Histoire des Druesne - Version 2.1

ldruenne

Rapport historique et généalogique sur l'histoire de la famille Druesne (Druesnes, Druenne, de Ruesne, etc.). Pour plus d'informations, veuillez consulter https://www.druenne.be/

Version 2 – Noël 2019

Histoire

des

DRUESNE

Et des seigneurs de Ruesnes

Par Loïc DRUENNE



Histoire

des

DRUESNE

Et des seigneurs de Ruesnes





Sommaire

Préface ................................................................................................................................... 1

I. Les origines d’un patronyme ............................................................................................. 3

1. Origine géographique .......................................................................................................................... 3

2. Origine étymologique .......................................................................................................................... 4

3. Variations orthographiques .............................................................................................................. 10

4. Héraldique ........................................................................................................................................... 15

5. Tous cousins ? .................................................................................................................................... 17

6. Tous consanguins ?............................................................................................................................ 18

7. Les trois catégories............................................................................................................................. 19

II. Les premiers seigneurs de Ruesnes ............................................................................... 20

III. La dynastie des Ruesnes d’Écaussines ........................................................................ 29

1. Le château de Ruesnes et son mausolée ......................................................................................... 29

2. Histoire de la seigneurie et du château de Ruesnes ....................................................................... 31

IV. Aperçu des généalogies familiales ................................................................................ 47

Bazuel ....................................................................................................................................................... 47

Bermerain ................................................................................................................................................ 47

Bousies ..................................................................................................................................................... 48

Fontaine-au-Bois .................................................................................................................................... 51

Forest-en-Cambrésis .............................................................................................................................. 53

Le Cateau-Cambrésis ............................................................................................................................. 77

Le Nouvion-en-Thiérache .................................................................................................................... 86

Le Quesnoy ............................................................................................................................................. 93

Leschelle ................................................................................................................................................ 115

Luz-Saint-Sauveur ................................................................................................................................ 116

Maretz .................................................................................................................................................... 117

Marle ...................................................................................................................................................... 119

Molain .................................................................................................................................................... 122

Montay ................................................................................................................................................... 122

Neuvilly .................................................................................................................................................. 123

Pommereuil ........................................................................................................................................... 124

Saint-Martin-sur-Ecaillon .................................................................................................................... 128


Saint-Souplet ......................................................................................................................................... 132

Solesmes ................................................................................................................................................ 135

Valenciennes ......................................................................................................................................... 139

Vendegies-au-Bois ................................................................................................................................ 141

Vendegies-sur-Ecaillon ........................................................................................................................ 147

V. Recherches latérales ..................................................................................................... 148

Les Druenne de Threadneedle Street ................................................................................................ 148

Simon de Ruine et la fondation de Harlem ...................................................................................... 152

François Druesne et la catastrophe d’Ermenonville ....................................................................... 160

VI. Ligne du temps ............................................................................................................ 161

Annexes ............................................................................................................................. 167

Exemple de recherche généalogique ................................................................................ 189

Remerciements ................................................................................................................. 192

Contact .............................................................................................................................. 192

Bibliographie..................................................................................................................... 193


Préface

P

rès de mille ans se sont écoulés depuis que pour la première fois, un homme ait été

désigné par ce nom que tant d’autres portèrent après lui : de Rouenne, de Ruesnes, Druesne.

Est-ce à dire qu’il est l’ancêtre de tous les porteurs contemporains de ce nom ? La réalité

n’est certainement pas si simple. C’est donc à l’histoire d’un patronyme, plutôt qu’à celui

d’une famille, que l’on s’intéressera donc ici. Qui sont les Druesne, d’où viennent-ils, que

peut-on dire de leur démographie et qu’ont-ils accompli ? Dans ce rapport, qui se veut autant

historique que généalogique – si ce n’est plus –, je pars tous azimuts à la recherche des individus

qui, pendant un jour, quelques années ou une vie, ont porté le nom Druesne ou l’une de ses variantes.

Je m’intéresse donc tant aux seigneurs de Ruesnes qu’aux Druesne contemporains, tant à ces derniers

qu’à leurs ancêtres, tant à ceux du Nord que ceux d’ailleurs.

Une rapide recherche sur les réseaux sociaux suffit à démontrer que les siècles ont offert à cette

grande famille une diversité qui l’honore. Que l’on parle de métiers, d’accomplissements, de

sensibilités religieuses, de couleurs de peau, d’opinions politiques, de milieux sociaux, de régions

d’origine, de rêves ou d’autres formes de distinction, on ne peut parler de la famille Druesne comme

d’une famille uniforme. Combien triste cela serait ! C’est cette diversité qui fait tout l’intérêt d’une

recherche comme celle-ci.

Un mot sur la méthodologie employée. Les généalogies familiales, composées au fil des années et

précieusement conservées sur plusieurs logiciels, sont généralement issues d’un long et minutieux

travail de confirmation documentée d’informations glânées sur internet, complété du fruit de mes

recherches personnelles. Le résultat en est une base de données contenant près de 2000 individus

porteurs du nom Druesne, auxquels il faut ajouter leurs conjoints et autres parents ou enfants ne

portant pas le même patronyme. Par ailleurs, plus de quarante Druesne (ou descendants de Druesne)

de différentes branches de la famille, m’ayant contacté directement ou ayant répondu à l’une de

mes « bouteilles à la mer », ont contribué à retrouver les extrémités contemporaines d’autant de

ramifications généalogiques parfois complexes ; bien souvent, en effet, en raison de la protection

des données, il est difficile d’accéder aux registres d’état-civil les plus récents. Je tiens tous

particulièrement à remercier tous ces contributeurs – chacun à son échelle, chacun selon son degré

d’implication, de connaissances et de participation. Ils sont les témoins du présent, les points de

contact qui font de la science des gens morts une véritable enquête familiale et historique.

La généalogie n’est pas une activité rébarbative – ou du moins, elle peut très bien ne pas l’être.

Cette passion qui m’anime depuis 2012 est non seulement extrêmement vaste – par les nombreux

types de recherches et d’activités qu’elle implique – mais aussi plutôt addictive : comment résister

à la tentation de reconstituer, à l’aide de rares documents et de longs casse-têtes, une histoire oubliée

de tous ? Plus qu’une simple compilation d’informations, ce rapport, sans cesse remanié et

complété, remis en question et réécrit, permet à autant de Druesne qu’il mentionne de continuer à

vivre dans la mémoire collective, et à autant de Druesne entre les mains desquels il atterrit de saisir

une petite partie de l’histoire de leur famille, de leur société et de l’humanité.

Loïc Druenne

1


2


I. Les origines d’un patronyme

1. Origine géographique

La famille Druesne est originaire d’une région d’environ 1400 km 2 délimitée par les villes de

Valenciennes, Maubeuge, Saint-Quentin et Cambrai, dans le Nord de la France. Les ancêtres de

97,5% des Druesne connus sont issus de cette région. Les Druesne descendent ainsi

vraisemblablement des Nerviens, « le dernier peuple des Gaules qui combattit longtemps et parfois avec succès,

contre Jules César et ses légions romaines, pour la défense de l’indépendance gallo-germanique » 1 . Ceux-ci parlaient

germanique et celtique et avaient pour capitale Bagacum (Bavay) puis Camaracum (Cambrai) 2 .

Figure 1 – Entre l’Avesnois et le Cambrésis, région de développement original de la famille Druesne. Les losanges de couleur

marquent les emplacements des sept communes d’où sont originaires les ancêtres de la large majorité des Druesne connus. La pastille

circulaire marque l’emplacement de Ruesnes, et la chaussée romaine Bavay-Beauvais est l’importante route traversant la carte de

nord-est en sud-ouest (carte issue de l’Institut géographique national de France).

1 Société de Géographie, « Comptes rendus des séances de la Société de Géographie et de la Commission Centrale »,

313.

2 Wikipédia, « Liste des peuples de la Gaule belgique ».

3


2. Origine étymologique

2.1. De Ruesnes, celui qui vient de Ruesnes

Selon plusieurs auteurs 3 , « Druesne » est simplement une

contraction de « de Ruesnes », Ruesnes étant une petite commune

du Cambrésis, entre Maubeuge et Valenciennes 4 . Cela signifie-t-il que

les premiers Druesne auraient été nobles à une époque très reculée ?

Pas forcément : au Moyen-Âge, lorsque ce patronyme apparut,

porter un nom à particule n’était aucunement une preuve de

noblesse. Beaucoup de roturiers possédaient une particule, et,

inversement, certains nobles n’en disposaient pas 5 . Selon cette

hypothèse, « Druesne » qualifierait donc, à l’origine, « celui qui

vient de Ruesnes ».

Figure 2 – Ruesnes dans les albums

de Croÿ

2.2. Ruesnes

Cependant, l’hypothèse d’une origine noble n’est pas à écarter pour

autant : il est probable qu’une partie des seigneurs de Ruesnes ait fini

par s’appauvrir par héritages successifs, retournant peu à peu au

travail de la terre et perdant de facto leur statut de noblesse – mais pas

leur nom, qui sera peu à peu transformé au gré des générations.

Au-delà de cette étymologie, que nous apprend ce patronyme sur

l’histoire de la famille ? Deux hypothèses peuvent être avancées,

toutes deux en lien avec la petite commune de Ruesnes.

Comme la plupart des communes ayant bercé le développement de la famille Druesne, Ruesnes

se trouve dans le département du Nord. La commune a une superficie de 6,75 km 2 et ses habitants,

les Ruesnois, se comptaient à 428 en 2018. Il s’agit donc d’une petite commune, dont les communes

limitrophes sont Villers-Pol au nord-est, Le Quesnoy au sud-est, Beaudignies au sud, Bermerain et

Capelle au sud-ouest et Sepmeries au nord-ouest. Les cultures ordinaires de Ruesnes étaient

principalement le blé, l'orge, l'avoine, le colza, les fèves et un peu de houblon. La seule industrie du

village était l'agriculture, et un moulin à blé se trouvait sur son territoire 6 .

3 Germain et Herbillon, Dictionnaire des noms de famille en Wallonie et à Bruxelles; Tosti, « Dictionnaire des noms de famille ».

4 Seule, Denise Poulet envisage un lien avec la Rhonelle, du nom d’un ruisseau voisin. Voir Poulet, Noms de lieux du

Nord-Pas-de-Calais.

5 Barthélemy, « Les noms de famille sont nés au Moyen Age », 73.

6 Demeunynck et Devaux, Annuaire statistique du département du Nord, 1838.

4


Figure 3 – Situation de Ruesnes, entre Valenciennes (13 km), Maubeuge (31 km) et Cambrai (29 km)

Le village est désigné sous les noms Roesne en 1186, Roingnes en 1218, Ruonne en 1243, Reuennes en

1327, Rœsne en 1348, puis Ruesne et Ruesnes 7 . Une paroisse existait déjà à Ruesnes en 1074 8 , bien que

la première cloche ne fût fondue qu’en 1537 9 . L’occupation ancienne du territoire de la commune

est attestée par de nombreuses découvertes archéologiques : en 1788, au lieu-dit Les Courtieux, fut

découvert un souterrain voûté qui passait sous les étangs d’une propriété particulière et

communiquait avec le conduit surnommé « Caves Marie-Louise ». Il s’agissait probablement d’un

reste d’une construction romaine. Le château actuel aurait de même été bâti sur les fondations d’un

ancien édifice datant probablement de l’époque romaine 10 . En 1813, toujours aux Courtieux, sont

également trouvés des restes importants de fondations romaines. En 1827 sont mis au jour des

fondations avec pavements, des monnaies de César et d’Antoine ou Antonin et des tombeaux. Des

restes d'un aqueduc romain ont aussi été découverts. Il est probable que l’ancien Hermoniacum, que

l'on pense avoir existé vers le Quesnoy et Vendegies-sur-Écaillon, se soit trouvé sur le territoire de

Ruesnes. La voie romaine reliant Bavay à Cambrai passe à proximité du village 11 .

7 Commission historique du département du Nord, Bulletin de la Commission historique du département du Nord, 9:160.

8 Bontemps, Recueil / Société d’études de la province de Cambrai, 251.

9 Gagneux, « Ruesnes, village de l’Avesnois ».

10 Commission historique du département du Nord, Bulletin de la Commission historique du département du Nord, 9:160.

11 Commission historique du département du Nord, Bulletin de la Commission historique du département du Nord;

Demeunynck et Devaux, Annuaire statistique du département du Nord, 1838.

5


Le château de Ruesnes ne nous offre que des restes, bien maigres hélas, d'un passé qui, dit-on, fut brillant. Sans

doute, il n'apparaît pas que, comme le château fort de Potelle, il ait été le témoin de faits historiques, ni même qu'il

ait appartenu à des seigneurs de haut lignage, – cependant la porte charretière qui donne accès à la métairie est

surmontée d'une pierre à blason mutilé, ornée d'une gracieuse coquille et qui porte la date de 1695. Et la tour carrée,

qui se dresse encore, fière et trapue au milieu de la cour de ferme, présente l'aspect, à sa base, d'un solide rempart

pour se terminer par un toit pointu d'ardoises lustrées d'où s'échappent des vols de pigeons. Le château proprement

dit subsiste au milieu d'une prairie et montre des constructions en briques et pierres blanches assez bien conservées

mais sans aucun caractère monumental et d'un XVIII e siècle très mitigé. L'intérieur absolument délabré depuis la

dernière guerre nous montre néanmoins un vestibule ovale de forme élégante et les débris, d'une grande salle à pilastre

de stuc, dont les boiseries absentes ont été dispersées après la dévastation de 1918. C'était en somme une belle et riche

habitation de plaisance, n'ayant rien du manoir moyenâgeux, édifiée dans un site que la main de l'homme a dû

contribuer largement à embellir. La vue des fenêtres du château donne, d'un côté, sur le fin clocher de la vieille église

proche et sur une pièce d'eau asséchée ; de l'autre, sur un parc transformé en prairie, qui devait s'étendre loin dans la

campagne environnante. Si nous en croyons Mme Clément Hémery dans ses « Promenades dans

l'Arrondissement d'Avesnes » 12 , ce fut autrefois un lieu de délices et les propriétaires de cet heureux domaine

avaient réussi, à force d'ingéniosité et de travail, à transformer ce coin de plaine assez banal en un site pittoresque où

l'on pourrait évoquer la « Carte du Tendre ». Et de fait, il semble que cet auteur n'ait pas trop forcé la note car en

nous promenant parmi les herbes folles de ce que fut le parc, aux frondaisons aujourd'hui absentes nous rencontrons

des colonnes tronquées, des socles veufs de leurs statues, des rocailles, des vestiges de tour et de rochers artificiels, des

canaux aux trois quarts comblés, des bassins de marbre sous les arbustes envahissants... Et nous pouvons, en

imagination, revivre le charme de ce plaisant séjour, au passé jadis brillant, avec son lac d'Amour, ses Bosquets de

la Mélancolie, sa Montagne de la Solitude, sa tour de ma Sœur Anne, sa grotte de Calypso où abordaient sur de

frêles esquifs, sous des rideaux de vigne vierge, des personnages à la Watteau, attirés vers une nouvelle Cythère 13 ...

Figure 4 – Le château de Ruesnes en 1914

12 Je ne suis pas encore parvenu à mettre la main sur cet ouvrage.

13 Société archéologique et historique de l’arrondissement d’Avesnes, « Bulletin annuel », 16‐17.

6


2.3. Hypothèses

1. La légende : la roue des Vendegies

Nobles ou non, les Druesne ne manquent pas, par la composition

même de leur patronyme, d’avoir une histoire intimement liée à

celle de Ruesnes et de ses seigneurs. Les premiers seigneurs de

Ruesnes, chevaliers de longue date, étaient issus de ceux de

Vendegies, vassaux du Comte de Hollande. Les Vendegies étant

armés d’or à la roüe de gueulle de six rais (c’est-à-dire d’une roue rouge

de six rayons sur fond jaune), le Carpentier, historien cambrésien

du 17 ème siècle, affirme que ce serait par volonté de se faire

connaître par un nom qui « eût quelque rapport avec leurs armes » que

certains seigneurs de Vendegies décidèrent de porter le surnom

« Roüenne », ou « Ruenne », en référence à la roue visible sur leur

écu 14 . Il semble que le premier d’entre eux à s’être fait appeler de la

sorte soit le chevalier Gérard (Géraud) de Vendegies, qui s’était déjà

fait connaître en 1091 15 . Celui-ci aurait donc été, en quelque sorte,

le premier « de Ruesnes » dont l’Histoire ait gardé le souvenir. Ce

n’est qu’un siècle plus tard que le village de Ruesnes est mentionné

pour la première fois sous le nom sous le nom de « Roesne » 16

(1186), sur un territoire habité depuis l’époque romaine 17 .

Figure 5 – Les armes de Vendegies :

D’or à la roüe de gueulle de six rais

(Wikimedia Commons)

Si cette première hypothèse est séduisante, rien ne prouve cependant qu’elle soit vraie. Nul ne sait

si un tel document du 11 ème siècle mentionnant Gérard de Vendegies a existé ou s’il existe encore

de nos jours. De plus, certaines incohérences viennent renforcer le doute face à ce récit : la roue

des seigneurs de Vendegies ne semble avoir fait apparition dans la région que plus tard, vers le 14 ème

siècle, comme on le verra ci-dessous. Par ailleurs, il aurait été absolument exceptionnel qu’une

famille donne son nom à un village, plutôt que l’inverse.

14 Selon les manuscrits de Paris et ceux de Valenciennes (manuscrits de la bibliothèque de Valenciennes, n°526, p. 42),

Ruesnes était autrefois orthographié Roesne (1186 et 1348), ce qui est plus proche de la « roue » dont il est ici question.

On trouve aussi Roingnes (1218, abbaye de Fémy), Ruonne (1243, cartulaire de Notre-Dame de Condé), Reuennes

(1327, deuxième cartulaire du Hainaut) et Ruesne (documents divers). En 1186, Ruesnes était une paroisse du décanat

d’Haspres. Voir Benezech, Études sur l’histoire de Haynaut de Jacques de Guyse, 92; Le Carpentier, Histoire Genealogique Des

Païs-Bas, Ou Histoire De Cambray, Et Du Cambresis, 3:1051‐52; Virlet d’Aoust, « Fondation de la ville de New-York, en

1623, par une colonie de Flamands avesnois et wallons : Communication de M. P.-Th. Virlet d’Aoust », 312. Voir aussi

la section sur Ruesnes dans cet ouvrage.

15 Le Carpentier, Histoire Genealogique Des Païs-Bas, Ou Histoire De Cambray, Et Du Cambresis, 3:1052; Virlet d’Aoust,

« Fondation de la ville de New-York, en 1623, par une colonie de Flamands avesnois et wallons : Communication de

M. P.-Th. Virlet d’Aoust », 312; Demeunynck et Devaux, Annuaire statistique du département du Nord, 1838, 40.

16 « Roesne » est aussi une forme ancienne (1567) du mot « rouanne », désignant un outil semblable au compas dont se

servaient les tonneliers pour marquer les tonneaux. Voir La langue française, « Rouanne ».

17 Demeunynck et Devaux, Annuaire statistique du département du Nord, 1838, 40.

7


2. L’hypothèse historique

Sans faire remonter l’origine de la famille à Gérard de Vendegies, une autre hypothèse, issue de

Stéphane de Wolf, remet en question la validité de la première : aucune source antérieure au 17 ème

siècle ne vient en effet soutenir celle-ci, comme cela a été mentionné plus haut. Dès lors, une étude

approfondie laisse envisager la possibilité qu’aux alentours de l’an 1300, un individu du nom de

Spierinck, descendant de la très ancienne famille des seigneurs de Heusden, dans le sud des Pays-

Bas actuels, ait reçu la seigneurie de Vendegies de son suzerain le Comte de Hollande (qui était

aussi Comte de Hainaut). On trouve d’ailleurs les armes des seigneurs de Vendegies dans l’Armorial

Équestre de la Toison d’Or et dans l’Armorial Beyeren. La maison de Heusden était une très

ancienne et noble famille : la tradition la fait remonter à l’an 800, l’on trouve des documents

(chartes) la mentionnant dès l’an 1100. La famille Spierinck était issue du deuxième fils de Jean de

Heusden, appelé Walter 18 , qui vécut vers 1180.

Figure 6 – Armes de Heusden

À cette époque, la maison de Heusden (Pays-Bas) est ébranlée

psychologiquement et patrimonialement : le pays de Heusden passe

des mains du duc de Brabant à celles du Comte de Hollande, après

une guerre et l’intervention de l’empereur germanique et du roi de

France. Pour le prix de la paix, la famille Heusden disparait de toute

fonction étatique. Les Drongelen, une autre famille issue de la maison

de Heusden, ne sont plus maîtres chez eux, et reçoivent en échange

les seigneuries de Eethen et de Meeuwen, ainsi que la fonction

temporaire de bailli de Hollande méridionale. La famille Spierinck

conserve ou reçoit les seigneuries de Well et de Aalburg et

probablement Vendegies, pour un cadet. Par la suite, le nom

Spierinck fut peu à peu francisé en « Piérin » 19 , puis délaissé au profit

du nom « de Vendegies », alors que la famille conservait les armes de

ses ancêtres hollandais.

Ces « nouveaux seigneurs de Vendegies » n’auraient donc rien à voir avec leurs prédécesseurs

du même nom, la seigneurie de ces derniers étant probablement tombée en quenouille faute

d’héritiers 20 . Ces seigneurs de Vendegies étant aussi seigneurs de Ruesnes, certains d’enre eux se

firent appeler « de Ruesnes », selon la coutume qui consistait à adjoindre au nom des nobles celui

18 Walterus – Wouter – Gauthier

19 Selon Le Carpentier, la famille Piérin (Pierinckx) porte de sable à une roue d’or et est issue de la famille « Ruenne-

Vendegies » ; il semble donc qu’il se soit trompé, puisque ce serait l’inverse. Il ajoute cependant ce qui suit, semant le

doute : « […] l’an 1310, Godefroy de Ruenne furnommé Pierin, Cap ne de Thun, qui procrea d’Agnes de Saufoy fa femme 4 fils, & une

fille nommée Agnes Religieufe à Fontenelle lès Vallencienes. L’aifné des fils nommé Godefroy fut Franc fiefvé de l’Evefché, & ût de

Clofcende de Raillencourt fon efpoufe Georges Pierin Efchevin à Cambray l’an 1398, &c. J’ay veu un feel d’un Jean Pierin en une Charte

de l’an 1375, qui ne reprefente qu’une fafce, &c. Celuy-cy fe qualifioit Efcuyer, & Bailly de Premont ». Voir Le Carpentier, Histoire

genealogique de la noblesse des Païs-Bas, ou Histoire de Cambray, et du Cambresis, 2:882.

20 Le château féodal de Vendegies-sur-Écaillon, la résidence de ces seigneurs (et des autres familles seigneuriales comme

celle de Honnechy, au 13 ème siècle), fut détruit en 1340. Un château plus récent y fut plus tard bâti et accueillit les

familles seigneuriales plus tardives, notamment les Montmorency-Hornes (16 ème siècle), les Gognies (1562) puis les

Bonnières (par héritage) et enfin les Bouchelet de Vendegies (1766), qui habitèrent le château jusqu’au 20 ème siècle.

Vendegies-au-Bois, plus loin, dispose de sa propre histoire dès la fin du Moyen-Âge et eut ses propres familles

seigneuriales, y compris celle de la Mouzelle. Voir Duvaux, « La seigneurie de la Mouzelle à Vendegies-au-Bois »;

Cambrésis terre d’histoire, « L’armorial du Cambrésis »; Geocaching, « Le Château de Vendegies »; Borel d’Hauterive,

Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l’Europe, 12:195.

8


de leur(s) seigneurie(s). Ainsi apparut une branche « Ruesnes-Vendegies ». Selon Pierre-

Théodore Virlet d’Aoust 21 , les héritiers de cette dernière se seraient éteints au 19 ème siècle lors du

décès de Marie Thérèse Augustine de Ruesnes et de Vendegies, bien que cela reste à prouver (voir

p. 85). Les Druesne vivants aujourd’hui ne sont donc aucunement héritiers d’une seigneurie perdue

(voir p. 20), même si un lien de parenté n’est pas complètement à exclure.

Figure 7 – Armes de Vandegies "dite de Ruenne", dans le volume X des Recueils de généalogies, fraguements, notes et épitaphes des

provinces du Nord, par Casimir de Sars de Solmont, p.314

Une confusion à éviter

Il est important de bien distinguer l’histoire de la famille Druesne contemporaine de l’histoire du nom

de famille « Druesne ». En effet, si la deuxième inclut de facto l’histoire des seigneurs de Ruesnes, on

ne peut avec certitude en dire autant de la première. Il se pourrait en effet qu’aucun lien de

parenté n’existe entre les deux.

21 « Fondation de la ville de New-York, en 1623, par une colonie de Flamands avesnois et wallons : Communication

de M. P.-Th. Virlet d’Aoust », 312.

9


3.1. Histoire des noms de famille

3. Variations orthographiques

Autrefois non nécessaire en raison de la faible démographie européenne, la distinction des

homonymes au moyen de surnoms se répandit dès le 10 ème siècle, en plein essor démographique et

commercial 22 . Ces surnoms pouvaient alors correspondre à un lieu d’origine, un métier, ou à une

particularité physique ou morale 23 . Au cours du Moyen-Âge, cet usage se généralise peu à peu,

principalement au sein des familles aristocratiques ; il s’agit alors souvent, à défaut des origines

citées, au nom d’un fief, d'un titre militaire ou de l'exploit d'un ancêtre. Ce surnom pouvait changer

au cours de la vie, et si l’habitude de le transmettre de manière héréditaire se généralisa peu à peu 24 ,

des changements étaient alors tout à fait acceptables 25 .

Au 14 ème siècle, la population française devient assez importante pour que l’usage des patronymes

héréditaires s’y généralise. On retrouve alors quatre grandes catégories de noms 26 :

- Le nom rappelant la filiation (Jean, fils de Martin devenu Jean Martin, Robert, fils de Pierre

devenu Robespierre) ;

- Le nom qui renvoie au lieu de résidence, de provenance ou de proximité (Dupont, Duval,

Dubois), qui peut exprimer l'origine de la personne ou être simple allusion à un voyage

d'affaires) ;

- Le nom de métier (Lemarchand, Boucher, Pelletier, Sabatier, Tisserand, Dufour, Favre),

de statut (Chevalier, Lenoble, Lécuyer) ou de charge administrative (Sergent, Prévost,

Lemaire) ;

- Le sobriquet lié au physique ou au caractère (Legrand, Leroux, Boiteux, Legros, Lebœuf,

Joly ; Le Gentil, Mignon, Courtois, Lesage, Lebon, sobriquets en apparence flatteurs mais

souvent moqueurs par antiphrase), à la parenté (Legendre, Beaufils, Cousin, Deloncle,

Neveu, Lainé) 27 . Il arrive fréquemment que le nom du père soit familièrement transformé

en diminutif (Jean en Janet, Jeannin, Hanin ; Simon en Simonin, Simenon, Monet ou

Monnot, etc.), devenant le surnom d'un fils qui le transmet à sa descendance 28 .

Les changements de nom devinrent progressivement de plus en plus rares et réglementés. Dès la

fin du 15 ème siècle, seul le roi autorisait les changements de noms 29 . En 1539, le roi François I er

promulgue l'ordonnance de Villers-Cotterêts 30 qui impose l'obligation d'inscrire dans un registre

relié, coté, paraphé, et tenu en double, tous les actes de baptême, de mariage et de sépulture. Elle

en charge le curé dans chaque paroisse, ce qui n'a rien d'étonnant à une époque où le clergé est un

élément constitutif de la fonction publique de l'État, celle des clercs qui savent écrire. Cette

ordonnance généralise l'enregistrement par écrit des noms de famille et tend à en fixer

22 Cellard, Trésors des noms de familles, 14.

23 Vroonen, Les noms des personnes dans le monde : anthroponymie universelle comparée, 75.

24 Bernard, Penser la famille au dix-neuvième siècle (1789-1870), 68.

25 Lefebvre-Teillard, « Le nom propre et la loi ».

26 Wikipédia, « Nom de famille en France ».

27 Lapierre, Changer de nom, 31.

28 Barthélemy, « Les noms de famille sont nés au Moyen Age », 73.

29 Chéruel, Dictionnaire historique des institutions, moeurs et coutumes de la France, 1:868.

30 Camet, Les métamorphoses du moi, 12.

10


l'orthographe 31 . Après cette date, si des transformations patronymiques majeures sont rares, des

modifications mineures se produisent encore régulièrement, en raison d’erreurs de recopiage et des

faibles niveaux d’éducation.

3.2. De « de Ruesnes » à Druesne et Druenne, en passant par Druëne

Ainsi, de nombreuses variations orthographiques existent pour le nom « Druesne ». Il n’est pas rare

que ce patronyme soit orthographié de manières différentes dans différents documents relatifs à

une même personne, voire même au sein d’un même document pour désigner deux Druesne

pourtant membres de la même famille.

Figure 8 – Dans cet acte du 14 avril 1847 à Maurage, Désiré Druenne et son père Benoît ont orthographié leurs noms différemment

Différentes orthographes du même nom de famille

pouvaient donc coexister, aller et venir dans la vie d’un

individu, comme le démontrent ces différentes signatures

du même Benoit Druenne, faites à plusieurs moments de

sa vie.

Fig. 9 – Signatures de Benoit Druenne (1782-1860)

31 Wikipédia, « Nom de famille en France ».

11


Dédoublement du N

Druenne

Conservation du N simple

Druene

Conservation du S

Druesne

Dédoublement du N

Druennes

Conservation du N simple

Druenes

Conservation du S

Druesnes

Dédoublement du N

Deruenne

Conservation du N simple

Deruene

Conservation du S

Deruesne

Dédoublement du N

Deruennes

Conservation du N simple

Deruenes

Conservation du S

Deruesnes

Dédoublement du N

de Ruenne

Conservation du N simple

de Ruene

Conservation du S

de Ruesne

Dédoublement du N

de Ruennes

Conservation du N simple

de Ruenes

Conservation du S

de Ruesnes

Le tableau ci-dessous synthétise les orthographes les plus courantes du nom « Druesne », ainsi que

les différentes transformations qui leur ont donné naissance.

Disparition du S final

Druesne

Amuïssement

du S

Druene

De Ruesnes désigne celui qui est originaire de Ruesnes

Avec rattachement de la particule

Deruesnes

Sans rattachement de la particule

de Ruesnes

Avec contraction du E

Druesnes

Sans contraction du E

Deruesnes

Disparition du S final

de Ruesne

Conservation du S final

Druesnes

Amuïssement

du S

Druenes

Disparition du S final

Deruesne

Amuïssement

du S

Deruene

Conservation du S final

Deruesnes

Amuïssement

du S

Deruenes

Amuïssement

du S

de Ruene

Conservation du S

final

de Ruesnes

Amuïssement

du S

de Ruenes

Il est à noter que l’on trouve aussi ce nom orthographié Druin (voir plus loin), Druine, Druinne 32 ,

de Ruine, Drienne, Druen, Druhen 33 , Drugen, Desruennes, Druemme, Druëne, Druène, etc. 34 .

3.3. Une différenciation difficile : des familles proches

Il est parfois difficile de savoir si des noms similaires sont issus de la même famille ou non, comme

dans le cas des Druine 35 ou des « de Roeulx ».

1. Les de Roeulx et les de Ruesnes

Figure 10 – Armes de

Roeulx (Ville de Roeulx)

L’ancien blason de la ville de Roeulx, dans le département du Nord, était

semblable à celui des seigneurs de Heusden et de Vendegies (la roue contient

ici huit rayons, plutôt que six). Celles-ci furent inspirées du sceau de Hugues,

seigneur de Roeulx, qui vivait en 1233. Un acte de 1197 attribue toutefois déjà

à Gerardus de Prouvi des armes contenant trois roues d’or. On ignore la nature

du lien entre les familles seigneuriales de Roeulx et de Ruesnes ; les historiens

contemporains ne font cependant généralement pas de lien entre le nom de

Roeulx et la notion de roue, mais en font plutôt un dérivé du germain rode,

32 Une étymologie alternative fait du nom Druenne un dérivé du nom « Druinne » plutôt que l’inverse ; mes recherches

semblent cependant infirmer cette hypothèse.

33 La table des naissances des six paroisses de Valenciennes de 1567 à 1699 renvoie Druesne vers Druhen, les deux noms

pouvant être prononcés de la même manière. Les Druhen sont assez peu nombreux dans les archives du Nord ; on

trouve cependant un certain nombre de Druen. Il est donc possible que ces familles aient un lien avec la famille Druesne

– voire même une origine commune.

34 Germain et Herbillon, Dictionnaire des noms de famille en Wallonie et à Bruxelles, 391; Tosti, « Dictionnaire des noms de

famille ».

35 On trouve à Leernes (Hainaut, Belgique) une famille Druine, à laquelle une section de cet ouvrage est dédiée. On

ignore cependant si cette famille est liée aux Druesne.

12


roede, roote, que l’on peut traduire par défrichement (rodium en latin). La

commune de Roeulx aurait en effet été établie sur un terrain défriché

« qu’on mit en valeur par la culture » 36 .

Certains, cependant, font le lien, comme on peut le voir ci-contre, dans

cette gouache des armes de la famille de Roeulx réalisée par Marcel

Stiennon 37 . En picard, la langue parlée autrefois dans le Nord, roue se disait

reule ; il n’est donc pas complètement impossible que selon le même

principe dit « d'armes parlantes », les familles de Roeulx et de Ruesnes soient

en fait liées 38 .

Roeulx en France n’a cependant a priori rien à voir avec Le Roeulx en

Belgique, dans le blason duquel on trouve cependant à nouveau une roue

d’or à huit rayons. Le symbole de la roue est courant en héraldique ; sa

présence dans ces différentes armes ne peut constituer l’origine d’un lien

certain.

Quant aux prénoms familiaux, la tradition proposait jadis de transmettre aux nouveau-nés les

prénoms de leurs parrain, marraine ou aïeux. Les mêmes prénoms se trouvaient ainsi répétés au

sein d’un même village et de génération en génération. Aux origines de la famille, on trouve

principalement les prénoms Gérard, Robert, Guillaume et Jean 39 . Plusieurs siècles plus tard, lorsque

la famille se fut répandue à travers le Cambrésis, le prénom Jean-Baptiste était, de loin, le plus porté

par les hommes de la famille : parmi les Druesne connus à ce jour, 5,24% portaient ce prénom.

Quant aux femmes, une telle tendance est difficile à déceler, les enfants de sexe féminin recevant

généralement le prénom de leur marraine, mère ou de l’une de leurs grand-mères. Une liste des

prénoms portés par les Druesne connus se trouve en annexe XX, page 185.

2. Les Druin « dits » de Ruesnes

Un généalogiste du nom de Claude Henri Hamoir 40 mentionnait, dans son arbre généalogique en

ligne, une certaine Hubine de Ruenne, fille de Jean Druin dit de Ruenne et de Marie del

Chereas. Elle aurait été l’épouse d’Adam Gabriel et la mère d’Aïlid Gabriel, cette dernière étant

décédée le 24 septembre 1625. Le compte de M. Hamoir ayant été supprimé, il est désormais

impossible d’en savoir plus par son intermédiaire. Aucune date supplémentaire, ni aucun lieu

n’étant en notre possession, on ne peut savoir si ces informations sont exactes, ni si cette famille

est liée à la famille Druesne.

3. Les Druine de Leernes

Figure 11 – « de Roeulx ou

Ruesnes » (Armorial de France)

On trouve dès le 18 ème siècle à Leernes 41 , dans la province belge du Hainaut, une famille Druine,

ou Druinne, dont certains membres sont parfois désignés par le nom « Druenne ». S’il est difficile

36 Ville de Roeulx, « Histoire de la ville ».

37 Armorial de France, « Roeulx ».

38 C’est en tout cas l’opinion de Jacques Dulphy, poète picard. Voir l’Armorial de France.

39 Le Carpentier, Histoire Genealogique Des Païs-Bas, Ou Histoire De Cambray, Et Du Cambresis, 3:1052.

40 Utilisateur hamoirclh sur Généanet – compte supprimé avant le 31 décembre 2018. Informations partiellement reprises

sur le compte Généanet d’Eric de Hults (edehults). Voir de Hults, « Eric de HULTS ».

41 Leernes est une localité de la commune de Fontaine-l’Evêque.

13


d’établir avec certitude l’existence ou non d’un lien quelconque entre cette famille et les Druesne

du Nord, il n’en reste pas moins que les Druine de Leernes peuvent être considérés au rang des

branches « latérales » de la famille Druesne, ne fût-ce que par la similarité (et les occasionnelles

confusions) entre les noms. On connaît toutefois peut de choses sur cette famille, les archives en

ligne de la commune étant assez lacunaires.

Dominique Jh Ghislain Druine

Journalier, °env.1760-1815

& Joachime Volle

Pierre Joseph Druine

1790-1812

& Anne Josèphe Baudry

Jean Baptiste Druinne

Employé de quatrième classe, 1805-1866

& Marie Françoise Philippe & Marie Cath. Stiévenart

François Joseph Druine

1812-1812

Joséphine Eug. Druinne

1830-?

Pierre Joseph Druinne

1832-?

Stéphanie Louise Druinne

1838-?

& Augustin Dremont

Emilie Fr. Stéph. Druinne

1858-?

& Julien Joseph Rutteau

Jules Charles Druinne

1864-?

& Aimée Moulart

3. Les de Resne, de Roesne et autres

Figure 12 – Généalogie des Druine de Leernes

Jean de Resne

?-?

& Jacqueline Lambert

Jean de Rosne

1621-?

Denis Charles de Rosne

1624-?

Marguerite de Rosne

1626-?

Anne de Rosne

1626-?

Jacqueline de Rosne

1628-?

Louise de Rosne

1630-?

Figure 13 – Les de Resne de Gibecq

Il ne fait aucun doute que plusieurs Druesne, notamment liés aux

branches les plus anciennes comme celles de Valenciennes ou de

Forest-en-Cambrésis, ont parfois été orthographiés de manières

alternatives et progressivement différenciées : de Resne, de Roesne,

de Reusmes, de Rosne, de Ronne, Derone, etc. Il serait cependant hâtif

d’en conclure que tous les porteurs de ces patronymes sont liés à

la famille Druesne. Dans ce rapport, ne seront dès lors

considérées en profondeur que les branches les plus « centrales »

de la famille – celles dont le lien étymologique avec Ruesnes ne

fait aucun doute. Les autres, comme les Deroesne de Cornillé en

Île-et-Vilaine (35500), ne seront pas inclus dans cet ouvrage.

D’autres, avec lesquelles l’hypothèse d’un lien peut

vraisemblablement être posée, seront simplement mentionnés.

Il est notamment impossible de savoir si les de Resne apparus dès

le début du 17 ème siècle à Gibecq, près d’Ath et de Lessines dans

le Hainaut belge, ont un lien quelconque avec la famille Druesne.

Un lien est certes possible, mais trop peu d’informations existent

14


au sujet de cette très ancienne branche pour qu’il soit possible d’en tirer des conclusions

généalogiques quelconques.

Il en va de même pour plusieurs autres familles issues du Hainaut belge à la même époque, telles

que les de Rosne de Rumillies, près de Tournai, qui étaient déjà solidement implantés dans leur

commune en 1665, ou encore ceux d’Amougies, à 18 kilomètres de Rumillies, dont les racines

sont toutefois moins anciennes (1721).

4. Héraldique

4.1. Les « de Ruesnes » et leurs armes

Si le village de Ruesnes, dont le patronyme Druesne est originaire, porte

aujourd’hui un écu d’azur au loup ravissant d’or, il s’agit là d’un héritage de

l’une de ses familles seigneuriales successives, la famille (de) Capy (voir

p. 20) – pas de lien, donc, avec la famille Druesne.

Figure 14 – Blason de

Ruesnes et armes de Capy –

D'azur au loup ravissant d'or

(Généawiki)

Pour trouver des armes qui aient un lien avec la

famille de Ruesnes, il faut à nouveau remonter aux

seigneurs de Vendegies, dont l’écu était fait,

comme nous l’avons écrit précédemment, d’or à la

roüe de gueulle de 6 rais (c’est-à-dire d’une roue rouge à

six rayons sur un fond jaune), ou encore de sable à la

roüe de six rais d’or (d’une roue dorée de six rayons sur fond noir), ou d’argent

(roue grise) 42 . Ces armes proviennent, comme nous l’avons expliqué

précédemment, de la maison de Heusden (Brabant et Pays-Bas), dont les

seigneurs de Vendegies étaient issus (voir page 7).

Dans l’armorial Beyeren, on trouve la version de sable à la roue d’argent de l’écu

des seigneurs de Vendegies, dont un membre nommé Robert participa à un

tournoi livré à Compiègne en février 1238 43 .

Figure 15 – Blason de

Vendegies-au-Bois et

armes de Vendegies – D'or

à la roue de six rais de

gueules (Généawiki)

Figure 16 – Armes (Le) Carlier –

Parti, au premier d’argent au lion

de sable et au second de d'or à la

roue de gueules

Plusieurs autres familles sont issues des Ruenne-Vendegies : c’est

notamment le cas d’une branche de la famille (le) Carlier qui, établie à

Valenciennes, porte un blason parti, au premier d’argent au lion de sable et

au second de gueules à la roue d’or (on trouve aussi le même blason avec, au

second, de sable à la roue d’or ou encore d’or à la roue de gueules). Lorsqu’une

inscription se trouve en-dessous d’un blason, on parle de devise ;

lorsqu’elle se trouve au-dessus de celui-ci – comme c’est le cas ici –, on

parle de cri, ou de cri de guerre. Il s’agit du cri de ralliement des

chevaliers de cette maison lorsqu’ils livraient combat. En l’occurrence,

le blason des (le) Carlier crie « Ruenne-Vendegies » 44 . De même,

l’Annuaire Général Héraldique Universel 45 fait de ce cri la devise de la

42 Le Carpentier, Histoire Genealogique Des Païs-Bas, Ou Histoire De Cambray, Et Du Cambresis, 3:1051‐52.

43 Heynenzoon, Armorial de Beyeren, 41.

44 Le Carpentier, Histoire Genealogique Des Païs-Bas, Ou Histoire De Cambray, Et Du Cambresis, 3:367.

45 Institut héraldique, Annuaire héraldique, 823.

15


famille Leclerc de Pulligny, anoblie en 1623. Aucune autre source ne vient cependant, à notre

connaissance, en fournir l’explication.

Enfin, en avril 2018, Guillaume Druesne, descendant d’André

Druesne et Catherine Louise Bricout du village de Pommereuil,

a fait officiellement enregistrer son blason auprès du Conseil

français d’héraldique. Celui-ci se lit comme suit : d’azur au loup

ravissant tenant dans ses pattes une hache, le tout d’or, accompagné de 3

croissants d’argent. L’azur (bleu) et le loup font référence au village

de Ruesnes dont les Druesne tiennent leur nom, les croissants

rappellent les armes du Cambrésis où a évolué la famille à travers

les siècles, et la hache rend hommage à ses ancêtres combattants.

L’écu est soutenu de 2 épis de blé d’or, les tiges passées en sautoir, liés

de gueules, ceux-ci rappelant les nombreux cultivateurs de la

famille, et la devise « jamais ne renonce » souligne majestueusement

le tout.

Figure 17 – Armes de Guillaume Druesne –

D’azur au loup ravissant tenant dans ses

pattes une hache, le tout d’or, accompagné

de 3 croissants d’argent

16


4.2. La roue de Mayence

Figure 18 – Un chevalier de

l’archevêque de l’électorat de

Mayence, en tenue de combat pour un

tournoi

On ignore d’où est originaire le symbole de la roue de Heusden qui,

selon la légende rapportée par Le Carpentier, serait à l’origine du

nom « de Ruesnes ». On trouve cependant, dans des centaines de

villes de l’Allemagne centrale, un symbole très semblable avec lequel

un lien distant n’est probablement pas à exclure : la roue de

Mayence.

Selon une légende que rapportent les frères Grimm, les adversaires

de Willigis, évêque de Mayence élu en 975, se moquaient de

l’origine humble de celui-ci – son père était charron. Ils dessinaient

sur les portes et les murs de la ville le symbole de la roue en guise de

moquerie. Willigis aurait alors récupéré le symbole à titre personnel.

Plus tard, le symbole se serait disséminé à travers l’Allemagne et

l’Europe.

Une autre théorie identifie cependant la roue à une représentation

symbolique de Martin de Tours, patron de la ville et de la

cathédrale de Mayence.

Figure 19 – L’évêque Willigis et sa

roue (Wikipédia, « Willigis »)

5. Tous cousins ?

Étant donné que l’écrasante majorité des Druesne est originaire d’une région très délimitée (voir

p. 3), on peut légitimement se demander si tous les Druesne auraient un ancêtre commun, un

« premier Druesne ». Il serait certainement imprudent, hâtif et injustifié de considérer Gérard de

Vendegies comme l’ancêtre commun de tous les Druesne (voir encadré p. 9) ; cependant, si l’on se

base sur l’étymologie du nom Druesne et sur la présupposition que dans le passé, les habitants des

petits villages étaient tous cousins plus ou moins lointains en raison d’une forte endogamie, on peut

penser que tous les Druesne sont cousins (très) éloignés.

Néanmoins, il ne s’agit que d’une supposition théorique : en effet, outre la possibilité d’enfants

illégitimes qui transmettent le nom de leur père d’adoption ou de leur mère, le caractère limité des

archives paroissiales empêche de faire remonter la généalogie de manière continue au-delà du 17 ème

siècle, ou parfois un peu au-delà lorsque d’autres types d’archives sont parvenus jusqu’à nous.

17


Guillaume Druesne

& Michelle Robace

Thomas Jh Druesne

°env. 1701-1786

Tonnelier

& Marie Joseph Lefebvre

Jean B. Druesne

°env. 1688-1756

Garde des bois

& M. Angélique Levebvre

Marie Adrienne Druesne

°env. 1710-1782

& Thomas Joseph Busin

Antoine B. Jh Druesne

°env. 1703-1784

Garde des bois

& M. Marguerite Lacomblez

Thomas Jh Druesne

°env. 1736-1816

Tonnelier

& Jeanne Jh Laboux

Alexis Druesne Marie Joseph Busin Marie Catherine Jh Busin François Joseph Busin

1746-1819 °1741 1745-1814 Cordonnier, 1747-1788

Jeanne Franç. Jh Busin

Fileuse, 1739-1792

Catherine N. Jh Moity

°env. 1733-1821

Antoine Jh Druesne

°env. 1734-1812

& Jean Humbert Ratte & Gaspard Joseph Collet & Marie Claire Ménard

Charles Joseph Druesne

°env. 1728-1801

Mulquinier

André Joseph Druesne

Maçon, 1776-1854

Henry Collet Marie Elisabeth Collet

Tisserand, °1775 Ménagère, °1777-av. 1828

Marie Françoise Druesne

°1776

Ernestine Ch. Jh Ratte

°env. 1769

Charles Joseph Druesne

°env. 1770-env. 1795

Charles Marie Druesne

Mulquinier, 1781-1824

& Marie Angélique Pavot

3 enf. connus

Natalie Jh Druesne

Fileuse, 1773-1812

Jean Bapt. Jh Druesne

Cordonnier, °1772

MARIAGE CONSANGUIN

5 enf. connus

1 enf. connu

Auguste Joseph Druesne

Tisserand, °1805

Maxellence Nat. Druesne

Lingère, °1802

6 enf. connus

6. Tous consanguins ?

La famille Druesne, comme l’écrasante

majorité des familles au cours des siècles

passés, n’a pas été épargnée par un certain

taux de consanguinité : la norme n’étant

pas à l’exogamie, c’est à l’intérieur de leur

propre village que la plupart des futurs

époux rencontraient leur conjoint(e).

En conséquence, les mariages entre

cousins plus ou moins éloignés étaient

monnaie courante – dans le cadre,

généralement, de certaines règles, mais

avec parfois de surprenantes

exceptions –, de même que les mariages

entre Druesne, de mêmes branches ou de

branches différentes – parmi les 2052

Druesne répertoriés (au 22 décembre

2019), 26 individus, c'est-à-dire 1,3%

d’entre eux, ont épousé un(e) autre

Druesne.

De par l’existence de différentes branches

de la famille, il est important de rappeler

que « mariage entre Druesne » ne rime

pas toujours avec « consanguinité », de

même que « mariage consanguin » ne

revient pas toujours à « mariage entre

Druesne ».

Le village de Vendegies-au-Bois offre

toutefois de complexes relations

familiales entre Druesne de différentes

branches. On trouve dans le village pas

moins de six branches de la famille, les

potentiels ancêtres communs desquelles

sont inconnus. De très nombreux

croisements eurent lieu entre les

descendances respectives de celles-ci,

comme en témoigne le complexe arbre cicontre,

qui, pourtant très partiel, fait déjà

intervenir trois branches de la famille.

Deux autres exemples de mariages consanguins

sont donnés en pages 79 et 118.

18


7. Les trois catégories

Lorsque l’on étudie l’histoire de toutes les personnes ayant porté le nom « de Ruesnes » ou l’un de

ses dérivés, on peut généralement distinguer trois catégories de personnes :

Les de Ruesnes de Vendegies

Bien des siècles restent silencieux sur les débuts de l’histoire de la famille « de

Ruesnes » : faute d’archives suffisantes, on connaît peu de choses de ce qu’il

advint des « de Ruesnes » entre l’an mille et le 17 ème siècle. Cette famille était

celle des seigneurs du village en une époque très reculée. Mentionnée dès

1091, cette catégorie de de Ruesnes aurait disparu lors du décès de Marie

Thérèse Augustine de Ruesnes et de Vendegies au 19 ème siècle (voir pp. 7 et

85). À part de brèves mentions, c’est le silence au sujet des seigneurs de

Ruesnes et de Vendegies.

Figure 20 – Armes de

Vendegies-sur-Ecaillon

Les de Ruesnes d’Écaussines

Figure 21 – Armes

d'Ecaussines-Lalaing

Si « de Ruesnes » n’est pas leur nom de famille 46 , il s’agit cependant d’une

partie de leur titre : les membres de cette catégorie sont en effet les seigneurs

de Ruesnes, et ont été pendant des siècles les descendants de la famille

d’Écaussines, qui avait reçu Ruesnes en fief de la part du Comte de Hainaut

en 1336. Cette famille et ses alliées contrôlèrent Ruesnes jusqu’à une date

inconnue.

Les Druesne

La majorité des Druesne contemporains n’ont probablement aucun lien

avec l’une ou l’autre des deux catégories précédentes. On trouve en effet

des Druesne très tôt, puisque l’un d’eux est mentionné dès 1370 à Foresten-Cambrésis,

sans que celui-ci semble avoir eu le moindre quartier de

noblesse.

Figure 22 – Armes de

Guillaume Druesne (2018)

46 Cela pourrait cependant être débattu, étant donné que les noms de famille n’étaient pas encore fixés à l’époque où

apparut cette catégorie de de Ruesnes.

19


II. Les premiers seigneurs de Ruesnes

Figure 23 – La roue de

Mayence, semblable à celle

de la légende

Le premier « de Ruesnes » à être cité aurait été Gérard (Géraud) de

Ruesnes, « déjà très célèbre » en 1091. Il aurait, plus précisément, été le

« premier » à avoir joint le nom « de Ruesnes » à celui de « de Vendegies »

afin de se faire appeler par un nom qui fasse référence à la roue de son

blason 47 . Cependant, comme cela est expliqué dans la section « étymologie »

du chapitre précédent, aucune source consultable de nos jours ne prouve

qu’il ait existé (voir page 4) : en effet, si certains documents mentionnent ce

Gérard de Vendegies, le surnom « de Ruesnes » ne lui est pas adjoint : en 1091,

celui-ci avait en effet cédé au Chapitre de Cambrai « la dîme qu’il possédait

en sa seigneurie » 48 .

Le 10 mars 1274 fut rendue à la Cour féodale de Douai une sentence

mettant un terme à un procès entre le chapitre de Sainte-Croix de

Cambrai et Adam de Beaudignies, seigneur de Marquette, au sujet de

leurs juridictions respectives à Marquette. Un certain Gilles de Ruesne

fut témoin de l’affaire 49 .

En 1276, un incident survint à Mons au sujet du bailli de Hainaut 50

Hugues de Ruesne, qui commit l’erreur « par mespresure et mal avisement »

de prêter serment devant les échevins de la ville de Mons avant de le

faire en la collégiale de Mons, devant le Chapitre de Sainte-Waudru 51 . Le

13 janvier 1277, Marguerite de Constantinople, comtesse de Flandre et

de Hainaut, émet une charte rappelant la règle 52 . Hugues prêta serment

sur la benoîte affique, un bijou attribué par la tradition à sainte Waudru

elle-même (7 ème siècle) et encore conservé de nos jours dans le trésor de

la collégiale de Mons 53 .

Figure 24 – La tenue

traditionnelle des chanoinesses

du Chapitre de Sainte-Waudru à

Mons (domaine public)

47 Le Carpentier, Histoire Genealogique Des Païs-Bas, Ou Histoire De Cambray, Et Du Cambresis.

48 Demeunynck et Devaux, Annuaire statistique du département du Nord, 1833, 100.

49 Voir l’annexe III en page 170.

50 « Le bailli de hainaut, dignité attestée dans les sources à partir de 1172, était le premier des fonctionnaires du Comte, à la tête de tous

ses officiers. Percevant un salaire annuel, il était le véritable représentant du Comte, exerçant ses pouvoirs par délégation, et disposait d’une

autorité judiciaire ainsi que de compétences militaires. Il était à la fois le conseiller du prince et son principal agent d’exécution ». Voir De

Vriendt, « Alsengemme, amulette, bijou, relique ».

51 Voir l’annexe IV en page 170.

52 Voir l’annexe V en page 171.

53 De Vriendt, « Alsengemme, amulette, bijou, relique ».

20


Le même Hugues de Ruesne scella le 13 juin 1280

la lettre d’hommage de Jean d’Audenarde et de Rosoit

à Jean d’Avesnes, Comte de Hainaut, dont il détenait

le fief de Flobierc (Flobecq) 54 , ainsi qu’à l’investiture

du premier en tant que seigneur des lieux 55 .

Figure 25 – La benoîte affique, bijou sur lequel se prêtaient

des serments et duquel dépendaient des fiefs (conservé à la

collégale Sainte-Waudru à Mons, image : SudInfo.be)

La même année, le même Jean d'Audenarde, reprit en

fief de Jean d'Avesnes la ville de Lessines et ses

dépendances, que ses ancêtres avaient tenues en

franc-alleu, c'est-à-dire en pleine propriété. Le même

Hugues, chevalier et sire de Ruesne, était

présent 56 . Jean d’Audenarde et son épouse Alix de

Rosoit fonderont plus tard l’hôpital Notre-Dame à la

Rose de Lessines, que l’on peut toujours visiter.

L’année suivante, en 1281, Hugues de Ruesne fut à nouveau témoin d’un jugement rendu par le

Comte de Hainaut au sujet d’un désaccord quant aux terres de Beuvrages (Nord) et Saint-Saulvelez-Valenciennes

(Saint-Saulve, Nord) et à la succession de la dame de Wezemale 57 . Il fut par ailleurs

témoin du transfert du fief de Flobecq (mentionné ci-dessus) de Jean d’Audenarde à son fils Jean,

seigneur de Rosoy, devant Jean d’Avesnes, Comte de Hainaut 58 .

En cette fin du 13 ème siècle, une certaine Élisabeth de

Ruesnes épousa un certain Baudri, baron de Roisin et

seigneur du Petit-Wargnies. Ce dernier décéda en 1300 59 .

Figure 27 – Guillaume I er de Hainaut

(1286-1337) (domaine public)

Le lundi 15 mai 1307, au Quesnoy, un arrangement fut fait en

règlement d’un vice de procédure déjà ancien de plusieurs

années. Guillaume I er de Hainaut, comte de Hainaut, de

Hollande et de Zélande de 1304 à

1337, expliqua que son arrière-grandmère

Marguerite de Constantinople,

fille de l’empereur Baudouin IX de

Constantinople et comtesse de

Flandre et de Hainaut de 1244 à 1280,

avait rendu à l’église Saint-Jean de

Valenciennes (probablement l'église

Saint-Géry) un fief qui lui avait été

donné par Marie, fille de Driwon de Pont-sur-Escaut

(probablement Escautpont). Hélas, la

comtesse Marguerite étant veuve

Figure 26 – Marguerite de

Constantinople (1202-1280)

(domaine public)

54 Devillers, Monuments pour servir à l’histoire des provinces de Namur, de Hainaut et de Luxembourg, 3:782; de Reiffenberg,

Monuments pour servir a l’histoire des provinces de Namur, de Hainaut et de Luxembourg, 1:371‐72.

55 de Reiffenberg, Monuments pour servir a l’histoire des provinces de Namur, de Hainaut et de Luxembourg, 1:372‐73.

56 Voir l’annexe VI en page 171.

57 Voir l’annexe VII en page 172.

58 Voir l’annexe VIII en page 172.

59 Cf. Carpentier, II, 211, 334, 373, 487, etc. [note du texte]. Voir de Reiffenberg, Monuments pour servir a l’histoire des

provinces de Namur, de Hainaut et de Luxembourg, 1:761.

21


depuis 1244, faire don du fief en question ne relevait pas de ses prérogatives ; à l’époque, les

héritiers de Marie de Pont-sur-Escaut, à savoir sa jeune sœur Kelekine et son époux Hugues de

Ruesne, avaient consenti à la donation. Mais cette dernière n’ayant pas été faite selon les termes

fixés par la loi, elle n’avait de ce fait aucune valeur juridique ; c’est donc Guillaume de Hainaut qui,

au début de son règne, régla l’affaire en rendant définitive et légale la donation que son arrièregrand-mère

avait faite au moins vingt-sept ans plus tôt 60 .

En 1321, un certain Henry de Ruesne vendit un poste de magistrat à Dourlers, à 30 kilomètres

de Ruesnes, à un certain Englebiers de Froitmont. Peu de temps après, celui-ci porta allégeance à

son suzerain le Comte de Hainaut 61 .

En 1336, un certain Jehan de Ruesne rendit hommage au Comte de Hainaut, dont il dirigeait un

fief lige, c'est-à-dire un territoire géré par ses soins mais ne lui appartenant pas et pour lequel il

devait une redevance au Comte de Hainaut. Ce fief, désigné par l’expression « tiéroit de le Capielle »,

correspondait vraisemblablement à la commune moderne de Capelle, directement au sud-ouest de

Ruesnes 62 .

En 1348, le sire de Mastaing, redouté par sa puissance, mena une

expédition militaire à Gommegnies, tout proche du Quesnoy. C’était de

trop pour les bourgeois de Gommegnies, qui, ayant senti le coup venir,

avaient organisé une farouche résistance à cette attaque et ne manquèrent

pas, à la suite de cette dernière, de faire connaître leurs plaintes à la

noblesse locale, y compris au père du sire de Mastaing lui-même. Fou de

rage face à la résistance rencontrée, l’auteur de l’expédition assassina près

de Condé le lundi 3 mars 1348 63 un bourgeois du nom de Lottart de

Binche. En réaction, la ville de Valenciennes bannit de ses murs à

perpétuité l’auteur de ce crime ainsi qu’une série de ses proches et

compagnons témoins du meurtre, y compris un certain Tiestars de

Vendegies, fils de Villain de Rœsne 64 .

Le jeudi 23 mai 1353 65 , Nicolas de Lalaing, bailli de Hainaut, en discussion

avec l’abbaye d’Anchin au sujet de sa juridiction à Pecquencourt (localité

Figure 28 – Marguerite II de

Hainaut (1311-1356)

60 Voir l’annexe IX en page 172.

61 Voir l’annexe X en page 173.

62 « Vente faite au Comte de Hainaut par Gilles le Limoge, sire de Baudegnies, de plusieurs fiefs et hommages y spécifiés. 2 e cart., n°293,

fol.1007 v e . […] Item, le hommage Jehan de Ruesne, d’un tiérage qu’il tenoit dou dit Limoge ou tiéroit de le Capielle et d’une maison en

fief liege. Item, l’ommage dou dit Jehan de Ruesne, de rentes qu’il tient ou dit tiéroit de le Capielle en fief liege ». Cartulaires de Hainaut,

dans Devillers, Monuments pour servir à l’histoire des provinces de Namur, de Hainaut et de Luxembourg, 3:438.

63 Le texte mentionne « le lundi devant les Quaresmiaus », c’est-à-dire la veille du mardi-gras. Celui-ci ayant lieu 47 jours

avant Pâques, il s’agit du 3 mars 1348 (Pâques eut lieu le 20 avril).

64 « En celi an perdirent le ville de Valenchiennes, a tous jours, Grars de Gommegnies, frères à Monsigneur Wille signeur de Mastaing,

Grart Dabies fils Jehan de Gommegnies qui fu, Thieris dis li canonnes de Robiersart, Hanos de Thians de Sebourck et Tiestars de

Vendegies fils mousigneur Villain de Rœsne pour chou qu’il furent au tuer Lottart de Binch l’escohier, bourghois de

Valenchiennes ». Source : Manuscrits de la bibliothèque de Valenciennes, n°526, p.42. Voir aussi Caffiaux, « Abattis de

maisons à Gommegnies, à Crespin et à Saint-Saulve, 1348-1382 », 405.

65 Le texte parle du « jour du Saint-Sacrement », c’est-à-dire du jour de la Fête-Dieu, cette fête religieuse commémorant

la présence de Jésus-Christ dans le sacrement de l'Eucharistie, c'est-à-dire sous les espèces (apparences sensibles) du

pain et du vin consacrés au cours du sacrifice eucharistique. La Fête-Dieu, initiée au siècle précédent, se célébrait le

jeudi qui suit la Trinité. Pâques ayant eu lieu le dimanche 24 mars en 1353, la Pentecôte fut célébrée sept semaines plus

tard, le dimanche 12 mai, et la Trinité le dimanche suivant, soit le dimanche 19 mai. La Fête-Dieu a donc eu lieu le

22


appartenant au canton de Marchiennes, dans le Nord), envahit cette localité à main armée, chassa

le magistrat institué par l’abbé, en nomma un autre et emmena comme prisonniers le prieur, le

sous-prieur et les principaux religieux. Il était accompagné de ses amis Jean de Harchies, Gilles, sire

de Fontenay, Gérard, sire de Roesne, chevaliers et Guillaume du Casteler, châtelain d’Ath, écuyer,

ainsi que d’une quarantaine d’hommes. Les coupables se rendirent sans doute bientôt compte de

la gravité de leurs actes, car avant le 15 juillet suivant, le bailli de Hainaut, le seigneur de Harchies

et leurs gens partirent à cheval dans l’intention de solliciter le pardon de l’évêque d’Arras pour

l’enlèvement d’un prisonnier à Anchin et l’incarcération de moines à Valenciennes, mais certains

renseignements recueillis en route les firent rebrousser chemin et solliciter l’intercession du prévôt

de l’église d’Haspres. Celui-ci accomplit un voyage de trois jours avec maître Pierre de Brabant

portant à l’évêque des lettres de la comtesse Marguerite II de Hainaut (1310-1356), épouse de

l’empereur Louis IV de Bavière, qui demandait vraisemblablement que l’excommunication ne soit

pas prononcée contre les coupables. Jacques du Mortier vit ensuite l’évêque d’Arras et l’abbé

d’Anchin. Puis, d’autres, comme Etienne Maulion, l’abbé de Liessies, Simon de Lalaing et Taillefer

de Rosne retounèrent à l’évêché et firent rapport à la comtesse, à Mons et à Valenciennes.

L’affaire alla jusqu’au roi de France Jean II « Le Bon ». Le 8 septembre

1353, l’évêque de Cambrai et le seigneur de Ligny réglèrent les débats

des procureurs du roi et de la comtesse au sujet des exploits commis par

les gens de celle-ci à Anchin, Pecquencourt, Marchiennes, etc., depuis

que Marguerite avait fait hommage au roi de la terre d’Ostrevant. La

minute, sur parchemin, d’un accord avec l’abbaye « s’il plait au roi » a été

conservée. On y lit que les quatre chevaliers et l’écuyer fourniront cinq

images en cire portant leur blason, pesant 13 livres et que 40 de leurs

hommes porteront une torche allumée de même poids, depuis l’église de

Pecquencourt jusqu’à l’abbaye ; ils demanderont pardon à l’abbé et aux

cinq moines. Celui-ci sera accordé à condition que le sire de Lalaing

donne un plat d’argent à quatre écussons émaillés de ses armes, les quatre

autres seigneurs un plat semblable et deux cierges qui brûleront durant

les offices ; chaque plat sera de 8 marcs d’argent et chaque cierge pèsera

4 livres. L’ordre du cortège fut prévu : les 40 porteurs de torche iront

Figure 29 – Jean II « Le Bon »,

roi de France (1319-1364)

deux par deux et immédiatement après, Nicolas de Lalaing, précédé d’un écuyer portant l’image

avec les armoiries, puis chaque autre seigneur, derrière l’écuyer portant l’image offerte. Au seuil de

l’église, les cinq personnages les porteront eux-mêmes. L’évêque d’Arras fixera le jour de l’offrande

des torches et des images, il en avertira les intéressés au moins un mois à l’avance.

Ces offrandes furent présentées à Anchin le 9 février 1354. La veille, le sire de Lalaing, Jean de

Harchies et les autres s’étaient réunis à Valenciennes, avec 57 chevaux. Ils soupèrent et logèrent à

Denain ; ayant obtenu leur pardon, ils dînèrent et soupèrent à Ascons puis dormirent encore à

Denain ; ce voyage coûta 52 livres et 18 sous. On voit dans les comptes des exploits du bailliage de

Hainaut que celui-ci paya deux plats d’argent façonnés par Jean de Somain, orfèvre à Valenciennes

et deux cierges (69 livres, 19 sous, 3 deniers), une image d’argent de 20 marcs (39 livres, 19 sous)

jeudi 23 mai 1353. Ce n’est qu’en 1801 qu’un indult papal déplaça la Fête-Dieu au dimanche (et non au jeudi) suivant

la Trinité (seulement en France). Voir notamment Wikipédia, « Fête-Dieu ».

23


et 668,5 livres de cire achetées à deux ciriers de Valenciennes (99 Livres, 2 deniers avec la façon).

Le comté paya aussi les frais des voyages.

D’autre part, le 26 novembre 1353, le roi avait accordé aux coupables un sauf-conduit pour se

présenter devant lui afin de s’excuser le leurs méfaits. Cette démarche fut accomplie rapidement,

ainsi qu’en témoigne une déclaration rédigée à Paris le 13 décembre suivant 66 .

Les Archives de l’Etat belge conservent, dans leur

impressionnante collection de sceaux, un moulage de celui

d’un certain Henri de Ruesne, datant de 1358. L’origine

du sceau et la nature du document qu’il accompagnait sont

inconnus. Les symboles utilisés rappellent le blason de la

famille de Roeulx, qui ne possède cependant pas le curieux

cercle présent au centre de ce sceau.

Figure 30 – Sceau d'Henri de Ruesne (1358),

conservé dans les archives de l'Etat belge

En 1410, le Comte Guillaume IV de Hainaut notait dans un plan de

remboursement devoir « au remanant madamme de Ruesne »,

c'est-à-dire au veuf de cette dernière, la somme de 16 livres (lbz), 8

sols (s) et 10 deniers (d) 67 .

Sance de Ruenne, seigneur de Vendegies-sur-Écaillon et de la

Boche, probablement né vers 1422, était le fils de Robert de

Vendegies, seigneur de Vendegies-sur-Écaillon et de la Boche, et de

Marie Damicq, dame de Bersez 68 (mariés vers 1422) 69 . Il épousa

Jeanne 70 de Beauffort de Grantrin, fille de Jean I er dit Dragon,

chevalier de Beauffort (1400-1465) et de Marie, Dame de Bullecourt

de Paris (1400-1473) 71 . On remarquera que Sance et son père

n’étaient pas seigneurs de Ruesnes, la commune étant à cette

époque possédée par la famille du Bois de Hoves. Il portait cependant

Figure 31 – Vendegies-sur-Ecaillon

dans les albums de Croÿ (17 ème siècle)

66 D’après Harchies, « La Seigneurie d’Harchies ». L’auteur mentionne « la Statistique Archéologique du Département

du Nord » comme source principale.

67 Hoheisel, « Un plan de remboursement des dettes du comte Guillaume IV de Hainaut de 1410 », 393.

68 Celle-ci portait de gueules à trois croissants d’argent, écartelé d’azur à la farce d’or de Sars de Solmont, Recueil de généalogies,

fraguements, notes et épitaphes des provinces du Nord. Tome X, 1846, 10:314.

69 de Sars de Solmont, 10:314.

70 Casimir de Sars de Solmont parle plutôt d’Isabeau de Beaufort, dame de Grandrain de Sars de Solmont, 10:314.

71 Cette dernière portait de gueules à trois écussons d’argent, sur le tout un bâton en bande d’azur. Voir Bey, « Famille Bey - de

Geslin de Bourgogne »; de Sars de Solmont, Recueil de généalogies, fraguements, notes et épitaphes des provinces du Nord. Tome

X, 1846, 10:314. On notera que selon Casimir de Sars de Solmont (qui fut souvent critiqué pour son manque de

rigueur), les parents de Jeanne (qu’il dénomme Isabeau) de Beaufort étaient plutôt Gilles de Beaufort, sire de Grandrain,

et Isabeau de Roisin. Gilles est d’ailleurs mentionné comme père de Jeanne dans l’ouvrage de Du Chesne Tourangeau :

voir Histoire généalogique de la maison de Montmorency et de Laval.

24


probablement le surnom « de Ruenne » en héritage de ses ancêtres, qui, eux, possédaient

vraisemblablement cette seigneurie.

Figure 32 – Armes d'Anne de

Vendegies (partie de droite

seulement), gravées sur sa

tombe (du Chesne

Tourangeau)

Sance (François) de Ruenne et Jeanne de Beauffort eurent une fille du

nom d’Anne de Vendegies, dite de Ruenne, dame de Vendegies et de

la Boche. Celle-ci épousa par contrat du 6 avril 1486 un certain Ogier de

Montmorency, seigneur 72 de Wastines, Bersée, Vendegies, Sautaing, Barly,

la Boche et Châtellet, qui décéda le 14 septembre 1523 73 . Ce dernier était

le second fils de Louis de Montmorency-Fosseux († 1490) et de

Marguerite de Wastines, dame de Wastines, de Roupy et de Nomaing

(1436-1485) 74 . Lors de son mariage, Anne de Vendegies eut pour dot les

terres de Vendegies, Sautaing, Bersée, la Boche, Hellem, Fromés,

Luperdrie, Fremicourt et Châtellet 75 .

Toujours selon du Chesne Tourangeau 76 , Anne de Vendegies portait de

sable à la roue d’argent de six raix, comme le montre la partie droite des armes

ci-contre.

Selon Casimir de Sars de Solmont 77 , Anne de Vendegies

n’aurait cependant pas apporté la terre de Vendegies en

dot lors de son mariage avec Ogier de Montmorency :

en effet, celle-ci aurait été à son frère, du nom de

Guillaume de Vendegies dit de Ruenne, qui devint

seigneur de Vendegies et épousa Clémence de Ruymont

(qui portait bande de gueules et d’or de six pièces) 78 .

Anne de Vendegies et Ogier de Montmorency eurent un

fils du nom de Jean de Montmorency, seigneur de

Wattines, Bergues, Bersée, Barly, Vendegies, Sautaing, la

Figure 33 – L’église Saint-Etienne de Bersée, construite

vers la même époque que le décès de Jean de

Montmorency (Wikimedia Commons)

72 Toujours selon Casimir de Sars de Solmont, Ogier de Montmorency était baron (et non seigneur) des Wastines de Sars

de Solmont, Recueil de généalogies, fraguements, notes et épitaphes des provinces du Nord. Tome X, 1846, 10:314. À son sujet et au

sujet de ses enfants avec Anne de Vendegies, voir Viton de Saint-Allais, Nobiliaire universel de France, 3:297-ss.

73 Il portait d’or à la croix de gueules accompagnée de 16 aiglons d’azur de Sars de Solmont, Recueil de généalogies, fraguements, notes

et épitaphes des provinces du Nord. Tome X, 1846, 10:314. La même source affirme qu’il serait mort en 1490, mais il s’agit

d’une erreur : c’est le père d’Ogier qui mourut cette année-là. En témoigne la sépulture d’Ogier, un « marbre élevé d’un

demi-pied avec un homme armé en demi-bosse » autrefois visible en l’église de Wastines (dans le chœur, à gauche) :

« Chy gist noble homme Ogier de Montmorency, seigneur des Wastines et de Bersées, qui trespassa le 14 de décembre l’an 1523. Priez

Dieu pour son âme » Leuridan, Épigraphie ou Recueil des inscriptions du département du Nord ou du diocèse de Cambrai, 1905,

III:989.

74 Celle-ci était la fille de Jean dit Galois, seigneur des Wastines, et de Marguerite Blondes de Joigny. Voir de Sars de

Solmont, Recueil de généalogies, fraguements, notes et épitaphes des provinces du Nord. Tome X, 1846, 10:314.

75 Voir l’annexe I en page 168.

76 Histoire généalogique de la maison de Montmorency et de Laval, 333.

77 Voir de Sars de Solmont, Recueil de généalogies, fraguements, notes et épitaphes des provinces du Nord. Tome X, 1846, 10:314;

Le Carpentier, Histoire genealogique de la noblesse des Païs-Bas, ou Histoire de Cambray, et du Cambresis, 2:1052.

78 Casimir de Sars de Solmont donne davantage d’informations sur la famille de Vendegies. Ne sont cependant

mentionnées ici que les informations concernant des membres de cette famille pour lesquels la qualification de Ruenne

est attestée. Attention, cependant, au fait que cet auteur, au travail plus que prolifique, a souvent été critiqué pour son

manque de rigueur. Voir de Sars de Solmont, Recueil de généalogies, fraguements, notes et épitaphes des provinces du Nord. Tome

X, 1846.

25


Boche, Beuvry et Hellun, par testament de son père. Né le 3 mars 1488 et décédé en 1538, Jean fut

premier échanson de Philippe II, archiduc d’Autriche. Il fit son testament le 1 er août 1535 et fut

enterré dans l’église Saint-Étienne de Bersée. Le 28 janvier 1518, il épousa Anne de Blois, fille de

Louis de Blois, seigneur de Trélon et de Jeanne de Ligne, qui décéda le 9 février 1558 79 .

Si la descendance des Montmorency continue encore sur plusieurs générations, le qualificatif « de

Ruenne » que portaient leurs ancêtres les seigneurs de Vendegies n’aurait cependant pas été

transmis. Nous n’irons donc pas plus loin dans cette prestigieuse descendance.

Figure 34 – Le palais des Etats d'Artois à Arras

(Wikimedia Commons)

On retrouve cependant, dans un document

d’Étienne Pattou 80 , un certain Philippe

III, baron de Beauffort († 1582), chevalier

et seigneur de Montenescourt, Ruesnes et

Ransart, député de la Noblesse aux États

d’Artois et époux de Madeleine de La

Marck, dame de Lumain. À cette époque, la

seigneurie de Ruesnes était aux mains de la

famille d’Andelot, comme on le verra plus

loin. Philippe III aurait-il porté le nom de

Ruesnes par transmission familiale du nom,

sans cependant avoir réellement été

seigneur de Ruesnes ? Il transmit à sa fille

Anne, baronne de Beauffort, le titre de

dame de Ruesnes 81 .

En 1426 fut installé à Valenciennes, sous une arcade pratiquée dans la muraille de la chapelle Saint-

Joseph de l’Église Saint-Géry, ancienne abbatiale du Couvent des Récollets (et avant cela des

Cordeliers), un « marbre élevé, à demi-bosse, [qui] représentait Guillaume de Ruenne († 1426), écuyer,

armé de toutes pièces et sa femme, long vêtue près de lui. En arrière, deux belles lames de cuivre sur l’une sont gravés

deux personnages, long vêtus, c’étaient Régnier Dou Gardin († 1393) et sa femme, l’autre était au nom d’Évrard

Dou Gardin († 1400) » (source inconnue).

Il semble que ce gisant, qui était accompagné de quatre écussons et existait encore au début du

20 ème siècle, ait désormais disparu. Guillaume de Ruenne, décédé le 29 juin 1426 à Valenciennes,

était le seigneur de Caumont. Il portait de gueules à une roue d’or, au franc-quartier d’hermines 82 , c'est-àdire

une roue jaune sur fond rouge, un quart du blason étant recouvert d’hermines. Le franc-quartier

laisse supposer que Guillaume de Ruenne n’était pas issu d’une lignée d’aînés, alors que la roue

(dont l’inversion des couleurs dans l’ouvrage de Sars de Solmont est bien possible) confirme que

79 Voir l’annexe II en page 168.

80 « Seigneurs de Beauffort & Noyelles-Vion ».

81 Anne, baronne de Beauffort, décédée le 26 mars 1588, était dame de Montenescourt, Ruesnes et Ransart. Elle conclut

un contrat de mariage le 17 décembre 1582 avec Philippe de Croÿ, fils de Jacques de Croÿ et de Yolande de Lannoy,

né en 1562 et décédé le 4 février 1612. Voir Pattou.

82 de Sars de Solmont, Recueil de généalogies, fraguements, notes et épitaphes des provinces du Nord. Tome X, 1846, 6:291.

26


Guillaume était issu de la famille des seigneurs de Vendegies. Son épitaphe, auprès de son gisant,

était le suivant 83 :

Chÿ gist Willeme de Ruenne dit de Kaumont escuier qui trespassa le 29 ème jour du mois de juin l’an 1426

priez pour s’ame – et par de lez lui gist Demiselle Agnès Grebert sa femme et espouse dudit Willemme,

qui trespassa l’an 1435 le 5 ème jour du mois de mai priez Dieu pour s’ame.

L’épouse de Guillaume, Agnès Grébert, était la fille de Jean Grébert, seigneur de Beaussart et de

Baillon et échevin de Valenciennes en 1355 († 1392 à Valenciennes), et d’Agnès de le Sauch,

décédée le 9 juin 1404 à Valenciennes 84 .

En 1443, Jean de Roesne fut impliqué dans une affaire de location (arrentement) de terres rapportée

dans des archives de la cense du Becqueriau à Marly, en banlieue de Valenciennes 85 . Le contenu

exact de ces archives est inconnu.

Entre 1451 et 1457, Piérart de Ruesnes et Jacquemart de Bohaing héritèrent de bois (futaies) à

Villers-Pol, au lieu-dit « chemin de le Haie » 86 .

Le 10 juin 1612, Henri de Butbach, fils de Laurent de Butbach et Laurence de Ruenne, fit

profession de capucin. Il était aussi connu sous le nom d’Apollinaire de Liège. Il était né vers 1586

et vivait à Malmédy en 1628 87 .

Le 1 er octobre 1657, depuis Metz où il séjournait, le cardinal Mazarin écrivit à « M. de Druenne » 88

pour lui faire part de son mécontentement dû à l’arrivée de sept cavaliers au lieu des douze que

Druenne avait apparemment promis à Mazarin 89 .

Le 9 mars 1682, Péronne de Ruesne devint marraine d’un certain Jacques Albert Duquesne, fils

d’Albert Duquesne et Marie Françoise Delebecque, baptisé ce jour à Roubaix. Le parrain se

nommait Philippe Honoré.

83 de Sars de Solmont, 6:301.

84 de Wailly, « Généalogie Wailly ».

85 Archives de l’abbaye Saint-Jean-Baptiste de Valenciennes, série 40 H, pièce 120.

86 Wikipédia, « Villers-Pol ».

87 « APOLLINARIS — v. Luik, P., Henri de Butbach ; geb. ± 1586 ; z. v. Laurent en Laurence de Ruenne ; prf.

Luik 10 Juni 1612 ; w. Malmédy 1628 (Hil. Cam., pp. 28-29). » Source : Hildebrand, De Kapucijnen in de Nederlanden en het

Prinsbisdom Luik, 4:60‐61. « « Hil. Cam. » réfère à Hilarius Cameracensis, Fundatio Prov. Flandro-Belgicae.

88 Une autre version du document mentionne « Monsieur Druent » au lieu de « Monsieur de Druenne ». Voir Mazarin,

Lettres du cardinal Mazarin pendant son ministère, 8:637.

89 Voir Mazarin, 8:637. La lettre n’est que listée ; le texte intégral n’est pas retranscrit. Ce livre renvoie vers les Mélanges

de Colbert, t. 51A, f°372, que je n’ai pas pu consulter, ainsi que vers les Petits Fonds (désormais dénommés Catalogues des

manuscrits français), Champagne, t. 1533, f°239, auxquels je n’ai de même pas pu accéder. Voir de la Roncière et Bondois,

Catalogue des manuscrits de la collection des Mélanges de Colbert, 1:65.

27


28


III. La dynastie des Ruesnes d’Écaussines

Pour retrouver la trace des de Ruesnes d’Ecaussines, il faut s’intéresser à l’histoire du village en tant

que tel. Les nombreuses ramifications de la deuxième « dynastie » de seigneurs de Ruesnes rendent

très compliquée l’étude de la généalogie de celle-ci ; le résumé ci-après exposé est dès lors simplifié

au maximum.

1. Le château de Ruesnes et son mausolée

Juste à côté de l’église Saint-Pierre-des-Liens 90 se trouve

un château, aujourd’hui en ruines, qui appartint jusqu’à

la Révolution à une succession de familles seigneuriales,

puis à une série de familles bourgeoises.

Les bâtiments les plus anciens, ceux de la ferme de

basse-cour, remontent au 17 ème siècle ; ce sont de

simples constructions à un seul niveau suivant les

habitudes de l'architecture rurale de la région. Ils

précèdent la demeure seigneuriale qui fut bâtie au 18 ème

siècle, celle-ci consistant de trois ailes (dont l'une a été refaite au 20 ème siècle) divergeant à partir

d'un salon d’honneur central en ovale ; outre les combles, chacune de ces ailes comporte deux

niveaux percés d'ouvertures au cintre surbaissé. Les matériaux utilisés sont ceux qui étaient les plus

usuels à cette époque : la brique pour les murs, le grès pour le soubassement et la pierre pour les

encadrements des ouvertures.

Figure 35 – Vue aérienne et anciens plans de cadastre du château de Ruesnes

Sur la petite place face à l’église toute proche s’élève aujourd’hui

encore un mausolée dédié aux familles « Boursier – Camaret –

[nom illisible] ». Celui-ci contient notamment la dépouille de

Louis Camaret (°Assérac 15 mai 1795 – Paris 6 janvier 1860),

époux d’Aline Boursier, qui fut propriétaire du château. Nous

en reparlerons plus loin.

90 Cette église fut construite en 1763 sur les ruines de celle qui fut brûlée en 1550 avec le village, pendant la guerre

entre les Français et l'empereur Charles Quint. La première cloche du village fut fondue en 1537.

29


Plus loin encore, le monument aux morts de Ruesnes a été réalisé par Aline Lambert de

Beaulieu, née en 1872 et décédée en 1941, infirmière-major durant la guerre et sculpteur, qui en a

fait don à la commune 91 .

Figure 36 – Le monument aux

morts de Ruesnes

Sur un socle de pierre grise, on peut voir un groupe de trois jeunes

femmes dignes et résignées, aux formes graciles, supportant une urne

funéraire. Les noms « Yser », « Verdun » et « Marne » rappellent

quelques-unes des batailles sanglantes qui ont profondément marqué

les soldats de la première guerre mondiale 92 .

En novembre 1918, Aline Lambert de Beaulieu retrouve le château de

Ruesnes, qui appartient à sa famille, dans un état pitoyable. Lorsqu’elle

exécute le monument, elle se refuse à représenter mourants, héros

armés, ou victimes. C’est à la condition que rien n’évoque les horreurs

vécues qu’elle offre gratuitement à la commune le monument inauguré

en 1922.

Ces trois constructions relèvent de l’histoire des de Ruesnes d’Écaussines, dont il était question à la

page 18 et dont les pages suivantes retracent la chronologie.

91 Voir la liste des Druesne morts pour la France en annexe XXI, page 187.

92 Voir la liste des Druesne morts pour la France en annexe XXI, page 187.

30


2. Histoire de la seigneurie et du château de Ruesnes

Othon II d’Écaussines

Seigneur d’Écaussines

Seigneur de Ruesnes (1336)

°… † 1337

Gilles d’Écaussines

Seigneur de Ruesnes

Prévôt du Quesnoy

°1318 † 1382

Othon III d’Écaussines

Seigneur de Ruesnes

Châtelain d’Ath

Gérard d’Écaussines

Chevalier, seigneur de Ruesnes

Ép. Jeanne de Gavre

Jean d’Écaussines

Bâtard

Établi à Azincourt, vivant en 1417

Sohier II du Bois de Hoves

Chevalier, seigneur de Hoves

Ép. Jeanne de Sailly, † 1478

Jeanne d’Écaussines

Dame de Ruesnes

Ép. Jean II du Bois de Hoves, S gr

Barbe du Bois de Hoves

Madame de Rasse de la Hargerie

Dame de Ruesnes, † 1516

Ép. (2) Adam de Rasse

Sohier III du Bois de Hoves

Chevalier, seigneur de Ruesnes

Ép. Marie de Thiennes, † 1540

°1475 † 1536

Robert du Bois de Hoves

Seigneur de Ruesnes

Ép. (1535) Anne d’Oignies

Philippotte du Bois de Hoves

Dame de Ruesnes

Ép. Jean d’Andelot, † 1556

Louis de Sommaing

Tuteur du seigneur de Ruesnes (1565)

Charles d’Andelot

Seigneur de Ruesnes

Ép. (1614) Jeanne de Bourgogne

† 1652

Charles d’Andelot

Seigneur de Ruesnes

Ép. Claire Petit

† 1652

31

Georges d’Andelot

Seigneur de Ruesnes (achat, 1558)

Ép. (1556) Honorine de l’Esclatière

Jean d’Andelot

Seigneur de Ruesnes

Ép. (1) Anne de Jauche de Mastaing

Ép. (2) Anne de Haynin

Adrien d’Andelot

Seigneur de Ruesnes

Ép. (1621) Marie van Pecq, dite Pecquius

Eugénie d’Andelot

Dame de Ruesnes

Ép. (1645) Charles de Zuylen


Le territoire de Ruesnes appartint à plusieurs seigneuries successives. Jusqu’en 1336, il était la

propriété de la famille de Limoges, qui possédait la seigneurie de Beaudignies, à trois kilomètres au

sud de Ruesnes. Le 4 avril 1336, cependant, Ruesnes passe aux mains de Guillaume I er , Comte de

Hainaut, petit-fils de Jean d’Avesnes :

Le 4 avril 1336, sur l’intervention de Gérard dit Saussés d’Aisne, bailli de Hainaut, Gilles de Limoge, écuyer,

sire de Beaudignies, cède au Comte de Hainaut l’ommage monsigneur Hoston d’Ecaussines, de tieres, prés et

revenues ou tieroit de Ruesne, tenu en fief lige.

Le comté de Hainaut ayant changé plusieurs fois de puissance souveraine (la Bourgogne, l'Autriche,

l'Espagne), Ruesnes en fit de même. Le comté fut finalement rattaché en France en 1668 par le

Traité de Nimègue.

2.1. Famille d’Écaussines

À partir de 1336, c’est donc le Comte de Hainaut qui devient le seigneur des lieux. Il confie

cependant à la puissante famille d’Écaussines la tâche de gérer les terres, cette dernière lui rendant

dès lors hommage, c'est-à-dire qu’elle lui jure fidélité. Les seigneurs d’Écaussines étaient donc vassaux

du Comte de Hainaut, ou encore hommes liges 93 . C’est donc Othon II d’Écaussines qui devient

seigneur de Ruesnes.

En 1361, Gilles d’Écaussines 94 , seigneur de Ruesnes, fils d’Othon, cède au comté de Namur une

série de terres reçues en héritage, dont Ruesnes ne fait cependant pas partie 95 . Par ailleurs, En 1357,

Simon III, seigneur de Lalaing en France 96 , avait épousé Jeanne de Ruesne, fille de Gilles : ce

mariage avait fait passer Écaussines dans la maison de Lalaing, faisant de la ville celle d’Écaussinnes-

Lalaing. Leur fille Marie de Lalaing épousa plus tard Englebert d'Enghien, seigneur de la Follie ; à

leur mort 97 , la Follie échut à leur fils Englebert II d'Enghien – on parla alors d'Ecausinnesd'Enghien

98 .

À Gilles d’Écaussines succède son fils Othon, seigneur de Ruesnes et châtelain d’Ath 99 . En 1386,

il est mentionné en Prusse, puis en Frise en 1397. La Chambre des Comptes de Lille a conservé une

lettre de rémission du duc de Bourgogne écrite à son intention en 1394. Il est cité dans plusieurs

93 Bertrand et Ménégaldo, Vocabulaire d’ancien français.

94 Dans un sceau de 1368, ses armes sont brisées d’un lambel puis d’un écusson (d’argent ?) en cœur ; un cimier d’une

dame en buste entre 1368 et 1382. Il participe à l’arrestation de Sohier d’Enghien, coupable d’avoir fait exécuter 4

sergents de la Châtellenie d’Ath et exécuté sur ordre d’Aubert de Bavière d’où s’ensuivit une guerre entre les Enghien

et les Aubert, terminée en 1366. Voir Pattou, « Seigneurs du Roeulx et d’Écaussines ».

95 « Baudouin de Blehen, chevalier, bailli du comté de Namur, fait savoir que Gilles de Scarsines, seigneur de Ruesnes, chevalier,

a vendu à Guillaume Masson, receveur du comté de Namur, agissant au nom de Guillaume Ier, Comte de Namur, tous les fiefs mouvant

du comté de Namur que lui et sa femme, Jeanne, ont reçus en héritage de Nicolas du Spynoit, chevalier. 4 mars 1361 ». Voir Bodart et

Laurent, Inventaire du chartrier des comtes de Namur, 1092-1619.

96 Celui-ci, châtelain du château-fort d’Écaussinnes dans la seconde moitié du 14 ème siècle, fit construire au hameau

d’Hubertsart la chapelle de Scoufflény, aussi connue sous le nom de « chapelle de Notre-Dame de Liesse ». Voir

Commune d’Ecaussinnes, « La Chapelle de Scoufflény ».

97 Décédé le 13 septembre 1386, Simon de Lalaing il repose à côté de son épouse, Jeanne de Ruesne, au couvent de

Beaumont à Valenciennes. Voir Commune d’Ecaussinnes.

98 Central, « Écaussinnes ».

99 Entre 1403 et 1408 (au moins), Monseigneur Othon d’Ecaussines, chevalier, seigneur de Roesne et châtelain d’Ath, était

accompagné de son lieutenant Jehan I Séjournet, qui travaillait à maintenir l’ordre au sein de la ville d’Ath. Voir de

Séjournet, « Jehan Séjournet ».

32


actes entre le 5 octobre 1394 et le 1 er septembre 1420, ainsi que dans plusieurs autres documents 100 .

Il n’eut pas d’héritier légitime et transmit donc son nom et ses terres à son frère Gérard, chevalier,

qui combattit en Prusse en 1391.

Figure 37 – Armes de

Gérard d'Ecaussines,

"d’or à 3 lions de

gueules, lampassés

d’azur" (cercle

Héraldus)

Gérard d’Écaussines, chevalier, seigneur de Ruesne, est cité dans des actes

de 1391 et 1426. Dans son testament, il est désigné comme prévôt de Mons

(1396) et de Binche, mais il était aussi châtelain d’Ath et bailli des bois de

Hainaut. Il était l’époux de Jeanne de Gavre, fille de Guillaume de Gavre-

Hérimez 101 . En 1417, il était homme de fief du comté de Hainaut, c'est-à-dire

gérant d’une terre au service du Comte. Il avait déjà rempli cette fonction en

1374 à Ghiledebrouk, un château ayant appartenu à Arnould de Hornes,

évêque d’Utrecht 102 . Les enfants de Gérard d’Écaussines et Jeanne de Gavre

occupèrent des postes prestigieux 103 : outre Jeanne d’Écaussines, dont il sera

question plus loin, leur fille Agnès d’Écaussines, née vers 1385, dame de

Ruesnes, devint chanoinesse de la collégiale Sainte-Waudru à Mons avant

1465 104 , de même que ses sœurs

Marguerite 105 et Sybille 106 . Leurs deux

dernières filles, Mahaut et Jacqueline,

devinrent respectivement dame de Lens-en-

Hainaut, Herchies, Wodecq et Masnuy-Saint-

Pierre 107 , et abbesse de l’abbaye d’Épinlieu (1451-1466).

Le lundi 23 juin 1427, en l’église Sainte-Waudru à Mons, le duc

Philippe de Bourgogne prêta serment comme mambour

(curateur), gouverneur et héritier présomptif du comté de

Hainaut 108 . Parmi les témoins issus de la noblesse se trouvait le

même Gérard d’Ecaussines, seigneur de Roesne. Cette

prestation de serment était pour le duc de Bourgogne une manière

de s’assurer le soutien des états de Hainaut, et d’asseoir ainsi son

pouvoir après la mort de son frère Jean IV de Brabant, mort sans

enfant à peine deux mois plus tôt 109 .

Figure 38 – Philippe de Saint-Pol, ou

Philippe de Bourgogne (1404-1430), duc

de Brabant (domaine public)

100 Pattou, « Seigneurs du Roeulx et d’Écaussines ».

101 Pattou.

102 Cercle Héraldus de Mons, « Prévôts du Hainaut ».

103 Voir Pattou, « Seigneurs du Roeulx et d’Écaussines ».

104 Elle épousa Jaspar de Harchies, seigneur de Millomez, de La Motte et du Moustier, décédé vers 1448, puis Pierre

de Lannoy, seigneur de Lesdaing, de Planques et de Hardiplanque. Voir Pattou.

105 Elle épousa en 1407 Hue de Blicquy, comme en atteste un acte du chapitre de Sainte-Waudru à Mons.

106 Elle reçut une prébende, c'est-à-dire un revenu fixe accordé aux ecclésiastiques, le 22 novembre 1419.

107 Elle acquit ce titre par son mariage en 1407 avec Corneille de Gavre-Rassenghien, seigneur de Lens-en-Hainaut,

Herchies, Wodecq et Masnuy-Saint-Pierre. Il était le fils d’Arnould II et de Margarita van Bautersem (dite « de

Berghes »). À l’époque de son mariage avec Mahaut d’Écaussines, il était veuf de Jeanne d’Ailly, dame de Montgomery.

Il décéda en 1414.

108 « Le lundi xxiij e jour dou mois de juing (mil iiiij e xxvij), fist nostre très redoubté signeur Phelippe, ducq de Bourgongne, serment comme

mambourcq et bail dou pays, ou non (au nom) de nostre très redoubtée dame Jaque de Baivière » (2 e registre des consaux de la ville

de Mons, fol. xxv v°.).

109 Devillers, « Les séjours des ducs de Bourgogne en Hainaut, 1427-1482 », 1427‐82.

33


2.2. Famille du Bois de Hoves

La première fille de Gérard d’Écaussines et Jeanne de Gavre, Jeanne, dame de Ruesnes, épousa

Jean II du Bois de Hoves, bailli et châtelain d’Enghien, fils de Jean I er 110 , ce qui fit passer la

seigneurie de Ruesnes de la main de la famille d’Écaussines à celle du Bois de Hoves 111 ,

probablement en 1426. Jean était né vers 1370 et fut chevalier et seigneur de Hoves, Graty et

Ruesnes.

Il semble que Jean et Jeanne, sans doute à l’approche de leur mort, aient décidé de répartir leurs

nombreuses seigneuries entre leurs enfants. Ainsi, plutôt que d’échoir à leur fils Sohier II, la

seigneurie de Ruesnes fut transmise à leur fille Barbe, dame de Ruesnes, communément appelée

Madame de Rasse de la Hargerie en raison de son second mariage avec Adam de Rasse, chevalier,

seigneur de la Hargerie (à Bersée-en-Pévèle) et de Bellincamps 112 , qui portait d’or à trois chevrons de

sable et vivait encore en 1515 113 . Barbe étant décédée sans héritier en 1516, le fief de Ruesnes passa

à son neveu 114 , Sohier III du Bois de Hoves. Elle fut inhumée aux côtés de son premier mari 115 :

En l’abbaye du S. Sepulchre hors du cœur a costé sénestre en une tombe élevée où sont couchez un homme

armé vestu de cotte d’arme sa femme lez luy le tout est estoffé d’or et de couleurs. "Cy gist noble homme

Jehan d’Esne dit le Baudrain chev r sg r de Beauvoir Béthencourt etc., lequel trespassa lan mil iiii e iiii xx xii le

XXI e de janvier et madame Barbe du Boes dit de Hoves sa femme dame de Ruene laquelle trespassa lan

mil………". À cette inscription se trouvaient joints un écusson en losange parti d’Esne et du Bois de

Hoves, et ces quartiers : d’Esne, Walincourt, Noeufville, Fiennes, Fontaines, du Bois de Hoves, Cléry,

Trazegnies.

Le frère de Barbe, Sohier II du Bois de Hoves, chevalier, seigneur de Hoves, du Graty, de

Borneval, de Horrues et de Forest, est dénommé Jean par François-Alexandre Aubert de la

Chesnaye-Desbois qui, dans son Dictionnaire généalogique de la noblesse 116 , le fait écuyer de l’empereur

Charles Quint et bailli de Dôle. Selon Paul-Armand du Chastel de la Howardries 117 , cependant, ces

qualités n’ont appartenu qu’à son gendre, Jean d’Andelot (voir p. 35). Sohier épousa Jeanne de

Sailly, fille de Henri, chevalier et seigneur de Sailly en Artois, et de Marguerite de Longueval. Jeanne,

110 Pattou, « Seigneurs du Roeulx et d’Écaussines »; Pierfit, « Base collaborative Pierfit ».

111 En réalité, à cette époque, la famille du Bois de Hoves était encore appelée du Bois, seigneurs de Hoves. Ce n’est que plus

tard que la partie de Hoves fut intégrée de manière permanente au patronyme. Voir Pierfit, « Base collaborative Pierfit ».

112 Pierfit.

113 Son premier époux fut Jean d’Esne, surnommé le Baudrain, chevalier, mort le 21 janvier 1492. Il portait de sable à

dix losanges d’argent, posés 3, 3, 3 et 1, et était seigneur de Beauvoir, Lescaille, Sainte-Aldegonde, Béthencourt et

Séranvillers. « À la mort de Robert d’Esnes, la seigneurie de l’Escaille passa aux mains de son fils Jean d’Esnes dit le Baudrain, il était

seigneur de Béthencourt, sire de Beauvois, marié à Barbe du Bois dite de Hoves, dame de Ruesnes, morte en 1516, fille de Jean, Seigneur

de Hoves et du Pratis et de Jehenne du Roux dite des Caussines ». Voir du Chastel de la Howardries, Généalogies des familles du

Bois, dite de Hoves et du Vernay du Plessis, 12; Maison de la mémoire de Seneffe, « Les Esnes, seigneurs de l’Escaille sous

Feluy ».

114 Plusieurs sources anciennes expliquent qu’à la mort de Madame de Rasse de la Hargerie, ce fut à son petit-neveu (et

non à son neveu) qu’échut le fief de Ruesnes.

115 du Chastel de la Howardries, Généalogies des familles du Bois, dite de Hoves et du Vernay du Plessis, 12.

116 Dictionnaire généalogique de la noblesse.

117 Généalogies des familles du Bois, dite de Hoves et du Vernay du Plessis.

34


qui portait d’argent au lion de gueules armé et couronné d’or et lampassé d’azur, décéda le 25 novembre 1478

et fut inhumée près de son mari dans l'église de Hoves 118 . Leur épitaphe se lit comme suit 119 :

Chy gist Zegre du Bois, cheualier s r de Houes et du Gratier et d’Odru qui trespassa lan ………

Cy gist Jeanne de Sailly dame de Houes qui trespassa lan 1478 le jour S te -Catherine priez pour leurs âmes.

Sohier II et Jeanne de Sailly eurent un fils, Sohier 120 III du Bois de Hoves, chevalier, seigneur de

Hoves, du Graty, de Borneval et de Ruesnes. Né vers 1475, celui-ci épousa Marie de Thiennes dite

de Lombise par contrat de mariage du 18 juin 1491. Elle était la fille de Robert, chevalier, seigneur

de Castre, et de Marie van Langhemeersch, dite aussi de Longpré 121 . Sohier est mort le 26 avril

1536, onze jours après son épouse 122 . Son épitaphe, qui se trouvait autrefois dans l’église de Hoves,

était le suivant 123 :

Cy gissent Noble homme Messire Zegre du Bois cheualier en son temps s r de Houes de Ruenes etc., qui

trespassa lan 1536 le 26 d’Apuril et Mada e Marie de Thiennes sa femme laquelle trespassa lan 1540 le

28 mai. Priez Dieu pour leurs âmes.

2.3. Famille d’Andelot

Sohier III et Marie de Thiennes eurent plusieurs enfants, dont un fils du nom de Robert du Bois

de Hoves, qui avait épousé le 24 janvier 1535 une certaine Anne d’Oignies. Robert, décédé peu

de temps après son mariage, semble avoir hérité de Ruesnes puisqu’un acte datant du 18 janvier

1558 et conservé aux archives de l’État belge à Mons fait état d’une « transaction entre George d'Andelot

d'une part et Anne d'Ongnyes, veuve de Robert du Bois, jadis seigneur d'Hoves, d'autre part, au sujet des terres et

seigneuries de Hoves, Graty, Odry, Ruesnes et le fief gisant à Hoves, appelé Torreblocque ». Georges d’Andelot

était le neveu de Robert du Bois et Anne d’Oignies.

En effet, outre leur fils Robert, Sohier III du Bois de Hoves et son épouse Marie de Thiennes

avaient aussi eu une fille du nom de Philippotte du Bois de Hoves, dont la génération serait,

selon du Chastel de la Howardries, la première à avoir porté ce nom tel quel plutôt que celui de du Bois,

seigneur de Hoves (voir note 111 à la page 34). Philippotte, dame de Ruesnes 124 , épousa Jean

d’Andelot, fils de Simon d’Andelot et Henriette de Cornon, seigneur de Myon, de Chemilly, de

Fleurey-les-Faverney et de Jouvelle, commandeur d'Alcantara et bailli de Dôle (en 1539). Jean fut

page puis 1 er écuyer au service de Charles Quint, qu’il servit dans la diplomatie et dans l'armée. En

1525, à Pavie, il fut longtemps aux prises avec François I er qui le blessa à la joue d'un coup d'épée 125 .

Il participa à l’expédition de Hongrie contre Soliman en 1532, à celle de Tunis en 1535, au siège de

118 Leleu, « Genealogie ascendante de Bernard Leleu »; du Chastel de la Howardries, Généalogies des familles du Bois, dite

de Hoves et du Vernay du Plessis, 12.

119 de Saint-Génois de Grandbreucq, Monumens anciens essentiellement utiles a la France, aux provinces de Hainaut, Flandre,

Brabant, Namur, Artois, Liège, Hollande, Zélande, Frise, Cologne, et autres pays limitrophes de l’empire, 1:143.

120 On trouve aussi son prénom orthographié Zegre ou Zeger. Voir de la Chesnaye-Desbois, Notices généalogiques

tournaisiennes; Leleu, « Genealogie ascendante de Bernard Leleu ».

121 Leleu, « Genealogie ascendante de Bernard Leleu »; de la Chesnaye-Desbois, Notices généalogiques tournaisiennes,

1:250‐64.

122 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1871, 10a:409.

123 du Chastel de la Howardries, Généalogies des familles du Bois, dite de Hoves et du Vernay du Plessis, 14‐15; de Saint-Génois

de Grandbreucq, Monumens anciens essentiellement utiles a la France, aux provinces de Hainaut, Flandre, Brabant, Namur, Artois,

Liège, Hollande, Zélande, Frise, Cologne, et autres pays limitrophes de l’empire, 1:143.

124 de Wailly, « Généalogie Wailly ».

125 Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique.

35


Landrecies en 1543, à l’expédition à Alger en 1544 et à la bataille de Mühlberg contre les luthériens

en 1547. Il protégea la fuite de l'empereur avec Jean Poupet à Innsbrück en 1555, participa au siège

de Metz en 1552 et à la bataille de Renty en 1553 126 . Il décéda le 26 décembre 1556. La famille

d’Andelot s’armait échiqueté d’argent et d’azur, de cinq traits de cinq points chacun, au lion de gueules, armé,

lampassé et couronné d’or, brochant sur tous les points de l’échiquier 127 .

Leur fils, Georges d’Andelot, chevalier, gentilhomme de la maison de Sa Majesté Impériale, baron

de Jonville, bailli et gouverneur de Dôle seigneur de l’Esclatière, de Maulde, de Hoves et de

Ruesnes 128 , racheta donc Ruesnes à sa tante Anne d’Oignies le 18 janvier 1558. Il avait alors épousé

Honorine, dame de l’Esclatière 129 , par contrat du 25 avril 1556 130 . Il mourut peu de temps après

son mariage, vers 1565, et fut enterré dans l’église de Hoves, où fut installée une verrière ornée de

ses armoiries 131 .

Leur fils, Jean d’Andelot, était donc très jeune lorsqu’il se retrouva orphelin de père. C’est alors

son tuteur, Louis de Sommaing 132 , qui géra le fief de Ruesnes à partir du 23 (ou 22) novembre

1565 133 . À cette date, en effet, Louis de Sommaing se rend à Mons et « relève deux fiefs : la seigneurie

de Ruesnes-lez-Quesnoy (fief lige) et des terres gisantes entre Quesnoy et Ruesnes (fief ample) » 134 . En ancien

français, le « relief » était un droit payé par un vassal à son suzerain (ici, le Comte de Hainaut) pour

« relever » un fief, c'est-à-dire en hériter à la mort du propriétaire précédent. À cette date, Jean

d’Andelot avait récemment perdu son père ; son tuteur s’était donc rendu à Mons pour payer au

Comte de Hainaut la somme lui permettant de devenir légitime propriétaire des deux fiefs en

question en attendant de la transmettre à l’héritier légitime, Jean.

Jean d’Andelot fut chevalier et devint seigneur de Hoves, de l’Esclatière, du Bois de Tourneppe,

Ruesnes, Aiseaux, Graty, Odry et Maulde. Ayant voyagé à plusieurs reprises en Italie, où il se

trouvait, encore très jeune, en 1572 à Pavie et Milan 135 . Il fit son testament à Mons le 7 octobre

1575, âgé de moins de quinze ans, avant de repartir en Italie au service du roi d’Espagne 136 , introduit

de la sorte :

Comparut Jean d’Andelot, écuyer, seigneur de Hoves, de Maulde, des Prets, de Ruesnes, fils et héritier de

feu messire George d’Andelot, en son vivant chevalier, seigneur desdites terres et seigneuries, et bailli de Dôle.

126 Pierfit, « Base collaborative Pierfit ».

127 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1878, 15:272.

128 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1871, 10a:409; Cercle archéologique de Mons,

Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1878, 15:272; de Wailly, « Généalogie Wailly »; Goethals, Dictionnaire généalogique

et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique.

129 Philippine était la fille d’André Adrien de l'Esclatière et de Jacqueline de Brant. Voir de Wailly, « Généalogie Wailly ».

130 Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique.

131 Sa veuve épousa en secondes noces Charles de Gavre, chevalier, Comte de Beaurieux et du Saint-Empire, seigneur

de Fresin, d’Ollignies, de Musain, etc. Voir Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1878,

15:272; Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique.

132 Louis de Sommaing était présent au mariage de Georges d’Andelot avec Honorine de l’Esclatière le 25 avril 1556.

À cette date, il est qualifié d’écuyer, seigneur des Prêts, gentilhomme de la reine-douairière de Hongrie. Il était le cousin

germain d’Honorine. Dans son testament de 1560 (passé le 7 juillet à Enghien), Georges d’Andelot l’avait désigné

comme exécuteur testamentaire. Un certain Jacques de Thiennes, seigneur de Rumbeke, fut lui aussi tuteur de Georges

d’Andelot. Voir Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique.

133 Goethals.

134 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1878, 15:272.

135 Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique.

136 Goethals.

36


Le 20 mars 1579, il renouvela les mêmes dispositions, étant à nouveau sur le point de se rendre en

Italie, où des possessions de sa famille l’appelaient souvent. Le 17 juin 1634, alors qu’il habitait au

château de l’Esclatière près de Soignies, il signa une procuration en faveur de son second fils,

Adrien. Il mourut en son château le 11 juin 1636 et fut enterré aux côtés de son père, dans le chœur

de l’église de Hoves 137 .

Jean d’Andelot épousa en premières noces, par contrat du 28 septembre 1581, Anne de Jauche-

Mastaing, fille de Gabriel de Jauche, seigneur de Mastaing, et de Jeanne de Montmorency. À ce

premier mariage, auquel Jean était âgé de moins de 21 ans, était présent son ancien tuteur Louis de

Sommaing, alors chevalier, prévôt de Mons et seigneur de Louvegnies. Jean épousa en deuxièmes

noces Anne de Haynin, dame de Wambrechies, fille de Jean, seigneur de Wambrechies, et d’Anne

d’Ongnies. Le 17 février 1590, Jean et sa première épouse Anne de Jauche-Mastaing publient un

avis par lequel ils arrangent le partage de leur fortune entre leurs enfants. Les biens non mentionnés

dans cet avis furent partagés par succession le 6 mai 1637 138 .

Adrien d’Andelot était le deuxième fils de Jean d’Andelot et Anne de Jauche-Mastaing. Il était

chevalier et seigneur de Ruesnes grâce à la convention du 17 février 1590 que nous venons de

mentionner, résumée de la manière qui suit dans l’acte de mariage d’Adrien avec Marie van Pecq

dite Pecquius, fille de Pierre, daté du 13 février 1621 :

Premièrement, a été déclaré par ledit seigneur de Reusnes, en suite de lettres de pouvoir et produration à lui

données par ledit seigneur d’Andelot, son seigneur et père, passées en la ville de Soignies, le 12 de ce mois,

par-devant hommes de fief dudit comté de Hainaut et cour à Mons, que par avis préalable d’icelui seigneur

et père et de la feu dame sa mère, reconnu et passé le 17 février 1590, lui compète et appartient pour lui et

ses hoirs à toujours la terre et seigneurie de Reusmes, tenue en fief dudit comté de Hainaut et cour à Mons,

se comprenant en un village à clocher, château, maison de cense et basse-cour, etc., avec toute justice, haute,

moyenne et basse, à cause de laquelle haute justice, le seigneur y commet bailli, mayeur, greffier, échevins,

sergent et autres officiers, et lui compètent toutes lois, amendes, forfaitures, droits de confiscation, d’aubanité,

bâtardise, et plusieurs autres.

Cet acte fut passé devant le Secrétaire du Conseil de Brabant et des hommes de fief de Hainaut.

Une copie authentique en fut faite le 28 janvier 1636. Sont mentionnées une série de propriétés,

parmi lesquelles la « seigneurie de Reusnes », celles de l'Esclatière, du Plouich et de Forest, ainsi

que le bois de Steenkerque et la cense de Courtebecque 139 .

Si la date de décès d’Adrien est inconnue, on sait cependant qu’elle survint entre le 19 septembre

1639 (où Adrien écrit une lettre depuis Béthune, dont il avait la capitainerie) et l’an 1647 (où son

frère Charles est qualifié de seigneur de Ruesnes), alors qu’il était gouverneur de la ville et châtellenie

de Bouchain après plusieurs années de service comme capitaine de cheveaux 140 .

Adrien n’avait eu qu’une fille, du nom d’Eugénie ; à sa mort, la seigneurie de Ruesnes passa donc

à son frère Charles d’Andelot. Ce dernier, chevalier de la cour souveraine de Mons dès 1630,

releva devant le grand-bailli du Hainaut le 10 juin 1637 les terres de son père Jean d’Andelot suite

à la mort de ce dernier. À cette date, Charles est qualifié de seigneur de Hoves, Graty, Odry, Maulde,

137 Goethals.

138 Goethals.

139 Archives de l’Etat belge à Mons, AEM.03.001 – 40.

140 Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique.

37


du Bois et Tourneppe, vicomte de Looz, etc., premier chevalier de la noble et souveraine cour à

Mons. Dix ans plus tard, en 1647, un autre acte le qualifie par ailleurs de seigneur de l’Esclatière,

Forest, des Prêts, Neufmont, Rocquemont, Plouich et Ruesnes 141 . À moins que l’acte de 1637 ait

ommis de mentionner la seigneurie de Forest, on peut donc supposer qu’à cette date, Adrien

d’Andelot en était encore le seigneur.

Vers 1630, la famille d’Andelot fut spoliée des avantages qui lui avaient été concédés en 1550 par

Charles Quint, parce que les documents prouvant ces droits avaient été perdus. Charles d’Andelot

écrit alors au roi d’Espagne Philippe IV, et obtint gain de cause lorsque ce dernier lui envoya de

nouveaux documents officiels le 7 janvier 1631. Charles épousa Jeanne de Bourgogne à Bruxelles

le 13 avril 1614. Son épouse, vicomtesse de Looz, était la fille de Pierre de Bourgogne, seigneur de

Bredam, et de Catherine d’Oyenbrugge-Duras, dont la mère était Jeanne de Mérode et qui

descendait d’un enfant naturel de Philippe le Bon. Tous deux réglèrent leur succession le 10

décembre 1647, et Charles mourut le 9 juillet 1652. Il fut enterré avec ses ancêtres dans le chœur

de l’église de Hoves 142 .

Le deuxième fils de Charles d’Andelot et Jeanne de Bourgogne se nommait aussi Charles. Ce fut

lui à qui échut la seigneurie de Ruesnes à la mort de son père, en 1652 143 . Charles était le seigneur

de Ruesnes, Plouich et Ham-sur-Sambre 144 . Contrairement aux désirs de son oncle, qui voulait lui

faire épouser Eugénie d’Andelot, sa cousine germaine, dont nous avons déjà parlé, Charles épousa

Claire Petit, fille de Philippe, seigneur de Guigne et de Capron, et d’Anne de Bourgogne 145 .

Leur fils aîné, Adrien-Conrard d’Andelot, né et baptisé à Soignies le 24 septembre 1662, était

chevalier, vicomte de Looz, seigneur de Hoves, de Ruesnes, Graty et Plouich. Étant très jeune à la

mort de son père, il fut « relevé » par sa mère le 10 novembre 1672, ce qui signifie que c’est elle qui

reprit ses terres en son nom. Il acquit plusieurs autres terres par la suite. Membre de la noblesse

aux états du Hainaut, il épousa par contrat réalisé au château d’Hembise le 17 juin 1693, puis à

l’église de Cambron-Saint-Vincent le lendemain, Marie Louise Joséphine d’Yedeghem, dame

d’Hembise, mairesse héréditaire de Cambron-Saint-Vincent, fille d’Antoine François d’Yedeghem,

seigneur des Daumes et d’Hembise, et de Louise Justine du Bosch. Adrien-Conrard mourut au

château d’Hembise le 27 février 1728 et fut enterré dans l’église de Cambron-Saint-Vincent avec

épitaphe et quartiers, à côté de sa femme 146 .

Adrien-Conrard et Marie Louise Joséphine eurent un fils unique du nom d’Adrien Conrard

Léopold d’Andelot, né le 15 juin 1695 à Enghien. Celui-ci fut Comte d’Andelot, vicomte de Looz,

seigneur de Hoves, Graty, Ruesnes, Prêts, Plouich, Embise, etc. Député de la noblesse aux états du

Hainaut comme son père, il s’attira les grâces de Louis XV, qui le fit Comte, et se lia d’amitié avec

Stanislas I er , roi détrôné de Pologne 147 . Le jeune Comte se mit en péril pour aider son ami à

reprendre le pouvoir en Pologne. Il épousa, par contrat du 17 juin 1718 au château de Chemilly en

Bourgogne, Armande Françoise Charlotte de Custine de Wiltz, née le 6 février 1700, fille de

François Théodore de Custine, chevalier, Comte de Wiltz, baron et seigneur de Chemilly, mestre de

141 Goethals.

142 Goethals.

143 Goethals.

144 Il obtint cette dernière, une pairie du comté de Namur, par le testament du seigneur de Bredam, son oncle maternel.

145 Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du Royaume de Belgique.

146 Goethals.

147 Goethals.

38


camp de cavalerie au service de France, et de Françoise Angélique de Choiseul d’Hostel. Dans le

contrat de ce mariage, la seigneurie de Ruesnes n’est pas mentionnée ; à une date inconnue située

entre 1672 et 1708, en effet, celle-ci passa des mains de la famille d’Andelot à celle d’Yzarn de

Villefort de Montjeu 148 .

On pense que c’est la famille d’Andelot qui fit bâtir au 17 ème siècle les parties les plus anciennes du

château de Ruesnes (à savoir les bâtiments de la ferme de basse-cour). Il s’agissait de constructions

simples à un seul niveau, selon les habitudes architecturales de la région. Enfin, c’est en 1678, à

l’occasion du Traité de Nimègue, que Ruesnes fut rattachée à la France. Rien n’indique cependant

que cela ait eu une influence sur les familles seigneuriales de la commune.

2.4. Famille d’Yzarn de Villefort de Montjeu

L’époque de la famille d’Yzarn de Villefort de Montjeu reste assez sombre en ce qui concerne

l’histoire de la seigneurie de Ruesnes, que cette famille a donc acquise à une date inconnue (entre

1672 et 1708). En effet, le 23 mai 1708, un puissant ouragan fit de nombreux dégâts à Ruesnes. À

cette époque, le seigneur de Ruesnes était Jacques Joseph d'Izarn de Villefort de Montjeu, fils

d’Henri 149 , né vers 1655, qui décéda quelques mois plus tard, le 24 septembre 1708 150 . Il était

l’époux de Marie-Suzanne de Valicourt, qui, née en la paroisse Saint-Amé de Douai le 15 juillet

1670, était sous-gouvernante des enfants de France 151 . Elle eut 9 enfants 152 . À cette époque, des

travaux furent réalisés dans le château ; une porte charretière porte encore de nos jours la date

« 1695 ».

Ce seigneur de Ruesnes acquit le 15 janvier 1694 la terre d’Haussy, proche de Ruesnes, à Eugène

Sigismond Philippe d'Alsace, Comte de Boussu. Ce dernier était le dernier représentant de la

branche des Hennin-Liétard de Haussy. Il avait reçu ce fief des mains de Marie Adrienne de

Hennin-Liétard, sa tante, le 17 septembre 1682 153 . Il ne semble cependant pas que Ruesnes ait fait

partie de la même transaction, mais il n’est pas à exclure qu’une transaction semblable fit passer

Ruesnes aux mains de la famille d’Yzarn (certains avancent la date de 1693). La famille de Hennin-

Liétard était originaire du Rouerge et portait pour armes d'azur à la fasce d'argent en chef de deux besants

du même et en pointe d'un croissant d'or.

En plus d’être seigneur de Ruesnes et d’Haussy, Jacques Joseph d'Izarn de Villefort de Montjeu

était chevalier, seigneur de Villefort, seigneur de Mortry 154 , chevalier de St-Louis, major des villes

de Valenciennes et Mons, et capitaine d'une compagnie de dragons. Après avoir acquis la terre de

Haussy, il entreprit de mettre un peu d'ordre dans ses rapports avec les habitants du village, qui,

148 Goethals.

149 Réunion d’amateurs et d’archéologues, Souvenirs de la Flandre-wallonne, 9:11.

150 de la Chesnaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse contenant les généalogies, l’histoire & la chronologie des familles nobles de la

France, l’explication de leurs armes et l’état des grandes terres du royaume, poffédées a̿ titre de principautés, duchés marquifats, comtés,

vicomtés, baronies, &c., par création héritages, alliances donations, substitions mutations, achats ou autrement par De La Chenaye-Desbois

et Badier.

151 Sohier, « Jacques Joseph d’Izarn de Villefort : généalogie par odile134 - Geneanet »; Réunion d’amateurs et

d’archéologues, Souvenirs de la Flandre-wallonne, 9:11.

152 Tous ces enfants sont mentionnés dans le Dictionnaire de la Noblesse, de la Chesnaye-Desbois, tome X.

153 Blas, « Eugène Sigismond de Hennin ».

154 En 1707, le fief de Mortry, à Ruesnes, appartenait cependant à l’abbaye de Bonne-Espérance, en Belgique. Un bailli

fut constitué, c'est-à-dire un officier qui rend la justice au nom de l’abbaye Archives Départementales du Nord,

« Inventaire 60 H : Abbaye de Bonne-Espérance ».

39


peu à peu avaient omis certaines de leurs obligations financières, par exemple celle sur le paiement

des droits de mutation de propriété. Il défendit également ses intérêts devant les confréries

religieuses possédant des biens à Haussy comme le Collège de Valenciennes. En avril 1699, il

revendit pour 15 760 florins la cense de Bailleul à Félix Delinselle, qui demeurait alors à Douchyles-Mines.

Dans les archives du Parlement de Flandre 155 , on trouve un procès de 1705 dans lequel

il était accusé de « procédure criminelle, arpentage délibérément faussé à Haussy, emprise de la part

du mayeur sur un cinquième des terres de la paroisse, violence et voies de fait contre l'huissier

Doignon et ses records, rébellion à justice ». À cette date, il est dit « ancien mayeur de la ville de

Mons et résidant à Ruesnes ». L’issue du procès est inconnue 156 .

2.5. Famille Capy

C’est vers 1710-1719, soit peu de temps après l’arrivée de la famille

d’Yzarn, que Maximilien-Augustin (de) Cap(p)y – a acheté la terre

de Ruesnes. La date exacte de l’acquisition est inconnue. Capy avait

succédé à son père dans la charge de conseiller du roi, ce qui fut

confirmé par lettres patentes de Louis XIV en 1692 157 .

La première demeure seigneuriale du château aurait été construite par

les Capy. Il ne s’agit pas de celle que l’on voit actuellement ; cette

dernière a été bâtie plus tard par la famille Boursier. Les armes

actuelles de Ruesnes, d'azur au loup ravissant d'or, sont une récupération

de celles des Capy 158 .

Figure 39 – Armes de la famille de

Capy (Wikimedia Commons)

Pendant la guerre de succession d’Espagne (1701-1714), le maréchal de Berwick aurait logé au

château.

Maximilien-Augustin Capy était le fils de Gabriel Capy (lui-même fils de Charles Capy et de

Catherine Vanbecque) et Catherine Vermeille (fille de Jean et de Catherine Catiau, baptisée au

Quesnoy le 9 janvier 1631), qui s’étaient mariés au Quesnoy le 18 janvier 1750 159 . Baptisé au

Quesnoy le 4 septembre 1663, il était seigneur de Ruesnes et Louvignies et conseiller puis lieutenant

particulier au bailliage du Quesnoy, où il mourut le 15 avril 1744. Il avait épousé Marie-Catherine

de la Place, fille d’Antoine, née à Valenciennes vers 1672 et décédée au Quesnoy le 6 octobre

1720. Au moins onze enfants leur étaient nés, dont sept fils, parmi lesquels il est difficile de savoir

lesquels ont officiellement été seigneurs de Ruesnes.

- Augustin-François Capy, baptisé au Quesnoy le 18 octobre 1699 et inhumé au même

endroit le 12 août 1772, qui, comme en témoigne l’inscription réalisée sur la cloche

d’Engelfontaine, était en 1771 seigneur de Ruesnes, Louvignies et Englefontaine 160 ;

- Charles-Augustin Capy, baptisé au Quesnoy le 31 décembre 1700 et inhumé au même

endroit le 10 février 1766, lieutenant particulier au bailliage du Quesnoy, était seigneur de

155 Cote 8B2771.

156 Blas, « Jacques de Villefort ».

157 Pierfit, « Base collaborative Pierfit ».

158 Armorial de France, « Ruesnes ».

159 Société d’études de la province de Cambrai, Bulletin, 18:96‐97.

160 Société d’études de la province de Cambrai, Annales de la Société d’études de la province de Cambrai, 1:35.

40


Ruesnes, de Louvignies et d'Englefontaine en 1757, lorsqu’il devint le parrain de la grosse

cloche de l’église du village 161 ;

- Nicolas-François Capy, baptisé au Quesnoy le 22 juin 1703, major des château et ville de

Belfort et chevalier de Saint-Louis, vivant en 1785, épousa Marie Françoise de Coste,

dont il eut deux enfants, nés à Belfort 162 – on ignore si Nicolas-François fut seigneur de

Ruesnes ;

- Louis-Joseph Capy, baptisé au Quesnoy le 28 novembre 1704, major au Régiment Royal-

Roussillon d’Infanterie, chevalier de Saint-Louis, est mort célibataire au Quesnoy le 26 août

1766 – on ignore s’il fut seigneur de Ruesnes ;

- Maximilien-Joseph Capy, baptisé le 14 décembre 1706 au Quesnoy – on ignore s’il fut

seigneur de Ruesnes ;

- Maximilien-Augustin Capy, baptisé le 5 février 1714 au Quesnoy, décédé le 14 avril 1782

au même endroit et enterré à Englefontaine, était capitaine de cavalerie, seigneur de

Louvignies et Englefontaine, et chevalier de Saint-Louis ;

- Louis-Gabriel Capy, baptisé le 21 mai 1717 au Quesnoy et décédé le 21 octobre 1781,

enterré à Ruesnes, écuyer, mestre de camp de cavalerie, chevalier de Saint-Louis et

probablement seigneur de Ruesnes.

Vers 1772-1779, les Capy auraient vendu la seigneurie de Ruesnes à Nicolas Tréca, avant de la

racheter en 1780.

Les seigneurs de Ruesnes et les Druesne, voisins loin de chez eux

Il est intéressant de constater que précisément à la même époque que la seigneurie des Capy se

développait à Belfort, où cette famille régnait aussi en maître, une petite branche de la famille

Druesne, dont la première apparition s’y fait le 22 janvier 1747. Un lien entre les deux familles

est peu probable, mais la coïncidence en reste néanmoins frappante, étant donné la distance

significative entre Belfort et Ruesnes (435 km).

2.6. Famille Boursier

La seigneurie de Ruesnes fut achetée en 1783 par Pierre Joseph Boursier de Ruesnes (°env. 1733

à Onnaing), négociant et juge consul de Valenciennes. Le contexte de cette vente est inconnu, si ce

n’est que M. Boursier rassemblait alors plusieurs seigneuries de la région. Pierre Boursier était issu

d’une famille de mulquiniers, négociants en batiste et en toilette 163 . Il fut le dernier seigneur de

Ruesnes et serait décédé le 30 mars 1793 à Valenciennes 164 . « Serait », car aucune indication

permettant de confirmer qu’il s’agit du bon Pierre Joseph Boursier n’est précisée dans l’acte du 30

mars 1793, à l’exception de sa profession. S’il est peu probable qu’il y ait erreur sur la date du décès

de M. Boursier, il est curieux qu’il soit mentionné sur les listes reprenant les noms des personnes

161 Leuridan, Épigraphie ou Recueil des inscriptions du département du Nord ou du diocèse de Cambrai, 1904.

162 Willems, Lamant, et Conan, Armorial français.

163 Wikipédia, « Louis Camaret ».

164 Paroisse Saint-Nicolas, acte du 30 mars 1793. Voir archives du Nord. Information initialement issue de de Brancion,

« Brancion & Trochu ».

41


(principalement des nobles, religieux et artisans) ayant fui la France lors de la Révolution 165 .

S’agirait-il d’une erreur de la part de personnes n’ayant pas été au courant de son décès ?

Lorsqu’après la Terreur, la législation permit à ces personnes de rentrer en France à condition

d’obtenir leur radiation de ces listes d’émigrés (ce qui ne leur garantissait aucunement de récupérer

leurs biens, souvent vendus), son épouse 166 Reine Melchior Didier est mentionnée parmi les

demandeurs de radiations comme « veuve Pierre Boursier, négociant à Valenciennes, partie avec

lui pendant l'occupation autrichienne pour Amsterdam et Hambourg » 167 . Toujours est-il que Reine

Melchior Didier (°1 er mai 1753 à Coudekerque-Branche), son épouse, émigra et fut dépouillée de

sa seigneurie en 1794, avant d’y être réintégrée en 1796. Elle décéda à Valenciennes le 14 septembre

1809 168 et fut enterrée dans le caveau de sa famille à Ruesnes le 16 septembre 169 .

Ce serait M. Boursier qui aurait fait construire le château tel qu’on le voit aujourd’hui. Trois ailes

(dont l'une a été refaite au 20 ème siècle) divergent à partir d'un salon central en ovale ; outre les

combles, chacune de ces ailes comporte deux niveaux percés d'ouvertures au cintre surbaissé. Les

matériaux utilisés sont ceux qui étaient les plus usuels à cette époque : la brique pour les murs, le

grès pour le soubassement et la pierre pour les encadrements des ouvertures.

La fille de Pierre Boursier et Reine Didier, Désirée Fébronie Joséphine Boursier de Ruesnes,

née à Valenciennes le 29 janvier 1782 et décédée en cette même ville le 24 janvier 1846, épousa à

Ruesnes le 21 avril 1804 (1 er Floréal an XII) 170 Amédée Hamoir, né à Valenciennes le 6 septembre

1783 et décédé à Saultain le 6 mars 1867. Celui-ci était maire de Saultain, conseiller

d'arrondissement de Douai puis de Valenciennes, conseiller municipal, membre de la chambre

consultative de commerce, membre de la commisssion administrative des hospices et du bureau de

charité de Valenciennes, membre de l'Académie de l'industrie, membre du conseil de fabrique de

l'église Notre-Dame à Valenciennes, capitaine des sapeurs-pompiers de la garde nationale de

Valenciennes, fabricant de batiste et de toiles blanches, négociant puis agriculteur, fabricant de

sucre sous la raison sociale « Serret, Duquesne, Hamoir et Cie », distillateur de mélasses et fabricant

de potasse sous la raison sociale « Hamoir, Semal, Dubrunfaut et C ie », membre du conseil

d'administration de la Compagnie des mines de houille de Thivencelles et de Fresnes-Midi, agent

général de la Compagnie royale d'assurances-incendies, Chevalier de l'Ordre royal de la Légion

d’Honneur et Conseiller général du Nord 171 . Par ce mariage, le château de Ruesnes passa dans la

famille Hamoir en 1804.

165 Lors de la Révolution, environ 150 000 personnes émigrèrent à l’étranger (principalement des nobles, des religieux

et des artisans), abandonnant leurs biens. Des listes « de la honte » furent alors rédigées. Voir dossiers F/7/5418

(décrite comme veuve) et F/7/5400 (son mari est cité, et elle avec lui). Sur les émigrés de la Révolution, voir de Morant,

« Archives nationales ».

166 Pierre Boursier et Reine Didier s’étaient mariés à Dunkerque le 14 octobre 1772. Voir de Brancion, « Brancion &

Trochu ».

167 Cheynet, Les procès-verbaux du Directoire exécutif, an V-an VIII : inventaire des registres, tome V, germinal-messidor an VI,

5:152.

168 de Brancion, « Brancion & Trochu ».

169 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 6 novembre 1937, 599.

170 « En avril 1804, du Croizié avait comparu comme témoin au mariage de son neveu, Amédée Hamoir, avec Désirée

Boursier, fille du dernier seigneur de Ruesnes. Auguste Hamoir du Croizié n’avait que cinquante-cinq ans lorsqu’il

mourut, à Valenciennes, le 1 février 1810, laissant deux fils, Charles et Furcy, et une fille, Caroline ». Voir Hamoir,

« Auguste Hamoir du Croizié (1754-1810) », 91.

171 Barbier de la Serre, « Pierre BARBIER de LA SERRE ».

42


2.7. Autres propriétaires

Par la suite, le château eut plusieurs propriétaires, moins intéressants dans le cadre de cette

recherche puisqu’ils ne portaient pas le titre ni le nom « de Ruesnes ». De 1852 à 1909, il appartint

à la famille Camaret. Louis Camaret et Aline Boursier eurent au moins deux enfants, dont

Yvonne Camaret (1846-1930), qui épousa à Ruesnes en 1865 un certain Anatole Lambert de

Beaulieu (avocat puis magistrat), et Adrien Camaret (1844-1901). Ce dernier, né à Douai en 1844,

y alla au collège avant de rejoindre le lycée Louis-le-Grand à Paris. Il devint docteur en droit et fit

en 1865 un stage au Barreau de Lille, où il exerça jusque 1874, date à laquelle il rejoignit la Cour

d’appel de Paris. Il devint maire de Ruesnes comme son oncle maternel avant lui. Connu pour sa

droiture et son souci des gens de peu, il se présentait selon ses collègues comme « l’avocat des

pauvres ». Il mourut à Ruesnes en 1901 et fut enterré dans le mausolée qui se trouve encore

aujourd’hui face à l’église de Ruesnes, devant les portes du château 172 .

Entre 1909 et 1922, le château appartenait à un autre Amédée Hamoir. Il subit des destructions

substantielles pendant la première guerre mondiale. De 1922 à 1925, il passa à Georges Lambert

de Beaulieu, puis à un certain M. Vaille, qui en fit un bâtiment agricole. Il fut ensuite acquis en

1989 par Marcel Maes. En janvier 1991, Michel Dutouquet, qui possédait le château depuis

1990, enregistra la société qui porte son nom avec le château comme siège social. L’objet de la

société en question était « hébergement touristique et autre hébergement de courte durée ».

Quelques années plus tard, en 1997, le château fut racheté par Jacques Rousselot et des

restaurations furent entreprises 173 . Enfin, le 9 septembre 2010 est déclarée et le 25 septembre de la

même année est publiée à la sous-préfecture d’Avesnes-sur-Helpe l’association (de loi 1901) « les

amis du château de Ruesnes » ayant pour objectif de « défendre et sauvegarder le château de Ruesnes et son

quartier (rue de l’église, rue du château) en matière de patrimoine, cadre de vie et environnement ». Le siège de

l’association est fixé au 12, rue du château à Ruesnes.

172 Wikipédia, « Louis Camaret ».

173 L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, « Ruesnes, ses seigneurs et son château », 1057.

43


Louis Camaret 174

Louis Camaret, né le 15 mai 1795 à Assérac et décédé le 6 janvier 1860 à Paris, était un recteur

d'académie, notamment de Douai de 1842 à 1852. Issu d’une famille modeste 175 , Louis Camaret

est le fils d’un paludier de la côte atlantique, plus exactement du bourg de Barzin qui dépend de

la commune d’Assérac 176 . En dépit de cette basse extraction, Louis Camaret parvient à obtenir

le baccalauréat puis une licence de droit et enfin un doctorat de littérature 177 , études menées en

parallèle des postes qu’il va successivement occuper au sein de l’instruction publique avec un

sens de la mobilité géographique qui étonne aujourd’hui.

En 1813, régent de « 2° classe élémentaire » au collège d’Ancenis, il passe deux ans plus tard « régent

de seconde » dans le même établissement. En 1823, il est nommé « censeur des études » au

collège royal de Reims, puis, en 1826, dans ces mêmes fonctions, au lycée de Lyon. En 1827, à

32 ans, Camaret obtient le poste de principal du collège royal de Reims, avant d’être nommé en

1829, inspecteur de l’académie de Dijon (qui étaient à cette époque les adjoints du Recteur

chargés de contrôler les écoles primaires). L’année suivante, il effectue un intérim dans sa région

d’origine, étant « chargé d’administration » au collège royal de Nantes. En 1832, repartant vers

l’est, Camaret devient principal du collège de Chalons-sur-Marne. En 1838, mouvement inverse

vers l’ouest natal, il est nommé proviseur du collège royal de Bourbon-Vendée, future Rochesur-Yon.

Enfin, l'année suivante, il prend la direction du lycée royal de Rennes.

Sa bonne manière de servir – saluée en 1838 par l’obtention de la Légion d’honneur – lui vaut

de surcroît d’obtenir à partir de Rennes le poste prestigieux, en 1842, de recteur de l’académie

de Douai où il reste cinq ans. Il rejoint en effet l’académie d’Amiens en 1847 mais dès cet instant,

Camaret va vivre les bouleversements que provoquent les lois qui modifient régulièrement

l’organisation de l’instruction publique de la fin de la monarchie de Juillet au Second Empire, en

passant la II ème République.

De fait, la loi du 7 septembre 1848, qui crée vingt académies républicaines, conserve l'académie

de Douai dès lors agrandie de la Somme qui s’ajoute au Nord et au Pas-de-Calais. La suppression

de l’académie d’Amiens (découpée au bénéfice de ses voisines), en 1849, oblige donc son Recteur

à retrouver l'académie de Douai. En août 1850, avec la loi Falloux, Camaret revient « recteur

départemental de l'académie du Nord », en résidence à Douai, fonctions qu’il assure jusqu’à sa

retraite en septembre 1852. À cette date, il existe autant de recteurs que de préfets, le ressort

d'exercice des premiers étant le périmètre départemental.

S’il décède à Paris en 1860, Louis Camaret s’était toutefois établi dans le Nord par son mariage

en 1843 avec Aline Boursier. Cette dernière, née en 1810 à Valenciennes, décédée en 1890, dont

la famille avait, sans doute lors de la vente des biens nationaux, acquis le château de Ruesnes près

du Quesnoy, était issue d’une lignée de mulquiniers, négociants en batiste et en toilette.

Outre son fils, Adrien, né à Douai en 1844, devenu ensuite docteur en droit, avocat à Paris mais

aussi maire de Ruesnes comme son oncle Boursier avant lui 178 , Camaret avait une fille, Yvonne,

née en 1846 et décédée en 1930, mariée dans la commune en 1865 avec Anatole Lambert de

Beaulieu, avocat puis magistrat. Le château de Ruesnes, qui existe toujours en dépit des

destructions subies lors de la Grande Guerre, est resté en possession de la famille Camaret puis

Beaulieu de Lambert jusqu’en 1924 179 .

44


2.8. Tentative de liste chronologique des seigneurs de Ruesnes

Ordre Début Fin Nom Commentaires

1 1336 1337

Othon II Seigneur de son hommage au Comte de

d’Écaussines

Hainaut à sa mort

2 1337 1382 Gilles d’Écaussines Relief supposé à la mort de son père

3 1382 ?

Othon III

d’Écaussines

Relief supposé à la mort de son père

4 ? ? Gérard d’Écaussines Frère du précédent

5 ? ?

Jean II du Bois de

Hoves

Gendre du précédent

6 ? ?

Barbe du Bois de

Hoves

Fille du précédent, dame de Ruesnes [?]

7 1516 1536

Sohier III du Bois de

Hoves

Neveu de la précédente

8 1536 ?

Robert du Bois de

Hoves

Fils du précédent

8b ? 1558 Anne d’Oignies Veuve du précédent

9 1558 1565 Georges d’Andelot

Neveu de la précédente, acquisition par

achat en 1558, mort jeune

9b 1565 ? Louis de Somaing Tuteur du fils du précédent

10 ? 1621 Jean d’Andelot

Pupille du précédent, il répartit sa fortune

entre ses fils par une convention de 1590

qui prend effet au mariage de son fils, en

1621

Fils du précédent, n’a qu’une fille au

11 1621

1634-

moment de son décès – vivant en 1634 ;

Adrien d’Andelot

1647

son frère est mentionné comme seigneur

en 1647

12

1634-

1647

1652 Charles d’Andelot Frère du précédent

13 1652 1672 Charles d’Andelot Fils du précédent

14 1672 [?] ?

Adrien-Conrard Fils du précédent, né en 1662 et décédé en

d’Andelot

1728

15 ? ?

16

Avant

1708

1708

Adrien-Conrard-

Léopold d’Andelot

Jacques Joseph

d'Yzarn de Villefort

de Montjeu

Fils du précédent, né en 1695, certaines

sources le mentionnent comme seigneur,

alors qu’en 1708 le seigneur était le suivant

Mode et date d’acquisition inconnus

… … … … …

1710- Maximilien Augustin

1744

Acquisition par achat, date inconnue

1719

Capy

… … … … …

45


Avant

1757

1766

Charles Louis

(= Charles

Augustin ?) Capy

Augustin François

Capy

Parrain de la cloche de l’église de Ruesnes

en 1757, probablement fils du précédent

Prob.

1766

1772

Probablement le frère du précédent

1772-

1779

1780 Nicolas Tréca Acquisition par achat, date inconnue

… 1780 1783 … Capy Récupération par la famille Capy

… … … … …

… 1783 1793

Pierre Joseph Propriétaire en 1783 – décède le 30 mars

Boursier

1793

Confiscation du château en 1794 : la veuve

Avant

Reine Melchior

1804

du précédent en est chassée – elle réintègre

1794

Didier

sa propriété en 1796

… 1804 1852 ? Amédée Hamoir

Mariage avec Désirée Boursier, la fille des

deux précédents, en 1804

46


IV. Aperçu des généalogies familiales

Bazuel

Si de nombreux Druesne ont vécu à Basuel à travers les siècles, la grande majorité d’entre eux

descend de branches de la famille issues de Pommereuil (descendants du couple Druesne-

Pecqueux) et de Forest-en-Cambrésis (descendants du couple Druesne-Vérin). Seul un couple de

Druesne établi à Bazuel n’a pu être rattaché à une autre commune : il s’agit de Pierre Druesne et

Catherine Bruit, nés au cours de la dernière décennie du 17 ème siècle et dont on ne connaît qu’une

fille, née vers 1729 et décédée le 3 avril 1781 à Bazuel. Les archives de Bazuel pour cette période

étant indisponibles, il est actuellement impossible d’en savoir plus à leur sujet.

Pierre Druesne

?-?

& Catherine Bruit

Catherine Druesne

Env. 1729-1781

& Jean Baptiste Cras

Figure 40 – Descendance de Pierre Druesne et Catherine Bruit

De 1808 à 1813, un certain Xavier François Deruesne était maire de Bazuel. Il était issu des

Druesne de Forest-en-Cambrésis ; voir la section à son sujet en page 74. De 1835 à 1838, c’était au

tour d’un certain Jacques Désiré Druesne d’être maire ; ce dernier était un descendant de la

branche Druesne-Carpentier de Pommereuil. Voir la section à son sujet en page 126.

Bermerain

L’histoire des Druesne de Bermerain remonte au moins à la fin de la période espagnole, c'est-à-dire

en 1659. Le village se situe entre Saint-Martin-sur-Ecaillon, Vendegies-sur-Ecaillon, Sepmeries,

Ruesnes, Capelle et Escarmain 180 .

Branche principale : la branche Druesne-Verin

Pendant la seconde moitié du 18 ème siècle, plusieurs Druesne de Saint-Martin-sur-Écaillon,

descendants de Christophe Druesne et Marie Plouchart, de cette commune, sont venus s'établir à

Bermerain, où une autre branche de Druesne était déjà établie depuis plus d'un siècle.

Cette dernière était issue de Jean Druesne (env. 1659-1739), fils de Jacques, et de Catherine

Verin (env. 1662-1730). Ce couple était probablement lui-même lié aux Druesne de Saint-Martinsur-Écaillon,

mais cet éventuel lien est inconnu.

180 Wikipédia, « Bermerain ».

47


Jacques Druesne

& …

Jean Druesne

°env. 1659-1739

& Catherine Verin

Marie Th. Druesne

°env. 1691-1751

& Philippe Joube

Marie A. Druesne

°env. 1695-1775

& Pierre Joseph Lebrun

Jean Druesne

Env. 1698-1739

& Marie Françoise Dutordoir

Pierre J. Druesne

°1700-1783

& Marie Thérèse Leblond

Marie Fr. Druesne

°env. 1711-1752

& Pierre Ph. Dhaussy

1 enf. connu Pas d'enfant connu 10 enf. connus 6 enf. connus Pas d'enfant connu

Faits et individus remarquables

Jean Druesne, curé de Bermerain

Figure 41 – Descendance de Jacques Druesne

Un certain Jean Antoine Druesne, né vers 1691 et décédé le 8 octobre 1720 à Bermerain, était

prêtre et vicaire de la paroisse de Bermerain. Il pourrait avoir été le frère de Jean Druesne,

précédemment cité, mais ce n’est qu’une hypothèse : sa famille reste à ce jour inconnue. Il fut

inhumé dans l’église de Bermerain 181 .

Figure 42 – La signature de Jean Antoine Druesne à la suite d’un acte de baptême daté du 16 juillet 1720

Bousies

Le village de Bousies se trouve entre ceux de Croix-Caluyau, Fontaine-au-Bois, Forest-en-

Cambrésis, Poix-du-Nord, Robersart, et Vendegies-au-Bois, à l’orée de la forêt multiséculaire de

Mormal. Etabli sur des terres déjà occupées à l’époque mérovingiennes (le nom Bousies signifierait

« domaine de Bultso »), Bousies possédait déjà une famille seigneuriale à l’aube du 11 ème siècle 182 .

Ce n’est pas une, mais deux branches de Druesne que l’on trouve à Bousies lorsque les registres

paroissiaux commencèrent à y être tenus de manière durable : celle issue de Michel Druesne et

Anne Pierchon, et celle issue de Jean Druesne et Thérèse Denis. L’éventuel lien de parenté entre

Jean et Michel est inconnu ; ils pourraient avoir été frères, mais rien ne permet de confirmer ou

d’infirmer cette hypothèse. Ces deux couples font de Bousies un des plus anciens foyers de

Druesne, Michel étant né vers 1630.

181 Baudry, Bermerain d’hier et d’aujourd’hui.

182 Wikipédia, « Bousies ».

48


Branches principales

La branche Druesne-Pierchon

Le 3 mai 1688 est enterré à Bousies un certain Michel Druesne, âgé « d'environ 58 ans » (ce qui

le fait naître vers 1630) et époux d'Anne Pierchon. Le couple eut au moins quatre enfants : deux

filles et deux garçons. Les deux fils, Jean-Pascal et Antoine, épousèrent respectivement Antoinette

Boucher et Marie Villain, dont ils eurent respectivement au moins sept et un enfants.

Michel Druesne

°env. 1630-1688

& Anne Pierchon

Jean Pascal Druesne Antoinette Druesne Antoine Druesne Agnès Druesne

°env. 1662-1752 1666-? °env. 1668-1748 ?-?

& Antoinette Boucher

& Marie Villain

7 enf. connus 1 enf. connu

La branche Druesne-Denis

Figure 43 – Descendance directe de Michel Druesne et Anne Pierchon

À la même époque, on trouve à Bousies un certain Jean Druesne, époux de Thérèse Denis, tous

deux nés vers 1640. De leurs cinq enfants (au moins), seule la descendance de l’un de leurs fils est

connue à ce jour : il s’agit d’André, né à Bousies le 7 janvier 1680 et décédé à Bousies le 4 mars

1728. Celui-ci, époux d’Anne Jeanne Cousin, eut en effet au moins cinq enfants à son tour : Marie

Jeanne (°1711), épouse de Charles Denise, Pierre (1715-1743), André (1719-1750), époux

d’Adrienne Caniez, Jean-Baptiste (?-?) et Jeanne (?-?).

Jean Druesne

† 1693

& Thérèse Denis

Georges Druesne André Druesne Barbe Druesne Marie Adr. Druesne Jean Bapt. Druesne

°1669 1680-1728 °1688 °1683 °1691

& Anne Jeanne Cousin & Jean Fr. Coppin

5 enf. connus 1 enf. connu

Figure 44 – Descendance directe de Jean Druesne et Thérèse Denis

D’aucuns prétendent qu’André Druesne, époux d’Anne Jeanne Cousin, serait décédé le 1 er octobre

1741. Cela est faux, comme le prouve cet acte de décès trouvé dans les archives de Bousies.

Figure 45 – Acte de décès d’André Druesne, daté du 8 mars 1728 dans les archives de Bousies

49


Faits et individus remarquables

Un brasseur pour la Marine

Figure 46 – La porte de la Brasserie de

nos jours (voir note)

Dans son Histoire de la ville et du port de Brest, Prosper Jean Levot

évoque un certain Albert Druenne, venu s'installer à Brest en 1767

en provenance « de Landrecies dans le Hainaut » pour y produire de

la bière au service de la Marine française 183 , qui en servait à ses

marins afin de lutter contre la syphilis et le scorbut à bord des

navires 184 . Une brasserie y avait été fondée « dans l’anse du Moulinà-poudre

» à la demande d’un certain M. de Clugny, après un premier

essai infructueux mené cinq ans auparavant. Une « petite ferme »

située non loin de la brasserie fut louée afin qu’Albert Druenne

puisse y cultiver les plants de houblon qu’il avait apportés avec lui

de son Nord natal. Sa première récolte fut assez bonne pour que 900

barriques de bière soient fabriquées dès l’année suivante.

Rapidement, hélas, des « abus » apparurent dans le système, de sorte

que l’exploitation fut d’abord privatisée le 1 er janvier 1775 avant de

disparaître définitivement 185 . On ignore combien de temps Albert

Druenne resta à Brest.

L'anse du Moulin à Poudre, où était établie la brasserie, était un cours d’eau, aujourd’hui comblé et

remplacé par la « rue du Moulin à Poudre » 186 . La porte de l’arsenal de Brest, encore debout de nos

jours à quelques pas de la brasserie, était autrefois appelée « porte du Moulin à Poudre » et

désormais « porte de la Brasserie ».

Figure 47 – La porte de la Brasserie au siècle dernier 187

Albert Druenne était le fils de Georges Druesnes et Anne Lobry, originaires de Bousies, dans

l'arrondissement administratif de Landrecies. Albert avait 23 ans lorsqu'en 1747, il se mit au service

de la Marine française. Une fois son service à Brest terminé, il rentra à Bousies et y épousa Marie

Angélique Delfosse le 21 novembre 1758.

183 Levot, Histoire de la ville et du port de Brest, 2:147.

184 Demouveaux, « La Bretagne, terre brassicole méconnue ».

185 Levot, Histoire de la ville et du port de Brest, 2:147.

186 Voir l’annexe XI en page 173.

187 Perhirin, « Le Bouguen ...Souvenirs »; Train, « Balade à Brest : les anciennes portes ».

50


Étant donné qu'aucun document des archives de Bousies ne mentionne explicitement son voyage

vers Brest, il est impossible d'affirmer avec certitude qu'il s'agit bien du même Albert Druenne.

Plusieurs indices viennent cependant soutenir l’hypothèse qu'il s'agit bien de lui : son âge à l'époque

de la brasserie à Brest, son mariage relativement tardif, et enfin, le fait qu'il soit désigné dans son

acte de mariage comme un « marchand de houblon ».

Un soldat de l’armée d’Orient

Né le 29 mai 1833 au Quesnoy, Jean-Baptiste Druesnes était le fils de Casimir Joseph Druesnes

(Salesches 1787 – Le Quesnoy 1867) et Aimée Joseph Prévost (Le Quesnoy 1794 – Sepmeries

1854). Il était, semble-t-il, le huitième de dix enfants, né près de vingt ans après sa sœur aînée

(Aimée, née le 28 décembre 1813) et deux ans avant son frère cadet (Victor Joseph, né le 17

novembre 1835).

A l’âge de vingt-deux ans, Jean-Baptiste est déjà engagé dans l’armée d’Orient, alors en campagne

sous les ordres de Napoléon III contre l’empire russe pendant la guerre de Crimée, en tant que

fusilier du trentième régiment de ligne 188 . Le 4 janvier 1856, il est amené à l’infirmerie de la troisième

division du deuxième corps de cette armée. On ignore de quel mal il souffrait – probablement le

choléra, qui décima des armées entières pendant ce conflit. Le 15 février suivant, il est évacué à

Constantinople (désormais Istanbul) pour y recevoir de meilleurs soins ; il y arriva six jours plus

tard, le 21 février, où il est enregistré à l’hôpital militaire de l’université de la ville sous le nom de

« Drouin » 189 . Hélas, le 4 mars, il succomba.

Fontaine-au-Bois

Fontaine-au-Bois borde les communes de Forest-en-Cambrésis, Ors, Bousies, Robertsart,

Locquignol et Landrecies. On y trouve des traces d’habitats préhistoriques et gallo-romains.

Longtemps propriété de l’abbaye de Maroilles, le village fut disputé au 13 ème siècle par l’abbaye du

Cateau-Cambrésis, qui souhaitait en prendre le contrôle, sans toutefois y parvenir 190 .

Branches principales

La branche Druesne-Copie

La plus grosse branche de Druesne établie à Fontaine-au-Bois remonte jusqu'à Claude, marchand

de houblon, né vers 1688. Tout ce qu'il reste de lui dans les archives du village est son acte de décès,

daté du 27 octobre 1739 :

L'an mil sept cent trente neuf le vingt six octobre fut décédé Claude Druesne marchand d'houblon âgé de

51 ans ou environ époux de Marie Copie lequel fut inhumé le jour suivant au cimetière de Fontaine-au-

Bois en présence des témoins soussignés, François Robert Gilles, Pierre Pattier.

188 Il portait le matricule 4471.

189 Le 16 novembre 1858, lorsque François-Cassius Buffet, officier d’administration et chef du Bureau des recherches

du service des hôpitaux de l’armée d’Orient, rédige une note qui sera recopiée telle quelle dans le registre d’état civil

du Quesnoy le 30 décembre de la même année, l’officier émet la supposition que Druesnes prononça mal son nom de

famille en arrivant à l’hôpital de Constantinople, ce qui lui valut d’y être renseigné sous le nom Drouin.

190 Wikipédia, « Fontaine-au-Bois ».

51


Il est cependant très probable que Claude soit né le 6 novembre 1688 à Forest-en-Cambrésis, village

voisin de Fontaine-au-Bois. Ses parents seraient dans ce cas André Druesne et Marie Dumont.

Cela n'est pas une certitude, mais on peut raisonnablement penser que c'est le cas 191 . Claude aurait

alors déménagé à Fontaine-au-Bois à l'occasion de son mariage avec Marie Copie, qu'il pourrait

avoir rencontrée dans le cadre de ses déplacements professionnels de marchand. Pour plus

d’informations au sujet de cette branche, voir la page 57.

Autres fragments de branches

Pour être précis, Claude n'est pas le premier Druesne à être mentionné à Fontaine-au-Bois. Dans

les quelques actes plus anciens que son acte de décès, on trouve des mentions des Druesne suivants,

dont la parenté avec Claude est inconnue :

- Marie Agnès Druesne, épouse de François Menzy et mère de Jean François Menzy, né et

baptisé le 9 février 1738 à Fontaine-au-Bois. Le parrain était Jean Baptiste Copie et la

marraine était Marie Anne Josèphe Druesne, que l'on peut supposer être la soeur de

Marie Agnès. Le 26 septembre 1739 est née des mêmes parents une petite Marie Françoise

Menzy. Son parrain fut Jean Baptiste Dutrieux et sa marraine fut Marie Françoise Leblon.

- Dès le 18 ème siècle, des liens existent entre les familles de Fontaine-au-Bois et celles du

village proche de Forest-en-Cambrésis. Ainsi, le 8 janvier 1738, Louis Joseph Besse, issu de

Forest et fils de Jeanne Thérèse Druesne 192 , épouse à Fontaine-au-Bois une certaine

Marie Jacqueline Dahiez.

- André Druesne est témoin, le 23 février 1738, du décès de Paschal Besse, décédé à

Fontaine-au-Bois à l'âge de 77 ans environ. Il pourrait s'agir d'André Druesne, né vers 1699

à Forest-en-Cambrésis, d'André Druesne, né à Pommereuil vers 1686, d'André Druesne,

né à Bousies en 1707, d'André Druesne, né à Saint-Martin-sur-Écaillon en décembre 1697,

d'André Druesne, né à Bousies en 1680, d'André Druesne, né à Bousies en 1719, d'André

Druesne, né vers 1711 à Solesmes, ou encore d'un autre André Druesne. À cette époque, il

y avait bien un André Druesne à Fontaine-au-Bois, mais il était un peu jeune, étant né vers

1725. Le même André Druesne – ou un autre – fut témoin à Fontaine-au-Bois, le 16 août

1738, du décès de Jean François Cousin. Il est probable qu'il s'agisse de celui qui était né à

Bousies en 1728, car l'épouse de celui-ci était Anne Jeanne Cousin, issue de Fontaine-au-

Bois. Jean François Cousin pourrait dès lors être un membre de la famille de son épouse. Le

même André Druesne – ou un autre – est encore une fois témoin à Fontaine-au-Bois, le

20 août 1738, du décès de Jacques Milet. André étant un nom très courant à l’époque, une

grande confusion est possible dès lors que peu de détails sont donnés sur un individu

particulier.

Un certain André Druesne – sans doute encore le même que le précédent – est témoin du décès

de Jeanne Marie Dupont à Fontaine-au-Bois le 10 février 1740. Il est aussi témoin du décès

d'Antoine Gille le 6 février 1740 et d'un cimentier au nom apparemment inconnu le 12 mars 1740,

ainsi que de Jeanne Boursiez le 1 er avril 1740 et de François Antoine Monier le 10 décembre 1740.

191 Dans ce rapport, il est généralement considéré que Claude était bel et bien un Druesne de Forest-en-Cambrésis.

Gardons cependant à l’esprit qu’il s’agit là d’une hypothèse très probable mais non prouvée.

192 Voir la section au sujet de cette branche en page 57.

52


Cet André était vraisemblablement impliqué dans l'administration de son village – peut-être était-il

un adjoint ou un ami du curé ?

Parmi les descendants de Claude Druesne se trouve Jules Druesne, né le 18 novembre 1875 à

Fontaine-au-Bois, époux de Fernande Painvin, née dans l'Aisne. Un certain Christophe Merrer

faisait des recherches sur eux en 2006 193 . Jules et son épouse reposent au cimetière communal de

Fontenelle (Aisne), avec quatre autres membres de la famille Painvin 194 .

Forest-en-Cambrésis

Il y a bien longtemps que la famille Druesne est établie à Forest-en-Cambrésis, au sud de

Valenciennes, sur l’importante chaussée romaine reliant Bavay à Beauvais. Le nom « de Ruesne »

apparaît pour la première fois en 1387 dans les archives du village avec un certain Nicaise de

Ruesne, dont la famille est inconnue.

Lorsque le 7 janvier 1663, le curé de Forest pose pour la première fois sa plume sur le papier pour

y consigner soigneusement les baptêmes des années qui suivront, vivent déjà à Forest plusieurs

Druesne, dont le lien de parenté est inévitablement inconnu. Découvrir les actes paroissiaux de

cette époque est comme un voyage dans le temps : le temps de déchiffrer la vieille écriture

manuscrite du prêtre, on se retrouve projeté dans un formidable voyage temporel. C’est donc au

beau milieu de la vie de plusieurs familles Druesne que l’on débarque. Le premier Druesne à être

mentionné chronologiquement dans les archives de cette année 1663 est un certain Adrien

Druesne, dont on ne sait rien d’autre qu’il était le parrain d’une petite Anne, née le 25 février 1663.

De qui Adrien était-il le fils ? Difficile à savoir. Plusieurs Druesne devenus parrains et marraines au

cours des premières années couvertes par les archives paroissiales de Forest sont dans la même

situation. A cette difficulté s’ajoute celle du caractère très bref des premiers actes, comme le

montrent les deux exemples suivants :

Figure 48 – Acte de mariage de Jean Jacques Soufflet et Jacqueline Druesne, à Forest-en-Cambrésis, le 27 juin 1708. Ne sont

mentionnés ni les parents, ni les âges des mariés, compliquant la tâche de trouver la famille des époux 195 .

193 Chistophe Merrer expliquait sur un forum que Jules et Fernande étaient ses SOSA 12 et 13. Ayant fait des

recherches, j’ai essayé de contacter M. Ferrer (qui vivait à la Baie Mahault en Guadeloupe en 2006), mais le forum est

malheureusement fermé et je n’ai trouvé aucun autre moyen de le joindre. Pour sa contribution originale, voir Merrer,

« Druesne – Wéry ».

194 La recherche des ancêtres de Jules et Fernande fait l’objet de l’exemple de recherche généalogique qui se trouve vers

la fin de ce rapport, en page 187.

195 Dans ce cas précis, l’acte de décès de Jacqueline Druesne (daté du 8 août 1763) mentionne quant à lui son âge, qui

laisse supposer qu’elle serait née vers 1693. Hélas, aucune naissance de ce nom n’est répertoriée à Forest en cette

période. A ce jour, Jacqueline est donc une Druesne « isolée » de sa famille.

53


Figure 49 – Mieux encore : cet « acte de décès » – on devrait sans doute plutôt parler de « liste » – ne fait que mentionner le nom de la

défunte, sans préciser aucune autre information. Archives de Forest, vers 1700.

Au cours de la première décennie relevée dans les archives de Forest, de 1663 à 1672, six naissances

de Druesne sont survenues : Estievenotte et Noël, enfants de François Simon Druesne et

Antoinette Payen, puis Jean Baptiste, Marie Jeanne, Jean et Paquet, enfants d’André Druesne

et Marie Dumont. François (Simon est son autre prénom, surtout utilisé à la fin de sa vie) et André

étaient probablement frères, le premier étant l’aîné, mais rien ne permet cependant de l’affirmer

avec certitude. Tous deux ont eu de nombreux descendants, qui en perpétuent encore le nom de

famille. Bien entendu, d’autres Druesne vivaient à Forest ; leurs liens de parenté sont cependant

mystérieux.

Branches principales

La branche Druesne-Payen

François Simon Druesne, vraisemblablement né avant 1642 (son premier fils étant né vers 1662),

était l’époux d’Antoinette Payen. Très impliqué dans la vie politique de son village, François en

est élu échevin à plusieurs reprises (1654, 1658, 1662, 1662 et 1663), lieutenant (1668) et même

mayeur, c’est-à-dire maire (1674, 1682). En tant que tel, François est assez en vue et devient donc

parrain de plusieurs enfants au cours de ses mandats 196 . Le 9 septembre 1692, il fait don de sa

propriété, la ferme de la Couronne, à son fils aîné, Simon Druesne. Sa date de décès est inconnue.

François et Antoinette eurent au moins cinq enfants :

- Simon Druesne, né vers 1662, reçut de son père la ferme de la Couronne, qui existe encore

de nos jours et dont nous reparlerons plus loin. Il la rénova en 1704 et grava ses initiales

(S.D.) ainsi que celles de son épouse (M.G.) sur la pierre de faîte du portail d’entrée, qui

existe encore aujourd’hui. Il devint parrain de plusieurs enfants 197 , dont deux, Simon Huyet

(baptisé le 27 septembre 1691) et Marie Marguerite Marronnier (baptisée le 10 décembre

1694), ont pour marraine l’épouse de Simon, Marguerite Givry. Simon décéda le 29 janvier

1725 et fut enterré dans l’église de Forest.

- Pierre Druesne, né avant 1663, devint lieutenant de son village le 6 mai 1689, puis mayeur

en 1694, 1699 et 1703. Lui aussi devient parrain de plusieurs enfants baptisés pendant ses

mandats 198 , dont son neveu Pierre Joseph Druesne, fils de son frère Simon, dont son

épouse sera la marraine (1697). Il est présent à Valenciennes le 15 mai 1693, lors de l’accord

pris en vue de l’achat d’une nouvelle cloche pour l’église de Forest. En 1710, suite au

campement des troupes de Louis XIV en campagne, il est ruiné et se trouve forcé de vendre

sa propriété, la « Lumerette ». Nous en reparlerons plus loin. Il est mort avant le mariage

de l’un de ses fils, survenu le 15 janvier 1725. Époux de Jeanne Élisabeth Leducq, il n’eut

pas moins de seize enfants, dont la plupart survécurent.

196 Respectivement en 1664, 1665, 1666, 1668, 1674, 1674, 1676 et 1679.

197 Respectivement en 1688, 1688, 1689, 1690, 1690, 1691, 1691, 1692, 1694, 1695, 1698 et 1701.

198 Respectivement en 1676, 1676, 1678, 1687, 1688, 1690, 1692, 1695, 1697 et 1698.

54


- Estievenotte Druesne est née le 10 novembre 1663. Le 27 mars 1679, âgée de quinze ans,

elle devient marraine de Claude Obled, qui était probablement son neveu, puis d’Antoinette

Obled le 6 janvier 1684. Elle épousa Philippe Givry.

- Noël François Druesne est né en 1668. Il épousa Marie Marguerite Lacomblez et eut

une fille du nom de Marie Jeanne Druesne, née le 27 avril 1727. « François » n’est pas un

de ses prénoms de baptême, mais il est désigné sous le nom de « Noël François » dans l’acte

de baptême de son neveu Jean François Obled, le 2 avril 1686, dont il est le parrain.

- Marie Anne Françoise Druesne est née le 3 octobre 1674. Le 19 février 1688, à l’âge de

treize ans, elle devient marraine de son neveu Jean Obled, puis de deux autres enfants en

1694.

- Enfin, Marguerite Druesne est probablement une fille de François et Antoinette, mais

cela reste à prouver. Elle était l’épouse de Jean Obled, dont elle eut plusieurs enfants.

Parmi ces derniers, deux jumelles, Marie Marguerite et Marie Jeanne, reçurent au baptême

comme marraines respectives leurs tantes Marguerite Givry et Jeanne Leducq. Le nombre

d’enfants de Marguerite ayant pour parrain et/ou marraine des enfants de François Simon

Druesne et Antoinette Payen corroborre la thèse selon laquelle Marguerite serait aussi leur

fille, née avant le début des registres de naissance – donc avant 1663. Elle pourrait ainsi

avoir été le premier ou deuxième enfant de sa famille.

François Sim. Druesne ♛

† 1704

& Antoinette Payen

Marguerite Druesne Simon Druesne ♛ Pierre Druenne Estievenotte Druesne Noël Fr. Druesne M. Anne Fr. Druesne

°av. 1663 Mayeur, ° ±1662-1725 av. 1663-av. 1725

°1663 °1668 °1674

& Jean Obled & M. Marguerite Givry & Jeanne Elis. Leducq & Philippe Givry & M. Marg. Lacomblez

11 enf. connus 4 enf. connus 14 enf. connus

3 enf. connus 2 enf. connus

Geor. F. Druesne ♛ Pierre J. Druesne

Echevin, 1695-1742 1697-1777

& Marie Jeanne Guillot & M. Marguerite Toilliez

10 enf. connus 9 enf. connus

André Druesne

°1699

Marie Agn. Druesne ♛

Censière, 1701-1762

& Antoine Mich. Taisne

5 enf. connus

Jean Charles Druesne M. Michelle Druesne

°1686

°1687

& M. Marguerite Payen & Jean Adrien Obled

1 enf. connu 1 enf. connu

Marie Jos. Druesne

1690-1739

& Jean Lenglet

1 enf. connu

Pierre Druesne

Echevin, 1694-1728

& M. A. Fr. Cloez

3 enf. connus

Marguerite Druesne

°1696

M. Jeanne Druesne

1697-1781

& Jacques Ph. Leleu

Pas d'enf. connu

Anne Thér. Druesne

°1699

François Druesne

1701-1727

& M. Jeanne Lebrun

2 enf. connus

M. Claire Druesne

1704-1743

& Sim. Fr. Hautcoeur

4 enf. connus

Bernard Druesne

1706-1785

& M. Jos. Le Boucq

10 enf. connus

Druon Druesne

°1707

Reine Druesne

°1709

Alexis Druesne

°1710

A. M. Thér. Druesne

1712-1728

Figure 50 – Enfants et (une partie des) petits-enfants de François Simon Druesne et Antoinette Payen ; une couronne est adjointe aux

noms de ceux qui administrèrent la ferme familiale de la Couronne (voir p. 68)

55


La branche Druesne-Dumont

André Druesne était probablement, comme nous l’avons mentionné, le frère cadet de François

Simon. Ses dates de naissance et de décès sont inconnues, mais nous savons qu’une messe a été

célébrée en mémoire d’André et de son épouse Marie Dumont le 8 février 1708 – tous deux

étaient donc vraisemblablement décédés avant cette date. Six enfants leur sont connus, étalés sur

la période exceptionnellement longue de 20 ans :

- Jean Baptiste Druesne est né à Forest le 24 juin 1668. Il y est décédé le 19 février 1724.

Il était l’époux de Marguerite Vienne et eut plusieurs enfants.

- Marie Jeanne Druesne est née à Forest le 9 février 1670. Elle y est décédée le 25

septembre 1735. Elle était l’épouse de Pasquier Bricout.

- Jean Druesne est né le 25 novembre 1671 à Forest. Le 21 février 1708, il devient parrain

de son neveu, Jean Bricout.

- Paquet Druesne est né le 18 juin 1672 à Forest. Le 26 décembre 1694, il devient parrain

de Marie Angélique Stégnaut.

- Marguerite Druesne est née à Forest le 23 janvier 1674.

André Druesne

& Marie Dumont

André Druesne Jean Bapt. Druesne M. Jeanne Druesne Jean Druesne Pasquier Druesne Marguerite Druesne Claude Druesne

°env. 1665 1668-1724

1670-1735 °1671 1672-1728

°1674 Marchand, 1668-1739

& Marguerite Vienne & Pasquier Bricout & Anne Lacomblez & André Bricout & Marie Copie

4 enf. connus 1 enf. connu 2 enf. connus Pas d'enf. connu 5 enf. connus

Paquet Druesne

Paysan, 1699-1742

& M. Anne Lesne

5 enf. connus

M. Margu. Druesne

Cultiv., 1700-1779

& Charles Jos. Troulier

Pas d'enf. connu

Marie Druesne

°1705

Pierre Druesne

1706-1728

Magdeline Druesne

°1704

Jean Bapt. Druesne

Fermier, 1707-1750

& M. Adrienne Doise

6 enf. connus

M. Cath. Druesne

°env. 1716-1776

& Charles Boucher

Pas d'enf. connu

M. Mich. Druesne

°env. 1719

& Jean Bapt. Duminy

Pas d'enf. connu

Jean Bapt. Druesne

°env. 1722-1793

& M. Cath. Berquet

7 enf. connus

M. Anne Druesne

°env. 1722

& Nicolas Ducarne

Pas d'enf. connu

André J. Druesne

Manouvrier, ° ±1725

& M. Margu. Besse

6 enf. connus

La branche Druesne-Delporte

Figure 51 – Enfants et (une partie des) petits-enfants d’André Druesne et Marie Dumont

Vers 1678 naquit à Forest-en-Cambrésis un certain Jean Druesne, qui y épousa le 10 juillet 1725

une certaine Marie Catherine Delporte, fille de Nicolas Delporte et Marie Degardin. Le couple

s’installera à Solesmes, à l’est de Forest, et y aura au moins trois enfants : Jacques (°env. 1726),

Géry (1728) et Jean-Baptiste (1732). Seul le premier eut une descendance connue, qui s’étendit sur

quelques générations avant de retomber dans l’oubli.

56


J. Bapt. Druesne

°1796

M. Jos. Car. Druesne

°1796

Jean Druesne

°env. 1678-1744

Maréchal-ferrant

& M. Cath. Delporte

Jacques Druesne Géry Druesne Jean Bapt. Druesne

Laboureur, ° ±1726 1728-1805 1732-1774

& Marie Obled

Marie Jos. Druesne François Sylvestre Druesne Prudent Jos. Druesne

1745-1756 Cultivateur, °1751 Cultivateur, 1753-1830

& Marie Elis. Polexine Delahaye & Marie Angélique Douay

Placide Druesne Agnès Vict. Druesne

°env. 1798 °1800

Cultivateur & Simon Ch. Aug. Lefebvre

M. Cath. Druesne

°1780

Journalière

Caroline Druesne

°1782

Adrien Fr. Druesne

Cultivateur, °1784

& Lucie Legrand

Nathalie J. J. Druesne

°1787

Jacques J. Druesne

Valet de charrue, °1789

& Félicité Decronambourg

Ferdinand Druesne

Mouleur, °1819

& Catherine Dorez

Renelle Druesne

°1817

Damase Druesne

°1819

& Henriette Heloir

La branche Druesne-Besse

Figure 52 – Descendance de Jean Druesne et Marie Catherine Delporte

Enfin, on ne sait presque rien de la branche Druesne-Besse, issue de Noël Besse († apr. 14 mai

1733) et Jeanne Thérèse Druesne († apr. 7 novembre 1709). Ceux-ci eurent au moins trois enfants :

Louis Joseph (°1704, ép. Marie Jacqueline Dahiez), Marie Michelle (°1707, ép. François Joseph

Gofard) et Jean Baptiste Besse (°1709). Le potentiel lien de parenté de Jeanne Thérèse Druesne

avec les autres branches de Druesne de Forest-en-Cambrésis est inconnu.

Sous-branches principales

Les Druesne-Copie de Fontaine-au-Bois

Claude Druesne est né à Forest le 6 novembre 1688. Sa différence d’âge avec sa soeur la plus

proche, Marguerite, est exceptionnellement élevée (14 ans), mais l’acte de naissance de Claude est

formel : ses parents sont bien André Druesne et Marie Dumont. Claude est très probablement

le même Claude Druesne que celui qui donna naissance à la branche des Druesne de Fontaine-au-

Bois, ce dernier ayant 51 ans environ lors de son décès, en 1739. On ne peut être certain du fait

que ces deux Claude Druesne, nés dans deux villages voisins la même année, ne soient qu’une

personne, mais cela est hautement probable. Il était marchand de houblon 199 .

Les Druesne-Baudechon de Forest-en-Cambrésis

On trouve dans les archives paroissiales de Forest-en-Cambrésis, à la date du 25 octobre 1738,

l’acte de baptême d’un certain Jacques Druesne, fils de Marie Martine Baudechon et d’un père

qui, « selon le bruit commun », serait un certain Jean-Baptiste Druesne. Aucune autre

199 Voir la section à son sujet en page 51.

57


information n'étant donnée sur cet homme – à part qu'il était un « jeune homme à marier » issu de

Forest –, il est bien difficile de déterminer de quel Jean-Baptiste il s'agit. Une liste des naissances

survenues à Forest au cours des cinquante années ayant précédé la naissance de l'enfant a cependant

permis de déterminer avec une quasi-certitude de quel Jean-Baptiste il s'agit :

• Certainement pas de Jean-Baptiste Druesne, né en 1668 : il s'était marié en 1698 avec

Marguerite Vienne et n'était plus vraiment, en 1838, un « jeune homme à marier » ;

• Certainement pas non plus Jean-Baptiste Druesne, né en 1737, qui avait un an lors de la

naissance de l'enfant « illégitime » ;

Restent deux candidats :

• L'un, Jean-Baptiste Druesne, avait 13 ans seulement. Il pourrait potentiellement être le

père, d'autant plus qu'il quitta par la suite le village de ses ancêtres et fut marié à l'âge de 22

ans à une veuve de 41 ans, à cinquante kilomètres de chez lui ;

• Le dernier candidat est certainement le plus crédible : Jean-Baptiste Druesne, né en 1707,

avait 31 ans au moment de la naissance de l'enfant, c'est-à-dire un âge très proche de celui

de la mère (32 ans) ; il quitta par ailleurs lui aussi Forest-en-Cambrésis pour Iwuy, où il

épousa Marie Adrienne Doise, dont il eut six enfants. Il mourut en 1750.

Ce dernier Jean-Baptiste a donc toutes les chances d'avoir été le père de Jacques Druesne. Il quitta

ensuite rapidement le village, et se maria tout juste un an plus tard. Marie Martine Baudechon,

elle, vécut seule durant de longues années à Solesmes. Elle ne se maria jamais et mourut isolée à

l'âge de 80 ans à Solesmes, où elle vivait depuis la naissance de son fils.

Les Druesne-Dorez de Forest-en-Cambrésis

Le 18 avril 1819 naquit au Cateau-Cambrésis un garçon du nom de Ferdinand Joseph Druesne

(Druenne), enfant de « Catherine Druesne âgée de trente six ans, journalière de profession, fille

libre de la commune de Forest, canton de Landrecies ». La filiation de Catherine n’étant pas

précisée, seules des hypothèses quant à celle-ci peuvent être émises. Cependant, la seule Catherine

Druesne vivante à Forest et née vers 1783 (à cette époque, les âges étaient très approximatifs, les

individus étant peu lettrés) était Marie Catherine Noëlle Druesne, née à Solesmes le 25 décembre

1780 et baptisée à Forest le lendemain, issue de la branche Druesne-Delporte de Forest-en-

Cambrésis. Cette filiation n’est donc pas établie avec certitude, mais il est très probable qu’il s’agisse

de la bonne personne, aucun acte ne la mentionnant à Forest après son baptême (ce qui peut être

le signe d’un déménagement). Cette filiation, bien qu’hypothétique, rattache donc la branche des

Druesne-Dorez à celle des Druesne-Delporte de Forest-en-Cambrésis.

58


Figure 53 – Acte de baptême de Ferdinand Joseph Druesne, dans les archives du Cateau-Cambrésis (19 avril 1819)

Les Druesne-Parmentier de Forest-en-Cambrésis

La recherche des ancêtres de Marie Françoise Druesne, religieuse au Couvent du Saint-Esprit au

Cateau-Cambrésis lors de la Révolution, donne lieu à une incertitude née du nombre élevé

d’homonymes coexistant à Forest au 18 ème siècle. Voici, exposé en paragraphe, un résumé du

problème.

Marie Françoise Druesne étant née le 21 mai 1727, elle fut probablement conçue vers le mois d’août

1726 ; c’est donc entre ce moment et celui du remariage de sa mère Marie Jeanne Parmentier (30

janvier 1730) qu’il faut chercher le décès de son père, Pierre Druesne. Entre ces dates, les registres

des décès de Forest-en-Cambrésis mentionnent pas moins de trois Pierre Druesne, respectivement

décédés le 25 février 1727 (à l’âge de 29 ans), le 2 février 1728 (à l’âge de 33 ans) et le 1 er décembre

1728 (à l’âge de 20 ans). De l’acte de décès de Marie Jeanne Parmentier, l’épouse de Pierre, daté du

23 juin 1777 à Forest, on déduit que celle-ci devrait être née vers 1703, ayant environ 74 ans à son

décès ; on peut donc supposer, selon les habitudes de l’époque, que Pierre était né entre 1693 et

1705 environ. Le dernier Pierre Druesne ci-dessus mentionné (décédé le 1 er décembre 1728) semble

donc pouvoir être éliminé. Le deuxième (décédé le 2 février 1728) ne remplit pas non plus les

conditions, ayant été marié à Marie Anne Françoise Cloez un peu moins de cinq ans avant son

décès. Serait-ce donc le premier (décédé le 25 février 1727) ? Cela est possible, mais nous avance

relativement peu : au mieux, selon l’estimation de son âge indiquée dans son acte de décès, on peut

supposer que celui-ci était né vers 1698. Aucun des Pierre Druesne nés à Forest entre 1688 et 1708

ne semble pourtant pouvoir correspondre : celui né le 31 octobre 1694 (ou 1702) était marié à

Marie Anne Françoise Cloez lors de son décès, celui né le 17 avril 1697 était marié à Marie

Marguerite Toilliez et décéda en 1777 et celui né le 27 septembre 1706 (précédemment mentionné)

était décédé le 1 er décembre 1728. En conclusion, notre Pierre Druesne, époux de Marie Jeanne

Parmentier et père de Marie Françoise Druesne, est donc introuvable. Peut-être une erreur s’estelle

glissé quelque part, faussant ce raisonnement ? En attendant d’en savoir plus, cette petite

branche est considérée comme l’une des branches des Druesne de Forest-en-Cambrésis.

59


Les Druesne-Bail de Maurage

a. La première apparition

C’est en 1747 que, pour la première fois, un Druenne est mentionné à Maurage, petit village situé

à une cinquantaine de kilomètres de Forest-en-Cambrésis. Il s’agit de Jean-Baptiste Druenne, qui

épouse Marie Antoinette Bail, le 25 juin 1747.

Le vingt-cinq juin mil sept cent quarante-sept, après la publication des trois bans en cette paroisse, après

que nous avons reçu leur consentement mutuel et reçu de nous la bénédiction nuptiale, ont été par nous marié

Jean Baptiste Druenne, natif de Foret, âgé de vingt-deux ans, fils de feu Nicolas [Pierre] et de Françoise

Clorves [Cloez], et Marie Antoinette Bail, âgée de quarante-un ans, veuve de Nicolas Mary, fille

d’Antoine et de Catherine Beuriot, en présence des témoins soussignés, Th. Dumonceau, Gilles J. Buisseret,

et Marie Jh François.

Figure 54 – Extrait de l’acte de mariage de Jean-Baptiste Druesne et Antoinette Bail, à Maurage, le 25 juin 1747

b. L’établissement à Maurage

Pourquoi cet homme est-il allé se marier si loin de son village natal ? Ce n’était pas souvent le cas

à l’époque. Peut-être Antoine Bail, le père de Marie Antoinette, était-il marchand, voyageant à

travers le Hainaut de l’époque ? Cela est possible, car le premier mari de Marie Antoinette, Nicolas

Mary, était originaire de Cartignies, situé en France dans la même région que Forest, laissant

supposer que Marie accompagnait son père lors de ses tournées. Ce lui aurait permis de rencontrer

celui qui deviendrait son mari. De plus, Maurage est assez proche de la chaussée romaine Bavay-

Beauvais qui passe par le centre de Forest, ce qui renforce la crédibilité de cette hypothèse.

Alors qu’à Forest les Druesne étaient des propriétaires plutôt aisés, lors de la transition vers

Maurage, il semble que la famille ait perdu sa richesse et soit retournée au travail de la terre.

Dispute familiale ? Nouvelle ruine de la famille ? Sans doute une consultation assidue des archives

de Forest et de Maurage nous en apprendrait-elle plus à ce sujet. Un acte de baptême de la

commune de Pommereuil, près de Forest, où s’était installé Robert, frère de Jean-Baptiste, nous

permet cependant d’éliminer la thèse de la dispute familiale : en effet, cet acte, daté du 19 avril

1754 (soit après l’installation de Jean-Baptiste à Maurage), le mentionne comme parrain de sa nièce,

Marie Catherine Druesne :

L’an 1754, le 17 d’avril, fut baptisée Marie Catherine Druesne, née le même jour à quatre heures du

matin, fille de Robert Druesne, ménager, et de Marie Anne Godart, son épouse légitime. Laquelle a eu

60


pour parrain Jean Baptiste Druesne de la paroisse de Maurage et pour marraine Anne Marie Sauvage,

jeune fille de cette paroisse, qui ont signé, le père absent.

Une dernière hypothèse, désormais infirmée, soutenait que Jean-Baptiste avait eu un enfant

illégitime à Forest, alors qu’il n’avait que treize ans. Sa réputation, ainsi ternie, l’aurait amené à

chercher à se marier là où sa réputation ne l’avait pas précédé. Cependant, cette possibilité est

relativement peu plausible. En effet, Jean-Baptiste était fort jeune pour faire un enfant à une femme

de 32 ans… Et l’acte de naissance de l’enfant désigne le père comme un « jeune homme à marier »,

ce qui est une qualification un peu étonnante en considération de son jeune âge. Une recherche

approfondie a cependant fini par fournir un candidat bien plus crédible à la paternité de l’enfant

(voir la section à ce sujet en page 56).

Ce n’est que cinq générations plus tard qu’avec Désiré Druenne (1848-1898), la famille cessa le

travail de la terre. Si celui-ci devint maçon, son fils Georges (1879-1931) se fit menuisier et

ingénieur des mines et son petit-fils Désiré (1904-1950) se lança dans le commerce en héritant des

Établissements Briquet-Romain, l’entreprise de son beau-père Émile Briquet (1870-1957).

c. La quasi-disparition

Après une période de développement de la famille Druenne à Maurage et dans les communes

avoisinantes, par un concours de circonstances défavorables, celle-ci faillit disparaître à la moitié du

20 ème siècle. En effet, tous les « héritiers mâles » susceptibles de perpétuer la lignée avaient disparu

sans laisser d'enfant. C'est ainsi que Jacques Druenne (1930-1990), fils unique de Désiré

Druenne (1904-1950, voir plus bas), devint le dernier porteur de ce patronyme au sein de la sousbranche

des Druesne de Maurage) qui soit susceptible de le transmettre à sa descendance. S’il

n’avait pas eu d’enfant, la branche des Druenne issue de Jean-Baptiste Druesne aurait donc

aujourd’hui disparu.

Remarques :

Figure 55 – Evolution du nombre de Druenne de Maurage en vie, 1725-2015

- Ce graphique ne tient pas compte des Druenne dont la date de naissance et/ou de décès

est inconnue ;

- Ce graphique représente le nombre de Druenne en vie qui descendent des Druenne de

Maurage – il ne s’agit donc pas du nombre de Druenne qui vivent à Maurage ;

- Les enfants nés sous le nom Druenne et l’ayant ensuite perdu suite à une adoption ou une

reconnaissance tardive ne sont pas inclus, de même que les descendants des Druenne de

Maurage qui ne portent pas ce nom de famille.

61


d. Lignée et biographies sélectives des Druenne de Maurage

Jean-Baptiste Druesne

1725-1788

& Marie Antoinette Bail

Louis Joseph Druenne

1748-1753

Rosalie Druenne

1776-1853

Jean-Baptiste Druenne

°1778

Louis J. Fr. Druenne

1753-1836

& Anne M. L. Harpegnies

Caroline Druenne Benoît J. Druenne François Xav. J. Druenne

1780-1844 1782-1860 1784-1838

& Jean Bapt. J. Dassonville & Marie Anne Motte & Marie Thérèse Druart

Désiré Druenne Jean-Bapt. Druenne Joseph Druenne Marie Fr. Druenne

1818-1903 1815-1867 1817-1879 1818-1889

& Virginie Alex. Parée & Joséphine Hogne & Rosalie Hogne & Jean-Baptiste Moreau

Voir suite…

Voir suite…

Figure 56 – Descendance Druesne-Bail

Alexandrine Druenne

1820-1842

François Druenne

1828-1828

Cet arbre présente les quatre premières générations de Druenne ayant vécu à Maurage. Les cases

grisées sont celles par lesquelles le nom Druenne a été transmis à une descendance connue.

Jean-Baptiste Druenne (1725-1788) est né à Forest-en-Cambrésis (Nord, France) le 22 août 1725.

Ses parents étaient Pierre Druesne (1694-1728) et Françoise Cloez (env. 1688-1743). Baptisé le

jour-même, ses parrain et marraine sont Éloy Hautecœur (1706-1778) et Antoinette Calier. Jean-

Baptiste a un grand frère, Robert (°1724), et une petite sœur, Marie Michelle, qui ne vivra que

quelques mois (1727-1728). Le 25 juin 1747, quittant son village natal de Forest-en-Cambrésis, il

épouse à Maurage, environ 50 kilomètres plus loin, une femme presque deux fois plus âgée que

lui : Marie Antoinette Bail (1707-1778), veuve de Nicolas Mary. Il est probable que ce mariage

éloigné marqué par une telle différence d’âge soit le fruit d’un mariage arrangé pour des raisons

commerciales. Le 17 avril 1754, à l’occasion du baptême de sa nièce Marie Catherine Druesne

(°1754), fille de son frère Robert, il devient le parrain de celle-ci en la paroisse de Pommereuil. À

cette époque, il a 28 ans. Jean-Baptiste et Marie Antoinette ont deux enfants : le premier, Louis

Joseph (1748-1753), décède en bas âge. Selon la tradition, le second reçut les mêmes prénoms, et

vécut jusqu’à l’âge de 83 ans (1753-1836). Veuf le 1 er avril 1778, Jean-Baptiste se remarie le 13 juin

1780 à Boussoit avec Anne Jeanne Marie Rocteur (env. 1734-apr. 1788). À cette occasion, il

s’installe dans le village de sa nouvelle épouse, où il décède le 31 mai 1788. Il fut enterré le

lendemain à Boussoit. À son décès, Jean-Baptiste était journalier, c'est-à-dire petit exploitant terrien,

produisant juste assez pour subvenir à ses besoins.

Louis-Joseph Druenne (1748-1753) est le fils aîné de Jean-Baptiste Druenne (1725-1788) et de

Marie Antoinette Bail. Il est baptisé le jour-même ; son parrain est Louis François – dont il hérite

du prénom, selon la tradition – et sa marraine est Anne Joséphine Lambert, dont il hérite du second

prénom. Louis Joseph décède prématurément à l’âge de 5 ans, le 13 janvier 1753.

Louis-Joseph Druenne (1753-1836), fils de Jean-Baptiste (1725-1788) et de Marie Antoinette Bail

(1707-1778), est né à Maurage le 6 mai 1753. Ses prénoms lui viennent de son grand frère, décédé

quelques mois avant sa naissance (1748-1753). Il est baptisé le jour de sa naissance ; ses parrain et

marraine sont Jacques Delsame et Marie Barbe Cornet. Le 9 juillet 1776, à Maurage, il épouse Anne

Marie Louise Harpegnies (1742-1827). Tous deux ont cinq enfants : Rosalie (1776-1853), Jean-

Baptiste (°1778), Caroline (1780-1844), Benoît Joseph (1782-1860), et Xavier (1784-1838). Le 14

octobre 1812, il signe l’acte de mariage de son fils Xavier avec Marie Thérèse Druart, et le 24 juillet

62


1816, celui de sa fille Caroline avec Jean-Baptiste Joseph Dassonville. Le 15 mars 1815, il est témoin

du décès de sa belle-fille Victoire Joseph Denis, épouse de son fils Benoît, et quelques mois plus

tard, le 6 octobre de la même année, il déclare celui du fils de cette dernière ; dans les deux cas,

Louis est seul à signer alors que son fils est absent, probablement trop effondré pour déclarer ces

deux décès. Quelques années plus tard, le 10 mars 1827, âgé de 73 ans, il est témoin du décès de

son épouse, Marie Louise Harpignies. Louis était un petit exploitant terrien. Il décède à Maurage à

l’âge de 83 ans, le 11 juillet 1836, dans la maison de son beau-fils, Jean-Baptiste Dassonville.

Rosalie Druenne (1776-1853) est née le 9 décembre 1776 à Maurage de Louis Druenne (1753-

1836) et d’Anne Marie Louise Harpegnies. Elle est baptisée le jour de sa naissance. Elle reçoit son

prénom de sa marraine Rosalie Daumerie, et son parrain est Guillaume Harpegnies, son oncle

paternel. Le 26 septembre 1791, à Bray, elle reçoit le sacrement de confirmation des mains de M gr

Ferdinand de Rohan, archevêque de Cambrai, en même temps que plusieurs membres de sa famille.

Le 8 avril 1793, Rosalie fut témoin du mariage d’Antoine Jean Drugmand avec Catherine Ducarme

(Maurage). Rosalie resta célibataire et n’avait pas de profession lorsqu’elle décéda à Maurage le 14

juillet 1853.

Jean-Baptiste Druenne (°1778) est né le 23 août 1778 à Maurage. Ses parents sont Louis Joseph

François Druenne (1753-1836) et Anne Marie Louise Harpegnies (1742-1827). Lors de son

baptême, célébré le jour de sa naissance, il reçoit pour parrain Jean-Baptiste Druenne et pour

marraine Agnès Cornet. Si son parrain, dont il a hérité du prénom selon la tradition de l’époque,

est désigné comme son oncle paternel, tout porte à croire qu’il s’agit d’une erreur ; son parrain

serait en réalité son grand-père, Jean-Baptiste Druenne (1725-1788). En effet, rien ne mentionne

l’existence d’un frère de Louis Joseph François ayant vécu. Le 26 septembre 1791, il reçoit à Bray

le sacrement de confirmation de M gr Ferdinand de Rohan, archevêque de Cambrai, avec plusieurs

membres de sa famille. Le 26 juin 1796 et le 2 octobre de la même année, à Maurage, il devient

parrain d’une certaine Ursmarine Navez, fille de Jacques Navez et Célestine Roulez, et d’un certain

Jean Joseph Drugmant, fils de Jean Joseph Drugmant et de Constance Joseph Wilgaux. Au-delà de

cette date, Jean-Baptiste ne laisse plus de trace. Il est probable qu’il ait été s’établir dans une autre

commune afin de s’y marier. Il y est probablement décédé assez jeune, car en 1813, son frère Benoît

est qualifié de « fils majeur », ce qu’il ne pourrait être devenu que suite au décès de Jean-Baptiste.

Caroline Druenne (1780-1844) est née et baptisée à Maurage le 10 novembre 1780. Ses parents

sont Louis Druenne (1753-1836) et Anne Marie Louise Harpegnies. Le 26 septembre 1791, elle

reçoit à Bray le sacrement de confirmation des mains de M gr de Rohan, archevêque de Cambrai,

avec plusieurs membres de sa famille. Le 20 août 1795, elle devient marraine de Jean-Baptiste

Boulet, fils de Charles Louis Boulet et Marie Joseph Damien. Comme le reste de sa famille, Caroline

travaillait humblement la terre. Le 24 juillet 1816, elle épouse Jean-Baptiste Joseph Dassonville

(1788-1875) à Maurage ; ses frères Benoît et Xavier, ainsi que son beau-frère Victorien Dassonville,

en furent témoins. Ensemble, Jean-Baptiste Joseph et Caroline ont trois enfants : Adèle (1817),

Pierre Joseph Augustin (1819) et Adélaïde (1823). Caroline décède à Maurage le 2 janvier 1844.

Benoît Druenne (1782-1860) est né à Maurage le 20 mars 1782. Ses parents sont Louis Joseph

Druenne (1753-1836) et Anne Marie Louise Harpegnies (1742-1827). Il est baptisé le lendemain.

Ses parrain et marraine sont Alexis Nicolas Joseph Dehon et Marie Philippe Decamps. Le 26

septembre 1791, à Bray, il reçoit le sacrement de confirmation de M gr Ferdinand de Rohan,

archevêque de Cambrai, avec plusieurs membres de sa famille. L’essentiel de son activité tourne

63


autour du travail de la terre : tantôt ménager, tantôt ouvrier moissonneur, tantôt journalier, Benoit

était un modeste propriétaire. Le 17 novembre 1813, il épouse Victoire Joseph Denis (1786-1815),

de qui il a un fils, Louis-Joseph (1815-1815). Hélas, son épouse décède peu après avoir donné

naissance à son fils, le 14 mars 1815, et quelques mois plus tard, le 5 octobre, c’est le tour de Louis-

Joseph de rendre son dernier soupir, alors qu’il n’a que sept mois. Benoît, effondré, n’assistera à la

déclaration de décès ni de son épouse, ni de son fils. Mais la vie continue pour lui et le 25 novembre

1817, il se remarie à Havré avec Marie Anne Motte (1779-1852), qui lui donne un fils : Désiré

(1818-1903). Le 24 juillet 1816, Benoît est témoin du mariage de sa sœur Caroline avec Jean Joseph

Dassonville. Bien plus tard, le 30 novembre 1852, âgé de 70 ans, Benoît perd son épouse. Il décède

huit ans plus tard, le 1 er novembre 1860, à Maurage. Par manque de place, sa première épouse (Victoire

Denis) et son premier fils (Louis-Joseph) ne sont pas indiqués en Figure 56.

Louis Joseph Druenne (1815-1815) est né le 19 février 1815 de Benoît Joseph Druenne (1782-

1860) et Victoire Joseph Denis (1786-1815). Ses parents lui donnent probablement ses prénoms

en honneur de son grand-père, Louis Joseph François Druenne (1753-1836). Hélas, Louis décède

prématurément à l’âge de sept mois, le 5 octobre 1815 à Maurage, quelques mois après sa mère,

décédée le 14 mars 1815. Ils laissent leur père effondré, comme en témoigne l’absence de celui-ci

tant lors de la déclaration du décès de son épouse que lors de celle de son fils. Louis, son père,

semble lui avoir été d’un grand soutien. Par manque de place, Louis Joseph et sa mère ne sont pas indiqués

en Figure 56.

Désiré Druenne (1818-1903) – Voir Figure 57.

Joseph Druenne (1817-1879) – Voir Figure 63.

Désiré Druenne

1818-1903

& Virginie Alex. Parée

Désiré Druenne Mélanie Druenne Jean Bapt. Druenne Adélaïde Druenne Joséphine Druenne

1848-1898 °1850 °1852 1856-1938 1858-1925

& Hortense Carlier & Ferdinand Lodin & Clémence Manderlier & Bruno Pluche & Emile Metens

Georges Druenne Camille Druenne Jules Druenne

1879-1931 1876-1898 °1879

& Alice Durant

& Pauline Lenoir

Désiré Druenne

1904-1950

& Anna Briquet

Henriette Druenne

1910-2005

& Léon Delcampe

Jacques Druenne

1930-1990

& Mary Reul

Hubert Druenne Benoît Druenne Isabelle Druenne Agnès Druenne Fr.-Xavier Druenne

°1957 °1959 °1960 °1963 °1972

& Cécile Ghislain & Anne Ghislain Div. Philippe Perrenoud & Jose Alfonso Benitez & Susanna Hurtig

Figure 57 – Descendance Druenne-Parée

Désiré Druenne (1818-1903) est né le 28 août 1818. Il est le fils de Benoît Druenne (1782-1860)

et de Marie Anne Motte (1779-1852). Son père ayant été précédemment marié à une femme de qui

64


il avait eu un premier fils qui étaient décédés prématurément tous les deux en le laissant bien en

peine, Désiré reçut probablement son prénom en écho au profond désir de son père d’avoir une

descendance. On sait peu de choses de la jeunesse de Désiré ; après les documents faisant acte de

sa naissance, il faut ensuite attendre le 14 avril 1847, jour de son mariage avec Virginie Alexandrine

Parée (1816-1883) 200 . D’elle, il a cinq enfants : Désiré (1848-1898), Mélanie (°1850), Jean Baptiste

(°1852), Adélaïde (1856-1938) et Joséphine (1858-1925). Désiré est ensuite mentionné comme

témoin des décès de ses parents le 1 er décembre 1852 et le 2 novembre 1860. Comme eux, Désiré

travaillait la terre. Il décède à son tour le 7 juin 1903 à Maurage. Son fils Jean Baptiste signe son

acte de décès.

Figure 58 – Désiré Druenne

(archives familiales)

Désiré Druenne (1848-1898) est né le 5 juillet 1848 à Maurage, dans le

Hainaut. Fils de Désiré Druenne (1818-1903) et Virginie Alexandrine

Parée (1816-1883), il est l’aîné d’une famille de cinq enfants. Lors de sa

naissance furent témoins Désiré Desenfans, officier d’état civil, Désiré

Druenne, son père, Philippe Dehon et enfin Félix Quertinmont. Désiré

devient maçon. Le 5 mai 1868, lors de la levée de 1868 à Maurage, il est

engagé dans l’armée. Le même jour, il arrive à Anvers et est intégré au

6ème régiment de ligne, 2 ème bataillon, 5 ème compagnie, dans le fort 7, un

des forts qui entouraient alors la ville. Aujourd’hui, le fort 7 a disparu ;

le fort en lui-même a été démoli, et à sa place se trouve une réserve

naturelle. Depuis le ciel cependant, on reconnaît encore nettement la

forme caractéristique de l’ancien fort. Dans son carnet militaire, daté de

cette époque, il est décrit comme haut de 1,61 mètre, vacciné en 1864,

le visage long, le front haut, les yeux gris, le nez ordinaire, la bouche

moyenne, le menton rond, et les cheveux et sourcils châtains. Dans ce

même carnet, nous conservons précieusement le relevé de ses comptes et achats de matériel

militaire entre le 7 mai 1868 et juillet 1873. Le 21 novembre 1868, six mois et demi après son

arrivée, il devient caporal, et le 15 mai 1870, il est promu sergent. En 1870, il combat lors de la

guerre en Belgique.

C’est au cours de son service militaire à Anvers que Désiré écrit un jour une lettre d’amour à celle

dont son cœur s’était épris : Hortense Carlier. En voici un extrait 201 :

Vous savez Hortense que depuis longtemps mon cœur palpite en pensant à votre personne, malgré les

disgrâces que je me suis accumulé à cause de vous.

Combien de fois le jour et la nuit je me suis dit : oh, si j’avais le bonheur d’être aimé d’une personne qui me

paraît si aimable, telle que vous, il me semble que mon cœur serait soulagé d’une manière inexprimable.

200 Virginie Alexandrine était la fille d’Alexandre Parée (1789-1873) et la petite-fille de Michel Joseph Parée (1752-

1820). Sa cousine Thérèse Lefebvre (1826-1888), fille de sa tante Marie Thérèse Joseph Parée (1787-1871), est l’ancêtre

de Claire Louise Coombs (1974), princesse de Belgique par son mariage (en 2003) avec le prince Laurent de Belgique,

frère du roi Philippe de Belgique.

201 Source : Archives familiales. Une transcription complète de la lettre d’amour se trouve en annexe XII, page 174.

65


Figure 59 – Lettre d'amour de Désiré Druenne à Hortense Carlier (env. 1870, archives familiales)

L’écriture est gracieuse, le papier usé ; on peut croire que cette lettre charma le cœur d’Hortense,

puisque le 1 er mai 1878, âgé de 29 ans, Désiré épouse à Maurage cette demoiselle, âgée de 23 ans.

Désiré et Hortense ont un fils, appelé Georges (1879-1931).

Figure 60 – Mariage de Désiré Druenne & Anna Briquet, Lobbes, 1929 – Florence Carlier serait assise à la droite du marié

(arch. familiales)

Le 23 mars 1898, à neuf heures du matin, Joseph Sclifet, 43 ans, garde champêtre et Joachim Cornil,

70 ans, tous deux voisins de Désiré, annoncent à l’officier de l’état civil de Maurage que celui-ci y

est décédé la veille, le 22 mars 1898, vers 17h30, dans la section des Braicheux. Il était âgé de 49

ans. Son père, Louis, est à cette époque encore vivant, mais sa mère est déjà décédée. Son épouse,

quant à elle, décède le 13 décembre 1930 à Maurage, âgée de 76 ans. On peut l’apercevoir seule sur

la photo du mariage de son petit-fils Désiré Druenne (1904-1950), le 13 avril 1929 – juste à côté

du marié.

66


Figure 61 – Georges Druenne (à d.) et Alice Durant (à g.),

prob. vers 1930 (archives familiales)

Georges Druenne (1879-1931) – Le 5 octobre

1879 naît à Maurage Georges Désiré Druenne,

fils de Désiré et d'Hortense Carlier. Il est baptisé le

lendemain. Après ses études primaires et

secondaires, il devient menuisier modeleur puis

ingénieur des mines. Le 18 avril 1903, il épouse à

Maurage Alice Durant, fille d'Henri Durant et

d'Anna Carlier. Celle-ci donnera naissance à leur

fils Désiré Druenne le 22 novembre 1904. Georges

décède à Haine-Saint-Paul le 16 septembre 1931,

quelques mois après son épouse.

Désiré Henri Georges Druenne (1904-1950) est né à Maurage le 22

novembre 1904. Il est le fils de Georges Druenne (1879-1931) et d’Alice

Durant (1881-1930). Il étudie à Mons, à l’Institut Supérieur de Commerce

(devenu institut Warocqué, puis Université de Mons en Hainaut et enfin

Université de Mons) ; il y côtoie, entre autres, le futur poète wallon Marcel

Hecq, l’auteur franc-maçon Lucien Dufrasne et un certain Marc

Vanderborght, qui dessinera une affiche publicitaire pour la revue

étudiante de l’institut, le Mercure Déchaîné. Au terme de ses études, Désiré

devient ingénieur commercial. Le 14 juin 1925, il devient parrain de

Jacques Metens, né le 5 juin de la même année à Haine-Saint-Pierre. Le

13 avril 1929, il épouse Anna Briquet, fille d’Émile Briquet et Clémence

Romain. Il s’installe alors avec elle dans une petite maison de Lobbes, à

proximité des Établissements Briquet-Romain, l’entreprise du père d’Anna.

Figure 62 – Désiré Druenne,

vers 1929 (archives familiales)

C’est dans cette maison que tous deux donnent naissance à leur fils Jacques. Vers 1940, Désiré et

Anna achètent la « villa Gervais », une grande maison de Lobbes. C’est là que décéderont

subitement Désiré en 1950 (le 23 septembre, d'une crise cardiaque – il est enterré au cimetière de

Lobbes), puis son fils Jacques en 1990 (le 26 février, d'une crise cardiaque – cimetière de Lobbes

également). Après le décès de son mari, Anna devient le 20 novembre 1956 la marraine de la

nouvelle cloche de l’église des Bonniers à Lobbes, installée après l’incendie de l’église survenu le 15

février 1956 202 . Anna aimait dessiner et possédait un certain don, mais n’était jamais satisfaite de

son travail et ne gardait que très peu de ses travaux 203 .

202 Laloyaux, Petite histoire de la paroisse du Sacré-Coeur à Lobbes-Bonniers; cité dans Dubois et Dubois, « L’église du Sacré-

Coeur de Lobbes-Bonniers ».

203 Source : histoires familiales.

67


Jacques Druenne (1930-1990) aurait été le premier enfant à être baptisé dans la nouvelle église du

Sacré-Cœur de Lobbes-Bonniers 204 , qui fut élevée au rang de paroisse le 11 avril 1930 205 . Il épousa

Mary Reul, fille de Lucien Reul et Mina Duquesne, le 14 juillet 1956. Décoratrice florale, cette

dernière fut interviewée par le quotidien belge Le Soir en 1989 206 . Le couple donna naissance à cinq

enfants : Hubert (1957), Benoît (1959), Isabelle (1960), Agnès (1963) et François-Xavier (1972).

Tous eurent à leur tour une descendance.

Joseph Druenne

1817-1879

& Rosalie Hogne

Marie Th. Druenne Téophile J. Druenne Joséphine Druenne Marie Druenne Sans-vie Druenne

°1848 1850-1903 °1853 °1857 1857-1857

& Catherine Metens & Alphonse Harpignies & Ovide J. Harpignies

Lydie Druenne Céline Druenne J. Théophile Druenne

°1886 °1890

°1895

Patrimoine familial à Forest

La ferme de la Couronne

Figure 63 – Descendance Druenne-Hogne

L’imposant ouvrage de l’abbé Poulet sur l’histoire de Forest-en-Cambrésis 207 consacre deux pages

à une belle maison, qui existe encore de nos jours, ayant appartenu à François Simon Druesne.

Selon l’abbé Poulet, curé de Forest au début du vingtième siècle, il était coutume que les souverains

de passage à Forest soient accueillis à l’hôtel des Coquelets, peu à peu renommé pour cette raison

« hôtel de la Couronne ». Si des fragments de comptes de la Comtesse de Hainaut font état de son

passage à Forest dès 1327, c’est dans un acte de vente daté du 26 mars 1514 que l’on trouve pour

la première fois une mention de « l’hostel de la Couronne de Collard Cordier ». La veuve de Germain

Cordier (Germain était probablement le fils de Collard) vendra l’hôtel en 1528. Le 9 septembre

1692, Simon Druesne, ancien mayeur, et Antoinette Payen, sa femme, donnent à leur fils

Simon « une maison, chambres, brasserie, grange, estable, bergeries, bien, pourpris, jardin et héritaige, portant pour

enseigne La Couronne, et contenant une mencaudée et demie » (une mencaudée est une mesure de

surface). En 1704, Simon rénove la propriété reçue de son père et fait installer au-dessus de la

grande porte de la cour une pierre, qui s’y trouve toujours, portant l’inscription « 1704 – à la Courone

– Le Saint Non de Jésus y soit béni – S.D. – M.G. ». Ce type de devise, habituelle à cette époque et que

204 Source : histoires familiales. Après l’incendie de l’église du 15 février 1956, son fils Hubert Druenne aurait été le

premier enfant à être baptisé dans l’église fraîchement restaurée sous l’impulsion de M. l’abbé François Libbe. La

nouvelle cloche, installée le 20 novembre 1956, sera baptisée par le doyen Edgard Dewelde sous le nom de Louise-

Anna-Désirée, en référence à ses parrain et marraine Louis Wanty et Anna Druenne, alors veuve de Désiré Druenne.

Voir Laloyaux, Petite histoire de la paroisse du Sacré-Coeur à Lobbes-Bonniers; cité dans Dubois et Dubois, « L’église du Sacré-

Coeur de Lobbes-Bonniers ».

205 La consécration de l’église n’eut cependant lieu que bien plus tard, le 24 août 1968. Voir Laloyaux, Petite histoire de la

paroisse du Sacré-Coeur à Lobbes-Bonniers; cité dans Dubois et Dubois, « L’église du Sacré-Coeur de Lobbes-Bonniers ».

206 Voir l’annexe XIII en page 175.

207 Poulet, Histoire de Forest.

68


l’on trouve ici avec un cœur représentant le Sacré-Cœur du Christ, est témoin de la dévotion à la

piété chrétienne des villageois de l’époque 208 .

Par la suite, cette auberge n’a pas cessé de s’appeler, dans les actes, l’hôtel ou l’hôtellerie de la

Couronne. De Simon Druesne, elle passa à Michel Taine qui, marié à Marie Agnès Druesne,

mourut à l’âge de 60 ans, en 1742. Ses héritiers la possédèrent encore pendant un quart de siècle,

puis, le 17 février 1763, Demoiselle Anne Françoise de Thiesvy de Layens la fit vendre : ce fut Jean

Beauvais de Roeulx qui l’acheta pour la somme de 1600 florins (actes de l'échevinage de Forest).

Plus tard, la Couronne appartint à Adrien François Douay, bailli de Cantraine et à Jean Matthieu

Beautour, qui la vendirent le 20 juillet 1786 à Pierre Joseph Tainte (ou Taine), vicaire de Lécluse,

au prix de 3000 livres de France. La propriété resta dans la famille Taine jusqu’au décès de Mme

Taine, veuve de François Régis Soufflet. Elle fut alors vendue aux enchères et rachetée en 1886 par

Anselme Soufflet. En février 1892, elle devint la propriété de Célestin Joseph Michaux, époux

de Sophie Payen, qui la vendit à son tour à Siméon Dansou, époux de Laetitia Lacomblez, en

octobre 1892. Son héritière, Marie Darthenay-Danjou, la vendit à Odon Henniaux en 1920.

Gabriel Henniaux, son fils, en devint propriétaire par héritage en 1953. L’épouse d’Odon

Henniaux étant une Druesne, descendante de Simon Druesne, on peut considérer qu’après une

longue succession de propriétaires, la Couronne revint dans la famille que nous étudions. Suite au

décès de Gabriel Henniaux en février 2017, cependant, la ferme est mise en vente en septembre

2017. Ce n’est que le 29 août 2018 qu’elle fut vendue à la famille Lavenne.

Figure 64 – La ferme de la Couronne en mai 2015 (Cambrésis Terre d'Histoire)

208 Poulet, 401.

69


La Lumerette

Il est peu fait mention, dans les textes anciens, du lieu-dit « La Lumerette » (ou Leumerette). Il s'agit

de la propriété revendue par Pierre Druesne le 6 mai 1710, celui-ci se trouvant ruiné suite aux

guerres de Louis XIV – il était alors courant que les armées s’approvisionnent chez les paysans,

leur prélevant nourriture, bêtes et logis 209 :

Le 6 mai 1710, Pierre Druesne, ancien mayeur et censier, demeurant à Forest, et Jeanne Le Ducq, sa femme,

remontrent « qu’ils se trouvent chargés d’une famille de onze enfants, ruinés par le campement des armées de sa

Majesté ». Ils demandent, en conséquence, de pouvoir vendre cinq mencaudées dites La Lumerette.

Où se trouvait donc cet endroit ? Une analyse approfondie des informations dont nous disposons

permet de le situer approximativement. Réfléchissons par étapes.

(1) L’acte de vente cité plus haut décrit « une pièce de cinq mencaudées dites la Lumerette, tenant au

chemin de Landrecies et au bois Lévêque ». Nous devons donc chercher la Lumerette sur le

chemin qui va de Forest-en-Cambrésis à Landrecies.

(2) Par ailleurs, l’appellation « Lumerette » signifie « petite lumière ». Autrefois, dans la région,

on désignait par ce terme les petits feux-follets résultant de la combustion spontanée de gaz

issus de la décomposition de matières organiques, soudainement relâchés à l’air libre. Ce

type de phénomène a généralement lieu dans des endroits humides, marécageux, où la terre

est souvent remuée. De là, on peut donc considérer que la propriété de Pierre Druesne était

plutôt humide.

(3) Or, la lecture simultanée des cartes IGN, Cassini et de l’état-major (1820-1866), ainsi que

les photos aériennes actuelles dont nous disposons mettent en évidence une zone humide

ancienne allongée de nord-ouest en sud-est, depuis le chemin de Landrecies (renommé

depuis « Route du Flaquet ») jusqu’à la forêt domaniale de Bois-Lévêque. Actuellement, la

partie centrale de cette zone est asséchée par un bâtiment non identifié à ce jour, visible du

ciel et comportant quelques bassins bétonnés. La partie sud de cette zone humide existe

toujours et est un lieu touristique appelée « étang du Flaquet » et qui portait autrefois le

nom de « flaquier Brifaulx » (1570). Il s’agit d’un étang creusé au 11 ème siècle par les moines

de l’abbaye Saint-André du Cateau-Cambrésis,

fondée vers 1020, et creusé à nouveau en 1971.

Comme souvent à l’époque de la fondation de cet

étang, l’objectif d’un tel travail était de drainer les

eaux avoisinantes dans le but de rendre les terres

cultivables. Cet étang donne naissance au ruisseau

du Cambrésis, qui traverse la zone humide que nous

avons décrite avant de partir vers l’ouest. Il est donc

crédible que les terres avoisinant l’étang du Flaquet

aient été autrefois plus humides qu’elles ne le sont Figure 65 – L'étang du Flaquet (Melvin D.)

aujourd’hui, permettant à des phénomènes tels que

les feux-follets de se produire.

209 Poulet, Histoire de Forest.

70


Ainsi, le lieu-dit appelé « La Lumerette » devait sans doute se situer dans la zone délimitée par la

lisière (actuelle) du Bois-Lévêque (où se trouve le Flaquet) et la route du Flaquet. De cette propriété,

il ne reste malheureusement plus rien aujourd’hui – impossible de savoir, par ailleurs, quel type de

bâtiments s’y élevaient.

Fig. 66 – La « Vivat »

(Saveur Bière)

Pour information, l'abbaye Saint-André du Cateau-Cambrésis, qui creusa l'étang du

Flaquet au 11 ème siècle, fut supprimée en 1792, lors de la révolution française. En 1775,

elle possédait déjà une brasserie. Celle-ci fut reprise plus tard par la brasserie-malterie

Lefebvre-Scalabrino, détruite au cours de la première guerre mondiale et reconstruite

en 1918. Elle ferma en 1926. En 2000, les bâtiments de la brasserie furent classés à

l’inventaire des bâtiments historiques, et depuis 2004, la brasserie ouvre à nouveau ses

portes aux visiteurs. Elle est aujourd’hui spécialisée dans la production de sa bière, la

« Vivat » 210 . Cette brasserie est donc aujourd’hui encore installée sur les lieux de l’abbaye

Saint-André, dans le cœur historique du Cateau-Cambrésis. Des bâtiments de cette

abbaye, il ne reste que l’église paroissiale du village.

La Lumerette ne fut pas le seul bien que Pierre Druenne et son épouse mirent en vente. Emile

Poulet raconte encore que par acte du 16 mai 1711, Pierre Druesne et sa femme vendent une

propriété, avec autorisation préalable de la Cour de Cambrai, sur base d’un certificat présenté le 4

mai 1711 et signé par Ligny, curé de Forest, Jean Trialle, mayeur, et Frédéric Hautcœur, échevin 211 .

Dix jours plus tard, le 26 mai, ils vendent encore un autre bien à Louis Le Ducq, curé de Vertain 212 .

Emile Poulet en parle en ces termes :

L’autorisation leur a été accordée sur cette considération « qu’ils se trouvent chargés de douze enfants, et réduits

à une telle misère par les calamitez des temps, qu’ils sont sans aucun grain, non plus pour la nourriture de leur

famille que pour semer quelques terres qu’ils occupent, et sans un sou pour y pourvoir ».

L’église Saint-Denis

Dans l’église de Forest-en-Cambrésis furent

enterrées, entre 1722 et 1776, quelque 74

personnes. Parmi elles se trouvaient six Druesne,

dont Simon et son fils Pierre. Malheureusement,

aujourd’hui, ces sépultures n’existent plus : en

1890, le carrelage a été régularisé et en 1918, l’église

a été démolie par les Allemands car son clocher

offrait une vue stratégique sur les environs. Il ne

reste donc plus rien de ce qui fut le cimetière des

Druesne de Forest.

Figure 67 – L'ancienne église de Forest, démolie en 1918

(forest-cis.fr)

210 Image : Saveur Bière, « Vivat Blonde – 33 Cl ».

211 Poulet, Histoire de Forest, 350.

212 Poulet, 389, 463.

71


Liste des Druesne inhumés dans l'église Saint-Denis de Forest-en-Cambrésis entre 1722 et 1776 :

• Druesne Simon, 63 ans, † 29 janvier 1725, mayeur et fermier général de la Couronne

• Druesne Pierre, 33 ans, † 2 février 1728, échevin

• Druesne Georges, 40 ans, † 27 juillet 1742, mari de Marie-Jenne Guillio

• Druesne Stiévenotte, 90 ans, † 9 novembre 1752, épouse de Jean Noièles

• Druesne Marie-Josèphe, 5 ans, † 1 er avril 1756, fille de Jacques et de Marie-Josèphe

Obled, résidant à la Folie, paroisse de Solesmes

• Druesne Marie-Agnès, 66 ans, † 12 août 1762, femme d'Adrien Richez

La boulangerie

La boulangerie de Forest appartint pendant plusieurs générations à la famille Druesne. En 1905,

Monsieur Druesne-Baudechon, boulanger et épicier à Forest, a été souscripteur de la

monographie intitulée « l’histoire de Forest » de l’abbé Poulet 213 . Il s’appelait Philippe Joseph

Druesne (°1847) et son épouse était Marie Émilie Baudechon (°1852). Son propre père,

Alexandre Joseph Druesne (1813-1887), était déjà boulanger à la naissance de son premier fils

(1840). Jusqu’à son mariage (en 1836), il était cultivateur comme ses ancêtres. Son épouse, Adeline

Joseph Lecouvez, était « fille naturelle », c'est-à-dire née hors mariage ; son père était inconnu et sa

mère était ménagère. La boulangerie n’est donc pas arrivée dans la famille par héritage. Elle a donc

fait irruption dans la famille entre 1836 et 1840.

Figure 68 – Signature d’Alexandre Joseph Druesne (1847)

213 Poulet, 592.

72


ESSAI DE CHRONOLOGIE

- Entre 1836 et 1840 : La boulangerie entre en possession d’Alexandre Joseph Druesne

(1813-1887). L’aurait-il créée ou rachetée ? Il n’en a en tout cas pas hérité, car ses ancêtres

étaient cultivateurs et son épouse était fille naturelle de ménagère. En 1847, il habite déjà

sur la place de Forest (il est décrit à ce moment comme « cultivateur »).

- Avant 1887 : La boulangerie passe à un autre propriétaire, car Alexandre Joseph

Druesne, décédé le 14 février 1887, est déclaré comme journalier dans son acte de décès.

Son fils aîné, du même nom que lui, n’est pas boulanger. C’est un autre de ses fils, appelé

Philippe Joseph Druesne (°1847), qui reprend la boulangerie avant le décès de son

père, à une date inconnue. En 1881, Philippe Joseph Druesne est qualifié de cultivateur

et son père de messager. Pourquoi la boulangerie n’est-elle pas mentionnée à cette

époque ? En 1899 cependant, Philippe Joseph est décrit comme boulanger dans l’acte de

décès de son frère Alexandre Joseph. Idem en 1909, lors du mariage de sa fille Alix

Adeline Druesne avec Charles Henri Caudmont. A cette date, ses fils Aimé et Joseph

(mentionné ci-dessous) sont aussi décrits comme boulangers ; ils aidaient

vraisemblablement leur père.

- Joseph Léon Druesne (1885-1973), fils de Philippe Joseph, fut aussi boulanger, jusqu’à

son mariage avec Marie « Angèle » Vaillant en 1913. Il devient alors agriculteur, comme

son arrière-grand-père Alexandre Joseph Druesne (1813-1887).

Figure 69 – Maison bâtie au 10 bis, rue de la Place à Forest, à

l'emplacement de l'ancienne boulangerie Druesne ; la maison

actuelle fut bâtie par Guillaume Druesne, qui y habitait en 2017

(photo : Angélique Poulain, septembre 2017)

À travers les années, la boulangerie de Forest a

beaucoup évolué, comme en témoignent les plans

cadastraux successifs. De nos jours, son terrain,

situé au nord de l’intersection entre la rue de la

place et la rue des Innocents (à côté de l’église),

est encore occupé par la famille Druesne : il y a

quelques années, Guillaume Druesne, né en

1984 et descendant des boulangers que nous

avons mentionnés, y a fait construire une maison,

que l’on peut voir ci-contre.

73


Faits et individus remarquables

Louis Blériot, pionnier de l’aviation

Louis Blériot (1 er juillet 1872 à Cambrai – 1 er août 1936 à Paris) était un

constructeur de lanternes pour automobiles, d'avions, de motocyclettes et

de chars à voile, et un pilote pionnier de l'aviation française. Il fut le premier

à traverser la Manche en avion le 25 juillet 1909 avec le Blériot XI 214 . Il est

un descendant de François Simon Druesne et Antoinette Payen.

Xavier François Deruesne, maire de Bazuel

Figure 71 – Sa signature, ci-jointe, est issue de l’acte

de décès d’Etienne Cras, daté du 16 février 1811. Il

avait précédemment été mulquinier, c'est-à-dire

fabriquant de toiles de lin (1803), ainsi qu’épicier

(1805). Il était né le 21 avril 1781 à Forest.

Un certain Xavier François Deruesne, descendant des

Druesne de Forest-en-Cambrésis et époux de Domitille

Joseph Damacine Sorreau, était maire de Bazuel de 1808

à 1813 215 . Il était le seul de sa famille à signer « Deruesne »

plutôt que « Druesne », sans doute conscient de l’origine

de son patronyme et désireux de corriger la disparition du

premier « e » de ce dernier. Dans sa fonction d’officier de

l’état-civil de Bazuel, Xavier François se faisait souvent

accompagner de son frère Régis, qui faisait alors office de

témoin ou de déclarant 216 . Régis étant lui aussi membre du

Conseil municipal de Bazuel dès 1810, il signa de

nombreux actes jusqu’à son décès, survenu le 9 septembre

1812 217 .

Xavier François Joseph Deruesne signa son premier acte le 17 janvier 1808 et son dernier acte le

30 décembre 1811. La fonction d'officier de l'état-civil fut ensuite confiée à un certain Jacques

Fleuru, d'abord adjoint à la mairie (premier acte signé le 1 er janvier 1812) puis maire (premier acte

signé le 14 juillet 1813). C’est ce dernier qui rédigea l’acte de décès de Régis Druesne le 9 septembre

1812.

Françoise Druesne, supérieure du couvent du Saint-Esprit au Cateau

Figure 70 – Louis Blériot

(domaine public)

Françoise Druesne était supérieure du couvent du Saint-Esprit au Cateau-Cambrésis lorsque la

révolution éclata en 1789 et lorsque les couvents furent dissouts en 1792 218 . Elle était originaire de

Forest-en-Cambrésis, où elle se retira et mourut le 12 février 1793, âgée de 65 ans 219 . Si ces

informations basiques permettent d’identifier a priori au minimum deux Marie Françoise Druesne

pouvant y correspondre – respectivement nées le 21 mai 1727 et le 5 décembre 1731 –, une

214 Wikipédia, « Louis Blériot ».

215 Inspection primaire du Quesnoy, Monographie communale de Basuel.

216 A cette époque, chaque acte de naissance, mariage ou décès était rédigé selon une formule bien précise, qui requérait

la présence d’un déclarant, c'est-à-dire d’un témoin principal. Dans le cas d’une naissance, il s’agissait souvent du père,

si celui-ci était disponible ; dans le cas d’un mariage, c’était l’époux qui prenait cette fonction ; et dans le cas d’un décès,

le déclarant pouvait être un fils, un parent ou un « voisin » de la personne décédée.

217 Pour une raison inconnue, Xavier François n’était pas présent lors de la signature de l’acte de décès de son frère.

218 Inspection primaire du Quesnoy, Monographie communale de Le Cateau.

219 Poulet, Histoire de Forest.

74


recherche plus approfondie permet cependant de se fixer avec certitude sur la première : dans son

acte de décès, le déclarant, Augustin Wiart, se dit être « le frère » de Marie Françoise, renseignée

comme Marie Françoise Wiart mais présentée par son frère comme Marie Françoise Druesne. Des

recherches sur Augustin Wiart montrent que celui-ci, baptisé à Forest le 22 septembre 1748 et

décédé au même endroit le 14 octobre 1819, était le fils de Marie Jeanne Parmentier et Antoine

Wiart. C’est par ailleurs la même Marie Jeanne Parmentier qui avait donné naissance à Marie

Françoise Druesne en 1727, lorsqu’elle était mariée avec Pierre Druesne. On peut donc en déduire

qu’ayant eu au moins un enfant de son premier mari, Marie Jeanne Parmentier se trouva veuve et

se remaria ensuite avec Antoine Wiart, dont elle eut Augustin Wiart. Ce dernier était donc le demifrère

de Marie Françoise Druesne, rendant correct l’acte de décès de celle-ci. L’ancienne supérieure

du Couvent du Saint-Esprit est donc bien Marie Françoise Druesne, née à Forest-en-Cambrésis le

21 mai 1727.

Figure 72 – Extrait de l'acte de décès de Marie Françoise Druesne

Le couvent du Saint-Esprit au Cateau était un chapitre de chanoinesses régulières 220 , fondé en 1485

par Henri de Berghes et supprimé en 1792 221 . Il est vraisemblable que ces chanoinesses aient été

soumises à la règle de saint Augustin, ce qui était généralement le cas pour les chanoinesses

régulières 222 . On ne sait que peu de choses au sujet de la vie du monastère, qui, démoli, se trouvait

à l’emplacement actuel de la Place du Trois Septembre 1944 (ancienne Place Verte 223 ), désormais

utilisée comme parking aux côtés de la salle des fêtes municipale et de l’école Saint-Joseph.

Une confusion née des nombreux homonymes coexistant à Forest-en-Cambrésis au 18 ème siècle

fait de Marie Françoise Druesne une membre d’une branche mineure des Druesne de Forest-en-

Cambrésis : voir la section à ce sujet en page 59.

Henri Druesne, victime de la première guerre mondiale

On trouve à Fontaine-au-Bois un certain Henri Druesne, né le 26 février 1879, décédé à la guerre

le 30 juin 1915 à Constance (Allemagne). Il était canonnier de la 40 ème RAC, mort en captivité 224 .

Henri est mentionné sur le monument aux morts de Fontaine-au-Bois pour la guerre 1914-1918 225 .

Il était le fils d’Elisée Joseph Druesne et Sidonie Flamant et était un descendant de la branche

Druesne-Dumont de Forest-en-Cambrésis.

220 Glaire et Walsh, Encyclopédie catholique, 5:743.

221 Brun-Lavainne, Revue du nord, 1:239.

222 Larousse, « Définitions : chanoinesse ».

223 Moguet, « Le Cateau : La Spirale de temps ».

224 Généawiki, « 59242 – Fontaine-au-Bois – Morts aux guerres ».

225 Voir la liste des Druesne morts pour la France en annexe XXI, page 187.

75


Noël Druesne, brigadier du Régiment royal des Cravates

L’un des fils de François Simon Druesne 226 , Noël François Druesne, porta plusieurs années

l’uniforme du prestigieux Régiment des Cravates de la Couronne de France. Né à Forest le 2

octobre 1668, il est le cinquième des six enfants que l’on connaît à ses parents. Le 21 avril 1727

puis le 5 décembre 1731, il est mentionné dans les archives de Forest comme « cavalier » puis

comme « brigadier » du Régiment des Cravates royales (ou Régiment royal des Cravates).

Ce régiment spécial, formé sous Louis XIII en 1643 de régiments étrangers

qui s’étaient mis au service de la Couronne de France – dont trois régiments

de hussards croates, prit son nom en 1667 lorsqu’il fut racheté par le Duc

de Vivonne 227 . Le nom « cravate », originellement une déformation de

« croate » 228 , vint avec le temps à s’associer avec les foulards typiques des

cavaliers croates ; de là viennent nos cravates actuelles 229 .

Figure 73 – L'étendard du

régiment jusque 1739

(Wikimedia Commons)

Le Régiment des Cravates devint en 1791 le 10 ème régiment de cavalerie, puis

en 1803 le 10 ème régiment de cuirassiers. Ce dernier fut licencié en 1815 230 ,

vaincu à Waterloo. Il fut ensuite reformé jusque 1919 où il fut à nouveau

dissous, puit reformé à nouveau en 1940 231 .

Engagement politique des Druesne de Forest

Si la famille Druesne est une des plus anciennes familles de Forest-en-Cambrésis, elle en est

aussi une des plus actives. Au cours des siècles, plusieurs Druesne furent mayeurs, échevins ou

capitaines de leur village. C’est en 1387 que pour la première fois, un Druesne est mentionné dans

les archives de Forest-en-Cambrésis 232 . Il s’agit de Nicaise de Ruesne, alors échevin de son village.

Sa généalogie est inconnue. Après lui, de nombreux autres Druesne sont encore mentionnés dans

les archives, notamment Martin de Ruesne, échevin en 1464 et en 1466 ; un autre Martin de

Ruesne, échevin en 1558, et un troisième Martin de Roenne, échevin en 1580 ; François

Druesnes, mayeur en 1674 et en 1682 ; Simon Druesne (1624-1691), ancêtre de l’une de branches

de Druesne de Forest et mayeur de son village ; Pierre Druesne (1660-1727), échevin (1689) puis

mayeur (1694, 1699, 1703) et fermier de la Couronne (voir plus loin), fils du précédent ; Simon

Druesne (1662-1725), échevin (1697) puis mayeur (1707) et fermier de la Couronne (1707), frère

du précédent ; Benoît Druesne, échevin en 1775, fils du précédent ; Jacques Druesne, échevin

en 1780 233 ; etc.

226 Cette filiation, quoique très probable, n’est néanmoins pas prouvée. En témoigne une incohérence notoire : l’acte

de mariage de Noël le dit âgé de 40 ans, alors que le fils de François Simon eu aurait eu 57 à cette date (1727). Erreur

dans l’acte, mensonge de l’époux, ou erreur de filiation ?

227 Kronoskaf, « Royal-Cravate Cavalerie ».

228 Wikipédia, « Cravate ».

229 De nos jours, la tenue de parade des militaires croates contient encore un foulard proche du cou, lointain ancêtre

des cravates modernes. Voir notamment Horn, « Celebrating the Invention of the Necktie ».

230 Wikipédia, « Régiment Royal-Cravates cavalerie ».

231 Wikipédia, « 10e régiment de cuirassiers ».

232 Poulet, Histoire de Forest, 541.

233 On ignore de quel Jacques Druesne il s’agissait, étant donné que plusieurs homonymes coexistaient à la même

époque à Forest. Le candidat le plus « sérieux » est cependant Jean Jacques Druesne, fils de Paquet Druesne et Marie

Anne Lesne, qui était né à Forest le 14 novembre 1742.

76


Georges Eugène Druene, mort pour la France

Fils de Bias Alexandre Druene et de Flore Sidonie Largillière, Georges Eugène Druene naquit à

Orry-la-Ville (Oise) le 13 janvier 1886. Engagé en 1906 dans l’armée sous le matricule 16432, il

rejoint le 1 er Régiment d’Infanterie Coloniale comme simple soldat. Il mourut sur le champ de

bataille le 15 septembre 1914 à Ville-sur-Tourbe (Marne). Il était un descendant de Claude Druesne

et Marie Copie, de Fontaine-au-Bois, et se trouve ainsi rattaché à la branche Druesne-Dumont de

Forest-en-Cambrésis.

Le Cateau-Cambrésis

Le Cateau-Cambrésis, communément simplement appelé « Le Cateau », borde notamment les

villages de Forest-en-Cambrésis, Pommereuil, Bazuel ou encore Saint-Souplet. L’endroit dispose

d’une certaine importance historique, ayant été en 1559 le théâtre du traité éponyme mettant un

terme à la guerre qui opposait les Anglais, les Français et les Espagnols 234 .

Au Cateau se développèrent deux branches bien distinctes de la famille Druesne. La première est

l’une des rares branches « nobles » de la famille, de par l’orthographe du nom (de Ruesne) ainsi que

par le niveau d’instruction et les accomplissements professionnels de ses membres. La deuxième,

plus « classique », mais aussi plus tardive, s’épelle humblement « Druesne » et dispose d’une histoire

moins riche en informations.

On trouve aussi au Cateau des individus issus d’autres branches de la famille, tels que Françoise

Druesne, qui était supérieure du couvent du Saint-Esprit au Cateau lorsque la révolution éclata en

1789 235 . Elle était originaire de Forest-en-Cambrésis (voir page 74).

Branches principales

La branche de Ruesne-inconnu

Comme les Deruesne du Quesnoy, les de Ruesne du Cateau-Cambrésis seraient issus de ce qui

fut, à en croire Pierre-Théodore Virlet d’Aoust, la dernière branche héritière des très anciens

seigneurs de Ruenne-Vendegies 236 . L’historien lui-même, en affirmant cela, parlait néanmoins de la

branche de la famille à laquelle il s’identifiait, c'est-à-dire celle des Deruesne du Quesnoy ; il est

néanmoins probable qu’un lien de parenté proche des générations actuellement connues existe

entre les deux familles. Si aucune information ne permet de l’affirmer avec certitude, certains signes

le laissent néanmoins supposer. En témoigne le déplacement à Condé-sur-Escaut de Jean-Baptiste

Deruesne, curé de Fresnes-sur-Escaut (2 km) et issu des Deruesne du Quesnoy, afin d’y célébrer

le 27 mai 1749 le mariage de sa nièce Anne Joseph Darthois, belle-fille de sa sœur Marie

Madeleine, avec Charles Ignace Joseph de Ruesne (voir la section à ce sujet en page 81). La

seule autre occasion connue à laquelle Jean-Baptiste Deruesne fit de même est précisément la

célébration du baptême de son petit-neveu du même nom, en 1751 à Valenciennes (voir la section

234 Wikipédia, « Le Cateau-Cambrésis ».

235 Inspection primaire du Quesnoy, Monographie communale de Le Cateau.

236 Virlet d’Aoust, « Fondation de la ville de New-York, en 1623, par une colonie de Flamands avesnois et wallons :

Communication de M. P.-Th. Virlet d’Aoust ».

77


au sujet de ce dernier en page 97). L’éventuel lien de sang entre les familles, s’il existe, reste

cependant inconnu.

a. A la racine : Jean et François, deux frères

A l’origine des de Ruesne du Cateau-Cambrésis se trouvent deux frères, François et Jean de

Ruesne. Leur lien de parenté n’a pas été facile à prouver : c’est l’acte de baptême de Hyacinthe

Thérèse de Ruesne 237 , fille de Jean, qui mentionne Marie Françoise Colau, épouse de François,

comme sa tante, permettant ainsi d’établir ce lien de parenté entre Jean et François.

François de Ruesne, époux de Marie Françoise Colau, naquit avant 1685. Parrain de son neveu

François Joseph de Ruesne le 1 er février 1713, l’acte de mariage de sa fille Catherine Joseph de

Ruesne avec Louis Joseph Rodriguez, daté du 21 avril 1733, le décrit comme marchand tanneur.

Jean de Ruesne, époux de Marie Philippine Dupont, avocat en Parlement, bailli de Saint-

André 238 et licencié ès lois, devint le parrain de sa nièce Hyacinthe Thérèse de Ruesne le 7 octobre

1707. En 1721, il se trouve impliqué dans un procès du Parlement de Flandre 239 l’opposant à Henry

Théodore Delapierre, chevalier, marquis de Bousies et seigneur de Forest 240 . L’enjeu du procès –

probablement une question de terres – est inconnu, le texte intégral du procès-verbal étant

indisponible. On ignore aussi quelle partie remporta l’affaire. En 1698, Jean était aussi échevin du

Cateau-Cambrésis 241 . A cette date, il rendit au diocèse de Cambrai un dénombrement, c'est-à-dire

un recensement de la population de son village 242 .

Le fils aîné de Jean, lui aussi appelé Jean de Ruesne, fut baptisé le 1 er février 1713 au Cateau-

Cambrésis. Son parrain était son oncle François de Ruesne. Comme son père, il devint avocat en

parlement. Le 21 avril 1733, il fut témoin lors du mariage de sa cousine Catherine Joseph Marie

Deruesne avec Louis Joseph Rodriguez. A cette date, Jean était déjà seigneur de Pronville 243 ,

vraisemblablement par achat. Il mourut au Cateau-Cambrésis le 18 août 1757 et fut enterré dans

l’église Notre-Dame. Sa veuve, Marie Joseph de Maulde, prit en charge la gestion de ce fief en

attendant la majorité de son fils Jean Baptiste François de Ruesne (env. 1748-1766), qui

décédera malheureusement avant d’atteindre la majorité. En conséquence, Marie Joseph de Maulde

resta maître de Pronville au moins jusqu’en 1780 244 – bien qu’elle n’y ait probablement jamais posé

les pieds, ayant vécu toute sa vie au Cateau.

237 Hyacinthe Thérèse de Ruesne, fille de François de Ruesne et Marie Françoise Colau née en 1707, est à bien

distinguer de sa cousine du même nom, fille de Jean de Ruesne et Marie Philippine Dupont, née en 1715. La première

est décédée au Cateau, vraisemblablement célibataire, en 1761 à l’âge de 53 ans, alors que la seconde, qui épousa Hubert

Joseph Bonnaire et devint Dame de Pronville, était vivante en 1777.

238 Diocèse de Cambrai, « 3G. Evêché puis archevêché de Cambrai ».

239 Installé à Douai, supprimé en 1790. C’est de la seconde dont il est ici question.

240 ParleFlandre, cote 3657, 1721 : « État des dépens dans le procès ayant opposé Henry Théodore Delapierre, chevalier, marquis de

Bousies, seigneur Deforest, contre Jean de Ruesnes, demeurant au Cateau-Cambrésis ». Voir http://parleflandre.univlille2.fr/index.php/Affaire/2169ParleFlandre,

« Détails de l’affaire portant la cote 3657 ».

241 Diocèse de Cambrai, « 3G. Evêché puis archevêché de Cambrai ».

242 Diocèse de Cambrai. Je ne suis pas encore parvenu à consulter ce recensement.

243 Désormais Pronville-en-Arthois, dans le Pas-de-Calais.

244 « Arnould-Joseph Mairesse possédait le domaine de Pronville vers le milieu du xviiie siècle. En 1780, il y avait quatre seigneuries dans

l'étendue du territoire ; elles appartenaient à MM. Mairesse, Rouvroy de Libessart, Lefebvre de Noureuil (Noreuil) et à Mme de Maulde »,

peut-on lire sur la page Wikipédia de Pronville (désormais Pronville-en-Artois). Il est possible que Jean Baptiste

François Deruesne, héritier du fief de Pronville, soit mort avant d’atteindre la majorité, ce qui aurait laissé celui-ci entre

les mains de sa mère. Cela n’est cependant pas confirmé. Voir Wikipédia, « Pronville-en-Artois ».

78


b. Un mariage consanguin

On ignore ce qui poussa la famille de Ruesne à réclamer une dispense de consanguinité permettant

à Jeanne de Ruesne, dame de Pronville, d’épouser le 20 mai 1777 au Quesnoy son cousin germain,

Louis Bonnaire, docteur en droit canonique et civil à l’université de Douay et échevin de la même

ville.

Jeanne Catherine Philippine Josèphe de Ruesne, née vers 1751, était la veuve de Maître

Antoine Joseph Marie Hubert, conseiller du Roi et lieutenant particulier au bailliage royal du

Quesnoy. Fille de Jean François de Ruesne, seigneur de Pronville et avocat au Parlement, et de

Marie Joseph de Maulde (ou Demaude), elle avait un frère du nom de Jean Baptiste François

de Ruesne, précédemment mentionné, héritier de Pronville, dont les fonctions de seigneur furent

assumées par sa mère dès 1758 245 et au moins jusque 1780 246 .

Son époux, Louis Désiré Joseph Bonnaire, était né vers 1750 d’Hubert Joseph Bonnaire,

trésorier-massard au Cateau-Cambrésis, et de Hyacinthe Marie Thérèse de Ruesne, la tante

paternelle de l’époux. En 1755, Hyacinthe de Ruesne, probablement veuve depuis peu, avait récupéré

au nom de son fils, alors tout jeune, un fief mouvant de l’évêché de Cambrai situé au Cateau-

Cambrésis 247 .

Figure 74 – Le lien de parenté entre Louis Bonnaire et Jeanne Deruesne

En 1767, Hyacinthe vivait au Cateau (paroisse Notre-Dame) 248 , où elle devient marraine, le 20 juin

1769, de Marie Joseph Françoise Philippine Rodriguez, fille de François Antoine Régis Rodriguez

245 « 3 G 476. Fiefs mouvant de l'Evêché. Fiefs de Pronville et de Wingle au Cateau. 1647-1758. Pièces 9166 à 9170. Dénombrements

rendus par Jacques Lasne, bailli de la terre de Pronville et procureur d'office de la ville du Cateau, au nom de Jacques Michel, seigneur de

Pronville, ancien échevin de Valenciennes (1647), François Des Grugeliers, à Valenciennes (1694), Marie-Joseph Demaude, au

nom de son fils J.-B. François Deruesne (1758), pour le fief de Pronville, possédant haute, moyenne et basse

justice. Dénombrements rendus par Jean Lecerf, procureur de Marguerite-Joseph Ballicque, au nom de sa fille Marguerite-Joseph Lievou

(1686), Séraphin-François de Flines, écuyer, seigneur de Barastre (1740), pour des terres, jardin et droit de forage appelés le fief de Wingle.

Vers la Haute Corvée. Chemins de Pommereul à Forest et de Hurtevent à Landrecies. Grand Bois l'Evêque ». Voir Diocèse de

Cambrai, « Evêché puis archevêché de Cambrai ».

246 « Arnould-Joseph Mairesse possédait le domaine de Pronville vers le milieu du xviiie siècle. En 1780, il y avait quatre seigneuries dans

l'étendue du territoire ; elles appartenaient à MM. Mairesse, Rouvroy de Libessart, Lefebvre de Noureuil (Noreuil) et à Mme de Maulde »,

peut-on lire sur la page Wikipédia de Pronville (désormais Pronville-en-Artois). Il est possible que Jean Baptiste

François Deruesne, héritier du fief de Pronville, soit mort avant d’atteindre la majorité, ce qui aurait laissé celui-ci entre

les mains de sa mère. Cela n’est cependant pas confirmé. Voir Wikipédia, « Pronville-en-Artois ».

247 Diocèse de Cambrai, « 3G. Evêché puis archevêché de Cambrai ».

248 Duval, « Arbre généalogique Bruno DUVAL ».

79


(conseiller municipal au Cateau-Cambrésis) et de Marie Anne Badière 249 . Le 28 avril 1774, cette fois

au Quesnoy, elle devient marraine une nouvelle fois, cette fois de Joseph Désiré Brabant (né

Hubert, du nom de sa mère), fils de Louis Joseph Brabant et Marie Anne Angélique Hubert 250 .

Lors de la Révolution française, Hyacinthe Thérèse prend peur et fuit, abandonnant derrière elle

ses biens, dont elle est par la suite dépossédée. Une partie de ceux-ci fut liquidée le 30 mars 1827,

lorsque Jean Baptiste Joseph George, un ancien garde du corps du Roi et cousin germain de

Hyacinthe par sa mère, en récupère trois seizièmes. Le même jour, trois trente-deuxièmes de

l’indemnité restante sont liquidés 251 . Le 18 février 1828, c’est au tour d’Auguste Benoit Cosme

Demaude, lui aussi lié à la famille, de récupérer un seizième des biens de Hyacinthe, alors qu’un

autre seizième est liquidé 252 .

Le fils (et neveu par alliance) de Hyacinthe Thérèse, Louis Désiré Bonnaire, émigra lui aussi lors

des troubles révolutionnaires avec son épouse Jeanne Catherine Philippine Josèphe de Ruesne.

Ses biens, d’une valeur totale de 12 033 francs (8712 F pour Louis, et 3321 F pour son épouse 253 )

furent répartis le 30 août 1828 entre sa sœur Humbertine Hyacinthe Dieudonnée Bonnaire et

sa nièce Caroline Hyacinthe Marie Leroy. Toutes deux héritèrent conjointement d’un quart des

biens du couple, alors que leur cousin Désiré Augustin François Goffart 254 en reçevait un autre

quart. L’autre moitié des biens est ensuite liquidée 255 .

249 Duval.

250 Brabant, « Charles Brabant ».

251 Ministère des Finances, États détaillés des liquidations faites par la Commission d’Indemnité, à l’époque du 31 décembre 1827, en

exécution de la loi du 27 avril 1825, au profit des anciens propriétaires ou ayant-droit des anciens propriétaires de biens-fonds confisqués

ou aliénés révolutionnairement, vol. 2, sect. Département du Nord, 14.

252 Ministère des Finances, États détaillés des liquidations faites pendant l’anée 1828, par la Commission d’Indemnité, en exécution

de la loi du 27 avril 1825, au profit des anciens propriétaires ou ayant-droit des anciens propriétaires de biens-fonds confisqués ou aliénés

révolutionnairement, 4:542.

253 Il n’est pas clair si les biens de Jeanne s’additionnent ou se soustraient à ceux de son mari.

254 Lien de parenté inconnu.

255 Ces sommes étaient des actifs, et non des passifs. Le restant net liquidé était de 261F pour les biens de son mari et

de 100F pour ceux de son épouse, selon une décision du 24 octobre 1828 (état d’inscription n°1799). Voir Ministère

des Finances, États détaillés des liquidations faites pendant l’anée 1828, par la Commission d’Indemnité, en exécution de la loi du 27

avril 1825, au profit des anciens propriétaires ou ayant-droit des anciens propriétaires de biens-fonds confisqués ou aliénés

révolutionnairement, 4:570‐71.

80


c. Une curieuse union avec les Deruesne du Quesnoy

Si aucun lien de sang n’est à ce jour connu entre les de Ruesne du Cateau-Cambrésis et les Deruesne

du Quesnoy, les deux familles se connaissaient cependant, ayant uni leurs progénitures à Condésur-l’Escaut

le 27 mai 1749. Ce jour-là, en effet, le curé Jean-Baptiste Deruesne, de la branche

du Quesnoy (voir la section à son sujet en page 95), scella l’union de sa « nièce » Anne Joseph

Darthois avec Charles Ignace Joseph de Ruesne, de la branche du Cateau-Cambrésis. Il s’agit

là de l’unique lien connu entre les deux branches.

Pour être tout à fait exact, il convient de préciser que la mariée n’était pas formellement la nièce du

curé, mais plutôt la fille du premier mariage du beau-frère du curé – voir l’arbre généalogique cidessous

(Figure 75). Gilles Augustin Darthois avait en effet été marié une première fois avec

Jacqueline Anne Bavay, qui décéda en 1727 des suites de son cinquième accouchement. Gilles se

remaria moins de deux ans plus tard avec Marie Magdelaine Deruesne. Anne Joseph Darthois, qui

épousa Charles Ignace Joseph de Ruesne en 1749, était donc issue du premier mariage de son père.

Couple de Ruesne-Inconnu

Deruesne-Inconnu

Le Cateau-Cambrésis

Le Quesnoy

Jean de Ruesne

°env. 1670-1751

Jacqueline A. Bavay (1)

Gilles Aug. Darthois

(2)

Marie Mad. Deruesne

Jean-Baptiste Deruesne

Avocat en Parlement et licencié ès lois

& Marie Philippine J. Dupont

1692-1727

1721

°1691

Lieut. et échev. de Condé

1692-1768

Déc. 1764

Curé de Fresnes-sur-Escaut

Charles Ignace J. de Ruesne

°1723

Licencié en médecine, échevin du Cateau

1749

Anne Joseph Darthois

°env. 1723

Figure 75 – Le seul lien connu entre les de Ruesne du Cateau-Cambrésis et les Deruesne du Quesnoy

81


Jean de Ruesne, avocat

& M. Françoise Dupont

?

François de Ruesne, tanneur

& M. Françoise Colau

M. Françoise J. de Ruesne

°1701

Catherine J. M. de Ruesne

°env. 1704-1745, & Louis J. Rodriguez

Antoine Honoré Magloire de Ruesne

Françoise Hyac. J. de Ruesne

°1705 °env. 1751-1751

M. Hyacinthe Thérèse de Ruesne Marie Joseph Julie de Ruesne

1707-1761 °1752

Jean François J. de Ruesne

Jean Baptiste de Ruesne

°1711 °env. 1754-1757

M. Françoise de Ruesne Charles Aimé Marie de Ruesne

°1712 1755-1755

Antoine Honoré J. de Ruesne

Louis J. Fr. Dieud. de Ruesne

°1714 1756-1757

Antoinette Françoise de Ruesne Nicolas Fr. Xavier de Ruesne Henriette E. Virlet

°1715 °1757, & Agnès Lasson 1799-1876

François Ant. Hon. Magl. de Ruesne Jean Bapt. Aug. J. de Ruesne Pierre-Théod. Virlet

°1720, & Marie J. Capitaine 1758-1759 1800-1894

M. Jeanne Françoise Marie Thérèse Aug. de Ruesne Fanny Sophie Virlet

°1722 °1760, & Jean J. Virlet °1801

Jean Fr. J. de Ruesne, Sgr de Pronville

Jean Baptiste Fr. de Ruesne

1713-1757, & Marie J. de Maulde °env. 1748-1766

François de Ruesne

Jeanne Cath. P. J. de Ruesne

°1714 °1751, & Louis Désiré Bonnaire

Hyacinthe Thérèse de Ruesne

Jean Baptiste M. J. de Ruesne

°1715, & Hubert Joseph Bonnaire °1752

1777

Henriette Joseph de Ruesne

Louis Désiré Bonnaire

°1717 °1750, & Jeanne C. Ph. J. de R.

Marie Madeleine J. de Ruesne

Humbertine Hyac. D. Bonnaire

°1719 ?-?

Alexandrine J. de Ruesne ?

°1721 & … Leroy

Charles Ignace J. de Ruesne

Jean Baptiste J. de Ruesne

°1723, & Anne Joseph Darthois 1765-1772

Figure 76 – Descendance du couple de Ruesne-inconnu du Cateau-Cambrésis

82


La branche Druesne-Soufflet

Outre les Deruesne, on trouve aussi au Cateau-Cambrésis une petite branche de Druesne, issue de

Jean François Druesne († av. 1740) et Marie Jeanne Soufflet († apr. 1740). Ils eurent au moins

cinq enfants : Marie Catherine (1704), Marie Michelle (1706), Jean Louis (1708), Marie Anne

Thérèse (1711) et Jean François (1713). C’est à peu près tout ce que l’on sait sur cette famille.

Jean Fr. Druesne

† 1740

& M. Jeanne Soufflet

M. Catherine Druesne M. Michelle Druesne Jean Louis Druesne M. A. Thérèse Druesne Jean Fr. Druesne

°1704 °1706 1708-1756 °1711 °1713

& M. Joseph Lenne

Figure 77 – Descendance directe de la branche Druesne-Soufflet du Cateau-Cambrésis

Comme leurs cousins du Quesnoy, les de Ruesne du Cateau semblent n’avoir manqué de rien :

avocats au Parlement de Flandre, conseillers du Roi, propriétaires, etc. Leurs professions

témoignent d’un haut niveau d’éducation, et leur situation financière était suffisante pour qu’ils

achètent une seigneurie et se trouvent dans l’obligation d’émigrer à la Révolution.

Figure 78 – Les signatures des témoins sous l’acte de mariage de Charles Ignace de Ruesne et Anne Darthois

83


Faits et individus remarquables

La Mère de Ruenne de saint Louis, religieuse du Saint-Sépulcre à Charleville

Lorsque le 13 février 1790, les couvents de France furent

supprimés, les religieuses sépulcrines de Charleville se

séparèrent et retournèrent dans leurs familles respectives, alors

que leur maison était vendue. Cet ordre religieux, fondé en

France en 1620, était très attaché à la pensée permanente à la

passion du Christ et pratiquait diverses formes de

mortification 256 .

La Mère de Ruenne de saint Louis demanda à « se retirer à

l’Hôtel-Dieu de Mézières, offrant d’abandonner audit Hôtel-

Dieu la pension que la loi lui attribuait ; sa demande ne put être

accueillie faute de place » 257 . Elle fit partie des dernières

religieuses à quitter le couvent de Charleville 258 .

Figure 79 – Costume traditionnel des

religieuses sépulcrines (domaine public)

Marie Joseph Julie de Ruenne de saint Louis, de son nom

religieux, ou Marie Joseph Julie de Ruenne (ou Ruesne), de son

nom civil, était née au Cateau-Cambrésis le 23 juin 1752. Novice

le 28 avril 1772, elle fit profession le 4 mai 1773. Après sa sortie

du couvent en 1790, elle reçut sa pension à Charleville jusqu’au

1 er nivôse an IV (22 décembre 1795). Elle était la fille d’Antoine

de Ruesne (ou Ruenne) et Marie Joseph Capitaine 259 , de la

famille des de Ruesne du Cateau-Cambrésis – qui aurait été, selon

Virlet d’Aoust, la dernière héritière de la famille des Ruenne-

Vendegies (voir p. 85).

256 Wikipédia, « Chanoinesses du Saint-Sépulcre ».

257 Albot, « Les religieuses chanoinesses du Saint-Sépulcre de Charleville », 1889, 663.

258 Albot, 663.

259 Albot, « Les religieuses chanoinesses du Saint-Sépulcre de Charleville », 1891, 751.

84


Marie Thérèse Ruesnes de Vendegies, la « dernière héritière »

Au 19 ème siècle est décédée Marie Thérèse Augustine Ruesnes de

Vendegies, qui aurait été la dernière héritière directe de la famille

des sires de Vendegies et de Ruesnes. C’est du moins ce que

prétendait son beau-fils Pierre-Théodore Virlet d’Aoust 260 , dans

la biographie duquel on trouve des informations sur cette femme 261 .

Il y est en effet expliqué que cette dame, orpheline dont la famille

était « déjà renommée au X e siècle » 262 , avait été élevée par son oncle

maternel, qu’elle avait accompagné en prison à Laon pendant la

Terreur (1793). Veuve, elle éleva seule les trois enfants issus du

précédent mariage de son mari : Henriette Emelie, Pierre-Théodore

et Fanny Sophie Virlet.

Marie Thérèse Augustine était née au Cateau-Cambrésis le 14

janvier 1760. Elle était la fille de François Antoine Honoré

Magloire Deruesne et de Marie Joseph Capitaine, qui ne

semblent pas avoir porté le nom « de Vendegies » pas plus que leurs

parents. Rien n’est venu prouver, jusqu’à présent, que Marie Thérèse

Augustine ait en effet été l’héritière des seigneurs de Ruesnes et de

Vendegies 263 .

Figure 80 – Pierre-Théodore Virlet

d'Aoust (Etienne Carjat pour Gallica)

Son oncle, M. Capitaine, était en 1774 subdélégué 264 à Landrecies 265 ainsi que bailli de Bousies et

Forest 266 . Marie Thérèse Augustine épousa Jean Joseph Virlet à Avesnes-sur-Helpe le 27 messidor

de l’an XI (16 juillet 1803), et adopta Pierre-Théodore, fils de la précédente épouse de son mari,

qui était né le 18 mai 1800, ainsi que ses deux sœurs.

260 Cfr. Wikipédia, « Pierre Théodore Virlet d’Aoust ». Voir aussi « Fondation de la ville de New-York, en 1623, par

une colonie de Flamands avesnois et wallons : Communication de M. P.-Th. Virlet d’Aoust », 312, la photo vient de la

page 359.

261 « M. Théodore Virlet, ayant perdu ses parents très jeune, fut élevé, lui et ses deux sœurs, par une belle-mère, femme d’un très-grand

mérite et d’une haute distinction, Mlle Marie-Thérèse-Augustine de Ruesnes, dernière héritière directe d’une des plus anciennes familles du

pays, les seigneurs de Ruesnes et de Vendégies, déjà renommée au X e siècle. Orpheline elle-même, dès son plus bas âge, elle avait été élevée

par un oncle maternel, M. Capitaine, qui fut le dernier subdélégué de la ville de Landrecies. Ce haut fonctionnaire, pendant la Terreur de

1793, ayant été traîné dans les prisons de Laon, sa nièce l’y suivit, et parvint par son courage et son énergie à sauver, sinon sa fortune, du

moins sa tête, menacée comme tant d’autres, à cette époque néfaste, de tomber sous l’échafaud. À la mort de son mari, cette jeune dame,

quoique belle encore, se dévoua de nouveau, en adoptant, dans toute l’acceptation du mot, ses trois enfants et leur consacra sa vie ». Glaeser,

Biographie nationale des contemporains, 805.

262 Virlet d’Aoust avait certainement lu l’ouvrage de Jean-Baptiste Le Carpentier : Histoire Genealogique Des Païs-Bas, Ou

Histoire De Cambray, Et Du Cambresis.

263 D’autant plus qu’elle avait au moins quatre frères ayant atteint l’âge adulte, qui auraient donc théoriquement pu

transmettre leur patronyme à leur descendance.

264 « Le subdélégué était une sorte de sous-préfet. Toujours originaire du pays, cet homme était nommé par l'Intendant et ne dépendait que

de lui. Sa fonction : renseigner l'Intendant et transmettre ses ordres ». Voir Delfosse, « Les provinces du nord de la France sous

l’ancien régime ».

265 Ardouin-Dumazet, Le nord de la France, 260.

266 Cerisier, « Les subdélégués de l’intendant Taboureau et le commerce des grains en Hainaut à l’époque de Terray

(1769-1774). », 32.

85


Druesne mentionnés sur le monument aux morts du Cateau-Cambrésis

Les Druesne suivants sont mentionnés sur le monument aux morts du Cateau-Cambrésis 267 :

- Druesne, victime de la campagne franco-prussienne de 1870-1871 268 – en l’absence de

prénom, on ignore de qui il s’agit ;

- Charles Druenne, victime civile de la guerre 1914-1918 – on ignore de même de qui il

s’agit ;

- Adolphe Magloire Druenne, né à Neuvilly le 10 février 1890 et mort pour la France le 19

octobre 1916 à Bray-sur-Somme des suites de ses blessures. Il était le fils de Magloire

Druenne et Emma Champagne et un descendant de la branche Druesne-Robace de

Vendegies-au-Bois (voir la note à son sujet en page 145) ;

- Daniel Druesne, victime civile de la guerre 1914-1918, décédé à Ferrière-la-Grande (Nord)

le 28 octobre 1918, fils d’André Druesne et Augustine Aline Le Clercq et descendant de la

branche issue de Victoire Druesne, à Solesmes (voir la section à son sujet en page 135).

Le Nouvion-en-Thiérache

Le Nouvion-en-Thiérache est l’un des seuls foyers de la famille Druesne à se situer dans le

département de l’Aisne, et non dans celui du Nord. Le Nouvion se trouve donc entouré de

communes peu évocatrices pour la famille, à l’exception notable de Leschelle et Fontenelle.

Branche principale : la branche Druenne-Mollet

L’unique branche connue de la famille dont les origines se trouvent au Nouvion-en-Thiérache est

issue de François Joseph Druenne (°env. 1694-1774) et Marie Agnès Mollet (°env. 1704-1764).

Le couple, marié à Beaurain le 8 novembre 1763, eut au moins cinq enfants : Marie Françoise (°env.

1723-1797), Michel Joseph (°env. 1726), Marie Thérèse (°env. 1735-1760, ép. Jacques Joseph

Wanecque), Marie Madeleine (°env. 1738-1816, ép. Joseph Ego) et Thomas Joseph Druenne (?-?,

ép. Marie Anne Denis).

François Joseph Druenne

°env. 1694-1774

M. Françoise Druenne Michel J. Druenne

& Marie Agnès Mollet

M. Thérèse Druenne M. Madeleine Druenne Thomas J. Druenne

°env. 1723-1797 °env. 1726 °env. 1735-1760 °env. 1738-1816 ?-?

& Marie Louise Canon & Jacques J. Wanecque & Joseph Ego & Marie Anne Denis

Thomas Joseph D.

1765-1765

André Joseph D.

°1766

M. L. Constance D.

°1769

Scolastique Phil. D. M. J. Aldegonde D.

1772-1772 °1773

M. A. Thérèse D.

1776-1777

Figure 81 – Descendance de la branche Drunne-Mollet du Nouvion-en-Thiérache

Certains généalogistes 269 font de François Joseph le fils d'André Druesne (°env. 1665, † av. 1753)

et Elisabeth Dothel (°env. 1665, † 29 novembre 1753 à Vendegies-au-Bois). A ma connaissance,

cette filiation n’est cependant pas prouvée. La même source fait même d'André Druesne le fils

267 Voir la liste des Druesne morts pour la France en annexe XXI, page 187.

268 Mentionné dans la Monographie communale de Le Cateau. Voir Inspection primaire du Quesnoy, Monographie communale

de Le Cateau.

269 Navez, « Marie Agnès NAVEZ ».

86


premier-né du couple Druesne-Dumont de Forest-en-Cambrésis, mais cette filiation, de même

que bien d’autres présentées dans la même source, semble fantaisiste et peu étayée.

Faits et individus remarquables

Jules César Druenne, communard et bagnard en Nouvelle-Calédonie

En 1871, un certain Jules César Druenne, participe à l'insurrection de la « Commune de Paris » 270 .

Il sera ensuite jugé et envoyé au bagne en Nouvelle-Calédonie (matricule 2146 271 ), avant de rentrer

à Paris et d'y commettre un autre méfait.

Né le 12 juin 1830 au Nouvion-en-Thiérache (Aisne) 272 , il était le fils de Louis Désiré Druenne et

Marie Rose Julie Prévost 273 , et issu de la branche du couple Druenne-Mollet du Nouvion-en-

Thiérache. A l’époque de la Commune, ayant été à Paris depuis près de quinze ans, il n’avait déjà

plus de connaissances en-dehors de la ville. Avant son engagement, il vivait à la rue de la Quintinerie

à Paris (n°5 – quartier de Vaugirard, 15 ème arr.), était célibataire, charretier et comptable 274 . Jules

était haut d’1m70, avait des cheveux et des sourcils bruns, un front bombé, des yeux gris, un nez

ordinaire, une bouche moyenne, un menton rond, un visage ovale et le teint pâle. Il ne portait pas

de barbe et avait une légère cicatrice sur le nez 275 .

Figure 82 – Extrait du jugement de Jules à la déportation en enceinte fortifiée (commuée en déportation simple), à Paris le 1 er février

1872 (ANOM)

Engagé dans la garde nationale en janvier 1871 par manque de revenus propres alors que la ville de

Paris était assiégée par la Prusse 276 , Jules est incorporé au 156 ème bataillon, dans la 2 ème compagnie

270 Wikipédia, « Commune de Paris (1871) ».

271 Pérennès, Déportés et forçats de la Commune. De Belleville à Nouméa, 388. Archives nationales d’outre-mer, matricule

2146, cote de référence (de son dossier de bagnard) FR-ANOM-COL-H78, code de communication FM

H78/druennejul. Ce dossier est conservé par le Centre des Archives d'Outre-Mer (CAOM) à Aix-en-Provence

(Bouches-du-Rhône). Informations complémentaires fournies par Guinard, « Jules César Druenne », 1 janvier 2019.

272 Pérennès, Déportés et forçats de la Commune. De Belleville à Nouméa, 388; Archives nationales d’outre-mer, Druenne, Jules

César.

273 Archives nationales d’outre-mer, Druenne, Jules César.

274 Pérennès, Déportés et forçats de la Commune. De Belleville à Nouméa, 388; Archives nationales d’outre-mer, Druenne, Jules

César.

275 Archives nationales d’outre-mer, Druenne, Jules César.

276 Wikipédia, « Chronologie du siège de Paris (1870-1871) ».

87


de marche, alors en plein renforcement d’effectifs 277 . Il restera simple garde, sans grade, pendant

toute sa courte carrière militaire. Désireux de rejoindre, en raison de son âge, une compagnie

sédentaire, il n’aura d’autre choix, faute de place que de rejoindre une compagnie de marche.

A cette époque, la France, humiliée, vient de capituler face à la Prusse. Le 18 janvier, l’empire

allemand est proclamé dans la Galerie des Glaces du château de Versailles. Napoléon III est

prisonnier à Sedan. Le 28 janvier, Jules Favre et Otto von Bismarck signent un armistice temporaire

et la France s’engage à convoquer une nouvelle Assemblée nationale afin de décider de la reprise

ou non des hostilités. Le 8 février, des élections législatives organisées à la hâte se dégage une forte

majorité monarchiste et pacifiste dans le pays ; à Paris cependant, ce sont les républicains qui

l’emportent, portés par les Parisiens qui, affamés par le siège prussien, refusent d’admettre la défaite

de la France et veulent continuer à se battre. En conséquence, le peuple de Paris se retourne contre

le gouvernement : c’est la guerre civile. Le 18 mars, le gouvernement décide de récupérer au profit

de l’armée les canons de la garde nationale, qui avait combattu contre l’occupant prussien. Les

gardes refusent et se joignent à l’insurrection populaire contre le gouvernement : la Commune de

Paris a commencé.

A ce moment, Jules, n’ayant d’autre revenu que sa solde de la garde nationale, décide de rester dans

les rangs de celle-ci. Après avoir été stationné à Grenelle, au Trocadéro, à Bicêtre et au moulin

Saquet, Jules revint à Paris avec son bataillon le 25 mai, au cœur de la semaine la plus sanglante de

l’insurrection. Il y entre par la porte d’Ivry, après avoir passé la nuit du 24 mai au fort d’Ivry. Le 26

mai, il passe par la mairie du 12 ème arrondissement, puis par le Cours de Vincennes et le Boulevard

de Puebla ; le 27 mai, Jules se trouve isolé de son bataillon lorsqu’une partie de celui-ci sort de la

ville par la porte de Romainville. Il passe alors la journée entre cette dernière et la porte de Bagnolet.

Après avoir passé la nuit à la rue de Belleville, Jules se trouve à nouveau à la porte de Romainville

le 28 mai à huit heures du matin, en uniforme de la garde mais sans ses armes, qu’il avait

abandonnées la veille. La porte étant fermée, il se trouve dans l’incapacité de sortir ; lorsqu’une

troupe pro-gouvernementale arrive, Jules se rend sans résistance. Ce même jour, au terme d’une

semaine de répression intense, l’insurrection prend fin. Le 25 août suivant, la garde nationale est

définitivement supprimée.

Figure 83 – Batterie d’artillerie servie par les gardes nationaux,

pendant le siège de Paris (Wikimedia Commons)

Figure 84 – Gardes nationaux et curieux sur la colonne

Vendôme renversée le 16 mai 1871 (Bruno Braquehais,

Wikimedia Commons)

277 Lois des 10 et 18 août 1870. Voir Wikipédia, « Garde nationale (France) ».

88


Dans les mois qui suivirent commencèrent les nombreux procès des participants de la Commune.

Jules est interrogé à deux reprises : le 12 septembre 1871 et le 19 janvier 1872 278 . Questionné sur sa

participation personnelle à l’insurrection, Jules reconnaît avoir fait usage de son arme à une seule

occasion : sur le Cours de Vincennes, lorsque son bataillon s’est trouvé au cœur d’un échange de

tirs. Un homme, dit-il, fut abattu d’une balle perdue ; son bataillon et lui n’avaient cependant, à l’en

croire, tiré qu’en direction des volets des maisons qui leur faisaient face.

Soupçonné de faire partie de l’Internationale communiste, Jules affirme qu’il ne sait même pas de

quoi il s’agit, et ajoute qu’il n’a jamais eu d’opinions politiques – que sa seule motivation pour suivre

son bataillon était la solde que celui-ci lui assurait, et qu’y étant engagé, il était contraint de se plier

aux ordres et de se battre. Jules ne partait pas gagnant, ayant précédemment été condamné à un

mois de prison, le 19 octobre 1870, pendant le siège prussien 279 , pour avoir volé une couverture

alors qu’il participait aux travaux de fortification de la ville de Paris 280 .

Le 1 er février 1872, il est jugé à Versailles pour sa participation à l’insurrection, lors du vingtième

Conseil de guerre permanent de la première division militaire 281 . Il est alors reconnu, à l’unanimité

des voix, coupable « d’avoir, dans un mouvement insurrectionnel, porté des armes apparentes dont il a fait usage

étant revêtu d’un uniforme militaire » 282 . Il est condamné à payer ses frais de procès (24 francs) ainsi qu’à

la déportation en enceinte fortifiée, « conformément aux articles 5 de la loi du 24 mai 1834 ; 5 de la

Constitution de 1848, 1 er de la loi du 16 juin 1850 et 267 du code militaire » 283 . Le 7 mars, ce jugement est

confirmé et mis en application le 16 du même mois par décision du Conseil de Révision de Paris 284 .

Le 24 juillet, sa peine est commuée en déportation simple 285 , ce que les journaux parisiens, parlant

de lui plusieurs années plus tard, semblent avoir ignoré.

278 Voir les transcriptions de ces deux interrogatoires en annexe XIX, page 180.

279 Pérennès, Déportés et forçats de la Commune. De Belleville à Nouméa, 388.

280 Gazette des Tribunaux, « Chronique », 1064; Le Figaro, « Figaro », 2; Le Gaulois, « Le Gaulois », 2.

281 Bouvier, « Conseils de guerre et condamnés de la Commune de Paris, 1870-1873, sous-série GR 8 J », 185; Archives

nationales d’outre-mer, Druenne, Jules César. Voir aussi Conseil n°20, dossier n°113, GR 8 J 428.

282 Archives nationales d’outre-mer, Druenne, Jules César.

283 Archives nationales d’outre-mer; Pérennès, Déportés et forçats de la Commune. De Belleville à Nouméa, 388 avance la date

du 12 février de la même année. Il s’agit cependant d’une erreur, comme en témoigne son jugement, conservé dans

son dossier de bagnard, aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence.

284 Archives nationales d’outre-mer, Druenne, Jules César.

285 Archives nationales d’outre-mer; Da Costa, La Commune Vécue, 3:408.

89


Figure 85 – Extrait de « l’avis de décision gracieuse » de commutation de la déportation en enceinte fortifiée à une déportation

simple 286

Le 8 mai 1873, il embarque à Brest (fort Quélem) sur le Calvados à destination de la Nouvelle-

Calédonie 287 . Le 27 septembre, il arrive en Nouvelle-Calédonie 288 , et est débarqué à l’Île des Pins le

3 octobre 289 . Le jour même de son arrivée, un déporté perdait la vie, âgé d’à peine 35 ans 290 …

Figure 86 – Le Calvados, à bord duquel Jules embarqua pour la

Nouvelle-Calédonie (photo fournie par M. Guinard 291 )

Figure 87 – Représentation d’un débarquement de déportés à

Nouméa (Le Monde illustré, 1873, p. 88 292 )

Les ruines du bagne de l’Ile des Pins, utilisé de 1864 à 1924, existent encore de nos jours. Environ

21 000 Français de métropole furent déportés en Nouvelle-Calédonie pendant cette période 293 ; les

condamnés aux travaux forcés étaient envoyés à l’île Nou, les déportés en enceinte fortifiée sur la

presqu’île de Ducos, et les condamnés à la déportation simple étaient conduits à l’île des Pins 294 ,

entourée d’un océan plein de requins. 240 déportés de la Commune y perdirent la vie entre 1872

et 1880 295 . L’objectif initiale de la déportation en Nouvelle-Calédonie, à savoir le peuplement des

286 Archives nationales d’outre-mer, Druenne, Jules César.

287 Archives nationales d’outre-mer.

288 Archives nationales d’outre-mer.

289 Archives nationales d’outre-mer.

290 Kohler, « Aumônerie de la Commune et du Bagne. Île des Pins, 1872-1885 ».

291 Guinard, « Jules César Druenne », 1 janvier 2019.

292 Pisier, « Les déportés de la Commune à l’île des Pins, Nouvelle-Calédonie, 1872-1880 ».

293 Wikipédia, « Bagne de Nouvelle-Calédonie ».

294 Chene, « L’ile des pins, un espace carcéral (1872-1913) ».

295 Un mois à Nouméa, « Ile des Pins - Le bagne ».

90


îles par des condamnés français, échoua lamentablement, une large majorité des condamnés libérés

ayant fait le choix de retourner en métropole 296 .

Figure 88 – Ruines du bagne de l’Île des Pins (© Ben Caledonia

on Flickr)

Figure 89 – Timbre commémoratif du bagne de l’Île des Pins

(La Poste)

Le 15 janvier 1879, Jules bénéficie d’une remise de peine 297 , d’une « grâce entière » 298 , grâce au décret

passé le 15 janvier de la même année 299 . Le 29 juin, il embarque à nouveau à bord du Calvados, qui

le ramène en France 300 . Le départ était initialement prévu le 20 juin 301 . Arrivé à Paris, il déclare se

rendre au 10 bis , rue de la Procession pour y vivre 302 . En octobre de la même année, à peine arrivé,

déjà ivre sur la place Cambronne à Paris, il agresse des agents sur la voie publique. Il est condamné

à un mois de prison et cinq francs d'amende.

On parle alors de lui dans « La Gazette des Tribunaux » :

Jules César Druenne, quarante-neuf ans, charretier, condamné à la déportation dans une enceinte fortifiée

pour faits relatifs à la Commune, et, en outre, en 1870, à un mois de prison pour vol. À dix heures du

soir, place Cambronne, il a été arrêté dans un état d'ivresse manifeste, a traité les agents de canailles,

d'imbéciles, ajoutant : « Si je vous tenais dans un coin, je vous bourrerais de coups de poing. » Le Tribunal

[de police correctionnelle] l'a condamné à un mois de prison pour le délit, et à 5 francs d'amende pour

l'ivresse. Il était arrivé à Paris de l'avant-veille 303 .

Dans « Le Figaro » :

Autre amnistié. Celui-là s'appelle Jules-César Druenne. Il a été deux fois condamné, d'abord pour vol, et

plus tard à la déportation dans une enceinte fortifiée, pour participation à la Commune. Le Tribunal l'a

296 Croix du Sud, « Le bagne : transportation, relégation, déportation ».

297 Pérennès, Déportés et forçats de la Commune. De Belleville à Nouméa, 388. Voir aussi le dossier de bagnard de Jules,

conservé aux Archives nationales d’outre-mer (ANOM) à Aix-en-Provence.

298 « Etat nominatif des déportés graciés ou commués en diverses peines qui doivent embarquer à bord du Calvados

dont le départ est annoncé le 20 juin ».

299 Archives nationales d’outre-mer, Druenne, Jules César.

300 Archives nationales d’outre-mer.

301 « Etat nominatif des déportés graciés ou commués en diverses peines qui doivent embarquer à bord du Calvados

dont le départ est annoncé le 20 juin ».

302 L’immeuble situé à l’époque de Jules au numéro 10bis, rue de la Procession n’existe désormais plus. S’y trouve

désormais une construction d’appartements de style « années 1970 » au rez-de-chaussée duquel se trouvait en mai 2018

un établissement d’amincissement et de diététique (images Google Street View).

303 Gazette des Tribunaux, « Chronique », 1064.

91


condamné à un mois de prison, pour avoir traité les gardiens de la paix de canailles, d'imbéciles, et les avoir

menacés dans les termes les plus abominables 304 .

Dans « Le Gaulois » :

Le tribunal correctionnel jugeait, avant-hier, trois autres amnistiés, prévenus d'outrages aux agents. Le

premier, Jules Druenne, charretier, a déjà été condamné, en 1870, à un mois de prison pour vol. Après la

Commune, il a été condamné à la déportation dans une enceinte fortifiée. Arrêté, l'autre soir, en état

d'ivresse, place Cambronne, il a traité les gardiens de la paix de « canailles et d'imbéciles », ajoutant : « Si

je vous tenais dans un coin, je vous bourrerais de coups de poing. » Le tribunal l'a condamné à un mois de

prison pour outrages aux agents, et à 5 fr. d'amende pour ivresse 305 .

Après ces épisodes tumultueux, Jules semble avoir moins fait parler de lui. Il décéda au 151, rue de

Sèvres le 26 janvier 1901, étant domicilié au 5, impasse Ribet.

Figure 90 – Acte de décès de Jules Druenne, mairie du 15 ème arrondissement de Paris, 27 janvier 1901

Paternotte-Druenne, marchand de bois

Le jugement du 7 juillet 1875 du tribunal de Vervins établit une homologation de concordat en vue

de relancer les affaires de la société « Paternotte-Druenne », présentée comme « marchand de

bois et entrepreneur », ainsi que comme brasseur 306 . En janvier 1876, les biens de l’entreprise sont

répartis 307 . Le 13 août 1878, le même tribunal résout ce concordat en raison de l’inexécution de ses

conditions 308 .

Le couple Paternotte-Druenne, marié le 26 août 1840 au Nouvion-en-Thiérache (Aisne), unissait

Célestin Joseph Paternotte, né en 1817, et Catherine Désirée Druenne, née la même année au

Nouvion-en-Thiérache. Elle était la fille de Jean Baptiste Druenne, né en 1795, et de Rosalie

Azambre, née la même année. Cette famille compte parmi les descendants du couple Druenne-

Brunot du Nouvion.

304 Le Figaro, « Figaro », 2.

305 Le Gaulois, « Le Gaulois », 2.

306 Archives commerciales de la France, « Homologations de concordats », 663.

307 Archives commerciales de la France, « Répartition », 45.

308 Archives commerciales de la France, « Résolution de concordat pour inexécution des conditions », 1097.

92


Le Quesnoy

Le Quesnoy, pourtant tout proche des autres villages où l’on trouve des Druesne depuis des siècles,

vit se développer une branche très ancienne de la famille – l’une des deux seules, à une époque si

tardive, à pouvoir prétendre à des quartiers de noblesse. Avec la famille de Ruesne, établie au

Cateau-Cambrésis précisément à la même époque (voir p. 74), les brèves généalogies des Deruesne

du Quesnoy qui ont pu être retracées constituent probablement une partie des restes de ce qui fut

la grande dynastie des premiers seigneurs de Ruesnes (voir p. 20).

Branche principale : la branche Deruesne-inconnu

Une unique branche de la famille semble avoir été implantée au Quesnoy dès l'époque des premiers

actes paroissiaux disponibles : il s'agit de la branche Deruesne-Inconnu. Elle se fit connaître par

le baptême de Jean-Baptiste Deruesne, futur doyen de la collégiale Sainte-Waudru à Mons, et par

son grand-oncle du même nom, curé de Fresnes-sur-Escaut. En l'absence d'actes paroissiaux, c'est

un long travail de compilation d'informations éparses qui a permis de reconstituer le reste de l'arbre

connu. Cette famille ayant été assez prestigieuse, on a pu retrouver de nombreuses informations

biographiques à son sujet. L’arbre présenté en page suivante synthétise ce que l’on sait de la cette

branche de Deruesne.

Par ailleurs, le 5 octobre 1728, maître Jean Lalou, curé d’Onnaing, cède à son frère Jacques des

terres sises à Romeries et Vertain qui lui venaient de sa mère Marie Jeanne Deruesne, veuve de

Gaspar Lalou. Celle-ci avait partagé ses biens entre ses enfants, qui se réarrangèrent donc quelques

années après le décès de leur père (survenu au Quesnoy le 6 février 1710) le partage de l’héritage

de leurs parents 309 . Née le 27 janvier 1660, Marie Jeanne était la fille de Jacques Deruesne et Marie

de Gand, au sujet desquels on ne sait rien de plus. Cette petite famille compose donc à elle seule

un fragment généalogique de la famille, déconnecté des « branches majeures » actuellement

connues.

309 Blas, « Relevé du Tabellion du Quesnoy, part. II (ADN J1366 + J1358) ».

93


Marie C. A. Deruesne

°env. 1733-1764

Notaire public

Aldegonde M. A. Pluchart

1764-1819

Pierre Fr. Deruesne

Notaire royal

Jacques Albert Deruesne

Marchand d'orphèvres

?-?

Jean-Baptiste Deruesne

Doyen de Ste-Waudru

1751-1838

Marie A. C. J. Deruesne

°1804

Commissaire priseur

?

?-?

Jean-Baptiste Deruesne

Curé de Fresnes-sur-Escaut

† 1764

Antoine J. A. Deruesne

Marchand de toilettes

°1756

Jean-Baptiste A. F. L. Deruesne

Avocat

°1807

Propriétaire

Marie Magdelaine Deruesne

°env. 1694-1768

Thérèse J. A. A. Deruesne

Propriétaire

°1809

& Auguste H. Courtin

Procureur du Roi

& Gilles Aug. Darthois

& Marie A. E. J. P. Fontaine

& Marie Charl. Lefebvre

& Marie M. Dardenne

& Marie A. H. de Haussy

& Jn-Bapt. V. Rémy

& Jacques J. D. Pluchart

94


Faits et individus remarquables

Jean-Baptiste Deruesne, curé de Fresnes-sur-Escaut

Pendant près de 35 ans 310 , un certain Jean-Baptiste Deruesne, dont le petit-neveu et filleul portera

le même nom et deviendra prêtre comme lui, exerça un long sacerdoce comme curé-doyen du

village de Fresnes-sur-Escaut 311 (Nord). Arrivé entre 1728 et 1731, c'est-à-dire peu de temps après

l’ouverture à Fresnes de la première mine de charbon du Nord (1720) 312 , il fut aidé dans ses

fonctions de curé par un clerc laïc du nom de Michel Guiot, habitué depuis plusieurs dizaines

d’années à proposer ses services aux curés successifs 313 . A la mort de ce dernier, le 1 er novembre

1731, le curé Deruesnes ne manqua pas d’inscrire dans son acte de décès qu’il « avait eu quatre

femmes » 314 .

Figure 91 – La dernière signature connue de Jean-Baptiste Deruesne, le 20 mars 1764 (archives du Nord)

Au cours de ce long sacerdoce, ce sont des centaines de baptêmes, mariages et sépultures que

présida Jean-Baptiste Deruesne 315 . Le 1 er septembre 1751, cependant, Jean-Baptiste Deruesne

préside un baptême tout particulier : il se déplace jusque Mons, où vit son neveu Jacques Albert

Deruesne, pour le baptême du fils de ce dernier. L’enfant deviendra le filleul de Jean-Baptiste et

prendra le même nom que lui. Il était promis à un grand avenir, puisque, devenu prêtre comme son

parrain, il devint le premier curé-doyen de la collégiale Sainte-Waudru à Mons après la

Révolution (voir la section à son sujet en p. 97).

Peu de temps auparavant, le 27 mai 1749, Jean-Baptiste avait célébré à Condé-sur-l’Escaut le

curieux mariage de Charles Ignace Joseph de Ruesne, issu des de Ruesne du Cateau-

Cambrésis, avec Anne Joseph Darthois, la fille de Gilles Augustin Darthois et Jacqueline Bavay

310 Guiot, Petite Chronique des Guiot de Fresnes-sur-Escaut, 4.

311 Certaines sources réfèrent à ce village sous le nom « Frasnes-lez-Condé ».

312 Wikipédia, « Liste des puits de mine situés à Fresnes-sur-Escaut ».

313 Guiot, Petite Chronique des Guiot de Fresnes-sur-Escaut, 5.

314 Guiot, 6.

315 A titre d’exemples, il célébra notamment le mariage de Claude Maréchal et Marie Marguerite Harnetiaux (6 juillet

1732), le mariage de Jacques Loysson et Marie Augustine Gabé (29 juillet 1732), le baptême de Jean Christostome

Gabé (24 avril 1733), le baptême de Pierre Joseph Gabé (1 er mai 1733), le baptême de Pierre Joseph Loysson (7 juillet

1734), le baptême de Marie Françoise Gabé (1 er octobre 1735), le baptême d'Elisabeth Thérèse Loysson (7 juillet 1736),

le mariage de Jacques Joseph Quenoy et Jeanne Thérèse Raviart (13 août 1737), le baptême de Jacques Hubert Loysson

(1 er mai 1739), le baptême de Catherine Joseph Brouilliard (12 août 1739), le baptême de Marie Marguerite Josèphe

Corroenne (8 octobre 1739), le baptême de Catherine Joseph Brouilliard (21 décembre 1740), le baptême de Louis

Joseph Brouilliard (19 octobre 1742), le mariage de Pierre Joseph Bocquillon et Marie Anne Patoire (17 décembre

1743), le mariage d'Honoré Joseph François Brouilliard et Marie Françoise Joseph Gabé (5 novembre 1749), le mariage

de Jean Joseph Gabé et Marie Thérèse Joseph Frapart (30 mai 1750), le mariage d'Eustache Joseph Coroenne et Marie

Françoise Wattier (9 septembre 1752), le mariage de Jean François Gabé et Anne Catherine Moreaux (30 janvier 1753),

le baptême de Marie Martine Josèphe Brouilliard (10 novembre 1754), le baptême de Jean Baptiste Joseph Thiéry (13

octobre 1755), le mariage de Jean Pierre Faurire et Marie Catherine Tourneur (20 octobre 1761), etc.

95


dont Marie Magdelaine Deruesne était devenu la belle-mère lors de son mariage avec Gilles

Darthois (voir la section à ce sujet en page 81).

Le 20 mars 1764, il célèbre les obsèques de Nicolas Gourdin – dont l’acte est le dernier qu’il signera

à Fresnes. Le 8 mai, probablement malade, il donne son « consentement expret » au mariage de

Pierre Joseph Delmotte et Marguerite Joseph Roland, qui sera célébré par Charles Albert Ricq,

vicaire de Fresnes 316 . Il décède le 27 mai de la même année 317 . Il fut succédé par l'abbé Le Boucq,

puis, pendant la Révolution, l'abbé Longpied 318 .

L’an de grâce mil sept cent soixante quatre le vingt sept maÿ est décédé administré des sacremens de notre

mère la sainte église maitre jean baptiste druenne natif du quenois curé de cette paroisse l’espace de

trente trois [ans] et doien de chrétienté pendant trois ans environs lequel fut inhumé le jour suivant dans la

cure chœur de cette église avec les cérémonies ordinaires de l’église son frère et son neveu (par seur) lesquels

ont signé cet acte avec moÿ pretre et curé de Bruaÿ soussigné.

Deruesne, Darthois – avocat, Loin – curé de Bruay

On ignore les noms de la plupart des proches de Jean-Baptiste Deruesne. Son frère, qui signe son

acte de décès, n’y ajoute malheureusement aucun prénom : il s'agit vraisemblablement de Pierre

François Deruesne, mais rien n'est certain. La signature de son neveu, cependant (« Darthois »),

permet de retrouver une part oubliée de la famille du curé, en la personne de sa sœur. Cette dernière,

Marie Magdeleine Deruesne, avait épousé un certain Gilles Augustin Darthois, dont elle eu

au moins six enfants. On ignore lequel de ses deux fils en vie en 1764 (Augustin Gabriel ou Jean

Baptiste Joseph) signa l’acte de décès de Jean-Baptiste. Voir l’arbre généalogique en page 94.

Jacques Albert Deruesne, maître orphèvre à Valenciennes

On ignore pratiquement tout de Jacques Albert Deruesne, dont plusieurs

réalisations très fines sont pourtant encore vendues aux enchères de nos jours.

Vers 1751, il fabriqua une fourchette en argent, de modèle uni-plat, gravée

« I.L. » et pesant 58 g. Elle fut mise en vente à Brest en décembre 2014, estimée

entre 60 et 80€ 319 . En 1782, Jacques Albert Deruesne réalisa une suite de cinq

couverts en argent 320 , dont la spatule est marquée du monogramme « H.V.G. ».

Le lot fut estimé entre 700 et 900€ 321 . Enfin, Deruesne avait réalisé vers 1780

316 Archives du Nord.

317 Un arbre en ligne en fait un fils de Jean Deruesne et Marie Françoise Moreau, né le 7 avril 1698 à Valenciennes et

décédé le 31 mars 1761 à Fresnes-sur-Escaut. Cela est doublement faux : l’acte de décès de Jean-Baptiste, qui l’identifie

formellement, est daté du 27 mai 1764 ; il signe par ailleurs des actes jusqu’au début du mois de mai 1764. Ce même

acte le rend originaire du Quesnoy, et non de Valenciennes. Source de l’erreur : Sander, « Arbre généalogique Erich

Sander ». Pour une citation concernant la date authentique de décès de Jean-Baptiste Deruesne, voir Bontemps, Recueil

/ Société d’études de la province de Cambrai, 142.

318 Guiot, Petite Chronique des Guiot de Fresnes-sur-Escaut, 9.

319 Adjug’Art, « Vente du mercredi 10 décembre à 14h15, provenant d’un Château de la Loire et diverses propriétés »,

lot 626.

320 Masse totale : 490 g.

321 Drouot Paris, « Lot n°167 »; Fraysse & Associés, « Lot n°167 ».

96


une cafetière en argent (ci-contre) estimée entre 3000 et 3500€, qui fut vendue à Paris en avril 2004

pour la somme de 3290€ 322 .

Jean-Baptiste Deruesne, curé-doyen de Sainte-Waudru à Mons

Jean-Baptiste Deruesne (1751-1838) fut le premier curé-doyen de

la collégiale Sainte-Waudru de Mons (Belgique) après la Révolution

française. Curé de première classe, supérieur des Sœurs Noires de

Mons, confesseur des Ursulines, Chevalier de l’Ordre de Léopold,

Jean-Baptiste multiplia les accomplissements et les honneurs en tous

genres.

Figure 92 – Jean-Bapt. Deruesne

(archives de l'Etat à Mons)

Jeunesse

Né à Valenciennes le 1 er septembre 1751 323 , Jean-Baptiste Deruesne

était le fils de Jacques Albert Deruesne et Marie Anne

Humbertine D'Haussy, marchands orfèvres 324 . Il fut baptisé le

lendemain à l’église Saint-Géry de la même ville par son parrain et

grand-oncle Jean-Baptiste, curé de Fresnes-sur-Escaut 325 , qui lui

transmit son nom selon la tradition.

Le deux 7 bre 1751 fut baptisé Jean Baptiste, né hier à midi, fils légitime du S r

Jacques Albert Deruesne natif du Quesnois, et de Marie Anne Humbertine

d'Haussy native de Saleiche. Marchands orfèvres Rue de St Géry Parrain et

baptisant par délégation M r Jean Baptiste Deruesne curé de Frasne lez Condé,

grand oncle du baptisé, Marraine d lle Marie Margueritte Dardenne, Mère

grande du baptisé, du dit Quesnois 326 .

Figure 93 – Monseigneur Roset de

Fleury, qui ordonna Jean-Baptiste

Deruesne (Wikimedia Commons)

322 Piriforme sur trois pieds à attaches filetées, la partie inférieure décorée de feuilles sur fond amati, la partie supérieure

à décor d'une guirlande et de côtes torses, le bec verseur cannelé, l'anse en bois en enroulement, le couvercle à charnière

et appuie-pouce uni, la prise en toupie à côtes torses reposant sur des feuilles, poinçons sous le fond : charge trois fois,

titre et garantie de Lille de 1798-1809 ; sous les pieds : charge, jurande (lettre L) et maître-orfèvre ; sur le bec verseur :

charge deux fois et jurande ; dans le couvercle : charge deux fois ; sur le bord du couvercle : titre et garantie. Hauteur :

29 cm. 790 g. Sur le corps sont gravées les initiales LM. Source : Christie’s, « Cafetière en argent, par Jacques-Albert

Deruesne, Valenciennes, vers 1780 », vente 5083, lot 45.

323 « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80; Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons

1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes

titulaires et des présences en la collégiale de membres de la famille royale de Belgique »; Devillers, Mémoire historique et

descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92; Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et anti-chrétienne »,

881‐82; Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872, 13:360.

324 Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens

suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale de

membres de la famille royale de Belgique ».

325 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939.

326 Archives Municipales de Valenciennes, Paroisse Saint-Géry de Valenciennes, acte de baptême de Jean Baptiste

Deruesne. Le 2 septembre 1751.

97


Après des études chez les Jésuites à Valenciennes 327 , le jeune Jean-Baptiste termina en 1775 328 une

licence de théologie 329 à Douai, où il se distingua par son succès 330 . Il fut ordonné prêtre à Cambrai

par M gr Roset de Fleury le 23 septembre 1775 331 . La même année, il fut envoyé comme desservant

et coadjuteur à la cure d’Hergnies (Nord), où il resta vraisemblablement assez peu de temps 332 . En

1776, le jeune prêtre fut rappelé à Cambrai pour y être vicaire de l’église Saint-Martin et aumônier

des prisons. Il servit aussi temporairement comme desservant au Cateau-Cambrésis et à Jenlin 333 .

Le 5 juin 1783, il fut nommé curé de Sémeries 334 , où il resta jusqu’au 23 mai 1787 335 ; ce même jour,

il fut renvoyé à Hergnies (Nord), dont il fut le curé jusqu’au 24 février 1790 336 . Ce même mois,

ayant reçu de la part du Chapitre de Condé la charge de curé-doyen de Condé-sur-Escaut 337 , il en

prit les fonctions dès le 10 mars suivant 338 .

327 Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et anti-chrétienne », 881‐82.

328 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939.

329 Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens

suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale de

membres de la famille royale de Belgique »; Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872,

13:360.

330 L’Ami de la religion, « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80.

331 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872, 13:360; Devillers, Mémoire

historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92; La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse

du diocèse de Cambrai », 4 février 1939; Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons

1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des

organistes titulaires et des présences en la collégiale de membres de la famille royale de Belgique »; certaines

sources mentionnent le 28 septembre : Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et anti-chrétienne »,

881‐82; L’Ami de la religion, « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80.

332 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939; d’autres sources

parlent plutôt d’Hermies, dans le Pas-de-Calais : L’Ami de la religion, « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80;

Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872, 13:360; Devillers, Mémoire

historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92.

333 Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens

suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale de

membres de la famille royale de Belgique ».

334 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939.

335 Bontemps, Recueil / Société d’études de la province de Cambrai, 274; d’autres sources disent qu’il y serait arrivé dès 1782,

telles que Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curésdoyens

suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale

de membres de la famille royale de Belgique »; Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons,

1872, 13:360; Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92.

336 Bontemps, Recueil / Société d’études de la province de Cambrai, 159; La Semaine religieuse, « La Semaine

religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939; certaines sources avancent qu’il serait arrivé à Hergnies en

1786 : Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des

curés-doyens suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en

la collégiale de membres de la famille royale de Belgique »; Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle

Archéologique de Mons, 1872, 13:360; Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru

a Mons, 92.

337 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939.

338 L’Ami de la religion, « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80; Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-

Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique,

des organistes titulaires et des présences en la collégiale de membres de la famille royale de Belgique »; Cercle

archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872, 13:360; Bontemps, Recueil / Société d’études de la

province de Cambrai, 89; Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92.

98


Tensions révolutionnaires et fuite en Allemagne

Jean-Baptiste Deruesne était encore curé de Condé lorsque la Révolution éclata 339 . Dans la première

moitié de l’année 1791, Jean-Baptiste ayant refusé de prêter serment de fidélité à la nouvelle

Constitution, un curé constitutionnel fut installé à Condé, dans ce qui était désormais le « diocèse

du Nord ». Jean-Baptiste, plutôt que de fuir hors de France ou de se retirer dans sa famille comme

de nombreux prêtres de l’époque, prit la décision de rester dans son village. Rien ne l’en évinçait :

la loi permettait encore aux prêtres réfractaires qu’elle avait destitués de célébrer la messe dans les

églises paroissiales, et il n’était pas question pour Jean-Baptiste d’abandonner à leur sort ses

ouailles 340 .

Des tensions émergèrent rapidement entre Jean-Baptiste Deruesne, curé insermenté, et Alexis-

Joseph Collet, curé constitutionnel. Deruesne étant fort populaire parmi ses paroissiens, Collet était

en conséquence perçu publiquement comme un véritable intrus à éviter. Ayant eu des démêlés avec

Claude Primat 341 , l’évêque constitutionnel du département du Nord, Collet fut bientôt remplacé

par Alexis Souplet 342 , un ancien bernardin ardennais 343 .

La semaine religieuse du diocèse de Cambrai consacra en 1939 à Jean-Baptiste un intéressant article intitulé

Le châtiment d'un curé insermenté, Jean-Baptiste Deruesne. En voici l’essentielle part 344 .

Lorsque, au printemps de 1791, en avril, mai ou juin, suivant les régions, des curés constitutionnels

eurent été installés un peu partout dans le nouveau « diocèse du Nord », là où les curés en fonction

avaient refusé sans ambages de prêter le serment de fidélité à la Constitution civile, il ne faudrait

pas croire que tous les curés insermentés s’empressèrent d’abandonner la paroisse auparavant

confiée à leurs soins. Certains le firent, il est vrai, quelques-uns pour se retirer chez eux, d’autres,

en plus grand nombre, pour quitter la France, presque aussi bien, en quittant celle-ci pour une

période qu’ils estimaient à tort devoir être très courte, ils n’abandonnaient pas nécessairement le

diocèse de Cambrai ; mais il en est qui demeurèrent dans la paroisse qu’ils desservaient avant le

vote de la Constitution civile. Rien d’une part ne les obligeait à s’en aller, car aux prêtres réfractaires

qu’elle avait destitués, la loi permettait encore de célébrer la messe dans les églises paroissiales ; et

d’autre part la sollicitude qu’ils avaient pour leurs ouailles semblait conseiller aux curés insermentés

de ne pas les abandonner. Mais la présence simultanée du curé insermenté et du curé

constitutionnel dans la même localité risquait la plupart du temps de créer incidents et divisions,

surtout si le curé insermenté était populaire, continuait à avoir des relations avec ses anciens

paroissiens et leur présentait le curé constitutionnel comme un intrus avec lequel il fallait éviter tout

contact. C’est ce qui se produisit à Condé, où le curé insermenté Jean-Baptiste Deruesne continua

339 Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et anti-chrétienne », 881‐82.

340 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939, 55‐56.

341 « Alexis-Joseph Collet était né à Bousies le 22 septembre 1737. Élu curé constitutionnel de Condé le 8 mai 1791, il

se vit refuser l’institution catholique par Primat pour des raisons qu’il n’est pas bien facile de déterminer. Il devait

protester contre cette mesure longtemps, mais en vain ; et ses plaintes réitérées constituent un véritable dossier qu’on

peut lire aux Archives nationales en D X L 3. Finalement, sans doute vers la fin de 1793, Collet quitta la France et il

mourut dans le Hanovre le 1 er mars 1798 ». Source : La Semaine religieuse, 55‐56.

342 « Puisque Primat ne consentait pas à accepter Collet comme curé de Condé, il fallut procéder à une nouvelle élection.

Celle-ci eut lieu le 16 septembre 1791. Le choix des électeurs se porta alors sur Alexis Souplet, précédemment religieux

bernardin dans les Ardennes et qui desservit Condé jusqu’au moment où la place fut menacée par les Autrichiens en

avril 1793 ». Source : La Semaine religieuse, 55‐56.

343 La Semaine religieuse, 55‐56.

344 La Semaine religieuse, 55‐60.

99


à vivre dans sa paroisse et à s’occuper activement des fidèles, non seulement après la nomination

d’Alexis-Joseph Collet, auquel Primat 345 refusa l’institution canonique, mais après celle de l’exbernardin

Souplet 346 .

Les incidents qui se produisirent à Condé sont connus. Le regretté chanoine Peter et Dom Poulet

leur ont consacré quelques lignes dans leur Histoire religieuse du département du Nord pendant la Révolution

(op. cit., T1, p. 223) et ont signalé là en note les liasses d’archives auxquelles il faut se reporter pour

trouver le détail des faits 347 . Mais, au cours de l’été de 1938, M. le chanoine Lancelin nous ayant

aimablement donné copie d’un document, auquel il ne semble jamais avoir été fait allusion jusqu’ici,

et qui indique la manière dont les incidents de Condé prirent fin, ou mieux, la peine assez curieuse

qui fut infligée au curé Deruesne, coupable d’avoir continué à exercer le ministère ecclésiastique à

Condé après sa destitution, il nous a paru intéressant de relater ici avec quelque détail ces incidents

pour donner ensuite, en matière de conclusion, copie du document communiqué par M. Lancelin.

Avant d’entreprendre cette petite étude, retraçons brièvement le curriculum vitae de Jean-Baptiste

Deruesne, le héros de cette affaire. Ce curriculum, on le trouve dans le travail bien connu de Vos :

Le clergé du diocèse de Cambrai (cf. op. cit., T. 1, p. 125) 348 . On le trouve également sur les « souvenirs

mortuaires » de l’ancien curé de Condé 349 . Les données de vos et les indications du souvenir

mortuaire coïncident dans l’ensemble. Nous suivrons toutefois de préférence celles du souvenir

mortuaire, plus précises, en apportant au passage quelques légères rectifications et additions. […]

Deruesne n’était que depuis peu de temps curé de Condé quand se posa la question du serment de

fidélité à la Constitution civile ; mais il semble qu’il avait réussi déjà à se gagner les cœurs par son

zèle et son intelligence. Au reste, avant de devenir curé de Condé, il avait desservi la paroisse

d’Hergnies, tout proche ; et pour ce motif peut-être n’était-il pas tout à fait inconnu à Condé

lorsqu’il y arriva. Ainsi parait s’expliquer le rôle qu’il put continuer à jouer à Condé après avoir

cessé d’en être considéré comme le curé légal. Il faut ajouter d’ailleurs que les circonstances le

favorisèrent d’une manière spéciale. Condé en effet n’eut pas de curé constitutionnel avant la

seconde moitié de septembre 1791, puisque Collet, élu le 8 mai, n’obtint pas l’institution canonique

de Primat et ne put donc venir exercer aucun ministère approuvé.

345 Claude François Marie Primat (1747-1816) fut évêque constitutionnel du département du Nord de 1791 à 1798.

346 Alexis-Joseph Collet était né à Bousies le 22 septembre 1737. Élu curé constitutionnel de Condé le 8 mai 1791, il se

vit refuser l’institution catholique par Primat pour des raisons qu’il n’est pas bien facile de déterminer. Il devait protester

contre cette mesure longtemps, mais en vain ; et ses plaintes réitérées constituent un véritable dossier qu’on peut lire

aux Archives nationales en D X L 3. Finalement, sans doute vers la fin de 1793, Collet quitta la France et il mourut

dans le Hanovre le 1 er mars 1798. Copie de son acte de décès est venue aux mains de M. le vice-doyen Trouillet qui a

réuni sur Bousies d’intéressantes notes historiques et nous a très aimablement communiqué la chose. – Puisque Primat

ne consentait pas à accepter Collet comme curé de Condé, il fallut procéder à une nouvelle élection. Celle-ci eut lieu le

16 septembre 1791. Le choix des électeurs se porta alors sur Alexis Souplet, précédemment religieux bernardin dans

les Ardennes et qui desservit Condé jusqu’au moment où la place fut menacée par les Autrichiens en avril 1793 [note

du texte].

347 Il y a lieu de consulter surtout aux Archives du Nord L. 5042, f° 13, que nous utiliserons ici [note du texte].

348 C’est un travail précieux auquel il ne faut pas hésiter à rendre hommage. Les erreurs et les lacunes y sont rares [note

du texte].

349 L’image mortuaire représente « l’envie et l’affection chrétienne ». Elle est… dans le goût de l’époque. Les indications

biographiques sont précieuses. Nous possédons un de ces « souvenirs mortuaires » que nous devons à l’amabilité du

regretté curé de Cuiney, l’abbé Léon Guiot. Nous n’oublions pas que le même abbé Léon Guiot a autrefois consacré

une notice à Deruesne dans la Semaine Religieuse du 13 avril 1929, p. 188 et 189. On pourra s’apercevoir que nous avons

ici rectifié certains détails de cette notice et que nous avons ajouté certaines données [note du texte].

100


Lorsque le 16 septembre Souplet eut été élu curé constitutionnel de Condé, la première démarche

de Deruesne fut de protester contre cette élection et d’en demander l’annulation aux

administrateurs du Directoire du département du Nord. Comme il fallait s’y attendre, la requête de

Deruesne fut rejetée (14 octobre 1791).

Néanmoins Souplet, ainsi reconnu par l’administration départementale, n’allait pas rencontrer un

accueil bien enthousiaste près de la population de Condé. Était-il manifestement inférieur à sa

tâche ? On ne le saurait dire. Mais il est clair qu’une bonne partie de la population de Condé, peu

versée dans les controverses et les querelles théologiques, voulait tout simplement conserver le

jeune et actif curé dont elle appréciait le zèle et ne comprenait pas du tout pourquoi on voulait le

remplacer par un religieux parti de son couvent et venu des Ardennes. Et cela explique comment,

en nombre assez considérable, des habitants de Condé envoyèrent leurs enfants recevoir

l’instruction religieuse… chez Deruesne, les garçons le matin et les filles l’après-midi. Cela explique

aussi comment ils continuèrent à recourir à lui pour les baptêmes, les confessions, les bénédictions

nuptiales.

Cela évidemment ne pouvait réjouir le pauvre Souplet, tenu pour quantité assez négligeable dans

Condé, et ne jouissant même pas de l’appui des officiers municipaux de la ville. Estima-t-il devoir

se plaindre au Directoire du District de Valenciennes ? ou bien des tiers, soit à son instigation, soit

de leur propre mouvement, jugèrent-ils devoir dénoncer cet état de choses au District ? Toujours

est-il qu’au début de février 1792, Carette, administrateur du district et Constant-Joseph Briez,

procureur syndic, mis en éveil, interrogèrent les officiers municipaux de Condé et le curé Deruesne.

Celui-ci n’hésita pas à déclarer qu’effectivement il recevait chaque jour chez lui, le matin soixante

garçons et l’après-midi soixante filles qu’il instruisait de la doctrine chrétienne. Il ne fit pas difficulté

d’avouer qu’il baptisait, confessait, mariait et administrait les sacrements ; mais que tout cela, il le

faisait chez lui, sans apporter aucun trouble à l’ordre public, et qu’il en avait le droit « en vertu de

la Constitution et par suite de la liberté des opinions religieuses. » Interrogé sur « le genre

d’instruction » qu’il donnait, il répondit qu’il s’occupait de « tout ce qui regarde le spirituel ». Il

ajouta qu’il enseignait aux enfants que hors de l’Eglise catholique, apostolique et romaine il n’y a

pas de salut, que « les curés constitutionnels sont hors de l’Eglise » et qu’ils consacrent

« sacrilègement. »

Le 13 février 1792, Carette et Briez dressèrent procès-verbal des interrogatoires auxquels ils avaient

procédé et transmirent la chose au Directoire du département. Le 28 février, celui-ci écrivit au

district de Valenciennes que la conduite de Deruesne lui semblait la cause des dissensions existant

à Condé. « Il est bien étrange, ajoutait-il que les officiers municipaux de cette ville souffrent encore

que cet ecclésiastique s’ingère en vue d’exercer des fonctions publiques telles que le baptême, le

mariage et l’instruction et semblent même le protéger dans l’exercice de ces différents actes qui

compromettent l’état des citoyens et alimentent la division. » Et en conclusion le Directoire

déclarait son intention de dénoncer Deruesne à l’accusateur public Ranson. C’est ce qu’il fit le jour

même ; et ainsi le tribunal criminel du département du Nord se trouva saisi de l’affaire Deruesne.

Dès qu’il en eut connaissance Deruesne estima sage de mettre la frontière entre l’accusateur public

et lui ; et, sans s’éloigner pour ainsi dire de Condé, il se rendit à Bernissart, en « terre d’Empire ».

Là il était à l’abri des poursuites et du mandat d’arrêt, décerné contre lui.

101


L’affaire fut donc jugée en dehors de Deruesne ; et quant au jugement, il nous est connu par le

document que nous devons à la bienveillance de M. le chanoine Lancelin. C’est un extrait du n°92

de l’Argus du département du Nord, en date du 25 juillet 1792. En voici le texte : « Jugement du curé de

Condé, Jean-Baptiste Deruesnes. Aujourd’hui je dois révéler les crimes d’un fanatique qui a attiré vers

lui un juste châtiment. Le nommé Jean-Baptiste Deruesnes, prêtre, ci-devant curé de Condé, a été

jugé et condamné par le tribunal criminel du Département à deux années de gene, et préalablement

exposé pendant 4 heures sur un échafaud dressé sur la place publique de cette ville, ayant été atteint

et convaincu d’avoir exercé publiquement des fonctions curiales audit Condé depuis son

remplacement, d’avoir publié les bans du mariage du nommé Antoine Obert, officier au troisième

régiment d’artillerie, avec Marie-Angélique Dehart 350 , de les avoir fiancés et donné la bénédiction

nuptiale en qualité de pasteur des parties, de leur avoir donné acte de mariage sur papier timbré,

d’avoir aussi délivré acte de baptême qu’il a administré à l’enfant de Pierre-Joseph Lémard Laurent

et de Marie-Louise Miroir 351 , d’avoir enseigné dans sa maison le catéchisme à 120 enfants des deux

sexes, d’avoir soutenu hautement que le curé constitutionnel de Condé est hors de l’église

catholique ou universelle, que ce curé consacre sacrilègement, enfin d’avoir provoqué les

paroissiens de Condé au mépris envers leur curé et d’avoir manifesté des opinions propres à

entretenir la désobéissance à la loi sur la Constitution civile du Clergé. Ainsi, attendu la coutumace

dudit Jean-Baptiste Deruesnes, le tribunal a ordonné, conformément au titre 3 du Code pénal, qu’il

serait dressé sur la place publique de cette ville un poteau, auquel on appliquera un écriteau indicatif

des noms dudit Jean-Baptiste Deruesnes, de son domicile, de sa profession, des crimes dont il est

atteint. En conséquence ledit jugement a été exécuté le lundi 23 juillet 1792, à la diligence du

commissaire du Roi. »

Qu’ajouter à la conclusion judiciaire de cette affaire, sinon que, moins d’un an après l’exécution du

jugement, Condé allait pour plusieurs mois passer aux mains des Autrichiens. Du coup le curé

constitutionnel Souplet se verrait obligé de se réfugier à Cambrai, disant adieu pour toujours à

Condé où Deruesne rentrerait sans avoir à craindre l’exposition de quatre heures prévue par le

jugement du tribunal criminel du Nord.

Pendant la Terreur, avant le mois de juillet 1792, Jean-Baptiste avait donc fui 352 à Bernissart, à sept

kilomètres seulement de Condé, à l’abri du jugement révolutionnaire qui l’attendait. Il revint à

Condé à la faveur de l’occupation autrichienne ; cependant, lorsque les Autrichiens capitulèrent

face aux républicains, forcé de fuir d’urgence car sa tête était mise à prix 353 , Jean-Baptiste enfila un

uniforme de sapeur et se glissa dans les rangs de l’armée autrichienne en déroute. Celle-ci, conduite

jusqu’au-delà du Rhin par un détachement français, était passée en revue par ce dernier à chaque

étape de la route, faisant courir chaque jour au curé le risque d’être reconnu 354 .

350 Le nom exact était Delsart, et non Dehart.

351 Deruesne avait baptisé la pretite Aimée-François Laurent le 3 février 1792.

352 Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92.

353 « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80.

354 Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et anti-chrétienne », 881‐82.

102


C’est ainsi que Deruesne se retrouva en Allemagne 355 . Il s’établit à Dusseldorf, puis à Paderborn. Il

apprit l’allemand, et se mit à prêcher aux locaux, reprenant les fonctions de son ministère 356 .

Retour en France et missions

Jean-Baptiste revint à nouveau à Condé en Fructidor de l’an IV, c'est-à-dire entre le 18 août et le

16 septembre 1796 357 . Il se fit alors missionnaire dans les diocèses de Reims, Soissons et Cambrai

jusqu’en 1800, où le prince Ferdinand de Rohan 358 , l’archevêque de Cambrai, le fit administrateur

(doyen) du Décanat de Cambrai, et lui offrit une commission de vicaire général (grand-vicaire) 359 .

Préfet de mission, il se faisait alors connaître sous le nom de M. Dieudonné 360 .

Sous le régime concordataire, le curé Deruesne offrit ses services à M gr Louis Belmas, fraîchement

consacré évêque de Cambrai ; cependant, les deux hommes ne parvinrent pas à s’entendre, ayant

des opinions fort différentes. Aussi, ayant reçu de son évêque la cure d’une minuscule paroisse du

diocèse, Jean-Baptiste déclina et passa dans le diocèse de Tournai 361 , au service de l’évêque de ce

dernier, M gr François-Joseph Hirn.

Envoi à Mons et restauration du culte

En mars 1803, alors que le diocèse de Tournai était réorganisé géographiquement et détaché de

l’archidiocèse de Cambrai pour devenir suffrageant de celui de Malines, Jean-Baptiste est envoyé

comme desservant provisoire à Lessines et vice-doyen du même district 362 . Il s’y trouvait encore le

355 Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens

suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale de

membres de la famille royale de Belgique ».

356 « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80; Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et anti-chrétienne »,

881‐82.

357 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872, 13:360; La Semaine

religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939, 55‐56.

358 Le même prince Ferdinand de Rohan avait, en 1791, célébré le sacrement de confirmation de plusieurs Druenne de

Maurage (voir page 62). Celui-ci avait entretenu pendant plusieurs années une relation secrète avec Charlotte Stuart, la

fille de Charles Stuart, aussi connu sous le nom de Bonnie Prince Charlie. Ce dernier n’est nul autre que le célèbre

prétendant catholique au trône d’Angleterre et le chef de la rébellion jacobite écossaise qui fut définitivement écrasée

par les Anglais lors de la bataille de Culloden le 16 avril 1746. A l’époque de cette nomination, le M gr de Rohan avait

déjà été destitué depuis 1791 au profit de M gr Primat, évêque constitutionnel ; il garda cependant ses fonctions de facto

jusqu’à sa résignation, le 23 novembre 1801. Source : Wikipédia, « Ferdinand-Maximilien-Mériadec de Rohan ».

359 Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et anti-chrétienne », 881‐82; La Semaine religieuse, « La

Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939; Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle

Archéologique de Mons, 1872, 13:360; Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons

1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des

organistes titulaires et des présences en la collégiale de membres de la famille royale de Belgique »; L’Ami de la

religion, « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80; Bontemps, Recueil / Société d’études de la province de

Cambrai, 89; Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92.

360 L’Ami de la religion, « L’Ami de la religion », 8 janvier 1839; Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et

anti-chrétienne », 881‐82.

361 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939.

362 Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens

suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale de

membres de la famille royale de Belgique ».

103


3 mai 1803 363 ; avant la fin de cette année, il était cependant nommé curé-doyen de la collégiale

Sainte Waudru à Mons 364 .

Commença alors un ministère de près de 33 ans, au cours duquel Deruesne « jouit d’une réputation

intacte d’homme de bien, de prêtre pieux et de pasteur zélé et dévoué » 365 . Il s’employa à restaurer

la collégiale 366 , qui avait été vidée de ses marbres et richesses en 1797 367 et utilisée comme temple

de la Liberté 368 , puis comme écurie 369 pendant la période révolutionnaire, avant de frôler la

démolition. Il en était le premier curé, l’édifice ayant été l’église personnelle du Chapitre des

chanoinesses de Sainte-Waudru jusqu’à la suppression de l’ordre en 1793 par l’administration

française. Jusqu’alors, la paroisse principale de Mons avait été celle de Saint-Germain, basée dans

l’église du même nom contigüe à la collégiale et rasée en 1799 370 . Lors du rétablissement du culte,

en 1802, « le dernier Doyen du chapitre de Saint-Germain et le dernier curé de la paroisse Saint-

Germain présidèrent […] alternativement les offices en la collégiale Sainte-Waudru jusqu'à la

nomination du premier curé de la nouvelle paroisse, érigée par décret de l'évêque de Tournai,

Monseigneur François-Joseph Hirn, le 16 octobre 1803. L'évêque y désignait comme curé-doyen

de Sainte-Waudru l'abbé Jean-Baptiste Deruesne, un prêtre né à Valenciennes le premier septembre

1751 » 371 .

Le 25 octobre, Jean-Baptiste prête serment : « Je jure et promets, à Dieu, sur les Saints Evangiles, de garder

obéissance et fidélité au Gouvernement établi par la Constitution de la République française. Je promets aussi de

n'avoir aucune intelligence, de n'assister à aucun conseil, de n'entretenir aucune ligue, soit au dedans, soit au dehors,

qui soit contraire à la tranquillité publique. Et si dans le diocèse de Tournai ou ailleurs, j'apprends qu'il se trame

quelque chose au préjudice de l'Etat, je le ferai connaître au Gouvernement » 372 . Ce serait le 1 er novembre que

le nouveau curé de la principale paroisse de Mons s’établit dans sa ville d’adoption 373 .

« Si la date de naissance de la paroisse est bien le 16 octobre 1803 », ajoute une publication de la

Ville de Mons, « c'est seulement le 12 août 1804 que les paroissiens connaîtront enfin le sentiment

paroissial. En effet, ce jour-là, les reliques de sainte Waudru, que les chanoinesses avaient eu la

sagesse de mettre en sécurité à Liège (le chef) et à Rattingen (le corps), furent restituées à la

363 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939.

364 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872, 13:360; Pérennès, « Dictionnaire de

biographie chrétienne et anti-chrétienne », 881‐82.

365 Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92.

366 « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80. Devillers rappelle cependant que « la plupart des restaurations de la

collégiale furent effectuées après la mort du curé Deruesne ». Voir Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de

Sainte-Waudru a Mons, 28.

367 Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 28.

368 Devillers, 28.

369 Wikipédia, « Collégiale Sainte-Waudru de Mons ».

370 Wikipédia.

371 Ville de Mons, « Descente de la châsse de sainte Waudru ».

372 AÉM, Archives de Sainte-Waudru, n° 4, Décret sur la nouvelle organisation du Diocèse de Tournai, p. 234-235. Serment

prononcé par le doyen Deruesnes le 25 octobre 1803. Source : Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-

Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique,

des organistes titulaires et des présences en la collégiale de membres de la famille royale de Belgique ».

373 Van Caenegem.

104


collégiale montoise et replacées au-dessus du maître-autel où elles se trouvent toujours aujourd'hui.

Sur un des cartouches du Car d'Or figure cette inscription :

SANCTA WALDETRVDIS NOVENNIO PROFVGA EX RATTINGEN SACRIS SIBI

AEDIBVS RESTITVTA

Les lettres majuscules sont peintes en rouge et en les additionant, on obtient… 1803, soit l'année

de retour des reliques de sainte Waudru à Mons » 374 . Le 7 août 1804, Jean-Baptiste assiste à la

reconnaissance des reliques par M gr Hirn 375 . Le 7 octobre, une statuette de Notre-Dame du Rosaire,

« provenant de l’église des Dominicains où elle était honorée d’un culte tout particulier », fut

transférée dans la chapelle de Notre-Dame du Rosaire, la première chapelle à droite de la nef. A

cette occasion, « l’ancienne confrérie sous le patronage de cette madone y fut installée par M. Jean-

Baptiste De Ruesne, curé-doyen, et par Paul Page, ex-prieur du couvent des Dominicains, sous les

auspices du cardinal Caprarat, légat du Saint-Siège en France » 376 .

De 1802 à 1820, les offices célébrés à Sainte-Waudru étaient annoncés par les cloches du beffroi

de la ville. En septembre 1820, cependant, deux cloches furent installées dans le campanile du

centre de la croisée de l’église 377 . Les deux cloches portent les inscriptions suivantes :

J’appartiens à l’église de Sainte-Waudru à Mons, j’ai été bénie en 1820 par M. Jean-Baptiste De

Ruesne, licencié en théologie, curé de cette paroisse, doyen de Mons et du district de ce nom. Mon parrain

est messire Fery-Louis-Alexandre-Joseph Dumont, marquis de Gages. Ma marraine est Dame Désirée-

Augustine De Behault de Warelles, Douairière de M. Marin de Thieusies. Mon nom est Désirée. J’ai été

fondue sous l’administration de MM. Jean-Baptiste De Ruesne, curé-doyen, Dumont, marquis de

Gages, Théodore Duvivier, Dominique de Patoul du Petit-Cambray, Ph. Vigneron, Ignace Rousseau-

Delaunois, Xavier Dumont-Ricard, Charles Gigault, Henri de Biseau de Bougnies et Jacques-Joachim

Chalon, marguilliers.

J’appartiens à la paroisse de Sainte-Waudru, à Mons. J’ai été baptisée en 1820 par M. Jean-Baptiste

de Ruesne, licencié en théologie. Mon parrain est messire Félix-Henri-Joseph baron de Maleingreau de

Quenast. Ma marraine est madame Delphine-Florence-Théodore de Behault de Warelles, née Deblois.

Mon nom est Joséphine. J’ai été fondue sous l’administration de MM. Jean-Baptiste De Ruesne,

curé-doyen, Dumont, marquis de Gages, Théodore Duvivier, Dominique de Patoul du Petit-Cambray, Ph.

Vigneron, Ignace Rousseau-Delaunois, Xavier Dumont-Ricard, Charles Gigault, Henri de Biseau de

Bougnies et Jacques-Joachim Chalon, marguilliers. – Les Druot, frères, fondeurs 378 .

L’action de Jean-Baptiste Deruesne transforma jusqu’à des détails du folklore montois. En 1822,

alors curé de première classe assisté des vicaires B. François et Faucompré, il modifia la

multiséculaire procession religieuse du Car d’Or en interdisant à saint Georges, au dragon et à leur

suite de suivre la procession. Il s’agissait là, explique Devillers, citant Félix Hachez, d’un acte

374 Ville de Mons, « Descente de la châsse de sainte Waudru ».

375 La châsse actuelle, que l’on voit suspendue dans le chœur de la collégiale, est postérieure à Jean-Baptiste. Elle fut

réalisée par I. Wilmotte en 1887. Sources : Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons

1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes

titulaires et des présences en la collégiale de membres de la famille royale de Belgique »; Ville de Mons, « Descente de

la châsse de sainte Waudru ».

376 Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 60.

377 Devillers, 82.

378 Devillers, 82.

105


d’ignorance quant à « la signification de cette marche triomphale » 379 . En 1980, tous ces acteurs

furent réintégrés à la procession 380 .

Si de nos jours, des grilles monumentales en fer forgé entourent l’essentiel du chœur de la collégiale

Sainte-Waudru, il n’en a pas toujours été ainsi. Benoit Van Caenegem, conservateur de la collégiale

et de son trésor, écrivait en 2011 dans Mons Magazine 381 :

Quand les chanoinesses occupaient la collégiale, le chœur de cette dernière était fermé par le

jubé, les stalles et divers monuments commémoratifs ; le déambulatoire était de son côté fermé

par deux monuments commémoratifs aménagés en portails 382 .

Après la Révolution française, le chœur va apparaître entièrement ouvert : suppression de la

structure du jubé, démolition des stalles, saccage des monuments commémoratifs, construction

d’un nouveau podium 383 pour le maître-autel.

La Fabrique d’église, après s’être occupée des travaux urgents pour permettre une utilisation

cultuelle maximale de la Collégiale, a alors veillé, dès 1820, à ce que le chœur soit à nouveau

fermé mais sans désormais entraver la vue vers celui-ci. La solution retenue fut donc d’établir

une « clôture en grillage pour la face et le pourtour du chœur 384 ».

Pour fermer l’entrée du chœur

Un cahier des charges est de ce fait établi, accompagné d’une demande de subsides. Le Roi des

Pays-Bas (Guillaume I er / 1772-1843) par arrêté n°69 du 2 avril 1823 accorda une somme de 3

000 florins, pour autant que la Fabrique veille à procurer une partie des fonds nécessaires à la

réalisation des grilles. Une première soumission est prévue le 17 juillet 1823 sans résultat car les

prix demandés sont jugés trop élevés par la Fabrique.

Le marché sera finalement attribué le 1 er août 1823 385 à MM. Delmotte-Carion de Mons et Billard,

marchand de fer à Jemappes ; les grilles étant alors réalisées dans l’atelier de ce dernier à

Jemappes. La Ville de Mons, agissant alors en tant que représentant du gouvernement qui alloue

des subsides, confirme la décision de la Fabrique le 5 du même mois.

Il ne sera pas nécessaire de fermer de grilles les quinze arcades du chœur car le placement des

anciennes stalles de la collégiale Saint-Germain (réalisées en 1707-1708 par Simon Bonneau et

379 Devillers, Notice historique sur la procession de Mons, 8.

380 Ville de Mons, « La Procession du Car d’Or ».

381 Van Caenegem, « Sans les grilles de Sainte-Waudru, pas de descente de châsse ? »

382 Les deux monuments ont été partiellement remontés dans les chapelles 27 (Sainte-Face) et 29 (Notre-Dame du

Rosaire).

383 Lors des travaux de pose d’un chauffage en 2009, de nombreux éléments provenant du jubé et de monuments

commémoratifs ont été retrouvés sous les marches du sanctuaire. M. Pierre Anagnostopoulos, chercheur FNRS à

l’ULB, doctorant en histoire de l’art, a étudié les éléments trouvés et émettra prochainement des hypothèses quant à

leurs origines. L’étude est effectuée au sein du CREA-Patrimoine de l’ULB (Centre de recherche et d’étude

archéologiques et Patrimoine) pour le compte du Service de l’archéologie provincial du Hainaut I, S.P.W.

384 AEM, Fabrique de Sainte-Waudru, n° 27, Registre des résolutions et délibérations du Conseil de Fabrique de l’Eglise

Paroissiale de Ste-Waudru à Mons. 1817 à 1830, séance du 2 juillet 1820, f° 47 r°. Lors de la même séance des devis

sont présentés pour les autres travaux nécessaires à faire au chœur : « pour un pavement en marbre [d’] une superficie

de 4000 pieds ; pour la reconstruction du maître autel, élargissement du Sanctuaire, percée des arcades du fond,

menuiserie, sculpture, emploi de différents bas-reliefs et statues, décorations et peintures ».

385 Devillers L., Le passé artistique de la Ville de Mons, Mons, 1886, p. 108. Voir aussi AEM, Fabrique de Sainte-

Waudru, n° 27, Registre des résolutions et délibérations du Conseil de Fabrique de l’Eglise Paroissiale de Ste-Waudru

à Mons. 1817 à 1830, séance du 1er août 1823, f° 78 v° et 79 r°.

106


Nicolas Grison) en meublera totalement 4. Des grilles ne devront ainsi être placées que pour

fermer l’entrée du chœur, 4 grandes arcades, 2 moyennes et 5 petites.

Les archives de la Fabrique conservent de nombreuses informations sur la création des grilles

dont 11 sont toujours en place en 2011 386 . Elles ont été exécutées entre 1823 et 1826 au prix de

0,98 franc la livre (1/2 Kg). Elles sont en fer avec des ornements en cuivre et en bois.

Le poids envisagé pour les grilles et pilastres est précisé, de même que leur localisation devant

des chapelles dont certaines ont depuis changé de nom : les 4 pilastres de la façade pèsent 2036

livres ; les 4 grilles d’entrée 1696. Les grilles des grandes arcades (vis-à-vis des chapelles de Saint-

Roch, de Sainte-Aye, de la Madeleine et de la Sacristie) pèsent chacune 962 livres ; les moyennes

(vis-à-vis du confessionnal de M. le Curé 387 et la chapelle de Saint-Ghislain) 556 et les petites du

sanctuaire (vis-à-vis des chapelles du Saint-Nom de Jésus 388 , de Sainte-Aldegonde, de Saint-

Germain 389 , de la Sainte-Croix 390 et de Notre-Dame de Tongre 391 ) 356 ; soit un total de 10 472

livres pour l’ensemble des grilles. Dans la réalité, une fois réalisées, les grilles et leurs annexes

pèseront 12 957,25 livres. Le coût total, à 98 centimes la livre, fut ainsi (sans tenir compte des

parties en cuivre – 840,25 livres –, des vases en bois et de la dorure) de 12 698,10 francs.

La grille de façade était constituée de 4 pilastres, de 2 grilles fixes et de 2 portes pour l’ouverture

desquelles des quarts de cercle de fer avaient été posés au sol 392 .

Les grilles des grandes arcades sont conçues de la même façon. Celles situées face à la sacristie

et à la chapelle de la Madeleine sont toutefois pourvues de portes. Les moyennes et petites, eu

égard à leur placement en haut des marches du sanctuaire, sont dépourvues de soubassement.

Un subside de 3000 florins

Les grilles en place, il restera à faire réaliser et placer les « chandeliers en forme de vase » qui les

couronnent : le tourneur Ghislain les exécutera et le menuisier de la Fabrique A. Quinet les

placera. La dernière étape, confiée en 1826 à Augustin Dubocquet, consistera à peindre et à dorer

les grilles.

Si les grilles des arcades sont bien restées en place, celle de l’entrée du chœur, encore visible sur

d’anciennes photos de la collégiale, a été enlevée et entreposée comme le détaille un procèsverbal

du Conseil de Fabrique daté du 29 juin 1953 : « 8/ Anciennes grilles du chœur. Le Conseil

examine la destination à donner aux anciennes grilles du chœur enlevées lors des transformations

faites par le regretté Chanoine Puissant [vers 1929-1931]. Ces grilles se trouvent placées dans un

sous-terrain sous le grand escalier. Ce souterrain est transformé en abris antiaérien. Les grilles se

rouillent. Il s’agit d’un beau travail en fer forgé. Le Secrétaire demandera à Monsieur Martial,

Chef des travaux de la Ville, s’il ne conviendrait pas à la Ville d’acquérir ces grilles pour les utiliser

dans une de ses propriétés 393 ». Près de cinq ans plus tard, le Conseil de Fabrique, lors de sa

386 AEM, Fabrique de Sainte-Waudru, n° 27, dossier concernant l’établissement de la grille du chœur 1822-1828

387 Chapelle du Saint-Sang en 2011.

388 Chapelle de Sainte-Waudru en 2011.

389 Chapelle de Notre-Dame des sept douleurs en 2011.

390 Chapelle du Crucifix en 2011.

391 Grille amovible pour permettre de descendre au maximum le plateau qui porte la châsse.

392 Les deux quarts de cercle ont été retirés en 2009, lors des travaux de pose d’un chauffage au sol dans le chœur.

393 Archives privées de la Fabrique non-accessibles au public, Registre des Délibérations du Conseil de Fabrique de

Sainte-Waudru du 8 février 1935 au 28 juillet 1953, séance du 29 juin 1953, p. 273.

107


réunion du 27 mars 1958, décide : « En vue de dégager l’entrée principale de la Collégiale, il sera

demandé à la Ville de Mons d’entreposer provisoirement dans un de ses magasins les grilles

monumentales qui fermaient jadis le chœur de la Collégiale 394 ».

Le subside de 3 000 florins accordé par le Roi des Pays-Bas en 1823 était lié à la fourniture d’une

partie des fonds par la Fabrique. La collecte, organisée alors dans la paroisse et dans le reste de

la ville, avait rapporté la somme de 2 469,82 florins. La Fabrique sur fonds propres a fourni les

2 646,24 florins nécessaires au payement complet du travail qui s’est élevé à 8 116,06 florins

(somme arrêtée par la Fabrique le 9 novembre 1828 sans tenir compte des honoraires de

l’architecte).

Le doyen de l’époque, l’abbé Jean-Baptiste Deruesne (1751-1838) avait participé pour un

montant de 100 francs ; les membres de la Fabrique pour 650 francs (dont 300 pour le Président

– le Marquis de Gages) ; des notables de Mons et de la région, ou des personnes ayant un lien

privilégié avec la collégiale avaient aussi été sollicités.

Une toute autre Descente de châsse

De même deux anciennes chanoinesses figurent parmi les personnes approchées pour contribuer

à la réalisation des grilles : la comtesse de Wurmbrand (qui serait décédée le 8 mars 1834), vivant

alors à Braine-le-Comte, fut contactée par écrit le 30 juin 1822 mais apparemment sans réponse

favorable ; la comtesse Henriette de Spangen (décédée le 15 août 1853, à Mons), dernière

chanoinesse en résidence à Mons, a pour sa part remis une somme de 10 francs. Si les grilles

semblent aujourd’hui naturelles dans la collégiale, lors de leur placement il a été nécessaire, en

1825, de démonter le monument de pierre qui supportait jusqu’alors la châsse derrière le maîtreautel

et de prévoir un plateau mobile entre deux piliers permettant de monter le reliquaire bien

au-dessus du maître-autel…

Les comptes de la Fabrique mentionnent dans un « Etat des livrances et ouvrages faits par

Vincent Hubert maître maçon entrepreneur de bâtiment en la ville de Mons 395 » que c’est en

1825 que fut percée une porte dans le triforium pour permettre un accès au mécanisme destiné

à descendre ou monter la châsse : « Du 14 mai dito [1825] à l’église pour le percement d’une

porte pour le placement de la châsse de sainte Waudru 396 ». Les comptes de 1825, à propos du

mécanisme de descente de la châsse et de la porte le protégeant dans le triforium, conservent en

outre un « Etat d’ouvrages fait par L. Delarue serrurier à Mons pour la paroisse de Ste Waudru

pour l’installation du corps saint le 25 mai 1825 livré une paire de penture pour les galeries deux

gon[d]s dix vis en bois et une serrure dormante avec 4 vis à écrous au verrou avec les crampons

les clous et placé 397 ».

Notons qu’en cette même année 1825, en raison probablement de sa nouvelle présentation, la

châsse fut remise à neuf : « Payé au Sr Dubocquet pour avoir peint et doré la châsse de Ste

Waudru 398 , dette arriérée, ouvrage fait en 1825 : 82 [florins] 68 [centimes] 399 ».

394 Extrait d’un registre du Conseil de Fabrique de Sainte-Waudru, séance du 27 mars 1958, transmis par M. Pierre

Dufour, Président de la Fabrique de Sainte-Waudru que nous remercions.

395 AEM, Fabrique de Sainte-Waudru, n° 262, acquits et pièces justificatives joints aux comptes de la Fabrique de 1825.

396 Idem

397 Idem

398 Pour rappel, la châsse avait été réalisée en bois en 1804 à l’occasion du retour solennel des reliques en la collégiale.

399 AEM, Fonds Sainte-Waudru, n° 263, acquits et pièces justificatives joints aux comptes de la Fabrique de 1826.

108


Le 26 juillet 1833, Jean-Baptiste Deruesne signait avec les membres du conseil d’administration de

la fabrique d’église de Sainte-Waudru un procès-verbal en double exemplaire, affirmant que ce jour,

plusieurs personnes anonymes avaient « remis au curé-doyen "différentes reliques dépouillées de leurs

ornemens, que le respect et le zèle religieux a guidé pour les soustraire à la profanation". Ces reliques étaient

"contenues dans sept boîtes en bois de diverses grandeurs, deux boîtes carton aussi de diverses grandeurs, deux paquets

couverts en papier, un sac en soie et un coffre couvert d’une vieille toile aïant été ficellés et cachettés chacun d’un scel

empreint portant chapitre de S te Waudru ont été renfermés dans un grand coffre cerclé en fer muni également de trois

scels de la même empreinte". L’ensemble a été mis en sûreté "dans une place dite la trésorerie contigüe à la

sacristie de ladite église jusqu’à ce que l’autorité épiscopale ait reconnu l’autenticité des dites reliques et puisse permettre

de les rendre à la dévotion publique" 400 » 401 .

Fondation du Sacré-Cœur

En 1806 (ou 1805 402 ), Jean-Baptiste est nommé chanoine honoraire de

la cathédrale de Tournai 403 . En 1807, il « crée une fondation pieuse qui

accueille une douzaine de petites filles pauvres » 404 , « afin de les y faire

instruire par des personnes pieuses » 405 . « Avec l'accord de la

Commission des hospices civils, elle est établie à l'hospice des enfants

trouvés, situé rue de Houdain et aussi dénommé maison du Saint-

Esprit » 406 . La communauté du Sacré-Cœur de Jésus 407 est née, et avec

elle, le collège du Sacré-Cœur qui existe toujours de nos jours 408 . « A

ces [douze] premières internes, noyau de l'œuvre dite "des enfants

d'adoption", se joignent bientôt un grand nombre d'externes pauvres...

Une classe est ouverte, et quelques jeunes filles de la ville rivalisent de

zèle pour donner à ces enfants, avec l'instruction élémentaire, le moyen

de pourvoir à leur subsistance » 409 . En 1812, « afin de réduire quelque

peu la dépense qu'entraîne le soin des enfants, on loue, rue des Cinq

Visages, une maison d'un prix moins élevé ; mais, vu l'exiguïté du local,

Figure 94 – Mère Marie-Thérèse,

co-fondatrice du Sacré-Coeur de

Mons (photo : Sacré-Cœur de Mons)

on n'y demeure pas plus de dix mois et l'on doit revenir à la Maison du Saint-Esprit en juin 1813 » 410 .

« En mars 1814, les locaux de la maison du Saint-Esprit sont repris par la ville pour y abriter un

magasin de vivres destinés aux armées. L'association sollicite alors la Régence de la Ville de Mons

400 A.É.M., Fabrique d’église de la collégiale Sainte-Waudru, n° 187-188 et copie dans le Registre des résolutions des

Administrateurs de la Fabrique et de la paroisse de Sainte-Waudru, du 9 mai 1830 au 4 décembre 1837, n° 28, p. 36-

38. Certains mots ont été soulignés. En marge, la mention « La clef du cadenas est déposée aux archives de la fabrique

»

401 Maillard-Luypaert, « Le destin tourmenté des reliques de Raimburge, abbesse d’Épinlieu », 107‐8.

402 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872, 13:360.

403 Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens

suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale de

membres de la famille royale de Belgique »; La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4

février 1939; Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92.

404 Niebes, « Inventaire des archives de la congrégation des Filles du Sacré-Coeur de Jésus à Mons 1554-1998 ».

405 Ecole fondamentale libre du Sacré-Coeur de Mons, « Histoire de l’école ».

406 Niebes, « Inventaire des archives de la congrégation des Filles du Sacré-Coeur de Jésus à Mons 1554-1998 ».

407 « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80.

408 Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens

suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale de

membres de la famille royale de Belgique »; Ecole fondamentale libre du Sacré-Coeur de Mons, « Histoire de l’école ».

409 Ecole fondamentale libre du Sacré-Coeur de Mons, « Histoire de l’école ».

410 Ecole fondamentale libre du Sacré-Coeur de Mons.

109


en vue d'occuper l'ancien refuge de l'abbaye de Saint-Ghislain » 411 , ce qui lui sera accordé. « Ce

bâtiment, situé rue Fétis, sera occupé plus tard par L'Ecole moyenne des garçons. Il est à noter qu'il est

occupé aujourd'hui par l'école primaire de l'Athénée Royal. L'installation de l'école a lieu le 25 mars

1814. Depuis plusieurs années, l'abbé Deruesne nourrit le projet de fonder une Congrégation dont

le but serait l'éducation de la jeunesse, et de placer son institution sous la garde du Sacré-Coeur

dont elle porterait le nom. Parmi les collaboratrices de la première heure, se trouve Mademoiselle

Charlotte Harmignie. Se sentant attirée par la vie religieuse, elle partage ses aspirations avec le curédoyen

de Sainte-Waudru et avec sa tante, Florence Harmignie, ancienne religieuse d'un couvent de

Valenciennes, que la Révolution avait sécularisée. Le 14 juin 1814, les deux "Dames" entrent dans

la maison qui devient la leur... La Congrégation du Sacré-Cœur est fondée. Dès le mois d'octobre

1814, l'abbé Deruesne fait distribuer, dans la ville et les environs, des circulaires annonçant

l'ouverture d'un pensionnat. Les demandes affluent. Il faut organiser à la hâte des appartements

spéciaux, le rez-de-chaussée étant occupé par les pauvres. La Congrégation naissante s'agrandit. Il

faut noter l'entrée au noviciat de la huitième religieuse, Mademoiselle Thérèse-Nathalie du Bois,

née à Mons, rue des Gades, en 1792. Elle fait profession en 1819 sous le nom de Mère Marie-

Thérèse. C'est elle que les archives désignent comme la "fondatrice" de la congrégation aux côtés

de l'abbé Deruesne. En 1823, à la mort de Mère Florence Harmignie, la Congrégation ayant été

officiellement approuvée, Mère Marie-Thérèse du Bois est élue supérieure, charge qu'elle remplit

jusqu'à sa mort en 1867 » 412 .

En 1821, Jean-Baptiste intervint dans la vente d’un couvent à la Ville de Binche en vue d’y établir

une succursale du Sacré-Cœur, pensionnat et externat. Les propriétaires en demandaient à son

opinion et à celui de la Ville une somme trop élevée au regard des travaux et frais d’entretien que

celui-ci occasionnerait : le curé-doyen visita les lieux et établit une liste de remarques visant à

convaincre les propriétaires de diminuer le prix exigé. Celle-ci eut peu d’effet, mais sous l’influence

du doyen, un compromis finit par être atteint 413 .

Figure 95 – La « maison du Saint-Esprit » à Mons (Belgique), où

s'établit l'école du Sacré-Cœur (photo : Sacré-Cœur de Mons)

Figure 96 – Au-dessus de l'entrée est fixée une colombe

symbolisant le Saint-Esprit (photo : Sacré-Cœur de Mons)

411 Niebes, « Inventaire des archives de la congrégation des Filles du Sacré-Coeur de Jésus à Mons 1554-1998 ».

412 Ecole fondamentale libre du Sacré-Coeur de Mons, « Histoire de l’école ».

413 Société d’archéologie et des amis du musée de Binche, « Les avatars du couvent et de l’église des Récollets à Binche,

de 1796 à nos jours », 15‐17.

110


Publications

Le 21 mars 1816, l’abbé Deruesne publia une lettre ouverte contenant son opinion sur la question

suivante : « Et si les habitants de la Belgique pouvaient avec tranquillité de conscience accepter un emploi dans ce

royaume ? » 414 .

Figure 97 – Page de garde de l'ouvrage, n°41788 de la

bibliothèque du séminaire de Tournai (photo par Henriane

Vanuxem)

Jean-Baptiste Deruesne publia par ailleurs

anonymement deux volumes d’un ouvrage

missionnaire : Le Manuel du vrai catholique, par un

missionnaire. Si l’on ignore la date précise de

publication des ouvrages, certaines sources

affirment que ceux-ci seraient antérieurs à la

Révolution 415 . Il est désormais certain que ce fut

Jean-Baptiste qui rédigea les deux ouvrages,

comme le confirme un article du chanoine Vos

dans le sixième tome de son ouvrage Les paroisses et

les curés du diocèse de Tournai (pp. 13-15) 416 . L’Ami de

la Religion précise : « Dans le premier tome, qui est

de 390 pages, l’auteur commence par établir avec

solidité et précision les fondements inébranlables

de la religion ; ensuite il expose et développe

rapidement la doctrine de cette même religion

dont il a démontré la divinité. Dans le second

tome, qui contient 370 pages, l’auteur trace non

seulement les exercices de piété que le chrétien est

rigoureusement obligé de pratiquer, mais encore

ceux qui semblent les plus utiles pour le conduire

et lui faire faire des progrès dans la voie de la

perfection. Tout l’ouvrage est assorti aux besoins

des fidèles, et particulièrement approprié aux

circonstances du temps. Les instructions sont

mises à la portée de tous, dans un style simple, mais convenable. Les prières sont plaines d’onction

et dignes de la piété de l’auteur. Ce livre eut un grand succès dans le Nord et le Pas-de-Calais. La

première édition fut enlevée en moins de trois mois. M. de Ruesne, à la demande de plusieurs

ecclésiastiques également distingués par leur piété et leurs lumières, en donna une seconde édition

corrigée et augmentée, laquelle fut aussi bientôt épuisée » 417 .

Dans ses Annales de l’imprimerie à Mons, Hippolyte Rousselle mentionne par ailleurs un ouvrage

intitulé Office du sacré cœur de Jésus. Pour servir d’aliment journalier à la piété des âmes qui font profession de lui

414 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle archéologique de Mons, 10b:315.

415 Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et anti-chrétienne », 881‐82.

416 Informations aimablement transmises par Henriane Vanuxem, bibliothécaire du séminaire de Tournai, le 18 février

2019.

417 L’Ami de la religion, « L’Ami de la religion », 8 janvier 1839. Les deux ouvrages sont consultables à la bibliothèque

du séminaire de Tournai.

111


être spécialement dévouées, publié par M. J. B. D. (Jean-Baptiste Deruesne), licencié en théologie, curé du

diocèse de Tournay. Ce dernier fut publié en 1814 et est long de 120 pages 418 .

Fin de vie

Devenu Chevalier de l'Ordre de Léopold à l’initiative du roi Léopold I er de Belgique par arrêté royal

du 18 juin 1836 419 , Jean-Baptiste était alors en fin de vie, infirme, souffrant et aidé d’un coadjuteur

du nom de Descamps, qui était chanoine à Tournai 420 . Il mourut le 10 juin 1838, dimanche de la

Trinité, à une heure de l’après-midi, âgé de 87 ans, dans sa maison située dans ce qui était alors

l’Enclos du Chapitre, au chevet de la collégiale 421 . Le registre de l’Etat-Civil de Mons contient l’acte

de décès suivant :

L'an mil huit cent trente-huit le douze du mois de juin à dix heures du matin par devant nous Charles

Fontaine de Fromentel échevin de la Ville de Mons, Province de Hainaut, délégué par résolution du collège

des Bourgmestre et Echevins à l'effet d'intervenir dans les actes de l'état civil sont comparus Jean Baptiste

Antoine François Louis Deruesne, âgé de trente et un ans, avocat, domicilié à Valenciennes et Charles D.

Vigneron, âgé de cinquante-trois ans, avocat, domicilié et demeurant en cette Ville de Mons, le premier

neveu, le second voisin du défunt. Lesquels nous ont déclaré que Jean Baptiste Deruesne, âgé de quatrevingt-sept

ans, né à Valenciennes, curé-doyen de la paroisse de Sainte-Waudru de cette Ville, fils d'Albert

Deruesne et de Humbertine D'Haussy, est décédé avant hier à une heure de l'après-midi dans sa maison

sise enclos du chapitre. Et ont les déclarants signé avec nous le présent acte après qu'il leur en a été fait

lecture.

Ses funérailles eurent lieu à Sainte-Waudru le surlendemain de son décès, le 12 juin 1838. « Une

multitude de fidèles assistèrent à ses obsèques ; quatre chanoines honoraires qui demeurent à Mons

418 L’auteur, Hippolyte Rousselle, disait alors disposer d’un exemplaire dans sa bibliothèque. Sources : Rousselle, Annales

de l’imprimerie à Mons, depuis 1580 jusqu’à nos jours, 692‐93; Duvivier, Mémoires et publications de la Société des Sciences, des Arts

et des Lettres du Hainaut, 7:362‐63; Delecourt, Essai d’un dictionnaire des ouvrages anonymes & pseudonymes publiés en Belgique au

XIXe siècle, et principalement depuis 1830, 261; Bulletin du bibliophile belge, Bulletin du bibliophile belge, 21 (12):253; Barbier,

Barbier, et Billard, Dictionnaire des ouvrages anonymes, 3:702.

419 La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février 1939; Van Caenegem,

« Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens suivie de celles

des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale de membres de la

famille royale de Belgique »; Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons; Cercle

archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872.

420 « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80. André-Philibert-Valentin Descamps, né à Masnuy-S t -Jean le 29 août

1792, ordonné prêtre le 23 septembre 1815, devint en 1816 vicaire à Frasnes-lez-Buissenal ; en 1820, curé de

Neufvilles ; en outre, en 1823, sous-principal du Collège de Soignies, et l’année suivante principal ; en 1830, il fut chargé

comme président d’organiser le petit séminaire ouvert dans l’ancienne abbaye de Bonne-Espérance ; en 1833, il fut

nommé chanoine honoraire de Tournai et deux ans après, chanoine titulaire ; adjoint comme coadjuteur à J. -B. De

Ruesne, doyen de Sainte-Waudru, en 1836, il lui succéda à sa mort. En 1842, Labis l’appela aux fonctions de vicaire

général du diocèse ; en 1855, il devint doyen du Chapitre. André Descamps a publié un Cours de droit naturel et des

travaux historiques sur les vitraux de la cathédrale de Tournai, et les évêques de ce siège ; il a édité pour la Société des

bibliophiles belges séant à Mons, les Annales du Hainaut par François Vinchant. Il mourut le 17 juillet 1866 à Tournai et a

été inhumé au cimetière de Mons » 420 .

421 L’Ami de la religion, 279‐80; La Semaine religieuse, « La Semaine religieuse du diocèse de Cambrai », 4 février

1939; Pérennès, « Dictionnaire de biographie chrétienne et anti-chrétienne »; Devillers, Mémoire historique et

descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons; Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à

Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des

organistes titulaires et des présences en la collégiale de membres de la famille royale de Belgique ».

112


tenoient les coins du poêle. Son éloge funèbre prononcé par M. Descamps […]. Le même M.

Descamps a été nommé successeur de M. de Ruesne dans la cure de Sainte-Waudru » 422 .

Jean-Baptiste fut enterré au cimetière de Mons 423 . Le registre des décès de la collégiale contient le

bref acte suivant 424 :

Le 12 juin 1838 a été inhumé Mr Deruesne curé-doyen de cette paroisse, décédé l'avant-veille âgé de 87

ans.

Sa sépulture, qui se dresse toujours au cimetière de Mons, fut placée, d’après ses désirs, « entre

celles des PP. Laveine et Joly, qu’il n’avait cessé de regretter » 425 , « en face de la chapelle du Bon

Dieu de pitié » 426 . On peut y lire 427 :

Jean Baptiste Deruesne né à Valenciennes le 1 er septembre 1751. Licencié en Théologie, décédé le 10 juin

1838. Curé doyen de Sainte-Waudru à Mons pendant 35 ans. Recommande son âme à vos prières ainsi

que celle de sa sœur qui repose à côté de lui. R.I.P.

Figure 98 – La tombe de Jean-Baptiste Deruesne au cimetière de Mons (photo : Benoît Van Caenegem)

422 « L’Ami de la religion », août 1838, 279‐80.

423 Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens

suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des organistes titulaires et des présences en la collégiale de

membres de la famille royale de Belgique ».

424 A.É.M., Fonds Sainte-Waudru, Registre des décès de 1825 à 1859, non classé, boîte n°13. Voir Van Caenegem.

425 Devillers, Mémoire historique et descriptif sur l’eglise de Sainte-Waudru a Mons, 92.

426 Cercle archéologique de Mons, Annales du Cercle Archéologique de Mons, 1872, 13:360.

427 La tombe se trouve pelouse 1, concession 67. Voir Van Caenegem, « Bicentenaire de la paroisse Sainte-Waudru à

Mons 1803/1804 - 2003/2004. Liste des curés-doyens suivie de celles des présidents du Conseil de Fabrique, des

organistes titulaires et des présences en la collégiale de membres de la famille royale de Belgique ».

113


Jean-Baptiste Victor Rémy-Deruesne, producteur de sucre

En 1835, la Revue agricole, industrielle et littéraire du Nord, dans un article sur la production de sucre à

Valenciennes, rend hommage à Jean-Baptiste Victor Rémy, au nom duquel est adjoint Deruesne

(celui de son épouse), qui, « mû par un louable sentiment d’humanité », laisse au domaine public

un pousseur mécanique évitant aux agriculteurs de pousser manuellement les betteraves dans la

râpe 428 . Jean-Baptiste était né à Valenciennes le 6 septembre 1799. Le 7 novembre 1825, il avait

épousé dans la même ville Marie Anne Clotilde Joseph Deruesne, née le 21 brumaire de l’an

XIII (12 novembre 1804). Cette dernière était une arrière-petite-fille de Pierre François Deruesne

et Marie Marguerite Dardenne.

Jean-Baptiste Deruesne, avocat et conseiller municipal à Valenciennes

Figure 100 – Jean-Baptiste

Deruesne (voir note)

Le 8 février 1807 naquit à Valenciennes Jean

Baptiste Antoine François Louis

Deruesne, fils d’Antoine Joseph Albert

Deruesne et Marie Anne Emmanuelle Joseph

Pâques Fontaine. Le 12 juin 1838, à Mons, il

signe comme témoin l’acte de décès de son

oncle Jean-Baptiste Deruesne, curé-doyen

de Sainte-Waudru. Devenu avocat à

Valenciennes 429 , il devient administrateur des

hospices de la ville, président de la Caisse

d’épargne et conseiller municipal. Le 4 août 1856, il épouse à

Valenciennes Marie Charlotte Lefebvre, âgée de 26 ans, fille de

Charles Lefebvre et Ursule Françoise Piérard.

Jean-Baptiste décède en sa maison, située au 2, rue salle Le Comte à

Valenciennes, le 19 août 1868, et est enterré le lendemain au

cimetière Saint-Roch. Son épouse, veuve, fit don deux ans plus tard

d’un ostensoir de l’orphèvre parisien Pouddielgue à la paroisse

Notre-Dame du Saint-Cordon de Valenciennes 430 .

Figure 99 – Photo extraite d’une

publication Facebook de Richard

Lemoine (voir note)

428 Pesier, « Exposition universelle de 1855 – Rapport du Comité de l’Arrondissement de Valenciennes », 121.

429 En 1838, il apparaît au tableau de l’ordre des avocats du tribunal de première instance de l’arrondissement de

Valenciennes. Voir Demeunynck et Devaux, Annuaire statistique du département du Nord, 1838, 197.

430 Portrait : Peinture à l’huile, 71.5 x 63 cm, toile distendue. Ce portait appartient à une série de six tableaux de Julien

Dècle, banquier, peintre et administrateur des hospices, signalée par la Commission des beaux-arts du musée de

Valenciennes en 1898, dans la salle des séances. Ils ont été offerts par Dècle lui-même ; Jean-Baptiste Deruesne y est

représenté en tant que bienfaiteur de l'hôpital. Conservés dans l’ancien hôpital militaire de Valenciennes, 1 (ou 29 ?),

place de l’Hôpital général. Une photographie est sans doute à la source de ce portrait, dont le rendu du visage est

extrêmement minutieux. Source : Inventaire général du patrimoine culturel, « Tableau : Portrait de Jean-Baptiste

Deruesne ». Sépulture : Cimetière Saint-Roch à Valenciennes. Photo extraite d’une publication Facebook de Richard

Lemoine. Source : Lemoine, « Cimetière Saint-Roch ».

114


Leschelle

A Leschelle, puis à Buironfosse, se développa un temps une petite branche de Druenne, présente

à Buironfosse dès 1701. Il s’agit des descendants de Pierre Druenne et son épouse Marie, de

laquelle on ignore le patronyme, illisible dans l’acte de mariage de leur fils Charles Druenne avec

Marie Bronsart.

Figure 101 – L'acte de mariage de Charles Druenne et Marie Bronsart, daté du 8 février 1701. Le nom de la mère de l'époux y est

illisible (archives de Buironfosse).

Seuls neuf individus connus porteurs du nom Druenne se rattachent à cette branche de la famille.

Il devrait être possible de retrouver l’acte de naissance de Charles, vers 1682, dans les archives de

Leschelle, mais celles-ci sont si difficiles à lire qu’une telle entreprise demanderait un travail

considérable, page par page.

Marie Druenne Charles Druenne

1702-1711 °1711

Marie Magdeleine D.

°env. 1739

& Jean P. N. Hottelet

Pierre Druenne

† av. 1701

& Marie …

Charles Druenne

°env. 1682

& Marie Bronsart

Marie Druenne

1712-1780

& Louis Moret

Henriette M. N. D.

°env. 1740-1793

& Jean Charles Adnot

5 enf. connus

Jean François Druenne

Empl. de paroisse, 1715-1770

& Marie Desmoitié

Jean Pierre Druenne

°env. 1740

Figure 102 – Descendance de Pierre Druenne et Marie ..., de Leschelle

115


Luz-Saint-Sauveur

Si une parenté entre les Druène de Luz-Saint-Sauveur et les Druesne du Nord est très probable,

notamment en raison du surnom « Flamant » attribué aux premières générations de la famille ayant

vécu à Luz, la nature de celle-ci est à ce jour encore inconnue et bien mystérieuse : qu’est-ce qui

aurait pu conduire une famille du Nord à traverser toute la France pour s’établir dans un si petit

village, qui, jusqu’au début du 19 ème siècle, n’était accessible que par le col du Tourmalet, à plus de

2000 mètres d’altitude et fermé par la neige une bonne partie de l’année ?

Branche principale : la branche Druène-Marque

Le 5 février 1777 fut célébré à Luz-Saint-Sauveur le mariage de Bernard Xavier Druène dit

« Flamant », né vers 1752 et décédé le 7 septembre 1812 au même endroit, et Antoinette Ducasse,

fille de François Thomas Ducasse et Marthe Baradère. Bernard Xavier était le fils d’un certain

Baptiste Druène et de Jeanne Marque, dont aucune trace n’a pu être retrouvée jusqu’à présent

en-dehors de cette commune. On ignore si c’est Bernard, Baptiste ou une génération antérieure qui

franchit le pas en traversant la France jusque Luz.

Margu. A. Druène

°1813-ap. 1836

& Pierre V. Cazaux

Pierre Germ. Druène

1777-1778

Louise Druène Rose Druène

°env. 1818-ap. 1836 °env. 1820-ap. 1836

Baptiste Druène

Traiteur

& Jeanne Marque

Bernard Xav. Druène

°env. 1752-1812

Traiteur, dit "Flamant"

& Antoinette Ducasse

Jeanne Fr. Druène Jean M. Druène Marie Anne Druène Marie Raymonde Druène

°1779 Négociant, 1781-ap. 1836 °1783 °1785

& Jacquette El. Cayré

& Bernard Pujo, dit Couget

6 enf. connus 3 enf. connus

Bernard Druène Eugène B. X. Druène Cyprine Druène

°env. 1823-ap. 1836 Propriét., 1827-1902 °env. 1833-ap. 1836

& M. Antoinette Paget

M. Charles B. C. D.

Médecin, 1866-1908

& Raymonde H. Theil

Bernard L. J. D.

1896-1991

Militaire

Jacques Druène

°env. 1786-ap. 1836

& Marie Longevin

2 enf. connus

Bernard Druène

°env. 1816-ap. 1836

Christine Druène

°env. 1818-ap. 1836

Faits et individus remarquables

Figure 103 – Descendance du couple Druène-Marque de Luz-Saint-Sauveur

Bernard Druène, Colonel de l’armée française

Un certain Bernard Louis Jean Druène est né à Luz-Saint-Sauveur (Hautes-Pyrénées), le 26 mai

1896. Engagé dans l’armée en 1915, il se forme à Saint-Cyr (1920), puis dans le Rif. Colonel, il est

pris en 1940 peu après Dunkerque et envoyé en Oflag à Dresde. Sa passion pour l’Histoire l’amène

plusieurs fois au service historique de la défense. Peu avant sa retraite, il rédige un ouvrage sur

Berlin, « Français à Berlin à travers huit siècles » 431 . À Luz-Saint-Sauveur, son village natal, une

impasse porte son nom. Bernard Druène, grand admirateur de Napoléon, a laissé plusieurs textes,

livres et articles.

Il était le fils de Charles Marie Bernard Cyprien Druène, docteur en médecine (1896), né vers

1866 à Luz-Saint-Sauveur et de Raymonde Henriette Theil, sans profession (1896), née vers 1871.

431 Wikipédia, « Bernard Druène ».

116


Il est un descendant de Baptiste Druène et Jeanne Marque. Au décès de Bernard Druène, en 1991,

il semble que celui que l'on appelait « le Colonel » était le dernier porteur de son nom dans la région,

étant resté célibataire.

Maretz

Maretz est l’une des communes situées sur la chaussée Brunehaut, c'est-à-dire la chaussée romaine

qui semble avoir joué un rôle non négligeable dans l’expansion géographique de la famille Druesne

(voir p. 3). Elle borde notamment les villages de Bertry et Busigny. L’histoire de Maretz fut

notamment marquée par l’incendie de l’église par les Anglais menés par le duc d’Ormont, le 14

juillet 1712, alors que plus de 350 villageois s’y étaient réfugiés ; on compta plus de 300 morts,

brûlés vifs dans d’atroces souffrances, prisonniers des flammes, tel que le raconta le curé de la

paroisse dans sa lettre à Louis XIV 432 . On ignore si des Druesne se trouvaient parmi les victimes,

en l’absence de registres d’époque ; cela est cependant bien possible, étant donné qu’à peine 18 ans

plus tard, on trouvait déjà des membres de la famille sur place.

Branches principales : les branches Druenne-Gonnelieux et Druenne-

Taisne

Le recensement de Maretz en 1778 montre que des Druenne y habitaient déjà à cette époque, et ce

vraisemblablement depuis plusieurs générations. Vers 1730 y naquirent Louis et

Antoine Druenne, probablement frères. Certains généalogistes font d'eux les fils d'un certain

Antoine Druenne, qui aurait épousé une certaine Marie Druenne ; cette filiation n'est cependant

pas prouvée. Louis épousa Marie Françoise Gonnelieux, et Antoine s’unit à Catherine Josèphe

Taisne. Leurs descendances respectives ne furent pas très nombreuses, en comparaison avec celles

de certains autres couples de Druesne ayant vécu à la même époque.

Antoine Druenne

Mulquinier

& Marie Druenne

?

Antoine Druenne

Tisseur, °env. 1762-1834

& Catherine Josèphe Taisne

M. Florentine Jh D. M. Catherine Jh D. Jean Baptiste Druenne M. Madeleine D. Henri Charles D.

Fileuse, °1787 Fileuse, °1790 Tisseur, 1793-1838 Fileuse, 1797-1825 °1802

& Jean Fr. Morerette & Pierre Nic. Ducornet & Joséphine Jésus & Jean Baptiste Queva

Adèle Judiqué D. M. Madeleine D. Jean Baptiste Druenne Henri Charles D. Catherine Jos. D. Susanne D.

1825-1825 1826-1826 Tisseur, 1827-1869 1832-1834

°1834 °1836

& Eugénie Lor

Auguste Druenne

°1867

Eugénie Druenne

°1869

& Alexandre Taisne

Figure 104 – Descendance du couple Druenne-Taisne de Maretz

432 Wikipédia, « Maretz ». Une autre version de l’histoire, rapportée par L’ami de la religion, avance que l’église s’écroula

sous les flammes avec son clocher, sur les habitants qui s’y seraient « réfugiés » pendant que leur village se faisait piller,

au grand désarroi des Anglais qui ne purent rien faire pour les aider ; voir L’Ami de la religion, « L’Ami de la religion »,

8 janvier 1839, 390. Voir aussi la note sur l’incendie de Maretz et le récit qu’en fit le curé dans une lettre à Louis XIV

au lendemain des faits : Biseau-Baillet, « L’incendie du village de Maretz en Cambrésis (D’après les Archives historiques

et littéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique) ».

117


Jean Louis Druenne

& Caroline Grandsard & Madeleine Divez

Louis Druenne

Mulquinier

& Marie Françoise Gonnelieux

MARIAGE CONSANGUIN à Maretz le 4 avril 1838

Pierre Mich. Fr. Druenne

& Marie Cécile Corbisez

Cordier, °env. 1759-1827

Cultivateur, °env. 1752-1832

Joseph Druenne

Tisseur, 1804-1830

& Marie Jh Bénonie Duquene

4 enf. connus

Joseph Druenne

°1802

Pierre Michel Druenne

Tisseur, °1798

& Marie Madeleine Taisne, 3 enf. connus

& Léocadie Joseph Lecocq, 2 enf. connus

& Marie Adélaïde Joseph Druenne

Dominique Druenne

1707-1797

Célestin Ghislain Druenne

°1795

& Nathalie Sandra

4 enf. connus

Jean Louis François Joseph Druenne

Berger, 1793-1849

& Marie Louise Joséphine Berdeaux

9 enf. connus

Ghislain Druenne

°env. 1789-1794

Joséphine Druenne

Fileuse, 1787-1837

& Jean Charles Henri Soulier

Joséphine Ghislaine Druenne

Tisseuse, °env. 1780

& Théodore Joseph Leblond

Marie Adélaïde Joseph Druenne

°1788

& inconnu, d'où son enfant

& Pierre Michel Druenne

Marie Anne Joseph Druenne

Couturière, °1787

& Charles Joseph Leblond

J. Bapt. Fr. D.

1810-1811

Figure 105 – Descendance du couple Druenne-Gonnelieux de Maretz. On y voit clairement que Pierre Michel Druenne a pris pour

troisième épouse sa cousine germaine, Marie Adélaïde Joseph Druenne.

118


Faits et individus remarquables

René Druenne, Chevalier de la Légion d’honneur

L’un des descendants de Louis

Druenne et Marie Françoise

Gonnelieux, René Émile Druenne,

fut décoré de l’ordre de Chevalier de

la Légion d’honneur en 1952, après

avoir été blessé en tant que Caporal-

Chef au 23 ème régiment d’Infanterie

Coloniale. En 1941, il avait reçu la

médaille militaire du Gouvernement

de Vichy.

Né le 11 mai 1909 à Caulaincourt

(Aisne), René Emile Druenne était

le fils de Joseph Alphonse Louis

Druenne et Marie Alphonsine

Durand, des Druenne de Maretz. Il

avait épousé Suzanne Hélène

Pourvels le 23 avril 1938 à Lizy

(Aisne), dont il eut au moins une fille,

Reine.

Figure 106 – Certificat de Légion d'honneur de René Emile Druenne

Marle

Situé au cœur du département de l’Aisne, Marle est relativement isolé des autres foyers de

développement de la famille Druesne. Construit autour d’un château médiéval, la ville fut un temps

prospère et attira des marchands venus de toute la région.

Branche principale : la branche Druesne-Coquelet

C’est donc à Marle que l’on trouve au beau milieu du 19 ème siècle un certain Amédée Druesne,

époux d’Aimée Virginie Coquelet, qui eut au moins trois enfants de cette dernière. A ce jour,

l’origine d’Amédée n’a pas encore pu être déterminée ; en l’absence de son acte de naissance, de

mariage ou même de décès, on ignore tout de sa famille et de sa commune d’origine. Il y a

cependant fort à croire que l’on finira par en savoir plus à son sujet, et peut-être même le rattacher

à une autre branche connue de la famille.

119


La branche Druesne-Coquelet, qui ne semble pas avoir eu une nombreuse descendance en Europe,

suscite néanmoins de l’intérêt en raison du départ pour le Canada, en avril 1912, d’Arthur Amédée

Druesne et de sa famille – il en sera question ci-après.

Amédée Druesne

Empl. chem. de fer, °1843

& Aimée Virginie Coquelet

Virginie Druesne Joseph Druesne Arthur Amédée Druesne

°1871 1872-1873 1873-1949

& Pauline Baude

André D.

°1902

René Henry D. Fernand Arthur Druesne Madeleine Yvonne Druesne Paul René Druesne Raymonde D.

1908-1960 1910-1965 °env. 1913

1915-1998 °env. 1917

Figure 107 – Descendance connue d’Amédée Druesne et Aimée Virginie Coquelet ; le couple Druesne-Baude partira pour le Canada

au début du 20 ème siècle puis aux Etats-Unis, où ils ont toujours une descendance de nos jours (voir ci-dessous)

Faits et individus remarquables

Des Druesne au Canada

Figure 108 – Le « France », à bord duquel voyagèrent Pauline Baude

et ses enfants

Le 26 avril 1912 433 arriva dans le port de New

York le navire « France », parti du Havre le 20

avril, au bord duquel se trouvaient quatre

Druesne, déclarés comme étant originaires

de Paris et à destination de Castor, en

Alberta (Canada) : Pauline Baude, 35 ans,

rejoignait son mari Amédée (aussi appelé

Arthur) Druesne 434 , qui y était fermier,

accompagnée de ses fils André (10 ans), René

(3 ans et demi) et Fernand (1 an et demi). La

famille était accompagnée d’un certain Léon

L’Air, âgé de 26 ans, célibataire, qui se rendait

au même endroit. On ignore tout à son sujet.

Pauline, cultivatrice, savait lire et écrire et disposait de 20 francs lors de son arrivée à New York 435 .

Elle mesurait 5 pieds 5’’ (1,65 m), était de carnation « naturelle », avait des cheveux clairs et des

yeux bleus. Elle était née à « Berisseur » et mère au foyer. Elle avait une sœur à Paris du nom de …

Sartori. André, qui savait lui aussi lire et écrire, serait né à Senlis (Oise), dans les actes desquels il

reste cependant introuvable 436 . René, né à « Ferrières », fait l’object, lui aussi, d’un mystère en ce

qui concerne son acte de naissance 437 . Enfin, Fernand fut déclaré comme né à Caudry, bien qu’y

433 Canadian Passenger Lists, 1865-1935, New York, NY, USA, April 1912.

434 Amédée (Arthur) était alors domicilié à Castor (adresse : box 134).

435 Passager 100890060325, page 840 du manifeste, ligne 25 (Liberty Ellis Foundation).

436 Passager 100890060326, page 840 du manifeste, ligne 26 (Liberty Ellis Foundation). Naissance introuvable à Senlis

entre 1901 et 1903.

437 Passager 100890060327, page 840 du manifeste, ligne 27 (Liberty Ellis Foundation). Introuvable dans les actes de

Ferrières-en-Brie (Seine-et-Marne).

120


étant, lui encore, introuvable 438 . Tous rejoignaient le Canada pour la première fois et étaient

catholiques 439 .

La famille parvint au terme de son voyage, à Castor, une petite localité de l’Alberta (Canada). La

famille y fut réunie au grand complet et s’agrandit avec les naissances respectives de Madeleine

(env. 1913), Paul (1915) et Raymonde (env. 1917).

On ignore pourquoi la famille n’est pas mentionnée dans le recensement canadien de 1921. Le 10

avril 1924, la famille entre en effet aux Etats-Unis de manière temporaire depuis le Canada, pour

une période de cinq mois. Sont du voyage : Arthur, René H., Fernand A., Madeleine Y., Paul et

Raymonde. Paul est décrit comme étant de carnation moyenne, cheveux brun clair et yeux bleu

clair. Il est français, bien qu’étant né à Castor. Sa dernière résidence permanente était à Kelowna,

en Colombie Britannique (bien qu’aucune trace de son passage ne semble s’y trouver). C’était la

première fois qu’il se rendait aux Etats-Unis. La famille était déclarée en visite pour cinq mois chez

un ami du nom de A. A. Frank, domicilié 974-976 Howard Street à San Francisco. Il semble

qu’alors, la famille Druesne n’avait aucune intention de demander la nationalité américaine – c’est

du moins ce qu’elle a déclaré. Le contact de référence indiqué pour Paul est son frère André

« Aucelin », domicilié à 327 Hastings Street East à Vancouver, au Canada. La famille voyageait en

« voiture ».

En 1930, les Druesne sont recensés à San Francisco. Les deux aînés, André et René, n’y sont pas

mentionnés : sans doute étaient-ils décédés ou mariés. Dans ce recensement, il est indiqué

qu’Arthur était âgé de 21 ans à son premier mariage, et Pauline de 23 ans ; étant donné qu’il est

aussi indiqué qu’ils avaient alors respectivement 54 et 53 ans, on peut supposer qu’Arthur avait déjà

été marié avant de rejoindre le Canada. Dans l’annuaire de San Francisco en 1940, Arthur et Pauline

sont référencés comme cuisiniers, habitant sur Broadway street, n°1361. Paul, cuisinier lui aussi,

est renseigné comme habitant au 1406, Pacific Avenue 440 . Lors du recensement de San Francisco

de la même année (1940), Arthur (ici transformé en « Otto ») habitait toujours au 1361, Broadway

Street, où il payait un loyer de $24 441 . Arthur avait alors 66 ans, alors que Pauline en avait 63. Arthur

travaillait 48 heures par semaine comme boucher, pour un salaire de $1030. En 1943, Paul, décrit

comme un blanc né en 1915 au Canada et résidant en Californie, s’engage dans l’armée 442 .

Il aura fallu plusieurs années de recherches pour que les origines d’Arthur (Amédée) soient

éclaircies. Si des informations cruciales à son sujet restent lacunaires, comme les circonstances de

sa traversée de l’Atlantique 443 , il a pu être démontré qu’Arthur était né à Marle (Aisne) le 7 novembre

1873. L’origine de son épouse demeure inconnue. Il était le fils d’Amédée Druesne, né vers 1843,

438 Passager 100890060328, page 840 du manifeste, ligne 28 (Liberty Ellis Foundation). Introuvable dans les tables

décennales de Caudry (Nord).

439 Canadian Passenger Lists, 1865-1935, New York, NY, USA, April 1912.

440 R.L. Polk & Co, Polk’s Crocker-Langley San Francisco City Directory, 385.

441 ED 38-149.

442 FindMyPast, « World War II Army Enlistment Records ».

443 Les actes de naissance de ses enfants sont étrangement introuvables. D’autres informations, disponibles en ligne,

s’avèrent erronées : selon le California Death Index (1940-1997), la mère d’Arthur portait le nom Urigardarne. Cela est

cependant faux, Arthur étant le fils d’Aimée Coquelet.

121


et d’Aimée Coquelet, née vers 1835. L’ascendance d’Amédée est elle aussi très obscure ; des

contacts 444 pris en mai 2019 laissent cependant augurer de nouvelles découvertes.

Molain

Vers 1691 naquit à Molain (Aisne) un certain Nicolas Druesne, époux de Marie Louise Laruelle.

Tous deux eurent trois enfants connus : Louis Joseph (°1732, ép. Marie Marguerite Joseph

Drubert), Jacques Nicolas et Marie Barbe. Seul l’aîné eut une descendance connue, principalement

établie à Reumont, à huit kilomètres de Molain.

Nicolas Druesne

°env. 1691-1770

& Marie Louise Laruelle

Louis Joseph D. Jacques Nicolas D.

Cordonnier, °1732

& Marie Marg. Jh Drubert

Marie Barbe D.

Jacques Joseph D.

Mulquinier, 1772-1857

& Angélique Soupez

François Jh Druennes

°1802

Augustine Druesnes

1803-1803

Louis R. Druesnes

1806-1890

Pacifique Druennes

Ménagère, 1816-1871

& Théodore Courtoy

3 enf. connus

Figure 109 – Descendance du couple Druesne-Laruelle de Molain

Montay

Située entre Neuvilly, le Cateau-Cambrésis et Forest-en-Cambrésis, le petit village de Montay se

situe sur la même chaussée romaine que ce dernier, traversé et habité depuis près de deux mille ans

au moins.

On trouve à Montay une très petite branche de la famille uniquement, avec seulement 8 porteurs

du nom connus. Tous sont issus d’un couple unique, composé de Jean Philippe Druesne,

cabaretier, et Marie Agnès Carville (°1732), qui eurent sept enfants.

Jean Philippe Druesne

Cabaretier

& Marie Agnès Carville

Marie Philippe Jh D. Charles D. Auguste D. Dominique Fr. D. M. Thérèse D. Amélie V. Jh D. Amélie D.

Couturière, °1754 °1756 °1759 °1761 °1762 1765-1812 °1766

& Jean Fr. Morbu

Figure 110 – Descendance du couple Druesne-Carville de Montay

Un lien intéressant lie cette branche de la famille avec celle des Druesne-Herlemont de Saint-

Souplet : Marie Agnès Boniface (1701-1768), épouse de Michel Martin Druesne (°1699), est en

444 Michel Blas, généalogiste dans le Nord, a expliqué avoir échangé en 2004 avec une certaine Virginia Green, la petitefille

d’Arthur « Otto » Amédée Druesne et Pauline Baude. Celle-ci était alors à la recherche de ses ancêtres européens.

Contactée via Généanet en mai 2019, à l’heure de clôturer cette édition, elle n’avait pas encore répondu.

122


effet la mère de Marie Agnès Carville et la marraine de Marie Philippe Joseph Druesne (°1754), fille

du couple Druesne-Carville, qui est donc sa petite-fille (voir la section à ce sujet en page 132).

Neuvilly

Le 19 octobre 1790, une femme seule du nom d’Augustine Druenne accoucha à Landrecies d’un

enfant « illégitime » auquel elle donna le nom de Joseph. L’acte du baptême de ce dernier, daté du

lendemain, explique que la mère était « de la paroisse de Neuviesli », c'est-à-dire Neuvilly, à 16

kilomètres de Landrecies.

Figure 111 – Acte de baptême de Joseph Druenne, archives de Landrecies, le 20 octobre 1790

Augustine Druenne, mère de Joseph, ne fait probablement qu'une avec Marie Augustine Druesne,

née le 16 novembre 1754 à Forest-en-Cambrésis et décédée le 16 décembre 1818 à Neuvilly. Elle

était la fille de Bernard Druesne et Marie Josèphe Le Boucq, de la branche des Druesne-Payen de

Forest-en-Cambrésis. Elle avait épousé le 2 mai 1786 à Forest-en-Cambrésis un certain Honoré

Joseph Ledieu ; on peut suppose qu’Augustine, domiciliée à Neuvilly avec son époux et mère d’une

petite Marie Augustine Ledieu (née le 22 mars 1787), serait tombée enceinte d'un enfant non

reconnu par son époux, et aurait dès lors quitté temporairement son village pour aller accoucher à

seize kilomètres de son domicile conjugal, à Landrecies. Elle aurait ensuite confié l'enfant à un père

nourricier du nom d'Antoine Chorlé (ce qui est attesté dans l'acte de mariage de Joseph avec Marie

123


Victoire Lempereur, célébré à Eppes le 11 octobre 1820), et serait retournée auprès de son époux 445 .

Joseph, quant à lui, se maria au moins deux fois, et eut des enfants de ses deux mariages.

Pommereuil

Pommereuil, localement dit « le Pommereuil », (au Pommereuil, du Pommereuil), se trouve sur la

frontière entre le Cambrésis et l’Avesnois. Le village est encerclé par Forest-en-Cambrésis, Ors,

Bazuel et le Cateau-Cambrésis. Longtemps un hameau de ce dernier, ne devint formellement une

commune indépendante qu’avec la fondation de la paroisse Saint-Michel en 1716.

Branches principales

La branche Druesne-Bricout

La première branche de la famille à Pommereuil en nombre de Druesne répertoriés est issue

d’André Druesne (laboureur, °env. 1686-1762) et Catherine Louise Bricout (°env. 1679-1741).

On leur connaît 8 enfants, dont au moins 84 autres porteurs du nom sont issus, portant le total de

porteurs du nom dans cette branche à 93.

André Druesne

°env. 1686-1762

Laboureur

& Catherine Louise Bricout

André Druesne Marie Louise D. Jean Bernard D. Louis Joseph D. Marie Jeanne D. Pierre Jh D. Georges Jh D.

1711-1774

1715-1800 1717-1771 °1718 1722-1757 °1724 °1727

Fermier & François Jh Talma Fermier

& Anne Marg. Leroy 9 enf. connus & Rosalie Ladrière

Jean Bapt. Jh D.

Tisseur, °1805

& Rosalie Dasse

Célestin Jh D.

Tisseur, °1815

& Amélie Trouillez

Simon D.

°env. 1720-1795

& Catherine Noirmain

Jeanne Joseph D.

°env. 1722-1812

Jean Philippe D.

°env. 1724-1795

& M. Anne Delsarte

1 enf. connu

1 enf. connu

5 enf. connus

Marie Joseph D.

°env. 1724-1822

Guillaume D.

°env. 1728-1817

& Marie Jh Mané

Joseph Druesne

† 1745

& Sainte Vilain

André Joseph D. François D. Marie Claire Jh D. Marie Victoire Jh D. Marie Marceline D. M. Cath. L. D.

Jacques Ant. D.

°1755 °env. 1757-1823 °env. 1759-1838 °1763 °1763 ?-? 1694-1782

Cultivateur & Amand Lagniaux Jumelle Jumelle & Jacques Briatte & Marie Jh Maillard

& Séraphine Gauthier

Marie Rose Jh D.

1737-1766

Figure 112 – Descendance du couple Druesne-Bricout de Pommereuil

445 Réflexions issues d’échanges avec Sébastien Bouchez (corto51) sur Généanet. D’autres femmes du nom d’Augustine

pourraient être des mères potentielles pour Joseph, mais aucune ne concorde autant que Marie Augustine Ledieu-

Druesne avec les éléments connus sur Joseph et Augustine.

124


La branche Druesne-Carpentier Barbe

Forte de 54 porteurs du nom, la branche issue de Jean Druesne (°env. 1690-av. 1749) et Barbe

Carpentier (°env. 1690-ap. 1749) est principalement dûe au deuxième enfant connu de ces

derniers, Jean Jacques Druesne (censier, °env. 1724-1786), époux de Marie Anne Joseph Mortier,

qui donna naissance à pas moins de dix enfants, dont au moins un (Jean Jacques Druesne, fermier,

°1752, époux d’Anne Marie Joseph Lefebvre, fille de ménage, °env. 1759) eut à son tour trois

enfants et huit petits-enfants connus.

Jean Druesne

°env. 1690-av. 1749

& Barbe Carpentier

Catherine L. D. Jean Jacques D.

°env. 1719-env. 1757 Censier, °env. 1724-1786

& Thomas Cloez & Marie A. Jh Mortier

1 enf. connu 10 enf. connus

Figure 113 – Descendance directe de Jean Druesne et Barbe Carpentier, de Pommereuil

La branche Druenne-Carpentier Marie Catherine

La troisième branche de Druenne de Pommereuil en termes de porteurs du nom connus est celle

dont Philippe Albert Druenne (manouvrier, °env. 1708-1786) et Marie Catherine Carpentier

(°env. 1714-1783) constituent la tête. Cette branche contient 39 porteurs du nom.

Marie Jh Druenne

°env. 1737

Philippe Albert Druenne

°env. 1708-1786

Manouvrier

& Marie Catherine Carpentier

Philippe Jh D.

Tailleur, 1740-1793

Assassiné par ses ennemis

Jean Baptiste D.

1743-1818

Couvreur de paille

M. Agathe Jh D.

1746-1794

Fileuse

M. Thérèse D.

1750-1828

& Jean Jacques Marquant

Henriette Jh D.

°1754

Fileuse

M. Catherine D.

1761-1803

Fileuse

& Marie Reine Prévôt & M. Florence Duminie & Philippe Charles Lozé & Jean Jacques Lozé & Jean Bapt. Gautier & Charles Polvent

7 enf. connus 7 enf. connus

1 enf. connu

Figure 114 – Descendance de Philippe Albert Druenne et Marie Catherine Carpentier, de Pommereuil

125


La branche Druenne-Carpentier Marie Michelle

Enfin, une dernière branche de Druesne de Pommereuil est issue de François Druenne

(manouvrier, ° env. 1702-1782) et Marie Michelle Carpentier († av. 1765). On y compte 12

porteurs du nom.

François Druenne

°env. 1702-1782

Manouvrier

& M. Michelle Carpentier

Jean François Druenne

°env. 1733-1794

Manouvrier

& M. Jeanne Cath. Méresse

M. Joseph D.

1765-1785

M. Jeanne D.

1769-1794

M. Catherine D. Geneviève M. D.

°1772 °1776

Jean Baptiste D.

Cultivateur, 1780-ap. 1833

& Jeanne Catherine Baillon

François Druesne

Cultivateur, 1808-1883

& Marie Jh Carpentier

Jeanne Cath. Jh D.

°1784

Constant Druesne

Cultivateur, °env. 1834

François Druesne

Cultivateur, °1843

& Zélie Pruvôt

Fernand Druesne

°1868

Combattant 1914-1918

Figure 115 – Descendance de François Druenne et Marie Michelle Carpentier, de Pommereuil

Faits et individus remarquables

Jacques Désiré Druesne, maire de Bazuel

De 1835 à 1838, un certain Jacques Désiré Druesne était maire de Bazuel. Il signe son premier

acte le 3 avril 1835 et son dernier acte le 18 janvier 1838. Il était un descendant de la branche

Druesne-Carpentier (Barbe) de Pommereuil. Décédé à Bazuel en février 1856 à l’âge de 65 ans, il

était veuf en premières noces de Constance Chérie Herlemont et en secondes noces de

Catherine Vicaire.

126


Fernand Druesnes, combattant de la Grande Guerre

Fernand Druesne, né à Pommereuil le

8 juillet 1868, participa comme

combattant à la première guerre

mondiale 446 , comme l’atteste la « carte

du combattant » ci-jointe. Il était un

descendant du couple Druesne-

Baillon de Pommereuil.

Figure 116 – Carte du combattant de Fernand Druesne

(collection Généanet)

Les cartes d’anciens combattants ont été

délivrées entre la fin des années 1920 et

le début des années 1930 à tous les

combattants de la Grande Guerre qui

pouvaient se justifier de leur qualité,

c'est-à-dire d’avoir combattu pendant

au moins pendant 90 jours. Cette carte

offrait divers avantages comme le droit

à la retraite du combattant et quelques

avantages honorifiques ou fiscaux 447 .

Un nouveau blason

Guillaume Druesne, généalogiste et descendant d’André

Druesne et Catherine Louise Bricout (Pommereuil), a fait

officiellement enregistrer son blason auprès du Conseil français

d’héraldique. Voir la note à ce sujet en page 16.

Figure 117 – Armes de Guillaume Druesne

446 Voir la liste des Druesne morts pour la France en annexe XXI, page 187.

447 Geneanet, « Les cartes du combattant ».

127


Saint-Martin-sur-Ecaillon

Limitrophe de Vendegies-sur-Ecaillon, Bermerain, Escarmain, Vertain et Haussy, Saint-Martin sur-

Ecaillon est le cinquième foyer de développement de la famille Druesne, comptant 130 porteurs

du nom, après Forest-en-Cambrésis (626 porteurs du nom), Vendegies-au-Bois (460), Pommereuil

(203) et Bousies (174).

Branches principales

La branche de Ruesne-Plouchart

La branche issue de Christophe de Ruesne (°av. 1644) et Marie Plouchart (?-?), large de 122

porteurs du nom, a vu très tôt l’orthographe de son nom se transformer de de Ruesne à Druesne. Seul

l’acte de naissance de Jean de Ruesne, daté du 8 décembre 1665, utilise l’ancienne forme du nom ;

tous les actes ultérieurs feront des de Ruesne de Saint-Martin-sur-Ecaillon les Druesne du même lieu.

M. Angélique Druesne

°1699

& Jean François Lecerf

Christophe de Ruesne

°av. 1644

& Marie Plouchart

Jean de Ruesne

Mayeur, 1665-1733

& M. Françoise Moreau

M. Catherine Druesne M. Anne Druesne Jean Bapt. Druesne Jean François Druesne

1701-1744 1704-1774 1707-1707 Croqueteur, 1708-1760

& Charles Delhaye & Jacques Blas

& Marguerite Jh Carlier

9 enf. connus 12 enf. connus

M. Françoise Druesne

°env. 1713-1758

& Jean Jh Carlier

& Jacques Jh Blas, 6 enf. connus

Figure 118 – Descendance de Christophe de Ruesne et Marie Plouchart, de Saint-Martin-sur-Ecaillon

La branche Druesne-Waterlet

Composée de seulement huit porteurs du nom (tous présents dans l’arbre ci-dessous), la branche

Druesne-Waterlet est issue de Jacques Druesne (°env. 1658-1742) et Marie Waterlet. On leur

connaît six enfants, dont les descendances respectives restent cependant encore peu connues.

M. Jeanne Druesne André Druesne Grégoire Druesne Laurence Druesne Jean Baptiste Druesne Antoine Druesne

°env. 1695-1723 1697-1743 °1701 1701-1770 1706-1707

1708-1708

& Catherine Joube Jumeau Jumelle

Catherine Druesne

°1743

& Charles Joseph Afchin

Jacques Druesne

°env. 1658-1742

& Marie Waterlet

Figure 119 – Descendance de Jacques Druesne et Marie Waterlet, de Saint-Martin-sur-Ecaillon

128


Faits et individus remarquables

Jules Druesne, mort pour la France

De son départ de chez lui le 1 er août 1914 à sa mort le 22

décembre de la même année, Jules Ernest Edmond Druesne,

lieutenant du 37 ème régiment d’infanterie issu de la branche de

Ruesne-Plouchart de Saint-Martin-sur-Ecaillon, écrira presque

chaque jour depuis le front à son épouse Cécile Becker. C’est

un véritable roman dans lequel on se plonge ; à l’occasion du

centenaire de la guerre, Christine Druesne, descendante de

Jules, a entrepris de publier chacune des lettres sur son blog 448 .

Au total, ce sont des dizaines de lettres qui racontent, presque au

quotidien, l’enfer des tranchées de l’Yser.

Le 20 décembre 1914, celui qui devait mourir deux jours plus

tard écrivait à son fils :

Figure 120 – Carton commémoratif de Jules

Druesne (Christine Druesne)

Évidemment, je ne peux pas dire, mari d’une femme que j’aime tant, père

d’enfants que je chéris si follement qu’éloigné d’eux comme je le suis, je puis

être heureux. Cependant, ma bonne Cécile, j’éprouve une sérénité d’âme que

je ne puis laisser ignorer. Cette vie de dévouement aux autres me plait et j’ai

l’occasion de la vivre cette vie.

Et le 22 décembre, quelques heures avant de tomber au combat

dans les tranchées de l’Yser à Bixchoote (Belgique), il écrivait à

son épouse :

Ma Chérie, c’est la guerre ; elle étend son fléau partout et heureux ceux qui en le supportant ont la chance

d’être utiles à leur pays.

Les lettres de Jules constituent un témoignage poignant de la vie dans les tranchées. Espoir, survie,

amour, plaisir des choses simples, mais aussi violence, sang, cadavres et deuils par dizaines

ponctuent les nombreuses lettres que Cécile, l’épouse de Jules, conserva précieusement.

448 http://memoires.christinedb.fr/ – consulté le 4 janvier 2019. Les lettres sont aussi compilées dans un rapport

séparé.

129


Le carnet militaire de Jules – Par Christine Druesne

Un livret militaire peut raconter beaucoup sur un homme ; celui dont je

vais vous parler est celui de mon arrière-grand-père paternel, Jules Ernest

Edmond Druesne, né le 22 janvier 1866 à Etroeungt (Nord) de Jules et

de Céline Buguin. Jules devait être incorporé en 1888, mais il s’est engagé

comme volontaire pour cinq ans le 12 juin 1884 à 18 ans à Avesnes-sur-

Helpe dans le Nord. Il était alors employé de commerce à Hautmont

(Nord). Il avait les cheveux et les sourcils châtains, les yeux gris, le front

« couvert », un nez moyen, une bouche moyenne, un menton rond et le

visage ovale ; il mesurait 1m72 et n’avait aucune marque particulière.

Il est incorporé d’abord au 37 ème régiment d’infanterie comme soldat de seconde classe, y passe

caporal le 5 juillet 1885, puis caporal fourrier le 21 septembre de la même année, sergent le 25

février 1886 et enfin sergent-major. Rengagé pour cinq ans le 21 février 1888, il devient adjudant

le 26 février 1893 et se rengage en juin 1893, à nouveau pour cinq ans. Il est commissionné à

compter du 12 juin 1899 par une autorisation du Général de la 22 ème brigade d’infanterie. Il passe

dans l’armée territoriale le 11 octobre 1902, ayant fait une demande de liquidation de retraite et

se retire à Laxou (Meurthe-et-Moselle), à l’asile d’aliénés de Maréville, comme secrétaire de

direction. Il effectue une période d’instruction militaire au 4 ème régiment territorial d’infanterie

du 25 septembre au 8 octobre 1905.

Au chapitre des décorations, il est écrit « Autorisé par décret du Président de la république en

date du 25 juillet 1902 à accepter et à porter la médaille d’or de l’ordre de Saint Stanislas qui lui

a été conféré le 25 juillet par l’Empereur de Russie ». Il a aussi été décoré de la médaille militaire

par décret du 4 décembre 1902.

On apprend aussi dans son livret qu’un certificat de bonne conduite lui a été accordé ; qu’il a été

vacciné avec un « succès certain », qu’il savait lire et écrire à son arrivée au corps ; qu’il a

commencé l’escrime le 15 juin 1884 et a été admis à faire l’assaut le 1 er avril 1886 ; qu’il savait

nager à son arrivée et considéré comme nageur ordinaire au moment du passage dans la

disponibilité. Ses résultats au tir à la cible étaient bons puisqu’en 1885 il était 3 ème au classement

sur un champ de tir de 600 mètres et 1 er au classement en 1894 et 1 er également au tir au revolver.

On trouve dans le livret la liste des effets fournis aux soldats. Cela va du bourgeron à la capote,

aux brodequins, au dolman ou aux guêtres de cuir ; mais aussi aux cartouchières, au ceinturon,

au havresac, au fusil, sabre et revolver. Afin d’avoir des effets à la bonne taille, on découvre un

tableau des mesures du soldat à l’incorporation et au moment du renvoi dans les foyers. Je peux

dire ainsi que Jules avait un peu grossi (4 cm de plus de tour de taille) pendant sa période

militaire ! Il avait une assez grosse tête, avec 58 cm de tour de tête, et ses pieds mesuraient 26

cm.

Un peu plus loin, il y a les comptes qui devaient être visés par le capitaine. La première mise à

l’incorporation était de 40 frs mais rapidement engloutis par la distribution de petit équipement

coûtant 40,15 F. Pour les 16 premières journées, il touche 1,92 F, soit 0,12 F par jour. Il est

ensuite payé 11,04 F par trimestre. Ses dépenses étaient pour des ressemelages, une cravate, un

étui-musette, un étamage de petite gamelle ou de quart, une brosse, une paillasse à laver ou un

nettoyage de drap. En 1885, il n’est plus payé que 0,11 F par jour, mais je n’en connais pas la

130


raison. Il lui reste 15,53 F lorsqu’il passe caporal le 5 juillet 1885 ; à partir de ce moment, il n’y a

plus ni recette ni dépense, mais toujours la liste des petits équipements et réparations nécessaires

à la vie militaire.

Voilà tout ce que j’ai pu tirer du livret militaire de Jules DRUESNE. Il est rappelé sous les

drapeaux le 1 er août 1914.

Source : Blog de Christine Druesne (memoires.christinedb.fr)

La famille de Jules – Par Cécile Druesne

Cécile Becker, fille d’une tailleuse et d’un tonnelier de Malzèville (près de Nancy) est née en 1869.

Elle deviendra couturière et épouse de Jules Druesne, militaire de carrière en tant que sergent-

Major au 37 ème Régiment d’Infanterie, le 7 octobre 1891 à Nancy.

Figure 121 – Cécile Becker et son époux Jules Druesne

Figure 122 – Cécile Becker et l’un de ses petits-enfants

Naîtront deux enfants : Robert, né en 1892, qui deviendra médecin et participera également à la

guerre, et Gustave, dit « Loulou », né en 1902 et qui deviendra ingénieur. Dans ses lettres, Jules

parle également de son petit frère Gustave, né en 1872, tailleur à Paris.

Source : Blog de Christine Druesne (memoires.christinedb.fr)

131


Saint-Souplet

Saint-Souplet se situe entre Molain, Saint-Benin et le Cateau-Cambrésis. La commune, réunie

depuis 2015 avec celle d’Escaufourt pour former Saint-Souplet-Escaufourt, existait déjà au 7 ème

siècle lorsque sainte Maxellende de Caudry y fut inhumée après son supplice en 670. Bien que la

famille soit établie à Saint-Souplet depuis des siècles, on n’y connaît cependant que quelques

branches de petite taille, qui, rassemblées, n’ont donné naissance qu’à 71 Druenne et Druesne

connus.

Branches principales

La branche Druenne-Cousin

La première est issue de Jean Druenne, né avant 1666 et décédé le 21 octobre 1734, et de Marie

Jeanne Cousin, née avant 1666 et décédée en décembre 1715. Tous deux eurent au moins cinq

enfants : Antoine (°1688), Martin (°env. 1691-1771), Catherine (1691-1730), Jean Philippe (°1694)

et Pierre Antoine († 1704). Leurs descendants comptent soixante porteurs connus du patronyme.

= ?

Jean Baptiste D.

Tisserand, 1724-1766

& Marie Jh Dumez

6 enf. connus

Eufroisine Jh D.

1754-1776

Jean Druenne

°av. 1666-1734

& Marie Jeanne Cousin

Antoine Druenne Martin Druenne

?

Catherine Druenne Jean Philippe D. Pierre Antoine D.

°1688 Tisserand, °env. 1691-1771 1691-1730 °1694 † 1704

& M. Antoinette Paiot

Marie Josèphe D.

1726-1728

Augustine Jh. D.

Fileuse, °1756

& Louis Al. Servier

Pierre Ant. Jh D.

1729-1731

Denise Joseph D.

°1758

Pierre François D.

°1730

Marie A. Cath. Jh D.

1761-1763

Marie Josèphe D.

Fileuse, 1733-1771

& Michel Leroy

6 enf. connus

Jean Baptiste D.

Journalier, 1763-1838

& Marie Cath. Moreaux

6 enf. connus

Marie Philippe Jh D.

1736-1738

Jeanne Rosalie D.

°1765

Marie Robertine Jh D.

1739-1741

La branche Druesne-Herlemont

Figure 123 – Descendance du couple Druenne-Cousin de Saint-Souplet

La deuxième branche de Saint-Souplet est issue de Jean Druesne et Marie Anne Herlemont. Il

est important de noter qu’en réalité, aucun document lié à cette branche ne mentionne

explicitement le village. En effet, l’acte de mariage de ces derniers, passé le 22 mai 1698 à Saint-

Benin et assez pauvre en informations, ne donne que « ex parochia S ti Sulpicÿ », c’est-à-dire « de la

paroisse Saint-Suplice », comme renseignement sur l’époux. L’épouse, quant à elle, est dite « ex

parochia divae virginis in Castello », « de la paroisse Notre-Dame au Cateau » ; pour que la paroisse soit

mentionnée sans le nom du village, on peut supposer qu’il s’agissait d’une paroisse proche et

connue de tous, sur laquelle il n’y avait pas de doute possible. Or, c’est à Saint-Souplet que l’on

trouve l’église Saint-Sulpice la plus proche de Saint-Benin – à seulement trois kilomètres.

132


Figure 124 – Acte de mariage de Jean Druesne et Marie Anne Herlemont, Saint-Benin, 22

mai 1698 (archives du Nord)

A peine neuf petits mois plus

tard – c’était le 7 mars 1699 –

naquit du couple, toujours à

Saint-Benin, un petit garçon du

nom de Michel Martin

Druesne. C’est celui-ci qui

épousera à l’âge de 41 ans, le 30

octobre 1740, une femme de

deux ans sa cadette portant le

nom de Marie Agnès

Boniface. Pourquoi si tard ?

Michel Martin était le troisième

époux de Marie Agnès 449 ; on

ignore ce qui la retint de se

marier pendant si longtemps

(cela était inhabituel à

l’époque). On ignore

cependant si Michel Martin

avait été marié avant d’épouser Marie Agnès. Leur mariage fut célébré à Montay, à six kilomètres

de Saint-Benin et huit de Saint-Souplet, d’où l’épouse était originaire. Après Michel Martin, ils

donnèrent naissance à quatre autres enfants : Marie Louise (°1701), Marie Françoise (°1704), Marie

Antoinette (°1707) et Jean Philippe (°1710). Tous vécurent à Saint-Benin.

Une coïncidence troublante vient donner à cette histoire une consonance intéressante. Marie

Agnès, qui vivait à Montay pendant sa jeunesse (bien qu’elle soit née à Catillon-sur-Sambre), devint,

près de quatorze ans après son mariage avec Michel Martin Druesne 450 , la marraine de Marie

Philippe Joseph Druesnes, née à Montay le 29 décembre 1754, qui était la fille de Jean Philippe

Druesnes et Marie Agnès Carville, connus à ce jour comme les doyens des Druesne de Montay

(voir p. 122). Marie Agnès devenait ainsi marraine de sa petite-fille, Marie Agnès Carville étant le fruit

de son (deuxième) mariage avec Jean Carville.

449 Marie Agnès Boniface avait épousé Eloy Lenglet le 6 novembre 1725, dont elle eut au moins un enfant ; veuve, elle

épousa Jean Carville le 17 juin 1730, dont elle eut au moins un autre enfant ; enfin, elle épousa Michel Martin Druesne,

dont on ignore si elle eut un enfant.

450 Une simple comparaison des signatures de Marie Agnès Boniface – sous son acte de mariage (1740) et sous l’acte

de baptême de Marie Philippe Joseph Druesnes (1754) confirme qu’il s’agit bien de la même personne.

133


Marie Agnès Boniface

1701-1768

1e noces

1725

2e noces

1730

3e noces

1740

Marraine de l'un des enfants

Eloy Lenglet

°env. 1699

Jean Carville

?-?

Jean Druesne

& Marie Anne Herlemont

A Saint-Souplet

Michel M. Druesne

°1699

Marie Agnès Carville

°1732

7 enf. connus

Jean Ph. Druesne

A Montay

Figure 125 – Lien entre les branches Druesne-Herlemont de Saint-Souplet et Druesne-Carville de Montay : Jean Druesne, de Saint-

Souplet, est le père du troisième époux de Marie Agnès Boniface, dont la fille du deuxième époux a épousé Jean Philippe Druesne, de

Montay ; de ce dernier mariage sont nés sept enfants connus, et Marie Anne est la marraine de l’un d’entre eux

Faut-il pour autant conclure qu’un lien de sang relativement proche réunit ces deux branches ?

Non, car la famille était répandue dans la région et ce lien est par ailleurs trop ténu ; on peut

cependant imaginer une possible parenté, comme dans le cas des branches Deruesne du Quesnoy et

de Ruesne du Cateau-Cambrésis (voir p. 81).

Les registres de baptêmes de Saint-Souplet commençant dès 1663, soit 35 ans avant le mariage de

Jean Druesne et Marie Anne Herlemont, on peut, sans pouvoir obtenir de certitude, rechercher de

potentiels Jean Druesne nés à Saint-Souplet à partir de cette date et jusqu’à 1678 environ ; au-delà de

cette dernière année, en effet, les époux auraient été un peu jeunes pour se marier selon les

habitudes matrimoniales de l’époque. Or, le 27 mars 1664 était né à Saint-Souplet un certain Jean

Druesne, fils de Martin Druesne et Marie Coprot, qui offre un degré de correspondance

relativement élevé avec ce que l’on sait (et ce que l’on suppose) de Jean Druesne : (1) originaire de

Saint-Souplet, (2) il était né en 1664, ce qui est très crédible étant donné que dans l’acte de décès

de Marie Anne Herlemont, daté du 20 juin 1748 à Saint-Benin, celle-ci est dite « âgée de soixante

dix-huit ans et deux mois et demi », ce qui la fait naître vers le mois d’avril 1670 – six ans seulement

après le Jean Druesne de Saint-Souplet.

Jean Druesne

de Saint-Souplet

& Marie Anne Herlemont

Michel M. Druesne

°1699

& Marie Agnès Boniface

Marie L. Druesne Marie Fr. Druesne Marie Ant. Druesne

°1701 °1704

& Jacques Gostiaux

°1707

& Pierre Philippe Marlier

2 enf. connus

Jean Ph. Druesne

°1710

Figure 126 – Descendance de Jean Druesne & Marie Anne Herlemont

134


La branche Druenne-Coprot

Davantage un segment généalogique qu’une branche à part entière, la famille Druenne-Coprot de

Saint-Souplet ne rassemble que trois porteurs du patronyme, dont l’ancienneté ne permet pas de

retrouver les ancêtres : Martin Druenne, décédé avant 1710 et époux de Marie Coprot

(°env. 1623-1710), eux au moins deux enfants aux noms respectifs de Jean et Antoinette. Jean

(°1664) épousa Marguerite Godreau (°1664) ; ils eurent deux enfants dont on ignore ce qu’il advint.

Antoinette († 1710), eut trois enfants de son mariage avec Jacques Drecque (1672-1711).

Martin Druenne

† av. 1710

& Marie Coprot

Jean Druenne

Antoinette Druenne

°1664 † 1710

& Marguerite Godreau & Jacques Drecque

2 enf. connus

3 enf. connus

Charles Robert Druenne Toussaint Druenne

°1693 °1694

Faits et individus remarquables

Gaston Druenne, mort pour la France

Figure 127 – Descendance du couple Druenne-Coprot de Saint-Souplet

Le 16 juin 1915 disparut sur le champ de la bataille de Quennevières (Oise) un certain Gaston

Druenne, caporal au 128 ème Régiment d’Infanterie. Conscrit à Avesnes-sur-Helpe dans la classe de

1912, il était né le 29 décembre 1892 à Escaufourt (Nord) d’Edouard Jules Joseph Druenne et

Maria Désirée Dolignon, de la branche Druesne-Cousin de Saint-Souplet.

Solesmes

Solesmes, limitrophe notamment de Beaurain, Vendegies-au-Bois, Forest-en-Cambrésis, Croix-

Caluyau et Neuvilly, trouve ses origines dès le 8 ème siècle. Pendant de longs siècles, la commune, de

par son appartenance à l’abbaye française de Saint-Denis, était une enclave française dans le Comté

de Hainaut.

Trois branches de la famille Druesne trouvent leur origine à Solesmes : celle issue de Marie Rose

Désirée Druesne, celle issue du couple Druesne-Bettignies et celle issue de Victoire Druesne.

135


Branches principales

La branche de Marie Rose Druesne

La première branche des Druesne de Solesmes est issue de Marie Rose Désirée Druesne, qui

accoucha en 1800 d’un enfant naturel du nom de François Simon. L’acte de mariage de ce dernier

mentionne la date du 28 juillet 1800 comme sa date de naissance, mais l’acte de naissance

correspondant reste introuvable à cette date. Peut-être s’agit-il d’une erreur de conversion de dates

du calendrier républicain au calendrier grégorien, ou probablement les naissances du hameau

d’Amerval, où serait né François Simon, ne sont-elles pas reprises dans le registre des naissances

de Solesmes pour l’an VIII de la République (1799-1800). On ignore donc l’ascendance de la mère.

François Simon épousa Marie Catherine Flament à Solesmes le 17 mai 1832. D’elle, il n’eut pas

moins de neuf enfants, dont les descendances se poursuivirent longtemps.

Marie Rose Désirée Druesne

?-?

François Simon Druesne

Cocher, 1800-1875

& Marie Catherine Flament

Augustin François Druesne

°1832

Désirée Druesne

1833-1834

Augustine Pauline Druesne

Lingère, °1835

& Félix Deceuninck

4 enf. connus

François Druesne

Cocher, 1836-1919

& Philippine Catherine J. Frassint

1 enf. connu

Hortense Cécile Druesne

1838-1840

Brutus Florimond Druesne

1841-1845

Alphonse Joseph Druesne

Contremaître, 1844-1905

& Henriette Decormon

Paul Druesne

Relieur, °1846

& Catherine Amélie Dumont

1 enf. connu

Jules Amédée Druesne

1849-1850

Figure 128 – Descendance partielle de Marie Rose Désirée Druesne

136


La branche Druesne-Bettignies

La deuxième branche familiale enracinée à Solesmes fut fondée par Pierre Ignace Druesne, né

vers 1699 et décédé le 25 septembre 1779 dans cette commune. Il avait épousé Marie Thérèse

Bettignies, née vers 1700 et décédée au même endroit que son époux le 5 février 1776, et qui lui

donna au moins deux enfants : Pierre Joseph (1735-1808), qui épousa Marie Agnès Payen en 1766,

et Marie Joseph (1741-1811).

Jean Bapt. Druesne

1767-1829

& M. Joseph Demasure

Pierre Ignace Druesne

°env. 1699-1779

& M. Thérèse Bettignies

Pierre Jos. Druesne Marie Jos. Druesne

1735-1808 1741-1811

& Marie Agnès Payen

Pierre Jos. Druesnes Narcisse Druesne

Tourneur, °1795 °1802

& Antoinette Colin

6 enf. connus

Figure 129 – Descendance de la branche Druesne-Bettignies de Solesmes

137


La branche de Victoire Druesne

Enfin, une mère célibataire du nom de Victoire Druesne constitue la tête d’une troisième branche,

difficile à rattacher avec certitude à une autre branche connue 451 . Victoire pourrait avoir été la fille

de Jean Bernard Druesne et Marie Jeanne Claire Rosalie Ladrière, née le 13 mars 1763 à Forest-en-

Cambrésis ; rien ne permet cependant de le prouver. Elle accoucha le 20 septembre 1797 452 d’un

petit garçon du nom d’André, dont le fils, Daniel, fut une victime civile de la guerre 1914-1918

(voir les pages 85 et 138).

Victoire Druesne

A Solesmes

André Druesne

Tisserand, 1797-1872

& Augustine Le Clercq

Augustine Druesne Daniel André Druesne Clémentine Druesne Jules Albert Druesne

°1826 Fileur, 1830-1918 Couturière, °1837 Banquier, °1839

& Albertine Carlier & Henri Vandecasteele & Marie Célestine Claisse

4 enf. connus 1 enf. connu 2 enf. connus

Emile Alf. Druesne

°1861

& Sophie Lacoublez

1 enf. connu

Victoire Aimée Druesne

°1866

Albertine Soph. Druesne

Débitante, °1876

& Albert Désiré Prophète

Pas d'enf. connu

Fanny Marie Druesne

°1878

& Louis J. B. Eloire

Pas d'enf. connu

Nathalie Druesne

°1889

& Julien G. R. Deloffre

Pas d'enf. connu

Jules Théoph. Druesne

1870-1871

Jules Théoph. Druesne

1872-1958

Combattant 14-18

& Madeleine Sommain

Faits et individus remarquables

Figure 130 – Descendance partielle de Victoire Druesne

Daniel Druesne, victime civile de la guerre 1914-1918

Le 28 octobre 1918 mourut à Ferrière-la-Grande (Nord) un certain Daniel Druesne, considéré

comme victime civile de la guerre 1914-1918 et mentionné à ce titre sur le monument aux morts

du Cateau-Cambrésis (voir p. 85) 453 . Né au Cateau le 16 mars 1830, il était le fils d’André Druesne

et Augustine Aline Le Clercq et descendait de la branche issue de Victoire Druesne, à Solesmes. Il

était sans profession lors de son décès ; domicilié au Cateau, il se trouvait à Ferrière-la-Grande par

suite d’évacuation.

451 Plusieurs généalogistes affirment que Victoire serait en réalité Amélie Victoire Josèphe Druesne, née à Montay le

26 mars 1765 et décédée le 8 juillet 1812, épouse d’Henry Vitase et descendante de la branche Druesne-Carville de

Montay. Cela ne peut cependant pas être exact, étant donné que l’acte de mariage d’André, daté du 27 février 1827,

mentionne clairement que sa mère Victoire Druesne y était présente et consentante – elle ne peut donc être la même

Victoire Druesne que celle qui décéda le 8 juillet 1812.

452 Bien que la date et le lieu de naissance d’André soient avancés de manière claire et documentée dans son acte de

mariage, son acte de naissance reste cependant introuvable dans les registres de Solesmes.

453 Voir la liste des Druesne morts pour la France en annexe XXI, page 187.

138


Valenciennes

Si des traces de la famille Druesne apparaissent très tôt dans plusieurs communes du Nord, c’est à

Valenciennes et dans ses environs que les premières généalogies familiales peuvent être retracées.

Les archives de la ville contiennent en effet de très utiles tables alphabétiques des baptêmes et décès

enregistrés dans les six paroisses de la ville au cours de plusieurs siècles, généralement dès 1567.

On y trouve le patronyme écrit de manières variées : de Ruesne, Druesne et Druenne sont les

orthographes les plus courantes, mais une table en particulier 454 renvoie Druesne vers Druhen, les

deux noms pouvant être prononcés de la même manière. Il est donc possible qu’à cette époque, les

familles Druhen et Druen se soient mêlées à la famille Druesne, voire même que ces familles soient

toutes issues de la famille Druesne 455 .

Figure 131 – Inscription de gauche : Issue de l’acte de baptême de Johanna de Ruesne, daté du 20 mars 1568 à la paroisse Saint-

Nicolas de Valenciennes. Inscription de droite : acte de baptême de Michelle de Ruesne, daté du 29 sept. 1611 au même endroit

Ces précieuses tables permettent de retrouver relativement facilement les actes listés. Ces derniers,

une fois déchiffrés, fournissent des informations lacunaires mais néanmoins utiles à la

recomposition d’arbres généalogiques très partiels. Le manque d’informations, la complexité de la

lecture et le manque de rigueur dans la rédaction de ces arbres s’ajoute à la faible variété de prénoms

pour rendre la tâche très compliquée.

Figure 132 – Valenciennes, paroisse Saint-Nicolas, 14 janvier 1570 : Dimanche 14 l’enfant [de] Walerant de Ruesne nommé Franchoise

parrain Jean Mazie [et marraine] Françoise Doghe

454 Table des baptêmes de toutes les paroisses de Valenciennes de 1567 à 1699.

455 Voir la section « variations orthographiques ».

139


Figure 133 – Valenciennes, paroisse Saint-Nicolas, 28 mars 1603 : L’enfant [de] Jean de Ruesne nommé Simon parrain Simon Deny et

[marraine] Marie de Ruesne

Figure 134 – Valenciennes, paroisse Saint-Nicolas, 29 septembre 1611 : Le même jour l’enfant [de] Jean de Ruesne nommé Michelle

[parrain] Pierre du Quesne [marraine] Jenne le Fraire

A l’époque où les actes ci-dessus furent rédigés, Valenciennes faisait partie de l’empire des

Habsbourg, et ce depuis la conquête de la ville par Charles Quint en 1524. En 1566, les protestants,

sauvés du bûcher quatre ans auparavant par une mobilisation populaire, se rendent maîtres de la

ville et se rebellent contre le gouvernement des Habsbourg. Écrasés par ce dernier en 1567, les

protestants avaient occupé et pillé les églises de la ville pendant plusieurs mois, ce qui explique

l’absence d’archives plus anciennes.

Figure 135 – Le refuge des dames de Fontenelle (Le Boucq 1844)

Si c’est vers 1567 que l’on trouve les premiers

actes paroissiaux concernant des Deruesne à

Valenciennes, d’autres types de documents en

mentionnent toutefois à des époques encore

plus reculées. De 1461 à 1479, la Dame Marie

de Roesne fut la dix-neuvième abbesse de

l’abbaye de Fontenelle, dans ce qui est

désormais la banlieue sud de Valenciennes.

Cette abbaye, le « refuge des dames de

Fontenelle », avait été fondée en 1212 par les

filles du seigneur d’Aulnoy près de Maing, sur

les rives de l’Escaut 456 . Arrivée à un âge avancé,

elle résigna de sa fonction au profit de Dame

Marguerite Gervaise, qui transforma l’abbaye

avant de résigner à son tour en 1502 457 .

En 1560, on trouve à Aulnoy-lez-Valenciennes un certain Jean Deroesne, vivant de l’aumône

dans une pauvre maison de sa ville 458 . Vingt ans plus tard, en 1580, Pierre et Jean de Ruesne sont

456 Wikipédia, « Abbaye de Fontenelle ».

457 Le Boucq, Histoire ecclésiastique de la Ville et Comté de Valenciennes (1650), 293.

458 Dusart et Arnould, « Dénombrement 1560 ».

140


« congiés hors de ceste ville [de Valenciennes] et banlieu jusq à rappel ». Jean, teinturier, était « homme surtout

fort séditieux et pernicieux en la ville, n’ayant suivy son enseigne à la venue dudit prince [d’Espinoy] ; ayant aussi

esté cause, en partie, de l’esmotion faict le jour de Pasques, par la compagnie de monsieur de Villers ». Pierre,

quant à lui, est décrit comme « brasseur, séditieux en toutes occurrences ». Tous deux, ainsi que le reste de

la compagnie dirigée par monsieur Poyvre et de plusieurs autres compagnies fauteuses de troubles,

furent immédiatement chassés de la ville 459 .

Ce n’est qu’en 1656, puis en 1677, que Louis XIV assiège à deux reprises la ville, avant de la faire

fortifier par Vauban. A la suite de la victoire du roi en 1677, la ville devient définitivement française

en 1678 par le traité de Nimègue. En 1718, le premier puits de charbon est creusé à Fresnes-sur-

Escaut, à proximité de Valenciennes 460 . De nombreux autres puits suivirent, offrant à la région un

formidable effort économique. A cette époque, la ville se fait notamment connaître par sa

porcelaine et ses célèbres peintres. En 1793, une longue bataille y fut livrée entre les Français et les

envahisseurs anglais, hollandais et saxons, et finit par tomber, au prix de nombreux décès, parmi

lesquels on ne compte cependant pas de Druesne. Reprise un an plus tard par l’armée républicaine,

de nombreux prêtres et religieuses y furent guillotinés en 1795. On ignore combien parmi les

Deruesne aisés qui étaient alors établis à Valenciennes souffrirent sous l’effet de la Révolution ;

tout au plus connait-on le destin de Jean-Baptiste Deruesne, qui, jeune prêtre réfractaire, dût fuir

en Allemagne pour échapper à la guillotine. Il devint par la suite le premier curé-doyen de la

collégiale Sainte-Waudru à Mons. Il était issu avec sa famille des Deruesne du Quesnoy, dans la

section au sujet desquels se trouvent davantage d’informations sur cette branche de la famille (voir

page 93).

En 1866, 1724 valenciennois périrent d’une épidémie de choléra. Peu de membres de la famille

vivaient encore à Valenciennes à cette époque, mais au moins un Druesne, du nom de Jean-

Baptiste, a pu faire partie de ces victimes. Il avait 7 ans et était le fils de Jean Baptiste Druesne

et Catherine Nison, issus des Druesne de Bousies.

Vendegies-au-Bois

On trouve à Vendegies-au-Bois un nombre élevé de branches et de fragments généalogiques de la

famille Druesne. N’y apparaît cependant aucune variation orthographique « à consonance noble »,

comme on aurait pu l’attendre dans cette ville portant le nom d’origine des premiers porteurs du

nom « de Ruesnes » ; en effet, il semble que les premiers d’entre eux aient été certains seigneurs de

Vendegies (voir p. 7).

Branches principales

La branche Druesne-Fontaine

Vers 1690 naquit à Vendegies-au-Bois un certain Jean François Philippe Druesne, qui épousa

Marie Michelle Fontaine, dont il eut une fille du nom de Marie Joseph (1725-1808). C’est à peu

près tout ce que l’on sait de la branche Druesne-Fontaine, si ce n’est que la fille de Marie Joseph et

459 Le Boucq, Histoire des troubles advenues à Valenciennes à cause des hérésies, 164‐65.

460 Une dizaine d’années plus tard, Jean-Baptiste Deruesne, probablement originaire du Quesnoy, devint curé de ce

petit village, où il resta pendant près de 35 ans. Voir la section consacrée aux Deruesne du Quesnoy.

141


de son époux Jean-Baptiste Devred, du nom de Marie Robertine Devred, épousera un certain

Ferdinand Druesne, descendant de la branche Druesne-Robace de Vendegies-au-Bois.

Jean Fr. Ph. Druesne

°env. 1690-1759

& Marie Michelle Fontaine

Marie Joseph Druesne

°env. 1725-1808

& Jean Baptiste Devred

Marie Robertine Devred

°1761

François Druesne

Tisserand, °1795-ap. 1863

& Ruffine Renuart

Guillaume Druesne

& Michelle Robace

Jean Bernard Druesne

Garde des bois, °env. 1688-1756

& Marie Angélique Lefebvre

Antoine Bernard Jh Druesne

Garde des bois, °env. 1703-1784

& Marie Marguerite Lacomblez

Antoine Joseph Druesne

°env. 1734-1812

& Catherine Nath. Jh Moity

Ferdinand Druesne

°1760

François Druesne

Ferdinand Druesne

Tisseur, °env. 1829 Empl. chemins de fer, °1836

& Catherine M. J. Chalière

Figure 136 – Le segment connu de la branche Druesne-Fontaine de Vendegies-au-Bois (en noir) et son lien avec celle des Druesne-

Robace du même lieu (en gris)

La branche Druesne-Robace

Cette dernière, la branche Druesne-Robace, est la plus importante du village en termes de nombre

d’individus connus. Guillaume Druesne, époux de Michelle Robace, n’eut qu’un fils vers 1688,

ce qui ne lui épargna pas une très nombreuse descendance.

Guillaume Druesne

& Michelle Robace

Jean Bernard Druesne

Garde des bois, °env. 1688-1756

& Marie Angélique Lefebvre

Antoine Bernard Joseph Druesne

Pierre Joseph Druesne

Garde des bois, °env. 1703-1784

Laboureur, °env. 1724-1782

& Marie Marguerite Lacomblez

& Marie Reine Malliard

5 enfants connus 7 enfants connus

Figure 137 – Descendance immédiate du couple Druesne-Robace de Vendegies-au-Bois

142


La branche Druesne-Lefebvre

La deuxième plus importante branche de Druesne à Vendegies-au-Bois, et troisième de ce bref

aperçu, fut fondée par Thomas Joseph Druesne et Marie Joseph Lefebvre : il s’agit donc de la

branche Druesne-Lefebvre. Thomas Joseph, né vers 1701 et décédé le 30 janvier 1786, n’eut pas

moins de sept enfants, qui lui assurèrent, à lui aussi, une nombreuse descendance.

André Fr. D.

°env. 1727-1746

Thomas Joseph Druesne

Tonnelier, °env. 1701-1786

& Marie Joseph Lefebvre

Charles Jh D.

Mulquinier, °1728-1801

& Rosalie M. R. Bauduin

& Jeanne F. Jh. Busin

Jean Florice D.

°env. 1730-1762

Prêtre

Thomas Jh D.

°env. 1736-1816

Tonnelier

& Jeanne Jh Laboux

Nathalie Joseph D.

1737-1749

M. Elisabeth D.

1740-1760

Bernard Jh D.

1743-1806

Meunier

& Barbe M. Dusart

2 + 4 enf. connus

4 enf. connus

3 enf. connus

Alexis Druesne

1746-1819

& Marie Th. Defosse

4 enf. connus

La branche Druesne-Pétreville

Figure 138 – Descendance directe du couple Druesne-Lefebvre de Vendegies-au-Bois

La branche la plus mystérieuse de Vendegies-au-Bois est cependant la branche Druesne-Pétreville,

dont le mariage des fondateurs, Antoine Bernard Druesne et Claudia Pétreville, fut célébré le

22 janvier 1747 à Belfort (Bourgogne-Franche-Comté), à près de 430 km de Vendegies. L’acte du

mariage en question, en latin, définit clairement l’origine de l’époux :

Figure 139 – Acte de mariage d'Antoine Bernard Druesne et Claudia Pétreville, Belfort, 22 janvier 1747

A Vendegies-au-Bois, cependant, on ne trouve aucune trace d’Antoine Bernard. Selon l’acte de

décès de ce dernier, survenu le 19 août 1769 à Belfort, celui-ci devrait être né vers 1703 ; si un

Antoine Bernard Druesne, descendant du couple Druesne-Robace, est bien né en cette commune

en cette période, les archives départementales prouvent cependant qu’il a toujours vécu sur place,

s’y étant marié et y ayant élevé ses enfants, jusqu’à son décès, le 10 février 1784. On ignore donc

tout du passé vendegeois du « voyageur de Belfort ».

143


Antoine Bernard Druesne

°env. 1704-1769

& Claudia Pétreville

François Druène Jean L. Druène M. Françoise Druène Gertrude Druène Gaspard St. Druène Jacques Ant. Druène François Sylv. Druène Marie A. Druène

°1748 °1751

°1751 °1753 °1754

°1754 °1755 °1757

& François Lemonier Jumeau

Jumeau

1 enf. connu

Figure 140 – Descendance directe d’Antoine Bernard Druesne (né à Vendegies-au-Bois) et Claudia Pétreville, établis à Belfort. Ces

informations sont issues de sources secondaires ; les deuxième et troisième enfants présentent en conséquence une incohérence de

dates (en rouge) qui n’a pas encore pu être corrigée, les archives de Belfort n’étant pas pourvues d’un système de consultation

numérique de qualité.

Les branches Druesne-Wibail et Druesne-Busin

Enfin, deux dernières branches de Druesne trouvent leurs racines à Vendegies-au-Bois : la branche

Druesne-Wibail, issue de Simon Druesne (env. 1707-1781) et Marie Angélique Wibail, et la

branche Druesne-Busin, issue de Thomas Joseph Busin et Marie Adrienne Druesne.

L’ascendance de cette dernière, née vers 1710, étant inconnue, Marie Adrienne est l’unique individu

de sa branche.

Marie Joseph Druesne

°1768

Simon Joseph Druesne

Jardinier, env. 1707-1781

& Marie Angélique Wibail

Marie Thérèse Ratte

Cultivatrice, 1765-1833

Constant Joseph Druesne

Fermier, 1767-1858

Thomas Joseph Druesne

Tonnelier, env. 1701-1786

& Marie Joseph Lefebvre

Jean Baptiste Druesne Marie Joseph Druesne Charles Druesne Charles Druesne Charles Joseph Druesne

°env. 1737 1738-1786 1741-1742 1743-1748 °env. 1728-1801

& Marie Françoise Monfroy & Jérôme Ratte

1 enf. connu 3 enf. connus

3 enf. connus

Figure 141 – Descendance directe du couple Druesne-Wibail de Vendegies-au-Bois (en noir). La parenté entre ces derniers et un

descendant du couple Druesne-Lefebvre est indiquée en gris.

Marie Adrienne Druesne

°env. 1710-1782

& Thomas Joseph Busin

Jeanne Franç. Jh Busin Marie Joseph Busin Marie Catherine Jh Busin François Joseph Busin

Fileuse, 1739-1792 °1741 1745-1814 Cordonnier, 1747-1788

& Charles Joseph Druesne & Jean Humbert Ratte & Gaspard Joseph Collet & Marie Claire Ménard

Ernestine Ch. Jh Ratte Henry Collet Marie Elisabeth Collet

°env. 1769 Tisserand, °1775 Ménagère, °1777-av. 1828

& Charles Joseph Druesne & Marie Françoise Druesne & André Joseph Druesne

1 enf. connu 5 enf. connus

Figure 142 – Descendance simplifiée du couple Busin-Druesne de Vendegies-au-Bois 461

461 Une version plus complète (et plus complexe) de cet arbre se trouve dans la section sur la consanguinité dans la

famille Druesne, en page 18.

144


Faits et individus remarquables

Adolphe Magloire Druenne, mort pour la France

Le 19 octobre 1916 est mort de ses blessures à l’hôpital

d’évacuation n°32 de Bray-sur-Somme (Somme) le

maître-pointeur Adolphe Magloire Druenne, du

46 ème régiment d’artillerie. Il portait le matricule 01923.

Originaire de Neuvilly où il était né le 10 février 1890,

il était le fils de Magloire Druenne et Emma

Champagne et un descendant de Guillaume Druesne

et Michelle Robace. Il habitait au Cateau-Cambrésis,

sur le monument aux morts de laquelle commune on

trouve son nom (voir page 85) 462 .

Charles Druenne, mort pour la France

Figure 143 – Acte de transcription du décès d’Adolphe

Magloire Druenne (Mémoire des Hommes)

En octobre 1918 mourut à Landrecies (Nord) d’une

maladie et « victime des événements de guerre » un

certain Charles Druenne (ou Druesne), soldat de

deuxième classe au premier régiment d’artillerie à pied.

Né à Neuvilly le 17 septembre 1868, il était le fils de

Victoire Druesne, mère célibataire, elle-même fille de

Charles Joseph Druesne (1812-1886) et Victoire

Louvet (1817-1873). Tous descendaient de la branche

Druesne-Robace de Vendegies-au-Bois.

462 Voir la liste des Druesne morts pour la France en annexe XXI, page 187.

145


François Druesne, maire de Poix-du-Nord

Figure 144 – Situation de la rue François Druesne à Poix-du-Nord (Google Maps)

A Poix-du-Nord se trouve une « rue François Druesne », ainsi nommée en l’honneur de celui qui

fut le maire du village de 1925 à 1929 et de 1934 à 1940 463 . Ce dernier, officier de l’Académie,

succéda à Gaston Ducornet, Chevalier de la Légion d’honneur et décoré de la Croix de guerre ; il

signa son premier acte d’état-civil le 15 juin 1925 464 . Au terme de son second mandat, il signe son

dernier acte le 27 avril 1940, avant d’être remplacé dans cette fonction par Gaston Bonnaire. Ce

dernier signa un temps 465 ses actes par la mention « Gaston Bonnaire, par empêchement du Maire », ce

qui laisse supposer que celui-ci était alors malade ; dès le 11 juin, M. Bonnaire signe en tant que

Maire.

Charles François Druesne était né à Bousies le 1 er février 1879. Il était le fils de Charles Druesne

et Victoire Moniez, et descendait de la branche Druesne-Robace de Vendegies-au-Bois. Une

incohérence est à relever au sujet du décès de François Druesne : une mention ajoutée dans la

marge de son acte de naissance le dit décédé le 16 février 1940. Cela est cependant impossible, étant

donné qu’il continua à signer des actes d’état-civil après cette date. Il est introuvable dans les actes

de décès de Poix-du-Nord en 1940 466 .

463 Lecuppre, « Historique et patrimoine de notre commune ».

464 Archives du Nord.

465 Actes de décès du 17 au 25 mai 1940. Archives du Nord.

466 A l’heure où j’écris ces lignes, les actes de décès postérieurs à 1940 ne sont pas encore disponibles en ligne.

146


Vendegies-sur-Ecaillon

Contrairement à Vendegies-au-Bois, situé à seulement douze kilomètres, la commune de

Vendegies-sur-Ecaillon ne figure pas au tableau des principaux foyers de développement de la

famille Druesne. Seul un segment de branche semble y trouver ses racines : il s’agit de la branche

Druesne-Tacquet, issue de Jean-Baptiste Druesne et Marie Joseph Tacquet. Jean-Baptiste était né

vers 1716 et eut un fils du nom de Philippe Joseph (époux de Marguerite Cellier), dont la fille

Philippine Druesne épousa vers 1820 un certain Pierre Philippe Druesne, descendant du couple

Druesne-Verin de Bermerain. C’est tout ce que l’on sait au sujet de cette branche.

Stéphanie Druesne

°1821

& inconnu

1 enf. connu

Jean Druesne

1659-1739

& Catherine Verin

Pierre Joseph Druesne

1700-1783

& Marie Thérèse Leblond

Jacques Antoine Druesne

1746-1835

& Catherine Josèphe Poirette

Pierre Philippe Druesne

°1786

Jean Baptiste Druesne

1716-1796

& Marie Joseph Tacquet

Philippe Joseph Druesne

?-?

& Marguerite Cellier

Philippine Druesne

1799-1880

Sophie Fr. Druesne Henri Jules Druesne Célestin Fortune Druesne Léocadie Druesne Ernest Eug. Druesne

1824-1826 1828-1876 1828-1874 °1830 1837-1878

& Euzébie M. J. Lemaire

2 enf. connus

Nestor A. Druesne

1841-1842

Figure 145 – Descendance de la branche Druesne-Tacquet de Vendegies-sur-Ecaillon

147


V. Recherches latérales

Si, dans la plupart des cas, faire des recherches approfondies sur une branche de la famille Druesne

permet d’en établir les origines, parfois les archives restent bien silencieuses, laissant orphelines des

chapitres de l’histoire familiale pourtant bien fournis et dignes d’intérêt. Ce sont ces chapitres, ou

« enquêtes orphelines », qui sont rassemblés ici. Avec un peu de chance, des approfondissements

ultérieurs permettront d’en découvrir plus quant à leur lien avec les branches connues de la famille.

Les Druenne de Threadneedle Street

Figure 146 – L’église française de Threadneedle Street telle qu’on pouvait la voir au 17 ème siècle (Huguenot Society of London)

C’est par intérêt pour les principes de la réforme protestante que le roi Edward VI et l’Eglise

d’Angleterre « firent appel aux théologiens d’Europe, dont Jean a Lasco, baron polonais et

prédicateur. Celui-ci, prévoyant l’intensification des persécutions religieuses sur le continent, et

soutenu par Jean Calvin, intervint auprès de la Cour et de l’archevêque de Canterbury, Cranmer,

pour obtenir la fondation d’une église des réfugiés (strangers church) » 467 .

Le 24 juillet 1550, le roi publia une charte royale offrant la liberté de religion aux protestants de

France, de Wallonie et des Pays-Bas 468 . Un important lieu de culte protestant fut alors fondé dans

la chapelle des Augustins, et bientôt déménagée sur Threadneedle Street, au cœur de la City, dans

les locaux de l’ancienne chapelle du St Anthony’s Hospital, qui prit peu à peu le nom de French Church

(église française). Lorsque la reine catholique Mary Tudor vint au pouvoir en 1553, l’église fut

fermée jusqu’à sa réouverture en 1560 , lorsque sa sœur, protestante, rétablit l’activité de l’édifice 469 .

En 1562, les guerres de religion débutèrent en France avec le massacre de Vassy. Cet événement

marqua le début d’une première vague de réfugiés français vers l’Angleterre 470 . Un siècle plus tard,

467 French Protestant Church of London, « Le refuge huguenot à Londres ».

468 La Charte d’Edward VI imposait à la communauté protestante de soumettre au roi les noms de tous les pasteurs

pour approbation. Cette tradition, semble-t-il, persiste encore de nos jours, le French Pasteur étant le seul étranger à être

appointé par la reine. Faute d’accès aux informations pertinentes, ceci n’a cependant pas été vérifié.

469 French Protestant Church of London, « Le refuge huguenot à Londres ».

470 French Protestant Church of London.

148


les Druenne étaient sans doute aux premières loges lorsque la congrégation protestante française

de Londres se déchira entre loyalistes et partisans de Cromwell à l’occasion de la guerre civile

anglaise 471 .

L’église protestante française de Threadneedle street, qui datait du treizième siècle, fut détruite une

première fois lors du terrible Grand Incendie de Londres en 1666. Immédiatement après l’incendie,

les huguenots construisirent une nouvelle église, qui fut terminée en 1669. Il s’agissait de l’une des

premières églises à être rebâties.

Lorsqu’en 1685 le roi Louis XIV publia l’édit de Fontainebleau, révoquant de facto l’édit de Nantes,

le flux de réfugiés huguenots augmenta massivement 472 : on estime qu’en 1700, environ 5% de la

population de Londres était issue de cette émigration massive. Tous ces migrants apportèrent avec

eux une panoplie de techniques et secrets de fabrication, ainsi que, dans certains cas, des richesses

parfois considérables, qui permirent à Londres d’atteindre un niveau de développement jusqu’alors

inégalé. Les huguenots y contribuèrent au développement des industries horlogère, bancaire,

assurancielle, scientifique et artistique.

L’église de Threadneedle Street fut une nouvelle fois démolie en 1841, afin de faire place au Royal

Exchange. Selon Henry Benjamin Wheatley, elle fut alors rétablie à St Martin’s-le-Grand, dans un

édifice à son tour abattu en 1888 lors des travaux préparatoires de la construction d’un édifice des

Postes 473 .

Selon des informations obtenues des archives de la French Church, les généalogies et informations

suivantes ont pu être reconstituées. Il est impossible de déterminer si les noms semblables ici

relevés (Druane, Drue, etc.) sont bien des déformations du nom Druesne.

Le 17 août 1606, un certain Jean Druenne avait été témoin du baptême de Marguerite Cartenay,

fille d’Antoine Cartenay et son épouse Péronne 474 .

Le 7 juillet 1633, un certain Jacques Druenne fait baptiser à Londres sa fille Marie 475 , puis, le 10

août 1634 et le 26 juillet 1635, deux autres des noms respectifs de Susanne 476 et d’Anne 477 . Il est

vraisemblable que ces deux dernières soient décédées assez jeunes, puisque le 9 décembre 1638, le

même homme baptise à nouveau une petite Anne 478 , ainsi qu’une petite Susanne le 20 décembre

1640 479 . Etaient aussi nés Jacques, le 9 avril 1637 480 , Marthe, le 1 er janvier 1643 481 , et David, le 9

août 1646 482 . La mère de ces deux derniers, et probablement aussi des premiers, était Susanne de

Vienne. Le 22 mars 1635, enfin, Jacques avait été témoin du baptême de Jacques Maladrie, fils de

471 French Protestant Church of London.

472 French Protestant Church of London.

473 Wheatley 1899 – référence inconnue.

474 Huguenot Society of London, Moens, et Colyer-Fergusson, The registers of the French Church, Threadneedle Street, London,

63.

475 Huguenot Society of London, Moens, et Colyer-Fergusson, 184.

476 Huguenot Society of London, Moens, et Colyer-Fergusson, 192.

477 Huguenot Society of London, Moens, et Colyer-Fergusson, 198.

478 Huguenot Society of London, Moens, et Colyer-Fergusson, 222.

479 Moens, The registers of the French Church, Threadneedle Street, London, 2:77.

480 Huguenot Society of London, Moens, et Colyer-Fergusson, The registers of the French Church, Threadneedle Street, London,

211.

481 Moens, The registers of the French Church, Threadneedle Street, London, 2:91.

482 Moens, 2:106.

149


Jean Maladrie 483 , puis de celui d’Estienne Deladrier, fils d’Estienne et de Martine Fievez, le 5 février

1643 484 .

Le 12 avril 1640, Annesse Druenne fut témoin avec Michel Degleberg du baptême de Michel

Cheval, fils de Jean et Thonet Tournay 485 . Le 22 (ou 21) juin de la même année, Marguerite Drue,

épouse de François Bourdeaux, fut témoin avec Jaq de le Vigne du baptême de Marguerite Barbieur,

fille de Roland et Marguerite Marlier 486 .

Le 27 juin 1641 fut baptisé à la French Church Jacques Drue, fils de feu Thomas (qui était originaire

de Tournai, en Belgique) et de Marguerite Marchand (fille de feu Hugues Marchand), qui était quant

à elle originaire de Hantonne, c'est-à-dire Southampton 487 .

Le 5 février 1643, Jacques Druenne fut témoin avec « la femme de Nicolas » du baptême

d’Estienne Deladrier, fils d’Estienne et de Marie Fieué. Le même Jacques Druenne fut témoin du

baptême d’Esther et Marie Houriez, filles de Jean Houriez et Marie Le Roux, le 19 février 1654 488 .

Par ailleurs, il est possible que les individus suivants soient tous des enfants du même Jacques

Druenne, bien que cela soit difficile à prouver en l’absence des noms des mères de ces enfants :

- Le 20 décembre 1640 fut baptisée Susane Druenne, fille de Jacques. Le nom de la mère

n’est pas mentionné. Les témoins furent Gille Cantaine et Susane, « femme à Isaac » ;

- Le 9 août 1646 fut baptisé David Druenne, fils de Jacques et de Susane de Viene.

Témoins : Jaques Verrié et Juditch Verrié ;

- Le 12 août 1649 fut baptisée Esther Drüenne, fille de Jacques et d’une mère non

mentionnée. Les témoins furent Michel Pierguin et Esther L’Escaillet 489 ;

- Le 30 juin 1651 fut baptisée Judith Druenne, fille de Jacques 490 ;

- Le 2 juillet 1654 fut baptisée Elisabet Druenne, fille de Jacques et dont la mère est à

nouveau omise. Les témoins furent Jean Lecarlieé et Elisabet Le Jeune 491 ;

- Le 17 février 1661 fut enfin baptisée Marthe Druenne, fille de Jacques et d’une mère non

mentionnée 492 . Les témoins furent Richard Dasse et Margueritte, épouse de Hugue Daniel.

Par ailleurs, une certaine Marte Druenne, fut témoin du baptême de Jean Posty, fils de Jean Posty

et Anne Goufiliou, le 4 décembre 1681. Elle était l’épouse de Nicolas Allard, avec qui elle eut les

enfants suivants :

- Marte Allard, baptisée le 27 septembre 1668 – témoins : Daniel Rape et Martine Ruffin,

femme de Jean l’Estocade 493 ;

483 Huguenot Society of London, Moens, et Colyer-Fergusson, The registers of the French Church, Threadneedle Street, London,

196.

484 Moens, The registers of the French Church, Threadneedle Street, London, 2:92.

485 Moens, 2:72.

486 Moens, 2:74.

487 Moens, 2:23.

488 Moens, 2:134.

489 Moens, 2:118.

490 Moens, 2:124.

491 Moens, 2:135.

492 Moens, 2:159.

493 Moens, 2:189.

150


- Nicolas Allart, baptisé le 4 septembre 1670 – témoins : Abraham Stalar et Caterine Boulan,

femme de Jean Miche 494 ;

- Pierre Allard, baptisé le 6 octobre 1672 – témoins : Pierre Ferret et Marie Detry 495 ;

- Jean Allard, baptisé le 23 février 1679 496 ;

- Abraham Alar, baptisé le 16 janvier 1681 – témoins : Glaude Lequené et Susanne Boubay,

femme de Pierre Ferré 497 ;

- Charles Allard, baptisé le 8 juin 1684 – témoins : Charles Chasselle et Janne Deldeme,

femme de Claude Eguiue 498 .

Enfin, une certaine Aune Druenne fut baptisée le 2 janvier 1676 (témoins : Bon Jonson et

Martenne Rufen, veuve de Jean Lestognart). Elle était la fille de Jaque Druenne et de Mary

Lucas 499 . Il est possible que Jaque soit le fils de Thomas et Marguerite Marchand, qui avait été

baptisé au même endroit le 27 juin 1641 (voir plus haut).

Le 9 juillet 1676, Antoine Damié, originaire de Valenciennes, épousa Marye Blondel, originaire de

Canterbury, fille de Pierre et Marye Gourdon). Antoine était le fils de Jacques Damié et Marguerite

Druane 500 .

494 Moens, 2:196.

495 Moens, 2:204.

496 Moens, 2:231.

497 Moens, 2:241.

498 Moens, 2:269.

499 Mary Lucas fut témoin du baptême de Jean Joson, fils de Bon et Jauana Haef, le 13 janvier 1678. L’autre témoin

était Jean Miellé. Voir Moens, 2:218; 226.

500 Moens, 2:55.

151


Simon de Ruine et la fondation de Harlem

Figure 147 – « Nova Belgica – Nieuw Nederlandt – Niew Jorck » – Carte publiée par Nicolaes Visscher II (1649-1702). Cette carte est

une copie d'une carte réalisée en 1651 par Jan Jonssonius (1588-1664), actualisée par Visscher qui y ajouta une vue de la Nouvelle-

Amsterdam, de nos jours appelée Manhattan (Wikimedia Commons – domaine public)

Si l’édit de Nantes, promulgué en 1598, affirma la tolérance du Royaume de France envers les

protestants calvinistes français, appelés huguenots, le document ne mit malheureusement pas un

terme à toutes les formes d’exclusion sociale qui pesaient contre eux. Malgré la fin officielle des

persécutions, de nombreux huguenots continuèrent à fuir la France à destination de pays plus

accueillants, tels que la Suisse, l’Allemagne et les Pays-Bas. Tel fut le cas de Simon de Ruine 501 ,

originaire de Landrecies, où il était né vers 1615. Alors que la France disputait à l’Espagne et aux

Pays-Bas espagnols plusieurs villes de l’actuel département du Nord, la ville de Landrecies retomba

en 1637 aux mains des Français, menés par le Cardinal de La Valette pour le compte de Louis

XIII 502 . La brutalité du nouveau pouvoir en place à l’égard des protestants poussa Simon de Ruine

et son épouse Madeleine van der Straaten à fuir vers les Pays-Bas vers 1645 503 .

501 Son nom est parfois augmenté du suffixe « le Wallon » (Le Ouallon, Thewall) et orthographié DeRuine, Druine,

Deruine, de Rovaen, Dreunen, Druwan, Druy, Drune, Dreune, Druwen, Durwyn, Druween. Jean de la Montagne luimême

orthographia le nom de plus d’une dizaine de manières différentes. Voir Riker, Revised History of Harlem, 246.

502 Wikipédia, « Landrecies ».

503 Riker, Revised History of Harlem, 65.

152


Simon vécut dans son pays d’adoption pendant une quinzaine d’années – jusqu’en 1658, où il prit

la mer avec son épouse et leurs premiers enfants 504 à bord du navire « De Trouw » (La Foi) au départ

du port de Harlingen, avec une centaine d’autres passagers – dont une seule famille française 505 . Le

manifeste du navire le désigne comme « Symon Drune », originaire du Hainaut 506 . Arrivé au Nieuw-

Nederlandt le 12 février 1659 alors que Peter Stuyvesant était directeur général de la colonie 507 , il

fut l’un des 32 colons 508 qui établirent le village de Harlem (alors appelé New-Harlem), sur l’île de

Manhattan, au nord de la Nouvelle-Amsterdam, sur le territoire des indiens Manhattes, parmi les

anciennes terres de Jean Mousnier de la Montagne 509 , à l’emplacement actuel de Morningside

Park 510 .

Figure 148 – « Map of Harlem, Showing the Lands as in the Original Lots and Farms ». Illustration tirée de la version originale (1879)

de l’ouvrage « Harlem, its Origins and Early Annals », par James Riker. Détail : les deux îles situées dans le bas de l’image en forment

désormais une, du nom de Randalls Island ; la plantation de Jean de la Montagne, dont une partie passa plus tard à Simon de Ruine,

se trouve en dessous de Jacob DeKey’s land : « Montanye’s Flat » est son nom le plus commun. Morningside Park suit le même tracé

général que la plantation.

504 La présence de Madeleine et des enfants à bord du navire n’est cependant pas mentionnée.

505 Riker, Revised History of Harlem, 100.

506 Holland Society of New York, « Passengers to New Netherland », 9.

507 Wikipédia, « Peter Stuyvesant ».

508 Parmi eux se trouvaient onze Français, quatre Wallons, sept Hollandais, quatre Danois, trois Suédois et trois

Allemands. Voir Pirsson, The Dutch Grants, Harlem Patents and Tidal Creeks, 28. La liste des trente-deux colons fondateurs

de Harlem se trouve en annexe XIV, page 177.

509 Society of the Descendants of Johannes de la Montagne, « History ».

510 Riker, Revised History of Harlem, 182‐83; NYC Parks, « Morningside Park Highlights ».

153


Ce dernier, Jean de la Montagne, originaire de France lui aussi, était un homme de lettres ayant fait

partie de l’expédition menée par Jessé de Forest (dont la famille était originaire de Forest-en-

Cambrésis) qui fut l’une des premières à atteindre les berges de l’île de Manhattan pour y fonder

une colonie. Jessé de Forest étant mort lors d’une escale en Guyane, vraisemblablement d’une

insolation, Jean Mousnier de la Montagne, devenu son beau-fils, aurait alors pris la responsabilité

de l’expédition. Il arriva à Manhattan en 1624, fit plusieurs aller-retours vers les Pays-Bas et se

trouva en juillet 1637 à la tête d’une importante plantation de tabac, appelée Vrenendael (« Vallée

Paisible »), dans la partie supérieure de ce qui est désormais Central Park, pour le compte de la

famille de Forest. Il était l’unique médecin de la ville et participa à l’établissement de plusieurs traités

de paix avec les peuples autochtones de la région, avec qui il eut cependant aussi des démêlés :

ceux-ci, insatisfaits des traités de vente des îles de Manhattan et du Bronx, multiplièrent les attaques

contre la plantation, de sorte que rapidement, Jean de la Montagne s’en trouva en faillite et

endetté 511 . Ce serait pour cette raison qu’il aurait mis en vente plusieurs de ses parcelles de terrain,

plusieurs desquelles Simon de Ruine fit à son tour l’acquisition peu après son arrivée sur l’île de

Manhattan.

Figure 149 – Détail de la Figure 147. On y voit notamment l’île de Manhattan (Manhattans – Nieuw Amsterdam), le fleuve Hudson, et

Long Island (t’Lange Eylandt alias Matouwacs).

Simon possédait déjà des terres à Harlem à la fin de l’an 1661. Le 14 mars suivant, il y acquit 12

morgen (24 acres) supplémentaires de terres, comme en témoigne une liste de la main de Jean de la

Montagne (fils) clarifiant la quantité de terres supplémentaires réclamées par les différents colons

de Harlem 512 .

Plus tard, Simon acquit trois lots de terres cultivables parmi ce qui avait autrefois été les terres de

Jochem Pieters Kuyter 513 , situées entre la rivière Harlem et la Old Kingsbridge Road, là où se trouve

511 Maddie, « Settling Harlem, New York ».

512 Cette liste fut dressée afin de clarifier les désirs de chacun et éviter que des acquéreurs se trouvent dans l’impossibilité

de payer les terres qui leur étaient confiées, ayant accepté de trop grandes surfaces. Voir Riker, Revised History of Harlem,

188‐90.

513 Ce dernier les avait acquises en 1639.

154


désormais le zoo du Bronx. Il avait aussi acquis, avant le début de l’an 1662, l’un des vingt-deux

lots de terres du Van Keulen Hook, là où se trouve désormais East Harlem 514 .

Le 20 avril 1662, Simon avait signé 515 avec les autres colons de Harlem un accord avec l’un de ces

derniers, David du Four, prévoyant que ceui-ci s’occuperait de mener paître dans les pâturages

situés à l’ouest de Harlem les bovins de tous les colons, contre rémunération 516 :

I, David Du Four do acknowledge to have taken the cows to herd, belonging to the Town of New Harlem,

at my own expense, and also from each house one pair of oxen; for the sum of three hundred guilders in

sewant, and one-half pound of butter for every cow; provided I pay for the cattle that may be lost through my

neglect. The time shall commence on the 23 rd of April, and end a fortnight after All-Saints' Day, at the

option of the inhabitants. It is also stipulated that the butter shall be paid in May, and the further payment

as the Herder shall perform his work. Also the Herder grants power of parate executie. The above obligation

we on both sides engage to hold to and fulfil. In N. Haerlem, 20 th April, Anno I662.

Le 30 novembre de la même année, le mandat de Jean de la Montagne comme diacre de Harlem

touchant à son terme, Daniel Tourneur fut choisi pour le remplacer. A cette occasion, les rôles au

sein de la colonie furent redéfinis, de sorte que Simon devint, aux côtés de Monis Peterson, keurmeesters

van de heyningen, c'est-à-dire inspecteur des clôtures délimitant les parcelles des colons du

village. Il avait notamment le pouvoir d’infliger des amendes de trois florins (guilders) aux

propriétaires dont les clôtures étaient mal placées ou défectueuses. On lui confia par ailleurs la

mission de s’assurer que les propriétaires des terres situées au nord de Harlem clôturaient leurs

parcelles dans les quatorze jours, sous peine d’une amende de deux livres néerlandaises, afin d’éviter

les désastres causés aux cultures l’année précédente par des troupeaux s’étant aventurés dans les

champs. Le 18 décembre, Simon et son collègue rapportèrent ainsi que Michiel Muyden, Hendrick

J. Vander Vin, Daniel Tourneur et Jean Le Roy n’avaient toujours pas disposé de clôtures, ce pour

quoi ils furent condamnés à payer une amende le 27 décembre. Tourneur s’efforça d’éviter d’avoir

à payer en se portant malade, excuse qui lui fut refusée. Muyden et Vander Vin manquèrent à trois

reprises la date qui leur avait été imposée pour le paiement de leur amende, et furent sommés le 25

janvier 1663 de payer dans les huit jours. Dans sa Revised History of Harlem, James Riker relève le

courage de Simon et du reste de l’administration de Harlem à poursuivre pour leurs amendes des

hommes si respectés que les contrevenants mentionnés, échevins et bourgeois réputés de la

Nouvelle-Amsterdam 517 .

Dans les premiers mois de l’an 1663, les colons de Harlem, parmi lesquels Simon, signèrent une

pétition adressée à Peter Stuyvesant au sujet du mode de paiement que celui-ci attendait pour les

terres de Harlem : ce dernier avait fait savoir qu’il attendait les huit florins par morgen (demi-acre)

en beavers (castors), alors que les colons se préparaient à payer en sewant, c'est-à-dire en wampum, des

coquillages utilisés comme monnaie d’échange avec les tribus autochtones de la province de New

York jusqu’en 1673 518 .

To the Noble, Great and Honorable, the Director-General and Council in New Netherland: The

undersigned, owners and occupants of the lands within the village and jurisdiction of New Harlem,

respectfully represent, that to their great surprise and solicitude, they have been informed that the eight

guilders which your Honors required said proprietors to pay for each morgen of land taken by them, should

514 Riker, Revised History of Harlem, 186.

515 « Signé » au sens propre, c'est-à-dire tracé sa marque. Simon était illettré.

516 Riker, Revised History of Harlem, 192‐93.

517 Riker, 194‐96.

518 Riker, 198‐200; Wikipédia, « Wampum ».

155


be paid in beavers, or their value; whereas this was not the understanding of your petitioners who, in regard

to the announcement made by your Honors, on the 4 th of March, 1658, as to the privilege with which this

village was to be favored, did not otherwise conceive respecting the price set upon said land, but that payment

thereof was to be made in sewant currency, according to the customary usage. Had they understood differently,

they would never have agreed, nor could have been persuaded, to burden themselves with so hard an

undertaking as that of bringing those lands under cultivation, besides paying thus heavily for them; and even

yet the petitioners, instead of finding themselves eased in their labors, have great difficulty in making these

lands fit for tillage, so they are now wholly discouraged, as they did not apprehend that they should encounter

the present difficulty. Wherefore, addressing themselves to your Honors, they pray that your Honors may be

pleased to declare, by a favorable answer on the margin, that the petitioners may pay the eight guilders per

morgen, in sewant, in the usual course between man and man.

La réponse de Stuyvesant dépassa les espérances des habitants de Harlem : le paiement des huit

florins par morgen auquel tous avaient consenti était annulé, à la seule condition que l’exemption de

paiement de dîme dont les colons devaient initialement bénéficier pendant quinze ans soit réduite

à huit ans, reprenant ainsi en 1666. Cette offre fut accueillie très positivement, apportant un large

soulagement aux colons, inquiets quant à leur capacité à éponger leurs dettes.

En juin 1663, la nouvelle d’un massacre de colons à Wiltwijck (Kingston) survenu le 7 juin aux

mains des Esopus, une tribu autochtone de la Nation des Lenapes-Delawares, parvint à Harlem,

semant l’émoi et la confusion : plusieurs colons de Harlem avaient des amis et de la famille à

Wiltwijck. Le 12 juin, les villageois s’assemblèrent et décidèrent de mesures de protection contre

une éventuelle attaque : une palissade fut érigée autour du village, et une milice composée de soldats

et de colons s’organisa en trois compagnies. Pierre Cresson fut nommé caporal de la première,

Willem Jensen de la deuxième et Simon de Ruine de la troisième, avec Nelis Matthyssen comme

lancepesade (adjoint) et Pieter Jansen Slot et Barent Acker comme cadets 519 . Des armes leur

parvinrent le 12 et le 16 juin, et le village resta ainsi paré pendant plusieurs semaines. Face à la

menace, Stuyvesant organisa le 6 juillet à la Nouvelle-Amsterdam une conférence à laquelle des

représentants de tous les villages voisins de la colonie furent invités. Fidèles à leur poste, les

hommes de Harlem déclinèrent poliment l’invitation par mesure de sécurité, mais promirent par

lettre d’envoyer huit hommes armés en cas de nécessité. Peu après, une véritable armée se mit en

marche vers les Esopus, qui fuirent à leur approche.

Mais la guerre, la « Deuxième guerre des Esopus », n’était pas terminée ; les Esopus restaient

hostiles et menaçants envers les colons aussi bien qu’envers les autochtones qui s’aventureraient à

les aider. Les Wickquaskeeks, une autre tribu de la région avec qui les colons s’étaient liés d’amitié,

fuirent ainsi leurs compatriotes et vinrent se réfugier dans les bois proches de Harlem, causant la

panique : parmi eux se trouvaient environ 80 puissants guerriers. Une délégation de ces derniers,

expliquant bientôt aux villageois la raison de leur présence, ne causa que bien peu de soulagement,

apportant la nouvelle de l’intention des Esopus de mener une attaque de grande ampleur sur

Harlem cinq ou six jours plus tard. La nouvelle était si grave que la délégation accepta de se rendre

à la Nouvelle-Amsterdam pour répéter l’information à Stuyvesant et lui offrir ses services face à la

menace à laquelle tous faisaient face. Les Wickquaskeeks demandèrent l’autorisation exceptionnelle

de pêcher à proximité de Harlem, ce qui leur fut accordé à condition qu’ils n’approchent pas le

village avec leurs armes.

519 Le reste de la compagnie était formé de Monis Peterson, Jan Cogu, Roelof Noorman, Jacob Noorman, Govert

Noorman, Hans Deen, Derick De Vries, Adolph Meyer, Cornelis Aertse Buys et Jean Casier. Voir Riker, Revised History

of Harlem, 200‐201.

156


Le 2 septembre, Simon et les autres de Harlem reçurent chacun une livre de poudre à utiliser contre

les Esopus en cas d’attaque. Au cours des mois suivants, la pression diminua cependant de manière

progressive, les Esopus ayant subi une série de cuisantes défaites aux mains des Néerlandais. Une

certaine anxiété persistait cependant, de sorte que le 2 novembre, les délégués des villages voisins

de la Nouvelle-Amsterdam écrirent ensemble une lettre à la Compagnie des Indes Occidentales,

urgeant cette dernière de leur fournir une protection non seulement contre les Indiens, mais aussi

contre les colonies toutes proches de la Nouvelle-Angleterre, dont la menace se faisait de plus en

plus sentir 520 .

En 1664, pendant la deuxième guerre anglo-néerlandaise, les Anglais prirent le pouvoir sur la

colonie de la Nouvelle-Amsterdam. Ces derniers la renommèrent New York en l’honneur du Duc

d’York, le futur James II d’Angleterre 521 . Simon et sa famille, ainsi que leurs voisins, n’eurent le

droit de rester que grâce aux termes de la cession de la colonie que Stuyvesant avait réclamés aux

Anglais : la liberté de religion 522 et le maintien des colons existants dans leurs terres.

Figure 150 – Gezicht op Nieuw Amsterdam par Johannes Vingboons (1664), une représentation de la Nouvelle-Amsterdam dressée en

1664, année de la conquête anglaise menée par le colonel Richard Nicolls (Wikimedia Commons/domaine public)

520 Riker, 198‐204; Wikipédia, « Esopus Wars ».

521 Wikipédia, « New York City ».

522 Stuyvesant, lui-même protestant, se refusait à croire aux vertus de la liberté de religion. Il en fit cependant l’une des

conditions de sa cession de la colonie en 1664, par crainte de persécutions contre ses co-religionnaires. Voir Wikipédia;

Wikipédia, « Peter Stuyvesant ».

157


En 1666, Simon de Ruine vendit les terres qu’il possédait à Harlem 523 . Au moins une partie de ces

dernières 524 , notamment celle sur laquelle se trouvait la maison de Simon, passa le 13 mars 1666 à

Jan Dyckman et ses amis Adolph Meyer et Arent Bussing. Moins d’un mois plus tard, cependant,

il devint clair que l’emprunt de 2000 florins que tous trois avaient contracté était trop lourd pour

leurs épaules 525 . Le 7 avril, la cession des terres fut renégociée en faveur du capitaine Delavall, et sa

maison fut louée par ce dernier, représenté par Tourneur, à un certain Wouter Gerritsen, pour une

période de quatre ans 526 .

Simon et sa famille firent l’acquisition de quelques acres de terres à Flushing, dans le Queens

moderne, sur Long Island, à une quinzaine de kilomètres au sud-est d’Harlem 527 . L’évaluation des

biens fermiers des habitants de Flushing en 1675 mentionne Simon, ici dénommé « Simon

Thewall » (le Wallon), et dresse une liste de ses biens : trois lots de terres (landes), deux bœufs et

taureaux (oxen & boles), trois vaches (cowes), deux veaux (three & to yere oldes, yerlings), quatre porcs

(swine) et douze moutons (shepe). Il ne possédait ni esclaves (negroes), ni prairies (madoes), ni cheveaux

et juments (horses mares), ni poulains et pouliches (three & to yere oldes, yerlings).

Le 27 avril 1678, Simon fait rédiger son testament 528 , par lequel il fait de son épouse son héritière.

Il n’y appose pas sa croix d’illettré, ce qui laisse penser à un état de santé détériorée 529 .

A Jourd huy 27 me avril 1678, faict en prensence de Jean Guenon et de Marguerite sa femme, et Jean des

Conseiller, et de Jean Battiste de Poictier, Sieur Dubuisson, et du libre consentement de Simon de Ruine,

le Oualon, se croiant malade, a recongnu pour le repos de sa consiense, par un libre et st. jugement, a

tesmoigne ettre sa volonte ainsy quy seulmt qu apres les despt paiez desclare et a les clare Madlaine sa femme

heritier des les bien et en disposer sa vie durante, sans toutes fois le pouvir vendre gra ny engager en quelque

facon, que le soit tant meuble et inmeuble demeurant au mesme point qu il sont. C etait et concluet a reste

dans la maison du dict Simon de Ruine, dit le Oualon, en presence des tesmoin cy dessre nonme l on desclare

ne savoir siner faute de quoy mestre on leur marque.

de Jean nm Guenon ; marque nn Jean des Conseiller ; fait par moy Jean Baptiste de Poictier, Sieur

Dubuisson.

523 En 1661, Simon avait déjà cédé une autre parcelle de terrain située au nord des anciennes terres de Jochem Pieters,

qui fut dès lors désignée à quelques occasions par l’expression « Simeon’s land ». Voir Riker, Revised History of Harlem,

304.

524 Dont le lot n°3 de Jochem Pieters’ Flat (où se trouvait la maison de Simon), le lot n°12 de Van Keulen’s Hook et

le lot n°7 de Montanye’s Flat.

525 Riker, Revised History of Harlem, 545‐46, 795.

526 Riker, 235, 246, 291, 348.

527 Il y était le voisin de Jean Genung, un huguenot français originaire de Saintonge, en France, ainsi que d’un certain

Chadderton. Voir Riker, 246; Brincat, « John Bowne’s Flushing: Material Life on a Dutch Frontier, 1645-1700 », 90;

O’Callaghan, Lists of Inhabitants of Colonial New York.

528 Riker, Revised History of Harlem, 246.

529 Ce testament est conservé dans les archives de New York : New York Genealogical and Biographical Family Files,

1654-2002 – MssCol NYGB 18274, Manuscripts and Archives Division, The New York Public Library – box 11, f°6.

158


Le document fut validé par la Court of Sessions de Jamaica (New York) le 13 juin 1678, puis le 24

juin de la même année 530 , après que Madeleine eût prouvé son statut d’héritière des biens de Simon.

Ce dernier était probablement décédé au début du mois de mai, comme le laisse supposer

l’inventaire de sa maison, dressé le 6 mai 531 . Selon ce dernier, Simon ne possédait pas grand-chose :

huit acres de terres, une unique chaise, probablement pour le chef de famille, un petit placard, une

culotte, trois couvertures, deux vieux coffres qui servaient probablement de sièges supplémentaires,

mais pas de table 532 . La famille ne possédait pas d’assiettes, mais mangeaient directement dans des

porringers, c'est-à-dire des plats creux à anses dont l’utilisation ne requérait pas l’usage d’une table 533 .

Dans sa thèse de maîtrise, Lauren Brincat rapporte que les premiers colons de Long Island,

s’établissant dans une nature intacte, s’entouraient d’objets et de constructions qui leur semblaient

familiers, de sorte à ne pas être trop dépaysés. Rapidement, les objets dont ceux-ci disposaient

devinrent des indices de richesse, de sorte que Simon, malgré la maigreté de ses biens, acquit une

salière et des plats en étain au lieu de se satisfaire de simples ustensiles de bois. Il s’agissait, explique

Brincat, de faire prevue d’un certain niveau de prospérité 534 , dans une société où des inégalités

profondes se faisaient déjà sentir 535 .

Simon laissa derrière lui plusieurs enfants, nés des deux côtés de l’Atlantique. Jacomina, née à

Landrecies (ou à proximité), qui épousa John Demarest ; Jannetie (ou Jeanne), née à Amsterdam,

qui épousa Jean Du Pré ; Barteltje, née le 26 octobre 1659 à Harlem, alors que ses parents venaient

juste d’y débarquer 536 ; Marritie (ou Maria), née à Harlem le 1 er janvier 1662 537 , qui épousa Samuel

Demarest vers 1678 538 ; et enfin Magdalena, née à Harlem le 21 juin 1665 539 . Simon eut une

nombreuse descendance aux Etats-Unis ; n’ayant eu que des filles, son nom disparut cependant

rapidement de l’Etat de New York.

Le procès-verbal du tribunal de la Nouvelle-Amsterdam rapporte au sujet de l’épouse de Simon

l’anecdote suivante, en date du 12 juillet 1663 : Lubbert Gerritsen et Marie Taine déclarèrent devant

le tribunal, à la requête de Nelis Matthyssen, qu’ils avaient entendu Madalena Lodewycks (appelée

aussi Magdalena van der Straeten, l’épouse de Simon) dire dans sa propre maison que Barentien

Dircks avait volé le porc de Jacob Brouwer, qui se trouvait dans un sac de chanvre indien situé près

de la porte du fourneau. La Cour condamna Dircks à payer six florins et le coût des démarches

judiciaires, cet argent étant destiné aux pauvres de la colonie 540 .

Jeanne, la fille de Simon et Magdalena, avait un jour élevé la voix contre Jan Laurens Duyts, un

autre habitant respecté de Harlem : « You schelm, loop by you vaar Deen ! », ce qui signifie :

« Escroc, retourne donc chez ton Danois de père ! ». Monis Petersen, présent, attesta devant le tribunal que

Jan ne méritait pas un tel camouflet 541 .

530 New York Historical Society, Abstracts of Wills on File in the Surrogate’s Office, City of New York, 1665-1801, 1:48.

531 Brincat, « John Bowne’s Flushing: Material Life on a Dutch Frontier, 1645-1700 », 153.

532 Le texte intégral de cet inventaire se trouve dans en annexe XV, en page 178.

533 Brincat, « John Bowne’s Flushing: Material Life on a Dutch Frontier, 1645-1700 », 90‐91.

534 Brincat, 95.

535 Bowne House, « Resources and Links ».

536 Parrain et marraine : Adriaen Vincent et Hester Couwenhoven.

537 Parrain et marraine : Jean Cocu et Jannetie Frans.

538 Riker, Revised History of Harlem, 350.

539 Parrain et marraine : Adriaen Appel et Magdalena Casjou. Voir Grier Evans, « Baptisms from 1639 to 1730 in the

Reformed Dutch Church, New York »; Riker, Revised History of Harlem, 246.

540 Voir Wooley's Journal, p. 52 ; N. Y. Col. Doc. I, 281 ; Riker, Revised History of Harlem, 247.

541 Riker, 256.

159


François Druesne et la catastrophe d’Ermenonville

Le 3 mars 1974 s’écrasa dans la forêt d’Ermenonville le vol 981 de la

compagnie Turkish Airlines, provoquant la mort des 346 occupants de

l’appareil, dans ce qui est à ce jour la quatrième catastrophe aérienne la

plus meurtrière de l’histoire de l’aviation 542 . Celui-ci venait de décoller

de l’aéroport de Paris-Orly, et ne supporta pas la décompression

explosive provoquée par l’ouverture d’une porte de soute en plein vol.

Figure 151 – Avis de souvenir de

l’accident (Le Figaro)

A bord se trouvait un certain François Druesne, âgé de 35 ans,

ingénieur-chimiste, marié et père de cinq enfants. Il est enterré au

cimetière des Longs Réages à Meudon (Hauts-de-Seine) 543 . Son fils

Bruno Druesne, résidant dans les Hauts-de-Seine (2015), a co-créé un

site web reprenant des détails sur le crash 544 . Il révèle notamment qu’en

raison de la violence de l’accident (plus de 800 km/h), plus de 20 000

fragments de corps humains ont été retrouvés. Neuf passagers ont été

complètement annihilés par le choc.

« Il y avait une saignée dans la forêt d’environ cinq cents mètres

de long et jusqu’à une centaine de mètres de large. Elle traverse

une petite vallée longue qui est elle-même traversé coupée par

une autre, avec, à peu près à mi-chemin, un ravin rocheux.

Partout dans cette zone, il a été dispersé un effroyable mélange

de restes humains. Troncs, jambes, têtes, bras, morceaux de

viscères, pendus à des arbres, corps à moitié enterrés dans le sol,

et enchevêtrés partout avec gilets de sauvetage, des papiers, des

vêtements, des boucles de ceinture, des fils, et des petits effets

personnels. » 545

Figure 152 – Druesne, « Le Site d’Ermenonville »

Après le crash, les corps des victimes furent temporairement rassemblés dans l’ancienne église

Saint-Pierre de Senlis (Oise), désaffectée à la Révolution. Après cela, par respect pour les victimes,

la municipalité de Senlis décida de ne pas refaire de l’endroit le marché qu’il avait autrefois été 546 .

542 Wikipédia, « Vol 981 Turkish Airlines ».

543 Landru, « MEUDON (92) : cimetière des Longs Réages ».

544 https://turkishdc10.wordpress.com/, site consulté le 2 janvier 2019.

545 Druesne, « Le Site d’Ermenonville ».

546 Voir aussi Le Figaro, « Avis de décès », 13; Druesne, « Le Site d’Ermenonville ».

160


VI. Ligne du temps

Cette section, toujours incomplète, reprend les dates-clés de l’histoire de la famille Druesne : hauts

faits, faits marquants, dates cruciales pour l’avenir de la famille se trouvent ici réunis. On y omet

donc la majorité des naissances, mariages et décès connus et rassemblés à ce jour. Lorsqu’un fait

est mentionné dans un autre chapitre de ce rapport, une référence y renverra ; lorsqu’aucune

référence n’accompagne l’anecdote, cela signifie que la famille des Druesne concernés est inconnue.

1090

1274

1276

1280

1281

1300

1307

1321

1336

1348

1353

1358

1387

1410

1422

Géraud de Ruesnes est le premier porteur du nom à être mentionné (p. 20).

Gilles de Ruesne est témoin lors d’un procès à la Cour féodale de Tournai (p. 20).

Hugues de Ruesne prête serment comme bailli de Mons (p. 20).

Hugues de Ruesne scelle l’hommage du sire d’Audenarde à Jean d’Avesnes et

reprend en fief la ville de Lessines (p. 20).

Hugues de Ruesne est témoin de deux affaires du Comte de Hainaut (p. 20).

Elisabeth de Ruesnes, épouse du baron de Roisin, se trouve veuve (p 21).

Hugues de Ruesne se trouve aux prises avec le comte de Hainaut au sujet d’une

donation illégale datant de plusieurs décennies (p. 22).

Henry de Ruesne vend son poste de magistrat à Dourlers (p. 22).

Jehan de Ruesne rend hommage au Comte de Hainaut pour le fief de Capelle (p.

22).

Le fils de Villain de Roesne est condamné à perpétuité pour avoir été complice

du meurtre d’un bourgeois de Condé (p. 22).

Gérard de Roesne participe à une prise d’otages au monastère d’Anchin (p. 23).

Henri de Ruesne appose son sceau sur un document (p. 24).

Nicaise de Ruesne est échevin de Forest-en-Cambrésis (p. 76).

Le Comte de Hainaut note devoir de l’argent au veuf de la dame de Ruesnes (p.

24).

Naissance de Sance de Ruenne, seigneur de Vendegies-sur-Ecaillon (p. 24).

161


1426

1443

1451

1464

1558

1580

1606

1612

1657

1658

1674

1682

1689

1691

Un gisant est érigé à Valenciennes à la mémoire de Guillaume de Ruenne (p. 26).

Jean de Roesne est mentionné dans une affaire de location de terres (p. 27).

Piérart de Ruesnes hérite d’une terre à Villers-Pol (p. 27).

Martin de Ruesne est échevin de Forest-en-Cambrésis (p. 76).

Martin de Ruesne est échevin de Forest-en-Cambrésis (p. 76).

Martin de Roenne est échevin de Forest-en-Cambrésis (p. 76).

On trouve des Druenne à la French Church de Threadneedle Street à Londres. Ils

étaient des huguenots ayant fui les persécutions qui sévissaient en France malgré

l’édit de Nantes (p. 148).

Le fils de Laurence de Ruenne fait profession de capucin (p. 27).

Le cardinal Mazarin écrit à un certain M. de Druenne (p. 27).

Simon de Ruine embarque pour Manhattan. Il sera l’un des 32 colons fondateurs

de Harlem (p. 152).

François Druesnes est mayeur de Forest-en-Cambrésis (p. 76).

Péronne de Ruesne devient marraine d’un enfant de Roubaix (p. 27).

Pierre Druesne est échevin de Forest-en-Cambrésis. Il devient ensuite mayeur (p.

76).

Un certain Druenne s’élève devant le Parlement de Flandre contre une nomination

qu’il juge abusive dans le système juridique de son époque. Il réclame dès lors

l’application d’une ordonnance de 1667 réglant les systèmes de nomination, ce qui

lui est refusé 547 .

547 « Le nommé Druenne ayant demandé l’Évocation d’une inftance qu’il avoit intentée pardevant le Prévôt de

Landrechies contre Claude de Berlaymons, qui depuis avoit été fait Prévôt dudit Landrechies, fondé fur ce qu’il n’y

avoit point de Lieutenant, ni d’autre Juge. Berlaymons difoit que le Siège ne pouvoit être privé de la connoiffance de

la caufe, qu’à fon défaut le plus ancien Avocat du Siège devoit faire les fonctions de Juge fuivant l’Ordonnance de

1667. Comme l’Ordonnance civile n’eft pas exactement obfervée dans la Prévôté de Landrechies, quoi qu’elle y ait été

envoyée, la Cour n’a pas voulu donner lieu à ceux de Landrechies de croire qu’on veuille les obliger à la fuivre ; elle n’a

pas non plus voulu accorder l’Évocation, parce qu’il eft naturel qu’on ait un premier Juge ; elle a pris l’expédient

d’autorifer le Mayeur de Landrechies pour juger la caufe en prenant avec lui deux Graduez à la charge de l’Appel, &

fuivant ce, a mis les parties hors de Cour, & de procès fans dépens. L’Arrêt eft du 10 Novembre 1691 ». Voir Pollet,

Arrests du Parlement de Flandre, 304.

162


1692

1697

Simon Druesne et son épouse Antoinette Payen donnent à leur fils Simon la

ferme de la Couronne à Forest-en-Cambrésis (p. 68).

Simon Druesne est échevin de Forest-en-Cambrésis. Il devient par la suite mayeur

(p. 76).

1698 Jean de Ruesne est échevin du Cateau-Cambrésis 548 . Il rend au diocèse de

Cambrai un dénombrement, c'est-à-dire un recensement de la population de son

village 549 (p. 78).

1704

1710

1711

1720

1721

1748

1767

1775

1777

1780

1789

Simon Druesne rénove la ferme de la Couronne à Forest-en-Cambrésis, qu’il avait

reçue de son père (p. 68).

Ruinés par le campement des armées de Louis XIV, Pierre Druesne et son épouse

Jeanne Le Ducq vendent une propriété du nom de « La Lumerette » située à Foresten-Cambrésis

(p. 70).

Les 16 et 26 mai, Pierre Druesne et Jeanne Le Ducq vendent encore deux

propriétés familiales (p. 70).

Décès à Bermerain de Jean Antoine Druesne, prêtre et vicaire du lieu. Il fut

inhumé dans l’église paroissiale (p. 48).

Jean de Ruesne, avocat, se trouve impliqué dans un procès du Parlement de

Flandre (p. 78).

François Guilbaut Druesnes est mayeur d’Escarmain, dans le Nord. Entre cette

date et 1750, il est attaqué en procès par Pierre Philippe Vincent au Parlement de

Flandre (1668-1790) 550 .

Albert Druenne, brasseur, s’établit à Brest pour y produire de la bière pour le

compte de la Marine française (p. 50).

Benoît Druesne est échevin de Forest-en-Cambrésis (p. 76).

Un certain Druesne est « prêtre, maître d’école et bénéficier » à Solre-le-Château

(Nord) 551 .

Jacques Druesne est échevin de Forest-en-Cambrésis (p. 76).

Françoise Druesne est supérieure du couvent du Saint-Esprit au Cateau-

Cambrésis lorsque la révolution éclata 552 (p. 74).

548 Diocèse de Cambrai, « 3G. Evêché puis archevêché de Cambrai ».

549 Je ne suis pas encore parvenu à mettre la main sur ce document. Source : Diocèse de Cambrai.

550 « Etats des dépens dus à Pierre Philippe Vincent dans le procès qu'il a suivi pour Antoine Joseph Gossart, huissier

royal audiencier au siège royal du bailliage du Quesnoy, contre Jean Boucher, maître cordonnier, Charles Lussiez,

maître charron, Charles Joseph Bajuriaux (Basuriau), collecteur, François Guilbaut Druesnes, mayeur d'Escarmin et

Elisabeth Pierrat, épouse de Joseph Varlet. » Source : ParleFlandre, « Détails de l’affaire portant la cote 1319 ». Les

archives d’Escarmain ne sont pas en ligne entre 1740 et 1760, rendant difficiles des recherches sur cet individu.

551 Le reste du clergé de la ville était composé de Monte, religieux de Floreffe, curé ; Grand Jean, religieux de Floreffe,

chapelain ; Fontaine, prêtre et grand clerc. Existait alors un couvent de Sœurs Grises composé de vingt religieuses,

dont la Sœur Amélie Lermusiau était Supérieure. Le Prince de Croÿ, Lieutenant-Général des armées du Roi, était alors

Prince Haut-Justicier de Solre-le-Château et y possédait un magnifique château. Source : Calendrier général du gouvernement

de la Flandre, du Hainaut et du Cambrésis, pour l’année 1777, 263‐64.

552 Inspection primaire du Quesnoy, Monographie communale de Le Cateau.

163


1789

1790

1790

1764

1790

1800

1803

1808

1810

1856

1860

1872

1875

1892

Louis François Joseph Deruenne, né le 17 novembre 1747, est religieux au

couvent des Cordeliers d’Abbeville (Somme) 553 .

Dom André Druenne est le sous-prieur de l'abbaye du Val-Richer, à Saint-Ouenle-Pin

en Normandie, lorsque celle-ci est fermée par le pouvoir révolutionnaire 554 .

Sœur Marie-Joseph Druesne, âgée de 25 ans, est la cadette du couvent des

Clarisses colettines de Cambrai lorsque l’Assemblée nationale constituante

supprime les ordres et congrégations religieuses 555 .

Après 33 ans à Fresnes-sur-Escaut, le curé Jean-Baptiste Deruesne décède (p. 95).

La Mère de Ruenne de saint Louis quitte son couvent sous la contrainte (p. 84).

La dernière héritière des seigneurs de Ruenne-Vendegies donne naissance (p. 85).

Jean-Baptiste Deruesne devient curé-doyen de Sainte-Waudru à Mons (p. 96).

De 1808 à 1813, Xavier François Deruesne est maire de Bazuel (p. 74).

Régis Deruesne rejoint le Conseil municipal de Bazuel (p. 74).

Jean Baptiste Druesnes, en campagne pour l’armée d’Orient, meurt du typhus à

Constantinople (p. 51).

Le 29 janvier, Pierre André Druesnes est adjoint du maire de Vendegies-sur-

Ecaillon.

Jules César Druenne, communard, est envoyé au bagne en Océanie (p. 87).

Homologation de concordat de la société Paternotte-Druenne, au Nouvion (p. 92).

Par le journal officiel du 20 octobre, Désiré Pierre Joseph Druenne reçoit une

médaille d’honneur de la police, avec mention honorable, pour avoir abattu « un chien

atteint d’hyrophobie 556 ». Cet homme y est désigné comme sergent de ville à

Charenton. Les faits se sont déroulés le 17 mai 1892 557 .

553 « Couvent des Cordeliers à Abbeville. Gardien : Lalain, Pierre-Philippe-Joseph, né le 10 avril 1748. Religieux :

d'Haisne, Louis-Joseph, procureur ; Desomain, François-Hubert ; Caullier, Jean-Baptiste-Joseph ; de Fasques, Philippe-

Joseph ; Ducrocq, Jean-François ; Deruenne, Louis-François-Joseph, né le 17 novembre 1747 ; Beuvet, Pierre-Joseph,

né le 29 juin 1734 ; Devaux, Pierre. Ces deux derniers convers. » Source : Darsy, Le clergé de l’église d’Amiens en 1789, 161.

554 Voir Arch. Calvados, Q, Le Val-Richer, citées dans le Bulletin de la société des antiquaires de Normandie, réf.

inconnue. Disponible sur Gallica. Voir extrait en annexe XVII, page 179.

555 Chartier, « Une Clarisse du monastère de Cambrai pendant la Révolution », 129. Voir extrait en annexe XVI, page

178.

556 L’hyrophobie, ou hydrophobie, désignait jusqu’au début du 20 ème siècle ce que l’on appelle aujourd’hui la rage.

L’hydrophobie, ou peur de l’eau, est en effet l’un des symptômes de cette maladie.

557 Journal des commissaires de police, « Journal des commissaires de police », 288.

164


1893 Le 1er mai débarque à New York le navire « La Bretagne », en provenance du

Havre, au bord duquel se trouvent trois Druesne : une femme (Marie, 36 ans) et

ses deux enfants, Jeanne (6 ans) et Jules (6 mois) 558 . Leur lieu de provenance, ainsi

que leurs ancêtres et leur lieu de destination, sont inconnus.

Le 16 décembre, le journal L’Est républicain, publié chaque jour à Nancy,

publie son rébus hebdomadaire (

Figure 154 plus bas) et cite les noms des lecteurs ayant trouvé la solution du rébus

du dimanche précédent, dont une copie se trouve ci-contre : un certain Robert de

1900 Ruesne en fait partie. Il pourrait s’agir de nombreux Druesne connus, s’il ne s’agit

pas d’un simple pseudonyme comme pour d’autres lecteurs mentionnés 559 . Le

même est encore mentionné dans L’Est républicain du 10 février 1901 pour avoir

trouvé la solution du rébus de la semaine précédente 560 .

1912

1914

Une famille de Druesne s’établit au Canada (p. 119).

Dans ses lettres, Jules Druesne raconte la vie au front, jusqu’à sa mort en

décembre de la même année (p. 129).

1915 Le 30 juin, Henri Druesne, canonnier de la 40ème RAC, meurt en captivité en

Allemagne. Il était originaire de Fontaine-au-Bois mais descendait de la branche

Druesne-Dumont de Forest-en-Cambrésis (p. 75).

1925

1933

Figure 153 – Toile de René Druesne

Figure 154 – Le rébus duquel Robert de Ruesne trouva la solution

(L’Est républicain).

Solution : Si l’on sort de la bonne route, il n’est pas facile d’y rentrer.

François Druesne est maire de Poix-du-Nord (p. 146).

René Druesne 561 réalise la toile ci-dessus (

Figure 153).

558 Lignes 661 à 663 du manifeste de « La Bretagne ».

559 L’Est républicain, « Notre rébus », 16 décembre 1900, 3; L’Est républicain, « Notre rébus », 9 décembre 1900, 3.

560 L’Est républicain, « Notre rébus », 2 octobre 1901.

561 Il pourrait potentiellement être l’un des Druesne suivants : René Achille, né à Bertry en 1912 et décédé en 2004 à

Lille ; René, né à Fontaine-au-Bois en 1861 ; René Célestin, né en 1914 à Douchy-les-Mines et décédé au même

165


1936

1939

1946

1952

1974

1996

1989

1990

2009

2018

Le 9 mai, l’abbé Deruesne célébre en l’église Saint-Augustin de Paris (VIII) « un

service annuel pour le repos de l'âme de l'Empereur Napoléon I er et des membres

de la famille impériale » 562 .

Entre 1939 et 1945 est décédée Marie Anne Druesne, désormais indiquée comme

victime civile sur le monument aux morts de Floyon (Nord) 563 .

Entre 1946 et 1954 est décédé à la guerre d’Indochine Maurice Druesne,

mentionné sur le monument aux morts de Libercourt (Hauts-de-France) 564 .

René Emile Druesne devient Chevalier de la Légion d’honneur (p. 119).

Le 3 mars, François Druesne, âgé de 35 ans, trouve la mort dans le crash dans la

forêt d’Ermenonville du vol 981 de la compagnie Turkish Airlines (p. 160).

Le Journal officiel de la République française du 2 janvier promeut au grade de

Chevalier de la Légion d’honneur Gérard René Hilaire Druesne, professeur de

droit, pour ses 26 ans de services civils et militaires 565 . Le 29 mai de la même année,

il devient Officier de la Légion d’honneur. Il était Directeur général de l'Institut

européen d'administration publique de Maastricht, membre du Conseil

d’administration de l’Ecole nationale d’administration (ENA) et de l’Institut

international d’administration publique.

Mary Druenne, décoratrice florale, est interviewée dans le journal belge Le Soir.

Elle était l’épouse de Jacques Druenne, issu des Druesne de Forest-en-Cambrésis

(p. 175).

Bernard Louis Jean Druène, dernier Druène de Luz-Saint-Sauveur, décède (p.

115).

Un texte de littérature amateur concernant une certaine Mathilde de Ruesne et

se déroulant à la moitié du 15 ème siècle (1457) est publié anonymement sur un forum

de littérature amateur sur internet 566 .

Guillaume Druesne enregistre officiellement un nouveau blason pour la famille

Druesne (p. 127).

endroit en 1958. D'autres René Druesne connus sont peu susceptibles d'être celui que nous recherchons : René Désiré,

dont les dates de naissance et de décès sont inconnues mais dont le père, Victor Joseph, était né à Douchy-les-Mines

en 1905 ; René François, dont les dates sont également inconnues mais dont le père, René Célestin (mentionné cidessus),

était né en 1914 à Douchy-les-Mines ; Louis René Joseph, né en 1806 à Reumont et décédé en 1890 à Bertry.

562 Afin de récolter des informations au sujet de l’abbé Deruesne, un email a été envoyé à l’association « les amis de

Saint-Augustin » le 24 mai 2019. Dans l'assistance se trouvaient notamment « S. A. le prince Murât, princesse de La

Moskowa, née Bonaparte ; duc et duchesse d'Albutéra, prince et princesse Paul Murât, M lle de Bassano, général et Mme

Kœchlin-Schwartz, général André Détroyat, général et baronne Corvisart, général et baronne Serot-Almeras-Latour,

baron et baronne de Beauverger, MM. Le Provost de Launay et Charles Trochu, conseillers municipaux baron

Alessandrini, au nom de M. Pierre Taittinger, député ; M. d'Ocagne, de l'Institut ; baron J. Sautereau, comte et comtesse

de Viel-Castel, général A. André, comte et comtesse Bacciocchi, comte et comtesse Roger Walewski, comte et comtesse

Biadelli, M. Daniel Haentjens ». Source : de Villemessant et Jouvin, « Figaro ».

563 Voir la liste des Druesne morts pour la France en annexe XXI, page 187.

564 Voir la liste des Druesne morts pour la France en annexe XXI, page 187.

565 JORF, Ordre de la Légion d’honneur - Décret du 30 décembre 1995 portant promotion et nomination.

566 RPartage, « Brindilles... ». Le texte intégral de l’article de blog se trouve en annexe XVIII, page 180.

166


Annexes

Annexe I. Mariage de Montmorency-de Vendegies 168

Annexe II. Histoire des Montmorency 168

Annexe III. Procès entre le chapitre de Cambrai & Adam de Beaudignies 170

Annexe IV. Prestation de serment du bailli de Hainaut 170

Annexe V. Rappel à l’ordre du Chapitre de Sainte-Waudru 171

Annexe VI. Franc-alleu de la ville de Lessines 171

Annexe VII. Héritage de la dame de Wezemale 172

Annexe VIII. Relevée du fief de Flobecq 172

Annexe IX. Don de Marguerite de Constantinople 172

Annexe X. Allégeance d’Englebiers de Froitmont au Comte de Hainaut 173

Annexe XI. Histoire du Moulin à Poudre de Brest 173

Annexe XII. Lettre d’amour de Désiré Druenne à Hortense Carlier 174

Annexe XIII. L’art des compositions florales est accessible à tous avec Mary Druenne 175

Annexe XIV. Liste des 32 colons fondateurs de Harlem 177

Annexe XV. Inventaire de Simon de Ruine, Flushing, 6 mai 1678 178

Annexe XVI. Le couvent des Clarisses de Cambrai à la Révolution 178

Annexe XVII. L’abbaye du Val-Richer à la Révolution 179

Annexe XVIII. Texte de littérature amateur sur Mathilde de Ruesne 180

Annexe XIX. Rapport sur l’affaire de Druenne, Jules César 180

Annexe XX. D’Abel à Zulmée : les 535 prénoms des Druesne 185

Annexe XXI. Liste des Druesne morts pour la France 187

167


Annexe I. Mariage de Montmorency-de Vendegies

« Par traité fait le VI iour d’Auril l’an mille quatre-cents quatre-vingts six, [Ogier de Montmorency]

espousa Anne de Vendegies dite de Ruenne héritière d’une noble & ancienne Famille, & de laquelle

les prédécesseurs auoient toujours porté le tiltre de Cheualiers. Les sépultures des plus anciens se

voyent encore à présent en l’Eglise de Vendegies sur Escaillon, comme de Monsieur Guillaume

de Ruenne Seigneur de Vendegies & de Madame Clémence de Ruymont sa femme : de

Monseigeur Iean de Vendougies & de Madame Alais son espouse fille de Monseigneur Griboul

de Valers : de Monseigneur Martin de Vendegies & de Madame Catherine de Montigny sa

femme seur du Seigneur de Montigny en Ostreuent. […] Cette dame apporta en mariage à Ogier

de Montmorency les terres et Seigneuries de Vendegies, de Sautaing, & de Bersée, lesquelles Sance

Seigneur de Vendegies et Ieanne de Beaufort fille de Gilles Seigneur de Grantrain ses père et

mère luy donnèrent en auancement de leur succession et hoirie. Puis après leur décès elle obtint

encore celles de la Boche, Hellem, Fromès, Lupardrie, Fremicourt, Chasteller, & autres. Louys de

Montmorency père d’Ogier lui transporta semblablement en faveur de cette alliance la terre &

Seigneurie des Wastines tenue du chasteau de Douay, & le grand terrage de Barly mouuant de la

Seigneurie du Saulti. Desquelles choses il le mit en possession ès années mille quatre cents quatrevingts

sept, & quatre-vingts dix. Le mesme Ogier de Montmorency acquist la Seigneurie de Beuury,

qui est toujours demeurée à sa postérité. Et après la mort de ses père et mère, il accorda pour les

droits de quint qu’il pouuoit prendre en leurs fiefs & héritages auce Rolland de montmorency son

frère aisné. Dequoy y eut Lettres passées le XVII iour de Mars mille quatre cents quatre-vingts dix.

Mais par autres Lettres du mois de Féurier quatre-vingts quatorze il vendit cette rente au mesme

Rolland […]. L’année suivante il donna à l’Eglise de S. Estienne de Bersée une verrière, où sont les

portraits de luy et d’Anne de Vendegies sa femme, auec les armes de la Maison de Montmorency

brisées de trois besans d’argent, supportées de deux Anges, et tymbrées d’un chien. Le cry de guerre

Dieu en ayde au Premier Chrestien, j’y void aussi escrit en deux rouleaux tenus par les mesmes

Anges ; et au dessus le mot Grec Aplanos. Toutefois il ne choisit pas cette Eglise pour y receuoir

l’honneur de la sépulture. Car estant décédé le quatorziesme iour de Septembre mille cinq cents

vingt-trois, il fut enterré en celle de Capelle dediée à saint Nicolas, soubs une tombe de pierre noire,

où est représentée sa figure en cette forte » 567 .

Annexe II. Histoire des Montmorency

Jean de Montmorency et Anne de Blois eurent un fils du nom de François de Montmorency 568 .

Celui-ci était chevalier, seigneur de Wastines, de Bersée, de Vendegies, de Sautaing, de la Boche, de

Beuvry, d’Hellem, de Capelle-en-Peule, etc. et colonel d'un régiment de six compagnies d'infanterie

wallonne. Il fut avec ses sœurs sous la tutelle de ses oncles Louis de Blois, seigneur de Trelon, et

Philippe de Stavele, seigneur de Glajon et chevalier de la Toison-d’Or. Plusieurs fois commis au

gouvernement des villes de Lille, Douay et Orchies, il devint l’aîné de sa famille lors de la mort de

567 Voir du Chesne Tourangeau, Histoire généalogique de la maison de Montmorency et de Laval, 241-ss, 334‐35. Voir aussi de

Reiffenberg, Recueil héraldique et historique des familles nobles de Belgique, 193; Bey, « Famille Bey - de Geslin de Bourgogne »;

Dumont, Recueil généalogique de familles originaires des Pays-Bas, ou y établies; Goethals, Dictionnaire généalogique et héraldique des

familles nobles du Royaume de Belgique, vol. 1, chap. Beauffort; de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison

royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne & de la maison du Roy, & des anciens barons du royaume, 3:333, 594.

568 Voir de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne

& de la maison du Roy, & des anciens barons du royaume, 3:594; du Chesne Tourangeau, Histoire généalogique de la maison de

Montmorency et de Laval, 332-ss; 244-ss.

168


Floris de Montmorency, baron de Montigny, dont il reprit les armes. Il mourut en son château de

Bersée en 1594 et fut enterré dans la paroisse de Bersée 569 . Le 30 avril 1550 à Gand, il avait épousé

Hélène Villain, dame d’honneur de la reine de Hongrie et gouvernante des Pays-Bas, qui était la

fille d’Adrien Villain III, chevalier, seigneur de Rassenghien, vice-amiral de la mer et des Pays-Bas

(1490-1532), et de Marguerite van Stavele, dame d’Ysenghien 570 . À ce mariage furent témoins :

Philippe de Montmorency Cheualier Seigneur de Hachicourt, qui fut depuis Cheualier de l’Ordre de la

Toison, & Chef des Finances des Pays-Bas, Anthoine de Montigny Seigneur de Noyelle parens de François

de Montmorency : Maximilian Villain Seigneur de Rassenghien, depuis Comte d’Ysenghien, Chef des

Finances, du Conseil d’Estat du Roy d’Espagne, Souuerain Bailly d’Allost, Gouuerneur & Capitaine de

Lille, Douay, & Orchies, frère d’Helene Villain pour lors Dame d’honneur de la Royne Marie de Hongrie

Regente et Gouuernante des Pays-bas ; Charles d’Eedeghen dit Hauard Baron de Likercke, Vicomte de

Bruxelles, & Philippe van Royen Cheualier Seigneur de Ghysenghien 571 .

François de Montmorency et son épouse Hélène Villain eurent un fils du nom de Nicolas de

Montmorency. De Sainte-Marie et du Chesne Tourangeau écrivent au sujet de ce dernier :

Chevalier, seigneur de Vendegies [sur l’Escaillon], Comte d’Estaires, fut, encore jeune, gentilhomme de la

bouche de Philippe II, roi d’Espagne, et depuis, pour son intégrité, sa sagesse et son expérience il fut fait

chef des finances des archiducs (il succéda à Maximilian Villain, Comte d’Henghien, son oncle), puis

conseiller d’État, et établi [à plusieurs reprises] premier commissaire au renouvellement des lois du pays de

Flandres. Il succéda à Florent de Stavele Comte de Herlies son cousin, à la baronie d’Haverskerke, et aux

seigneuries d’Esterre et de Zenec-Berque, qu’il fit ériger en comté le 8 août 1611 pour lui et ses hoirs en

ligne directe ; et à leur défaut pour les enfants de Louis de Montmorency son frère aîné, en même ligne, tant

mâles que femelles. Il mourut à Gand le 17 mai 1617 et fut enterré dans l’abbaye Sainte-Brigitte de Lille

qu’il avoit fondée et où il avoit élu sa sépulture. Il ne laissa point d’enfants de sa femme Anne de Croÿ

[Dame de Bermeraing et de Pamele], fille de Jacques seigneur de Sempy et de l’Escluse [et de Tou-sur-

Marne], chevalier de la Toison-d’Or, & d’Anne de Hornes dame de Pamelé sa seconde femme [et seur

paternelle de Philippe de Croÿ Comte de Solre], qu’il avoit épousée en 1589. [Fist faire une grande vitre à

S. Nicolas de Douay en la Chapelle de Sainte Anne, où se voyent les soixante quatre quartiers de son

extraction ; assavoir trente deux du coste de son père, & autant de celuy de sa mère. Fonda l’abbaye de

sainte Brigide à Lille, en laquelle il esleut sa sepulture, & en fin deceda sans lignée à Gand le XVI jour

de May mille six cents dix-sept, estant en commission pour le renouuellement des loix de Flandres. Anne

de Croÿ sa femme mourut aussi l’année suiuante le XII iuour d’Auril] 572 .

Lors du mariage de Nicolas de Montmorency et Anne de Croÿ, François de Montmorency, père

de Nicolas, n’était pas présent. Afin de signifier son accord pour ce mariage, il avait donc rédigé

des lettres de procuration, qui ont été conservées jusqu’à nos jours. Celles-ci s’intitulent de la sorte :

Lettres de procuration passées le penultiesme iour de May M DLXXX X par lesquelles Messire François

de Montmorency Cheualier seigneur des Wastines, Bersées, &c. pour consentir au mariage du Seigneur de

569 Voir de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne

& de la maison du Roy, & des anciens barons du royaume, 3:595.

570 de Sainte-Marie, 3:595; du Chesne Tourangeau, Histoire généalogique de la maison de Montmorency et de Laval, 244-ss.

571 du Chesne Tourangeau, Histoire généalogique de la maison de Montmorency et de Laval, 332‐33.

572 de Sainte-Marie, Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne &

de la maison du Roy, & des anciens barons du royaume, 3:595; du Chesne Tourangeau, Histoire généalogique de la maison de

Montmorency et de Laval, 334‐36.

169


Vendegies son fils avec Madamoiselle Anne de Croÿ Dame de Bermerin constitue & establit les procureurs

généraux & spéciaux Messire Floris de Staueles Comte de Herlies, Baron de Chaumont, &c. & Messire

Jaques-Philippes Villain Comte d’Isenghien, Baron de Rassenghien 573 .

Annexe III. Procès entre le chapitre de Cambrai & Adam de Beaudignies

« Sacent tout cil ki sont et ki auenir sont, ke debas fu entre les signeurs de Sainte Crois de Cambray,

dune part et Adan de Biaudignies, dautre part, dendroit ostes et tenans ke li signeur de Sainte Crois

deuant nomet ont à Markete, sour les ques ostes et tenans Adans de Biaudignies disoit kil i auoit le

signerie et le justice et li signeur le debatoient. Sour co, li signeur deuant dit et Adans de Biaudignies,

deuant només, sen misent en mise sour nobles homes: mon signeur Wion de Montigni, mon

signeur JEHAN DE HAMIEL et sour le baillius de Douay. Et deuoient li miseur deuant dit

enquere coui drois cestoit et lenquisent bien et loiaument et furent li tiesmoignage mis en escrit et

li enqueste saelée dou saiel mon signeur JEHAN DE HAMIEL et fu li enqueste ouierte pardeuant

les homes me dame, en le court à Douay. Et dist Robiers d’Astices, baillius de Douay à ce tans, par

le consel des homes me dame ki lenqueste auoient oit lire pardeuant aus, ke Adans nauoit nulle

justice ne nulle signerie sour les ostes ne sour le tenement les signeurs de Sainte Crois et ke Adans

en laissast goir pasiulement les signeurs deuant dis. A ce dit dire, furent home me dame: me sire

Gilles de Biaudignies, Oliuiers Petis Dieus, Tiebaus de Le Vincourt, ki fu ballius de Douay et de

Lille, Bauduins de Douay, sierjans me dame, li maires de Coustices, Mikieus dou Rius, Jehans dou

Ais, Belins Pietdargent, Bauduins de Roucourt, Bouriaus de Vesignon, Jakemes de Markete, Jehans

de Raisse, Gilles de Ruesne, Watiers Pilate de Remi et Willaumes do Mes. Tout chist deuant nomet

sont home de fief me dame le contesse de Flandres et de Hainau. Et sapielerent chist home deuant

nomet et li miseur, à leur consel, mon signeur Nich. de Lalaig, ceualier et mon signeur Grart de

Wasnes, ceualier. Et fu procureres les signeurs de Sainte Crois deuant dis me sire Jehan Li Panetier,

can. de Sainte Crois. Et pour co ke ce soit ferme cose et estaule, jou Wis, ceualiers, sires de

Montigni, jou JEHANS, ceualiers, sires de Hamiel et jou Robiers d’Astices, baillius de Douay,

auons ces presentes lettres saelées de nos saiaus. Ce fu fait en lan del Incarnation Nostre Signeur

mil cc lxx iij, el mois de marc, le dieus apries le Saint Grigore » 574 .

Annexe IV. Prestation de serment du bailli de Hainaut

« Le polyptyque du chapitre Sainte-Waudru, daté de 1278-1279 par son éditeur et détruit lors de

l’incendie des Archives en 1940, rapporte que, lors de son investiture, le bailli de Hainaut prêtait

son premier serment dans la collégiale sur l’Affique. Le texte stipule en effet :

Quant li baillius vient noveaus à Mons, il doit faire sen premier sairement en l’église medame Sainte

Waudru avant k’il le fache as homes le Segnor de le tiere, ne à le vile de Mons. et che sairement doit-il faire

à l’autel, sor l’afike me dame Sainte Waudru, k’il wardera le droit et dou Segnor et de l’église et tenra le

pais à droit.

573 du Chesne Tourangeau, Histoire généalogique de la maison de Montmorency et de Laval, 250‐53.

574 Voir Cour féodale de Douai, La cour féodale de Douai pour Cambrai (abbaye Sainte-Croix).

170


La même formule se retrouve plus tard dans l’ancienne Chronique du XIVe siècle éditée par

Lacroix, dans le recueil des privilèges de l’église Sainte-Waudru copié à la fin du XVe siècle, et chez

l’historien Vinchant » 575 .

Annexe V. Rappel à l’ordre du Chapitre de Sainte-Waudru

« Nous Margherite, contesse de Flandres et de Haynnau, faisons savoir à tous que comme nostre

église de Sainte-Waudrud de Mons soit de tel franchise que li bailli nouvel de Haynnau doivent

premiers à Mons faire sèrement à la dite église que à autrui, et no très-chiers et foeables Hues de

Ruesne, chevaliers, nouveaux baillius de Haynnau, par mespresure et par mal avisement, ait fait as

eschevins de nostre ville de Mons sèrement avant que à la dite église : nous reconnissons à nostre

église devant dite, par le tesmoing de ces lettres, sa droiture telle comme elle l'avoit avant que ledit

Hues entrast en ladite baillie, ne ne voulons qu'elle en soit de riens arières de son droit pour chose

qui faitte en soit par le bailli devant nommet. Ce fu donnet l'an del Incarnation mil deux cens

soixante seize, le merkedy as octaves de Thiéphane » 576 .

Annexe VI. Franc-alleu de la ville de Lessines

« Nous Jehans, dis sires d'Audenarde et sires de Rosoy, faisons savoir a tous ke, comme notre

antécesseur et nous après iauls euissient tenut paisiulement le ville, Ie tierre de Lessines et toutes

les apiertenanches en forterèce et defors forterèche, en franch alluet, nous, pour plus grande seurthé

et pour plus grant pourfit de nous et de nos hoirs, le vile, Ie tierre et les apiertenanches devantdites

ki out estei et encore sunt dedens le demaine, Ie signourie et le destroit de le contei de

Haynnau, avons repris et reprendons bien et à loy pour nous et pour nos oirs hyretaulement de

très-noble homme Jehans d'Avesnes, contes de Haynnau, à tenir de lui et de ses oirs, contes de

Haynnau, perpétuelment en fief et en liege hommage. Et a chou faire furent appelé et conjureit

souffisamment très-noble dame me dame Aélis, jadis femme monsigneur Jehan d'Avesnes, noble

homme Florens de Haynnau, ses fiuls, Rasses, sires de Liedekierke, Ernous, sires de le Hamaide,

Fastrès de Ligne, Hues, sires de Ruesne, Mahius de le Val, chevaliers, Jehans Vrediaus et pluseur

autre homme no chier signeur devantdit et no per. En thiesmongnage de laquel coze, nous avons

mis no saiel a ces présentes lettres en thiesmongnage de vériteit, et prions et requérons as devantdis

noble dame Aélis jadis femme monsigneur Jehan d'Avesnes, à nobles hommes Florent de Haynnau,

son fil, Rasson, signeur de Liedekierke, Ernoul, signeur de le Hamaide, Fastret de Ligne, Huon de

Ruesne, Mahiu de le Val, chevaliers, et Jehan Vrediel, k'il meichent leur saiauls à ces présentes

lettres avoec le notre en thiesmongnage de véritei. Et nous Aélis, jadis femme à noble homme

monsigneur Jehan d'Avesnes, Florens de Haynnau, Rasses, sires de Liedekierke, Ernous, sires de le

Hamaide, Fastrés de Ligne, Hues, sires de Ruesne, Mahius de Ie Val, chevalier, et Jehans

Vrediaus devantnommeit, a le prière et à le requeste dou dit signeur d'Audenarde et pour plus de

seurté des cozes deseuredittes, avons mis nos saiauls a ces présentes lettres avoec Ic sien, en

thesmongnage de véritei. Ce fu fait et donei en l'an de I'Incarnation Notre-Signeur MCCLXXX, le

juesdi après le Pentecouste » 577 .

575 De Vriendt, « Alsengemme, amulette, bijou, relique ».

576 Voir Devillers, Description analytique de cartulaires et de chartriers, accompagnée du texte de documents utiles à l’histoire du Hainaut,

39; De Vriendt, « Alsengemme, amulette, bijou, relique ».

577 Voir Cartulaires de Hainaut, 1er cart., n° 119, fol. 396.

171


Annexe VII. Héritage de la dame de Wezemale

« Trois bandes de parchemin d’inégale grandeur cousues ensemble, contenant un mémoire, à la

suite duquel un extrait de jugement rendu par le Comte de Hainaut, sur le différent qu’il y avoit

entre plusieurs personnes, au sujet des terres de Beuvrages et de Saint-Saulve lez Valenciennes, et

de la succession de la dame de Wezemale, par lequel il est dit que Bauduin d’Avesnes, oncle du

Comte, recevra à homme Messire Bauduin de Parfontaine, simmonet après 40 jours qu’il sera reçut

par le Comte de Hainaut comme Sire souverain. Présens à ce jugement comme hommes du Comte

de Hainaut : Messire de Roisin, Oste de Trazeignies, de Waudripont, Jean de Hennin, Robert de

Preus, Gilles de Kevi, Gérard de Poteles, Robert de Louveignies, Wis de Waregni, Hues de

Ruesne et le sénéchal de Hordaing, tous qualifiés de Messire : Gilles Grignars, Antoine Lemaire

de Mons, Baudars de Hanchin, Gobert de Nueville, Jean Hekes de Forest, Drienard de Biauraing,

Jean de Betegnies, Sanderasse de Forest, Gérard de Canteraine, Willaume de Parfontaines,

Sauderars Bales, Bauduin de Biaumont et Jean Vrediaus, bailli de Hainaut. 1281, le jour de saint

Matthieu, à Bavay (21 septembre, en françois) » 578 .

Annexe VIII. Relevée du fief de Flobecq

« Nous Jehans d'Avesnes, cuens de Haynnau, faisons savoir a tous ciaus ki ces présentes lettres

veiront et oront, ke nobles horn et mes cousins Jehans, dis sires d'Audenarde, est Venus pardevant

nous et devant nos hommes et a raportei en notre main, de se bone volenté et sans constrainte, tel

fiefk'il tenoit de nous a Flobierch, et tel fief k'il tenoit de nous ossi a Lessines, et en est déshyretés

bien eta loy, et par l'ensengnernent de nos hommes. Et, après cou, a se requeste, j'ai de ces dens

dis fief ahyreteit bien et a by Jehan, sen fit, signeur de Rosoy, et t'en ai rechiut a homme de cescun

fief par Iui. Et furent faites toutes ces cozes bien et a by par be jugement de mes hommes, c'est a

savoir monsigneur Rasson de Gavre, signeur de Liedekierke, sour cui Ii jugement fu tomes, et l'en

sivirent notre autre homme ki i furedt, c'est a savoir Fborens mes frères, Fastrés de Ligne, Hues

de Ruesne et Libiers de Biausart, chevaliers, et Willaumes de Pierfontaine, escuier, et pluseur autre.

En thies- mongnagede laquel coze, nous avons fait pendre notre saiel a ces présentes lettres ki

furent faites adont. Ce fu fait au Kaisnoit, pardevanj nous et lesdis nos hommes, en l'an de

I'Incarnation Notre-Signeur Jhésu-Crist MCCLXXXI, be diemence devant be fleste Toussains » 579 .

Annexe IX. Don de Marguerite de Constantinople

« 1307. Le jour de mi-may, en le Salle, au Caisnoy. – Lundi 15 mai. Guillaume, comte de Hainaut

et de Hollande, etc., déclare qu’il est à sa connaissance que, du temps de la comtesse Marguerite,

Marie, fille de feu Driwon de Pont-sur-Escaut, près de Valenciennes, rapporta et werpit aux mains

de ladite comtesse un fief d’une partie de ladite ville de Pont-sur-Escaut, estimé xii liv. de blancs

par an, ainsi que tous les droits qu’elle y avait, de telle manière qu’elle n’y retint rien au profit de

l’église St-Jean à Valenciennes, ce qu’elle pouvait faire bien et à loi. Depuis, la comtesse Marguerite,

quoiqu’elle ne pût le faire dans son état de veuvage, rendit à ladite église St-Jean cette partie ainsi

rapportée, et l’amortit de fait, sans le consentement de son fils Jean d’Avesnes ; ce à quoi Hues de

Ruesne le père, chevalier et Kelekine, sa femme, qui était sœur cadette de Marie, consentirent en

578 Voir de Saint-Génois de Grandbreucq, Monumens anciens essentiellement utiles a la France, aux provinces de Hainaut, Flandre,

Brabant, Namur, Artois, Liège, Hollande, Zélande, Frise, Cologne, et autres pays limitrophes de l’empire, 1:690.

579 Cartulaires de Hainaut, 1er cart., n° 11, fol. 400.

172


leur qualité d’héritiers, laissant à ladite église tout ce que Driwes avait tenu à Pont-sur-Escaut. Mais

ce qui avait été fait par la comtesse Marguerite n’étant pas selon la loi, la chose était revenue au

droit et à la propriété du comte de Hainaut ; par suite de quoi celui-ci déclare qu’il consent à

accorder et à confirmer à l’église St-Jean tous les acquets par elle faits dans la ville de Pont-sur-

Escaut, et les leur donne en bon héritage amorti, sans service de fief ni autre redevance, sauf le

sanc, le larron et la haute justice, ainsi que le treffons et toutes les autres choses de la ville devantdite.

En présence de Philippe, comtesse de Hainaut, sa mère, de Jean dit Saussés, seig r de Boussoy, de

Jean, abbet de l’église St-Jean, d’Adan dit Leleu, prévôt de ladite église, et de Jean de Pons,

bourgeois de Valenciennes » 580 .

Annexe X. Allégeance d’Englebiers de Froitmont au Comte de Hainaut

« Che sont li hommage de Dourlers et des appartenances […]. Item, Englebiers de Froitmont, pour le mairie de

Dourlers, qu’il accata à Henry de Ruesne, qui vaut environ dix-sept livres tournois par an » 581 . Certaines

sources mentionnent qu’il s’agissait du roi de Bohême et non du Comte de Hainaut. Quoi qu’il en

soit, ce roi, Jean de Bohême, qui était aussi roi de Pologne et Comte de Luxembourg, avait pour

suzerain son cousin le Comte Guillaume de Hainaut 582 . Le 4 mars 1321, le roi de Bohême avait

rendu hommage au Comte de Hainaut, puis il vendit Dourlers et d’autres terres avoisinantes à ce

même Comte le 30 avril 1334 583 .

Annexe XI. Histoire du Moulin à Poudre de Brest

« La voie que l'on dénomme depuis près d'un siècle et demi "rue du Moulin à Poudre" n'est, en fait,

que le tracé de l'ancienne vallée du ruisseau de Kérinou, où venaient se jeter ceux descendant de

Kérigonan, Kérédern, Prat-ar-Raty et Kéranfurust, terminant sa course dans une crique de la

Penfeld aujourd'hui comblée. A cette époque, trônait au milieu de la vallée, enjambant ce bras un

moulin : "Ar Milin Coz". Il sera acheté le 1 er mars 1669 par la Marine à la famille de Portsmoguer,

pour y transformer le charbon de bois entrant dans la composition de la poudre à canon. Mal

adapté à cette fabrication, du fait entre autres, du faible courant d’eau, il sera revendu à peine un

quart de siècle plus tard. Cependant, cette activité aura marqué le lieu de son empreinte. Le nom

de "Moulin à Poudre" sera donné aux quelques maisons formant ce hameau, ainsi qu’à l’anse dans

laquelle se jettent les eaux ayant activé le moulin.

Au XVIII ème siècle, le courant de l'eau n'étant pas suffisamment important, plusieurs retenues furent

édifiées et l'étang agrandi fut fermé par une large chaussée à écluse. C'est ainsi que le chemin reliant

le village de Lanrédec à celui de Traon Quizac fut appelé "rue de la Digue" ; ce nom était alors

justifié par la retenue qui fermait l'étang alimentant les moulins.

Dénommée rue de Lanrédec le 21 juin 1965 sur toute sa longueur, les édiles lui redonnèrent son

nom d'origine "rue de la Digue" sur la première portion côté Moulin à Poudre le 11 mai 1984,

580 Gachet, « Un cartulaire de Guillaume I, comte de Hainaut, de Hollande, etc », 71‐72.

581 Extrait non daté des cartulaires de Hainaut. Voir Devillers, Monuments pour servir à l’histoire des provinces de Namur, de

Hainaut et de Luxembourg, 3:352.

582 Demeunynck et Devaux, Annuaire statistique du département du Nord, 1836, 75.

583 de Saint-Génois de Grandbreucq, Monumens anciens essentiellement utiles a la France, aux provinces de Hainaut, Flandre,

Brabant, Namur, Artois, Liège, Hollande, Zélande, Frise, Cologne, et autres pays limitrophes de l’empire, 1:cccxcvii.

173


pérennisant dans ce secteur où toutes traces d'étangs ou de moulins ont aujourd'hui quasiment

disparu, la présence en ces lieux d'une activité meunière diverse autrefois très active.

Les rives de l’anse étaient alors bordées de quais. La Marine y stockait une partie de ses bois. Vers

1765, les hangars de la tonnellerie avaient été édifiés sur la rive nord de l’anse et quelques années

plus tard, sur l’autre rive, d'autres bâtiments pour le bois de construction. Le vieux moulin,

devenu moulin à malt, s’étoffa par la suite d’une brasserie dont la future porte de l’arsenal

pérennise aujourd’hui ce nom. Cette brasserie avait été ouverte en 1767 par la Marine. Avant

1800, la brasserie fut réaménagée comme pouliérie et le nouveau moulin qui l’actionnait encore

sera quant à lui, utilisé comme magasin.

En 1849, la Marine vendit à la ville les terrains qu’elle possédait, pour l’édification du futur quartier

de l’Harteloire et le déplacement de cette partie des fortifications. Sur la courtine, édifiée à cette

époque et qui fermait la trouée de Kérinou en raccrochant les nouvelles défenses de la ville aux

fortifications du Bouguen, fut aménagée dans une muraille, une porte avec pont-levis. La route du

Moulin à Poudre et la rue de Portsmoguer apparurent. Désormais un corps de garde et un octroi

délimiteront le passage de la ville à la campagne. Après 1875, l’anse de la tonnellerie sera en partie

comblée et disparaîtra complètement au début du 20 ème siècle. En 1910, la porte du Moulin à Poudre

sera démolie mais l’octroi, lui, restera en service jusqu’en 1944. Aujourd’hui, l’Arsenal est enfermé.

A la porte de la Brasserie qui y donne accès, ont été construits des bâtiments qui épousent à peu

de chose près, les contours de ce qui a été l’Anse du Moulin à Poudre, bras de la Penfeld. Sur le

carrefour des rues du Moulin à Poudre, de Portsmoguer et du Bouguen, existent encore aujourd’hui

les ruines du corps de garde qui mériteraient bien d’être mises en valeur au même titre que des

vestiges de fortifications toujours visibles en ces lieux » 584 .

Annexe XII. Lettre d’amour de Désiré Druenne à Hortense Carlier

Mademoiselle,

Vous direz peut-être que je prends beaucoup de liberté de vous adresser cette lettre, n’étant

pas sûr qu’elle sera acceptée.

Vous savez Hortense que depuis longtemps mon cœur palpite en pensant à votre personne,

malgré les disgrâces que je me suis accumulé à cause de vous.

Combien de fois le jour et la nuit je me suis dit : « Oh, si j’avais le bonheur d’être aimé d’une

personne qui me paraît si aimable, telle que vous, il me semble que mon cœur serait soulagé d’une

manière inexprimable.

Une chose que je voudrais c’est de me dire à la première occasion si vous avez un peu d’amour

pour moi, oui ou non, il ne vous en faut pas beaucoup, si vous en aviez seulement la dixième partie

de ma part j’en serais heureux.

Quand bien même ce serait non, mon amour resterait toujours attaché au même cœur que

depuis longtemps aspire l’ardent.

584 Cissé, « Moulin à poudre ou brasserie ? »; O’Reil, « L’"Île factice" à Brest, une réalisation de la Marine (1803-2008) ».

174


Vous direz peut-être qu’il y a des garçons fous d’écrire à une fille étant sûr de ne pas avoir

réponse.

Si toutefois cette lettre ne vous convenait pas, veuillez la brûler (?) et me le faire savoir soit

lors de mon retour soit dans huit ou quinze jours au plus tard.

Veuillez agréer mes sincères amitiés

Druenne Désiré sous-officier au 6 ème régiment de Ligne, au fort 7 à Anvers

Source : Archives familiales de l’auteur.

Annexe XIII. L'art des compositions florales est accessible à tous avec

Mary Druenne

L'art floral est un art qui n'a pas encore vraiment acquis ses lettres de noblesse. Et pourtant, les

amateurs de fleurs et de bouquets sont d'authentiques artistes, qui manipulent avec créativité des

fleurs, qui les marient à des supports classiques ou saugrenus en vue d'une composition esthétique.

Cet art subtil fait actuellement l'objet d'un cours, enseigné aux ateliers créatifs de Lillois par un

maître en la matière, Mary Druenne.

Mary Druenne ne sait plus vraiment comment a démarré sa passion pour les fleurs. Elle a toujours

été sensible aux bouquets qui font partie de son univers de femme. Rien d'étonnant dès lors qu'elle

se soit intéressée à cette association d'amateurs de fleurs, réunis sous le nom de « Belgium Flowers

Arrangement Society ». Les quelque deux mille membres de ce mouvement se retrouvent

régulièrement lors d'expositions, de travaux communs (décoration de la cathédrale Sainte-Waudru

à Mons l'été dernier, décoration de l'église du Sablon pour le mariage de la princesse Astrid...),

passent différents examens pour accéder à des grades qui leur permettent d'enseigner l'art des

fleurs... Bref, ils s'adonnent pleinement à leur hobby. Le respect des règles est primordial mais la

consigne principale est la créativité. C'est ainsi qu'ils se laissent imprégner et influencer par les

tendances du moment. Pour exemple, citons le style anglais, classique et touffu, lequel contraste

singulièrement avec les modernes créations italiennes qui privilégient la sobriété et le dépouillé. Le

style belge s'en rapproche d'ailleurs énormément. L'art floral en Europe n'est pas étranger à la

tradition des bouquets japonais : il s'en inspire tout en faisant abstraction de cet aspect statique et

traditionnel, propre aux Japonais.

Au départ, tous les bouquets étaient catalogués dans le genre classique, régis par des règles très

strictes : respecter un nombre impair de fleurs ; présence d'un point focal ; jamais deux fleurs à la

même hauteur... Le bouquet moderne n'attachait par contre pas d'importance à la quantité de fleurs.

Il variait à l'infini les supports (souches, coquillages, vannerie, fer à repasser...). C'est l'esthétique

qui doit primer, la technique étant seulement considérée comme un outil.

Les hommes aussi

Et cette créativité peut se manifester de multiples façons, comme l'explique Mary Druenne : Cette

semaine, j'ai eu une idée de génie en trébuchant sur un treillis de poule. Je l'ai convenablement

enroulé et j'y ai accroché des grappes de fruits, des entrelacs de fleurs. C'était superbe ! Chaque

année, avec mes élèves je crée une crèche. Il suffit parfois d'une souche en forme de bois de cerf

pour composer, fleurs et boules à l'appui, une ravissante crèche de Noël. Pour éviter les

175


traditionnels problèmes d'épines de sapin, je fabrique chaque année mon sapin : des sapins de

carton posés de biais qui sont décorés de masses de boules argentées. Une bougie gigantesque

traverse la composition de part en part tandis que des feuilles argentées jaillissent des pieds de ces

conifères. Vous savez, c'est tellement facile de s'exprimer avec des fleurs et cela touche toujours le

cœur des gens. Pour les cadeaux de fin d'année, je réalise notamment autour du goulot de la

bouteille de whisky une légère composition fleurie qui personnalise le cadeau.

Les cours d'art floral s'adressent aussi bien aux hommes qu'aux femmes : l'esthétique s'apprend,

l'harmonie des couleurs et des formes aussi. Mes élèves comprennent rapidement quel genre de

bouquet convient pour un buffet haut ou pour une table basse ; quelles couleurs associer à une

pièce foncée ou claire. Il y a une règle d'or à ne pas oublier : petite fleur, petit vase et petit bouquet !

Les ateliers créatifs de Lillois où se déroulent les cours d'art floral en sont déjà à leur septième année

d'enseignement. Certains amateurs particulièrement assidus se sont aujourd'hui spécialisés. C'est

pourquoi Mary Druenne donne à la fois des cours d'initiation et des cours de perfectionnement.

Elle-même se perfectionne chaque semaine auprès de spécialistes étrangers et belges.

L'exotisme a la cote

L'art floral est un hobby qui ne coûte pas les yeux de la tête. Les cours, divisés en trois semestres,

ont lieu tous les 15 jours. Il suffit d'y amener ses fleurs, son support, quelques accessoires tels que

de la mousse en brique et le tour est joué. Le premier cours débute avec une composition de trois

fleurs, puis l'on varie à l'infini avec des plantes sophistiquées que l'on se procure chez son fleuriste

ou au marché, avec des fleurs des champs ou de jardin que l'on cueille tout simplement. Ces cours

vont de pair avec une profonde solidarité au sein du groupe. Certaines personnes ramassent dans

leur jardin quantité de feuillages et d'herbes, qu'elles distribuent ensuite aux autres. Je pense

également que les fleurs ont un rôle social : bien des personnes motivées par leur composition

sortent de chez elles pour aller ramasser de la verdure ; c'est un but dans leur journée : elles se

sentent moins seules et sont moins enclines à la mélancolie. Quand on s'intéresse aux fleurs, on se

surprend à regarder la nature autrement, la moindre mousse ou le plus petit champignon attire le

regard et l'admiration. Finalement, on pense les fleurs du matin au soir, on cherche avant de dormir

la composition la plus esthétique, on s'amuse en faisant la vaisselle à imaginer des bouquets

audacieux... Les fleurs vous transforment la vie.

Comme tout art qui se respecte, les bouquets ont des noms évocateurs à souhait : le Médicis est un

bouquet triangulaire qui ne se conçoit que dans un vase Médicis. L'Hogarth (du nom d'un peintre)

à la forme d'un S, c'est un bouquet situé à la transition de l'ancien au moderne. La composition De

Vucht ne prévoit aucune ligne de biais : les fleurs doivent être dressées et seule la verdure peut être

placée horizontalement.

Ces noms sont souvent assortis de tendances voire de modes, dont il est difficile de déterminer les

origines : Beaucoup de personnes détestent les œillets en boutonnière car ils ont la réputation de

porter malheur ! Ils n'ont d'ailleurs plus la cote actuellement. Les fleurs exotiques sont par contre

de plus en plus appréciées ; elles s'accompagnent de feuillages étranges et décoratifs comme ces

fines herbes à ours. Il faut encore tenir compte de cette multitude de nouvelles fleurs crées par la

main de l'homme et qui n'ont pas fini de nous séduire !

176


Note : Les stages d'initiation débuteront le lundi 23 janvier à 19 h 30 et le jeudi 26 janvier à 10

heures. Les cours de perfectionnement seront donnés à partir du jeudi 26 janvier à 19 h 30. Pour

les inscriptions, s'adresser à Monique Rémy, 337, Grand-Route, à Lillois (Braine-l'Alleud). Tél. : 02-

384.41.61.

Des p'tits trucs...

L'art floral ? Une question d'esthétisme, bien sûr, mais aussi une quantité de p'tits trucs techniques,

qu'il faut absolument maîtriser pour ne pas abîmer les fleurs lors des manipulations, pour ne pas

voir flétrir les superbes montages le lendemain même de leur composition. Mary Druenne, pas

avare pour un sou de petits conseils utiles et pas compliqués, nous en dévoile quelques-uns.

Mais avant tout, elle insiste sur les précautions qu'il faut absolument prendre avec certaines fleurs :

Quand vous manipulez des bouquets, faites bien attention de ne pas frotter vos mains dans les

yeux, de ne pas sucer votre pouce... Les allergies ou empoisonnements vous guettent. N'oubliez

pas de vous laver consciencieusement les mains.

En ce qui concerne les fleurs proprement dites, il faut savoir que chacune d'elles a droit à son petit

traitement de faveur. Vous recevez des roses, l'une d'elles incline la tête, plongez-la rapidement

dans un fond de baignoire. Couchée de tout son long, elle reprendra vie. Pour les tulipes, agissez

autrement : commencez par couper l'extrémité blanche de la tige et serrez le bouquet dans un papier

journal, laissez-le ensuite reposer une nuit entière les pieds dans un seau d'eau. Si cette opération

vous semble trop longue, traversez d'une aiguille la tige de la tulipe juste en-dessous de la fleur. Le

Gerbera que l'on achète, la tige dressée par un fil de fer, ne supporte pas que l'on coupe ses

extrémités sauf si cette opération se fait sous le jet d'eau car la plante aspire alors une grande bouffée

d'eau !

Venons-en au lilas. Première chose : débarrassez-le de toutes ses feuilles, puis coupez la branche

de biais et martelez-la. Dans les champs, ce sont plutôt les pavots et les coquelicots que l'on croise.

Ces plantes sitôt cueillies, perdent toute leur sève et flétrissent immédiatement. Que faire ? La

cautérisation est la seule solution.

Les fleurs à sécher nécessitent un traitement spécial : fraîches, elles seront suspendues la tête en

bas dans un local obscur et sec. Et le tour est joué ! Mais ne vous aventurez pas à sécher un bouquet

de mariée. Ce dernier doit faire l'objet d'un traitement spécial et assez compliqué sous peine de

perdre tout son éclat et de tomber en miettes au bout de quelques années. Voilà donc quelques

petites idées. Si le sujet vous intéresse, il ne vous reste plus qu'à vous inscrire aux ateliers de

Lillois 585 ...

Annexe XIV. Liste des 32 colons fondateurs de Harlem

1. Michel Zyperus, Français ;

2. Jan La Montague, Jr., Français ;

3. Daniel Tourneur, Français ;

4. Jean Le Roy, Français ;

5. Pierre Cresson, Français ;

17. Jan Sneden, Hollandais ;

18. Michiel Janse Muyden, Hollandais ;

19. Lubbert Gerritsen, Hollandais ;

20. Meyndert Coertein, Hollandais ;

21. Aert Pietersen Buys, Hollandais ;

585 Burny, « L’art des compositions florales est accessible à tous avec Mary Druenne ».

177


6. Jaques Cresson, Français ;

7. Philippe Casier, Français ;

8. David Uzille, Français ;

9. Jacques Cousseau, Français ;

10. Philippe Presto, Français ;

11. Francois Le Sueur, Français ;

12. Simon De Ruine, Wallon ;

13. David Du Four, Wallon ;

14. Jean Gervoe, Wallon ;

15. Jan De Pre, Wallon ;

16. Dirck Claessen, Hollandais ;

22. Sigismundus Lucas, Hollandais ;

23. Jan Pietersen Slot, Danois ;

24. Nicolaes De Meyer, Danois ;

25. Jan Laurens Duyts, Danois ;

26. Jacob Elderts Brouwer, Danois ;

27. Nelis Matthyssen, Suédois ;

28. Monis Peterson Staeck, Suédois ;

29. Jan Cogu, Suédois ;

30. Adolph Meyer, Allemand ;

31. Adam Dericksen, Allemand ;

32. Hendrick Karstens, Allemand.

Annexe XV. Inventaire de Simon de Ruine, Flushing, 6 mai 1678

All idiosyncrasies and phonetic spellings have been kept intact in this transcription.

A house and barn and

orchard.

Eight acres of Upland

Halfe a share of Meadow

Foure Cowes

Two Oxen

One three yeare old Steere

One two year old heyfer

One yearling heyfer

One horse

Two mares

Fourteen shepe

Seven Lambs

Five growne swine

Six hogsheads of Tobacco

Two bushels of Indyan Corne

Three blankets

One Coate

One paire of breeches

One Iron pott

Five pewter porrengers

Two old chests

One chaire

Two payles

Five spoons

One Looking Glass

One paire of Tongs

A small parcel of woolen yarn

One pewter salt seller

One small Cupboard

One Churne [illegible]

One Plough Chaine

One Linne [illegible]

Three Gamons of Bacon

Three earthen Juggs

Five old Tubbs

One horse Plough

One Axe

Foure Hooes

One spade

Two wedges

One coulter & Cleves

Two pick Axes

One New hatt

One paire of shooes

One Frying Pan

Edward Griffin [unclear], Overseers: Elyas Doughty, Johnathan Wright

Source : Inventory of Simon de Ruine, Flushing, 1678. Court of Probates Inventories and Accounts,

1662-1822, record series J0301. Courtesy, New York State Archives, Albany, NY. In : Brincat,

Lauren Holly. 2014. ‘John Bowne’s Flushing: Material Life on a Dutch Frontier, 1645-1700’.

Master’s Thesis, Newark: University of Delaware. http://udspace.udel.edu/handle/19716/15867.

Pp. 153-154.

Annexe XVI. Le couvent des Clarisses de Cambrai à la Révolution

« Le Couvent des Clarisses Colettines de Cambrai comptait vingt-huit moniales, dont la plus âgée,

Sœur Marie-Madeleine Colmon avait 76 ans, et la plus jeune, Sœur Marie-Joseph Druesne, 25

178


ans, lorsque le 13 février 1790 l’Assemblée Nationale Constituante, à la suite de débats courts, mais

vifs et animés, vota le projet Treilhard qui portait suppression des vœux solennels ainsi que des

ordres et congrégations d’hommes et de femmes dans lesquels on prononçait des vœux de cette

nature. Ce décret permettait aux religieux et aux religieuses qu’il atteignait, de sortir de leur cloître,

s’ils le désiraient, après en avoir fait la demande expresse. Les religieux, qui voudraient continuer à

vivre en commun devraient se retirer dans des maisons que désigneraient des décrets subséquents.

Aux moniales soucieuses de conserver la vie commune, le législateur, plus bienveillant, accordait

autorisation de rester dans leur couvent. Il semble bien que les vingt-huit Clarisses de Cambrai

furent unanimes à vouloir garder la vie commune. Ni les Archives du Nord, ni les Archives

nationales ne mentionnent en tout cas l’intention qu’aurait pu manifester l’une ou l’autre d’entre

elles de rentrer dans le monde ; et ainsi les choses restèrent pour la communauté cambrésienne

après le décret Treilhard ce qu’elles étaient auparavant. Il fallut toutefois compter avec quelques

vexations passagères et surtout avec l’incertitude de lendemains gros de soucis. Ainsi arriva-t-on en

août 1792. Le 18 août, l’Assemblée Législative, reprenant, pour y mettre la dernière main, un projet

dont elle avait adopté le principe le 6 avril précédent, supprimait définitivement les Congrégations

et communautés religieuses encore existantes. Celles-ci auraient à évacuer leurs immeubles avant le

1er octobre. C’était très clair. Nos Clarisses devaient abandonner leur monastère et bien entendu il

leur était interdit d’aller le reconstituer dans un endroit quelconque du pays. Deux partis se

présentaient à elles : ou se retirer dans leur famille et y vivre de la pension, à la vérité assez modique,

qui leur serait servie par le Trésor public ; ou quitter le territoire français et essayer de reprendre à

l’étranger la vie commune. »

Source : Chartier, Maurice. « Une Clarisse du monastère de Cambrai pendant la Révolution : Sœur

Maxellande Cruscain ». Revue du Nord, vol. 28, nᵒ 110, 1946, p. 129.

Annexe XVII. L’abbaye du Val-Richer à la Révolution

« Le 6 mai 1790, le sieur Gabriel-Nicolas Boudard, fermier de l’abbaye et maire de Saint-Ouen le-

Pin, commune sur laquelle s’étendait le Val-Richer, accompagné d’officiers municipaux, vint

procéder à l’inventaire des effets du monastère. Il agissait en vertu des décrets de l’Assemblée

nationale qui avaient supprimé les maisons religieuses et confisqué leurs biens au profit de la

Nation. Les arrivants furent reçus par les six moines alors résidants : D. Jacques Châtelain, prieur,

D. André Druenne, sous-prieur, D. Martin Constantin, D. Jean Gérardin, D. Du Temple et D.

Du Barry. Ils visitèrent la bibliothèque et y trouvèrent, comme nous l’avons dit, « trois mille trois

cents quarante-huit volumes ». Ils se contentèrent de cet inventaire et repartirent. Le 3 décembre

suivant, c’était le tour des commissaires Nicolas Coudre-Lacoudrais et Nicolas Thibault-Lion,

membres du Directoire de Pont-l’Evêque, commis à cet effet par les Administrateurs du

département du Calvados. « Nous nous sommes transportés, écrivirent-ils, dans la bibliothèque,

dans laquelle nous avons trouvé par apperçu environ trois mille quatre cents volumes, dont les

collections nous ont paru en grande partie incomplettes. Et vû qu’il ne s’en est point trouvé de

catalogue, nous nous sommes dispensés d’en faire, à cause de la longue opération dans laquelle cela

nous aurait entraînés. Et tandis qu’un de nous est resté dans ladite bibliothèque, l’autre a descendu

dans les salles de bas, pour en faire retirer les tableaux et cartes dont les premiers sont au nombre

de vingt-sept et les autres au nombre de neuf, une glace à quadre doré d’environ deux pieds et demi

de haut sur deux pieds environ de largeur, et un miroir convexe, lesquels objets nous avons fait

porter dans ladite bibliothèque sur la porte de laquelle, après l’avoir fermée, nous avons apposé le

179


scellé au cachet imprimé sur le présent procès verbal, lequel cachet nous servira pendant le cours

de notre opération. Et nous nous sommes saisis de ladite clef ».

Source : Voir Arch. Calvados, Q, Le Val-Richer, citées dans le Bulletin de la société des antiquaires

de Normandie, réf. inconnue. Disponible sur Gallica.

Annexe XVIII. Texte de littérature amateur sur Mathilde de Ruesne

En 2009, un texte de littérature amateur concernant une certaine Mathilde de Ruesne et se

déroulant à la moitié du 15 ème siècle (1457) fut publié sur un forum de littérature amateur sur

internet.

Après de longs voyages au travers des royaumes, après bien des rencontres amicales, des corps à corps

amoureux, des escapades au gré du vent, Mathilde de Ruesne arrivait, pour la troisième fois de sa vie, en

Provence.

Son œil aguerri appréciait la douce chaleur du paysage, alliée à une rugosité qui l’enchantait. Sa dernière

amourette s’était terminée à Milan, d’où elle partit précipitamment, chargée d’une fortune : les bijoux dont

le vieil homme l’avait comblée pour lui extirper son consentement à un mariage. Une moue de dégoût s’afficha

sur son visage. Elle se marier ? Jamais, ô grand jamais. Elle appréciait bien trop sa liberté de mouvement.

Elle n’avait d’ailleurs, à son âge, plus guère de prétendants autres que vieillissants et auxquels elle se sentait

peu encline à s’offrir.

Elle mit pied à terre d’un saut vif et attacha son vaillant Gorgotha, d’un alezan tirant vers l’or, sortit de

ses fontes un sac de velours noir brodé de chimères et y prit un miroir dont le manche délicatement ciselé

dénotait d’un goût certain pour les jolies choses… chères.

Elle s’y mira, critique, détaillant farouchement chaque marque de la vie pour s’en imprégner, l’avaler et la

mêler aux restes de sa jeunesse. Quarante-deux années s’étaient inscrites ici, discrètes mais bien présentes.

Son temps était terminé. Poser les bagages et s’installer. Terminer sa vie par une autre vie.

Une renaissance en quelque sorte.

Source : RPartage, « Brindilles... ».

Annexe XIX. Rapport sur l’affaire de Druenne, Jules César

Procès-verbal d’interrogatoire de Jules César Druenne (12 sept. 1871)

20 e conseil de guerre permanent de la 1 ère division militaire séant à Versailles

L’an mil huit cent soixante-onze, le 12 septembre à 1 heure 15 du soir, devant nous, Boudèle, substitut du

Rapporteur près le 3 e Conseil de guerre de la 1 ère division militaire, assisté du sieur Astier Joseph, Greffier dudit

Conseil, en la salle du greffe, sise à bord du Breslair, avons fait extraire de la batterie à l’effet de l’interroger, le

nommé Druenne Jules César.

En conséquence, nous avons fait amener devant nous ledit Druenne Jules, que nous avons interrogé ainsi qu’il suit :

interpellé de déclarer ses noms, prénoms, âge, lieu de naissance, état, profession et domicile, a répondu se nommer

Druenne Jules César, âgé de 42 ans, né à Nouvion (Aisne), charretier, dernier domicile rue de la Quintinie 5.

180


D. A quel bataillon étiez-vous ?

R. Au 156 e bataillon 2 e compagnie de marche, simple garde, parce que je n’avais pas d’ouvrage.

D. Quel service avez-vous fait ?

R. Dans l’île de Grenelle 11 jours, un mois au Trocadéro, et ensuite au fort de Bicêtre et au moulin

Saquet, nous sommes revenus dans Paris le jeudi 25 dans la nuit, nous sommes allés sur le Cours

de Vincennes où j’ai tiré quelques coups de fusil le vendredi dans la journée ; nous avons été

repoussés du côté de Belleville.

D. Où avez-vous été arrêté ?

R. A Belleville, contre la porte de Romainville, le dimanche 28 vers 8 heures du matin, j’étais en

tenue, j’avais abandonné mon fusil la veille.

D. Vous n’avez jamais subi de condamnations ?

R. J’ai subi un mois de prison pour vol d’une couverture pendant le siège de Paris.

Lecture faite à l’accusé du présent procès-verbal d’interrogatoire, il a déclaré ses réponses fidèlement transcrites, qu’elles

contenaient la vérité, qu’il y persistait, l’a signé avec nous et le commis-greffier.

Boudèle – Astier – Druenne

A 42 ans était d’une compagnie de marche – a pris une part active à l’insurrection (Bicètre – moulin Saquet –

barricades dans Paris) – avoue avoir tiré – a subi une condamnation pour vol. Retenir pour supplément d’instruction.

Boudèle

Procès-verbal d’interrogatoire de Jules César Druenne (19 janv. 1872)

20 e conseil de guerre permanent de la 1 ère division militaire séant à Versailles

L’an mil huit cent soixante-douze, le dix-neuf janvier à 9 heures du matin, devant nous, Bosler, substitut du

Rapporteur près le 20 e Conseil de guerre de la 1 ère division militaire, assisté du sieur Ratier, commis Greffier dudit

Conseil, en la salle du greffe, sise à Versailles, avons fait extraire de la prison de Lanterne à l’effet de l’interroger, le

nommé Druenne, Jules César, prévenu de participation à l’insurrection parisienne.

En conséquence, nous avons fait amener devant nous le dit Druenne que nous avons interrogé ainsi qu’il suit :

Interpellé de déclarer ses noms, prénoms, âge, lieu de naissance, état, profession et domicile, a

répondu se nommer Druenne, Jules César, âgé de 42, né le 25 juin 1829, à Nouvion, arrondissement

de Vervins (Aisne), charretier, demeurant à Paris, rue de la Quintinie n°5 (quartier de Vaugirard,

15 e arrondissement).

D. Dites-nous depuis quelle époque vous faites partie de la garde nationale, dans quel

corps et en quelle qualité vous y avez servi ?

R. Je suis entré dans la garde nationale lorsque les travaux de fortification ont été terminés, au mois

de janvier. J’ai été incorporé en qualité de simple garde dans la 2 e compagnie de marche du 156 e

bataillon. Je n’ai jamais eu de grade et ai toujours été simple garde. On m’a donné, en arrivant au

bataillon, un fusil à tabatière, un pantalon, une vareuse, une capote, un képi, une paire de souliers,

181


une paire de guêtres et les objets de campement. Tous ces effets ou armes m’ont été délivrés

pendant l’armistice, c’est-à-dire pendant le siège des Prussiens ; je n’en ai pas reçu sous la

Commune.

D. Dites-nous pour quel motif vous avez continué à faire partie de la garde nationale,

lorsque le 18 mars l’insurrection s’est déclarée ?

R. J’ai continué à faire partie de la garde nationale parce que je n’avais aucune ressource, qu’il n’y

avait pas de travail et que la solde seule pouvait me permettre de vivre.

D. Dites-nous en suivant l’ordre des dates tout ce que vous avez fait depuis le 18 mars

jusqu’au jour de votre arrestation ?

R. Le premier service que nous ayons fait à partir du 18 mars, c’est dans l’île de Grenelle où nous

sommes restés 11 jours ; à la suite de quoi nous sommes rentrés chez nous, où nous avons eu 2

jours de repos. Puis on nous a fait partir pour l’Ecole militaire, où nous n’avons passé qu’une nuit,

puis nous l’avons quittée pour aller au Trocadéro où nous sommes restés 3 ou 4 semaines. Du

Trocadéro nous avons été au Moulin-Saquet où nous sommes restés environ 4 semaines et que

nous avons évacué le 24 mai au soir pour aller coucher à la porte du fort d’Ivry et rentrer le 25 mai

dans Paris par la porte d’Ivry. Nous sommes allés immédiatement à la mairie du 12 e arrondissement

à Bercy, que nous avons quitté le soir même pour aller à la Barrière du Trône et à l’avenue de

Vincennes où nous avons passé la nuit. Nous avons quitté cet endroit vers trois heures de l’aprèsmidi

et nous sommes allés au boulevard de Puebla près de la nouvelle mairie en construction où

nous avons passé la nuit. Le lendemain matin, 27 mai, on nous a fait lever et on nous a envoyés le

long des fortifications, entre la porte de Bagnolet et la porte de Romainville, par laquelle est sortie

la plus grande partie de notre bataillon. Pour nous qui étions égarés et qui avions perdu le bataillon,

nous sommes restés là entre les 2 portes, où nous avons passé toute la journée dans les postescasernes

où nous avons mangé avec des soldats du génie de la Commune. Puis, le soir, nous

sommes allés dans une maison de la rue de Belleville où nous avons passé la nuit, et le lendemain

matin vers 8 heures nous voulûmes sortir par la porte de Romainville, mais cette porte étant fermée

et, la troupe arrivant, nous fûmes pris, sans que nous fissions la moindre résistance.

D. Dites-nous l’uniforme que vous portiez lors de votre arrestation et les armes et les

cartouches que vous possédiez en ce moment ?

R. Je portais l’uniforme du 156 e bataillon. Quant à mes armes et à mes cartouches, je les avais

abandonnées la veille au soir sur un tas d’armes à la porte de Romainville.

D. Dites-nous si pendant tout le temps que vous y avez été il y a eu beaucoup d’hommes

tués et blessés dans votre compagnie ?

R. La compagnie n’a eu à combattre qu’en une seule circonstance ; c’est sur le Cours de Vincennes ;

il y a eu là un homme tué et pas un seul blessé. C’est la seule fois où j’ai tiré des coups de fusil,

environ une vingtaine, j’ajouterai que l’homme qui fut tué le fut par une balle au front et qu’elle

arriva sans qu’on sût qui l’avait tirée, attendu qu’on ne voyait personne. Pour nous, nous tirions

dans les volets des maisons qui étaient en face.

182


D. Dites-nous quelles sont les condamnations antérieures que vous avez subies ?

R. J’ai été condamné à un mois de prison à l’époque où pendant le siège par les Prussiens, je

travaillais aux fortifications, pour vol d’une couverture.

D. N’avez-vous pas été condamné à 15 jours de prison pour mendicité ?

R. Je n’ai jamais été condamné pour mendicité, attendu que j’ai toujours travaillé.

D. N’avez-vous pas été condamné pour délit de chasse et outrage à la pudeur ?

R. Je n’ai jamais été condamné pour ces motifs-là ; en un mot, je n’ai jamais eu d’autre

condamnation que celle à un mois que je viens de dire.

D. Êtes-vous marié ?

R. Non, je suis célibataire.

D. Pour quel motif n’avez-vous pas préféré sortir de Paris, puisque votre âge de 42 ans le

permettait, au lieu de servir dans les troupes de la Commune ?

R. Je ne pouvais pas sortir de Paris, attendu que je ne connaissais personne, et de plus j’étais depuis

14 ans chez mon patron, c’est ce qui a fait que j’ai préféré rester à Paris.

D. Comment se fait-il qu’en raison de vos 42 ans vous vous soyez mis dans une compagnie

de marche ?

R. A l’époque où je me suis enrôlé la compagnie de marche était déjà formée et comme on ne

recevait plus personne dans la sédentaire, j’ai été forcé d’entrer dans une compagnie de marche.

Cela se passait pendant le siège par les Prussiens, et sous la Commune, je suis resté dans ma

compagnie.

D. Depuis quand faites-vous partie de l’Internationale ?

R. Je ne sais même pas ce que c’est que l’Internationale.

D. Dites-nous quelles sont les diverses sociétés dont vous faites partie ?

R. Je n’ai jamais fait partie d’aucune société ni d’aucun club, et je n’ai jamais été dans aucune

réunion.

D. Vous ne compreniez donc pas que vous commettiez une faute très grave en combattant

contre le gouvernement et contre l’armée ?

R. Ce que je puis dire à cela, c’est que n’ayant jamais eu d’opinion politique, je n’avais jamais eu

l’intention de me battre, et si je l’ai fait c’est parce qu’on nous y contraignait en nous mettant le

revolver sur le front. Et si j’avais eu de l’ouvrage, bien certainement je ne serais pas resté dans la

garde nationale.

Lecture faite au prévenu du présent interrogatoire, il a déclaré ses réponses fidèlement transcrites, y a persisté et a

signé avec nous et le commis greffier.

Ratiez – Druenne – Bosler

183


Et aussitôt après, en exécution de l’article 101 du code de justice militaire, nous avons donné au prévenu Druenne

lecture des procès verbaux de l’information ; après quoi nous avons clos le présent par notre signature, celles du prévenu

et du commis greffier.

Ratiez – Druenne – Bosler

Rapport sur l’affaire de Druenne, Jules César, domicilié, lors de son arrestation, rue de la

Quintinie n°5 à Paris, laquelle a fait l’objet de l’ordre d’informer donné par M. le Général

commandant de la première division militaire, le huit janvier 1872.

Druenne est accusé d’avoir pris part à l’insurrection parisienne comme garde au 156 e bataillon

fédéré.

Il a été arrêté, le vingt-huit mai, vers huit heures du matin, alors que, sans l’uniforme du 156 e

bataillon et sans armes, il cherchait à s’enfuir par la porte de Romainville.

Druenne prétend que, dénué de ressources, il s’est vu dans l’obligation de conserver la solde de la

garde nationale sous la Commune et que, s’il faisait partie d’une compagnie de marche, c’est parce

que lors de son enrôlement, au mois de janvier, on ne recevait plus personne dans les compagnies

de sédentaires.

Depuis le dix-huit mars, il a passé, avec son bataillon, onze jours dans l’île de Grenelle, quatre

semaines au Trocadéro et environ autant de temps au moulin Saquet. Ils ont quitté cette position

dans la soirée du 24 mai, ont passé la nuit du 24 au 25 mai près de la porte du fort d’Ivry et sont

rentrés le 25 mai, au matin, dans Paris. Envoyés d’abord à la mairie du XXI e arrondissement, à

Bercy, ils ont été dirigés sur la place du Trône et le Cours de Vincennes où ils ont séjourné jusqu’au

26 mai, vers trois heures de l’après-midi et où il y a eu un engagement, dans lequel la compagnie de

Druenne a perdu un homme tué et où Druenne lui-même a tiré environ une vingtaine de coups de

fusil. Après ce combat, le 156 e bataillon a été dirigé sur le boulevard de Puebla, où il a passé la nuit

près de la nouvelle mairie, et, le lendemain, 27 mai, il s’est enfui de Paris en passant par la porte de

Romainville. Druenne dit, qu’ainsi que deux de ses camarades, il s’est trouvé égaré et isolé de son

bataillon et qu’il a passé toute la journée du 27 mai dans les postes-casernes qui se trouvent entre

la porte de Romainville et la porte de Bagnolet ; que, le soir, il a déposé ses armes et munitions

contre l’une des portes et qu’il est allé se coucher dans l’une des maisons du voisinage. Il ajoute que

le lendemain matin, 28 mai, il essayait de sortir de Paris, lorsque, les troupes de ligne se présentant,

il a été fait prisonnier alors qu’il n’avait plus d’armes et sans qu’il eût opposé la moindre résistance.

Selon lui, sa compagnie n’aurait combattu qu’en une seule circonstance, sur le Cours de Vincennes,

où il avoue qu’il a brûlé une vingtaine de cartouches.

Druenne a subi pendant le siège par les Prussiens une condamnation à un mois de prison pour vol

et comme sa participation active à l’insurrection parisienne est suffisamment démontrée par ce fait,

qu’ayant quarante-deux ans, il n’en a pas moins continué à servir, sous la Commune, dans la

Compagnie de marche et par l’aveu qu’il fait lui-même, de la part qu’il a prise au combat du Cours

de Vincennes, nous pensons qu’il y a lieu de le renvoyer devant un Conseil de guerre sous

l’accusation d’avoir porté, dans un mouvement insurrectionnel, un uniforme militaire et des armes

apparentes et d’avoir fait usage de ces armes, crimes prévus et punis par l’article 5 de la loi du 24

mai 1834.

184


Versailles, le vingt-un janvier 1872.

Le rapporteur substitut,

Bosler.

Annexe XX. D’Abel à Zulmée : les 535 prénoms des Druesne

Parmi les 2052 Druesne répertoriés au 22 décembre 2019, 535 prénoms peuvent être comptés. Les voici, c