Schule in Deutschland verstehen (französische Sprachfassung)

kwbev

Im Buch »Schule in Deutschland verstehen. Grundwissen für Eltern« geht es um zwei Themen, die alle Familien mit Kindern früher oder später betreffen: Schule und Berufswahl. Diese Fragen kommen den meisten Eltern bekannt vor: Wie kann ich mein Kind vor Beginn der Schule und während der Schulzeit unterstützen? Welche Rolle spielen wir als Eltern bei der Berufswahl unseres Kindes? Welche Rechte und Pflichten haben wir als Eltern? Was passiert nach der Schule? 100 kurze und verständliche Texte enthalten Antworten auf diese und viele andere Fragen. Dieses Buch zeigt viele Möglichkeiten auf, wie Eltern mit der Schule zusammenarbeiten können. Es ist einfach zu lesen und enthält 20 kurze Kapitel. Jedes Kapitel enthält 5 wichtige Informationen zu einem Thema. Außerdem gibt es konkrete Tipps und zusätzliche Informationsquellen. Das Buch kann bei Elternveranstaltungen, Elternabenden an Schulen sowie in der außerschulischen Elternbildung eingesetzt werden.

Beratung Qualifizierung Migration

Comprendre l’école en

Allemagne

Connaissances fondamentales

pour les parents

Disponible en version

numérique !

Alexei Medvedev avec la collaboration d’Elisabeth Wazinski

Les projets sont financés par le Fonds Social Européen FSE et par la ville libre et hanséatique de Hambourg.

Die Projekte werden aus dem Europäischen Sozialfonds ESF und von der Freien und Hansestadt Hamburg finanziert.


… 2 …


Préambule

Chers parents !

Le KWB e. V., le centre de coordination pour la formation et l’emploi (association déclarée),

conseille depuis plusieurs années les parents, qui sont principalement issus de l’immigration, sur

des sujets et des questions diverses liées à l’école. Cela a commencé dans le cadre des projets

FSE pour Hambourg, « Eltern vor Ort » (Parents sur place) et « BQM Beratung Qualifizierung

Migration » (conseil, qualification, migration). Ces expériences ont donné l’idée de publier un

ouvrage facile à comprendre sur le système scolaire allemand qui est bien compliqué.

Cette idée a également trouvé des adeptes en dehors de Hambourg. C’est ainsi que « Eltern

vor Ort » a remporté le prix spécial « Sprachförderung » (Développement des compétences

linguistiques) de la fondation Kutscheit, ce prix faisant partie du Hidder Mover Award de la

fondation Deloitte. L’argent remporté grâce au prix nous a permis de réaliser la première

édition de « Comprendre l’école en Allemagne ». Dans le cadre du projet « Schulmentoren

– Hand in Hand für starke Schulen » (Conseillers pédagogiques scolaires – Main dans la main

pour des écoles fortes), un projet lancé le 1er avril 2014, réalisé par le KWB en coopération

avec les Behörde für Schule und Berufsbildung (autorités compétentes pour l’école et la

formation professionnelle), des versions en arabe, persan, russe et turc ont été publiées.

Toutes les publications sont aussi disponibles gratuitement en format numérique, sur le site

www.kwb.de.

Vous avez aujourd’hui, dans les mains, la première édition traduite en français.

De quoi est-il question dans cet ouvrage ?

Vous vous êtes sans doute déjà posé les questions suivantes…

Comment aider mon enfant avant et pendant sa scolarité ?

Quel est mon rôle dans le choix professionnel de mon enfant ?

Quels sont mes droits et mes obligations dans les questions d’ordre scolaire ?

Que se passe-t-il après l’école ?

Ce sont souvent des choses toutes simples qui permettent à votre enfant de réussir à

l’école et de trouver un emploi par la suite : par exemple, contrôler régulièrement ses devoirs,

assister aux réunions de parents d’élèves, organiser un soutien scolaire. Cet ouvrage vous

montre qu’il existe de nombreuses possibilités de collaborer avec l’école, en tant que parents.

Cet ouvrage est simple à lire. Il se compose de 20 chapitres courts. Chaque chapitre comporte

5 informations importantes sur un thème. Vous trouverez aussi des conseils pratiques.

À la fin de chaque chapitre figurent aussi d’autres sources d’information recommandées.

Nous vous souhaitons une bonne lecture !

Alexei Medvedev avec la collaboration d’Elisabeth Wazinski

Hambourg, juillet 2019

… 3 …


À propos de l’auteure/de l’auteur

Alexei Medvedev

Alexei Medvedev (docteur en littérature) travaille depuis 2007 comme

intervenant auprès de KWB e. V. ; il est spécialisé dans le travail interculturel

avec les parents pour le passage de l’école à la vie professionnelle. Il pilote

différents projets en matière de coopération interculturelle avec les parents

et d’évolution scolaire. Il est l’auteur de plusieurs publications et est

intervenu dans différentes conférences nationales et internationales sur les

thèmes de l’intégration, de l’éducation et de la famille. Alexei Medvedev a

étudié la philologie allemande ainsi que la gestion touristique et éducative à

Perm, Münster et Zagreb. Il a obtenu son doctorat avec une thèse en

études littéraires à l’université de N. Nowgorod (Russie).

Elisabeth Wazinski

Depuis 2008, Elisabeth Wazinski est intervenante auprès de KWB e. V. ; elle

est spécialisée dans les procédures interculturelles de recrutement, dans le

travail interculturel avec les parents, dans les forma tions interculturelles ainsi

que dans la médiation pour la formation de jeunes issus de l’immigration.

Aussi, elle travaille depuis 2007 en tant que thérapeute et coach : son

expertise couvre non seulement l’activité de conseil auprès des jeunes, mais

aussi la supervision et le conseil de personnes impliquées dans le domaine

de l’éducation. Elisabeth Wazinski est diplômée en ethnologie (M.A).

… 4 …


Table des matières

Préambule ............................................................3

À propos de l’auteure/de l’auteur .........................................4

1 La scolarité obligatoire, ce que cela signifie :

TOUS les enfants doivent aller à l’école en Allemagne. ..................6

2 TOUS les parents peuvent aider leur enfant avant

qu’il entre à l’école et pendant sa scolarité. ..............................10

3 Trouver une bonne école n’est pas suffisant.

L’éducation des enfants est aussi l’affaire des parents. ..................14

4 Même les experts ont souvent du mal à expliquer notre système scolaire. . 18

5 Les enfants avec ou sans handicap peuvent apprendre ensemble. ........22

6 Toute langue que parle votre enfant est un bien précieux ! ..............26

7 Se taire ou se fâcher, voici comment trouver le juste équilibre :

vous pouvez dialoguer avec les enseignants de votre enfant de

cette manière. ....................................................30

8 Les parents peuvent faire plus que vendre des gâteaux ! ................34

9 Les parents ont beaucoup de droits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

10 Les parents ont aussi des obligations. .................................42

11 Les bulletins et notes scolaires sont comme un feu tricolore :

leurs signaux sont à prendre au sérieux. ...............................46

12 À l’école, tout ne dépend pas uniquement des notes. ..................50

13 Formation en alternance, études universitaires ou études en alternance ?

Il n’y a pas de mauvais choix ! Laissez votre enfant choisir. ...............54

14 Made in Germany : le monde entier envie notre système de

formation en alternance (duale Ausbildung). ..........................58

15 Mon enfant fera des études ! ........................................62

16 Après l’école, il y a plus d’options que certains parents ne le pensent. .....66

17 Chaque enfant a ses points forts et ses points faibles. ..................70

18 Les parents sont tout simplement irremplaçables en ce monde.

Aussi lorsqu’il s’agit de choisir un métier. ...............................74

19 TOUS les parents peuvent aider leur enfant à préparer sa candidature. ...78

20 Aujourd’hui, la procédure de candidature se déroule presque

comme une audition ! ..............................................82

Mentions légales ......................................................87

… 5 …


La scolarité obligatoire, ce que cela

signifie : TOUS les enfants doivent aller

à l’école en Allemagne.

1.1

En Allemagne, l’école est obligatoire ;

dans d’autres pays, l’instruction est obligatoire.

Beaucoup de pays adoptent l’instruction obligatoire, appelée aussi

enseignement obligatoire (Bildungspflicht). Ce que cela signifie : tous les

enfants doivent suivre une instruction (enseignement). C’est la famille qui

décide du lieu où l’enseignement est assuré, à savoir à la maison ou à l’école.

C’est par exemple le cas en Autriche. La plupart des familles choisissent

l’école.

En Allemagne, la scolarité est obligatoire. Tout enfant doit donc aller à

l’école. La scolarité obligatoire dure 12 ou 13 ans, selon le Land.

Beaucoup d’enfants s’arrêtent après la 9e ou la 10e année

d’enseignement, après avoir obtenu leur diplôme. Ces enfants,

aussi, ont l’obligation de continuer à aller à l’école. Dans le

cadre de leur formation professionnelle, ils vont à l’école

professionnelle. Les autres élèves font leur Abitur (l’équivalent

du baccalauréat, en France) ou leur Fachabitur (l’équivalent du

baccalauréat professionnel, en France) après 12 ou 13 années.

En Allemagne, l’apprentissage à la maison (Haus unterricht),

aussi appelé instruction à domicile ou homeschooling, n’est

autorisé que dans de rares cas, par exemple lorsque des enfants

doivent rester à la maison pour cause de handicap ou de maladie

(enseignement pour personnes malades).

… 6 …


1.2

En Allemagne, avant l’entrée à l’école, tous les enfants

doivent passer une visite médicale.

Avant l’entrée à l’école, 2 entretiens importants ont lieu avec vous et votre

enfant : une évaluation des compétences linguistiques (Sprachstandserhebung)

et une visite médicale (Schuleingangsuntersuchung), aussi nommée

visite médicale d’entrée à l’école (Einschulungsuntersuchung). Vous recevrez

l’invitation à ces deux rendez-vous importants par courrier.

Évaluation des compétences linguistiques

La réussite scolaire de votre enfant dépend beaucoup de son niveau en

langue allemande. C’est pourquoi un contrôle de ses connaissances est

nécessaire. On appelle cela l’évaluation des compétences linguistiques

(Sprachstandserhebung). Elle a lieu dans presque tous les Länder (Bundesländer),

1 à 2 ans avant la scolarisation. Si votre enfant a besoin de soutien

en allemand, il bénéficiera de mesures visant à encourager le développement

des compétences linguistiques (Sprachfördermaßnahmen), soit à la

crèche (Kita, Kindertagesstätte), soit à la maternelle (Vorschule).

Visite médicale/visite médicale d’entrée à l’école

(Schuleingangsuntersuchung/Einschulungsuntersuchung)

Un(e) pédiatre (médecin pour enfants) examine votre enfant juste avant sa

scolarisation. Cet examen est réalisé par le service de la santé publique, par

l’école ou par la maternelle appropriée, en fonction du Land (Bundesland).

Cet examen permet de déterminer si l’enfant se développe normalement

pour son âge et s’il est prêt à entrer à l’école. Vous devez être présent lors

du rendez-vous afin que le/la pédiatre puisse vous poser des questions et

parler directement avec vous des résultats de l’examen.

Si votre enfant a besoin d’un soutien spécialisé (Förderung, Fördermöglichkeiten)

dans un domaine précis, le/la pédiatre vous renseignera sur les différents

soutiens possibles.

1.3

Pour résumer :

votre enfant est scolarisé dès l’âge de 6 ans.

En Allemagne, la scolarité est obligatoire pour tous les enfants, indépendamment

de leur passeport ou de leur titre de séjour. Pour simplifier,

on retiendra la chose suivante : mon enfant aura 6 ans avant la rentrée et

devra être scolarisé cette année.

… 7 …


Il y a aussi des cas particuliers. Pour ces cas précis, c’est à la famille de

décider : l’enfant entre à l’école une année plus tôt (à l’âge de 5 ans) ou une

année plus tard (à l’âge de 7 ans). Ces cas particuliers sont liés à la date de

naissance de l’enfant et à son niveau d’évolution.

1.4

Il y aura toujours une école primaire (Grundschule)

à proximité de chez vous qui accueillera votre enfant.

En Allemagne, aucun enfant ne peut être privé d’école. C’est pourquoi la

rentrée est organisée de manière à ce que toutes les familles (ayant des

enfants en âge d’aller à l’école) soient contactées. Votre rue est du ressort

d’une école primaire (Grundschule) située à proximité de chez vous.

C’est cette école qui accueillera votre enfant.

Parfois, il arrive que l’école ne plaise pas, pour une raison ou

pour une autre. Vous pouvez alors chercher une autre école

pour votre enfant. Mais parfois, cela peut être compliqué.

Une autre école ne pourra accueillir votre enfant que si elle

dispose d’une place de libre.

1.5

En Allemagne, l’éducation scolaire est gratuite.

Mais il y a des exceptions.

Il y a les écoles publiques (d’État) et les écoles libres (comme les écoles

Waldorf – aussi appelées écoles Steiner –, les écoles Montessori, les écoles

religieuses et les écoles privées).

Les écoles publiques sont gratuites. Habituellement, l’école met beaucoup

de matériel à disposition pour les cours, tels les manuels scolaires. Mais vous

devez aussi acheter vous-même du matériel pour votre enfant (par exemple

quelques livres, des cahiers, des chemises, des crayons et feutres de couleur,

des stylos à bille, une règle, une gomme, une équerre, une calculatrice, des

vêtements de sport, des chaussures de sport).

En ce qui concerne les écoles libres, des frais de scolarité (Schulgeld)

sont à verser. Ces écoles fixent elles-mêmes le montant de ces

frais. Avant de choisir l’école, la famille doit bien se demander

si elle peut financer ces frais de scolarité pendant plusieurs

années.

… 8 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Tenir compte des résultats et des recommandations de l’évaluation des

compétences linguistiques et de la visite médicale. Accepter les possibilités

de soutien si votre enfant a besoin d’aide avant d’entrer à l’école.

2. Savoir à temps dans quelle école votre enfant devra aller et l’y inscrire.

L’école vous donnera des informations sur les dates d’inscription et sur

les documents à fournir. Pour inscrire votre enfant à l’école, vous aurez

généralement besoin de votre propre carte d’identité (ou de votre

propre passeport), de celle de l’enfant ainsi que de l’acte de naissance

de votre enfant.

3. Si vous ne voulez pas inscrire votre enfant dans l’école qui vous est

attribuée, il vous faut répondre rapidement aux questions suivantes :

quels sont mes arguments pour et contre cette école ? Quelle autre

école conviendrait mieux à mon enfant et pour quelle(s) raison(s) ?

Comment mon enfant se rendrait-il chaque jour à cette école ? Le trajet

maison-école est-il sans danger ?

4. Se rendre aux journées portes ouvertes de différentes écoles pour les

découvrir. Être proactif et demander s’il reste des places de libre. Les

écoles annoncent souvent les dates importantes dans les journaux

régionaux.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « École et éducation » :

le groupe de travail Arbeitskreis Neue Erziehung

e. V. (ANE) a publié beaucoup d’informations

pour les parents, disponibles en plusieurs langues.

Vous pouvez commander ces informations sur

le site www.ane.de.

Navigation : Elternmedien > Elternbriefe

… 9 …


TOUS les parents peuvent aider

leur enfant avant qu’il entre à l’école

et pendant sa scolarité.

2.1

Les premières années de vie de l’enfant sont les années

les plus importantes pour son développement.

Des études scientifiques ont démontré la chose suivante : dans les premières

années après sa naissance, l’enfant apprend très intensément et pour

toute sa vie. Plus votre enfant sera développé avant son entrée à l’école,

plus votre enfant apprendra facilement. Avant d’entrer à l’école, les enfants

peuvent généralement raconter des histoires, jouer avec des formes, compter,

peindre, bricoler, jouer, courir, grimper, sauter et faire bien d’autres

choses encore. Ces activités permettent à votre enfant d’apprendre beaucoup

de choses importantes.

2.2

La crèche (Kindertagesstätte, Kita) peut favoriser le

développement de votre enfant.

En Allemagne, placer un enfant en crèche n’est pas obligatoire. Vous pouvez

vous-même décider de placer ou non votre enfant en crèche. En Allemagne,

depuis août 2013, tous les parents ont droit à une place en crèche pour leur

enfant dès l’âge de 1 an.

La crèche est très bénéfique au développement social de votre enfant.

Quand un enfant ne parle pas allemand à la maison, il est

d’autant plus important qu’il aille à la crèche. Car

c’est en crèche/maternelle que votre enfant

apprendra rapidement l’allemand. De cette

manière, il aura aussi bien moins de problèmes

avec la langue allemande quand il rentrera à

l’école.

… 10 …


2.3

Il existe un lien fort entre parents et

réussite scolaire.

L’étude scientifique PISA révèle les faits suivants : les parents contribuent

à plus de 50 % à la réussite scolaire de leurs enfants.

L’influence des parents est supérieure à celle des enseignants et

du cours. Cette influence peut être positive ou négative.

Si vous considérez que l’école est importante et que vous aidez

votre enfant, il pourra mieux réussir. Si vous ne considérez pas

que l’école est importante et n’aidez pas votre enfant, il est très

probable qu’il ne puisse pas aussi bien réussir. En conclusion : le

bon développement de votre enfant à l’école dépend plus de

vous-même que de l’école ou de l’enseignant(e).

2.4

1 an avant l’entrée à l’école :

rester en maternelle ou aller en école préparatoire ?

Un an avant l’école, vous pouvez inscrire votre enfant en école

préparatoire dès l’âge de 5 ans. Les écoles préparatoires peu vent être

organisées de manière différente. Beaucoup d’écoles préparatoires

sont intégrées aux maternelles. Il y a aussi des écoles préparatoires qui

travaillent avec les écoles primaires. En Allemagne, les écoles

préparatoires ne sont pas obligatoires.

Les écoles préparatoires sont recommandées dans les cas suivants :

votre enfant n’est pas encore prêt pour l’école et a besoin de soutien ;

ou votre enfant est surdoué et aimerait apprendre plus et plus vite ; ou

votre enfant a besoin d’une douce transition entre la maternelle et l’école.

Aller en école préparatoire n’est pas recommandé dans les cas suivants :

votre enfant a besoin de jouer un an de plus et de se développer en dehors

d’une structure scolaire rigide.

En tout cas, il s’agit là d’une décision personnelle que vous ne devriez

prendre qu’après avoir consulté le personnel de la maternelle et celui de

l’école préparatoire.

… 11 …


2.5

Les personnes en difficultés financières peuvent obtenir

un soutien. La mallette pédagogique et les autres aides.

Les familles qui perçoivent des aides de l’État comme l’allocation chômage

(Arbeitslosengeld II), l’aide au revenu (Sozialgeld), l’aide sociale (Sozialhilfe),

les allocations familiales (Kinderzuschlag), les allocations logement (Wohngeld)

peuvent demander la mallette pédagogique (Bildungspaket).

La mallette pédagogique vous met à disposition des moyens financiers pour

que votre enfant puisse participer à des activités culturelles et sportives, à des

excursions et voyages scolaires et qu’il puisse bénéficier d’un

soutien à l’apprentissage. La mallette pédagogique vous permet

de financer le déjeuner en crèche/maternelle et à l’école, les

fournitures scolaires et les trajets en autobus ou en train.

L’association de l’école (Schulverein) aide aussi financièrement en

subventionnant, par exemple, des voyages scolaires. C’est l’école

qui donnera les informations à ce sujet, et vous pouvez contacter

le/la professeur(e) principal(e).

Que pouvez-vous faire ?

Avant l’entrée à l’école…

1. Veiller à ce que votre enfant ait assez de contacts avec d’autres enfants

et apprenne l’allemand. C’est à la maternelle que cela fonctionne le

mieux.

2. Acheter tout le matériel nécessaire avant que votre enfant entre à l’école.

Votre école vous informe de ce dont votre enfant a besoin pour le début

de sa scolarité. Si nécessaire : demander la mallette pédagogique.

3. Parcourir le chemin de l’école avec votre enfant et l’entraîner à réagir

correctement à tous les endroits critiques (sorties, croisements, feux,

pistes cyclables, passages cloutés).

Pendant la scolarité…

1. Veiller à ce que votre enfant arrive à l’école tous les jours à l’heure et

bien reposé, et à ce qu’il ait quelque chose à manger pour la récréation.

Dans les premiers temps, nous vous conseillons d’accompagner votre

enfant à l’école et, si possible, d’aller le chercher. Cela dépend naturellement

de la longueur et de la difficulté du chemin à parcourir entre la

maison et l’école.

… 12 …


2. Veiller à avoir le numéro de téléphone de l’école toujours à proximité

(bureau ou secrétariat). Merci d’appeler l’école immédiatement si, un

jour, votre enfant ne peut pas venir à l’école pour une raison importante,

par exemple, s’il est malade.

3. Parler régulièrement avec votre enfant de ses réussites ou de ses difficultés

à l’école.

4. Demander à votre enfant s’il a des devoirs à faire et s’assurer qu’il les

fasse bien. Organiser un soutien scolaire si votre enfant a continuellement

des difficultés à faire ses devoirs.

5. Encourager votre enfant s’il a des difficultés à faire un devoir et complimenter

votre enfant s’il a surmonté ces difficultés.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Apprentissage en commun » :

sur le site internet www.eltern-bildung.net, vous

trouverez des informations en allemand, arabe,

kurde et turc, à télécharger gratuitement, qui vous

aident à soutenir votre enfant, dès la maternelle,

pour un apprentissage réussi. Pour faciliter l’apprentissage

en commun, des exercices et des astuces

vous sont également proposés.

… sur le thème « Mallette pédagogique »

(Bildungspaket) :

… sur le thème « Un chemin sûr pour

aller à l’école » :

le site internet www.mk.niedersachsende

du ministère de l’Éducation du Land de

Basse-Saxe fournit des informations en arabe,

allemand, anglais et turc.

Navigation : Aktuelles > Schulstart

le site internet www.bildungspaket.bmas.de vous

informe en détail sur les offres existantes et sur la

demande de mallette pédagogique.

… 13 …


Trouver une bonne école n’est pas suffisant.

L’éducation des enfants est aussi l’affaire

des parents.

3.1

Selon des études, beaucoup de parents ne passent

que trop peu de temps avec leurs enfants.

Les parents sont extrêmement importants pour le développement de l’enfant,

surtout les premières années. Pourtant, des études nous montrent que les

parents passent, en moyenne, beaucoup trop peu de temps avec leurs enfants.

Il ne s’agit pas, ici, de regarder ensemble la télévision ou de prendre le repas

en commun, mais, par exemple, de jouer ou de dialoguer avec son enfant.

En 2007, voici ce qu’un sondage de l’UNICEF a révélé : un jeune sur trois

souhaite passer plus de temps avec ses parents. Les mères des jeunes de 12

à 16 ans accompagnent l’apprentissage de leur enfant environ 4 minutes par

jour. Pour les pères, le temps investi est de 2 minutes par jour. 1)

3.2

C’est à votre enfant de faire ses devoirs et non à vous !

Il n’est pas nécessaire de parler parfaitement l’allemand ou d’être bon

en mathématiques. Mais vous devez veiller à ce que votre enfant fasse ses

devoirs. Il est important que vous demandiez à votre enfant quels devoirs

il a à faire ou que vous restiez à côté de lui pendant qu’il fait ses devoirs. S’il

rencontre continuellement des difficultés, vous devriez alors organiser un

soutien scolaire.

3.3

Dans certains pays, seules les écoles sont compétentes

pour l’éducation des enfants. En Allemagne, les enfants, les

parents et les enseignants sont tous dans le même bateau.

Il y a des pays dans lesquels les parents confient la formation et l’éducation

de leur enfant entièrement à l’école. Dans beaucoup de pays asiatiques,

comme en Inde ou en Chine, les enseignants sont très estimés et

vénérés. Ce sont des modèles et des personnes respectées qui

prennent seules les décisions quant aux questions d’ordre scolaire.

En Allemagne, la responsabilité d’une éducation réussie repose sur

3 acteurs : les enseignants, les élèves ainsi que les parents !

1)

Cité en référence à Adolf Timm : Die Gesetze des Schulerfolgs. (Les lois de la réussite.) Das Fortbildungsbuch für Eltern.

(Le livre de perfectionnement pour parents.) Seelze-Velber, 2009. cf. p. 21.

… 14 …


3.4

Il est important que vous ayez un contact régulier

avec l’école de votre enfant.

L’école s’attend à ce que vous restiez en contact avec elle. En tant que

parents, vous devez soutenir les enseignants au niveau de la formation scolaire

et de l’éducation de votre enfant. Si vous montrez votre intérêt, l’école

sera plus facile pour votre enfant. Même si vous parlez peu l’allemand, vous

pouvez rester en contact avec les enseignants.

Les soirées de parents d’élèves (Elternabende) sont particulièrement

importantes. Si les parents vont régulièrement aux soirées de parents d’élèves

et discutent avec l’école des performances de leur propre enfant, les

enfants obtiennent de meilleures notes. Des études le démontrent.

Remarque importante : si votre famille vient d’arriver en Allemagne : les

enfants apprennent une nouvelle langue plus rapidement que les adultes.

C’est pourquoi les parents envoient parfois leur enfant pour jouer le rôle

d’interprète lors de rendez-vous avec l’école ou avec l’administration. Ce

n’est pas une bonne décision, cela, pour plusieurs raisons : le métier d’interprète

est très fatigant. En l’exerçant, votre enfant devient prématurément

« adulte » : il se retrouve à traduire des thèmes réservés au monde des

adultes et qui peuvent être très personnels. Cela peut surtout poser des

problèmes quant aux propres performances de votre enfant à l’école. Et

cela peut nuire à sa relation avec ses parents.

3.5

Si vous avez, en tant que parents, atteint vos

limites : aide aux devoirs, tutorat, etc.

Vous avez parfois le sentiment de ne pas pouvoir aider votre

enfant au niveau des thèmes scolaires, surtout si vous ne parlez

pas encore assez, ou pas du tout l’allemand : par exemple pour

les devoirs à faire à la maison, ou pour apprendre avant les

interrogations. Il se peut également que vous vous sentiez

désemparé face aux thèmes concernant la puberté, l’éducation

sexuelle, les drogues, l’alcool ou la violence.

Parfois, il n’est pas facile de faire appel à un soutien professionnel,

mais cela peut être très efficace. Vous avez

suffisamment de possibilités pour aider votre enfant. Il existe

des services de conseil (Beratungsstellen) propres à chaque

région. Vous trouverez d’autres suggestions à la page 17.

… 15 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Faire la connaissance de la professeure principale/du professeur principal

de votre enfant. Important : si vous désirez vous entretenir plus longuement

avec l’enseignant(e) à propos de votre enfant, fixer un rendez-vous.

2. Ne pas avoir peur de l’école si vous parlez peu l’allemand. Demander à

l’école si elle peut faire appel à un(e) interprète. Cela est possible dans

certains Länder, par exemple à Hambourg. Sinon, demander s’il y a des

enseignants, à l’école, qui parlent votre langue. Autrement, s’adresser à

des amis ou à des personnes de la famille qui parlent bien l’allemand.

3. Ne pas venir à l’école seulement en cas de problèmes. Il y a aussi beaucoup

d’occasions positives pour venir à l’école, par exemple, pour les fêtes

scolaires, les représentations et les soirées d’informations. Participer de

manière régulière aux soirées de parents d’élèves, aux réunions parentsenseignants

et à d’autres évènements liés à l’école de votre enfant.

Remarque importante : garder en tête que certaines offres de soutien

peuvent être payantes (les cours de rattrapage, par exemple). Cela dépend

si votre enfant est dans un groupe ou bénéficie d’une aide individuelle, à la

maison ou dans une autre institution. Mais il existe aussi des offres gratuites.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « École primaire » :

le site internet du Centre Municipal d’Intégration

de Cologne (Kommunale Integrationszentrum

Köln) offre des informations en 20 langues à

l’adresse ki-koeln.de/languages.

… sur le thème « Problèmes à lire, à compter

et à écrire » :

www.legakids.net

… sur le thème « Peur des examens » :

www.pruefungsangst.de

… 16 …


Votre enfant…

… ne peut pas

faire ses devoirs de

manière autonome.

… a de mauvaises

notes, par exemple

en mathématiques

ou en biologie.

… a des problèmes

avec les langues,

par exemple, avec

l’anglais.

… a des difficultés

globales

d’apprentissage.

… a besoin de

motivation pour

apprendre.

Comment

l’aider ?

Aide aux devoirs

(Hausaufgabenhilfe)

Cours de

rattrapage

(Nachhilfeunterricht)

Échange de langues

(Tandem)

Thérapeute de

l’enseignement

(Lerntherapeutin

oder

Lerntherapeut)

Mentor

(Mentorin oder

Mentor)

Qu’est ce que c’est, exactement ?

Des adultes aident les enfants à faire leurs devoirs.

L’aide aux devoirs est proposée à différents endroits :

à l’école, dans des associations, dans des maisons de

quartiers.

Le cours de rattrapage peut être bénéfique pour

votre enfant s’il a « manqué » quelque chose dans

une ou plusieurs matières (par exemple, à cause

d’une maladie, d’une phase « paresseuse » ou d’un

changement de classe/d’école) et ne comprend plus

les nouveaux contenus scolaires. Pendant ce cours,

ces lacunes sont comblées de manière bien ciblée.

Un tandem peut aider les enfants à apprendre une

langue : 2 personnes de langue maternelle différente

s’enseignent mutuellement la langue. Par exemple,

un enfant, dont la langue maternelle est l’anglais,

enseigne l’anglais à votre enfant. Votre enfant enseigne

à l’autre enfant sa langue maternelle. L’apprentissage

de la langue se fait dans une atmosphère détendue.

Une thérapie de l’enseignement peut aider votre

enfant s’il a des difficultés d’apprentissage d’ordre

général. Un(e) thérapeute peut venir en aide à votre

enfant s’il est atteint de dyslexie (problèmes à lire et

à écrire), de dyscalculie (difficultés à calculer), s’il a

des troubles de la perception, des difficultés à se

concentrer, s’il a peur de l’école et des examens ou

d’autres problèmes.

Lors du mentoring, une personne d’expérience

(désignée mentor) transmet le savoir qu’elle a acquis

a une autre personne ayant moins d’expérience

(désignée mentee, personne conseillée). Le/la mentor

peut être un adulte ou une personne un peu plus

âgée que votre enfant. Le/la mentor et votre enfant

se retrouvent pendant une période donnée, soit à

l’école, soit chez vous. Le/la mentor donne des

conseils et aide votre enfant à bien s’épanouir.

… 17 …


Même les experts ont souvent du

mal à expliquer notre système scolaire.

4.1

Chaque pays a son propre système scolaire.

Dans beaucoup de pays, il n’est pas important de savoir où se situe l’école

de l’enfant. Le système scolaire est le même dans tout le pays. Il n’y a qu’un

type d’école pour tous les enfants. C’est le cas, par exemple, en Afghanistan,

au Brésil, en Finlande, au Ghana ou en Russie.

Dans d’autres pays, il y a, certes, plusieurs types d’écoles, mais ce sont tous

les mêmes au niveau national. De plus, les familles disposent de plus de

temps qu’en Allemagne pour décider dans quelle école elles souhaitent

envoyer leur enfant après la primaire. C’est par exemple le cas en Turquie,

en Belgique ou au Mexique.

L’Allemagne et l’Autriche sont les seuls pays au monde dans lesquels les

écoliers se rendent, après la 4e année, dans différents types d’écoles

secondaires (weiterführende Schulen).

… 18 …


4.2

Allemagne : 1 pays – 16 Länder (États fédéraux

d’Allemagne) – 16 systèmes scolaires !

En Allemagne, l’école est organisée autrement qu’en Finlande ou qu’en

France. Ce sont les régions, plus spécialement les Länder, qui sont

responsables de l’éducation. Chacun des 16 Länder a son propre système

scolaire. Selon la constitution allemande, l’éducation relève de la compétence

des Länder. Ce que cela signifie : chaque Land (État fédéral d’Allemagne)

détermine sa propre politique scolaire. Votre enfant fréquente

une école qui se situe dans votre Land de résidence. Ce Land est

donc responsable de la politique scolaire concernant votre

enfant. Mais les Länder collaborent tout de même entre eux : les

ministres de chaque Land se réunissent régulièrement à la

Conférence permanente des ministres de l’Éducation des

Länder (Kultusministerkonferenz). C’est à cette conférence que

se réunissent tous les 16 ministres qui sont responsables, dans

chacun de leur Land, du domaine de l’école.

4.3

Le système scolaire en Allemagne est l’un des plus

compliqués au monde.

Au sein même de l’Allemagne, la durée de l’école primaire est déjà

différente : dans certains Länder, l’école primaire ne dure que 4 ans, dans

d’autres, 6 ans. Après l’école primaire, les voies sont également

différentes : certains Länder ont deux différents types d’école

secondaire, d’autres Länder, trois. Les diplômes et les notes diffèrent

d’un Land à l’autre. Les vacances scolaires ont aussi lieu

à des moments différents. L’école en Allemagne est un vrai

labyrinthe : sans guide, il est facile de s’y perdre.

… 19 …


4.4

La Hauptschule, la Realschule, le Gymnasium...

Et ce n’est pas tout !

Il y a encore 20 ans de cela existaient, presque partout en Al lemagne,

la Hauptschule (établissement secondaire du premier

degré orientant sur la vie active) avec 9 années scolaires, la Realschule

(établissement secondaire à cycle cours) avec 10 années

scolaires et le Gymnasium (établissement scolaire allant jusqu’à l’Abitur) avec

13 années scolaires. Lorsque ces 3 types d’écoles étaient sous un même

toit, l’établissement scolaire s’appelait « Gesamtschule ». Mais au cours du

temps, la plupart des Länder ont changé leur propre système scolaire.

Les différentes sortes d’écoles ont obtenu de nouvelles appellations. Dans

différents Länder, il existe aujourd’hui, après l’école primaire, en plus de la

Hauptschule, de la Realschule, du Gymnasium et de la Gesamtschule, différents

noms pour ces divers types d’écoles : la Mittelschule (collège), la

Werkrealschule (établissement secondaire technique), l’Oberschule (lycée),

la Sekundarschule (C.E.S.), la Stadtteilschule (réunit collège et lycée), la

Regionalschule (réunit la Hauptschule et la Realschule), la Gemeinschaftsschule

(une variante de la Gesamtschule), la Regelschule (école régulière) et

bien d’autres encore.

4.5

Déménagement, écoles secondaires et autres

questions concernant l’école :

vous pouvez ici faire appel à des spécialistes.

Si, parfois, vous ne vous y retrouvez plus, c’est tout à fait normal. C’est

particulièrement difficile pour les familles qui viennent de l’étranger s’installer

en Allemagne. Cela concerne aussi des familles qui déménagent d’un

Land à l’autre. Et en raison des nombreux changements, même les familles

qui restent dans le même Land se posent beaucoup de questions.

Mais il existe dans chaque région des

services de conseil qui peuvent répondre à

vos questions concernant l’école. Dans la

plupart des cas, ce service de conseil est

gratuit.

… 20 …


Que pouvez-vous faire ?

Demander des informations sur le système scolaire de

votre Land, par exemple, à votre ministère de l’Éducation

et des Affaires culturelles (Kultusministerium) ou à

vos auto rités scolaires (Schulbehörde).

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Système scolaire en

Allemagne » :

le site internet du Centre Municipal d’Intégration

de Cologne (Kommunale Integrationszentrum Köln)

offre des informations en 20 langues à l’adresse

ki-koeln.de/languages.

Navigation : Schule > Weitere Infos >

Elterninformationen zum deutschen Schulsystem

Sur le site internet de la Conférence des ministres

de l’Éducation des Länder, www.kmk.org, vous

trouverez aussi des informations supplémentaires

sur le système scolaire.

… 21 …


Les enfants avec ou sans handicap

peuvent apprendre ensemble.

5.1

La Convention des Nations Unies, relative aux droits

des personnes en situation de handicap, régit les droits

des personnes souffrant de handicap.

C’est en 2006 que l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la

Convention sur les droits des personnes en situation de handicap. Une

convention est un accord qui doit être respecté par tous les pays et toutes

les personnes. La convention spécifie que les personnes en situation de

handicap doivent être entièrement acceptées et non exclues de la

société.

5.2

L’Allemagne applique la Convention des

Nations Unies relative aux droits des

personnes en situation de handicap.

La plupart des pays du monde soutiennent cette convention.

Beaucoup de pays ont signé la convention et se

sont engagés à l’appliquer. L’Allemagne en fait partie

depuis 2009.

… 22 …


5.3

La Convention des Nations Unies relative aux droits des

personnes en situation de handicap fait appel à l’inclusion.

Mais qu’est-ce que l’inclusion ?

Le mot inclusion (Inklusion) provient du latin et signifie « action d’inclure »,

autrement dit, l’action d’intégrer dans un ensemble. L’inclusion est donc la

participation égalitaire à la vie en société de toutes les personnes. L’inclusion

est un droit de l’homme.

5.4

L’inclusion signifie qu’au quotidien,

toutes les barrières sont supprimées.

En ville, les personnes en fauteuil roulant doivent pouvoir circuler sans

aucune contrainte, aussi bien dans les espaces et édifices publics que dans

les transports en commun. Cela concerne non seulement les obstacles

rencontrés sur internet et dans la langue destinée aux malentendants et aux

malvoyants, mais aussi les personnes en situation de handicap physique ou

mental.

Les personnes en situation de handicap sont libres de décider d’habiter

ou non dans des logements spécialisés ou avec des personnes sans

handicap. Nul ne doit être exclu en raison de son handicap, que ce soit

dans le domaine de l’éducation, du travail ou des loisirs.

… 23 …


5.5

L’inclusion a aussi lieu à l’école.

Avant, un enfant en situation de handicap allait le plus souvent dans une

maternelle spéciale (Sonderkindergarten), puis dans une école spéciale

(Sonderschule), aussi nommée école spécialisée (Förderschule). Le potentiel

de l’enfant y était développé.

Aujourd’hui, qu’ils soient en situation de handicap ou non, les enfants

peuvent fréquenter la même école. Les familles dont les enfants sont en

situation de handicap sont libres de décider si leur enfant doit fréquenter

une école spéciale (Sonderschule) ou une école d’enseignement général.

Dans toutes les écoles, tout enfant doit bénéficier d’un accompagnement

professionnel assuré par des enseignants spécialement formés.

… 24 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Si vous n’êtes pas sûr que votre enfant souffre d’un handicap, veuillez le

faire examiner par des pédiatres ou par des psychologues. Ils pourront

déterminer si votre enfant a réellement un handicap et s’il a besoin d’un

soutien spécialisé. Dans le jargon médical, il s’agit de « besoins éducatifs

particuliers » (sonderpädagogischer Förderbedarf). Dans les cas particulièrement

difficiles, il n’est pas suffisant de s’adresser à un centre de conseil

ou de consulter un médecin : il vous faut aussi demander l’avis d’un

deuxième, voire d’un troisième expert.

2. Si le résultat indique que « l’enfant a un handicap et a besoin d’un soutien

spécialisé », il est important de s’informer sur les écoles d’enseignement

général ou spécialisé de votre région qui répondent aux besoins

éducatifs particuliers de votre enfant.

3. Avant de prendre une décision, il est important de vous rendre sur

place, avec votre enfant, dans les différentes écoles de votre région et

de discuter avec les enseignants.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Inclusion » :

www.aktion-mensch.de

Un court-métrage explique en 80 secondes

ce qu’est l’inclusion.

Navigation : Dafür stehen wir > Was ist

Inklusion ?

… 25 …


Toute langue que parle votre enfant

est un bien précieux !

6.1

Un enfant commence à apprendre une langue

dès la naissance.

La première langue (Erstsprache), aussi nommée langue maternelle,

langue familiale ou langue d’origine, est très importante pour votre

enfant et pour son développement. C’est ce que révèlent des études

scientifiques.

Il est bénéfique pour votre enfant que vous parliez dès le début

dans votre propre langue. Ce serait néfaste pour votre enfant de

lui parler dans un allemand incorrect.

6.2

Pour votre enfant, parler plusieurs langues n’est pas

difficile. Mais il y a des règles simples à respecter.

Dans un milieu multiculturel, tout enfant peut apprendre

simultanément deux langues, voire trois.

En Allemagne, beaucoup de familles parlent, par exemple à la

maison, une autre langue, voire deux autres langues en dehors de

l’allemand. À la maternelle et plus tard, à l’école, l’enfant parlera

l’allemand.

Le plurilinguisme (Mehrsprachigkeit) est donc normal. Il ne risque pas de

surmener votre enfant (contrairement à ce que beaucoup de personnes

pensent !). Il vous faut seulement respecter quelques règles simples

(pages 28 et 29).

… 26 …


6.3

Les enfants mélangent les langues. Pas de panique !

Les enfants mélangent les langues lorsqu’ils grandissent avec deux ou trois

langues. C’est normal.

Par exemple : un enfant de deux ans grandit avec l’allemand et l’anglais.

Il dit parfois « That is a großes house ». Ou encore, un enfant grandit

avec le turc et l’allemand. Il peut dire « Das ist ein büyük Haus ».

Pas de panique ! Avec le temps, l’enfant apprendra tout seul à distinguer

les deux langues.

6.4

Personne au monde n’est capable de maîtriser

parfaitement une langue.

Il est normal de faire des erreurs. Ne privez pas votre enfant de la chance

de devenir polyglotte ! Ce serait bien trop dommage.

Même les personnes qui n’ont « qu’une » langue

maternelle font parfois des erreurs.

6.5

L’allemand et l’anglais sont incontournables !

Une langue supplémentaire est un plus !

Pour l’avenir de votre enfant, il est très important qu’il puisse, en

plus de l’allemand et de l’anglais, parler, lire et écrire dans sa première

langue. Plus tard, dans le cadre professionnel, ces connaissances

en langues seront souvent un atout.

C’est un énorme avantage si votre enfant parle polonais, portugais ou vietnamien

en plus de l’allemand et de l’anglais. Que votre enfant puisse saisir

cette chance dépend en grande partie de vous.

… 27 …


Que pouvez-vous faire ?

1. D’abord répondre à la question suivante : dans quelle langue vous sentezvous

à l’aise et sûr(e) ? C’est dans cette langue que vous devriez parler à

votre enfant.

2. Ne pas mélanger les langues, même si ce n’est pas simple.

3. Dès la naissance, laisser votre enfant jouer le plus souvent possible avec

d’autres enfants. Cela aidera votre enfant à apprendre rapidement

l’allemand.

Qu’est-ce qui est particulièrement bénéfique ?

Dès sa naissance, ne parler à votre enfant que dans la langue dans

laquelle vous vous sentez à l’aise et que vous maîtrisez parfaitement. Si

ce n’est pas l’allemand, c’est à la maternelle que votre enfant apprendra

à parler correctement l’allemand.

Placer votre enfant en crèche et entreprendre régulièrement des choses

avec lui, que ce soit à la maison ou à l’extérieur : jouer, faire des visites,

aller au théâtre ou au musée.

Chaque membre de la famille parle une seule langue avec l’enfant.

Par exemple : la maman ne lui parle qu’en allemand et le papa qu’en

russe. Ou bien, les parents ne parlent avec leur enfant qu’en allemand,

les grands-parents ne parlent avec l’enfant qu’en turc. Ou bien, si les

deux parents viennent, par exemple, d’Espagne, cela peut également

fonctionner ainsi : à l’extérieur (par exemple à la maternelle, à l’école, à

l’aire de jeux), tout le monde parle allemand, tandis qu’à la maison, tout

le monde parle espagnol.

Chaque phrase doit commencer et se terminer dans la même langue.

Parler de sujets divers, raconter des histoires, chanter des chansons, lire

des contes, des rimes, regarder ensemble des livres d’images.

Corriger votre enfant en lui posant des questions ouvertes.

Par exemple, votre enfant dit « Je suis nagé » et vous demandez « Où

as-tu nagé ? ». C’est ainsi que votre enfant entend la version correcte.

… 28 …


Que faut-il éviter ?

Parler l’allemand avec votre enfant si vous faites beaucoup de fautes en

parlant.

Peu parler avec l’enfant ou lui parler en langage enfantin.

Commencer la phrase dans une langue et la terminer dans une autre.

Parler avec l’enfant tantôt dans une langue, tantôt dans l’autre langue.

Corriger instantanément l’enfant.

Par exemple, votre enfant dit : « Je suis nagé ». Vous dites : « On dit : j’ai

nagé, et pas je suis nagé ». Ou bien faire répéter des phrases à votre

enfant : « Répète donc : j’ai nagé ».

Laisser plusieurs heures par jour l’enfant tout seul devant la télévision

dans l’espoir qu’il apprenne la langue de cette manière. Un enfant

n’apprend pas de langue devant la télévision ! En revanche, si vous

regardez avec votre enfant une émission pour son âge et que vous en

discutez après, c’est différent.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Les enfants et les langues » :

les lettres aux parents de l’institut d’État de

formation en pédagogie de la petite enfance

(Staatsinstitut für Frühpädagogik – IFP) de Munich,

sur le site www.ifp.bayern.de, contiennent de bons

conseils traduits en plus de 20 langues.

Navigation : Veröffentlichungen > Elternbriefe >

Elternbrief

Les parents trouveront aussi

de bons conseils sur le site

www.hamburg.de/vorschule

dans la brochure « Sprach förderung

für Vorschulkinder. Ein Rat -

geber für Eltern » (Développement

des compétences linguistiques

pour les enfants en âge

préscolaire. Un guide pour les

parents). La brochure est publiée

par la ville libre et hanséatique de

Hambourg.

Navigation : Sprachförderung in der Vorschule

… 29 …


Se taire ou se fâcher, voici comment

trouver le juste équilibre : vous pouvez

dialoguer avec les enseignants de votre

enfant de cette manière.

7.1

Il n’existe probablement pas d’enfants

sans problèmes scolaires.

Parfois, tout ne se passe pas comme vous le souhaitez à l’école. Il est

possible que votre enfant se comporte différemment avec les enseignants

qu’à la maison. Il se peut aussi que votre enfant ne vous raconte pas tout.

Dans tous les cas, la scolarité n’est pas uniquement faite de bons moments.

Elle peut être parsemée de différents problèmes tels que les disputes ou

les situations scolaires difficiles.

Si ces difficultés apparaissent à l’école, les enseignants doivent coopérer

avec les élèves et la famille pour trouver une solution. Il est normal

qu’il y ait des conflits. En cas de conflits, il est important de

respecter certaines règles, comme lors d’une compétition ou au tribunal.

Les problèmes ne pourront pas être résolus par l’agressivité ou les insultes.

… 30 …


7.2

Éviter l’école n’est pas une bonne solution,

surtout lors de conflits.

Les familles se trompent si elles pensent que c’est le rôle des enseignants

d’éduquer leur enfant. Cela n’aidera pas votre enfant si vous voulez

avoir le moins affaire possible avec l’école.

Si vous n’aidez pas à trouver une solution en cas de problèmes avec

d’autres élèves ou en cas de mauvais résultats scolaires, cela

peut avoir des répercussions particulièrement négatives.

À l’inverse, il y a aussi des parents qui s’immiscent trop et

veulent s’imposer dans toutes les questions d’ordre scolaire. On nomme ce

type de parents « parents hélicoptère ». En se comportant ainsi, les parents

nuisent avant tout à leur enfant.

7.3

Rester objectif, même si la situation

déchaîne les émotions !

Pour être résolus, les problèmes et malentendus doivent être abordés.

Bien sûr, cela dépend beaucoup de quelle façon cela se passe, à savoir

de manière respectueuse ou de manière violente. Plus un problème est

soulevé tôt, plus la solution sera rapide et facile à trouver.

L’opinion des parents peut aussi être différente de l’opinion de l’école.

Dans de telles situations, la meilleure solution est d’essayer de trouver

un compromis.

… 31 …


7.4

Vous n’êtes pas seuls avec vos soucis.

Beaucoup de parents ne veulent pas parler de sujets particulièrement

sensibles. Il s’agit notamment de thèmes comme la violence, le harcèlement

(mobbing), la discrimination, la dépendance au jeu, les drogues, l’extrémisme,

les dettes, la grossesse précoce. Ils ont peur que d’autres ne l’apprennent.

C’est compréhensible. La famille a ainsi l’impression d’être la seule à être

concernée par ce problème. Mais ce n’est pas vrai. Il y a sûrement dans les

environs d’autres familles qui ont un problème similaire.

7.5

Les enseignants ont peu de temps.

Il faut donc toujours prendre rendez-vous !

Chaque rendez-vous demande du temps, surtout si un problème en est la

raison. Il est déconseillé de se rendre dans la salle des professeurs 5 minutes

avant le cours ou juste après un cours. Ces discussions imprévues sont peu

appréciées. Le meilleur moyen pour prendre rendez-vous : téléphoner ou

se rendre sur place. De cette façon, l’enseignant(e) peut vous consacrer

suffisamment de temps.

… 32 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Montrer à votre enfant que vous prenez ses problèmes à l’école au

sérieux. Demander régulièrement à votre enfant s’il a besoin de votre

aide. Si votre enfant a des problèmes à l’école, il est important de

l’apprendre le plus tôt possible. En ayant connaissance de ces problèmes

au plus tôt, vous pouvez faire le nécessaire pour les résoudre.

2. En cas de problèmes, restez calme et objectif. Ne pas faire de critiques

personnelles, ne pas être agressif, ne pas crier.

3. S’adresser à la professeure principale/au professeur principal de votre

enfant si vous avez l’impression que votre enfant a un problème à

l’école. Ne pas attendre trop longtemps : il vaut mieux parler avec

l’enseignant(e) trop tôt que trop tard !

4. S’adresser à une personne de l’école en qui vous avez confiance si votre

enfant a un problème avec son enseignant(e). Cette personne peut

être, par exemple, un membre du conseil des parents de l’école (Elternrat),

un conseiller/une conseillère scolaire (Beratungslehrerin/Beratungslehrer),

un éducateur/une éducatrice social(e) scolaire (Schulsozialpädagogin/Schulsozialpädagoge)

ou un(e) psychologue scolaire (Schul -

psychologin/Schulpsychologe).

5. Se préparer aux entretiens prévus par l’école. Noter à l’avance toutes

les questions et les points importants. De cette manière, vous n’oublierez

rien d’important si vous êtes nerveux pendant l’entretien.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Entretiens à l’école » :

les parents trouveront quelques conseils

sur le site www.elternwissen.com, pour

savoir comment se préparer au mieux à un

entretien avec les enseignants et diriger la

conversation.

Navigation : Schule und Eltern > Elternabend

und Lehrergespräch

… 33 …


Les parents peuvent faire plus que

vendre des gâteaux !

8.1

L’école doit impliquer les parents. C’est écrit dans la loi.

Certains parents passent beaucoup de temps à l’école de leurs enfants.

D’autres parents ne se rendent à l’école que lorsque leur enfant a des problèmes.

C’est la même chose chez les enseignants : certains font des visites

à domicile et connaissent tous les parents personnellement ; d’autres

enseignants, en revanche, disent que sans les

parents, l’école fonctionnerait mieux. Quoi qu’il

en soit : d’après la loi (Schulgesetz), chaque

école doit collaborer avec les parents.

8.2

Si vous n’avez encore jamais reçu de courrier venant de

l’école, ce n’est pas normal.

Chaque année scolaire, toutes les écoles planifient des dates bien précises

pour tous les parents. Par exemple, les dates d’inscription (Anmeldetermine),

de soirées de parents d’élèves (Elternabende), de réunions parentsenseignants

(Elternsprechtage), de fêtes scolaires (Schulfeste) ou des

informations sur des excursions. Les invitations à ces rendez-vous se font

habituellement par le biais de la « poste du cartable » (Ranzenpost), c’està-dire

qu’elles se trouvent dans le cartable de votre enfant. Pour qu’une

invitation puisse vous parvenir, elle doit surmonter plusieurs obstacles.

Obstacle numéro 1 : l’enfant fait disparaître l’invitation. (« Mes parents

ne vont jamais savoir qu’il y a une soirée de parents d’élèves ! »)

Obstacle numéro 2 : certains parents ne lisent pas du tout les lettres.

(« Encore une lettre des pouvoirs publics. On jette ! »)

Obstacle numéro 3 : la lettre est ennuyeuse et difficile à comprendre.

(« Que me veulent-ils ? Je ne comprends pas un mot ! »)

Si vous ne recevez aucune lettre de l’école ou si

vous ne les comprenez pas, vous devez vous

renseigner auprès de l’enseignant(e) de votre

enfant.

… 34 …


8.3

Vous avez deux possibilités pour participer

à la vie de l’école.

La première : selon la loi scolaire, il y a des formes de

coopération officielles qui sont les mêmes pour toutes les

écoles et toutes les classes de votre Land. Tous les parents

ne peuvent ou ne veulent pas opter pour cette possibilité.

C’est pourquoi il y en a une seconde : il existe des formes de coopération

non officielles qui peuvent être différentes, selon les écoles ou les classes.

8.4

Possibilité n° 1 :

formes de coopération officielles.

Chaque classe élit les représentants des parents d’élèves (Elternvertreterinnen

und Elternvertreter). Avec la professeure principale/le professeur

principal, ils informent les autres parents sur l’actualité de la vie scolaire. Ils

participent à des conférences liées aux bulletins scolaires et à l’école

(Zeugnis- und Schulkonferenzen) et jouent parfois le rôle d’intermédiaires

en cas de conflits. Ils élisent également le conseil des parents (Elternrat)

qui participe à toutes les décisions importantes de la vie scolaire.

De tels groupes de travail de parents (Elterngremien) existent dans toutes

les écoles, dans toutes les circonscriptions, dans tous les Länder, au sein du

gouvernement fédéral et même au niveau de l’UE. Ils portent différents

noms tels que commission des parents (Elternausschuss), comité des parents

(Elternbeirat), chambre des parents (Elternkammer), conférence des

parents (Elternkonferenz), association des parents (Elternverband) ou

représentation des parents (Elternvertretung).

L’idée est la même : vous représentez l’intérêt des parents comme au

parlement, et donc, vos propres intérêts. En tant que parents, vous pouvez

participer à tous les niveaux. Vous pouvez vous faire élire ou participer à

des réunions en tant qu’invité.

… 35 …


En Europe

European Parents Association

En Allemagne

Conseil fédéral des parents (Bundeselternrat)

Dans votre Land (État fédéré allemand)

Par exemple : commission des parents du Land (Landeseltern ausschuss),

comité des parents du Land (Landeselternbeirat), chambre des

parents (Elternkammer), conseil des parents du Land (Landeselternrat),

assemblée des parents du Land (Landeselternvereinigung)

Dans votre ville ou dans votre circonscription

Par exemple : comité des parents de la circonscription (Kreiselternbeirat), conseil des parents

de la circonscription (Kreiselternrat), représentation des parents de la circonscription

(Kreiselternvertretung), comité des parents de la ville (Stadtelternbeirat), conseil des parents

de la ville (Stadtelternrat), représentation des parents de la ville (Stadtelternvertretung)

Dans l’école de votre enfant

Conseil des parents (Elternrat)

Dans la classe de votre enfant

Représentation des parents d’élèves

(Elternvertretung)

8.5

Possibilité n° 2 :

formes de coopération non officielles.

Les parents peuvent aider l’école dans l’organisation de nombreuses choses.

Voici quelques idées : donner des cours de rattrapage ou des leçons,

accompagner des classes au cours de natation, aider à la bibliothèque

scolaire ou lire des histoires, accompagner des classes lors d’excursions, être

arbitre à des tournois de football, créer et/ou s’occuper d’un espace de

rencontre pour parents à l’école (café pour parents), participer à

l’organisation des fêtes scolaires ou informer d’autres parents sur des sujets

bien précis en proposant, par exemple, une tasse de thé ou de café dans

les locaux de l’école.

… 36 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Demander régulièrement à votre enfant : « Quoi de neuf à l’école ? »

« As-tu du courrier venant de l’école ? »

2. Faire connaissance et discuter avec les autres parents de la classe.

3. Se rendre aux soirées parents d’élèves, aux réunions parentsprofesseurs

et autres évènements organisés par l’école.

4. Participer si possible à un évènement scolaire ou organiser vous-même

quelque chose.

5. Vous faire élire en tant que représentant(e) des parents d’élèves de la

classe de votre enfant, participer au conseil des parents.

… sur le thème « Formes de

coopération non officielles » :

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Formes de coopération

officielles » :

sur le site internet du conseil fédéral des parents,

www.bundeselternrat.de, vous trouverez davan tage

d’informations ainsi que les coordonnées des

comités de parents de votre Land.

Navigation : Der BER > Mitglieder

dans la brochure « Eltern in die Schule. Väter und

Mütter mit Zuwanderungsgeschichte berichten »

(Parents à l’école. Des pères et des mères issus

de l’immigration racontent), 17 familles racontent

leurs expériences avec l’école en 17 langues.

Vous pouvez télécharger la brochure sur le site

internet www.bqm-hamburg.de.

Navigation : Angebote für Ratsuchende >

Publikationen

… 37 …


Les parents ont beaucoup de droits.

9.1

Les droits des parents figurent dans la loi scolaire.

La loi scolaire (Schulgesetz) régit le système scolaire dans chaque Land. Elle

stipule aussi comment les écoles doivent collaborer avec les parents au

niveau de la formation et de l’éducation des élèves. La loi décrit les différents

droits des parents. De telles lois sont écrites dans un langage difficile

à comprendre.

Les parents peuvent, par exemple…

examiner les dossiers scolaires de l’élève (Schülerakte), comme les

documents du service d’orientation de l’école (Schulberatungsdienst)

et du service médical scolaire (Schulärztlicher Dienst). Le dossier scolaire

ne peut être examiné qu’à l’école, en accord avec l’enseignant(e).

participer à différentes leçons et observer le cours.

retirer leur enfant du cours de religion.

demander aux enseignants de montrer et d’expliquer les interrogations

écrites, les notes et le bulletin scolaire de leur enfant.

poser des questions quant aux cours, à la classe ou à l’école : par exemple,

quels sont les méthodes et les matériaux utilisés pour enseigner à

mon enfant ?

lors des réunions de parents, exprimer leurs souhaits ou leurs plaintes

concernant le cours envers la professeure principale/le professeur

principal.

9.2

Les parents ne peuvent pas tout faire.

Et c’est une bonne chose.

Par exemple, les parents ne peuvent pas…

choisir pour leur enfant une enseignante bien précise/

un enseignant bien précis, ou encore une classe bien

déterminée.

imposer aux enseignants ce qu’ils doivent enseigner et la

manière dont ils doivent le faire.

décider eux-mêmes si leur enfant doit avoir des devoirs

à faire à la maison ou non.

… 38 …


emmener leur enfant en vacances quelques jours avant le début des

vacances scolaires, ou ne lui faire reprendre l’école que quelques jours

après la fin des vacances scolaires.

dispenser leur enfant du cours d’éducation physique ou d’éducation

sexuelle.

décider eux-mêmes de l’emploi du temps de leur enfant ou faire modifier

les notes.

Si, pour des raisons personnelles, religieuses ou idéologiques, vous n’êtes

pas d’accord avec des activités et contenus scolaires particuliers, il vous faut

contacter l’école pour obtenir un rendez-vous. L’école doit se montrer

ouverte aux différentes valeurs de la société. Les parents peuvent exiger

neutralité et tolérance de la part de l’école.

9.3

Après l’école primaire : recommandation

de parcours scolaire et libre choix des parents.

La recommandation de parcours scolaire (Schullaufbahnempfehlung) est

une recommandation faite par l’école primaire concernant le choix du type

d’école secondaire. En dernière année de classe primaire (en 4e ou 6e

année, selon le Land), votre école primaire vous informe des résultats de

votre enfant et des attentes et exigences des différentes écoles secondaires.

Pour obtenir un avis favorable pour le Gymnasium (Gymnasialempfehlung),

votre enfant doit avoir de bonnes, voire de très bonnes notes en

allemand, mathématiques et sciences naturelles (le nom de cette matière

peut différer d’un Land à l’autre).

Si l’école primaire dure 6 ans, votre enfant doit aussi avoir

de bons résultats en (première) langue étrangère. Dans

certains Länder, les parents peuvent inscrire leur enfant

dans le type d’école qu’ils souhaitent, sans tenir compte

de la recommandation de parcours scolaire. On appelle

cela le libre choix des parents (Elternwahlrecht). Dans

d’autres Länder, la recommandation de parcours scolaire

a priorité sur le libre choix des parents.

Mais il faut retenir la chose suivante : si vous n’êtes pas d’accord avec la

recommandation de parcours scolaire, il y a presque toujours une

possibilité de rediscuter cette décision. Le mieux est de s’adresser au

conseil des parents.

… 39 …


9.4

Les parents ne sont pas les seuls à avoir des droits.

Les enfants aussi.

Lorsque les adultes ont des problèmes entre eux, on oublie souvent que

les enfants, eux aussi, ont des droits. Ces droits sont inscrits dans la

Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant, appliquée par la

plupart des pays dans le monde (dont l’Allemagne).

Le droit à la vie, le droit à l’éducation et le droit à la

protection contre la violence font partie des droits

fondamentaux. Il existe encore beaucoup d’autres droits,

concernant par exemple l’égalité de traitement entre filles

et garçons, le droit à la vie privée, à la langue, à la religion et

à beaucoup d’autres choses encore.

9.5

Il faut parfois lutter pour ses droits.

En tant que parents, il se peut que vous pensiez la chose suivante : « Mon

enfant n’est pas jugé de manière objective par les enseignants » ou « L’enseignant(e)

de mon enfant ne respecte pas le règlement scolaire ».

Si vous n’êtes pas d’accord avec une décision parce que vous ne la trouvez pas

juste, vous pouvez exiger une révision. Voici ici quelques possibilités : vous

pouvez, par exemple, déposer une plainte matérielle (Sachbeschwerde),

déposer une plainte disciplinaire (Dienstaufsichts beschwerde) ou faire

appel (Widerspruch). Votre conseil des parents peut vous en informer.

Que pouvez-vous faire ?

1. Si vous avez des questions concernant vos droits, contacter le conseil

des parents de votre école.

2. Proposer que votre école organise, par le biais du conseil des parents,

une soirée d’informations pour les parents traitant le thème des droits

des parents à l’école.

3. Vous procurer des brochures ou des guides pour les parents spécialement

conçus pour le Land où vous résidez. Ces brochures sont en général disponibles

à l’école, à l’autorité éducative locale (Schulbehörde), à la commission

scolaire (Schulamt) ou au conseil des parents du Land (Landeselternrat).

4. À partir de la 3e année, ne pas perdre de vue la recommandation de

parcours scolaire. Avant la recommandation de parcours scolaire, discuter

avec votre enfant ainsi qu’avec les enseignants des choses suivantes :

quel est le niveau actuel de mon enfant ? Où souhaiterait-il aller et que

doit-il faire pour que ce soit réalisable ?

… 40 …


Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Droits des parents » :

dans le « Handbuch für die interkulturelle Eltern -

arbeit » (manuel pour le travail interculturel

avec les parents) de la BQM Beratung Qualifizierung

Migration (module jaune, pages 3 à 5),

vous trouverez des informations faciles à lire

sur les droits des parents, en allemand, farsi,

polonais, russe et turc : www.bqm-hamburg.de

Navigation : Angebote für Ratsuchende >

Publikationen

… sur le thème « Droits des enfants » :

l’ouvrage intitulé « Die Rechte der Kinder von

logo! einfach erklärt » (Les droits des enfants,

expliqués simplement par logo!) est écrit pour

les enfants. Même les parents peuvent beaucoup

apprendre de cet ouvrage. Il peut être téléchargé

gratuitement et commandé à l’adresse

www.bmfsfj.de site internet du ministère alle -

mand de la Famille, des Personnes âgées, des

Femmes et de la Jeunesse (Bundesministerium

für Familie, Senioren, Frauen und Jugend – BMFSFJ).

Navigation : saisir « Die Rechte der Kinder »

dans le champ de recherche « Suche ».

… sur les thèmes « Recommandation de

parcours scolaire » et « Libre choix des

parents » :

le site internet de la Conférence des ministres

de l’Éducation des Länder (Kultusministerkonferenz

– KMK) www.kmk.org vous informe sur

la manière dont le libre choix des parents et

la recommandation de parcours scolaire sont

régis dans votre Land.

Navigation : Themen > Allgemeinbildende

Schulen > Schüler, Eltern, außerschulische Partner

… 41 …


Les parents ont aussi

des obligations.

10.1

Les parents doivent réveiller leur enfant et lui donner à manger.

Les parents doivent envoyer leur enfant bien reposé à l’école, à l’heure et

de manière régulière. Assurez-vous que votre enfant emporte suffisamment

à boire et à manger (alimentation saine).

10.2

Les parents doivent fournir le matériel requis à leur enfant.

Les parents doivent fournir à leur enfant toutes les choses dont ils auront

besoin à l’école, par exemple :

cartable

trousse

cahiers

chaussures de sport

vêtements de sport

10.3

Les parents doivent informer l’école.

Les parents doivent immédiatement informer l’école si

l’enfant est malade ou s’il ne peut pas y aller pour une

autre raison.

… 42 …


10.4

Les parents doivent planifier les vacances et

les jours fériés.

Si la famille doit partir durant la période scolaire pour une raison très

importante, les parents doivent demander une autorisation de congé pour

leur enfant, par écrit et suffisamment à l’avance.

10.5

Les parents doivent informer l’école lorsque leur enfant

est malade et le soigner.

Les parents gardent leur enfant à la maison quand il a une maladie

contagieuse (coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, varicelle,

scarlatine, poux ou toute autre maladie). Une fois que l’enfant est

guéri et n’est plus contagieux, il ne peut retourner à l’école qu’avec

la notification de guérison (Gesundmeldung) émise par le médecin.

Très important :

si votre enfant manque l’école sans avoir donné de

mot d’excuse, il s’ensuit une absence non justifiée.

Elle figurera sur le bulletin et peut nuire à votre

enfant, par exemple lors de sa candidature pour un

apprentissage. Assurez-vous que votre enfant

apporte toujours un mot d’excuse s’il ne peut pas

aller à l’école.

… 43 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Veiller à ce que votre enfant, avant d’aller à l’école, ait toutes les fournitures

scolaires nécessaires. Si nécessaire : demander la mallette

pédagogique.

2. Veiller à ce que votre enfant arrive à l’école tous les jours à l’heure et

bien reposé, et à ce qu’il ait quelque chose à manger pour la pause.

3. Veiller à avoir le numéro de téléphone de l’école toujours avec vous.

Prévenez l’école immédiatement lorsque votre enfant ne peut pas s’y

rendre pour cause de maladie. Donner un mot d’excuse. Ce mot

d’excuse pourra ressembler à l’exemple ci-dessous :

* Mot d’excuse pour \[nom de l’enfant]

Chère Madame/Cher Monsieur \[nom de l’enseignant(e)],

Ma fille/Mon fils n’a malheureusement pas pu aller à l’école du \[date] au \[date]

en raison de \[raison, par exemple maladie].

Meilleures salutations,

\[Prénom, nom, adresse, numéro de téléphone d’un des parents]

… 44 …


4. Faire la connaissance de la professeure principale/du professeur principal

de votre enfant. Ne pas venir à l’école seulement lorsqu’il y a des

problèmes. Participer si possible régulièrement aux soirées de parents

d’élèves, aux réunions parents-enseignants et à d’autres évènements liés

à l’école de votre enfant.

5. Ne pas avoir peur d’aller à l’école si vous ne parlez pas ou peu l’allemand.

Demander à l’école s’il est possible de faire appel à un(e)

interprète (cela se fait dans quelques Länder). Sinon, demander s’il y a

des enseignants, à l’école, qui parlent votre langue. Autrement, s’adresser

à des amis ou à des personnes de la famille qui parlent bien

l’allemand.

Remarque importante : si vous désirez vous entretenir plus longuement

avec l’enseignant(e) à propos de votre enfant, fixer un rendez-vous.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Obligations des parents » :

dans le « Handbuch für die interkulturelle Elternarbeit

» (manuel pour le travail interculturel avec

les parents) de la BQM Beratung Qualifizierung

Migration (module jaune, pages 3 à 5), vous

trouverez des informations faciles à lire sur les

obligations des parents à l’école, en allemand, farsi,

polonais, russe et turc : www.bqm-hamburg.de

Navigation : Angebote für Ratsuchende >

Publikationen

… 45 …


Les bulletins et notes scolaires sont comme un feu

tricolore : leurs signaux sont à prendre au sérieux.

11.1

Les notes en allemand, mathématiques et anglais

sont particulièrement importantes.

Ces matières sont nommées matières fondamentales (Kernfächer) ou matières

principales (Hauptfächer). Elles sont nommées ainsi, car elles sont plus importantes

que les autres matières. Dans le bulletin scolaire (Zeugnis), les matières les

plus importantes sont les matières fondamentales. Ainsi, davantage d’heures de

cours leur sont consacrées. Les notes (Schulnoten) dans les matières fondamentales

sont déterminantes pour savoir si un enfant passe en classe supérieure ou

dans un type d’école secondaire particulier. C’est pourquoi il vous faut surveiller

les notes dans ces matières fondamentales.

11.2

La note dans la matière liée au métier que votre enfant

aimerait exercer plus tard est importante.

Les matières fondamentales sont importantes pour tous les métiers. Mais il

y a aussi, pour presque tous les métiers, une matière supplémentaire qui

est déterminante.

Exemple 1 : votre fille voudrait être policière. Il lui faut donc de bonnes notes

en allemand, en mathématiques, en anglais et en sport.

Exemple 2 : votre fils rêve d’être pharmacien ou docteur en pharmacie. Il

lui faut donc de bonnes notes en allemand, en mathématiques, en anglais et

en chimie.

11.3

Dans le bulletin scolaire, un « 3 » peut représenter un succès.

Exemple 1 : les entreprises (aussi nommées sociétés ou organismes) examinent

le bulletin actuel, mais aussi le bulletin des années précédentes. Pourquoi ? S’ils

voient que la personne candidate avait, il y a deux ans, un « 5 », il y a un an, un

« 4 », et a aujourd’hui un « 3 », ils estiment qu’elle a fait des efforts pour s’améliorer.

C’est en ce sens qu’un « 3 » peut être considéré comme une bonne

note. La note montre, dans ce cas-là, que l’enfant est capable d’apprendre.

Exemple 2 : un(e) candidat(e) obtient dans son bulletin scolaire la note « 3 » ou « 4 ».

Mais cet élève a l’esprit social et occupe une importante fonction honorifique, par exemple

celle de médiateur/médiatrice, ou alors s’occupe de l’aide aux devoirs dans la communauté ou

de l’entraînement dans un club sportif. Pour beaucoup d’entreprises, cela compte autant que

les notes. Les entreprises préfèrent les candidats engagés socialement. Dans ce genre

d’entreprises, il se peut que les meilleurs élèves de la classe, qui n’apprennent que pour les

notes et qui ne connaissent rien d’autre que l’école, soient défavorisés.

… 46 …


11.4

Dans le bulletin scolaire, il n’y a pas que des notes.

En général, dans le bulletin scolaire, votre enfant obtient aussi des évaluations

pour son comportement social (Sozialverhalten) et ses habitudes de

travail, que l’on appelle aussi comportement de travail (Arbeitsverhalten).

Dans quelques Länder, ces évaluations sont nommées notes de tête

(Kopfnoten). Elles évaluent l’importance des efforts fournis par l’enfant

dans son apprentissage (comportement de travail) et la manière dont il

se comporte envers les autres (comportement social). Elles sont nommées

« notes de tête », car elles figuraient auparavant en tête du bulletin scolaire.

Aujourd’hui, elles sont également nommées « appréciation du comportement

social et de travail ». Les notes de tête sont importantes si votre

enfant postule pour un apprentissage.

Beaucoup d’entreprises sont très intéressées par les notes de tête, car elles

donnent une idée de la personnalité de l’enfant. L’appréciation sur le

comportement social et de travail n’est pas la même dans tous les Länder.

Dans quelques Länder, des notes sont attribuées, alors que dans d’autres

Länder, des appréciations sont faites sous forme écrite ; certains Länder ont

les deux. Qu’est-ce qui est évalué exactement ?

Comportement social

se comporte correctement en cas de conflit

est prêt à prendre des responsabilités

est serviable

adopte des règles et les respecte

participe à la vie en communauté

Comportement de travail

est attentif en cours

participe au cours

fait ses devoirs

remet les documents et travaux requis

est organisé et méticuleux

est fiable

11.5

Attention ! Les bulletins ont leur propre langage.

Le langage des bulletins présente quelques pièges. Les parents qui risquent

de tomber dans le piège sont particulièrement ceux qui parlent à la maison

une autre langue que l’allemand. Quelques phrases qui semblent positives

expriment, en réalité, qu’il y a des problèmes.

Exemple 1 : « Votre enfant est très calme en cours » veut dire que votre

enfant ne participe que faiblement à l’oral.

Exemple 2 : « Le comportement de travail répond aux attentes » signifie

que votre enfant a la note « 3 » pour son comportement de travail. Cela

veut dire que votre enfant doit faire plus d’efforts.

… 47 …


Que signifient dans le détail ces évaluations sur le bulletin scolaire ?

Comportement… Note en chiffre Note en mots

… mérite une reconnaissance particulière. 1 très bien

… répond pleinement aux attentes. 2 bien

… répond aux attentes. 3 satisfaisant

… répond aux attentes, avec quelques réserves. 4 suffisant

… ne répond pas aux attentes. 5 und 6

insuffisant

et nettement

insuffisant

Que pouvez-vous faire ?

1. Surveiller l’évolution des notes à chaque bulletin. Comparer chaque

note avec celle du dernier bulletin. Si la note concernant une matière

s’est améliorée : complimenter votre enfant ! Si la note pour une matière

a baissé : en trouver la raison et songer à l’inscrire à des cours de

rattrapage.

2. Si votre enfant a besoin de cours de rattrapage, les commencer dès que

possible. Il est préférable de commencer un cours de rattrapage d’une

matière tant que votre enfant a un « 4 ». Si ses notes se sont, entretemps,

empirées (c’est-à-dire si votre enfant a un « 5 », ou pire encore,

un « 6 »), ce sera plus difficile pour lui de les améliorer.

3. Si votre enfant obtient des notes de tête (Kopfnoten) qui ne sont pas

trop satisfaisantes (au-delà de « 3 ») : s’adresser à l’enseignant(e) et lui

demander directement comment améliorer le niveau de l’enfant.

4. Si vous ne comprenez pas quelque chose au niveau du bulletin de votre

enfant, s’adresser à l’enseignant(e). Elle/il doit vous expliquer ce qui figure

sur le bulletin scolaire.

… 48 …


Note Points Appréciation Signification

1+

1

1-

2+

2

2-

3+

3

3-

4+

4

4-

5+

5

5-

15

14

13

12

11

10

9

8

7

6

5

4

3

2

1

6 0

Très bien

Bien

Satisfaisant

Suffisant

Insuffisant

Nettement

insuffisant

Les résultats répondent parfaitement aux attentes.

Les résultats répondent pleinement aux attentes.

Les résultats répondent, dans l’ensemble, aux

attentes.

Les résultats répondent encore, dans l’ensemble,

aux attentes, malgré quelques lacunes.

Les résultats ne répondent pas aux attentes, mais

révèlent que les connaissances principales néces -

saires sont acquises et que les lacunes peuvent être

comblées assez rapidement.

Les résultats ne répondent pas aux attentes. Il y a

de telles lacunes dans les connaissances de base que

celles-ci ne pourront pas être comblées dans un

futur proche.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Les notes à l’école » :

dans le « Handbuch für die interkulturelle

Eltern arbeit » (manuel pour le travail interculturel

avec les parents) de la BQM Beratung

Qualifizierung Migration (module jaune, page 1),

vous trouverez des informations faciles à lire

sur le thème des notes à l’école, en allemand,

farsi, polonais, russe et turc :

www.bqm-hamburg.de

Navigation : Angebote für Ratsuchende >

Publikationen

… 49 …


À l’école, tout ne dépend pas

uniquement des notes.

12.1

Si votre enfant a de mauvaises notes, cela ne veut

pas dire qu’il est ignorant.

Les notes à l’école sont importantes. C’est un fait. Mais il se peut que votre

enfant sache beaucoup de choses et qu’il obtienne malgré tout de mauvaises

notes. Les mauvaises notes sur le bulletin scolaire ne reflètent pas

automatiquement l’intelligence d’un enfant et tout ce qu’il sait vraiment.

L’Histoire nous montre d’ailleurs qu’un bon nombre de personnalités très

intelligentes avaient de mauvaises notes à l’école.

12.2

Les mauvaises notes peuvent avoir différentes causes.

L’enfant peut avoir peur des examens, ne pas aimer son enseignant(e), être

harcelé ou victime de mobbing à l’école, avoir des problèmes à lire et à

écrire, c’est-à-dire être atteint de dyslexie (Lese-Rechtschreib-Schwäche,

Legasthenie) ou des difficultés à calculer, soit être atteint de dyscalculie

(Rechenschwäche, Dyskalkulie). La puberté peut aussi l’amener à

développer une attitude paresseuse. Mais cela peut aussi être lié à

l’absence de modèle, à une certaine lassitude de l’école ou encore au

fait qu’il soit surdoué et s’ennuie en classe. Il peut également avoir des

problèmes à s’organiser seul, ayant besoin de règles bien définies, ou

avoir des problèmes psychiques.

12.3

Les notes peuvent-elles être améliorées ?

Cela est possible, mais chaque enfant est différent.

Si vous et votre enfant savez pourquoi les notes sont mauvaises, il faut

absolument faire le nécessaire pour les améliorer. Pour réagir face aux

mauvaises notes, il existe différentes solutions en fonction du problème :

aide aux devoirs, cours de rattrapage, tutorat.

Certains enfants ont besoin de parents qui montrent plus d’intérêt et

d’attention pour leur apprentissage, d’autres ont plutôt besoin de plus de

contrôle, de discipline et de règles claires. Il y en a aussi qui ont

peut-être besoin de plus de motivation. Ce qui

marche bien pour un enfant ne marche pas

auto ma tiquement pour un autre enfant.

… 50 …


Il est particulièrement important que votre enfant comprenne que vous

prenez la situation au sérieux, que vous allez vous informer régulièrement

et qu’il aura beaucoup d’avantages à en tirer.

12.4

Les mauvaises notes ne sont pas la fin du monde.

Il se peut qu’après de nombreux essais, vous et votre enfant n’ayez plus aucun

recours pour tenter d’améliorer ses notes, que les notes ne correspondent

pas à vos espérances et sont toujours aussi mauvaises. Faire des reproches à

votre enfant n’amènera à rien. Réfléchissez avec votre enfant et sa professeure

principale/son professeur principal aux différentes solutions possibles.

Exemple 1 : après la 9e année, votre enfant obtient sa première qualification

d’enseignement général (Erster Schulabschluss – ESA). Avec une formation

en entreprise, votre enfant peut obtenir, par exemple, une sorte de brevet

des collèges (mittlerer Schulabschluss – MSA).

Exemple 2 : la moyenne des notes (Notendurchschnitt) de votre enfant

ne suffit pas pour continuer jusqu’à l’Abitur (correspond, en France, au

baccalauréat) ou jusqu’au Fachabitur (correspond, en France, au baccalauréat

professionnel). Votre enfant peut d’abord suivre une formation

professionnelle et passer son Abitur ou Fachabitur plus tard.

12.5

Il n’y a pas que les notes qui comptent. Les aptitudes

personnelles sont aussi très importantes dans la vie.

Des entretiens avec un bon nombre d’entreprises de formation (aussi

nommées sociétés ou organismes) nous confirment que les notes figurant

sur le bulletin scolaire ne jouent pas toujours un rôle primordial. Cela

dépend naturellement de l’entreprise de formation.

Stages (Praktika)

Effectuer un stage et découvrir un métier peut être déterminant pour

votre enfant qui pourrait dire ensuite : « Ce serait bien quelque chose pour

moi ! » ou bien « Cela ne me correspond pas du tout ! ». Pour beaucoup

d’entreprises, il est important qu’une candidate/qu’un candidat ait déjà une

idée du métier souhaité. Les stages représentent alors un gros avantage !

Volontariat

Votre enfant peut s’engager dans le volontariat, par exemple, dans une

organisation pour la jeunesse, dans un club, dans votre commune, en

donnant des leçons de rattrapage ou en participant à l’organisation de fêtes

de quartier. Par ce biais, votre enfant montre son sens des responsabilités.

… 51 …


Petits boulots

Votre enfant a déjà fait un job de vacances ou a trouvé un petit boulot

après l’école, comme distribuer des prospectus, travailler dans la vente ou

la gastronomie. Pour ces petits emplois, il est conseillé d’obtenir des

certificats ou des références. Les entreprises apprécient les candidats qui

ont déjà un peu d’expérience dans le monde du travail.

Travail au sein de la famille

Votre enfant assume peut-être régulièrement des tâches bien définies au

sein de la famille, comme celle de veiller sur ses petites sœurs ou bien

encore d’aider dans l’entreprise familiale ou dans la rénovation de la maison.

C’est par cela que votre enfant montre son sens des responsabilités.

Hobbies et intérêts

Votre enfant a des intérêts qui peuvent être importants pour sa future vie

professionnelle. Son activité favorite pourra lui être utile au cours de sa vie.

Cela dépend de l’activité exercée. Si son loisir favori est de jouer aux jeux

vidéo, une entreprise informatique se montrera peu impressionnée. En

revanche, s’il programme lui-même des jeux pendant son temps libre, elle

sera plutôt intéressée.

Permis de conduire

Pour certaines entreprises et certains métiers, le permis de conduire est

indispensable.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Stage » :

vous trouvez une check-list pour les parents sur

le site internet www.schulewirtschaft.de dans la

brochure « Checklisten Schülerbetriebspraktikum »

(check-lists concernant le stage pratique en entreprise

pour écoliers) de la Bundesarbeits gemein schaft

SCHULEWIRTSCHAFT.

Navigation : Inhalte > Publikationen > Berufsorientierung

… 52 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Se renseigner chaque semestre auprès de l’enseignant pour savoir si

tout se passe bien pour votre enfant au sein de l’école.

Vous pouvez par exemple poser les

questions suivantes…

Les résultats de mon enfant sont-ils corrects ?

Mon enfant a-t-il besoin de cours de rattrapage ?

Comment se comporte mon enfant socialement ?

Mon enfant se sent-il bien dans la classe ?

A-t-il des amis ?

Mon enfant a-t-il besoin de soutien ?

Selon vous, de quel genre de soutien a-t-il donc besoin ?

Mon enfant passera-t-il en classe supérieure ?

Mon enfant réussira-t-il son diplôme d’études secondaires ?

Que puis-je faire pour aider mon enfant ?

2. Sur le thème « Améliorer les notes » : vous trouverez d’autres idées

concrètes à la page 17.

3. Dresser avec votre enfant la liste des activités qu’il exerce ou qu’il a

exercées en dehors de l’école (pages 51 et 52). Si cela peut s’appliquer

à un champ de travail particulier, il faut absolument le mentionner dans

la lettre de motivation et dans le CV (curriculum vitae) ! Rassembler les

documents justificatifs : attestation de stage, certificat de travail,

confirmation du travail bénévole, attestation de participation, diplôme,

récit médiatique (Medienbericht) tel qu’un extrait du journal scolaire,

ou numéro de téléphone d’une personne pouvant donner des

informations positives sur votre enfant.

4. Si rien ne peut s’appliquer à un champ de travail particulier, réfléchir

alors avec votre enfant sur ce qu’il pourrait faire dans un futur proche.

Votre enfant peut éventuellement rattraper certaines lacunes après

l’école.

… 53 …


Formation en alternance, études

universitaires ou études en alternance ?

Il n’y a pas de mauvais choix !

Laissez votre enfant choisir.

13.1

Formation en alternance (duale Ausbildung) et/ou

études universitaires (duales Studium) :

c’est ainsi que l’on apprend un métier en Allemagne.

En Allemagne, il y a 2 orientations principales après l’école. L’une mène vers

une formation professionnelle, l’autre vers des études universitaires. Les

jeunes commencent avec une formation professionnelle ou font des études

à l’université ou dans une école supérieure.

13.2

Il y a une grande variété de formations et/ou

d’études en Allemagne.

Chacune des 2 grandes orientations est composée de différentes voies.

Les 5 voies les plus importantes sont les suivantes…

Éducation scolaire (Schulische Ausbildung) :

votre enfant apprend un métier dans une école professionnelle.

Formation en alternance (Duale Ausbildung) :

votre enfant apprend un métier à la fois en entreprise et dans une école

professionnelle.

Études en alternance (Duales Studium) :

votre enfant apprend un métier dans une entreprise et dans une école

supérieure spécialisée/université.

Études dans une école supérieure spécialisée

(Fachhochschulstudium) :

pour apprendre un métier, votre enfant étudie dans

une école supérieure (spécialisée).

Études universitaires (Universitätsstudium) :

pour apprendre un métier ou se spécialiser dans une

matière, votre enfant étudie à l’université.

… 54 …


13.3

Chacune de ces voies peut mener à la réussite.

Ce n’est toutefois pas toujours le cas.

Chaque enfant est différent. Peu importe la voie choisie par l’enfant, elle

pourra aussi bien le mener à un bon qu’à un mauvais début de carrière. Ce

qu’il est important de savoir : aujourd’hui, le parcours professionnel linéaire

n’existe quasiment plus.

13.4

Il n’y a pas forcément de choix irréversible à faire :

tout est possible.

Comparée à bien des pays, l’Allemagne dispose d’un système éducatif

flexible. Par exemple, on peut d’abord suivre une formation profession nelle,

puis étudier, ou alors l’inverse, à savoir d’abord étudier, puis suivre une

formation professionnelle. Les transitions et les admissions parallèles sont

possibles.

13.5

Le métier doit être fait pour l’enfant et

non l’enfant pour le métier.

Il se peut qu’un enfant, après sa scolarité, ne sache toujours pas ce qu’il

aimerait être ou ce qu’il aimerait faire. En Allemagne, il y a différentes

manières d’utiliser ce temps à bon escient.

Il n’existe aucune limite d’âge réglementaire. Chaque individu peut à tout

âge suivre une formation professionnelle ou faire des études. Cependant,

quand on est plus âgé, il est plus difficile de trouver une place de formation

professionnelle.

Si votre enfant a fait le mauvais choix, ce n’est pas un drame.

Et si votre enfant essaie plusieurs voies avant de se décider,

ce n’est pas un drame non plus.

… 55 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Ce tableau peut vous aider, vous et votre enfant, à comparer

les avantages et les inconvénients des différents modèles :

formation en alternance, études et études en alternance.

Avantages

Formation en alternance Études Études en alternance

1. Rémunération durant la formation,

indépendance financière

2. Expérience pratique dès le

premier jour

3. Bonnes chances d’obtenir

ultérieurement un emploi

dans la même entreprise

4. Objectifs d’apprentissage

clairement formulés par le

formateur/la formatrice

5. Temps de formation rela tivement

court (de 2 à 3 ans)

1. Risque de chômage moins

élevé que celui des personnes

qui n’ont pas fait d’études

(cela dépend du métier)

2. Rémunération moyenne plus

élevée (cela dépend du métier)

3. Possibilité de suivre une

carrière scientifique

4. Possibilité de choisir entre

plusieurs professions

1. Rémunération plus élevée

durant la formation que pour

la formation en alternance

2. Bachelor et diplôme d’une

formation professionnelle :

2 qualifications en une fois

3. Combine à la fois

l’expérience professionnelle

et les nombreuses

connaissances théoriques

4. Bonnes chances d’obtenir

ultérieurement un emploi

dans la même entreprise

Conditions et inconvénients éventuels

Formation en alternance Études Études en alternance

1. Rémunération moyenne moins

élevée que celle des personnes

qui ont fait des études

(cela dépend naturellement

du métier)

2. Les possibilités professionnelles

se limitent au métier appris

1. Fachabitur ou Abitur requis

2. Faire des études coûte de

l’argent

3. Moins d’expériences

professionnelles

4. Une fois diplômé, recherche

d’emploi indépendante

5. Nécessité de savoir

s’organiser et de travailler de

manière autonome

1. Fachabitur ou Abitur requis

2. Travail très intensif et qui

nécessite beaucoup de temps

3. Nécessité de savoir

s’organiser et de travailler de

manière autonome

4. Pas de vacances semestrielles,

mais 24 à 30 jours de vacances

par an

5. Procédure de candidature

exigeante

… 56 …


2. Si votre enfant cible une seule profession ou une seule université,

réfléchir avec lui aux alternatives, par exemple, à des métiers similaires.

Ainsi, dans le cas où la formation ou les études souhaitées ne sont plus

possibles, votre enfant aura d’autres options.

3. Se procurer l’adresse du conseiller d’orientation universitaire et professionnelle

de l’agence pour l’emploi (Agentur für Arbeit) ou d’un autre

service de conseil adéquat (si vous appelez à la place de votre enfant

pour convenir d’un rendez-vous, cela ne laissera pas une bonne impression.

Mieux vaut laisser votre enfant faire cela lui-même !).

4. Accompagner votre enfant : vous pouvez accompagner votre enfant en

tant que soutien lorsqu’il se rend à un salon de l’éducation ou de la

formation. De cette manière, vous pouvez vous informer ensemble.

Cela permet aussi de mieux discuter de ces différents sujets avec votre

enfant.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Formation ou études » :

www.bachelor-studium.net/ausbildung-oderstudium.php

… 57 …


Made in Germany : le monde entier

envie notre système de formation

en alternance (duale Ausbildung).

14.1

Le monde est très diversifié : dans chaque pays, on apprend

les métiers de différentes manières.

Exemple 1 : dans certains pays, les métiers s’apprennent directement dans la

famille, par exemple chez des personnes plus âgées apparentées à la famille.

Avantage : il n’y a pas à créer de dossier de candidature, car on bénéficie des

contacts de la famille. Les qualifications scolaires ne sont alors plus vraiment

si importantes. Inconvénient : les jeunes n’ont, pour la plupart, pas de certificat

en main et ne peuvent pas prouver qu’ils ont vraiment appris ce métier.

Exemple 2 : dans d’autres pays, l’apprentissage des métiers a lieu dans une

seule école professionnelle (quasiment) et s’effectue sur plusieurs années.

Avantage : beaucoup de connaissances théoriques et un certificat en main.

Inconvénient : peu d’expériences professionnelles. Le travail en entreprise

(aussi nommée société ou organisme) est souvent inhabituel et difficile.

Exemple 3 : il y a des pays dans lesquels les jeunes apprennent

leur métier directement au sein de l’entreprise.

Avantage : beaucoup de connaissances pratiques et un

certificat en main. Inconvénient : peu de connaissances

théoriques concernant le métier.

14.2

L’Allemagne a une recette unique :

la formation en alternance.

L’Allemagne a développé un système qui est unique au monde : la formation

dans un système en alternance (Ausbildung im dualen System). Ou bien

plus simplement, la formation duale, plus connue sous le nom de formation

en alternance (duale Ausbildung).

Pour la formation duale, les cours en école professionnelle et l’expérience

en entreprise se font en parallèle. Les connaissances théoriques et pratiques

sont ainsi acquises simultanément. Avantage : beaucoup de connaissances

pratiques, de connaissances théoriques et un certificat en main. Inconvénient

: écrire une lettre de candidature. Aucun autre inconvénient !

… 58 …


14.3

En Allemagne, beaucoup de métiers ne s’apprennent

pas à l’université, mais via la formation en alternance au

sein d’une entreprise.

Dans beaucoup de pays, apprendre une profession implique d’étudier à

l’université après l’école secondaire. En Allemagne, un bon nombre de

métiers peuvent être appris en entreprise et en école professionnelle. C’est

par exemple le cas pour les métiers qui forment les

gestionnaires en commerce international, les employés

de banque, les informaticiens spécialisés, certains

métiers de fonctionnaires et bien d’autres encore.

14.4

En Allemagne, il y a environ 350 métiers qui relèvent de

la formation en alternance, avec de bonnes perspectives

de carrière.

Il n’est pas important de savoir, en Allemagne, où les jeunes ont suivi telle

ou telle formation. Les standards et les qualifications sont partout les

mêmes. En Allemagne, une formation en alternance est un gage de haute

qualité et offre de bonnes perspectives de formation professionnelle et

continue.

Beaucoup de parents croient qu’une formation en alternance n’existe que

dans le domaine artisanal. Ce n’est pas le cas. Toutes les branches professionnelles

requièrent du personnel qualifié avec une formation en alternance :

administratif, informatique, logistique, commerce, industrie, transport,

administration publique et bien plus encore.

… 59 …


14.5

Formation : votre enfant apprend un métier et gagne,

en plus, de l’argent !

Non seulement la formation est gratuite, mais les apprentis gagnent, en

plus, de l’argent. Cette rémunération est nommée indemnité de formation

(Ausbildungsvergütung). Elle est comprise entre 300 et 1000 euros par

mois selon le métier, la région et l’année de formation. Après la

formation, les jeunes peuvent directement travailler (souvent

dans la même entreprise) et, sous certaines conditions, entamer des études

universitaires.

Les études en alternance (duales Studium) constituent l’une des particularités

de l’Allemagne. L’apprenti(e) suit sa formation professionnelle en entreprise

et étudie en parallèle dans une école supérieure ou à l’université. À la

fin, les apprentis bénéficient de deux qualifications à la fois : un titre de

formation et un diplôme universitaire.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Formation (duale) et

filières de formation » (Duale Ausbildung,

Ausbildungsberufe) :

www.berufenet.arbeitsagentur.de

… sur le thème « Études en alternance »

(Duales Studium) :

www.duales-studium.de

www.wegweiser-duales-studium.de

… 60 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Ne pas reporter sur votre enfant vos propres expériences au niveau

de sa formation professionnelle. Ce qui existait, il y a 20 ou 30 ans, en

Alle magne ou dans un autre pays, n’est plus d’actualité.

2. Ne pas dire à votre enfant « Tu dois à tout prix faire ton Abitur, puis

faire des études ! », mais plutôt soulever avec lui les questions suivantes :

« Qu’aimerais-tu faire ? »

« Que sais-tu particulièrement bien faire ? »

« Rêves-tu d’exercer un métier bien précis ? »

« Où et comment apprendre ce métier ? »

3. Vous informer vous-même(s) sur les thèmes de la formation en alternance

(duale Ausbildung) et des études duales (duales Studium), chercher

un service de conseil ou un centre d’orientation professionnelle

(Berufsinformationszentrum – BIZ) dans votre région.

4. Participer avec votre enfant à un salon sur la formation qui a lieu dans

votre région, découvrir également des entreprises et des métiers.

5. Visiter une entreprise et poser des questions.

… 61 …


Mon enfant fera des études !

15.1

Toutes les universités sont différentes.

Et les filières d’études sont innombrables.

Au niveau de la formation (duale Ausbildung), il n’est pas important, en

Allemagne, de savoir dans quel Land les jeunes ont appris leur métier.

Par exemple, la formation des employés de bureau se déroule de la

même manière, que ce soit à Aix-la-Chapelle, à Berlin ou à Zwickau.

Avec les universités, c’est autre chose. Les universités relèvent du Land dans

lequel elles sont situées. En Allemagne, il y a des milliers de filières d’études

(Studiengänge). On ne peut pas recenser le nombre exact de filières, car il

y a, dans ce domaine, des changements chaque année. Même dans des

domaines d’études identiques et similaires, il y a des différences qui peuvent

être importantes.

Exemple : des études européennes sont enseignées dans beaucoup universi

tés. Elles peuvent cependant avoir des priorités différentes telles que

l’histoire de l’Europe, l’éducation, la culture, l’économie, le droit, la politique

ou le travail dans les institutions de l’Union européenne.

15.2

Il existe 3 diplômes universitaires :

licence (Bachelor), mastère (Master) et doctorat (Doktor).

Avant, l’Allemagne disposait de ses propres diplômes universitaires (akademische

Abschlüsse). On les appelait Diplom, Magister et Staatsexamen.

Depuis quelques années, il existe en Allemagne 3 diplômes universitaires

reconnus à l’international. Ce sont les suivants :

Bachelor (B. A.), équivalent à la licence, en France : le 1er niveau

Dans la plupart des cas, pour obtenir un Bachelor, il faut faire 3 années

d’études.

Master (M. A.), appelé master, en France : le 2e niveau

Dans la plupart des cas, pour avoir un master, il faut faire 2 années d’études

en plus.

Promotion/Doktor (Dr.), appelé doctorat, en France : le 3e niveau

Pour atteindre ce niveau et pouvoir porter le titre de docteur, il faut étudier

au moins 3 années supplémentaires et écrire une thèse (thèse de doctorat).

Ces études durent souvent plus de 3 ans.

En Allemagne, dans les domaines du droit, de la médecine et de l’enseignement,

le diplôme de Staatsexamen (examen d’État) est toujours en vigueur.

… 62 …


15.3

La confiance, c’est bien. Le contrôle, c’est mieux !

Toutes les écoles supérieures ne sont pas reconnues

par l’État !

Parmi plus de 10 000 filières, il existe des écoles supérieures qui ne sont

pas reconnues par l’État. Lorsqu’une école n’est pas reconnue par l’État,

trouver un travail par la suite peut s’avérer difficile, car les employeurs ne

reconnaissent pas la qualification.

Par exemple, certaines institutions se proclament Académies (Akademien).

En Allemagne, cette appellation n’est pas protégée, à l’inverse des

appellations Universität (université) et Hochschule (école supérieure).

Bien sûr, il existe des académies très prestigieuses

avec des qualifications reconnues, mais il ne faut

pas oublier que certaines académies ne sont pas

reconnues par l’État. C’est pour cette raison qu’il

vaut mieux bien se renseigner.

15.4

Avoir l’Abitur donne le droit de faire des études.

Cependant, il existe un numerus clausus.

En Allemagne, tous les jeunes qui ont obtenu leur Abitur ont en principe le

droit de choisir une université ou une école supérieure. Cependant,

quelques filières sont très demandées. Il peut y avoir énormément de

jeunes qui postulent pour une même place à l’université. Et l’université ne

peut pas accueillir tous les postulants.

C’est pourquoi l’université sélectionne toutes les candidatures en fonction

de la moyenne générale (Notendurchschnitt). Ce procédé se nomme

numerus clausus ou NC. Le mot « numerus clausus » provient du latin et

signifie « nombre fermé ».

Exemple : dans la filière biologie, une université peut accueillir 600 étudiants.

De tous les postulants, ce sont les 600 personnes ayant les meilleures

notes à l’Abitur qui sont admises. La 600e personne qui a postulé et qui a

été admise aura, par exemple, une moyenne de 1,8. Cela signifie donc que,

cette année, le numerus clausus sera au niveau de 1,8 pour cette filière. En

conclusion : tous les postulants dont la moyenne des notes est moins bonne

que 1,8 ne pourront pas être admis cette année dans cette filière. Le

numerus clausus varie donc d’année en année.

… 63 …


Remarque importante : faire des études sans avoir d’Abitur, c’est possible.

Si l’on a achevé une formation en alternance (duale Ausbildung) et que l’on

peut justifier 3 ans d’expérience professionnelle, il est alors possible d’étudier

dans une école supérieure (Hochschule). Elles sont nombreuses en

Allemagne. Pour cela, il faut passer et réussir un examen d’entrée.

15.5

Faire des études coûte de l’argent

À l’inverse de la formation en alternance (duale Ausbildung), pour laquelle

chaque apprenti est rémunéré chaque mois, les études en université

(Universität) ou dans une école supérieure (Hochschule) coûtent toujours

de l’argent. Le coût principal est le loyer dès lors que votre enfant n’habite

plus à la maison ou qu’il part étudier dans une autre ville. À cela s’ajoutent

les frais de scolarité semestriels (Semesterbeiträge), le coût des livres, de

l’équipement technique (ordinateur portable, téléphone), ainsi que

d’éventuelles taxes universitaires (Studiengebühren). La plupart du temps,

les étudiants financent leurs études en faisant appel à différentes sources.

Cela vaut la peine de déposer une demande de bourse d’études

(Stipendium). Les bourses d’études n’ont pas à être remboursées plus tard

(contrairement à l’aide financière du gouvernement BAföG). Aussi, avant

de faire appel à un prêt ou à un prêt étudiant (Kredit, Studienkredit)

auprès d’une banque pour financer ses études, il faut bien réfléchir

aux avantages et aux inconvénients de ce type de financement.

Comment financer ses études ?

Source de revenus % d’étudiants Moyenne en euros

Parents 87 476

Activités rémunérées

pendant les études

63 323

BAföG 32 443

Épargne 20 129

Bourse d’études 4 336

Prêt étudiant 4 451

Crédit formation 1 276

Source : Deutsches Studentenwerk, 21. Sozialerhebung 2016, www.sozialerhebung.de.

… 64 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Ne pas reporter vos propres souhaits sur votre enfant. Laisser votre

enfant choisir et tenter de définir, avec lui, ses intérêts personnels et le

métier auquel il aspire.

2. Chercher avec votre enfant des filières qui correspondent au métier

qu’il souhaite exercer.

3. Clarifier la question du financement des études. Votre enfant étudierat-il

à la maison ou dans une autre ville ? Combien coûtent les études à

cet endroit ? Votre famille peut-elle tout financer elle-même ? Si ce n’est

pas le cas : comment les études peuvent-elles être financées ? Y a-t-il

des options moins coûteuses ?

4. Chercher à savoir si l’école supérieure (Hochschule) est reconnue par

l’État (staatlich anerkannt).

5. Déterminer les chances de trouver un travail après un diplôme dans

cette école.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Études, généralités » :

www.hochschulkompass.de

www.studienwahl.de

… sur le thème « Études en alternance »

(Duales Studium) :

… si votre enfant est le premier

dans la famille à vouloir faire

des études :

www.arbeiterkind.de

… sur le thème « Bourses d’études » :

www.mystipendium.de

… sur le thème « Étudier sans Abitur » :

www.studieren-ohne-abitur.de

www.ausbildungplus.de

www.duales-studium.de

www.wegweiser-duales-studium.de

… 65 …


Après l’école, il y a plus d’options

que certains parents ne le pensent.

16.1

Formation ou études : l’âge ne joue aucun rôle !

Si votre enfant sait déjà ce qu’il veut faire, il peut alors bien sûr commencer

directement après l’école une formation professionnelle ou des

études. Mais il n’en est pas contraint. En Allemagne, la loi ne fixe pas de

limite d’âge pour commencer une formation ou des études. Parfois, il est

raisonnable de faire autre chose de sensé entre-temps.

16.2

« Je n’ai pas la moindre idée de ce que je veux être,

plus tard » : un constat qui concerne beaucoup de jeunes.

Après la scolarité, beaucoup d’enfants ne savent toujours pas ce qu’ils

veulent devenir. C’est normal. Quand vous aviez 16 ou 19 ans, saviezvous

ce que vous vouliez devenir ? Votre enfant devrait se prendre

un peu de temps pour réfléchir, plutôt que de se lancer

immédiatement, de manière irréfléchie, dans des études

quelconques.

… 66 …


16.3

Il est préférable d’accumuler différentes expériences

après l’école plutôt que de prendre trop vite une mauvaise

décision qui aura un impact sur toute la vie.

Après avoir fait beaucoup d’efforts à l’école, il se peut que votre enfant

ait besoin d’une pause avant de continuer à apprendre. Accordezlui

cette pause. Naturellement, cette pause doit être d’une longueur

raisonnable et ne pas durer des années !

16.4

Si la candidature n’est pas fructueuse tout de suite :

on peut mettre ce temps à profit !

Il existe de nombreuses possibilités d’utiliser efficacement son temps entre

l’école et la formation ou les études. C’est l’année où votre enfant peut

apprendre de nombreuses choses essentielles à son évolution. Il accumule

de nouvelles expériences et relève seul de nouveaux défis. Il peut améliorer

son niveau dans une langue étrangère ou en apprendre une nouvelle. Il peut

renforcer ses compétences sociales et personnelles.

Et peut-être le plus important : votre enfant peut accumuler de l’expérience

professionnelle et s’orienter vers un métier. Dans une candidature, il est

très apprécié d’avoir fait un service volontaire fédéral (Bundesfreiwilligendienst),

une année de volontariat social (Freiwilliges Soziales Jahr) ou

d’avoir déjà accumulé des petits jobs.

… 67 …


16.5

Il existe en Allemagne et à l’étranger beaucoup de

possibilités pour les jeunes ayant terminé leur scolarité.

Voici quelques idées…

Service volontaire fédéral

(Bundesfreiwilligendienst – BFD)

Année de volontariat social

(Freiwilliges Soziales Jahr – FSJ)

Année de volontariat écologique

(Freiwilliges Ökologisches Jahr – FOJ)

Ces services volontaires donnent aux jeunes l’occasion de

s’engager pour la société. Les volontaires peuvent travailler

dans des domaines très divers : par exemple en contact avec

des enfants et adolescents, dans les soins de santé et soins

aux personnes âgées, dans la branche d’aide aux handicapés,

dans la protection de l’environnement, dans la protection de la

nature, dans le sport, dans la culture, dans l’entretien des monuments, dans

la branche politique et intégration ou dans les écoles. Beaucoup de services

volontaires peuvent aussi être effectués à l’étranger.

Que pouvez-vous faire ?

1. Deux années avant la fin de la scolarité, réfléchir avec votre enfant sur

une orientation réaliste et qui lui correspond le mieux. Plus le plan est

concret, mieux c’est. Envisager avec votre enfant un plan B (et encore

mieux, un plan C) si les choses ne fonctionnent pas comme prévu dans

l’entreprise ou l’université de ses rêves.

2. Être bien informé des possibilités après l’école et en discuter régulièrement

avec votre enfant.

3. Ne pas en faire un drame si votre enfant n’obtient pas de place en

apprentissage ou à l’université directement après la scolarité. Il est plus

judicieux de discuter avec votre enfant pour savoir comment il peut

mettre cette année à profit.

4. Veiller à ce que cette année ne représente pas de « trou » dans le curriculum

vitae. Bien décrire ce que l’enfant a fait pendant ce temps. Car

durant cette année, votre enfant aura accumulé des expériences et

beaucoup appris !

… 68 …


Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Service volontaire fédéral »

(Bundesfreiwilligendienst – BFD) :

www.bundesfreiwilligendienst.de

… sur le thème « Service volontaire à l’étranger »

(Freiwilligendienst im Ausland) :

www.weltwaerts.de

www.ijgd.de

… sur le thème « Année de volontariat social »

(Freiwilliges Soziales Jahr – FSJ) :

www.pro-fsj.de

… sur le thème « Année de volontariat social

dans la culture » (Freiwilliges Soziales Jahr in

der Kultur – FSJ) :

www.fsjkultur.de

… sur le thème « Année de volontariat écologique »

(Freiwilliges Ökologisches Jahr – FOJ) :

www.foej.de (aussi en anglais)

… sur le thème « Programme au pair »

(Au-pair-Programme) :

www.aupair.de

… 69 …


Chaque enfant a ses points

forts et ses points faibles.

17.1

Les enfants et les adolescents n’apprennent pas

seulement à l’école.

Les enfants et les adolescents sont à peine conscients du fait

qu’ils savent et qu’ils peuvent beaucoup plus que ce qui

figure sur le bulletin scolaire. Les parents, également, en

sont souvent peu conscients. Ce n’est pas seulement à l’école

que l’on apprend et que l’on essaie de nouvelles choses : c’est

aussi au sein de la famille, avec ses amis et pendant son temps libre, ses

loisirs.

C’est ainsi que se développent les compétences sociales, interculturelles

et personnelles (soziale, interkulturelle und personale Kompetenzen) : par

exemple, le sens de l’organisation, le plurilinguisme, les compétences techniques

ou la fiabilité. Pour toute entreprise, de telles aptitudes, entre autres,

sont déterminantes, voire parfois plus importantes que les notes à l’école.

C’est pourquoi votre enfant devrait être conscient de ses propres capacités

et ne pas oublier de les mentionner lorsqu’il pose sa candidature.

17.2

Votre famille est comme une petite entreprise.

Chaque membre de la famille a ses propres tâches.

Par exemple, beaucoup de jeunes assument des tâches importantes au sein

de la famille. Ils assistent par exemple leurs frères et sœurs, plus jeunes,

dans leurs devoirs, ils aident aux travaux ménagers ou

dans l’entreprise familiale, ou encore s’occupent de personnes

âgées dans la famille. C’est ainsi qu’ils

acquièrent et renforcent des compétences

importantes, telles que le sens des

responsabilités et l’autonomie.

… 70 …


17.3

Certains enfants sont déjà des experts en la matière.

Beaucoup de jeunes jouent le rôle d’interprète (pour leurs parents ou leurs

grands-parents qui ne parlent pas l’allemand) lors de rendez-vous avec

l’administration, lors de visites chez le médecin, ou de médiateur entre les

différentes cultures (par exemple entre les parents et l’école). De plus,

beaucoup ont de très bonnes connaissances sur un pays particulier. Ils

acquièrent ainsi des compétences interculturelles telles que de l’expérience

en traduction, de la flexibilité, de la sensibilité et de la sociabilité. Ils n’ont pas

peur de la nouveauté, ni d’être entourés de différentes cultures et langues.

Ils sont habitués aux malentendus et savent comment les gérer.

17.4

Savoir reconnaître ses propres points forts n’est pas

simple, mais primordial pour la recherche d’un emploi.

Il y a des jeunes qui se sont battus pour passer de la Hauptschule à la

Realschule et qui ont fini par avoir leur Abitur. Même si leurs notes ne sont

pas les meilleures : ces jeunes ont prouvé leur persévérance, leur volonté

d’apprendre et leur détermination, des qualités déterminantes dans le

monde professionnel.

Remarque importante : lors de son entretien (Bewerbungsgespräch),

votre enfant devra parler de ses réussites

et de ses points forts. Dans cer taines cultures, il n’est pas

habituel de parler de ses propres réussites. Cela peut passer

pour de la vantardise. Dans le cadre d’une embauche,

il est cependant très important de mettre en avant ses

réussites.

… 71 …


17.5

Les points faibles font aussi partie de la vie.

Beaucoup de parents pensent que leur enfant a toutes les qualités. Mais,

pour être honnête : personne n’est parfait. Il est nécessaire de transmettre

à son enfant un portrait réaliste des choses. C’est justement pour son

futur métier qu’il est important que l’enfant puisse bien s’évaluer lui-même

(de manière réaliste) et aussi accepter la critique.

Je suis bon en ça. Je dois travailler un peu plus pour ça.

Cela, je l’ai bien fait. Mon erreur était plutôt là.

Remarque importante : lors de l’entretien, votre enfant sera amené à

parler également de ses points faibles. Ce n’est jamais facile à faire, mais il

faut s’y préparer.

Que pouvez-vous faire ?

1. Recenser avec votre enfant tous ses points forts et les aptitudes qu’il a

développées jusqu’à lors. Et vous, en tant que parent, comment

voyez- vous cela ? Quelles sont les choses que votre enfant peut parti culièrement

bien faire ? Quelles sont ses qualités ?

2. Le mieux est de rédiger une liste : écrire tous les exemples qui illustrent

les points forts et les aptitudes de votre enfant.

3. Émettre aussi une critique objective à l’égard de votre enfant.

4. Savoir répondre de manière sincère à cette question : qu’est-ce que

mon enfant ne peut pas encore bien faire ? Où sont ses points faibles ?

5. Rappeler à votre enfant qu’il lui faut des justificatifs pour tout ce qu’il a

appris et réalisé en dehors de l’école.

… 72 …


Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Trouver ses points forts » :

dans la brochure « Schätze heben » (Montrer

ce que l’on a de précieux) de la BQM Beratung

Qualifizierung Migration, vous trouverez

un bilan des compétences, pages 63 à 70.

Grâce à cette brochure, vous et votre enfant

serez en mesure de mieux déterminer ses

compétences et de les mettre en valeur lors

de sa candidature : www.bqm-hamburg.de

Navigation : Angebote für Ratsuchende >

Publikationen

… 73 …


Les parents sont tout simplement

irremplaçables en ce monde. Aussi

lorsqu’il s’agit de choisir un métier.

18.1

Les parents ont la plus grande influence

quant au choix professionnel.

Même si beaucoup de jeunes ont du mal à l’admettre : lorsqu’il s’agit de

choisir un métier, les jeunes prennent le conseil des parents au sérieux.

Des études montrent que la plupart des jeunes (70 à 90 pour cent), à qui

on a demandé quelles étaient les personnes qui avaient influencé leur choix,

citent en premier les parents. L’école et les amis n’arrivent qu’en deuxième

et troisième position. Les parents ont donc la plus grande influence sur le

choix professionnel de leur enfant.

18.2

L’influence des parents peut être positive.

En tant que parent, si vous avez des relations dans le monde professionnel,

vous pouvez fournir à votre enfant beaucoup d’exemples et peut-être

même lui transmettre des contacts utiles.

Mais, même si ce n’est pas le cas, vous pouvez quand même aider votre

enfant ! Si vous prenez ce sujet au sérieux en discutant avec lui et en

l’accompagnant aux rendez-vous importants, cela sera bénéfique pour

votre enfant.

18.3

L’influence des parents peut aussi être négative.

Les parents peuvent réagir de deux façons différentes : « Mon enfant doit

continuer à exercer mon métier ! ». Ou l’inverse : « Je veux que mon enfant

mène une meilleure vie que la mienne ! ». Beaucoup d’enfants apprennent

un métier bien précis uniquement parce que les parents le veulent.

Si, en tant que parent, vous ne connaissez que très peu de métiers, il se peut

que vos conseils ne soient pas bénéfiques pour votre enfant. Car il existe plus

de 350 filières de formation et des milliers de programmes d’études. Personne

ne peut tout savoir sur un programme donné.

… 74 …


Heureusement, il y a beaucoup de spécialistes qui conseillent les jeunes dans

le choix d’un métier et qui les aident à poser leur candidature en vue d’une

place de formation.

18.4

Beaucoup de personnes peuvent influencer le choix

professionnel de votre enfant.

En dehors des parents, d’autres personnes jouent aussi un rôle important.

Par exemple, les grands-parents, les enseignants ou les conseillers d’orientation,

les amis, ainsi que des connaissances. Le choix des jeunes pour un

métier est un thème abordé également par les syndicats, les institutions, les

services publics, les organisations de migrants, les établissements de quartier

et beaucoup d’autres acteurs. Ces institutions peuvent vous informer

et vous conseiller, vous et votre enfant. Les centres d’orientation peuvent

créer des contacts utiles, voire même transmettre un stage (Praktikum) ou

une formation (Ausbildung) à votre enfant.

Organes de

développement

économique local

Associations

caritatives

Groupes de

travail locaux

Chambres,

corporations, organisations

professionnelles

Associations

sportives

Institutions de

l’aide à l’enfance et

à la jeunesse

Universités

populaires

Institutions,

organisations non gouvernementales

(dont projets, clubs,

organisations créées par

des migrants)

Centres

d’intégration

Écoles

supérieures

Autorités régionales

incluant l’inspection

scolaire

Formateurs et

coachs (à temps plein

et bénévoles)

Entreprises (dont

les organismes de formation

ainsi que les sociétés

de migrants)

Syndicats

Fondations

Communautés

religieuses

Agence pour

l’emploi, centre pour

l’emploi

Collectivités locales de

représentation et autres organes

d’administration locale

Institutions portant sur

l’aide aux parents et aux

familles, sur le travail social et

les cours d’intégration

… 75 …


18.5

Les réseaux sont importants. Aussi bien pour l’éducation

que le futur professionnel de votre enfant.

Avant, on parlait de « contacts ». Aujourd’hui, on parle aussi de « réseaux »

(Netzwerke). Les réseaux sont très importants. Qu’on les apprécie ou non,

on constate que : près d’une place de formation professionnelle sur deux est

pourvue grâce aux réseaux ou aux recommandations d’amis/connaissances.

Cela concerne surtout les petites et moyennes entreprises. Différentes

études réalisées en Allemagne ont permis d’aboutir à cette conclusion.

Les réseaux peuvent être de nature différente. Vous pouvez regarder dans

votre propre carnet d’adresses ou prendre 10 minutes pour noter tous les

noms des personnes que vous connaissez, les amis, leurs amis respectifs, les

membres de la famille et les voisins. Et vous allez être étonné(e/s) de voir

combien de personnes vous connaissez.

Que pouvez-vous faire ?

1. Vous rendre avec votre enfant au centre d’orientation professionnelle

(Berufsinformationszentrum – BIZ) ou à un autre service de conseil de

votre région et vous informer sur les professions existantes.

2. Veiller à ce que votre enfant assiste aux entretiens importants, tel que

l’entretien d’orientation professionnelle. Peut-être pouvez-vous, même,

accompagner votre enfant ?

3. Parler avec les enseignants et éducateurs sociaux qui sont chargés, à

l’école, de l’orientation relative à la profession et aux études.

4. Participer aux évènements relatifs aux métiers et à la carrière organisés

par l’école.

5. Participer également avec votre enfant à des évènements ayant lieu en

dehors de l’école, portant sur le thème du métier et de la carrière :

salons sur la formation, journées portes ouvertes, journée du

Girls’Day-Boys’Day (Girls’ und Boys’ Day), visites d’entreprises, etc.

… 76 …


Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Comment puis-je aider

mon enfant à choisir un métier ? » :

sur le site de l’Agence fédérale pour l’emploi

www.planet-beruf.de, les parents trouveront

beaucoup d’informations sur le thème du choix

professionnel.

Navigation : Eltern > Mein Kind unterstützen

Dans le « Handbuch für die interkulturelle

Elternarbeit » (manuel pour le travail interculturel

avec les parents) de la BQM Beratung

Qualifizierung Migration (module rouge, pages

31 et 32), vous trouverez des informations sur le

thème du choix professionnel en allemand, farsi,

polonais, russe et turc : www.bqm-hamburg.de

Navigation : Angebote für Ratsuchende >

Publikationen

… 77 …


TOUS les parents peuvent aider

leur enfant à préparer sa candidature.

19.1

Important : le respect des délais pour le dépôt

de candidature.

Formation (en alternance) (Ausbildung, duale Ausbildung) :

envoyer sa candidature 6 à 12 mois avant le début de la formation !

Cela est possible sans avoir à présenter le dernier bulletin scolaire.

Exemple : votre fils est en 9e année et aimerait suivre une formation après

la 10e année. Il peut déjà commencer à envoyer ses candidatures l’été précédant

la 10e année. Le plus tôt sera le mieux.

Études en alternance (duales Studium) :

ici aussi : envoyer sa candidature 1 an à l’avance !

Études universitaires :

attendre d’abord le bulletin scolaire, puis envoyer sa candidature.

Exemple : votre fille est en 12e année et passe son Abitur cette

année. Pour être admise à l’université, elle ne peut envoyer sa

candidature qu’à partir de l’été après l’obtention de son Abitur.

19.2

Autrefois, les candidatures étaient manuscrites.

Aujourd’hui, il y a plusieurs options.

Avant, seule la candidature manuscrite existait. Aujourd’hui, de plus en plus

d’entreprises privilégient les candidatures par e-mail et refusent les candidatures

manuscrites. Aujourd’hui, les candidatures par e-mail, aussi appelées

candidatures en ligne (Onlinebewerbungen), sont acceptées dans la

plupart des entreprises. Cela épargne aux candidats les frais d’impression

et d’envoi, et à l’entreprise, beaucoup de paperasserie. Un autre genre de

candidature en ligne est la candidature par formulaire en ligne (Onlineformular).

Généralement, ce formulaire figure sur le site de l’entreprise et

doit être rempli étape par étape.

Cela dit : la candidature classique manuscrite avec photo et

signature existe toujours. Votre enfant peut l’envoyer par la

poste ou la remettre en mains propres.

… 78 …


19.3

Une réponse positive dès la première candidature est

rare, mais possible.

À côté du métier qu’il rêve d’exercer ou de l’entreprise dans

laquelle il aimerait travailler, votre enfant doit avoir, si possible,

un plan B, voire mieux, un plan C. Aujourd’hui, il est habituel

et normal de postuler dans plu sieurs entreprises. Donc, il vaut

mieux envoyer beaucoup de candidatures plutôt qu’une seule !

19.4

La chance pour qu’une candidature soit retenue est très

brève : dans la lettre de motivation, chaque détail compte !

Ce n’est qu’en quelques minutes que les responsables du personnel des

grandes entreprises, qui reçoivent des centaines de candidatures par an,

voient si la candidature fait une bonne impression et décident d’inviter ou

non la personne à un entretien. Si la personne n’est pas invitée à un

entretien, c’est souvent à cause de fautes trouvées dans la lettre de

motivation, fautes qui seraient très faciles à éviter.

Remarque importante : chaque entreprise est différente. C’est pourquoi :

il faut s’informer sur la forme de candidature souhaitée par l’entreprise.

Dans la plupart des cas, cette information figure directement dans l’annonce.

Si la forme ne correspond pas aux attentes de l’entreprise, la candidature

peut être immédiatement rejetée.

Exemple : une entreprise souhaite recevoir uniquement des candidatures

en ligne ; les candidatures qu’elle reçoit par la poste sont alors renvoyées

ou atterrissent directement à la poubelle.

19.5

Avant d’envoyer la candidature par la poste :

tous les parents peuvent encore aider leur enfant.

Ces erreurs sont à éviter à tout prix : papier froissé, trombones, taches de

café, de thé ou de graisse, signature manquante, photo inappropriée, fautes

d’orthographe, adresse de société incorrecte, documents manquants.

… 79 …


Que pouvez-vous faire ?

1. Vous avez certainement déjà candidaté au moins une fois dans votre vie.

Il se peut que cela remonte à quelques années et peut-être même que

c’était dans un autre pays. Vous vous doutez cependant bien que la

manière d’écrire une lettre de motivation a évolué avec le temps. De

plus, il existe de grandes différences d’un Land à l’autre ainsi que d’une

branche à l’autre. Pour obtenir une place de formation dans une banque,

on ne présentera pas sa candidature de la même manière que dans le

domaine de la mécatronique.

2. Il n’est pas bon pour votre enfant que vous écriviez la lettre de motivation

à sa place. La candidature risquerait de sembler invraisemblable ou

trop bien faite. Votre enfant doit la formuler tout seul.

3. Mais vous pouvez aider ou jeter un œil sur sa candidature avant qu’elle

soit envoyée. Vous trouverez une check-list à la page 81.

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Candidature » :

sur le site internet www.planet-beruf.de, vous

trouverez des informations et des conseils.

Dans le « Handbuch für die

interkulturelle Elternarbeit »

(manuel pour le travail interculturel

avec les parents) de

la BQM Beratung Qualifi zierung Migration

(module vert, pages de 1 à 13), vous trouverez

des informations faciles à lire en allemand, farsi,

polonais, russe et turc : www.bqm-hamburg.de

Navigation : Angebote für Ratsuchende >

Publikationen

Navigation : Eltern > Mein Kind unterstützen

… 80 …


Check-list

Tous les documents sont imprimés sur du papier propre, blanc ou recyclé, non

froissé et sans taches).

Le nom et l’adresse de votre enfant sont à jour et figurent en en-tête de la lettre.

La photo de candidature a été faite en studio de photographie (pas de photo

venant d’un photomaton, pas de photo prise pendant les dernières vacances).

Sur la photo, votre enfant est habillé correctement. Pas de t-shirt multicolore,

pas de profond décolleté, pas de grandes boucles d’oreilles. Votre enfant n’a pas

non plus besoin de porter de vêtements coûteux ou de costume de couturier.

Un corsage correct ou une chemise fraîchement repassée suffisent.

La photo de candidature est collée (ne pas utiliser de trombone pour la faire tenir).

Les copies des certificats et autres documents importants sont joints.

Ne jamais envoyer de documents originaux !

La lettre de motivation et le curriculum vitae portent la même date.

La lettre de motivation est, si possible, adressée à une personne bien précise.

À privilégier : Sehr geehrte Frau Peters, (…)/Sehr geehrter Herr Jackson, (…) –

(Chère Madame Peters, (…)/Cher Monsieur Jackson, (…))

À éviter : Sehr geehrte Damen und Herren, (…) –

(Madame, Monsieur, (…))

Ce qui est encore pire : Hallo, (…) – (Bonjour, (…))

L’enveloppe de la lettre est affranchie.

Le curriculum vitae tient sur une page.

La lettre de motivation tient sur une page.

La lettre de motivation et le curriculum vitae portent tous les deux la signature

de votre enfant.

Dans le dossier de candidature figurent : 1. curriculum vitae (CV) ; 2. certificats

(Zeugnisse) ; 3. justificatifs de stages (Praktika) ou d’engagement social (soziales

Engagement).

La lettre de motivation se trouve sur le dossier de candidature (et non dans

le dossier).

Remarque importante : la candidature de votre enfant doit être formulée pour une place de

formation bien déterminée et pour une entreprise bien précise. On ne peut pas envoyer la

même candidature à plusieurs entreprises. Pour chacune des entreprises, la candidature doit

être légèrement modifiée.

… 81 …


Aujourd’hui, la procédure de

candidature se déroule presque

comme une audition !

20.1

Pour la recherche d’un stage (Praktikum), d’une formation

en alternance (ou non) (Ausbildung oder duale Ausbildung)

ou d’études en alternance (duales Studium), c’est l’entreprise

qui est le jury.

Les entreprises (aussi appelées sociétés ou organismes) sont les partenaires

principaux pour toutes les questions relatives aux métiers et à la carrière.

Les entreprises qui forment les jeunes sont également nommées organismes

de formation (Ausbildungsbetriebe).

C’est à l’entreprise seule de décider si elle accorde un stage (Praktikum),

une place de formation professionnelle (Ausbildung) ou une place pour des

études en alternance (duales Studium). Il est évident que toute entreprise

ne veut former que les meilleurs. Pour certaines entreprises, de bons résultats

scolaires sont essentiels. Mais, toutes les entreprises veulent,

au bout du compte, former des jeunes qui sont fiables, capables

d’apprendre et qui s’intéressent au métier.

20.2

Pour la recherche d’une entreprise :

de nombreux chemins mènent à Rome.

Avant de commencer sa recherche, votre enfant devrait s’informer sur les

entreprises qui proposent des formations (Ausbildungen) ou des stages

(Praktika) dans votre région (commune, village, ville). Beaucoup de possibilités

sont offertes à votre enfant pour trouver une entreprise.

Voici quelques idées : faire un stage (Praktikum), utiliser les moteurs de

recherche sur internet, les pages jaunes et annuaires téléphoniques, faire

appel aux réseaux (aussi de connaissances et d’amis), visiter des salons sur

la formation, consulter l’agence pour l’emploi et d’autres centres d’orientation,

lire les annonces dans les journaux, être attentif aux offres, par exemple

aux affiches dans la rue, dans l’autobus, au supermarché.

Il est aussi possible d’appeler une entreprise directement,

de s’informer sur son site internet ou même de s’y rendre.

… 82 …


20.3

Chaque entreprise a sa propre procédure de candidature.

Chaque entreprise a ses propres méthodes pour sélectionner les meilleurs

candidats. Voici quelques exemples…

Entretien (Bewerbungsgespräch, Interview) :

votre enfant se rend dans l’entreprise, y passe un entretien avec 2 personnes

ou plus, se présente, répond à différentes questions et apprend à connaître

l’entreprise.

Entretien téléphonique (Telefoninterview) :

votre enfant s’entretient au téléphone avec une personne de l’entreprise,

parle de ses motivations, répond à des questions et pose aussi, éventuellement,

des questions.

Test en ligne (Onlinetest) :

sur ordinateur, à la maison, votre enfant répond à différentes questions et

réalise différentes tâches.

Test de recrutement (Einstellungstest) :

votre enfant réalise un test au sein de l’entreprise, portant le plus souvent

sur des questions en mathématiques, en allemand et de culture générale.

Centre d’évaluation (Assessment-Center) :

votre enfant passe une journée entière dans l’entreprise

et doit accomplir différentes tâches. Par exemple, des tests

(mathématiques, allemand, culture générale, politique/

société), une présentation personnelle devant les autres

candidats, des exercices de groupes (par exemple discussion

en groupe ou jeu de rôle), une présentation ou un exposé.

20.4

Lors de l’entretien, chaque détail peut jouer un rôle.

La préparation aura un impact décisif.

Si votre enfant est invité à un entretien, c’est déjà une réussite. Il n’est

cependant pas encore sûr que votre enfant obtienne une place de formation.

Chaque entreprise s’entretient avec plusieurs candidats, puis en sélectionne

un(e) ou plus.

Désormais, l’objectif est que votre enfant réussisse son entretien. Il est

important que votre enfant arrive à l’heure au rendez-vous, qu’il soit habillé

de manière convenable, qu’il n’ait pas de chewing-gum dans la bouche, que

son portable soit éteint, qu’il ne mette pas trop de parfum ni de maquillage

(si c’est une fille), etc.

… 83 …


20.5

Les professionnels responsables du personnel voient

tout. Ou presque.

Ce qui laisse une bonne impression lors d’un entretien : regarder l’interlocuteur/l’interlocutrice

droit dans les yeux, sourire, se montrer respectueux,

pouvoir parler librement, parler fort et de manière claire, rester

tranquillement assis.

Ce qui laisse une bonne impression lors des exercices de groupes : avoir

des idées bien à soi, faire des propositions, laisser parler les autres, savoir

les écouter, inclure d’autres personnes, argumenter tout en prenant aussi

compte de l’opinion des autres participants, convaincre sans pour autant

dominer, tenir compte de l’heure.

Voici des questions typiques posées lors d’un entretien…

Parlez-nous un peu de vous et présentez-nous votre parcours

(curriculum vitae).

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de faire ce métier ?

Comment avez-vous procédé, après avoir choisi ce métier ?

Pourquoi avez-vous choisi précisément cette filière de formation ?

Pourquoi voulez-vous suivre une formation de (…) ?

Pourquoi postulez-vous précisément chez nous ?

Que savez-vous de notre société ?

Quels sont vos points forts et vos points faibles ?

Comment expliquer, selon vous, cette mauvaise note en (…) ?

Pourriez-vous nous expliquer vos absences non excusées ?

Pourquoi vos notes se sont-elles empirées l’année dernière ?

Quels sont vos hobbies ?

Que faites-vous pendant votre temps libre ?

Quelles questions aimeriez-vous nous poser ?

Que pouvez-vous faire ?

1. Regarder avec votre enfant sur internet ou dans les annuaires téléphoniques

pour savoir quelles sont les institutions proches de chez vous qui

peuvent vous renseigner sur les différents métiers et carrières. Vous

pouvez utiliser, par exemple, les mots-clés suivants : Berufsberatung

Köln, Ausbildung Berlin, Ausbildungsagentur Hamburg ou Ausbildungsplatz

NRW.

… 84 …


2. Rendre visite à des organismes de formation situés proches de chez

vous. Beaucoup d’entreprises sont très intéressées par la collaboration

des parents et proposent des visites guidées.

3. S’exercer à la maison pour l’entretien. Rappeler à votre enfant de se

préparer au test de candidature : réviser les calculs de base et renforcer

la culture générale.

4. Avant un entretien : contrôler l’habillement de votre enfant. Rechercher

le trajet d’accès à l’entreprise pour que votre enfant trouve rapidement

et arrive à l’heure.

5. Faire en sorte que votre enfant arrive à l’heure au rendez-vous ou qu’il

informe l’entreprise suffisamment à l’avance s’il ne peut pas se rendre à

l’entretien (ou au test) ou s’il ne peut pas être présent au début de la

formation.

… sur le thème

« Entretien » :

dans le « Handbuch für die

interkulturelle Elternarbeit »

(manuel pour le travail interculturel avec les

parents) de la BQM Beratung Qualifizierung

Migration (module vert, pages de 4 à 10), vous

trouverez des informations faciles à lire sur le

thème de l’entretien, en allemand, farsi, polonais,

russe et turc : www.bqm-hamburg.de

Navigation : Angebote für Ratsuchende >

Publikationen

Pour de plus amples informations…

… sur le thème « Les tests dans la procédure

de candidature » :

vous trouverez des conseils pour préparer la

candidature pour le centre d’évaluation sur le site

internet www.einstieg.com.

Navigation : Bewerbung > Bewerben für eine

Ausbildung

… 85 …


Remerciements

Cet ouvrage n’aurait pu voir le jour sans la collaboration du Fonds Social Européen

(Europäischer Sozialfonds – ESF), des autorités compétentes pour le travail, le social, la

famille et l’intégration (Behörde für Arbeit, Soziales, Familie und Integration – BASFI),

des autorités compétentes pour l’école et la formation professionnelle (Behörde für

Schule und Berufsbildung – BSB) et des autorités compétentes pour le logement et

l’aménagement urbain (Behörde für Stadtentwicklung und Wohnen – BSW) de la ville

libre et hanséatique de Hambourg. Grâce à leur soutien, nos collègues et nos partenaires

ont fortement contribué à l’élaboration du présent ouvrage. Nous remercions en

premier lieu les fondations Deloitte et Kutscheit pour l’attribution du prix spécial

« Sprachförderung » (Développement des compétences linguistiques), dans le cadre du

Hidder Mover Award 2012. L’argent remporté grâce au prix nous a permis de réaliser

la première édition. En outre, sans les nombreuses années d’engagement de nombreux

animateurs parents bénévoles, il aurait été impensable d’écrire un tel ouvrage.

En 2014, Hambourg a lancé le projet de coopération « Schulmentoren – Hand in Hand

für starke Schulen » (Conseillers pédagogiques scolaires – Main dans la main pour des

écoles fortes) réalisé par le KWB avec les autorités compétentes pour l’école et la formation

professionnelle. Actuellement, 33 écoles de Hambourg en situation difficile sont

conseillées et accompagnées pour la création d’un système de conseil pédagogique. Il

existe trois types de mentors (conseillers pédagogiques) qui y sont qualifiés et employés :

alors que des mentors parents prennent en charge des activités liées au travail des

parents à l’école, des mentors élèves ainsi que des bénévoles externes travaillent

directe ment avec des élèves bien précis.

Le projet est financé par le Fonds Social Européen (ESF), par le biais des autorités

compétentes pour le travail, le social, la famille et l’intégration (BASFI), et soutenu par

les autorités compétentes pour l’école et la formation professionnelle (BSB) ainsi que

les autorités compétentes pour le logement et l’aménagement urbain (BSW).

L’éducation est essentielle pour mener plus tard une vie autonome et réussie. Les

thèmes relatifs à l’éducation abordés dans le voisinage jouent également un rôle décisif,

particulièrement dans le programme-cadre de développement de quartier intégré.

Grâce à des mesures spéciales, le projet vise à promouvoir l’éducation dans des écoles

situées à des endroits bien précis ainsi qu’à accompagner le début de carrière de jeunes,

principalement issus de l’immigration. Les 33 écoles sélectionnées sont situées dans des

zones de quartiers bien spécifiques du développement de quartier intégré, comme à

Wilhelmsburg, Veddel, Billstedt/Horn, Steilshoop, Hohenhorst, Osdorfer Born, Neuallermöhe,

Neuwiedenthal et dans le quartier du Phoenix.

Le projet pourra accompagner de manière efficace et durable des écoles en situation

difficile en les aidant à améliorer l’apprentissage des élèves. Dans le cadre du projet, des

parents, en tant que mentors, informent, conseillent et soutiennent d’autres parents au

niveau de l’évolution du profil d’apprentissage de leur enfant et de la préparation à la

transition scolaire (école primaire/école secondaire) ou au passage de l’école à la vie

professionnelle.

Les élèves qui sont mentors soutiennent leurs camarades de classe dans le sens où ils

endossent la responsabilité de stimuler le climat d’apprentissage à l’école. En tant que

médiateurs et conseillers pour élèves et enseignants, ils sont intégrés à la vie scolaire.

… 86 …


Mentions légales

Éditeur :

Directeur général :

Auteurs :

Conseil (contenus) :

Relecture :

Traduction de la version française :

Relecture de la version française :

Mise en page :

Illustrations :

KWB e. V. · Haus der Wirtschaft

Kapstadtring 10 · 22297 Hamburg

Tél. 040 334241-0 · Fax 040 334241-299

info@kwb.de · www.kwb.de

Hansjörg Lüttke

Alexei Medvedev

avec la collaboration d’Elisabeth Wazinski

Hülya Eralp, Tanja Grohmann

Monika Ehmke, Christine Robben

Laure Guthöhrlein

Arnaud Hocine

Regina Neubohn

Alke Mammen, a.mammen@web.de

Photographies : KWB e. V.

Contact :

Monika Ehmke

ehmke@kwb.de · Tél. 040 334241-333

Également publiés par le KWB…

Schule in Deutschland verstehen. Grundwissen für Eltern. Hamburg, 2017.

(Comprendre l’école en Allemagne. Connaissances de base pour les parents.

Hambourg, 2017. Disponible en arabe, allemand, anglais, farsi, russe et turc.)

Handbuch Medien- und IT-Berufe 2019. Ausbildung, Studium und Weiterbildung für

die Metropolregion Hamburg von A–Z. Hamburg, 2018.

(Manuel des métiers dans la communication et l’informatique 2019. Formation, études et

formation continue dans la région métropolitaine de Hambourg, de A à Z. Hambourg, 2018.)

Informationen zur Kinderbetreuung. Hamburg, 2017.

(Informations sur la garde d’enfants. Hambourg, 2017.)

Schätze heben. Leitfaden und Kompetenzbilanz für die Beratung von Jugendlichen am

Übergang Schule–Beruf. Hamburg, 2013.

(Montrer ce que l’on a de précieux. Guide et bilan des compétences pour conseiller

les jeunes dans le passage de l’école à la vie professionnelle. Hambourg, 2013.)

Eltern in die Schule. Engagierte Väter und Mütter mit Zuwanderungsgeschichte

berichten. Hamburg, 2012 (in Kooperation mit ASM e. V.).

(Les parents à l’école. Des pères et des mères issus de l’immigration et engagés

racontent. Hambourg, 2012, en coopération avec ASM e. V.)

Vous pouvez télécharger nos publications sur www.kwb.de ou les commander par

e-mail à info@kwb.de.

… 87 …


www.kwb.de

• • • KWB e. V. · Haus der Wirtschaft

Kapstadtring 10 · 22297 Hamburg

Tél. 040 334241-0 · Fax 040 334241-299

info@kwb.de · www.kwb.de

More magazines by this user
Similar magazines