DOC DU SYNTHESE

cho.titus
  • No tags were found...

Année 1 | ESADMM

2014-2015

YEAR 1 PORTFOLIO REVIEW

DOC DU SYNTHÉSE

ANNÉE 1 CHOSIE TITUS ÉCOLE DES BEAUX-ARTS DE MARSEILLE


SOMMAIRE

INTRO

WORKSHOPS

pg.4

pg.6

DESSIN

PEINTURE

pg.12

pg.24

VOLUME

PHOTO

pg.30

pg.38

2


A LITTLE BIT OF PHILOSPHY

“L’ART CONSISTE

A LIBÉRER LA VIE

QUE L’HOMME A

EMPRISONNÉE.”

- GILLES DELEUZE

MY FAVORITE QUOTE

FROM THE YEAR

3


INTRO

ESADMM

MY EXPERIENCE

L’École des Beaux-Arts m’a donnée

l’opportunité de me connaître et

d’expérimenter ma créativité à l’école

et autour. Elle m’a encouragée à sortir

d’un monde connu et à découvrir ce

qu’est vraiment l’art, domaine qui

m’attire et me fascine depuis toujours.

J’ai pris une année sabbatique après

ma dernière année de high school à

Chicago. J’ai décidé de voyager pendant

plusieurs mois, attirée par d’autres

cultures, cherchant l’inspiration

d’une nouvelle expérience dans le

domaine de mes études futures. Ma

décision de venir a L’École Supérieur

D’art et de Design à Marseille était

une idée à laquelle je n’avais pas

même encore pensé trois mois avant

mon départ. C’était une décision

spontanée, la seule option où je me

sentais complètement transportée.

L’inconnu et l’aventure m’ont excitée.

Pour la première fois, cette année je

me suis sentie motivée et convaincue

que c’était l’occasion que j’avais

attendue. En l’espace d’un mois,j’ai

quitté mon pays d’origine, et j’ai

préparé le concours d’entrée, une

chance de poursuivre un chemin dans

les arts et de satisfaire ma passion

dans la créativité.

Dés la minute où je suis descendue

de l’avion, je savais que j’allais

commencer à me transformer. Je

me souviens de mon premier jour à

l’école, mon cœur battait très fort,

je regardais les gens avec leurs sacs

sur leurs épaules affaissées, le

pas rapide, scrutant autour d’eux.

Un essaim de regards rapides et des

échanges timides entre étrangers;

des bisous inhabituels, un million

de nouveaux noms et de nouvelles

rencontres, des langues différentes,

et pourtant tous partageant la même

passion et impatients de découvrir le

monde des Beaux-Arts.

C’est difficile de comparer l’expérience

vécue à l’école. Une libération et un

désir intense d’apprendre émanaient de

moi, et pour la première fois, je savais

que j’avais fait le bon choix. J’étais à

la fois ravie, terrifiée, excitée et avide

de créer. L’inconnu, à l’inverse de me

faire peur, m’a procuré un sentiment de

liberté intense, que je n’avais jamais

ressenti avant.

La première semaine scolaire est imprimée

dans mon esprit très profondément. Elle

a été un point marquant qui a vraiment

eu un impact sur ma vie. On nous a donné

des instructions pour marquer notre

territoire dans l’un des ateliers qui

devait être notre “maison” pour cette

année. L’inspiration, les échanges, les

expériences, les matières collantes,

étaient désormais mon quotidien. Le

premier jour après avoir choisi notre

atelier, nous avons commencé avec un

workshop dessin. Le professeur nous a

demandé de dessiner nos propres mains,

quelque chose que j’ai toujours aimé

faire dans le passé.

Pourtant pendant une minute, j’ai eu

l’impression de ne rien savoir tout

en ayant en même temps, la conviction

4


YEAR 1 2014-2015

que j’avais trouvé ma place. J’avais

un sentiment de calme en observant ce

qui était autour de moi. Ce même jour,

j’ai expérimenté en tirant sur une

feuille une seule ligne, de multiple

façons différentes, avec les nouvelles

perspectives qui m’ont été données par

les professeurs ayant des opinions

contradictoires. Ce mode d’observation

et ma curiosité allait devenir pour moi

le thème de cette année.

Les Beaux- arts m’ont appris certes

à mieux développer mon travail, mais

surtout à ne pas avoir peur de faire des

tests, de les rater et de recommencer.

Cette école représente pour moi une

sorte de défi, celui d’essayer de me

dépasser tous les jours, une immersion

totale, complètement artistique.

Cette discipline est principalement

dans une perspective d’autonomie:

c’est à nous d’expérimenter, de

développer des techniques par nos

propres influences, sur l’aiguillage

des professeurs. J’ai appris ici

une façon de penser par rapport à ce

qu’on voit, à hier et autour. C’était

complètement nouveau pour moi, je

n’avais jamais été dans une école

d’art auparavant, et n’avais jamais

appris les techniques artistiques,

je pensais donc que je serais perdue.

J’ai été surprise par le défi de cette

méthode d’apprentissage, et j’ai

trouvé ce procédé suffisamment large

pour ne pas me sentir serrée. Parfois

je me sentais un peu désorientée

concernant ma direction, ça a été une

stimulation qui m’a fait découvrir

mes propres désirs et de quelle façon

m’inscrire dans le réseau artistique.

Comme dit Gilles Deleuze, “l’art

consiste à libérer la vie que l’homme

a emprisonnée” c’est une vérité

pour moi: quand une oeuvre peut à la

fois être honnête et simple, ça peut

générer des sensations significatives

et créer un sentiment de liberté en

immersion artistique.

J’essaie de concilier le monde extérieur

à celui de l’école, d’apprendre

une multitude d’inspirations sur

moi-même, tout en étant dans des

situations très difficiles qui m’ont

fait explorer ma gamme de créativité

et mon éthique de travail, au travers

des workshops et de la préparation

pour les deux bilans. Pendant les deux

semestres, j’ai éprouvé une réelle

et intense satisfaction d’avoir créé

avec de nombreuses techniques et des

styles très différents, en variant

beaucoup en fonction de qu’était mon

influence à ce moment là. Cette année

a était pour moi une découverte de

l’art, pour comprendre ce que l’on

attendait de moi. J’ai toujours eu du

mal à trouver qui je suis exactement

dans ce monde de l’art, mais je sais

que je ne serais jamais comblée,

et c’est excitant de réaliser que

je vais continuer d’apprendre et

d’avoir la chance d’expérimenter.

Essais et erreurs, sont en cours.

Les expériences, les rencontres, les

réussites: plus j’avance, plus je

trouve mon style.

5


WORKSHOPS

ACTION

PROCEDURE

DESIGN

6


FORM | PURPOSE | EXECUTION

7


WORKSHOPS

‘ACTION’ WORKSHOP

8


“COMPRESSION”

GROUP PROJECT

PRODUCTION

Ce workshop était une continuation du

premier et du deuxième semestre, dans

lequel notre première tentative a était

de créer une sculpture sur la base des

cent mots de vocabulaire de Richard Serra.

J’ai été très intriguée par ce projet.

Mon groupe a proposé une idée sur le mot

“compression”: en effet, on a décidé de

comprimer l’herbe dans un certain espace

pour créer une forme 3D, mais cela n’a pas

fonctionné. Nous aurions aimé avoir une

quantité énorme de poids pour compresser,

pour donner une forme à l’herbe, ou avoir

beaucoup plus de temps.

N’ayant pas pu réaliser ce projet

dans la semaine, nous avons décidé de

reporter cette idée au second semestre,

tout en continuant d’utiliser le mot

“compression.” Nous avons décidé de

comprimer des objets, c’est- à - dire de

recueillir le jus résultant de choses

comprimées par une force. Nous avons

marché en ville et nous avons filmé toutes

les images et scènes qui nous rappellent

cette ville: savon de Marseille, une

sardine, des herbes de Provence, un homme

en train de pisser contre un mur, des jus

de poubelles: tout cela compressé dan un

“jus de Marseille”. Une accumulation de

choses qui composent une ville.

9


WORKSHOPS

DESIGN WORKSHOP

ACCUMULATIONS OF VIOLINS

GERNANDEZ ARMAN

67,5 X 96, 1977

10


DESIGN

CARDBOARD PROJECT

PRODUCTION

Pour ce workshop, nous avons dû créer

une enveloppe pour un objet, et mettre

l’accent sur le fait que l’objet n’est pas

vivant, exception faite que nous devions

être capables d’ouvrir et de fermer

l’enveloppe. J’étais particulièrement

intéressée par ce workshop, et je me suis

vraiment immergée, afin de trouver un

moyen de réaliser cette conception que

nous devions faire pour la semaine. Les

enseignants étaient particulièrement

impliqués, et je me suis sentie

extrêmement motivée et déterminée à finir

le projet d’ici la fin de la semaine. Avec

les références qui ont été données par

les enseignants, mon idée était de créer

une enveloppe avec des couches de carton.

Les caractéristiques étaient fondées

sur la compression pour son ouverture et

sa fermeture, pour envelopper ou créer

une base pour un objet long et fin, par

exemple un néon. Ce fut très difficile de

manipuler le carton et d’être en mesure

de créer l’image exacte dans ma tête.

J’aurais préféré plus de flexibilité, la

maquette que j’avais réalisée sur papier

avait une meilleure performance que la

pièce réelle. J’ai réussi à manipuler

mon oeuvre et à la comprimer vers le bas.

Elle s’est effondrée sur elle-même tout

en ayant la possibilité d’être maintenue

avec un objet en place.

Bien que ce n’était pas une référence

donnée par les enseignants mon idée était

basée sur l’influence d’une peinture

de Fernandez Arman “Accumulations de

Violons”. Comme on le voit entre ces

deux images, les formes et l’uniformité

des objets sont très semblables, et

les images des violons ressemblent aux

couches de carton que j’ai collé ensemble

en une forme similaire.

11


DESSIN

TECHNIQUE

MATÉRIAUX

STYLE

12


TRIAL | ERROR | EXPERIMENT

13


DESSIN

Mes dessins sont une compilation empêtrée de pensées

et de sentiments que j’ai dans ma tête. Une variété de

lignes torsadées et d’expressions, une représentation

de ma conscience et de mes influences à travers la

conversation, des échanges et des rêves. Mon style

varie beaucoup dans mes dessins, j’aime prendre le

temps de parfaire une ombre sur un visage ou de

déssiner sans pensée: un geste fluide qui crée.

La plupart de mes dessins sont d’expression humaine

ou un corps vivant. Je trouve beaucoup de beauté

dans la variété de décrire comment nous nous voyons,

un contraste de dessins entre ce que nous désignons

comme beau, et les corps transfigurés et abstraits.

Une série que j’ai fait consistait en une ligne

continue d’encre: j’ai laissé le geste de l’inconnu

créer une image avec une seule ligne. J’aime capturer

les différentes expressions que nous avons en tant

qu’être humain, la flexibilité de nos corps et de

nos expressions faciales, et souligner souvent une

certaine forme pour créer ce sentiment.

Je varie beaucoup avec les matières que j’utilise

avec mes dessins, mais les pluparts sont au stylo ou

au crayon. J’ai toujours cru que l’Etre est le vide,

et le vide est plein de créativité, et j’ai essaye de

réaliser cette idée dans mon travail.

SANS TITRE

2B PENCIL ON PAPER & PHOTOSHOP

42.0 X 59.4CM, 2015

14


15

C’EST CE

QUE C’EST


DESSIN

SANS TITRE

PEN ON PAPER DRAWN IN A NOTEBOOK

14.8 X 20.95CM, 2015

16


RUNAWAYS

TEN & CHINESE INK ON PAPER

42.0 X 59.4CM, 2015

17


DESSIN

DIGGING FOR GOLD

PEN ON PAPER

14.8 X 20.A95CM, 2015

18


TOE TOUCHER

PEN ON PAPER

14.8 X 20.95CM, 2015

19


DESSIN

DISORIENTED

CHINESE INK ON PAPER

42.0 X 59.4CM, 2014

20


SANS TITRE

OIL PASTEL, PEN, & CHARCOAL ON PAPER

42.0 X 59.4CM, 2014

21


DESSIN

SELF PORTRAIT

BALL POINT PEN ON PAPER,

21.0 X 29.7CM, 2014

22


LICHTENSTEIN’S MUSE

H8 AND H2 PENCIL & MAGAZINE

COLLAGE ON PAPER

42.0 X 59.4CM, 2014

23


PEINTURE

TEXTURE

INFLUENCE

MESSAGE

24


OUT | OF | MY | ELEMENT

25


PEINTURE

L’idée de ma concentration est basée sur plusieurs

formes dans le travail que j’ai produit. Pour moi la

peinture est une technique que j’ai désiré pratiquer

cette année. Je suis plutôt intéressée par le corps

dans l’art contemporain, et le corps humain est

souvent ma muse pour mes peintures et mes dessins. Je

suis particulièrement fascinée par la flexibilité du

corps. Comme dit Marleau Ponty, “Qualité, lumière,

couleur, profondeur, qui sont là-bas devant nous, n’y

sont que parce qu’elles éveillent un écho dans notre

corps, qui leur fait accueil”. Ce que je vois et ce

que je peins est un reflet de la façon dont je vois le

monde. Mes peintures sont plutôt une gamme de styles et

d’expériences avec plusieurs couleurs et expressions.

Je suis beaucoup influencée par Egon Schiele, en raison

de ses lignes et de ses interprétations de diverses

expressions faciales qui sont très stimulantes, et son

style avec des traits qui ressemblent à des dessins.

Il utilise des couleurs vives et des lignes fortes et

visibles que j’admire beaucoup.

J’ai commencé récemment à peindre des figures sans

visage ou sans yeux, à souligner la forme du corps

humain et les émotions que notre corps peut dépeindre

avec le mouvement physique. Le corps pour moi et

une pluralité d’intentions. Dans ce tableau ici,

influencé par les lignes de Egon Schiele, j’ai peint

trois corps, chacun semblable dans la forme, mais

représentant les différentes émotions et sensations,

tout en restant connecté au milieu. Luttant pour

percevoir la sensation plutôt que l’apparence de

mes sujets, j’ai voulu capturer l’âme plutôt que

la réalité. L’une de mes peintures est influencée

par le concept de l’utilisation de mots dans l’art,

comme les oeuvres de Jenny Holzer, j’ai créé un

tableau représentant les pensées qui me sont venues

à l’esprit, à la minute où je posais les lettres, pour

créer une peinture représentant la spontanéité de la

pensée humaine. J’ai peint une créature ressemblant

à un humain perdu dans ses pensées, afin de souligner

comment on peut se sentir petit comparé à ce qui se

passe dans nos esprits en permanence.

SANS TITRE

2B PENCIL ON PAPER & PHOTOSHOP

42.0 X 59.4CM, 2015

26


27

CRÉER ET

REDÉMARRER


PEINTURE

SANS TITRE

ACRYLIC PAINT, RESIN, AND MAGAZINE

CLIPPINGS ON A CANVAS

50 X 50CM, 2015

28


SANS TITRE

ACRYLIC PAINT ON RECYCLED CANVAS

30 X 12CM, 2015

29


VOLUME

HANDS

SHAPESHIFTING

EVOLVING

30


SHAPE | MOLDING | NEW LIFE

31


VOLUME

BLIND SCULPTURE

32


BLIND SCULPTURE

FORM DISFIGUREMENT

PRODUCTION

Ce sculpture était un résultat de la

transcendance totale et complète dans

cette matière. J’ai fermé les yeux

et j’ai laissé mes mains créer, sans

pensée, et sentiment. Cette sculpture

était basée sur un ancien workshop, “le

corps comme modèle et outil” que j’ai

créé sur ma propre directive. J’ai voulu

être complètement vulnérable à l’argile

et j’ai crée un volume avec la texture

et la dimension. En conséquence, j’ai

façonné une sculpture ressemblant à un

rocher que nous pouvons trouver au fond

de la mer, vivant, et plein de formes

cachées. Ainsi, je l’ai appelé “Reef.”

J’ai trouvé une grande satisfaction à

cette méthode de gestes innocents, et

je veux créer une série de sculptures à

l’aide de cette technique dans l’avenir

avec mon intuition.

REEF

RED CLAY

26CM X 9CM, 2015

33


VOLUME

MIXED MEDIA SCULPTURE

34


VOLUME

MIXED MEDIA

PRODUCTION

J’ai toujours profité pleinement du plaisir

de manipuler l’argile dans mes mains. En

le moulant, le laminant, des quantités

infinies de formes et de qualités d’argile

peuvent créer et procurer beaucoup de

satisfaction. La première sculpture

que j’ai faite en argile, “Licking what

you see”, était fondée sur l’expression

anglaise, “Liking what you see”, en

référence à aimer ce que nous voyons

quand nous nous regardons dans le miroir.

En relation avec cette expression, j’ai

sculpté une tête avec des qualités

humaines distinctes telles que la forme

de la tête, le nez et bien évidemment

la langue couvert de perles bleues, afin

de souligner l’action de “lécher”, en

rapport avec l’expression. J’ai décidé

de creuser les yeux pouar leur donner

l’impression que le visage était entrain

de fondre. J’ai posé cette tête sur un

miroir, afin de voir sa réflection: je

voulais créer une sensation de vanité et

montrer notre obsession de notre regard.

SANS TITRE

CLAY, GLASS BEADS, AND GLUE 15 X 21CM, 2015

35


PHOTO

PORTRAIT

LANDSCAPE

SPONTANEOUS

36


A | MOMENT | IN | TIME

37


PHOTO

Pour moi, la photographie est un technique que j’ai

toujours voulu mieux comprendre et pratiquer. J’ai

toujours pris un grand intérêt dans ce domaine et

je tiens vraiment à poursuivre afin de découvrir

de nouvelles techniques. Pour moi, le workshop

photographie que nous avons fait était l’un de mes

favoris. Je me suis immédiatement plongée dans son

monde et sa capacité de nous emmener à un instant

précis. Dans le passé et récemment j’ai expérimenté la

photographie sous l’eau, pour capturer les mouvements

puissants en dessous de ce que nous voyons. Je trouve

beaucoup de beauté et de mystère dans le contraste

de la mer, et j’essaie de capturer ses multiples

facettes: sa turbulence et ses états de calme.

Depuis le workshop photo, où pour la première fois,

j’ai éprouvé le cauchemar et la magie du processus

de développement des photos, j’ai lu beaucoup de

livres sur les photographes. Je suis fascinée par les

techniques particulières de Gerhard Richter, et les

portraits surréalistes de Man Ray. Helen Levitt a le

style qui m’influence ces derniers temps. Ma première

pellicule, utilisant un appareil photo argentique, a

été inspirée par la vie quotidienne, et des moments de

capture de scènes de la rue, ou avec les gens autour de

moi. Dans ce moment, j’expérimente avec la lumière,

en essayant de capturer des moments secrets entre

les personnes, et des moments de la vie qui ne sont

pas toujours reconnus ou remarqués, comme les images

d’Helen Levitt.

ALL PHOTOS WERE TAKEN WITH A CANNON EOS 300 FILM CAMERA

WITH BLACK AND WHITE FILM, MARSEILLE FR, 2014 AND 2015

38


A LITTLE BIT OF PHILOSPHY

“I PHOTOGRAPH

THE THINGS THAT

I DO NOT WISH

TO PAINT, THE

THINGS WHICH

ALREADY HAVE AN

EXISTENCE.”

- MAN RAY

MY FAVORITE PHOTO QUOTE

FROM THE YEAR

39


PHOTO

40


41


PHOTO

42


43


PHOTO

44


45


PHOTO

46


47


PHOTO

48


49


BIBLIOGRAPHIE

LIVRES

EXPOSITIONS

LA PHOTOGRAPHIE N’EST PAS L’ART:

COLLECTION SYLVIO PERLSTEIN, DURAND,

RÉGIS ET ROSENBERG, DAVID. (2009)

BRUXELLES: ÉDITIONS DES MUSÉES

STRASBOURG

WHAT PHOTOGRAPHY IS, ELKINS, JAMES.

(2011) NEW YORK, NY: TAYLOR & FRANCIS

LE CORPS DANS L’ART CONTEMPORAIN,

O’REILLY, SALLY. (2009) PARIS, FR:

THAMES & HUDSON LTD, LONDRÈS

FAIRE FACES - LE NOUVEAU PORTRAIT

PHOTOGRAPHIQUE, A. EWING, WILLIAM.

(2002) ACTES SUD

THE STRANGER, ALBERT CAMUS. (2008) NEW

YORK, NY: INFOBASE PUBLISHING,

VITAMIN P: NEW PERSPECTIVES IN PAINTING,

BARRY SCHWABSKY. (2002) LONDON,

ENGLAND: PHAIDON PRESS

BIENNALE INTERNATIONALE DESIGN, SAINT

ETIENNE, 2015

TATOUERS TATOUÉS, MUSÉE DU QUAI BRANLY,

PARIS, 2015

ANDY WARHOL: TIME CAPSULES,[MAC] MUSÉE

D’ART CONTEMPORAIN, MARSEIELLE, 2015

VOUEX D’ARTISTES, EXPOSITION D’ART

CONTEMPORAIN À VIEUX PORT, MARSEILLE,

2014

VISIONS HUICHOL, LE MAAOA (MUSÉE D’ARTS

AFRICAINS, OCÉANIENS ET AMÉRINDIENS,

LA VIELLE CHARITÉ, MARSEILLE, 2014

MANGARO, FRICHE DE LA BELLE DE MAI,

MARSEILLE, 2014

PLANCHES ET SÉRIGRAPHIES, FRICHE DE LA

BELLE DE MAI, MARSEILLE, 2014

MIXED- BORDER (EXPOSITION DE

PHOTOGRAPHIES ET DE VIDÉOS), FRICHE

DE LA BELLE DE MAI, 2014

50


MAGAZINES + FILMS

ARTISTES

ART FORUM 1973

GERHARD RITCHER

TOILET PAPER MAGAZINES

HELEN LEVITT

VICE

YVES KLEIN

M AN R AY

EGON SCHIELE

METROPLIS, FRITZ LANG 1927

FERNANDEZ ARMAN

BLUE VELVET, DAVID LYNCH, 1986

JENNY HOLZER

AMELIE, JEAN-PIERRE JEUNET, 2001

JOANNE BEAULE RUGGLES

51


CHOSIE TITUS ÉCOLE DES BEAUX-ARTS DE MARSEILLE

DOC DU SYNTHÉSE 2014-2015 ANNÉE 1

More magazines by this user
Similar magazines