GAZETTE CINÉMA[S] LE MÉLIÈS N°157 - AOÛT 2019

LeMeliesSaintEtienne
  • No tags were found...

N°157

AOUT Û 2019

3 AOUT Û > 3 SEPTEMBRE

Film américain de Quentin Tarantino

(2019 - 2h45min - VOSTFR - dcp)

avec Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie, Al Pacino, Kurt Russell, Tim Roth...

Depuis sa Palme d’or en 1994 pour Pulp

Fiction, Quentin Tarantino a acquis un statut

unique de réalisateur superstar. Chacun de

ses nouveaux opus sont désormais attendus

comme un événement capital. Cette attente,

il sait en jouer et la déjouer à chaque fois

(ou presque), trouvant toujours le moyen

de réinventer quelque chose, de surprendre,

de déconcerter, sans toutefois bien sûr se

séparer de ce qui le fonde en profondeur,

à savoir une cinéphilie dévorante et sans

limites. Neuvième film du cinéaste, Once

Upon a Time… in Hollywood, est une ode au

L.A. des années 60, une véritable déclaration

d’amour à une époque, à une ville, aux

MÉLIÈS ST-FRANÇOIS

8, rue de la Valse - St-Étienne

ONCE UPON A TIME… IN HOLLYWOOD

acteurs, et évidemment (comme dans tous

ses films) aux pieds féminins.

Bienvenu dans le tarantinesque août 1969

alors que le cinéma classique hollywoodien

s’effondre au profit de la télévision et bientôt

de l’éphémère mais retentissant « Nouvel

Hollywood ». Rick Dalton (Leonardo DiCaprio),

une vedette du cinéma d’action hollywoodien,

devient de plus en plus abonné aux séries TV.

Sa carrière est sur le déclin, il doute, il picole

trop… Un producteur (Al Pacino) l’incite à aller

tourner en Italie un western spaghetti. Rick

voit ça comme le début de la fin. Il s’épanche

auprès du cascadeur Cliff Booth (Brad Pitt) sa

doublure officielle et son plus fidèle camarade.

À PARTIR DU 14 AOÛT

A eux deux, ils forment une sorte duo aussi

cool que mythique, symbole d’un temps glorieux

qui s’effrite peu à peu…

Résolument vintage tant pas son traitement

des couleurs que par son décorum et son

atmosphère sonore, ce nouveau Tarantino

est une œuvre personnelle, provoquante,

violente, drôle, piquante et parfois...

déroutante. « Les vrais paradis sont les paradis

qu’on a perdus ». Si de films en films cette

phrase de Proust semble être le credo de

Quentin Tarantino, elle n’a jamais été aussi

évocatrice que pour son Once upon a time...

in Hollywood.

MÉLIÈS JEAN JAURÈS

10, place Jean Jaurès - www.lemelies.com


SOMMAIRE

TOUJOURS À L’AFFICHE :

TOY STORY 4 p.4

DONNIE DARKO p.4

FACTORY p.4

GIVE ME LIBERTY p.5

YULI p.6

UNE GRANDE FILLE

Le film du mois T

7 AOÛT > 3 SEPTEMBRE

LES SORTIES DU 3 AOÛT

LES ENFANTS DE LA MER p.6

RICORDI ? p.7

L’OEUVRE SANS AUTEUR (1 & 2) p.8

RÊVES DE JEUNESSE p.9

DIEGO MARADONA p.10

LES CONTES DE LA LUNE VAGUE... p.7

LES SORTIES DU 7 AOÛT

UNE GRANDE FILLE T p.3

NEVER GROW OLD p.12

MANTA RAY p.11

LES SORTIES DU 14 AOÛT

ONCE UPON A TIME… IN HOLLYWOOD p.1

PERDRIX b p.32

HALTE p.9

FOLLE NUIT RUSSE p.10

LES SORTIES DU 21 AOÛT

ROUBAIX, UNE LUMIÈRE p.23

LE DÉSERTEUR p.24

THALASSO p.24

ILS REVIENNENT... p.21

MIDSOMMAR p.24

LES SORTIES DU 28 AOÛT

LA VIE SCOLAIRE p.27

UNE FILLE FACILE p.25

FRANKIE p.25

POUR LES SOLDATS TOMBÉS p.23

TU MÉRITES UN AMOUR p.11

> Votre pub dans la gazette :

Contactez Carole Grillet : 04 77 32 32 01

ou via carole.grillet@lemelies.com

PAO : Le Méliès - Impression : Rotogaronne

Tirage : 25 000 exemplaires

419 points de dépots + distribution main à main

> Rejoignez les Amis du Méliès :

asso.melies@gmail.com

https://assomelies.wixsite.com/lame

Film russe de Kantemir Balagov (2019 - 2h17min - VOSTFR - dcp)

avec Viktoria Miroshnichenko, Vasilisa Perelygina, Timofey Glazkov...

PRIX DE LA MISE EN SCÈNE - UN CERTAIN REGARD - CANNES 2019

Kantemir Balagov : retenez bien le nom de ce surdoué de 27 ans. Si son premier film,

Tesnota, une vie à l’étroit (film coup de cœur du Méliès de mars 2018) nous avait tapé dans

l’œil, son second, Une grande fille, monte encore d’un cran. Un cinéaste important est né.

C’est dans le livre La guerre n’a pas un visage de femme de l’écrivaine biélorusse Svetlana

Aleksievitch, lauréate du Prix Nobel de littérature en 2015, que Balagov a puisé l’inspiration

pour l’écriture du scénario de Une grande fille, un livre qui montre l’importance (trop peu

connue et reconnue) du rôle des femmes dans les combats menés par l’Union Soviétique

lors de la 2ème guerre mondiale. Des femmes à la fois combattantes et mères, combattantes

et infirmières, combattantes et objets de désir. C’est dans un hôpital d’anciens combattants

de Leningrad, durant l’automne qui a suivi la guerre, que les deux scénaristes ont choisi de

concentrer leur vision de cet héroïsme féminin. Ils nous convient à partager le quotidien

d’Iya et Masha, deux anciennes combattantes abîmées psychologiquement par la guerre,

devenues aides-soignantes aux services de ces messieurs.

Aussi blonde et longiligne que timide et effacée, Iya (la grande fille du titre) est, à

l’image de sa ville et de sa Russie, encore secouée par les soubresauts du conflit qui

vient juste de s’achever. Encombrée d’un corps et d’un passé trop grands pour elle, Iya

fait partie de ces voix inaudibles et timides perdues au milieu de celles des hommes qui

gémissent, murmurent, draguent… La jeune femme les écoute, les panse, les comprend

à demi-silence. Aussi rousse et vive, qu’imprévisible et provocatrice, Masha est désireuse

de venger son mari, mort au combat. Elle est restée sur le front plus longtemps que Iya,

après avoir confié son fils à cette dernière.

Outre l’influence évidente que peut avoir la mise en scène d’Alexandre Sokourov sur celle de

Balagov, il est indispensable de saluer le travail effectué par Kseniya Sereda, la cheffe opérateur

âgée d’à peine 25 ans, et qui permet à chaque plan de jouir d’une lumière qui l’assimile

à une magnifique peinture naturaliste. Ce fabuleux rendu pictural ne fait qu’accentuer

le propos, puisqu’il ajoute à la froideur mortifère propre à l’univers dans lequel évoluent Iya

et Masha. Certains opposeront sans doute que le film est assez long mais rien n’y est longueur.

Les plans, souvent étirés à l’extrême (comme chez un certain Kechiche), sont d’une

intensité rare et balaient un spectre d’émotions contradictoires. Entre tendresse, empathie,

malaise, colère, Une grande fille ne cessera de vous troubler… Du vrai grand cinéma !

3


JUSQU’AU 13 AOÛT

FACTORY

Film russe de Yuri Bykov (2019 - 1h51min - VOSTFR - dcp)

avec Vladislav Abashin, Andrey Smolyakov, Dmitry Kulichkov...

Pour réagir à la vente frauduleuse de leur

usine et face à la perte future de leur

emploi, des ouvriers cèdent au désespoir

et prévoient le kidnapping de l’oligarque

local propriétaire des lieux et qui avait

racheté ladite usine pour une bouchée

de pain, au lendemain de la chute de

l’URSS. Ils sont menés par “Le Gris”, un

ancien des forces armées. Mais rien ne

se déroulera bien évidemment comme

prévu et le simple enlèvement tourne à

la prise d’otage, et, rapidement, la garde

personnelle du patron encercle les lieux…

Les prolétaires révoltés de Factory sont

des oubliés de la montée en puissance

économique de la Russie. Armés, menés

par un guerrier plus utopiste qu’il ne

le voudrait lui-même, ils s’efforcent

maladroitement de s’en prendre aux

vautours qui se sont partagés les lambeaux

de la richesse industrielle du pays. « On

n’est pas des bandits, on est des ouvriers

qui se rebellent », assène froidement Le

Gris au flic qui le tient en joue. Avare de

ses mots, tout en rage rentrée, il y a du

Snake Plissken, le héros taiseux du New-

York 1997 de Carpenter, dans cet ouvrier

métallo revenu borgne de la guerre. Et la

référence à Carpenter ne s’arrête pas là,

vous ne deviez pas être déçus du voyage.

JUSQU’AU 2 SEPTEMBRE

JUSQU’AU 13 AOÛT

TOY STORY 4

Film américain de Josh Cooley

(2019 - 1h40min - VF - dcp)

avec les voix de Jean-Philippe Puymartin, Pierre Niney, Angèle... en VF

On n’avait pas joué avec eux depuis presque dix ans ! Woody,

le shérif en Celluloïd et chiffon, Buzz l’Eclair, le superhéros de

l’espace en toc, et autres attachantes figurines semblaient enfin

avoir trouvé leur happy end en 2010, dans l’excellent Toy Story

3. Et pourtant, les voilà qui reviennent : ils accompagnent ici,

Bonnie et ses parents en camping-car jusqu’à une petite ville.

Entre la fête foraine, l’aire de jeux et un inquiétant magasin

d’antiquités, les occasions d’aventures abondent. L’attachante

bande de jouets est à nouveau projetée dans le monde bizarre

des humains.

DONNIE DARKO

Film américain de Richard Kelly (2002 - 1h53min - VOSTFR - dcp)

avec Jake Gyllenhaal, Maggie Gyllenhaal, Drew Barrymore...

Donnie Darko est un adolescent de seize ans pas comme les

autres. Intelligent et doté d’une grande imagination, il a pour

ami Frank, une créature que lui seul peut voir et entendre.

Lorsque Donnie survit par miracle à un accident, Frank lui

propose un étrange marché. La fin du monde approche et ce

dernier doit accomplir sa destinée. Des événements bizarres

surviennent dans la petite ville tranquille, mais Donnie sait

que derrière tout cela se cachent d’inavouables secrets. Frank

l’aidera à les mettre à jour,

semant ainsi le trouble au

sein de la communauté.

A SÉANCE SPÉCIALE VERSION DIRECTOR’S CUT A

jeudi 8 août à 21h (Méliès Jean Jaurès)

21 minutes inédites en plus (2h14 au lieu de 1h53)

4


JUSQU’AU 13 AOÛT

Les films

GIVE ME LIBERTY

Film américain de Kirill Mikhanovsky

(2019 - 1h51min - VOSTFR - dcp)

avec Chris Galust, Lauren ‘Lolo’ Spencer, Darya Ekamasova, Maxim Stoyanov...

Alors que la question ethnique est de plus en plus brûlante aux Etats-Unis, Give Me Liberty apparaît comme une fable réconciliatrice

et optimiste sur le melting pot américain.

Vic, chauffeur d’un minibus pour handicapé.e.s, se retrouve embarqué à toute allure dans une aventure inattendue, avec à son

bord son vieux grand-père atteint d’Alzheimer, un groupe d’octogénaires Russes qui rejoignent l’enterrement d’une copine, et Tracy,

jeune afro-américaine en chaise roulante. Le réalisateur pose un regard bienveillant sur son microcosme culturel, où se mélangent

les langues et les pratiques dans un joyeux chaos. Sorte de road-trip lancé à toute vitesse dans les rues de Milwaukee, Give Me

Liberty nous emporte dans une véritable tornade de rebondissements aussi impromptus qu’improbables.

5


3 > 13 AOÛT

LES ENFANTS DE LA MER

Film japonais de Ayumu Watanabe (2019 - 1h51min - VOSTFR & VF - dcp)

Ruka, jeune lycéenne, vit avec sa mère. Elle se consacre à sa passion, le handball. Hélas, elle se fait injustement exclure de son

équipe le premier jour des vacances. Furieuse, elle décide de rendre visite à son père à l’aquarium où il travaille. Elle y rencontre

Umi, qui semble avoir le don de communiquer avec les animaux marins. Ruka est fascinée. Un soir, des événements surnaturels

se produisent.

« Spectacle total et transcendental recelant parmi les plus belles images jamais vues dans le domaine de l’animation, Les Enfants de

la mer est, disons-le tout net, un chef-d’oeuvre sur la place de l’humain sur cette terre et dans cet univers... » Mad Movies

« Un tourbillon d’images, de couleurs, de musique : l’émerveillement pour l’océan poussé à son paroxysme. » Télérama

« Un nouvel animé grandiose, dont la splendeur des dessins et couleurs enlumine une réflexion cosmique sur les liens entre l’homme

et la nature, et plus largement, entre l’élément marin et les étoiles. » L’Humanité

YULI

Film espagnol de Icíar Bollaín

(2019 - 1h52min - VOSTFR - dcp)

avec Carlos Acosta, Santiago Alfonso, Kevyin Martínez...

JUSQU’AU 6 AOÛT

Yuli raconte l’extraordinaire histoire du danseur cubain Carlos Acosta (qui joue son propre

rôle), depuis ses débuts dans un quartier pauvre de La Havane jusqu’à son accession au

statut de star dans l’une des plus grandes compagnies de ballet au monde.

Yuli (surnom de Carlos) est un garçon talentueux qui ne veut pas être un danseur mais

qui, forcé par son père Pedro et encadré par le professeur et directeur de l’École nationale

cubaine de ballet, Cherry, deviendra l’un des meilleurs danseurs de sa génération. Brisant

des tabous, il est devenu le premier danseur noir à jouer Roméo au Royal Ballet de

Londres, où il a forgé sa brillante carrière et sa légende pendant 17 ans.

Yuli est un film sur les racines, sur les relations entre Carlos et son père, avec sa famille,

avec Cuba. Yuli nous parle de l’art, du sacrifice de consacrer sa vie à cet art et, surtout,

de la réalisation de ce que nous sommes profondément.

« La danse fait avancer l’action à la manière d’une comédie musicale et apporter son

authenticité au film, qui ne sombre jamais dans le pathos tout en racontant avec sensibilité

la difficulté de vivre à Cuba, mais également loin de chez soi. » Le Journal du Dimanche

6


3 > 20 AOÛT

Les films

RICORDI ?

Film italien de Valerio Mieli

(2019 - 1h46min - VOSTFR - dcp)

avec Luca Marinelli, Linda Caridi, Giovanni Anzaldo...

Ils se sont rencontrés à une fête et se

sont aimés tout de suite. C’est une belle

et grande histoire d’amour, racontée à

travers les souvenirs du jeune couple - des

souvenirs altérés par le temps, leurs états

d’âme, leurs différents points de vue. Des

souvenirs qui finiront par influer sur leur

relation.

« Lui » et « Elle » ! Une longue, belle mais

évidemment sinueuse histoire d’amour.

De leur rencontre à leur rupture. Un monologue

intérieur de 106 minutes dans

lequel images et sentiments s’enchaînent

sans aucun ordre temporel. Un film qui

entremêle leurs perceptions respectives et

explore des souvenirs contradictoires. Un

film qui peut, à la lecture du scénario, paraître

compliqué mais qui est, en somme,

un voyage émotionnel dans la psyché des

personnages ainsi que dans la nôtre – tant

il est facile de se projeter, de s’identifier

au quotidien de ce couple. Valerio Mieli se

met à juste hauteur et parfaite distance

de ses deux personnages principaux pour

faire l’autopsie – pleine d’empathie – de

l’échec d’une relation amoureuse. Au sommet

de ce beau film plein de spleen trône

un duo d’acteurs épatants : Luca Marinelli

et Linda Caridi. On sort de salle extrêmement

émus, en se demandant ce qui fait

ou défait les couples et où l’amour se

perd... Ricordi ? est vraiment un beau film

sur l’incommunicabilité...

LES CONTES DE LA LUNE VAGUE APRÈS LA PLUIE

Film japonais de Kenji Mizoguchi

(1953 - 1h37min - VOSTFR - dcp version restaurée)

avec Machiko Kyô, Masayuki Mori, Kinuyo Tanaka...

3 > 13 AOÛT

Les Contes de la lune vague après la pluie, c’est la beauté, le charme, la poésie à l’état pur. Un

de ces films (ils ne sont pas si nombreux) qu’il faut absolument avoir vu au moins une fois dans

sa vie pour savoir ce qu’est le Cinéma avec un grand C.

XVIe siècle. Deux villageois ambitieux partent à l’aventure : le potier Genjuro désire profiter

de la guerre pour s’enrichir, le paysan Tobei rêve de devenir un grand samouraï. À la ville,

Genjuro est entraîné par une belle et étrange princesse dans son manoir où il succombe à ses

sortilèges... Pendant ce temps, le malheur fond sur les épouses délaissées : Ohama est réduite

à la prostitution, Miyagi est attaquée par des soldats affamés…

« Le propre des chefs-d’œuvres est de dépasser complètement le cadre des «civilisations collectives»

(…) Ce que nous Occidentaux ne comprenons pas (…) n’a aucune espèce d’importance. »

Les Cahiers du Cinéma N°95- mai 1959

7


3 > 12 AOÛT

L’OEUVRE SANS AUTEUR - PARTIE 1

Film allemand de Florian Henckel von Donnersmarck

(2019 - 1h31min - VOSTFR - dcp)

avec Tom Schilling, Sebastian Koch, Paula Beer, Saskia Rosendahl...

À Dresde en 1937, le tout jeune Kurt Barnet

visite, grâce à sa tante Elisabeth, l’exposition

sur « l’art dégénéré » organisée

par le régime nazi. Il découvre alors sa

vocation de peintre.

Dix ans plus tard en RDA, étudiant aux

Beaux-arts, Kurt peine à s’adapter aux

diktats du « réalisme socialiste ». Tandis

qu’il cherche sa voix et tente d’affirmer

son style, il tombe amoureux d’Ellie. Mais

Kurt ignore que le père de celle-ci, le

professeur Seeband, médecin influent, est

lié à lui par un terrible passé.

Les deux amants, épris d’amour et de

liberté, décident de passer à l’Ouest…

À la fois fresque historique, avec une

plongée dans trois décennies marquées

par le nazisme puis le communisme,

et portrait intime d’un artiste, 12 ans

après l’immense succès de La vie des

autres, son premier film, Florian Henckel

Von Donnersmarck revient sur les écrans

du Méliès avec L’Œuvre sans auteur.

Le cinéaste mêle une fois de plus, la

grande et la petite Histoire, les passés

familiaux tragiques de Kurt et Ellie et les

grands chambardements qui ont secoué

l’Allemagne entre les années 1930 et 70.

« Présentée en deux parties, L’Oeuvre sans

auteur séduit par la flamboyance de son

récit, volontairement lyrique. » L’Express

L’OEUVRE SANS AUTEUR - PARTIE 2

Film allemand de Florian Henckel von Donnersmarck

(2019 - 1h39min - VOSTFR - dcp)

avec Tom Schilling, Sebastian Koch, Paula Beer, Saskia Rosendahl...

3 > 13 AOÛT

...suite de la partie 1...

Désormais installés en RFA, Kurt et Ellie tentent de se reconstruire loin de leur famille,

tout en découvrant les joies de la liberté à l’Ouest. Accepté dans une prestigieuse

école d’art berlinoise où il n’est plus contraint aux diktats du « réalisme socialiste »,

Kurt s’épanouit et affirme son style jusqu’à en repousser les limites. Mais la pratique de

son art fait remonter en lui des souvenirs d’enfance longtemps enfouis qui lui révèlent

le terrible passé qui le lie au père d’Ellie, le professeur Seeband.

« Von Donnersmarck (La Vie des autres) brasse les destins dans ce film-fleuve de plus de

trois heures. On y voit des dignitaires nazis s’adapter sans peine au marxisme ambiant,

un homme ne bradant pas ses principes. Les années s’écoulent avec romanesque. »

Le Figaro

8


3 > 20 AOÛT

Les films

RÊVES DE JEUNESSE

Film français de Alain Raoust (2019 - 1h36min - VOSTFR - dcp)

avec Salomé Richard, Yoann Zimmer, Estelle Meyer, Jacques Bonnaffé...

Salomé décroche un job d’été dans la déchetterie du village de son adolescence. Sous un soleil de western, cet endroit au milieu

de nulle part presque hors du monde va vite et étrangement devenir un lieu de passages et d’échanges. De la fougueuse Jessica,

égarée d’une télé-réalité d’aventures à Clément, dont le frère, Mathis, ex de la sœur de Salomé, a été tué dans une ZAD, en passant

par un cycliste dépressif fuyant ses lâchetés et ses renoncements, c’est toute une brochette de personnages iconoclastes tous plus

ou moins perdus, en rade, pétris de mélancolie et de révoltes, de regrets et de rêves qui vont se croiser sur ce terrain finalement

pas si vague que cela. Et de rencontres inattendues en chagrins partagés, surgit la promesse d’une vie nouvelle pour Salomé…

Avec cette galerie de destins humains, malencontreusement placés à la périphérie d’une société qui ne semble guère tolérer qu’on

lui échappe, Alain Raoust nous interroge sur la marche du monde en entremêlant habilement poésie et politique.

« Tout paraît s’inscrire dans une temporalité qui semble être la nôtre. Mais il subsiste pourtant quelque chose d’intemporel dans ce récit

d’une jeunesse qui n’a pas choisi le monde tel qu’il est. Une jeunesse bien décidée à croire en sa propre histoire, à repenser l’utopie. » ACID

HALTE

Film philippin de Lav Diaz (2019 - 4h39min - VOSTFR - dcp)

avec Piolo Pascual, Joel Lamangan, Shaina Magdayao...

14 > 27 AOÛT

Nous sommes en 2034. Cela fait trois ans que l’Asie du Sud-Est est dans le noir,

littéralement. Le soleil ne se lève plus, suite à des éruptions volcaniques massives dans

la mer de Célèbes, au sud de l‘Indonésie. Des fous dirigent les pays, les communautés,

les enclaves et les villes. Des épidémies cataclysmiques ont ravagé le continent. Ils sont

des millions à être morts, des millions à être partis.

Petit à petit, alors qu’il a 60 ans depuis décembre dernier, le philippin Lav Diaz apparait

pour ce qu’il est : un des plus grands réalisateurs de cinéma de notre époque, voire le plus

grand. Il faut dire que s’il n’a pas encore la renommée qu’il mérite très largement, c’est un

peu de sa faute : la longueur de ses films nuit gravement à leur distribution dans les salles.

Une durée qui n’est pas vraiment rédhibitoire dans les festivals mais qui rend la proposition

en salle de cinéma plus complexe. Pensez donc : en 2004, Evolution of a Filipino Family,

10h43 ; en 2008, Melancholia, 7h30 ; en 2014, From What is before, Léopard d’Or du Festival

de Locarno 2014, 5h38 ; en 2016, Berceuse pour un sombre mystère, 8h05. A côté, Norte, la

fin de l’histoire, d’une durée de 4h10, distribué en France en 2015, La femme qui est partie,

Lion d’or à Venise en 2016, sorti en 2017 et qui ne dure que 3h46, La saison du diable, film

de 2018, 3h54, font presque figure de court-métrages ! Cette année, Halte, le dernier film

de Lav Diaz, faisait partie de la sélection Un Certain Regard du Festival de Cannes et ARP,

un distributeur courageux a décidé de le sortir en salles. Espérons le même courage de la

part des spectateurs du Méliès pour aller vérifier par eux-mêmes l’exceptionnelle qualité de

ce réalisateur. Après tout, Halte ne dure que 4h39 !

9


3 > 27 AOÛT

DIEGO MARADONA

Film britannique de Asif Kapadia (2019 - 2h10min - VOSTFR - dcp)

Après son biopic documentaire remarqué sur

la chanteuse Amy Winehouse (Amy), Asif

Kapadia nous gratifie de ce superbe film sur

l’une des plus grandes et controversées icônes

du XX ème siècle ! Que vous soyez branché foot

ou non, ce film vous ennivrera de tout un tas

d’émotions tant il est à la fois un pur thriller,

une fresque sociale et un vrai film d’action.

Le réalisateur britannique retrace la carrière

et la vie du «Pibe de oro» depuis son arrivée

à Naples en provenance de Barcelone en

1984 jusqu’en 1991, année de son contrôle

positif à la cocaïne. Entièrement réalisé avec

des images d’archives personnelles et des

commentaires en voix off de l’ex-joueur ou

de ses proches (épouse, sœur, préparateur

physique personnel, maîtresse…), le film

montre aussi bien les moments de gloire que

les nombreux déboires du maestro. Amour,

foot, gloire et fiesta évidemment, mais aussi

la présence invisible de la Camorra et le

contexte géo-politique de l’époque sont de

la partie. Durant toute la durée du film, on a

l’impression d’être projeté 35 ans en arrière

et d’assister en direct aux multiples vies de

Maradona. Et c’est cette alternance entre le

sportif et le privé qui donne à voir les deux

facettes de sa personnalité. Une dualité

soulignée à plusieurs reprises dans le film

par des proches du joueur, qui parlent de

Diego et de Maradona comme deux entités

distinctes. Dr Diego et Mister Maradona

en somme !

FOLLE NUIT RUSSE

10

Film russe de Anja Kreis (2019 - 1h17min - VOSTFR - dcp version restaurée)

avec Aleksey Solonchev, Ekaterina Vinogradova, Kseniya Kutepova...

15 > 27 AOÛT

A l’aube de l’an 2000, la vie n’était visiblement pas rose à Ivanovo. Mais, dans cet ancien

bastion de l’industrie textile soviétique, l’est-elle davantage vingt ans après ? La présidence

Eltsine touchait à sa fin, et les Russes se demandaient qui était « le petit nouveau », un

certain Poutine, appelé à succéder au chef de l’État au bout du rouleau. La seconde guerre de

Tchétchénie faisait rage, et les jeunes qui avaient la chance d’y échapper rêvaient d’émigrer

en Allemagne… Cette période de chaos et d’incertitude, qu’elle a vécue à l’adolescence, Anja

Kreis la fait revivre avec un mélange audacieux, mais réussi, de bouffonnerie et de tragique,

de sens de l’absurde et de discours politique aiguisé. Au cours d’une nuit qui bascule peu

à peu dans la folie et la violence, la jeune réalisatrice chronique le mal être et les espoirs

d’un soldat revenu traumatisé du front, d’une mère qui porte le deuil de son autre fils tué

au combat, mais aussi de petits truands bas du front, ou encore de Témoins de Jéhovah très

drôles dans leur maladresse, puis dans leur manière iconoclaste de pratiquer leur foi. Les

longs plans-séquences de cette comédie noire génèrent autant le rire que l’angoisse. Et au

fil des scènes, la chronique historique fait de plus en plus écho à la Russie d’aujourd’hui,

avec l’alliance très intéressée entre les forces de l’ordre et le banditisme, les influences

grandissantes de la religion et du nationalisme. Un premier film secouant. (merci Télérama !)


7 > 27 AOÛT

Les films

MANTA RAY

Film thaïlandais de Phuttiphong Aroonpheng

(2019 - 1h46min - VOSTFR - dcp)

avec Wanlop Rungkumjad, Rasmee Wayrana, Aphisit Hama...

Près d’une côte où des réfugiés Rohingyas

ont été retrouvés noyés, un jeune pêcheur

thaïlandais trouve en pleine forêt un

homme blessé et inconscient. Il lui porte

secours et le soigne. L’étranger se révèle

être muet. Il le nomme Thongchai et

lui offre son amitié. Un jour, le pêcheur

disparaît mystérieusement. Thongchai va

peu à peu prendre sa place...

Merci à nos camarades et voisins du Festival

du premier film d’Annonay grâce à qui nous

avons découvert ce Manta Ray, superbe

Grand Prix de leur dernier Festival. C’est à la

naissance d’un cinéaste que nous assistons

ici car en plus d’être une très belle parabole

sur l’identité, sur la perception que ce qui

semble étranger n’est peut-être qu’un

autre reflet de soi-même, Phuttiphong

Aroonpheng nous livre un premier longmétrage

qui nous subjugue visuellement

dès son premier plan.

« A l’opéra, certains spectateurs se satisfont

du spectacle et de la musique, même s’ils ne

comprennent pas la langue et ne saisissent

pas complètement l’histoire. D’autres sont

contents de pouvoir se référer au livret pour

ne rien perdre. Dans le même ordre d’idée, on

peut voir Manta Ray des deux façons : en se

laissant hypnotiser par ses images étranges

et mystérieuses, ou alors en allant chercher

des explications du côté des déclarations

d’intentions du réalisateur » Chaos Reign

PARASITE

Film sud coréen de Bong Joon-Ho

(2019 - 2h12min - VOSTFR - dcp)

avec Song Kang-Ho, Sun-kyun Lee, So-Dam Park, Woo-sik Choi...

JUSQU’AU 1 er SEPTEMBRE

Dans l’opulent Séoul, à la pointe du progrès et de l’électronique, une partie de la population vit

pourtant plus bas que terre, à peine mieux lotie que les cafards qui grouillent dans les recoins

sombres et moites de la ville. La famille Ki fait partie de ces rase-mottes : balayée par la crise

économique, obligée de vivre dans un sous-sol. A l’exacte opposée la famille Park vit sur les

hauteurs de la ville dans une somptueuse villa high tech, so design.

Sur un malentendu, le fils Ki se fait embaucher pour donner des cours particuliers d’anglais chez

les Park. Mais les parasites, lorsqu’on essaye de les écraser, ça prolifère. Une fois bien au chaud,

les parasites s’infiltrent, se démultiplient et c’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont

personne ne sortira véritablement indemne...

SÉANCES DE « PARASITE » AU MÉLIÈS JEAN JAURÈS

Festival de Cannes 2019

Palme d’or

dimanche 4/08 > 18h30 A mardi 6/08 > 13h50 A vendredi 9/08 > 21h A dimanche 11/08 > 16h20 A

mercredi 14/08 > 21h A dimanche 18/08 > 21h A samedi 24/08 > 22h A dimanche 25/08 > 20h A dimanche 1/09 > 11h

11


7 > 27 AOÛT

Les films

NEVER GROW OLD

Film américain de Ivan Kavanagh

(2019 - 1h40min - VOSTFR - dcp)

avec Emile Hirsch, John Cusack, Déborah François...

An de grâce 1849, en pleine ruée vers l’or.

Patrick Tate (Emile Hirsch), un immigré

irlandais d’une trentaine d’années s’est

établit comme charpentier et entrepreneur

de pompes funèbres et vit avec sa

jeune famille à la périphérie d’une petite

ville sur la route de la Californie. La vie y

est dure mais paisible jusqu’à l’arrivée de

Dutch Albert (impitoyable John Cusack !)

et sa bande de hors-la-loi qui vont tout

faire basculer. Alors que Dutch sème la panique

en ville, Patrick qui ne souhaite pas

faire de vague, va tout d’abord profiter du

système et tirer profit de l’explosion des

commandes de cercueils. Mais au pays de

la loi du plus fort, la roue peut aussi facilement

tourner qu’un barillet s’enrailler…

Voici le compagnon cinématographique

idéal d’un été réussi. Aussi savoureux

qu’un polar de plage, ce western ausculte

le côté sombre du rêve américain et de la

poursuite du bonheur à tout prix. De l’hypocrisie

d’une petite ville oppressante et

patriarcale, construite juste après l’expulsion

extrêmement violente et meurtrière

des Amérindiens, à la critique du capitalisme

naissant sur fond de mensonges,

culpabilité et avidité, rien n’échappe à

Ivan Kavanagh. Il nous livre un film de

genre comme on les aime, avec un sous

texte qui va bien au-delà de son apparente

histoire de lutte du bien contre le

mal. Au pays de l’oncle Sam, tout n’est

évidemment pas tout noir ou tout blanc,

tout ne rentre pas forcément dans des

cases. Never grow old nous parle évidemment

de la construction des États-Unis, de

sa signification encore aujourd’hui. Ainsi,

le film s’ouvre sur l’image d’un drapeau

américain brûlé et aborde pêle-mêle des

thèmes comme le génocide des Amérindiens,

la xénophobie, l’oppression et l’exploitation

des femmes, le Far West et sa

loi du plus fort, la peine capitale. Ainsi, à

travers une structure simple basée sur le

rapport du bien et du mal, Ivan Kavanagh

explore en filigrane la situation politique

actuelle aux États-Unis.

13


31 JUILLET > 6 AOUT

LES NOUVEAUTÉS DE LA SEMAINE : RÊVES DE JEUNESSE ; DIEGO MARADONA ; LES ENFANTS DE LA MER ;

RICORDI? ; L’OEUVRE SANS AUTEUR (PARTIE 1 & 2) ; LES CONTES DE LA LUNE VAGUE APRÈS LA PLUIE

JEAN

JAURÈS

Mercredi

31

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

RÉOUVERTURE LE 3 AOÛT

Jeudi

RÉOUVERTURE LE 3 AOÛT

1 er

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Vendredi

2

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Samedi

3

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Dimanche

4

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Lundi

5

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Mardi

6

St-FRANÇOIS

13h50

Factory

13h50

Rêves de Jeunesse

14h00

Yuli

14h00 Les Enfants

de la mer (V.F.)

13h50

Give Me Liberty

13h50 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 1)

13h50

Yuli

14h00

Ricordi ?

13h50

Factory

13h50

Rêves de Jeunesse

14h00

Yuli

14h00 Les Enfants

de la mer (V.F.)

13h50

Give Me Liberty

13h50 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 2)

13h50

Parasite

14h00

Ricordi ?

RÉOUVERTURE LE 3 AOÛT

16h00

Toy Story 4 (V.F.)

15h40 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 1)

16h15

Diego Maradona

16h30

Ricordi ?

16h00

Toy Story 4 (V.F.)

15h40

Rêves de Jeunesse

16h00

Diego Maradona

16h20 Les Contes

de la lune vague...

16h00

Toy Story 4 (V.F.)

15h40

Donnie Darko

16h15

Diego Maradona

16h30

Ricordi ?

16h00

Toy Story 4 (V.F.)

15h50

Rêves de Jeunesse

16h20

Yuli

16h20 Les Contes

de la lune vague...

18h00

Give Me Liberty

17h30 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 2)

18h45

Yuli

19h00 Les Contes

de la lune vague...

18h00

Factory

17h30 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 1)

18h30

Parasite

18h20

Ricordi ?

18h00

Give Me Liberty

17h50

Rêves de Jeunesse

18h45

Yuli

19h00 Les Contes

de la lune vague...

18h00

Factory

17h40 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 1)

18h30

Diego Maradona

18h20

Ricordi ?

20h10

Factory

19h30

Rêves de Jeunesse

21h00

Diego Maradona

21h00

Ricordi ?

20h10

Give Me Liberty

19h30

Rêves de Jeunesse

21h00

Diego Maradona

20h30 Les Enfants

de la mer (V.O.S.T.)

20h10

Factory

19h40 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 1)

21h00

Diego Maradona

21h00

Ricordi ?

20h10

Give Me Liberty

19h30

Rêves de Jeunesse

21h00

Yuli (d)

20h30 Les Enfants

de la mer (V.O.S.T.)

22h10

Give Me Liberty

21h15

Donnie Darko

22h10

Factory

21h15

Donnie Darko

22h10

Give Me Liberty

21h30 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 2)

22h10

Factory

21h15

Donnie Darko

[d] Dernières séances Séances ciné-bébé Séances accessibles aux sourds et malentendants Séances « patrimoine » Séances jeune public T Le film du mois b Notre coup de cœur


LES NOUVEAUTÉS DE LA SEMAINE : UNE GRANDE FILLE ; NEVER GROW OLD ; MANTA RAY

JEAN

JAURÈS

Mercredi

7

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Jeudi

8

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Vendredi

9

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Samedi

10

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Dimanche

11

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Lundi

12

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Mardi

13

St-FRANÇOIS

14h00

Never Grow Old

13h50

Ricordi ?

14h00

Donnie Darko

13h50

Une Grande fille T

14h00

Toy Story 4 (V.F.)

13h50

Ricordi ?

14h00

Diego Maradona

13h50 Les Contes

de la lune vague...

14h00

Never Grow Old

13h50

Ricordi ?

14h00

Donnie Darko

13h50

Une Grande fille T

14h00

Toy Story 4 (V.F.)

13h50

Ricordi ?

13h50

Diego Maradona

13h50 Les Contes

de la lune vague...

14h00

Never Grow Old

13h50

Ricordi ?

14h00

Donnie Darko

13h50

Une Grande fille T

14h00

Toy Story 4 (V.F.)

13h50

Ricordi ?

14h00

Diego Maradona

13h50 Les Contes

de la lune vague...

14h00

Never Grow Old

13h50

Ricordi ?

14h00

Donnie Darko (d)

13h50

Une Grande fille T

16h00

Toy Story 4 (V.F.)

16h00

Manta Ray

16h20

Diego Maradona

16h25 Les Enfants

de la mer (V.O.S.T.)

16h00

Rêves de Jeunesse

16h00

Factory

16h30 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 2)

15h45

Une Grande fille T

16h00

Toy Story 4 (V.F.)

16h00

Manta Ray

16h20

Diego Maradona

16h25 Les Enfants

de la mer (V.F.)

16h00

Rêves de Jeunesse

16h00

Factory

16h20

Donnie Darko

15h45

Une Grande fille T

16h00

Toy Story 4 (V.F.)

16h00

Manta Ray

16h20

Parasite

16h25 Les Enfants

de la mer (V.F.)

16h00

Rêves de Jeunesse

16h00

Factory

16h30 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 1) (d)

15h45

Une Grande fille T

16h00

Toy Story 4 (V.F.)

16h00

Manta Ray

16h20

Diego Maradona

16h25 Les Enfants

de la mer (V.F.)

18h00

Rêves de Jeunesse

18h00

Give Me Liberty

19h00 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 1)

18h30 Les Contes

de la lune vague...

18h00

Never Grow Old

18h10

Ricordi ?

18h30

Diego Maradona

18h20 Les Enfants

de la mer (V.F.)

18h00

Rêves de Jeunesse

18h00

Give Me Liberty

19h00 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 1)

18h30 Les Contes

de la lune vague...

18h00

Never Grow Old

18h10

Ricordi ?

18h30

Diego Maradona

18h20 Les Enfants

de la mer (V.O.S.T.)

18h00

Rêves de Jeunesse

18h00

Give Me Liberty

18h50 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 2)

18h30

Une Grande fille T

18h00

Never Grow Old

18h10

Ricordi ?

18h30

Diego Maradona

18h20 Les Enfants

de la mer (V.O.S.T.)

18h00

Rêves de Jeunesse

18h00

Give Me Liberty (d)

19h00 L’Oeuvre sans

auteur (Partie 2) (d)

18h30 Les Contes de

la lune vague... (d)

20h00

Never Grow Old

20h10

Ricordi ?

21h00

Diego Maradona

20h30

Une Grande fille T

7 > 13 AOUT

21h50

Rêves de Jeunesse

22h10

Factory

20h00

21h50

Rêves de Jeunesse Never Grow Old

20h15

22h10

Manta Ray

Give Me Liberty

21h00 Donnie Darko (Director’s Cut)

version longue : 2h14min

20h30

Une Grande fille T

20h00

Never Grow Old

20h10

Ricordi ?

21h00

Parasite

20h30

Une Grande fille T

21h50

Rêves de Jeunesse

22h10

Factory

20h00

21h50

Rêves de Jeunesse Never Grow Old

20h15

22h10

Manta Ray

Give Me Liberty

21h00 L’Oeuvre sans auteur (Parties 1 + 2)

2 films pour le prix d’1

20h30

Une Grande fille T

20h00

Never Grow Old

20h10

Ricordi ?

21h45

Diego Maradona

21h00 Les Contes

de la lune vague...

20h00

Rêves de Jeunesse

20h15

Manta Ray

21h00

Donnie Darko

20h30

Une Grande fille T

20h00

Never Grow Old

20h10

Ricordi ?

21h00

Diego Maradona

20h30

Une Grande fille T

21h50

Rêves de Jeunesse

22h10

Factory

21h50

Never Grow Old

22h10

Give Me Liberty

21h50

Rêves de Jeunesse

22h10

Factory (d)

[d] Dernières séances Séances ciné-bébé Séances accessibles aux sourds et malentendants Séances « patrimoine » Séances jeune public T Le film du mois b Notre coup de cœur


©CARACTÈRES CRÉDITS NON CONTRACTUELS

UN FILM DE KAN

7 AO


TEMIR BALAGOV

ÛT


14 > 20 AOUT

JEAN

JAURÈS

Mercredi

14

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Jeudi

15

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Vendredi

16

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Samedi

17

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Dimanche

18

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Lundi

19

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Mardi

20

St-FRANÇOIS

LES NOUVEAUTÉS DE LA SEMAINE : ONCE UPON A TIME… IN HOLLYWOOD ; PERDRIX ; HALTE ; FOLLE NUIT RUSSE

13h45

Rêves de Jeunesse

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

13h50

Une Grande fille T

14h00

Perdrix b

14h00

Toy Story 4 (V.F.)

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

13h50

Diego Maradona

13h50

Folle Nuit Russe

13h45

Rêves de Jeunesse

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

13h50

Une Grande fille T

14h00

Perdrix b

14h00

Toy Story 4 (V.F.)

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

13h50

Diego Maradona

14h00

Perdrix b

13h45

Rêves de Jeunesse

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

13h50

Une Grande fille T

13h30

Halte

14h00

Toy Story 4 (V.F.)

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

13h50

Diego Maradona

14h00

Perdrix b

13h45 Rêves de

Jeunesse (d)

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

13h50

Une Grande fille T

14h00

Perdrix b

15h35

Never Grow Old

16h20

Ricordi ?

16h00

Halte

16h00

Never Grow Old

16h15

Une Grande fille T

15h30

Perdrix b

15h35

Never Grow Old

16h20

Ricordi ?

16h00

Halte

16h00

Never Grow Old

16h15

Une Grande fille T

16h00

Folle Nuit Russe

15h35

Never Grow Old

16h20

Ricordi ?

16h00

Never Grow Old

16h15

Une Grande fille T

16h00

Folle Nuit Russe

15h35

Never Grow Old

16h20

Ricordi ? (d)

16h00

Halte

17h30

Manta Ray

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

18h30

Une Grande fille T

18h00

Rêves de Jeunesse

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

18h50

Ricordi ?

17h30

Perdrix b

17h30

Manta Ray

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

18h30

Une Grande fille T

18h00

Rêves de Jeunesse

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

18h50

Ricordi ?

18h00

Perdrix b

17h30

Manta Ray

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

18h30

Une Grande fille T

18h30

Perdrix b

18h00

Rêves de Jeunesse

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

18h50

Ricordi ?

17h30

Perdrix b

17h30

Manta Ray

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

18h30

Une Grande fille T

19h30

Never Grow Old

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00

Parasite

21h00

Perdrix b

20h00

Never Grow Old

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00

Une Grande fille T

19h30

Halte

19h30

Never Grow Old

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00

Diego Maradona

21h00

Perdrix b

20h00

Never Grow Old

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00

Une Grande fille T

20h00

Perdrix b

19h30

Never Grow Old

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00

Parasite

20h30

Perdrix b

20h00

Never Grow Old

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00

Une Grande fille T

19h30

Halte

19h30

Never Grow Old

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00

Diego Maradona

21h00

Perdrix b

21h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

22h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

22h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

22h00

Folle Nuit Russe

21h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

22h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

[d] Dernières séances Séances ciné-bébé Séances accessibles aux sourds et malentendants Séances « patrimoine » Séances jeune public T Le film du mois b Notre coup de cœur


LES NOUVEAUTÉS DE LA SEMAINE : ROUBAIX, UNE LUMIÈRE ; THALASSO ; LE DÉSERTEUR ; ILS REVIENNENT... ; MIDSOMMAR

JEAN

JAURÈS

Mercredi

21

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Jeudi

22

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Vendredi

23

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Samedi

24

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Dimanche

25

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Lundi

26

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Mardi

27

St-FRANÇOIS

14h00

Le Déserteur

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

Perdrix b

13h50

Une Grande fille T

14h00

Ricordi ?

13h50

Thalasso

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

Perdrix b

13h50

Never Grow Old

13h50

Ils reviennent...

14h00

Le Déserteur

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

Perdrix b

13h50

Never Grow Old

14h00

Diego Maradona

13h50

Thalasso

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

Toy Story 4 (V.F.)

13h50

Une Grande fille T

14h00

Ricordi ?

14h00

Le Déserteur

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

Toy Story 4 (V.F.)

13h50

Never Grow Old

13h50

Ils reviennent...

13h50

Thalasso

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

Perdrix b

13h50

Une Grande fille T

14h00

Ricordi ?

14h00

Le Déserteur

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

13h45 Roubaix,

une lumière

14h00

Perdrix b

13h50

Never Grow Old

13h50

Ils reviennent...

15h50

Thalasso

16h20 Roubaix,

une lumière

16h00

Halte

16h25

Never Grow Old

16h15

Manta Ray

15h40

Le Déserteur

16h20 Roubaix,

une lumière

16h00

Perdrix b

15h50

Une Grande fille T

15h30

Midsommar

15h50

Thalasso

16h20 Roubaix,

une lumière

16h00

Halte

15h45

Une Grande fille T

16h30

Ricordi ?

15h40

Le Déserteur

16h20 Roubaix,

une lumière

16h00

Perdrix b

16h25

Never Grow Old

16h15

Manta Ray

15h50

Thalasso

16h20 Roubaix,

une lumière

16h00

Perdrix b

15h50

Une Grande fille T

15h30

Midsommar

15h40

Le Déserteur

16h20 Roubaix,

une lumière

16h00

Perdrix b

16h25

Never Grow Old

16h15

Manta Ray

15h50

Thalasso

16h00 Roubaix,

une lumière

16h00

Halte (d)

15h50

Une Grande fille T

15h30

Midsommar

17h40

Folle Nuit Russe

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Le Déserteur

18h20

Une Grande fille T

18h15

Ils reviennent...

17h30

Toy Story 4 (V.F.)

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Thalasso

18h00

Perdrix b

18h30

Never Grow Old

18h15

Manta Ray

17h40

Folle Nuit Russe

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Le Déserteur

18h15

Never Grow Old

19h00

Manta Ray

17h30

Toy Story 4 (V.F.)

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Thalasso

18h00

Perdrix b

18h20

Une Grande fille T

18h15

Ils reviennent...

17h40

Folle Nuit Russe

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Le Déserteur

18h00

Perdrix b

18h30

Never Grow Old

18h15

Manta Ray

17h30

Toy Story 4 (V.F.)

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Thalasso

18h00

Perdrix b

18h20

Une Grande fille T

18h15

Ils reviennent...

17h40

Folle Nuit Russe (d)

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

18h15 Roubaix,

une lumière

18h30

Never Grow Old (d)

18h15

Manta Ray (d)

21 > 27 AOUT

19h30

21h30 Once Upon a

Thalasso

Time… in Hollywood

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

21h00

Perdrix b

21h00

Never Grow Old

20h00

Midsommar

19h30

21h30 Once Upon a

Le Déserteur Time… in Hollywood

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

20h00

Halte

20h30

Une Grande fille T

20h15

Diego Maradona

19h30

21h30 Once Upon a

Thalasso

Time… in Hollywood

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

21h00

Perdrix b

20h00 Ils reviennent... 21h30 Midsommar

« Le vendredi de la frousse » (cf. page 21)

21h00

Une Grande fille T

19h30

Le Déserteur

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

20h00

Perdrix b

21h00

Never Grow Old

20h00

Midsommar

19h30

Thalasso

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

20h00

Parasite

20h30

Une Grande fille T

20h15

Diego Maradona

19h30

Le Déserteur

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

20h00

Halte

21h00

Never Grow Old

20h00

Midsommar

19h30

Thalasso

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

22h00

Parasite

21h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

20h30 Le Déserteur

en présence du réalisateur (cf. page 24)

21h00

Perdrix b

20h30

Une Grande fille T

20h15

Diego Maradona (d)

[d] Dernières séances Séances ciné-bébé Séances accessibles aux sourds et malentendants Séances « patrimoine » Séances jeune public T Le film du mois b Notre coup de cœur


28 AOUT > 3 SEPTEMBRE

LES NOUVEAUTÉS DE LA SEMAINE : LA VIE SCOLAIRE ; UNE FILLE FACILE ; FRANKIE ;

POUR LES SOLDATS TOMBÉS ; TU MÉRITES UN AMOUR

JEAN

JAURÈS

Mercredi

28

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Jeudi

29

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Vendredi

30

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Samedi

31

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

11h00

11h00

1 er

Dimanche

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Lundi

2

St-FRANÇOIS

JEAN

JAURÈS

Mardi

3

St-FRANÇOIS

Toy Story 4 (V.F.) (d)

11h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

Parasite (d)

11h00

La Vie scolaire

14h00

Une fille facile

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

La Vie scolaire

14h00

Le Déserteur

13h50

Une Grande fille T

14h00

Frankie

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

La Vie scolaire

14h00

Thalasso

14h00

Perdrix b

14h00

Une fille facile

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

La Vie scolaire

14h00

Le Déserteur

13h50

Une Grande fille T

14h00

Frankie

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

La Vie scolaire

14h00

Thalasso

14h00

Perdrix b

14h00

Une fille facile

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

La Vie scolaire

14h00

Le Déserteur

13h50

Une Grande fille T

14h00

Frankie

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

La Vie scolaire

14h00

Thalasso

14h00

Perdrix b

14h00

Une fille facile

14h00 Once Upon a

Time… in Hollywood

14h00 Roubaix,

une lumière

14h00

La Vie scolaire

14h00

Le Déserteur

13h50 Une Grande

fille T (d)

16h00

Frankie

16h20 Roubaix,

une lumière

16h20

La Vie scolaire

16h00

Thalasso

16h25

Perdrix b

16h00

Une fille facile

16h20 Roubaix,

une lumière

16h20

La Vie scolaire

16h00

Le Déserteur

16h00

Ils reviennent...

16h00

Frankie

16h20 Roubaix,

une lumière

16h20

La Vie scolaire

16h00

Thalasso

16h25

Perdrix b

16h00

Une fille facile

16h20 Roubaix,

une lumière

16h20

La Vie scolaire

16h00

Le Déserteur

16h00

Ils reviennent...

16h00

Frankie

16h20 Roubaix,

une lumière

16h20

La Vie scolaire

16h00

Thalasso

16h25

Perdrix b

16h00

Une fille facile

16h20 Roubaix,

une lumière

16h20

La Vie scolaire

16h00

Le Déserteur

16h00

Ils reviennent... (d)

16h00

Frankie

16h20 Roubaix,

une lumière

16h20

La Vie scolaire

16h00

Thalasso

16h25

Perdrix b

18h00

Une fille facile

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Frankie

19h00 Pour les

soldats tombés

18h00

Le Déserteur

18h20

Midsommar

18h00

Frankie

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Une fille facile

19h00

Toy Story 4 (V.F.)

18h00

Thalasso

18h00

Perdrix b

18h00

Une fille facile

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Frankie

19h00 Pour les

soldats tombés

18h00

Le Déserteur

18h20

Midsommar

18h00

Frankie

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Une fille facile

19h00

Toy Story 4 (V.F.)

18h00

Thalasso

18h00

Perdrix b

18h00

Une fille facile

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Frankie

18h30

La Vie scolaire

18h00

Le Déserteur

18h20

Midsommar

18h00

Frankie

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Une fille facile

19h00 Pour les

soldats tombés

18h00

Thalasso

18h00

Perdrix b

18h00

Une fille facile

17h15 Once Upon a

Time… in Hollywood

19h00

Frankie

19h00 Pour les

soldats tombés

18h00

Le Déserteur

18h20

Midsommar (d)

20h00

22h00

Une fille facile Frankie

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

21h00

La Vie scolaire

20h00

Thalasso

21h00

Perdrix b

20h10 Once Upon a

Time… in Hollywood

20h30 Tu mérites un amour (cf. page 29)

avant-première en présence de Hafsia Herzi

21h00 Roubaix,

une lumière

21h00

La Vie scolaire

20h00

Le Déserteur

20h00

Midsommar

20h00

22h00

Une fille facile Frankie

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

21h00

La Vie scolaire

20h00

Thalasso

21h00

Perdrix b

20h00

22h00

Frankie

Une fille facile

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

21h00

La Vie scolaire

20h00

Le Déserteur

20h00

Midsommar

20h00

22h00

Une fille facile Frankie

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

20h40 Pour les

soldats tombés

20h00

Thalasso

21h00

Perdrix b

20h00

22h00

Frankie

Une fille facile

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

21h00

La Vie scolaire

20h00

Le Déserteur

20h00

Midsommar

20h00

22h00

Une fille facile Frankie

20h30 Once Upon a

Time… in Hollywood

21h00 Roubaix,

une lumière

21h00

La Vie scolaire

20h00

Thalasso

21h00

Perdrix b

[d] Dernières séances Séances ciné-bébé Séances accessibles aux sourds et malentendants Séances « patrimoine » Séances jeune public T Le film du mois b Notre coup de cœur


Les films

ILS REVIENNENT...

Film mexicain de Issa Lopez

(2019 - 1h23min - VOSTFR - dcp)

avec Paola Lara, Hanssel Casillas, Ianis Guerrero...

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

21 AOÛT > 2 SEPTEMBRE

Estrella, une jeune adolescente vivant au Mexique, trouve refuge auprès

d’un groupe de cinq garçons se retrouvant également laissés à l’abandon

suite à la disparition de leurs parents. Elle se réfugie peu à peu dans

son imaginaire pour tenter de surmonter la situation. En effet, dans la

foulée de la disparition de sa mère, elle se trouve confrontée à des visions

cauchemardesques : des fantômes de proches et des symboles morbides

semblant faire écho à sa vie envahissent peu à peu son quotidien. Ces

apparitions ont-elles un lien avec la disparition de sa mère ? L’alarmentelles

sur un danger à venir ?

Bienvenu dans un Mexique en déconfiture, reflet de celui finalement pas si

lointain du Los Olvidados de Luis Bunuel, de nouveaux monstres en plus. On

comprend vite ce qui a autant séduit Guillermo Del Toro dans ce pur film de

genre réalisé par la cinéaste Issa Lopez qui mêle habilement naturalisme et

fantastique. Fort de ses 48 récompenses récoltées dans différents festivals

du monde entier et encensé par de grands auteurs fantastiques tels que

Stephen King ou Neil Gaiman, Ils Reviennent devrait éclairer le rentrée

cinématographique de tous les amoureux du cinéma fantastique.

« Avec une mise en scène virtuose des décors, une direction habile de ses

jeunes comédiens et une colère sourde comme moteur, le film de Lopez

impressionne. » CinemaTeaser

« LE VENDREDI DE LA FROUSSE » : VENDREDI 25 AOÛT - 20H AU MÉLIÈS ST-FRANÇOIS

La petite frayeur ou la grosse FROUSSE ? À vous de tester ! Attention c’est interdit aux de moins de 16 ans !

Si vous aviez aimé Hérédité (un film qui avait donné grand coup de pied dans la fourmilière du cinéma horrifique),

venez voir le 2 ème long-métrage de Ari Aster : MIDSOMMAR.

ILS REVIENNENT... a fait sensation dans les festivals, notamment chez nos voisins lyonnais de Hallucinations Collectives..

MIDSOMMAR

Film américain de Ari Aster

(2019 - 2h20min - VOSTFR - dcp)

avec Jack Reynor, Florence Pugh, Will Poulter...

21 AOÛT > 3 SEPTEMBRE

Dani et Christian sont sur le point de se séparer quand la famille de Dani est

touchée par une tragédie. Attristé par le deuil de la jeune femme, Christian

ne peut se résoudre à la laisser seule et l’emmène avec lui et ses amis à un

festival estival qui n’a lieu qu’une fois tous les 90 ans et se déroule dans un

village suédois isolé.

Mais ce qui commence comme des vacances insouciantes dans un pays où le

soleil ne se couche pas va vite prendre une tournure beaucoup plus sinistre

et inquiétante…

Si comme nous vous en avez assez de ces productions horrifiques modernes

toutes moulées dans la même fadeur et qui usent à tort et à travers de

jump-scare bas de gamme, Midsommar sera votre planche de salut. Peu client

d’une épouvante formatée selon le diktat de l’efficacité dogmatique, Ari Aster

nous prouve une fois de plus après son précédent et emballant Hérédité qu’il

est un vrai cinéaste. Aster cultive ses atmosphères, il aime les expériences

cinématographiques où la peur se distille subtilement par petites couches

successives s’amalgamant peu à peu et dans une ambiance suffocante tapie

en toile de fond.

« Récit d’une rupture improbable sur fond de rites païens gorgés de soleil et de

dopamine, Midsommar, le deuxième film d’Ari Aster est un drame bergmanien

doublé d’un trip psychédélique sidérant. » Chaos Reign

21


À PARTIR DU 21 AOÛT

Les films

ROUBAIX, UNE LUMIÈRE

Film français de Arnaud Desplechin (2019 - 1h59min - dcp)

avec Léa Seydoux, Sara Forestier, Roschdy Zem, Antoine Reinartz...

Avec Roubaix, une lumière, Arnaud Desplechin

réalise un somptueux polar social dans sa

ville d’enfance. Le cinéaste nous plonge ici

dans les recoins les moins ragoûtants de

l’âme humaine. Une vieille dame meurt la

nuit de Noël, dans un quartier populaire de

Roubaix. Deux voisines de la défunte (Léa

Seydoux et Sara Forestier), toxicos, alcoolos

et amoureuses sont interrogées par un

flic aussi solitaire que melvillien, au flair

implacable (Roschdy Zem).

Comme Pedro Almodovar qui nous a

enchanté en mai dernier avec son dernier

film, Arnaud Desplechin fait partie de cette

toute petite poignée de cinéastes qui

constituent l’ADN d’un cinéma comme le

Méliès. Certains auraient même tendance

à qualifier Desplechin de valeur sûre. Ce

serait évidemment justifié mais également

totalement minimiser son impact sur

l’histoire de l’Art cinématographique

tant chacun de ses nouveaux films est

également la promesse d’une nouvelle

pierre, précieuse au 7ème Art. En effet, le

cinéaste français se renouvelle sans cesse

et après presque trente ans de carrière, il

signe ici son premier polar. Et pour un coup

d’essai, c’est du très bel ouvrage.

Après Un conte de Noël, Desplechin nous invite

une nouvelle fois dans sa ville natale et

s’écarte de sa petite bourgeoisie locale pour

filmer ses quartiers populaires où le désespoir

social et moral semblent l’emporter. Il

y a du Simenon dans cette histoire simple,

presque banale qui sonde le mal et le salut

des âmes. Avant d’aborder dans une seconde

partie de son récit l’affaire criminelle stricto

sensu et le laborieux travail des flics pour

soutirer des aveux à leur deux suspectes

idéales, le réalisateur nous propose une

très belle première partie où il filme toute

l’ambivalence de ces flics embourbés dans

un quotidien professionnel peut être trop

grand pour eux. Dans la plus pure tradition

du réalisme sociale à la Ken Loach, il scrute

la complexité de la mission des hommes

en bleus, entre le devoir de faire respecter

l’ordre établi et l’absolue nécessité de

réparer les blessures multiples infligées par

la société aux personnages/citoyens qu’ils

croisent sur leur chemin quotidien.

POUR LES SOLDATS TOMBÉS

Film néo-zélandais, britannique de Peter Jackson

(2019 - 1h39min - VOSTFR - dcp) avec Tim Bentinck, Kevin Howarth...

À PARTIR DU 30 AOÛT

Entre 1914 et 1918, un conflit mondial change à jamais le cours de l’histoire. Les hommes

et femmes qui y ont participé ne vivaient pas dans un monde silencieux, en noir et blanc.

Faites donc un voyage dans le temps pour revivre, comme si vous y étiez, ce moment majeur

de l’histoire.

Grâce à un remarquable travail de reconstitution, Peter Jackson, le réalisateur des célèbres

Braindead et Seigneurs des anneaux, donne un nouveau visage, plus humain, à la Première

Guerre mondiale. Ces images sont saisissantes, les commentaires poignants et le documentaire

une réussite à tous les niveaux.

« Plus honnête que ce que l’Histoire voudrait admettre, Pour les soldats tombés est tout aussi

émouvant que nécessaire… mais il est surtout techniquement impressionnant. »

Rolling Stone

23


À PARTIR DU 21 AOÛT

THALASSO

Film français de Guillaume Nicloux

(2019 - 1h33min - VOSTFR - dcp)

avec Michel Houellebecq, Gérard Depardieu, Maxime Lefrancois...

Cinq années ont passé depuis L’Enlèvement de Michel Houellebecq. Michel et Gérard Depardieu se rencontrent en cure de thalasso à

Cabourg. Ils tentent ensemble de survivre au régime de santé que l’établissement entend leur imposer. Alors que Michel est toujours

en contact avec ses anciens ravisseurs, des événements imprévus viennent perturber leur programme…

Voici un film au pitch parfaitement hallucinant qui ne laisse guère de place à l’hésitation : soit l’on aime Depardieu, Houellebecq

et le saucisson et l’on court voir le nouveau film de Guillaume Nicloux, soit on est indifférent à la bonne chair et l’on peut passer

son chemin. Guillaume Nicloux signe en effet un vrai film décalé sur la fin de vie, sur la vieillesse, sur la foi, sur la superstition, sur

la résurrection des corps et les passions de l’âme qui accompagnent tous ses mouvements. Enthousiasmant au sens étymologique

de «transport divin». (merci AvoirAlire.com !)

LE DÉSERTEUR

Film canadien de Maxime Giroux

(2019 - 1h34min - VOSTFR - dcp)

avec Martin Dubreuil, Sarah Gadon, Reda Kateb, Romain Duris...

À PARTIR DU 21 AOÛT

Au Méliès, on avait adoré son précédent film Félix et Meira (coup de cœur

du Méliès en 2015) une comédie romantique et sociale teintée d’une

incommensurable mélancolie. Son réalisateur québécois Maxime Giroux

revient pour votre plus grand plaisir sur nos écrans avec ce Déserteur, une

étrange fable souvent burlesque qui pose sur le monde un regard désenchanté

qui fait froid dans le dos. Quelque part dans le monde, une guerre fait rage.

Terrifié à l’idée d’être mobilisé, Philippe a fui Montréal pour se réfugier dans

un ouest américain aussi sauvage qu’hypnotisant. Il vit tant bien que mal de

concours d’imitation de Charlie Chaplin. Mais la cruauté de l’humanité ne se

limite pas aux champs de bataille, et Philippe ne va pas tarder à découvrir la

face obscure du rêve américain.

« Le film est une fable philosophique belle, profonde et intrigante qui se

déploie sous forme de réflexion mystique sur la place du Québec au sein d’une

Amérique surpuissante. Avec son intrigue mystérieuse reposant sur des scènes

fortes, des images à couper le souffle et la force de son interprétation, Le

Déserteur est indéniablement un objet de cinéma pur, envoûtant et audacieux. »

(filmsquebec.com)

MARDI 27 AOÛT - 20H30 AU MÉLIÈS JEAN JAURÈS

Projection du film LE DÉSERTEUR

en présence du réalisateur Maxime Giroux

24


À PARTIR DU 28 AOÛT

Les films

UNE FILLE FACILE

Film français de Rebecca Zlotowski (2019 - 1h31min - dcp)

avec Mina Farid, Zahia Dehar, Clotilde Courau, Benoît Magimel, Loubna Abidar...

L’actualité de la réalisatrice Rebecca Zlotowski est bouillonnante. Deux ans après son envoûtant dernier film Planetarium où elle

mettait en scène Natalie Portman et Lily-Rose Depp, la cinéaste aura une rentrée chargée avec une double actualité presque

concomitante : la sortie fin août au Méliès de son quatrième film de cinéma au titre évocateur puis en septembre la diffusion sur

Canal + de sa série adaptée de la saga littéraire Les Sauvages écrite par Sabri Louatah et tournée à Saint-Etienne.

Cette fille facile qu’évoque le titre c’est Sofia qui en l’espace d’un été va totalement chambouler la vie de sa cousine Naïma. L’histoire

se déroule à Cannes, sur la côte d’Azur, dans ce sud est dont on retient plus les stars qui foulent les tapis rouges et les tables des

grands hôtels que les simples gens qui y vivent vraiment et accueillent ou rendent possible cette villégiature haut de gamme. Naïma à

16 ans, elle vit avec sa mère à La Bocca en périphérie de la fameuse Croisette. C’est l’âge des grands questionnements sur l’avenir, des

premiers vrais bourdonnements du cœur, la fleur de l’âge aussi. Alors qu’elle se donne l’été pour choisir ce qu’elle veut faire dans la vie,

sa fameuse cousine Sofia, au mode de vie attirant, vient passer les vacances avec elle. Ensemble, elles vont vivre un été inoubliable…

« L’amour ne m’intéresse pas, j’aime les sensations, l’aventure ». C’est en prenant le contrepied d’un ensemble de clichés bien ancrés

dans l’imaginaire collectif, en particulier sur les relations de domination sociale, économique et sexuelle, que la cinéaste française

Rebecca Zlotowski a décidé de signer un petit conte amoral et moderne sorte de remake croisé de Pauline à la plage et La collectionneuse

aux effluves Kéchichiennes. Une fille facile : un titre ambivalent pour un film hybride, tant Zlotowski oscille sans cesse

entre Rohmer et Kechiche, imposant son propre style. Avec son sens du casting légendaire - certains diront opportun - la cinéaste

revisite le mythe de la bimbo solaire autrefois magnifiée par Bardot dans Le mépris et ici modernisée sous les traits de la sculpturale

Zahia en michetonneuse grand standing qui cite Duras entre deux orgasmes. Étude de la beauté et de la sexualité comme armes de

progression sociale en milieu tempéré, ce film de vacances gorgé de désir est une remise à zéro des compteurs pour retrouver le

goût des premières fois et l’envie d’avoir envie. « Et ça, tu aimes quand je te fais ça ? »

FRANKIE

Film américain, français, portugais de Ira Sachs

(2019 - 1h40min - VOSTFR - dcp)

avec Isabelle Huppert, Marisa Tomei, Brendan Gleeson...

À PARTIR DU 28 AOÛT

Frankie, célèbre actrice française, se sait gravement malade. Son cancer est incurable,

sa fin approche, c’est inéluctable. Elle décide de passer ses dernières vacances entourée

de ses proches. Enfants, ex-mari, ami.e.s et amants sont ainsi tous conviés à Sintra, une

magnifique petite station balnéaire du Portugal.

Comme son cousin coréen Hong Sang-soo, l’américain Ira Sachs s’appuie sur un pitch tout

ce qu’il y a de plus simple mais réussi grâce à son écriture feutrée et son intimisme douxamer,

et en fait un petit théâtre des émotions aussi savoureux que passionnant. Et de

théâtre il va en être question puisque ce neuvième long métrage d’Ira Sachs et son décor

de carte postale ne cherchent jamais à en faire secret, on est bien ici au théâtre.

Un théâtre choral, dans lequel c’est évidemment Isabelle Huppert qui incarne le rôle-titre

de cette matriarche qui a toujours tout régenté et qui souhaite solder les vieilles rancœurs,

raccommoder quelques liens défaits et régler sa succession. Une sorte d’ultime raout réglé

par celle qui s’apprête à s’absenter pour de bon. Mais si tout se passait comme prévu, nous

ne serions pas au théâtre…

25


À PARTIR DU 28 AOÛT

Les films

LA VIE SCOLAIRE

Film français de Grand Corps Malade, Mehdi Idir

(2019 - 1h52min - dcp)

avec Zita Hanrot, Liam Pierron, Soufiane Guerrab, Alban Ivanov...

Après leur excellent Patients, les compères

Grand Corps Malade et Medhi Idir

transforment l’essai avec cette comédie

populaire aussi drôle et élégante qu’intelligente

et qualitative.

Pour ce deuxième film le challenge est

simple, ils nous invitent rien de moins

qu’à venir passer une année au cœur de

l’école de la république, de la vie... et de

la démerde !

Samia, jeune CPE novice, débarque de

son Ardèche natale dans un collège réputé

difficile de la ville de Saint-Denis. Elle

y découvre les problèmes récurrents de

discipline, la réalité sociale pesant sur le

quartier, mais aussi l’incroyable vitalité

et l’humour, tant des élèves que de son

équipe de surveillants. Parmi eux, il y a

Moussa, le Grand du quartier et Dylan le

chambreur. Samia s’adapte et prend bientôt

plaisir à canaliser la fougue des plus

perturbateurs. Sa situation personnelle

compliquée la rapproche naturellement

de Yanis, ado vif et intelligent, dont

elle a flairé le potentiel. Même si Yanis

semble renoncer à toute ambition en se

cachant derrière son insolence, Samia va

investir toute son énergie à le détourner

d’un échec scolaire annoncé et tenter

de l’amener à se projeter dans un avenir

meilleur...

Et si ils l’avaient fait ? Et si ils y étaient

arrivés ? Quoi donc nous direz-vous ? Et

bien tout simplement à réussir le croi-

-sement parfait entre le palmé et sociologiquement

puissant Entre les murs et

le cultissime, drolatique mais néanmoins

écervelé P.R.O.F.S.

Bref La vie scolaire c’est la grande classe !

27


Les films

TU MÉRITES UN AMOUR

JEUDI 29 AOÛT - 20H30 AU MÉLIÈS JEAN JAURÈS

Avant-première du film

en présence de la réalisatrice/comédienne Hafsia Herzi

AVANT-PREMIÈRE JEUDI 29 AOÛT À 20H30 (JEAN JAURÈS)

Film français de Hafsia Herzi (2019 - 1h42min - dcp)

avec Hafsia Herzi, Djanis Bouzyani, Jérémie Laheurte, Anthony Bajon...

En décembre 2007, une jeune comédienne illuminait les écrans du

Méliès de toute sa gouaille et de toute sa beauté. Le film c’était La

Graine et le mulet, le réalisateur c’était Abdellatif Kechiche et en plus

d’un immense film et d’un grand cinéaste on découvrait, jamais deux

sans trois, une boule d’énergie cinégénique, une tornade de vitalité,

une vraie pépite de comédienne du nom d’Hafsia Herzi ! 12 ans se

sont écoulés depuis et après plusieurs grands rôles dans de beaux

films, la voici qui passe derrière la caméra pour nous offrir un premier

film d’une fraîcheur aussi revitalisante que l’était son personnage

de Rym à l’époque : une jolie réflexion poétique sur le fait d’être

trentenaire et célibataire aujourd’hui.

Pour sa première fois comme cinéaste Hafsia Herzi a fait, comme

Woody Allen en son temps, le pari d’incarner aussi le rôle principal.

C’est donc Lila, une jeune Parisienne au cœur brisé que nous allons

suivre dans ses péripéties amoureuses. Tombe les mecs et tais-toi

? Pas si sûr… Lila traîne sa solitude dans les rues de Belleville, se

lamente auprès de (et refait le monde avec) son meilleur ami Ali

(Djanis Bouzyani qui crève l’écran avec sa répartie) puis découvre

Tinder ; le saint Graal ? Pas si sûr… Telle une Bridget Jones 2.0,

Lila se lance, rencarde(s), refuse(s) du bout des lèvres, puis se

résout à vivre l’expérience(s), comme si finalement il n’y avait rien

à perdre. Elle semble incarner une génération de femmes pour qui

la contrainte fait partie du jeu amoureux sans qu’elle soit perçue de

manière dramatique ou remise en question. Hafsia Herzi montre ce à

quoi les femmes se sont trop habituées : dire oui sans avoir de réel

désir. Elle y filme le sexe comme son héroïne le ressent : avec une

certaine distance, sans grand plaisir. De toute façon le corps de Lila

n’est plus habité par grand-chose, à part sa mélancolie, elle sait que

son désir est ailleurs, mais elle ne sait plus réellement vers qui ou

quoi se tourner…

Gros plans à gogo, dialogues improvisés, scènes de couscous, danses

du ventre : on pourrait facilement croire que l’on est chez Kechiche. Pour autant, à cet univers qu’elle connait bien, Hafsia Herzi ajoute

quelque chose que l’on pourrait apparenter à une certaine forme de candeur loin de l’assurance (arrogance ?) de son maître. C’est amusant

de voir le malin plaisir qu’elle semble prendre à se jouer des codes de celui qui l’a révélée au grand public. Tu mérites un Amour n’a en

effet jamais peur ni de s’emparer de bon nombre de problématiques et d’idées kéchichiennes, ni de les faire siennes en les saupoudrant

d’une patte très personnelle. C’est certain, une chouette réalisatrice est née.

KINO 3000

Le KINO3000 est un laboratoire de création cinématographique qui aura lieu du 1er au 7

septembre 2019 à Ursa Minor à Saint-Etienne.

Pendant cette semaine, une quarantaine de participants : des réalisateurs, des acteurs, des

monteurs, des techniciens, des scénaristes... vont se rassembler afin d’écrire et de réaliser

ensemble des courts-métrages. Un thème sera donné et encadrera la réalisation des films qui

seront tournés dans la semaine. La totalité des court-métrages créés seront projetés le samedi

7 septembre au Cinéma Le Méliès Saint François à 20h.

Le Kino3000 s’est inspiré du Kinoctambule, un événement similaire qui a eu lieu de 2014 à

2016 aux Forces Motrices à Saint-Etienne. Ce type d’évènement favorise la rencontre entre

professionnels, ou professionnels en devenir, du milieu du cinéma et de l’image. D’autres

«Kino» existent sous diverses formes en France comme à l’étranger.

Un grand merci aux partenaires qui soutiennent le KINO3000 : Le Cinéma Le Méliès, La Ville

de Saint Etienne, L’association Ursa Minor, ainsi qu’à Réalisation Graphique Disybeltran et à

l’Agence Auuna.

Pour toutes questions, n’hésitez pas à contacter l’équipe organisatrice à cette adresse :

labokino3000@gmail.com

29


IL EST À NOUVEAU UNE FOIS...

Il est à nouveau une fois... le Méliès Jean Jaurès !

On y est ! enfin presque... 13 ans jour pour jour après son ouverture (le 3 août 2006),

vous allez découvrir votre cinéma totalement transformé et designé façon Art Déco, fin

prêt à vous accueillir pour les nombreuses années de découvertes cinématographiques

à venir.

Nous avons connu des montagnes russes émotionnelles ces derniers mois pour vous

offrir un Méliès Jean Jaurès pimpant et bath !

Tout n’a pas été de tout repos mais nous y sommes arrivés. Il y a eu des moments de

doutes financiers, des imprévus, du stress, des questionnements, des choix douloureux

à faire... mais pour nous, et vous allez le découvrir, cela en valait la peine.

L’équipe du Méliès (votre épicerie fine en cinéma) tient tout d’abord à remercier Clémence

Boyer (architecte) & Phillipine Lemaire (designer). Si elles avaient notre confiance

depuis le début de cette aventure de rénovation, elles ont dépassé nos attentes en

sublimant les salles par leur créativité et la richesse de leurs propositions.

Des poignées de portes aux moquettes vous allez en prendre plein les mirettes.

A la réalisation de leurs idées, nous souhaitons remercier les différents corps de métier

présents sur ce chantier : en plâtrerie/peinture l’entreprise Pont (et particulièrement

Stéphane), pour le carrelage Titane Iberia, la plomberie disposée par l’entreprise Rey, la

serrurerie assurée par l’entreprise Jakubowski, la pose des moquettes prise en main par

APM42 et Coutière revêtements (Fabien & Jean-Pierre, supers !), la menuiserie ciselée

par Planforet (Jérôme !), la mise en conformité de notre système de sécurité incendie

(SSI) étudiée par ABAC Ingenierie et changé par JL Systems/Optimum, le remplacement

des fauteuils opéré par Kleslo, le travail sur les ascenseurs assuré par Loire Ascenseur, la

mise aux normes Ad’ap diagnostiquée et suivie par Handigo (et spécialement Xavier), le

bureau de contrôle Alpes Contrôles (Florent) et enfin notre super électricien et plus encore

Jordi de Badiou électricité... et l’ensemble des équipes des entreprises mentionnées.

Ces travaux n’auraient pas pu voir le jour sans un appui institutionnel.

Nous souhaitons remercier en premier lieu la Ville de Saint-Etienne pour son

accompagnement : Monsieur le Maire Gaël Perdriau, son adjoint à la Culture Marc

Chassaubéné, le Directeur des Affaires Culturelles Raphaël Jourjon, la chargée de

mission Théâtre & Cinéma Marie Gillard, sans oublier Laurence Chazalon-Rotger.

Nous remercions ensuite le Centre National du Cinéma (CNC), notamment Xavier Lardoux,

Lionel Bertinet, Corentin Bichet, Marion Golléty, Marion Perin.

Et enfin l’Institut pour le Financement du Cinéma et des Industries Cutlurelles (IFCIC)

en la personne de Sébastien Saunier.

Du très attendu Tarantino au film fleuve et dantesque du philippin Lav Diaz, du destin

digne d’une tragédie grecque de Diego Maradona aux premiers pas de cinéastes d’une

actrice qui nous a tous fait rêver par sa mythique danse du ventre dans La Graine et le

mulet, les nombreux films composants cette gazette d’Août vous offrent la meilleure

occasion pour venir voir par vous-même cette belle rénovation. Nous tenons à vous

préciser que comme dans tout chantier et aventure humaine, certaines choses ont

pris du retard. D’ici mi-septembre vous apercevrez encore quelques améliorations ou

compléments au niveau des toilettes, ascenseurs, salles, escaliers de sortie... nous en

appelons à votre clémence et patience.

Autres réjouissances que nous ne pouvons vous cacher plus longtemps : le Méliès Café

s’est porté acquéreur du Nouai Borfa ! Après des travaux prévus en septembre/octobre

(avec une façade recomposée), une toute nouvelle brasserie viendra s’adjoindre au Café

et au Cinéma pour compléter l’offre Méliès. Cinéma, Brasserie & Café, c’est peut-être ça

la vraie expérience 3D ? Au Méliès, ensemble, on partage plus que du cinéma.

Pour les amoureux de la fête, vous pouvez déjà cocher dans vos agendas une semaine

d’inauguration gustative et cinéphile du 27 novembre au 3 décembre.

Il est une fois le Cinéma !

Les équipes du Méliès

TARIFS

Abonnements (validité : 30 juin 2021)

Carte 10 places

(Carte : 56 €)

Carte 5 places

(Carte : 34 €)

Carnet collectivités

(20 billets : 112 €)

5,60 € la place

6,80 € la place

5,60 € la place

Tarif avant 13h & à 22h 5,00 € la place

Tarif réduit /

6,90 € la place

Plein tarif

8,90 € la place

Tarif -20 ans & RSA // 4,00 € la place

Supplément 3D 2,00 €

/ tous les jours pour les étudiants, séniors, chômeurs...

et pour tous, le mercredi toute la journée

// sur présentation d’un justificatif uniquement

Le Méliès accepte :

PROCHAINEMENT

LES HIRONDELLES

DE KABOUL

Film français

de Zabou Breitman

et Eléa Gobbé-Mévellec

À PARTIR DU 4 SEPTEMBRE

UN JOUR DE PLUIE

À NEW YORK

Film américain

de Woody Allen

avec Timothée Chalamet, Elle

Fanning...

À PARTIR DU 18 SEPTEMBRE

PORTRAIT DE LA

JEUNE FILLE EN FEU

Film français

de Céline Sciamma

avec Noémie Merlant,

Adèle Haenel...

À PARTIR DU 18 SEPTEMBRE

31


NOTRE COUP DE b

PROCHAINE GAZETTE DISPONIBLE SAMEDI 31 AOUT Û

PERDRIX

Film français de Erwan Le Duc

(2019 - 1h39min - dcp)

avec Swann Arlaud, Maud Wyler, Fanny Ardant...

À PARTIR DU 14 AOÛT

Pierre Perdrix vit des jours agités depuis l’irruption dans

son existence de l’insaisissable Juliette Webb. Comme

une tornade, elle va semer le désir et le désordre dans

son univers et celui de sa famille, obligeant chacun à

redéfinir ses frontières, et à se mettre enfin à vivre.

« Le grand amour, c’est imprévisible, un accident, un

enchantement, et il donne la réponse à la vraie question

: est-ce que la vie que vous vivez est véritablement

la vôtre ? » Cette belle envolée sentimentale signée

Thérèse Perdrix (Fanny Ardant) qui anime dans le garage

de la maison familiale une émission de radio résume à

elle seule toute l’essence du film. Une énième comédie

romantique ? Perdu ! Perdrix ce n’est que du sang neuf.

Erwan Le Duc, que l’on devine travaillé par les clans

familiaux dysfonctionnels et la minutie graphique d’un

Wes Anderson, comme par le goût de l’absurde, à la

lisière d’une abstraction réjouissante d’un Quentin

Dupieux, nous a mitonné un premier long-métrage

réellement enthousiasmant. Une vraie comédie

aussi romantique que délicieusement loufoque qui

renouvelle le genre plus qu’elle ne le recycle. Perdrix

c’est sans conteste la comédie vosgienne de l’année !

À ma gauche, Juliette Webb, une jeune femme très

fougueuse (Maud Wyler) et sans attaches se faisant

voler sa voiture et toutes ses possessions sur une

aire de repos par une nudiste appartenant à un

groupuscule local révolutionnaire qui veut retirer le «

superflu ». A ma droite, le capitaine de gendarmerie

Pierre Perdrix (Swann Arlaud), 37 ans et vivant en

célibataire dans la maison familiale auprès de sa

mère Thérèse précédemment mentionnée, de son frère

Julien (Nicolas Maury) et de Marion, la fille jeune adolescente de ce dernier (Patience Munchenbach). Au poste de gendarmerie,

l’activité est particulièrement alanguie, aussi l’irruption bille en tête de Juliette (qui ne mâche pas ses mots de manière

générale) constitue un véritable électrochoc dans la routine de Pierre, les escarmouches entre les deux personnages dégageant

ce parfum de conflit souvent signe d’une attirance instinctive. Cela suffira-t-il à faire sortir le capitaine de sa vie tranquille et

résignée ? Et Juliette acceptera-t-elle de céder du terrain sur son caractère et son comportement extrême ?

Ainsi retracée, l’intrigue peut sembler d’un classicisme absolu, mais le ton quasi burlesque qui irrigue en permanence la description de

la réalité locale et les micro-péripéties qui s’enchaînent autour du noyau du foyer Perdrix, donnent au film une véritable identité et

nous procure, à nous spectateurs, de très très bons moments de pur amusement. En bref, la montagne ça nous gagne !

L’ENTOURLOOP FT SKARRA MUCCI

« BANGARANG »

Clip inédit en exclusivité au Méliès avant sa sortie !

Extrait du prochain EP qui sortira en Septembre.

Réalisation : KSPR (Graphiste, digger et webdesigner)

Fan de graffiti, il est actif depuis 2005 au sein du festival Hip Hop Potos Carrés dont il crée la

communication visuelle durant 8 ans. Il oeuvre aujourd’hui comme graphiste au sein du collectif

L’Entourloop ou il intervient ici pour la réalisation de ce clip, en collaboration avec Befour du collectif

Alléla. Un clip barré compilant des samples d’images du cinéma français revisités comme un hommage à

cette période cinématographique que le groupe affectionne tant. Préparer vous à prendre une claque...

www.lentourloop.com

More magazines by this user
Similar magazines