BIEN DIT 1 - AVRIL 2019

echomag

CHAPONOST, UN JARDIN PARTAGÉ

Le collectif de Chaponost, Graines de Possibles, a mis en place il y a un an un jardin

partagé dans le quartier Charmassin.

Les cultures sont réparties entre les citoyens intéressés. La parcelle mise à disposition

par la municipalité accueille de la permaculture, du jardinage plus traditionnel et

un jardin pédagogique pour les enfants géré par le centre social. Les membres du

collectif sont présents tous les samedis sur le site de 9h30 à 12h et de 14h à 17h30.

Le jardin est équipé de toilettes sèches, d’une cabane, d’un composteur ouvert à

l’ensemble des habitants et à terme il recueillera les déchets organiques du restaurant

scolaire. L’objectif du lieu n’est pas tant la production que la création d’un lien social

et d’un cadre pédagogique innovant, ainsi que la transmission des techniques de

jardinage.

Une campagne de financement participatif avait permis de lever 4580 € émanant de

63 donateurs dont 18 entreprises, correspondants à 500 € près au budget nécessaire

pour l’achat des outils, des graines et de la clôture, en plus des installations citées.

LYCÉE HORTICOLE DE DARDILLY

Les domaines de l’aménagement paysager, la production végétale, l’agriculture

urbaine et l’environnement sont porteurs. Le lycée horticole de Dardilly propose aussi

un BTS, des licences professionnelles, des l’apprentissages, des formations continues.

Au total, l’établissement accueille 1700 personnes par an.

Pour préparer la rentrée, les “Mercredis de l’orientation” sont mis en place les 10 avril,

15 mai, 19 juin et 10 juillet.

D’autre part, le lycée proposera un baccalauréat général rénové à la rentrée prochaine.

En seconde (classe ouverte), première (création à la rentrée 2020) et terminale

(création à la rentrée 2021), les enseignements communs seront identiques à ceux de

l’Éducation nationale.

Les enseignements de spécialités porteront sur biologie, écologie, mathématiques et

physique-chimie.

Les enseignements optionnels ouvriront les champs de formation sur l’environnement

et la gestion des ressources naturelles, la connaissance du territoire, avec

l’EATDD (Écologie Agronomie Territoire et Développement Durable), la pratique

professionnelle et les biotechnologies, l’éducation physique et sportive avec

notamment l’enseignement en hippologie et équitation ou les pratiques sociales et

culturelles.

LE GRAND ROMANESCO MONTRE QUE L’AGRICULTURE URBAINE

A LA COTE

Prendre soin de la nature, des hommes et partager les ressources. Voici les trois

grands principes de la permaculture selon Lucas Blanès. Il aime aussi emprunter

la définition de Maxime de Rostolan, fondateur de l’association Fermes d’avenir

: «Une méthode de conception globale d’écosystèmes humains et équilibrés». Il

s’agit de concevoir un système qui soit résilient, d’anticiper grâce à l’observation

et que la démarche soit vertueuse pour la nature comme pour l’homme.

Lucas Blanès est cofondateur de Place au terreau et du collectif le Grand Romanesco.

L’entreprise est spécialisée dans les aménagements paysagers comestibles. Elle

réalise des potagers ou des jardins potagers en appliquant les principes de la

AZALÉES, RHODODENDRONS ET

AUTRES « TERRE DE BRUYÈRE »

La dénomination « plantes de terre de

bruyère » englobe de nombreuses plantes.

Les plus courantes chez nous sont : Les

hortensias, les rhododendrons, les azalées

mollis ou japonaises, les érables du Japon

et la bruyère.

La plupart des plantes de terre de bruyère

colorent le jardin du début du printemps

jusqu’à l’entrée de l’été,pour les plantes

fleuries ; les érables sont, eux, remarquables

par leurs couleurs

d’automne.

Voici leurs exigences,

afin de

bien les réussir :

Les plantes de terre de bruyère demandent

une terre plutôt acide, un sol léger et bien

drainé. Une teneur importante en matière

organique ou humus vont parfaire ces

conditions.

Ce ne sont pas des plantes de climat sec, ni

trop chaud.

Pour recréer un

climat favorable,

comme en Bretagne,où

les massifs

de plantes de

terre de bruyère sont magnifiques ,voici

quelques conseils pour la plantation :

Les plantes de terre de bruyère doivent être

plantées à mi-ombre, soit à l’abri d’une haie,

soit sous le couvert de grands arbres, soit

coté est ou nord de la maison.

Pour acidifier votre terre, faites un bon apport

de terre de bruyère. Et pour l’enrichir,

ajoutez un engrais organique de type fumier,

corne,guano…

En ce qui concerne les rhododendrons ;

leur système racinaire étant superficiel, prévoyez

un trou de plantation plus large que

profond.

Arrosez copieusement à la plantation. Un

paillage ( aiguilles de pin, écorce de pin,

fougères broyées)évitera une trop grande

évaporation de l’eau, et limitera les mauvaises

herbes.

Conseils d’entretien :

Les hortensias, les rhododendrons, les

camélias fleurissant sur le bois de l’année

d’avant, une taille est possible seulement

après la floraison, si nécessaire.

Pour les hortensias, Il convient juste de couper

le vieux bois pour rajeunir la plante. La

plupart du temps, la taille consiste à couper

les vieilles fleurs qui peuvent être utilisés

pour la confection de bouquet sec.

Au moins une fois par an, veillez à bien

nourrir votre sol par un apport d’engrais

organique favorisant la floraison et riche en

oligoéléments ( fer, magnésie ) pour lutter

contre la chlorose due au calcaire.

Ces quelques règles simples, vous permettront

d’avoir de magnifiques floraisons, qui

vous récompenseront !

21

More magazines by this user
Similar magazines