13.01.2020 Views

Psychologie Positive N°29

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

JANVIER-

FÉVRIER 2020

N°29

Cahier

Faire la paix

avec ses

insomnies

MARIE DRUCKER

“Chez moi,

la vie déborde ” Au secours !

Ma fille est une

GUÉRIR DE

INFLUENCEUSE

SA FAMILLE

Les bienfaits de la

psychogénéalogie

HYPERSENSIBLE

AU TRAVAIL ?

5 conseils

Plus que

ET MOI ?

ET MOI ?

Faire face au

sentiment

d'exclusion

© Charlotte Schousboe pour France Télévisions

parfait(e)

SE LIBÉRER DU REGARD DES AUTRES


111 34

SOMMAIRE

Janvier

Février 2020

20 EH, CHAUFFARD !

Qu’il est facile, même pour les plus pacifiques

d’entre nous, de sortir de nos gonds lorsque nous

conduisons ! Pourquoi ne sommes-nous plus les

mêmes au volant ?

24 QUE PENSE-T-ON DE MOI ?

Les psychologues s’intéressent à une nouvelle

forme de perfectionnisme : le perfectionnisme

social, ou le sentiment de devoir être

irréprochable aux yeux des autres.

Quitte à oublier nos propres aspirations.

32 DANS MON RÊVE, JE SUIS NUE

… et personne ne s’en aperçoit. L’expert Tobie

Nathan analyse le rêve récurrent d’une lectrice.

34 MARIE DRUCKER

La journaliste se penche sur ses émotions et

dessine, au fil de la discussion, une personnalité

enthousiaste, déterminée et amoureuse de la vie.

42 APPARTENIR AU GROUPE

Au travail, aux soirées ou au club de sport : partout

nous courons le risque de nous sentir exclus du

groupe. Un sentiment désagréable mais universel.

58 VIVRE AVEC UNE LÉSION CÉRÉBRALE

Après son accident, Mayke pensait pouvoir

reprendre sa vie d’avant. Mais elle se surprend à agir

bizarrement. Elle se découvre aussi plus sensible aux

stimuli et souffre de migraines. Elle raconte son

chemin vers l’acceptation, libératrice.

66 HYPERSENSIBLES AU TRAVAIL

Plus perméables que les autres à l’environnement

extérieur, les personnes hypersensibles ont besoin

de travailler dans un espace calme et serein.

4 PSYCHOLOGIE POSITIVE


19 42

Abonnezvous

! p. 74 et 103

79 ADOS EN COUPLE

« Au bout de deux rendez-vous,

j’ai osé l’embrasser », « je

pourrais passer toute ma vie

avec lui »... Ils n’ont pas 20 ans

et ils sont amoureux. Portraits.

88 LE DEUIL CHEZ

UN ENFANT

Souvent, les enfants qui ont

perdu un proche font leur deuil

plusieurs fois, au fur et à mesure

qu’ils grandissent. Comment

pouvons-nous les aider ?

92 TRANSMISSION

FAMILIALE

Nous vivons avec les “missions”

que nous ont confiées

inconsciemment nos parents.

La psychologue Michèle

Bromet-Camou, spécialiste des

relations entre les générations,

répond à nos questions.

98 MOINS DE RIDES ?

MOINS D’ÉMOTIONS

Parce qu’ils ne peuvent pas

exprimer leurs émotions, ceux

qui ont recours au botox les

ressentent moins. Et ont aussi

davantage de difficultés à les

identifier… chez les autres.

104 MA FILLE EST UNE

INFLUENCEUSE

Depuis que son ado a découvert

Instagram, notre journaliste est

devenue assistante déléguée à

la photographie. Entre la colère

et le désir de passer du temps

avec elle, comment retisser

le lien ?

Faire la paix

avec ses

insomnies

Cahier d’activités

06 ÉDITO

10 À LA LOUPE

12 L’ESSENTIEL

19 CINÉMA

Je voudrais que quelqu’un

m’attende quelque part,

d’Arnaud Viard

23 FLORENCE

SERVAN-SCHREIBER

Viens, on va discuter

41 JEANNE SIAUD-FACCHIN

Mary Poppins et moi

51 ANNE CAZAUBON

En chantier

53 LIRE

64 SÉANCE PSY

La psychologue Béatrice

Copper-Royer répond

à vos questions

73 ILONA BONIWELL

Ô temps ! Suspends ton vol

76 À L’ESSAI

La méthode Vittoz

130 BD

Hérickson le hérisson

Couverture // © Charlotte Schousboe pour France Télévisions

PSYCHOLOGIE POSITIVE 5


N’EST PAS ASSEZ BIEN

Une forme relativement inconnue de perfectionnisme est en plein essor :

le désir d’être parfait aux yeux des autres. Nourris aux deadlines, aux WhatsApp

groupés et à la conviction que nous devons participer à tout, nous exigeons de nous

l’impossible. Et nous négligeons nos propres besoins.

24 PSYCHOLOGIE POSITIVE


PERFECTIONNISME

PSYCHOLOGIE POSITIVE 25


34 PSYCHOLOGIE POSITIVE


10 QUESTIONS

10 ÉMOTIONS

Marie

Drucker

La grammaire des émotions est

universelle. Selon le psychologue

Paul Ekman, un petit nombre

d’entre elles peuvent rendre

compte de l’expérience d’un être

humain, quelle que soit

sa culture.

Marie Drucker se penche sur

les siennes et dessine, au fil de

la discussion, une personnalité

enthousiaste, déterminée

et amoureuse de la vie.

Propos recueillis par Sophie Behr et Iris Cazaubon

Photos : © Charlotte Schousboe pour France Télévisions

PSYCHOLOGIE POSITIVE 35


42 PSYCHOLOGIE POSITIVE


RELATIONS

En fais-je

partie

Au travail, dans les fêtes ou au club de sport : partout

où les gens forment des groupes, vous courez le risque

d’être exclu. Un sentiment désagréable, mais pas

insurmontable. Voici quelques conseils de psychologues

pour affronter ces situations.

PSYCHOLOGIE POSITIVE 43


58 PSYCHOLOGIE POSITIVE


TÉMOIGNAGE

Depuis l’accident,

je sais que je suis

très forte.

Mayke se rendait un matin à la gare à vélo lorsque quelqu’un

a ouvert brutalement une portière devant elle. Tout a alors

basculé pour la jeune et ambitieuse étudiante.

«

Le 2 février 2012, j’avais

23 ans, je vivais avec

Dan, mon petit ami,

dans un nouvel appartement

et je travaillais dur pour obtenir

mon doctorat. Cette journée avait

commencé autrement que d’habitude,

car j’avais pris tout mon temps pour

mon petit déjeuner. Dan était en congé

et j’étais partie un peu plus tard

parce que nous étions vraiment bien

tous les deux. C’est tout ce dont je me

souviens.

Je ne me rappelle plus avoir

enfourché mon vélo. J’ai sans doute

pédalé à toute vitesse pour ne pas

rater mon train. Je ne me souviens

pas non plus du moment où un automobiliste

a ouvert sa portière sans

regarder et où j’ai fait un vol plané, la

tête la première, sur l’asphalte. Je me

suis réveillée une semaine plus tard

aux soins intensifs. Dan était assis

à côté de mon lit. Il m’a raconté que

j’avais eu un grave accident, et que

j’avais une fracture du crâne et des

lésions irréversibles au cerveau.

À ce moment-là, je ne me suis pas

rendu compte de la gravité de ma

situation. J’ai tout de suite voulu

tourner la page et j’ai décidé que

j’allais me rétablir coûte que coûte.

Ce n’est que six mois plus tard,

quand j’ai entendu la chanson

Sweet Goodbyes à la radio, que

j’ai réalisé que ma vie telle que

je la connaissais était révolue.

HALLUCINATIONS

Les premiers jours à l’hôpital, un

terrible mal de tête me martelait

le crâne. Chaque stimulus était de

trop. C’était comme si un bulldozer

me roulait sur la tête. Je n’ai jamais

souffert de migraines, mais je pense

que ça y ressemblait. J’étais aussi très

confuse, mais j’essayais de tenir bon.

Je faisais par exemple semblant de

pouvoir lire les cartes de bon rétablissement

que je recevais, mais je ne

comprenais rien à ce qu’il y avait écrit

dessus. Et j’avais des hallucinations.

PSYCHOLOGIE POSITIVE 59


HYPERSENSIBLE

AU TRAVAIL

Beaucoup d’entre nous passent une grande partie de leur vie au beau milieu d’un

environnement agité : il y a ceux qui parlent sans cesse, ceux qui hurlent au téléphone,

ceux qui toussent, jacassent ou ronchonnent. C’est ainsi que les hypersensibles

– et ils ne sont pas les seuls – se trouvent surstimulés, ce qui peut parfois les mener

jusqu’au burn-out. Comment créer alors un environnement de travail plus calme ?

66 PSYCHOLOGIE POSITIVE


TRAVAIL

Le stress et l’épuisement mental dus au travail

sont de plus en plus fréquents. En France, un

salarié sur trois a déjà fait un burn-out.

Les personnes ayant une sensibilité exacerbée

aux stimuli sont particulièrement concernées. Il y a

quelques années, Elke van Hoof, psychologue et

chercheuse à l’université libre de Bruxelles, a conclu

sur la base d’une étude à grande échelle que les

hypersensibles courent davantage le risque d’être

stressés, d’avoir des problèmes de concentration et de

faire preuve d’une émotivité excessive au travail.

Quand on sait que les hypersensibles perçoivent

davantage de stimuli et traitent l’information plus en

profondeur, il n’y a rien d’étrange à ce que ces

problèmes liés au stress les conduisent plus facilement

au burn-out, ainsi que le constate la psychologue

dans son cabinet. Il est en effet difficile de s’épanouir

dans les entreprises modernes aux bureaux

décloisonnés, bondés et bruyants, et de faire face à

leurs exigences en matière de rapidité et de flexibilité.

Les hypersensibles sont souvent plus attentifs aux

détails et plus minutieux dans leur travail, sentent ce

dont les clients et les collègues ont besoin et

parviennent bien à évaluer les risques. Mais ils sont

aussi plus rapidement surstimulés par le bruit, la

lumière, les odeurs, l’ambiance et les émotions (les

leurs ou celles des autres). Et cette exacerbation des

sens les rend plus vite stressés et fatigués. Le fait

qu’un hypersensible s’épanouisse ou non à son travail

dépend en grande partie de son environnement.

Les scientifiques appellent cela la “susceptibilité

différentielle” : l’hypersensibilité marche dans les

deux sens. Lorsque les circonstances sont mauvaises,

les hypersensibles courent davantage le risque d’être

stressés, anxieux et dépressifs, mais lorsqu’elles sont

bonnes, ils se sentent mieux et obtiennent de

meilleurs résultats que les autres. Ils sont les premiers

à “tomber” dans un environnement difficile, mais

peuvent mieux exploiter le potentiel des changements

positifs au travail, d’un bon entretien avec le

supérieur ou un collègue, ou d’un bureau calme.

PSYCHOLOGIE POSITIVE 67


RELATIONS

Les couples d’adolescents : ils se trouvent

les plus gentils et les plus beaux, sont pleins

d’attentions l’un envers l’autre… Lors de leur

première relation amoureuse, ils vivent

des expériences qu’ils n’oublieront jamais.

Texte : Rianne van der Molen // Photos : Maarten Kools

PSYCHOLOGIE POSITIVE 79


80 PSYCHOLOGIE POSITIVE


88 PSYCHOLOGIE POSITIVE


DEUIL

Parfois, les enfants semblent ne pas avoir

de chagrin lorsque quelqu’un de leur e ntourage décède.

Pourtant, à l’intérieur d’eux-mêmes, il y a un grand

remue-ménage. Comment pouvons-nous les aider ?

« J’avais 4 ans quand ma mère

est morte du cancer, raconte

Ellen Dreezens (39 ans). Ce fut un

véritable choc pour tout le monde,

m’a-t-on dit. Je ne m’en souviens pas

du tout, j’étais trop jeune.

Ce dont je me souviens, c’est que

mon petit frère et moi allions

souvent loger chez notre grand-mère

ou notre tante, pour décharger mon

père. Nous nous rendions également

souvent chez une voisine qui allait

à la piscine tous les dimanches avec

nous pour que mon père puisse faire

la grasse matinée. J’aimais bien y

aller, mais je me rappelle aussi que

la maison me manquait. Quand

mon père n’était pas là, je pleurais

jusqu’à ce que je m’endorme.

J’avais peur que lui aussi ne

revienne plus. » Beaucoup plus tard

dans sa vie, dans le cadre de son

travail, Ellen a étudié de façon plus

approfondie le deuil chez les enfants.

Elle est devenue psychologue et

professeure à l’université de Tilburg,

et s’est spécialisée, en tant que coach,

dans le deuil et la perte. « Perdre

un parent lorsque l’on est très

jeune peut bouleverser notre vie,

explique-t-elle. Le fait que le parent

qui reste doive lui aussi faire son

deuil rend le processus d’acceptation

encore plus compliqué. Certains

enfants ne parviennent pas à

exprimer leur propre chagrin et

diffèrent le processus de deuil. Ils

se mettent en colère et deviennent

rétifs, ou justement encore plus

gentils. Je me rappelle que j’étais

devenue la confidente de mon père.

Je voulais tellement pouvoir l’aider.

Parfois, de ce fait, je m’oubliais. »

REFAIRE SON DEUIL

À l’université d’Utrecht,

l’orthopédagogue et

psychothérapeute Mariken Spuij fait

des recherches sur la perte chez les

enfants. « Ils éprouvent la même

douleur et les mêmes émotions que

les adultes, explique-t-elle, mais il

y a aussi des différences. Souvent,

chez les enfants, le deuil va de pair

avec la peur. Surtout quand il s’agit

d’un parent, parce qu’alors l’enfant

perd quelqu’un qui veillait sur

lui et lui offrait la sécurité. Mais

lorsqu’une personne de l’entourage

meurt soudainement, cela peut

PSYCHOLOGIE POSITIVE 89


MICHELE BROMET-CAMOU

Notre histoire,

c’est l’histoire

des missions qu’on

nous a données.

« Sois gentil. Sois parfait. Ne sois surtout pas comme ta grandmère.

Répare la honte du grand-père. Console tes parents de ne

pas avoir eu de garçon… » Même si notre entourage familial

ne formule jamais clairement ses attentes (dont il n’a souvent

pas conscience !), nous recevons le message cinq sur cinq.

La psychogénéalogie s’intéresse à ces transmissions

inconscientes entre les générations. Dans son cabinet,

la psychologue Michèle Bromet-Camou reçoit de nombreux

patients qui se débattent avec une histoire… qui n’est pas la leur.

Propos recueillis par Tifaine Cicéron

92 PSYCHOLOGIE POSITIVE


PAROLES D’EXPERT

n’est pas moi qui ai décidé... Cela trouve son origine

dans d’autres histoires. La plupart des personnes qui

viennent me voir en consultation sont animées par l’idée

qu’elles n’arrivent pas à faire ce qu’elles veulent : « Je

veux quitter mon mari et je n’y arrive pas. » Il faut alors

aller à la découverte de ce qui a été déposé dans notre

“sac à dos” imaginaire.

Q u’est-ce que la psychogénéalogie ?

Le mot “psychogénéalogie” comporte

l’association de deux termes.

“Généalogie”, parce que c’est une

étude relativement objective de notre

histoire de famille. Et “psycho”,

parce que dans la généalogie, il n’y

a pas seulement des transmissions

objectives (par exemple, je suis

boulanger parce que mon père l’était

et que j’ai senti la bonne odeur du

pain durant mon enfance). Il y a

aussi des transmissions inconscientes.

La psychogénéalogie, c’est l’étude

des transmissions psychiques

inconscientes issues de nos histoires.

« C’est plus fort que moi ! »

Q u’y a-t-il derrière cette expression que

vous entendez si souvent en consultation ?

Mon livre aurait pu s’appeler

comme ça. Cette phrase indique

que de nombreux éléments de notre

passé nous sont transmis à notre

insu. Elle dit : « J’ai fait ce que j’ai

pu en tant qu’être humain, mais je

suis habité par des choses que je ne

reconnais pas. » Par exemple, je viens

de frapper mon enfant et j’en suis

horrifié. C’est plus “fort” que moi,

dans le sens : ce n’est pas à moi. Ce

Pour la psychogénéalogie, tout enfant

naît avec une “mission”, des attentes

inconscientes de son entourage.

Oui. Notre histoire, c’est finalement

l’histoire des missions qu’on nous a

données. Dans mon livre , je parle de la

petite Lily-Rose, qui a un gentil prénom,

parce qu’il faut qu’elle soit gentille.

Elle va peut-être être ce que “l’on”

attend qu’elle soit et ne pas s’opposer

– ce n’est pas terrible, d’ailleurs, de ne

pas s’opposer – puis transmettre ce

besoin de gentillesse à ses enfants.

Ou bien elle s’opposera en grandissant...

ce qui signe d’une autre manière la

dépendance au modèle. Si je fais l’envers

de ce qu’on m’a demandé de faire, c’est que ce modèle

est encore extrêmement prégnant pour moi. Je ne suis

pas libérée du tout ! Or nous avons tous, forcément,

une histoire. Même lorsqu’il s’agit d’une histoire de

ruptures. Je crois qu’il serait dangereux d’ailleurs de ne

pas en avoir. Car l’identité personnelle se fonde aussi

sur ce que l’on attend de nous. C’est parce qu’on attend

de moi – même si je ne le sais pas consciemment –

que je sois un enfant conforme, que je vais créer mon

identité. Ensuite, tout le travail de l’être humain sera :

qu’est-ce que je garde ? qu’est-ce que je jette ?

Un enfant cherche-t-il toujours, finalement, à faire plaisir

à ses parents ?

Oui, sinon il serait en manque de sécurité. S’il ne peut

pas faire plaisir, il risque de se retrouver dans une

PSYCHOLOGIE POSITIVE 93


MOINS DE RIDES, MOINS D’ÉMOTIONS

Fini les pattes-d’oie, ride du

lion et autres plis sur le front :

les femmes, en particulier, ont

de plus en plus souvent

recours au botox. Mais saviezvous

que ce produit ne fait pas

que lisser les rides ? Il nivelle

également la vie émotionnelle

et le plaisir sexuel.

98 PSYCHOLOGIE POSITIVE


ÉMOTIONS

PSYCHOLOGIE POSITIVE 99


104 PSYCHOLOGIE POSITIVE


Au secours,

ma fille est une

influenceuse !

Tout parent d’adolescent sait pertinemment qu’un jeune de 13 ans peut avoir

des exigences effroyables, par exemple lorsqu’il s’agit d’alimenter son feed

Instagram. Comment communiquer sans violence avec votre enfant lorsque vous

bouillez intérieurement ? Notre journaliste est partie à la recherche de réponses.

C

’est

avec du vague à l’âme

que je regarde passer

dans la rue des familles

avec des filles de 9 ou

10 ans. Des fillettes avec des lunettes,

des dents un peu trop longues et un

enthousiasme sans borne. Des

fillettes à qui tout plaît et qui vous

accompagnent partout. Moi aussi,

j’avais une fille comme elles. Jusqu’à

ce qu’elle ait 13 ans, se rende au

collège… et découvre Instagram.

À présent, elle a de longs cheveux

brillants, un téléphone de couleur

“or rose”, les joues couvertes de

blush et elle est souvent en colère.

Surtout lorsque nous ne faisons pas

ce qu’elle veut. Et ses exigences sont

énormes. Elle veut un nouveau

téléphone, partir en vacances à Bali

– parce que c’est là que tout le

monde va – et faire sans cesse des

photos pour son “feed”.

Peut-être dois-je fournir quelques

explications à tous les lecteurs de

plus de 29 ans. Un feed est une

collection de photos Instagram, qui

doivent s’harmoniser entre elles par

les couleurs, les filtres et les thèmes.

En ce qui concerne ma fille, et

beaucoup de jeunes de son âge, son

thème est sa petite personne, et elle

prend la pose avec une expression

quelque peu arrogante, dans des

vêtements cool et dans des endroits

cool. De préférence à côté d’un

palmier – c’est pour ça qu’elle veut

aller à Bali. Et nous, les parents, nous

devons prendre ces photos. Pas une

seule, mais – sans exagérer – au

moins deux cents. Dans chaque

endroit.

Et c’est là tout le problème : à ses

yeux, les photos ne sont jamais assez

bonnes. Son regard, sa pose, ses

cheveux, la lumière, le cadrage,

l’environnement : tout doit être

parfait. À un moment donné, nous

nous impatientons : « C’est la

PSYCHOLOGIE POSITIVE 105


Offrez ou offrez-vous…

PSYCHOLOGIE

POSITIVE

Cinq bonnes raisons

de vous abonner :

* Vous bénéfi ciez de tarifs

très préférentiels.

* Vous recevez votre magazine

en avant-première.

* Vous choisissez le type de paiement

qui vous convient.

* Le service Abonnés est à votre écoute

par téléphone, mail ou par courrier.

* Les frais de port sont gratuits

en France métropolitaine.

Retrouvez toutes les offres sur

www.shop.oracom.fr

Titre d’abonnement à

1 Je choisis

PSYCHOLOGIE POSITIVE Découverte (1)

6 mois - 3 n os

13 €

2 Je règle par

Carte bancaire

Validité

au lieu de 17,85 €

27 % de réduction

Cryptogramme

Chèque à l’ordre de Psychologie Positive

Je souhaite recevoir une facture acquittée.

• L’abonnement débutera avec Psychologie Positive n°30, parution le 26 février 2020, si le bulletin est renvoyé

avant le 11 février 2020.

• J’accepte de recevoir des informations relatives à mon magazine par mail ou par téléphone. Oui Non

• J’accepte de recevoir des informations des partenaires de mon magazine. Oui Non

(1) Ces offres sont ouvertes à l’Europe, Suisse et Dom, le reste du monde et les TOM : consultez les tarifs sur

shop.oracom.fr

Conformément à la Loi Informatique et Liberté du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès à toutes vos données

personnelles. En envoyant ce bulletin d’abonnement, vous confirmez avoir pris connaissance de nos CGV et notre

Politique de Protection des Données personnelles, consultables dans les rubriques dédiées de notre site shop.oracom.fr

à renvoyer avec mon règlement à :

CRM ART - Psychologie Positive - Service Abonnements - CS 15245 - 31152 Fenouillet cedex - France

PSYCHOLOGIE POSITIVE Essentiel (1) :

1 an - 6 n os au prix de 26 € au lieu

de 35,70 €, soit 27 % de réduction.

PSYCHOLOGIE POSITIVE Fidélité (1) :

2 ans - 12 n os au prix de 48 € au lieu

de 71,40 €, soit 33 % de réduction.

Date et signature (obligatoires)

À

Le

3 J’inscris mes coordonnées (en capitales) Mme M.

Nom :

Prénom :

Adresse :

Code postal :

Pays :

Pour le suivi de mon abonnement, je complète (en capitales) :

Mon mail * :

Mon *

téléphone :

Nom :

Prénom :

Adresse :

Code postal :

Pays :

Pour le suivi de son abonnement, je complète (en capitales) :

Son mail * :

Son *

téléphone :

Ville :

Ville :

Ma date

de naissance :

4 J’offre cet abonnement à (en capitales) Mme M.

* Informations obligatoires

Sa date

de naissance :

PSY27D

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!