JOURNAL ASMAC No 3 - juin 2020

mediserviceva

Plaisir - Entre gloutonnerie et ascèse
Oncologie - Nouvelles approches thérapeutiques
Rhumatologie - Hématochromatose
Politique - Corona: tout donner et ne rien recevoir?

Journal

N o 3, juin 2020

ASMAC

Le journal de l’Association suisse des médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de clinique

Plaisir

Entre gloutonnerie et ascèse

Page 29

Oncologie

Nouvelles approches

thérapeutiques

Page 41

Rhumatologie

Hématochromatose

Page 43

Politique

Corona:

tout donner et

ne rien recevoir?

Page 6


Annonces

Assurance de protection

juridique pour les médecins

et le personnel médical

Dans votre métier de

professionnel de la santé, tout

tourne autour de l’humain. Pour

vous permettre de vous

concentrer sur vos patients, nous

nous occupons des aspects

juridiques. Nous sommes à vos

côtés en cas de litige et, si la

situation s’envenime, nous vous

défendons.

Avantages de la protection

juridique pour les médecins et

le personnel médical

• Consultation juridique

individuelle et représentation

légale

• Soutien financier et prise en

charge de tous les frais

• Couverture étendue au

domaine privé

Soigner

sereinement

N’attendez pas pour vous

renseigner, vous pouvez conclure

votre assurance très facilement en

bénéficiant d’un tarif préférentiel:

mediservice-vsao.ch/axa

MÉDECInE

InTERnE GÉnÉRAlE

Update Refresher

17. – 20.06.2020, LIVEstrEam

Participation via Livestream /

max. 8 crédits SSMIG par an + 20 crédits

pour la formation continue élargie MIG

30.09. – 03.10.2020, Genève

Présence sur place ou participation

via Livestream / 32 h

02. – 05.12.2020, Lausanne

32 h

MÉDECInE InTERnE

Update Refresher

03. – 07.11.2020, Lausanne

40 h

DIAbèTE

Update Refresher

27. – 28.10.2020, Lausanne

13 crédits SSED SGED /

16 crédits ASDD /

13 crédits SSMIG

PÉDIATRIE

Update Refresher

26. – 28.11.2020, Lausanne

21 h

GYnÉCOlOGIE

Update Refresher

03. – 04.11.2020, Lausanne

16 h

PSYCHIATRIE ET

PSYCHOTHÉRAPIE

Update Refresher

03. – 05.12.2020, Lausanne

21 h

localités

Carlton Lausanne Boutique Hôtel | Lausanne SwissTech

Mövenpick Hotel Lausanne | Forum Genève

Information / Inscription

tél. 041 567 29 80 | info@fomf.ch | www.fomf.ch


Sommaire

Editorial

5 La saveur de l’ordinaire

Politique

6 L’après corona sera différent

10 Un CC mémorable

13 L’essentiel en bref

Perspectives

41 Acutalités en oncologie – Oncologie

moleculaire: Un changement de

paradigme se profile

43 Aus der «Therapeutischen Umschau» –

Übersichtsarbeit: Hämochromatose

assoziierte Arthropathie

47 Un patient très particulier

Plaisir

Entre gloutonnerie et ascèse

Illustration de la page

de couverture: Till Lauer

Formation postgraduée /

Conditions de travail

14 Changement de paradigme dans la

formation postgraduée

19 ISFM Award

21 Apprendre à lire

22 Congrès MEDIfuture

asmac

24 Nouvelles des sections

26 A la fois une crise et une chance

27 asmac-inside

28 Conseil juridique de l’asmac

Point de mire: Plaisir

29 Une brève histoire du plaisir

32 Qu’est-ce qui rend le vin précieux?

34 Plaisirs sombres, renoncement

enthousiaste

36 A la recherche de la meilleure truffe

38 Le plaisir anticipé s’apprend

MEDISERVICE

49 Veuillez lire les mentions en petits

caractères: Assistanat – le premier

poste de médecin

53 Boîte aux lettres

55 Numérisation dans la déclaration

salariale

56 Dans les hautes sphères de la

gastronomie

ASMAC Fondation

pour indépendants

57 Assurés ravis de l’exercice 2019

58 Impressum

Annonce

CH-3860 Meiringen

Telefon +41 33 972 81 11

www.privatklinik-meiringen.ch

Lebensqualität

Ein Unternehmen der Michel Gruppe

Ärztliche Leitung:

Prof. Dr. med. Thomas J. Müller

Wo Patienten auch Gäste sind.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 3


STS 0292

App Viollier

Pour un accès aux résultats, aux notifications en cas de situations critiques

et aux rajouts par simple pression du doigt, partout et à tout moment

Vos avantages

• Accès à vos résultats de laboratoire ainsi qu’à ceux du laboratoire du cabinet médical,

partout et à tout moment

• Présentation optimisée pour les smartphones et les tablettes

• Connexion simple, rapide et sûre avec FaceID ou TouchID

Notifications push pour les résultats critiques et pour les demandes en urgence

• Rajout d’analyses par simple pression du doigt et qui tient automatiquement compte

des échantillons prélevés et de leur stabilité


Editorial

La saveur de

l’ordinaire

Catherine Aeschbacher

Rédactrice en chef du Journal

ASMAC

Quand avez-vous pour la dernière fois vraiment savouré

quelque chose? En février? Durant les premiers jours de

mars? Depuis lors, les paradigmes ont changé, nos joies et

plaisirs sont devenus plus modestes. Qui aurait cru que

même un bouquet de fleurs ou une visite chez le coiffeur

pourraient se transformer en véritable plaisir? Aurions-nous cru

possible que notre plus grand désir puisse être de traverser dans une

insouciance totale une foule de personnes, de se rendre sans précaution

aucune à un concert avec des amis, à un match de football ou à

une exposition? Bref, tout simplement de savourer les petits plaisirs du

quotidien?

Notre Point de mire est consacré au plaisir à proprement parler, à sa

naissance et au jeu d’ombres et de lumières permanent entre plaisir

excessif et ascèse. Nous nous demandons ainsi si le renoncement est

une nouvelle façon de savourer. Et nous nous intéressons à l’anhédonie,

à l’incapacité d’éprouver du plaisir. Outre la théorie, il s’agit aussi

de s’intéresser à la pratique. La journaliste spécialisée en œnologie

Chandra Kurt analyse la politique de prix des vins et révèle quels

précieux vins il faudrait acheter si on ne veut pas les boire, mais plutôt

les conserver à titre d’investissement. Et finalement, la rédaction s’est

soumise au défi de la critique à l’aveugle en testant une série de truffes

de différents fabricants. Vous trouverez les résultats dans notre Point

de mire. Nous ne dévoilerons qu’une chose: le prix et la qualité ne

corrèlent pas toujours.

Nous nous trouvons encore dans la situation dite extraordinaire et

nous rapprochons à petits pas de la normalité. Personne ne sait quand

cette situation se terminera. Le coronavirus continue de dominer le

quotidien et la politique. L’article sur la Politique de la santé se consacre

donc aux premières leçons que l’on peut tirer de la crise. Bien sûr,

personne ne pouvait savoir que l’asmac serait confrontée à une pandémie

pendant son année du jubilé. Les conséquences sont pourtant

claires: jusqu’à nouvel avis, la plupart des actions du jubilé sont annulées

ou reportées. La séance de printemps du Comité central de l’asmac

et l’Assemblée des délégués de MEDISERVICE VSAO-ASMAC étaient

aussi placées sous le signe du coronavirus. Les deux ont pris leurs

décisions sur les principaux points à l’ordre du jour par voie de circulation.

Vous trouverez plus de détails à ce sujet également dans la partie

Politique.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 5


La pandémie a fait prendre conscience

des problèmes qui touchent les conditions de

travail des membres de l’asmac. Ils doivent

maintenant (enfin) être résolus.

L’après corona

sera différent

Tout donner et ne rien recevoir?

Telle ne peut pas être la conclusion à tirer de la crise

du coronavirus quand il s’agit des conditions

de travail dans les hôpitaux. C’est pourquoi l’asmac

a formulé des revendications à l’intention de la politique.

Marcel Marti, responsable politique et communication/directeur adjoint de l’asmac

Photos: Halfpoint/Adobe Stock / asmac

6

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Politique

«Nos membres exercent leur profession

avec passion», déclare la

présidente de l’asmac Anja Zyska.

«Ils ont soutenu sans réserve les

mesures pour combattre le coronavirus.»

Car pour surmonter la crise du coronavirus,

il faut la solidarité de tous: «Jusqu’ici,

maintenant et demain. Dans ce contexte, la

sécurité et la santé de la population figurent

toujours au premier plan pour nous.»

Ce qui ne signifie pas que tout s’arrête

là. Avec les succès enregistrés dans la gestion

de la crise et la normalisation de la

situation, les questions concernant l’avenir

reviennent au premier plan. «En portant

un regard sur les conditions de travail

des jeunes médecins, la normalisation ne

peut pas simplement signifier: passer à

l’ordre du jour.»

Quelles doivent être les conséquences

des mois passés? Quelles leçons en tirer?

L’asmac les a résumées en quatre points et

adressé ses revendications aux membres

des commissions de la santé et de l’économie

du Parlement.

Le service public a un coût– mais

les économies aussi

«Nous tous voyons dans la crise à quel

point un système de santé qui fonctionne

est important pour la société et l’économie»,

explique le vice-président de l’asmac

Angelo Barrile. Cette importance dépasse

les francs et les centimes et ne peut

pas être calculée par le biais de simulations.

Un bon approvisionnement en soins

ne peut pas non plus être planifié et optimisé

comme la fabrication d’un bien de

consommation. «Il doit donc être considéré

comme un service public qui peut avoir

un coût. Car en cas de besoin soudain,

il n’est pas possible de créer des prestations

d’intérêt général et réserves à court

terme.» Une pénurie de ressources en personnel

et matériel médical se paie finalement

au prix fort, rappelle le conseiller

national socialiste zurichois.

Nous exigeons donc que l’on mette un

terme à la pression aux économies et à une

vision axée sur la rentabilité. Des effectifs

en personnel suffisants et une infrastructure

adéquate sont indispensables pour garantir

la qualité des soins et la sécurité des

patients.

La loi sur le travail n’est pas

une recommandation – mais une

obligation

L’asmac le dit depuis longtemps et sa récente

étude auprès des membres qui a été

publiée à la mi-mai (voir encadré) le prouve

une fois de plus: en temps normal, la loi sur

le travail est violée dans de nombreux hôpitaux.

Pour Anja Zyska, «il est clair que

dans la situation actuelle, il faut souvent

faire preuve de plus de flexibilité et d’engagement.»

Mais il est tout aussi clair que ni

le coronavirus ni d’autres motifs ne doivent

servir de prétexte pour contrevenir aux

dispositions en vigueur concernant le

temps de travail et de repos. Si le personnel

médical atteint ses limites, tant sur le plan

personnel que de la santé, cela entraîne un

risque pour la sécurité des patients.

Nous exigeons donc que la loi sur le travail

soit enfin respectée de façon systématique.

Pour cela, il faut mettre en place des

contrôles et sanctions plus sévères en cas de

violations.

La formation est indispensable –

aussi en temps de crise

«J’entends souvent des collègues déclarer

que leur formation postgraduée joue un

rôle secondaire dans les hôpitaux», rapporte

la vice-présidente de l’asmac Patrizia

Kündig. «Il n’est donc pas surprenant

de constater qu’elle a été la première à être

impactée par la crise du coronavirus.»

Le temps de travail

continue d’être mis à

mal

Notre récent sondage auprès des

membres relatif à la durée de travail a

fait de grosses vagues. Ce qui n’est pas

étonnant compte tenu des résultats. En

effet, près de deux tiers des environ

3000 médecins qui ont participé au

sondage rapportent des violations de la

loi sur le travail. Et les heures de travail

accomplies ne sont même pas toutes

saisies … Autre point préoccupant: un

nombre croissant de médecins et

patients souffrent de la situation.

Vous avez raté la publication des

chiffres? Sur www.asmac.ch/médias et

publications/études et sondages.

«Ni le coronavirus ni d’autres motifs ne

doivent servir de prétexte pour contrevenir

aux dispositions en vigueur concernant le

temps de travail et de repos.»

Anja Zyska, présidente de l’asmac

«Un bon approvisionnement en soins doit être

considéré comme un service public qui peut

avoir un coût. Nous disons donc halte à la

pression aux économies et à une vision axée

sur la rentabilité.»

Angelo Barrile, vice-président de l’asmac

«La qualité et l’exécution de la formation

post graduée doivent être assurées indépendamment

des situations extraordinaires ou

contraintes budgétaires.»

Patrizia Kündig, vice-présidente de l’asmac

VSAO /ASMAC Journal 3/20 7


Annonces

Engagement, motivation,

compétence

Voila ce qui définit le Service Croix-Rouge.

Vous aussi, vous souhaitez faire bénéficier le Service

Croix-Rouge de vos compétences techniques et de votre

sens de l’engagement?

Pour plus d’informations:

Service Croix-Rouge, 058 400 41 70

info@rkd-scr.ch, www.rkd-scr.ch

Les meilleurs

pronostics pour

votre carrière.

De la fin des études à la retraite : grâce à

l’Assurance des Médecins Suisses, les

médecins bénéficient des meilleures solutions

de prévoyance et d’une couverture

du risque optimale à chaque étape de leur

vie. Faites le check-up épargne :

va-cooperative.ch

Couverture du risque

Prévoyance

Partenaire de


Politique

Sans formation postgraduée en temps de

crise, l’attractivité de la profession de médecin

pour les jeunes Suissesses et Suisses

continue de baisser, ce qui accroît la dépendance

vis-à-vis de la main-d’œuvre

spécialisée étrangère. «Le poids de la formation

postgraduée doit être renforcé en

vue de garantir la qualité et la sécurité des

soins à l’avenir, avec ou sans pandémie.»

Nous exigeons donc que la qualité et

l’exécution de la formation postgraduée

soient assurées indépendamment des situations

extraordinaires ou contraintes budgétaires.

Il faut des concepts novateurs.

Des déroulements simples et efficaces

– pour moins de bureaucratie

Pour les trois points ci-dessus, nous avons

en principe abordé un seul et même sujet:

la qualité des soins. Mais celle-ci comprend

encore d’autres éléments. En effet,

les derniers mois ont montré de manière

exemplaire à quel point il est important

que les hôpitaux organisent bien leurs processus.

Et nous avons vu que si les circonstances

l’exigent, il est possible de s’adapter

rapidement. «L’objectif doit être d’assurer

un travail simple et efficace accordant systématiquement

la priorité à une prise en

charge adéquate des patients, si possible

avec une charge administrative moins

grande qu’aujourd’hui», résume la présidente

de l’asmac Anja Zyska.

Nous exigeons donc que des efforts accrus

et coordonnés soient entrepris pour

encourager la réduction de la bureaucratie

inutile dans l’intérêt de la prise en charge

des patients.

L’asmac ne veut pas se battre seule

pour ses revendications, car les partenariats

augmentent leur poids et chances

de succès. Pour cela, elle est en contact

avec des partenaires tels que l’Association

suisse des infirmières et infirmiers (ASI) et

les syndicats, mais aussi et surtout avec la

FMH pour que le corps médical parle d’une

seule voix. De plus, une nouvelle plateforme

d’échange qui se réunit régulièrement

a été mise en place avec l’association

des hôpitaux H+ et l’ASI pour régler rapidement

et d’un commun accord les problèmes

actuels. Cela aussi dans l’idée que

lors d’une prochaine crise, la Confédération

implique les acteurs importants de la

santé à temps et privilégie des solutions de

branche praticables plutôt que des ordonnances

d’urgence lacunaires.

Vous en saurez plus sur le sujet à la

rubrique «L’essentiel en bref» (page 13)

et sur www.asmac.ch/conditions de

travail/droit du travail.

Nous ne passons pas

(encore)

««Le moment tant attendu est bientôt

là: l’asmac va aller à la rencontre des

jeunes médecins et présenter ses

prestations dans 14 hôpitaux.» Telle

était notre intention et notre article

dans le numéro d’avril du Journal

intitulé «Attention, nous voilà». La

pandémie de coronavirus a hélas

bouleversé nos plans pour le jubilé

des 75 ans de l’association. «La grande

fête du jubilé du 28 août à Berne ne

pourra hélas pas non plus avoir lieu et

les visites de notre Comité directeur

dans les sections sont suspendues»,

déclare le directeur Simon Stettler.

Mais ce n’est que partie remise. Nous

continuons d’observer la situation,

notamment les décisions de la Confédération

sur un assouplissement ou

une suppression des mesures contre la

pandémie, explique Simon Stettler. «Si

nous voyons que c’est possible et que

le moment est judicieux pour fêter

notre anniversaire (après coup), nous

le ferons et ressortirons nos projets des

tiroirs – même si cela doit attendre

2021.»

Néanmoins, le Social Media Challenge

sur Instagram sous le hashtag #you-

MEDmyDAY devrait pouvoir se dérouler

comme prévu au cours des prochains

mois, tout comme le tournage

de la deuxième partie de notre film du

jubilé. Et pour ajouter une troisième

bonne nouvelle: la gagnante de notre

concours d’anniversaire dans le dernier

Journal ASMAC s’appelle Miriam

Gremminger de St-Gall, membre de la

section asmac Thurgovie. Elle a été

tirée au sort parmi les participants qui

savaient en quelle année le C était

venu rejoindre le A. Cela veut dire: en

quelle année les chef(fe)s de clinique

sont-ils venus rejoindre notre association

pour transformer l’asma en asmac?

La réponse était 1971.

Vous en saurez plus sur le sujet sur

www.vsao.ch/fr/jubile-asmac-2020/

Adieu, Anja!

Depuis le 1 er juin 2020, Anja Zyska

dirige la division médecine du travail à

la Caisse nationale suisse d’assurance

en cas d’accidents (Suva). Son bonheur

est notre malheur, car ce changement

professionnel signifie aussi qu’elle

quittera prochainement sa fonction de

présidente de l’asmac qu’elle occupe

depuis la fin 2017. La succession sera

réglée soit lors d’une séance extraordinaire

du Comité central en août ou

de la prochaine séance régulière du CC

le 28 novembre prochain. De plus

amples informations suivront dans les

prochains numéros du Journal.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 9


Politique

Un CC

mémorable

Durant ses 75 ans d’existence, l’asmac a sans nul doute vécu bien

des choses, mais sûrement pas une «situation extraordinaire».

La crise du coronavirus a obligé l’association a tenir la séance de printemps

du Comité central dans un cadre adapté.

Catherine Aeschbacher, rédactrice en chef du Journal ASMAC

Il revient aux chroniqueurs de l’asmac

de répondre à la question de

savoir à quelle date le Comité central

(CC), l’organe suprême de l’asmac,

a été fondé et si une séance du CC n’a

une fois pas pu avoir lieu. Ce qui est sûr

par contre, c’est qu’au cours des 20 dernières

années, les délégués du CC se sont

réunis au printemps et en automne à

Berne pour traiter les affaires statutaires

et décider de l’orientation des initiatives

politiques ou répondre à des questions

concernant la formation postgraduée. Cela

aurait dû être ainsi le 25 avril 2020. Lors

de l’adoption de l’ordre du jour et de l’envoi

des invitations, personne ne s’attendait

à une «situation extraordinaire». Le

24 mars, un premier courriel a été envoyé

à toutes les sections. Il commençait par

la phrase: «Il n’est pas nécessaire d’expliquer

davantage pourquoi le CC du 25 avril

2020 doit être annulé.» La même chose

valait naturellement aussi pour l’Assemblée

des délégués de MEDISERVICE

VSAO-ASMAC qui aurait dû avoir lieu le

même jour.

L’alternative de la voie de

circulation

Le courriel du 24 mars annonçait aussi la

solution de remplacement. Un vote par

voie de circulation aurait lieu sur les points

suivants:

• Approbation du procès-verbal de la

séance du Comité central du 23 novembre

2019

• Approbation du rapport annuel de

l’asmac 2019

• Approbation du compte de résultat et

du bilan 2019 ainsi que des fonds et

provisions

• Election de l’organe de révision

• Renouvellement intégral du Comité

directeur et élection de la présidente de

l’asmac 2020–2022

Peu après, les documents ont été envoyés

afin que les sections aient suffisamment

de temps pour se faire une opinion.

L’ordre du jour était limité aux points indispensables

pour le fonctionnement de

l’organisation. Comme la législature touchait

à sa fin en avril 2020, il a aussi fallu

confirmer la présidence et les membres du

Comité directeur (CD) pour la prochaine

législature. Quant aux thèmes pour lesquels

une prise de décision n’était pas possible

sans échange de vue entre les délégués

du CC, ils ont tous été reportés. Les

sections disposaient d’environ trois semaines

pour discuter des objets et faire

leur choix. Leurs votes devaient être déposés

jusqu’au 24 avril via un sondage en

ligne. Cette procédure n’a d’ailleurs pas été

élaborée pour la situation actuelle; les

votes par voie de circulation sont ancrés

dans les statuts de l’asmac et dans ceux de

MEDISERVICE.

Unanimité sur tous les points

Les circonstances particulières ne se sont

pas répercutées sur la participation des

sections. Avec 13 sections sur 17, elle correspondait

environ à celle d’un CC normal.

Avec 40 voix, représentant 81% des

membres actifs, le quorum nécessaire a

été atteint sans problème.

Le fait que tous les objets aient été

adoptés à l’unanimité pourrait faire naître

un vilain soupçon: s’agissait-il d’une sorte

de Congrès national du peuple chinois

qui accepte docilement tout ce que la direction

lui soumet? Bien sûr que non. Il

s’agissait plutôt de la nature des objets

soumis au vote qui n’ont pas suscité de critiques.

Le procès-verbal et le rapport annuel

étaient incontestés, tout comme le

bilan et le compte de résultat qui témoignent

d’une situation financière réjouissante.

Changement au Comité directeur

A l’exception de Dina-Maria Jakob (voir

encadré) et de Robin Walter (voir encadré),

tous les membres actuels du CD étaient

candidats pour une nouvelle législature et

ont été confirmés à l’unanimité par le CC.

Michael Burkhardt (voir encadré) succède

à Robin Walter en tant que représentant de

la swimsa au CD.

Un changement prévu a dû être reporté

pour cause de coronavirus: en prévision

d’un nouveau défi professionnel, la présidente

de l’asmac Anja Zyska avait décidé

de remettre la présidence lors du CC du

printemps 2020. Comme l’élection d’un/e

successeur par voie de circulation est exclue,

Anja Zyska restera à la tête de l’asmac

jusqu’à la prochaine séance du CC. Mais

10

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Politique

une chose est sûre, elle ne restera pas à la

présidence jusqu’au terme de la législature

en 2022.

Augmentation de la cotisation

approuvée

Comme déjà évoqué plus haut, l’Assemblée

des délégués (AD) de MEDISERVICE

VSAO-ASMAC a également été tenue par

voie de circulation. Le vote portait plus ou

moins sur les mêmes objets que ceux de

l’asmac (procès-verbal, comptes annuels,

octroi de la décharge, etc.). Et le résultat

correspondait à celui de l’organisation

sœur: les motions ont été adoptées sans

opposition.

La réélection des membres du comité

directeur et du président Daniel Schröpfer

était aussi incontestée. Parmi eux, seul Patrick

Halter (voir encadré) a quitté ses

fonctions.

Un point à l’ordre du jour a cependant

suscité l’opposition d’une minorité des

délégués: l’augmentation de la cotisation

annuelle de 5 francs à 25 francs par année.

Comme chacun sait, les cotisations

servent exclusivement à financer le Journal

ASMAC. Les recettes publicitaires

constituent la deuxième source de revenu

du Journal. Celles-ci sont en recul depuis

plusieurs années. Une évolution qui

touche tous les médias imprimés et qui

n’épargne hélas pas le Journal ASMAC.

Cette tendance ne va certainement pas

s’inverser, il faut même s’attendre à une

aggravation. Pour ce qui concerne d’autres

mesures comme p. ex. le passage à une imprimerie

étrangère ou des formes de publicité

plus agressives, la rédaction, la direction

et le comité directeur de MEDISER-

VICE estiment que cela se répercuterait

négativement sur la qualité du Journal

ASMAC. Pour la première fois depuis

14 ans, on a finalement décidé d’augmenter

la cotisation. Les délégués du CC l’ont

approuvée par 34 voix contre 6.

Nouveau membre

du Comité directeur

Michael Burkhardt

Représentant de la

swimsa

Etudiant en médecine

de 3 e année

à l’Université de

Fribourg

Départ du comité

directeur MEDISERVICE

VSAO-ASMAC

Patrick Halter

Après six ans, le

comité directeur perd

avec Patrick Halter

une personnalité aux

multiples talents qui

s’est fortement engagée

pour les produits adaptés à la

carrière et dont le savoir-faire a beaucoup

profité à MEDISERVICE. Patrick

Halter quitte le comité directeur pour

se concentrer sur des projets en dehors

du domaine de la santé. La présidence

remercie Patrick Halter pour son

engagement, espère qu’il continuera de

soutenir MEDISERVICE en tant que

conseiller externe et se réjouit de suivre

ses nouveaux projets.

Départ du

Comité directeur

Dina-Maria Jakob

Dina-Maria Jakob a

été élue au CD en

2015. Elle est rapidement

devenue une

voix importante dans

cet organe et s’est

notamment engagée

pour une formation postgraduée de

qualité et de durée raisonnable. Elle a

donc logiquement assumé la responsabilité

pour les visites dans le ressort

«Formation postgraduée» de l’asmac.

Grâce à sa connaissance solide des

dossiers, à son amabilité et à sa clarté,

ses contributions ont toujours été très

appréciées, qu’il s’agisse de politique

de la santé ou concernant les conditions

de travail, la compatibilité entre

profession et vie de famille, etc.

Compte tenu de sa prise d’activité dans

un cabinet, elle a démissionné du CD,

mais participera encore aux séances à

titre d’invitée. Notamment aussi parce

que Dina-Maria continue de représenter

l’asmac au comité de l’ISFM. La

présidence de l’asmac adresse ses

chaleureux remerciements à Dina-Maria

pour son engagement exceptionnel

et se réjouit qu’elle poursuive son

engagement à l’asmac encore pendant

un certain temps.

Robin Walter

Les représentants de

la swimsa au CD

changent plus fréquemment

que

d’autres membres,

cela en raison de la

limitation de la durée

de fonction interne à la swimsa. Robin

Walter a défendu les intérêts des

étudiant(e)s en médecine au CD au

cours des deux dernières années. Il l’a

fait de façon engagée, avec de solides

connaissances et avec enthousiasme.

Se limiter au strict minimum n’était

pas son truc. Robin s’est mis au courant

de tous les thèmes discutés par le

CD et a ainsi pu faire part du point de

vue de la future génération de médecins

dans les discussions. La présidence

de l’asmac remercie Robin pour

son engagement et lui adresse ses

meilleurs vœux pour l’avenir.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 11


Projections optimales pour votre

prévoyance professionnelle.

RÉMUNÉ-

RATION

ÉLEVÉE

RENDEMENT

SOUTENU

TAUX DE

COUVERTURE

IDÉAL

Solutions personnalisées de l’ASMAC Fondation pour indépendants.

L’ASMAC Fondation pour indépendants connaît en détail les besoins des médecins. Fondée par

l’association professionnelle ASMAC, la Fondation vous propose depuis 1986 des solutions de

prévoyance adaptées à votre situation personnelle – de l’ouverture du cabinet à la retraite.

Au service de votre prévoyance – vue d’ensemble de vos avantages.

Rémunération élevée

Rendement soutenu

Taux de couverture idéal

Taux d’intérêt sur

l’avoir de vieillesse

2019

Moyenne

5 ans

Rendement 2019

Moyenne

5 ans

Taux de

couverture

2019

Moyenne

5 ans

ASMAC

Fondation

4,0 % 3,0 %

ASMAC

Fondation

12,6 % 5,2 %

ASMAC

Fondation

116,8 % 114,2 %

Taux minimal LPP 1,0 % 1,2 %

Baromètre

UBS des CP

11,1 % 3,8 %

Fondations de droit

privé (source: FuW)

117,5 % 112,1 %

Flexibilité optimale

Nos plans modulaires permettent une adaptation précise

et individuelle de votre prévoyance à l’évolution de votre

situation – p. ex. en cas de changements d’ordre familial.

Optimisation fiscale

Flexibles et variés, nos produits de prévoyance permettent

également de réaliser des économies d’impôt.

Faibles primes de risque

Grâce à l’excellent collectif de risques, aux faibles prestations

de risque et au ratio avantageux entre assurés actifs et bénéficiaires

de rentes (10:1), les primes sont basses et identiques

pour les deux sexes.

Conseils pertinents

Nous connaissons votre branche et vos besoins.

En savoir

plus!

asmac-fonda tion.ch

/fr/prevoyance

Téléphone

0315607777

N’hésitez pas à prendre contact avec nous. Nous vous présenterons volontiers

des solutions de prévoyance aussi personnalisées que vos projets.

Brunnhofweg 37, case postale 319, 3000 Berne 14

info@asmac-fondation.ch, asmac-fondation.ch


Politique

En temps de crise …

Durant ces mois de crise, j’ai été touchée de voir à

quel point notre société était solidaire et à quel

point on était capable de se soutenir mutuellement

– à commencer par le personnel soignant,

dont les médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de cliniques, qui ont

souvent dû accepter une charge de travail plus élevée, des

horaires élargis, la gestion de l’inconnu et des changements de

dernière minute, et le travail sous la menace pesante du manque

de matériel de protection et de masques, de produits désinfectants,

de médicaments. Le tout dans un contexte d’incertitudes

face à une maladie mal connue et un cadre

légal et des recommandations soumis à de

fréquents changements.

Mais malgré tout, on a relevé le défi,

et j’étais fière de voir à quel point tout

le monde a donné du sien, non

seulement dans le secteur médical,

mais également au niveau de toutes

les autres professions qui se sont

révélées indispensables au bon

fonctionnement de notre société.

Un élan global de solidarité a vu le

jour, et de nombreuses personnes

ont proposé leur aide pour soutenir

les personnes vulnérables, les

personnes âgées et les personnes

défavorisées. On aurait dit qu’en dépit

de la distanciation sociale imposée face au

risque du virus, la population s’était retrouvée

avec les rangs serrés par la solidarité et le

soutien mutuel.

L’essentiel

en bref

En temps de crise, l’écart se creuse …

Nous, médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de cliniques, avons en

majorité eu la chance d’avoir pu et dû continuer à travailler

pendant cette crise. Mais dans notre profession également, des

différences importantes sont apparues: certains ont travaillé

énormément d’heures, en particulier aux soins intensifs,

d’autres ont dû annuler leurs consultations et interventions non

urgentes. Au Tessin et en Suisse romande, le nombre de cas de

COVID-19 était si élevé que d’importants moyens d’organisation

et de gestion ont dû être mis en place, tandis qu’en Suisse

allemande, l’attente d’une vague qui n’est heureusement

jamais vraiment arrivée, a pu créer

l’incompréhension de plus d’un face aux

mesures de protection.

Mais nous avons également pu

constater un effort global de tous

pour tirer à la même corde. Les

employées des hôpitaux ont tout

fait pour gérer l’afflux de malades.

Les partis politiques ont pendant

un temps mis de côté leurs différentes

visions et soutenu le Conseil

fédéral, qui a lui parlé d’une seule

voix. Et l’asmac a pu avoir un

échange régulier avec ses partenaires

sociaux, de manière pragmatique et

constructive.

Ainsi, en temps de crise, le dialogue se

noue … et, contrairement à la situation

exceptionnelle actuelle, j’espère qu’il perdurera.

En temps de crise, on se serre les coudes …

Mais malgré tous ces bons exemples de solidarité et d’investissement

humanitaire, nous avons aussi dû constater une augmentation

des inégalités. Comment soutenir les enfants avec l’école

à distance si on n’a pas d’ordinateur, de bonne connexion

Internet, d’endroit calme pour travailler ou quand on ne parle

pas la langue pour pouvoir aider son enfant dans ses tâches

scolaires? Et comment payer ses factures à la fin du mois si on

avait déjà avant un salaire très bas, et qu’on n’en reçoit plus que

le 80% en raison du chômage? Ou si on est indépendant et le

revenu a disparu, alors que les charges demeurent?

Anja Zyska

Présidente de l’asmac

VSAO /ASMAC Journal 3/20 13


Formation postgraduée/Conditions de travail

Changement

de paradigme

dans la formation

postgraduée

A l’avenir, ce ne sera plus le savoir à lui seul qui décidera du succès

d’une étape dans la formation postgraduée. Il s’agira d’acquérir

une combinaison de savoir, d’aptitudes et d’attitudes pour être en mesure

d’assumer seul une activité médicale.

Patrizia Kündig, vice-présidente de l’asmac, responsable du ressort formation postgraduée

EPA? Non, il ne s’agit pas de la

chaîne de magasins (Einheitspreis

AG), fondée en 1930, reprise

en 2002 par la Coop et

dont toutes les filiales ont été fermées

jusqu’en 2005. EPA est l’acronyme pour

Entrustable Professional Activity. Une

Entrustable Professional Activity (EPA)

est une activité médicale observable

composée de savoir, d’aptitudes et d’attitudes.

Certaines compétences CanMEDS

sont attribuées à ces activités. Elles sont

donc bien plus complètes que les anciens

objectifs de formation fondés sur le savoir.

Définition

Les objectifs dans la formation médicale

postgraduée se sont déplacés. Alors qu’autrefois,

on passait son temps à apprendre

par cœur des livres – l’accent était mis sur

le savoir – la tendance actuelle va vers une

formation médicale basée sur les compétences

(competency based medical education,

CBME). Il ne s’agit donc plus seulement

du savoir (knowledge), mais aussi

davantage d’aptitudes cliniques (skills) et

de l’attitude personnelle (attitude). Les

sept rôles selon le modèle CanMEDS (voir

14

Ill. 1: Copyright © 2015 The Royal College of Physicians and Surgeons of Canada.

http://www.royalcollege.ca/rcsite/canmeds/canmeds-framework-e. Reproduced with permission.

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Formation postgraduée/Conditions de travail

Tableau 1: Exemple d’une EPA (AMEE Guide No. 99). Example of an early EPA in undergraduate medical education.

ill. 1) offrent une description encore plus

détaillée.

Le résultat ou la compétence acquise

est placée au centre. Il ne s’agit plus seulement

du temps que l’on a passé à apprendre.

Les catalogues des objectifs de

formation et les programmes de formation

postgraduée 1 doivent donc être adaptés en

conséquence. Car les ensembles de compétences

requis ne peuvent plus simplement

être représentés sous forme de listes

d’interventions ou d’objectifs de formation

isolés.

Concrètement, l’EPA est donc une

unité de travail définie qui se déroule dans

un contexte donné. Elle inclut un savoir,

des aptitudes et attitudes clairement définies,

peut être exécutée de manière autonome

et est limitée dans le temps, et le

processus et le résultat peuvent être observés

et évalués (voir tableau 1).

Le progrès dans une EPA est mesuré par

des niveaux de supervision, c’est-à-dire

que l’évaluation comprend principalement

des observations directes. Les niveaux

vont du plus bas, c’est-à-dire la

seule présence jusqu’au plus élevé qui correspond

à la transmission de la compétence,

c’est-à-dire à l’enseignement (voir

tableau 2). Dès que la compétence requise

est atteinte, l’EPA est confiée pour l’exécution

autonome.

Exemples de l’étranger

La CBME est déjà discutée depuis 25 ans.

Le Canada, les Etats-Unis, les Pays-Bas et

la Grande-Bretagne y jouent un rôle pionnier.

Ils ont développé différents modèles

de compétences dont certains sont aujourd’hui

utilisés et cités dans le monde

entier (p. ex. CanMEDS ou ACGME). Le

concept des EPA est apparu il y a environ

15 ans. Ici aussi, les Pays-Bas ont joué un

rôle leader, notamment le Professeur Olle

Ten Cate (professeur d’enseignement médical

à Utrecht). Les EPA doivent permettre

de traduire les compétences dans

le quotidien clinique et de simplifier leur

vérification.

Au cours des dernières années, un

nombre croissant de pays ont rejoint ce

train de l’enseignement médical et introduit

plus ou moins systématiquement les

EPA dans leurs cursus. Il existe notamment

des exemples aux Etats-Unis, en

Australie et également en Inde. En se basant

sur la question de savoir comment

évaluer les médecins-assistant(e)s en formation

postgraduée, le concept a progressivement

été étendu au domaine des

études.

Bien que l’on soit d’accord sur l’orientation

de principe, les expériences sont

Level 1 – Be present and observe

Level 2 – Act with direct, pro-active supervision, i.e. with a super visor physically present

in the room

Level 3 – Act with indirect, re-active supervision, i.e. readily available on request

Level 4 – Act with supervision not readily available, but with distant supervision and

oversight

Level 5 – Provide supervision to junior trainees

Tableau 2: Niveaux de supervision (AMEE Guide No. 99).

VSAO /ASMAC Journal 3/20 15


Personal

fällt aus

Wenig Zeit

für Suche

Inserat auf

Praxisstellen.ch

Personal suchen.

Personal finden.

Schnell neues

Personal,

das gut passt

Neu:

Jetzt auch

Arztpersonal

finden.

Das führende Stellenportal

für medizinisches Praxispersonal

Kooperations-Partner


Formation postgraduée/Conditions de travail

diverses. Le changement de système

semble représenter le principal défi, car il

doit aussi être mis en œuvre dans la pratique

médicale au quotidien pour que le

concept des EPA puisse fonctionner. Un

point essentiel dans ce contexte est que les

formateurs et les supérieurs hiérarchiques

soient conscients du changement d’approche,

de manière à évaluer tous les aspects

(knowledge, skills and attitudes)

dans le cadre de l’observation directe. La

question «est-ce que je souhaiterais que

mes proches soient traités par ce stagiaire?»

peut être utile dans cette situation.

La situation en Suisse

Dans le cadre de l’orientation sur les compétences

dans la formation postgraduée,

le concept des EPA a aussi suscité l’intérêt

en Suisse. Des projets-pilotes ont ainsi été

développés plus ou moins indépendamment

les uns des autres dans différentes

disciplines et certains hôpitaux. L’anesthésiologie

joue un rôle pionnier à ce propos,

car plusieurs projets sont déjà en

cours dans différents hôpitaux. Mais il y a

aussi des exemples en pédiatrie, chirurgie,

cardiologie et même en psychiatrie.

Il y a environ deux ans, l’ISFM a fondé

un groupe de travail EPA. L’objectif était

de développer ce concept, de le promouvoir

et finalement de l’intégrer judicieusement

dans la formation postgraduée au

niveau national. Si nécessaire, il soutient

aussi certaines disciplines dans le développement

et la mise en place des EPA.

Le D r méd. Adrian Marty (chef de clinique,

anesthésiologie) de l’Hôpital universitaire

de Zurich est particulièrement engagé. Il a

même développé sa propre application

pour les évaluations fondées sur les EPA

(prEPAred). Les essais de l’application

sont encouragés par l’ISFM dans le cadre

d’un soutien aux projets.

Perspectives

Comme déjà évoqué plus haut, le changement

de culture est fondamental. La question

est de savoir si le changement d’attitude

doit d’abord se passer dans la tête de

toutes les parties impliquées ou si la

culture évoluera avec la mise en place des

EPA? Dans le meilleur des cas, ce sera cette

deuxième option qui se réalisera.

Les étudiants d’aujourd’hui et les

jeunes médecins-assistant(e)s font déjà

connaissance du concept des EPA pendant

les études. Tous les autres, c’est-à-dire notamment

ceux qui décident de l’Entrustment,

doivent souvent encore se familiariser

avec ce changement de paradigme.

L’introduction des EPA dans la formation

postgraduée modifie durablement

cette dernière: à l’avenir, il ne s’agira plus

seulement de temps et de chiffres, mais

des compétences effectivement acquises.

En conclusion, on pourrait même s’imaginer

que le titre de spécialiste sera octroyé

dès qu’un médecin a atteint tous les EPA

requis. Cela pourrait être le cas après une

période plus ou moins longue, au moment

où cette personne a atteint toutes les compétences

nécessaires au niveau de supervision

exigé. Et pas seulement s’il a «accompli

la durée nécessaire». Cela entraînerait

aussi une plus forte individualisation

de la formation postgraduée.

En Suisse, nous sommes encore loin

d’avoir atteint ce stade. Il faut d’abord clarifier

certaines questions fondamentales:

qui décide par exemple de l’Entrustment

final? Comment les niveaux atteints sontils

documentés? Ici, une solution électronique

simple sera décisive. En effet, les

EPA ne doivent pas s’accompagner d’un

surcroît de travail administratif.

Le concept des EPA représente une

grande opportunité pour une formation

postgraduée de meilleure qualité véritablement

orientée sur les résultats. Mais

aussi pour plus de flexibilité, étant donné

que certaines EPA sont interdisciplinaires,

ce qui facilitera l’obtention d’un titre de

spécialiste supplémentaire ou le passage

dans une autre discipline.

1 S’applique par analogie aussi à la formation

prégraduée et continue

Sources et liens:

• http://www.royalcollege.ca/rcsite/

canmeds/canmeds-framework-e

• Curriculum development for the

workplace using Entrustable Professional

Activities (EPAs): AMEE Guide

No. 99

• https://www.siwf.ch/fr/projets/

epa.cfm

VSAO /ASMAC Journal 3/20 17


MedEd

SYMPOSIUM

SIWF/ISFM

Schweizerisches Institut für ärztliche Weiter- und Fortbildung

Institut suisse pour la formation médicale postgraduée et continue

7. MedEd SYMPOSIUM

2020

Mit Simultanübersetzung

Avec traduction

simultanée

Perspektiven der ärztlichen Bildung

Perspectives de la formation médicale

Keynote Speakers 2020

Rolf Zemp

Wirtschaftspsychologe

FH, eMBA

Zebeco AG, Zürich

Roland Bingisser

Prof. Dr. med.

Chefarzt Notfallzentrum,

Klinikum 2,

Universitätsspital Basel

Felix Tanner

Prof. Dr. med.

Stv. Klinikdirektor,

Klinik für Kardiologie,

UniversitätsSpital Zürich

Arnaud Perrier

Pr Dr méd

Directeur medical,

Hôpitaux Universitaire

de Genève HUG

SAVE THE DATE

23. September 2020, Casino, Bern

Das MedEd-Symposium ist im Rahmen der erweiterten Fortbildung

in allen Fachgebieten mit 7 Credits anerkannt (SIWF-approved).

Le Symposium MedEd donne droit à 7 crédits dans toutes les disciplines

dans le cadre de la formation continue élargie (ISFM-approved).

Anmeldung/Inscription: www.congress-info.ch/meded2020


Formation postgraduée/Conditions de travail

ISFM Award:

un engagement

exceptionnel pour la

formation postgraduée

L’un de vos anciens formateurs a-t-il fait preuve d’un

engagement exemplaire au cours de votre formation

postgraduée? Ses compétences didactiques particulières

vous ont-elles permis de réaliser des progrès réjouissants?

Alors n’hésitez pas à le nommer pour l’ISFM

Award et à récompenser ainsi son engagement exceptionnel

en faveur de la formation postgraduée des

médecins.

Cette année encore, vous pouvez également nommer

des équipes de formateurs.

D r Werner Bauer, président de l’Institut suisse pour la formation

médicale postgraduée et continue (ISFM)

D r Raphael Stolz, vice-président de l’Institut suisse pour la

formation médicale postgraduée et continue (ISFM)

M. Sc. Nadja Jenni, collaboratrice scientifique FMH/ISFM

Nous avons le plaisir de publier pour la septième fois la mise

au concours de l’ISFM Award. Les nombreuses personnes

nommées et l’écho positif que nous avons reçu confirment la

pertinence et le bien-fondé de cette récompense. La remise

de ce prix est devenue un événement fixe dans l’agenda de

l’ISFM.

La responsabilité que portent les médecins-cadres en matière

de formation postgraduée constitue un des principes fondamentaux

du transfert de connaissances et de compétences

aux jeunes médecins. Or cette tâche ne peut guère être définie

par le seul cahier des charges; l’engagement personnel

etl’enthousiasme jouent un rôle bien plus important. Dans

le domaine médical, les charges qui pèsent sur les médecins

sont nombreuses et les ressources en matière de temps et de

moyens à disposition se réduisent sans cesse. Il est donc important

que les formateurs particulièrement actifs et motivés

soient reconnus. C’est pourquoi l’ISFM entend donner la

possibilité aux jeunes médecins de témoigner leur reconnaissance

aux formateurs qui se distinguent par leur engagement

extraordinaire sans pour autant établir un classement.

Nomination par les anciens médecins-assistant(e)s

Pour être nommés à l’ISFM Award, les médecins doivent participer

activement à la formation médicale postgraduée. Il s’agit

notamment de médecins-cadres engagés personnellement

en faveur de la formation des futurs spécialistes, considérés

comme particulièrement compétents et faisant preuve d’initiative

dans la manière de transmettre les connaissances et aptitudes.

Cette année, il est également possible de nommer des

équipes de formateurs. Pour que la nomination soit valable,

elle doit être déposée par un médecin en formation postgraduée

ou qui a obtenu un titre de spécialiste il y a moins d’un

an. De plus, elle doit être déposée conjointement par deux

personnes et exprimer une reconnaissance personnelle pour

la qualité de la formation dispensée par le formateur et pour

son engagement. Afin qu’il ne résulte ni avantage ni conflit

en raison du processus de nomination, vous ne pouvez nommer

que les responsables de la formation postgraduée chez

lesquels vous ne travaillez plus. Les noms des personnes qui

ont déposé une nomination ne seront ni publiés, ni communiqués

aux nominés. Aucun classement des personnes nommées

ne sera établi.

Critères de nomination

• Pour que la nomination soit valable, elle doit être déposée

par un médecin en formation postgraduée ou qui a obtenu

un titre de spécialiste il y a moins d’un an.

• Elle doit être déposée conjointement par deux personnes.

• Les personnes qui déposent une nomination ne doivent plus

travailler auprès des responsables de formation postgraduée

qu’elles nominent.

Déposez votre nomination sans attendre!

Pour nommer quelqu’un, vous pouvez télécharger le formulaire

prévu à cet effet sur https://www.siwf.ch/fr/projets/ isfm-award.

cfm et le renvoyer dûment rempli d’ici le 31 juillet 2020 sous

forme électronique à l’adresse suivante: siwf@fmh.ch.

La direction de l’ISFM contrôlera si la nomination est correcte

du point de vue formel et validera ensuite chaque nomination.

Tous les médecins correctement nommés recevront un acte

de reconnaissance et un cadeau en récompense de leur engagement

pour la formation postgraduée. Ils seront cités nommément

(après accord) sur le site web de l’ISFM (www.siwf.ch)

etlors du Symposium MedEd du 23 septembre 2020.

Correspondance

Institut suisse pour la formation médicale postgraduée

et continue

FMH

Elfenstrasse 18

Case postale 300

CH-3000 Berne 15

Tél. 031 359 11 11

siwf@fmh.ch

Nommez sans attendre des responsables

de formation!

L’ISFM Award permet d’exprimer une reconnaissance

appuyée aux responsables de formation postgraduée

particulièrement engagés et compétents, et désormais

aussi à des équipes de formateurs. Un ancien formateur

vous a-t-il laissé une impression durable? Alors nommez-le

pour l’ISFM Award.

Nous vous prions de renvoyer le formulaire de nomination

sous forme électronique à l’adresse siwf@fmh.ch avec la

mention «ISFM Award – pour un engagement exceptionnel

en faveur de la formation postgraduée».

Délai d’envoi: 31 juillet 2020

Vous trouverez d’autres informations sur www.siwf.ch

Si vous avez des questions, adressez-vous à siwf@fmh.ch

ou au 031 359 11 11.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 19


Vos besoins, notre

centre d’intérêt

Visites

Evaluations, salaires, horaires de

travail, crèches, offres d’emploi

et bien plus encore: Medicus

est le portail global pour votre

carrière. Vous y trouverez le

poste parfaitement adapté à vos

attentes!

Les hôpitaux et sections de

l’asmac mettent à disposition des

informations importantes relatives

aux conditions de travail.

Toutefois, c’est vous qui apportez

la contribution la plus importante:

en évaluant de manière

anonyme votre ancien employeur.

Vous aidez ainsi les autres et profitez

de leurs expériences.

Quelle est la qualité de la formation

postgraduée dans les cliniques?

Les visites se penchent en détail

sur cette question. Il y a toujours un

membre de l’asmac qui fait partie

de l’équipe d’experts. Les visites

sur place permettent d’identifier les

possibilités d’amélioration. Car en

tant que membre, nous voulons que

vous puissiez profiter d’une formation

postgraduée de qualité.

Si vous souhaitez accompagner

des visites, envoyez un e-mail

à ribeaud@asmac.ch et vous en

saurez plus!

www.asmac.ch/visites

www.medicus.ch

Feedback-

Pool

Pour vous en tant que membre,

elle est fondamentale: la formation

postgraduée. C’est pourquoi nous

réalisons régulièrement des sondages

à ce sujet auprès de notre

base. Grâce au Feedback-Pool,

nous pouvons orienter notre travail

de manière ciblée sur vos attentes.

Vous voulez y participer? Alors écrivez

un e-mail à ribeaud@asmac.ch.

www.asmac.ch/etudes-etsondages

Profession de

médecin et famille

• Comment puis-je concilier famille, loisirs et

profession?

• Comment puis-je reprendre mon travail

après mon congé maternité?

• Comment puis-je surmonter les défis

quotidiens?

En tant que membre de l’asmac, vous obtiendrez

des réponses à ces questions avec notre

coaching gratuit. Le conseil téléphonique est

assuré par le Bureau UND.

044 462 71 23

info@und-online.ch

www.asmac.ch/coaching-telephonique


Formation postgraduée/Conditions de travail

Apprendre à lire

Différences

pertinentes

Dans la recherche médicale, la

signification statistique

(valeur p


Your career starts here.

Samstag, 7. November 2020

Stade de Suisse, Bern

Samedi, le 7 novembre 2020

Stade de Suisse, Berne


MEDIfuture – Der Kongress für angehende

und junge Ärztinnen und Ärzte

Holen Sie sich praktische Tipps rund um den

Facharzttitel und erfahren Sie Aktuelles aus der

Gesundheitspolitik. Ob in einem der zahlreichen

Schweizer Spitäler, in einer Arztpraxis auf dem

Land, auf einer Expedition in China oder mit

Médecins sans Frontières in einem Krisengebiet,

der Kongress bietet Ihnen spannende Referate zu

den Einsatzgebieten als Ärztin oder Arzt. Neben

praxisnahen Präsentationen stellen zahlreiche

Aussteller verschiedenste Fachrichtungen und

Karrieremöglichkeiten vor. Nutzen Sie die einmalige

Gelegenheit sich mit unterschiedlichsten

Partnern auszutauschen.

MEDIfuture – Le congrès pour les futurs

et jeunes médecins.

Obtenez des conseils pratiques autour du titre de

spécialiste et découvrez les dernières nouvelles

de la politique de la santé. Que ce soit dans des

nombreux hôpitaux suisses, dans un cabinet

médical en campagne, en expédition en Chine ou

avec Médecins sans Frontières dans une région

en crise, le congrès vous propose d’intéressants

exposés sur les domaines d’activité des médecins.

En plus des présentations proches de la pratique,

il y aura également de nombreux exposants qui

vous feront connaître leurs multiples prestations

et options de carrière. Saisissez cette occasion

unique pour échanger avec différents partenaires.

register now!

www.medifuture.ch

Gewinnen Sie

die Kostenübernahme

Ihres ersten Facharzttitels

im Wert von Fr. 4’000.–!

Gagnez la prise en charge

des coûts du premier titre

de spécialiste d’une valeur

de Fr. 4’000.– !

gemeinsam lösungen finden.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 23


asmac

Nouvelles

des sections

Genève

Conditions de travail et

COVID-19, contactez-nous!

Durant les premières semaines en

période COVID-19, nous avons été en

contact chaque semaine avec les directions,

afin d’améliorer vos conditions

de travail. En bref (état: début mai 2020):

Nous avons mis à disposition un tableau

Excel pour saisir vos heures de travail et

vos piquets, et vérifier le relevé RH le

mois suivant.

– Un courrier conjoint entre l’AMIG, la

direction médicale et des ressources

humaines a été envoyé aux médecins

internes et chef(fe)s de clinique, pour

les informer de leurs droits concernant

les changements de contrat au

1er mai repoussé au 1er juillet, sur

décision unilatérale de la conférence

latine des affaires sanitaires et sociales

(CLASS).

– Les (télé)réunions avec la direction des

RH ont permis d’agir rapidement sur vos

conditions de travail, par exemple:

respect des temps de repos, mise à

disposition de lieux de repos pour les

gardes de nuit, protection des femmes

enceintes, demande de valorisation des

heures supplémentaires, report des

vacances, maladie professionnelle

COVID-19, etc.

Vous retrouverez ces informations

sur notre site Internet amig.ch/news pour

Dans l’urgence,

donner les

premiers soins

Annonces

Agence matrimoniale

Service Personalisé. Compétent. Sérieux

Kathrin Grüneis se réjouira de vous rencontrer.

Löwenstrasse 25, 8001 Zürich

044 534 19 50

www.msf.ch

CCP 12-100-2

24

3/20 VSAO /ASMAC Journal


asmac

les dernières nouvelles et suivez nous sur

Facebook!

N’hésitez pas à nous contacter pour

vos questions via info@amig.ch ou en

interpellant un des membres du comité.

Votre nouveau comité!

Nous profitons de vous présenter votre

nouveau comité élu lors de la dernière

assemblée générale, avec une nouveauté:

une coprésidence partagée entre Nathalie

Hammer et Aurore Verdon! Christophe

Fehlmann reste au sein du comité depuis

sa formation à l’étranger; nous le remercions

vivement de son implication pour

les membres de l’AMIG durant ses

nombreuses années de présidence. Les

autres membres du comité ont été réélus:

Yan Beauverd, Kim Lauper, Sören Lange,

Chloé Frund, André Juillerat, Aileen

Chen, Sylvain de Lucia.

En vous remerciant,

Cordialement,

Aurore Verdon, Nathalie Hammer

Coprésidentes de l’AMIG

Zurich /

Schaffhouse

Force mentale et flexibilité

en temps de pandémie

Pour nous tous, les dernières semaines

ont été synonymes d’état d’urgence.

Certains étaient surchargés, d’autres à

peine sollicités – et certains chargés de

missions inhabituelles ou dans d’autres

services. Les directives de la Confédération,

des cantons et des hôpitaux changeaient

quotidiennement. Mais nos

membres ont gardé la tête froide et donc

fait preuve d’une grande force mentale et

flexibilité. A l’heure actuelle, l’image du

corps médical dans le public est très

positive.

Le secrétariat de l’asmac Zurich/

Schaffhouse et le comité ont aussi

soudain dû poser des questions inédites

ou intervenir politiquement auprès des

autorités, p. ex. en raison du manque de

matériel de protection. L’échange au sein

de la direction, avec d’autres associations

dans le canton et aussi avec l’association

faîtière a été nettement intensifié pendant

cette période difficile, parfois établi

avec des moyens de communication inhabituels,

ce qui a permis, malgré la distance,

de créer de la proximité. Un

bénéfice pour tous.

Nous avons longuement discuté si

nous voulions tenir notre assemblée

générale du mois de juin ou pas, si nous

voulions tout bonnement y renoncer cette

année ou quand même la renvoyer. Nous

avons finalement opté pour la dernière

solution. Notamment en prévision de la

prochaine pandémie, nous ne voulons

renoncer ni à un échange fructueux sur le

coaching mental avec la championne

olympique Dominique Gisin, ni à une

rencontre dans un cadre décontracté.

Nous espérons que l’éloignement social

sera davantage assoupli jusqu’en automne

pour que le plus grand nombre de

nos membres puisse se retrouver à

l’UniTurm où nous pourrons avoir un

échange dans le cadre d’un buffet

dînatoire. De plus, un changement à la

présidence se profile. Ce sera donc la

dernière assemblée générale sous la présidente

actuelle Jana Siroka. Nous vous

invitons donc à prendre congé de l’actuelle

présidente et à élire une nouvelle

présidence. C’est la manifestation idéale

pour directement déposer vos revendications.

Jana Siroka, présidente,

et Susanne Hasse, directrice,

ASMAC ZURICH/SCHAFFHOUSE

Nouvelle date:

Assemblée générale 2020

ASMAC ZURICH/SCHAFFHOUSE

Mardi 29 septembre 2020,

Restaurant UniTurm, dès 18h00

«Making it happen» avec

Dominique Gisin – championne

olympique

(Le coaching mental peut-il aider les

médecins dans l’accomplissement

de performances de pointe?)

VSAO /ASMAC Journal 3/20 25


asmac

26

A la fois une crise

et une chance

Qu’est-ce que l’Association Suisse des Etudiants

en Médecine a planifié et entrepris dans

le cadre de la crise du coronavirus? La swimsa

voulait et veut atteindre par différents moyens

chaque recoin de ce pays pour combattre

ensemble cette pandémie!

Care Now

L’EPF Zurich, la FMH, l’asmac, la swimsa

et beaucoup d’autres organisations se sont

regroupées dans le cadre de l’initiative

Care Now www.carenow.ch pour créer une

plate-forme en ligne pour assurer la répartition

coordonnée du personnel de la

santé.

Par ailleurs, cette plate-forme a permis de

publier des programmes de soutien pour

le maintien de la santé psychique.

Groupe de travail sur le COVID-19

Plus de 140 étudiants de toute la Suisse ont

répondu à l’appel de la swimsa. Peu après,

ils ont été répartis dans l’une des cinq

équipes en fonction de leurs désirs.

Equipe «Mise à jour et conseil

scientifique»

L’équipe «Mise à jour et conseil scientifique»

tente de rassembler toutes les informations

pertinentes et fondées sur les

preuves relatives au COVID-19 pour y voir

plus clair dans la jungle des informations

disponibles.

Equipe «Ressources et assistance»

Pour réduire les contraintes provoquées

par les mesures d’endiguement du CO-

VID-19, l’équipe «Ressources et assistance»

filtre et traite des contenus pour

apporter aux personnes une aide sous

forme de conseils dans cette crise. Le but

est de mettre à disposition toutes les ressources

pertinentes pour pouvoir mieux

maîtriser cette situation exceptionnelle.

Robin Walter, Liaison officer de la swimsa

Equipe «Formation»

L’équipe «Formation» a rédigé une déclaration

adressée à tous les décideurs importants

de la formation médicale en leur

demandant d’établir une communication

claire dans tout le pays entre eux et les

étudiants, mais aussi de garantir l’égalité

des chances pour tous les étudiants. La

conclusion du semestre et l’examen fédéral

doivent se dérouler dans des conditions

équitables et sans retard, ce qui exige

des méthodes d’apprentissage et d’examen

flexibles. On notera à titre positif que

cette crise représente une opportunité incroyable

pour réaliser des changements

dans le domaine de la formation – les podcasts

et l’enseignement en ligne exigés depuis

des années ont été mis en place en

moins d’une semaine.

Equipe «Médias sociaux et

relations publiques (RP)»

L’équipe «Médias sociaux et relations publiques

(RP)» est responsable de la publication

du savoir, des conseils et des mises

à jour qui sont mis à disposition par les

autres équipes. Les publications sont disponibles

sur www.swimsa.ch ou sur Instagram

(swimsa.covid19).

Equipe «Coordination locale»

L’équipe «Coordination locale» travaille

dans tout le pays avec des initiatives estudiantines,

Care Now ainsi que les parties

prenantes locales et cantonales pour garantir

une bonne communication et un

travail efficace.

Quelles leçons faut-il tirer

de tout ça?

La situation actuelle montre à quel point il

est important pour les futurs spécialistes

de la santé de connaître les différentes dimensions

de la santé globale. Cela implique

la nécessité de comprendre l’impact

des facteurs environnementaux et

économiques (changement climatique,

chômage ...), les différents déterminants

de la santé (comme la profession, le revenu,

la nationalité, le sexe) ainsi que la

nécessité d’une solidarité et collaboration

scientifique internationale forte au bénéfice

de la santé des patients.

Nous ne pourrons réduire le poids des

futures crises sanitaires que si nous envisageons

des adaptations d’une ampleur

inconnue jusqu’ici.

Une fois de plus, nous devons souligner

le fait que le changement climatique

et la pollution représentent les plus grands

défis sanitaires du 21 e siècle. Nous considérons

qu’il est de notre devoir, en tant

que futurs médecins, de nous engager

pour la santé également sur ce plan-là et

de fonder nos opinions sur les meilleures

connaissances scientifiques disponibles.

3/20 VSAO /ASMAC Journal


asmac

asmac-inside

Patrizia Rölli

Lieu de domicile: Berne

A l’asmac depuis: 2011

L’asmac en trois mots:

Motivée, coopérative, interlocutrice

«Si au moins, je n’oubliais pas ce

petit détail! Au Comité directeur

de l’asmac, j’oublie toujours de

parler le bon allemand – que ce

soit lors des séances ou, pendant la crise

du coronavirus, lors des conférences

téléphoniques», déclare Patrizia Rölli.

En dialecte bien sûr, plus précisément en

dialecte lucernois, car elle est originaire

de la région de Willisau.

Mais cette étourderie correspond à sa

personnalité, car cette jeune femme de

35 ans prend généralement spontanément

la parole lors des séances. Ce

faisant, elle reste brève et directe. Ces

déclarations sont ainsi authentiques, ce

qui correspond à sa personnalité qui est

sinon plutôt réservée. Et peut-être que

l’usage spontané de sa langue maternelle

est aussi lié au fait qu’elle se sent tout

simplement à l’aise au Comité directeur.

Elle y a été élue par le Comité central

à la fin novembre 2019. Non, Patrizia Rölli

explique ne pas encore avoir de cheval de

bataille parmi les nombreux thèmes.

«Mon activité m’apporte cependant un

bon aperçu de la politique de la santé

suisse et, je l’espère, aussi une meilleure

compréhension de celle-ci.» Elle apprécie

de pouvoir participer aux discussions

visant à définir la position de l’asmac sur

des questions de portée nationale – et

donc ainsi façonner l’avenir des médecins.

Son engagement dans l’équipe des

visiteurs montre toutefois qu’elle tient

aussi à renforcer davantage la formation

médicale postgraduée. «Et que l’on

perçoive l’asmac comme une association

présente qui s’investit avec compétence

pour les revendications de ses membres

et avec laquelle on peut collaborer de

façon constructive.» Une autre revendication

de sa part: «L’engagement de l’association

ne doit se répercuter négativement

pour personne au travail.»

Actuellement, Patrizia Rölli travaille

comme médecin-assistante dans le

service d’anesthésie de l’hôpital de l’Ile à

Berne. Quand elle aura obtenu son titre

de spécialiste, elle pourrait s’imaginer en

viser un deuxième en médecine intensive,

«si j’en éprouverai encore l’envie à ce

moment-là». Chez elle, le blanc ne

domine pas seulement à l’hôpital. Elle

adore l’hiver. «Les sports d’hiver sont

donc mon passe-temps favori (ski,

snowboard, télémark, randonnées à ski),

en plus de cela, j’aime aussi la randonnée

en montagne, l’escalade, les voyages, la

lecture et rencontrer des amis» – d’ailleurs

de plus en plus de ses amis se

trouvent à l’asmac.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 27


asmac

Conseil juridique de l’asmac

Grossesse

et devoir d’informer

J’ai récemment été invitée à un

entretien d’engagement. On

m’a alors demandé si j’étais

enceinte ou si je prévoyais de

fonder une famille dans les mois à

venir. De telles questions sont-elles

autorisées?

De manière générale, lors d’un

entretien d’engagement, l’employeur a le

droit de poser des questions sur ce qui est

en relation directe et objective avec la

pres tation de travail à fournir. Tel n’est en

principe pas le cas pour les renseignements

qui sont du domaine de la sphère

privée du candidat ou de la candidate.

Il peut toutefois arriver que l’employeur

ait un intérêt légitime à connaître

des éléments relevant de la sphère privée

du candidat ou de la candidate, car ils ont

une incidence sur la relation de travail.

Cet intérêt entre ainsi en collision avec

l’intérêt du candidat ou de la candidate à

la protection de sa personnalité. Tel peut

être le cas de l’état de santé, de la grossesse

ou encore des antécédents judiciaires.

Il y a alors lieu de procéder à une

balance des intérêts en présence. Ce n’est

que lorsque de l’information dépend la

praticabilité de l’exercice de la profession

concernée – et non seulement d’éventuelles

difficultés mineures – que l’employeur

sera légitimé à poser la question

et donc à tirer les conséquences de la

réponse qui sera donnée.

La condition précitée s’applique bien

entendu à des questions en lien avec la

grossesse de la candidate, que ce soit sur

sa grossesse présente ou sur son intention

d’avoir des enfants. De manière générale,

et notamment pour ce qui est des médecins-assistantes

ou cheffes de clinique, il

doit être considéré que poser des questions

sur la grossesse – qu’elle soit

présente ou future – constitue une

atteinte illicite aux droits de la personnalité

de la candidate. En effet, quand bien

même la grossesse, puis la maternité ont

une incidence sur les rapports de travail

(en raison de normes protectrices, puis de

l’absence durant le congé de maternité),

l’exercice même de l’activité ne sera

jamais rendu impossible, sauf situations

exceptionnelles de la vie qui peuvent

d’ailleurs survenir pour tout un chacun,

femmes comme hommes (maladie grave,

accident, etc.). Les seules situations où

l’employeur serait légitimé à poser une

question en lien avec la grossesse, sont à

chercher hors du domaine médical. A titre

d’exemple, s’il s’agit d’engager une

danseuse pour un spectacle qui doit avoir

lieu quelques mois plus tard, il paraît

logique qu’un éventuel état de grossesse

soit connu de l’employeur potentiel,

puisqu’il en va de la capacité ou non

d’exécuter le contrat de travail dans son

ensemble.

Si la travailleuse est néanmoins

confrontée à de telles questions lors de

l’entretien d’engagement, comment

doit-elle dès lors réagir? Se pose en

particulier la question de l’existence ou

non d’un «droit de mentir». La question

est controversée parmi les commentateurs

du droit du travail. Je suis pour ma

part d’avis que ce droit de mentir existe

pleinement, dans la mesure où il est la

réponse à un comportement contraire au

droit de la part de l’employeur. Si la

travailleuse répond conformément à la

vérité à la question illicite qui lui est

posée, elle ne sera pas engagée, ce qui ne

fera que cautionner l’attitude discriminatoire

de l’employeur.

L’on ajoutera, qu’en vertu de la loi sur

l’égalité entre les femmes et les hommes,

il est interdit de discriminer les travailleuses

notamment en raison de leur

grossesse, cette interdiction s’appliquant

aussi à l’embauche. C’est dire que si une

travailleuse n’était pas engagée, ou encore

licenciée durant le temps d’essai où elle

n’est pas directement protégée, ceci au

motif de sa grossesse, le congé serait jugé

abusif, car discriminatoire à raison du

sexe.

Après le temps d’essai, la travailleuse

est en revanche protégée de manière plus

accrue, puisqu’un licenciement signifié

pendant la grossesse et durant les 16

semaines suivant l’accouchement serait

purement et simplement nul.

Il n’en demeure toutefois pas moins

que l’employeur aura droit, le moment

venu, de connaître l’état de grossesse de

son employée, puisque, potentiellement,

il devra en tirer des conséquences

notamment quant aux normes de protection

de la santé des femmes enceintes, ce

qui a des incidences organisationnelles. Il

appartiendra ainsi à la travailleuse

d’informer son employeur ou son futur

employeur dans un délai raisonnable, soit

aux alentours des trois mois de grossesse.

Si vous n’avez pas encore signé le contrat

de travail, il est cependant recommandé

d’obtenir la confirmation écrite du nouvel

engagement avant d’annoncer la grossesse.

Patrick Mangold

juriste de la section Vaud

28

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Point de mire

Une

brève histoire

du plaisir

Comment le plaisir naît-il? Et comment intègre-t-on dans la

société la recherche du plaisir individuel et sa satisfaction?

Différents domaines de la biologie en passant par la psychanalyse jusqu’à

la religion apportent des réponses.

Jacques Besson, addictologue FMH, professeur honoraire de psychiatrie,

Faculté de biologie et de médecine, Université de Lausanne

Photo: © Shutterstock

Que savons-nous du plaisir?

Qu’en savons-nous à l’heure

des neurosciences, après des

siècles de philosophie et de

religion, puis 100 ans de

psychanalyse? Thème inépuisable,

conflictuel et source de beaucoup de

confusion, notamment dans son rapport

au bonheur.

Nous ferons un parcours depuis l’aube

du vivant jusqu’à l’humain d’aujourd’hui

en passant par les mammifères. Puis nous

verrons l’importance de la conscience

dans la maîtrise de ces processus.

L’intelligence dans la nature

Déjà chez les premiers êtres vivants

unicellulaires apparaissent des mécanismes

de régulation pour s’approcher

ou s’éloigner de l’environnement immédiat.

Ces mécanismes soutenus par des

tropismes positifs ou négatifs sont à

l’origine des phénomènes de renforcement

positifs et négatifs chez les créatures

plus évoluées et donneront ultérieurement

ce qu’il est convenu d’appeler

le cerveau de la récompense, siégeant

au cœur du cerveau des émotions.

L’archéologie de l’esprit

Le psychologue Jaak Panksepp (1943–

2017) a décrit les sept systèmes affectifs

qui fondent l’évolution de l’esprit chez les

animaux et qui sont toujours actifs en

nous:

• Seeking: comportements d’exploration et

de recherche

• Rage: fureur

• Fear: peur

• Lust: désir sexuel

Et trois fondements supplémentaires apparus

chez les mammifères:

• Care: prendre soin

• Grief: tristesse et deuil

• Play: capacité de jouer

Cette dernière capacité est la plus importante

pour les animaux sociaux, permettant

de transformer des pulsions primaires

dans des comportements socialisés.

Le plaisir dans la psychanalyse

Freud avait montré que le principe de plaisir

vise à obtenir une satisfaction immédiate

pour la pulsion, mais qu’il est contrebalancé

par le principe de réalité qui permet

la vie en société, en différant le plaisir.

Il avait aussi esquissé un mécanisme psychique

qui permet de transformer directement

la pulsion dans la culture, c’est la

sublimation, source des arts, des sciences,

des sports et de la religion. Pour Carl G.

Jung, la satisfaction est d’élargir le

conscient individuel à l’inconscient collectif

pour rejoindre la Totalité par le travail

d’Individuation. Pour mieux comprendre

le processus du plaisir et son intégration

dans le tissu social, il faudra par

conséquent attendre les nouvelles

connaissances sur le cerveau du plaisir

pour y voir plus clair.

«Le bug humain»

Dans ce livre de Sébastien Bohler, la question

des priorités du cerveau archaïque sur

le cerveau cortical est décrite en termes de

civilisation. La structure du striatum limbique

impose les priorités de survie des

espèces et des individus. Nous en mentionnerons

cinq qui ont contribué au succès

de l’espèce humaine, mais qui continuent

à s’imposer et pourraient nous

conduire à notre perte:

• Manger: actuellement vecteur de tous les

excès dans les pays développés (obésité,

déséquilibre écologique), alors que la

malnutrition sévit dans le reste du

monde.

• Se reproduire: opération plus que réussie,

avec une surpopulation mondiale galopante.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 29


Notre réseau de partenaires pour

la fiduciaire, les assurances et la prévoyance

Près de chez vous, dans toute la Suisse

CENTRES DE CONSEIL en assurances, prévoyance et gestion financière

Allcons AG 4153 Reinach Assidu 2363 Montfaucon, 2800 Delémont, 1205 Genève, 6903 Lugano BTAG Versicherungsbroker

AG 3084 Wabern UFS Insurance Broker AG 8810 Horgen VM-F Frank insurance brokers GmbH

9300 Wittenbach Vorsorge Wirz 4058 Basel

PARTENAIRES FIDUCIAIRES pour comptabilité financière, optimisation fiscale, conseil économique

B+A Treuhand AG 6330 Cham Brügger Treuhand AG 3097 Liebefeld/Bern contrust finance ag 6004 Luzern

GMTC Treuhand & Consulting AG 9014 St. Gallen Kontomed Treuhand AG 8807 Freienbach LLK Treuhand AG

4052 Basel Mehr-Treuhand AG 8034 Zürich Quadis Treuhand AG 3952 Susten Sprunger Partner AG 3006 Bern

W&P AG Treuhand Steuern Wirtschaftsprüfung 7001 Chur

Vous trouverez tous les partenaires de conseil en ligne ou appelez-nous sans hésiter.

Nos membres bénéficient d’un premier entretien gratuit d’une heure pour évaluer leurs besoins.

MEDISERVICE VSAO-ASMAC

téléphone 031 350 44 22

info@mediservice-asmac.ch

www.mediservice-asmac.ch


Point de mire

• Dominer: guerres, rapports de force, aspects

territoriaux, appropriation.

• Economiser les efforts: technologies de

déplacement, voyages touristiques autour

de la planète, automatisation, intelligence

artificielle, robotisation.

• S’informer: aujourd’hui débauche informative,

perte du sens et de l’esprit critique,

connectivité absurde (pornographie).

Pour Bohler, l’espoir réside dans la capacité

de l’humanité de développer sa

conscience, pour antagoniser et finalement

surmonter l’archaïque dans nos

comportements. Il donne comme exemple

les résultats fructueux de la méditation en

pleine conscience. C’est en effet un bon

exemple de lien entre le cortex préfrontal

et le striatum, dans le sens d’un meilleur

contrôle des émotions.

Ceci est tout à fait vérifiable en addictologie:

la recherche de la satisfaction va

épuiser le sujet jusqu’à l’autodestruction,

en raison des mécanismes de sevrage et de

tolérance. Le plaisir apparaît alors comme

un ennemi dangereux pour le bonheur et

la sérénité.

Ainsi, l’évolution humaine se poursuit

dans la maîtrise de l’archaïque en

elle. Les grandes religions comme le

christianisme et le bouddhisme, se sont

attachées au contrôle des passions. Au

premier millénaire chrétien, on lutte

contre huit passions, devenues sept péchés

capitaux (colère, luxure, orgueil, paresse,

avarice, gourmandise, envie). En

bouddhisme, l’enjeu est la maîtrise des

désirs pour éviter la souffrance. Ce sont

les fondements de l’ascèse, diversement

intégrée et appliquée dans les différentes

civilisations.

Méditation et compassion

Les techniques de méditation ont toujours

fait partie intégrante du bouddhisme.

Lors de sa visite à l’Université de

Lausanne en 2013, le Dalaï-Lama a fortement

insisté sur la priorité de la méditation

pour tout impact sur la santé: fondement

de la santé spirituelle, elle assure la

santé psychique, puis la santé physique.

On apprend que le but ultime de la méditation

est la compassion. Celle-ci soutient

le cerveau de la récompense et apporte

du bonheur. Pour le bouddhisme,

tous les êtres cherchent le bonheur et

veulent éviter la souffrance. Les deux vertus

centrales en sont la sagesse et la compassion

(«les deux ailes de l’oiseau»),

proches en ceci du christianisme (vérité

et charité).

Un gain de plaisir excessif mène à la perte. La modération est donc une vertu à laquelle on aspire

dans toutes les cultures. Ici sous forme de la tempérance comme fresque sur l’église baroque

d’Ossuccio (Italie).

Perspectives

Ces perspectives de neurosciences de la

spiritualité, aussi appelée «neurothéologie»,

ont une grande importance pour la

médecine et toute la société. En effet, elles

montrent l’équilibre à trouver entre les

exigences pulsionnelles et les régulations

culturelles, mais ce qui est déterminant

dans ces travaux, c’est la place de la spiritualité

à l’interface entre émotions et raison.

Face au désenchantement du monde

et au vide existentiel, il y a une place pour

le bonheur dans la compassion. Ceci pourrait

bien être l’avenir du plaisir.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 31


Point de mire

Qu’est-ce

qui rend le vin

précieux?

Un vin agréable en bouche n’est pas forcément cher. Car les prix du vin

sont relatifs et n’ont le plus souvent rien à voir avec sa qualité ou son goût.

Le prix et la valeur d’un vin sont deux choses différentes.

Chandra Kurt, journaliste spécialisée en œnologie

Plus qu’un plaisir. Les vins nobles de Bordeaux sont également des œuvres d’art, des objets de collection et des placements.

Photo: Adobe

32

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Point de mire

Il n’y a pas très longtemps, la maison

de vente aux enchères genevoise

Baghera Wines a vendu douze

bourgognes de Henri Jayer pour

61 200 francs – ce qui correspond à 5100

francs la bouteille. Ce qui semble beaucoup

à première vue, ne l’est même pas.

Chez Christie’s, le record est de 476 280

dollars pour une caisse de douze bouteilles

du Domaine de la Romanée-Conti

1978. Le même nombre de bouteilles du

bordeaux Château Cheval Blanc de la légendaire

année 1947 a changé de propriétaire

à Paris pour 179 792 dollars, ce qui

fait 14 982 dollars la bouteille. Le prix de

certaines bouteilles de vin est aujourd’hui

disproportionné par rapport à leur contenu.

Comment est-ce possible?

Foncier cher – vin cher

Les facteurs fondamentaux suivants ont

une influence sur le prix du vin. D’abord,

on a besoin d’un vignoble et de vignes. Les

prix du foncier diffèrent selon l’endroit où

il se trouve. Les coûts par hectare peuvent

aller de quelques milliers à plusieurs millions

selon la situation. Il suffit juste de

penser aux rares parcelles en Bourgogne

dont les vins font vibrer les collectionneurs

mais également à la Champagne

dont le foncier est si cher que 1 kilo de raisins

y coûte près de 7 euros tandis que, non

loin, en Alsace, le kilo de raisins pour un

crémant d’Alsace se situe autour de 1,5 euro.

Ensuite, il est bien entendu important

de savoir si le vignoble est nouveau ou historique,

hérité ou acquis et de connaître le

type de production viticole prévu (quantités

industrielles, production artisanale,

biologique ou même biodynamique). Un

autre facteur-clé concerne le travail dans

les caves. Le vin vieillit-il dans une cuve en

acier ou dans une barrique, et pendant

combien de temps – voilà des questions

essentielles. A cela s’ajoutent en général la

bouteille et l’emballage. Sont-ils chers ou

bon marché, en carton, en verre et avec du

bois? L’étape suivante concerne la distribution

et le marketing. Si l’on fait le total,

on obtient un prix de base. Dans les milieux

spécialisés, on insiste volontiers sur

le fait que celui-ci ne dépasse en principe

jamais 18 euros la bouteille.

Pourquoi de nombreux vins coûtentils

davantage? C’est très simple:

• parce que le vin n’est pas une boisson ordinaire

avec un prix fixe mais un produit

culturel d’une importance historique

• que l’on aime également comparer à l’art

• et en tant que tel, il développe toujours

une valeur tout à fait individuelle qui est

difficile à saisir et qui est également liée à

la demande.

Le critique de vin le plus influent du

monde, Robert Parker, a donné une définition

intéressante de ce qu’est un vin réellement

grand et précieux dans son livre sur

les plus grands vignobles du monde («The

World’s Greatest Wine Estates»). Selon

Parker, il doit pouvoir réunir les sept traits

de caractère suivants:

• La capacité à plaire aussi bien au palais

qu’à l’intellect.

• La capacité à conserver l’intérêt du dégustateur.

• La capacité à offrir des arômes et des saveurs

intenses sans lourdeur.

• La capacité à avoir un goût meilleur à

chaque gorgée.

• La capacité à s’améliorer avec l’âge.

• La capacité à montrer une personnalité

unique en son genre.

• La capacité à refléter son terroir d’origine.

Tous les vignobles et châteaux connus

vinifient leurs vins selon ces critères. La

liste des candidats de Parker n’est pas exagérément

longue et compte 156 producteurs.

Ce qui est intéressant, c’est que plus

de 100 d’entre eux viennent de nos voisins

directs: la France, l’Allemagne, l’Italie et

Bon à savoir:

• Les nouveaux et très grands marchés

en Asie font monter les prix individuels

du vin à des niveaux astronomiques.

• Certains vins sont également devenus

des produits de luxe parce qu’ils

sont disponibles de manière limitée

et que la demande a augmenté.

• Les prix du vin sont relatifs et n’ont

rien à voir avec la qualité du vin.

• Bordeaux est l’une des rares régions

qui ajuste le prix de vente des grands

crus à la qualité de l’année.

• Les prix de vente ont tendance à

augmenter lorsqu’un vin a reçu des

notes maximales du Wine Advocate

de Parker ou du Wine Spectator.

• A des prix supérieurs à 30 francs, on

commence à payer pour le prestige, la

rareté ou la passion du collectionneur.

• Les enchères sont un bon baromètre

de l’évolution des prix du vin ou de la

valeur des vins.

• Les Fine Wines ne sont pas toujours

les vins les plus chers mais ceux qui

conservent le mieux leur valeur et

qui sont les plus spéculatifs. Ils

peuvent toujours être vendus relativement

aisément.

l’Autriche. Parmi les autres régions, on citera

également l’Espagne et la Californie.

Un grand nombre de ces vins bénéficient

également du statut de «Fine Wines». Ils

constituent l’establishment et ont un prix

en conséquence. Au niveau régional, ce

sont essentiellement les vins de Bordeaux

et de Bourgogne qui ont eu des décennies,

voire même des siècles pour produire des

vins nobles de terroirs et de climats exceptionnels.

La demande a énormément

grimpé depuis les années 90 et ces vins

sont par conséquent des symboles de prestige

de grande valeur qui sont négociés

comme des œuvres d’art cotées. Mais ce

que l’on ne doit jamais oublier ici, c’est que

le plaisir du vin, les émotions et les illusions

vont de pair et que les vignerons, les

négociants et les amateurs de vin en profitent

– chacun à sa manière. Et c’est ce qui

rend le vin si unique, spécial et précieux.

Contact:

chandra@chandrakurt.com

Meilleurs vins de

premier ordre (sélection)

Voici une petite sélection de vins de

premier ordre. Les meilleurs vins

coûtent déjà beaucoup lorsqu’ils

arrivent sur le marché, mais prennent

en général de la valeur avec le temps.

Ce sont des vins qui sont toujours très

demandés lors des enchères.

Bordeaux: Ausone, Cheval Blanc,

Haut-Brion, Lafite Rothschild, Lafleur,

Latour, Margaux, Mission Haut-Brion,

Mouton Rothschild, Pétrus, Le Pin.

Bourgogne: Domaine de la Romanée-Conti

(DRC), Henri Jayer,

Rousseau A., Leroy

Champagne: Krug, Roederer Cristal,

Dom Pérignon

Autres: Chave JL (Hermitage), Gaja

(Piémont), Masseto (Toscane), Ornellaia

(Toscane), Rayas (Châteauneufdu-Pape),

Sassicaia (Toscane), Screaming

Eagle (Californie).

Maisons de vente aux

enchères pour le vin

http://www.sothebys.com/

http://www.christies.com

https://ackerwines.com

http://www.bagherawines.com

http://www.weinboerse.ch

http://www.franzwermuth.ch

http://www.steinfelsweine.ch

VSAO /ASMAC Journal 3/20 33


Un bon repas, un bon vin, de bonnes discussions avec de bons amis – un plaisir qui rend la vie digne d’être vécue.

Plaisirs sombres,

renoncement

enthousiaste

Le plaisir constitue également toujours un acte de «transgression». Celui qui savoure,

apprend qu’il est davantage qu’un simple serviteur et gardien de sa vie. Le plaisir

conduit donc, en fin de compte, à un sentiment de souveraineté.

Robert Pfaller, professeur de philosophie à l’Université d’Art de Linz

«Quel désir peut être supérieur au dégoût

du désir lui-même!» Tertullian

L’une des idées les plus surprenantes

pour tous ceux qui s’intéressent

au sujet du plaisir est

que les gens ne sont absolument

pas des hédonistes par nature. On aurait

en effet pu croire que tout le monde voudrait

travailler le moins possible et avoir

le plus de plaisirs possibles. En vérité, les

personnes ont même souvent un avis encore

plus réservé envers le plaisir qu’envers

le travail. Preuve en est, les appels de

plus en plus populaires à suivre certaines

interdictions et restrictions qui ont récemment

touché certains plaisirs jusqu’ici

courants dans les cultures occidentales: la

consommation de viande, d’alcool ou de

tabac, l’utilisation de voitures, le port de

fourrures ou de chaussures à talons, la

consommation de pornographie mais

également les blagues ou compliments

dans la vie quotidienne sont au moins

soumis – si ce n’est aux limitations des autorités

– au regard vigilant de la morale

dominante.

Nécessité de franchir des limites

La raison pour laquelle les personnes non

seulement acceptent souvent et même saluent

les interdictions de plaisir réside

d’abord dans le fait que les plaisirs comportent

toujours un élément malsain.

L’alcool donne mal à la tête et abîme le

foie; le sexe est source de complications

sociales; faire la fête ruine l’appartement;

danser sans s’inquiéter du lendemain a un

coût pour le sommeil; etc. Oui, même les

plaisirs apparemment anodins comme se

promener ou philosopher ont quelque

chose de mauvais en soi: il faut au moins

être prêt à perdre du temps et à s’engager

dans une entreprise incertaine. Le philosophe

Georges Bataille a très bien reconnu

cette dimension mauvaise de toute chose

procurant du bonheur et a constaté qu’un

acte de «transgression» est toujours nécessaire

au plaisir.

C’est du reste justement la réussite de

cette transgression qui, dans toutes ces

choses, apporte le plaisir. C’est pourquoi

toutes les tentatives si typiques pour

l’époque du postmodernisme de produire

des plaisirs sans côté malsain, comme la

bière sans alcool, la crème fouettée sans

crème, le café sans caféine, le sexe sans

contact physique, l’art sans génie et la politique

sans décisions, n’ont connu que des

succès modestes. Car ce n’est que si les

Photo: Adobe

34

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Point de mire

personnes transgressent ponctuellement

leur comportement réducteur habituel de

conservation de la vie qu’elles peuvent

avoir le sentiment d’être plus que de

simples gardiens et serviteurs de leur existence.

Dans de tels moments de transgression,

la vie est en fait soudain là pour elles

– ce sont les moments durant lesquels la

vie peut être ressentie comme gratifiante.

Celui qui en fait l’expérience, ne se perçoit

plus uniquement comme le gestionnaire

de sa vie mais comme son directeur – tous

les plaisirs consistent donc finalement,

dans la conception de Bataille, à savourer

un sentiment de souveraineté.

Mais comment se fait-il que les personnes

soient pourtant quelquefois en

mesure d’avoir des plaisirs? Où puisentelles

parfois malgré tout la force de transgresser,

contre toutes les menaces du mal?

C’est là que la société ou la culture leur

vient en aide. Ces forces donnent aux individus

de petits ordres de bienséance qui

leur imposent du plaisir. Un groupe d’amis

qui passe voir le philosophe le soir et lui

explique qu’il a déjà suffisamment étudié

et qu’il doit à présent venir boire une bière

avec eux, transforme le verre de bière qu’il

tient alors en main, en une preuve que la

vie en vaut la peine. Et celui qui entre dans

un bar à lumière tamisée dans lequel une

musique douce et tranquille de jazz

s’échappe des enceintes, perçoit dans

cette ambiance la voix de la culture qui

chuchote: «Ne te commande pas un jus de

fruit.» La société et la culture réconcilient

les individus avec leur bonheur en ce

qu’elles leur ordonnent le plaisir et les

guident vers la transgression.

Renoncement et mépris

Par contre, une culture qui tend à penser

que nous ne devrions avoir du plaisir que

si nous le voulons vraiment nous-mêmes,

dédaigne les injonctions au plaisir soi-

disant «normatives». Elle est souvent désemparée

face au côté malsain des plaisirs

et a tendance au renoncement. A partir de

ce renoncement au plaisir, elle procure

pourtant à nouveau une sorte de plaisir –

le plaisir du renoncement. Celui-ci

consiste en un renforcement de l’amourpropre

doublé d’un mépris des autres:

nous regardons alors avec dédain ceux

qui, par exemple, sont encore contraints

de prendre leur voiture parce qu’ils ne

peuvent s’offrir les loyers élevés du centreville

des bailleurs à qui ils servent des

sandwichs. Ce n’est pas le pouvoir d’achat

supérieur de travailleurs très bien payés

mais seulement une conscience écologique

plus attentive qui nous semble alors

faire la différence entre les cyclistes et les

automobilistes. Et nous négligeons souvent

le fait que ce sont justement les cyclistes

qui, avec leurs voyages lointains à

l’étranger ou l’utilisation de services de

streaming pour leurs séries cultes, présentent

les empreintes écologiques les

plus néfastes.

Au niveau de l’histoire des religions, le

renoncement correspond à une tendance

très spéciale. Dans les religions païennes

anciennes, on devait manger ou boire

beaucoup à certaines occasions. Dans les

religions monothéistes ascétiques plus récentes,

par contre, il ne fallait alors justement

rien manger, ni boire. Le sociologue

Emile Durkheim a qualifié les unes de

cultes positifs, les autres de cultes négatifs.

Cette différence joue également un

rôle en dehors de la vie religieuse. La

culture postmoderne contemporaine

montre, sous l’influence américaine, une

préférence marquée pour les cultes négatifs:

au lieu de porter du parfum, plutôt

garder son odeur naturelle; au lieu de

chaussures élégantes, préférer des tennis;

éviter de complimenter sa collègue; éviter

de saluer l’autre client dans le couloir de

l’hôtel, etc. En dehors de la question de savoir

si une approche est meilleure que

l’autre, il apparaît ici une différence dans

l’identification des motivations. Les abstinents

aiment se considérer comme supérieurs.

Car ils pensent qu’ils suivraient une

obligation; et que par contre les autres,

plus faibles, céderaient simplement à une

inclinaison ou à une pulsion. Ce qui leur

semble difficile à reconnaître c’est que

ceux qui pratiquent des cultes positifs,

donc ceux qui saluent poliment, qui font

des compliments gentils, qui s’habillent

avec élégance, qui se parfument, etc. pourraient

également suivre une obligation. En

France par exemple, on doit dire «enchanté»

lorsque l’on salue une dame, et même

surtout, lorsqu’on ne l’est pas. La tendance

du postmodernisme consiste à ignorer

qu’il existe une obligation pour de tels

cultes positifs de la convivialité. Lors d’un

anniversaire, il convient simplement de

boire un verre de champagne avec celui

qui le fête. Le postmodernisme, cependant,

veut nous faire croire que tous ceux

qui agissent ainsi seraient des ivrognes débridés,

et son utopie de civilisation réside

dans un espace public entièrement aseptisé

dans lequel personne n’effleure plus

personne.

On peut en déduire que le plaisir

existe réellement mais qu’en vérité, il n’y a

pas de renoncement à proprement parler.

Car chaque renoncement se gratifie luimême

d’un plaisir (par exemple d’estime

de soi). Mais il existe une différence entre

les plaisirs manifestes et ceux cachés par

de prétendues renonciations. Ces derniers

détruisent la vie sociale parce qu’ils se

nourrissent du mépris des autres. Les premiers

en revanche nous amènent à reconnaître

que les autres personnes, au lieu

d’être des voleurs de notre plaisir, sont

plutôt les alliés solidaires dont nous avons

besoin pour être aptes au plaisir.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 35


Point de mire

Le besoin rend inventif,

dit-on. Et parfois, ce sont

même de petits chefsd’œuvre

qui sont inventés.

A la recherche

de la meilleure

truffe

Notre quête n’a de loin pas été aussi difficile que la recherche du

champignon du même nom. La rédaction a testé ces chocolats

ronds, portant parfois des épines, dans le cadre d’une

dégustation à l’aveugle et de justesse déterminé le gagnant.

Catherine Aeschbacher, rédactrice en chef du Journal ASMAC. Photos: Severin Nowacki.

36

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Point de mire

Pour beaucoup, elle est un régal:

la truffe de toutes les couleurs et

saveurs, avec ou sans alcool.

Pourtant, elle est fille de la nécessité.

En 1895, Louis Dufour, chocolatier

à Chambéry (F), s’est retrouvé sans les ingrédients

de base nécessaires pour ses délicatesses,

et cela justement pendant la période

de Noël. Et comme il ne voulait aller

quémander auprès de ses concurrents, il a

mélangé de la crème fraîche, de la vanille

et du cacao, a formé de petites boules, les a

plongées dans du chocolat liquide avant de

les rouler dans la poudre de cacao. En raison

de leur ressemblance avec les nobles

champignons noirs, il les a appelées

«truffes». On ne sait cependant pas à quelle

date et où elles ont reçu leur forme typique

avec les épines. Mais grâce à leur aspect,

les truffes ont même fait leur entrée dans

la littérature. Dans le roman de Friedrich

Dürrenmatt «La Promesse», l’assassin

d’enfants gagne la confiance de ses victimes

avec des truffes. Ceux-ci racontent

avoir reçu des «hérissons», ce qui laisse les

enquêteurs longtemps perplexes.

La truffe à l’examen

Mais qu’est-ce qui caractérise les meilleures

truffes? Les truffes au lait des fabricants

suivants ont été testées à l’aveugle:

Migros, Läderach, Coop, Sprüngli et Lindt.

L’apparence, l’odeur et le goût ont été évalués.

L’échelle de notation allait de 1 à 6,

comme à l’école.

Le jury s’est montré sévère avec les

truffes. Aucun des objets testés n’a atteint

la note 5. Les truffes de la confiserie Sprüngli

(4,8) ont obtenu les meilleures notes,

celles de la Migros (3,5) les moins bonnes.

En milieu de tableau se trouvaient la Coop

(4,5) et Lindt (4,2), alors que celles de Läderach

se sont révélées décevantes en terminant

à l’avant-dernière place avec la note

3,7. Le gagnant confirme l’adage selon lequel

la qualité a un prix. Les truffes de la

confiserie Sprüngli étaient les plus chères,

celles de la Migros les meilleur marché.

Celles de chez Läderach figurant au deuxième

rang en termes de prix ont été moins

bien notées que des produits plus avantageux,

ce qui montre que le prix n’est pas un

garant de qualité. Les plus belles truffes

viennent de la Coop et de chez Sprüngli. La

meilleure odeur émane de celles de Lindt,

suivies de près par celles de chez Sprüngli.

Et celles de la Coop et de Sprüngli avaient

le meilleur goût.

Mais tout le monde sait que les goûts

ne se discutent pas. Et ce test n’est ni représentatif,

ni fiable ou exhaustif. Nous

vous recommandons dès lors d’établir vos

propres séries de tests.

Les truffes testées

Fabricant

Note

Sprüngli 4,8

Coop 4,5

Lindt 4,2

Läderach 3,7

Migros 3,5

Les testeurs ne savaient pas quel fabricant se cachait derrière quel nom. Voici la solution: 1. Migros, 2. Läderach, 3. Coop, 4. Sprüngli, 5. Lindt.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 37


Point de mire

Le plaisir

anticipé s’apprend

La perte de plaisir et de motivation fait partie des caractéristiques

de la schizophrénie. Un procédé développé à Lausanne aide les patients à

développer le plaisir anticipé et encourage ainsi leur motivation.

Jérôme Favrod, Alexandra Nguyen, Laurent Frobert,

Institut et haute école de la santé, La Source – Haute Ecole Spécialisée de Suisse occidentale, Lausanne

L'anhédonie et l'apathie comptent parmi les caractéristiques de la schizophrénie. Si le patient parvient à développer du plaisir

anticipé, sa motivation augmentera en conséquence

Bild: © Shutterstock

38

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Point de mire

Les symptômes négatifs de la

schizophrénie sont caractérisés

par une réduction marquée des

comportements dirigés vers des

buts impliquant le langage et les comportements.

Les symptômes négatifs peuvent

être primaires ou secondaires: les premiers

sont les caractéristiques centrales,

intrinsèques de la schizophrénie, alors

que les seconds sont transitoires. Ils sont

imputables à la dépression, aux effets secondaires

des neuroleptiques liés au fort

blocage des récepteurs D2 (akinésie, anhédonie,

apathie) [Aringhieri et al., 2018],

au retrait social ou à l’isolement social

consécutif aux symptômes psychotiques

persistants ou au stigma de la schizophrénie.

Les symptômes négatifs primaires et

secondaires peuvent être similaires dans

leur expression clinique en dépit de leurs

étiologies différentes. Généralement, les

symptômes négatifs secondaires diminuent

avec la résolution des facteurs

responsables. Une sous-activation du

système dopaminergique au niveau

ventro-striatal est associée aux symptômes

négatifs dans des tâches d’anticipation

de récompense, ce qui limiterait

les effets motivants des récompenses

[Radua et al., 2015]. Les efforts des

patients seraient ainsi moins bien renforcés

et conduiraient ainsi au manque d’initiative.

La littérature récente a distingué les

symptômes négatifs associés à une diminution

de la capacité d’éprouver (apathie,

anhédonie) de ceux qui sont associés à une

diminution de la capacité d’exprimer

(émoussement affectif, alogie). La distinction

entre ces deux syndromes, réduction

de l’expérience et réduction de l’expression,

permet probablement une approche

plus ciblée.

Plaisir et motivation

Dans la schizophrénie, l’anhédonie et

l’apathie sont considérées comme des

symptômes qui sont étroitement corrélés.

Il existe certainement un lien serré entre le

plaisir et le fait d’avoir des comportements

dirigés vers un but, le plaisir étant un système

de récompense, qui renforce positivement

un comportement et en augmente

donc sa fréquence. Toutefois, le plaisir

n’est pas suffisant pour expliquer la motivation.

Cette corrélation peut être liée au

fait que les instruments d’évaluation de

l’anhédonie et de l’apathie comprennent

des items qui mesurent des construits similaires

tels que la fréquence d’activités,

des expériences émotionnelles et physiques

subjectives et le niveau d’intérêt

[Lee et al., 2015]. Il serait utile de mieux

distinguer les aspects de la motivation et

du plaisir.

L’apathie peut être définie comme la

réduction de la motivation à initier ou à

persister dans un comportement dirigé

vers un but, et l’anhédonie comme la réduction

d’éprouver du plaisir. Ces dernières

années, la recherche a distingué le

plaisir anticipé du plaisir sur le moment

[Favrod et al., 2016]. Le plaisir anticipé est

lié à la motivation et les comportements

dirigés vers un but, alors que le plaisir sur

le moment est associé à la notion de satisfaction

et de satiété. Dans la schizophrénie,

les études montrent que les patients

n’ont pas d’altération directe du plaisir

lorsqu’ils participent à une activité plaisante

si celui-ci est mesuré sur le moment.

Toutefois, la fréquence des événements

positifs dans la vie des patients est

moins élevée que dans la population générale.

Les patients peuvent également

avoir de la difficulté à savourer et à maintenir

l’expression comportementale du

plaisir quand ils vivent un moment plaisant.

Ces difficultés pourraient interférer

avec la mémorisation de ces situations

agréables.

La motivation, quant à elle, permet à

un individu de maintenir la valeur gratifiante

d’une action dans un avenir incertain.

Elle a été définie comme pouvant être

intrinsèque, comme la recherche du sentiment

de satisfaction et de satiété, ou extrinsèque

quand elle cherche à atteindre

une récompense externe tangible. La motivation

peut répondre au désir d’obtenir

une récompense ou d’éviter une punition

ou une conséquence négative. Le manque

de motivation, ou l’apathie, peut résulter

de nombreux facteurs, tels que le manque

de compétence pour réaliser une activité,

le fait de ne pas croire qu’une action puisse

conduire à l’issue souhaitée ou la difficulté

d’anticiper les conséquences positives

d’une action. Des interventions ont déjà

été développées pour répondre à certains

aspects décrits ci-dessus:

a) l’entraînement des habiletés sociales répond

au manque de compétences pour

réaliser une activité en apprenant aux

patients à diriger une conversation, établir

et maintenir des relations sociales

[Turner et al., 2018];

b) des interventions sont en développement

pour réduire spécifiquement les

croyances défaitistes liées aux attentes

négatives sur les chances de réussite

d’une action [Staring et al., 2013];

c) il existe également des interventions qui

combinent l’entraînement des habiletés

sociales et des interventions sur les

croyances défaitistes [Granholm et al.,

2013; Velligan et al., 2015].

Le développement d’interventions

centrées sur le lien entre le plaisir anticipé

et la motivation offre une nouvelle voie qui

doit être investiguée.

PEPS: encourager le plaisir anticipé

La distinction entre le plaisir anticipé et le

plaisir sur le moment dans la schizophrénie

a ouvert la possibilité de développer

une intervention pour réduire l’anhédonie

et l’apathie [Favrod et al., 2009]. Elle a permis

de mieux conceptualiser la problématique

et de se distancer des interventions

tautologiques conduites jusque-là. En effet,

en constatant l’apathie des patients et

en attribuant l’anhédonie à une réduction

du plaisir, les soignants tendaient à encourager

l’engagement dans des activités

agréables pour tenter d’améliorer les

symptômes. Cette stratégie ne conduisait

pas à une amélioration ni à une généralisation

des comportements entraînés. En envisageant

l’anhédonie comme un déficit

du plaisir anticipé, nous avons conduit des

études de cas [Favrod et al., 2010] qui ont

révélé que l’entraînement au plaisir anticipé

conduisait à une amélioration de l’anhédonie

et à une augmentation de l’activité.

Les résultats de cette étude ont conduit

au développement du Programme Emotions

Positives pour la Schizophrénie,

PEPS [Favrod et al., 2014; Nguyen et al.,

2016], qui a été testé dans une étude-pilote

[Favrod et al., 2015]. Les résultats de cette

étude indiquent que le programme est accompagné

d’une amélioration de l’anhédonie

et de l’apathie. Une étude randomisée

contrôlée montre que les patients avec

des symptômes négatifs primaires ayant

suivi PEPS ont significativement un meilleur

score composite pour l’anhédonie et

l’apathie de la Scale for the Assessment of

Negative Symptoms après le test et six

mois de catamnèse, avec des effets de

taille moyens [Favrod et al., 2019a]. Finalement,

une étude sur le terrain conduite

avec des équipes ayant reçu une journée

de formation montre que PEPS est facilement

implantable dans les milieux de

soins [Favrod et al., 2019b].

PEPS dans la pratique

PEPS est un programme groupal qui

cherche à réduire l’anhédonie et l’apathie

en augmentant le contrôle cognitif des

émotions positives. Il s’agit d’un pro-

VSAO /ASMAC Journal 3/20 39


Point de mire

gramme en huit séances d’une heure, administrées

à l’aide d’un matériel multimédia

(visuel et sonore) présenté sous forme

de diapositives PowerPoint projetées sur

un écran. Deux héros, Jill et Jack, accompagnent

le programme. Ils sont dessinés

par Sébastien Perroud, dit PET. Les groupes

sont composés de cinq à dix participants.

Chaque séance commence par un accueil

et un exercice de relaxation ou de médita-

tion. Dès la seconde séance, les animateurs

passent en revue la tâche à domicile qui a

été prescrite à la fin de la séance précédente.

La séance se poursuit avec la remise

en question d’une croyance défaitiste, puis

l’apprentissage d’une compétence pour

améliorer l’anticipation, le maintien, l’augmentation

ou la réactualisation d’émotions

positives. La séance se termine par la

prescription d’une tâche à accomplir pour

la séance suivante. Les compétences enseignées

sont: savourer l’expérience agréable,

exprimer les émotions de manière comportementale,

capitaliser les moments positifs

et anticiper les moments agréables.

Les exercices de révision sont animés par

les participants lors de la dernière séance.

Le programme est téléchargeable gratuitement

sur la page http://www.seretablir.net/

outils-interventions/peps/.

Références

Aringhieri, S., Carli, M., Kolachalam, S.,

Verdesca, V., Cini, E., Rossi, M., Mccormick, P.

J., Corsini, G. U., Maggio, R., and Scarselli, M.

(2018). Molecular targets of atypical antipsychotics:

From mechanism of action to clinical

differences. Pharmacol Ther 192, 20–41.

Favrod, J., Ernst, F., Giuliani, F., and

Bonsack, C. (2009). [Validation of the Temporal

Experience of Pleasure Scale (TEPS) in a

French-speaking environment]. Encephale 35,

241–248.

Favrod, J., Giuliani, F., Ernst, F., and

Bonsack, C. (2010). Anticipatory pleasure skills

training: a new intervention to reduce

anhedonia in schizophrenia. Perspect Psychiatr

Care 46, 171–181.

Favrod, J., Nguyen, A., Chaix, J., Pellet, J.,

Frobert, L., Fankhauser, C., Ismailaj, A., Brana,

A., Tamic, G., Suter, C., Rexhaj, S., Golay, P., and

Bonsack, C. (2019a). Improving Pleasure and

Motivation in Schizophrenia: A Randomized

Controlled Clinical Trial. Psychother Psychosom

88, 84–95.

Favrod, J., Nguyen, A., Fankhauser, C.,

Frobert, L., Mccluskey, I., and Rexhaj, S. (2016).

«Programme Émotions positives pour la

schizophrénie (PEPS)», in Outils de la Réhabilitation

en Psychiatrie, ed. N. Franck. (Paris:

Elsevier Masson), 127–142.

Favrod, J., Nguyen, A., Fankhauser, C.,

Ismailaj, A., Hasler, J. D., Ringuet, A., Rexhaj, S.,

and Bonsack, C. (2015). Positive Emotions

Program for Schizophrenia (PEPS): a pilot

intervention to reduce anhedonia and apathy.

BMC Psychiatry 15, 231.

Favrod, J., Nguyen, A., Tronche, A. M.,

Blanc, O., Dubreucq, J., Chereau-Boudet, I.,

Capdevielle, D., and Llorca, P.M. (2019b). Impact

of Positive Emotion Regulation Training on

Negative Symptoms and Social Functioning in

Schizophrenia: A Field Test. Front Psychiatry 10,

532.

Favrod, J., Rexhaj, S., Nguyen, A., Cungi, C.,

and Bonsack, C. (2014). «Projecting oneself into

the future, an intervention for improving pleasure

in patients with anhedonia», in Anhedonia: A

Comprehensive Handbook Volume I: Conceptual

Issues And Neurobiological Advances, ed. M.S.

Ritsner. (Dordrecht: Springer Science+Business

Media Dordrecht), 95–104.

Granholm, E., Holden, J., Link, P. C.,

Mcquaid, J. R., and Jeste, D. V. (2013). Randomized

controlled trial of cognitive behavioral

social skills training for older consumers with

schizophrenia: defeatist performance attitudes

and functional outcome. Am J Geriatr

Psychiatry 21, 251–262.

Lee, J. S., Jung, S., Park, I. H., and Kim, J. J.

(2015). Neural Basis of Anhedonia and

Amotivation in Patients with Schizophrenia:

The Role of Reward System. Curr Neuropharmacol

13, 750–759.

Nguyen, A., Frobert, L., Mccluskey, I.,

Golay, P., Bonsack, C., and Favrod, J. (2016).

Development of the Positive Emotions Program

for Schizophrenia: An Intervention to Improve

Pleasure and Motivation in Schizophrenia. Front

Psychiatry 7, 13.

Radua, J., Schmidt, A., Borgwardt, S.,

Heinz, A., Schlagenhauf, F., Mcguire, P., and

Fusar-Poli, P. (2015). Ventral Striatal Activation

During Reward Processing in Psychosis: A

Neurofunctional Meta-Analysis. JAMA

Psychiatry 72, 1243–1251.

Staring, A. B., Ter Huurne, M. A., and Van

Der Gaag, M. (2013). Cognitive Behavioral

Therapy for negative symptoms (CBT-n) in

psychotic disorders: a pilot study. J Behav Ther

Exp Psychiatry 44, 300–306.

Turner, D. T., Mcglanaghy, E., Cuijpers, P.,

Van Der Gaag, M., Karyotaki, E., and Macbeth,

A. (2018). A Meta-Analysis of Social Skills

Training and Related Interventions for

Psychosis. Schizophrenia Bulletin 44, 475–491.

Velligan, D. I., Roberts, D., Mintz, J.,

Maples, N., Li, X., Medellin, E., and Brown, M.

(2015). A randomized pilot study of MOtiVation

and Enhancement (MOVE) Training for negative

symptoms in schizophrenia. Schizophr Res 165,

175–180.

40

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Perspectives

Acutalités en oncologie – Oncologie moleculaire

Un changement

de paradigme

se profile

L’amélioration de la compréhension en biologie moléculaire

conduit au développement de traitements ciblés.

Les études pour y parvenir représentent cependant de nouveaux

défis à relever pour tous les acteurs.

Sacha Rothschild, médecin adjoint, Service d’oncologie médicale,

Département de médecine interne, Hôpital universitaire de Bâle

Bilder: zvg

Le traitement oncologique a

beaucoup évolué au cours des

dernières décennies. De dites

approches thérapeutiques ciblées

se sont établies à côté des chimiothérapies

classiques. Une meilleure compréhension

en biologie moléculaire de la

formation des tumeurs et du développement

des cellules tumorales présentant

des variations moléculaires spécifiques a

encouragé cette évolution. Certaines mutations

génétiques somatiques ou autres

anomalies génétiques qui sont responsables

de la croissance des tumeurs (ce

que l’on appelle des «mutations-pilotes»)

sont connues pour de nombreuses tumeurs.

Ces mutationspilotes peuvent apparaître

dans des tumeurs à partir de différents

organes d’origine. Cette découverte

a conduit au développement de médicaments

ciblés. Ceux-ci n’agissent en

conséquence que si la variation moléculaire

correspondante est présente dans la

cellule tumorale. Ces variations moléculaires

spécifiques peuvent apparaître à

l’intérieur d’une entité tumorale à une

fréquence inégale. Dans le cancer

bronchique non à petites cellules (nonsmall

cell lung cancer) par exemple, une

mutation EGFR est présente chez près de

10 à 15% des patients caucasiens [1]. Les

inhibiteurs de tyrosines kinases spécifiques

(ITK) dirigés contre la tyrosine kinase

associée à l’EGFR activée par la mutation

ont été comparés à la chimiothérapie

conventionnelle dans des études randomisées

de phase III et ont montré une

amélioration du pronostic en traitement

de première intention [2]. Contrairement

aux traitements de chimiothérapie

conventionnels, une réponse tumorale a

pu être observée chez plus du double des

patients. Par ailleurs, ces substances sont

sans activité lorsque la variation moléculaire

correspondante n’est pas présente

dans la tumeur.

Etudes paniers pour l’analyse de

traitements ciblés

Certaines variations moléculaires n’apparaissent

que très rarement dans quelques

entités tumorales. Cet état de fait rend le

développement de nouvelles approches

thérapeutiques difficile. Les études randomisées

qui fournissent traditionnellement

la meilleure évidence ne sont souvent pas

réalisables dans ces tumeurs caractérisées

au niveau moléculaire. Pour ces situations,

il est plus fréquent de réaliser de

dites études paniers dans lesquelles on re-

cherche une variation moléculaire définie

chez des patients ayant différentes entités

tumorales et, en cas de présence de celle-ci,

on les traite par un traitement ciblé correspondant.

Cette approche est également

appelée approche «tumeur agnostique».

Il n’y a pas de groupe témoin direct dans

les études paniers. Elles doivent leur pertinence

élevée à la commande ciblée d’un

mécanisme biologique, par un médicament.

A ce jour, cette approche n’a pas encore

conduit à une autorisation de médicaments

«tumeur agnostique» en Suisse.

Aux Etats-Unis, de nouveaux médicaments

«tumeur agnostique» ont, pour la

première fois au cours de ces deux dernières

années, été autorisés par l’autorité

de contrôle fédérale FDA. De même,

l’auto rité de contrôle européenne EMA a

procédé pour la première fois à une autorisation

«tumeur agnostique» l’été de cette

même année.

Approche tumeur agnostique – un

changement de paradigme qui a des

conséquences

L’autorisation «tumeur agnostique» de

nouveaux traitements oncologiques représente

un changement de paradigme

car de nouvelles entités de maladies – dé-

VSAO /ASMAC Journal 3/20 41


Perspectives

IIlustration 1

Etude conventionnelle

Etude parapluie

Etude panier

Etude plate-forme

Comparaison directe entre différents

traitements dans une entité

pathologique sans sélection de

biomarqueurs

Traitements différents reposant sur une

sélection de biomarqueurs dans une

entité tumorale

Traitement ciblé pour un biomarqueur

déterminé dans différentes entités

tumorales

Analyse de plusieurs approches

thérapeutiques dans différentes

entités tumorales. Adaptation des

interventions sur la base d’analyses

intermédiaires

D’après https://www.acerta-pharma.com/file.cfm/18/docs/Clinical_studies.jpg

finies par des biomarqueurs – apparaissent.

Avec cette autorisation «tumeur

agnostique», la présence d’un biomarqueur

et non plus l’organe d’origine, définit

à présent la maladie. Auparavant déjà,

certains médicaments basés sur une analyse

des biomarqueurs avaient été autorisés,

cependant toujours pour une certaine

entité tumorale. Des études paniers ont

été citées comme exemples d’études «tumeur

agnostique», mais les dites études

plates- formes en font également partie.

Dans celles-ci, plusieurs études sont réalisées

dans un protocole maître, on citera à

titre d’exemple l’étude NCI-MATCH. Ces

études «tumeur agnostique» peuvent fournir

des résultats importants qui sont ensuite

encore analysés dans des études

adaptées et peuvent éventuellement être

intégrés dans une stratégie de développement

«tumeur agnostique» dans laquelle

sont incluses, en plus d’autres données cliniques,

des données pharmacocinétiques

et des interactions médicamenteuses. La

réalisation de telles études avec un concept

d’études adaptatif dans lequel, sur la base

de premières évaluations, des hypothèses

sont rejetées et à nouveau posées au cours

de l’étude – celles-ci influençant ensuite

directement la poursuite de l’étude – place

les planificateurs et les réalisateurs devant

de grands défis. Les autorités de contrôle

ont cependant également des défis à relever,

car un grand nombre de leurs critères

d’évaluation précédents perdent leur validité.

Cette évolution offre cependant non

seulement des opportunités mais nécessite

également une évaluation critique. Il

convient de tenir compte de l’hétérogénéité

et de la biologie différente au sein d’un

groupe de tumeurs défini par des biomarqueurs,

ce qui requiert éventuellement

des études supplémentaires pour certaines

entités tumorales. Au regard de la

rareté de certaines entités tumorales et

variations moléculaires, des données

issues des études de registres et de cohortes

peuvent jouer un rôle important

dans de tels cas. L’étude SAKK 86/18

(ONCONAVIGATOR) va bientôt commencer

en Suisse. Tous les patients dont la tumeur

a été analysée par une technique de

séquençage moderne (next-generation sequencing,

NGS) peuvent être inclus dans

cette étude de cohortes. Des algorithmes

de traitement doivent être établis par l’intelligence

artificielle sur la base de la collecte

de données moléculaires et cliniques.

Ils sont ensuite vérifiés de manière prospective

dans une phase suivante du projet.

En résumé, on peut dire qu’une meilleure

compréhension en biologie moléculaire

de la formation et du développement

des tumeurs a amené un changement de

paradigme dans la recherche clinique en

oncologie. Le développement actuel de

médicaments implique souvent de mettre

en œuvre de nouveaux concepts d’études.

Cela conduit dans de nombreux cas à ce

que de nouveaux médicaments parviennent

plus rapidement aux patients et

puissent ainsi améliorer leur pronostic.

Cette évolution exige cependant de

prendre en considération des points critiques

dans le diagnostic, le plan d’étude et

la validation des résultats des études.

Contact:

sacha.rothschild@usb.ch

Conflits d’intérêts

Honoraires pour les conseils consultatifs de

AstraZeneca, BMS, Boehringer-Ingelheim, Eisai,

Eli-Lilly, Merck Serono, MSD, Novartis, Pfizer,

Roche et Takeda (à l’institution). Fonds de

recherche de AstraZeneca, Boehringer-Ingelheim,

BMS, Eisai et Merck Serono.

Références

1. Barlesi F, Mazieres J, Merlio J-P, et al.

Routine molecular profiling of patients with

advanced non-small-cell lung cancer: results of a

1-year nationwide programme of the French

Cooperative Thoracic Intergroup (IFCT). Lancet

2016; 387: 1415–26.

2. Hsu W-H, Yang JC-H, Mok TS, Loong HH.

Overview of current systemic management of

EGFR-mutant NSCLC. Ann Oncol Off J Eur Soc

Med Oncol 2018; 29: i3–9.

42

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Perspectives

Aus der «Therapeutischen Umschau» *

Übersichtsarbeit

Hämochromatose

assoziierte

Arthropathie

Peter Nowak

Internistischer Dienst, Psychiatrische Universitätsklinik Zürich

* Der Artikel erschien ursprünglich in der

«Therapeutischen Umschau» (2018), 75(4),

235–239. MEDISERVICE VSAO-Mitglieder können

die «Therapeutische Umschau» zu äusserst

günstigen Konditionen abonnieren. Details siehe

unter www.hogrefe.ch/downloads/vsao.

Die Hämochromatose (HH) ist

eine genetisch zumeist autosomal

rezessiv verursachte

systemische Erkrankung, die

durch Eisenüberladung zu Organschäden

führt. Klassischerweise führt sie, wenn

unbehandelt, im mittleren Erwachsenenalter

zu der Trias der Zuckerstoffwechselstörung,

Hyperpigmentation der Haut –

auch genannt Bronzediabetes – sowie Leberzirrhose.

Frühe HH-Symptome sind

unspezifisch wie Müdigkeit, Arthralgien,

Diabetes und laborchemische Hinweise

für eine chronische Hepatopathie. Schwerer

Organbefall kann sich in einer Kardiomegalie,

Hypogonadismus, Hypothyreose

und Nebennieren insuffizienz oder

kutanen Porphyrie äussern. Aufgrund der

früheren Erkennung der Komplikationen

sind diese Manifestationen heute selten.

Daneben kommt es zu der im weiteren

Verlauf des Artikels beschriebenen Beteiligung

des muskuloskelettalen Systems

in Form von Gelenkbefall und Osteoporose

[1].

1996 wurde die krankheitsverursachende

Genmutation entdeckt, die für die

meisten Fälle der vorwiegend kaukasischen

Bevölkerung verantwortlich ist. Die

häufigste Mutation bei Nordeuropäern ist

eine im HFE-Gen (High Iron Fe) auf Chromosom

6. Mehr als 80 % der Patienten mit

nordeuropäischen Wurzeln sind homozygot

für die HFE-Mutation C282Y [2]. Die

Prävalenz in Nordeuropa beträgt 0.5 %. In

Asien oder Afrika ist sie praktisch nicht

existent [3]. In letzteren Regionen lässt sich

aber die H63D-Mutationv finden. Diese

führt jedoch selten zur krankheitsrelevanten

Eisenüberladung. Bei Präsenz von beiden

Mutationen (Compound Heterozygotie)

manifestiert sich die Erkrankung eher

in Anwesenheit von zusätzlichen Risikofaktoren

(virale Hepatitiden, Alkohol, Adipositas),

welche gleichzeitig Verursacher

von Hepatopathien sind [4]. Die phänotypische

Penetranz des Gens selbst bei homozygoten

Trägern ist variabel. Bei Frauen

ist sie niedriger als bei Männern. Eine mögliche

Teilerklärung könnte der natürliche

Eisenverlust durch die Menstruation sein.

In Familienuntersuchungen wurden

Leberwert erhöhungen in zum Teil weniger

als 30 % und eine Leber zirrhose in kleiner

6 % der homozygoten Männer beobachtet

[5]. In einer anderen Studie waren von den

homozygoten Genträgern 28 % der Männer

und nur 1 % der Frauen von Eisenüberladungssymptomen

betroffen [6]. Neben den

oben genannten zusätzlichen Risikofaktoren

für eine klinische Manifestation scheinen

auch weitere genetische Konstellationen

und Polymorphismen [7] eine Rolle zu

spielen [8]. Neben der klassischen HFE-assoziierten

HH gib es noch juvenile und weitere

schwere Formen, die durch sehr seltene

Mutationen im Hämojuvenil-Gen

(HJV), HAMP-Gen (Hepcidin antimicrobial

Peptid) und transferrin receptor 2-Gen

(TRF2) ebenfalls rezessiv vererbbar sind

[9]. Daneben gib es auch autosomal

dominante Formen bei Mutationen im Ferroportin-Gen

(FPN) [10].

Pathophysiologisch liegt eine Störung

in der intestinalen Absorption und Verteilung

des Eisens durch den fehlregulierten

«hepatic iron-sensing complex» vor. Dieser

besteht aus dem HFE-Protein, TRF2

und HJV [11]. Durch diesen Komplex werden

adäquate Eisenspeicher detektiert

und bei aufgefülltem Zustand die Hepcidin-Produktion

durch die Hepatocyten

hochreguliert. Hepcidin sorgt dafür, analog

zu einer hormonellen Feedback-Regulierung,

dass Eisen nicht mehr aus den

Zellen exportiert werden kann via Ferroportin

(FPN) [12]. Dies führt in der Folge zu

einer verminderten Aufnahme im Darm

bei dort «gesättigten» Zellen [13] (Abb. 1).

HH assoziierte Arthropathie (HH-Arthropathie)

betrifft bis zu 2 / 3 homozygoter

Genträger [14]. Arthralgien sind häufig

das primäre Symptom, das zu ärztlicher

Konsultation führt [15]. Die Eisenüberladung

an sich scheint auch bei der Arthropathie

die führende kausale Komponente

zu sein, da sich auch bei anderen Ursachen

einer Eisenüberladung Gelenkpro-

VSAO /ASMAC Journal 3/20 43


Eisen nicht mehr aus den Zellen exportiert werden kann via Ferroportin (FPN) [12]. Dies

führt in der Folge zu einer verminderten Aufnahme im Darm bei dort „gesättigten“ Zellen

[13] (Abb. 1).

Perspectives

A

A

• Arthralgien

• Monoarthrosen und symmetrische

Polyarthrosen an atypischer Lokalisation

(OSG, MCP 2 und 3)

• Mono- bis Oligoarthritis, verursacht

durch Calciumpyrophosphat Arthropathie

(Pseudogicht)

• CPPD Assoziierte Polyarthritis mit

RA-artigen Bildern in der Spätphase

• Frakturen durch Osteoporose

• Sehr selten Osteonekrose

(Risiko faktor: Hepatopathie)

Tabelle 1. Muskuloskeletale Symptome bei HH

B

B

Abbildung 1. Regulation des Eisentransportes zwischen den Kompartimenten Darm-Leber-

Makrophagen. A: Normalzustand; B: Hämochromatose mit Erniedrigung der Hepcidin-Produktion.

Dadurch kommt es zu einer Hochregulation des Ferroportin (FPN). DMT-1 = divalent metal

transporter 1. HFE-Gen. TFR2-transferrin receptor 2, Hemojuvelin (HJV). FE-Tf Transferrin.

Angepasst vom Autor nach Hepatology 2008; 48(3): 991 – 1001.

Abbildung 1. Regulation des Eisentransportes zwischen den Kompartimenten Darm-Leber-

Makrophagen. A: Normalzustand; B: Hämochromatose mit Erniedrigung der Hepcidin-

Produktion. Dadurch kommt es zu einer Hochregulation des Ferroportin (FPN). DMT-1 =

bleme manifestieren [16]. Jedoch sind

wahrscheinlich noch andere aktuell noch

nicht identifizierte Risiko faktoren relevant,

weil bei weitem nicht alle Patienten

im Verlauf Gelenkmanifestationen entwickeln

[17, 18].

Histologisch zeigen sich bei Patienten,

die sich einer Gelenksersatzplastik unterzogen

haben, nur wenige entzündliche

Zellen. Dies ist aber wahrscheinlich einer

Bias geschuldet. Synoviaproben von akut

entzündeten Gelenken wurden nicht analysiert

[19]. Die Ferritinspiegel in der Gelenkflüssigkeit

sind erhöht. Es ist dabei

nicht klar, ob Sekretionsmechanismen

44

oder Zelluntergang eine Rolle spielen. Eine

Eisenüberladung der Gelenkschleimhaut

konnte nicht nachgewiesen werden [20].

Die Manifestationsspannweite der

HH-Arthropathie reicht von degenerativen

Gelenkbeschwerden in Form einer

(Mono-)Arthrose (am häufigsten) zu entzündlichen

polyartikulären Manifestationen,

die eine Rheumatoide Arthritis (RA)

bei polyartikulärer CPPD-Erkrankung

imitieren können [17, 21] (Tab. 1).

Atypische Arthrosemanifestationen

wie an MCP 2 und 3, bilaterale OSG-Arthrose

sowie männliches Geschlecht sind

Verdachtsmomente, die ein Screening

mittels Eisenstatus nahelegen. Ein symmetrisches

Befallmuster ist häufig [17]. Die

idiopathische Handarthrose führt im

Gegensatz zu HH-Arthropathie häufiger

zu Befall der CMC- sowie DIP- Gelenke. Da

diese für die Funktion wichtiger sind als

MCP-Gelenke, ist der Leidensdruck bei

HH-Arthropathie-Patienten häufig geringer

und entsprechend später erfolgt die

ärztliche Konsultation, zumal sie bei Männern

häufiger ist und somit «kosmetisch»

weniger ins Gewicht fällt [22]. Die Patienten

präsentieren sich typischerweise mit

bilateraler Schwellung der MCP-2- und

-3-Gelenke. Eine Synovitis ist möglich

und somit kann bei zusätzlichem Befall

der anderen MCP-Gelenke ein RA- artiges

Muster entstehen. CRP und BSR sind häufig

nur gering erhöht, trotz Synovitis. Die

Rheumafaktoren können im Gegenteil zu

Anti-Citrulin- Antikörpern (ACPA) erhöht

sein aufgrund der Hepato pathie [23] und

chronischer Entzündung. Grosse Gelenke

sind häufig betroffen. Dies führt häufig zu

Gelenkersatz bei dekompensierter Arthrose.

Die relative Risikoerhöhung für einen

Kniegelenkersatz liegt je nach Studie zwischen

5.3 und 9 im Vergleich zur Kontrollpopulation.

Für die Hüfte beträgt sie 5.3

[18, 24]. Besonders die seltene bilaterale

OSG-Arthrose stellt eine Herausforderung

dar wegen der schwierigen prothetischen

Versorgung und funktionell schlechter bilateraler

Arthrodese.

Radiologisch ist neben der Arthrose

die Chondrokalzinose häufig (50 % der

HH-Patienten) [25]. Eigentliche Arthritisschübe

im Sinne einer CPPD-Arthropathie

(Pseudogicht) sind aber als Manifestationsform

im Vergleich zu Arthrosebeschwerden

selten. Die Chondrokalzinose

ist nicht klar als pathophysiologische Voraussetzung

identifiziert worden, weil eine

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Radiologisch ist neben der Arthrose die Chondrokalzinose häufig (50% der HH-Patienten)

[25]. Eigentliche Arthritisschübe im Sinne einer CPPD-Arthropathie (Pseudogicht) sind aber

als Manifestationsform im Vergleich zu Arthrosebeschwerden selten. Die Chondrokalzinose

ist nicht klar als pathophysiologische Voraussetzung identifiziert worden, weil eine

Arthropathie auch ohne diese Befunde vorkommt [17]. Konventionell radiologisch finden

sich keine HH-Arthropathie-spezifischen Veränderungen. Eine Kombination von Befunden

kann jedoch suggestiv sein (Tab. 2). Ein typisches Bild sind hackenförmige Osteophyten an

den MCP-2- und -3-Gelenken an der radialen Seite. Erosionen können vorkommen. Der

Gelenkbefall ist in der Regel auch an anderen Gelenken streng symmetrisch [26] (Abb. 2).

Abbildung 2. ((Abbbildungslegende 2. Typische radiologische ergänzen bitte)). Veränderungen

mit Arthrose der MCP II / III und

hackenförmigen Osteophyten.

Arthropathie auch ohne diese Befunde

vorkommt [17]. Konventionell radiologisch

finden sich keine HH-Arthropathie-spezifischen

Veränderungen. Eine Kombination

von Befunden kann jedoch suggestiv

sein (Tab. 2). Ein typisches Bild sind hackenförmige

Osteophyten an den MCP-2-

und -3-Gelenken an der radialen Seite.

Erosionen können vorkommen. Der Gelenkbefall

ist in der Regel auch an anderen

Gelenken streng symmetrisch [26] (Abb. 2).

MRI-Veränderungen wurden in einer

Studie beschrieben und zeigen das komplette

Spektrum von anderen destruktiven

Gelenkerkrankungen. Spezifische Befunde

er geben sich dabei keine [27].

Die Osteoporose ist multifaktoriell bedingt.

Eine direkte Eisentoxizität auf die

knochenbildenden Zellen kann neben anderen

Faktoren nicht ausgeschlossen werden

[24]. Andere Faktoren wie der Hypogonadismus

und Leberpathologie spielen

aber wahrscheinlich eine wichtigere Rolle

[28].

Zum Screening dient der Eisenstatus.

Bei einer Transferrinsättigung von > 45 %

(2 Mal bestimmt) lohnt sich die genetische

Abklärung auf HFE-Mutationen bei vorhandenen

Symptomen [29]. Serum-Ferri-

• Hackenförmige Osteophyten an den

MCP-Gelenken (meistens 2 und 3)

• Gelenkspaltverschmälerung

• Subchondrale Zysten

• Marginale Erosionen

• Chondrokalzinose (häufig Handgelenke

und Knie; selten MCP und OSG)

• Selten Femurkopfnekrose

Tabelle 2. Radiologische Befunde bei HH

Arthropathie

Zusammenfassung

Perspectives

tinspiegel von > 1000 ug / l sind häufiger

mit Symptomen assoziiert [30].

Unbehandelt führt die Hämochromatose

über die Leber zirrhose sowie konsekutives

hepatozelluläres Karzinom oder

kardiale Beteiligung zum Tod. Aderlässe

sind aktuell die am meisten verbreitete

Therapieoption. Initial wird wöchentlich

durch ablassen von 400 – 500 ml Blut (entspricht

200 – 250 mg Eisen) versucht, Serum-Ferritinspiegel

zwischen 50 und

100 ug / l zu erreichen. In der Folge reichen

Aderlässe alle 2 – 6 Monate. Diese Therapie

für die Systemmanifestationen führt

leider nicht immer zu einer Verbesserung

der Arthropathie. Diese kann sich sogar

paradoxer weise verschlechtern oder gar

manifestieren [14]. Eine Studie zeigte bei

phlebotomierten Patienten in 13.6 % der

Fälle eine Verbesserung und in 20.5 % der

Patienten eine Verschlechterung der Symptome.

Die übrigen 65.9 % blieben unverändert

[31]. Hinter den Mechanismen, die

zur Verschlechterung führen, werden Veränderungen

in der Knorpelmatrix nach

Eisenmobilisierung angenommen [32].

Falls Aderlässe wegen Hypotonien oder

Anämie kontraindiziert sind, können Eisenchelatoren

eine Verbesserung bewirken

[33]. Ob eine strikte Einstellung und

frühe Diagnosestellung eine HH-Arthopathie

verhindern können, ist unklar [34].

Im wesentlichen beruht die Therapie

der HH-Arthropathie auf einer symptomatischen

antiinflammatorischen Therapie

mit NSAR und Analgetika analog einer

idiopathischen Arthrose. Bei CPPD-Arthritis

kann analog zu anderen Formen

Colchicin versucht werden [35]. Fallberichte

existieren, in denen therapierefraktäre

Fälle einer CPPD-Handarthritis im

Rahmen einer HH mit Anakinra erfolgreich

behandelt wurden [36]. Eine spezifische

Therapie für die HH-Arthropathie

existiert zum gegenwärtigen Zeitpunkt

nicht. Die Osteoporose wird analog der

Richtlinien für idiopathische und sekundäre

Osteoporose behandelt, mit besonderer

Berücksichtigung des Hypogonadismus

als möglichen Zusatzfaktor.

Dr. med. Peter Nowak

FMH Rheumatologie, Innere Medizin

Internistischer Dienst

Psychiatrische Universitätklinik Zürich

Lenggstrasse 31, 8032 Zürich

peter.nowak@puk.zh.ch

Die Hämochromatose ist eine meist durch eine HFE-Genmutation (High Iron Fe) verursachte

autosomal rezessive Erkrankung. Pathophysiologisch liegt als Auswirkung der

Mutation eine erhöhte Eisenresorption im Darm vor. Es handelt sich um eine Systemerkrankung,

welche neben dem Befall des muskuloskelettalen Systems (MSK) zu einer

dia betischen Stoffwechsellage, Leberzirrhose und Hautverfärbungen sowie zu anderen

Organmanifestationen wie Kardiopathie oder Hypogonadismus im Spätstadium führen

kann. Zu den MSK-Komplikationen zählen die Arthropathie in Form von Arthrose

typischerweise der MCP-2- und -3-Gelenke und der Calciumpyrophosphat-assoziierten

Arthritis (CPPD). Die Osteoporose als weitere Komplikation ist multifaktoriell bedingt.

Die Therapie der Hämochromatose besteht in Aderlässen, die orale Gabe von Eisenchelatoren

ist ebenfalls möglich. Diese Massnahmen wirken zwar günstig auf die Entstehung

von Organkomplikationen wie Leberzirrhose, zeigen jedoch wenig Einfluss auf

die MSK-Manifestationen, welche in Analogie zur idiopathischen Arthrose oder Pseudogicht

behandelt werden. Gleiches gilt für die Osteoporose.

Abstract: Hemochromatosis related Arthropathy

Hemochromatosis is an autosomal recessive disease that is caused by an HFE gene

mutation (High Iron Fe) in most patients. Pathophysiologically, the effect of the mutation

is an increased iron absorption in the gut. It is a systemic disorder which, in addition

to the involvement of the musculoskeletal system (MSK), can lead to a diabetic

metabolic state, liver cirrhosis and skin discoloration, as well as other organ manifestations

such as cardiopathy or hypogonadism in the late stages. MSK complications

include arthropathy in the form of osteoarthritis, typically of the MCP 2 and 3 joints,

and calcium pyrophosphate-associated (CPPD) arthritis. Osteoporosis, as a further

complication, is multifactorial. The therapy of hemochromatosis consists of phlebotomy,

oral therapy with iron chelators is also possible. Although, these measures have a

positive effect on the development of organ complications such as liver cirrhosis, they

show little effect on the MSK manifestations, which are treated in analogy to the idiopathic

osteoarthritis or pseudogout. The same is true for osteoporosis.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 45


Perspectives

Literatur

1. Janssen MC, Swinkels DW.

Hereditary haemochromatosis.

Best Pract Res Clin Gastroenterol

2009; 23: 171 – 83.

2. Feder JN, Gnirke A,

Thomas W, Tsuchihashi Z, Ruddy

DA, Basava A et al. A novel MHC

class I-like gene is mutated in

patients with hereditary haemochromatosis.

Nat Genet 1996; 13:

399 – 408.

3. Sassi R, Hmida S, Kaabi H,

Hajjej A, Abid A, Abdelkefi S et al.

Prevalence of C282Y and H63D

mutations in the haemochromatosis

(HFE) gene in Tunisian

population. Ann Genet 2004; 47:

325 – 30.

4. Castiella A, Zapata E, de

Juan MD, Otazua P, Fernandez J,

Zubiaurre L et al. Gipuzkoa

Hemochromatosis. Significance of

H63D homozygosity in a Basque

population with hemochromatosis.

J Gastroenterol Hepatol 2010;

25:1295 – 8.

5. Gleeson F, Ryan E, Barrett

S, Crowe J. Clinical expression of

haemochromatosis in Irish C282Y

homozygotes identified through

family screening. Eur J Gastroenterol

Hepatol 2004; 16: 859 – 63.

6. Allen KJ, Gurrin LC,

Constantine CC, Osborne NJ,

Delatycki MB, Nicoll AJ et al.

Iron-overload-related disease in

HFE hereditary hemochromatosis.

N Engl J Med 2008; 358: 221 – 30.

7. Valenti L, Fracanzani AL,

Rametta R, Fraquelli M, Soverini G,

Pelusi S et al. Effect of the A736V

TMPRSS6 polymorphism on the

penetrance and clinical expression

of hereditary hemochromatosis. J

Hepatol 2012; 57: 1319 – 25.

8. Pietrangelo A. Hereditary

hemochromatosis: pathogenesis,

diagnosis, and treatment.

Gastroenterology 2010; 139:

393 – 408, 408. e1 – 2.

9. Camaschella C, Roetto A,

Calì A, De Gobbi M, Garozzo G,

Carella M et al. The gene TFR2 is

mutated in a new type of

haemochromatosis mapping to

7q22. Nat Genet 2000; 25: 14 – 5.

10. Mayr R, Griffiths WJ,

Hermann M, McFarlane I, Halsall

DJ, Finkenstedt A et al. Identification

of mutations in SLC40A1 that

affect ferroportin function and

phenotype of human ferroportin

iron overload. Gastroenterology

2011; 140: 2056 – 63, 2063.e1.

11. D’Alessio F, Hentze MW,

Muckenthaler MU. The hemochromatosis

proteins HFE, TfR2, and

HJV form a membrane- associated

protein complex for hepcidin

regulation. J Hepatol 2012; 57:

1052 – 60.

12. Nemeth E, Tuttle MS,

Powelson J, Vaughn MB, Donovan

A, Ward DM et al. Hepcidin

regulates cellular iron efflux by

binding to ferroportin and

inducing its internalization.

Science 2004; 306: 2090 – 3.

13. Nicolas G, Bennoun M,

Devaux I, Beaumont C, Grandchamp

B, Kahn A et al. Lack of

hepcidin gene expression and

severe tissue iron overload in

upstream stimulatory factor 2

(USF2) knockout mice. Proc Natl

Acad Sci USA 2001; 98: 8780 – 5.

14. McDonnell SM, Preston

BL, Jewell SA, Barton JC, Edwards

CQ, Adams PC et al. A survey of

2,851 patients with hemochromatosis:

symptoms and response to

treatment. Am J Med 1999; 106:

619 – 24.

15. Wimalawansa SM,

Alsamkari R. Unusual presentation

of hemochromatosis as isolated

metacarpophalangeal joint

osteoarthritis: a case report. Hand

(NY) 2011; 6: 329 – 32.

16. Abbott DF, Gresham GA.

Arthropathy in transfusional

siderosis. Br Med J 1972; 1(5797):

418 – 9.

17. Sahinbegovic E, Dallos T,

Aigner E, Axmann R, Manger B,

Englbrecht M et al. Musculoskeletal

disease burden of hereditary

hemochromatosis. Arthritis

Rheum 2010; 62: 3792 – 8.

18. Sahinbegovic E, Dallos T,

Aigner E, Axmann R, Engelbrecht

M, Schöniger-Hekele M et al.

Hereditary hemochromatosis as a

risk factor for joint replacement

surgery. Am J Med 2010; 123:

659 – 62.

19. Heiland GR, Aigner E,

Dallos T, Sahinbegovic E, Krenn V,

Thaler C et al. Synovial immunopathology

in haemochromatosis

arthropathy. Ann Rheum Dis 2010;

69: 1214 – 9.

20. Carroll GJ, Sharma G,

Upadhyay A, Jazayeri JA. Ferritin

concentrations in synovial fluid are

higher in osteoarthritis patients

with HFE gene mutations (C282Y

or H63D). Scand J Rheumatol 2010;

39: 413 – 20.

21. Carroll GJ, Breidahl WH,

Bulsara MK, Olynyk JK. Hereditary

hemochromatosis is characterized

by a clinically definable arthropathy

that correlates with iron load.

Arthritis Rheum 2011; 63: 286 – 94.

22. Valenti L, Fracanzani AL,

Rossi V, Rampini C, Pulixi E,

Varenna M et al. The hand

arthropathy of hereditary

hemochromatosis is strongly

associated with iron overload. J

Rheumatol 2008; 35: 153 – 8.

23. Aigner E, Schmid I,

Osterreicher CH, Zwerina J, Schett

G, Strasser M et al. Contribution of

anti-cyclic citrullinated peptide

antibody and rheumatoid factor to

the diagnosis of arthropathy in

haemochromatosis. Ann Rheum

Dis 2007; 66: 1249 – 51.

24. Richette P, Ottaviani S,

Vicaut E, Bardin T. Musculoskeletal

complications of hereditary

hemochromatosis: a case-control

study. J Rheumatol 2010; 37:

2145 – 50.

25. Dallos T, Sahinbegovic E,

Aigner E, Axmann R, Schöniger-

Hekele M, Karonitsch T et al.

Validation of a radiographic

scoring system for haemochromatosis

arthropathy. Ann Rheum Dis

2010; 69: 2145 – 51.

26. Jäger HJ, Mehring U, Götz

GF, Neise M, Erlemann R, Kapp HJ

et al. Radiological features of the

visceral and skeletal involvement

of hemochromatosis. Eur Radiol

1997; 7: 1199 – 206.

27. Frenzen K, Schäfer C,

Keysser G. Erosive and inflammatory

joint changes in hereditary

hemochromatosis arthropathy

detected by low-field magnetic

resonance imaging. Rheumatol Int

2013; 33: 2061 – 7.

28. Diamond T, Stiel D, Posen

S. Osteoporosis in hemochromatosis:

iron excess, gonadal deficiency,

or other factors? Ann Intern Med

1989; 110: 430 – 6.

29. European Association For

The Study Of The Liver. EASL

clinical practice guidelines for HFE

hemochromatosis. J Hepatol 2010;

53: 3 – 22.

30. Allen KJ, Bertalli NA,

Osborne NJ, Constantine CC,

Delatycki MB, Nisselle AE et al.

HealthIron Study. HFE Cys282Tyr

homozygotes with serum ferritin

concentrations below 1000

microg / L are at low risk of

hemochromatosis. Hepatology

2010; 52: 925 – 33.

31. Pascart T, Richette P, Flipo

RM. Treatment of nongout joint

deposition diseases: an update.

Arthritis 2014; e375202.

32. Richette P, Eymard C,

Deberg M, Vidaud D, de Kerguenec

C, Valla D et al. Increase in type II

collagen turnover after iron

depletion in patients with

hereditary haemochromatosis.

Rheumatology (Oxford) 2010; 49:

760 – 6.

33. Phatak P, Brissot P,

Wurster M, Adams PC, Bonkovsky

HL, Gross J et al. A phase 1 / 2,

dose-escalation trial of deferasirox

for the treatment of iron overload

in HFE-related hereditary

hemochromatosis. Hepatology

2010; 52: 1671 – 779.

34. Carroll GJ, Breidahl WH,

Olynyk JK. Characteristics of the

arthropathy described in

hereditary hemochromatosis.

Arthritis Care Res (Hoboken) 2012;

64: 9 – 14.

35. Announ N, Guerne PA.

Treating difficult crystal pyrophosphate

dihydrate deposition

disease. Curr Rheumatol Rep 2008;

10: 228 – 34.

36. Latourte A, Frazier A,

Brière C, Ea HK, Richette P.

Interleukin-1 receptor antagonist

in refractory haemochromatosis-related

arthritis of the hands.

Ann Rheum Dis 2013; 72: 783 – 4.

46

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Perspectives

Bild: zvg

Un patient très particulier

Des rongeurs

rapides

et combatifs

Membres inférieurs robustes, dents aiguisées, bons yeux et bonnes oreilles – pour une fois, c’est le

vétérinaire qui a éprouvé dans sa chair les armes des acouchis destinées à lutter contre ses

nombreux prédateurs.

La douleur n’était pas excessivement

vive. Les incisives supérieures

et inférieures aiguisées

ont transpercé ma paume de

haut en bas sans aucune résistance. Elles

se sont retrouvées un moment près du

centre, ont glissé l’une sur l’autre comme

deux lames de ciseaux et se sont immobilisées.

Avec l’autre main, j’ai incité le

patient à libérer ma main en pressant ses

joues des deux côtés. Le soigneur visiblement

effrayé, bien que très expérimenté

dans les captures et les immobilisations,

est intervenu et j’ai pu soigner ma main

en la passant sous un jet de bétadine du

dos vers l’intérieur et la panser.

La seconde fois, le transfert dans la

boîte d’anesthésie préparée et le mélange

isoflurane/oxygène ont permis une

immobilisation rapide du rongeur

agressif. Le cliché radiologique suivant a

confirmé le diagnostic préliminaire

effectué par palpation: fracture du tibia à

gauche. Le traitement conservateur par

un plâtre traditionnel ou en résine

semblait vain en raison de l’anatomie en

entonnoir des membres postérieurs.

L’intervention chirurgicale a donc eu lieu

malgré la main perforée de l’opérateur.

Les acouchis sont des rongeurs

sud-américains du sous-ordre des

hystricomorphes. Ce sont des habitants

solitaires des forêts tropicales humides et

avec leur poids d’env. 1000 g, ils constituent

des «hamburgers sur pattes» pour

tous les prédateurs potentiels comme les

rapaces, les serpents, les chats et les

singes. Leur seule protection significative

est une bonne vision panoramique avec

des globes oculaires latéraux saillants,

une bonne ouïe et des réactions de fuite

extrêmement rapides. La forme du corps

rappelle celle d’une fusée aplatie latéralement

sans transitions visibles entre la

tête, le cou et le tronc. Les rongeurs

principalement actifs la nuit fuient,

terrorisés, à une vitesse presque inconcevable

dans l’enchevêtrement des feuilles

et des buissons de la forêt tropicale. Pour

cela, la musculature des membres est très

robuste, les longs os tubulaires par contre

ont une paroi mince et sont légers.

Que s’était-il passé? En fait, l’animal

devait être capturé et anesthésié rapidement

pour l’application du transpondeur.

Ce marquage individuel par un numéro

unique dans le monde entier équivaut

quasiment au passeport des animaux de

zoo. Mais, lors de la capture, le soigneur a

été trop imprécis et a touché le tibia avec

le bord du filet. L’examen manuel rapide

s’est achevé par la morsure.

La fracture lisse a permis d’effectuer

aisément un enclouage médullaire,

néanmoins sans stabilité rotationnelle. La

patte inférieure menaçait donc de tourner

durant la phase de guérison. La recommandation

du chirurgien en chef professeur

de l’université consulté était très

claire à cause de ce risque: plaque ou

fixateur externe. Malheureusement, cette

recommandation n’a pas pu être suivie.

Le risque de fracture postopératoire du

tibia en plusieurs fragments découle des

particularités éthologiques et anatomiques,

décrites ci-dessus, de cette

espèce. Le bandage serré, reconnaissable

sur l’image, avec la bride sur le dos et

autour des membres antérieurs controlatéraux,

garantit la stabilité rotationnelle.

Aspect certes très original, mais au bout

de six semaines, la fracture était stable et

le bandage a pu être enlevé. Sans morsures

supplémentaires.

Prof. Bernd Schildger,

directeur du Tierpark Dählhölzli Berne

Les études de cas datent de l’époque où Bernd

Schildger était vétérinaire au zoo de Francfort.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 47


Nos offres – vos avantages

MEDISERVICE VSAO-ASMAC a conclu des contrats de collaboration avec les entreprises suivantes

dont elle peut proposer les solutions d’assurance:

Allianz Suisse

• Assurance de véhicules à moteur

• Assurance-ménage /

Assurance responsabilité civile privée

• Assurances RC entreprise et professionnelle

• Assurance d'entreprise

• Assurance bâtiments

• Assurance technique

• Assurance-maladie d’indemnités journalières

• Assurance-accidents selon la LAA

• Assurance complémentaire LAA

Helvetia

• Assurances RC entreprise et professionnelle

• Assurance d'entreprise

• Assurance technique

ZURICH

• Assurance de véhicules à moteur

• Assurance-ménage /

Assurance responsabilité civile privée

• Assurance bâtiments

• Assurance voyages

• Assurance-maladie d’indemnités journalières

Visana

• Assurance-accidents selon la LAA

• Assurance complémentaire LAA

• Assurance-maladie d’indemnités journalières

AXA-ARAG

• Assurance de protection juridique (protection juridique professionnelle, privée et en matière de circulation)

Innova

• Assurance-maladie d’indemnités journalières

Caisse-Maladie des Médecins Suisses

• Assurance-maladie d’indemnités journalières / L'indemnité journalière d'invalidité

Assura · Concordia · Sanitas · Swica · Visana

• Assurance maladie complémentaire

Assurances des Médecins Suisse société cooperative

• Assurance-vie

Profitez des avantages et rabais de nos partenaires.

Si vous avez déjà conclu une assurance auprès d’une des compagnies susmentionnées,

examinez un passage dans nos contrats collectifs. Nous vous assistons volontiers.

Pour tout renseignement complémentaire, adressez-vous à:

MEDISERVICE VSAO-ASMAC

téléphone 031 350 44 22

info@mediservice-asmac.ch

48

3/20 VSAO /ASMAC Journal


MEDISERVICE

Veuillez lire les mentions en petits caractères (2)

Assistanat:

le premier poste

de médecin

Avec l’entrée dans la profession après les études de médecine commence la

phase de la formation postgraduée jusqu’à l’obtention d’un titre de

spécialiste. La deuxième partie de notre série «Les petits caractères» est

consacrée aux thèmes essentiels pour les médecins-assistant(e)s.

Christoph Bohn, collaborateur indépendant MEDISERVICE VSAO-ASMAC

Les études de médecine sont terminées

avec succès. Avec l’obtention

du diplôme fédéral de

médecin, il est donc possible de

travailler en tant qu’employé dans un hôpital

ou un cabinet. On est heureux, on reçoit

des félicitations de toute part, savoure

la reconnaissance que nous témoignent la

famille et les amis. Mais très vite, on

constate que le véritable travail commence

maintenant. Car les études de médecine,

aussi exigeantes soient-elles, n’enseignent

finalement que les fondements de la profession

de médecin.

Formation, formation postgraduée,

formation continue

La devise valable tout au long de la vie des

médecins est simple: formation, formation

postgraduée, formation continue. Cela

veut dire qu’après la formation de base,

il n’y a pas de répit. Cela se poursuit avec la

formation postgraduée pour l’obtention

d’un titre de spécialiste. Elle est exigeante

et dure au moins cinq à six ans.

On peut choisir parmi 46 titres de spécialiste

dans la médecine clinique et non

clinique. A cela viennent s’ajouter 38 formations

approfondies. Auxquelles

viennent s’ajouter, en tant que qualifica-

tions interdisciplinaires, trois formations

approfondies interdisciplinaires et 32 attestations

de formation complémentaire..

Programmes et établissements

de formation postgraduée

Il vaut donc la peine d’étudier en détail les

programmes de formation postgraduée.

Ils règlent la structure, la durée et la

conclusion de la formation postgraduée.

D’autres informations utiles et détaillées

sur ces thèmes sont disponibles sur le

site Internet de l’Institut suisse pour la formation

médicale postgraduée et continue

(ISFM): https://www.siwf.ch/fr/formationpostgraduee.cfm

Un extrait au sujet du thème important

des établissements de formation

postgraduée: «Seule la formation suivie

dans les établissements de formation

postgraduée reconnus sera validée pour

chaque discipline. La formation postgraduée

de la relève médicale incombe principalement

aux responsables des établissements

de formation postgraduée reconnus.

Qu’il s’agisse de médecins-chef(fe)s

ou de médecins-cadres chargés de la formation,

leur principale mission consiste à

veiller au respect des conditions de la formation

postgraduée des médecins-assistant(e)s,

telles que définies dans les programmes

de formation.

La formation postgraduée en vue d’un

titre de spécialiste se déroule dans des établissements

de formation postgraduée reconnus.

Il s’agit de services ou d’unités

d’hôpitaux, de cliniques, d’institutions,

d’établissements spécialisés, de services

ambulatoires, de cabinets médicaux ou

d’autres institutions actives dans le milieu

médical, qui doivent remplir des critères

précis.»

Logbook électronique personnel

Le logbook électronique est une solution

intelligente et indispensable pour les médecins-assistant(e)s.

Il documente toutes

La série «Les petits caractères» se poursuit:

Thème

Numéro

Etranger/interruption 04/2020

Chef de clinique 05/2020

Fonder une famille/

acquérir un logement

06/2020

VSAO /ASMAC Journal 3/20 49


MEDISERVICE

les exigences selon le programme de formation

postgraduée choisi. Il inclut notamment

aussi le certificat ISFM. Le responsable

de l’établissement de formation

postgraduée reconnu y confirme chaque

année les contenus pertinents: période de

formation postgraduée, entretiens d’évaluation,

prestations fournies et progrès

réalisés. Au terme de la formation postgraduée,

on peut directement déposer la demande

de titre avec le logbook électronique

dûment rempli. Important: il est recommandé

de s’inscrire dès le début de la

formation postgraduée et de régulièrement

tenir à jour le logbook électronique.

A ce propos, il est vivement conseillé

de consulter la brochure «Prêt pour votre

premier poste de médecin» de l’Association

suisse des médecins-assistant(e)s et

chef(fe)s de clinique: https://asmac.ch/

wp-content/uploads/2019/11/Flyer-Fit-fürdeine-Arztstelle_DE.pdf.

La plate-forme

«medicus.ch», un outil développé par de

jeunes médecins, est aussi utile pour trouver

le poste adapté.

Les avantages d’une affiliation

Les membres de l’asmac et de MEDISER-

VICE VSAO-ASMAC profitent de nombreux

avantages et privilèges. L’assurance

de protection juridique pour le domaine

professionnel automatiquement intégrée

dans l’affiliation à l’asmac mérite d’être

mentionnée spécialement. Elle leur donne

la garantie d’être bien protégés en cas de

litige relevant du droit du travail.

Le check-up des assurances neutre et gratuit

spécialement développé par MEDISER-

VICE ASMAC pour les besoins de ses

membres vaut aussi la peine d’être considéré.

Il permet d’établir l’état de ses propres

assurances choses, de patrimoine et de personnes

pour comparer ensuite le rapport

prix-prestations. Car finalement, on veut

bénéficier d’une couverture d’assurance

optimale dans chaque phase de la vie et cela

si possible à des conditions attractives.

Les détails sont disponibles sur: https://

www.mediservice-vsao.ch/fr/dienstleistungen/versicherungs-check-up/

Une large offre de prestations

Vous avez des questions concernant votre

situation personnelle? Nous sommes à disposition

de tous nos membres: contactez-nous

et posez vos questions spécifiques

à nos spécialistes: Téléphone 031 350 44 22,

E-mail info@mediservice-asmac.ch

Nous nous réjouissons d’avoir de vos

nouvelles.

Liens utiles:

www.siwf.ch

www.asmac.ch

www.mediservice-asmac.ch

Bien que MEDISERVICE ASMAC mette l’accent sur les prestations d’assurance, elle

accompagne les médecins avec de nombreuses autres prestations à travers les différentes

phases de vie.

Nous recommandons par exemple via medisem.ch des séminaires professionnels sur

pratiquement tous les thèmes pertinents.

– Via jobmed.ch, nous proposons des emplois pour les médecins à la recherche d’un

nouveau défi dans le domaine ambulatoire ou hospitalier.

– Pour les séjours à l’étranger aussi, nous avons des conseils pratiques à disposition.

– Pour ce qui concerne le cabinet médical, un classeur entier de 11 chapitres rassemblant

des thèmes concernant la gestion et l’administration (p. ex. aménagement,

autorisations, assurances, personnel, etc.) vous attend.

– Et pour finir, nous collaborons avec des centres de conseil et partenaires fiduciaires

renommés si vous souhaitez un soutien professionnel en matière de finance, de

prévoyance et de fiscalité.

Annonce

Résilier les assurances complémentaires?

Si vous avez conclu une assurance complémentaire auprès de votre caisse-maladie

(assurance des soins/hôpital mi-privé ou privé) et envisagez de changer d’assureur,

vous devez tenir compte des délais de résiliation. Contrairement à l’assurance de base,

ce sont des délais plus longs qui s’appliquent. Généralement, ils sont de trois à six mois.

Toutefois, les assureurs-maladie encouragent de plus en plus souvent la conclusion de

contrats de plusieurs années. Il faut donc procéder à temps à la vérification de ses

assurances complémentaires. Une résiliation est à tout moment possible sous respect

du délai de résiliation convenu.

Contrairement à l’assurance de base, les prestations dans l’assurance complémentaire

diffèrent d’une caisse-maladie à l’autre. Dans l’assurance complémentaire, les

caisses-maladie peuvent calculer les primes conformément au risque, c’est-à-dire les

échelonner en fonction de l’âge et du sexe. Elles peuvent donc formuler des réserves ou

refuser une proposition d’assurance. Il est donc déconseillé de résilier l’assurance

complémentaire existante sans avoir une confirmation d’admission du futur assureur

en main. Nous collaborons avec différents assureurs-maladie et pouvons vous soumettre

des offres attrayantes grâce à nos contrats collectifs. Vous pouvez vous adresser

à MEDISERVICE VSAO-ASMAC pour tout renseignement complémentaire.

Téléphone 031 350 44 22, info@mediservice-asmac.ch

Dans l’urgence,

donner les

premiers soins

www.msf.ch

CCP 12-100-2

50

3/20 VSAO /ASMAC Journal


MEDISERVICE

Veuillez lire les mentions en petits caractères (2)

Rester fidèle

à ses valeurs

Anna Wang est médecin-assistante en quatrième année de formation

postgraduée. Elle conseille aux médecins fraîchement diplômés de faire

preuve de patience, car le passage de l’auditoire à l’hôpital demande

du temps. De plus, elle estime qu’il est important de rester fidèle à ses

valeurs et convictions.

Catherine Aeschbacher, rédactrice en chef du Journal ASMAC.

Photo: Severin Nowacki.

Quel a été ton premier poste de médecin-assistante?

J’ai commencé dans le service de chirurgie

du Bürgerspital de Soleure.

Selon quels critères l’as-tu cherché?

Comme je veux obtenir un titre de spécialiste

dans une discipline chirurgicale, j’ai

dès le début souhaité faire connaissance

de tout l’éventail chirurgical et apprendre

à assumer mes responsabilités. Je voulais

acquérir de l’expérience dans le service,

aux soins intensifs et aux urgences. De

plus, je voulais travailler avec des cadres

sympathiques et dans des conditions

équitables.

Comment as-tu trouvé cet emploi?

Un collègue m’avait dit que le poste était

bien adapté pour les médecins fraîchement

diplômés. Toutefois, j’ai quand

même envoyé mon dossier dans différents

hôpitaux et préalablement comparé les

cliniques et leurs évaluations sur le site de

l’ISFM. Au final, l’entretien à Soleure m’a

le plus plu. Mon intuition a été la bonne.

S’engager pour le bien-être des patients et des médecins, tel est le credo d’Anna Wang.

La médecin-assistante s’engage aussi pour la politique professionnelle.

Dans quel état d’esprit as-tu démarré?

Comme étudiante, j’avais une vision très

idéaliste de ma future profession. Je voulais

devenir médecin pour aider les patients

et préserver leur santé à tout prix. Je

VSAO /ASMAC Journal 3/20 51


MEDISERVICE

m’attendais donc à pouvoir mettre en pratique

cette vision dès mon premier emploi.

Et tes attentes ont-elles été satisfaites?

En partie. Souvent, le contact avec les patients

est insuffisant. La masse de travail

administratif ne te donne pas vraiment le

sentiment de pouvoir réellement venir en

aide au patient. De plus, les choix thérapeutiques

sont influencés par des aspects

économiques.

Quelle a été ta plus grande surprise?

Je savais qu’en tant qu’institution, l’hôpital

avait subi de profonds changements au

cours des dernières années: de l’institution

sociale à l’entreprise à but lucratif. J’ai

cependant été choquée de constater à quel

point cela influence la réflexion médicale.

Et quel a été ton plus grand défi?

Apprendre à gérer des personnalités qui

ont d’autres valeurs pour ce qui concerne

la communication et le travail en équipe.

Si tu devais recommencer, que ferais-tu

différemment?

Je choisirais plutôt une clinique à proximité

de mes amis et de ma famille. Notamment

lorsqu’on passe la plupart du temps

à l’hôpital, il est important de pouvoir rencontrer

des amis et terminer la journée

avec des personnes confrontées à des défis

similaires. La situation est souvent très

semblable pour tous.

La recherche d’emploi est-elle plus facile

après avoir réussi l’entrée dans la

profession?

Pas forcément. Souvent, on postule alors

pour un emploi dans une discipline spécialisée.

Ces postes de médecins-assistant(e)s

sont souvent très prisés et difficiles

à obtenir. Néanmoins, la plupart de

mes collègues ont trouvé un poste dans la

discipline qu’ils visaient depuis le début

des études.

Qu’est-ce qui a le plus changé dans ta vie

privée depuis lors?

Tout est bien plus structuré. Les loisirs

sont limités et les activités doivent être

coordonnées à l’avance. En contrepartie,

je savoure bien plus le temps libre et planifie

davantage d’activités dans la nature

pour offrir la détente nécessaire à mon

corps et à mon esprit.

Que conseilles-tu à ceux qui vont prochainement

franchir cette première

étape?

De faire preuve de beaucoup de patience!

L’entrée dans la profession de médecin demande

du temps. Il est important de rester

fidèle à ses propres valeurs et d’agir au

mieux. Il y a parfois des gens qui abandonnent

leurs valeurs pour avancer dans

leur carrière ou dans l’équipe. Je pense

que cela peut se produire de manière inconsciente.

Il faut régulièrement porter un

regard de l’extérieur et réfléchir à ce que

l’on veut être. Sur le long terme, c’est important

pour être satisfait de son sort.

Où en es-tu aujourd’hui et comment se

présente la suite?

Aujourd’hui, je suis en quatrième année

d’assistanat et travaille dans le service de

chirurgie plastique et de chirurgie de la

main à l’Hôpital universitaire de Zurich.

C’est une discipline exigeante à laquelle je

m’intéresse depuis longtemps et qui me

procure beaucoup de plaisir. Pour moi,

l’engagement pour la politique professionnelle

constitue le quatrième pilier de la

médecine, outre la prise en charge des

patients, la recherche et l’enseignement.

C’est ce qui motive mon engagement à

l’asmac.

Dans une prochaine étape, je vais viser

mon titre de spécialiste et tenter de

m’engager davantage à l’ASMAC Zurich/

Schaffhouse. Je souhaite m’engager pour

le bien-être des patients et des médecins,

car c’est à mon avis le meilleur moyen pour

assurer un bon approvisionnement en

soins.

Biographie express

Anna Wang a terminé ses études en

médecine humaine à l’Université de

Zurich en 2015. En tant qu’étudiante,

elle a représenté les intérêts des étudiant(e)s

en médecine suisses sur le

plan national et international. Aujourd’hui,

elle fait partie de la direction

de l’ASMAC Zurich et de la rédaction

du Journal ASMAC. Ce qu’elle

apprécie le plus, c’est de pouvoir faire

connaissance de personnalités intéressantes

à travers son engagement.

52

3/20 VSAO /ASMAC Journal


MEDISERVICE

Boîte aux lettres

Se marier ou non?

Ma partenaire et moi

songeons à nous marier.

Quels sont les avantages

du mariage et les inconvénients

du concubinage?

Poto: © Shutterstock

Ce n’est qu’un anneau autour du doigt, un

simple «Oui, je le veux». Et pourtant, ces

quatre mots ont d’importantes répercussions.

Tout particulièrement en ce qui

concerne la prévoyance dans les 1er, 2e et

3e piliers. L’amour a beau être fait de

romantisme, sur le papier, les faits sont

bien plus terre à terre. Alors que le

mariage est soumis au droit matrimonial,

le concubinage ne fait l’objet de pratiquement

aucune disposition juridique. Sous

bien des aspects, les couples vivant en

concubinage et les couples mariés ne

bénéficient donc pas du même traitement.

Les partenariats enregistrés entre

personnes du même sexe sont traités de

la même façon que les couples mariés en

ce qui concerne la prévoyance, raison

pour laquelle ils ne sont pas mentionnés

séparément ci-dessous. Le choix entre

concubinage et mariage dépend de la

situation spécifique du couple. Les deux

formes de vie commune présentent des

avantages et des inconvénients. «Si le

concubinage présente surtout des

avantages financiers et plus précisément

fiscaux, les difficultés apparaissent dès la

naissance d’un enfant, lorsque l’un des

deux partenaires travaille à temps partiel

ou en cas de décès d’un des partenaires.»

Bon nombre de ces problèmes

peuvent toutefois être en grande partie

résolus à travers des solutions contractuelles

individuelles. Mais cela nécessite

un plus grand investissement, une grande

confiance envers son partenaire et une

On peut espérer que le plus beau jour de la vie sera suivi de nombreux autres. Mais malgré tout le

romantisme que cela suscite, il faut également penser aux conséquences juridiques du mariage, tout

comme à celles du concubinage.

capacité à gérer les conflits. Dans tous les

cas, mieux vaut faire appel à un spécialiste

du droit.

La principale différence liée à l’état

civil se manifeste après la retraite avec

l’AVS. Aux yeux de l’AVS, les personnes

vivant en concubinage sont considérées

comme des personnes seules, ce qui leur

donne droit à la rente AVS maximale

pouvant aller jusqu’à CHF 28 440.– par

personne. Les couples vivant en concubinage

perçoivent ainsi jusqu’à

CHF 56 880.– par an. Pour les personnes

mariées, la somme des deux rentes

individuelles ne peut pas dépasser 150%

de la rente maximale pour célibataire. Le

mariage réduit donc la rente AVS annuelle

de maximum CHF 14 220.–, pour

atteindre CHF 42 660.– pour les deux

conjoints.

Les couples mariés sont en revanche

mieux couverts par l’AVS en cas de décès.

Le conjoint survivant bénéficie en effet de

prestations de survivant au titre du 1er

pilier. Les couples vivant en concubinage

ne reçoivent rien et ne peuvent pas non

plus recourir à un testament pour le 1er

pilier.

Le mariage offre une certaine sécurité

dans la prévoyance, et notamment une

plus grande sécurité financière en cas de

décès et en matière de droit successoral.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 53


MEDISERVICE

Le conjoint survivant perçoit au titre du

2 e pilier une rente de survivant ou au

minimum une allocation unique. A

l’inverse, les couples vivant en concubinage

peuvent certes recourir à un testament

au bénéfice du partenaire, mais la

question de la perception de prestations

de la caisse de pension dépend de la

caisse de pension et doit être réglée dans

le règlement de caisse de pension correspondant.

Le règlement peut prévoir un

droit du concubin survivant notamment

en cas d’enfants communs, si la personne

décédée subvenait à la majeure partie des

besoins ou en cas de partenariat depuis

plus de cinq ans.

Pour le concubinage, la situation

devient particulièrement critique en cas

de séparation si l’un des partenaires

travaillait à temps partiel au cours de la

relation et n’a que peu cotisé lui-même

pour sa propre caisse de pension. Sans

couvertures supplémentaires, il faut

s’attendre à d’importantes lacunes de

prévoyance.

Outre l’AVS et la caisse de pension,

les droits découlant de la prévoyance liée

(pilier 3a) diffèrent également. Alors que

Aperçu

Avantages

Inconvénients

Concubinage

• Impôts tendanciellement plus

bas

• Rente AVS plus élevée

• Dissolution à tout moment,

à l’amiable, facilement et à

moindre coût

• Restrictions en cas de

succession

• Pas de prestations de l’AVS

en cas de décès du partenaire

• Prestations de la caisse de

pension uniquement sous

certaines conditions

• Impôt sur les successions

selon le canton

les conjoints survivants sont obligatoirement

les premiers bénéficiaires, la

prévoyance liée en cas de concubinage est

généralement répartie entre le partenaire

survivant et les descendants, sauf si la

personne décédée a indiqué que son

partenaire devait bénéficier de l’intégralité

de la prestation. Mais dans ce cas

également, certaines conditions doivent

être remplies pour que le partenaire

survivant bénéficie d’une prestation,

comme la durée de la relation, le fait que

le survivant ait bénéficié d’un soutien

substantiel ou le fait qu’il doive subvenir

aux besoins des enfants communs. Ce

n’est qu’en l’absence de descendance que

le partenaire de la personne décédée peut

être bénéficiaire sans que ces conditions

soient remplies, dans la mesure où il est

également institué comme héritier par

testament. A l’inverse, en cas de police de

prévoyance libre dans le cadre d’un

mariage ou d’un concubinage, le choix du

bénéficiaire est libre.

Il existe en principe des différences

fiscales majeures entre le mariage et le

concubinage. La loi prévoit l’imposition

commune des couples mariés, ce qui a des

Mariage/

partenariat enregistré

• Succession régie par la loi

• Rente de survivant ou

allocation unique

• En cas de décès, droit aux

prestations de l’AVS et de la

caisse de pension

• En principe, pas d’impôt sur

les successions

• Prestations de l’AVS inférieures

• Frais supplémentaires en cas

de divorce

• Impôts généralement plus

élevés

répercussions négatives pour les couples

à hauts revenus en raison du barème

fiscal progressif. Les couples vivant en

concubinage sont, quant à eux, imposés

séparément et paient donc généralement

moins d’impôts que s’ils étaient mariés.

Depuis 2008, une déduction pour époux

exerçant tous deux une activité lucrative

plus élevée et une déduction pour

personnes mariées s’appliquent à l’impôt

fédéral direct, qui réduisent quelque peu

les différences par rapport à l’imposition

dans le cadre d’un concubinage. Lors du

versement d’une prestation en cas de

décès dans le cadre d’une assurance

prévisionnelle libre, pour lequel un impôt

sur les successions est dû sous certaines

conditions, les couples mariés sont en

revanche avantagés: les partenaires non

mariés sont soumis à l’impôt sur les

successions dans la plupart des cantons,

alors que les conjoints sont exonérés

d’impôt. Cela concerne également les

droits de succession.

Personne n’aimant penser à un décès,

d’aucuns seront surpris d’apprendre

qu’en dépit d’une longue relation, il

n’existe aucun droit légal à la succession

en cas de concubinage. Il est dès lors

essentiel de recourir à un testament au

bénéfice du partenaire. En limitant la

part des héritiers légaux à la réserve

héréditaire, il est possible de disposer de

la quotité disponible et de l’attribuer au

partenaire.

Quelle que soit la forme de vie

commune finalement choisie, il est

important de bien connaître sa situation

en matière de prévoyance et de se couvrir

mutuellement en cas de concubinage. Et

peu importe les avantages et les inconvénients:

quand on aime, on se fie en règle

générale à son intuition. Et les chiffres et

les faits ne pourront rien y changer.

Isabelle Näf

experte en droit

matrimonial et en

droit de la famille

chez AXA-ARAG

54

3/20 VSAO /ASMAC Journal


MEDISERVICE

Numérisation

dans la déclaration

salariale

Les primes pour les assurances d’indemnités

journalières en cas de maladie et d’accident se basent

sur la somme salariale du cabinet médical. C’est

pourquoi cette dernière doit désormais être déclarée à

l’assureur chaque année. Pour ce faire, il existe deux

possibili-tés automatisées.

Benjamin Stupan, responsable de projets chez Visana

qu’une seule option: compléter les déclarations

salariales manuellement. Avec la

déclaration salariale électronique, ces petites

entreprises disposeront désormais

d’une solution. Il s’agit d’un simple formulaire

en ligne, dans lequel les données

peuvent être saisies, avant d’être envoyées

à l’assureur sous forme cryptée. Ce processus

de transmission numérique automatisé

sera par exemple offert par l’assureur

ber-nois Visana à partir de fin 2020.

Swissdec et déclaration

salariale électronique

La norme suisse en matière de salaire

Standard Salaire CH (ELM) de Swissdec

permet un échange électronique

exhaustif de données financières entre

différents domaines. Pour l’utiliser, il

est nécessaire de disposer d’un logiciel

de comptabilité salariale certifié par

Swissdec. www.swissdec.ch

La déclaration salariale électronique

de Visana se prête tout particulièrement

au transfert de don-nées salariales

pour l’assurance d’indemnités

journalières en cas de maladie et

d’accident. Les données sont saisies

dans un formulaire en ligne et transmises

de manière sécurisée à Visana.

Aucune infrastructure informatique

particulière n’est nécessaire à cet effet,

un ordinateur avec une connexion

Internet suffit. www.visana.ch.

Rabais exclusifs sur les

primes des assurances

complémentaires

Photo: màd

Un thème récurrent chaque année

En Suisse, les propriétaires d’un cabinet

doivent chaque année suivre la même procédure:

ils doivent rassembler les données

salariales de leurs employées et employés

et les transmettre à leur assureur-maladie.

Ce dernier détermine ensuite les primes

pour les assurances d’indemnités journalières

en cas de maladie et d’accident, sur

la base de ces indications.

Le fait que cette procédure peut depuis

quelque temps être effectuée par voie

électronique est très apprécié par les entreprises,

la transmission des données salariales

et le décompte de l’assureur pouvant

ainsi se faire en un clic. La norme suisse en

matière de salaire Standard Sa-laire CH

(ELM) de Swissdec garantit que plus aucun

formulaire ne doive être complété à la

main. Diverses sources d’erreurs sont ainsi

supprimées et la rapidité de l’ensemble du

processus de décompte est accrue.

La numérisation, c’est l’avenir

En règle générale, les propriétaires d’un

cabinet ne disposent toutefois pas d’un logiciel

de comp-tabilité salariale certifié

par Swissdec. Ils n’avaient jusqu’à présent

Grâce au partenariat entre Visana et

MEDISERVICE VSAO-ASMAC, vous

bénéficiez, ainsi que tous les membres

de votre ménage, de rabais exceptionnels

sur les primes des assurances

complémentaires de Visana:

• jusqu’à 20% de rabais collectif sur

l’assurance complémentaire d’hospitalisation

• 20% de rabais de santé sur l’assurance

complémentaire d’hospitalisation

Faites-vous conseiller

MEDISERVICE VSAO-ASMAC se tient

volontiers à votre disposition. Vous

pouvez nous contacter par téléphone

au numéro 031 350 44 22 ou par courriel

à l’adresse info@mediserviceasmac.ch

ou, pour des informations

plus détaillées, rendez-vous sur le site

Internet www.mediservice-asmac.ch.

VSAO /ASMAC Journal 3/20 55


MEDISERVICE

Dans les

hautes sphères

de la

gastronomie

Les équipes nationales suisses des cuisiniers

mettent leur talent à l’épreuve dans les

concours du monde entier. Pour s’y préparer, elles

investissent une grande partie de leur

temps en parallèle à leur activité dans des

restaurants de renom.

Des gestes millimétrés

En rejoignant l’équipe nationale, les heureux

élus, qui cuisinent par ailleurs quotidiennement

pour des tables réputées de la

Suisse entière, savent qu’ils vont consacrer

beaucoup de temps à leur nouvelle mission

en plus de leurs heures de travail habituelles.

Ils doivent suivre un grand

nombre de cours et effectuer des simulations

répétées de manière qu’en compétition,

chaque geste soit millimétré et

chaque élément de chaque plat dressé

avec précision, car, comme chacun sait, on

mange aussi avec les yeux.

Les entraînements se déroulent tous

les un à deux mois, pendant trois à quatre

jours, à Sursee. Là-bas, les équipes élaborent

des menus pour les concours selon

les exigences des organisateurs. Les critères

imposés peuvent être le nombre de plats, le

type de service (table de chefs ou buffet), ou

encore le nombre de personnes appelées à

déguster les créations. Les cuisiniers s’entraînent

alors pour gagner en précision,

non seulement dans la cuisson de la viande

ou la présentation du dessert, mais aussi

dans le calcul des quantités nécessaires.

Les bonnes quantités représentent en effet

un critère déterminant pour le succès ou

l’échec d’une participation à un concours.

Des émotions pareilles à celles des

compétiteurs

Tobia Ciarulli connaît par cœur la moindre

des tâches dévolues à chaque membre de

l’équipe durant les concours. «Dans ces

moments, je ressens quasiment les mêmes

émotions que les cuisiniers dans leur box.»

La prochaine manifestation d’envergure

se déroulera en 2022, avec les championnats

du monde. Les équipes suisses feront

naturellement le déplacement.

Marco Scalabrin, responsable Key Account Services,

SWICA Organisation de santé

Trop de cuisiniers gâtent la

sauce, affirme un proverbe. S’il

existe une limite au nombre de

personnes à employer en cuisine,

alors elle est nécessairement supérieure

à dix. Dix, c’est l’effectif de l’équipe

nationale suisse des cuisiniers, dont la

version junior se compose, elle, de huit

personnes. Les équipes nationales suisses

des cuisiniers ont été créées par la Société

suisse des cuisiniers afin de promouvoir

l’image de la profession en Suisse et à

l’étranger. Elles mettent ainsi tout leur

cœur à l’ouvrage et leur talent à l’épreuve

dans les concours du monde entier. Notamment

lors des Olympiades des cuisiniers,

qui se sont déroulées mi-février à

Stuttgart, où les juniors ont décroché la

médaille de bronze. SWICA, sponsor principal,

est à chaque fois du voyage.

Une sélection très pointue

Quiconque souhaite intégrer ces équipes

doit d’abord faire ses preuves. «Ce sont des

professionnels qui travaillent dans la restauration,

et qui disposent souvent d’une

double formation, en cuisine et en pâtisserie,

explique leur manager Tobia Ciarulli.

Ils ont déjà participé à plusieurs concours

de cuisine nationaux et internationaux.»

En sus de cette expérience, on demande

aux aspirants de se montrer créatifs et passionnés.

«L’essentiel est qu’ils arrivent à

s’intégrer dans l’équipe», souligne Tobia

Ciarulli. C’est pourquoi l’admission, qui intervient

après une procédure de sélection,

n’est prononcée définitivement qu’à l’issue

d’une période d’essai.

Cuisiner comme un

chef grâce à SWICA

Il est possible de reproduire quelques

menus de l’équipe nationale suisse des

cuisiniers. SWICA met à disposition

des recettes sur sa plateforme santé et

nutrition BENEVITA. Parmi elles, une

quiche aux poireaux, un sushi maki

tessinois ou encore un bœuf façon

pot-au-feu et risotto aux herbes. Bon

appétit! En savoir plus sur l’équipe

nationale suisse des cuisiniers:

hotelgastrounion.ch/ssc

Remises exclusives

sur les primes

En tant que membre de MEDISERVICE

VSAO-ASMAC, vous êtes doublement

gagnant avec SWICA: grâce au contrat

collectif et au système de bonus BENE-

VITA, vous bénéficiez de remises

pouvant atteindre 30% sur les assurances

hospitalisation. De plus, SWICA

soutient vos efforts en matière d’activité

physique, d’alimentation et de

relaxation par des participations allant

jusqu’à 800 francs par an.

swica.ch/fr/mediservice

56

3/20 VSAO /ASMAC Journal


ASMAC FONDATION POUR INDÉPENDANTS

Assurés ravis

de l’exercice

2019

La prospérité de l’ASMAC Fondation pour indépendants profite

à ses assurés, qui ont bénéficié d’un taux d’intérêt

supérieur à la moyenne à hauteur de 4% et d’une 13 e rente bonus.

D r Jacques Koerfer,

président du Conseil de fondation de l’ASMAC Fondation pour indépendants

Les chiffres sont réjouissants: en

2019, l’ASMAC Fondation pour

indépendants a perpétué sa

croissance florissante grâce à la

satisfaction de ses assurés actifs et à l’acquisition

de nouveaux clients. Forte de ses

excellents résultats de placement, la fondation

peut rémunérer la totalité de

l’avoir-épargne de ses assurés à un taux de

4%, supérieur à la moyenne (à titre de

comparaison, le taux minimal LPP s’élevait

à 1%). Cette situation financière particulièrement

stable permet en outre à la

Fondation de verser une 13 e rente bonus

exceptionnelle aux bénéficiaires d’une

rente de vieillesse et de survivants. Autant

de mesures qui profitent aux assurés de

l’ASMAC Fondation pour indépendants.

Santé financière stable

La croissance se poursuit puisqu’en 2019,

le nombre d’assurés a atteint la barre des

9000 et la fondation a géré un patrimoine

d’environ CHF 3,8 milliards. Axée sur le

long terme, la stratégie de placement qui

se distingue par sa grande variété a permis

d’obtenir un rendement global de 12,59%

pour le compte des assurés. Le taux de

couverture de 116,8% reflète la stabilité financière

de la Fondation, et quelques-uns

des principaux objectifs ont été atteints en

2019.

La direction aussi se distingue par sa

stabilité, puisque Heinz Wullschläger célébrera

en juillet ses 20 ans de service en

qualité de directeur de l’ASMAC Fondation

pour indépendants.

Depuis bientôt 35 ans, l’ASMAC Fondation

pour indépendants fournit des

prestations de prévoyance professionnelle

à chaque étape de la vie des

médecins et de leurs collaborateurs.

Grâce à un patrimoine de CHF 3,8

milliards, l’ASMAC Fondation pour

indépendants a gagné la confiance de

quelque 9000 assurés.

Contact pour plus d’informations :

ASMAC Fondation pour indépendants

Brunnhofweg 37, case postale 319,

3000 Berne 14

Téléphone 031 560 77 77,

info@asmac-fondation.ch,

www.asmac-fondation.ch

VSAO /ASMAC Journal 3/20 57


Impressum

Adresses de contact des sections

N o 3 • 39 e année • Juin 2020

Editeur

AG

VSAO Sektion Aargau, Geschäftsstelle: lic. iur. Eric Vultier, Auf der

Mauer 2, 8001 Zurich, vultier@schai-vultier.ch, tél. 044 250 43 23,

fax 044 250 43 20

MEDISERVICE VSAO-ASMAC

Bollwerk 10, case postale, 3001 Berne

Téléphone 031 350 44 88

journal@asmac.ch, journal@vsao.ch

www.asmac.ch, www.vsao.ch

Sur mandat de l’ASMAC

Rédaction

Catherine Aeschbacher (rédactrice en chef),

Giacomo Branger, Franziska Holzner-Arnold,

Kerstin Jost, Léo Pavlopoulos, Lukas Staub,

Anna Wang, Sophie Yammine

Comité directeur asmac

Anja Zyska (présidente), Patrizia Kündig

(vice- présidente), Angelo Barrile (viceprésident),

Nora Bienz, Christoph Bosshard

(invité permanent), Marius Grädel, Dina-

Maria Jakob (invitée permanente), Helen

Manser, Gert Printzen, Patrizia Rölli,

Miodrag Savic (invité permanent), Jana

Siroka, Michael Burkhardt (swimsa)

Impression et expédition

Stämpfli AG, Wölflistrasse 1, CH-3001 Bern

Téléphone +41 31 300 66 66,

info@staempfli.com, www.staempfli.com

Maquette

Tom Wegner

Illustration de la page de couverture

Till Lauer

Annonces

Zürichsee Werbe AG, Fachmedien,

Markus Haas, Laubisrütistrasse 44, 8712 Stäfa

Telefon 044 928 56 53

E-Mail vsao@fachmedien.ch

Tirage

Exemplaires imprimés: 22 150

Certification des tirages par la REMP/FRP

2019: 21 902 exemplaires

Fréquence de parution: 6 numéros par année

L’abonnement est inclus dans la contribution

annuelle pour les membres de l’ASMAC

ISSN 1422-2086

L’édition n o 4/2020 paraîtra en août 2020.

Sujet: Processus

© 2020 by ASMAC, 3001 Berne

Printed in Switzerland

BL/BS

VSAO Sektion beider Basel, Geschäftsleiterin und Sekretariat:

lic. iur. Claudia von Wartburg, Advokatin, Hauptstrasse 104,

4102 Binningen, tél. 061 421 05 95, fax 061 421 25 60,

sekretariat@vsao-basel.ch, www.vsao-basel.ch

BE VSAO Sektion Bern, Schwarztorstrasse 7, 3007 Berne, tél. 031 381 39 39,

info@vsao-bern.ch, www.vsao-bern.ch

FR

ASMAC section fribourgeoise, Gabriela Kaufmann-Hostettler,

Wattenwylweg 21, 3006 Berne, tél. 031 332 41 10, fax 031 332 41 12,

info@gkaufmann.ch

GE Associations des Médecins d’Institutions de Genève, case postale 23,

Rue Gabrielle-Perret-Gentil 4, 1211 Genève 14, amig@amig.ch, www.amig.ch

GR

JU

NE

VSAO Sektion Graubünden, 7000 Chur, Samuel B. Nadig, lic. iur. HSG,

RA Geschäftsführer/Sektionsjurist, tél. 078 880 81 64, info@vsao-gr.ch,

www.vsao-gr.ch

ASMAC Jura, 6, chemin des Fontaines, 2800 Delémont,

marie.maulini@h-ju.ch

ASMAC section neuchâteloise, Joël Vuilleumier,

avocat, Rue du Musée 6, case postale 2247, 2001 Neuchâtel,

tél. 032 725 10 11, vuilleumier@valegal.ch

SG/AI/AR VSAO Sektion St. Gallen-Appenzell, Bettina Surber, Oberer Graben 44,

9000 St. Gallen, tél. 071 228 41 11, fax 071 228 41 12,

Surber@anwaelte44.ch

SO

TI

TG

VD

VS

VSAO Sektion Solothurn, Geschäftsstelle: lic. iur. Eric Vultier, Auf der

Mauer 2, 8001 Zurich, vultier@schai-vultier.ch, tél. 044 250 43 23,

fax 044 250 43 20

ASMAC Ticino, Via Cantonale 8-Stabile Qi, 6805 Mezzovico-Vira,

segretariato@asmact.ch

VSAO Sektion Thurgau, Geschäftsstelle: lic. iur. Eric Vultier, Auf der

Mauer 2, 8001 Zurich, vultier@schai-vultier.ch, tél. 044 250 43 23,

fax 044 250 43 20

ASMAV, case postale 9, 1011 Lausanne-CHUV,

asmav@asmav.ch, www.asmav.ch

ASMAVal, p.a. Maître Valentine Gétaz Kunz,

Ruelle du Temple 4, CP 20, 1096 Cully, contact@asmaval.ch

Suisse centrale (LU, ZG, SZ, GL, OW, NW, UR)

VSAO Sektion Zentralschweiz, Geschäftsstelle: lic. iur. Eric Vultier,

Auf der Mauer 2, 8001 Zurich, vultier@schai-vultier.ch,

tél. 044 250 43 23, fax 044 250 43 20

ZH/SH

VSAO ZURICH/SCHAFFHOUSE, RA lic. iur. Susanne Hasse,

Geschäftsführerin, Rämistrasse 46, 8001 Zurich, tél. 044 941 46 78,

susanne.hasse@vsao-zh.ch, www.vsao.zh.ch

Publication2019

CIBLÉ

COMPÉTENT

TRANSPARENT

Label de qualité Q-publication

de l’association média suisses

58

3/20 VSAO /ASMAC Journal


Polymed – depuis 1968.

Votre fournisseur leader pour

un cabinet médical prospère.

Pour la fondation et le fonctionnement quotidien de votre cabinet :

Conseils personnalisés

Vaste choix de produits

Votre interlocuteur unique

Experts en prestations de

service et support-laboratoire

Polymed est au service des médecins depuis plus de 50 ans.

Profitez de notre expérience et de notre savoir-faire : plus de

6 000 cabinets aménagés et desservis par nos soins parlent

d’eux-mêmes. Nous savons ce qui est important et sommes

à votre disposition pour vous conseiller. Nous prenons le

temps de répondre à vos demandes, veillons au respect des

dispositions légales pour garantir le bon fonctionnement et

assurons le bon déroulement de votre projet.

Polymed est le fournisseur leader en technique médicale,

en fournitures consommables et de laboratoire. Un très large

assortiment vous attend : matériel de pansement, produits

désinfectants et instruments à usage unique aux solutions

de diagnostic cardiovasculaires de pointe en passant par des

systèmes de radiographie et des appareils de laboratoire aux

technologies avancées. Nous nous chargeons de l’installation,

de la configuration et de la formation. Ainsi, vous maîtrisez

à tout moment le temps, les coûts et les ressources.

Polymed se tient à vos côtés comme partenaire, même après

le lancement de votre activité. Notre équipe d’experts vous

assiste au quotidien. Par téléphone ou directement sur place.

Dans toute la Suisse. De plus, la livraison rapide et professionnelle

de vos commandes est effectuée par notre propre service

de livraison ; les commandes passées dans la journée vous

parviennent dès le lendemain.

Polymed dispose de la plus grande équipe de service aprèsvente

composée de techniciens de service, de spécialistes de

radiologie et de personnel qualifié pour le support-laboratoire.

La vaste offre d’appareils d’analyse et de réactifs pour le

labo ratoire est complétée par les services d’une équipe de

professionnels qualifiés et expérimentés ; pour répondre à vos

questions, vous assister en cas de problèmes ou pour effectuer

la maintenance et la réparation des appareils. Au service des

cabinets et centres médicaux établis – dans toute la Suisse.

Avez-vous des questions ?

Nous vous renseignons avec plaisir !

Contactez-nous dès maintenant par

téléphone au : 021 643 13 00

© Polymed Medical Center 2019

2020-03 | v 2.1

www.polymed.ch

Plus de 30 000 articles

livrables du stock !

Polymed Medical Center

En Budron B2, CH-1052 Le Mont-sur-Lausanne

Téléphone 021 643 13 00, Téléfax 021 643 13 04

info@polymed.ch, www.polymed.ch


PROTECTIoN

Complète POUR leS

MédECINS AU vOLANT

Visites à domicile, transports d’urgence, trajets domicile-travail: la diversité de vos

déplacements impose une protection particulière. C’est pourquoi Allianz a créé MediDRIVE,

une assurance véhicules à moteur spécialement conçue pour répondre aux besoins des

membres de MEDISERVICE VSAO-ASMAC dans le cadre de leur activité professionnelle.

MediDRIVE: protection tout-en-un sur mesure

Avec MediDRIVE, vous misez sur la sécurité pour vos déplacements professionnels. Un sinistre

lors d’une intervention? Votre bonus n’en pâtit pas, et vous n’avez pas non plus besoin de payer de

franchise. Même en cas de faute grave ou de retrait de permis, votre assurance automobile vous

protège. Le petit plus: un nettoyage auto au cas où vous en auriez besoin après une intervention.

Quand la prudence est récompensée

Vous connaissez les conséquences des accidents de la circulation. Et vous avez tout à gagner si

vous conduisez prudemment: en l’absence de sinistre, votre prime diminue au fil des ans. Résultat:

votre bonus peut aisément grimper à 70%, en responsabilité civile, comme en casco complète.

Votre couverture en un coup d’œil

Responsabilité civile et casco: accidents lors des trajets domicile-travail, des visites à domicile

ou des transports d’urgence

Protection du bonus en cas de déplacement professionnel

Ni réduction de prestations ni recours en cas de faute grave

Pas de franchise en cas de déplacement professionnel

Assurance vol de la mallette médicale de secours

Dépannage 24 heures sur 24

N’hésitez pas à nous demander conseil, afin de pouvoir compter pleinement, le moment

venu, sur les prestations d’Allianz. Informez-vous dès à présent sur nos solutions d’assurance

attractives.

Contactez-nous via

contrats.faveur@allianz.ch ou

l’un de nos conseillers en assurances

(voir sur www.allianz.ch)

pour une offre individuelle.

More magazines by this user
Similar magazines