AUTOINSIDE Édition 7/8 – Juillet/Août

autoinside

FORMATION

Cours UPSA très intéressant

Gagner de l’argent

avec des occasions

La gestion efficace des occasions recèle un grand potentiel pour un garage. Martin Schumacher a suivi le cours UPSA

consacré à ce sujet et le recommande. Jürg A. Stettler

Bien des garagistes n’ont pas encore découvert,

et surtout exploité, la liberté d’entreprise

et le potentiel que recèle le marché des

voitures d’occasion. L’UPSA propose spécialement

des cours d’une journée qui aident à

améliorer, en six étapes, la gestion des occasions

en tenant compte d’aspects liés à l’économie

d’entreprise, mais aussi à la gestion des

stocks, à la présentation des véhicules et à

toutes les activités de promotion autour des

véhicules d’occasion.

Comme une deuxième marque rentable

Markus Aegerter, membre de la direction

de l’UPSA, explique pourquoi la gestion des

occasions recèle aujourd’hui un potentiel

aussi grand pour un garagiste : « Dans le secteur

des voitures d’occasion, les garagistes

ont pour la plupart une grande marge de

Markus Aegeter,

direction de l’UPSA.

manœuvre et ne

peuvent risquer de

la perdre. » Pour

l’expert de l’UPSA,

la vente d’occasions

correspond

actuellement à

u n e d e u x i è m e

marque rentable

pour le garagiste.

Il y voit un grand potentiel : « À une époque de

débats subjectifs sur le climat, où l’on renonce

entre autres à acheter du neuf pour des raisons

environnementales, le marché de l’occasion

gagne clairement en importance. »

Le même soin que pour les voitures

neuves

Pour Markus Aegerter, il est donc primordial

que les garagistes réalisent le potentiel du

marché des voitures d’occasion et qu’ils le valorisent

autant que la vente de véhicules neufs.

« Le garagiste ne devrait pas considérer que les

clients à la recherche de voitures neuves sont

plus importants que ceux voulant acheter des

voitures d’occasion », explique M. Aegeter. Et

de poursuivre : « La présentation, l’entretien

et la gestion des occasions doivent donc faire

l’objet d’autant de soin que pour les voitures

neuves. » Dans de nombreux établissements

de Suisse, plus de la moitié des occasions reste

néanmoins immobilisée pendant plus de 90

jours. Dans des cas exceptionnels, c’est même

80 % ! Cette proportion élevée de véhicules immobilisés

longtemps rend l’éventail de véhicules

en stock peu attrayant pour les clients

potentiels.

50

Juillet Août 2019 | AUTOINSIDE

More magazines by this user
Similar magazines