24.04.2020 Views

AUTOINSIDE Édition 5 – Mai 2020

  • No tags were found...

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

ÉDITION 5 MAI 2020

Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA)

AUTO

INSIDE

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

Gestion d’entreprise

La branche automobile face

à la crise du coronavirus

Pages 10 41

Gestion d’entreprise

Le groupe Binelli a appris de

ses erreurs et est aujourd’hui

plus efficace que jamais.

Pages 17 19

Gestion d’entreprise

Figas explique comment la

crise du coronavirus se répercute

sur les entreprises.

Pages 21 23

Châssis / direction / freins

Chez KW Automotive, le

travail manuel est encore

une question d’honneur.

Pages 49 51


cng-mobility.ch/fr

Abonnez-vous à

notre newsletter !

GNC, la mobilité plus

respectueuse du climat

Les acheteurs de voitures pensent de plus en plus à l’environnement. La mobilité GNC est plus propre, rentable et respectueuse de

l’environnement. Avec un plein de biogaz, l’empreinte carbone est même quasiment nulle. Le GNC fait match égal avec l’électromobilité.

cng-mobility.ch, le portail trilingue de la mobilité respectueuse du climat, vous aide à conseiller vos clients dans votre garage.

Vous pouvez y comparer avec eux les émissions de CO 2

et les coûts de mobilité des différentes technologies de propulsion, et y

trouver un aperçu des voitures de tourisme et véhicules utilitaires GNC. Et le localisateur de stations-service facilitera les déplacements

de vos clients à travers l’Europe.

Renseignements complémentaires auprès d’André Räss, Gaznat SA,

téléphone 058 274 04 80, e-mail a.raess@gaznat.ch

cng-mobility.ch/fr


SOMMAIRE

Mai 2020

AUTOINSIDE | Edition 5

Votre partenaire

pour un garage

convivial:

AWS Architekten AG

AWS Architekten AG

Sommaire

3 Éditorial

5 Good news

8 En bref

Gestion d’entreprise

10 Idées créatives chez Hutter Dynamics

14 Les conseils du SIU face à la crise

17 Binelli Group : apprendre de ses erreurs

21 Figas : les conséquences de la pandémie

sur la branche

24 Entretien avec Marc Kessler de Quality1

26 Agir sur la gestion des sinistres

29 Protéger les investissements du risque

32 L’assurance garantie pour fidéliser la

clientèle

34 Moins de trafic, moins de dommages

35 Systèmes de remise des clés : demande

accrue

36 Les opportunités du social selling

38 Les conseils d’un carspotter et pro des

réseaux sociaux

40 Nouveaux produits

Commerce & service après-vente

42 Commerce en ligne : l’heure de la

révolution numérique ?

Châssis / direction / freins

45 Systèmes actuels de suspensions et

d’amortissements

48 Bilstein connaît les tendances

49 Visite d’atelier chez KW Automotive

Formation

52 Coronavirus : quelles conséquences pour

la formation initiale et continue ?

54 Business Academy

56 Formations initiales et continues régionales

59 Conseiller de vente, un profil recherché

Focus : technique

60 Communication Car-to-X

Technique & environnement

Profitez de notre longue et solide expérience:

Conseil et planification pour les

nouvelles constructions ou les

transformations de concessions

automobiles et de garages

Clarification des besoins et de site,

analyses

Solutions sur mesure, avec un

plafonnement clair des coûts

Optimisation des processus

d’exploitation

Evaluation des coûts, estimations de

la valeur vénale, études d’utilisation

Demandez un entretien sans engagement.

AUTO

ÉDITION 5 MAI 2020

INSIDE

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

Union professionnelle suisse de l’automobile (UPSA)

61 Élimination correcte des pneus usagés

Produits & prestations

62 Report du Swiss Automotive Show

63 Claudio Binder prend sa retraite

64 Répertoire des fournisseurs

Véhicules utilitaires

68 Marché des véhicules utilitaires épargné

Gestion d’entreprise

La branche automobile face

à la crise du coronavirus

Pages 10 41

Gestion d’entreprise

Le groupe Binelli a appris de

ses erreurs et est aujourd’hui

plus efficace que jamais.

Pages 17 19

Gestion d’entreprise

Figas explique comment la

crise du coronavirus se répercute

sur les entreprises.

Pages 21 23

Châssis / direction / freins

Chez KW Automotive, le

travail manuel est encore

une question d’honneur.

Pages 49 51

Associations & sections

69 L’AD de l’UPSA aura lieu par

correspondance

70 SAD, une success story

En couverture : une bonne gestion est

indispensable, surtout en temps de crise.

AUTOINSIDE | Mai 2020

72 Nouvelle coopération avec Terminland

Garages

Sondage, aperçu et mentions légales

AWS Architekten AG

Muristrasse 51 | CH-3006 Berne

T +41 31 351 33 55

architekten@aws.ch | www.aws.ch


BRING

BACK

THE

WOW.

Vous savez que le lavage d’automobiles implique

bien plus que des véhicules propres purement

et simplement. En effet, la satisfaction du client

est une garantie de fidélisation. Et des clients

fidèles c’est atteindre la réussite économique et

la durabilité. En bref: votre succès.

kaercher.ch


ÉDITORIAL

Retour de la confiance

Le Conseil fédéral a envoyé un formidable

signal aux jeunes diplômés : de concert

avec les associations professionnelles,

les procédures de qualification ont été

adaptées à l’échelle nationale. Les 2700

apprentis de la branche automobile pourront

ainsi terminer leur formation avec

leur certificat de capacité en poche, un

message fort pour un avenir commun.

Chère lectrice, cher lecteur,

Depuis près de deux mois, la Suisse

traverse une situation extraordinaire

en raison de la pandémie de coronavirus.

Les conséquences négatives des

mesures fédérales drastiques visant

à protéger la population sont lourdes,

malgré l’importance des aides financières

immédiates.

Composant primordial de l’approvisionnement

économique du pays et

de la mobilité, la branche automobile

a le droit de maintenir son activité

avec certaines restrictions. Il n’est pas

encore possible d’estimer dans quelle

mesure nos garagistes sont touchés.

La baisse substantielle des ventes de

véhicules neufs associée au net recul

du marché de l’occasion engendreront

de fortes pertes de revenus. Le retour

à la normale prendra encore un certain

temps et restreindra les libertés de tout

un chacun, tant sur le plan professionnel

que privé. Les préoccupations pour

notre santé à tous et l’incertitude quant

à l’issue de la crise sont pesantes. Je

tiens donc à exprimer ma plus profonde

sympathie à celles et ceux qui

ont connu la souffrance et la tristesse

lors de cette crise et je vous souhaite

à toutes et tous beaucoup de courage

pour surmonter cette situation difficile.

La confiance regagne progressivement

la population. La discipline et la persévérance

portent leurs fruits. La teneur

des retours provenant des garages est

positive. C’est avec un énorme engagement

que les garagistes relèvent ce

nouveau défi et assurent un service

sans faille tout en protégeant la santé.

L’UPSA et ses sections font tout leur

possible pour informer les membres

et leur apporter leur aide pour diverses

questions. Les collaborateurs

du secrétariat et l’équipe de communication

d’AUTOINSIDE et d’UPSA-En

Ligne, avec de nombreux titulaires

de mandats, fournissent un excellent

travail à cet égard. L’UPSA a ainsi été

la première association à présenter sa

stratégie de déconfinement et à montrer

quelles mesures spéciales pourraient

être prises pour rouvrir les locaux de

vente le plus rapidement possible.

En cette période de crise, la branche

automobile prend conscience de l’importance

de la mobilité individuelle et

du caractère indispensable de la mobilité

sur la route. Les milieux politiques et

la population reconnaissent à nouveau

de plus en plus les avantages du trafic

routier. Reste à espérer que les médias,

eux aussi, prendront cela comme un

enseignement de la crise et qu’ils

accorderont désormais la même valeur

à la voiture, au bus, à la camionnette

ou au camion qu’au chemin de fer.

Cette période difficile nous a également

permis d’acquérir de nombreuses connaissances

sur les nouvelles méthodes de

travail ou les aides électroniques.

Ensemble, nous sortirons plus forts de

cette situation difficile. L’union fait la force.

Je vous souhaite de rester en bonne santé

et me réjouis de vous revoir très bientôt.

Meilleures salutations,

Urs Wernli

Président central

WWW.CAREX.CH

Composants de châssis pour plus de 3000 modèles de véhicules

Kit de rabaissement Stabilisateurs Ressorts réglables Élargisseurs de voie Suspensions réglables Suspensions Cup-Kit


PRODUKTENEWS

GOOD Le spécialiste

de la branche

++Figas présente de bonnes nouvelles malgré le corona++

Action de solidarité « Mazda Help ».

Mazda a lancé une action

nationale de solidarité

Mazda a lancé une action nationale

de solidarité, baptisée « Mazda

Help » visant à mettre de nombreux

véhicules à disposition pour des

projets d’entraide concrets. Cette

action se compose de trois volets

conjoints : un appel à projets,

l’implication du réseau d’Agents

partenaires et la participation

de conductrices et conducteurs

Mazda. « Mazda Help » mobilise

d’ores et déjà plus de 20 véhicules,

et ce nombre devrait aller croissant

grâce à l’implication du réseau

d’Agents et de la communauté des

conductrices et conducteurs Mazda.

Les entreprises, associations ou

services publics intéressés peuvent

répondre à cet appel de façon simplifiée

sur mazda.ch/mazda-help.

Plus rapide que

l’autorisation de la police

Comme mentionne le « Zürcher

Oberländer », la police municipale de

Wetzikon a rendu visite à tous les

concessionnaires automobiles locaux

le 31 mars dernier afin de leur

interdire toute course d’essai. Tout

contrevenant devait s’attendre à des

conséquences juridiques. La police

a toutefois fait machine arrière

quelques jours plus tard par le biais

d’un courriel du commandant de

la police. Les courses d’essai sans

contact restent autorisées sous

réserve du respect des mesures

d’hygiène. La situation évolue

constamment : « C’est une période

difficile pour la police également. »

Petit détail au passage : l’UPSA

était déjà intervenue auprès du

Secrétariat d’État à l’économie

(SECO) au sujet de cette règle

et avait obtenu le feu vert pour

effectuer des courses d’essai sans

contact, pas plus tard que le 28

mars. L’association des garagistes

suisses a donc littéralement été

plus rapide que la police en ce qui

concerne cette autorisation.

Les PME déposent leurs

véhicules au garage

L’édition du 28 mars du journal

régional grison « Engadiner Post »

décrit le quotidien de l’Airport Garage

à Samedan pendant la crise.

Le directeur Daniele Geronimi

rapporte que l’atelier tourne toujours

bien. « Les hôteliers et les

sociétés de taxis, en particulier,

nous déposent leurs véhicules en

ce moment. Ils veulent tous être

prêts au moment du retour à la

normale. » Et en faisant travailler

les garagistes, ils prouvent que

les PME de la région se soutiennent

mutuellement.

Des importateurs se mobilisent

pour les livraisons aux

personnes âgées

Pour leur propre sécurité, il est

conseillé aux personnes de plus

de 65 ans d’éviter de sortir faire

des courses. Afin de les approvisionner

en produits alimentaires

et d’hygiène, la Croix-Rouge

suisse (CRS) et Coop ont mis

en place un service de livraison

gratuit. Jaguar Land Rover et

Volkswagen soutiennent l’opération

en mettant des véhicules à

disposition. L’initiative, lancée à

Berne, Zurich, Olten et Lausanne,

VW soutient le service de livraison.

sera étendue à d’autres régions.

Opération d’entraide pour

les professionnels de santé

Avec le concours de ses ambassadeurs

de marque, Audi Suisse

a lancé une opération d’entraide

pour les professionnels de santé

en partenariat avec Ricardo et

Save the Children. Sous l’ombrelle

« Audi4Heroes » Ricardo organise

des ventes aux enchères uniques

pour le compte d’Audi et de ses

ambassadeurs de marque, tels que

Didier Cuche, Nico Müller, et bien

d’autres encore. Les recettes de ces

ventes aux enchères, qui commencent

toutes à un franc, seront

versées à l’association de défense

des droits de l’enfant Save the

Children qui soutient des familles

de professionnels de santé dans le

cadre de projets de solidarité.

Les concessionnaires

Renault solidaires

Le garage Keigel, dans le nord-ouest

de la Suisse, met gratuitement

plusieurs véhicules à la disposition

d’organismes locaux d’aide, de santé

et de soins. « Il est dans l’intérêt de

notre société que des véhicules actuellement

inutilisés chez nous soient

déployés », déclare le propriétaire

Christoph Keigel. Son garage participe

également à la campagne nationale

d’entraide des concessionnaires

Renault suisses qui fournissent plus

de 100 Renault Zoe au total.

La Suva renonce à percevoir

des cotisations

En cette période de chômage partiel,

les salariés ne travaillent pas à leur

taux d’occupation habituel. Et cela

entraîne aussi une diminution des

accidents professionnels. Ayant

adopté une réglementation spéciale

dans le cadre de la pandémie de

coronavirus, la Suva renonce à percevoir

des cotisations de l’assurance

contre les accidents professionnels

sur les salaires couverts par l’indemnité

de chômage partiel.

Changer les pneus gratuitement

avec Hankook

Le fabricant de pneus haut de

gamme Hankook apporte son soutien

aux services d’aide et de soins

Le garage Keigel met gratuitement plusieurs véhicules à la disposition d’organismes

locaux d’aide, de santé et de soin.

6

Mai 2020 | AUTOINSIDE


PRODUKTENEWS

GOOD ++Figas présente de bonnes nouvelles malgré le corona++

Le spécialiste

de la branche

Hankook, CarXpert et Garage plus offrent un montage de pneus gratuit.

à domicile dans toute la Suisse en

proposant un montage de pneus gratuit

sur les véhicules d’intervention.

Pour ce faire, l’entreprise collabore

avec des ateliers partenaires de

carXpert et Garage plus. Après le

montage dans leurs locaux, les partenaires

des concepts d’ateliers ne

facturent que les coûts des pneus.

Le montage est pris en charge par

Hankook et les concepts d’ateliers.

Avec cette action, Hankook et ses

partenaires souhaitent apporter leur

soutien au travail réalisé dans le

domaine des soins ambulatoires et

s’assurer ainsi que les professionnels

roulent en toute sécurité durant

la saison estivale à venir.

Bosch met au point un test

rapide

L’équipementier Bosch a mis au

point son propre test rapide de

détection du coronavirus. Il estime

que ce nouveau test Covid-19

entièrement automatisé peut être

utile aux établissements médicaux

tels que les cabinets, hôpitaux, laboratoires

et centres de santé pour

un diagnostic rapide. Le test rapide

permet de détecter une infection

au coronavirus en moins de deux

heures et demie.

Ernst Probst renonce à son salaire.

Le patron de Liqui Moly

renonce à son salaire

Ernst Probst, directeur de l’entreprise

Liqui Moly spécialisée dans les

huiles lubrifiantes et les additifs, a

décidé de ne pas toucher de salaire

pendant la crise du coronavirus.

Il vient d’en informer l’ensemble

des collaborateurs par e-mail :

« Je renonce (…) à mon salaire

parce que je parviens à m’en sortir

sans ma rémunération mensuelle.

Les économies sur mon salaire et

d’autres mesures d’austérité doivent

plutôt servir à préserver tous nos

emplois, y compris, bien sûr, ceux de

nos intérimaires. »

MultiPart Garantie AG verse

près de 700 000 francs

« Solidaires envers nos clients, les

garagistes, les concessionnaires

indépendants et les concessionnaires

de marques » : dans la

lignée de ce slogan, MultiPart

Garantie AG a adopté des mesures

afin de soutenir les concessionnaires

automobiles. Ainsi, le

prestataire de garantie propose à

ses partenaires un rabais de 20 %

sur le montant de la facture en

cas de souscription d’une garantie

jusqu’au 30 septembre 2020. Par

ailleurs, il versera aujourd’hui

déjà les excédents des garanties

souscrites en 2019. Le versement

privilégié sera intégralement crédité

aux concessionnaires conformément

au montant convenu.

plusieurs semaines à cause de la

pandémie. Comme le rapportent

différents médias, la production

devrait maintenant redémarrer lentement.

À titre d’exemple, Volvo a

partiellement remis en service son

usine de carrosserie d’Olofström

(Suède), tout comme Hyundai son

usine tchèque de Nosovice. Audi,

la filiale du groupe VW, a repris la

production de voitures dans son

usine hongroise de Györ alors que

son usine historique d’Ingolstadt

reprend peu à peu fin avril. D’autres

constructeurs, dont Daimler

et Volkswagen, ont également

annoncé qu’ils redémarreraient

leurs usines allemandes. BMW a

finalement prolongé l’interruption

de la production dans ses usines

d’Europe et d’Amérique du Nord

jusqu’au 30 avril, maintenant la

production redémarre lentement.

Volvo a remis en service son usine.

Le test rapide de Bosch permet de détecter une infection en moins de trois heures.

La production d’automobiles

redémarre lentement

Les usines des constructeurs

automobiles étaient à l’arrêt depuis

figas.ch

AUTOINSIDE | Mai 20207


EN BREF

Nouvelles du jour :

upsa-agvs.ch

Vito Cicchetti.

Honda Suisse : du changement

à la direction

Le 1 er avril 2020, Honda a effectué

des changements dans la structure

commerciale des divisions

européennes afin de consolider

les développements propres à

chaque marché. La Suisse sera

prochainement gérée comme

marché autonome avec les divisions

automobile, deux-roues et Power

Equipment. En parallèle, la direction

connaît aussi du changement. Vito

Cicchetti devient le nouveau Branch

President Honda Motor Europe

Ltd. Swiss branch, il succède à

Jean-Christophe Muller . Celui-ci

quitte l’entreprise pour des raisons

personnelles. Matthieu Naegelen

est devenu également en date du 1 er

avril Branch Vice President Honda

Motor Europe Ltd., Swiss Branch.

Sandro Mesquita est le nouveau directeur du GIMS

Sandro Mesquita prendra le 1 er mai 2020 les rênes du Geneva

International Motor Show (GIMS). Le conseil de fondation a nommé

à l’unanimité Sandro Mesquita nouveau directeur général du GIMS.

Il remplace ainsi Olivier Rihs, qui a quitté le GIMS fin mars. Maurice

Turrettini, président de la fondation du GIMS, remercie Olivier Rihs

pour son engagement intense dans la préparation du salon de l’auto,

notamment pendant les semaines difficiles du début 2020 marquées

par l’annulation du salon. Sandro Mesquita (1975) possède une

solide et précieuse expérience en marketing et communication : il a

travaillé pendant plus de 15 ans dans le marketing et le business development,

pour des entreprises nationales et internationales dans

les secteurs des télécommunications et de l’énergie. En 2013, il a

décidé de rejoindre un grand groupe international de communication.

Il a tout d’abord dirigé la filiale de Genève d’une agence de conseil en

branding, avant de devenir directeur du département nouvellement

créé de communication du groupe à Lausanne. Sa longue expérience

dans le développement de nouvelles stratégies marketing pour des

secteurs en plein bouleversement, ainsi que son esprit d’entreprise

et ses qualités de manager font de lui le candidat idéal pour le poste

exigeant de directeur du GIMS, selon un communiqué.

Sandro Mesquita est le nouveau directeur du GIMS.

Maurice Acker.

Nouveau directeur des ventes

pour Autoscout24 en Suisse

La place de marché en ligne

Autoscout24 engage pour entrée

en fonction immédiate Maurice

Acker comme nouveau directeur

des ventes à l’échelle nationale. Il

possède plus de 15 ans d’expérience

dans la branche automobile,

dont de longues années en service

commercial externe pour différentes

marques, puis comme directeur des

ventes, entre autres chez Citroën

Suisse, précise un communiqué.

L’entreprise lance en parallèle un

nouveau service qui permettra

aux particuliers de vendre plus

facilement leurs véhicules à des

concessionnaires. Ce nouveau

service prévoit que des vendeurs

professionnels prennent en charge

toutes les tâches liées à la vente à

la place les particuliers. Ils photographient,

testent et présentent les

véhicules en vue de les vendre à des

distributeurs.

Le nouveau logo de BMW.

BMW lance un nouveau logo pour sa communication en ligne et hors ligne

Après 20 ans sous le même logo, le design de marque de BMW change de look. Les logos pour BMW, BMW i et BMW

M, les caractères et les principes de conception ont été retravaillés. La marque BMW s’adapte ainsi aux nouvelles

attentes et aux habitudes visuelles modernes, ainsi qu’à l’ère du numérique. Le nouveau design de BMW exprime sa

nouvelle identité de marque, qui place le client au centre de toute l’activité. Le nouveau logo est plus petit, bidimensionnel,

il incarne clarté et ouverture. La marque BMW évolue ainsi et passe d’une marque de constructeur pure et dure à

une marque technologique et relationnelle. Une nouvelle police d’écriture a été conçue, visant à exprimer l’ouverture et

la force de caractère.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ESA 2020 PAR VOIE ÉCRITE

En raison du coronavirus (Covid-19), le conseil d’administration de l’ESA a décidé que l’assemblée générale

de l’ESA aura lieu cette année par voie écrite.

Les copropriétaires ont reçu les documents nécessaires.


EN BREF

Nouvelles du jour :

upsa-agvs.ch

Irene Majer fait ses débuts

chez Hyundai Suisse

Depuis début mars, Irene Majer

renforce les domaines des médias

et des relations publiques ainsi que

le management de l’importateur

suisse de Hyundai. Elle succède ainsi

à Dominique Chatelain. Irene Majer

conjugue des études en économie du

textile et des connaissances dans le

domaine PR de la branche automobile

avec un sens aiguisé de la mode et

du design. Elle anime un blog dédié

à la mode, et possède ainsi un solide

savoir-faire pratique ainsi qu’une

grande expérience des réseaux

sociaux.

Irene Majer.

Pas de calendrier Pirelli en 2021

En raison de la situation exceptionnelle

due au Covid-19, Pirelli a

décidé de stopper la production de

son calendrier pour 2021 et d’annuler

sa publication. « La production du

calendrier Pirelli avait déjà été suspendue

en 1967 et de 1975 à 1983.

Nous reprendrons le projet en temps

voulu, en collaboration avec ceux

qui ont contribué à sa réalisation

jusqu’à présent », explique Marco

Tronchetti Provera, directeur adjoint

et CEO de Pirelli.

Un nouveau directeur de flottes pour Hertz Suisse

Daniel Stäubli (55 ans) succède à Roberto Canova, qui, en tant que

directeur administratif, assurait également l’intérim de la gestion des

flottes. Ce poste est désormais occupé par un spécialiste expérimenté en

la personne de Daniel Stäubli, avec à son actif pas moins de 30 ans passés

dans la branche automobile. Il a également géré pendant cinq ans la flotte

d’une société concurrente, dans une fonction similaire. Pour Daniel Stäubli,

outre la perspective de participer activement à l’avenir de l’entreprise en

tant de membre de la direction, la suissitude de son nouvel employeur l’a

convaincu : « En tant que franchise de Hertz, Herold Fahrzeugvermietung AG

est bien entendu tournée vers l’international, mais c’est bel et bien une entreprise

suisse, avec une hiérarchie structurée et des processus de décision

courts », explique l’économiste.

Début de rénovation chez Amag Emmen

Début mars, les travaux ont commencé chez Amag Emmen. Le

showroom de Skoda, l’atelier et les bureaux qui s’étendent sur trois

niveaux seront entièrement rénovés et dotés d’une infrastructure

ultramoderne. Amag Emmen renouvelle la location pour 15 ans d’un bâtiment

qui appartient à Mooshüsli AG, et investit près de deux millions

de francs dans la rénovation intérieure. L’inauguration est prévue pour

le premier trimestre 2021.

Début des travaux chez Amag Emmen (de g. à dr.) : le conseiller communal Patrick

Schnellmann, le conseiller communal Brahim Aakti, René Glanzmann, propriétaire de

Mooshüsli AG, Lukas Zihlmann, dirigeant d’Amag Emmen, avec Mathias Gabler, directeur

général d’Amag Automobiles et moteurs SA.

Un nouveau président du conseil de surveillance de Cupra

Wayne Griffiths a été nommé président du conseil de surveillance de Cupra.

Ce nouveau poste s’additionne à ses fonctions de responsable pour la

vente et le marketing chez Seat et de CEO de la marque de sport Cupra. Le

conseil de surveillance de Cupra est renforcé par Carsten Isensee, membre

du comité exécutif de SEAT chargé des finances et des IT, Axel Andorff, directeur

R&D chez Seat, et par Luis Comas, directeur des affaires juridiques

et de la gouvernance de SEAT.

Daniel Stäubli.

NTT Data recompose sa

direction

NTT Data a restructuré sa direction

afin de se renforcer en tant que partenaire

d’innovation et de transformation

des entreprises. Ralf Malter,

jusqu’alors membre de la direction

en charge du domaine Automotive

& Manufacturing et directeur Digital

Business Solutions (DBS) pour la

zone DACH (Allemagne, Autriche,

Suisse), devient Chief Operating

Officer (COO). Il dirigera à ce poste

prochainement toutes les lignes de

services de NTT Data et consolidera

le positionnement de l’entreprise en

tant que partenaire d’innovation et

de transformation des entreprises.

Dans le contexte de la restructuration

de la direction, Dieter Loewe

a quitté la société.

Ralf Malter.


GESTION D’ENTREPRISE

Petit-déjeuner des garagistes

Dynamique, pas seulement

dans le nom

Qu’il s’agisse de la promotion de la relève, des horaires de travail, des événements ou tout récemment de la crise du

coronavirus : l’entreprise familiale Hutter Dynamics fait constamment preuve d’idées créatives. Le directeur Markus

Hutter explique comment de petits gestes permettent de faire avancer beaucoup de choses, et quelles conditions

sont nécessaires. Sans tout dévoiler, la taille de l’entreprise n’est pas déterminante selon lui. Carla Stampfli

Les deuxième et troisième générations de Hutter Dynamics réunies : le directeur Markus Hutter et sa fille Sophie Hutter, responsable du marketing.

« ‹ Dynamique › » n’est pas seulement une

partie de notre dénomination sociale, mais

également une philosophie que nous voulons

suivre », affirme Markus Hutter, propriétaire

et directeur de Hutter Dynamics. Le représentant

officiel de BMW établi à Winterthour et

Schaffhouse agit quotidiennement selon ce

credo, ce qui se traduit dans les domaines les

plus divers.

À l’heure de la crise du coronavirus, l’entreprise

familiale aux mains de la deuxième

génération incarnée par Markus Hutter mise

sur l’action. Hutter Dynamics diffuse des informations

à sa clientèle via son site Internet

10

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D’ENTREPRISE

(En photo : Bernd Hiller, responsable électromobilité chez Hutter Dynamics et des collaborateurs d’atelier) L’entreprise familiale accorde de l’importance

aux manifestations internes et formations telles que sur l’électromobilité…

d’une part, et annonce ses horaires d’ouverture,

ses prestations ou ses nouveautés sur

ses réseaux sociaux multimédias d’autre part.

L’offre nouvellement créée y est présentée, qui

permet aux employés d’effectuer sur demande

des achats de produits alimentaires ou de médicaments.

On y trouve également une vidéo

dans laquelle un employé explique comment

les véhicules des clients sont protégés, et

quelles mesures d’hygiène sont appliquées.

Ce dynamisme permet à l’entreprise de s’affirmer

avec succès sur son marché, depuis

sa création en 1962. « Nous entretenons des

échanges intenses. Les employés savent que

nous sommes ouverts à la nouveauté et qu’ils

peuvent apporter des suggestions à tout moment

», déclare Markus Hutter. Un exemple :

en raison du confinement, il est interdit de

circuler entre les deux sites (Winterthour et

Schaffhouse). Un conseiller commercial a proposé

que le dirigeant s’adresse à tout le personnel

chaque début de semaine à travers une

vidéo. « Nous avons discuté de cette idée au

sein de la direction, et avons estimé que c’était

un excellent moyen de maintenir le contact. »

Le week-end, Markus Hutter enregistre désormais

une vidéo d’une minute trente environ,

qu’il envoie ensuite à tous les employés.

Même si c’est par l’intermédiaire d’un écran,

les messages sont bel et bien transmis. « On

peut souvent faire de grandes choses par de

simples gestes », ajoute l’ex-conseiller national

PLR, actuellement président du conseil d’administration

d’ESA.

La promotion de la relève illustre également

cette volonté. Tous les trois ans, Hutter Dynamics

invite les conseillers d’orientation

de la région afin de présenter les différentes

formations de la branche automobile. « Nous

leur donnons tous les renseignements sur les

formations initiales et leur indiquons les perspectives

de formation continue », explique le

dirigeant. La demande est importante : l’année

passée, une vingtaine de conseillers d’orientation

étaient présents. L’idée est née du temps

où Markus Hutter était membre du comité de

la section zurichoise de l’UPSA. « À l’époque,

nous avions remarqué que de nombreux

conseillers d’orientation avaient peu d’affinités

avec l’automobile. Nous avons voulu changer

cela et bâtir des ponts. Car l’attractivité de

la formation initiale et continue ne pourra se

renforcer que si le secteur est proactif et ouvre

ses portes. » Hutter Dynamics accueille non

seulement les conseillers d’orientation, mais

également des gymnasiens. « Chaque année,

des lycéens nous rendent visite pendant une

demi-journée dans le cadre de la semaine de

l’économie. Ces rencontres, et les questions

posées par les jeunes, sont toujours très intéressantes.

» Tout comme les échanges qui

font suite à l’information préalable des centres

…ainsi qu’aux événements pour les clients et clientes. Ici, le triathlète et ambassadeur Mini Jan van Berkel fait un

exposé dans les locaux de Hutter Dynamics sur son expérience dans le sport de haut niveau.

AUTOINSIDE | Mai 202011


GESTION D’ENTREPRISE

Premier jour des portes ouvertes chez Hutter Dynamics à Schaffhouse : il y avait foule.

d’orientation professionnelle (centres OP).

« Les élèves apprécient de pouvoir participer

à une séance découverte chez nous et de se

familiariser avec la branche automobile. »

Comme Hutter Dynamics s’engage depuis des

années pour la promotion de la relève, nous

n’avons jamais eu de difficulté à trouver des

apprentis compétents.

Même si toute nouvelle idée entraîne des

contraintes et que la réussite est incertaine,

Markus Hutter est convaincu que les actions

innovantes portent leurs fruits à long terme.

« Il est important de montrer que l’on existe.

Nous pouvons ainsi constamment nous améliorer.

» Il ajoute que la taille de l’entreprise n’a

pas d’importance. « Peu importe qu’il s’agisse

d’une entreprise de 135 personnes comme

Hutter Dynamics ou d’un petit garage : je suis

certain que dans chaque équipe, quelqu’un

aura de bonnes idées, créatives et tournées

vers les clients. » La mise en œuvre ne sera

peut-être pas d’une qualité égale, mais les

conditions préalables sont les mêmes pour

tout le monde : l’ouverture à la nouveauté, et la

volonté de répondre activement aux attentes

de la clientèle. « Entretenir la relation avec

les clients et sonder leurs besoins constitue

Salle comble à Winterthour : la série de conférences « Mobilität im Gespräch » a lieu une fois par an

depuis 2011.

la meilleure étude de marché. Les renseignements

les plus précieux viennent des retours

de la clientèle, » estime Markus Hutter.

Les horaires d’ouverture en continu de Hutter

Dynamics s’inscrivent dans cette logique.

Depuis trois ans, les clients sont accueillis de

7 h 15 à 18 h 30 en semaine et jusqu’à 16 h 00

le samedi. Voici comment : au lieu de renvoyer

les clients qui se tenaient devant la porte à

midi, on a commencé à faire des exceptions

et à les accueillir pendant la pause. « Nous

avons constaté que l’ouverture en continu

correspond à un réel besoin de la clientèle.

Nous avons donc opté pour cette solution »,

explique le directeur. Désormais, dans chaque

domaine, de l’administration à l’atelier, une

personne au minimum est présente à midi,

après une pause repas à 11 h 30. Du côté des

employés, ces horaires flexibles ont été bien

accueillis. « Une chose est claire : pour servir

les clients avec souplesse, une organisation

impeccable et la disponibilité de l’équipe sont

nécessaires », affirme Markus Hutter. « Par ailleurs,

nous devons être conscients que nous

avons massivement investi dans l’infrastructure.

» L’objectif doit être d’optimiser l’utilisation

des équipements. « Avec les horaires

d’ouverture flexibles, nous y sommes parvenus.

» Cela se manifeste par l’augmentation du

taux d’occupation à l’atelier et par l’acquisition

de clients.

12

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D’ENTREPRISE

En 2019, l’un des conférenciers était le professeur d’économie Silvio Borner. Markus Hutter (à dr.) écoutait attentivement.

Il ajoute qu’une autre méthode pour gagner

des clients, peut-être pas la plus efficace,

mais très sympathique, consiste à organiser

des séries de conférences autour de la mobilité.

Depuis 2011, Hutter Dynamics invite une

fois par an des clients et des représentants

de la branche automobile, de la politique et

du monde économique dans ses locaux de

Winterthour et de Schaffhouse. Par le passé,

de nombreux intervenants ont pris la parole,

notamment le professeur en robotique Roland

Siegwart de l’ETH Zurich, Giorgio Behr de ZF

Friedrichshafen ou encore Christian Bach de

l’Empa. « Les débats qui suivent sont très enrichissants

et source de nouvelles idées. » La

prochaine journée de conférences s’articulera

autour de trois thèmes proposés par des participants,

sur lesquels la société Hutter Dynamics

ne se serait jamais penchée. « Vous le

voyez, agir avec dynamisme est toujours positif

», ajoute en souriant le chef d’entreprise.

Pour Markus Hutter, à l’œuvre dans le secteur

automobile depuis 40 ans et propulsé dans cet

univers par son père, le fondateur de l’entreprise,

l’équipe représente le principal moteur

au quotidien : « C’est une énorme satisfaction

de travailler tous ensemble et d’atteindre

des objectifs communs. Nous sommes fiers

de pouvoir compter sur des collaborateurs

qui nous aident à progresser par leurs idées

créatives et innovantes. » Le directeur regarde

Hutter Dynamics a été créée en 1962 et fonctionne aujourd’hui sur deux sites : Schaffhouse (photo) et Winterthour.

l’avenir avec optimisme : « Même si la crise du

coronavirus se répercute sur notre activité, l’expérience

que nous avons accumulée pendant

de nombreuses années est extrêmement précieuse.

Personne ne nous l’enlèvera. » Sa fille

Sophie, qui a étudié à la Haute école de St-Gall

et dirige le département Marketing de Hutter

Dynamics depuis sept ans, incarne la troisième

génération active dans l’entreprise. « Je suis ravi

qu’elle se passionne pour la branche automobile,

qu’elle partage et mette en œuvre notre

philosophie dans le travail quotidien. » <

Plus d’informations sur :

hutterdynamics.ch

Command Livré.

Le N° 1 des dispositifs d’attelage et des solutions rapides. www.hirschi.com

rz_28700817002_Hirschi_187x29mm_Geliefert_f.indd 1 30.08.17 10:28

AUTOINSIDE | Mai 202013


GESTION D’ENTREPRISE

La crise comme opportunité

Important en cas de crise

Moins de clients, des restrictions et des showrooms fermés : la crise du coronavirus est un défi pour la branche

automobile suisse. Hans Peter Baumgartner est le président de la direction de l’Institut Suisse pour la formation

des cadres d’entreprise (SIU). Dans l’interview accordée à AUTOINSIDE, il explique comment les entreprises

peuvent surmonter cette période difficile, et peut-être l’exploiter à leur avantage. André Bissegger

Monsieur Baumgartner, la crise du coronavirus pèse fortement

sur l’économie suisse en ce moment. Une PME peut-elle

se préparer à un tel scénario, et si oui, comment ?

Hans Peter Baumgartner : Oui et non. Aucune PME n’a vraiment réglé

en amont la préparation à un scénario tel que nous le connaissons

concrètement avec le COVID-19. Les répercussions et les restrictions

sont trop dramatiques. Néanmoins, les entreprises qui sont tournées

vers la flexibilité et l’innovation quand tout va bien disposent de conditions

nettement plus favorables pour réagir de manière rapide, précise

et efficace aux situations de crise. Cela leur permet de s’adapter aux

circonstances pour réduire les conséquences négatives, voire de saisir

de nouvelles opportunités.

Le SIU propose des formations en gestion, en économie d’entreprise

et en management. La gestion des crises rentre-t-elle dans

l’offre de formation du SIU ?

La gestion des crises ne fait pas concrètement partie des formations que

nous proposons. Les contenus des cursus SIU en gestion d’entreprise

sont néanmoins efficaces, également au regard de la gestion des crises.

Quand on connaît bien son entreprise et plus particulièrement que l’on

comprend intuitivement les corrélations entre carnet de commandes,

chiffre d’affaires, rentabilité, coût, bénéfice et liquidités, que l’on est capable

d’en inférer les mesures marketing efficaces et que l’on parvient

le cas échéant à aménager son offre de manière flexible, on a alors un

avantage de taille face à la crise.

Recevez-vous en ce moment de nombreux « appels à l’aide » de

vos élèves en rapport avec la gestion de la crise ?

Non, pas vraiment. Nous en concluons que les personnes qui participent

actuellement ou ont participé à nos formations se sentent assez

confiantes, peut-être notamment grâce aux compétences qu’elles

ont acquises au SIU, pour faire face à la crise de manière proactive et

professionnelle.

À quoi les PME devraient-elles faire attention ou que devraient-elles

maîtriser pendant la crise ?

Deux choses sont extrêmement importantes pour toute entreprise :

les recettes et les liquidités. Les recettes sont pour ainsi dire le carburant,

qui fait rentrer l’argent dans l’entreprise. Ces rentrées de fonds

sont possibles grâce à une offre de prestations adaptée au mieux aux

besoins actuels des clients, pour laquelle ces derniers sont prêts à dépenser,

même en temps de crise. Les liquidités sont le réservoir d’essence.

Disposer d’un certain volant de liquidités permet à l’entreprise

de surmonter la baisse d’activité temporaire et lui évite de se trouver

en difficulté en quelques semaines à peine. Les PME sont nombreuses

à ne pas accorder suffisamment d’importance aux réserves de liquidités.

Quand tout va bien, on considère souvent que c’est de l’argent que

l’on ne fait pas fructifier. En période de crise toutefois, elles deviennent

des provisions d’urgence indispensables à la survie. Heureusement que

dans la crise actuelle, le Conseil fédéral a créé des instruments pour

permettre aux PME de bénéficier rapidement et sans bureaucratie de

liquidités supplémentaires. Toutefois, à un moment ou à un autre, ces

crédits devront néanmoins être remboursés.

Comment les PME peuvent-elles exploiter la crise pour en ressortir

renforcées ?

Les entreprises qui sont en mesure d’adapter rapidement leurs offres à

la situation nouvelle compte tenu des besoins de leur clientèle obtiendront

un avantage concurrentiel par rapport à leurs concurrents plus

lents. Les processus et procédures connus et éprouvés jusqu’à présent

doivent être repensés et il faut évaluer les alternatives. Ce n’est pas que

les clients ont moins d’argent qu’il y a quatre semaines. Mais ils disposent

de possibilités nettement plus limitées pour le dépenser. Ceux

qui cherchent et trouvent de nouveaux moyens auront peut-être l’exclusivité

du marché pendant un certain temps.

Qu’est-ce qui différencie une entreprise qui succombe à la crise

d’une entreprise qui la surmonte ? Quels sont les facteurs entrant en

ligne de compte ?

J’ai déjà fait référence aux recettes et aux liquidités, qui sont deux facteurs

clés. Ils permettent d’opérer un certain tri. Le management proactif,

l’adaptation des offres de prestations aux besoins des clients et la gestion

scrupuleuse des liquidités, avant la crise déjà, feront la différence.

Quels enseignements de la situation actuelle les PME pourront-elles

tirer pour l’avenir ?

Face à cette situation, les PME aboutiront à la conviction qu’une gestion

d’entreprise habile tient aussi au fait de s’imaginer concrètement

des situations susceptibles de se produire, même désagréables,

et d’ébaucher des plans, même quand le soleil brille, qui pourront

être utiles en cas d’intempéries. En général, les préoccupations liées

aux affaires courantes empêchent d’avoir de telles considérations.

Un chef d’entreprise qui s’accorde régulièrement le temps nécessaire

(disons quatre demi-journées par année) pour réfléchir à l’avenir et

rendre son organisation plus flexible et plus agile, est non seulement

mieux paré, mais se sent globalement plus confiant pour concevoir

l’avenir de sa société. Et cela passe aussi par une formation solide.

Les cursus de gestion d’entreprise du SIU permettent aux partici-

14

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D’ENTREPRISE

pants d’acquérir toutes les compétences dont ils ont concrètement

besoin en pratique pour diriger efficacement une PME.

Beaucoup de garages ont enregistré un recul de leur charge de

travail. Comment les garagistes peuvent-ils mettre ce temps à profit

judicieusement ? En suivant une formation continue ?

C’est toujours une bonne chose de s’approprier les aptitudes qui sont

nécessaires pour pouvoir effectuer son travail le plus efficacement possible.

Cette crise montre précisément qu’en disposant de bonnes compétences

en gestion d’entreprise, de meilleures conditions sont réunies

pour surmonter au mieux les périodes difficiles. Précisément dans les

secteurs dans lesquels la charge de travail n’est plus aussi importante

qu’avant la crise, le moment est idéal pour une formation continue.

C’est aussi possible en ligne : avec « high-voltage-learning », le SIU a par

exemple développé dès 2016 une méthode de formation selon laquelle,

outre l’enseignement présentiel classique, les cours sont en majeure

partie dispensés en ligne par vidéoconférence sous la supervision d’un

enseignant. À partir de cette méthode, le SIU s’est maintenant réorganisé

en l’espace d’un week-end pour appliquer l’enseignement en ligne

à toutes les classes. Ainsi, malgré la crise du coronavirus, nos participants

n’ont pas manqué une seule journée. <

Monsieur Peter Baumgartner est

président de la direction du SIU.

Plus d’informations sur :

siu.ch/fuf

More than

CAR WASH

CADIS, a star is born.

Tel. +41 56 648 70 80 • verkauf-ch@christ-ag.com

www.christ-ag.com


SPONSORED CONTENT

JobCloud

RH et recrutement en temps de crise : comment

agir rapidement et de façon réfléchie

Actuellement, les PME sont mises à rude épreuve. Il est donc d’autant plus important que le département

RH montre une position claire face à la direction, aux managers et aux collaborateurs. Les PME qui

disposent d’un système de gestion des crises réfléchi et qui l’observent de façon globale ont un avantage.

Voici quelques conseils.

Mettre en place une cellule de crise

Invoquez une cellule de crise réduite mais efficace,

composée de membres des différents

départements. Un spécialiste RH devrait également

en faire partie.

Parler d’une seule voix

Convenez avec l’entreprise de la seule voix qui

transmettra toutes les informations. Chaque

information ne sera communiquée que par

cette seule personne. Dans une PME, il s’agit

idéalement du directeur ou du CEO. Les RH

apportent leur soutien, en récoltant et clarifiant

les informations.

Clarifier la situation de départ

En tant que spécialiste RH, vous devez collaborer

de façon particulièrement intensive avec

les autres départements et leurs dirigeants.

Parlez aux managers de la situation réelle

en termes de charge de travail. Quelles sont

les personnes-clés qui génèrent encore du

chiffre d’affaires ? Quelles sont les personnes

à risque ? Qui peut travailler en Home Office ?

Privilégier la communication

à l’interne

La règle d’or de la communication reste : l’interne

avant l’externe. Autrement dit, les collaborateurs

sont informés en premier, puis les

clients et enfin tous les autres acteurs.

Se montrer généreux et arrangeant

Essayez de faire preuve de plus de compréhension

en ces temps de crise, notamment si des

employés doivent travailler en Home Office

avec de jeunes enfants ou si d’autres souffrent

de difficultés de concentration à cause de la

situation.

Communiquer de façon transparente

avec les collaborateurs

Les faits instaurent la sécurité. Par conséquent,

communiquez de façon transparente

avec vos collaborateurs et ne leur cachez rien.

Veillez également à utiliser un langage adapté.

Élaborer un plan de remplacement

Vous êtes-vous déjà demandé qui remplace le

CEO lorsqu’il tombe malade ? C’est justement

en temps de crise que les plans de remplacement

clairs et réfléchis s’avèrent précieux. Si

les équipes ne travaillent pas déjà toutes en

Home Office, il est important que les principaux

décideurs travaillent aussi loin les

uns des autres que possible afin d’éviter une

contamination réciproque et ainsi préserver le

fonctionnement de l’entreprise et de tous les

départements.

Saisie des heures de travail

De nombreuses entreprises ont déjà instauré

des codes spécifiques pour désigner les cas

de maladie au coronavirus ou de quarantaine.

Cela facilitera les statistiques par la suite et

aide à justifier clairement la demande de soutien

financier. Par ailleurs, vous avez ainsi

un aperçu quotidien de la situation de vos

collaborateurs.

Agir au lieu de réagir

Malgré les inquiétudes et l’éventuelle réduction

de l’horaire de travail, n’oubliez pas

l’après. Pour la reprise attendue après le coronavirus,

votre entreprise aura besoin des

bons collaborateurs et d’un plan de redressement

efficace afin qu’un personnel compétent

puisse faire avancer votre entreprise.

C’est pourquoi le recrutement ne doit pas

être mis complètement en stand-by. Publiez

vos annonces pour les postes importants dès

à présent et recrutez via vidéoconférence.

N’agissez pas comme l’agneau qui a peur du

méchant loup : agissez au lieu de réagir.

Leader sur le marché de l’emploi en ligne

suisse, JobCloud, forte d’une expérience de

plus de 20 ans exploite entre autres jobup.ch et

jobs.ch, les plateformes d’emploi préférées en

Suisse romande et en Suisse alémanique. Rendez-vous

sur www.jobcloud.ch/leblog pour de

plus amples informations, des conseils, des

check-lists et des articles sur les thèmes du

recrutement et de la politique RH. <

Plus d’informations sur :

jobcloud.ch

16

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D’ENTREPRISE

Apprendre de ses erreurs

Considérer un défi comme une

chance de s’améliorer

L’an dernier, le groupe Binelli n’a pas obtenu un bon résultat au test à l’émission « Kassensturz ». L’entreprise en

a profité pour analyser intensément ses processus internes et offre désormais une qualité de service meilleure

que jamais. Le groupe Binelli s’en est sorti la tête haute. André Bissegger

En novembre dernier, l’émission de la SRF

« Kassensturz » a testé en catimini la qualité

de service de plusieurs garagistes sur des

véhicules préparés à cet effet. Pour le groupe

Binelli, établi à Zurich, Adliswil et Zoug, le

résultat a fait l’effet d’une douche froide : si

l’entreprise a été vantée pour son service à la

clientèle satisfaisant, les employés de l’atelier

de Zurich-centre ont trouvé seulement deux

erreurs sur les cinq prévues lors de la partie

pratique du test. Autrement dit, le représentant

de BMW et de Mini a obtenu la plus

mauvaise note parmi tous les garages testés.

Dernier au classement, il a dû faire face à la

critique.

« Ce résultat nous a vivement surpris », affirme

Marco C. Grava, avec un peu de recul

aujourd’hui. Il est CEO et délégué du conseil

d’administration du groupe Binelli. « Notre

priorité absolue est d’offrir un service haut de

gamme irréprochable. Cela inclut bien entendu

un travail très soigné et impeccable dans

l’atelier. » C’est ce qui forme le socle du service

cinq étoiles visé par le groupe.

Suite au test, l’émission de la SRF a fait savoir

sans détour et aux yeux de tous que Binelli

présentait un potentiel d’amélioration et que

les listes de contrôle des constructeurs automobiles

n’étaient pas entièrement vérifiées.

L’entreprise a reçu des réactions de la clientèle,

dans un cercle proche ou via les médias

sociaux. « La plupart des réactions ont été

positives et utiles. Il y a eu peu de critiques »,

se souvient le CEO. Le groupe Binelli a répondu

directement et personnellement à toutes

les remarques, « comme nous le faisons habituellement.

» Cela n’a pas eu de répercussions

financières, estime M. Grava.

Au lieu de se plaindre du rapport de test et de

le qualifier d’injuste (l’un des dysfonctionnements

intégrés était une lampe défectueuse

dans la boîte à gants), le groupe Binelli a analysé

les causes du mauvais résultat. « Je suis

convaincu que le fait d’être sous les feux des

médias de façon aussi désagréable comporte

malgré tout des opportunités à saisir », confie

M. Grava. « C’est ce que nous avons fait. Nous

sommes revenus sur le cas de A à Z, nous

avons mené de nombreux entretiens avec les

personnes directement impliquées et avons

cherché à déterminer les causes. » Nous avons

détecté des problèmes : gestion du temps imparfaite

et manque de clarté concernant les

processus de travail standardisés. « Heureusement,

nous avons pu prendre relativement

facilement des mesures adéquates. Il s’agit en

fin de compte de processus standardisés. »

Suite en page 18

AUTOINSIDE | Mai 202017


GESTION D’ENTREPRISE

Après le rapport du test « Kassensturz », le groupe Binelli a passé en revue tous ses processus et a apporté les améliorations qui s’imposaient.

Le groupe Binelli a passé encore une fois en

revue tous les processus qui permettent ou

même exigent des tâches standardisées, et

s’est concentré intensément sur les processus

qui se répètent régulièrement et doivent donc

suivre certains schémas. « Nos spécialistes en

interne ont examiné si les flux de travail définis

jusqu’alors correspondaient aux exigences

actuelles et s’ils étaient clairement formulés.

Nous avons apporté les optimisations nécessaires

», précise le CEO. La difficulté majeure

était le peu de temps disponible pour le déroulement

des processus. M. Grava : « Nous avons

également étudié cette question, afin que la

pression des délais ne soit plus un motif pour

oublier certaines étapes. »

Mais l’essentiel a été la formation. « Aucun processus

défini ne présente un réel intérêt s’il n’est

pas compris par l’ensemble des collaborateurs. »

L’entreprise a organisé des briefings avec toutes

les personnes concernées, des cadres aux apprentis.

Des contrôles internes doivent maintenant

vérifier l’efficacité des mesures.

L’entreprise d’un effectif de 300 personnes

a en outre bénéficié d’un atout : avant le

rapport de « Kassensturz », elle pratiquait

déjà une culture de l’erreur ouverte, saine et

constructive. « Ce sont des êtres humains

qui travaillent ici, et nul n’est à l’abri des erreurs,

même si nos collaborateurs donnent le

meilleur d’eux-mêmes. » Il faut donc essayer

de tirer les enseignements de ses erreurs et

d’y entrevoir une opportunité de s’améliorer.

Après son échec au test de l’émission, le

groupe Binelli a réussi à relever la tête : les

lacunes dans la qualité du service ont pu être

comblées, estime M. Grava.

Plus d’informations sur :

binelli-group.ch

Le groupe Binelli offre à ses clients une expérience cinq étoiles sur les sites de Zurich, Adliswil et Zoug.

18

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D’ENTREPRISE

Trois questions à Marco C. Grava, CEO et délégué du conseil d’administration du groupe Binelli

« Le contrôle permanent des processus

est décisif »

Marco C. Grava.

Monsieur Grava, le groupe Binelli a saisi

dans la difficulté l’opportunité de s’améliorer,

et a réussi. Peut-on affirmer qu’en

général, les entreprises ne s’occupent pas

assez de leurs processus internes ?

Marco C. Grava : Je m’abstiendrais de juger ce

que font les autres. Mais pour nous, c’est absolument

essentiel, et c’est ce que nous faisons en

permanence. Le groupe Binelli emploie près de

300 personnes, un contrôle continu des processus

joue un rôle décisif. Sans cette vérification, tout

le travail de développement effectué durant des

années ne vaut plus rien, du jour au lendemain.

Vous avez appris pratiquement sous les yeux

du grand public qu’il y avait un problème

dans votre entreprise. Quel conseil donneriez-vous

aux autres garagistes pour leur éviter

de se retrouver dans la même situation ?

Je leur conseille d’investir suffisamment dans

la formation du personnel ainsi que de remettre

en question et de contrôler régulièrement les

processus considérés comme bien établis. Les

tests internes sont importants, même s’ils

peuvent parfois sembler désagréables. Mais

nous estimons toujours que c’est une opportunité

de s’améliorer et nous tirons profit de cette

culture de l’erreur.

Avec un peu de recul sur cette émission :

n’était-ce pas finalement une chance pour

votre entreprise d’avoir obtenu un mauvais

résultat à ce test ?

Je n’utiliserais pas le mot chance, mais disons

que cette situation peu enviable a eu des côtés

positifs. En fin de compte, nous avons pu

en tirer parti dans le sens « d’une opportunité

d’amélioration ». Pour nous, il était important

de ne pas minimiser ce test, mais de se concentrer

dès le premier instant sur l’amélioration de

notre qualité de service. Et nous avons réussi.

J’en suis convaincu. <

«hostettler autotechnik ag m’offre

le meilleur service de livraison

et un support sensationnel.»

Ali Dridi

Garage de la gare à Penthalaz

Tout en stock livré juste à temps

«Mes collègues et moi vous

fournissons plusieurs fois par jour.»

Tony Almonte

Service de livraison

filiale de Lausanne

hostettler autotechnik ag

Téléfon 041 926 62 35 / info@autotechnik.ch

www.autotechnik.ch


TUTTOBENE

L’ASSURANCE VÉHICULES À MOTEUR DE L’UPSA

En collaboration avec Allianz Suisse

SERVICE À LA CLIENTÈLE ET PROXIMITÉ:

DES GAGES DE SUCCÈS

Pour s’établir durablement sur le marché, il faut prendre

au sérieux les demandes des clients, leur proposer des

produits adaptés à leurs besoins et offrir un service de

premier ordre.

La coopération entre l’Union professionnelle suisse de

l’automobile (UPSA) et Allianz Suisse Société d’Assurances

s’intensifie. Vos clients et vous-même, en tant

que garagiste bien ancré au niveau régional, bénéficiez

dès lors d’une véritable valeur ajoutée, car des prestations

d’assurances adéquates sont proposées dans un lieu

approprié et proche de la clientèle: chez vous, notre

partenaire tuttobene.

QU’EST-CE QUE TUTTOBENE ET DE QUELLE

VALEUR AJOUTÉE BÉNÉFICIENT VOS CLIENTS

ET VOUS-MÊME?

tuttobene n’est pas une nouvelle assurance auto, mais

la propre assurance des garagistes UPSA. Vous êtes

l’interlocuteur privilégié et personnel de vos clients en la

matière et vous entretenez un contact régulier avec eux.

En complément idéal de vos activités usuelles (changement

de pneus, service et inspections), vous pouvez, en

tant qu’intermédiaire tuttobene, leur soumettre des offres

d’assurance auto. Grâce à cette relation étendue, vous

demeurez également le seul interlocuteur de votre client

en cas de sinistre: le garagiste tuttobene chargé des

sinistres tuttobene.

QUELQUES AVANTAGES EN BREF

Vos clients tuttobene bénéficient d’une franchise réduite

de CHF 500. pour une casco complète, voire de la

suppression totale de la franchise pour une casco partielle.

Mais ils peuvent aussi et surtout faire confiance au suivi

et à la qualité de réparation de votre garage.

En tant que partenaire tuttobene, vous êtes récompensé

de différentes façons pour l’intermédiation des clients: en

cas de sinistre, nous dirigeons activement les véhicules

des clients vers votre garage. Vous obtenez non seulement

des mandats de réparation supplémentaires, mais conservez

également le contact avec la clientèle. De plus, vous

percevez une commission intéressante à la conclusion

d’un contrat.

LES ZONE MANAGER D’ALLIANZ

RÉPONDRONT VOLONTIERS À VOS QUESTIONS

Alain Stebler

Zone manager Romandie

BE (f), GE, FR (f), VS (f), VD, NE, JU

Tél. 058 358 30 79, alain.stebler@allianz.ch

Urs Schmutz

Zone manager Centre

AG, BE (d), BL, BS, FR (d), LU, SO, VS (d)

Tél. 058 358 30 86, urs.schmutz@allianz.ch

Mauro Perenzin

Zone manager Nord

GL, NW, OW, SH, SZ, UR, ZG, ZH

Tél. 058 358 30 85, mauro.perenzin@allianz.ch

Valentino Maccariello,

Zone manager Est & Tessin

AI, AR, GR, SG, TG, TI

Tél. 058 358 30 75, valentino.maccariello@allianz.ch

N’HÉSITEZ PAS ET ENREGISTREZ-VOUS

DÈS MAINTENANT

agvs-upsa.ch/fr/tuttobene


GESTION D’ENTREPRISE

Figas. Parlons peu, parlons bien.

Covid-19 : répercussions

sur le compte de résultat

La fermeture des locaux de vente et la baisse du chiffre d’affaires dans les ateliers ont un effet négatif sur le

compte de résultat. Mais est-ce vraiment grave ? Nous avons élaboré une simulation qui nous permet de calculer

les pertes de recettes possibles. David Regli, responsable dép. révision Figas

Dans le domaine des ventes, les chutes du

chiffre d’affaires ont été plus ou moins les

mêmes partout. La situation est différente

dans le secteur de l’après-vente. Dans le sillage

de la promulgation des mesures de la confédération,

certaines entreprises ont immédiatement

dû adopter des mesures de réduction

de l’horaire de travail. D’autres, par contre,

n’enregistrent qu’un faible recul de la demande

dans leurs ateliers. C’est la raison pour

laquelle, dans la pratique, la crise du corona a

des effets différents. Nos calculs représentent

donc une exploitation moyenne.

Nos calculs se basent sur les indicateurs intermédiaires

d’une entreprise de taille moyenne.

Nous avons ramené de manière linéaire les

chiffres annuels à un dénominateur commun.

Les fluctuations saisonnières ne sont pas

prises en compte. La présentation est destinée

à montrer la différence entre un mois normal

et un mois en mode corona.

Les ventes de véhicules sont pratiquement au

point mort. Toutefois, certaines transactions

sont encore conclues. Nous estimons qu’elles

ne représentent que 10 % des valeurs normales.

De même qu’en raison des indemnités

de chômage partiel, nous n’avons chiffré les

coûts salariaux des vendeurs plus qu’à 20 %

de la normale. Des économies peuvent également

être réalisées sur les frais de vente.

Nous avons été plutôt prudents en calculant

le chiffre d’affaires de l’après-vente à 60 % du

courant normal. Nous partons du principe

qu’un grand nombre d’entreprises dépassent

tendanciellement cette valeur. Les économies

réalisées avec le personnel en raison de

la RHT sont également considérées avec prudence

à 25 %. Il en résulte le calcul suivant :

Chiffres en milliers de Résultat normal Rés. Corona

CHF

Année Mois Mois en %

Voitures neuves 7 945 662 66 10 %

Voitures occasion 2 758 230 23 10 %

Pièces, pneus 1 042 87 52 60 %

Travaux extérieurs 260 22 13 60 %

Travaux d’atelier 886 74 44 60 %

Recettes diverses 280 23 12 50 %

Chiffres d’affaires 13 171 1 098 210

Voitures neuves − 7 217 − 601 − 60 10 %

Voitures occasion − 2 579 − 215 − 21 10 %

Pièces, pneus − 783 − 65 − 39 60 %

Travaux extérieurs − 213 − 18 − 11 60 %

Charges diverses − 140 − 12 − 6 50 %

Prix d’acquisition − 10 932 − 911 − 137

Bénéfice brut 2 239 187 73

Charges de pers. vente − 313 − 26 − 5 20 %

Charges de pers. diverses − 929 − 77 − 58 75 %

Frais de locaux − 269 − 22 − 22 100 %

Charges liées à la vente − 135 − 11 − 6 50 %

Charges d’exploitation div. − 322 − 27 − 24 90 %

Amortissements − 99 − 8 − 8 100 %

Intérêts − 24 − 2 − 2 100 %

Resultat d’exploitation 148 12 − 53

Au lieu d’un bénéfice mensuel habituel de 12,

le résultat est une perte de 53. Les pertes mensuelles

de recettes s’élèvent donc à 65. Ainsi, la

totalité du bénéfice annuel habituel aura fondu

en l’espace de 2 à 3 mois.

Le moment du retour à un fonctionnement

normal va être décisif pour les comptes annuels

2020. Le comportement d’achat des

clients jouera un rôle tout aussi important. Les

consommateurs sont-ils inquiets et s’abstiennent-ils

d’acheter un véhicule pour le moment ?

La demande s’accumule-t-elle en ces temps de

crise et faut-il s’attendre à une augmentation

des activités de vente ? En supposant qu’à

l’avenir les citoyens et citoyennes suisses ne

voudront également pas renoncer à la voiture,

nous estimons qu’une grande partie des ventes

perdues pendant la crise pourra être rattrapée

dans un avenir prévisible. Cependant, pour

un certain nombre d’entreprises clientes, le

renouvellement de la flotte ne devrait guère

figurer en tête de liste de leurs priorités. Un

autre problème est la disponibilité de voitures

neuves, sachant que de nombreuses usines

ont drastiquement réduit leurs activités, ce

qui risque d’entraîner des difficultés d’approvisionnement.

C’est la raison pour laquelle

il faut s’attendre à ce que la chute du chiffre

d’affaires et des recettes de l’exercice 2020 soit

très importante. Mais nous restons optimistes

pour 2021.

Nous supposons que la détérioration du résultat

de 65 par mois se répercutera dans la

même mesure sur les liquidités. Les reports de

paiement accordés par la plupart des sociétés

importatrices peuvent améliorer la liquidité à

court terme. Toutefois, ces derniers sont exclus

de notre calcul.

Si le blocage dure deux mois, cela entraînerait

un manque de liquidités de 130 dans notre

cas de figure. Si l’on considère qu’un garage de

taille moyenne a reçu une aide en liquidités de

500 garantie par la confédération, la situation

des liquidités ne devrait pas être le principal

problème des garagistes.

Contrairement à d’autres branches, l’industrie

automobile sortira relativement indemne de

la crise. Certes, les pertes de chiffre d’affaires

et de recettes pendant le confinement sont

considérables. Mais il devrait être possible de

rattraper une partie substantielle de ces pertes

à moyen terme. Il est donc important de se

préparer pour l’après-crise. Avec une équipe

motivée, il devrait être possible de traverser

cette période difficile le plus rapidement possible

et de limiter les dégâts. <

Plus d’infos sur :

figas.ch

AUTOINSIDE | Mai 202021


GESTION D’ENTREPRISE FOKUS

Le marché des voitures neuves a enregistré un net recul pendant la crise du coronavirus. Nuancier des peintures dans un showroom.

Interview de Jvan Hutter, responsable Business Management chez Figas

« Les concessionnaires et les

garagistes sont devenus plus difficiles

en matière de reprises »

En pleine crise du coronavirus, Figas Fiduciaire de la branche automobile publie son reflet économique. Dans

l’interview qu’il accorde, Jvan Hutter, économiste et responsable Business Management chez Figas, revient sur

les chiffres de 2019 et évoque les défis de 2020. Sandro Compagno

Jvan Hutter.

Jvan Hutter, nous parlons du reflet économique

2019 de Figas. Nous sommes à

présent en 2020 et en pleine crise du coronavirus.

Le reflet économique a-t-il encore

un sens ?

Jvan Hutter, responsable Business Management

chez Figas : Absolument. Les chiffres

fiables constituent un instrument de gestion

important, tout particulièrement en temps de

crise. Le reflet économique de Figas présente

les indicateurs clés du développement commercial

en comparaison pluriannuelle. Nous

sommes convaincus que ces chiffres offrent

aux garagistes une excellente base argumentaire

pour leurs négociations avec des parties

prenantes telles que les banques.

Dispose-t-on déjà de chiffres pour l’année

en cours ?

Nous constatons un recul considérable des

ventes de véhicules neufs au premier trimestre

2020. Les premières données des concessionnaires

de marques nous parviendront au cours

de la deuxième quinzaine d’avril. Par conséquent,

nous ne sommes pas encore en mesure

de nous prononcer de manière générale.

22

Mai 2020 | AUTOINSIDE


FOKUS GESTION D’ENTREPRISE

Il est intéressant de noter qu’en 2019, le

bénéfice brut des voitures neuves a quelque

peu reculé, tandis que celui des véhicules

d’occasion a à nouveau enregistré une

légère hausse. Cet aspect confirme-t-il

la thèse selon laquelle les concessionnaires

disposent d’une plus grande liberté

entrepreneuriale pour la vente des véhicules

d’occasion que pour celle de voitures

neuves ?

Depuis des années, Figas démontre qu’il est

encore possible de gagner de l’argent sur

le marché de l’occasion. La pression sur les

ventes et le marges des véhicules neufs s’est

encore accrue : compte tenu de la réglementation

des bonus des importateurs, la marge des

voitures neuves dépend fortement du degré de

réalisation des objectifs de vente. De ce point

de vue, le garagiste dispose encore d’une certaine

liberté entrepreneuriale et de quelques

leviers pour optimiser sa marge sur le marché

de l’occasion : il ne doit donc pas fixer de valeurs

résiduelles trop élevées pour les retours

de leasing, ce qui entraîne une pression sur la

marge. Une gestion active des occasions avec

l’achat de certains véhicules peut également

s’avérer lucrative. À l’ère de la concurrence

d’Internet et de la comparaison possible des

offres, la marge de manœuvre n’est cependant

plus aussi grande qu’il y a quelques années.

La question du diesel ne semble pas avoir

d’incidence sur la rentabilité du marché

des véhicules neufs et d’occasion. Comment

expliquez-vous cela ?

Une tendance claire se dessine pour les voitures

neuves : le recul des véhicules diesel

est presque intégralement compensé par les

voitures hybrides. Aujourd’hui, les automobilistes

en quête d’un véhicule économique

optent plutôt pour une motorisation hybride.

Cette tendance apparaît également, avec un

décalage toutefois, pour les occasions très récentes.

La rentabilité dépend alors fortement

des véhicules proposés. Certains modèles diesel

restent très demandés. D’un autre côté, les

voitures peu attrayantes et/ou invendables se

vendent mal ou ne sont pas reprises. Les garagistes

et les concessionnaires sont devenus

plus difficiles.

Autre aspect intéressant : le chiffre

d’affaires par vendeur est en augmentation

pour les occasions. L’UPSA investit beaucoup

dans la formation continue dans le

secteur des occasions. Les vendeurs sontils

aujourd’hui plus performants ?

Compte tenu de la complexité croissante des

véhicules et des attentes toujours plus grandes

des clients, les conseillers de vente automobile

doivent répondre à des exigences de plus en

plus élevées. Ces dernières années, de nombreux

vendeurs d’occasions ont découvert

que leur marché nécessite un suivi intensif

et continuent à se former activement. L’UPSA

joue dans ce contexte un rôle important. Mais

d’un autre côté, il ne faut pas perdre de vue que

des véhicules plus récents, et donc plus chers,

sont souvent proposés sur le marché de l’occasion.

L’augmentation des ventes par vendeur

est ainsi sans doute en grande partie liée au

prix plus élevé des voitures d’occasion.

Les ventes de l’atelier, à la fois globales

et par collaborateur, sont également en

hausse. Quelles en sont les raisons ?

Ce phénomène s’explique principalement

par les augmentations annuelles des tarifs

horaires et par le développement constant

du parc automobile. Ce dernier a enregistré

une hausse de près de 3,8 % depuis 2015. Ces

ventes ont été réalisées par des effectifs de

personnel quasi identiques. À moyen et long

terme, l’électrification croissante du parc automobile

suisse devrait malheureusement entraîner

une diminution des marges dans le domaine

technique.

Le degré d’autofinancement et les liquidités,

tous deux en baisse, donnent sérieusement

à réfléchir. En cette année de crise

du coronavirus, êtes-vous inquiet pour

nos garagistes et leurs collaborateurs ?

Contrairement à d’autres secteurs, les ateliers

sont actuellement ouverts, en dépit d’une

charge de travail réduite. Après la crise, il y

aura probablement un retard à combler dans

les réparations et les travaux de garantie. C’est

le recul des ventes de voitures neuves qui aura

sans doute un impact négatif. De nombreux

constructeurs ayant restreint, voire stoppé

leur production, aucune évolution n’est attendue

à court terme. Toutefois, le désir de mobilité

individuelle est ininterrompu, et les gens

ne voudront probablement pas non plus se

passer de leur voiture particulière à l’avenir.

En résumé, le coronavirus représente un défi

de taille pour les entreprises qui rencontraient

déjà des difficultés avant la crise et disposent

de faibles réserves de liquidités. Les garages financièrement

solides surmonteront sans problème

cette période.

Quelle approche conseillez-vous aux

garagistes en matière de financement ?

En premier lieu la garantie des liquidités. Les

garagistes doivent ainsi facturer constamment

et effectuer tous les rappels de paiement. L’établissement

d’un plan de liquidités intégrant

divers scénarios peut être utile. Les prêts relais

de la Confédération et le chômage partiel

peuvent également être envisagés. D’autres

options résident, entre autres, dans les prêts

des associés ou des actionnaires, la baisse

des coûts d’exploitation par la réduction des

frais de location, ou le report de dépenses

non urgentes d’entretien ou de rénovation.

Nous avons constaté que la plupart des importateurs

ont réagi rapidement et de manière

proactive à la crise et ont ainsi contribué à réduire

l’incertitude des concessionnaires. Figas

communique régulièrement des informations

détaillées sur les dernières évolutions relatives

au chômage partiel, sur les mesures adoptées

par la Confédération et propose des recommandations

en matière de liquidités.

La crise du coronavirus offre-t-elle des

opportunités aux garagistes ?

Il est difficile de trouver des aspects positifs en

cette période. Comme je l’ai déjà indiqué, on

peut supposer qu’après la levée des restrictions

officielles, un retard important devra être comblé

et entraînera par conséquent une plus forte

sollicitation de l’atelier. Les garagistes peuvent

profiter de cette période pour se préparer à la

suite, par exemple en analysant leur situation

et en réfléchissant à leur future orientation

stratégique. Plus concrètement, ils doivent à

présent liquider les heures supplémentaires et

les soldes de vacances. Pour beaucoup de garagistes,

la crise peut aussi constituer une occasion

de développer leurs compétences numériques.

Je pense notamment au marketing en

ligne et à l’e-commerce. Comme le veut l’adage,

« toute crise est aussi une opportunité ». L’important

est de savoir en tirer les leçons. Car les

garagistes qui sortiront de la crise bien préparés

et forts des bonnes conclusions pourront

reprendre pied et réussir plus rapidement. <

Plus d’informations sur :

figas.ch

AUTOINSIDE | Mai 202023


GESTION D’ENTREPRISE

Le management en temps de crise

« La société est

devenue plus numérique »

Marc Kessler est le CEO de Quality1, le principal prestataire de garanties de Suisse. Forte de 40 collaborateurs,

Quality1 se considère encore comme une PME. Dans une interview, Marc Kessler explique comment il pilote

son entreprise pendant la crise du coronavirus. Sandro Compagno

Est-il même possible de préparer une

entreprise à une telle crise ?

Bien que Quality1 soit une PME, elle est aussi

une filiale d’Allianz Suisse. Nous exploitons ce

savoir-faire et nous avons élaboré divers scénarios

de crise en amont. Mais le diable se cache

dans les détails. Il est impossible de se préparer

vraiment. Il y a encore six mois, personne

n’avait envisagé une pandémie de ce type ou

des mesures si dures de la part des gouvernements

européens. C’est pourquoi chaque préparatif,

chaque scénario n’est en fin de compte

qu’une théorie. À titre rétrospectif, je peux

toutefois affirmer que nous étions en mesure

de prendre les mesures organisationnelles requises

pour pouvoir soutenir et continuer à

soutenir nos clients pendant cette crise.

« Pendant la crise, nous devons faire preuve de compréhension et de partenariat les uns envers les autres » : Marc

Kessler, CEO de Quality1.

Marc Kessler, la pandémie de coronavirus a

d’immenses conséquences sur le commerce

automobile, et donc sur votre activité.

Avez-vous bien dormi en mars et en avril ?

Marc Kessler, CEO de Quality1 AG : Honnêtement,

mes nuits sont un peu plus courtes,

mais je continue de bien dormir. En cette

période de crise, il importe de recharger ses

batteries pour relever les nombreux défis.

La situation est nouvelle et délicate pour

nous tous dans la branche automobile. Je

suis toutefois impressionné par la manière

dont des équipes dans différentes entreprises

s’acquittent d’un travail exceptionnel.

Je le vois aussi dans notre entreprise,

et j’en suis ravi.

Les conséquences de la crise sur le résultat

de Quality1 peuvent-elles déjà être chiffrées

ou transcrites ?

Les showrooms des concessionnaires ont

été fermés le 16 mars et la vente fait l’objet

de conditions strictes. La baisse de chiffre

d’affaires se répercute immédiatement sur

notre activité. Nous souscrivons en effet

moins d’assurances de garantie. Nous savons

que les garagistes et les concessionnaires

sont durement touchés par la situation

actuelle. Nous espérons avec eux

que l’activité reprendra rapidement après

le confinement et que le manque à gagner

pourra être rattrapé, au moins en partie.

Vous avez affirmé que le chiffre d’affaires

de Quality1 s’est effondré avec le commerce

de véhicules. Votre client, le garagiste,

est-il affecté ?

Non. Nous maintenons nos prestations dans

le cadre auquel nos clients ont été habitués

jusqu’à présent dans toute la Suisse. Rien ne

change à nos paramètres que sont le service

clientèle trilingue, la validation des sinistres

en 15 minutes et le règlement des sinistres

en dix jours. La situation actuelle est difficile

pour nous tous. C’est aussi pourquoi il importe

que nous fassions preuve de compréhension et

de partenariat les uns envers les autres. En cas

de doute, cela signifie que nous dirons simplement

: « Nous le faisons ! Nous n’y sommes pas

obligés, mais nous le faisons. »

Une telle crise n’est pas uniquement problématique

pour vous en tant que CEO. Bon

nombre de vos collaborateurs sont dans

l’incertitude. Comment abordez-vous leurs

soucis et leurs craintes ?

Il faut prendre les incertitudes au sérieux dans

24

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D’ENTREPRISE

chaque cas. Il faut aussi garder la tête froide et

aborder la situation de manière aussi calme

que possible. Nous communiquons honnêtement

et ouvertement. La direction prend

toutes les décisions dans la transparence pour

que tout le monde soit à jour. Cette approche

est source de sécurité. Je m’adresse en outre

régulièrement à l’équipe par des informations

écrites et des messages vidéo.

En d’autres termes, vous travaillez de

chez vous ?

Je suis au bureau à Bubikon une fois par semaine.

Je peux presque tout faire en télétravail.

Nous avons interrompu les visites personnelles

du service externe le 17 mars 2020.

Nous avons introduit une mesure de chômage

partiel pour cette équipe qui réalise normalement

quelque 10 000 visites de garages chaque

année. Notre responsable commercial, Generoso

Braem, tire parti de cette période pour effectuer

divers travaux de préparation afin que

nous puissions redémarrer avec un plan solide

après la crise. Et nous avons fait en sorte de

pouvoir traiter au mieux tous les problèmes et

les besoins des concessionnaires et des garagistes

sans pénaliser la qualité en l’absence de

visites. Notre service clientèle télétravaille intégralement

depuis le 18 mars, tout comme la

plupart d’entre nous.

Pour adoucir la situation, on lit souvent

qu’il faut considérer la crise comme une

opportunité. Êtes-vous d’accord ou une crise

n’est-elle pas une opportunité, mais tout

bonnement une... crise ?

Le coronavirus a un impact négatif direct sur

l’activité. Cela ne fait aucun doute. Et avant

de parler d’éventuelles opportunités, il faut

d’abord s’y retrouver dans cette situation inédite.

En tant que patron, je me suis vite rendu

compte que l’objectif, c’est de sortir au plus vite

de la crise. Nous pouvons maintenant nous

concentrer sur des sujets qui ne sont souvent

pas abordés au quotidien, faute de temps. On

peut considérer qu’il s’agit là d’une opportunité.

Et je constate aussi que notre économie

a bénéficié d’une impulsion numérique. Notre

société est devenue plus numérique. Lorsque

je vois à quel point il est facile de discuter et

de prendre des décisions par téléconférence,

je me demande sérieusement si nous n’allons

pas nous réunir de plus en plus numériquement

après la crise au lieu de traverser le pays

à chaque réunion. Malgré tout, j’estime qu’il

est déplacé de rebaptiser la crise en opportunité

compte tenu des souffrances personnelles

et des immenses pertes économiques dues à

cette pandémie. Il s’agit d’une crise pour la

branche automobile et pour toute l’économie.

Point barre.

Vous avez transformé la start-up Quality1

en leader du marché parmi les prestataires

de garanties et vous avez préservé jusqu’à

présent l’ambiance d’une start-up. Cette

culture d’entreprise spéciale vous aide-telle

pendant la période actuelle ?

Communiquer dans la transparence et impliquer

toute notre équipe font partie de notre

culture. Cette approche réduit l’anxiété que

suscitent les contacts entre nous, si bien que

chaque collaborateur peut parler à n’importe

quel collègue sans se soucier de la hiérarchie.

Ces dernières années, notre croissance a été

constante, mais nous avons conservé nos

structures allégées. Dans le même temps,

nous avons gardé et cultivé notre sens de l’humour

en interne. Nous profitons de tous ces

facteurs culturels, de l’ambiance de start-up

comme vous le dites si bien. Cependant, les

interactions par vidéotéléphonie, par e-mail

et par messages vidéo ne remplacent pas les

contacts personnels.

En 2019, Quality1 s’est concentrée sur

l’optimisation des processus au lieu de

sortir de nouveaux produits. Qu’avez-vous

prévu pour 2020 ?

L’année dernière, nous avons été en mesure

d’optimiser et de simplifier de nombreuses

procédures. C’est une tâche qui n’en finit pas.

Récemment, nous avons automatisé en grande

partie l’affectation de factures à des sinistres

grâce à l’utilisation de technologies de pointe

et à l’intelligence de nos collègues. En janvier

2020, nous avons en outre convaincu le groupe

Emil Frey de nous faire confiance. Il s’agit là

d’un nouveau client important. Nous considérons

cette acquisition comme une preuve ou

comme une certification de notre niveau de

service, que nous n’avons eu de cesse de renforcer

ces dernières années. Nous continuerons

de nous concentrer sur cette approche

d’ici la fin de l’année. Nous réaliserons des

simplifications et des optimisations pour nos

clients, nous adapterons résolument nos produits

aux besoins en constante évolution et

nous poursuivrons avec clairvoyance nos

orientations stratégiques. Il importe de ne pas

perdre de vue le client final, c’est-à-dire le propriétaire

de la voiture.

Serez-vous en mesure de réaliser les

projets prévus ou seront-ils reportés ?

Maintenant plus que jamais et avec force !

Nous nous concentrons actuellement beaucoup

sur la réalisation de ces projets. Après

avoir été très absorbés par la crise au cours

des premières semaines, nous sommes désormais

parfaitement tournés vers l’avenir <

Plus d’informations sur :

quality1.ch

Elimination de pneus

www.facebook.com/zimgroup

www.zimgroup.ch

Vieux pneus utilisables jusqu‘à max.130 cm de diamètre

largeur minimale: 10 cm, largeur maximale: 40 cm

Appelez-nous. nous vous

conseillerons volontiers!

Buochs

Telefon 041 624 46 46

pneus coupés ou abîmés,

grande ou petite taille

Pneu pour machine à terre

pneus en caoutchouc dur

tapis roulant

bande transporteuse

Alpnach Dorf

Telefon 041 666 77 77

Altdorf

Telefon 041 872 01 20


GESTION D'ENTREPRISE

« Tuttobene » pour les garagistes

Gestion interne des sinistres ?

Mais bien sûr !

La gestion des sinistres par les assureurs pose problème à de nombreux garagistes. Comment faire en sorte que

les véhicules accidentés de leurs clients ne soient pas confiés à des concurrents ? Kurt Giger, vice-président de

la commission UPSA Service, technique et environnement (CSTE), prend position. Sandro Compagno

Monsieur Giger, les garagistes se plaignent souvent que

les grands assureurs ont trop d’influence sur la gestion des

sinistres. Confirmez-vous cette observation ?

Kurt Giger, vice-président de la CSTE : Pour les garagistes, chaque sinistre

qui leur échappe est source d’énervement et assurément un sinistre

de trop. En Suisse, le taux de gestion des sinistres par les assureurs s’élève

pourtant à seulement 15 % environ contre 80 % en Angleterre.

Reste que même un taux de 15 % de sinistres qui leur échappent

n’est pas dans l’intérêt des garagistes.

Absolument. Et cela s’applique aussi aux carrossiers. Nous ne voulons

pas que les assureurs soient les seuls à décider de ce que nous avons

le droit de faire et de ne pas faire. C’est pourquoi l’UPSA observe de

près l’évolution de ce dossier. En 2009, nous avions publié la brochure

Pour qu’un sinistre ne dégénère pas inutilement pour venir en aide aux

garagistes. En 2012, nous lancions « Tuttobene », un produit White

Label d’Allianz Suisse. Le nombre de garagistes qui se plaignent de la

gestion des sinistres par les assureurs a largement baissé depuis. Ceux

qui se plaignent n’utilisent généralement pas « Tuttobene ».

Vous avez participé intensément au développement de « Tuttobene ».

Le groupe Ruckstuhl au sein duquel vous gérez la vente et le service

clientèle n’utilise toutefois pas « Tuttobene ».

Nous étions déjà préalablement un « Help Point » des assurances Zürich,

si bien que l’utilisation de cet outil est impossible. Zürich maintient le

nombre d’entreprises partenaires à un niveau réduit pour optimiser la

charge de travail. Il s’agit d’une solution favorable tant pour Zürich que

pour ses entreprises partenaires telles que le groupe Ruckstuhl. Toutes

les autres entreprises sentent toutefois que Zürich leur soustrait des sinistres.

On ne peut simplement le balayer du revers de la main.

Où les assureurs exercent-ils le plus d’influence ?

Dans une affaire de responsabilité civile, le sinistré, en tant que commanditaire,

n’a pas de relation contractuelle directe avec l’assureur du

conducteur qui a causé l’accident. Ces sinistres ne peuvent être gérés. Les

assureurs sont en mesure de gérer des sinistres casco et de stationnement.

Ils exercent le plus d’influence dans les sinistres liés aux vitrages.

Pourquoi exercent-ils tant d’influence sur les sinistres de vitrages ?

Les garagistes affichent un taux de réparation de pare-brise de 2 à

3 % et un taux de remplacement de 97 à 98 %. Les partenaires vitrages

atteignent en revanche un taux de réparation de près de 30 %.

Quelles en sont les raisons ?

L’inégalité de traitement des garagistes et des partenaires vitrages par

les assureurs l’explique en partie. Divers assureurs proposent des polices

qui permettent à l’assuré d’éviter la franchise s’il confie la réparation

à un partenaire vitrage. Comme la franchise correspond généralement

au montant des réparations, tout ce qui peut être réparé échappe

obligatoirement aux garagistes. Le garagiste conserve ce qui doit être

remplacé, car un remplacement de pare-brise permet de prendre en

charge la franchise pour le client. Il faut alors se demander comment

les garagistes peuvent augmenter leur taux de réparation dans ces

conditions s’il ne leur reste que le remplacement de pare-brise. Il est

de notoriété publique que l’argent constitue l’un des moyens les plus

simples de réguler ces relations. Si les assureurs le voulaient vraiment,

ils introduiraient des conditions identiques pour tous les partenaires :

une réparation sans franchise et un remplacement assorti d’une franchise

sensible.

Que peuvent faire les garagistes et l’UPSA ici ?

À l’UPSA, nous sommes convaincus que les garagistes pourraient

augmenter massivement leur taux de réparation si les garages et les

partenaires vitrages étaient soumis aux mêmes conditions. Nous évoquons

sans cesse ce point avec leurs assureurs lors de nos entretiens

annuels et nous continuerons d’insister. L’UPSA rappelle aux garagistes

que si le taux de réparation n’augmente pas significativement,

nous perdrons totalement cette activité. Il existe actuellement des

appareils de réparation de vitrages très modernes qui n’exigent véritablement

pas de grandes aptitudes artistiques de la part du réparateur.

Vous avez parlé des carrossiers. Où se retrouvent-ils dans cette

chaîne alimentaire ?

Nos confrères carrossiers sont dans la même situation que les garagistes.

Des sinistres leur échappent aussi.

Vous êtes vice-président de la CSTE. Que conseillez-vous

aux garagistes ?

Les garagistes et les carrossiers s’attendent à une attitude collaborative

de la part des assureurs. Les assureurs s’y attendent également de notre

part. Quiconque est habitué à une approche coopérative assure nombre

de ses clients auprès de la compagnie d’assurance avec laquelle il est en

mesure de coopérer le mieux. Il s’agit de « Tuttobene » d’Allianz Suisse

pour de nombreux garagistes. Cela vaut aussi pour les carrossiers. Un

grand nombre d’entre eux sont membres de Carrosserie Suisse et de

26

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D'ENTREPRISE

l’UPSA. En tant que membres de l’UPSA, ils

peuvent également proposer le produit « Tuttobene

».

Qu’offre « Tuttobene » aux garagistes que

d’autres assureurs ne leur proposent pas ?

« Tuttobene » est l’assurance des garagistes

de l’UPSA. Il s’agit donc de la meilleure

mesure contre la gestion des sinistres par

d’autres assureurs. Le garagiste peut soumettre

lui-même à ses clients des offres

d’assurances auto à l’aide d’un outil en ligne

simple et procéder directement à la souscription

de la police. Si le garagiste ne souhaite

pas s’occuper des offres et des souscriptions

« Tuttobene », il peut demander à une agence

générale Allianz de s’en charger. En cas de sinistre,

le véhicule est acheminé chez le garagiste

UPSA qui a souscrit la police, une opération

pour laquelle il a perçu une commission.

Les compétences de réparation sont maintenues

chez le garagiste souscripteur ou au

sein du réseau de partenaires « Tuttobene »

si celui-ci n’est pas en mesure de s’en acquitter

pour quelque raison que ce soit. Nous devons

savoir clairement quand l’automobiliste

peut changer de police : lors d’un sinistre et

lorsqu’il change de véhicule. Dans ces deux

cas, le client est présent dans les locaux du

garagiste. Nous devons tirer parti de cette

opportunité pour l’informer de « Tuttobene »

et pour le convaincre de ses avantages.

L’assurance est-elle attrayante pour les

clients finaux ?

Pour les clients, « Tuttobene » représente l’assurance

de son garagiste UPSA de confiance.

En d’autres termes, il sait que « son » garagiste

s’occupera de tous les travaux de remise

en état et que rien ne lui échappera. Dans le

cas d’une assurance casco complète, le client

bénéficie d’une réduction de franchise de 500

francs. La franchise disparaît intégralement en

casco partielle. Cette offre est également très

attrayante pour les automobilistes. <

Plus d’informations sur :

agvs-upsa.ch/fr/tuttobene

« Les garagistes et les carrossiers s’attendent à

une attitude collaborative de la part des assureurs »,

prévient Kurt Giger.

WEKA Formations pratiques

Formation continue pratique

destinée aux cadres et dirigeants

Notre programme complet vous propose

plus de 60 thèmes de formations

dans les domaines suivants:

• Ressources humaines

• Gestion des salaires

• Droit du travail

• Assurances sociales

• Finances, TVA et fiscalité

• Management, gestion et leadership

• Communication

• Assistance

Informations et inscription:

www.workshoppratique.ch

NOUVEAU!

WORKSHOPPRATIQUE DIGITAL

Formations digitales en direct sur des

sujets d’actualité! Le programme actuel:

workshoppratique.ch/workshoppratique-digital

AUTOINSIDE | Mai 202027


SPONSORED CONTENT

Groupe Mutuel

PME : Comment éviter

le scénario catastrophe

La mort soudaine d’un CEO est déjà assez tragique. Pour une PME, une telle perte est souvent difficile à combler

et peut signifier la fin de l’entreprise. Pourtant, il ne doit pas en être ainsi car une entreprise a la possibilité de

s’assurer contre un tel scénario catastrophe.

La mort soudaine du chef d’entreprise d’une

PME n’est pas seulement tragique et douloureuse

pour les proches mais aussi pour

l’entreprise toute entière et les emplois qui,

souvent, dépendent d’une seule et même

personne. Il se trouve qu’en particulier les

petites et moyennes entreprises ne sont

souvent pas préparées à un événement aussi

extrême. Si les processus de travail et les décisions

n’ont pas été répertoriés, il manquera

le savoir-faire nécessaire à la poursuite des

activités. En plus de la charge émotionnelle

pour les employés, l’absence soudaine du

chef d’entreprise pour cause de décès ou de

maladie peut être une véritable catastrophe

pour l’entreprise tout entière.

En cas d’absence du chef d’entreprise,

comment aller de l’avant ?

Si une entreprise ne dispose pas de la réglementation

appropriée en cas d’urgence,

elles n’aura pas accès aux éléments les plus

simples tels que les données d’accès, les mots

de passe ou les procurations appropriées. Si,

en plus, il manque des ressources financières

dans la phase de transition pour trouver une

nouvelle direction générale, alors la faillite

est proche. En même temps, le fonctionnement

quotidien de l’entreprise doit être

assuré. Sera-t-elle en mesure de continuer à

payer les salaires normalement ? Les fonds

nécessaires sont-ils disponibles pour régler

les factures en cours et celles à venir ?

L’entreprise a-t-elle elle-même des dettes ?

Ce sont là des questions auxquelles les employés

ne peuvent pas toujours répondre et

qui peuvent susciter craintes et inquiétudes.

L’assurance « Keyman », une assurance-vie

pour l’entreprise

Il est possible de s’assurer contre l’absence

ou, dans le pire des cas, contre le décès de

la personne clé d’une entreprise. Ceci grâce

à l’assurance Keyman qui est proposée par

de nombreux assureurs en Suisse. Une personne

clé est, par exemple, un directeur général,

un cadre ou un spécialiste, qui occupe

un poste clé dans une entreprise. L’assurance

Keyman est une assurance-vie adaptée aux

besoins d’une entreprise, qui est souscrite

par une société pour la vie d’une ou plusieurs

personnes.

Prime dès 700 francs par année

Une PME peut s’assurer à un coût relativement

faible contre les risques liés à la

perte d’une personne clé. Il est généralement

conseillé d’assurer les frais à hauteur

de deux salaires annuels, soit de 100 000 à

250 000 francs. La prime annuelle sera alors

aux alentours de 700 francs pour 100 000

francs. Comment calculer le capital à assurer

? La PME est le preneur d’assurance et

sera le bénéficiaire du capital assuré en cas

d’absence de la personne clé assurée pour

cause de maladie ou de décès. De cette manière,

les éventuels manques de liquidités

pourront être comblés. Grâce à l’assurance

Keyman, la société aura la possibilité d’engager

temporairement un directeur jusqu’à

ce qu’un successeur soit trouvé. Les factures

courantes et les salaires pourront continuer

à être payés. Ainsi, les activités quotidiennes

pourront se poursuivre et la pérennité de

l’entreprise sera assurée. <

Groupe Mutuel Entreprise

Les PME et les entrepreneurs trouvent

auprès du Groupe Mutuel un seul interlocuteur

pour toutes les assurances de

personnes : perte de gain en cas de maladie,

assurance-accident selon la LAA ou

complémentaire à la LAA et assurance

prévoyance professionnelle. Grâce à des

décennies d’expérience et d’expertise

dans le domaine des entreprises, nous

offrons des solutions sur mesure à plus

de 240 00 entreprises clientes.

Plus d’informations sur:

groupemutuel.ch

28

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D`ENTREPRISE

Solutions d’assurance

Comment les garages peuvent

se protéger contre les risques

Le cauchemar de tout garage : des voitures endommagées par la grêle, des cambrioleurs emportant des objets de

valeur, l’aile du véhicule d’un client enfoncée lors d’une manœuvre... Comment les garagistes peuvent-ils se protéger

contre les dommages survenant dans le cadre de l’activité quotidienne ? AUTOINSIDE a interrogé plusieurs grandes

compagnies d’assurance. Carla Stampfli

Au quotidien, les garages sont exposés à

différents risques. Quelles solutions d’assurance

proposez-vous aux garages et quelles

prestations ces produits couvrent-ils ?

Giuseppe Pizzol, conseiller d’entreprise senior,

et Stefan Wenger, responsable technique

du domaine responsabilité civile entreprise

et professionnelle pour le secteur

des véhicules à moteur chez Allianz Suisse :

Les risques dans le secteur des garages sont

multiples et peuvent, le cas échéant, menacer

l’existence d’un garagiste. C’est pourquoi il est

particulièrement important de proposer une

solution d’assurance complète et taillée sur

mesure pour chaque entreprise. En tant que

partenaire de l’UPSA, Allianz Suisse propose

différentes formules pour le secteur des véhicules

à moteur comme l’assurance de choses,

qui couvre les marchandises, les infrastructures,

les machines, les outils ainsi que les bâtiments

et les véhicules à moteur. L’éventail

des risques assurés inclut en principe l’incendie,

le vol, les dégâts des eaux et le bris de

glace. On accordera une attention toute particulière

aux dommages causés par la grêle, en

précisant que les véhicules à moteur de tiers

et ceux exposés en plein air doivent être spécifiquement

assurés contre les événements naturels.

La propriété de tiers confiée au garage,

telle que les roues des clients dans l’hôtel pour

pneus, doit aussi être assurée. L’une des assurances

les plus importantes est celle de l’interruption

d’exploitation : elle couvre la perte

de chiffre d’affaires en cas d’incendie dans

l’atelier. En revanche, lorsque le véhicule d’un

client subit un accident lors d’une course d’essai,

le garage est responsable des dégâts occasionnés

à la place du propriétaire. Entre alors

en vigueur la fameuse couverture relative à

Les garagistes sont exposés à divers risques dans leur vie professionnelle quotidienne. Une couverture d’assurance

optimale est essentielle.

l’art. 71 LCR. Si une personne est blessée, si

un autre véhicule est endommagé, si du carburant

menace de polluer la pisciculture à proximité,

l’assurance responsabilité civile couvre

les frais médicaux, de réparation, de prévention

de sinistres et d’autres coûts. S’ajoutent à

cette liste l’assurance responsabilité civile entreprise,

l’assurance technique, la cyberassurance,

etc.

En quoi vos solutions d’assurance se

différencient-elles spécialement ?

La protection d’assurance optimale varie d’une

entreprise à l’autre. D’autres risques peuvent

être considérés et couverts par l’assurance

tremblements de terre, l’assurance transport

ou l’assurance protection juridique. Les assurances

en partie obligatoires relatives aux collaborateurs

sont tout aussi importantes. Les

dangers sont multiples et il est recommandé

d’évaluer régulièrement les risques individuels

et leurs répercussions, de concert avec le

conseiller d’assurance personnel, afin de s’assurer

que les prestations et les sommes et limites

d’assurance sont bien à jour. Seules ces

mesures et la création d’un forfait d’assurance

sur mesure permettent d’éviter une sous-assurance

et les lacunes de prestations, car on n’est

jamais à l’abri.

Quelles solutions d’assurance proposez-vous

spécialement aux garagistes ?

Lauro Loisi, expert en assurance chez AXA :

Comme pour de nombreux autres secteurs,

AXA propose un concept d’assurance spécial

au secteur des véhicules à moteur. Ce concept

est élaboré selon le principe modulaire et permet

au garagiste de sélectionner individuellement

chez AXA tous les éléments de couverture

dont il a besoin pour son exploitation.

Ainsi, il peut à tout moment ajouter ou supprimer

des modules en cas de besoin. Cet ajustement

flexible aux variations des besoins

comble les lacunes et permet d’éviter les doublons

d’assurance.

Suite à la page 30

AUTOINSIDE | Mai 202029


GESTION D`ENTREPRISE FOKUS

Quelles prestations sont couvertes ?

En principe, AXA recommande à chaque entreprise

de conclure au moins une assurance

responsabilité civile (entreprise/professionnelle),

une assurance de choses et une assurance

technique. Aux garages en particulier,

AXA conseille également une assurance flotte

de véhicules, qui couvre tous les véhicules immatriculés

au nom du garage dans une seule

et même police. Aujourd’hui, les risques liés à

la cybercriminalité sont plus que jamais d’actualité.

Pour cela, AXA propose l’assurance Cyber.

Avec l’assurance protection juridique pour

les entreprises, nous proposons un produit qui

couvre les thèmes centraux du point de vue

des petites entreprises. Pour les garagistes,

cela concerne notamment les contrats conclus

avec les fournisseurs, les vendeurs, les clients

ainsi que la protection juridique automobile.

Également d’actualité : notre assurance-crédit,

qui couvre les factures en suspens. Enfin,

outre les assurances obligatoires, AXA propose

de protéger les collaborateurs malades

grâce à l’assurance indemnités journalières

en cas de maladie. Il convient aussi d’examiner

l’assurance-accidents pour les entreprises

et les solutions de prévoyance. Avec les produits

susmentionnés, les garagistes sont couverts

contre les risques pertinents pour l’exploitation,

mais aussi contre les dégâts causés

par la grêle.

En quoi vos solutions d’assurance se

différencient-elles spécialement ?

Par le principe modulaire mentionné plus

haut, assorti d’un conseil personnalisé fourni

par nos collaborateurs chevronnés. Bien

entendu, nous tenons aussi compte de la situation

extraordinaire actuelle et proposons

à nos clientes et clients un conseil par vidéo.

Comprise dans l’assurance véhicules automobiles,

il convient de mentionner la couverture

des dommages propres et de la négligence

grave. De plus, en complément à notre

assurance flotte automobile, nous proposons à

nos clients l’offre « Smart Fleet », qui inclut des

conseils en matière de prévention.

Quelles solutions d’assurance proposez-vous

spécialement aux garagistes et

quelles prestations incluent-elles ?

Verena Beeck, responsable des clients entreprises

non-vie chez Bâloise : Bâloise Assurances

propose aux entreprises du secteur

des véhicules à moteur des solutions sur mesures

qui répondent aux besoins de la branche.

Les garages peuvent ainsi assurer leurs risques

multiples de façon précise et efficace. En effet,

les garages sont très exposés à une multitude

de risques. Parmi les sinistres les plus fréquents,

on dénombre les infractions, les vols

de véhicules et les dommages causés par la

grêle. Les risques auxquels sont exposés les

garages s’étendent toutefois bien au-delà : les

dégâts causés par les substances polluantes

sont autant une menace que les dommages sur

les appareils électroniques dans le bureau et

l’atelier, tout comme les dommages sur les véhicules

de clients, par exemple lors d’un dégagement

ou d’un remorquage. La Bâloise assurance

d’entreprises PME couvre, dans une

seule police, tous les risques essentiels que

rencontrent les garages, de la responsabilité civile

à l’assurance de choses « all risks ». La protection

d’assurance peut être facilement complétée

selon les besoins, par exemple avec la

protection contre le vol simple ou contre les

épidémies. Les dégâts causés aux véhicules

des clients, à l’instar des dommages causés

dans des locaux pris en location, peuvent être

couverts par l’assurance responsabilité civile

professionnelle. Bien entendu, la Bâloise propose

aussi des assurances de personnes en cas

de maladie ou d’accident et des solutions pour

la caisse de pension.

En quoi vos solutions d’assurance se

différencient-elles spécialement ?

Selon le principe appliqué dans la responsabilité

civile, nous assurons tout ce qui ne figure

pas sur la liste d’exclusion, y compris dans l’assurance

de choses (assurance all risks). En général,

cette protection est plus facile à comprendre

pour les clients et plus complète que

les solutions classiques qui couvrent chaque

risque individuel. Contrairement à nos concurrents,

nous allouons à nos assurés des prestations

de responsabilité civile même lorsque

les choses ne sont pas dégradées dans leur

substance, mais uniquement dans leur fonction.

Un exemple : lorsqu’un siège en cuir est

fortement sali durant une réparation, seul le

nettoyage ou l’échange du siège est en principe

pris en charge. Nous allons plus loin et

prenons en charge les coûts pour le remplacement

de tous les sièges, si nécessaire, afin

qu’ils aient tous une couleur uniforme.

Quelles solutions d’assurance proposez-vous

spécialement aux garagistes et

quelles prestations incluent-elles ?

Mario Kümin, chef d’équipe spécialistes

clients entreprises chez Helvetia Assurances :

Helvetia dispose de différentes solutions d’assurance

pouvant s’avérer utiles pour les garagistes.

Nous proposons, d’une part, l’assurance

biens mobiliers, qui couvre l’inventaire,

les équipements et les véhicules. Outre l’inventaire

et les équipements ainsi que la

perte de recettes, Helvetia assure les besoins

suivants des clients : les véhicules exposés

dans des salles ou en plein air, les véhicules

et remorques immatriculés au nom de l’entreprise,

les véhicules confiés par les clients

dans la mesure où ils ne sont pas ou pas assez

assurés par le propriétaire, et la propriété

de tiers, comme les roues d’hiver ou d’été entreposées.

D’autre part, nous proposons l’assurance

responsabilité civile entreprise dans

laquelle Helvetia couvre en plus les risques suivants

: la responsabilité civile en cas d’utilisation

de véhicules de clients (cf. Art. 71 LCR),

en cas de dommages causés sur les véhicules

confiés et travaillés, la responsabilité civile

lors du stationnement de véhicules et la location

d’emplacements ainsi que l’exploitation de

stations-service. Nous proposons également

l’assurance technique, qui offre notamment

une protection de base contre la cybercriminalité,

une assurance transport ainsi qu’une assurance

protection juridique et une assistance.

En quoi vos solutions d’assurance se

différencient-elles spécialement ?

L’assurance de commerce PME de Helvetia

offre une protection d’assurance complète

tout en un, y compris pour les garagistes. Tous

les modules peuvent être combinés selon les

besoins des clients entreprises et, grâce au

conseil individuel, assurent une couverture

sans lacune de l’entreprise. Ainsi, les clientes

et clients profitent d’un rabais de combinaison

de 5 %. Grâce au check-up PME sur www.helvetia.ch,

les entrepreneuses et entrepreneurs

intéressés peuvent évaluer leur degré de préparation

à une situation de risque imminente.

Quelles solutions d’assurance proposez-vous

spécialement aux garagistes ?

Jürg Thalmann, porte-parole de la Mobilière

Suisse Société d’assurances SA : Durant

le travail quotidien, des dégâts pourraient

survenir sur des véhicules de clients.

C’est pourquoi nous proposons aux garagistes

une couverture spéciale sous la forme de notre

30

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION FOKUS D`ENTREPRISE

assurance responsabilité civile. L’assurance

choses intervient en cas de dommage matériel

aux véhicules propres, ceux destinés à la

vente et aux véhicules tiers, y compris les accessoires.

L’assurance technique couvre toutes

les machines et les appareils techniques. Elle

assure les risques, tels que la destruction et

les dommages soudains et imprévisibles. C’est

le cas, par exemple, lorsqu’un appareil de diagnostic

onéreux tombe par terre et casse.

Quelles prestations sont couvertes ?

L’assurance responsabilité civile couvre les

dommages matériels, économiques et de personnes

envers des tiers. Cela inclut les risques

associés usuels à l’entreprise et à la branche,

tels que les prétentions pour des dommages

dans les stations-service ou les shops. L’assurance

prévoit, entre autres, la responsabilité civile

en cas de dommages sur des véhicules à

moteur au sens de l’art. 71 LCR ou en cas de

dommages sur des véhicules confiés ou travaillés.

En principe, elle entre en compte lorsqu’un

collaborateur se rend à l’office de la circulation

routière avec le véhicule du client muni d’une

immatriculation de l’entreprise et subit un accident.

L’assurance de choses couvre les coûts de

restauration, de réparation et de remplacement

en cas d’incendie, d’événements naturels spéciaux,

notamment lorsque les véhicules sont

garés en plein air et que la grêle s’abat sur eux,

en cas de dégâts des eaux ou de dommages des

conduites. Enfin, les coûts en cas de vol et de

vol simple, par exemple lorsqu’une clé est volée

au comptoir, de bris de glace, de dommages

causés par les martres et les collisions avec les

animaux sont également couverts.

En quoi vos solutions d’assurance se

différencient-elles spécialement ?

En principe, les risques doivent être évalués

individuellement pour chaque entreprise. La

Mobilière y procède de manière très consciencieuse

et souhaite offrir à ses clients une qualité

de conseil maximale, en personne et sur

place. En plus d’une solution d’assurance complète,

nous offrons aux garagistes des prestations

complémentaires par le biais de notre filiale

Protekta Conseils-Risques SA : l’analyse

du risque d’incendie et l’établissement d’un catalogue

de mesures visant à réduire ou minimiser

les dangers.

Quelles solutions d’assurance proposez-vous

spécialement aux garagistes et

quelles prestations incluent-elles ?

Nathalie Bender, chargée de communication

chez Vaudoise Assurances : Vaudoise

Assurances offre principalement aux garages

des solutions d’assurance responsabilité civile

et d’assurance inventaire. L’assurance responsabilité

civile protège contre les prétentions de

tiers, notamment en cas dégâts causés à l’aile

du véhicule d’un client lors d’une manœuvre.

Autre aspect important pour les garagistes :

l’assurance obligatoire de la responsabilité civile

au sens de l’art. 71 de la loi sur la circulation

routière : Sont assurés dans le cadre légal

donné les dommages causés à des tiers lors

d’accidents de la route subis avec des véhicules

confiés par des clients et munis des plaques

minéralogiques des clients, que ce soit sur la

voie publique ou dans l’enceinte du garage accessible

au public. L’assurance inventaire, en

revanche, couvre les événements naturels, en

particulier la grêle, le vol, les dommages sur

les machines, en référence à l’assurance casco.

La Vaudoise propose également l’assurance de

perte d’exploitation, qui entre en compte après

un incendie ou des événements naturels, par

exemple. Elle constitue en quelque sorte l’assurance-vie,

ou plutôt de survie, de chaque

entreprise et couvre les coûts fixes récurrents

comme les salaires.

En quoi vos solutions d’assurance se

différencient-elles spécialement ?

Chez la Vaudoise, l’assurance responsabilité civile

inclut toujours une protection contre les

dommages sur d’autres choses confiées et pas

seulement les véhicules, comme les dégâts

causés aux appareils réparés ou aux machines

confiées. L’assurance inventaire et l’assurance

perte d’exploitation sont taillées sur mesure selon

les besoins des clients. Avec ces deux solutions,

nos clients fidèles deviennent membres

de la coopérative et participent au bénéfice de

la Vaudoise. De plus, les garages profitent tous

les deux ans d’un remboursement des primes

allant jusqu’à 20 %, selon le succès commercial

de la Vaudoise l’année précédente. <

Véhicules de reprise ?

Véhicules de stock ?

Vendez les rapidement et au meilleur prix

du marché.

Nous vous assistons pour une gestion des

occasions proactive.

www.carauktion.ch

+41 55 533 40 00

AUTOINSIDE | Mai 202031


GESTION D’ENTREPRISE

Trois questions à des spécialistes en assurances de garantie

La fidélisation de la clientèle

Real Garant Suisse et Quality1 comptent parmi les principaux prestataires d’assurances de garantie du marché

suisse. AUTOINSIDE leur a demandé comment les garagistes peuvent mettre à profit une collaboration.

André Bissegger

Martin Maurer, Sales Director, Real Garant Schweiz.

Quels nouveaux produits lancez-vous sur le marché en 2020 ?

La branche automobile connaît actuellement des avancées techniques

galopantes, qui posent de nouvelles exigences en matière de

garantie. Aussi devons-nous adapter nos produits en permanence et

réagir avec flexibilité. Il est important d’être à l’écoute des besoins

du marché et de concevoir nos produits en conséquence, afin d’avoir

dans notre gamme des solutions qui aident les clients. D’une manière

générale, nous adaptons nos produits aux nouvelles offres de

mobilité du marché et aux besoins qui en découlent. Nous voulons

notamment tenir compte de la demande croissante en véhicules

électriques. Bien entendu, notre partenaire ne doit pas être le seul

à être satisfait des nouveaux produits et services de Real Garant.

Il est important que le client final soit convaincu des solutions offertes.

Cela implique pour nous d’innover continuellement et d’optimiser

le développement des produits jusqu’à atteindre l’absence

totale de souci dans le traitement des sinistres.

Monsieur Maurer, comment les garagistes peuvent-ils mettre à

profit une collaboration avec votre société ?

Martin Maurer : Pour Real Garant Suisse, le partenariat n’est pas

qu’un simple mot, mais une réalité issue du dialogue et d’une relation

constructive. Nous recherchons la meilleure solution avec notre

partenaire en suivant l’orientation qu’il a lui-même définie. De nombreux

constructeurs et importateurs ont développé des concepts

de commercialisation pour leurs réseaux de concessionnaires. Ces

concepts comprennent en général des programmes de garantie pour

lesquels Real Garant Suisse est le partenaire idéal. Notre atout majeur

réside dans les garanties complémentaires pour les nouveaux

véhicules (à l’expiration de la garantie constructeur) et les garanties

sur l’occasion. L’offre va du module simple à la garantie complète.

Nous offrons également des solutions optimales pour les entreprises

multi-marques et les concessionnaires indépendants. Nous

souhaitons dans une large mesure décharger nos partenaires des

tâches administratives afin qu’ils puissent se concentrer sur la vente

de véhicules et sur le service à la clientèle. Exemple : l’enregistrement

simple, rapide et fiable de la garantie. Le traitement des sinistres

sous garantie s’effectue aussi de manière rapide, directe et

sans paperasse. Avec le programme de garantie, nous offrons à nos

partenaires un outil éprouvé de fidélisation de la clientèle : au cours

des deux ou trois premières années après la première immatriculation,

la garantie constructeur assure la loyauté du client. Pour les

années suivantes, Real Garant Suisse offre de nouvelles solutions

de garantie comme éléments de la relation client, afin de maintenir

des contacts prometteurs avec la clientèle. Nous accompagnons également

nos partenaires par des mesures de promotion des ventes.

Quelles évolutions constatez-vous en matière de sinistres automobiles

? Ont-ils tendance à augmenter ou à diminuer ? Quel genre

de sinistres est le plus fréquent ?

Les véhicules modernes sont désormais équipés d’une multitude

de composants électroniques, comme les dispositifs de commande,

les caméras et autres capteurs ultrasophistiqués. À cela s’ajoutent,

en raison des valeurs limites d’émissions toujours plus strictes, des

systèmes de traitement des gaz d’échappement extrêmement complexes.

Des équipements plus nombreux et une technologie plus

complexe entraînent bien entendu des sources d’erreurs potentielles,

et donc des coûts plus élevés en cas de panne. Non seulement

le coût des pièces de rechange a augmenté, mais également le

coût du travail et du diagnostic. Des fonctions ou des modules auparavant

distincts sont désormais imbriqués en unités complètes

et compactes. Aujourd’hui, on est donc souvent obligé de changer

entièrement une unité constituée de plusieurs pièces. En raison de

l’interconnectivité complexe, le risque de dysfonctionnements est

plus élevé, tout comme celui d’erreurs sporadiques dont les causes

sont longues à diagnostiquer. Pour que toutes ces fonctions délicates

puissent s’imbriquer sans faille, des logiciels toujours plus

élaborés et coûteux sont nécessaires. Il arrive ainsi que des erreurs

de logiciel occasionnent de nombreux dysfonctionnements, qu’une

simple mise à jour permet toutefois bien souvent de résoudre. Les

pannes classiques de moteur ou de boîte de vitesse restent très fréquentes.

Avec les différentes mesures visant à réduire la consommation

et les émissions par exemple, les constructeurs développent

et intègrent constamment des innovations destinées à réduire les

pertes dues au frottement. D’après notre expérience, cela peut parfois

conduire à des compromis qui ont un impact sur la fiabilité et

la durée de vie des pièces. Les dommages habituels comme les pistons

cassés, la surconsommation d’huile ou les dégâts au niveau des

supports de boîtes de vitesse n’ont pas diminué.

Plus d’informations sur :

realgarant.com

32

Mai 2020 | AUTOINSIDE


Marc Kessler, CEO Quality1 AG.

Monsieur Kessler, comment les garagistes peuvent-ils profiter

d’une collaboration avec Quality1 ?

Marc Kessler : Les avantages d’une coopération avec Quality1 sont multiples.

Nous sommes le leader du marché suisse pour les garanties automobiles

et une filiale d’Allianz. Nous possédons ainsi un solide savoir-faire national

et international. En tant que PME, nous sommes capables de mettre

en œuvre les attentes individuelles rapidement tout en recherchant des

solutions. Nous nous définissons comme un fournisseur de solutions et

un partenaire des garagistes suisses. Ils apprécient les conseils et l’accompagnement

proposés en trois langues par notre équipe compétente. L’important,

c’est de ne pas perdre de vue les acheteurs, outre les garagistes.

Car la garantie est un élément essentiel de la sécurité et de la confiance, ce

qui renforce à long terme la relation entre le client final et son garagiste.

Quels nouveaux produits lancez-vous sur le marché en 2020 ?

Avec notre service externe, nous effectuons chaque année quelque 10 000

visites chez les concessionnaires. Grâce à cette proximité avec nos clients,

nous percevons rapidement les besoins du marché et les intégrons à l’élaboration

de nos produits. Nous sommes actuellement sur la dernière ligne

droite pour optimiser nos processus et nos différents produits. Cela procurera

de nombreux avantages aux garagistes comme aux clients. Nous

avons par exemple repensé notre pack de services, dont l’utilisation est

désormais encore plus facile. Ce développement a eu lieu en collaboration

avec un partenaire de longue date qui nous a apporté le point de vue des

garagistes. Nous sommes maintenant en mesure de proposer des solutions

forfaitaires simples, sans limitation de tarif horaire. Nous améliorons ainsi

la satisfaction des clients et la rentabilité des garagistes.

Quelles évolutions constatez-vous en matière de sinistres

automobiles ? Ont-ils tendance à augmenter ou à diminuer ? Quel

genre de sinistres est le plus fréquent ?

Depuis plusieurs années, la fréquence des sinistres est stable. À l’heure

actuelle, il est difficile de cerner une tendance de changement à moyen

terme lié aux nouvelles motorisations. Ces prochaines années, les moteurs

alternatifs vont certainement modifier le genre de sinistres. Cela se

fera cependant avec un décalage : les véhicules actuellement en circulation

ne représenteront un risque pour l’assureur qu’à l’expiration de la garantie

constructeur. Notre expérience montre que pour les nouvelles technologies,

la fréquence des sinistres est même légèrement plus élevée que pour

les moteurs à combustion conventionnels. Pour ces derniers, la plupart des

réparations concernent le moteur et la boîte de vitesse, bien que de plus

en plus de sinistres soient dus à l’électronique. <

Plus d’informations sur :

quality1.ch

AUTOINSIDE | Mai 2020


GESTION D’ENTREPRISE

Assurances auto

Moins de dommages en raison

de la crise du coronavirus ?

Selon HUK-Coburg, le numéro un de l’assurance auto en Allemagne, la pandémie de Covid-19 a un impact

significatif sur le nombre de dommages. Des compagnies d’assurance suisses évaluent la situation et indiquent

si les garages partenaires et les clients joueront éventuellement un rôle dans la réussite de l’exercice financier.

Carla Stampfli

Le confinement entraîne une baisse du trafic sur les routes de Suisse et donc une diminution des accidents. Mais il

est encore trop tôt pour savoir si 2020 est une bonne année pour les assureurs auto.

Les routes de Suisse offrent un spectacle inhabituel

pendant la crise du coronavirus : les

ralentissements et les embouteillages font désormais

place à un trafic fluide. En plus d’une

circulation routière réduite, les restrictions

dans la vie publique entraînent également une

diminution du nombre d’accidents. Klaus-Jürgen

Heitmann, porte-parole d’HUK-Coburg, le

numéro un de l’assurance auto en Allemagne,

mise sur un « net recul » de la fréquence des

dommages en raison du confinement et de la

liberté de mouvement limitée pendant la crise

du coronavirus.

Les compagnies d’assurance suisses partagent-elles

cet avis ? Nathalie Bender de la

Vaudoise le confirme. « Nous constatons effectivement

ces derniers jours une baisse des

déclarations de sinistres. » Les mesures adoptées

en Suisse sont toutefois moins drastiques

que celles de l’Allemagne et devraient entraîner

une diminution moins importante du trafic. La

Bâloise constate également que les déclarations

de sinistres sont en baisse dans quelques secteurs,

notamment dans celui des véhicules à

moteur. « Ce recul ne s’explique pas forcément

par un nombre moins élevé de dommages, précise

toutefois son porte-parole Roberto Brunazzi.

Il est possible que ces derniers n’aient simplement

pas encore été constatés ou déclarés. »

Même son de cloche chez Helvetia : dans le secteur

de l’assurance, les fluctuations des sinistres

sont fréquentes, par exemple en raison d’effets

saisonniers ou d’événements météorologiques.

Au cours du premier trimestre 2020, la compagnie

d’assurance a même enregistré des charges

de sinistres plus élevées que l’année précédente

dans le secteur des véhicules à moteur. « De

manière générale, une perspective à plus long

terme nous semble ici pertinente, car des retards

dans les réparations sont probables », déclare

Jonas Grossklaus, porte-parole d’Helvetia.

De même, si les restrictions du trafic aérien se

poursuivent cet été, les gens partiront davantage

en vacances en voiture, ce qui pourrait entraîner

une hausse du nombre d’accidents.

À la question de savoir si l’année 2020 sera

(grâce ou à cause du coronavirus) un bon exercice

financier pour les assureurs auto et si leurs

garages partenaires et les clients contribueront

à ce succès, Allianz Suisse indique que

la pandémie de Covid-19 a des répercussions

très variées sur les différents secteurs de l’assurance.

Comme le déclare son porte-parole

Bernd de Wall, la fréquence des accidents de

la circulation enregistre actuellement un recul

en raison de la baisse du trafic. « Mais il nous

est difficile d’évaluer quelle sera l’évolution

du trafic après le coronavirus, car les livraisons

différées viendront s’ajouter aux affaires

courantes et les visites et les excursions qui

ont dû être reportées seront plus nombreuses

qu’auparavant. » D’un autre côté, le nombre

de maladies, en particulier professionnelles,

a fortement augmenté. « Il est trop tôt pour

évaluer quels seront les effets durables de la

pandémie de Covid-19. » Les autres compagnies

d’assurance partagent cette conclusion.

Helvetia, par exemple, analyse la situation en

continu et se prononcera « ultérieurement ».

Comme les autres, Vaudoise ne tire pas encore

de conclusions quant à l’impact financier

sur la charge des sinistres, mais note que la

compagnie d’assurance permet à ses clients,

conformément aux valeurs coopératives, de

participer aux bénéfices du secteur non-vie

depuis 2011, par le biais de remboursements

de primes. « Ce montant s’élève à 34 millions

de francs pour l’année 2019. » <

34

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D’ENTREPRISE

Bopp Solutions

Remise des clés sans contact :

plus que jamais d’actualité

En pleine crise du coronavirus, garder ses distances est le devoir civique suprême. Cette règle s’applique

aussi et surtout au contact avec les clients. Conséquence : une demande de systèmes de remise des clés

totalement inédite. Sandro Compagno

La gamme de systèmes de clés Bopp s’étend de

simples boîtiers aux alentours de 100 francs à

l’appareil de haute technologie à 15 000 francs.

La « Keybox Strong », le dernier produit de

Bopp, se situe à peu près au milieu. Le boîtier

en inox de 3 mm d’épaisseur garantit une sécurité

optimale. Les 16 compartiments sont également

adaptés aux grandes clés modernes et

aux cartes-clés. Le montage peut être effectué

sur la façade à l’abri des intempéries ou dans la

zone d’entrée. La « Keybox Strong » fonctionne

avec un écran tactile moderne.

Il n’y a pas de problèmes de livraison, déclare

Jean-Claude Bopp : « Nous sommes opérationnels

et les entrepôts sont pleins. » Cette situation

s’explique notamment par la pénurie d’un

fournisseur à l’automne dernier. Pour prévenir

tout problème, Bopp Solutions a rempli ses entrepôts

cet hiver, exactement au bon moment.

Pendant la pandémie de coronavirus, le boîtier

à clés s’avère incontournable si l’on souhaite

servir ses clients sans contact direct. Au

cours des dernières semaines, de nombreux

garagistes ont informé leurs clients de cette

possibilité sur leur site Internet.

Pendant la crise du coronavirus, Jean-Claude Bopp conseille volontiers ses clients par téléphone.

Non, Jean-Claude Bopp ne laissera pas dire

qu’il profite de la crise du coronavirus. Joint

par téléphone par AUTOINSIDE, le propriétaire

de Bopp Solutions déclare que l’activité de

son entreprise de Dietlikon (ZH) est devenue

très calme. Tout ce qui est lié à la vente de

véhicules est pour ainsi dire au point mort.

La demande se maintient en ce moment dans

seulement deux catégories de produits : les

housses en plastique pour le volant et le levier

de vitesse, qui visent à protéger les clients et

le personnel de l’atelier d’une éventuelle infection

par le virus, et les systèmes qui permettent

une remise des clés sans contact.

Mais le sans contact n’est pas seulement en

vogue auprès des garages, déclare Jean-Claude

Bopp en souriant. Au cours des dernières semaines,

il a en effet gagné quelques nouveaux

clients : « En avril, j’ai vendu un boîtier à une

boutique de cannabis. Le propriétaire a dû

fermer, mais a pu continuer de livrer des marchandises

grâce au boîtier ... » <

Plus d’informations sur :

bopp-solutions.ch

AUTOINSIDE | Mai 202035


GESTION D’ENTREPRISE

Social selling

« Une marque forte se vend

mieux qu’un produit anonyme »

Une vraie proximité avec la clientèle et une vraie valeur ajoutée : le social selling n’est pas une nouvelle méthode

de vente, mais elle est encore bien trop peu utilisée par les garagistes. Thierry Bürki, de Belwag AG Berne, s’est

penché dessus dans le cadre d’une formation continue et il nous explique son grand potentiel. André Bissegger

De meilleures ventes grâce au social selling.

Les bonnes vieilles réunions Tupperware ont

laissé place à ce que l’on appelle le social selling,

qui se déroule sur les réseaux sociaux.

Dans le cadre d’une formation continue au

département d’économie de la Haute école

de Lucerne, Thierry Bürki a creusé le sujet et

il nous confie son étonnement : « Ce qui m’a

le plus surpris, c’est qu’au fond, on a déjà recours

au social selling depuis des années. Qui

ne connait pas les après-midi Tupperware et

autres présentations à domicile que faisaient

nos mères et nos grand-mères ? » Il a également

été stupéfait de constater la complexité

et l’interaction des différents réseaux sociaux.

Le social selling, c’est quand l’art de développer

des relations fait partie à part entière

du processus de vente. Les réseaux sociaux

sont alors utilisés dans le but de trouver des

personnes intéressées par le produit ou le

service, d’entrer en contact avec elles, de les

comprendre et d’instaurer un lien. L’objectif :

créer une relation avec les clients potentiels

pour qu’ils pensent ensuite à nous quand ils

voudront acheter quelque chose. « Le social

selling doit aider à trouver la voie vers l’orientation

client, à se détacher du hardselling et à

proposer une vraie proximité avec la clientèle

et une vraie valeur ajoutée », poursuit T. Bürki,

qui travaille depuis 2004 chez Belwag AG

Berne et y a occupé plusieurs postes, du service

client à la gestion, en passant par le marketing

et la vente. Depuis début 2016, il est directeur

des ventes au siège situé à Berne-Wankdorf et

également responsable marketing depuis avril

2020. Pour créer une relation, il faut se pencher

sur les intérêts de la communauté et les questions

qu’elle se pose. « Même des informations

de fond ou un simple divertissement peuvent

apporter de la valeur ajoutée », souligne

T. Bürki, qui s’intéresse aussi à ce thème sur le

plan personnel et qui cherche à y sensibiliser

ses équipes commerciales.

Une relation s’établit par des communiqués,

des posts et des vidéos publiés sur les réseaux

sociaux tels que Facebook, LinkedIn ou Instagram.

Le social selling permet de toucher de

nombreuses personnes avec lesquelles on n’est

pas en contact direct au quotidien, mais « surtout

d’aller chercher les futurs clients dès leur

phase de recherche, c’est-à-dire tout au début

du parcours client. » Pour T. Bürki, une chose

est claire : « Si j’apparais régulièrement sur les

réseaux sociaux d’un client potentiel, il y a de

fortes chances pour que ce soit mon nom qui figure

plus tard sur sa liste d’achats. » Et quand on

36

Mai 2020 | AUTOINSIDE


sait que dans la plupart des cas, l’acheteur a déjà

pris une décision avant d’entrer dans l’espace

d’exposition, il serait dommage de s’en priver.

De plus, Thierry Bürki pense que grâce à une

présence récurrente, cette forme de vente peut

être utilisée non seulement pour les acquisitions,

mais également pour fidéliser la clientèle.

Le garagiste et ses collaborateurs peuvent

s’en servir pour se positionner en tant qu’experts

et interlocuteurs. Il serait même possible

de gagner du temps, par exemple parce que

cela permet d’éviter les acquisitions à froid,

peu appréciées. « Les produits sont plus que jamais

interchangeables et les marges ne cessent

de fondre. Les garages ne peuvent pas se permettre

de continuer à vendre uniquement par

le prix », indique T. Bürki. Les contacts, la

proximité avec la clientèle et la valeur ajoutée

sont bien plus souvent recherchées. « Il faut en

tenir compte dans la stratégie de vente. Nous

devons utiliser et développer les possibilités et

le potentiel que représente le social selling. »

Cela dit, le social selling ne saurait remplacer

entièrement les mesures de marketing traditionnelles

telles que les expositions de véhicules,

et d’ailleurs ce n’est pas le but. En effet,

« les expositions et les événements sont des

rendez-vous qui visent à entretenir le contact

personnel avec la clientèle et à la fidéliser »,

précise T. Bürki. Le social selling doit être utilisé

en complément.

Malgré son potentiel considérable, cette forme

de vente est encore peu utilisée. Lors de ses

recherches, T. Bürki a remarqué que même

dans les petites entreprises, le marketing est

quasiment relégué au second plan et que les réseaux

sociaux n’ont donc souvent pas de place

dans leur marketing mix. « Réseaux sociaux et

social selling vont de pair avec un réseautage

et un suivi actifs des canaux de publication.

Cela prend beaucoup de temps », nous met-til

en garde. Il est également possible que les

publications suscitent des réactions négatives

et il faut les traiter. « Il est vraiment essentiel

d’essayer soi-même et de motiver ses collaborateurs

à le faire en leur nom et à se positionner

comme ambassadeur de l’entreprise et de

la marque. » <

Trois questions à Thierry Bürki, Belwag AG Berne

Tous gagnants

Monsieur Bürki, vous recommandez

que le vendeur se présente en tant que

marque. Pourquoi ?

Thierry Bürki : Une marque forte se vend

mieux qu’un produit anonyme. C’est valable

pour un fabricant, une entreprise ou

un vendeur. L’objectif de chacun d’eux doit

être que le client achète chez lui pour la personne

qui véhicule la marque, et le produit

est finalement secondaire.

Est-ce profitable au garage qu’un vendeur

soit une marque en soi ?

En effet, cela peut poser un conflit d’intérêts

si le vendeur quitte un jour le garage et part

avec « ses » clients. Mais si le garage parvient

à encourager et positionner ses vendeurs de façon

à ce qu’ils soient performants et satisfaits,

alors ils n’auront aucune raison de partir. Et les

deux parties sont gagnantes.

Comment le garagiste peut-il assurer une

homogénéité entre vendeurs et garage ?

Le garagiste peut soutenir activement ses vendeurs

dans leurs posts et leurs articles, voire

convenir avec eux du contenu. Ainsi, le discours

sera homogène. L’UPSA propose des formations

aux réseaux sociaux, comme l’atelier

« Facebook, Xing, Twitter et WhatsApp dans

la vente automobile » (en français) ou « Social

Media im Autohaus. Facebook, Instagram und

YouTube. Keine Likes, sondern Leads » (dispensé

en allemand).

Convient aux

véhicules électriques

et hybrides

Changer de réfrigérant en

quelques minutes

R134a et R1234yf dans

un seul appareil

Homologations de

nombreux fabricants

renommés

Thierry Bürki.

AUTOINSIDE | Mai 2020

www.texadeutschland.com


GESTION D’ENTREPRISE

Carspotter, influenceur et mécatronicien d’automobiles

L’œil pour les bolides

Cédric Plattner, 20 ans, travaille au Porsche Zentrum Winterthur et terminera bientôt sa formation de mécatronicien

d’automobiles. Avec plus de 75 000 followers sur Instagram, le jeune homme à l’apparence discrète

fait toutefois aussi partie des carspotters et des influenceurs les plus connus de Suisse. Jürg A. Stettler

Sa journée de travail touche à sa fin. Cédric

Plattner vérifie encore quelques détails pendant

que le moteur biturbo boxer de six cylindres

ronronne paisiblement à bas régime.

Tout va bien, le futur mécatronicien d’automobiles

ferme son ordinateur portable, rend

la clé et range son poste de travail au Porsche

Zentrum Winterthur. Le jeune homme calme

et discret de 20 ans figure parmi les influenceurs

suisses du secteur automobile les plus

couronnés de succès, lui qui est suivi par plus

de 75 000 fans sur Instagram. Un influenceur

ne doit pas forcément être tapageur ou extraverti

ni faire des risettes devant une caméra

en tenant un produit quelconque dans ses

mains. Cédric Plattner préfère se tenir derrière

son appareil photo Nikon qui lui permet de

dénicher ses sujets favoris : des véhicules hors

du commun. Il y a quatre ans, alors jeune carspotter,

il se rendait à Zurich en RER presque

chaque samedi après-midi. Sur la Bürkliplatz,

le résident de Winterthour espérait pouvoir

photographier un bolide de sport spécial ou

une voiture de luxe rare. En une un après-midi

de chasse urbaine, il pouvait parcourir entre

douze et quinze kilomètres pour photographier

une Mercedes SLR McLaren 722, un bolide

tuné orné d’une carrosserie chromée ou

de jantes plaquées or 24 carats. Il publiait au

moins deux photos par jour tout en se tenant

à un strict jeu de couleurs ainsi qu’en veillant

à adopter différentes perspectives et à respecter

une certaine diversité de marques. L’opération

porta ses fruits. Son compte Instagram

« @cars_in_zurich » se démarqua de la plupart

de ceux d’autres carspotters et ne cessa d’attirer

de nouveaux followers. Cédric Plattner

adopte toutefois une attitude plus tranquille

entretemps : « Il y a encore de jeunes spotters

qui chassent des voitures à pied sur les

routes. Quant à moi, je me limite désormais

davantage à des événements prévisibles tels

que la réunion du Supercar Owners Circle à

Andermatt. » La scène des spotters a évolué

ces quatre dernières années. « Les smartphones

modernes permettent de prendre plus

facilement des photos. À l’heure actuelle, les

spotters se focalisent plus sur la quantité que

sur la qualité des photos. Ils perdent ainsi en

professionnalisme », regrette M. Plattner. Il

continue pour sa part d’attacher de l’importance

aux détails. Il choisit désormais ses sujets

aussi sur la base de la technologie sous le

capot et moins sur celle de couleurs criardes.

« Je prends beaucoup moins de photos sur le

terrain qu’autrefois et je cible mieux mes sujets.

Je veux toujours prendre la photo parfaite

à mes yeux au lieu de photographier un superbolide

de plus. » C’est pourquoi il arrive que

Cédric Plattner passe de nombreuses heures à

Un carspotter au cours de sa chasse à la meilleure photo et aux voitures les plus captivantes au centre-ville de Zurich.

38

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D’ENTREPRISE

Une classique intemporelle : la Porsche 962 C de 1990.

Une Porsche 911 GT1 qui coûte au moins 5,5 millions de

francs.

Une Koenigsegg Agera RS rare construite à seulement

25 exemplaires.

éditer ses photos sur son ordinateur. L’influenceur

à succès met dorénavant à profit le nouvel

algorithme d’Instagram : « Avant, on recevait

des Likes dans la seconde qui suivait la publication

d’une nouvelle photo. Au bout de 300 à

400 Likes, le système limite le tout automatiquement

», explique M. Plattner qui continue

de se concentrer pleinement sur Instagram au

lieu de tester Tik-Tok ou YouTube. « Il faudrait

aussi que je me fasse d’abord un nom et que je

me construise une communauté sur ces platesformes,

ce qui ne se fait pas du jour au lendemain.

» Que conseillerait-il à un garagiste qui

voudrait aussi toucher et informer ses clients

sur les réseaux sociaux ? « L’authenticité est

l’alpha et l’oméga. Il faut rester soi-même, agir

avec honnêteté et diffuser l’information réelle

sur les canaux numériques. » Cédric Plattner

souligne en outre qu’une communication décisive

et franche avec le client est un facteur décisif.

« Je comprends aisément qu’un petit garagiste

rechigne à ajouter les réseaux sociaux

à sa communication. En fin de compte, c’est du

travail en plus. Les gens n’accourent pas dans

votre établissement à cause d’un post. Mais il

s’agit là de l’avenir de la communication. Il est

parfois utile d’envoyer à un client une photo

de dégâts sur le soubassement ou d’enregistrer

une courte vidéo pour qu’il puisse mieux

comprendre ce que le garagiste a découvert et

réparé. » La communication numérique est

donc très avantageuse, mais tous les garages

ne peuvent se permettre d’embaucher un responsable

des réseaux sociaux. « La plupart

d’entre eux doivent se concentrer sur l’activité

quotidienne », déclare-t-il en prenant congé.

Dernière question : quelle voiture conduit donc

un carspotter ? Et Cédric Plattner de rire : « Une

Audi S4 B4. Une voiture typique de mécano

qui a besoin qu’on lui consacre beaucoup de

temps et d’amour. Elle devrait bien sûr être

plus large et plus basse. J’ai dû aller six fois

au service des automobiles pour faire valider

et inscrire toutes les modifications afin que je

puisse la conduire légalement. » <

D’autres photos sur le compte Instagram :

cars_in_zurich

VAINQUEUR DU TEST 2019

VAINQUEUR DU

TEST 2019

MANUFACTURIER

DE L'ANNÉE

2 fois très recommandé,

14 fois recommandé

2 fois exemplaire,

3 fois bien, 2 fois

satisfaisant, 3 fois

non recommandable

4 fois très bien, 1 fois bien,

2 fois satisfaisant

4 fois très bien, 4 fois

bien, 3 fois satisfaisant


GESTION D‘ENTREPRISE

Bopp Solutions AG

bopp-solutions.ch

Comment protéger les véhicules des clients contre les virus

pd. Dans le contexte actuel, la

protection des véhicules des

clients contre les virus est plus

importante que jamais. Il est

possible de garantir la sûreté

de ces véhicules à l’aide de

matériaux de protection jetables

adaptés, notamment pour le

levier de vitesse, le volant et le

siège.

Housses de volant pour les

voitures de tourisme

• avec élastique, en PE-LD blanc

• simples d’utilisation,

réutilisables plusieurs fois

• 250 pièces par boîte distributrice

• 40 cm pour les voitures de

tourisme

Housses de levier de

vitesse

• en PE-LD blanc, 13 × 14 cm

• épaisseur : 17 µ

• 500 pièces par boîte distributrice

Housses de siège

• housses de siège jetable

• avec appui-tête

• polyéthylène respectueux de

l’environnement

• matériau non recyclé

• rouleau de 500 pièces

• largeur de rouleau env. 610 mm

• dimension : env. 1350 × 800 mm

(L × l)

• épaisseur de matériau : 13 µ. <

Bopp propose tous les accessoires permettant de protéger les véhicules des clients

contre les virus.

Autocomp AG

autocomp.ch

WSCAR : adapté, clair et abordable

pd. Initialement conçu pour l’activité

des garages et développé

depuis plus de 30 ans, le logiciel

de garage éprouvé est commercialisé

par Autocomp AG sous le

nom de WSCAR. Il est actuellement

utilisé par près de 550

entreprises dans toute la Suisse

alémanique.

Idéal pour les petites et grandes

entreprises, le logiciel est

disponible en version light

moyennant une licence annuelle

de 940 francs.

La convivialité élevée du logiciel

rend sa prise en main particulièrement

simple. Toutes les

spécificités de la TVA propres

à la branche automobile sont

intégrées. Les écritures effectuées

de manière entièrement

automatisée facilitent l’activité

quotidienne du bureau et libèrent

ainsi davantage de temps

pour les tâches nécessaires à

l’exploitation.

WSCAR inclut aujourd’hui

l’ensemble des applications

nécessaires à la gestion d’un

garage, et notamment :

• le catalogue des postes de

travail (heures fixes, modules

de texte)

• le commerce de véhicules

(achat/vente de véhicules,

carnet de véhicules)

• la facturation (ordre, offre,

bulletin de livraison, bonifications

et factures avec section

paiement QR, interfaces avec

les webshops, statistiques du

chiffre d’affaires de l’atelier)

• la comptabilité financière

(décompte TVA automatisé)

Aperçu du menu principal de WSCAR.

• la gestion des clients (véhicules,

dates de réparation,

archivage des documents)

• la gestion du matériel (commandes,

lecture des listes de

prix des fournisseurs)

Autocomp propose régulièrement

des démonstrations du

programme, sans aucun engagement.

Les dates sont publiées

en ligne. <

40

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GESTION D‘ENTREPRISE

Motiondata Vector Gruppe

motiondata-vector.ch

Il est temps de recourir au coaching en ligne !

pd. Bien que le coronavirus

tienne le monde en haleine,

personne ne souhaite l’immobilisme.

Il est donc conseillé

de tirer parti de la situation

actuelle et de réserver un

coaching sur mesure auprès

de Motiondata Vector Schweiz

GmbH pour se préparer au

Dealer Management System du

groupe Motiondata Vector.

Le coaching individuel spécialement

conçu pour l’entreprise

en question se déroule en

ligne à cause de la situation

actuelle, les clients en définissant

la date et l’heure

Les thématiques de formation

suivantes sont proposées :

• Les bases

• Le commerce de pièces de

rechange

• Le service

• Le commerce de véhicules

• La sélection de données et le

marketing

Le client peut ainsi exploiter

intégralement le potentiel des

solutions logicielles DMS,

rendre les processus de son

garage plus efficaces et gagner

du temps à l’avenir. Il vaut donc

mieux se préparer dès maintenant

pour utiliser pleinement les

produits du groupe Motiondata

Vector après la crise.

Le groupe Motiondata Vector

tient à rester au service de ses

clients en tant que partenaire

informatique pendant cette

période marquée par l’incertitude.

Les prestations de service

et d’assistance des produits

« Motiondata DMS » et « CDP »

demeurent disponibles sans restrictions.

Le service commercial,

qui soutient activement les

clients dans le cadre de leurs

projets, reste lui aussi joignable.

Motiondata facilite le

travail quotidien de

ses clients.

Réservez sans plus attendre

un coaching en ligne individuel

pour redémarrer bientôt votre

activité sous de meilleurs auspices.

L’entreprise prodigue des

conseils par e-mail à office@

motiondata-vector.ch. <

Continental Suisse SA

continental-reifen.ch

Voilà plus de 40 ans que Continental répond aux demandes de ses clients suisses.

Service de qualité et tradition

pd. Depuis son centre de logistique

à Neuendorf (SO), Continental

s’occupe depuis plus de

40 ans de ses clients suisses et

fournit jour après jour la meilleure

qualité de service, dans

toutes les régions de Suisse.

Le service de ventes interne

de Continental est joignable par

téléphone du lundi au vendredi

et vous répondra dans trois langues

nationales. Il conseille les

clients de manière compétente

en allemand, français et italien.

Vous avez des questions au sujet

d’un produit ou rencontrez des

problèmes techniques ? Vous

avez besoin d’aide ? N’hésitez

pas à nous appeler. Les nombreux

collaborateurs du service

externe se déplacent pour les

clients dans toute la Suisse.

La qualité de service de Continental

dépend particulièrement

du profond engagement de ses

collaborateurs. Continental

forme des apprentis afin de

leur transmettre les valeurs

de l’entreprise dès le début de

leur carrière professionnelle.

Des formateurs à la pratique

chevronnés encouragent les

apprentis, sollicitent leur potentiel

individuel et les soutiennent

jusqu’à l’obtention de leur

diplôme de fin d’apprentissage.

Continental contribue ainsi également

de manière importante à

la place économique suisse. <

AUTOINSIDE | Mai 202041


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

Commerce en ligne

La révolution numérique

arrive-t-elle enfin ?

311 000 voitures neuves ont été vendues en Suisse en 2019, dont 98 % par les garagistes et à peine 2 % par le

biais du commerce en ligne. La crise du coronavirus va-t-elle changer la donne ? Sandro Compagno et Jürg A. Stettler

« Le coronavirus stimule le commerce automobile

en ligne » titrait Blick fin mars. En guise

d’exemple, le journal citait le nouveau portail

de vente d’Amag qui a été lancé en mars. Le

porte-parole d’Amag, Dino Graf, promettait un

« portail de vente en ligne innovant et intégré

». Amag souhaite proposer une expérience

d’achat inédite à ses clients en ligne : conseil en

ligne, achat de voiture, assurances, financement

jusqu’à la livraison directement sur le pas de la

porte du client. L’entreprise cherche aussi à marquer

des points auprès des « Digital Natives », a

déclaré Morten Hannesbo, patron de l’importateur.

Cette appellation désigne le groupe de

clients (potentiels) qui ont grandi avec Internet.

Cette « génération Zalando » achète d’ores et

déjà des chaussures, des vêtements, de l’électronique

de divertissement et des meubles sur

Internet. Sont-ils pour autant prêts à consentir

à des dépenses à cinq chiffres d’un clic de souris

? L’institut Link renommé s’est penché sur

cette question à l’automne 2019 dans le cadre

d’une enquête représentative menée pour le

compte de l’UPSA. La réponse : « Il est improbable

que les achats de voitures se déplacent

uniquement vers des canaux en ligne à l’avenir,

à peine 8 % des sondés étant disposés à commander

une voiture neuve en ligne. » Ce chiffre

monte toutefois à 14 % au sein de la « génération

Z » et chez les « Millennials », c’est-à-dire

les jeunes acheteurs de voitures. En première

instance, ils ne se servent toutefois d’Internet

qu’en guise de source d’informations, et non

pas comme d’un canal d’achat.

Konrad Wessner, directeur de l’institut d’études

de marché Puls, prend la parole dans le magazine

allemand Autohaus. Il prophétise une

accélération de la numérisation dans le commerce

automobile. Les vendeurs et le conseil

de vente personnel sont sous pression à cause

du coronavirus. Une majorité de personnes

Est-ce que les clients n’achèteront plus les voitures que sur Internet depuis chez eux à l’avenir ?

interrogées continuent toutefois d’indiquer

qu’une course d’essai est indispensable avant

tout achat, aussi bien en Allemagne que dans

l’étude Link suisse. M. Wessner estime que les

concessionnaires doivent maintenant défendre

l’interface avec la clientèle : « S’il s’avère impossible

de transformer des points de contact, tels

que la course d’essai ou la visite d’information

chez le concessionnaire, en expériences sur

mesure et de créer de la valeur ajoutée pour le

client, les portails automobiles et de mobilité

auront les mains libres et parviendront à dégrader

les constructeurs et leurs concessionnaires

au rang de fournisseurs sans contact direct

avec les clients. »

Amag n’aurait pas pu mieux choisir son timing

avec sa nouvelle plate-forme. Trois semaines

après son lancement, le Conseil fédéral a décrété

le confinement de l’économie suisse, y compris

la fermeture des showrooms. Il est encore

trop tôt pour tirer un bilan, affirme le porte-parole

d’Amag, Dino Graf, mais il est d’ores et

déjà possible de faire état d’un premier succès :

« La première voiture s’est vendue moins de 24

heures après le lancement. »

Pierre-Alain Regali, Managing Director d’AutoScout24,

confirme lui aussi que la pandémie de

coronavirus qui règne en ce moment donnera

une impulsion au commerce en ligne : « Le coronavirus

accélère la numérisation de la branche

automobile. C’est pourquoi nous travaillons

d’arrache-pied pour mettre efficacement en relation

les personnes à la recherche d’une voiture

et les garagistes. » Les experts interrogés par

AUTOINSIDE décèlent eux aussi une impulsion.

Jérôme de Haan, Managing Director de Mazda

(Suisse), constate des changements numériques

chez les clients : « En observant notre site Internet

officiel mazda.ch, nous remarquons que les

gens y passent plus de temps. En pourcentage,

les configurations de véhicules sont également

plus nombreuses qu’avant l’arrivée du virus. »

« L’avenir prend lentement, mais sûrement

cette direction », déclare aussi Peter Bucher,

responsable RP de Subaru. Il convient de sou-

42

Mai 2020 | AUTOINSIDE


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

ligner l’adverbe « lentement » : « En général, il

faut se souvenir que l’achat d’un véhicule représente

la première ou la deuxième grande

dépense d’un client, après l’achat d’une maison.

C’est pourquoi le besoin de sécurité et de

confiance reste important. Le client veut savoir,

voir et ressentir ce qu’il achète. Le monde

virtuel ne peut le rassurer sur ces points. »

Porsche prépare un parcours d’achat en ligne,

d’après Michael Glinski, directeur de Porsche

Suisse. Le commerce stationnaire est et demeure

toutefois incontournable pour Porsche.

« Plus que jamais, nos clients veulent découvrir

la marque Porsche avec leurs cinq sens.

Nombre de nos clients considèrent l’interaction

personnelle avec les collaborateurs commerciaux

comme une compétence centrale de

Porsche. Nous voulons donc que les clients

puissent passer facilement du monde numérique

au commerce stationnaire à l’avenir. »

Markus Aegerter, responsable de la représentation

de la branche au sein de la direction de

l’UPSA, argumente également en faveur de la

« sensualité » de l’achat d’une voiture : « Il est

bien sûr possible de configurer une voiture

neuve en ligne, mais il est impossible de simuler

le toucher, le son et l’odeur. » M. Aegerter

estime qu’il n’y a pas de contradiction dans le

fait que Tesla, le pionnier de l’électrique, vende

ses modèles en ligne : « Avec les trois modèles

dont elle dispose jusqu’à présent, Tesla propose

une palette claire comprenant peu de variantes.

Cette approche n’est pas comparable à

celle des constructeurs automobiles traditionnels.

» Dans quelques années, tout cela risquerait

de changer : « Si un jour toutes les voitures

se ressemblent plus ou moins et si le poste de

conduite se compose d’un grand écran assorti

de trois boutons, le commerce en ligne pourra

lentement remplacer la vente physique. »

Nous en sommes toutefois encore loin. Depuis

la flambée de coronavirus, le commerce

est à l’arrêt. Comme l’a annoncé auto-suisse, les

ventes de voitures neuves ont chuté de près de

40 % en mars 2020 par rapport au mois de mars

2019. Outre la fermeture des espaces de vente,

les baisses ont également un impact négatif sur

la demande et sur la livrabilité des véhicules.

De nombreux garagistes critiquent également

la fermeture des services cantonaux des automobiles

et l’annulation des contrôles de véhicules

à moteur qui en résulte. Il manque en

partie aussi des pièces de rechange, car nombre

d’usines d’équipementiers sont fermées.

Et les garagistes ? Ils font leur possible pour

rester aux côtés de leurs clients en cette période.

Ils les informent sur leur site Internet de

leurs horaires d’ouverture, de leurs prestations

et de leurs consignes d’hygiène, ils organisent

des services de collecte et de dépôt et ils utilisent

des canaux numériques pour rester en

contact avec eux. David Schweizer, directeur de

P. Schweizer AG à Liestal, a entièrement transformé

son site Internet et plaide en faveur de la

Service Cam, qui permet de créer une vidéo et

un devis pour les clients de l’atelier, de la prise

de rendez-vous pour un changement de pneus

et de la vente numérique de voitures. « Tout

cela était déjà possible avant la crise, déclare

M. Schweizer. Nous sommes capables de prendre

intégralement en charge le client sur le parcours

numérique. » Le fameux « parcours client » commence

sur les réseaux sociaux ou sur des platesformes

en ligne telles qu’Autoscout24 et Leasingmarkt.

Les contacts avec les clients sont gérés

par téléphone, par e-mail ou sur WhatsApp. Le

garagiste répond aux questions avec des vidéos

en direct ou des vidéos explicatives préenregistrées.

Le site Internet de SEAT fonctionne lui

aussi très bien dans le domaine des voitures

neuves, affirme le garagiste de Liestal.

Seul l’être humain n’a pas encore embarqué

dans ce monde numérique. « Les clients qui

s’intéressent à une voiture neuve veulent encore

passer nous voir au garage, indique David

Schweizer. Nous devons formellement les refouler.

» L’observation du concessionnaire SEAT

confirme les résultats de l’étude Link évoquée

plus haut. Le garagiste est et reste la principale

source d’information, aussi bien pour l’achat

d’une voiture que pour les questions relevant de

la maintenance et des réparations. Il convient de

défendre ce rôle par tous les moyens, avec ou

sans numérisation. <

La parole aux importateurs

Une vague de commandes en ligne à cause du coronavirus ou uniquement une tempête dans un verre d’eau ?

Les importateurs prennent position.

Michael Glinski, directeur de Porsche

Suisse SA :

« Les circonstances que le monde entier

connaît à cause du coronavirus donneront

certainement une impulsion à la numérisation,

qui aura un impact durable sur la vente

en ligne, mais aussi sur la percée de méthodes

de travail numériques ou sur la numérisation

de processus d’entreprises. Pour

les concessionnaires, le canal de distribution

numérique est une manière novatrice d’aborder

des clients et de nouveaux groupes cibles.

Les retours d’expérience d’Allemagne, un

marché pilote, ont montré que ces approches

ont permis de toucher des groupes cibles

plus jeunes. La distribution en ligne donne

en outre lieu à des gains de temps dans les

tâches administratives. Associé aux bonnes

offres numériques, le commerce stationnaire

est et reste indispensable pour Porsche. »

Peter Bucher, responsable RP de Subaru

Suisse SA :

« L’activité consistant à s’informer à l’avance

et à se préparer à l’achat d’un véhicule neuf

ou d’occasion bénéficiera assurément d’une

impulsion numérique. Il est même plus facile

de gérer l’achat d’une voiture neuve. Des obstacles

s’élèveront toutefois en présence d’une

reprise (ce qui concerne la plupart des cas) ou

pour des véhicules d’occasion. En tant qu’importateur,

nous envisageons aisément qu’une

série spéciale limitée puisse être réservée et

vendue en ligne. »

Suite en page 44

AUTOINSIDE | Mai 202043


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

Roman Kälin, Corporate Communications

chez Mercedes-Benz Suisse SA :

« Avec son configurateur de véhicules, ses

plates-formes de stockage et d’occasion et son

showroom en ligne, Mercedes-Benz propose

depuis longtemps des modalités d’achat sur

Internet. Ces canaux numériques prennent

davantage d’importance pendant le confinement,

si bien que nous les développons plus

rapidement. L’intérêt manifesté à notre offre

numérique est grand. Nous sommes encore

incapables de prédire l’étendue de l’impact direct

sur le comportement d’achat. »

Jerome de Haan, Managing Director

de Mazda (Suisse) SA :

« Nous avons constaté des changements dans

le comportement d’utilisation des médias numériques.

Il s’avère que les clients sont plus

ouverts à un achat purement virtuel pour certains

types de véhicules. L’achat en ligne de

certaines séries spéciales ou limitées ou de

véhicules entièrement électriques, pour lesquels

les demandes de paiement en ligne sont

devenues monnaie courante, le confirme. Les

Digital Natives constituent la force motrice de

ces évolutions. »

Kathrin Kaltenbrunner, PR Manager

chez Audi Suisse :

« La crise du corona nous donne une impulsion

numérique qui détermine en partie comment

nous collaborons, comment nous communiquons

et comment nous interagissons.

Il est difficile de savoir si elle donnera également

une impulsion à la vente en ligne. Audi

Suisse soutient par exemple ses concessionnaires

à l’aide du conseil Audi en direct, récemment

lancé. Grâce à lui, des clients potentiels

peuvent obtenir des conseils concernant

l’Audi de leurs rêves depuis chez eux, sans

contact. Rendez-vous pris, le client peut voir

tout ce que le vendeur voit dans le showroom

par le biais d’une retransmission vidéo. »

Silvan Trifari, Head of PR/Sponsoring/Events/Training,

Toyota SA :

« Il faut partir du principe que cette situation

exceptionnelle donnera une impulsion au

commerce automobile en ligne. Nous ressentons

une demande accrue de modalités numériques

de la part de nos partenaires Toyota.

La demande de modalités purement virtuelles

exprimée par les clients a aussi progressé, bien

que son niveau reste modeste. Pour l’achat de

véhicule, le conseil individuel et personnalisé

ainsi qu’une visite et une course d’essai

conservent toute leur importance. »

Karin Huber, PR Manager

Seat Suisse :

« Ces dernières semaines, nous sommes tous

devenus plus numériques, que ce soit au travail

ou dans la communication privée. Quelque

temps avant la crise du coronavirus, les garages

d’Amag ont commencé à proposer l’achat

en ligne de véhicules. Cette courte période ne

nous permet toutefois pas encore de tirer de

conclusions quant au comportement d’achat

en ligne dans le commerce automobile. »

Serenella Artioli De Feo,

PR Manager FCA :

« Pour maintenir le dialogue avec nos clients

finaux pendant cette période difficile, FCA

lance le nouvel outil numérique car@home

qui permet aux clients finaux de contacter

leur concessionnaire par vidéoconférence, si

bien que toutes les informations souhaitées

peuvent être consultées à domicile en toute

sécurité. Il suffit de remplir un formulaire

sur le site Internet de FCA pour obtenir une

invitation à une course d’essai sans contact

ou pour prendre un rendez-vous en vue d’une

vidéoconférence avec un vendeur sur Google-

Meet. Si le client souhaite bénéficier d’une reprise,

il peut même envoyer des photos de sa

voiture actuelle. »

Emanuel Steinbeck, PR Manager

chez Skoda Suisse :

« Les personnes intéressées et les clients

peuvent définir le véhicule de leurs rêves en

ligne sur le configurateur et le commander

auprès de leur partenaire Skoda ou même

acheter une voiture par e-mail. En outre, l’organisation

commerciale d’Amag Retail dispose

depuis peu d’une plate-forme de vente

en ligne. Les expériences glanées jusqu’à présent

montrent que la demande existe et que

des voitures sont vendues sur Internet. Mais

il est encore trop tôt pour faire des déclarations

fiables. »

Claude Gregorini, Country Operations

Manager de Renault Suisse :

« Renault et Dacia proposaient déjà avant

la crise de configurer le véhicule en ligne et

d’envoyer cette configuration au concessionnaire/vendeur

choisi par le client pour solliciter

une offre sans passer par le showroom.

Une plate-forme en ligne permet en outre de

localiser des véhicules neufs immédiatement

disponibles dans tout le pays. Si elles le souhaitent,

les personnes intéressées peuvent

contacter un vendeur par l’intermédiaire

d’un outil vidéo ou par téléphone. Le parcours

numérique du client englobe déjà de

nombreuses étapes du processus d’achat. À

l’avenir, nous continuerons toutefois de miser

sur le réseau de concessions Renault et

Dacia pour les courses d’essai et la conclusion

de chaque vente. » <

Moins de tracas pour

les indépendants.

Demandez

une offre:

0848 820 820

L’assurance des chefs d’entreprise de la Suva offre une protection

financière unique en son genre aux personnes exerçant une activité

lucrative indépendante en cas de maladies professionnelles

et d’accidents du travail ou durant les loisirs. Les membres de

la famille travaillant dans l’entreprise sans percevoir de salaire soumis

à l’AVS peuvent également en bénéficier. Infos complémentaires:

www.suva.ch/chefsentreprise.

SuvaRisk_Gips_187x63_f_coa_0001 1 18.01.18 10:58

44

Mai 2020 | AUTOINSIDE


CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Systèmes actuels de suspensions et d’amortissements

Dilemme électronique

entre confort et sportivité

Avec les systèmes de suspensions et d’amortissements adaptables des véhicules les plus récents, plus besoin

de choisir entre châssis confortable ou sportif. Différentes technologies permettent désormais aux concepteurs

de véhicules de modifier en une fraction de seconde les caractéristiques des suspensions et des amortissements.

Andreas Senger

Audi remplace le stabilisateur rotatif actif par un dispositif de réglage du châssis. Mercedes-Benz avait lancé son Magic Body Control et son châssis à piston ABC, tandis que le

groupe VW va encore plus loin : la suspension à air et l’amortisseur de vibrations à commande électronique sont dotés d’un réglage supplémentaire pour lisser les irrégularités de

la chaussée. (Photo : Audi)

Il y a encore 20 ans, les fabricants de châssis

n’avaient pas une position très enviable : seuls

des systèmes mécaniques permettaient d’influencer

les caractéristiques du châssis d’un

véhicule. La constante de raideur d’un ressort

hélicoïdal était linéaire ou progressive, il fallait

choisir entre niveau de compression et de

détente d’un amortisseur de vibrations et stabilisateur

de virage.

Citroën et son châssis pneumatique emblématique

ou encore le premier châssis à air des

limousines de luxe ont fait figure d’exception

et ont procuré de nouvelles sensations au volant.

Une fonction de dérivation a bientôt été

testée sur les amortisseurs de vibrations afin

d’atténuer l’effet du niveau de compression et

de détente pour les faibles mouvements et de

déclencher de plus grandes forces d’amortissements

uniquement pour les compressions

et décompressions de grande ampleur. Aujourd’hui,

les ingénieurs ont le choix : amortisseurs

de vibrations adaptables, systèmes

d’amortissement à air avec des volumes à plusieurs

chambres, stabilisateurs rotatifs actifs,

etc. Chez Audi, un dispositif de réglage de

châssis actif innovant doté d’un moteur électrique

puissant et d’un engrenage à onde de

déformation enrichit l’offre.

Pour faire fonctionner ce système dans les

meilleures conditions, les mouvements du

véhicule doivent tout d’abord être enregistrés

précisément dans les trois dimensions. Les

systèmes passifs fonctionnent grâce aux capteurs

de rotation et d’accélération sur les axes

x, y et z, aux capteurs d’angle de braquage et

de hauteur d’empattement. Ils réagissent aux

forces et aux mouvements déclenchés.

AUTOINSIDE | Mai 202045


CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Dans le domaine de l’Aftersales, les technologies

d’amortisseurs de vibrations dernier cri offrent un

vaste potentiel pour des syntonisations de châssis plus

sportives que celles proposées par les constructeurs.

KW Automotive conçoit et fabrique les amortisseurs.

(Photo : KW)

Les amortisseurs de vibrations avec niveau de compression

et de détente variables font partie de la panoplie

des châssis qui permettent de passer en une fraction

de seconde de la conduite confortable à la conduite

sportive. (Photo : Porsche)

Les stabilisateurs rotatifs actifs rencontrent un vif engouement

du côté des constructeurs, notamment grâce

au réseau de bord de 48 volts, en particulier pour les

SUV. Grâce à la suspension à air réglable et aux amortisseurs

de vibrations adaptables, le roulis dans les virages

est nettement réduit, même si le centre de gravité est

relativement haut. (Photo : Porsche)

Les systèmes les plus simples, par exemple

sur l’actuelle Ford Focus, sont équipés d’une

détection des nids-de-poule. Les mouvements

d’amortisseurs sont analysés. Si, en

accélérant, la roue sort des passages de roue

ou y rentre (nid-de-poule ou bosse), les valves

magnétiques réduisent le débit d’huile,

et les niveaux de détente et de compression

se durcissent selon la situation. Une analyse

instantanée permet de minimiser les mouvements

de roue jusqu’à ce que le système réagisse.

Pendant un court instant, le système ne

peut pas suivre le tracé de la chaussée (nid-depoule),

il reste brièvement suspendu et empêche

tout choc sur le pneu et, dans les cas extrêmes,

la percussion du rebord des jantes sur

le bord du nid-de-poule. Les forces intenses

qui s’exerçaient sur la carrosserie n’ont plus

lieu d’être, ce qui augmente la durée de vie des

composants du châssis.

Les tout nouveaux systèmes de réglage des

châssis fonctionnent de manière active. Les

irrégularités de la chaussée sont scannées

grâce à des caméras stéréo. Si une bosse ou un

nid-de-poule est détecté, les amortisseurs de

vibrations, les suspensions et les stabilisateurs

rotatifs actifs sont commandés de manière à

ce que la roue rentre dans le passage de roue

ou suive l’abaissement de la chaussée.

La connexion avec la carte routière numérique

du système de navigation permet de régler les

composants du châssis avant d’amorcer le

virage, de sorte que la carrosserie ne subisse

pratiquement plus de mouvement de roulis en

abordant le virage. Les mouvements de tangage

lors du freinage ou de l’accélération sont

également effacés grâce aux assistants électroniques.

Aujourd’hui, l’électronique remplace

la délicatesse du pied droit du chauffeur de

limousine d’autrefois.

Via des valves électromagnétiques, les châssis

à air actuels permettent de connecter deux

volumes d’air supplémentaires. Les châssis à

air à trois chambres présentent donc trois niveaux

d’amortisseurs, et peuvent être réglés de

sportif à confortable. Les systèmes de réglage

actifs offrent en outre la possibilité de choisir

en amont la caractéristique de la suspension,

avant de rencontrer l’irrégularité de la route.

Grâce à un large réservoir d’air comprimé, le

volume d’air s’adapte immédiatement par ajout

ou rejet. Sur les systèmes passifs, l’accélération

des éléments du châssis est déterminée par le

capteur de niveau et adaptée aux suspensions

en une fraction de seconde.

D’énormes progrès ont été réalisés ces dernières

années sur les amortisseurs de vibrations.

Les amortisseurs adaptables fonctionnent

de deux manières principales : pour

la variante magnétorhéologique, des particules

de fer sont mélangées à l’huile des amortisseurs.

En introduisant un champ électromagnétique

dans les valves des pistons, la viscosité

de l’huile est modifiée.

En présence d’un champ magnétique puissant,

les particules métalliques sont orientées

de façon tridimensionnelle et fournissent une

huile plus épaisse dans l’amortisseur. La compression

et la détente peuvent être durcies. En

l’absence de champ magnétique, l’huile transmise

dans les valves du piston est plus fluide.

La compression et la détente sont plus souples

et la syntonisation, plus confortable. Grâce à

l’ajout d’additifs, il est désormais possible de

maintenir les particules de fer en suspension

et de les répartir de manière homogène dans

l’huile d’amortisseur afin de garantir cet effet

à tout moment.

Une méthode répandue consiste à réguler le

débit d’huile dans le piston. Une valve magnétique

à modulation de largeur d’impulsions

permet de commander une quantité de débit

supplémentaire indépendante via une dérivation

ainsi que les niveaux de détente et de

compression. Le volume d’huile ajouté via les

canaux et les valves du piston est ainsi augmenté

directement. Si la dérivation est activée,

l’huile ajoutée peut circuler du haut vers

la chambre de pression inférieure (phase de

compression) ou inversement. La modification

de la courbe caractéristique de l’amortisseur

permet d’obtenir une performance adaptée à

la situation.

Les degrés de liberté de tous les systèmes de

suspensions et d’amortissements, y compris le

stabilisateur de virages, permettent de propo-

QUALITÉ SUISSE

DEPUIS 1880. MIDLAND.CH


CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

ser à la clientèle différentes caractéristiques

de syntonisation. Que ce soit via la présélection

dans le menu (mode Track, sportif,

confortable, etc.) ou par le réglage adaptable,

tout est possible. Seuls le budget de développement,

le temps et l’effectif disponibles

posent des limites.

Pour l’atelier, cela signifie des processus de

contrôle et de diagnostic plus variés pour détecter

les erreurs et dysfonctionnements. Cela

exige de bien comprendre comment les systèmes

sont connectés. C’est un défi majeur pour

les fabricants de châssis de sport et de suspension

à corps fileté, car les autres systèmes ne

doivent pas être impactés par les modifications.

Pour une offre de tuning sur châssis à air,

consistant à surbaisser la carrosserie lorsqu’on

roule sur autoroute ou à vitesse plus modérée,

les systèmes d’assistance à la conduite comme

Tempomat ou les assistants de tenue de route

peuvent livrer des interprétations erronées. Ces

modifications auraient pour effet d’entraver la

sécurité et ne servent pas l’intérêt du client.

Les employés des ateliers jouent un rôle crucial,

pas seulement dans le diagnostic et la calibration.

Pour les systèmes d’amortisseurs et

de suspensions simples aussi, la plus grande

attention est exigée, de l’apprenti comme de

l’employé expérimenté. Tous les composants

des châssis font partie des systèmes de sécurité

actifs. Sans un guidage des roues précis via un

volant exempt de jeu, des ressorts hélicoïdaux

en parfait état et des amortisseurs de vibrations

hydrauliques, la sécurité ne peut être garantie.

En cas de défaut, un véhicule peut soudain

montrer un comportement très dynamique (par

exemple survirage) et perturber le conducteur.

Le travail effectué par un apprenti sur les amortisseurs

et les suspensions devra être vérifié

par un responsable. Démontage des ressorts

hélicoïdaux ou élévation non conforme d’un

véhicule à suspension à air sur le plateau élévateur,

etc. : les accidents et les réparations occasionnés

par le non-respect des prescriptions du

fabricant peuvent coûter très cher. Rien que le

réglage des nouveaux phares matriciels actifs

exige l’utilisation d’un testeur de diagnostics

pour les châssis les plus récents, afin d’obtenir

le niveau neutre ou le réglage de la suspension à

air. Si cet élément est négligé, les automobilistes

circulant en sens inverse ou le conducteur du

véhicule précédant seront aveuglés. <

Travaux d’atelier sur châssis :

100 % qualité et concentration

maximale

se. Quatre surfaces larges comme la paume

de la main transmettent les forces statiques et

dynamiques de la chaussée aux pneus, et réciproquement.

Les forces sont transmises aux éléments

du châssis via les roulements de roue et

à la carrosserie via les charnières. Pour garantir

confort et sécurité, le personnel de l’atelier

contrôle la présence de jeu dans le volant, les

amortisseurs de vibrations, le risque de rupture

des ressorts hélicoïdaux et l’herméticité des

éléments des suspensions à air. Les systèmes

d’amortisseurs et de suspensions toujours

plus complexes demandent une connaissance

approfondie des systèmes pour pouvoir détecter

la cause des dysfonctionnements.

Sur les véhicules les plus récents, les problèmes

enregistrés dans les erreurs sont en

général uniquement évalués avec le testeur de

la marque. Les possibilités sont trop variées

et trop nombreuses pour que les fournisseurs

indépendants d’appareils de contrôle puissent

offrir des processus de diagnostic à jour pour

tous les véhicules. La tolérance d’erreur est

de 0 % pour les tâches effectuées sur les

systèmes de châssis. Si un amortisseur de

vibrations non hermétique n’est pas détecté,

cela peut avoir des répercussions très graves

pour le client.

Le châssis assure la liaison entre les roues et la carrosserie. Pour les travaux effectués sur les châssis,

la tolérance d’erreur est de 0 %. Le potentiel de risque des ressorts hélicoïdaux précontraints, qui doivent être

sécurisés lors du démontage à l’aide d’un tendeur de ressorts, est sous-estimé, notamment par les bricoleurs

amateurs. (Photo : ZF)

Aussi la plus grande attention est-elle impérative

pour tout travail sur les châssis. Les éléments

du châssis, y compris amortisseurs et

suspensions (tout comme les freins) sont d’ailleurs

contrôlés avec la plus grande précision

par les services des automobiles cantonaux.

Seuls des systèmes fonctionnant parfaitement

garantissent la sécurité routière. Les garagistes et

leur personnel qualifié garantissent cette sécurité

et bénéficient de la confiance des clients.

Diagnostiquer et remplacer les pièces usées comme les coupelles d’amortisseurs fait partie des principales

tâches dans le contrôle des châssis. (Photo : ZF)

AUTOINSIDE | Mai 202047


CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Experts Bilstein

« Un véhicule

se teste sur route ! »

Bilstein est un fournisseur du secteur première monte et du sport automobile depuis 1957. Aujourd’hui encore, de

nombreux produits reposent sur l’amortisseur de pression de gaz innovant lancé à l’époque. Michael Ohrmann, Key

Account Sales Manager Sud de l’Allemagne/Suisse chez Bilstein, nous explique les dernières tendances en matière

de suspensions et d’amortisseurs. Et il dévoile comment Bilstein peut venir en aide aux garagistes. Jürg A. Stettler

Quelles sont les dernières tendances

et les principales évolutions dans le

domaine des suspensions ?

Michael Ohrmann, Key Account Sales Manager

Deutschland Süd/Schweiz, Components

Technology Damper : Aujourd’hui encore,

les dernières évolutions reposent souvent

sur l’amortisseur de pression de gaz que nous

avons lancé en 1957. Contrairement à l’amortisseur

de pression d’huile, il offre une stabilité

indicative fiable. Il fonctionne sans baisse

de performance, même en cas de forte sollicitation.

De nos jours, sa combinaison à une régulation

active contrôlée électroniquement est

de plus en plus fréquente. Les suspensions à

ressort pneumatique en tant qu’évolution parallèle

gagnent ainsi en importance pour nous.

Dans le secteur de la première monte, il y a

longtemps que les deux technologies ne sont

plus uniquement déployées dans les voitures

de luxe, mais de plus en plus aussi dans les catégories

nettement inférieures.

Et dans quel sens se fera l’évolution ?

Les suspensions deviendront sûrement de plus

en plus intelligentes, contribuant ainsi encore

plus activement à l’expérience de conduite. À

l’extrémité inférieure de l’échelle de modèles,

les technologies existantes se répandront davantage.

Les suspensions actives conventionnelles

peuvent devenir la norme dans de

nombreuses catégories, mais les suspensions

pneumatiques ont encore du potentiel. Elles

sont précisément idéales pour résoudre dans

une large mesure les conflits d’objectifs entre

confort et sportivité. Dans la catégorie haut

de gamme et supérieure, des évolutions encore

plus captivantes se dessinent : la suspension

ne réagit plus aux caractéristiques de la

chaussée mais elle anticipe les situations de

Michael Ohrmann,

Bilstein.

conduite en fonction des besoins. Selon cette

tendance, elle parvient donc à s’adapter. Cela

nécessite d’enregistrer beaucoup d’informations,

par exemple via des capteurs. Les premiers

exemples en la matière sont déjà disponibles

dans la production en série.

Quelles sont les nouveautés dans le

domaine des amortisseurs ?

Dans le domaine du tuning, nous avons lancé

en 2020 la gamme Bilstein EVO Performance,

un assortiment flambant neuf de suspensions

à corps fileté. Nous proposons aussi une version

compatible avec des amortisseurs adaptables

dès la sortie d’usine. De plus, en tant

qu’équipementier, Bilstein ne se contente pas

de réagir aux dernières évolutions, mais contribue

au progrès aux côtés des constructeurs automobiles.

Comme évolution récente, citons

E-Active Body Control, qui est par exemple utilisé

dans le nouveau Mercedes GLE, et Damp-

Tronic® X, que l’on trouve dans la Porsche 911.

L’étagement de la force d’amortissement pour

la Porsche a parfois pu être augmenté de 40 %.

De manière générale, les amortisseurs électroniques

ou actifs, tout comme les ressorts

pneumatiques et les modules actifs de ressorts

pneumatiques, deviennent toujours plus rapides

(quelques millièmes de secondes) et plus

sensibles. Pour les pneus de rechange, les véhicules

assez anciens sont maintenant souvent

équipés de systèmes actifs et de ressorts pneumatiques,

ce qui fait clairement augmenter les

travaux de réparation en atelier.

Avec qui collabore Bilstein en Suisse ?

Avec la société Hostettler (centrale de Buttisholz)

pour les pièces de rechange originales et

la société Carex (Goldach) pour le tuning. La

société Sportec (Höri) est l’experte des suspensions

Bilstein.

Quels critères doit remplir un garagiste

pour se positionner comme un expert des

suspensions Bilstein ?

Un catalogue bien précis de points à remplir

a été élaboré. Premièrement, l’atelier doit être

un atelier doté de personnel qualifié. Il doit

par ailleurs disposer d’un espace réservé à la

clientèle, d’un poste de travail spécifique pour

les amortisseurs, de plusieurs ponts élévateurs

(pont élévateur à deux colonnes, pont élévateur

à quatre colonnes), de postes de travail

d’une propreté raisonnable, d’un appareil de

contrôle des essieux et de l’outillage spécial

adapté. Notre programme ne formule pas seulement

des exigences à l’égard des garagistes,

mais il les encourage aussi de manière très ciblée

: les experts en suspensions Bilstein bénéficient

d’une formation intensive et d’informations

techniques. Des rencontres et des

perfectionnements viennent parfaire ce partenariat.

Que les garagistes intéressés par ce programme

n’hésitent pas à se manifester auprès

de nous. Nous examinerons chaque demande

et nous nous rendrons sur place pour inspecter

l’entreprise concernée. <

Plus d’informations sur :

bilstein.de

48

Mai 2020 | AUTOINSIDE


CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Visite d’atelier chez KW Automotive

Ici, le travail manuel est encore

une question d’honneur

Le fabricant de suspensions KW Automotive a agrandi, pour 37 millions de francs, son usine mère située

dans le cadre pittoresque de Fichtenberg (D). Mais que se cache-t-il derrière les suspensions à corps fileté

jaunes et violettes et les amortisseurs de voitures de course tant convoités par les amateurs de sport automobile

et les pilotes ? Jürg A. Stettler

Voici plus de 20 minutes que je traverse des villages

et des hameaux dans un cadre idyllique,

au point de me demander si mon GPS fonctionne

bien. Mais selon lui, le berceau du fabricant

de suspensions KW Automotive devrait

bientôt surgir devant moi. Effectivement, peu

de temps après, j’aperçois à gauche du fleuve le

village de Fichtenberg et à droite, je reconnais

la nouvelle construction imposante. Ce qui me

frappe immédiatement : chez KW, les composants

de suspensions ne sont pas les seuls à

être jaunes et violets. C’est aussi le cas des encadrements

de portes et de fenêtres des anciens

bâtiments du fabricant souabe pour le secteur

de la deuxième monte, du sport automobile et

en partie de la première monte.

L’entreprise a été créée en 1995 par Klaus

Wohlfarth parce qu’il n’était pas satisfait de la

qualité des produits disponibles sur le marché.

Le Souabe avait alors développé avec son frère

Jürgen et un ami une solution de châssis réglable

en hauteur. Alors que la société KW Automotive

ne comptait que neuf produits dans

son assortiment initial, elle s’est développée

pour devenir un fabricant d’importance mondiale,

avec plus de 300 collaborateurs pour le

seul site de Fichtenberg, cinq autres emplacements

et un portefeuille de plus de 260 000

produits. Au départ constituée de 20 amoureux

des suspensions et du sport automobile,

sa clientèle dépasse aujourd’hui la barre des

150 000 membres.

En s’enfonçant dans les allées des ateliers

de production, on arrive dans l’entrepôt avec

rayonnage en hauteur et bien sûr, on y retrouve

logiquement les couleurs de KW : étagères

et supports en acier violets ainsi que

tablars jaunes. À propos : ces couleurs sont

Suite en page 50

KW Automotive a investi 37 millions de francs dans des mesures de construction,

d’extension et de modernisation.

Malgré une technique ultramoderne, beaucoup de travail se fait encore manuellement chez

KW Automotive à Fichtenberg (D).

AUTOINSIDE | Mai 202049


CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

L’usine mère de KW Automotive de Fichtenberg (D) se trouve en plein milieu de la forêt de Souabe-Franconie, dans un cadre naturel idyllique.

le fruit d’un pur hasard ! Car les pièces anodisées

traitées contre la rouille sont arrivées chez

Klaus Wohlfarth en violet au lieu du bleu commandé.

Du coup, les ressorts rouges n’étaient

pas du tout assortis. C’est pourquoi ils ont vite

été peints en jaune, et la marque de couleurs de

KW était créée. Celle-ci, entretemps déposée

dans le monde entier, confère à l’entreprise un

effet de reconnaissance élevé et une différenciation

claire par rapport aux autres fabricants.

Les pièces sont livrées sous la forme de simples

profilés en aluminum ou de tubes en acier et en

inox. À partir de l’aluminium, des coupelles de

ressort pour le sport motorisé ou des plaques

de palier d’appui sont ensuite fabriquées et

avec les tubes, les pièces de bonnes dimensions

sont sciées, coupées et fraisées pour le boîtier.

« La longueur du filetage, les perçages et les

matières premières permettent souvent de

reconnaître la suspension », m’explique Christian

Schmidt, alors que nous nous approchons

des grosses machines CNC. Les tubes y sont

filetés, à l’intérieur et à l’extérieur. Les différentes

pièces (supports de conduites de freins,

ABS ou de stabilisateurs) sont ensuite soudées

à la main sur les tubes finis via un dispositif

individuel. Le terme manufacture de suspensions

prend alors tout son sens : à Fichtenberg,

malgré des machines ultramodernes de haute

technologie, le travail manuel reste un atout

majeur. « Chez nous, la production d’environ

300 suspensions par jour se termine selon la

philosophie ‹ Build-to-Order ›, donc qu’à la réception

de la commande. » Sur le site de KV, en

développement constant, la visite se poursuit

vers la prochaine unité de production. Pour

satisfaire à la demande croissante en suspensions

à corps fileté et technologies d’amortis-

Une formation sur les suspensions par et pour des pros

KW Automotive (Schweiz) AG s’assure que ses experts des suspensions

restent à la pointe du progrès et reçoivent de première main des informations

sur les dernières évolutions en la matière. C’est pourquoi le directeur

Peter Banz propose aux garagistes de suivre des formations continues à

Fichtenberg. Outre une visite guidée de l’usine et une formation intensive

dans les domaines des suspensions et de l’alignement des essieux, ce cours

permet aux revendeurs spécialisés de KV de rafraîchir leurs connaissances

techniques sur la dynamique de conduite. Le pilote professionnel

Wolfgang Weber, âgé de 54 ans et disposant d’une impressionnante

expérience du sport automobile, aide les participants à mieux comprendre

le fonctionnement des suspensions à corps fileté KW à compression et

détente ajustables séparément. Il leur explique tout ce que les solutions

de suspension doivent supporter au quotidien, même sans exercices de

slalom ni manœuvres d’évitement et de freinage.

Les participants suisses ont également bénéficié d’une présentation détaillée

des différentes caractéristiques des amortisseurs et ont été impressionnés.

Luca Brigante, directeur de LB Cars GmbH à Lyss : « Il y a longtemps

que je travaille avec des produits KW et je ne peux que recommander ce

cours. J’ai été enchanté par l’organisation exceptionnelle, mais aussi par

l’excellente formation sur les produits sur place. Celle-ci m’a aussi confirmé

que les spécialistes de KW travaillent constamment sur leurs produits pour

franchir de nouvelles étapes de développement. »

Un bilan positif après deux jours passés à Fichtenberg en Souabe que

partage également Serkan Yildiz, CEO et fondateur de Sky Motorsport GmbH

à Egerkingen : « Je roule avec des suspensions KW et j’en vends depuis des

années. Autant dire que je connaissais déjà bien ces produits. Le cours m’a

néanmoins permis d’obtenir de nombreuses informations supplémentaires

sur les possibilités de réglage et d’optimisation. Wolfgang Weber nous a

permis d’acquérir une connaissance approfondie des produits. Ainsi, quand

les clients poseront des questions un peu délicates, je pourrai maintenant

leur donner des explications encore plus détaillées. Ces deux journées

m’ont clairement permis d’élargir mon savoir-faire. »

50

Mai 2020 | AUTOINSIDE


CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Les formations de deux jours permettent aux garagistes d’approfondir leurs connaissances sur la technique des suspensions et des amortisseurs ainsi que leurs caractéristiques.

seurs, le groupe KW Automotive a investi pas moins de 37 millions

de francs dans des travaux de construction et d’agrandissement. Des

centres d’usinage à cinq axes modernes, des tours CNC supplémentaires

et une nouvelle unité d’usinage de la tôle avec systèmes de découpe et

de soudage au laser ainsi que des plieuses sont venus compléter ses installations.

Les bureaux et l’atelier de développement ont déménagé dans

un bâtiment administratif flambant neuf avec cantine. Impressionnant !

Christian Schmidt m’emmène à l’entrepôt de réception des marchandises,

où notamment les ressorts fabriqués ailleurs ou les pièces KW

dont la transformation doit être sous-traitée subissent un contrôle qualité

avant validation pour la transformation consécutive. L’attaché de

presse précise : « Si tout est conforme, ils arrivent à la ‹ gare ›, d’où ils

sont acheminés vers leur espace de stockage attribué. Nous ne commençons

à confectionner les pièces qu’une fois qu’une suspension a été

commandée. Toutes les pièces sont ainsi rassemblées pour le montage,

sauf les amortisseurs ».

Pour chaque suspension à corps fileté ou ST, la production démarre ensuite

avec le montage des amortisseurs. La tige de piston et de réglage

ainsi que le tube extérieur et intérieur sont ici vissés ensemble avec

les différentes douilles rebond et les soupapes d’amortisseur ajustables

usinées à la main pour former un amortisseur de vibration. Puis nous

passons à la prochaine étape, avec la pose des différentes soupapes de

fond, qui gagnent toujours en complexité, notamment à partir d’une

suspension à corps fileté de la variante 2. Ensuite le montage final :

on met alors l’huile nécessaire et le gaz dans l’amortisseur avant de le

tester dans les quatre vitesses possibles. C. Schmidt poursuit ses explications

: « En fonction de l’utilisation, nous usinons les amortisseurs

selon le principe amortisseur monotube ou bitube. Pour notre nouvelle

variante 5 à quatre niveaux de réglage ou pour les amortisseurs destinés

au sport automobile à quatre ou cinq niveaux de performance, les amortisseurs

de vibration sont munis de pistons déplaceurs. Les amortisseurs

sont testés un à un, et s’ils passent le contrôle, ils rejoignent le montage

de la jambe de force ». Les coupelles de ressort sont alors montées, tout

comme les ressorts jaunes caractéristiques.

Les suspensions finies ne doivent ensuite plus qu’être emballées pour

être envoyées dans plus de 80 pays. Près de 400 paquets quittent chaque

jour l’usine mère du village pittoresque de Fichtenberg. Ils contiennent

toutes sortes de suspensions à corps fileté, des variantes les plus simples

à celles DDC plus complexes avec réglage électronique des amortisseurs.

L’objectif de KW Automotive GmbH est d’expédier la suspension finie

quelques jours ouvrables après la réception de la commande. Les colis

pour la Suisse arrivent ensuite chez le directeur de la filiale KW Automotive

(Schweiz) AG à Rotkreuz (ZG) Peter Banz et son équipe, d’où ils sont

acheminés le plus rapidement possible vers les clients de tout le pays. <

KEYBOX

STRONG

• Box en acier inoxydable laqué de

3 mm RAL 9006

• Montage soit sur façade avec protection

contre les intempéries, soit

dans l’entrée de votre bâtiment

• Remise des clés: 16 casiers qui

conviennent aussi pour les grandes

clés et les clés-cartes

• Réception des clés: tiroir pour

enveloppes C6

• Dimensions:

env. 690 × 884,5 × 300 mm (L×H×P)

• Poids: env. 78 kg

• Porte sécurisée avec serrure de

sécurité à double panneton

• Utilisation via un écran tactile

moderne

• Fonction de mémorisation des

codes en cas de panne de courant

• Détectabilité des ouvertures

• Fonction de verrouillage suite à

plusieurs tentatives infructueuses

• Choix de la langue: toutes les

langues européennes courantes

N° de commande: 2800

Fr. 8’950.-/article

TVA de 7.7% non comprise

PRIX DE LANCEMENT FR. 7’950.-

JUSQU’AU 31.05.2020

BOPP Solutions AG | Industriestrasse 6 | 8305 Dietlikon | Schweiz

Plus d’informations sur :

kwsuspensions.ch

PLUS D‘INFORMATIONS WWW.GARAGENBEDARF.CH

T +41 44 883 33 88 | F +41 44 883 33 89 | info@bopp-solutions.ch | www.bopp-solutions.ch

AUTOINSIDE | Mai 202051


FORMATION

La formation professionnelle supérieure

se bat elle aussi contre les restrictions

liées au coronavirus : les examens des

domaines de compétences pour les

diagnosticien(ne)s d’automobiles

et les coordinateurs/trices

d’ateliers automobiles ont

dû être annulés.

Procédure de qualification 2020

Les 2700 diplômé(e)s

ont toutes leurs chances

2700 jeunes professionnel(le)s se préparent à la procédure de qualification. Ils/elles savent depuis la mi-avril que

les examens auront lieu, mais sous une forme légèrement adaptée. Cependant, il n’y a pas que la formation initiale

à être affectée par la pandémie de coronavirus : la formation continue l’est aussi. Olivier Maeder, responsable de

la formation au sein de la direction de l’UPSA, répond aux questions essentielles. Sandro Compagno

Olivier Maeder.

Monsieur Maeder, le coronavirus a aussi

des incidences sur le domaine de la formation

de l’UPSA. Les quelque 2700 apprenti(e)

s qui souhaitent achever leur formation

professionnelle de base cet été obtiendront-ils

leurs certificats fédéraux de

capacité et leurs attestations de formation

professionnelle ?

Olivier Maeder, direction de l’UPSA : Oui,

ils/elles les obtiendront. L’accord passé entre

les partenaires de la formation professionnelle

permet aux apprenti(e)s, malgré les incidences

du coronavirus, d’obtenir un certificat

fédéral de capacité reconnu sur le marché

du travail et une attestation fédérale de formation

professionnelle. Toujours à la condition,

bien sûr, qu’ils/elles possèdent les compétences

requises pour cela.

Dans quel cadre les examens de fin

d’apprentissage auront-ils lieu ?

La Commission suisse pour le développement

professionnel et la qualité (CD & Q) de l’UPSA

s’est penchée le 3 avril sur les propositions

du groupe de travail national PQ 2020. Elle a

décidé d’une procédure de qualification raccourcie

avec un nombre réduit d’épreuves pratiques

pour toutes les professions des formations

initiales techniques de l’UPSA.

Qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Les assistant(e)s en maintenance d’automobiles

passeront cette année quatre épreuves

pratiques, les mécanicien(ne)s en maintenance

d’automobiles six et les mécatronicien(ne)s

d’automobiles sept. La PQ 2020 ne

prévoit aucun examen écrit ni oral. La note

des connaissances professionnelles sera calculée

à partir de la moyenne des notes semestrielles

de l’enseignement des connaissances

professionnelles. La note du dernier semestre

n’est pas prise en compte.

Est-ce valable pour toute la Suisse ?

C’est l’objectif. Le processus proposé par

l’UPSA sera appliqué sur tous les sites d’examens

UPSA en Suisse en respectant les décisions

prises par le Conseil fédéral afin d’endiguer

la propagation du coronavirus. Ceci

permet notamment d’assurer que le secteur

économique accepte les diplômes et que les

jeunes diplômé(e)s ne soient pas désavantagé(e)s

sur le marché du travail. Si un canton ne

peut pas organiser les examens comme prévu

à cause d’une situation spéciale due au coronavirus,

il peut demander une adaptation.

52

Mai 2020 | AUTOINSIDE


FORMATION

Il n’y aura pas d’examens pratiques pour

les employé(e)s de commerce et les

assistant(e)s du commerce de détail. Sur

quelle base se dérouleront les procédures

de qualification ?

Dans ce cas, la PQ se fondera sur les notes

d’expérience. Le comité directeur de la Conférence

suisse des branches de formation et

d’examens commerciales (CSBFC) a décidé,

conformément aux directives qui ont été approuvées

en matière d’« adaptation des procédures

de qualification », que les épreuves

orales et écrites pour la partie entreprise de

l’examen final n’auraient pas lieu et que l’octroi

du CFC se baserait sur la note d’expérience

obtenue en entreprise. La Formation du Commerce

de Détail Suisse (FCS) a proposé qu’exceptionnellement,

aucune épreuve pratique

n’ait lieu pour les formations professionnelles

de base dans le commerce de détail, et que l’on

s’appuie sur les notes d’expérience.

Cela signifie-t-il que les diplômé(e)s 2020

auront un diplôme au rabais ?

En aucun cas ! Avec cette procédure de qualification

tenant compte de la crise du coronavirus,

nous sommes convaincus de proposer

aux apprenti(e)s une possibilité équitable

de clore leur formation en dépit des circonstances

actuelles. Les travaux pratiques de la

PQ 2020 des formations techniques de base,

qui sont tout particulièrement importants

pour ces métiers manuels, prouvent la capacité

des jeunes diplômé(e)s à s’insérer sur le

marché du travail. À l’avenir, ils et elles trouveront

toutes les portes grandes ouvertes.

Qu’en est-il pour la formation professionnelle

supérieure ? Vous avez probablement

plus de flexibilité dans ce domaine-là.

Malheureusement, nous avons dû annuler

les examens des domaines de compétences

pour les diagnosticien(ne)s d’automobiles et

les coordinateurs/trices d’ateliers automobiles

à la mi-mars. À ce moment-là, nous

avions encore l’espoir que les examens finaux

en réseau pourraient avoir lieu. Au début

du mois d’avril, après nous être entretenus

avec le SEFRI et la CAQ DA / CAA, nous

avons cependant été contraints de les annuler.

Dès que nous en saurons plus sur la tenue

des examens de la formation professionnelle

supérieure, nous les replanifierons et en informerons

immédiatement les candidat(e)s.

Cette nouvelle planification est complexe,

car les examens du second semestre sont déjà

tous prévus.

Quid de la formation continue ? Combien de

cours de la Business Academy avez-vous dû

annuler en mars et en avril ?

Pour le cursus de conseiller/ère de vente automobile,

les leçons n’ont été annulées qu’une

seule fois chez nous à Mobilcity. Une semaine

plus tard, le cours a déjà pu avoir lieu dans

le cadre d’une salle de classe virtuelle, et ce

notamment grâce à la flexibilité et au soutien

des intervenant(e)s, des participant(e)s et des

responsables du cursus à l’UPSA. Pour les cursus

de formation continue essentiellement

axés sur la pratique, comme celui de restaurateur/trice

d’automobiles, les cours ont dû être

interrompus et seront rattrapés plus tard. À

la Business Academy, nous avons malheureusement

dû annuler 19 jours de cours, surtout

des modules didactiques. En ce qui concerne

le « Google Basics Training » (cours d’initiation

à Google) pour la vente automobile, il

s’est tenu pour la première fois sous la forme

d’un webinaire le 27 avril.

Tout cela pourrait également avoir des

conséquences financières sur l’UPSA, en

tant qu’organisatrice.

Le calcul du coût des formations prévoit toujours

une couverture des dépenses, mais pas

de marges élevées. Ainsi, nos dommages financiers

sont limités. Ce sont surtout les collaborateurs

et collaboratrices responsables de

l’organisation des cours qui ont du travail en

plus à cause des annulations et des replanifications.

Nous sommes naturellement désolés

pour tou(te)s les participant(e)s inscrit(e)

s à ces cours désormais annulés. Nous espérons

qu’ils/elles pourront les rattraper le moment

venu.

Ces dernières années, l’UPSA a investi dans

des outils pédagogiques numériques.

Est-ce que cela s’avère payant aujourd’hui,

de manière quelque peu inattendue ?

Grâce aux outils numériques pour les enseignements

de l’école professionnelle et au manuel

pratique des cours interentreprises, les

apprenti(e)s sont déjà à l’aise avec le virtuel.

Les enseignant(e)s de l’école professionnelle y

ont en outre mûrement réfléchi, ce qui a certainement

été un avantage pour les cours à

distance.

Si tout se remet en mouvement en mai ou en

juin, aurez-vous les capacités en termes

de personnel pour organiser tous les cours

et les cursus prévus cette année ?

Oui, au niveau du personnel, cela devrait être

possible. Toutefois, étant donné que le travail

dans les garages recommencera aussi probablement

en mai ou en juin, nous espérons

que les participant(e)s seront toujours prêt(e)

s à suivre les cours de la Business Academy.

Pour nos centres de formation, ce sont les

cours interentreprises de la formation de base

qui représentent la plus grande difficulté. Bon

nombre d’entre eux ont de la peine à réorganiser

rapidement les CI annulés, car le second

semestre est déjà planifié.

Les professionnel(le)s qui se sont inscrit(e)s

à un cours et doivent l’annuler pour

une raison ou une autre seront-ils/elles

remboursé(e)s ?

Les cours que nous annulons sont remboursés.

Si un(e) participant(e) se désiste, le remboursement

se fait selon les conditions générales.

Les frais d’examen sont remboursés sur

demande. Sinon, les montants payés seront

utilisés pour couvrir les frais des nouveaux

examens prévus. Nous ne tenons pas à augmenter

inutilement la charge administrative

pour les deux parties. <

Plus d’informations sur:

agvs-upsa.ch/formation

depuis

1964

CORTELLINI &

MARCHAND AG

Le plus complet des services de

réparation de boîtiers

électroniques pour auto

de Cortellini & Marchand AG

www.auto-steuergeraete.ch

061312 40 40

Rheinfelderstrass 6, 4127 Birsfelden

Vous cherchez, nous trouvons

Votre service de recherche pour

pièces automobiles d’occasion

www.gebrauchte-fahrzeugteile.ch

AUTOINSIDE | Mai 202053


FORMATION

UPSA Business Academy

SEPTEMBER

Cours d’introduction « Orfo 2012

employé-es de commerce »

> > 8. septembre 2020, Yverdon

> > 18. septembre 2020, Yverdon

Occasionsmanagement

Die Teilnehmer lernen, wie sie ihre Occasionsfahrzeuge

richtig bewirtschaften. Dazu gehören

unter anderem die Präsentation, der Eintauschprozess

und die dynamische Preisstrategie.

> > 9. September 2020, Bern

Séminaire de gestion des occasions

Les participants apprennent comment bien gérer

leurs véhicules d’occasion. La présentation, le

processus de reprise et la stratégie dynamique

de prix en font partie.

> > 10 septembre 2020, Paudex

JUNI

Grundlagen Flottenverkauf

> > 12. Juni 2020, Bern

> > 16. Oktober 2020, Winterthur

Das Google Basics Training für den

Autohandel

Sie lernen, wie Sie Ihr Unternehmen dort optimal

präsentieren und mögliche Marketingangebote

wie Google Adwords selbst steuern können.

> > 22. Juni 2020, Bern

> > 7. September, Winterthur

JULI

Facebook, Xing, Twitter et

WhatsApp dans la vente automobile

L’atelier montre de nouvelles possibilités

pour utiliser ces différentes plateformes afin

de vendre encore plus efficacement.

> > 6 juillet 2020, Yverdon

AUGUST

Lehrgang DAB+

In Zusammenarbeit mit der Schweizer-Radiobranche,

DAB+-Experten der SRG sowie DAB+-

Fahrzeug-Spezialisten wurde ein DAB+ Lehrgang

mit AGVS Kompetenzausweis entwickelt.

> > 20. August 2020, Lenzburg

Basisseminar für

Automobil-Verkaufsberater

Automobil-Verkaufsberater/-innen sind umfassend

informierte, flexible Ansprechpartner für

eine immer anspruchsvoller werdende Kundschaft.

Durch ihr freundliches, kompetentes

Auftreten schafft diese Fachperson Vertrauen

und zufriedene Kunden. Dauer: 10 Tage.

> > Start Seminar: 17. August 2020, Bern

Automobil-Verkaufsberater/in mit

eidg. Fachausweis

Der Lehrgang umfasst acht Module, die einzeln

abgeschlossen werden. Sind alle erfolgreich

bestanden, steht der Weg zum eidgenössischen

Fachausweis offen. Dauer: drei Semester,

berufsbegleitend.

> > Start Lehrgang: 18. August 2020 in

Winterthur oder 26. August 2020 in Bern

MwSt-Grundkurs

Der Kurs richtet sich an Personen, die sich neu

mit der Mehrwertsteuer im Automobilgewerbe

beschäftigen müssen oder im Alltag einige

Unsicherheiten mit der Anwendung der Mehrwertsteuer

haben.

> > 23. September 2020, Horw

Social Media im Autohaus. Facebook,

Instagram und Youtube. Keine

Likes, sondern Leads.

Von den Grundregeln der Kommunikation über

Ihre Rolle als Führungsperson. Aktuelle Führungssituationen

werden im Seminar besprochen und

Sie erhalten so die Gelegenheit, gemeinsam

Lösungen zu erarbeiten.

> > 28. September 2020, Horw

MwSt-Fortsetzungs- und

Vertiefungskurs

> > 29. September 2020, Horw

54

Mai 2020 | AUTOINSIDE


FORMATION

OKTOBER

Berufs- und Praxisbildnerschulung

Kaufmann/-frau EFZ (BiVo 2012)

Einführung in die kaufmännische Grundbildung in

der Branche Automobil-Gewerbe (BiVo 2012)

> > 22. Oktober 2020, Winterthur

> > 27. Oktober 2020, Bern

Elektro-Instruktion für

Hochvolt-Systeme in Elektro- und

Hybridfahrzeugen

> > 23./24. Oktober 2020, TBZ Zürich

> > 6./7. November 2020, ibW Chur

Weitere Ausbildungspartner online:

agvs-upsa.ch/de/berufsbildung/

hochvolt-zertifizierung

AGVS DIDAKTIK-

MODULE

«Instrumente der neuen BiVo 2018

einsetzen»

> > 13. August 2020, Lenzburg

> > 8. Oktober 2020 Bern

«Lernende selektieren»

> > 10. Juni 2020, Chur

> > 19. August 2020, Weinfelden

> > 4. November 2020, Sissach

> > 8. Dezember 2020, Mülenen

«Junge Erwachsene führen und

Krisen überwinden»

> > 11. August 2020, Bern

> > 11. September 2020, Lenzburg

> > 2. Dezember 2020, Sissach

Weitere Daten und Orte werden laufend

online ergänzt.

UPSA MODULES

DIDACTIQUES

« Utiliser avec compétence les

instruments des nouvelles

ordonnances de formation »

> > 25 juin 2020, Yverdon

Retrouvez ces thèmes, et bien d’autres,

dans la Business Academy en ligne.

Les cours sont proposés dans la langue

correspondante. D’autres cours seront proposés

ultérieurement. Mise à jour sur agvs-upsa.ch.

Rubrique: UPSA Business Academy

Diese und weitere interessante Themen

finden Sie online in der Business Academy.

Die Kurse sind in der Kurssprache ausgeschrieben.

Andere Kurse werden zu einem

späteren Zeitpunkt angeboten. Laufende Kursupdates

finden Sie auf agvs-upsa.ch.

Rubrik: AGVS Business Academy

Votre manifestation fait encore

plus bouger les choses au

centre de compétences pour

l’automobile et le transport !

Vous trouverez chez nous les conditions cadres

idéales pour réussir vos formations, réunions et

événements juste à la sortie d’autoroute Wankdorf.

Contact : téléphone 031 307 15 70, info@mobilcity.ch,

www.mobilcity.ch

AUTOINSIDE | Mai 202055


FORMATION

En raison

de la crise du

coronavirus, il est possible

que les délais soient repoussés.

Toutes les offres

sont donc actualisées au

fur et à mesure sur

upsa-agvs.ch.

Événements régionaux à venir

AARGAU

Automobildiagnostiker/-in

Informationsabend:

Dienstag, 16. Juni 2020, 18 Uhr

(letzter Infoabend vor Lehrgangsstart)

Start Lehrgang: Mittwoch, 9. September 2020

Ort: Weiterbildungszentrum, Lenzburg

> > wbzlenzburg.ch

BERN

Automobil-Verkaufsberater/-in

Informationsabend:

Mittwoch, 24. Juni 2020

Start Lehrgang: Mittwoch, 26. August 2020

Ort: Mobilcity, Bern

> > agvs-upsa.ch

Automobildiagnostiker/-in BP

Anmeldeschluss: 29. Mai 2020

Nächster Studienbeginn:

Mittwoch, 12. August 2020

Ort: GIBB

> > gibb.ch

Betriebswirt/-in im Autogewerbe HFP

Anmeldeschluss: 28. Mai 2021

Nächster Studienbeginn: August 2021

Ort: GIBB

> > gibb.ch

Werkstattkoordinator/-in

im Automobilgewerbe

Nächster Studienbeginn:

Freitag, 14. August 2020

Ort: GIBB

> > gibb.ch

Kundendienstberater/-in

im Automobilgewerbe

Nächster Studienbeginn:

Mittwoch, 3. Februar 2021

Ort: GIBB

> > gibb.ch

CHUR / ZIEGELBRÜCKE

Automobildiagnostiker/-in

Lehrgangsstart: August 2020

Ort: ibW Höhere Fachschule Südostschweiz, Chur

> > ibw.ch

ST. GALLEN

Automobildiagnostiker/-in BP

Neu mit Einführungstagen

Informationsabend: Mittwoch, 20. Mai 2020,

19 Uhr im Ausbildungszentrum

Lehrgangsstart: August 2020

Ort: AGVS Ausbildungszentrum St. Gallen

> > agvs-abz.ch

WINTERTHUR

Kundendienstberater/-in

im Automobilgewerbe

Informationsabend:

Donnerstag, 11. Juni 2020, 19 bis 20.30 Uhr

Dienstag, 27. Oktober 2020, 19 bis 20.30 Uhr

Start Lehrgang: 8. Januar 2021

Ort: STF Winterthur

> > stfw.ch/akb

Automobil-Verkaufsberater/-in

Informationsabend:

Donnerstag, 11. Juni 2020, 19 bis 20.30 Uhr

Start Lehrgang: 18. August 2020

Ort: STF Winterthur

> > stfw.ch/aavb

Betriebswirt/-in

im Automobilgewerbe

Lehrgangsstart: 25. August 2021

Ort: STF Winterthur

> > stfw.ch/abwa

Automobildiagnostiker/-in

Automobil-Werkstattkoordinator/-in

Informationsabend:

Donnerstag, 11. Juni 2020, 19 bis 20.30 Uhr

Nächster Studienbeginn: 2./3. September 2020

Ort: STF Winterthur

> > stfw.ch/ad und stfw.ch/adwo

56

Mai 2020 | AUTOINSIDE


FORMATION

ZÜRICH

Betriebswirt/-in

im Automobilgewerbe

jeweils freitags

Ort: TBZ Zürich

> > tbz.ch

Automobil-Werkstattkoordinator/-in

mit Zertifikat AGVS

Donnerstagabend

Ort: TBZ Zürich

> > tbz.ch

PAUDEX

Diplôme fédéral de gestionnaire

d’entreprise de la branche

automobile

Séance d’information

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > romandieformation.ch

Coordinateur d’atelier automobile

Lieu : Centre Patronal de Paudex

> > romandieformation.ch

YVERDON

Diagnosticien d’automobiles

Prochaine session : janvier 2021

Cours les mardi et jeudi soir et le samedi matin

Lieu : Centre de formation UPSA-VAUD,

Yverdon-les-Bains

> > formation.upsa-vd.ch

OLTEN

Fahrzeugrestaurator

Informationsabend:

Mittwoch, 24. Juni 2020, 18 Uhr

Mittwoch, 19. August 2020, 18 Uhr

Ort: AGVS Ausbildungscenter

Sektion Solothurn, GerolagCenter Olten,

Industriestrasse 78, 4600 Olten

> > fahrzeugrestaurator.ch

Les sections nous informent

Pour une publication dans AUTOINSIDE,

envoyez-nous vos informations sur les

événements et formations à venir

dans la branche automobile à l’adresse

myfuture@agvs-upsa.ch.

Vous trouverez les informations relatives

à toutes les formations continues sur :

metiersauto.ch

Protégez vos apprentis et vous-même avec un Safety Bag!

Le nouveau

Safety Bag

est arrivé !

Le contenu du Safety Bag peut différer de l’image.

Le set sécurité / Safety Bag comprend l’équipement de protection individuelle (EPI) qui est prescrit par la loi comme

une paire de lunettes de sécurité, chaussures de sécurité, bouchons d’oreilles de sécurité, gants de sécurité ainsi

qu’une brochure sur la sécurité au travail. Fourni dans un sac à dos pour tout transporter pratiquement. Vous pouvez

commander le Safety Bag avec ou sans chaussures de sécurité.

Vous trouverez sur www.safetyweb.ch, rubrique: Adhésion / Avantages des informations complémentaires ainsi qu’un

formulaire de commande.

be safe!

AUTOINSIDE | Mai 202057


SPONSORED CONTENT

innova

Solutions d’assurance avantageuses

pour membres de l’UPSA

Avec l’assureur innova à vos côtés, vous assurez votre entreprise contre les risques de l’obligation légale de

poursuivre le paiement du salaire. Grâce au contrat-cadre entre l’UPSA et innova, vous profitez, en tant que

membre de l’UPSA, de primes intéressantes. Vous et vos employés recevez des rabais attrayants sur les

assurances maladie complémentaires.

Parce qu’ils contribuent à sa réussite économique,

les collaborateurs sont le principal capital

de toute entreprise. Cela étant, aucune

entreprise n’est à l’abri d’événements imprévisibles

: en cas de maladie de ses collaborateurs,

elle doit continuer à leur verser un

salaire durant une période déterminée. innova

offre pour ce cas une assurance perte de

gain dégraissée. C’est vous qui en profiterez :

• solution simple et standardisée ;

• conditions particulièrement avantageuses

;

• gestion des prestations efficiente ;

• calcul des primes individualisé ;

• Case Management gratuit.

Le Case Management fait partie intégrante

des assurances perte de gain innova. L’objectif

de cette prise en charge individualisée est

la réinsertion rapide et durable des collaborateurs

malades. <

Bourse pour la

formation d’apprentis

Pour tous les membres de l’UPSA qui

deviennent clients innova, nous dépensons

100 francs pour la formation d’apprentis.

Changer d’assurance pour passer chez innova

vaut donc doublement la peine : vous

profitez de primes intéressantes et des

avantages du contrat-cadre entre innova et

l’UPSA, investissant ainsi en même temps

dans l’avenir de votre branche.

Pour garagistes:

services tout-terrain.

Profitez de l’assurance

perte de gain d’innova.

Réservée aux membres de l’Union professionnelle suisse de l’automobile UPSA: L’assurance

perte de gain d’innova à des primes avantageuses! Soyez protégé des retombées économiques

d’une perte de gain et obtenez un revenu continu en cas de maladie ou d’accident. Nous vous

offrons des services complets ainsi qu’un Case Management gratuit.

Parfaitement assuré: www.innova.ch | vente@innova.ch | 0848 866 400


FORMATION

Cursus de conseiller de vente automobile avec brevet fédéral et séminaire de base

Un profil recherché

Les conseillers/ères de vente automobile sont des interlocuteurs flexibles qui maîtrisent leur sujet sur le bout

des doigts afin de satisfaire aux exigences pointues de la clientèle. Les cours en allemand sont proposés à

Berne et à Winterthour et le séminaire de base en français à Paudex. Arjeta Sulejmani (AGVS)

Nous avons besoin, aujourd’hui comme demain, de conseillers de

vente automobile qualifiés. Ce sont des collaborateurs très demandés.

Même si les clients s’informent de plus en plus sur Internet, ils souhaitent

toujours être conseillés par des professionnels compétents.

Les demandes en ligne nécessitent des réponses correctes et rapides.

Cela permet de cultiver et même d’étendre les contacts et les liens personnels

avec la clientèle, qui sont de plus en plus complexes.

Les conseillers de vente sont prisés. Ils font à la fois office de conseillers

en mobilité et de conseillers financiers. Une formation continue

personnelle est donc indispensable. Depuis plus de 15 ans, l’UPSA

propose une formation de conseiller de vente en cours d’emploi, formule

qui a fait ses preuves. En raison de la forte demande et pour garantir

une meilleure couverture géographique, un deuxième cursus a

vu le jour l’an passé en Suisse alémanique à la STFW de Winterthour.

Artisanat commercial pour la vente au quotidien

Conçue sur mesure pour la branche, cette formation vous aide à réfléchir

et à agir en fonction des ventes, du marché et des exigences

commerciales dans votre travail quotidien.

Elle est proposée en huit modules qui peuvent être suivis séparément.

Les domaines de compétence englobent des sujets tels que la psychologie

de vente, la communication de vente, le droit et les assurances, ou

encore le marketing. Une fois les modules validés, libre à vous de vous

inscrire à l’examen professionnel pour obtenir le titre de « conseiller de

vente automobile avec brevet fédéral ».

Séminaire de base pour conseillers/ères de vente automobile

Le séminaire de base pour les débutants en vente automobile aura

lieu du 17 au 28 août 2020 en allemand à Mobilcity et du 25 janvier au

5 février 2021 en français à Paudex <

INSCRIVEZ-VOUS

MAINTENANT !

FORMATION CONTINUE Conseiller de vente automobile / Conseillère de vente

automobile avec brevet fédéral

Prérequis

& conditions d’admission

Sont admis à l’examen final les candidats qui :

a) sont titulaires du certificat fédéral de capacité d’une formation

initiale ou possèdent un certificat au moins équivalent.

b) peuvent justifier d’une expérience professionnelle d’au

moins deux ans dans la vente d’automobiles en Suisse

après leur formation professionnelle ou qui, en l’absence

de réussite à la procédure de qualification (examen

de fin d’apprentissage), peuvent attester de sept

années de pratique (en Suisse), dont quatre au moins

dans la vente d’automobiles

c) peuvent apporter la preuve d’avoir terminé les

8 modules

Vue d’ensemble des domaines

de compétences / modules

La formation continue comprend 8 modules.

Chaque module est sanctionné par un examen

et confirmé par une attestation.

1 Psychologie de la vente et formation

de la personnalité

2 Communication et méthode de vente

3 Administration et informatique

4 Organisation du travail et gestion

d’entreprise / Commerce de l’occasion

5 Comptabilité

Le séminaire de base pour

conseillers/ères de vente

automobile

Le séminaire de base transmet aux

débutant(e)s les connaissances de base

nécessaires pour la vente automobile.

Sous réserve du paiement dans les délais de la taxe

d’examen.

Durée : trois semestres, concomitant à l’exercice de

sa profession

Titre : « Conseiller de vente automobile / Conseillère de

vente automobile avec brevet fédéral »

6 Droit et assurances

7 Connaissance du produit pour la vente

8 Marketing et marché automobile

Possibilités de formation continue

Examen professionnel supérieur (EPS) :

Dates du cours : 17 au 28 août 2020

Horaires : 10 jours de cours de 8 h 30 à 17 h 00

Lieu : Mobilcity, Wölflistrasse 5, 3006 Berne

Informations et lieux du cours : Vous trouverez les lieux de

formation actuels et des informations sur le site Internet

de l’UPSA www.agvs-upsa.ch, « Formation », « Formation

professionnelle supérieure »

Gestionnaire d’entreprise diplômé-e de

la branche automobile

Inscriptions et informations :

upsa-agvs.ch, rubrique Formation, UPSA

Business Academy

Conseiller de vente automobile /

Conseillère de vente automobile avec brevet fédéral

Les connaisseurs des besoins des clients. Les conseillers de vente automobile sont des

interlocuteurs parfaitement informés, flexibles pour une clientèle de plus en plus exigeante.

Ces spécialistes savent gagner la confiance des clients et les satisfaire de par leur

amabilité et leur compétence. Ils communiquent avec sécurité et compétence grâce à

leur esprit d’équipe marqué. Pour ce faire, ils doivent disposer de vastes connaissances

des produits de la marque représentée. Les conseillers de vente sont également compétents

en ce qui concerne les questions juridiques et techniques des assurances grâce à leur

formation continue et peuvent proposer aux clients des solutions optimales, à la fois en

qualité de conseillers financiers et de conseillers à la mobilité. Il peuvent aussi être appelés

à organiser des expositions et des événements ou le lancement d’un nouveau produit.

De vastes connaissances du marketing sont un atout dans ce domaine.

UPSA / AGVS

Wölflistrasse 5, Case postale 64, 3000 Berne 22

Téléphone 031 307 15 15, Fax 031 307 15 16

info@agvs-upsa.ch, www.agvs-upsa.ch

Cursus de conseiller/ère de

vente automobile avec brevet

fédéral

Séances d’information à Berne :

Jeudi 25 juin 2020

L’Union professionnelle suisse de

l’automobile (UPSA) vous renseigne

également par téléphone.

20170221_AVB_Flyer_f_A5.indd 2 23.02.17 11:30

>

viva.ch 2/2017

Inscriptions : autoberufe.ch/fr/node/23697

Début des cours (trois semestres) :

Mercredi 26 août 2020,

Mobilcity, Berne (en allemand)

Mardi 18 août 2020,

STFW, Winterthour (en allemand)

20170221_AVB_Flyer_f_A5.indd 1 23.02.17 11:30

AUTOINSIDE | Mai 202059


FOCUS : TECHNIQUE

Communication de véhicule à véhicule

Elle vous prévient de ce que

vous ne voyez pas encore

Le trafic pendulaire est en forte baisse en cette période de pandémie. En temps normal, les transports

individuels subissent d’importants ralentissements aux nœuds de transport névralgiques. Avec la communication

Car-to-X, les constructeurs entendent non seulement contourner voire éviter les embouteillages mais également

permettre l’échange en temps réel d’informations sur les travaux, sur l’arrivée des véhicules de secours ou

encore sur les embouteillages. L’objectif : améliorer la sécurité et prévenir les accidents. Andreas Senger

La communication C2C et C2X améliorera encore plus la sécurité routière à l’avenir. Alors que VW propose la norme pWLAN à bord de la Golf 8, d’autres constructeurs traînent

encore les pieds. (Photo : Volkswagen)

La branche automobile débat depuis des années

de quelle serait la meilleure plate-forme

de communication : C2C (Car-to-Car, c’est-àdire

de véhicule à véhicule) ou C2X (Car-to-X,

c’est-à-dire de véhicule à l’infrastructure). Tandis

que le réseau de téléphonie mobile garantit

une connexion de données permanente

en présence d’une couverture optimale (d’une

cellule à la suivante), le WLAN (Wireless Local

Area Network) a pour inconvénient les interruptions

dues aux connexions et déconnexions

d’une antenne à l’autre.

La norme radio pWLAN, également désignée

par l’appellation IEEE 802.11p, est connue depuis

2010. Elle fonctionne à une fréquence

de 5,9 GHz pour une portée maximale de

800 mètres. Contrairement au WLAN domestique

(Wi-Fi), l’émetteur-récepteur transmet

des informations et reçoit des données

d’autres appareils en permanence, ce qui permet

aux véhicules de communiquer directement

entre eux ou avec l’infrastructure (feux

tricolores, par exemple) sans connexion à Internet.

La liaison sur le réseau mobile rend

également possible une communication avec

Internet. L’alternative mobile s’appelle 3GPP

Cellular Vehicle-to-Everthing (V-V-to-X). Elle

repose fondamentalement sur la norme de téléphonie

mobile 3G. La version actuelle est

compatible avec la 5G et offre en conséquence

un temps de latence (temps qui s’écoule entre

la requête et la réponse) bien plus court. Ce

sont surtout les fabricants américains et asiatiques

qui ont misé sur la connexion par le

réseau mobile jusqu’à présent. En Europe par

contre, ils ne sont pas unanimes.

Alors que Volkswagen se concentre sur le

pWLAN qu’elle installe de série dans sa Golf 8,

les autres constructeurs automobiles allemands

ont tendance à adopter la solution utilisant

le réseau mobile. Comme la Golf 8 et l’ID.3

sont toutes deux équipées de série de la technologie

pWLAN, une condition de base permettant

de prendre une décision en faveur du

pWLAN ou de la 3GGP est satisfaite puisque

plus le nombre de véhicules sur les routes équipés

de l’une ou de l’autre technologie sera élevé,

plus la qualité des avertissements et donc

du service du prestataire ou du constructeur

sera favorable.

Suite à des analyses de la technologie V2V

lors d’essais pratiques, l’ADAC se montre

convaincue des performances de la Golf 8. La

Golf actuelle a été testée dans huit situations

dangereuses différentes. La technologie a parfaitement

fonctionné dans chacune d’elles,

qu’il s’agisse de conduite ou de danger. Il appartient

désormais aux autres constructeurs

automobiles de faire en sorte que cette technologie

perce.

La technologie C2C sera rapidement mise en

œuvre ces prochaines années. Il serait judicieux

que les véhicules d’intervention des

pompiers, de la police et des services de secours

en soient équipés pour rendre le trajet

jusqu’au lieu de l’intervention plus sûr et pour

que les usagers puissent leur faire, en amont,

de la place en créant un couloir de secours.

Il faudra encore quelques années pour que la

technologie C2X s’impose. Le service ne fonctionnera

en effet que lorsque l’infrastructure

(les feux tricolores, etc. par exemple) sera munie

du matériel et qu’un logiciel de commande

sera disponible. <

60

Mai 2020 | AUTOINSIDE


TECHNIQUE & ENVIRONNEMENT

Élimination des pneus usagés

Voici comment sont éliminés

les pneus usagés

De nombreux pneus seront en fin de vie lorsqu’il faudra passer des pneus d’hiver aux pneus d’été dans

quelques semaines. Pour bien les éliminer, l’UPSA recommande à ses membres de faire appel à des entreprises

spécialisées. André Bissegger

La saison frénétique des changements de pneus

commence autour de Pâques pour nombre de garagistes.

De nombreux pneus d’hiver atteignent

la fin de leur vie au moment du rendez-vous au

garage. D’ici-là, chacun d’eux aura parcouru une

distance moyenne de 40 000 km environ. Il s’agit

alors pour les automobilistes et les garagistes de

les éliminer correctement. Avec l’augmentation

sur les routes suisses du nombre de véhicules

électriques dont les pneus s’usent plus rapidement,

la roue de l’élimination des pneus usagés

devrait même tourner un peu plus vite à l’avenir.

Les pneus appartiennent à la catégorie des

« autres déchets soumis à contrôle » selon l’ordonnance

sur les mouvements de déchets (OMoD),

car ils sont constitués de caoutchouc synthétique

ou naturel ainsi que de suie, de silice, d’acier et

de tissu. C’est surtout à cause d’additifs tels que

le zinc, le plomb et le soufre que le stockage ou

l’élimination inappropriés des pneus usagés entraîne

un gros risque pour la nature, notamment

pour les eaux de surface, les eaux souterraines

et les sols.

Bien que les pneus usagés puissent être exportés

en tant que produits d’occasion, il faut toutefois

qu’ils affichent une profondeur de profil minimale

de 1,6 mm comme l’exige la réglementation

suisse. Si tel n’est pas le cas, ils sont considérés

comme des déchets qui ne peuvent être exportés

qu’avec l’autorisation de l’Office fédéral de l’environnement

(OFEV).

Par ailleurs, les garagistes et les revendeurs de

pneus ne doivent remettre leurs pneus usagés

qu’à des entreprises disposant de l’autorisation

de prise en charge correspondante. Le numéro

OMoD de l’entreprise permet de le vérifier très

facilement. Les numéros sont répertoriés dans un

annuaire en ligne avec les types de déchets que

chaque entreprise est autorisée à traiter. L’UPSA

conseille à ses membres d’engager une entreprise

d’élimination de pneus usagés figurant

dans le tableau. <

Plus d’informations sur :

veva-online.admin.ch

Changements concernant

l’élimination de batteries

Le 1 er janvier 2020, le Département fédéral

de l’environnement, des transports,

de l’énergie et de la communication

(DETEC) a modifié le montant de la taxe

d’élimination anticipée de batteries. La

taxe frappant les batteries automobiles

lithium-ion qui y sont soumises s’élève

désormais à CHF 1.60 par kilogramme. Elle

se monte à CHF 0.50 par kilogramme pour

les batteries automobiles et industrielles

au plomb qui y sont soumises. Ce montant

passe à CHF 3.20 par kilogramme pour

toutes les autres batteries automobiles

soumises à la taxe.

Entreprise Lieu Téléphone Site web

AABA AG 5620 Bremgarten 079 207 86 61 aaba.ch

Agir AG 8910 Affoltern a. Albis 044 762 44 88 agir.biz

Eurogomma GmbH 3072 Ostermundigen 031 731 22 55 eurogomma.ch

Esa 3401 Burgdorf 034 439 02 04 esa.ch

G. Marelli AG 4127 Birsfelden 061 311 61 07 marelli.ch

Häfeli-Brügger AG 5313 Klingnau 056 267 55 55 haefeli-bruegger.ch

Jura-Cement-Fabriken AG 5103 Wildegg 062 887 76 66 juracement.ch

PM Ecorecycling SA 6850 Mendrisio 091 630 27 40 pmecorecycling.ch

Rizzi Giorgio Sagl 6593 Cadenazzo 027 458 38 52 rizzigiorgio.ch

Rubbertec AG 5053 Staffelbach 062 739 20 15 rubbertec.ch

Zimmermann Umweltlogistik AG 6374 Buochs 041 624 91 94 zimgroup.ch

AUTOINSIDE | Mai 202061


PRODUITS & PRESTATIONS

Crise du coronavirus

Le Swiss Automotive Show

reporté à 2021

La prochaine victime de la pandémie de coronavirus : le Swiss Automotive Show 2020 est annulé. Sébastien

Moix, directeur marketing de SAG, est contraint de reporter la cinquième édition du SAS à 2021. Sandro Compagno

Malgré son succès en 2019, le SAS ne pourra pas avoir

lieu en 2020 à cause de la pandémie de coronavirus.

« Nous n’avions pas d’autre choix », affirme l’organisateur du plus

grand salon des fournisseurs de la branche automobile suisse. 170

exposants représentant 250 marques auraient dû présenter leurs

produits et leurs services les 28 et 29 août à Forum Fribourg. Les organisateurs

s’attendaient à environ 8000 visiteurs, tous spécialistes

issus de la branche automobile. En quatre ans d’existence, le SAS,

qui n’était que le petit salon interne du Swiss Automotive Group

(SAG), est devenu un important point de rencontre de la branche. Il

est à la fois une plate-forme favorisant les échanges d’informations

et l’entretien de contacts personnels et une manifestation sociale

pour toute la branche grâce à un programme-cadre attrayant. Les

contacts hors Internet, tels que ceux qui sont noués à un salon professionnel,

sont justement inestimables à l’ère du numérique, ou ils

l’ont été jusqu’à ce que le coronavirus s’invite dans nos vies et nous

impose l’éloignement social.

Sébastien Moix affirme que sa décision n’a pas été facile à prendre,

mais qu’elle est inévitable pour trois raisons : « Premièrement, nous

ne partons pas du principe que les manifestations de grande envergure

pourront reprendre fin août. Deuxièmement, nos fournisseurs

sont durement frappés par la crise : 90 % des usines étaient fermées

en mars et en avril. Compte tenu des coûts auxquels ils sont confrontés,

nos fournisseurs italiens n’envisagent même pas de participer au

salon. Et troisièmement, nous nous demandons comment réagissent

nos clients. Les gens ont intégré l’éloignement social, qui perdurera

encore un certain temps. Les gens seront-ils à nouveau prêts pour un

salon accueillant des exposants venant de toute l’Europe et des visiteurs

issus des quatre coins de la Suisse fin août ? »

En 2021, Sébastien Moix veut écrire un nouveau chapitre de la success

story du SAS. Bien que l’échéance n’ait pas encore été fixée, il faut

s’attendre à une date fin août ou début septembre. Il est clair qu’il

manquera un deuxième pilier à l’année automobile suisse 2020 après

l’annulation du Salon de l’auto en mars. <

L’AG d’ESA aura lieu par écrit

Plus d’informations sur :

sag-ag.ch

L’assemblée générale traditionnelle d’ESA ne peut se tenir cette

année. Du fait de la crise du coronavirus et de l’interdiction de

manifestations publiques et privées, l’assemblée générale se

déroulera par écrit le 14 mai.

ESA a informé ses copropriétaires début avril de l’annulation de son

assemblée générale traditionnelle qui se tient normalement au Kursaal

d’Interlaken. « Les situations extraordinaires nécessitent des mesures

spéciales », écrit ESA. L’annulation est d’autant plus regrettable

qu’ESA fête son 90 e anniversaire cette année et qu’elle souhaitait

l’inscrire à l’ordre du jour de son AG. Sur le plan juridique, l’annulation

du rassemblement « physique » dans l’Oberland bernois le 14 mai ne

change rien. Les sociétaires ont reçu par la poste tous les documents

requis au cours du mois d’avril et pourront exprimer leur avis par écrit.

Plus d’informations sur :

esa.ch

62

Mai 2020 | AUTOINSIDE


PRODUITS & PRESTATIONS

Interview de Claudio Binder

« Le contact humain reste un

élément clé du succès »

Passionné d’automobile :

Claudio Binder dans son

Plymouth Satellite Cabriolet

de 1965. (photo : dream-cars.ch)

Une grande fête était prévue. Mais en raison de la pandémie de coronavirus, ce fut un départ discret. Après

40 ans dans la branche automobile, Claudio Binder (bientôt 64 ans), directeur de Technomag pendant des années

puis de Derendinger, prend une retraite bien méritée. Sandro Compagno

Monsieur Binder, que ressentez-vous en quittant la branche

automobile après plus de 20 ans chez Bosal et près de 20 ans chez

Métraux Services et au sein du Swiss Automotive Group ?

Claudio Binder : C’est une sensation étrange. En mars, j’ai beaucoup

travaillé depuis mon domicile et me suis rendu au bureau les 30 et

31 mars : je devais transmettre divers documents et les derniers dossiers

en cours. Il fallait également que je libère définitivement le bureau.

Les locaux étaient quasi déserts en raison du coronavirus. Tout

se passait à distance. Et la fête de départ est tombée à l’eau. J’espère

vraiment qu’elle pourra être organisée ultérieurement afin que je puisse

faire mes adieux comme il se doit à mes chers collègues.

Qu’est-ce qui va vous manquer ?

J’ai rencontré beaucoup de personnes formidables et j’ai eu la chance

de travailler dans un domaine que j’adore. J’ai par ailleurs pu entretenir

beaucoup de contacts, un aspect très agréable pour moi qui aime communiquer.

C’est sans doute cela qui me manquera le plus.

Vous verra-t-on encore lors des événements de la branche ou tout

cela est-il désormais derrière vous ?

La branche automobile ne sera jamais derrière moi. C’est une véritable

passion. Différentes entreprises m’ont par ailleurs déjà demandé de

mettre mon expérience et mon réseau de contacts à leur disposition.

J’ai ainsi fondé une entreprise individuelle et assumerai des tâches

passionnantes sur la base de mandats. Mais une chose est sûre : je ne

veux plus travailler à 100 %. On me verra également de temps en temps

lors de rassemblements de voitures anciennes. Je possède un Plymouth

Satellite Cabriolet de 1965 et une Jaguar XJ6, 4.2 série 2 de 1975, un

très beau modèle de collection.

Lorsque vous vous remémorez votre carrière, qu’est-ce qui a le

plus changé, selon vous, au cours des 40 dernières années ?

Je ne m’en tiendrai pas à un seul aspect. Je dirais, d’une part, les efforts

consentis par les constructeurs automobiles pour conserver, même

après leur achat, les propriétaires de véhicules par le biais de garanties

à long terme et de services dits gratuits. Il en résulte une pression

accrue sur les ateliers indépendants. D’autre part, l’accès aux données

techniques de diagnostic, de service et de maintenance ainsi qu’aux

portails des constructeurs devient de plus en plus difficile. La fusion

de Métraux Services avec le groupe Derendinger en 2009 a par ailleurs

représenté une étape majeure.

Et qu’est-ce qui n’a pas changé ?

De nombreuses activités restent une affaire de relations humaines.

Le contact est toujours un élément clé du succès, y compris dans le

monde du numérique.

Choisiriez-vous aujourd’hui encore la branche automobile ?

Oui, sans aucun doute. La mobilité est un besoin fondamental de la

société actuelle. Lorsque l’on voit tout ce qui est conçu, on imagine

facilement que quelques nouvelles professions vont connaître un fort

développement dans la branche automobile. Les nouvelles technologies

ont elles aussi besoin de maintenance, et les futurs modèles de

mobilité doivent être développés, organisés et coordonnés.

Y a-t-il un conseil que vous aimeriez donner aux garagistes suisses ?

Restez dans la course. Continuez à vous former, intégrez les changements

et adaptez-vous aux nouvelles réalités du marché. La mobilité est

un secteur d’avenir. Les garagistes qui abordent activement les changements

et font face aux nouveaux défis feront partie des gagnants. <

AUTOINSIDE | Mai 202063


PRODUITS & PRESTATIONS

Répertoire des fournisseurs UPSA

Dans le répertoire multisupports des fournisseurs UPSA, des fournisseurs de premier plan de la branche

automobile présentent de façon claire leurs produits et prestations de services classés par catégories.

Onze fois par an dans le magazine AUTOINSIDE, mais aussi toute l’année sur le site Internet upsa-agvs.ch, les

4000 membres UPSA, les garages et les ateliers automobiles internes aux entreprises ainsi que 8000 ateliers

automobiles de Suisse y trouvent les nombreux articles dont ils ont besoin au quotidien. Les entreprises suivantes

vous recommandent leurs services en tant que partenaires de la branche automobile suisse.

1. Équipements d’atelier

....die PROFIS

für den PROFI....

CARROSSERIE-EINRICHTUNGEN von A-Z

CAR-O-LINER - Mess- und Richtanlagen,

Hebetechnik, Zentral Absauganlagen,

Schweisstechnik, Klimawartungsgeräte,

Handwerkzeuge, und vieles mehr!

…rufen Sie uns an, wir beraten Sie gerne…

3. Accessoires automobiles et tuning

2. Outils et appareils

Your Car. Your Style.

Your Suspension.

www.st-suspensions.ch

4. Pièces de rechanche et d’usures

autotechnik.ch

www.derendinger.ch

191219_auto_inside_branchenverzeichnis_60x60mm_v1.indd 2 19.12.19 13:11

www.hella-gutmann.ch

64

Mai 2020 | AUTOINSIDE


PRODUITS & PRESTATIONS

www.technomag.ch

ARRIVEZ À VOTRE

DESTINATION SANS SOUCI

NOKIANTYRES.CH

www.technomag.ch

NOKIAN_Autoinside_60x60_CHFR.indd 1 17. Feb 2020 10:40

autotechnik.ch

www.technomag.ch

7. Lavage et entretien

5. Pneus, roues et châssis

UNE PARFAITE SUSPENSION

POUR CHAQUE UTILISATION!

www.KWautomotive.ch

www.bridgestone.ch

6. Huiles, lubrifiants, additifs et

produits chimiques

www.firestone.ch

En exclusivité chez votre ESA:

la technique de lavage auto

du leader mondial WashTec.

www.derendinger.ch

esa.ch

www.derendinger.ch

AUTOINSIDE | Mai 202065


More-than-CW-CADIS-schräg-210_146_2019-AI-CH.indd 1 23.10.19 10:06

1

2

PRODUITS & PRESTATIONS

100 50

ACF-Fahrzeug

Die Garagensoftware

die keine Wünsche

offen lässt!

softwarelösungen

....die PROFIS

für den PROFI....

CARROSSERIE-EINRICHTUNGEN von A-Z

CAR-O-LINER - Mess- und Richtanlagen,

Hebetechnik, Zentral Absauganlagen,

Schweisstechnik, Klimawartungsgeräte,

Handwerkzeuge, und vieles mehr!

…rufen Sie uns an, wir beraten Sie gerne…

More than

CAR WASH

191219_auto_inside_branchenverzeichnis_60x60mm_v1.indd 1 19.12.19 13:11

www.gcsag.ch

Telefon 058 521 30 30

Software- und Informatik-

Lösungen für das Carrosserieund

Garagen Gewerbe.

...die passende IT-Lösung

13. Formation initiale et continue

CADIS, a star is born.

Tel. +41 56 648 70 80 • verkauf-ch@christ-ag.com

www.christ-ag.com

10. Carrosserie et tôlerie automobile

9. Matériel informatique et de bureau

Le centre de compétence

pour les données sur

l’économie automobile

Mon ESA mon partenaire

pour une carrosserie réussie

www.techspirit.ch

esa.ch

www.gcsag.ch

Telefon 058 521 30 30

Software- und Informatik-

Lösungen für das Carrosserieund

Garagen Gewerbe.

...die passende IT-Lösung

Réservez ici votre annonce

dans le répertoire multisupport

des fournisseurs UPSA !

Réservez votre annonce à l’adresse e-mail :

vermarktung@agvs-upsa.ch

S’abonner maintenant à la newsletter de l’UPSA !

pertinent • actuel • gratuit

Abonnez-vous maintenant à la newsletter de l’UPSA pour rester informés des actualités et des principales

nouveautés de la branche automobile qui ne cesse d’évoluer. Chaque semaine, du contenu concret, détaillé

et actuel grâce à la newsletter la plus consultée de la branche automobile suisse.

https://www.agvs-upsa.ch/fr/newsletter

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT !

Médias UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Tél +41 (0)43 499 19 81 | www.upsa-agvs.ch

66

Mai 2020 | AUTOINSIDE


SPONSORED CONTENT

Suva

L’assurance des chefs d’entreprise

de la Suva, un bon choix

Un accident peut contraindre un indépendant à mettre la clé sous la porte. Heureusement, l’assurance facultative

des chefs d’entreprise (AFC) de la Suva offre une excellente couverture en cas d’accident ou de maladie professionnelle.

Grâce à l’assurance des chefs d’entreprise de la Suva, Markus Dittli peut de nouveau envisager

l’avenir avec optimisme.

Un accident peut contraindre un indépendant à

mettre la clé sous la porte. Heureusement, l’assurance

facultative des chefs d’entreprise (AFC)

de la Suva offre une excellente couverture en

cas d’accident ou de maladie professionnelle.

Markus Dittli, garagiste d’Edlibach (ZG), participait

avec des amis à un tournoi à six. Il occupait

le poste de gardien de but. « C’était devenu

une sorte de tradition, on s’amusait bien », se

souvient Markus. Mais au cours du troisième

match, il a été contraint de quitter le terrain.

Tandis qu’il repoussait un ballon, sa main

gauche s’est retournée vers l’arrière. Elle s’est

mise à gonfler et les secouristes ont appliqué de

la glace. Cet homme pensait alors qu’il souffrirait

simplement d’une grosse foulure.

Constatant qu’au bout de trois semaines,

la douleur n’avait toujours pas disparu, il a

consulté un médecin. Le diagnostic a été sans

appel : il s’agissait d’une fracture du poignet.

Une opération ne s’avérant pas nécessaire, on

lui a prescrit une attelle. Markus Dittli a dû

faire preuve d’un peu de patience, mais sa blessure

a plutôt bien guéri.

Suite à cet accident, il n’a pas pu travailler

pendant plus d’un mois et demi. Durant cette

période, grâce à l’assurance des chefs d’entreprise,

la Suva lui a versé une indemnité journalière

correspondant à 80 % de son gain assuré.

« Lorsque l’on travaille à son compte, on est

évidemment heureux qu’une assurance nous

épaule dans ce type de situation », explique

le garagiste. « En effet, mes deux employés

n’ont pas pu compenser intégralement mon absence.

» Aujourd’hui, Markus Dittli peut de nouveau

se consacrer entièrement à son activité. Et

il sait que l’assurance des chefs d’entreprise de

la Suva est définitivement un bon choix.

Markus Dittli, pourquoi avez-vous choisi l’assurance

des chefs d’entreprise de la Suva ?

En réalité, cela faisait plusieurs années que je

voulais souscrire une assurance auprès de la

Suva, mais les hasards de la vie ont fait que j’ai

choisi une autre compagnie, avec laquelle j’ai eu

une mauvaise expérience suite à un accident.

J’avais l’impression que personne n’avait les

compétences pour s’occuper de mon cas. J’étais

sans cesse en contact avec des personnes différentes.

J’ai donc décidé d’opter pour la Suva.

Comment décririez-vous la manière dont

vous avez été pris en charge par l’assurance

des chefs d’entreprise de la Suva

après votre accident ?

Elle a été excellente, vraiment. Peu de temps

après l’accident, on m’a contacté par téléphone

pour me demander comment je me sentais et

quel était le traitement prévu. Tout s’est passé

très simplement. J’ai perçu mes indemnités

journalières sans aucun problème, les séances

d’ergothérapie nécessaires ont été prises en

charge et les responsables de la Suva m’ont apporté

un soutien adéquat.

C’est aussi grâce à la Suva que vous avez pu

rapidement retravailler ?

Oui. Au début, mon incapacité de travail était

de 100 %. J’ai ensuite repris mon activité progressivement.

C’est l’avantage d’être indépendant

: j’ai pu augmenter petit à petit mon taux

d’occupation et ainsi veiller à ne pas trop solliciter

ma main.

Qu’est-ce que vous avez particulièrement

apprécié ?

En règle générale, je suis quelqu’un qui fait très

peu de compliments, surtout aux assurances

(rires). Mais je ne peux que recommander l’assurance

des chefs d’entreprise de la Suva ! Tout

s’est déroulé de manière optimale. <

Meilleures prestations, davantage

de sécurité

L’ assurance des chefs d’entreprise offre

une couverture globale dépassant les

prestations des assureurs privés ou des

caisses-maladie. Les avantages sont

évidents : En cas d’accident ou de maladie,

vous et votre famille bénéficiez de plus

de sécurité. Les membres de l’UPSA

bénéficient par ailleurs d’un rabais exclusif

(jusqu’à 10 %).

Plus d’informations sur :

suva.ch/chefsentreprise

AUTOINSIDE | Mai 202067


VÉHICULES UTILITAIRES

Marché des véhicules utilitaires

Impact décalé du coronavirus sur

le marché des véhicules utilitaires

Le marché des véhicules utilitaires en Suisse et dans la principauté du Liechtenstein a encore été largement

épargné par les effets de la pandémie de coronavirus au premier trimestre. C’est ce que montrent les derniers

chiffres d’Auto-Suisse, l’Association des importateurs suisses d’automobiles.

pd. Avec 9462 nouvelles immatriculations,

le chiffre des véhicules utilitaires neufs est

presque au niveau de l’année précédente, la

baisse de 1012 véhicules ou 9,7 % étant relativement

faible. En raison de la suspension de

facto des commandes en mars et des fermetures

de production chez les constructeurs, la

crise se fera sentir sur le marché des utilitaires

avec un certain retard au deuxième trimestre

- son impact pourrait toutefois être très grave.

Le Groupe d’experts de la Confédération pour

les prévisions conjoncturelles ainsi que le

Centre de recherches conjoncturelles de l’EPFZ

prévoient tous deux une récession due au coronavirus

en 2020. La pandémie ne manquera

pas de laisser également des traces sur le marché

suisse des véhicules utilitaires. De nombreuses

entreprises ont reporté indéfiniment

leurs achats, vu que la fin des conséquences

n’est pas prévisible à ce jour. Les membres

d’auto-suisse issus du domaine des utilitaires

ont déjà ressenti les effets de cette tendance

en mars.

Le marché ayant encore profité de bons résultats

en janvier et en février, les chiffres

d’immatriculation du premier trimestre ne

sont que partiellement parlants. Ainsi, les

véhicules de transport de personnes affichent

même une hausse de 19,3 % ou 249 à

1542 mises en circulation, grâce à un marché

croissant des camping-cars. Les véhicules

utilitaires lourds d’un poids total de plus de

3,5 tonnes ont atteint 976 immatriculations,

ce qui correspond à une baisse de 117 ou 10,7 %

par rapport à la même période de l’année

dernière. La crise est déjà sensiblement plus

marquante pour les véhicules utilitaires légers,

dont les immatriculations ont baissé de 14,1 %

ou 1144 unités pour passer à 6944 véhicules.

Les PME notamment renoncent à commander

des véhicules en cette période difficile.

L’épidémie de coronavirus a épargné le marché des véhicules utilitaires au premier trimestre. La crise ne se fera

sentir qu’avec un certain retard.

« Les entrées de commande se sont presque

complètement effondrées en mars. Toutes

les nouvelles acquisitions ou les achats de

remplacement qui ne sont pas urgents sont

actuellement reportés », constate le porte-parole

d’auto-suisse, Christoph Wolnik. S’y

ajoutent les arrêts de production de nombreux

constructeurs automobiles, qui se traduiront

aussi par un épuisement des livraisons dans

les semaines à venir. « Nous ne verrons toute

l’ampleur de la crise que plus tard dans l’année.

Nous devons nous préparer à des scénarios

très négatifs », résume Christoph Wolnik. Selon

lui, ce qui est important maintenant, c’est

de préserver la santé et les emplois des plus de

225 000 employés qui dépendent du secteur

automobile en suisse.

Si l’on compte également les 55 452 voitures

de tourisme, le nombre de véhicules motorisés

neufs mis en circulation en Suisse

et dans la principauté du Liechtenstein

au cours du premier trimestre de cette année

se monte à 64 914. Cela correspond à

une baisse de 17 625 véhicules ou de 21,4 %

par rapport au premier trimestre de 2019. <

Plus d’informations sur :

auto.swiss

68

Mai 2020 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION & SECTIONS

L’assemblée des délégués de l’UPSA

Organisation de l’assemblée

des délégués de l’UPSA

Le 16 mars 2020, le Conseil fédéral a qualifié la situation en Suisse de « situation extraordinaire » et a prescrit

des mesures pour protéger la population. Elles ont des conséquences sur l’assemblée des délégués du

10 juin prochain.

sco. Conformément à l’ordonnance 2 COVID-19 promulguée pour imposer ces

mesures, il est notamment interdit d’organiser des manifestations publiques

ou privées. Pour les assemblées de sociétés, l’ordonnance 2 COVID-19 contient

des dispositions spéciales permettant aux votants de faire valoir leurs droits

dans le respect des directives de l’OFSP en matière d’hygiène et de distance

sociale. L’organisateur peut prescrire que les votants n’exercent leurs droits

que par voie écrite ou sous forme électronique ou par le biais d’un représentant

indépendant désigné par ledit organisateur.

Cette interdiction était d’abord prévue jusqu’au 26 avril 2020 mais elle a été

reconduite. Le comité central de l’UPSA a donc décidé, mi-avril, de ne courir

aucun risque et de respecter cette directive spéciale. L’assemblée des délégués

du 10 juin 2020 aura donc lieu dans le respect des prescriptions de l’ordonnance

2 COVID-19. Les délégués auront l’occasion d’exercer leur droit

de vote par écrit.

L’AD aura donc toujours lieu comme prévu le mercredi 10 juin 2020

mais à Berne et non à Saignelégier, et malheureusement sans participation

physique des délégués et invités. Seules les personnes requises

au minimum pour diriger l’assemblée, dépouiller les suffrages exprimés

au préalable et rédiger le procès-verbal pourront prendre part à

l’assemblée. Vous recevrez dans les temps de plus amples informations

notamment concernant les modalités de vote. <

L’AD du 10 juin aura lieu par écrit. Adieu l’idée d’un déplacement dans le beau Jura.


ASSOCIATION & SECTIONS

Pratique, compacte et liée à la branche

« La SAD : un modèle à

succès paré pour l’avenir »

Depuis 20 ans, les entreprises qui mettent en œuvre la directive CFST 6508 (sécurité au travail et protection de la

santé) peuvent compter sur l’aide de la solution par branche de la branche de l’automobile et des deux-roues

(SAD). Son directeur, Karl Baumann, explique pourquoi les garagistes devraient s’affilier à la SAD, pourquoi la prévention

gagne de plus en plus en importance et dans quel état il transmettra la SAD à son successeur. Carla Stampfli

Comme la pandémie de coronavirus l’a une

nouvelle fois clairement montré, la sécurité

au travail et la protection de la santé

contribuent énormément au succès de

tout garage. Il faut toutefois s’intéresser à

ce sujet même en l’absence de pandémie.

Il est en effet si facile de faire un faux

mouvement, de trébucher ou d’oublier ses

vêtements de protection. Depuis plus de 20

ans, la SAD aide des entreprises à mettre

en œuvre les directives de sécurité au travail

et de protection de la santé au quotidien.

Outre l’UPSA, Carrosserie Suisse,

2roues Suisse, l’Association suisse du pneu

(ASP) et Swiss Automotive Aftermarket

(SAA) appartiennent aussi à la SAD. Karl

Baumann, son directeur et par ailleurs responsable

de la sécurité au travail et de l’environnement

à l’UPSA, a joué un rôle déterminant

dans le développement de cette

solution.

Monsieur Baumann, la SAD a vu le jour en

l’an 2000. Quelle fut l’importance de l’introduction

d’une solution par branche pour la

branche de l’automobile et des deux-roues

à l’époque ?

Karl Baumann : C’était très important. Il

n’a en effet aucun sens que des branches

proches développent chacune leurs propres

solutions semblables en termes d’exécution.

Même si la création de la solution par

branche a été coûteuse, car il fallait évaluer

les risques dans toutes les divisions des associations

partenaires, ces efforts ont finalement

porté leurs fruits.

Dans quelle mesure la SAD a-t-elle contribué

à améliorer la sécurité au travail et la

protection de la santé dans les entreprises ?

Difficile à dire, d’autant plus qu’il en incombe

La SAD aide des entreprises à mettre en œuvre les directives de sécurité au travail et de protection de la santé au

quotidien. D’après les statistiques, les entreprises SAD subissent moins d’accidents.

à la responsabilité du dirigeant de chaque entreprise.

Nous ne pouvons que proposer des

mesures de soutien à nos membres. Les statistiques

montrent néanmoins que les entreprises

SAD subissent moins d’accidents.

En d’autres termes, les garagistes devraient

s’affilier à la SAD ?

Oui. En Suisse, chaque entreprise est légalement

tenue d’appliquer la directive CFST

6508. Il serait impensable que je doive adapter

toutes les check-lists moi-même à mon atelier.

En adhérant à la solution par branche de

la branche de l’automobile et des deux-roues,

j’obtiens tout ce dont j’ai besoin et je bénéficie

d’une assistance technique. Sans oublier

qu’il s’agit de l’une des solutions par branche

les moins chères. La cotisation inclut des formations

pour les référents de la sécurité au

travail, les PERCO, des documents, des checklists

spécifiques à la branche et un outil en

ligne. En tant que membre de l’UPSA, je profite

en outre d’une réduction de 25 %. Il va de soi

que la SAD est aussi à la disposition de toutes

les autres entreprises.

Comment les entreprises membres se

tiennent-elles au courant des évolutions en

matière de sécurité au travail et de protection

de la santé ?

Nous veillons à ce que les membres de la SAD

soient constamment à jour, qu’il s’agisse de

changements législatifs ou de nouveaux outils.

Nous informons nos membres par le biais

d’une newsletter expédiée à chaque PERCO.

Nous publions également les changements sur

notre site Internet safetyweb.ch.

La solution en ligne « Asa-Control » est devenue

« Asa-Control 2020 » l’année dernière.

Quels sont ses avantages et quelle est la

teneur du feedback à son propos ?

La solution « Asa-Control 2020 », qui a fait l’objet

d’un développement continu, contient de

70

Mai 2020 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION & SECTIONS

lorsqu’ils entendent parler de la SAD. Ces succès, nous les devons à l’excellente

collaboration des membres du secrétariat de la SAD, Manuela

Jost, Arjeta Sulejmani et moi-même.

Karl Baumann,

directeur de la SAD.

nombreuses nouveautés : outre tous les documents requis, les utilisateurs

y trouvent désormais aussi des formulaires interactifs qui peuvent

être facilement et rapidement adaptés aux besoins de l’entreprise.

Toutes les données antérieures de l’entreprise et des utilisateurs ainsi

que les fonctions sont maintenues. La solution permet aux membres

de documenter aisément et clairement leurs formations. La division en

dix chapitres d’après la CFST constitue un autre avantage. Elle améliore

en effet considérablement la vue d’ensemble et la convivialité pour les

utilisateurs sur des appareils mobiles tels que des smartphones et des

iPad. Les instructions vidéo et bien d’autres choses encore ont été affinées.

Depuis l’introduction d’« Asa-Control 2020 » en décembre 2019,

nous avons reçu de nombreux retours positifs.

En tant que solution par branche, êtes-vous aussi contrôlé ?

Oui, la CFST nous recertifie tous les cinq ans. Comme les entreprises,

nous devons nous aussi présenter les dix éléments du concept ASA

pour la sécurité et la protection de la santé sur le lieu de travail et pour

la promotion de la santé au travail. Nous sommes également tenus

d’adapter nos documents et nos check-lists aux nouvelles exigences.

Vous n’avez pas encore réglé votre succession. Que devra apporter

votre successeur ?

Je serais ravi que mon successeur provienne aussi d’un secteur de

services, de préférence de la branche automobile, des deux roues

ou de la carrosserie. Il ou elle comprendrait ainsi nos membres.

La prévention des collaborateurs est un sujet crucial qui nécessite

du doigté et de la compréhension de part et d’autre. Il faut aussi

de l’expérience professionnelle dans la sécurité au travail et dans

la protection de la santé, un esprit d’équipe, une approche d’entrepreneur

ainsi que des connaissances de l’allemand et du français,

tant à l’écrit qu’à l’oral. La personne doit impérativement être titulaire

d’un diplôme de spécialiste de la sécurité ou de spécialiste en

sécurité au travail et en protection de la santé avec brevet fédéral.

Quel est l’état dans lequel vous transmettez la SAD à votre successeur ?

Mon successeur reprendra une solution par branche reconnue en

parfait état de marche qui compte près de 3000 membres, une SAD

qui se distingue par son énorme sens des responsabilités et qui entretient

les contacts avec la branche et avec le réseau. <

Plus d’informations sur :

agvs-upsa.ch

D’après vous, comment la sécurité au travail et la protection de la

santé vont-elles évoluer ?

La prévention prendra de plus en plus d’importance pour les entreprises.

Nous devons expliquer les mesures préventives aux propriétaires

et aux chefs d’entreprise. À l’aide de divers projets, nous devons

leur montrer comment mettre en œuvre une sécurité au travail et une

protection de la santé dans des entreprises artisanales qui soit optimisée

en termes d’avantages et peu onéreuse.

Vous êtes le patron de la SAD depuis 2010 et vous allez prendre votre

retraite en fin d’année. Que retenez-vous de cette période ?

Au nom du secrétariat de la SAD, je peux tresser des lauriers à nos

cadres et aux associations responsables qui nous ont laissé beaucoup de

liberté. Au cours des dix dernières années, nous avons ainsi pu transformer

la SAD en centre de compétences apprécié pour la sécurité au

travail et la protection de la santé alors que nous n’étions qu’un simple

prestataire de formation au début. Nous avons tiré parti de cette période

pour renforcer la notoriété de notre solution par banche dans toute la

Suisse. Notre nouvelle présence assortie d’une image de marque autonome

et notre solution en ligne « Asa-Control » nous y ont aidés. Les

membres des associations responsables n’ont pas été les seuls à faire la

connaissance de notre solution par branche. Les inspections cantonales

du travail, la Suva, la CFST et le Secrétariat d’État à l’économie (SECO)

ont également reconnu les efforts de la SAD, ce qui nous a permis de

participer à divers groupes de travail à la Suva et au SECO. Ce qui nous

touche le plus, c’est que les gens savent tout de suite de quoi il retourne

Votre spécialiste de l‘engrenage

Révisions de boîtes automatiques et manuelles,

boîtes de transfert, différentiels et convertisseurs.

6014 Luzern · Téléphone 041 259 09 59 · www.automaten-meyer.ch

AUTOINSIDE | Mai 202071

ins_auto_inside_f_91x63_rz.indd 1 07.02.17 06:57


ASSOCIATION & SECTIONS

Outils de réservation en ligne

Les membres de l’UPSA profitent

de la coopération avec Terminland

L’UPSA et Terminland, l’un des principaux prestataires de solutions de réservation en ligne, ont conclu une

coopération. Les membres de l’UPSA peuvent aussi acheter la licence mensuellement, par exemple pour

couvrir la période des changements de pneus.

is/abi. Lors de la Journée des garagistes

suisses 2020, l’institut Link a présenté une

étude portant sur le comportement en ligne

des différentes générations. Celle-ci a montré

qu’un membre sur deux de la « génération

Z », qui englobe les individus âgés de 10 à 39

ans, voudrait pouvoir prendre rendez-vous en

ligne auprès de son garagiste. La commission

Service, technique et environnement (CSTE)

de l’UPSA, qui se penche durablement sur la

question des prestations en ligne, a abordé le

sujet et vient de signer une coopération avec

Terminland pour les membres de l’UPSA.

Terminland a séduit la CSTE avec sa solution

peu onéreuse et extensible qui peut, par

exemple, servir initialement de calendrier de

rendez-vous de changements de pneus. À la

suite d’une extension, l’outil peut également

être utilisé pour convenir de rendez-vous de

service associés à un véhicule de remplacement

ou pour des séances de conseil portant

sur des voitures neuves assorties d’une

course d’essai. Le calendrier s’intègre au site

Internet du garage, et l’utilisateur peut configurer

la mise en page comme bon lui semble.

Les clients reçoivent en outre des confirmations

et des rappels de rendez-vous automatiques

par e-mail et par SMS. Les rendez-vous

sont synchronisés avec Microsoft Exchange,

Outlook, Apple iCal, iPhone et Android.

David Schweizer de P. Schweizer AG à Liestal

propose déjà depuis longtemps à ses clients

des outils numériques, dont un système de

prise de rendez-vous en ligne signé Terminland

pour les changements de pneus. « Environ

40 % de nos clients prennent d’ores

et déjà leur rendez-vous de changements

de pneus en ligne, déclare le membre de la

CSTE. Prendre un rendez-vous depuis son

domicile n’est pas seulement pratique pour

Les membres de l’UPSA qui sont à la recherche d’un outil simple de prise de rendez-vous en ligne profiteront de la

coopération avec Terminland.

le client. L’outil est aussi très avantageux

pour le garagiste. » Il permet, par exemple,

de réduire le temps de présence au téléphone,

ce qui permet au garagiste de passer plus de

temps à conseiller ses clients sur place.

L’outil de prise de rendez-vous en ligne

convient à tous les garagistes UPSA, quelle

que soit la taille de leur entreprise. Seul

compte le groupe cible. Comme la « Génération

Z » connait bien Internet, les prestations

en ligne telles que la planification de

rendez-vous tombent sous le sens pour elle.

La génération des moins de 40 ans s’informe

essentiellement sur Internet et se laisse influencer

par des notations ou des commentaires.

L’UPSA conseille à ses membres de

s’adapter à la clientèle numérique. Ces thématiques

ne sont pas nécessairement l’apanage

du patron. L’un de ses collaborateurs

fera peut-être preuve de plus d’affinité que

lui vis-à-vis des défis numériques.

Pour réduire au strict minimum la charge

de travail de création du calendrier en ligne

pour les membres de l’UPSA, Terminland élabore

un calendrier de rendez-vous conçu sur

mesure pour chaque garage. Il suffit pour cela

que le garagiste remplisse un questionnaire.

La licence mensuelle de base du calendrier

de rendez-vous ne coûte que 27 francs environ,

chaque licence supplémentaire étant

facturée 12 francs. Elle peut être achetée

mois par mois, puis désactivée au besoin.

Cette approche, qui convient bien pendant

la saison des changements de pneus, permet

de maîtriser et de calculer les coûts. Les garagistes

chevronnés ne voudront toutefois pas

se passer de ce service pour leurs clients une

fois la saison terminée. <

Les membres de l’UPSA intéressés trouveront de

plus amples renseignements ici :

agvs-upsa.ch/fr/node/28496

72

Mai 2020 | AUTOINSIDE


GARAGES

Autef GmbH

autef.ch

Comment devenir un spécialiste de la mobilité électrique

pd. Comment fonctionne un système

de contrôle des batteries ?

Telle est l’une des nombreuses

questions techniques en lien

avec l’électromobilité abordées

par l’entreprise Autef GmbH

de Reiden (LU). Le centre de

formation à la technologie automobile

connaît les réponses et

les transmet dans de nouvelles

formations.

Tout a commencé lors d’un

voyage d’étude à Montréal. En

Amérique du Nord, la formation

initiale et continue est axée sur

les aspects essentiels à la pratique

d’atelier. Autef transfère

les connaissances acquises

vers les offres de formation

locales et sur le marché suisse.

En plus de cette approche

technico-pratique, l’objectif

consiste également à renforcer

la confiance des participants. La

formation continue ne s’arrête

pas au matériel de barrage et à

l’EPI. C’est davantage l’implication

directe des personnes

en formation qui leur permet

d’acquérir une connaissance

approfondie de la construction

et du fonctionnement. L’apprentissage

par la découverte

est central et renforce la fierté

professionnelle. Le cours permet

aux participants de prendre

conscience qu’ils peuvent

appréhender et comprendre la

technique d’avenir.

eGarage sera le premier partenaire

à reprendre les nouvelles

formations d’Autel. Les

Devenir un spécialiste de l’électromobilité avec Autef.

professionnels de la formation

continue de Reiden sont également

en contact avec d’autres

entreprises et organisations. De

plus amples informations et des

arguments en faveur des nouvelles

offres sont disponibles

sur egarage.ch ou directement

auprès d’Autef. <

Hostettler Autotechnik AG

autotechnik.ch

Test de pneus TCS : l’été en toute sécurité avec le Nexen N’Fera Sport

pd. Très bien placé dans le test

TCS des pneus d’été annuel, le

Nexen N’Fera Sport a été jugé

« recommandé ». Ce pneu de

dimensions 225/40 R18 convainc

par ses performances élevées

sur route sèche et sa faible

consommation de carburant ; il

a obtenu la meilleure note dans

la catégorie « usure ». Avec ce

bon résultat, Nexen prouve à

nouveau qu’un pneu de grande

qualité ne doit pas forcément

être cher.

Sur route mouillée, le N’Fera

Sport n’a rien non plus à envier

aux produits concurrents, souvent

beaucoup plus chers.

Avec le résultat du test, le

fabricant de pneus sud-coréen

Nexen démontre une fois de

plus l’excellente qualité de ses

produits. « Outre son excellent

niveau de performance, le N’Fera

Sport est proposé à un prix

équitable, ce qui lui donne une

bonne longueur d’avance sur les

produits concurrents », déclare

Patrik Spirig, responsable

Pneu-Service chez Hostettler

Autotechnik AG. C’est à juste

de titre que les plus grands

constructeurs automobiles au

monde tels que Škoda, Seat, Fiat

et Volkswagen font confiance

aux pneus de Nexen Tire dans

le secteur de la première monte.

« Car la qualité ne doit pas forcément

être chère », dit Patrik

Spirig en souriant. <

Le Nexen N’Fera Sport a obtenu une très bonne place au test TCS des pneus d’été.

AUTOINSIDE | Mai 202073


SONDAGE DU MOIS

CRÉDIT D’URGENCE ET CONFINEMENT :

COMMENT LE CONSEIL FÉDÉRAL S’EN

SORT-IL DURANT LA CRISE DU CORONAVIRUS ?

Le 16 mars, le Conseil fédéral a décrété le confinement

pour la Suisse. Pour soutenir les entreprises touchées

par la crise, il a promis une aide financière d’urgence.

Comment le Conseil fédéral s’en sort ? 46 % des sondés

estiment que le Conseil fédéral a tout fait correctement.

12 % demandent des mesures plus strictes. 15 % des

sondés pensent que le Conseil fédéral exagère et 26 %

seront simplement soulagés quand ce sera terminé.

(État : jeudi 16 avril 2020)

46%

Il s’en sort très bien et fait tout

correctement !

Je serai simplement soulagé(e)

quand ce sera terminé.

15%

26%

Il exagère complètement !

12%

Nous avons besoin de mesures

encore plus strictes !

APERÇU DE L’ÉDITION 6 D’AUTOINSIDE JUIN 2020

Le prochain numéro paraîtra le 4 juin 2020 et abordera les thèmes suivants :

Le point sur les concepts de garage

Le fonctionnement des concepts de garage et

comment les garagistes peuvent en profiter :

AUTOINSIDE vous propose une visite guidée du

marché.

Les défis de la conduite autonome

AUTOINSIDE présente l’état actuel de la technique

dans le domaine des systèmes d’assistance

à la conduite (SAC) et décrit les défis à venir

de la conduite autonome.

Les conséquences du coronavirus

AUTOINSIDE a demandé à des experts quelles

seront les conséquences financières de la

pandémie de coronavirus sur la branche automobile

suisse.

Le magazine spécialisé au plus fort tirage de la branche automobile suisse

92 e année, 11 numéros en allemand et en français.

Tirage septembre 2019 certifié REMP : 12 760 exemplaires dont 9664 en allemand et 3096 en français.

Éditeur

Union professionelle suisse de

l’automobile (UPSA)

upsa-agvs.ch

Éditions

AUTOINSIDE

Wölflistrasse 5, Case postale 64

CH-3000 Berne 22

Téléphone : +41 (0)31 307 15 15

verlag@agvs-upsa.ch, autoinside.ch

Administration et gestion des abonnements

Abonnement annuel

CHF 110. (TVA incluse)

Numéro à l’unité

CHF 11. (TVA incluse)

Contact : Anina Zimmerli

Téléphone : +41 (0)31 307 15 43

anina.zimmerli@agvs-upsa.ch, upsa-agvs.ch

S’abonner maintenant !

agvs-upsa.ch/fr/abo

Rédaction

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 81

newsdesk@agvs-upsa.ch

Rédaction : Sandro Compagno (sco,

responsable Gestion du contenu), Reinhard

Kronenberg (kro, responsable Journalisme),

Jürg A. Stettler (jas, rédacteur responsable

mobilité), André Bissegger (abi, rédacteur

mobilité), Carla Stampfli (cst, rédacteur

mobilité), Sascha Rhyner (srh, rédacteur mobilité),

Jean-Philippe Pressl-Wenger (jppw,

correspondant Suisse romande), Andreas

Senger (se, domaine technique), Bruno Sinzig

(si, domaine spécial Formation), Raoul Studer

(rst, domaine spécial Politique)

Conception : Robert Knopf, Christoph Pfister,

Fatma Bindal

Autres contributions : Arjeta Sulejmani,

Andreas Kohli

Commercialisation

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Contact : Erich Schlup, Key Account Manager

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 83

Portable : +41 (0) 79 256 29 23

vermarktung@agvs-upsa.ch

Responsabilité générale

Rédaction et commercialisation

Georg Gasser

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Téléphone : +41 (0)43 499 19 99

ggasser@agvs-upsa.ch

Impression / envoi

Galledia Print AG

Burgauerstrasse 50, CH-9230 Flawil

galledia.ch

Contact : Michael Rottmeier

Téléphone : +41 (0)58 344 97 44

michael.rottmeier@galledia.ch

Réimpression ou reproduction d’articles,

même partielle, uniquement avec l’accord

des médias de l’UPSA. Nous déclinons toute

responsabilité pour les manuscrits et les

photos envoyés spontanément. L’administrateur

des pages auxquelles renvoient les liens

est seul responsable de leur contenu.

74

Mai 2020 | AUTOINSIDE


DES PRODUITS

DʼENTRETIEN

BRILLANTS

Yellow Line

pour un nettoyage

impeccable des véhicules

Blue Line

sécurité grâce à une

visibilité claire

Green Line

pour une sensation de

fraîcheur durable

www.motorex.com


Chez Quality1,

nous mettons tout

en œuvre pour que

la validation d’un sinistre

et son paiement

interviennent rapidement.

Quality1 ne tire pas sa réputation de numéro un des garanties automobiles

de nulle part. En moins de 15 minutes, le garagiste reçoit la

validation du sinistre. Le paiement de ce dernier est quant à lui

effectué sous dix jours. Un système simple, rapide et qui garantit une

certaine proximité avec la clientèle. Nous devons ce succès notamment

à la plus grande équipe du service externe de la branche et à ses

10 000 visites annuelles. Notre nom est notre engagement.

Pour plus d’informations:

www.quality1.ch | info@quality1.ch | +41 (0)55 254 30 00

© Quality1 AG, Bubikon 04/2020

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!