25.09.2020 Views

Buedemaushub (Reklamatioun)

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

De: Hubert Hollerich hubert.hollerich@icloud.com<br />

Objet: Demande de fermeture urgente du chantier au lac de Weiswampach<br />

Date: 22 septembre 2020 à 13:40<br />

À: contact@itm.lu<br />

Cc: ministere.environnement@mev.etat.lu, cn@mev.etat.lu, Robert Dufays robert.dufays@anf.etat.lu<br />

Madame, Monsieur,<br />

En annexe, je vous transmets, à titre d’information, la copie de mon E-Mail adressé en date de ce jour au Ministre de<br />

l’Environnement avec copies à l’Administration de la Nature et des Forêts, ainsi qu’à l’Administration de la Gestion des Eaux.<br />

En effet, le promoteur belge LAMY, opérant au Luxembourg sous la raison sociale PROLAWEI, établie et ayant son siège social à<br />

L-9964 Huldange, 2, Bei de Schouster, construit un complexe touristique au lac de Weiswampach.<br />

Selon mes informations, les travaux de construction sont réalisés par la s.à r.l. WUST LUX, établie et ayant son siège social à L-<br />

1896 Kockelscheuer, 21, rue de l’Innovation. Il s’agit vraisemblablement d’une société écran, établie pour des raisons fiscales<br />

dans cet immense immeuble administratif et qui n'a pas de véritable activité physique au Grand-Duché. Le vrai siège de<br />

l’entreprise WUST SA se trouve à B-4890 THIMISTER-CLERMONT, 14, rue Grondal en Belgique.<br />

Cela explique peut-être le fait que des camions immatriculés en Belgique circulent, actuellement, en grand nombre sur le terrain<br />

du chantier et déposent d’énormes quantités de débris de construction en pleine nature. Ces camions, immatriculés en Belgique,<br />

ont-ils le droit de circuler sur le chantier à Weiswampach? Ces camions immatriculés en Belgique, ont-ils le droit de déposer des<br />

débris de construction provenant d’un autre chantier (probablement de Belgique) au Luxembourg et notamment, dans la nature,<br />

sur un terrain hors de la zone de construction autorisée?<br />

Jusqu’à présent, environ 20 charges de camion y ont été déposées en pleine nature, près du lac supérieur (ancien lac de de<br />

pêche). Voir à ce sujet une copie du plan en annexe. Le lieu de déchargement des débris de construction étant marqué par un<br />

point rouge.<br />

Compte tenu des irrégularités, je vous saurais gré de bien vouloir y intervenir d’urgence et d’analyser la possibilité de procéder à<br />

la fermeture du chantier.<br />

Copie de la présente a été envoyée, à titre de compétence, au Ministère de l’Environnement et à l’Administration de la Nature et<br />

des Forêts.<br />

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.<br />

Hubert HOLLERICH<br />

5, Ënnescht Duerf<br />

L-9747 Enscherange<br />

T. +352 621 144 190<br />

Début du message réexpédié :<br />

De: Hubert Hollerich <br />

Objet: Demande de fermeture urgente du chantier au lac de Weiswampach<br />

Date: 22 septembre 2020 à 12:10:16 UTC+2<br />

À: ministere.environnement@mev.etat.lu, cn@mev.etat.lu<br />

Cc: Robert Dufays , Carole Molitor , Stéphanie Smit<br />

, Lucy Leer , Martine Zangerle ,<br />

Danièle PATZ , Roland Leyder , Blanche Weber ,<br />

holweck Paul , coby@pt.lu, Coby Meester , Carlo Pütz , Vincent<br />

Geiben , Luzia Hosinger , Leo thyes , Werner Becker<br />

, Ervé Gabriel , Gaston Kremer ,<br />

carolinepirson@gmail.com, cniessen@pt.lu, karin Meyer , pkarger@pt.lu<br />

Madame la Ministre,<br />

Par la présente, j’aimerais revenir à votre courrier du 14 septembre 2020, adressé à la s.à r.l. PROLAWEIS de Huldange, par<br />

lequel vous autorisez ladite société à détruire plusieurs biotopes protégés en vue d’y construire, dans le cadre du projet<br />

touristique, un complexe hôtelier.<br />

Suivant votre lettre, les travaux autorisés sont limités aux terrains repris dans le bilan écologique, à savoir : le remblai qui se<br />

situe entre les deux lacs.<br />

Au point 9 de votre lettre d’autorisation, vous précisez que « toute destruction, réduction ou détérioration de biotopes protégés<br />

non reprise sur le bilan écologique doit faire l’objet d’une demande d’autorisation à part (…). »<br />

Vous soulignez encore que l’autorisation « est accordée sans préjudice d’autres autorisations éventuellement requises » et que


Vous soulignez encore que l’autorisation « est accordée sans préjudice d’autres autorisations éventuellement requises » et que<br />

« toute modification par rapport au bilan écologique et des mesures compensatoires doit faire l’objet d’une nouvelle<br />

autorisation. »<br />

Depuis le jeudi, 17 septembre 2020, la Commune de Weiswampach a commencé, sur ordre de son bourgmestre, à vider le lac<br />

supérieur (ancien lac de pêche), enregistré comme biotope protégé selon les informations obtenues de la part de Monsieur<br />

Robert DU PAYS, chef d’arrondissement adjoint, Arrondissement Nord, de l’Administration de la Nature et des Forêts, en date<br />

du 14 septembre 2020 à l’occasion d’une entrevue avec la « Biergerinitiativ Gemeng Wäiswampich asbl. ». Le bourgmestre a<br />

ordonné l’ouverture des écluses.<br />

En date du 18 septembre 2020, le bourgmestre de la Commune de Weiswampach, Henri RINNEN, prétend, dans une<br />

interview donnée à RTL, que le niveau d’eau est abaissé chaque année en automne en vue de créer une zone tampon<br />

hivernale (https://www.rtl.lu/news/national/a/1581825.html?<br />

fbclid=IwAR1OkUl06s3yWf6LfThDTHwVcw8pUyw6w7QOlnKI7UAkefHDP4AO05Zl-T4). Cette histoire frôle le ridicule. Des<br />

ouvriers communaux m’ont confirmé que le dernier abaissement du niveau d’eau en vue de créer une zone tampon remonte<br />

32 années en arrière.<br />

Le même jour, des agents de l’Administration de la Nature et de l’Environnement ainsi que de l’Administration de la Gestion<br />

des Eaux se rendirent sur les lieux et ont interdit la continuation des travaux, la fermeture immédiate des écluses et le<br />

remplissage du lac au niveau initial.<br />

Or, visiblement, le bourgmestre se moque des instructions de vos agents. Comment expliquer sinon le fait que la Commune<br />

ignore les ordres des agents en laissant les écluses ouvertes afin que le lac se vide complètement ?<br />

Deux jours plus tard, le 20 septembre 2020, le bourgmestre Henri RINNEN invente une toute autre explication pour justifier<br />

l’abaissement dramatique du niveau d’eau, en avançant une écluse défectueuse<br />

(https://www.tageblatt.lu/https://www.tageblatt.lu/headlines/gemeinde-laesst-offenbar-ohne-genehmigung-wasser-aus-seeablaufen/?fbclid=IwAR3J8bKHS_C4OkNmg13qkaXNjtQ7NEgive5iL5cD3wsHVWSjlObuU9-5g_M).<br />

À nouveau, Il s’agit d’une<br />

histoire de pure imagination, dénuée de tout fondement.<br />

Or, on sait cependant que la raison réelle pour la vidange du lac s’explique tout simplement par les lois les lois de la physique<br />

et, surtout, par le coût. Après que des forages dans le sol ont été effectués, après l’établissement de votre autorisation, il s’est<br />

avéré que la structure du sol se compose de terres alluviales et que la pression sur le talus séparant les deux lacs est<br />

beaucoup trop grande pour commencer la construction du fondement de l’hôtel à six étages. Pour garantir la stabilité du talus<br />

et assurer les normes élémentaires de sécurité, le constructeur aurait dû enfoncer un rideau de palplanches. Cette démarche<br />

nécessite des travaux particulièrement importants entraînant une hausse considérable des coûts. Par ailleurs, la société<br />

PROLAWEIS s.à r.l. aurait dû solliciter une nouvelle autorisation pour la destruction d’un autre biotope protégé, nécessitant des<br />

mesures de compensation additionnelles.<br />

Afin de contourner la loi, la Commune de Weiswampach – probablement en collaboration avec le promoteur - a opté pour la<br />

solution la plus simple en ouvrant les écluses pour baisser le niveau d’eau, voire de vider le lac complètement.<br />

Force est de constater que la vidange du lac supérieur se fait sans autorisation. Il s’agit, en l’espèce, d’une infraction flagrante<br />

au sens de l’article 75 de la loi du 18 juillet 2018 concernant la protection de la nature et des ressources naturelles.<br />

Je vous prie de trouver, en annexe, quelques photos montrant l’ampleur de l’impact sur l’environnement.<br />

A noter que le lac est l’habitat de nombreux poissons, d’amphibiens protégés, d’insectes et de larves, dont notamment des<br />

larves de libellules qui sont protégés. Le lac est également l’habitat de nombreux oiseaux protégés, déjà énumérés dans mon<br />

E-Mail vous adressé en date du 17 septembre 2020. Du côté flore, on y trouve de nombreuses plantes protégées. L’eau<br />

nécessite d’urgence d’oxygène, sinon des centaines de poissons risquent de mourir misérablement.<br />

Partant, et en application de l’article 73 de la loi précitée, je réclame l’arrêt immédiat des travaux et la fermeture du<br />

chantier avant tout autre progrès.<br />

Copie de la présente est adressée à l’Administration de la Nature et de l’Environnement ainsi que de l’Administration de la<br />

Gestion des Eaux.<br />

La présente est urgente !<br />

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes sentiments distingués.<br />

Hubert HOLLERICH<br />

5, Ënnescht Duerf<br />

L-9747 Enscherange<br />

T. +352 621144190

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!