30.06.2020 Views

Psychologie Positive n°32

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

JUILLET -

AOÛT 2020

N°32

Test

Savez-vous

écouter

votre corps ?

POMME

J’ai désacralisé

la joie.

SAVERIO

TOMASELLA

"L'instant présent,

ce n'est pas la

panacée tout

le temps !"

SEXE

Élargissons

notre horizon

TÉMOIGNAGE

Vivre avec

un trouble

bipolaire

DU JE

AU NOUS

La force du lien

MOINS

cʼest

APRÈS LE CONFINEMENT,

UN NOUVEAU DÉPART ?


34 66

SOMMAIRE

Juillet

Août 2020

20 NE RIEN TENIR POUR ACQUIS

Pour l’auteure Catherine L’Écuyer, la crise

que nous vivons est l’occasion de prendre

conscience de nos vulnérabilités et de

renouer avec l’essentiel.

22 MOINS, C’EST MIEUX

Pendant le confinement, par la force des choses,

nous avons dû drastiquement réduire notre

consommation. Étions-nous plus malheureux pour

autant ? Et s’il était possible de vivre plus

simplement…

34 POMME

Ses émotions, Pomme les écrit, les chante mais ne

les montre pas forcément.

Dans cette interview, la jeune artiste se livre avec

profondeur et humilité.

41 DU JE AU NOUS

Plus que jamais, en cette période troublée,

nous prenons conscience de l’importance

du lien à nos proches…

48 « DANS MES RÊVES, JE SUIS

TOUJOURS EN RETARD »

Le psychologue Tobie Nathan analyse le rêve

d’une lectrice.

58 MONTAGNES RUSSES

Comme tout le monde, Muriel, 45 ans, connaît

des hauts et des bas. Mais ses “hauts” sont plus

hauts et ses “bas” plus bas que les nôtres.

Elle raconte sa vie avec un trouble bipolaire.

66 LIBERTÉ, LIBERTÉ CHÉRIE

Pas de deadlines, d’horaires, d’impératifs…

Les vacances estivales sont synonymes de liberté.

Comment trouver le moyen d’être libre le reste

du temps ?

4 PSYCHOLOGIE POSITIVE


22 113

Abonnezvous

! p. 104 et 112

79 DES KILOS DE BONHEUR

Ils ont enchaînés les régimes

pendant des années avant de

s’accepter tels qu’ils sont.

Portraits de cinq personnes qui

assument leur forte corpulence !

88 QUATRE JOURS

EN PLEINE NATURE

Notre journaliste est partie

passer ses vacances dans une

cabane rudimentaire en pleine

forêt, sans électricité ni eau

courante. Avec une idée précise

en tête : réapprendre à ne RIEN

faire. Pas si facile.

92 BURN-OUT AFFECTIF

Le psychanalyste et écrivain

Saverio Tomasella nous explique

comment faire en sorte que

notre charge affective, fruit de

notre relation avec les autres,

reste supportable.

98 SE LIBÉRER D’UNE

SEXUALITÉ FORMATÉE

Et si nous nous laissions trop

souvent guider par notre idée

de ce que le sexe “devrait

être” ? Plaidoyer pour un

élargissement de notre

horizon érotique.

108 NOUVEAUX HORIZONS

La crise du coronavirus a donné

envie à certains d’entre nous

de changer nos habitudes

durablement. Quelques

conseils pour mettre en place

nos bonnes résolutions.

Ce que dit

votre corps

Cahier d’activités

06 ÉDITO

10 À LA LOUPE

12 L’ESSENTIEL

19 CINÉMA

Retrouver le chemin de sa

salle

51 JEANNE SIAUD-FACCHIN

Sens, où es-tu ?

52 LIRE, SPÉCIAL ÉTÉ !

64 SÉANCE PSY

La psychologue Béatrice

Copper-Royer répond

à vos questions

77 FLORENCE

SERVAN-SCHREIBER

Une pandémie de rire

87 ILONA BONIWELL

Du traumatisme à la

croissance

106 À L’ESSAI

Le goût de la conversation

111 ANNE CAZAUBON

La délicatesse de Monsieur

Bernard

130 BD HÉRICKSON

LE HÉRISSON

Photo couverture : Eric van den Elsen // Stylisme : Nicole de Werk // Mannequin : elize@maxmodels

PSYCHOLOGIE POSITIVE 5


Moins c'est

Avec le confinement, la plupart d’entre nous ont fait

l’expérience de la sobriété. Exit les sorties au

restaurant et au cinéma, les week-ends à Barcelone

entre amis, les nouveaux vêtements… Le montant

de nos dépenses mensuelles habituelles nous a alors

sauté aux yeux. Ce que nous jugions auparavant

“indispensable”, nous nous en sommes dispensés.

Et si vivre avec moins, c’était vivre mieux ?

22 PSYCHOLOGIE POSITIVE


SOBRIÉTÉ

PSYCHOLOGIE POSITIVE 23


34 PSYCHOLOGIE POSITIVE


10 QUESTIONS

10 ÉMOTIONS

Pomme

Ses émotions, Pomme les écrit, les chante

mais ne les montre pas forcément.

Elle se livre sur cette dualité entre ses textes,

où elle dépeint ses failles sans tabous, et la

“vraie vie” où la pudeur l’emporte souvent.

Propos recueillis par Iris Cazaubon

Photos : Emma Cortijo et Thomas Laisne

PSYCHOLOGIE POSITIVE 35


RELATIONS

La période troublée que nous traversons nous rappelle

à quel point les liens que nous tissons sont importants.

Entretenir nos relations est un besoin fondamental et engendre

un cercle vertueux. Dans nos vies déconfinées, ne perdons

pas de vue l’importance de nos liens.

PSYCHOLOGIE POSITIVE 41


C’était une période difficile, le genre d’année où rien

ne semblait aller entre le monde et moi. J’étais en

plein burn-out. J’adorais mon travail, mais je n’étais

plus en état d’y aller. Les liens avec mes collègues, ma

famille et mes amis se distendaient. Dans la rue,

je me faisais discret et me fondais dans la masse ;

je ne voulais pas être vu.

C’était une existence morose. Heureusement, j’avais

mon jardin. Cette délicieuse oasis, située dans ma

lointaine banlieue, était toujours là pour moi ;

j’y étais comme un poisson dans l’eau. Pour me sentir

immédiatement mieux, je n’avais qu’à tailler et semer,

biner et bêcher, sarcler et repiquer, humer le délicat

parfum des roses et des géraniums. Dans un jardin,

tout se déroule comme prévu. Et j’avais la vague

impression que ce qui s’était desséché en moi

s’était mis à refleurir timidement dans ce jardin.

Le temps passait, et je sentais bien que quelque chose

me manquait. Une pensée triste m’effleurait : la

distance que j’avais créée m’avait séparé des autres.

J’étais devenu moins important pour eux. Or, les

recherches en psychologie tendent à démontrer que

c’est précisément le lien avec autrui qui constitue le

moteur de l’existence humaine. Il est vrai qu’un

jardin bucolique, un logement douillet, des voyages

lointains, la richesse et la célébrité constituent autant

d’attributs enviables. Mais il semblerait que la vie ne

vaille la peine d’être vécue que si l’on se sait apprécié

d’un groupe de personnes. Autrement dit : si l’on

éprouve le sentiment de compter aux yeux d’autrui.

UN BESOIN FONDAMENTAL

Les psychologues disent de ce sentiment si particulier

qu’il est « généré par l’idée d’être une personne

importante aux yeux d’autrui ». Nous l’éprouvons lorsque

certaines personnes présentes dans nos vies nous font savoir

que nous comptons pour elles, qu’elles nous considèrent comme

des êtres uniques ou importants. Lorsqu’elles nous témoignent

un sincère intérêt, et qu’elles nous accordent leur attention.

Mais ce sentiment naît également en nous lorsque l’un de nos

enfants ou de nos parents a besoin de notre aide. Lorsque nous

nous chargeons des courses d’une voisine âgée temporairement

bloquée chez elle. Ou, à l’inverse, lorsque nous sommes les

bénéficiaires de ce type d’attention ; nous avons alors la

confirmation que nous sommes chers à notre entourage.

Le psychologue canadien Gordon Flett a mené de nombreuses

recherches portant sur ce phénomène, qu’il nomme mattering

– un terme anglais renvoyant au fait de compter aux yeux des

autres, d’avoir du sens, d’être important. « Le besoin d’être cher

à autrui découle d’un mécanisme psychologique destiné à nous

protéger collectivement, explique le chercheur. Ce mécanisme

nous incite à ne pas décevoir les autres, et décourage ainsi les

comportements antisociaux ou destructeurs. La survie de notre

espèce repose sur notre essence d’animaux sociaux. C’est la

raison pour laquelle l’être humain a besoin d’être apprécié et

approuvé par ses semblables. »

En commençant ses recherches il y a quelques années, Gordon

Flett s’était étonné du peu d’attention que la psychologie positive

semblait accorder à ce thème. « Un manque d’intérêt étonnant

puisqu’il s’agit bien de l’un des besoins humains les plus

importants. Nous disposons aujourd’hui d’un très grand nombre

d’études portant sur des sujets comme la résilience, la pleine

conscience (mindfulness) ou la régulation des émotions. Il existe

désormais un fort consensus autour de leurs bienfaits sur notre

bien-être. » Toutefois, selon le psychologue, ce même bien-être

n’est possible que lorsque notre besoin fondamental de compter

aux yeux d’autrui est satisfait. Si ce n’est pas le cas, notre santé

physique et notre estime de soi en pâtissent. Par exemple, le

jugement que nous portons sur notre personne est en très grande

partie conditionné par l’intensité de ce sentiment si particulier.

Les activités de recherche de Gordon Flett lui ont rapidement

permis de prendre conscience de son statut privilégié.

« J’ai grandi au sein d’un foyer aimant et chaleureux.

Mes grands-parents me donnaient eux aussi le sentiment

d’être accepté, bienvenu. Malheureusement, tout le monde

n’a pas cette chance. »

L’HISTOIRE D’OPRAH WINFREY

Diverses études ont permis de conclure que les enfants ayant

acquis la conviction qu’ils comptaient aux yeux de leur entourage

étaient élevés par des parents au style d’attachement dit sécure.

En d’autres termes, les parents qui se montrent chaleureux à

l’égard de leur progéniture tissent avec elle des liens solides.

Ces enfants apprennent alors qu’il est normal d’être proche

de l’autre, que l’on peut compter sur sa présence bienveillante.

Ils conservent ce sentiment de confiance en grandissant.

« Chez les enfants n’ayant pas pu développer ce style

42 PSYCHOLOGIE POSITIVE


LIVRES

& PODCASTS

À EMPORTER DANS VOTRE VALISE CET ÉTÉ

© Shutterstock

Attention, spéciale ! Pour ce numéro, nous avons

demandé aux différents contributeurs de Psychologie

Positive de nous conseiller un livre ou un podcast

qu’ils apprécient particulièrement. Le meilleur du

meilleur à savourer pendant l’été.

52 PSYCHOLOGIE POSITIVE


LIVRES & PODCASTS

PODCASTS

VIVRE SOUS UN AUTRE NOM

par Jeanne Siaud-Facchin,

psychologue et auteure d’une

tribune dans Psychologie Positive

Fascinant ! Ce livre est fascinant !

Il raconte l’histoire de Molly Norris,

une caricaturiste menacée de mort

par des extrémistes musulmans,

disparue depuis dix ans et qui vit

encore aujourd’hui sous une fausse

identité. Ce livre est un récit

palpitant, psychologiquement

puissant, qui interroge nos vies à

chaque page, qui se lit comme un

roman policier tant l’intrigue est

insensée, qui se poursuit par un pur

roman d’invention car la fin de

“l’histoire vraie” est inconnue de

tous, du monde entier ! Il fallait

oser ! Sophie Carquain l’a fait.

C’est un livre que l’on ne peut pas

lâcher tant il résonne à chaque page

avec notre histoire, l’histoire du

monde, l’histoire intime, l’histoire

de la vulnérabilité de l’être humain,

l’histoire d’une vie qui peut basculer

sans qu’on ait pu l’anticiper. Lire ce

livre pendant ce confinement du

printemps, alors que cette femme,

Molly, vit secrètement, sans que

personne ne sache où elle est,

confinée elle-même aux limites

de son monde, a été une expérience

d’une puissance et d’une force

inouïe. //

Sophie Carquain, Le Roman

de Molly N., Charleston, 2020.

RETROUVER SON COUPLE

par Anne Cazaubon,

auteure d’une tribune dans

Psychologie Positive

Plutôt que de changer de partenaire

ou de venir gonfler les chiffres des

divorces prononcés lors du

déconfinement, Florentine d’Aulnois

Wang nous propose de transformer

notre relation de couple. Pas de

chaîne ni de fermoir en guise de lien,

mais bel et bien une alliance de deux

forces tendues vers la croissance.

De sa voix suave et douce, la

thérapeute de couple, auteure du

livre L’Intelligence amoureuse, distille

ses bons conseils dans des épisodes

d’une quinzaine de minutes bien

ficelés. À écouter tout l’été pour

la paix des ménages. //

Florentine d’Aulnois Wang,

L’espace du couple, podcast

disponible sur Apple Podcasts

et Podtail.

CHACUN EST SACRÉ

par Anne Cazaubon,

auteure d’une tribune dans

Psychologie Positive

Pour chacun, notre printemps

confiné est venu révéler ce qui

primait et ce qui supplantait le reste.

Deux femmes, Alexandra Vassilacos

et de Mélanie Guibert, se sont

saisies de cette période

extraordinaire pour explorer la

dimension du sacré au cœur de nos

vies. À leur micro, dans une série

d’entretiens sensibles, se succèdent

des êtres en quête spirituelle,

personnelle, artistique ou humaine.

Ils ou elles sont scénaristes,

thérapeutes, enseignants de

méditation, entrepreneurs, sportifs,

chamans, réalisateurs, conférenciers,

tous acteurs du Nouveau Monde,

et nous racontent à travers leurs

expériences de vie les formes, les

couleurs, les reliefs que prend cette

dimension sacrée au quotidien. //

Alexandra Vassilacos, Mélanie

Guibert, Sacré toi, podcast

disponible sur Ausha.

PSYCHOLOGIE POSITIVE 53


58 PSYCHOLOGIE POSITIVE


TÉMOIGNAGE RÊVES

Toute ma vie,

je continuerai

à osciller ainsi.

Il y a quatorze ans, Muriel (45 ans) a appris qu’elle souffrait d’un trouble bipolaire.

« À cette époque, je n’avais qu’une seule pensée : je suis folle, et je le resterai

toute ma vie. »

Il y a bien longtemps, mes parents me

disaient déjà : « C’est incroyable,

Muriel. On ne te reconnaît plus.

C’est comme si tu étais devenue

quelqu’un d’autre. » Il ne s’agissait pas

d’une simple journée de mauvaise

humeur. Subitement, je me sentais si

déprimée que je me considérais comme

dépourvue de toute valeur. Il valait mieux

que je disparaisse. Lors de ces épisodes,

je coupais tout contact avec le reste du

monde, et j’étais épuisée ; me brosser

les dents était au-dessus de mes forces.

Le contraste avec la personne si vivante

et si enthousiaste que je pouvais être à

d’autres moments était saisissant.

Au cours de ces phases d’euphorie,

j’avais toutes sortes d’envies ; j’adorais

par-dessus tout avoir un agenda plein à

craquer. Enfant, on m’a même fait passer

des tests afin de dépister un éventuel

trouble de déficit de l’attention avec

hyperactivité (TDAH). En effet, les

personnes concernées sont souvent très

agitées. Cette description correspondait

parfaitement à mon cas.

Pendant les épreuves du baccalauréat,

j’ai dû être hospitalisée pour ce qui

ressemblait à des symptômes de

surmenage. Je ne me nourrissais plus ;

je ne parvenais qu’à dormir.

En m’auscultant, un médecin a

constaté que même mes réflexes

pupillaires étaient insuffisants.

J’avais l’impression que mon corps

n’était plus qu’une sorte de coquille

vide et inerte. Les causes de mon

effondrement me semblaient évidentes,

et mon entourage me rejoignait sur ce

point : j’en avais tout simplement trop

fait. J’avais travaillé très dur afin de

décrocher mon diplôme ; en outre, ma

vie était placée sous le signe de la

danse. En effet, ma mère dirigeait une

école de ballet et j’y donnais des cours

aux plus jeunes élèves. Trois soirs par

semaine, je suivais moi-même des

cours de danse classique. À cela

s’ajoutait une vie sociale très riche.

DANSER TOUTE LA NUIT

J’ai toujours connu ces variations

d’humeur. J’alternais les périodes

de tristesse, de déprime et de passivité

et celles où j’étais enjouée, joyeuse,

débordante de vitalité. Je retrouvais

parfois une certaine stabilité, pendant

quelque temps. Pour moi, ces

fluctuations avaient toujours constitué

la norme. J’ai réalisé bien plus tard que

ces violents changements d’humeur

étaient autant de symptômes. Jamais

il ne me serait venu à l’idée d’aller

demander de l’aide.

De la même manière, j’ai très

longtemps associé ces modifications

d’humeur à divers événements de ma

vie. Après une période stressante,

PSYCHOLOGIE POSITIVE 59


66 PSYCHOLOGIE POSITIVE


La liberté

est un choix

Bye-bye deadlines, embouteillages matinaux

et autres tâches routinières ! Voici venu le temps

des vacances, autrement dit : de la liberté !

Nous n’éprouvons ce délicieux sentiment que

quelques semaines par an. Ne serait-ce pas

merveilleux s’il pouvait durer toute l’année ?

PSYCHOLOGIE POSITIVE 67


LIBERTÉ

de vivre la liberté

PSYCHOLOGIE POSITIVE 71


#1 La liberté, c’est…

… pouvoir enfin

finir un livre

Confortablement calé dans votre fauteuil, vous découvrez fébrilement la suite de l’intrigue.

Vous vous glissez dans la peau du héros dont vous partagez les désespoirs, les élans de

courage ou les amours. La lecture est bien plus qu’une simple activité de détente : elle

peut influencer le cours de nos vacances, comme l’a découvert Keith Oatley, professeur

émérite en psychologie cognitive à l’université de Toronto (Canada). Par exemple, une

personne qui lit beaucoup au sujet du sexe se mettra à envisager la sexualité de manière

plus libre. Les grands lecteurs de fiction font preuve de plus d’empathie, et se montrent

également plus sociables que les non-lecteurs. Les romans rédigés à la première

personne permettent facilement de s’identifier au personnage principal et de se laisser

happer par son monde. Ou, comme l’a écrit le linguiste et psychologue américain Samuel

Hayakawa : « Il est faux de dire que nous n’avons qu’une vie. Si nous avons appris à lire,

nous pouvons mener autant de vies que nous le souhaitons. »

72 PSYCHOLOGIE POSITIVE


PORTRAITS

Ils ont enchaîné les régimes pendant de longues années

avant de se rendre compte qu’ils étaient bien tels

qu’ils étaient, et de s’assumer enfin.

PSYCHOLOGIE POSITIVE 79


J’ai cassé ma balance

à l’aide d’une masse

Jenny (46 ans) travaille en tant que

coordinatrice dans une salle de spectacle.

Elle tient un blog sur l’acceptation de soi

et la discrimination liée au poids.

« Je n’ai pas choisi librement d’arrêter les

régimes. Je n’avais pas le choix. Pendant

vingt ans, j’ai tout fait, en vain, pour maigrir.

J’ai dû dire adieu à l’idée d’atteindre un jour

mon poids idéal. C’était comme un deuil :

je ne serai jamais mince et il fallait que je

l’accepte. J’ai commencé les régimes pendant

mon adolescence. Je faisais une taille M,

mais me trouvais trop grosse. Après chaque

tentative, je reprenais mon poids avec un

“bonus” en prime, donc je devais suivre un

régime encore plus draconien. Je sais à

présent que ce bonus était une réaction

naturelle de mon corps, qui se protégeait du

régime suivant. Mais à cette époque, je

pensais ne pas avoir suffisamment de

volonté. Pendant des années, j’ai eu des crises

de boulimie et une obsession de la

nourriture. C’est pour cette raison qu’il y a

huit ans, je me suis inscrite dans une clinique

pour les personnes accros à la nourriture. Je

pensais que j’allais apprendre comment

résister aux pâtes et aux pizzas. Mais quand

j’ai demandé le nombre de sandwichs

auxquels j’avais droit au déjeuner, on m’a

répondu que je pouvais manger tout ce que

je voulais. Cela m’a d’abord paru stupide,

mais ils avaient raison ! J’ai ainsi appris à

écouter mon corps au lieu de suivre des

règles de régime rigides. Au début, j’ai trouvé

cette liberté effrayante. Que se passerait-il si

je ne m’arrêtais plus de manger ? J’ai encore

eu quelques crises de boulimie, mais j’ai fini

par remarquer que cette méthode portait ses

fruits. Un jour, pour essayer, j’ai rempli mon

placard de sacs de chips. Autrefois, ils

semblaient toujours me crier : « Mange-nous,

mange-nous ! » Mais comme j’y étais

autorisée, je n’y ai plus pensé. Plusieurs mois

plus tard, j’ai retrouvé mes sacs de chips

intacts. J’ai aussi cassé ma balance à l’aide

d’une masse car je ne me pèse plus. Je fais

consciemment le choix de ne pas parler de

façon négative de mon corps. Mes rondeurs

ne me facilitent pas la tâche quand je dois

nouer mes lacets et j’ai toujours du mal à

trouver mon corps beau. Mais c’est O.K. »

80 PSYCHOLOGIE POSITIVE


88 PSYCHOLOGIE POSITIVE


Après des mois de stress, notre

journaliste ne désire qu’une chose :

se reposer. Avec son compagnon,

elle se retire dans la forêt. Mais le

silence n’a pas tout de suite les

effets escomptés...

Quelques jours

PSYCHOLOGIE POSITIVE 89


Envie

d’autre

chose

Au lit, chacun est libre de faire ce qui lui plaît, et de montrer

réellement qui il est. Et pourtant, nous nous laissons trop

souvent guider par notre idée de ce que le sexe “devrait être”.

Plaidoyer pour un élargissement de notre horizon érotique.

98 PSYCHOLOGIE POSITIVE


SEXUALITÉ

PSYCHOLOGIE POSITIVE 99


© Unsplash


Au programme…

Notre corps est une source d’informations précieuse,

du moins si nous l’écoutons. Mais pourquoi ne le faisons-nous

pas plus souvent ? Comment pouvons-nous apprendre

à ressentir ce qui se passe en nous ?

4 LA SAGESSE DU CORPS

Entrons en contact avec nos ressentis

8 TEST

Écoutons-nous bien notre corps ?

12 RESSENTIR PLEINEMENT

14 conseils pour devenir

plus conscient de notre corps


Choisissez la formule d’abonnement qui vous convient

DÉCOUVERTE

ESSENTIEL

6 mois - 3 n ° 1 an - 6 n °

4,33 €

le n ° au lieu

de 5,95 €*

FIDÉLITÉ

2 ans - 12 n °

4 €

le n ° au lieu

de 5,95 €*

4,33 €

le n ° au lieu

de 5,95 €*

Un magazine qui conjugue intelligence et empathie.

La recherche en psychologie s’intéresse aujourd’hui à l’épanouissement,

au plaisir de vivre chaque jour et au sens que cela donne à la vie.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!