Chemin d’Éternité – Mai / Juin 2019 - n°292

montligeon61043

Chemin d’Éternité est le magazine bimestriel du Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon. Exceptionnellement nous-vous présentons gratuitement le numéro 292 consacré à la question du choix dans nos vies : changement de vie ou de smartphone, nous faisons des choix tous les jours. Peu à peu, Ils sont l'expression de notre volonté et engagent notre liberté. Ce numéro est la pour vous aider à naviguer autour de ces questions, à prendre du recul ou à changer de perspective. Pour vous abonner, rendez-vous sur https://montligeon.org/formulaire #abonnement

N o 292 Mai / Juin 2019 - 4,50€ €

« Jésus est le Dieu véritable

et la vie éternelle. »

(1Jn 5, 20)

Comment faire

des

choix ?

DOCTRINE SOCIALE DE L’ÉGLISE

Quand le travail se fait pesant

LA VIE ÉTERNELLE EN QUESTIONS

L’Église a-t-elle inventé le purgatoire ?

GRAND ENTRETIEN

avec Don Louis-Hervé Guiny

Revue du Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon


SOMMAIRE

03 Éditorial

CHEMIN

D’ÉTERNITÉ

Revue bimestrielle éditée

par le Sanctuaire

Notre-Dame de Montligeon

26, rue Principale CS 40011

61400 La Chapelle-Montligeon

France

Tél. : 02 33 85 17 00

Fax : 02 33 85 17 15

Courriel :

chemindeternite@montligeon.org

Abonnement un an

soit 6 numéros : 24 €

Directeur de publication :

Don Paul Denizot

Rédacteur en chef :

Don Bertrand Lesoing

Comité de rédaction :

Don Jacques Vautherin, Sœur

Marie-Aimée, Don Bertrand

Lesoing, Don Paul Denizot, Don

François Kluczynski, Don Guillaume

d’Anselme et Emmanuelle Lecointre

Réalisation :

Service communication

Recherche iconographique :

Service communication

Mise en page :

Gregg O’Ryan Creation

Imprimé par :

Imprimerie de l’Étoile

Tourouvre

Dépôt légal :

à parution

ISSN n° 1265-7891

CPPAP : 0718 G 81185

10-31-2743

Certifié PEFC

Ce produit est issu

de forêts gérées

durablement et de

sources contrôlées.

pefc-france.org

La vie du Sanctuaire

04 Courrier des correspondants

05 Carnet des pèlerins

06 Les propositions du Sanctuaire

Les « pauses-mamans »

07 Chronique de l’abbé Buguet

Le réalisme avisé de l’abbé Buguet

Le message de Montligeon

08 La vie éternelle en questions

Dieu nous jugera-t-il ?

L’Église a-t-elle inventé le purgatoire ?

10 Doctrine sociale de l’Église

Quand le travail se fait pesant

11 Homme et femmes du Sanctuaire

Cahier enfants

15 Allô, le Ciel ?

Dossier

COMMENT FAIRE DES CHOIX ?

12 Réflexion

14 Grand entretien

avec Don Louis-Hervé Guiny

21 Prière

22 Témoignage

23 Pratique

Pour aller plus loin

24 La Bible nous parle

Évangile du 3 e dimanche de Pâques

26 Culture & foi

Choisis la vie

28 Le saint du mois

Saint Thomas More

29 Boutique religieuse

31 Agenda

11

15

14

Supplément

Groupes de prière

(livret de 16 pages)

et bon de soutien

posés sur ce numéro.

22


Éditorial

Chers amis,

Notre vie comme nos journées sont faites de choix, petits et grands. Il y a les

choix fondamentaux, les grands engagements comme le mariage ou la famille.

Il y a aussi les grands choix à faire dans un monde de plus en plus rapide et

mobile : habiter dans telle région plutôt que dans telle autre, choisir telles

ou telles études, telle profession ou tel engagement bénévole. Il y a encore

les choix de tous les jours : acheter cette marque plutôt qu’une autre, choisir

tel opérateur téléphonique, tel abonnement, telle voiture, tel film… En fait

l’homme moderne est exposé à une multiplicité galopante de choix et il faut

avouer que c’est fatiguant. Surtout si les priorités de sa vie ne sont pas claires.

On comprend alors la tentation d’esquiver les choix, de zapper, de se réserver

toujours une porte de sortie ou de refuser l’engagement définitif par peur.

Il y aurait sans doute beaucoup à dire sur le discernement, et je crois que

dans ce domaine l’Église est experte puisqu’elle accompagne l’homme depuis

2000 ans. J’espère donc que vous trouverez dans ce numéro quelques pistes ou

lumières pour vous accompagner.

Peut-être pouvons-nous souligner simplement deux tentations modernes. La

première est celle de l’ange. Mon choix doit être absolument parfait, immédiat,

intuitif. J’oublie alors que je ne suis qu’un homme et que je peux me

tromper, que j’ai besoin de temps et de conseils pour mûrir une décision qui

ne sera pas toujours parfaite. L’autre tentation est celle du robot. Ma vie est

alors une succession d’algorithmes ou de choix binaires : choix 0 ou choix 1

mais pas d’autres possibilités. J’oublie alors que je suis une personne humaine

capable de créativité, comme Dame Carcas, personnage légendaire de la ville

de Carcassonne. À la suite d’un long siège de la cité par l’armée franque, la

nourriture se fait rare, la famine s’installe. Il ne reste plus qu’un porc et un sac

de blé. Faut-il se rendre ? Faut-il mourir ? Dame Carcas ordonne de gaver le

cochon avec le blé et le fait jeter par-dessus les remparts. Le porc gavé de blé

fait croire à l’ennemi que le siège peut durer encore longtemps. Lassé, Charlemagne

fait lever le camp. Nous ne sommes pas binaires. D’ailleurs Jésus luimême

nous montre que notre vie n’est pas faite de choix antagonistes (ou Dieu

ou le prochain, ou Dieu ou César, ou la loi ou la miséricorde…). Ni ange, ni

robot donc…


Il y a deux tentations

modernes : la première est celle

de l’ange de vouloir un choix

parfait, la seconde celle du robot

à choix binaire.


Don Paul Denizot,

recteur

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 3


Vie du Sanctuaire

Merci de votre écoute.

« L’espérance, c’est le désespoir

surmonté », quelle découverte

de savoir que la Vie éternelle

commence sur Terre.

Courrier des

correspondants

Quand on ne sait

plus si l’on croit,

il faut venir ici !

Avec la fraternité de

Montligeon, on n’a

peur ni du monde qui

vient, ni de celui qui

s’en va ! Que l’on se

sent bien ici avec soimêmeme

et avec tous !

Du Loir et Cher, je viens icii

confier à Marie mon mari

décédé cette année. Je sens ici

la paix en mon âme. Que

Marie vienne apporter son

réconfort et sa tendresse à

tous ceux qui souffrent.

Merveilleux moments passés

ici. La joie dans le service des

chapelains, les enseignements

et les paroles de consolation

ont quelque peu adouci mon

immense chagrin du décès

récent de mon fils.

« Séjour magique »

Quelle joie de découvrir ce

message écrit par notre enfant

si malheureux à l’école. Dur

po

our une mère de voir souffrir

son

enfant… Alors quelle

joi

ie lorsqu’il est de nouveau

heureux ! Merci Marie !

UNE

INTENTION

DE PRIÈRE

QUI NOUS EST

CONFIÉE

Priez pour tous les prêtres religieux et laïcs

décédés. Seigneur, accorde-leur le repos éternel.

Que l’intercession de Notre-Dame de Montligeon

soutienne tous les groupes de prières et

accompagne tous les prêtres dans leur sacerdoce.

N’hésitez pas à nous envoyer vos encouragements, remarques, suggestions ou photos à communication@montligeon.org

4 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019


CARNET DES PÈLERINS

Un détour

par Port-Louis

(île Maurice)

Rencontrer

d’anciens pèlerins

Avec des groupes

de prière

Montligeon

de l’autre côté du globe !

Retour sur une mission

exceptionelle à La Réunion

Générosité et ferveur caractérisent cette Église

de la Réunion où, partout, dans toutes les paroisses

visitées des quatre coins de l’île, don Paul

a rencontré une attention et participation de

tous incroyable.

Le Sanctuaire se devait de visiter ce lieu d’où

sont originaires de nombreux pèlerins (et ce fut

l’occasion d’en revoir beaucoup !), des donateurs

très généreux, et où de nombreux groupes

de prières sont nés depuis 2016.

Comment ne pas être touchés par l’intensité

de la dévotion aux âmes du Purgatoire, la très

grande attente d’enseignements sur la mort et

l’au-delà qui, quel que soit le jour de la semaine,

emplissaient les églises de personnes ayant pris

un jour de congé pour « ne surtout pas rater

cela » ? Comment ne pas remercier ces fidèles

de la Réunion pour leur accueil si chaleureux et

leur sens du partage ?

Avec des groupes

de prière

GÉNÉROSITÉ

Un sens du

don et du

partage en

plein Carême

FERVEUR

Des églises toujours

pleines pour les

enseignements !

Un accueil partout

exceptionnel

Retrouvez plus de photos et des vidéos sur notre page Facebook et sur le site internet

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 5


Vie du Sanctuaire

Les propositions du Sanctuaire

LES

« PAUSES-MAMANS »

Comme leur nom l’indique, les « pause-mamans » sont destinées

à un public bien précis et pour un objectif de départ très simple :

faire une pause ! Une pause physique d’abord, pour vous reposer

de toutes ces journées que vous passez à courir : une pause qui

passe, par exemple, par le fait de s’asseoir à table et être servie sans

avoir besoin de se lever toutes les 30 secondes, ou la possibilité de

passer une nuit complète sans pleurs ni cauchemars des petits ! Une

pause nerveuse, sans les enfants (on n’ose pas dire : sans le mari !),

pour sortir un peu de la tornade que peut constituer la gestion de

la famille, sans disputes, cris et pleurs. Une pause spirituelle enfin,

dans ce sanctuaire propre à la méditation et à la prière.

Ces pauses pourraient être concentrées sur une journée, cela faciliterait

la venue d’un certain nombre de mamans qui doivent s’occuper

des petits le soir ; mais ce ne serait plus une pause, ce serait une

activité de plus dans un programme déjà surchargé ! En comptant

les temps de trajet, les pause-mamans durent donc systématiquement

36 heures, hors vacances scolaires (sinon aucune maman ne

pourrait venir), certaines en semaine pour profiter de la prise en

charge par l’école ou la crèche dans la journée, d’autres le weekend

en espérant qu’il y ait scoutisme ce jour-là ; à charge pour le mari

ou pour les grands-parents de s’occuper des bout-d’chous pendant

une soirée…

Mais ces 36 heures sont aussi l’occasion de recevoir des enseignements

qui répondent à vos problématiques (du moins nous l’espérons

!), d’échanger avec les autres mamans participantes, de rencontrer

un prêtre ou une religieuse, de vous confesser et de prendre

des temps de prière conséquents. La pause est rythmée par la messe

et les offices, elle est portée par la vie spirituelle du Sanctuaire, elle

est orientée par la dimension eschatologique de Montligeon qui

prépare notre passage vers le Ciel.

Finalement, pour remplir son rôle, une

pause-mamans ne doit pas seulement être

l’occasion d’un temps d’arrêt dans une

vie trépidante, mais surtout constituer un

ressourcement qui vous permette d’approfondir

le sens de votre don quotidien,

qui nourrisse votre âme et votre intimité

avec le Seigneur.

6 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019


Chronique de l’abbé Buguet

LE RÉALISME AVISÉ

DE L’ABBÉ BUGUET

L’abbé Darel

Deux prêtres sagiens ordonnés la même année de 1866, nommés

vicaires dans le bocage à deux kms l’un de l’autre (Athis et Sainte-

Honorine-la-Chardonne), illustrent le carrefour qui se présenta

au clergé français à la fin du XIX e siècle.

Deux ans plus tard, le premier, Aldonce

Darel (1840-1890), partit à Sées comme

directeur au grand séminaire, où il par-

tagea le grand intérêt pour les œuvres

sociales qui agitait l’Église de France.

En 1878, l’Assemblée générale des

Cercles catholiques ouvriers lui attri-

bua le titre d’apôtre de cette œuvre

dans le diocèse de Séez ; et, en 1884,

son évêque le nomma curé de la ca-

thédrale de Sées pour avoir sous la

main celui qui le représentait sou-

vent dans les congrès régionaux et

nationaux.

De l’autre côté, Paul Buguet

(1843-1918), arriva à Montli-

geon en 1878 bardé du même état

d’esprit catholique social et démo-

crate. Mais, alors que son ami Al-

donce Darel fondait la Confrérie de

Notre-Dame des Champs, le 24 avril

1887, dans la mouvance des ligues de

moralisation et sous l’inspiration de

l’Archiconfrérie Notre-Dame de l’Usine

de Léon Harmel, l’abbé Buguet voyait

beaucoup plus loin que lui.

L’abbé Darel se contenta d’une pas-

torale d’encadrement réduite à la

triple invocation quotidienne

« Notre-Dame des Champs,

priez pour nous » et à la sanctification

du dimanche

(repos et liturgie). L’abbé

Buguet, quant à lui, dont

la paroisse possédait

déjà plusieurs

confréries pieuses, mit

plutôt à profit les conseils

juridiques distillés par les comités catholiques,

depuis 1872 dans leurs assemblées

annuelles. En mai 1882, Antonin Pages

plaidait pour le recours à « la propriété du

sol et (à) l’association (qui) sont deux moyens

d’influence considérables : il faut savoir nous

en servir dans l’intérêt de notre cause ». En

créant une « association », l’abbé Buguet

anticipait le droit civil du siècle à venir, et

il ne se cantonnait plus au cadre juridique

ecclésiastique, à rebours de l’abbé Darel.

Si l’Œuvre Expiatoire et la Confrérie Notre-

Dame des Champs furent toutes deux favorisées

par l’administration pontificale par

le statut d’archiconfrérie, seule la première

sut profiter des possibilités offertes par les

lois de la République française : association,

société civile et société anonyme. Son

réalisme sauvegarda son œuvre de la tourmente

des années 1905.

Père Philippe de Beauvillé

Notre-Dame des Champs

de la cathédrale de Sées

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 7


Le message de Montligeon

La vie éternelle en questions

DIEU NOUS JUGERA-T-IL ?

Aborder sereinement la question du jugement après la mort n’est pas chose aisée. La peur

qui prévalait autrefois a souvent laissé place, même chez les chrétiens, à un sentiment de

suspicion et un sourire narquois face à cette croyance qui serait d’un autre âge.

Alors Dieu nous jugera-t-il-vraiment ?

À la lumière de la foi, la réponse à la

question de savoir si Dieu nous jugera

un jour est claire. En cherchant dans

l’Évangile, nous pouvons constater

qu’il n’y a guère de sujet sur lequel

Jésus parle si souvent et d’une manière

aussi intense que de notre responsabilité

devant la justice de Dieu. De

plus, le jugement dernier fait explicitement

partie de la foi que nous

professons dans le Credo. L’enseignement

de l’Église distingue le jugement

particulier, dans lequel notre décision

pour ou contre Dieu est fixée pour

toute éternité avec notre mort, et le

jugement dernier, dans lequel, lors

du retour glorieux du Christ, la vérité

sur notre relation à Dieu sera dévoilée

devant tous face au Christ qui est la

Vérité. Mais nous avons encore une

autre raison de croire en un jugement

définitif. Tout cela correspond parfaitement

à un certain pressentiment intuitif

que nous avons tous, croyants ou

non croyants. Saint Paul le décrit dans

la lettre aux Romains. Nous sentons

avec notre cœur que nous sommes

responsables de nos actes devant une

justice éternelle et définitive. Dieu

nous a tous donné une conscience.

Et c’est cette conscience qui permet à

tout homme de faire un usage responsable

de sa liberté. Alors Dieu ne nous

jugera pas comme un mauvais juge

humain selon son humeur. Son jugement

sera juste. Mais n’oublions pas

que la justice de Dieu comporte aussi

une juste récompense de ce que nous

aurons fait de bien, sans vouloir nous

justifier nous-mêmes devant Dieu.

C’est le Christ qui nous a sauvés par

son sang.

Oui, Dieu nous jugera. Mais devonsnous

y penser avec angoisse ? Non.

« Il n’y a pas de crainte dans l’amour,

l’amour parfait bannit la crainte ; car

la crainte implique un châtiment, et

celui qui reste dans la crainte n’a pas

atteint la perfection de l’amour »

(1Jn 4, 18). Mettons plutôt notre

confiance en sa miséricorde et vivons

nous-mêmes selon cette miséricorde.

Car « de la manière dont vous jugez,

vous serez jugés ; de la mesure dont

vous mesurez, on vous mesurera »

(Mt 7, 2). Notre espérance, c’est la

miséricorde.

Nous sentons

avec notre cœur

que nous sommes

responsables de

nos actes.

Paul Joseph von Loë,

séminariste

8 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019


L’ÉGLISE A-T-ELLE INVENTÉ

LE PURGATOIRE ?

«Le purgatoire ? Mais n’était-ce pas une invention de l’Église ? » De telles questions un peu

irritées ne sont pas rares. De fait, Jésus n’a jamais prononcé le mot purgatoire. Mais est-ce

pour autant une invention de l’Église ?

« Inventé sans la parole de Dieu », telle

était la formule dont le réformateur

suisse Calvin se servait pour parler du

purgatoire. De fait, dans la Bible nous

ne trouvons pas le mot « purgatoire ».

Mais pouvons-nous en conclure qu’il

s’agit d’une invention de l’Église ?

Pour chercher une réponse à cette

question, il est tout d’abord important

de distinguer deux choses : la réalité

d’une part et le nom qui désigne

cette réalité d’autre part. Dieu est un

et trine. Il l’est de toute éternité, et pas

seulement depuis que l’Église a forgé

le terme « Trinité ». De même, l’Église

n’a pas inventé le purgatoire. « Purgatoire

» est seulement le nom que

l’Église a donné à une réalité de la foi,

à un moment où elle a senti le besoin

de mieux l’exprimer.

En effet, dans l’Église, la pratique de

prier pour les défunts a toujours eu

sa place. Même si l’espérance des premiers

chrétiens était plus tournée vers

le retour en gloire du Christ, nous

pouvons observer dès le deuxième

siècle après J.-C. l’idée d’une purification

de l’âme après la mort en vue

de son union à Dieu. Cette réflexion

menée par les Pères a continué au long

du Moyen Âge. C’est au cours de cette

période que le terme « purgatoire »

est apparu et que l’Église s’est exprimée

officiellement dans trois conciles

en affirmant l’existence du purgatoire

ainsi que la valeur de la prière pour les

défunts.

Il est donc juste de dire que le mot

« purgatoire » ne vient pas du Christ.

Mais la foi dans le purgatoire nous

est donnée par l’Église et la foi de

l’Église nous est donnée par le Christ.

« Quand il viendra, lui, l’Esprit de

vérité, il vous conduira dans la vérité

tout entière » (Jn 16, 13). Ce qui vaut

pour la foi de l’Église tout-entière

compte aussi pour le purgatoire : si

nous faisons confiance dans la foi et

dans la tradition de l’Église, nous ne

faisons rien d’autre que mettre notre

confiance dans cette promesse du

Christ Lui-même. L’Esprit conduira

l’Église « dans la vérité tout entière »

(cf. Jn 16, 13).

Paul-Joseph von Loë,

séminariste

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 9


Le message de Montligeon

Doctrine sociale de l’Église

QUAND LE TRAVAIL

SE FAIT PESANT

Le travail est une réalité humaine éclairée par la lumière de l’Évangile. Depuis Léon XIII

jusqu’au pape François, de nombreux papes en ont rappelé la beauté, l’importance dans la

construction de la personne, le potentiel créatif. De belles paroles, à n’en pas douter, mais qui

semblent bien souvent heurter notre expérience quotidienne…

Comment porter un regard d’espérance lorsque le travail devient un lieu de souffrance ?

Une réalité humaine, et

donc mélangée

Oui, le travail est quelque chose d’éminemment

positif mais cela ne signifie

nullement qu’il soit un chemin bien

droit parsemé de roses. « À la sueur

de ton visage tu mangeras ton pain »,

dit le Seigneur à Adam après la chute.

Ne nous étonnons donc pas si, dans

notre vie professionnelle, des rendezvous,

des décisions à prendre, des

choix à poser, la collaboration avec tel

collègue… nous donnent des sueurs

froides ! Le travail au même titre que

l’engagement politique au service de

la cité ou la fondation d’une famille

fait partie des réalités humaines les

plus nobles. À ce titre, il se trouve à

la jonction entre de belles aspirations

10 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019

qui jaillissent du cœur de l’homme et

de nombreux travers qui peuvent aussi

l’habiter. La frontière entre grandes

réalisations et petites mesquineries,

élan de générosité et repli égoïste sur

soi est bien souvent ténue…

La question du sens

Une des grandes épreuves que nous

pouvons traverser dans la vie professionnelle

est la perte du sens de ce que

nous faisons. Au fond, à quoi puis-je

bien servir lorsque j’essaie de vendre et

faire vendre à tous crins des produits

dont je soupçonne plus ou moins la

nocivité ? Lorsque le seul objectif qui

m’est donné est d’améliorer la productivité

en pressurant toujours plus mes

collaborateurs ? Lorsque le morcellement

du travail me cantonne dans un

segment d’activité ? Les réponses à ces

questions n’ont rien d’évident. Nous

pouvons néanmoins nous rappeler les

mots de saint Paul dans la lettre aux

Romains : « Oui, j’en ai l’assurance,

ni mort ni vie, ni anges ni principautés,

ni présent ni avenir, ni puissances,

ni hauteur ni profondeur, ni aucune

autre créature ne pourra nous séparer

de l’amour de Dieu manifesté dans

le Christ Jésus notre Seigneur. » Aucune

difficulté ou contrainte ne peut

m’empêcher d’aimer et d’être, là où

le Seigneur m’a planté, témoin de son

amour. Or seul l’amour donne sens à

mon activité, quelle qu’elle soit.

Prendre du recul

Le travail est une part importante de

ma vie, il occupe l’essentiel de mes

journées. Mais il n’est pas le tout de

ma vie. Et ma vie, avant d’être placée

sous le regard de mon patron, de

mes pairs ou de mes subordonnés, est

placée sous le regard de Dieu. Je vaux

infiniment plus que ma productivité

sur mon lieu de travail. Il s’agit pour

nous de remettre chaque chose à sa

juste place et de savoir goûter toutes

les joies, petites ou grandes, que le Seigneur

nous réserve par ailleurs.

Don Bertrand Lesoing,

chapelain


Hommes et femmes du sanctuaire

NOTRE VOCATION :

VOUS ACCUEILLIR

On ne travaille pas ici comme

dans n’importe quelle entreprise,

on se sent comme dans une

famille bienveillante. Je suis aux

premières loges pour accueillir et

conseiller, écouter et guider…

Véronique,

salariée à l’accueil du sanctuaire

depuis 7 ans

et maîtresse

de maison

Cela me donne de la joie, je

me sens utile comme lorsque

je décore ou aménage les

lieux. J’accueille beaucoup de

personnes venues parfois par

hasard et le but est que aucune

ne reparte sans que le lieu ne

lui ait apporté quelque chose.

AIDEZ-NOUS !

Votre contribution aux travaux de

rénovation de la basilique est essentielle

pour permettre la survie de l’œuvre :

soutenir.montligeon.org

chèque à l’ordre de l’ASBM

(association de sauvegarde de la Basilique).

Vous recevrez un reçu fiscal.

Également en ligne sur montligeon.org accès rapide par le bouton

Offrir une Messe en haut de la page d’accueil pour :

> offrir une messe

> inscription à la Fraternité

> abonnement à la revue Chemin d’Éternité

Vous pouvez également utiliser le bulletin Soutenir le Sanctuaire joint.


Dossier

COMMENT FAIRE

DES CHOIX ?

«Q

ue choisir » : certains

d’entre nous ont déjà

consulté ce magazine pour

consommateurs, bien utile

lorsqu’on s’apprête à acquérir un

nouveau lave-linge, un matelas

ergonomique ou une brosse à

dents électrique. Mais lorsqu’il

s’agit de choisir une orientation

de vie, de changer de profession

ou encore de prendre une

décision pour l’avenir de parents

âgés, les choses se compliquent

singulièrement. Pas de magazine

comparatif avec les performances,

intérêts et limites des diverses

propositions en présence. Alors

que et comment choisir ?

Face à un choix, notre attitude peut

être très différente. Chez certains prédominera

l’enthousiasme : le choix est

l’expression de notre liberté, notre vie

est entre nos mains, nous en sommes

les acteurs ! Pour d’autres au contraire,

c’est la paralysie, parce que nous craignons

de faire fausse route ou alors

parce qu’aucune issue convaincante

ne semble se dégager. Le dramaturge

Corneille a, dans ses pièces, mis en

scène ces choix difficiles, qu’on appelle

justement des choix ou dilemmes cornéliens.

Nous sommes faits

pour le bonheur !

RÉFLEXION

Quelle que soit notre attitude, un

auteur, contemporain de saint Louis

et des grandes cathédrales, peut nous

fournir une aide précieuse, il s’agit de

saint Thomas d’Aquin. Dans son principal

ouvrage, la Somme de théologie, il

analyse de manière détaillée les actes

humains et leurs diverses composantes.

Il en ressort que le choix entre

dans tout acte réellement humain ; il

en est une réalité constitutive, mais

il n’est jamais une réalité isolée. Ce

point mérite d’être souligné. Trop

souvent, nous voyons le choix comme

une espèce d’en-soi qui s’impose à

nous de l’extérieur et où il faudrait,

de manière plus ou moins arbitraire,

décider. En réalité, nous avons à replacer

le choix sur un arc plus long,

en nous rappelant tout d’abord que

notre vie est orientée vers une « fin »,

le terme étant ici à prendre au sens

de but ultime. Cette fin, c’est le bonheur,

la béatitude. Oui, nous sommes

faits pour le bonheur, et pas un petit

bonheur étriqué, replié sur lui-même,

mais un bonheur ample, large. Notre

bonheur est en Dieu, il sera pleinement

accompli dans la vie éternelle,

mais nous pouvons d’ores et déjà en

goûter les prémices au cours de cette

vie. « Une certaine participation de la

béatitude peut être obtenue en cette

vie », écrit saint Thomas.

12 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019


Délibérer, choisir, agir.

Notre volonté va donc se porter sur

ce qui nous oriente vers cette fin,

vers ce but. Une objection pourrait

être ici soulevée : quel rapport entre

le choix très concret que j’ai à poser

dans ma vie professionnelle ou familiale

et ma vocation à la vie éternelle ?

Ne sommes-nous pas là en train de

mélanger deux réalités complétement

différentes ? Justement non ! Dans

l’ordinaire de ma vie et des actes à poser,

je construis peu à peu mon visage

d’éternité en me rapprochant de Dieu.

L’acte que je pose justement se décompose

en plusieurs éléments. Il y a

d’abord la « délibération », qui est une

sorte d’enquête, une manière de peser

le pour et le contre. Le temps de la

délibération est un temps de réflexion,

de prière, de demande de conseils. Ce

temps de la délibération est essentiel,

mais il ne doit pas non plus être prolongé

à l’infini. Vient ensuite à proprement

parler le choix : je choisis les

moyens à mettre en œuvre pour parvenir

au but fixé. « L’homme ne choisit

pas de façon nécessaire, mais librement

», écrit saint Thomas. Le choix

est l’expression d’une vraie liberté,

éclairée et orientée vers le bien. L’acte

s’achève par l’exécution : j’accomplis

effectivement ce qui a été choisi. Là

se révèlent la noblesse et la beauté de

l’action humaine.

Bien sûr, ni la considération de notre

vocation à la vie éternelle, ni la délibération,

ni l’attention portée à l’exécution

ne nous mettent à l’abri des

erreurs d’appréciation, des échecs,

et certains choix demeureront toujours

difficiles. Mais replacer le choix

comme élément de tout acte authentiquement

humain fournit une balise

précieuse pour orienter notre vie.

Don Bertrand Lesoing,

chapelain

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 13


Dossier

GRAND ENTRETIEN

avec Don Louis-Hervé Guiny

Don Louis-Hervé Guiny est l’actuel

responsable de la formation des séminaristes

de la Communauté Saint Martin à Évron.

Il a publié récemment un ouvrage Appelés à

la joie sur le discernement vocationnel des

jeunes (voir en bibliographie en fin de revue).

Comment poser des choix ? Certaines

personnes s’enthousiasment à cette

perspective en y voyant un signe de leur

liberté. Le choix peut être parfois paralysant car il

conduit nécessairement un peu à un renoncement.

Selon vous, quelles raisons nous poussent à

prendre les petites ou grandes décisions ?

Il me semble important de se demander pourquoi on choisit.

Dieu nous a créés libres de construire notre vie dans de

nombreuses sphères pour des choix déterminants comme

le mariage, la vie religieuse, le sacerdoce ou la vie professionnelle.

Il est vrai que nous passons notre vie à effectuer

des choix parce que Dieu nous laisse dans cette indétermination

par rapport à beaucoup de choix particuliers. Nous

savons cependant que Dieu nous a créés pour le bonheur

et pour la vie éternelle. Nous avons donc la possibilité de

construire avec Lui ce projet de vie.

Quels critères doit-on retenir

pour effectuer un bon choix ?

Il est important avant de parler de choix d’être clairvoyants

sur nous-mêmes et nos vrais désirs. Nos choix sont comme

des consentements à nos désirs profonds. Si nous connaissons

ces désirs profonds, signes de ce qui constitue notre

identité véritable, nous pouvons devenir ce que nous

sommes réellement en puissance. Nous allons ainsi correspondre

finalement à ce vers quoi Dieu nous a appelés. Par

exemple, si une personne établit un rapport à la nature, et

aime à travailler dehors en s’y sentant bien, elle trouvera

une orientation pour ses choix dans la mesure où elle se

connait et reste à l’écoute d’elle-même. Le choix implique

la connaissance de son désir, mais aussi l’acceptation d’un

risque. Le choix engage le risque de l’erreur, et celui de faire

marche arrière. Il est donc aussi important d’accepter que le

fait de choisir comporte la possibilité d’échecs. C’est ainsi

que l’on grandit, que l’on apprend à se connaître avec ses

richesses, ses forces et ses faiblesses. Donc si je reprends,

choisir signifie désirer et savoir aussi prendre des risques. Je

peux donc dire qu’il n’y a pas de choix parfait. Il est important

d’éviter un perfectionnisme et une pression excessive

en considérant que si je réussis, cela peut me procurer de

la joie mais que même des échecs m’aideront à grandir. Le

choix exige de prendre le temps de la réflexion. Saint Thomas

d’Aquin dit qu’il y a trois étapes dans un bon choix : le

temps de la délibération, le temps du jugement qui établit

une décision, et puis le temps de l’action. Là, nous nous

apercevons que dans le monde moderne nous trouvons des

gens très doués pour la délibération, d’autres pour poser

des jugements et d’autres pour l’action ou le commandement.

C’est l’unification de ces trois moments du choix

qui donne de la force à la décision et constitue ensuite une

habitude. Il est important d’apprendre à un enfant la façon

de choisir. Plus on choisit, plus on sait choisir, et d’ailleurs

il importe peu que ce choix se traduise par une réussite ou

un échec.

14 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019


Allô, le Ciel ?

Pages enfants de la revue “Chemin d’Éternité” n o 292 (Mai/Juin 2019)

Écrites par sœur Cécile, communauté de la Nouvelle Alliance Laure Bonnet, conteuse

et Florence de Kergorlay, dessinatrice

4 pages

à détacher

Cher ami,

Édito

Pas facile de choisir !

Souvent tu voudrais tout

faire ! Parfois tiraillé entre

le bien et le mal, tu ne sais

plus ! Bref, tout au long

de ta vie, il te faudra faire

des choix petits ou grands,

et par excellence celui de

la sainteté. Allô le Ciel te

donne quelques repères

pour t’aider à bien choisir !

Cher Théo,

Grâce à ton âme, tu es capable

de penser, connaître,

vouloir et aimer. Tu peux

poser des choix libres,

c’est-à-dire sans te laisser


mais en écoutant ce que

dit ta conscience qui est

Phil comme une sorte de petite

voix intérieure qui te dit :

« c’est bien ou c’est mal. » Mais comment savoir si un acte est bon ou

mauvais ? En s’interrogeant sur la volonté de Dieu. Est-ce que cet acte va plaire

à Dieu ou lui déplaire ? Et comment connaître la volonté de Dieu ? Dans les commandements

de Dieu, dans l’Évangile et les commandements de l’Église. Si tu les

suis, tu ne te tromperas pas et tu trouveras la paix dans ton cœur.

Philo et Théo

La question

de Théo

Comment savoir si ce qu’on

fait est bien ou mal ?

Phil

Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon

26, rue Principale CS 40011 - 61400 La Chapelle-Montligeon - France

Tél. : 02 33 85 17 00 - Fax : 02 33 85 17 15 - Courriel : chemindeternite@montligeon.org

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 15


Découverte

Ils ont choisi

de suivre Jésus de différentes

manières quel que soit leur âge !

Voici leurs témoignages…

Don Guillaume

J’étais militaire dans les chars, prêtre depuis

6 ans. Pour moi, choisir d’être prêtre c’est

prendre Jésus comme exemple et agir comme

lui, en me tournant vers le Père pour faire sa

volonté, et vers tous les hommes pour les aimer

et les conduire à Dieu.

Nathalène

À 18 ans, j’ai choisi de

partir en mission humanitaire

avec Points Cœur

en Inde au service des plus

pauvres et des plus exclus.

J’y ai fait l’expérience de la

Présence du Christ au cœur de la souffrance

dans la Joie rayonnante de Ses Pauvres en

vivant profondément la prière de saint François

: « C’est en donnant que l’on reçoit. »

Aloïs

J’ai 12,5 ans et me prépare

à la profession de foi.

Par ma profession de foi,

je choisis de redire les

engagements pris à mon

baptême car, à ce moment-là,

je n’étais pas consciente

de ce que mes parrain et marraine disaient

à ma place. Je redis que je crois en Dieu,

créateur et en Jésus qui nous a sauvés et je

choisis de Le suivre et de vivre avec Lui tous

les jours, selon l’Évangile.

16 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019

Sœur Élise



pour répondre à l’appel de Jésus et lui donner

toute ma vie. Il est me donne un bonheur

énorme. Sa présence brillante dans l’hostie

m’invite à me donner pour lui mais aussi

pour tous ceux que je porte dans ma prière


grand Bonheur de se savoir aimé de Dieu.

Pierre

et Anneck

Mariés depuis

13,5 ans et

parents de 4


de tous les jours,

c’est sur Jésus et

avec lui que se fonde et se vit notre engagement

dans le mariage. Nous savons qu’en

Le choisissant, nous prenons le meilleur

moyen de répondre à notre vocation à la

sainteté : le bonheur pour lequel Il nous a

créés.


Les 7 dons du Saint-Esprit

Jeu

Retrouve les 7 dons du Saint-Esprit dans la grille de lettres

SAGESSE INTELLIGENCE SCIENCE CONSEIL FORCE PIETE CRAINTE

P R W U R E E T Y N E L

I S L J A R C R F O C F

E A L U Z I N O N R N O

F G A C U R E K I E E R

O E C R O F I G N I G Q

S S H A R N C U V P I E

C S O I T Y S S I S L G

I E X N A A B E S L L U

E I C T R U T R I U E I

L O S E M E L E R L T F

D T E A J L M A F W N I

A N T R E Z O P U N I O

Réponse :

Le don de l’Esprit Saint qui aide à faire les bons choix est le don de conseil

Si tu as un choix à faire, quel don vas-tu demander plus particulièrement

au Saint-Esprit pour qu’il t’éclaire?

C’est le don qui aide à bien discerner la volonté de Dieu.

Enfant comme toi

Vénérable Carlo Acutis

Une leucémie foudroyante emporte au Ciel Carlo alors qu’il n’a que

15 ans. Une vie courte mais remplie d’amour pour Jésus. Carlo

a fait un choix radical d’amitié avec Jésus dès l’âge de 7 ans

lorsqu’il fait sa première communion. Il va à la messe tous les

jours assoiffé de l’Eucharistie : son « autoroute pour le Ciel » !

Sa boussole : la Parole de Dieu. « Être toujours uni à Jésus, voilà


Carlo, très doué en informatique, met ses talents au service de

l’Église et des autres. Il meurt en avouant : « Je suis content de

mourir car j’ai vécu ma vie sans négliger une seule minute en

choses qui ne plaisent pas à Dieu. »

Né le 3 mai 1991 à Londres

Nationalité : italienne

Parti au ciel le 12 octobre 2006

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 17


4 pages

à détacher

Imagine…

S’il y avait bien une chose que Baptiste détestait,

c’était choisir.

« Bon, remue-toi ! Il faut envoyer ta réponse. Tu

veux faire quoi ? »


énergique pour accompagner ses paroles.


pile du pont, Baptiste soupira.

« C’est facile, toi ! Tu me presses,

mais ce samedi-là, j’ai mon

week-end scout. Crois-moi,

si je dis à mon chef que je

suis absent pour une fête,

je vois d’ici sa tête ! En

plus, l’aumônerie avait aussi

besoin de tout le monde

dimanche…

— Hé ho, tu ne vas pas en

soirée, ce sont les noces

d’or de tantine Esther et

d’oncle Charles.

— Oui, mais sois honnête !

Irais-tu si joyeusement s’il

n’y avait pas tous les cousins

et cousines ? »

Laissant tomber une feuille virevoltante

sur l’onde, Timothée ouvrit de grands yeux.

« Heu oui, tiens, c’est vrai…

— Si j’y vais, je veux que ce soit vraiment pour

Esther et Charles, pas seulement pour m’amuser

avec toute la bande.

— D’accord, tu marques un point. Mais quand

même, cette année, tu étais vert de ne pas avoir

eu de responsabilité de chef de patrouille. Alors,

ma foi, tu peux peut-être t’offrir cette fête… »

Amstramgram !

Baptiste se mordit les lèvres. Il avait été

très déçu de n’être ni chef ni second dans

sa patrouille, malgré ses quinze ans. Mais…

« …pour être tout à fait honnête, le gars qui

est chef est un chic type. Il m’a donné plein de

choses à faire et compte sur moi.

— Au moins, si tu venais à la fête, tu pourrais

ensuite aller dimanche à l’aumônerie,

et donc faire deux choses

sur trois.

— Pas bête en effet… mais

ce n’est pas mathématique,

un choix.

— Il reste à choisir au pif

alors. Amstramgram… »

Ils éclatèrent de rire. Ce

n’était pas une solution !

L’Angélus au clocher les

rappela à l’heure : il fallait

rentrer.


sous la gamelle de soupe,

la patrouille s’activait pour

préparer le repas. Un chef

arriva, prit à part Baptiste et

lui tendit son téléphone :

« Allo, mon grand ?

— Oncle Charles !!!

— Il paraît que tu as du faire un choix. C’est


une bonne et une mauvaise, n’est-ce pas ?

La voix de Baptiste s’étrangle un peu.

— Oui…


toi et nous t’aimons, Esther et moi…

Découpe cette phrase pour ton coin prière

18 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019

« Choisis donc la vie ! »

Deutéronome 30, 19


Une bonne décision

ne nous enferme pas

sur nous-même mais

nous ouvre aux autres.

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 19


Dossier

Pour vous, est-ce qu’il faut attendre

d’avoir toutes les garanties

pour poser un bon choix ?

Je ne le pense pas. Comme je le disais, il faut délibérer longuement

et agir promptement. Cela dépend bien sûr du

type de décision. Il peut s’agir d’arrêter le lieu des vacances

d’été ou de s’engager dans un type d’étude. Un premier discernement

conduit donc à une délibération plus ou moins

longue en fonction de l’importance de la décision qui doit

être prise. Il ne faut pas craindre d’en référer à un prêtre, à

un ou des amis, à un directeur spirituel. Nous avons toujours

aussi besoin des autres pour discerner. Dans le cas par

exemple de gens qui sont amoureux depuis deux ou trois

ans, on peut penser, qu’à un moment donné, il est temps

d’inviter les gens à prendre une décision et dire que ne pas

choisir est un non choix.

Avez-vous déjà connu des exemples de

personnes capables de rebondir après un

mauvais choix ?

Oui souvent et heureusement : à commencer par moimême.

Nous effectuons tous à certains moments des choix

regrettables. Les mauvais choix sont de deux types. Le mauvais

choix peut être un péché. La seule voie qui alors s’offre

à nous est celle de la réconciliation, de la pénitence qui

nous permet de comprendre que, dans ce choix, il y avait

peut-être du mal en nous, du mal que nous n’osions pas

nous avouer. Le mauvais choix peut ne pas relever de l’ordre

du peccamineux mais plutôt de l’ordre de l’erreur. La compréhension

de ce qui nous conduit à l’erreur ou à l’échec

nous amène à une meilleure connaissance et une meilleure

acceptation de nous-même.

Quels signes extérieurs nous montrent

que l’on a posé un bon choix ?

Je reprendrais les signes donnés par saint Thomas d’Aquin

lorsqu’il parle de cette vie de la charité en nous, cette vie

qui signifie la paix, la joie, la miséricorde. La décision prise

nous met dans une paix profonde qui n’empêche pas l’inquiétude

en surface. Il est important de distinguer la paix

profonde du trouble extérieur, la joie qui est le signe de

l’amour comblée et la miséricorde qui doit nous ouvrir aux

autres. Une bonne décision ne nous ferme pas sur nousmême

mais nous ouvre aux autres. La paix, la joie et la miséricorde

sont de très bons indicateurs, de très bons signes

que l’on a fait un bon choix. Alors que si quelque chose

nous trouble en profondeur, notre choix est mauvais, et là,

il ne faut pas avoir peur de le remettre en cause et de faire

marche arrière.

Propos recueillis par don Bertrand Lesoing

20 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019

Nous avons aussi

besoin des autres pour

discerner. er.


Conduis-moi douce Lumière,

À travers les ténèbres qui m’encerclent.

Conduis-moi, Toi, toujours plus avant !

La nuit est d’encre

Et je suis loin de ma maison.

Conduis-moi, Toi, toujours plus avant.

Garde mes pas :

Je ne demande pas à voir déjà

Ce qu’on voit là-bas :

Un seul pas à la fois

C’est bien assez pour moi.

Je n’ai pas toujours été ainsi

Et je n’ai pas toujours prié

Pour que tu me conduises,

Toi, toujours plus avant.

Si longtemps ta puissance m’a béni :

Sûrement elle saura encore me conduire

Toujours plus avant

Par la lande et le marécage,

Sur le rocher abrupt et le flot du torrent

Jusqu’à ce que la nuit s’en soit allée…

Conduis-moi, douce Lumière,

Conduis-moi, Toi, toujours plus avant !

Prière à l’Esprit Saint,

du cardinal John Henry Newman


Dossier

TÉMOIGNAGE

Changer de vie !

Henri et Ariane Marès

Pendant 20 ans, leur vie centrée sur l’éducation de

leurs sept enfants avait trouvé à Nantes un cadre favorable

: paroisse dynamique, réseau amical, scolaire,

familiale… Mais le départ des ainés étudiants crée une

pression financière lourde et des recherches d’autres

activités professionnelles autour du développement

personnel, source d’intéressantes réflexions mais d’expériences

d’entreprises peu satisfaisantes…

L’art fut un moyen de chercher : Ariane se perfectionne

dans la peinture et se met à exposer. Henri « s’évade »

dans la composition d’un recueil de poèmes, illustré

par son épouse, source de beaucoup d’ajustements et

de discussions entre eux.

Cet ouvrage les prépare à la suite : sorti de l’expérience,

dit-il, plus authentique avec le désir d’ordonner sa vie

à ce que le Seigneur attendait de lui, Henri s’inscrit à

un « bilan Ephata », encadré par des coachs chrétiens

en abbayes bénédictines, et, après la liquidation des

anciennes activités, le couple se sent prêt à un nouveau

projet…

Lors de la retraite, c’est la lecture de Laudato Si’ qui

bouleverse Henri : le pape appelle à la conversion à

l’écologie intégrale, au choix de la sobriété heureuse

et d’une vie en cohérence. Ils trouvent alors par là le

moyen de mettre en symbiose leurs préoccupations

différentes : la naturopathie chez Ariane, les questions

d’entreprise chez Henri… mais sans projet précis si ce

n’est un déménagement à la campagne !

Henri pressent un lieu avec une communauté religieuse

s’impliquant particulièrement dans la doctrine

sociale de l’Église (Montligeon). Mais il faut vendre

la maison, préparer le déménagement. À part le petit

dernier, les enfants ont été plutôt dubitatifs. Maintenant,

certains comprennent mieux...

Pour Arianne aussi, quitter Nantes est un douloureux

arrachement, un vrai combat spirituel… Mais,

des signes l’encouragent. Lors d’une session familiale

sur la permaculture, elle découvre avec surprise qu’ils

ne sont pas seuls à s’engager dans la voie de l’écologie

intégrale. « Nous sommes maintenant installés au

milieu de la forêt, conclut Henri, priorité a été donnée

à la nature : créer une forêt-jardin d’un hectare sur sol

vivant. En six mois, j’ai appris plus de choses sur le

fonctionnement de la nature qu’en quatre ans d’école

d’agriculture et dix ans d’exploitation agricole : la

surprenante symbiose des êtres vivants au service de

la vie. Ils nous enseignent l’urgence d’abandonner le

contrôle de tout, de cesser la course au profit qui n’est

qu’un pillage en règle de notre maison commune,

d’adopter la sobriété heureuse, de se mettre à l’ouvrage

là où le Seigneur nous attend. En ce lieu seulement Il

pourra combler notre soif infinie. »

22 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019


PRATIQUE

Réaliser

un choix


Je prends le temps de m’éloigner

de l’agitation habituelle,

de me recentrer intérieurement,

de me mettre en présence de Dieu.


Calme, silence, distance

Les maîtres spirituels s’accordent pour nous conseiller de ne

pas prendre une décision importante au cœur du trouble

intérieur et de l’agitation. Je prends le temps de m’éloigner

de l’agitation habituelle, de me recentrer intérieurement,

de me mettre en présence de Dieu (ex : Jésus va prier dans

le silence du désert et de la nuit avant de réaliser le choix

des douze disciples).

Identifier mon intention

la plus profonde...

...mon désir. Pour m’y aider, je peux donner un titre et une

date de réalisation à mon projet (ex : changer d’appartement

au mois de juin). Je travaille alors sur sa réalisation,

son incarnation dans ma vie. J’essaye d’imaginer la forme de

ce projet et d’en peser les conséquences en étant à l’écoute

de mes émotions : paix, joie, ou stress, étouffement. Etc.

Prier l’Esprit Saint,

être à l’écoute.

Il peut y avoir une « petite voix intérieure », un flash visuel,

auditif, ou intellectuel qui m’inspire une évidence quant au

choix. Ainsi, dans les Actes des apôtres, Ananie était plus

que réticent à aller secourir Paul et a changé d’avis après

s’être mis à l’écoute du Seigneur (cf. Ac 9, 10-15).

Être à l’écoute de mes

proches ou à des

personnes de confiance

et passer à l’action

J’expose à ces personnes mon choix, en formulant mon

besoin central ou vital, et en étant capable de lister les arguments

qui les justifient. J’écoute leurs points de vue, afin de

peser et d’affermir ma décision ou de la modifier. La rencontre

d’un guide spirituel peut m’aider à effectuer le discernement

et repérer ce qui est appel de Dieu dans ma vie.

Une fois le choix posé, je peux vérifier au bout de quelques

temps sa pertinence en relisant mes réflexions de départ.

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 23


Pour aller plus loin

La Bible nous parle

ÉVANGILE

du 3 e dimanche de Pâques

Évangile selon saint Jean 21, 1-9

Après cela, Jésus se manifesta de nouveau aux disciples

sur le bord de la mer de Tibériade. Il se manifesta

ainsi. Simon-Pierre, Thomas, appelé Didyme,

Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée et

deux autres de ses disciples se trouvaient ensemble.

Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais pêcher. » Ils

lui dirent : « Nous venons nous aussi avec toi. » Ils

sortirent, montèrent dans le bateau et, cette nuit-là,

ils ne prirent rien.

Or, le matin déjà venu, Jésus se tint sur le rivage ;

pourtant les disciples ne savaient pas que c’était Jésus.

Jésus leur dit : « Les enfants, vous n’avez pas du

poisson ? » Ils lui répondirent : « Non ! » Il leur dit :

« Jetez le filet à droite du bateau et vous trouverez. »

Ils le jetèrent donc et ils n’avaient plus la force de

le tirer, tant il était plein de poissons. Le disciple

que Jésus aimait dit alors à Pierre : « C’est le Seigneur

! » À ces mots : « C’est le Seigneur ! » Simon-

Pierre mit son vêtement car il était nu et il se

jeta à l’eau. Les autres disciples, qui n’étaient pas

loin de la terre, mais à environ 200 coudées, vinrent

avec la barque, traînant le filet de poissons.

Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé

là, un feu de braise, avec du poisson dessus, et du

pain. Jésus leur dit : « Apportez de ces poissons que

vous venez de prendre. » Alors Simon-Pierre monta

dans le bateau et tira à terre le filet, plein de gros

poissons : 153 ; et quoiqu’il y en eût tant, le filet ne

se déchira pas. Jésus leur dit : « Venez déjeuner. »

Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui estu

? » Sachant que c’était le Seigneur. Jésus vient,

il prend le pain et il le leur donne ; et de même

le poisson. Ce fut là la troisième fois que Jésus se

manifesta aux disciples, une fois ressuscité d’entre

les morts.

Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre :

« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu plus que ceuxci

? » Il lui répondit : « Oui, Seigneur, tu sais que je

t’aime. » Jésus lui dit : « Pais mes agneaux. » Il lui

dit à nouveau, une deuxième fois : « Simon, fils de

Jean, m’aimes-tu ? » « Oui, Seigneur, lui dit-il, tu

sais que je t’aime. » Jésus lui dit : « Pais mes brebis.

» Il lui dit pour la troisième fois : « Simon, fils

de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné de ce qu’il

lui eût dit pour la troisième fois : « M’aimes-tu ? »,

et il lui dit : « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien

que je t’aime. » Jésus lui dit : « Pais mes brebis. En

vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais jeune,

tu mettais toi-même ta ceinture, et tu allais où tu

voulais ; quand tu auras vieilli, tu étendras les mains

et un autre te ceindra et te mènera où tu ne voudrais

pas. » Il signifiait, en parlant ainsi, le genre de

mort par lequel Pierre devait glorifier Dieu. Ayant

dit cela, il lui dit : « Suis-moi. »

Jésus et ses apôtres se retrouvent en

Galilée. Lors de la rencontre ils sont

sept, qui est le chiffre de la plénitude,

et ils montent dans la barque de Pierre

qui symbolise l’Église. Ils ont pêché

toute la nuit. Ils ne prennent rien

alors que la nuit est plus favorable

que le jour. À la demande de Jésus,

ils jettent leurs filets sur la droite qui

est le côté favorable d’où viennent

toutes les bénédictions (Mt 25, 33).

Alors la pêche devient surabondante.

Pierre se jette à l’eau pour aller à la

rencontre de Jésus. Il cache sa nudité

qui, dans la Bible, est signe de péché,

de misère, de honte. Jésus est parvenu

sur la terre ferme, il a rejoint le rivage

de son éternité. Les apôtres naviguent

sur la mer qui symbolise pour les hébreux

les puissances mauvaises. Jésus,

depuis l’éternité, veille sur son Église

24 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019


confrontée au mystère du mal, et il

guide ses apôtres. Il est présent à leurs

soucis. Seul Pierre tire le filet ce qui

est un travail qui dépasse ses forces

humaines. Pierre a pour mission

d’amener au Seigneur tous ceux que

la mission apostolique a conduit à la

foi. C’est la mission de l’Église sous

la responsabilité de Pierre. Avec l’aide

de la grâce, Pierre ne doit en perdre

aucun, c’est pourquoi le filet ne se

rompt pas. Le lever du soleil signifie le

temps de la lumière, le temps du salut,

temps de l’Église guidé par Pierre sous

le regard vigilant du Christ ressuscité.

Le nombre de poissons représente les

espèces connues au temps du Christ

et signifie que la mission salvatrice de

l’Église s’adresse à tous les hommes,

à tous les peuples. Le repas servi par

Jésus est le repas de la fin des temps.

On peut y voir le repas eucharistique

car c’est au cours de la Cène que Jésus

annonce ce repas. Le mot poisson en

grec sert d’anagramme pour dire « Jésus-Christ

Fils de Dieu Sauveur ». À

chaque messe, repas de la fin des temps

commencé au jour de la résurrection,

nous recevons la présence multipliée

du Christ ressuscité pour nourrir tous

ceux que la mission apostolique de

l’Église a conduit à la foi en Jésus. Les

apôtres devront communiquer cette

présence au cours de chaque messe,

tout comme le fait Jésus, pour vivre

une intimité avec lui, unique source

du bonheur. Jésus fonde l’investiture

de Pierre sur l’amour et non pas seulement

sur la foi, en ayant prévu son

reniement et son retour définitif qui

lui permet de confirmer ses frères.

Jésus demande à Pierre, et à tous les

papes, le même amour avec lequel il a

aimé l’Église et tous les êtres humains,

jusqu’à mourir pour eux. Pierre devient

le bon pasteur.

Don François Kluczynski,

chapelain

Jésus fonde

l’investiture de

Pierre sur l’amour

et non pas seulement

sur la foi.

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 25


Pour aller plus loin

Culture & Foi

CHOISIS LA VIE

Dieu le premier fait

gracieusement le choix

d’établir une alliance

avec l’homme

Il s’attache à son peuple, il le choisit

(Dt 7, 6-7). Sans se laisser rebuter par

ses infidélités, il l’invite à nouveau à

le choisir, Lui, comme son Dieu :

« Vois », dit Moïse, « je vous propose

la bénédiction ou la malédiction »

(Dt 11, 26). Alors, « choisis donc la

vie » (Dt 30, 19).

Mais, pour faire le bon choix, il faut

savoir discerner « quelle est la volonté

de Dieu, ce qui est bon, ce qui

est capable de lui plaire, ce qui est

parfait » (Rm 12, 1). L’apôtre Paul

compte d’ailleurs le don « de discerner

les inspirations » parmi les dons

de Dieu aux hommes (1Co 12, 10),

que l’amour fait « progresser de plus

en plus dans la pleine connaissance et

en toute clairvoyance », de manière à

« discerner ce qui est important », afin

d’être « purs et irréprochables pour le

jour du Christ » (Ph 1, 9-10). Seuls

les « adultes », selon Dieu, possèdent

« par la pratique […] des sens exercés

au discernement du bien et du mal »

(Hé 5, 14), tandis que ceux dont « les

ténèbres ont rempli leurs cœurs privés

d’intelligence », selon que l’écrit

Paul, « ont été livrés » par Dieu « à une

façon de penser dépourvue de jugement

» (Rm 1, 21 ; 28).

La tradition spirituelle de

l’Église s’est appliquée,

en raison même de son

importance décisive

pour le salut de l’homme,

à affiner les critères du

discernement spirituel

26 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019

conduisant à poser

les bons choix

En effet, comme le fait remarquer Bernard

de Clairvaux, « qui peut s’observer

avec assez de diligence […] ou

[…] avec assez de lucidité pour distinguer

à coup sûr […] la part qui revient

à la maladie de son esprit et celle qui

résulte de la morsure du serpent ? »

Et de répondre « qu’aucun mortel n’y

saurait parvenir à moins d’être éclairé

spécialement par le Saint-Esprit ».

Les Pères du désert, déjà, soulignaient

avec force que « le discernement est

la mère et la gardienne de toutes les

vertus ».

Jean Cassien, dans ses Conférences,

pose en principe qu’ « en nous, il ne

peut y avoir que la connaissance ou

l’ignorance de la vérité et l’amour du

vice ou de la vertu » par lesquelles

« nous donnons la royauté de notre

cœur, soit au diable, soit au Christ ».

Il convient donc d’appliquer à toutes

les pensées qui habitent notre cœur un

« sagace discernement ».

Près de dix siècles plus tard, en 1555,

Ignace de Loyola confie à son compagnon

et futur biographe, Gonzalez

de Camara, que « son expérience »

l’avait amené « à cette conclusion que

certaines pensées le laissaient triste,

d’autres joyeux » selon « la diversité

d’esprit dont il était agité : l’esprit du

démon et l’esprit de Dieu ». Cette expérience

se retrouve au cœur des Exercices

spirituels dans lesquels le chrétien

est invité à éprouver « la diversité

des esprits », sur la base de critères

simples : « Si le début, le milieu et la

fin » de nos pensées « sont tout bons »

et « tendent tous au bien, c’est la


Ce discernement ne

peut s’effectuer

sans aide : « cherchez

quelque homme de bien

qui vous guide

et vous conduise »,

recommande saint

François de Sales.


marque du bon ange ». Au contraire,

« si dans la série des pensées suggérées

l’âme tombe sur quelque objet mauvais

» qui « l’inquiète » et « la trouble,

lui enlevant sa paix », alors « c’est un

signe clair que ces pensées viennent du

mauvais esprit ».

Ce discernement ne peut

pas se réaliser sans aide

Dans son Échelle du Paradis, Jean Climaque

affirme qu’ « il n’appartient

qu’aux parfaits de discerner et de

connaître toujours quelles » sont les

pensées « qui leur viennent de Dieu,

ou celles qui leur viennent des démons

». Les Pères du désert, pour leur

part, posent en principe que « nul ne

réjouit l’ennemi autant que celui qui

ne veut pas manifester ses pensées »

à un directeur spirituel, auquel il est

vital de se confier : « Si de vilaines

pensées te tracassent, ne les cache pas,

mais immédiatement dis-les à ton père

spirituel » car « plus on cache ses pensées,

plus » aussi « elles se multiplient

et prennent vigueur ».

Jean de Lycopolis, un ermite de la

Thébaïde au IV e siècle, conseille :

« Discerne tes pensées pieusement

selon Dieu. » Mais « si tu ne le peux

pas, interroge qui est capable de les

discerner ».

Jamais n’a été aussi vrai, aujourd’hui

comme alors, l’avis de François de

Sales à sa Philothée : « Voulez-vous à

bon escient vous acheminer à la dévotion

? » Alors, « cherchez quelque

homme de bien qui vous guide et vous

conduise ». Et de conclure : « C’est ici

l’avertissement des avertissements. »

Père Denis Donetzkoff

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 27


Pour aller plus loin

Le saint du mois

22 juin, fête de saint Thomas More

SAINT THOMAS MORE

Saint Jean-Paul ll a proclamé Thomas More

patron céleste des hommes politiques, nous

rappelant ainsi que le gouvernement est avant

tout un exercice de vertus.

Né à Londres en 1478, Thomas bénéficie

d’une excellente éducation, acquérant

ainsi une solide et vaste culture.

Il se marie en 1505 avec Jane Colt et

quatre enfants naîtront de cette union.

Devenu veuf six ans plus tard, il se remarie

avec Alice Middleton, veuve elle

aussi avec une fille. Au sein du foyer, la

vie religieuse est fervente.

Ses qualités humaines et intellectuelles

lui permettent d’obtenir des responsabilités

jusqu’à devenir Chancelier du

Royaume à 52 ans.

En 1532 surgit une grave crise politique.

Le roi Henri VIII veut prendre

le contrôle de l’Église en Angleterre.

Thomas décide alors d’obéir à sa

conscience et démissionne. Le roi le

fait emprisonner. « Je ne peux manquer

de confiance en la grâce de Dieu,

elle me donnera toujours les forces

nécessaires pour supporter n’importe

quelle épreuve patiemment, courageusement

et même joyeusement »,

“Quand l’homme

et la femme

écoutent le rappel

de la vérité, la

conscience oriente

avec sûreté leurs

actes vers le bien. ”en.

28 Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019

dit-il à sa fille depuis sa

prison. Il y meurt décapité.

Pour Jean-Paul II, « Saint

Thomas More se distingua

par sa constante

fidélité à l’autorité et

aux institutions légitimes,

pré cisément parce

qu’il entendait servir en

elles non le pouvoir mais

l’idéal suprême de la justice.

Sa vie nous enseigne

que le gouvernement est

avant tout un exercice de

vertus. […] Son profond

détachement des honneurs et des richesses,

son humilité sereine et joviale,

sa connaissance équilibrée de la nature

humaine et de la vanité du succès, sa

sûreté de jugement enracinée dans la

foi, lui donnèrent la force intérieure

pleine de confiance qui le soutint dans

l’adversité et face à la mort. Sa sainteté

resplendit dans le martyre, mais

elle fut préparée par une vie entière de

travail dans le dévouement à Dieu et

au prochain. »

« De la vie et du martyre de saint Thomas

More se dégage un message qui

traverse les siècles et qui parle aux

hommes de tous temps de la dignité

inaliénable de la conscience […].

Quand l’homme et la femme écoutent

le rappel de la vérité, la conscience

oriente avec sûreté leurs actes vers le

bien. C’est précisément pour son témoignage

de la primauté de la vérité

sur le pouvoir, rendu jusqu’à l’effusion

du sang, que saint Thomas More est

vénéré comme exemple permanent de

cohérence morale. Même en dehors

de l’Église, particulièrement parmi

ceux qui sont appelés à guider les destinées

des peuples, sa figure est reconnue

comme source d’inspiration pour

une politique qui se donne comme

fin suprême le service de la personne

humaine. » (Lettre apostolique de

Jean-Paul II du 31 octobre 2000.)

Saint Thomas More, aidez-nous à ne

jamais faire de compromis avec notre

conscience, même dans les situations

les plus inextricables.

Père Laurent Gastineau


Boutique religieuse

Appelés à la joie

20 questions que tout jeune doit se poser

pour trouver sa vocation

Don Louis-Hervé Guiny

Telles sont les grandes questions des

jeunes que don Louis-Hervé Guiny,

prêtre de la communauté Saint-

Martin, accompagne spirituellement

depuis plus de quinze ans. Il partage

aujourd’hui sa riche expérience avec

tous les jeunes et leurs proches afin

d’éclairer l’ensemble des dimensions du discernement vocationnel

: sommes-nous tous appelés à la sainteté ? Quelles sont les

spécificités de la vocation religieuse ? De la vocation sacerdotale

? Comment être sûr d’avoir trouvé la bonne personne pour

se marier ? Quel rôle laisser à l’entourage dans les prises de décision

? Et que faire si l’on s’est rendu compte que l’on s’est trompé

? Avec profondeur et simplicité, par des réponses éclairées et

éclairantes, don Louis-Hervé nous introduit ainsi dans l’école de

la vraie liberté, celle qui brise les chaînes des peurs, des velléités

et des culpabilités stériles : celle de l’Esprit Saint.

Mame 2018 14,90 €

Quelle est la mission

de ma vie ?

Hors série n o 19

À travers des désirs, des échecs, un appel,

Dieu se révèle dans ma vie. Il me propose

un chemin de sainteté, pareil à nul

autre sur Terre. Comment découvrir le

projet de Dieu sur moi et le réaliser ?

Edifa 2017 9,90 €

BON DE COMMANDE

Librairie religieuse

Notre-Dame de Montligeon

26, rue principale CS 40011

61400 La Chapelle-Montligeon

Téléphone : 02 33 85 17 13

E-mail : boutique@montligeon.org

BOUTIQUE EN LIGNE

www.boutique-montligeon.com

Faire les bons choix

au bon moment

Discerner, choisir, décider

dans l’Esprit Saint

Bertrand Georges

Chaque jour, nous sommes

amenés à faire des choix. Il

y a les « petits » choix, apparemment

anodins, mais qui

peuvent avoir de grandes répercussions

pour nous-mêmes et pour les autres. Il est des

décisions qui orientent notre vie de manière décisive et

durable : études, profession, lieu d’habitation. Peut-être

même nous posons-nous la question de notre vocation :

mariage, sacerdoce ou appel à la vie consacrée. Devant

la multitude des possibilités qui s’offrent à nous, nous

sommes fréquemment désemparés. Ce livre propose des

clés claires et concrètes pour faire émerger nos priorités

parmi toutes ces possibilités et savoir, peu à peu, affiner

notre discernement. Partant de la certitude que Dieu

veut notre bonheur et nous accompagne toujours, l’auteur

donne des pistes pour reconnaître nos erreurs et les

assumer, accepter les conséquences de nos choix, tenir

bon dans nos décisions et ainsi apprendre à vivre dans

une grande liberté intérieure et de manière responsable

et éclairée.

Éditions des Béatitudes 2007 15,20 €

Nom : ___________________________ Prénom :______________________________________

Adresse : _______________________________________________________________________

Code postal : _______ Commune : ________________________ Pays : _____________________

Téléphone : __________________ Email : ____________________________________________

Bon de commande

à découper

et renvoyer à :

Librairie religieuse

Notre-Dame de Montligeon

26, rue principale CS 40011

61400 La Chapelle-Montligeon

Chèque à l’ordre de

« SAS Les Ateliers Buguet Librairie religieuse »

Les commandes vous seront envoyées dans les meilleurs délais en fonction de l'état des stocks Chemin de la d’Éternité boutique. Mars / Avril 2019 29

En cas de changement de prix, la boutique vous contactera.


Donner sa vie

Pour qui et pour quoi

veux-tu donner ta vie ?

Pierre-Hervé Grosjean

« Es-tu prêt à donner ta vie ? Si oui,

pour qui et pour quoi ? » Voilà la

question fondamentale qui se pose

à tout jeune entre 15 et 30 ans au

moment de discerner sa vocation,

puis de faire ses choix de vie. Nourri

de son expérience et puisant dans son cœur de prêtre, l’abbé

Grosjean guide les jeunes et ceux qui les accompagnent

dans ce discernement. Un discours franc et concret, très encourageant,

qui nous rappelle que toute vie est belle quand

elle est donnée !

Artège 2018 14 €

Docat

Que faire ?

« Un chrétien, s’il n’est pas un révolutionnaire

en ce temps, n’est pas

chrétien. » (Pape François, La doctrine

sociale de l’Église catholique)

Les mystères

de la vie éternelle

Toutes vos questions

sur l’au-delà…

Jean-Marc Bot

Vivre, c’est savoir où l’on va... La

Bible et l’Église nous parlent de ces

mystères de l’au-delà. Qu’y a-t-il

après la mort ? La fin du monde

est-elle proche ? Le sort final est-

il le même pour tous ?

Que pouvons-nous espérer ? S’appuyant

sur la Bible et éclairé par l’enseignement millénaire

de l’Église, le père Bot réalise une synthèse accessible pour

tous ceux qui se posent des questions. Il explore et expose

clairement les réponses de la révélation chrétienne en parcourant

les mystères du temps et de l’éternité, de la mort

et de son au-delà (enfer, purgatoire, paradis), de la fin du

monde selon l’Évangile (signes des temps, venue glorieuse

du Christ, jugement dernier, refonte de l’univers...).

Jean-Marc Bot est prêtre du diocèse de Versailles, auteur de

nombreux livres.

Artège 2017 16,90 €

Éditions Bayard-Fleurus-Mame-Cerf 2016 20 €

Vies de saints ou de convertis (6)

L’objection de conscience

CD

« La vie dans la sainteté [...] constitue le moyen

le plus simple et le plus attrayant par lequel il est

possible de percevoir immédiatement la beauté de

la vérité. » (Jean-Paul II, Veritatis Splendor, 1993)

Ra Image 2015 7 €

Article à commander Prix unitaire Qt Prix total Bénir*

Appelés à la joie 20 questions que tout jeune doit se poser... 14,90 €

Quelle est la mission de ma vie ? 9,90 €

Faire les bons choix au bon moment Discerner, choisir... 15,20 €

Donner sa vie Pour qui et pour quoi veux-tu donner ta vie ? 14 €

Docat Que faire ? 20 €

Les mystères de la vie éternelle Toutes vos questions sur... 16,90 €

Vies de saints ou de convertis CD 7 €

MOYENS DE PAIEMENT

Chèque à l’ordre de

« SAS Les Ateliers Buguet Librairie religieuse »

FRAIS DE PORT

10 €

+ Frais de port

TOTAL

30 Chemin d’Éternité - Novembre / Décembre 2017

* Nous pouvons faire bénir votre objet par un chapelain du Sanctuaire avant de vous l'envoyer, merci de cocher la case si vous le souhaitez.


Agenda

AU SANCTUAIRE

NOTRE-DAME DE MONTLIGEON

11-12 mai

PAUSE Mamans

Du samedi matin au dimanche midi

25 mai

MARCHE des mères de famillle

5-7 juillet

MARCHE des pères de famillle

14-16 juin

HALTE Réconfort Deuil

À partir du vendredi soir

FAMILLE

DEUIL

9-10 mai

SESSION de théologie n o 2

Questions sur la sainteté

2-7 septembre

RETRAITE spirituelle

VIE

ÉTERNELLE

ET FOI

13-17 mai

SESSION Souffrance au travail

Traverser l’épreuve

18-19 mai

RENCONTRES de Montligeon

18 mai

PIERRES EN LUMIÈRES

29 juin

NUIT DES ÉGLISES

TRAVAIL

CULTURE

26 mai

PÈLERINAGE

JOURNÉE DE PRIÈRE pour les mères défuntes

30 mai

GRAND PÈLERINAGE de l’Ascension

16 juin

MESSE pour les motards défunts

15 août

PÈLERINAGE de l’Assomption

Le Sanctuaire est aussi une maison d’accueil qui met toute l’année à la disposition des pèlerins et

des retraitants ses chambres (capacité de 200 lits) et ses maisons (idéal pour venir en famille ou en

groupe), ainsi que son service de restauration. Que vous soyez de passage, pour un séjour d’un ou

plusieurs jours ou simplement pour vous reposer dans un cadre spirituel, le Sanctuaire vous accueille, au

cœur du parc naturel régional du Perche, à 2 h à l’ouest de Paris, à proximité de la forêt de Réno-Valdieu,

dans un environnement paisible et chaleureux, au pied de la « cathédrale dans les champs ».

Informations et réservations :

par téléphone au 02 33 85 17 00 pour les individuels ou 02 33 85 17 24 pour les groupes

par mail à reception@montligeon.org

Chemin d’Éternité Mai / Juin 2019 31

sur le site internet www.montligeon.org


Offrez

l’Espérance

en héritage

Avec le Sanctuaire

Notre-Dame de Montligeon,

faites du bien aux âmes !

Pour en savoir plus sur les legs

au Sanctuaire de Montligeon,

merci de remplir ce coupon et

de le renvoyer à :

Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon

Service legs - secrétariat

26, rue principale CS 40011

61400 La Chapelle-Montligeon

JE M'INFORME SUR LES LEGS AU SANCTUAIRE DE MONTLIGEON

Nom : ___________________________ Prénom :______________________________________

Adresse : _______________________________________________________________________

Code postal : _______ Commune : ________________________ Pays : _____________________

J'aimerais recevoir une plaquette legs

J'aimerais être contacté(e) par téléphone au numéro : _____________________