Onda_Bilan 2018

ondadiffart

BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 1

BILAN

D'ACTIVITÉ

ONDA

EXERCICE 2018


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 2

SOMMAIRE

INTRODUCTION…………………………………………….………………………….. 5

ALLER À LA RENCONTRE, COMPRENDRE, METTRE EN RELATION………. 7

Être présent sur les territoires…………………………………. ……………………… 9

Au plus près des oeuvres……………………… …………………………….………… 11

Mettre en relation, conseiller. …………………………………………………..……… 11

Une expertise partagée………………………………………………………………….. 12

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL……………………........................ 13

Mailler le territoire : les rencontres interrégionales …………………………………. 15

- Rida pluridisciplinaires…………………………………………………………………. 15

- Rida thématiques ……..……………………………………...................................... 17

Animer sur tous les territoires : le numérique ………………………………………. 20

Fédérer tous les acteurs et toutes les actrices………………………………………. 22

- La charte d’aide à la diffusion : un modèle de coopération…………………..…… 22

- Avec l’Institut français : un travail concerté……………….………….……………… 23

- Etude sur la diffusion de la danse : une étude en collaboration……………….…. 23

- Le TPAM : un rendez-vous européen…….….…………….………….…………….. 23

- Le 13 bis : lieu de rencontre pour les professionnels……………….………….… 24

RÉFLECHIR ET SUSCITER DE NOUVELLES PRATIQUES………………..…… 25

RESHAPE : de nouveaux modèles pour le secteur artistique et culturel

en Europe……………………………………………………………………………… 27

Destinations. …………………………………………………………………….……. 28

Aide à la mobilité…………………………………………………………...………….. 28

Pow wow…………………………………………………………...…………………… 29

Focus…………………………………………………………………………………….. 32

Rencontre des partenaires de l’Onda à Avignon…………………………………… 32

Le numérique………………………………………………………………………….. 33

- Matrice.io……………………………………………………...…………………….... 33

- TMNLab…………………………………………………………...………………….. 34

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES………… 35

Aider les lieux dans leur prise de risque………………………………………..…… 37

- Garantie financière……………………………………………………………….….. 37

Encourager la coopération entre opérateurs…………………………………….…. 38

- Tournée territoriale……………………………………………………………….….. 38

- Spectacles étrangers / tournée…………………………………………………….. 38


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 3

- Spectacles étrangers / surtitrage…………………………………………………… 38

- Charte d’aide à la diffusion…………………………………………………………. 38

Allonger les temps de présentation des artistes dans les lieux….……..………… 38

- Réseau de diffusion pluridisciplinaire / musique………………..………………… 38

- Réseau de diffusion pluridisciplinaire / danse…………….………………………. 39

- Réseau de diffusion pluridisciplinaire /

premières présentations pour les co-producteurs…..……………………………… 39

- Réseaux de diffusion spécialisés / danse………………………………….……… 39

Prendre en compte l’évolution des pratiques……………………………………… 39

- Projets participatifs/ projets de territoires ………………………………………… 39

S’ENGAGER…………………………………………….………………………….. 45

Le soutien aux artistes en exil……………………………………….…………….. 47

- Les salons d’artistes……………………………………………………………….. 47

- L’atelier des artistes en exil, aa-e…………………………………………………. 47

- Les soutiens financiers…………………………………………………………….. 48

Égalite………………………………………………………………….………………. 48

Les déjeuners de l’Onda…………………………………….……………………….. 49

S’évaluer…………………………………….……………………..………………….. 50

Solliciter des regards extérieurs…………………………………….………………. 50

Se former…………………………………….………………………………………… 51

De nouvelles formes d’organisation du travail :

le télétravail…………………………………….……………………………………… 51

CONCLUSION…………………………………………….………………………….. 53


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 4


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 5

INTRODUCTION

On parle (beaucoup) de mutations, d’hybridation, d’explosion du numérique, de contextes

aussi divers que de territoires… L’Onda, à travers ses rencontres, ses rendez-vous, ses

déplacements, suit ces évolutions, partage, accompagne ces phénomènes de transformation

de nos sociétés, et donc de notre secteur.

Aller voir les professionnels (artistes mais aussi directrices et directeurs de lieux) là où ils

travaillent et développent leurs projets, découvrir les spectacles créés par les artistes –

pour cela prendre le train, éviter autant que faire se peut les avions, chercher et donner

des clés pour mieux comprendre la période actuelle, soutenir financièrement les prises de

risque artistiques, financières, tel est le quotidien de l’équipe de l’Onda.

Les structures de diffusion s’interrogent sur leur gouvernance, leur management, le

partage de la programmation, la présence des artistes au-delà de la seule présentation

de leur spectacle.

Les artistes cherchent leur place dans ces lieux, mise à mal pour des raisons économiques,

mais peut-être pas que….

Face à cette situation, l’Onda est un « entremetteur », un « facilitateur ». Il fait en sorte de

créer des espaces et des temps pour que les artistes et les programmateurs et

programmatrices puissent se rencontrer.

Grâce à son équipe de 17 personnes, il travaille à améliorer les relations pour un horizon

commun : une meilleure présence des œuvres des artistes, qu’ils viennent du théâtre, de

la danse, du cirque, des marionnettes, de la musique, qu’ils présentent leur travail en

salle ou dans l’espace public, que leurs spectacles soient adressés aux adultes ou à

l’enfance et à la jeunesse.

Subventionné par le ministère de la Culture (DGCA et Secrétariat général), l’Onda est

doté d’un budget de 4 480 millions d’euros.

Il est attentif aussi bien en interne que dans le monde actuel à une meilleure répartition

des moyens, aux questions de diversité, de parité et d’hospitalité. Il porte une attention

particulière aux personnes éloignées des lieux culturels que ce soit parce qu’en exil, parce

qu’habitant sur des territoires éloignés d’un centre, parce qu’en situation de handicap.

Tous ces engagements se traduisent dans les missions déclinées dans ce bilan :

1/ Aller à la rencontre, comprendre, mettre en relation

2/ Faire vivre le réseau professionnel

3/ Réfléchir et susciter de nouvelles pratiques

4/ Soutenir financièrement la diffusion des spectacles

5/ S’engager


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 6


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 7

ALLER À LA

RENCONTRE,

COMPRENDRE,

METTRE EN

RELATION


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 8

ALLER À LA RENCONTRE, COMPRENDRE, METTRE EN RELATION


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 9

À l’Onda, tout commence par le repérage.

Repérage des artistes, des spectacles, des

lieux. C’est le socle de son action, la base de

son travail, la matière de son intervention.

Pour ce faire, en 2018, l’équipe de l’Onda

s’est rendue dans 166 villes et a vu 1 896

représentations de 1 371 spectacles.

ÊTRE PRÉSENT SUR LES TERRITOIRES

L’Onda s’appuie sur une méthode partenariale, qui lui permet de déployer avec efficacité son

action centrée sur les projets artistiques et qui a construit sa légitimité dans la profession : voir et

connaître le travail des équipes artistiques pour mieux les conseiller et informer le réseau, et

connaître les programmateurs et programmatrices pour les accompagner dans la durée dans le

développement de leur projet de diffusion sur leur territoire.

Déplacements Onda – France

ALLER À LA RENCONTRE, COMPRENDRE, METTRE EN RELATION


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 10

La connaissance précise par l’Onda du travail des artistes et des structures culturelles n’est

possible que par une présence effective de l’équipe de l’Onda sur l’ensemble du territoire.

En 2018, l’équipe de l’Onda s’est déplacée dans 166 villes différentes, métropoles, villes

moyennes et petites, en France (Hexagone et Outre-mer) et à l’étranger.

Déplacements Onda – monde

La présence de l’Onda dans les territoires d’Outre-mer

Depuis 2016, l'Onda a choisi de s'engager de manière active afin de transformer la

dynamique des échanges avec les territoires d'Outre-mer, entre artistes, entre

programmateurs et programmatrices, et d’adapter son intervention aux spécificités

géographiques et culturelles de ces territoires.

Cet engagement se traduit en premier lieu par un repérage de l’équipe de l’Onda dans

les territoires ultramarins afin de rencontrer des artistes, des lieux de diffusion et des

opérateurs travaillant dans le secteur culturel.

Ces temps de repérage permettent également d’évaluer l’opportunité et la pertinence de

l’organisation d’une Rida. Ils offrent une première approche de la création ultramarine et

des conditions dans lesquelles le secteur culturel travaille.

Après des voyages en Martinique, Guadeloupe et Guyane en 2016, à la Réunion en

2017, l’équipe de l’Onda s’est rendue en 2018 à Mayotte en février et en Nouvelle-

Calédonie en septembre.

Dans la continuité de ces repérages, une Rida a été organisée en janvier en

Martinique et en Guadeloupe. Organisée sur 8 jours, cette Rida « augmentée » a

décliné, en plus des traditionnels échanges artistiques, des rencontres entre

programmateurs et programmatrices, artistes, actrices et acteurs associatifs, l'enjeu étant

ALLER À LA RENCONTRE, COMPRENDRE, METTRE EN RELATION


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 11

de relever le défi de la diffusion des équipes artistiques à partir d’une connaissance et

une compréhension commune, de construire des réseaux de lieux de diffusion

ultramarins et hexagonaux.

! À PROPOS !

Eleftérios Kechagioglou, directeur du Plus Petit Cirque du Monde à propos de la

Rida Martinique et Guadeloupe :

«Une Rida extra-ordinaire. A 8000 kilomètres d’ici, deux territoires insulaires liés

par une histoire forte et douloureuse avec l’Hexagone. Loin des clichés des

destinations touristiques tropicales, ces deux étapes ont eu avant tout comme

mérite de nous permettre de rencontrer la richesse, les difficultés, les obstacles et

les réussites... Mais aussi l’engagement des artistes et des acteurs culturels au

service de la création, de l’émergence et de la quête d’identité de ces territoires

aux croisements de trois continents, une tension permanente entre ces racines

lointaines et l’extrême modernité de la créolité.»

L’Onda est particulièrement attentif à la circulation des œuvres, notamment des projets

découverts lors des Rida, entre l’Hexagone et l’Outre-mer, et, conscient des freins à cette

circulation, assouplit les critères d’attribution de la garantie financière et des tournées

territoriales. Ainsi, en 2018, 26 aides ont été accordées à 10 structures de diffusion

guadeloupéennes, guyanaises, martiniquaises et réunionnaises, pour un montant de

65 261€. Et 12 aides ont soutenu la présentation de 8 spectacles guadeloupéens,

martiniquais, mahorais, réunionnais pour un montant de 28 390€.

AU PLUS PRÈS DES ŒUVRES

Le repérage est un enjeu important pour l'Onda. Aller sur le terrain, à la rencontre du travail des

équipes artistiques, permet d’être constamment au plus près de l’actualité de la création et de

nourrir l'action menée ensuite en faveur de la diffusion des œuvres.

L’équipe de l’Onda a vu, en 2018, 1 896 représentations de 1 371 spectacles, en Île-de-France,

en régions et à l’étranger. Parmi les spectacles vus, la danse et le théâtre sont majoritaires

(respectivement 37% et 34%), suivis de la musique (17%), du cirque et de la marionnette (6% et

5%). 10% des spectacles étaient des créations pour l’enfance et la jeunesse, et 7% des

représentations avaient lieu dans l’espace public. Les spectacles étrangers vus étaient originaires

de 63 pays.

METTRE EN RELATION, CONSEILLER

L’Onda exerce une mission de conseil personnalisé et d’expertise :

- auprès des équipes artistiques qui le sollicitent en leur apportant sa connaissance des lieux

d’accueil du spectacle vivant, particulièrement en France et en Europe, afin de permettre à

chacune d’entre elles de mieux appréhender les possibilités de diffusion de ses productions,

- auprès des programmatrices et programmateurs en les accompagnant dans la découverte de

nouvelles équipes et formes artistiques.

Ce travail de conseil est mené au travers de rendez-vous individuels, de réunions ou encore

discussions informelles.

Ainsi l’équipe de l’Onda a eu 1114 rendez-vous en 2018, avec des équipes (470) et des

programmateurs et programmatrices ou différents partenaires institutionnels (644). En plus des

rendez-vous, il convient de prendre en considération les nombreux échanges téléphoniques et

ALLER À LA RENCONTRE, COMPRENDRE, METTRE EN RELATION


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 12

électroniques et l’ensemble des discussions informelles qui ont lieu lors des déplacements des

membres de l’équipe.

UNE EXPERTISE PARTAGÉE

L’Onda, par sa connaissance fine des compagnies et du réseau de diffusion sur l’ensemble du

territoire, dispose d’une expertise sollicitée par de nombreux partenaires en région.

L’année 2018 a été marquée par la reprise de contact avec les DRAC que ce soit au niveau des

directions ou entre conseillers et conseillères.

Des rencontres ont été organisées avec quasiment toutes les DRAC, pour présenter l’action de

l’Onda, et mettre à jour les points de différence et de complémentarité dans les champs d’action

respectifs. Ce travail se poursuit en 2019.

Les conseillères et conseillers de l’Onda sont invités à ce titre à de nombreuses réunions par des

services de l’État, des agences régionales, des collectivités ou des réseaux professionnels.

Ils participent ainsi :

- aux commissions cirque et arts de la rue de la Direction générale de la création artistique (DGCA),

- à la commission des aides compositeurs associés de la Direction générale de la création

artistique (DGCA) et de la SACEM,

- aux comités d’experts théâtre, danse et musique de la Direction régionale des affaires culturelles

d’Île-de-France,

- au comité d’expert théâtre de la Direction régionale des affaires culturelles de Nouvelle Aquitaine,

- aux comités d’experts danse de la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur,

- à la commission des aides de la Direction des affaires culturelles de Mayotte,

- aux commissions cirque, marionnettes, arts de la rue et jeune public de la Ville de Paris,

- en tant qu’observateurs aux commissions théâtre et danse d’Arcadi,

- à diverses réunions de travail ou conférences organisées par les agences régionales,

- à différentes réunions œuvrant dans l’inter-régionalité (Grac est, Groupe Geste(s), Quintessence)

ou l’intra-régional (Groupe des 20 théâtres en Île-de-France, Instantanés d’Arcadi…).

L’Onda est également présent lors de chaque Rencontre régionale jeune public, rencontre

d'échanges sur l'actualité de la création jeune public, pilotée par des agences régionales ou des

pôles ressources.

L’équipe de l’Onda échange et collabore régulièrement avec les équipes des agences régionales,

membres de la Collaborative : l’Agence culturelle Grand Est, Arcadi, Oara, Odia Normandie,

Occitanie en scène, Spectacle vivant en Bretagne.

ALLER À LA RENCONTRE, COMPRENDRE, METTRE EN RELATION


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 13

FAIRE VIVRE

LE RÉSEAU

PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 14


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 15

Mettre en relation, faciliter la

découverte des projets artistiques,

aider au développement des liens entre

les professionnels pour favoriser la

diffusion des spectacles au plus près

des publics : pour ce faire l’Onda anime

un vaste réseau de structures

culturelles, de toutes tailles, de tous

types, implantées sur l’ensemble du

territoire.

En 2018, ont été organisées 21 Rida qui

ont réuni 942 participants et

participantes.

MAILLER LE TERRITOIRE : LES RENCONTRES INTERRÉGIONALES

L’Onda a imaginé à la fin des années 70 un des premiers réseaux, les GRAC (Groupement

Régionaux d’Associations Culturelles), qui se sont mués en Rida (Rencontres Interrégionales

de Diffusion Artistique) au début des années 2000, qui permettaient la rencontre et l’échange

d’informations. Depuis, les structures culturelles se sont constituées en une multitude de

réseaux, mais les Rida, qu’elles soient pluridisciplinaires ou thématiques, organisées dans des

villes centres, des banlieues, des villes moyennes ou à l’occasion de festival dans l’espace

rural, restent incontournables au niveau national.

RIDA PLURISDISCIPLINAIRES

Espace d'écoute et d'échanges, les Rida remplissent trois fonctions principales : échanges

d'informations artistiques (spectacles vus ou à voir), coopération et réflexion. Elles favorisent la

connaissance des créations en cours, l'émergence de nouveaux réseaux ou leur consolidation

en faveur de la réalisation d'actions communes comme le montage de tournées ou la

coproduction de projets.

Outils d’animation d’un vaste réseau d’environ un millier de partenaires en France, les Rida

prennent place sur l’ensemble du territoire français, hexagonal et ultramarin, elles sont

organisées dans tout type de structures, labellisée ou non, pluridisciplinaire ou spécialisée, du

lieu permanent au festival…

Chaque Rida est unique et est conçue en partenariat avec le lieu d’accueil, en tenant compte

de sa programmation et du territoire sur lequel il opère : sur un ou plusieurs jours (comme en

Martinique et Guadeloupe) ; accueillant de 19 à 63 participantes et participants ; intégrant des

présentations de projets, table ronde, paroles d’artistes, un ou plusieurs spectacles, etc.

En 2018, l’Onda a organisé 12 Rida pluridisciplinaires, qui ont regroupé 403 participantes et

participants, dont plus de 40% étaient d’une autre région que celle dans laquelle était

organisée la rencontre.

Pour l’organisation des Rida, l’Onda est attentif au travail des réseaux sur l’ensemble du

territoire national, que ceux-ci soient géographiques ou professionnels.

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 16

Ainsi en 2018, deux des rencontres de l’Onda étaient organisées en lien avec des réseaux :

avec Traverses, réseau de vingt-neuf structures culturelles de la Région Provence-Alpes-Côte

d’Azur à la Rida de Gap, et avec Quint'Est, réseau spectacle vivant de Bourgogne-Franche-

Comté et du Grand Est, pour la Rida d’Auxerre pendant la 6e édition du temps fort

Quintessence.

Rida 17-18 (noir) et 18-19 (rouge)

A l’occasion de la Rida qui a eu lieu en Martinique et en Guadeloupe en janvier, l’Onda a attribué

des bourses de mobilité à 10 programmatrices et programmateurs, pour leur permettre de

participer à la rencontre.

L’Office a également soutenu le déplacement d’un programmateur corse pour sa présence à la Rida

qui a eu lieu à Tours en mars.

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 17

Une Rida type, c'est...

Une Rida organisée en collaboration avec un lieu de diffusion, et éventuellement avec

le soutien d’une agence régionale.

Un déroulé:

10h

10h30 - 13h

13h

14h30 -18h

19h

20h30

Accueil café

Échanges artistiques

Déjeuner au restaurant du théâtre

Échanges artistiques et rencontre avec des artistes

Spectacle

Dîner

Une soixantaine de spectacles évoqués pendant les échanges. 34 participants et

participantes, dont 38% viennent d’une autre région que celle où est organisée la

rencontre, et 2% d’étrangers.

Vous retrouverez au fil des pages de ce bilan quelques exemples en image de ces

composantes types d'une Rida.

RIDA THÉMATIQUES

Pour élargir et approfondir la réflexion entreprise au sein des Rida plurisdisciplinaires,

l'Onda organise, en fonction de l'actualité et des nécessités professionnelles, des

Rencontres sur des champs disciplinaires spécifiques (danse, musique, cirque) ou

transversaux (jeune public, espace public, international). Les Rencontres accueillent

programmatrices et programmateurs, artistes mais aussi chercheurs et chercheuses

d'autres champs que celui du spectacle vivant (philosophes, sociologues...).

En 2018, l’Onda a organisé 9 Rida thématiques, qui ont réuni 539 participantes et

participants, dont 9% de programmateurs et programmatrices étrangers.

A l’occasion de la Rida danse organisée en janvier à Paris au Théâtre National de Chaillot,

l’Onda a attribué 7 bourses de mobilité à des professionnels étrangers ou ultramarins,

pour qu’ils puissent y participer.

Ces rencontres donnent lieu à l’édition d’un compte-rendu des spectacles évoqués lors des

échanges. Il est envoyé aux participantes et participants qui peuvent y retrouver dates de

tournée et contacts pour la diffusion des spectacles.

À PROPOS !

Clément Edouard, musicien à propos de la Rida musique à Grenoble :

«Encore merci, ça fait tellement du bien d’avoir un contact un peu plus

humain artiste-programmateur !

Bravo en tout les cas pour tout ça, la classe !»

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 18

Une Rida, c'est un format type, néanmoins souple et adaptable.

Ici quelques exemples de réunion d'échanges artistiques qui

réunissent programmateurs et programmatrices autour des

spectacles vus et à voir.

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 19

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 20

ANIMER SUR TOUS LES TERRITOIRES : LE NUMÉRIQUE

Faire vivre un réseau professionnel c'est aussi se doter des outils à même de mettre en relation

au-delà d'un territoire physique (en pensant notamment à celles et ceux qui ne peuvent se

déplacer faute de temps ou de moyens) et au-delà des temps de rencontre et de rendez-vous

formels. Le numérique occupe ici une place grandissante.

FACEBOOK

Depuis 2016, l'Onda a mis en place un espace qui permet de mieux faire connaitre les spectacles

au moment même où ils sont découverts par les conseillères et conseillers, au plus près de leur

actualité.

Cet espace a été ouvert sous la forme d'un groupe Facebook. Imaginé comme un outil de relai

réactif, immédiat, il permet de partager découvertes et coups de cœur en direct avec les

programmateurs et programmatrices partenaires de l'Onda.

Cet outil permet une présence sur le territoire puisqu'il s'agit d'échanger en temps réel sur des

spectacles vus, en se servant du digital, comme espace de travail.

En 2018, 29 spectacles ont ainsi été partagés auprès des 281 membres du groupe, installés dans

101 villes différentes.

NEWSLETTERS

La newsletter est un relai important. Chaque mois sont proposés une dizaine de "repérages"

– spectacles, festivals ou projets vus par l'équipe de l'Onda et encore peu connus des

programmatrices et programmateurs.

Le critère artistique est le premier filtre, suivi de curseurs essentiels :

- L'opportunité : c'est-à-dire des dates de visibilité dans les quelques semaines qui suivent l'envoi

de la newsletter, pour permettre aux programmateurs et programmatrices de suivre l'actualité

et/ou de se déplacer pour découvrir les projets.

- Le décloisonnement : les choix de l'Onda sont dictés par l'idée que les projets évoqués sont

accessibles à des programmations pluridisciplinaires. Enfin l'Onda veille à équilibrer les projets en

fonction des champs artistiques, de l'origine géographique des artistes et des lieux, d’une

attention à la parité femme-homme des artistes.

Envisagée jusqu’en 2017 comme un outil de travail à destination des partenaires français de

l'Onda (programmatrices, programmateurs et institutionnels), la newsletter est depuis cette date

diffusée de façon plus ouverte (partenaires de l'Onda hors France, professionnels des lieux de

diffusion autres que les responsables de programmation, toute personne intéressée par le

spectacle vivant et les activités de l’Onda).

La newsletter est ainsi envoyée aujourd'hui à 3130 destinataires (2500 en 2017, 1900 en 2016),

hausse dûe à la possibilité de s’y inscrire en ligne depuis octobre 2018.

Elle est depuis lue en moyenne par 965 personnes chaque mois (900 en 2017, 660 en 2016).

TWITTER

Actif depuis 2017, le compte Twitter de l'Onda @Onda_Diff_Art prend sa place aux côtés du

compte Facebook pour relayer de façon quotidienne l’activité de l’Onda. Si facebook a été

pensé comme un groupe de travail sur la question du repérage de spectacles, Twitter témoigne

du volet rencontres de l’activité de l’Onda, que ce soit les rencontres organisées par l’Onda ou la

participation de l’Onda à d’autres événements de la communauté du spectacle vivant. Il permet

notamment de partager au quotidien des activités comme les Destinations (exemple ci-après avec

la Destination Kinshasa-Kigali).

De 478 abonnés au 1er janvier 2018, il est passé à 835 abonnés début 2019.

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 21

La Destination Kinshasa-Kisangani au quotidien sur twitter - extraits

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 22

FÉDÉRER TOUS LES ACTEURS ET TOUTES LES ACTRICES

Pour être plus efficace, il vaut mieux se regrouper ! L’Onda fait de cette approche sa marque de

fabrique.

Il s’associe régulièrement avec d’autres acteurs du spectacle vivant dans la conception

d’évènements ou de rencontres. Que ce soit dans l'organisation des Rida, toujours élaborées

en lien avec des lieux de diffusion ou réseaux, pour le Focus danse, mis en œuvre avec la

Biennale de la danse ou le Focus performing arts de la scène, avec l’Institut français, le Théâtre

National de Bretagne et l’agence Spectacle Vivant en Bretagne, ou encore la préparation et la

mise en œuvre des salons d’artistes au TPAM, avec 3 partenaires européens, Dachverband

Tanz Deutschland (Allemagne), Teatro Municipal do Porto et Teatro Nacional D. Maria II de

Lisbonne (Portugal).

Cette coopération s’applique également pour la mise au point des dispositifs financiers les

mieux adaptés aux évolutions du secteur : l’Onda a ainsi signé une convention avec la

SACEM pour construire des conventions musique/présence longue d’ensembles musicaux

dans des lieux de diffusion pluridisciplinaires, et avec la SACD pour un soutien renforcé aux

représentations scolaires des spectacles destinés à l’enfance et la jeunesse.

LA CHARTE D’AIDE A LA DIFFUSION : UN MODÈLE DE COOPÉRATION

Depuis 2009, l’Onda et les agences membres de la Collaborative (Agence culturelle Grand Est,

Arcadi, Oara, Odia Normandie, Occitanie en scène, Spectacle vivant en Bretagne) sont réunis

autour de La Charte d’aide à la diffusion.

L’Agence culturelle Grand Est a rejoint le dispositif en juin 2018

À l’origine, la Charte d’aide à la diffusion se concentrait exclusivement sur une sélection de

spectacles créés par des compagnies issues des régions des agences membres de la

Collaborative et dont l’implantation locale et régionale était réussie, afin d’en améliorer leur

visibilité nationale.

Ce soutien s’est renforcé pour aujourd’hui se développer de diverses manières :

- aide aux frais d’approche

- garantie financière automatique de l’Onda

- aide à la captation vidéo

- aide aux coproducteurs s’ils augmentent le nombre des représentations

- aide spécifique dédiée à la présence des équipes sur certains « off » de festival

- accompagnement sur mesure d’aide à la structuration pour les équipes

- promotion des spectacles retenus auprès des responsables de programmation

Au fil du temps, des réunions, des réflexions, la coopération entre les membres de la Charte

d’aide à la diffusion s’est intensifiée. Véritablement complémentaires, l’Onda et les agences

sont en lien permanent sur la question du repérage et du suivi des équipes artistiques : ils

construisent ensemble des rencontres, nommées Vizàvis, entre artistes et programmateurs et

programmatrices et ils harmonisent chaque année leur programme de saison dans une volonté

de complémentarité territoriale des propositions à destination des responsables de

programmation. Les agences peuvent également participer aux salons d’artistes organisés par

l’Onda à l’étranger.

Les membres de la Collaborative et l’Onda partagent des valeurs communes telles que

l’exigence artistique, le suivi de la création contemporaine et des pratiques innovantes, le souci

d’aménagement culturel du territoire et de la réduction des inégalités d’accès à la culture, le

respect des conditions professionnelles d’accueil des compagnies dans les lieux de diffusion.

En outre, l’interaction constante entre les membres de la Charte d’aide à la diffusion est avant

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 23

tout possible et efficiente parce qu’elle est mise en œuvre par des équipes professionnelles

restreintes et passionnées dont la souplesse et la réactivé d’intervention sont consubstantielles

à chaque organisme signataire de la Charte d’aide à la diffusion.

Le transfert d’expérience opéré entre les membres de la Charte d’aide à la diffusion, qui ont tous

au cœur de leur mission la diffusion des œuvres, permet d’ajuster réflexions et pratiques de

terrain. Au travers de cet exemple de coopération interrégionale unique se constitue un véritable

savoir empirique quant aux voies utiles aux compagnies pour exister, diffuser et perdurer.

AVEC L’INSTITUT FRANÇAIS : UN TRAVAIL CONCERTÉ

Depuis quelques années, les missions de l’Institut français et celles de l’Onda sont développées

en synergie.

En 2018, des réunions ont été organisées entre les conseillers et conseillères de l’Institut

Français et de l’Onda pour renforcer la connaissance mutuelle de leurs activités respectives et

préparer les évenements co-organisés par les deux organismes.

Pour formaliser ce travail en collaboration, une nouvelle convention a été signée en décembre

2018 par les présidents des deux organismes. Celle-ci a pour but d’asseoir les complémentarités

executives de l’Institut Français et de l’Onda dans leurs actions communes et de définir un

programme de partenariat sur les opérations où leurs forces respectives peuvent se réunir.

ETUDE SUR LA DIFFUSION DE LA DANSE : UNE ÉTUDE EN COLLABORATION

L’Onda a lancé une étude sur la diffusion de la danse en France, afin d’actualiser les données

disponibles datant des années 90 et de comprendre ainsi l’état des circuits de diffusion des

spectacles chorégraphiques et des actions artistiques liées afin d’analyser les freins autant que

les conditions favorables à la circulation des œuvres.

Pour que cette étude - réalisée en collaboration avec une équipe de recherche de l’Université de

Lyon 2 et de l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, menée par Daniel Urrutiaguer - soit la plus

large et bénéficie de la plus grande diffusion possible, l’Onda a réuni autour de lui un ensemble

de partenaires, qui apportent une contribution aussi bien réflexive que financière au projet.

Le comité de pilotage, qui s’est réuni plusieurs fois au cours de l’année 2018, compte des

représentants et représentantes du ministère de la Culture (Inspection danse, Délégation danse -

DGCA), d’Arcadi Île-de-France, de l’Association des centres chorégraphiques nationaux (ACCN),

de l’Association des centres de développement chorégraphique nationaux (A-CDCN), du Centre

national de la danse (CND), de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), du

Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles (SYNDEAC) et du Syndicat national

des scènes publiques (SNSP).

Pour rendre compte au mieux de la situation de la diffusion de la danse, l’équipe de recherche a

sollicité les contributions de nombreux acteurs et actrices du secteur, compagnies

chorégraphiques et lieux de diffusion, à travers l’envoi d’un questionnaire en ligne et la

réalisation d’étude de cas, basées sur des entretiens avec les directions artistiques et/ou

administratives des équipes artistiques et des structures de diffusion.

109 compagnies, 92 établissements pluridisciplinaires et 38 lieux dédiés à la danse ont ainsi

répondu aux questionnaires, tandis que 20 compagnies et 21 lieux diffusion ont été entendu en

entretien.

LE TPAM : UN RENDEZ-VOUS ÉUROPÉEN

Cette fois encore au TPAM – Performing arts meetings in Yokohama en février 2018 à

Yokohama (Japon), le salon était organisé par l’Onda avec trois partenaires européens,

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 24

Dachverband Tanz Deutschland (Allemagne), Teatro Municipal do Porto et Teatro Nacional D.

Maria II de Lisbonne (Portugal).

Les artistes présents - Raphaëlle Boitel (cirque), Marco da Silva Ferreira (danse), Guilherme

Gomes (théâtre), Helge Letonja (danse), Cédric Orain (théâtre), Paula Rosolen (danse), Liz

Santoro (danse) et Stephanie Thiersch (danse) - étaient chacun accompagnés de leur chargé

ou chargée de diffusion et d’un programmateur ou d’une programmatrice soutenant leur travail,

le groupe étant composé de 22 personnes au total.

Ce salon européen a permis aux artistes de présenter leur travail et leur univers artistique à 52

participants programmateurs et programmatrices originaires de 20 pays différents :

Allemagne, Australie, Cambodge, Canada, Chine, Corée du Sud, France, Hong-Kong, Inde,

Indonésie, Japon, Laos, Malaisie, Mexique, Mozambique, Nouvelle-Zélande, Pologne,

Singapour, Taïwan et Thaïlande.

Le groupe européen a également participé aux activités et rencontres organisées pendant

TPAM exchange (journées professionnelles avec rencontres, tables rondes, speed-dating) et

assister, à Yokohama et à Tokyo, à une programmation artistique riche dans le cadre du focus

asiatique. Des rendez-vous collectifs ont permis de rencontrer Hiromi Maruoka, directrice du

TPAM, River Lin, responsable de la plateforme ADAM (Asia Discovers Asia Meeting à Taipei) et

Austin Wang, directeur du Taipei Performing Arts Center (Taïwan).

Un temps de préparation et de « coaching » conduit en amont du salon, pour travailler les

présentations et mieux cerner les enjeux du TPAM, a favorisé une compréhension partagé du

contexte, créant un esprit d’équipe, renforcé par l’expérience commune vécue au Japon.

À PROPOS !

Raphaëlle Boitel, circassienne, à propos des salons d’artistes au TPAM:

«Dear Beautiful Team !

In fact, I felt like a team with all of you in Japan, and I believe that

feeling doesn’t happen very often in life ! With all of you, it was like if

we already knew each other. Funny sometimes how fluid it can be. I’ll

keep this sensation with me for a little while !

Thank you for your generosity and for this beautiful moment to all.

Thank you Onda for organizing it so well, cause we know that when we

direct a project, the way we do it matters a lot and gives the tonality !

So congratulation to (…) make it happen in a magical way !»

LE 13 BIS : LIEU DE RENCONTRES POUR LES PROFESSIONNELS

L’Onda met à disposition ses salles de réunion, et certains bureaux, aux professionnels

(associations, fédérations, artistes, programmatrices et programmateurs…) qui en font la demande.

En 2018, l’Onda a accueilli une centaine de réunions de ces partenaires dans ses salles.

Parmi eux : Les Allumés du jazz, l’Assitej, l’Association des Centres Chorégraphiques

Nationaux, l’Association des Centres de Développement Chorégraphiques, l’Association des

Scènes Nationales, la Fédération d'Associations de Théâtre Populaire, l’Association des Centres

Dramatiques Nationaux, France Festivals, Territoires de cirque, etc.

Par ailleurs, l’Onda a hébergé administrativement 8 structures du spectacle vivant en 2018 :

l’Association des Scènes Nationales, l'Assitej, Territoires de cirque, Groupe des 20 théâtres en Îlede-France,

Groupement national des arts du cirque, l'Association des Théâtres à l’italienne, IRIS,

FACE (Fresh art coalition Europe).

Enfin, l’Onda accueille dans ses locaux en 2018 le Fonds RobertoCimetta et la Maison

Antoine Vitez.

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 25

RÉFLÉCHIR

ET SUSCITER

DE NOUVELLES

PRATIQUES

FAIRE VIVRE LE RÉSEAU PROFESSIONNEL


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 26


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 27

Partout en Europe, des artistes, des

structures culturelles, cherchent de

nouveaux modèles, expérimentent,

utilisent le numérique pour aller

ailleurs ou au-delà, mettent en place

des collaborations inédites.

L’Onda accompagne ce mouvement

en développant des dispositifs qui

favorisent la découverte, les

rencontres et la réflexion.

RESHAPE : DE NOUVEAUX MODÈLES

POUR LE SECTEUR ARTISTIQUE ET CULTUREL EN EUROPE

2018 première année du projet RESHAPE (https://reshape.network/about). Piloté par l’Onda, ce

projet européen de coopération a été sélectionné dans le cadre du programme Europe

créative de l’Union européenne.

Lancé officiellement les 10 et 11 octobre à Bruxelles, ce projet s’est construit avec 19 organisations

nationales (13 partenaires et 6 partenaires associés de 17 pays différents) œuvrant dans le secteur

artistique et tenant un rôle d'intermédiaires entre l’ensemble des professionnels et professionnelles.

A partir de la question « comment continuer à accompagner de façon pertinente le secteur du spectacle

vivant dans le contexte actuel ? », ces organisations ont construit un programme spécifique.

Partant du constat que les évolutions politiques, technologiques, économiques et écologiques

récentes sont profondes, que les prises de conscience s'agissant des inégalités d'accès et de

représentations, aiguës, que les artistes, par leur parcours personnel et/ou professionnel, ne rentrent

plus dans les cases "habituelles", qu’elles soient disciplinaires, géographiques, administratives, les

partenaires de RESHAPE se sont regroupés autour de la conviction que l'évolution nécessaire du

secteur passera par un processus d'innovation venu du terrain, inclusif et itératif.

Fort de ce collectif transnational, RESHAPE s'appuie sur l'expertise d'acteurs et actrices qui

expérimentent déjà de façon opérationnelle de nouvelles façons de penser et de mettre en

œuvre leurs projets, en particulier s'agissant de s'ouvrir à des publics plus larges et diversifiés,

de tester de nouvelles formes de gouvernance, de financements, et de penser trans-secteurs.

L'ambition est d'imaginer ensemble le futur du secteur du spectacle vivant et d'expérimenter les

endroits et outils possibles d'innovation au service de l'ensemble du secteur.

RESHAPE se propose ainsi de travailler autour de 5 thèmes :

• la transition du développement des publics vers un travail sur la citoyenneté en ouvrant

d'autres points de vue que celui du "spectateur-consommateur" ;

• l'innovation dans les organisations, la gestion et la gouvernance ;

• l'évaluation de la fonction de l'art et des artistes dans le tissu social ;

• les modalités d'un financement solidaire et transnational ;

• les outils pour accompagner les carrières des artistes qui œuvrent à l'échelle transnationale.

A l’issue d’un appel lancé en décembre 2018 qui a recueilli plus de 700 candidatures, 40 artistes

et autres professionnels du secteur ont été sélectionnés, et contribueront à ce programme de

recherche-expérimentation, au travers d’ateliers dans une vingtaine de villes sur 3 ans, le

programme se terminera en 2021.

RÉFLÉCHIR ET SUSCITER DE NOUVELLES PRATIQUES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 28

DESTINATIONS

Les Destinations, voyages à l’étranger, sont spécifiquement conçues en collaboration avec

des partenaires locaux pour amener à la découverte contextualisée d'un paysage culturel,

d'une ville ou d’une région, des artistes qui y créent et de programmateurs et programmatrices

locaux.

Cette année, 6 Destinations étaient au programme :

- une découverte de la scène artistique marocaine, à Marrakech et Casablanca, ses enjeux,

ses complexités et sa vitalité ;

- une occasion de repérer, au-delà des lieux et festivals majeurs et des artistes reconnus, la

grande diversité de lieux innovants, d’initiatives nouvelles et de projets artistiques qu’offre la

Catalogne ;

- un éclairage sur la création nordique pour l’enfance et la jeunesse, au Danemark, à Roskilde

et à Aarhus ;

- un voyage au Québec, territoire vaste et multiculturel, où se développent des modèles

d’organisation et de pratiques passionnants à repérer, construits au croisement des cultures

anglo-saxonnes et françaises ;

- une découverte des foisonnants arts de la scène indonésienne à Java, qui s’appuient sur

les traditions multiples qui constituent cet archipel de 17000 îles afin d'aborder des

problèmatiques actuelles,

- en République démocratique du Congo, une approche des projets et initiatives culturelles

et sociales développées dans la région de Kisangani par les Studios Kabako et une escale à

Kinshasa autour de la scène d'art contemporain de cette ville cosmopolite.

68 participantes et participants ont participé à ces 6 Destinations. Pour faciliter le

déplacement de certains et/ou certaines d’entre elles qui ne pouvaient assumer l'intégralité de

leurs dépenses, l’Onda a attribué 25 bourses de mobilité.

! À PROPOS !

Sylvie Violan, directrice du Carré-Colonnes,

à propos de la Destination Java :

« Cette créativité tous azimuts est palpable, à la fois parmi les artistes reconnus

mais aussi à travers la création de jeunes artistes émergents, qui déploient,

malgré́ un soutien public quasi inexistant, des projets atypiques, audacieux,

décloisonnés. Ce voyage m’a permis une vraie immersion dans la culture

indonésienne, dans ses relations complexes avec la tradition, la politique et la

religion, mais aussi des projets très concrets pour les mois à venir.»

! À PROPOS !

Alexis Nys, directeur artistique à Animakt, à propos de la Destination Catalogne :

« J’ai également apprécié les temps informels de rencontre avec les autres directeurs et directrices

français-es : il est trop rare dans nos réseaux de prendre le temps de la

rencontre, et cette parenthèse de quelques jours m’a permis d’avoir des

discussions intéressantes avec plusieurs membres du groupe.»

AIDE A LA MOBILITÉ

Le travail de développement des échanges s’appuie sur le principe de mobilité des œuvres,

mais aussi des artistes et des professionnels.

Le soutien à la mobilité est un dispositif à part entière de l’Onda ayant un réel effet incitatif

mais aussi régulateur puisqu’il peut faciliter le déplacement de représentants et

représentantes de structures ne pouvant assumer l’intégralité de leurs dépenses.

RÉFLÉCHIR ET SUSCITER DE NOUVELLES PRATIQUES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 29

Les aides à la mobilité permettent le soutien aux déplacements :

- des programmatrices et programmateurs français dans le cadre des Destinations (voyages à

l’étranger)

- des programmateurs et programmatrices des territoires ultramarins pour des rencontres ayant

lieu dans l’Hexagone et des programmatrices et programmateurs hexagonaux aux rencontres

organisées en Outre-mer

- des programmateurs et programmatrices internationaux invités aux rencontres et

événements proposés par l’Onda en France (Focus, Rida…)

En 2018, l’Onda a soutenu 79 déplacements de programmateurs et programmatrices et

d’artistes pour un montant total de 76 772 €.

POW WOW

Le Pow wow est une occasion de mieux faire connaître la jeune création et de favoriser de

premiers échanges entre programmateurs ou programmatrices et artistes dans un esprit

original, spontané et informel.

Douze « tandems » artiste - programmateur ou programmatrice sont constitués, le rôle du

programmateur ou de la programmatrice consistant à créer des liens entre l’artiste qu’il ou elle

accompagne et les autres programmateurs et programmatrices présents, et à faire bénéficier

tous les participants de sa connaissance du travail de l’artiste et des projets des différentes

structures représentées.

La soirée se déroule en deux temps :

- Présentation des tandems : par l’intermédiaire d’une ou plusieurs images/photos, chaque

tandem dispose de quelques minutes pour se présenter.

- Dîner brise-glace en cinq plats : le temps d’un dîner un peu particulier, chacun a l’occasion de

rencontrer et d’échanger avec les artistes, programmateurs et programmatrices de cette soirée.

En 2018, deux Pow wow ont eu lieu à l’Espace 1789 à Saint-Ouen en mars et au Carreau

du Temple à Paris en octobre.

! À PROPOS !

Lotus Edde Khouri, à propos du Pow wow au Carreau du Temple :

« Le contexte que vous créez par la présence de toute l'équipe de

l'Onda est vraiment particulier et sensible, propice à discuter et

rencontrer autrement, ça nous allait bien !»

! À PROPOS !

Christine Chalas, directrice adjointe de la Maison des Métallos:

« Au moment de commencer, je ressens un petit stress, c’est un endroit

de représentations pour elles qui, par ailleurs, sont non parisiennes, il faut que

ce soit efficace, que ça marche pour les artistes que j'accompagne. C’est un

endroit de réseau, pas juste un dîner entre amis. Stress lié à l’enjeu pour

elles. Et stress d’être à la hauteur en tant que programmatrice marraine.»

Ce format développé par l’Onda et qui permet une rencontre un peu différente entre artistes et

programmateurs et programmatrices a fait ses preuves, et se décline maintenant lors d’autres

évenements proposés par l’Onda et ses partenaires : un déjeuner sur ce modèle, le

RÉFLÉCHIR ET SUSCITER DE NOUVELLES PRATIQUES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 30

Les échanges artistiques sont au cœur des rencontres organisées

Vizàvis, co-organisé avec la Collaborative par l'Onda, qu'il s'agisse, ensemble, de parler de spectacles, de voir

a eu lieu en décembre au Centquatre dans des spectacles ou de rencontrer des artistes. En 2018, 193

le cadre d’Impatience, et un dîner avec les artistes ont participé aux rencontres de l'Onda (Rida, Destinations,

Pow wow, Focus...).

artistes présentés dans la cadre du

Festival Africolor lors de la Rida musique en novembre à Montreuil.

RÉFLÉCHIR ET SUSCITER DE NOUVELLES PRATIQUES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 31

RÉFLÉCHIR ET SUSCITER DE NOUVELLES PRATIQUES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 32

FOCUS

Les Focus, initiés par l’Institut français, sont des rendez-vous spécifiquement imaginés à

l’intention des professionnels étrangers (et auxquels se joignent de nombreuses

programmatrices et programateurs français) pour les accompagner dans la découverte de la

création françaises.

Deux Focus ont été organisés en 2018, un Focus danse à Lyon durant la Biennale de la

danse en septembre et un Focus pluridisciplinaire (Focus Performing arts de la scène) dans le

cadre du Festival TNB à Rennes, avec l’idée de dynamiser et de renouveler le format.

Ainsi, le Focus danse, organisé avec la Biennale de la Danse de Lyon, s’est enrichi cette année

d’une dimension européenne, avec l’organisation d’une plateforme en collaboration avec 4

partenaires grec, portugais, espagnol et belge (Grec Festival de Barcelona, Teatro Municipal do

Porto, Festival DDD de Porto, et Théâtre de Liège).

Pour les échanges entre programmateurs et programmatrices, un nouveau format - plus dynamique

- était également proposé : plus court, en groupe réduit, et articulé autour de 6 thématiques

structurantes.

Organisé avec l’Institut français, Spectacle vivant en Bretagne et le Théâtre national de

Bretagne, le Focus Performing arts de la scène à Rennes a proposé aux 70 professionnels

internationaux présents de nouveaux types de rencontres ; jeux de speed networking et

« déjeuners particuliers » ont permis de favoriser les échanges et les liens entre les

programmateurs et programmatrices ainsi qu’avec les compagnies artistiques présentes.

Par ailleurs, les douze jeunes équipes artistiques, présentées lors de salons en matinée, ont été

présentes tout au long du Focus, bénéficiant ainsi d’une expérience du festival sur plusieurs

jours et d’échanges plus approfondis avec les professionnels.

! À PROPOS !

Nicolas Givran, compagnie Qu’avez-vous fait de ma bonté ?,

à propos du Focus Performing - arts de la scène :

« Au vu de ma situation insulaire (île de la Réunion), cette opportunité de

rencontrer des artistes, chargés de diffusion et quelques pièces de

créateurs hors de mon département, est absolument précieuse et rare.

J’ai particulièrement apprécié la possibilité de pouvoir cette fois-ci être sur

un temps de présence de plusieurs journées, ce qui a favorisé les prises

de contacts et les échanges « informels » (d’ailleurs les trajets en

navettes sont particulièrement prompts à engager discussions et

rencontres ).»

RENCONTRE DES PARTENAIRES DE L’ONDA A AVIGNON

La Rencontre d’Avignon rassemble l’ensemble des partenaires de l’Onda. Elle permet de

partager le bilan d’activité de l’Onda et de présenter ses activités à venir.

Elle permet également de se faire l’écho de réflexions et préoccupations qui animent le

secteur culturel.

Cette année l’Onda avait invité plusieurs intervenants et intervenantes extérieurs, en binôme

avec des membres de l’équipe de l’Onda, sur trois sujets, entre autres, qui traversent le secteur

du spectacle vivant : Frédérique Latu, directrice déléguée de l’Échangeur-CDCN, autour de la

notion de déplacement, déplacement pour découvrir et comprendre d’autres manières de faire

et d’autres contextes ; Stéphane Jouan, directeur de l’Avant-Scène à Cognac, pour évoquer le

rôle du numérique en tant qu’agent de transformation de la société en général et des métiers du

RÉFLÉCHIR ET SUSCITER DE NOUVELLES PRATIQUES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 33

spectacle vivant en particulier et Anne Grumet, membre du Haut Conseil pour l’égalité entre les

femmes et les hommes, sur les questions de parité dans le secteur culturel.

! À PROPOS !

Frédérique Latu, directrice déléguée de l’Échangeur – CDCN à la

Rencontre des partenaires à Avignon

«Comprendre un autre contexte de création et de production, tant le

contexte global que le contexte professionnel du secteur artistique

permet de mettre à jour les engagements, les urgences, les

nécessités. Ces constats ouvrent vers d’autres formes d’exigences,

d’autres ressorts d’accompagnement et/ou de programmation.

L’enjeu se déplace : d’une recherche de spectacles pour construire

une saison ou un festival, comment peut-on contribuer à soutenir des

démarches singulières et une vitalité artistique sur un territoire, en

aller/retour avec le nôtre ? (…)»

! À PROPOS !

Stéphane Jouan, directeur de l’Avant-Scène à Cognac :

«Quand il s’agit de numérique, aujourd’hui,

l’enjeu ne se situe pas tant dans le choix d’utiliser tel ou tel outil mais plutôt dans la

question des usages du monde et de notre espace de représentations, transformé.

Transposé au monde de la culture, il y a probablement une nécessité de prendre en

compte ces transformations qui impactent la création, la diffusion, la transmission, la

relation aux publics et aux artistes. Pour ces raisons, le numérique est un partenaire

de jeu qui met en crise nos pratiques et peut permettre de mieux comprendre le sens

de ce que nous faisons et à qui cela s’adresse.»

La Rencontre des partenaires à Avignon a réuni 352 participants et participantes, directeurs

et directrices de théâtres partenaires de l’Onda, au Théâtre Benoit XII et pour un déjeuner dans

le jardin du gymnase du Lycée Saint-Joseph.

LE NUMÉRIQUE

MATRICE.IO

Le numérique concilie la potentialité de fonctionnalités techniques qui lui sont intrinsèques

comme le fait d'accompagner l'itinérance et, étant adopté de façon active par les jeunes

générations, l'opportunité de créer un lien avec celles-ci.

L'Onda travaille depuis 2017 à se rapprocher d'initiatives liées au numérique pour créer porosité

et échange entre les pratiques, les outils et les générations.

En 2017, l'Onda a été sollicité pour accompagner le travail des équipes d'étudiants et

étudiantes engagées dans le cursus Matrice.io Arts (sous l’égide de la Direction Générale de la

Création Artistique (DGCA) du ministère de la Culture).

Matrice.io est un programme d'innovation, de formation et de production qui rassemble

différentes écoles, universités, entreprises et institutions autour d'enjeux spécifiques, ambitieux

et de nature à dessiner le futur intellectuel et professionnel d'un secteur. De quelles manières le

numérique impacte-t-il la culture, au sens de la création artistique, de la médiation par le biais

des nouvelles technologies, et de la diffusion vers les publics - notamment ceux qui sont hors

des canaux habituels ? L'Onda a apporté sa connaissance et son expertise du secteur des arts,

en particulier du spectacle vivant.

En 2018, l’Onda a poursuivi l’accompagnement des équipes du cursus Matrice.io engagées sur

la question du spectacle vivant : l’Explorateur culturel « simplifie la diffusion et l’accès à la

programmation culturelle » et Capsule « dissémine des évènements culturels immersifs et

interactifs dans des lieux insolites ».

RÉFLÉCHIR ET SUSCITER DE NOUVELLES PRATIQUES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 34

TMNLAB

Depuis 2017, l'Onda adhère au réseau TMNlab.

L’association TMNlab a pour objet de constituer et animer un réseau de professionnels de la

communication, de la médiation et des relations avec les publics du spectacle vivant pour :

- favoriser, interroger et développer l’utilisation des outils numériques, existants et à venir, en

communication et médiation pour les théâtres et plus largement les lieux de spectacle vivant,

- faciliter l’échange et la coopération entre professionnels en France et à l’étranger,

- donner de la visibilité, promouvoir et faire reconnaître les pratiques professionnelles

innovantes.

Cette démarche permet à l'Onda de se rapprocher des professionnels présents sur les

questions de médiation et d'innovation au quotidien dans les lieux de diffusion. Par son

implication dans TMNlab, l'Onda souhaite en retour contribuer à faciliter le développement du

réseau sur l'ensemble du territoire et faire mieux partager ces problématiques à tous les

échelons des lieux.

En 2018, deux rencontres ont été organisées. La première en avril, accueillie par la MC93 s’est

intéressée à la transformation des institutions à l'ère numérique. La seconde en décembre, au

Monfort, avait pour objet « La billetterie, levier de transformation numérique des théâtres ? ».

Elles ont réuni une centaine de professionnels.

RÉFLÉCHIR ET SUSCITER DE NOUVELLES PRATIQUES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 35

SOUTENIR

FINANCIÈREMENT

LA DIFFUSION

DES SPECTACLES

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 36

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 37

Dans le cadre de ses missions de

soutien à la diffusion sur le territoire

français, l’Onda aide financièrement les

représentations de spectacles dans des

structures culturelles. En 2018, l’Onda a

soutenu la diffusion de 888 spectacles

de 668 équipes artistiques pour 3 618

représentations

dans 404 lieux de diffusion

et pour un montant de 2 755 815 €.

Il existe trois principes d'interventions financières :

- la garantie financière qui permet de compenser une partie du déficit encouru par un lieu pour

l'accueil d'un spectacle. La règle de calcul est valorisée dans le cadre de certains dispositifs ;

- la prise en charge de dépenses de déplacement. Il peut s'agir de transport de matériel et/ou

de voyages de personnes ;

- la prise en charge d'autres types de dépenses (surtitrage...).

Ces interventions peuvent s'inscrire dans le cadre de dispositifs conçus afin de répondre à des

problématiques, tendances ou changements de pratiques identifiés sur le terrain. Les axes de

travail actuels de l'Onda portent sur la présence renforcée d'un artiste ou auteur dans un même

lieu ou encore les actions de coopération entre plusieurs diffuseurs autour d'un même

spectacle.

AIDER LES LIEUX DANS LEUR PRISE DE RISQUE

GARANTIE FINANCIÈRE

La garantie financière qui permet d'aider l'accueil d'un spectacle dans un lieu est la modalité de

soutien financier la plus fréquente.

Le montant de la garantie est calculé sur la base des dépenses artistiques prévisionnelles

(contrats, voyages et transports, défraiements, droits d'auteurs) et des produits (billeterie,

partenariats éventuels) et prend en compte le budget de la structure et la subvention reçue du

ministère de la Culture. Son montant définitif est arrêté et versé une fois les représentations

passées et les dépenses artistiques réelles connues.

En 2018, l’Onda a accordé 1 062 garanties pour un montant de 1 854 550€, venant ainsi soutenir

2 180 représentations de 711 spectacles de 559 équipes dans 337 structures de diffusion.

L’Onda prend en compte depuis 2017, grâce à un partenariat avec la SACD, les représentations

scolaires dans le calcul des garanties attribuées à des spectacles destinés aux enfants à partir

de 3 ans. 143 aides à 744 représentations de 88 spectacles jeune public ont été accordées

pour un montant de 303 900 €.

Aux côtés de la SACD, l’Onda est également particulièrement attentif à la présence des auteurs

et autrices auprès des élèves, dans une dimension d’action culturelle (ateliers, bords de scène,

etc.).

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 38

ENCOURAGER LA COOPÉRATION ENTRE OPÉRATEURS

TOURNÉE TERRITORIALE

Une tournée territoriale s'effectue à l'initiative d'une structure d'accueil qui organise une tournée

dans sa zone de proximité géographique. Celle-ci doit réunir au minimum trois lieux, sur un

temps cohérent. L'aide apportée par l'Onda concerne l'ensemble des dépenses de transport et

de voyage de l'équipe invitée. L'aide est accordée au lieu qui coordonne la tournée, qui la

répartit équitablement entre les lieux.

En 2018, l’Onda a soutenu 28 tournées dans 93 structures pour 213 représentations et un

montant de 115 242 €.

Quatre de ces tournées ont eu lieu à La Réunion, et deux équipes ultramarines, originaires de

Guadeloupe et de la Réunion, ont été accueillies dans l’Hexagone dans le cadre d’une tournée

territoriale.

SPECTACLES ÉTRANGERS | TOURNÉE

L'aide apportée par l'Onda à la tournée de spectacles internationaux concerne les dépenses de

transport et de voyage international de l'équipe invitée. La tournée s'effectue à l'initiative d'un

lieu de diffusion et doit réunir au minimum trois lieux sur un temps cohérent. L'aide est accordée

au lieu qui coordonne la tournée, qui la répartit équitablement entre les lieux.

En 2018, l’Onda a contribué à la réalisation de 18 tournées en France pour 163 représentations

dans 74 structures de diffusion et un montant de 77 908 €.

SPECTACLES ÉTRANGERS | SURTITRAGE

Dans le cas de l'accueil isolé d'un spectacle international, l'Onda peut apporter un soutien

financier à la réalisation du surtitrage en français du spectacle (ou de sa traduction) dans la

mesure où il s'agit d'un premier accueil en France et que celui-ci peut inciter à la réalisation

d'une tournée ultérieure. La compagnie détient l’usage du surtitrage et s'engage à mettre

gratuitement à disposition des lieux le texte du surtitrage.

En 2018, un apport de 26 010€ a permis de financer la traduction/surtitrage de 21 spectacles

pour 85 représentations. Ces surtitrages, à disposition des équipes artistiques, profitent

potentiellement à de nombreuses autres représentations.

CHARTE D'AIDE A LA DIFFUSION

La Charte d'aide à la diffusion est un dispositif de soutien à la circulation des spectacles. Elle

est animée par six agences régionales (Arcadi Île-de-France, Agence culturelle Grand Est,

OARA Nouvelle-Aquitaine, ODIA Normandie, Occitanie en scène, Spectacle vivant en

Bretagne) et l’Onda dans le but d'améliorer la visibilité nationale des compagnies. En

complément de la garantie financière accordée de façon systématique par l'Onda, chaque

agence de la région d'origine de l'équipe artistique participe aux frais de déplacements.

En 2018, l’Onda a attribué 38 garanties financières à 86 représentations de 12 spectacles

sélectionnés dans le cadre de la Charte. 65 550€ du budget de garanties a été consacré à des

spectacles de la Charte.

ALLONGER LES TEMPS DE PRÉSENTATION DES ARTISTES DANS LES LIEUX

RÉSEAU DE DIFFUSION PLURIDISCIPLINAIRE | MUSIQUE

La Convention musique permet d'accompagner un lieu de diffusion pluridisciplinaire qui

accueille, sur une année civile ou une saison, trois concerts d'un ensemble musical dans des

programmes différents ou plusieurs ensembles autour d'une thématique ou d'un compositeur.

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 39

16 conventions étaient en cours sur l’année 2018. 35 aides ont été données, à 15 structures,

pour 31 spectacles de 17 ensembles, pour 52 représentations et un montant de 101 150 €.

RÉSEAU DE DIFFUSION PLURIDISCIPLINAIRE | DANSE

La Convention de répertoire chorégraphique a pour but d'élargir la diffusion de la création

chorégraphique dans les lieux qui ont une programmation pluridisciplinaire. Le lieu de diffusion

s'engage à accueillir au moins deux fois au cours d'une saison une ou un artiste

chorégraphique dans des programmes différents.

14 conventions étaient en cours sur l’année 2018. 22 aides ont été données, à 12 structures, pour

20 spectacles de 11 équipes artistiques, pour 38 représentations et un montant de 74 950 €.

RESEAU DE DIFFUSION PLURIDISCIPLINAIRE | PREMIERES PRESENTATIONS POUR

LES COPRODUCTEURS

La première présentation d'une œuvre au public est un moment particulièrement fragile. L'Onda

porte une attention particulière aux lieux qui accompagnent par un effort particulier les

premières diffusions d'un spectacle qu'ils ont produit ou coproduit. Cet accompagnement par le

lieu peut prendre la forme d'un nombre de représentations significatifs, ou, si nécessaire, d'un

temps de répétition supplémentaire avant de nouvelles représentations publiques.

En 2018, L’Onda a accordé 6 aides pour un montant de 27 900 € pour 31 représentations.

RÉSEAUX DE DIFFUSION SPÉCIALISÉS | DANSE

L'Onda apporte un soutien aux CCN - Centres chorégraphiques nationaux ou CDCN - Centres

de développement chorégraphiques nationaux qui diffusent des spectacles d'équipes

indépendantes qui ont bénéficié d'un accueil studio dans un CCN ou d'une coproduction dans

un CDCN. Ce soutien renforcé vise à améliorer la diffusion des pièces chorégraphiques et à

soutenir les réseaux spécialisés de diffusion de la danse en France.

Dans le cadre de ce dispositif, l’Onda a soutenu en 2018, 5 spectacles et 19 représentations

dans 4 CCN et CDCN pour un montant de 19 700 €.

PRENDRE EN COMPTE L'ÉVOLUTION DES PRATIQUES

PROJETS PARTICIPATIFS / PROJETS DE TERRITOIRES

Un spectacle dit participatif est un spectacle créé par un professionnel (metteur en scène,

chorégraphe, compositeur...) qui nécessite pour chacune de ses présentations la présence de

praticiens amateurs sur le plateau, au côté des artistes-interprètes professionnels.

De par le montage de leur production, ces projets nécessitent une prise en compte des

dépenses adaptée, en particulier les frais émanant de la préparation, des ateliers et des

représentations des participants au projet. Vu la nature de certains de ces projets, l'absence de

billetterie est admise.

Un projet de territoire est un projet conçu par un professionnel : metteur en scène, chorégraphe,

compositeur… impliquant sa présence sur une durée longue et sur un territoire donné qui lui

permet de créer à partir de collectage, ateliers, rencontres etc... Ce projet fait l’objet d’une

restitution. Si le projet fait l’objet d’un protocole reconductible et si il peut être recréé sur un

autre territoire, l’Onda peut le soutenir dans le cadre de sa diffusion et prendre en compte les

frais artistiques qui lui sont spécifiques dans le calcul de la garantie financière. Vu la nature de

certains de ces projets, l'absence de billetterie est admise.

En 2018, 4 projets participatifs / de territoire ont été soutenus pour 7 représentations et

un montant de 9250 €.

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 40

Les aides de l'Onda en 2018

L’Onda a soutenu 668 équipes artistiques...

Parmi elles, 26% sont basées en région Ile-de-France

... et 404 structures d'accueil réparties sur 283 villes

La grande majorité de ces structures (79%) est située en régions hors Île de

France • Les types de lieux de diffusion soutenus par l’Onda sont : scènes

conventionnées (18%), festivals (18%), théâtres de ville et intercommunaux (15%),

centres de production et de diffusion labellisés* (15%), scènes nationales (11%),

autres scènes non labellisées (9%), lieux associatifs (7%), compagnies avec lieux

d’accueil (5%), collectivités territoriales (2%) • 42 structures sont soutenues

pour la première fois, soit 10% du nombre total

* CCN, CDC, CDN, CNCM, CNAR, PNAC, etc.

1383 aides

31% ont soutenu des spectacles de théâtre ; 28% de danse ; 17% de musique ;

13% de cirque ; 9% de marionnettes et 2% de spectacles en rue/espace public.

226 structures (56% des partenaires) ont reçu un soutien pour l’accueil de 232

spectacles étrangers

Une majorité des spectacles étrangers soutenus est originaire d’un pays

européen (75%).

Parmi les spectacles étrangers aidés en 2018, la danse est majoritaire (41%)

suivie du théâtre (32%), de la musique (11%), de la marionnette (9%), du cirque

(4%) et des créations en espace public (2%).

123 structures (30% des partenaires) ont été soutenues pour la diffusion de

115 spectacles pour l’enfance et la jeunesse

Parmi les spectacles aidés en 2018, le théâtre est majoritaire (48%) suivi de la

danse (19%), de la marionnette (17%), de la musique (14%), et du cirque (3%).

Le parcours d’un spectacle à l’Onda

Circus Remix – Maroussia Diaz Verbèke / Le Troisième Cirque

Annoncé dans la news de décembre 2017 > Evoqué par les conseillers et

conseillères de l’Onda dans les Rida de la saison 2017/2018 > En 2018 et

2019, le spectacle a bénéficié d’une tournée de 14 lieux, dont 6 soutenues par

l’Onda en garantie pour 14 répresentations et 17400€. Ces aides ont été

accordées à deux scènes conventionnées, une scène nationale et trois pôles

nationaux cirque.

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 41

Structures de diffusion ayant bénéficié d’une aide en 2018

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


Studieuse, assise, debout, en BILAN grand D'ACTIVITÉ comité ou ONDA plus 2018 intime, - 42 la

convivialité et les temps informels sont une constituante

importante de l'activité d'animation du réseau.

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 43

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 44

SOUTENIR FINANCIÈREMENT LA DIFFUSION DES SPECTACLES


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 45

S’ENGAGER

S’ENGAGER


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 46

S’ENGAGER


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 47

L’Onda grâce à sa position

d’observateur, au niveau national

mais aussi international, repère les

endroits de tensions et d’inégalités,

agit pour redonner des moyens, et

reste attentif, en interne, à sa propre

gouvernance.

LE SOUTIEN AUX ARTISTES EN EXIL

Depuis 2015, l’Onda s’attache à repérer les artistes réfugiés qui arrivent sur le territoire

français, et organise des moments de présentation de leur travail en direction des

programmatrices et programmateurs. Il est en effet primordial de redonner du temps, des

espaces et des moyens à ces artistes, pour qu’ils puissent à nouveaux s’exprimer.

LES SALONS D’ARTISTES

L’Onda organise des salons, moment privilégié et convivial, au cours duquel des équipes

artistiques présentent leurs démarches et leurs créations. En petits groupes, les

programmateurs et programmatrices peuvent circuler d’un artiste à l’autre, rencontrer les

équipes présentes et découvrir les univers artistiques de chacun d’entre eux.

En 2018, il a semblé important à l’Onda de travailler au niveau européen sur ces

repérages et sur l’insertion des artistes dans le secteur. Des salons d’artistes intitulés «

Meet the makers » coorganisés avec des partenaires allemands et belges (Flanders Arts

Institute, Kunstfest Weimar, Theater an der Ruhr, Dachverband Tanz, le Kunstenfestivaldesarts

et Globe Aroma), et associant des artistes en exil dans plusieurs pays européens avec des

programmatrices et programmateurs accompagnants, ont eu lieu le 18 mai dans le cadre du

Kunstenfestivaldesarts à Bruxelles.

Etaient présents :

Muddar Al Haggi – théâtre (Syrie/Allemagne) | Wael Ali – théâtre (Syrie/France) | Wael Alkak –

musique (Syrie/France) | Yazan Iwidat – danse (Palestine/Belgique) | Wael Kadour – théâtre

(Syrie/France) | Kubra Khademi – performance (Afghanistan/France) | Enkidu Khaled – théâtre

(Irak/Belgique) | Mey Sefan – danse (Syrie/Allemagne) | Wihad Sulaiman – théâtre (Syrie/

Allemagne)

Cet événement a attiré une soixantaine de programmatrices et programmateurs, français et

européens. Au-delà des salons, un séjour durant le Kunstenfestivaldesarts était proposé aux

artistes et aux programmateurs les accompagnant, avec un programme de spectacles, une

rencontre avec la direction du Kunstenfestivaldesarts et des artistes du festival, et une journée

à Campo à Gand dans le cadre du « visitors programme » du Flanders arts institute.

L’ATELIER DES ARTISTES EN EXIL, aa-e

Les artistes repérés, rencontrés, ont souvent exprimé la nécessité d’avoir un lieu où ils

pourraient se retrouver, trouver appui et moyens, que ce soit administratif, mise en réseau,

espaces de travail…

S’ENGAGER


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 48

Ce lieu, initié et porté par l’Onda, existe aujourd’hui : l’atelier des artistes en exil. Il est dirigé par

Judith Depaule et Ariel Cypel (http://aa-e.org/fr/).

Il propose :

- un espace d’accueil et de conseil où les artistes sont reçus individuellement et où leurs

besoins sont identifiés ;

- un espace de convivialité où les artistes peuvent transiter, disposer d’ordinateurs connectés à

internet, se réunir en petit nombre, organiser des rendez-vous ;

- des espaces de pratique artistique où les artistes peuvent venir travailler ponctuellement ou

sous forme de résidences, ponctuées de monstrations en direction des professionnels,

d’ateliers de pratique artistique en direction d’un public amateur.

L’Onda est attentif aux artistes présents à l’aa-e et à toutes les sorties de résidence organisées,

il reçoit les artistes en rendez-vous, et travaille étroitement avec l’équipe de l’aa-e lors de

l’organisation de salons et de festivals.

LES SOUTIENS FINANCIERS

Enfin, l’Onda prête une attention particulière aux projets développés par ces artistes, et soutient

financièrement, dès qu’il le peut, les lieux qui se sont engagés dans leur accueil.

Ainsi, en 2018, 25 de ces spectacles ont bénéficié d’une garantie financière, pour un montant

de 29 350€, pour 48 représentations dans toute la France.

L’Onda soutient également financièrement la présence des artistes, et éventuellement de leurs

accompagnateurs aux rencontres auxquelles ils sont invités. 4 personnes ont ainsi bénéficié

d’une prise en charge pour leur participation aux salons de Bruxelles pour un montant de

2531€.

EGALITÉ

Avec 12 femmes sur 17 salariés dans l’équipe de l’Onda, la parité est inversement

proportionnelle à la réalité française. Parmi les 10 cadres, 6 sont des femmes pour 4 hommes.

Avec l’élection en mai, d’Alice Orange et en décembre, d’Emmanuelle Wattier aux postes

d’administratrices, le Conseil d’administration de l’Onda est maintenant paritaire avec 4

femmes et 4 hommes parmi les membres élus.

D’autre part, l’équipe de l’Onda est attentive, dans toutes ses activités, à équilibrer, dans la

mesure du possible, la présence des artistes femmes et hommes :

- Dans les rencontres : lors des Pow wow, dont le but est de favoriser l’émergence d’une

nouvelle génération d’artistes et d’influer sur le futur des programmations, 70% des artistes

présents étaient des femmes, et dans les 11 Rida de l’année où une rencontre avec des artistes

était organisée, on comptait 45% de femmes.

- Dans la newsletter : sur 112 spectacles conseillés, 34% étaient des créations de femmes,

54% d’hommes et 12% de collectifs.

L’engagement de l’Onda sur cette question de la visibilité des créatrices s’est accentué au

cours de l’année et, pour la rentrée de 2018, il a été décidé d’essayer d’être au minimum

strictement égalitaire dans les repérages proposés. Ainsi dans les 3 dernières newsletters de

septembre à décembre, on compte 46% de femmes, 43% d’hommes et 11% de collectifs.

- Dans les repérages sur la page Facebook : sur 29 spectacles évoqués, 28% étaient portés par

des femmes, 41% par des hommes et 31% par des collectifs/duos mixtes

- Lors des Rida, les prises de parole, depuis septembre 2018, doivent porter alternativement sur

des spectacles créés par des hommes et des femmes.

Mais il reste du chemin à parcourir. C’est la raison pour laquelle l’Onda poursuit et nourrit sa

réflexion, et souhaite la faire partager à tout le secteur du spectacle vivant.

S’ENGAGER


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 49

C’est ainsi que lors de la Rencontre des partenaires à Avignon, l’une des interventions était

consacrée à la question de l’égalité hommes-femmes.

Elle était menée par Adrien Chiquet, conseiller à l’Onda et référent au sein de l’Office sur les

questions de parité, et Anne Grumet, membre du Haut Conseil pour l’égalité entre les femmes

et les hommes, et co-rapporteure du rapport « Inégalités entre les femmes et les hommes dans

les arts et la culture, Acte II : après 10 ans de constats, le temps de l’action ».

Ensemble, ils ont dressé un état des lieux de la situation actuelle, qui a peu évolué en 10 ans

malgré la mobilisation des pouvoirs publics et des professionnels, proposé des exemples de

bonnes pratiques et d’initiatives mises en place dans certaines institutions et organismes du

secteur, et formulé des préconisations pour l’avenir.

! À PROPOS !

Anne Grumet, membre du Haut Conseil pour l’égalité entre les femmes et

les hommes, à la Rencontre des partenaires à Avignon :

«Résorber les inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et

la culture est un projet de Politique Culturelle car cette question amène à

redéfinir l'accès à la direction des lieux dotés de budgets conséquents, la

répartition des moyens de production, la question de l'organisation de la

formation, des recrutements, de l'expertise et de la gouvernance des

structures, celle des violences sexuelles et sexistes tellement prégnantes.

Celle du public également et de la représentation du monde que nous lui

proposons.

Plus généralement, en questionnant les inégalités entre les femmes et les

hommes, nous questionnons toutes les autres inégalités, celles

concernant les personnes discriminées pour leur couleur de peau, leur

appartenance culturelle et/ou religieuse, leur orientation sexuelle ou leur

condition mentale ou physique.

Pour conclure, je voudrais citer Christiane Taubira, reprenant les travaux de

Françoise Héritier : « L’inégalité entre les femmes et les hommes est la

matrice de toutes les discriminations. Une fois celle-ci éliminée, les autres –

fondées sur des préjugés ou des faits culturels - s’écrouleront. Tant que

nous n’aurons pas installé psychologiquement et intellectuellement cette

nécessaire égalité au sein de nos sociétés, tant que les lois

et les faits toléreront le sexisme, nous donnerons prise à toutes les autres

inégalités.»

LES DÉJEUNERS DE L’ONDA

Régulièrement, l’Onda invite un ou une responsable culturelle, une ou un artiste, un chercheur

ou une chercheuse, une ou un activiste à venir, lors d’un déjeuner partagé, parler de son

expérience et faire part de ses réflexions à l’ensemble de l’équipe, sur des sujets variés.

Par exemple, cette année, Lian Bell, scénographe et curatrice irlandaise, est venue parler

du succès rencontré par la campagne #WakingTheFeminist menée en réaction à la

marginalisation et à la sous-représentation du travail des artistes femmes dans les arts du

spectacle en Irlande, et Camille Saint-Macary, chercheuse à l’Institut de Recherche pour le

Développement, a évoqué les questions d’aide au développement, notamment en République

Démocratique du Congo, où une Destination était organisée la même année.

S’ENGAGER


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 50

S’ÉVALUER

Pour évoluer et s’améliorer, il faut prendre du recul, s’arrêter un instant et regarder l’existant ;

observer les outils mis en œuvre pour atteindre un certain nombre d’objectifs et leur efficience réelle.

En 2018, l’équipe de l’Onda a donc entrepris d’évaluer plusieurs de ses rencontres ou

dispositifs, au travers de questionnaires envoyés aux participants et bénéficiaires.

Ont ainsi fait l’objet d’une enquête :

- les Destinations Catalogne et Danemark

- le Pow wow au Carreau du Temple

- le Focus Rennes

- « Diffuser ensemble », le programme d’accompagnement des compagnies de la Charte de

diffusion qui venait de s’achever.

Au terme de ces enquêtes, et après analyse des résultats, certaines des pistes mises en

lumière ont été adoptées dans la constrution des évenements de la saison 2018-2019.

SOLLICITER DES REGARDS EXTÉRIEURS

REPENSER LES RIDA

Comment faire évoluer une institution qui est là pour garantir une forme de pérennité mais qui

s'est aussi toujours revendiquée comme étant là pour accompagner les évolutions du secteur ?

C’est dans cet état d’esprit que l’Onda souhaite faire évoluer, ou du moins questionner, ses

fondamentaux.

Cette année, l’Onda a ainsi travaillé autour des Rida (Rencontres interrégionales de

diffusion artistique). Il y a 40 ans, quand elles ont été inventées, les Rida (nommées alors

Grac (Groupements régionaux d’associations culturelles) étaient quasiment les seuls moments

de travail collectif pour les programmateurs et programmatrices autour des spectacles.

Aujourd’hui, ceux-ci et celles-ci sont de plus en plus sollicitées pour des réunions de réseaux,

labels, syndicats…

Qu’est ce qui rend les Rida indispensables et comment les faire bouger pour qu’elles soient

encore plus constructives ? L’Onda a organisé plusieurs « brainstormings » sur le sujet, en

interne avec l’équipe dont un, accompagné par une agence spécialisée en design thinking.

Ce travail s’est déroulé en 3 étapes.

- avec l’ensemble de l’équipe de l’Onda pour travailler à définir les axes fondamentaux d’une Rida.

- puis 3 personnes de l’équipe de l’Onda ont été formées en « facilitation » afin de coanimer

une séance « d’idéation » qui réunirait une trentaine de participants (l’équipe de l’Onda, des

programmateurs et programmatrices, des membres du CA, des agences régionales, des

artistes et des conseillères et conseillers des DRAC – soit des professionnels participants ou

non aux Rida).

- La journée d’idéation elle même, qui a été construite suivant un processus mis au point par

l'université de Stanford : le principe étant de produire des idées et des prototypes en collectif de

ce que pourrait être une Rida si elle était un de ses axes fondamentaux et uniquement celui-là

(à titre d’exemple : une Rida ne serait qu’une communauté et uniquement une communauté,

une place de marché, un média, un espace de formation etc). L’idée est donc de faire ressortir

des idées concrètes en travaillant à une forme de « fiction prospective ».

Tous ces temps ont permis d’apporter certaines évolutions à la construction du programme des

Rida de la saison 2018/2019 (échanges lors de temps de marche, introduction de « jeux » pour

constituer le groupe, paroles égalitaires, temps d’échanges plus structurés…).

S’ENGAGER


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 51

SE FORMER

En 2017 et 2018, plus de la moitié de l’équipe de l’Onda a participé à la formation Belle

Ouvrage, Public ! :

« Public ! permet de réfléchir à ce que sont nos missions de service public, ou, pour le dire

autrement, à ce qu’il y a de public dans nos missions, dans nos lieux, dans nos managements.

Comment nous prenons en compte la notion de citoyenneté dans la manière dont nous

pensons nos missions, dont nous dirigeons les équipes, quel rôle laisse-t-on au débat… »

4 des sessions de formation proposées ont accueilli un ou plusieurs salariés de l’Onda :

- Penser les usages du lieu / Proposer au Vivat, Armentières

- Inventer des projets pour se relier différemment avec les gens / Se relier au Grand T, Nantes

- Composer le public du lieu / Rassembler au Théâtre Louis Aragon, Tremblay-en-France

- Insuffler du mouvement dans l’équipe / Évoluer, à La Belle Ouvrage, Paris

- Formuler les objectifs de l’action et les modalités de son évaluation / Apprécier, au Théâtre de

l’Agora, Evry

Toute l’équipe de l’Onda a également suivi une formation d’une journée aux premiers secours,

intitulée Prévention et Secours Civiques de niveau 1, dispensée par la Protection civile Paris-

Seine.

Celle-ci avait pour but de former tous les salariés aux savoirs et comportements nécessaires

pour prévenir une situation de danger, se protéger et porter secours, aussi bien dans leur vie

professionnelle que personnelle.

DE NOUVELLES FORMES D’ORGANISATION DU TRAVAIL : LE

TÉLÉTRAVAIL

Depuis mai 2018, l’Onda a mis en place, dans un but d’amélioration des conditions de travail

des salariés et d’adéquation aux nouvelles formes de travail liées au numérique, une Charte de

télétravail.

Celle-ci permet aux membres de l’équipe le souhaitant d’exercer une partie de leur activité

professionnelle à leur domicile ou dans un autre lieu de télétravail, tout en s’assurant que

l’Onda demeure un lieu de vie, animé par son équipe et ouvert aux membres de la profession,

au cœur de Paris.

Ainsi depuis sa mise en place en 2018, le télétravail a concerné 7 membres de l’équipe pour un

total de 24 jours cumulés.

S’ENGAGER


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 52

S’ENGAGER


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 53

CONCLUSION

Vous avez entre les mains notre Bilan d’activité 2018.

Les fondamentaux sont toujours bien réels… mais ils évoluent :

- Le développement des dispositifs financiers, qui favorisent une meilleure présence des

artistes dans les lieux

- Les Rida qui se transforment peu à peu, tout en gardant leur cœur d’activité : les

échanges artistiques

- Les échanges accentués, avec les réseaux, les DRAC, la Collaborative

- L’attention aux territoires ultramarins soutenue grâce à un développement des

déplacements et des bourses de mobilité

Les artistes, leur création et leur diffusion, sont au cœur de nos préoccupations, artistes vivant

et travaillant en France, et n’arrivant pourtant pas à œuvrer avec des moyens décents, à entrer

en contact avec des lieux, artistes vivant dans des territoires éloignés, artistes ayant du quitter

leur pays. Pour eux les rencontres se développent, rencontres où le temps, la convivialité, sont

les maîtres-mots (Pow wow, Vizavis, Salons…).

L’attention aux structures de diffusion est aussi indispensable, structures faisant face pour

certaines à des baisses de moyens, une surcharge de travail et de sollicitations, des cahiers

des charges de plus en plus lourds à appliquer, une relation à leurs élus tendue.

L'Onda s'attache à être à l'écoute et, au-delà des mots, à se montrer réactif aux nécessités et

possibilités du moment. Il s'attache aussi à voir plus loin, à se déplacer, se proposer comme un

espace de réinvention d'un secteur, au plus près du monde actuel. Pour cela, les temps de

réflexion se développent, afin d’être mieux à même de répondre aux enjeux : RESHAPE, Rida,

Destinations…

Se déplacer a toujours été un des fondamentaux de l'Onda. Se déplacer, c’est aujourd'hui

entretenir et accompagner la proximité, la mobilité, la plasticité, en pensant efficacité et

durabilité. C’est le quotidien de l’Onda.

S’ENGAGER


BILAN D'ACTIVITÉ ONDA 2018 - 54

ONDA – OFFICE NATIONAL DE DIFFUSION ARTISTIQUE / 13 BIS, RUE HENRY MONNIER 75009 PARIS /

TEL. 33 (0)1 42 80 28 22 / INFO@ONDA.FR / WWW.ONDA.FR / L’ONDA EST UNE ASSOCIATION

SUBVENTIONNEE PAR LE MINISTERE DE LA CULTURE (DIRECTION GENERALE DE LA CREATION

ARTISTIQUE & SECRETARIAT GENERAL)

More magazines by this user
Similar magazines