l’occupant

Avantages fiscaux

Nous recherchons des logements que nous prenons nous-mêmes en location afin de vous garantir le

paiement régulier du loyer. Votre bien sera mis à disposition d’un ménage à revenu modeste.

Contactez-nous au :

26 48 39 52

ou consultez notre site internet :

www.ais.lu

pour plus d’informations !


24 LG

OCTOBRE 2018

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

Une nouvelle passerelle

en-dessous du pont Adolphe

Avec la volonté du gouvernement et de la Ville de Luxembourg

d’étendre le réseau des pistes cyclables, s’est imposée la

nécessité de relier la ville haute avec le quartier de la gare

par deux tracés, l’un passant par le Viaduc, l’autre par le pont

Adolphe. L’Administration des ponts et chaussées a lancé

les études pour réaliser cette piste pour la mobilité douce

indépendante de la voirie du pont Adolphe.

Thérèse à l’accès du serpentin de la rue

de la Semois qu’elle suit sur les premiers

65 m avec une pente de 6%. Elle pénètre

sous la place de Bruxelles par une ouverture

à pratiquer dans le mur de soutènement

nord-ouest de la culée Nord. Elle est

enfouie sous terre sur 34 m et sort sous le

tablier à la culée Nord du pré-arc dans l’axe

du pont Adolphe.

By GilPe [CC BY-SA 3.0, from Wikimedia Commons

“Une fraîcheur

contemporaine

en symbiose avec

la force des arcs

du pont Adolphe”

En effet, le nouveau tablier du pont

Adolphe en restauration, bien qu’élargi de

1,5 m pour l’intégration de deux nouvelles

voies pour le tram et de deux voies pour

voitures/bus avec trottoirs de part et

d’autre de 2,42 m, se prête difficilement à

y intégrer une piste cyclable. En outre, la

combinaison d’une piste cyclable avec un

des trottoirs entraînerait le rehaussement

des balustres existants de 30 cm. Au vu de

ces considérations, la solution proposée

est d’intercaler cette nouvelle passerelle

entre les deux arcs en-dessous du tablier

reconstruit du pont Adolphe.

Le volume nécessaire d’environ 4,00 m

de largeur x environ 3,80 m de hauteur

consiste en une structure métallique légère

accrochée par des tirants à la dalle en béton

armé du tablier. L’accès de cette piste entre

les deux arcs existants se fait par les culées

respectives. Du côté de la ville-haute, la

piste cyclable démarre à l’avenue Marie-

Elle est accrochée à l’air libre sous le

nouveau tablier sur 154 m, pour s’enfoncer

par la culée Sud sous la place de Metz sur

une longueur de 33 m. Elle ressort par

les murs de soutènement sud-est et sudouest

de la place de Metz pour remonter

avec une pente de 6% sur le boulevard de

la Pétrusse. La passerelle telle une toile

d’araignée bien maitrisée, à peine visible

de l’extérieur, apportera une fraîcheur

contemporaine en symbiose avec la force

des arcs du pont Adolphe. Cette nouvelle

passerelle suspendue sera une attraction

supplémentaire pour flâner et découvrir

de nouvelles perspectives de la Vallée

de la Pétrusse. Les accès attractifs et

leur luminosité attireront le cycliste et

le promeneur à choisir cette alternative

confortable de passer de la Ville-Haute au

Plateau Bourbon. Les formes fluides et la

bonne visibilité dans toutes les directions

sécuriseront les lieux d’accès. Des œuvres

d’art à l’intérieur de la galerie ennobliront

les départs et arrivées de la traversée. Les

travaux nécessaires à la réalisation de cette

passerelle seront exécutés avantageusement

en parallèle avec les travaux de

réhabilitation du pont Adolphe sans pour

autant augmenter les délais. n

Communiqué

par le Portail des Travaux publics


mcluxembourg.lu


Christophe Fagoto


LG

OCTOBRE 2018

27

Une fenêtre sur la qualité

Société du groupe eschois Metalica, qui est depuis 60 ans

le spécialiste des menuiseries métalliques, Metalica Home

réalise et pose des fournitures de menuiseries extérieures à

destination des nouvelles constructions ou des rénovations.

Spécialiste de l’aluminium, du bois et du PVC, elle propose

des fenêtres, des portes, des façades métalliques, des mursrideaux,

des pergolas et vérandas. Interview de Christophe

Fagotto, directeur de Metalica Home.

Qu’est-ce qui fait votre différence sur ce

marché très concurrentiel?

La qualité, le service et le choix font

la différence. Nous sommes les seuls à

proposer des châssis en bois, en aluminium

et en PVC. Notre service après-vente est

également primordial car les fenêtres font

partie intégrante de l’enveloppe thermique

d’une bâtisse. Avec le temps, le poids

fait son œuvre sur les charnières et les

performances d’une installation peuvent

baisser. Il faut donc réaliser des entretiens

réguliers.

Comment pourrait-on définir Metalica

et Metalica Home?

Metalica est une entreprise luxembourgeoise

qui produit et pose des menuiseries

métalliques pour le marché des grands

bâtiments administratifs et résidentiels

luxembourgeois. Depuis que l’entreprise a

été reprise en 2004, nous sommes passés de

49 à une centaine de salariés aujourd’hui.

Nous sommes présents sur trois sites:

notre atelier est rue Portland, notre salle

d’expositions de 600 m 2 sur la route de

Luxembourg et notre stock est à Ehlerange.

Metalica Home se veut au service des

particuliers que ce soit pour de nouvelles

constructions ou des rénovations. Nos

spécialistes des menuiseries extérieures en

aluminium, PVC et bois proposent des

solutions qui correspondent aux attentes de

qualité, d’investissement, d’esthétisme et de

confort.

Quels sont vos produits?

Nous proposons une large gamme de

portes et fenêtres, de pergolas et vérandas

et de murs-rideaux et façades métalliques.

Nous proposons trois châssis différents.

D’abord en aluminium qui en offrant une

grande stabilité, connaît un succès dans les

architectures contemporaines. Puis en bois,

qui est une valeur noble, chaleureuse et sûre

pour la fabrication des portes et fenêtres. Et

enfin en PVC dont l’efficacité, la simplicité

et la longévité offrent de très bonnes

performances thermiques d’isolation.

Quels sont les profils de vos collaborateurs?

Nous avons la particularité au showroom

de n’avoir que des commerciaux qui ont

été menuisiers ou ébénistes. Le fait qu’ils

aient déjà fabriqué et posé des fenêtres

leur permet de connaître les besoins de

nos clients et de les conseiller au mieux.

Les réflexions techniques portent donc sur

la pose et sur l’efficacité. Nous pouvons

aussi nous référer aux ingénieurs du bureau

technique qui travaillent sur les données

statiques des façades techniques par

exemple.

De la maison unifamiliale aux grands

bâtiments administratifs, vos produits

sont partout…

Certes, de la maison privée aux résidences,

en passant par les bâtiments tertiaires et

publics, cela fait beaucoup. Mais nous ne

les abordons pas de la même façon. Le

Lycée technique de Lallange, le CHL,

les bâtiments Pôle Nord ou Charlotte de

Luxembourg-Ville, le futur Stade National

ou l’Ecole Internationale de Differdange

requièrent une grande technique afin de

répondre aux demandes souvent complexes

des architectes.

Mais travailler dans le domicile d’une

personne demande une approche différente

et dans le respect de l’intimité des lieux.

C’est pourquoi nos équipes de pose sont

scindées entre les gros chantiers et ceux des

particuliers.

“La qualité, le

service et le choix

font la différence”

Un mot sur votre pergola…

La pergola est un parfait compromis

entre le store et la véranda, elle protège

du soleil et des intempéries, créée une

ventilation naturelle, et règle l’intensité

de la lumière. Elle peut se fermer de vitres

en verre, ou de panneaux de bois ou de

simples rideaux électriques. Les lames en

aluminium s’orientent très simplement

avec une télécommande. Nos pergolas sont

personnalisables à souhait selon les envies

des clients, on peut y installer un chauffage,

changer les volets, les lumières, etc. n

Metalica Home

181 rue de Luxembourg

L4222-Esch-sur-Alzette

www.metalica.lu


ETATS DES LIEUX

COORDINATION SECURITE SANTE

FORMATIONS


UN FABRICANT

S’ENGAGE À VOS CÔTÉS

WWW.WAKO.LU

Portes et fenêtres en aluminium et PVC

Savez-vous pourquoi tous nos clients

recommandent la solution Wako ?

L’exigence d’une qualité impeccable pour tous nos produits,

Une large gamme de portes, fenêtres et vérandas

pour répondre à toutes vos attentes,

Un menuisier professionnel, proche de chez vous,

qui vous guide dans vos choix et vous accompagne

jusqu’au service après-vente.

UN FABRICANT

S’ENGAGE À VOS CÔTÉS


30 LG

OCTOBRE 2018

CONSTRUCTION DURABLE

Une isolation innovante

et écologique

Cherchant à employer des produits réutilisables et peu nocifs

pour l’environnement, CLK Constructions renforce son

engagement écologique en utilisant, pour la construction

de ses nouveaux bureaux, un isolant innovant issu de la

collaboration entre Thermilux Isolation et Synthesia.

Rencontre avec Sophie Brouwers, gérante technique chez

CLK Constructions, Frédéric Chiffoleau, responsable

technico-commercial chez Synthesia Technology EU, Pol

Beaujean, administrateur délégué de Thermilux Isolation, et

son collaborateur Antoine Mehler.

Antoine Mehler, Pol Beaujean, Sophie Brouwers et Frédéric Chiffoleau

Quelle philosophie adopte CLK par

rapport à l’environnement au niveau des

techniques de construction qu’elle met

en œuvre?

SB: Nous construisons des maisons

passives depuis plusieurs années –

bien avant que la législation ne nous

l’impose – et avons pu constater les

limites de ce type de constructions…

Si jusqu’ici nous nous étions beaucoup

intéressés à la consommation

énergétique d’un bâtiment, aujourd’hui

nous prenons également garde aux

ressources nécessaires à la production

et au déplacement de nos matériaux de

construction ainsi qu’à leur potentielle

réutilisation en fin de vie du bâtiment.

Nous tenons ainsi compte de l’impact

écologique des produits utilisés et veillons

au tri de nos déchets en collaboration

avec la SuperDrecksKëscht.


LG

OCTOBRE 2018

31

Par ailleurs, nos standards permettent

déjà de remplir les principaux critères

pour obtenir le certificat LENOZ et nous

proposons donc aux clients d’obtenir cette

certification pour leur projet. Toutefois

nous attendons encore un retour de la part

du ministère du Développement durable

sur certains points afin de pouvoir améliorer

notre approche.

Comment aller plus loin dans vos démarches?

SB: Une majorité des produits auxquels

nous avons recours possèdent déjà des

certifications écologiques comme Blue

Angel, FSC,… Toutefois, nous voudrions

approfondir notre démarche et tendre vers le

concept «cradle to cradle» qui implique que

les produits utilisés soient créés à partir de

différentes composantes qui, en fin de vie de

l’objet, pourront être à nouveau récupérées à

l’aide d’énergies renouvelables et réutilisées

au début de la chaîne de production.

Nos nouveaux bureaux ont été

particulièrement conçus dans cette optique.

Par exemple, nous y utilisons des châssis

certifiés «cradle to cradle» dont l’aluminium

et le vitrage peuvent être recyclés. Il est

toutefois difficile de combiner les concepts

«maisons passives» et «cradle to cradle» car

rares sont les produits qui concilient les deux

qualités.

“Nous

recherchons

des matériaux

plus écologiques

pour la mise en

œuvre de nos

constructions”

Dans un souci écologique, vous utilisez un

nouvel isolant pour la construction de vos

bureaux. Quelles sont ses caractéristiques?

FC: L’Ecopur et le Polyspray HFO sont

deux anciens produits de Thermilux

Isolation. L’évolution de ces produits a mené

à la création de L’Eco-Polyspray HFO, qui

est un mélange de polyol et d’isocyanate qui

sont mixés pour créer une mousse isolante

de polyuréthane. Dans le domaine de la

formulation, il s’agit de la quatrième et

dernière génération d’agent moussant HFO

(Hydro-Fluoro-Oléfine). Ce produit est très

performant d’un point de vue économique

– notre matière première est bon marché

puisqu’il s’agit de polyester-polyol base PET,

réalisé à partir du plastique de bouteilles

recyclées – et écologique.

AM: Nous recevons de la part de Synthesia

de la matière liquide que nous projetons

directement sur chantier. Nous réalisons

ensuite un écrêtage pour enlever les

imperfections et rendre l’isolant plat afin de

faciliter le travail des autres corps de métiers.

Tous les déchets récupérés sont ensuite

emmenés au dépôt où nous les passons dans

une broyeuse, inventée par Pol Beaujean, qui

les transforme en billes servant à l’isolation

de vides ventilés, de combles sous toitures, de

murs creux,… En fin de vie du bâtiment, cet

isolant pourra donc à nouveau être recyclé.

Enfin, transporté à l’état liquide, cet isolant

prend peu de place et implique moins de

véhicules pour son transport, ce qui renforce

sa valeur écologique.

SB: Ce matériau a également la meilleure

valeur isolante des isolants pour le sol,

on peut donc mettre moins d’épaisseur

pour un même résultat et gagner ainsi de

l’espace de vie. De plus, on n’observe aucune

détérioration physique du matériau dans le

temps ni de sa performance thermique.

PB: Nos produits sont par ailleurs sous

contrôle Socotec, ce qui garantit leur

traçabilité et leur qualité. Concernant cet

isolant en particulier, nous mesurons sa

résistance à la compression et sa stabilité

dimensionnelle pour chaque chantier. S’il

n’affiche pas les valeurs attendues, alors nous

le retirons et recommençons le travail pour

que la qualité soit parfaite.

Comment est née votre collaboration sur

ce projet?

SB: Au départ, nous recherchions des

matériaux plus écologiques pour la mise

en œuvre de nos constructions certifiées

LENOZ. En contactant Pol Beaujean, je

m’étais interrogée sur la possibilité de marier

le Polyspray HFO et l’Ecopur pour n’en faire

qu’un seul isolant avec d’un côté un produit

qui crée par réaction chimique un effet

moussant (HFO) et de l’autre une substance

à la composition davantage écologique (le

polymère). En mêlant les deux, on retrouve

un agent gonflant et une matière écologique

qui comportent de nombreux avantages.

PB: Grâce à la proactivité de CLK

concernant les futures réglementations

environnementales luxembourgeoise, nous

avons pu réagir très tôt et contacter Synthesia

avec qui nous collaborons depuis plus de 25

ans dans l’élaboration de nouveaux matériaux.

FC: Synthesia est très sensible à l’évolution

des matières premières et à leur impact sur

l’environnement. Ainsi nous avions déjà mêlé

ces deux produits et réalisé la première isolation

à base d’Eco-Polyspray HFO avec le service

des Sites et Monuments nationaux au Château

de Bourscheid car sur le marché, il s’agissait

de la seule mousse isolante qui respectait

les critères de pérennité, de performance et

d’impact réduit sur l’environnement. n

CLK

2 zone industrielle

L-9166 Mertzig

www.clk.lu


Angeline Prevot


LG

OCTOBRE 2018

33

La sécurité au cœur

de la construction durable

Le secteur de la construction n’échappe pas aux innovations techniques et matérielles.

En filigrane, le concept de construction durable implique de nouveaux processus de sécurité

sur les chantiers. Angeline Prevot, directrice de GERI Management revient sur ces aspects qui

modifient l’approche même de son activité à savoir la coordination santé et sécurité.

GERI Management est spécialisée dans

le domaine de la coordination sécurité.

Pouvez-vous d’abord revenir sur

l’histoire de votre société, ses activités

centrales et son rôle sur les chantiers?

Notre société est active dans le domaine

de la sécurité au niveau du secteur de la

construction, elle a été fondée en 1991.

Nous sommes mandatés par les maîtres

d’ouvrage pour coordonner tous les

aspects liés à la sécurité et contrôler le bon

déroulement des travaux. Nous assistons

chacun des projets de sa planification à

la fin du chantier, c’est-à-dire que nous

analysons au cas par cas chaque situation,

chaque conception de construction jusqu’à

la dernière brique. Nous sommes là pour

conseiller les maîtres d’ouvrage au niveau

de la santé et de la sécurité, tant en interne

avec les employés, qu’en externe avec la

co-activité et l’environnement autour des

zones de travaux. L’objectif principal étant

de prévenir tous les risques possibles liés de

près ou de loin aux chantiers.

C’est-à-dire?

Il faut se poser les bonnes questions dès

le départ et c’est là notamment que nous

intervenons. Les travaux vont-ils gêner

le voisinage? Est-ce que placer une grue

à tel endroit peut être dangereux? Va-ton

faire des travaux de démolition à cette

place et engendrer des répercussions sur

le voisinage,…? Ce sont des questions

auxquelles nous sommes confrontés et qui

ne sont pas forcément évidentes pour les

maîtres d’ouvrage et notre cœur de métier

c’est cela: conseiller et accompagner les

sociétés sur leurs projets.

Nous échangeons beaucoup sur les

chantiers afin de faire avancer les différentes

situations et nous les inspectons souvent

afin d’établir des rapports pour soutenir et

améliorer la sécurité pour les intervenants

qui s’y trouvent.

Finalement il faut sans cesse s’adapter

aux sociétés avec qui nous collaborons car

chacune d’elles dispose de sa propre manière

de voir les choses et de travailler. C’est

parfois difficile de donner des consignes

et d’expliquer les réglementations, les

principes ou encore les procédures aux

travailleurs, nous tenons donc aussi un rôle

de pédagogue car la sécurité et la santé

jouent un rôle important dans la réalisation

des chantiers responsables. Nous assistons

ainsi le personnel dans le cadre de diverses

formations liées par exemple aux choix des

équipements, à la mise en œuvre des bonnes

pratiques ou encore à la sensibilisation de

travaux en hauteur et plus généralement des

zones à risques.

“De nouvelles

techniques

impliquent aussi

de nouveaux

risques”

La construction durable a-t-elle un

impact sur l’essence même de votre

activité?

Oui cela représente un impact car il faut

s’informer et se mettre à jour sur toutes

les innovations réalisées au sein du secteur

de la construction. Il faut savoir que

de nouvelles techniques impliquent aussi

de nouveaux risques. L’enjeu du concept

de «construction durable» se retrouve ici.

Par exemple, les mousses d’isolation que

l’on utilise actuellement sur les chantiers

nécessitent d’autres postures vis-à-vis de

la sécurité de façon globale. Il faut définir

les procédés, les conditions d’utilisation,

les risques possibles, le niveau de

dangerosité,… Tout doit se baser sur les

échanges et les retours que nous avons sur

chacune des nouveautés: que ce soit pour un

produit, une technologie ou une matière.

Est-ce que les autorités publiques vous

consultent pour établir de nouvelles

réglementations en matière de sécurité?

L’inspection du travail, donc l’Etat, a

le pouvoir de fermeture des chantiers

lorsqu’ils ne respectent pas les normes en

matière de sécurité.

En résumé, nous sommes pour notre

part un relais entre l’Etat et le chantier et

nous établissons des rapports vis-à-vis des

nouveaux matériaux qui sont utilisés par

exemple.

D’abord on se focalise sur les bases

logiques, à savoir les réglementations,

la notice et les modes d’utilisation d’un

produit, il faut ensuite obligatoirement des

retours empiriques pour connaître de façon

pertinente ces nouveaux risques.

Donc oui, nos rapports de chantiers à ce

propos peuvent être utiles lorsque des

nouveautés arrivent dans le secteur de la

construction. n

GERI MANAGEMENT

198E Rue Pierre Gansen

L-4570 Niederkorn

www.geri.lu


34 LG

OCTOBRE 2018

CONSTRUCTION DURABLE

FAQ sur l’architecture

modulaire d’ALHO Systembau

De nos jours, la construction sérielle est un sujet d’actualité

dans le secteur du bâtiment. Ainsi, les architectes et

concepteurs s’intéressent de plus en plus à la construction

modulaire moderne. Voici quelques réponses aux questions

fréquemment posées sur l’architecture de la construction

modulaire de la société ALHO Systembau.

Combien d’étages peuvent être réalisés

dans la construction modulaire?

ALHO s’est spécialisée dans la construction

de bâtiments en-dessous de la limite des

bâtiments élevés. Comme dans le mode

de construction traditionnel, il est possible

de réaliser, en construction modulaire,

les bâtiments à étages jusqu’à la hauteur

limite de 22 mètres au-dessus de la surface

du terrain définie dans la directive sur les

bâtiments élevés, la hauteur du sol du

dernier étage étant déterminante. Il en

résulte alors six à sept étages complets

qui peuvent être réalisés en construction

modulaire.

Quel quadrillage est disponible dans la

construction modulaire?

Les quadrillages disponibles dans la

construction modulaire d’ALHO sont

très variés et variables. Les dimensions

types varient entre 2,625 et 5,00 mètres

en largeur, entre 7,75 et 16,75 mètres en

longueur et entre 3,20 et 4,00 mètres en

hauteur. Des tailles spéciales sont également

disponibles – les dimensions maximales des

différents modules sont déterminées par

leur capacité de transport. Pour chaque

projet de construction, il s’agit de trouver un

quadrillage qui tient compte des exigences

esthétiques, économiques et techniques.

– indépendamment les uns des autres pour

chaque étage.

Pratiquement chaque ébauche pour un

bâtiment traditionnel peut être réalisée

en construction modulaire. Même si le

plan de base est basé sur un quadrillage de

modules fixes, cette grille est très flexible

grâce aux largeurs, longueurs et hauteurs

variables. Dans la construction modulaire

d’ALHO, il s’agit d’une ossature en acier

à trois dimensions avec des parois non

portantes au niveau statique. Il en résulte

la plus grande flexibilité possible en ce qui

concerne la conception des pièces.

Quelle est la rentabilité de la surface de

la construction modulaire comparée au

mode de construction traditionnel?

Un design de bâtiment ménageant les

ressources – tel est le défi actuel auquel

sont confrontés les ingénieurs et les

architectes. La construction en acier des

modules leur confère une grande légèreté

tout en assurant une force portante élevée

et des dimensions réduites des éléments.

La construction relativement filigrane des

modules d’ALHO génère une rentabilité

des surfaces plus élevée que dans les modes

de construction traditionnels comparables.

Quels sont les volumes de bâtiments

possibles?

l’architecture modulaire. En employant les

possibilités de la construction modulaire de

façon ciblée, on peut réaliser des bâtiments

avec des pièces en saillie, des balcons ou

des loggias ou une façade intéressante avec

une disposition décalée des modules. En

vue de la géométrie du bâtiment, il faut

néanmoins accepter une chose: les volumes

de bâtiments organiques peuvent être

réalisés, mais que sous forme d’applications

spéciales ou de modes de construction

hybrides.

“La construction

modulaire d’ALHO

convainc par

une architecture

attrayante”

Quelles sont les possibilités créatrices au

niveau de la façade dans la construction

modulaire?

En ce qui concerne la conception de la

façade, tout ce qui est possible dans le

mode de construction traditionnel est

faisable dans la construction modulaire –

qu’il s’agisse de vastes surfaces en verre,

de crépi sur des systèmes composites

pour l’isolation thermique ou d’éléments

de façade ventilés en bois, en métal, en

céramique ou en verre. La construction

modulaire d’ALHO convainc par une

architecture attrayante similaire à celle des

bâtiments traditionnels. n

Est-on flexible dans la conception

du plan de base dans la construction

modulaire?

Dans le quadrillage des modules,

l’architecte a toutes les libertés imaginables

au niveau de la conception du plan de base

Grâce à l’enchaînement et à l’empilage

des modules à trois dimensions reposant

sur une grille orthogonale, il est possible

de réaliser des bâtiments attrayants. Ce

sont surtout les concepteurs privilégiant

les formes claires ou le style du Bauhaus

qui se sentent à l’aise dans l’univers de

ALHO Systembau S.à r.l.

4 Avenue des Hauts-Fourneaux,

L-4362 Esch-sur-Alzette

Tel.: (+352) 26175443

www.alho.com


LG

OCTOBRE 2018

35

La diversité architecturale d’ALHO

Source photos: ALHO Holding GmbH


36 LG

OCTOBRE 2018

CONSTRUCTION DURABLE

La gestion intelligente

des chantiers

La pertinence de la durabilité, de la protection de

l’environnement et du climat dans les projets de construction,

qu’il s’agisse de nouvelles constructions, de rénovations ou

de transformations, est désormais de notoriété publique.

La construction respectueuse de l’environnement signifie

le choix de matériaux de construction durables, une bonne

isolation thermique et une domotique économe en énergie.

Mais elle implique également la prévention des déchets et une

gestion écologique de ceux-ci, c’est-à-dire la collecte séparée

des déchets de chantiers.

Le concept de chantiers de la

SuperDrecksKëscht ® sert d’instrument

pour la mise en application pratique d’une

gestion écologique des déchets dans la

construction. La SuperDrecksKëscht ®

partage son savoir-faire avec de nombreux

acteurs comme l’OAI, l’Oekozenter

Pafendall, l’artisanat, l’industrie, les

autorités et des établissements de recherche

publics, par exemple.

Comme les entreprises, les chantiers

peuvent être distingués par le label reconnu

SuperDrecksKëscht ® fir Betriber qui est

certifié selon la norme internationale DIN

EN ISO 14024.

Une planification intelligente - planifier

également l’utilisation et la transformation!

Dans la planification de nouvelles

constructions et de transformations, en règle

générale, ce sont des facteurs esthétiques

et fonctionnels qui sont d’abord pris en

compte. D’autres facteurs importants sont

souvent négligés, par exemple la facilité de

nettoyage ou l’aptitude à la transformation.

La construction écologique et durable

signifie:

• Utiliser des matériaux sains et écologiques

• Planifier de manière compatible avec le

nettoyage

• Valoriser et éviter les déchets

• Penser à la transformation et à la

rénovation

• Utiliser intelligemment l’orientation de la

maison et la construction

Voici un choix de conseils pouvant être

appliqués dans la pratique:

La planification intelligente des

bâtiments - facilité de nettoyage

• Utilisation de revêtements de sol faciles

à nettoyer et à entretenir (il n’est pas

nécessaire d’utiliser des nettoyants spéciaux

onéreux)

• Minimisation des coins, des angles et

des niches (pour ne pas laisser de place aux

dépôts de saleté)

Eviter et valoriser les déchets

• Utilisation de matériaux et de techniques

produisant peu de déchets

• Planification d’un espace suffisant pour

les systèmes de tri des déchets (surtout à la

cuisine et à la cave)

• Planification de locaux à poubelles dans

les résidences/immeubles multifamiliaux

Planifier d’emblée la transformation et

la rénovation

• Utilisation de matériaux réutilisables − les

bâtiments sont des entrepôts de matières

premières

• Création d’un plan de bâtiment avec les

matériaux et techniques de liaison utilisés

• Renonciation aux matériaux composites

• Éviter de coller des matériaux, plutôt les

visser et utiliser des liaisons mécaniques

Sur le site internet de la SuperDrecksKëscht ® ,

sous bau.sdk.lu, vous trouverez des

informations détaillées sur le concept du

chantier. Les conseils pour éviter les déchets

dans la phase de planification et dans

l’organisation et la réalisation du chantier y

figurent au premier plan. Les conseils sont

classifiés selon les corps de métier.


Nouveau en 2018 - la SuperDrecksKëscht ®

LECO-Box

La SuperDrecksKëscht ® LECO-Box a été

créée pour répondre aux exigences de tri

sélectif des déchets par matériau sur les

chantiers de petite taille. Les chantiers

plus importants disposent souvent de

parcs à conteneurs installés sur place,

contrairement aux chantiers de logements

individuels, de pavillons, de résidences, etc.

qui souffrent généralement du manque de

place.

La SuperDrecksKëscht ® LECO-Box permet

de trier sélectivement et d’entreposer plus

de 20 types de déchets différents dans

un espace extrêmement réduit. Il suffit

d’environ la taille d’une place de parking

(2100 x 1140 x 2320 mm de dimensions

extérieures, hors rails extérieurs).

Durant les travaux, la LECO-Box s’adapte

aux différents types de déchets spécifiques à

chaque corps de métier et peut être enlevée

du chantier par grue ou transpalette. Elle

permet de trier sélectivement, entre autres,

le Styrodur, le Styropor, les films plastiques,

les sacs en papier kraft, la laine de roche,

la laine de verre, le carton, mais aussi les

aérosols, la mousse polyuréthane en bombe,

les déchets de bitume, les peintures/laques,

les emballages de produits nocifs, les

lampes fluorescentes, les piles et batteries,

les appareils électriques, les résidus de

câbles, le verre creux, les emballages PMC

(Valorlux) et les déchets ménagers en faible

quantité.

La collecte centralisée de tous les déchets

et leur enlèvement par un prestataire

spécialisé permet au chantier d’établir

un bilan précis et de calculer le coût des

déchets. Elle permet notamment d’être

conforme aux exigences de LENOZ pour le

subventionnement de locaux d’habitation.

D’autres domaines d’utilisation possibles

sont la collecte séparée des déchets dans les

petits ateliers ou en cas de manque de place

intérieure, ainsi que la collecte lors de fêtes

et de concerts. n

“Partenariats

pour la durabilité

et la réduction

des frais au sens

de l’économie

circulaire”

SuperDrecksKëscht ®

Z.I. Piret

L-7737 Colmar-Berg

Eric Corrignan – eric.corrignan@sdk.lu

Jeff Schmit – jeff.schmit@sdk.lu

Tél.: 488 216 1

www.sdk.lu

Source photos: SuperDrecksKëscht ®


Ak

FLÉCKEN

A LÉINEN

www.flecken-a-leinen.lu

D‘Online-Plattform fir Reparatura

Léin- Servicer zu Lëtzebuerg

Plateforme en ligne pour des services

de réparation et d‘emprunt au Luxembourg

Mat der Ënnerstëtzung vun:

fir

an

ma

de

an

Aktiounen vum Minstär

fir nohalteg Entwécklung

an Infrastrukturen

mat de Gemengen,

der Chambre des Métiers

an der Chambre de Commerce


40 LG

OCTOBRE 2018

CONSEIL & CONSTRUCTION

Vers un cadre

de vie qualitatif

Alors que la Semaine Nationale du Logement bat son plein,

l’Ordre des Architectes et des Ingénieurs-conseils (OAI)

redouble d’efforts et d’initiatives. Entre sa présence à la Home

& Living du 13 au 21 octobre prochain, la présentation de son

cycle de formations 2019 ainsi que ses propositions en vue

des élections législatives, l’OAI affiche un programme bien

chargé, détaillé par son directeur, Pierre Hurt. Interview.

Parlez-nous de votre participation à la

foire Home & Living…

Nous occupons traditionnellement un grand

stand à l’entrée nord de la foire où nous

présentons la douzième édition du «Guide OAI

Références 2018». Celui-ci est réédité tous les

deux ans et présente 205 bureaux d’architectes,

d’ingénieurs-conseils, d’architectes d’intérieur,

d’urbanistes-aménageurs et d’architectespaysagistes/

d’ingénieurs-paysagistes.

Nous proposons également quatre autres

expositions. La première, «Mir maache

Lëtzebuerg», propose 30 photos fortes

d’un mètre carré sélectionnées parmi les 690

réalisations présentées dans le Guide OAI

Références 2018. L’exposition de l’entrée

Sud, «Bau – Zeichen», permet de décoder

le langage de l’architecture et fera parler un

patrimoine généralement perçu comme muet.

A travers l’exposition «Bauhäre maache

Lëtzebuerg», nous avons voulu mettre en

avant les lauréats du prix «Bauhärepräis OAI

Pierre Hurt


LG

OCTOBRE 2018

41

2016» destiné aux maîtres d’ouvrages. Dans le

cadre de la Semaine Nationale du Logement,

nous organisons une dernière exposition

sur demande de Luxexpo The Box. Celleci

se tiendra dans le Hall 9 et exposera 14

réalisations issues de la troisième édition du

guide Architectour.lu.

Toutes ces images fortes témoignent de la

prise de conscience opérée ces dernières

années quant à la nécessité de se doter

d’espaces de vie de qualité.

Quelles sont les nouveautés introduites

dans votre cycle de formation OAI 2019?

Le contenu des formations est défini par

notre comité scientifique – dans lequel

toutes nos professions sont représentées –

selon les besoins rencontrés sur le terrain.

La House of Training nous fait par ailleurs

bénéficier de son savoir-faire administratif et

logistique pour leur organisation concrète.

Nos nouvelles formations se déclineront

selon cinq thèmes principaux: contexte

luxembourgeois de la construction;

confort et bien-être; management de

bureau et gestion de projets; durabilité:

villes, quartiers, bâtiments; matériaux et

techniques. Elles sont ouvertes à tous les

acteurs de la construction et nous avons

déjà beaucoup d’inscriptions, également au

niveau de la fonction publique. Plusieurs

formations donnent une vision globale

d’un thème et offrent aux communes et à

leur personnel qualifié une meilleure base

pour construire une politique cohérente de

développement urbain de leur commune.

Des thématiques d’actualité comme

l’économie circulaire et le Building

Information Modeling (BIM) sont

largement traitées. En effet, la plus-value

réelle de l’utilisation du BIM réside dans

son mode d’application efficace: il faut

réussir à cerner dès le départ quel degré

d’utilisation sera requis et à quel moment.

Nos formations ont pour objectif de

montrer comment l’outil peut être exploité

à chaque phase de la construction. En ce

qui concerne l’économie circulaire, la phase

de planification doit être beaucoup plus

détaillée pour documenter à chaque étape

les besoins d’une future construction.

Au vu de la complexité des réglementations

dans le secteur de la construction et de

l’évolution technique de plus en plus

rapide qu’il connait, nous collaborons

avec le Syvicol pour accompagner ce

changement. Nous proposons ainsi des

formations «Maîtrise d’œuvre OAI».

Cette méthodologie propose une réponse

commune aux défis actuels par une

collaboration efficiente entre membres

OAI.

équitables et dans l’intérêt de la protection

des consommateurs. Les programmes des

principaux partis politiques en lice ont été

analysés au regard de nos propositions.

Après les élections, nous allons adresser

les points que nous jugeons essentiels au

formateur du nouveau gouvernement.

Selon nous, l’Etat et les communes devront

activer et faciliter le développement des

grands projets d’infrastructure ou de

logements et se constituer un stock de

logements abordables réservés aux primoaccédants.

Ces dernières décennies, nous avons

connu une forte évolution de la réflexion

aux niveaux urbanistique, architectural

et d’aménagement du territoire. Nous

avons pris une avance de deux ans sur nos

voisins concernant la législation en matière

d’économie d’énergie et de savoir-faire

des architectes et des ingénieurs-conseils

faisant du Luxembourg un laboratoire

pour un cadre de vie durable et résiliant.

Cela constitue également une opportunité

de diversification de notre économie: le

Luxembourg pourrait exporter son savoirfaire

au niveau de la conception, de la

planification et de la réalisation.

En conclusion de notre bulletin spécial

élections, disponible sur notre site www.oai.

lu à la rubrique «avis / bulletin / newsletter

oai», nous prônons une mise à jour du

programme de politique architecturale.

Pour ce faire, il faut que tous les acteurs

concernés se concertent et établissent un

modèle sur base duquel nous voulons créer

notre cadre de vie. Un programme politique

clair nous permettra d’avoir des objectifs et

de collaborer de manière plus efficace avec

le secteur privé pour les atteindre. n

Quelles devraient-être, selon vous, les

priorités du prochain gouvernement?

A la suite des deux tables rondes que nous

avons organisées en vue des élections, nous

avons rédigé des propositions politiques,

reprises sous le titre «Osons une politique

architecturale courageuse et honnête»,

qui s’articulent autour de six grands

thèmes: un modèle social et économique

pour le Luxembourg; résoudre la crise du

logement; favoriser les «Baukultur»; créer

un laboratoire à la pointe de la création

d’un cadre de vie intelligent, durable et

résilient; une réforme de la loi qui organise

les cinq professions libérales de l’OAI pour

maintenir l’indépendance économique

de ces métiers; une réforme des régimes

de responsabilité des constructeurs plus

Ordre des Architectes

et des Ingénieurs-Conseils (OAI)

6, bld Grande-Duchesse Charlotte

L-1330 Luxembourg

oai@oai.lu

www.oai.lu


42 LG

OCTOBRE 2018

CONSEIL & CONSTRUCTION

40 ans de LUXCONSULT:

du passé vers l’avenir

Cette année, LUXCONSULT S.A. fête ses 40 ans! L’entreprise

s’est constituée une expérience forte dans le pays et à l’étranger

si bien qu’aujourd’hui, elle se place parmi les premières au

Luxembourg dans son activité de Project Management.

administrateur délégué de l’entreprise depuis 2017, Christian

Weiwers souhaite avant tout motiver ses collaborateurs et les

rassembler autour de projets innovants. Le chef d’entreprise

revient ainsi avec nous sur l’histoire de l’entreprise et sur ses

ambitions pour le futur.

Dans quel but a été créée votre société?

Felix Buchler, fondateur de l’entreprise, a

poursuivi des études d’ingénieur en Suisse,

où il travailla plusieurs années. A son retour

au Luxembourg il créa LUXCONSULT en

1978. La société avait alors pour objectif de

participer à des projets à l’étranger, dans un

créneau pas ou peu exploité à Luxembourg,

à savoir dans les domaines des génies civil et

technique. Les associés étaient entre autres:

Flory Schroeder, Victor Jacques, Edmond

Felgen, Félix Buchler,…

Quels étaient vos premiers grands

projets?

Dès ses débuts, LUXCONSULT S.A.

a travaillé pour la Coopération dans des

pays cibles du Luxembourg. Un de ses

premiers projets de construction à l’étranger

a été celui d’un pont à Saint-Félix sur

l’Ile Maurice, au début des années 1980.

Suivirent des projets de télécommunication

aux Iles Comores dans le cadre du UNDP

(United Nation Development Program). Au

Christian Weiwers


LG

OCTOBRE 2018

43

Grand-Duché, la BEI était le premier client

auquel LUXCONSULT S.A. offrait son

savoir-faire en Project Management (PM),

en particulier pour le second œuvre et le

génie technique pour la construction de son

siège au Kirchberg.

Par la suite LUXCONSULT S.A. a

coordonné la construction de plusieurs

nouveaux sièges dans le secteur bancaire: le

siège de la BIL à la route d’Esch et ceux de la

KBL et de la BGL au Boulevard Royal. C’est

grâce à ces expériences que nous sommes

devenus le premier bureau de PM au

Luxembourg et employions déjà à l’époque

près de 20 personnes.

C’est avec l’arrivée d’Emile Gillardin en

1982 que le service infrastructures a été

développé et est devenu le deuxième pilier

du succès de LUXCONSULT S.A. L’étude

des premières variantes du contournement

de Bascharage a par exemple été un des

grands projets planifiés cette époque. Emile

Gillardin a ensuite pris la succession de Félix

Buchler en tant qu’administrateur délégué

en 2004.

Pour quelle raison possédez-vous une

filiale à l’Ile Maurice?

LUXCONSULT S.A. a créé le bureau

LUXCONSULT Mauritius à l’Ile Maurice

en 1990 dans lequel elle détient une

participation importante. L’Ile Maurice était

à l’époque un pays cible du gouvernement

luxembourgeois, c’est pour cela que nous y

avions construit un pont, comme mentionné

précédemment.

Dev Hurpaul, Mauricien et luxembourgeois,

était l’ingénieur du projet pour

l’élargissement du Pont de Colleville,

cofinancé par le Luxembourg. À Port Louis,

il gérait la création de la zone industrielle

du Port. Il était donc logique de créer cette

société qui existe toujours et qui occupe

actuellement une cinquantaine d’employés,

sous la présidence de Dev Hurpaul.

LUXCONSULT S.A., en collaboration

avec LUXCONSULT Mauritius, a au fil des

années travaillé en Afrique, en Turquie, ainsi

qu’en Europe de l’Est (pour la Commission

des Communautés européennes, le FED, la

BEI, la Banque Mondiale et la Coopération

Bilatérale Luxembourgeoise.

Comment se positionne la société à ce

jour?

Au Luxembourg, LUXCONSULT S.A.

est depuis toujours un des plus importants

acteurs en matière de Project Management

de projets de construction. Nous

accompagnons les maîtres d’ouvrages de leur

idée initiale jusqu’à la remise des clés.

LUXCONSULT S.A. s’adresse aussi bien à

une clientèle privée qu’institutionnelle. Nous

avons des liens étroits avec les communes

du Grand-Duché et avec les différents

ministères. Les communes font appel à

nous pour le suivi des procédures PAP et

la coordination urbanistique; le recueil des

besoins et la programmation; l’organisation

de concours d’architecte; le pilotage et

la coordination générale et la direction

de chantiers. Notre service d’expertise

est consulté pour son savoir-faire en

matière d’études de faisabilité; de technical

due dilligence; de mise en conformité

d’immeubles et pour ses expertises agréées

en bâtiment et dans le domaine du spacemanagement.

Nous employons actuellement 25 personnes

qui forment une équipe hautement

qualifiée, dont 13 ingénieurs/architectes

qui sont multidisciplinaires, multilingues et

orientés vers le futur. Chacun accomplit ses

missions dans une approche collaborative,

pragmatique et axée sur les résultats. J’ai

la chance d’être entouré de trois membres

de direction ayant une expérience dans

le domaine de la gestion de projets de

construction, mais également dans la gestion

d’entreprise.

Toujours à l’écoute du client,

LUXCONSULT S.A. apporte une valeur

ajoutée à chaque projet et est garante de

qualité et créatrice de solutions innovantes.

Comment voyez-vous le futur de votre

entreprise?

Nous nous apprêtons à relever de nombreux

défis, notamment face à l’essor de la

digitalisation: de nouvelles technologies,

comme le BIM, de nouveaux outils et

applications de gestion dans le PM,... Par

ailleurs, la bonne gestion des ressources reste

un défi dans le futur, le cradle to cradle en est

un bel exemple. C’est dans ces domaines que

nous allons axer nos efforts.

Dans l’avenir nous allons recruter de jeunes

gens, hautement qualifiés, de la génération

Y. Ceux-ci auront de nouvelles attentes

et besoins auxquels il faudra s’adapter. Ils

ont d’autres valeurs et un savoir-faire en

technologie qui diffère du mien. Il faudra

les intégrer dans notre équipe et construire

l’entreprise de demain. Ensemble nous

resterons à la pointe du progrès dans le

domaine de la construction.

Je suis confiant dans l’idée que

LUXCONSULT S.A. pourra toujours

compter sur une équipe soudée aux

collaborateurs engagés auxquels nous

offrons les moyens de se développer, de

grandir et d’évoluer. Nos collaborateurs

sont notre ressource la plus précieuse et

nous devons rester attractifs et leur offrir

un cadre de travail épanouissant. Enfin,

LUXCONSULT S.A. devra rester un

bureau à l’échelle humaine qui favorise la

qualité à la quantité et qui reste à proximité

du client pour répondre parfaitement à ses

demandes. n

LUXCONSULT S.A.

41, avenue de la Liberté

L-1931 Luxembourg

lc@luxconsult.lu

www.luxconsult.lu


44 LG

OCTOBRE 2018

CONSEIL & CONSTRUCTION

JEUDI 27.09.18

LUXCONSULT FÊTE SES 40 ANS

Le 27 septembre dernier, LUXCONSULT S.A. a mis les petits plats dans les grands

à l’occasion de son 40 e anniversaire. C’est dans une ambiance décontractée, au Hitch

à Luxembourg, que près de 250 invités se sont réunis autour d’un repas et d’un

verre pour célébrer la réussite de l’entreprise. La société est également revenue sur

les projets réalisés au cours des dernières années dans un petit film projeté pour les

invités et son administrateur délégué, Christian Weiwers, a prononcé un discours

revenant sur l’histoire de l’entreprise, son actualité et les défis qui l’attendent dans

le futur. A la fin de la soirée, un gâteau d’anniversaire a été servi et la fête s’est

ensuite poursuivie en musique!

1. Giampaolo Dini, Véronique Hammer, Günter Burg et Christian Weiwers

2. Günter Burg, Christian Weiwers, Véronique Hammer et Giampaolo Dini

3. Giampaolo Dini; Lydie Polfer, bourgmestre de la Ville de Luxembourg; Véronique Hammer et Christian Weiwers

1 2

3

Photographe: Raoul Somers


FORMATION CONTINUE | WEITERBILDUNG

PROGRAMME I PROGRAMM 2019

THÈME | THEMA

CONTEXTE LUXEMBOURGEOIS DE LA CONSTRUCTION

BAUWESEN IN LUXEMBOURG

Ausführungen zu den Richtlinien zur Sicherheit

im öffentlichen Dienst in Luxemburg

Nouveautés juridiques pour les professionnels

de la construction

Législation, déontologie et cadre contractuel

spécifiques aux professions OAI / Services,

Outils OAI / Responsabilités, droits des sociétés

Règlement Général sur la Protection des

Données : principes et cas pratiques

NEW

NEW

NEW

CONFORT ET BIEN-ÊTRE

KOMFORT UND WOHLBEFINDEN

Isolation acoustique de l’enveloppe extérieure

des bâtiments

Dezentrale Lüftungstechnik im Wohnungsbau –

Fehler vermeiden

Smart Building : conception du projet et

évaluation des bénéfices

Introduction au confort et bien-être dans les

bâtiments

NEW

NEW

NEW

NEW

08/02/2019 13:30-17:30 Siège OAI

08/03/2019 13:30-17:30 Siège OAI

20/03/2019 12:00-18:00 Siège OAI

tbd tbd Ch. de Com.

07/02/2019 13:30-17:30 Ch. de Com.

19/03/2019 13:30-17:00 Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

MANAGEMENT DE BUREAU ET GESTION DE PROJETS

BÜRO- UND PROJEKTMANAGEMENT

Accompagner la maîtrise d’ouvrage dans un

« projet BIM »

Interdisziplinäre Schnittstellenprobleme

erkennen und vermeiden

Le travail dans la Grande-Région pour les

professionnels de l’OAI : détachement du

personnel et impacts fiscaux

Bonnes pratiques de collaboration de la

maîtrise d’œuvre OAI

Bitte machen Sie das! Führungsaufgabe im

Projekt

Gestion de chantier et de suivi de projets!

Expertises en cas de sinistre

BIM et collaboration au sein de la maîtrise

d’œuvre OAI : réaliser un CPE avec le BIM

BIM Management de la maîtrise d’œuvre en

conception

NEW

NEW

NEW

NEW

NEW

NEW

NEW

24/01/2019 13:30-17:30 Ch. de Com.

22/03/2019 09:00-17:00 Ch. de Com.

04/04/2019 14:00-17:00 Ch. de Com.

23/05/2019 09:00-17:00 Ch. de Com.

14 und

15/05/2019

09:00-17:00 Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

Le programme du cycle est mis à jour continuellement. Pour des informations actualisées,

nous vous invitons à consulter le site : / Wir möchten sie darauf aufmerksam machen, dass

das Programm der angebotenen Kurse laufend aktualisiert wird. Über den aktuellsten Stand

können Sie sich informieren unter:

oai.lu/formation

THÈME | THEMA

DURABILITÉ : VILLES, QUARTIERS, BÂTIMENTS

NACHHALTIGKEIT: STADT, VIERTEL, GEBÄUDE

Zirkuläre Wirtschaft – Modul 1: Einleitung und

Überblick über die zirkuläre Wirtschaft und

das Konzept Cradle to Cradle im luxemburger

Bauwesen

Zirkuläre Wirtschaft – Modul 2:

Abfallvermeidungspotential von der Planung

bis zum Rückbau

Dossiers PAP : principaux problèmes rencontrés

et éléments de réponse

Zirkuläre Wirtschaft – Modul 3: Modularer

Bau: Ein elementarer Baustein einer ‘zirkulären

Bauweise’

Zirkuläre Wirtschaft – Modul 4: Das Produkt

als Dienstleister im Bauwesen: Eine innovative

Geschäftsidee?

Conception de la cuisine professionnelle pour

les architectes et les ingénieurs

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

BAUMATERIALIEN

Die häufigsten Baufehler im Garten- &

Landschaftsbau und deren Ursachen /

Vermeidung

Élaboration d’un concept de prévention

incendie et bases de l’ingénierie de la sécurité

incendie

Schäden an flachen und geneigten Dächern

COLLABORATION AVEC D’AUTRES ORGANISMES DE FORMATION :

ENERGIEAGENCE (WWW.EACADEMY.LU)

Construire le futur - 4 jours Général & Écologie, BIM, du 03/05/2019

Energie, Santé

au 03/06/2019

08:30-16:30 energieagence

Holzbauzyklus – 4 Tage Bauweisen, Digitalisierung,

Brand- & Schallschutz, Bauphysik

Jan./Feb. 2019 08:30-16:30 energieagence

LUSCI (WWW.IFSB.LU/-MANAGEMENT-LUSCI-)

Utilisation du logiciel Lesosaï : création de Certificats 23-24/04/2019

de Performance Energétique - 2 jours

22-23/10/2019

IFSB

Etanchéité à l’air des bâtiments - 1 jour

20/03/2019

09/10/2019

IFSB

CRTI-B (WWW.CRTIB.LU)

NEW

NEW

NEW

NEW

NEW

NEW

NEW

31/01/2019 13:30-17:30 Ch. de Com.

01/03/2019 13:30-17:30 Ch. de Com.

28/03/2019 09:00-17:00 Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

04/03/2019 09:00-13:00 Ch. de Com.

09/05/2019 13:30-17:30 Siège OAI

24/05/2019 09:00-17:00 Ch. de Com.

Trockenbau – Konstruktion und Brandschutz 16/05/2019 09:00-17:00 Ch. de Com.

Construction bois : techniques d’assemblage

Énergie solaire – Cours avancé

Principes de régulation en HVAC – Retour

d’expérience et bonnes pratiques

NEW

NEW

NEW

tbd tbd Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

tbd tbd Ch. de Com.

BIM – Bases 1 jour Ch. de Com.

BIM – Grundlagen 1 Tag Ch. de Com.

Ch. de Com. - Chambre de Commerce

CONTACT | KONTAKT HOUSE OF TRAINING I CUSTOMER@HOUSEOFTRAINING.LU I TÉL.: +352 46 50 16 1


46 LG

OCTOBRE 2018

CONSEIL & CONSTRUCTION

Les agenceurs

de l’espace

PAR JULIEN BRUN

Imaginez des murs qui s’adaptent au nombre d’occupants;

la technique serait pensée pour accueillir une, deux ou trois

chambres supplémentaires sans changer la ventilation, les

interrupteurs ou les installations électriques. Tout serait pensé

en amont, dès la conception pour permettre une modularité

légère tout au long de la vie du bâtiment. L’adaptabilité des

établissements scolaires, des bureaux ou “flex office” et des

logements séduit toujours plus d’utilisateurs. Explications

de David Determe, administrateur délégué du bureau

d’Ingénieurs-Conseils Betic.

Comment est né ce besoin de flexibilité

dans l’agencement des espaces?

C’est un phénomène qui a émergé il y a une

quinzaine d’années et que nous appliquons

dans une majorité de nos projets depuis

cinq ans déjà.

Les écoles et les lycées ont été les premiers à

nous demander de penser des salles de classes

modulables selon les matières enseignées.

Cette demande a été formulée par le corps

enseignant qui souhaitait passer librement

d’un enseignement classique à un autre,

plus participatif et moderne. Ces espaces

qui peuvent accueillir de 20 à 50 élèves,

nécessitent des cloisons murales modulables

et des installations techniques (ventilation,

climatisation, câblage, interrupteur, etc.)

pensées, programmées et posées en conséquence.

Quel est l’intérêt de cette modularité

pour les espaces de travail?

L’émergence du télétravail, le changement

de compétences au sein des équipes et les

restructurations managériales qui tendent

à l’horizontalité, sont autant de facteurs

qui favorisent le travail dans des espaces

partagés. Les entreprises sont toujours plus

nombreuses à se doter d’espaces ouverts qui

favorisent le travail d’équipe et la proximité

avec la direction, mais aussi de zones de

détente qui permettent la cohésion d’équipe

et les réunions informelles et enfin de lieux

confinés qui donnent l’intimité nécessaire à la

concentration ou à des appels téléphoniques

par exemple. La modularité des surfaces est

donc déjà bien ancrée sur la Place.

“La modularité

des surfaces

est donc déjà

bien ancrée

sur la Place”

On sait d’études que le confort thermique,

l’éclairage naturel et l’isolement acoustique

sont intrinsèquement liés à la productivité

des employés. C’est pourquoi nous collaborons

actuellement avec un centre de

recherche dont l’objectif commun est de

répondre aux besoins de l’utilisateur. Nous

planchons actuellement sur la modularité

des installations techniques qui serait

intégrée au mobilier. L’employé pourrait

ainsi choisir son intensité de lumière,

son isolement acoustique et son confort

thermique depuis son bureau.


David Determe


48 LG

OCTOBRE 2018

CONSEIL & CONSTRUCTION

installations et au recâblage. Tout ceci peut

être pensé en amont, dès la conception du

bâtiment ou de la maison.

“Le confort

thermique,

l’éclairage naturel

et le confort

acoustique sont

intrinsèquement

liés au bien-être des

employés et donc à

la productivité”

On imagine toute l’utilité de la modularité

pour le secteur du logement…

Jusqu’à peu, détruire les murs, rajouter une

annexe ou déménager étaient les seules

solutions aux changements de vie. Un

couple qui emménage dans son logement

souhaite pouvoir utiliser un maximum

d’espace pour les besoins de deux personnes

mais les choses changent à la naissance des

enfants. Les besoins ne sont plus les mêmes

et l’agencement des pièces peut alors être

revu. Il en va aussi de même lorsque les

enfants quittent le concon familial.

Certes, la modularité des espaces représente

un coût mais à la vue de celui du

foncier, elle anticipe ceux à venir et évite

les désagréments liés à la destruction

des cloisons, à la reprogrammation des

Avez-vous quelques exemples de

réalisations conçues selon la modularité

des espaces?

Il y a tous les grands projets de bureaux

comme Deloitte ou encore Alter Domus

mais aussi de nombreux autres plus modestes.

Je pense tout particulièrement aux deux

tours de logements que nous avons conçues

à Belval et dont le gros œuvre est presque

achevé. Les cahiers des charges étaient

clairs dès le départ et il fallait pouvoir

adapter les murs à la vie des occupants.

Nous avons donc pensé les projets en

fonction des modularités futures: les

bâtiments sont démontables, les matériaux

utilisés peuvent être recyclés et les espaces

intérieurs peuvent même se transformer en

bureaux ou commerces.

La grande difficulté est de prévoir les cas

les plus défavorables afin de concevoir les

installations en conséquence. Il nous faut

alors cerner les besoins des utilisateurs ou

résidents finaux. C’est pour cela qu’avec

le Fonds Kirchberg, nous participons

au processus de cocréation entre les

ingénieurs, architectes, promoteurs et

futurs habitants pour les projets mixtes

Grünewald et Kiem. Le Fonds Kirchberg

et les citoyens ont alors formulé des désirs

de proximité, de modularité des services,

des espaces d’échanges et d’un accès

rapide à la mobilité, tout ceci s’inscrit

dans une démarche forte d’écoconception

Cradle to Cradle. Ce fût certes un gros

effort d’écoute, de réflexions communes

et d’explications didactiques mais à la fois

tellement enrichissant! n


Fin prêt à

chaque phase du

décompte

grâce au système radio symphonic sensor net

Ista Luxemburg GmbH

23, rue des Bruyeres • 1274 Howald

Tél.: +352 495222-33

Sales@ista.lu • www.ista.lu


50 LG

OCTOBRE 2018

BRÈVES COMMUNALES – EST

PAR PIERRE BIRCK

MONDORF-LES-BAINS

La ville thermale a décidé d’organiser

un concert caritatif au profit de la

jeunesse le dimanche 7 octobre

dernier dans la «Bierger-a Kulturhaus»

et intitulé «Heures Exquises: romances

de Vienne à New-York en passant

par Paris». La soprano Gianna Canete

Gallo, la mezzo-soprano Luisa Mauro,

le ténor Loïc Schlentz, Alain Bajot

au piano et Jean Nico Schambourg

à la basse, avec la collaboration de

la chorale Muselfénkelcher dirigée

par Nathalie Laurent ont animé cette

soirée. Source: mondorf-les-bains.lu

BETZDORF

«Expressions à travers couleurs, formes

et sons», c’est le titre de l’exposition

qu’a accueilli Olingen dans l’«Al

Kierch» du 5 au 14 octobre dernier.

Anne Wagner, Carmen Weber, Joanna

Jedral, Maria Pier, Jeanny Pundel, Rita,

Viviane Staccioni et Danuta Stachlinski

ont notamment exposé leurs œuvres.

En marge de cette exposition, les

musiciens «Bozzetti Jazz Trio» ont

organisé un concert qui a eu lieu le 12

octobre en soirée. Source: betzdorf.lu

BOUS

Dimanche 30 septembre dernier,

Erpeldange a invité les plus curieux le

temps d’une balade guidée gourmande

afin de découvrir les lieux remarquables

du village. La marche a été animée par

Nic Johanns, originaire d’Erpeldange

qui s’est mué en guide le temps d’un

jour. La commune a offert l’apéritif et

les amuse-bouches, tous servis aux

caves Rhein. La visite s’est effectuée à

la fois en français et en luxembourgeois

et était évidemment accessible aux

enfants.

Source: bous.lu

ECHTERNACH

Nouveauté en termes de mobilité au

sein d’Echternach puisque la gare

routière a déménagé. Celle-ci se trouve

désormais au parking Bréil, à quelques

pas du supermarché depuis le 17

septembre dernier. Cette modification

structurelle engage également un

changement au niveau des lignes de

bus. Toutes les nouvelles informations

liées au réseau routier sont disponibles

sur le site internet de la commune.


Source: echternach.lu


GREVENMACHER

La fête traditionnelle «De Maacher Fakelzuch» a été célébrée

le 6 octobre dernier en fin de journée et organisée par la ville de

Grevenmacher et la commission culturelle et en collaboration

avec le Syndicat d’Initiative et les associations culturelles locales.

Les personnages mythiques qui composent le cortège comme

le veilleur de nuit, Napoléon, Goethe, les nains du Groesteen

ou encore le Blannen Theis ont évidemment été de la partie. Le

cortège s’est déplacé en musique et en chant, avec l’aide de la

chorale municipale notamment. Pour les organisateurs, cette fête a

permis d’impliquer les jeunes et les adultes dans la très riche histoire

patrimoniale de Grevenmacher. Source: patrimoine2018.lu

BEAUFORT

Le 14 octobre dernier l’auberge de jeunesse de Beaufort a

accueilli les points de départ et d’arrivée de la 12 e édition de

la traditionnelle «randonnée Mullerthal». L’auberge a ainsi pu

ouvrir ses portes au grand public en proposant de nombreuses

activités comme le bowling ou le château gonflable pour les

enfants. Côté randonnée, deux parcours ont été proposés:

l’un à pieds d’une distance de 9km; l’autre en VTT de 27,39 ou

56km.

Source: mullerthal.lu

REMICH

La Fédération Luxembourgeoise d’Athlétisme a de nouveau

déposé ses baskets de running à Remich avec le 57 e semimarathon

«ING route du vin» le 30 septembre dernier. Le départ

s’est effectué sur la promenade de la Moselle avant de passer

par Wolmerdange et revenir à Remich sur la place Dr. Fernand

Kons. Les 21,098 kilomètres ont dû être parcourus en moins de

2h30 et le parcours macadamisé, rapide et plat a toujours été

propice pour réaliser des records. Pour information, le record

dames a été pulvérisé l’an dernier par l’athlète kényane Peninah

Jerop (1.09.15) tandis que le record homme n’a plus été battu

depuis 2010. Il est détenu par Leonard Langat, également

kenyan (59.56).

Source: routeduvin.lu

MANTERNACH

Le FC Berdenia Berbourg a organisé sa

traditionnelle soirée moule au centre

Beaurepaire le samedi 6 octobre

dernier. Cet événement a permis aux

joueurs, aux dirigeants ou encore

aux supporters de se retrouver tous

ensemble et de participer, aussi, à un

moment de partage et de convivialité.


Source: berdenia.lu

BERDORF

La commune de Berdorf a invité

l’ensemble de ses citoyens à

orner leurs maisons d’un drapeau

luxembourgeois en mémoire

de la lutte menée par le peuple

luxembourgeois durant l’occupation

lors de la Journée de Commémoration

Nationale le 7 octobre dernier. La

cérémonie a débuté par un service

solennel dans l’église paroissiale suivi

de la déposition d’une couronne

de fleurs devant le monument aux

morts.

Source: berdorf.lu

SCHENGEN

Le 6 octobre dernier, le Biodiversum de

la réserve naturelle entre Schengen et

Remich, a accueilli l’événement familial

«Birdwatchday» qui consiste à faire

découvrir la faune et l’ornithologie aux

enfants au milieu de photographies,

d’informations et d’articles. Le cœur

de la journée? La balade au sein de

la réserve afin d’observer les oiseaux

et d’y réaliser des activités et ateliers

ludiques autour de cette thématique.


Source: schengen.lu

WORMERLDANGE

Carole Dieschbourg, ministre de

l’Environnement, a participé à la pose

de la première pierre du futur Centre

mosellan à Ehnen le 26 septembre

dernier aux côtés de plusieurs

personnalités politiques telles que

Max Hengel, bourgmestre de la

commune, Pierre Gramegna, ministre

des Finances, Francine Closener,

secrétaire d’Etat à l’Economie, ainsi

que Nicolas Schmit et Fernand

Etgen respectivement ministre du

Travail et ministre de l’Agriculture.

La création de ce nouveau Centre

devra respecter l’architecture et le

cachet des anciennes bâtisses classées

monuments nationaux. Le budget

total alloué pour la construction de ce

nouveau centre d’intérêt touristique

dans l’est du pays s’élève à 5.000.000

d’euros.

Source: mddi.gouvernement.lu


LG

OCTOBRE 2018

51

Fir eis zielt d’Konformitéit an

d’Sécherheet. Wat e gutt Gefill.

Vinçotte Luxembourg.

Vertrauen entspaant.

Vertrauen a Sécherheet ginn Hand an Hand.

Zënter 1986 droen d’Ingenieuren an d’Techniker

vu Vinçotte Luxembourg hiren Deel dozou bäi,

datt Är Installatiounen, Apparater a Gebaier

sécher sinn. Duerch eis Receptiounen, Kontrollen

an Expertisen hëllefe mir mat, Är Investitioun

ze schützen an Är Qualitéit oprechtzeerhalen.

Dorop kënnt Dir vertrauen.

Vinçotte Luxembourg asbl

Mühlenweg 74 | L-2155 Luxembourg | Tél.: (+3 52) 48 18 58 1 | Fax: (+3 52) 49 10 06 1

E-mail: info@vincotte.lu | www.vincotte.lu


52 LG

OCTOBRE 2018

LOGEMENT

Promouvoir

l’immobilier social

L’Agence Immobilière Sociale œuvre à l’inclusion par le

logement en gérant des propriétés à destination de personnes

en difficulté. Après neuf années d’activités, 520 logements

en gestion et quelques 36 employés, son gestionnaire, la

Fondation pour l’Accès au Logement (FAL) a décidé de

diversifier ses activités en faisant de la promotion immobilière.

Maisons individuelles, appartements, modules temporaires

sur les Baulücken et aujourd’hui promotion immobilière, la

FAL combat sur tous les fronts de l’inclusion sociale. Interview

de son directeur, Gilles Hempel.

Quelles sont les missions de l’AIS?

L’Agence Immobilière Sociale est un

instrument de lutte contre l’exclusion sociale

liée au logement. Le cœur de notre métier

est de transformer des logements vides en

logements sociaux. Nous essayons de trouver

des lieux inoccupés, par exemple de personnes

qui sont parties en maison de retraite ou qui

ont fait un héritage mais qui n’en ont pas

besoin, pour mettre ce bien à disposition des

personnes à revenus modestes.

C’est une sorte de sous-location dans laquelle

le nom de l’AIS est inscrit sur le bail. Les

propriétaires n’ont donc pas de relations

directes avec les occupants. Nous sommes leur

interlocuteur et payons tous les mois le loyer,

ce qui veut dire qu’il n’y aura jamais un défaut

de paiement. Nous garantissons aussi l’état du

logement, son entretien et, éventuellement,

sa rénovation. Le propriétaire peut récupérer

son bien en cas de besoin.

Pourquoi de la promotion immobilière?

Nous réinsérons des personnes en précarité de

logement par le biais de biens immobiliers sur

le marché privé et nos locataires ne peuvent

donc bénéficier que d’une mise à disposition

de trois ans. Avec une augmentation des prix

de 7% par an, il est toujours plus difficile de se

loger pour les plus démunis qui n’ont aucune

chance sur le marché de l’immobilier.

Dans la mesure où l’AIS est un département

de la Fondation pour l’Accès au Logement,

il nous semblait important d’agir aussi en

tant que promoteur immobilier. Avec le

cofinancement de l’Etat, nous pourrons

être propriétaires d’appartements et donc

d’offrir des baux à durée indéterminée et

à des prix abordables. Nous avons d’ores

et déjà commencé les travaux de notre

premier projet de sept appartements à

Niederkorn prévu pour septembre 2019

et allons bientôt commencer le chantier

d’une autre résidence de six appartements à

Hosingen. Et ce n’est qu’un début.

Nous savons aussi que de nombreuses

communes du pays souhaiteraient utiliser

leurs terrains pour y construire des

logements sociaux mais renoncent devant

la lourde charge que représente la gestion

d’un parc immobilier. Elles ne sont pas

outillées pour le faire mais nous oui et c’est

pourquoi nous leur proposons une gestion

complète.

“Les plus démunis

n’ont aucune chance

sur le marché

de l’immobilier”

Aux côtés du Fonds du Logement et la

Société Nationale des Habitations à Bon

Marché (SNHBN), la Fondation pour

l’Accès au Logement pourrait donc

devenir le troisième acteur national du

logement social?

C’est là toute notre ambition. Nous

souhaitons nous constituer un parc locatif

de logements sociaux et aider les communes

à faire de même. Luxembourg a depuis

toujours favorisé l’accès à la propriété

mais dès lors qu’un logement social cesse

d’être sur le marché de la location, il vient

consolider l’envolée des prix.


Le logement est une cause nationale qui

mérite des solutions courageuses.

C’est pourquoi nous avons développé avec

Polygone et Banice Architects une solution

d’habitat préfabriqué qui pourrait être

installé ou démonté en très peu de temps.

Ces conteneurs aménagés permettraient de

valoriser les friches et d’y loger ceux qui en

ont le plus besoin. Nous nous proposons

d’utiliser le terrain tant que le propriétaire

n’en a pas l’utilité et, comme dans le cadre

de nos locations classiques, de le lui rendre

dans les meilleurs délais quand il en fait la

demande. Une belle opportunité pour les

propriétaires de fonciers qui verraient ainsi

les réseaux d’eau et d’électricité arriver sur

leurs terrains, les trottoirs entretenus, avant

d’en reprendre possession.

Nous recherchons aujourd’hui des Baulücken

dans tout le pays. Cela permettra également

aux propriétaires d’éviter d’éventuelles taxes

sur les logements et terrains vacants. Notre

objectif est d’en faire des logements qui

ressemblent à des constructions classiques,

pour ne pas déranger le voisinage. L’idée est

de poser les premiers modules cette année.

Ils s’inscriront en plus dans le cadre de

l’économie circulaire, car ils pourront être

récupérés, déplacés et seront fabriqués en

matériaux recyclables.

Les occupants resteront accompagnés, dans

leur quotidien, par un encadrement social

car nous ne faisons pas du logement social

classique mais de l’inclusion sociale. Le

logement est un tremplin vers l’autonomie

pour ces personnes qui ne gagnent souvent

que le salaire social minimum. En leur

enlevant le poids du logement, elles

peuvent se consacrer à la recherche d’un

emploi. Notre travail commence vraiment

quand nous remettons les clés à un locataire

et il s’achève lorsqu’elles nous sont rendues.

Depuis neuf ans, plus de 230 ménages nous

ont ainsi quittés et 10% d’entre eux sont

même devenus propriétaires. n

Agence Immobilière Sociale

202b, rue de Hamm

L-1713 Luxembourg

info@ais.lu

www.ais.lu

Gilles Hempel


54 LG

OCTOBRE 2018

LOGEMENT

Le logement: état des lieux

avant les législatives

PAR RAOUF HATIRA

Le prix du logement a atteint des sommets. Le développement

économique couplé à la densité démographique urbaine

d’un côté, et le manque de terrains constructibles de l’autre,

amènent fatalement à un déficit criant de logements. Le constat

est sans appel. L’offre en logement social est insuffisante et

le modèle de la maison unifamiliale libre de plusieurs côtés

n’est plus viable. Malgré les efforts de Marc Hansen, ministre

du Logement, et la hausse du budget alloué à la politique

du logement qui est passé de 150 millions d’euros en 2015 à

210 millions actuellement, le problème n’est pas pour autant

résolu, et à la veille des élections législatives, il y a fort à parier

que le sujet sera estampillé haute priorité.

Marc Hansen

Renforcer le logement social

Impliquer les communes dans le processus, sans

renforcer le rôle des intervenants publics comme

acteurs proactifs en matière de construction et

de gestion du logement social à prix abordable

serait improductif. Le Fonds du Logement

et la Société Nationale des Habitations à

Bon Marché (SNHBM) sont le fer de lance

de cette politique. Selon Marc Hansen, une

restructuration était nécessaire pour adapter

le fonctionnement de ces deux institutions

aux besoins réels et aux objectifs politiques.

La priorité est donnée à la construction de

logements sociaux locatifs et à la vente, à la

gestion administrative et technique du parc

immobilier et à une collaboration adaptée entre

le Fonds du logement et les offices sociaux. Les

communes sont également parties prenantes

dans la construction de logements sociaux. Par

ailleurs, le rôle de l’Agence Immobilière Sociale

(AIS) s’est accru avec la perspective de créer des

antennes aux niveaux régional et local.

Le partenariat Etat-communes

Par la signature de la convention «Pacte

logement», l’Etat et les communes se

sont engagés à augmenter l’offre de

logements et à réduire le coût du foncier

et de l’habitat. Les deux partenaires

ont une responsabilité partagée devant

la problématique du logement. Selon

cette convention, les communes doivent

contribuer à la construction de nouvelles

habitations sur leurs territoires dans la

perspective d’augmenter leur population

de plus de 15% sur une période de dix

ans. Cette mesure permettra de réduire la

pression démographique urbaine au profil

du rural. Pour Marc Hansen, le partenariat

Etat-communes, trouve tout son sens si on

considère le manque de réserves foncières

publiques pour relancer la construction

de logements en nombre suffisant. Les

communes sont amenées à réviser leur plan

d’aménagement général (PAG) pour libérer

de l’espace.

En attendant les législatives

A la veille d’un rendez-vous législatif indécis,

le volet social capte toute l’attention. Chaque

parti s’évertue à avancer ses propositions dans

un esprit beaucoup plus réformateur que de

rupture. Le CSV propose une taxe nationale

sur les terrains et les logements vides. Le

parti des Verts préconise la création massive

de logements par l’Etat et les communes,

accessibles à toutes les catégories sociales

afin de créer de la mixité. Le parti démocrate

suggère quant à lui le recours à la construction

en hauteur sous conditions. Pour les socialistes,

le logement est un droit fondamental. L’Etat et

les communes doivent s’associer étroitement

et lutter contre la spéculation sur les terrains à

bâtir, tout en assurant une meilleure utilisation

de l’espace urbain. Il y a urgence, car quand

on parle de logement social et abordable,

ce n’est plus uniquement la précarité qui

est visée, mais aussi une grande partie des

ménages pour lesquels le logement offert

sur le marché immobilier traditionnel n’est

plus financièrement accessible. «Je n’ai pas

envie que les jeunes d’aujourd’hui deviennent

les frontaliers de demain, faute de pouvoir

trouver un logement abordable», a déclaré

le Premier ministre. Mais d’ici là, si rien n’est

entrepris dans le sens de l’intérêt général, on y

viendra, doucement mais sûrement. n


CONTRÔLE TECHNIQUE

Pour la souscription

de l’assurance décennale,

réalisé par nos experts

pragmatiques du terrain.

Immeuble EY apple Architecte : Sauerbruch Hutton

INSPECTION PAR

UN ORGANISME AGRÉÉ *

Auditant la sécurité des

personnes avec nos experts

indépendants pour une

exploitation sans risques.

AUDIT TECHNIQUE

Des performances énergétiques

et environnementales dans le cadre

de constructions innovantes.

Votre tranquillité d’esprit passe par nos experts.

Dans tous les secteurs de la construction : bâtiments, mobilité, eaux et énergie, les 50 ingénieurs spécialistes Secolux

ont pour mission de vous garantir ce qu’il y a de plus précieux, votre sérénité. Ils maîtrisent - avec un esprit de pragmatisme

économique - la qualité, le respect des normes, la sécurité ainsi que l’innovation durable dans les moindres détails.

Votre tranquillité d’esprit est à ce prix.

Retrouvez-nous sur groupseco.com

* prestation soumise

à l’accréditation OLAS


56 LG

OCTOBRE 2018

LOGEMENT

Inauguration

de 14 appartements

Le Fonds du Logement a procédé à l’inauguration de son

projet de réhabilitation et d’extension de l’ancienne ferme

«Haff Bredimus» sise rue de l’Ecole à Huncherange. Cette

manifestation a eu lieu en présence de Marc Hansen,

ministre du Logement, de Laurent Zeimet, bourgmestre de

la commune de Bettembourg, de Diane Dupont, présidente

du conseil d’administration du Fonds du Logement, et de Eric

Rosin, directeur du Fonds du Logement.

Descriptif du projet

Le Fonds du Logement, en collaboration

avec la commune de Bettembourg et le

Service des sites et Monuments nationaux,

a le plaisir de procéder à l’inauguration de

son projet de réhabilitation et d’extension

de l’ancienne ferme «Haff Bredimus» sise

rue de l’Ecole à Huncherange.

La réhabilitation du site a compris

la transformation et l’extension de la

maison et de la grange existantes et le

remplacement des annexes latérales en vue

de l’aménagement de 14 logements répartis

à raison de:

- 6 appartements dans la grange (bâtiment

A) dont 4 duplex de 4 chambresà-coucher

d’une surface habitable de 130 à 140 m² et

- 2 appartements de 3 chambres-à-coucher

d’une surface habitable de 140 et 144 m²,

- 3 appartements de 2 à 3 chambres-àcoucher

d’une surface habitable de 109 à

118 m² dans le corps de logis (bâtiment B),

- 5 appartements de 1 à 3 chambres-àcoucher

d’une surface habitable de 51

à 129 m² dans la nouvelle construction

(bâtiment C).

Le projet s’inscrit dans le cadre de la

réhabilitation du noyau du village de

Huncherange. Le corps de ferme dit

«Haff Bredimus», daté de 1743 et de 1786,

constitue l’un des derniers bâtiments de

ce type au Luxembourg et est répertorié

au patrimoine architectural communal et

national. La réhabilitation du site, réalisée

en étroite collaboration avec le Service des

sites et Monuments nationaux, a compris la

transformation et l’extension de la maison

et de la grange existantes tandis que les

annexes latérales, plus récentes, ont été

remplacées par un nouvel immeuble.

14 logements ont été aménagés, à raison de

4 duplex de 4 chambres-à-coucher d’une

surface habitable de 130 à 140 m 2 et 10

appartements de 1 à 3 chambres-à-coucher

d’une surface habitable de 51 à 144 m 2 .

Le coût du projet, bénéficiant du soutien

financier du ministère du Logement,

s’élève à 3.600.000,- Eur hors TVA et

honoraires. La conception a été confiée au

bureau Beng Architectes & Associés. Les

autres hommes de l’art y participant sont

le bureau Lux CEC pour le génie statique,

Feltgen & Associés Engineering pour le

génie technique, HBH pour la coordination

de sécurité et de santé et Cocert pour le

Conseil en énergie. Les 14 appartements,

destinés à la location subventionnée, ont

d’ores et déjà été attribués.

Source photo: FDL

Les appartements sis en rez-de-chaussée

bénéficient de terrasses et de jardins

privatifs orientés Sud. Les locaux techniques

et les caves privatives ont, quant à eux, été

aménagés dans la nouvelle construction.

Les 14 appartements, destinés à la location

subventionnée, ont d’ores et déjà été

attribués. n

SIP/Fonds du Logement


Christian Simon

Conducteur

de chantier

Luis Pinheiro

Chef d’équipe

façadiers

Vous avez un projet ? Nous le réalisons !

Avec la majorité des corps de métier en interne et plus de 37 ans d’expérience,

nous avons les compétences pour faire de votre projet votre plus belle réussite.

clk.lu

E gudde Projet brauch e staarke Partner

Le bon plan aux mains d’un partenaire solide

(+352) 88 82 01 2, Zone Industrielle L-9166 Mertzig www.clk.lu


58 LG

OCTOBRE 2018

LOGEMENT

La conception pour tous

appliquée au logement

Le projet de loi numéro 7346 fut déposé le 27 juillet 2018

à la Chambre des députés par le ministre de la Famille et

de l’Intégration*. Précisions données par Magnus Koerfer,

architecte et responsable du centre de compétence national

pour l’accessibilité des bâtiments auprès de l’ADAPTH.

Le projet de loi déposé portant sur

l’accessibilité à tous des lieux ouverts au

public, des voies publiques et des bâtiments

d’habitation collectifs comprend aussi, en

outre du projet de loi, les textes des projets

de règlements grand-ducaux y afférents,

à savoir: le règlement grand-ducal relatif

à l’accessibilité à tous des lieux ouverts au

public et des voies publiques, le règlement

grand-ducal relatif à l’accessibilité à tous

des bâtiments d’habitation collectifs

et le règlement grand-ducal relatif à

l’organisation et au fonctionnement du

Conseil consultatif de l’accessibilité.

Magnus Koerfer


LG

OCTOBRE 2018

59

Pouvez-vous nous expliquer ce qui

change avec la nouvelle législation?

Le projet de loi prévoit une mise en

application de la conception pour tous en

reprenant l’esprit de la convention relative

aux droits des personnes handicapées des

Nations unies. Il s’étend aussi au domaine

privé en incluant les lieux ouverts au public

au sens large, et notamment en incluant

les bâtiments d’habitation collectifs.

Dorénavant un certain degré d’accessibilité

est imposé à tous les logements avec des

exigences supplémentaires pour 10% des

logements.

Quels logements sont concernés et dans

quelle mesure?

A ce stade, le projet de loi ne s’applique

qu’aux bâtiments qui comportent au

moins cinq logements distincts bâtis et

qui sont répartis, même partiellement, sur

au moins trois niveaux et desservis par des

parties communes. Ainsi, toutes les maisons

unifamiliales et les petites résidences ne

sont pas concernées. L’objectif est de rendre

accessible à tous l’accès aux logements

et aux parties communes des bâtiments

d’habitation collectifs. La cage d’escalier

d’une résidence par exemple n’est pas

seulement utilisée par ses habitants mais

aussi par des personnes qui viennent rendre

visite ou qui sont obligées de s’y rendre

pour d’autres raisons.

“Avec la nouvelle

législation

la création

d’appartements

adaptés et

adaptables est

assurée”

Pourquoi avoir étendu la loi aux

logements?

Depuis des années les personnes en

situation de handicap se plaignent

d’un manque d’habitations adaptées.

En même temps le vieillissement de la

population pousse le législateur à agir.

Avec la nouvelle législation la création

d’appartements adaptés et adaptables

est assurée. Il faut néanmoins souligner

qu’au Luxembourg nous avons un

retard à rattraper. Afin d’inciter les

responsables à investir dans la mise en

conformité des habitations existantes, le

projet de loi prévoit des aides financières.

Elles peuvent atteindre 50% des frais

des travaux ayant pour objet la mise en

accessibilité avec un plafond annoncé de

24.000 euros.

Le législateur vient récemment d’imposer

une amélioration de l’efficacité énergétique

des bâtiments pour des raisons évidentes de

durabilité. De notre avis cette recherche de

durabilité doit aussi garantir aux habitants

de pouvoir continuer à vivre dans leur

habitation tout au long de leur vie. Il s’agit

de penser au fait que les besoins de chacun

changent. Ce qui plaît aujourd’hui risque de

devenir inutilisable avec le temps. Ainsi, la

conception pour tous n’est pas à considérer

comme un luxe. Ce qui est un plus de

confort pour tous devient vite quelque

chose d’indispensable pour d’autres. Un

couloir large par exemple est fort pratique

quand il faut porter deux valises ou le jour

du déménagement. Par contre, pour faire

demi-tour en fauteuil roulant, le besoin de

place devient indiscutable.

Avez-vous déjà eu des retours?

A ce jour les quelques réactions que nous

avons eues sont positives. Les concernés

du secteur de la construction ainsi que

ceux du côté des associations sont contents

d’avoir un texte concret. Nous espérons

que les promoteurs voient le projet de loi

comme une incitation à faire encore mieux

et non comme un fardeau supplémentaire.

Certains promoteurs ont déjà découvert la

conception pour tous comme un argument

de vente pour s’adresser à un public plus

vaste.

Est-ce qu’il y a encore lieu de parler de

conception pour tous?

Il est bien sûr plus facile, moins cher et

donc plus rapide de planifier et construire

pour une population «standard». La

nouvelle législation prend en considération

le fait que les individus changent au long de

leur vie. La conception pour tous permet

de combiner les besoins actuels et futurs

des habitants d’un logement avec les idées

innovatrices, l’expertise et le savoir-faire

des spécialistes de la construction. n

Faut-il s’attendre à des contestations?

Les grands acteurs du logement bon

marché comme de Fonds du Logement et

la SNHBM ont collaboré à l’élaboration du

projet de loi. De plus le projet ne s’applique

qu’aux bâtiments collectifs d’une certaine

taille qui présentent d’ores et déjà des

espaces communs plus grands et en règle

générale un ascenseur.

*http://www.adapth.lu/j3/index.php/news (possibilité

de télécharger le projet de loi)

ADAPTH asbl

36 route de Longwy

L-8080 Bertrange

T: +352 43 95 58 - 1

www.adapth.lu


ECOLE

crèche

SMARCITIES. BIENTÔT LE MAGAZINE.


KREATIVER

BAUEN

Mit der ALHO

MODULBAUWEISE

ALHO Modulbau

MODULARES BAUEN IST INDIVIDUALITÄT IN SERIE!

Modulbau – die Vielfalt der Gestaltungsmöglichkeiten spricht dafür!

Denn dank der Modulbauweise planen Sie sehr effizient den Bau von

Bürogebäuden, Bildungsimmobilien, Gesundheitsimmobilien und

Wohngebäuden und schaffen sich so Freiraum für Ihre Kreativität:

▪ Effiziente Planung mit flexiblen Rastern

▪ Bedarfsgerechte Grundrissgestaltung

▪ Vielfältige Gestaltungsmöglichkeiten

▪ Nachhaltige Baumaterialien

▪ Klare Architektursprache

Fixe Kosten. Fixe Termine. Fix fertig.

www.alho.com

ALHO Systembau S.à r.l.

4, Avenue des Hauts

Fourneaux

4362 Esch-sur-Alzette

www.alho.lu


62 LG

OCTOBRE 2018

BRÈVES COMMUNALES – SUD

PAR PIERRE BIRCK

DUDELANGE

La semaine européenne de la mobilité a

eu lieu du 16 au 22 septembre dernier et

Dudelange a profité de cet événement

pour lancer une initiative qui a sans doute

ravi beaucoup de monde. En effet, les

habitants ont pu profiter gratuitement et

pendant une semaine de l’ensemble du

réseau de bus et de trains dans la ville.


Source: dudelange.lu

DIPPACH

D’importants changements au niveau

de la ligne de bus 215 ont été décidés

par le ministère des Transports, cela

sans aucune concertation avec les

communes de Dippach et Käerjeng.

Depuis le 17 septembre, la ligne 215

passera par la rue des Aubépines,

la route d’Arlon ainsi que la place

de l’Etoile pour se rendre au centre

de la Ville de Luxembourg. Elle ne

traversera donc plus l’avenue du Dix

Septembre et occasionnera aussi des

changements de ligne pour les élèves

du «Campus Geessekneppchen»

puisqu’ils devront se déplacer

uniquement avec la ligne de bus

scolaire 216. Source: dippach.lu

KAYL

Les travaux pour modifier les

alentours de la nouvelle école

Faubourg à Kayl ont débuté le lundi

17 septembre. Ce chantier permettra

d’aménager un nouvel accès vers le

hall sportif ainsi que de créer une

nouvelle cour d’école autour du

nouveau bâtiment. Source: kayl.lu

ESCH-SUR-ALZETTE

Le dimanche 7 octobre dernier, la

ville d’Esch-sur-Alzette a organisé

la cérémonie de commémoration

nationale au monument aux morts

situé à la place de la Résistance. Cette

journée a été consacrée au souvenir

des Luxembourgeois et de leur lutte

durant l’occupation lors de la Seconde

Guerre mondiale. La cérémonie a

démarré par une messe puis par une

allocution du bourgmestre Georges

Mischo avant de se boucler par un vin

d’honneur au Musée de la Résistance.


Source: esch.lu

KOPSTAL

Le Kulturhaus de Kopstal accueillera du 19 au 21 octobre le salon

des artistes. Céramistes, peintres, photographes, bijoutiers ou

encore sculpteurs ont ainsi pu présenter leurs œuvres, le tout

dans un cadre agréable et convivial. Source: kopstal.lu

FRISANGE

La commune de Frisange avec le soutien de l’administration

de la nature et des forêts a lancé une commande de bois de

chauffage pour l’année 2018 qui est uniquement réservée

aux habitants de la commune. Elle indique que le bois vendu

n’est pas à utiliser avant l’hiver 2019/2020 et son achat reste

limité à 6 stères ou 12 mètres cubes. Quant à la commande,

elle devra être réalisée pour le 20 novembre au plus tard.

Toutes les informations sont disponibles sur le site internet de

l’administration communale.

Source: Frisange.lu

LEUDELANGE

Le centre culturel de la ville de Leudelange accueille des cours

d’initiation aux nouveaux médias. Les cours d’informatique

et d’utilisation des smartphones ont déjà débuté dès la miseptembre

mais il est toujours possible de s’inscrire pour

les deux autres initiations. L’une sur l’utilisation des albums

photos, à savoir transférer, organiser ou archiver des clichés

tout en apprenant les bases de la restauration d’images. La

date limite d’inscription est le 20 décembre 2018. Pour le

cours sur la gestion, l’utilisation et les paramétrages du réseau

social Facebook, les inscriptions doivent obligatoirement être

réalisées avant le 15 avril 2019. Source: leudelange.lu

MAMER

La traditionnelle vente d’automne, la

Kleiderbörse, a eu lieu vendredi 5 octobre

dernier en fin de journée au centre

culturel de Capellen mais en matinée pour

les femmes enceintes ou avec bébés. Au

niveau des articles, les participants ont

proposé des vêtements pour enfants, des

sacs à main en passant par des livres, des

chaussures ou encore des jouets. Les participants

ont pu conserver 75% des euros

gagnés et 25% du produit des ventes ont

été reversés à divers associations et projets

caritatifs. Source: kleiderboerse.lu

PÉTANGE

L’association «Péitenger Jugendhaus» a

organisé du 9 au 12 octobre le «Forum

de Prévention des toxicomanies, des

conduites à risque et de la violence»

à la maison de la culture «A Rousen»

sur la place du Marché de Pétange.

Les organisateurs ont ainsi pu aborder

plusieurs thèmes sensibles comme

l’alcool au volant, la violence, la

sexualité, les toxicomanies ou encore la

communication, le tout de façon ludique

et sous forme d’ateliers. Source: petange.lu

ROESER

Dimanche 30 septembre, la commune

de Roeser a lancé sa première journée

nationale de la sécurité civile organisée

conjointement avec le corps grandducal

d’incendie et de secours ainsi

que le Centre d’Incendie et de Secours

Roeserbann. Près de 400 pompiers

ont été mobilisés pour cet événement,

sans oublier une grande majorité des

groupes d’intervention spécialisés tels

que les supports psychologiques, la

branche cynotechnique,… Les badauds

ont notamment pu apercevoir et

découvrir de plus près les activités et le

quotidien des pompiers sur le territoire

luxembourgeois. Source: roeser.lu

SANEM

Le collège échevinal de la commune de

Sanem a présenté sa nouvelle charte

graphique, mais aussi son nouveau site

internet lundi 24 septembre dernier.

L’agence Vidale-Gloesener a réalisé un

nouveau visuel pour unifier les quatre

localités de la commune autour du

château de Sanem. Le site web a quant à

lui été créé par la société Lightbulb, avec

la volonté d’être dynamique, moderne,

aéré et muni d’une fonction de recherche

optimisé.

Source: sanem.lu


64 LG

OCTOBRE 2018

MOBILITÉ

En train pour

améliorer la mobilité

PAR PIERRE BIRCK

Arrivé en 2002 en tant que directeur financier, Marc Wengler

a gravi les échelons jusqu’à devenir directeur général des

CFL en 2014 à la suite du départ en retraite d’Alex Kremer.

Il présente l’état actuel de la société nationale des chemins

de fer mais aussi les projets en cours destinés à améliorer la

mobilité et fluidifier un trafic ferroviaire de plus en plus saturé

au Grand-Duché.

Comment se porte le réseau des chemins

de fer luxembourgeois d’un point de

vue global en termes de croissance

économique et de voyageurs?

On peut dire que la croissance est

extraordinaire. En effet, depuis un peu plus

de dix ans désormais nous constatons une

augmentation phénoménale du nombre

de passagers. Nous sommes passés de 14

millions de voyageurs en 2005 à 23 millions

aujourd’hui, soit un bond de 70%.

Les CFL ont connu une explosion de

croissance comme on le voit très rarement

dans d’autres domaines. Pour répondre à

cette demande grandissante nous avons dû

adapter notre offre, en augmentant, par

exemple, les cadences et la fréquence des

trains. Durant cette période, les CFL ont

investi dans beaucoup de matériel roulant

à plus grande capacité, ce qui a permis

d’augmenter de 50% le nombre de sièges et

de places disponibles.

Si l’on veut tirer un bilan plus complet, il

faut rajouter nos activités de marchandises.

Nous avons lancé CFL Cargo en 2006 et

douze ans après nous avons presque doublé

son chiffre d’affaires. De telles explosions

de croissance sollicitent donc davantage

notre réseau.

D’où les nombreux travaux en cours;

comment jugez-vous l’avancement des

projets?

Cette série de grands travaux a justement

pour objectif de répondre à la croissance

phénoménale que nous avons connue ces

dernières années.

Le réseau ferroviaire est arrivé à sa limite

et investir seulement dans du matériel

roulant ou augmenter les fréquences ne

feraient qu’empirer la situation. Notre

réseau -sursaturé- s’apparente à un jeu de

dominos, il suffit par exemple qu’un train

tombe en détresse à Thionville pour qu’il

y ait des répercussions sur toutes les autres

lignes. Nous concentrons donc nos efforts

au niveau des infrastructures, cela sur trois

projets principaux qui amélioreront la

mobilité sur le territoire national.

“Les CFL ont

aussi l’ambition

de devenir

un prestataire

de nouvelles

solutions

de mobilité”

Le premier concerne la gare de Luxembourg

qui comporte aujourd’hui quatre quais.

Nous allons les augmenter à six et chacun

de ces deux quais supplémentaires sera

bâti avec deux voies. La gare accueille

aujourd’hui tous les départs et toutes les

arrivées, cela représente environ 1.000 trains

qui transitent quotidiennement. Nous

souhaitons y connecter un premier quai

avec au moins une voie supplémentaire dès

l’année prochaine. Les trois autres voies

seront quant à elle livrées en 2022.

Le deuxième chantier important porte

sur la création de la ligne Bettembourg-

Luxembourg. Les capacités de voies seront

carrément doublées et celle-ci devrait être

opérationnelle d’ici 2024.

Enfin, le troisième et dernier grand projet

en cours n’est autre que la construction

du nouveau viaduc de Pulvermühle qui

lui sera terminé en avril prochain. En

parallèle de ces projets d’infrastructures

essentiels, nous avons l’intention d’acheter

34 nouveaux trains, ce qui nous permettra

d’augmenter de 47% les capacités de places

supplémentaires par rapport au parc actuel.

Là aussi c’est une organisation planifiée sur

le long terme car la livraison sera prévue

entre 2021 et 2024.

La libéralisation des rails sera mise en

œuvre à partir de l’année prochaine.

Est-ce une menace ou une opportunité

supplémentaire de se développer?


La libéralisation du fret a commencé au

1 er janvier 2007 alors que nous avons créé

CFL Cargo en 2006. Nous évoluons donc

dans un secteur qui est déjà hautement

concurrentiel. Par cet exemple, je veux

montrer que l’on a l’expérience de la

concurrence.

Depuis 2010, le voyageur international

a lui aussi été libéralisé. L’an prochain, ce

sera le voyageur national qui sera mis en

concurrence.

Aujourd’hui notre contrat avec le

ministère du Développement durable

et des Infrastructures, pour desservir

le pays mais aussi la Grande Région,

court jusqu’en 2024 et le gouvernement

semble avoir l’intention de continuer

avec les CFL. L’Etat investit dans les

infrastructures et nous dans le matériel

roulant. Notre commande pour les

nouveaux trains s’élève à quelques 400

millions d’euros et c’est justement car

l’Etat nous a assuré qu’il allait s’engager

au-delà de ce terme que nous pouvons

réaliser cet investissement.

Dans l’ensemble, nous recevons des

feedbacks positifs de nos passagers qui

sont plutôt ravis de notre personnel. Nous

travaillons en ce sens à l’amélioration de

l’information comme la mise en place

d’affichage dynamique ou l’automatisation

des annonces acoustiques.

D’où par exemple, le lancement de

l’application de carsharing FLEX avec

CFL Mobility en 2018. Quel bilan tirezvous

presque un an après sa mise en

service?

C’est une initiative encore toute neuve et

CFL Mobility permet d’étendre nos offres

vis-à-vis des besoins de nos clients. Grâce

à ce service, nous essayons d’apporter la

flexibilité que nous n’avons pas avec le

Marc Wengler

transport public. Nous visons les personnes

qui se disent: «Tiens, j’ai besoin une à deux

fois par semaine de la voiture… alors je

vais l’utiliser tous les jours». Nous essayons

donc de changer cette perception de la

mobilité. Aujourd’hui nous comptons 84

véhicules pour 26 stations. L’engouement

est palpable, en moyenne nous comptons un

peu plus de 600 clients et chaque semaine

cette statistique augmente d’environ 4%.

C’est un premier produit, mais on peut

s’imaginer une addition d’autres services

tels que celui-ci dans le futur.

Les CFL ont aussi l’ambition de devenir

un prestataire de nouvelles solutions de

mobilité. n


66 LG

OCTOBRE 2018

MOBILITÉ

Il fait bon vivre

à Strassen

Après trois mandats consécutifs, Gaston Greiveldinger,

bourgmestre LSAP de Strassen tirera sa révérence de la vie

politique en 2021 et mettra alors fin à une carrière politique

longue de 25 ans dont 15 ans comme bourgmestre. Dévoué à

ses administrés et fin connaisseur de sa commune, il revient

avec nous sur les défis passés et à venir. Interview.

Comment expliquez-vous votre longévité

politique?

J’ai débuté en 1996 comme échevin et

aujourd’hui, mon parti LSAP, après être

descendu à un siège en 1999, dispose

aujourd’hui de quatre sièges au conseil

communal. Certains parlent de succès!

Oui, j’ai parcouru une trajectoire politique

de 23 années déjà! Mais si succès il y a, il

s’explique comme pour beaucoup d’autres

bourgmestres, par l’investissement personnel,

la proximité et l’écoute que j’ai pour

les préoccupations des résidents.

Justement, quelles sont les préoccupations

premières des habitants de Strassen?

Elles sont principalement liées à la

croissance démographique. Là aussi,

comme dans beaucoup d’autres communes,

les résidents déjà installés sont inquiets

de l’augmentation de la population. Ils

craignent qu’elle vienne remettre en

question leur qualité de vie. Ce qui fait

peur, ce sont les problèmes corolaires liés

au logement, à la mobilité, à la qualité de

l’air, aux infrastructures scolaires, sportives,

culturelles, etc.

Strassen serait donc victime de son

succès mais comment expliquer son

attrait?

Tout simplement parce qu’il fait bon vivre

à Strassen. Les quartiers résidentiels sont

très agréables, les services communaux

de qualité, les infrastructures sportives et

commerciales excellentes, les enseignants

au top et à deux pas de la capitale, on peut

s’y rendre facilement à l’aide de nombreux

bus. Nous attirons donc de nouveaux

habitants, comptons aussi plus de 100

nationalités différentes et 64% d’étrangers;

autant d’atouts qui font de Strassen, une

ville attrayante.

“Le collège

échevinal favorise

un développement

démographique

mesuré”

Qu’en est-il des capacités démographiques?

Aujourd’hui, la commune est forte de 9.500

habitants et notre Plan d’Aménagement

Général actuel (PAG de 1985), peut

contenir 17.000 habitants. Cela veut dire

qu’en principe nous n’avons pas besoin

d’étendre le périmètre du PAG et d’agrandir

les zones constructibles. Le périmètre

actuel suffit. Mais toute la question est celle

des infrastructures publiques qu’il faudra

adapter à la croissance de la population

et des prix du logement qui explosent sur

notre territoire. Des prix frôlant les 10.000

euros/m 2 sont devenus monnaie courante.

Le collège échevinal favorise un développement

démographique mesuré afin de

pouvoir maintenir le juste équilibre entre

l’offre en équipements collectifs et la demande

émanant de la population résidente.

Gaston Greiveldinger


68 LG

OCTOBRE 2018

MOBILITÉ

Présentez-nous la topographie de la ville?

L’axe principal de la ville est la route d’Arlon,

ancienne voie romaine qui reliait Trêves

à Arlon et qui va d’Ouest en Est. Tous les

quartiers débouchent sur cet axe surchargé

aux heures de pointes. L’automobiliste ne se

doute pas qu’en empruntant une embouchure,

il pourrait arriver sur des quartiers très

agréables. Le deuxième axe est l’autoroute qui

traverse la ville du Nord au Sud et qui permet

à de nombreuses personnes de rejoindre la

Ville de Luxembourg.

Contrairement à d’autres communes, Strassen

n’a pas de véritable centre historique et c’est

pourquoi notre espace partagé ou «shared

space» n’est pas aussi efficace que celui de

Bertrange. Nous avons donc fait appel à trois

bureaux d’études dont les réflexions portent

sur la création d’un véritable centre-ville qui

s’étendra du centre culturel Paul Barblé de la

route d’Arlon, en passant par l’administration

communale, les terrains de foot et jusqu’à la

route qui fait frontière avec Bertrange. Le

collège échevinal présentera de prime abord

les résultats de ces trois études au grand

public avant de faire élaborer un schéma

directeur couvrant toute cette zone. Bien

sûr il appartient au conseil communal tout

entier de s’impliquer dans l’élaboration de

ce «master plan» appelé à guider le collège

des bourgmestre et échevins et le conseil

communal dans le développement futur de

cette zone.

“J’arrêterai donc

à 66 ans avec

l’espoir de me

consacrer davantage

à ma famille,

à mes petits-enfants

et à mon jardin”

Quels sont les aménagements de

mobilité à venir?

En plus du trafic individuel motorisé et

des bus, la route d’Arlon devra prendre en

charge d’ici 2030, la mobilité douce des

vélos et piétons, ainsi que le tram. Il faut

pour cela une largeur de 45 mètres et donc

repousser les immeubles le long de la voie.

Le tram devrait dans un premier temps

desservir un premier pôle d’échange devant

Batiself.

Strassen se trouve sur le chemin qui relie la

Ville de Luxembourg à la Belle Etoile, les

écoles européennes de Mamer et Steinfort.

Nous connaissons donc un important

afflux de personnes qui ira crescendo

puisque Mamer est considérée comme

ville prioritaire en termes de logements.

Le tram serait donc l’une des solutions à

l’augmentation des habitants mais seule une

multimodalité saura répondre efficacement

aux enjeux à venir.

Pourriez-vous avoir des ambitions

politiques nationales?

Non, aucune et c’est d’ailleurs pour cela que

je ne suis pas candidat. Je me suis toujours

demandé comment peut-on sérieusement

remplir son mandat de bourgmestre tout

en étant député. Pour moi qui suis ici à

plein temps, cela me semble impossible.

Aller à la Chambre et participer pleinement

aux débats requiert un temps qu’un

bourgmestre ne devrait pas avoir.

J’arrêterai donc à 66 ans avec l’espoir de

me consacrer davantage à ma famille, à mes

petits-enfants et à mon jardin. n

Administration Communale de Strassen

1, Place Grande-Duchesse Charlotte

L-8001 Strassen

Tél.: 31 02 62 - 1

Fax: 31 02 62 - 111

reception@strassen.lu


Elevator Technology

Economiser de l’espace –

Se garer facilement.

Découvrez les systèmes de parking Wöhr pour voitures et vélos.

Infos et devis au 40 08 96.

luxembourg@thyssenkrupp.com

www.thyssenkruppascenseurs.lu

www.woehr.de


70 LG

OCTOBRE 2018

BRÈVES COMMUNALES – CENTRE

PAR PIERRE BIRCK

BERTRANGE

La salle de concerts ArcA à Bertrange

a accueilli l’événement «Les Passions

Argentines… Tango et Folklore» le 5

octobre dernier avec en exclusivité le

pianiste de renommée internationale:

l’argentin Martin Leopoldo Diaz.

L’artiste a entre autres joué des

œuvres de Gardel, Demare, Mores,

Leguizamon, Piazzolla ou encore

Ginastera. Le tout au profit de Bazar

International de Luxembourg et

avec le soutien de l’ambassade

d’Argentine. Source: bertrange.lu

COLMAR-BERG

Du 28 au 30 septembre dernier, les

amateurs de jardinage ont pu se réunir

au parc de Colmar-Berg autour de

l’événement «Tendances Jardins 2018»

qui a rassemblé près de 70 exposants.

Des workshops et des animations

pour enfants ont également été

prévus en plus des démonstrations de

plantes, de décorations et matériaux

de jardin, mais également des idées

pour développer son potager ou sa

terrasse. Source: colmar-berg.lu

HESPERANGE

Le centre Nicolas Braun a accueilli

jeudi 25 octobre dernier une

réception pour l’ensemble des

nouveaux résidents de la commune

d’Hesperange. L’occasion pour lui

de présenter la ville, mais également

de donner toutes les informations

relatives au fonctionnement de la

commune. Source: hesperange.lu

LAROCHETTE

L’administration communale de

Larochette a tenu à informer ses

citoyens que les travaux de voirie dans

la rue de Mersch vont entrainer des

modifications de la circulation jusqu’au

21 décembre 2018 alors que le chantier

a démarré le 17 septembre dernier. La

rue de Mersch sera complètement

fermée à la circulation. Une navette

gratuite est également mise en place

et circule actuellement du centre-ville

au Hall Sportif Filano le temps des

travaux. Source: larochette.lu


LUXEMBOURG-VILLE

Le centre culturel Altrimenti de Luxembourg-Ville a accueilli

le colloque intitulé «Le sommeil de l’enfant. Ce qui est bon à

savoir pour les parents». Cette conférence a notamment permis

d’aborder plusieurs thématiques autour du sommeil en général

mais aussi de ses possibles pathologies. L’auteure spécialiste

de la parentalité, Nora Imlau a expliqué aux parents et futurs

parents tous les enjeux liés à l’importance d’un sommeil

réconfortant chez l’enfant tout en donnant quelques conseils

pour faciliter l’endormissement des plus petits. L’événement

a été organisé par la Ville de Luxembourg ainsi que par les

services à l’Egalité des chances de la commune de Bettembourg

et de la ville de Dudelange, le tout placé sous le patronage du

ministère de la Santé.

Source: vdl.lu

By Play Misty For Me, from Wikimedia Commons

STEINSEL

Le château de Brandenbourg ouvrira ses portes au public pour

une visite guidée exclusive pour petits et grands le 20 octobre

prochain en collaboration avec la commission culturelle et la

commune de Steinsel. La visite se déroulera le matin avant de

se terminer le midi au restaurant De Griffel de Brandenbourg.


Source: steinsel.lu

NIEDERANVEN

Les 16 et 18 octobre derniers, l’administration communale

de Niederanven a organisé deux journées de formation

babysitting au sein de la salle associative de Hostert. Ces

formations ont été délivrées par l’APE, où les principaux

aspects psychologiques, éducatifs et médicaux de la

profession ont été enseignés. Source: niederanven.lu

STRASSEN

Dans le cadre de la «journée internationale des personnes

âgées», le club senior de Strassen a organisé avec la

commission sociale un défilé de mode intitulé «All Alter

ass a Moud». Celui-ci s’est déroulé le samedi 6 octobre

dernier au Centre Culturel Paul Barblé en partenariat avec

le magasin «Adler». La présentation de la collection a été

effectuée par les mannequins d’une journée: les seniors de

la ville de Strassen.

Source: strassen.lu

LORENTZWEILER

La commune a décidé d’organiser une

série de formations sur l’utilisation

des Bornavies, tout au long du mois

d’octobre, cela après avoir installé

des défibrillateurs supplémentaires il

y a quelques semaines notamment du

côté du côté d’Hünsdorf, d’Helmdange

et Blaschette. Source: lorentzweiler.lu

LUXEMBOURG-VILLE

La nouvelle saison «Sports pour tous»

de la Ville de Luxembourg a débuté

lundi 1 er octobre dernier. Elaboré par

le service des sports, le programme

comporte près de 160 cours de sportloisir,

sport-santé et sport-fitness et

toutes les activités sont réparties sur

30 sites à travers la ville. Beaucoup

de choix donc, entre le skateboard,

le futsal, la zumba ou encore le

volleyball… Cette année comporte

également des nouveautés par rapport

à la précédente avec l’apparition pour

la première fois des cours de patinage

à la patinoire de Kockelscheuer. A

noter également la présence de cours

multi-handi-sports… Source: vdl.lu

MERSCH

Les données et leurs utilisations

soulèvent de plus en plus de questions.

Le règlement général sur la protection

des données applicable depuis cette

année réglemente déjà le Big Data au sein

de l’Union européenne. Le 22 octobre

prochain, la commune de Mersch a

organisera une conférence autour de

cette thématique dans la salle des fêtes

Nic Welter en collaboration avec la

société Bee Secure. Il y sera notamment

question des réseaux sociaux, des

sites de shopping en ligne ou encore

des grands noms de l’Internet tels que

Google ou Deezer. Source: mersch.lu

SCHUTTRANGE

Le championnat national de fitness et de

bodybuilding s’est déroulé dimanche

30 septembre dernier au centre sportif

de Munsbach et a été organisé par

l’IFBBL, la Fédération Internationale

de Bodybuilding et de fitness Luxembourgeoise.

Source: schuttrange.lu


The

LUXLAB

The LUXLAB provides third-party performance

testing for façade elements and construction

materials, including product classification,

professional engineering and validity evaluation

services.

OUR TESTS

Façades, Skylights, Windows & Doors

• Air Permeability Test

• Water Penetration Test

• Wind Resistance Test

• Water Penetration Test under Dynamic Pressure

• Skylight - Water Penetration Test

• Impact Resistance Test

• Pull - Push Test

Balustrades

• Balustrades Performances

ZAC (Zone Artisanale & Commerciale)

Klengbusbierg, Lot 10

L-7795 Bissen - Luxembourg

mathieu.canale@lux-lab.lu

GSM : +352.691.414.163

www.theluxlab.org

www.theluxlab.org


72 LG

OCTOBRE 2018

ICT

Cybersécurité:

replacer l’humain

au centre

WannaCry, (Not)Petya, British Airways hack… les récentes

cyberattaques qui ont infecté des milliers de systèmes

informatiques et piraté les données de millions d’individus se

sont retrouvées sous les feux des projecteurs au cours de l’année

2017. Selon le rapport annuel de l’entreprise informatique

Cisco, 53% des cyberattaques ont coûté entre 400.000 et

4 millions d’euros aux entreprises concernées en 2017.

Un chiffre qui incite les organisations à placer la sécurité au

cœur de leur stratégie mais aussi de leur culture d’entreprise.

Car au-delà de la technologie et des processus, un autre pilier

essentiel, souvent négligé, gravite autour de la sécurité: le facteur

humain. Philippe Pierre, associé en charge du secteur public à

Luxembourg et responsable mondial Institutions européennes

chez PwC, et Vincent Villers, associé et Cybersecurity Leader

chez PwC Luxembourg, nous expliquent pourquoi impliquer

activement les collaborateurs d’une organisation dans la lutte

contre les cybermenaces est une priorité.

Les questions de cybersécurité occupent

une place croissante au sein de toutes les

organisations, privées comme publiques.

Quel est le niveau d’information des

employés à ce sujet?

PP: Le niveau de sophistication des

cyberattaques est de plus en plus élevé. Et

l’impact de ces événements sur l’économie

sont considérables: l’Union européenne

estime que les cyberattaques coûtent en

moyenne 400 milliards d’euros par an à

l’économie mondiale. En Europe, ce sont

80% des entreprises qui ont été touchées

par un incident lié à la cybersécurité en

2016. Ces attaques n’ayant pas de frontières

et impactant l’ensemble de la société, le

Conseil européen a adopté, en 2017, un

paquet législatif sur la cybersécurité afin de

mettre en place une approche commune

de la cybersécurité au sein de l’Union

européenne. Elle prévoit notamment de

renforcer les compétences de l’ENISA,

l’agence européenne chargée de la sécurité

des réseaux et de l’information, en la

chargeant d’aider les Etats membres à mettre

en place la directive SRI relative à la sécurité

des réseaux et des systèmes d’information.

Cette réforme est d’autant plus importante

que le niveau d’information des européens

au sujet des cybermenaces est relativement

bas. Selon la Commission européenne, 51%

des individus se sentent peu informés sur le

sujet et 69% des entreprises ont des lacunes

sur leur exposition aux cyber risques.

Créer un cadre commun autour de la

cybersécurité permettra donc de mettre en

place des actions communes d’informations

et de prévention à ces risques.

“Investir dans

l’humain pour

relever les défis

posés par la

cybersécurité”

VV: Informer les employés d’une organisation

aux enjeux posés par la cybersécurité

est essentiel si l’on veut réduire les risques

d’attaques. Cette opération de sensibilisation

requiert un temps certain, mais nécessaire.

Selon l’institut de formation SANS

spécialisé dans la sécurité, le temps consacré

à la sensibilisation à la sécurité est essentiel

car il permettra de développer une culture

de la cybersécurité mais aussi de modifier le

comportement des employés. Cependant,

toujours selon ce même organisme, on

voit que la question de la sensibilisation est

souvent un problème de temps. Seulement

8% des professionnels se consacreraient

à la sensibilisation en matière de sécurité

à temps plein. Un chiffre plutôt bas, qui

témoigne d’un manque d’implication

des employés dans la lutte contre les

cybermenaces. Le principal facteur de

lutte contre ces menaces en entreprise

n’est pas l’absence d’une politique interne

de sécurité de l’information ou de logiciels

pas assez puissants pour y faire face.


Vincent Villers et Philippe Pierre

Technologie et processus sont nécessaires,

mais ne font pas tout. Le facteur humain,

trop souvent négligé, doit être mis au centre

de la stratégie de sécurité d’une entreprise

pour pouvoir maximiser les chances de

combattre les cyber risques.

Justement, comment mieux sensibiliser

les employés d’une organisation aux

cyber risques?

VV: La sensibilisation à la sécurité en

entreprise doit passer dans un premier

temps par la pédagogie. Etablir une feuille

de route annuelle permettra d’identifier des

actions ciblées pour chaque département de

l’organisation. Il faut toutefois s’assurer que

ces actions aient un sens pour l’ensemble des

individus, et ne soient pas perçues comme

une session d’information obligatoire

supplémentaire pour les employés. Il s’agit

de modifier les comportements et donc

seules des actions concrètes, intégrées

dans le quotidien des employés, pourront

avoir un effet sur leurs habitudes. Ainsi, le

format des formations a également son rôle

à jouer dans la sensibilisation des individus

aux cybermenaces: e-learning ou encore

participation d’un intervenant externe

faciliteront l’implication des employés.

Enfin, et cela est peut-être l’élément le plus

important, mettre en place un dialogue

entre la direction de l’entreprise, l’équipe

IT et l’ensemble des employés engendrera

une prise de conscience quant à la nécessité

d’investir dans l’humain pour relever les

défis posés par la cybersécurité. n

Cybersecurity Day 2018

Le prochain Cybersecurity Day aura lieu le

18 octobre 2018 dans les locaux de PwC

Luxembourg. Huit entreprises viendront

y présenter leurs solutions innovantes en

matière de cybersécurité. Jessica Barker,

experte mondiale des facteurs humains de

la cybersécurité, soulignera quant à elle

l’importance de l’humain dans la gestion des

cyber risques.

PwC Luxembourg

2, rue Gerhard Mercator

L-1014 Luxembourg

www.pwc.lu


74 LG

OCTOBRE 2018

ICT

JEUDI 20.09.2018

Startuppers night

Ce jeudi 20 septembre, au Technoport de Belval, la BIL présentait sa troisième édition

de la plus geek des soirées Grand-Ducales: la Startuppers Night. Les invités venus en

nombre ont pu se détendre aux côtés de cosplayers, s’essayer à des jeux de réalité virtuelle

et déguster des cocktails et plats savoureux. La troisième nuit des jeunes pousses, c’est

aussi et d’abord un lieu de découvertes de startups innovantes. La rédaction de LG,

présente sur place, retiendra tout particulièrement les statues japonaises d’animations de

Tsume, le scooter électrique Ujet et le jeu de tir en duel de VR - Virtual Rangers.


L’énergie

tout compris

- financement

- installation

- exploitation

©visible.be v19143 - image : Adobe Stock

lea-services.lu

T. +352 26 55 33 1

LEA (leasing energy access)

est un service développé

en partenariat par

Engie Cofely Services &

Weishaupt Luxembourg.


76 LG

OCTOBRE 2018

BRÈVES ÉCONOMIQUES

PAR RAOUF HATIRA

Triple A pour le Luxembourg

L’agence de notation Fitch a confirmé le

“AAA” du Luxembourg avec perspective

stable. Parmi tous les pays bénéficiant

d’un “AAA”, le Luxembourg est celui qui

détient le niveau de dette publique le

plus faible, avec 23% du PIB en 2017. La

croissance économique du Luxembourg

s’établirait à 3,5% en 2018. Selon Fitch, la

croissance devrait se stabiliser autour de

3% sur le moyen terme. Ceci constitue

un niveau se situant au-dessus de la

médiane des pays les mieux notés, qui

s’établit à 2,1%.

Source: SIP

Luxtrust rejoint

un groupe international

Le groupe Tecnoinvestimenti, dont les

activités incluent la confiance numérique,

la gestion et l’information de crédit, les

services d’innovation et de marketing, a

signé un accord lui permettant d’acquérir

50% de LuxTrust, le principal acteur de

la confiance numérique au Luxembourg

jouissant d’un important financement

institutionnel, via une souscription initiale

d’augmentation de capital à hauteur de

12 millions d’euros. Source: SIP

Croissance à deux chiffres

pour EY

EY Luxembourg, le cabinet de conseil

et d’audit, a publié ses résultats pour

l’exercice 2017-2018. Les indicateurs

sont au vert grâce à une croissance

à deux chiffres. Les résultats annuels

clôturés au 30 juin dernier affichent

pour la deuxième année consécutive

une croissance de près de 11%. Ces

bonnes performances sont étroitement

liées à la conjoncture économique

favorable des quatre dernières années,

reconnaissent les responsables d’EY

Luxembourg. Source: EY Luxembourg

Les jeunes pousses à l’honneur

La septième édition de Fit4Start,

le programme d’accélération de

Luxinnovation, a retenu 15 candidats

sur une sélection de 62 startups.

Les heureux élus intégreront le programme

de coaching développé

par Luxinnovation, avec à la clé un

hébergement de 16 semaines au sein de

l’incubateur du Technoport et une prime

de 50.000 euros offerte par le ministère

de l’Economie. Source: Luxinnovation

Digital Communication Awrard pour Volvo Bus

Face à la concurrence de plusieurs grandes entreprises

européennes, Volvo Bus a obtenu la première place dans la

catégorie des campagnes produits du prestigieux concours

Digital Communications Award 2018. Volvo Buses a participé

à la campagne d’introduction innovante «Light the Lights»

du nouveau bus électrique de la société, le Volvo 7900

Electric. Le prix a été remis lors d’une cérémonie à Berlin le 28

septembre.

Source: Volvo Bus

Au centre, de g. à d.: Michel Wurth, président de la Chambre de Commerce, Lydie Polfer,

bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Martin Guérin, CEO du LCI et Carlo Thelen, directeur

général de la Chambre de Commerce, entourés de membres du conseil communal de la Ville de

Luxembourg: Isabel Wiseler-Lima, échevin; Tom Krieps, membre du conseil communal de la Ville

de Luxembourg; Serge Wilmes 1 er échevin et Patrick Goldschmidt, échevin

A la conquête des startups

La Ville de Luxembourg se dote de son incubateur. Le Luxembourg-

City Incubator (LCI), a été officiellement inauguré lundi 1 er

octobre, notamment en présence de la bourgmestre de la ville et

du président de la Chambre de Commerce. Ce nouvel espace,

qui s’étend sur 2.000 m 2 au sein de la House of Startups, compte

actuellement 35 startups. Source: Chambre de Commerce

L’économie en bonne santé

Les derniers indicateurs conjoncturels disponibles

témoignent d’un contexte encore porteur pour l’économie

luxembourgeoise et même très satisfaisant en ce qui concerne

le marché du travail. L’emploi est toujours dans une phase

d’accélération à l’issue du 2 e trimestre, le chômage poursuit

sa baisse et les offres d’emplois non pourvues sont de plus en

plus nombreuses. En parallèle, le moral des consommateurs

du Luxembourg reste à la fin de l’été proche du niveau record

atteint début 2018.

Source: Statec

L’avenir est dans les fonds verts

La 2 e édition du Global Green Finance Index (GGFI), qui évalue

les mesures de la finance verte en place dans les centres

financiers, vient de paraître. Et le Luxembourg y fait bonne

figure: 3 e place dans le classement de la pénétration des

finances vertes (Green Finance Penetration) et 6 e rang pour

la qualité de l’offre (Green Finance Quality). Et pour accélérer

encore le développement de ce secteur, le ministre des

Finances, Pierre Gramegna, a déclaré qu’«il faudra réfléchir à

la manière de rendre les fonds d’investissements verts encore

plus attractifs sur le plan fiscal».

Source: SIP

Copyright: Photothèque de la Vi le de Luxembourg / Photo: Marc Wilwert

A la conquête de l’espace

Trois compagnies américaines,

spécialisées dans le domaine spatial,

ont choisi le Luxembourg pour

développer leurs activités, avec à

la clé la création de 85 emplois d’ici

2023. “Nous avons réussi à forger la

réputation du Grand-Duché d’être un

site innovant et progressiste pour les

initiatives spatiales commerciales’’, a

déclaré Etienne Schneider, ministre

de l’Economie qui se réjouit du

lancement récent de l’Agence spatiale

luxembourgeoise.

Source: Luxembourg Space Agency

Transformation digitale

et formation

Dans le cadre du projet pilote Digital

Skills Bridge, sept entreprises ont

introduit un plan de maintien dans

l’emploi qui vise à permettre à une

partie de leurs salariés d’acquérir,

notamment par le biais de mesures de

formation, les compétences requises

pour répondre à la transformation

digitale. Le comité de conjoncture a

répondu favorablement à toutes ces

demandes.

Source: ministère de l’Economie

Un fléau nommé plastique

100 millions d’euros supplémentaires

seront consacrés d’ici fin 2020,

par l’Union européenne, au

financement d’actions orientées

vers une économie des plastiques

plus durable. Il s’agit notamment de

développer des matériaux plastiques

plus intelligents et plus recyclables,

des processus de recyclage plus

efficaces et d’éliminer des substances

dangereuses et des contaminants

contenus dans les plastiques

recyclés. Source: EU Horizon 2020

Afterworks de la propriété

intellectuelle

L’Office de la propriété intellectuelle

du ministère de l’Économie et

l’Institut de la Propriété Intellectuelle

Luxembourg (IPIL), en coopération

avec leurs partenaires, invitent à la

troisième édition des Afterworks

de la propriété intellectuelle, qui se

tiendra les 11, 16 et 24 octobre 2018.

Au programme, des témoignages

et des tables rondes permettant de

s’informer sur les différents moyens

de protection qu’offre la propriété

intellectuelle (brevets, marques,

dessins ou modèles, droits d’auteur et

droits voisins).

Source: SIP


CONDITIONS

SPÉCIALES EN

AGENCE

vouloir un chez soi

c’est naturel

Taux d’intérêt attractif, en fixe ou en variable, aides étatiques… avec le prêt logement

de Raiffeisen, vous profitez naturellement de la meilleure solution pour financer votre

projet immobilier. Nos conseillers se tiennent à votre entière disposition,

même en dehors de nos heures d’ouverture, en agence ou chez vous.

Infos en agence ou sur www.raiffeisen.lu

Banque Raiffeisen, société coopérative


78 LG

OCTOBRE 2018

ECONOMIE

Sustainable investing:

products and trends

Sustainable and responsible investing continues to grow,

spanning a wide range of products. We have taken a look at

the latest developments and trends.

Geography and gender

Banque de Luxembourg has been advising

international clients on socially responsible

investing (“SRI”) for more than a decade

since the bank launched its first SRI fund

in 2007.

“Initially, Belgian and Dutch clients, as

well as clients from the northern countries

seemed to be most open to the idea of

sustainable investing. Today, things have

changed”, says Pierre Ahlborn, CEO

and Managing Director at Banque de

Luxembourg.

In addition to millennials, women are

also more receptive to socially responsible

investments. A study by Morgan Stanley

in 2017, revealed that 84% of women,

compared to only 67% of men, show

interest in SRI products and solutions.

“We have witnessed this first hand as we run

an initiative called Femme et Patrimoine.

Since its launch in 2011, we’ve clearly seen

that women are very attentive to the topic”,

adds Mr Ahlborn.

A decade of growth

For a long time, SRI products were reserved

to institutional and knowledgeable clients,

but today a much larger share of private

clients can access them. “Today, most SRI

funds are UCITS products so they are

accessible to a larger band of clientele”,

comments Mr Ahlborn.

Also, retirement savings plans and sovereign

funds have included non-financial criteria

in the selection of their investments.

“They have been strong drivers of change.

Their selection processes have triggered

a multiplication of funds that are labeled

SRI”.

Finally, SRI funds do not seem to be

penalised in terms of performance.

Investors should not expect to do better

than traditional stock investing, but there

is no sign that SRI investments perform

worse than a traditional stock portfolio.

“SRI investing

generates interest

from a significant

part of our clients,

regardless

f their nationality

and country

of residence”

Nonetheless, one of the challenges

that has been experienced is that the

performance of a number of SRI funds

was impacted by external factors such

as public subsidies or taxes. “Especially

in solar energy, governments worldwide

suddenly decided to encourage solar

energy, then the subsequent government

decided to abolish them. This sort of

thing causes major damage and is a

specific issue in green funds”, says Mr

Ahlborn.

Changes in client relationship management

The new EU action plan on sustainable

finance puts the interests of potential

investors centremost. To ensure that

sustainability factors are in compliance with

investors’ preferences, the EU will amend the

Markets in Financial Instruments Directive

(“MiFID II”) and Insurance Distribution

Directive (“IDD”) regulatory frameworks

for banks and insurers respectively. As a

result, change management programs for

client relationship managers have become

necessary.

“Our investment advisors and relationship

managers are being trained in order to

acquire the knowledge and skills to explain

SRI and to inform the client what we are

doing. We have decided to more resolutely

go in the direction of generalising an SRI

approach throughout the bank”, explains

Mr Ahlborn.

It’s easy to feel disoriented by the

different labels that exist. Therefore,

client relationship managers need to help

clients understand which criteria the bank

has chosen. “We have decided to enlarge

UN PRI (United Nations Principles of

Responsible Investment) and SRI principles

to all the solutions that we offer. As a basis,

we have chosen internationally accepted

standards, such as the UN PRI, and from

there on we refine the strategy and exclude,

for example, investments in coal”.

Millennials and impact investing

One trend that will certainly help to drive

further growth in sustainable investments

is the power and influence of the younger

generations.

“Millennials have a particular affinity for

the dual bottom line approach of impact

investing”, says Gilbert Schintgen, Managing

Director and Member of the Board of

Directors at UBS Fund Management

(Luxembourg). UBS has a wide range

of active and passive funds domiciled in

Luxembourg and ESG considerations are

integrated in all actively managed funds.


LG

OCTOBRE 2018

79

Pierre Ahlborn

According to the recently published UBS/

PwC Billionaires report, many millennials

inheriting billionaire wealth see business

success as a way of benefiting society. Their

view is that business goals must deliver not

only returns to the family, but also tangible

benefits to a wide group of stakeholders

– including employees, customers, and

society at large.

“While corporate sustainability has often

been criticised as “greenwashing”, young

billionaires are passionately committed to

their cause and we see this influencing the

sustainability objectives of our clients”, he

adds.

From illiquid to liquid

Gilbert Schintgen expects an increasing

trend towards impact strategies. Previously

this has been a challenge for institutional

investors, even though there is a clear

demand for investment strategies that have

a positive social and environmental impact.

“Traditionally, impact investing has been

concentrated in illiquid asset classes such as

private equity and private debt. Moves to

set up impact investing strategies into more

liquid assets have been controversial, mainly

because key impact investing criteria such

as “intent”, “measurement”, “verification”

and “additionality” are difficult to prove”.

However, new methodologies are being

developed to overcome these obstacles.

“Within our business we are working

extensively to mainstream impact investing

through our more liquid strategies such as

fixed income and publicly listed equities.

We’re doing this through the use of new

measurement techniques and strategic

engagement approaches designed to target

specific outcomes”, explains Mr Schintgen.

Strong demand for active as well as

passive funds

Demand for both passive and active

sustainable funds has been very strong.

“Growth rates in our sustainability

strategies have been over 75% annually

Copyright: Mike Zenari Copyright: Mike Zenari

Copyright: Mike Zenari

Gilbert Schintgen

Jacques Faveyrol


80 LG

OCTOBRE 2018

ECONOMIE

over the past two years, reflecting strong

demand from both institutional and private

clients in sustainable investment strategies”,

continues Mr Schintgen.

UBS’ actively managed sustainable funds

use a combined analysis of sustainability

and financial performance. Sustainability

performance is measured via a propriety

score that UBS has developed, and

companies in the sustainability funds need

to be in the top 40% within their industry

groups and the top half of their alpha

potential versus sector peers to qualify for

investment. In addition, we have a broad

range of passive and ETF strategies that

integrate sustainability criteria, from bestin-class

sustainability ETFs, to the Climate

Aware Strategy, which integrates carbon

and climate change data into a passive-like

rules based strategy with a low tracking

error versus FTSE Developed World.

UBS has also found that partnering with

leading institutional investors has been

one of the best drivers of innovative new

products, as these partnership often help

to address gaps in the marketplace on

sustainable investment.

Gilbert Schintgen explains: “We are

partnering with a large Dutch institutional

investor on developing a unique set of

impact measurement metrics, which has

provided a basis for the launch of an impact

equity fund, which provides a unique

opportunity to apply the principles of

impact investment to the public equities

space. We also worked together with a UK

institutional investor on developing the

Climate Aware Strategy, which combines

a quantitative, forward-looking assessment

of future climate change risks into a

passive equity strategy. This strategy is

supplemented by an engagement program

where we reach out to high risk companies

to realise positive changes and orient

company strategies towards behaviour that

reduce climate change risk”.

Consolidation

The sustainable investment market is

diverse and growing, which reflects a

wide range of approaches to integrating

sustainability.

“In terms of sustainability data providers

and research providers, there has been a

large amount of consolidation in the market

with three main providers emerging, MSCI,

Sustainalytics, and ISS/Ethix/Oekom. In

terms of raw data both Bloomberg and

Thomson Reuters have sustainable data

offerings. This consolidation is to be

expected similar to the consolidation of

mainstream data providers. There may

be some additional consolidation in the

market, but there are not many smaller

independent providers left in the market

of any great significance”, concludes Mr

Schintgen.

“Millennials

have a particular

affinity for the

dual bottom line

approach of impact

investing”

The long-term view: energy transition

Insurers must make sure they can meet

their commitments many years down the

line, therefore investing sustainably has

become fundamental part of their strategy.

For instance, BNP Paribas Cardif aims to

double its positive impact investments by

2020 while accelerating the energy transition.

The insurer has stopped financing coal-fired

power plants and has outlined a strategy

to more than double its investments in the

renewable energy sector (from 6.9 billion

EUR in 2014 to 15 billion EUR in 2020).

Cardif Lux Vie started to manage its own

General Fund in 2012, which stood at

8.1 billion EUR at the end of December

2017. “Two years ago, we adopted an

SRI methodology relying on the rating

method of Vigéo Eiris to select securities

according to financial as well as relevant

extra-financial criteria, such as the ESG

performance, the carbon footprint and

the energy transition strategy. The ESG

performance analysis favours companies

which are “Best in Class” in their sector,

whereas the analysis of carbon emission and

energy transition policy favours companies

with solid energy transition strategies on a

“Best Effort” basis,” says Jacques Faveyrol,

CEO at Cardif Lux Vie.

In addition to the Vigéo method, the asset

management team pays particular attention

to the sectorial exposure, as exemplified by

their limited bond investments in utilities

generating power from non-renewable

sources.

Regarding indirect investments (via funds)

held in the general fund portfolio, although

ESG and carbon filters are not necessarily

applied on their underlying assets, the SRI

profile is taken into account amongst other

factors before investing. “Since 2014, we

have not invested in any newly launched

Private Equity, Infrastructure or Private

Debt funds whose purpose would be

directly and predominantly to fund fossil

energy extraction projects (coal, oil, natural

gas),” adds Jacques Faveyrol.

A standardised framework

What many have learned is that there is a

true lack of consistency in the overall SRI

framework, which means that institutional

investors are also facing some difficulties

in communicating on the impact, as there

are no shared metrics to measure the

environmental impact of their investments.

“A standardised framework will definitely

support growth and trust in responsible

investment strategies, in terms of concepts

as well as metrics. People need to

understand what impact they have when

they choose such an approach: monitoring

financial performance alone is not enough

to get investors to validate the conscious

choice they have made”, continues Jacques

Faveyrol.

As a consequence, the creation of labels

will strengthen clients’ trust in socially

responsible funds by providing greater

transparency. Lastly, financial education

can and must contribute in raising

awareness among potential investors about

the goals and methodologies of responsible

investments. Indeed, institutional

investors have an important role to play as

disseminators of information. n

LEO Mag September 2018,

Luxembourg for Finance,

Lynn Robbroeckx


82 LG

OCTOBRE 2018

BRÈVES COMMUNALES – NORD

PAR PIERRE BIRCK

CLERVAUX

La maison relais «Packatuffi» a invité les

habitants de la commune de Clervaux à une

conférence intitulée «Comment les enfants

éduquent les parents?» en collaboration

avec l’«Eltereschoul Janusz Korczack»

le 2 octobre dernier. Le psychologue et

formateur en thérapie familiale Gilbert

Pregno a animé cette soirée destinée aux

parents, mais aussi aux enfants au sein d’un

ménage.

Source: clervaux.lu

PUTSCHEID

Le jeudi 4 octobre dernier la salle de

Weiler a accueilli la présentation du

projet «Premiers secours lors d’un arrêt

cardiaque» réalisé par les échevins du

conseil municipal de la commune de

Putscheid. Tous les habitants ont été

invités à cet événement dont l’objectif

était de présenter les premiers bons

gestes et postures en cas d’AVC ou

d’arrêts cardiaques. Source: putscheid.lu

ERPELDANGE

Le FC 72 Erpeldange a organisé un bal

populaire au centre culturel et sportif à

Erpeldange-sur-Sûre le samedi 6 octobre

dernier. L’occasion pour le club de réunir

ses supporters mais aussi les adeptes de

danse autour d’un événement convivial.


Source: visit-eislek.lu

ELL

Le championnat du Grand-Duché de

Luxembourg de puzzle en équipe posera

ses valises au centre Camille à Ell le 20

octobre 2018. La compétition organisée par

le Dëschtennis ELL et Spillfabrik.lu durera

dix heures comme le prescrit le règlement.

L’objectif sera d’assembler et terminer un

puzzle Ravensburger de 1.000 pièces le

plus rapidement possible. Chaque équipe

pourra également conserver les puzzles

reçus.

Source: 2018.dtell.lu

TROISVIERGES

Les travaux dans le réseau d’assainissement

de la commune de Troisvierges ont

entraîné des modifications de la circulation

et notamment un barrage complet au

niveau du chemin vicinal «rue Millbich» à

la fin du mois de septembre, cela jusqu’à la

fin des travaux. Source: troisvierges.lu

BOURSCHEID

L’exposition «Le Luxembourg sous ses plus beaux aspects»

s’est installée du 23 septembre au 19 octobre dernier au

Château de Bourscheid dans le cadre du Festival de la Culture

Polonaise au Luxembourg en collaboration avec des membres

du Photo-Club Ciel. L’objectif de cette exposition a été de

montrer les aspects connus et inconnus du Grand-Duché,

qu’ils soient architecturaux ou naturels. Les participants

avaient tous un profil différent puisque des débutants

s’étaient pris au jeu en plus de certains professionnels de la

photographie.

Source: château.bourscheid.lu

Photo Heliosmart

WILTZ

«Nesto», c’est le nom de la nouvelle résidence circulaire qui a

été imaginée par les sociétés Heliosmart et PROgroup et bâtie

dans la ville de Wiltz. Un appartement témoin entièrement

meublé a été mis à disposition pour les portes ouvertes

qui ont eu lieu le 29 septembre dernier en compagnie des

partenaires du projet qui ont effectué une visite guidée toute

la journée. Ce bâtiment, situé au Batzendell à Wiltz, respecte

toutes les particularités de l’économie circulaire. Construit

en bois et entièrement démontable, l’infrastructure est 25%

moins chère que les prix actuels du marché.


Source: wiltz.lu

GROSBOUS

La commission d’intégration a invité les habitants de Grosbous

à différents cours de cuisine tout au long du mois d’octobre

au Centre Weihersäift. L’inscription s’élève à 20 euros par

cours tout en sachant que les ingrédients étaient fournis par

le cuisinier, il suffisait seulement d’apporter sa planche et

son couteau. Les citoyens de Grosbous ont ainsi pu travailler

sur les plats luxembourgeois, thaïlandais, érythréens et

congolais. Mais pas que… rendez-vous, pour eux, durant le

mois de novembre afin de découvrir les spécialités polonaises,

tchadiennes ou encore indiennes. Source: groussbus.lu

ETTELBRUCK

La Ville d’Ettelbruck a entamé un

renouvellement de la canalisation dans

la rue Michel Weber. Les travaux ont eu

lieu du 25 septembre au 16 octobre et

ont donc engagé des modifications au

niveau des trajets et des règlements de

la circulation, occasionnant entre autres

des interdictions de stationnement et

des déviations au niveau du réseau

piéton. Source: ettelbruck.lu

VIANDEN

La Veiner Konstgalerie de Vianden

a accueilli une exposition collective

pendant deux semaines du 11 au

14 octobre et du 19 au 21 octobre.

Cette exposition a notamment réuni

des peintures et des sculptures. Des

artistes comme Marcel Bombardella,

René Grall, Micky Kirchen, Lis Prüssen

ou encore Armand Weber ont ainsi pu

exposer et faire découvrir leurs œuvres

au public. Source: vianden.lu

DIEKIRCH

Du 18 septembre au 4 octobre, la

Fédération Luxembourgeoise de

Canoë-Kayak a organisé des cours

d’initiation «Go Kayaking» au sein du

centre national d’eau vive à Diekirch en

partenariat avec le programme BeActive

et pendant la semaine européenne

du sport qui s’est déroulée la dernière

semaine du mois de septembre. Les

séances étaient ouvertes à la fois aux

adultes et aux jeunes de 10 à 17 ans.

Elles ont permis de faire découvrir

la discipline sous deux formes

différentes: la première comme un

moyen d’entrainement pour travailler

l’endurance et la deuxième comme un

moyen d’amélioration de la souplesse

du haut du corps. Source: diekirch.lu

TANDEL

La traditionnelle «Oktoberfest» n’est

pas seulement célébrée en Allemagne

et à Munich puisque la «Jeunesse

Bastenduerf» l’organisera localement

lors de la soirée du vendredi 26

octobre à Bastendorf, le tout entre

musique, animations par un DJ et des

bières évidemment. Source: tandel.lu


la mobilité

hydrogène

by MOVE2

LG

OCTOBRE 2018

83

Depuis 2014, MOVE2 planchait sur le

développement du BIKIBOX®, une consigne

individuelle, sécurisée et intelligente pour tous les

types de vélos. Aujourd’hui, l’industrialisation et la

commercialisation des BIKIBOX® prennent une

vitesse de croisière, principalement en France.

En 2015, MOVE2 reprend l’idée audacieuse de son

partenaire ANLEG, spécialiste de l’hydrogène, pour

démontrer les bénéfices de l’H2 comme carburant

propre.

Le vélo à hydrogène H2TEC® est né. Il est composé

de 2 réservoirs H2 solide (hydrure) sous le portebagage,

du moteur électrique d’origine placé dans

le pédalier, d’une pile à combustible et d’une gestion

électronique du carburant pour offrir une puissance

de 250 W (poids total : 25 kg)

Une collaboration avec le fabricant suisse des vélos

eZee donnera naissance, en 2019, au nouveau vélo

à hydrogène, le SPRINT H2 équipé d’un réservoir

à haute pression de 350 bars (H2 gazeux). Prix de

vente: 4.500 €.

Un kit de «range extender» de 1KW est en cours de

développement pour cargo-bike et bientôt un kit de

3 KW sera développé avec des fabricants de minivans

et micro-cars électriques.

MOVE2 a développé le H2BIB®, une mini-station

à hydrogène ainsi que des remorques de transport

d’H2 pour effectuer le remplissage de ces H2BIB®,

capables de recharger 60 à 100 vélos par jour.

En 2017, création officielle du nouveau département

H2TEC® qui s’occupe des projets de transformation

de véhicules légers pour remplacer les batteries

par une pile à combustible.

MOVE2 propose un kit H2 pour les véhicules légers

(vélos et scooters), allant jusque 300 W.

L’hydrogène entre par la plaque bipolaire à gauche

sur le dessin. Arrivé à l’anode, le dihydrogène (H2)

se dissocie (oxydation) en ions H+ et en électrons

selon : 2H2 = 4H+ + 4e−. Les ions traversent alors

la membrane mais les électrons bloqués sont

contraints d’emprunter un circuit extérieur, ce qui

va générer un courant électrique.

ANLEG et MOVE2 mettent au points des

électrolyseurs modulables pour la fabrication

d’hydrogène vert à partir de champs éolien ou

photovoltaique.

MOVE2 propose un écosystème complet afin de

décarboniser les villes ou campi universitaires.

E-mail: info@move2.lu


84 LG

OCTOBRE 2018

SOCIÉTÉ

Wéi steet et mat der

Entwécklungszesummenaarbecht

an der néier Regierung?

D’Entwécklungshëllef ass e wichtegen Deel vun eiser

Aussepolitik an en Instrument fir dem Land senger

internationaler Verantwortung nozekommen. Wat kann

hei d’Entwécklungshëllef maachen? Wéi dësen Artikel

geschriwwe gouf, war nach net kloer wéi déi nei Regierung

zesummegestallt géif. En gros waren all Parteie sech eens:

Lëtzebuerg geet et (nach) gutt, mee der Welt geet et schlecht.

Dofir musse mir méi maachen, well „kee Land ass eng Insel“.

Demonstration fir méi politesch Kohärenz virun der Chambre, 2017

von Ländern und Gruppen […] werden

die Ursachen für die Massenflucht noch

verstärkt.“

D’ADR gesäit dat ganz anescht: “Ewéi

schonn am Kapitel iwwer d’Asylfro,

ënnersträicht d’ADR nach eemol, datt

d’Kooperationspolitik an déi ekonomesch

Zesummenaarbecht méiglech Instrumenter

bei der Präventioun oder Gestioun vu

Migratiounsbeweegunge si kënnen.”

Vue dass d’Kooperatiouns-Direktioun

elo grad eng nei Strategie fir déi

nächst 5 Joer ausgeschafft huet, gëtt et

sécher programmatesch keng grouss

Verännerungen. Mee de Risiko datt den

Entwécklungsbudget net awer nach benotzt

gëtt fir eng Rei Dossieren ze finanzéieren,

vu Migratioun bis Sécherheet, besteet,

an esou geef se net méi d’Länner an hir

Populatiounen ënnerstëtzen fir eng besser

Zukunft fir hir Jugend ze schafen.

Op www.cercle.lu kënnt dir eis Revendicatiounen

un déi nei Regierung am Detail

liesen.

D’CSV, déi Gréng an d’LSAP gesinn

an der Entwécklungspolitik weiderhin e

wichtege Bestanddeel vun der Aussepolitik,

déi duerch Défense, Diplomatie an

Developpement Stäerkt weist.

Lëtzebuerg ass haut nach eent vun e puer

Länner déi hirem Engagement vun 0,7% vum

RNB fir Entwécklungszesummenaarbecht

nokommen. Lëtzebuerg iwwertrëfft dat

esouguer mat 1% vum RNB an doduerch

dass keng Klima- a Flüchtlingskäschten op

dësem Budget matgerechent ginn.

D’Pirate verstinn d’Entwécklungspolitik

als e wichtege Katalysater fir Demokratie

a Mënscherechter ze promovéieren, a

gesinn eng effizient Politik, wéi d’DP,

haaptsächlech um Niveau vun der EU.

Déi Lénk weisen dann och drop hin, dass

Lëtzebuerg do „als eine kleine Nation

einen anderen Weg aufzeigen mit einer

internationalen Politik die auf Solidarität

beruht.“

Fir eppes ze maachen, war fir d’KPL

d’Entwécklungspolitik relativ ineffikass,

besonnesch wann et ëm d’Stoppe vun

der Migratioun goung: „Die ständig

wiederkehrende Behauptung, die

„Fluchtursachen bekämpfen“ zu wollen,

hat sich als trügerisch herausgestellt,

denn mit ihrer Politik der Unterstützung

Wéi steet et mat der Entwécklungszesummenaarbecht

an der néier Regierung?

D’Entwécklungshëllef ass e wichtegen Deel

vun eiser Aussepolitik an en Instrument

fir dem Land senger internationaler

Verantwortung nozekommen. Wat kann

hei d’Entwécklungshëllef maachen? n

Véronique Faber,

Cercle de Coopération


86 LG

OCTOBRE 2018

SOCIÉTÉ

ASBL Luxembourg-Pérou

PAR RAOUF HATIRA

Depuis 1991, l’Association Luxembourg-Pérou n’a cessé

d’œuvrer pour un monde meilleur. Fondée par des parents

adoptifs d’enfants péruviens, elle a obtenu le statut

d’Organisation Non Gouvernementale (ONG) en 1992.

Grâce à cette reconnaissance, l’Association a pris une

autre dimension. En plus de son rôle d’intermédiaire pour

l’adoption d’enfants mineurs péruviens ou issus de tout autre

pays, elle fournit une aide précieuse aux familles et enfants

du Pérou, ainsi que d’autres pays d’Amérique latine, par le

biais de donations, parrainages et de projets d’envergure dans

l’éducation et le développement.

soutien du ministère de la Coopération

luxembourgeois pour la construction

de la section maternelle, ainsi que pour

l’agrandissement de l’école en deuxième

temps. Touchées par cet élan de générosité

venu d’ailleurs, les autorités péruviennes

se sont jointes au projet pour offrir

quotidiennement un repas équilibré à tous

les écoliers. Après le décès de Padre Garin,

le fondateur et bienfaiteur, deux anciens

élèves ont repris le flambeau. Désormais,

grâce à l’engagement de toutes les parties

prenantes, l’école s’est dotée d’un cycle

d’enseignement secondaire.

Depuis sa création, l’Association

Luxembourg-Pérou (ALP) a participé

activement à pas moins de 26 projets

cofinancés par le ministère des Affaires

étrangères. L’enfance et l’éducation

restent une priorité et un dénominateur

commun à toutes les actions entreprises

par l’association. C’est dans ce cadre que

l’APL s’active pour faire approuver le

projet de l’extension de l’école Corazon

de Jesus de Jicamarca au Pérou. Chaque

projet porte, par sa genèse, sa propre

histoire. Et l’histoire de cette école est loin

d’être banale. Il est des grandeurs, portées

par une initiative, un engagement ou une

conviction, qui naissent dans l’urgence du

besoin, la souffrance et la misère.

L’époque du terrorisme, dit du sentier

lumineux, est un des épisodes les plus noirs

de l’Histoire du Pérou. Le traumatisme de

la violence armée, entre la fin des années

1970 et les années 2000, a alimenté un

exode rural massif vers la ville de Lima. Le

nombre de sa population a explosé de 300%

en deux décennies, de manière chaotique,

accentuant plus que jamais les inégalités

sociales. C’est dans ce chaos que Padre

Garin, un père jésuite, âgé à l’époque de 80

ans, a décidé en 2002, d’ouvrir une école à

Jicamarca, conscient que l’éducation est le

seul moyen d’offrir aux enfants un avenir

meilleur dans cette étendue de pauvreté.

Dès 2003, l’Association Luxembourg-

Pérou s’est investie dans le projet avec le

L’engagement continu

Le soutien de l’association à ce projet n’est

pas terminé pour autant. Luxembourg-

Pérou émet le souhait cette année, avec

le concours du ministère des Affaires

étrangères, de financer deux classes

supplémentaires, ainsi qu’une aula

multifonctionnelle. Cet amphithéâtre aura

une double fonction. En plus de servir pour

des activités scolaires et pédagogiques, il se

veut un lieu de rencontre et d’échange avec

les parents et la population. L’ALP compte

organiser dans cet espace une série de

conférences et d’ateliers de sensibilisation

sur des thèmes variés tels que l’hygiène,

les maladies sexuellement transmissibles,

la microfinance, ce qui permettra de créer

toute une dynamique autour de l’école.

Les adultes pourront aussi prendre part

à des cours basiques en informatiques, en

boulangerie et en tissage.

Aujourd’hui, près de 1.500 élèves,

filles et garçons, répartis sur 33 classes,

fréquentent l’école et suivent au quotidien

un enseignement de qualité, encadrés par

un personnel éducatif très qualifié, par un

psychologue et par un psychomotricien.

L’engagement désintéressé trouve tout

son sens dans le rire d’un enfant épanoui.

Le sens de l’engagement de l’Association

Luxembourg-Pérou, c’est la possibilité

d’offrir à des enfants une éducation de

qualité, et de permettre à des familles

de sortir un jour du cercle vicieux de la

pauvreté et de l’exclusion. n


www.cajot.lu

ASPHALT FOR

ROAD CONSTRUCTION

IN LUXEMBOURG

Julien Cajot et Cie s.e.c.s.

1, Zone Industrielle Grasbusch | L-3370 Leudelange

Tél.: +352 48 76 76-1 | cajot@cajot.lu


88 LG

OCTOBRE 2018

SOCIÉTÉ

LUNDI 24.09.2018

Assemblée générale de l’association ProRSE

C’est dans une ambiance conviviale et décontractée que s’est déroulée l’assemblée

générale de l’association ProRSE, le 24 septembre dernier à la Chambre de

Commerce. Lors de son intervention, Morgane Haessler, présidente de l’association,

a tenu à rappeler que ProRSE avait été créée pour faire progresser la Responsabilité

Sociale des Entreprises au Luxembourg, la professionnaliser, et rendre ses membres

et leurs actions encore plus visibles, en tant qu’acteurs de la RSE. Sur les 61 membres

que totalise ProRSE, 26 étaient présents et 5 membres se sont fait représenter par

procuration. A l’ordre du jour figurait: le bilan et présentation des activités passées

et des événements à venir, l’approbation des comptes de l’exercice 2017, présentée

par Norman Fisch, trésorier de l’association, ainsi que la présentation du budget

2018. Enfin, deux nouveaux administrateurs ont rejoint l’association. L’assemblée

générale s’est terminée par un verre de l’amitié qui a permis aux membres d’échanger

ensemble sur le thème de la RSE.

1

1. Morgane Haessler, présidente de l’association ProRSE

2. Norman Fisch, trésorier de l’association ProRSE

2


De la sécurité…

… à la gestion

énergétique.

DEPUIS 2001, GLOBAL FACILITIES VOUS PROPOSE DES SOLUTIONS COMPLÈTES DE FACILITY MANAGEMENT PARFAITEMENT

ADAPTÉES À VOS BESOINS ET EXIGENCES.

Grâce à l’expertise de nos 150 collaborateurs, ingénieurs, techniciens

et de gestion, nous vous permettons de vous concentrer sur votre

cœur de métier en prenant en charge tous les aspects du facility

management : services techniques d’exploitation et de maintenance

de vos installations et infrastructures, services de support ainsi que

les services de consultance technique et réglementaire.

CONSULTANCE

ET AUDIT

GESTION

DES BÂTIMENTS

SERVICES

ADMINISTRATIFS

Global Facilities S.A. • 2, rue Thomas Edison • L-1445 Strassen • +352 26 37 28 1 • info@globalfacilities.lu • www.globalfacilities.lu


90 LG

OCTOBRE 2018

BRÈVES MINISTERIELLES

PAR RAOUF HATIRA

Ministère de l’Economie

Dans le cadre du mois européen

de la cybersécurité, le ministère de

l’Économie coordonne les acteurs locaux

impliqués et soutient cette initiative

notamment par le biais de la semaine de

la cybersécurité, “Cybersecurity Week”,

organisée par SECURITYMADEIN.

LU du 15 au 20 octobre 2018. Plus

de 2.500 professionnels du secteur

de la cybersécurité sont attendus

au Luxembourg pour participer à

une vingtaine d’événements, de

conférences et de workshops.


Source: SIP

Ministère de l’Environnement

La ministre de l’Environnement,

Carole Dieschbourg, a annoncé que

la procédure de classement en tant

que zone protégée “Gréngewald” a

été décidée par le gouvernement.

Selon la ministre, les raisons de

cette décision sont multiples: c’est

la plus grande zone protégée en

réserve naturelle forestière du pays.

Elle constitue un véritable “paysage”

forestier et culturel exceptionnel.

Les forêts occupent près de 93%

de la couverture globale de la zone

protégée proposée. Source: SIP

Ministère de l’Intérieur

Le ministre de l’Intérieur, Dan

Kersch, a présenté “GouvAlert.lu”, la

nouvelle application mobile d’alerte

de la population sur smartphone.

Téléchargeable gratuitement, cette

application est disponible en trois

langues. Elle permet au Central

des secours d’urgence 112 ou au

Service de la communication de

crise du ministère d’État de diffuser

des alertes sur des incidents majeurs

qui surviennent à échelle nationale.

Ministère des Finances

Le ministre des Finances, Pierre

Gramegna, a inauguré le nouveau site

de l’Administration des contributions

directes à la Cloche d’Or. Le nouveau

bâtiment jouit d’une position

géographique centrale. Les locaux

sont lumineux et modernes. La

centralisation de plusieurs services

sous le même toit vise l’amélioration

du service offert aux contribuables

et la simplification des démarches

administratives.

Source: SIP

Ministère de la Défense

Le ministre de la Défense, Étienne Schneider, a signé une

convention de partenariat avec l’Université du Luxembourg

portant sur un projet de recherche sur l’Histoire militaire du

Luxembourg depuis 1817. Contrairement aux récits historiques

détaillés de certaines périodes comme la Première et la Seconde

Guerre mondiale, l’Histoire militaire du Luxembourg au XIX e et

XX e siècles est un sujet de l’Histoire nationale relativement peu

étudié. Le projet de recherche sera mené sur cinq ans et sera

doté d’un budget total d’environ 453.000 euros. Source: SIP


Source photo: Fonds du Logement

Ministère du Logement

Le ministre du Logement, Marc Hansen, a assisté à

l’inauguration de 5 résidences comprenant au total 42

appartements. Le ministère cofinance ce projet à hauteur de

50% des frais d’études et d’infrastructures. Les logements

seront mis en vente lors de la Semaine nationale du Logement

qui se tiendra du 13 au 21 octobre à la Luxexpo The Box.

L’ensemble du projet “Les Terrasses” à Differdange, réalisé par

le Fonds du Logement, comprend 75 appartements répartis sur

9 résidences. Source: SIP

Ministère du Développement durable

et des Infrastructures

La station d’épuration régionale de Grevenmacher a été

inaugurée le 28 septembre en présence du ministre du

Développement durable et des Infrastructures, François

Bausch, et de la ministre de l’Environnement, Carole

Dieschbourg. Le coût total de la construction de la station, ainsi

que le réseau d’égouts s’élève à 123,5 millions. Le ministère a

contribué à ce projet à hauteur de 83,8 millions. Source: SIP

Ministère de l’Economie

Dans le cadre de la stratégie nationale de développement du

secteur touristique “Tourisme 2022”, initiée par le ministère de

l’Économie, le prix du Tourism Innovation Award a été décerné

à Spoticle dans la catégorie Smart tourism. L’application permet

aux acteurs du secteur touristique d’accéder à la digitalisation. Un

autre prix a été remis à la société Ramborn Ciderhaff, producteurs

de cidre, dans la catégorie Economie circulaire et développement

durable. Le prix du public a été attribué à Spillplatz.lu qui recense

toutes les aires de jeux dans le pays.

Source: SIP

Ministère de l’Economie

En collaboration avec la Chambre

de Commerce et l’IMS, le ministère

de l’Économie a organisé le 29

septembre dernier une journée

découverte de l’économie de demain.

Intitulé “Lëtzebuerg kann Zukunft”,

l’événement a permis au grand public

de visiter 20 entreprises qui ont déjà

souscrit aux principes du processus

“Rifkin”, marqué par la transition

digitale et l’utilisation rationnelle de

l’énergie.

Source: SIP

Ministère de la Santé

Le ministère de la Santé a fixé

les modalités légales pour la

reconnaissance et la règlementation

de la profession d’ostéopathe.

Les ostéopathes sont inscrits sur

la liste des professions de santé

réglementées, fixée par la loi du 26

mars 1992. La réglementation est

déjà entrée en vigueur. “Le bien-être

et la sécurité du patient sont l’objectif

primordial de la reconnaissance et de

la règlementation de la profession

d’ostéopathe”, a indiqué Lydia

Mutsch.

Source: SIP

Ministère du Logement

Le ministère du Logement a lancé

à partir du 1 er octobre 2018 une

campagne d’information sur

la gestion locative sociale, afin

d’expliquer les multiples avantages

de cet instrument et de sensibiliser

les propriétaires de logements vides

à attribuer ceux-ci à un organisme

conventionné. Le paiement du loyer

est garanti tous les mois. Le bien

reste disponible pour le propriétaire

en cas de besoin personnel et

l’entretien est garanti. En outre,

le propriétaire profite d’une

exonération fiscale de 50% sur les

revenus locatifs. Source: SIP

Ministère du Développement

durable et des Infrastructures

Le secrétaire d’État au Développement

durable et aux Infrastructures, Claude

Turmes, a assisté au premier coup

de pelle du chantier d’élargissement

de la passerelle “Al Bréck”. Pour

permettre le futur passage du tram

dans l’avenue de la Liberté, les bus

de la Ville de Luxembourg devront

changer d’itinéraire et passer par

l’avenue de la Gare. Afin de garantir

l’espace nécessaire pour tous les

usagers de la route, vélos inclus, la

passerelle doit donc être élargie de

2,40 mètres. Source: SIP


Entdecken Sie die bioklimatische

Pergola in unserem Showroom.

Erleben Sie, wie sich Ihr Leben verändert, wenn Sie mehr

Zeit draußen verbringen können. Im Sommer sowie im

Winter verwandeln Sie Ihr Zuhause in eine Oase des

Lichts. Die Veranda und die Pergola schaffen Ihnen

zusätzlichen Raum zum Wohnen und Entspannen. Sie

bieten Ihnen die perfekte Ergänzung ihres Hauses.

METALICA EST

AMBASSADEUR

RENSON AU

LUXEMBOURG

SHOWROOM

181, rue de Luxembourg L-4222 ESCH/ALZETTE

Tél. +352 55 21 56 | Fax: +352 55 74 14 | info@metalica.lu | www.metalica.lu


92 LG

OCTOBRE 2018

PORTRAIT

Diriger, c’est prévoir

PAR JULIEN BRUN

Claude Seywert est devenu le 15 septembre 2018, le nouveau CEO et président du comité

de direction d’Encevo. 47 ans, dynamique, souriant, plein d’humour, le successeur de Jean

Lucius, affiche néanmoins un sérieux Curriculum Vitae. Deux semaines seulement après sa

prise de fonction, il a accepté de se prêter au jeu du portrait biographique pour LG magazine.

Récit d’un parcours professionnel.

Le temps de la formation

Claude grandit, entouré de deux sœurs

et d’un frère, au sein d’une famille

luxembourgeoise de Dudelange. Le garçon

affiche de très bons résultats scolaires mais

n’est pas toujours le plus assidu en classe.

Du latin aux mathématiques, ses facilités

lui permettent de sillonner avec brio et non

sans outrecuidance les filières classiques de

l’Athénée. Il s’essaie à l’athlétisme, au tennis,

au tennis de table, suit des cours de solfège

et de piano et a le goût de la littérature.

Dans le respect de la tradition littéraire

luxembourgeoise qui refuse les traductions

au profit des textes originaux, il s’efforce

de vaguer entre les auteurs francophones,

germanophones et anglophones. Aujourd’hui

encore, il n’est pas de ceux qui lisent sur un

écran, lui préférant la rugosité du papier

sous les doigts, l’odeur des pages écorchées

et l’objet-livre dans la main. Des grands

auteurs classiques aux textes philosophiques,

en passant par la littérature fantastique, il a la

lecture éclectique et romantique.

En 1990, avec son baccalauréat en poche

et le regard vissé dans le ciel par la passion

des avions, il a dans l’espoir d’intégrer une

grande école française. Il renonce à l’idée

de passer par les classes préparatoires et

prend la direction du centre économique,

financier, scientifique et artistique

helvétique où il passe un master en physique

à l’Ecole polytechnique de Zurich. En 1995,

il s’envole pour la Californie, ses plages,

son soleil, sa cité des anges, ses parfums

de liberté mais aussi et surtout pour les

laboratoires du «California Institute of

Technology» où il passe un master et un

doctorat en aéronautique. Le doctorant sait

déjà qu’il ne fera pas de la recherche toute

sa vie et souhaite être actif dans le monde de

l’entreprise. Il hésite un temps à rester aux

Etats-Unis mais le bureau allemand d’une

entreprise de consultance venu recruter en

Californie cherche des étudiants qui parlent

allemand. Un weekend tous frais payés à

San Francisco et la perspective de revenir

en Europe suffisent à le convaincre.

“Un homme

de discussions

qui entend les

oppositions mais

qui sait prendre

les décisions

et donner

les directives”

Responsabilités formatrices

Le monde de l’entreprise lui plaît aussitôt et

la consultance stratégique dans l’industrie

lui permet d’acquérir des compétences en

économie et en finance. Il gratte beaucoup

de papier, apprend à se développer

rapidement au contact d’interlocuteurs

expérimentés et voyage constamment. La

distance commence à peser et il revient

alors au pays en 2002.

Lui qui au lycée aimait dire, comme

beaucoup d’ados, qu’il ne travaillerait jamais

à l’ARBED comme papa, rentre au contrôle

de gestion du nouveau groupe Arcelor,

alors animé d’une certaine effervescence et

attirant des collaborateurs internationaux.

«Les fusions commençaient à peine à se faire

et il restait encore tout à construire dans les

couches transversales et notamment dans le

contrôle de gestion», se souvient-il. Michel

Wurth, alors membre de la direction du

groupe et directeur financier, le prend

sous son aile comme assistant exécutif. Il

traite des mêmes dossiers et notamment

des affaires luxembourgeoises et c’est à ce

moment-là qu’il fait la connaissance des

sociétés qui formeront le noyau du groupe

Encevo.

Son désir opérationnel l’amène en 2007

dans les usines de Florange avec l’objectif

d’augmenter la production d’acier mais

la crise de 2008 changea la donne. La

surproduction européenne obligea l’arrêt

des hauts fourneaux, et par la même,

le travail des ouvriers bientôt en grève.

Directeur des usines à froid en 2009,

Claude Seywert va à la rencontre de ces

hommes chauffés de colères. «La grève

se faisant surtout à l’entrée de l’usine, je

devais négocier les passages des camions et

des trains afin de répondre aux commandes

des clients», explique-t-il. Un patron en

costume au milieu d’ouvriers en grève laisse

imaginer une violence du verbe et une

animosité des rapports de forces. Pourtant,

l’hypermnésie d’Internet garde dans sa

mémoire d’éléphant, de nombreuses vidéos

de ces confrontations où la franchise et la

dureté n’enlèvent rien au respect et à la

complicité. Claude Seywert explique cette

bienveillance par deux facteurs: «d’abord

j’avais déjà été amené à négocier avec

les syndicats, de sorte que nous avions

confiance dans les engagements que nous

prenions. Ensuite, si le groupe entendait

réduire sa production pour faire face à la

surproduction européenne, il était clair

que le directeur de l’usine que j’étais se

battrait pour que cette réduction ne se fasse

pas sur notre site». Et de conclure qu’«en

cela nous étions complices d’un objectif en

commun».


LG

OCTOBRE 2018

93

Claude Seywert


94 LG

OCTOBRE 2018

PORTRAIT

Le directeur connait la responsabilité de

sa fonction et une fois le salon feutré de ses

appartements retrouvé, il sait que derrière les

colères se jouent autant de drames personnels

et familiaux. Même en s’efforçant de dresser

des murs entre les sphères professionnelles et

privées, les voix traversantes de la conscience

ne s’éteignent pas aisément.

Transparence et responsabilité

Arcelor Mittal quitte l’actionnariat d’Encevo

en 2012, l’année où Claude Seywert quitte

le géant de l’acier pour le gestionnaire

de réseaux d’électricité et de gaz naturel

Creos. S’il a beaucoup appris au sein de ce

grand groupe, la prochaine étape aurait été

de repartir pour l’étranger et il souhaitait

retrouver une entreprise à taille humaine. Il

devient alors responsable de la stratégie en

vue de remplacer à la tête de Creos Romain

Becker parti à la retraite en 2015. Là, son

expérience de terrain à Florange, lui aura

permis d’imposer son style avec la volonté

de faire évoluer cette entreprise du groupe

Encevo.

Lorsque Jean Lucius annonce son départ

en retraite, le conseil d’administration

d’Encevo se met à la recherche d’un

successeur. Le choix se porte sur Claude

Seywert qui a la gestion de Creos pour lui

mais aussi une jeunesse, un dynamisme et

un humour qui pourraient servir à donner

une deuxième vitalité au groupe.

Le quadragénaire définit son style de

management par la transparence et la

responsabilité. Leur donnant une certaine

marge de main-d’œuvre et les impliquant

dans les sujets, il aime à penser qu’il favorise

la participation de ses collaborateurs.

Il est un homme de discussions qui entend

les oppositions mais qui sait prendre les

décisions et donner les directives. De

nature optimiste, il part du principe que du

poste le plus bas jusqu’à la direction, tous

œuvrent pour le meilleur de l’entreprise.

Deux semaines après sa prise de fonction,

Claude Seywert prend encore ses marques

mais ne cache rien de ses ambitions pour le

groupe. Il entend donner plus d’importance

encore aux clients, réduire la bureaucratie

et offrir davantage de visibilité au groupe.

Réactivité, agilité, dynamisme; l’ambition

est de faire prospérer le groupe et de rester

le leadeur de l’énergie au Luxembourg et

en Grande Région. «Le premier réflexe

lorsqu’on pense aux panneaux solaires, aux

batteries, aux systèmes d’électromobilité,

ou autres questions énergétiques, doit

être de s’adresser à une entité du groupe

Encevo».

«Le monde de l’énergie est en mouvement

et nous devons nous transformer pour mieux

l’accompagner. Personne ne peut dire à quoi

il ressemblera dans dix ans et il faut donc se

réinventer quotidiennement. Le groupe est

fort de plusieurs départements et sociétés

encore hétérogènes qu’il faudra plus encore

rassembler dans une vision cohérente».

On sait que le Luxembourg a de fortes

ambitions pour son développement à venir

qu’il veut durable. L’idée d’une société où

les citoyens, les entreprises, les industries

doivent tous être impliqués pour une

transition énergétique économiquement et

socialement responsable prend alors tout

son sens. n


LG

OCTOBRE 2018

95

enoprimes

A vos côtés dans vos projets de rénovation énergétique

Vous souhaitez entamer, dans votre commune, des

rénovations significatives au niveau énergétique ? Vos

travaux portent p.ex. sur l’isolation, un meilleur système

de chauffage ou de ventilation pour bâtiments publics,

tels que centres sportifs, écoles, etc. ?

Répondant à la volonté européenne de favoriser

les économies d’énergie, le programme enoprimes

d’Enovos récompense vos démarches en vous proposant un

soutien financier et des conseils pour la réalisation des

travaux prévus.

enoprimes.lu

Energy for today. Caring for tomorrow.

enovos.eu


BANQUE N°1

DES PRÊTS IMMOBILIERS

L’HISTOIRE

DE VOTRE FUTUR LOGEMENT

COMMENCE CHEZ NOUS

PRÊT AU LOGEMENT. Faites confiance à la banque leader des prêts au logement

au Luxembourg pour déterminer avec vous le meilleur plan de financement.

Pour faire de votre projet logement la plus belle des histoires.

Plus d’informations sur www.bcee.lu/logement

Banque et Caisse d’Épargne de l’État, Luxembourg, Établissement Public Autonome, 1, Place de Metz, L - 2954 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B 30775

www.bcee.lu, tél (+352) 4015-1


Lëtzebuerger Gemengen 215 Octobre 2018

More magazines by this user
Similar magazines