AUTOINSIDE Édition 7/8 – Juillet/Août

autoinside

ASSOCIATION & SECTIONS

délégués et aux nombreux invités présents :

« Engagez-vous au sein de vos sections ! Pour le

Conseil national et le Conseil des États, soutenez

les candidates et candidats qui ont des idées

compatibles avec l’industrie automobile et l’économie

! ». Il a plaidé contre une augmentation des

taxes sur le CO 2

vu qu’aujourd’hui, en Suisse, les

émissions de CO 2

par tête sont inférieures à la

moyenne mondiale et que notre pays est responsable

de tout juste 0,1 % des émissions de CO 2

sur

la planète.

Heinz Tännler a assurément des idées politiques

compatibles avec l’économie. Le conseiller

d’État et directeur des finances du canton hôte a

transmis les salutations du gouvernement cantonal

zougois. Le magistrat UDC sera lui-même

candidat au Conseil des États cet automne.

« Beaucoup de somptueuses voitures roulent

dans le canton de Zoug. Vous pouvez y réaliser

de bonnes affaires », explique Heinz Tännler aux

garagistes présents. Le canton de Zoug en tant

que place économique florissante a connu une

« croissance démographique exorbitante » ces

dernières années : « Cela nous place face à des défis

en termes d’aménagement du territoire. » Il y a

quelques semaines seulement, le Grand Conseil a

renvoyé un postulat souhaitant déclarer l’urgence

climatique à Zoug, a rappelé H. Tännler, qui n’a

pas fait de mystère de son point de vue : « Vous

avez maintenant une chose à faire : en octobre,

lors des élections nationales, il faudra que vous

glissiez le bon bulletin dans l’urne ! »

Les membres du comité central ont fourni des

informations sur leurs secteurs d’activité respectifs.

Dominique Kolly, responsable du secteur des

véhicules utilitaires, a constaté que le stock d’utilitaires

légers (jusqu’à 3,5 tonnes) augmente depuis

des années, tandis que les camions restent

stables à tout juste 50 000 unités. « Le moteur diesel

est toujours la principale technologie de motorisation

», note D. Kolly au sujet du débat autour

des motorisations alternatives. Les valeurs-limites

de CO 2

, qui seront également valables pour

les véhicules utilitaires en 2020, tiennent lieu de

défi. Aujourd’hui déjà, les utilitaires sont conçus

pour avoir une grande efficacité énergétique. En

outre, la marge de manœuvre des fabricants est

faible sur le plan de l’aérodynamisme.

Markus Hesse (secteur du commerce) s’est

lui aussi penché sur le thème des technologies

de motorisation. Il a exigé des responsables

politiques « des informations concrètes et durables

ainsi que de l’objectivité en lieu et place

des polémiques ». Il a ajouté que les incertitudes

des consommateurs étaient également une opportunité

pour les garagistes : « Nos clients nous

font confiance et écoutent nos conseils. » Après

avoir manqué de peu l’objectif fixé de 300 000 véhicules

dans le commerce de voitures neuves en

2018, M. Hesse s’attend à une année 2019 stable.

Durant les six premiers mois de l’année, les

ventes de véhicules neufs ont progressé de 1,5 %.

La proportion de véhicules 4x4 reste quant à elle

en hausse. En revanche, les importations directes

enregistrent un nouveau recul. M. Hesse : « Pour

nous, les concessionnaires de marque, cela signifie

que nous avons une structure de prix attrayante.

»

Charles-Albert Hediger a jeté un regard rétrospectif

sur les SwissSkills qui se sont déroulés

en septembre à Berne, où l’UPSA a marqué sa

présence avec les championnats des métiers et

un grand stand. « L’UPSA a profité de cette manifestation

exceptionnelle pour susciter l’intérêt de

nombreux jeunes gens pour les métiers de l’automobile

et les informer des opportunités dans

notre secteur. »

Puis est arrivée la visite de l’avenir : René Degen,

alias Dr Emmett Brown, a fait son entrée à

Urs Wernli, président central de l’UPSA.

bord de sa DeLorean de l’an 2070. « La mobilité a

changé depuis 2019 », affirme-t-il. L’autopartage,

par exemple, n’est plus un phénomène marginal,

mais les garagistes suisses s’étaient bien préparés

à cette tendance grâce à leur partenariat avec la

société coopérative Mobility. Le principal message

de R. Degen, alias Brown : « Demain aussi,

ce sont les gens, et non les robots, qui auront la

parole. »

De retour en 2019, Manfred Wellauer,

vice-président, a présenté les chiffres financiers

d’une association saine : avec des recettes de 14

millions de francs, le bénéfice annuel a atteint

15 000 francs, avec des provisions et des bénéfices

exceptionnels pratiquement à l’équilibre.

Pour l’exercice en cours, l’UPSA budgétise un

bénéfice de près de 77 000 francs. « Vous pouvez

avoir l’assurance que nous gérons les fonds

de manière économe », affirme M. Wellauer

aux 99 délégués. Les cotisations des membres

demeurent inchangées.

Suite en page 60

Andri Zisler : « Je ne suis au comité central que

depuis un an. Mon objectif personnel est de me

familiariser davantage encore avec le travail de

l’association et de m’engager plus vigoureusement

lors des réunions. En tant qu’ancien concessionnaire,

la commission des marques me tient

particulièrement à cœur. »

Dominique Kolly : « Dans le domaine des

véhicules utilitaires, certaines choses ont

bougé : l’introduction de la procédure WLTP et la

législation sur le CO 2

constituent un défi pour les

constructeurs, les importateurs et les garagistes.

C’est ma priorité actuellement. »

Enrico Camenisch : « Ma priorité, c’est la formation

professionnelle. Nous devons veiller aujourd’hui

à protéger financièrement la formation pour que

nous continuions d’avoir la main-d’œuvre adaptée

demain et après-demain. »

AUTOINSIDE | Juillet Août 201959

More magazines by this user
Similar magazines