LG_233

LGMagazine

Combattre un ennemi invisible par l’inertie des populations
Coronavirus et Covid-19, ces mots devenus si familiers à force d’être ressassés par nos esprits con nés n’ont pourtant fait leur apparition dans notre vocabulaire quotidien qu’il y a à peine quatre mois. Aujourd’hui associés à la mise en danger de nos aînés et de nos semblables les plus fragiles, associés également à une crise économique imminente qu’on nous promet sans précédent, ils nous obsèdent.
Nos civilisations modernes sont confrontées pour la première fois à la gestion d’une pandémie. Dans ce contexte mondialisé inédit, nous ne pouvons nous empêcher de juger de l’ef cacité des mesures nationales prises pour endiguer la crise – d’abord sanitaire, et dans le futur, économique – à la lumière des modes opératoires observés chez nos voisins européens et plus lointains encore. Fort d’une économie florissante et d’un système de soin à la pointe de la technologie, le Luxembourg n’a pas à rougir de ses efforts.

Avril 2020 | n˚ 233

www.gemengen.lu

Gilles Christnach

David Determe

CO-CEOs

Betic

DIRK PLATTES

ROLLINGERTEC

Des constructions bois écologiques

GILLES HEMPEL

AGENCE IMMOBILIÈRE SOCIALE

L’immobilier social

ACTUALITÉ

COVID-19

Portrait d’un virus


CHEZ SOI.

DANS SON LOGEMENT.

DANS SA BANQUE.

NOUS SOMMES UNE BANQUE COOPÉRATIVE.

POUR NOUS, VOUS ÊTES BIEN

PLUS QU’UN CLIENT.

Conseils personnalisés. Financement sur mesure.

Ensemble, faisons avancer votre projet.

Pour plus d’informations, rendez vous sur raiffeisen.lu

LA BANQUE QUI APPARTIENT À SES MEMBRES

Banque Raiffeisen, société coopérative


EDITO

PAR MARTINA CAPPUCCIO

Combattre un ennemi invisible

par l’inertie des populations

Coronavirus et Covid-19, ces mots devenus si familiers à force

d’être ressassés par nos esprits confinés n’ont pourtant fait leur

apparition dans notre vocabulaire quotidien qu’il y a à peine quatre

mois. Aujourd’hui associés à la mise en danger de nos aînés et de

nos semblables les plus fragiles, associés également à une crise

économique imminente qu’on nous promet sans précédent, ils nous

obsèdent.

Nos civilisations modernes sont confrontées pour la première fois

à la gestion d’une pandémie. Dans ce contexte mondialisé inédit,

nous ne pouvons nous empêcher de juger de l’efficacité des mesures

nationales prises pour endiguer la crise – d’abord sanitaire, et

dans le futur, économique – à la lumière des modes opératoires

observés chez nos voisins européens et plus lointains encore. Fort

d’une économie florissante et d’un système de soin à la pointe de la

technologie, le Luxembourg n’a pas à rougir de ses efforts.

Forcément moins spectaculaire que les seize hôpitaux créés à Wuhan,

premier épicentre de l’épidémie, pour répondre à l’afflux de malades,

le Luxembourg peut tout de même se targuer d’avoir anticipé le

débordement de son système hospitalier en aménageant en moins

de deux semaines quatre centres de soins complémentaires, soit

autant de postes avancés contre l’infection répartis stratégiquement

sur son territoire.

Progressant à l’aveugle, les politiques semblent faire de leur

mieux pour organiser la gestion des événements. Les décisions

gouvernementales rapides et audacieuses assorties d’investissements

massifs ont d’ailleurs fait du pays le plus grand dépisteur au monde

proportionnellement à sa démographie. En première ligne du front

médical, c’est le personnel soignant qui affronte chaque jour un

risque important de contamination pour déjouer les statistiques

meurtrières du virus. 70% des acteurs de ce secteur étant frontaliers,

l’Etat a déployé des mesures exceptionnelles pour les loger et

faciliter leur quotidien.

En marge de ce combat vital, le front économique, fortement

endommagé par les mesures drastiques de distanciation sociale,

n’est pourtant pas négligé. Avec 8,8 milliards investis en soutiens

divers aux salariés et entreprises, le Luxembourg a cherché à

compenser les pertes provoquées par le gel de ses activités tout en

veillant à soutenir les plus vulnérables. Les routes désertées d’un

pays d’ordinaire miné par de sempiternels embouteillages sont

notamment le reflet d’accords fiscaux miraculeusement trouvés avec

les pays frontaliers pour favoriser le télétravail. Si l’épidémie devait

avoir une conséquence positive, ce serait sans doute celle de prouver

l’accessibilité à ces modes de travail alternatifs, tant du point de vue

de l’organisation interne des entreprises qu’au niveau fiscal. Les

travailleurs, allégés de la contrainte des trajets interminables, voient

plusieurs heures de leur journée libérées et passent davantage – ou

trop diront certains avec humour – de temps en famille.

La peur reste évidemment le sentiment dominant de cette crise,

frustratoirement combattue par le confinement. L’incertitude

planant sur l’avenir, même court-termiste, de nos sociétés paralysent

des populations déjà plongées dans une inertie physique par

nécessité sanitaire. Mises à part quelques irresponsables exceptions,

chaque individu retient son souffle – potentiellement infecté – à la

fois dans l’espoir d’épargner son voisin et dans celui de voir émerger

des solutions concrètes pour mettre fin à ce calvaire quotidien.

Confinés, pour les plus chanceux, nous rêvons plus que jamais à

un air sain respiré à pleins poumons, aux embrassades joyeuses et

sans craintes de nos proches et aux rires dé-digitalisés de nos amis.

Quelques plaisirs autrefois simples, devenus synonymes de liberté

retrouvée. n


4

LG

AVRIL 2020

SOMMAIRE

CONSTRUCTION DURABLE

30 | PHILIPPE GENOT

Wood Cluster de Luxinnovation

COVERSTORY

08 | DAVID DETERME ET GILLES CHRISTNACH

Betic

Crédit: Marion Dessard / Luxinnovation

Le bois, un matériau traditionnel innovant

CONSTRUCTION DURABLE

32 | SHAHRIAR AGAAJANI

SpaceTime

Solidarité, force et persévérance

Voir l’invisible grâce à SpaceTime

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

12 | ANGÉLINE PRÉVOT

GERI Management

CONSTRUCTION DURABLE

26 | ALHO Systembau S.à r.l.

IMMOBILIER & LOGEMENT

38 | GILLES HEMPEL

Agence Immobilière Sociale

© ALHO Holding GmbH

©MLog

La maîtrise du risque

Une extension rapide et efficace

L’immobilier social

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

16 | CLÉMENT WAMPACH

thyssenkrupp Ascenseurs Luxembourg

CONSTRUCTION DURABLE

28 | rollingertec

IMMOBILIER & LOGEMENT

40 | Fonds du Logement

thyssenkrupp Ascenseurs Luxembourg

Des constructions bois écologiques

et agréables à vivre

Optimiser les surfaces

et la production énergétique


LG

AVRIL 2020

5

IMMOBILIER & LOGEMENT

44 | ERIC ROSIN ET MARTIN SCHNÖGASS

act360°

DEVELOPPEMENT DURABLE

54 | JOACHIM COLLES ET ADELAIDE

WAMPACH - ista Luxembourg

LETZEBUERGER GEMENGEN

Publication éditée par Euro-Editions S.A.

www.gemengen.lu

Conseil en logement (subventionné)

pour les communes et les investisseurs privés

IMMOBILIER & LOGEMENT

46 | ING Luxembourg

Mesurer les consommations pour les réduire

DEVELOPPEMENT DURABLE

56 | myenergy

Société éditrice

Euro-Editions S.A.

24, rue Michel Rodange • L-4660 Differdange

Régie publicitaire

Julien Malherbe

marketing@euroeditions.lu

Administration

Lucia Ori

Tél. 58 45 46-29 • Fax 58 49 19

admin@euroeditions.lu

Raouf Hatira

secretariat@euroeditions.lu

Les frais “cachés” d’un achat immobilier

PORTRAIT

76 | Covid-19

Investir dans la production

énergétique solaire

Rédaction

Julien Brun

julien@euroeditions.lu

Martina Cappuccio

martina@euroeditions.lu

Pierre Birck

Adeline Jacob

Raouf Hatira

Conception et réalisation graphique

Sophie Glibert

sophie@euroeditions.lu

Photographie

Marie De Decker

Eric Devillet

Sébastien Goossens

Agence Kapture

Portrait d’un virus

La Peste d’Asdod (1630-1631) Nicolas Poussin

Impression

Imprimerie Centrale

© Euro-Editions

Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.

Tous manuscrits, photos et documents envoyés à la

rédaction ne peuvent être exploités qu’avec l’accord de

leurs auteurs. Publiés ou non, ils ne seront pas restitués.

Les reportages signés n’engagent que leurs auteurs.

Les prix figurant dans cette revue sont indicatifs et

peuvent être sujets à des variations dont l’éditeur ne

pourrait nullement être tenu pour responsable.


6

LG

AVRIL 2020

INDEX

08 | GILLES

CHRISTNACH

CO-CEO

Betic

08 | DAVID

DETERME

CO-CEO

Betic

12 | ANGÉLINE

PRÉVOT

Administrateur délégué

GERI Management

14 | MANUEL

MARINHO

Gérant

Marinho Steel

16 | CLÉMENT

WAMPACH

Directeur-gérant

thyssenkrupp Ascenseurs

Luxembourg

© MLog

Photographe: Roswitha Kaste

20 | URSULA

WITRY

Co-fondatrice

witry & witry

architecture urbanisme

© MLog

Photographe: Roswitha Kaste

20 | RENÉ

WITRY

Co-fondateur

witry & witry

architecture urbanisme

22 | LAURENT

DECKER

Directeur

Baucenter Decker-Ries

30 | PHILIPPE

GENOT

Wood Cluster Manager

Luxinnovation

38 | GILLES

HEMPEL

Directeur

Agence Immobilière Sociale

38 | HENRI

KOX

Ministre du Logement

40 | THIERRY

LAGODA

Bourgmestre

Commune de Beckerich

40 | MICHAL

ZAGLANICZNY

Chef de projet

Fonds du Logement

40 | ROLAND

ESCH

Associé et gérant

Bered Solutions

ingénieurs-conseils

40 | ALBERT

GOEDERT

Architecte associé

Beng Architectes Associés

40 | JEAN-MARC

POTT

Studio E

44 | ERIC

ROSIN

Co-fondateur

act360°

©Mike Zenari

SIP / Julien Warnand

Crédit: Marion Dessard/Luxinnovation

32 | SHAHRIAR

AGAAJANI

Administrateur délégué

SpaceTime

40 | ERIC

SCHMIT

Chargé d’opération

Fonds du Logement

44 | MARTIN

SCHNÖGASS

Co-fondateur

act360°

52 | MARC

LIES

Bourgmestre

Commune d’Hesperange

54 | JOACHIM

COLLES

Country-Manager

ista Luxembourg

54 | ADELAIDE

WAMPACH

Operations-Manager

ista Luxembourg

64 | TONIKA

HIRDMAN

Directrice générale

Fondation de Luxembourg

68| TAINA

BOFFERDING

Ministre de l’Intérieur


00 | LAURENT

DECKER

Directeur

Baucenter Decker-Ries

Mat iech fir

iech...

‘‘Är Partner fir Projeten am Immobilier.

www.act360.lu


8

LG

AVRIL 2020

COVERSTORY

Solidarité, force

et persévérance

Il y a quelques temps encore, le marché de la construction

et de l’immobilier était fleurissant mais personne ne peut

dire à quoi il ressemblera à l’avenir. La mise à l’arrêt de tous

les chantiers du pays laisse les chefs d’entreprise du secteur

dans l’incertitude. Si le mot d’ordre est avant tout la solidarité

nationale, «l’incertitude ne doit néanmoins pas empêcher la

prise de décision». Interview de Gilles Christnach et David

Determe, CO-CEOs du bureau d’Ingénieurs-Conseils Betic.

À la rédaction de ces lignes, les chantiers

du pays ont été mis à l’arrêt, dans quelle

mesure cela affecte vos activités?

GC: Comme toute la population, nos

collaborateurs sont plus que jamais

mobilisés afin d’éviter la propagation du

virus. Notre objectif est de minimiser son

impact, tant sur le plan sanitaire que sur

le plan économique. C’est pourquoi nous

avons mis en place un plan de continuité

d’activités qui assure un service constant

et faisons notre maximum pour assurer le

meilleur niveau de qualité possible sur nos

projets.

Le bureau reste ouvert avec un personnel

réduit au strict minimum et avec

l’application rigoureuse des consignes de

précaution, la permanence téléphonique

est assurée et les autres collaborateurs sont

en télétravail avec une configuration de

leur poste informatique identique à celle

du bureau. La coordination de l’activité est

effectuée à distance mais des permanences

sont cependant assurées et indispensables,

notamment pour accompagner nos

collaborateurs juniors, qui, en télétravail,

font face à des problématiques ne pouvant

être réglées à distance. Et comme tout le

monde, le téléphone et les visioconférences

sont devenus nos meilleurs alliés.

Comment se passe le télétravail de vos

collaborateurs?

DD: Le matériel mis à disposition de nos

collaborateurs avait été testé à leur domicile

en amont et offre des configurations

souvent identiques à celles du bureau.

Certaines de nos activités requièrent en

effet des outils spécifiques ne pouvant

être substitués par un simple laptop. Nos

programmes de modélisation 3D par

exemple sont très lourds et nos dessinateurs

ont besoin de plusieurs écrans pour garantir

un confort de travail mais aussi, ne nous le

cachons pas, la productivité. Nous avons

donc pris le pari de recréer leur espace de

travail à la maison et si vraiment ils doivent

venir au bureau ponctuellement, ils ont à

disposition des postes de travail plus légers.

Finalement, ils font du «télétravail au

travail». Nous avons également renforcé la

communication interne pour être au mieux

présent à leurs côtés.

Êtes-vous plutôt optimistes ou pessimistes

pour l’avenir?

DD: Il est extrêmement difficile de

se projeter. Les décisions qui doivent

être prises le sont forcément sur base

d’informations incomplètes. Les mesures

mises en œuvre trop tôt sont jugées

alarmistes et celles déployées trop tard sont

dites négligentes. Nous sommes néanmoins

certains que ceux qui surmonteront le

mieux cette crise sanitaire seront les

optimistes qui misent sur l’avenir. Cela a

toujours été notre vision. Des crises nous

en avons passées, nous en passions avant

cette situation et, à l’aube de nos vingt ans,

nous aurons à en surmonter d’autres, c’est

certain. Encore fin 2019, la presse faisait

l’écho de l’inaltérable flambée des prix

de l’immobilier (+11% en 2019), rendant

l’accession à la propriété très compliquée,

voire impossible.

Le marché de l’immobilier était florissant,

ce qui nous a d’ailleurs conduit à

une période compliquée en termes de

ressources humaines. Plus de postes à

pourvoir que de personnes disponibles,

packages salariaux s’envolant, volatilité des

jeunes n’ayant jamais connu de crise de

l’emploi, opportunisme financier à chaque

changement d’entreprise… Malgré une

politique d’accompagnement, de montée en

compétences et de perspectives de carrière

que nous savions ambitieuse, nous avons,

nous aussi, vécu cette situation de plein fouet

avec un turnover important.

GC: Ceci nous a clairement mis en

difficulté dans la conduite de nos projets

depuis un an et cela nous a poussé à

repenser complètement notre politique de

ressources humaines. Nous apercevions les

premiers bénéfices et aujourd’hui la donne

change! Cela fait un moment que nombre

d’observateurs annoncent une crise dans

notre secteur. Personne n’aurait pu prévoir

cette crise sanitaire mais au vu de sa durée,


même en restant optimiste, il faut penser la

crise économique qu’elle engendrera.

Imaginons le pire des scénarios: la

pandémie de Covid-19 s’éternise, aucun

chantier ne peut se faire, les prix s’effondrent

et le marché de l’immobilier peine

à repartir…

GC: Si les prix chutent radicalement, il y aura

dans un premier temps une forte demande

et une concurrence féroce. Mais si la crise

s’éternise, ce sera in fine, moins de contrats,

moins de commandes, moins d’emplois et

donc plus de faillites. Mais nous sommes convaincus

que l’unité, qu’elle soit nationale, de la

Grande Région ou même européenne, nous

permettra de passer cette crise, grandis, et continuerons,

comme nos confrères et partenaires,

à déployer de nouvelles mesures au vu de

l’actualité pour continuer à avancer. Nous ne

misons donc clairement pas sur cette option.

Prenons le meilleur des scénarios: la

pandémie est endiguée et l’activité repart

rapidement…

DD: Il pourrait y avoir un boom de

l’immobilier et les projets seront alors plus

nombreux. Il faudra s’investir à 200%,

à la fois dans ceux de grande envergure

mais aussi dans les plus petits. Les premiers

sont certes davantage sources de

revenus réguliers mais les seconds font

intrinsèquement vivre tout un écosystème

d’artisans et de petits installateurs qui nous

sont indispensables à tous.

De la maison relais, aux bâtiments

résidentiels et jusqu’à la Casa Ferrero, chez

Betic nous avons toujours mis un point

d’honneur à gérer tout type de projets. Nous

avons en effet des projets de toutes tailles,

dont les plus petits sont d’ailleurs tout aussi

intéressants et formateurs pour nos jeunes

d’un point de vue technique et dans tous les

cas, nous garderons cette philosophie.

David Determe et Gilles Christnach

“Nous trouverons

un chemin, ou bien

nous le ferons”


10 LG

AVRIL 2020

COVERSTORY

“L’unité, qu’elle

soit nationale, de la

Grande Région ou

même européenne,

nous permettra

de passer cette

crise, grandis”

Beaucoup de monde est convaincu que

«Le coronavirus sera le cygne noir de

l’année 2020». Et vous?

GC: Clairement. Là où en matière de

ressources humaines, nous travaillions

depuis un moment sur «l’infidélité professionnelle»,

aujourd’hui, nous allons devoir

revoir en profondeur nos méthodes de

travail. Est-ce que ce sera mieux qu’avant?

Peut-être, peut-être pas, mais cela sera

différent. Nous avons tous des schémas

mentaux en tête et avons tendance à

croire que les choses sont immuables.

Cette crise nous fait découvrir, par obligation,

les «joies» du télétravail…

Nous multiplions les visioconférences,

encourageons nos collaborateurs à utiliser

davantage le téléphone pour garantir une

communication précise, efficiente et rapide

pour valider les options…

DD: Nous avions commencé à étudier en

détail les contraintes de transport de nos

collaborateurs qui sont la «bête noire»

de tout frontalier pour nous réinventer:

flexibilité des horaires, possibilités de télétravail…

Avec un environnement ayant

encore évolué, nous allons revoir notre

copie et certainement accélérer cette

mutation, qu’il s’agisse des possibilités

de travail collaboratif comme le Building

Information Modeling, les nouveaux

outils de communication et évidemment

les possibilités de télétravail au vu de la

législation avec les pays frontaliers, qui sera

peut-être amenée à évoluer…

GC: A l’instar de nos confrères, partenaires

et clients, nous sommes convaincus que

notre solidité financière, l’implication de

nos collaborateurs fidèles mais aussi de

nos jeunes recrues qui vont encore grandir

à nos côtés, tout comme les dispositifs

gouvernementaux nous permettront

de passer cette période, et que comme

toujours, «nous trouverons un chemin, ou

bien nous le ferons». n


Elevator Technology

Economiser de l’espace –

Se garer facilement.

Découvrez les systèmes de parking Wöhr pour voitures et vélos.

Infos et devis au 40 08 96.

luxembourg@thyssenkrupp.com

www.thyssenkruppascenseurs.lu

www.woehr.de


Angéline Prévot


LG

AVRIL 2020

13

La maîtrise du risque

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

Spécialisée dans la sécurité et la santé sur les chantiers, GERI

Management réalise aussi les états des lieux avant travaux.

Interlocutrice de confiance pour les maîtres d’ouvrage, elle

s’appuie sur la compétence, la proactivité, l’efficacité et la

disponibilité de ses équipes pour conduire à bien ses projets.

Interview de son administrateur délégué, Angéline Prévot,

ingénieur civil et formatrice à la Chambre de Commerce pour

les futurs coordinateurs de chantier.

Parlez-nous de vos expertises?

Il est conseillé à l’entreprise exécutante

des travaux ou au maître d’ouvrage,

d’effectuer au préalable, un état des

lieux des constructions voisines en cas

de mitoyenneté ou de proche voisinage.

Ceci évite bien souvent des soucis avec le

voisinage et de plus en plus de compagnies

d’assurance réclament une telle expertise.

Bien souvent, c’est l’entreprise exécutante,

le maître d’ouvrage ou le particulier qui

nous contacte. Nous nous occupons dès

lors de l’organisation des rendez-vous, de

la réalisation de l’état des lieux ainsi que de

la rédaction des procès-verbaux. Selon la

nature et l’importance des chantiers prévus,

nous préparons un courrier type que nous

envoyons dans le périmètre concerné. Cela

peut aller de quelques maisons dans le cas

d’une rénovation d’un particulier, jusqu’à

des rues complètes. Nos ingénieurs et

techniciens réalisent ensuite, un constat des

fissures, malfaçons ou autres dégradations

déjà existantes et prennent les photos

pour preuve que nous cataloguons dans un

rapport co-signé par le propriétaire.

Comment prenez-vous la mesure de la

satisfaction de vos clients?

Jusqu’à peu, cela se faisait encore à l’oral

mais la croissance de notre entreprise est

telle qu’il nous était de plus en plus difficile

de faire remonter les informations. Nous

avons donc établi un questionnaire qui

est systématiquement distribué à chaque

fin de nos chantiers. Ces enquêtes nous

permettent d’être encore plus à l’écoute de

nos clients et les retours sont très positifs.

Les résultats sont analysés par le service

commercial puis débriefés avec les équipes

concernées. Le but étant de repérer nos

faiblesses et de s’améliorer.

Cette méthodologie nous permet d’avoir un

retour précis sur la qualité de nos services.

Où en est la sécurité sur les chantiers au

Luxembourg?

Les contrôles de l’ITM (Inspection du Travail

et des Mines) ont nettement augmenté

ces dernières années. La sécurité a donc

conséquemment progressé sur les chantiers

luxembourgeois. Un autre corolaire est que

les coordinateurs que nous sommes sont

désormais pris au sérieux et on écoute plus

volontiers nos recommandations et conseils.

Il faut dire que les entreprises de construction

ne souhaitent pas être pénalisées de sanctions.

Les problèmes de sécurité sont intrinsèquement

liés aux délais serrés sur le marché

luxembourgeois. On doit clôturer au plus vite,

alors on lorgne sur quelques règles élémentaires

de sécurité. Mais en fin de compte,

en cas d’accident, outre les conséquences

humaines, un chantier se retrouve souvent

immobilisé et tout le monde est perdant.

“Notre métier est

de sauver des vies”

Les ouvriers du pays sont de véritables

artisans, capables de réaliser un travail de

qualité en des temps records mais force est

de constater que c’est parfois au détriment

de leur propre sécurité. Expliquer à des

travailleurs que certains principes et

procédures sont nécessaires dans leur

intérêt, n’est pas toujours une tâche aisée.

Les temps extrêmement serrés de livraison

se substituent parfois aux règles simples

comme par exemple ne pas toucher à des

produits dangereux comme l’amiante ou le

plomb en cas de découverte sur chantier,

ou encore la mise en place des protections

collectives conformes. Les réglementations

sont souvent contraignantes et peuvent

sembler illogiques. Le conseiller en sécurité

doit alors faire preuve de pédagogie.

Quels sont les défauts les plus répandus?

Nous constatons beaucoup de problèmes

relatifs aux avoisinants. Cela peut prendre

la forme de fissurations dans les murs

du bâtiment mitoyen, d’infiltrations

d’humidité ou de tâches de moisissures par

exemple. Parfois la cause est un simple oubli

de bâcher le mur… La vitesse est le principal

défaut des chantiers au Luxembourg.

En cas de dégradations dues aux travaux, un

état des lieux contradictoire est réalisé à la

fin des travaux. Nos rapports avant-après

travaux sont ensuite transmis au promoteur

qui pourra les faire suivre à son assurance.

Ce processus évite les malentendus et

protège de la malhonnêteté de certains.

Tout cela pourrait être évité en laissant

un peu plus de temps au temps. C’est un

problème de mentalité et même quand les

dirigeants donnent les consignes, elles ne

sont pas toujours appliquées sur le terrain.

De sorte qu’entre la théorie et la pratique, il

y a tout un rouage de mauvaises habitudes.

Ce phénomène concerne tous les chantiers,

et ce, de la maison unifamiliale aux grands

ensembles de bureaux. Plus l’entreprise

de construction est structurée et plus

l’encadrement est fort de par la somme

de responsabilités réparties. Pour les plus

petites structures en revanche, c’est le chef

de chantier qui les endosse toutes…

Un mot sur GMproject…

Plusieurs clients que nous avions

accompagnés dans la sécurité et la santé

souhaitaient que nous élargissions notre

mission au pilotage des travaux. C’est

pourquoi nous avons créé GMproject.

Nous assistons alors le maître d’ouvrage

dans la coordination des travaux, l’aidons

à trouver les entreprises les plus adéquates

et veillons au respect des plannings. Nous

accompagnons et guidons également les

clients dans leurs choix des matériaux

comme les carrelages, les parquets, les

différents bois, etc. n

GERI Management

198E rue Pierre Gansen

L-4570 Niederkorn

info@geri.lu


14 LG

AVRIL 2020

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

Marinho Steel

étend son offre

Spécialisée dans le négoce de produits métallurgiques,

Marinho Steel a fêté son dixième anniversaire en janvier 2019.

Avec près d’une décennie d’expérience, Manuel Marinho,

gérant de la société, tire un bilan positif de l’ensemble de

son activité. L’entreprise ne compte pourtant pas s’arrêter

là et souhaite étendre son offre de services en misant sur

la construction modulaire et sur la sous-traitance de la

fabrication de structures métalliques et de serrureries telles

que des garde-corps, escaliers,...

Deux nouvelles offres…

L’arrivée progressive des constructions

modulaires a changé les approches de

plusieurs domaines et notamment celui de la

construction. «Nous sommes actuellement

en train de développer ce service pour

étendre nos activités et ces édifices

s’inscrivent dans un principe qui prend de

plus en plus d’ampleur: l’économie circulaire.

Elles présentent plusieurs avantages.

D’abord une construction modulaire coûte

relativement moins cher qu’un bâtiment en

construction traditionnelle. Puis, comme

son nom l’indique, elle est complètement

modulable, il est donc très facile de s’adapter

en fonction des demandes, sans parler de la

rapidité d’exécution et de montage. Enfin, le

fait d’être entièrement démontable permet

la réutilisation de tous ses matériaux et

matières premières pour une installation

future. En plus, nous constatons une

augmentation de la demande concernant

le modulable», explique Manuel Marinho,

gérant de la société.

Très souvent, ces ouvrages prennent la

forme de conteneurs et ils restent idéaux

pour les bâtiments qui doivent être réalisées

très rapidement comme des baraquements

de chantiers. «Ces structures clés en

main peuvent également servir pour bâtir

des crèches ou encore des écoles. Elles

permettent de répondre à tous types de

demandes».

Manuel Marinho tient à également à évoquer

un second volet important qui contribuera

au développement de son entreprise: la

sous-traitance et fabrication de structures

métalliques et de serrurerie tels que des

garde-corps, par exemple. Cette activité

a déjà pris forme sur le terrain puisque la

société spécialisée dans le négoce de produits

métallurgiques a déjà réalisé des projets de

grande envergure au Luxembourg.

…et des activités historiques renforcées

Ces deux nouvelles activités reposent

sur l’acier, une matière première qui se

retrouve presque dans tous les produits

du quotidien. «Un fauteuil de bureau, un

caddie du supermarché, un ascenseur, la

structure d’un bâtiment, un panneau de

signalisation,… tout est en acier et ces

biens matériels sont pour beaucoup issus

de produits que nous vendons», indique

Manuel Marinho. Mais les extensions de son

offre n’ont été possibles qu’en renforçant

ses activités traditionnelles, dans un marché

à la fois local mais qui a réussi à s’étendre

et à s’implanter à l’échelle européenne: de

la France à l’Angleterre en passant par le


Portugal, les pays nordiques, la Suisse ou

encore l’Espagne. «Nos avantages et notre

ligne de conduite? Offrir les meilleurs

services aux professionnels, cela au meilleur

prix et dans les meilleurs délais», résume

Manuel Marinho.

Ses principaux produits se déclinent sous

trois formes. D’abord, les tubes en acier,

qui sont très souvent utilisés dans les

constructions et l’architecture, puisqu’ils

s’adaptent à quasiment tous les domaines…

pêle-mêle: sécurité dans les bâtiments,

machines agricoles, éclairage public ou

encore les rouleaux de manutention. «Les

poutrelles en acier représentent la deuxième

autre grande partie de notre catalogue.

Elles aussi sont destinées à la construction

métallique mais pas uniquement, car elles

s’adressent également à d’autres utilisations

comme les travaux d’étaiements ou les

travaux publics», détaille le gérant. Enfin,

Marinho Steel propose également des

tôles en qualités, formats et épaisseurs très

variées.

“L’économie

circulaire, un

principe qui prend

de plus en plus

d’ampleur”

Une adaptation à sa clientèle

En plus de ces trois produits phares,

Marinho Steel peut aussi fournir d’autres

matériaux tels que les laminés marchands, le

fil machine ou les produits refendus. «Nous

sommes très flexibles et nous attachons

une très grande importance aux différentes

demandes des clients en leur proposant

des produits prêts à l’emploi. Ils peuvent

directement être assemblés ou montés,

ce qui leur fait gagner du temps tout en

leur permettant de réaliser des économies

Marinho Steel Trading

10, rue de l’industrie

L-4991 Sanem

www.marinhosteel.com

Manuel Marinho

substantielles. Finalement, nous sommes

toujours à l’écoute des clients pour trouver

les solutions les plus adéquates».

Les collaborateurs de la société entretiennent

un contact permanent avec les

usines sidérurgiques et avec chacun de

leurs partenaires. Cette étroite relation

permet à Marinho Steel d’être sans cesse

informée des évolutions du secteur ou

de la qualité de telle ou telle matière. Et

pour cause, la société vise la proximité et

la compréhension des besoins spécifiques

d’une clientèle dense et variée. n


16 LG

AVRIL 2020

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

thyssenkrupp

Ascenseurs Luxembourg

L’ascensoriste, installé au Luxembourg depuis 1987, propose

aujourd’hui une gamme complète de solutions de mobilité

et d’accessibilité au Grand-Duché. Spécialiste de la mobilité

dans le bâtiment, thyssenkrupp Ascenseurs Luxembourg offre

ses solutions aux promoteurs, investisseurs, architectes et

ingénieurs-conseil. Du parking à l’ascenseur en passant par les

portes de garage et les monte-escaliers, «nous disposons des

produits pour simplifier la vie dans les bâtiments, individuels ou

collectifs». Clément Wampach, son directeur-gérant, revient

sur les systèmes de parking automatisés Wöhr, références sur

le marché mais aussi sur le développement de son entreprise.

Libérer de l’espace

Maximiser l’espace disponible est l’une des

priorités des villes à forte densité comme au

Luxembourg. Les solutions proposées par

thyssenkrupp participent justement à libérer

de la place. Distributeur et installateur

exclusif de la marque allemande Wöhr,

thyssenkrupp convainc par les nombreuses

possibilités offertes par les systèmes de

stationnement automatisés. Wöhr étant le

leader mondial des parkings mécaniques

depuis plusieurs décennies. C’est «un gain

de place énorme et une vraie solution pour

les espaces restreints», explique Clément

Wampach. La simple pression d’un bouton

permet de faire apparaître son véhicule au

niveau où on l’attend.

C’est aussi la garantie d’un sentiment de

sécurité pour les utilisateurs, qu’ils soient

particuliers ou employés de bureaux.

Puisque le dépôt s’effectue à l’entrée,

personne ne peut accéder à l’intérieur de ces

parkings, hormis le technicien d’entretien.

Le véhicule est inaccessible pendant la

période de stationnement. Les risques de

vol ou d’endommagement du véhicule sont

alors quasi nuls.

Dans les maisons en manque de places

de stationnement, il est ainsi possible de

garer deux véhicules là où il n’y a qu’une

seule place dans un garage traditionnel.

Autre exemple: les tours Capelli de Belval

profiteront de la technologie Carlift pour

offrir 198 places aux habitants. L’avenir est

dans l’automatisation, même au niveau du

stationnement. thyssenkrupp l’a compris

avec Wöhr, qui ne cesse d’apporter des

solutions innovantes à une problématique

aussi vieille que la voiture.

Les vélos sont aussi concernés

La petite reine a toute sa place dans

l’ambition gouvernementale pour la

mobilité. Le plan gouvernemental «Modu

2.0» prévoit même de doubler l’utilisation

de la bicyclette dans les trajets domiciletravail

d’ici 2025. Avec le Bikesafe, les vélos

ont aussi droit à ce traitement de faveur.

Un même type d’installation automatique

les protège à la fois des voleurs et des

intempéries. C’est également un confort

pour le cycliste qui n’a qu’à déposer sa

monture sans se soucier de la sécuriser.

“Nous sommes

un interlocuteur

unique pour

les problèmes

de mobilité dans

les bâtiments”

Une large gamme de produits

Outre ces systèmes de parking particulièrement

innovants, thyssenkrupp Ascenseurs

Luxembourg propose également des

ascenseurs et monte-charges, des escaliers

mécaniques et des trottoirs roulants. Avec

des usines et fournisseurs basés dans l’Union

européenne, l’entreprise est connue pour sa

flexibilité et la variété de sa gamme de produits.

Une gamme complétée par des «ascenseursmaison»,

à savoir des plateformes pour

maisons individuelles proposant des solutions

très esthétiques, y compris des finitions

complètement vitrées. thyssenkrupp est

aussi le leader luxembourgeois dans les

monte-escaliers ou «Trapelift» ainsi que

dans les plateformes pour fauteuils roulants.

thyssenkrupp Ascenseurs Luxembourg

couvre donc l’ensemble des besoins de

mobilité dans les bâtiments et se positionne

comme un interlocuteur unique pour la

recherche des solutions fonctionnelles et

adaptées à chaque situation individuelle.

Un service après-vente digitalisé

Cette large gamme de produits techniques

est accompagnée par un service après-vente

hautement professionnel. Même si les cas

sont relativement rares, rester coincé dans

un ascenseur est une hantise pour beaucoup.

Heureusement, ils sont équipés d’un

système d’appel. Une opératrice du centre

d’appel 24h/24 & 7j/7 peut ainsi rassurer


les occupants, relever les informations

nécessaires et les transmettre à l’équipe

dépêchée sur site. La géolocalisation des

techniciens-dépanneurs permet de gérer au

plus vite ces urgences.

Les techniciens sont équipés de l’application

mobile «Handyman» qui permet le suivi

des entretiens et des dépannages. Les

opérations réalisées sont ainsi documentées

et le client peut instantanément recevoir les

fiches d’entretien. L’efficacité est renforcée

de par la possibilité de retracer l’historique

des pannes précédentes et d’enregistrer

toutes les données utiles, ainsi que des

photos. Les techniciens sont également

équipés de tablettes afin de consulter en

temps réel, les informations de réparation,

la dernière version des documentations

techniques et les consignes de sécurité

appropriées.

Le service après-vente gère ainsi digitalement

le stock des pièces détachées les

plus critiques. Ce stock est minutieusement

géré afin de pouvoir répondre à tous les

dépannages en un minimum de temps.

Inauguration de ses nouveaux locaux

Le 31 janvier 2020, thyssenkrupp Ascenseurs

a franchi une nouvelle étape dans

son développement avec l’inauguration de

nouveaux locaux situés au 5 Läiteschbaach

à Contern. La société propose ainsi

un environnement de travail avec les

technologies les plus modernes et conçu

pour le bien-être de ses salariés. Et

Clément Wampach de conclure: «Une

équipe dynamique qui peut s’épanouir dans

une bonne ambiance de travail, une grande

variété de produits et de services couvrant

tous les besoins de mobilité dans le

bâtiment, voilà une combinaison excellente

pour donner satisfaction à nos clients et

utilisateurs et relever les défis de l’avenir

avec confiance». n

Labels et Certifications

Clément Wampach

• Les certifications ISO 9001, ISO 14001 et VCA

• Label «SuperDrécksKëscht» pour le tri

des déchets

• Label «Made in Luxembourg» de la

Chambre des Métiers

• Label «Sécher a Gesond mat System»

de l’AAA (Association Assurance Accident)

• Label «Entreprise Socialement Responsable»

de l’INDR

• Lauréat du «Prix Luxembourgeois

de la Qualité et de l’Excellence» du MLQE

(Mouvement Luxembourgeois de la

Qualité et de l’Excellence)

thyssenkrupp Ascenseurs Luxembourg

5 Laïteschbaach

L-5324 Contern

www.thyssenkrupp-elevator.com\lu

www.woehr.de


18 LG

AVRIL 2020

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

Architectour.lu: gare Belval-Université

Le bâtiment évoque une chenille suspendue au-dessus des rails. Les coussins d’air translucides

du toit règlent la luminosité à l’intérieur en absorbant ou évacuant l’air et s’éclairent en

différentes couleurs quand il fait noir. La nouvelle gare Belval-Université représente la porte

d’entrée principale vers le site de Belval-Ouest pour les visiteurs arrivant en train ou en bus.

Le quai central unique est équipé des infrastructures techniques nécessaires. L’accès pour piétons

donnant entrée sur le site est réalisé par le biais de deux passerelles. Les six associés du bureau

d’architecture Jim Clemes Associates nous décrivent en quelques lignes ce projet emblématique

du Luxembourg réalisé en partenariat avec Milestone, Consulting Engineers; Betic Ingénieurs-

Conseils; Jean Schmit Engineering; Dahlem, Schroeder & Associés.

Ingbert Schilz, Lynn Ansay, Jim Clemes, Gaby Krump,

Caroline Thill, Mathieu Nicol

Pas loin de deux siècles après l’apparition du

chemin de fer, la gare n’a pas cessé d’exercer

une certaine fascination sur le public: elle

est le cœur, l’organe essentiel du système

circulatoire qu’est le réseau ferroviaire.

Elle est tout à la fois la porte d’entrée

d’une ville et l’ouverture vers l’ailleurs. La

gare est aussi un geste symbolique dans

l’urbanisation et son architecture illustre

parfaitement ce message: à travers les

époques elle a tour à tour servi d’image

de marque des diverses compagnies qui se

disputaient le marché, montré le triomphe

de l’industrie, ou inversement valorisé

des particularismes régionaux, idéalisé le

fonctionnalisme, représenté la puissance

de la nation... Aussi, bâtir une gare au

XXI e siècle n’est pas un geste neutre. C’est

d’ailleurs la première fois que les Chemins

de fer luxembourgeois construisent – on

peut presque dire «inventent» – une gare

de toutes pièces, alors que d’autres, autour

de la capitale, sont d’ores et déjà prévues.

Née de la volonté de faire de Belval un

nouveau pôle d’attraction d’un point de vue

économique (bureaux, centre commercial),

culturel (Rockhal, Cité des Sciences), social

(habitations), intellectuel (université) et

des loisirs (cinémas, restaurants), la gare

de Belval représente l’un des maillons

essentiels d’accès à cette zone par les

transports en commun. Elle constitue la

© Jim Clemes Associates

porte d’entrée principale vers le site, en

lien avec les autres moyens d’accès: gare

routière et Park & Ride.

Pour mieux situer ce lieu essentiel de passage

et d’échange, la volonté de l’architecte

a été de mettre en avant la notion de

mouvement, de voyage et de dynamisme.

Il rompt avec la rectitude de la plupart des

édifices ferroviaires, en dessinant une forme

organique, animale, douce et ronde qui fait

penser à une chenille ou un mille-pattes en

mouvement. Sortant déjà de sa chrysalide,

l’animal évoque la transformation, le

développement et donne ainsi l’amorce

que quelque chose qui va plus loin, l’image

énergique d’un bâtiment novateur, qui colle

à son époque. Ce n’est cependant pas un

simple tube ou tunnel; la gare de Belval-

Université est prête à digérer les milliers de

passagers qui y circulent tous les jours (en

particulier lors des concerts à la Rockhal

où 2.000 personnes empruntent les trains

simultanément). Le tracé du bâtiment

s’élargit ainsi là où il y a plus de circulation,

plus d’activité et plus de technicité.

Comme c’est souvent le cas, c’est de la

contrainte qu’est née la belle idée de voir

la gare enjamber les rails: déjà présents,

avec la hauteur importante des caténaires,

ils obligeaient l’architecte à déployer son

imagination. C’est donc un projet aérien

et aéré que nous avons conçu de manière

originale puisqu’il est rare de voir une gare

passer au-dessus des quais. Les premières

gares, celles du XIX e siècle qui demeurent

les icônes du genre étaient construites sur

un modèle binaire, avec la partie voyageur

(réalisée par un architecte) différenciée de la

partie quai et rails (réalisée par un ingénieur).

La plupart des gares modernes rompent avec

cette confrontation et regroupent en leur

sein des fonctions diverses. Celle de Belval

ne fait pas exception: les quais sont littéralement

avalés par la gare qui les surplombe.

Le bâtiment – une plateforme d’une longueur

de 120 mètres sur 16 piliers – semble

planer au-dessus des voies. Ces «pattes»

semblent protéger les quais comme une

femelle mettrait ses petits à l’abri sous elle.

Lieu de passage, lieu d’échange, la gare

est pensée comme une place de marché où

les diverses fonctions commerciales sont

intégrées. Elle est aussi volontairement

ouverte sur l’extérieur par de grandes

surfaces vitrées qui donnent une vue

somptueuse sur tout l’environnement.

Elle est aussi une plateforme reliée de

manière visible à son cadre. En effet, deux

passerelles raccordent la gare d’une part

au complexe Plaza 1, à la Rockhal et à la

Terrasse des Hauts-Fourneaux, d’autre part

à la gare routière et au parking.

La gare de Belval-Université n’est évidemment

pas que symboles et images. C’est aussi

un concentré de technologies qui a nécessité

une ingénierie des plus pointues, notamment

parce que les trains continuaient à circuler

pendant toute la phase de réalisation du

bâtiment. Ainsi la coque de béton a été

réalisée sur place, coulée dans des coffrages

spécialement conçus pour l’occasion. Le toit

est recouvert d’une membrane translucide

qui sert de protection solaire: une triple

couche de film imprimée à damier se gonfle

ou se dégonfle pour laisser passer plus ou

moins de lumière et de chaleur. À la nuit

tombée, la chenille se fait luciole, la voûte

s’illumine et prend des couleurs comme un

phare qui rappelle aux voyageurs où ils se

trouvent et où ils vont. n

Article réalisé en partenariat avec l’OAI

et s’inscrivant dans une série destinée à

présenter les quatorze projets highlight

du Guide d’architecture contemporaine

du Luxembourg, Architectour.lu.


LG

AVRIL 2020

19

Jim Clemes Associates © Jim Clemes Jim Clemes Associates © Jim Clemes

Jim Clemes Associates © Jim Clemes

Jim Clemes Associates © Jim Clemes


20 LG

AVRIL 2020

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

Architectour.lu:

centre culturel de Differdange

L’ancien Hôtel de Ville de Differdange a été transformé en un nouveau centre culturel qui abrite

une bibliothèque, une salle des fêtes, une salle multifonctionnelle et l’école de musique. L’intérieur

du bâtiment de 1847 a été réaménagé, tandis que la structure et les façades côté rue ont été

conservées. Le côté ouest a été élargi avec une nouvelle annexe dans un langage architectural

moderne qui devient un nouveau landmark pour la ville de Differdange. Ursula et René Witry,

fondateurs du bureau d’architecture et d’urbanisme witry & witry et responsables du projet, nous

parlent de sa conception réalisée en partenariat avec T6 - Ney & Partners sàrl et Eneco.

René Witry

Ursula Witry

Photographe: Roswitha Kaste

Photographe: Roswitha Kaste

Comment avez-vous pensé la conception

architecturale de la réalisation?

Le concept développé dans le cadre du

concours consistait à laisser l’enveloppe

extérieure du bâtiment existant aussi

intacte que possible et à ajouter l’extension

nécessaire au passage étroit entre l’Hôtel de

Ville et l’église encore existante à l’époque.

Ainsi, la forme et la façade du bâtiment

existant datant de 1847 le long des espaces

de rue ont pu être préservées, l’intérieur a

été transformé prudemment et la nouvelle

extension remarquable a pu être connectée

au côté ouest. La nouvelle construction, qui

se replie le long de la façade ouest sur de

longues colonnes filigranes, est un ensemble

harmonieux et devient un nouveau repère

de la ville de Differdange.

Quels sont les aspects de sa conception

qui en font un élément incontournable du

paysage architectural luxembourgeois?

L’ancien Hôtel de Ville de Differdange a

été transformé en centre culturel avec une

bibliothèque contenant les archives de la

ville, des salles d’événements et d’expositions

et une école de musique. Avec la rénovation et

l’extension du «Aalt Stadhaus», Differdange

a été équipée d’un nouveau landmark au

cœur de la ville qui est devenu un lieu

attrayant de rencontres, de communication

et d’échanges. Cette fonction conviviale est

soutenue par une extension légère qui se

pose sur des piliers filigranes contre l’Hôtel

de Ville et permet une variété de vues à

l’intérieur et à l’extérieur. En même temps,

l’ensemble se fond harmonieusement dans

le centre-ville de Differdange en préservant

autant que possible le bâtiment existant.

Quels ont été les difficultés techniques à

relever dans le cadre de ce projet?

Le plus grand défi était la situation de

l’église, qui était délabrée à cause d’un

autre chantier voisin. La stabilisation et

finalement la démolition complète de

l’église ont eu un grand impact sur le

déroulement de la phase chantier. Malgré

tous ces inconvénients rencontrés pendant

la phase de chantier toute l’équipe impliquée

– maître d’ouvrage et tous les partenaires de

planification – a finalement réussi grâce à

une collaboration étroite et fructueuse,

à réaliser un projet exceptionnel qui par

son langage architectural crée un nouveau

landmark dans la ville de Differdange. n

Article réalisé en partenariat avec l’OAI

et s’inscrivant dans une série destinée à

présenter les quatorze projets highlight

du Guide d’architecture contemporaine

du Luxembourg, Architectour.lu.


LG

AVRIL 2020

21

Photographe Willi Fil

Photographe Willi Fil

Photographe Willi Fil


22 LG

AVRIL 2020

BÂTIMENT & CONSTRUCTION

Un nouvel espace

de vente pour allier

tradition et innovation

Forte de ses 120 années d’expérience sur le marché

luxembourgeois, l’entreprise Baucenter Decker-Ries a décidé

de faire un pas de plus vers la modernité en développant

son showroom. Avec plus de 5.000 m 2 de salles d’exposition,

l’entreprise donne à voir à sa clientèle toute l’étendue de

son savoir-faire. Laurent Decker, directeur du Baucenter

Decker-Ries, revient avec nous sur les atouts de la société

centenaire.

Décrivez-nous l’entreprise et ses

différents départements.

Fondée en 1899, l’entreprise Decker-

Ries propose aujourd’hui la gamme de

produits la plus complète du milieu de la

construction et de l’habitat en garantissant

un conseil et un service hors pair. Les

activités de Decker-Ries sont diversifiées

et réparties en quatre départements:

matériaux de construction, carrelages &

sanitaires, menuiserie et cuisines.

Dans le département historique du

commerce de matériaux de construction,

nos articles s’étendent des matériaux de

gros-œuvre et de génie civil jusqu’aux

produits spécialisés de façade, d’isolation et

de toiture, sans oublier un choix très large

en produits d’alentours. Dans ce cadre, nous

sommes un partenaire privilégié pour les

communes et entreprises de construction,

mais également pour les clients particuliers.

Nous les fournissons en produits variés,

garantissant un conseil technique et une

grande réactivité. Ainsi, une flotte de

camions-grues, camionnettes, élévateurs,

pelles et autres voitures utilitaires assurent

un transport et une livraison rapide

jusqu’au chantier ou jusqu’au domicile de

nos clients.

En ce qui concerne nos départements

carrelages & sanitaires, menuiserie et

cuisines, notre gamme étendue et complète

de services vise avant tout à mettre

au service des clients un maximum de

compétences afin qu’ils puissent s’adresser

à un interlocuteur unique pour toutes leurs

demandes. En effet, le spectre des services

de Decker-Ries est tellement large que le

client ne doit pas multiplier les acteurs de

construction et corps de métier lorsqu’il

réalise des travaux. Ainsi, il peut laisser

libre cours à son imagination et demander

conseil à nos spécialistes au sein de nos

salles d’exposition, qui sont parmi les plus

grandes du pays.

Vous avez récemment rénové vos salles

d’exposition. Qu’ont-elles de particulier?

Nos salles d’expositions intérieures s’étendent

sur trois étages et plus de 5.000 m 2 et

constituent le noyau de nos activités. Nous

faisons découvrir le raffinement de nos

espaces et la qualité de nos services dans

l’ambiance unique du «House of Bath» avec

de nombreuses mises en situation de salles de

bains et dans l’univers interactif des portes

avec plus de 100 différents éléments exposés

ou encore dans notre showroom exclusif de

cuisines de dernière génération. Tous ces

espaces sont reliés par un nouvel ascenseur

pour permettre un passage et une circulation

optimale entre les différentes expositions.

Dans ce contexte, l’entreprise Decker-

Ries offre aujourd’hui un aménagement

intérieur complet de A à Z, en combinant

les différents services, des carrelages et

sanitaire aux menuiseries avec des portes

intérieures et extérieures, des fenêtres

en bois, PVC ou aluminium, des bannes

solaires, un vaste choix de parquets, des

meubles sur-mesure ou encore des plafonds

tendus et des cuisines équipées. Notre

savoir-faire s’illustre également à travers

l’exécution de nos travaux par une main

d’œuvre qualifiée et expérimentée.

“Notre programme

d’alentours est

exhaustif et permet

d’assouvir toute

soif de création”

Qu’en est-il de votre exposition extérieure?

Notre exposition extérieure, fraîchement

rénovée et élargie sur plus de 800 m 2 , est

une véritable source d’inspiration qui

permet à nos clients de créer des espaces

verts, des entrées de maison, des rampes

de garages et des terrasses où ils peuvent

retrouver le calme indispensable pour se

détendre quotidiennement à l’air libre. Avec

un large éventail de dallages, pavés, pierres

naturelles et tous les matériaux de pose,

l’espace d’exposition extérieur propose

aussi une large gamme d’accessoires comme


LG

AVRIL 2020

23

des escaliers, des palissades, des graviers,

des galets multicolores, des éléments

décoratifs, des bacs à fleur, des stores, du

bois de terrasse et des éclairages extérieurs.

Notre programme d’alentours est exhaustif

et permet d’assouvir toute soif de création.

Laurent Decker

Quels produits innovants sont exposés

dans vos différents espaces?

L’innovation est au centre de nos

expositions et nous sommes constamment

à la recherche de nouveaux produits

qualitatifs à la pointe de la technologie

et de la tendance esthétique. Ainsi, nos

conseillers visitent régulièrement des foires

spécialisées et des usines de fabrication

et participent à des formations internes

et externes afin de leur transmettre

une véritable volonté d’innovation et

de développer leurs connaissances des

évolutions technologiques.

En outre, depuis des générations,

notre entreprise ne travaille qu’avec

des fournisseurs renommés auxquels

nous faisons entièrement confiance.

Ces partenaires sont généralement des

entreprises spécialisées et reconnues

mondialement qui nous assurent une

qualité et une réactivité incomparables.

Les carrelages de très grand format, les

portes d’entrée de haute sécurité, les

plafonds illuminés, les hottes de cuisine

«invisibles», les bois de terrasse écologiques

en bambou ne sont que quelques éléments

de notre showroom exclusif en constante

mutation.

Quels sont vos projets pour le futur?

Forte d’un historique centenaire, de

l’expérience et de la passion de ses

employés qui s’y investissent chaque jour

et de la confiance de ses clients, l’entreprise

Decker-Ries continuera à diversifier et

développer ses différentes activités en

misant sur la qualité du service, une gamme

de vente impressionnante en construction

et habitat et une véritable culture

d’entreprise novatrice, en tant que société

construite sur des bases solides et durables

mais résolument tournée vers l’avenir. n

Baucenter Decker-Ries

90 rue de Belval

L-4024 Esch-sur-Alzette

Tél.: 55 52 52

Fax: 57 02 97

info@decker-ries.lu

www.decker-ries.lu


24 LG

AVRIL 2020

BRÈVES MINISTÉRIELLES

PAR RAOUF HATIRA

Ministère de la Recherche

Face au défi que constitue le Covid-19,

Research Luxembourg, une initiative

commune des principaux acteurs de la

recherche publique luxembourgeoise,

mobilise son savoir et ses capacités

humaines et matérielles. Une task force a

été créée afin d’offrir au système de santé

toute l’expertise réunie dont dispose

le secteur de la recherche publique

luxembourgeoise (LIH, LISER, LIST, LNS,

Université, FNR), sous la coordination du

ministère de la Recherche.

Source: SIP

Ministère de l’Environnement

Dans les conditions exceptionnelles

liées au coronavirus, l’exercice de la

chasse, dans les limitations réglementaires

de l’ouverture de la chasse,

reste autorisé, à la condition que celleci

soit exercée à titre individuel. Elle

doit impérativement se faire sans aucun

rassemblement et tout en respectant

une distance interpersonnelle de deux

mètres, selon le ministère.

Source: SIP

Ministère

des Affaires étrangères

Le ministère des Affaires étrangères

et européennes a décidé d’organiser

un vol spécial de rapatriement opéré

par Luxair, le 25 mars dernier, de l’île

de Sal (Cap Vert) au Luxembourg

et d’activer le mécanisme civil

européen. Ainsi, 171 personnes dont

52 résidents luxembourgeois, ont pu

être rapatriées en Europe.

Source: SIP

Ministère

des Affaires étrangères

Le traité européen de libre circulation

fête son 25 e anniversaire, dans une

Europe qui vit une grave crise sanitaire,

l’obligeant à fermer ses frontières

intérieures. A cette occasion, le chef de

la diplomatie luxembourgeoise, Jean

Asselborn, a appelé à rétablir l’espace

Schengen dans les meilleurs délais.

”Plus que jamais, c’est de solidarité

dont nous avons besoin, et les règles

de l’espace Schengen offrent le cadre

de la coopération qui nous permettra

de faire face à cette pandémie”.

Source: SIP

Ministère de la Santé

Quatre nouveaux centres de soins (CSA) sont entrés en service

à Luxembourg, Esch/Belval, Ettelbruck et Grevenmacher.

Ces nouvelles structures sont conçues de façon à fonctionner

par deux filières de consultations strictement séparées – la

première est aménagée pour accueillir des patients présentant

des signes d’infection du Covid-19, la deuxième permet

d’accueillir des patients qui se présentent au centre sans signe

d’infection au virus.

Source: SIP

Ministère d’Etat

En amont d’une vidéoconférence des chefs d’Etats et de

gouvernements de l’Union européenne, le Premier ministre

Xavier Bettel a exprimé sa préoccupation quant aux mesures

restrictives introduites dans certaines parties de l’UE. «Le trafic

transfrontalier des travailleurs frontaliers et des marchandises

est une bouée de sauvetage pour le Luxembourg et de

nombreux autres États membres», a-t-il déclaré.

Source: SIP

Ministère de l’Agriculture

Lors du Conseil informel “Agriculture et Pêche” de l’Union

européenne au sujet du coronavirus, le ministre de l’Agriculture,

Romain Schneider, s’est dit favorable à l’instauration de “green

lanes”, des corridors routiers, maritimes et aériens, pour

maintenir la chaîne d’alimentation des biens essentiels. «Il est

primordial qu’un transit sans entrave des travailleurs frontaliers,

des denrées alimentaires ainsi que le transport d’animaux

d’élevage restent garantis», a déclaré le ministre.

Source: SIP

Ministère des Classes moyennes

Conjointement, le ministère des Classes moyennes et le

ministère de la Famille, ont lancé la plateforme de vente en

ligne “corona.letzshop.lu” dédiée aux personnes vulnérables.

Profitant de l’infrastructure existante “letzshop.lu”, cette

nouvelle plateforme propose un service de livraison à domicile,

incluant plus de 40 produits de première nécessité, dans un

contexte de confinement.

Source: SIP

© SIP / Anthony Dehez

Ministère

de l’Education nationale

Le ministère de l’Éducation nationale

a lancé le site www.schouldoheem.

lu, consacré à l’apprentissage et

l’enseignement à distance et au soutien

des élèves, enseignants et parents

durant la période de la suspension des

cours. Chaque jour, quatre nouvelles

“activités”, respectivement pour les

enfants de 1 à 4 ans et les enfants de

4 à 12 ans, sont publiées, ainsi qu’un

tutoriel proposant différentes idées de

bricolages, un conseil utile et un dicton

amusant pour remonter le moral.

Source: SIP

Ministère de la Mobilité

suite à la fermeture du passage

frontière Luxembourg/Allemagne à

Remich en relation avec la pandémie

de Covid-19, les lignes RGTR 158

Kirchberg – Remich – Merzig (D) et

159 Luxembourg – Losheim (D) sont

déviées par le passage frontière de

Schengen puis Besch vers Nennig

pour reprendre leurs itinéraires

normaux. La ligne “Nennig Zoll” est

remplacée par “Nennig Bahnhof”.

Source: SIP

Ministère de la Santé

Suite à la crise du Covid-19, le

recensement des professionnels de

santé est organisé via la plateforme

govjobs.lu, afin d’optimiser la gestion

de la réserve sanitaire nationale.

L’appel s’adresse également aux

médecins en voie de spécialisation,

aux étudiants, aux retraités et aux

personnes en congé sans traitement.

Cette plateforme a pour objectif de

coordonner l’appel à volontaires en

publiant les besoins dans le secteur de

la santé et des soins de manière ciblée.

Source: SIP

Ministère de la Justice

Les détenus du Centre pénitentiaire

de Luxembourg à Schrassig vivent

mal le confinement. Dans la soirée

du 25 mars 2020, une vingtaine

de détenus a eu recours à des

agissements rendant nécessaire une

intervention policière. L’émeute n’a

pas fait de victimes mais des dégâts

matériels. Les revendications portaient

essentiellement sur l’aménagement

de certaines peines, les conditions

d’hygiène et l’interdiction des visites

extérieures en raison du Covid-19.

Source: SIP


ESCH-SUR-ALZETTE

Fondée en 1899, l’entreprise DECKER-RIES est aujourd’hui le plus grand centre intégré de la construction de la Grande-Région sur une surface

de plus de 20.000 m 2 . Dans ses vastes salles d’exposition, bureaux, magasins, dépôts et ateliers, la maison Decker-Ries propose la gamme de

vente la plus complète de la construction et de l’habitat en vous garantissant un conseil et un service hors pair.

Gros Œuvre I Façades I Isolations I Toiture I Alentours I Carrelages I Sanitaire I Portes I Parquets I Fenêtres I Aménagement

Départements de Pose Carrelages et Pose Menuiserie I Salles de Bains clé en mains I Cuisines I Aménagement intérieur complet

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION CARRELAGES & SANITAIRE MENUISERIE

ALENTOURS RÉNOVATION

CUISINES

Baucenter Decker-Ries - Rue de Belval (Gare Belval-Université) - L-4024 Esch-sur-Alzette - Tél : 55 52 52 - Fax : 57 02 97 - info@decker-ries.lu - www.decker-ries.lu

Venez suivre notre actualité sur notre page Facebook


26 LG

AVRIL 2020

CONSTRUCTION DURABLE

Une extension

rapide et efficace

En raison des exigences croissantes imposées à l’hôpital de Mons «CHU Ambroise Paré»

en Belgique, il était nécessaire de construire une aile nouvelle sur le terrain existant.

La construction modulaire d’ALHO a offert une solution rapide, durable et de haute qualité.

Dès le début du montage des modules, le

public était impressionné par la grue d’une

hauteur de 70 mètres et d’une longueur

de 100 mètres qui installa les 220 modules

préfabriqués en très peu de temps. Dans les

modules, les chambres des patients étaient

par exemple presque terminées, y compris

les installations techniques.

Après un temps de montage de 50 jours,

une nouvelle aile du bâtiment vit le jour

avec une surface totale de 10.000 m 2 .

L’extension fonctionnelle, moderne et

confortable forme une liaison directe avec

les ailes voisines. De plus, 30 nouveaux

emplois ont pu être créés.

Propre et silencieux – sans perturbations

Durant toute la durée de construction, les

activités de l’hôpital ont pu être poursuivies

sans interruption, car après le montage,

tous les autres travaux d’aménagement et

de connexion eurent lieu dans un bâtiment

fermé. Cela signifiait aussi qu’il n’y avait

aucun désagrément pour les patients,

employés et visiteurs de l’hôpital. Sur

cinq étages et une cave supplémentaire,

l’entreprise a notamment construit six salles

d’opération, trois unités de soin, des salles

techniques et une salle de stérilisation. Les

chambres pour patients réalisées ont été

adaptées de façon optimale aux besoins des

patients. Elles sont prévues pour renforcer

un rétablissement rapide.

L’hôpital en construction modulaire est

la première infrastructure de cette taille

dans la partie francophone de la Belgique.

«Un mode de construction similaire est

impossible avec un matériau traditionnel»,

commente Jean-Luc Stouder, responsable

de la logistique et de l’infrastructure du

CHU Ambroise Paré. La directrice générale

Chantal Bouchez explique: «Pour pouvoir

réagir rapidement à une forte demande de

patients et éviter un manque de place, nous

avons opté pour cette construction. Grâce

à des caractéristiques telles que la qualité,

la durabilité, la rapidité et la réduction du

bruit, la construction modulaire d’ALHO

nous a convaincu et a abouti à une extension

réussie».

La construction modulaire d’ALHO

Systembau

Les bâtiments d’ALHO sont préfabriqués

dans des ateliers modernes, indépendamment

des conditions météorologiques,

sous forme de modules prêts à être montés

qui sont assemblés sur le chantier. Grâce à

des processus certifiés, de nombreux labels

de qualité et la préfabrication industrielle,

les bâtiments modulaires d’ALHO se

démarquent par un niveau de qualité élevé

et constant.

L’entreprise familiale siégeant à Friesenhagen

(D) avec une filiale à Esch-sur-

Alzette fait partie des leaders du secteur

avec environ 750 employés dans toute

l’Europe. Dans un temps de construction

réduit jusqu’à 70% par rapport à celui des

bâtiments traditionnels, avec un prix et

des délais fixes, des bâtiments modulaires

haut de gamme, individuellement conçus,

tels que des écoles, des maisons relais, des

immeubles de bureaux et des bâtiments

administratifs ou des immeubles pour

établissements de soins et de santé voient

le jour. n

“Grâce à des

caractéristiques

telles que la qualité,

la durabilité,

la rapidité et la

réduction du bruit,

la construction

modulaire d’ALHO

nous a convaincu

et a abouti à une

extension réussie”

ALHO Systembau S.à r.l.

4 Avenue des Hauts-Fourneaux

L-4362 Esch-sur-Alzette

Tel.: (+352) 26175443

www.alho.com


LG

AVRIL 2020

27

1

2

3

1. L’arrière du bâtiment a un attrait architectural grâce à une sablière et un escalier extérieur

2. Grâce à l’extension, six autres blocs opératoires ont vu le jour. Les salles satisfont à toutes les conditions pour une utilisation immédiate

3. Les chambres pour patients lumineuses et agréables doivent les aider à se rétablir rapidement

Photos © ALHO Holding GmbH


28 LG

AVRIL 2020

1

2

3

1. Ecole et maison relais de Clémency - 2. Maison relais de Kehlen - 3.Ecole et maison relais de Kleppen


LG

AVRIL 2020

29

CONSTRUCTION DURABLE

Des constructions bois

écologiques et agréables à vivre

Spécialisée dans la construction bois, rollingertec est une

entreprise artisanale implantée au Luxembourg depuis plus

de 100 ans. Forte de ses partenariats qui lui permettent

de réaliser des constructions clés en main, la société place

l’écologie au cœur de sa démarche. Ses deux projets en cours

de planification en témoignent, puisqu’ils seront réalisés à

partir d’un bois régional. Dirk Plattes, ingénieur construction

bois et administrateur délégué de l’entreprise, revient avec

nous sur l’évolution de la société et ses compétences.

Présentez-nous votre entreprise en

quelques mots…

Les origines de notre entreprise remontent

à l’année 1908 qui a vu la fondation de

sa première entité, la «maison François

Blum» spécialisée en ferblanterie. En 1951

Henri Rollinger reprend cette société. Au

cours des années suivantes, l’entreprise est

restée familiale passant de la dénomination

Rollinger Walfer en 2001 à Rollinger

Toiture en 2010.

C’est en 2018 que nous avons créé la

nouvelle identité «rollingertec – technologie

et construction bois» qui rassemble

aujourd’hui 90 collaborateurs. Dans nos

bureaux se côtoient des ingénieurs en génie

civil/construction bois, des techniciens en

bâtiment et des maîtres charpentiers. Il nous

semble en effet très important de s’entourer

d’un personnel hautement qualifié dans

les différents corps de métiers, soit des

charpentiers, des couvreurs/toiture plate et

des ferblantiers pour pouvoir fournir des

prestations irréprochables et de haute qualité.

La plus grande partie de notre chiffre

d’affaires est généré par des projets publics,

comme des maisons relais, des écoles, des

halls culturels ou multifonctionnels, etc.

Globalement en quoi consiste votre

activité?

Notre cœur de métier est la construction

bois. La plupart de nos projets sont de

type «gros-œuvre fermé ou clos fermé»

bois. A côté de la structure d’un bâtiment,

nous réalisons également d’autres travaux

comme la toiture plate ou la couverture

en zinc ou ardoise, les travaux de façade

en bois ou en métal et offrons également

un large panel de prestations sous-traitées.

Nous avons d’ailleurs les capacités d’offrir

des constructions clés en main en entreprise

générale pour certains projets.

Quels sont les avantages des constructions

bois?

Le bois est le produit écologique et durable

par excellence. En comparaison avec le

béton ou l’acier, il nécessite pour son travail

beaucoup moins d’énergie polluante.

Comme le bois est déjà un matériau

isolant, un mur fabriqué en cette matière

sera toujours moins épais qu’au sein d’une

construction en béton ou en acier, et ce,

pour une même valeur isolante, ce qui

augmente le nombre de mètres carrés en

surface utile au sein d’une habitation.

De plus, les constructions bois disposent

généralement d’un degré de préfabrication

plus élevé, ce qui implique un montage

beaucoup plus rapide et sec par rapport aux

constructions conventionnelles réalisées en

pierre et béton par exemple.

Donnez-nous un exemple de projet en

construction bois réalisé récemment?

Nous avons bâti l’école et la maison relais

Kleppen d’Esch-sur-Alzette sous le format

clés en main. Ce projet a été réalisé dans un

temps record d’environ six mois pour un volume

de plus ou moins 5 millions d’euros HTVA.

Un bâtiment en architecture bois offre

en règle générale un cadre de vie très

agréable à ses utilisateurs. Nos bâtiments

sont écologiquement responsables; ce type

de construction est à la fois un avantage

pour notre clientèle mais également pour

notre équipe à qui la préservation de notre

environnement tient particulièrement à

cœur. Cela donne du sens à notre travail!

“Les murs en

bois sont moins

épais, et ce, pour

une même valeur

isolante que dans

une construction

classique”

Quelles sont vos ambitions pour le

futur?

Nous veillons à améliorer continuellement

nos processus internes et externes dans

l’objectif de rester une entreprise compétente,

performante et fiable.

Par ailleurs, ce sont les constructions

elles-mêmes qui nous poussent à nous

dépasser! Nous sommes en effet toujours

enthousiastes à l’idée de participer à des

projets exigeants. Dans ce contexte, nous

travaillons actuellement sur deux projets en

cours de planification pour lesquels nous

utiliserons du bois issu de leurs alentours:

la construction de l’«Internat Profamilia

de Dudelange» aura en partie recours

à du hêtre régional et les murs bois de

l’«Ecole et maison relais d’Howald» seront

quant à eux fabriqués à partir de KVH

régional. n

rollingertec

70 rue des Prés

L–7333 Steinsel

info@rollingertec.lu

www.rollingertec.lu


30 LG

AVRIL 2020

CONSTRUCTION DURABLE

Le bois, un matériau

traditionnel innovant

Par Pierre Birck

Placé sous le prisme de la durabilité et de l’économie

circulaire, le bois représente bien plus qu’une alternative aux

matériaux de construction plus «classiques» dans le secteur

du bâtiment. Philippe Genot, Wood Cluster Manager chez

Luxinnovation, revient sur la palette de solutions viables et

écologiques qu’offre ce matériau dans la construction de la

ville de demain.

Le bois est un matériau utilisé depuis

la nuit des temps… pourquoi est-il

aujourd’hui présenté comme innovant?

De magnifiques et anciens bâtiments en

bois existent à travers le monde, déjà conçus

avec des techniques avancées pour l’époque.

Le bois n’a pas attendu les imprimantes 3D

pour se construire couche après couche.

Aujourd’hui, ce matériau noble et ancestral

est utilisé dans plusieurs domaines, c’est ce

qui le rend innovant, de par la multiplicité

de ses caractéristiques et de ses propriétés.

Citons, par exemple, les procédés de thermotraitement

pour changer sa structure,

ou encore la bi-économie des matériaux

composites qui est en plein développement.

A cela s’ajoute l’intelligence humaine, dont

font preuve les professionnels du secteur,

qu’ils soient au sein d’entreprises établies ou

bien de startups.

Quels sont ses avantages?

Le bois répond à l’ensemble des considérations

sociales, écologiques ou encore

technologiques qui touchent le domaine

de la construction. C’est aussi un matériau

renouvelable et naturel. Certains bois

transformés sont plus résistants que l’acier,

et, contrairement aux idées reçues, il est

également un très bon isolant thermique

ainsi qu’un matériau sécuritaire en cas

d’incendie.

N’oublions pas que ce matériau joue un

rôle dans la lutte contre le changement

climatique à plus d’un titre puisqu’il

fixe du C0 2

et nécessite peu d’énergie

pour sa production et lors de la phase de

construction… d’où son côté «smart».

L’autre point important est la notion de

préfabrication. La phase de planification est

certes plus longue, car elle doit être précise

et très détaillée, mais la durée du chantier

est beaucoup plus courte. Les structures

sont en effet préfabriquées dans les

entreprises concernées, ensuite acheminées

sur le site et finalement installées en trois

semaines clés en main.

“Le bois a une

carte à jouer

car il revient

vers des systèmes

de construction

plus naturels”

Une telle approche bouleverse-t-elle

l’industrie et les modes de travail des

entreprises? Quelles sont les technologies

utilisées?

Le matériau ne change pas en lui-même.

C’est la façon de l’utiliser qui est source

d’innovation et de remise en cause des

modèles existants, avec l’objectif de

parvenir à des chaînes de production plus

intelligentes et générant moins de pertes.

C’est pour cela que la notion d’industrie 4.0

est primordiale, permettant la mise en œuvre

de nouvelles techniques d’industrialisation

soutenues par la digitalisation.

En ce sens, l’utilisation du BIM (Building

Information Modeling) s’avère très

intéressante pour le volet ingénierie et

économie circulaire. Celui-ci permet

notamment de planifier la construction de

manière très précise, dans un seul fichier

numérique pour tous les acteurs concernés.

Crédit: Marion Dessard / Luxinnovation

En quoi le bois est-il particulièrement

adapté au principe d’économie circulaire?

Le concept d’économie circulaire correspond

parfaitement aux principaux objectifs

d’innovation suivis par les entreprises de

la filière bois, en optimisant les processus

de production et en limitant les pertes et

les déchets. Depuis son extraction de la

forêt jusqu’à sa forme finale, le bois peut

être commercialisé sous différentes formes

et, en fin d’utilisation, il peut revenir à la

nature.

Durant tout son cycle d’utilisation, il peut

être transformé à plusieurs reprises: en bois

brut scié, en contreplaqué, en panneaux, en

papier jusqu’au bois pour l’énergie. L’idée

est alors de relier toutes ces utilisations

successives dans une optique durable et

logique. C’est donc l’ensemble de la chaîne

de valeur qui s’inscrit dans le concept

d’économie circulaire.


Quelle sera la place de la construction

en bois dans la ville de demain et quels

sont les projets phares qui misent sur ce

matériau actuellement?

Selon moi, une ville intelligente l’est

d’abord dans sa planification, dans le

choix des matériaux et leurs impacts sur

l’environnement. Le bois a une carte

à jouer car il revient vers des systèmes

de construction plus naturels et offre

davantage de flexibilité dans les bâtiments,

ainsi qu’une meilleure isolation.

Nous ne militons pas pour des modèles

100% bois, mais pour l’utiliser là où il

donne du sens. Aujourd’hui, les nombreuses

innovations et l’ingénierie ont par exemple

permis de créer des bâtiments qui peuvent

culminer jusqu’à 80 mètres de haut.

Concernant les projets, la première «pierre»

de l’école primaire de Hesperange a été

posée récemment. D’autres bâtiments

ont eu recours à ce matériau comme

l’Administration de la nature et des forêts

à Diekirch ou le lycée technique pour

professions de santé à Ettelbrück. Je n’oublie

pas non plus le vaste projet Elmen qui

prévoit 375 habitations en bois et représente

un très grand défi pour toutes les entreprises.

Quels sont, justement, les futurs

challenges pour le Wood Cluster?

Ils sont nombreux! Notre mission principale

reste d’accompagner les entreprises dans

leurs démarches d’innovation, de soutenir

et de favoriser la diversification de la filière

de transformation du bois et de créer,

ou d’améliorer, des flux de produits bois

régionaux. Nous devons rester à l’écoute des

initiatives privées et publiques, identifier les

problèmes rencontrés par les entreprises

sur le terrain et orienter vers les organismes

et les acteurs en charge de ces sujets, le tout

dans une réelle approche «bottom-up».

Philippe Genot

Nous allons travailler sur un «calendrier

bois coordonné», avec les principaux

acteurs et entreprises de la filière, ce qui

permettra de mettre, ensemble, l’accent sur

les points les plus importants à suivre.

Nous suivons aussi de près quelques projets

d’envergure, comme celui du label de

qualité «Holz vun Hei» avec le ministère

de l’Environnement, du Climat et du

Développement durable, ou bien celui du

Holzhaff, un marché régional pour le bois

d’œuvre de haute qualité, qui évoluera dans

une première phase vers une plateforme

digitale. n

Pour toute information sur les actualités

et l’agenda du Luxembourg Wood Cluster,

rendez-vous sur www.woodcluster.lu.


32 LG

AVRIL 2020

Voir l’invisible

grâce à SpaceTime

PAR MARTINA CAPPUCCIO

CONSTRUCTION DURABLE

Fort d’un recul de vingt ans sur le monde de la construction et ses pratiques, Shahriar Agaajani

mesure l’importance de disposer de plans fidèles à la réalité construite. Partant du constat

alarmant que les informations cruciales concernant le bâti tendent à se perdre au fil du temps,

il imagine SpaceTime, un logiciel capable de remonter dans le temps d’une construction et

de visualiser ses entrailles. En tant qu’administrateur délégué de la jeune entreprise, il nous

présente cette technologie unique au monde, made in Luxembourg.

En quoi consiste le concept SpaceTime?

Avec SpaceTime nous collectons des

données dans le temps, à plusieurs

moments d’une construction. Nous

compilons ainsi les différents présents d’un

bâtiment au fil de son édification. Nos

maquettes numériques traduisent ensuite

l’espace en trois dimensions auxquelles

nous rajoutons la dimension temporelle,

et ce, en remontant jusqu’à la pose des

armatures dans le sol. Il s’agit d’un moyen

de systématiser la collecte des données et de

les rendre visuelles.

Nos visites virtuelles sont disponibles en

deux formats en fonction de la demande du

client: en réalité virtuelle, pour se projeter

en immersion dans une construction, ou

en visite ciblée pièce par pièce par le biais

d’une tablette ou d’un smartphone. Grâce

à la réalité virtuelle, l’utilisateur se déplace

dans le bâtiment, ce qui est plus adapté à

une utilisation professionnelle.

La version mobile en tablette est en

revanche privilégiée pour les particuliers

ou les exploitants d’une construction qui se

trouvent déjà sur place.

Dans les deux cas, l’utilisateur remonte,

étape par étape, dans la vie du bâtiment. En

un clic, il déshabille les murs du plâtre, le sol

de son revêtement et voit ainsi apparaître les

câblages, tuyauteries ou autres techniques

dans les murs, les plafonds et le sol, à leur

emplacement exact. Cela permet de constituer

pour la première fois un véritable plan «as

built», preuves à l’image, et de conserver

une information qui était jusqu’alors souvent

perdue une fois les éléments recouverts.

Cette logique s’applique également aux

ouvrages publics puisqu’elle permet de voir

les techniques installées à travers les trottoirs,

les routes ou autres ouvrages.

Nous fournissons par ailleurs des liens

sécurisés qui donnent accès à une plateforme

de visionnage du chantier à distance. Grâce

à une interface intuitive, le professionnel de

la construction peut facilement à l’aide de sa

souris se déplacer sur le chantier et obtenir

différentes couches d’informations sur

celui-ci. Il peut y annoter des informations,

faire des captures d’écran, discuter avec

d’autres intervenants du projet, réaliser

des métrés,… L’outil permet également

de réaliser des coupes d’un bâtiment pour

avoir une vue transversale de ses entrailles.

Comment sont réalisées les prises de

vue sur chantier?

Nous utilisons un scanner sur site et captons

l’espace point par point à l’aide d’un laser.

L’accumulation de points, dite nuage de

points, forme ensuite l’image des différents

éléments d’un bâtiment.

Dans la visite virtuelle, il est possible de

jouer avec la densité des points pour voir

progressivement à travers les éléments,

que l’on peut également traverser en

se déplaçant. Ce scan est opéré lors des

étapes clés d’un chantier, à chaque fois

qu’un changement significatif intervient,

et chaque donnée est alors horodatée.

Pour obtenir un résultat en images 3D,

nous réalisons également des photos à

360 degrés de chaque pièce ou élément

définis au préalable par le maître d’ouvrage.

A qui s’adresse ce service?

Il s’adresse à tous! Aux maîtres d’ouvrage

qui veulent développer un projet, aux

banques, assurances ou experts judiciaires

qui doivent se prononcer sur un dégât, aux

dizaines de corps de métier qui peuvent

intervenir sur un chantier, aux clients finaux

qui achètent un bien,…

Nous nous adressons aussi bien aux

particuliers qu’aux entreprises privées.

Mais nos clients peuvent également être

les administrations et les entités publiques!

En effet, puisque toutes les constructions

publiques sont réalisées grâce aux

contribuables, il paraîtrait logique d’investir

dans ce type d’outil pour faciliter leurs

transformations, extensions ou réparations

afin d’en limiter les coûts dans le temps.


LG

AVRIL 2020

33

Shahriar Agaajani

Quels sont ses avantages?

Cette technologie est utile à bien des

niveaux. Elle facilite notamment les

transformations ou l’extension d’une

construction et permet d’identifier

rapidement la cause ou les conséquences

d’un sinistre. En fin de vie du bâtiment, elle

facilite son démantèlement et le recyclage

de ses matériaux en identifiant chacune de

ses strates. Pour l’exploitant, il devient plus

facile de rajouter une prise, un luminaire

ou autre élément grâce à un plan visuel et

précis des techniques se trouvant dans les

murs, sols ou plafonds.

L’avantage est également écologique

et économique pour les entreprises qui

pourront diminuer leurs déplacements

sur chantier de 30 à 50% grâce à un suivi

à distance! Le trafic routier pourrait donc

également être positivement impacté

par cette nouvelle manière de travailler.

L’investissement que représente le recours

à SpaceTime est rapidement rentabilisé et

permet même de réaliser des économies sur

le coût total d’un chantier.

Quelles sont les prochaines évolutions

qui attendent SpaceTime?

Jusqu’à présent nous avons collecté des

données visibles à différents moments

du bâtiment; nous voudrions à présent

montrer l’invisible… Ainsi, il sera bientôt

possible d’intégrer les pertes de chaleur

grâce au recours à la thermographie

infrarouge. Nous voudrions également

utiliser d’autres techniques comme un

radar ou des rayons X qui permettraient de

scanner et de voir au travers d’un bâtiment

déjà existant. Dans le futur, nous avons

aussi pour objectif d’automatiser la prise

des mesures via drones ou robots, entre

autres pour augmenter le nombre de visites

sur chantier. n

“Compiler

les différents

présents

d’un bâtiment

au fil de son

édification”



Marinho Steel Trading SA

Iron and Steel Industry

10 Rue de l’Industrie

L-4991 Sanem, Luxembourg

Tél : (+352) 26 55 00 91

Fax : (+352) 26 55 00 92

Email : info@mst.lu

www.marinhosteel.com


36 LG

AVRIL 2020

BRÈVES ÉCONOMIQUES

PAR RAOUF HATIRA

Fonds d’urgence en faveur

des très petites entreprises

Dans le contexte de la crise du

Covid-19, la Direction générale des

classes moyennes a mis en place un

fonds d’urgence à destination des très

petites entreprises et des indépendants.

Grâce à cette mesure, les entreprises

de maximum neuf salariés et les

indépendants occupant au maximum

neuf salariés pourront introduire une

demande pour bénéficier d’une aide

financière immédiate unique et non

remboursable de 5.000 euros.

Source: Chambre des Métiers

Soutien du gouvernement

aux PME

Les PME traversent une période

très difficile. Le ministre des Classes

moyennes, ministre du Tourisme, Lex

Delles, et le ministre de l’Économie,

Franz Fayot, ont présenté un projet

de loi qui introduit un régime d’aide

visant à compléter les instruments

de soutien aux petites et moyennes

entreprises (PME) qui se trouvent en

difficulté financière temporaire suite

au Covid-19.

Source: SIP

L’OGBL veille au grain

Le syndicat OGBL n’a pas caché sa

stupéfaction face à la dérogation

décidée par le gouvernement, qui va

permettre de passer le temps de travail

maximal de 40 à 60h par semaine.

Le ministre du Travail, Dan Kersch a

toutefois précisé qu’il s’agissait d’une

mesure strictement limitée à la durée

de la crise et qui ne concerne que

quelques secteurs d’activité.

Source: OGBL

Le gouvernement appelle à la

responsabilité des communes

En complément aux mesures que le

gouvernement a déjà mises en place

et à d’autres instruments supplémentaires

à venir pour soutenir les

entreprises, la ministre de l’Intérieur,

Taina Bofferding, et le ministre de

l’Économie, Franz Fayot, invitent les

autorités communales à payer dans

des délais rapprochés les factures pour

travaux, fournitures et prestations de

services.

Source: SIP

Coopération transfrontalière en temps de crise

Les autorités françaises et luxembourgeoises estiment que la

situation actuelle liée au coronavirus constitue un cas de force

majeure. Dès lors, il a été convenu qu’à partir du samedi 14

mars 2020, la présence d’un travailleur à son domicile pour y

exercer son activité, pourra ne pas être prise en compte dans le

calcul du délai habituel en vigueur. Cette mesure est applicable

jusqu’à nouvel ordre.

Source: Ministère des Finances

Le transport aérien très actif en temps de pandémie

Le transport aérien et la logistique sont des secteurs essentiels

pendant les crises sanitaires. Lors de leur visite au Cargocenter,

les ministres François Bausch et Paulette Lenert, ont pu

constater le travail effectué par la plateforme et son rôle dans

l’acheminement de matériels dans le contexte de la pandémie.

Dans de telles circonstances, les deux ministres ont souligné

l’importance de la coopération entre les différents acteurs de

la chaîne logistique.

Source: SIP

Chômage partiel

“cas de force majeure/coronavirus”

Les entreprises qui restent ouvertes mais qui subissent

néanmoins l’impact négatif du coronavirus sur leurs activités,

peuvent à tout moment introduire une demande pour l’octroi

du chômage partiel “cas de force majeure/coronavirus” auprès

du Secrétariat du Comité de conjoncture auprès du ministère

de l’Economie.

Source: Ministère de l’Economie

Congé familial et chômage partiel incompatibles

A partir du lundi 30 mars, il n’est plus possible d’avoir recours

au congé pour raisons familiales dans le cadre de la limitation

de la propagation du Covid-19 si le salarié demandeur, l’autre

parent ou un autre membre du ménage en question tombe

sous le régime du chômage partiel prévu aux articles L. 511-1

et suivants du Code du travail pendant la période pour laquelle

le congé est sollicité.

Source: SIP

© EMA

La Spuerkees solidaire

face à la crise sanitaire

La Spuerkeess a annoncé une série de

mesures visant à soutenir sa clientèle

de PME, de grandes entreprises et

d’indépendants face aux impacts de

la pandémie Covid-19 sur l’économie

nationale. Dans ce contexte, elle

accorde à ses clients professionnels,

qui en font la demande, un moratoire

de remboursement de six mois sur les

financements en cours. Ils pourront

également solliciter des financements

additionnels selon les critères d’éligibilité

et les modalités d’octroi définis.

Source: BCEE

Le secteur du tourisme

en berne

Le secteur du tourisme est un des

secteurs les plus impactés dans cette

période de pandémie. Par mesure

de précaution, les bureaux du

Luxembourg City Tourist Office sont

fermés au public. Tous les tours guidés

sont annulés jusqu’à nouvel ordre et

un très grand nombre d’événements

prévus dans les trois mois à venir sont

annulés ou reportés à une autre date.

Source: Office de tourisme

Contrats de voyage

et résiliation

Afin d’atténuer ces conséquences

néfastes pour le secteur des prestataires

de service de voyage au Luxembourg,

le gouvernement luxembourgeois

entend suspendre provisoirement

les effets de la résiliation des contrats

de voyages à forfait pendant l’état de

crise pour permettre aux autorités

de chercher une solution durable

commune au niveau européen.

Cette mesure est nécessaire, tant

dans l’intérêt des voyageurs que des

professionnels.

Source: SIP

La transmission par les billets

d’argent est insignifiante

L’Eurosystème mène régulièrement

des recherches sur l’impact potentiel

de la circulation des billets en euros sur

la santé publique, notamment en ce

qui concerne les virus. Jusqu’à présent,

rien n’indique que le coronavirus se

soit propagé via des billets de banque

en euros. L’Institut allemand Robert

Koch a récemment confirmé que “la

transmission du virus par des billets

de banque n’a pas de signification

particulière”.

Source: BCL


STAUBABSAUGER

HUSQVARNA S26

Optimal im Einsatz gegen Befall des

Eichenprozessionsspinners.

VENTE D’EQUIPEMENTS ET DE MACHINES POUR LE

SECTEUR DE LA CONSTRUCTION ET L’INDUSTRIE

19, Zare Ouest • L-4384 Ehlerange

Tél.: +352 / 331 337 • Fax: +352 / 26 33 44 11

www.sermatec.lu • info@sermatec.lu

www.husqvarnacp.de

Copyright © 2020 Husqvarna AB (publ). Alle Rechte vorbehalten.

Husqvarna und andere Produktmarken sind Handelsmarken der Husqvarna Group wie auf www.international.husqvarna.com angegeben.


38 LG

AVRIL 2020

IMMOBILIER & LOGEMENT

L’immobilier social

Le marché privé de l’immobilier est de plus en plus restreint

et de moins en moins accessible; étant même inaccessible

aux revenus les plus modestes. Luxembourg-Ville est

dorénavant l’épicentre d’un phénomène de repoussoir de la

pauvreté. Soucieux de lutter contre cette exclusion sociale

par le logement, l’Etat a mis en place le concept de la Gestion

locative sociale (GLS) en 2009 déjà via l’Agence Immobilière

Sociale (AIS). Ce dispositif vise deux objectifs: la mobilisation

de logements inoccupés et l’accès à des prix abordables.

Ainsi, c’est à cette même date qu’a été créée la Fondation

pour l’accès au logement (FAL); rencontre avec son directeur

Gilles Hempel.

La Gestion locative sociale

Le 9 mars 2020, s’est tenue une séance de

signature collective des conventions avec

les partenaires du ministère du Logement.

Le ministre Henri Kox a lancé un appel aux

propriétaires de logements vides afin qu’ils

les mettent à disposition des acteurs de la

GLS.

Ils sont une trentaine à se partager la mise en

œuvre de la GLS; il peut s’agir de fondation,

d’association sans but lucratif ou de société

d’impact sociétal ayant pour objet social

la promotion du logement ainsi que des

promoteurs publics et offices sociaux. Ces

organismes conventionnés par le ministère

du Logement louent des logements

appartenant à des propriétaires privés à des

loyers qui se situent en moyenne entre 30

et 40% en dessous des prix du marché. Ils

ont l’obligation de les mettre à disposition

de personnes à faibles revenus et assurent

également un accompagnement social afin

d’augmenter leurs chances de pouvoir

réintégrer le cas échéant un logement non

subventionné.

Fin 2019, les organismes conventionnés

géraient plus de 845 logements appartenant

ainsi à des propriétaires-bailleurs privés.

Fonctionnement et avantages

Le propriétaire qui souhaite louer son bien

contacte un des partenaires conventionnés.

Les deux signent alors un contrat de

bail. L’organisme sélectionne ensuite un

occupant selon les critères correspondant

à son objectif social. C’est toujours

l’organisme partenaire qui est le locataire

et doit de ce fait, remplir ses obligations.

Le payement du loyer est ainsi garanti tous

les mois même en cas de non-occupation.

L’occupant est encadré par une équipe

professionnelle du domaine social qui

l’accompagne tout au long de la durée

du contrat et intervient si nécessaire. Le

bien reste disponible pour le propriétaire

qui pourra le récupérer rapidement en

cas de besoin personnel. Les partenaires

conventionnés surveillent l’état d’entretien

et réalisent même de menus travaux. Enfin,

le propriétaire profite d’une exonération

fiscale de 50% sur les revenus locatifs nets.

Le parc locatif abordable est désormais fort

de près de 1.000 logements. C’est autant de

familles temporairement en difficulté financière

qui peuvent ainsi stabiliser leur situation.

À la fois grâce à un loyer abordable mais aussi

par le soutien de professionnels. La Gestion

locative sociale est selon les mots du ministre

© MLog

du Logement Henri Kox «un instrument

efficace avec lequel les deux populations

bénéficiaires sont gagnantes: les propriétaires

et les locataires». «Dix ans d’expériences

ont par ailleurs démontré l’efficacité de

l’initiative», rappelle Gilles Hempel.

FAL, AIS et Abitatio

La Gestion locative sociale découle d’une

politique initiée dans les années 2000, ellemême

influencée par le modèle belge. «Ce

combat a été porté pendant près de dix ans

par un groupe de travailleurs sociaux»,

assure Gilles Hempel… «de nombreux

discours ont alors animé le monde

politique».


xxxx

C’est ainsi qu’en 2009, la Fondation d’accès

au Logement a été créée avec l’objectif

de promouvoir et de réaliser l’accès au

logement des personnes défavorisées.

À cet effet, elle a mis en place l’Agence

Immobilière Sociale qui s’occupe de la

gestion de logements destinés à toute

personne exposée à la précarité. Née d’une

nécessité sociale, la FAL œuvre aussi à

l’accompagnement social de ces populations

les plus vulnérables. Force est néanmoins

de constater que la problématique s’est

désormais élargie à des personnes actives

sur le marché du travail et même parfois aux

classes moyennes.

Depuis dix ans, quelques 3.200 personnes

ont été logées par l’AIS qui gère désormais

un parc de 560 logements. «La Gestion

locative sociale n’est cependant qu’une

mesure transitoire alors que le besoin de se

loger, lui est permanent», rappelle Gilles

Hempel. C’est pourquoi un troisième

département vient d’être créé sous le nom

d’Abitatio. Ce promoteur immobilier social

a la charge de construire des logements à

destination des bénéficiaires de l’AIS qui

ont accompli leur projet d’inclusion (sur

trois ans) mais qui malgré tous leurs efforts,

ne parviennent pas à trouver un logement

sur le marché immobilier luxembourgeois.

Contrairement aux solutions de l’AIS qui

sont provisoires, les logements développés

par Abitatio sont voués à une location

long terme pour des ménages à revenus

modeste. Les 9 projets actuellement en

cours comptent 47 logements. n

Gillles Hempel et Henri Kox

“L’AIS est née

d’une nécessité

sociale”

Fondation pour l’Accès au Logement

202b, rue de Hamm

L-1713 Luxembourg

info@fondation-logement.lu

www.fondation-logement.lu


40 LG

AVRIL 2020

IMMOBILIER & LOGEMENT

Optimiser les surfaces

et la production énergétique

Dans le cadre des projets de construction de trois maisons unifamiliales à Schweich et de

quatre maisons unifamiliales et une maison bi-familiale à Noerdange, le Fonds du Logement,

entouré des équipes de Beng Architectes Associés, Bered Solutions Ingénieurs-conseils et

Studio E, participe à l’augmentation de l’offre de logements à prix abordable dans la commune

de Beckerich.

Une collaboration entre le Fonds du

Logement et la commune de Beckerich

Thierry Lagoda n’était pas encore

bourgmestre de Beckerich lorsque l’idée du

projet s’est développée, toutefois, il était en

poste pendant toute la durée des travaux.

«Notre commune est de petite taille et

son service technique également. Nous

n’avons donc pas les capacités de planifier

et de suivre un projet de telle envergure,

c’est la raison pour laquelle nous avions

besoin d’un partenaire spécialisé dans la

construction de logements abordables»,

déclare le bourgmestre. Après avoir vendu

le terrain au Fonds et délivré l’autorisation

de construire, la commune a ensuite suivi

de près l’avancement des travaux. Le projet

a par ailleurs pris de l’ampleur grâce à

l’économie d’espace réalisée lorsque la

loi a permis de remplacer la construction

d’un bassin de rétention par des réservoirs

individuels à chaque maison.

«Les travaux ont débuté en février 2019

et nous sommes actuellement dans la

dernière phase du chantier. La réception

finale des habitations est prévue pour le

mois de septembre. Ces deux projets ont

été menés par les mêmes équipes et dans

un même temps dans un souci d’économie

car leur proximité le permettait. Lorsqu’un

problème était rencontré sur un des

chantiers, les équipes travaillaient alors sur

l’autre afin de gagner du temps!», précise

Michal Zaglaniczny, chef de projet pour le

Fonds du Logement.

Mandaté pour la conception, l’autorisation

et le suivi de l’exécution des infrastructures

du PAP, Bered Solutions Ingénieurs-conseils

a également pris en charge l’étude de

stabilité des bâtiments. Roland Esch, associé

et gérant au sein du bureau, explique: «Le

mode de construction et le choix de faire

réaliser les façades et les toitures par une

même entreprise ont été guidés par le souci

de munir les bâtiments d’une enveloppe

thermique parfaitement continue, sans ponts

thermiques».

“Les travaux

d’enveloppe

thermique donnent

un très bon

résultat aux tests

d’étanchéité à l’air”

Les matériaux y ont été combinés de manière

à tirer le meilleur parti des caractéristiques de

chacun d’entre eux. Roland Esch précise que

«ces techniques nécessitent des études plus

approfondies et une bonne collaboration des

équipes en amont mais ont pour avantage

d’éviter les surcoûts pendant la réalisation

du projet et de tenir des délais plus courts».

Respecter l’environnement dans la conception

architecturale

Inscrite dans une démarche économique

et respectueuse de l’environnement, la

conception architecturale du projet a

donné lieu à une construction hybride.

Albert Goedert, architecte associé chez

Beng Architectes Associés explique: «les

dalles ainsi que les murs porteurs intérieurs

sont en maçonnerie. Des poteaux en béton

soutiennent également la façade. Le tout

est habillé d’une ossature bois qui contient

toute l’isolation». «Les travaux d’enveloppe

thermique, y compris ceux de façade et de

toiture, donnent un très bon résultat aux

tests d’étanchéité à l’air. L’ossature bois est

en effet remplie de cellulose et recouverte

de panneaux en fibre de bois, ce qui offre

une bonne performance énergétique et

permet au bâtiment de respirer», ajoute

Michal Zaglaniczny.

Si le PAP a défini l’implantation des

maisons, l’équipe a veillé à rationnaliser

les surfaces en créant des espaces compacts

et bien répartis et en maximisant les

surfaces utiles. Ainsi, les quatre maisons

unifamiliales de Noerdange comprennent

quatre chambres à coucher pour une

superficie de 139 à 140 m 2 ; les trois maisons

de Schweich disposent quand à elles de

quatre chambres sur des surfaces allant de

139 à 150 m 2 . «L’implantation du terrain à

Schweich a motivé la construction en deminiveaux

afin de respecter sa pente naturelle.

Nous avons ainsi réalisé des économies en

matière de terrassement et de transport de

terre», nous dit Roland Esch.

L’architecte ajoute: «Nous avons rationnalisé

l’espace en jouant sur des deminiveaux

entre les côtés rue et jardin. Les

jardins sont ainsi 1,2 m au-dessus du niveau

de la rue, ce qui leur assure une certaine

privacité, alors qu’à Noerdange les espaces

extérieurs ont été encadrés à cet effet».


Albert Goedert, Thierry Lagoda, Jean-Marc Pott, Roland Esch, Eric Schmit et Michal Zaglaniczny


42 LG

AVRIL 2020

IMMOBILIER & LOGEMENT

Chaque logement dispose de protections

solaires sur les fenêtres orientées Sud. Une

place de parking et une place extérieure

sont comprises pour chaque habitation

et certaines d’entre elles ont un carport.

Les maisons de Schweich disposent aussi

de petites caves. Enfin un abris-bus a été

prévu pour les deux localités, comme nous

l’expose le bourgmestre: «A Schweich, cet

aménagement a été fait sur-mesure afin

d’être aligné à la construction d’un des

carports. De plus, bien que les maisons

disposent d’espaces extérieurs réduits, elles

sont situées à proximité des bois. L’accès

aux chemins piétons et à la piste cyclable est

également proche des habitations».

La technique en renfort énergétique

Le concept technique des deux projets

a été adapté à son architecture donnant

au bâtiment une enveloppe thermique si

performante que l’énergie nécessaire à son

chauffage est amoindrie. Le local technique a

été installé dans les combles. L’espace prévu

étant très réduit, l’équipe de Studio E, en

charge des techniques du bâtiment, a décidé

faire fusionner la production thermique et

la ventilation double flux dans une seule

machine compacte.

Les concepts aéraulique et thermique

diffèrent d’une installation traditionnelle.

«Tout d’abord, nous avons choisi d’installer

des radiateurs comme source thermique

tournant à basse température afin de ne

pas trop charger la pompe à chaleur. Le

concept a été prévu de manière à ce que

les températures de l’eau sanitaire et du

chauffage ne dépassent pas les 50 degrés

afin de limiter la consommation d’énergie

électrique nécessaire à leur réchauffement.

La partie eau chaude sanitaire est quant à elle

essentiellement alimentée par l’installation

de deux panneaux solaires thermiques sur

la toiture. En cas de manque d’énergie,

la pompe à chaleur prend le relais», nous

explique Jean-Marc Pott de Studio E.

De plus, la ventilation double flux récupère

90% d’énergie de l’air chaud venant des

cuisines et salles de bain pour garantir une

température de pulsion en continu dans les

chambres et le salon de minimum 17 degrés.

Le dimensionnement du radiateur a été

adapté pour produire la différence de

température entre l’air chaud récupéré et

la température souhaitée. Jean-Marc Pott

détaille: «Nous avons volontairement posé

les grilles d’aération sous les radiateurs afin

de pousser mécaniquement l’air dans leurs

convexions pour les réchauffer. L’air sera

ensuite à nouveau aspiré par les cuisines

et salles de bain. Nous rentabilisons ainsi

l’électricité produite par la récupération

d’énergie au sein de l’habitation. La

circulation de l’air chauffé se fait alors

sur la quasi-totalité du logement». Enfin,

les gaines de ventilation extérieures ont

été créées sur-mesure afin qu’elles soient

esthétiquement intégrées à la toiture. n

“L’eau chaude

sanitaire est

essentiellement

alimentée par deux

panneaux solaires

thermiques”

Fonds du Logement

52, Boulevard Marcel Cahen

L-1311 Luxembourg

info@fondsdulogement.lu

www.fondsdulogement.lu


4.091

logements mis

sur le marché

Empfänken, logéieren

a begleeden

1.937

unités destinées

à la location

1.670

unités destinées

à la vente

484

unités réalisées

pour l’État et les institutions


44 LG

AVRIL 2020

IMMOBILIER & LOGEMENT

Conseil en logement (subventionné)

pour les communes

et les investisseurs privés

En 2019, Eric Rosin, ancien directeur du Fonds du Logement,

et Martin Schnögass, ancien National Head of Real Estate for

Luxembourg and Germany d’ArcelorMittal, ont créé act360°,

un cabinet spécialisé en conseil stratégique et opérationnel

pour les communes et les investisseurs privés. Passionnés par

leur métier, ces deux associés espèrent mettre leur pierre à

l’édifice d’une meilleure gestion immobilière au Luxembourg.

Eric Rosin et Martin Schnögass

Pourquoi avoir créé act360°?

MS: Nous avons remarqué qu’il y avait

un manque énorme en conseil et en

accompagnement immobilier pour les

communes. Sollicitées par l’État pour

participer à la création de logements – surtout

subventionnés – les communes, et plus

souvent celles de plus petite taille, n’étaient

pas préparées à ce défi. Elles manquaient

de ressources, parfois même de certaines

compétences et peinaient à trouver des

professionnels pour les soutenir et les guider.


LG

AVRIL 2020

45

ER: Une première analyse du marché

nous a permis de constater que les

besoins en conseil pour les communes ne

se limitent pas seulement au logement.

Les administrations communales ont

aussi souvent besoin d’accompagnement

dans la mise en place d’une stratégie et

dans la structuration de leur portefeuille

immobilier, dans l’optimisation des

processus de leurs activités immobilières

ainsi que de support dans la réalisation de

leurs projets. De plus nous avons constaté

que ces conseils intéressent également les

investisseurs.

Quelles sont les compétences que vous

mettez au service de votre clientèle?

MS: Eric est économiste avec une spécialisation

dans le domaine technique de

la construction. Pendant des années il a

travaillé pour un grand cabinet de project

management immobilier, puis s’est occupé

des transactions immobilières et de projets

urbanistiques pour ArcelorMittal (où nous

nous sommes rencontrés), avant de devenir

directeur du Fonds du Logement en 2018.

ER: Martin est architecte et a fait

une formation supplémentaire en

développement immobilier à New York.

Il a travaillé comme architecte avant

de se concentrer sur le développement

immobilier pour un family office, puis pour

un fonds d’investissement, et finalement

pour ArcelorMittal. L’expérience gagnée

dans ces différents postes, en grande partie

dans des rôles moteurs, nous permet

aujourd’hui d’avoir une vision globale

et d’aborder les projets avec une vraie

sensibilité financière et technique. La mise

en commun de nos expériences respectives

constitue un grand avantage pour notre

clientèle.

Qui sont vos clients et quelles prestations

leur proposez-vous?

MS: Nos clients sont les communes et les

asbl qui ont besoin de conseils dans le cadre

de leur développement immobilier et dans la

structuration et l’exécution de leurs projets

(surtout en logement subventionné). Nos

clients comptent également des investisseurs

privés avec un portefeuille immobilier, qui

éprouvent souvent des difficultés à interpréter

les PAG/PAP et à en comprendre les impacts.

ER: Nous avons structuré nos services

en trois grandes catégories: l’analyse et

la stratégie, la structuration et le project

management. Tout d’abord les analyses:

les études de faisabilité, de rentabilité et de

risque, ainsi que les analyses des facteurs

de localisation, etc. Ces études forment la

base de nos conseils stratégiques – c’està-dire

les réflexions sur la vente et l’achat,

l’exploitation et le développement des

objets et des terrains. La deuxième partie

porte sur la structuration des projets. Elle

comprend la définition et la répartition des

moyens financiers et humains nécessaires

à la réalisation des projets. Elle couvre la

thématique du logement subventionné,

ainsi que l’optimisation des processus avant

et pendant le projet, en plus de la gestion

des autorisations. Enfin, la troisième partie

contient les prestations liées à la réalisation

des projets et leur suivi (le project

management), c’est à dire le suivi des coûts,

du planning et des rapports de synthèse

pour épauler le maître d’ouvrage.

“Nous constatons

ainsi que beaucoup

de besoins

ne sont pas

encore satisfaits

et que de nouvelles

solutions doivent

être créées”

Quels sont les avantages d’externaliser

ces services?

ER: Les entreprises et les communes

comprennent l’importance et la nécessité

de mener des réflexions stratégiques,

mais il peut arriver qu’elles ne sachent

pas comment concrétiser leurs idées ou

ne trouvent simplement pas de temps à y

accorder. Un conseil externe se révèle alors

un partenaire essentiel dans l’atteinte de

leurs objectifs, car il pourra les accompagner

dans la structuration, la formulation, la

mise en œuvre et la concrétisation de leurs

réflexions.

MS: Externaliser les services de project

management permet de se munir d’un

double contrôle afin d’assurer une meilleure

gouvernance et transparence des projets.

Parfois l’externalisation sert simplement

à couvrir les ressources manquantes ou à

assurer la coordination d’un projet et de ses

interfaces. De plus, en déléguant le project

management, les clients se libèrent du temps

pour leurs autres activités.

Quelles sont les subventions classiques

auxquelles une construction peut prétendre?

MS: Nous sommes spécialisés dans les aides

relatives au logement subventionné, soit à

destination des acteurs publics, comme les

communes, ou des promoteurs privés. Cela

concerne principalement les subventions

couvertes par la loi modifiée du 25 février

1979 relative à l’aide au logement et aux

règlementations associées. La loi prévoit sous

certaines conditions des subventions pouvant

atteindre jusqu’à 75% du prix d’achat du

terrain, des travaux de construction et

des honoraires y étant liés. Nos clients

sont souvent surpris de la hauteur de ces

subventions!

ER: Effectivement, ces aides peuvent

être conséquentes! Pour ce qui des

subventions s’adressant aux acteurs privés,

les réglementations qui les concernent sont

parfois complexes et nécessitent souvent

des discussions au cas par cas avec les

différentes autorités publiques. Cela fait

aussi partie de nos prestations.

MS: J’ajouterais que des promoteurs

nous demandent de plus en plus souvent

d’intervenir en ce qui concerne la stratégie

à appliquer au logement à coût modéré

dans l’élaboration de leur PAP.

Quel bilan tirez-vous du lancement

de votre entreprise et quels sont vos

projets pour le futur?

MS: Nous sommes très reconnaissants

envers nos premiers clients de nous avoir

fait confiance.

La vie entrepreneuriale nous offre des

projets très variés et complexes qui, au

fil du temps, nous donnent la possibilité

d’anticiper encore mieux les besoins de nos

clients. Nous constatons ainsi que beaucoup

de besoins ne sont pas encore satisfaits et que

de nouvelles solutions doivent être créées, ce

qui augmente potentiellement le spectre des

services que nous pouvons offrir.

ER: Nous réfléchissons à de nouveaux

concepts dans le domaine du logement

locatif à prix abordable et sommes en train

de développer un autre projet dans ce

contexte… mais cela fera l’objet d’un autre

article! n

act360°

111, Langertengaass

L-3762 Tétange

www.act360.lu


46 LG

AVRIL 2020

IMMOBILIER & LOGEMENT

Les frais “cachés”

d’un achat immobilier

Quand vous achetez un bien immobilier pour la première fois, l’erreur classique consiste à se

limiter au prix d’achat du logement et à ne pas tenir compte des coûts annexes. Pour éviter les

mauvaises surprises, voici les cinq frais «cachés» à garder en tête lorsque vous voulez devenir

propriétaire.


LG

AVRIL 2020

47

Les frais de notaire

En tant qu’acheteur, vous devez supporter

l’ensemble des frais liés à l’acte de vente et

payés au notaire. Ces frais comprennent la

rémunération du notaire, le remboursement

des frais engagés par l’étude du notaire

pour les services et documents nécessaires à

la réalisation de la vente ainsi que les taxes.

Ces dernières correspondent aux droits

d’enregistrement et de transcription dus à

l’Administration de l’Enregistrement et des

Domaines et s’élèvent respectivement à 6%

et à 1% pour les acquisitions à titre onéreux

(moyennant paiement).

Vous pouvez toutefois bénéficier d’un

crédit d’impôt immédiatement applicable

lors de la signature de l’acte de vente et

limité à 20.000 euros (40.000 euros en cas

d’acquisition conjointe) si vous achetez

un immeuble à des fins d’habitation

personnelles. Ce crédit d’impôt peut être

utilisé au fur et à mesure pour d’autres

acquisitions jusqu’à épuisement et vous

est accordé que vous soyez résident ou

non (à condition bien entendu que vous

vous engagiez à devenir résident au

Luxembourg dans l’immeuble acquis).

Si vous êtes un non-résident habitant

dans un pays tiers à l’Espace économique

européen 1 , vous devrez faire l’avance des

droits d’enregistrement et de transcription

et demander le crédit d’impôt par la suite

sur présentation d’un certificat de résidence

au Luxembourg.

Dans tous les cas, vous êtes tenu d’occuper

personnellement le logement dans un délai

de deux ans (quatre ans si c’est un terrain

à bâtir ou un immeuble en construction)

à compter de la date de l’acte notarié

d’acquisition et de manière ininterrompue

pendant au moins deux ans. Sinon,

vous devrez rembourser l’intégralité de

l’abattement.

“L’erreur

classique

consiste

à se limiter

au prix d’achat

du logement”

de glaces et tempête. L’assurance solde

restant dû est une forme d’assurance-décès

temporaire contractée dans le cadre d’un

emprunt hypothécaire. Si vous veniez à

décéder prématurément, elle permet de

rembourser le solde à votre organisme de

crédit et évite à votre partenaire ou à vos

héritiers tout problème financier.

Les intérêts intercalaires

Si vous envisagez des travaux de rénovation

ou de construction et ne souhaitez

rembourser le montant de votre prêt

immobilier qu’après une certaine période

d’utilisation, tenez également compte

des intérêts intercalaires. Ceux-ci sont

calculés sur base du montant emprunté

(ou effectivement utilisé dans le cas d’une

nouvelle construction) jusqu’au début du

remboursement.

Les frais de jouissance du bien

Enfin, pensez à garder une enveloppe pour

tous les frais après acquisition tels que les

travaux d’aménagement pour mettre les

lieux à votre goût (peinture, revêtement

de sol, cloisons à abattre, combles à

aménager,…), les frais de déménagement,

les éventuels meubles à racheter ou les

charges de copropriété si vous avez acheté

un appartement dans une résidence.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à

consulter la page www.ing.lu/immo ou à

nous rendre visite en agence. n

Les frais de dossier

Au moment de la mise à disposition de votre

prêt, votre organisme de crédit prélèvera

des frais de dossier. En général, ceux-ci ne

sont pas très élevés.

Les assurances habitation et solde restant

La loi ne vous impose pas de souscrire

à ces deux assurances mais elles sont

recommandées et souvent exigées par

l’organisme qui vous octroie le crédit

immobilier. L’assurance habitation couvre

votre logement mais aussi le mobilier et

vos effets personnels contre les risques

d’incendie, dégâts des eaux, vol, bris

1

L’Espace économique européen rassemble les 28

États membres de l’Union européenne, l’Islande, la

Norvège et le Liechtenstein.

ING Luxembourg

26, Place de la Gare

L-2965 Luxembourg

contactcenter@ing.lu

www.ing.lu


Covid-19: les mesures

en matière d’aides au logement

La subvention de loyer dont peuvent bénéficier les ménages à faible revenu est adaptée à la

hausse. Dans le contexte de la crise du Covid-19, le ministre du Logement invite les ménages

éligibles à faire les démarches nécessaires afin de bénéficier de la subvention de loyer, voire

d’une augmentation de leur aide en cas de baisse de revenu.

Pour répondre aux situations d’urgence

de locataires ayant des pertes financières,

dues à la crise sanitaire engendrée par la

pandémie du coronavirus, le Conseil de

gouvernement du 27 mars 2020 a décidé

de mettre en place les mesures suivantes en

matière de logement.

Hausse de la subvention de loyer

En date du 1er janvier 2016 a été introduite

au Grand-Duché une subvention de loyer,

qui peut être accordée aux ménages à

faible revenu qui prennent en location un

logement sur le marché privé national et

dont le taux d’effort consacré au paiement

du loyer est supérieur à 25% de leur revenu.

Au regard de l’évolution du marché de

l’immobilier locatif, il était prévu d’adapter

prochainement les tableaux relatifs à la

subvention de loyer annexés au règlement

grand-ducal modifié du 9 décembre 2015

fixant les conditions et modalités d’octroi

de la subvention de loyer.

Toutefois, suite aux mesures d’arrêt affectant

beaucoup de secteurs économiques dues

à la pandémie du coronavirus et au risque

d’un nombre croissant de personnes devant

subir une perte de revenu, il a été décidé

d’avancer la mise en vigueur de cette

adaptation des tableaux au 1 er avril 2020.

Dans l’état de crise actuel, adapter le barème

des loyers de référence et les plafonds

retenus pour la subvention de loyer est

une réponse adéquate aux restrictions

économiques auxquelles sont confrontés

les locataires ne bénéficiant que de faibles

revenus.

“Personne ne sera

mis à la rue!”

Appel aux bénéficiaires d’une aide au

logement de faire valoir leurs droits

Le ministère du Logement soutient les

locataires et les propriétaires accédant à un

logement par plusieurs aides spécifiques.

Ces aides sont notamment liées à des

conditions de revenu. Au cas où les revenus

des bénéficiaires baissent à cause des mesures

mises en place par le gouvernement pour

endiguer la propagation de la pandémie du

Covid-19, ces aides peuvent alors – sous

condition – être adaptées à la hausse.

Aussi, des ménages n’ayant jusqu’à présent

pas pu profiter de ce type d’aide – parce

que leurs revenus étaient trop élevés –

deviennent éventuellement éligibles aux

aides existantes.

«Je lance un appel aux locataires et

aux propriétaires, dont les revenus ont

substantiellement baissé à cause de la crise

actuelle, de s’informer auprès du Guichet

unique des aides au logement afin de

vérifier s’ils peuvent bénéficier d’une aide

au logement. Eventuellement, le service du

ministère peut offrir un soutien important»,

déclare le ministre du Logement, Henri Kox.

Les aides qui peuvent être adaptées suite à

une baisse de revenu sont la subvention de

loyer (en cas de location) et la subvention

d’intérêt (en cas d’accession à la propriété).

Pour toute information concernant les

aides au logement le Guichet unique des

aides au logement est joignable par courriel

à l’adresse guichet@ml.etat.lu et par

téléphone: Hotline: 8002 1010.

Protection des locataires

Personne ne sera mis à la rue! Il est

rappelé, que dans le cadre de la suspension

des délais en matière juridictionnelle, le

gouvernement a décidé en date du 25 mars

2020 la suspension des déguerpissements

en matière de bail à usage d’habitation.

Cette mesure permet d’éviter de mettre à la

rue des personnes pendant l’état de crise. n

Communiqué par le ministère du Logement


COMBATTRE

LA PÉNURIE DE LOGEMENTS ABORDABLES

ÉPAULER

LE FONDS DU LOGEMENT ET LA SNHBM

SOUTENIR

LES COMMUNES

EN ROUTE POUR DEVENIR LE 3 ÈME PROMOTEUR

DU LOGEMENT SOCIAL AU LUXEMBOURG

Le nouveau projet des créateurs de l’Agence Immobilière Sociale

www.abitatio.lu

202b, rue de Hamm

L-1713 Luxembourg

Tél. (+352) 26 48 39 52

info@abitatio.lu


50 LG

AVRIL 2020

BRÈVES COMMUNALES – CENTRE & NORD

PAR PIERRE BIRCK

DIEKIRCH

Afin d’éviter et limiter la propagation

du covid-19, et suite aux mesures

prises par le gouvernement, le

«Tourist Info» à Diekirch restera fermé

jusqu’à nouvel ordre. Les messages

électroniques continueront tout de

même à être traités.

Source: diekirch.lu

LUXEMBOURG-VILLE

L’avancement du chantier «Luxtram»

sur la place de la Gare en direction

de la rue de Hollerich et du pont

Jean-Pierre Buchler implique un

déplacement de l’arrêt d’autobus

«Gare Centrale quai 9/12» situé sur

la place de la Gare. A partir du 16

mars, ce dernier est transféré d’une

centaine de mètres en direction du

pont Buchler, vers l’ancien quai 12,

devant la verrière de la Gare. Sont

concernées les lignes AVL 1/125,

2, 4, 7/70, 16, 18, 21, 22, 27 ainsi

que les lignes nocturnes CN1. Les

horaires des bus restent inchangés.

Source: vdl.lu

ETTELBRUCK

Le règlement de la circulation de la

Ville d’Ettelbruck est temporairement

modifié depuis lundi 16 mars dernier

jusqu’au vendredi 8 mai inclus. En

cause? La démolition des bâtiments

47-53 de la rue de Bastogne. Le

trottoir est barré devant les maisons

comportant ces numéros et les

piétons sont invités à marcher de

l’autre côté de la rue.

Source: ettelbruck.lu

CLERVAUX

Jusqu’à nouvel ordre, le service

«Bummelbus» n’assure plus le transport

d’enfants en raison de l’épidémie

de coronavirus. Seuls les transports

des clients adultes qui dépendent du

service Bummelbus fonctionnent en

tant que service de proximité pour

pouvoir faire les courses ou toute autre

activité élémentaire. La commune a

également annoncé que les tournées

du «Bicherbus» prévues tout au long

du mois de mars sont annulées et que

le prêt des documents en cours ont été

prolongés jusqu’à la fin du mois d’avril.

Source: clervaux.lu

STRASSEN

Le collège échevinal a informé à ses citoyens que la

mairie est uniquement accessible sur rendez-vous depuis

le 16 mars dernier. Les fonctions essentielles au public

sont assurées. Les résidents sont priés de prendre rendezvous

uniquement pour les démarches urgentes. Ces derniers

peuvent s’adresser par téléphone ou par e-mail à la

commune.

Souce: strassen.lu

LUXEMBOURG-VILLE

Le collège des bourgmestre et échevins de la ville a inauguré

le nouveau «Infobus» le dimanche 1 er mars dernier à

l’occasion du «Stater Mobilitéitsdag». Celui-ci est installé

à la place d’Armes, dans le local situé au coin de la rue

Genistre et remplace l’ancien «Info-Box» qui se trouvait

dans la rue des Bains. Ce nouveau guichet est le principal

point de contact pour les clients du réseau des autobus

de la capitale et favorise la communication sur l’offre des

transports en commun ainsi que sur les formes de mobilité

durables.

Source: vdl.lu

MERTZIG

Des travaux d’infrastructures ferroviaires seront en

cours jusqu’au 19 avril prochain. Les CFL fermeront ainsi

temporairement certains tronçons de lignes afin de permettre

un déroulement rapide et en toute sécurité de ces travaux. Ils

concernent la ligne 10 qui relie Luxembourg, Troisvierges et

Gouvy ainsi que la ligne 30 qui relie Luxembourg, Wasserbillig

et Trèves.

Source: mertzig.lu

WILTZ

Les bureaux de l’administration communales sont fermés au

public suite à l’épidémie du Covid-19. Toutes les infrastructures

culturelles et sportives ferment également leurs portes jusqu’à

nouvel ordre. Les réunions, manifestations et assemblées sont

toutes reportées à une date ultérieure.

Source: wiltz.lu

© Ville de Luxembourg

LUXEMBOURG-VILLE

La capitale luxembourgeoise a lancé

une plateforme spéciale liée au

Covid-19 en mars dernier. Celle-ci

regroupe toutes les mesures prises

par le gouvernement et a pour

objectif d’assurer au mieux la santé

des résidents, des visiteurs et du

personnel. Toutes ces informations

sont disponibles sur pandemie.vdl.lu.

Source: vdl.lu

SCHUTTRANGE

Dans le cadre des mesures de prévention

contre le Covid-19, l’administration

communale de Schuttrange

informe que le Centre de recyclage

Munsbach restera fermé jusqu’à

nouvel ordre. L’objectif est d’assurer

au mieux la santé des citoyens ainsi

que du personnel et de réduire au

maximum le contact entre personnes

dans des espaces confinés. Les

bureaux du SIAS sont certes fermés

au public mais restent accessibles par

téléphone au 34 94 10 1 ou par email

à l’adresse secretariat@sias.lu.

Source: schuttrange.lu

MERSCH

Par mesure de précaution et face

à la propagation du Covid-19 au

Luxembourg et faisant suite aux

restrictions et recommandations établies

par le Conseil de gouvernement

en date du 12 mars 2020, des cours,

activités et événements ont été

annulés ou reportés sur le territoire

de la commune de Mersch. L’institut

national des langues ou encore l’école

de musique ont fermé leurs portes.

Source: mersch.lu

VIANDEN

La fermeture des bureaux de l’administration

communale au public, en

raison de l’épidémie de coronavirus,

n’entrainent pas l’arrêt des services

communaux de Vianden. Certains,

comme les services techniques ou la

recette communale, sont disponibles

par e-mail ou par téléphone. Les autres

services essentiels tels que la sécurité et

le fonctionnement des infrastructures

publiques, actes, décès et éventuels

enterrements, sont assurés.

Source: vianden.lu


Le détecteur de

fumée connecté

Maintenant obligatoire aussi au

Luxembourg à partir de 01.01.2020

Test fonctionnel à distance avec notre système « radio net »

ista Luxembourg S.à.r.l.

23, rue des Bruyères • L-1274 Howald

sales@ista.lu • www.ista.lu


52 LG

AVRIL 2020

Hesperange met

le cap sur le nord

PAR ADELINE JACOB

Approuvé en novembre dernier, le nouveau plan d’aménagement général (PAG) d’Hesperange

reflète la stratégie de développement poursuivie par les élus de cette commune fortement

dynamisée par sa proximité avec la capitale. Interprétation avec Marc Lies, bourgmestre depuis

plus de 20 ans.

Marc Lies

Un développement mesuré

Penchés sur le nouveau plan d’aménagement

général de leur commune depuis quelques

années, les élus hesperangeois ont adopté

une stratégie de développement fidèle

aux recommandations du ministère de

l’Aménagement du territoire: «nous avons

veillé à nous développer durablement, sans

surexploiter nos ressources ni consommer

trop de terrain à bâtir. La densification

doit concerner les quelques zones où elle

fait vraiment sens, là où convergent les

transports en commun et où les citoyens

trouvent déjà toutes sortes de services.

Nous ne faisons que restructurer des

surfaces déjà développées pour offrir une

meilleure qualité de vie à nos résidents»,

indique le premier édile de la commune.

De ce fait, le nouveau PAG n’introduit

finalement que des changements mineurs,

réduisant même de moitié les potentialités

de développement initialement envisagées

pour la commune (trente hectares sur

les soixante à disposition pour les douze

années à venir). C’est la section d’Howald

qui bénéficie des nouveaux aménagements

principaux quand celles d’Hesperange et de

Fentange ont fait l’objet d’un «statu quo».

La mise en œuvre de quelques PAP de

moindre envergure est déjà en cours à Itzig

et Alzingen. «Pour le reste, nous voulons

maintenir la qualité de vie que l’on connaît

à l’heure actuelle. Des travaux pourraient

bien sûr y être envisagés, mais nous

souhaitons que ces localités conservent leur

urbanisme, leur caractère et leur histoire»,

ajoute Marc Lies.

Le magnétisme de la capitale

La stratégie de développement communale

est conditionnée par un impératif: la

résolution du problème de mobilité par

l’aménagement préalable d’infrastructures

adéquates. C’est pourquoi c’est la section

d’Howald, entraînée par le dynamisme du

quartier limitrophe de la Cloche d’Or et

promise à de jours meilleurs avec l’arrivée

du tram, qui fait l’objet de toutes les

attentions. «Nous avons bien veillé à ce que

notre commune se développe davantage en

direction de la Ville de Luxembourg où tout

est déjà urbanisé. A l’heure actuelle, nous

nous focalisons sur une restructuration de la

zone d’activité d’Howald avec de nouveaux

projets comme dans la rue des Scillas où un

nouveau PAP réorganise quelques 45.000

mètres carrés de surface constructible. Le

futur ensemble mixte hébergera bureaux,

commerces et habitations. Entre 6.740

et 15.727 mètres carrés seront dédiés au

logement. 10% des habitations seront

vendues à la commune au coût modéré de

5.000 euros le mètre carré. Il est crucial

pour nous que les logements abordables

d’aujourd’hui le soient toujours à l’avenir.

Du reste, nous négocions actuellement avec

les différents propriétaires pour réaliser les

emprises permettant la mise en œuvre du

tram et des solutions de mobilité douce»,

explique Marc Lies. Des discussions

importantes puisque l’installation du tram,

de la gare périphérique et du contournement

d’Hesperange sont autant de conditions

sine qua non à tout développement pour le

bourgmestre. n


Vun der Iddi, iwwert integréiert Konzepter, bis zur Ëmsetzung.

Kommunal Entwécklungsstrategien

Schoul & Kannerbetreiung

Bezuelbaren Wunnraum

Ëffentlech Gebaier

mcluxembourg.lu

26 00 22


54 LG

AVRIL 2020

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Mesurer

les consommations

pour les réduire

Alors qu’une directive européenne impose aux Etats membres

la communication mensuelle, détaillée et proactive de leurs

informations de consommation aux habitants d’ici janvier

2022, le groupe ista est déjà en train de créer une application

répondant à cet impératif. Cette solution sera testée au

Luxembourg cet été dans le cadre d’un projet pilote en vue

de son déploiement en début d’année 2021. Joachim Colles,

Country-Manager, et Adelaide Wampach, Operations-

Manager chez ista Luxembourg, nous parlent des coulisses de

ce projet en construction.

En quoi consistent les mesures imposées

par la directive européenne sur

l’efficacité énergétique?

JC: La directive européenne 2018/2002

du 11 décembre 2018 concerne l’efficacité

énergétique des bâtiments et impacte directement

notre métier. En effet, cette dernière

exige une transparence dans l’information

de sa consommation pour chaque utilisateur

d’un bâtiment. En cas de location, les propriétaires

auront également la responsabilité

de transmettre ces relevés aux locataires.

De plus, la directive spécifie que les utilisateurs

doivent être informés proactivement. Il

ne faudra donc pas se contenter de mettre les

informations de consommation à disposition

sur un portail web, mais s’assurer que l’habitant

les reçoive par lettre, par email ou par le

biais d’une application, et ce, mensuellement.

Le Luxembourg est actuellement en

retard pour intégrer la directive dans sa loi

nationale. Des initiatives comme le Pacte

Climat existent déjà, mais ce dernier se

base sur une autre directive européenne qui

prend en compte les résultats globaux d’un

pays, tous domaines confondus. La directive

prévoit pourtant qu’en octobre 2020 les

compteurs nouvellement installés puissent

être lus à distance afin qu’en janvier 2022 les

informations de consommation puissent être

communiquées mensuellement aux usagers.

Quelles sont les solutions qu’ista

Luxembourg peut proposer pour se

conformer à cette directive?

JC: Pour aider les propriétaires à respecter

la loi, notre siège en Allemagne développe

actuellement une application à destination

des usagers d’un bâtiment. Nous estimons

qu’elle sera opérationnelle au début de

l’année 2021, soit plus d’un an à l’avance

par rapport aux exigences réglementaires.

Prévue pour un déploiement mondial

au sein de toutes les entités du groupe,

l’application sera testée au Luxembourg

dans le cadre d’un projet pilote au cours de

l’été 2020. La lecture des compteurs étant

100% automatisées dans environ 30% de

nos bâtiments, nous recevons les relevés de

consommation chaque semaine, ce qui nous

permet de tester cette application.

AW: Cet outil digital sera l’accompagnateur

régulier des usagers, il ne s’agira pas pour eux

de ne le consulter qu’une fois par an! De mois

en mois, ils auront accès à cette information

de manière visuelle, observeront leurs

impacts financier et climatique sur la durée

et auront l’opportunité d’agir à ces niveaux.

Favorisant l’interactivité, cette application

intuitive motivera l’usager à son utilisation.

Pour les propriétaires, il s’agit d’une solution

économique qui ne demande pas beaucoup

de travaux et peut donc facilement être mise

en place tout en impactant directement la

consommation énergétique par habitant.

JC: La directive européenne insiste par

ailleurs sur l’importance de créer «des

synergies entre les mesures d’efficacité

énergétique et l’utilisation efficace des

ressources naturelles, conformément

aux principes de l’économie circulaire».

C’est dans ce cadre que nous déploierons

en mai 2020 un projet commun avec la

SuperDrecksKescht, Ecobel, visant à

effectuer un décompte des déchets par

habitant. Nous aimerions à terme intégrer

ce type de décompte à notre application.

Quels sont les avantages de cette application?

JC: Bien qu’elle soit encore en cours d’élaboration,

nous savons déjà que l’application

fournira des informations comme la

consommation en «kWh» ou en litre d’eau

chaude. Elle exprimera également une

tarification en euros des consommations

passées, mais aussi des estimations sur

les consommations futures en fonction

des habitudes des usagers. Le calcul sera

effectué à partir d’un prix de référence basé

sur les années antérieures. Nous prévoyons

d’intégrer dans le futur des informations

comme la consommation d’eau froide.

AW: Nous pensons qu’en exprimant des

données chiffrées et tarifées, cela montrera

une tendance à l’utilisateur et le sensibilisera.

Les entreprises de décompte comme la nôtre

sont les premières à pouvoir développer des

outils et à avoir un véritable impact à long

terme sur le climat, à travers l’information

de chaque consommation individuelle.


Nous gérons le relevé des consommations

d’environ 53.000 occupants dont seulement

30% sont automatisés, or il s’agit de la base

du fonctionnement de notre application.

Si nous parvenons à atteindre un taux

maximal d’automatisation cela offrirait plus

de flexibilité aux clients, mais aurait aussi

un impact sur la mobilité et par conséquent

sur l’environnement. Or le changement de

compteur est préconisé tous les dix ans afin

d’obtenir une qualité de relevé optimale.

Comme actuellement nous n´avons aucune

loi en vigueur au Luxembourg imposant un

remplacement tous les dix ans, beaucoup

de propriétaires n’en voient pas forcément

l’utilité.

JC: Au Luxembourg, on estime que

les consommations énergétiques des

bâtiments correspondent à presque 20%

des émissions globales du pays. Il s’agit

donc d’un domaine dans lequel nous

pourrions réaliser de nombreux efforts,

même dans les constructions passives où

la consommation peut toujours être réduite.

En effet, si les utilisateurs n’ont pas été

formés à l’utilisation de ce type de bâtiment,

ils gaspilleront de l’énergie sans même en

avoir conscience.

Vous œuvrez également à la sensibilisation

des plus jeunes…

AW: En effet! L’année dernière nous avions

accueilli plusieurs lycéens via l’association

Day Care, ce qui avait eu un impact très

positif sur les participants. Cette année,

nous participerons notamment à la journée

Jonk Entrepreneuren au cours de laquelle

deux jeunes suivront la direction.

Ce sont pour nous des occasions d’informer

les plus jeunes sur les métiers d’ista, qui sont

très peu connus et de leur montrer l’impact

que nous pouvons avoir sur les projets

d’efficacité énergétique au Luxembourg. n

Adelaide Wampach et Joachim Colles

“L’application sera

l’accompagnateur

régulier des

usagers dans la

gestion de leurs

consommations”

ista Luxembourg S.à r.l.

23, rue des Bruyères

L-1274 Howald

sales@ista.lu

www.ista.lu


56 LG

AVRIL 2020

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Investir dans la production

énergétique solaire

Lancé le 1 er juillet 2019, le «solar challenge» organisé par myenergy auprès des communes

rencontre un certain succès. Avec 68 participantes dans ses trois catégories (défis

novateur, quantitatif ou régional), ce concours a pour but de récompenser les communes

luxembourgeoises dans leurs efforts de production d’énergie photovoltaïque. À travers le défi

régional, les communes mutualisent leurs efforts dans un seul objectif: augmenter ensemble la

part d’énergie solaire produite sur le territoire régional. Rencontre avec trois des six régions

en lice: les Parcs naturels de l’Our, de la Haute-Sûre et le Natur- & Geopark Mëllerdall.

Depuis son lancement en juillet 2019, six

régions déploient idées et efforts à travers leur

territoire pour remporter le défi régional du

solar challenge. La région qui aura réalisé d’ici

au 1 er octobre 2020 la plus grande progression

en matière de puissance photovoltaïque (au

prorata du nombre de bâtiments dédiés à

l’habitation au sein de la région participante)

remportera l’organisation d’un événement

éducatif régional ou des ateliers éducatifs

autour de la transition énergétique pour les

élèves de ses écoles.

Une volonté de collaboration

Le groupement de communes qui constituent

les trois Parcs naturels luxembourgeois ont

déjà pris l’habitude de collaborer dans le

cadre de leurs actions pour le Pacte Climat.

Laurent Spithoven, gestionnaire de projet au

sein du Parc naturel de l’Our et coordinateur

régional dans le cadre du Pacte Climat pour

les huit communes qu’il rassemble (Clervaux,

Kiischpelt, Parc Hosingen, Putscheid, Tandel,

Troisvierges, Vianden et Wincrange) nous

explique: «En 2013, nous avons créé un

groupe de travail régional dans le cadre du

Pacte Climat dans lequel chaque commune

dispose d’un représentant politique. Ce

groupe a pour objectif de favoriser et

consolider une approche régionale plutôt

qu’individuelle afin d’harmoniser et soutenir

les actions communales dans le cadre du Pacte

Climat. Cela nous permet notamment de

mutualiser certains frais et de répartir la charge

de travail». C’est pour cette raison qu’il a paru

évident au Parc naturel de l’Our de participer

au solar challenge en tant que région.

Adoptant le même fonctionnement, le Parc

naturel de la Haute-Sûre comprend quant

à lui les communes de Boulaide, Eschsur-Sûre,

Lac de la Haute-Sûre, Wiltz et

Winseler. Anita Lanners, chargée de projet

Pacte Climat pour la région, exprime la même

entraide entre les communes constituant le

Parc naturel. Pour encourager davantage

chacune d’entre elles, la région a également

prévu un programme mutualisé d’aides

financières parmi lesquelles on retrouve une

aide pour le photovoltaïque et une autre pour

les installations solaires thermiques.

Quant au Natur- & Geopark Mëllerdall la

collaboration des communes de Beaufort,

Bech, Berdorf, Consdorf, Fischbach,

Heffingen, Larochette, Nommern, Rosport-

Mompach, Waldbillig et Echternach est

plus récente. Natassja Mich, chargée de

projet pour ce Parc naturel et géoparc, nous

dit: «Nous sommes moins avancés dans la

collaboration comme notre association

régionale a seulement été créée en 2016.

Plusieurs initiatives sont cependant déjà

mises en place».

“Réaliser la plus

grande progression

en matière

de puissance

des installations

photovoltaïques”

Tous les Parcs naturels du Luxembourg

semblent poursuivre le même double objectif

à travers le solar challenge: augmenter la

part d’énergie photovoltaïque produite sur

leur territoire et sensibiliser la population

et les entreprises à participer activement à

la mise en œuvre des objectifs régionaux.

À travers la couverture médiatique du

concours, les régions et les communes

elles-mêmes ont en effet la possibilité de

faire connaitre leurs démarches et efforts et

surtout d’en montrer les effets positifs pour

encourager ceux qui ne se sont pas encore

mobilisés à rejoindre cette démarche

écologique. Comme le souligne Anita

Lanners, «les communes développeront

des projets photovoltaïques et montreront

ainsi l’exemple aux particuliers et aux

entreprises».

Informer pour mieux encourager

Pour débuter leurs démarches, les Parcs

naturels ont pour la plupart misé sur

l’information des citoyens. Plusieurs

communes à travers chaque Parc naturel

ont ainsi organisé des séances d’information.

Laurent Spithoven explique qu’au Parc

naturel de l’Our, les particuliers ont été

informés sur les tarifs d’injection revus

à la hausse par le ministère de l’Énergie,

sur les subsides PRIMe House intervenant

lors de l’installation de structures photovoltaïques

mais également sur les autres

aides allouées par chaque commune

de la région pour offrir un incitatif

supplémentaire aux citoyens et les aider

à rentabiliser plus rapidement ces structures.

Même démarche du côté du Natur-

& Georpark Mëllerdall: «différents

intervenants étaient présents lors de ces

séances pour répondre aux questions

des citoyens. Un installateur donnait

des informations plus techniques, un

représentant d’une banque renseignait quant

aux prêts possibles pour ces installations

et un intervenant de chez myenergy leur

parlait des aides disponibles».

Depuis sa participation au concours, le

Parc naturel de la Haute-Sûre a également

organisé des réunions de ce type: «nous

avons organisé deux événements concernant

les aides financières apportées pour

financer des installations photovoltaïques:

un premier en septembre pour les

particuliers et un second en décembre

pour les entreprises. Certaines d’entre

elles élaborent depuis lors des projets en ce

sens», explique Anita Lanners.


LG

AVRIL 2020

57

Troisvierges

Weiswampach

Wincrange

Clervaux

Parc Hosingen

Wiltz

Kiischpelt

Winseler

Putscheid

Lac de la Haute Sûre

Goesdorf

Bourscheid

Tandel

Vianden

Communes participantes

Groupements régionaux

Boulaide

Rambrouch

Ell

Wahl

Redange/

Attert

Beckerich

Esch-sur-Sûre

Grosbous

Préizerdaul

Useldange

Saeul

Feulen

Mertzig

VVichten

Bissen

Helperknapp

Erpeldange

Ettelbruck

Mersch

Diekirch

Lintgen

Bettendorf

Vallée de l’Ernz

Larochette

Fischbach

Reisdorf

Heffingen

Junglinster

Beaufort

Waldbillig

Consdorf

Bech

Berdorf

Biwer

Echternach

Rosport - Mompach

Manternach

Mertert

Habscht

Lorentzweiler

Steinfort

Koerich

Kehlen

Kopstal

Steinsel

Walferdange

Niederanven

Betzdorf

Flaxweiler

Grevenmacher

Petange

Käerjeng

Differdange

Garnich

Sanem

Dippach

Mamer

Bertrange

Schieren

Colmar-

Berg Nommern

Reckangesur-Mess

Mondercange

Schifflange

Esch-

sur-

Alzette Kayl

Strassen

Leudelange

Bettembourg

Dudelange

Luxembourg

Roeser

Hesperange

Sandweiler

Frisange

Contern

Schuttrange

Dalheim

Waldbredimus

Lenningen

Stadtbredimus

Bous

Schengen

Remich

Weilerla-Tour

Mondorfles-Bains

Wormel-

dange

Mise à jour 23.03.20

Rumelange


58 LG

AVRIL 2020

DÉVELOPPEMENT DURABLE

De plus, les besoins en électricité tendent à

augmenter, notamment dans le secteur de

la mobilité où la tendance est à l’électrique,

il faudra donc que nos infrastructures de

production suivent», analyse Anita Lanners..

“Sensibiliser

la population

et les entreprises

à participer

activement

à la mise en œuvre

des objectifs

régionaux”

Multiplier les efforts pour augmenter le

nombre d’installations photovoltaïques

Pour les Parcs naturels de l’Our et de

la Haute-Sûre, des bilans énergétiques

réalisés au niveau régional leur ont permis

de visualiser les efforts à fournir. Laurent

Spithoven peut ainsi nous communiquer

que «dans le Parc naturel de l’Our, la

production régionale d’électricité provenant

d’énergies renouvelables représente 83%

de la consommation régionale d’électricité

grâce à sa topographie favorable au

développement de parcs éoliens. Parmi ce

pourcentage, 23% seulement proviennent

d’une source solaire et nous voulons

augmenter cette capacité de production

dans le cadre du concours afin de pouvoir

couvrir davantage nos besoins en électricité

par une production verte régionale

conséquente. Nous sommes d’ailleurs en

train d’évaluer le potentiel des toits de notre

région pour l’installation d’infrastructures

photovoltaïques».

La coopérative énergétique fondée par le

Parc naturel de la Haute-Sûre a pour sa part

lancé comme premier projet une installation

photovoltaïque sur l’atelier technique de la

commune d’Esch-sur-Sûre. La coopérative

énergétique est un programme participatif

pour les habitants réalisant des projets dans

tout le Parc naturel de la Haute-Sûre. Dans

ce contexte, la commune de Boulaide est

elle-même en train de mettre en œuvre une

installation sur son atelier technique.

L’alliance plus récente des communes du

Natur- & Geopark Mëllerdall vient tout juste

d’aboutir à la création d’une coopérative

énergétique. «Nous n’en sommes qu’au

début des réflexions, mais nous avons déjà

des retours positifs des communes à ce

niveau! Le Covid-19 ralentira sans doute

nos activités, mais nous espérons mettre

en place six installations photovoltaïques

d’une puissance totale de 340 kW c

d’ici à la

fin de l’année et planifions d’autres projets

à plus long terme, en dehors du cadre du

concours», détaille Natassja Mich. Le Parc

naturel et géoparc participe également

depuis 2016 au projet européen pour la

protection du climat «LIFE-IP ZENAPA

– Zero Emission Nature Protection

Areas». Ce projet leur permettra d’analyser

le potentiel de la région en matière de

production d’énergies renouvelables et de

formaliser les efforts communaux au sein

d’un masterplan commun.

S’inscrire dans une démarche nationale

Le Luxembourg s’était fixé pour objectif de

produire 11% de la consommation nationale

en électricité à partir de sources renouvelables

tandis que les nouveaux objectifs prévoient

30% d’énergies renouvelables à l’horizon

2030. «La part d’électricité verte produite

au sein des communes du Parc naturel

de la Haute-Sûre atteint 14%. Nous

avons donc contribué à l’effort national

et entendons poursuivre sur cette voie!

Si le Natur- & Geopark Mëllerdall réalisera

dans un premier temps un bilan régional

des énergies renouvelables produites avant

de se fixer des objectifs à échelle régionale,

le groupement de communes souhaite

s’inscrire dans la lignée des démarches

nationales en soutenant les efforts

d’investissement dans le solaire et l’éolien

à son échelle.

Enfin, les objectifs nationaux du

Luxembourg servent de base aux efforts

réalisés par le Parc Naturel de l’Our.

«Nous adaptons notre stratégie régionale

en matière d’énergie et de climat aux

exigences nationales. Nous visons pour ce

faire une production plus importante en

électricité verte au sein de nos communes

en investissant dans des sources d’énergies

durables comme l’éolien et le solaire»,

conclut Laurent Spithoven. n

myenergy

28, rue Glesener

L-1630 Luxembourg

www.myenergy.lu


Steinsel · T +352 333 366-1 · www.rollingertec.lu

construction en bois · ingénierie · ossatures bois · construction en bois

massif · système poteaux-poutres · travaux de charpente · toitures ·

toitures plates · couverture en ardoises, en zinc et couverture métallique ·

ferblanterie · façades · façades en bois · façades en zinc · revêtements

en panneaux · nouvelle construction · rénovation · solutions « clés

en mains »


60 LG

AVRIL 2020

DÉVELOPPEMENT DURABLE


LG

AVRIL 2020

61

Pour un environnement moins

malade de nos médicaments

Les déchets problématiques nécessitent une plus grande attention en matière de prévention et

de traitement. Au Luxembourg, tout est mis en œuvre pour gérer la collecte des médicaments

après leur péremption, notamment grâce au travail de la SuperDrecksKëscht, en collaboration

avec les pharmacies. Uwe Zock et Thomas Hoffmann, respectivement responsable du

secteur de la santé et responsable communication, chargé environnement et chargé RSE à la

SuperDrecksKëscht, reviennent sur l’importance environnementale, mais aussi économique,

que revêtent le tri et la gestion des médicaments et autres déchets sensibles.

Le recyclage serait un vrai jeu d’enfants s’il

suivait le principe d’économie circulaire.

Cependant, tous les déchets ne sont pas

transformables en nouvelles ressources ou

matières premières. Certains, plus sensibles

que d’autres, doivent être éliminés car

ils sont impossibles à réintégrer dans un

circuit de réutilisation des ressources.

Les médicaments, cosmétiques et autres

compléments alimentaires qui s’accumulent

très souvent dans les armoires et boîtes à

pharmacie des ménages… en font partie.

Depuis 1993, la SuperDrecksKëscht

s’attache à collecter les médicaments pour

protéger l’environnement et ainsi éviter leur

mélange nocif avec d’autres déchets. «En

ce qui concerne la collecte, trois solutions

s’offrent aux particuliers. Ils peuvent se

rendre dans un centre de recyclage ou dans

les pharmacies pour les petites quantités

de médicaments. Enfin, nous réalisons

des collectes mobiles dans les villages»,

détaille Uwe Zock, responsable du secteur

de la santé à la SuperDrecksKëscht. Les

emballages et leurs notices sont ensuite

triés dans le centre de logistique de la

SuperDrecksKëscht à Colmar-Berg pour

être recyclés.

Incinérés à haute température

Une fois collectés, ces médicaments

transitent vers l’Allemagne pour y être traités

dans une usine d’incinération de déchets

spéciaux. «C’est actuellement la technique

la plus durable en matière d’élimination

pour ce type de déchets problématiques.

En les traitant ainsi, nous empêchons leur

propagation dans la nature ou encore la

pollution des eaux», explique Thomas

Hoffmann, responsable communication,

chargé environnement et chargé RSE.

“Empêcher la

pollution des eaux

et la propagation

dans la nature”

Par ailleurs, des maladies chroniques

comme le diabète sont aujourd’hui traitées

à domicile par des injections via des patchs

ou des seringues. Une fois utilisées, les

aiguilles présentent un danger potentiel

si elles ne sont pas éliminées proprement.

«Nous avons prévu des conteneurs de 1 ou

2,5 litres afin d’offrir davantage de sécurité

aux employés des sociétés d’élimination,

aux occupants des ménages, mais aussi aux

patients qui peuvent se blesser. Ces boîtes

à usage privé sont disponibles gratuitement

sur demande dans les pharmacies et auprès

de la SuperDrecksKëscht», précise Uwe

Zock.

Vers une utilisation plus raisonnée des

médicaments

«Nous organisons aussi des formations

au sujet de la gestion des déchets sur

demande au sein de divers établissements

tels que des maisons de retraite. En jouant

sur la prévention, nous parvenons à

sensibiliser les particuliers et les ménages

par rapport à la gestion des déchets.

Le nombre d’habitants croît chaque

année au Luxembourg, ce qui augmente

logiquement la quantité de déchets sur

notre territoire. Il est donc nécessaire

d’informer, d’accompagner et de motiver

les résidents dans cette démarche de tri»,

poursuit Thomas Hoffmann.

En 2019, 195,98 tonnes de déchets médicaux

et cosmétiques ont été collectés au Grand-

Duché, soit 312,8 grammes par habitant.

De tels chiffres soulèvent forcément des

problématiques liées à une utilisation plus

raisonnée des médicaments. En digitalisant

ses processus, le secteur de la santé ouvre le

champs des possibles notamment grâce à la

personnalisation des parcours de soin et à

l’accompagnement individuel des patients.

A l’avenir, la prescription des médicaments

et leur quantité pourrait s’adapter

en fonction du traitement ou du

métabolisme de tout un chacun. «Une telle

personnalisation existe déjà dans certains

pays. La médecine individuelle représente

donc une solution intelligente pour réaliser

des économies. Elle permet en effet de

lutter contre la production et la vente de

médicaments superflus, tout en empêchant

le gaspillage et l’accumulation des déchets

problématiques», conclut Uwe Zock. n

Chiffres

195,98 tonnes de déchets

médicaux collectés en 2019

495 tonnes de déchets médicaux

encore trouvés parmi les déchets

ménagers en 2019

SuperDrecksKëscht

Zone Industrielle Piret

L-7737 Colmar-Berg

www.sdk.lu


SMART CITIES, LE TRIMESTRIEL DE LA VILLE INTELLIGENTE

Janvier 2020 | n˚5

Le trimestriel de la ville intelligente

Janvier 2020 | n˚5 Le trimestriel de la ville intelligente

Janvier 2020 | n˚5 Le trimestriel de la ville intelligente

EXPO 2020 À DUBAÏ,

UNE VITRINE POUR

LE LUXEMBOURG

EXPO 2020 À DUBAÏ,

UNE VITRINE POUR

LE LUXEMBOURG

EXPO 2020 À DUBAÏ,

UNE VITRINE POUR

LE LUXEMBOURG

CLAUDE TURMES

L’ÉNERGIE,

LES PERSPECTIVES

D'UN AVENIR

DURABLE

CLAUDE TURMES

L’ÉNERGIE,

LES PERSPECTIVES

D'UN AVENIR

DURABLE

AUTOFESTIVAL 2020

L’ANNÉE

DE L’ÉLECTRIQUE ?

NEW YORK

LE MOUVEMENT

PERPÉTUEL DE

LA GROSSE POMME

AUTOFESTIVAL 2020

L’ANNÉE

DE L’ÉLECTRIQUE ?

NEW YORK

LE MOUVEMENT

PERPÉTUEL DE

LA GROSSE POMME

CLAUDE TURMES

L’ÉNERGIE,

LES PERSPECTIVES

D'UN AVENIR

DURABLE

AUTOFESTIVAL 2020

L’ANNÉE

DE L’ÉLECTRIQUE ?

NEW YORK

LE MOUVEMENT

PERPÉTUEL DE

LA GROSSE POMME

PAVILLON LUXEMBOURGEOIS À L’EXPOSITION UNIVERSELLE 2020 DUBAÏ

© METAFORM ARCHITECTS

PAVILLON LUXEMBOURGEOIS À L’EXPOSITION UNIVERSELLE 2020 DUBAÏ

© METAFORM ARCHITECTS

PAVILLON LUXEMBOURGEOIS À L’EXPOSITION UNIVERSELLE 2020 DUBAÏ

© METAFORM ARCHITECTS

Le cinquième numéro de votre nouveau magazine est disponible sur www.smartcitiesmag.lu


Alone we can Do

so little; together

we can do so

much.

Helen Keller

We are all facing enormous challenges in this crisis. As a production and

service company and for to the well-being of our employees, we feel

committed to maintaining the economy and thus our operations as well as

our promotional mission as long as this is possible and justifiable.

In these times a trusting cooperation and mutual support are very important

for us. And therefore at this point a big thank you to all our customers and

employees for your flexibility during this special situation. Thank you!

Stay safe, stay connected, stay human.

#bleiwtdoheem #solidarity #weareinthistogether

IMPRIMERIE CENTRALE SOCIÉTÉ ANONYME • 15, RUE DU COMMERCE • L-1351 LUXEMBOURG

T +352 48 00 22-1 • WWW.IC.LU • MESSAGE@IC.LU • @IMPRIMERIECENTRALE


64 LG

AVRIL 2020

SOCIÉTÉ

Fondation de Luxembourg:

empowering philantropy

The world is changing, and with it, the role of philanthropy.

HNWIs who want to make a social impact are increasingly

choosing philanthropic engagement over charity donations.

LFF sat down with Tonika Hirdman, Director General of

the Fondation de Luxembourg, to learn more about the rise

in philanthropy and the role Luxembourg has played in the

sector over the last decade.

“You hear more about giving back today

than you did 10 or 20 years ago. People

are becoming more aware of the responsibilities

that come with having wealth”, says

Tonika Hirdman, Director General of the

Fondation de Luxembourg, set up by the

Luxembourg government in 2009 to meet

the growing need for a center of expertise

in philanthropy in the Grand Duchy.

Since its establishment, the Fondation has

managed to build up a fully-fledged framework

for philanthropy under its umbrella structure,

guiding both international private

Tonika Hirdman


LG

AVRIL 2020

65

individuals and businesses in their commitment

to give back to society.

“The interest from private individuals is

growing and every year we steadily increase

the number of our sheltered foundations.

Our founders are mostly European. They

can be entrepreneurs who want to give back

to society, families who see it as a way to

educate their kids, as well as companies.

Most of the foundations are created with an

endowment capital for an unlimited period

of time, but it is also possible to create a

turnover foundation, whereby the founder

contributes every year with a cash flow,

which is being used to support the projects

selected”.

To date, over 80 foundations supporting a

broad diversity of more than 150 projects

worldwide are being managed under the

aegis of the Fondation de Luxembourg.

©Mike Zenari

From social inclusion to culture or

research, the causes backed by the founders

are broad. Over the last decade, the

Fondation has provided support for major

international projects such as an endeavor

to put an end to female genital mutilation

in Ethiopia; financing knowledge transfer

through European doctors training

local medical staff in Congo; funding

research programmes on Alzheimer’s and

Parkinson’s disease and an innovative

animal-assisted therapy project in a French

prison.

“People are

becoming more

aware of the

responsibilities

that come with

having wealth”

An integral part of the wealth management

ecosystem

The achievements of the Fondation, just ten

years after its establishment, are testament

to the major role it plays in philanthropy in

Luxembourg and beyond.

“When we started our activities, with

a few exceptions, philanthropy was not

really a topic that wealth managers were

discussing with their clients. Today,

most private banks in Luxembourg have

included philanthropy as a key pillar in

their wealth management offering and

they are able to offer their clients the full

spectrum of philanthropy advisory services

by leveraging on the activities of the

Fondation de Luxembourg”.

Hirdman considers that philanthropy

advisory services, more than any other

service, contribute to enhance the value of

the relationship between financial advisors

and their wealthy clients.

“Private banks have started to proactively

discuss these questions with their clients.

Wealth managers have realized that,

through philanthropy, they tend to

deepen their client relations. If you start a

conversation with your client about their

values and personal motivations, rather

than about their investment strategy, it

opens a completely different response from

the clients”.

Global reach

Over recent years, the Fondation has

seen a rise in the number of international

philanthropists looking to set up a

foundation under its aegis. For Hirdman,

it is not surprising that they chose

Luxembourg over their home-country.

“Last year, we created a foundation for a Swiss

resident with the aim of supporting young

people who have dropped out of school or are

at risk of being excluded from the educational

system. That’s where Luxembourg’s crossborder

expertise comes in. This country

understands the issues raised by crossborder

activity and is recognized globally

as a stable environment both politically and

economically. It is widely regarded as an

ideal location to set up a European-based

foundation due to its supportive attitude

towards philanthropy and sustainable

investments. Moreover, the fact that we are

still a young institution allows us to maintain

a personal touch with all our founders. This

close oversight is very valued”.

The Fondation de Luxembourg has

increasingly operated at a European

level through its participation in the

Transnational Giving Europe Network,

thus facilitating cross-border donations.

In 2017, it became the first foundation

internationally to be recognized fiscally

by the French authorities followed by the

Dutch authorities in 2018.

“Luxembourg is well-known across Europe

for its pragmatic and non-bureaucratic

approach to philanthropy. The Luxembourg

government recognizes fiscally similar

foundations and non-profit associations in

other European countries. Unfortunately, it

is not reciprocal, that’s why being recognized

as a public utility foundation in France and

the Netherlands is an important milestone”.

Over the last few years, the Fondation has

seen a rise in the number of French private

donors and has deepened its ties with the

US, leading to a rise in American private

donors and businesses.

“Our engagement goes beyond Europe. We

have created Friends of the Fondation de

Luxembourg in the United States, enabling

US-based philanthropists to donate money

through this fund to a foundation under

our umbrella. Moreover, last year, we went

through the whole vetting procedure of

the Silicon Valley Community Fund and

thanks to a donation through it, US donors

can benefit from tax deductibility from

companies based in Silicon Valley”, adds

Hirdman.


66 LG

AVRIL 2020

SOCIÉTÉ

The new philanthropist

Transparency, technology and evolving attitudes

toward wealth are reshaping donors’

approach to giving.

“HNWIs are generally younger than 20

years ago and they have a different set

of values. Very often they have created

their wealth themselves, from business

ventures, and want to give during their

lifetime, rather than leaving a legacy. They

take an informed, planned and hands-on

approach to see the direct impact of their

giving. These changing expectations have

led to new forms of philanthropic giving

such as venture philanthropy and impact

measurement”.

Measuring success means that charities,

NGOs and other public benefit organizations

are now being called on to define

and report more clearly how the funds

donated are being put to work.

“It is very important, at the start, to clarify

expectations and set clear objectives about

what you want to achieve. And you should

also think about an exit strategy right from

the start because exiting a funding program

that has been supported for several years is

often the most difficult. We have to think

about how to avoid creating dependencies.

If you have done this groundwork well

at the start, then it is easier to measure

impact”.

Rethinking wealth through the sustainable

development goals

“With a 2.5 trillion dollars funding gap, there

is an urgent need to scale up support for the

United Nations Sustainable Development

Goals (SDGs) and philanthropy’s role in

this has never been more important or

more urgent”, notes Hirdman.

“We take a holistic approach to addressing

global issues and put a strong emphasis on

the SDGs in our daily activity. Not all the

founders we work with are aware of them,

but we see it as our role to promote them in

order to help focus individual agendas and

beliefs to the most urgent needs”.

Above all, the SDGs have become a core

element of the Foundation’s strategy when

considering new projects.

“SDGs are one of the key criteria we use

when evaluating and selecting new projects.

Among others, we analyze each project on

the basis of its contribution to the SDGs.

To that end, each project supported by one

of our foundations has two SDG targets

assigned to it, which helps us to report

more comprehensively on the global issues

we are addressing”, explains Hirdman.

Rocket fuel to climate actions

As the world works to tackle climate

change, philanthropy is increasingly acting

as the rocket fuel to provide seed capital

and stimulate innovation.

“In order for the SDGs to succeed, it is

imperative that governments, the private

sector and philanthropy work together.

The crucial role for philanthropy is not just

to provide much-needed financing, but in

serving as risk capital to test new ideas and

solutions to tackle global issues”.

“Wealth managers

have realised

that, through

philanthropy,

they tend to

deepen their client

relations”

Philanthropists have decades of experience

engaging with governments, the private

sector, and non-profits in support of

innovation and the deployment of new

climate solutions.

Hirdman describes a current example

of collaboration between the public

sector and philanthropists: “Social and

environmental bonds are good example

whereby foundations and philanthropists

invest in a certain project and if the project

is successful, they will be reimbursed and

may thereby use the money for projects.

If the project fails to achieve its targets,

then it was at their own risk. It is thus an

opportunity for governments to spend

money on outcomes rather than inputs”.

For the investment of its own endowments

the Fondation de Luxembourg follows

the guidelines enshrined in its SRI Policy,

ensuring that these investments are made

within a responsible framework. As of

today, 80% of its foundations with an

endowment capital are investing according

to sustainable investing principals; but with

a clear target of 100%.

“Our founders don’t want their assets to

be invested in industries or companies

whose activities are contrary to the cause

they are supporting. We adopt a positive

screening approach, that favors investment

in companies that are able to demonstrate

a positive ESG impact. When a donor

comes to us to create a new foundation,

we consistently recommend the adoption

of our SRI policy with regard to the future

management of the endowment of their

foundation”.

The future is bright, but challenges lie

ahead

The interest in philanthropic giving

is clearly on the rise. For Hirdman,

new technologies are opening up new

perspectives for the greater good.

“It is not only offering new ways of giving,

such as crowdfunding, but brings with it the

possibility for philanthropists to participate

actively in projects, to communicate directly

with beneficiaries and monitor projects from

a distance. Through new technologies, we

can close the distance between the donors

and the end beneficiaries”.

While having new opportunities, the sector

also faces new challenges.

“Regulation is increasing and puts pressure

on foundations which need to be able to

prove their positive impact on society”.

“At the same time, the need for funding

will grow significantly over the coming

decades. Climate change is having the

worst consequences for the world’s most

vulnerable populations. Add to that the

growing proportion of ageing populations

and increasing social inequalities in our part

of the world. This will create a need for new

funding models, whereby contributions

from private philanthropy can be scaled

up through public-private partnerships”,

concludes Hirdman. n

LEO Mag March 2020,

Luxembourg for Finance,

Ophélie Binet


... um den Anforderungen an eine getrennte Sammlung der

Abfallstoffe auf kleinen Baustellen gerecht zu werden.

Ausführliche Informationen

finden sie auf

bau.sdk.lu

Kontakt:

Eric Corrignan

eric.corrignan@sdk.lu

Jeff Schmit

jeff.schmit@sdk.lu

2320 mm

1140 mm

2100 mm

Die SuperDrecksKëscht® LECOBOX

ermöglicht die getrennte Sammlung und

Lagerung von über 20 verschiedenen

Abfallstoffen auf kleinstem Raum. Es wird

nur ungefähr die Größe eines Parkplatzes

zum Aufstellen benötigt. Die LECOBOX

kann im Lauf der Baustellenarbeiten auf

die Gewerbespezifischen Abfallstoffe

angepasst werden und auf der Baustelle

mit Kran oder Gabelstapler bewegt

werden.


68 LG

AVRIL 2020

Point de presse de Taina Bofferding concernant la sécurité civile face à la crise Covid-19 et sur la continuité des services communaux

SIP/Julien Warnand


LG

AVRIL 2020

69

Les communes,

premières interlocutrices

des citoyens dans la gestion

de l’épidémie de coronavirus

PAR MARTINA CAPPUCCIO

SOCIÉTÉ

Depuis le début du mois de mars, les effets de la pandémie de coronavirus se font ressentir sur

le territoire luxembourgeois. Si les décisions prises pour endiguer sa propagation impactent

fortement l’économie et le secteur privé, le fonctionnement du secteur public est également

perturbé par ces mesures… Tour d’horizon des changements au sein des communes

luxembourgeoises.

Si les écoles et crèches ont fermé leurs

portes, d’autres établissements, notamment

culturels et sportifs, dépendant des

communes ont également dû cesser

leurs activités. Pour pallier la fermeture

des écoles le ministère de l’Éducation

nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse

a lancé le site www.schouldoheem.lu,

consacré à l’apprentissage à distance. Il

soutient ainsi les élèves, enseignants et

parents pour assurer la continuité de leur

scolarisation. Toutes les infrastructures

communales n’ont toutefois pas pu s’arrêter

de fonctionner, bien au contraire…

En collaboration avec le Syvicol, le

ministère de l’Intérieur a défini les missions

des communes dans la gestion de cette

crise. Tout d’abord, c’est au bourgmestre

qu’incombe la responsabilité d’assurer la

sécurité et la propreté au sein des espaces

publics.

Par ailleurs, si le ralentissement de l’activité

communale et l’aménagement de certains

postes pour favoriser le télétravail ont bien

évidemment été autorisés, le ministère de

l’Intérieur a exigé des communes qu’elles

assurent la continuité des services jugés

essentiels comme les activités du bureau de

la population et de l’état civil, la fourniture

en énergies, la distribution d’eau potable,

l’assainissement des eaux usées, l’enlèvement

des déchets, les transports publics et

l’aménagement du règlement communal de

police. Ces activités ont donc été maintenues,

tout en réalisant divers aménagements

pour protéger à la fois les employés

communaux et les citoyens d’une éventuelle

contamination. Outre l’aménagement des

postes de travail et des salles dans lesquelles

la population est reçue, les communes ont

été encouragées à privilégier l’envoi d’emails

et les appels téléphoniques. De plus, elles

étaient autorisées à recevoir les citoyens

uniquement sur rendez-vous, et ce, afin

d’assurer les distances de sécurité.

De manière générale les communes ont

donc dû établir un plan de continuité de

leur activité visant à identifier les services

essentiels et ceux qui pouvaient être ralentis

voire arrêtés pendant la durée de la crise.

Lors de la conférence de presse du 24 mars

dernier, la ministre de l’Intérieur Taina

Bofferding leur a par ailleurs lancé un appel

en leur demandant de régler au plus vite

leurs factures aux entreprises privées afin

de les soutenir dans cette période difficile.

Elle les a également invitées à renoncer

ou du moins à alléger leurs loyers, suite

à quoi Luxembourg-Ville et Esch-sur-

Alzette ont été les premières à faire ce

geste en renonçant à tous les loyers dus par

des commerces ou des établissements de

restauration.

Un élan de solidarité a aussi été observé

parmi les communes entre elles qui ont,

par le biais du site internet du Syvicol,

partagé leurs bonnes pratiques ainsi que

les documents officiels qu’elles ont rédigés

dans ce contexte afin de mutualiser ces

ressources. Plusieurs communes ont

par exemple proposé à leurs citoyens les

plus vulnérables de réaliser leurs courses

urgentes comme les aliments de base, les

articles d’hygiène ou les médicaments afin

de leur éviter tout déplacement. n

“Un élan

de solidarité parmi

les communes

entre elles,

mais aussi envers

les citoyens

vulnérables

et les entreprises”


70 LG

AVRIL 2020

SOCIÉTÉ

Mir si keng Spectateure

vun der Realitéit:

mir si Acteure!

Gabriela Caceres ass zënter 2012 Responsabel vun de

Partenariater a Latäinamerika vun der ONGD Action

Solidarité Tiers Monde – ASTM a geléiert Historikerin.

Duerno, an der Welt vun den ONGDen,

hunn déijeeneg déi hire Bléck op

Entwécklungsfroe konzentréieren mir et

méi ugedoen. Dëst erkläert firwat direkt

nodeems ech zu Lëtzebuerg ukomm war,

d’ASTM mech interesséiert huet.

ONGD sinn och am Télétravail

Wou s du jonk waars…

…hunn ech gedreemt Affekotin ze ginn

a mech fir Gerechtegkeet anzesetzen.

An awer hunn ech décidéiert Geschicht

ze studéieren. D’Geschicht a spéider

d’politesch Wësseschaften hu mir

d’Outile ginn fir d’Welt an hirer gesamter

Komplexitéit ze verstoen. Et versteet een

da ganz séier dass einfach Léisungen keng

Äntwert op komplex Problemer liwweren,

an dass Interdisziplinaritéit enorm wichteg

fir d’Ausübung vun eisem Beruff ass.

Déi Ausbildung war grondleeënd fir dat wat

ech am Laf vu menger Carrière gemaach

hunn: d’Gestioun vu soziale Projeten. Des

Aarbecht huet et mir erlaabt déi Elementer

ze erhalen déi mir wichteg sinn, nämlech

Kontakt hu mat konkrete Persounen an

hire Realitéiten, sou wéi dat ze ännere

wat net klappt. Also kämpfen ech awer fir

Gerechtegkeet, mee mat Outilen déi mir

besser leien.

D’ONGDen

Ech kommen ursprénglech aus dem Chile

an hat d’Chance fir de Prozess vun der

Réckgewannung vun der Demokratie

ufanks den 90 er Jore matzëerliewen. Dëst

war eng besonnesch intensiv Zäit, a fir eis,

jonk Diploméierter deemools, war et eng

exzellent “Schoul”. Well et noutwenneg

war all déi ëffentlech Strukturen an de Staat

a senger Gesamtheet nei opzebauen, hunn

d’ONGDen hir Membere verluer: bal all

hir Kaderen hu sech um gemeinsamen Défi

bedeelegt.

“Déi mageschste

Momenter

fir mech sinn

déi wou kollektiv

Kreatiounen

entstinn”

D’Motivatioun…

…an dësem Beruff ass net ëmmer evident;

eis Matière Première ass all dat wat net

fonctionnéiert. Mee mir si keng Spectateure

vun der Realitéit: mir wëllen Acteure sinn!

Dëst ass wéi mäi Beruff sech ergänzt.

Natierlech ginn ech méi schwiereg Moment

wou et engem schwéier fält ze acceptéieren

dass de Leit hire Misère onsiichtbar ass a

vernoléissegt gëtt. Dann denken ech un déi

vill Leit déi meng Roserei deelen an awer

eng Quell vun der Kraaft an der Hoffnung

sinn. Ech hunn d’Chance vill där Leit ze

kennen.

Déi mageschste Momenter fir mech sinn

déi wou kollektiv Kreatiounen entstinn.

Ech genéissen de Prozess vun der

Formulatioun wou mir vun enger einfacher

Iddi ausginn die sech duerno zu engem

Programm oder Projet entwéckelt. Et

ass an der Contributioun vum Ensemble

wou d’Magie geschitt. Wann ech an der

Recherche hëllefe kann, fillen ech mech

erfëllt. n

Fir méi Informatioun: www.astm.lu


A wien iwwerwaacht Äert Haus?

Waart net bis et ze spéit ass!

INFORMATIOUN:

Opgrond vun der Coronavirus Pandemie (COVID-19), hu mir eis zum Schutz vu jidderengem nei organiséiert.

Mir sinn awer weiderhin mat Sécherheet fir Iech do! Rufft eis un oder schreift eis:

T. 26 300 221 | info@securitec.lu

Passt op Iech an Är Familljen op, bleift gesond a bleift doheem!


72 LG

AVRIL 2020

BRÈVES COMMUNALES – SUD & EST

PAR PIERRE BIRCK

DIFFERDANGE

Pour aider les personnes les plus

vulnérables à faire face à la crise du

coronavirus, la ville de Differdange

a mis en place un service de soutien

aux séniors. Dans le cadre de ce

service, la commune a proposé sous

certaines conditions de livrer des

produits de première nécessité et

des médicaments (uniquement sur

prescription médicale) aux personnes

de plus de 65 ans, du 18 au 31 mars.

Source: differdange.lu

DIFFERDANGE

La statue a été baptisée «Résilience»,

comme un symbole en ce temps de

crise liée au coronavirus. L’œuvre de

l’artiste grec Manolis Manarakis se

trouve devant le centre commercial

de Differdange. Elle a été réalisée

avec plusieurs centaines de chevrons

en bois et culmine à environ cinq

mètres de haut.

Source: differdange.lu

ESCH-SUR-ALZETTE

Tous les événements, manifestations,

cours ou réunions (culturels, sportifs,

etc.) ont été annulés ou reportés. La

Ville d’Esch a demandé à toutes les

associations et à tous les clubs locaux

de se rallier à cette décision. La

fréquentation des aires de jeux, des

cours de récréation des écoles et des

terrains multisports a été interdite.

Le bureau d’accueil touristique

«D’Escher Infofabrik» a également

été fermé au public.

Source: administration.esch.lu

GREVENMACHER

La ville de Grevenmacher a indiqué que

les services du CIGR Grevenmacher

étaient suspendus à partir du 18 mars

par mesure de précaution contre

la propagation du coronavirus.

L’association, qui est destinée à

améliorer le cadre de vie des citoyens

du canton de Grevenmacher, a en effet

pris la décision de fermer son service

de proximité et service de femme de

ménage pour les habitants à partir

de 60 ans afin d’éviter tout risque de

contamination.

Source: grevenmacher.lu

ECHTERNACH

Malgré l’épidémie de coronavirus, la ville d’Echternach a garanti

ses services communaux en effectif réduit et en alternance. Les

citoyens étaient invités à limiter les passages physiques dans

les bureaux et à contacter les services par courrier, email ou

téléphone. D’autres services comme le repas sur roues ou la

collecte des déchets étaient maintenus.

Source: echternach.lu

DUDELANGE

En raison des mesures de prévention contre le Covid-19 les

restaurants sont restés fermés. La commune a établi une

liste avec les différents restaurants à Dudelange offrant des

plats à emporter et/ou livraisons à domicile pour faciliter les

démarches à ses concitoyens.

Source: dudelange.lu

MONDORF-LES-BAINS

En plus des restrictions et recommandations du gouvernement

et en ces temps exceptionnels la commune de Mondorf-les-

Bains s’est montrée solidaire avec ses habitants âgés de 60 ans

et plus ainsi qu’avec les personnes vulnérables ou se trouvant

en quarantaine. Les agents de la commune se sont notamment

occupés des courses pour faciliter le quotidien de cette frange

plus fragile de la population.

Source: mondorf-les-bains.lu

KAYL

La commune de Kayl a encouragé et soutenu l’initiative

du groupe Sainte Marie Kayl des «Lëtzebuerger Guiden a

Scouten» qui propose aux personnes à risque un service

à domicile gratuit pour les courses et la récupération des

médicaments auprès les pharmacies suite à l’épidémie de

coronavirus.

Source: kayl.lu

MAMER

Le collège échevinal a instauré

un service de livraison à domicile

de courses suite à l’épidémie de

coronavirus. Ce service s’adresse aux

personnes de plus de 65 ans ou celles

qui souffrent déjà de maladies telles

que le cancer, les maladies cardiovasculaires

ou encore le diabète.

Pour passer commande, il suffit de

composer le numéro 310031-41.

Source: mamer.lu

SCHENGEN

Le parc à conteneurs «Am Haff» est

fermé jusqu’à nouvel ordre, et ce

depuis le 17 mars, en raison du risque

accru d’infection par le coronavirus.

Cette mesure vise à protéger les

clients mais également les employés.

Source: schengen.lu

REMICH

En raison du Covid-19, le Centre

visit Remich, ainsi que le minigolf

et les minicars sont restés fermés

jusqu’à nouvel ordre, tout comme

les aires de jeux ou de sport. Quant

à l’administration communale, elle

est restée fermée au public. Elle

favorisait le contact par téléphone ou

par email. Les événements et autres

réunions ont tous été annulés.

Source: remich.lu

SANEM

Le «Masterplan Mobilité 2030»,

consiste à regrouper les concepts

de planification et de transport

de la commune de Sanem qui ont

été appliqués jusqu’à présent et à

poursuivre ainsi la planification du

développement systématique des

transports des dernières décennies

dans la commune. Ce plan directeur

concerne tous les transports et

redéfinit les objectifs et mesures

de mobilité dans la commune de

Sanem en les alignant sur les défis

futurs. L’objectif est de faire évoluer

la répartition modale en faveur de

l’écomobilité (circulation piétonnière

et cycliste, transports en commun)

afin de promouvoir une mobilité plus

durable.

Source: suessem.lu


Matériels agricoles I Motoculture I Matériels communaux et forestiers

Tondeuses autoportées

à coupe frontale

La réponse GRILLO fait toute la diiérence !

FD 2200 4WD & 2200 4WD TS

• Moteur Yanmar 4 cylindres 44 ch / 48 ch

• Transmission hydrostatique 0- 20 km/h / 22 km/h

• Traction 4 roues motrices permanentes

• Blocage de diiérentiel

• Plateau de coupe 1550 mm

• Réglage à distance de la hauteur de coupe

• Basculement hydraulique du plateau de coupe

• Turbine à 2 vitesses

• Bac de ramassage 1200 l / 1400 l

• Vidange hydr. en hauteur 2300 mm

• Pneus AV: 24x12.00-12 - AR: 20x10.00-10

• Poste de conduite, siège à suspension pneum.

• Homologation & éclairage route

• Option: cabine avec chauuage, essuie-glaces

Bac de

ramassage

1400 l

FD 2200 4WD TS

Bac de

ramassage

1200 l

FD 2200 4WD

Largeur de coupe

1550 mm

Largeur de coupe

1550 mm

!

DEMO SUR

DEMANDE

Bac de

ramassage

450 l

Bac de

ramassage

750 l

NOUVEAU !

Bac de

ramassage

900 l

FD 450

• Moteur 2 cylindres

• Puissance 18 ch

• Transm. hydrostatique

• Rayon intérieur de

braquage 30 cm

• Blocage de diiérentiel

• Plateau de coupe 1130 mm

• Bac de ramassage 450 l

• Réglage hauteur de

coupe électrique

• Direction assistée

Largeur de coupe

1130 mm

FD 900 4WD

• Moteur 3 cylindres

• Puissance 26 ch

• Transm. hydrostatique

• Traction 4 roues motrices

• Rayon intérieur de

braquage 37 cm

• Blocage de diiérentiel

• Plateau de coupe 1260 mm

• Bac de ramassage 750 l

• Réglage hauteur de

coupe hydr. 2-10 cm

• Direction assitée

Largeur de coupe

1260 mm

FD 13.09 4WD

• Moteur 3 cylindres

• Puissance 31 ch

• Transm. hydrostatique

• Traction 4 roues motrices

• Rayon intérieur de

braquage 31 cm

• Blocage de diiérentiel

• Plateau de coupe 1320 mm

• Bac de ramassage 900 l

• Réglage hauteur de

coupe hydr. 2-10 cm

• Direction assistée

Largeur de coupe

1320 mm

Motobineuses

Motoculteurs

Motofaucheuses

Tondeusesbroyeuses

Transporteursà

chenilles

Tondeuses

tout terrain

Tondeuses autoportées

à coupe frontale

Tondeuses autoportées

diesel à coupe frontale

Agri-Distribution

14, Nidderpallenerstrooss

L-8551 Noerdange

Contactez-nous !

23637 -210 / -204

Ouvert le samedi

+352 236 37 200 www.wowey.eu info@wowey.eu /Agri-Distribution

Benoît DECOLLE +352 236 37 210 • Pol MAJERUS +352 236 37 204


74 LG

AVRIL 2020

JEUDI 5 MARS 2020

Le SIGI lance SIGINOVA:

un outil innovant

pour les communes et les citoyens

1

Si à l’heure actuelle, les 101 communes luxembourgeoises membres du SIGI

ont recours à l’outil informatique Gescom, le SIGI a présenté le 5 mars dernier

un nouveau développement s’apprêtant changer de façon importante les outils de

travail des métiers du secteur communal. «SIGINOVA» est un nouveau logiciel

développé en open source et créé pour assurer la gestion des métiers communaux.

Aux allures d’un réseau social, la plateforme est claire et intuitive. Toutes les

activités communales pourront être monitorées via ce dispositif qui bénéficiera

d’une interopérabilité dans les administrations communales. Des groupes de travail

peuvent par ailleurs être créés au sein du logiciel pour favoriser la communication

entre les différents intervenants d’un même projet. De plus, comme les solutions

seront plus faciles à mettre en place, le SIGI pourra dédier ses ressources à la

personnalisation des solutions proposées aux communes. Reste à familiariser les

employés communaux à cette technologie disruptive!

1. Yves Wengler, président du SIGI

2. Au 1 er plan de gauche à droite: Carlo Gambucci, directeur du SIGI; Yves Wengler; Josiane Di Bartolomeo-Ries,

2 e ​ Vice-Président Du SIGI; Ranga Yogeshwar, physicien et journaliste scientifique;

au 2 e plan de gauche à droite: Claude Thill, échevin de la commune de Diekirch;

Nico Jacobs, 1 er Vice-Président du SIGI; Luc Feller, conseiller pour la commune de Mamer

3. Carlo Gambucci

4. Ranga Yogeshwar

2

3

4


MARQUAGE ROUTIER

SIGNALISATION

SÉCURITÉ ROUTIÈRE

MOBILIER URBAIN

TECHNIROUTE

Z.A.E Rosswenkel

L-5315 Contern

T. (+352) 49 00 90 – 1

www.techniroute.lu


76 LG

AVRIL 2020

PORTRAIT

Portrait d’un virus

PAR JULIEN BRUN

Dans une époque qui commente les événements plus qu’elle ne les interroge, passant

couramment d’un point à l’autre sans jamais les relier, la prise de hauteur n’a jamais semblé

aussi nécessaire. De cette position à la vue d’ensemble, ces pointillés seraient tellement proches

qu’ils formeraient une ligne, aisément lisible.

Jamais la propagation d’un virus n’aura été aussi rapide que dans un monde aux distances

contractées, aux échanges démultipliés et aux rythmes de l’instantanéité. À l’heure où ces

mots se couchent, le pic de l’épidémie n’est pas encore franchi que l’Europe compte déjà plus

de 25.000 morts selon les sources officielles 1 , elle est dorénavant le continent le plus touché

par la pandémie de Covid-19 qui a déjà fait 40.000 décès à travers le monde.

Ce que l’on sait et ce que l’on ne sait pas

Avec respectivement plus de 11.000 et

8.000 décès, l’Italie et l’Espagne sont les

deux pays du monde les plus touchés. Ces

chiffres terribles sont pourtant bien en

deçà de la réalité. Faute d’un dépistage de

toute la population européenne et d’une

vérification systématique des causes de

décès, il faudra attendre de comparer le

taux de mortalité avec les mois des années

précédentes. L’Europe devra, comme

la Chine, revoir ses premiers bilans à la

hausse. Les chiffres actuellement publiés

sont à la fois vrais et trompeurs et le taux

de mortalité du coronavirus reste encore

inconnu.

Il est souvent dit qu’un virus qui tue moins

a plus de chances de se propager. Avec

un taux de mortalité de 40%, Ebola est

par exemple resté cantonné à une partie

de l’Afrique alors que le Covid-19 s’est

propagé à travers le monde en l’espace de

trois mois seulement.

La littérature scientifique s’enrichit

chaque jour de ce nouveau virus et de

cette nouvelle maladie. On sait sa grande

contagiosité, son importante infectiosité

et son affinité pour les cellules humaines,

attaquant les poumons mais aussi d’autres

organes et le système nerveux, d’où la perte

de goût et d’odorat chez certains malades.

De nombreuses zones d’ombre persistent

néanmoins: pourquoi les hommes sontils

plus touchés que les femmes? est-ce

un virus saisonnier qui s’éteindra avec la

montée des températures? les personnes

déjà infectées sont-elles immunisées? quels

sont les traitements les plus efficaces?

Les études et essais cliniques sont actuellement

en cours et jamais dans l’histoire

les résultats des travaux ont été aussi

rapidement partagés. L’Université Fudan de

Shanghai est la première à avoir séquencé

l’ADN du Coronavirus. Ses chercheurs

ont placé la séquence du génome dans

GenBank, une base de données en libre

accès, permettant aux scientifiques du

monde entier d’analyser les résultats.

Décoder le mystère du Covid-19 est le

seul moyen de trouver un traitement et un

vaccin.

“Faisant la lumière

dans l’obscurité

de l’ignorance,

les scientifiques

sont une lueur

d’espoir pour

des milliers

de malades”

La frontière qui sépare ce que l’on sait de

ce que l’on ne sait pas est délimitée par les

travaux scientifiques des chercheurs. Faisant

la lumière dans l’obscurité de l’ignorance,

ils sont une lueur d’espoir pour des milliers

de malades.

«Gouverner, c’est prévoir»

Lorsqu’il a fallu choisir, les pays européens,

dont le Luxembourg, ont choisi la vie à

l’économie. Cette politique qui s’incarne

dans le confinement des citoyens est

courageuse, à hauteur des enjeux, et rend ses

lettres de noblesse au mot «politique». Ce

choix aura néanmoins un coût, actuellement

inappréciable, qui impactera d’autant plus

l’économie si la situation perdure. La

crise sanitaire pourrait en effet engendrer

une crise économique et c’est pourquoi

d’autres gouvernements, comme ceux des

Etats-Unis ou du Brésil, choisissent encore

cyniquement l’économie, argumentant

parfois jusqu’à l’absurde. L’Europe est, en

ce sens, forte de politiques de raison qui

font preuve d’une hauteur d’Homme. Oui

mais gouverner, c’est aussi prévoir.

Certes, entre les premières publications des

études chinoises et le début de l’épidémie en

Italie, c’est-à-dire fin février et début mars, il

était extrêmement difficile de prévoir le risque

d’une pandémie. Mais le fait qu’un pays nondémocratique

mette l’une de ses villes en

quarantaine n’avait-il pas de quoi alerter sur

la dangerosité du virus et donc d’un besoin de

masques, de respirateurs, de lits hospitaliers et

de personnel médical? Certes de nombreuses

crises sanitaires (le SRAS 2002, le H1N1

2009, le chikungunya 2005, 2009, 2010 ou

Ebola 2013-2015) eurent en Europe l’effet

de crier au loup. Le déni ne saurait pourtant

justifier une Europe dépendante de la Chine

pour son approvisionnement en matériel

médical et des nations ayant perdu, de ce fait,

toute souveraineté sanitaire.


LG

AVRIL 2020

77

Illustration par mattthewafflecat de Pixabay


78 LG

AVRIL 2020

PORTRAIT

La Peste d’Asdod (1630-1631) Nicolas Poussin

La Chine a compté en ce début d’année

2020 un peu moins de 9.000 nouveaux

producteurs de masques de protection selon

le site d’informations sur les entreprises

«Tianyancha». Et d’un directeur des ventes

de commenter dans un cynisme infâme

qu’«une machine à faire des masques, c’est

devenu une planche à billets». Au cynisme de

l’ultralibéralisme et des marges bénéficiaires

démultipliées, les peuples européens sont les

victimes et nos gouvernements les complices!

“Un médecin,

ça soigne!

Voilà tout”

La France accueille des patients italiens,

l’Allemagne, la Suisse et le Luxembourg

des Français mais, dès lors qu’il faut des

médecins et du matériel, ce sont des mains

tendues depuis Cuba et la Russie qui

viennent, intéressées, au chevet de l’Italie!

Que font nos institutions européennes; où

est donc la solidarité de l’Union? À force

de continuellement substituer les mots aux

actes, il faudra un jour rendre des comptes.

Nombreuses sont les entreprises européennes

qui ont déjà modifié leur chaîne de production.

De grands groupes de cosmétiques et de

maroquinerie de luxe se mettent à produire

du gel hydroalcoolique quand les artisans du

textile et les jeunes-pousses de l’imprimerie

3D confectionnent des masques par exemple.

Qu’elle soit distribuée gracieusement ou

même commercialisée, cette production européenne

reste solidaire d’un besoin européen.

Il y a peut-être là matière à penser un autre

modèle, ou tout du moins pour ce qui nous

est le plus vital.

Des héros oui, mais camusiens

La littérature est riche de récits de

pandémies. La Guerre du Péloponnèse

(Thucydide, V e siècle), le Décaméron

(Boccace, XIV e siècle), Le Journal de l’Année

de la Peste (Defoe, 1722) et La Peste (Camus,

1947) ont tous en commun de raconter une

chronologie mais aussi un monde inversé.

Le lecteur retrouve dans le crescendo de

la maladie le renversement des valeurs, le

délitement de la morale, la perte de repères

et des autorités (religieuses, politiques,

médicales) dépassées. Ne faisant aucune

distinction entre les riches et les pauvres,

les jeunes et les vieux, les pieux et les

débauchés, le fléau est paradoxalement

l’outil d’une révolution sociale et d’un

recommencement. La peste noire du

XIV e siècle a fait 25 millions de victimes

en Europe, soit plus d’un tiers de sa population

mais elle a aussi mis fin à la civilisation

médiévale et favorisé la Renaissance.

À chaque époque ses charlatans de malheurs

bien sûr; dans le roman qui permit à Camus

de gagner le Nobel de 1957, c’est le père

Pandeloux qui prêche la colère de Dieu

pour expliquer la maladie mais aujourd’hui

certains voient dans le coronavirus, la colère

de la Nature ou la main de l’Homme. Bien

heureusement, parmi l’agitation générale,

certains continuent d’œuvrer, droits, à leurs

tâches. À l’image du docteur Rieux qui,

sans incarner le héros romanesque faisant

triompher ses valeurs, continue de soigner

malgré la fatigue et le danger.

Caissiers, travailleurs des rayons et des

entrepôts, éboueurs, femmes de ménage,

artisans serruriers et plombiers, agents

bancaires, pharmaciens, boulangers,

bouchers et autres petites mains des

métiers essentiels sont avec les policiers, les

pompiers et l’ensemble du corps médical,

les héros ordinaires de notre quotidien.

Eux qui ne connaissent pas le confinement,

œuvrent en première ligne, avec la peur

au ventre, à assurer les services essentiels

à la population. Ils sont bien souvent des

femmes, ont des salaires peu attrayants et

viennent de loin pour travailler. Pourraiton

imaginer s’incarner un jour: «aux petites

mains, l’économie reconnaissante»?

Il est unanimement dit dans les médias ou sur

les réseaux que les médecins, infirmiers et

aides-soignants sont des héros. On gardera

en mémoire les lumières des gyrophares

des véhicules de la police grand-ducale

faisant cortège devant l’hôpital d’Esch et

les applaudissements de vingt heures qui

témoignent du soutien des populations au

personnel médical. Ces derniers se refusent

pourtant de tout héroïsme mais comment

expliquer alors leur mobilisation au front?

Ce n’est certainement pas une quelconque

idée de patriotisme puisque le corps

soignant et médical du Luxembourg est

composé à 75% de frontaliers. Ils sont par

ailleurs nombreux à ne pas vouloir être

réquisitionnés par l’état d’urgence sanitaire

de leur propre pays, conscients que cela

entrainerait l’effondrement du système

hospitalier luxembourgeois. Le salaire ne

saurait être un motif, sans quoi les hôpitaux

français et belges seraient depuis longtemps

vides d’infirmiers et d’aides-soignants.

Impossible non plus que ce soit la recherche

des honneurs et de la gloire puisque chacun

sait qu’aucune auréole d’admiration ne fera

jamais briller leur nom ou leur profession.

La motivation de ces héros ordinaires

ne peut provenir que d’un sens aigu du

professionnalisme. Un médecin, ça soigne!

Voilà tout.

«Rieux se secoua. Là était la certitude, dans

le travail de tous les jours. Le reste tenait à

des fils et à des mouvements insignifiants,

on ne pouvait s’y arrêter. L’essentiel était de

bien faire son métier» 2 .

Merci à tous les Rieux! n

1

Bilan établi par l’AFP et publié le lundi 30 mars.

2

La Peste (1947) Albert Camus, Collection Folio,

Gallimard.


CONSTRUIRE

DE MANIÈRE

PROPRE +

SILENCIEUSE

avec la construction

modulaire ALHO

Construction modulaire ALHO

RÉALISATION INGÉNIEUSE SANS PERTURBATIONS !

Nos chantiers propres et silencieux plaident en faveur de la construction

modulaire. Ce mode de construction permet de ne pas perturber

vos processus de travail:

▪ haut degré de préfabrication en atelier

▪ assemblage sur site en seulement quelques jours

▪ finition intérieur en peu de semaines

▪ jusqu’à 70% plus rapide

Coûts fixes. Délais fermes. Qualité supérieure.

ALHO Systembau S.à r.l.

4, Avenue des Hauts

Fourneaux

4362 Esch-sur-Alzette

www.alho.lu


SOLUTIONS & PRODUITS

ÉLECTRIQUES POUR

VOS CHANTIERS

EXPERTISE

FORMATION

Minusines offre aux professionnels

de la construction son conseil dans le

déploiement de solutions électriques

MINUSINES S.A. le partenaire de tous les maîtres d’ouvrage, architectes, bureaux d’études, électriciens et installateurs

8, Rue François Hogenberg - L-1735 LUXEMBOURG

B.P. 2212 - L-1022 LUXEMBOURG

+352 49 58 58 -1 +352 49 58 66/67 info@minusines.lu

www.minusines.lu


Lëtzebuerger Gemengen 233 Avril 2020

More magazines by this user
Similar magazines