ICI MAG -SEPTEMBRE 2020

laboitealogo

Magazine d'actualités 100% infos locales de Biscarrosse, Mimizan, Parentis-en-Born, Sanguinet et environs : infos, agenda, événements, clubs, associations, ...

• Sanguinet Véhicules d’Antan

L’histoire d’Antoine et Augustine

Couple phare, parmi d’autres du

club présidé par Claude Boisson

« Sanguinet Véhicules d’Antan »,

Antoine Carrasco et son Augustine

sont des personnages que

l’on ne peut pas ne pas connaître

sur la commune.

mécanique et restauration l’a été par Antoine et un

ami, Bernard Auguste, qui passait toutes ses journées

sur la voiture avec lui, tant et si bien que son

épouse finissait par venir le chercher dans le garage

avec un tonitruant « Alors, encore sur Augustine ! ».

La voiture est sortie du garage, mais le surnom lui,

est resté.

C’est donc au volant de sa belle, une Renault 4 chevaux

entièrement restaurée, qu’il parcourt les rues

sanguinétoises. « Je suis né au Maroc en 1947 »,

confie ce passionné avec une petite étincelle dans les

yeux, « et la première 4 chevaux est sortie aussi en

1947 ». Et c’est parce qu’il a toujours vu des « Augustines

» dans les rues pendant son enfance, qu’il est

devenu un fervent passionné de ce modèle phare de

la marque au losange.

Mais, il a fallu qu’il soit patient pour voir enfin arriver

sa voiture fétiche aux portes de son garage. « Pour

mes 50 ans, mes parents et ma sœur me l’ont offerte

» dit-il. Bien évidemment, pas dans le parfait

état où elle est aujourd’hui. La peinture a été refaite

par un carrossier professionnel, mais toute la partie

« Pendant longtemps, entre 1996 et 2009, on ne pouvait

pas faire grand-chose dessus » confie Antoine,

vie professionnelle oblige, « je ne la sortais pas beaucoup,

une fois par mois à peu près. Mais dès qu’on

a eu le temps, comme beaucoup d’entre nous, on

a passé tout notre temps à la restaurer pièce par

pièce ». Démontage, entretien, remplacement de

pièces, « toujours des pièces d’origine ». « Les adhérents

viennent au club avec leurs horizons différents,

mais également avec leur aide et leurs compétences

». Ainsi, en deux temps trois mouvements,

une demi-douzaine d’entre eux était réunie pour

qu’Augustine retrouve une seconde jeunesse. Tant

et si bien que ces dames se joignent à leurs mécaniciens

de maris dans cette aventure. « Mon épouse

voulait aussi une 4 chevaux » dit Claude, « alors, Augustine

aura bientôt une comparse ».

Crédits photos : Claude BOISSON

6

More magazines by this user
Similar magazines