LG 225

LGMagazine

Best of & Guide 2019 | n˚ 225

www.gemengen.lu

Taina Bofferding

Ministre de l’Intérieur

DÉVELOPPEMENT DURABLE

MOBILITÉ

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

PORTRAITS

SANTÉ


EDITO

PAR MARTINA CAPPUCCIO

Pétange et Bascharage au cœur de la tornade

180 à 200 habitations touchées. 19 blessés. 100 millions d’euros

de dégâts estimés. 2.400 demandes d’indemnisation. 1 an de

reconstruction à prévoir… Le 9 août dernier, à une période où le

Luxembourg vivait au rythme nonchalant des départs en vacances,

les communes de Pétange et de Bascharage ont sévèrement été

touchées par une tornade de niveau 2 sur l’échelle de Fujita. Avec

des vents soufflant à une vitesse comprise entre 180 et 250 km/h, la

tornade a parcouru environ 14 km.

Ce triste scénario, dont la violence nous semblait inimaginable

dans nos régions, n’a pourtant duré que quelques minutes. Toits

d’habitations envolés, arbres déracinés barrant les routes et véhicules

détruits par les débris; impuissants, les habitants du sud du pays font

face à un très lourd bilan. Pas moins de 180 pompiers et trois groupes

d’intervention spécialisés se sont mobilisés pendant plusieurs jours

pour bâcher les toits et évacuer les débris. Les citoyens dont les

habitations ont été les plus sévèrement touchées ont quant à eux

bénéficié d’un relogement provisoire par la commune.

L’Etat a par ailleurs été réactif et a très vite déclaré qu’il s’agissait

d’une catastrophe naturelle; le congé collectif du bâtiment a

exceptionnellement été levé afin d’accélérer le processus de

protection et de réparation et des aides extraordinaires ont été

déployées par les ministères de la Famille, du Logement et de

l’Economie, afin de venir rapidement en aide aux particuliers et

aux entreprises touchés.

La réparation des toitures, façades et vitres a déjà débuté et les

entreprises du bâtiment estiment qu’il faudra environ un an de travail

pour les mener à bien. L’Association des compagnies d’assurance et

de réassurance évaluent le coût des remboursements à 100 millions

d’euros. Contrairement à nos voisins français, la couverture contre

les risques naturels n’est pas obligatoire au Luxembourg; celleci

n’est comprise qu’en cas de soustraction à un contrat incendies

multirisques. A chaque nouvelle catastrophe naturelle, le niveau

de protection des citoyens tend à augmenter, le Luxembourg ne

devrait-il dès lors pas revoir ses standards d’assurance? n

Bien que l’événement paraisse anormal, les météorologues

relativisent; les tornades sont un phénomène courant qui ne serait

a priori pas lié au réchauffement climatique, contrairement aux

vagues de chaleur ressenties cet été. Malgré sa force surprenante

– les tornades de la région sont d’ordinaire cantonnées au niveau 1 –

aucune analyse scientifique ne permet à ce jour de relier leur

intensité aux changements climatiques.


SOMMAIRE

COVERSTORY

MOBILITE

030 | FRANK SCHILLING

000 | Bollig Voyages

006 | TAINA BOFFERDING

000 | Ministre de l’Intérieur

La stratégie gagnante de l’électromobilité

MOBILITE

036 | GEORGES HILBERT

000 | Sales-Lentz

Travailler pour et avec les communes

Premiers minibus autonomes au Luxembourg

DEVELOPPEMENT DURABLE

010 | COMMUNE DE SCHIFFLANGE

000 |

DEVELOPPEMENT DURABLE

026 | ROMAIN SCHNEIDER

000 | Ministre

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

044 | OLIVIER ZIRNHELD ET ANNI BERG

000 | Schroeder & Associés

Sensibiliser au commerce équitable

Pour une agriculture de raison

Construire, c’est prévoir

DEVELOPPEMENT DURABLE

014 | COMMUNE DE MERSCH

MOBILITE

028 | JOEL FERNANDES

000 | LeasePlan Luxembourg

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

046 | ANGÉLINE PRÉVOT

000 | GERI Management

Les charmes d’un village

et les ambitions d’une ville

Le leasing s’invite dans les communes

Maîtriser les contraintes


IMMOBILIER & CONSTRUCTION

048 | MC LUXEMBOURG

ICT

088 | THOMAS SCHERER

000 | Telindus

LETZEBUERGER GEMENGEN

Publication éditée par Euro-Editions S.A.

www.gemengen.lu

Société éditrice

Euro-Editions S.A.

24, rue Michel Rodange • L-4660 Differdange

Le développement communal

dans l’intérêt du citoyen

SOCIETE

064 | NORA BACK

000 | Chambre des salariés

La nouvelle voix des salariés

ECONOMIE

068 | PHILIPPE WERY ET MAÎTRE PHILIPPE-

000 | EMMANUEL PARTSCH

000 | Arendt Business Advisory

Moving to the Cloud with Telindus

PORTRAITS

092 | MORGANE HAESSLER

Les partitions d’une voix

PORTRAITS

108 | LUC FRIEDEN

Régie publicitaire

Julien Malherbe

marketing@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 30

Administration

Lucia Ori

Tél. 58 45 46-29 • Fax 58 49 19

admin@euroeditions.lu

Raouf Hatira • Tél. 58 45 46 23

secretariat@euroeditions.lu

Rédaction

Julien Brun

julien@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 26

Martina Cappuccio

martina@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 26

Raouf Hatira

Pierre Birck

Adeline Jacob

Conception et réalisation graphique

Sophie Glibert

sophie@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46 25

Photographie

Marie De Decker

Eric Devillet

Agence Kapture

SIEG ou les synergies économico-juridiques

SANTE

072 | STÉPHANIE HEIN

000 | Päiperléck

Quand l’expérience mène à la réussite

GUIDE DES COMMUNES

112 | CARTE DU LUXEMBOURG

124 | CARTE PACTE CLIMAT

127 | FICHES COMMUNALES

Impression

Imprimerie Centrale

L’objectif du développement national

© Euro-Editions

Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.

Tous manuscrits, photos et documents envoyés à la

rédaction ne peuvent être exploités qu’avec l’accord

de leurs auteurs. Publiés ou non, ils ne seront pas

restitués. Les reportages signés n’engagent que

leurs auteurs. Les prix figurant dans cette revue

sont indicatifs et peuvent être sujets à des variations

dont l’éditeur ne pourrait nullement être tenu pour

responsable.


6

LG

BEST OF & GUIDE 2019

COVERSTORY

Travailler pour et

avec les communes

PAR MARTINA CAPPUCCIO

Quelques mois après sa prise de fonction, Taina Bofferding,

ministre de l’Intérieur, revient avec nous sur les dossiers

importants qui ont rythmé son début de mandat. A côté

des travaux de refonte de la loi communale, la ministre gère

également la transition vers les PAG nouvelle génération

et supervise le bilan du premier anniversaire du CGDIS.

Interview.

Le pays compte à l’heure actuelle 102

communes. Quels sont vos objectifs en

matière de fusions communales?

Le ministère ne s’impose aucun objectif car

nous partons du principe que cette initiative

doit venir des communes elles-mêmes.

Nous ne voulons pas exercer une pression

sur ces dernières pour les forcer à fusionner,

mais nous sommes là pour les épauler dans

leurs démarches.

Par exemple, nous élaborons actuellement

une brochure présentant les bonnes

pratiques de procédures de fusions déjà

engagées. Chaque commune pourra ainsi

observer comment d’autres ont résolu

certains obstacles pour parvenir à travailler

ensemble. Le gouvernement, à travers le

ministère de l’Intérieur, cherche également

à renforcer les aides financières apportées

aux communes dans le cadre des fusions.

En effet, ces aides pourraient encourager

davantage les plus petites d’entre elles à

envisager cette démarche. Nous devons

encore établir des critères de financement

précis, mais le projet est déjà sur les rails.

Nous sommes par ailleurs en contact avec

les communes de la Nordstad (Bettendorf,

Diekirch, Erpeldange, Ettelbruck et

Schieren); c’est la première fois qu’autant

de communes envisagent une fusion. Pour

les soutenir, le ministère les conseille dans

leurs démarches au niveau juridique et

les guide à travers les différentes étapes

qu’implique cette procédure. Nous

élaborerons ensuite un projet de loi pour

valider la fusion. Leur désir de joindre leurs

forces n’est pas nouveau; ils collaborent

déjà au sein des syndicats communaux et

cette union représente finalement une

nouvelle étape s’inscrivant dans la même

logique. Une fusion permettrait à cette

région de se renforcer.

“Créer une loi

communale

la plus proche

possible de la

réalité du terrain”

Le 1 er novembre prochain, toutes les

communes devront se conformer au

plan d’aménagement général (PAG)

nouvelle génération. Quels sont ses

avantages?

Le PAG est un outil essentiel puisqu’il

détermine des zones en fonction de

leur constructibilité. Les PAG sont

actuellement régis par trois législations

différentes, qui ne sont plus adaptées à la

réalité du pays. Notre accord de coalition

exige que toutes les communes initient la

procédure d’adoption du PAG nouvelle

génération avant le 1 er novembre 2019.

Cela signifie qu’elles devront soumettre

un projet d’aménagement général nouvelle

génération au premier vote du conseil

communal avant cette date.

Ce PAG ne se limite pas à des questions

de surface, de taille et de densité. Il donne

également des instruments pour améliorer la

qualité de vie dans les quartiers en garantissant

une mixité des fonctions (habitations,

commerces, bureaux) et des logements

(studios, maisons unifamiliales, appartements,

projets intergénérationnels intégrés,…).

Face à la croissance démo-graphique et

économique que connait le pays, il devient

un instrument indispensable pour planifier

le développement des quartiers tout en y

favorisant une certaine cohésion sociale et un

bon niveau de qualité de vie.

A l’heure actuelle, un peu plus d’une

soixantaine de communes ont déjà entamé

la procédure, les autres la prévoient. Nous

sommes déjà en contact avec celles qui

risqueraient d’avoir du retard et tentons de

les aider.


Vous avez récemment lancé un projet de

refonte de la loi communale. Quelles en

seront les prochaines étapes?

La version actuelle de cette loi date

des années 80, or les communes et

leurs missions ont grandement évolué

depuis lors! Par exemple, les maisons

relais n’existaient pas à l’époque alors

qu’aujourd’hui elles représentent une de

leurs missions principales. En partant de

l’analyse des missions des communes et des

défis qui se posent à elles, nous avons voulu

réformer la loi de manière à les soutenir

davantage.

Notre consultation pour cette refonte sera

très vaste car nous voulons rassembler les

avis de toutes les personnes concernées

pour créer une loi qui soit la plus proche

possible de la réalité du terrain. En octobre,

nous organiserons ainsi des forums

régionaux visant à définir les sujets que

le personnel communal et les élus locaux

jugent prioritaires. Les citoyens auront

quant à eux l’occasion de donner leur avis

au travers d’une consultation en ligne,

suivie d’un symposium. Nous voulons

profiter de l’expérience des personnes

de terrain et de la vision des habitants

pour enrichir notre compréhension des

problématiques communales.

Nous discuterons ensuite des résultats de

ces échanges et décortiquerons ces sujets

afin de trouver des solutions à travers des

colloques ciblés et des ateliers thématiques.

Nous rédigerons alors un avant-projet

de loi comprenant des propositions et

solutions qui sera soumis à la discussion

avec les acteurs communaux et le public

avant sa soumission à la Chambre.

Taina Bofferding

Quels sont les aspects de cette loi que

vous souhaitez moderniser?

Nous voulons donner davantage

d’autonomie aux communes en réduisant

le nombre d’approbations exigées par le

ministère pour la plupart des procédures

administratives. Seuls les actes plus

importants, relatifs aux finances ou à

l’aménagement communal, nécessiteront

toujours l’accord formel du ministère

de l’Intérieur. Les approbations sont

souvent longues à obtenir et ralentissent

les communes dans leurs démarches, c’est

pourquoi nous voulons les supprimer là où

nous pouvons en privilégiant le système

de la transmission obligatoire. Ce dernier

voudra que les dossiers soient déposés en

ligne par la commune qui ne devra pas

attendre l’aval du ministère pour lancer le

projet.


8

LG

BEST OF & GUIDE 2019

COVERSTORY

Nous pourrions dès lors adopter un

rôle d’Etat-conseiller plutôt que d’Etatcontrôleur.

Nous leur apporterons toutefois

une assistance plus grande dans toutes leurs

démarches, dont notamment les domaines

juridique, financier et des ressources

humaines. J’estime que le ministère ne

doit pas uniquement être un organisme

de contrôle et de surveillance, mais plutôt

un partenaire et conseiller des communes

qui les soutient dans leurs démarches et se

rend disponible pour les aider. C’est une

valeur que je veux véhiculer dans toutes nos

actions.

Au début du mois de juillet, le CGDIS

a fêté sa première année d’existence.

Quels sont les résultats observés

aujourd’hui?

La mise en place d’une nouvelle structure

est un grand bouleversement. Après un an

de fonctionnement, nous avons demandé

à un groupe d’experts indépendants d’en

analyser les résultats. Leur bilan nous aidera

à améliorer ou adapter ce qui doit l’être.

Je me suis rendue sur le terrain pour

discuter avec les bénévoles et

professionnels engagés auprès du CGDIS.

J’ai entendu leurs avis sur cette réforme,

dont nous devrons également tenir compte

au moment du bilan. Les équipes ont été

très positives et ont surtout souligné

les améliorations qu’elle a permises aux

niveaux des procédures. C’est aussi en se

rendant sur le terrain qu’on peut apprécier

le niveau d’enthousiasme des équipes et je

suis fière de ceux et celles qui s’engagent

tous les jours pour aider leurs concitoyens

dans les situations d’urgence. Les

volontaires sont la base de cette structure

et je tiens encore une fois à les encourager

et à les féliciter pour cet engagement.

“Soutenir

les communes

dans leurs

démarches

et se rendre

disponible

pour les aider”

Nous venons par ailleurs de lancer une

campagne pour le recrutement de 50

professionnels. Dans ce cadre, je me suis

rendue à Dudelange pour assister aux tests

sportifs et on peut y observer la grande

motivation de jeunes femmes et hommes

pour intégrer le CGDIS.

Quels sont les dossiers que vous

aimeriez traiter en priorité au cours des

prochains mois?

Ma priorité sera donnée à la refonte de

la loi communale avec l’allègement de la

tutelle administrative.

Toutefois, je me pencherai également sur le

dossier des cérémonies civiles. Le ministère

veut en effet donner plus de flexibilité aux

communes pour l’organisation de mariages.

Pour le moment, les réglementations

imposent que ces actes soient réalisés au

sein de la maison communale. Or, nous

recevons de plus en plus de demandes

pour que les mariages puissent être réalisés

à l’extérieur ou dans un autre bâtiment.

Nous nous penchons donc sur la loi avec la

collaboration des communes pour définir

quelques autres endroits où ces cérémonies

pourraient se dérouler. n


UN MÊME

TARIF POUR

TOUTE LA

FAMILLE

HEALTHY FAMILY, HAPPY FAMILY,

GRÂCE À LA CMCM

CMCM, la mutuelle santé, qui couvre toute votre famille partout et à tout moment.

Les prestations de la CMCM couvrent vos frais d’hospitalisation, les honoraires médicaux et médicodentaires

au Luxembourg et en cas de transfert à l’étranger. Est également inclus un service d’assistance

mondiale 24h/24 et 7j/7 lors de vos vacances, qui couvre vos frais d’hospitalisation et offre des transports

médicalisés et rapatriements illimités.

Plus d’informations sur : www.cmcm.lu

Follow us cmcm_luxembourg @cmcm_lu cmcm_lu


10 LG

BEST OF & GUIDE 2019

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Sensibiliser

au commerce équitable

Certifiée «Fairtrade Gemeng» depuis 2015, la commune de

Schifflange multiplie les initiatives en faveur du commerce

équitable sur son territoire. Paul Weimerskirch, bourgmestre

et président de l’asbl Fairtrade Schëffleng, et Jérôme

Courtoy, secrétaire et porte-parole de l’asbl, nous parlent des

différentes actions de la commune et plus particulièrement

de son Schëfflenger Kaffi, conçu équitablement, et ce, en

collaboration avec la commune de Marcala en Honduras.

Explications.

Renouveler ses actions pour le commerce

équitable

Grâce au changement de statut du groupe

de travail, à présent devenu une asbl, cette

dernière jouit d’une plus grande flexibilité

dans l’organisation des activités. «Il est parfois

difficile de trouver de nouvelles idées pour

motiver les citoyens et ne pas tomber dans

une routine. C’est dans une idée de renouveau

que nous avons lancé le Schëfflenger Kaffi»,

explique Paul Weimerskirch.

Les origines d’une démarche

Déjà lorsqu’il était échevin, Paul

Weimerskirch s’intéressait aux questions

liées au commerce équitable. C’est

d’ailleurs sous son impulsion qu’en 2014,

le conseil communal de Schifflange a

décidé d’adopter la résolution «Fairtrade

Gemeng» et de créer un groupe de travail

chargé de coordonner les actions de la

commune pour soutenir le commerce

équitable. Grâce à ces résolutions, la

commune obtient en 2015 le label Fairtrade

Gemeng attribué par l’ONG Faitrade

Lëtzebuerg.

Le groupe de travail «Fairtrade Team

Schëffleng», composé de onze membres,

s’est engagé à assurer la sensibilisation

et la motivation des citoyens et des

commerces à la consommation et à la

vente de produits issus du commerce

équitable. Devenu depuis peu une asbl, le

groupe promeut également ces produits

en organisant des événements permettant

aux habitants de les découvrir, comme le

marché artisanal «Hobbymoart» ou en

participant à d’autres manifestations

comme le marché Fairtrade et bio, la

Fête des Cultures ou encore le Foodtruck

Festival. Hautement impliquée dans ce

projet, la commune a très vite montré

l’exemple en proposant du café équitable

ainsi que d’autres produits de ce type aux

réunions du conseil communal ainsi qu’à

tous les événements se tenant au sein de

son Hôtel de Ville.

Mais le travail de l’asbl est bien plus vaste;

elle organise également des expositions,

des conférences, des projections de films,

des workshops ainsi que des stands de

sensibilisation pour aller à la rencontre des

citoyens et les encourager dans une démarche

équitable. Parmi ces différents événements, le

petit-déjeuner Fairtrade est sans doute celui

qui rencontre le plus de succès. Organisé pour

la troisième fois en 2019, il attire beaucoup de

citoyens et peut être combiné avec d’autres

événements. Cette année par exemple, il

s’est tenu au centre de collecte de dons à

l’occasion de la journée du Télévie. Ces petitsdéjeuners

gratuits permettent aux visiteurs de

se familiariser avec la logique du commerce

équitable tout en dégustant des produits qui

en proviennent et en parcourant les différents

stands de ventes et d’information. «Nous

nous entourons régulièrement de partenaires

comme Young Caritas, Lily Nature, Eis

Epicerie et bien d’autres, qui profitent de

cette occasion pour présenter et vendre leurs

produits équitables», explique le bourgmestre.

Pour la Saint-Nicolas, la commune a

par ailleurs imposé à l’association des

commerçants et artisans de Schifflange

d’intégrer au moins trois produits équitables

dans les 700 sachets distribués aux enfants.

L’association a brillamment relevé le défi en

proposant exclusivement ce type de produits:

«Nous y avons également ajouté un petit

livre pour enfants créé par Mireille Weiten

et expliquant ce qu’est le commerce équitable

afin de les sensibiliser», explique Jérôme

Courtoy.

“Sensibiliser

les citoyens et

commerçants à

la consommation

et à la vente de

produits issus

du commerce

équitable”

Tout a commencé en 2017, lorsque les

membres de l’asbl ont rencontré Rodolfo

Peñalba, directeur de la coopérative

COMSA pour le café de la Ville de

Marcala en Honduras, à l’occasion des 25

ans de l’ONG Fairtrade Lëtzebuerg. Des

échanges entre le directeur et les membres

de la commune naquit une collaboration,

d’abord avec la coopérative, puis avec la

commune de Marcala.

En effet, Schifflange a établi une charte de

jumelage avec cette commune de Honduras.

Elle permet aux deux communes de favoriser

tous les domaines d’échanges entre leurs

habitants. «Nous sommes en train de

réfléchir aux actions conjointes que nous

pourrions réaliser, en impliquant les citoyens

de tous âges et des deux communes dans la

démarche. La commune de Marcala connait

par exemple de grandes difficultés dans la

gestion des déchets et Schifflange pourrait

la soutenir dans ses projets de recyclage»,

précise le bourgmestre de Schifflange.


LG

BEST OF & GUIDE 2019

11

Paul Weimerskirch et Jérôme Courtoy


12 LG

BEST OF & GUIDE 2019

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Provenant de Honduras et traité au

Luxembourg, le Schëfflenger Kaffi a pour

la première fois été présenté aux citoyens

lors du petit-déjeuner Fairtrade de mai

2018. Depuis lors, la commune consomme

exclusivement ce café et les citoyens

peuvent l’acheter en grains ou moulu.

Evaluer pour évoluer

Tous les deux ans, la commune et son asbl

remettent un rapport détaillé de leurs

démarches auprès de Fairtrade Lëtzebuerg,

dans le cadre du renouvellement du

label. L’ONG vérifie ainsi si les objectifs

requis ont été atteints et leur adresse des

recommandations. La prochaine évaluation

aura lieu en 2020 et portera sur les années

2018 et 2019.

«Sur recommandation de Fairtrade

Lëtzebuerg, nous avons contacté les

établissements de restauration et les

commerces pour les inciter à proposer

des produits issus du commerce équitable

à leurs tables ou à la vente», ajoute Paul

Weimerskirch. En s’inscrivant dans cette

démarche, tout acteur peut se voir attribuer

le label Fairtrade; la maison relais de

Schifflange et son prestataire en restauration

l’ont par exemple reçu pour l’utilisation de

ce type de produits dans les plats proposés.

“Le Schëfflenger

Kaffi provient

de Honduras

et est traité au

Luxembourg”

L’agenda Fairtrade

La commune retravaille actuellement son

système de subsides alloués aux associations

locales pour motiver leur engagement vis-àvis

du commerce équitable. Les discussions

sont en cours et devraient déboucher sur un

nouveau règlement pour le mois d’octobre.

Quant à l’agenda Fairtrade de la commune,

il est d’ores et déjà très chargé! Fête des

Cultures (21 septembre), Hobbymoart,

marché Fairtrade et bio (12 octobre) et

petit-déjeuner Fairtrade (16 mai 2020)

viendront rythmer les prochains mois

de l’asbl. Et les plus jeunes ne seront pas

oubliés; Jérôme Courtoy explique: «En

janvier 2020, nous organiserons un aprèsmidi

avec Betsy Dentzer, qui racontera des

histoires sur le commerce équitable aux

enfants, et où des gâteaux et autres produits

Fairtrade seront vendus». n

Administration communale

de Schifflange

11, Avenue de la Libération,

L-3801 Schifflange

info@schifflange.lu

www.schifflange.lu


Start

Electric!

Devenons acteurs de l’e-mobilité

au Luxembourg

Passez à la mobilité électrique

LeasePlan propose une large gamme de véhicules

électriques en leasing tout compris, mais également des

solutions de recharge à domicile, au bureau et aux bornes publiques.

Nous vous simplifions le passage à la conduite électrique, pour

un environnement plus propre, plus vert et plus silencieux.

Prime éco

5.000 €

incluse*

What’s next?

*Aide financière étatique de 5.000 € pour les véhicules entièrement

électriques et de 2.500 € pour les véhicules de type plug-in hybride

avec des émissions CO2/km ≤ à 50 g incluse.

leaseplan.lu


14 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Les charmes d’un village

et les ambitions d’une ville

Les charmes de la commune de Mersch, qui compte 9.600 habitants, attirent toujours

plus de nouveaux résidents. Ce succès notable implique néanmoins des investissements

en infrastructures que nous présentent le bourgmestre Michel Malherbe, le conseiller

énergétique et chef du service écologique Luc Friedrich et le chef du service technique André

Kaluza. Interview croisée dans «le centre géographique du pays», comme aime à le rappeler

son bourgmestre.

Comment pourrait-on présenter Mersch?

MM: Comme un charmant village dans

lequel il fait bon vivre. Nous avons la

chance d’être au centre du pays ce qui,

via l’autoroute ou la gare, nous permet

de rejoindre rapidement le Nord et le

Sud. De plus, malgré nos presque 10.000

habitants, nous ne sommes toujours pas

considérés comme une ville mais un grand

village, entouré d’un écrin de verdures,

de bois et de prairies. Mersch est la plus

grande propriétaire de forêts avec ses 1.200

hectares. Nous souhaitons bien évidement

les garder, les préserver mais aussi les

rentabiliser. Nous coupons donc les arbres

matures à destination des manufactures,

récupérons les résiduels à destination de

notre centrale biomasse puis replantons.

Deux gardes forestiers se chargent de la

bonne santé de nos forêts au quotidien

et ils offrent de magnifiques promenades

pédestres ou cyclables aux points de vue sur

des paysages uniques.

Nous disposons aussi d’un magnifique

parc de 17 hectares, que je considère

personnellement comme l’un des joyaux de

Mersch. À seulement cinq minutes à pied

de la gare, il attire les promeneurs de la

capitale, d’Esch ou d’Arlon.

Nous avons aussi tous les services et activités

d’une grande ville. Un centre aquatique, une

bibliothèque qui connaît un franc succès,

le «Mierscher Kulturhaus» qui propose

un vaste programme de qualité mais aussi

de grandes surfaces commerciales, des

écoles et lycées, des services médicaux, des

garages automobiles et nous pouvons nous

vanter d’accueillir tous les corps de métiers

nécessaires aux habitants.

“Un charmant

village dans

lequel il fait

bon vivre”

Mersch n’est-elle pas aussi victime de

son succès?

MM: En termes de croissance démographique,

certainement. Dans la mesure

où l’autoroute relie la capitale en quinze

minutes et Clervaux en moins d’une demiheure,

nous subissons certes un certain

trafic. La gare, qui sera très prochainement

modernisée, nécessite également beaucoup

plus de places de stationnement.

Enfin, l’attractivité de Mersch se cristallise

dans une envolée des prix de l’immobilier.

Je regrette personnellement que les jeunes

familles de notre commune n’arrivent que

difficilement à acquérir un terrain à bâtir

ou un objet immobilier à Mersch. C’est

pourquoi la commune se doit de créer de

nouveaux logements tout en investissant

dans les infrastructures.

Quels sont vos projets d’aménagement?

AK: Nous avons près d’une centaine de

projets en cours mais je ne retiendrai ici

que les plus importants.

Nous souhaitons tout d’abord que l’«Agrocenter»

ou l’ancien bassin industriel du centre

de Mersch se revalorise en y créant plus de

1.000 logements et des commerces et services

de proximité. C’est un projet sur quinze ans

et les travaux de démolition ont déjà débuté.

La gare, tout juste accolée connaîtra aussi

une modernisation avec la construction d’un

P+R de 400 places et les CFL y investiront 45

millions d’euros sur quatre ans.

Au Nord-Ouest, nous disposons d’une

surface de 24 hectares que les communes

de Mersch, Lintgen et Lorentzweiler

souhaitent aménager en zone d’activités

économique régionale. L’objectif est d’y

accueillir des entreprises artisanales, de

stockage et de logistique d’ici cinq ans.

Enfin, nous sommes en train de relocaliser

nos infrastructures sportives du centre (le

hall omnisport et les terrains de football et

de tennis) sur un terrain de 9 hectares au

Mierscherbierg. La place libérée pourra

accueillir davantage de logements.


LG

BEST OF & GUIDE 2019

15

André Kaluza, Luc Friedrich et Michel Malherbe

Copyright de photos de l’agglomération: commune de Mersch


16 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Copyright de photos de l’agglomération: commune de Mersch

Le besoin en infrastructures est-il

intrinsèque à l’augmentation de la

population?

AK: Certainement, et notamment dans

de nouvelles écoles. C’est pourquoi nous

allons construire un nouveau complexe

scolaire pouvant accueillir plus de 500

élèves. C’est un projet à 40 millions d’euros

qui intègre une piscine et un hall sportif.

Nous allons aussi construire un nouveau

centre de conférences qui disposera d’un

auditoire de 200 places et d’une salle des

fêtes de 300 places.

Qu’en est-il du développement durable

de Mersch ces dernières années?

LF: Des panneaux photovoltaïques en

copropriété, aux jardins communautaires

en passant par le suivi écologique

et énergétique de plusieurs projets

communaux; les réalisations n’ont pas

manqué depuis la création du service

écologique en 2011.

Nous œuvrons constamment à l’amélioration

des 55% de labélisation du

Pacte Climat. Nous transformons notre

réseau urbain de luminaires LED,

favorisons le commerce équitable et

l’électromobilité de nos équipes. Plus

aucun pesticide n’est utilisé par nos

services depuis 2014 et nous organisons

des ateliers spécifiques aux écoliers afin

de les sensibiliser aux différents thèmes

environnementaux (recyclage, traitement

des eaux, protection de la biodiversité, etc.).

“Nous avons près

d’une centaine de

projets en cours”

Parlez-nous de votre nouvelle centrale

énergétique biomasse…

LF: En service depuis le mois de février,

elle alimente actuellement en chaleur

21 bâtiments (6 privés, 3 de l’Etat et 12

communaux) mais d’autres pourraient

prochainement s’y raccorder. Elle se

compose de deux chaudières à bois et d’une

chaudière à gaz pour une puissance totale

de 4.500 kW ainsi que de trois ballons

tampons qui permettent d’optimiser le

rendement.

Le bois qui alimente les chaudières est

composé de plaquettes forestières et de

broyat provenant de fournisseurs de la

Grande Région et plus spécifiquement des

chutes de bois de nos forêts.

Les chaudières à bois affichent un

rendement de 94% et une combustion à

faible émission de polluants grâce à un filtre

électrostatique. Située en amont du Lycée

Classique de Mersch, des courts de tennis

et du hall omnisport, il était primordial que

la centrale n’émette qu’un minimum de

poussières.

La chaleur produite parcourt un réseau

urbain de 3,5km de longueur avec une perte

de 11% uniquement. Enfin, la commune de

Mersch, propriétaire de la centrale et du

réseau a investi un total de 3,950 millions

d’euros. n


The mind is like

an umbrella.

It’s most useful

when open. Walter Gropius

Exceptional prints are always related to good design and the creative minds

behind them. We bring together the components of our work as a printing

company with the work of creative personalities and good design that

inspires people.

Open up your umbrella. We welcome your open-mindedness. #ic_stories

15, RUE DU COMMERCE • L-1351 LUXEMBOURG

WWW.IC.LU • MESSAGE@IC.LU • @IMPRIMERIECENTRALE


18 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Une meilleure gestion

de l’eau au sein des communes

Spécialisée dans l’identification automatique, la société

RMS.lu a développé en 2015 le réseau SIGFOX en

collaboration avec POST Luxembourg. Grâce à cette

technologie, l’entreprise a développé une multitude de

solutions «SMART», comme le compteur d’eau intelligent,

automatisant les relevés d’index. Carlo Posing, Managing

Director, et David Dermouchamps, Technical Manager,

reviennent avec nous sur les principaux avantages de cette

technologie.

Carlo Posing et David Dermouchamps

Quelle évolution a connu votre

entreprise depuis sa création en 1991?

CP: L’identification automatique a toujours

été notre activité principale. Au départ, nous

fournissions des systèmes d’identification

de codes-barres pour caisses enregistreuses.

Depuis lors, nous avons évolué vers la lecture

d’étiquettes RFID et la programmation

de terminaux mobiles. Grâce à cette

technologie de radio-identification, il est

alors possible de mémoriser et récupérer les

données à distance. Toutefois, ces méthodes

nécessitent l’existence d’une infrastructure

dédiée pour récupérer les informations.

Avec l’avènement de la domotique, tout

élément d’un bâtiment peut maintenant


LG

BEST OF & GUIDE 2019

19

être équipé d’un capteur et envoyer des

informations à un système central, qui les

traite et les interprète selon différentes

consignes. La distance de lecture reste dans

ce cas encore limitée à environ 30 mètres.

Aujourd’hui, le réseau mondial et public

SIGFOX que nous avons implémenté

au Luxembourg et dont nous assurons la

gestion et la maintenance continue à se

densifier. Ce réseau bon marché, fiable et

recourant à très peu d’énergie est un outil

idéal pour concrétiser n’importe quel

projet d’identification au Luxembourg

et dans plus de 60 pays par le monde. Le

réseau SIGFOX permet d’augmenter

considérablement cette distance de lecture

sans l’ajout d’un système central.

Nous veillons à rester réactifs par rapport aux

besoins en identification du marché, que ce

soit pour scanner des codes sur des poubelles,

comptabiliser le trafic piéton ou automobile,

identifier des récoltes dans un champ,… Nos

produits sont très variés et s’adressent à de

nombreux secteurs d’activité.

Parlez-nous de vos compteurs d’eau

intelligents…

CP: La technologie IoT déployée

par le biais de notre réseau SIGFOX

nous permet d’identifier sans effort la

consommation d’eau par habitation via

nos compteurs intelligents. Ce produit

s’adresse directement aux communes qui

sont en charge du relevé des compteurs

des bâtiments sur son territoire. La

commercialisation de notre solution se

fait via notre partenaire, le groupe POST

qui nous soutient dans ce projet. Grâce

à ce partenariat, nous allions l’agilité de

notre entreprise avec la stabilité d’un grand

groupe.

“Grâce à une

meilleure

surveillance

du réseau, les fuites

d’eau sont plus

rapidement

repérées”

Chez RMS.lu, nous transmettons les

informations relevées par nos compteurs

intelligents au SIGI qui se charge ensuite de

la facturation. Les habitants de la commune

équipée décident ensuite de la fréquence à

laquelle ils recevront les données relatives à

leur consommation journalière. Ils peuvent

également consulter ces informations en

ligne, sur une plateforme gérée par le SIGI.

La facturation trimestrielle est ensuite

fondée sur la consommation journalière

réelle plutôt que sur une estimation annuelle.

DD: Nos compteurs d’eau intelligents

sont bénéfiques pour l’utilisateur final. En

effet, grâce à son relevé journalier et à une

facturation au litre près, chaque citoyen

prend conscience de sa consommation et

peut l’adapter, s’il le souhaite. Par ailleurs,

le compteur intelligent émet une alerte

lorsque la consommation semble anormale,

ce qui facilite l’identification des fuites d’eau,

même les plus minimes. Nous pouvons

donc éviter une facturation astronomique

à l’utilisateur et lui permettre d’être plus

réactif dans la détection et la réparation de

ses fuites. A titre d’exemple, une chasse d’eau

défectueuse représente environ 400 euros

par an de coûts supplémentaires en eau.

Les compteurs d’eau intelligents permettent

également certaines simplifications administratives.

Par exemple, en cas de

déménagement, les citoyens obtiennent

leurs décomptes en quelques clics. Le

gain de temps est conséquent, puisque la

facturation est immédiate.

Quels sont les avantages de ces

compteurs pour les communes?

DD: Comme les compteurs d’eau

remontent l’index journalièrement, la

commune réalise des économies de main

d’œuvre. Par ailleurs, d’un point de vue

écologique, l’avantage est triple: grâce

à une meilleure surveillance du réseau,

les fuites d’eau sont plus rapidement

repérées et évitent le gaspillage; les relevés

journaliers favorisent la prise de conscience

de la consommation individuelle; aucun

véhicule communal n’est nécessaire pour

opérer les relevés sur tout le territoire et le

système consomme très peu d’énergie.

CP: Pour faciliter le travail des

installateurs, nous avons développé

une application visant à documenter le

changement et l’installation de compteurs.

Ces derniers sont équipés d’un système

d’autosurveillance qui signale au service

technique de la commune toute anomalie.

Si elle ne parvient pas à régler le problème,

notre service après-vente peut toujours

intervenir.

D’autres produits comme de grands

compteurs de rue ainsi que des bouches

d’incendie intelligentes complètent notre

offre à destination des communes.

Les premiers compteurs intelligents

ont été installés dans la commune de

Boulaide. Que retenir de ce partenariat?

CP: Le bourgmestre de la commune de

Boulaide a tout de suite cerné le potentiel

de notre solution. Notre collaboration,

qui a débuté l’année dernière, a été

très fructueuse; il est très satisfait de

ce changement et de notre côté, cette

expérience nous a permis de rajouter de

nouvelles fonctionnalités suggérées par la

commune. Notre solution est évolutive et

les retours d’expérience nous aident à la

perfectionner. n


20 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 221 - AVRIL 2019

Patrick Englaro


Service matériel

& technique unique

DÉVELOPPEMENT DURABLE

LG

BEST OF & GUIDE 2019

21

Alors seul employé, Patrick Englaro, ingénieur industriel a créé Sermatec en 2005.

L’entreprise qui compte désormais sept collaborateurs, vient de prendre ses nouveaux

quartiers à Ehlerange. Spécialiste de la vente de matériel à destination des entreprises de

construction et des communes, l’entreprise qui souhaite davantage développer ses activités et

plus particulièrement son parc de location, a depuis ses débuts, fait le choix de produits haut

de gamme et d’un service de qualité. Interview.

Qui sont vos principaux clients?

Nous comptons deux groupes de clients.

Nous équipons d’abord un grand nombre

d’entreprises de construction en pelles

hydrauliques, groupes électrogènes,

plaques vibrantes, engins de chantier et

autre matériel nécessaire sur chantier.

Le deuxième groupe est constitué des

communes auxquelles nous fournissons

des sacs à déjections canines avec

distributeurs mais aussi des lames de

neige, des épandeurs de sel ainsi que des

balayeuses de voiries.

Quelles sont vos solutions à destination

des entreprises?

Nous vendons toute une gamme de produits

spécifiques à la sécurité des chantiers comme

les panneaux de signalisation, les feux

tricolores, les clôtures, etc. Nous sommes

également devenus au fil du temps des

spécialistes des accessoires hydrauliques.

Je pense tout particulièrement aux attaches

rapides entièrement automatiques qui

permettent une connexion entre l’engin

porteur et la fraiseuse ou le marteau

hydraulique, et ce, sans tuyaux apparents.

Le machiniste n’a donc plus besoin de sortir

de sa cabine pour faire la connexion avec les

outils hydrauliques, ce qui représente un

gain de temps considérable.

A côté de l’équipement destiné à la vente,

nous disposons d’un parc de location de

machines et de matériel de chantier, que

nous souhaitons étoffer encore davantage

à l’avenir.

“Nos balayeuses

de voirie 100%

électriques

disposent d’une

autonomie de huit

à neuf heures

et se rechargent

en deux heures”

Quels sont vos produits phares pour les

communes?

Je dirai sans conteste: les balayeuses de

voirie qui se distinguent véritablement de

celles de la concurrence. Si les balayeuses

standards sont de grands aspirateurs, force

est de reconnaître que leurs tuyaux sont

régulièrement bouchés par les déchets.

Nos machines Dulevo à haute performance

profitent d’un système de ramassage

mécanique des déchets: le balai est aussi

large que la machine et pousse les détritus

sur un système de rails montants vers la

benne. Elles peuvent donc rouler trois fois

plus rapidement qu’une machine standard

avec un bien meilleur rendement. Enfin,

le système de filtrage, développé par Gore,

retient même les particules ultrafines. Ces

machines sont également utilisables en

hiver dans la mesure où elles fonctionnent

sans utilisation d’eau.

A côté des machines à moteur thermique

diesel, Dulevo propose toute une gamme de

balayeuses électriques, allant de la plus petite

Windmax au gros modèle D zéro2 avec un

bac de remplissage de 2 m 3 et une autonomie

de huit à neuf heures, rechargeable en

deux heures. La commune de Differdange

est la première à en avoir fait l’acquisition et

d’autres suivront prochainement.

Un mot sur vos employés?

Ils sont les garants de la qualité de nos

services. La technologie des machines étant

toujours plus complexe, nos techniciens

participent régulièrement à des formations

directement chez nos fournisseurs.

Ils assurent les révisions et les réparations,

soit dans nos ateliers, soit sur place auprès

du client ou directement sur le chantier.

Nous disposons de camionnettes équipées

qui nous permettent de nous déplacer avec

tout le matériel nécessaire.

Par ailleurs, nos techniciens sont équipés

avec du matériel de diagnostic ainsi

que des outils de réglage hydraulique

ultramodernes. n


22 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 222 - MAI 2019

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Des solutions innovantes pour

optimiser les collectes de déchets

(déchets = matières dans une économie circulaire)

Polygone adresse ses services à tous les producteurs de

déchets quel que soit le secteur d’activité. Sa flotte de camions

sillonne ainsi le Luxembourg pour collecter tous types de

matières à recycler et à traiter, et ce, sous toutes les formes.

Olivier Mulot, directeur du département logistique, nous fait

part des projets d’innovation de l’entreprise en matière de

transport de déchets.

Quelle expertise Polygone possède-telle

dans la gestion des déchets?

Polygone est présente sur le marché

luxembourgeois de la collecte des déchets

depuis plus de 30 ans. Notre partenaire,

Ecotec, trie et reconditionne une grande

partie des matières à recycler afin de les

revaloriser sur le marché européen.

Nous avons développé une gamme étendue

de services afin de collecter les déchets

quelle que soit la configuration des chantiers

et la nature des déchets. Nous sommes

capables de collecter les déchets en grands

volumes de 13 à 60 m 3 , mais également

en plus petits volumes ouverts ou fermés

de 5 à 10 m 3 pour permettre l’évacuation

des matériaux sur les chantiers plus exigus.

Nous collectons également les déchets

ménagers en poubelles, les cartons et le

verre pour des volumes de 1 à 5 m 3 . Nos

camions grues – également utilisés chez

Polygone pour le placement de bâtiments

modulaires – servent par ailleurs à collecter

des déchets en «big bag», de grands sacs

d’environ 1 m 3 , entreposés sur les étages des

bâtiments et difficiles d’accès. Enfin notre

camion à hayon nous aide à récolter les

déchets en petits conditionnements suivant

la nature des déchets (sacs d’1 m 3 , plastibacs,

gitterbox, ASP, IBC, palettes, etc.).

Quels sont vos derniers projets en date

dans ce domaine?

Nous avons récemment participé aux

chantiers de démolition du bâtiment

RTL et des bureaux Lux 18 et Lux 20

(surface 26.000 m 2 ) pour le compte de la

société ISG et travaillons actuellement à la

déconstruction du bâtiment Jean Monnet

au Kirchberg. Une autre entité de Polygone

organise le démontage du bâtiment et

nous prenons ensuite en charge la collecte

des déchets. Ce travail d’équipe permet

d’identifier préalablement les matériaux à

démonter et à revaloriser par la suite.

Quelle place tient l’innovation dans vos

activités?

Polygone veille à innover dans le domaine

de la collecte. Notre volonté est d’orienter

nos efforts vers le conseil au client. Nous

avons à ce titre développé en collaboration

avec le LIST un outil d’aide à l’optimisation

de centres de tris: le projet OCTogone.

Nos collaborateurs saisissent les données

relatives à une commande client et cet outil

optimise ensuite le choix des contenants

en cherchant à minimiser le coût, à

optimiser l’espace de stockage des déchets

et à minimiser le CO 2 produit par les

collectes. Aujourd’hui ce prototype est en

phase de test; en modifiant le poids donné

à chaque critère, nous pouvons optimiser

davantage l’une ou l’autre de ces trois

variables – ou trouver un équilibre entre les

trois – en fonction des priorités du client

afin de lui proposer différentes solutions

et alternatives. Cet outil nous permet entre

autres d’estimer avec précision le budget

global lié à la gestion des déchets d’un

chantier ou d’un client sur une période

donnée.

Nous collaborons également avec le LIST

sur le projet SWAM («Smart Waste

Collection Systems»), dont le concept

est illustré sur le schéma ci-contre. Nous

placerons dans ce cadre des capteurs de

remplissage dans les poubelles de nos clients

afin d’optimiser leur chargement. Cette

donnée, couplée avec d’autres indicateurs

comme l’encombrement en temps-réel

des routes, permettra de déclencher

des tournées de récolte optimisées et

garantissant un haut niveau de qualité de

service à nos clients. Ces derniers ont en

effet tous des contraintes qu’il nous faut

considérer, par exemple sur les heures de

collecte – qui peuvent varier d’une activité

à une autre (par exemple un grossiste

alimentaire préférera une collecte le matin,

tandis qu’un restaurateur voudra libérer le

service du midi et du soir). Ce projet nous

permettra à terme de faciliter le travail

du client, qui ne devra plus nous prévenir

lorsque ses poubelles auront un taux de

remplissage critique – en bénéficiant d’un

système qui s’adapte automatiquement à ses

besoins. Le client ne doit plus se tracasser

d’anticiper la demande de vidange de son

bac à déchets en fonction de jours prédéfinis

dans la semaine, mais c’est le système qui

va le faire en s’adaptant à la production

réelle de déchets quelle que soit la saison.

Ce projet est actuellement en phase de

développement.

Quels sont les avantages de vos services?

Polygone se positionne comme un

partenaire en essayant toujours de s’adapter

aux besoins et aux contraintes des clients.

Par défaut nous ne disons jamais non,

mais tentons toujours de proposer une ou

plusieurs alternatives. Nous développons

de plus en plus le conseil à nos clients pour

leur permettre d’être plus performants, de

gagner de l’espace, de minimiser leurs coûts,

d’être en règle avec la législation, etc. Nous

avons l’ambition d’offrir des prestations

fiables, agiles et avec un bon rapport qualité/

prix.

A travers nos projets de recherche, nous

remettons régulièrement en question nos

modes opérationnels de manière à les

améliorer et à proposer un service optimisé

et tourné vers l’avenir. n


LG

BEST OF & GUIDE 2019

23

Olivier Mulot

Plateforme de prise de décision

Données entreprise

Planification

Données entreprise

Données opérationnelles

Capteurs

ultrasoniques

Service de gestion

des données

Analyse,

interprétation,

prédiction

Personnalisation

Paramètres clients et

entreprise

Fonctions de routage

(p.ex. position des bennes, z

embouteillages, etc.).

Données de remplissage

actuelles et futures

Service d’optimisation

Paramétrage multi-objectifs:

contraintes des clients (horaire de

ramassage), opérationnels (p.ex.

remplissage des bennes), et

entreprise (p.ex. disponibilité des

chauffeurs)

Gestion de flotte de camions et

routage

Application de

conduite

Nouveaux modèles

économiques

Qualité de service

Service personnalisé


24 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 220 - MARS 2019

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le biogaz,

maillon d’une

économie circulaire

Créée en 2004 par une coopérative agricole, Naturgas Kielen

connait une nouvelle étape importante de son histoire avec

l’arrivée de Nicole Angel à sa tête. Dans un premier temps

guidée par Nico Godart, ancien directeur, la nouvelle

dirigeante entend apporter un souffle nouveau à la centrale

biogaz. Naturgas Kielen continuera à accueillir les communes,

les cuisines de particuliers ou de cantines, les entreprises

du secteur agro-alimentaire et tout autre client potentiel,

soucieux de revaloriser ses déchets organiques plutôt que de

les éliminer.

Un concept écologique global

Naturgas Kielen est une centrale biogaz

innovante qui injecte du biométhane dans le

réseau de gaz naturel grand-ducal existant.

L’installation fait fermenter des matières

organiques: des produits et sous-produits

agricoles tels que du fumier et du lisier, ainsi

que des déchets organiques qui viennent

des villes ou bien de l’industrie alimentaire

et fourragère. «Nous pouvons traiter les

déchets alimentaires périmés de restauration,

de cantines d’école, de garderies ou bien de

cafétérias d’entreprise, mais également les

déchets des collectes de poubelles organiques

de plusieurs communes et syndicats

intercommunaux ainsi que la tonte de gazon»,

explique Nico Godart.

Ce sont des bactéries qui, dans des cuves

digestives, transforment la matière

organique en biogaz. Ce processus

biologique requiert des contrôles et des

analyses réguliers pour que la transformation

se déroule correctement; «bien entendu

après la séparation des matières inertes nonorganiques

des matière premières», précise

l’ancien directeur.

Le biogaz obtenu à partir des matières

organiques fermentées est ensuite purifié

afin de devenir du biométhane, un «gaz

vert» d’une qualité identique à une

autre source d’injection. Par rapport à la

cogénération, l’avantage du biométhane est

qu’il peut être transformé n’importe où, en

n’importe quelle énergie; soit thermique

pour chauffer les bâtiments, cinétique

pour permettre aux voitures de rouler,

ou électrique et ceci sans avoir de pertes.

Actuellement, Naturgas Kielen injecte ce

biométhane dans le réseau national de gaz,

c’est-à-dire dans la même conduite que le

gaz naturel qui est une source d’énergie

fossile, car ils sont de même qualité.

“Nous voulons

valoriser davantage

les résidus qui

proviennent de

la fabrication du

biogaz”

Les déchets sont donc transformés en

énergie renouvelable et les dépôts laissés

après l’opération de fermentation sont

ensuite répandus sur les champs. Les surfaces

agricoles bénéficient ainsi des nutriments

restants. C’est un concept écologique global

qui contribue à l’économie circulaire.

«J’aimerais préciser qu’une des grandes

forces de notre installation réside dans le

fait que nous ayons trois grandes chaînes

d’introduction indépendantes pour trois

gros types de produits différents. Cela va du

lisier agricole aux éléments solides comme

le fumier mais aussi les déchets organiques

(gazon ou produits agroalimentaires)»,

ajoute Nicole Angel.

Changement de direction à la tête de

l’entreprise

Dans l’entreprise depuis janvier 2019 pour

se familiariser avec le métier, Nicole Angel

succédera à Nico Godart à la direction

de Naturgas Kielen en ce mois de mars.

Sans vouloir créer une rupture, ce dernier

souhaitait transmettre les commandes de

l’entreprise pour que de nouveaux points

de vue et les nouvelles idées déjà lancées

puissent être exploités. «Les projets déjà

initiés seront poursuivis dans la continuité

de la philosophie entrepreneuriale jusqu’ici

appliquée», insiste Nicole Angel.

Avec une forte expérience dans le secteur de

l’industrie de la production, tant au niveau

des processus que de l’analyse, Nicole

Angel est également familière avec le

milieu de l’environnement et les démarches

administratives qu’il implique pour le

développement d’une activité.

Dans un premier temps, Nicole Angel

devra se familiariser avec le processus


de production du biogaz, le secteur des

déchets au Luxembourg, leur collecte, leur

tri, la gestion des résidus,… «Je resterai

dans l’entreprise et serai présent pour aider

Nicole à prendre ses marques à ce nouveau

poste», précise Nico Godart.

Elle se chargera ainsi de reprendre les

affaires courantes et de continuer à assurer

la production de biogaz, mais elle pourra

également apporter ses nouvelles idées

à l’entreprise. Par ailleurs, de nouveaux

projets de recherche ont récemment été

lancés et elle en assurera la gestion, dans

la continuité des décisions déjà prises

avant son entrée en fonction. Ces projets

s’inscrivent dans une logique d’économie

circulaire ainsi que d’utilisation et

de production d’énergies renouvelables.

«Ces projets apporteront également une

valeur ajoutée à notre travail quotidien»,

explique la nouvelle directrice.

«Ces deux dernières années, nous avons

par exemple travaillé sur la réduction des

résidus. Nous avons ajouté des étapes dans

notre chaîne pour améliorer la séparation

des matières organiques et non-organiques

et réduire la part de matière que nous ne

pourrons pas réutiliser dans notre cycle

énergétique. Nous veillons également à ce

que notre activité soit neutre en émissions

de CO 2 et poursuivons nos recherches en

ce sens», ajoute Nico Godart.

Projet Persephone

Naturgas Kielen est partenaire du projet

Interreg de l’asbl «Au Pays de l’Attert»

«Production d’Energies RenouvelableS,

Engrais et Produits Harmonieux d’Origines

NaturElles» (PERSEPHONE). L’objectif

de ce projet est de mieux communiquer les

bonnes pratiques au niveau de la gestion des

flux d’énergie au sein de la Grande Région

afin de déterminer comment les optimiser.

Au total, une quinzaine de partenaires

travaillent ainsi à intégrer la production

de biogaz dans une logique d’économie

circulaire, notamment en valorisant

davantage les résidus qui proviennent de

Nico Godart et Nicole Angel

sa fabrication et qui peuvent être utilisés

comme engrais dans des domaines comme

l’agriculture, en substitution aux engrais

chimiques. «Nos recherches serviront à

guider la Commission européenne et à lui

montrer les avantages de la production et

de l’utilisation de biogaz pour davantage

la valoriser au niveau européen», explique

Nico Godart.

La société poursuit donc ses recherches,

de manière à optimiser continuellement

son processus de création de biogaz.

«Faire appel à nos services reste un des

meilleurs moyens pour une entreprise ou

une commune de revaloriser ses déchets»,

conclut Nicole Angel. n


26 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 224 - JUILLET/AOÛT 2019

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Pour une agriculture

de raison

PAR JULIEN BRUN

Un proverbe perse dit qu’«une centaine de citadins ne

peuvent dénouer le nœud fait par un paysan». La réalité est

que l’industrie agro-alimentaire défait les traditions agricoles

ancestrales depuis presque un demi-siècle. Le Luxembourg

semble pourtant à l’abri des productions de masse, des

fermes aux mille vaches et des scandales sanitaires qui

secouent régulièrement l’Europe. Rencontre avec Romain

Schneider, ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du

Développement rural.

Si l’agriculture est victime du dérèglement

climatique, elle en est aussi

l’une des responsables; quel est le

modèle qui pourrait assurer une

production alimentaire respectueuse de

l’environnement?

Les agriculteurs sont en première ligne de

la défense des ressources naturelles dans

la mesure où ce sont eux qui sont dans

les prairies, champs et forêts. Les études

concernant le changement climatique

dénoncent des moteurs beaucoup plus

pollueurs que l’agriculture qui est à moins

de 10%. Je pense néanmoins qu’elle est

prête à prendre ses responsabilités.

Ces dernières années, nous avons beaucoup

fait, notamment par le biais de l’incitation

volontaire. Sur les 120.000 hectares

réservés à l’agriculture, 60.000 hectares

sont couverts par des mesures agroenvironnementales

(eau, sol, biodiversité,

etc.). Depuis l’année passée, nous

sommes même passés à 51% de prairies

permanentes par rapport à la surface totale,

ce qui permet, entre autres, de récupérer le

CO 2 et d’avoir un élevage en plein air.

L’agriculture a des responsabilités et les

jeunes agriculteurs y sont sensibles. Prêts

à prendre les directions qui s’imposent, ils

y voient même des opportunités. Tout le

monde sait que d’ici cinq à dix ans, il n’y

aura plus de place sur le marché pour les

produits sans indication d’emballage quant

à la non-utilisation des OGM, des pesticides

ou de la réduction de CO 2 par exemple.

Les cahiers des charges sont de plus en

plus stricts en la matière et ceci parce que

la demande des consommateurs en termes

de transparence est de plus en plus grande.

Il existe encore de nombreuses étapes pour

parvenir à une agriculture plus responsable

mais il n’existe pas d’autre alternative.

Un point quant à la propagation du virus

de la peste porcine africaine...

Le Luxembourg est pour l’heure, toujours

exempt de la peste porcine africaine sur

son territoire. Cela vaut aussi bien pour

les exploitations porcines que pour les

sangliers. Nous avons testé plus de 200

sangliers trouvés morts dans la nature et

aucun cas n’a été détecté. La Belgique en

trouve dans le sud de la Wallonie mais ni le

Luxembourg, ni la France, ni l’Allemagne

ne semblent actuellement en être victime.

Le nouveau modèle de mise en œuvre de

la Politique Agricole Commune prévu

pour 2020, entend passer d’une politique

de conformité à une politique de résultat.

Les craintes d’une réduction de 15% des

aides accordées sont-elles fondées?

Elles pourraient l’être mais cela dépend

encore des deux grandes incertitudes

que sont le Brexit et la planification

pluriannuelle de l’Union européenne

encore en discussion. Nous ne pouvons

donc pas encore savoir quel sera le budget

de la PAC dans les années à venir.

Ce qui est certain, c’est que le Luxembourg,

par les mots du ministre des Finances et

des miens, s’est déjà engagé à maintenir

au niveau national les aides accordées aux

agriculteurs même en cas de diminution du

budget au niveau européen.

30% des aides sont actuellement liées à

des sujets environnementaux; accorder

plus d’autonomie aux pays membres

n’est-ce pas le risque que chaque pays

puisse faire ce qu’il veut en termes de

règles environnementales?

J’ai moi-même contribué à élaborer la

réforme de la PAC 2014-2020 qui a été

fondée sur un développement durable

de l’agriculture; force est de reconnaître

la complexité de son système et de ses

procédures. L’idée est d’intégrer certains

aspects de développement durable dans la

prime de base avec des conditionnalités et

des obligations concrètes. Certes, il n’y aura


plus une seule PAC identique dans tous les

pays membres, les objectifs relatifs à la

réduction du CO 2 pourront par exemple

différer selon les stratégies nationales, mais

il y aura néanmoins un cadre commun.

Les agriculteurs peuvent-ils espérer une

diminution de la charge administrative?

Dans la mesure où la charge actuelle pèse

déjà trop sur leurs épaules, il faut veiller à

l’alléger. À chaque conseil des ministres ou

réunion de travail, il est rappelé que la place

d’un agriculteur, c’est sur le terrain.

C’est pourquoi au niveau national, nous

privilégions la digitalisation pour que

l’agriculteur ne doive encoder qu’une seule

fois les données. La plus grande partie des

demandes de primes sont depuis l’année

passée réalisables en ligne, ce qui facilite

beaucoup les contraintes administratives.

La politique agricole commune qui a été

faite pour le marché unique doit être perçue

comme une plus-value et non comme

un frein à son métier mais cela dépendra

beaucoup de la composition politique au

niveau européen…

Le tissu agricole européen s’est construit

durant des siècles afin de coller au plus

proche des populations; l’agriculture

industrielle a-t-elle irrémédiablement

détruit ce modèle du consommer local?

Il faut pouvoir faire cette distinction mais

le Luxembourg n’a pas d’agriculture

industrielle. Nous n’avons pas d’élevage

industriel, ni de présence trop importante

de bêtes dans les étables. Je pense que

l’avenir de l’agriculture européenne passera

par le retour des petites et moyennes

exploitations de meilleure qualité. Certes,

cela sera difficile à réaliser uniformément

dans tous les pays mais la nouvelle PAC

s’oriente déjà vers les jeunes, les petites et

les moyennes structures.

Romain Schneider

De nombreux agriculteurs luxembourgeois

réalisent une vente directe aux consommateurs.

Les campagnes d’information

et les événements des derniers mois nous

prouvent qu’il y a une réelle demande. Que

ce soit «Fro de Bauer», «De Bauerenhaff

an der Stad» ou encore la Foire agricole

d’Ettelbruck, c’est toujours la même

volonté de mettre le visage du producteur

sur le produit. Cela permet de créer, ou de

recréer un lien entre le consommateur et

l’agriculteur.

Mon ambition est d’améliorer l’image de

marque de l’agriculture dans les années à

venir et le meilleur moyen pour y parvenir

est de montrer ce qui s’y fait. n


28 LG

BEST OF & GUIDE 2019

MOBILITÉ

Le leasing s’invite

dans les communes

Acteur majeur du leasing au Luxembourg et à l’international,

LeasePlan propose ses services aux entreprises, au secteur

public ainsi qu’aux particuliers en partenariat avec la

Spuerkeess. Joel Fernandes, Country Manager chez LeasePlan

Luxembourg, revient sur les solutions et les avantages du

leasing afin d’améliorer la mobilité au Grand-Duché.

Pouvez-vous revenir en quelques mots

sur vos activités?

LeasePlan est une société néerlandaise

créée en 1963, implantée dans 32 pays et

installée au Luxembourg depuis 1988. Nous

sommes leader mondial du CaaS (Car-asa-Service)

avec nos solutions de leasing,

mobilité et gestion de parcs automobiles.

Nous proposons le financement de

véhicules toutes marques avec l’ensemble

des services liés dans une mensualité fixe

incluant désormais la gestion de l’énergie

pour les voitures électriques ou hybrides.

Notre objectif est d’offrir la meilleure

solution à nos clients afin de garantir et

d’optimiser la mobilité des sociétés, des

institutions publiques ou des particuliers.

Quels sont les avantages du leasing?

Un véhicule est un bien qui se déprécie au

fur et à mesure des années. Avec le leasing,

nous passons de l’achat à l’utilisation du

véhicule, donc de la propriété à l’usage. Il

y a un réel changement de paradigme car

la tendance est à la consommation de la

mobilité. Ainsi, nous offrons des solutions

clé en main avec un loyer mensuel qui

garantissent des avantages opérationnels et

financiers à nos clients. Cela, sans compter

les nombreux autres services autour de

l’utilisation du véhicule à savoir l’entretien,

l’assistance, l’assurance, le véhicule de

remplacement, les permutations de

pneumatique, la gestion du carburant ou

de l’électricité,… Tout est centralisé auprès

d’un point de contact unique: LeasePlan.

Nous misons également sur la digitalisation

des processus pour améliorer l’expérience

client, via une application mobile ou une

plateforme web pour faciliter l’utilisation de

nos services par exemple. Une équipe de 200

personnes développe de nouvelles solutions

digitales au sein du groupe pour répondre aux

besoins du marché en termes de gestion de

parcs automobiles et de mobilité en respectant

les spécificités luxembourgeoises.

Quels sont les autres avantages de

LeasePlan?

Notre rôle est aussi de conseiller les sociétés,

les particuliers, ou les institutions publiques

sur le meilleur choix à effectuer par rapport

à leurs besoins autour de trois axes. Le

premier concerne l’humain pour fidéliser

de manière personnalisée les collaborateurs

d’une structure en leur offrant une solution

de mobilité. Le second s’attache à l’aspect

financier avec l’objectif de réduire au

maximum les coûts du parc ou du budget

automobile. Enfin, le troisième axe est lié

aux aspects environnementaux et durables:

les démarches RSE (Responsabilité

Sociale des Entreprises) et la réduction de

l’empreinte carbone via l’électromobilité

notamment. C’est d’ailleurs sur ce dernier

point que LeasePlan a pris le parti d’être

précurseur.

Qu’en est-il au niveau de l’électromobilité?

A ce sujet, trois aspects sont primordiaux

au Luxembourg: les produits disponibles,

les infrastructures et les aides

gouvernementales. De plus en plus de

modèles sont aujourd’hui hybrides ou

électriques, l’enrichissement de l’offre

va s’accélérer dans les prochains mois

et années. L’industrie automobile et le

gouvernement luxembourgeois sont

acteurs et moteurs de l’électromobilité,

ce qui dynamise fortement notre activité.

Nous avons ainsi déployé une offre

«Start Electric» qui s’organise autour

de trois axes: les recharges publiques

où la facture est directement envoyée à

l’entreprise de la même manière qu’une

carte carburant, celles à domicile, où l’on

donne la possibilité d’installer des bornes

intelligentes qui gèrent le remboursement

immédiat de l’énergie consommée, et enfin,

celles au travail pour la gestion des bornes

en fonction des véhicules et des activités de

chacun des collaborateurs.

Le secteur public et notamment les

communes s’intéressent également au

leasing. Pouvez-vous nous en dire plus?

Nous sommes ravis de travailler

avec plusieurs institutions publiques.

Aujourd’hui, des budgets sont octroyés

aux communes pour l’achat des véhicules.

Le leasing peut représenter une alternative

intéressante pour gérer les budgets de

manière différente, sans mauvaises surprises

et sans problèmes de trésorerie.

Il est important, pour les institutions

publiques, d’optimiser la gestion de leurs

coûts de fonctionnement. Notre offre

leur permet d’avoir un budget fixe tout

inclus sur plusieurs années afin d’éviter des

coûts ponctuels en termes de véhicules,

qu’ils soient statutaires ou utilitaires.

Cela évite également les pertes de temps,

d’argent ou complications au niveau de la

gestion opérationnelle ou de la revente de

véhicules par exemple. Chez LeasePlan,

nous nous occupons de tous ces processus

contraignants.

L’intérêt n’est-il que budgétaire pour

les communes?

Budgétiser est certes l’un des arguments

premiers, mais il existe d’autres demandes.

Un véhicule utilitaire peut être livré nu ou

avec des aménagements spécifiques pour en

faire un réel outil de travail au quotidien.

Le leasing permet d’intégrer ces coûts

additionnels dans le loyer et donc de les

lisser sur plusieurs années.

Par ailleurs, nous proposons également des

solutions en matière de reprise de parcs de

véhicules existants. Il est ainsi très facile

de générer une entrée de trésorerie et de

passer de l’achat de véhicules au leasing,

avec les voitures actuelles ou nouvelles, en

incluant toutes les prestations de services

associés. n

LeasePlan Luxembourg S.A.

7 Rue Nicolas Brosius

L-3372 Leudelange

+352 40 44 11 1

lplu@leaseplan.lu


Joel Fernandes


30 LG

BEST OF & GUIDE 2019

MOBILITÉ

La stratégie gagnante

de l’électromobilité

Acteur incontournable et historique des transports publics

au Grand-Duché, Bollig Voyages mise sur l’innovation et

la technologie pour améliorer la mobilité et répondre à ses

nouveaux défis, dont celui de l’électromobilité. L’entreprise

familiale fait figure de pionnier avec la mise en place du

premier bus 100% électrique du pays pour le compte de la

ville d’Echternach. Frank Schilling, administrateur délégué,

revient sur les nouvelles tendances qui impactent le secteur

de la mobilité à travers le prisme de l’environnement et de la

durabilité.

Pouvez-vous retracer l’histoire de

Bollig Voyages et son évolution jusqu’à

aujourd’hui?

Tout a démarré durant la Seconde Guerre

mondiale, lorsque Charles Zimmer,

transporteur de marchandises, avait

rencontré Pierre Bollig, mécanicien

breveté. Ils se sont associés en 1946 pour

constituer la société de transport «Zimmer

et Bollig». Un an plus tard, ils ont acquis

leurs deux premiers autobus, un Isobloc et

un Renault. Baptisés «Cars Edelweiss»,

ils ont été avant tout utilisés pour offrir

des excursions régionales aux touristes

qui commençaient à affluer à la gare

d’Echternach. En 1954, la société a exploité

pour la première fois une ligne publique,

Echternach-Beaufort-Larochette-Mersch,

en tant que concessionnaire des Chemins

de Fer Luxembourgeois (CFL).

Les activités de transport de marchandises

et de personnes, à l’époque en plein essor,

ont très vite rendu les bâtiments de la

société obsolètes. L’instauration du régime

RGTR (Régime Général du Transport par

Route), en 1970, a ainsi poussé l’entreprise

à se délocaliser vers le site actuel

d’Alferweiher, sur lequel un nouvel hangar

de 3.500 m 2 fût construit en 1973. Celuici

s’est développé au début des années

1990 avec la construction d’un nouvel

atelier et d’un bâtiment administratif. En

1980, la première agence de voyage a été

créée à la rue de la Gare pour finalement

s’installer dans les nouveaux locaux du

centre commercial «Nonnemillen».

Bollig Voyages a acquis les «Voyages

Wagener» à Mertzig en 2012 et l’an

dernier, «Voyages Simon» est passé sous

notre aile, ce qui nous permet, aujourd’hui,

de renforcer notre position au niveau du

nord du pays et de la Nordstadt.

Quelle place occupe l’électromobilité

dans votre vision stratégique?

Nous avons pris le virage de la technologie

électrique en 2016, en mettant en service

le premier bus électrique du Grand-Duché

pour la ville d’Echternach. L’an dernier, nous

avons inauguré le nouveau CityBus de la

ville d’Echternach, le Sileo S10, baptisé «Art

for blue Air» et designé par l’artiste Hubert

Roestenburg. Il a choisi le bleu comme


couleur prédominante car elle est le symbole

de l’électrique. Cet autobus relie le lac au

centre historique depuis janvier 2017, pour un

trajet 100% électrique et 100% gratuit.

Ses caractéristiques font de lui l’un des bus

les plus modernes du marché grâce à une

autonomie de 280 kilomètres, une vitesse

de maximale de 75 km/h et une longueur

de 10,7 mètres. Même s’il est relativement

lourd (19.500 kg), sa capacité est semblable

aux autocars classiques: 33 places assises et

57 places debout.

De plus, nous venons d’immatriculer le

premier bus articulé entièrement électrique

de chez «Voyages Simon» en mars dernier.

Celui-ci compte près de 120 places, comme

un diesel des plus classiques.

“Répondre aux

enjeux actuels liés

à la durabilité et

à la protection de

l’environnement”

Le dernier test effectué indiquait une

autonomie de 310 km environ. Nous ne

comptons pas nous arrêter en si bon chemin

puisque nous avons commandé six nouveaux

bus électriques pour cet été. La transition

vers l’électromobilité est ainsi très importante

à nos yeux, mais elle nous met aussi face à des

Frank Schilling

défis majeurs. C’est tout un secteur qui sera

soumis à divers changements, notamment pour

l’entretien, la réparation, ou encore les anciens

ateliers qui ne correspondront forcément plus

aux nouveaux besoins. Il faut donc trouver de

nouvelles solutions, de nouvelles infrastructures

et former nos équipes.

Quels sont les avantages de l’électrique?

Se projeter dans la mobilité électrique permet

d’être écologiquement plus responsable, de

répondre aux enjeux actuels liés à la durabilité

et à la protection de l’environnement. Nous

sommes aux prémices de cette technologie

donc l’autonomie et l’efficacité augmenteront

d’années en années, l’électromobilité

nécessite une vision à moyen et long termes.


32 LG

BEST OF & GUIDE 2019

MOBILITÉ

Aujourd’hui, nous possédons une flotte de 260

bus, un tel chiffre impacte l’environnement

car les émissions de CO 2 sont conséquentes.

Nous avons par exemple effectué plusieurs

calculs sur le CityBus d’Echternach et

ceux-ci sont formels, l’électrique a permis

l’amélioration du bilan climatique de la

ville puisque 42 tonnes de CO 2 ne sont

dorénavant plus émis par le transport urbain.

Les plus sceptiques critiquent les batteries

des véhicules électriques, mais il ne faut pas

non plus oublier que l’extraction du gasoil

(ou toutes les autres énergies fossiles) à son

acheminement, est un non-sens en termes

d’écologie.

De plus, les bus électriques sont totalement

silencieux. Les autobus étaient auparavant

très bruyants, aujourd’hui, c’est une

nuisance que nous n’avons plus. Pour plus

de sécurité, une sonnerie spéciale a même

été installée et celle-ci s’actionne lors de

certaines manœuvres afin d’éviter des

accidents par exemple.

“Nous avons

pris le virage

de la technologie

électrique en 2016”

Nous avons évoqué l’électromobilité,

mais le véhicule autonome fait aussi

partie des innovations qui bouleverseront

notre secteur d’activité. Il existe déjà,

mais le déploiement de la 5G permettra

d’améliorer cette technologie et d’offrir de

nouvelles perspectives de développement.

En plus, le Luxembourg a l’avantage d’être

un petit territoire, ce qui facilitera sa mise

en place à l’avenir. n

Bollig Voyages

Rue Alferweiher

L-6412 Echternach

www.bollig.lu

Chiffres

370 chauffeurs,

employés et mécaniciens

260

autobus et minibus

42 tonnes:

le CO 2 non émis grâce à un bus électrique


Marinho Steel Trading SA

Iron and Steel Industry

10 Rue de l’Industrie

L-4991 Sanem, Luxembourg

Tél : (+352) 26 55 00 91

Fax : (+352) 26 55 00 92

Email : info@mst.lu

www.marinhosteel.com


34 LG

BEST OF & GUIDE 2019

MOBILITÉ

L’essor d’une

électromobilité

urbaine et citoyenne

Précurseur et depuis toujours entreprise socialement

responsable engagée dans le développement durable, Sales-

Lentz positionne l’innovation technologique au cœur de sa

philosophie orientée vers la qualité, le confort et le bien-être

pour ses parties prenantes. Grâce à des relations de longue

date avec les autorités publiques et les constructeurs, Sales-

Lentz accompagne et contribue à l’évolution et à la mutation

du transport public au Luxembourg. Retour sur cette

expérience réussie au service du citoyen et de l’usager.

Le Luxembourg, avec ses 102 communes

disposant de différents réseaux de transports

publics et communaux, offre un cadre

idyllique pour décliner efficacement une

nouvelle vision exemplaire d’écomobilité

citoyenne, 100% responsable et durable.

Comment la mise en place du Flexibus

et City Shopping Bus a-t-elle permis

de contribuer à l’arrivée du transport

électrique pour les collectivités et

institutions?

Le concept de mobilité communale

flexible au Luxembourg a commencé

dès 2005 avec Sales-Lentz et l’arrivée du

Flexibus à Mersch. Ce service a continué

de s’étoffer et de compléter l’offre déjà

existante du transport public pendant

douze ans, et aujourd’hui douze concepts

Flexibus opèrent quotidiennement dans les

rues de treize communes et pour plus de

103.500 habitants. En 2016, Sales-Lentz a

dénombré plus de 120.000 utilisateurs de

ce service.

Lancé en avril 2017, un partenariat avec

la ville d’Esch-sur-Alzette permettra

prochainement au Flexibus, via la navette

Gaalgebus, d’entrer dans l’électromobilité

dès que les possibilités de conformité

rendront possible l’utilisation d’un

véhicule adapté pour ce type de

prestation. Parallèlement à cette mobilité

communale sur demande et avec la Ville

de Luxembourg, Sales-Lentz a introduit

dès 2011 le premier bus 100% électrique

sous la forme d’un City-Bus gratuit au

cœur de la capitale. Ce service, baptisé

City Shopping Bus, était une première

innovation luxembourgeoise pouvant

véhiculer jusqu’à 23 personnes, avec

plancher bas pour le transport de personnes

à mobilité réduite et une autonomie de

120 km. Une capacité suffisante pour

une journée d’activité par système de

récupération d’énergie en décélération et la

pratique de l’écoconduite. Ainsi aucun rejet

de CO 2 ni aucune émission de particules ou

oxydes d’azote sont à signaler.

Au niveau du transport public, comment

le lancement de la technologie électrique

s’est déroulé?

Sales-Lentz fut la première entreprise en

Europe à introduire la technologie hybride

dès 2009 avec le constructeur Volvo et

ainsi disposer de l’une des plus importantes

flottes hybrides privées en Europe. C’est

au cours de ce projet qu’a également été

signé dès 2013 un protocole d’accord sur

l’établissement du Luxembourg comme

terrain de test pour un système de transport

en commun durable entre Volvo Bus, Sales-

Lentz et deux ministères. L’aboutissement

de cet engagement a notamment conduit

à installer la première station de recharge

«opportunity charging» à Bertrange en

fin d’année 2016 sur une ligne RGTR.

Le 9 juin 2017, en présence du ministre

du Développement durable et des

Infrastructures, François Bausch, et des

élus de la commune d’Hesperange, a été

officiellement lancée l’extension de cette

première ligne tangentielle RGTR 226 qui

s’intègre parfaitement dans la stratégie du

gouvernement pour relier les communes

de la convention DICI (Développement

Intercommunal Coordonné et Intégratif

pour le sud-ouest de l’agglomération de la

Ville de Luxembourg) afin d’améliorer le

Source photo: Sales-Lentz

transport public dans les zones d’activité

au sud du pays. Dans un même temps, le

Diffbus est passé à l’électrique.

En quoi le Diffbus est-il précurseur pour

la mobilité citoyenne au Luxembourg?

Le réseau City-Bus de Differdange, appelé

singulièrement Diffbus, a été entièrement

repensé pour rentrer également dans l’ère

de l’électromobilité. Comportant désormais

quatre lignes avec deux bornes de recharge

rapide de 300 kW, qui alimentent en

trois minutes les véhicules, et desservant

l’ensemble des localités communales, le

Diffbus reste gratuit pour les concitoyens.

Celui-ci a été officiellement lancé le

11 juin 2017 en présence du secrétaire

d’État au Développement durable et aux

Infrastructures de l’époque, Camille Gira

(†), les autorités communales de Differdange

et nombreuses parties prenantes en relation

avec ce projet unique au monde. C’est ainsi


qu’est né le Diffbus nouvelle génération

avec deux stations de recharge pour être

aujourd’hui le premier réseau public

communal entièrement 100% électrique.

Fort de ce lancement, l’intérêt sociétal

est triple. D’une part ces bus n’émettent

absolument aucune émission, puisqu’il n’y

a plus de moteur diesel à bord. D’autre

part, ils sont complètement silencieux et

l’on n’entend plus qu’un petit sifflement

dû au frottement de l’air et des pneus. Dans

une ville comme Differdange, engagée dans

le Pacte Climat et en pleine reconversion,

où les rues sont plutôt étroites, cela n’a pas

de prix pour garantir un bien-être et une

qualité de vie optimale. Enfin, les Diffbus

mesurent 12 m au lieu de 10 pour les bus

précédents. Leur capacité a également

augmenté pour passer à 85 places, dont 35

assises. Les seuils y ont aussi été abaissés

pour que les personnes à mobilité réduite

puissent les emprunter facilement. Ils sont

par ailleurs équipés de prises USB pour

recharger les smartphones et d’éclairages

LED, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Ces améliorations font déjà du Diffbus un

succès. Les retours d’expérience, aussi bien

venant de la commune que des utilisateurs

en passant par les chauffeurs, démontrent

que l’aspect qualitatif a été amélioré.

Depuis sa refonte, nombreuses sont les

délégations européennes et internationales

à faire le déplacement à Differdange pour

découvrir cette révolution urbaine.

Quel est l’avenir de la mobilité citoyenne

et de l’électromobilité pour

Sales-Lentz?

Etant donné que le ministère de la Mobilité

et des Travaux Publics a une véritable

volonté de développement de la mobilité

durable, pour tendre notamment vers

une économie circulaire et parfaitement

adaptée aux besoins des populations,

notre démarche d’entreprise engagée est

de continuer à accompagner les initiatives

publiques pour garantir le bien-être des

usagers et des résidents.

Grâce à notre flotte e-Mobility, composée

de 30 électriques, 15 hybrides électriques

et 48 hybrides, Sales-Lentz guidera la

prochaine étape de la mobilité urbaine

durable en se positionnant en tant que

leader luxembourgeois pour la stratégie

«smart mobility» développée par le

gouvernement. En tant que modèle pour

les autres opérateurs, nous voulons les

inciter à se lancer à leur tour dans cette

nouvelle dynamique citoyenne. n

Sales-Lentz (S.L.A. sa)

ZAE R. Steichen

4, rue Laangwiss

L-4940 Bascharage

Tel : 266 511

www.sales-lentz.lu


36 LG

BEST OF & GUIDE 2019

MOBILITÉ

Premiers minibus

autonomes

au Luxembourg

Vous avez pu les remarquer à Luxembourg-Ville entre le

Pfaffenthal et le funiculaire, ou encore à Contern entre

la gare et la zone industrielle. Ce ne sont pas tant ses

courbes futuristes qui attirent les selfies des touristes et les

journalistes du monde entier mais bien le fait qu’il s’agisse

de navettes électriques autonomes. Rencontre avec Georges

Hilbert, directeur général technique chez Sales-Lentz qui

nous présente le «Shuttle».

Genèse

Sales-Lentz a fait l’acquisition des

premiers bus hybrides au Luxembourg

dès 2009, puis de bus hybrides

rechargeables via pantographe en 2016

et de bus 100% électriques en 2017. Les

véhicules autonomes s’inscrivent donc

dans la continuité technologique de la

marque et favorisent sa transition vers

l’électromobilité.

Sales-Lentz entretient des liens étroits avec

les grands constructeurs du marché mais

aussi avec de plus petites marques. «Cela

fait trois ans que nous avons pris contact

avec le constructeur lyonnais Navya dont

la navette a déjà fait ses preuves dans

plusieurs villes européennes comme Lyon,

Copenhague et Genève», explique Georges

Hilbert.

Les projets pilotes ont nécessité une

année de préparation durant laquelle il

a fallu étudier les trajets, la faisabilité et

les risques. Les navettes autonomes sont

programmées en fonction des spécificités

de leurs trajets respectifs comme la

présence des piétons, les pistes cyclables, les

infrastructures, la végétation, les anomalies

dans la circulation, etc. Dès lors, même si

elles sont en tous points identiques, on ne

peut les interchanger sans réinitialiser leurs

mémoires.

Caractéristiques

Affichant des mensurations de 4,75 m de

long pour 2,65 m de hauteur, les navettes

sont très spacieuses. Elles offrent huit

places assises, trois strapontins et quatre

debout. On y est assis face à face dans une

ambiance conviviale où l’on peut discuter et

interagir avec d’autres passagers le temps

du trajet.

“Une autonomie

de neuf heures

de conduite”

Vitrées et lumineuses elles offrent une vue

imprenable sur les paysages urbains et il

n’est pas rare d’y surprendre les touristes en

plein selfie. Avec comme seule commande

un large écran tactile, l’opérateuraccompagnateur

est parmi les passagers, il

leur donne les consignes de sécurité, répond

aux nombreuses questions et s’improvise

même de temps à autres guide touristique.

Les navettes affichent une autonomie de

9 heures de conduite et sont rechargées

localement. Elles sont actuellement

bridées à 20km/h mais pourront très

prochainement monter à 25km/h.

«Elles peuvent techniquement rouler

jusqu’à 45km/h mais nous souhaitons

augmenter la vitesse de manière progressive

afin de laisser le temps aux automobilistes

de se faire à leur présence».

Bardées de capteurs en tous genres, elles

sont également de véritables bijoux de

technologie. Équipées d’une douzaine de

radars et de caméras 2D et 3D, l’ordinateur

de bord reconnait l’environnement à 360

degrés. Elles sont aussi dotées d’un système

de géolocalisation GPS via des antennes

fixes qui leur sont dédiées. Durant les tests

de juin et juillet 2018 qui ont été réalisés au

QG de Sales-Lentz à Bascharage, la navette

roulait, tournait et s’arrêtait au centimètre

près.

Responsabilités et sécurité

Ces navettes s’inscrivent dans le cadre

réglementaire du code de la route qui

est régi par la convention de Vienne de

1968 et plusieurs groupes de travail sont


actuellement à l’étude afin d’y introduire

les véhicules autonomes.

Dans la mesure où il s’agit d’un transport

public de personnes, l’autorisation de

transport public de Sales-Lentz est

naturellement engagée. Le chauffeur

est responsable de sa conduite et c’est

pourquoi un opérateur-accompagnateur

doit être présent à bord afin de reprendre

le contrôle de la navette en mode manuel

s’il le fallait. Dans le cas d’un accident,

c’est lui qui remplira le constat qui sera

remis aux compagnies d’assurance. Il doit

respecter la réglementation en vigueur,

les temps de repos et avoir son permis

de bus.

«Nous avons préparé ce chantier avec

les assurances Axa qui ont prévu ce

genre de scénarios», précise le directeur

général technique. Le jour où le

cadre légal permettra de se passer des

accompagnateurs, les boîtes noires des

véhicules devraient être utilisées afin de

définir les responsabilités de chacun.

Mais «nous n’y sommes pas encore», assure

Georges Hilbert et d’ajouter «que le travail

des chauffeurs de bus n’est pas menacé» car

ces navettes ont la vocation de transporter

les personnes sur le dernier kilomètre qui

les sépare de leurs lieux de travail. Il n’y

aura donc aucune suppression de lignes de

bus ni de postes de chauffeurs. n

Sales-Lentz Group S.A.

ZAE Robert Steichen

4, rue Laangwiss

L-4940 Bascharage

www.saleslentzgroup.lu

Georges Hilbert

La Navette Autonome

en chiffres

15 passagers

(11 assis et 4 debout)

4,75 m de long

2,11 m de large

2,65 m de hauteur

2.400 kg à vide

Moteur électrique

de 15 kW nominal

Vitesse max. théorique:

45 km/h

Vitesse max. pratique:

25 km/h

Autonomie de 9 heures

(33 kWh)


38 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 221 - AVRIL 2019

MOBILITÉ

Le Car Sharing

pour tous et partout

au Luxembourg

Lancé début 2018 par CFL Mobility, le service d’autopartage

FLEX augmente la flexibilité de ses usagers en leur

proposant une solution de mobilité intégrée et durable

partout au Luxembourg. Les avantages de ce service sont

nombreux, puisqu’il est simple et pratique d’utilisation

ainsi que disponible à des prix abordables. Les clients du

transport public peuvent combiner des trajets en transport

commun avec le transport individuel. Mais l’offre ne s’adresse

pas uniquement aux habitués du train ou du bus; FLEX a

également réussi à convaincre les «amateurs» de la mobilité

flexible en général, qui peuvent réserver, dès qu’ils en auront

besoin, une voiture FLEX tout près de chez eux.

Jürgen Berg, gérant de FLEX

qu’il s’agisse d’institutions, de communes –

ou d’entreprises. Car FLEX peut également

être une solution de mobilité pour les gens

d’affaires, leur offrant d’avoir leur clé de

voiture toujours à portée de main dans leur

poche.

“Convaincre

tous les utilisateurs

de la mobilité

flexible”

Se passer d’une deuxième ou d’une

troisième voiture

Pour les communes, les institutions et

les entreprises

Le but de CFL Mobility est d’offrir avec

FLEX un covoiturage efficace: en plus des

vélos, des bus et des trains, les résidents ont

le choix d’une autre solution de mobilité.

Flexible, elle participe à l’attractivité de

la commune mais aussi à la réduction du

trafic et au respect environnemental. C’est

pourquoi le contact direct est toujours

privilégié avec ses clients et partenaires,

Les ménages peuvent se passer d’une

deuxième ou d’une troisième voiture et

utiliser FLEX quand ils ont réellement

besoin d’un véhicule supplémentaire.

L’autopartage permet de réduire le besoin

de places de parking privées, c’est alors une

réduction des coûts pour les ménages et une

meilleure qualité de vie pour les habitants.

Puisque l’autopartage réduit l’utilisation de

la voiture à ses besoins propres et que FLEX

fait la part belle à l’électromobilité, nul

doute que les communes seront intéressées

par ce service qui s’inscrit parfaitement

dans la philosophie du Pacte Climat et de la

réduction des émissions de CO 2 .


LG

BEST OF & GUIDE 2019

39


40 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 221 - AVRIL 2019

MOBILITÉ

80 véhicules en motorisation essence ou

électrique

Plus de 80 véhicules en motorisation

essence ou électrique et équipés de boîtes

automatiques peuvent être réservés dans

les 30 stations FLEX. Les véhicules sont

disponibles sur des places de stationnement

réservées et doivent donc être rendues à la

même station. Les réservations se font via le

site flex.lu, sur l’application mobile ou par

téléphone au (+352) 2883 3882.

Trois modèles de voitures, trois types

d’abonnements

Les modèles disponibles sont des véhicules

de très haute qualité (Seat Leon, BMW i3

et BMW 118i).

Un autre avantage est la simplicité de

l’offre: il suffit de s’inscrire sur flex.lu et de

retirer sa carte FLEX à l’un des 14 points

d’émission (stations CFL et communes). Au

total, trois abonnements sont disponibles,

offrant aux clients un accès flexible à plus

de 80 voitures dans 30 stations. Les coûts

ne sont encourus que pour l’utilisation;

l’essence, l’assurance, l’entretien et le

service FLEX sont tous inclus dans le prix

du forfait.

La commune fournit la station, le reste

revient à FLEX.

La commune fournit la station aux résidents,

mais la charge de travail revient à 100% à

FLEX (inscriptions et questions client).

Uniquement si elle le souhaite, la commune

peut prendre en charge la fonction de

guichet et utiliser la station pendant les

heures d’ouvertures (tarif B2B). n

Frank Colabianchi,

bourgmestre de Bertrange

«Mir hunn eis als Gemeng Bartreng fir de FLEX

entscheet, well mir eng ganz Rei méiglech

Systemer matenee verglach hunn. No der

Analys war et fir eis kloer, dass déi Offer déi

interessantst wär, fir ons Bierger an och fir

t’Gemeng. De FLEX kënnt bei de Leit gutt un

a mir sinn och am Gaang ze iwwerleeën, fir en

weider auszebauen. Dat beweist, dass mir ganz

zefridde sinn!»

UNE DEMANDE ACCRUE

La station d’Hesperange représente

un bon exemple du succès de FLEX.

Dû à la demande élevée, un véhicule

vient d’y être ajouté, dans un

premier temps jusqu’à la fin du mois

de mai.

Marc Lies,

bourgmestre d’Hesperange

«Der Gemeng Hesper war et wichteg en

zouverlässege Carsharing System unzebidden

den einfach ze bedéngen ass. FLEX ass

ausserdeem national gutt opgestallt an huet

nach vill Potential fir d’Zukunft».

Jürgen Berg, gérant de FLEX: «Notre objectif

est de convaincre tous les utilisateurs de la

mobilité flexible. Hesperange montre que nous

sommes sur la bonne voie. Là, nous réagissons

à la demande accrue avec le véhicule FLEX

supplémentaire. En offrant à nos clients une

grande fiabilité, nous devenons une alternative

encore plus convaincante à leur propre voiture».

FLEX by CFL en Chiffres

L’éco-mobilité flexible

Actuellement, la flotte FLEX comprend onze

voitures électriques BMW i3. Ces véhicules

offrent aux utilisateurs une éco-efficacité

flexible. Si nécessaire, ils peuvent être

rechargés en cours de route dans les stations

FLEX ainsi que dans n’importe quelle station de

recharge Chargy.

Plus de 80 véhicules

3 modèles proposés

30 stations réparties sur le territoire

14 points d’émission de la carte FLEX

(stations CFL et communes)


Des bâtiments

modulaires sur-mesure

Portakabin dont le siège est établi au Grand-Duché de Luxembourg,

est aujourd’hui leader européen de la conception et de la fabrication

de bâtiments modulaires de qualité.

Ils nous font confiance : Centre Hospitalier de Luxembourg,

ISG Luxembourg, Keter Luxembourg, Oberweis, la Ville de Differdange,

l’école internationale de Mondorf-les-Bains, l’administration communale

de Mertzig…

288 687 21

contact@portakabin.lu

portakabin.lu


42 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

MOBILITÉ

Une centenaire

résolument moderne

Le nouveau siège des Voyages Josy Clement a été inauguré

le 26 avril de cette année à Junglinster. Un peu plus de 8,5

millions d’euros ont été investis dans ce site ultra-moderne

qui réunit l’atelier, le hangar, la ligne de lavage et le bâtiment

administratif. Née en 1890, la société de transport sait ce

qu’elle doit à son passé et n’a rien oublié du chemin parcouru.

Quatre générations se sont déjà succédées à sa tête et Jean

Clement, actuel directeur général, nous en fait la visite guidée.

129 ans d’histoire

Elle trône en noir et blanc dans le bureau

du directeur, occupant un pan entier du mur

comme le mémorial d’une histoire familiale.

Le grand père Henri Clement, encore dans la

fleur de l’âge, porte élégamment le costume

à rayures et le chapeau Borsalino entre deux

chevaux et non sans une certaine fierté dans

le regard.

La photographie a été prise en décembre

1923 à Luxembourg-Ville, rue de Beaumont,

immortalisant ainsi la dernière diligence

de la famille. Le transport public allait être

rendu obligatoire par les véhicules motorisés

uniquement. La région de l’Est étant

essentiellement paysanne et peu industrialisée,

«cette ligne historique que nous desservons

encore aujourd’hui part de Diekirch, passe

par Larochette et rejoint la capitale», explique

Jean Clement.

Le tourisme se développe doucement dans

les années cinquante et de nombreuses

associations sportives et culturelles font le

déplacement dans la Grande Région et parfois

jusqu’en Autriche ou en Italie. Le père Josy

Clement reprend l’affaire familiale en 1963 et

la développe plus encore, notamment grâce à

la généralisation des congés payés. Les classes

moyennes insufflent un tourisme de masse

et de nombreux tours opérateurs étrangers

s’intéressent au Luxembourg.

Tout gamin, Jean rêve déjà de prendre le

volant des bus qu’il voyait rentrer le soir au

garage (comme le prouve la photo du bébé en

joie). Il commence à travailler dans l’entreprise

qui compte neuf véhicules et dix employés en

1987. Il passe son permis et concrétise ses

rêves en devenant lui-même chauffeur. Dix

ans plus tard, il devient directeur, héritant

des responsabilités d’une entreprise familiale

centenaire. Aujourd’hui, la passion toujours

intacte, il est fier de nous présenter le nouveau

siège de son entreprise qui compte quelques

60 employés; une fierté qui n’est pas sans

rappeler celle de son aïeul…

Un développement durable

Le parc de la société comprend actuellement

40 véhicules composés d’autocars de luxe,

de bus interurbains modernes et à plancher

surbaissé et de minibus. Tous sont au moins

conformes à la norme d’émissions Euro 5 et

deux tiers du parc respectent déjà la norme

d’émissions Euro 6. En outre, sept nouveaux

bus de dernière génération ont été mis en

service et l’âge moyen de la flotte ne dépasse pas

les quatre ans. Si les projets d’électromobilité

ne manquent pas, «l’autonomie n’est

malheureusement pas encore suffisante pour

nos besoins», regrette le directeur. Les voitures

électriques sont néanmoins utilisées pour les

changements de conducteurs.

Le bâtiment administratif

Le nouveau bâtiment a été construit dans

un style moderne et conforme aux dernières

normes environnementales. La durabilité et

la protection des ressources naturelles étaient

les principaux critères dans la planification et

la construction et alors que la loi n’imposait

encore que la classe énergétique D, le choix

de la direction était d’atteindre la classe

énergétique B.

Toits verts sur le bâtiment administratif,

panneaux photovoltaïques sur celui du

hangar, pompes à chaleur, systèmes solaires

thermiques, bassins de captage des eaux

pluviales sur toute la surface du toit, sont

autant de systèmes qui assurent une quasiautonomie

du bâtiment. La climatisation

a été délaissée au profit de plafonds de

refroidissement à l’eau froide. Le système de

lavage des bus est principalement alimenté

par les bassins de captage des eaux pluviales

et les eaux usées sont bien évidemment

nettoyées et récupérées à 70%. L’ensemble

du site est éclairé par des LED qui s’adaptent

à la luminosité naturelle via des capteurs.

“Le respect

de l’environnement

et une utilisation

prudente

des ressources

ont été le fil rouge

du projet”

L’atelier

L’entreprise familiale effectue tous les

travaux d’entretien et de réparation en

interne. Une nouvelle fosse est équipée

des derniers équipements de diagnostic

(testeur de freins, d’essieux, de contrôle

de la voie, etc.) et le système de levage est

formé de quatre pistons, ce qui permet de

lever deux bus en même temps. «Ce sont

nos propres mécaniciens qui ont fait ces

choix». Au sous-sol de l’atelier, se trouve les

pièces de rechange, le stockage d’huile, le

tri de la SuperDrecksKëscht et l’installation

technique de la station de lavage. Le montage

des pneus y est aussi réalisé et un montecharge

permet de remonter les machines et

les produits sans efforts. L’ensemble du sol

de l’atelier a un revêtement spécial en PVC

recyclé vulcanisé et les joints ont été soudé

afin d’obtenir une étanchéité absolue contre

toute infiltration de produits nocifs pour la

nappe phréatique.

Le site dispose également de sa propre

station d’essence dont les réservoirs de

50.000 litres de diesel et de 10.000 litres

d’Ad’Blue ont été pensés de façon à réduire

le nombre de livraisons.

Le site est idéalement rattaché aux

routes principales en direction de la

Ville, de Diekirch, d’Echternach ou de

Grevenmacher. La connexion directe avec

le contournement de Junglinster permet aux

deux tiers des bus d’éviter un passage par le

village. n


LG

BEST OF & GUIDE 2019

43


Olivier Zirnheld et Anni Berg


Construire, c’est prévoir

Se lancer dans un projet de construction à l’aveugle est très

souvent synonyme de dépassements budgétaires ou de retards

sur le planning. Olivier Zirnheld et Anni Berg, respectivement

administrateur et chef d’unité «Programmation et développement

de projets» chez Schroeder & Associés, présentent le

service de programmation destiné aux maîtres d’ouvrage dont

font notamment partie les communes.

En quoi consistent la programmation et

le développement de projet? Pourquoi

miser sur ces services?

AB: Beaucoup de projets connaissent des

changements, même encore dans leur phase

d’exécution. Cela implique nécessairement

un travail de revue substantiel, mais aussi

un potentiel de dépassements budgétaires

ainsi que des retards sur le planning.

Pourquoi? Tout simplement car les projets

ne répondent souvent pas aux exigences

des utilisateurs finaux. Il est ainsi utile de

prendre le temps nécessaire, dès le début,

pour définir ensemble avec le maître

d’ouvrage les besoins et la façon dont le

bâtiment sera utilisé. Conscients de ces

problématiques, nous avons créé une unité

dédiée à 100% à la programmation de

projets. Elle a pour but de définir, avec tous

les acteurs, le programme de leur projet

afin de leur permettre un développement

ultérieur sur des bases solides.

OZ: En d’autres termes, nous accompagnons

les maîtres d’ouvrage de la feuille blanche à

la remise des clés. Qui dit programmation

ne dit pas encore architecture puisqu’il

s’agit de définir de manière précise les

besoins et de comprendre les objectifs

du bâtiment. Un maître d’ouvrage a une

idée de ce qu’il souhaite réaliser, mais il

n’a pas forcément toutes les clés en main

pour y arriver. Nous développons ainsi une

stratégie à court, moyen et long terme afin

de définir les besoins pour une génération.

Notre travail est structuré en cinq étapes qui

seront successivement validées par le maître

d’ouvrage.

Par exemple en matière d’infrastructures

scolaires, quelles sont ces phases?

AB: Nous commençons d’abord par

analyser la situation existante en visitant les

bâtiments existants et les sites potentiels.

Nous étudions le PAG de la commune ainsi

que sa situation foncière. Ce faisant, nous

proposons ensuite plusieurs stratégies à tous

les interlocuteurs. Ensuite, suivant le choix,

nous proposons une étude plus détaillée

où l’on établit un programme pour un ou

plusieurs bâtiments. Nous nous concentrons

sur la volumétrie et la faisabilité car le projet

doit être réalisable tant matériellement que

financièrement. C’est lors de cette troisième

phase que s’ouvre la vue globale d’un projet.

S’en suit l’établissement d’un document final

qui rassemble l’ensemble du travail effectué

et qui donne un fil conducteur au maître

d’ouvrage. Enfin, si celui-ci le souhaite,

nous pouvons l’aider à mettre en place un

projet architectural en lançant des appels à

candidatures et/ou concours d’architectes.

OZ: Nous partons d’un masterplan abstrait

qui débouche sur un projet concret. Notre

mission de programmation s’arrête à cet

instant car les architectes prendront le

relais du projet. Ces cinq étapes réunies

nécessitent en moyenne six mois de travail.

Notre mission est avant tout interactive

car nous sommes à l’écoute de tous les

acteurs du projet. Il est nécessaire de

pouvoir répondre à leurs besoins mais

aussi de créer des bâtiments qui doivent

être les plus flexibles possible pour faciliter

leur utilisation pendant 20 ou 30 ans. Le

bâtiment ne doit pas être un frein dans le

développement d’un projet.

Pouvez-vous revenir sur quelques

projets concrets sur lesquels vous avez

déjà travaillé?

OZ: Des communes ont déjà fait appel

à nos services en matière de logement et

d’infrastructures dédiées à l’enseignement

formel et informel. Les démarches sont

sensiblement similaires. Nous leur offrons

des moyens pour faire des choix responsables,

autant pour le contenu, le financement ou

encore l’approche dans le temps.

AB: L’une des nombreuses missions communales

consiste à pallier tous les besoins en

infrastructures scolaires et sportives, mais

aussi périscolaires comme les maisons relais.

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

LG

BEST OF & GUIDE 2019

Nous prenons par exemple en compte les

informations du bureau de la population pour

estimer le futur nombre d’élèves à plus long

terme. Il est également nécessaire d’analyser

et de connaître l’existant. Nous établissons

ainsi une stratégie de développement en

fonction de plusieurs paramètres (le terrain,

la population, l’analyse volumétrique, la

qualité des bâtiments). A l’aide d’ateliers, nous

sondons les futurs utilisateurs sur le terrain, à

savoir les enseignants, les éducateurs ou même

les enfants car ce sont les premiers concernés.

Entre autres les communes d’Echternach,

Bertrange, Remich ou encore Nommern ont

déjà fait appel à notre expertise pour leurs

infrastructures scolaires.

Comment se décline la programmation

en matière de logements?

OZ: En effet, dans le secteur communal le

logement est également un sujet clé que nous

visons avec notre assistance en matière de

programmation. Nous avons effectivement

constaté un énorme besoin en la matière. La

SNHBM et le Fonds du Logement, comme

promoteurs publics, livrent de nombreux

projets à travers le Grand-Duché, mais c’est

aussi une mission communale de créer dans

l’intérêt de leurs habitants des logements

sociaux. Schroeder & Associés accompagne

les communes et les soutient dans cette

démarche, que ce soit pour des projets de

location sociale, des ventes subventionnées,

des projets avec baux emphytéotiques ou des

logements pour jeunes adultes ou personnes

âgées. Nous déclinons des solutions mixtes

«sur-mesure». Nous avons notamment

collaboré avec les communes de Bertrange,

Wiltz ou encore du Lac de la Haute-Sûre

pour créer des logements sociaux. Notre

démarche suit les mêmes principes: analyse

de l’existant et/ou des contraintes du terrain,

définition des besoins en termes de types

de logement, étude de faisabilité technique

et financière afin d’aboutir à une stratégie

de développement. Schroeder & Associés

peut accompagner les communes même

au-delà de la mise en place du projet et

les assister comme pilote de projet pour la

réalisation du projet d’infrastructure du

nouveau lotissement et collaborer avec

l’urbaniste de la commune et les architectes,

de la conception du produit final jusqu’au

moment de la vente et/ou de la location. n

Schroeder & Associés S.A.

8, rue des Girondins

L-1626 Luxembourg

www.schroeder.lu

45


46 LG

BEST OF & GUIDE 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Maîtriser les contraintes

Interlocuteur de confiance pour les maîtres d’ouvrage, GERI Management peut s’appuyer sur

la compétence, la proactivité, l’efficacité et la disponibilité de son bureau pour conduire à bien

ses projets. Spécialisée dans la sécurité et la santé sur les chantiers, elle réalise également les

états des lieux avant travaux. Interview d’Angéline Prévot, ingénieur civil et administrateur

délégué de GERI Management.

À qui s’adressent l’expertise avant travaux?

Il est conseillé à l’entreprise exécutante

des travaux ou au maître d’ouvrage,

d’effectuer au préalable, un état des

lieux des constructions voisines en cas

de mitoyenneté ou de proche voisinage.

Cependant, tous les projets sont désormais

concernés. Cela va de la rénovation d’une

habitation d’un particulier, aux gros projets

d’envergure.

Ceci évite bien souvent des soucis avec le

voisinage et de plus en plus de compagnies

d’assurance réclament une telle expertise.

Comment se passe le processus d’expertise?

Bien souvent, c’est l’entreprise exécutante,

le maître d’ouvrage ou le particulier qui

nous contactent. Nous nous occupons dès

lors de l’organisation des rendez-vous, de la

réalisation de l’état des lieux ainsi que de la

rédaction des procès-verbaux.

Selon la nature et l’importance des

chantiers prévus, nous préparons un

courrier type que nous envoyons dans

le périmètre concerné. Nous essayons

toujours de prendre rapidement les rendezvous

mais cela peut aller de quelques

maisons dans le cas d’une rénovation d’un

particulier, jusqu’à des rues complètes

(parfois 80 résidences). Nos ingénieurs et

techniciens réalisent ensuite, un constat des

fissures, malfaçons ou autres dégradations

déjà existantes et prennent les photos

pour preuve que nous cataloguons dans un

rapport co-signé par le propriétaire.

Pourquoi est-ce nécessaire?

En cas de dégradations dues aux travaux, un

état des lieux contradictoire est réalisé à la

fin des travaux. Nos rapports avant-après

travaux sont ensuite transmis au promoteur

qui pourra les faire suivre à son assurance.

Ce processus évite les malentendus et

protège de la malhonnêteté de certains.

“Nous nous

occupons dès lors

de l’organisation

des rendez-vous,

de la réalisation

de l’état des lieux

ainsi que de la

rédaction des

procès-verbaux”

Un mot sur la sécurité…

Un chantier peut être exécuté à n’importe

quel moment de la journée, certains

tournent la nuit, d’autres le week-end. Il

faut s’attendre à tout et être prêt à intervenir

à tout moment. Il y a aussi les délais, de

plus en plus serrés au Grand-Duché.

En raccourcissant les délais, forcément,

on rogne sur la sécurité pour gagner du

temps, économiser de l’argent et optimiser

les ressources. Mais en fin de compte, en

cas d’accident, outre les conséquences

humaines, un chantier se retrouve souvent

immobilisé. Tout le monde est perdant.

Force est de reconnaître que ces dix

dernières années, la sécurité a nettement

progressé sur les chantiers luxembourgeois.

Avant 1994, date du premier règlement

relatif à la sécurité, peu de choses étaient

entreprises dans ce domaine. Depuis

le règlement grand-ducal du 27 juin

2008 (ndlr: concernant les prescriptions

minimales de sécurité et de santé à

mettre en œuvre sur les chantiers

temporaires ou mobiles), la situation s’est

considérablement améliorée. Mais il y

a toujours des accidents. Notre mission

consiste dès lors à sauver des vies.

Malgré cela, la profession de coordinateur/

conseil en sécurité demeure relativement

méconnue au Luxembourg. Différents

projets de construction, parfois de taille,

ont dû être interrompus parce que les

maîtres d’œuvre n’avaient pas prévu de

procédure en matière de sécurité. n

GERI Management

A l’image du développement fulgurant de la

construction au Luxembourg, la société de

conseil GERI Management est passée de deux

collaborateurs associés à ses débuts en 2008

à 22 collaborateurs aujourd’hui. «L’entreprise

est en pleine croissance», confirme Angéline

Prévot. Après des étapes à Rodange (2008-

2011) et Pétange (2011-2016), le bureau s’est

installé finalement à Niederkorn il y a deux ans.

20 ans d’expériences forgent la réputation de

GERI Management.

GERI Management

198E Rue Pierre Gansen

L-4570 Niederkorn

info@geri.lu


Angéline Prévot


48 LG

BEST OF & GUIDE 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Le développement communal

dans l’intérêt du citoyen

Avec un modèle d’entreprise axé sur les prestations des

métiers du secteur communal, MC Luxembourg travaille

activement avec ses clients pour les accompagner dans leurs

projets de développement à l’aide d’analyses objectives,

critiques et justifiées mais aussi de prévisions afin d’identifier

et évaluer les meilleures options. Créé en 2007, le cabinet

de conseil indépendant propose des solutions et services

intégrés au sein des communes qui optent pour une

coopération pluridisciplinaire. Frank Leuschen, fondateur

et administrateur délégué, présente les différents champs

d’activités de la société, axés sur les intérêts du citoyen, du

secteur communal et de l’Economie pour le Bien commun.

Selon l’administrateur délégué de MC

Luxembourg, la prise en charge des enfants

est tout aussi importante. «L’éducation

est un élément fondamental pour l’avenir

de notre société. Des synergies entre

les besoins pédagogiques et différents

intervenants doivent être mises en

place, d’où nos réflexions au niveau des

infrastructures d’éducation, d’encadrement

et de leur organisation. Ainsi, nous

concentrons nos efforts prioritairement sur

les besoins pédagogiques et d’organisation

et misons sur l’intégration de ce concept

entre les différents interlocuteurs avant de

miser directement sur l’infrastructure et ses

aspects techniques».

C’est le fruit d’une rencontre, celle avec

Christian Felber, lors d’une conférence

donnée à Mertzig sur l’Economie pour le

Bien commun (Gemeinwohl-Ökonomie)

le 4 juin dernier, qui a interpellé Frank

Leuschen, fondateur et administrateur

délégué de MC Luxembourg. «Ce

concept remet le citoyen au centre des

préoccupations, où l’économie n’est pas

une fin en soi mais doit être un moyen

pour augmenter la qualité de vie pour

chacun. Nous nous sommes rendus compte

que nous œuvrions dans ce sens depuis la

création de MC Luxembourg en 2007»,

explique-t-il. En effet, le cabinet de conseil

indépendant, pluridisciplinaire et intégré

s’est spécialisé autour d’un domaine de

compétence dédié au secteur public et

notamment communal. «Nous effectuons

différentes analyses objectives et critiques

qui nous permettent de développer des

scenarii alternatifs des différentes missions

communales pour évaluer et identifier la

solution la plus adaptée pour les besoins

spécifiques d’une commune, au-delà des

simples aspects économiques et financiers»,

précise Frank Leuschen.

Grâce à une approche holistique et une

logique qui mobilise des compétences

pluridisciplinaires, MC Luxembourg

parvient à apporter une forte valeur ajoutée

à chaque projet pour générer des résultats

durables. «En développant des projets

communaux, nous nous engageons sur le

moyen et le long terme, il est nécessaire de

se projeter dans l’avenir et de les concevoir

de façon réfléchie car nous servons le secteur

public», estime-t-il. L’Economie pour le

Bien commun est centrée sur l’humain, la

qualité de vie du citoyen, le bien-être ainsi

que le respect de l’environnement. MC

Luxembourg s’attache ainsi à élaborer des

projets durables via ses différents services

pluridisciplinaires et intégrés.

Priorité pour l’encadrement scolaire et

le logement à coût modéré

«Nous mettons tout en œuvre pour

répondre aux demandes des communes et

des citoyens grâce à nos services à 100%

intégrés. En parlant de bien commun,

deux thématiques clés me viennent à

l’esprit: celles du logement à coût modéré

et celle de l’éducation et de l’encadrement

des enfants», précise Frank Leuschen.

Le constat est clair, au Luxembourg, le

coût de l’immobilier devient de moins

en moins abordable pour un nombre

croissant de ménages. «Il faut prendre

des responsabilités vis-à-vis des citoyens.

J’estime que les jeunes familles et les

personnes moins aisées doivent pouvoir

se loger malgré la hausse des prix. Nous

nous efforçons de réaliser des projets

avec des logements à coût modéré qui

sont indispensables dans les communes

luxembourgeoises aujourd’hui».

“Répondre

aux demandes

des communes

et des citoyens”

Intégrer l’Economie pour le Bien commun

dans ses processus

Pour contribuer au bien commun, Frank

Leuschen imagine déjà les principales lignes

des villes de demain. Celles-ci devront

être pensées dans l’intérêt du citoyen.

«La grande majorité des agglomérations

sont devenues des cités dortoirs. Il faut,

au contraire, revitaliser ces villes en

proposant davantage d’emplois. Cela peut

par exemple passer par une décentralisation

des activités qui favoriserait, elle aussi, la

mobilité. C’est ainsi que l’un de nos services

s’attache notamment à optimiser les tissus

urbains locaux. Nous analysons et évaluons

les projets de développement déjà existants

pour les valoriser en prenant en compte le

contexte local qui est important».

Structurée sous le prisme du bien commun,

MC Luxembourg entend s’inscrire de

façon plus concrète dans ce concept

imaginé par Christian Felber en se faisant

labelliser. «Notre monde évolue. Certes


l’économie est importante pour la bonne

santé d’une nation, mais le développement

de l’économie doit prioritairement permettre

une augmentation de la qualité de

vie des citoyens et il faut surtout miser

sur une croissance plus intelligente, plus

respectueuse de l’environnement et de

l’Homme au final. Il s’agira ainsi d’adapter

les services communaux de manière

intelligente en répondant aux besoins

qui sont de plus en plus digitalisés. Pour

finir sur un exemple, la part des seniors

augmente de plus en plus. Il sera nécessaire

de réfléchir à de nouvelles infrastructures

communales qui pourront accueillir cette

frange de la population». n

MC LUXEMBOURG

22, rue des Champs

L -7521 Mersch Luxembourg

mcluxembourg.lu


50 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 221 - AVRIL 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Construire le paysage

immobilier et

infrastructurel du pays

Les domaines d’expertise et les axes de développement de

Tralux Construction, acteur historique de la construction

au Luxembourg depuis 45 ans, sont en phase avec le plan

gouvernemental. Par son expertise et la complémentarité de

ses métiers, l’entreprise a en effet l’opportunité de répondre

à deux enjeux majeurs de la société luxembourgeoise, à savoir

le logement et la mobilité. Franck Becherel, directeur général

et gérant, revient avec nous sur la participation de la société

au développement immobilier et infrastructurel du pays.

Quel rôle joue Tralux dans l’accompagnement

de la mobilité luxembourgeoise?

Dans le cadre du développement des

infrastructures de transport et dans

l’accompagnement de la mobilité ferroviaire,

routière ou encore urbaine, nous collaborons

avec des clients comme l’Administration des

Ponts et Chaussées, les CFL et les communes,

pour le renouvellement et l’accroissement

de leurs infrastructures de transport. Nous

avons participé au récent développement du

tramway à Luxembourg-Ville. Actuellement,

nous contribuons à l’aménagement de deux

gares du Grand-Duché, l’extension de la gare

à Luxembourg et à l’agrandissement du pôle

multimodal d’Ettelbruck. Nous intervenons

aussi près des pistes du Findel puisque nous

réalisons la création d’un micro-tunnel sous la

piste de l’aéroport.

D’autres chantiers sont en cours comme

la suppression d’un passage à niveau à

Walferdange, la construction d’un ouvrage

d’art à Pontpierre ou dans d’autres communes

au Nord comme au Sud. Nous allons

prochainement démarrer la modification de

l’échangeur de Strassen, qui sera traversé à

terme par l’extension de la ligne de tramway.

Ces différents exemples de projets sur

lesquels nous intervenons, démontrent la

volonté du pays de répondre aux besoins de

mobilité, de croissance et d’expansion du

Grand-Duché. Les collaborateurs de Tralux

Construction participent à ce développement

et illustrent tous les jours leurs envies

d’entreprendre et d’œuvrer pour que ces

projets se matérialisent.

Quel rôle joue Tralux dans le développement

immobilier?

Notre volonté, en créant Tralux Immobilier,

était d’offrir à nos clients de nouvelles

prestations de développement immobilier

avec le même savoir-faire et le même

professionnalisme que nous le faisons en

construction. Lors de développements et

de montages de projets immobilier, nous

pouvons collaborer comme investisseur,

comme co-promoteur-développeur ou

comme constructeur. La construction de

l’ensemble immobilier de bureaux «Altitude»

à Leudelange est un bon exemple.

“Aujourd’hui,

le secteur de

la construction

met son expertise

et ses compétences

au service du

Grand-Duché”

Tralux Immobilier a participé à la construction

en tant qu’investisseur pour son propre

siège et de celui de Tralux Construction.

Installés depuis 25 ans à Bettembourg, les

bureaux n’étaient plus adaptés. Design

contemporain, aménagements optimisés,

notre nouvelle construction est parfaitement

en adéquation avec l’évolution du travail

et à l’image de ce que nous sommes:

moderne, performant et dotée d’une âme

profondément humaine. Elle s’inscrit

dans la politique de développement

durable de l’entreprise et nous permettra

d’accompagner notre développement.

Comment contribuez-vous au développement

immobilier du pays?

Actuellement, le développement économique

du pays pousse le marché de

l’immobilier de bureaux mais aussi

résidentiel. Aujourd’hui, avec Tralux

Immobilier, nous intervenons bien en

amont de ces projets. Notre volonté est

de renforcer notre présence sur le marché

du logement et principalement de l’habitat

collectif neuf. Au-delà de notre expertise et

de notre savoir-faire de constructeur, nous

ajoutons un service de suivi et de conseil de

l’acquéreur jusqu’à son emménagement et

dans les phases de personnalisation de son

habitat. Nous voulons par ce biais établir

un contact humain avec l’acheteur final


des biens auxquels nous aurons contribué,

comme le projet Fensterschlass, immeuble

de standing, construit en 1876, situé au

cœur de la Ville de Luxembourg. Tralux

Immobilier a conduit la réhabilitation de

ce projet immobilier pendant deux ans et

demi, un bâtiment, de style art nouveau

et néogothique, à la façade classée par le

service des Sites et Monuments nationaux,

qui concilie tradition et modernité.

Avec l’idée de mixer populations actives et

habitants sur des zones de bureaux, d’autres

opportunités s’ouvrent à nous. Nous

accompagnons le Fonds d’urbanisation et

d’aménagement du Plateau de Kirchberg

qui cherche à sédentariser des habitants dans

cette zone. A ce titre, nous avons remporté un

concours pour lequel nous allons construire

un ensemble de deux lots, composé de 54

logements, de places de parkings en souterrain

et d’espaces extérieurs privés. Nous sommes

également lauréats d’un concours organisé

par Agora à Belval où nous construirons

une centaine de logements avec une serre

végétale habitée sur le toit de l’immeuble. Ces

deux projets prennent en compte un critère

essentiel: créer des espaces de vie, des lieux de

liens sociaux.

Par ailleurs, nous collaborons régulièrement

avec des communes cherchant à développer

un projet de construction ou à valoriser leur

foncier et sommes toujours à la recherche

de terrains à bâtir.

Votre philosophie est d’ores et déjà

saluée par de nombreuses récompenses…

Nous avons en effet été récompensés pour

nos actions à la fois citoyennes, sociales,

environnementales, sécuritaires,…. Nous

avons ainsi reçu le prix national de la

sécurité et de la santé 2018 pour l’initiative

CAPS; le prix luxembourgeois de la qualité

et de l’excellence pour nos pratiques

managériales tournées vers la qualité; nous

avons renouvelé il y a quelques mois notre

label Entreprise Socialement Responsable

et nos certifications, Iso 9001, Iso 14001,

OHSAS 18001.

Nous sommes un constructeur socialement

engagé, préoccupé de l’avenir du pays et de

ses habitants ainsi qu’actif dans des projets

qui ont du sens et apportent une valeur

ajoutée. Notre société sait rester agile

malgré sa grande taille et se renouvelle

Franck Becherel

régulièrement en se positionnant sur de

nouveaux marchés et en exportant son

expertise à l’étranger, en témoigne notre

implication dans le projet du Grand Paris.

Nous rassemblons plus que jamais les

valeurs d’une PME et l’expérience d’un

grand groupe: nos valeurs soutiennent

et privilégient l’humain, la proximité et

la responsabilité. Notre organisation est

efficiente, portée par un collectif soudé,

engagé et exigeant. n


52 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 221 - AVRIL 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Bien planifier pour

mieux construire

Faire construire son habitation est un des projets les plus

importants d’une vie. Soucieuse de faciliter les différents

stades de cette aventure, la société CLK met les compétences

en conception architecturale de son équipe au service des

idées et des besoins du client, et ce, dès le premier contact.

Stéphane De Troyer, dessinateur, Heinz Roth et Dennis

Scholer, tous deux diplômés en architecture, nous guident à

travers les étapes menant à la création d’un plan concret.

Prise de contact et avant-projet

Après l’acquisition d’un terrain, un client

se tourne en général vers différentes

entreprises de construction afin d’en

comparer les prix et les pratiques. Chez

CLK, la première prise de contact

s’effectue souvent par téléphone et est

l’occasion pour le client d’exposer son

idée globale de projet et de donner à son

interlocuteur des informations clés comme

le numéro cadastral de son terrain.

«A partir de celui-ci, nous nous renseignons

auprès de l’Administration du cadastre

et de la topographie ainsi qu’auprès de

la commune pour effectuer toutes les

recherches nécessaires à la planification

d’une construction. Ainsi nous pourrons

définir dans quelle zone le terrain se

trouve ainsi que le type de bâtiment que

l’on peut y construire selon les règlements

et prescriptions de la commune. Nous

pourrons aussi connaître les dimensions

exactes du terrain pour définir une zone

de construction», explique Stéphane De

Troyer.

Sur base de ces informations, l’équipe de

CLK préparera déjà des propositions à

soumettre au client lors du premier rendezvous

en personne. «Nous écouterons alors

ses idées, ses envies et ses besoins tout en

le guidant à travers ce qui est réalisable

ou non en fonction des dispositions de

son terrain et des limites de son budget.

Nous veillons toujours à être réalistes et

transparents quant aux frais à engager et à

la faisabilité d’un projet pour que le client

ne perde pas de temps dans des projections

irréalistes», détaille Heinz Roth.

Cette première rencontre sera également

l’occasion pour lui de découvrir le showroom

de 950 m 2 de l’entreprise centralisant les

produits de plus de 35 fournisseurs directs.

Par la suite, en faisant son choix parmi

cette panoplie d’éléments nécessaires à

la construction d’une habitation, le futur

propriétaire pourra regrouper les rendezvous

en ce seul et même endroit pour tous

les choix d’aménagements qui l’attendent.

Ceci est un gain de temps appréciable et

permet également de se rendre compte

des associations de matières possibles pour

les finitions afin d’obtenir l’assurance d’un

résultat final parfait.

“Des habitations

clés en main et

à la carte, sur

base d’un cahier

des charges

entièrement

modulable”

Cette première rencontre et les différents

échanges qui s’en suivront mèneront à un

avant-projet, soit un plan détaillé intégré

sur le terrain et réalisé en fonction des

résultats des recherches effectuées. Un plan

réaliste nécessite par ailleurs des visites sur le

terrain, des prises de mesures et de photos.

Au mieux, trois à quatre semaines sont

nécessaires entre un premier rendez-vous

et la livraison d’un avant-projet budgétisé.

Ce service, CLK l’offre aux personnes qui

la consultent, sans engagement particulier

exigé.

La spécificité d’un service

CLK réalise des habitations clés en main

et à la carte, sur base d’un cahier des

charges entièrement modulable. «Nous

accompagnons nos clients tout au long

de leur projet et les impliquons dans le

choix de chacun des détails de leur future

habitation, et ce, jusqu’à l’aménagement

intérieur de manière à ce qu’ils n’aient plus

qu’à y déménager leurs affaires», précise

Heinz Roth.

Le budget de la construction devra toutefois

être défini assez tôt dans le processus

de planification afin que les experts de

CLK puissent proposer un avant-projet


correspondant aux attentes des clients et

qui respectera au mieux la réalité de leur

budget! En fonction des idées et besoins

exprimés, une première estimation rapide

de l’avant-projet pourra déjà être faite.

Plans et devis détaillés

«Notre équipe compte deux diplômés

en architecture ainsi qu’un dessinateur et

rassemble donc les compétences nécessaires

pour accompagner le client dans la

conception architecturale de son futur bien

et en réaliser l’étude. En parallèle, nos

deviseurs se chargent de la budgétisation du

projet», souligne Stéphane De Troyer. Lors

d’un deuxième rendez-vous, le client pourra

visiter la maison témoin de l’entreprise afin

de pouvoir se faire une idée par lui-même de

la qualité de finition des constructions CLK.

Le diplômé en architecture Heinz Roth

ajoute: «Ce n’est que lorsque les plans

seront validés que nous lui demanderons un

engagement contractuel et lui fournirons

un devis détaillé. Celui-ci est très complet et

va dans les moindres détails de l’habitation,

depuis l’installation du chantier à celle des

luminaires».

Dennis Scholer, nous fait part d’autres

services: «Nous proposons également des

visites virtuelles de l’habitation en 3D avant

le lancement de la construction. Le client

pourra évoluer dans sa maison, prendre

conscience de l’espace autour de lui et

mieux percevoir les volumes et les détails.

Après cette visite immersive, le client

pourra ajuster les plans selon ses besoins

et envies».

Transparence et confiance

CLK rassemble toutes les compétences

pour le développement et l’étude d’un

projet architectural. Transparente dans ses

Dennis Scholer, Stéphane De Troyer et Heinz Roth

processus, l’entreprise propose à ses clients

des projets réalisables tant dans la technique

que dans le respect du budget. Etablissant

une relation de confiance avec sa clientèle,

CLK prend le temps de l’accompagner tout

au long de son projet: «Nous sommes une

entreprise familiale qui construit pour des

familles et nous veillons à assurer un service

de qualité tant dans notre relation avec le

client que dans la livraison de l’objet fini»,

conclut Heinz Roth. n


54 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 220 - MARS 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Partenaire des communes

à tous les niveaux

A l’heure actuelle, les communes font face à une multiplication

et une complexification des législations. Luxcontrol se

positionne dans ce cadre comme le partenaire idéal pour

les guider à travers ces exigences légales, demander des

clarifications aux autorités compétentes et les respecter, et

ce, à tous les niveaux. Gérard Braun, directeur commercial,

et Olivier Scarnière, attaché de direction technique, nous

détaillent les services que Luxcontrol peut fournir aux

communes.

Olivier Scarnière et Gérard Braun

Quelle place tient le respect de

l’environnement dans les activités de

Luxcontrol?

GB: En tant qu’organisme agréé et société

de conseil et d’assistance, le groupe

Luxcontrol est d’une part mandaté par

les autorités de tutelle (l’Inspection du

Travail et des Mines (ITM), le Service

National de la Sécurité dans la Fonction

Publique (SNSFP) et l’Administration de

l’Environnement (AEV)) pour l’audit et

la vérification de la conformité de toute

installation selon les exigences légales

qu’elles émettent. D’autre part, nous

sommes contactés par les communes ou


LG

BEST OF & GUIDE 2019

55

l’Etat, en amont d’un projet – afin de

définir quelles sont les règlementations

à respecter et comment atteindre ces

objectifs – ou bien en aval, pour vérifier

sa conformité. Nous aidons donc les

communes à plusieurs niveaux: sécurité,

formation, conseils et assistance, hygiène

alimentaire et événements, infrastructures,

environnement, contrôles sur installations

techniques,… et apportons une valeur

ajoutée aux contrôles légaux.

OS: En fonction du type de bâtiment ou

d’activité qui est ou sera réalisé sur un

terrain, nous proposons différents types

d’études et d’analyses pour garantir la

conformité d’une installation future ou

existante et sa sécurité environnementale.

Nous réalisons ainsi des contrôles

réglementaires en phase réalisation

(concepts d’assainissement, études

d’impact, assistance dans les dossiers

d’autorisations commodo/incommodo,

mesures de bruit et vibrations, contrôle

technique, coordination de sécurité

sur chantier, réceptions sécurité et

environnement,…) et en phase exploitation

(contrôles périodiques réglementaires,

veille réglementaire, formation continue,

assistance et certification management

des systèmes ISO, bien-être au travail,

échantillonnages et analyses via notre

laboratoire,…).

A quelle étape d’un projet les communes

peuvent-elles faire appel à vos

services?

OS: L’idéal pour une commune est de

nous contacter lors de l’élaboration du

projet et avant sa construction pour que

nous puissions la guider à travers toutes

les exigences légales relatives à la sécurité

et à l’environnement qu’elle doit respecter

de la réalisation à la destruction, en passant

par l’exploitation.

GB: Lorsqu’une commune souhaite

construire, il faut parfois démolir un

bâtiment déjà existant et assainir le

terrain. Dans cette phase, nous réalisons

les études nécessaires à la déconstruction

et à l’assainissement du site. En tant

qu’organisme agréé et contrôleur de la

qualité de la construction du bâtiment et

de ses matériaux, nous pouvons apporter

notre expertise au niveau de la sécurité

et de la liste des matériaux à utiliser pour

anticiper sa fin de vie. Si elle est demandée

à temps, notre expertise a ceci de précieux

qu’elle permet à la commune d’éviter

des non-conformités techniques et de

respecter ses délais.

En amont ou en aval de la réalisation d’un

projet, nous pouvons également réaliser

une étude d’impact sonore et vibratoire,

pour laquelle nous sommes les leaders du

marché luxembourgeois. Au moment de

l’exploitation, nous proposons également

aux communes de réaliser les contrôles

périodiques requis de même que pour

l’hygiène alimentaire sur base volontaire

dans les cuisines de leurs établissements tels

que les foyers de jours.

“Notre expertise

permet

à la commune

d’éviter

les mauvaises

surprises et

de respecter

ses délais”

Quelle expertise apportez-vous dans le

domaine de la sécurité?

GB: Au niveau de l’exploitation, à chaque

bâtiment correspond des exigences légales

à la fois environnementales et sécuritaires.

Nous assistons les communes pour vérifier

qu’elles respectent ces directives, formons

le personnel en ce sens et réalisons des

contrôles périodiques pour en assurer

le suivi. A l’occasion de rassemblements

communaux comme les kermesses,

marchés de Noël ou tout autre événement,

nous pouvons vérifier la conformité et

la sécurité des installations, du matériel

électrique utilisé, l’adaptation des plans de

sécurité,... Il est alors judicieux de prévoir

notre intervention suffisamment tôt pour

que nous puissions anticiper les exigences

légales qu’ils devront respecter.

En collaboration avec les services techniques

des communes, nous assurons la sécurité de

tous types d’installation. Nous avons même

créé le label «Sécher Spillplaz» garantissant

la sécurité des aires de jeux!

OS: Pour la mise en conformité de

bâtiments existants, notre rôle est de

vérifier les installations, puis en fonction

de notre bilan et du type de bâtiment en

question nous collaborons avec les autorités

compétentes pour trouver des mesures

compensatoires et équivalentes à celles

qui auraient été exigées pour une nouvelle

construction.

Vous réalisez également des interventions

d’urgence…

GB: Notre objectif est avant tout d’assurer

le bon développement des infrastructures

communales et étatiques. Si un contrôle –

destructif ou non destructif – du respect des

règlementations et normes techniques en

vigueur est réalisé dès la mise en place de

ces infrastructures, cela diminue le risque

d’intervention, de réparation et donc de

pertes opérationnelles par la suite.

OS: Si toutefois ces infrastructures

s’avéraient défaillantes, nous intervenons

en urgence et aidons les communes à

identifier les mesures qui s’imposent pour

limiter l’impact sur l’environnement et les

conseiller quant à la résolution définitive

du problème. Dans le cas d’une pollution

accidentelle d’un terrain, nous pouvons

aider les communes en réalisant un suivi

et une assistance lors de la dépollution

du terrain concerné. A travers notre

laboratoire, nous réalisons par ailleurs tous

types d’analyses d’eau et des sols. n

40 ans au service de la sécurité

Contrôles, inspections, analyses et certifications.

Depuis plus de 40 ans, Luxcontrol

agit pour la préservation de la qualité de vie.

Chaque jour, ses collaborateurs s’engagent

pour garantir des constructions conformes,

une activité industrielle sans risques, un

environnement durable, un encadrement

sportif fiable, une hygiène alimentaire

irréprochable, des écoles et des aires de jeux

sécurisées pour les enfants.

Luxcontrol offre également des formations

et des services de conseil et d’assistance,

dispose d’un laboratoire chimique et intervient

comme bureau technique dans l’homologation

automobile. Au total, près de 180 prestations

différentes sont proposées.

Ouverte sur le monde, en constante évolution

et présente dans quatre pays (Luxembourg,

Chine, Japon, USA), l’entreprise veut être pour

ses clients un partenaire et un apporteur de

solutions.


56 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 221 - AVRIL 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

L’information

géographique 3.0

En tant que gestionnaire des documentations foncières et

cartographiques de référence, l’Administration du Cadastre

et de la Topographie (ACT) met à disposition les géodonnées

indispensables à toute planification touchant à l’aménagement

général du territoire et permet le fonctionnement du marché

immobilier grâce à une gestion efficace de la propriété

foncière. L’ACT est donc à la fois le gestionnaire de la propriété

immobilière et le fournisseur des données géographiques

au Luxembourg. Interview croisée du directeur Alex Haag,

ingénieur géomètre aux 28 ans de maison, et de son adjoint,

Bernard Reisch, ingénieur topographe qui en affiche 27.

Quelles sont les missions principales de

l’ACT?

AH: Nous pourrions les diviser en trois grands

volets. Le premier concerne la création,

la gestion, la mise à jour et la diffusion des

documentations foncières et cartographiques

officielles au Luxembourg. Le deuxième

relève de la mensuration officielle réalisée par

les géomètres et le dernier gère les réseaux

géodésiques nationaux.

BR: Outre la direction, l’administration

qui compte quelques 130 personnes

est organisée en trois départements qui

regroupent sept divisions, eux-mêmes

subdivisés en différents services.

Le département du cadastre s’occupe

des divisions de la mensuration officielle,

des mutations cadastrales, du cadastre

vertical et de la conservation. Celui des

services centraux regroupe les services

administratifs et techniques. Et enfin le

département de la topographie réunit la

cartographie et la géodésie.

Comment pourrait-on présenter votre

administration?

AH: Le cadastre est un enfant de la Révolution

française, et ce, à des fins de contributions

dans ce qui était alors le Département des

Forêts. Après la domination française, c’était

un décret du Roi des Pays-Bas du 6 avril 1816

qui ordonna la continuation des mensurations

cadastrales qui aboutirent en 1830. Nous

connaissons donc depuis lors, tous les

propriétaires du Grand-Duché.

À la Première Guerre mondiale, l’impôt

foncier a laissé place à l’impôt sur le revenu

et le cadastre a joué un rôle moins important

dans le volet fiscal. Ce qui était encore un

département des contributions devient,

après la Seconde Guerre mondiale, une

administration autonome. C’est à ce momentlà

que la technique s’y est développée.

“L’interconnexion

entre la technique

et l’informatique

est toujours plus

importante”

Qu’est-ce que le Géoportail?

BR: À la fin des années 2000, ce

n’était encore qu’un projet interne à

l’administration. La directive européenne

«Inspire» de 2007, qui visait à établir une

infrastructure d’information géographique

harmonisée pour favoriser la protection

de l’environnement, a néanmoins changé

la donne.


LG

BEST OF & GUIDE 2019

57

Alex Haag et Bernard Reisch


58 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 221 - AVRIL 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Nous avons donc utilisé le Géoportail que

nous avions déjà développé en interne pour

le rendre accessible à tous. Le Géoportail

national officiel du Grand-Duché de

Luxembourg est une plateforme officielle

étatique qui a pour but de rassembler,

décrire et servir les géodonnées officielles

du pays. On y retrouve des cartes et

divers portails cartographiques avec des

centaines de couches de données couvrant

des sujets divers, allant de l’arrièrefond

topographique, l’environnement,

le cadastre, l’eau, l’infrastructure,

l’aménagement du territoire au tourisme et

à l’agriculture. Une boutique en ligne offre

des cartes, banques de données, données

raster et vecteur, extraits cadastraux ainsi

que d’autres produits issus du monde

des géodonnées. On peut également y

retrouver un catalogue, des services en

ligne, un «crowd editing» (pour créer ses

propres cartes), et bien d’autres choses

encore.

Il est au service de tous, du citoyen au

développeurs web, en passant par les

administrations et ministères.

Quels impacts ont eu les évolutions

technologiques dans vos activités?

BR: La première grande révolution a été

le GPS qui permet désormais à tout un

chacun de créer des données localisées.

Nous utilisons actuellement le service de

positionnement par satellites (SPSLux)

composé de six stations GPS permanentes

et fixes qui permet d’améliorer la précision

de la localisation par GPS par la méthode

du mesurage différentiel (DGPS). Ce

procédé permet de réaliser des localisations

de précision au centimètre près et en temps

réel pour les utilisateurs professionnels

du secteur civil. Nous devrions l’année

prochaine migrer vers Galileo qui est le

système de positionnement par satellites

(radionavigation) développé par l’Union

européenne.

La cartographie a également sensiblement

changé au cours de la dernière décennie.

Utilisée pendant des siècles sous forme de

simple carte sur papier par une minorité

d’initiés, la cartographie s’est développée

en quelques années vers un outil universel

performant appelé système d’information

géographique (SIG). Il y a 30 ans à peine,

il fallait un plan et des épingles là où le

LiDAR permet désormais de réaliser un

balayage aérien laser en 3D.

“Nous disposons

d’une banque

de données

volumineuse

de deux siècles

que nous avons

digitalisée dans

les années 2000”

Je me souviens encore de la première fois

que nous avons découvert Google Earth.

Les professionnels que nous étions avions

le sentiment d’avoir été dépassés au cœur

de notre métier de topographe. C’était

alors un formidable moteur d’amélioration

et nous sommes fiers d’avoir, quelques

années plus tard, pu vendre nos données

topographiques à Google.

L’interconnexion entre la technique et

l’informatique est toujours plus importante

dans notre domaine et c’est pourquoi il

faut que plus de jeunes s’immiscent dans

l’ingénierie. Car force est de reconnaître

notre mal à trouver une relève de talents.

AH: Le plan cadastral a lui aussi connu

ses évolutions techniques. Nous disposons

d’une banque de données volumineuse

de deux siècles que nous avons digitalisée

dans les années 2000 déjà. Nous sommes

aujourd’hui le seul cadastre en Europe,

cohérent, référencé et géographiquement

en continu où toutes les parcelles se

touchent sans qu’aucune ne se superpose

ou ne laisse de clivage entre elles.

Quelles sont les nouvelles législations

qui vous ont impactées?

AH: Il y a eu tout récemment l’entrée

en vigueur du règlement grand-ducal

concernant la diffusion des produits

cadastraux datant du 10 août 2018 qui

entend accorder au citoyen un droit d’accès

aux informations de l’administration. Juste

auparavant, il y a eu le RGDP (règlement

général sur la protection des données);

dans la mesure où nous assurons la mission

légale de publication de l’information

foncière depuis longtemps, il nous a été

relativement facile de nous y conformer.

Une restriction encadre néanmoins les

demandes de propriétaires en masse,

pour les informations de toute une rue

par exemple, pour lesquelles il faut une

attribution légale de la part du demandeur.

Nous avons également dû nous conformer

à la directive PSI (Public Sector

Information) qui vise à fixer un ensemble

minimal de règles concernant les moyens

pratiques destinés à faciliter la réutilisation

de documents existants détenus par des

organismes des États membres de l’Union

européenne.

Dans l’élaboration du règlement du

10 août 2018, nous avons aussi suivi les

recommandations gouvernementales en

matière de «digital first» et «once only».

Cette dernière entend à ce que ce soit

les administrations, et non les citoyens,

qui aillent chercher l’information où elle

se trouve. Les administrations peuvent

donc télécharger nos informations dans

un système open data, gratuitement et de

manière digitale via le Géoportail.

Un dernier mot quant à notre tarification.

Bien que la profession eut été libéralisée,

le cadastre continue de réaliser des

mensurations officielles pour lesquelles

il facture ses prestations. Dans la mesure

où nos tarifs étaient deux fois inférieurs

à ce qui était pratiqué dans le privé, nos

tarifs ont été adaptés en 2018. Car plus de

50% de la production de la mensuration

officielle se fait désormais par le privé. n

Administration du Cadastre

et de la Topographie

54 Avenue Gaston Diderich

L-1420 Luxembourg

www.act.public.lu

www.geoportail.lu


Acteur incontournable

de l’habitat social depuis 40 ans

Maisons unifamiliales à Senningerberg

réalisées en collaboration avec la commune de Niederanven


60 LG

BEST OF & GUIDE 2019

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Marinho Steel

étend son offre

Spécialisée dans le négoce de produits métallurgiques,

Marinho Steel a fêté dixième anniversaire en janvier dernier.

Avec près d’une décennie d’expérience, Manuel Marinho,

gérant de la société, tire un bilan positif de l’ensemble de

son activité. L’entreprise ne compte pourtant pas s’arrêter

là et souhaite étendre son offre de services en misant sur

la construction modulaire et sur la sous-traitance de la

fabrication de structures métalliques et de serrurerie tels que

garde-corps, escaliers,…

Deux nouvelles offres…

L’arrivée progressive des constructions

modulaires a changé les approches de

plusieurs domaines et notamment celui de la

construction. «Nous sommes actuellement

en train de développer ce service pour

étendre nos activités et ces édifices

s’inscrivent dans un principe qui prend de

plus en plus d’ampleur: l’économie circulaire.

Elles présentent plusieurs avantages.

D’abord une constru-ction modulaire coûte

relativement moins cher qu’un bâtiment en

construction traditionnelle. Puis, comme

son nom l’indique, elle est complètement

modulable, il est donc très facile de s’adapter

en fonction des demandes, sans parler de la

rapidité d’exécution et de montage. Enfin, le

fait d’être entièrement démontable permet

la réutilisation de tous ses matériaux et

matières premières pour une installation

future. En plus, nous constatons une

augmentation de la demande concernant

le modulable», explique Manuel Marinho,

gérant de la société.

Très souvent, ces ouvrages prennent la

forme de conteneurs et ils restent idéaux

pour les bâtiments qui doivent être réalisées

très rapidement comme des baraquements

de chantiers. «Ces structures clés en

main peuvent également servir pour bâtir

des crèches ou encore des écoles. Elles

permettent de répondre à tous types de

demandes».

Manuel Marinho tient à également à

évoquer un second volet important qui

contribuera au développement de son

entreprise: la sous-traitance et fabrication

de structures métalliques et de serrurerie

tels que des garde-corps etc. Cette activité

a déjà pris forme sur le terrain puisque

la société spécialisée dans le négoce de

produits métallurgiques a déjà réalisé

des projets de grande envergure au

Luxembourg.

…et des activités historiques renforcées

Ces deux nouvelles activités reposent

sur l’acier, une matière première qui se

retrouve presque dans tous les produits

du quotidien. «Un fauteuil de bureau, un

caddie du supermarché, un ascenseur, la

structure d’un bâtiment, un panneau de

signalisation,… tout est en acier et ces

biens matériels sont pour beaucoup issus

de produits que nous vendons», indique

Manuel Marinho. Mais les extensions

de son offre n’ont été possibles qu’en

renforçant ses activités traditionnelles,

dans un marché à la fois local mais qui a

réussi à s’étendre et à s’implanter à l’échelle


européenne: de la France à l’Angleterre en

passant par le Portugal, les pays nordiques,

la Suisse ou encore l’Espagne. «Nos

avantages et notre ligne de conduite? Offrir

les meilleurs services aux professionnels,

cela au meilleur prix et dans les meilleurs

délais», résume Manuel Marinho.

Ses principaux produits se déclinent sous

trois formes. D’abord, les tubes en acier,

qui sont très souvent utilisés dans les

constructions et l’architecture, puisqu’ils

s’adaptent à quasiment tous les domaines…

pêle-mêle: sécurité dans les bâtiments,

machines agricoles, éclairage public ou

encore les rouleaux de manutention. «Les

poutrelles en acier représentent la deuxième

autre grande partie de notre catalogue.

Elles aussi sont destinées à la construction

métallique mais pas uniquement, car elles

s’adressent également à d’autres utilisations

comme les travaux d’étaiements ou les

travaux publics», détaille le gérant. Enfin,

Marinho Steel propose également des tôles

en qualités, formats et épaisseurs très variées.

“L’économie

circulaire,

un principe qui

prend de plus

en plus d’ampleur”

Une adaptation à sa clientèle

En plus de ces trois produits phares,

Marinho Steel peut aussi fournir d’autres

matériaux tels que les laminés marchands,

le fil machine ou les produits refendus.

«Nous sommes très flexibles et nous

attachons une très grande importance aux

différentes demandes des clients en leur

proposant des produits prêts à l’emploi.

Ils peuvent directement être assemblés ou

montés, ce qui leur fait gagner du temps

tout en leur permettant de réaliser des

Marinho Steel Trading

10, rue de l’industrie

L-4991 Sanem

www.marinhosteel.com

Manuel Marinho

économies substantielles. Finalement, nous

sommes toujours à l’écoute des clients pour

trouver les solutions les plus adéquates».

Les collaborateurs de la société entretiennent

un contact permanent avec les

usines sidérurgiques et avec chacun de

leurs partenaires. Cette étroite relation

permet à Marinho Steel d’être sans cesse

informée des évolutions du secteur ou

de la qualité de telle ou telle matière. Et

pour cause, la société vise la proximité et

la compréhension des besoins spécifiques

d’une clientèle dense et variée. n


62 LG

BEST OF & GUIDE 2019

SOCIÉTÉ

VENDREDI 12 JUILLET 2019

L’AIS s’implante à l’EST

L’Agence Immobilière Sociale a inauguré, le 12 juillet 2019, son antenne Est à

Wasserbillig. L’ancienne douane à la frontière allemande, réaménagée en locaux a

été présentée aux ministres Sam Tanson (Logement) et Corine Cahen (Famille), au

bourgmestre de Mertert-Wasserbillig, Jérôme Laurent, et à une foule de curieux.

Avec son siège à Luxembourg-Hamm et des bureaux à Rodange, Hosingen et

désormais à Wasserbillig, l’AIS est un acteur d’ancrage local qui se veut au plus

proche des locataires, des communes et des besoins. Instrument de lutte contre

l’exclusion sociale liée au logement, son objectif est de réinsérer les personnes en

situation de précarité.

L’Agence Immobilière Sociale et son gestionnaire, la Fondation pour l’Accès au

Logement, fêteront cette année, leur dixième anniversaire. Œuvrant à l’inclusion

sociale par le logement, l’AIS gère actuellement 535 propriétés qu’elle met à la

disposition de personnes en difficulté.

Son cœur de métier est de transformer des logements inoccupés en logements

sociaux mis à la disposition de personnes à revenus modestes. Dans la mesure où

c’est le nom de l’AIS qui est inscrit sur le bail, c’est elle qui paie le loyer tous les mois

et les propriétaires n’ont pas de relation directe avec les occupants. Une garantie

contre tout défaut de paiement mais aussi d’un bon état des lieux, d’un entretien et

même d’une éventuelle rénovation. Le propriétaire peut bien évidement récupérer

son bien en cas de besoin.

Depuis dix ans, plus de 260 ménages ont ainsi été réinsérés sur le marché classique

de l’immobilier et 10% d’entre eux sont même devenus propriétaires.

1. Sam Tanson, ministre du Logement et ministre de la Culture

2. Gilles Hempel, directeur de l’Agence Immobilière Sociale (AIS) et de la Fondation pour l’accès au logement

3. Marco Hoffmann, président de la Fondation pour l’accès au logement

4. Jérôme Laurent, bourgmestre de Mertert-Wasserbillig

5. Corine Cahen, ministre de la Famille et de l’Intégration et ministre à la Grande Région


LG

BEST OF & GUIDE 2019

63

1

2

3

4

5


64 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 224 - JUILLET/AOÛT 2019

SOCIÉTÉ

La nouvelle voix

des salariés

L’année écoulée a été particulièrement chargée pour Nora

Back. A la une de tous les médias du pays, la jeune syndicaliste,

candidate à la présidence de l’OGBL en décembre, vient

d’être élue présidente de la Chambre des salariés (CSL) en

juin. Ayant pris ses premières marques, elle nous parle de son

parcours et de ses ambitions à ce poste. Explications.

Une ascension fulgurante

Après avoir poursuivi des études à

l’Université de Bruxelles en psychologie

du travail, Nora Back trouve un premier

emploi au sein d’une banque belge, dans

un département dédié au bien-être de

ses collaborateurs. Lorsque l’entreprise

luxembourgeoise Quest vient recruter de

jeunes talents au Luxembourg, la jeune

femme y voit l’opportunité d’aborder une

autre facette de son métier, davantage

commerciale, et de revenir au Luxembourg;

elle accepte donc l’offre.

En 2004, elle postule spontanément à

l’OGBL. Nora Back l’intègre, en tant que

secrétaire centrale adjointe du syndicat de

la santé et des affaires sociales avant de

devenir elle-même responsable du poste

quelques années plus tard. Dans un premier

temps sous la tutelle d’André Roeltgen, elle

négocie les conventions collectives, encadre

les délégués du personnel, organise les

formations, maintient un contact avec les

salariés, discute avec eux de tous les aspects

de leur travail,…

Il y a cinq ans, lors du congrès national de

l’OGBL, Nora Back est également élue au

bureau exécutif du syndicat, en parallèle

des responsabilités qu’elle assume dans le

secteur de la santé. D’abord responsable

de la supervision de la loi sur le temps de

travail, elle gère depuis lors le département

des femmes, celui de la fonction publique

et de la formation professionnelle continue.

En 2018, elle devient secrétaire générale de

l’OBGL, mais bien que ce poste la destine

à long terme à la présidence du syndicat,

Nora Back ne s’attend pas à la rapidité avec

laquelle les événements s’enchaineront. Elle

explique: «André Roeltgen prévoyait de me

céder la présidence après une transition de

quelques années où il prendrait le temps

de me former à ce poste. Les dernières

élections ont accéléré ce processus, suite à

quoi j’ai été élue à l’unanimité en tant que

présidente de la Chambre des salariés».

“Les inégalités

économiques

et sociales seront

toujours notre axe

principal de travail”

Malgré la surprise, Nora Back assume

très vite ses responsabilités et apprend à

connaitre les rouages de la Chambre des

salariés en un temps record, elle qui n’y

a adhéré que lors de sa présentation aux

élections. «L’équipe est formidable et m’a

offert un très grand soutien. Jean-Claude

Reding m’a beaucoup épaulée et grâce

à son tempérament calme et ambitieux,

je n’ai jamais douté de notre réussite»,

témoigne-t-elle.

Parler au nom des travailleurs

La nouvelle présidente de la Chambre des

salariés entend garantir une continuité

dans sa gestion tout en améliorant sa

visibilité auprès des employés. La CSL

est en effet une institution qui porte

leurs voix au Luxembourg et avise les

projets de lois relatifs au travail proposés

à la Chambre des députés. Les salariés,

pensionnés et leurs familles ont ainsi la

possibilité de s’exprimer par rapport aux

futures prises de décisions politiques.

Elle peut également proposer des axes de

développement et de nouvelles législations

de manière proactive.

Avec 50.000 personnes formées au

cours des cinq dernières années, la CSL

assume par ailleurs, à côté de son rôle


dans la formation initiale, une mission de

formation continue. En tant que plus grand

organisme de formation au Luxembourg,

elle développe des partenariats (Université

du Luxembourg, universités étrangères,

Digital Inclusion asbl,…) pour proposer

des cursus à tous types de publics, que ce

soient les salariés, pensionnés, réfugiés,

personnes défavorisées,…

Lutter contre les disparités

Selon Nora Back, les inégalités économiques

et sociales seront toujours l’axe principal de

travail des syndicats et de la Chambre des

salariés. Le climat économique favorable

du Luxembourg donne parfois la fausse

impression que le pays est à l’abri de ces

différences, pourtant, on les retrouve au

niveau de la redistribution des richesses et

des gains de productivité fournis par les

salariés à tous niveaux; entre les salaires

masculins et féminins à un même poste

où le Luxembourg affiche encore 5,5%

d’écart; entre frontaliers et résidents, au

niveau de l’imposition, des prestations

familiales et des pensions,…

Différentes actions ont été dégagées par

la CSL pour les contrer. Son comité à

l’égalité est impliqué dans la préparation du

plan d’action national de la ministre Taina

Bofferding pour imaginer des stratégies

qui pourraient faire évoluer les mentalités

et favoriser l’obtention de l’équilibre

salarial entre les femmes et les hommes.

Par ailleurs, au travers de son «Panorama

social», la Chambre thématise, illustre et

dénonce les inégalités pour tenter des les

Nora Back

enrayer. On y retrouve des informations

chiffrées et percutantes: «18,7% de la

population vit aujourd’hui sous le seuil de

pauvreté, notamment un jeune sur cinq est

touché! Le panorama de cette année nous

montre également que plus de 40% des

familles monoparentales connaissent la

même situation. Nous tentons par exemple

de contrebalancer ces inégalités par des

revendications, visant à donner davantage

de pouvoir d’achat aux bas salaires».

Ce panorama social est présenté lors d’une

conférence de presse fortement médiatisée

qui montre les facettes de ces déséquilibres.

Les newsletters de la CSL contribuent

quant à elles à mettre en évidence les

chiffres issus du «Panorama social» en les

publiant au fur et à mesure, sur une période

d’un an.


66 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 224 - JUILLET/AOÛT 2019

SOCIÉTÉ

Améliorer le bien-être au travail

Le sujet du bien-être est également un lieu

d’inégalités entre les salariés quant à leur

environnement professionnel. Depuis 2012,

la Chambre des salariés publie une fois par

an le «Quality of Work Index» qui met en

avant les sujets préoccupant les employés.

Cette étude est réalisée sur base d’un

panel de 1.500 participants, échantillon

jugé scientifiquement représentatif par

l’Université du Luxembourg, dans ce cadre

partenaire de la CSL. «Cette étude nous

permet d’avoir une idée représentative

du monde du travail luxembourgeois du

point de vue des salariés ainsi que des

problématiques qui les touchent», explique

Nora Back.

Chaque année l’étude est axée sur une

théma-tique particulière. Par exemple,

une des études avait porté sur le

harcèlement moral au travail également

appelé «Mobbing». «Pour avoir rédigé

mon mémoire de fin d’études à ce sujet,

c’est une thématique qui m’intéresse

particulièrement. Dans cette enquête,

nous avons observé une croissance du

harcèlement, même si cela est difficilement

chiffrable. Celui-ci découle par exemple des

horaires de travail et de la difficulté d’opérer

une scission entre vie professionnelle et vie

familiale. Notre lieu de travail est l’endroit

que nous fréquentons le plus tout au long

de notre vie et parfois, c’est ce même lieu

qui nous rend malade. Nous ne devons

pas l’accepter», déclare la présidente de la

Chambre des salariés.

“Une idée

représentative

du monde du travail

luxembourgeois

du point de vue

des salariés”

L’année dernière le Quality of Work

Index portait sur la digitalisation et les

problématiques qui en découlaient. Les

salariés ont par exemple des difficultés à

faire valoir leur droit à la déconnexion

car les employeurs exigent d’eux une

certaine flexibilité. Or, celle-ci implique

une grande charge mentale devenant par la

suite une source de stress pour l’employé.

Cette année l’étude porte sur la flexibilité

des heures de travail, contre laquelle

la Chambre des salariés lutte: «Nous

demandons une prévisibilité des horaires

de manière à ce que les employés ne soient

pas à la merci d’un employeur décidant

imprévisiblement de leurs horaires. Cela

permettrait aux salariés d’opérer une

meilleure séparation entre vie privée et

professionnelle. Ce défi s’intensifiera sans

doute avec la généralisation de formes

courtes de contrats (l’enchainement de

CDD, contrats intérimaires,…). Les

résultats de l’étude seront présentés fin

novembre». n


68 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 222 - MAI 2019

ECONOMIE

SIEG ou les synergies

économico-juridiques

Afin de protéger certains secteurs ou régions fragilisées,

l’Union européenne a mis en œuvre des politiques qui

dérogent au principe de libre concurrence. Les Services

d’Intérêt Économique Général désignent les services de

nature économique que les États membres ou la Communauté

soumettent à des obligations spécifiques de service public

en vertu d’un critère d’intérêt général. Dans la mesure où

la gestion des SIEG peut être confiée à une entreprise, la

stratégie économique nécessite d’être établie à la lumière du

conseil juridique. Interview croisée de Philippe Wery, CEO

d’Arendt Business Advisory, et Maître Philippe-Emmanuel

Partsch, Partner de l’Etude Arendt & Medernach.

Quelle est l’utilité des SIEG?

P-E P: Ces services économiques assurés

par des entreprises représentent un intérêt

particulier pour la population. L’Etat, mais

aussi les pouvoirs territoriaux comme les

communes, peuvent décider d’offrir ces

services à tarifs réduits ou même gratuitement.

Le service peut être à destination de personnes

cibles comme les personnes âgées ou à

mobilité réduite ou encore à l’ensemble de

la population, auquel cas le prestataire sera

dans l’impossibilité de refuser certains clients.

Toutes ces exigences sont reprises dans le

cahier des charges de l’exécutant.

PW: Les SIEG permettent de combler une

défaillance du marché afin de subvenir aux

besoins de la population. Dans la mesure où

certaines zones géographiques mais aussi

certaines catégories de citoyens ont été

délaissées par les mécanismes du marché,

les pouvoirs publics s’interrogent sur ce qui

doit rester sous l’égide régalien et ce qui

peut être réalisé par le secteur privé.

De quels genres de services s’agit-il?

P-E P: Ce sont des services à vocation

universelle. On pense bien évidemment aux

transports publics, disponibles à l’ensemble

de la population, sur tout le territoire et de

manière continue. Il en va aussi des soins de

santé dont les services de base sont encadrés

par un barème de prix et où les hôpitaux

sont soumis à l’obligation de soigner toutes

personnes se présentant à eux.

Les SIEG sont aussi à destination des

catégories de personnes vulnérables qui

ne peuvent se payer le service au prix du

marché. La dématérialisation des services

publics pose aussi la question de la

formation des populations, et notamment

vieillissantes, aux nouvelles technologies.

Des stages pourraient être organisés par

des professionnels comme les centres

technologiques ou de formations et

financés en partie ou en totalité par les

pouvoirs publics. Le prestataire mandaté

perçoit alors des compensations des services

publics à hauteur des coûts occasionnés par

les contraintes.

PW: Prenons l’exemple du secteur

du transport pour lequel les zones

géographiques isolées et peu peuplées ne

sont commercialement pas rentables pour

les opérateurs. Il existe des systèmes comme

le RGTR qui permettent au travers d’une

intervention publique, d’assurer un service

aux populations. Ces politiques publiques

aspirent donc à un traitement égalitaire des

citoyens.

Dans la mesure où il s’agit de droit

européen, nos offres de services s’étendent

au continent. Les membres d’Arendt

Business Advisory ont déjà travaillé sur le

transport public et le transport spécifique de

certaines populations comme par exemple

les personnes à mobilité réduite, sur les

télécommunications, l’administration de

l’emploi, le domaine environnemental,

l’efficacité énergétique et le domaine de

la santé que ce soit au Luxembourg ou à

l’étranger.

Les conseils stratégiques, économiques,

financiers et commerciaux d’Arendt

Business Advisory s’appuient donc sur

l’Etude d’Arendt & Medernach?

PW: Ce genre de partenariat entre le

public et le privé requiert une rigueur

des prévisions économiques mais aussi

une grande technicité du droit. Cette

combinaison est garante de la création des

services, des règles d’attributions, du juste

calcul de la compensation et du retour

d’expérience.

Arendt Business Advisory estime

le différentiel entre les coûts de

fonctionnement des entreprises en charge

du service public, les revenus qu’elles

génèrent et la marge raisonnable de leur

bénéfice. Nous évaluons ensuite le montant

de la compensation publique, en évitant

qu’elle ne soit excessive mais tout en assurant

un bénéfice raisonnable à l’entreprise.

Chez Arendt, les grandeurs chiffrées

rejoignent le travail juridique, ce qui

laisse une grande marge de manœuvre


aux pouvoirs publics, à qui il incombe

d’identifier les besoins de la population et

les standards de prestation.

Comment vérifier la qualité du service

presté?

P-E P: La définition du service d’intérêt

général, son niveau de prestation et la marge

de manœuvre laissée à l’appréciation de

l’opérateur relèvent des pouvoirs publics. Le

cahier des charges peut être extrêmement

strict auquel cas l’entreprise n’est qu’un simple

exécutant mais les pouvoirs publics peuvent

aussi considérer que l’entreprise est la mieux

placée pour gérer et améliorer le service. Des

incitants peuvent en outre être instaurés. Si

l’entreprise arrive à atteindre des objectifs

quantitatifs ou qualitatifs, comme par exemple

diminuer son coût de fonctionnement, elle

peut bénéficier d’une prime supplémentaire

ou d’une revalorisation de la compensation.

Bien évidemment, tout cela demande des

audits de vérification.

“Chez Arendt,

nous favorisons

les synergies

des compétences

économiques

et juridiques”

PW: Arendt Business Advisory aide sur le

choix de la meilleure formule à long terme.

Il faut alors prendre en compte le nombre de

citoyens bénéficiaires, les heures prestées,

les objectifs à atteindre, etc. La gestion

convenable de l’activité, de ses coûts et de

sa qualité est vertueuse car en cas contraire,

le remboursement des aides accordées peut

être demandé; d’où l’importance d’être

bien accompagné. L’entreprise doit parfois

investir en matériel, en infrastructure,

Philippe Wery et Maître Philippe-Emmanuel Partsch

en personnel et mérite des garanties mais

l’usager et les pouvoirs publics aussi. Tout

le monde peut en tirer bénéfice à condition

d’établir un triangle solide et vertueux.

La combinaison entre Arendt Business

Advisory et l’Etude Arendt & Medernach

favorise les synergies des compétences

économiques et juridiques. Dans la mesure

où les marges de manœuvre juridiques

sont mouvantes d’un secteur à l’autre, nous

pouvons tester différents modèles et fournir

au client plusieurs propositions en garantissant

l’homogénéité économico-juridique. C’est un

confort intellectuel et opérationnel qui est

unique au Luxembourg voire en Europe.

Notre institut de formation, Arendt Institute,

organise le 10 décembre une formation dédiée

aux SIEG. Toutes les informations sont

disponibles sur www.arendt.com/institute. n


70 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

ECONOMIE

Les immigrants hautement

qualifiés, un enjeu vital

pour notre économie

De mai 2018 à mars 2019, le Luxembourg Institute of Socio-

Economic Research (LISER) a organisé une série de cafésdébats

ouverts au public et intitulés «Science & Société».

Parmi les thèmes abordés figuraient celui des immigrants

hautement qualifiés. Pourquoi leur présence est-elle devenue

si nécessaire au développement économique du Luxembourg?

Éléments de réponse avec Joël Machado, chercheur spécialisé

dans les questions migratoires au LISER.

Chaque année, les États-membres de

l’UE – sauf le Danemark, l’Irlande et le

Royaume-Uni – délivrent des milliers de

Cartes Bleues européennes qui donnent à

des personnes hautement qualifiées de pays

tiers le droit de résider et de travailler dans

un pays de l’Union. Les seules conditions

à remplir sont qu’elles possèdent des

qualifications professionnelles élevées

ainsi qu’un contrat de travail ou une

offre d’emploi ferme assorti(e) d’un

salaire supérieur à la moyenne du pays

de l’Union où se trouve le poste. Les plus

Joël Machado


LG

BEST OF & GUIDE 2019

71

grands pourvoyeurs de Cartes Bleues sont

l’Allemagne, la France, la Pologne et… le

Luxembourg. En 2018, le pays a délivré

944 Cartes Bleues contre 639 en 2016,

soit une augmentation de plus de 50% en

deux ans à peine 1 ! Plus significatif encore,

le nombre de premiers titres de séjour

représentait plus de la moitié des Cartes

Bleues 2 en 2018.

Rester compétitif dans la course aux

talents internationaux

Pour Joël Machado, cette demande très

forte d’immigrants hautement qualifiés

au Grand-Duché s’explique pour deux

raisons principales. «Comme la plupart

des pays en Europe, le Luxembourg voit

son économie se digitaliser de plus en

plus et a besoin de profils très spécialisés,

principalement dans l’informatique et

la finance. En parallèle, l’importante

croissance économique du pays durant

ces dernières décennies a peu à peu vidé

le bassin traditionnel de l’emploi qu’a été

jusqu’il y a peu la Grande Région. Trouver

des travailleurs avec des qualifications

professionnelles élevées dans un proche

périmètre devient de plus en plus difficile

et les entreprises démarchent de plus en

plus à l’international. C’est aussi une des

raisons pour lesquelles l’UE a adopté en

2009 ce système de Cartes Bleues, inspiré

par les «green cards» aux États-Unis, pour

rendre le marché européen plus attractif

et plus visible pour ces types de profils.

La pénurie de main d’œuvre hautement

qualifiée ne touche pas seulement le

Luxembourg mais l’ensemble des pays de

l’Union».

“La présence

d’immigrants

hautement

qualifiés

au Grand-Duché

va s’intensifier

dans les années

à venir”

Dans les secteurs de pointe, l’Europe

reste en effet moins attractive que les

États-Unis et ses pôles de compétences

ont du mal à rivaliser avec une

technopole comme la Silicon Valley en

Californie. Le problème se complique

d’autant plus pour le Luxembourg que

celui-ci est également en compétition

avec d’autres pays européens. «Même

si son offre culturelle et sa vie nocturne

restent très limitées par rapport à des

capitales comme Paris ou Berlin, le pays

dispose néanmoins de nombreux atouts

à faire valoir», estime Joël Machado.

«Les conditions de vie y sont très

bonnes, à la fois en matière de sécurité,

de l’environnement et du système de

santé, et le Luxembourg a la réputation

d’être très ouvert et multiculturel.

En outre, le Grand-Duché reste une

grande place financière internationale

et se positionne de plus en plus comme

une startup nation. Ce n’est pas un

hasard si le Luxembourg se classe en

10 e position sur 119 pays analysés dans

le 2018 Global Talent Competitiveness

Index de l’INSEAD».

Des bénéfices mais aussi des risques

Mais quelles vont être les conséquences

potentielles de la sélection accrue de

travailleurs pour les différents acteurs de la

société luxembourgeoise? Quels seront les

bénéfices et les risques? «Les travailleurs

hautement qualifiés sont souvent

complémentaires aux travailleurs locaux»,

analyse Joël Machado. «Ils permettent

une hausse de la productivité et génèrent

un impact fiscal potentiellement plus

avantageux. Le revers de la médaille, c’est

que cette immigration peut être perçue

de manière négative par une partie de la

population qui se sent perdue et perdante

dans ce nouvel ordre économique avec,

d’un côté, des étrangers très qualifiés

et aux revenus élevés et, de l’autre, des

locaux moins qualifiés et parfois en voie

de paupérisation. Un important travail de

communication reste à faire à ce niveau-là».

Un autre défi que devront également

relever les politiques dans les années à

venir a trait à l’immobilier et à la mobilité.

«Les prix continuent d’augmenter

à Luxembourg-Ville», poursuit Joël

Machado. «De plus en plus de résidents, y

compris les immigrants hautement qualifiés

toujours plus nombreux sur notre territoire,

ont tendance à habiter loin de la capitale,

et notamment dans le Nord où le potentiel

de croissance du parc immobilier reste

important. Cette migration interne aura

inévitablement des conséquences sur le

trafic automobile qui sera de plus en plus

congestionné si aucune mesure n’est prise».

Reste enfin la question linguistique.

La plupart des travailleurs hautement

qualifiés qui bénéficient de la Carte Bleue

proviennent dans la grande majorité de

l’Inde, des États-Unis, de la Chine et de la

Russie et tous parlent davantage l’anglais

qu’une des trois langues nationales. «C’est

un phénomène inéluctable», conclut Joël

Machado. «Notre pays s’internationalise

de plus en plus et l’anglais est la langue

internationale par excellence». n

[1] Source: rapport annuel 2018 du Ministère des Affaires

étrangères et européennes.

[2] Le premier titre de séjour pour travailleur salarié hautement

qualifié est valable pour une durée de quatre ans et peut être

renouvelé plusieurs fois de manière consécutive.


72 LG

BEST OF & GUIDE 2019

SANTÉ

L’objectif

du développement national

Offrir une large gamme de services à une clientèle aussi large

que variée, tel est l’objectif de la société familiale Päiperléck,

notamment spécialisée dans l’aide et les soins à domicile.

Après dix années d’existence, Stéphanie Hein, directrice

générale de Päiperléck, présente les différents projets qui

visent à développer sa société sur l’ensemble du territoire

grand-ducal, tant au niveau des infrastructures que des

solutions proposées.

Comment a été créée la société Päiperléck?

Päiperléck est une entreprise familiale

fondée en 2009. Nous travaillons dans le

domaine de la santé. Contrairement aux

idées reçues, notre activité ne concerne

pas seulement les clients seniors, mais tout

type de personnes: les femmes enceintes,

les enfants malades, les personnes

handicapées,… L’aide et les soins à domicile,

Stéphanie Hein


LG

BEST OF & GUIDE 2019

73

les maisons de retraite ainsi que les foyers

de jour sont les trois volets principaux

que nous couvrons dans nos missions

quotidiennes. Nous sommes également

le deuxième acteur luxembourgeois qui

propose des soins à domicile de nuit entre

22 et 6 heures du matin.

Quelles sont les parties du territoire

luxembourgeois couverts par votre

société?

Nous sommes présents sur l’ensemble

du pays en ce qui concerne le volet des

aides et des soins à domicile, avec des

antennes à Lamadelaine, Diekirch, Aspelt

et Bettembourg. Päiperléck exploite aussi

quatre résidences qui fonctionnent comme

des maisons de retraite. Deux d’entre elles

sont des logements encadrés, à Beaufort et

à Schengen. Les deux autres se trouvent

à Rodange et Esch-sur-Alzette et sont

des CIPA (centre intégré pour personnes

âgées). Quant aux foyers de jour situés à

Bettembourg, Beaufort, Rodange et Eschsur-Alzette,

ils peuvent accueillir les clients

en journée du lundi au vendredi.

Quels sont les projets menés par Päiperléck

pour continuer à se développer?

Nous fêtons notre dixième anniversaire

cette année et nous souhaitons encore

développer nos activités à travers le pays.

Même si nous sommes en pleine expansion,

nous restons une entreprise familiale. Une

résidence senior comprenant plus de 100

lits est en cours de construction à Wiltz.

Elle sera terminée d’ici 2021. D’autres

projets sont encore en préparation, comme

à Canach, où nous prévoyons le début des

travaux l’année prochaine. Ce nouveau

bâtiment accueillera également une

centaine de lits. Nous sommes en pleine

réflexion quant à la construction d’une

nouvelle structure à Pontpierre.

“Offrir

des solutions

à nos clients sur

tout le territoire

luxembourgeois”

L’objectif est d’avoir un réseau qui

couvre l’ensemble du pays, d’offrir des

solutions à nos clients sur tout le territoire

luxembourgeois. Le côté financier est

relativement important car nous répondons

aux besoins de tout le monde avec la

création de logements ouverts à tous les

types de budget.

Par ailleurs, la demande en lits de vacances

dans nos maisons s’accroît régulièrement.

L’Hôtel Bel-Air à Echternach, qui est géré

par mon père, en compte actuellement 15,

voire 18 si l’on y ajoute des chambres. Nous y

construisons une annexe entièrement dédiée

aux lits de vacances et adaptées aux personnes

à mobilité réduite. Ces 36 nouvelles chambres

seront en effet plus spacieuses, seront munies

de salles de bain aménagées,… Les plans sont

déjà réalisés et les demandes pour démarrer le

projet sont en cours.

D’autres idées, comme des ateliers, des

jardins thérapeutiques sont en cours de

réflexion pour compléter et élargir l’offre

que nous proposons à nos clients au

quotidien.

Quels sont les intérêts, pour une commune,

de collaborer avec Päiperléck?

En principe, ce sont surtout les promoteurs

qui nous contactent pour des projets mais

nous souhaiterions davantage collaborer

avec les communes pour plusieurs raisons.

Installer une maison de retraite ou un foyer

de jour est un plus pour les résidents car

ils préfèrent rester dans leur commune,

où ils y ont leurs familles, leurs amis, leurs

habitudes, leurs repères. Pour une personne

âgée, c’est déjà difficile de quitter son

domicile, alors quitter sa commune…

Se trouvent également des intérêts d’ordre

économique, la commune de Canach, par

exemple, est ravie de l’élaboration d’un tel

projet. Celui-ci permettra de créer environ

80 emplois et favorisera le dynamisme de la

commune.

Un dernier mot sur votre société?

Nous offrons le service le plus complet à

nos clients. Chez Päiperléck, une personne

de contact s’occupe de tous les nouveaux

clients et leur famille pour les guider et

leur offrir une solution sur-mesure. Nos

processus se sont digitalisés, facilitant ainsi

le travail administratif et les transmissions

entre les collaborateurs. Pour le salarié

comme pour le patient, c’est bénéfique.

Nous veillons également à ce que nos clients

conservent leurs habitudes et gardent le

plus souvent possible le contact avec le

même personnel. Si l’équipe soignante

devient trop grande, le lien avec le patient

n’est plus le même. Nous privilégions ainsi

des équipes à taille humaine. n

Päiperléck S.à r.l.

19, Op Tomm

L-5485 Wormeldange-Haut

www.paiperleck.lu


74 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

SANTÉ

L’ambition communale

de VISION ZERO

Lancée en 2016 par l’Union des Entreprises Luxembourgeoises

(UEL), l’Association d’Assurance Accident (AAA), et l’Institut

national pour le développement durable et la responsabilité

sociale des entreprises (INDR), la stratégie nationale VISION

ZERO vise à réduire le nombre et la gravité des accidents du

travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles

au Luxembourg. Interview d’Annick Sunnen et de Martine

Peters, respectivement chef du département prévention de

l’AAA et conseillère de direction à l’UEL, qui souhaitent,

aussi, étendre leur champ d’action au niveau communal.

Pouvez-vous revenir, en quelques mots,

sur les origines de VISION ZERO?

AS: Dans les années 1990 s’est développé

le concept «zéro accident» lié à la sécurité

routière. La Suède a été l’un des premiers

pays à mettre en place cette politique avec

la dénomination «VISION ZERO». Plus

tard, en 2014, l’Association internationale

de la sécurité sociale (ISSA) l’a étendu aux

accidents liés au travail. Le Luxembourg a

ensuite décidé d’instaurer cette stratégie sur

l’ensemble de son territoire en 2016 avec la

signature de la charte nationale VISION

ZERO.

Quels sont les objectifs de la VISION

ZERO?

AS: Il s’agit de diminuer le taux de

fréquence de 20%, qui est une statistique

plus précise que le nombre d’accidents

annuels. En 2014, ce pourcentage s’élevait à

5,37% contre 4,81% en 2017, nous sommes

donc à mi-chemin de notre objectif. Celuici

sera atteint en travaillant ensemble, au

niveau national, dans les entreprises mais

aussi dans les communes. La VISION

ZERO part du principe que les accidents

liés au travail sont évitables et elle repose

sur quatre axes principaux: la vie est un bien

non négligeable, l’Homme est faillible,

l’Homme a des limites de tolérance et

chacun a droit à un lieu de travail sain et

sécurisé.

MP: Le volet sécurité routière reste tout

aussi important, on s’était rendu compte

que les accidents de trajets représentaient

20% des accidents au travail, surtout dans

le tertiaire. Le risque routier au travail est

une responsabilité partagée entre l’employé

et l’entreprise. Certes, le terme «VISION

ZERO» peut sembler utopique mais nous

n’avons pas le choix, nous ne pouvons pas

accepter le fait d’avoir des morts ou des

blessés graves.

Quelles sont les initiatives concrètes de la

stratégie VISION ZERO au quotidien?

MP: L’aspect prévention fait partie de

nos priorités, il est nécessaire de rappeler

qu’elle est moins coûteuse que l’ensemble

des conséquences liées à un accident du

travail. Nous avons par exemple lancé une

campagne média basée sur des témoignages

réels de victimes. Leur vécu touche et

sensibilise les gens qui prennent conscience

de l’importance de la sécurité et de la santé

au travail.

AS: La VISION ZERO repose sur sept

règles d’or qui visent à réduire au maximum

les risques potentiels, pour un travail sain

et sans accident: faire preuve de leadership

en montrant son engagement, identifier

les dangers et évaluer les risques, définir

les objectifs et élaborer des programmes,

être organisé pour garantir un système

sûr et sain, assurer la sécurité et la santé

sur les machines, les équipements et les

lieux de travail, améliorer les qualifications

pour développer les compétences et enfin

investir dans la personne et les motiver

par la participation. Les règles d’or visent

à mettre en place une culture de prévention

en entreprise.

“La communication

joue un rôle

essentiel en

matière de santé

et de sécurité”

Nous offrons également des formations

en matière de sécurité et de santé (par

exemple: prévention de risques psychosociaux).

Enfin, nous organisons tous les

deux ans un grand forum national qui aura

lieu le 29 avril 2020 à Luxexpo. Le dernier

grand forum a accueilli 108 exposants et

1.300 visiteurs, 15 workshops qui sont

également reconnus comme formation

continue pour les travailleurs désignés.

D’ailleurs, à cette occasion, le Prix national

sécurité-santé au travail a été décerné par

les trois ministères: ministère de la Santé,

ministère de la Sécurité sociale et ministère

du Travail, de l’Emploi et de l’Économie

sociale et solidaire en association avec les

organisateurs: l’AAA, l’UEL, l’INDR,

l’ITM et la DSATE. Au total, cinq lauréats

ont été récompensés pour des projets et

mesures innovants dans ce domaine.

MP: Les entreprises peuvent également

saisir leurs bonnes pratiques en les téléchargeant

sur le site internet visionzero.lu.

Cette idée de partage et d’échange entre

les différents acteurs permet de développer

des synergies puisque certains conseils

ou approches peuvent servir à d’autres

entreprises. Nous nous concentrons aussi

sur la communication qui joue un rôle

essentiel en matière de santé et de sécurité.

Il est nécessaire que les messages soient


compris, c’est pourquoi nous insistons sur

l’utilisation d’images et de schémas simples

pour décrire les différentes situations

dangereuses, notamment sur les chantiers.

Annick Sunnen et Martine Peters

Les témoins de la campagne: Josy, Cindy et Pedro

Qu’en est-il des labels ESR et SGS?

AS: L’AAA a lancé le label «Sécher a

Gesond mat System» (SGS) en 2011. Il est

destiné aux petites et moyennes entreprises

et sert de système de gestion en la matière.

MP: L’INDR considère la sécurité-santé au

travail comme faisant partie intégrante de

la responsabilité sociale d’une entreprise.

Le label ESR (Entreprise Responsable)

de l’INDR repose sur les volets du

développement durable.

En plus des entreprises, vous

mentionnez les communes. Leur

intégration dans la stratégie VISION

ZERO fait-elle partie de vos nouveaux

projets?

AS: Oui. Déjà 170 entreprises se sont

engagées mais nous souhaitons promouvoir

la VISION ZERO, nos labels et notre

prix aux communes puisqu’elles sont aussi

confrontées aux mêmes problématiques

de santé et sécurité. En résumé, tous les

outils que nous mettons à disposition des

entreprises s’appliquent également aux

communes. Je pense tout particulièrement

aux formations de sécurité pour leur

personnel. Elles peuvent par exemple

nous demander d’être reconnues en tant

qu’organisme de formation interne. Le

ministère de l’Intérieur avait signé la charte

VISION ZERO, donc nous avons un point

d’accroche au niveau communal. n

Panneau autoroutier de la campagne média

Forum SST 2019


Guy Brandenbourger


LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

77

Les données de santé

SANTÉ

La santé pourrait devenir l’un des principaux piliers de l’économie nationale d’ici quelques

années en faisant du Luxembourg un Health Data Hub. C’est tout du moins la conviction de

Guy Brandenbourger, associé et Healthcare Leader cher PwC Luxembourg, qui revient pour

nous sur les atouts du Grand-Duché. Interview.

Qu’en est-il de la digitalisation du

secteur de la santé en général et de la

médecine personnalisée en particulier?

Une récente étude PwC sur le déploiement

de la télémédecine en Europe révèle que

80% des actes médicaux sont encore

réalisés de manière classique et qu’une

augmentation de 20% de la télémédecine

pourrait faire l’économie de 271.793

jours de consultations, de 20 millions de

kilomètres parcourus, de 2,4 milliards

d’euros et de 210.000 décès.

Les bénéfices potentiels de la digitalisation

du secteur sont connus mais entre le patient

et le médecin, réside des données qu’il

s’agit de créer, de sécuriser, de stocker et

d’échanger. La solidité de cette chaîne de

valeur dépend certes de la technologie mais

aussi des praticiens et des patients. Ces

derniers ne doivent plus subir mais être

des acteurs de leur santé. Si les données

médicales sont créées par les médecins, les

hôpitaux ou les laboratoires, c’est l’individu

qui en est le propriétaire et le gestionnaire

et à lui de décider à qui il les communique.

C’est là toute l’ambition du Dossier de

Soins Partagé (DSP) de l’agence e-Santé.

Quel rôle le secteur privé peut-il jouer

dans l’avènement de l’e-santé?

Le cadre réglementaire est nécessaire à la

constitution d’un écosystème économique

qui protège, anonymise, stocke en volume

puis valorise ces données. Sous réserve

du consentement de l’individu, ses

informations médicales sont profitables à

l’industrie pharmaceutique, à la recherche

clinique et plus généralement à la santé

publique.

L’identité digitale du patient sécurisé,

éventuellement anonymisé ou pseudomisé

ouvre un vaste champ de possibilités.

Et notamment via les objets connectés

qui récoltent certaines données utiles aux

études longitudinales à grande échelle

comme l’exposition au stress, à certains

virus ou à la pollution par exemple. La

convergence du Big Data et de la santé

publique profitera à la prévention et à

l’anticipation de l’état de malade.

Quelles ambitions pour le Luxembourg?

Celle de devenir un dépôt sécurisé pour

les données provenant de l’international

par exemple. Ce Health Data Hub

profiterait de la sécurité, de la réputation

et du savoir-faire technologique de la

Place financière. Les synergies possibles

entre les deux secteurs sont nombreuses

et l’une d’elle pourrait sans aucun doute

être la blockchain, sécurisant l’échange

des données, qu’elles soient financières ou

médicales.

Le rapport Rifkin sur la Troisième

Révolution Industrielle du Luxembourg

explique clairement que la diversification

économique passera aussi par la santé. Le

programme gouvernemental va d’ailleurs

dans ce sens avec la digitalisation de

l’ordonnance médicale bientôt envoyée

directement au pharmacien et à la Caisse

de Santé. Plus rapide et sécurisée, elle

devrait être introduite au cours du mandat

gouvernemental, plaçant ainsi le Grand-

Duché sur le banc des meilleurs élèves

européens.

Quels sont les atouts du Luxembourg?

La solidité du tissu médical revient d’abord à

la qualité de ses acteurs, que ce soit la CNS,

l’agence e-santé, le LIH, l’IBBL et les quatre

hôpitaux dont le CHL qui participe à une

recherche clinique internationale de phase

1 contre le cancer (une première pour un

hôpital luxembourgeois).

Il y a ensuite la qualité de nos infrastructures

avec des centres de données Tier IV,

l’implémentation du Datacenter de Google

à Bissen, l’introduction du DSP, la création

d’un Bachelor en médecine à l’Université du

Luxembourg et le déploiement de la 5G qui

impactera la transmission et l’interprétation

des données.

“Le Luxembourg

peut faire valoir

sa capacité

à capter, sécuriser,

traiter et mettre

à disposition les

données de santé”

Enfin le contexte favorable avec des projets

européens comme le «1 Million Genomes»

qui à l’horizon 2022 favorisera un mécanisme

de collaboration susceptible d’améliorer la

prévention des maladies et de permettre des

traitements plus personnalisés.

Le Luxembourg peut donc faire valoir sa

capacité à capter, sécuriser, traiter et mettre

à disposition les données de santé au niveau

européen dans un premier temps, puis à

l’échelle mondiale. L’écosystème mis en

place, la vision politique et les maturités

institutionnelle et hospitalière permettent,

tout du moins, de l’envisager. n


78 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

SANTÉ

L’innovation au service

de la médecine préventive

et personnalisée

S’appuyant sur EBRC, BioneXt LAB lance B-neXt Care, une solution Health Tech innovante

de médecine préventive complémentaire aux obligations légales liées à la médecine du

travail et aux nouvelles obligations réglementaires incombant aux professionnels de santé.

La transformation digitale impacte tous les secteurs d’activité et modifie en profondeur nos

habitudes, nos pratiques, nos quotidiens. EBRC, centre européen de référence en matière

de services IT et de cyber-résilience accompagne cette transformation. Intégrateur de

compétences au service du patient et de son médecin, BioneXt LAB, laboratoire luxembourgeois

privé d’analyses de biologie médicale, a choisi EBRC pour supporter sa dernière avancée

technologique.

Dr Jean-Luc Dourson


LG

BEST OF & GUIDE 2019

79

BioneXt LAB, la biologie médicale à

l’ère du digital

Créé en 2017, BioneXt LAB fait partie

des laboratoires d’analyses de biologie

médicale nouvelle génération. La

jeune entreprise se distingue par son

approche définitivement novatrice.

Poussée par la dynamique de son

fondateur, le Dr Jean-Luc Dourson,

ancien propriétaire-exploitant du laboratoire

Ketterthill, le laboratoire BioneXt

LAB s’est rapidement imposé en nouant

des partenariats stratégiques qui ont pu

donner le jour au premier et seul service

de prise de sang mobile, ponctuel et sans

frais du pays: Picken Doheem. Ainsi les

patients peuvent depuis fin 2017 faire

réaliser leurs prélèvements biologiques

où ils le souhaitent: chez eux, sur leur

lieu de travail, à l’adresse de leur choix ou

dans l’un des 48 centres de prises de sang

Picken Doheem.

Porté par sa volonté d’amélioration continue

au service du patient, le laboratoire

révolutionne le monde de la biologie

médi-cale en ajoutant aujourd’hui

de nouveaux services à sa plateforme

interactive myLAB ® .

Le projet: une solution contribuant au

processus d’amélioration du service

au patient et répondant aux nouvelles

obligations réglementaires

L’objectif global du projet BioneXt LAB

est de penser une médecine à «quatre

P»: Prédictive, Participative, Préventive

et Personnalisée. Véritable plateforme

entre les différents acteurs du milieu

médical et ses patients, BioneXt LAB va

encore plus loin. Etendant aujourd’hui

son concept au monde entrepreneurial

grâce au développement d’une médecine

préventive à destination des employés,

la nouvelle solution B-neXt Care est

un programme complémentaire aux

obligations légales liées à la médecine

du travail et aux nouvelles obligations

réglementaires incombant aux

professionnels de santé.

Ce programme de prévention de santé

est proposé dans le cadre d’une politique

globale de bien-être au travail. Financé

par l’employeur, BioneXt LAB propose

de réaliser des bilans de santé à l’intention

des employés en plus des prélèvements

possibles sur le lieu de travail. Autant

au service du patient que du médecin,

B-neXt Care contribue aujourd’hui à

l’évolution de la médecine du travail.

“EBRC, meilleur

partenaire tiers

de confiance

pour fournir

la puissance

et la sécurité

nécessaires

aux solutions

BioneXt LAB”

L’employé adhérant au programme fournit

des informations utiles: génétiques, style

de vie, environnement de travail,… qui

s’ajoutent à ses informations ponctuelles

médicales et à ses résultats d’examens de

laboratoire. S’appuyant sur l’intelligence

artificielle, l’application propose au

patient des recommandations à partir

des informations cliniques et biologiques

recueillies. Ces mêmes informations

renseignent également le médecin pour

l’orienter dans ses prescriptions.

L’application permet de plus de calculer

un scoring de bien-être: un chiffre qui

représente l’état de santé d’un individu à

un instant T. L’utilisation de B-neXt Care

peut être maximisée par le port d’objets

connectés, tels qu’une montre qui donnerait

en temps réel l’état cardiaque d’un individu

par exemple.

EBRC, le choix d’un partenaire de

confiance pour garantir un niveau de

service optimal

Opérées et sécurisées dans les data centres

Tier IV d’EBRC, les données critiques

stockées par la solution de BioneXt LAB

bénéficient de l’expérience reconnue

d’EBRC en cyber-résilience.

Le Dr Dourson explique: «Notre laboratoire

traite des données de santé

hautement sensibles. Le choix d’EBRC s’est

imposé naturellement. Il semblait évident

qu’il s’agissait du meilleur partenaire tiers

de confiance pour fournir la puissance et la

sécurité nécessaires aux solutions BioneXt

LAB».

Reconnu au niveau européen pour la fiabilité

et la qualité de ses services notam-ment

dans le traitement des données bancaires,

EBRC garantit l’archivage et l’accessibilité

sécurisés des données des solutions de

BioneXt LAB. «Nous recherchions un

partenaire pérenne assurant un service

robuste et une haute disponibilité.

EBRC répond parfaitement à ces enjeux

fondamentaux pour l’exercice de notre

métier et nous permet d’offrir un service de

grande qualité aux médecins et aux patients

qui nous font confiance».

La biologie médicale, un secteur d’avenir

«Que ce soit au niveau des contraintes

économiques qui varient brusquement ou

de l’évolution technologique galopante, le

secteur de l’analyse médicale se retrouve

face à de nombreux défis. La biologie

médicale est un secteur d’avenir tant au

niveau de son importance croissante dans le

diagnostic médical que du point de vue de

l’intégration des nouvelles technologies».

BioneXt LAB, figure de proue dans son

domaine, est prêt à façonner l’avenir de

son métier en relevant tous les défis posés.

Ainsi, fort de son approche collaborative,

BioneXt LAB poursuit sa quête de mise en

place de solutions et de services pertinents

proposés aux médecins et aux patients.

En intégrant la prescription électronique

dans myLAB ® , son interface évolutive

de communication entre laboratoires,

médecins, professionnels de santé et patients,

BioneXt LAB se distingue une nouvelle

fois. Désormais, les médecins peuvent

générer une prescription électronique en

accord avec les règles de la nomenclature

en vigueur. Le calcul du coût au patient se

fait automatiquement, comme la génération

automatique des accords de paiement

pour les patients ainsi que des éventuels

formulaires de consentement. La pertinence

de la solution myLAB ® se traduit déjà par

son intégration dans l’ensemble des logiciels

de cabinets médicaux.

«La plus-value de l’inventivité réside

certes dans son utilité en tant qu’outil de

l’expansion de la patientèle, mais c’est

avant tout un vecteur d’amélioration

de la prise en charge du patient par les

professionnels de santé. En garantissant le

bon fonctionnement de notre infrastructure

informatique, EBRC nous aide à relever

au quotidien l’ensemble des défis auxquels

nous sommes confrontés», conclut Dr Jean-

Luc Dourson. n


80 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

SANTÉ

L’IA à l’aide

des professionnels

de la santé

Le domaine de la santé est un nouveau terrain d’activités

chez InTech. Il nécessite la motivation et les compétences

techniques des collaborateurs afin de contribuer à des projets

d’amélioration du bien-être de la personne. Eric Laurent,

ingénieur à la tête du Pôle Santé, nous présente deux

algorithmes fondés sur l’intelligence artificielle prédictive.

Interview.

Pourquoi et depuis quand, InTech s’intéresse-t-elle

à l’e-santé?

Ma première mission, à mon arrivée il y a

trois ans, a été de développer le Pôle Santé.

La raison est qu’il s’agit d’un domaine où

la technologie est au service de projets qui

ont du sens. Un sens qui profite aux patients

mais aussi à nos collaborateurs. InTech a

aujourd’hui une expertise technologique

qu’elle souhaite proposer aux professionnels

de la santé.

Parlez-nous de votre algorithme de Deep

Learning…

Ce premier projet est capable d’analyser un

grain de beauté à partir d’une simple photo

et d’en détecter ses caractéristiques afin de

déterminer s’il y a un risque de cancer de la

peau. Plusieurs méthodologies existent afin

de détecter le caractère malin ou bénin du

mélanome, dont la méthode «ABCDE» qui

analyse l’asymétrie, les bords, la couleur, le

diamètre et l’évolution du grain de beauté.

Notre objectif est d’inclure cette méthode

dans un algorithme de Deep Learning afin

d’accompagner les prises de décision des

professionnels de santé.

La complexité de ce type de projet est

d’avoir une base de données suffisante

pour créer un modèle prédictif capable

d’apprendre par lui-même. En cas de

détection de mélanomes malins, la base de

données doit être suffisamment fournie

en photos de grains de beauté aussi bien

bénins que malins. Notre base de données

appelée «Dataset» a été peuplée de 13.680

images classifiées par les professionnels de

santé. Une partie de ce Dataset a servi de

modèle d’entraînement à notre algorithme

et l’autre à le valider. Les taux de précision

sont proches de 99% sur le jeu de données

d’entraînement et de 97% sur celui des

données de validation.

“Lorsque

l’ingénierie

se met au service

de la santé,

des nouveautés

essentielles

dans le domaine

médical peuvent

émerger”

Et pour ce qui est de l’algorithme de

mesure de paramètres de santé par flux

vidéo…

Nous travaillons en effet sur un second

projet qui permet de mesurer des paramètres

de santé par flux vidéo. La majorité des

appareils connectés sont équipés de matériel

vidéo qui permettent de concevoir des

solutions fondées sur des flux vidéo. Nos

travaux ont porté sur la mesure du rythme

cardiaque et de la fréquence respiratoire.

Nous avons pour ce faire, élaboré un

algorithme qui repose sur des formules et

des méthodes mathématiques de traitement

du signal, telles que les décompositions

de Fourier, les filtres et les études de

convergences. Nous avons utilisé une

méthode de détermination des variations

de couleur qui se produisent au niveau

des veines du front lors d’une pulsation

cardiaque. La région du front possède une

couche très fine de peau et un réseau sanguin

extrêmement chargé qui permet d’isoler les

couleurs primaires (rouge, vert et bleu).


Eric Laurent

Après une dizaine de seconde, l’algorithme

est capable de définir le rythme cardiaque

de la personne filmée. Cet algorithme

fait l’économie de tous capteurs

corporels et laisse envisager de nouveaux

cas d’utilisations notamment pour la

télémédecine par exemple.

Ces deux technologies ont-elles vocation

à être commercialisées?

Nous les menons afin de montrer l’étendue

des possibles. Lorsque l’ingénierie se met

au service de la santé, des nouveautés

essentielles dans le domaine médical

peuvent émerger. Le partenariat entre

nos ingénieurs et les professionnels de

la santé est primordial. C’est ce que nous

souhaitons mettre en place pour, ensemble,

développer les solutions de demain. n

Il s’agit ici de projets d’innovation qui n’ont

pas aujourd’hui de vocation commerciale.


82 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 219 - FÉVRIER 2019

ICT

L’intelligence

artificielle et

le service public

Le Luxembourg connaît actuellement une croissance

démographique de 12.000 nouveaux résidents par an. Signe

de l’attractivité du Grand-Duché, cette formidable croissance

engendre néanmoins des défis quant aux infrastructures

administratives, sociales et routières. Yves Even, associé

responsable du secteur privé et des entrepreneurs, et Brice

Lecoustey, associé responsable du département Conseil

et Digital Leader chez EY Luxembourg, assurent que les

technologies cognitives peuvent aider à les relever.

En quoi la digitalisation du service

public, et plus précisément l’intelligence

artificielle (IA), pourrait-elle aider le

service public?

BL: La croissance démographique engendre

de facto une croissance en besoins et le

service public se doit d’y répondre afin

de conserver le pouvoir d’attractivité du

pays. Dans une approche d’amélioration

du service au citoyen, l’administration

pourrait optimiser ses ressources existantes

en affectant ses forces de travail aux missions

adéquates.

Elle pourrait pour ce faire, implémenter des

outils d’intelligence artificielle qui exécutent

les tâches répétitives en traitant de grands

volumes de données en un temps record.

YE: Il en va également du bien-être des

agents du service public qui, déchargés du

fardeau administratif répétitif, pourraient

se consacrer à du conseil personnalisé et à

des tâches plus complexes qui nécessitent

une appréciation humaine.

Aujourd’hui, pour chaque nouvel arrivant,

s’ensuit une multitude de dossiers introduits

auprès de plusieurs administrations. Dans un

souci de respect des délais de traitement, l’IA

pourrait facilement gérer les dossiers courants

ainsi que délivrer les documents adéquats.

Les problèmes de mobilité peuvent

nuire à l’attractivité des travailleurs, estce

qu’une corrélation similaire serait à

craindre avec des temps de traitement

administratif trop importants?

BL: Dans la mesure où le Luxembourg se

positionne dans des secteurs économiques

tels que l’IT ou les ressources minières

spatiales, il lui faut faire venir des

compétences rares sur le marché local et

européen. Attirer ces profils spécialisés au

Luxembourg depuis la Californie, l’Asie

ou même Londres n’est pas évident, et

simplifier leur parcours de nouveau citoyen

renforcerait notre attractivité sur la scène

internationale. Si l’ambition de notre pays

est d’attirer ces profils afin de mettre en

place une économie digitale, il faut que

leurs démarches administratives puissent se

faire de manière digitale.

“Le Luxembourg

a les compétences

nécessaires

pour introduire

des outils

d’intelligence

artificielle”

YE: Le Luxembourg a les compétences

nécessaires afin d’introduire des outils

d’intelligence artificielle. Cette maturité

en infrastructures et en savoir-faire lui offre

maintenant l’opportunité d’optimiser et de

réduire les tâches qui consomment à la fois

du papier et du temps précieux.

Il faut reconnaître certaines avancées en

matière de simplification des démarches,

telles que Guichet.lu ou macommune.lu.

L’introduction de l’IA dans l’arrière-guichet

serait une étape supplémentaire à franchir.

L’IA pourrait mettre en place une interconnectivité

de ces plateformes, un échange

d’informations et une automatisation

partielle des traitements.

Une première piste de réflexion pourrait

porter sur l’identification unique via un

Dossier Citoyen Personnalisé (DCP).

Échelonné avec différents degrés

d’autorisation selon les administrations et

dans un respect de la protection des données,

le DCP faciliterait la communication entre

le citoyen et son administration.

Quelles seraient les priorités d’une

simplification digitale des processus du

secteur public?

BL: Nous pourrions dans un premier

temps optimiser le parcours du nouveau


citoyen et plus précisément faciliter ses

enregistrements administratifs (commune,

CNS, demande de visa,…). Il serait

possible de simplifier les procédures en

ligne, d’améliorer les temps de traitement

et de créer des interactions entre les

différentes administrations.

Un deuxième axe de travail serait semblable

mais pour le parcours de l’entrepreneur.

Là aussi les règles et les procédures sont

claires et la House of Entrepreneurship a

déjà mis en place des processus digitaux.

Les temps de traitement pourraient être

raccourcis et les différentes étapes reliées

entre-elles via le digital.

Puis, dans la mesure où la croissance

démographique s’accompagne de facto

d’une croissance des investissements, une

troisième orientation serait l’optimisation

de nos dépenses budgétaires. L’automatisation

des processus via les technologies

cognitives permettrait de répondre effica-

cement à la demande croissante en

optimisant nos moyens, en améliorant la

qualité de services, tout en valorisant le

travail de l’agent du service public.

Enfin, l’amélioration de la mobilité

des personnes apparaît comme une

priorité. L’IA pourrait tenir compte des

éléments météorologiques, prédire les

embouteillages et informer en temps réel

sur les meilleurs moyens de transport,

en combinant les véhicules individuels,

le covoiturage, le vélo, la trottinette, les

trains, le tram et les bus par exemple.

YE: Le système de billetterie

administrative qui centralise et gère les

demandes d’un citoyen au sein d’une

administration est un outil efficace et

facile d’utilisation. Les nouveaux outils

digitaux mis à la disposition des citoyens

doivent être utilisables par tout un

chacun.

Brice Lecoustey et Yves Even

Pour que l’avènement du digital devienne

une réalité, une prise de conscience

entrepreneuriale, salariale et peut-être

avant tout, citoyenne est nécessaire.

Heureux de constater que la nouvelle équipe

gouvernementale s’inscrit pleinement dans

cette continuité. Le fait que le Premier

ministre Xavier Bettel soit aussi le ministre

de la Digitalisation est un signe fort, à la

fois dans le développement d’une culture

numérique pour les citoyens, mais aussi

dans le renforcement du hub numérique

européen qu’est le Luxembourg. n


84 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 222 - MAI 2019

ICT

Un inévitable tournant

vers l’intelligence

artificielle

L’intelligence artificielle (IA) effraie par la complexité

apparente de son application autant qu’elle enthousiasme par

l’infinité des possibles qu’elle ouvre. KPMG Luxembourg met

son expérience et son savoir-faire au service des secteurs privé

et public dans cette importante transition. Frauke Oddone,

Head of Markets, et Pascal Denis, Head of Advisory, évoquent

ainsi des opportunités créées par l’intelligence artificielle, et

ce, à la lumière des applications déjà réalisées par le biais du

«KPMG Lighthouse Luxembourg», le centre de compétences

spécialisé dans l’IA de KPMG Luxembourg.

Quelles sont les opportunités créées par

l’intelligence artificielle?

FO: Ses opportunités sont vastes et nous

ne connaissons pas encore aujourd’hui

toute l’étendue de son potentiel. Toutefois,

trois avantages principaux semblent s’en

dégager, à savoir la réduction des coûts

et des risques ainsi que la croissance des

activités de l’entreprise ou de l’institution

qui la met à profit.

Ceci résulte notamment de l’accélération

et de l’automatisation des processus.

L’utilisation de plus en plus courante de

chatbots permet par exemple d’accélérer

certaines procédures et donc d’en optimiser

l’efficacité, ou encore l’expérience client.

Nous avons déjà implémenté de nombreux

‘robots’ en interne et chez plusieurs de nos

clients au Luxembourg pour améliorer

le service client. Au-delà d’une réactivité

accrue, ils offrent également aux utilisateurs

un certain confort grâce à une expérience

efficace et rapide. Cela accélère le processus

de réponse aux demandes d’information,

par exemple, et réduit ainsi les coûts

opérationnels.

Nous avons par exemple aidé les autorités

néerlandaises à développer une interface

permettant aux citoyens d’adresser leurs

requêtes en ligne. Un moteur d’intelligence

artificielle accompagne le citoyen dans sa

requête, répond à certaines questions de

base, propose la prise de rendez-vous le

cas échéant, et récolte enfin son feedback

permettant d’améliorer l’expérience des

usagers de leur site internet.

PaD: Tout comme celui des Pays-Bas, le

secteur public luxembourgeois va poursuivre sa

transition digitale pour renforcer et améliorer

son lien avec les citoyens. En effet, le niveau

d’attente des citoyens quant à l’efficacité et

à la disponibilité des services publics est de

plus en plus élevé. Uber, Amazon, PayPal,…

ont redéfini la nouvelle norme de service

à laquelle les consommateurs – et donc les

citoyens – aspirent. Dans un pays comme le

Luxembourg, qui accueille des ressortissants

du monde entier, il est impératif que les

institutions soient à la pointe de la technologie

et offrent un niveau de service au moins

équivalent et idéalement supérieur à celui de

leur pays d’origine, il en va de l’attractivité et de

la réputation du pays. Le gouvernement a déjà

franchi un premier pas en introduisant certains

services digitaux via le portail guichet.lu.

Le développement de notre projet pour les

autorités néerlandaises est un bon exemple

de l’expertise que nous pouvons apporter au

secteur public afin de l’aider à embrasser cette

révolution qu’est l’intelligence artificielle.

FO: Réduire les risques est également un

avantage du recours à l’intelligence artificielle.

KPMG a participé, en tant que partenaire

stratégique, à l’implémentation de la

technologie pilotant le stade ArenA aux Pays-

Bas. Cette dernière favorise le contrôle des

risques liés à la foule grâce à l’identification

des visiteurs via leurs téléphones portables.

Ces méthodes posent certes des questions

éthiques que les Etats doivent encadrer, mais

elles permettent de sécuriser des endroits

publics à haute fréquentation.


LG

BEST OF & GUIDE 2019

85

Frauke Oddone et Pascal Denis


86 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 222 - MAI 2019

ICT

Quelles sont les différentes étapes qu’un

organisme doit franchir pour digitaliser

ses processus?

PaD: Jusqu’ici les changements technologiques

occasionnaient des transformations

longues et onéreuses. Aujourd’hui,

de petits changements peuvent déjà

apporter rapidement des bénéfices à leur

organisation au niveau des coûts, des

risques et de la qualité de service fournie.

La méthodologie appliquée aux changements

reste cependant très importante. Chez

KPMG, nous commençons par identifier

les opportunités que l’intelligence artificielle

pourrait apporter à une entreprise à

différents niveaux (amélioration de l’efficacité

opérationnelle et réduction des risques,

augmentation de la relation client et des

revenus) et créons un plan comprenant des

initiatives échelonnées sur une période de

plusieurs mois. En parallèle, nous développons

des projets pouvant être implémentés plus

rapidement (dans une période de six à

huit semaines) et améliorant très vite les

processus. Ces petits changements confortent

l’entreprise dans ses choix stratégiques

et l’aident à réévaluer l’entièreté de son

processus de digitalisation. Nous utilisons par

ailleurs des méthodologies éprouvées agiles et

inspirées du «design thinking».

Il est également important qu’une entreprise

développe des alliances et se constitue

l’écosystème permettant le développement

de l’intelligence artificielle dans ses activités.

Elle doit ainsi réunir les fournisseurs de

solutions technologiques, les experts métiers

et en IA, les spécialistes de la conformité et

de l’éthique, ou encore créer des partenariats

avec les universités ou instituts de recherche.

Nous pouvons les épauler en intégrant

cet écosystème en tant que conseillers

pour l’implémentation de l’IA dans leurs

processus de travail.

Quel cadre offre le Luxembourg à l’implémentation

et au développement de

l’intelligence artificielle au sein de ses

institutions et entreprises?

FO: Tout un écosystème est nécessaire au

déploiement de l’intelligence artificielle dans

un pays: le gouvernement doit établir un cadre

légal et technique favorable et les universités

donner accès à la connaissance et à la

recherche dans le domaine des technologies;

le marché doit identifier les besoins qui

pourraient être comblés par l’intelligence

artificielle; enfin, des investissements en

infrastructures technologiques devraient être

réalisés. Le Luxembourg est pour l’heure sur

la bonne voie et s’est déjà donné les moyens

de devenir un hub technologique à travers

ses investissements dans des infrastructures

telles qu’un supercalculateur, de puissants

serveurs,…

Dans d’autres pays, des campus réunissant

les infrastructures, les technologies et les

universités ont été créés dans l’objectif de

former de nouveaux talents aux métiers

dont nous aurons besoin sur le marché de

demain. Au Luxembourg, tous les éléments

sont réunis pour que nous avancions en

ce sens et le ministère de la Digitalisation

s’est montré favorable au soutien de ce type

d’initiatives.

Enfin, l’Etat n’échappera pas aux

questions éthiques liées aux applications

de l’intelligence artificielle et devra fournir

un cadre légal à ce niveau afin de protéger

les données personnelles et la vie privée

des utilisateurs. Au plus l’usage de cette

application se banalise, au plus il sera

urgent de la réglementer pour donner un

cadre sécuritaire à son utilisation.

“Pour rester

compétitives, les

entreprises n’auront

pas d’autre choix

que d’opérer

ce changement”

PaD: Le Luxembourg peut également

participer à ces discussions au niveau

européen et apporter sa pierre à l’édifice.

Nous devons à ce titre continuer à bâtir

notre réputation de hub technologique

spécialisé dans l’intelligence artificielle,

l’objectif étant d’atteindre le même niveau

d’expertise mondialement reconnu que

dans le secteur financier. Nous devons

pour cela attirer les meilleurs talents et

construire des relations de collaboration à

travers le monde.

FO: Aujourd’hui, le marché réclame des

solutions relatives à la mise en place de chaînes

d’approvisionnement et à la maintenance

prédictive. Ce type d’application de l’IA

pourrait aider de nombreux secteurs d’activité

à améliorer leurs processus. Nous pourrions

nous inspirer des processus d’automatisation

mis en place dans les secteurs de l’industrie

et de la manufacture pour développer des

solutions similaires dans d’autres secteurs

comme la finance où il existe des chaînes

d’approvisionnement de biens immatériels

comme les données par exemple.

Parlez-nous de votre centre d’expertise

en IA, le «KPMG Lighthouse Luxembourg»…

PaD: Il s’agit du centre de compétences

de KPMG Luxembourg spécialisé dans

l’IA, la robotisation et l’analyse de données

supportant la transformation digitale

de nos clients. Regroupant 40 talents

à ce jour, cette équipe est intégrée de

manière plus large à notre réseau KPMG

Lighthouse mondial comptant 12.500

collaborateurs. Il est également connecté

à tous nos départements locaux (conseil,

taxe, audit) afin de soutenir nos projets

liés aux nouvelles technologies et à l’IA

que ce soit en interne ou pour nos clients.

La force de nos projets est de mêler notre

connaissance du métier et les compétences

technologiques de nos spécialistes pour

construire des solutions adaptées à une

problématique donnée.

Grâce à des partenariats conclus avec

IBM, Microsoft, Alibaba Cloud, Amazon

et Google Analytics, nous utilisons leurs

technologies éprouvées et bâtissons des

solutions métiers adaptées aux besoins de

nos clients, faciles et rapides à implémenter,

qu’il nous suffit ensuite d’adapter à la réalité

concrète d’une entreprise donnée. A l’heure

actuelle, près de 600 moteurs d’intelligence

artificielle sont prêts à l’emploi dans

notre bibliothèque mondiale. Mais notre

compréhension du marché luxembourgeois

ainsi que du cœur de métier visé est

primordiale. La technologie ne représente

qu’un outil sur lequel nous nous appuyons

pour combler un besoin.

FO: Nous avons par ailleurs développé un

partenariat avec KIANA Systems, une entité

du KPMG Lighthouse Germany basée

à Sarrebruck. Cette collaboration nous a

permis de rapidement implémenter des

applications variées dans tous les secteurs.

Il faut dire que cette équipe compte en effet

à elle seule plus de 25 ans d’expérience dans

le domaine de l’intelligence artificielle.

Le Lighthouse réunit en somme une

force humaine qualifiée, des connexions à

l’international, des collaborations avec les

universités dans des projets de recherche ainsi

que des fondations technologiques solides

grâce à nos partenariats avec les géants de

ce domaine. La combinaison gagnante

selon nous pour aider nos clients à adopter

ces nouvelles technologies dans un objectif

d’amélioration de leurs performances! n


Bringing the future

to your business

today.

ARTIFICIAL INTELLIGENCE

DATA ANALYTICS

INTELLIGENT AUTOMATION

kpmg.lu/lighthouse

www.kpmg.lu

© 2019 KPMG Luxembourg, Société coopérative, a Luxembourg entity and a member firm of

the KPMG network of independent member firms affiliated with KPMG International Cooperative

(«KPMG International»), a Swiss entity. All rights reserved.


88 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 222 - MAI 2019

ICT

Moving

to the Cloud

with Telindus

Adopting a cloud strategy is not just a change in technology.

It is a change in tools, processes and skills. Regulation is

opening up towards public cloud, in particular in the financial

services industry, and the convergence between big data and

artificial intelligence has also given raise to new potentials

of digital transformation. With concerns around security,

hybrid cloud usage complexities and identifying cloud

potentials, using a partner for cloud transition is becoming

more and more a necessity. Thomas Scherer, Chief Architect

at Telindus Luxembourg, explains why switching to the cloud

with Telindus is the best option.

What kind of cloud solutions are you

offering to your customers?

Telindus is delivering a variety of cloud

solutions that allow our customers – large

companies, SMEs and start-ups - to

increase their performance, reduce their

costs and improve their efficiency and

competitiveness. U-share is our flexible and

fully secure file-sync-and-share service to

provide exchange and collaborative work

on documents. U-free is our Desktop as a

Service solution. The customers access a

virtual office and their business applications

at all times by connecting through a secure

portal on any device (PC, Mac, tablet,

smartphone). Also, we offer U-touch

for our unified communication services

combining on one high-performance

and secure platform IP telephony, fixedmobile

convergence, video conferencing,

collaboration and instant messaging. Our

flagship cloud product is U-flex, an ultrasecure

private cloud solution. In its third

evolution, U-flex provides public cloud

interoperability with the major public

clouds, thereby Telindus offers hybrid

cloud services. U-select is proposed in

combination with U-flex. It allows our

customers to automate manual day-to-day

tasks to service their employees without

manual interaction.

What are the key benefits of Telindus

cloud services?

Our private managed cloud platform,

U-flex, is fully redundantly hosted across

two Tier IV data centres in Luxembourg.

U-flex offers flexible combinations

of housing, dedicated and shared

infrastructure hosting solutions as well

as numerous managed services, such as

managed databases and security services

- firewalling or proxy services – and

standard enterprise solutions like email,

collaboration or telephony services.

But this flexibility does not end at the

infrastructure hosting options: our teams

can support our customers in the daily

management of their IT landscape,

whether it is based on dedicated or shared

workloads. This day-to-day management

is designed in such a way that the services

can be expanded into the public cloud,

creating the foundation of our hybrid

cloud offering by providing overall IT and

security consistency and thereby portability

of services.

Reliable connectivity is often crucial for

hybrid deployments. Hence, we offer

private WAN solutions to interconnect

on-premise deployments with U-flex and

all public clouds in a fully meshed mode.

It also includes the possibility to establish

private WAN connectivity for the public

cloud providers’ inter-regional traffic.

Why should companies choose Telindus

cloud solutions? What are your added

values?

Telindus is supervised by Luxembourg’s

financial regulator (Commission de

Surveillance du Secteur Financier or

CSSF) for providing IT services to

financial institutions. In 2017, the

regulator published a circular governing

the use of public clouds by financial

institutions. When using public clouds,

several conditions have to be fulfilled

to ensure control over data and IT

infrastructures. We have put in place the

necessary resources to meet those control


LG

BEST OF & GUIDE 2019

89

requirements. It can be on a contractual

basis - such as audit rights for instance – or

a technical basis - mitigating lock-in risk

or controlling data location for example.

We have proactively created the necessary

contractual and technical framework so

that our customers do not need to handle

the fulfilment process by themselves

anymore. It turns out that this set of

measures is not only an asset for financial

institutions, but also for our customers in

general as it enables secure and controlled

usage of clouds.

strengths, which can significantly drive

our customers’ digital transformation.

We keep track with the quickly evolving

cloud industry to support our customers

to identify the most valuable cloud

workloads for them; this may be to reduce

costs, increase time to market or to create

new business opportunities for them by

digitalising or innovating their digital

product portfolio. We help them to install,

integrate, operate and evolve their cloud

installations always while keeping customer

data and IT infrastructures secured. n

Thomas Scherer

“We support

our customers

to identify

the most valuable

cloud workloads

for them”

Telindus also offers public cloud solutions.

What are the advantages?

We want to offer what is best for our

customers. All public cloud providers, such

as Amazon Web services, Google Cloud

Platform or Microsoft Azure, have unique


90 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 219 - FÉVRIER 2019

ICT

Vers une solution

digitale pour

l’affichage communal

Les panneaux d’affichage communaux qui garnissent les

communes luxembourgeoises s’apprêtent à changer de

dimension avec Charles Kieffer Group et sa solution digitale

«CK Raider». Pierre Di Bari, Audiovisual Sales Supervisor,

et Madison Merra-Cordella, développeur digital, présentent

cette nouvelle solution digitale aux avantages significatifs et

aux champs d’application multiples.

Comment vous est venue l’idée de

réaliser une solution telle que le CK

Raider?

PDB: Nous y réfléchissons depuis quelques

années, de plus il y a une certaine demande

qui émane des communes. Celles-ci se

tournent de plus en plus vers le digital

et les panneaux d’affichage n’échappent

pas à cette tendance. Cette idée du CK

Raider suit simplement l’évolution de nos

solutions et le développement logique de

notre offre: celle de proposer un affichage

dynamique en lieu et place du traditionnel

Raider papier. Plus concrètement, nous y

travaillons depuis la fin de l’été dernier.

Quels sont ses avantages?

PDB: Une commune se compose de

plusieurs villages et chacun d’entre eux

possède un panneau d’affichage physique.

Lorsqu’une nouvelle annonce paraît ou

qu’un document doit être changé, il faut

sans cesse se déplacer de village en village

pour réactualiser le Raider. Dans le même

temps, la personne en charge devra sans

doute l’entretenir, nettoyer la vitrine,

enlever les anciennes feuilles, trouver ne

serait-ce qu’un centimètre pour placer

et afficher le nouveau document,… C’est

à s’y perdre quand il y en a trop, on ne

sait même plus où regarder! L’aspect

numérique permet ainsi de résoudre toutes

ces contraintes de visibilité et de praticité,

en plus d’être plus éco-responsable.

MMC: Nous avons développé ce concept

en imaginant tout ce dont les communes

avaient besoin pour développer cette

application. En misant sur une interface

tactile et interactive, le CK Raider

est finalement plus qu’une alternative

destinée à remplacer le Raider physique

traditionnel.

“Une application

qui permet

de répondre

à beaucoup

de demandes”

C’est-à-dire?

MMC: C’est une application qui permet de

répondre à beaucoup de demandes car nous

pouvons intégrer d’autres informations si le

client le souhaite, en plus de la transmission

d’actualités obligatoires et relatives à la

commune. Par exemple, si la mairie souhaite

avertir ses citoyens qu’une coupure d’eau

aura lieu à telle ou telle date, elle peut

l’afficher sur la borne. Pour résumer, cette

solution a été pensée et développée comme

un site web, mais la navigation internet est

exclusivement bloquée sur le site communal

ou les pages autorisées par la commune telles

que celles des asbl, des clubs de la région ou

encore celles des transports en commun, afin

d’éviter toute malveillance. Elle fonctionne

par le biais de dossiers, sous formes

d’onglets, comme les actualités, les enquêtes

de commodo et incommodo, les postes

vacants, la publication des bans,… Chacun

de ces onglets dispose d’un menu déroulant

qui renvoie l’utilisateur vers des informations

plus précises: les avis de chasse en cours,

les comptes rendus,… Il est même possible

d’indiquer son adresse email pour recevoir

un document qui se trouve sur le CK Raider!

PDB: La commune a également la

possibilité de choisir le design qu’elle

souhaite, tout est personnalisable et

modifiable, que ce soit au niveau du

software ou du hardware. Pour le premier,

je pense aux couleurs, aux logos, à la forme

des boutons, nous tenons à respecter la


charte graphique de chaque client. Il en va

de même pour le second, la commune peut

effectivement choisir l’emplacement de la

borne ou encore la taille de l’écran qui peut

s’élever jusqu’à 75 pouces! En extérieur,

nos écrans sont équipés de différents

paramètres: anti vandalisme, normes IP5x,

IP6x,…

Qui s’occupe de la gestion du contenu

et du fonctionnement en général de la

borne?

PDB: La commune peut gérer elle-même

le contenu de façon intégrale ou alors, elle

peut passer par une prestation complète

de CK. Si le client nous donne un accès,

via VPN, il est tout à fait possible, pour

nous, de gérer le contenu à distance ou de

modifier l’interface.

Se pose enfin une dernière question d’ordre

juridique; dans d’autres pays comme la

Belgique ou la France, les lois sur les

documents numérisés sont très claires.

D’un point de vue légal, la législation

reste encore floue au Luxembourg. Avec

la borne, un document sera imprimé

une seule fois pour être cacheté, signé

et ensuite scanné. Aujourd’hui tout le

monde numérise les documents, même les

communes. Les actes de naissance le sont

tous par exemple. Tout cela pour dire que si

cette démarche de numérisation est légale,

alors pourquoi ne le serait-elle pas pour le

CK Raider? De plus, le gouvernement et

la politique luxembourgeoise en matière

de digitalisation vont clairement dans

ce sens. Chez CK, cela va bientôt faire

plus de dix ans que nous sommes engagés

dans cette direction, aussi bien dans notre

département que dans d’autres, tels que nos

Madison Merra-Cordella et Pierre Di Bari

départements IT, scanning, solutions,…

afin de proposer différents services digitaux

et personnalisés à nos clients, répondant à

leurs corps de métier. n


Morgane Haessler


Les partitions d’une voix

PAR JULIEN BRUN

LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 219 -FÉVRIER 2019

PORTRAITS

93

Le lecteur reconnaît peut-être son visage dont le sourire sillonne quotidiennement les

entreprises du pays. Sa voix porte le prêche de la responsabilité sociale des entreprises aux

consciences collectives. La résumer à un atout charme serait faire offense à ses compétences,

au service d’une conviction plus profonde. Portrait de Morgane Haessler, chargée de projets

pour l’INDR (Institut National pour le Développement durable et la Responsabilité sociale

des entreprises) et présidente de l’association ProRSE.

Au commencement était le verbe

On aurait pu la présenter comme une

jeune et jolie trentenaire d’origine

strasbourgeoise au service d’une énergie

luxembourgeoise. Gagnant en hédonisme

ce qu’il perdrait en exactitude, ce dit

portrait ne tiendrait qu’en quelques lignes

inutiles. Comprendre une conviction

personnelle oblige à remonter la genèse

d’un parcours comme le ferait un navire de

bois sur un fleuve sans rives: en précaution

gardée du naufrage, en gardant le cap.

Qui a déjà entendu Morgane parler, aura

remarqué sa voix légèrement rauque et

éraillée. Ce timbre vocal, qui caractérise

les Joplin, Cocker, Winehouse et autres

génies formés au whisky, ne lui vient pas de

soirées universitaires mais de son enfance.

La môme parle fort, très fort et doit

consulter un orthophoniste. À six ans, elle

répète inlassablement des phrases en quête

d’une justesse des intonations, apprend

les silences de la ponctuation et joue de la

musicalité des mots. À force de calibrages,

le disfonctionnement s’amoindrit, puis

s’éteint et sa voix, bien que marquée,

trouve la mesure. La fillette sait alors, sans

le verbaliser, le pouvoir thérapeutique du

langage et aurait pu épouser une carrière

de psychologue, de prêtre ou de politique

mais l’avenir l’en préservera.

Curieuse, l’enfant cherche toujours

à en savoir plus sur les sujets qui

l’intéressent et bénéficie d’une

grande liberté parentale grâce à

laquelle elle forge ses propres choix.

Assurant les minimums scolaires,

collégiens et lycéens qui la mènent

jusqu’au bac, l’adolescente se

cherche et sait plus ce qu’elle ne

veut pas, que ce qu’elle veut devenir.

Grandissant dans un petit village

alsacien, Morgane est sensible à la

beauté du monde qui l’entoure, à la

nature verdoyante, à la simplicité rurale.

La jeune-fille est aussi animée d’une envie

d’améliorer la vie de personnes dans le

besoin et œuvre bénévolement dans un

foyer pour mères adolescentes. Spectatrice

du théâtre tragique des socialement

défavorisés, des précarités émotionnelles,

des âmes souffrantes, Morgane renonce à

l’idée d’épouser la profession d’éducatrice

spécialisée comme pour se préserver. De

cette expérience, la jeune femme saura

apprécier la force de la communication.

“Dans les abîmes

qui séparent

les discours

de communication

des réalités internes,

se forme une

conscience”

Au matin du premier tour des

présidentielles de 2002, elle fait partie de

cette jeunesse de France qui se lève, ivre de

colère, contre les 20% pour l’horreur, les

20% pour la peur, les 20% pour le Front

National. Profondément marquée par la

montée de l’individualisme et de l’égoïsme,

elle s’intéresse aux sciences sociales, à la

sociologie et aux sciences de l’éducation

mais sans goût pour l’enseignement.

Après sa licence, elle vit sa première

expérience professionnelle dans les

ressources humaines d’un grand groupe.

Décès, départs en retraite, nouvelles

recrues; la gestion du personnel est à la

chaîne des maillons identifiés, numérotés,

déshumanisés. À la lecture de leur rapport

RSE, dans les abîmes qui séparent les discours

de communication des réalités internes,

se forme une conscience. La croissance

financière au profit des actionnaires est-elle

l’unique pierre angulaire d’une entreprise

ou ne peut-elle pas également intégrer des

notions éthiques, retrouver une place au

sein de la société, être consciente de ses

impacts environnementaux et considérer ses

salariés comme une source de richesse? Ces

questions tourmentent et fascinent l’intellect

de l’étudiante qui s’inscrit en master droit et

management avec une spécialité RSE.

Bonne parole et bonnes pratiques

En 2013, diplôme de juriste en poche et soif

d’ambitions au cœur, un stage de fin d’études

lui tend ses bureaux à 500 mètres de son

appartement strasbourgeois mais au détour

d’un hasard, la découverte du Luxembourg

change la donne. Un mot de candidature

sur le site de l’INDR trouve écho favorable

auprès du secrétaire général Norman Fisch.

Morgane n’avait pas l’intention de rester

plus de six mois, elle restera six ans.

Sa première impression porte sur la

dimension multiculturelle du pays. Elle est

alors impressionnée par le multilinguisme

bien sûr mais aussi et surtout par le niveau

de connaissances sur le monde. «Il y a

parfois jusqu’à cent nationalités différentes

au sein d’une même entreprise, c’est un

brassage de cultures unique comparé

à d’autres lieux géographiques où les

décideurs sont dans l’entre-soi de diplômes,

de cultures, d’histoires, de niveaux sociaux,

de visions du monde».

S’intégrer au Luxembourg est relativement

facile dans la mesure où la population est

ouverte aux cultures venues d’ailleurs mais

son plus grand effort a été d’apprendre le

luxembourgeois. Même avec des notions

d’allemand, il aura fallu six heures de cours

hebdomadaires pendant deux ans pour que

la francophone puisse trouver une certaine

aisance oratoire. La langue nationale lui est

néanmoins indispensable pour assister aux

réunions stratégiques de l’INDR et aller à

la rencontre du patronat.


94 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 219 - FÉVRIER 2019

PORTRAITS

ESR ayant une durée de trois ans, elle a

mathématiquement rencontré deux fois tous

les lauréats et témoigne des efforts menés et

de leurs efficacités.

“La parole au

service de l’intérêt

commun; n’est-ce

pas là, rendre ses

lettres de noblesse

à la politique?”

La compréhension de la Place luxembourgeoise,

de ses rouages, de ses forces en

action est progressive mais on lui laisse très

vite la liberté de mener à bien sa première

mission: faire connaître l’INDR. Elle se

rend dans les entreprises, à la rencontre des

dirigeants, devant les conseils d’administration

et défend les valeurs de la RSE. Ce qui

demande une certaine assurance et de

sérieuses compétences. Elle assure également

des formations d’introduction à la RSE en

BTS, Master et MBA, ainsi qu’à la House

of Training dans le cadre du programme

de formations de l’INDR. Présidente de

l’association ProRSE, elle organise aussi

régulièrement des conférences, des ateliers de

travail et des forums dans lesquels elle donne

la parole aux professionnels de la RSE.

La jeune trentenaire a le sentiment

d’appartenir à une génération où l’égalité

entre les hommes et les femmes est naturelle.

Que ce soit dans le cercle familial, dans la

cour de récré, sur les tatamis, sur les bancs

universitaires ou dans le milieu professionnel,

le sentiment d’être rabaissée à sa qualité

de femme ou captive de son genre lui a

toujours été étranger. Elle garde néanmoins

volontairement en mémoire l’expérience

d’un job étudiant où on demandait aux

hôtesses d’accueil d’être belles, de sourire et

de ne surtout pas penser. Abject et justement

impensable pour cette femme à poigne et au

franc-parler. Si elle n’a jamais vécu d’entretien

d’embauche sexiste ou de réflexions

déplacées dans le milieu professionnel, elle

est néanmoins l’interlocutrice régulière de

témoignages analogues. Discriminations,

freins à la promotion, rabaissements à

des considérations esthétiques sont des

pratiques courantes dans les entreprises et

les secteurs hospitalier et bancaire. Mais plus

glaçants encore sont les cas de harcèlement

et d’agression sexuels. Bien évidemment, à

chaque fois, il faut rappeler la loi, l’importance

de sortir du silence et l’indispensable nécessité

de saisir la justice. «Les vagues d’indignations

nées de l’affaire Weinstein ont touché

l’Europe et de nombreuses entreprises

luxembourgeoises en ont profité pour mettre

en place des moyens pour faire remonter les

informations».

Les voix féminines peinent néanmoins à se

faire entendre dans les instances dirigeantes.

Les hommes dans la cinquantaine et la

soixantaine sont légions de décisions là où

les femmes grondent de leur absence. Triste

constat auquel l’instauration de quotas n’est

pas une solution car relayer les compétences

au second plan serait contreproductif. «Il

faut mettre en place des moyens pour que

les femmes qui en ont les aptitudes puissent

décider, diriger et pénétrer plus encore les

conseils d’administration».

La moralité de nos actions

À son arrivée au Luxembourg, quelques

années seulement après la crise financière

mondiale, le patronat avait la réputation de

refuser les contraintes et de ne pas considérer

le développement durable comme une

priorité. L’INDR est pourtant une initiative

du patronat et Morgane constate que ce n’est

pas seulement une façade de communication

mais bien la volonté d’instaurer une

dynamique dont l’ambition est de peser

sur les mentalités et les pratiques. Le label

La responsabilité sociale des entreprises

regroupe à la fois les aspects

environnementaux et sociaux. De par

ses compétences, Morgane s’occupe

prioritairement des sujets sociaux comme la

diversité, l’égalité femmes-hommes, le bienêtre,

le développement de l’employabilité ou

la cohésion des salariés. Elle aime contribuer

à rendre une équipe plus performante,

digne de confiance, respectueuse de

l’environnement et y voit des similitudes

avec le milieu sportif. «Que ce soit dans

les sports individuels ou d’équipes, il n’y a

jamais de succès privé». L’ancienne judokate

qui a passé dix ans sur les tatamis sait que

si les défaites sont personnelles, les victoires

sont collectives: «la performance est aussi

due à des forces annexes qui collaborent en

cohésion et en confiance vers un objectif à

atteindre». La parole au service de l’intérêt

commun; n’est-ce pas là, rendre ses lettres

de noblesse à la politique? Oui, sa mission

est éminemment politique.

Pleinement épanouie dans ses activités

et croyant profondément à l’utilité de

ses missions, Morgane Haessler a le

goût d’œuvrer plus au cœur de la RSE.

À l’échelle régionale, les défis sociaux

et environnementaux des entreprises

sont nombreux mais ils deviennent

gigantesques à l’échelle de la planète.

Droits de l’homme, conditions de travail

et scolarisation des enfants, discrimination

religieuse et ethnique mais aussi pollution,

déchets de plastiques, sixième continent,

préservation de la biodiversité; «dans la

mesure où l’environnement n’a pas de

frontière, que le commerce est mondial

et que les écosystèmes sont liés, le

développement durable, qu’il soit social ou

environnemental, doit être pensé au niveau

international». Voici peut-être toute la

partition de sa conviction. n


Sam Tanson


Sur le chemin d’un engagement

PAR MARTINA CAPPUCCIO

PORTRAITS

LG

BEST OF & GUIDE 2019

97

C’est au hasard d’un parcours professionnel très chargé qu’est né l’engagement politique de Sam

Tanson, ministre du Logement et de la Culture. Semblant s’investir considérablement dans tout

ce qu’elle entreprend, ses idéaux écologiques avaient déjà fait germer en elle un besoin d’action

plus concret; il ne lui aura fallu que le hasard d’une rencontre pour se jeter à l’eau. Retour sur les

différentes étapes d’un parcours formateur l’ayant menée à sa fonction de ministre.

La curiosité de l’enfance

Sam Tanson a grandi au détour des rues aux

façades colorées du quartier de Bonnevoie et

y habite encore aujourd’hui. L’ambiance de

son centre, arborant restaurants et commerces

de proximité, ainsi que son foisonnement de

cultures différentes l’ont tant charmée qu’elle

y a réélu domicile après des années d’absence.

Très jeune déjà, ses parents la voient plongée

dans les pages du Luxemburger Wort, de

«Libé» et du Monde, cherchant à comprendre

les rouages des politiques nationales et

internationales. «Nous regardions tous les

soirs le journal de 20 heures en famille. Mon

père et moi avions ensuite des débats animés

sur l’actualité», se souvient-elle. Encore

aujourd’hui, la ministre lit avec avidité des

quotidiens auxquels elle est abonnée en ligne

et dont elle apprécie le travail de recherche et

d’analyse.

Soif de savoir

Comment se construisent les relations

internationales? Comment fonctionne un

Etat? La jeune femme veut entreprendre

des études en sciences politiques afin de

décortiquer ces questions théoriques. Le

Luxembourg de l’époque, moins ouvert sur

le monde, lui donne des envies d’ailleurs

tant et si bien qu’elle choisit de vivre à Paris

pendant la durée de ses études.

Mais avant d’accéder au parcours universitaire

qu’elle convoite, l’étudiante doit d’abord

obtenir un Diplôme d’études universitaires

générales (DEUG). Son envie d’aider les

autres à obtenir justice la pousse vers des études

de droits, qui la passionneront tant qu’elle ira

même jusqu’à décrocher une maîtrise dans

cette matière avant de finalement poursuivre

ses études en sciences politiques.

Rencontres parisiennes

Sam Tanson tombe rapidement amoureuse

de Paris. Qui ne pourrait tomber en

pâmoison devant la richesse et l’éclectisme

de l’offre culturelle de la ville? Comment

ne pas s’émerveiller devant l’architecture

osmanienne des beaux quartiers? Mais

ces attraits l’émerveillent moins que le

foisonnement de cultures qu’elle découvre

au croisement des boulevards Barbès et

Rochechouart.

“Mon expérience

en politique

m’a permis d’être

opérationnelle

relativement tôt

dans ma fonction

de ministre”

En à peine quelques stations de métro,

la jeune femme y est plongée dans une

autre culture, en plein cœur du XVIII e

arrondissement de Paris. Ce changement

radical amuse et ravit celle qui n’a connu

que les quartiers, relativement similaires,

de Luxembourg-Ville. Elle entend parler

d’autres langues, voit les passants dans

des habits traditionnels d’autres horizons

et se familiarise avec des cultures plus

expansives et accueillantes. Souhaitant

s’imprégner plus encore de cette ambiance,

elle élira domicile dans ces quartiers si

particuliers, mais aussi si chaleureux, de la

capitale française.

Au carrefour de deux carrières

De retour au Luxembourg avec deux

diplômes en poche, Sam Tanson travaillera

pendant deux années pour RTL Radio.

Celle qui se définit elle-même comme

une «accro à l’actualité» en fait un suivi

journalier. Le mode de fonctionnement de

l’entreprise n’en permet toutefois pas un

réel approfondissement, ce qui génère en

elle des frustrations. Ne parvenant pas à se

projeter sur le long terme à ce poste, elle

décide alors de mettre à profit son diplôme

de juriste et de passer le barreau.

Son métier d’avocate lui aura certainement

donné des armes pour celui qu’elle

exerce aujourd’hui: «Défendre une

idée, comprendre les textes de loi, les

synthétiser, plaider, anticiper ce qu’un

adversaire plaidera le lendemain, trouver

les bons arguments pour contrer la partie

adverse, sont des activités dans lesquelles

je m’épanouis et qui ne sont pas si

différentes de celles que j’exerce dans ma

fonction ministérielle!», remarque-t-elle.

Très investie dans son travail, l’avocate

qu’elle était, tout comme la ministre

qu’elle est récemment devenue, éprouve

toutefois des difficultés à faire preuve de

détachement par rapport à son travail et à

mettre de côté ses déceptions, «je suis une

éternelle insatisfaite et cherche toujours à

m’améliorer», confie-t-elle.

Feu vert: engagement en politique

C’est à François Bausch qu’elle doit son

premier engagement politique. Alors qu’elle

était inscrite au barreau, l’homme politique –

qui la connaissait en tant que journaliste – lui

propose de devenir candidate aux élections

communales de 2005 sur la liste déi gréng.

Elle, qui avait toujours eu l’idée de s’engager,


98 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 221 - AVRIL 2019

PORTRAITS

met à peine 24 heures à se décider à accepter

sa proposition. Bien qu’elle n’ait pas été élue,

cette aventure lui aura donné le courage de se

lancer au sein d’un parti dont elle partage les

valeurs. «A l’époque il s’agissait du seul parti à

s’intéresser à la question écologique. De plus,

au niveau local les Verts étaient plus terre à

terre et voulaient favoriser la mobilité douce»,

explique la ministre qui aujourd’hui encore

effectue un maximum de ses trajets en vélo.

L’ascension de Sam Tanson jusqu’à sa

fonction de ministre s’est ensuite faite

progressivement; occupant différents postes

au sein des Verts, elle a également assumé de

nombreuses fonctions politiques. Conseillère

communale, première échevine (finance et

mobilité), membre du Conseil d’Etat, puis

enfin députée, la liste est longue… «Ces

expériences m’ont aidée à saisir les subtilités

du fonctionnement d’une administration

communale, d’un système de coalition et de la

Chambre des députés. Cela m’a permis d’être

opérationnelle relativement tôt dans mon rôle

de ministre», explique-t-elle.

Logement et culture: des objectifs précis

La nouvelle ministre du Logement sait

l’ampleur de sa tâche: «Cinq ans, c’est

une période très courte pour observer

des changements, surtout au niveau du

logement où toutes les démarches prennent

beaucoup de temps. Au cours de mon

mandat, j’aimerais que notre collaboration

avec les communes s’intensifie et que

davantage de logements soient gérés par la

main publique afin que nous puissions avoir

une incidence sur les prix trop élevés du

marché», explique-t-elle.

“Je suis

végétarienne

dans mon

alimentation,

mais omnivore en

matière de culture”

Pour y parvenir, la ministre Sam Tanson

cherche à transposer le principe du Pacte

Climat au logement. Le Pacte Climat

récompense les communes par rapport à

leurs bonnes pratiques environnementales;

le Pacte Logement 2.0 partirait du même

principe et soutiendrait les communes

créant du logement abordable et social,

en finançant par exemple l’embauche d’un

conseiller logement. «Les communes sont

notre interlocuteur privilégié en matière

de logement car tous les terrains sont sur

un terrain communal et elles sont maîtres

de leurs PAG. Nous allons organiser des

ateliers régionaux pour mieux cerner leurs

attentes envers l’Etat et leurs besoins pour

créer davantage de logements abordables.

En septembre prochain, nous lancerons

un débat de consultation à la Chambre

des députés puis entamerons la procédure

législative nécessaire au lancement de ce

Pacte», nous dit-elle d’un ton déterminé.

Quant au portefeuille de la Culture, le plan

de développement culturel conçu par ses

prédécesseurs prévoit la mise en place d’un

Luxembourg Art Council. Ce dernier aura

pour vocation de regrouper tous les secteurs

de l’art et de fédérer davantage l’export

des artistes locaux tout en continuant à

les soutenir au Luxembourg. Son objectif

sera aussi de rassembler la politique de

subventionnement. «Je travaille également

sur un projet de loi sur la protection du

patrimoine pour lequel les scientifiques

dresseraient un inventaire des bâtiments

qui doivent être protégés, et ce, commune

par commune».

Il est souvent demandé à la ministre à

quelle forme d’art elle est la plus sensible.

Incapable de choisir, elle nous répond: «Je

suis végétarienne dans mon alimentation,

mais omnivore en matière de culture,

j’aime toutes les formes d’art! L’avantage

de la gestion de ce portefeuille est que je

peux combiner passion et travail. J’ai donc

moins mauvaise conscience lorsque je visite

une exposition ou me rend au théâtre…».

Très réservée quant aux questions portant

sur ses perspectives d’avenir personnelles,

la ministre Sam Tanson nous fait en

revanche part de ses aspirations pour le

pays. La nette progression déi gréng des

dernières élections législatives a démontré

une prise de conscience écologique au

sein de la population luxembourgeoise. La

ministre défend à ce sujet un enjeu précis:

«Les effets du réchauffement sont réels

pour notre génération et les suivantes. Peu

importe qui assumera cette responsabilité,

que ce soit mon parti ou un autre, pour

peu que la question climatique soit prise au

sérieux». n


Ee Reseau fir all d’Generatiounen

24/24 & 7/7 fir iech do

krankefleeg / vakanzebetter / nuets päiperléck

senioreresidencen / foyers de jour

www.paiperleck.lu/10joer

26 65 86

Päiperléck

e lëtzebuergesche Familljebetrib

mat Häerz a Séil

Päiperléck

S.à r.l.

10

ANNIVERSAIRE

2009 - 2019

Aides et Soins à Domicile - Résidences Seniors

JOER


Tom Wirion


LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 222 - MAI 2019 101

L’ivresse des passions

PAR JULIEN BRUN

PORTRAITS

Dans un Spleen des Fleurs du Mal, Baudelaire assure que «l’ennui, fruit de la morne incuriosité,

prend les proportions de l’immortalité». La proposition renversée concèderait que l’activité

pousse sur l’arbre d’une joyeuse curiosité qui prend racine dans la passion. Et l’enivrement de

convaincre par le verbe ou de travailler la matière de son geste n’enthousiasme-t-il pas l’avocat

comme l’artisan? Portrait de Tom Wirion, directeur de la Chambre des Métiers.

«Heureux qui, comme Ulysse, a fait un

beau voyage»

La passion enfièvre tant les domaines

intellectuels que manuels mais les artisans

ont peut-être une disposition plus propice

à la trouver. Sinon comment expliquer

que les cadres de grandes entreprises sont

toujours plus nombreux à faire le choix

d’une reconversion professionnelle dans la

pâtisserie, la menuiserie ou la décoration

florale? Créer, gérer, commercialiser,

innover, c’est se lever à l’aube d’une mission

à accomplir et se coucher au sentiment

d’avoir été utile.

Fils d’un professeur d’économie et d’une mère

au foyer, Tom Wirion grandit dans une famille

traditionnelle des années soixante-dix. Il suit

aisément le chemin classique des bons élèves

et au regard de ses maladresses manuelles (son

épouse ne manquera pas de le lui rappeler à

chaque bricolage dominical), s’oriente vers

une filière littéraire. L’autorité parentale est

bienveillante des choix lycéens qui se font

moins en prévision d’un emploi que des

goûts du moment. Le gamin est sensible à

l’art et dévore Baudelaire, Balzac ou Goethe

avec appétit. Les langues (français, allemand,

anglais et espagnol) apparaissent d’abord

comme des moyens d’accès à d’autres cultures,

l’histoire à une mémoire préhistorique, la

littérature aux pensées humaines et la

poésie aux beautés du monde.

“Le directeur

de la Chambre

des Métiers

a conscience

de ne pas être

un bon artisan

mais aime travailler

à leur service”

Dans le jardin adolescent des ambitions

professionnelles, différentes envies

éclosent. L’enseignement d’abord, mais

son activité de chargé de cours pour

aider d’autres lycéens en rattrapage

d’été ne lui permet pas de s’y projeter.

Le journalisme ensuite, mais le paysage

éditorial de l’époque n’offre pas ou peu de

spécialisation et les charmes de couvrir une

énième kermesse de village lui sont fanés.

Il est néanmoins séduit par l’expression

universitaire qui veut que «le droit mène

à tout à condition d’en sortir». Un cabinet

a la gentillesse d’accepter l’étudiant pas

très utile pour observer le fonctionnement

d’une Etude. L’intérêt naît alors avec la

sécurité rassurante de pouvoir s’en libérer

un jour.

Aujourd’hui directeur d’une institution,

force est de reconnaître qu’il en est

sorti mais la structure de pensée et la

méthodologie du droit, bien que distendue,

continue de l’animer. C’est même rassurant

dans la mesure où il pourrait retourner au

Barreau un jour, «à condition d’un grand

effort pour revoir la jurisprudence», souritil.

Souhaitant une faculté réputée mais

également la plus éloignée possible du

Luxembourg, il fait sa maîtrise à Aix-

Marseille de 1989 à 1992. Prendre de

la distance sur le connu pour mieux

l’apprécier, s’arracher du familier

pour mieux le regarder, repérer les

ressemblances et les dissemblances; la

conscience nietzschéenne du potentiel de

son propre pays naît depuis l’étranger et

c’est ce qui lui donnera envie d’y revenir.

Major de promotion, le Luxembourgeois

aime le verbe, la rhétorique, la séduction

par le mot et participe à des concours de

plaidoirie. Notamment au concours Jean-

Pictet dont l’un des objectifs est de sortir

le droit des livres. Il enchaîne les nuits de

travail en solitaire mais aussi en équipe

dans les bars. N’étant pas un théoricien

du droit, il refuse les propositions de thèse

et de poste de maître de conférences pour

intégrer en 1992 (le traité de Maastricht

vient d’être signé), le prestigieux Collège

de l’Europe de Bruges. Les sciences

politiques lui donnent à comprendre le

fonctionnement et la philosophie des

institutions européennes et les professeurs

affluant du monde entier apportent, chacun

dans leurs bagages, la philosophie juridique

de leurs pays.

Après l’admission au Barreau, il plaide,

défend, «fait bouger les lignes» pendant

plusieurs années. Avocat à la Cour, il

collabore avec un cabinet allemand dans

l’idée de monter un cabinet d’avocats

européen qui ne verra jamais le jour.


102 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 222 - MAI 2019

PORTRAITS

Le père de famille qu’il est le vit

régulièrement. L’aîné de ses deux enfants

est apprenti dans une filière technique

alors que sa cadette suit une filière classique

en Lettres. Si les deux sont pleinement

épanouis dans leurs domaines respectifs,

c’est bizarrement toujours l’aîné qui

recueille les onomatopées d’étonnement

des proches.

«Un avocat à la Chambre»

Spécialiste des contentieux, du droit du

travail et du droit administratif, l’avocat traite

beaucoup de litiges entre commerçants et

clients et si une grande partie de sa clientèle

vient de l’artisanat, il n’imagine pas encore

tout ce que le secteur recouvre de concret,

de vivant et de compétences.

C’est un concours de circonstances qui

le porte à la Chambre des Métiers. Ses

quelques certitudes quant à sa valeur au

Barreau s’embrument dès lors qu’il s’imagine

sur le marché privé. Il réalise alors un

entretien d’embauche, entre deux audiences

au tribunal, avec le goût du défi personnel.

On lui donne deux semaines pour réaliser

un travail à domicile qui fainéantera sur son

bureau et trois jours avant l’échéance, il se

dit que le sujet est vraiment intéressant, que

ce serait trop bête. Il rédige un papier sur la

cacophonie des législations en matière de

travail clandestin…

Il rentre à la Chambre des Métiers en 1999 et

les premiers mois sont difficiles, notamment

parce que si les langues sont communes,

le langage diverge encore. «Je parlais un

jargon de tribunal et il m’a fallu du temps

pour m’adapter aux rouages de la maison».

Nonobstant sa démission du Barreau et

sa robe d’avocat au placard, les bruits de

couloirs murmurent qu’il y a désormais un

avocat à la Chambre. Sa première mission

est de mettre sur pied le nouveau service

juridique dont l’objectif est de donner des

info-conseils concrets aux entreprises. Dix

ans plus tard, il devient directeur adjoint,

puis directeur en 2014.

«O Captain! My Captain!»

Il sait que sa principale mission, qui est

de changer l’image de l’artisanat, n’est pas

encore remplie mais assure aussi que les

progrès sont notables.

«De nombreuses initiatives ont été entreprises

afin de promouvoir le secteur. Si les prix

Créateur et de l’Innovation avaient du mal

à trouver des candidats à leur lancement

en 2006, les postulants affluent désormais.

Contrairement à l’économiste, au politique

ou au commentateur, l’artisan parle peu

d’innovation mais la réalise au quotidien car

il en va de la pérennité de son activité». La

prise de conscience du secteur ne saurait pour

autant, à elle seule, déraciner les stéréotypes

profondément ancrés dans les mentalités.

Si Tom Wirion reconnaît les avancées,

notamment dans l’accord de coalition qui

prévoit une réforme de l’apprentissage et

une modernisation du brevet de maîtrise

afin d’en faire plus encore un diplôme

de référence, il regrette néanmoins

une véritable réforme de l’orientation.

«L’orientation professionnelle se fait

trop souvent à défaut de réussites dans

la filière classique». Si l’artisanat est le

premier secteur formateur du pays avec

1.800 contrats d’apprentissage, si les

diplômés trouvent rapidement du travail

sur le marché qui compte quelques 95.000

emplois et 7.500 entreprises, «beaucoup

trop de candidats arrêtent en cours de

formation parce qu’ils ont été mal orientés».

Le système idéal guiderait le jeune selon

ses aptitudes théoriques, manuelles,

techniques, linguistiques et scientifiques.

“Créer, gérer,

commercialiser,

innover, c’est se

lever à l’aube d’une

mission à accomplir

et se coucher au

sentiment d’avoir

été utile”

Les gestes du service

Jusqu’à la Renaissance, il n’y avait aucune

distinction entre l’artisan et l’artiste.

Les deux mots ont en commun la racine

latine «ars» qui signifie «habileté, métier,

connaissance technique». Le premier met

son geste au service du plaisir, le second au

service des autres.

Quelques semaines seulement après

l’incendie de Notre-Dame de Paris, on

imagine les artisans-artistes du Moyen

Âge, travaillant un siècle durant à la

lueur des lanternes, maîtrisant chacun de

leurs gestes pour donner naissance à une

bâtisse qui deviendra le symbole de Paris

et dans une autre mesure, de l’Occident.

Ce corps vivant constamment en chantier

a traversé les deux Guerres mondiales,

échappé aux conflits sociaux, est rescapé

des flammes de la Commune et des pillages

de la Révolution. Survivante à 850 ans de

circonstances, Notre-Dame de Paris est

une idée plus forte que les Hommes. Mais

c’est bien au XXI e siècle technologique

qu’elle s’est enflammée.

Ces dernières années Tom Wirion a pris

conscience d’un élément qui lui avait

jusqu’alors échappé. Outre le geste, l’artisan

conçoit, met en œuvre, commercialise et

gère. Sa main est guidée à la lumière des

imaginations, des réflexions, des capacités à

innover. C’est pour cela qu’il est convaincu

que la digitalisation métamorphosera mais

ne tuera pas l’artisanat. n


104 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

Un accent belge dans la «voix

de l’industrie luxembourgeoise»

PAR ADELINE JACOB

PORTRAITS

Michèle Detaille a vécu deux vies, l’une scandée par la res publica, l’autre marquée par son goût

pour l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, en prenant la présidence de la Fédération des Industriels

Luxembourgeois (FEDIL), elle marie ses deux passions. Cette femme pionnière et audacieuse,

taillée pour la fonction, se dévoile.

Michèle Detaille grandit dans les Ardennes

belges qui ont inspiré les poèmes de Paul

Verlaine, là où «les villages de pierre

ardoisière aux toits bleus ont leur pacage

et leur labourage autour d’eux». Son père

possède un élevage de bovins et travaille

dans le commerce de bétail, dans l’actuelle

commune de Vaux-sur-Sûre. La petite fille

fréquente une petite école de village et

compte parmi les bons élèves, jusqu’à ce

qu’arrivent les turbulences de l’adolescence.

Son passage dans le secondaire sera plutôt

chahuté et elle terminera ses humanités

non sans quelques difficultés. C’est qu’audelà

des livres de classe, elle se passionne

pour l’histoire, l’actualité, la lecture et aime

à se perdre dans les musées. Sur sa table de

chevet, entre deux romans, ont défilé de

nombreuses biographies de personnages

historiques. La jeune fille devient très vite

incollable sur Charles de Gaulle, Napoléon,

Louis XIV ou encore Léopold II.

Le libéralisme en héritage

Son attirance pour la politique se dessine à

la même période. Tant du côté maternel que

paternel, plusieurs membres de la famille

occupent diverses fonctions politiques à

l’échelle locale. C’est donc forcément un

sujet qui pimente les discussions autour

du repas du soir. Dans la famille Detaille,

c’est le libéralisme qui régale les esprits,

une doctrine économique et politique que

l’adolescente reçoit presque en héritage.

Venu le temps de choisir sa voie, c’est tout

naturellement que Michèle Detaille opte

pour une licence en sciences politiques à

l’Université catholique de Louvain (UCL).

Un choix de cœur teinté de pragmatisme:

le cursus n’est pas exagérément exigeant et

lui permet de s’épanouir dans sa vie sociale.

Lorsqu’elle ne fréquente pas les auditoires,

l’étudiante s’autorise de petites escapades

à Paris avec ses amis, s’évade au théâtre

ou fréquente les expositions. Malgré ce

besoin d’évasion, elle gardera un lien

particulier avec son Alma Mater puisqu’elle

deviendra, en 2015, membre du conseil

d’administration de l’UCL.

“La fonction

de député ne

me convenait pas

parce qu’elle

ne me permettait

pas d’être

dans l’action”

Le milieu académique fascine

l’entrepreneure: «Je suis à la fois très

admirative et très impressionnée par

ces gens qui font évoluer la science, la

culture, l’histoire, l’analyse critique et

conceptuelle», confie-t-elle. Elle n’a

pourtant pas à rougir de leur intellect

puisque, à l’époque, son mémoire de

licence, une analyse organisationnelle du

Parti réformateur libéral, attire l’attention

du ministre et président de parti d’alors,

Jean Gol, et lui vaut l’honneur de travailler

pour ce dernier en tant que conseiller

politique. Rapidement, on a vent de la

nouvelle dans son village natal où une

liste communale à tendance libérale est en

train de se constituer. Tout d’abord sur la

réserve, la jeune femme, qui s’est éloignée

des forêts ardennaises depuis une douzaine

d’années et s’estime peu avertie des réalités

locales, se laisse finalement convaincre par

ses collègues du parti qui l’encouragent

à «se mouiller sur le terrain». C’est ainsi

qu’elle sert de catalyseur à son équipe et

qu’au terme de la campagne l’électeur

fera d’elle la plus jeune bourgmestre de

Belgique, à seulement 25 ans. Comme

souvent dans la vie, le hasard aura bien

fait les choses puisque la jeune élue

prendra goût à la fonction qu’elle occupera

pendant 18 ans.

Un rêve entrepreneurial

Forte de son premier succès, la jeune

femme devient vice-présidente de son parti

puis députée, à nouveau la plus jeune dans

l’histoire du Royaume. Mais malgré les

victoires, la fonction n’est pas faite pour

elle. «Je ne me suis pas plu dans mon rôle

de députée. Je ne critique pas la fonction,

je la trouve d’ailleurs très importante,

mais elle ne me convenait pas du tout

parce qu’elle ne me permettait pas d’être

dans l’action, seulement dans le verbe»,

se souvient-elle. La jeune élue confie

d’ailleurs très vite son rêve d’entreprise à

ses collègues parlementaires et, peu après

avoir quitté l’hémicycle, elle cherche à

s’épanouir dans l’entrepreneuriat.

C’est ainsi qu’en 1988, Michèle

Detaille s’aventure dans le

secteur privé en rejoignant le

groupe Accor Services où elle

sera rapidement chargée de la

direction commerciale pour

le Benelux. Elle qui rêvait

tant de diriger sa propre

entreprise en garde

néanmoins un souvenir

agréable, ayant le

sentiment d’avoir

été à bonne école

en se lançant dans

un grand groupe.

Moins de dix ans

plus tard, elle se

sent les épaules

assez solides pour

se lancer à son

compte et


Michèle Detaille


106 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 223 - JUIN 2019

PORTRAITS

à la recherche de la perle rare avec son

associé. C’est en 1996 qu’elle reprend

No-Nail Boxes, une entreprise spécialisée

dans la production de caisses pliantes en

bois contreplaqué et en acier, implantée de

l’autre côté de la frontière, à Ettelbruck.

Au fil des années, les actionnaires de la

PME créent et acquièrent d’autres sociétés

puis fondent la marque ALIPA pour, en

interne, insuffler une culture de groupe et,

à l’extérieur, accroître leur visibilité.

Une femme au pouvoir

Ses activités de cheffe d’entreprise amènent

Michèle Detaille à entrer au conseil

d’administration de la FEDIL en 2005.

Treize ans plus tard, elle est promue viceprésidente

de la Fédération. Elle occupera

finalement ce poste moins d’un an, «les

astres en ayant décidé autrement». En

effet, l’annonce inattendue du départ de

son président, Nicolas Buck, pour l’UEL

change la donne et propulse Michèle

Detaille à la tête de la Fédération, faisant

d’elle la première femme mais aussi la

première non-luxembourgeoise présidente

de la FEDIL. Une preuve de confiance mais

aussi de la belle ouverture de la Fédération

et du pays, selon Michèle Detaille.

“On se prive

trop souvent

du savoir-faire et

des connaissances

des femmes”

Bien qu’elle n’ait pas accepté le poste

dans l’intention d’être la première femme

présidente, elle ne refuse pas l’étiquette de

féministe et estime que l’on se prive trop

souvent et bien idiotement du savoir-faire

et des connaissances des femmes. «C’est

bien d’être la première, mais il ne faut

surtout pas être la dernière; si bien qu’avant

de quitter un groupe, quel qu’il soit, je

m’assure d’abord de la présence d’une autre

femme», affirme-t-elle. Si l’entrepreneure

a dû travailler dur, sa féminitude ne lui a

jamais réellement desservi, même dans

un milieu comme celui de l’industrie,

traditionnellement dirigé par des hommes.

Celle-ci lui a d’ailleurs permis de se

démarquer; Michèle Detaille c’est «la»

dame, une exception qui lui conférait une

certaine notoriété.

Avec ses collaborateurs, la dame entend

désormais contribuer à l’essor du Grand-

Duché et préparer l’économie de demain.

Sa double expérience de femme politique et

de femme d’affaires ne pourra que la servir

dans sa fonction: «L’idée est aussi de mener

un travail pédagogique aussi bien avec nos

membres qu’avec les politiques car les deux

milieux se connaissent finalement assez

peu», explique-t-elle. Au-delà, la nouvelle

présidente entend bien représenter «le

changement dans la continuité». Arrivant

au milieu d’un programme qui a été défini

pour six ans, elle estime pouvoir et devoir

encore faire vivre l’association sur la ligne

de conduite établie à l’époque et qui reflète

les grands défis auxquels sont confrontés

les entreprises aujourd’hui: la recherche de

talents, la digitalisation et la transformation

énergétique. La Belge a toutefois ajouté un

quatrième axe qu’elle entend développer

avec ses partenaires de la Chambre de

Commerce: le commerce extérieur.

Michèle Detaille donnera le ton à la «voix

des industries» avec toute l’exigence

et la bienveillance qui la caractérisent,

accompagnée pour cela de collaborateurs

«motivés, intelligents et critiques», qui

n’hésiteront pas à la challenger, comme elle

aime à le souligner. n


NEU

McCONNEL ROBOCUT

ferngesteuerte Motormäher

McCONNEL ROBOCUT

Neue Modelle meistern schwierigste Bedingungen

- McConnel ROBOCUT Modelle RC56 und RC75

mit neuester Top-Technik

- Motorvarianten mit 56 und 75 PS für steile

Hänge bis 55 Grad

- Schlegelköpfe von 1,6 und 1,9 Metern Breite

für noch höhere Leistung

Becx Heckenschneider

Fachgerechter Einsatz beim

Heckenschnitt, wie gesetzlich gefordert

10, ZAC Jauschwis . L-7759 Roost . Tel.: 28 68 45-1 . info@clooskraus.lu


108 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 224 - JUILLET/AOÛT 2019

PORTRAITS

Quand l’expérience

mène à la réussite

PAR MARTINA CAPPUCCIO

Ancien ministre CSV, avocat et partenaire de l’étude Elvinger Hoss Prussen, président

du conseil d’administration de la BIL ainsi que de la Chambre de Commerce, Luc Frieden

est une personnalité incontournable du monde politique et économique luxembourgeois.

Son expérience parle d’elle-même…

Un parcours académique sans faute

Luc Frieden grandit entre Esch-sur-

Alzette et Luxembourg. Aussi jeune soit-il,

l’étudiant se passionne pour le droit, qu’il

considère comme l’expression de choix

politiques, ainsi que pour l’économie.

C’est ainsi qu’attiré par les lumières de

la capitale française, il s’installe dans un

studio du XV e arrondissement, proche de

la Sorbonne où il réalise ses études en droit

des affaires. L’art de vivre parisien le séduit

et il prend goût aux terrasses des cafés et à

l’effervescence de cette grande ville.

L’obtention de son premier diplôme approchant,

l’étudiant rêve ensuite d’accéder

à Harvard. Bon élève, sa candidature est

acceptée, mais la meilleure université

du monde lui conseille d’obtenir au

préalable un premier master, au vu de son

jeune âge et de son manque d’expérience

professionnelle. C’est ainsi qu’il franchira la

manche pour réaliser une maîtrise de droit

à Cambridge, en Angleterre.

Au terme de celle-ci, l’étudiant s’envole

enfin pour les Etats-Unis: «Harvard est

une école très exigeante. J’y ai fortement

apprécié la qualité des cours dispensés

par des intervenants de grande qualité,

donnant à la théorie une dimension encore

plus intéressante. Mais j’ai surtout aimé les

rencontres que j’ai pu y faire. J’y ai lié des

amitiés avec des étudiants particulièrement

brillants, venant du monde entier. Nos

échanges étaient motivants et nous

poussaient à nous dépasser», raconte-t-il.

Entre droit et politique

De retour au Luxembourg, Luc Frieden se

lance immédiatement dans la vie active en

poursuivant son stage judiciaire au sein du

cabinet Bonn & Schmitt. Pris sous l’aile

d’Alex Bonn, son maître de stage, il peut

échanger avec lui sur des questions liées aux

droit public, constitutionnel et commercial.

Dans un même temps, il est invité à s’inscrire

sur la liste électorale de la circonscription

centre du CSV pour les élections de 1994.

«Ce parti m’attirait car il combinait à la fois

l’économie de marché et un certain équilibre

social, sans se focaliser, comme d’autres

partis, sur l’une ou l’autre question»,

précise-t-il. A 30 ans seulement, il est

ainsi élu député, fonction qu’il a combinée

pendant quatre ans avec sa profession

d’avocat. Lors des élections de 1998, il est

pour la première fois élu au gouvernement

et devient ministre de la Justice ainsi que du

Trésor et du Budget; c’est alors qu’il renonce

à toute autre fonction.

“Combiner

l’économie

de marché et

un certain

équilibre social”

Le premier mandat du ministre de la

Justice s’avère particulièrement difficile à

gérer. En effet, les événements tragiques se

produisant sur la scène internationale à cette

époque touchent le Luxembourg, et plus

particulièrement sa politique migratoire

et de sécurité. L’ancien ministre en est

resté très marqué: «La gestion d’un afflux

immense de dossiers de demandeurs d’asile

en provenance d’ex-Yougoslavie pendant

la crise des Balkans a été humainement et

politiquement difficile», il poursuit: «J’étais

toujours ministre de la Justice au moment

des attentats de 2001 à New-York, et

donc en charge des questions de sécurité

intérieure. Il s’agissait d’un momentcharnière

pour définir les mesures à prendre

en matière de sécurité en Europe».

La gestion d’une crise

Luc Frieden a fait partie de trois

gouvernements Juncker successifs. Lors

de son deuxième mandat, alors qu’il était

ministre des Finances, une nouvelle crise

éclate, mais de nature économique cette

fois. Au cours de l’année 2007, la crise des

subprimes secoue les Etats-Unis et sera

suivie de près, en 2008, par la crise bancaire

et financière qui connaîtra le retentissement

à échelle mondiale que l’on connait.

Et le Luxembourg n’y échappe pas…

Luc Frieden se souvient «minute par

minute» des décisions prises pendant

la gestion de cette crise et du courage

politique qu’elles ont nécessité: «Avec

le recul, je peux affirmer qu’il s’agit des

décisions les plus importantes et difficiles

que j’ai dû prendre au cours de ma carrière

politique. Notre objectif à l’époque était

de préserver le système économique

et social luxembourgeois; pour

ce faire, nous avons sauvé les anciennes BIL

et BGL et par là, l’argent des déposants.

Nous ne savions pas

quelle serait l’issue,

mais j’étais convaincu

dès le début de la

nécessité de cet

acte. Avec le recul,

je pense avoir

pris la bonne

décision».

Luc Frieden revient

avec une pointe

de nostalgie sur

ces trois mandats:

«Si la place financière

est aussi prospère

aujourd’hui, c’est

essentiellement dû au

cadre que nous avons

créé au cours des

20 dernières années

pour son développement.


Luc Frieden


110 LG

BEST OF & GUIDE 2019 - LG 224 - JUILLET/AOÛT 2019

PORTRAITS

Si en janvier 2019 il envisage son retour

en politique à l’occasion des élections

européennes, une proposition vient

chambouler ses plans. Traditionnellement

présidée par un représentant de l’industrie,

la Chambre de Commerce était à la

recherche d’un nouveau candidat à ce poste.

Au vu des changements à l’œuvre au sein

de l’économie luxembourgeoise, le secteur

financier et les organisations patronales

suggèrent alors le nom de Luc Frieden.

Cette proposition est soutenue à l’unanimité

par tous les secteurs: «Contribuer au débat

sur le développement économique et

social à travers cette fonction sera pour

moi une manière efficace de continuer à

servir mon pays en dehors des institutions

strictement politiques». Pour ce faire, ses

priorités seront de «relever les défis liés à

la digitalisation, aider les entreprises à se

développer à l’international et assurer la

formation continue de la main d’œuvre».

En tant que ministre du Trésor puis des

Finances, je suis fier d’avoir contribué de

façon visible à la prospérité économique du

Luxembourg».

Revers politique

Lors des élections de 2013, le politicien

connait un nouveau succès en devenant le

premier élu dans la circonscription centre.

Mais cette victoire personnelle ne suffit

pas et le CSV n’accède pas au pouvoir.

Déboussolé par cette défaite à laquelle il

ne s’attend pas, l’ancien ministre passe sur

les bancs de l’opposition et devient député.

Ce rôle d’observation ne lui convient

pas et après avoir passé quinze années au

gouvernement, l’ancien ministre a besoin

de changement.

Il faut dire que les propositions affluent,

et c’est celle du Deutsche Bank Group

qui retient son attention. L’entreprise lui

offre en effet le poste de vice-président

dans leurs bureaux anglais: «Londres

m’offrait un anonymat que je n’avais

plus au Luxembourg depuis mon entrée

au gouvernement. De plus, après une

déception politique, cette opportunité m’a

donné un nouveau souffle».

Retour aux sources

Toujours en poste à Londres, Luc

Frieden se voit proposer la présidence

du conseil d’administration de la BIL,

à Luxembourg. «Présider une très

ancienne banque luxembourgeoise m’est

apparu comme un projet stimulant.

La digitalisation, la concurrence des

FinTechs, les taux d’intérêt bas sont

autant de défis que nous relevons chaque

jour, en redéfinissant le positionnement

de la banque dans un environnement

en perpétuel change-ment». L’homme

d’affaires, qui semble apprécier les tâches

ardues, a donc accompagné la banque

avec succès dans ses dernières transitions,

à savoir son rachat par le groupe Legend

Holdings et son changement de direction

il y a quelques mois.

En parallèle, Luc Frieden est revenu à

ses premières ambitions professionnelles

en intégrant le cabinet Elvinger Hoss

Prussen. Son expérience dans le secteur

financier y est devenue un véritable

atout, puisque l’essentiel de son travail

se concentre sur les conseils stratégiques

qu’il donne aux entreprises concernant

des sujets d’actualité comme le Brexit ou

l’essor des FinTechs.

“J’ai participé

à la création

du Luxembourg

d’aujourd’hui

et je suis très fier

de ce que nous

avons pu atteindre”

Quant à ses ambitions personnelles, le

nouveau président de la Chambre de

Commerce reste évasif. Conscient des

changements à l’œuvre à tous les niveaux

de la société, il aspire simplement à aider

le pays à opérer ces transitions, comme il

l’a déjà fait par le passé: «J’ai participé à

la création du Luxembourg d’aujourd’hui

et je suis très fier de ce que nous avons pu

atteindre. Je voudrais à présent contribuer

d’une autre manière à l’avenir du pays et

également à celui d’une Europe en pleine

redéfinition», conclut-il. n


112 LG

BEST OF & GUIDE 2019


Communes

Beaufort

Bech

Beckerich

Berdorf

Bertrange

Bettembourg

Bettendorf

Betzdorf

Bissen

Biwer

Boulaide

Bourscheid

Bous

Clervaux

Colmar-Berg

Consdorf

Contern

Dalheim

Diekirch

Differdange

Dippach

Dudelange

Echternach

Ell

Erpeldange-sur-Sûre

Esch-sur-Alzette

Esch-sur-Sûre

Ettelbruck

Feulen

Fischbach

Flaxweiler

Frisange

Garnich

Goesdorf

Grevenmacher

Grosbous

Habscht

Heffingen

Helperknapp

Hesperange

Junglinster

Käerjeng

Kayl

Kehlen

Kiischpelt

Koerich

Kopstal

Lac Haute-Sûre

Larochette

Lenningen

Leudelange

Lintgen

Lorentzweiler

Luxembourg-Ville

Mamer

Manternach

Mersch

Mertert

Mertzig

Mondercange

Mondorf-les-Bains

Niederanven

Nommern

Parc Hosingen

Pétange

Preizerdaul

Putscheid

Rambrouch

Reckange-sur-Mess

Redange-sur-Attert

Reisdorf

Remich

Roeser

Rosport-Mompach

Rumelange

Saeul

Sandweiler

Sanem

Schengen

Schieren

Schifflange

Schuttrange

Stadtbredimus

Steinfort

Steinsel

Strassen

Tandel

Troisvierges

Useldange

Vallée de l’Ernz

Vianden

Vichten

Wahl

Waldbillig

Waldbredimus

Walferdange

Weiler-la-Tour

Weiswampach

Wiltz

Wincrange

Winseler

Wormeldange

C-3

D-4

A-4

D-3

B-5

B-6

C-3

D-4

B-4

D-4

A-3

B-3

C-5

B-2

B-4

D-4

C-5

C-5

C-3

A-6

B-5

B-6

D-4

A-4

B-3

B-6

B-3

B-3

B-3

C-4

C-5

C-6

B-5

B-3

D-4

B-3

B-4

C-4

B-4

C-5

C-4

A-5

B-6

B-5

B-2

B-5

B-5

A-3

C-4

D-5

B-5

B-4

C-4

B-C-5

B-5

D-4

B-4

D-4

B-3

B-6

C-6

C-5

C-4

B-2

A-5

B-4

B-2

A-3

B-5

A-4

C-3

D-5

C-5

D-4

B-6

B-4

C-5

B-6

C-6

B-3

B-6

C-5

D-5

B-5

B-5

B-5

C-3

B-1

B-4

C-4

C-3

B-4

A-3

C-4

C-5

C-5

C-5

B-1

B-2

A2

A2

D-5

113

LG

BEST OF & GUIDE 2019


114 LG

BEST OF & GUIDE 2019

Beaufort

Bech

Beckerich

Berdorf

Bertrange

Bettembourg

Bettendorf

Beaufort

Beaufort-Château

Befort

Dillingen

Grundhof, ancienne forge

Grundhof-Dillingen

Krehwinkel

Mühlenbach

Roederhof

Schmittenwehr

Altrier

Altrier-Hemstal

Bech

Blumenthal

Geyershof

Grassenberg

Graulinster

Hemstal

Hersberg

Jacobsberg

Kinsickerhof

Kreuzenhöcht

Marscherwald-Kobenbour

Rippig

Waldhof

Zittig

Zittig-Moulin

Beckerich

Elvange

Hovelange

Hovelange-Halte

Huttange

Leitrange

Leitrange (Ferme de)

Levelange

Noerdange

Oberpallen

Schweich

Berdorf

Birkelt

Bollendorf-Pont

Dosterthof

Grundhof

Halsbach

Hammhof

Heisbich

Hungershof

Kalkesbach

Langent

Laufenwehr

Posselt

Schleiterhof

Seitert

Weilerbach

Bartringen

Bertrange

Bertrange-Gare

Bofort

Findelshof

Grevels

Helfenterbruck

Lorentzscheuer

Niedert

Tossenberg

Abweiler

Bettembourg

Fennange

Huncherange

Krackelshof

Noertzange

Bettendorf

Bleesbruck

Broderbour

Clairefontaine

Clemenshof

Betzdorf

Bissen

Biwer

Boulaide

Bourscheid

Bous

Clervaux

Gilsdorf

Hirzenhof

Keiwelbach

Kempchen

Moestroff

Morgenflissen

Moschbierg

Niederberg

Sasselbach

Schrödeschhof

Selz

Unterfoos

Unterherel

Banzelt

Berg

Betzdorf

Betzdorf-Moulin

Haupeschhof

Maison forestière

Mensdorf

Olingen

Roodt-sur-Syre

Bissen

Bissen-Forges

Bissen-Moulin

Roost

Biwer

Boudier

Boudierbach

Breinert

Breinertknupp

Brouch

Hagelsdorf

Wecker

Wecker-Gare

Weydig

Baschleiden

Bauschleiden

Boudlerbach

Boulaide

Boulaide-Moulin

Flebour

Poteau de Harlange

Schaulsmühle

Surré (Syr)

Asselborn

Bourscheid

Bourscheid-Moulin

Closdelt

Enteschbach

Fischeiderhof

Flebour-Lipperscheid

Flebour-Michelau

Friedbusch

Goebelsmühle

Kehmen

Lipperscheid

Schlindermanderscheid

Upperscheld

Welscheid

Windhof

Baumhof

Michelau

Scheidel

Assel

Bous

Emeringerhof

Erpeldange-sur-Sûre

Heisbourgerhof

Herdermühle

Rolling

Scheuerberg

Clerf

Clervaux

Drauffelt

Colmar-Berg

Consdorf

Contern

Dalheim

Eselbom

Fischbach

Fossen

Grindhausen

Heiderscheid

Heinerscheid

Heinerscheid-Route

Hupperdange

Kaesfurt

Kalborn

Kalborn-Moulin

Katzfeld

Kirelshof

Lausdorn

Lieler

Marnach

Mecher

Munshausen

Reuler

Roder

Siebenaler

Tintesmühle

Urspelt

Weicherdange

Berg

Brongershof

Brosiushof

Carlshof

Colmar

Geismühle

Lellingerhot

Welsdorf

Altrodeschhof

Breitweiler

Colbette

Consdorf

Consdorf-Moulin

Crispent

Gemenerhof

Juckenfeld

Kalkesbach

Kobenbour, v. Marscherwald

Kriespelt

Marscherwald

Melicksheck

Michelshof

Neurodeschhof

Osterholz

Rosswinklerhof

Scheidgen

Stoppelhof

Theinshof

Wolper

Wolperhof

Brücherhof

Brüchermühle

Contern

Contern-Barrière

Cröntgeshof

Kackerterhof

Medingen

Moutfort

Mühlbach-Moulin

Oetrange

Oetrange-Moulin

Pleitrange

Mühlbach

Buchholzerhof

Dalheim

Filsdorf

Heidscheuer

Hunnenbusch

Leymühle

Reckingerhof

Welfrange

Communes, localités et/ou lieux-dits


Diekirch

Differdange

Dippach

Dudelange

Echternach

Ell

Erpeldange-sur-Sûre

Esch-sur-Alzette

Esch-sur-Sûre

Ettelbruck

Diekirch

Friedhof

Herrenberg

Differdange

Fond de Gras

Fond de Hussigny

Kaalbreck

Kuelesgrund

Lasauvage

Maison-Cronière

Moulin à scories

Niederkorn

Obercorn

Schlackenmühle

Vesquenhaff

Bettange

Dippach

Dippach-Barrière

Dippach-Gare

Löftgermühle

Schouweiler

Schouweiler-Halte

Sprinkange

Sprinkange-Ferme

Budersberg

Burange

Dudelange

Bel-Air

Echternach

Felsbuch

Felsmühle

Kefferbour

Lauterborn

Lauterborn-Moulin

Lütschen

Manertchen

Melicksberg

Melickshof

Neumühle

Oligsmühle

Rodenhof

Specksmühle

Thoul

Wann

Colpach-Bas

Colpach-Haut

Ell

Petit-Nobressart

Roodt

Bürden

Erpeldange-sur-Sûre

Ingeldorf

Neuhof

Esch-sur-Alzette

Lallange

Barrage

Bonnal

Burgfried

Dickeschbour

Dirbach

Esch-sur-Sûre

Esch-Tunnel

Eschdorf

Fond de Helderscheid

Herheck

Insenborn

Lultzhausen

Merscheid

Neuhof

Neunhausen

Ringel

Ringel-Ferme

Tadler

Ettelbruck

Grenzingen

Feulen

Fischbach

Flaxweiler

Frisange

Garnich

Goesdorf

Grevenmacher

Grosbous

Habscht

Heffingen

Heinenhof

Herckmannsmühle

Lopert

Mederhof

Warken

Feulen

Feulenerhecken

Hirtzhof

Hubertushof

Kalkfabrik

Niederfeulen

Oberfeulen

Angelsberg

Fischbach

Fischbach-Forge

Koedange

Schiltzberg

Schoos

Stuppich

Weyer

Berghof

Beyren

Buchholtz

Flaxweiler

Gostingen

Niederdonven

Oberdonven

Aspelt

Frisange

Hellange

Krockelshof

Dahlem

Garnich

Grand-Bevange

Hivange

Kahler

Bockholtz

Bockholtz-Moulin

Büderscheid

Dahl

Dirbach

Goebelsmühle

Goesdorf

Goesdorf-Mine

Harderbach

Masseler

Nocher

Nocher-Route

Grevenmacher

Grevenmacherberg

Manternacherberg

Potaschberg

Dellen

Grosbous

Lehrhäuschen

Lehrhof

Eichelsbarrière

Eischen

Felleschmühle

Gaïchel

Grelsch

Hobscheld

Jinkenhof

Klaus

Kreuzerbuch

Leesbach

Roodt

Saegemühle

Septfontaines

Simmerfarm

Simmern

Simmerschmelz

Fuhrels

Heffingen

Heffingen-Moulin

Helperknapp

Hesperange

Junglinster

Käerjeng

Kayl

Kehlen

Kiischpelt

Reuland

Reuland-Moulin

Scherbach

Scherfenhof

Steinborn

Ansembourg

Bill

Boevange-sur-Attert

Bour

Brouch

Brouch-Moulin

Buschdorf

Claushof

Finsterthal

Finsterthalerhöhe

Grevenknapp

Hollenfels

Kalbacherhof

Marienthal

Marienthalerhof

Tuntange

Alzingen

Fentange

Gantenbeinmühle

Hesperange

Howald

Itzig

Itzigersté

Sandweiler-Contern-Gare

Altlinster

Behlen

Beidweiler

Bourglinster

Eisenbom

Eschweiler

Godbrange

Gonderange

Graulinster

Imbringen

Jeanharis

Junglinster

Neumühle

Rodenbourg

Bascharage

Bascharage-Gare

Bomecht

Bommert

Clemency (Küntzig)

Fingig

Hautcharage

Linger

Nachtbann

Neudrisch

Schockmühle

Alscheid

Kayl

Tétange

Brameschhof

Dondelange

Dürrenthal

Kehlen

Keispelt

Kreuzweg-Keispelt

Kreuzweg-Olm

Kuhberg

Meispelt

Nospelt

Olm

Petite-Amérique

Quatre-Vents

Val-des-Oseraies

Enscherange

Kautenbach

Koenerhof

Lellingen

115

LG

BEST OF & GUIDE 2019


Koerich

Kopstal

Lac de la Haute-Sûre

Larochette

Lenningen

Leudelange

Lintgen

Lorentzweiler

Luxembourg

Merkholtz

Pintsch

Schuttbourg-Moulin

Wilwerwiltz

Frastenhof

Goeblange

Goetzingen

Grevenmühle

Jagdhaus

Koerich

Neumühle

Windhof

Bridel

Bürgerkreuz

Kahlscheuer

Kopstal

Rodenhof

Bavigne

Dünkrodt

Harlange

Ischpelt, v. Tarchamps

Kaundorf

Liefrange

Mecher

Nothum

Saint-Pirmin

Tarchamps

Watrange

Ernzen

Fels

Goudelt

Larochette

Leidenbach

Meysembourg

Weydert

Beyerholz

Canach

Hackenhof

Lenningen

Scheuerhof

Untere Mühle

Leudelange

Leudelange-Barrière-Merl

Leudelange-Gare

Schlewenhof

Gosseldange

Lintgen

Plankenhof

Prettingen

Schleif

Asselscheuer

Blaschette

Bofferdange

Bofferdange-Ferme

Dauschkaul

Helmdange

Hünsdorf

Klingelscheuer

Lorentzweiier

Rashof

Schwanenthal

Weisbach

Baumbusch

Beggen

Belair

Bonnevoie

Cents

Cessange

Clausen

Dommeldange

Duderhof

Eich

Fetschenbour

Fetschenhof

Gasperich

Mamer

Manternach

Mersch

Mertert

Mertzig

Mondercange

Gérardshof

Grund

Hamm

Hollerich

Kalkesbruck

Kirchberg

Kriepsgründchen

Kuhberg

Limpertsberg

Luxembourg

Merl

Mühlenbach

Neudorf

Pfaffenthal

Pulvermühl

Reckenthal

Rollingergrund

Scheidgrund

Scheidhof

Schleifmühle

Septfontaines

Tubishof

Val-St-André

Val-Ste-Croix

Verlorenkost

Weimershof

Weimerskirch

Berenthal

Birel

Cap

Capellen

Capellen-Gare

Gaaschtmühle

Holzem

Holzem-Moulin

Mamer

Neumaxmühle

Pfaffenbrouch

Wiltzermühle

Berbourg

Berburgerwald

Lellig

Manternach

Münschecker

Papeterie

Schorenshof

Beringen

Beringerberg

Berschbach

Binzrath

Essingen

Finsterthalerhof

Hilbach

Hosbich

Hühnerhof

Hunnebour

Mersch

Mersch-Gare

Moesdorf

Pettingen

Reckange

Reckange-Barrière

Rollingen

Roosthof

Scheuerhof

Schoenfels

Fausermühle

Felsmühle

Mertert

Schaeferreder

Scheidberg

Wasserbillig

Wolfsmühle

Mertzig

Bergem

Mondorf-les-Bains

Niederanven

Nommern

Parc Hosingen

Pétange

Foetz

Mondercange

Pontpierre

Altwies

Bad-Mondorf

Castelmühle

Ellange

Ellange-Gare

Maison-Brehm

Mondorf-les-Bains

Buschhaus

Distillerie

Engelshof

Ernster

Franzosengrund

Höhenhof

Hostert

Jaegerhäuschen

Niederanven

Oberanven

Oberanven-Barrière

Parishof

Rammeldange

Senningen

Senningerberg

Staffelstein

Waldhof

Beisten

Bourghof

Cruchten

Cruchten-Gare

Eichelbour

Kleinbourghof

Niederglabach

Nommern

Oberglabach

Schleiderhof

Schrondweiler

Seylerhof

Consthum

Geyershof

Holzthum

Dickt

Hoscheid

Kehrmühle

Markenbach

Oberschlinder

Unterschlinder

Ackerscheld

Bockholtz

Dasbourg-Pont

Dickt

Dorscheid

Dorscheiderhäuschen

Fennberg

Homichshof

Hosingen

Hosingen-Barrière

Kohnenhof

Lehmkaul

Neidhausen

Obereisenbach

Rodershausen

Route de Vianden

Schmitzdell

Untereisenbach

Wahlhausen

Waldberg

Wegscheid

Fond de Gras

Lamadelaine (Rollingen)

Minière Gras

Neumühle

Pétange

Rodange

Communes, localités et/ou lieux-dits

116 LG

BEST OF & GUIDE 2019


Preizerdaul

Putscheid

Rambrouch

Reckange-sur-Mess

Redange-sur-Attert

Reisdorf

Weissenhof

Bettborn

Horas

Platen

Pratz

Pratz-Moulin

Reimberg

Rodbach

Bivels

Bivels-Moulin

Gralingen

Grauenstein

Hoscheiderhof

Merscheid

Nachtmanderscheid

Poul

Putscheid

Route de Vianden

Route de Wahlhausen

Stolzembourg

Weiler

Arsdorf

Arsdorf-Moulin

Bigonville

Bigonville-Moulin

Bigonville-Route

Bilsdorf

Bondorf

Escheid, v. Eschette

Eschette

Flatzbour

Folschette

Goeldt-Hostert

Haut-Martelange

Holtz

Hostert

Koetschette

Martelange-Rombach

Martelinville

Misèrehof

Neumühle

Obermartelingen

Perl, v. Perlé

Perlé

Rambrouch

Rieshaus

Schwiedelbrouch

Weissenhof

Wolwelange

Ehlange

Limpach

Pissange

Reckange-sur-Mess

Roedgen

Wickrange

Eltz-Ospern

Eltz-Redange

Heidenkaul

Lannen

Lannenerberg

Nagem

Nagemerberg

Nagemerhof

Niederpallen

Niederpallen-Moulin

Ospern

Redange

Reichlange

Beforterheide

Bigelbach

Goberhof

Hermeswies

Hoesdorf

Kranzenhof

Reisdorf

Remich

Roeser

Rosport-Mompach

Rumelange

Saeul

Sandweiler

Sanem

Schengen

Schieren

Schifflange

Scheidheck

Wallendorf-Pont

Rohr

Remich

Berchem

Bivange

Biwingen v Bivange

Crauthem

Jeanmathiashof

Kockelscheuer

Koubeweiher

Kreuzhof

Livange

Peppange

Poudrerie

Roeser

Aesbarrière

Born

Born-Moulin

Boursdorf

Dickweiler

Diekirch

Fromburg

Giesenborn

Girst

Girsterklause

Givenich

Herborn

Hinkel

Hinkel-Moulin

Lilien

Michelsberg

Moersdorf

Mompach

Osweiler

Pfaffenberg

Rosport

Schiltzhaus

Steinheim

Rumelange

Calmus

Ehner

Kapweiler

Saeul

Schwebach

Birlerbarrière

Birlergrund

Birlerhof

Findel

Grevelscheuer

Neumühle

Sandweiler

Belvaux

Ehlerange

Sanem

Soleuvre

Bech-Kleinmacher

Burmerange

Elvange

Emerange

Frohmühle

Remerschen

Schengen

Schwebsange

Weidenmühle

Wellenstein

Wintrange

Birkenhof

Birtrange

Colmar-Pont

Mathieuhof

Schieren

Schierenerhof

Schieren-Moulin

Dumontshof

Schuttrange

Stadbredimus

Steinfort

Steinsel

Strassen

Tandel

Troisvierges

Useldange

Vallée de l’Ernz

Frantzenmühle

Neumühle

Saegemühle

Schifflange

Münsbach

Neuhäuschen

Schrassig

Schuttrange

Uebersyren

Greiveldange

Bucherhof

Hüttermühle

Stadtbredimus

Grass

Hagen

Kleinbettingen

Rengscheid

Schwarzenhof

Steinfort

Heisdorf

Müllendorf

Steinsel

Reckenthal

Strassen

Bastendorf

Bettel

Brandenbourg

Fouhren

Hoscheidterhof

Landscheid

Longsdorf

Seltz

Tandel

Walsdorf

Basbellain

Biwisch

Cinqfontaines

Drinklange

Goedange

Hautbellain

Huldange

Huldange-Forge

Huldange-Moulin

Lenglerloch

Troisvierges

Wilwerdange

Everlange

Everlange-Moulin

Reichlange-Halte

Rippweiler

Schandel

Useldange

Backesmühle

Brucherhof

Brücherheck

Dolenberg

Eppeldorf

Ermsdorf

Folkendange

Fousheck

Fürtgeshof

Gilker

Halsbach

Hessenmühle

Hossenberg

Keiwelbach

Kitzenbour

Knepchen

Kohn

Kohnshöcht

Marxberg

Medernach

Moserhof

Mühlenweg

Neuenshof

117

LG

BEST OF & GUIDE 2019


Vianden

Vichten

WahI

Waldbillig

Waldbredimus

Walferdange

Weiler-la-Tour

Weiswampach

Wiltz

Neumühle

Oligsmühle

Ostert

Pletschette

Relsermühle

Rinkenberg

Savelborn

Schleifmühle

Schwanterhof

Spierberich

Stegen

Wattscheid

Webershof

Sanatorium

Scheuerhof

Vianden

Michelbuch

Peckelshof

Vichten

Wiltgeshof

Brattert

Buschrodt

Grevels

Heispelt

Koenigshof

Küborn

Redingshof

Rindschleiden

Ringbach

Wahl

Christnach

Freckeisen-Christnach

Freckeisen-Waldbillig

Grundhof-Château

Haller

Harthof

Kelleschhof

Müllerthal

Niesenthal

Oligsmühle

Savelborn

Waldbillig

Ersange

Gondelange

Roedt

Trintange

Waldbredimus

Bereldange

Helmsange

Walferdange

Hassel

Syren

Weiler-la-Tour

Beiler

Binsfeld

Breidfeld

Holler

Holler-Moulin

Kaesfurt

Kleemühle

Lausdorn

Leithum

Maison-de-garde

Maulusmühle

Troisbaraques

Weiswampach

Wemperhardt

Batzendellt

Café Halte

Erpeldange-sur-Sûre

Eschweiler

Kleinhoscheid

Knaphoscheid

Lameschmühle

Niederwiltz

Wincrange

Winseler

Wormeldange

Roullingen

Selscheid

Toutschenmühle

Toutschenmühle-Barrière

Weidingen

Wiltz

Allerborn

Antoniuslof

Asselbom-Route

Asselborn

Asselborn-Moulin

Bockmühle

Bögen

Bövange/Clervaux

Boxhorn

Brachtenbach

Cinqfontaines

Crendal

Deiffelt

Derenbach

Dönnange

Emeschbach-Asselborn

Emeschbach-Stockem

Fünfbrunnen, v. Cinqfontaines

Hachiville

Hamiville

Hinterhassel

Hoffelt

Lehresmühle

Lentzweiler

Lullange

Maulusmühle

Neumühle

Niederwampach

Oberwampach

Rumlange

Sassel

Schimpach

Schimpach-Station

Stockem

Stockem-Route

Troine

Troineroute

Uschler

Wincrange

Weiler

Doncols

Noertrange

Pommerloch

Schleif

Sonlez

Winseler

Ahn

Deysermühle

Dreiborn

Ehnen

Kapenacker

Lehbusch

Machtum

Oberwormeldingen

Wormeldange

Wormeldange-Haut

Communes, localités et/ou lieux-dits

118 LG

BEST OF & GUIDE 2019


Bettembourg

Parc Hosingen

Rosport-Mompach

Wormeldange

Wincrange

Kiischpelt

Junglinster

Bech

Bech

Consdorf

Mondorf-les-Bains

Hesperange

Fischbach

Helperknapp

Wincrange

Rambrouch

Rambrouch

Frisange

Bous

Wincrange

Bourscheid

Wincrange

Wincrange

Lorentzweiler

Vallée de l’Ernz

Mondorf-les-Bains

Betzdorf

Esch-sur-Sûre

Bertrange

Troisvierges

Käerjeng

Käerjeng

Boulaide

Tandel

Wiltz

Luxembourg

Bourscheid

Boulaide

Lac de la Haute-Sûre

Beaufort

Beaufort

Bech

Schengen

Beckerich

Beaufort

Reisdorf

Luxembourg

Junglinster

Junglinster

Weiswampach

Nommern

Luxembourg

Echternach

Sanem

Manternach

Manternach

Roeser

Berdorf

Walferdange

Mamer

Betzdorf

Colmar-Berg

Mondercange

Flaxweiler

Mersch

Mersch

Mersch

Bertrange

Bertrange

Dippach

Preizerdaul

Tandel

Bettembourg

Bettendorf

Betzdorf

Abweiler

Ackerscheld

Aesbarrière

Ahn

Allerborn

Alscheid

Altlinster

Altrier

Altrier-Hemstal

Altrodeschhof

Altwies

Alzingen

Angelsberg

Ansembourg

Antoniuslof

Arsdorf

Arsdorf-Moulin

Aspelt

Assel

Asselbom-Route

Asselborn

Asselborn

Asselborn-Moulin

Asselscheuer

Backesmühle

Bad-Mondorf

Banzelt

Barrage

Bartringen

Basbellain

Bascharage

Bascharage-Gare

Baschleiden

Bastendorf

Batzendellt

Baumbusch

Baumhof

Bauschleiden

Bavigne

Beaufort

Beaufort-Château

Bech

Bech-Kleinmacher

Beckerich

Befort

Beforterheide

Beggen

Behlen

Beidweiler

Beiler

Beisten

Belair

Bel-Air

Belvaux

Berbourg

Berburgerwald

Berchem

Berdorf

Bereldange

Berenthal

Berg

Berg

Bergem

Berghof

Beringen

Beringerberg

Berschbach

Bertrange

Bertrange-Gare

Bettange

Bettborn

Bettel

Bettembourg

Bettendorf

Betzdorf

Betzdorf

Lenningen

Flaxweiler

Reisdorf

Rambrouch

Rambrouch

Rambrouch

Helperknapp

Rambrouch

Weiswampach

Mersch

Mamer

Berdorf

Schieren

Sandweiler

Sandweiler

Sandweiler

Schieren

Bissen

Bissen

Bissen

Roeser

Putscheid

Putscheid

Biwer

Roeser

Troisvierges

Lorentzweiler

Bettendorf

Tandel

Bech

Goesdorf

Parc Hosingen

Goesdorf

Wincrange

Helperknapp

Lorentzweiler

Lorentzweiler

Bertrange

Wincrange

Berdorf

Käerjeng

Käerjeng

Rambrouch

Esch-sur-sûre

Luxembourg

Rosport-Mompach

Rosport-Mompach

Biwer

Biwer

Boulaide

Boulaide

Boulaide

Helperknapp

Nommern

Junglinster

Bourscheid

Bourscheid

Rosport-Mompach

Bous

Wincrange

Wincrange

Wincrange

Kehlen

Tandel

WahI

Weiswampach

Biwer

Biwer

Consdorf

Kopstal

Bettendorf

Colmar-Berg

Colmar-Berg

Helperknapp

Betzdorf-Moulin

Beyerholz

Beyren

Bigelbach

Bigonville

Bigonville-Moulin

Bigonville-Route

Bill

Bilsdorf

Binsfeld

Binzrath

Birel

Birkelt

Birkenhof

Birlerbarrière

Birlergrund

Birlerhof

Birtrange

Bissen

Bissen-Forges

Bissen-Moulin

Bivange

Bivels

Bivels-Moulin

Biwer

Biwingen v Bivange

Biwisch

Blaschette

Bleesbruck

Bleesmühle

Blumenthal

Bockholtz

Bockholtz

Bockholtz-Moulin

Bockmühle

Boevange-sur-Attert

Bofferdange

Bofferdange-Ferme

Bofort

Bögen

Bollendorf-Pont

Bomecht

Bommert

Bondorf

Bonnal

Bonnevoie

Born

Born-Moulin

Boudier

Boudierbach

Boudlerbach

Boulaide

Boulaide-Moulin

Bour

Bourghof

Bourglinster

Bourscheid

Bourscheid-Moulin

Boursdorf

Bous

Bövange/Clervaux

Boxhorn

Brachtenbach

Brameschhof

Brandenbourg

Brattert

Breidfeld

Breinert

Breinertknupp

Breitweiler

Bridel

Broderbour

Brongershof

Brosiushof

Brouch

Biwer

Helperknapp

Vallée de l’Ernz

Vallée de l’Ernz

Contern

Contern

Stadbredimus

Flaxweiler

Dalheim

Dudelange

Dudelange

Goesdorf

Dudelange

Erpeldange-sur-Sûre

Kopstal

Esch-sur-sûre

Schengen

Helperknapp

Niederanven

WahI

Wiltz

Saeul

Lenningen

Mamer

Mamer

Mamer

Colmar-Berg

Mondorf-les-Bains

Luxembourg

Luxembourg

Waldbillig

Troisvierges

Wincrange

Bettendorf

Luxembourg

Helperknapp

Käerjeng

Bettendorf

Clervaux

Clervaux

Bourscheid

Consdorf

Colmar-Berg

Schieren

Ell

Ell

Consdorf

Consdorf

Parc Hosingen

Contern

Contern

Roeser

Wincrange

Consdorf

Contern

Nommern

Nommern

Goesdorf

Garnich

Dalheim

Parc Hosingen

Lorentzweiler

Wincrange

Grosbous

Wincrange

Wormeldange

Esch-sur-Sûre

Parc Hosingen

Parc Hosingen

Rosport-Mompach

Diekirch

Rosport-Mompach

Differdange

Beaufort

Dippach

Brouch

Brouch-Moulin

Brücherheck

Brucherhof

Brücherhof

Brüchermühle

Bucherhof

Buchholtz

Buchholzerhof

Budersberg

Budersberg

Büderscheid

Burange

Bürden

Bürgerkreuz

Burgfried

Burmerange

Buschdorf

Buschhaus

Buschrodt

Café Halte

Calmus

Canach

Cap

Capellen

Capellen-Gare

Carlshof

Castelmühle

Cents

Cessange

Christnach

Cinqfontaines

Cinqfontaines

Clairefontaine

Clausen

Claushof

Clemency (Küntzig)

Clemenshof

Clerf

Clervaux

Closdelt

Colbette

Colmar

Colmar-Pont

Colpach-Bas

Colpach-Haut

Consdorf

Consdorf-Moulin

Consthum

Contern

Contern-Barrière

Crauthem

Crendal

Crispent

Cröntgeshof

Cruchten

Cruchten-Gare

Dahl

Dahlem

Dalheim

Dasbourg-Pont

Dauschkaul

Deiffelt

Dellen

Derenbach

Deysermühle

Dickeschbour

Dickt

Dickt

Dickweiler

Diekirch

Diekirch

Differdange

Dillingen

Dippach

Localités - Communes

119

LG

BEST OF & GUIDE 2019


120 LG

BEST OF & GUIDE 2019

Localités - Communes

Dippach-Barrière

Dippach-Gare

Dirbach

Dirbach

Distillerie

Dolenberg

Dommeldange

Doncols

Dondelange

Dönnange

Dorscheid

Dorscheiderhäuschen

Dosterthof

Drauffelt

Dreiborn

Drinklange

Dudelange

Duderhof

Dumontshof

Dünkrodt

Dürrenthal

Echternach

Ehlange

Ehlerange

Ehnen

Ehner

Eich

Eichelbour

Eichelsbarrière

Eischen

Eisenbom

Ell

Ellange

Ellange-Gare

Eltz-Ospern

Eltz-Redange

Elvange

Elvange

Emerange

Emeringerhof

Emeschbach-Asselborn

Emeschbach-Stockem

Engelshof

Enscherange

Enteschbach

Eppeldorf

Ermsdorf

Ernster

Ernzen

Erpeldange-sur-Sûre

Erpeldange-sur-Sûre

Erpeldange-sur-Sûre

Ersange

Eschdorf

Escheid, v. Eschette

Eschette

Esch-sur-Alzette

Esch-sur-Sûre

Esch-Tunnel

Eschweiler

Eschweiler

Eselbom

Essingen

Ettelbruck

Everlange

Everlange-Moulin

Fausermühle

Felleschmühle

Fels

Felsbuch

Felsmühle

Felsmühle

Fennange

Fennberg

Fentange

Dippach

Dippach

Goesdorf

Esch-sur-Sûre

Niederanven

Vallée de l’Ernz

Luxembourg

Winseler

Kehlen

Wincrange

Parc Hosingen

Parc Hosingen

Berdorf

Clervaux

Wormeldange

Troisvierges

Dudelange

Luxembourg

Schifflange

Lac de la Haute-Sûre

Kehlen

Echternach

Reckange-sur-Mess

Sanem

Wormeldange

Saeul

Luxembourg

Nommern

Habscht

Habscht

Junglinster

Ell

Mondorf-les-Bains

Mondorf-les-Bains

Redange-sur-Attert

Redange-sur-Attert

Beckerich

Schengen

Schengen

Bous

Wincrange

Wincrange

Niederanven

Kiischpelt

Bourscheid

Vallée de l’Ernz

Vallée de l’Ernz

Niederanven

Larochette

Bous

Erpeldange-sur-Sûre

Wiltz

Waldbredimus

Esch-sur-Sûre

Rambrouch

Rambrouch

Esch-sur-Alzette

Esch-sur-Sûre

Esch-sur-Sûre

Junglinster

Wiltz

Clervaux

Mersch

Ettelbruck

Useldange

Useldange

Mertert

Habscht

Larochette

Echternach

Mertert

Echternach

Bettembourg

Parc Hosingen

Hesperange

Fetschenbour

Fetschenhof

Feulen

Feulenerhecken

Filsdorf

Findel

Findelshof

Fingig

Finsterthal

Finsterthalerhof

Finsterthalerhöhe

Fischbach

Fischbach

Fischbacherhof

Fischbach-Forge

Fischeiderhof

Flatzbour

Flaxweiler

Flebour

Flebour-Lipperscheid

Flebour-Michelau

Foetz

Folkendange

Folschette

Fond de Gras

Fond de Gras

Fond de Helderscheid

Fond de Helderscheld

Fond de Hussigny

Fossen

Fouhren

Fousheck

Frantzenmühle

Franzosengrund

Frastenhof

Freckeisen-Christnach

Freckeisen-Waldbillig

Friedbusch

Friedhof

Frisange

Frohmühle

Fromburg

Fuhrels

Fünfbrunnen, v. Cinqfontaines

Fürtgeshof

Gaaschtmühle

Gaïchel

Gantenbeinmühle

Garnich

Gasperich

Geismühle

Gemenerhof

Gérardshof

Geyershof

Geyershof

Giesenborn

Gilker

Gilsdorf

Girst

Girsterklause

Givenich

Goberhof

Godbrange

Goebelsmühle

Goebelsmühle

Goeblange

Goedange

Goeldt-Hostert

Goesdorf

Goesdorf-Mine

Goetzingen

Gondelange

Gonderange

Gosseldange

Gostingen

Luxembourg

Luxembourg

Feulen

Feulen

Dalheim

Sandweiler

Bertrange

Käerjeng

Helperknapp

Mersch

Helperknapp

Fischbach

Clervaux

Tandel

Fischbach

Bourscheid

Rambrouch

Flaxweiler

Boulaide

Bourscheid

Bourscheid

Mondercange

Vallée de l’Ernz

Rambrouch

Differdange

Pétange

Esch-sur-Sûre

Esch-sur-Sûre

Differdange

Clervaux

Tandel

Vallée de l’Ernz

Schifflange

Niederanven

Koerich

Waldbillig

Waldbillig

Bourscheid

Diekirch

Frisange

Schengen

Rosport-Mompach

Heffingen

Wincrange

Vallée de l’Ernz

Mamer

Habscht

Hesperange

Garnich

Luxembourg

Colmar-Berg

Consdorf

Luxembourg

Bech

Parc Hosingen

Rosport-Mompach

Vallée de l’Ernz

Bettendorf

Rosport-Mompach

Rosport-Mompach

Rosport-Mompach

Reisdorf

Junglinster

Bourscheid

Goesdorf

Koerich

Troisvierges

Rambrouch

Goesdorf

Goesdorf

Koerich

Waldbredimus

Junglinster

Lintgen

Flaxweiler

Goudelt

Gralingen

Grand-Bevange

Grass

Grassenberg

Grauenstein

Graulinster

Graulinster

Greiveldange

Grelsch

Grenzingen

Grevels

Grevels

Grevelscheuer

Grevenknapp

Grevenmacher

Grevenmacherberg

Grevenmühle

Grindhausen

Grosbous

Grund

Grundhof

Grundhof, ancienne forge

Grundhof-Château

Grundhof-Dillingen

Hachiville

Hackenhof

Hagelsdorf

Hagen

Haller

Halsbach

Halsbach

Hamiville

Hamm

Hammhof

Harderbach

Harlange

Harthof

Hassel

Haupeschhof

Hautbellain

Hautcharage

Haut-Martelange

Heffingen

Heffingen-Moulin

Heidenkaul

Heiderscheid

Heidscheuer

Heinenhof

Heinerscheid

Heinerscheid-Route

Heisbich

Heisbourgerhof

Heisdorf

Heispelt

Helfenterbruck

Hellange

Helmdange

Helmsange

Hemstal

Herborn

Herckmannsmühle

Herdermühle

Herheck

Hermeswies

Herrenberg

Hersberg

Hesperange

Hessenmühle

Hilbach

Hinkel

Hinkel-Moulin

Hinterhassel

Hirtzhof

Hirzenhof

Larochette

Putscheid

Garnich

Steinfort

Bech

Putscheid

Junglinster

Bech

Stadbredimus

Habscht

Ettelbruck

WahI

Bertrange

Sandweiler

Helperknapp

Grevenmacher

Grevenmacher

Koerich

Clervaux

Grosbous

Luxembourg

Berdorf

Beaufort

Waldbillig

Beaufort

Wincrange

Lenningen

Biwer

Steinfort

Waldbillig

Berdorf

Vallée de l’Ernz

Wincrange

Luxembourg

Berdorf

Goesdorf

Lac de la Haute-Sûre

Waldbillig

Weiler-la-Tour

Betzdorf

Troisvierges

Käerjeng

Rambrouch

Heffingen

Heffingen

Redange-sur-Attert

Esch-sur-Sûre

Dalheim

Ettelbruck

Clervaux

Clervaux

Berdorf

Bous

Steinsel

WahI

Bertrange

Frisange

Lorentzweiler

Walferdange

Bech

Rosport-Mompach

Ettelbruck

Bous

Esch-sur-Sûre

Reisdorf

Diekirch

Bech

Hesperange

Vallée de l’Ernz

Mersch

Rosport-Mompach

Rosport-Mompach

Wincrange

Feulen

Bettendorf


LG

BEST OF & GUIDE 2019

121

Hivange

Hobscheld

Hoesdorf

Hoffelt

Höhenhof

Hollenfels

Holler

Hollerich

Holler-Moulin

Holtz

Holzem

Holzem-Moulin

Holzthum

Homichshof

Horas

Hosbich

Hoscheid

Hoscheiderhof

Hoscheidterhof

Hosingen

Hosingen-Barrière

Hossenberg

Hostert

Hostert

Hovelange

Hovelange-Halte

Howald

Hubertushof

Hühnerhof

Huldange

Huldange-Forge

Huldange-Moulin

Huncherange

Hungershof

Hunnebour

Hunnenbusch

Hünsdorf

Hupperdange

Huttange

Hüttermühle

Imbringen

Ingeldorf

Insenborn

Ischpelt, v. Tarchamps

Itzig

Itzigersté

Jacobsberg

Jaegerhäuschen

Jagdhaus

Jeanharis

Jeanmathiashof

Jinkenhof

Juckenfeld

Junglinster

Kaalbreck

Kackerterhof

Kaesfurt

Kaesfurt

Kahler

Kahlscheuer

Kalbacherhof

Kalborn

Kalborn-Moulin

Kalkesbach

Kalkesbach

Kalkesbruck

Kalkfabrik

Kapenacker

Kapweiler

Katzfeld

Kaundorf

Kautenbach

Kayl

Kefferbour

Kehlen

Kehmen

Kehrmühle

Keispelt

Keiwelbach

Keiwelbach

Kelleschhof

Garnich

Habscht

Reisdorf

Wincrange

Niederanven

Helperknapp

Weiswampach

Luxembourg

Weiswampach

Rambrouch

Mamer

Mamer

Consthum

Parc Hosingen

Preizerdaul

Mersch

Parc Hosingen

Putscheid

Tandel

Parc Hosingen

Parc Hosingen

Vallée de l’Ernz

Niederanven

Rambrouch

Beckerich

Beckerich

Hesperange

Feulen

Mersch

Troisvierges

Troisvierges

Troisvierges

Bettembourg

Berdorf

Mersch

Dalheim

Lorentzweiler

Clervaux

Beckerich

Stadbredimus

Junglinster

Erpeldange-sur-Sûre

Esch-sur-sûre

Lac de la Haute-Sûre

Hesperange

Hesperange

Bech

Niederanven

Koerich

Junglinster

Roeser

Habscht

Consdorf

Junglinster

Differdange

Contern

Clervaux

Weiswampach

Garnich

Kopstal

Helperknapp

Clervaux

Clervaux

Berdorf

Consdorf

Luxembourg

Feulen

Wormeldange

Saeul

Clervaux

Lac de la Haute-Sûre

Kiischpelt

Kayl

Echternach

Kehlen

Bourscheid

Parc Hosingen

Kehlen

Bettendorf

Vallée de l’Ernz

Waldbillig

Kempchen

Kinsickerhof

Kippenhof

Kirchberg

Kirelshof

Kitzenbour

Klaus

Kleemühle

Kleinbettingen

Kleinbourghof

Kleinhoscheid

Klingelscheuer

Knaphoscheid

Knepchen

Kobenbour, v. Marscherwald

Kockelscheuer

Koedange

Koenerhof

Koenigshof

Koerich

Koetschette

Kohn

Kohnenhof

Kohnshöcht

Kopstal

Koubeweiher

Krackelshof

Kranzenhof

Krehwinkel

Kreuzenhöcht

Kreuzerbuch

Kreuzhof

Kreuzweg-Keispelt

Kreuzweg-Olm

Kriepsgründchen

Kriespelt

Krockelshof

Küborn

Kuelesgrund

Kuhberg

Kuhberg

Lallange

Lamadelaine (Rollingen)

Lameschmühle

Landscheid

Langent

Lannen

Lannenerberg

Larochette

Lasauvage

Laufenwehr

Lausdorn

Lausdorn

Lauterborn

Lauterborn-Moulin

Leesbach

Lehbusch

Lehmkaul

Lehresmühle

Lehrhäuschen

Lehrhof

Leidenbach

Leithum

Leitrange

Leitrange (Ferme de)

Lellig

Lellingen

Lellingerhot

Lenglerloch

Lenningen

Lentzweiler

Leudelange

Leudelange-Barrière-Merl

Leudelange-Gare

Levelange

Leymühle

Liefrange

Lieler

Lilien

Limpach

Limpertsberg

Bettendorf

Bech

Tandel

Luxembourg

Clervaux

Vallée de l’Ernz

Habscht

Weiswampach

Steinfort

Nommern

Wiltz

Lorentzweiler

Wiltz

Vallée de l’Ernz

Consdorf

Roeser

Fischbach

Kiischpelt

WahI

Koerich

Rambrouch

Vallée de l’Ernz

Parc Hosingen

Vallée de l’Ernz

Kopstal

Roeser

Bettembourg

Reisdorf

Beaufort

Bech

Habscht

Roeser

Kehlen

Kehlen

Luxembourg

Consdorf

Frisange

WahI

Differdange

Kehlen

Luxembourg

Esch-sur-Alzette

Pétange

Wiltz

Tandel

Berdorf

Redange-sur-Attert

Redange-sur-Attert

Larochette

Differdange

Berdorf

Weiswampach

Clervaux

Echternach

Echternach

Habscht

Wormeldange

Parc Hosingen

Wincrange

Grosbous

Grosbous

Larochette

Weiswampach

Beckerich

Beckerich

Manternach

Kiischpelt

Colmar-Berg

Troisvierges

Lenningen

Wincrange

Leudelange

Leudelange

Leudelange

Beckerich

Dalheim

Lac de la Haute-Sûre

Clervaux

Rosport-Mompach

Reckange-sur-Mess

Luxembourg

Linger

Lintgen

Lipperscheid

Livange

Löftgermühle

Longsdorf

Lopert

Lorentzscheuer

Lorentzweiier

Lullange

Lultzhausen

Lütschen

Luxembourg

Machtum

Maison forestière

Maison-Brehm

Maison-Cronière

Maison-de-garde

Mamer

Manertchen

Manternach

Manternacherberg

Marienthal

Marienthalerhof

Markenbach

Marnach

Marscherwald

Marscherwald-Kobenbour

Martelange-Rombach

Martelinville

Marxberg

Marxberg

Masseler

Mathieuhof

Maulusmühle

Maulusmühle

Mecher

Mecher

Mederhof

Medernach

Medingen

Meispelt

Melicksberg

Melicksheck

Melickshof

Mensdorf

Merkholtz

Merl

Mersch

Merscheid

Merscheid

Mersch-Gare

Mertert

Mertzig

Meysembourg

Michelau

Michelbuch

Michelsberg

Michelshof

Minière Gras

Misèrehof

Moersdorf

Moesdorf

Moestroff

Mompach

Mondercange

Mondorf-les-Bains

Morgenflissen

Moschbierg

Moserhof

Moulin à scories

Moutfort

Mühlbach

Mühlbach-Moulin

Mühlenbach

Mühlenbach

Mühlenweg

Müllendorf

Müllerthal

Münsbach

Münsbach

Käerjeng

Lintgen

Bourscheid

Roeser

Dippach

Tandel

Ettelbruck

Bertrange

Lorentzweiler

Wincrange

Esch-sur-sûre

Echternach

Luxembourg

Wormeldange

Betzdorf

Mondorf-les-Bains

Differdange

Weiswampach

Mamer

Echternach

Manternach

Grevenmacher

Helperknapp

Helperknapp

Parc Hosingen

Clervaux

Consdorf

Bech

Rambrouch

Rambrouch

Tandel

Vallée de l’Ernz

Goesdorf

Schieren

Weiswampach

Wincrange

Clervaux

Lac de la Haute-Sûre

Ettelbruck

Vallée de l’Ernz

Contern

Kehlen

Echternach

Consdorf

Echternach

Betzdorf

Kiischpelt

Luxembourg

Mersch

Putscheid

Esch-sur-Sûre

Mersch

Mertert

Mertzig

Larochette

Bourscheid

Vichten

Rosport-Mompach

Consdorf

Pétange

Rambrouch

Rosport-Mompach

Mersch

Bettendorf

Rosport-Mompach

Mondercange

Mondorf-les-Bains

Bettendorf

Bettendorf

Vallée de l’Ernz

Differdange

Contern

Contern

Contern

Beaufort

Luxembourg

Vallée de l’Ernz

Steinsel

Waldbillig

Schuttrange

Schuttrange


122 LG

BEST OF & GUIDE 2019

Localités - Communes

Münschecker

Munshausen

Nachtbann

Nachtmanderscheid

Nagem

Nagemerberg

Nagemerhof

Neidhausen

Neudorf

Neudrisch

Neuenshof

Neuhäuschen

Neuhof

Neuhof

Neumaxmühle

Neumühle

Neumühle

Neumühle

Neumühle

Neumühle

Neumühle

Neumühle

Neumühle

Neumühle

Neumühle

Neunhausen

Neurodeschhof

Niederanven

Niederberg

Niederdonven

Niederfeulen

Niederglabach

Niederkorn

Niederpallen

Niederpallen-Moulin

Niedert

Niederwampach

Niederwiltz

Niesenthal

Nocher

Nocher-Route

Noerdange

Noertrange

Noertzange

Nommern

Nospelt

Nothum

Oberanven

Oberanven-Barrière

Obercorn

Oberdonven

Obereisenbach

Oberfeulen

Oberglabach

Obermartelingen

Oberpallen

Oberschlinder

Oberwampach

Oberwormeldingen

Oetrange

Oetrange-Moulin

Oligsmühle

Oligsmühle

Oligsmühle

Olingen

Olm

Ospern

Osterholz

Ostert

Osweiler

Papeterie

Parishof

Peckelshof

Peppange

Perl, v. Perlé

Manternach

Clervaux

Käerjeng

Putscheid

Redange-sur-Attert

Redange-sur-Attert

Redange-sur-Attert

Parc Hosingen

Luxembourg

Käerjeng

Vallée de l’Ernz

Schuttrange

Erpeldange-sur-Sûre

Esch-sur-sûre

Mamer

Echternach

Vallée de l’Ernz

Junglinster

Koerich

Vallée de l’Ernz

Pétange

Rambrouch

Sandweiler

Schifflange

Wincrange

Esch-sur-sûre

Consdorf

Niederanven

Bettendorf

Flaxweiler

Feulen

Nommern

Differdange

Redange-sur-Attert

Redange-sur-Attert

Bertrange

Wincrange

Wiltz

Waldbillig

Goesdorf

Goesdorf

Beckerich

Winseler

Bettembourg

Nommern

Kehlen

Lac de la Haute-Sûre

Niederanven

Niederanven

Differdange

Flaxweiler

Parc Hosingen

Feulen

Nommern

Rambrouch

Beckerich

Parc Hosingen

Wincrange

Wormeldange

Contern

Contern

Echternach

Vallée de l’Ernz

Waldbillig

Betzdorf

Kehlen

Redange-sur-Attert

Consdorf

Vallée de l’Ernz

Rosport-Mompach

Manternach

Niederanven

Vichten

Roeser

Rambrouch

Perlé

Pétange

Petite-Amérique

Petit-Nobressart

Pettingen

Pfaffenberg

Pfaffenbrouch

Pfaffenthal

Pintsch

Pissange

Plankenhof

Platen

Pleitrange

Pletschette

Pommerloch

Pontpierre

Posselt

Potaschberg

Poteau de Harlange

Poudrerie

Poul

Pratz

Pratz-Moulin

Prettingen

Pulvermühl

Putscheid

Quatre-Vents

Rambrouch

Rammeldange

Rashof

Reckange

Reckange-Barrière

Reckange-sur-Mess

Reckenthal

Reckenthal

Reckingerhof

Redange

Redingshof

Reichlange

Reichlange-Halte

Reimberg

Reisdorf

Relsermühle

Remerschen

Remich

Rengscheid

Reuland

Reuland-Moulin

Reuler

Rieshaus

Rindschleiden

Ringbach

Ringel

Ringel-Ferme

Rinkenberg

Rippig

Rippweiler

Rodange

Rodbach

Rodenbourg

Rodenhof

Rodenhof

Roder

Rodershausen

Roederhof

Roedgen

Roedt

Roeser

Rohr

Rolling

Rollingen

Rollingergrund

Ronnenbusch

Roodt

Roodt

Rambrouch

Pétange

Kehlen

Ell

Mersch

Rosport-Mompach

Mamer

Luxembourg

Kiischpelt

Reckange-sur-Mess

Lintgen

Preizerdaul

Contern

Vallée de l’Ernz

Winseler

Mondercange

Berdorf

Grevenmacher

Boulaide

Roeser

Putscheid

Preizerdaul

Preizerdaul

Lintgen

Luxembourg

Putscheid

Kehlen

Rambrouch

Niederanven

Lorentzweiler

Mersch

Mersch

Reckange-sur-Mess

Luxembourg

Strassen

Dalheim

Redange-sur-Attert

WahI

Redange-sur-Attert

Useldange

Preizerdaul

Reisdorf

Vallée de l’Ernz

Schengen

Remich

Steinfort

Heffingen

Heffingen

Clervaux

Rambrouch

WahI

WahI

Esch-sur-Sûre

Esch-sur-Sûre

Vallée de l’Ernz

Bech

Useldange

Pétange

Preizerdaul

Junglinster

Kopstal

Echternach

Clervaux

Parc Hosingen

Beaufort

Reckange-sur-Mess

Waldbredimus

Roeser

Reisdorf

Bous

Mersch

Luxembourg

Tandel

Ell

Habscht

Roodt-sur-Syre

Roost

Roosthof

Rosport

Rosswinklerhof

Roullingen

Route de Vianden

Route de Vianden

Route de Wahlhausen

Rumelange

Rumlange

Saegemühle

Saegemühle

Saeul

Saint-Pirmin

Sanatorium

Sandweiler

Sandweiler

Sandweiler-Contern-Gare

Sanem

Sassel

Sasselbach

Savelborn

Savelborn

Schaeferreder

Schandel

Schaulsmühle

Scheidberg

Scheidel

Scheidgen

Scheidgrund

Scheidheck

Scheidhof

Schengen

Scherbach

Scherfenhof

Scheuerberg

Scheuerhof

Scheuerhof

Scheuerhof

Schieren

Schierenerhof

Schieren-Moulin

Schifflange

Schiltzberg

Schiltzhaus

Schimpach

Schimpach-Station

Schlackenmühle

Schleiderhof

Schleif

Schleif

Schleifmühle

Schleifmühle

Schleiterhof

Schlewenhof

Schlindermanderscheid

Schmittenhof

Schmittenwehr

Schmitzdell

Schockmühle

Schoenfels

Schoos

Schorenshof

Schouweiler

Schouweiler-Halte

Schrassig

Schrödeschhof

Schrondweiler

Schuttbourg-Moulin

Schuttrange

Schwanenthal

Schwanterhof

Schwarzenhof

Schwebach

Betzdorf

Bissen

Mersch

Rosport-Mompach

Consdorf

Wiltz

Parc Hosingen

Putscheid

Putscheid

Rumelange

Wincrange

Habscht

Schifflange

Saeul

Lac de la Haute-Sûre

Vianden

Sandweiler

Sandweiler

Hesperange

Sanem

Wincrange

Bettendorf

Vallée de l’Ernz

Waldbillig

Mertert

Useldange

Boulaide

Mertert

Bourscheid

Consdorf

Luxembourg

Reisdorf

Luxembourg

Schengen

Heffingen

Heffingen

Bous

Mersch

Vianden

Lenningen

Schieren

Schieren

Schieren

Schifflange

Fischbach

Rosport-Mompach

Wincrange

Wincrange

Differdange

Nommern

Lintgen

Winseler

Vallée de l’Ernz

Luxembourg

Berdorf

Leudelange

Bourscheid

Tandel

Beaufort

Parc Hosingen

Käerjeng

Mersch

Fischbach

Manternach

Dippach

Dippach

Schuttrange

Bettendorf

Nommern

Kiischpelt

Schuttrange

Lorentzweiler

Vallée de l’Ernz

Steinfort

Saeul


Biwer

Biwer

Parc Hosingen

Clervaux

Schengen

Wiltz

Putscheid

Wincrange

Berdorf

Weiler-la-Tour

Luxembourg

Luxembourg

Lorentzweiler

Pétange

Rambrouch

Weiswampach

Dalheim

Schengen

Bourscheid

Colmar-Berg

Weiswampach

Larochette

Biwer

Fischbach

Reckange-sur-Mess

Vichten

Wiltz

Mamer

Troisvierges

Kiischpelt

Wincrange

Bourscheid

Koerich

Winseler

Schengen

Mertert

Consdorf

Consdorf

Rambrouch

Wormeldange

Wormeldange

Bech

Bech

Wecker

Wecker-Gare

Wegscheid

Weicherdange

Weidenmühle

Weidingen

Weiler

Weiler

Weilerbach

Weiler-la-Tour

Weimershof

Weimerskirch

Weisbach

Weissenhof

Weissenhof

Weiswampach

Welfrange

Wellenstein

Welscheid

Welsdorf

Wemperhardt

Weydert

Weydig

Weyer

Wickrange

Wiltgeshof

Wiltz

Wiltzermühle

Wilwerdange

Wilwerwiltz

Wincrange

Windhof

Windhof

Winseler

Wintrange

Wolfsmühle

Wolper

Wolperhof

Wolwelange

Wormeldange

Wormeldange-Haut

Zittig

Zittig-Moulin

Schengen

Beckerich

Rambrouch

Berdorf

Wiltz

Tandel

Bettendorf

Niederanven

Niederanven

Luxembourg

Habscht

Nommern

Clervaux

Habscht

Habscht

Habscht

Sanem

Winseler

Echternach

Vallée de l’Ernz

Dippach

Dippach

Stadbredimus

Niederanven

Vallée de l’Ernz

Heffingen

Steinfort

Rosport-Mompach

Steinsel

Wincrange

Wincrange

Putscheid

Consdorf

Strassen

Fischbach

Boulaide

Weiler-la-Tour

Esch-sur-Sûre

Tandel

Lac de la Haute-Sûre

Kayl

Consdorf

Echternach

Clervaux

Schwebsange

Schweich

Schwiedelbrouch

Seitert

Selscheid

Selz

Selz

Senningen

Senningerberg

Septfontaines

Septfontaines

Seylerhof

Siebenaler

Simmerfarm

Simmern

Simmerschmelz

Soleuvre

Sonlez

Specksmühle

Spierberich

Sprinkange

Sprinkange-Ferme

Stadtbredimus

Staffelstein

Stegen

Steinborn

Steinfort

Steinheim

Steinsel

Stockem

Stockem-Route

Stolzembourg

Stoppelhof

Strassen

Stuppich

Surré (Syr)

Syren

Tadler

Tandel

Tarchamps

Tétange

Theinshof

Thoul

Tintesmühle

Bertrange

Wiltz

Wiltz

Waldbredimus

Wincrange

Wincrange

Weiswampach

Troisvierges

Troisvierges

Luxembourg

Helperknapp

Schuttrange

Lenningen

Parc Hosingen

Bettendorf

Bettendorf

Parc Hosingen

Bourscheid

Clervaux

Wincrange

Useldange

Kehlen

Luxembourg

Luxembourg

Luxembourg

Differdange

Vianden

Vichten

WahI

Parc Hosingen

Parc Hosingen

Waldbillig

Waldbredimus

Bech

Niederanven

Walferdange

Reisdorf

Tandel

Echternach

Ettelbruck

Mertert

Lac de la Haute-Sûre

Vallée de l’Ernz

Vallée de l’Ernz

Tossenberg

Toutschenmühle

Toutschenmühle-Barrière

Trintange

Troine

Troineroute

Troisbaraques

Troisvierges

Troisvierges

Tubishof

Tuntange

Uebersyren

Untere Mühle

Untereisenbach

Unterfoos

Unterherel

Unterschlinder

Upperscheld

Urspelt

Uschler

Useldange

Val-des-Oseraies

Val-St-André

Val-Ste-Croix

Verlorenkost

Vesquenhaff

Vianden

Vichten

Wahl

Wahlhausen

Waldberg

Waldbillig

Waldbredimus

Waldhof

Waldhof

Walferdange

Wallendorf-Pont

Walsdorf

Wann

Warken

Wasserbillig

Watrange

Wattscheid

Webershof

123

LG

BEST OF & GUIDE 2019


124 LG

BEST OF & GUIDE 2019

Un engagement valorisé

dans le Guide des Communes

Dans le cadre de la sortie de notre nouveau Guide des Communes, nous avons décidé

de collaborer avec myenergy afin de vous communiquer une information supplémentaire

sur chacune des communes: leur niveau d’engagement dans le programme Pacte Climat.

Découvrez les niveaux de certification des communes sur leur page respective.

Une commune dite «engagée» vient de signer

un contrat «Pacte Climat» et s’est engagée à

prendre un certain nombre de mesures afin de

réduire son impact sur le climat.

La certification «40%» est spécifique au

Luxembourg. L’État a décidé d’encourager les

communes dans leurs efforts en créant une certification

avant le seuil des 50%.

European Energy Award

Lorsqu’une commune est certifiée à 50%, ses

efforts sont également reconnus au niveau du

«European Energy Award».

La commune de Luxembourg est la seule certifiée

à 50% à avoir obtenu cette année une

certification supplémentaire récompensant ses

efforts en faveur de la qualité de l’air.

Les communes certifiées à 75% se classent donc

en tête de la course au Pacte Climat. Avec un tel

niveau de mesures mises en place, un European

Energy Award GOLD leur a été décerné, ce qui

constitue la plus haute récompense qu’une commune

puisse recevoir.

Hesperange est la seule commune certifiée à 75%

à avoir obtenu cette année une certification supplémentaire

récompensant ses efforts en faveur

de la qualité de l’air.


LG

BEST OF & GUIDE 2019 125


10 RUE DE BITBOURG | L-1273 LUXEMBOURG-HAMM

T : 00352/434412-1 | DACOSA@PT.LU | WWW.DACO.LU


Canton d’Echternach

Surface: 1374 ha

Habitants: 2776

Beaufort

Bourgmestre: HOFFMANN Camille

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

9 rue de l’Eglise L-6315 BEAUFORT

idem

Fax 86 93 88

Web www.beaufort.lu

E-mail secretariat@beaufort.lu

Service

Responsable

Central téléphonique 83 60 45 1

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre Camille Hoffmann 83 60 45 1 mer 15h-19h

Secrétaire George Rischette / Tessy Pena 83 60 45 22

Etat civil

Mike Hertges

83 60 45 23

lun, mar, ven 8h30-12h 14h-16h30

mer 8h30-12h 14h-20h jeu 8h30-12h

lun, mar, ven 8h30-12h 14h-16h30

mer 8h30-12h 14h-20h jeu 8h30-12h

Receveur Sonja Fetler 83 60 45 24 idem secrétaire (Fermé: mardi après-midi)

Bureau de la population

Service technique

Eliane Donven /Sandra Breser 83 60 45 20

lun, mar, ven 8h30-12h 14h-16h30

mer 8h30-12h 14h-20h jeu 8h30-12h

Claire Picard / Jean-Paul Genson 83 60 45 27/25

lun, mar, ven 8h30-12h 14h-16h30

mer 8h30-12h 14h-20h jeu 8h30-12h

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Echternach 2 rue du Pont 244 72-500

Centre d’intervention Grevenmacheer 4997 7600

LG

BEST OF & GUIDE 2019 127


Bech

Bourgmestre: KOHN Camille

Canton d’Echternach

Surface: 2331 ha

Habitants: 1208

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

1 Enneschtgaas L-6230 BECH

idem

Fax

79 06 74

Web

www.bech.lu

E-mail

bech@pt.lu

Service

Responsable

Central téléphonique 79 01 68 1

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre Camille Kohn

79 01 68 1

Secrétaire

Receveur

Bureau de la population

Alain Kring

Nico Delhez

79 01 68 20

79 01 68 21

79 01 68 1

Service technique Manfred Maas 790 672 / Germain Mathay 790 168-23

lun 8h-12h mar, mer, ven 8h-12h 13h-17h

jeu 8h-12h 13h-19h (vacances scolaires -> 17h)

lun 8h-12h mar, mer, ven 8h-12h 13h-17h

jeu 8h-12h 13h-19h (vacances scolaires -> 17h)

lun 8h-12h mar, mer, ven 8h-12h 13h-17h

jeu 8h-12h 13h-19h (vacances scolaires -> 17h)

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat 15 route de Luxembourg Junglinster 78 97 11

Centre d’intervention

Echternach

128 LG

BEST OF & GUIDE 2019


Canton de Redange

Surface: 2841 ha

Habitants: 2641

Beckerich

Bourgmestre: LAGODA Thierry

ADMINISTRATION

Adresse

Heures d’ouverture

6 Dikrecherstrooss L-8523 BECKERICH

lun à ven 8h30-11h45 mer 14h15-17h45

Fax

23 62 91 62

Web

www.beckerich.lu

E-mail

info@beckerich.lu

Chiara Delfino

Accueil 23 62 21 1

Manuela Wiltzius

Bourgmestre Thierry Lagoda 23 62 21 22

Secrétariat

Service

Franky Schneider, secrétaire

Jean-Marie Gillen

23 62 21 60

23 62 21 70

État civil Viviane Betzen 23 62 21 20

Receveur Natalie Thill 23 62 21 40

Bureau de la population

Responsable

Chiara Delfino

Manuela Wiltzius

23 62 21 1/31

Service technique Flore Reding/Patrick Jaeger 23 62 21 50/51

m

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Redange-sur-Attert 1 rue de la Gendarmerie 23 62 04 25

Centre d’intervention

Redange

LG

BEST OF & GUIDE 2019

129


Berdorf

Canton d’Echternach

Surface: 2193 ha

Habitants: 1830

Bourgmestre: NILLES Joe

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

5 rue de Consdorf L-6551 BERDORF

idem

Fax

79 91 89

Web

www.berdorf.lu

E-mail

commune@berdorf.lu

Central téléphonique 79 01 87 1

Bourgmestre Joe Nilles 79 01 87 26 sur rdv

Secrétaire

Service

Claude Oé

79 01 87 25

Receveur Jessica Feller 79 01 87 23

Bureau de la population Tom Mathgen 79 01 87 21/20

Service technique

Responsable

Claude Wagner /

Olivier Lickes

m

79 01 87 28/22

Jours et heures de bureau

lun, mar, mer 8h-12h 14h-16h

jeu 8h-12h 14h-19h ven 8h-12h

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Echternach 2 rue du Pont 72 00 51 200

Centre d’intervention Echternach 72 00 51 500

130 LG

BEST OF & GUIDE 2019


Canton de Luxembourg

Surface: 1739 ha

Habitants: 8314

Bertrange

Bourgmestre: COLABIANCHI Frank

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

BP 28 L-8005 BERTRANGE

2, beim Schlass L-8058 Bertrange

Fax

26 312 555

Web

www.bertrange.lu

E-mail

info@bertrange.lu

Service

Responsable

Central téléphonique 26 31 21

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre Frank Colabianchi 26 31 21

Secrétaire Georges Frank 26 31 23 38 lun à ven 8h-12h 13h-16h

Receveur Alain Kariger 26 31 23 50 lun à ven 8h-12h 13h-16h

Bureau de la population Sylvie Kaes 26 31 23 22 lun à ven 8h-12h 13h-16h

Service technique Claude Schroeder 26 31 26 11 lun à ven 8h-12h 13h-16h

Commission Famille et égalité des chances Francine Mora 26 31 21

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat porte de l’Ouest Site Bertrange 10 rue de Luxembourg 244 35 1000

Centre d’intervention Capellen 49 97 35 00

LG

BEST OF & GUIDE 2019

131


Bettembourg

Bourgmestre: ZEIMET Laurent

Canton de Esch

Surface: 2158 ha

Habitants: 11262

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

BP 29 L-3201 BETTEMBOURG

13 rue du Château Bettembourg L-3217 BETTEMBOURG

Fax

51 80 80 601

Web

www.bettembourg.lu

E-mail

commune@bettembourg.lu

Service

Responsable

Central téléphonique 51 80 80 1

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre Laurent Zeimet 51 80 80 1

Secrétaire Damien Ney 51 80 80 216 lun à ven 8h00-11h30 14h-16h30

Receveur Tom Michels 51 80 80 241 lun à ven 8h00-11h30 14h-16h30

Biergerzenter

Sandra Chetoui-Lietz

51 80 80 835

idem - jeudi ouvert jusqu’à 19h

Service technique

Jos Ruckert

51 80 80 250

lun à ven 8h00-11h30 14h-16h30

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Bettembourg 33 rue de l’Indépendance 24 46 11-000

132 LG

BEST OF & GUIDE 2019


Canton de Diekirch

Surface: 2324 ha

Habitants: 2659

Bettendorf

Bourgmestre: HANSEN Pascale

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

1 rue Neuve L-9353 BETTENDORF

idem

Web

www.bettendorf.lu

E-mail

secretariat@bettendorf.lu

Service

Central téléphonique

28 12 54 200

Bourgmestre Pascale Hansen 28 12 54 202

Secrétaire Mireille Schlechter

28 12 54 201

Receveur Serge Disteldorff 28 12 54 203

Bureau de la population

Responsable

28 12 54 204

Service technique Martins Helder

28 12 54 208 lun, mar, jeu 8h-11h30

m

Jours et heures de bureau

lun 8h-11h30 13h30-18h mar, jeu 8h-11h30 13h30-16h

ven 7h30-11h30 13h30-16h

lun 8h-11h30 13h30-18h mar, jeu 8h-11h30 13h30-16h

ven 7h30-11h30 13h30-16h

lun 8h-11h30 13h30-18h mar, jeu 8h-11h30 13h30-16h

ven 7h30-11h30 13h30-16h

lun 8h-11h30 13h30-18h mar, jeu 8h-11h30 13h30-16h

ven 7h30-11h30 13h30-16h

Atelier communal

28 12 54 222/225 ven 7h30-11h30

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Diekirch 8 rue Alexis Heck 24 481-200

Centre d’intervention Diekirch 4997 8-500

LG

BEST OF & GUIDE 2019

133


Betzdorf

Canton de Grevenmacher

Surface: 2608 ha

Habitants: 4032

Bourgmestre: WIRTZ Jean-François

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

11 rue du Château L-6922 BERG

idem

Fax

28 13 73 211

Web

www.betzdorf.lu

E-mail

secretariat@betzdorf.lu

Service

Responsable

Central téléphonique 28 13 73

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre Jean-François Wirtz 28 13 73

Secrétaire Steph Hoffarth 28 13 73 222 lun à ven 8h-12h 14h-16h

Receveur

Nicolas Eickmann

28 13 73 223

Bureau de la population Michelle Mathias

28 13 73 225

lun à ven 8h-12h 13h30-16h

lun à ven 8h-12h 13h30-16h30

sur rdv lun, mar, jeu, ven 16h30 -17h mer 7h-8h

Service technique Marc Kring 28 13 73 228 lun à ven 8h-12h 14h-16h

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Syrdall Roodt-sur-Syre 24 route de Luxembourg 24 47 82 00 ou 244 78 1000

Commissariat Museldall Grevenmacher 49 97 75 00 ou 244 70 1000

134 LG

BEST OF & GUIDE 2019


Canton de Mersch

Surface: 2075 ha

Habitants: 3185

Bissen

Bourgmestre: SCHUMMER Joseph

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

1 rue des Moulins L-7784 BISSEN

idem

Fax

83 50 03 588

Web

www.bissen.lu

E-mail

commune@bissen.lu

Service

Responsable

Central téléphonique Rui Brito 83 50 03 521

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre Joseph Schummer 83 50 03 560

lun à ven 8h30-11h30 13h30-16h30

Secrétariat Yves Urwald 83 50 03 522 1 er lun du mois jusqu’à 18h30 Fermé: jeudi matin

Receveur Camille Schleich 83 50 03 526

lun à ven 8h30-11h30 13h30-16h30

1 er lun du mois jusqu’à 18h30 Fermé: jeudi matin

Bureau de la population Eliza Ciociu / Myriam Binz 83 50 03 527/523

lun 8h30-11h30 13h30-18h30

mar à ven 8h30-11h30 13h30-16h30 Fermé: jeudi matin

Service technique

Relations Publiques

Patrick Bordez

Danielle Storn / Marc Laux

Max Steffen

83 50 03 524/525 Sur rdv

83 50 03 528

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Mersch 24 490-1000

First responder Bissen 112

lun à ven 8h30-11h30 13h30-16h30

1 er lun du mois jusqu’à 18h30 Fermé: jeudi matin

LG

BEST OF & GUIDE 2019

135


Biwer

Bourgmestre: LENTZ Marc

Canton de Grevenmacher

Surface: 2314 ha

Habitants: 1857

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

6 Kiirchestrooss L-6834 BIWER

idem

Fax

71 90 25

Web

www.biwer.lu

E-mail

commune@biwer.lu

Service

Responsable

Central téléphonique 71 00 08 1

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre Marc Lentz 71 00 08 69

Secrétaire Pierre Bayonnove 71 00 08 69 lun à ven 8h-11h30

Receveur Martine Victor-Konsbruck 71 00 08 68 lun à ven 8h-11h30

Bureau de la population

Catherine Bettendorff-Wagner

Nadine Mertens-Weber

71 00 08 66

Service technique Christian Weis / Kim Schumacher 71 00 08 67/ 51 lun à ven 8h-11h30

lun à ven 8h-11h30 / 1 er mercredi de chaque mois 14h-18h

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Grevenmacher Museldall `244 70 1000

136 LG

BEST OF & GUIDE 2019


Canton de Wiltz

Surface: 3213 ha

Habitants: 1300

Boulaide

Bourgmestre: DAUBENFELD René

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

3 rue de la Mairie L-9640 BOULAIDE

idem

Fax

99 36 92

Web

www.boulaide.lu

E-mail

secretariat@boulaide.lu

Service

Responsable

Central téléphonique 99 30 12

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre

René Daubenfeld

Secrétaire Jeff Kinnen 99 30 12 mar, mer, ven 8h30-12h lun 14h-17h jeu 14h-19h

Receveur Tanja Theis 93 71 29 mar, mer, ven 8h30-12h lun 14h-17h jeu 14h-19h

Bureau de la population Joe Lamborelle 99 30 12 mar, mer, ven 8h30-12h lun 14h-17h jeu 14h-19h

Service technique Pierrot Wiesen 621 264 500

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Bavigne Centre Communal 24 48 22 00

Centre d’intervention Wiltz 244 19-500

LG

BEST OF & GUIDE 2019

137


Bourscheid

Bourgmestre: NICKELS-THEIS Annie

Canton de Diekirch

Surface: 3686 ha

Habitants: 1751

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

1 Schlasswee L-9140 BOURSCHEID

idem

Fax

990 357 555

Web

www.bourscheid.lu

E-mail

secretariat@bourscheid.lu

Service

Responsable

Central téléphonique 990 357-1

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre Annie Nickels-Theis 990 357-1

Secrétaire Alain Weber 990 357-320

lun 8h-12h 14h-18h

mar, jeu, ven 8h-12h 14h-15h45 mer 8h-12h

Receveur

Marc Gilson

990 357-340

lun 8h-12h 14h-18h

mar, jeu, ven 8h-12h 14h-15h45 mer 8h-12h

Bureau de la population Sandy Heynen / Sandra Pinto 990 357-330/360 lun 8h-12h 14h-18h

mar, jeu, ven 8h-12h 14h-15h45 mer 8h-12h

Service technique Jeff Angelsberg 990 357-350 sur rdv

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Diekirch 244 480 1000

138 LG

BEST OF & GUIDE 2019


Canton de Remich

Surface: 1543 ha

Habitants: 1634

Bous

Bourgmestre: KÜTTEN Carlo

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie

20 rue de Luxembourg L-5408 BOUS

idem

Fax

23 69 94 39

Web

www.bous.lu

E-mail

mail@bous.lu

Service

Responsable

Central téléphonique 23 66 92 76 20

m

Jours et heures de bureau

Bourgmestre Carlo Kütten 621 130 296

Secrétaire Marc Schmit 23 66 92 76 20

Receveur Silvia Weber 23 66 92 76 24 lun à ven 8h-12h

Bureau de la population

Viviane De Sousa-Schock

23 66 92 76 21

Urgences m 112 - Police m 113 - Service info-social m 8002 98 98

Commissariat Remich 2 route de l’Europe 244 77 1000

lun, mar, jeu 8h-11h45 13h15-17h

mer 13h15-19h ven 7h-13h

Service technique Pit Schmitz 23 66 92 76 22 uniquement sur rdv

Relations publiques

Bernard Heinesch

23 66 92 76 26

lun, mar, jeu 8h-11h45 13h30-17h

mer 13h30-17h ven 8h-11h45

lun, mar, jeu 8h-11h45 13h15-17h

mer 13h15-19h ven 7h-13h

LG

BEST OF & GUIDE 2019

139


Clervaux

Bourgmestre: EICHER Emile

Canton de Clervaux

Surface: 8561 ha

Habitants: 5354

ADMINISTRATION

Adresse postale

Adresse de la mairie