TRAVEL INSIDE_F 2020-350

abouttravel

Le sourire de l’Asie nous manque.

J’espère que nous le

reverrons bientôt! tourasia.

N o 34 / 35 | 27 AOÛT 2020 | www.travelinside.ch

SPOTLIGHT

Interview Natalie Dové,

FSV et Mayday 5

TRAVEL MARKET

Frantour-Railtour 6

Mobilité mondiale 7

DESTINATION REPORT

Chine 8

Égypte & mer Rouge 10

FOCUS

Cruise & Ferry: derniers

développements 13

CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS

Tout travail mérite salaire!

Nombreux sont les TOs et les agences de voyages à promouvoir des séjours en

Suisse depuis la crise du Covid-19. Avec quelle rémunération?

La Suisse recèle des endroits

magiques – ici le lac Cauma,

à Flims. Mais le partenariat

semble une autre histoire.

La Suisse touristique ne se porte pas si

mal malgré le contexte actuel. Selon

le bilan intermédiaire réalisé par Suisse

Tourisme (ST), les régions de montagne

ont enregistré de juin à août une progression

réjouissante de 37% des nuitées

hôtelières d’hôtes suisses (l’équivalent

d’un million de nuitées

supplémentaires), mais en revanche,

une chute vertigineuse de 44% des

nuitées des touristes étrangers. Les

échos reçus de la branche confirment

que les Suisses sont séduits par des

vacances d’été dans leur pays. Dans les

villes, par contre, l’absence d’hôtes de

pays lointains et le recul du tourisme

d’affaires ont un impact très important

sur les revenus touristiques.

La saison estivale courant de mai à

octobre présenterait ainsi un bilan

global négatif pour les régions de

montagne avec une diminution des

nuitées de l’hôtellerie de plus de 5%

par rapport à 2019, situation qui reste

toutefois beaucoup moins inquiétante

que celle que vit le secteur Outgoing.

OUTRE LES SPÉCIALISTES déjà actifs

avant la crise (Railtour, Interhome,

Autoplan, Destinations.ch, etc.), nombreux

ont donc été les TOs et les

agences de voyages classiques à se

tourner vers le segment Incoming cette

année. C’est notamment le cas de

Circuits du Monde, VT Vacances, Atlantis

Voyages ou Delta Voyages. Mais le

constat est identique partout: certains

hôtels ne versent aucune commission,

solidarité et fair-play n’étant pas les

qualités premières des «partenaires»

touristiques suisses.

DS

Voir en page 3

Le STMF Genève

reporté en 2021

Initialement prévu au début juin, la

6 e édition du STMF Genève (Swiss Travel

Management Forum) avait été reportée

au 10 novembre prochain. Mais le

segment du Business Travel et le secteur

événementiel ne sont nullement

épargnés par la crise actuelle frappant

l’industrie touristique mondiale dans

son entier. Selon de multiples spécialistes

approchés par TRAVEL INSIDE,

les voyages d’affaires sont actuellement

au point mort, sans visibilité à court

ni moyen terme.

ORGANISATEUR DE CET ÉVÉNEMENT

Corporate mis sur pied sous le patronage

de Genève Aéroport, TRAVEL IN-

SIDE a pris la décision de reporter

l’édition 2020 à l’année prochaine. Le

prochain STMF Genève est d’ores et

déjà prévu le 2 juin 2021 au Fairmont

Grand Hotel. Le contenu et le programme

complet de cette prochaine

édition seront communiqués au

printemps prochain. Informations sur

www.stmf-geneve.ch.


TI

N. DOVÉ: «MIEUX COMMUNIQUER NOTRE VALEUR AJOUTÉE!»

Membre du comité de la FSV depuis l’assemblée 2019 à Europa-Park, la propriétaire

de Nussbaumer Reisen et Mystery Travel est aussi très active dans l’Action Mayday.

Natalie Dové représente les intérêts des retailers et des indépendants

au sein de la Fédération suisse du voyage (FSV). En

parallèle, elle s’est aussi engagé dans le mouvement Mayday,

né en pleine crise du Covid-19. Selon elle, un engagement nullement

incompatible: «À l’heure actuelle, la FSV et Mayday répondent

à un besoin.» À ce propos, d’aucuns mettent le doigt

sur un problème de communication au sein de la branche. «On

communique simplement de différentes manières. La FSV diffuse

de très bonnes lettres d’information à ses membres, mais

à mon avis, il y a eu trop peu d’échanges au sein du comité. Je

comprends que tout le monde ait beaucoup à faire – moi également,

comme nous tous. Dans le cadre de l’Action Mayday,

nous avons une conférence téléphonique d’une heure chaque

semaine», répond Natalie Dové. Dans cette crise, y a-t-il un espoir

pour les agences? «Oui, j’espère que cette crise nous apportera

aussi quelque chose de positif et que les clients reconnaîtront

les avantages d’une agence. À l’avenir, nous devons

communiquer notre valeur ajoutée de manière plus offensive

et plus claire, également par le biais des associations. L’un des

problèmes de notre branche est que nous nous vendons en

dessous de notre valeur.

DS

Voir en page 5

TI-NEWS

RESTEZ AU COURANT

INSCRIVEZ-

VOUS

sur:

travelinside.ch/newsletter

Photo: Shutterstock.com/Oscity

travel top jobs

le plus grand marché de l’emploi de la branche des voyages

www.traveltopjobs.ch


2

TOP STORIES

TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020

CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS

Le «Flugzug» de Swiss pénalise-t-il Genève Aéroport?

Swiss lance un service de navette ferroviaire baptisé «Flugzug» entre Genève et l’aéroport de Zurich.

Bâle et Lugano bénéficient déjà de ce service.

En partenariat avec les CFF, Swiss étend

son service de navette ferroviaire pour

y inclure le trajet entre la gare centrale

de Genève et l’aéroport de Zurich.

L’objectif est de maintenir une parfaite

connectivité entre la Romandie et la

plaque tournante zurichoise, compte

tenu notamment des modifications

apportées au programme de vol dans

le contexte de la crise sanitaire du coronavirus.

Swiss estime que l’inclusion

de Genève dans le service de navette

ferroviaire offre en outre aux clients

encore plus de solutions intermodales.

«Flugzug» entend faciliter au maximum

l’accessibilité de la Romandie

aux lignes aériennes intercontinentales

et européennes en partance de

Zurich. La nouvelle navette ferroviaire

vient en complément des liaisons aériennes

déjà assurées entre Genève

Aéroport et Zurich, dont la fréquence

a diminué en raison de la pandémie

de coronavirus.

CERTAINS TRAINS CFF entre la gare de

Genève Cornavin et l’aéroport de Zurich

recevront un numéro de vol Swiss

dans le cadre du nouveau service de

navette. Le prix du trajet à bord de ces

trains à destination du hub zurichois

est inclus dans le billet d’avion. Le

voyage peut également se faire depuis

la gare ferroviaire de l’aéroport de

Genève. Les passagers romands des

gares intermédiaires (Lausanne/Fribourg

sur l’axe transversal et Morges/

L’offre est valable entre Genève Aéroport et toutes les gares romandes où fait halte le «Flugzug»

à destination de l’aéroport de Zurich.

Yverdon-les-Bains/Neuchâtel/Bienne)

sur la ligne du pied du Jura bénéficient

aussi de ce service de navette tant que

le «Flugzug» fait halte dans ces gares.

«Le raccordement étroit de la Romandie

à notre réseau mondial de

lignes aériennes en partance de l’aéroport

de Zurich nous tient à cœur»,

souligne Thomas Klühr, CEO de Swiss.

«Le fait d’étendre à Genève notre service

de navette ferroviaire offre à nos passagers

encore plus de possibilités

lorsqu’ils planifient leur voyage avec

nous. Cette offre répond également au

souhait croissant de nos clients de

combiner avec souplesse les deux

modes de transport.»

L’HORAIRE PRÉVOIT jusqu’à 10 correspondances

par jour dans chaque sens

entre la gare de Genève et l’aéroport

de Zurich, ce qui offrira aux voyageurs

plus de souplesse et de possibilités

que les quatre vols quotidiens qu’ils

empruntaient jusqu’à présent. Grâce

à ce service supplémentaire d’apport,

la plupart des vols de correspondance

via le hub de Zurich sont désormais

accessibles depuis Genève. La navette

«Flugzug» est également valable pour

les vols Edelweiss Air en partage de

code avec Swiss et peut être aussi

bien réservée dès à présent sur le site

web swiss.com, ainsi qu’auprès des

agences de voyages.

L’an dernier, le nombre total de passagers

aériens entre Genève et Zurich

s’est monté à 635 482 (+1,2%). L’année

précédente, la hausse avait même

dépassé 5%, soit 628 106 pax entre le

bout du lac et les bords de la Limmat.

«En raison de la situation actuelle

causée par le coronavirus, il ne nous

est pas possible d’estimer la demande»,

indique Karin Müller, Head of Media

Relations de Swiss.

EN TERMES DE STANDARDS DE QUALITÉ,

il n’y aura pas de distorsion pour les

passagers volant en First ou en Business

Class au-delà de Zurich: «Les passagers

First et Business Class voyagent en

première classe avec les CFF entre Genève

et Zurich, à l’aller comme au retour.

Les passagers de l’Economy Class

voyagent en deuxième classe, mais

peuvent acheter un surclassement

auprès des CFF.» À terme, cette offre

ne risque-t-elle pas de remettre en

question le nombre de vols quotidiens

entre Genève et Zurich? «Cela

reste à voir. Nous observerons avec

inté rêt comment les passagers acceptent

ce service», conclut Karin Müller.

Du côté de la direction générale de

Genève Aéroport, on ne souhaite pas

s’exprimer sur cette nouvelle offre de

Swiss. L’aéroport estime en effet qu’il

est prématuré pour la commenter et

souhaite d’abord observer le marché.

Commentaire en page 4


DS

LES TROIS GRANDS RÉDUISENT LA VOILURE EN ROMANDIE

Après Hotelplan et TUI Suisse, c’est au

tour de DER Touristik de se redimensionner.

À la fin juin, Hotelplan était le premier à annoncer la

couleur face à l’effondrement massif du secteur des

voyages: jusqu’à 425 emplois étaient condamnés, dont

170 en Suisse, où le nombre de succursales allait être

amputé de 12 unités et passer de 98 à 86. En Suisse romande,

seule l’agence lausannoise de Travelhouse était

concernée. Hotelplan Suisse a également procédé à des

coupes dans ses effectifs romands, mais de manière

moins radicale qu’ailleurs.

Au début juillet, TUI Suisse a suivi le mouvement: 8 des

62 agences en Suisse seront fermées d’ici à la fin septembre,

toutes alémaniques. Si la Suisse romande de

TUI garde son réseau intact, les effectifs sont là aussi

revus à la baisse: la réduction concerne 7 personnes

(5 postes en équivalent plein temps), l’adaptation des

horaires entre collègues ayant permis à TUI Suisse

d’éviter les licenciements. Dixit Jean-Marcel Perotti,

direc teur régional.

DER Touristik Suisse et ses différentes marques se préparent

aussi à relever les défis majeurs posés au secteur

du tourisme par la crise du coronavirus en se redimensionnant,

en réorganisant plusieurs domaines et

sites et en réduisant les coûts. La suppression prévue

de quelque 140 postes à plein temps sur 810 (17% du

total) sera, dans la mesure du possible, réalisée d’un

commun accord, mais la direction estime que des licenciements

économiques seront inévitables. L’entreprise

sera redimensionnée en renonçant à repourvoir certains

postes et grâce à des départs à la retraite ordinaire ou

anticipée, des réductions des taux d’occupation et des

licenciements économiques.

«Je regrette sincèrement que la réduction à large

échelle des coûts matériels s’accompagne de lourdes

mesures au niveau du personnel, mais elles sont indispensables

pour assurer notre avenir. Nous sommes

conscients que ces licenciements seront douloureux

pour les employés concernés. Nous allons établir un

plan social et une offre de services pour la réorientation

professionnelle pour atténuer les conséquences de ces

décisions», explique Dieter Zümpel, CEO.

Chez Hotelplan Suisse, seul Travelhouse Lausanne a fermé

ses portes.

Le réseau de succursales Kuoni va lui aussi être

repen sé, avec notamment des regroupements

d’agences, l’ouverture d’autres filiales «shop in shop»

ainsi que l’abandon de certains sites. Mais les décisions

concrètes ne seront communiquées qu’à la fin

septembre.

DS

Photos: FAO/VD, TRAVEL INSIDE


Photo: Hotellerie Suisse, Graphique: TRAVEL INSIDE

TOP STORIES 3

TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020

CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS

Pour l’hôtellerie suisse, la solidarité ne paraît

pas être un concept «made in Switzerland»

Plusieurs professionnels ont décidé de proposer la Suisse à leurs clients et se sont confrontés

à des prestataires refusant de commissionner leur travail.

Cédric Diserens

Au printemps dernier, dans le cadre d’une conférence

de presse du Secrétariat d’État à l’économie (Seco),

Erik Jakob, chef de la promotion économique, a invité

les Suisses à passer leurs vacances d’été en Suisse.

Un appel qui, s’il a fait l’objet d’excuses envers la

branche par la suite, est resté un leitmotiv pour le

Conseil fédéral. L’objectif n’était pas de s’attaquer à

l’outgoing, mais d’éviter autant que possible d’avoir

des citoyens bloqués à l’étranger ou obligés d’être en

quarantaine à leur retour.

Du côté de la branche, plusieurs professionnels,

agences et tour-opérateurs, ont décidé de jouer cette

carte de la Suisse. Alors que l’ensemble du tourisme

souffre de la crise, l’opération devait s’annoncer

gagnant-gagnant pour tout le monde. Cependant, il

semblerait que la solidarité ne soit pas une évidence

pour tout le monde. C’est ce qu’a constaté l’association

des Agences de Voyages Privées de Genève (AVP),

comme l’explique Yvan Vasina de la Commission

hôtelière et directeur de Delta Voyages.

«Nous avons souhaité mettre en avant des offres

en Suisse; ceci a généré de l’intérêt et des réservations

alors que l’an dernier, nos clients ne pensaient pas

à nous pour séjourner en Suisse. Cette démarche a

représenté un travail de promotion conséquent,

concrétisé par des réservations dans différentes régions

suisses. Il était gratifiant de constater le soutien

de notre clientèle et la volonté de réserver par notre

intermédiaire.»

MAIS LA GRATIFICATION ne s’est visiblement concrétisée

que du côté de la clientèle. Certains hôtels

n’accordant aucune commission au motif de prix

déjà réduits. «Il s’agit là d’un manque total de reconnaissance

vis-à-vis de notre profession dans une période

où la solidarité doit être de mise.» L’AVP a donc

adressé un courrier à l’association faîtière Hotellerie

Suisse et à la Fédération suisse du voyage (FSV).

Une pratique qui s’observe dans

plus d’un cas sur deux

Selon un sondage réalisé en ligne sur

Abouttravel.ch la semaine dernière,

54,3% des participants indiquent avoir

eu des dossiers sur la Suisse pour lesquels

une majorité de prestataire n’a

pas versé de commission. Parallèlement,

20% des participants reconnaît

avoir eu des demandes de ce type, mais

qui ne se sont pas concrétisées en raison

du prix trop élevé. Les parts sont

identiques entre ceux qui n’ont pas eu

de dossiers sur la Suisse (11,4%) et ceux

En juin dernier, Hotellerie Suisse a lancé une campagne de réservation directe pour contrer les OTA.

Chez Destinations Santé, la Suisse est programmée

depuis plusieurs années déjà. La crise a engendré

une augmentation de la demande, comme l’explique

Francine Emery, en charge du bien-être. «Habituellement,

nous vendons essentiellement des petites

escapades Spa d’une ou de deux nuits. Hors cet été,

nous avons eu davantage de demandes pour des séjours

plus longs, variant entre trois et sept nuits.» Là

aussi, la solidarité n’est pas aisée. «Il est bien difficile

de trouver des partenaires suisses qui acceptent de

nous commissionner suffisamment en tant que TO,

notamment sur les soins Spa et la restauration… C’est

d’ailleurs une des raisons qui explique que notre

offre reste limitée sur la Suisse … ce qui est bien

dommage!»

Circuits du Monde a lancé cet été son produit

helvétique. Sari Zulauf tire un bilan plutôt positif:

«Nous sommes contents du retour pour notre produit

en Suisse, nous avons fait le choix de travailler avec

une petite agence d’incoming qui joue le jeu. Nous

qui en ont eu et pour qui tout s’est bien

passé (11,4%). Une très faible proportion

des participants (2,9%) reconnaît tout

de même avoir eu affaire à des prestataires

fair-play. Tous les hôteliers ne

sont cependant pas à blâmer, puisque

certains appliquent un commissionnement

dans le cas de réservations effectuées

par une agence de voyage ou un

tour-opérateur. À terme, l’attitude individualiste

de certains pourrait refroidir

les agences.

CD

avons également eu des demandes hors des produits

que nous proposions, et avons contacté des hôtels

en direct. Aucune aide, aucune commission. Il y a

un vrai problème à ce niveau-là, l’hôtellerie Suisse

crie à la catastrophe, nous essayons de les soutenir,

mais ils ne sont pas prêts à faire des efforts. C’est bien

dommage.»

MÊME CONSTAT CHEZ VT VACANCES qui a également

joué la carte de la Suisse avec le Tessin. Vincent Beaud

relève que la demande est restée généralement très

limitée. La solidarité des prestataires serait avant

tout «très variable en fonction des régions et de la

situation locale». Le TO arrive à rester concurrentiel

pour les hôtels où un contrat a pu être obtenu. «Pour

les autres, comme il n’y a pas de commission, non.»

Enfin chez Atlantis Voyages, Nadia Vionnet se dit

également très déçue de constater un véritable

manque de fair-play auprès de plusieurs partenaires

hôteliers. Commentaire en page 4

ENQUÊTE

Avez-vous réservé des séjours en Suisse et si oui, comment s’est passé la

collaboration avec les prestataires (hébergements, activités, transports)?

11,4%

20%

11,4%

2,9%

54,3%

Nous avons eu des dossiers, mais une majorité

de prestataires n’a pas versé de commission

Nous avons eu des demandes, mais elles ne se

sont pas concrétisées en raison du prix

Nous avons eu des dossiers et tout s’est

très bien passé

Nous n’avons pas eu des demandes

sur la Suisse cet été

Nous avons eu des dossiers et une majorité

de prestataire s’est montré fair-play en

versant une commission


4

OPINION

TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020

CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS

Swiss lance une navette ferroviaire Genève-Zurich

Le silence de l’aéroport est assourdissant

Le produit n’est pas nouveau. Lufthansa l’a développé

avec succès il y a plusieurs années en Allemagne pour

alimenter ses hubs, les TGV français ont un accord avec

plusieurs airlines et les chemins de fer italiens aussi.

À l’époque, l’horaire imprimé de la défunte Swissair indiquait

déjà des vols SR opérés par les CFF à destination

de Zurich. À la différence de Bâle et Lugano, qui ne bénéficient

plus de liaison aérienne vers le hub zurichois, la

plate-forme de Genève a sa «navette» depuis des années.

Covid-19 oblige, l’offre ne compte plus que quatre

liaisons aériennes quotidiennes, mais elle existe.

L’offre joliment baptisée «Flugzug» risque pourtant

d’avoir un impact considérable sur le trafic à Genève

Aéro port. Les voyageurs de la zone de chalandise immédiate

ne devraient pas être légion dans cette navette

ferroviaire vers Zurich en raison de la durée du trajet. Et

ces mêmes clients pourraient jeter leur dévolu sur un

transfert par un autre hub européen. Les clients de

Swiss à partir d’un axe Lausanne-Yverdon devraient opter

quant à eux pour le «Flugzug» gratuit et bénéficier

ainsi d’un précieux gain de temps en raison des

contraintes sécuritaires imposées avant et pendant le

check-in de leur vol d’apport Genève-Zurich.

Cet axe connaît pourtant une croissance remarquable

et régulière. Entre 2017 et l’an dernier, la hausse du

nombre de pax entre Genève et Zurich a été, respectivement

de 4,2%, 5% et 1,2%, avec un total dépassant les

635 000 passagers en 2019. Et depuis la disparition de

certaines airlines, dont Etihad Regional, Swiss détient le

monopole entre Genève et Zurich.

La direction générale de Genève Aéroport ne souhaite

pas s’exprimer quant au lancement de ce «Flugzug» par

Swiss et estime qu’il est trop tôt pour le commenter et

préférable d’observer l’évolution du marché. Un silence

assourdissant qui en dit long sur l’opinion qui règne à

l’interne. Car l’effet dominos pourrait toucher à la fois

l’aéroport et Swiss. Le premier qui perdrait du volume de

trafic vers Zurich et ne conserverait

qu’un nombre limité de vols vers ce

hub, la seconde qui perdrait aussi une

partie des passagers locaux au profit

des grandes plaques tournantes européennes.

Voir en page 2

Dominique Sudan

Manque de fair-play de la part de l’hôtellerie suisse

L’arrogance serait-elle un produit national?

En temps de crise, il conviendrait normalement de se

«serrer les coudes» et d’oublier, même temporairement,

les différences. L’hôtellerie suisse a été très rapide à

appeler à l’aide. Fermés dans un premier temps, les

établissements ont progressivement pu rouvrir, mais

les perspectives de voir arriver les précieux touristes

étrangers se sont rapidement envolées pour cette année.

Aussi, les hôteliers se sont tournés vers les clients suisses,

les invitant à passer des séjours dans «leur» pays.

Le secteur a ainsi rebondi sur les

appels du Conseil fédéral, du Seco

ainsi que des offices de tourisme

régionaux, sans oublier celui de Suisse

Tourisme. Un appel qui n’a en son

temps pas manqué de fâcher la

Cédric Diserens

branche du tourisme «outgoing». Mais les agences et

tour-opérateurs ne sont pas rancuniers et se sont

rapidement adaptés. Certains ont lancé des produits sur

la Suisse, tandis que plusieurs agences n’ont pas hésité

à proposer à leurs clients d’y passer leurs vacances d’été.

Mais comment expliquer que ces efforts ne soient pas

spontanément rémunérés selon l’usage? Certains

établissements invoquent une année particulièrement

difficile, mais cette crise n’épargne personne. Aussi,

comment justifier ce manque de solidarité, voire de

professionnalisme? Surtout lorsque l’on sait que bon

nombre de ces mêmes hôtels se retrouvent sur des

portails de type Booking.com ou Hotels.com, avec des

commissions plutôt élevées à payer.

La volonté de s’affranchir de la coupe de géants du

web elle-même est difficile à comprendre. Aucun

établissement n’est obligé de s’affilier à un portail. En

revanche, il est certain que pour être visible aisément

sur des plates-formes qui comptent de nombreux

utilisateurs, ces sites sont incontournables. Mais

comment comprendre qu’un hôtel rechigne à verser une

commission de 10 à 15% à une agence, quand il verse

jusqu’à 20% auprès d’un Booking.com?

Ce qui surprend encore davantage, c’est l’audace

avec laquelle certains hôtels démarchent directement les

clients d’agences, promettant des prix plus avantageux

lors d’une prochaine réservation «en direct». Ce type de

pratique n’est certes pas nouveau, ni uniquement

réservé à la Suisse, mais en temps de crise, cela n’est

tout simplement pas acceptable, voire nauséabond.

Bien entendu, tous n’agissent pas de la sorte et on

trouve encore des partenaires professionnels et fair-play.

Ces pratiques laissent cependant un goût amer et posent

une question: le jour où la situation retournera à la

normale, les Suisses ne seront-ils plus qu’une clientèle

de seconde zone, traités comme les agences du pays?

Voir en page 3

2021 15 & 16 septembre 2021

IMPRESSUM TRAVEL INSIDE

TRAVEL INSIDE | 14–16 place Cornavin | CP 1582 | 1211 Genève 1 | Tél. +41 (0)22 908 69 00 | Fax +41 (0)22 908 69 09 | E-mail: ti-gva@travelinside.ch

Tirage: 2400 exemplaires

Tirage contrôlé REMP/FRP (base 2018/19):

total 2055 exemplaires

Année de fondation: 1986

Parution bimensuelle, distribution seulement

sur abonnement.

Prix pour une année: 59 francs

(TVA incluse). Tarifs pour l’étranger sur

demande

ISSN: 1520-5610

Editeur: Angelo Heuberger

Rédaction: Dominique Sudan (DS),

rédacteur en chef; Cédric Diserens (CD)

Collaborateurs extérieurs: Jean-Claude Basset

(JCB); Luc Citrinot (LC), Bangkok; Patrick Claudet (PC);

Jean-Claude Ferrier (JCF); René Hug (RH); Philippe

Nanzer (PhN); Claude-Yves Reymond (CYR); Bernard

Pichon (BP); Didier Walzer (DW); André Winckler (AW)

Edition: Primus Editions SA Zurich

Cornelia Brunschwiler (Chef d’édition), Natalie Ischi

(Abonnements), Fabienne Fröhlich (IT, Web & Facility

Manager), Stefania Zingg (Comptabilité), Bruno

Indelica to (Event & Marketing)

Layout/DTP: Christoph Fontanive

Annonces: Primus Edition SA

Tél. +41(0)22 908 69 01

Fax +41(0)22 908 69 02 | Muriel Bassin (Directrice

de la publicité), Bianca Mayer, Dimitri Kistler (Sales

Support)

Production d’annonces et marché de l’emploi:

Stephan Giuliani

Imprimerie:

AVD GOLDACH AG, Sulzstrasse 10–12, 9403 Goldach

TRAVEL INSIDE (allemand)

Hammerstrasse 81

CP, CH-8032 Zurich

Tél. +41 (0)44 387 57 57

Fax +41 (0)44 387 57 07

E-mail: info@travelinside.ch

Imprimé

en Suisse

Imprimé

en Suisse


TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020 NATALIE DOVÉ

5

CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS

«La FSV et l’Action Mayday sont un besoin»

Natalie Dové, propriétaire de Nussbaumer Reisen et représentante des Retailers au comité de la Fédération

suisse du voyage (FSV), est aussi au front au sein du groupe à l’origine de l’Action Mayday. Entretien.

Photo: TRAVEL INSIDE

Christian Maurer/Dominique Sudan*

Comment se présente la situation financière

après près de six mois?

Nous faisons front ensemble. Nous

avons demandé et reçu le prêt-relais,

mais nous ne l’avons pas encore utilisé.

Mon banquier m’a conseillé de l’obtenir

rapidement, au cas où les règles en

vigueur changeraient à court terme.

Il sert maintenant de réserve. C’est

tranquillisant mais c’est et cela reste

un prêt qui devra être remboursé.

Comment gérer le risque qu’une destination

devienne à court terme un pays

à risque ou ferme ses frontières?

C’est difficile. Nous réservons (très

vieille école) uniquement des voyages

à forfait, ou tous les éléments d’un

même tour-opérateur. Nous ne réservons

plus de prestations individuelles.

Les clients veulent de la sécurité, ce que

je ne peux souvent pas leur offrir avec

des services individuels. Selon les TOs,

on peut annuler un voyage à forfait peu

avant le départ, pour ses propres raisons

ou en raison de la fermeture des

frontières.

En tant qu’agence, nous offrons un

service d’annulation gratuit dans ce

cas, ce qui reste un petit argument de

vente pour réserver chez nous. On se

préoccupe moins de savoir si l’on peut

obtenir tel vol ou tel hôtel pour

quelques francs de moins ailleurs – le

service et la sécurité prédominent.

Quelles sont les perspectives et comment

vous motivez-vous pour vous

rendre à l’agence tous les matins?

La branche du voyage est une industrie

très diversifiée. Chacun doit trouver sa

propre voie. J’ai moi-même une structure

classique, j’apprécie un bureau

moderne et des employés ayant une

large clientèle personnelle par le biais

d’associations et de clubs. Chez nous,

la vente de voyages est du «people business»,

avec beaucoup de conseils

personnels et de rendez-vous individuels.

Nous sommes aussi très diversifiés.

Désormais, nos clients passent

simplement prendre un café, juste

pour dire qu’ils souhaitent rattraper

le plus vite possible les voyages annulés.

Nous ne perdrons pas ces clients. Mais

c’est un gros effort. Je participe moimême

aux événements locaux.

Une question majeure est celle des

honoraires: quel montant du prix total

l’agence doit retenir pour son travail?

Je crois que notre travail a une certaine

valeur et aussi un prix. Peut-être devrions-nous

discuter d’un taux horaire

minimum pour notre travail, recommandé

pour l’industrie.

De grands TOs ont déjà fermé des filiales

et des entreprises plus petites

ferment des sites…

Presque tous sont encore là après des

mois sans revenus. Je ne sais pas si de

nombreuses branches seraient en

mesure d’y parvenir! Nous avons bien

travaillé, mais avons aussi investi

beaucoup pour cela. Le nettoyage a

déjà eu lieu auparavant. Mais il y aura

bien sûr un autre bouleversement si

cela continue ainsi. C’est aussi une

question de politique d’entreprise:

avec quel rendement pouvez-vous

couvrir quels coûts fixes? La plupart

des réductions d’effectifs dans l’industrie

se feront sous le feu des projecteurs.

Mais en principe, les

2200 agences qui existent aujourd’hui

sont toutes justifiées, et nos clients

voyageront à nouveau!

Avez-vous une vue d’ensemble de la

situation sur le terrain?

Surtout au début de la crise, un grand

nombre de collègues m’ont appelé,

même ceux que je ne connaissais pas

personnellement. Beaucoup m’ont

contacté en raison de ma position au

comité de la FSV. Je suis l’une d’entre

eux et dans le même bateau. J’étais avant

tout à l’écoute des inquiétudes, des

plaintes et des besoins. Il s’agissait de

Natalie Dové face à sa

non-participation à la Task

Force des associations: «À

mon avis, je n’ai pas été

pas assez impliquée.»

questions techniques, comme la manière

d’organiser le chômage partiel

malgré un travail important. Ensuite,

la question s’est posée de savoir si les

agences seraient rémunérées pour les

opérations de retour. J’ai transmis les

préoccupations au président et au directeur

de la FSV; j’ai également appelé

André Lüthi, de la Task Force.

La compensation pour le travail lors

des vols de réacheminement est-elle

un sujet de discussion dans les

pourparlers avec la Confédération?

Je l’ignore. La Task Force des associations

n’est pas autorisée à dévoiler de

quoi elle parle avec le Seco ou quelles

sont exactement les demandes par

lesquelles elle a entamé des négociations.

Elle n’est pas non plus autorisée

à en discuter au sein du comité.

Pourquoi ne faites-vous pas partie de

ce groupe de travail?

Bonne question… Au fond, j’aurais

aimé être là depuis le début et offrir

ma coopération. Non pas parce que je

pense que ses membres ne font pas du

bon travail, mais parce que seule une

personne qui a vécu le désespoir

existentiel peut le faire passer dans

les débats. Le Seco a finalement décidé

qui fait partie de ladite Task Force.

Visiblement, vous n’êtes pas prise au

sérieux en tant que représentante des

retailers et êtes laissée pour compte.

J’avais proposé mon aide dès le début

et j’ai sollicité l’entretien à plusieurs

reprises. Mais à mon avis, je n’ai pas

été assez impliquée. Je suis entrée dans

cette tâche à responsabilité avec beaucoup

d’enthousiasme. Il est maintenant

extrêmement difficile pour nous, en

tant qu’entrepreneurs, de ne rien faire

et de simplement croire que les bonnes

demandes ont été faites.

Quelles demandes avez-vous déposées

auprès de la FSV, respectivement

de la Task Force?

D’abord, que nous puissions demander

le chômage partiel à 100% pour

tout le monde, y compris le propriétaire,

avec effet rétroactif à partir de

la mi-mars. Nous pouvons prouver que

nous n’avons rien gagné. Ensuite, la

compensation de notre travail pendant

les campagnes de rapatriement

et maintenant pendant l’interdiction

de facto de l’emploi. Il faut que quelque

chose revienne, par exemple une réduction

de la dette afin que nous

n’ayons pas à rembourser les prêts que

nous avons contractés et la prise en

charge de nos coûts fixes. Notre industrie

n’a pas seulement été touchée par

le corona, mais aussi par les mesures

officielles.

Quid l’Action Mayday et des groupes

de 58 puis 73 agences si vous faisiez

partie de la Task Force?

C’est difficile à dire. Le fait que ces

groupes aient été formés est une réaction

au fait que la base ne savait pas ce

que faisaient les associations. Cela était

dû à la communication. De nombreux

propriétaires d’agences voulaient devenir

eux-mêmes actifs. Grâce à Mayday,

nous avons pu canaliser les inquiétudes

existentielles et offrir notre soutien

sur des questions brûlantes.

Pourquoi, en tant que membre du comité

de la FSV, vous êtes-vous même

impliquée dans l’Action Mayday?

Pour exactement la même raison que

je suis au comité de la FSV: j’aime cette

industrie et je veux faire quelque

chose pour elle. Ce sont deux façons

d’atteindre le même objectif. Mayday

est l’enfant terrible, il est autorisé à

s’exprimer et à mettre le doigt là où

ça fait mal. La FSV doit procéder plus

calmement et politiquement. La FSV

ne pourrait probablement pas appeler

à une manifestation sur la Place fédérale,

Mayday oui. À l’heure actuelle,

nous avons besoin des deux.

*traduction/adaptation


6

TRAVEL MARKET

TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020

CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS

La Suisse se révèle être la grande gagnante estivale au sein de

l’offre du duo de marques spécialisées Frantour-Railtour

OPERATORS Depuis le mois de juin, la tendance des réservations s’est inversée avec la réouverture de nombreuses

frontières en Europe, mais le niveau des ventes reste loin de celui de l’année précédente.

La fermeture des destinations

long-courriers a-t-elle bénéficié à un

tour-opérateur spécialisé dans le court

et le moyen-courrier comme le duo de

marques Frantour–Railtour? Oui et

non, comme l’explique Christine Ruph,

responsable pour la Suisse romande.

«Jusqu’à fin mai, nous avons enregistré

annulations et reports en série, presque

aucune nouvelle réservation. Depuis

juin, avec la réouverture progressive

des frontières, la tendance s’est largement

inversée. Mais le niveau des

ventes reste bien en-deçà de 2019.»

SANS VÉRITABLE SURPRISE, la Suisse est

la destination gagnante du portfolio,

vendue sous la marque Railtour. «Nous

enregistrons beaucoup de réservations

pour la Suisse, la plupart à court terme,

notamment pour les trains panoramiques

et les destinations de montagne.»

Depuis mai, la Suisse représente

même plus de 50% du volume d’affaires.

Les destinations proches ont enregistré

un recul, mais qui a pu être quelque

peu équilibré par des dossiers de dernière

minute. «Sur les destinations

accessibles en voiture, par exemple en

France, la baisse par rapport à l’an

dernier a pu être contenue; les réservations

en portefeuille pour l’été ont

été maintenues, de nouvelles se sont

ajoutées à court terme.»

Un redémarrage a bel et bien eu lieu,

même s’il reste modéré. «Une reprise

s’est opérée depuis juin sur l’Europe

en général. C’est le cas notamment

pour la France, l’Allemagne, l’Autriche

et depuis peu également pour l’Italie.

Il faut dire que dans la plupart des

endroits habituellement très fréquentés,

en particulier dans les grandes

villes comme Paris, les conditions de

visite sont idéales, bien loin du tourisme

de masse. Pour autant, on ne

peut pas encore parler de véritable

‹dynamique›.»

La situation incertaine et très

fluctuante a-t-elle attiré davantage de

clients? Pas nécessairement. «Il semble

que les Romands, comme l’ensemble

des Suisses d’ailleurs, restent frileux

pour ce qui est des voyages à l’étranger.

L’assurance du TO ne compense pas

vraiment l’extrême imprévisibilité de

la situation, source d’insécurité et

d’attentisme. Ni le risque, par exemple,

de se retrouver subitement en quarantaine,

sur place ou au retour.»

LES PERSPECTIVES POUR LES MOIS de

septembre et octobre restent très incertaines,

comme le souligne Christine

Ruph: «L’imprévisibilité, c’est ce qui

caractérise cette crise sanitaire. Les

clients décident au mieux à court

terme, selon que le contexte se prête

ou non au voyage. Cette situation

risque de perdurer tant que nous

n’avons ni vaccin ni remède.»

Fin avril, le TO avait prévu une soirée

en partenariat avec Vienne. L’Autriche

est une destination de proximité privilégiée

des Suisses, romands comme

alémaniques. «La situation sanitaire y

est bien maîtrisée depuis le début de

la crise. À Vienne, les musées ont rouvert;

les concerts, opéras et autres

spectacles reprennent progressivement

à partir de septembre.» CD

Le produit d’A&O Hostels mûrit et se met de plus en plus au vert

Chris Probst, Head of Sales DACH, et Christina Kaiser, Sales

Manager Austria & Switzerland.

Gratitude envers les partenaires

HOTEL À quelques exceptions près, les

39 établissements du groupe berlinois

d’hôtels économiques ont tous été

entièrement rénovés.

Sous la bannière du projet «A&O Green», l’équipe

d’A&O Hostels veut continuer à développer son

produit de manière durable dans le but d’être neutre

en CO2 dans un avenir proche. «Aujourd’hui déjà,

un client qui séjourne chez nous ne consomme que

5,9 kg de CO2 par nuit – un chiffre extrêmement

faible comparé aux 25 kg d’un hôtel économique

moyen», explique Chris Probst, responsable des

ventes DACH du groupe, dont le siège est à Berlin.

Afin de pouvoir encore mieux servir le marché

suisse, il s’est adjoint les services de Christina Kaiser

qui occupe la fonction de Sales Manager Austria &

Switzerland. Basée à Salzbourg (Autriche), elle est

appelée à se rendre régulièrement en Suisse. Le

Les produits suisses comme

les trains panoramiques et

destinations de montagne

ont particulièrement séduit.

L’équipe de Frantour-Railtour à Genève n’a pas été épargnée par la crise, mais la compréhension

et le soutien des partenaires se révèle être très précieux. «Les annulations

en série jusqu’à fin mai ont été éprouvantes, comme pour l’ensemble de la branche.

Qu’il s’agisse des individuels ou des groupes, nos équipes se sont démenées au service

de la clientèle, ce dans des conditions difficiles de chômage partiel et effectifs réduits.

Nous les en remercions chaleureusement, tout comme les agences de voyages

avec lesquelles s’établit naturellement un soutien mutuel. Pour la période estivale, nous

avons eu moins d’annulations à traiter, heureusement.»

CD

produit a de quoi séduire les groupes, mais trouve

également un écho auprès de la clientèle individuelle.

«Grâce à notre produit contemporain et extrêmement

durable, de plus en plus de clients FIT

se tournent vers nous – y compris des Suisses», explique

Chris Probst, qui jouit d’une longue carrière

dans le tourisme en Suisse. A&O Hostels gère actuellement

39 auberges dans 23 villes et 8 pays, dont

toutes les grandes villes allemandes, mais aussi

Amsterdam, Copenhague, Varsovie, Prague, Graz,

Vienne, Salzbourg et Venise. Dans les prochains

jours, de nouvelles auberges seront ouvertes à Budapest

et à Copenhague Sydhavn. Dans le cadre d’une

nouvelle expansion, des auberges sont prévues à

Florence et dans d’autres villes européennes. Les

agences de voyage suisses peuvent réserver par

l’intermédiaire de la plupart des tour-opérateurs et

des banques de données hôtelières, ainsi que directement

auprès de A&O à Berlin.

CD

Photos: iStock.com/michelangeloop, TRAVEL INSIDE


TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020

TRAVEL MARKET 7

CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS + + + CORONAVIRUS

Des recettes en recul de $450 milliards pour

le secteur de la mobilité au niveau mondial

TRANSPORT La pandémie et les règles de distanciations ont changé le quotidien des voyageurs de tous

horizons en termes de déplacements, quelle que soit la distance.

Cédric Diserens

Les habitudes de voyageurs du monde

entier ont été chamboulées par la

pandémie de la Covid-19 et la mise en

place des règles de distanciation. Cellesci

ont eu un impact massif sur le secteur

de la mobilité, tous types de transport

confondus. Selon les données récoltées

par le portail «Buy Shares», les recettes

du marché mondial de la mobilité

devraient plonger de $450 milliards

cette année pour n’atteindre «que»

$616 milliards.

Par services de mobilité, on entend

ici aussi bien le transport aérien que le

covoiturage, les services de taxi, les bus

longue distance, le rail, la location de

voiture et l’autopartage. Ils sont pris

en compte que la réservation se fasse

en ligne ou hors ligne. Selon l’enquête

menée par Statista Global Consumer,

les recettes au niveau mondial s’élevaient

à $975 milliards en 2017. Au

cours des deux années suivantes, ce

chiffre est passé à $1,06 billiard, avec

l’aérien et le covoiturage représentant

près de 80% des recettes.

POUR CETTE ANNÉE 2020, l’aérien s’attend

à une perte de 47% des recettes,

passant de $538,6 milliards en 2019 à

$285,3 milliards. Selon les prévisions

de l’Association internationale du

transport aérien (IATA) publiées le

13 août dernier, le trafic annuel aérien

La crise du coronavirus a eu un

impact de portée mondiale sur

tous les services de mobilité.

au niveau européen devrait s’établir à

60% du nombre de passagers enregistré

en 2019. La reprise est qualifiée d’incertaine,

notamment en raison de

l’ombre d’une deuxième vague qui

plane. La demande pour le seul marché

européen ne devrait pas renouer avec

les niveaux de 2019 avant 2024.

Au niveau mondial, les secteurs du

covoiturage et des services de taxi devraient

enregistrer une baisse de 37%

à $53,3 milliards. Le transport ferroviaire

et le bus devraient voir leurs

recettes baisser de $46,7 milliards pour

s’établir à $77,4 milliards. Les services

de location de voiture devraient enregistrer

une baisse de 41% pour s’établir

à $53,3 milliards d’ici la fin de l’année.

Enfin le marché de l’autopartage, le

plus petit dans la mobilité, devrait reculer

de $2,1 milliards, soit une baisse

de 22% en comparaison annuelle.

EN TERMES DE MARCHÉS NATIONAUX, la

mobilité pèse le plus en Chine avec

$144 milliards. Un marché suivi des

USA avec $121 milliards. L’Inde arrive

à la troisième place du classement avec

un total de $70 milliards. Deux pays

européens ferment le «top 5», le

Royaume-Uni avec $24 milliards et

l’Allemagne et des prévisions de

$21 milliards. Pas de reprise avant 2024.

SELON LES DONNÉES DE STATISTA, il

faudra compter au moins trois ans pour

que les services de mobilité puissent

renouer avec des niveaux d’avant la

crise, estimant que les recettes totales

pourraient arriver à $1,17 billiard en

2023, soit une hausse de 10% seulement

sur le niveau d’avant la pandémie – soit

2019. Si aucune nouvelle vague ne se

déclare, les chiffres pourraient même

atteindre près de $1,3 billiard à la fin

2024.

LES VENTES EN LIGNE représentent 68%

du total des recettes pour cette année

(+1%). D’ici 2024, elles devraient représenter

72%. Le nombre d’utilisateur a

pour sa part, sans véritable surprise,

reculé massivement passant de 4,2 milliards

en 2019 à près de 3,6 milliards

cette année. L’aérien et la location de

voiture seraient les secteurs où cette

tendance serait la plus marquée.

L’enquête de Statista a également

montré qu’en 2019, le nombre d’utilisateurs

du secteur aérien se montait à

993,7 millions. Un chiffre qui devrait

tomber à 511,5 millions cette année

(–48%). Quant aux personnes ayant

recours à la location de voiture, leur

nombre devrait être de 266,1 millions

cette année, soit une baisse de 40%.

Photos: Pixabay.com

BENTOUR (R)ASSURE EN CAS DE QUARANTAINE

OPERATORS Le spécialiste de la Turquie

souligne en outre que plusieurs hôtels

proposent des tests pour ceux qui en

auraient besoin pour rentrer chez eux.

Depuis la mi-août, les touristes en provenance d’Allemagne

doivent présenter un test négatif afin de pouvoir

embarquer sur leur vol de retour au départ de la Turquie.

Le spécialiste Bentour Voyages indique que les hôtels

de la destination ont réagi et nombre d’entre eux offrent

déjà la possibilité de faire effectuer le test simplement

et facilement dans l’établissement. Le spécialiste de la

Turquie propose une liste constamment mise à jour des

hôtels qui offrent ce service.

Dans le cas où un client venait à être déclaré positif et

qu’un séjour hospitalier ne s’avère pas nécessaire, le

client sera logé dans l’hôtel réservé ou équivalent pendant

14 jours dans une zone isolée. Les clients du

tour-opérateur ayant réservé un voyage à forfait

n’auront aucun frais pour cet hébergement, ni pour

la nouvelle réservation du vol.

«Il y a beaucoup d’incertitude sur les voyages en ce

moment», regrette Deniz Ugur, qui a fait le point sur la

situation actuelle de l’industrie du voyage. «Des déclarations

claires aux agences de voyage et aux clients

sont donc d’autant plus importantes. C’est pourquoi

nous disons clairement qu’aucun client de Bentour

Voyages ne doit payer sur place pour un éventuel hébergement

en quarantaine dans un hôtel.»

Cette mesure s’applique également aux accompagnants

qui ont été logés dans la même chambre: une personne

accompagnatrice dont le test est négatif (par exemple

un membre de la famille) a le choix entre une mise en

quarantaine sur place ou un retour.

CD

Bentour fait tout pour offrir une certaine sérénité aux clients

qui optent pour ses forfaits sur la Turquie.


8

DESTINATION REPORT

CHINE

TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020

Un parc à thème pour

les pandas à Chengdu

Chengdu, au Sichuan, est reconnu depuis de nombreuses années

comme le centre d’élevage et de recherche sur les pandas. La sympathie

que suscitent ces animaux chez les touristes ont mis Chengdu

sur la carte des grandes destinations chinoises. Du coup, la ville

vient de donner son accord a un grand parc animalier sur le thème

des pandas. Appelé «Panda Planet», ce centre de 3500 hectares

intégrera l’actuel centre de recherche de Chengdu sur les pandas

géants. Le futur parc à thème aura donc une base scientifique outre

des attractions plus touristiques, selon les projets du gouvernement.

Le centre de recherches sur les animaux verra ainsi sa superficie

passer de 66,7 hectares à 235 hectares, permettant d’accueillir

jusqu’à 180 pandas géants ainsi que des animaux menacés de disparition

comme certains singes. On estime qu’une fois achevé, Panda

Planet pourra accueillir entre 16 et 17 millions de visiteurs par

an d’ici 2035, devenant ainsi une destination internationale aux critères

écotouristiques alliant recherche scientifique de préservation,

éducation du public et création culturelle. Le parc n’est pas le seul

à être dédié aux pandas au sein de la province du Sichuan. La province

recense de fait 67 réserves, car elle possède plus de 80% de

la population mondiale de pandas. Il existe de fait un projet baptisé

Giant Panda National Park qui va relier entre elles l’ensemble de ces

réserves.

Deux nouveaux sites classés à l’UNESCO

L’UNESCO a décerné deux fois

de plus le titre de Géoparc

mondial à la Chine.

Le géoparc de Zhangye dans la province

du Gansu et le géoparc de Xiangxi dans

le Hunan ont été récompensés par

l’organisation internationale. Le parc

national de Zhangye, dans le Gansu au

nord-ouest de la Chine, a reçu son nom

de la ville voisine de Zhangye. La zone

de 510 kilomètres carrés est classée

comme parc national depuis 2011. Les

sommets du parc, qui culminent entre

2000 et 3800 m, sont connus sous le

nom de montagnes arc-en-ciel – le

mélange de grès et de divers minéraux

brille dans une variété de motifs et de

nuances allant du rouge au bleu.

Réhabiliter le tourisme à Hongkong

Hongkong pense à l’après-pandémie et

travaille à la relance de son tourisme.

2019 et 2020 ont radicalement transformé l’image

touristique de Hongkong. Les manifestations

pendant la seconde moitié de 2019 et le coronavirus

ont fait plonger les arrivées touristiques.

HONG KONG TOURISM BOARD (HKTB) souhaite

maintenant organiser la relance. Son président,

YK Pang, a admis que la pandémie a de fait créé

des défis sans précédent. «Dans un monde

post-pandémie, nous assisterons à un changement

des préférences et des comportements des voyageurs:

la sécurité sanitaire et les normes d’hygiène

(transports, hôtels et autres installations touristiques)

deviendront une priorité absolue; les gens

devraient favoriser les courts séjours et les itinéraires

courts; les voyages de bien-être deviendront

une nouvelle tendance.» HKTB a annoncé qu’il

allouerait CHF 50,5 millions pour soutenir une

relance en trois phases. La première phase comprend

la préparation dudit plan. La phase 2, dite

Hongkong reconstruira son image en trois phases.

Des paysages à couper le souffle.

de «redressement», réactivera un tourisme

strictement local en encourageant les habitants

à redécouvrir les différents quartiers et les

cultures communautaires. Le but est d’envoyer

un message positif et de rétablir leur confiance

dans la ville. Parallèlement, HKTB commencera

à communiquer avec les professionnels sur certains

marchés pour stimuler l’intérêt des futurs

touristes. La phase 3, baptisée «relance», se traduira

par des méga-événements et une campagne

de re-branding touristique.

LC

LE GÉOPARC DE XIANGXI est situé dans

la région de Tujia et Miao, dans la

province du Hunan, et offre des vues

spectaculaires de roches aux formes

bizarres sur une superficie de plus de

2700 kilomètres carrés. La plus grande

attraction ici est la plus grande forêt

de pierres rouges du monde, entrecoupée

de chutes d’eau et de prairies

étroites. En raison des parois rocheuses

abruptes et du climat humide, le

brouillard plane souvent sur les roches

NEWS EN BREF

rouges et leur donne une aura mystique.

LES ETHNIES Miao et Tujia qui y vivent

depuis des siècles ont entièrement

adapté leur culture et leur mode de vie

aux conditions géologiques. Avec

maintenant 41 géoparcs classés par

l’UNESCO, la Chine possède plus d’un

quart des sites du monde portant ce

titre. Parmi les autres parcs célèbres,

citons les montagnes Huangshan dans

l’Anhui et le parc national Zhangjiajie

dans le Hunan.

DS

›› L’OFFICE DU TOURISME DE CHINE à Francfort organisera

une série de webinaires au cours du second semestre 2020.

L’objectif est de présenter les diverses options et destinations

de voyage en Chine aux agents de voyages et aux clients finaux

d’une nouvelle manière. Le programme et les thèmes

développés sont les suivants, toujours de 11 à 12 heures:

Hainan (mardi 1 er septembre); Patrimoine mondial de l’UNES-

CO (mardi 8 septembre); la cuisine chinoise (mardi 29 septembre);

la route maritime de la soie (mardi 20 octobre); la

Chine moderne (mardi 10 novembre); la Chine pour les familles

(mardi 17 novembre); la Chine pour l’âge mûr (mardi

24 novembre); conseils d’initiés (mardi 1 er décembre).

›› AIR CHINA a renoncé en mai à la desserte de Genève en

raison de la pandémie du coronavirus. La compagnie étudie

toujours un retour à Genève cet automne, mais n’est pas en

mesure de donner de date précise. «Pour notre part, nous

pensons qu’une reprise, avec des fréquences limitées, serait

bénéfique, en particulier pour les liens diplomatiques», analyse

Yves-Daniel Viredaz, de Genève Aéroport. SWISS vole

quant à elle une fois par semaine entre Zurich et Shanghai et

enrichira son offre dès que possible.

DS

Photos: iStock.com/MediaProduction (1)/fotoVoyager (3), FVA/China (2)


Mount Kongtong, a holy mountain of

three religions: Taoism, Buddhism and

Confucianism, Pingliang of Gansu

CHINA

BEYOND YOUR IMAGINATION

Langmu (short for Taktsang Lhamo in Tibetan

means «tiger cave and fairy») Temple,

a Tibetan Buddist Temple in Gannan of Gansu

中 华 人 民 共 和 国 驻 苏 黎 世 旅 游 办 事 处

Fremdenverkehrsamt der VR China in Zürich


10

DESTINATION REPORT

ÉGYPTE & MER ROUGE

Le Grand Musée se

dévoile un peu plus

TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020

Test PCR imposé

pour certains

Depuis le 15 août dernier, certains

touristes doivent présenter un test PCR

négatif pour entrer dans le pays.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il sait se faire attendre. Le Grand Musée égyptien du Caire devrait ouvrir l’année prochaine,

en 2021, après avoir été annoncé pour 2015, puis 2018. Tout récemment, la chaîne CNN International a réalisé en partenariat

avec le Ministère du Tourisme et des antiquités, représenté par l’Autorité égyptienne de la promotion du tourisme, un

documentaire d’une vingtaine de minutes intitulé «Inside The Grand Egyptian Museum». Celui-ci présente la situation du musée,

l’avancement des travaux, ainsi que diverses salles d’exposition, le grand escalier ainsi que le lobby, où se trouve une

sculpture du pharaon Ramses II. Il permet également d’apercevoir diverses pièces, comme la collection du pharaon Toutankhamon

qui sera transférée depuis le Musée égyptien de la place Tahrir. Le film peut être visionné sur le site CNN Travel.

Le ministère égyptien de l’aviation civile a décidé

que la mesure ne s’appliquerait pas systématiquement

et qu’elle ne concernerait pas les citoyens

égyptiens ni les touristes arrivant aux

aéroports de Taba, Sharm el Sheikh, Hurghada,

Marsa Alam et Matrouh.

Le test, réalisé par prélèvement nasal ou dans la

gorge, ne doit pas avoir été effectué plus de

72 heures avant le vol. Cette mesure de sécurité

implique que les voyageurs qui se rendent d’abord

dans les stations balnéaires de la mer Rouge ne

sont pas autorisés à se rendre ensuite au Caire

sans présenter les résultats d’un test.

Les opérations aériennes ont été stoppées en mars,

et la réouverture n’a eu lieu que dès le 1 er juillet

afin de dynamiser le tourisme. La réouverture a

également été l’occasion pour de nombreux citoyens

égyptiens de rentrer au pays.

CD

Les plages de la mer Rouge confirment leur succès dès la reprise

Depuis la réouverture des frontières,

50 000 touristes auraient opté pour les

villes balnéaires de Sharm el-Sheikh et

Hurghada pour le seul mois de juillet.

Khaled Al-Anany l’a confirmé au terme de la première

semaine d’août dans le cadre d’une réunion

avec des investisseurs et opérateurs hôteliers: depuis

la réouverture des frontières aux vols et voyageurs

internationaux le 1 er juillet dernier, les touristes

auraient été 50 000 à se rendre dans les destinations

côtières de Sharm el-Sheikh et d’Hurghada. Un signe

encourageant après trois mois de fermeture et

d’arrêt complet pour le tourisme égyptien. Le pays

a rouvert l’accès à trois régions: le sud du Sinaï, où

se trouve Sharm el-Sheikh, le gouvernorat de la mer

Rouge, où se trouve Hurghada, et Marsa Matrouh

sur la côte méditerranéenne. Les touristes provenaient

d’Ukraine, de Biélorussie, de Suisse, de Serbie

et de Hongrie.

«Nous ne déplorons aucune infection au coronavirus

parmi ces touristes, que ce soit durant leur

séjour ou après leur retour dans leur pays», indique

le ministre cité par le portail d’information Ahram

Arabic.

DÉSORMAIS, LES HÔTELS ET RESTAURANTS du pays

peuvent fonctionner à 50% de leur capacité habituelle

s’ils montrent qu’ils répondent aux critères de santé

et de sécurité.

CD

50 000 touristes en un mois, c’est ce qu’ont enregistré

Sharm el-Sheikh (photo) et Hurghada.

PAROLES ET INFORMATIONS DE PROFESSIONNELS EN SUISSE

Les fonds marins de la

mer Rouge restent

incomparables.

›› MANTA VOYAGES indique que les informations

provenant d’Égypte sont plutôt

positives. «Presque tous nos hôtels

peuvent recevoir des clients et les bases

de plongée réalisent des sorties en mer.

Le Red Sea Explorer propose à nouveau

des circuits garantis les 13 et 20 août

ainsi que le 3 septembre.» Ceux qui se

lanceront n’auront pas à partager leurs

rencontres avec beaucoup d’autres

plongeurs.

›› EGYPTAIR a repris partiellement les

opérations depuis le 15 juillet dernier

avec un horaire intermédiaire courant

jusqu’à la fin août. Genève est à nouveau

desservie à raison de deux vols hebdomadaires

opérés en Airbus A320neo de

dernière génération. Cet appareil devait

initialement entrer en service à la fin

mars sur cette ligne.

›› DESTINATIONS ÉGYPTE a choisi de

partager les commentaires de son premier

client rentré de la région, un habitué

qui a sauté sur la reprise des vols à destination

d’Hurghada pour profiter d’une

offre sur le Fort Arabesque. Parmi les

points forts de son séjour, ce client relève

le sérieux des mesures sanitaires et les

protocoles appliqués et respectés scrupuleusement.

«On se sent partout très en

sécurité», ajoute-t-il.

CD

Témoignage d’un touriste qui n’a pas

attendu pour retourner à Hurghada.

Photos: Shutterstock.com/sculpies (1), TUI (2), iStock.com/LeventKonuk (3, 4)


FORT POUR

L'AVENIR !

Avec une pub dans

TRAVEL INSIDE

« Je me tiens à

votre disposition »

Muriel Bassin


12

DESTINATION REPORT

Tenerife, une île de détente et de plaisir

La plus grande île des Canaries

propose cuisine étoilée, spas

récompensés, bien-être et

détente à l’état pur. L’idéal

pour se régénérer en vacances.

Tenerife n’est pas seulement une destination

pour les vacanciers actifs. Les

hôtes qui aspirent à la paix, au plaisir

et à la détente peuvent y trouver ce

qu’ils recherchent. Au XVIII e siècle déjà,

la plus grande des îles Canaries était

réputée pour son climat tempéré et

apaisant. Ses près de 3000 heures annuelles

d’ensoleillement, ses alizés, la

brise marine – riche en oligo-éléments

et en iode – ont un effet relaxant et

bénéfique sur le corps.

ÎLES CANARIES

Sur les pas de

César Manrique

Artiste complet, César Manrique était à la fois peintre, architecte, sculpteur et environnementaliste. Lanzarote l’a

inspiré et cela se voit dans ses œuvres où l’art et la nature se répondent. L’île lui doit la conception de la plupart des

centres d’art, de culture et de tourisme, directement ou indirectement. La grotte de Los Verdes, par exemple, a été

aménagée par Jésús Soto, un collaborateur de Manrique. Le lac souterrain des Jameos del Agua a en revanche été

aménagé par Manrique lui-même. Le Mirador de Rio est un belvédère juché à plus de 400 mètres et l’une des

constructions les plus impressionnantes de l’artiste. Enfin, le Jardin du cactus est la dernière grande création de

cet artiste sur l’île. On peut y voir près de 7200 exemplaires de plus de 1100 espèces de cactus provenant du

monde entier.

La communauté autonome des Canaries fortement

touchée par l’impact de la pandémie.

Côté cuisine, la gastronomie de

Tenerife est décorée de six étoiles Michelin

au total, ce qui en fait l’une des

plus remarquables du pays. Les restaurants

primés sont le MB (Martín Berasategui)

et le Kabuki de l’hôtel

Ritz-Carlton Abama (deux étoiles), le

Kazán, El Rincón de Juan Carlos et le

Nub de l’hôtel La Laguna Gran (une

étoile chacun).

Concept Villa Club au

Ritz-Carlton Abama

Rouvert depuis le

24 juillet, le Ritz-Carlton

Abama annonce

un nouveau concept

pour cette année.

Situé dans le sud-ouest de

Tenerife, l’établissement a

dévoilé un concept semi-privé

de «villa club», un restaurant

décontracté sur la plage

et une variété d’activités

extérieures pour découvrir

davantage l’île des Canaries.

TENERIFE A AUSSI de quoi satisfaire les

amateurs de bien-être. Les centres de

beauté et spas de nombreux hôtels

offrent une détente complète. Comme

le spa du Gran Hotel Bahía del Duque

Resorts, où une oasis de bien-être et de

magnifiques villas fidèles à l’architecture

des îles Canaries de la fin du

XX e siècle attendent les clients. Le plus

ancien hôtel de luxe de l’île, l’Hôtel

Botánico & The Oriental Spa Garden,

offre pour sa part un spa de style

oriental.

LES PLAGES SONT AUSSI incontournables:

d’origine volcanique au nord,

le sable y est noir, fin et soyeux, tandis

qu’il est jaune doré au sud. La plage

d’El Socorro offre une vue magnifique

sur la silhouette accidentée du nord

de Tenerife. Celle de Playa del Duque a

un sable grisâtre et se trouve dans la

zone touristique de la Costa Adeje. Elle

est bordée par une promenade qui relie

plus de huit plages.

CD

La Covid-19 coûte cher aux Canaries

L’archipel qui a déjà perdu 3,8 millions de

touristes et 4,794 millions d’euros au

premier semestre serait la communauté

autonome la plus touchée d’Espagne.

La crise générée par la pandémie de coronavirus a

fait perdre au secteur touristique canarien quelque

3,87 millions de visiteurs étrangers et 4,794 millions

d’euros de dépenses au cours du premier semestre.

C’est ce que révèlent les chiffres publiés pour l’Institut

national de la statistique (INE) concernant sur

TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020

LORS DE L’ENREGISTREMENT,

sans contact si souhaité, les

clients se voient attribuer

une chambre vue mer ou

côté jardin ou une suite dans

une villa de deux étages aux

couleurs de terre cuite.

Chacune de ces dernières

dispose d’une piscine individuelle.

Les villas réservées

aux adultes, nommées «Tagor»,

disposent d’un espace

de sport extérieur et d’une

zone chip & putt dédiée. Du

côté des villas pour les familles,

nommées «Palmeras»,

celles-ci sont situées à

proximité du terrain de jeu

et du plus grand club Ritz

Kids d’Europe.

CHAQUE VILLA dispose d’une

équipe d’ambassadeurs dédiés

pour répondre à tous

leurs besoins. Toutes les réservations

«Villa Club» incluent

le petit-déjeuner à la

carte au restaurant El Mirador,

ainsi qu’un accès au

salon El Mirador Club avec

apéritifs quotidiens au

coucher du soleil. À cela

s’ajoutent deux passes bienêtre

pour le spa, un kit de

bienvenue de la part du directeur

général, ainsi qu’un

cadeau de départ. CD,

Détente au spa du Gran Hotel Bahía

del Duque.

les mouvements des touristes aux frontières (Frontur)

et les dépenses des touristes internationaux (Egatur).

EN JUIN, MOIS DES PREMIÈRES MESURES de réouverture

du secteur après la fin du déconfinement, les

îles Canaries ont accueilli 2201 touristes étrangers.

Un chiffre qui confirme que les Canaries sont la

communauté touristique la plus touchée par la Covid-19,

avec une diminution de 99,8% des visiteurs

par rapport à l’année précédente (juin 2019:

931 782 touristes étrangers). CD

Photos: Pixabay.com (1), Tourismo Gran Canaria (2), iStock.com / Juergen Sack (3)


TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020 FOCUS

13

Costa reprend du

service «italien»

La reprise de Costa sera dans un premier

temps réservée à la clientèle italienne.

Costa explique que la décision a été prise en tenant

compte de l’évolution de la pandémie et du décret

publié par le Ministère italien de la santé sur les

contrôles obligatoires pour les voyageurs revenant

de certaines destinations européennes et étrangères.

LES DATES DE DÉPART des 6, 13, 20 et 27 septembre

pour le Deliziosa et du 19 septembre pour le Diadema

sont confirmées. Le Deliziosa proposera des

croisières au départ de Trieste pour découvrir les

plus belles destinations de Grèce. Il sera suivi par le

Costa Diadema, le 19 septembre 2020, qui effectuera

des croisières de sept jours en Méditerranée occidentale

au départ de Gênes pour découvrir le

meilleur de l’Italie et de Malte.

Costa a développé en parallèle un protocole de

sécurité incluant de nouvelles procédures opérationnelles

en réponse au Covid-19. Soutenu par un groupe

d’experts en santé publique coordonné par VIHTALI

(Value in Health Technology and Academy for Leadership

and Innovation), le programme Costa Safety

est conforme aux protocoles sanitaires du gouvernement

italien et des autorités européennes. DS

Croisi Europe dans l’île de Beauté

La Belle des Océans croise en Corse avant

de mettre le cap sur les Canaries.

CRUISE & FERRY

Le Commandant-Charcot

dans les temps

Le Commandant-Charcot de Ponant (135 cabines) est à Saint-Nazaire pour l’installation des systèmes de propulsion.

Après des travaux d’armement sur le chantier norvégien de Vard à Søviknes, l’installation des systèmes de propulsion a

été confiée à Eiffage Énergie Systèmes-Clemessy Services. Les deux Azipod ABB (azimuthing electric podded drive) sont

des moteurs électriques entraînant cinq pales dont l’ensemble peut pivoter sur 360°. Ils fourniront la poussée requise

dans toutes les directions pour une grande manœuvrabilité, notamment dans les zones extrêmes polaires que parcourra

le navire. En parallèle, des travaux de peinture seront également effectués sur la coque du navire. Le Commandant-Charcot

rejoindra ensuite Søviknes où les travaux d’armement seront finalisés pour une livraison prévue en 2021. Le Commandant-Charcot

sera le premier navire de haute exploration polaire, hybride électrique et fonctionnant au GNL (gaz naturel

liquéfié). Ponant a décidé de le mettre à la disposition de la communauté scientifique. Il sera équipé d’infrastructures

(laboratoires, cabines) et de matériel mis à la disposition des scientifiques et offrira une plate-forme d’observation, de recherche

et d’analyse unique au monde pour étudier l’eau, l’air, la glace, la biodiversité de ces régions polaires extrêmes.

famille corse, les Bonaparte», «Et la Corse devint

française…».

Alors que la reprise est effective depuis la mi-juillet

sur les fleuves de France, le nouveau navire maritime

de Croisi Europe, La Belle des Océans, effectue

jusqu’au 10 octobre son Grand Tour de Corse en

formule port/port «tout inclus», dans le plus grand

respect du nouveau protocole sanitaire mis en place

en partenariat avec le Bureau Veritas.

Le programme de huit jours au départ de Nice est

étendu à Calvi, Bonifacio, Porto Vecchio, Ajaccio et

des îles Sanguinaires, aux calanques de Piana, aux

villages typiques de Balagne et du Cap Corse, au

maquis et à la réserve naturelle des Îles Lavezzi.

La Belle des Océans passera

ensuite l’hiver aux Canaries.

En présence du conférencier Alain Loison, cinq

thématiques sont proposées: «La beauté d’une île en

cinq escales», «Pascal Paoli, l’âme de la Corse», «Une

LA BELLE DES OCÉANS peut accueillir 130 passagers

dans 65 cabines. Il mesure 103 m de long et 15 m de

large et permet de découvrir de nouveaux itinéraires

inédits dans des conditions optimales.

Cette nouvelle unité est le deuxième bateau

maritime de la compagnie aux côtés du MV La Belle

de l’Adriatique. À partir du 24 octobre 2020 et

jusqu’au 17 avril 2021, La Belle des Océans naviguera

dans l’archipel des Canaries à la découverte de six

de ses sept îles. La Belle de l’Adriatique, quant à elle,

a démarré ses croisières en Croatie le 13 août et les

maintiendra jusqu’au 1 er octobre 2020. DS

Photos: Ponant/Philip Plisson (1), Marcel Belanger (2), MSC Cruises (3)

SANTÉ ET SÉCURITÉ PRIORITAIRES CHEZ MSC

Le MSC Grandiosa a repris du service à la mi-août.

Le MSC Grandiosa et le Magnifica reprennent

progressivement du service.

Covid-19 oblige, MSC a travaillé en étroite collaboration

avec les différentes autorités des pays où ses navires

feront escale pour développer un protocole complet de

santé et de sécurité, comprenant de nouvelles procédures

opérationnelles spécifiques à MSC, lesquelles

vont au-delà des actuelles directives régionales et

nationales.

Les nouvelles procédures incluent des tests de dépistage

pour tous les passagers et les membres d’équipage

avant l’embarquement ainsi que des excursions

uniquement organisées pour les passagers de MSC. Une

procédure d’embarquement repensée avec un système

d’enregistrement numérique a été mise en place pour

éviter les contacts, avec des heures d’arrivée précises

pour mieux gérer le flux des passagers. La distanciation

physique est rendue possible grâce à la réduction de la

capacité à 70%.

C’est en Méditerranée que la compagnie a repris progressivement

ses activités: au départ de Gênes, le MSC

Grandiosa propose des croisières de sept nuits avec escales

à Civitavecchia, Naples, Palerme et La Valette. Dès

samedi, le Magnifica proposera quant à lui des croisières

de sept nuits au départ de Bari et de Trieste et

fera escale à Corfou, Katakolon et Athènes. Pour cette

première phase, les deux navires n’accueillent que des

passagers résidant dans l’espace Schengen. DS


de voir les choses.»

de ses membres. Le

20 juin, la société

a été déclarée en

fai lite par défaut

des parties

avec e fet le

jour même.

Toutefois, le

président

– 5,39 %

+5,17 %

Jocelyn

Ramanambohitra

Juli 2019

Virginie Salgues.

précisions avant ce te

date. Ce qui est sûr,

c’est que nous sommes

actifs et que deux personnes

poursuivent les

activités de Corail

Voyages.» DS

Voir en page 6

Un sourire au si contagieux que l'Asie.

Pour nous depuis plus de 25 ans.

d’une voiture.

valeur de CHF 350.

www.traveltopjobs.ch

Photos: màd, TRAVEL INSIDE

Am

21.8.2019

erschienen

WebBeds

Counter Inside

Member of M S Group

W o s i c h d i e B r a n c h e t r i f t

Au coeur

de l'information

Plus de

10 000

professionnels

abonnés!

Web

1 200 000

Page impressions

par mois

Page Views

pro Monat

315'000

Source : Google Analytics, moyenne annuelle 2020

N o 32 / 33 | 15 AOÛT 2019 | www.travelinside.ch

CHEZ VOUS

Dernière visite à travers

la Suisse romande 6

NR. 33/34 | 22. AUGUST 2019 | www.travelinside.ch

DESTINATION REPORT

News aus

der Türkei 12

FOCUS TRAVEL TOP JOBS

A les rund um Sportund

Tauchreisen 13

Aktue le

Jobangebote 14–16

«Chair hat nun mit Flugpartner

Enter Air viele Möglichkeiten»

Urs. A. Pelizzoni, CCO Chair Airlines, im ersten grossen Interview

nach dem Rebranding.

Corail Voyages est en sursis,

mais jusqu’à quand?

Shpend Ibrahimi (r.), CIO und Ehemann von Leyla Ibrahimi-Salahi, mit CCO Urs A. Peli zoni.

Déclarée en faillite le 26 juin, la société bénéficie encore d’un effet suspensif.

Créée par Jacques Rey et spécialisé

sur Madagascar, Corail Voyages a

traversé une période de doutes. Reprise

par Jocelyn Ramanambohitra

en septembre 2016, Corail Voyages

avait dans un premier temps profité

du soutien de son fondateur, lequel

avait finalement décidé de qui ter

l’entreprise le 23 décembre 2017.

«Si j’ai pris la décision de qui ter

mon poste de consei ler et de soutien,

c’est parce que j’étais en désaccord

total avec le manque de gestion et de

sérieux dans la conduite de l’entreprise.

Ce qui devait a river est a rivé.

C’es triste pour une te le réputation

construit en 34 ans de partage, de

conseils et de confiance», commente

le fondateur Jacques Rey.

Le repreneur Jocelyn Ramanambohitra

précise à ce propos que «la

TRAVEL MARKET

Travelport 8

Thai Airways 8

Urs A. Pelizzoni hat turbulente Monate

hinter sich. Nun kann er mit einem

société n’était plus en au si bonne

santé que par le pa sé», lorsqu’i l’avait

neuen Brand und einem neuen starken

reprise au début septembre 2016: «Je

suis triste et très surpris de la réaction

de mon prédéce seur. C’est sa façon

Flugpartner die Zukunft in Angri f

BUCHUNGSBAROMETER

Der Juli hat der Branche mit einem Plus von

über 5 % Erleichterung gebracht.

LE 14 FÉVRIER DERNIER, première

alerte: Swi s Travel

Security (STS) suspendait la

garantie de voyage de Corail

et en informait l’ensemble

«CHEZ VOUS» A PRIS FIN CHEZ EUX

DESTINATION REPORT

Espagne & Canaries 9

Tunisie 10

du Tribunal de l’a rondi sement de

Lausanne prononçait l’e fet suspensif

de la fai lite le 26 juin. Jocelyn

Ramanambohitra précise que tout

Wie ist die aktue le Buchungslage in den Schweizer

Reisebüros? Monatlich zeigt der Buchungsbarometer der

Reise-Treuhand AG eine Tendenz im Vergleich zum Vorjahr

an. Im Juli haben sich 18 Reisebüros an der Umfrage

beteiligt. Die Buchungslage bleibt aber insgesamt im Minus.

nehmen. Wär es a lenfa ls denkbar,

da s Chair auch mit Enter-Air-Flugzeugen

abhebt? Es gäbe viele Möglichkeiten,

so Pelizzoni. «Die Flugzeuge

n’est pas encore terminé: «L’annonce

de l’o fice de fai lite a été un peu

prématurée car nous avons eu la

prononciation par le tribunal de

l’e fet suspensif suite à une demande

de restitution de délai.

UN RENDEZ-VOUS est fixé à la

mi-août et je ne suis pas en mesure

de donner d’autres

2019 kumuliert

(Jan. bis Juli)

L’opération estivale «Chez vous» prend fin

aujourd’hui. Fert en fait partie avec, au

1 er rang, Drita Sejdija, Virginie Gilbert,

Lauren ce Mathey, Kariene Mavjekar

(SM Travel), Marco Diogo et Thibaut De

Stampa; 2 e rang Cami le Scha fter, Katsunori

Masuko, Mtisi Efthymiou (SM Travel),

Grazie la Luterbacher, Blandine Me sien et

Franck Youyou; 3 e rang Martine Arpagaus,

Christophe Dubouchet, Diane Mertens

(SM Travel), Pascal Losey, Peter Zürcher et

Et aucun remède découvert jusqu'à présent .

TRAVEL TOP JOBS

Les dernières

o fres d’emploi 13

mü sten jedoch in der Schweiz immatrikuliert

sein, ansonsten können wir

nicht nach Beirut oder eine andere

Non-EU-Destination fliegen.»

INNERHALB DER EU gäbe es jedoch unzählige

Möglichkeiten, welche Strecken

man fliegen könne oder wo man

die Maschinen stationiere. «Wir haben

mit Enter Air die Gruppengrö se wie

zuvor in der Germania-Gruppe», sagt

Pelizzoni. «Die Flugrouten bestimmt

der kommerzie le Einkauf der TOs. Je

mehr Fixkontingente, desto schne ler

wird die Strecke aufgenommen, auch

für den Einzelplatzverkauf.» Welche

Herausforderungen nun noch anstehen,

erläutert Pelizzoni im gro sen

TI-Interview. ES

Interview Seite 6–7

SWISS TRAVEL AWARDS

Das Voting ist eröffnet.

Am Donnerstag, 24. Oktober 2019, ist es wieder so weit: Anlä

slich der Awards Night am Swi s Travel Day werden zum

sechsten Mal die Swi s Travel Awards in zehn Kategorien sowie

zum 13. Mal der Travel Personality Award verliehen. Der

Event, organisiert von TRAVEL INSIDE und unterstützt durch

den Presenting Sponsor A lianz Global Assistance, findet wiederum

im Stage One in Zürich Oerlikon sta t. Ab sofort können

die Leser des TRAVEL INSIDE abstimmen und ihre Favoriten

bestimmen, der Fragebogen wurde versendet. Somit ist

das Voting erö fnet – stimmen Sie ab, denn jede Stimme

zählt! Tickets für die Awards Night gibt es unter www. tw.ch/

ticket. ES

Tagungen & Events organisieren

tRaVEL tOp jObS le plus grand marché de l’emploi de la branche des voyages

Around the World,

dernier délai!

Le grand concours estival «Around the

World» prend fin: les quatre étapes ont

été bouclées et leurs gagnants sont

connus – les vainqueurs d’étape ont

remporté un bon Sunny Cars de

CHF 300 à faire valoir pour la location

LES paRtICIpaNtS aux quatre étapes

en découdront pour la victoire finale

avec à la clé, deux bi lets Air France

en cla se Eco, réseau mondial. Le

deuxième prix consiste en un voyage

à Paris pour deux personnes (1 re cla se)

remis par TGV Lyria. Genève Aéroport

o frir au 3 e un bon d’achat d’une

La composition finale du tiercé

gagnant sera publiée dans TRAVEL

INSIDE du 26 septembre 2019. Le dernier

délai pour l’envoi des réponses de

toutes les étapes est fixé au dimanche

18 août 2019: e-mail à concours@

travelinside.ch. Voir au si en page 15

TI-NEWS

RESTEZ AU COURANT

INSCRIVEZ-

VOUS

sur:

travelinside.ch/newsle ter

www.marlin-expeditions.com

Reiseroute: Liestal – Brindisi –

Ospedale

Eine Krankheit oder ein Unfa l auf Reisen?

Mit Helvetic A sistance genie sen Reisende

die Sicherheit, da s für a les gesorgt ist.

www.helvetic-a sistance.ch

Main partners:

TTW

Co-partners:

3-D-Art

Cuba anders erleben.

Ideal für kleine Gru pen von

Individualreisenden. Entspa ntes

SCHIFFS-

REISEN

Segelabenteuer mit cubanischem Lifestyle.

www.travelinside.ch

Chair Airlines

Europäische Reiseversicherung

Hertz

Thomas Cook

LUZERN

5. Sept. 2O19

ab 18.3O Uhr

im weissen Schaf

Jetzt anmelden!

www.travelinside.ch/iawa

Foto: TRAVEL INSIDE

www.mice-tip.ch

PRINT

Français: bimensuelle

Allemand: hebdomadaire

Depuis 2006, les TRAVEL INSIDE News fournissent

aux professionnels du voyage les derniers sujets

et développements dans le secteur.

Plus de 10 000 abonnés (3000 français, 8 000

allemands) bénéficient de ce service gratuit. Et ils

sont de plus en plus nombreux.

Inscrivez-vous gratuitement à

l‘adresse suivante :

travelinside.ch/newsletter

le rendez-vous de la branche

Wo sich die Branche trifft

events

Contactez-nous !

media@primuspublishing.ch


TRAVEL INSIDE

34 / 35 | 27 août 2020 PEOPLE & EVENTS

15

RETRAITE MÉRITÉE POUR CHR. SPRING

CHRISTIAN SPRING, Head Agent Sales Hotelplan Suisse, a quitté l’entreprise fin juillet

2020 pour partir à la retraite. Depuis sa formation d’agent de voyage, il a exercé dans

l’industrie du voyage. Après plus de treize ans chez Kuoni, le spécialiste

du tourisme a travaillé pour une compagnie d’assurance voyage, où il a

dirigé le centre de profit du tourisme. Il est ensuite retourné chez son

ancien employeur en tant que Head of Retail Agents. Pendant dix ans,

il était responsable de la gestion complète des agences ainsi que des

différents partenaires de franchise, avant de prendre la direction

du département Agent Sales chez Hotelplan Suisse il y a

près de dix ans.

Depuis le 1 er août et jusqu’à nouvel ordre, TIM BACHMANN,

CEO d’Hotelplan Suisse, a pris la direction intérimaire du

département Agent Sales. MARTINA PONS et ANDREA

RAMALHO, toutes les deux Key Account Manager

Hotel plan Suisse en Suisse alémanique, ainsi que

Christian

Spring

Mutations au sein de Costa Croisières

Michael Thamm et Mario Zanetti.

Costa Croisières apporte quelques changements

majeurs à son organisation,

dans le cadre de l’effort entamé par Carnival

Corporation afin d’améliorer les

opérations et mobiliser l’organisation au

niveau mondial avant la reprise des croisières.

MICHAEL THAMM, CEO du

JOHN ALBANIS, Key Account Manager Agent Sales en

Suisse romande, continuent à exercer leurs fonctions

et relèvent directement de Tim Bachmann.

TI

Groupe Costa et de Carnival Asie, prendra

également le rôle de Président de Costa

Croisières, tandis que MARIO ZANETTI

est nommé Chief Commercial Officer de

Costa Croisières avec effet immédiat.

Mario Zanetti sera basé à Gênes et assumera

la responsabilité de toutes les activités

commerciales de la compagnie,

sous la direction de Michael Thamm. Il

conservera également le rôle de Directeur

Général du groupe Costa en Asie.

NEIL PALOMBA assumera de son côté le

rôle de Vice-président exécutif et Chief

Operations Officer de Carnival Cruise

Line. Il continuera à superviser la reprise

des opérations de Costa afin d’assurer

une transition dans de bonnes conditions

tout en assumant progressivement ses

nouvelles responsabilités.

TI

LA FRANCE, HÔTE DES PROFESSIONNELS

Robin Duc, meilleur apprenti romand

Robin Duc entouré de Stéphane Jayet (vice-président de la FSV et chef de la Formation en

Suisse romande), Michel Jusseaume (TOC Genève) et David Léchot (patron d’Indalo Space et

délégué FSV pour la Suisse romande).

Contexte exceptionnel oblige, la cérémonie

de remise des CFC s’est déroulée

cette année de manière virtuelle, via

Zoom. Et pour la 11 e fois, le TOC Genève a

délié les cordons de sa bourse pour honorer

le meilleur apprenti romand. Avec une

moyenne de 5,81 pour une note générale

de 5,24, ROBIN DUC a été sacré meilleur

apprenti romand. Séduit dans un premier

temps par des études universitaires, le

Fribourgeois avait renoncé en cours de

route et entamé une formation d’agent de

voyages auprès d’Indalo Space, à Fribourg.

Son excellent résultat lui a permis

d’empocher CHF 500 en espèces remis

par le TOC Genève. Robin Duc a quitté son

employeur à la fin du mois pour donner

une nouvelle orientation à son parcours

professionnel dans un domaine qu’il n’a

pas encore clairement défini. DS

LA BERNE FÉDÉRALE FACE À LA BRANCHE

Ueli Maurer, André Lüthi (Globetrotter et comité de la FSV), le Conseiller national Andreas Aebi

et Max E. Katz, Président de la FSV, sous le soleil de la Berne fédérale.

Le Ministre des finances, UELI MAURER,

a accueilli les représentants de l’industrie

du voyage pour un déjeuner au Palais fédéral.

MAX E. KATZ, ANDRÉ LÜTHI et

ANDREAS AEBI ont pris part à la discussion.

Le vice-président du Conseil national

et propriétaire d’une agence de

voyages avait organisé la rencontre avec

le Conseiller fédéral Maurer. C’était déjà

la troisième réunion du conseil d’administration

de la FSV – auparavant, le trio

Katz, Lüthi et Aebi avaient été entendus

sur la situation de la branche par IGNAZIO

CASSIS et GUY PARMELIN.

Photos: Hotelplan Suisse (1), TRAVEL INSIDE (2), Costa (3), màd (4 - 6)

Le secrétaire d’État Jean-Baptiste Lemoyne entouré de Frédéric Meyer, Directeur d’Atout

France en Suisse, et d’Olivier Emch, Executive Travel et membre du comité de la FSV.

Lors de son récent déplacement officiel à

Genève, le secrétaire d’État au tourisme

français auprès du ministre de l’Europe et

des Affaires étrangères, JEAN-BAPTISTE

LEMOYNE, a dialogué avec les professionnels

du tourisme suisse lors d’une

réu nion organisée par Atout France.

En présence de FRÉDÉRIC JOURNÈS,

Ambassadeur de France en Suisse, et de

PATRICK LACHAUSSÉE, Consul général

de France à Genève, une délégation de

12 professionnels a été rassemblée par

Atout France. Elle représentait la diversité

du secteur et permettait à Jean-Baptiste

Lemoyne de prendre la mesure de la distribution

en Suisse: la Fédération suisse

du voyage (FSV), les transporteurs (Air

France et TGV Lyria), de grands tour-opérateurs

(Hotelplan, Frantour), des autocaristes

et des agences spécialisées. TI

Sang neuf à Singapour

Brigitte Fleischauer et Cédric Zhou.

Le 1 er octobre 2020, BRIGITTE FLEI-

SCHAUER quittera son poste d’Area Director

Central & Southern Europe du

Singa pore Tourism Board (STB) et prendra

sa retraite après 38 ans. CÉDRIC ZHOU

sera le nouveau responsable Europe centrale

et du Sud en tant que nouveau directeur

du bureau régional de STB à Francfort.

Après trois ans en tant que Market

Development Manager chez Singapore

Airlines, il a rejoint en juillet 2015 le Singapore

Exhibition and Convention Bureau

du STB en tant que Manager Conventions.

En février 2018, il s’est installé à Francfort

en tant que Senior Manager Central &

Southern Europe et a depuis soutenu le

STB dans les opérations de marketing. TI


OUBLIEZ LA

PROPRE CUISINE.

Vivre de

nouveaux plaisirs

culinaires en

toute sécurité.

More magazines by this user