The Red Bulletin Août 2019

online.magazines

« L’avenir de l’homme est indissociable d’un respect absolu de la nature », dit Marie. Quel endroit plus pertinent que l’océan pour nourrir des réflexions

sur le développement durable et la préservation de notre Terre d’accueil ? Cela commence par respecter les affaires de chacun dans sa banette.

s’occuper des deux autres. On ne peut

pas ne s’occuper que de l’aspect social et

dire que pour le reste, on verra plus tard.

Elemen’Terre, projet interdisciplinaire ?

Oui, car c’est ainsi que je fonctionne. Je

suis métisse. C’est dans la mixité que je

trouve le monde beau. J’aime voyager

avec des tas de personnes différentes, et

qu’elles m’enseignent leur façon de voir

le monde. Dans la rencontre, je ne

cherche pas des gens comme moi.

Comment choisissez-vous vos ambassadeurs,

les invités en résidence ?

C’est le hasard de la vie… bien que je ne

croie pas au hasard. Je les rencontre au

fur et à mesure. Ce sont des personnes

avec lesquelles je veux vraiment travailler,

comme Géraldine Fasnacht ( athlète

suisse, ndlr), alors je me débrouille pour

les contacter. Ou bien je les traque,

comme Barack Obama (rires) ! J’ai enfin

eu son contact, maintenant, il faut y aller.

Sky is the limit! Autant être audacieux,

j’ai déjà essuyé assez de refus.

Est-ce qu’à l’inverse, on vous contacte

pour travailler avec vous ?

Ça commence. Le projet séduit, et de plus

en plus de monde décide de participer, sur

le bateau, à terre ou en tant que partenaire.

Il existe une réelle volonté de se

mettre en réseau. Les gens que je rencontre

ont une telle soif d'inspiration !

Comment se gère la cohabitation sur

le bateau ?

Avec énormément de bon sens et de bienveillance.

Je fais souvent des réunions à

table le soir, car quand on a à boire et à

manger, on garde les gens nettement plus

longtemps attentifs (rires). Et je m’assurais

aussi qu’on ne rejette aucun microplastique

à la mer.

Quelles sont les règles de vie ensemble ?

Elles se mettent en place tacitement. Une

fois en mer, il faut faire attention à savoir

comment va l’autre. Je les regarde tous :

est-ce qu’ils ont un bon teint, est-ce qu’ils

sont fatigués ? Ont-ils pris soin d’eux ou

pas, comme se brosser les dents au moins

une fois par jour ? C’est vraiment important

ce moment où l’on prend soin de

soi, c’est ce qui ramène à sa condition

humaine. Sinon, c’est trop facile d’enchaî-

62 THE RED BULLETIN

More magazines by this user
Similar magazines