ICI MAG - OCTOBRE 2020

laboitealogo

Magazine d'actualités 100% infos locales de Biscarrosse, Mimizan, Parentis-en-Born, Sanguinet et environs : infos, agenda, événements, clubs, associations, ...

• Auto Biscarrosse Club

A nous les petites anglaises !

Le premier regard que l’on pose sur

l’Austin Healey de Mireille et André

nous transporte sans aucune hésitation

vers l’univers du plus célèbre

des agents secrets britanniques.

Vous savez, celui au double zéro…

Et c’est sans aucun doute ce qui fait tout le charme de cette

belle anglaise, sa ligne. « On a ici le coup de crayon d’un

styliste de génie, Gerry Coker, qui lui a donné ce style so

british que Mireille et moi avons tout de suite apprécié »,

Austin Healey

nous dit André. Il n’y a plus que trois voitures dans le garage

de ce passionné, toutes de belles anglaises, bichonnées

tant par madame, que par monsieur. « Quand je l’ai

connu » confie Mireille, « le garage de ses parents était plein

de voitures, son père n’en pouvait plus » dit-elle dans un

éclat de rire, « si on avait eu une maison avec plus d’espace,

je pense qu’on en aurait davantage ». Sa première voiture,

André l’a achetée à 17 ans, une traction, sans même avoir

encore le permis. Elle est restée dans le garage pendant

un an, « je ne faisais que démarrer le moteur pour faire

deux mètres en avant, et deux mètres en arrière pour la

remettre en place » dit-il, « je pense que je suis tombé dedans

lorsque tout petit, mon père m’a assis sur le capot de

la Simca 5 Topolino avec laquelle il emmenait ma sœur au

collège ».

Aujourd’hui, c’est donc avec des Anglaises qu’il fait perdurer

cette passion. Heureux possesseur d’une belle Morgan

avec laquelle il a participé au Mans Classic en 2018, c’est

à cette occasion que l’envie d’une autre voiture a fait surface.

« On était environ 150 voitures, toutes des Morgan du

club éponyme français. On avait droit à 4 tours de circuit,

et Mireille me dit « regarde, on se fait doubler, il faut aller

plus vite ! » raconte André, « mais je ne pouvais pas aller

plus vite ». Malgré une fine stratégie de course, la Morgan

ne peut dépasser les 130 km/h. Avec l’Austin Healey, ses

17 chevaux, ses six cylindres et son moteur de 3000 cm 3 ,

première de sa catégorie au Mans en 1955, il peut désormais

préparer une nouvelle participation en étant assuré

de pouvoir grimper jusqu’à 170 kms/h. Malgré tout, ce n’est

pas que pour la vitesse que son choix s’est porté sur cette

belle. Lors de sa sortie en 1961, seulement 143 exemplaires

ont été produits. Les années qui ont suivi en ont vu plus de

dix mille. Mais ce qui l’a convaincu, « c’est sa ligne, cette

voiture est sublime », et le plaisir d’entendre ronronner son

moteur. Et au grand regret de Mireille, cantonnée au rôle

de passagère active car il faut de très grandes jambes pour

conduire aussi bien la Healey que la Morgan. « Il m’a dit voilà,

elle est à toi, mais je ne peux même pas la conduire ! »

dit-elle avec force et amusement.

Adhérents à l’Auto Biscarrosse Club depuis plus de dix ans,

ils participent régulièrement tant aux événements organisés

par le club comme les sorties, les rassemblements

mensuels, la Classic estivale, qu’à des œuvres caritatives.

« La Healey attire beaucoup les regards et l’on nous demande

souvent de faire des photos avec, et sur des manifestations

caritatives, André fait participer les gens en les

prenant comme passagers ».

6

More magazines by this user
Similar magazines