LA GAZETTE DE NICOLE 023

nicoleesterolle

23e GAZETTE !

ZEU

OF

Nicole

N

U

M

É

R

O

2

3

ARISTIDE CAILLAUD ÉRIC DOUÉ JULIA WILLIAMSON

KLAUDIA KARASEK MÉLANIE BOURGET STANISLAV PLUTENKO

SHENNA SHEPPARD THIERRY FALIGOT JEAN-FRANOIS VEILLARD

WILLIAM BAKA MARK SUNSHINE MR MOUSSE


Du bon goût de

l’insipide

POUR NE RATER

AUCUN NUMÉRO

DE LA GAZETTE DE NICOLE

SUIVEZ-NOUS EN VOUS ABONNANT LÀ

https://www.yumpu.com/fr/la_gazette_d


La sincérité, la pureté de cœur, la nécessité

intérieure, la poésie, surtout quand ces vertus

sont associèes à un savoir-faire, sont parfaitement

insupportables pour les tenants du « bon goût »

de classe, pour les défenseurs de la bien-pensance

et de la bien-parlance artistique, pour tous les

gens distingués et cultivés qui constituent l’élite

« sachante » et initiée aux subtilités mentales

du minimalisme, du conceptualisme, voire de

l’immatérialité et de l’insipidité totale en art.

Alors oui, les artistes présentés ici sont radicalement

du côté de la sincérité, de la nécessité de cœur,

de l’inventivité… n’en déplaise à l’insipidophilie

institutionnalisée.

e_nicole_esterolle

Nicole

Estérolle

Et puis je vous suggère d’aller faire un tour sur mon site

www.schtroumpf-emergent.com



Plasticien super sous-doué

Enseignant les arts qu’on dit « plastiques »

à Troyes, il est néanmoins le père

des fameux P’tikons, foule d’argileux

homoncules invasifs dont chacun porte un

message à destination de l’humanité et de

sa survie.

« Lorsque j'étais étudiant à Reims, j'avais

mis sur la tête d'une grande sculpture

de mon professeur d'arts plastiques une

sorte de grosse boulette en terre. Quand

il s'en est aperçu, il a hurlé : « Quel est

le petit con qui a fait ça ?» et c’est de ce

courroux professoral que sont nés les

irrévérencieux, mais oh combien gentils et

poétiques P’tikons.»

Eric

Doué













Un superhumanisme caractérisé

Quoique de papier mâché, les

personnages de Julia Williamson

relèvent du superhumanisme le

plus caractérisé, cette philosophie

artistique dont mon ami Nicholas

Traedwell est l’aimable prophète

depuis plus de trente ans, du temps

où il avait son Treadwell Art Mill à

Bradford en Angleterre…

C’est pour cela que je lui ai

recommandé Julia, elle a tout suite

été intégrée par Nicholas en sa

galerie qu’il a aujourd’hui à Vienne

en Autriche.

Julia

Williamson












Aristide Ca


Un peu de gaîté et

d’humanité dans l’oflag

Né en 1902 dans les Deux-Sèvres, fils d’un modeste

paysan, rien ne le destinait à l’art, même si à

l’adolescence, il maniait un peu ses pinceaux. Artiste

étonnant et inclassable, il fut souvent apparenté

aux Naïfs, et participa à l’exposition « Art brut » de

Dubuffet, en 1949. Lors de la débâcle de 1940, Caillaud

fut capturé par l’armée allemande et emprisonné dans

un oflag (camp de prisonniers pour officiers pendant

la Seconde Guerre Mondiale). Il commença alors

réellement à pratiquer, la peinture : elle était le moyen

idéal de faire rentrer un peu de gaieté et d’humanité

dans le camp.

Aristide Caillaud est un de ces peintres du merveilleux

auxquels se sont intéressés, à travers textes et films,

des amis à lui comme Jean-Marie Drot, Max-Pol

Fouché, Jacques lacarrière, écrivains et critiques d’art

comme il y en a très peu aujourd’hui.

illaud









Un pur enchantement

Nous faut-il donc aller jusqu’en en

Pologne pour trouver un magicosurréalisme

aussi merveilleux ? Un

syncrétisme onirique, où s’entrelacent

la mythologie, les légendes et les

contes de fées…

Une communion rêvée avec la faune

et la flore de nos forêts imaginaires,

profondes et mystérieuses…

Klaudia

Karasek











Du plaisir pur

L’âme humaine y transpire au travers

des craquelures de l’émail.

L’être humain à l’épreuve de la cuisson

Raku et à celle de la vérité sensuelle.

Du plaisir pur.

Mélanie

Bourget













Au charme aussi désuet que

fracassant du post-réalisme

socialiste

On peut lire au sujet de ce flamboyant peintre

figuratif comme on n’en fait pas chez nous :

« Peintre russe, classé comme l’un des mille

meilleurs artistes par The International

encyclopedia of fantastic & surrealistic &

symbolist & visionary artists » (c’est dire !),

né à Moscou en 1961, Stanislav PLUTENKO

étudie d’abord à l’université d’économie

nationale. Lors de son service militaire, il

est nommé peintre. Il se lance alors dans

le design publicitaire de 1985 à 1990. Puis,

il rejoint l’Unesco au sein de « guild of

graphic artists », association professionnelle

regroupant des artistes de tous supports

ayant pour but commun le partage de leurs

expériences et l’amélioration de leurs

capacités créatives.

Stanislav

PLUTENKO















J’aime le concept

de réutilisation

« Ayant grandi dans la Californie

progressiste, le recyclage était ancré en moi

dès mon plus jeune âge. J’aime le concept

de réutilisation, (comme de vieilles boîtes, la

récupération de métal, de cartes postales,

de salières et de poivrières, de figurines, de

brosses de coiffure, de carafes d'alcool, de

bijoux, de dentelle, de porcelaine, de cristal,

de babioles, d'anciennes clés, de pièces de

lampe, etc.) pour faire des œuvres d'art que

quelqu'un pourra chérir pour les années

à venir. Je redonne ainsi vie à quelque

chose de vieux… J'étais particulièrement

heureuse d'avoir l'honneur de concevoir

et de décorer la vitrine de Noël 2016 pour

l'American Folk Art Museum à New-York! »

Shenna

Shepard









Les tropiques

sous cloches

Thierry Faligot arrive sans crier gare

dans la tribu des post-artbrutistes néosinguliers,

avec une luxuriance barocoexplosive

comme on n’en avait jamais vue

dans l’art du papier collé, plié, découpé…

Mais cette floraison tropicale est fragile

sous nos latitudes, alors il faut parfois

mettre le micro-climat sous cloche.

Thierry Faligot










Jean-Françoi


La plasticité de la vie

« Les personnages de Jean-François

Veillard sont joyeux. Affublés de signes

distinctifs propres, ils nous saluent du

haut de leur tendre férocité. Proche

de l'humain, l’œuvre de Jean-François

Veillard exalte la plasticité de la vie » nous

dit Ileana Cornea… Cette série de visagescollages

le confirme de façon flamboyante.

s Veillard









Je prends des mesures au quotidien

« Je m'éloigne de cette société remplie des

gens dépouillés d'humanité et avançant,

comme aveuglés par un sortilège, vers le

néant, dans le vide de l'absurde.

Je me dois de bouger les lignes afin de

grandir, de m'élever à la taille du bon sens.

Je prends des mesures au quotidien, en

prenant mes distances d'avec la masse, pour

mieux observer le cours des choses.

Dans le sous-bassement de la terre, la

fertilité réside encore, il faut y arriver par

des mesures et des règles de la nature. »

William

Bakaimo










R I G O L E , P I C O L E , B R

J'ai récemment rencontré, dans un bistrot sympa, un

matuvu, pseudo galeriste, autoproclamé expert en art, qui me faisait une réflection

gratuite : « C'est pas terrible les trucs de la gazette de Nicole ». Jugement sans appel

d'un type qui utilise l'art comme moyen de se faire mousser, en « présentant » des

gens dont la notoriété est déjà acquise et qui sont réputés sulfureux, ce qui lui permet

de rouler des mécaniques en faisant le fier-à-bras. Ce dont personne ne se rend compte,

c'est que ce genre de type, et il y en a pléthore, cautionne un élitisme snobinard qui

ne sert qu'à ceux qui profitent de l'art marchand, et renforce les crétins patentés qui

glorifient l'art contemporain institutionnel et ses thuriféraires. Car finalement, le micro

milieu d'institutionnels décideurs de l'A-C, fonctionnaires du ministère, directeurs de

structures et autres lêches bottes des miliardaires qui se la jouent touchés par la grâce

de l'art élitisto-marchand , n'existerait pas sans la grosse masse assujettie des gens

légèrement cultivés, souvent professions intellectuelles supérieures, enseignants, etc,

se prétendant éco-concernés et à la page, qui se ruent en troupeau visiter les foire d'A-C

pour en bavasser avec leurs amis et voir ainsi sur leurs épaules se poser la poudre du

vernis culturel qui les sort de la plèbe. MON CUL! Ils se font empapaouter par une

poudre aux yeux qui ne sert que les riches et les puissants, ils me foutent la gerbe !

VIVE LA RÉVOLUTION

PERMACULTURISTURITURELLE GLOBALE !

PEACE !

Jean-Jacques Tachdjian


I C O L E E T N I C O L E ! ! !

S

O

Y

O

N

S

C

LAIRS

La Nicole de cuivre oxydée, jolie, mais on ne la nettoie pas car c'est le vert de gris qui fait la beauté en art

contemporain (Collection du CNAP)



A NORMAL

ARTIST

Mark Sunshine est un artiste NORMAL, c'est à dire

que sa vie EST son art qui est recherche permanente

et ce, tous azymuths.

Bien sûr il excelle dans des disciplines multiples,

dessinateur, peintre, chanteur d'un groupe rock,

musicien electro, performer, cartooniste, novelliste

et bien d'autres choses, mais plutôt que simplement

les pratiquer, il les prend délicatement à bras le

corps pour y déposer sa patte et en extraire une

quintessence de poésie toute personnelle, fruit de tout

ce que le monde à pu lui donner de créativité par

simple don de soi.

Mark est en perpétuelle recherche, et c'est là que

résident son chemin et son art, il est tout ce que

devrait être un artiste digne de ce nom : un être

humain, tout simplement, en construction de luimême

dans toute la merveilleuse aventure qu'est la

vie et la création.

Il est le fruit de ses influences riches multiples, dont

il partage les acquis dans le travail qu'il vous donne,

comme un jalon, en bel humain.

Jetez un œil à son dernier livre, dans cette petite

video, hand and home made :

https://youtu.be/2uAgg2sEh6Y

MARK

SUNSHINE















le dessin pûr et

frais des cîmes

Stanislas Mousse a grandi près de l'estuaire de la

Loire et il vit aujourd'hui dans les alpes, au milieu

des montagnes. Il partage mon temps entre le dessin

l'hiver et la vie de berger l'été. Il aime remplir des

feuilles, plus ou moins grandes, de petits bonhommes

qui se massacrent allègrement en général.

Tout récemment les excellentes éditions Tripode ont

publié un petit pavé d'une longue histoire dessinée

épostouflante inttulée « Longue vie », je vous le

recommande avec enthousiasme ! c'est une tuerie !

Mr MOUSSE
















DIRECTEMENT DANS

VOTRE BOÎTE AUX LETTRES!

WOW! COOL!

LA CLASSE

NESTOR !

TOUS LES DEUX MOIS UN JOURNAL 30X40

AVEC UNE SÉLECTION DE BELLES IMAGES.

PARTICIPEZ POUR 5 EUROS MENSUELS SUR

http://patreon.com/jeanjacquestachdjian

DÉMARRE UNE COLLECTION, DANS 300 ANS TU FERAS FORTUNE SUR EBAY

More magazines by this user
Similar magazines