Psychologie Positive n°34

online.magazines

NOVEMBRE-

DÉCEMBRE 2020

N°34

NOUVEAUX RITUELS

Célébrer ensemble

les événements de la vie

MIEUX

AIMER

Accepter l'autre

sans chercher

à le changer

Consolation

LE CHEMIN QUI NOUS RELIE

ÊTES-VOUS UN BAVARD COMPULSIF ? • LE MARIN ALEX THOMSON EN DIX ÉMOTIONS • COVID-19 : CE QUE L'ON

PENSE TOUT BAS • MON RÊVE VU PAR TOBIE NATHAN • VRAI OU FAUX ? SEPT IDÉES REÇUES EN PSYCHOLOGIE


SOMMAIRE

Novembre

Décembre 2020

24 113

20 BLABLABLA

À la télévision ou à la radio, les personnes célèbres

clament volontiers leurs opinions… même sur des

sujets qu’elles ne connaissent pas ! Pourquoi

cèdent-elles à cette tentation ?

24 DOSSIER : UN MOMENT

POUR CÉLÉBRER

Comment tisser des liens grâce à de nouveaux

rituels : rituels d’amitié, de passage à l’âge adulte,

de divorce… Témoignages.

46 NAVIGUER SUR LES ÉMOTIONS

AVEC ALEX THOMSON

Pour ce skipper habitué des courses en solitaire,

apprendre à apprivoiser ses émotions est la

composante essentielle d’une longue traversée.

52 « DANS MON RÊVE, JE ME DEMANDE

QUEL CHEMIN JE DOIS SUIVRE. »

Tobie Nathan analyse l’impressionnant rêve

d’une lectrice.

62 « J’AI IGNORÉ MES ÉMOTIONS

PENDANT DE LONGUES ANNÉES. »

Depuis son enfance, Nancy entend qu’elle doit

être forte, qu’elle doit tenir bon quelles que soient

les épreuves de la vie. Elle raconte comment elle

a appris, au fil des années, à ne plus bloquer ses

émotions mais à s’y abandonner pour les vivre

pleinement.

70 UN VRAI MOULIN À PAROLES !

Épuisantes ces personnes qui vous assomment de

monologues, non ? À moins que vous en fassiez

partie… ? Faites le test et découvrez si vous êtes

de la team des bavards compulsifs.

80 FAIT OU FICTION ?

Décryptage de sept théories psychologiques

connues, âprement discutées parmi les

chercheurs… Alors, vrai ou faux ?

4 PSYCHOLOGIE POSITIVE


10 70

Abonnezvous

! p.54, 88, 109

90 À L’ESSAI

Se défaire des conditionnements

de l’ego avec Angelo Foley.

92 ODE À LA CONSOLATION

Qu’est-ce qui nous lie, si ce n’est

avant tout la capacité à consoler

et à être consolés ? Voici la

question essentielle posée par

le dernier livre d’Anne-Dauphine

Julliand et développée dans

cette interview.

98 LES VERTUS

DE L’ENCOURAGEMENT

Encourager nos enfants, oui !

Mais comment ?

L’encouragement descriptif,

dont les bienfaits ne sont plus à

démontrer, consiste à exprimer à

haute voix et sans jugement ce

que l’enfant dit, fait ou ressent.

100 CORONAVIRUS :

CES CHOSES QUE

L’ON PENSE TOUT BAS

Jugements, prétextes, doutes…

Zoom sur cinq de nos pensées,

parfois peu reluisantes, mais

tellement dans l’air du temps !

106 LES SENS EN FÊTE

Comment permettre à vos

invités de profiter au maximum

de leur repas ? En choyant leurs

sens ! Six conseils pour leur

offrir un réveillon mémorable.

Cahier d’activités

COUPLE :

APPRENDRE À

MIEUX AIMER

06 ÉDITO

10 À LA LOUPE

12 L’ESSENTIEL

19 CINÉMA

Garçon chiffon

45 JEANNE SIAUD-FACCHIN

Libre de choisir… nos

émotions

55 FLORENCE

SERVAN-SCHREIBER

Et tac !

57 LIRE

78 SÉANCE PSY

La psychologue Béatrice

Copper-Royer répond

à vos questions

89 ILONA BONIWELL

Le bon côté de la courbe

111 ANNE CAZAUBON

Quelques minutes à

perdre… ou à gagner !

Illustration de couverture : Marion Ben-Lisa

PSYCHOLOGIE POSITIVE 5


Un moment

à célébrer

Tisser des liens grâce

à de nouveaux rituels

24 PSYCHOLOGIE POSITIVE


PSYCHOLOGIE POSITIVE 25


PORTRAITS

Pour ne

JAMAIS

OUBLIER

Rituel de divorce, d’amitié ou de passage à l’âge

adulte, c’est en organisant une cérémonie qu’ils ont

choisi de marquer un moment particulier de leur vie

ou de celle de leurs proches. Témoignages.

Texte : Charlotte van Drimmelen // Photos : Maarten Kools // Stylisme : Luz David

PSYCHOLOGIE POSITIVE 35


PORTRAITS

PSYCHOLOGIE POSITIVE 37


Je me

répétais sans

cesse : Arrête

de faire tant

de chichis !

Quoi qu’il arrive, quelles que soient les épreuves de la vie, il faut

tenir bon et persévérer : telle était la devise des parents de

Nancy (43 ans). Forte de cet enseignement, elle a mené une

brillante carrière, et rédigé les discours officiels de ministres et de

chefs d’entreprise. Jusqu’à ce que les fondements de son existence

commencent à vaciller.

Je m’en souviens comme si

c’était hier. J’avais 7 ans. J’étais

assise sur le canapé du salon.

Soudain, plusieurs membres de

la famille sont entrés dans la pièce.

L’ambiance était extrêmement pesante.

Je suis restée à ma place sans oser dire

un mot. Si je parvenais à ne pas

bouger, rien dans mon monde ne

changerait. Ma grand-mère a

demandé : « Est-ce que la petite

sait ? » « Je pense que oui », a répondu

ma mère. Personne ne m’a jamais dit

que mon père était mort. Quand j’ai

demandé de ses nouvelles, on m’a

annoncé qu’il avait souffert d’une

hémorragie cérébrale. Le jour suivant,

on m’a envoyée à l’école. Comme si de

rien n’était. Ensuite, nous n’avons plus

jamais parlé de lui. Comme s’il n’avait

jamais existé. Personne ne m’a

consolée, ne m’a donné la tendresse

dont j’avais tant besoin. « La vie

continue », répétait-on simplement

autour de moi.

J’ai toujours été une enfant joyeuse,

extravertie. Après la mort de mon père,

j’ai commencé à douter de moi. Et les

autres enfants l’ont bien senti. Ils se

sont mis à me harceler. Presque

quotidiennement, jusqu’au bac.

Je pense notamment à une anecdote

particulièrement douloureuse : à l’école

primaire, des enfants avaient dressé

une mystérieuse liste, qui circulait dans

la cour de récréation, mais que je

n’avais pas le droit de voir. On me

lançait des regards, on sifflait dans

mon dos. Finalement, un élève m’a

montré le fameux papier, sur lequel

figurait la question suivante : « Avec

qui ne voudrais-tu jamais jouer, même

s’il ne restait plus que vous deux sur

Terre ? » Tous les enfants avaient écrit

62 PSYCHOLOGIE POSITIVE


TÉMOIGNAGE

PSYCHOLOGIE POSITIVE 63


70 PSYCHOLOGIE POSITIVE

“ Et blablabla…

Et ceci, et cela…

Et maintenant, et avant… ”


BAVARDS COMPULSIFS

Halte aux

MOULINS

À PAROLES

Vous n’en pouvez plus de ce collègue,

de cet ami ou de cette voisine qui vous

assomme de ses monologues ?

Si vous comprenez ce qui pousse cette

personne à agir de la sorte, il vous sera

plus facile de l’interrompre. Profitez-en

pour vérifier si vous n’êtes pas, vous

aussi, un peu accro au bavardage…

PSYCHOLOGIE POSITIVE 71


FAIT OU

FICTION ?

Les résultats singuliers de certaines expériences psychologiques sont toujours

du meilleur effet lors d’un apéro entre amis, mais ils ne sont malheureusement

pas toujours vrais. Ces dernières années – surtout dans la psychologie sociale –,

il y a eu pas mal de remous... Voici sept théories connues, âprement discutées

parmi les chercheurs. Vrai ou faux ?

Pour devenir expert dans une

matière donnée, il faudrait

s’exercer 10 000 heures.

Cette règle, qui semblait

pertinente, a été acceptée par le plus

grand nombre : quiconque voudrait

se changer en golfeur professionnel,

en pianiste concertiste ou devenir le

nouveau Bill Gates devrait travailler

d’arrache-pied. Mais des recherches

plus poussées ont montré que cet

entraînement, même s’il améliore

bien sûr les résultats, ne suffit pas

pour atteindre le sommet. Plusieurs

autres facteurs jouent un rôle, dont

l’âge auquel on commence, pour

n’en citer qu’un. Ces dernières

années, les résultats étonnants

et médiatisés de recherches comme

celle-ci, notamment dans le secteur

de la psychologie sociale, sont, de la

même manière, partis à la poubelle.

Quiconque suit un peu ce qui se

passe dans ce domaine peut même

avoir l’impression que les chercheurs

en psychologie sociale passent leur

temps à réfuter leurs résultats. Ce n’est

pas le cas, affirme le professeur de

méthodologie Jelte Wicherts, de

l’université de Tilburg (Pays-Bas). Avec

son service du Meta-Research Center,

il examine les études et met le doigt là

où le bât blesse. « Les chercheurs sont

des êtres humains comme les autres :

ils se laissent en partie guider par leur

intuition et leur enthousiasme, et ils

ne voient pas toujours juste. Il s’agit

souvent de résultats surprenants,

offrant des solutions apparemment

simples et logiques à des problèmes

complexes. Comme ces solutions

sont susceptibles d’être répétées

de bouche à oreille, elles circulent

dans les médias et se répandent à

toute allure. » En réalité, il faut

pour toutes les études travailler de

façon standardisée sur la base d’un

échantillonnage de plus de 300 sujets

d’expérience. « Et les résultats ne

devraient être diffusés qu’une fois

les expériences réitérées. » Mais on

parle là d’un processus sur le long

cours. Dans les années à venir, nous

croirons sans doute encore souvent

à des faits amusants, éblouissants

ou utiles qui s’avéreront plus tard

être de la pure fiction.

80 PSYCHOLOGIE POSITIVE


IDÉES REÇUES

1. SE TENIR

DROIT REND

PLUS FORT

FAUX

Vous devez faire une

présentation ou négocier

votre salaire, et vous avez

besoin d’un peu plus de courage ?

Il vous suffit pour cela d’adopter

la posture de la puissance : pieds

légèrement écartés, poitrine en avant

et mains sur les hanches, comme

Superman. Tenez pendant deux

minutes et voilà, le tour est joué :

votre système hormonal est réveillé et

le monde vous appartient. Super, cette

solution rapide ! La conférence TED

de la chercheuse Amy Cuddy, qui a

découvert la “posture de puissance”,

a eu un énorme succès et plus aucune

présentation n’a lieu sans que les

participants se soient solidement

campés sur leurs pieds.

L’ÉTUDE La théorie sous-jacente

est l’“embodiment” ou “cognition

incarnée” : votre corps dirige votre

cerveau. Si vous tenez dans la main

un verre d’eau froide, vous resterez

“cool” sur le plan mental, et si

vous êtes installé dans un fauteuil

confortable, vous vous montrerez

plus flexible qu’assis sur une chaise.

Les psychologues sociales Amy

Cuddy et Dana Carney ont donné

à 42 personnes des instructions

pour différentes postures de puissance.

Des analyses de sang ont alors montré

une baisse de cortisol – l’hormone

du stress – et une augmentation de

la testostérone.

À LA RÉFLEXION L’économiste

comportementale Eva Ranehill

a répété ces expériences avec

200 participants. Elle leur a donné

des instructions par ordinateur, ne

leur a pas dit exactement ce qui

était mesuré et les a laissés dans

cette posture pendant six minutes.

Les participants ont ensuite indiqué

se sentir certes plus sûrs d’eux,

Les chercheuses ont

pris des changements

hormonaux fortuits

pour un effet véritable.

mais leurs taux hormonaux et leur

comportement n’avaient pas changé.

D’autres études ont par la suite

démontré que la posture de puissance

n’existe pas. Les chercheuses avaient

pris ces changements hormonaux

fortuits pour un effet véritable.

CONCLUSION Comment est-il donc

possible que les sujets d’expérience

de l’étude d’Eva Ranehill se soient

sentis mieux en prenant la posture

de puissance ? Il s’agit probablement

d’un effet placebo plutôt que d’un

effet hormonal.

Sources : D.R. Carney & A. Cuddy, “Power

Posing. Brief nonverbal displays affect

neuroendocrine levels and risk tolerance”,

Psychological Science, 2010 / E. Ranehill et

collègues, “Assessing the robustness of

power posing. No effect on hormones and

risk tolerance in a large sample of men and

women”, Psychological Science, 2015.

PHOTO: GETTY IMAGES

PSYCHOLOGIE POSITIVE 81


ANNE-DAUPHINE JULLIAND

La consolation,

c’est le chemin

qui relie

les êtres.

Dix ans après la parution de Deux petits pas sur le sable mouillé

paraît le dernier livre d’Anne-Dauphine Julliand, Consolation. Ce récit

vient clore une trilogie qui part de son histoire singulière pour

rejoindre l’universel. Il pose cette question essentielle : qu’est-ce qui

nous rend plus humains ? Qu’est-ce qui nous lie, si ce n’est avant

tout la capacité à consoler et à être consolés ?

Propos recueillis par Sophie Behr // Photo : Stéphane Rémaël

92 PSYCHOLOGIE POSITIVE


CONSOLATION

Selon vous, la consolation, c’est le

chemin qui permet de passer du “je” au

“nous”, de l’expérience individuelle à

notre humanité commune. Car personne

n’est épargné par la souffrance, elle fait

intrinsèquement partie de la vie. Peut-on

dire que votre expérience personnelle

– l’accompagnement et la mort de vos

deux filles – a fait de vous une experte

de la consolation ?

En juillet 2019, j’ai eu un déclic, au

travers d’une somme d’événements

qui m’ont montré que la relation la

plus belle que l’on peut avoir avec

quelqu’un, c’est la consolation.

Dans mon environnement proche,

j’ai toujours été entourée, j’ai une

famille aimante. Mais même dans ce

cadre-là, la consolation est très

compliquée. C’est difficile

d’approcher quelqu’un qui souffre :

on ne sait pas quoi dire, pas quoi

faire, et finalement du coup on ne

fait pas. Cela engendre à son tour

beaucoup de souffrance. Et cela

abîme une relation, car quand on ne

peut pas pleurer avec quelqu’un, c’est

difficile aussi de se réjouir avec lui.

Dans la foulée, plusieurs personnes

confrontées à la peine de certains de

leurs proches m’ont demandé conseil

pour les accompagner. Quand je leur

disais : « Je ne suis pas experte en la

matière », ils me répondaient :

« Non, tu n’es pas experte, mais tu

sais ce que c’est de souffrir. » Et j’ai

réalisé que, en effet, ce que je peux

retirer de cette expérience de vie avec

mes filles, ce que j’ai le plus compris,

ce qui m’a fait le plus grandir, c’est

cette relation à l’autre, c’est la

consolation. J’ai eu envie de le

partager avec ce livre. Ce n’est pas un traité de psychologie

ou de philosophie, c’est notre expérience commune :

il raconte ce que nous expérimentons à travers la

souffrance, ce que nous expérimentons aussi à travers la

consolation. Je me place autant dans la position de celle qui

souffre que de celle qui a à consoler, car ce n’est pas parce

que l’on souffre que l’on n’a pas à consoler.

De notre histoire singulière de la mort de nos filles – qui

heureusement reste une histoire singulière –, on rejoint

l’universel de la souffrance. Et là, on est tous sur un pied

d’égalité. Que la souffrance soit engendrée par la mort d’un

proche, une rupture, un accident de la vie, la souffrance est

la souffrance, et elle appelle toujours la consolation.

Dans notre société, la souffrance dérange, fait peur. On l’évite,

on la fuit, car elle renvoie à notre vulnérabilité, à notre finitude.

Vous expliquez qu’autrefois la mort faisait partie de la vie, on

portait le deuil, les autres savaient, donc pouvaient consoler.

Trouvez-vous qu’aujourd’hui la société ne laisse pas

suffisamment de temps aux endeuillés, que l’on ne prend pas

suffisamment soin d’eux ?

Les choses évoluent, et ce qui s’est

passé ces derniers mois change

aussi notre rapport à la fragilité et

à la mort. Mais pour l’instant, ce

qui domine notre rapport instinctif

à la souffrance et à la mort, c’est la

peur. Très mauvaise conseillère,

et qui nous emmène dans des

chemins tortueux dont on ne va

pas se sortir. Il faut arriver à

réintégrer la mort dans notre vie,

mais de façon apaisée, sans être

morbide ou mortuaire. Dans le

film Et les mistrals gagnants, on

entend un petit garçon de 5 ans et

demi atteint d’une maladie

incurable dire : « Quand je serai

mort, je ne serai plus malade. »

Il le dit avec une simplicité

totalement déconcertante.

En l’entendant, on est d’abord

choqué, puis on se dit : arrêtons d’avoir peur, arrêtons

de fuir la mort, ce n’est pas un échec, mais une réalité.

C’est même peut-être rassurant de savoir que l’on n’est pas

immortel. Quel est le sens de la vie pour toujours ? La mort

ne donne-t-elle pas son sens à la vie ? Mais il faut se

retrouver avec un sentiment apaisé face à elle. Ce qui ne

veut pas dire en faire le sujet principal de la vie, mais

l’intégrer à la vie, et être capable d’accueillir les gens qui

pleurent et qui souffrent d’un deuil. On est gêné par les

larmes, par la peine. On a le réflexe de se détourner.

PSYCHOLOGIE POSITIVE 93


PHOTO: PEXELS

100 PSYCHOLOGIE POSITIVE


COVID-19

CES CHOSES

QUE L’ON PENSE

TOUT BAS sur la

crise du coronavirus

On ne dit rien, mais on n’en pense pas moins ! Jugements, prétextes,

doutes… Regardons de plus près cinq de nos pensées, parfois peu

reluisantes, mais tellement dans l’air du temps !

PSYCHOLOGIE POSITIVE 101


2 PSYCHOLOGIE POSITIVE // CAHIER D'ACTIVITÉS

"Nous avons beau savoir que nous

devrions aimer notre partenaire

tel qu'il est, la tâche s'avère ardue."


Au début de votre relation, son

indépendance d’esprit vous faisait

fondre. Maintenant que vous vivez

sous le même toit, sa propension à

n’en faire qu’à sa tête vous agace au

plus haut point. Pourquoi se montre-til

incapable de tenir compte de vous ?

Et ces silences que vous pensiez

révélateurs d’une riche vie

intérieure… Dans la pratique, vous

devez toujours faire l’effort de deviner

ce que votre partenaire pense ou

ressent. Si seulement vous pouviez

avoir un réel dialogue avec lui !

De son côté, ses regards amusés et

attendris par votre gaucherie et votre

désordre ont fait place à des soupirs

d’exaspération. Nous avons beau

savoir que nous devrions aimer notre

partenaire tel qu’il est, la tâche s’avère

ardue. Surtout quand l’euphorie

amoureuse des premiers temps s’est

dissipée pour faire place à des

chamailleries triviales concernant les

tâches ménagères. Lorsque nous

sommes quotidiennement confrontés

à nos indélicatesses respectives,

accepter réellement l’autre n’est pas

une mince affaire. Le danger consiste

à s’enliser dans un schéma récurrent

du type « Tu devrais faire ceci, alors

pourquoi fais-tu toujours cela ? » Par

exemple : « Tu devrais ranger derrière

toi ! », ou bien : « Pourquoi est-ce que

tu ne t’occupes jamais de surveiller les

enfants ? » Nous pensons, plus ou

moins consciemment, que c’est

l’autre qui devrait changer.

CAHIER D'ACTIVITÉS // PSYCHOLOGIE POSITIVE 3


Formation

La magie des rêves

Votre formation 100 % en ligne

pendant 3 mois à partir du 18 janvier 2021

89 €

+ votre carnet

de rêves

Happinez

offert

Les pieds sur Terre, la tête dans les étoiles vous propose d’ouvrir votre intuition

avec sa nouvelle formation « La magie des rêves ».

L’autrice enchanteresse Katia Bougchiche vous fera voyager

aux pays de l’inconscient et vous guidera dans l’apprentissage

du langage des rêves pour révéler la magie de votre âme.

Cette formation de 12 modules comprend

des contenus théoriques, audios et vidéos qui vous permettront de :

identifier les symboles forts de vos rêves

comprendre vos rêves et vous en servir dans votre quotidien

développer votre intuition

Découvrez le programme complet sur www.formations.terre-etoiles.fr

Possibilité de paiement en 3 fois sans frais

More magazines by this user
Similar magazines