08.02.2019 Views

SPECIAL BLACK MOUNTAIN 2019

Le Black Mountain Trail du côté de l'organisation !

Le Black Mountain Trail du côté de l'organisation !

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

Numéro spécial sur le Black Mountain Trail <strong>2019</strong><br />

Photos et vidéos sur<br />

www.runningmag.fr !<br />

www.runningmag.fr<br />

Mensuel N°HS Mars <strong>2019</strong> — 2 €<br />

Le journal des courses, raids, trails et triathlons de votre région<br />

Le Black Mountain Trail <strong>2019</strong> :<br />

Inside BMT !!<br />

Plongez avec nous dans l'organisation de cette épreuve hors-normes !


Le sommaire<br />

<br />

EDITO<br />

Dans les coulisses...<br />

Le 2 mars approche à grand pas et la tension, telle une<br />

veillée de Noël, grimpe dans la Vallée du Thoré...<br />

Les éditions du Black Mountain Trail ® se succèdent<br />

et l’envie de bien accueillir les visiteurs d’un weekend<br />

est toujours là. C’est le moteur de cette grande famille<br />

qui s’est forgée aux rythmes des années autour de cet<br />

événement.<br />

Ce numéro spécial de Running Mag vous permettra de<br />

découvrir une partie des coulisses du «Black» au travers<br />

de ses principaux acteurs : les Bénévoles.<br />

Ce n’est donc plus qu’une histoire de temps avant de<br />

nous retrouver sur les sentiers de la Montagne Noire. Nous<br />

souhaitons par avance la bienvenue à tous les coureurs<br />

et espérons qu’ils trouveront dans l’atmosphère de nos<br />

villages ce bon goût de terroir qui nous est cher.<br />

Philippe Arnaud<br />

Président de "Esprit Montagne Noire"<br />

Nota: L'équipe du Black Mountain Trail nous a accueilli chez elle,<br />

à Saint-Amant Soult pour participer à la fois à la grande réunion des<br />

bénévoles et à la fois à une reconnaissance du parcours que nous<br />

connaissions déjà mais qui a été sublimé par la neige... Merci à tous<br />

les bénévoles de nous avoir accordé quelques minutes et à tous les<br />

autres qui font de ce rendez-vous quelque chose de si convivial et<br />

de si unique. Merci aux organisateurs de nous avoir fait confiance<br />

pour ce numéro un peu à part donc, vous l'aurez compris !<br />

LE SOMMAIRE<br />

La course (P. 4 et 5)<br />

Pendant les mois qui précèdent le Black Mountain Trail, plusieurs<br />

réunions de bénévoles se succèdent à Saint-Amans Soult. C'est l'occasion<br />

de resserrer des liens comme on dit. Plongée de l'autre côté de<br />

l'organisation, dans les coulisses d'une grande épreuve !<br />

Les témoignages (P. 6 à 7)<br />

Nous sommes allés sur le parcours de l'épreuve. Un peu plus d'un mois<br />

avant la date. La neige était tombée en abondance ce qui a rendu notre<br />

progression bien plus rude que prévue.... Mais en tout cas le plaisir était<br />

là aussi car le décor était fabuleux !<br />

La rédaction<br />

Retrouvez toutes les infos, les résultats, les photos<br />

de vos courses sur le site de Running Mag :<br />

www.runningmag.fr<br />

et n’hésitez pas à nous contacter au 0613360887<br />

pour profiter des différentes offres promotionnelles !<br />

Running Mag est édité par<br />

la société RP Presse<br />

au capital de 400 euros<br />

2 Rte de la Balerme<br />

81500 Teulat<br />

Remy : Tél.06 13 36 08 87<br />

et Tél./Fax. 05‐61‐21 47 70<br />

E.Mail: runningmag@sfr.fr<br />

Directeur de la Rédaction : R. Jégard<br />

Gérant de la société : R. Jégard<br />

Ont collaboré à ce numéro :<br />

Thomas - Krys - Rémy<br />

Montage : Rémy<br />

Impression : Occitane Imprimerie<br />

- Avenue Jean Baylet<br />

- 31095 Toulouse Cedex<br />

9 - Tél.: 0562113448 (Ce<br />

journal est imprimé dans<br />

le respect de l'environnement)<br />

N° ISSN : 1626-9500<br />

N° Commission paritaire :<br />

0513K80535<br />

Abonnement 1 an : 19 €<br />

Abonnement de soutien : 76 €<br />

Prix TTC aux taux de 2,10 %


Le BMT<br />

LA REUNION<br />

Les crêpes, les bougnettes<br />

Vendredi 25 janvier. Il ne fait<br />

pas très chaud du côté de<br />

Saint-Amant Soult. A peine une<br />

poignée de degrés en centre<br />

ville. Il est 20h. Avec le vent, le<br />

ressenti est encore moindre.<br />

C’est vrai que nous sommes en<br />

pleine hiver et ici au cœur de la montagne<br />

noire, tout est possible. Les<br />

organisateurs du Black Mountain Trail<br />

se souviennent mieux que quinconque<br />

de cette réalité avec une édition en<br />

2017 qui aura finalement été annulée<br />

au tout dernier moment. La neige était<br />

tellement tombée à quelques heures<br />

du premier départ que même l’arrivée<br />

dans la vallée en devenait difficile<br />

voire impossible…<br />

Bref ce soir, c’est la grande réunion<br />

des bénévoles de la course. A<br />

plus d’un mois de l’épreuve, c’est le<br />

rendez-vous attendu par de nombreux<br />

villageois. Le moment de se retrouver<br />

autour d’une galette des rois et d’un<br />

verre de cidre ou de mousseux. La<br />

salle du Thoré se remplit à vue d’œil.<br />

La réunion débute à 20h30 mais il ne<br />

fait aucun doute que tout le monde<br />

sera là. Peut-être déjà une centaine<br />

de bénévoles. Tous passionnés, tous<br />

prêts à remettre le couvert. Ils attendent<br />

ce moment depuis quelques<br />

mois maintenant. Le Black fait partie<br />

de leur vie. D’ailleurs au premier coup<br />

d’œil, on est frappé par la diversité<br />

des générations. Les jeunes se mélangent<br />

aux plus âgés et tout le monde a<br />

l’air de se connaître, de bien s’entendre.<br />

C’est une force. Philippe Arnaud,<br />

le chef organisateur, explique qu’il y a<br />

en tout 180 personnes concernées par<br />

l’organisation. Mais tous ne sont pas<br />

du village précisément, cela déborde<br />

dans toute la vallée. Demain il ira à<br />

une réunion vers Pradelles justement<br />

pour rencontrer les bénévoles de làbas.<br />

Tout est calé. La machine est en<br />

marche.<br />

Dans cette grande salle où se<br />

déroule aussi, la veille de l’épreuve la<br />

traditionnelle pasta party, des tables<br />

sont positionnées contre les murs et<br />

au-dessus de chacune, il y a un petit<br />

carton avec des indications écrites<br />

dessus en gros. «Repas », « Polos », «<br />

Montagne », « Pasta », « Dossards » et<br />

ainsi de suite. Une dizaine de postes<br />

sont ainsi à pourvoir et chacun après<br />

le discours du président de « Esprit<br />

Montagne Noire » ira s’inscrire où bon<br />

lui semble, selon ses disponibilités et<br />

ses envies aussi.<br />

Mais chut, Philippe prend la parole<br />

et tout le monde se tait. Attentif.<br />

Sérieux. On se croirait dans un amphithéâtre<br />

estudiantin. Il revient ainsi sur<br />

les petits points qui n’ont pas trop<br />

fonctionné l’an passé et appuie aussi<br />

sur ce qui fait la réputation de l’épreuve<br />

au-delà des frontières du Tarn.<br />

Ainsi les ravitos sont souvent mis<br />

en avant. On se souvient tous de cette<br />

petite vidéo (voir ci-contre) prise à la<br />

Cabane des Chasseurs en plein dans<br />

la terrible montée vers le Pic de Nore<br />

où les bénévoles avaient carrément<br />

sortis la broche et faisaient cuire des<br />

saucisses en veux-tu en voilà ! Tout<br />

simplement incroyable. Ce moment<br />

a fait le tour des réseaux sociaux et<br />

ameutait tout la trailosphère !<br />

Mais il y a aussi ces fameuses «<br />

bougnettes », fierté et spécialité locale.<br />

Boule de cou de porc mélangée à<br />

de la farine, de l’œuf et autres ingrédients<br />

magiques. Le genre de truc


Le BMT<br />

<br />

DES BENEVOLES<br />

... et les galettes !<br />

qui colle bien au corps et qui permet<br />

de lutter plus efficacement qu’une<br />

deuxième couche contre les éléments<br />

et la météo. On pense aussi aux<br />

fameuses crêpes (voir également les<br />

vidéos ci-contre), dont on sait qu’une<br />

partie du secret de réalisation réside<br />

dans la quantité de rhum nécessaire.<br />

Peut-être un petit lâcher prise sur ce<br />

coup ? Allez savoir. En tout les 1000<br />

ou 1200 cuites à même le ravito, partent<br />

comme des petits pains. Si l’on<br />

peut dire…<br />

Bien sûr, les bénévoles qui seront<br />

en montagne sur le parcours seront<br />

les plus nombreux. Eux font vraiment<br />

vivre la course, le sourire toujours pas<br />

loin. Il y a même des représentants de<br />

la maison de retraire de Saint-Amant<br />

qui propose à nouveau de prêter main<br />

forte. N’oublions pas qu’avec cette<br />

année 2000 inscrits en tout, c’est la<br />

population du village, tout simplement,<br />

qui est multiplié par deux.<br />

Vers 21h30 déjà, tout le monde se<br />

dirige vers le petit bar improvisé et<br />

chacun refait ainsi le monde un bout<br />

de galette en bouche, en espérant<br />

peut-être trouver la fève, mais en<br />

se remémorant à coup sûr des bons<br />

souvenirs d’une des éditions passées.<br />

Le 2 mars, ce sera une nouvelle page<br />

du Black Mountain Trail qui sera écrite.<br />

Chacun croise les doigts tout de<br />

même pour qu’il n’y a ait pas autant<br />

de neige qu’aujourd’hui. En effet celle-ci<br />

vient de tomber durant toute la<br />

journée et déjà dans les hauteurs du<br />

Pic, on parle de 40 cm… Pour organiser<br />

quelque chose, on l’aura compris,<br />

c’est tout de suite une autre paire de<br />

manches dans ces cas-là… affaire à<br />

suivre, la prochaine réunion de toute<br />

façon aura lieu dans quinze jours…<br />

Rémy Jégard<br />

Ambiance des villages<br />

Philippe revient également sur les<br />

nuitées chez l’habitant. Cela aussi<br />

reste assez rare dans le milieu pour<br />

être signaler. Beaucoup d’autochtones<br />

jouent le jeu et sont prêts à inviter<br />

chez eux et sur place donc des<br />

traileurs qui en auront simplement<br />

faits la demande. Cela permet d’une<br />

part d’éviter quelques tracas de la<br />

route, d’autre part de faire de belles<br />

rencontres parfois et puis surtout de<br />

débourser un peu moins. Bref ils sont<br />

toujours une vingtaine ainsi à ouvrir<br />

leur porte le cœur sur la main.<br />

Mais la réunion touche déjà à sa<br />

fin. Une petite demi-heure rondement<br />

menée. Le tour de tous les points a été<br />

fait. C’est le moment d’aller s’inscrire<br />

à l’une des listes souhaitées. Certains<br />

peuvent même doubler facilement.


Le BMT<br />

LA RECO DANS<br />

"La météo aura<br />

Samedi 26 janvier. Le rendezvous<br />

est fixé à 9h devant la<br />

petite église de Saint-Amant.<br />

Oui, celle-là même qui quelques<br />

mois auparavant a perdu<br />

son clocher suite à un éclair<br />

dévastateur en plein orage. Les<br />

travaux de rénovation sont en<br />

cours.<br />

La météo n’est pas bonne. C’est le<br />

moins que l’on puisse dire. Brouillard,<br />

pluie fine et froid. Quasiment la totale.<br />

Mais nous sommes tout de même une<br />

poignée à avoir gardé suffisamment<br />

de motivation pour tenter de monter<br />

en haut. C’était prévu depuis un<br />

moment. Comme une petite reconnaissance<br />

du parcours du 18km<br />

du Black Mountain Trail. De toutes<br />

façons, il est évident qu’en cette<br />

période de l’année, la météo peut<br />

toujours être pire. On ne peut pas<br />

faire les difficiles.<br />

Aussi pour cette fois, c’est Florian<br />

Beyt qui va nous accompagner. C’est<br />

un peu le guide local. Il connait cette<br />

montagne noire comme sa poche.<br />

Même si il y a quelques années, étant<br />

footballeur de talent, il ne connaissait<br />

pas grand-chose au trail, l’organisation<br />

de l’épreuve tout près de chez lui,<br />

lui a donc inoculé le virus. Aujourd’hui,<br />

il le dit lui-même (voir interview cicontre)<br />

, le trail est devenu sa passion.<br />

C’est lui qui balise le parcours,<br />

ou du moins la grande partie, c’est<br />

lui qui est en quelque sorte le directeur<br />

de course. Et pour l’occasion de<br />

cette petite reco, il a même jalonné<br />

le parcours de quelques traces rouge<br />

sur les arbres. Histoire de ne pas se<br />

perdre.<br />

Après quelques centaines de<br />

mètres sur le bitume pour traverser<br />

le fond du village, nous prenons très<br />

vite le sentier sur notre gauche. La<br />

forêt est déjà là et elle nous protège<br />

d’entrée de la petite pluie du départ.<br />

C’est même agréable.<br />

Pourtant la pente est là aussi. On<br />

est dans le dur sans trop tergiverser.<br />

C’était prévu ainsi. De toute façon, il<br />

faudra se farcir un peu plus de 1000m<br />

de D+. Plein de sentiers et de sentes<br />

se croisent et se recroisent dans cette<br />

portion de forêt. Il faut escalader des<br />

rochers, passer par-dessus des branches<br />

d’arbre. Impossible de trouver le<br />

bon chemin sans guide. C’est ça la<br />

Montagne Noire.<br />

Mais très vite, les premières traces<br />

de blanc apparaissent sous nos pieds.<br />

A peine deux kilomètres de parcourus,<br />

200m de D+ à la louche, et on<br />

passe dans un autre monde. La neige<br />

est là. On arrive au petit endroit appelé<br />

ici « les glaçons ». On comprend<br />

vite pourquoi. La cascade qui coule<br />

au milieu et qui dévale la pente est<br />

entourée de petites stalactites. C’est<br />

magnifique. On s’arrête pour prendre<br />

quelques photos. Il y a déjà une petite<br />

dizaine de centimètres de poudreuse<br />

sous nos pas.<br />

Bientôt la trace semble ne plus faire<br />

de détour, c’est droit dans la pente<br />

et le pourcentage avoisine les 30°.<br />

Mais cela ne dure jamais trop longtemps<br />

toutefois. Pourtant aujourd’hui<br />

avec toute cette neige, cela va nous<br />

sembler beaucoup plus rude que<br />

d’habitude.<br />

Bientôt, les pieds s’enfoncent de<br />

près de trente centimètres. Nous<br />

suivons les petits trous dans la neige<br />

laissés par un unique randonneur<br />

passé sans doute quelques instants


Le BMT<br />

<br />

LA NEIGE<br />

toujours le pouvoir !"<br />

avant nous, mais bientôt on remarque<br />

qu’il a fait demi-tour. Il faut donc<br />

ouvrir « la trace ». Plus question de<br />

courir ici. L’effort est déjà intense,<br />

rien qu’en marchant. Nous parvenons,<br />

non sans mal, à la fameuse cabane<br />

des chasseurs. Celle-là même qui<br />

a été rendu célèbre par un fameux<br />

ravito l’année d’avant. Saucisses<br />

qui grillaient à la plancha, tournedos<br />

à la broche et puis bougnettes à la<br />

volée (voir la vidéo ci-contre). C’est<br />

un endroit mythique désormais du<br />

parcours. Certains s’y attardent plus<br />

que nécessaire.<br />

50 cm de neige !<br />

Quelle ne fut pas notre surprise que<br />

de voir que l’on est attendu. En effet<br />

l’organisateur a réussi à motiver deux<br />

ou trois personnes pour venir ouvrir<br />

la cabane et nous emmener un petit<br />

café chaud et quelques biscuits. Le<br />

paradis ! Le 4x4 prévu n’a pas réussi<br />

à monter mais les quads, eux, passent<br />

partout. Nos hôtes du moment<br />

ont même eu le temps de « lancer »<br />

un petit feu de bois.<br />

Après cet arrêt salvateur, nous<br />

repartons dans la neige. La portion<br />

qui suit est de loin la plus difficile. La<br />

pente est raide pour déboucher sur<br />

la route un peu plus haut mais avec<br />

désormais 40 ou 50 cm de neige,<br />

cela devient vraiment une aventure,<br />

une expédition.<br />

Arrivés ainsi à la route après 2h30<br />

d’ascension, nous nous posons cinq<br />

minutes la question de savoir si cela<br />

vaut le coup de tenter le sommet. Le<br />

Pic de Nore qui culmine à 1211m<br />

d’altitude. Le sommet de la montagne<br />

noire. Car à ce moment-là, on<br />

sait pertinemment que l’on ne sera<br />

plus abritée du vent et que cela va<br />

être une toute autre histoire, même<br />

si les appuis seront aussi plus faciles<br />

avec moins de neige sur le bitume.<br />

Le dernier kilomètre est vraiment<br />

épique. Le grésil est intense et nous<br />

fouette le visage. Nous sommes<br />

emmitouflés dans nos doudounes et<br />

vestes de coureurs. Le vent est plus<br />

que violent avec des rafales constantes<br />

à plus de 100 km/h. Tout juste si<br />

nous tenons debout. Arrivés tout en<br />

faut, on croise des quads qui sont<br />

venus tenter l’aventure aussi. A leur<br />

manière. Ils ne trainent pas. Nous<br />

non plus ! Petite photo souvenir pour<br />

immortaliser les conditions et on<br />

prend déjà le chemin du retour.<br />

L’entre dans la forêt est salvatrice.<br />

Elle nous protège aussitôt. La différence<br />

est flagrante. Il y a plus qu’à se<br />

laisser aller pour regagner le parking<br />

en passant par la Croix de la Roque.<br />

Mais ce n’est pas aussi évident qu’il<br />

n’y parait. Car quand on essaye de «<br />

recourir » un peu, on s’aperçoit bien<br />

vite qu’il faut faire un effort bien plus<br />

important que d’habitude pour lever<br />

les jambes hors de la neige à chaque<br />

foulée. Bref on sera de retour<br />

aux voitures presque quatre heures<br />

après le départ. Un peu avant 13h.<br />

Un peu crevés certes avec les cuissots<br />

qui ont bien chauffé mais surtout<br />

heureux car conscients d’avoir vécu<br />

quelque chose d’unique, de différent<br />

en tout cas.<br />

Quelle seront les conditions météos<br />

le 2 mars prochain, jour de la course<br />

? C’est la question que l’on ne va<br />

cesser de se poser durant tout le<br />

reste de cette journée de reconnaissance.<br />

Forcément !<br />

R.J.


Le BMT<br />

LES COUREURS ONT<br />

"Il faut s'attendre à<br />

barbecue d’anthologie. Je n’en repartirai<br />

jamais … enfin pas à pied.<br />

Pour des raisons diverses et<br />

variées, et à mon grand regret, je n’ai<br />

pas pu faire les autres éditions<br />

2) A mes 2 venues, j’ai pu apprécier<br />

la bonne humeur des organisateurs,<br />

leur envie de bien faire et le<br />

résultat sur le terrain. Y’a vraiment ce<br />

savant mélange d’épreuve conviviale,<br />

sympa, bonne enfant qui tranche<br />

avec la rudesse du parcours et celle<br />

du climat parfois. Le côté pile et face<br />

de la hache en quelque sorte.<br />

Mylène Bacon<br />

1) vous avez déjà participé à une<br />

édition du bmt, racontez nous comment<br />

ça s’est passé ?<br />

Un samedi matin tu approches de<br />

la montagne noire et petit à petit le<br />

ciel se noircit et le thermetre descend.<br />

Ça yest tu arrives au Bmt.<br />

Un départ par vague. J’ai de la<br />

chance de partir dans la numéro 1.<br />

La règle du jeu est simple tu montes<br />

sur 9km et tu redescends. 10mn<br />

après ton départ tu entends la corne<br />

de brume ça veut dire que tu as la<br />

seconde vague à tes trousses. L’ascension<br />

est longue et enneigée on va<br />

se tromper 2-3 fois la neige à masqué<br />

la rubalise. Me voici à l’antenne<br />

dans le froid, le vent, les flocons vite<br />

vite on bascule. Et la je lâche le cerveau<br />

je dévale en boulet de canon. Je<br />

franchis la ligne en 1iere F mais rien<br />

n’ai jouer le classement ne tombera<br />

qu’à la fin. Suspens<br />

2) d’après vous qu’est-ce qui fait la<br />

force de cette épreuve ? Toujours une<br />

météo digne de la montagne qui rend<br />

l’épreuve difficile<br />

Une ambiance de dingue amèné<br />

par des passionnés investis et tout<br />

un village qui se mobilise<br />

3) vous vous y étiez préparé spécialement<br />

?<br />

Au mental<br />

4) si vous deviez donner un conseil<br />

à quelqu’un qui va découvrir la course<br />

pour la première fois?<br />

Oublie que tu as aucune chance<br />

vas y fonce<br />

5) on vous y reverra?<br />

J’aimerais mais ça tombe proche<br />

de l’ecotrail de Paris. Snifff<br />

Nicolas Miquel<br />

1) J‘ai participé aux 2 premières<br />

éditions.<br />

La 1ère édition s’est passé idéalement,<br />

avec un beau soleil (si je vous<br />

jure) et de bonnes sensations. Je<br />

me rappelle avoir avalé le circuit de<br />

50km sans me poser de questions.<br />

C’était la belle époque.<br />

La 2ème édition c’était une autre<br />

histoire, la météo était déjà plus frileuse.<br />

Pourtant j’étais parti comme<br />

en 2015, très bien, puis je ne sais<br />

pas trop ce qui s’est passé, je me<br />

suis emmêlé les pinceaux dans mon<br />

orientation puis aussi dans mes jambes<br />

avec à la clef 2 belles gamelles.<br />

Le circuit avait beaucoup évolué aussi<br />

et s’était durci. Ma 2ème gamelle<br />

vers le km38 (sur les 55 prévus) s’est<br />

passée à quelques encablures d’un<br />

ravito que je n’oublierais jamais, un<br />

festin incroyable. Un vieil abri en<br />

pierre au milieu de la forêt avec un<br />

3) Lors de ma première venue,<br />

j’étais en forme et le circuit était<br />

encore « gentillet », et correspondait<br />

à mes capacités de faire des efforts<br />

sur des distances « marathon ».<br />

Depuis ma deuxième venue, je sais<br />

qu’il faut être armé pour faire le long<br />

parcours (55km très musclé). Il y a<br />

des pourcentages conséquents, des<br />

surfaces de sols loin d’être lisses,<br />

et le circuit s’est rallongé avec peu<br />

de place au répit. Je pense que c’est<br />

une épreuve de montagnards, enfin<br />

de mon point de vue de coureur de<br />

plaine. Bref les cuisses sont vraiment<br />

mises à rudes épreuves.<br />

4) Il faut s’attendre à une épreuve<br />

dure, avoir le bon équipement. Les<br />

alentours du Pic de Nore ne sont<br />

pas les Alpes ou les Pyrénées, mais<br />

peuvent être tout aussi redoutables,<br />

parfois indomptables.<br />

5) Et bien j’ai prévu de revenir cette<br />

année sur un format plus « accessible<br />

» sur le papier, à savoir le 33km …


Le BMT<br />

<br />

LA PAROLE<br />

une épreuve dure !"<br />

mais en répondant à cette interview,<br />

je me rends compte qu’il va falloir que<br />

je mange un peu de dénivelé d’ici là<br />

si je ne veux pas subir totalement la<br />

loi du terrain du BMT. Donc sur ce,<br />

je vous laisse, j’ai quelques côtes à<br />

avaler !<br />

Philippe Genevaux (le coureur au<br />

ukululé)<br />

1) J’ai participé en 2018 à la version<br />

33km du BMT, je devais y venir<br />

avec deux amis que j’ai rencontré sur<br />

le Marathon des Sables (MDS) 2017.<br />

Malheureusement, un des deux n’était<br />

pas en condition mais est venu me<br />

soutenir quand même et l’autre se<br />

mariait le jour même donc pas possible<br />

pour lui ! Cela dit, j’ai rapidement<br />

trouvé des compagnons sur la course<br />

pour discuter, rigoler et profiter des<br />

paysages. En même temps, je reste<br />

un coureur assez atypique car je me<br />

balade avec un ukulélé et je chante<br />

des chansons, ça aide à briser la<br />

glace. D’ailleurs, cela aidait aussi<br />

beaucoup à faire passer les grosses<br />

montées et descentes bien boueuses.<br />

J’avoue que je ne m’attendais pas à<br />

des pentes aussi fortes dans cette<br />

région, c’était dur mais en marchant<br />

vite ça se passait bien ! Quand nous<br />

sommes montés sur le pic de Nore, il<br />

y avait de la neige, c’était magnifique<br />

mais il faisait quand même bien froid<br />

aux pieds! Je ne sais pas en combien<br />

de temps j’ai terminé mais je me rappelle<br />

que j’étais bien boueux en arrivant<br />

et heureux d’avoir bien fini cette<br />

épreuve plus difficile que je n’aurais<br />

cru. Après une bonne douche dans les<br />

vestiaires de rugby, on a tracé avec<br />

mon ami pour aller au mariage de<br />

notre compagnon du MDS !<br />

2) Clairement le plus gros point fort<br />

de la course est son ambiance. Dès<br />

notre arrivée on est très bien accueilli,<br />

les bénévoles sont toujours souriants<br />

et l’organisation au top avec personnellement<br />

aucun couac à noter ! Sur<br />

plusieurs ravitos, on a eu droit aux<br />

grillades, ça faisait le plus grand bien<br />

au moral. Sur le premier, on m’a également<br />

servi un peu gnole, de quoi se<br />

réchauffer le cœur avant de repartir<br />

! Le passage sur le pic de Nore est<br />

aussi un super moment avec une vue<br />

magnifique malgré le vent qui souffle<br />

et le froid du début de mars. Enfin,<br />

le cadeau de départ était super: un<br />

sweat à capuche que je mets régulièrement.<br />

Tout ça pour un prix défiant<br />

toute concurrence et avec un nombre<br />

de participants raisonnable, on est<br />

loin des fameuses courses/usines.<br />

A noter: mention spéciale pour l’option<br />

hébergement chez l’habitant, je<br />

trouve ça génial !<br />

3) Je suis habitué à participer à des<br />

trails voire des ultra trails, la distance<br />

de 33km reste pour moi bien abordable.<br />

Malgré tout, c’était le premier<br />

trail de l’année 2018 pour moi donc je<br />

devais quand même bien me préparer<br />

car le dénivelé n’est pas négligeable !<br />

Et comme je l’ai dit, les pentes m’ont<br />

bien surpris finalement.<br />

4) J’aime souvent dire et me dire<br />

la phrase qui était écrit sur le dossard<br />

d’un trail que j’avais fait dans le<br />

Jura (le Trail des Reculées): «Faites<br />

de votre mieux. N’oubliez pas d’être<br />

heureux et rendez les autres heureux».<br />

Donc il faut profiter à fond de<br />

ce moment avec les autres coureurs<br />

et les bénévoles qui sont très sympa<br />

comme je l’ai déjà dit. Point de vue<br />

technique, comme d’habitude ne pas<br />

partir trop vite car les pentes sont fortes<br />

et le terrain pas toujours facile. Et<br />

mieux vaut prendre des chaussures<br />

avec une bonne accroche, le terrain<br />

peut être bien gras s’il fait un peu<br />

humide.<br />

5) J’ai la chance d’être invité à y<br />

revenir cette année (<strong>2019</strong>) car les<br />

chansons que je chantais avec mon<br />

ukulélé ont eu un certain succès. Il<br />

ne faut pas m’attendre sur le podium<br />

mais j’espère pouvoir apporter autant<br />

de bonne humeur que l’année dernière.<br />

Voire plus, car je me suis lancé<br />

sur le parcours du Coupo Cambo de<br />

55km pour faire durer le plaisir, j’ai<br />

d’ailleurs un peu étoffé mon répertoire.<br />

Et cette fois ci, je pourrai même<br />

rester pour la nuit du trail avec paraît<br />

il une ambiance de feu. J’ai hâte !


10<br />

Le programme<br />

Vendredi 1 Mars :<br />

17h30 à 19h00 Remise des Dossards à La salle de Gassies<br />

19h00 Apéro Veillée Italienne à la Salle du Thoré<br />

20h00 Repas Veillée Italienne<br />

Samedi 2 Mars :<br />

4h45 à 12h00 Remise des dossards à la salle de Gassies<br />

6h00 Départ Coupo Cambo 55km 3600D+<br />

8h00 Départ Black Race 33Km 2100D+<br />

9h30 Départ Rando des Gourmets<br />

9h00 Départ Course des Héros<br />

10h00 à 12h00 Départ des vagues Objectif Nore 18km 1000D+toutes les 10mn<br />

14h00 Remise des récompenses<br />

19h00 Apéro Bandas Nuit du Trail à la Salle du Thoré<br />

20h30 Repas Nuit du Trail & Soirée Dj à la Salle du Thoré


L'invitation 11<br />

nuit du trail<br />

SAMEDI 2 MARS<br />

Pour réchauffer les corps, nous vous servirons une délicieuse Tartiflette qui saura satisfaire<br />

les plus gros appétits ! Les animations et chants des joyeuses tablées seront gage de beaux<br />

souvenirs et contribueront à clôturer à merveille cette journée sportive !<br />

19H APÉRITIF BANDAS 20H30 REPAS 23H30 ET + SOIRÉE DJ<br />

nuit du trail<br />

Nom<br />

Prénom<br />

Adresse<br />

N° téléphone<br />

E-mail<br />

Nuit du trail personnes à 19,00 € = €<br />

Nuit du trail enfants (moins de 12 ans) à 10,00 € = €<br />

Le règlement par chèque à l’ordre de Esprit Montagne Noire<br />

est à adresser avant le 21 février <strong>2019</strong> à<br />

Black Mountain Trail<br />

6 impasse d’Autan<br />

81240 Saint-Amans-Valtoret<br />

*aucune réservation ne seront prise en compte si elle n’est pas accompagnée du chèque de règlement.<br />

Les réservations doivent se faire impérativement avant le 21 février <strong>2019</strong>


0 2 M A R S 2 0 1 9<br />

18 Km • 1000 D+<br />

33 Km • 2100 D+<br />

55 Km • 3600 D+

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!