30.04.2019 Views

AUTOINSIDE Édition 5 – Mai 2019

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

ÉDITION 5 MAI 2019

Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA)

AUTO

INSIDE

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

Entre tronçonneuses et téléskis

Idées visionnaires et audace sont

la clé du succès

Pages 14 17

Sécurité au travail

Les vêtements de Modyf

sont élégants, et en plus ils

protègent.

Pages 8 10

Secours en cas de pannes

Les moteurs alternatifs

entraînent de nouveaux

dangers pour les secouristes.

Pages 18 21

CO 2

Christoph Schreyer (OFEN)

nous parle des objectifs

climatiques.

Pages 48 51


NOUVEAU SUR LE MARCHÉ:

CAR FOR YOU

La nouvelle plateforme automobile moderne de suisse

DÉMARREZ

MAINTENANT SUR:

garagen.carforyou.ch/fr

Insertions illimitées Prix de lancement attractifs Véritable outil 360° tool

Inscrivez-vous maintenant sur: garagen.carforyou.ch/fr


Sécurité au travail

Les vêtements de Modyf

sont élégants, et en plus ils

protègent.

Pages 10 12

Secours en cas de pannes

Les moteurs alternatifs

entraînent de nouveaux

dangers pour les secouristes.

Pages 18 21

Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA)

CO2

Christoph Schreyer (OFEN)

nous parle des objectifs

climatiques.

Pages 48 51

SOMMAIRE

Mai 2019

5 Éditorial

6 En bref

Sécurité

8 En visite chez Modyf

12 Eyesight sauve des vies

14 Le garage Linder répare des voitures

et des remontées mécaniques

18 Nouveaux dangers pour les

sauveteurs routiers

22 Autotuning illégal : les

garagistes s’engagent

24 Comment les garages peuvent

protéger leurs données

26 La construction à base de

matériaux mixtes crée de nouvelles

exigences pour les postes de travail

27 Sécurité au travail

28 Protection des données

30 Informatique comme chez les grands

Formation

32 Les gardes-frontière compliquent la

vie des contrebandiers

35 Bien gérer les occasions

36 Troisième édition du camp

marketing pour garages

38 UPSA Business Academy

40 Cours de formation continue en région

42 Esther Amrein est la première

femme responsable des cours au

CF de Horw

43 Sur le grand étang avec Autef

Technique & environnement

44 Une étude dénigre les garagistes

46 Éliminer des pneus usagés

Produits & prestations

47 Vredestein fête son anniversaire

Politique & droit

48 Entretien avec Christoph Schreyer

Commerce & service

après-vente

52 Invitation à l’AG d’ESA

Association & sections

56 AG de la section zurichoise

57 Soirée carrière des sections

bâloises

58 Nouveautés de la section Argovie

59 Garages

62 Sondage du mois,

aperçu & mentions légales

Votre partenaire

pour un garage

convivial:

AWS Architekten AG

AWS Architekten AG

Profitez de notre longue et solide expérience:

Conseil et planification pour les

nouvelles constructions ou les

transformations de concessions

automobiles et de garages

Clarification des besoins et de site,

analyses

Solutions sur mesure, avec un

plafonnement clair des coûts

Optimisation des processus

d’exploitation

Evaluation des coûts, estimations de

la valeur vénale, études d’utilisation

Demandez un entretien sans engagement.

ÉDITION 5 MAI 2019

AUTO

INSIDE

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

Entre tronçonneuses et téléskis

Idées visionnaires et audace sont

la clé du succès

Pages 14 17

Courverture :

AUTOINSIDE | Mai 2019

Visite au Garage

Linder, à Linden.

(photo srh)

AWS Architekten AG

Muristrasse 51 | CH-3006 Berne

T +41 31 351 33 55

architekten@aws.ch | www.aws.ch


Systèmes de diagnostic.

Pour les meilleurs garages.

Gagner du temps lors du dépistage et de la réparation

de défaillances, c’est gagner de l’argent.

Derendinger est toujours là

Une communication précise et différenciée entre un

appareil de commande et l’appareil de diagnostic est importante,

car elle permet de repérer et de remplacer les

pièces défectueuses dans les plus brefs délais. Heureusement,

les spécialistes de TechPool avec leurs connaissances

très étendues de systèmes et d’appareils sont là

pour vous dépanner. TechPool vous soutient pour tous

vos travaux d’entretien, de réparation et d’actualisation

et vous conseille aussi pour l’achat d’appareils de diagnostic.

Une infrastructure de diagnostic adaptée à vos

besoins vous aide à organiser votre travail de façon

efficiente et rentable.

Hotline technique

La hotline est le centre d’écoute pour toutes les questions

concernant la mécanique, les systèmes électriques

ou l’électronique. En composant le 0848 771 771,

vous obtenez rapidement et en toute simplicité toutes

les informations dont vous avez besoin pour votre

travail. Des diagnostics de panne par téléphone sont

également possibles, ainsi que l’achat d’informations

techniques comme des schémas ou des manuels de

réparation. Vous pouvez également nous contacter par

e-mail: techpool@derendinger.ch.

Hotline technique

Téléphone 0848 771 771

Assistance technique sur véhicules

Assistance pour appareils de

diagnostic (sans réparations)

Equipment Assistance

Téléphone 0848 661 661

Assistance de premier niveau pour

équipements d’atelier (disposition)

www.derendinger.ch


ÉDITORIAL

La confiance donne de la sécurité

Chère lectrice, cher lecteur,

Ce numéro d’AUTOINSIDE est consacré

à la sécurité dans le contexte de la

branche automobile. La sécurité est

une notion qui recouvre un grand

nombre de choses, et qui nous est

familière tant dans notre vie privée que

professionnelle. Quand nous sommes

confrontés à une chose nouvelle, à laquelle

nous ne sommes pas habitués,

nous demandons spontanément : « Tu

es sûr(e) ? » Ce qui signifie : y a-t-il un

risque ou un danger ?

Nous sommes constamment entourés

par des dispositifs de sécurité, qu’il

s’agisse de la sécurité en entreprise,

dans le trafic routier, dans la prévoyance

vieillesse, dans le domaine

médical ou dans le contexte informatique.

Nous prenons d’innombrables

mesures de sécurité et contractons

des assurances afin d’être dédommagés

en cas d’accident.

Mais la sécurité peut aussi signifier

tout autre chose : à l’UPSA, c’est le

collectif qui nous donne de la sécurité.

Pour cela, la sécurité relative des uns

ne doit pas être accrue aux dépens

des autres. Autrement dit, tous les

membres ont droit au même soutien

de l’UPSA.

« À l’UPSA, c’est le collectif

qui nous donne de la sécurité.

Tous les membres ont droit au

même soutien. »

Personnellement, ce qui me donne

un sentiment de sécurité, c’est de

collaborer avec le comité central, les

présidents et les comités des sections,

les commissions spécialisées, les

collaboratrices et collaborateurs du

secrétariat, les collègues des organisations

partenaires et de nombreux

autres interlocuteurs. Une confiance

mutuelle prend forme, et je sais que

je peux m’appuyer sur mes collègues

et mes interlocuteurs. Cet échange de

vues me donne notamment le sentiment

d’être sûr de prendre les bonnes

décisions et de faire tout ce qu’il est

possible pour apporter des bienfaits

durables à nos membres.

L’UPSA offre également de la sécurité

à ses membres en les informant régulièrement

sur les conditions-cadres et

les évolutions influençant la marche

de leurs affaires. Nous leur proposons

aussi des faits tirés de la pratique et

des événements utiles. Nous le faisons

surtout à travers les médias de l’UPSA,

sur Internet et par l’intermédiaire de ce

magazine spécialisé, AUTOINSIDE.

Par ses formations initiales et continues

extrêmement bien organisées,

l’UPSA assure en outre l’avenir de la

branche avec les sections, les cours

interentreprises, d’innombrables

professionnels très investis, des

organisations partenaires et, avant

tout, les entreprises membres. Ensemble,

nous faisons en sorte de nous

préparer au mieux pour les défis qui

nous attendent à l’avenir dans tous les

domaines de notre travail.

Je vous remercie pour votre soutien et

votre intérêt.

Sincères salutations,

Urs Wernli

Président central

6 et 7 septembre 2019

à Forum Fribourg

www.swiss-automotive-show.ch


EN BREF

Mercedes-Benz propose sa

flotte au Zurich Film Festival

Depuis 2019, Mercedes-

Benz est le nouveau partenaire

majeur du Zurich Film

Festival (ZFF), lui proposant

pour la première fois de son

histoire une flotte entièrement

électrique. La marque premium

de Stuttgart a signé avec le

ZFF un contrat pluriannuel.

Pour Marc Langenbrinck, CEO

de Mercedes-Benz Suisse SA :

« Le festival du film de Zurich

est un événement incontournable

dans le calendrier

culturel suisse. Son excellente

renommée correspond

parfaitement à l’image de luxe

de Mercedes-Benz. Outre

les nombreuses stars et les

dizaines de milliers d’amateurs

de cinéma qui fréquentent

chaque année le festival, la

nouvelle flotte lui confère

enfin l’étoile qu’il mérite. »

Jolanda Neff au volant d’une

Ford Focus Active

Championne du monde,

gagnante de la Coupe du monde

et championne d’Europe,

Jolanda Neff est la cycliste

vététiste suisse la plus titrée.

Pour elle, le plaisir commence

là où la route s’arrête. Elle roule

désormais au volant d’une toute

nouvelle Ford Focus Active

Station Wagon. « J’adore cette

Jolanda Neff au volant de sa Focus.

voiture. Comme mon vélo, elle

est mon fidèle compagnon sur

la route. Grâce aux systèmes

d’assistance dernier cri, je

conduis en toute sécurité »,

déclare la jeune femme. « La

Focus Active va bien à Jolanda

Neff », explique Marc Brunner,

Marketing Manager chez Ford

Suisse. « Car elle est idéale

sur la route comme sur le

tout-terrain. Je suis très fier

de continuer à soutenir notre

meilleure championne de VTT

de tous les temps ».

Amag Buchrain inauguré en

grande pompe

Au terme de 23 mois de travaux,

Amag Buchrain a ouvert

ses portes le 19 mars à Elsihof

1, Perlen (LU). Ce centre de

compétence ultra-moderne

se trouve à proximité d’une

sortie d’autoroute et est donc

facilement accessible. Le bâtiment

flambant neuf s’étend sur

22 656 m². Il abrite un espace

vente et service pour la marque

Volkswagen, un centre de véhicules

utilitaires Volkswagen,

une unité de service pour Audi

et Škoda, un atelier de peinture

et de carrosserie, ainsi qu’un

centre de véhicules d’occasion.

En tout, Amag Buchrain

emploiera 140 collaborateurs.

Le site de Perlen a été officiellement

inauguré par Michael

Grossniklaus, dirigeant d’Amag

Mathias Gabler, Michael Grossniklaus et Beat Struchen, Amag.

Buchrain, Mathias Gabler,

Managing Director AMAG

Automobiles et moteurs SA, et

Beat Struchen, responsable de

l’association des entreprises

de Suisse centrale.

Les Smart viendront bientôt

de Chine

Les sociétés Daimler AG et

Geely Holding ont annoncé fin

mars la création d’une joint-venture

à 50 :50. L’objectif est de

propulser Smart comme marque

leader de l’électromobilité,

a-t-il été précisé. La production

de la prochaine génération

des modèles électriques de

Smart aura lieu dans une usine

chinoise, construite à cet effet.

La commercialisation à l’échelle

mondiale démarrera en 2022. En

attendant le lancement des nouveaux

véhicules, Daimler continuera

de produire la génération

actuelle de Smart à Hambach, en

France (pour la smart EQ fortwo)

et à Novo Mesto, en Slovénie

(smart EQ forfour).

Kester Grondey est le nouveau

PR Manager de Bridgestone

Kester Grondey occupe

depuis le 1 er avril le poste de PR

Manager de Bridgestone pour la

région centrale (Allemagne, Autriche

et Suisse). Cet expert des

marques et de la communication

connaît la branche automobile

et pneumatique sur le bout des

doigts et possède une longue expérience

dans le management,

en B2C comme en B2B. Il gère

les actions de PR et la communication

de l’entreprise.

Kester Grondey, Bridgestone.

Grâce à son expertise en

stratégie des marques et de la

communication, il accompagne

l’évolution de Bridgestone

EMEA en tant fournisseur de

pneus haut de gamme et leader

des solutions de mobilité.

Bergé Auto responsable de

l’import de Hyundai

Hyundai Suisse, jusqu’à

présent sous la houlette du

groupe belge Alcopa, change

de propriétaire. Dans le cadre

de sa stratégie de croissance

internationale, l’entreprise

espagnole Bergé Auto s’est

étoffée de l’import et de

la commercialisation pour

la Suisse des véhicules de

tourisme et des véhicules

utilitaires légers de la marque

Hyundai. Bersan Automotive

Switzerland SA, une société

du groupe Bergé Auto, devient

le nouvel importateur suisse

de la marque coréenne et gère

désormais la commercialisation

et l’accompagnement des

partenaires de distribution officiels.

Par ailleurs, le groupe

Le concept de garage

partenarial de votre ESA


EN BREF

renforce l’équipe management

de l’importateur suisse de

Hyundai. Veljko Belamaric,

jusqu’à présent Country Manager

de Hyundai Suisse, en

devient le nouveau Managing

Director. Youcef Benachour,

collaborateur depuis mars 2017

au sein de Hyundai Suisse, est

nommé Sales Director et s’occupe

désormais de la direction

des ventes.

Veljko Belamaric et ...

... Youcef Benachour, de Hyundai.

Changement chez les concessionnaires

indépendants

La VFAS (Association du commerce

automobile indépendant

suisse) a un nouveau directeur,

Stephan Jäggi, en poste depuis

le 1 er mai 2019. Intégré au secrétariat

général, il s’occupera des

conditions-cadres équitables

pour les concessionnaires, les

ateliers et les consommateurs,

au profit de la mobilité suisse et

de l’économie. Âgé de 41 ans et

résidant à Büttikon (AG), Stephan

Stephan Jäggi, VFAS.

Jäggi possède des compétences

éprouvées dans le secteur automobile,

avec plus de 18 ans d’expérience

dans la branche, dont 12

chez un importateur parallèle.

Eurotax: Key Account Manager

pour la Romandie

Depuis le 1 er avril, Pascal

Sieber (41 ans) a rejoint l’équipe

de Matthias Bischof, Sales

Director chez Eurotax Suisse, en

tant que quatrième Key Account

Manager. Véritable spécialiste

de la branche, Pascal Sieber

s’occupera des garages, des

concessionnaires et des carrossiers

de la Romandie, ainsi

que de la vente et de la mise en

place de la gamme des produits

numériques d’Eurotax en Suisse

romande. Robert Madas (42

ans) devient dans la foulée le

nouveau Director Insights &

Analysis ALPS chez Eurotax.

Il succède à Roland Strilka

(45 ans), désormais Director

of Valuation au sein d’une

Pascal Sieber, Eurotax.

nouvelle unité organisationnelle,

en charge des évaluations pour

tout le groupe. Il travaille ainsi

directement avec Martin Novak,

Group Regional Managing Director

(Autriche, Suisse, Europe

centrale et Europe de l’Est) chez

Eurotax.

Transport.ch se prépare à

fêter ses dix ans

Les préparatifs pour la

10 e édition de transport-CH,

le salon suisse du véhicule

utilitaire, se déroulent comme

prévu. Une forte affluence est

attendue : plus de 200 exposants

s’étaient déjà inscrits

fin janvier. « Nous sommes

sur la bonne voie », résume

Jean-Daniel Goetschi, CEO

d’Expotrans SA, la société organisatrice

du salon. « Tous les

acteurs de la branche suisse

des véhicules utilitaires seront

présents à Berne. » Le comité

organisateur créera des « espaces

appropriés » à tous ceux

qui s’inscriront maintenant ;

l’objectif est de ne refuser personne.

La surface extérieure

du site de 50 000 m² offre

également de nombreuses solutions.

L’édition anniversaire

de transport-CH, dont le slogan

sera « Évolution », se tiendra

du 14 au 17 novembre au parc

d’exposition de BERNEXPO.

H. Mellquist est la nouvelle

présidente de Volvo Trucks

Helène Mellquist, récemment

nommée présidente de

Volvo Trucks Europe, a pris ses

nouvelles fonctions le 1 er avril.

Elle succède à Roger Alm, président

du groupe Volvo Trucks

depuis le 1 er janvier. Helène

Mellquist dirige depuis 2016

Volvo Trucks International. Entrée

dans l’entreprise en 1988,

Helène Mellquist, Volvo Trucks.

elle avait occupé auparavant

plusieurs postes de direction

au sein du groupe.

Toyota partage 24 000 brevets

de technologie hybride

Toyota poursuit l’expansion

des véhicules électriques :

le constructeur japonais a

annoncé la mise à disposition

gratuite de 24 000 brevets

issus de plus de 20 ans de

développement en technologie

hybride. En outre, Toyota

offre aux autres constructeurs

automobiles un accompagnement

technique payant pour le

développement et la vente de

véhicules électriques dès lors

que ces constructeurs utilisent

des moteurs, des batteries,

des appareils de commande et

d’autres composants de Toyota

pour leurs propres véhicules.

Toyota souhaite ainsi accélérer

l’expansion de l’électromobilité

et contribuer à atteindre

les objectifs de lutte contre le

réchauffement climatique.

Des news tous les jours:

www.agvs-upsa.ch

Die Marke Ihrer Wahl


SÉCURITÉ FOKUS

Équipement de protection individuelle

Trouver chaussure à son pied

Patrick Biefer gare prudemment sont bus Modyf blanc et rouge devant l’atelier d’Auto Zollikofer AG, à Saint-Gall.

Il souhaite que tous les mécaniciens trouvent chaussure à leur pied. Sandro Compagno

Essayages sur place : Patrick

Biefer conduit l’un des trois

bus Modyf.

À bord de son véhicule, Patrick Biefer stocke des chaussures de sécurité

Modyf, une filiale de Würth : environ 40 modèles de toutes pointures,

destinées à des employés de garages. Les chaussures, mais aussi les lunettes

et les gants de protection ainsi que les protections auditives, font

partie de l’équipement de protection individuel (EPI) de tout mécatronicien

d’automobiles, mécanicien en maintenance d’automobiles et assistant

en maintenance d’automobiles.

Il existe pourtant une différence non négligeable. « Je peux acheter les

lunettes, les protections auditives et les gants pour mes collègues et les

distribuer dans l’entreprise. C’est déjà plus délicat avec des chaussures »,

déclare le garagiste Gregor Zollikofer. Les chaussures sont portées neuf

ou dix heures par jour, voire plus lors de la saison des changements

de pneus. Elles protègent des pieds étroits ou

larges, des pieds plats, falciformes ou étalés, si

bien qu’elles sont bien plus individuelles que le reste des EPI.

Les chaussures de sécurité écartent les accidents et les blessures telles

que les contusions occasionnées par des objets lourds. La gamme Modyf

comprend des chaussures de sécurité modernes de qualité, des bottes et

des chaussures de travail. Tous les produits sont certifiés EN ISO 20345.

Trois vendeurs spécialisés couvrent l’ensemble du pays avec leurs bus

Modyf auxquels peut faire appel n’importe quelle entreprise. Les clients

et leurs besoins déterminent ce que les vendeurs apportent lors des visites.

Patrick Biefer : « Un chantier nécessite des chaussures différentes

de celles dont a besoin un garage. »

Patrick Biefer et Lars Nehren, chef de secteur chez Würth AG, mettent

rapidement en place une table pour les chaussures et les chaussettes ainsi

que des sièges. Les chaussettes que M. Biefer a également apportées sont

une spécialité Modyf, explique-t-il : « Elles sont à base de bambou. Le tissu

8

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FOKUS SÉCURITÉ

est antibactérien et on transpire moins. » Sans

oublier le clou du spectacle : lorsqu’elles sont

usées, elles sont biodégradables. Ces chaussettes

sont un best-seller depuis des années.

Le parallèle entre les vêtements de

travail et de sport

Patrick Biefer ne transporte que des échantillons

dans son bus Modyf. Les clients potentiels

essayent les chaussures et les vêtements

et commandent ce qui leur va et leur plaît. Würth

livre par la poste en quelques jours.

Le bus fait vite l’objet d’un attroupement.

Le vendeur diplômé d’articles de sport est désormais

dans son élément. Il donne des explications

sur les divers matériaux, montre

des profils de semelles et des coques de

protection en aluminium et en acier. « Les

vêtements de travail et de sport font état de

nombreux parallèles : les exigences envers les

matériaux, les technologies et le design sont

proches. » On lui demande souvent quelle est

la meilleure chaussure d’après lui. « Je donne

toujours la même réponse : la chaussure qui

vous va. » Ajustement, ergonomie et confort

sont des attributs importants. Concernant

des chaussures de sécurité, les exigences d’un

magasinier sont en outre différentes de celles

d’un collaborateur d’atelier. Würth-Modyf

stocke des chaussures et des vêtements de

travail adaptés, pour tous les secteurs.

« Elles sont hyper confortables ! »

Ces chaussures semblent aller à tout le

monde : un jeune collaborateur de Zollikofer

saute sur le parvis en s’exclamant : « Elles sont

hyper confortables ! » Gregor Zollikofer apprécie

le service de Würth qui consiste à présenter

la gamme sur place. Il ne s’inquiète pas du fait

que du temps facturable soit perdu : « Il m’importe

que les collaborateurs disposent de matériel

sûr et de qualité. Si quelqu’un se blesse ou

tombe malade au travail, il m’en coûtera bien

plus qu’une demi-heure d’essayage. »

Personnalisation et amélioration

Les clients Modyf peuvent non seulement

essayer et commander leurs vêtements de travail

sur place, mais Modyf propose également

de les personnaliser. Outre la fonctionnalité,

les clients attachent toujours plus d’importance

au design. Lars Nehren : « C’est lié à

Suite en page 10

Système d’ étalonnage

radar et caméra de pointe

Panneaux spécifiques

au véhicule avec

fermeture rapide

Facile à régler

grâce au réglage de

la hauteur électrique

h

Transport en toute

sécurité grâce à

des rouleaux

intégrés À l‘épreuve du futur

grâce à l’ajustement

variable de l‘angle

d‘inclinaison

Toujours dans la

bonne position grâce à

l‘auto-centrage à 3 points

VISITEZ NOUS AU

Dans son élément : Patrick Biefer explique aux mécaniciens la technologie et les matériaux des chaussures de

sécurité Modyf.

www.texadeutschland.com

AUTOINSIDE | Mai 20199


SÉCURITÉ FOKUS

l’évolution dans les garages. Les ateliers sont de plus en plus transparents

et les mécaniciens ont toujours plus de contacts directs avec

la clientèle. L’image du garage souffre si le mécanicien parle au client

en bleu maculé d’huile. » Les entreprises demandent ainsi souvent à

Modyf d’imprimer ou de broder leur logo et le nom du collaborateur

sur le vêtement.

En Suisse, il incombe à l’employeur d’acheter les chaussures de sécurité

et d’en imposer le port. M. Zollikofer facilite la vie des 70 collaborateurs

de ses établissements de Saint-Gall, de Rickenbach et de

Coire : « Je leur donne 100 francs par an pour des chaussures de sécurité.

À eux de décider ensuite où et à quelle fréquence ils achètent leurs

chaussures. » Si l’un d’eux n’a besoin de nouvelles chaussures que tous

les deux ans, affirme M. Zollikofer, « il peut utiliser les 100 francs de la

deuxième année pour aller à l’Olma… » <

Plus d’informations sur :

wuerth-ag.ch

De 0 à 120 millions en 20 ans

Depuis plus de 20 ans, Würth fabrique des vêtements de travail fonctionnels,

confortables et sûrs sous sa propre marque Modyf. Modyf

ne cesse d’établir de nouvelles normes en matière de vêtements de

travail.

pd/sco. Würth Modyf GmbH & Co. KG est le spécialiste des vêtements

et des chaussures de travail depuis 1997. Sise à Künzelsau-Gaisbach

(Allemagne), Modyf est une filiale autonome du groupe Würth.

Ses débuts sont modestes : l’histoire de la filiale Würth commence il y a

22 ans avec deux collaborateurs et un apprenti. Le succès se manifeste

rapidement et une croissance permanente s’ensuit. La première implantation

étrangère est fondée en Italie à peine deux ans plus tard. Elle fait

ensuite des émules en France, en Espagne et au Portugal. Modyf emploie

actuellement près de 300 personnes en Europe. Depuis 2012, le groupe a

doublé son chiffre d’affaires qui est passé à 120 millions d’euros. La gestion

des grands comptes est établie dès 1999. Würth Modyf exploite depuis

le début toutes les innovations ainsi que le progrès technique et fait son

entrée sur Internet dès 1999 !

La personnalisation des vêtements de travail occupe le devant de la scène.

Pour satisfaire cette exigence de la clientèle, un département consacré à

ce service est mis sur pied en l’an 2000. En 2008, Würth Modyf lance la

vente directe par l’intermédiaire des collaborateurs du service externe

de Würth AG.

Les 36 boutiques Würth pour artisans répartis dans toute la Suisse

proposent une vaste gamme de vêtements de travail et de chaussures de

sécurité Modyf. L’assortiment complet est disponible dans la boutique en

ligne. Würth AG vend également des vêtements de travail et des chaussures

de sécurité à bord du bus Modyf qui permet aux artisans d’essayer

et de commander leur équipement sur place.

Excellente qualité : les chaussures Modyf sont fabriquées en Europe.

«La hostettler autotechnik ag me propose

un large éventail de produits de haute

qualité à des prix attractifs.»

Markus Schwendimann

Soorser Garage à Sursee

«En composant notre offre, je mets

l ’accent sur un vaste assortiment

a v e c une qualit é d ’or ig ine . »

Christoph Althaus

Product-Manager

hostettler autotechnik ag

Vaste assortiment de pièces en qualité d‘origine

hostettler autotechnik ag

Téléphone 021 644 21 64 / info@autotechnik.ch

www.autotechnik.ch


SPONSORED CONTENT

Les conseils pneus et roues de Pirelli

Notre approche de la

recherche et où nous allons

Pour AUTOINSIDE, Elio Rullo, spécialiste des pneus, répond quatre fois par an à des questions concernant l’activité pneus et

roues. Destinés à en optimiser l’utilisation, les articles sont proposés par Pirelli, partenaire du magazine spécialisé pour

les garagistes suisses.

Quiconque entreprend une escapade à Milan pour y faire du shopping,

pour passer une soirée à la célèbre Scala ou pour profiter du

centre-ville véritablement remarquable, ne finira pas dans le quartier

de la Bicocca. C’est ici, au nord de la ville, qu’a commencé le

cheminement de Milan qui en a fait la capitale économique de l’Italie.

Et c’est ici que Pirelli est encore et toujours implantée.

En Italie, l’entreprise fabrique ses pneus à Settimo Torinese près

de Turin et à Bollate à proximité de Milan, alors que Bicocca abrite

le centre de recherche mondial de Pirelli. Il a en toujours été ainsi :

c’est ici que le premier pneu en diagonal du monde a été développé

en 1927. C’est aussi là que le premier modèle de pneu à carcasse textile,

le Cinturato CF67, a été conçu juste après la Deuxième Guerre

mondiale. Fondant l’image sportive de la marque, le premier pneu

taille basse, le Pirelli P7, y a aussi vu le jour. Tous les nouveaux

pneus, du pneu de vélo mince aux énormes rouleaux de Formule 1,

ont été développés à Bicocca jusqu’à aujourd’hui.

L’entreprise s’appuie sur son centre de recherche milanais, mais dix

centres de recherche appliquée poursuivent le développement continu

aux quatre coins du monde. Nos pneus sont modifiés pour s’adapter

aux exigences régionales. Un marché destiné au marché brésilien doit,

par exemple, respecter d’autres spécifications que celles qui prévalent

en Europe. Les routes d’Amérique du Sud ne sont pas en aussi bon

état qu’en Europe, si bien que les voitures sont comparativement plus

petites et plus légères.

Les nouveaux pneus sont également testés au centre de recherche

de Bicocca. Résistent-ils à la pression ? Comment réagissent-ils

à des changements de charge ? Sont-ils bruyants ?

Les essais sont réalisés en équipes sur 24 heures. Bien que d’innombrables

appareils d’essai soient utilisés, c’est toujours un

être humain qui interprète les résultats et qui en tire les leçons

pour des améliorations futures en fin de compte.

Travail manuel malgré la CAO et la technologie laser

Rien de mieux qu’une visite à l’atelier pour se convaincre de l’importance

de l’humain. Cinq collaborateurs Pirelli s’emploient à sculpter les

nouveaux profils sur des prototypes. Vous avez bien lu : bien que les

nouveaux profils soient projetés en CAO sur un ordinateur et transférés

sur les ébauches de pneus au laser, la mise en œuvre des pièces individuelles

relève du travail manuel afin de respecter les consignes des

constructeurs automobiles. Nos cinq artistes sculptent jusqu’à mille

surfaces de pneu par an. Si le prototype fait ses preuves lors d’essais à

l’intérieur et sur circuit, les conceptions passent en production de série.

Pour décrocher une homologation d’un constructeur (marquage OE),

nous testons et analysons plus de 50 critères différents au laboratoire

et sur le circuit en moins de trois ans.

L’abréviation « Elect » sur le pneu Pirelli indique qu’il est destiné à une voiture électrique.

Les émissions sonores constituent l’un des principaux défis du développement

de nouveaux pneus. Le pneu diffuse le bruit vers l’extérieur,

mais aussi à l’intérieur de la voiture, en fonction de sa structure.

L’électromobilité est justement synonyme de nouvelles exigences pour

les constructeurs. Avec l’« Elect », Pirelli a créé une nouvelle ligne de

produits qui satisfait ces besoins.

Pour obtenir des résultats optimaux pour divers modèles de voiture,

la collaboration avec le constructeur est décisive. Pirelli a signé

plus de cent partenariats avec des constructeurs automobiles à cet effet.

Il en a résulté plus de 2300 pneus de première monte. Trois critères

sont déterminants en fin de compte : l’adhérence, la consommation

de carburant et les émissions sonores. Et n’oublions pas une chose : le

pneu est la seule liaison entre le véhicule et la route, si bien qu’il revêt

une importance capitale pour les performances et pour la sécurité. <

www.pirelli.ch / elio.rullo@pirelli.com

Elio Rullo est actif dans la branche

des pneus depuis 30 ans. Il connaît

parfaitement cette activité en Suisse.

Au cours des 30 dernières années, il

a occupé plusieurs fonctions au sein

de Pirelli Tyre (Suisse) SA, dont celle

de responsable du sport automobile. Il

est aujourd’hui chargé du service à la

clientèle et de la technique.

AUTOINSIDE | Mai 201911


SÉCURITÉ FOKUS

Des systèmes de réduction des angles morts signalent au conducteur la présence de piétons ou de cyclistes.

Caméras de recul et assistants de bifurcation

L’électronique sauve des vies

La sécurité routière en Suisse ne cesse de s’améliorer. Alors que plus de 1700 personnes sont décédées sur les

routes en 1970, ce chiffre n’était plus que de 230 en 2017 pour 17 799 accidents s’accompagnant de blessés. Pourtant,

chaque accident en est un de trop. Sandro Compagno

Les gros titres sont tristes et malheureusement trop bien connus.

« Accident mortel : un camion happe une fillette de onze ans », écrivait

TeleBärn en novembre 2018. « Les garçons étaient dans l’angle

mort », titrait Blick en décembre 2018. « Un cycliste de 16 ans meurt

dans un accident avec un camion », indiquait le titre du Berner Zeitung

également en décembre 2018.

Une tragédie individuelle se cache derrière chacun de ces gros titres,

non seulement pour les victimes et leurs familles, mais aussi pour les

chauffeurs qui ont commis ces erreurs mortelles et qui doivent vivre

avec leurs conséquences. Le problème est d’actualité et l’UE l’étudie depuis

2012 : les systèmes de mitigation des angles morts sur les camions

et les bus peuvent avertir les chauffeurs de la présence de piétons et

de cyclistes et contribuer à prévenir des accidents graves. Environ 20 %

des accidents impliquant des camions et des piétons ou des cyclistes se

produisent lors d’une bifurcation à droite.

Des caméras de recul chez Giezendanner

Bien que la technique existe, elle n’est pas encore largement répandue.

Cela changera dès 2022 : le Parlement européen et les États

membres se sont mis d’accord pour imposer à l’avenir certaines technologies

visant à assurer la sécurité des usagers de la route. Les assistants

de bifurcation en font partie.

L’entreprise de transport Giezendanner AG de Rothrist est allée

plus loin. Elle a en effet installé des caméras de recul sur tous ses vé-

12

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FOKUS SÉCURITÉ

hicules de transport de marchandises générales.

L’opération de post-équipement s’appuie

sur un contexte d’une profonde tristesse : en

reculant, un collaborateur de l’entreprise a

écrasé un collègue contre une rampe en 2016.

Le jeune homme de 27 ans est décédé suite à

ses blessures à l’hôpital onze jours plus tard.

« On voit un angle de 40° dans le rétroviseur,

le reste relève de l’angle mort », a affirmé le

chauffeur en novembre 2018 lorsqu’il a dû

s’expliquer devant le tribunal du district de

Zofingue pour l’accident mortel. L’employé de

30 ans souffre encore des conséquences de

l’accident.

presque rien par rapport aux coûts d’acquisition.

» Des systèmes simples comportant une

caméra et un moniteur dans le cockpit sont

prisés. L’image est transmise au choix par

câble ou par Wi-Fi.

Krautli proposera à l’avenir aussi des

assistants de bifurcation pour camions. Le

ProViu-Detect de Continental détermine la

position de piétons et de cyclistes et avertit

le chauffeur en cas de risque de collision pour

que les gros titres noirs mentionnés en début

d’article se fassent plus rares. <

1500 francs pour le post-équipement

« Si vous m’aviez demandé en février si nous

avons installé les caméras de recul, je vous aurais

dit que le projet est terminé », déclare le CEO,

Benjamin Giezendanner, à AUTOINSIDE. Mais

une telle affirmation ne correspond plus à la réalité

aujourd’hui parce que Giezendanner a racheté,

le 1 er mars, la société Rüegger Transport AG,

également sise à Rothrist. Quelques-uns des véhicules

repris ne disposent pas (encore) de caméras

de recul. « Mais nous effectuons le post-équipement

à chaque fois que nous présentons un

véhicule au contrôle des véhicules à moteur »,

indique M. Giezendanner. Le système comprenant

une caméra et un écran dans la cabine

coûte environ 1500 francs par véhicule. Mais si

les camions de transport de marchandises générales

sont convertis, les camions-citernes de

Giezendanner sont dépourvus d’un tel système.

Benjamin Giezendanner d’expliquer : « Comme

nous chargeons également des conteneurs et

des citernes sur des trains, il est impossible de

convertir ces véhicules. »

Des solutions de post-équipement

existent

L’accident tragique chez Giezendanner AG

Le danger mortel de l’angle mort : même les rétroviseurs

modernes ne permettent pas au chauffeur de visualiser

la totalité de son environnement. (Source : Astag)

a fait les choux gras de la presse dans tout le

pays en 2016. « Nous avons nous aussi constaté

une hausse du nombre de demandes à court

terme », déclare Flavio Zani, le directeur de

Krautli (Suisse) SA. Krautli propose diverses

solutions de post-équipement pour véhicules

utilitaires et agricoles (voir l’encadré). Il s’agit

d’une part des caméras de recul évoquées, mais

aussi d’assistants de bifurcation depuis peu.

Krautli a lancé sa propre marque « EyeSystem

» il y a cinq ans. « Nous disposons actuellement

de la gamme la plus large de Suisse »,

affirme Flavio Zani. La qualité de la caméra

est un facteur déterminant : « Il est possible

d’acheter des caméras à bas prix en Asie. »

C’est pourquoi il ne peut et ne veut pas faire

jeu égal avec les produits les moins chers

disponibles en Suisse. « D’autant plus que

le post-équipement d’un camion ne coûte

Obligatoire pour les tracteurs

Le champ de vision du chauffeur n’est pas

seulement limité sur les poids lourds. Les

angles morts représentent aussi un problème

sur les gros tracteurs caractérisés par de

longs porte-à-faux. Depuis le 1 er mai, l’ordonnance

relative aux exigences techniques

imposées aux véhicules routiers régit ces

porte-à-faux différemment.

Le porte-à-faux avant ne doit pas dépasser

cinq mètres pour des engins complémentaires

temporairement nécessaires sur des véhicules

motorisés agricoles et sylvicoles. Des

rétroviseurs de vision latérale à grand-angle

sont obligatoires de trois à quatre mètres.

Pour un porte-à-faux de plus de quatre

mètres, l’ordonnance prescrit des systèmes

de caméras et de moniteurs nouvellement

testés. Ceux-ci doivent comporter au moins

deux caméras de vision latérale et un moniteur

dont la diagonale atteint au moins 4,5

pouces. Les images doivent être transmises

sans temps de latence au moniteur.

Les véhicules de déneigement sont exemptés.

Plus d’informations sur :

krautli.ch

www.MediaTel.ch

STREET COMFORT STREET PERFORMANCE TRACK PERFORMANCE

UNE PARFAITE SUSPENSION

POUR CHAQUE UTILISATION!

www.KWautomotive.ch


SÉCURITÉ FOKUS

Garage Linder Linden AG

Entre tronçonneuses,

téléskis et voitures

électriques

Le garage Linder Linden AG, dans l’Oberland bernois, est connu pour son travail exemplaire avec les apprentis. Cette

entreprise familiale prouve que des idées visionnaires et des actions audacieuses sont les clés du succès. Sascha Rhyner

Du rond-point juste avant d’arriver à Oberdiessbach, la route serpente

sur près de 6 km, passant de 600 m d’altitude à plus de 900 m. On remarque

sur la droite le téléski, depuis longtemps à l’arrêt en cette période

de Pâques. Une dernière trace de neige laisse deviner que l’hiver

est ici plus rude que dans le Mittelland. « Le haut-plateau situé entre

la vallée de l’Emmental et celle de l’Aar est apparu pendant l’avant-dernière

période glaciaire », explique Rolf Linder. Il est le chef senior

du garage Linder, établi à Linden, distributeur de Fiat

et de Kia. L’entreprise, qui a fêté ses 70 ans en 2018,

est gérée par la troisième génération. Le garage

de la rue principale qui traverse le village

de 1300 habitants est membre de

l’UPSA depuis 50 ans.

Tout a commencé

peu après la

Seconde Guerre. Les communes d’Ausserbirrmoos, Innerbirrmoos

et Otterbach venaient juste de décider de se regrouper avec Linden.

Hans Linder a repris le 1 er octobre 1948 l’atelier mécanique de son

chef, Fritz Siegenthaler, auprès de qui il avait fait son apprentissage.

Ce dernier disait qu’il vendait tout ce qu’il était possible de vendre,

comme on peut le lire dans la chronique pour le 50 e anniversaire du

garage Linder. Hans Linder a racheté la représentation des machines

agricoles Bucher-Guyer et a exposé un tracteur de 20 chevaux, ce qui

lui a valu certaines critiques. Dans cette région, aucun tracteur ne se

vendra, avait prédit un paysan. Il

se trompait.

Du garage au

téléski

Quatre ans après

son ouverture,

l’atelier mécanique

La Kia Sorento (à gauche) est très appréciée en milieu rural.

14

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FOKUS SÉCURITÉ

est devenu trop petit. Hans Linder a construit un nouvel atelier,

auquel il a ajouté plus tard un appartement à l’étage, le tout

sous sa direction. En 1953, une station-service est installée.

Hans Linder a toujours eu plusieurs cordes à son arc : « Mon

père était le président fondateur de la société du téléski. Avec

deux apprentis, il a transformé en dameuse une ancienne jeep

militaire, qui se trouvait en Normandie lors de l’arrivée des

Alliés. Bien entendu, Hans Linder s’est occupé de l’entretien »,

raconte Rolf. Une activité qui perdure. Les étriers et les fixations

du mécanisme de roulage sont en effet entreposés sur le

terrain, en attente de révision pour être opérationnels l’hiver

prochain. « La signalisation doit elle aussi être réparée », ajoute

Patrick Linder, représentant la troisième génération, en regardant

le panneau rouge situé derrière les pioches du téléski.

De l’atelier à la représentation de marques

Hans Linder a de nouveau prouvé sa capacité à anticiper. En

1964, il a acquis une parcelle de l’autre côté de la rue et a fait

bâtir une maison et un espace d’exposition. « C’était une excellente

décision stratégique », confirme Patrick. « D’autant

plus qu’il y avait assez de place entre la rue et le bâtiment

pour pouvoir exposer des voitures. » Avec l’arrivée de Rolf dans

l’entreprise paternelle, il y a eu un changement d’orientation.

Mécanicien d’automobile de formation, Rolf a élargi la gamme

des prestations de services. « C’était une étape nécessaire », estime

Patrick Linder. En 1969, le garage devient représentant de

Fiat pour les voitures de tourisme et les véhicules utilitaires.

Depuis, l’entreprise n’a cessé de prospérer. Outre la représentation

de Fiat, le garage Linder rejoint le concept d’ESA Le Garage.

« Nous voulions affirmer que nous n’étions pas uniquement au

service des conducteurs de Fiat », explique Patrick. La marque

Kia a rejoint les Linder en 2011, car « Fiat n’avait plus de breaks

ni de modèles familiaux à offrir ». La très populaire Fiat 500 était

« le fer de lance du groupe, mais dans nos régions montagneuses,

les gens ont d’autres besoins », estime Rolf Linder. Avant d’ajouter

avec un

clin d’œil :

« Les marchés

aux vaches

sont devenus

des rendez-vous

de Sorento. »

Les bonnes idées

de la première génération

sont un socle solide

pour Patrick Linder et

sa sœur Manuela Linder

Grossglauser, qui travaille

également dans l’entreprise.

La petite entreprise individuelle

est devenue en 2003 une société

par actions, une sécurité de plus.

« Nous étions quatre propriétaires,

c’était la meilleure solution », déclare

Patrick. « J’étais alors le président du

conseil d’administration », ajoute Rolf en

riant. « Aujourd’hui, ma femme et moi détenons

simplement chacun une action symbolique.

» Pour Patrick, la sécurité est également

garantie par la représentation des marques : « Je

ne voudrais pas me retrouver sans marque, de

plus, les marques mettent les clients en confiance. »

Il fallait travailler avec un cric

L’atelier d’origine s’est agrandi au fil du temps,

également pour des raisons de sécurité. « Le plafond

n’était pas assez haut », raconte Patrick. « Il fallait

travailler dans la fosse, ou avec un cric ». Mais

c’était autrefois. Dans les années 80, de

Suite en page 16

Des machines agricoles, une station-service et deux marques : la diversification

facteur de succès.

AUTOINSIDE | Mai 201915


SÉCURITÉ FOKUS

nouveaux espaces de travail et une salle de lavage en acier ont été

ajoutés à l’atelier. « Grâce à la halle, nous avons pu installer un banc

d’essai de freinage », précise Rolf.

La plus grande extension à ce jour a eu lieu en 2012. « À vrai dire,

nous voulions seulement rénover la remise en Eternit à côté de la

route, pour des raisons esthétiques », se souvient Patrick. Finalement,

une halle flambant neuve a vu le jour, ainsi qu’un hôtel pour pneus

pour les clients. « Avant, nos employés devaient charger les pneus

dans un camion de livraison, ils étaient stockés dans une ferme »,

poursuit Patrick. L’hôtel pour pneus est une réussite, il est très apprécié,

estime Rolf, avant d’ajouter : « Depuis son inauguration, nous

avons déjà dû rajouter des étagères, car le nombre de pneus a pratiquement

doublé ». La nouvelle halle située directement à côté de l’atelier

peut stocker quelque 2000 pneus.

Autre facteur de succès : les ventes d’occasions

Dans la foulée, l’endroit où les voitures d’occasion sont exposées a

été recouvert de dalles. « La plupart des gens ne voyaient pas nos offres,

car les voitures se trouvaient derrière la remise en Eternit », explique Patrick.

Désormais, les véhicules d’occasion sont visibles directement depuis

la route. Près de 30 à 40 occasions sont exposées en permanence.

« Il est indispensable d’avoir une offre attractive. Il nous arrive d’acheter

des occasions dans ce but, et nous proposons activement notre gamme

sur AutoScout. »

Grâce à cette présence en ligne, toujours plus de clients viennent

jusqu’à Linden. « Il est vrai qu’on n’est pas sur un axe de circulation

principal », dit Patrick en riant. « La clé de notre succès, c’est d’entretenir

la relation avec la clientèle après la vente. » Être au service des clients

existants est la meilleure publicité. « Certains nous font confiance depuis

des générations et reviennent chez nous même lorsqu’ils n’habitent

plus à Linden. La marque Linder Linden est bien connue », affirme Rolf.

Et l’on n’est pas si perdus, ajoute Patrick : « Il faut 20 minutes de Thoune

ou de Berne pour venir chez nous. »

Plus de 50 apprentis formés

Il n’y a pas que les clients qui sont fidèles au garage Linder. Les employés

aussi témoignent de leur attachement à l’entreprise familiale.

Le mécanicien d’automobile Peter Trachsel y travaille depuis 1983, et

Kurt Ellenberger, responsable de la technique agricole, depuis 1997. Les

machines agricoles représentent encore un cinquième de l’activité, selon

Patrick Linder. « Nous entretenons une relation très étroite avec nos

collaborateurs, par exemple, nous allons ensemble au Salon de l’auto »,

poursuit-il.

La société Linder Linden AG jouit également d’une excellente réputation

d’entreprise formatrice. Elle a déjà formé plus de 50 apprentis.

Les Linder sont par ailleurs impliqués au sein de l’UPSA. Rolf Linder a

été actif dans la formation professionnelle pendant plus de 40 ans. Il

était expert aux examens de fin d’apprentissage de l’Oberland bernois

ainsi qu’aux examens de maîtrise et examens professionnels supérieurs.

L’UPSA lui a remis l’insigne d’or du mérite pour son engagement. Son

fils Patrick lui emboîte le pas : il est expert aux examens de diagnosticiens

et engagé dans les formations initiales. Il est évident qu’une solide

formation est importante pour l’entreprise : « Avec mon père et Christian

Beer, le chef d’atelier, nous sommes trois à avoir le diplôme fédéral

de gestionnaire d’entreprise. » Manuela Linder-Grossglauser a suivi une

formation d’employée de commerce CFC pour la branche automobile,

et était encore récemment engagée comme experte. « La formation en

Suisse est remarquable » ; souligne Rolf Linder. « Je connais un garagiste

en Australie qui n’embauche que des Suisses. »

De belles trouvailles dans le garage

Tradition et vision d’avenir se côtoient sans cesse au garage Linder

Linden AG. Ainsi, derrière la station essence, un petit showroom, qui

pourrait presque faire office de musée en taille réduite, abrite deux Fiat

de collection que ne cessent d’admirer les amateurs : une Fiat 127 et une

Fiat 131 version sport. « Elles m’appartiennent », annonce fièrement Patrick

Linder. « Nous avons de temps en temps des voitures de collection

dans notre garage », ajoute-t-il en montrant une Fiat 128 sur l’une des

plates-formes de levage de l’atelier. De l’autre côté de la route, il dévoile

encore deux bijoux qui se trouvent sous le showroom : une Lancia Thema

équipée d’un moteur Ferrari et une Lancia Delta HF Integrale.

On prend conscience d’être devant un chef d’entreprise réellement

passionné. Une passion qui coule dans ses veines, comme ses projections

sur l’avenir, à l’instar de ses ancêtres. Lors de la refonte de l’emplacement

dédié aux occasions, un petit mur a été construit. Il comporte d’ores

et déjà des pré-équipements pour de futures stations de rechargement.

Deux générations (de g. à dr.) : l’ancien chef Rolf Linder, Manuela Linder Grossglauser et Patrick Linder.

16

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FOKUS SÉCURITÉ

À propos d’idées visionnaires, le plus célèbre habitant de Linden a

failli devenir conducteur de Fiat. « On voyait rien qu’à sa Pocket-Bike

que Tom Lüthi était un motard hors du commun », se rappelle Patrick

Linder. « Nous avons voulu organiser une opération de sponsoring avec

Fiat, mais, malheureusement, cela n’a pas fonctionné. » Le constructeur

italien n’a pas voulu suivre Patrick Linder, or, peu après, Tom Lüthi est

devenu champion du monde et désigné sportif de l’année. « Du coup, il

roule dans une voiture allemande », regrette Patrick.

Mais il continue à regarder devant. Pour les journées d’essai début

mai, le garage a mis en avant les véhicules électriques dans ses prospectus.

« Il y a eu quelques personnes intéressées », juge Patrick Linder.

« Nous voulons proposer le plus de choses possible. » Il n’y a rien que

les Linder n’aient pas : « Nous avons de tout, de la petite tronçonneuse

aux toutes nouvelles voitures, des voitures plus anciennes, et jusqu’aux

grosses machines agricoles. <

Les passionnés et leurs trésors : Patrick Linder et sa Fiat 127.

Avant la dernière étape de l’extension du garage Linder.

En attendant la maintenance : les pioches du téléski de Linden.

VAINQUEUR

DU TEST

*

MEILLEUR SUR CHAUSSÉE MOUILLÉE.

MEILLEUR SUR CHAUSSÉE SÈCHE.

MEILLEUR DANS LE TEST.

Bridgestone Europe NV/SA

Succursale Suisse

www.bridgestone.ch

*

Résultat du test: 2x très recommandé, 14x recommandé


SÉCURITÉ FOKUS

Nouveaux dangers pour les sauveteurs routiers

« Se protéger soi-même

avant tout »

Décharge électrique, empoisonnement et incendie : les véhicules à propulsion alternative sont synonymes de nouveaux

dangers pour les sauveteurs et les occupants. Les secouristes routiers et les dépanneurs professionnels sont formés en

conséquence, mais qu’en est-il des secouristes privés ? André Bissegger

18

Mai 2019 | AUTOINSIDE


Une voiture est dans le fossé au bord de

la route, il n’y a pas de fumée et il règne un

silence funeste. Devant un tel accident, rares

sont les automobiles qui passent simplement

leur chemin. La plupart s’arrêtent, alertent

les secours, sécurisent le périmètre et s’occupent

des éventuels blessés. Porter secours

est en effet une obligation morale et légale.

Lorsqu’il y a des blessés, même les profanes

sont tenus de prodiguer les premiers soins.

Mais il s’agit avant tout de se protéger soimême

en respectant le principe « Regarder,

réfléchir, agir ». Or, il n’est pas facile pour un

profane de garder son calme et de conserver

une vue d’ensemble de la situation, surtout si

elle est exceptionnelle. Pour compliquer les

choses, de plus en plus de véhicules à propulsion

alternative circulent, si bien que les sauveteurs

sont exposés à de nouveaux dangers

que beaucoup ne connaissent pas.

Identifier les dangers

Urs Bucheli est le président de l’association

faîtière RoadRanger. Sous cette

ombrelle, les organisations compétentes

en matière de dépannage et de sauvetage

routier ont créé le profil professionnel du

secouriste routier. Il s’agit de spécialistes titulaires

d’un brevet fédéral qui viennent en

aide à des personnes et à des véhicules en

détresse. « Identifier les dangers revêt une

importance capitale. Or, visuellement, les

véhicules à propulsion alternative ne sont

guère différents des véhicules conventionnels

», prévient M. Bucheli. Dans les cas

extrêmes, les secouristes imprudents s’exposent

à des décharges électriques ou des

substances toxiques.

Pas de risques importants

« Lors de la formation, les secouristes routiers

apprennent notamment à agir correctement

en présence de véhicules à propulsion

alternative », déclare M. Bucheli. « Ils sont

donc capables d’apprécier correctement les

dangers. S’ils appliquent bien ce qu’ils ont

appris, aucun risque important ne se matérialise

par rapport à d’autres types de propulsion.

» La preuve : aucun secouriste routier

formé ne s’est encore blessé sur une voiture

à propulsion alternative lors de son travail.

Documents techniques

Hanspeter Muff, directeur d’Autohilfe

Zentralschweiz AG (Auto Notruf), confirme

lui aussi qu’une bonne formation est déterminante.

Auto Notruf propose divers services

d’assistance routière pour toutes les situations,

du dépannage au remorquage, en passant par

le secourisme en cas d’accident. « Avec les

autres sauveteurs tels que les pompiers, la

police et les ambulances, nos collaborateurs

Suite en page 20

Réservez une formation maintenant!

L’art de la répartie au

téléphone

E989-19-18

Dates:

Partie 1:

03.05.2019 Boussens

Partie 2:

14.06.2019 Boussens

09.00 à 17.00

Injection directe d’essence de

AZ

E989-19-12

Dates:

12.06.2019 Boussens

08.30h à 16.30h

Paramètres sans fin …

E989-19-13

Dates:

09.07.2019 Boussens

08.30h à 16.30h

Systèmes d’assistance à la

conduite ADAS

E989-19-14

Dates:

10.09.2019 Boussens

08.30h à 16.30h

Systèmes de gestion de

l’énergie

E989-19-15

Dates:

29.10.2019 Boussens

08.30h à 16.30h

Inscription en ligne

wwww.autotechnik.ch/training

Il faut agir vite si un véhicule est en feu. Les personnes prodiguant les premiers secours doivent et peuvent intervenir.

Il ne faut surtout pas oublier d’alerter les secours. (Photo : police cantonale de Lucerne)

Hostettler Autotechnik AG

Téléphone 041 926 62 35

E-Mail info@autotechnik.ch

AUTOINSIDE | Mai 2019


SÉCURITÉ

BMW I01

Berline break

(à partir de 11/2015)

sont en mesure de maîtriser eux-mêmes un

incident et de bien apprécier les dangers »,

affirme M. Muff. « Chaque collaborateur

est formé en externe par l’ASS Academy,

le prestataire de formation d’Auto Secours

Suisse (ASS), qui l’informe des dangers. »

Les procédures font en outre l’objet d’une formation

interne et d’un approfondissement.

Légende

Airbag Générateur de gaz Tendeurs de

ceintures de

sécurité

Système de protection

anti retournement

à déploiement

automatique

Batterie basse tension

Batterie haute tension

Amortisseur à gaz

comprimé/Ressort

prétendu

Condensateur

basse tension

Cet aperçu présente l'équipement maximum du véhicule

Câble/Composants

haute tension

Important : pour plus d'informations, voir le guide de sauvetage.

© 2016 BMW AG, Munich/Allemagne

Renfort

carrosserie

Réservoir de

carburant

Ligne de

coupe haute

tension

Module de

commande

du SRS

Zone

d'attention

Réservoir

de gaz

Fusible

haute

tension

N° d'identification N° de version Date de version Page

WBY-I01 1 11/2015 01

La carte de sauvetage de la BMW I01 montre précisément l’emplacement du disjoncteur haute tension.

Système de protection

active des piétons

Ligne de coupe haute

tension (Solution de

coupure)

Soupape de sécurité

Condensateur haute

tension

Caméra thermique et tablette

Ils disposent par ailleurs d’instruments de

protection et d’assistance spéciaux et d’une

caméra thermique. Tout comme les pompiers,

ils peuvent accéder aux cartes de sauvetage

des constructeurs sur leur tablette. Ces

fiches techniques indiquent, par exemple, des

données sur l’emplacement et le nombre des

batteries, des airbags et des capteurs ou des

générateurs de gaz (voir encadré). Il en va de

même pour RoadRanger. D’après M. Bucheli,

les secouristes routiers disposent d’outils tels

que le programme RAS (RoadAssistSolution)

qui leur permettent de trouver rapidement

et facilement les composants haute tension

correspondants sur le véhicule et d’obtenir

des informations détaillées supplémentaires.

Mais même les professionnels ont parfois

du mal à identifier des dangers potentiels :

« Il est difficile de savoir si une batterie est

endommagée et l’hydrogène inflammable est

invisible », déclare M. Muff.

Sur une batterie endommagée, une réaction

(appelée Terminal Runaway) peut justement

survenir sur des heures voire, des jours

après l’incident. Il s’agit d’une surchauffe

résultant d’un processus exothermique qui

s’aggrave de lui-même et qui finit souvent en

incendie ou en explosion. « Le processus génère

une intense chaleur et dégage des gaz

toxiques », indique M. Muff. « Seule la lutte

avec une hot foam (mousse chaude) est capable

de refroidir durablement et de manière

Moins de tracas pour

les indépendants.

Demandez

une offre:

0848 820 820

L’assurance des chefs d’entreprise de la Suva offre une protection

financière unique en son genre aux personnes exerçant une activité

lucrative indépendante en cas de maladies professionnelles

et d’accidents du travail ou durant les loisirs. Les membres de

la famille travaillant dans l’entreprise sans percevoir de salaire soumis

à l’AVS peuvent également en bénéficier. Infos complémentaires:

www.suva.ch/chefsentreprise.

SuvaRisk_Gips_187x63_f_coa_0001 1 18.01.18 10:58

20

Mai 2019 | AUTOINSIDE


SÉCURITÉ

conséquente la batterie et d’absorber les fumées

nocives. » C’est pourquoi Auto-Notruf

possède des caisses spéciales pouvant accueillir

les véhicules à remplir de mousse

chaude.

Les personnes prodiguant les premiers

secours doivent secourir

Quelles conséquences pour des particuliers

non entraînés, nerveux et stressés qui

arrivent en premier sur les lieux d’un accident

? Doivent-ils et ont-ils le droit d’intervenir

? « Oui », affirme Urs Bucheli. « Mais il faut

d’abord se protéger soi-même, Ce n’est qu’ensuite

qu’il convient de déclencher l’alerte, de

sécuriser le périmètre et de porter secours. »

Michael Derungs, pompier professionnel

aux services de secours zurichois, d’ajouter :

« Les personnes prodiguant les premiers secours

peuvent et doivent secourir », dit-il. « Il

faut toujours sécuriser le lieu de l’accident et

ne pas oublier d’alerter les secours. »

Le pompier de carrière attire l’attention

sur un nouveau danger concernant les véhicules

électriques : le « risque du silence » dû

à l’absence de bruit de moteur. « Le véhicule

fonctionne encore à l’arrivée de la personne

prodiguant les premiers secours et il pourrait

se remettre en mouvement », déclare-t-il. C’est

pourquoi il importe de d’abord mettre le véhicule

hors service. Il ne faut pas non plus emporter

les pièces automobiles jonchées à terre

sans gants de protection. « Les personnes prodiguant

les premiers secours et les secouristes

professionnels doivent d’abord se soucier de

leur propre sécurité ! »

En déclenchant l’alerte, il faudrait, dans

la mesure du possible, indiquer s’il s’agit d’un

véhicule à propulsion alternative. Les propulsions

alternatives ne sont au demeurant pas

seulement utilisées dans des voitures de tourisme.

« De plus en plus de fourgonnettes, de

poids lourds, de bus urbains et de cars postaux

sont équipés d’un tel système », affirme

M. Derungs.

Les garagistes peuvent prêter leur

concours

Le pompier professionnel recommande en

outre aux propriétaires de voiture de placer une

fiche de sauvetage sur le pare-soleil de leur véhicule

pour aider les secouristes. Les garagistes

peuvent intervenir ici en fournissant euxmêmes

la fiche ou en en informant le client. <

Des cartes de sauvetage sur

tablette

Les services de secours peuvent désormais

accéder directement à la fiche de sauvetage à

l’aide du numéro minéralogique de la voiture.

« Nous y parvenons sur une tablette avec

le logiciel de la société Moditech Rescue

Solutions », déclare Michael Derungs, pompier

professionnel aux services de secours zurichois.

« La fiche nous indique immédiatement

le type de propulsion à laquelle nous sommes

confrontés et les pièces pertinentes pour notre

intervention. » Dans le cas d’un véhicule électrique,

la fiche pourrait, par exemple, indiquer

comment désactiver manuellement le système

haute tension.

AUTOINSIDE | Mai 201921


SÉCURITÉ FOKUS

Tuning non expertisé = danger

« Bon nombre d’automobilistes

ignorent que les modifications sont

soumises à expertise »

Pot d’échappement sport, nouvelles jantes ou gros spoiler arrière : le tuning a le vent en poupe. Mais apporter des

modifications à sa voiture sans expertise, c’est mettre en péril sa sécurité et risquer une amende. Les garagistes

ont leur rôle à jouer. André Bissegger

Bon nombre d’automobilistes ne veulent pas d’une voiture basique et

ordinaire, ils désirent quelque chose de spécial. La solution ? Le tuning.

Mais qu’on opte pour le chiptuning, un silencieux d’échappement, un

châssis modifié ou de nouvelles jantes, l’ordonnance concernant les

exigences techniques requises pour les véhicules routiers prescrit un

contrôle. Avant que le véhicule tuné ne soit autorisé à circuler, l’office

de la circulation routière compétent doit valider les modifications effectuées

et les inscrire dans le permis de circulation.

Que se passe-t-il si un élément spécial n’est pas accepté par l’office

de la circulation routière ? Pour l’ATVSL (Auto Tuning- & Design Verband

Schweiz/Liechtenstein), les choses sont claires : « Dès lors qu’on

modifie sa voiture, il faut toutes les expertises requises et la garantie ! »

Sans expertise, si l’on se fait pincer par la police, on risque au moins

une amende ou, dans le pire des cas, un retrait du permis de conduire.

Les pièces de tuning illégales peuvent être confisquées. La police dresse

un rapport et oblige le détenteur du véhicule à passer un contrôle. Des

documents d’expertise non conformes sont souvent dus à une erreur

d’écriture. Mais des documents falsifiés entraînent des poursuites.

Près de 7000 contrôles à Zurich

L’Office de la circulation routière du canton de Zurich a expertisé

6104 véhicules en 2018 (6193 en 2017) dans le cadre de contrôles réguliers

demandés par les détenteurs. Ce nombre englobe toutes les

modifications techniques, y compris les attelages de remorque, par

exemple, le tuning n’étant pas classé séparément.

747 expertises de véhicules (781 en 2017) ont en outre été effectuées

sur la base d’un rapport de police. Environ 25 % d’entre elles

concernaient du tuning ou des modifications techniques, et les trois

quarts restants des défauts consécutifs à des accidents ou des dommages.

« Nos experts examinent toutes les modifications techniques

possibles », explique l’office de la circulation routière. « Dans le domaine

du tuning, il s’agit la plupart du temps des jantes, du surbaissement,

de l’augmentation de la puissance ou du pot d’échappement. »

L’Office de la circulation routière constate que le tuning illégal n’est

pas toujours intentionnel : « La plupart des clients ne savent pas qu’il

est obligatoire d’annoncer et de faire examiner certaines modifications.

Et les détenteurs de véhicules d’occasion ignorent que ceux-ci

ont été modifiés par le passé. » À cela s’ajoute le fait que chaque pays

possède sa propre réglementation. « Nous conseillons aux automobilistes

qui veulent faire modifier leur voiture de s’informer au préalable

précisément chez un garagiste ou un vendeur. »

Le rôle des garagistes

La situation est donc claire : les garagistes ont un rôle important à

jouer. Peter Banz, directeur de KW Automotive AG (lire l’interview),

le confirme. Car un automobiliste qui modifie sa voiture sans la faire

examiner ensuite met aussi en danger sa sécurité et celle des autres

usagers de la route. « Un véhicule qui n’est plus apte à rouler parce qu’il

a été modifié techniquement est dangereux », ajoute l’office zurichois

de la circulation routière. C’est le cas, par exemple, quand les roues

ne sont pas adaptées, quand les jantes touchent les étriers de frein ou

le châssis, quand le véhicule est trop bas et que son plancher s’abîme,

quand des éléments inadéquats sont montés ou quand les freins ne

sont pas contrôlés et peuvent avoir des ratés. « De plus, la couverture

d’assurance devient caduque et l’assurance peut se retourner contre

l’automobiliste. » <

22

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FOKUS SÉCURITÉ

Bon à savoir

« Juste faire des économies »

Peter Banz,

directeur de KW Automotive

AG

Peter Banz est le directeur de KW Automotive

Schweiz AG. Cette entreprise d’envergure

internationale est spécialisée dans la modification

de véhicules et dispose de solides

compétences en matière de développement

et de production de châssis pour le marché

de l’après-vente, des sports automobiles et de

l’industrie automobile.

Monsieur Banz, quelles sont les raisons qui poussent un automobiliste

à ne pas faire expertiser officiellement sa voiture tunée ?

Peter Banz : Les propriétaires de véhicules veulent avant tout faire

des économies. Parfois, ils ont monté des produits qui n’ont pas de

documents, ou des documents lacunaires et qui ne correspondent

donc pas aux normes.

Que conseillez-vous à quelqu’un qui souhaite modifier sa voiture ?

Il devrait dans tous les cas s’adresser à un professionnel qui connaît

bien ce type de transformations. Il est important de n’acheter et de ne

faire monter sur sa voiture que des pièces contrôlées. Tout contrat de

tuning devrait prévoir une inscription dans les papiers du véhicule.

À quoi doivent veiller les garagistes lorsqu’on les mandate pour

un tuning ? Et comment peuvent-ils se couvrir ?

Ils doivent impérativement demander au client quelles sont ses

attentes et ses besoins. Il faut savoir ce qu’il recherche en faisant modifier

son véhicule. Ensuite, le garagiste doit s’adresser uniquement

à des fournisseurs qui livrent des pièces avec toutes les expertises

requises. Un fournisseur sérieux, par exemple, garantit la livraison

de pièces de rechange sur plusieurs années. Si le garagiste n’est pas

sûr que les documents suffisent, il peut les envoyer à l’office de la

circulation routière. Il peut aussi s’informer sur le site de l’Association

des services des automobiles, www.asa.ch, pour savoir selon quelles

directives l’office de la circulation routière vérifie le montage et les

produits.

De votre côté, constatez-vous souvent des travaux mal faits ?

Non, je dois dire que c’est rare. Les problèmes les plus importants

surviennent quand les pièces sont montées sans respecter nos instructions.

<

Plus d’informations sur :

kwsuspensions.ch

Invitation à l’Assemblée générale ordinaire

Jeudi, 16 mai 2019 | Kursaal Interlaken

Programme du jour

Dès 13 h 30 Arrivée des copropriétaires et des hôtes dans la salle

de congrès. Cafè et friandises.

Partie statutaire

15 h précises Début de l’Assemblée générale dans la salle de

congrès selon l’ordre du jour.

Programme complet de divertissement

Env. 16 h 30 Présentation du

conférencier extérieur Christian Gansch

Dès 17 h 30 Apéro riche

18 h 30 Début du dîner.

21 h 30 Fin de l’événement.

Ordre du jour de l’Assemblée générale de l‘ESA

1. Ouverture de l‘Assemblée générale par le président

2. Hommage aux copropriétaires décédés

3. Procès-verbal de l‘Assemblée générale du 16. Mai 2018

4. Présentation et approbation du rapport annuel, des comptes annuels statutaires,

des comptes consolidés ainsi que des rapports de l’organe de révision

5. Affectation du résultat de l‘exercice

6. Décharge aux organes responsables

7. Mutations

7.1. Démissions

7.2. Élections au Comité de l’ESA

7.4. Élection de l’organe de révision pour l’exercice 2019

8. Résolution sur les propositions individuelles, selon l’art. 15 des statuts de l’ESA

9. Divers

esa.ch | esashop.ch


SÉCURITÉ FOKUS

Contribution

Conseils dans le traitement

quotidien des données à protection

Les garages possèdent un grand nombre de données personnelles soumises à protection. Traiter ces données avec responsabilité

n’est pas seulement une question de correction, c’est aussi une obligation légale. La conservation sécurisée, la

limitation minutieuse des accès et la formation régulière du personnel concernent tout le monde. Isabel Steiner, carforyou.ch

Avec l’entrée en vigueur du nouveau règlement général sur la protection

des données (RGPD) en Europe, le thème de la protection des données

a pris une ampleur considérable. Pour aligner les conditions sociales

et technologiques à la législation suisse sur la protection des données,

pour que l’UE considère toujours la Suisse comme un État tiers ayant un

niveau de protection de données satisfaisant et que la transmission des

données au-delà des frontières puisse se poursuivre, la Suisse va adapter

sa législation sur la protection des données (LPD) et se rapprocher

du RGPD, bien que ce soit encore au stade de l’élaboration.

Les adresses e-mail sont également des données soumises

à protection

Depuis 1993, il est établi dans la constitution suisse que chacun a

le droit d’exiger la protection de ses données, y compris dans les télécommunications,

qui englobent les échanges par voie numérique. Les

données soumises à protection sont celles qui permettent d’identifier

une personne ou son lieu de résidence, et de contacter cette personne. Il

s’agit, entre autres, du nom, de la date de naissance, du numéro AVS, du

numéro de téléphone, de l’adresse e-mail et de l’adresse postale. Le RGPD

doit apporter encore plus de transparence sur les données collectées

par les entreprises, et sur les finalités pour lesquelles ces données sont

conservées. Toutes les entreprises qui réalisent une part de leur activité

en Europe doivent désormais se conformer au RGPD, notamment celles

qui vendent leurs prestations ou leurs produits en UE. Cela s’applique au

traitement des données personnelles des clients particuliers, des utilisateurs,

ainsi que des employés présents, anciens et futurs.

Quelles données sont collectées, et dans quel but ?

Outre le respect du RGPD mentionné, les entreprises doivent nommer

un responsable de la protection des données et indiquer en toute

transparence quelles données seront collectées et traitées, et dans quel

but. Sur demande de la personne concernée, les données personnelles

devront être révélées, corrigées ou supprimées.

Les entreprises qui exercent leur activité exclusivement en Suisse

sont également concernées par la loi fédérale suisse sur la protection

des données. Cette loi vise à garantir la vie privée des particuliers et à

assurer le traitement attentif des données soumises à protection. Avec

l’essor des technologies numériques, de plus en plus de données d’utilisation

sont collectées sur l’Internet, par exemple quelle voiture un

utilisateur a-t-il regardée, sur quel appareil, à quel endroit, par quel

message a-t-il contacté le garagiste... Toutes ces données soumises à

protection doivent être conservées avec précaution, puis supprimées

dès lors qu’aucun intérêt commercial ne subsiste.

Comment les garagistes peuvent-ils sécuriser les données

personnelles ?

Les garages disposent eux aussi de grandes quantités de données

personnelles des clients, des partenaires commerciaux et des employés.

Ces données ne sont pas seulement disponibles sur papier,

mais de plus en plus souvent stockées sur les ordinateurs, sur des supports

de mémoire ou via des prestataires tiers dans le cloud. Les données

ne sont certes pas nécessairement stockées en Suisse, mais elles

doivent être protégées contre un accès non justifié par un employé,

un partenaire commercial ou un tiers. Cela s’applique non seulement

aux données numériques, mais également aux documents sur papier

(permis de circulation), aux fax et autres supports de correspondance.

Je recommande aux garagistes de bien s’informer dans un premier

temps sur les modes de collecte des données personnelles auxquels

ils sont confrontés via les différents canaux. Il s’agit également de définir

quels employés et quels partenaires peuvent avoir besoin de ces

données, et à quelles fins, et définir également le lieu de stockage, la

durée de conservation, la formation du personnel et les règles d’accès.

Quelques conseils ci-dessous :

• La conservation des données sur place n’est pas forcément plus

sûre que dans le cloud, chez un prestataire sérieux. Un accès

physique sécurisé aux supports de mémoire non suffisant présente

un grand risque. Les services de stockage dans le cloud comme

Dropbox, Google Drive et Box ont reçu la mention « très bien »

dans une étude de SRF.

• La limitation de la durée de conservation des données personnelles

(dans le respect des obligations de conservation) aide à

réduire la perte des données en cas d’incident. Les copies des

documents personnels, comme les demandes de leasing, doivent

être détruites dès lors que l’objet commercial est caduc.

ABARTH - ALFA ROMEO - BANNER - BRIDGESTONE - CASTROL - CHRYSLER - CONTINENTAL - COOPER - DAIHATSU - DODGE - DUNLOP - FALKEN - FIAT - FIAT PROFESSIONAL - FORD - G

Vous avez les voitures anciennes, nous les lubrifiants.

Chez nous vous recevez des lubrifiants de haute qualité de deux fabricants renommés - tout d‘une seule source. Produits de

qualité à des prix honnêtes - livrés dans toute la Suisse jusqu‘à trois fois par jour.

ABARTH - ALFA ROMEO - BANNER - BRIDGESTONE - CASTROL - CHRYSLER - CONTINENTAL - COOPER - DAIHATSU - DODGE - DUNLOP - FALKEN - FIAT - FIAT PROFESSIONAL - FORD - G


FOKUS SÉCURITÉ

• La limitation des accès aux données protégées par les employés

est également intéressante pour les garages. Cela garantit qu’en

cas d’erreur, le dommage sera limité.

• Un aspect important est la conscience qu’ont les employés du

traitement des données soumises à protection. Des mémentos

réguliers et des formations ciblées en rappellent les principes.

• Les partenaires IT des garages ont souvent un accès illimité aux

données de l’entreprise. Il faut s’assurer qu’il est précisé dans les

contrats comment traiter les données protégées, et veiller notamment

à ce qu’elles ne soient pas utilisées à d’autres fins.

Exemples pratiques

Je me rends régulièrement dans mon garage, et j’y ai déjà vécu

des situations délicates :

• Pour identifier le client, on n’hésite pas à donner au téléphone ou

sur place les données d’autres clients : « Nous avons deux personnes

du même nom dans notre système, ce numéro de téléphone

mobile est-il le vôtre ? » Je trouve que c’est problématique,

en tant que cliente, de tomber ainsi sur les données personnelles

de quelqu’un d’autre.

• Les documents comme les demandes de leasing, les permis de

circulation, permis de conduire (lors d’une conduite d’essai), qui

contiennent des données très personnelles, sont étalés sur le bureau

à la vue de tous, lorsque l’employé va faire une photocopie,

par exemple. C’est problématique, car d’autres personnes peuvent

voir les documents, ou même les photographier.

Quelles conclusions pour carforyou.ch

Chez carforyou.ch aussi, la protection des données

est un sujet d’actualité. Grâce à des vérifications régulières

de notre plate-forme par des spécialistes externes,

nous voulons garantir la meilleure protection

à nos utilisateurs. De même, les employés sont sensibilisés

à traiter attentivement les données des

utilisateurs et des clients. En outre, concernant

l’hébergement, la communication, le stockage et l’analyse des données,

nous misons sur des fournisseurs de systèmes et de logiciels

qui s’obligent eux-mêmes à mettre en œuvre

les strictes dispositions en matière de protection

des données. Le plus grand

défi à mon avis est de montrer en

toute transparence et par des

dispositions claires aux utilisateurs

qui ne sont pas experts

dans ce domaine comment

l’entreprise traite ces

données.

Le traitement attentif

des données et une

stratégie de protection

des données durable

sont des éléments toujours

plus importants

de la satisfaction de

la clientèle et de la

confiance en l’entreprise.

Il est essentiel

de s’atteler à ce sujet

et de se préparer

face à de nouveaux

clients bien informés

et sensibilisés

à la

protection

des données.

<

Son parcours

Isabel Steiner (40 ans) est Chief Technology Officer de la plate-forme en ligne carforyou.ch. Cette

habitante de Berne a obtenu en 2005 un master d’informatique. Après ses études, elle a travaillé

entre autres pour Swisscom, local.ch, Siroop AG et Google. Depuis août 2018, elle s’occupe avec

son équipe du développement technique et de la gestion de plate-forme carforyou.ch.

Plus d’informations sur :

carforyou.ch

« Des situations délicates lorsque je me rends dans mon

garage » : Isabel Steiner est Chief Technology Officer de

la plate-forme en ligne carforyou.ch.

OODYEAR - JEEP - LANCIA - LEXUS - MG - MICHELIN - MOBIL - MOTOREX - NOKIAN - OSRAM - PANOLIN - PIRELLI - ROVER - THULE - TOYOTA - VREDESTEIN - WYNNS - YOKOHAMA

CLASSIC

Commandez maintenant:

> E-Shop: shop.fibag.ch

> E-Mail: orders@fibag.ch

> Hotline: 062 285 61 30

Fibag SA

Lischmatt 17

4624 Härkingen

OODYEAR - JEEP - LANCIA - LEXUS - MG - MICHELIN - MOBIL - MOTOREX - NOKIAN - OSRAM - PANOLIN - PIRELLI - ROVER - THULE - TOYOTA - VREDESTEIN - WYNNS - YOKOHAMA


SÉCURITÉ

Des matériaux mixtes pour les carrosseries des véhicules

Des exigences de sécurité

élevées au poste de travail

Les économies de carburant sont toujours plus importantes pour les consommateurs, raison pour laquelle la construction

légère n’a cessé de gagner en importance dans l’industrie automobile. La clé d’une construction légère réussie réside

dans le choix du matériau approprié pour chaque pièce. C’est pourquoi de plus en plus de véhicules sont construits avec

des matériaux mixtes.

pd. Les véhicules modernes, construits à

partir de matériaux mixtes, représentent

des défis pour les carrosseries lors des réparations,

car ils ne peuvent pas être remis en

état sur les postes de travail classiques de

l’acier ou de l’aluminium. La manipulation

inappropriée d’alliages d’acier, d’aluminium,

de carbone et de plastiques peut non seulement

provoquer une corrosion de contact,

mais aussi engendrer des poussières, vapeurs

et autres liaisons physico-chimiques. Dans

des cas extrêmes, il en résulte des explosions

et des incendies dans l’entreprise, des accidents

graves, ainsi que des dommages à la

santé des collaborateurs.

En raison de ces exigences de sécurité élevées,

une carrosserie devrait disposer d’un

poste de travail spécifique à chaque matériau.

La réparation d’un véhicule à des postes de travail

distincts nécessite du temps et de l’énergie,

elle est donc fastidieuse et onéreuse.

Les postes de réparation hybride y

remédient

Le poste de réparation hybride de ProWo-

Tech est en revanche un poste de travail

multifonction. Il permet la réparation de

tout type de construction de carrosserie et

de chaque matériau au même poste. Ici, la

séparation obligatoire des matériaux se fait

par le biais d’un processus de séparation et

non d’une séparation dans l’espace.

Ce poste de travail possède la technique

d’aspiration pour chaque matériau. Avant

chaque processus de réparation qui demande

un changement de matériau, on procède à un

nettoyage du poste de travail et de la zone

de réparation au moyen de l’aspirateur approprié.

Les outils et machines nécessaires

pour l’autre matériau sont ensuite mis à disposition

et la réparation peut reprendre après

quelques minutes.

Rééquipement des systèmes de

postes de travail existants

Les systèmes de postes de travail de

ProWoTech, dont la filiale Carbesa de Glas

Trösch SA est partenaire, sont des systèmes

modulaires. Par conséquent, tous les systèmes

de postes de travail existants pour les

travaux sur acier et/ou aluminium peuvent

être aménagés en postes de réparation hybrides,

grâce au rééquipement de la technique

d’aspiration et de l’équipement d’atelier

pour les autres matériaux. Cela a l’avantage

de pouvoir conserver les investissements réalisés

précédemment. <

Plus d’informations sur :

www.carbesa.ch

Le poste de réparation hybride de ProWoTech répond aux exigences de sécurité élevées lors de la réparation de

véhicules construits à partir de matériaux mixtes.

26

Mai 2019 | AUTOINSIDE


SÉCURITÉ

Solution par branche SAD

Sécurité au travail et protection

de la santé dans l’entreprise

Qui est finalement responsable de la sécurité au travail et de la protection de la santé dans l’entreprise ? La solution

par branche SAD aide les entreprises à mettre en œuvre les mesures adéquates. Karl Baumann

Karl Baumann, directeur

de la SAD

Selon l’article 82

LAA (3) : « Les travailleurs

sont tenus de

seconder l’employeur

dans l’application des

prescriptions sur la

prévention des accidents

et maladies professionnels.

Ils doivent en particulier utiliser

les équipements individuels de protection,

employer correctement les dispositifs de sécurité

et s’abstenir de les enlever ou de les modifier

sans autorisation de l’employeur. »

En principe, tous les garages sont soumis à

la directive 6508 de la CFST, car ils sont exposés

à des dangers particuliers (directive CFST,

annexe I, al. 11).

Les dispositions de l’ordonnance sur la

prévention des accidents et des maladies professionnelles

(OPA) s’appliquent en principe à

toutes les entreprises qui emploient des salariés

en Suisse.

Selon l’article 6 LTr (1) : « Pour protéger la

santé des travailleurs, l’employeur est tenu de

prendre toutes les mesures dont l’expérience

a démontré la nécessité, que l’état de la technique

permet d’appliquer et qui sont adaptées

aux conditions d’exploitation de l’entreprise.

Il doit en outre prendre toutes les mesures nécessaires

pour protéger l’intégrité personnelle

des travailleurs. »

Casquette de protection, protections auditives, lunettes et gants de protection font partie de l’équipement de protection

individuelle (EPI).

La solution par branche SAD accompagne

près de 2800 entreprises du secteur automobile

et des deux-roues dans la mise en œuvre

de la directive 6508 de la CFST relative à la sécurité

au travail et à la protection de la santé.

Nous mettons à disposition les outils nécessaires

comme les listes de contrôle spécifiques

à la branche, les cours de base et de formation

continue obligatoires pour les PERCO, ainsi

qu’un outil en ligne (« asa-control ».)

Les membres de l’UPSA bénéficient d’un

rabais de 25 % sur les frais d’inscription et la

cotisation annuelle de la SAD. <

Plus d’informations sur :

safetyweb.ch

Tout pour assurer un transport

idéal.

Chemuwa Autozubehör AG

info@chemuwa.ch, Tél. 055 256 10 10

LIVRAISONS JUSQU‘AU 3 FOIS LE JOUR


SÉCURITÉ FOKUS

Protection des données

Les cybercriminels

visent les PME

Un tiers de toutes les PME suisses sont victimes de cyberattaques. AUTOINSIDE a compilé les principaux risques et

explique comment s’en prémunir. Sascha Rhyner

Bien qu’elle soit remarquable, l’histoire ne fait pas les gros titres en

Suisse. Et elle illustre notre approche insouciante des données, y

compris avec des données confidentielles. Un chômeur a trouvé dans

une rue une clé USB contenant des données relatives à la sécurité de

l’aéroport londonien de Heathrow. La clé recelait un volume de 2,5

Go de données sensibles sur le plus grand aéroport britannique. Il

s’agissait de cartes, de vidéos et d’autres documents qui indiquaient,

par exemple, l’emplacement de caméras de vidéosurveillance, d’issues

de secours ainsi que les horaires exacts de patrouilles de police. Un

des documents sur la clé contenait l’itinéraire menant la voiture de la

reine Elizabeth II à Heahtrow ainsi qu’une liste de mesures visant à

la protéger. Un formateur sécurité imprudent avait copié les données

sur une clé et l’avait perdue en se rendant au travail.

Une maison de retraite victime de chantage

Il existe toutefois aussi des exemples d’approches insouciantes visà-vis

des données en Suisse : la maison de retraite de Schöftland a été

victime d’une cyberattaque. Des hackers s’étaient introduits dans le

système informatique et y avaient implanté un cheval de Troie. Les

collaborateurs de la maison de retraite n’avaient soudain plus accès

aux données électroniques. Avant de libérer les données, les hackers

ont ensuite exigé une rançon à l’établissement qui aurait prétendument

versé 7500 francs. Les experts conseillent généralement de ne

pas céder à ce type de chantage.

L’exemple de la maison de retraite montre que les cybercriminels

ne visent pas seulement les grandes entreprises. Les PME sont elles

aussi de plus en plus souvent victimes de voleurs de données et de

hackers, souvent sans le savoir parce que ces entreprises et ces établissements

n’emploient pas d’experts informatiques professionnels

capables d’apprécier les risques avec réalisme.

D’après une enquête de l’institut d’étude de marché et d’analyse

gfs-zürich datant de 2017, un tiers de toutes les PME suisses ont été

victimes de cyberattaques. Fin 2018, le cheval de Troie « Emotet » a

également sévi en Suisse. De nombreux ordinateurs et serveurs ont été

infectés et les données ont été cryptées. Des rançons d’au moins 200

000 francs ont été exigées. L’affaire est connue parce que près de 150

coiffeurs ne parvenaient plus à accéder à leur système de réservation.

Diverses mesures doivent être envisagées pour protéger les données.

Il est d’abord conseillé de former tous les collaborateurs pour

éliminer autant que possible l’erreur humaine qui, d’après une étude,

serait à l’origine de plus d’un quart de toutes les pertes de données. Il

faut également se prémunir efficacement contre des intrus, c’est-à-dire

contre les hackers. Les données doivent en outre être protégées contre

les dommages collatéraux en cas d’incendie et de dégâts des eaux ou

tout simplement contre les vols.

E-mails de hameçonnage

Il s’agit encore de l’attaque entreprise le plus souvent à l’encontre

d’ordinateurs et de réseaux. Les entreprises publient leur adresse

e-mail dans la rubrique contact de leur site Internet. Il arrive même

que celle de leurs employés y figure. Des hackers professionnels

fouillent Internet de façon automatique et recherchent constamment

de telles adresses. Ils envoient, là encore de manière automatisée, des

e-mails dits de hameçonnage pour recueillir des données sensibles

des destinataires. Le hameçonnage consiste à pousser la victime à

confirmer ses données de connexion sur un site Internet ou à ouvrir

et à contrôler une pièce jointe. Tous les signaux d’alarme devraient

retentir ici. Même des publicités pour aveugles pourraient contenir

du ransomware ou des chevaux de Troie dans leurs pièces jointes. En

cas de doute, il est conseillé de se renseigner par téléphone. De tels

28

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FOKUS SÉCURITÉ

e-mails sont souvent reconnaissables à leur orthographe déplorable, ce

qui est délibéré d’après des experts. L’orthographe fait office de filtre

pour atteindre uniquement des victimes potentielles. Il faut là aussi

expliquer aux collaborateurs qu’ils ne doivent pas ouvrir des e-mails

de provenance inconnue ni cliquer sur des liens par simple curiosité.

Protection des données et pare-feu

Il importe également de protéger les données contre des intrus. Un

pare-feu est nécessaire à cet effet. De tels systèmes se caractérisent

par différents niveaux de protection. Les systèmes d’exploitation tels

que Windows et MacOS sont dotés d’un pare-feu, mais celui-ci ne

protège que l’ordinateur en question. Dès qu’un réseau est déployé, ce

qui est le cas dans la plupart des entreprises, il doit également être

protégé contre des intrusions à l’aide d’un pare-feu. Un pare-feu n’est

toutefois capable de surveiller que les connexions qui le traversent.

Les e-mails de hameçonnage aboutissent dans le système par d’autres

voies. Un pare-feu dit UTM pourrait ici améliorer la sécurité. Cette solution

contient des services complémentaires tels qu’un filtre Internet

et un logiciel anti-virus.

De nombreux garages proposent également le Wi-Fi à leurs clients.

Si tel est le cas, il faut séparer le Wi-Fi interne à l’entreprise du Wi-Fi

destiné aux clients. Ce dernier devrait lui aussi être protégé par un

mot de passe robuste.

Sauvegardes et solutions de cloud

Il faut mettre en place une stratégie de sauvegarde fonctionnelle

permettant de protéger les données contre l’erreur humaine qui

Les causes les plus fréquentes de pertes de données en 2018

Défaillances matérielles

Erreurs humaines

Défaillances logicielles

Corruption de données

Cyberattaques

Violations internes de sécurité

Catastrophes naturelles

Vol

3%

6%

Source : Databarracks,

Data Health Check 2018

conduit à effacer quelque chose par inadvertance ou contre un incendie,

des dégâts des eaux ou d’autres dommages, et même contre le vol

ordinaire. Il convient ici d’appliquer la « règle 3-2-1 ». Trois copies avec

deux technologies de sauvegarde, dont une en dehors du bâtiment,

donc de plus en plus sur le cloud de nos jours. Les données hébergées

dans des centres de calcul sont largement à l’abri de défaillances. Le

fameux Tier Standard indique l’étendue du risque sur une échelle de

1 (la plus mauvaise note) à 4 (la meilleure valeur).

Le préjudice qu’a subi la maison de retraite de Schöftland a été

circonscrit grâce à une sauvegarde sur de bonnes vieilles fiches bristol.

Les processus de soin étaient tous consignés sur des supports numériques

et sur papier. <

12%

11%

21%

23%

27%

26%

NE CONFIEZ PAS LA

SÉCURITÉ AU TRAVAIL

ET LA PROTECTION DE LA SANTÉ

AU HASARD !

La solution par branche aide plus de 2800 entreprises issues de la branche

automobile et des deux roues à mettre en œuvre la directive CFST 6508

consacrée à la sécurité au travail et à la protection de la santé.

Nous vous fournissons les supports actuels nécessaires pour la mise en

œuvre tels que des check-lists spécifiques à la branche, des cours,

et bien plus encore. Informez-vous sur www.safetyweb.ch.

Les membres de l‘Association bénéficient d’une réduction de 25% sur

leurs frais d’adhésion et sur la cotisation annuelle pour la solution par branche.

Solution par branche pour la sécurité au travail et la protection

de la santé de la branche automobile et des deux-roues (SAD)

Secrétariat, Wölflistrasse 5, case postale 64, 3000 Berne 22

Numéro gratuit 0800 229 229, fax 031 307 15 16

E-mail info@safetyweb.ch, www.safetyweb.ch

be safe!

AUTOINSIDE | Mai 201929


SÉCURITÉ

Dynanet

« Des prestations informatiques

normalement réservées aux

grandes entreprises »

La numérisation apporte aux garagistes de nouveaux partenaires, tels que l’entreprise de Suisse orientale Dynanet qui a

développé une solution de cloud sur mesure pour les PME. Interview de son fondateur, Evert Timmermans. Sascha Rhyner

Monsieur Timmermans, en quoi une solution de cloud est-elle

meilleure qu’un PC dans le bureau de l’atelier ?

Evert Timmermans : L’externalisation de son informatique dans un

centre de données s’accompagne de nombreux avantages pour le garagiste.

Ces dernières années, la complexité a fortement progressé du fait

des exigences que font peser les utilisateurs sur l’informatique. L’informatique

est devenue un important pilier des garages. Maintenir l’exploitation

quotidienne à jour et faire en sorte que les moyens soient constamment

disponibles représente un important défi pour les garagistes. Grâce

à notre solution de cloud Dyna-Access, les garagistes peuvent céder une

grande partie de ces responsabilités. Les utilisateurs ont accès aux données

et aux programmes à tout moment et de n’importe où ; ils ne sont

plus rattachés à un poste de travail fixe. Les techniciens Dynanet s’occupent

des mises à jour de manière centralisée au centre de données et

ne sont ainsi plus tenus de passer leur temps devant chaque ordinateur.

Contrôlée régulièrement par

des spécialistes, la protection

des données se déroule automatiquement.

Une équipe de

techniciens et d’agents

d’assistance qualifiés sont

en permanence à la disposition

des clients.

Les données valent de l’or, une ressource qui aiguise notoirement

la convoitise. Comment un garagiste peut-il se prémunir du vol de

ses données ?

Bien se protéger de hackers et de virus nécessite le bon savoir-faire,

coûte beaucoup d’argent et prend du temps. Avec la solution basée

sur le cloud Dyna-Access, nous permettons à nos clients d’accéder à

des prestations informatiques qui ne sont normalement à la portée

que de grandes entreprises. Un groupe de spécialistes se consacrent

tous les jours aux questions de sécurité, mettant à tout moment leurs

connaissances à la disposition des clients.

Sans ordinateur, rien ne fonctionne plus (ou presque). Comment

prévenir au mieux les pannes du système ?

Au sein du centre de données, tous les composants tels que la

connexion Internet, les serveurs, les disques durs, les commutateurs,

les routeurs, les pare-feux, les câbles, etc. sont redondants pour assurer

la sécurité. Les centres de données sont reliés les uns aux autres

par nos propres lignes en fibre optique. Les données sur les serveurs

sont répliquées toutes les minutes dans le second centre de données.

Nos deux centres de données veillent à garantir un niveau de sécurité

élevé, si bien que nous pouvons garantir à nos clients une disponibilité

permanente de leurs applications et de leurs données. Le client n’a

besoin que de terminaux de saisie et d’affichage qui peuvent eux aussi

être remis à disposition en quelques minutes dans le pire des cas.

L’infrastructure informatique est surveillée jour et nuit tous les

jours de la semaine par un système de monitoring. Des pannes émergentes

sont signalées par le système d’avertissement précoce pour que

nos spécialistes puissent réagir à tout moment à des incidents imprévus.

Pour nos clients, les pannes informatiques relèvent du passé.

Dynanet prend en charge la gestion de l’infrastructure informatique

de ses clients.

Vous collaborez avec l’éditeur de logiciels de garages bme. Quels

sont les avantages de cette collaboration pour les garagistes ?

Nous avons déjà mis en œuvre de nombreux projets avec bme.

Nous connaissons exactement les exigences de bme en matière

d’infrastructure informatique et nous pouvons nous en acquitter

d’une simple pression sur un bouton. Nous fournissons ainsi au

garagiste une solution unitaire pour laquelle il n’y aura jamais

besoin de « rechercher de coupables ». <

Plus d’informations sur :

dynanet.ch

30

Mai 2019 | AUTOINSIDE


Le tissu de nettoyage

propre est à portée de

main immédiate.

NOUS EN CHARGEONS!

mewa.ch/fr/est-fiable


FORMATION

Corps des gardes-frontière

L’UPSA contribue à compliquer

la vie des contrebandiers

De temps à autre, des véhicules franchissant la frontière sont sélectionnés et examinés sous toutes les coutures par des

spécialistes du Corps des gardes-frontière (CGF). Mais comment s’assurer que les gardes-frontière maîtrisent la technique

automobile moderne actuelle ? Le centre de formation de la section UPSA Oberland bernois est un partenaire important en

matière de formation initiale et continue des spécialistes du CGF. Bruno Sinzig

La lutte contre la contrebande organisée et

contre la criminalité transfrontalière sollicite

fortement les fonctionnaires du CGF et nécessite

des connaissances techniques spéciales.

C’est pourquoi le CGF emploie toute une série

de spécialistes dans divers domaines.

Il s’agit par exemple de spécialistes de l’inspection

de véhicules routiers. Ils sont formés à

la recherche et à l’extraction de marchandises

de contrebande cachées dans les cavités des

véhicules d’après les principes de la sauvegarde

de traces. Ce sont des gardes-frontière

qui ont suivi une formation initiale dans un

métier technique de l’automobile ou qui ont

une affinité pour la technique. Ils doivent absolument

être familiers des nouveautés des

véhicules, et en particulier des possibilités de

dissimulation dans ces derniers.

Ils disposent de véhicules spécialement

équipés de nombreux moyens techniques de

tous types. Ils doivent toutefois faire preuve de

savoir-faire, d’expérience et de patience, car l’inspection

d’un véhicule peut durer plusieurs heures.

Familiarité avec la technique

automobile

Lors des cours qui ont lieu périodiquement

à Mülenen, le centre de formation de la

section UPSA Oberland bernois, les experts

techniques, qui disposent naturellement aussi

de solides connaissances de la protection

des frontières, sont formés aux dernières

techniques automobiles. Les blocs théoriques

constituent la base des travaux pratiques sur

des véhicules ou des systèmes qui occupent

une place importante.

Le programme pédagogique porte sur des

sujets essentiels liés à la dissimulation de marchandises

de contrebande. Voici une sélection

de ces sujets abordés lors des cours.

L’outil de la carte de sauvetage

Les cartes de sauvetage spécifiques à un

modèle sont extrêmement utiles compte tenu

de la diversité des marques et des types de

véhicules. Ces documents ont été créés parce

que les systèmes de propulsion alternatifs tels

que les hybrides ou les voitures électriques sont

susceptibles de se révéler très dangereux, en

particulier pour les pompiers et les sauveteurs.

En grande partie librement accessibles sur Internet,

les cartes de sauvetage contiennent

notamment des renseignements sur les emplacements

où sont installés les différents

sous-systèmes tels que les batteries, les airbags

ou les réservoirs de carburant. Elles expliquent

souvent aussi comment débrancher la batterie.

Utiliser ou créer une cavité

Les contrebandiers modifient les véhicules

en partie avec grand professionnalisme

pour dissimuler au mieux la marchandise

de contrebande. Les femmes et les hommes

spécialement formés du CGF doivent donc

connaître les systèmes qu’ils rencontrent dans

leur travail lorsqu’ils cherchent des cavités servant

de cachettes.

À titre d’exemple, les évidements proportionnellement

volumineux prévus pour les airbags

sont très prisés. Il est par conséquent in-

Au centre de formation de la section UPSA Oberland bernois, les gardes-frontière apprennent tout des cachettes possibles.

32

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

dispensable que les travaux concernés soient

effectués d’après les consignes de l’atelier.

Les contrôleurs doivent également être au

courant des mesures à prendre pour isoler la

source de courant, c’est-à-dire la ou les batteries.

Enfin, les importantes mémoires électroniques

ne doivent pas être effacées.

Les gardes-frontière restaurent généralement

l’état original des systèmes au terme du contrôle.

Les pneus, magasins de marchandises

Outre les divers récipients accueillant des

liquides ou des gaz, les contrebandiers aiment

à dissimuler leurs marchandises dans la roue

de secours. Les pneus doivent souvent être

démontés puis remontés. Les spécialistes

doivent ainsi maîtriser les particularités des

différents systèmes de contrôle de la pression

des pneus (TPMS).

En présence d’indications ou de soupçons

de dissimulation de marchandises, les spécialistes

de l’installation à rayons X mobile pour

le contrôle des bagages (MOGRA) peuvent

analyser les composants. Comme leur nom l’indique,

il s’agit d’appareils à rayons X similaires

à ceux utilisés dans les aéroports.

Comme les contrebandiers sont très « innovants

» et qu’ils utilisent des véhicules aussi

peu voyants que possible, il arrive que les spécialistes

doivent se pencher sur des voitures

hybrides ou entièrement électriques. Capables

de délivrer des tensions pouvant atteindre

1000 V, les systèmes haute tension souvent

employés nécessitent des connaissances particulières.

Il importe tout particulièrement de

désactiver le système haute tension avant le

début des travaux de révision. Les fiches de

sauvetage sont là encore très utiles. Elles indiquent

les emplacements des composants HT

et expliquent la méthode de mise hors tension.

Cette liste non exhaustive des sujets abordés

pendant le cours montre que les spécialistes

de l’inspection de véhicules doivent

posséder des connaissances complètes de la

technique automobile. Notons également que

le centre de formation de Mülenen peut contribuer,

en tant que partenaire du CGF, à compliquer

la vie des contrebandiers. <

Suite en page 34

Les cachettes possibles sont manifestes sur le véhicule utilisé lors de la formation.

NOUS AVONS

LA BONNE SOLUTION

POUR VOS REMISES

DE CLEFS

BOPP Solutions AG

Industriestrasse 6 | 8305 Dietlikon | Schweiz

T +41 44 883 33 88 | F +41 44 883 33 89

info@bopp-solutions.ch | www.bopp-solutions.ch

AUTOINSIDE | Mai 201933


FORMATION

Des aptitudes acrobatiques sont parfois aussi requises pendant les recherches.

« Travailler avec des voitures

sous séquestre »

Christof Müller, instructeur

au centre de

formation

Pourquoi cette mission spéciale a été

confiée au centre de formation de la

section UPSA Oberland bernois ?

Christof Müller : En 2011, le directeur du

service des produits stupéfiants de l’AFD, qui

est responsable de la formation initiale et

continue de ce groupe, a demandé à son garagiste

UPSA s’il serait en mesure de former aux

dernières techniques automobiles les spécialistes

de l’inspection de véhicules. Le garagiste a décliné la proposition

par manque de temps, mais a conseillé au directeur de s’adresser au

centre de formation de Mülenen. Nous avons développé ensemble un

programme qui répond aux besoins spécifiques et qui est régulièrement

mis à jour.

Quels ont été les principaux défis pendant la conception des cours ?

Il a fallu que le contenu fasse l’objet de concertations poussées. Nous

ne savions pas très bien ce à quoi les fonctionnaires du CGF étaient

confrontés. Contraintes inhabituelles, les documents devaient être rédigés

en allemand, mais aussi en français et en italien, et le cours devait

être dispensé en trois langues. Des traducteurs engagés par le CGF

étaient à notre disposition pendant le cours.

Quel est le poids de la théorie par rapport aux travaux pratiques ?

Il va de soi que la théorie est absolument nécessaire, mais nous

cherchons à faire en sorte que la part des travaux pratiques soit aussi

conséquente que possible. Le rapport théorie/pratique est compris entre

un et quatre.

Le centre de formation dispose-t-il de suffisamment de véhicules

de formation modernes et de composants de démonstration ?

Comme nous formons également des diagnosticiens d’automobiles,

il est incontournable que nous disposions d’un matériel

de démonstration ultramoderne. Pour les contenus de formation

spéciaux des cours CGF, nous pouvons en outre recourir à des véhicules

garantis ou à des véhicules de formation fournis par les

importateurs.

Des cours pour le CGF sont-ils également prévus à l’avenir ?

Nous avons signé un contrat avec le CGF selon lequel nous pouvons

continuer à dispenser des cours équivalents. Nous sommes ravis de

cette décision, car nous pouvons répartir nos importantes charges fixes

de personnel et de matériel sur plusieurs cours. <

depuis

1964

CORTELLINI &

MARCHAND AG

Le plus complet des services de

réparation de boîtiers

électroniques pour auto

de Cortellini & Marchand AG

www.auto-steuergeraete.ch

061312 40 40

Rheinfelderstrass 6, 4127 Birsfelden

Vous cherchez, nous trouvons

Votre service de recherche pour

pièces automobiles d’occasion

www.gebrauchte-fahrzeugteile.ch

34

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

Séminaire sur la gestion des occasions

Exploiter le potentiel

des voitures d’occasion

L’UPSA dispense le séminaire « Gestion des occasions » dans la Business Academy. Lors de cette formation d’une journée,

les participants apprennent à bien gérer leurs occasions. André Bissegger

La vente d’occasions est une discipline qu’il ne faut pas négliger dans

la branche automobile. L’année passée, environ 870 000 changements

de propriétaire ont eu lieu, permettant à la rotation des stocks et au

bénéfice brut des occasions d’enregistrer une légère hausse. Le potentiel

est donc important. Le marché de l’occasion s’avère lucratif pour les

garagistes, à condition qu’ils parviennent à trouver aussi rapidement et

efficacement que possible de nouveaux propriétaires pour leurs véhicules

de seconde main. Le séminaire « Gestion des occasions » permet

d’apprendre à y arriver.

De la présentation à la CRM

Les participants se penchent notamment sur la manière d’exposer

et de présenter des occasions. Ils élaborent l’ensemble du processus

de reprise et apprennent à gérer les stocks de voitures d’occasion. La

stratégie de prix dynamique et le Customer Relationship Management

(CRM), c’est-à-dire l’acquisition et la fidélisation de clients, font également

partie des sujets traités.

Après avoir suivi le séminaire, les participants savent, par exemple,

comment calculer les coûts d’immobilisation d’occasions et maîtrisent

les différents processus, tels que les calculs top down.

« Nous voulons attirer l’attention des concessionnaires sur tout ce

qui est possible », déclare Jürg Dällenbach, chargé de cours et propriétaire

de Dällenbach Trading Consulting GmbH à Aadorf. « Je discerne

Jürg Dällenbach,

chargé de cours.

un immense potentiel inexploité », pensant

notamment à la présentation des occasions sur

Internet. « Il arrive que les photos soient de mauvaise

qualité. »

La réglementation du marché de l’occasion

diffère de celle qui prévaut dans la vente de voitures

neuves. Contrairement à une voiture qui

doit encore être configurée et commandée, « la

voiture d’occasion exposée est unique et se trouve déjà sur place », affirme

le consultant. La reprise est également une activité spéciale : « Le

vendeur doit bien connaître le marché et savoir comment et à quel prix

la voiture y sera acceptée. » Les plates-formes en ligne ne sont ici que

partiellement utiles. Le séminaire ne s’adresse donc pas seulement aux

patrons, aux propriétaires et aux chefs des ventes, mais aussi aux vendeurs

chevronnés. <

Inscrivez-vous dès maintenant !

Le séminaire d’une journée se déroulera de 9 heures à 17 heures le 10 mai et

le 7 novembre à Paudex. Le nombre de participants est limité mais il reste

encore des places. Manuela Jost, conseillère UPSA, se tient à la disposition

des personnes intéressées (manuela.jost@agvs-upsa.ch, tél. 031 307 15 27).

Il est aussi possible de s’inscrire en ligne à la Business Academy.

Command Livré.

Le N° 1 des dispositifs d’attelage et des solutions rapides. www.hirschi.com

rz_28700817002_Hirschi_187x29mm_Geliefert_f.indd 1 30.08.17 10:28

AUTOINSIDE | Mai 201935


FORMATION

Camp marketing pour garages 2019

Un lieu qui a fait ses preuves : le golf de Sempach à

Hildisrieden accueille le camp marketing pour garages

pour la troisième fois.

« Le changement dépend

de sa propre attitude »

La troisième édition du camp marketing pour garages de Beat Jenny et de Christian Panzeri se focalise sur l’essentiel.

Outre les domaines classiques tels que le marketing et la vente, des ateliers de développement de la personnalité sont au

programme. Sandro Compagno

« Le changement dépend de sa propre attitude », déclare Christian

Panzeri, qui organise la troisième édition du camp avec Beat Jenny.

« En présence de défis numériques actuels, nous constatons régulièrement

que les nouvelles technologies suscitent des craintes au lieu d’être

perçues comme des opportunités. » MM. Panzeri et Jenny s’adressent

délibérément aux participants à un niveau très personnel. Beat Jenny :

« Nous parlons d’objectifs dans la vie et dans l’entreprise, nous évoquons

l’attitude et l’action. Nous abordons l’attitude fondamentale personnelle

de chacun dans ce cadre. Pour obtenir des résultats vraiment

convaincants, il faut la bonne réflexion associée au bon feeling. Ce n’est

qu’ensuite que nous passons à l’action. Nous n’aboutissons aux bons

résultats que par ce cheminement. »

Le marketing des garages nécessite de l’action

Un mot qui a marqué comme aucun autre les deux premiers

camps marketing pour garages fait défaut sur le programme : la numérisation.

« La numérisation est un processus qui se déroule depuis

20 ans », affirme Christian Panzeri. « Nous l’avons intégré à la rubrique

consacrée au développement de la personnalité, car un changement ne

peut découler que de la bonne attitude. » Il faut d’abord surmonter la

peur avant de pouvoir agir.

Il est manifeste qu’il faut agir, estime Beat Jenny qui discerne surtout

du potentiel dans la créativité : « Cela fait des années que nous adoptons

la même manière de communiquer, que nous faisons les mêmes

expositions et que nous vendons de la même manière. » De nombreux

garages ne vendent que le produit au lieu de parler d’eux, de leur savoir-faire

et de celui de leurs collaborateurs à leurs clients.

12 sessions

Le troisième camp marketing pour garages vise les propriétaires,

les directeurs, les chefs des ventes, les responsables marketing, mais

aussi des conseillers de vente et de clientèle ambitieux. C. Panzeri : « Il

nous importe que les gens soient disposés à faire quelque chose et à

remettre en question leur approche. » Le cadre du camp reste inchangé,

tant en ce qui concerne l’endroit que le programme. Les locaux du club

de golf idyllique de Sempach à Hildisrieden (LU) ont fait leurs preuves

en tant que lieu de formation ; tout comme le programme de la journée

ponctué de douze sessions qui ont en partie lieu simultanément. Les

participants choisissent au plus cinq sessions de 45 minutes chacune

dans ce programme. « Le déroulement du camp n’est pas gravé dans le

marbre », explique Beat Jenny. « Les participants doivent organiser leur

journée de telle sorte qu’ils en tirent la plus grande utilité possible.

36

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

En d’autres termes, il est conseillé qu’ils ne

fréquentent que les ateliers qui les intéressent

vraiment. » Il y a en outre assez de blancs

entre les sessions pour faire du réseautage en

marge de la formation. En 2018, près de 100

personnes étaient venues à Hildisrieden. Beat

Jenny et Christian Panzeri s’attendent à un

nombre similaire de participants à la formation

continue en 2019 <

Plus d’informations sur :

trepos.ch

Beat Jenny.

Christian Panzeri.

Camp marketing pour garages

Lieu et date

Golf de Sempach à Hildisrieden, 13 juin 2019

Le programme de la journée

8 h 30 9 h 00 Réseautage

9 h 00 9 h 30 Accueil

9 h 30 10 h 00 Présentation des sessions

10 h 00 10 h 10 Choix des sessions

10 h 30 11 h 15 Session 1

11 h 30 12 h 15 Session 2

12 h 15 13 h 15 Repas de midi

13 h 30 14 h 15 Session 3

14 h 30 15 h 15 Session 4

15 h 30 16 h 15 Session 5

16 h 15 16 h 30 Fin

dès 16 h 15

Réseautage

Les intervenants

Michael Hartschen : développement de la

personnalité

Baschi Sale : Social Selling

Jasmin Zihlmann : Inbound Marketing

Chris Dorner : recrutement de personnel

Patrick Möltgen : Google

Markus Gübeli : organisation d’une succession

Beat Jenny : acquisition 4.0

Jean-Claude Bopp : étiquettes de prix numériques

Derek Finke : développement de la personnalité

Roger Stadelmann : diaporama photo

Les coûts

450 francs (restauration incluse), mais les

lecteurs d’AUTOINSIDE ne règlent que

390 francs.

Le TechTeam recommande :

L'expérience technique

au service des ateliers

Les pros de l'atelier du TechTeam le savent bien :

sans solution de diagnostic performante et sans

outils de contrôle et de réglage efficaces, les ateliers

n'y voient plus clair. C'est pourquoi ils misent sur les

outils expérimentés d'Hella Gutmann Solutions.

Pour des diagnostics efficaces et rapides, des réparations

guidées sur les marques et les modèles les plus courants,

des calibrages précis des systèmes d'éclairage modernes,

des codages efficaces des systèmes d'aide à la conduite

avec ou sans caméra, et bien plus encore.

Pour en savoir d'avantage : swiss.hella-gutmann.com


FORMATION

UPSA Business Academy

MAI

Modules didactiques de l’UPSA pour

formateurs professionnels des formations

initiales techniques

Les formateurs professionnels doivent

toujours être à jour, comme en témoigne

la nouvelle ordonnance récemment entrée

en vigueur. Avec son module didactique,

l’UPSA offre une aide précieuse dans cet

environnement professionnel complexe.

Jusqu’à fin 2020, la participation à cette

formation est obligatoire pour tous les

formateurs professionnels des formations

techniques de base en entreprise qui ne disposent

pas d’un diplôme du degré tertiaire

« Sélectionner les personnes en formation »

> > 6 mai 2019, Yverdon

> > 26 septembre 2019, Yverdon

« Utiliser avec compétence les

instruments des nouvelles ordonnances

de formation »

> > 12 septembre 2019, Yverdon

> > 24 avril 2019, Saint-Gall

Social Media im Autoverkauf

> > 6. Mai 2019, Bern

> > 23. September 2019, St. Gallen

Occasionsmanagement

Die Teilnehmer lernen, wie sie ihre

Occasionsfahrzeuge richtig bewirtschaften.

Dazu gehören unter anderem die

Präsentation, der Eintauschprozess und

die dynamische Preisstrategie.

Sie auch Beitrag auf Seite 35.

> > 9. Mai 2019, Bern

> > 6. Juni 2019, St. Gallen

Séminaire de gestion des occasions

Les participants apprennent comment

bien gérer leurs véhicules d’occasion. La

présentation, le processus de reprise et la

stratégie dynamique de prix en font partie.

Voir aussi l’article en page 35.

> > 10 mai 2019, Paudex

> > 7 novembre 2019, Paudex

Facebook, Xing, Twitter et WhatsApp

dans la vente automobile

> > 13 mai 2019, Yverdon

Video-Training im Autoverkauf

> > 14. Mai 2019, Bern

Das Google Basics Training für den

Autohandel

In diesem Training erfahren Sie, wie Sie

Google MyBusiness, Google SEO und

Google SEA zielgerichtet und erfolgreich

für Ihr Autohaus einsetzen. Der Google

Basics Einsteigerkurs gibt einen Einblick

in die wichtigsten Werkzeuge und Massnahmen

für eine verbesserte Sichtbarkeit

in Google. Sie lernen, wie Sie ihr

Unternehmen dort optimal präsentieren

und mögliche Marketingangebote wie

Google Adwords selbst steuern können.

> > 13. Mai 2019, Winterthur

> > 22. Juli 2019, Bern

> > 2. September 2019, Horw

38

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

AGVS Didaktikmodul für Berufsbildner

der technischen Grundbildungen

Berufsbildnerinnen und Berufsbildner

müssen immer à jour sein, was die jüngst

in Kraft getretene neue Bildungsverordnung

beweist. Der AGVS bietet mit dem

Didaktikmodul Hand in diesem komplexen

beruflichen Umfeld. Der Besuch dieser

Weiterbildung ist für alle Berufsbildner der

technischen Grundbildungen in den Betrieben,

die über keinen tertiären Abschluss

verfügen, bis Ende 2020 obligatorisch.

«Die Instrumente der neuen Bildungsverordnung

kompetent einsetzen»

> > 9. Mai 2019, St. Gallen

> > 23. Mai 2019, Chur

> > 8. Oktober 2019, Mülenen

«Lernende selektieren»

> > 4. Juni 2019, Winterthur

> > 10. September 2019, Sissach

> > 19. November 2019, Bern

> > 10. Dezember 2019, St. Gallen

> > 9. Januar 2020, Goldau

Weitere Daten / Orte laufend online

Grundlagen Flottenverkauf

Fahrzeugflotten in Unternehmen zu

bewirtschaften, erfordert von den Verantwortlichen

umfassende Kenntnisse und

Fähigkeiten. Lernen Sie in diesem Kurs den

Flottenmarkt und dessen Bewirtschaftungsformen

kennen!

> > 17. Mai 2019, St. Gallen

MwSt.-Grundkurs

Der Grundkurs ist eine

TIPP!

aktuelle, praxisnahe Einführung

in die Mehrwertsteuer

im Automobilgewerbe unter Anwendung

von Fallbeispielen. Der Tageskurs soll den

Teilnehmenden einen Überblick über die

Mehrwertsteuer verschaffen. Es werden die

wichtigsten Elemente der Mehrwertsteuer

behandelt, damit in der Praxis die korrekte

Anwendung gesichert ist.

> > 21. Mai 2019, Winterthur

> > 11. Juni 2019, Horw

> > 18. September 2019, Bern

MwSt.-Fortsetzungs- und

Vertiefungskurs

TIPP!

Der Fortsetzungs- und Vertiefungskurs

MwSt. soll bei

den Teilnehmenden die korrekte Anwendung

der MwSt. fördern. Anhand von kurzen

praxisbezogenen Fallbeispielen und im

Dialog mit dem Referenten kann das Wissen

vertieft werden. Voraussetzung: Grundkurs.

> > 28. Mai 2019, Winterthur

> > 18. Juni 2019, Horw

> > 25.09.2019, Bern

Meine Wirkung

als Führungsverantwortliche/r

Von den Grundregeln der Kommunikation

über Ihre Rolle als Führungsperson. Wie

gehen Sie mit aktuellen Herausforderungen

um? Aktuelle Führungssituationen werden

im Seminar besprochen und Sie erhalten so

die Gelegenheit, gemeinsam Lösungen zu

erarbeiten.

> > 21. Mai 2019, Horw

JUNI

Formation vidéo dans la vente automobile,

mise en œuvre pratique et simple

Cet atelier est spécialement conçu pour la

branche automobile.

L’accent est mis sur les points suivants : les

idées, la production et l’utilisation de vidéos

dans la vente automobile.

> > 24 juin 2019, Yverdon

AUGUST

Basisseminar für

Automobil-Verkaufsberater

> > Start: 12. August 2019, Bern

Automobil-Verkaufsberater/in

mit eidg. Fachausweis

> > Start Lehrgang: 22. August 2019 in Bern,

Dauer: drei Semester, berufsbegleitend

SEPTEMBER

Dialog das neue Mitarbeitergespräch

Für (zukünftige) Führungsverantwortliche,

die ihre Mitarbeitergespräche effizienter und

erfolgreicher gestalten wollen und bereit

sind, sich intensiv mit der wirksamen Mitarbeiterentwicklung

auseinander zu setzen.

> > 11. September 2019, Bern

NOVEMBER

Finanzielle Führung in

Garagenbetrieben

Kennen Sie die Finanzzahlen in Ihrem

Unternehmen und wissen Sie, wie Sie

diese beurteilen müssen? Dieser Kurs

richtet sich an Inhaber, Geschäftsführer

und Finanzverantwortliche von Garagenbetrieben,

welche ihre Kompetenz

in Finanz- und Controlling-Fragen

auffrischen oder vertiefen wollen. Sie

lernen wichtige Finanzentscheide im

Betrieb zu beurteilen, vorzubereiten und

durchzuführen.

> > 5. November 2019, Bern

> > 6. November 2019, St. Gallen

Direction financière

de garages ce qu’il faut savoir

Connaissez-vous les indices financiers

de votre entreprise et savez-vous comment

vous devez les évaluer ? Ce cours

s’adresse aux propriétaires, directeurs

et responsables financiers de garages

souhaitant rafraîchir ou approfondir

leur compétence sur les questions de

controlling et financières. Ils apprennent

à évaluer, préparer et réaliser les décisions

financières importantes dans

l’entreprise.

> > 19 novembre 2019, Paudex

Diese und weitere interessante Themen

finden Sie online in der Business Academy.

Retrouvez ces thèmes, et bien d’autres,

dans la Business Academy en ligne.

Die Kurse sind in der Kurssprache ausgeschrieben.

Les cours sont proposés dans la langue

correspondante. D’autres cours seront proposés

ultérieurement. Mise à jour sur agvs-upsa.ch.

agvs-upsa.ch, Rubrik :

Berufsbildung/AGVS Business Academy

AUTOINSIDE | Mai 201939


FORMATION

Formation initiale et continue dans la branche

automobile : événements régionaux à venir

LEHRGANG FAHRZEUGRESTAURATOR

Fachrichtung Automobiltechnik

Informationsabende :

Donnerstag, 13. Juni 2019, 18.30 Uhr

Mittwoch, 4. September 2019, 18.30 Uhr

Ort : AGVS Ausbildungscenter Sektion

Solothurn, Gerolag Center Olten, Industriestrasse

78, Olten

Start Lehrgang : Februar 2020

> > fahrzeugrestaurator.ch

AARGAU

Automobildiagnostiker

Informationsabend :

Donnerstag, 9. Mai 2019, 18 Uhr

Dienstag, 18. Juni 2019, 18 Uhr

Start Lehrgang : Mittwoch, 4. September 2019

Ort : Weiterbildungszentrum, Lenzburg

> > wbzlenzburg.ch

Betriebswirt im Automobilgewerbe

Ort : Handelsschule KV Aarau

> > hkvaarau.ch

BERN

Automobil-Verkaufsberater/in

Informationsabend :

Donnerstag, 6. Juni 2019, 18 Uhr

Start Lehrgang : August 2019

Ort : Mobilcity, Bern

> > agvs-upsa.ch

Automobildiagnostiker/in BP

Start Lehrgang : Mittwoch, 14. August

2019

Ort : GIBB

> > gibb.ch

Betriebswirt/in im Automobilgewerbe HFP

Start Lehrgang : Freitag, 16. August 2019

Ort : GIBB

> > gibb.ch

Werkstattkoordinator/in im

Automobilgewerbe

Start Lehrgang : Freitag, 16. August 2019

Ort : GIBB

> > gibb.ch

CHUR / ZIEGELBRÜCKE

Automobildiagnostiker/in

Informationsabende :

Donnerstag, 23. Mai 2019, 19 Uhr,

Bahnhofpark 2a, Sargans

Dienstag, 28. Mai 2019, 19 Uhr,

Gürtelstrasse 48, Chur

Donnerstag, 6. Juni 2019, 19 Uhr,

Berufsschulareal 1, Ziegelbrücke

Start Lehrgang : August 2020

ibW Höhere Fachschule Südostschweiz, Chur

> > ibw.ch

ST. GALLEN

Automobildiagnostiker/in

Neu mit Einführungstagen

Infoabend : Mittwoch, 15. Mai 2019, 19 Uhr

Start Lehrgang : August 2019

Ort : AGVS Ausbildungszentrum, St. Gallen

> > agvs-abz.ch

THURGAU

Automobildiagnostiker/in

Start Lehrgang : 13. August 2019

Ort : Gewerbliches Bildungszentrum,

Weinfelden

> > gbw.ch

WINTERTHUR

Informationsanlass Weiterbildungen

im Automobilgewerbe

Mittwoch, 12. Juni 2019, 19 Uhr

Ort : Schweizerische Technische Fachschule

Winterthur (STFW)

> > stfw.ch/info

Kundendienstberater im Automobilgewerbe

Start Lehrgang : Januar 2020

Ort : STFW

> > stfw.ch/akb

Automobil-Verkaufsberater

Start Lehrgang : 20. August 2019

Ort : STFW

> > stfw.ch/aavb

Betriebswirt im Automobilgewerbe

Start Lehrgang : 21. August 2019

Ort : STFW

> > stfw.ch/abwa

Automobildiagnostiker

Automobil-Werkstattkoordinator

Start Lehrgang : 2./3. September 2019

Ort : STFW

> > stfw.ch/ad und stfw.ch/adwo

La formation continue est la route qui nous permet de

rouler vers notre avenir

L’offre de formations continues de l’UPSA est certifiée et de haute qualité. Profitez-en !

www.agvs-upsa.ch, Rubrique : Formation/UPSA Business Academy

40

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

ZÜRICH

Infoabende Automobiltechnik

Montag, 6. Mai 2019

Donnerstag, 23. Mai 2019

Ort : TBZ Zürich

> > tbz.ch

Betriebswirt im Automobilgewerbe

Start Lehrgang : 23. August 2019,

berufsbegleitend, jeweils freitags

Ort : TBZ

> > tbz.ch

Automobil-Werkstattkoordinator/in BP

und mit Zertifikat AGVS

Start : 16. September 2019, berufsbegleitend

(montags ganztägig oder dienstag- und

donnerstagabends)

Ort : TBZ, Zürich

> > tbz.ch

SUISSE ROMANDE

Diplôme fédéral de gestionnaire

d’entreprise de la branche automobile

Prochaine session : septembre 2019

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > romandieformation.ch

Coordinateur d’atelier automobile

Séance d’information : 14 mai 2019, 18 h

Prochaine session : septembre 2019

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > romandieformation.ch

Diagnosticien d’automobiles

Prochaine session : novembre 2019

Centre de formation UPSA, Genève

> > formation-upsa-ge.ch

Diagnosticien d’automobiles

Prochaine session : janvier 2020

Centre de formation UPSA-VAUD, Yverdonles-Bains

> > formation.upsa-vd.ch

VALAIS

Diagnosticien d’automobiles

Prochaine session : automne 2019

Ecole Professionnelle Technique et des

Métiers (EPTM), Sion

> > formationcontinuevalais.ch

Coordinateur d’atelier automobile

Prochain session : Automne 2019

Lieu : EPTM, Sion

> > formationcontinuevalais.ch

Les sections nous informent

Pour une publication dans AUTOINSIDE,

envoyez-nous vos informations sur les

événements et formations à venir

dans la branche automobile à l’adresse

myfuture@agvs-upsa.ch. Vous trouverez les

informations relatives à toutes les formations

continues sur agvs-upsa.ch/fr/

formation/formation-professionnelle-superieure

AQUARAMA Swiss AG,

votre spécialiste pour les lavages

des automobiles rentables

www.aquaramaswiss.ch


FORMATION

Une responsable des cours

Esther Amrein : la première

femme responsable des cours

Son dos l’empêchant d’effectuer les travaux en atelier qu’elle aime tant, Esther Amrein s’est tournée vers son autre passion

: la formation des apprentis. Elle est la première femme responsable des cours au CF de Horw. Daniel Schwab

Esther Amrein de Schwarzenberg vient d’une

famille de garagistes. Il y a peu encore, son

père dirigeait le garage Fuchs au Reusszopf,

à Lucerne. Tel père, telle fille ? Nullement !

« Mes parents n’ont pas sauté de joie quand

j’ai commencé à m’intéresser à la mécanique

à l’école », raconte Esther. Une fille dans un

univers masculin aurait la vie dure, selon eux.

Mais la jeune femme de 43 ans a su s’imposer.

Après un apprentissage de mécanicienne

d’automobiles, elle a entamé un apprentissage

complémentaire d’électricienne de véhicules.

Ont suivi quelques cours de perfectionnement,

notamment de diagnosticienne d’automobiles.

Au fil des ans, son rôle au sein de l’entreprise

a évolué. Esther Amrein a officié en tant

que cheffe d’atelier et responsable de la réception

des véhicules. Le lecteur averti notera

que ces professions sont d’ordinaire réservées

aux hommes. Pour Esther Amrein, cela n’est

pas un problème. « C’est une tradition, et je

ne me sens pas du tout discriminée en tant

que femme. »

Ce qui la dérange plutôt, c’est quand les

clients ne la prennent pas au sérieux. Une fois,

un homme est entré dans le garage et lui a

demandé à parler au chef d’atelier. Elle lui a

répondu qu’il se tenait devant lui. Le client a

alors demandé à parler à son supérieur. Il a finalement

dû se contenter d’Esther et est resté

bouche bée face aux connaissances techniques

de la collaboratrice a priori incompétente.

MIDLAND.CH

Esther Amrein à côté du futur mécanicien en maintenance d’automobiles Antonio Pileggi (19 ans) dans l’entreprise

formatrice Auto Fuchs und Schmid AG à Reussbühl. (Photo apimedia)

Une réorientation inévitable

Tout se passait donc pour le mieux ? Pas du

tout. En raison de maux de dos chroniques, elle

a dû mettre ses outils au placard il y a quelques

années. Au début, elle a songé à se retirer totalement

de la branche automobile. Elle a alors

commencé à exercer une nouvelle activité au

sein de l’entreprise. Lorsqu’elle a vu, dans une

annonce, que l’on cherchait un nouveau responsable

des cours pour le CF de Horw, elle a

immédiatement postulé. Au fil des ans, elle a

formé de nombreux apprentis dans l’entreprise.

Esther Amrein estime qu’une bonne atmosphère

est essentielle à la formation, sans pour

autant perdre de vue le succès de l’apprentissage.

Pour y parvenir, elle est prête à sacrifier

ses soirées et ses week-ends pour effectuer des

travaux théoriques et pratiques avec les apprentis.

Pas étonnant que quasiment tous les

diplômés encensent leur formatrice. Certains

d’entre eux sont même venus la remercier dans

l’entreprise après l’apprentissage. L’un d’entre

eux lui a déclaré un jour : « Sans toi, je n’y serais

jamais arrivé ».

« Une lueur dans les yeux »

Et c’est parti ! La première responsable des

cours prend ses fonctions au sein de l’UPSA

Suisse centrale le 1 er mai 2019. Esther Amrein

se réjouit de travailler avec les jeunes. « C’est

formidable de pouvoir les accompagner à une

étape importante de leur vie », déclare-t-elle.

« Ça l’est aussi de voir la lueur dans les yeux de

quelqu’un qui vient de résoudre un problème. »

La différence avec l’accompagnement

des apprentis en entreprise : les jeunes ne

viennent au centre de formation qu’une fois

par semaine. Des liens étroits ne peuvent donc

pas se créer. En revanche, on rencontre des

personnalités et des points de vue différents.

Et les apprentis ont souvent des connaissances

techniques approfondies sur les différentes

marques grâce à leur entreprise formatrice.

Esther Amrein espère qu’elle pourra accueillir

davantage de filles. « Les métiers de

l’automobile sont parfaitement adaptés aux

femmes », déclare-t-elle. Un seul bémol : « les

ongles longs stylisés ne sont pas très pratiques

au garage ! » <

42

Mai 2019 | AUTOINSIDE


FORMATION

Voyage d’étude à Montréal

Il reste des places de cours !

« Last call for Montreal ! » Il reste encore des places pour le voyage d’étude Autef de neuf jours. Au maximum 20 personnes

peuvent participer à ce voyage captivant au Canada. Sandro Compagno

À la mi-avril, la moitié des places avait été réservée. « Ce sont surtout

les propriétaires de petits garages qui se sont inscrits », affirme

Markus Roth d’Autef, la société organisatrice. Parmi eux, il y a aussi

bien des concessionnaires d’une marque que des garagistes indépendants.

Markus Roth : « Certains participants viennent avec nous

au Canada et renoncent à leurs vacances d’été. Ils en retireront sans

doute plus de bénéfice que s’ils partaient deux semaines à la plage. »

Du 14 au 22 septembre, les participants suivront une formation

continue unique pour la branche automobile suisse à la célèbre École

nationale des métiers de l’équipement motorisé de Montréal (ÉMÉ-

MM). L’objectif du voyage d’étude est de profiter du savoir-faire des

entreprises nord-américaines et d’appliquer les enseignements glanés

dans sa propre entreprise. Les partenaires d’Autef, Markus Roth

et Bernward Limacher, mettent l’accent sur la deuxième monte et le

service. Lors de leurs précédents voyages outre-mer, ils ont constaté

qu’en Europe, les fabricants dominent beaucoup plus ces domaines

qu’en Amérique du Nord.

100 ans de tradition et 1000 apprentis

L’École des métiers de l’équipement motorisé de Montréal à elle

seule vaut le voyage : fondée il y a plus d’un siècle, elle compte aujourd’hui

près de 1000 apprentis dans les domaines de la mécanique

de voitures et de motos, de voitures de tourisme et d’utilitaires, de

l’entretien et du service, de la vente et du conseil, de la carrosserie, des

propulsions alternatives, etc. L’enseignement y est à la fois théorique

et pratique. Les apprentis y acquièrent les connaissances technologiques

les plus récentes dans ses 35 ateliers et ses nombreuses salles

de classe. Le travail pratique se fait sur plus de 200 véhicules. Grâce à

des partenariats avec General Motors (GM), Kia et Harley-Davidson,

la toute dernière technologie est disponible. L’ÉMÉMM est la plus

grande école en son genre dans la province du Québec.

En ligne de mire du voyage d’étude d’Autef, il y a les technologies

à haute tension pour les véhicules électriques et hybrides, les travaux

de diagnostic « Passthru » et le marketing.

Les cours ne seront pas purement théoriques. Dans le cadre de la technologie

« Passthru » précisément, les participants effectueront eux-mêmes

des diagnostics, programmeront des dispositifs de commutation et déverrouilleront

des sous-ensembles. Markus Rothe affirme : « Durant des

années, les fabricants ont suggéré qu’un diagnostic et une réparation réussis

ne seraient possibles qu’avec les appareils et les outils spécifiques à la

marque. Ce voyage d’étude doit permettre de découvrir les opportunités et

les possibilités offertes par ‹Passthru› et de réduire les craintes latentes. »

Le voyage du 14 au 22 septembre coûtera CHF 4490. (chambre

double avec petit déjeuner) et CHF 2490. pour toute personne accompagnant

le participant principal. Le nombre de participants est

limité à 20 et il est possible de prolonger le séjour individuellement

pour profiter de l’été indien canadien. Hostettler Autotechnik et ESA

sponsorisent cet événement, et les médias de l’UPSA aussi, en partenaires

officiels. Date limite d’inscription : le 15 mai. <

Jimmy Caisse, directeur de l’École des métiers de l’équipement motorisé de Montréal,

est l’hôte du voyage d’étude au Canada.

Lube1 TM - Roten Trading AG est

une entreprise Suisse spécialisée

dans les lubrifiants ainsi que les

systèmes pour le service des boîtes

de vitesses automatiques et des

systèmes de direction.

Nous développons constamment

de nouveaux produits, si possible,

des concepts complets, afin que

les mécaniciens et les garages

puissent effectuer simplement des

services sur des systèmes

complexes. La sécurité du

processus est notre principale

priorité.

Nos concepts sont spécialement

étudiés pour offrir :

Tout en un.

www.lube1.swiss

Plus d’informations sur :

autef.ch

AUTOINSIDE | Mai 201943


TECHNIQUE & ENVIRONNEMENT

Électromobilité

Le concessionnaire fait un

piètre bouc émissaire

Les journaux Tamedia ont publié une étude de l’université de Saint-Gall qui prétend que les garagistes freinent la vente de

voitures électriques et qu’ils empêchent l’électromobilité de décoller. Un examen de l’étude soulève toutefois des questions.

Reinhard Kronenberg

Les faits

En décembre 2018, l’Institut d’économie et d’écologie de l’université

de Saint-Gall a mandaté un organisme de sondage pour mener

une enquête auprès d’un échantillon représentatif de 553 acheteurs

de voitures pour leur demander si leur concessionnaire leur a activement

proposé une voiture électrique lors de leur dernière visite.

Résultat : 5,3 % des personnes interrogées ont indiqué que tel avait

été le cas. 4,3 % ont affirmé ne plus s’en souvenir et 90,3 % ont déclaré

que le garagiste ne leur a pas proposé de voiture électrique.

Les médias

Dans l’ambiance actuellement en surchauffe qui règne autour du climat

et de la recherche d’informations croustillantes, les journaux Tamedia

réunis autour du Tages-Anzeiger se sont emparés de l’étude. Elle

révèlerait des « choses effrayantes », d’après eux. Bien que la branche

automobile souhaite augmenter fortement les ventes de voitures électriques

afin d’atteindre les objectifs climatiques rendus plus ambitieux,

les concessionnaires préfèreraient largement vendre des voitures à essence,

selon l’édition de printemps du Tages-Anzeiger.

Les garagistes jouent un « rôle important » dans la mise en œuvre

des objectifs de la branche qui souhaiterait qu’une voiture neuve sur

dix vendue d’ici 2020 soit rechargeable. L’étude indique qu’il incomberait

aux garagistes de faire apprécier les voitures électriques à la

clientèle. « Mais ils ne s’acquittent pas de cette mission comme le

montre une nouvelle analyse de l’université de Saint-Gall. »

Les raisons sont faciles à identifier : la marge serait généralement

moins élevée sur la vente de voitures électriques. La baisse du prix

réduirait la marge, affirme un garagiste au Tages-Anzeiger sous couvert

d’anonymat. Sur une Peugeot iOn, celle-ci se serait plus que

d’environ 1000 francs, soit largement moins que sur un modèle ordinaire,

d’après le garagiste.

D’après le journal, les recettes moins généreuses réalisées « sur

les pièces d’usure classiques telles que le pot d’échappement ou l’embrayage

» expliqueraient également la retenue dont font preuve les

garagistes. La vente d’une voiture électrique nécessite en outre plus

de conseils, donc plus de temps, comme pour tout nouveau produit.

« Les concessionnaires pourraient vendre plus d’une voiture conventionnelle

sur la même période. »

44

Mai 2019 | AUTOINSIDE


TECHNIQUE & ENVIRONNEMENT

Le directeur de Swiss eMobility, Jörg Beckmann, le contredit dans

une interview accordée à Radio 1. Par le passé, il n’a pas été facile pour

les concessionnaires de vendre des voitures électriques. « Nous pouvons

nous attendre à des améliorations ces prochaines années », promet-il.

Une enquête UPSA parle vrai

Une enquête en ligne parue dans les médias de l’UPSA le montre clairement

: les garagistes UPSA ne font pas obstacle à la vente de voitures

électriques. Les sondeurs ont demandé aux participants s’ils abordaient

activement les possibilités offertes par les voitures électriques ou à propulsion

alternative avec leurs clients.

21 %

Non, ma marque ne commercialise

pas de voiture

électrique

18 %

Je n’en parle que si le

client pose la question

(État au 12 avril 2019)

4 %

Non, cela ne représente

aucun intérêt à mes yeux.

25 %

Oui, je parle de véhicules

purement électriques.

32 %

Oui, j’aborde généralement

la question des propulsions

alternatives

La réalité

Voici quelques critères que les personnes interrogées devaient satisfaire

dans le cadre de l’étude : elles devaient avoir entre 20 et 70 ans et

leur foyer devait comporter au moins une voiture. La question de l’étude

était la suivante : « Le concessionnaire vous a-t-il proposé une voiture

électrique lors de votre dernière visite ? » Tous les acheteurs de voitures

ont été interrogés, même ceux qui ne s’intéressaient pas aux voitures

électriques. L’étude montre qu’une voiture électrique a été proposée à une

personne sur sept parmi celles qui pensaient à acheter un tel véhicule.

La période du dernier achat ou de la dernière visite n’avait aucune

importance. C’est ce que confirme aux médias de l’UPSA Jana Plananska,

coauteure de l’étude. C’est un point faible de l’étude : l’achat

de voiture pouvait remonter à dix ans ou plus, à une époque à laquelle

personne ne parlait encore d’électromobilité. Les responsables

de l’étude prétendent que les sondés n’ont probablement pas répondu

à la question en se référant à un achat très ancien, car ils ont

été spécifiquement interrogés à propos de leur dernière acquisition

automobile. L’achat d’une voiture représente désormais le deuxième

investissement derrière l’achat d’un bien immobilier. Le souvenir de

la prise de décision ne devrait donc pas encore s’être estompé, même

quelques années plus tard.

À cela s’ajoute un autre problème : la gamme de modèles électrifiés

de la majeure partie des concessionnaires est actuellement très limitée,

voire inexistante. Tous les constructeurs ne proposent pas de voitures

électriques, loin de là. Mais cela devrait changer : de nombreux

constructeurs ont annoncé de tels modèles. L’étude n’a en outre tenu

compte d’aucune autre forme de propulsion alternative telle que le GNC

ou l’hydrogène associé à une pile à combustible.

Et le Tages-Anzeiger de citer Rolf Wüstenhagen : « La branche automobile

suisse doit encore faire ses devoirs ». Les chiffres du mois de

mars qui viennent d’être publiés par auto-suisse montrent que le garagiste

fait un piètre bouc émissaire et qu’il fait déjà tout son possible

pour se positionner en partenaire de mobilité pétri de développement

durable. Les concessionnaires ont en effet vendu 3023 voitures électriques

au premier trimestre 2019, soit plus de deux fois plus qu’au cours

de la même période en 2018. <

D’après le professeur Rolf Wüstenhagen, de l’université de Saint-

Gall, des « facteurs culturels » sont également à l’œuvre. « L’idée reçue

selon laquelle il faut vendre des voitures électriques pour satisfaire

aux désidératas des politiciens est encore largement répandue

au sein de la branche », affirme-t-il au journal. Les concessionnaires

bien établis vanteraient donc les mérites des modèles électriques

avec quelque peu moins d’ardeur dans certains cas.

La politique

De telles informations apportent de l’eau au moulin de ceux qui ont

actuellement le vent en poupe en politique. « La branche ne fait pas

suffisamment avancer la mutation nécessaire menant à l’électrification

du trafic routier », déclare Jürg Grossen, président des Vert’libéraux et

président de l’association suisse de l’électromobilité Swiss eMobility

au Tages-Anzeiger. Le chef du PVL estime désormais qu’une mise en

œuvre stricte de l’objectif climatique renforcé est d’autant plus urgente.

Votre spécialiste

Pour boîtes de vitesses, directions et essieux.

www.zf.com/services/ch

ZF Services Schweiz AG

8604 Volketswil

AUTOINSIDE | Mai 201945

RZ ZFA_Ad_91x63mm_Suisse_CMYK_1711_FR_DE 16-11-2017.indd 4 16.11.17 11:32


TECHNIQUE & ENVIRONNEMENT

Kantonspolizei Solothurn

Éliminer ses pneus facilement

Éliminer ses pneus usagés correctement

profite à toute la branche

Les pneus de voiture usés n’ont ni leur place à la cave ni dans l’arrière-cour, et encore moins en forêt : ils doivent être éliminés.

Ce sont des déchets soumis à contrôle et ils ne peuvent être remis qu’à des entreprises de récupération officielles.

abi. Des vieux pneus récupérés s’empilent jusque sous le plafond, la

place dans l’entrepôt se fait rare et voilà que le prochain client ramène

déjà ses pneus usagés. Mais que faire de ces déchets dont l’élimination

coûte entre trois et cinq francs par pneu ? La tentation peut être forte

d’économiser cet argent et de jeter les pneus dans un ravin au fond d’une

forêt. Cette situation n’est pas rare : fin 2018, par exemple, des inconnus

ont éliminé une soixantaine de pneus dans une forêt de Schafisheim du

canton d’Argovie, en les empilant proprement au bord du chemin.

Les personnes qui éliminent les déchets illégalement sont punissables.

Elles portent préjudice à l’environnement et rendent un mauvais

service aux autres garages. D’un seul coup, les efforts des entreprises qui

se soucient de l’élimination correcte des pneus usagés et de la bonne

réputation de la branche sont réduits à néant aux yeux du public.

Danger pour l’environnement

Les pneus sont constitués de caoutchouc synthétique ou naturel ainsi

que de suie, de silice, d’acier et de tissu. C’est surtout à cause des additifs

comme le zinc, le plomb et le soufre que le stockage ou l’élimination

inappropriés des pneus usagés entraîne un gros risque pour la nature,

notamment pour les eaux de surface, les eaux souterraines et les sols.

C’est pour cette raison que les vieux pneus appartiennent à la catégorie

des « autres déchets soumis à contrôle », selon l’ordonnance sur les mouvements

de déchets (OMoD). Ils ne peuvent être exportés en tant qu’articles

d’occasion que s’ils possèdent la profondeur minimale de profil de

1,6 mm prescrite par la Suisse. Si ce n’est pas le cas, ils sont considérés

comme des déchets qui ne peuvent être exportés qu’avec l’autorisation

de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV).

Devoir des garagistes

Les garagistes et les revendeurs de pneus ne doivent remettre leurs

pneus usagés qu’à des entreprises disposant de l’autorisation de prise en

charge correspondante. Cette autorisation est obligatoire pour les entreprises

d’élimination. De plus, le garagiste est responsable de ne remettre

les pneus à éliminer qu’aux entreprises disposant d’une telle autorisation

de prise en charge.

Le numéro OMoD de l’entreprise permet de le vérifier très facilement.

Tous les numéros OMoD ainsi que les sortes de déchets autorisés pour

chaque entreprise sont répertoriés en ligne sous www.veva-online.ch. <

Plus d’informations sur :

agvs-upsa.ch, swisspneu.ch, veva-online.ch

L’UPSA recommande les entreprises d’élimination suivantes :

Enreprise Adresse Lieu Téléphone Site Web E-mail

AABA AG Wohlerstrasse 43c 5620 Bremgarten 079 207 86 61 www.aaba.ch info@aaba.ch

Agir AG Alte Obfelderstrasse 55 8910 Affoltern am Albis 044 762 44 88 www.agir.biz info@agir.biz

ESA Maritzstrasse 47 3401 Burgdorf 034 439 02 04 www.esa.ch info@esa.ch

G. Marelli AG Pneuhandel Postfach 539 4127 Birsfelden 061 344 61 07 www.marelli.ch info@marelli.ch

Häfeli-Brügger AG Zelgli 10a 5313 Klingnau 056 267 55 55 www.haefeli-bruegger.ch info@haefeli-bruegger.ch

Jura-Cement-Fabriken AG Talstrasse 13 5103 Wildegg 062 887 76 66 www.juracement.ch info@juracement.ch

PM Ecorecycling SA Via Adorna 21b 6850 Mendrisio 091 630 27 40 www.pmecorecycling.ch pmpneumatici@bluewin.ch

Pneu Center Schnellmann AG Kolben 6032 Emmen 041 282 26 27 www.pneu-schnellmann.ch info@pneuschnellmann.ch

041 282 26 37

Rizzi Giorgio Sagl Ai Boschi 33 6593 Cadenazzo 027 458 38 52 www.rizzigiorgio.ch info@fidesuisse.ch

Roma-Line GmbH Riedthofstrasse 124 8105 Regensdorf 043 305 80 70 www.roma-line.ch romaline@bluewin.ch

Rubbertec AG Pelzacker 353 5053 Staffelbach 062 739 20 15 www.rubbertec.ch welcome@rubbertec.ch

Zimmermann Umweltlogistik AG Faden 3 6374 Buochs 041 624 91 94 www.zimgroup.ch info@zimgroup.ch

AUTOINSIDE | Mai 201946


PRODUITS & PRESTATIONS

Fête d’anniversaire à Baden-Baden

On fête Vredestein et le

nouveau Quatrac Pro

Un anniversaire est quelque chose qui se célèbre. Le fabricant de pneus néerlandais Vredestein porte un regard rétrospectif

sur la fière histoire d’une entreprise vieille de 110 ans. À cette occasion, il organise deux événements : le lancement

de ses nouveaux pneus toutes saisons UHP Vredestein Quatrac Pro et une fête somptueuse à Baden-Baden. Erich Schlup

Vredestein organise une fête mémorable à Baden-Baden avec 350 invités pour célébrer son anniversaire.

Le spectaculaire Rooftop Bar de l’Hôtel Rommers à Baden-Baden

était un endroit digne de l’anniversaire de Vredestein. Les quelque 350

convives ont été choyés avec de la musique, du vin et un « Flying Dinner

». Cette fête mémorable s’est prolongée jusqu’au petit matin.

Mais avant cela, l’action était au programme : le tout nouveau Quatrac

Pro a été présenté et testé sur le circuit de Baden Airpark. Depuis

26 ans, Vredestein produit des pneus toutes saisons et occupe la place

de leader dans ce segment en Europe. « Une niche en Suisse », déclare

Markus Brunner, Country Manager Switzerland chez Apollo Vredestein

à Baden-Baden. Avec ses montagnes et ses saisons marquées, la

Suisse est et reste un marché notable pour les pneus d’été et d’hiver.

« Nous envisageons clairement le Vredestein Quatrac Pro comme un

complément à notre assortiment premium de pneus d’hiver et d’été »,

ajoute Markus Brunner. Le pneu toutes saisons offre au garagiste

la possibilité de proposer à ses clients des pneus UHP également

dans ce segment.

Selon Vredestein, le Quatrac Pro est le premier pneu toutes

saisons développé pour le segment UHP et des voitures comme

l’Alfa Romeo Stelvio, la Volvo XC 90 et la BMW Série 5. Avec 50

dimensions variant entre 17 et 21 pouces, le nouveau pneu couvre

l’ensemble du segment des limousines sportives, des SUV performants

et des véritables voitures de sport. Pas moins de 133 dimensions

sont livrables au total et le Quatrac Pro reprend les plus

grandes versions de l’actuel Quatrac 5, qui reste néanmoins la variante

d’entrée de gamme du programme. Par rapport à celui-ci, les

ingénieurs de Vredestein ont, selon leurs propres données, amélioré

de 10 % l’adhérence sur route mouillée et de 5 % la tenue de

route sur la neige.

Comme d’autres pneus du fabricant néerlandais, le nouveau Quatrac

Pro porte également la griffe d’Italdesign Giugiaro. La principale

caractéristique ne vient toutefois pas du studio de design italien : le

symbole du flocon de neige atteste le respect des prescriptions européennes

en matière de pneus d’hiver (ECE R117). <

Plus d’informations sur :

vredestein.ch

AUTOINSIDE | Mai 201947


POLITIQUE & DROIT

Loi sur le CO 2

« Tous les types de propulsion doivent

contribuer à l’efficacité énergétique »

La Confédération n’est pas satisfaite de l’évolution des émissions de CO 2

: selon elle, les véhicules 4 x 4 sont trop nombreux. Christoph

Schreyer, responsable de la mobilité à l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), compte sur une croissance significative de la mobilité

électrique, mais souligne aussi que tous les types de propulsion doivent contribuer à l’efficacité énergétique. Reinhard Kronenberg

Quel regard portez-vous sur la situation globale actuelle par

rapport aux valeurs cibles de CO 2

?

Christoph Schreyer : Elle évolue dans le mauvais sens. Les automobilistes

continuent d’acheter majoritairement des véhicules polluants.

La part des 4 x 4 ne cesse d’augmenter, et la branche automobile n’y est

pas pour rien, avec les promotions qu’elle propose. Les constructeurs et

les importateurs doivent prendre leurs responsabilités. Tout comme les

clients, qui devraient acheter des véhicules plus économes en énergie.

Le travail à faire pour les en convaincre est important, et là aussi, les

importateurs et les commerçants doivent jouer le jeu.

Les nombreuses ventes de tout-terrains ne font cependant que

refléter l’importance de la demande. Or, celle-ci ne dépend pas

simplement de la publicité, bonne ou mauvaise, des importateurs.

Prenons un exemple concret : au Salon de l’auto, un constructeur allemand

a fait toute une campagne autour de la formule « 4 x 4 = 0 », en offrant presque

gratuitement les quatre roues motrices. En tant que client, j’opterais moi

aussi pour un 4 x 4 plutôt que pour un modèle plus économe en énergie ...

Notamment parce qu’un tout-terrain offre davantage de sécurité ?

Oui, mais seulement à la montée. À la descente, les quatre roues

freinent sur toutes les voitures. Cela dit, pour nos longs hivers glaciaux

et rigoureux, les tout-terrains présentent des avantages ...

Vous faites preuve d’ironie : il n’y a plus tellement d’hivers rigoureux ...

Précisément.

Respecter les valeurs cibles de CO 2

s’avère compliqué, et pas seulement

à cause de la plus forte densité des voitures tout-terrains et des

SUV ainsi que des véhicules mieux équipés en Suisse. Le procédé

de mesure est lui aussi justement en train de changer. La procédure

d’essai WLTP enregistre des niveaux d’émissions plus élevés de 20 %

en moyenne.

Tout d’abord, je tiens à souligner que la WLTP permet aux acheteurs

d’obtenir des renseignements plus précis sur la consommation

de carburant, et donc sur les coûts du véhicule au quotidien. La réglementation

dans le cadre de la loi sur le CO 2

fait actuellement l’objet

d’un débat au Parlement. Elle dépend fortement de celle de l’UE. Or, la

réglementation européenne tient compte de cet état de fait en adaptant

la valeur cible en fonction du rapport entre la WLTP et le NEDC. Les

normes seront applicables à partir de 2021, et nous les reprendrons

en fonction des décisions du Parlement. Jusque-là, les valeurs WLTP

en vigueur depuis septembre 2018 seront encore corrigées selon une

procédure de corrélation avec le NEDC.

Bien que la Confédération, comme les constructeurs et les importateurs,

incite les gens à acheter des véhicules hybrides ou

électriques, leur proportion n’atteignait que 7 % des nouvelles

immatriculations à la fin de 2018, et celle des véhicules purement

électriques seulement 1,8 %. Comment expliquez-vous cela ?

Pour l’instant, l’offre de véhicules est encore relativement restreinte.

À cela s’ajoute le fait que les temps d’attente sont parfois très longs pour

certains modèles. Nous pensons cependant que la situation se détendra

ces prochains mois. En mars, les premières Tesla Model 3 ayant été

livrées, la part de voitures purement électriques s’élevait à 6,4 % des

ventes. La Model 3 représentait d’ailleurs, et de loin, le véhicule le plus

fréquemment homologué en mars.

L’objectif de la « feuille de route Électromobilité » de la Confédération

est de porter la part de marché des véhicules électriques à 15 % d’ici

à 2022. Pensez-vous que cela soit réaliste ?

Oui.

Vous êtes obligé de répondre cela.

Cet objectif peut être atteint si les véhicules annoncés par les

constructeurs sont disponibles en nombre suffisant et livrables. Mais

il est ambitieux, je le concède.

Ambitieux signifie-t-il réaliste, ou seulement ambitieux ?

Vous faites dans les finesses sémantiques. La marque Volkswagen

envisage d’équiper 25 % de ses véhicules d’une propulsion électrique d’ici

à 2025, et de commercialiser 70 nouveaux modèles électriques d’ici à

2028. Si elle y parvient, alors notre objectif de 15 % en 2022 est réaliste.

48

Mai 2019 | AUTOINSIDE


POLITIQUE & DROIT

La balle est donc à nouveau dans le camp des constructeurs. Du

côté de la Confédération, que faites-vous pour que cet objectif

puisse être atteint ?

La condition préalable est que tous les acteurs tirent à la même corde.

Les acheteurs aussi, bien entendu. Mais ils ne le feront que si l’infrastructure

de recharge est suffisante. C’est là que la Confédération a son rôle

à jouer. L’exemple des stations de recharge sur les aires de repos autoroutières

le montre clairement. L’État ne les finance pas, certes, mais il

les autorise.

Concernant la mobilité électrique, on craint de ne pas pouvoir

répondre à la hausse de la consommation d’électricité si la

part de marché augmente de façon conséquente. Cette crainte

est-elle justifiée ?

Nous ne considérons pas cela comme un problème à

moyen terme. Jusqu’à ce que les véhicules électriques

représentent une part importante du parc

automobile global, il se passera encore plusieurs

dizaines d’années. D’ici là, nous aurons réalisé

les économies d’énergie possibles notamment

au niveau de l’éclairage ou des chauffages électriques

directs, nous aurons nettement développé

les énergies renouvelables et aurons

conçu une infrastructure de recharge intelligente

ne mettant pas en péril le réseau.

Avant que la Confédération ne prenne fait

et cause pour la mobilité électrique ...

(Il nous interrompt.) Objection !

L’OFEN est neutre en matière de

technologie. Il n’est pas question

d’électrifier tout et tout de suite,

en revanche tous les types de

propulsion doivent améliorer

leur rendement énergétique.

La liste de notre programme

« CO 2

au plancher » montre

que nous prenons en compte

tous les types de propulsion

contribuant à réduire les émis-

Christoph Schreyer, responsable mobilité

à l’Office fédéral de l’énergie.

Suite en page 50

La CP MOBIL est la caisse de pensions des associations professionnelles UPSA ASTAG 2roues Suisse USIC

Pleins feux sur la branche

de la mobilité.

Nous sommes des professionnels de la prévoyance et nous connaissons donc les besoins

de la branche mieux que n’importe quelle autre caisse de pensions. Demandez-nous

conseil ! Simplicité, sens de l’accueil et compétence, tels sont nos maîtres-mots. CP MOBIL,

Wölflistrasse 5, 3006 Berne, téléphone 031 326 20 19, www.pkmobil.ch

140110_PKM_Ins_df_Scheinwerfer_AGVS.indd 2 10.01.14 14:19

AUTOINSIDE | Mai 201949


POLITIQUE & DROIT

sions de CO 2

. Avec notre mix électrique renouvelable, l’électromobilité

offre clairement un potentiel immense, mais elle doit d’abord

surmonter des obstacles. Nous contribuons à les réduire un peu par

nos activités de coordination, mais non par des primes à l’achat ou des

investissements. Ce n’est pas la Confédération, du reste, qui décide des

technologies, mais les consommateurs.

Pourquoi n’existe-t-il pas, à côté de la « feuille de route Électromobilité

», une « feuille de route Mobilité GNC » ? Le gaz naturel comprimé

est un carburant économe en énergie et durable, qui peut être produit

en Suisse entièrement à partir de biogaz.

Nous avons soutenu la voiture au gaz pendant longtemps au moyen

de différents instruments. Le gaz naturel bénéficie d’une réduction de

l’impôt sur les huiles minérales. Le biogaz en est totalement exonéré, ce

qui constitue une incitation ; de plus, il est pris en compte dans les prescriptions

concernant les émissions de CO 2

pour les voitures de tourisme.

Toutes ces mesures constituent des conditions-cadres favorables par

lesquelles la Confédération encourage cette technologie de propulsion.

La moitié de ces mesures sont cependant menacées dans le

cadre de la nouvelle loi sur le CO 2

.

C’est une question politique à laquelle je ne peux pas répondre. La

décision est entre les mains du Parlement. Mais le message du Conseil

fédéral prévoit par exemple que l’imputation à la valeur cible dans les

prescriptions concernant les émissions de CO 2

se poursuive et s’étende

aux carburants synthétiques comme le power-to-gas.

On a longtemps cru au diesel pour réduire les émissions de CO 2

.

Aujourd’hui, les automobilistes roulant au diesel semblent devoir

en avoir honte. Pourquoi la Confédération ne relativise-t-elle pas les

choses à ce niveau-là ?

Les diesel de la dernière génération présentent des valeurs de pollution

nettement réduites. En ce qui concerne le rendement énergétique, la technologie

diesel est bonne, supérieure à celle des véhicules à essence. C’est un

fait bien connu, et c’est la raison pour laquelle nous n’avons pas besoin de

relativiser quoi que ce soit. <

Portrait

Christoph Schreyer est titulaire d’un diplôme

d’économie d’entreprise et d’un diplôme de

sciences de l’environnement de l’EPF Zurich. Il

dirige la section Mobilité de l’Office fédéral de

l’énergie (OFEN) depuis quatre ans. Il se déplace en

voiture ou en transports publics. Lorsqu’il a besoin d’un véhicule, il

le loue chez Mobility ou Sharoo. La voiture la plus impressionnante

qu’il ait conduite récemment était une Tesla S : « L’expérience a été

fascinante et m’a beaucoup amusé. Et recharger cette voiture, à

l’étranger, s’est aussi avéré un jeu d’enfant. »

COMMENTAIRE D’INVITÉ

La politique climatique ne doit pas grever les budgets

Les débats actuels autour du climat conduisent à des exigences politiques toujours plus excessives. Les coûts pour la société

et l’économie ne sont pas pris en considération. Nos concitoyens mériteraient de comprendre les conséquences que la mise en

œuvre des multiples revendications implique pour leur budget. Il est évident qu’outre l’aspect écologique, la durabilité économique

et sociale entre en ligne de compte. L’enjeu est de lutter contre le réchauffement climatique avec discernement. Une politique

symbolique coûteuse, sans bénéfice sur l’environnement, n’a pas de sens, et serait rejetée par la population.Thierry Burkart

Thierry Burkart, conseiller

national PL, conseiller

national Baden (AG) et

vice-président du TCS

Dans les débats sur les mesures envisageables

pour lutter contre le changement

climatique, des revendications toujours plus

extravagantes se font entendre, devant être

réalisées dans des délais de plus en plus

courts : interdiction immédiate des chauffages

à énergie fossile, dimanches sans voiture,

et bientôt interdiction pure et simple

du moteur à combustion. Mais lorsqu’on veut

savoir si tout cela est réalisable et comment

ce sera financé, on fait face à un silence perplexe. L’économie et

les consommateurs sont laissés dans l’oubli. Chacun admet que la

Suisse doit répondre aux engagements de la conférence de Paris

sur le climat. La Confédération helvétique s’est engagée à diminuer

ses émissions d’ici à 2030 de 50 % par rapport à 1990. Bien entendu,

cet engagement est lourd de conséquences. Il s’agit de réduire les

émissions de CO 2

et de compenser les émissions restantes. Ce qui

ne se fera pas d’un coup de baguette magique, ni gratuitement.

Gardons à l’esprit qu’outre l’aspect écologique, la durabilité économique

et sociale entre en jeu.

Le moment est venu d’enclencher un programme de mesures

visant à montrer comment les changements exigés peuvent être

concrètement mis en place, et quelles en seraient les conséquences

pour l’économie, c’est-à-dire pour la durabilité économique. Il faut

enfin évaluer les répercussions sur la population et son degré d’acceptation,

c’est-à-dire la durabilité sociale. La nouvelle cheffe du

DETEC et conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a pour mission

avec le Parlement de conjuguer durabilité écologique, économique

et sociale et de maintenir en équilibre ces trois axes. Des

actions précipitées et des revendications excessives inacceptables

mettraient à mal les efforts sérieux que la Suisse doit réaliser pour

atteindre les objectifs de l’accord de Paris.

Des conséquences financières énormes pour la mobilité

Les enjeux sont nombreux, notamment en ce qui concerne la mobilité.

Les menaces de limitation des véhicules diesel, voire d’interdiction

de tous les moteurs à combustion, entraînent l’effondrement de

la valeur des véhicules d’occasion. L’extension des transports publics,

y compris dans les régions retirées, signifie des coûts énormes pour

les utilisateurs comme pour les contribuables. Plus les exigences sur

le marché des véhicules neufs sont élevées, plus ceux-ci sont chers. Le

renouvellement du parc automobile se ralentit, avec des conséquences

négatives pour la diffusion des technologies plus propres. L’implantation

d’un réseau de stations de recharge pour véhicules électriques

50

Mai 2019 | AUTOINSIDE


POLITIQUE & DROIT

ou à hydrogène nécessite des investissements considérables. Toute la

question est de savoir qui va payer …

Baisse des recettes de la Confédération, sans effet sur le

climat

Les fortes demandes de compensation liées aux carburants dans

le cadre de la révision de la loi sur le CO 2

en cours ont également

des répercussions. Si elles entrent en vigueur, le législateur va tirer

les prix du carburant en Suisse vers le haut. Dans les régions frontalières,

on pourra faire le plein à l’étranger, tandis que les touristes

étrangers arriveront en Suisse avec le réservoir rempli à ras bord.

Pour les caisses de l’État, les conséquences sont considérables. Pour

chaque litre de carburant acheté à l’étranger, l’État suisse perd 85

centimes. Cela engendre un manque à gagner de quelque 300 millions

de francs, sans aucun bénéfice pour le climat.

Les classes moyennes et les PME sont les grandes perdantes

La poursuite des débats sur le climat et de la révision de la loi sur le

CO 2

sera influencée par les nombreuses revendications relayées haut

et fort. Certains expliqueront que tout sera rentable à long terme,

mais personne ne peut en donner les garanties. Une chose est sûre :

à court et moyen terme, les bouleversements structurels sont inévitables.

On connaît déjà les perdants : les classes moyennes, ainsi que

les petites et moyennes entreprises, et donc l’emploi. L’augmentation

des prix des carburants, essence et diesel, concernera le consommateur

final, car les prix de transport en hausse seront répercutés en

partie sur les produits. Par ailleurs, nombreux sont ceux qui sont

tributaires de leur voiture. Ceux-ci seront directement impactés. Les

responsables politiques feraient bien d’observer le « mouvement des

gilets jaunes » : pour répondre aux objectifs climatiques, le gouvernement

français prévoyait de réduire drastiquement la part des énergies

fossiles. Après une hausse des taxes de près de 8 centimes sur le diesel

et de 4 centimes sur l’essence début 2018, une nouvelle augmentation

de respectivement 7 et 3 centimes devait entrer en vigueur cette

année. Avec pour conséquence un recul de la mobilité individuelle, et

des dépenses en hausse pour les ménages. Cela s’est traduit par des

manifestations qui durent depuis des mois.

Pas de mesure symbolique, mais une lutte contre le réchauffement

climatique raisonnable

Désormais, il faut montrer concrètement à nos concitoyens ce

que la mise en œuvre des exigences climatiques signifie pour leur

quotidien. Ensuite seulement, ils pourront décider quelles options ils

privilégient. Il ne faut pas s’acheminer vers une politique environnementale

hâtive, qui conduirait toujours plus de gens à se demander

s’ils pourront boucler leurs fins de mois. Si les débats sur le climat

deviennent plus raisonnables et transparents en termes de coûts, la

vague verte va vite retomber. Une révision de la loi sur le CO 2

qui va

au-delà des objectifs ne passera pas aux yeux du peuple. Les mesures

soi-disant pour le climat mais sans bénéfice réel sur l’environnement

ne seront pas acceptées. En conclusion : lutter contre le réchauffement

climatique, oui, mais sans dégrader les finances de nos concitoyens

et de nos PME. <

Offrez-vous un avantage

concurrentiel !

.swiss est un sceau d’excellence numérique gage de fiabilité,

d’innovation et de qualité. Montrez à vos clients que ces

valeurs sont aussi les vôtres en utilisant des adresses Internet

et e-mail .swiss. Le nom de domaine .swiss est réservé aux

entreprises et aux organisations helvétiques. Leur attribution est

vérifiée par la Confédération.

www.dot.swiss


COMMERCE &SERVICE APRÈS-VENTE

88 e assemblée générale d’ESA

Un pot-pourri de causes

L’assemblée générale d’ESA est bien plus qu’une AG classique : c’est un rendez-vous de la branche dans le cadre pittoresque

de l’Oberland bernois. Christian Gansch, l’intervenant invité, promet cette année un intermède divertissant

entre la partie statutaire et le traditionnel dîner. Sascha Rhyner

Comment organiser chaque année de manière plaisante un événement

comme une assemblée générale réunissant plus de 1000 personnes

? Les responsables d’ESA y parviennent tous les ans. Depuis

plusieurs années, ESA accueille les participants à son AG dans le

Kursaal d’Interlaken (voir également page suivante). « Les retours positifs

des dernières assemblées générales confirment que l’événement

est très apprécié et que les participants se rendent volontiers à Interlaken

», explique Matthias Krummen, responsable Management

Services et communication d’ESA. « Le Kursaal est un partenaire fiable

pour ESA, qui connaît nos exigences pour l’AG, et sait parfaitement

y répondre ».

Rendez-vous de la branche, dîner gastronomique et exposé

d’introduction

Pour ESA, l’assemblée générale est l’événement le plus important

de l’année avec le Salon de l’auto. Avec plus de 1000 sociétaires,

clients et invités, c’est aujourd’hui un rendez-vous incontournable de

la branche. Outre les affaires statutaires, l’AG permet de discuter à

loisir dans un cadre idyllique, entre les lacs de Thoune et de Brienz.

La journée s’achève traditionnellement par un dîner et des échanges

conviviaux entre collègues, dans une ambiance détendue.

Le clou de la soirée est toujours le programme divertissement,

chaque fois différent. L’année dernière, le groupe Bliss, avec son répertoire

a capella, avait enchanté les invités. Cette année, un exposé

d’introduction est au programme ; le chef d’orchestre et écrivain Christian

Gansch présentera une comparaison entre un orchestre et une

entreprise. Son livre, dont le titre signifie « du solo à la symphonie,

comment diriger avec succès une entreprise », constitue le fil directeur

de son exposé. Tous ceux qui l’ont déjà entendu sont tombés sous le

charme de ce musicien de 59 ans. Le quotidien Aargauer Zeitung a

ainsi parlé d’un « franc succès en matière de divertissement ». Le chef

d’orchestre est décrit comme un « comédien spirituel », qui conduit

habilement le public derrière les coulisses d’un orchestre classique.

Associer les compétences techniques et sociales

Sa conférence s’appuie sur sa biographie exceptionnelle. Christian

Gansch a été chef d’orchestre international dans un ensemble renommé

et a travaillé pendant 14 ans dans l’industrie de la musique. Dans

ses fonctions de producteur, il s’occupait de tous les domaines : production,

marketing, distribution et controlling. Son expérience en

musique et dans le monde économique fournit un socle solide à son

exposé.

Christian Gansch a dirigé, entre autres, l’orchestre britannique

de la BBC, l’orchestre symphonique allemand de Berlin et l’orchestre

national russe. Il tire ses principes de gestion de la direction des orchestres.

La conjugaison des compétences techniques et sociales est le

52

Mai 2019 | AUTOINSIDE


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

facteur essentiel pour diriger efficacement une entreprise, maintenir

la performance des employés et entretenir des relations durables avec

la clientèle, estime le chef d’orchestre. « Un orchestre n’atteint son but

que lorsque l’harmonie est parfaite. C’est pourquoi la composition

d’une équipe est l’élément clé. La moindre erreur dans un rôle secondaire

peut mettre en danger l’ensemble », cite le Tagblatt de Saint-Gall

(voir également l’interview page 52). <

88 e assemblée générale d’ESA

Jeudi 16 mai 2019

À partir de 13 h 30

Accueil des sociétaires et des

invités dans le Kursaal d’Interlaken

(café et biscuits servis)

Partie statutaire

15 h 00

Début de l’assemblée générale

dans la salle des congrès d’Interlaken

Programme-cadre

Env. 16 h 30

Accueil de Christian Gansch,

l’intervenant invité

À partir de 17 h 30

Apéritif dînatoire au foyer de la

salle des congrès et dans le jardin

(selon la météo)

18 h 30

Début du dîner

21 h 30

Clôture de l’événement

Du monastère à la salle des congrès

srh. L’actuel Congress Centre Kursaal Interlaken AG a vu le jour au

milieu du XIX e siècle, alors que 33 particuliers avaient hérité du terrain

de l’ancien cloître des Augustins « inter lacus » (entre les lacs

en latin). La commune d’Interlaken s’appelait à l’époque, et jusqu’en

1891, Aarmühle. En 1859, une fabrique de petit-lait a été inaugurée à

côté d’une salle de congrès, de locaux dédiés à la lecture, au jeu, aux

rencontres, à la restauration, aux concerts et aux bals. Le casino a

dû fermer au bout d’un mois seulement, en raison d’une interdiction

cantonale visant les jeux de hasard. En 1898, la laiterie a également

fermé, n’ayant pas répondu favorablement au contrôle de l’office des

enquêtes médicales. C’était le tout début de la salle des congrès.

Bien qu’ils soient interdits, les jeux de hasard ont toujours été présents

dans l’histoire du Kursaal, comme le rappelle l’historien régional

Rudolf Gallati dans son livre sur « la société de la station thermale

d’Interlaken. » Notamment le jeu du « manège », qui était une source

de revenus non négligeables. Des figurines en métal étaient mises en

mouvement par une machine sur des rails concentriques. Reste qu’on

n’était pas toujours dans la parfaite légalité, si l’on en croit M. Moser,

président du CA, qui demandait en 1891 que son « précieux manège

favori » soit entouré d’une discrétion à toute épreuve. En 1998, les

règles en matière de jeux de hasard ont évolué en Suisse et le Casino

a obtenu en 2001 une licence B du Conseil fédéral. <

Une tradition très prisée : le dîner dans le Kursaal d’Interlaken.


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

88 e assemblée générale d’ESA

« Cette acrobatie verbale est terrible »

Christian Gansch est un orateur fascinant. Le musicien autrichien s’est confié dans un entretien au journal

Der Sonntag, dont voici un extrait.

Monsieur Gansch, des managers viennent chercher conseil

auprès de vous. De quoi ont-ils tant besoin ?

Christian Gansch : Généralement, il ne s’agit pas de compétences

techniques, mais d’aspects relationnels, de communication. Dans un

orchestre, il faut s’écouter les uns les autres, agir ensemble. Le plus

excentrique, la plus grande diva, même celui qui n’aime pas parler aux

autres, tout cela sera perceptible à la douce flûte. Chacun se tient en

retrait pour les autres.

Pourquoi cette prise de conscience est-elle souvent absente

dans l’entreprise ?

L’individualisme et l’esprit d’équipe ne sont pas antinomiques. Mais

dans de nombreuses sociétés, l’esprit d’équipe est artificiel, biaisé, parfois

même imposé. Le département marketing a souvent d’autres objectifs

que le service commercial, pourquoi les salariés devraient-ils agir

comme une famille unie ? Ce n’est pas sincère. Dans les réunions, on se

sent libéré dès lors qu’on peut dire : on a des intérêts divergents, mais

nous tendons nos efforts vers une solution commune.

Et donc, comment motivez-vous les troupes ?

Les grands chefs d’orchestre accordent de l’importance également

aux instruments secondaires, et pas seulement à la cour des stars les

plus en vue. Lorin Maazel a peut-être l’air arrogant, mais il prend toujours

cinq minutes pour la petite flûte qui jouera peut-être trois notes.

Il explique au flûtiste l’avant et l’après de sa partition. Il ne dit pas : vous

ne jouez que trois notes, faites attention et restez motivé ! Absolument

pas ! Car une seule fausse note peut détruire l’excellente prestation de

100 personnes. J’aimerais que les managers aient le même état d’esprit.

Le chef doit donc savoir apprécier les collaborateurs dont le rôle

est en apparence moins crucial.

Cette approche fait souvent défaut aux cadres. La mise en œuvre

de vastes projets peut échouer parce qu’un détail a été négligé. Cela

ne veut pas dire que les décisions doivent contenter tout le monde,

ce n’est pas possible. C’est d’ailleurs pour cela que la plupart des

dirigeants ont peur de prendre des décisions. <

Souvent, il faut énoncer des lieux communs qui sonnent bien

pour être accepté.

De terribles acrobaties verbales, vides de

sens ! C’est la mentalité PowerPoint, qui masque

souvent qu’on n’a rien à dire. Dans les séminaires

en entreprise, lorsque je renonce aux diapos

PowerPoint, les gens sont souvent décontenancés.

Quel manque de professionnalisme ! Mais que

voit-on sur les diapos ? « L’important, c’est la motivation.

» Ah oui, vraiment ? formidable ! Il faudrait

plutôt se demander comment susciter la motivation.

BACK TO

THE ROUTES

WWW.CAREX.CH

CI-R CH-R FI-R CC-R


André Koch SA au

Swiss Automotive Show

Nous sommes là pour vous

Avec la marque Premium Standox, nous

sommes le leader de la peinture de

réparation automobile en Suisse. Nous

proposons dans notre assortiment, aux

carrosseries et aux ateliers de peinture,

une large gamme d’accessoires pour

la réparation de peinture automobile

dont une entreprise peut avoir besoin.

Un succès à long terme exige plus que

de bons produits. Grâce à notre service

partenaire notre soutien et nos services

sont toujours en rotation.

Nous vous propulsons en avant

La condition préalable d’un client satisfait

c’est une équipe de peintres qui

maitrisent la profession parfaitement.

Nos offres de séminaires et cours de

formation continue permettent à vos

collaborateurs d’être toujours au top

des nouveautés. Pour

urvous permettre

ettre

de jouer dans la cour des grands

nous

avons mis aupoint notre

réseau Repanet

Suisseenglobant denombreuses

offrestellesqueconseils,représentation

ellel squ

entation

auprès

des

assurances ances et des

sociétés

de

leasing.

Visitez-nous

du

6-7 septembre

2019

à Fribourg

Nous donnons tout

Ce qui nous anime au quotidien à faire

de notre mieux c’est de savoir que nos

clients prospèrent grâce à notre travail.

Tous nos collaborateurs, les conseillers

de vente, les professionnels de la Color-

Hotline ainsi que nos collaborateurs à

la manutention ou la direction tirent

tous à la même corde, avec le même

plaisir et le même engagement et c’est

cet esprit d’entreprise que les clients

ressentent et apprécient.

André Koch SA

www.andrekoch.ch


ASSOCIATION & SECTIONS

Élections, « confirmation de réparation » et météorologie

> Assemblée générale de la section UPSA Zurich

Au cours de l’AG de la section UPSA Zurich, le président Christian Müller (à droite) a évoqué entre autres la procédure

de confirmation de réparation.

pd. L’assemblée générale de la section UPSA

Zurich s’est tenue pour la première fois dans

le bel établissement « Albisgütli ». Près de 150

personnes ont répondu à l’invitation.

Le président Christian Müller a ouvert

l’assemblée par un exposé intitulé « une

question de confiance ». Il s’est ainsi attelé

au cœur des relations commerciales. L’idée

a inspiré d’autres intervenants, jusqu’à

la contribution de Thomas Bucheli, météorologue

à SRF, qui jouit lui-même d’une

grande confiance grâce à ses prévisions.

Christian Müller, par ailleurs candidat au

Conseil national, a expliqué que la confiance

était demandée à tous les niveaux dans la

branche. Tout d’abord auprès du personnel et

des produits, puis de la direction, et jusqu’aux

fournisseurs. « La confiance des clients dans

les ateliers est renforcée par la formation initiale

et continue », a-t-il affirmé. L’UPSA fournit

sur ce point une large offre. La section Zurich

s’est investie pour le Salon des métiers,

a organisé les championnats professionnels,

et a fortement contribué à conserver les trois

sites existants dans le cadre de la nouvelle organisation

des centres de compétences lancée

par l’office de la formation professionnelle.

L’UPSA s’est également engagée dans

la conférence sur la formation professionnelle,

autour du thème « La formation en

2030 ». Le défi majeur sera de concevoir des

approches de formation innovantes, tout en

conservant ce qui fonctionne.

Urs Wernli, président central de l’UP-

SA, et Thomas Hess, directeur de l’Union

cantonale des arts et métiers (UCAM), ont

évoqué entre autres la formation professionnelle,

les conditions-cadres politiques,

et la vague verte des élections cantonales

de Zurich, Bâle et Lucerne.

Les comptes, le rapport d’activité et le budget

n’ont donné lieu à aucune discussion et ont

été approuvés à l’unanimité. Pour les élections

périodiques du mandat de 2019 à 2022, tous

les membres du comité se sont représentés

à l’exception de Markus Hesse. Tous ont été

élus à l’unanimité, avec deux nouveaux candidats,

Christoph Frei (Emil Frey AG Schlieren)

et Kurt Giger (Ernst Ruckstuhl AG Kloten), et

le président. Le comité a par conséquent le

même effectif qu’avant le départ de Markus

Hutter l’année dernière.

Enfin, le président a parlé de la procédure

dite de « confirmation de réparation ».

Le conseiller d’État Mario Fehr a signé le

28 février l’accord élaboré en collaboration

avec le service des automobiles. L’accord

devrait entrer en vigueur début 2020, selon

Christian Müller. Peter Kyburz, à la tête du

service des automobiles, a souligné pour

conclure que la procédure de confirmation

de réparation soulagera à la fois les garagistes,

les automobilistes et les services

concernés. L’enjeu est désormais de répondre

aux attentes élevées de qualité.

Très attendu : l’exposé de Thomas Bucheli,

météorologue à SRF. Il a su initier le public

aux secrets des prévisions météo de manière

ludique. <

ASSISTANTS

BAUMGARTNER SA APPAREILS DE GARAGE ET D’ATELIER

Langwiesenstrasse 2 | CH-8108 Dällikon | Téléphone 044 847 64 64 | www.baumgartnerag.ch


ASSOCIATION & SECTIONS

Soirée des carrières : s’informer de son avenir professionnel

> Séance d’information de la section UPSA des deux Bâle

mb. Le 21 mars dernier, la section UPSA des

deux Bâle a organisé sa première soirée des

carrières, consacrée aux possibilités de formation

continue dans la branche automobile.

Vingt-cinq personnes ont répondu à l’invitation

pour en apprendre davantage à ce sujet,

en particulier sur la formation continue de

diagnosticien(ne) d’automobiles.

Marcel Hollenstein, président de la commission

de la formation professionnelle de la section

UPSA des deux Bâle, s’est montré ravi de

l’intérêt suscité et a chaleureusement accueilli

les participants. Urs Lüthy, enseignant à l’Allgemeine

Gewerbeschule Basel (AGS), a ensuite

pris la parole pour exposer les détails

de la formation continue de diagnosticien(ne)

d’automobiles. La partie théorique regroupe

différents domaines de compétence. La section

UPSA des deux Bâle, en étroite collaboration

avec la Gewerblich-industrielle Berufsfachschule

(GiBL) et l’AGS, prévoit de partager

cette partie entre les deux établissements scolaires.

Quant à la partie pratique de la formation,

elle se déroulera au centre de formation

de Sissach.

Formation professionnelle

supérieure

Olivier Maeder, responsable de la formation

et membre de la direction de l’UPSA,

a ensuite détaillé les autres possibilités de

formation professionnelle supérieure proposées

par l’Union. Il a parlé des cursus de

« coordinateur/trice d’atelier automobile », de

« conseiller/ère de service à la clientèle dans

la branche automobile », de « conseiller/ère de

vente automobile », ainsi que de « secouriste

routier/ère ». Il a également cité le diplôme

fédéral de gestionnaire d’entreprise de la

branche automobile, qui nécessite de détenir

un brevet fédéral.

Formation continue de

restaurateur/trice automobile

Pour finir, Benno Stöckli, enseignant à la

GiBL, et Olivier Maeder ont parlé de la formation

continue de restaurateur/trice automobile.

Cette formation se compose d’une importante

partie pratique dispensée à Sissach.

La partie théorique se déroule, quant à elle, à

la GiBL.

Après une séance de questions-réponses,

les participants se sont retrouvés autour

d’un repas, l’occasion d’approfondir ce qu’ils

avaient appris et d’échanger avec les responsables

de la formation continue. <

La soirée des carrières, organisée par la section UPSA des deux Bâle, a rencontré un vif succès.

La place de marché B2B Suisse

Avec plus de 20‘000 véhicules et 7‘600

acheteurs actifs de Suisse et de l’étranger.

Où l’offre et la demande se rencontrent.

Votre partenaire lors de reprises des véhicules et

l’assainissement des stocks - pour une gestion des

occasions proactive.

www.carauktion.ch

+41 55 533 40 00

AUTOINSIDE | Mai 201957


ASSOCIATION & SECTIONS

Bilan positif pour l’exposition de l’UPSA d’Aarau West

> Excellente fréquentation pour l’exposition automobile de l’UPSA d’Aarau West

Chris Regez (à g., directeur du salon) et Martin Sollberger (président de la section Argovie de l’UPSA) tirent

un bilan positif de l’exposition automobile de l’UPSA d’Aarau West.

crc. L’exposition automobile de l’UPSA

d’Aarau West du 15 au 17 mars à Oberentfelden

est déjà terminée. Les organisateurs

peuvent se targuer de trois journées réussies.

Les deux halles d’exposition ont offert des

conditions optimales aux 30 représentants

de marques régionaux venus présenter 160

véhicules neufs de 30 marques. Le comité

d’organisation, composé de Martin Sollberger,

président de la section Argovie de l’UPSA, et

de Chris Regez, directeur du salon, en tire

un bilan extrêmement positif : « Le nombre

de visiteurs a été très élevé. Nous l’avons notamment

constaté au nombre de passagers

en hausse que nous avons transportés du

parking au terrain d’exposition. Les nombreux

commentaires ont aussi montré que

l’exposition automobile représentait une date

importante du calendrier de nos exposants

dans le but de discuter avec des personnes

intéressées, de conquérir de nouveaux clients

et de fidéliser la clientèle existante. »

Les visiteurs ont très bien accueilli les

stands attrayants des exposants invités, assortis

de vêtements vintage, d’un système de

récupération d’électricité pour l’électromobilité,

de voitures ou de motos revêtues de films

et de véhicules spéciaux pour les loisirs et le

travail. Les stands gastronomiques implantés

à l’extérieur ont, eux aussi, été pris d’assaut.

La prochaine édition de la manifestation

prisée se tiendra du 13 au 15 mars 2020. <

Coup d’œil dans les coulisses du centre de test de l’UPSA

> L’Ambassador Club de Zofingue visite le centre de test de l’UPSA à Zofingue pour son événement mensuel

crc. Toni Mancino, le président de Genossenschaft

Testcenter AG, a présenté aux invités

la genèse du centre de test. « L’UPSA

(Union professionnelle suisse de l’automobile)

a créé le centre de test il y a plus de 20 ans.

Il fallait en effet contrôler de plus en plus de

voitures, et les files d’attente s’allongeaient au

service des automobiles », a-t-il expliqué. « Les

membres de la coopérative sont tous des garagistes

qui ont acheté des parts. Nous entretenons

désormais deux centres de test, l’un

à Zofingue et l’autre à Kleindöttigen, et nous

y contrôlons tous les ans plus de 40 000 unités

au total », a-t-il ajouté. « Nous contrôlons

des voitures de tourisme, des motos, des camionnettes

de moins de 3,5 tonnes, des voitures

anciennes et des remorques. En tant

que partenaire, nous pouvons ainsi véritablement

soulager le service des automobiles

de Schafisheim. » C’est important, car les

contrôles contribuent à la sécurité routière.

Des véhicules bien entretenus sont décisifs à

cet effet, d’après M. Mancino. « Nos centres de

test sont uniques dans tout le pays. Compte

tenu de la situation actuelle, il n’y aura pas

moins de voitures sur les routes à l’avenir.

Nous ne serons donc pas à court de travail »,

a-t-il ajouté.

Peter Schreiber, le responsable de l’exploitation

des deux centres de test, a guidé

les visiteurs dans les locaux et leur a montré

comment son équipe, composée de 20 personnes

au total, réalise les travaux administratifs

et les tests sur les bancs d’essai. Il a

explicitement indiqué que ses collaborateurs

ont été formés par le service des automobiles

et qu’ils appliquent exactement les mêmes

normes que leurs confrères de Schafisheim :

L’Ambassador Club de Zofingue au centre de test de l’UPSA de Zofingue.

« Pour le client, l’endroit où il fait contrôler

son véhicule n’a pas d’importance. Mais il

choisira certainement le centre le plus proche

de chez lui. »

Toni Mancino et Peter Schreiber ont

ensuite exposé les principaux points d’un

contrôle automobile avant de répondre aux

questions de l’assistance. Puis, le groupe a

rejoint le bistro tout proche pour y prendre

l’apéritif. <

58

Mai 2019 | AUTOINSIDE


GARAGES

Groupe Motiondata Vector

motiondata-vector.ch

> Des solutions complètes pour les garages

pd. Fournisseur de solutions

complètes, le groupe Motiondata

Vector répond à tous les besoins

des garages modernes, avec

ses solutions DMS « Motiondata

DMS » et « CDP Car Dealer

Package », son vaste portefeuille

pour l’Internet, ses applis pratiques

et son service IT.

Grâce aux logiciels innovants

et flexibles, aux multiples interfaces

adaptées aux marchés,

à son excellent rapport qualité-prix

et à sa capacité d’adaptation

à la taille de l’entreprise,

son arrivée sur le marché suisse

a été un franc succès.

Son large portefeuille de

produits, sa recherche de la plus

grande qualité pour le matériel,

les logiciels et le service lui

ont déjà attiré la confiance

de nombreux garagistes. Les

garages Renault et Ford, dont

les interfaces de marque sont

en cours de certification pour

Motiondata, sont séduits par le

nouvel outil. La dimension multimarques

des solutions DMS est

très appréciée par les nouveaux

clients, c’est donc vers cette

approche que se portent les

investissements et le développement.

Outre la capacité cloud sûre

et innovante des systèmes DMS

« Motiondata DMS » et « CDP »,

qui permet au client d’économiser

les coûts d’acquisition et

de maintenance des serveurs,

l’appli mobile est le nouveau produit

phare de la gamme. Elle est

facile à installer sur un smartphone

ou une tablette. Avec sa

fonction de service à la clientèle

et de communication 24 h / 24, la

relation clients augmente, tout

comme le volume de travail et

les ventes du garage concerné.

Les clients des garages pourront

prochainement prendre

rendez-vous via leur appli pour

un entretien ou une conduite

d’essai ! <

Fournisseur de solutions complètes, Motiondata

répond à tous les besoins des garages modernes.

Carex Autozubehör AG

carex.ch

> Chaussure de sécurité Sparco « Endurance » et « Endurance-H »

pd. Chaussure de sécurité en

nubuck fin et en nylon. La semelle

à crampons au profil épais

est extrêmement résistante

et convient parfaitement à un

usage extérieur. Ces chaussures

de sécurité sont fabriquées en

Italie, avec un renfort en matériaux

composites. Outre l’aspect

protecteur, les chaussures

Teamwork sont à la mode, avec

leur look sportif.

Leur forme épousant le pied

et les matières légères utilisées

garantissent un confort optimal,

même si on les porte longtemps.

Elles répondent aux critères

de test Suva/Sapros pour les

niveaux de sécurité S3 / SRC /

ISO20345.

Les modèles existent en

combinaisons de couleurs marron/vert,

gris/noir et noir/noir. <

Les chaussures de sécurité Sparco Teamwork sont extrêmement résistantes et conviennent aux usages extérieurs.

AUTOINSIDE | Mai 201959


GARAGES

Rhiag Group Ltd

blog.ec24.ch

> Rhiag enrichit sa boutique en ligne ec24 d’un nouveau blog

pd. Ec24, la boutique en ligne • informations produits et

pour les pièces d’usure, de événements à venir

rechange et les accessoires, • conseils et astuces pour

vient de lancer son blog,

votre garage

avec des informations et des • anecdotes sur la vaste boutique

articles sur le thème de l’Aftermarket

des marques ec24.

automobile.

Le blog ec24 est déjà touffu

Avec son tout nouveau blog d’articles. Grâce à l’abonnement

ec24, Rhiag Group Ltd et ses

à la newsletter, vous

60 partenaires grossistes ont recevrez de nouveaux articles

pour ambition de rapprocher toutes les deux semaines afin

les clients des marques de la de rester informés. <

boutique en ligne. Les garagistes

découvriront régulièrement

des contenus passionnants

sur le monde des pièces

de rechange. Les marques

renommées de l’assortiment

d’ec24 seront également

présentées en détail.

Voici les domaines des

thématiques du blog :

• nouveautés dans le monde

de l’Aftermarket

Ec24 lance son nouveau

blog, avec des

informations et des

articles sur le monde

de l’Aftermarket.

Gyso AG

gyso.ch

> Gyso SA accompagne un mécatronicien sur la longue route du championnat du monde

pd. Damian Schmid, c’est

ainsi que se nomme le jeune

professionnel qui représentera

la Suisse au championnat du

monde des métiers de Kazan

(Russie). Originaire de Nesslau

en Suisse orientale, il est

arrivé deuxième à l’Eurocup

de Berne en décembre dernier.

Il était le meilleur participant

Suisse et il se retrouve

directement qualifié pour les

« World Skills » qui se dérouleront

au mois d’août.

Depuis la mi-janvier, Damian

Schmid se consacre à sa préparation.

La pratique d’exercices

intensifs en divers lieux

de Suisse est devenue son

quotidien. Cela implique pour

le moment des trajets longs et

coûteux. Ce constat a conduit

Gyso SA à soutenir le jeune

et talentueux mécatronicien,

sous forme de bons d’essence :

ils vont aider le jeune homme

à financer ses déplacements

durant sa préparation.

En août, 1600 candidats issus

de 79 pays se retrouveront aux

World Skills. Grâce à sa formation

professionnelle duale,

la Suisse fait régulièrement

partie des meilleures nations.

Cela a été le cas en 2011,

lorsque Flavio Helfenstein (de

Lucerne) a décroché le titre de

champion du monde des mécatroniciens

d’automobile. <

Une participation aux frais bienvenue : Peter Moser (responsable du domaine automobile)

remet à Damian Schmid une enveloppe contenant des bons d’essence.

60

Mai 2019 | AUTOINSIDE


GARAGES

Bridgestone

bridgestone.ch

> La technologie DriveGuard Run Flat intégrée dans les pneus Bridgestone Turanza T005

pd. pd. Les automobilistes Cette technologie permet de autres fabricants n’ont pas su

veulent avant tout une chose : continuer à conduire encore le concurrencer. Il a par ailleurs

des solutions pour les aléas 80 km à 80 km/h maximum en reçu de bonnes notes dans la

quotidiens de la circulation. cas de crevaison. La conduite catégorie usure et consommation

Une crevaison ou un problème est ainsi encore plus confortable,

de carburant, et est ainsi

de pneu ont non seulement

et la sécurité accrue. le vainqueur indéniable du test.

pour conséquence d’interrompre

Le pneu de tourisme Turanza Au cours de l’année 2019, le

le trajet et de retarder T005 a décroché en outre T005 sera disponible en 44

l’arrivée, mais ils présentent les meilleures notes sur

nouvelles dimensions à partir

en outre un réel danger. Pour chaussées sèche et humide de 17 pouces.

éviter ce problème, Bridgestone

lors du grand test des pneus Le Turanza T005 est disponible

a intégré en novembre d’été 2019 du TCS. Avec une dans pratiquement toutes les

2018 sa technologie Drive­ évaluation globale de 70 %, dimensions de pneus européens

Guard Run Flat (RFT) dans le Turanza T005 a reçu la pour les véhicules de tourisme

le Turanza T005. Tandis que mention « très recommandé » et les SUV, avec plus de 170

chez les autres fabricants discernée par le TCS et les dimensions pour des jantes de

de pneus, RFT est disponible meilleures notes sur chaussées

14 à 21 pouces. <

uniquement sur certains

sèche et humide. Dans la

modèles de véhicules en catégorie chaussée humide,

première monte, les pneus le Turanza T005 (qui porte

« DriveGuard » (RFT) peuvent le label de pneu européen

équiper désormais tous les « A » pour l’adhérence sur

Le Bridgestone

véhicules disposant d’un sol mouillé pour sa composition

Turanza T005 est

système de surveillance de la

entière) joue un rôle de

désormais disponible

pression des pneus (TMPS). pionnier : les pneus d’été des

avec la technologie

DriveGuard Run Flat.

Chemuwa Autozubehör AG

chemuwa.ch

> Irmscher édition spéciale : Grandland X Black & White

pd. Irmscher propose dès

maintenant une édition limitée

Black & White pour Opel Grandland

X. Ce modèle spécial se

distingue essentiellement par la

tenue de route optimisée, grâce

à de nouveaux amortisseurs

combinés aux roues Irmscher

de 20 pouces. Il est équipé

d’un marche-pied et d’une jupe

de protection. L’équipement

de cette édition comprend

également des tapis au logo

d’Irmscher.

L’équipement « Black Edition »

comprend un marche-pied en

inox noir, une jupe de protection

en inox noir anodisé, des

amortisseurs de surbaissement,

des tapis en velours au

logo d’Irmscher, ainsi qu’une

protection cuir pour les pieds.

S’ajoutent à cela la roue complète

d’été en 20 pouces ou la

jante 20 pouces seule. La jante

en aluminium « Heli Star » a été

spécialement conçue pour Opel

Grandland X. Bien entendu, ces

jantes sont assorties à l’édition,

en noir mat.

Quant à l’« Exclusiv Edition »,

elle comprend un marche-pied

ovale, une jupe de protection

en inox poli, des amortisseurs

de surbaissement, des tapis en

velours au logo d’Irmscher et une

protection cuir pour les pieds.

Mais aussi des jantes alu 20

pouces « Heli-Star Exclusiv » ou

la roue complète d’été bicolore,

polissage diamant.

Les packs « Edition » peuvent

être commandés chez les

Le modèle Grandland X « Black-Edition » est disponible uniquement en série limitée.

concessionnaires Opel Irmscher

participant à l’opération dans

toute la Suisse. <

AUTOINSIDE | Mai 201961


SONDAGE DU MOIS

RENCONTREZ-VOUS

DES DIFFICULTÉS LORS

DU RECRUTEMENT

D’APPRENTIS ?

Dès 2020, les personnes possédant un diplôme

tertiaire seront plus nombreuses que celles ayant un

diplôme de niveau secondaire. Cette évolution aura

des conséquences pour la formation initiale dans

la branche automobile. La moitié des personnes

interrogées affirment qu’elles ont déjà du mal à

recruter des appentis : 42 % y parviennent et tout

dépend de la formation pour 8 % d’entre elles.

42 %

Non, je m’en sors

bien

8 %

Cela dépend de

?

la formation

50 %

Oui, toujours

APERÇU DE L’ÉDITION 6 D’AUTOINSIDE JUIN 2019

Le prochain numéro paraîtra le 4 juin 2019 et abordera les thèmes suivants :

Pourquoi il faut évaluer

les garages

Les clients des garages peuvent les évaluer

sur AutoScout24. Nous montrons en quoi

ces évaluations en ligne sont importantes et

judicieuses.

Investir dans une bonne installation

de lavage

Le Porsche Zentrum Zürich s’est doté d’un

nouveau portique de lavage. Le chef du projet

explique comment s’est déroulée l’évaluation et

ce qui a permis d’opter pour l’installation retenue.

Bien organiser sa succession dans

l’entreprise

L’organisation de leur succession est un

enjeu crucial pour de nombreux garagistes.

Nous expliquons comment en faire une réussite.

Le magazine spécialisé au plus fort tirage de la branche automobile suisse

91 e année, 11 numéros en allemand et en français

Tirage septembre 2018 certifié REMP : 12 725 exemplaires dont 9548 en allemand et 3117 en français

Éditeur

Union professionelle suisse de

l’automobile (UPSA)

agvs-upsa.ch

Éditions

AUTOINSIDE

Wölflistrasse 5, Case postale 64

CH-3000 Berne 22

Téléphone : +41 (0)31 307 15 15

verlag@agvs-upsa.ch, autoinside.ch

Administration et gestion des abonnements

Abonnement annuel

CHF 110. (TVA incluse)

Numéro à l’unité

CHF 11. (TVA incluse)

Contact : Anina Zimmerli

Téléphone : +41 (0)31 307 15 43

anina.zimmerli@agvs-upsa.ch, agvs-upsa.ch

S’abonner maintenant !

agvs-upsa.ch/fr/abo

Rédaction

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 81

newsdesk@agvs-upsa.ch

Rédaction : Sandro Compagno (sco,

responsable Gestion du contenu), Reinhard

Kronenberg (kro, responsable Journalisme),

Sascha Rhyner (srh, rédacteur mobilité),

André Bissegger (abi, rédacteur mobilité),

Jean-Philippe Pressl-Wenger (jppw, correspondant

Suisse romande), Andreas Senger

(se, domaine technique), Bruno Sinzig (si,

domaine spécial Formation), Raoul Studer

(rst, domaine spécial Politique)

Autres articles de : Daniel Schwab

Conception : Robert Knopf, Christoph Pfister,

Fatma Bindal

Commercialisation

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Contact : Erich Schlup, Key Account Manager

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 83

Portable : +41 (0) 79 256 29 23

vermarktung@agvs-upsa.ch

Responsabilité générale

Rédaction et commercialisation

Georg Gasser

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Téléphone : +41 (0)43 499 19 99

ggasser@agvs-upsa.ch

Impression / envoi

Galledia Print AG

Burgauerstrasse 50, CH-9230 Flawil

galledia.ch

Contact : Michael Rottmeier

Téléphone : +41 (0)58 344 97 44

michael.rottmeier@galledia.ch

Réimpression ou reproduction d’articles,

même partielle, uniquement avec l’accord

des médias de l’UPSA. Nous déclinons toute

responsabilité pour les manuscrits et les

photos envoyés spontanément. L’administrateur

des pages auxquelles renvoient les liens

est seul responsable de leur contenu.

62

Mai 2019 | AUTOINSIDE


MOTOREX.

ET ÇA ROULE.

Le client d’aujourd’hui est intransigeant. Conjuguer professionnalisme et efficience

maximum est donc un impératif pour tout atelier. Un assortiment complet de

lubrifiants et de produits de nettoyage innovants, ainsi qu‘un service et une assistance

de premier plan font de MOTOREX le numéro un des garagistes les plus

exigeants. Vous souhaitez donner le meilleur de vous-même? Faites confiance

à un partenaire qui fait preuve d’un engagement sans faille. www.motorex.com


Mieux vaut mieux.

Le diagnostic du

spécialiste.

MEGA MACS 77

Depuis 1995, le nom «mega macs» est synonyme d’outils de diagnostic

simples à utiliser, intelligents et adaptés au travail quotidien dans l'atelier: une

aide nécessaire pour réparer les véhicules d'aujourd'hui. Depuis lors, et pour

chaque nouvelle génération d'appareils proposée, Hella Gutmann concentre

toute son énergie sur le développement d'outils qui facilitent le travail

dans l'atelier une nécessité face à la complexité grandissante des systèmes

automobiles. En effet, seules les solutions de diagnostic qui garantissent

votre réussite sont des investissements pour votre avenir.

Plus de 370’000 articles

livrables de suite

www.technomag.ch

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!