Les Cinémas Pathé Gaumont - Le mag - Avril 2019

Gaumontpathe

AVRIL 2019

LE PARC

DES MERVEILLES

Zoom sur...

Mais vous êtes fous : Céline Sallette

et Pio Marmaï réunis

dans un puissant drame familial

Lou de Laâge

en

5

dates

UN FILM D’ANIMATION

DÉLIRANT QUI PROCURE

UN MAXIMUM DE

SENSATIONS FORTES !

FOCUS

Avengers : Endgame

le nouveau choc des Titans


ZAZI FILMS & MARS CINÉMA

PRÉSENTENT

APRÈS DEMAIN TOUT COMMENCE

FRANÇOIS CIVIL

JOSÉPHINE JAPY

BENJAMIN LAVERNHE

DE LA COMÉDIE-FRANÇAISE

PREMIÈRE

UN FILM DE

HUGO GÉLIN

CAMILLE LELLOUCHE AMAURY DE CRAYENCOUR AVEC LA PARTICIPATION DE EDITH SCOB

ET S’IL FALLAIT

TOUT RECOMMENCER ?

LE 3 AVRIL AU CINÉMA

© 2019 ZAZI FILMS - MARS CINÉMA - MARS FILMS - CHAPKA FILMS - FRANCE 3 CINÉMA - C8 FILMS / D’APRÈS PHOTO JULIEN PANIÉ. CRÉDITS NON CONTRACTUELS


et Pio Marmaï réunis

dans un puissant drame familial

UN FILM D’ANIMATION

DÉLIRANT QUI PROCURE

UN MAXIMUM DE

SENSATIONS FORTES !

AVRIL

2019

le nouveau choc des Titans

GAPA_285_p1.indd 1 11/03/2019 20:28

Sommaire

04

06

09 14 24 25

LE PARC

DES MERVEILLES

Zoom sur...

Mais vous êtes fous : Céline Sallette

Lou de Laâge

en

5 dates

FOCUS

Avengers : Endgame

EN COUVERTURE

Le Parc des Merveilles

© 2019 Paramount Animation

285 avril 2019. Éditeur : Les Cinémas Pathé Gaumont

Éditions : 2, rue Lamennais, 75008 Paris. Directeur de

la publication : Aurélien Bosc / Coordinatrice : Marianne

Chalubert / Assistant éditorial : Alexis Audren / Attachée

éditoriale : Elsa Colombani / Rédacteur en chef : Gaël Golhen

/ Direction Artistique : Samuel Smith / SR : Virginie Blanc,

Estelle Ruet / Conception maquette et réalisation : PREMIÈRE

MEDIA : 105, rue La Fayette RCS Paris – 820 201 689 /

Régie publicitaire : TALENT GROUP : 2-10 rue Marceau,

Bâtiment F, 92130 Issy-les-Moulineaux ; contacts : Faustine

Nataf, directrice générale adjointe, faustinenataf@talentgroup.fr

- Impression : Imprimé en France par BLG Toul. Le papier utilisé

est issu de forêts gérées durablement. Provenance papier :

Autriche. Taux de fibres recyclées : 18 %. Euthrophisation :

0,006 KG/TO de papier. 100 % PFEC. Cahier Paris : Le papier

utilisé est issu de forêts gérées durablement. Provenance papier :

Allemagne. Taux de fibres recyclées : 0 %. Euthrophisation :

0,016 KG/TO de papier. 100 % PFEC. © Le magazine des

Cinémas Pathé et Gaumont 2019. Les dates de sortie sont

données sous toutes réserves ; des changements indépendants

de notre volonté peuvent intervenir.

CE MAGAZINE VOUS EST OFFERT PAR LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT.

04

GIVE ME FIVE

Lou de Laâge

06 ÉVÈNEMENT

Le Parc des Merveilles

09

L’ACTEUR DU MOIS

François Civil

10 TENDANCE

Des familles pas comme

les autres

12

13

L’INSOLITE DU MOIS

Captive State

DANS LA TÊTE DE...

Kad Merad

14 FOCUS

Avengers : Endgame

16 CINÉ KIDS

18

ŒIL POUR ŒIL

Alice Balaïdi

vs. Oulaya Amara

19

RETOUR VERS LE FUTUR

Les meilleures adaptations

de Stephen King

20 GUIDE ALTERNATIF

ZOOM SUR...

Mais vous êtes fous

22

24

L’AUTRE REGARD

Raoul Taburin

25 RENCONTRE

Zachary Levi

26 SPECTACLES AU CINÉMA

28 ACTUS

32 GUIDE DES SORTIES

du mois d’avril

34 LE MOIS PROCHAIN

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 3


2011

Cette jeune Bordelaise monte à Paris pour devenir

comédienne. Elle apprend son métier dans le cours

de Claude Mathieu avant de décrocher ses deux

premiers rôles au cinéma : J’aime regarder les filles

aux côtés d’un autre débutant, Pierre Niney,

et Nino, une adolescence imaginaire de Nino Ferrer,

délicat hommage au chanteur.

« Je crois avoir eu le désir d’être

comédienne depuis toujours.

Je n’ai pas le souvenir d’avoir voulu

faire autre chose que du théâtre.

Mais, pour moi, le cinéma était un autre

monde auquel je ne pensais pas. »

LOU DE LAÂGE

GIVE ME FIVE

À BIENTÔT 29 ANS (LE 27 AVRIL), LOU DE LAÂGE N’EST PLUS

UN ESPOIR MAIS UNE ACTRICE CONFIRMÉE, COMME LE PROUVE

SON RÔLE DANS BLANCHE COMME NEIGE D’ANNE FONTAINE,

VARIANTE SENSUELLE DE BLANCHE-NEIGE ET LES SEPT NAINS.

PAR THIERRY LASSELIN

2013

Elle décroche sa première nomination

au César du meilleur espoir féminin dans Jappeloup

en incarnant la palefrenière du cheval

de course qui décrocha, avec son cavalier

Pierre Durand (interprété par Guillaume Canet),

une médaille d’or aux J.O. de 1984.

« Je ne connaissais rien au milieu

équestre. Mais c’est en cela que

le métier d’acteur est génial. Il permet

de relever des défis personnels.

Comme apprendre à faire du cheval en

un mois et demi et dompter ma peur. »

2014

Dans Respire, Mélanie Laurent lui confie

le rôle d’une redoutable manipulatrice embarquant

dans une amitié fusionnelle une ado fragile

qui va y perdre pied. Sa composition intense

et subtile lui vaut sa deuxième nomination

au César du meilleur espoir féminin.

« J’aime les rôles sombres, fous,

tordus. Je crois que ça permet de faire

sortir quelque chose qu’on ne laisse

pas échapper parce qu’on se doit d’être

éduqué, et que chacun doit s’adapter

à chacun. Le cinéma permet

de faire sortir ce qu’on ravale. »

2016

Première collaboration avec Anne Fontaine dans

Les Innocentes. Elle y incarne une médecin de la Croix-Rouge

au chevet de religieuses violées par des soldats soviétiques en

1945. Un rôle fort qui marque un tournant dans son parcours.

« J’étais lassée d’incarner les ados de service.

Ce film est arrivé au bon moment. Il m’a permis

de jouer une femme adulte, désirante, combative

dans une œuvre qui, bien qu’historique,

parle d’un sujet contemporain, de femmes se

soulevant contre une religion qui les asservit. »

2019

Avec Blanche comme neige, Anne Fontaine revisite…

le mythe de Blanche-Neige et métamorphose le célèbre conte

des frères Grimm en une délicieuse comédie érotique.

Lou de Laâge y irradie de sensualité en jeune femme

en pleine émancipation charnelle et sentimentale.

« Après quelques rôles plus sombres,

j’avais envie d’un film qui m’amène vers le rire

et la gaieté et m’autorise à être bien dans

ma peau le temps d’un tournage. »

BLANCHE COMME NEIGE

Réalisation : Anne Fontaine

Avec : Lou de Laâge, Isabelle Huppert,

Charles Berling…

Genre : Comédie

Durée : 1 h 30

SORTIE : 10 AVRIL

4

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


ÉVÉNEMENT

ÉVÈNEMENT

6

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


ÉVÉNEMENT

ÉVÈNEMENT

LE PARC DES

MERVEILLES

LE NOUVEAU FILM D’ANIMATION PARAMOUNT PORTE BIEN SON NOM :

UNE MERVEILLE QUI PROUVE QUE L’ANIMATION PEUT TOUT RACONTER.

PAR PIERRE LUNN

On le sait depuis les chefsd’œuvre

Pixar : l’animation

est un genre qui

permet de tout raconter,

de tout dire et de

mêler toutes les émotions. Des films

comme Là-haut, WALL • E ou Toy Story

ont prouvé qu’il ne s’agissait pas d’un

sous-genre, mais peut-être bien le cœur

vibrant du 7 e art. L’animation nous

façonne enfant et, à l’âge adulte, elle

nourrit notre âme de môme en retour.

C’est ce qui en fait l’expression la plus

universelle du cinéma, celle qui traverse

le mieux les frontières sociales et

géographiques.

Ce préambule pour dire que Le Parc

des Merveilles est la nouvelle preuve,

éclatante, de la puissance du genre. Il

s’agit d’un cartoon effervescent, d’une

bombe d’invention qui joue sur tous

les registres (la comédie, l’émotion, la

rêverie, l’action) et frappe fort. On suit

June, une enfant de 10 ans. Une petite

fille bien d’aujourd’hui qui n’aime pas

les Barbie mais adore les maths, qui

raffole de partir à l’aventure avec ses

copains garçons, passant ses journées

à construire un parc d’attractions avec

sa mère. Le Parc des Merveilles est

plus qu’une construction cela dit :

c’est aussi le reflet de sa vie intérieure,

débordante, colorée, fantasmée quand

tout va bien… Mais lorsque des problèmes

personnels assombrissent

son quotidien, elle abandonne son

insouciance et son parc tombe en

déshérence.

Le film est un petit bijou et les créateurs

ont mis leur savoir-faire au service

d’une histoire humaine, empreinte

de nostalgie et d’illusion, pour mieux

évoquer la difficulté de grandir. Car si

ce Parc des merveilles est d’abord un

ride inventif, fait de rebondissements,

de courses-poursuites surexcitantes ou

de descentes à fond la caisse dans les

rues d’une petite ville de province, c’est

aussi un beau film sur cette période de

l’arrachement à l’enfance qui précède

l’adolescence. La belle idée du film,

c’est de raconter tout cela via ce parc

d’attractions que l’héroïne « imagine »

avec sa mère et qui prend vie sous

nos yeux. Quand tout va bien, le parc

et ses mascottes (un chimpanzé, des

castors histrioniques ou un ours) sont

vibrantes, joyeuses et source de vie ;

quand les soucis s’accumulent, les

attractions s’effondrent et des créatures

maléfiques prennent le contrôle du lieu.

Entre rêve et réalité

Avoir choisi cet endroit imaginaire

pour « incarner » les émotions de June

permet au fond d’être à la fois aux côtés

de la jeune héroïne (dans sa vie) et

dans son inconscient qui doit se réparer,

se réinventer. Comment dire adieu

à ses vieux amis ? Comment tourner le

dos aux paysages dans lesquels on a

grandi et affronter un nouvel environnement

? Armé des potentialités infinies

de l’animation, Le Parc des Merveilles

met en images ce que la fiction live ne

peut finalement jamais représenter de

manière satisfaisante. Une vie intérieure

en pleine mutation. On pense

évidemment à Vice Versa pour cet univers

où les émotions ont la forme de

peluches et où des billes contiennent

des morceaux de bonheur. On pense

aussi à Mon voisin Totoro pour le

mélange entre le rêve et la réalité, et

pour le portrait d’une gamine qui se

réfugie dans un monde coloré, peuplé

d’animaux rassurants, mais également

de dangers qui correspondent à ses

peurs intimes. Au rythme approximatif

de vingt-quatre idées par seconde, le

film orchestre un feu d’artifice visuel

d’une cohérence et d’une poésie totales

et nous fait parcourir ce royaume imaginaire.

Et, face à l’écran, on n’arrête

pas de penser qu’on a eu le même dans

la tête : c’est ce qui fait du film une

expérience vertigineuse. Le Parc des

Merveilles est un film d’animation qui

s’adresse aux enfants et aux adultes en

même temps, multipliant les niveaux de

lecture. Un grand film.

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 7


ÉVÉNEMENT

ÉVÈNEMENT

Le Parc

des Merveilles

UN BEAU FILM D’ANIMATION, COLORÉ, AVENTUREUX, QUI FAIT LE PORTRAIT

D’UNE PETITE FILLE BIEN DE SON ÉPOQUE. UNE MERVEILLE !

«L

e Parc des Merveilles est… ouvert » Le

film commence par un spectacle merveilleux…

Peanut le chimpanzé aux cymbales

s’affaire à travers le parc d’attractions. À

ses côtés on trouve Boomer, l’ours bleu maladroit ; Gus

et Cooper, les deux castors vifs comme l’éclair et Steve,

le porc-épic qui veille à la sécurité de tous. C’est un îlot

de bonheur : les enfants accompagnés de leurs parents

peuvent faire les grands huit les plus fous, sous le regard

de ces personnages qui sont un peu plus que de simples

mascottes… Car il y a quelque chose de vraiment magique

au Parc des Merveilles. À la demande des touristes, Peanut

peut créer un nouveau manège par un simple coup de stylo

magique. Il lui suffit d’écouter une voix qu’il est le seul

à entendre et qui lui inspire les plus folles attractions…

Jusqu’au bout du rêve

Cette voix, c’est celle de June, une fillette de 10 ans qui vit

dans une banlieue américaine avec son père et sa mère.

Le Parc des Merveilles est le fruit de son imagination ;

l’expression de ses rêves et de ses jeux les plus intimes.

June a construit ce parc avec sa mère à partir de bout de

ficelles et de boîtes de carton ; et son imagination débordante

lui a donné vie… Un peu casse-cou (elle imagine

dans la vie réelle des courses folles à travers les jardins de

son quartier), c’est une jeune aventurière joyeuse entourée

d’une bonne bande de copains. Mais des nuages vont

assombrir son quotidien. June va alors délaisser son parc

pour gérer ses problèmes. Or, sans elle, la vie du parc et

PAR PIERRE LUNN

de ses mascottes est en danger. Les attractions rouillent,

les mauvaises herbes envahissent les chemins et des petits

singes maléfiques détruisent tout. Peanut et Boomer n’arriveront

pas à sauver le parc tout seul… On n’en dira pas

trop, mais June va tomber « pour de vrai » dans son parc

et venir à la rescousse de ses créatures…

Le Parc des Merveilles est d’abord un formidable film

d’aventure. Des incroyables séquences sur les manèges

aux missions commandos, les scènes échevelées, drôles

ou plus intenses, s’accumulent pour le plus grand plaisir

des spectateurs. Avec un art consommé de la narration,

le film multiplie aussi les idées de cinéma et les pistes

empruntées – toutes se reconnecteront de manière magique

à la fin. Mais c’est aussi un beau portrait. June, loin

des stéréotypes et des clichés, va devoir surmonter ses

problèmes pour grandir. Forte, maline, et crédible, elle

n’est pas le moindre atout de ce beau film qui traite en

sourdine de ce qu’il se passe dans la tête d’un enfant qui

quitte les rivages de l’enfance pour le monde tumultueux

de l’adolescence.

LE PARC DES MERVEILLES

Avec les voix de : Marc Lavoine,

Frédéric Longbois, Odah et Dako…

Genre : Aventure

Durée : 1 h 26

SORTIE : 3 AVRIL

3D

8

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


L’ACTEUR DU MOIS

François Civil

AVEC MON INCONNUE, FRANÇOIS CIVIL EST À L’AFFICHE

DE SON TROISIÈME FILM EN TROIS MOIS. 2019, L’ANNÉE CIVIL ?

PAR ALEXANDRE JACOB

À

29 ans, François Civil a déjà une filmographie bien

remplie où se croisent Cédric Klapisch, Laurence

Ferreira Barbosa ou encore Nicolas Boukhrief.

Depuis janvier, il vient même d’enchaîner pas

moins de trois films en tête d’ache (Le Chant du loup, Celle

que vous croyez, Mon inconnue). « C’est vrai que j’ai été très

gâté ces derniers temps » admet-il volontiers en interview.

Aujourd’hui, on peut sans trop se tromper écrire qu’il est

définitivement passé du statut d’espoir à celui d’acteur qui

compte. Une progression d’autant plus solide qu’elle s’est faite

par étapes, sans précipitation, avec une force tranquille qui

lui permet de savourer pleinement ce qui lui arrive. La première

fois qu’on croise sa petite frimousse ado et son sourire

ravageur à la Romain Duris (auquel il est souvent comparé),

c’est en 2005 dans la comédie de Gérard Bitton et Michel

Munz, Le Cactus, où il interprète un Clovis Cornillac enfant

plus vrai que nature. Ensuite, on le verra régulièrement sur

grand et petit écran, toujours animé d’une volonté farouche

de ne pas se laisser enfermer dans un seul rôle. Aux côtés

de Michael Fassbender par exemple (Frank), dans les délires

cathodiques de son pote Pierre Niney sur Canal+ ou encore

en fils de Juliette Binoche dans Elles - hasard des castings,

il vient de jouer son jeune amant dans Celle que vous croyez.

Almost famous

Mais avec Mon inconnue, François Civil franchit encore une

étape supplémentaire, récompensée par le premier prix

d’interprétation de sa carrière : celui du meilleur acteur au

festival de comédie de l’Alpe d’Huez. Une récompense plus

que méritée. Devant la caméra d’Hugo Gélin (qui l’avait dirigé

dans la série Casting(s) de Pierre Niney), il campe un jeune

écrivain fou d’amour pour la femme de sa vie, Olivia. Jusqu’à

ce qu’au fil du temps, cette passion s’étiole et qu’un beau

matin, il se réveille dans un univers parallèle où il se retrouve

soudainement à vivre la vie qu’il aurait dû avoir s’il n’avait

jamais rencontré Olivia. C’est la première comédie romantique

que François Civil porte sur ses épaules. Et il y évolue

avec un naturel déconcertant et un charme renversant. Aussi

à l’aise dans les scènes de fous rires que dans les moments

d’émotion, il forme avec ses deux partenaires, Joséphine Japy

et Benjamin Lavernhe, un trio incroyablement attachant. Un

acteur généreux dans tous les sens du terme.

MON INCONNUE

Réalisation : Hugo Gélin

Avec : François Civil, Joséphine Japy, Benjamin Lavernhe…

Durée : 1 h 58

Genre : Comédie

SORTIE : 3 AVRIL

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 9


TENDANCE

Des familles

pas comme les autres

Édouard Baer, Tom Levy

et Leïla Bekhti.

LA LUTTE DES CLASSES

Réalisation : Michel Leclerc

Avec : Édouard Baer, Leïla Bekhti, Ramzy Bedia…

Genre : Comédie

Durée : 1 h 43

SORTIE : 3 AVRIL

AU MOIS D’AVRIL, LA FAMILLE FAIT SON CINÉMA !

TROIS COMÉDIES - LA LUTTE DES CLASSES,

CHAMBOULTOUT ET TANGUY, LE RETOUR

– BOUSCULENT LES CLICHÉS AVEC LEURS

FAMILLES DIVERSES, FORTES DE LEURS TRAVERS

ET DE LEUR HUMOUR.

PAR ALEXIA COUTEAU

La famille, qu’on la haïsse ou qu’on l’aime, reste toujours

au cinéma une source d’inspiration intarissable. Au bord de

l’explosion ou parfaitement harmonieuse, on aime se voir en

elle comme dans un miroir déformant. Et l’on se délecte de

reconnaître, dans les caricatures des maris et des épouses,

des enfants et des grands-parents, nos propres travers.

Dans La Lutte des classes, Michel Leclerc dresse le portrait

d’un couple de parents, interprétés par les épatants Édouard

Baer et Leïla Bekhti, qui s’angoissent pour l’avenir de leur

enfant. Ils viennent d’emménager à Bagnolet, petite ville de

la couronne parisienne, où les familles sont issues de toutes

les communautés. Elle est avocate, lui est musicien un peu

anar. Ils croient au service public et aux bienfaits de l’école

républicaine et mettent leur fils unique dans l’école élémentaire

de secteur dirigé par le vibrionnant Ramzy Bedia.

Oui, mais voilà, les copains du gamin quittent le navire et

migrent vers l’école catholique privée à quelques rues de là.

Que faire ? Peut-on concilier ses idéaux avec le bien-être de

son enfant ? Michel Leclerc dresse un tableau de la France

d’aujourd’hui et pose les bonnes questions. Comme avec

10

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


TENDANCE

Alexandra Lamy

et José Garcia.

André Dussollier

et Sabine Azéma.

CHAMBOULTOUT

Réalisation : Éric Lavaine

Avec Alexandra Lamy, José Garcia, Anne Marivin...

Genre : Comédie

Durée : 1 h 43

SORTIE : 3 AVRIL

TANGUY, LE RETOUR

Réalisation : Étienne Chatilliez

Avec Sabine Azéma, André Dussollier,

Éric Berger…

Genre : Comédie

Durée : 1 h 27

SORTIE : 10 AVRIL

Le Nom des gens en 2010 où Télé gaucho l’année suivante,

il dessine un cinéma à la fois politique et comique.

Un mari envahissant

Après Retour chez ma mère, Éric Lavaine raconte l’histoire

d’un groupe bouleversé par un livre dans lequel la famille et

les proches de l’auteure croient se reconnaître. Chamboultout

marque les retrouvailles du réalisateur et d’Alexandra

Lamy pour la troisième fois. Cette dernière interprète Béatrice,

une mère de famille, qui vient de traverser une phase

difficile. Son mari, Fred (étonnant José Garcia), joyeux drille

toujours prêt à plaisanter, a été victime d’un accident qui

l’a laissé aveugle et avec des troubles cognitifs. Il est désormais

sans filtre et dit tout haut ce qui lui passe par la tête.

Tout n’a pas été simple pour Béatrice et Fred, mais une fois

l’orage passé, le couple a retrouvé son équilibre, entouré de

ses amis et de ses enfants. Béatrice le confie dans un livre.

À la lecture de cette autofiction, leurs proches réagissent

plus ou moins bien. Entre ceux qui ne veulent pas se reconnaître,

et ceux qui détestent leur portrait, le torchon brûle.

Éric Lavaine en fait un film fort sur l’amitié et nous rappelle

que les amis sont aussi la famille qu’on s’est choisie.

Parents pour la vie

Dans Tanguy, le retour, les parents s’inquiètent toujours pour

leur enfant. Sauf que leur fils a désormais 44 ans ! On avait

quitté Tanguy (Éric Berger) voilà seize ans, en Chine, heureux

dans sa nouvelle famille et prêt à devenir père. L’adulescent

de 28 ans avait consenti à quitter le nid familial au grand

soulagement de ses parents, joués par Sabine Azéma et André

Dussollier. Aujourd’hui, il revient chez eux, accompagné

de sa fille, pour se consoler de sa rupture avec sa femme Maï

Lin. Étienne Chatilliez retrouve les comédiens qui ont fait le

triomphe de Tanguy (plus de quatre millions d’entrées). Le

cinéaste, qui n’aime rien tant que les familles dysfonctionnelles

(La vie est un long fleuve tranquille, Tatie Danielle)

pousse ici le bouchon un peu plus loin. Encore une fois,

Tanguy profite de l’hospitalité de ses parents qui vont être

forcés de recourir aux stratagèmes les plus terribles pour se

débarrasser de lui.

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 11


L’INSOLITE DU MOIS

Captive State

LE RÉALISATEUR DE LA PLANÈTE DES SINGES : LES ORIGINES RACONTE LA RÉSISTANCE

D’UNE POIGNÉE DE TERRIENS CONTRE UN ENVAHISSEUR EXTRATERRESTRE.

LE FILM DE SF LE PLUS ORIGINAL DU MOIS.

PAR CÉDRIC PAGE

John Goodman

et Ashton Sanders.

Et si L’Armée des ombres, le chef-d’œuvre de Jean-

Pierre Melville sur la résistance, rencontrait

Independance Day ? Ce n’est sans doute pas ce

que s’est dit le réalisateur Rupert Wyatt avant

de concevoir Captive State, mais c’est à ça qu’on pense

à l’énoncé du pitch de son film : celui-ci raconte en

eet le combat d’une poignée de rebelles, dix ans après

que la Terre a été envahie par des extraterrestres au

comportement dictatorial. Plutôt que de raconter l’invasion

de notre planète par les aliens – l’un des thèmes

les plus rebattus de la science-fiction – Captive State

fait donc le choix original de débuter son récit après :

quand l’envahisseur a pris ses quartiers, se comporte

comme un colon et que les humains sont condamnés à

l’obéissance et la passivité. D’où son aspect « film de

résistance ». Situé dans un Chicago grisâtre, maussade,

le récit raconte les destins d’une poignée d’humains en

lutte, dans une atmosphère assez proche des meilleures

dystopies young adult, type Hunger Games ou Divergente,

et se focalise sur un jeune homme séparé de son frère,

héros de la résistance (Ashton Sanders, révélation de

Moonlight). John Goodman (Argo, The Big Lebowski) incarne

quant à lui un flic aux ordres du pouvoir, mais dont le

comportement et les motivations pourraient bien être

plus complexes que prévu.

Chemin faisant, Captive State réactive une haute idée de

la science-fiction : loin de la pyrotechnie et des eets

spéciaux, le film fait le pari d’une SF à hauteur d’homme,

qui doit autant aux classiques des années 50 (type Le

jour où la terre s’arrêta) qu’à un chef-d’œuvre de la littérature

comme 1984 de George Orwell. Sous couvert de

divertissement, il s’agit de réfléchir ici aux notions de

libre arbitre, à la dialectique éternelle entre liberté et

sécurité. « Le film montre ce que vivre sous occupation

veut dire, les obligations morales et les choix que l’on doit

faire quand la société est mise en péril et qu’on risque de

perdre sa famille, sa carrière, son gagne-pain, explique

le réalisateur Rupert Wyatt. La science-fiction permet

de créer un reflet de notre société tout en préservant

un degré de séparation qui permettra aux spectateurs

d’avoir des points de vue diérents. »

CAPTIVE STATE

Réalisation : Rupert Wyatt

Genre : Science-Fiction

Durée : 1 h 50

Avec : Ashton Sanders, John Goodman,

Vera Farmiga…

SORTIE : 3 AVRIL

12

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


DANS LA TÊTE DE...

Kad Merad

DANS JUST A GIGOLO D’OLIVIER BAROUX, IL INCARNE UN PLAY-BOY VIEILLISSANT

QUI SE RETROUVE SANS LE SOU APRÈS LA MORT DE SA PRÉCÉDENTE CONQUÊTE.

ENTRETIEN AVEC UN PASSIONNÉ DE KUNG-FU ET DE COMÉDIE.

PAR JEAN-BAPTISTE TOURNIÉ

VOTRE PREMIER

SOUVENIR DE CINÉMA ?

La première fois que j’y suis allé,

c’était pour voir un film de Bruce Lee. Je pense

que c’était La Fureur du dragon. J’étais avec

les copains, en bande, dans l’Essonne où j’ai grandi.

On allait dans le cinéma d’un centre commercial

pour voir ses films. Après la séance, on sortait

dans la rue et on se battait comme lui.

On se fabriquait des nunchakus avec

des balais et des petites chaises.

J’étais vraiment devenu fan.

Je me prenais pour lui.

LE CINÉASTE

AVEC LEQUEL VOUS

AURIEZ RÊVÉ DE TRAVAILLER ?

Blake Edwards, pour son travail

sur les Panthère rose et The Party. Tous

ses films avec Peter Sellers en fait. J’aurais

bien aimé être Peter Sellers. (Rires.) Je suis

nostalgique de ce cinéma américain qui

diffère de la comédie d’aujourd’hui,

un peu moins poétique

et burlesque.

VOTRE

MEILLEUR SOUVENIR

DE TOURNAGE

SUR CE FILM ?

Le fait de tourner une partie du film

aux studios de la Victorine à Nice.

C’est un endroit assez légendaire,

des studios mythiques où

de grands films se sont

tournés.

LE FILM QUI

VOUS A MARQUÉ

RÉCEMMENT...

J’aime bien me faire surprendre

par des films qu’on n’attend

pas. C’est le cas avec L’Amour flou.

C’est rafraîchissant de voir

ce succès pour un film avec

un budget modeste.

LE FILM

EN QUELQUES MOTS...

C’est un film qui ne se prend

pas au sérieux avec une histoire

assez extraordinaire. Parce

qu’au final, on ne connaît

pas si bien que ça la vie

des gigolos…

EN QUOI VOTRE

PERSONNAGE VOUS

RESSEMBLE-T-IL ?

J’aime toujours les personnages

qui, derrière leur excentricité, leur légèreté

et leur dérision, ont une vraie part de

mélancolie. Ce rôle parle de l’acceptation

de l’âge et du temps qui passe.

C’est une chose à laquelle

je peux m’identifier.

JUST A GIGOLO

LE FILM QUI

VOUS FAIT

LE PLUS RIRE ?

Fantômas contre Scotland Yard.

Je hurle de rire à chaque fois.

Vraiment très fort. Ou sinon,

je dirais Docteur Jerry et Mister

Love de Jerry Lewis.

Réalisation : Olivier Baroux

Avec : Kad Merad, Anne Charrier, Léopold Moati…

Genre : Comédie

Durée : 1 h 40

SORTIE : 17 AVRIL

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 13


FOCUS

Avengers :

Endgame

UN AN APRÈS LA SORTIE

D’AVENGERS : INFINITY WAR,

IL EST MAINTENANT TEMPS DE

DÉCOUVRIR LA CONCLUSION

ÉPIQUE D’UN ARC MAJEUR DU

MARVEL CINEMATIC UNIVERSE.

AVENGERS : ENDGAME A LA

LOURDE TÂCHE DE CONCLURE

UN CHAPITRE SURPUISSANT ET

DE PRÉPARER LE CHEMIN POUR

L’AVENIR DE LA SAGA.

PAR ALEXIS AUDREN

Recollons les morceaux ensemble.

Depuis 2008 et la sortie en salles d’Iron

Man, le Marvel Cinematic Universe s’est

imposé comme un pilier de l’industrie

hollywoodienne marquant par chacune

de ses nouvelles sorties un véritable évènement

à travers le monde. Onze ans de

cinéma, vingt-deux films au compteur,

pour arriver à Avengers : Endgame, apothéose

de ce genre fantastique remis au

goût du jour par Marvel Studios et Kevin

Feige, son président, où les super-héros

sont des rois qui règnent sur le box-office.

Bâti pierre par pierre, en présentant

soigneusement chacun de ses héros, à

savoir Iron Man, Hulk, Thor et Captain

America dans leurs propres films avant

de finalement proposer Avengers en

2012, Marvel a réussi le tour de force

de créer une franchise plébiscitée du

public comme de la critique.

We have to go back

L’année dernière, Avengers : Infinity

War laissait ses spectateurs scotchés à

leurs sièges après plus de deux heures

de grand spectacle clôturé par un désormais

fameux claquement de doigts. Thanos,

dernier titan de son espèce, arrivait

à ses fins après avoir parcouru les

galaxies à la recherche des pierres d’infinité.

La main gantée du géant, munie

de toutes les pierres, lui permettait de

mettre sur pied son plan terrifiant : la

disparition de la moitié de tous les êtres

vivants aux quatre coins des galaxies.

Même nos plus vaillants héros restèrent

démunis face à la menace de ce terrible

colosse. Le pari (dans le sillon de Lost

Les Disparus) de laisser en suspens

une destinée si catastrophique était

osé et digne des meilleurs cliffhangers

14

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


FOCUS

Robert Downey Jr.

AVENGERS : ENDGAME

Réalisation : Joe et Anthony Russo

Avec : Robert Downey Jr., Chris Evans, Scarlett Johansson...

Genre : Fantastique

Durée : NC

SORTIE : 24 AVRIL

3D

du genre. La sublime musique au piano

d’Alan Silvestri achevait de rendre les

dix dernières minutes d’Infinity War

inoubliables.

Captain(s)

Depuis ce dernier opus des Avengers,

deux autres films de l’univers partagé

ont fait leur arrivée au cinéma avant la

sortie d’Endgame. Deux films se déroulant

par ailleurs avant les évènements

d’Infinity War. Qu’il s’agisse d’Ant-Man

et la Guêpe ou bien de Captain Marvel,

ils ont réussi à éviter les conséquences

du cataclysme initié par Thanos en plaçant

leur action en parallèle à celles

d’Infinity War (Ant-Man et la Guêpe) ou

bien avant celles-ci (Captain Marvel).

Avec Captain Marvel, nous voilà plongés

dans les années 1990 à la rencontre

de Carol Danvers afin d’assister

à la naissance d’un futur personnage

clé d’Endgame ainsi qu’à la création

du S.H.I.E.L.D., la fameuse agence à

l’origine du projet Avengers. Une mise

en bouche parfaite à l’approche de ce

nouveau film.

Excelsior !

Tourné bout à bout avec le précédent

opus, une technique fréquemment utilisée

au cinéma sur des productions

gigantesques à l’instar de la trilogie du

Seigneur des Anneaux de Peter Jackson

ou bien des deuxième et troisième

opus de la saga Pirates des Caraïbes,

Avengers : Endgame, marque le retour

des frères Russo, Anthony et Joe à la

réalisation. Vétérans du Marvel Cinematic

Universe, les Russo, parfaitement

dans leur élément, brillent notamment

par leur maitrise des scènes d’actions,

qu’elles soient à portée humaine, on

se souvient du combat dantesque de

Captain America dans un ascenseur

dans Le Soldat de l’hiver, comme des

scènes parfaitement spectaculaires avec

Thanos projetant une Lune contre ses

assaillants.

Somme de toutes les attentes, de toutes

les envies les plus folles, de onze ans

de cinéma, de blockbusters repoussant

toujours les limites de l’imagination,

Endgame a la tâche monumentale d’offrir

à ses fans une conclusion épique,

défiant tous les superlatifs, genre oblige,

à ce morceau de cinéma entamé en

2008. La fin d’un chapitre peut-être,

mais sûrement pas la fin de cet univers

colossal, le plus puissant créé à ce jour

au cinéma. Ses histoires continueront et

ses héros poursuivront leurs batailles…

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 15


CINÉ KIDS

En route !

QUE CE SOIT DANS DES MONDES PARALLÈLES, DES UNIVERS FUTURISTES OU SUR TERRE,

LES PETITS HÉROS DU MOIS PARTENT EN VOYAGE.

PAR JEAN-BAPTISTE TOURNIÉ

POUR LES FANS

DE MONDES IMAGINAIRES

Terra Willy,

planète inconnue

Genre : Aventure / Durée : 1 h 30

Si vous avez aimé : Les As de la jungle

SORTIE : 3 AVRIL

Explorant l’espace avec ses parents,

le petit Willy est éjecté du vaisseau

familial suite à une avarie. Assisté de

son robot de survie (qui a la voix irrésistible

d’Édouard Baer), il échoue sur une

planète peuplée d’animaux étranges et

d’une flore luxuriante... Les créateurs

français des As de la jungle (la série et

le film) signent un formidable récit

d’aventure et de survie au design coloré,

à l’inventivité fertile et à l’animation

fluide. Un exemple parfait du savoir-faire

français qui n’a rien à envier

à son homologue américain. Qu’on se

le dise !

POUR LES AMOUREUX DES

CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE

Alex, le destin d’un roi

Genre : Aventure / Durée : 2 h

Si vous avez aimé : Merlin l’enchanteur

SORTIE : 10 AVRIL

eune écolier londonien, Alex

J découvre une mystérieuse épée dans

les ruines d’un immeuble désaffecté.

La lame dont il prend possession n’est

autre que la légendaire Excalibur ayant

appartenu au Roi Arthur de Bretagne.

Cette découverte va changer la vie du

garçon de 12 ans, déterminé à arrêter

la diabolique fée Morgane. Pour l’aider

dans sa quête, Alex pourra compter sur

la bienveillance de Merlin l’enchanteur

et sur la bravoure de ses camarades

de classe. Joe Cornish, scénariste des

Aventures de Tintin, signe une ode au

courage et à la beauté de l’innocence

enfantine.

POUR LES AMOUREUX

DE TOUTOUS HÉROÏQUES

L’Incroyable Aventure

de Bella

Genre : Famille & aventure / Durée : 1 h 36

Si vous avez aimé : L’Incroyable Voyage

SORTIE : 10 AVRIL

La chienne Bella se retrouve brutalement

séparée de son maître Lucas.

Déterminée à rejoindre celui qui l’a

recueillie dans son enfance, elle se

lance dans un voyage à travers les

grands espaces américains durant

lequel elle se lie d’amitié avec un lynx.

Auteur de L’Incroyable Histoire de

Winter le dauphin, Charles Martin

Smith célèbre l’histoire d’amitié inconditionnelle

entre un chien et son maître

en donnant la parole à l’intrépide canidé.

Il se dégage de cette épopée truffée

de dangers l’enivrante sensation

que rien n’est impossible.

© Thomas Lang

La Fondation Jérôme Seydoux-Pathé en famille

Découvrez des activités ludiques pour toute la famille aux couleurs du cinéma,

à travers trois activités différentes, proposées en alternance chaque samedi à

14 h 30. Ateliers « Raconte-moi pellicule » et « Tout en couleurs » ou encore

spectacle de lanterne magique… Des occasions uniques d’initier petits et

grands à la magie du cinéma.

Plus d’informations sur

fondation-jeromeseydoux-pathe.com

FONDATION JÉRÔME SEYDOUX-PATHÉ

73, avenue des Gobelins

75013 Paris

16

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


CINÉ KIDS

POUR LES AMOUREUX

DES CHIENS ADORABLES

Royal Corgi

Genre : Aventure / Durée : 1 h 25

Si vous avez aimé : Garfield

SORTIE : 10 AVRIL

Rex mène une vie entre luxe et

paresse comme chien préféré de la

reine d’Angleterre. Mais tout bascule

lorsqu’il mord les fesses du président

américain. Du jour au lendemain, ce

corgi habitué à l’opulence du palais

de Buckingham se retrouve abandonné

dans un chenil délabré. Aidé de

ses nouveaux amis, Rex va tenter

de regagner sa place de monarque

canin tout en essayant de conquérir

le cœur de l’irrésistible Wanda. Ce

divertissement familial fait la part

belle à la persévérance et à l’humilité

en adaptant le mythe de Rocky à nos

plus fidèles compagnons.

POUR LES AMOUREUX DE MAGIE

La Princesse

des Glaces, le monde

des miroirs magiques

Genre : Aventure / Durée : 1 h 26

Si vous avez aimé : La Reine des neiges

SORTIE : 17 AVRIL

Quand les magiciens sont menacés de

disparaître à cause des manigances

du tyran Harald, la jeune Gerda est la

seule à pouvoir les sauver. Obsédé par

les nouvelles technologies, le despote

emprisonne tous ceux qui maîtrisent

les arcanes dans le monde parallèle des

miroirs magiques. Pour leur venir en aide,

Gerda doit s’allier à son ancienne rivale,

la reine des neiges. Aleksey Tsitsilin

confirme le succès de La Princesse des

glaces avec un nouveau volet coloré et

visuellement splendide.

POUR LES AMOUREUX

DES MONSTRES ATTACHANTS

Monsieur Link

Genre : Aventure / Durée : 1 h 32

Si vous avez aimé : Le Grinch

SORTIE : 17 AVRIL

La différence contribue à la beauté

du monde, et Monsieur Link en

est un exemple parfait. Avec ses deux

mètres quarante et ses trois cents kilos

au compteur, l’attachante montagne

de poils aux allures de Yéti roux se

sent bien seule. Aidé par l’illustre

explorateur Sir Lionel Frost, cet étrange

mammifère va alors se lancer dans

un périple trépidant pour essayer de

retrouver des membres de son espèce

disparue. Une fable désopilante portée,

en VF, par les voix d’Éric Judor et de

Thierry Lhermitte, qui aborde les

thèmes de l’acceptation de l’autre et

de la confiance en soi. Au poil !

La Bande à Picsou au cinéma

ACTUELLEMENT AU CINÉMA

Vingt-cinq ans après la série qui a accompagné toute une génération, cette famille de canards

pas comme les autres vous donne rendez-vous au cinéma. Pour l'occasion, Donald, Riri, Fifi,

Loulou, Zaza, Flagada Jones et Picsou se retrouvent sur le plateau d'un grand show animé

par Riri. Au programme : un contenu inédit et spécifiquement créé pour le cinéma pour les

petits et grands enfants, des jeux interactifs, des surprises ainsi que deux épisodes inédits

et exclusifs de La Bande à Picsou. Un évènement à partager avec vos enfants, à ne pas

manquer au cinéma !

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 17


Le parcours

Après un long parcours théâtral, Alice

Belaïdi se fait connaître du grand public

grâce à la pastille Workingirls, diffusée sur

Canal+ à partir de 2012. Elle éclate presque

simultanément au cinéma en tenant des

seconds rôles remarqués dans Radiostars de

Romain Levy et Les Kaïra de Franck Gastambide.

En 2014, elle joue dans Sous les jupes des

filles, qui réunit le gratin des actrices françaises.

L’actu

Alice Belaïdi partage l’affiche de Victor et Célia avec Arthur Dupont.

L’actrice de 29 ans se révèle formidable dans cette comédie où elle

tient, pour la première fois à l’écran, un premier rôle. Capitalisant

sur son énergie et sa gouaille, Pierre Jolivet lui offre le rôle d’une

coiffeuse déterminée, malgré de nombreux coups du sort, à monter

un salon de coiffure avec son ex.

Enfant de province

Née à Nîmes,

Alice Belaïdi a grandi

à Avignon et commence, dès

l’âge de 12 ans, à fréquenter

des ateliers de théâtre. Sa

participation à l’adaptation

sur scène du roman de Saphia

Azzeddine, Confidences à Allah,

jouée au Festival off d’Avignon

en 2008 et en 2009 (avec des

représentations dans l’intervalle

à Paris et en province),

lui vaudra le Molière de la

révélation théâtrale en 2010.

VICTOR ET CÉLIA

Réalisation : Pierre Jolivet

Avec : Alice Belaïdi, Arthur Dupont,

Bruno Bénabar…

Genre : Comédie

Durée : 1 h 31

SORTIE : 24 AVRIL

ALICE

BELAÏDI

ŒIL POUR ŒIL

PAR FRANÇOIS CHAMPY

4

C’est le nombre total de trophées

remportés par l’actrice. Deux pour

le court-métrage Belle gueule, en 2015,

et deux pour Divines dont celui,

très convoité, du César du meilleur espoir

féminin, décerné en 2017.

2

C’est le nombre de récompenses remportées

par l’actrice au Festival de l’Alpe d’Huez :

le Coup de cœur féminin pour Radiostars en 2012

et le Prix d’interprétation dans un second rôle

pour Si j’étais un homme en 2017.

OULAYA

AMAMRA

Le parcours

Issue de banlieue

où elle s’est initiée

au théâtre, Oulaya Amamra fait

des débuts fracassants

au cinéma en jouant le rôle

principal de Divines, réalisé

par sa sœur aînée Houda

Benyamina. Caméra d’or lors

du Festival de Cannes 2016,

ce film brûlant sur la banlieue

la fait remarquer par la

profession. Son film suivant,

Le monde est à toi de Romain

Gavras, confirme sa nature

explosive, prête à dynamiter

le cinéma français.

L’actu

Dans L’Adieu à la nuit d’André Téchiné, elle n’est que le troisième

rôle derrière Catherine Deneuve et Kacey Mottet Klein, mais chacune

de ses apparitions (en copine du jeune héros, converti par elle

à l’Islam) fait basculer le film dans une tension électrique.

Avec son visage angélique en partie caché par un voile de mystère

et de dissimulation, elle est fascinante d’ambiguïté.

Enfant de banlieue

L’ADIEU À LA NUIT

Réalisation : André Téchiné

Avec : Catherine Deneuve, Kacey

Mottet Klein, Oulaya Amamra…

Genre : Drame

Durée : 1 h 43

SORTIE : 24 AVRIL

Née à Viry-Chatillon, en banlieue parisienne,

Oulaya Amamra fréquente dès l’âge de 12 ans la MJC

de sa ville où elle prend des cours de théâtre sous

l’autorité de sa sœur, Houda Benyamina, à l’origine

de cette classe. Elle y rencontre notamment

Jisca Kalvanda, sa future partenaire de Divines,

avec laquelle elle jouera des pièces en marge

du Festival d’Avignon quelque temps plus tard.

18

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


07_AFF 120x160 KIDS_SIMETIERRE DATE.indd 1 15/02/2019 10:53

RETOUR VERS

LE FUTUR

Les meilleures adaptations

de Stephen King

ALORS QUE SORT UNE NOUVELLE ADAPTATION DU CÉLÈBRE ROMAN HORRIFIQUE SIMETIERRE,

RETOUR SUR QUELQUES-UNES DES MEILLEURES RELECTURES DE STEPHEN KING À L’ÉCRAN.

PAR JACQUES PONT-NEUF

CARRIE AU BAL

DU DIABLE

de Brian De Palma (1977)

Où comment une ado mal

dans ses pompes et pas

franchement star en son

lycée va se prendre un

seau de sang de porc sur

la figure et semer le chaos

lors du bal de sa promo.

L’effroi dans le regard de

la toute jeune Sissy Spacek

fait vibrer les sens du

spectateur et électrise la

mise en scène de Brian De

Palma, tout en split screen.

Le plus grand film sur

l’angoisse adolescente. En

bonus, l’une des premières

apparitions sur grand écran

d’un certain John Travolta.

SHINING

de Stanley Kubrick (1980)

Cette adaptation très

personnelle du roman

original a beau ne toujours

pas plaire à Stephen King,

cela reste un sommet du

thriller paranoïaque qui

explore avec force l’un

des thèmes favoris du

romancier : l’emprise d’un

double fictionnel sur un

individu. Jack Nicholson

campe un auteur retiré

dans un grand hôtel qui va

sombrer peu à peu dans

une folie destructrice.

Kubrick fait de la conscience

humaine un labyrinthe

mental peuplé de signes

dont on n’a pas encore fini

d’épuiser les sens cachés.

CHRISTINE

de John Carpenter (1984)

Une voiture maléfique,

il fallait oser l’inventer

et la filmer. Christine

arrive à la fin d’une période

faste pour Carpenter,

qui enchaîne les chefsd’œuvre

fantastiques :

Assaut, Halloween : La Nuit

des masques, Fog,

New York 1997, The

Thing. Bien avant la saga

Transformers et surtout avec

dix fois moins de moyens,

Carpenter prouve

que l’on peut humaniser

un véhicule en un

froissement de tôle

et une utilisation géniale

de la musique.

LA LIGNE VERTE

de Frank Darabont (2000)

Ses trois adaptations

de Stephen King constituent

le sommet de la filmo de

Frank Darabont : Les Évadés

(1994), The Mist (2007)

et donc cette Ligne verte,

thriller fantastique qui

se paye aussi le luxe d’être

un mélodrame déchirant

sur l’amitié, une pertinente

réflexion sur la peine de mort

et une étude psychologique

fascinante sur les origines

du mal. On se demande

encore comment l’Oscar

a pu échapper à Michael

Clarke Duncan, inoubliable

dans la peau du colosse

aux pieds d’argile.

SIMETIERRE

de Kevin Kölsch

et Dennis Widmyer (2019)

Déjà adapté en 1989

par Mary Lambert – avec

en prime la présence de

Stephen King en prêtre ! –

Simetierre raconte le calvaire

d’une famille fraîchement

arrivée dans une bourgade

du Maine et dont la maison

jouxte un cimetière pour

animaux. Rien de bien

méchant a priori, jusqu’au

jour où des forces maléfiques

permettent, entre autres,

à de gentils matous

de revenir à la vie.

« Quelquefois la mort

est préférable… », dit l’une

des répliques du film.

D’APRÈS LE ROMAN TERRIFIANT DE STEPHEN KING, L’AUTEUR DE ÇA

P A R F O I S

I L Y A P I R E

Q U E L A M O R T

AU CINÉMA LE 10 AVRIL

STEPHEN KING JEFF BUHLER KEVIN KÖLSCH ET DENNIS WIDMYER

SIMETIERRE

Réalisation : Kevin Kölsch et Dennis Widmyer

Genre : Horreur

Durée : 1 h 38

Avec : Jason Clarke, John Lithgow,

Amy Seimetz…

SORTIE : 10 AVRIL

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 19


GUIDE ALTERNATIF

C’est ça

l’amour ?

AU MENU DU MOIS D’AVRIL, PASSIONS AMOUREUSES DESTRUCTRICES

ET LIENS FILIAUX CONTRARIÉS.

PAR LA RÉDACTION

POUR CEUX QUI AIMENT

LES HISTOIRES

PASSIONNELLES

La romancière Marie de Régnier, fille

du poète José-Maria de Heredia, fut

la maîtresse de Pierre Louÿs, poète,

écrivain, photographe et érotomane. Leur

relation scandaleuse, faite de séparations

houleuses, de retrouvailles fracassantes et

de clichés érotiques, nourrit abondamment

la production des deux artistes, fusionnels

jusque dans la création. Noémie Merlant,

révélée au grand public par Les Héritiers en

2014, tient enfin le grand rôle de sa carrière

avec cette Marie féministe avant l’heure.

Face à elle, Niels Schneider (Diamant noir)

campe un fascinant manipulateur.

CURIOSA

Réalisation : Lou Jeunet

Avec : Noémie Merlant, Niels

Schneider, Benjamin Lavernhe…

Genre : Drame

Durée : 1 h 47

SORTIE : 3 AVRIL

POUR CEUX QUI ONT AIMÉ

50 NUANCES DE GREY

Tessa a 18 ans et son avenir est tout tracé :

une brillante carrière professionnelle et

un mariage paisible avec son petit ami de

toujours. Mais son entrée à la fac va tout

faire voler en éclats. Car surgit sur sa route

Hardin, un bad boy tatoué et provocateur

qui va lui faire perdre pied… Pour son

premier long-métrage de fiction, Jenny

Gage porte à l’écran la saga littéraire

culte d’Anna Todd. Josephine Langford

(I Wish : Faîtes un voeu) et Hero Fiennes

Tiffin (qui a joué Voldemort enfant dans

Harry Potter) incarnent ce couple qu’on

est appelé à revoir à l’écran : Anna Todd a

en effet imaginé cinq chapitres de sa saga.

AFTER - CHAPITRE 1

Réalisation : Jenny Gage

Avec : Josephine Langford, Hero

Fiennes Tiffin, Selma Blair …

Genre : Romance, drame

Durée : 1 h 47

SORTIE : 17 AVRIL

POUR CEUX QUI AIMENT

LES THRILLERS POLITIQUES

Un homme politique important, Manuel

Lopez-Vidal, est impliqué dans une affaire

de corruption qui menace de ruiner sa

carrière. Et il va tout faire pour sortir de

cet engrenage, quitte à se salir les mains

encore plus… Le réalisateur de Que

Dios nos perdone, joli succès du cinéma

espagnol sorti l’an dernier dans les salles

françaises, récidive avec ce thriller tendu,

étouffant, et qui prend la forme d’une

course contre la montre. Sans quitter un

instant son protagoniste (l’intense Antonio

de la Torre), il livre une étude troublante

de l’ambiguïté de l’âme humaine.

EL REINO

Réalisation : Rodrigo Sorogoyen

Avec : Antonio de la Torre, Monica

Lopez, Nacho Fresneda…

Genre : Policier, drame

Genre : 2 h 11

SORTIE : 17 AVRIL

20

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


GUIDE ALTERNATIF

POUR CEUX QUI AIMENT

AVOIR PEUR

Dans le Los Angeles des années 70,

Anna, assistante sociale, essaie tant bien

que mal d’élever seule ses deux enfants.

On l’appelle pour s’occuper d’un enfant

maltraité et elle constate avec horreur qu’il

est hanté par « la pleureuse », un spectre

terrifiant tout droit surgi des légendes

mexicaines... La Malédiction de la dame

blanche mêle habilement légende urbaine

et portrait réaliste d’une famille perdue

dans la Californie des seventies. Mais

par-dessus tout, il s’agit d’un véritable

film d’horreur qui vous hantera encore

longtemps après que les lumières de la

salle se sont rallumées...

POUR CEUX QUI PENSENT

QUE C’ETAIT MIEUX AVANT

Il fut un temps où Internet et les

téléphones portables n’existaient pas,

et où la musique s’écoutait sur des CD.

C’était les années 90, et Jonah Hill était un

adolescent de LA qui rêvait de faire partie

d’une bande de skateurs comme dans un

film de Larry Clarke ou de Gus van Sant.

L’acteur signe son premier long-métrage

où il raconte l’été magique d’un gamin de

13 ans qui, entre une mère absente et un

grand frère sur la brèche, va s’émanciper

au contact d’adolescents qui trompent leur

ennui sur des planches à roulettes. Un film

nostalgique mais jamais mièvre sur une

époque pas forcément bénie.

POUR CEUX QUI AIMENT

CATHERINE DENEUVE

Catherine Deneuve retrouve André Téchiné

pour la huitième fois. Dans L’Adieu à la

nuit, elle incarne Muriel, propriétaire

solitaire d’un centre équestre qui voit

revenir au bercail Alex, son petit-fils

qu’elle a élevé et qu’elle n’a pas vu depuis

des mois. Seulement, Alex (l’électrique

Kacey Mottet Klein) n’est plus le même...

Comme dans La Fille du RER du même

Téchiné (2009), où elle interprétait la

mère d’une mythomane dont elle devait

assumer un acte inconséquent, Catherine

Deneuve doit tout faire pour sortir son

petit-fils de la spirale infernale dans lequel

il a été entraîné. Elle est bouleversante.

LA MALÉDICTION

DE LA DAME BLANCHE

Réalisation : Michael Chaves

Avec : Linda Cardellini...

Genre : Horreur

Durée : 1 h 33

SORTIE : 17 AVRIL

90’S

Réalisation : Jonah Hill

Avec : Sunny Suljic, Lucas

Hedges, Katherine Waterston…

Genre : Comédie dramatique

Durée : 1h25

SORTIE : 24 AVRIL

L’ADIEU À LA NUIT

Réalisation : André Téchiné

Avec : Catherine Deneuve, Kacey

Mottet Klien, Oulaya Amamra…

Genre : Drame

Durée : 1 h 43

SORTIE : 24 AVRIL

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT

21


ZOOM SUR...

Pio Marmaï et Céline Sallette.

Mais vous êtes fous,

une famille dans la tourmente

POUR SON PREMIER PASSAGE À LA RÉALISATION, AUDREY DIWAN RÉUNIT PIO MARMAÏ

ET CÉLINE SALLETTE DANS UN DRAME INTIME AUTOUR DE L’ADDICTION.

PAR ELSA COLOMBANI

C’est somme toute l’histoire d’une famille bien ordinaire.

Roman (Pio Marmaï) et Camille (Céline Sallette) sont les

heureux parents de deux petites filles. Lui travaille dans un

cabinet dentaire, elle dans une grande entreprise. La mère

a de longues journées de travail, c’est donc le père qui va

chercher les enfants à l’école, s’occupe de leur dîner et de

leurs devoirs. Mais très vite, le spectateur découvre que

cette banalité n’est qu’un mirage, car pas une journée ne

passe sans que Roman n’ait recours à la cocaïne pour la

vivre. Tantôt exalté, l’énergie débordante, tantôt abattu par le

manque et la fatigue, il maintient les apparences tandis que

ses proches restent aveugles à son mal-être. Si sa belle-mère

s’inquiète un jour de le voir les traits tirés, elle se satisfait

de la réponse de Roman : oui, tout va bien, dit-il, le visage

tendu. Roman sniffe toujours en cachette, mais dans tous

les lieux qu’il fréquente. Sur son lieu de travail, dans sa salle

de bain… En l’absence de sa femme, il autorise même son

dealer à monter chez lui pour lui fournir sa dose et ment à

ses filles qui s’étonnent de la présence de cet inconnu à leur

porte. Puis, advient le séisme lorsque, en pleine nuit, Lucie,

leur petite dernière, est prise de convulsions inexpliquées.

Roman est alors contraint de révéler à sa femme son addiction.

Le masque tombe, leur monde s’écroule.

« Je voulais un thriller intime, un film sur l’amour auquel

se mêlerait une forme d’inquiétante étrangeté », explique la

cinéaste Audrey Diwan, qui signe ici son premier film. L’idée

de Mais vous êtes fous a germé lors de sa rencontre avec une

jeune femme qui lui inspira le personnage de Camille, et la

découverte de son étrange histoire. « Hasard extraordinaire,

commente Diwan, j’avais lu quelques jours plus tôt un entre-

22

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


filet dans le journal qui racontait bien autrement l’histoire

et la résumait ainsi : “Un couple de Parisiens drogue ses

enfants”. Cette femme n’était plus seulement victime, mais

soupçonnée et peut-être coupable. » Mais vous êtes fous

raconte le calvaire enduré par cette famille ordinaire, plongée

à son insu dans les affres de l’addiction.

Un couple dans la tourmente

On découvre dans les analyses de Lucie, puis dans celles de

sa sœur Bianca et de Camille, que la famille a été massivement

contaminée, et ce de façon prolongée, à la cocaïne.

Les soupçons de la police pèsent alors sur Roman, suspecté

d’avoir volontairement empoisonné sa femme et ses filles.

Quant à Camille, les autorités peinent à croire qu’elle ait

pu rester aveugle, et, dans le doute de sa complicité ou de

son innocence, lui retirent temporairement la garde de ses

enfants. Audrey Diwan refuse pourtant de faire planer le

doute aux yeux du spectateur. Les scènes quotidiennes qui

précèdent le drame dépeignent bien l’amour porté par ces

parents à leurs enfants mais exposent aussi l’inconscience

de Roman et l’aveuglement de Camille. Lorsque l’enquête

commence afin de découvrir par quel étrange mystère

Roman aurait pu empoisonner sans le savoir ses proches, le

spectateur est à ses côtés. La réalisatrice filme ce suspense

étonnant avec un réalisme et une simplicité qui préviennent

toute hystérie. L’addiction de Roman entraîne une avalanche

de conséquences diverses, légales mais aussi sociales et

affectives. Du jour au lendemain, le couple a tout perdu et,

impuissant, encaisse les coups en espérant découvrir la clé

de l’énigme. Plus que dans les mots ou la confrontation,

c’est dans les corps de ses protagonistes qu’Audrey Diwan

exprime l’incroyable violence de ce qu’ils traversent. La réalisatrice

explique par exemple avoir écrit le rôle de Camille

spécifiquement pour Céline Sallette : « Je l’avais vue jouer,

j’avais été frappée par son abandon proche du somnambulisme.

» Dans la première partie du film, c’est bien cette

impression de paralysie que l’actrice diffuse, son visage et

son corps comme anesthésiés par la douleur.

Le diable au corps

Face à elle, le corps de Pio Marmaï ne cesse de fluctuer.

Tantôt rassurant en père aimant et protecteur, tantôt menaçant

lorsque la drogue régit son comportement. Viennent

ensuite le repli sur soi, l’allure meurtrie et éteinte, lorsqu’on

lui interdit tout contact avec sa compagne et ses filles. « Au

fil du film, explique Audrey Diwan, je voulais que le personnage

joué par Pio se sente petit, puis retrouve peu à peu

sa dimension à l’écran ». Le processus de reconstruction,

d’un corps sous l’emprise de l’addiction à celui de la guérison,

s’opère à travers la sensualité ravivée entre Roman et

Camille, deux êtres en état de manque : « Affectivement, ils

sont dépendants l’un de l’autre. Pour Camille, le sevrage se

passe mal. La raison invite à la séparation, la passion force

au recommencement, développe la cinéaste. Et puis il y a

cette histoire de peaux, du toucher, du besoin de l’autre. »

Céline Sallette

et Keren-Ann Zajtelbach.

Si les corps s’épanouissent dans cette passion conjugale et

interdite, c’est qu’ils n’ont plus rien à se cacher. Roman

s’est mis à nu devant Camille et Camille la somnambule a

enfin ouvert les yeux.

La folie à deux

Mais vous êtes fous : le titre sonne comme le jugement

d’une parole extérieure qui observerait les deux amants.

Oui, Camille semble folle de s’être réfugiée dans le déni.

Oui, Roman paraît fou d’avoir fait encourir de tels risques

à sa famille. Fous aussi de continuer à s’aimer envers et

contre tous, puis de reprendre le cours de leur vie commune

comme si rien ne s’était passé. Au plus près de Roman dans

la première partie du film, Audrey Diwan, une fois l’énigme

de la contamination résolue, s’attache ensuite aux pas de

Camille. Une fois son couple réuni, Camille semble réaliser

ce qui s’est véritablement produit. Le regard qu’elle pose sur

Roman devient autre, incertain, pétri d’angoisse. Le doute

s’infiltre comme un poison dans leur vie quotidienne. Le

réalisme du début laisse alors place à « quelque chose de

l’ordre du thriller conjugal », selon la réalisatrice qui cache

le diable dans les détails : la nourriture amoureusement préparée

par Roman, la lettre de son test de dépistage ouverte

par Camille. « Le titre du film, conclut Audrey Diwan, met

en lumière cette idée de folie à deux, ce système silencieux

qui fait que deux êtres qui s’aiment peuvent néanmoins se

mener à leur propre perte. »

MAIS VOUS ÊTES FOUS

Réalisation : Audrey Diwan

Avec : Pio Marmaï, Céline Sallette, Carole Franck…

Genre : Drame

Durée : 1 h 35

SORTIE : 24 AVRIL

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 23


L’AUTRE REGARD

CE FILM VAUT LE COUP D’ŒIL

Raoul Taburin

PIERRE GODEAU SIGNE L’ADAPTATION ATTENDUE DU ROMAN GRAPHIQUE

DE SEMPÉ, AVEC BENOÎT POELVOORDE EN HÉROS TRÈS DISCRET.

PAR FRANÇOIS CHAMPY

Édouard Baer

et Benoît Poelvoorde.

Benoît Poelvoorde traîne lentement sa silhouette

dégingandée, accentuée par une salopette de

mécano mal ajustée. L’œil las, le menton rentré

dans le cou, le débit hésitant, il compose un héros

mi-lunaire, mi-tragique, miné par un mensonge sur lequel

sa vie s’est construite : ni son père facteur qui attendait de

lui qu’il lui succède, ni son épouse et mère de ses enfants

ne se sont jamais doutés de son problème d’équilibre

l’empêchant de faire du vélo. L’arrivée au village d’un

photographe (Édouard Baer, toujours aussi irrésisitible)

venu tirer le portrait de quelques gloires locales, dont Raoul,

fera-t-elle jaillir la vérité ? Avec cette adaptation respectueuse

du style minimaliste de Sempé (malgré quelques

aménagements ici et là), Pierre Godeau offre à Benoît

Poelvoorde une partition sur mesure. L’acteur, qui dans

sa jeunesse, caressait l’idée de devenir dessinateur, est un

grand fan devant l’éternel du créateur du Petit Nicolas.

« Avec Édouard, on se disait qu’on faisait de la pantomime,

déclare l’acteur belge. Il fallait être fidèle à la poésie de

Sempé. C’était un bel exercice. » De son côté, Pierre Godeau

a tenté de retranscrire par l’image l’inimitable esprit des

dessins de Sempé, où l’humour très subtil voisine avec un

sens de l’observation affuté. Outre les personnages principaux

incarnés par Poelvoorde, Baer et la délicate Suzanne

Clément (l’actrice québécoise joue la femme de Taburin),

Godeau croque des personnages secondaires pittoresques :

le père renfrogné de Raoul qui machouille nerveusement

sa pipe (formidable Grégory Gadebois) ou le champion

local de vélo toujours droit et prêt à enfourcher sa machine

(le désopilant Vincent Desagnat). Ajoutez des touches de

poésie remarquablement distillés et vous obtenez le feelgood

movie du mois. Rien que ça.

3

bonnes raisons d’y aller

1. Pour l’hommage

à Sempé

Pierre Godeau réalise

un bel hommage à l’illustre

dessinateur avec cette

adaptation follement poétique.

On y retrouve les personnages

attachants, une fantaisie

et un humour incomparables,

qui ont fait la légende

de Sempé.

2. Pour la nostalgie

« Douce France, cher pays

de mon enfance… »

Le film nous plonge dans

une France rêvée, champêtre

et intemporelle. C’est

pour ne pas perturber cette

harmonie villageoise que

Raoul Taburin dissimule son

secret d’enfance, qui ne cesse

de s’alourdir avec le temps.

3. Pour la célébration

de l’amitié

De son partenaire Édouard

Baer, Benoît Poelvoorde confie :

« Quand je le regarde, parfois,

je me vois. On a rarement

tourné ensemble, mais on est

amis depuis longtemps. »

Une complicité à la ville

qui crève l’écran et forge un

tandem fraternel fort réussi.

RAOUL TABURIN

Réalisation : Pierre Godeau

Avec : Benoît Poelvoorde,

Édouard Baer, Suzanne Clément…

Durée : 1 h 30

Genre : Comédie

SORTIE : 17 AVRIL

24

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


RENCONTRE

Zachary Levi

LES SUPER-HÉROS DC COMICS PEUVENT AUSSI AVOIR LE SENS DE L’HUMOUR. SHAZAM ! VIENT

BOUSCULER L’ORDRE ÉTABLI AVEC UNE COMÉDIE D’ACTION MUSCLÉE : L’HISTOIRE D’UN ADO DE 14 ANS

QUI PEUT SE TRANSFORMER À L’ENVI EN SURHOMME. RENCONTRE AVEC SON INTERPRÈTE, ZACHARY LEVI.

PROPOS RECUEILLIS PAR BORIS MALAINE

I N T E R V I E W

Comment joue-t-on un adolescent dans un corps d’adulte?

C’est venu naturellement ?

J’ai essayé de m’amuser autant que possible, d’être

impulsif, comme le ferait un enfant. Heureusement, je

suis toujours un grand gamin !

Donc c’était plutôt facile, même

s’il a fallu qu’on se coordonne

avec Asher Angel [le jeune

acteur qui incarne Billy Batson],

vu que je suis censé être lui en

adulte. Malheureusement, on

a eu peu de temps pour traîner

ensemble, mais on a discuté le

plus possible. Asher m’a envoyé

plusieurs vidéos de lui pour que

je puisse le voir jouer et on s’est

rendu compte qu’on avait déjà

des mimiques communes. Et

j’ai beaucoup regardé le film

Big avec Tom Hanks, qui a été

ma grande source d’inspiration.

C’est votre premier rôle

principal au cinéma. Comment

l’avez-vous décroché ?

Pour être honnête, je ne croyais

pas du tout le décrocher. J’ai passé une audition pour

un personnage secondaire et quelques heures plus tard,

mon agence m’a appelé : la production pensait que je

ferais l’aaire pour Shazam. « Quoi ? Vous êtes sûrs ? »

(Rires.) Je suis venu à Los Angeles pour des tests caméra

et le lendemain, c’était signé. Tout ça s’est déroulé juste

avant le tournage, ils avaient littéralement vu tout le

monde à part moi !

Qu’est-ce qui a fait la différence avec vous alors ?

J’imaginais qu’ils recherchaient l’opposé de ce que ce que

j’avais à orir. Mais en fait ce qu’il leur fallait, c’était un

acteur avec l’esprit d’un môme de 14 ans. Pas forcément

quelqu’un avec un physique de bodybuilder, parce que ça,

ça se travaille - et croyez-moi, j’ai fait de la musculation

pendant un bon moment. Plutôt une personne avec une

certaine sensibilité et l’humour qui va avec. Moi, quoi !

Le réalisateur David F.

Sandberg vient du cinéma

d’horreur. Un choix étonnant

pour une comédie.

Pas tant que ça. Il a un sens

de l’humour vraiment génial

et je crois qu’il il était parfait,

justement parce qu’il vient du

monde de l’horreur. Il a été à

bonne école pour le sens du

timing et de la tension, deux

qualités essentielles en comédie.

Entre de mauvaises mains, un

film comme Shazam ! aurait vite

pu devenir un peu étrange, un

peu ridicule. David a réussi à

s’approprier cet univers.

Vous avez joué chez Marvel

et DC. Quelle est la différence ?

C’est la même méthode, mais

chez Marvel, même si je me suis

beaucoup amusé à jouer l’un des amis de Thor, ils n’ont

pas su utiliser le personnage à sa juste valeur. Chez DC,

tout était plus cadré, plus planifié. Je crois que je suis le

seul acteur au monde à avoir joué chez Marvel, DC ET

Disney, avec Raiponce. C’est fou !

SHAZAM !

Réalisation : David F. Sandberg

Genre : Action, fantastique

Durée : 2 h

Avec : Zachary Levi, Asher Angel, Mark Strong…

SORTIE : 3 AVRIL

3D

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 25


SPECTACLES AU CINÉMA

EN DIRECT

Ne manquez pas ce grand ballet classique aux allures de

music-hall chorégraphié par le grand Youri Grigorovitch sur

une partition jazzy de Chostakovitch. Cette œuvre originale

au triangle amoureux passionné n’est jouée qu’au Bolchoï !

Entre doutes et angoisses, les sœurs carmélites mettent

leur foi à l’épreuve et parviennent à se défaire des passions

humaines. Le compositeur Francis Poulenc sublime le sens et

la beauté du sacrifice dans cet opéra transcendant, à découvrir

en direct de la scène du Metropolitan Opera de New York.

EN DIRECT

EN DIRECT

Dans Carmen Suite, les Étoiles du Bolchoï nous offrent leur

interprétation du grand opéra de Bizet. Ce ballet sera suivi

de Petrouchka, une nouvelle création du chorégraphe Edward

Clug relatant l’histoire de la malheureuse marionnette. Deux

ballets pour une soirée placée sous le signe du masculin/

féminin, à vivre en direct du Théâtre Bolchoï de Moscou.

Comment un frère et une sœur se retrouvent et s’unissent dans

la vengeance qu’ils fomentent contre leur mère Clytemnestre et

son amant Égisthe ? Le metteur en scène Ivo van Hove se saisit

du mythe et offre une nouvelle interprétation de cette

tragédie grecque antique ! Du grand théâtre sur grand écran

en direct de la Comédie-Française.

Réservations en caisse de votre cinéma ou sur cinemaspathegaumont.com

26

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


N O U V E L L E S A I S O N

OUVERTURE DES RÉSERVATIONS LE 16 AVRIL SUR CINEMASPATHEGAUMONT.COM


ACTUS

NOUVEAU !

LES RENDEZ-VOUS CINÉPHILES

DÈS LE 4 AVRIL, DÉCOUVREZ UN NOUVEAU RENDEZ-VOUS DANS VOTRE CINÉMA

ET PROFITEZ SUR GRAND ÉCRAN D’UNE SÉLECTION DE FILMS « ART ET ESSAI ».

TOUTES LES SEMAINES, UN NOUVEAU FILM EN VERSION ORIGINALE VOUS SERA PROPOSÉ

À RAISON DE QUATRE SÉANCES HEBDOMADAIRES :

Jeudi 16h – Dimanche 20h – Lundi 18h – Mardi 14h

Découvrez les fi lms à l’affi che de ces nouveaux Rendez-vous cinéphiles :

SEMAINE DU 3 AVRIL

La Chute de l’empire américain

de Denys Arcand

SEMAINE DU 10 AVRIL

Marie Stuart, Reine d’Écosse

de Josie Rourke

SEMAINE DU 17 AVRIL

Dernier Amour

de Benoît Jacquot

SEMAINE DU 24 AVRIL

Boy Erased

de Joel Edgerton

Réservations et liste des cinémas participants sur cinemaspathegaumont.com

LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

QUAND FELLINI RÊVAIT DE PICASSO

Federico Fellini, cinéaste italien à l’origine du mythique

La Dolce Vita vouait une profonde admiration à Pablo Picasso.

La Cinémathèque française propose avec sa nouvelle exposition

« Quand Fellini rêvait de Picasso », une plongée unique dans

les esprits de génie de ces deux grands artistes. Les Cinémas

Pathé Gaumont offrent aux abonnés des invitations pour découvrir

« Quand Fellini rêvait de Picasso » sur présentation de leur CinéPass

aux caisses de La Cinémathèque française jusqu’au 28 juillet 2019*.

*Une entrée à l’exposition de La Cinémathèque française, « Quand Fellini rêvait de Picasso », sera offerte aux abonnés sur présentation de leur CinéPass

en cours de validité. Les abonnés CinéPass Duo bénéficieront, sur présentation de leur carte, de deux places offertes.

Retrouvez toutes nos actualités et nos offres sur cinemaspathegaumont.com/offres

28

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DU SPECTACLE

DISPONIBLE EN DOUBLE CD & DOUBLE DVD

ARY ABITTAN - AMIR - JULIEN ARRUTI - JEAN-LOUIS AUBERT - BÉNABAR - AMEL BENT - MALIK BENTALHA

TAREK BOUDALI - PATRICK BRUEL - NICOLAS CANTELOUP - CLAUDIO CAPÉO - SÉBASTIEN CHABAL - DANIELA DE JESUS

COSIO - DIDIER DESCHAMPS - THOMAS DUTRONC - PATRICK FIORI - LIANE FOLY - ÉLODIE FONTAN - MARIE-AGNÈS GILLOT

KENDJI GIRAC - LES INCONNUS - JENIFER - MICHAEL JONES - CLAIRE KEIM - PHILIPPE LACHEAU - PAULINE LEFÈVRE

NOLWENN LEROY - MIMIE MATHY - JEAN-BAPTISTE MAUNIER - KYLIAN MBAPPÉ - KAD MERAD - ISABELLE NANTY

FLORENT PAGNY - LORIE PESTER - SLIMANE - MC SOLAAR - SOPRANO - TAL - CHRISTOPHE WILLEM - ZAZIE...

PLUS QUE JAMAIS LES RESTOS ONT BESOIN DE VOUS !

CHAQUE CD OU DVD VENDU = 17 REPAS OFFERTS

L’INTÉGRALITÉ DES BÉNÉFICES DE LA VENTE DES DOUBLES CD ET DVD

SERA REVERSÉE AUX RESTAURANTS DU CŒUR POUR LEUR ACTION 2019/2020

POUR VOS DONS AUX RESTOS

Par chèque à : LES RESTAURANTS DU CŒUR - 75515 Paris Cedex 15 — Par Internet : www.restosducoeur.org

© Xavier Grosbois


ACTUS

Dès l’entrée, plongez dans l’univers du film que vous êtes

sur le point de découvrir grâce à un couloir dynamique

tapissé d’un écran géant vous mettant directement dans

l’ambiance du film.

UN CONFORT ABSOLU

Une fois dans la salle, vous pourrez découvrir un design

entièrement pensé pour éliminer toutes les distractions

visuelles et auditives et laisser toute la place au film. Il ne

reste plus qu’à vous asseoir – ou vous allonger – dans l’un

des fauteuils de la salle offrant une large assise et une inclinaison

totale (dos et pieds) pour profiter d’un confort inégalé.

L’espace entre chaque rangée est plus important que dans

une salle classique et vous propose un confort optimal.

DES IMAGES EXTRAORDINAIRES

Avec Dolby Vision, l’action prend vie sous vos yeux grâce à des

images incroyablement éclatantes et réalistes. La luminosité,

inédite pour une salle de cinéma, offre un rendu saisissant,

accentuant le niveau de détails à l’écran tandis que les noirs

profonds rendent chaque scène plus réelle et plus nuancée.

De leur côté, les couleurs très vives montrent tout, depuis les

néons les plus brillants jusqu’aux nuances les plus subtiles

des fleurs ou le rouge iconique d’un bus londonien. La netteté

et le souci du détail sont les maîtres mots de Dolby Vision,

portant les limites d’une projection de cinéma vers de nouveaux

horizons.

30

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


ACTUS

UN CONFORT ABSOLU, DES IMAGES EXTRAORDINAIRES

ET UN SON QUI VOYAGE, DOLBY CINEMA VOUS PLONGE AU CŒUR

DE VOTRE FILM POUR VIVRE

UNE EXPÉRIENCE EXCEPTIONNELLE !

© Frédéric Berthet

UN SON QUI VOYAGE

Au tour du son avec Dolby Atmos, ce système révolutionnaire où

le positionnement et le mouvement précis de chaque son dans la

salle donnent vie à l’histoire et vous enveloppent pour créer une

expérience plus riche et plus immersive.

La qualité du son est alors époustouflante, claire et profonde. Les

nuances rendent à chaque son ses propres caractéristiques pour

s’approcher le plus fidèlement des sons du monde réel et les voix

sont impeccables, offrant pour l’occasion une immersion sonore

spectaculaire.

Parfaite combinaison des technologies les plus remarquables en

matière de son et d’image, accompagnée d’un design recherché

et d’un confort optimal, Dolby Cinema propose une expérience

cinématographique des plus agréables. Découvrez notamment

ce mois-ci en Dolby Cinema Shazam ! et Avengers : Endgame.

Retrouvez la technologie Dolby Cinema

dans dix villes en France :

• Lyon – Pathé Vaise

• Marseille – EuropaCorp La Joliette

• Massy – Pathé Massy

• Nice – Pathé Gare du Sud

• Paris – Pathé Beaugrenelle

• Rennes – Gaumont Rennes

• Rouen – Pathé Docks 76

• Thiais – Pathé Belle Épine

• Toulouse – Gaumont Wilson

• Tremblay-en-France – EuropaCorp Aéroville

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT

31


GUIDE

DES

SORTIES

3 avril

Captive State

De : Rupert Wyatt

Genre : Science-fiction

Durée : 1 h 50

Avec : John Goodman, Vera

Farmiga, Ashton Sanders…

Dans un Chicago occupé par les extraterrestres,

collaborateurs et résistants s’affrontent.

Allez-y pour la résonance historique

Chamboultout

De : Éric Lavaine

Genre : Comédie

Durée : 1 h 43

Avec : Alexandra Lamy, José

Garcia, Michaël Youn…

La sortie d’un livre autobiographique

bouleverse les rapports d’une romancière

avec son cercle d’intimes.

Allez-y pour rire de la vanité

Disponible en VFST

Comme si de rien n’était

De : Eva Tröbisch

Genre : Drame

Durée : 1 h 34

Avec : Aenne Schwarz, Andreas

Döhler, Hans Löw…

Une femme qui tente d’oublier le viol

qu’elle a subi se voit contrainte de côtoyer

son agresseur au quotidien.

Allez-y pour l’interprétation d’Aenne Schwarz

Curiosa

De : Lou Jeunet

Genre : Drame historique

Durée : 1 h 47

Avec : Noémie Merlant, Niels

Schneider, Benjamin Lavernhe…

Les amours tumultueuses du libertin Pierre Louÿs

et de sa maîtresse, Marie de Régnier.

Allez-y pour le parfum de soufre

J’veux du soleil

De : François Ruffin

et Gilles Perret

Genre : Documentaire

Durée : 1 h 16

François Ruffin et Gilles Perret partent à la

rencontre des Gilets jaunes à travers la France.

Allez-y pour le témoignage en direct

LE GUIDE

La Lutte des classes

De : Michel Leclerc

Genre : Comédie

Durée : 1 h 43

Avec : Leïla Bekhti, Édouard Baer,

Ramzy Bédia…

Un couple bobo voit ses valeurs humanistes

et républicaines mises à mal par la réalité

du quotidien.

Allez-y pour l’autodérision

Los Silencios

De : Beatriz Seigner

Genre : Drame

Durée : 1 h 29

Avec : Doña Albina, Yerson

Castellanos, Enrique Díaz…

Fuyant les FARC, une mère et ses deux enfants se

réfugient dans un village à la frontière brésilienne.

Allez-y si vous aimez les films contemplatifs

Mon inconnue

De : Hugo Gélin

Genre : Comédie

Durée : 1 h 58

Avec : François Civil, Joséphine

Japy, Benjamin Lavernhe…

Un auteur de BD se retrouve dans un monde

où il n’a jamais rencontré sa femme. Comment

faire pour la (re)conquérir ?

Allez-y si vous aimez les comédies romantiques

Le Parc des Merveilles

Genre : Aventure

Durée : 1 h 26

Avec les voix de : Marc Lavoine,

Frédéric Longbois…

Une petite fille a imaginé un parc d’attractions

fabuleux qui, un jour, prend vie.

Allez-y pour le pouvoir de l’imaginaire

3D

Shazam !

De : David F. Sandberg

Genre : Action, fantastique

Durée : 2 h

Avec : Zachary Levi, Asher Angel,

Mark Strong…

Billy, un adolescent de 14 ans, est propulsé

dans le corps d’un super-héros adulte à chaque

fois qu’il crie « Shazam ! »

Allez-y pour l’univers décalé

3D

Tel Aviv on Fire

De : Sameh Zoabi

Genre : Comédie

Durée : 1 h 37

Avec : Kais Nashif, Lubna Azabal,

Maisa Abd Elhadi…

Le vrai-faux scénariste d’un soap-opera

se retrouve pris entre deux feux dans le conflit

israélo-palestinien.

Allez-y pour la drôlerie de l’histoire

Terra Willy –

Planète inconnue

De : Éric Tosti

Genre : Comédie, aventure

Durée : 1 h 30

Avec la voix de : Édouard Baer…

Éjecté du vaisseau d’exploration de ses parents,

le petit Willy atterrit sur une planète inconnue.

Allez-y pour le dépaysement

10 avril

Alex, le destin d’un roi

De : Joe Cornish

Genre : Fantastique, aventure

Durée : 2h

Avec : Louis Serkis, Rebecca

Ferguson, Patrick Stewart…

Un écolier trouve l’épée Excalibur

et doit former une équipe de chevaliers pour

combattre la maléfique Morgane.

Allez-y pour revisiter la légende d’Arthur

Blanche comme neige

De : Anne Fontaine

Genre : Comédie

Durée : 1 h 30

Avec : Lou de Laâge, Isabelle

Huppert, Charles Berling…

Une variante du conte de Blanche-Neige avec une

jeune héroïne courtisée par sept hommes différents.

Allez-y pour la sensualité de l’histoire

L’Incroyable Aventure

de Bella

De : Charles Martin Smith

Genre : Comédie dramatique

Durée : 1 h 36

Avec : Ashley Judd, Jonah Hauer-

King, Edward James Olmos…

Une petite chienne va parcourir 600 kilomètres

à travers le Colorado pour retrouver ses maîtres.

Allez-y pour l’odyssée canine

Les Oiseaux de passage

De : Ciro Guerra, Cristina Gallego

Genre : Drame, thriller

Durée : 2 h 05

Avec : José Acosta, Carmiña

Martinez…

A la fin des années 60 dans le Nord de la Colombie,

un paysan va monter un juteux trafic de drogue.

Allez-y pour la force du sujet

Royal Corgi

De : Ben Stassen et Vincent

Kesteloot

Genre : Comédie, aventure

Durée : 1 h 25

Avec les voix de : Guillaume

Gallienne, Franck Gastambide…

Chien préféré de la Reine, Rex se retrouve

déclassé, puis perdu au beau milieu d’un chenil.

Allez-y pour l’inversion des rôles

32

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


LES FILMS D’AVRIL

Simetierre

De : Kevin Kölsch et Dennis

Widmyer

Genre : Horreur

Durée : 1 h 38

Avec : Jason Clarke, John

Lithgow, Amy Seimetz…

Un docteur et sa famille emménagent près d’un

mystérieux cimetière abritant des forces maléfiques.

Allez-y si vous aimez Stephen King

Tanguy, le retour

De : Étienne Chatiliez

Genre : Comédie

Durée : 1 h 27

Avec : André Dussollier, Sabine

Azéma, Éric Berger…

Tanguy, 44 ans, revient chez ses parents, sa fille sous

le bras. Il ne va pas tarder à s’enraciner à nouveau.

Allez-y pour Sabine Azéma et André Dussolier

Disponible en VFST

Le Vent de la liberté

De : Michael Bully Herbig

Genre : Thriller, historique

Durée : 2 h 06

Avec : Friedrich Mücke, Karoline

Schuch, David Kross…

Deux familles est-allemandes rêvent de passer à

l’Ouest en survolant la frontière… en montgolfière.

Allez-y pour l’originalité de cette histoire vraie

17 avril

After – Chapitre 1

De : Jenny Gage

Genre : Romance, drame

Durée : 1 h 47

Avec : Josephine Langford, Hero

Fiennes Tiffin, Selma Blair…

Étudiante sage et fiancée, Tessa rencontre

à l’université l’odieux bad boy Hardin dont elle

tombe éperdument amoureuse.

Allez-y pour le parfum de scandale

Duelles

De : Olivier Masset-Depasse

Genre : Drame, thriller

Durée : 1 h 30

Avec : Veerle Baetens, Anne

Coesens, Mehdi Nebbou…

La mort accidentelle d’un enfant bouleverse

la relation entre sa mère et l’une de ses voisines.

Allez-y pour la tension extrême du récit

El Reino

De : Rodrigo Sorogoyen

Genre : Policier, drame

Durée : 2 h 11

Avec : Antonio de la Torre, Monica

Lopez…

Un homme politique espagnol accusé de corruption

essaye d’effacer les preuves de sa culpabilité.

Allez-y pour la performance d’Antonio de la Torre

Just a Gigolo

De : Olivier Baroux

Genre : Comédie

Durée : 1 h 40

Avec : Kad Merad, Anne Charrier,

Léopold Moati…

Gigolo auprès d’une riche héritière âgée, Alex se

retrouve à la rue du jour au lendemain.

Allez-y pour le show Kad Merad

Liz et l’oiseau bleu

De : Naoko Yamada

Genre : Drame

Durée : 1 h 29

Une histoire d’amitié à fleur de peau entre deux

lycéennes aux caractères diamétralement opposés

Allez-y pour la puissance poétique

La Malédiction

de la dame blanche

De : Michael Chaves

Genre : Horreur

Durée : 1 h 33

Avec : Linda Cardellini, Raymond

Cruz, Tony Amendola…

Une assistante sociale et ses enfants doivent

survivre dans un monde peuplé de cauchemars.

Allez-y si vous aimez L’Exorciste

Monsieur Link

De : Chris Butler

Genre : Comédie

Durée : 1 h 32

Avec les voix de : Éric Judor,

Thierry Lhermitte...

Sorte de singe immense, Monsieur Link

part à la recherche des siens avec un explorateur.

Allez-y pour la fable burlesque

3D

La Princesse des glaces

Le Monde des miroirs

magiques

De : Robert Lence et Aleksei Tsitsilin

Genre : Famille, aventure

Durée : 1 h 26

Un roi se débarrasse de tous les magiciens

de son royaume, dont la jeune Gerda.

Allez-y pour l’univers enchanteur

L’AUTRE

Raoul Taburin REGARD

De : Pierre Godeau

Genre : Comédie

Durée : 1 h 30

Avec : Benoît Poelvoorde,

Édouard Baer, Suzanne Clément

Génie en réparation de bicylettes, Raoul Taburin a

un lourd secret à porter : il ne sait pas faire de vélo.

Allez-y si vous aimez Sempé

Disponible en VFST

24 avril

90’s

De : Jonah Hill

Genre : Comédie dramatique

Durée : 1 h 25

Avec : Sunny Suljic, Lucas

Hedges, Katherine Waterston…

Mal à l’aise dans sa famille, un ado trouve un sens

à sa vie au cœur d’une bande de skateurs.

Allez-y pour le regard sur l’adolescence

L’Adieu à la nuit

De : André Téchiné

Genre : Drame

Durée : 1 h 43

Avec : Catherine Deneuve, Kacey

Mottet Klein, Oulaya Amamra…

Muriel est ravie de revoir son petit-fils. Mais elle

déchante vite face à ses choix de vie radicaux.

Allez-y pour la modernité du propos

Disponible en VFST

Avengers : Endgame

De : Joe et Anthony Russo

Genre : Fantastique

Durée : NC

Avec : Robert Downey Jr., Chris

Evans, Scarlett Johansson...

L’équipe des Avengers viendra-t-elle enfin à bout

du maléfique titan Thanos ?

Allez-y pour ne rien perdre de la saga

3D

Mais vous êtes fous

De : Audrey Diwan

Genre : Drame

Durée : 1 h 35

Avec : Pio Marmaï, Céline

Sallette, Carole Franck…

Le grave problème d’addiction à la drogue d’un

homme va mettre en péril l’équilibre familial.

Allez-y pour l’alchimie entre les acteurs

Un tramway à Jérusalem

De : Amos Gitaï

Genre : Drame

Durée : 1 h 34

Avec : Mathieu Amalric, Yaël

Abecassis, Hana Laslo…

Rencontres impromptues entre différents passagers

d’un tramway traversant Jérusalem d’est en ouest.

Allez-y pour la finesse du regard politique

Victor et Célia

De : Pierre Jolivet

Genre : Comédie dramatique

Durée : 1 h 31

Avec : Arthur Dupont, Alice

Belaïdi, Bruno Bénabar…

Après un drame, Victor convainc son ex Célia de

l’aider à ouvrir un salon de coiffure avec lui.

Allez-y pour la fraîcheur des comédiens

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT 33


LE MOIS PROCHAIN

1 er mai 1 er mai

8 mai

8 mai

CŒURS ENNEMIS

NOUS FINIRONS ENSEMBLE

HELLBOY

LES CREVETTES PAILLETÉES

4DX

IMAX

De : James Kent

Genre : Drame / Avec : Keira Knightley,

Alexander Skarsgård…

De : Guillaume Canet

Genre : Comédie dramatique

Avec : François Cluzet, Marion Cotillard...

De : Neil Marshall

Genre : Action

Avec : David Harbour, Milla Jovovich…

De : Cédric Le Gallo, Maxime Govare

Genre : Comédie

Avec : Nicolas Gob, Alban Lenoir…

Au sortir de la Seconde

Guerre mondiale, à Hambourg,

un couple de Britanniques

cohabite dans une maison

avec un veuf allemand et

sa fille. Keira Knightley dans

un nouveau drame historique

où se disputent passion

et trahison.

La suite tant attendue

des Petits mouchoirs arrive !

Guillaume Canet retrouve

tous ses potes à l’occasion

de l’anniversaire de

Max (François Cluzet).

Des amitiés, des jalousies

et des secrets vont

évidemment se réveiller.

Onze ans après Hellboy II,

de Guillermo del Toro, le

démon revient avec un nouvel

acteur (David Harbour de

Stranger Things remplace

Ron Perlman) et

le réalisateur de The Descent

aux commandes. Chaud

devant !

Cette comédie sociale suit

un champion du monde de

natation qui devient entraîneur

d’une équipe de water-polo gay.

Tous se rendent en Croatie pour

participer aux Gay Games,

plus grand rassemblement

sportif homosexuel du monde.

8 mai

POKÉMON DÉTECTIVE PIKACHU

Après Deadpool, Ryan Reynolds

joue Pikachu ! L’acteur prête ses

traits, grâce à la motion capture,

au Pokémon dans cette comédie

d’aventures en live, qui suit son

enquête, en duo avec un humain,

dans la ville fictive de Ryme.

ALADDIN

IMAX 4DX DOLBY CINEMA

22 mai

Approchez, approchez et venez

découvrir l’idole d’Aggrabah sur

grand écran dans sa nouvelle

version live ! Aladdin, Jasmine, Jafar

et le Génie – interprété par Will

Smith – sont de retour au cinéma

dans un remake haut en couleur...

De : Rob Letterman / Genre : Aventure / Avec : Justice Smith, Ryan Reynolds...

De : Guy Ritchie / Genre : Aventure / Avec : Mena Massoud, Will Smith…

22 mai 29 mai

GODZILLA II –

JOHN WICK PARABELLUM ROI DES MONSTRES

ROCKETMAN

29 mai

VENISE N’EST PAS

EN ITALIE

29 mai

IMAX 4DX DOLBY CINEMA SCREENX

De : Chad Stahelski

Genre : Action / Avec : Keanu Reeves,

Halle Berry, Anjelica Huston…

De : Michael Dougherty

Genre : Science-fiction

Avec : Vera Farmiga, Millie Bobby Brown…

De : Dexter Fletcher

Genre : Biopic musical

Avec : Taron Egerton, Jamie Bell…

De : Ivan Calbérac

Genre : Comédie / Avec : Benoît

Poelvoorde, Valérie Bonneton…

La tête de John Wick est

mise à prix car il a

transgressé une règle

fondamentale : il a tué à

l’intérieur de l’Hôtel

Continental. Excommunié,

John se retrouve seul et

traqué par tous les plus

dangereux tueurs du monde.

Godzilla est de retour,

cinq ans après le reboot

réussi avec Bryan Cranston.

Et il n’est pas tout seul :

les monstres Mothra,

Rodan et le roi Ghidorah

sont prêts pour la bataille.

Après Bohemian Rhapsody,

le biopic à succès

de Freddie Mercury, place

à l’histoire d’un autre

chanteur phare de la culture

britannique : Elton John.

Sa vie, son succès,

ses excès...

Ivan Calbérac adapte son

roman à succès. L’histoire

du premier amour d’un

adolescent qui vire à

l’aventure lorsque ses parents

décident de l’accompagner

jusqu’à Venise, où il est

censé passer ses vacances

avec la fille qui lui plaît tant.

34

LES CINÉMAS PATHÉ ET GAUMONT


LA RÉCRÉ EST TERMINÉE

LE 10 AVRIL

AU CINÉMA

More magazines by this user
Similar magazines