Psychologie Positive n°33

online.magazines

AUTHENTICITÉ

autres par l’université Rice, au Texas,

montre en outre que les personnes qui

ont par exemple une autre orientation

sexuelle que la plupart de leurs

collègues ou de graves problèmes de

santé se sentent mieux lorsqu’elles

peuvent en parler ouvertement

que lorsqu’elles doivent le cacher.

Ce passage sous silence demande

beaucoup d’énergie et aboutit

finalement au stress.

AUTHENTICITÉ INFANTILE

C’est pourquoi les entreprises estiment

de plus en plus important que leur

personnel puisse être authentique.

C’est surtout le cas dans les secteurs

créatifs et innovants, où l’authenticité

est liée au fait d’oser sortir du cadre et

des sentiers battus. L’année dernière,

à l’image de directeurs techniques

américains, Alexander Klöpping,

créateur d’une entreprise néerlandaise,

a même donné un véritable mode

d’emploi de lui-même : « Je suis têtu,

dominateur, brusque, sceptique, ai

le goût de la compétition et ne fais

pas facilement des compliments. »

Le mode d’emploi était à l’intention

de ses collègues, afin qu’ils sachent

à quoi s’en tenir à son sujet, sur son

mode préféré de collaboration et de

communication (à quelle heure, par

quels moyens…), et comment faire

pour éviter de l’irriter. « C’est de

l’authenticité infantile, estime Roos

Vonk, professeure de psychologie

sociale. Je suis ainsi, donc j’agis ainsi.

Les autres n’ont qu’à s’adapter. »

Selon elle, comme selon Toon Taris,

c’est faire totalement abstraction

de l’idée que la personnalité n’est

pas quelque chose de constant et

d’immuable, mais que nous avons

différentes facettes que nous montrons

selon le contexte. À la fin des années

Lorsque j’ai dit que

je partais, toute la

tension est retombée.

Ruben (55 ans) était directeur d’un office des brevets.

Il jouait parfaitement le rôle du monsieur à cravate,

mais cela le rendait très malheureux.

Avoir un statut et gagner de l’argent. Je pensais que

c’était important, mais cela ne me plaisait pas du tout.

Au travail, j’avais toujours l’impression d’être dans

une pièce de théâtre. Je jouais le rôle du monsieur

en costume et cravate, et je m’y sentais affreusement

emprisonné. J’essayais de feindre d’avoir de l’intérêt

pour les conversations sur les marges bénéficiaires et les

dîners coûteux, mais je me faisais violence. Je m’adaptais

donc en me repliant sur moi-même, alors que de nature,

je ne suis pas quelqu’un de silencieux. Créer un vrai

contact, regarder les gens dans les yeux, c’était ce que

je voulais vraiment, mais il n’y avait pas de place pour

ça. À la fin de l’année, lorsque j’ai proposé d’utiliser le

bénéfice annuel pour donner à chaque employé mille

euros, on m’a ri au nez : « Tu veux toujours jouer le père

Noël. » Je ne pouvais pas être authentique dans mon

travail, je me sentais seul et stressé. Et un beau jour,

pendant une réunion de la direction, je me suis entendu

dire : « Je pars. » Et toute la tension est retombée d’un

seul coup. J’ai créé avec ma compagne un organisme

de formation et avec un associé j’ai monté un magasin

de fossiles et de minéraux. Je n’ai plus jamais remis mon

costume, je n’ai plus besoin de faire comme si j’étais

quelqu’un d’autre. Avec nos participants et clients, je

parle de ce qui nous occupe profondément. J’ai échangé

la sécurité financière contre un vrai contact avec les

autres. Au lieu de jouer l’important dans une réunion,

je mange une glace dans le parc avec mon

associé. Je ne joue plus de rôle. Je suis, tout

simplement.

PSYCHOLOGIE POSITIVE 27

More magazines by this user
Similar magazines