Philosophie magazine-Hors-série avril 2019

billagate

Dossier Games of Thrones

Durlieu Jon Snow arrive avec ses compagnons de la Garde

de nuit dans le village de Durlieu pour aider les Sauvageons, peuple

libre du Nord, à passer le Mur qui les sépare du royaume des Sept

Couronnes et fuir les Marcheurs blancs (saison 5, épisode 8).

GAME OF

THRONES

© 2019 Home Box Office, Inc. All Rights Reserved, HBO.

vieille rancune que le pouvoir nourrit

contre la puissance. Rien de tel chez Snow

qui reçoit le pouvoir de mauvaise grâce. Il

ne se renie jamais, mais change de camp

souvent. Il se fait aimer de ses ennemis. Il

a un pied des deux côtés du mur qui protège

Westeros du Peuple libre. À force de

se déplacer, il devient l’intercesseur et le

pédagogue universel. C’est par lui que

Sansa apprend le métier de reine, et que

Daenerys apprend la patience et la pondération.

Chacun sort enrichi de sa présence.

Jon Snow est à la fois l’intercesseur et le

maïeuticien. D’où l’importance de son histoire

avec Ygrid, et du fait qu’à deux

reprises (une fois avant de lui tirer dessus,

et la seconde au moment de mourir) elle

lui dise : « Tu ne sais rien, Jon Snow. » Ce

qu’on peut entendre comme « Tu ne sais pas

combien je t’aime » ou bien « Tu ne connais

rien au monde qui est le mien », mais aussi

« N’oublie pas que tu ne sais rien ». Injonction

socratique, par excellence. Ygrid est la maïeuticienne

du maïeuticien qui lui transmet non

pas le savoir, mais le doute, et qui achève

sa formation de roi légitime en l’emmenant

faire l’amour, comme par hasard, dans une

caverne d’où il ressort convaincu (entre

autres) que les affaires humaines ne

relèvent pas exactement de la raison pure.

Jon Snow est un personnage laïc qui,

paradoxe des paradoxes, est ressuscité,

sauvé par un dieu dont il n’entend pas la

parole. Alors qu’une équipée hétéroclite a

franchi le Mur pour capturer un mort-vivant

et le ramener à Cersei afin de lui prouver

qu’il existe d’autres menaces que Daenerys

et qu’elle doit combattre à leurs côtés au

lieu de les combattre, une discussion s’entame

entre Jon Snow et Béric Dondarrion,

qui ont en commun d’avoir été ressuscités.

Snow lui confie qu’il ne sait pas pourquoi

il est ici, pourquoi il a été rappelé par un

Dieu dont il n’entend pas la voix. Il est

sceptique et déterminé. Béric lui répond

que Dieu n’est peut-être pas là pour nous

parler, seulement pour nous laisser agir. La

seule raison que nous avons d’être ici, c’est

peut-être de nous battre. Profession de foi

camusienne ! L’homme de foi et l’athée

s’accordent malgré leurs divergences sur ce

sentiment que la seule éthique qui vaille

impose de se battre. C’est splendide. C’est

un éclat de puissance dans un monde où le

pouvoir triomphe. Il y a donc des gens qui

font ce qu’ils peuvent, et à qui il suffit de

faire ce qu’ils peuvent pour être invincibles,

même lorsqu’ils sont vaincus. Ces deux-là

mourront debout, même si on les abat. Et

si l’infamie triomphe, il restera

toujours assez de courage pour

sauver le monde.

15. Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social, éd. G. Beaulavon, SNLE,

1903, p. 134.

Cinquante nuances de noir

23

PHILOSOPHIE MAGAZINE

HORS-SÉRIE

More magazines by this user
Similar magazines