LG_239

LGMagazine

Au cirque de la grossièreté
Le premier débat de la course présidentielle américaine est unanimement quali é comme le pire de l’histoire. La stratégie rhétorique du président sortant aura mis à mal les tentatives de raisonnement de Joe Biden. À l’image du défenseur bourru jouant des coudes pour saper la technique de l’attaquant, les interruptions trumpiennes ont poussé le candidat démocrate à la faute et il n’aura fallu attendre que dix petites minutes avant que la première insulte ne fuse et que le président des Etats-Unis, ne se voie qualité de «clown».

Octobre 2020 I n˚ 239

www.gemengen.lu

Emile Eicher

Président

SYVICOL

WALTER DE TOFFOL

INCA Ingénieurs Conseils Associés

Bien planifier pour mieux construire

GILLES HEMPEL

Abitatio

Construire le logement abordable de demain

ROLAND KUHN ET PATRICK KOEHNEN

Fédération des entreprises de construction

Se reconstruire face à la crise


4.091

logements mis

sur le marché

Empfänken, logéieren

a begleeden

1.937

logements réalisés

pour la location

1.670

logements réalisés

pour la vente

484

unités réalisées

pour l’État et les institutions


EDITO

PAR JULIEN BRUN

Au cirque de la grossièreté

Le premier débat de la course présidentielle américaine est

unanimement qualifié comme le pire de l’histoire. La stratégie

rhétorique du président sortant aura mis à mal les tentatives de

raisonnement de Joe Biden. À l’image du défenseur bourru jouant

des coudes pour saper la technique de l’attaquant, les interruptions

trumpiennes ont poussé le candidat démocrate à la faute et il n’aura

fallu attendre que dix petites minutes avant que la première insulte

ne fuse et que le président des Etats-Unis, ne se voie qualifié de

«clown».

Dans Les Deux Corps du roi, Ernst Kantorowicz explique qu’un

roi possède un corps terrestre et mortel tout en incarnant le corps

politique et immortel. La double faute de Biden est qu’en insultant

son adversaire, il s’est rabaissé à insulter la fonction présidentielle.

Jouer avec les armes de son opposant était pour Biden, tout ce qu’il

ne fallait pas faire et il est tombé dans le panneau dès le début du

débat.

«Clown» a été l’incipit d’une longue liste de bassesses: «menteur»,

«dernier de votre promotion», «ferme ta gueule mec»,… Le

journaliste Chris Wallace, dont les questions étaient pourtant

de qualité, aura été le modérateur impuissant qui échoue à faire

imposer la décence et la civilité.

Qu’il soit blanc portant le masque de l’autorité et de la dignité ou

l’auguste du burlesque et de la bouffonnerie, la place du clown est

dans le cirque, pas sur la scène politique. Dans ce faux-débat entre

millionnaires, la grande perdante reste la démocratie américaine; au

cirque de la grossièreté, l’obscène et le vulgaire règnent toujours en

maîtres. n

Trump s’adresse à des électeurs sensibles au populisme, des

conservateurs bibliques, des racistes nostalgiques de la ségrégation et

des désespérés de la misère sociale. Peu importe qu’on le condamne

ou qu’on l’encense d’un franc-parler, nous sommes dorénavant tous

habitués à son impolitesse et à sa déraison. Biden se prétend en

revanche digne de la fonction, il aurait dû dès lors jouer au-dessus

de la mêlée en prenant de la hauteur. Et ce, à l’image de Kamala

Harris qui répondra aux interruptions de Mike Pence d’un simple

«je suis en train de parler».


4

LG

OCTOBRE 2020

SOMMAIRE

LOGEMENT

38 | GILLES HEMPEL

Abitatio

COVERSTORY

08 | EMILE EICHER

SYVICOL

Construire le logement

abordable de demain

LOGEMENT

42 | DR ANTOINE PACCOUD

Observatoire de l’Habitat

Un soutien financier aux communes pour relancer l’économie locale

La problématique du logement

au Luxembourg

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

22 | BEST Ingénieurs-Conseils

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

28 | VINCENT SARAZAIN ET CLÉMENT

WAMPACH - thyssenkrupp Ascenseurs

LOGEMENT

44 | MARTIN SCHNÖGASS ET ERIC ROSIN

act360° Real Estate Consultancy

L’aménagement extérieur

sous le signe de la créativité

Optimiseurs d’espaces

Une nouvelle conception

de logements abordables

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

26 | WALTER DE TOFFOL

INCA Ingénieurs Conseils Associés

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

30 | CÉDRIC DOPPAGNE ET

ALESSANDRO RIZZO - EuroCaution

CONSTRUCTION DURABLE

54 | PHILIPPE ZIMMER ET

PHILIPPE COURTOY - Wood Shapers

Bien planifier pour mieux construire

Leader de la garantie

financière d’achèvement

La construction bois de A à Z


LG

OCTOBRE 2020

5

DEVELOPPEMENT DURABLE

64 | LAURENT MAGI ET ANOUK HILGER

Enovos

ICT

80 | SANDRINE QUETEL

Microtis

LETZEBUERGER GEMENGEN

Publication éditée par Euro-Editions S.A.

www.gemengen.lu

Accompagner la transition

énergétique du pays

DEVELOPPEMENT DURABLE

68 | PATRICK GOLDSCHMIDT

SIDOR

«Avec le numérique, les RH deviennent

un réel support au management»

ICT

82 | STEVE HEGGEN

Fujitsu

Société éditrice

Euro-Editions S.A.

24, rue Michel Rodange • L-4660 Differdange

Régie publicitaire

Julien Malherbe

marketing@euroeditions.lu

Administration

Lucia Ori

Tél. 58 45 46-29 • Fax 58 49 19

admin@euroeditions.lu

Raouf Hatira

secretariat@euroeditions.lu

Plus de gestion des déchets

pour plus de durabilité

PORTRAIT

Exploiter les capacités cognitives

des outils d’automatisation

Rédaction

Julien Brun

julien@euroeditions.lu

Martina Cappuccio

martina@euroeditions.lu

Pierre Birck

Adeline Jacob

Raouf Hatira

Stéphane Etienne

Emilie Di Vincenzo

88 | ROLAND KUHN ET PATRICK KOEHNEN

Fédération des entreprises de construction et de génie civil

Conception et réalisation graphique

Sophie Glibert

sophie@euroeditions.lu

Photographie

Marie De Decker

Eric Devillet

Sébastien Goossens

Agence Kapture

Impression

Imprimerie Centrale

Se reconstruire face à la crise

© Euro-Editions

Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.

Tous manuscrits, photos et documents envoyés à la

rédaction ne peuvent être exploités qu’avec l’accord de

leurs auteurs. Publiés ou non, ils ne seront pas restitués.

Les reportages signés n’engagent que leurs auteurs.

Les prix figurant dans cette revue sont indicatifs et

peuvent être sujets à des variations dont l’éditeur ne

pourrait nullement être tenu pour responsable.


6

LG

OCTOBRE 2020

INDEX

08 | EMILE

EICHER

Président

SYVICOL

12 | PIERRE

HURT

Directeur

Ordre des Architectes et des

Ingénieurs-Conseils (OAI)

18 | MIKE

BESCH

Architecte associé

Besch da Costa Architectes

20 | CLAUDE

BALLINI

Architecte-urbaniste associé

Ballinipitt architectes

urbanistes SA

22 | SORAYA

MEFTAH

Architecte paysagiste

BEST Ingénieurs-Conseils

22 | MARÍA JOSÉ

DOMÍNGUEZ

Ingénieur chef de projet

BEST Ingénieurs-Conseils

22 | STEPHAN

OHLIGER

Ingénieur-associé

BEST Ingénieurs-Conseils

26 | WALTER

DE TOFFOL

Fondateur et associé gérant

INCA

28 | CLÉMENT

WAMPACH

Directeur-gérant

thyssenkrupp Ascenseurs

28 | VINCENT

SARAZAIN

Responsable commercial

thyssenkrupp Ascenseurs

30 | CÉDRIC

DOPPAGNE

Head of Sales Benelux

EuroCaution Benelux SA

30 | ALESSANDRO

RIZZO

CEO

EuroCaution Benelux SA

©SIP / Julien Warnand

32 | FRANZ

FAYOT

Ministre de l’Économie

36 | MARC

LIES

Bourgmestre

Commune de Hesperange

38 | GILLES

HEMPEL

Directeur

Fondation pour l’Accès

au Logement

40 | MICKAEL

BURLET

Chargé d’opération

Fonds du Logement

40 | NICOLE

LEROY

Architecte

Beng Architectes

40 | JUSTIN

SEILER

Chef de projet

Fonds du Logement

©MSI

42 | DR ANTOINE

PACCOUD

Coordinateur de

l’Observatoire de l’Habitat

LISER

44 | MARTIN

SCHNÖGASS

Co-fondateur

act360°

44 | ERIC

ROSIN

Co-fondateur

act360°

48 | HENRI

KOX

Ministre du Logement

et ministre de la Sécurité

intérieure

52 | MANON

BEI-ROLLER

Bourgmestre

Commune de Dippach

54 | PHILIPPE

ZIMMER

Business Developer

Wood Shapers Luxembourg

54 | PHILIPPE

COURTOY

Wood Specialist

Wood Shapers

62 | JEAN-PIERRE

HOFFMANN

Bourgmestre

Commune de Manternach

64 | LAURENT

MAGI

Head of Energy Efficiency

and Business Development

Enovos Services S.A.

64 | ANOUK

HILGER

Head of Renewables

Enovos Luxembourg

68 | PATRICK

GOLDSCHMIDT

Président

SIDOR

70 | MIKE

POIRÉ

Bourgmestre

Commune de Mertzig

©MFIN

76 | PIERRE

GRAMEGNA

Ministre des Finances

80 | SANDRINE

QUETEL

Head of Human Resources

Fund Channel

82 | STEVE

HEGGEN

Head of Operations

Automation

Fujitsu

86 | TOM

JUNGEN

Bourgmestre

Commune de Roeser

88 | ROLAND KUHN

Président

Fédération des entreprises

luxembourgeoises de

construction et de génie civil

88 | PATRICK KOEHNEN

Secrétaire général adjoint

Fédération des entreprises

luxembourgeoises de

construction et de génie civil


Les informations de consommation

intelligente.

C’est ainsi que vous répondez à toutes les exigences de l’EED : rapide, facile

et surtout commode – pour vous et vos résidents.

La base d’EcoTrend est notre technologie de lecture à distance.

ista Luxembourg S.à r.l.

23, rue des Bruyères • 1274 Howald

Téléphone : + 352 49 52 22 33

sales@ista.lu • www.ista.lu


8

LG

OCTOBRE 2020

COVERSTORY

Un soutien financier

aux communes

pour relancer

l’économie locale

Garantes de la sécurité et de la propreté au sein des espaces

publics, les communes ont été en première ligne des

adaptations visant à endiguer la propagation du Covid-19 au

Luxembourg. Aujourd’hui, elles font face à un nouveau défi,

celui de relancer l’économie par leurs investissements au

niveau local. Emile Eicher, président du Syndicat des Villes

et Communes Luxembourgeoises (SYVICOL), nous parle du

soutien que le syndicat continue à apporter aux communes

dans les problématiques qu’elles rencontrent depuis le début

de la crise sanitaire.

Quel impact la crise de Covid-19

a-t-elle eu sur les communes et leur

organisation?

Au début du mois de mars, avant l’annonce

de l’arrêt des activités par le gouvernement,

nous avions rencontré l’inspection sanitaire

afin de déterminer quelles seraient les

responsabilités de chaque acteur public face

à l’épidémie et quelles étaient les mesures

urgentes que nous devions prendre.

Nous étions tous surpris par la rapidité

de l’évolution de la situation sanitaire et

savions qu’il fallait réagir rapidement et de

manière organisée.

Il est ressorti de cette réunion qu’un plan

de pandémie avait déjà été créé en 2008,

mais personne ne connaissait vraiment

la marche à suivre… Nous avons tout

de même veillé à mettre ce document à

disposition des communes et les avons

averties qu’il faudrait qu’elles s’organisent

rapidement pour garantir certains services

essentiels auprès de la population. Nous

leur avons également donné des conseils sur

la manière de s’organiser et sur les mesures

de protection qu’il fallait déployer.

Quelques jours plus tard, plus précisément

le 8 mars, lors d’une réunion plus

approfondie, nous avons rencontré la

ministre de la Santé, Paulette Lenert, et la

ministre de l’Intérieur, Taina Bofferding,

ainsi que le groupe de gestion de crise

pour définir le rôle des communes, qui

ont dû garantir la sécurité et la salubrité

sur leur territoire. Le rôle principal du

SYVICOL a alors été de coordonner les

actions. En ce sens, nous avons créé un

groupe WhatsApp qui rassemble les 102

bourgmestres luxembourgeois. L’idée

derrière cette initiative était de favoriser

l’entraide pour réagir le plus vite possible

dans la réorganisation des services.

“Nous étions

tous surpris

par la rapidité

de l’évolution de la

situation sanitaire”

Ainsi, dès qu’une décision était prise, elle

était partagée sur le groupe pour faire

profiter les autres de ce début d’expérience.

Par exemple, la commune de Diekirch a

émis un règlement concernant la clôture

de ses aires de jeux, voyant en celles-ci des

foyers potentiels de contamination. Ce

document a ensuite été diffusé auprès des

autres bourgmestres afin qu’ils puissent le

transposer sur leur territoire. En quelques

heures à peine, des synergies ainsi que

des flux d’échange entre les communes se

sont très vite développées et nous avons

ainsi trouvé une manière efficace de

réorganiser les services communaux. Le

groupe WhatsApp est d’ailleurs toujours

opérationnel à l’heure actuelle!

Nous nous sommes aussi coordonnés

pour définir quels étaient les services qu’il

fallait absolument garantir auprès de la

population. Nous avons digitalisé tous

ceux qui pouvaient l’être et dans certains

domaines où le contact humain était

indispensable, nous avons mis en place

un système de rendez-vous individuels.

Cela a permis à une majorité d’employés

communaux de pouvoir télétravailler. Le

SIGI, qui gère les solutions informatiques

de 101 communes, a également été très

réactif si bien qu’en deux jours à peine,

les employés du secteur ont pu travailler à

distance.

Cette expérience a été très positive et nous

a montré que ce mode de travail était non

seulement possible mais surtout efficace!

Nous examinerons donc son déploiement


à plus grande échelle à l’avenir. Toutefois,

nous avons constaté que pour des raisons

d’organisation et de communication, nous

ne pouvions plus travailler exclusivement de

cette manière. Les personnes vulnérables

peuvent toutefois toujours télétravailler,

mais de manière générale, les employés ont

manifesté leur volonté de revenir au travail

pour retrouver un minimum de contact

social, d’autant plus que l’aménagement

des bureaux d’un point de vue sécuritaire le

permet aujourd’hui. Quant aux services à la

population, ils ont normalement repris leur

cours.

Quelles ont été les actions menées par le

SYVICOL pour soutenir les communes

en cette période?

Nous avons fait le lien entre les communes

et les instances ministérielles. Par exemple,

nous avons été en contact étroit avec le

ministère de l’Education nationale lors de

la prise de décision de fermer les écoles…

puis de les rouvrir! Lorsque le ministère

a suggéré de diviser les classes en deux

lors de la reprise des cours, la plupart des

communes ont très vite réagi en soulignant

le manque de salles de classe, de transport

scolaire et de personnel pour répondre à

cette demande. Nous avons alors cherché

des salles qui pourraient convenir à

l’enseignement et les avons aménagées

pour qu’elles se rapprochent d’un niveau de

conformité acceptable. Ces aménagements

devaient se faire au cas par cas en fonction

des salles trouvées et des besoins des

classes. Nous avons dès lors assuré de

longues conversation avec le ministère

de l’Education et de l’Intérieur pour

réorganiser l’enseignement fondamental

et trouver des solutions qui convenaient

à tous. De plus, la situation étant inédite,

nous avons dû tester ces solutions sur le

terrain avant de pouvoir nous prononcer

quant à leur efficacité. Avec du recul nous

aurions sans doute fait certaines choses

différemment, mais la majorité de nos

adaptations se sont révélées efficaces.

Emile Eicher

Cette crise nous aura permis d’entrevoir de

nouvelles attentes de la part des élus envers

le SYVICOL. Pour mieux les identifier et

nous réorganiser en conséquence, nous

avons mené un sondage auprès des 1.120

élus communaux du 19 juin au 12 juillet.

Il en est ressorti qu’à l’avenir nous devrons

davantage recueillir les impressions de

terrain pour réfléchir à des solutions

concrètes quant aux problématiques

qu’ils rencontraient. Nous devons par

ailleurs renforcer nos actions en matière

de formation continue des employés du

secteur et rendre notre information et

notre communication à destination des

communes encore plus directe et rapide. De

plus, la plupart des élus attendent de nous

davantage de conseil, par exemple dans

l’explication et l’aide à l’interprétation des

nouveaux textes de loi ou des changements

législatifs qui les concernent. Pour

répondre à ces besoins, nous avons engagé

deux nouvelles recrues pour renforcer notre

équipe qui se compose maintenant de huit

personnes.


10 LG

OCTOBRE 2020

COVERSTORY

Quel bilan peut-on tirer de l’état des

finances communales?

Pas plus tard que le 1 er octobre, nous avons

rencontré le Premier ministre ainsi que les

ministres des Finances, de l’Intérieur, de

l’Education et du Logement afin d’obtenir

des informations quant à l’impact de la crise

sur les finances communales pour l’année

2021. Jusqu’ici le gouvernement nous avait

seulement informés d’un déficit d’au moins

420 millions d’euros si la crise ne s’aggravait

pas. Or, certaines communes ne disposent pas

d’assez de réserve pour compenser cette perte

de revenus et d’autres verront bientôt leurs

ressources épuisées… Il est donc nécessaire

de discuter d’une forme d’aide financière,

à l’image de l’Allemagne qui a compensé

au moins la moitié de la perte des revenus

communaux de l’impôt commercial par des

subventions étatiques.

Le gouvernement attend des communes

qu’elles continuent à investir et la plupart

d’entre elles sont conscientes qu’un frein

dans leurs dépenses impacterait gravement

l’économie locale. Elles continueront donc

à financer des projets aussi longtemps que

leurs finances communales connaitront

une forme d’équilibre; toutefois, si le

gouvernement ne leur vient pas en aide, il

va rapidement y avoir un clivage entre les

communes qui ont des réserves financières

et celles qui vont devoir couper dans

leur budget! Nous allons donc inciter le

gouvernement à les soutenir…

Les communes ont en effet un rôle essentiel

à tenir dans la relance de l’économie car

elles sont un véritable moteur pour les

entreprises et commerces locaux. Si leurs

investissements ne sont pas maintenus, ces

PME risquent la faillite et d’entrainer dans

leur chute d’autres sociétés dans un effet

boule de neige catastrophique.

“Un frein dans

les dépenses

communales

impacterait

gravement

l’économie locale”

Bien que le ministère de l’Intérieur

ait annoncé soutenir la construction

d’équipements collectifs en élevant de

35 à 40% le niveau des subventions à ce

niveau, cette aide n’est que minime car les

plafonds pour ces bâtiments publics n’ont

pas été adaptés depuis plus de 20 ans et ne

correspondent plus à la réalité du terrain.

Plutôt qu’une hausse des subventions, nous

souhaitons un subventionnement prenant

en compte l’évolution des coûts réels pour

ce type de structures.

Comment envisagez-vous l’avenir à

court terme?

Nous ne pourrons pas nous projeter tant

que le gouvernement ne nous donnera pas

d’indications claires sur le financement qu’il

débloquera pour les communes en 2021.

Il est d’ailleurs urgent que les communes

aient connaissance de leur budget car les

projets de l’année prochaine seront votés en

fin d’année et il faut que nous les préparions

dès maintenant.

Au niveau du SYVICOL, nous sommes

entre autres en train de préparer des

réunions régionales qui nous permettent

non seulement d’approfondir les résultats

du sondage avec les élus communaux, mais

également de discuter avec eux l’orientation

que le syndicat devrait prendre à l’avenir.

Ces réunions vont en principe avoir lieu

en début d’année prochaine, toujours à

condition que les conditions sanitaires le

permettent. Nous avons également prévu

d’élaborer un programme pluriannuel de

formation, au vu de la demande à ce niveau.

Le SYVICOL n’est plus le même syndicat

qu’il y a six mois et veille à s’adapter aux

résultats des sondages: être plus proche de

l’élu communal, répondre davantage aux

besoins des communes et savoir faire face

aux défis de l’ère post-Covid-19. n



12 LG

OCTOBRE 2020

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

30 années au service

de la culture du bâti

En cette année 2020, l’OAI fête ses 30 ans. L’occasion pour

l’Ordre de revenir sur le chemin parcouru mais également de

s’interroger sur l’avenir, à la lumière de la crise de Covid-19

qui impacte plus que jamais notre vivre-ensemble. Pierre Hurt,

son directeur, nous parle de l’histoire passée et à venir de l’OAI

et revient avec nous sur la cérémonie du Bauhärepräis 2020.

En 1992, l’OAI a mis en place la Fondation

de l’Architecture et de l’Ingénierie

(aujourd’hui LUCA) et a réactivé la

Fédération des travailleurs intellectuels

indépendants (FTI). Citons également le

programme de politique architecturale,

préparé à l’initiative de l’OAI, qui a été

approuvé par le Conseil de gouvernement

le 11 juin 2004.

L’OAI fête cette année ses 30 ans… Quel

bilan tirez-vous des actions menées

jusqu’ici?

Un anniversaire offre en effet une

formidable occasion de jeter un regard sur

le passé. À ce travail de mémoire, l’OAI s’y

plie volontiers car l’avenir se construit sur

des bases solides, assumées et partagées.

Pourtant, en ces temps de crise de Covid-19,

l’heure est moins à la célébration qu’à la

réflexion imposée par cette pandémie afin

de préserver et développer notre vivreensemble.

Pour revenir à l’histoire de l’OAI: l’association

des architectes et celle des ingénieurs

ont été regroupées au sein d’un ordre légal

par la loi du 13 décembre 1989. L’OAI est

ainsi devenu un interlocuteur respecté

auprès des pouvoirs exécutif et législatif,

au sein du secteur de la construction et des

cinq professions libérales qu’il représente

aujourd’hui: architecte, ingénieur-conseil,

architecte d’intérieur, aménageur/urbaniste,

architecte/ingénieur-paysagiste.

Depuis 1990, la mission de l’Ordre s’est

affinée notamment parce que l’OAI s’est

affirmé comme un partenaire fiable. Elle se

situe à trois niveaux:

1. Missions légales: outre les attributions

classiques d’un ordre légal (tenue du

tableau de l’Ordre, conseil de discipline,…),

l’expertise pratique dont bénéficient l’OAI

et ses membres a été valorisée par une

participation plus poussée au processus

législatif.

2. Organisation professionnelle: l’accent

a été mis sur le façonnage d’un cadre

de travail équitable pour les membres

(contrats-types, police d’assurance, manuel

concours, MOAI.LU,…). La mise en place

de formations continues innovantes – en

collaboration avec la House of Training –

participe à cette volonté de répondre aux

évolutions constantes du cadre légal et

technique et des besoins des usagers.

3. Domaine culturel et d’intérêt public:

l’OAI a lancé de nombreuses initiatives

destinées à renforcer la culture du bâti

en valorisant la véritable dimension du

travail de ses membres à travers différentes

actions destinées au grand public comme

les Guides Références OAI, Bauhärepräis,

Architectour.lu, laix.lu, Festival des cabanes,

diverses grandes expositions (Home&

Living, Bauzeichen,…), la sensibilisation

auprès des lycéens, etc.

“L’acte

de construire

a vu sa complexité

croître sans cesse

et de plus en plus

rapidement”

Les temps forts de l’OAI sont intégrés dans

ses missions qui ont été développées au

cours des trois dernières décennies. Une

chronologie illustrée des 30 ans de l’OAI et

le livre OAI+25 sont disponibles sur le site

www.oai.lu (médiathèque).

La constitution en 1990 du Centre

de Ressources des Technologies et de

l’Innovation pour le Bâtiment (CRTI-B),

plateforme neutre et ouverte pour tous les

intervenants de l’acte de construire (maîtres

d’ouvrage, maîtres d’œuvre et entreprises),

constitue une des co-initiatives clés de l’OAI.

En 2014, le lancement par le ministère

de la Fonction publique et de la Réforme

administrative en collaboration avec l’OAI

du site www.guide-urbanisme.lu, guide

interactif des démarches administratives en

matière d’urbanisme et d’environnement,

est une étape importante dans la

simplification administrative.

La collaboration avec nos partenaires et

alliés s’est intensifiée comme en témoignent

les résolutions signées en 1997 et en 2017

avec la Chambre des Métiers, ou encore

les initiatives communes avec la Chambre

de Commerce et la création du CNCD

(Conseil national de la construction

durable).

Le volet régional, européen et international

est soigné par la participation aux organismes

tels que CAE [1], EFCA [2],

EUROKA [3], UIA [4], FIDIC [5],

ICOMOS [6],… L’initiative de l’OAI laix.lu

– exchange/export - contribuent largement

au rayonnement de nos professions.

Actuellement, la Maîtrise d’œuvre OAI

(MOAI.LU) offre un cadre de références

aux relations entre les maîtres d’ouvrage,

les utilisateurs, les administrations, les

maîtres d’œuvre et les entreprises. Cette

méthodologie holistique du construire

ensemble est un outil indispensable pour

assurer à notre cadre de vie un caractère

durable.

Quelles sont vos ambitions pour l’avenir

de l’OAI?

L’acte de construire a vu sa complexité

croître sans cesse et de plus en plus rapidement:

contraintes procédurales, légales et

réglementaires variées et interconnectées, la

technicité, exigences des maîtres d’ouvrage,

des utilisateurs,…


LG

OCTOBRE 2020

13

Face à cette complexité, les membres OAI

assument de multiples fonctions: concepteur,

fédérateur, médiateur, gestionnaire…

Vu l’impact considérable du changement

de paradigme lié à la construction durable,

à l’économie circulaire sur la philosophie,

l’approche à adopter pour concevoir les

projets (innovation, progrès) et sur les

méthodes de travail (digitalisation), il

importe de trouver du personnel qualifié

et de le former à ces nouveaux défis. Notre

programme de formations continues, en

collaboration avec la House of Training, est

adapté en permanence pour répondre aux

besoins de nos membres et aux évolutions

rapides du secteur de la construction.

Pierre Hurt, directeur OAI

La phase de programmation et de conception

des projets doit être largement

accentuée et valorisée pour pourvoir

concrétiser cette révolution de la

construction. L’OAI poursuivra ses

efforts afin de soutenir ses membres pour

répondre à ces défis. Notre engagement se

résume toujours au fil des ans en peu de

mots: construire un cadre de vie résilient

et développer la culture du bâti. C’est la

manière de l’OAI d’apporter sa pierre à

cet édifice que constitue, au Luxembourg,

notre vivre-ensemble.

Parlez-nous du Bauhärepräis 2020….

Le Bauhärepräis OAI met en valeur la

relation de confiance qui a permis au

couple «maître d’ouvrage / concepteurs»

de s’exprimer de manière particulièrement

fructueuse. Le commanditaire se voit

ainsi saluer pour son soutien à la qualité

d’architecture et de conception d’un projet,

mais aussi pour sa contribution, par le biais

d’une réalisation remarquable et durable,

à la promotion d’une culture du bâti, de

l’aménagement du territoire ou encore de

l’urbanisme au Luxembourg.

pulsa creative studio

Le jury du Bauhärepräis OAI 2020

2

Achevées après le 1 er janvier 2016, les

réalisations, présentées par leurs maîtres

d’ouvrage avec l’équipe de maîtrise d’œuvre

(architecte, ingénieurs-conseils,...), doivent

avoir une relation avec le Luxembourg soit

par l’adresse de leur maître d’ouvrage soit

par leur implantation sur le territoire du

Grand-Duché de Luxembourg.

pulsa creative studio

Vernissage de la Pop-Up Expo Bauhärepräis OAI 2020 le 6 juillet 2020 à l’Ancien Hôtel des Postes Aldringen

en présence de la ministre de la Culture Sam Tanson


14 LG

OCTOBRE 2020

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Les Prix sont répartis en neuf catégories

et couvrent ainsi les prestations des cinq

professions de l’OAI: architecte, ingénieurconseil,

architecte d’intérieur, urbanisteaménageur

et architecte-paysagiste/ingénieurpaysagiste.

Il est placé sous le slogan cher à l’OAI:

Qui construit, construit pour nous tous!

D’où l’importance que le maître d’ouvrage

partage sa responsabilité sociétale avec

des concepteurs indépendants. En outre,

les prix spéciaux du Bauhärepräis reflètent

les sujets qui sont d‘actualité: la façon de

faire vivre le patrimoine, la rénovation

énergétique, les nouvelles formes d’habitat,

l’accessibilité des bâtiments, le courage du

maître d’ouvrage de donner une chance

aux jeunes concepteurs,… L’objectif est

également d’inspirer et de motiver les

futurs maîtres d’ouvrage.

Remise d’un des trophées du Bauhärepräis OAI 2020

OAI 2020 © Christof Weber

“Le slogan

cher à l’OAI:

Qui construit,

construit

pour nous tous!”

L’engouement pour le Bauhärepräis OAI

a encore été confirmé pour cette édition:

malgré la crise sanitaire, 257 maîtres

d’ouvrage privés et publics ont introduit

une candidature avec leur architecte et

ingénieurs.

Marc Feider, vice-président OAI; Jos Dell, président OAI; Sala Makumbundu, secrétaire générale OAI;

François Bausch, vice-premier ministre et ministre de la Mobilité et des Travaux publics, Patrick Nosbusch,

trésorier OAI, Steve Weyland, membre du Conseil de l’Ordre, Taina Bofferding, ministre de l’Intérieur,

Claude Turmes, ministre de l’Energie et de l’Aménagement du Territoire, et Pierre Hurt, directeur OAI

OAI 2020 © Christof Weber

La richesse des informations, fournies

par les maîtres d’ouvrage à travers leurs

témoignages écrits, est impressionnante

et constitue une source d’inspiration et

de discussion. Elles peuvent d’ailleurs

être retrouvées sur le site www.bhp.lu

qui reprend plus de 7.700 données sur les

257 candidats. On constate également le

besoin de profiter de ce prix pour discuter

de la culture du bâti et de la façon dont

nous construisons et vivons ensemble. La

Pop-Up Expo Bauhärepräis OAI 2020

à l’ancien Hôtel de Postes Aldringen

a proposé un cadre intéressant en la

matière.

La remise des trophées à la Philharmonie

le 21 septembre 2020 a connu un beau

succès avec la participation de près de

400 personnes sur place et plus de 1.000

personnes ayant suivi la retransmission sur

nos pages Facebook et Youtube. Elle peut

d’ailleurs être revisionnée sur ces pages.


LG

OCTOBRE 2020

15

Le livre rassemblera tous les 257 candidats au

Bauhärepräis OAI 2020, parmi lesquels les

nominés sélectionnés par le jury, et surtout

les maîtres d’ouvrage primés par le jury et par

le public. L’ouvrage sera disponible à partir

de novembre 2020 au secrétariat de l’OAI

ainsi que dans de nombreuses librairies.

Qui sont les lauréats de cette nouvelle

édition, plus particulièrement pour le

secteur communal?

Le jury international et national, totalement

indépendant de l’OAI, est composé

de professionnels et d’acteurs de la scène

politique et culturelle:

• Ivan Blasi (SP), coordinateur du Prix

d’architecture contemporaine de l’Union

Européenne - Prix Mies van der Rohe,

• Lorenz Bräker (CH), architecte, premier

vice-président de l’Union internationale

des architectes (UIA),

• Audrey De Smedt (BE), architecte,

vice-présidente du Conseil de l’Ordre des

Architectes de la province de Luxembourg,

• Katharina Häuser (DE), Dipl.-Ing.,

Ingenieurkammer Rheinland-Pfalz,

• Christine Mörgen (DE), Dipl.-Ing.,

Beisitzer Ingenieurkammer des Saarlandes,

• Sophie Plotton (FR), architecte, Conseil

régional de l’Ordre des Architectes Grand

Est,

• Semiray Ahmedova (L), architecte,

députée,

• Guy Hornick (L), maître d’ouvrage

privé, lauréat 2016,

• Patrick Welter (L), journaliste,

représentant du Conseil de presse,

• Paul Nathan (L), vice-président de la

Chambre des Métiers,

• Louis Oberhag (L), vice-président du

Syvicol,

• Alex Reding (L), galeriste.

Le jury est placé sous la co-présidence de

Semiray Ahmedova et de Lorenz Bräker.

Chargé d’apprécier les mérites des maîtres

d’ouvrage, il a distingué:

10 Lauréats

Maîtres d’ouvrage particuliers: Dackner

Lynette et Johan / Sybertz Hervé /

Wagener Marc

Maîtres d’ouvrage publics: -Ville de

Luxembourg / Administration des

Bâtiments publics / commune de Kopstal

/ commune de Schuttrange / Fonds

Belval / commune de Bettembourg

Maîtres d’ouvrage privés: Luxenergie S.A

16 Mentionnés

Maîtres d’ouvrage particuliers: Arndt

Laurent / Holtzem Thierry / Virgili-

Grethen M. et Mme / Schmitz M. et

Mme

Maîtres d’ouvrage publics: Fonds du

Logement / Administration des

Bâtiments publics (2x) / Service des

Sites et Monuments Nationaux (2x)

/ commune de Fischbach / Ville de

Luxembourg (3x) / Ville de Dudelange

/ Fonds Belval

Maîtres d’ouvrage privés: Cerce Munster

7 Prix Spéciaux / 1 Mention Spéciale

Prix Spécial du jury récompensant le coup

de cœur du jury pour un maître d’ouvrage

public: Fonds Belval

Prix Spécial du jury récompensant le coup

de cœur du jury pour un maître d’ouvrage

privé: Asars Constructions S.A.

Prix Spécial Courage du Maître d’Ouvrage

récompensant un maître d’ouvrage ayant

attribué une mission à un bureau jeune

et/ou sans les références attendues:

commune de Rosport-Mompach

Prix Spécial Patrimoine récompensant une

rénovation/réaffectation exemplaire d’un

objet de notre patrimoine architectural:

Fonds du Logement

Mention Spéciale Patrimoine

récompensant une rénovation/réaffectation

exemplaire d’un objet de notre patrimoine

architectural: Banque et Caisse

d’Epargne de l’Etat, Luxembourg

Prix Spécial Rénovation énergétique

exemplaire: Seven Pit

Prix Spécial Nouvelle Forme d’Habitat:

Goerens Michèle

Prix Spécial Accessibilité: Ville de

Luxembourg

De manière générale, le jury a apprécié

les témoignages de collaborations réussies

entre maîtres d’ouvrage et équipes de

maîtrise d’œuvre et la grande diversité

des solutions architecturales proposées.

Il a également souligné la remarquable

intégration des critères de durabilité:

réalisation de programmes à échelle

humaine, respect du patrimoine historique,

mise en avant de la construction en bois…

Des films sur les Lauréats et Prix Spéciaux

du Bauhärepräis OAI 2020 avec interviews

des maîtres d’ouvrage sont disponibles

sur la page Youtube de l’OAI et sur www.

bhp.lu, ainsi que sur nos divers réseaux

sociaux.

Par ailleurs, quatre Prix Voting Public,

organisés avec nos partenaires médias

Luxemburger Wort et RTL, ont été

désignés par les internautes sur www.bhp.lu.

Sur la période de vote (deux semaines pour

RTL, trois semaines pour le Luxemburger

Wort), ce sont près de 6.300 votes uniques

par candidat qui ont été enregistrés, un

nombre qui a triplé depuis 2016!

Prix coup de cœur des lecteurs du

Luxemburger Wort et des auditeurs de

RTL (Logement individuel):

GÓMEZ Oscar et ÁLAMO Carolina

Prix coup de cœur des auditeurs de RTL

(Logement collectif):

Codur S.A.

Prix coup de cœur des auditeurs de RTL

(Aménagement intérieur):

Tarrach Violant n

[1] Conseil des Architectes d’Europe.

[2] European Federation of Engineering Consultancy

Associations.

[3] Groupement constitué par les Ordres des Architectes de la

Grande Région.

[4] Union Internationale des Architectes.

[5] Fédération Internationale des Ingénieurs-Conseils.

[6] Conseil international des Monuments et des Sites.

Dans la prochaine édition de Lëtzebuerger

Gemengen commencera une série de

reportages sur les Lauréats, Mentionnés,

Prix Spéciaux et Nominés du secteur

communal pour le Bauhärepräis OAI

2020.

Ordre des Architectes

et des Ingénieurs-Conseils (OAI)

6, bld Grande-Duchesse Charlotte

L-1330 Luxembourg

oai@oai.lu

www.oai.lu



WWW.BHP.LU

BAUHÄREPRÄIS OAI 2020

Re-use des tissus de la Pop-Up Expo

Bauhärepräis OAI 2020

Salon Home Expo à la Luxexpo THE BOX

du 10 au 18 octobre 2020

Le livre rassemble les 257 candidats au

Bauhärepräis OAI 2020 et surtout les 10

Lauréats, 16 Mentionnés, 7 Prix Spéciaux,

1 Mention Spéciale et 4 Prix Public Voting.

Appel de candidature sur www.bhp.lu pour la création

de vêtements / objets à partir des tissus de l’exposition Pop-Up

Présentation de l’exposition complète lors du salon

HOME & LIVING

DIMANCHE 18 OCTOBRE 2020 à 15H A LUXEXPO THE BOX :

VENTE AUX ENCHÊRES au profit de l’Oeuvre

Nationale et de Secours Grande-Duchesse Charlotte

Partenaires : Design Luxembourg / Creative Industries Cluster

de Luxinnovation / LuxExpo The Box / asbl De Mains de Maître /

Oeuvre Nationale de Secours Grande-Duchesse Charlotte

Il sera disponible

à partir de fin

novembre 2020

au secrétariat

de l’OAI et dans

de nombreuses

librairies au prix

de 20 € TTC.

Retrouvez des informations détaillées sur

le site www.bhp.lu qui reprend plus de

7700 données sur les 257 candidats.

La richesse des informations, fournies par les maîtres

d’ouvrage à travers leurs témoignages écrits, est

impressionnante, et constitue une source d’inspiration

et de discussion.

Des films sur les Lauréats et Prix Spéciaux du Bauhärepräis OAI 2020

avec interviews des maîtres d’ouvrage sont disponibles sur la page

Youtube de l’OAI et sur www.bhp.lu

OAI 30 ANS LUXEMBOURG 2020

© OAI 2020 / WWW.OAI.LU


Mike Besch

Architectour.lu: Daïchhal

Le Daïchhal est situé au creux de la vallée de l’Alzette. Sa carapace dorée renvoie à l’imaginaire

festif et précieux. Il abrite une grande salle au rez-de-chaussée de 50 x 30 m ainsi que des

locaux annexes. À l’étage, une galerie plongeante sur le grand hall dessert plusieurs salles de

réunion. Les matériaux employés sont délibérément bruts pour mieux résister aux différentes

utilisations (concerts, bals, foires agricoles, etc.). Mike Besch, responsable du projet, répond à

nos questions sur sa conception.

Comment avez-vous pensé la conception

architecturale de la réalisation?

Nous voulions surtout affirmer et confirmer

la présence de ce bâtiment culturel et

populaire niché au creux de la vallée de

l’Alzette et perçu des cimes environnantes.

Le toit surexposé méritait un traitement

privilégié au même titre que la belle façade.

Nous voulions que la façade et le toit ne

forment qu’un: un seul espace bombé pour

l’accueil des fêtes.

Quels sont les aspects de sa conception

qui en font un élément incontournable du

paysage architectural luxembourgeois?

Le Hall Deich reflète l’esprit de fête!

Il exprime ainsi une image en relation avec

son contenu. Sa carapace dorée renvoie

à l’imaginaire festif et précieux à l’image

des plus belles parures qu’on met pour

aller danser. Les rayures empruntent au

«costume» l’élégance pour souligner et

accentuer la forme courbe et continue du

hall. Dans le même esprit, le gazon artificiel

appliqué sur les murs pignons, ici en noir -

couleur de la nuit et de la sobriété - joue de

la lumière. Il est fourrure artificielle, doux

au toucher, pétillant et brillant.

Quels ont été les difficultés techniques à

relever dans le cadre de ce projet?

Le Däichhal accueille des concerts pop-rock,

le bal avec D.J. local, les bolides tunés du

marché de la voiture d’occasion, des cours de

danse, des diners d’entreprise, les assemblées

de partis politiques, le marché des créateurs,

la fanfare municipale, les vaches de la foire

agricole et bien d’autres événements.

Le Däichhal est donc très polyvalent et

souvent mis à rude épreuve! Nous y avons

répondu en choisissant des matériaux

résistants et vieillissant bien dans le

temps. Toute forme de «chikki-mikki» a

été exclue. Le nombre de matériaux a été

réduit. Les détails ont été lissés pour arriver

à une architecture résistante et brute de

décoffrage. n

Article réalisé en partenariat avec l’OAI

et s’inscrivant dans une série destinée à

présenter les quatorze projets highlight

du Guide d’architecture contemporaine

du Luxembourg, Architectour.lu.



20 LG

OCTOBRE 2020

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Architectour.lu:

nouveau centre communal

d’Eschdorf

Le nouveau centre communal d’Eschdorf se caractérise par

son enveloppe homogène en acier Corten. L’objectif du

projet est de restructurer le centre d’Eschdorf et d’y établir

un campus regroupant des activités diverses. Claude Ballini,

architecte-urbaniste associé pour le bureau Ballinipitt

architectes urbanistes SA, nous parle de la conception de ce

projet réalisé en collaboration avec les bureaux d’ingénieursconseils

Dal Zotto & Associés et BERED.

Claude Ballini

Comment avez-vous pensé la conception

architecturale de la réalisation?

Un projet vient toujours d’un dialogue

avec le client. La commune avait la

volonté de créer un campus regroupant

des activités diverses, suite à la fusion

des communes de Heiderscheid, Eschsur-Sûre

et Neunhausen. L’objectif était

de créer un bâtiment avec une identité

forte qu’on puisse reconnaitre comme un

nouveau centre communal, une nouvelle

mairie. En même temps, il fallait insérer le

nouveau bâtiment dans son environnement

villageois et inclure dans le projet les

éléments caractéristiques de la région: le

parc, la nature, l’eau. La forme du bâtiment

rappelle le paysage avec les crêtes et les

vallées qui entourent Esch-sur-Sûre. Des

détails ruraux traditionnels tels que les

toitures à versant ou les proportions et

hauteur des bâtiments sont intégrés dans

le concept. Nous avons trouvé le moyen

de reprendre l’échelle villageoise et de la

traduire en quelque chose de nouveau.

Le bâtiment a plusieurs fonctions. Il

abrite des guichets ouverts au public et

des bureaux de l’administration. L’entrée

du bâtiment est un grand espace ouvert et

majestueux pour accueillir des événements

exceptionnels, des cérémonies, des actes

civils etc. Le conseil communal et le collège

des bourgmestre et échevins se réunissent

dans une salle de 70 m 2 située dans un

box vitré étant ainsi visible de l’extérieur.

Cet espace peut aussi être utilisé pour des

réceptions officielles.

Quels sont les aspects de sa conception

qui en font un élément incontournable du

paysage architectural luxembourgeois?

La façade en acier Corten déployé est

unique au Luxembourg. Ceci confère une

lecture homogène et unifiée du bâtiment

sans lui attribuer un aspect massif, tel que

l’aurait fait du Corten en tôle pleine. La

motivation principale pour le choix de

l’acier Corten est sa couleur vivace. Son

aspect proche de teintes naturelles permet

une intégration harmonieuse dans l’espace

vert. Des stores solaires coulissants ont été

développés spécialement pour ce projet. En

position fermée ils rehaussent la solidité et

la continuité de la construction. La toiture

est recouverte de végétation extensive,

malgré les pentes très raides.

Quels ont été les défis techniques à

relever dans le cadre de ce projet?

La structure principale est réalisée par une

construction en béton armé «monolitique».

La coque du premier étage est autoportante

sur toute la largeur du bâtiment. Ceci

permet de créer une continuité spatiale

visuelle au premier étage; il n’y a pas de

poteaux portants à l’intérieur. Les éléments

complémentaires, insérés dans le volume,

sont reliés par des passerelles et un escalier

en acier. n

Article réalisé en partenariat avec l’OAI

et s’inscrivant dans une série destinée à

présenter les quatorze projets highlight

du Guide d’architecture contemporaine

du Luxembourg, Architectour.lu.


LG

OCTOBRE 2020

21

Ballinipitt architectes urbanistes SA


22 LG

OCTOBRE 2020

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

L’aménagement

extérieur sous le

signe de la créativité

A Senningerberg la nature prend ses droits. Les arbres qui

dominent la terrasse de BEST Ingénieurs-Conseils, la petite

brise fraîche d’une fin d’après-midi, les quelques feuilles aux

couleurs automnales qui commencent lentement à tomber

sont autant de points de vue du paysage qui appellent à la

sérénité mais aussi à la concentration. C’est en ce mois de

septembre frappé par l’été indien que Stephan Ohliger, María

José Domínguez et Soraya Meftah, respectivement ingénieurassocié

et responsable du service aménagements extérieurs

et paysagers, ingénieur chef de projet en aménagements

extérieurs et infrastructures et architecte paysagiste chez

BEST Ingénieurs-Conseils, se réunissent pour réfléchir aux

divers projets d’aménagements extérieurs. Certains d’entre

eux ont été lancés suite à la création d’un nouveau service

consacré à l’architecture du paysage au sein du bureau d’études

pluridisciplinaire. Deux mondes a priori parallèles, ceux de

l’ingénierie et de la créativité, fusionnent, donnent forme à

de nouvelles synergies et proposent des services aujourd’hui

beaucoup plus approfondis.

Quelles ont été les raisons qui ont

poussé BEST Ingénieurs-Conseils à

étendre son service d’aménagements

extérieurs aux études de paysage?

SO: Ce n’était pas une raison, mais plutôt

une évolution naturelle de notre activité.

Notre service d’aménagements extérieurs

intervient dans la plupart de nos projets

de constructions. Lorsque l’on évoquait

l’aménagement extérieur et l’infrastructure,

on parlait de la partie enterrée qui fait vivre

un bâtiment mais que personne ne voit: les

réseaux, les canalisations, etc. Cette partie

purement technique est liée à l’ingénierie et

à la technologie.

MJD: Evidement dans notre travail,

l’intervention se fait aussi sur la partie

visible et jusqu’à récemment, nous

nous limitions à aménager simplement

des surfaces. Cependant, nous étions

conscients qu’en nous occupant de

l’extérieur, nous pouvions mettre en valeur

un concept architectural, un lieu, un

bâtiment. Avec ce nouveau service, nous

repoussons nos limites pour aller beaucoup

plus loin en concevant des lieux et non

plus des surfaces. C’est pourquoi nous

avons impliqué avec nous Soraya Meftah,

architecte-paysagiste, pour approfondir et

enrichir notre service.

SM: La mission que l’on m’a confiée

est d’apporter une fibre sensible, une

dimension esthétique et artistique qui

doivent s’associer aux aspects techniques

d’un projet. A première vue, l’ingénierie

et la créativité sont deux mondes différents

mais ils sont aussi complémentaires; au

sein de BEST nous parvenons à les faire se

rencontrer pour se sublimer.

En d’autres termes, la créativité rejoint

la technique. Est-ce également une

demande concrète de la part de vos

clients?

SO: Oui, c’est également le cas, cette évolution

se fait dans les deux sens. De plus en

plus de projets et maîtres d’ouvrage ont recours

à des services de paysagistes. Les besoins des

clients évoluent. En tant que bureau d’études,

nous devons être capables d’y répondre et

d’offrir au client un travail complet et de qualité.

MJD: Nous voulons offrir plus de possibilités

aux maîtres d’ouvrage en proposant

un large éventail de services ayant

trait à l’aménagement extérieur et à

l’architecture du paysage. Nous pouvons

intervenir à tout moment et dans toutes

les échelles: lotissements, résidences, parcs,

espaces publics, etc.

SM: Entre Ingénieurs et concepteurs, nous

parvenons à nous comprendre et à parler le

même langage. Nous pouvons intervenir

en amont d’un projet à partir d’une page

blanche, ou lorsqu’il est en cours de

développement voire de réalisation. Il

s’agit alors d’intervenir délicatement sur les


espaces pour leur donner une fonction, une

valeur intrinsèque, une âme.

Quels sont les principaux avantages

d’une collaboration avec votre bureau

d’études et de services techniques?

SO: Notre démarche se calque sur un argumentaire

solide, technique et précis qui se

combine à une approche innovante et créative.

BEST Ingénieurs-Conseils regroupe 175

collaborateurs pluridisciplinaires spécialisés

dans les domaines de la construction et

du génie civil. Nous sommes donc actifs

dans divers secteurs tels que la mobilité et

les infrastructures, l’alimentation en eau

potable, les bâtiments, les ouvrages d’art et les

constructions industrielles, l’assainissement

des eaux, l’environnement, la sécurité et la

santé ou encore l’urbanisme et la topographie.

En travaillant avec BEST et grâce à notre côté

multidisciplinaire, nos clients collaborent

avec un seul interlocuteur et les douze

personnes composant notre service maîtrisent

à la fois les infrastructures, le paysage et

l’aménagement extérieur et disposent au sein

du bureau d’un grand nombre d’experts dans

tous les domaines de la construction.

SM: Nous encourageons nos clients à

s’engager dans l’aménagement extérieur

et l’architecture du paysage dès la phase

de conception du projet afin d’avoir une

cohérence et une harmonie complète dans

l’aménagement. L’idée est d’optimiser

l’interopérabilité au sein du projet afin

d’effectuer des économies dans la phase

de réalisation. Nous maîtrisons à la fois,

la partie sensible, créative et la partie

technique d’un projet.

MJD: Nous sommes capables de créer des

espaces évolutifs et attractifs qui offrent une

qualité certaine, améliorent le cadre de vie

et favorisent la cohésion sociale. Les lieux

doivent ainsi être fonctionnels, esthétiques

et architecturaux.

Stephan Ohliger, Soraya Meftah et Maria José Dominguez

“Intervenir

délicatement

sur les espaces

pour leur donner

une fonction,

une valeur

intrinsèque,

une âme”


24 LG

OCTOBRE 2020

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

L’aménagement extérieur joue-t-il un

rôle primordial dans le développement

des communes, des villes intelligentes

ou des écoquartiers?

SM: J’en suis convaincue. L’aménagement

extérieur se trouve à la croisée des autres

domaines qui animent les villes; c’est le lien

entre toutes les autres composantes tels que

la mobilité, l’urbanisme, l’environnement,

etc. A l’heure actuelle, les cités se rêvent

plus vertes et l’aménagement extérieur a

un rôle crucial à jouer. De plus, certaines

certifications, telle que le BREEAM (BRE

Environmental Assessment Method),

intègrent l’aménagement extérieur dans

leurs critères.

MJD: En effet, en sachant que la mobilité

douce est aujourd’hui un sujet phare dans

le développement des villes, les pistes

cyclables, les parcs, les aires de jeux, les

routes, les piétons, les zones de rencontre,

le projet urbain, etc., sont autant de facettes

à créer et à gérer pour permettre un vivre

ensemble plus harmonieux.

SO: Cet aspect entre également dans une

approche territoriale car l’aménagement extérieur

peut non seulement influencer les alentours

d’un bâtiment, d’un quartier mais aussi

relier les territoires communaux entre eux.

En d’autres termes, nous parvenons à maitriser

toutes les problématiques in situ car

les infrastructures se doivent d’intégrer leur

environnement.

Qu’en est-il des autres aspects durables

dans l’aménagement extérieur et de leur

mise en œuvre chez BEST?

SO: Les énergies durables et l’économie

circulaire font partie de nos principes.

Nous nous efforçons d’y souscrire au

quotidien dans nos projets par l’utilisation

de matériaux locaux et / ou recyclés.

SM: Jusqu’à maintenant, nous travaillons

avec des matériaux classiques et

traditionnels mais nous commençons

à intégrer des matériaux vivants et

dynamiques qui évoluent dans le temps.

Les jardins verticaux et les murs végétaux

en sont de parfaits exemples.

MJD: Nous remarquons également une

recrudescence des toitures terrasses et

des toitures végétalisées qui se rajoutent

à nos missions. Nous avons alors des défis

supplémentaires à relever qui nous amènent

à y répondre avec des solutions complètes,

fonctionnelles, esthétiques, artistiques et

bien sûr techniques. n

“Créer des

espaces évolutifs

et attractifs

qui offrent une

qualité certaine,

améliorent le cadre

de vie et favorisent

la cohésion

sociale”


VOTRE SPÉCIALISTE EN GARANTIES FINANCIÈRES ET CAUTIONS

pour le secteur de la promotion et de la construction

Vous développez un projet

immobilier résidentiel ?

Vous devez garantir une

obligation contractuelle ?

Devenez client et rejoignez notre

communauté de plus de 400 clients

à Luxembourg et en Belgique

BPI & UNIBRA - Projet Gravity - Differdange

LES + EUROCAUTION :

LA SATISFACTION DE NOS CLIENTS EST

NOTRE PRÉOCCUPATION PRINCIPALE

Sélection des meilleurs assureurs

Société 100% luxembourgeoise

Possibilité d’émission à l’international

Une équipe de souscription spécialisée en interne

Capacité de rejoindre les banques dans le cadre

de la syndication d‘une ligne de garantie

NOUS PROPOSONS DES CAUTIONS

ET GARANTIES FINANCIÈRES

(LISTE NON EXHAUSTIVE) :

d’achèvement

de bonne fin

de remboursement d’acomptes

de retenue de garantie

de paiement

environnementales

TRALUX IMMOBILIER - Projet Millenium Square Mile – Belval

info@eurocaution-benelux.com

www.eurocaution-benelux.eu


26 LG

OCTOBRE 2020

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Bien planifier

pour mieux construire

Le bureau INCA Ingénieurs Conseils Associés a contribué à

façonner le paysage urbain luxembourgeois au fil des années.

De la construction du Conservatoire de musique au musée de

la Ville de Luxembourg, en passant par la Philharmonie, le pont

de Grevenmacher, l’ascenseur du Pfaffenthal et le ministère

des Affaires étrangères, on peut observer ses références

aux quatre coins du pays. Walter De Toffol, son fondateur

et associé gérant, nous parle des départements acoustique,

thermique et sécurité au feu qui connaissent actuellement un

véritable essor.

Présentez-nous votre bureau en quelques

mots…

Créé au début des années 90 notre bureau

spécialisé dans le domaine de l’ingénierie

civile réalise des études dans une dizaine

de domaines. Nous concevons des

infrastructures ferroviaires, routières et des

ouvrages d’art tout comme des constructions

immobilières et sommes spécialisés dans

des projets liés à l’environnement. Nos

projets phares en cours sont le P&R de

Rodange, la Cité de la Sécurité sociale,

le pôle d’échange SERRA au Kirchberg,

l’immeuble Zénit à Luxembourg-Ville, le

centre aquatique à Dudelange, les projets

Nonnewisen à Esch/Alzette, la gare et le

pont Patton à Ettelbruck, l’extension de la

Banque Européenne d’Investissement,…

Nous sommes actifs en coordination

générale et direction des travaux ainsi qu’en

maîtrise d’ouvrage déléguée, activité pour

laquelle nous avons géré les projets de la

Philharmonie, le Musée Hergé à Louvainla-Neuve,

le Conseil d’Etat, le Musée

National d’Histoire et d’Art, le Bierger

Center,…

Walter De Toffol


LG

OCTOBRE 2020

27

Parmi nos départements les plus récents, un

premier est dédié au BIM et un deuxième à

la physique du bâtiment, qui prend de plus en

plus d’essor au vu de la demande au niveau de

l’acoustique, la thermique, l’assainissement et

la sécurité au feu. Un troisième département

est consacré aux certifications BREEAM,

HQE, DGNB, LEED, WELL et aux études

environnementales variées mais notamment

liées au confort des personnes dans les bâtiments

(qualité de l’air, de l’eau, bien-être,…).

Pour terminer, notre département Quantity

Surveyor contrôle les coûts d’une construction.

Notre équipe compte 140 collaborateurs

répartis en quatre sites (Niederanven,

Esch/Belval, Diekirch, Luxembourg-Ville)

quadrillant stratégiquement le pays et

accueillant notre personnel en fonction de

leur lieu de résidence et s’approchant ainsi

des différents clients étatiques et communaux.

En quoi consiste votre activité de coordination

de projets?

Nous intervenons, en tant que coordinateur

ou maître d’ouvrage délégué, activement

dès le début d’un projet en calculant

puis en vérifiant les risques à travers une

méthode d’audit spécifique. Il y a alors une

collaboration très étroite avec l’architecte

en charge de la conception et la maîtrise

d’œuvre. Notre démarche anticipative réduit

donc les risques, garantit la qualité, les coûts

et les délais. Pour les projets d’envergure, il

n’est aujourd’hui plus possible de se passer

de ce poste!

Ce rôle diffère toutefois de notre activité

QS. Dans cette branche nous sommes plutôt

un acteur externe, qui vérifie si l’estimation

des coûts de la construction est réaliste. Cela

permet de rassurer les investisseurs afin de

contracter un financement ainsi que les

maîtres d’ouvrages communaux ou étatiques.

Nous assurons ensuite un suivi des dépenses

à mesure de l’avancement des travaux afin

de prouver aux investisseurs et clients que le

projet évolue jusqu’à sa conclusion comme

initialement annoncé.

Quelles sont vos compétences en matière

d’acoustique?

Nos études acoustiques interviennent dès

la planification d’un projet car en analysant

le choix des matériaux et l’environnement,

nous pouvons déjà prévoir une structure

adéquate pour éviter les ponts acoustiques.

Que ce soit en mission directe ou en

consultance pour des bureaux d’architecte

nous effectuons toujours des calculs et

simulations préalables et émettons des

propositions qu’il faudra vérifier lors du suivi

de la mise en œuvre et adapter en fonction

de nos essais intermédiaires. C’est un

travail qui se déploie depuis le début et sur

toute la durée d’un chantier car une fois le

bâtiment construit, il est parfois impossible

de remédier à ces problématiques.

Nos analyses étudient l’impact des pollutions

sonores de l’extérieur vers l’intérieur et viceversa

et veillent à les amoindrir au minimum.

Elles garantissent également une bonne

acoustique intérieure dans de futurs projets

ou bien dans le cadre de la rénovation d’un

bâtiment. Cela a par exemple beaucoup

d’importance dans des mairies, centres

culturels, écoles, atriums et espaces de

bureaux ouverts,…

Vous avez également une section dédiée

à la thermique…

Nous analysons en effet les ponts thermiques

d’un bâtiment suite à l’apparition de

moisissure afin d’en déterminer l’origine

et trouver des solutions évitant que le

problème ne se manifeste à nouveau.

Réparer ces problèmes est très coûteux, c’est

pourquoi nous proposons de réaliser dès la

planification d’une nouvelle construction

des études de ponts thermiques pour trouver

des solutions et les éliminer à la source; nous

orientons ainsi le travail de l’architecte pour

réduire les risques au minimum.

La sécurité au feu fait également partie

de vos activités. En quoi consiste-t-elle?

L’approche de la sécurité au feu dépend

de la complexité du bâtiment! En fonction

de celle-ci, nous proposons tout un

panel d’analyses comme des études de

désenfumage pour éviter l’accumulation

mortelle de fumée dans les pièces. Nous

estimons par ailleurs le nombre maximum de

personnes qui peuvent occuper un bâtiment

selon différents critères.

Nous calculons la tenue au feu réel d’une

structure afin de permettre non seulement

l’évacuation des personnes, mais aussi

l’arrivée des pompiers et l’extinction des

flammes. Ainsi, dès la planification d’un

projet nous savons si des protections ou

des surdimensionnements sont nécessaires.

Nous veillons par ailleurs à éviter le saut

du feu d’un étage à l’autre en réalisant des

études de compartimentage ou de sprinklage

et organisons les sorties de secours pour

veiller à un bon flux d’évacuation.

La sécurité au feu est un domaine

d’importance capitale et soumis à des

obligations réglementaires très fortes

auxquelles nous aidons les clients à se

conformer et ceci par des choix judicieux

concertés avec les autorités responsables.

Quels seront vos prochains projets?

Nous travaillons actuellement à la réalisation

de la nouvelle passerelle reliant la

gare centrale au quartier de Bonnevoie,

d’un pont à haubans d’environ 200 m de

portée surplombant l’autoroute A3 reliant

Luxembourg et Bettembourg pour les CFL.

Nous suivons également la construction

d’une grande passerelle piétonne et cyclable

qui reliera la gare d’Esch et de Belval.

D’autres prestigieux projets sont à l’étude

comme le Nordstad lycée, le vélodrome

de Mondorf-les-Bains, l’extension de la

Philharmonie et le siège d’ArcelorMittal au

Kirchberg. n

INCA

47, rue Gabriel Lippmann

L-6947 Niederanven

info@inca-ing.lu

www.inca.lu


28 LG

OCTOBRE 2020

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

Optimiseurs d’espaces

La nouvelle résidence Amalbergue à Rodange faisait face à un problème de taille: elle ne

disposait que de six places de parkings pour sept appartements. Limités par des critères

réglementaires et budgétaires, les promoteurs ont fait appel à leur ascensoriste. thyssenkrupp

Ascenseurs Luxembourg propose en effet une gamme complète de solutions de mobilité et

d’accessibilité au Grand-Duché. Explications de Clément Wampach, directeur-gérant et de

Vincent Sarazain, responsable commercial.

Vincent Sarazain et Clément Wampach


LG

OCTOBRE 2020

29

La résidence Amalbergue

Le résident arrive devant son système de

parking et par l’intermédiaire de la clé

de manœuvre se trouvant dans le boîtier

de commande, il positionne le système

en position haute ou en position basse.

Une fois la plateforme arrivée à la bonne

position, il peut garer son véhicule ou le

récupérer à son emplacement personnel.

Le maintien de la clé de manœuvre garantie

une sécurité à tout moment et la simplicité

et la rapidité d’utilisation rendent le système

très convivial. Les véhicules de la résidence

Amalbergue peuvent mesurer jusqu’à

5 mètres de long et 1,80 de hauteur. Il existe

d’autre variantes du système qui permettent

par exemple à des véhicules de 6,2 mètres et

2,2 mètres d’utiliser le Parklift P450.

Il existe en outre des adaptateurs pour les

motos ainsi que des bornes pour chargeur

de véhicules électriques. Toutes les fixations

ont été pensées afin d’éviter les vibrations et

améliorer l’isolation acoustique.

Le Parklift 450, produit phare de la gamme,

aura permis d’augmenter la capacité de

stationnement, passant ici de six à neuf

places.

Parfaitement adapté au Luxembourg

Alors que les prix du foncier ne cessent

d’augmenter, maximiser l’espace disponible

est l’un des objectifs des architectes du pays.

Les solutions proposées par thyssenkrupp

participent à libérer de l’espace et à rendre

la vie quotidienne plus simple. Distributeur

et installateur exclusif de la marque

allemande Wöhr, thyssenkrupp convainc

par les nombreuses possibilités offertes par

son système de stationnement automatisé.

Wöhr étant le leader mondial des parkings

mécaniques depuis plusieurs décennies.

L’évolution vers des systèmes de parking

totalement automatisés est une tendance

logique dans les villes à forte densité comme

Luxembourg.

«Le Parklift 450 connaît depuis quelques

années de plus en plus de succès en dehors

de la capitale», assure également Clément

Wampach.

Il est dorénavant possible de stationner

les véhicules sans perdre d’espace avec le

système de rampes automatisées et c’est

donc un gain de place énorme et une vraie

solution pour les espaces restreints.

thyssenkrupp Ascenseurs Luxembourg

L’ascensoriste, installé au Luxembourg

depuis 1987, propose aujourd’hui une

gamme complète de solutions de mobilité

et d’accessibilité au Grand-Duché.

Le 31 janvier 2020, thyssenkrupp Ascenseurs

a franchi une nouvelle étape dans son

développement avec l’inauguration de

nouveaux locaux situés au 5 Läiteschbaach

à Contern. Interlocuteur unique pour les

problèmes de mobilité dans les bâtiments,

thyssenkrupp Ascenseurs Luxembourg

propose des solutions de parkings,

d’ascenseurs, de garages et de montepersonnes.

Et si la qualité de ses produits

est allemande, son savoir-faire, ses services

et ses équipes, eux sont luxembourgeois. n

“Le Parklift 450,

produit phare

de la gamme,

aura permis

de doubler

les capacités

de stationnement”

Labels et Certifications

• Les certifications ISO 9001,

ISO 14001 et VCA

- Label «SuperDrécksKëscht» pour

le tri des déchets

- Label «Made in Luxembourg»

de la Chambre des Métiers

- Label «Sécher a Gesond mat System»

de l’AAA (Association Assurance Accident)

- Label «Entreprise Socialement

Responsable» de l’INDR

• Lauréat du «Prix Luxembourgeois

de la Qualité et de l’Excellence»

du MLQE (Mouvement Luxembourgeois

de la Qualité et de l’Excellence)

thyssenkrupp Ascenseurs

5 rue Läiteschbaach

L-5326 Contern

www.thyssenkrupp-elevator.com/lu

www.woehr.de


30 LG

OCTOBRE 2020

IMMOBILIER & CONSTRUCTION

EuroCaution,

leader de la garantie

financière d’achèvement

EuroCaution est une InsurTech luxembourgeoise née en 2012. En tant que courtier

souscripteur spécialisé en garantie financière, la société exécute le travail préalable

à l’émission d’une garantie et sélectionne ensuite un assureur avec des ratings et des

ratios de solvabilité élevés acceptant d’en porter le risque. En quelques années à peine,

l’entreprise s’est positionnée en leader sur les marchés belge et luxembourgeois en matière

de garantie d’achèvement, principalement à destination des promoteurs et constructeurs.

Interview de son CEO, Alessandro Rizzo, et de Cédric Doppagne, Head of Sales Benelux.

Cédric Doppagne et Alessandro Rizzo


LG

OCTOBRE 2020

31

Comment se porte le secteur de la construction

face à l’augmentation continuelle

des prix de l’immobilier?

AR: L’explication à l’augmentation des

prix de l’immobilier n’est pas à chercher

du côté de la construction mais plutôt

du foncier, qui peut atteindre 60% de la

valeur d’un bien. Notre travail consiste à

réduire les coûts du promoteur vis-à-vis

d’un acheteur en lui proposant une garantie

légale concurrentielle. Toutefois si les coûts

du foncier continuent à évoluer de manière

disproportionnée, le prix de vente des

constructions ne pourra pas baisser.

La responsabilité de cette explosion tarifaire

revient majoritairement aux communes qui

tardent à délivrer les permis pour l’exploitation

des terrains. Les projets qui nécessitent

l’obtention de PAP prennent parfois dix ans

à se concrétiser, période au cours de laquelle

les prix augmentent car le terrain prend

de la valeur. La délivrance plus rapide des

permis favoriserait une concurrence accrue

entre les ventes et, par conséquent, freinerait

cette inflation. Pour réduire ces délais, il faut

absolument procéder à une simplification

administrative, une digitalisation de la

procédure et/ou permettre de construire des

projets de plus grande envergure.

Nous pensons également que l’Etat devrait

changer de stratégie en s’inspirant du

modèle suisse où le secteur public n’investit

pas dans le parc immobilier. Il encourage en

revanche les promoteurs privés à créer des

habitations à coût abordable en prévoyant

des abattements fiscaux intéressants pour

ce type de logement et des contraintes

financières en cas d’augmentation du loyer.

Quel impact la crise liée au Covid-19

a-t-elle sur vos activités?

AR: L’impact du confinement a peut-être

touché la marge des constructeurs, mais

les pertes sont absorbables pour les grands

acteurs. Le marché de la construction

risque toutefois de connaître dans le

futur un problème de surcapacité. Les

nouveaux projets de bureaux se raréfient

et les fonds débloqués par l’Etat pour la

création d’infrastructures écologiques ne

pourront pas bénéficier à nos constructeurs

locaux qui devront probablement chercher

l’expertise à l’étranger.

Aujourd’hui les carnets de commandes

sont pleins et le prix des matériaux locaux

ne cesse d’augmenter. Les tarifs de la

construction vont toutefois chuter car il n’y

aura pas assez de demande sur le marché.

L’effet est pervers: les prix devraient

augmenter pour faire face à la crise mais,

au vu de la concurrence présente dans le

secteur, ils ont plutôt tendance à chuter!

Nous nous attendons ainsi à une augmentation

de 20 à 22% des faillites à l’horizon

2021.

CD: De plus, en période de crise

économique, le secteur bancaire mise sur

la prudence et rend plus difficile l’accès à

l’emprunt. C’est pourquoi, en passant par

une société comme la nôtre, les entreprises

peuvent réduire leur exposition au crédit. En

effet, les assurances que nous délivrons sont

hors-bilan, les promoteurs et constructeurs

peuvent donc conserver leur capacité

d’emprunt pour des investissements à plus

grande valeur ajoutée. Notre activité est

à contre-tendance de celle des banques,

puisque nous continuons à apporter

des solutions de garantie en redoublant

de vigilance quant à l’analyse des soustraitants,

qui constituent le risque principal

du promoteur, et essayons de le soutenir

en continuant à accepter des risques même

dans une période économique difficile.

“Nos primes

sont dégressives,

à mesure qu’une

construction

progresse”

Parlez-nous de votre offre de garantie

financière d’achèvement…

CD: Au Luxembourg, il est courant d’acheter

un appartement sur plan; le constructeur et

le promoteur sont alors dans l’obligation

de contracter une garantie légale assurant à

l’acheteur que quelqu’un prendra la relève

en cas de faillite. L’avantage est que les

promoteurs ne doivent pas attendre la fin

de leurs chantiers pour vendre leurs biens et

peuvent donc poursuivre continuellement

leurs investissements! S’agissant toutefois

d’une obligation légale, nous veillons à

ce que cette prime soit la moins élevée

possible en les aidant à sécuriser leurs

dossiers à travers un questionnaire type

que nous leur soumettons. La digitalisation

ayant simplifié nos processus administratifs,

notre décision est ensuite prise en 72 heures

sur base d’un dossier complet et nous

émettons des garanties vers les notaires en

une journée à peine.

AR: Cette décision ne tient pas uniquement

compte du bilan de l’entreprise mais

surtout d’une analyse approfondie des soustraitants.

En effet, en tant qu’assureurs,

nous avons accès à des données rendues

publiques quant à leurs bilans; nous

pouvons ainsi indiquer à un promoteur s’ils

sont fiables.

Nous collaborons également avec le

secteur public à qui nous avons par

exemple récemment émis ce type de

garantie pour un projet 80 logements.

Notre offre comprend par ailleurs un volet

de garantie d’infrastructures qui leur est

dédié. De manière générale, notre produit

les convainc grâce à un meilleur suivi et

une définition beaucoup plus précise et

transparente des termes de la garantie.

CD: De plus, notre approche orientée

projet nous permet d’appliquer des tarifs

hautement concurrentiels par rapport

à ceux des banques ou mutualités de

cautionnement. En effet, nos tarifications

ne sont pas calculées sur le prix de vente

mais sur le coût réel de construction, qui est

continuellement mis à jour en fonction de

l’état d’avancement des travaux. Les primes

sont donc dégressives, à mesure qu’une

construction progresse!

Quels sont vos projets à court terme?

AR: Nous développons actuellement une

offre de cautionnement pour les petites et

moyennes entreprises qui sera disponible

au mois de septembre 2021. Nous sommes

en effet en train de concevoir un outil

informatique qui permettra aux entreprises

d’y entrer certaines informations et de

connaitre en quelques minutes la possibilité

ou non d’obtenir une garantie. Dans un

contexte de relance économique, cet outil

permettra aux plus petites entreprises d’être

soutenues sur le marché. n

EuroCaution en chiffres

>20.153 bénéficiaires

+ de 400 clients

+ de 5 milliards

de coûts de construction assurés

EuroCaution Benelux SA

7, Rue des Mérovingiens

L-8070 Bertrange

info@eurocaution-benelux.com

www.eurocaution-benelux.eu


32 LG

OCTOBRE 2020

Acquisition du superordinateur

luxembourgeois MeluXina

Lors d’une conférence de presse en date du 29 septembre

2020, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel,

et le ministre de l’Économie, Franz Fayot, ont présenté

avec le directeur exécutif d’EuroHPC, Anders Jensen, ainsi

que la direction de LuxProvide l’avancement du projet

de superordinateur luxembourgeois qui intègre le réseau

européen de supercalculateurs.

Franz Fayot, Xavier Bettel, Roger Lampach et Pascal Bouvry

«Je suis fier d’annoncer aujourd’hui l’acquisition

par le Luxembourg d’un superordinateur

qui portera le nom MeluXina.

Ce nouveau superordinateur sera inauguré

au printemps 2021 et mis à disposition de

l’économie et de la recherche. Nous mettrons

un focus particulier sur son utilisation par les

PME, start-up et services de Santé (eHealth)

en vue de renforcer l’innovation nationale et

européenne. Je me réjouis particulièrement que

le Grand-Duché a également été retenu comme

siège de l’entité gestionnaire du nouveau réseau

européen de superordinateurs», a déclaré le

Premier ministre Xavier Bettel.

Le ministre de l’Économie, Franz Fayot,

a commenté: «Ce projet phare pour

accompagner la digitalisation de notre

économie et de nos entreprises s’intègre

parfaitement dans la stratégie d’innovation

basée sur les données du ministère de

l’Économie. Notre superordinateur luxembourgeois

MeluXina contribue à la mise

en place d’une économie digitale, durable

et fiable en rendant le calcul de haute

performance accessible aux entreprises de

toute taille».

L’entreprise commune EuroHPC, dont

le siège se situe au Grand-Duché, est une

initiative cofinancée par la Commission

européenne et 32 pays, dont le Luxembourg,

qui a pour but de développer en Europe

un écosystème et une infrastructure de

supercalculateurs. Le projet MeluXina de

superordinateur pétascale luxembourgeois,

à implanter par LuxProvide dans le

Data-centre de LuxConnect à Bissen, a

été sélectionné en 2019 par EuroHPC

pour intégrer un réseau européen de

supercalculateurs et bénéficier d’un

cofinancement à hauteur d’environ 35%.

©SIP / Julien Warnand

En date du 28 septembre 2020, le contrat

en vue de l’acquisition du superordinateur

auprès de la société française Atos a été

signé par LuxProvide, conjointement

avec EuroHPC, pour un montant de

30,4 millions d’euros.

Le directeur exécutif d’EuroHPC, Anders

Jensen, a commenté: «D’ici le début de

l’année prochaine, le supercalculateur

MeluXina stimulera l’innovation et la

compétitivité européenne et soutiendra

les chercheurs européens et les acteurs de

l’industrie, où qu’ils se trouvent en Europe.

Mais MeluXina a aussi une signification

très particulière pour nous car c’est la

première signature de contrat EuroHPC

et ce supercalculateur sera situé au

Luxembourg, pays participant hébergeant

le siège EuroHPC».

Le superordinateur luxembourgeois

MeluXina, d’une puissance de calcul de

10 pétaflops/seconde (correspondant à

10.000.000.000.000.000 opérations de

calcul par seconde), est axé sur les besoins

des entreprises, en particulier des PME

et des start-ups, ce qui est unique au sein

du réseau européen de supercalculateurs.

D’une architecture modulable, il peut

être utilisé dans des secteurs d’activité et

pour des applications variées. Il peut ainsi

accompagner au mieux la digitalisation

et les projets innovants des entreprises

luxembourgeoises pour des applications

relevant de la modélisation, de la recherche,

du développement de nouveaux produits,

des prévisions ou encore du Big Data.

MeluXina devrait être lancé au printemps

2021, d’ici là une vingtaine de personnes

travailleront pour LuxProvide afin d’opérer

et de commercialiser le supercalculateur

et d’assurer les services du centre de

compétence. En effet, afin de faciliter

l’utilisation des capacités de MeluXina, un

centre de compétences dédié guidera et

accompagnera les entreprises pour qu’elles

puissent articuler leurs projets de manière à

utiliser au mieux les capacités de calcul de

grande ampleur.

Une vidéo présentant le superordinateur

MeluXina (réalisée en 2019) est disponible

sous le lien suivant: https://youtu.be/

TdGKkvLmmbo n

Communiqué par le ministère d’État /

ministère de l’Économie


CREATIVITY IS THINKING

UP NEW THINGS.

INNOVATION IS DOING

NEW THINGS. Theodore Levitt

Both, creativity and innovation, go hand in hand and are firmly

anchored in our values.

We are thinkers and doers. We are looking forward to new things.

#newthingsarecoming #togetherwecreate #togetherweinnovate #ic_creates

IMPRIMERIE CENTRALE SOCIÉTÉ ANONYME • 15, RUE DU COMMERCE • L-1351 LUXEMBOURG

T +352 48 00 22-1 • WWW.IC.LU • MESSAGE@IC.LU • @IMPRIMERIECENTRALE


34 LG

OCTOBRE 2020

BRÈVES COMMUNALES – CENTRE

PAR PIERRE BIRCK

BERTRANGE

Une distribution gratuite de plantes

vivaces a eu lieu ce lundi 5 octobre au

Centre Atert. Celle-ci a été organisée

par la commission de l’environnement

en collaboration avec le SICONA. Une

centaine de lots de plantes vivaces

autochtones adaptées aux insectes

butineurs a été proposée. Chaque

ménage intéressé a eu droit à un lot,

qu’il devait planter rapidement à un

endroit ensoleillé.

Source: bertrange.lu

COLMAR-BERG

La commune, en collaboration avec

le service national de la jeunesse et

l’association «Nordstadtjugend»,

a organisé la semaine nationale

du sport à partir du 26 septembre

au centre sportif Colmar-Berg.

Plusieurs activités ont été proposées:

breakdance, aïkido, capoeira, parkour

hip-hop ou encore billard.

Source: colmar-berg.lu

STRASSEN

La commune s’engage contre les violences

domestiques. Elle a récemment

relayé sur son site internet

une «helpline» qui s’adresse aux

femmes et hommes vivant une

situation de violence domestique

(psychologique, sociale, sexuelle,

économique et physique). La

helpline est joignable tous les jours

par téléphone entre 12h et 20h

au 2060 1060 ou par email:

info@helpline-violence.lu.

Source: strassen.lu

NIEDERANVEN

La CityApp de la commune contient

une nouvelle rubrique «Déchets»

depuis cet été. De nombreuses

informations y sont disponibles avec

les dates des prochaines collectes, les

différentes poubelles, le lieu de retrait

des sacs-poubelles ou les numéros de

contact. Il est aussi possible de prendre

rendez-vous en un seul clic pour la

collecte des déchets encombrants,

électroniques et toxiques.

Source: niederanven.lu

LAROCHETTE

Le mois dernier, les citoyens de la commune de Larochette ont

eu la possibilité de cueillir des fruits, tels que des poires, dans

le verger situé dans la cour de la maison communale. Le collège

des bourgmestre et échevins a toutefois rappelé de ne pas

abîmer les branches des arbres fruitiers mais également de se

servir uniquement pour les besoins personnels de chacun afin

d’éviter toute malveillance.

Source: larochette.lu

LUXEMBOURG-VILLE

Le 16 septembre 2020, la passerelle pour mobilité douce

«Al Bréck» a été inaugurée en présence du François Bausch,

ministre de la Mobilité et des Travaux publics, de représentants

de la Ville de Luxembourg ainsi que de l’Administration des

ponts et chaussées. Les travaux ont débuté en octobre 2018 et

le coût total s’élève à 11,2 millions d’euros.

Source: SIP

LUXEMBOURG-VILLE

Lydie Polfer, bourgmestre, et Patrick Goldschmidt, échevin

responsable en matière de mobilité, ont présenté le projet-pilote

«feux-vélo orange clignotants», suivi d’une démonstration de ce

nouveau dispositif pour cyclistes au boulevard F.D. Roosevelt.

La Ville de Luxembourg est donc la première commune du

pays à transposer cette mesure. Pour cela, un projet-pilote est

initié pour une durée de six mois au niveau de six différents

carrefours avec des situations bien spécifiques qui permettront

de tester cette nouvelle disposition.

Source: vdl.lu

MERSCH

Une cérémonie d’assermentation des candidats de la 20 e

promotion de volontaires de la police et de la première

promotion de fonctionnaires-stagiaires policiers du groupe de

traitement C1 a eu lieu le mois dernier. En présence du ministre

de la Sécurité intérieure Henri Kox, du directeur général de la

police luxembourgeoise Philippe Schrantz et des échevins de la

commune de Mersch Michel Reiland et Henri Krier, 52 candidats

ont prêté leur serment au centre omnisports Krounebierg.

Source: mersch.lu

© Administration des ponts et chaussées

LORENTZWEILER

Les habitants ont été invités à

participer à la célébration de la journée

commémorative, qui pour des raisons

d’organisation, a eu lieu le samedi

10 octobre devant l’ancienne maison

communale située place Ferdinand

Dostert. Cette journée rend hommage

à la solidarité et au courage du peuple

luxembourgeois durant l’occupation

de 1940 à 1945.

Source: lorentzweiler.lu

MERSCH

Le comité d’organisation de Mersch

avait invité Diane Wunsch, la

coordinatrice de l’action caritative

Télévie, pour une remise de chèque.

Le président du comité d’organisation,

Abby Toussaint, ainsi que le collège

des bourgmestre et échevins et les

membres bénévoles ont remis, en

août 2020, la somme récoltée de

7.952,99 euros en faveur de la

recherche contre le cancer et la

leucémie. Cette année, 975.136 euros

ont déjà été récoltés pour la recherche.

Source: mersch.lu

SCHUTTRANGE

Le 21 septembre a eu lieu la remise

des prix du Bauhärepräis OAI 2020.

La commune de Schuttrange a reçu

un prix dans la catégorie «Bâtiment

à vocation éducation, culturelle et

sportive» parmi 58 candidatures. Elle

a été récompensée grâce à la crèche

«Am Bongert».

Source: schuttrange.lu

WALFERDANGE

Ce 14 septembre, le ministre de

la Mobilité et des Travaux publics,

François Bausch, en présence du

bourgmestre de Walferdange,

François Sauber, des responsables des

CFL ainsi que des responsables des

travaux de l’Administration des ponts

et chaussées, a inauguré le passage

souterrain qui remplace le passage à

niveau PN17 à Walferdange. Celui-ci a

pour objectif d’améliorer la fluidité et la

sécurité en matière de circulation.

Source: gouvernement.lu


Mir begleeden Iech an

ären Immobilienprojeten

Partner fir Projeten am Immobilier

‘‘Är

www.act360.lu

Strateegesch Berodung

Analysen an Etuden

Begleedung vun Transaktiounen

Projekt-Management

Management vun Käschten an Terminer

Begleedung vun PAP-Projeten

Wunnengsbau an Subventiounen


36 LG

OCTOBRE 2020

Hesperange veut concilier

développement économique

et mobilité douce

PAR STÉPHANE ETIENNE

Située au sud-ouest de la Ville de Luxembourg, la commune

souffre d’un trafic intense en direction de la capitale. Chaque

jour, de 11.000 à 17.000 véhicules la traversent de part en part.

Si rien n’est fait, ce chiffre risque encore de s’accroître dans

les années à venir avec les nombreux projets en cours dans la

capitale, comme nous l’explique son bourgmestre Marc Lies.

Marc Lies

La place Paul Jomé:

un futur point d’échanges

«D’importants changements sont également

envisagés dans le centre de notre commune

avec le projet Place Paul Jomé. Cette place

centrale d’une superficie totale de 1,12

ha va être complètement transformée

pour accueillir des logements abordables

(70%, soit environ 60 unités réparties sur

7.000 m 2 ) ainsi que des bureaux et surfaces

commerciales (30%, soit 3.000 m 2 )».

«La place deviendra également un véritable

point d’échanges. Un ascenseur, un peu

similaire à celui qui existe dans le Pfaffenthal

à Luxembourg-Ville, connectera la place

Paul Jomé au complexe sportif Holleschberg.

Nous sommes en train de planifier des pistes

cyclables qui permettront aux habitants de

la commune de se déplacer en toute sécurité

durant leurs moments de loisir ou pour se

rendre à leur lieu de travail. Au total, douze

kilomètres de pistes cyclables sécurisées

relieront le centre non seulement aux quatre

coins de la commune, que ce soit Itzig, la

zone d’activités Weiergewan à Contern,

la gare périphérique à Howald ou près des

futures stations de tram, mais aussi à la piste

cyclable du Centre (PC1) qui longe l’Alzette

en direction de Luxembourg-Ville».

«Ces milliers de voitures qui envahissent

quotidiennement notre commune sont

devenues une véritable nuisance pour nos

habitants», martèle Marc Lies. «Depuis

des années, nous essayons de trouver avec

le gouvernement le tracé définitif d’un

contournement qui éviterait Alzingen,

Fentange et Itzig pour aboutir à la Ville de

Luxembourg. Nous espérons que dans les

mois à venir, le tracé définitif sera validé et

qu’une loi de financement sera déposée à la

Chambre des Députés».

Howald:

une zone d’activités en pleine mutation

Cette solution du contournement est

d’autant plus vitale pour la commune que

celle-ci est amenée à connaître dans les

années à venir d’importantes mutations.

Ce sera notamment le cas de la

zone d’activités à Howald grâce à la

construction de la nouvelle N3.

Cette future route, dont les travaux

viennent de commencer, a pour objectif

de réorganiser la circulation dans la

capitale.

Longue de deux kilomètres, celle-ci

reliera la gare à Howald, via la rue des

Scillas, jusqu’aux abords immédiats de

l’autoroute A3 et du contournement de la

commune de Hesperange.

«Cette zone est appelée à connaître la

même dynamique qui prévaut aujourd’hui

à la Cloche d’Or».

PAP Rothweit II:

un projet-pilote au Luxembourg

La mixité sociale constitue un autre volet

important. «Nous y tenons beaucoup»,

précise le bourgmestre. «À cet égard, le

projet PAP Rothweit II est un bel exemple.

Situé à Alzingen et d’une superficie d’environ

11 ha, ce projet vise l’aménagement de

102 lots destinés à la construction de 415

unités de logement. La commune, qui

est propriétaire à 30% des terrains, y fait

construire actuellement une centaine

de logements abordables par la Société

Nationale des Habitations à Bon Marché:

52 seront destinés à la vente dans le cadre

d’un bail emphytéotique pour 99 années et le

reste sera mis en location comme logements

sociaux ou intergénérationnels». n


COMBATTRE

LA PÉNURIE DE LOGEMENTS ABORDABLES

ÉPAULER

LE FONDS DU LOGEMENT ET LA SNHBM

SOUTENIR

LES COMMUNES

EN ROUTE POUR DEVENIR LE 3 ÈME PROMOTEUR

DU LOGEMENT SOCIAL AU LUXEMBOURG

Le nouveau projet des créateurs de l’Agence Immobilière Sociale

www.abitatio.lu

202b, rue de Hamm

L-1713 Luxembourg

Tél. (+352) 26 48 39 52

info@abitatio.lu


38 LG

OCTOBRE 2020

LOGEMENT

Construire le logement

abordable de demain

Créée en 2009, la Fondation pour l’Accès au Logement (FAL)

a créé un nouveau département en son sein il y a un peu moins

d’un an. Constatant une difficulté croissante à réinsérer ses

bénéficiaires sur le marché de l’immobilier classique, la

Fondation a en effet décidé de se lancer dans la promotion

immobilière sociale avec Abitatio, sa nouvelle entité. Gilles

Hempel, son directeur, dresse avec nous un bilan de ses

premiers projets.

De la gestion locative sociale à la promotion

immobilière sociale

La Fondation pour l’Accès au Logement

rassemble trois départements: l’Agence

Immobilière Sociale (AIS), Abitatio et le

département d’accompagnement social. Ce

dernier tend à se renforcer car les autres

services d’accompagnement sociaux du

Luxembourg sont aujourd’hui débordés.

Les équipement de la FAL prennent en

charge ces personnes, en dernier recours.

L’AIS, première entité créée au sein de la

FAL, a pour fonction de rechercher des

logements inoccupés sur le marché et d’en

assurer la gestion locative sociale afin de

les mettre à disposition de personnes à

revenus modestes qui ne parviennent pas

à se loger sur le marché traditionnel. Avec

un parc de 570 biens, l’Agence assure le

logement temporaire de ses bénéficiaires,

le temps pour eux de devenir autonome

grâce à son programme d’inclusion sociale

et de parvenir à se réinsérer sur le marché

traditionnel. «Selon les baux que nous

signons, le propriétaire a la garantie de

récupérer son bien dans un bon état et dans

un délai de trois à six mois. Il s’agit donc

souvent de solutions provisoires!», précise

le directeur de la Fondation. Toutefois,

l’organisme fait face à un nouveau défi: il

est de plus en plus difficile de réintégrer

les locataires sur le marché classique car

les prix connaissent une forte envolée

et ne sont plus à la portée des plus petits

salaires. C’est dans cette idée que la FAL a

décidé de créer un nouveau département de

promotion immobilière sociale, Abitatio.

Gilles Hempel développe: «Avec ce département,

nous construisons des logements

destinés à la location abordable à long terme

pour les bénéficiaires qui ont terminé leur

premier programme au sein de l’AIS mais

qui n’arrivent pourtant pas à s’insérer sur le

marché classique du logement». Abitatio

cherche ainsi à acquérir des terrains pour

y construire des logements dont la gestion

locative sera ensuite assurée par l’Agence

Immobilière Sociale. Il poursuit: «Beaucoup

de communes souhaitent s’investir dans

ce type de projets mais n’ont ni l’expertise

ni les équipes nécessaires. En nous cédant

un terrain, elles peuvent sous-traiter ces

développements immobiliers sociaux. Nous

prenons en effet en charge la construction

des logements et leur gestion et en échange,

les locataires du programme de l’AIS

habitant dans cette commune intégreront les

logements construits en priorité». Par ailleurs,

les projets d’Abitatio sont en partie financés

par des subventions étatiques, mais également

par les loyers perçus ultérieurement et qui

viennent rembourser les prêts contractés

pour la construction.

De nombreux projets en cours…

Pour atteindre ses ambitieux objectifs,

Abitatio a recruté un architecte qui assurera

le rôle de chef de projet et maître d’ouvrage,

ainsi qu’un économiste avec une solide

expérience dans le secteur qui assurera le suivi

financier des développements immobliers.

«Nous avons actuellement neuf projets de

construction en cours rassemblant au total

49 logements et qui sont chacun à différents

stades», nous dévoile Gilles Hempel. Ainsi,

au début du mois d’octobre, la première

rénovation d’Abitatio sera inaugurée en

présence du ministre du Logement. Il

s’agit d’un immeuble de sept logements

situé à Niederkorn. Sur le même terrain, le

promoteur social par ailleurs pour objectif

de construire un second immeuble de la

même taille au printemps 2021.

D’autres projets sont également en cours:

les gros-œuvres d’un immeuble de douze

unités à Heinerscheid et de deux logements

à Harlange se terminent; les travaux pour

deux maisons à Wilwerdange et un immeuble

de cinq logements en construction bois

à Merscheid viennent de débuter; une

demande d’autorisation de bâtir pour un

immeuble de six habitations à Hosingen a

récemment été déposée; un projet de six

logements est en phase de planification

dans la commune de Bech et enfin, deux

constructions modulaires verront le jour à

Schifflange en collaboration avec Polygone.

“Atteindre

un rythme

de construction

moyen de

50 logements

abordables par an”

…et à venir!

«L’AIS s’apprête à signer une convention avec

l’office social de Bascharage afin que nous

prenions davantage en charge ses habitants.

Nous collaborons déjà avec les offices

sociaux d’une cinquantaine de communes;

lorsque l’une d’entre-elles nous donne un

financement, cela nous permet d’engager une

personne supplémentaire pour prendre en

charge un certain nombre de citoyens de leur

territoire», explique le directeur.

Enfin, Abitatio est en négociation avec

plusieurs communes pour débloquer des

terrains afin d’y construire de nouveaux logements.

L’ambition du promoteur social?

Atteindre un rythme de construction moyen

de 50 logements abordables par an. n

Fondation pour l’Accès au Logement

202b, rue de Hamm

L-1713 Luxembourg

www.fondation-logement.lu


Gilles Hempel


40 LG

OCTOBRE 2020

LOGEMENT

Créer des cadres de vie

garantissant la mixité sociale

Prémices d’un projet

En juin 2022, la Ville de Remich comptera en son sein sept

maisons unifamiliales de plus. Le Fonds du Logement a en

effet collaboré avec le bureau BENG Architectes pour la

conception de nouvelles habitations destinées à la vente et

à la location subventionnées, dont le gros œuvre devrait être

clôturé avant la fin de l’année. Justin Seiler, chef de projet,

et Mickael Burlet, chargé d’opération pour le Fonds, ainsi

que Nicole Leroy, architecte auprès du bureau BENG, nous

invitent dans les coulisses de la conception du projet.

Ancien dépôt des ponts et chaussées,

le terrain situé à Remich, qui abritera

prochainement sept maisons unifamiliales,

a fait l’objet d’une dépollution par la

commune avant sa cession au Fonds du

Logement. «Les analyses des sols ont

garanti le caractère sain du terrain avant

que nous n’entamions les travaux», précise

Mickael Burlet, chargé d’opération pour le

Fonds. Par ailleurs, le parcellaire a dû être

revu afin de définir une limite plus linéaire

entre les habitations. Une servitude a

également été créée pour une des maisons

plus en recul pour permettre l’insertion de

places de parking avec accès sur le côté de

la construction.

Mickael Burlet, Nicole Leroy et Justin Seiler


LG

OCTOBRE 2020

41

C’est au bureau d’architecture BENG que

le Fonds du Logement a confié la conception

de ces sept maisons. Mickael Burlet

développe: «Nos besoins étaient assez

concrets. Nous voulions optimiser les

espaces tout en respectant certains critères

comme la mixité». Mission accomplie

puisque le terrain abritera deux types

d’habitations afin de répondre aux besoins

de différents ménages. En effet, le premier

bloc comprendra cinq habitations de quatre

chambres-à-coucher pour une surface

habitable de 137 m 2 alors que le second

sera composé de deux maisons de cinq

chambres-à-coucher pour une surface

habitable de 155 m 2 .

Analyse du terrain et planification

Après avoir procédé à une analyse

urbanistique du site, le bureau BENG a

identifié un bâti hétéroclite dans l’entrée

de Remich où se situe le terrain. Pour

s’intégrer dans cette configuration, le

projet a été partagé en un groupe de deux

maisons, plus frontales, qui lui donne

un point d’attache et, plus en retrait, un

groupe de cinq habitations avec une zone de

carports partagés. «Le règlement exigeait

la présence de deux places de parking par

logement; nous les avons volontairement

placées à l’extérieur du bâti afin de créer

un cadre convivial, propice à l’échange

avec le voisinage», détaille Nicole Leroy,

architecte en charge de l’exécution. Justin

Seiler, chef de projet, ajoute: «Dans cette

zone qui permettra de tisser du lien entre

les habitants, nous prévoyons également un

local à vélos»., De plus, chaque habitation

disposera de son espace extérieur individuel

avec vue et sans vis-à-vis, garantissant ainsi

son intimité.

“Créer un cadre

convivial, propice

à l’échange avec

le voisinage”

Au rez-de-chaussée, les logements

comprendront un séjour ouvert sur le

jardin, en contact avec la nature. Tous les

logements possèderont deux salles de bain

et un WC séparé. Les chambres seront,

quant à elles, positionnées aux étages avec,

pour le lot de cinq maisons, un accès à

une terrasse supplémentaire. «Les cages

d’escalier seront ouvertes: nous avons

donc veillé à la bonne isolation acoustique

des chambres pour respecter l’intimité de

chacun», précise Mickael Burlet.

Favoriser la bonne performance énergétique

Les constructions répondront aux critères

de la classe énergétique AAA. «Nous avons

misé sur la durabilité dans la mise en œuvre

de matériaux pouvant être facilement

retriés en fin de vie du bâtiment, avec par

exemple, l’utilisation de la laine de roche»,

annonce Nicole Leroy. Les fondations sont

complétées par des murs extérieurs porteurs

réalisés à base de bloc Poroton dont les

cavités sont remplies de laine minérale,

intéressante au niveau énergétique.

S’agissant d’une construction passive,

les habitations seront équipées d’une

ventilation contrôlée étroitement liée à une

bonne étanchéité du bâtiment sans laquelle

la ventilation ne pourrait pas fonctionner.

Nicole Leroy poursuit: «La ventilation

contrôlée double flux permet d’optimiser

le renouvellement d’air et de récupérer la

chaleur de l’air vicié par un échangeur de

chaleur, le rendement de récupération de

chaleur des appareils choisis atteint 90%».

Chaque habitation comprendra par ailleurs

un petit local technique à côté de la salle

de bain dans lequel se trouvera un appareil

compact réunissant la pompe à chaleur air/

eau et la VMC.

Enfin, les panneaux solaires, installés

sur les toitures plates transformeront

le rayonnement solaire en chaleur afin

de couvrir 65% des besoins annuels

en eau chaude sanitaire. Le concept de

chauffage sera par ailleurs travaillé en basse

température et la pulsion de la ventilation

se fera sous les radiateurs.

Finitions et remise du projet

Travaillant main dans la main avec le

bureau d’architectes pour affiner le projet

selon ses besoins, le Fonds du logement a

veillé à respecter une certaine surface de vie

et de finition pour chaque pièce. Comme

l’explique Mickael Burlet, «Nous avons

prévu du carrelage dans toutes les pièces,

des cuisines équipées et des luminaires

dans les logements destinés à la location. Ils

seront ainsi complètement équipés et prêts

à accueillir leurs locataires».

Bien sûr, comme le rappelle Nicole Leroy,

la crise liée au Covid-19 aura impacté ce

chantier, comme tous les autres au Luxembourg:

«Encore aujourd’hui, nous sommes

affectés par des retards dans la livraison de

certains matériaux. Nous sommes toutefois

confiants quant à notre capacité à rattraper

ce retard en garantissant l’étanchéité des

toitures plates avant l’hiver».

Malgré ces contretemps, la fin prévisionnelle

des travaux se fera en juin 2022, confirme

Justin Seiler. n

Fonds du Logement

52, Boulevard Marcel Cahen

L-1311 Luxembourg

info@fondsdulogement.lu

www.fondsdulogement.lu


42 LG

OCTOBRE 2020

LOGEMENT

La problématique

du logement au Luxembourg

Le logement pose de plus en plus problèmes au Luxembourg: offre insuffisante de logements

abordables, inégalités qui se creusent, cherté du foncier. L’Observatoire de l’Habitat 1 a

publié deux notes sur la question de l’abordabilité du logement en 2020 et trois notes sur

la problématique du foncier en 2019. Un retour sur ces travaux avec Dr Antoine Paccoud,

coordinateur de l’Observatoire de l’Habitat.

Dr Antoine Paccoud, coordinateur de l’Observatoire de l’Habitat


LG

OCTOBRE 2020

43

Dans le cadre de l’Observatoire de l’Habitat,

une collaboration entre le Luxembourg

Institute of Socio-Economic Research

(LISER) et le ministère du Logement, le

LISER a publié deux notes durant l’été

2020 sur la question de l’abordabilité qui

permettent une meilleure compréhension

de la situation du logement au Luxembourg.

La première de ces notes (la Note 25 de

l’Observatoire de l’Habitat 2 ) s’est penchée

sur la question de la part que représente

le coût du logement dans le revenu des

ménages au Luxembourg. Sur la période

d’étude (2010-2018), plus d’un tiers des

ménages résidant au Luxembourg sont

des propriétaires remboursant un emprunt

pour leur logement et plus d’un quart sont

des locataires du marché privé. Ce sont ces

ménages qui font face à un coût important

du logement par rapport à leur revenu. Ceci

est surtout le cas pour les ménages locataires

sur le marché privé et ayant un niveau de

vie modeste. De plus, la part du coût du

logement dans le revenu s’est accru sur la

période, en particulier pour les locataires

du marché privé. La note montre aussi que

les accédants récents à la propriété font

face à un coût du logement important par

rapport à leur revenu. De façon générale,

les analyses de cette note montrent que ce

sont les ménages les moins aisés qui ont vu

la part de leur revenu dédiée au logement

augmenter le plus fortement sur la période

2010-2018.

Prenant constat de cette situation, la

deuxième de ces notes (la Note 26 de

l’Observatoire de l’Habitat 3 ) se penche

sur la notion du logement abordable, un

terme qui revient de plus en plus souvent

au Luxembourg comme une solution face

à la cherté du logement. Cette note passe

en revue les différentes définitions de ce

terme utilisées à l’international afin de

faciliter éventuellement son utilisation

et de proposer une définition adaptée

à la situation luxembourgeoise. Sur la

base d’exemples de bonnes pratiques à

l’étranger, la note utilise la notion du

continuum du logement pour organiser les

différentes offres de logement qui existent

au Luxembourg. A travers cette approche,

la note définit le logement abordable

comme un segment intermédiaire (en terme

de prix d’acquisition ou de loyer) entre

les logements d’urgence et les logements

du marché privé. Ainsi, ce segment

engloberait les logements locatifs étudiants,

les logements locatifs à coût modéré, ainsi

que les logements à coût modéré en vente

et en propriété abordable construits par

les promoteurs privés. Pour faire face

à l’augmentation continue des prix du

logement et des loyers qui rend l’accès au

logement difficile tant pour les locataires

que pour les primo-accédants à la propriété,

la Note 26 recommande un accroissement

significatif de la production de logements

abordables de ce type. Elle propose aussi

de réfléchir à un segment intermédiaire

qui serait destiné aux ménages qui ont des

revenus trop élevés pour être prioritaires

pour un logement locatif social, mais qui ne

peuvent néanmoins pas accéder à un prêt

hypothécaire.

“Ce sont

les ménages

les moins aisés

qui ont vu la part

de leur revenu

dédiée au logement

augmenter

le plus fortement”

Ces deux notes sont complétées par

les travaux menés dans le cadre de

l’Observatoire de l’Habitat en 2019. Cette

année-là, trois notes étaient parues sur la

problématique du foncier au Luxembourg

et pointaient vers un rôle important de ce

dernier dans la dynamique des prix dans le

pays.

La Note 22 4 présentait la mise à jour

pour 2016 du recensement des terrains

potentiellement disponibles pour l’habitat

dans les communes. Elle a montré que la

surface de terrains disponibles est restée

relativement stable depuis 2004, et situe

autour de 2.846 hectares en 2016. Pour

donner un ordre de grandeur, cette surface

pourrait être utilisée pour construire entre

50.000 et 80.000 nouveaux logements, si

l’on tient compte des densités des nouvelles

constructions observées au cours de la

période 2010-2016. Ces résultats rendent

difficilement défendable l’idée que le

problème du logement au Luxembourg

vienne d’une pénurie de foncier.

La Note 23 5 s’est penchée sur une piste

possible pour expliquer la cherté des

terrains à bâtir au Luxembourg: la structure

de la détention de ce potentiel foncier.

En effet, les personnes physiques et les

sociétés privées détenaient, en 2016, près

de 90% de ces terrains. Au sein de ces

propriétaires fonciers privés, il y a en outre

un haut degré de concentration: 3.182

personnes physiques (le top 20% en terme

de surface) possédaient en 2016 près de

70% de la surface totale détenue par ce

type de propriétaire (et près de la moitié du

potentiel constructible du pays).

La Note 24 6 s’est penchée sur la dynamique

des prix de vente des terrains à bâtir

entre 2010 et 2017. Elle a montré que

les prix de ces terrains ont augmenté de

façon relativement régulière autour d’une

moyenne de +6,1% par an entre 2010 et

2017. Cette hausse a été beaucoup plus

forte que celle des logements existants et

en construction. Il est donc possible que ce

soient les prix du foncier qui tirent vers le

haut les prix de vente des logements.

Pour approfondir les connaissances sur

la situation du logement au Luxembourg

suite à ces travaux sur les problématiques du

foncier et de l’abordabilité, l’Observatoire

de l’Habitat va se pencher dans l’année à

venir sur la fiscalité du logement et sur les

processus qui sous-tendent la production

de logements. n

1

http://observatoire.liser.lu

2

Leduc, Kristell; Lorentz, Nathalie; Vergnat, Vincent /

L’évolution du taux d’effort des ménages résidents du

Luxembourg selon leur mode d’occupation et leur niveau

de vie entre 2010 et 2018. 2020. Luxembourg: ministère

du Logement - Observatoire de l’Habitat. 13 p. (La Note de

l’Observatoire de l’Habitat; 25)

3

Górczynska, Magdalena; Bousch, Patrick; Paccoud, Antoine;

Skoczylas, Konrad; Feltgen, Valérie / Le «Logement

abordable» au Luxembourg: définition, offre et

bénéficiaires potentiels. 2020. Luxembourg: ministère du

Logement - Observatoire de l’Habitat. 41 p. (La Note de

l’Observatoire de l’Habitat; 26)

4

Feltgen, Valérie; Licheron, Julien; Skoczylas, Konrad /

Le potentiel foncier destiné à l’habitat au Luxembourg en

2016. 2019. Ministère du Logement - Observatoire de l’Habitat.

17 p. (La Note de l’Observatoire de l’Habitat; 22)

5

Paccoud, Antoine / Le degré de concentration de la

détention du potentiel foncier destiné à l’habitat en 2016.

2019. Ministère du Logement - Observatoire de l’Habitat. 10 p.

(La Note de l’Observatoire de l’Habitat; 23)

6

Licheron, Julien / Les prix de vente des terrains à bâtir

en zone à vocation résidentielle entre 2010 et 2017. 2019.

Ministère du Logement - Observatoire de l’Habitat. 10 p. (La

Note de l’Observatoire de l’Habitat; 24)

Luxembourg Institute

of Socio-Economic Research (LISER)

Maison des Sciences Humaines

11, Porte des Sciences

L-4366 Esch-sur-Alzette/Belval

www.liser.lu


44 LG

OCTOBRE 2020

LOGEMENT

Une nouvelle conception

de logements abordables

La société act360° Real Estate Consultancy a été créée en

2019 et propose des prestations en conseil stratégique et

opérationnel dans l’immobilier pour les communes et les

investisseurs privés. Vu l’évolution des prix de ce marché,

la croissance de la population et l’expérience des fondateurs

du bureau, Eric Rosin et Martin Schnögass, l’entreprise a

élaboré un concept pour créer du logement locatif abordable

et espèrent aider à améliorer la situation tendue sur le marché

immobilier. Ils sont donc à la recherche de terrains en location

longue durée pour réaliser du logement abordable.

Pourquoi avez-vous élaboré un concept

dans ce domaine?

MS: La problématique du logement prend

une ampleur telle que les Luxembourgeois

sont forcés de quitter les frontières pour

pouvoir se loger. Cette difficulté risque

de détruire la cohésion sociale et par

conséquent de compromettre le succès de

l’économie luxembourgeoise. De plus nous

sommes arrivés à un point dans notre vie

où on fait le bilan de ce qu’on a accompli

et l’idée de contribuer à une solution dans

ce domaine que nous considérons comme

un des plus grands défis de notre pays nous

fascine.

ER: Lorsque j’assumais la fonction de

directeur du Fonds du Logement, j’ai

été plusieurs fois confronté à des «cas

précaires». Nous sommes persuadés que

la situation difficile dans ce domaine peut

seulement s’améliorer si plusieurs acteurs –

public et privé – se coordonnent. Comme

le ministère du Logement l’a souligné, il

est nécessaire qu’une multitude de solutions

soient trouvées pour augmenter l’offre

en logement abordable et nous voulons y

participer en mettant nos expériences dans ce

domaine à profit. Lors de la présentation des

principes du Pacte Logement 2.0 la ministre

de l’Intérieur a par exemple ouvert la porte à

la densification verticale de la construction.

Or comme cela relèvera finalement d’une

décision communale, nous attendons de voir

ce qui sera réellement envisageable à l’avenir.

Quels sont les objectifs de votre concept

et comment se démarque-t-il?

MS: Nous voulons tout d’abord contribuer

à la création de logements abordables en

location avec un objectif de loyer d’environ

10 euros au m 2 , et ce, à destination des

personnes éligibles aux aides du ministère

du Logement. Contrairement aux acteurs

existants, notre concept s’adresse en effet

à des ménages à faibles revenus, mais

aussi à revenus moyens pour lesquels nous

voulons créer des logements subventionnés

sans suivi social. Pour y parvenir, nous

voulons attirer l’intérêt des propriétaires

de terrains (communes, Etat, privés,…) en

leur proposant une alternative intéressante

à leur inutilisation. Dans le cadre de PAP

«nouveau quartier», les promoteurs

pourraient également profiter de notre

concept pour remplir leur obligation de

fournir des logements à coût modéré.

La particularité de notre concept est qu’il

se concentre sur la création de logements

abordables sans l’objectif de servir le

marché de location sociale. De plus,

notre idée consiste à créer des logements

exclusivement destinés à location et nous

pouvons même développer des résidences

avec peu de superficie. Tout ceci grâce à une

structure juridique garantissant le caractère

social du concept et sa réalisation.

Quelles sont les étapes de mise en

œuvre de votre concept?

ER: Notre concept se compose de cinq

étapes de réalisation dont la première est

l’acquisition d’un terrain constructible.

Celle-ci peut être une vente classique, mais

nous supposons qu’un loyer à longue durée

serait plus intéressant dans le cadre de la

création de logements destinés à la location.

Dans ce cas, le propriétaire – public ou

privé – conserve son terrain et peut créer

une rentrée locative.

La deuxième étape concerne le financement

des projets qui seront (théoriquement)

éligibles aux subventions du ministère du

Logement. La partie non subventionnée

sera financée par un institut financier. Afin

d’optimiser le financement nous créerons

une deuxième société qui répond aux critères

sociaux et ne générera pas de dividendes. Il

s’agira d’une activité complètement séparée

de la consultance.

La troisième étape est la réalisation des

constructions selon les principes du

développement durable et de la construction

à basse énergie. Nous sommes ouverts

aux nouveaux concepts de logements tels

que l’habitation intergénérationnelle, la

cohabitation, l’urban farming,…

La quatrième étape est le choix des

candidats locataires. Notre concept

permet aux propriétaires de terrains

(semi-)publics de définir avec nous des

critères complémentaires afin que les


communes puissent continuer à diriger

leur développement. Elles pourraient

ainsi par exemple donner la priorité à des

ménages habitant déjà dans la commune ou

se trouvant dans une situation précaire. Le

but est de garantir ensemble à long terme

une mixité sociale.

La dernière étape est la gestion des

locations et la maintenance des immeubles.

Notre concept prévoit un calcul de loyers

transparents en fonction des coûts du projet

avec un objectif d’environ 10 euros au m 2

hors charges.

A quel stade se trouve votre concept?

ER: Notre concept est élaboré et nous

avons établi un business-plan sur douze

ans. La création d’une société d’impact

sociétal est en préparation et nous sommes

à la recherche de terrains pour réaliser

un ou plusieurs projet(s) pilote(s). Notre

premier projet concret nous permettra

de prouver la faisabilité de notre concept,

que nous espérons pouvoir lancer en 2021.

Les premiers retours reçus lors de sa

présentation sont prometteurs.

Quel type de terrain recherchez-vous?

MS: En principe nous sommes à la

recherche de terrains viabilisés pour la

construction de logements plurifamiliaux.

Nous voulons trouver des terrains qui

permettent de construire des résidences

d’au moins quatre appartements. Nous

nous adressons à tous les types de

propriétaires qui souhaitent utiliser leur

terrain pour créer du logement abordable,

et ce, sans perdre leur titre de propriété.

Ainsi, les propriétaires pourront soutenir

l’offre en logement abordable avec peu

act360°

111, Langertengaass

L-3762 Tétange

www.act360.lu

Martin Schnögass et Eric Rosin

d’effort, en se reposant sur notre expérience

professionnelle pour la réalisation et

la gestion. Des concepts comme le

nôtre sont nécessaires à la création de

logements locatifs à prix abordable dont le

Luxembourg a tellement besoin. n


46 LG

OCTOBRE 2020

LOGEMENT

HOME EXPO 2020,

premier événement commercial

d’envergure au Luxembourg en octobre!

Une bonne nouvelle est arrivée: Luxexpo The Box organisera

le salon HOME EXPO 2020 et accueillera notamment la

Semaine nationale du Logement coorganisée par le ministère

du Logement. Cela, au grand soulagement des professionnels

de l’habitat pour qui le salon constitue le grand rendez-vous

de l’année.

Nouvelles contraintes, nouveau salon!

Une nouvelle normalité va se mettre en

place: allées élargies, concepts de circulation

repensés, formation poussée de toutes

les équipes, renforcement du personnel,

cadences de désinfection augmentées,

nouveaux systèmes de filtrations, lissage

de la fréquentation, etc. C’est un véritable

inventaire d’actions fortes qui a convaincu les

plus hautes autorités de l’Etat, les chambres

professionnelles et les exposants de reconduire

le salon qui avait suscité un engouement sans

pareille en 2019.

«En tant qu’organisateur historique d’événements

et lieu d’accueil le plus visité du

pays, nous nous devons d’être irréprochables

et d’instaurer une culture de la sécurité

encore plus exigeante. Dans notre métier

cela n’est pas nouveau mais la pandémie

est venue ajouter une nouvelle couche de

mesures. Plus que jamais les rencontres sont

nécessaires, elles sont à la base de toutes les

transactions. Dans un salon où nous pouvons

agir sur les moindres détails, nous pouvons

complètement réinventer la façon de les

organiser et c’est ce que nous prévoyons de

faire» explique Morgan Gromy, CEO de

Luxexpo The Box. 26 mesures - pour être

exact - que l’on peut retrouver sur le site web

de Luxexpo The Box.

Mieux qu’avant!

© Luxexpo The Box / Marie De Decker // https://home-expo.lu

Le calme plat forcé des derniers mois a été

mis à profit par Luxexpo The Box pour

repenser la façon dont sont conçus ses

événements. Avec une ambition forte: «Tout

le défi a été d’augmenter le niveau de confort

malgré les restrictions. Nous voulons choyer

notre public, lui proposer une expérience de

luxe» détaille Morgan Gromy.

C’est donc un événement exemplaire en

termes de sécurité sanitaire, mais aussi

encore plus beau qui attendra les visiteurs

avec à la clé: des exposants triés sur le volet,

un riche programme d’expositions, de

conférences et d’ateliers, des jeux-concours,

des conditions et des prix spéciaux. Le

public pourra venir s’en persuader du 10 au

18 octobre 2020 chez Luxexpo The Box. n

Communiqué par Luxexpo The Box


Château de Aspelt

Superstructure

Hall des voyageurs de la Gare de Luxembourg

Infrastructures ferroviaires/ conception / Direction et Contrôle des Travaux

Ascenseur Pfaffenthal

Superstructure / Direction et Contrôle des Travaux

Conservatoire de la Ville de Luxembourg

Maîtrise d’Ouvrage Délégué / Acoustique / Résistance au feu

Philharmonie de Luxembourg

Maîtrise d’Ouvrage Délégué / Acoustique / Résistance au feu

Lotissement “NONNEWISEN” à Esch-sur-Alzette

Gestion de l’eau

École précoce et préscolaire à Clemency

Superstrutures / Aménagements extérieurs / Gestion de l’eau

Reconstruction du pont OA 401 sur la Moselle à Grevenmacher

Ouvrages d’art / Direction et Contrôle des Travaux / Coordination Sécurité Santé

Place des Alliés à Differdange

Infrastructures, Aménagements extérieurs


48 LG

OCTOBRE 2020

LOGEMENT

Henri Kox en dialogue

avec les communes

Le 28 septembre 2020, le ministre du Logement et ministre

de la Sécurité intérieure, Henri Kox, s’est rendu dans la

commune de Junglinster pour rencontrer les responsables

communaux ainsi que des représentants de la police grandducale.

L’échange fructueux a porté sur des questions de

sécurité intérieure et sur le logement.

supplémentaires jusqu’en 2023 (plus de

600 policiers ainsi que de 240 agents dans

la carrière civile) permettra également de

combler des lacunes existantes.

La priorité du logement abordable et

public

Philippe Schrantz, Henri Kox et Béatrice Abondio

“Ce sont

des logements

résilients

et durables,

dont a besoin

le pays”

La sécurité intérieure et l’ordre public

au service des citoyens

La première partie de la visite, qui s’est

tenue en présence des bourgmestres des

communes de Junglinster, Larochette,

Fischbach et Heffingen était consacrée à

des sujets relevant de la sécurité intérieure

et de l’ordre public.

Ainsi ont entre autres été abordés la

réorganisation des commissariats, dont leurs

heures d’ouverture, les contrôles fréquents

des patrouilles ou encore l’augmentation

des chiffres de la délinquance.

Le ministre a pris note des préoccupations

des responsables des quatre localités et

s’est déclaré à l’écoute de tous les acteurs

concernés. Un certain nombre de solutions

a été avancé au niveau opérationnel dont un

renforcement de patrouilles dans certains

secteurs. Le recrutement de policiers

©MSI

La visite de Henri Kox auprès de la

commune de Junglinster fut aussi l’occasion

d’aborder le volet du logement. Cette

commune à caractère rural à proximité de

la capitale a connu une augmentation de sa

population de 1.000 personnes sur cinq ans,

pour atteindre aujourd’hui 8.000 habitants.

Des nouveaux quartiers sont nés et divers

projets sont en planification, notamment

par les promoteurs public Fonds du

logement et SNHBM.

Le ministre du Logement s’est entretenu

avec les responsables de la commune des

projets de logements en cours. Henri

Kox a profité de l’échange pour expliquer

les grandes lignes et les instruments du

nouveau pacte logement qui définit la

coopération future entre l’État et les

communes pour stimuler davantage l’offre

en logements abordables. «Il est essentiel

qu’ensemble avec les communes l’État

et les promoteurs publics s’investissent

pleinement dans l’augmentation du parc

immobilier en main publique. Ces sont

les logements résilients et durables, dont a

besoin le pays», a souligné le ministre du

Logement.

Par ailleurs ont été évoquées les problématiques

du droit de préemption et des

chambres meublées.

À l’écoute des communes et des citoyens

Pour être efficaces et au plus près des

besoins des citoyens, autant le logement que

la sécurité intérieure sont des domaines qui

demandent une étroite collaboration entre

les communes et les ministères compétents.

Le ministre du Logement et ministre de

la Sécurité intérieure, Henri Kox, entend

renforcer son échange avec les communes

par une présence régulière sur le terrain. n

Communiqué par le ministère de la Sécurité

intérieure / ministère du Logement


Elevator Technology

Economiser de l’espace –

Se garer facilement.

Découvrez les systèmes de parking Wöhr pour voitures et vélos.

Infos et devis au 40 08 96.

luxembourg@thyssenkrupp.com

www.thyssenkrupp-elevator.com/lu

www.woehr.de


50 LG

OCTOBRE 2020

BRÈVES COMMUNALES – SUD

PAR PIERRE BIRCK

BETTEMBOURG

La commune de Bettembourg a organisé

la 6 e édition de son concours

littéraire Prix Laurence, destiné aux

jeunes auteurs de 12 à 26 ans, domiciliés

au Luxembourg et dans la Grande

Région. Au total, 76 auteurs ont

participé au concours. Les deux finales

ont eu lieu les 19 et 20 septembre

derniers au Ciné Le Paris.

Source: bettembourg.lu

DIFFERDANGE

Une fois n’est pas coutume, l’arrivée

de la 4 e étape du ŠKODA Tour de

Luxembourg de cette année a eu

lieu à Differdange ce vendredi 18

septembre au niveau des deux

parkings Haut-Fourneaux et Centreville.

Le circuit de 201 kilomètres de

long a été suivi par un hélicoptère qui

a retransmis la course en direct à la

télévision.

Source: differdange.lu

DUDELANGE

Pour la rentrée, la commune de

Dudelange propose deux nouvelles

lignes de bus afin de favoriser les

transports en commun. Depuis le 13

septembre, la ligne RGTR 16 offre une

connexion rapide entre Bettembourg

gare, Dudelange et CFL Multmiodal

- Eurohub Sud. La seconde, la ligne

RGTR 34, transite entre Bettembourg

gare, Dudelange et Riedgen. Les

horaires sont disponibles sur le site

internet de la commune.

Source: dudelange.lu

STEINFORT

La maison communale a réouvert ses

portes au public les jours ouvrables

pendant les heures d’ouverture

habituelles depuis le 14 septembre.

Néanmoins, quelques changements

sont à noter puisqu’elle reste fermée au

public les mercredis après-midi. Il est

toutefois possible, pour les citoyens,

de prendre rendez-vous pendant

les jours ouvrables ou en dehors des

heures d’ouverture normales.

Source: steinfort.lu

MAMER

Klima-Bündnis Lëtzebuerg et la commune de Mamer, avec le

soutien d’IMS et de la Lëtzebuerger Vëlos Initiativ, ont organisé des

essais gratuits de vélos cargos pour les entreprises et institutions

publiques du Luxembourg ce 18 septembre au Parc Brill. Ces

vélos, avec ou sans moteur électrique, peuvent servir d’alternative

intelligente pour le transport de marchandises. D’autant plus qu’ils

sont peu coûteux et en même temps bénéfiques pour la santé.

Source: mamer.lu

Mandy Ragni, échevine en charge des affaires scolaires

ESCH-SUR-ALZETTE

Pour la rentrée des classes 2020 tous les élèves de l’enseignement

fondamental de la Ville d’Esch ont reçu en cadeau une boîte à

tartines en métal, afin qu’ils n’aient plus besoin de recourir à des

films en plastique ou du papier aluminium pour transporter et

conserver leur goûter pour la récréation. Ces boîtes leur ont été

remises le premier jour de classe.

Source: esch.lu

GARNICH

Une nouveauté est apparue dans la commune depuis la rentrée.

Il s’agit d’un Food Truck présent du mardi au vendredi de 17 à 21

heures au parking «Botterkraïz». Chaque jour est marqué par une

ambiance culinaire différente: burgers, végétarienne, chinoise

et italienne. Cette initiative a été portée par l’administration

communale et Luxembourg Food Truck Association.

Source: garnich.lu

ESCH-SUR-ALZETTE

La ville d’Esch-sur-Alzette a informé que différentes

adaptations au niveau du stationnement résidentiel dans

certains secteurs sont entrées en vigueur le 21 septembre.

Ces mesures ont pour objectif d’optimiser les possibilités de

stationnement sur l’ensemble du territoire de la commune.

Elles permettent d’améliorer la qualité de vie des résidents et

l’accessibilité des visiteurs ou encore de diminuer le trafic ou

le nombre d’automobilistes mal garés.

Source: esch.lu

© Ville d’Esch-sur-Alzette

DIFFERDANGE

Dans le cadre de la semaine de la

mobilité, qui s’est déroulée du 14 au

22 septembre, le nouveau «Ruffbus»

de la commune a été présenté

lors d’une conférence de presse.

Differdange s’est encore une fois

engagée en faveur de la mobilité

douce et durable. L’objectif de cette

semaine était de réduire le trafic

motorisé en sensibilisant les citoyens

à travers différentes activités tels que

des tours à vélo, des randonnées ou

une introduction au «Nordic Walking».

Source: differdange.lu

KEHLEN

Afin de soutenir financièrement les

associations et commerces locaux

frappés par la crise du coronavirus,

le collège échevinal et le conseil

communal ont décidé d’offrir à

chaque citoyen de la commune un

bon d’achat d’une valeur de dix

euros. Ces derniers ont été distribués

durant le mois d’août et pourront être

utilisés jusqu’au 31 décembre 2020.

Source: kehlen.lu

LEUDELANGE

Le collège des bourgmestre et échevins

et la commission de l’intégration organiseront

l’«International After Work Drink»

au centre culturel et sociétaire «an der

Eech» le 23 octobre prochain à partir de

18 heures. Ce moment d’échange et de

convivialité a pour objectif de rassembler

les citoyens de la commune et de faire

découvrir les cultures de chacun.

Source: leudelange.lu

SCHIFFLANGE

Dans le cadre de la semaine

européenne de la mobilité, un tour à

vélo a eu lieu le samedi 19 septembre

en collaboration avec la commission

locale de l’environnement (Schifflange

- Bettembourg - Abweiler - retour à

Schifflange). Ce circuit de 21 km a

duré environ 2 heures. En raison de la

crise sanitaire, les participants ont été

divisés en groupes de dix personnes.

Source: schifflange.lu


Reinigungslösungen

D.zero²

Mit der D.zero² bietet DULEVO eine vollelektrische

Kompaktkehrmaschine im vielgefragten 2m²-Bereich.

Eine ausgereifte Lithium-Eisenphosphat-Technologie

sorgt für eine Arbeitsautonomie von mindestens

8 Stunden. Keine Motorabgase, minimale

Geräuschemissionen und ein hervorragendes

Reinigungsergebnis sprechen für sich. Überzeugen Sie

sich selbst!

850 & 2000

Im Produktsegment der dieselbetriebenen, saugend

aufnehmenden Kehrmaschinen überzeugen die

DULEVO 850 (840l / 1m²) und die DULEVO 2000

(2m³) vor allem durch ihre besonders starke

Saugleistung und Wendigkeit. Eine nach neusten

Standards gestaltete Kabine sorgt für hohen

Arbeits- und Fahrkomfort sowie perfekte Einsicht in

den Arbeitsbereich.

3000 & 6000

Ihr DULEVO Partner vor Ort:

SECTEUR DE LA CONSTRUCTION ET L’INDUSTRIE

19, Zare Ouest • L-4384 Ehlerange

Tél.: +352 / 331 337 • Fax: +352 / 26 33 44 11

www.sermatec.lu • info@sermatec.lu

Die DULEVO 3000 (3m³) und DULEVO 6000 (6m³)

sind im Straßen- und Flächenreinigungsbereich

Garanten für ein perfektes Reinigungsergebnis. Durch

das mechanisch aufnehmende Reinigungssystem bieten

sich Ihnen einmalige Vorteile. So ist eine Reinigung 365

Tage im Jahr ohne Verwendung von Wasser oder der

Einsatz eines “echten” Feinstaubfilters möglich. Dieser

bietet höchste Abscheidewerte im

Kehrmaschinenbereich und eine minimale

Feinstaubbelastung der Umwelt.


52 LG

OCTOBRE 2020

Dippach: préserver

le dynamisme et la qualité de vie

PAR STÉPHANE ETIENNE

Depuis plusieurs années déjà, la commune, qui englobe les localités

de Bettange-sur-Mess, Dippach, Schouweiler et Sprinkange,

connaît un accroissement démographique important. Elle

est aujourd’hui forte de plus de 4.400 âmes, dont 38%

d’origine étrangère. Mais si la plupart des habitants travaillent

principalement à Luxembourg-Ville, Dippach n’est pas pour

autant une commune-dortoir. En témoignent les nombreux

projets présentés par sa bourgmestre Marion Bei-Roller.

Marion Bei-Roller

Le centre culturel Norbert Sassel à

Bettange-sur-Mess va être complètement

réaménagé et pourvu d’une plaine de

jeux. Nous sommes actuellement en train

d’acquérir des terrains aux abords du centre

pour y prévoir par la suite des annexes. Le

hall sportif situé sur le campus scolaire va lui

aussi connaître une profonde rénovation.

Enfin, l’école fondamentale sera agrandie

avec une nouvelle extension dédiée au

cycle 1 (éducations précoce et préscolaire).

Notre population croît en effet très vite et

le nombre d’enfants inscrits dans ce cycle

ne cesse d’augmenter».

«Toujours dans un souci d’éducation, un

autre projet qui nous tient à cœur est celui

de la Bëschcrèche, une crèche en pleine

forêt pour apprendre aux enfants dès leur

plus jeune âge à respecter la nature et à

vivre en accord avec elle. Les enfants de

notre crèche communale située à Dippach

pourront eux aussi bénéficier de ce site».

«Notre priorité absolue est de continuer

à améliorer considérablement la qualité

de vie de nos citoyens», insiste Marion

Bei-Roller. «Ainsi, d’ici 2023, le parc

communal de Schouweiler sera étendu à

la fontaine de Sprinkange et comportera

un passage souterrain permettant aux

piétons et cyclistes de passer sous la

N5. L’extension sera un endroit propice

à la détente et à l’activité physique et

s’inscrira parfaitement dans le concept

du chemin vers l’école en toute sécurité.

Une importance particulière sera accordée

à la biodiversité avec la renaturation

de la Mess et le respect de la végétation

existante. Grâce à cette extension, le

parc de Schouweiler va devenir le centre

de notre commune – un centre où il fera

bon vivre et où la vitesse de circulation

sera limitée. Il sera également le point

vers lequel convergeront toutes les pistes

cyclables que nous sommes en train de

mettre en place dans tous les villages et qui

seront reliées à la piste nationale (PC 12).

Nous voulons ainsi encourager la mobilité

douce auprès de nos administrés».

Priorité à l’éducation, au sport et à la

culture

«Pour rendre encore notre commune

plus conviviale, nous avons également mis

l’accent sur la culture, le sport et l’éducation.

Un grand complexe culturel sera

construit à côté du parc de Schouweiler.

Mixité intergénérationnelle et Pacte

Climat

«Notre commune se distingue également

par une très grande mixité entre les âges.

Nous tenons à conserver ce caractère

intergénérationnel avec notre projet

de logements pour jeunes et seniors à

Schouweiler. L’objectif est de soulager ces

deux catégories d’âge qui sont souvent dans

l’incapacité d’acheter à cause des prix trop

élevés».

«Enfin, en ce qui concerne le Pacte Climat,

nous avons renouvelé notre certification et

allons obtenir d’ici la fin de l’année 2020 un

niveau de labélisation de 50%. Ce niveau

de certification récompense les nombreux

efforts que nous menons depuis plusieurs

années en faveur de l’environnement,

notamment avec la réalisation de deux

installations photovoltaïques d’envergure:

l’une située sur le toit de la nouvelle école

à Schouweiler et l’autre sur l’enveloppe

du réservoir d’eau au Rebierg. Grâce à

ces coopératives photovoltaïques, nous

offrons l’opportunité aux habitants de notre

commune qui ne possèdent pas une toiture

adaptée pour l’installation de panneaux

photovoltaïques d’exploiter le potentiel de

l’énergie solaire». n


10 RUE DE BITBOURG | L-1273 LUXEMBOURG-HAMM

T : 00352/434412-1 | DACOSA@PT.LU | WWW.DACO.LU


54 LG

OCTOBRE 2020

CONSTRUCTION DURABLE

Wood Shapers:

la construction bois de A à Z

Comme son nom le suggère, Wood Shapers est spécialiste de la construction de bâtiments

composés de bois. Cette joint-venture entre CLE et BPI Real Estate entend ainsi moderniser

l’immobilier à travers le développement de vastes projets de construction durable et une

approche holistique inédite sur le marché Belux. Philippe Zimmer et Philippe Courtoy,

respectivement Business Developer Luxembourg et Wood Specialist, nous présentent trois

projets marqués du sceau de Wood Shapers.

Wood Shapers, lancée fin 2019 par BPI

Real Estate et CLE (CFE Contracting), est

une entreprise indépendante en Belgique

et au Grand-Duché où elle intègre

notamment le Cluster CLEbois créé en

2018. Au fil des années, CLE (Compagnie

Luxembourgeoise d’Entreprises) et BPI

Real Estate Luxembourg ont développé

leurs connaissances, respectivement dans

la construction multitechnique et l’immobilier,

pour les mettre aujourd’hui à

disposition de Wood Shapers, une société

désormais capable d’offrir une solution clé

en main à ses clients. Son ambition: repenser

le secteur de l’immobilier en s’inscrivant

dans une démarche de développement

durable à travers une optimisation des

processus de construction. Grâce à un

processus intégré, Wood Shapers réalise

des espaces durables, agréables et sains plus

rapidement et plus efficacement.

«Nous ne recourons pas au bois simplement

pour ajouter du bois, mais nous l’utilisons là

où il apporte de la valeur à la construction.

Chaque matériau possède ses propres

propriétés et doit être employé là où il a sa

raison d’être», précise Philippe Zimmer.

Un immeuble de bureaux à Leudelange

S’il est un projet architectural qui a fait

parler de lui pour sa conception exemplaire

en matière de développement durable, c’est

le projet Wooden, développé par IKO Real

Estate et BPI Real Estate. Premier immeuble

de bureaux en bois de grande envergure au

Luxembourg, le futur siège de La Bâloise

repose sur un système constructif imaginé par

Wood Shapers. «Comme son nom l’indique,

l’édifice fait la part belle au bois, un matériau

propice à la préfabrication. Ainsi, si les

niveaux enterrés sont en béton et doivent être

coulés sur place de façon classique, à partir

du hors-sol, les éléments constructifs seront

pour la plupart préfabriqués. Un système qui

permet d’accélérer la construction sur site

et de réaliser le montage de la structure du

gros-œuvre en moins de trois mois», explique

Philippe Zimmer.

“Chaque matériau

possède ses propres

propriétés et doit

être employé là où

il a sa raison d’être”

En forme de «U», le bâtiment est constitué de

béton préfabriqué, de colonnes et de poutres

en bois et en acier. «Les planchers sont en

lamellé-collé croisé (CLT) et reposent,

dans la partie centrale du bâtiment, sur une

structure portante «poteaux-poutres» en

bois lamellé-collé (BLC). Ce système permet

de réaliser des constructions de moyenne ou

grande hauteur aux espaces d’une grande

modularité. Du côté de l’enveloppe, les

planchers reposent sur une structure mixte

bois/acier faisant partie intégrante de la

façade de l’immeuble. Le bâtiment est ainsi

contreventé en façade par des diagonales en

BLC qui permettent en plus une descente

de charge simple et efficace. A chaque

niveau, un profil métallique continu fait

la liaison horizontale entre les diagonales.

Cette méthode de contreventement offre un

système de stabilité plus souple par rapport

aux murs de cisaillement et confère au

bâtiment son architecture caractéristique.

Enfin, en interne, l’immeuble est contreventé

par quatre noyaux en béton qui reçoivent les

cages d’ascenseurs et d’escaliers. Dans ces

noyaux, les différents éléments sont réalisés

en béton préfabriqués afin de suivre le

rythme de montage très rapide du reste de

la structure bois», détaille Philippe Courtoy.

17 habitations pour le «Domaine des

Vignes»

A Mertert, le «Domaine des Vignes» s’apprête

à sortir de terre. Développé par BPI Urban

Shapers dans un cadre viticole verdoyant,

ce nouveau quartier mixte abritera dans une

première phase 17 maisons à structure bois

réalisées par CLE/Wood Shapers.

Les maisons, d’une surface au sol de 96 ou

77 m 2 , sont composées, au rez-de-chaussée,

d’un hall d’entrée, d’une cuisine ouverte,

d’un espace salle à manger, d’un espace

living, d’un WC et d’un cellier. L’escalier

de bois qui mène au premier étage dessert

trois ou quatre chambres, une salle de bain,

une salle de douche et un second WC. Au

deuxième étage, les acquéreurs disposent

d’un vaste espace libre d’aménagement

avec deux terrasses extérieures. Chaque

maison dispose également de deux places

de parking en sous-sol ainsi que d’une cave

privative.

«La conception technique de ces

habitations est l’œuvre du bureau d’étude

intégré de CLE/Wood Shapers et est basée

sur un système de «boîte» où seuls les murs

extérieurs sont porteurs, permettant ainsi le

libre aménagement des espaces intérieurs.

Bien que mitoyennes, les maisons sont

toutes structurellement indépendantes de

leur voisine», précise Philippe Courtoy.


LG

OCTOBRE 2020

55

Philippe Zimmer

Philippe Courtoy

© Art & Build Architect

© Art & Build Architect

Projet Domaine des Vignes à Mertert - Illustration © BFF (Beiler-François-Fritsch)


56 LG

OCTOBRE 2020

CONSTRUCTION DURABLE

Projet Nonnewisen - Illustration© BSARC

36 maisons à Nonnewisen

A Esch-sur-Alzette, un autre quartier

entend bien faire la part belle à la construction

durable. Nonnewisen, quartier

sans voiture, hébergera bientôt 36 maisons

à structure bois réalisées par CLE et CLE

bois pour le compte de la Ville d’Esch-sur-

Alzette.

«Les 36 logements du lot, parés de briques

de terre cuite, seront construits selon deux

types de plans: soit rectangulaire (pour

une surface au sol de 95 m 2 ), soit en «L»

(avec 112 m 2 de surface au sol). Ils seront

composés d’un living, une cuisine ouverte,

trois chambres, une salle de bain et de

douche, une buanderie et deux cabinets

de toilette. En outre, chaque maison

disposera de son cabanon technique pour le

raccordement au réseau de chaleur. Faute

de garage dans ce quartier sans voiture, ces

cabanons ont aussi été conçus pour faire

office d’abri extérieur pour vélos ou de local

poubelles», indique Philippe Zimmer.

Ces constructions s’inscrivent résolument

dans une dynamique durable et respectent la

règlementation Lenoz grâce à l’utilisation de

matériaux durables, recyclés et un système

constructif entièrement démontable.

Et de la suite dans les idées!

Positionnée sur un marché de niche,

Wood Shapers se conçoit telle une

startup: désireuse de casser les codes et

de renvoyer une image innovante de la

filière bois. «Comme les jeunes pousses,

nous cherchons constamment à mettre

au point des techniques de construction

novatrices et développons actuellement

de nouveaux systèmes alliant le bois, le

béton et l’acier.

Grâce aux installations de l’usine de

production LTS (Lamcol), nous disposons

de notre propre «Hub d’innovation» qui

nous permet de concrétiser de nouveaux

concepts grandeur nature. Un esprit

novateur que nous aimons partager

avec nos clients. Ceux-ci ont souvent

de bonnes idées mais qui nécessitent le

concours d’un partenaire expérimenté

pour être matérialisées», conclut Philippe

Courtoy. n

“Nous cherchons

constamment

à mettre au point

des techniques

de construction

innovantes”

Wood Shapers Luxembourg SA

Philippe Zimmer

Business Developer

Luxembourg Wood Shapers

pzimmer@woodshapers.com

Tél.: +352 691 446 585

Philippe Courtoy

Wood Specialist

pcourtoy@woodshapers.com

Tél.: +32 498 88 44 44


Créée en 1970 au Luxembourg, CLE est

un des acteurs majeurs dans le domaine

de la construction.

NOS VALEURS :

PASSIONNÉE

PERFORMANTE

HUMAINE

RESPONSABLE

Notre responsabilité se traduit par un

souci permanent de la qualité, de la

sécurité et du développement durable.

Nous restons attentifs aux effets de

notre activité sur l'environnement. Pour

cela, CLE a décidé, depuis plusieurs

années, de prendre en compte le cycle

de vie des matériaux, leur durabilité

et leur rentabilité, ainsi que de limiter

les pertes énergétiques autant que

possible.

Consciente des enjeux actuels, notre

entreprise est en pleine évolution digitale

(BIM, digitalisation des process,

CCC…) et s’engage quotidiennement en

matière sociale et environnementale

(ISO 9001, 14001 et bientôt 45001).

NONNEWISEN LO7NB, ESCH-SUR-ALZETTE

TOUR AUREA, DIFFERDANGE

PROJET WOODEN

QUARTIER RÉSIDENCIEL RÉIMERWEE

LOT 24, KIRCHBERG

WOOD SHAPERS DÉVELOPPE ET MODERNISE LA CONSTRUCTION

EN BOIS

Wood Shapers, société de construction intégrale et de promotion immobilière créée en 2019,

se concentre sur les processus intégrés de conception et de construction durable en bois et

matériaux préfabriqués.

Contacts au Luxembourg : Arnaud Regout (CEO) – aregout@woodshapers.com

Philippe Zimmer (Business Developer Luxembourg) – pzimmer@woodshapers.com

+352 44 65 49 - 1 Westside Village - Bâtiment B

www.cle.lu +352 45 44 18 89, rue Pafebruch, L-8308 CAPELLEN


58 LG

OCTOBRE 2020

CONSTRUCTION DURABLE

La structure d’accueil de jour

pour enfants «Käthe Kollwitz»,

la plus moderne de la région

La ville de Torgau a dû prendre une décision d’ordre général quant à la structure d’accueil

«Käthe Kollwitz», un peu vieillie: l’assainissement du bâtiment existant aurait coûté presque

6 millions d’euros. La construction d’un nouvel établissement en mode traditionnel était

chiffrée à presque 7 millions d’euros. C’est alors qu’entra en jeu la construction modulaire qui

permettait de réduire les coûts d’environ 50%!

“Nous sommes

d’autant

plus contents

qu’avec ALHO,

nous avons pu

respecter les dates

et réaliser

les objectifs”

La nouvelle structure d’accueil à l’ombre

du château d’eau historique de Torgau

offre suffisamment de place pour 100

enfants après l’école, 50 enfants au jardin

d’enfants et 30 enfants en crèche ainsi qu’à

environ 20 éducatrices. ALHO, en tant

qu’entrepreneur général, s’est occupé de la

réalisation du bâtiment clés en main, mais

aussi de la conception. Pour que l’entreprise

de construction modulaire puisse agir

encore plus rapidement et de façon plus

directe lors d’autres projets à l’avenir et

afin de pouvoir planifier et réaliser des

bâtiments de qualité «en Allemagne de l’Est

et pour l’Allemagne de l’Est», le groupe

ALHO continue d’investir dans son usine

de modules à Coswig en Saxe.

La «Neue Käthe» est considérée comme

la structure d’accueil de jour pour enfants

la plus moderne de la région. 47 modules

préfabriqués à l’usine ALHO s’assemblent

en un espace de 7.000 m 3 . La surface se

répartit comme suit: environ 2.000 m 2 sont

disponibles pour les salles sur deux étages.

Le bâtiment en forme de «L» avec 51 et

38 mètres de longueur encadre un espace

extérieur avec suffisamment de place pour

courir et jouer.

Au rez-de-chaussée, il y a trois salles de

groupe pour les enfants en crèche, avec

des dortoirs et des sanitaires, en plus, on y

trouve la cuisine avec la salle à manger et,

derrière le foyer avec l’entrée principale et

la cage d’escalier, les bureaux de la direction

ainsi que d’autres salles administratives et

techniques. Le bâtiment se termine par une

salle polyvalente sans piliers d’une surface

de 80 mètres carrés avec un accès direct vers

l’extérieur. Cette salle sert non seulement

d’espace sportif intérieur aux enfants, mais

est aussi prévue pour des fêtes.

Les quatre salles de groupe du jardin

d’enfants, les salles où les plus grands font

leurs devoirs ainsi que les salles pour le

personnel et les salles de séjour se trouvent

à l’étage supérieur. On y trouve aussi une

cuisine pour les enfants où les petits peuvent

cuisiner eux-mêmes avec les éducatrices.

«Avec ALHO comme entrepreneur

général, nous étions sûrs d’avoir des

avantages au niveau de la coordination des

différents corps d’état. Car c’est justement

cette harmonisation des dates qui est

actuellement difficile à réaliser avec les

entreprises de bâtiment et constitue un

défi. Nous sommes d’autant plus contents

qu’avec ALHO, nous avons pu respecter les

dates et réaliser les objectifs», dit Andreas

Huth, PDG des Torgauer Wohnstätten. n

ALHO Systembau S.à r.l.

4 Avenue des Hauts-Fourneaux

L-4362 Esch-sur-Alzette

Tel.: (+352) 26175443

www.alho.lu


LG

OCTOBRE 2020

59

1

2

1. L’étage supérieur en porte-à-faux et sur châssis protège contre les intempéries

2. Les salles de groupe bien éclairées grâce à de grands espaces vitrés ont toutes un accès direct au jardin

Source photos © ALHO Holding GmbH


60 LG

OCTOBRE 2020

BRÈVES COMMUNALES – EST

PAR RAOUF HATIRA

BECH

Les petits gestes font les grands changements.

Cela pourrait être la devise de la

commune de Bech dans le cadre de leur

initiative pour réduire la consommation

d’électricité de ses administrés. En collaboration

avec enovos et son programme

enoprime, la commune offre gratuitement

à chaque ménage dix ampoules

LED E27. La distribution s’est déroulée

du 28 au 30 septembre au Centre

culturel Hanner Bra.

Source: bech.lu

BECKERICH

Malgré le retard pris dans la vente

annuelle aux enchères du bois de chauffage

de la commune de Beaufort, les

habitants ont tout de même eu l’occasion

de commander leur bois de chauffage

jusqu’à fin septembre. En effet, la

commune a mis à disposition 40 cordes

en bois en hêtre et cinq cordes en bois de

chêne au prix de 110 euros la corde. Une

bonne nouvelle, surtout avec le retour du

froid et du mauvais temps.

Source: beckerich.lu

BETZDORF

La chaîne de distribution Cactus continue

son développement dans le pays.

Après le nouveau centre commercial

urbain Esch/Lallange qui ouvrira ses

portes dans un avenir proche, Cactus

entend étendre ses activités à l’est du

pays. Avec le Cactus Roodt/Syre, un

autre magasin nouvelle génération sera

installé. L’offre sera complétée par un

restaurant qui accueillera les clients et

apportera de la vie à l’ensemble. Cette

nouvelle réalisation rendra la commune

de Betzdorf encore plus attractive.

Source: betzdorf.lu

SCHENGEN

Des travaux de pose d’infrastructures

souterraines sur la piste cyclable PC3

reliant Schengen à Remerschen ont

commencé le 1 er septembre dernier.

La durée des travaux est estimée à 14

semaines. Une déviation a été mise en

place pour les usagers.

Source: schengen.lu

BOUS

Le conseil communal a décidé à l’unanimité des membres

présents de rejeter le projet d’aménagement particulier

«Kierchepad» concernant des fonds situés à Erpeldange, au

lieu-dit «Am Bounäcker», projet qui prévoyait la construction

de 18 maisons unifamiliales. Le projet, dans sa forme actuelle,

ne respecte pas le trajet du sentier «Kierchepad», a indiqué le

conseil, sentier qui fait partie du domaine public.

Source: bous.lu

BERDORF

Une campagne de nettoyage sur les sentiers de randonnée de

la région Mullerthal - Petite Suisse Luxembourgeoise - a eu lieu

les 19 et 20 septembre derniers. Munis de leurs propres gants

et sacs à ordures, les participants ont parcouru durant ces deux

jours les sentiers du parc pour récolter le maximum de déchets

après une saison touristique qui a connu un réel engouement

pour les parcs naturels luxembourgeois. Les déchets récoltés

ont été ensuite déposés à un des points de collecte mis en

place par l’Administration de la nature et des forêts.

Source: mullerthal.lu

ROSPORT-MOMPACH

La cérémonie de remise des prix des bâtisseurs, organisée par

l’OAI, a eu lieu le 21 septembre dernier à la Philharmonie de

Luxembourg. Dans la catégorie “Prix spécial courage maître

d’ouvrage”, la commune de Rosport-Mompach a remporté le

premier prix avec le centre culturel “a Lannen” à Uswell. Le

jury a récompensé le “courage exemplaire du maître d’ouvrage

public ayant donné sa chance à une équipe jeune pour un

résultat répondant parfaitement aux besoins des utilisateurs”.

Source: rosportmomach.lu

BIWER

La commune de Biwer poursuit ses efforts de simplification

administrative et de réduction de son empreinte écologique.

Dorénavant les habitants pourront recevoir leurs factures de la

commune de Biwer sous forme électronique. La procédure est

simple, il suffit de communiquer son adresse email à la recette

communale et de signer le formulaire de souscription. Ainsi,

toute nouvelle facture est transmise par voie électronique.

Source: biwer.lu

CONSDORF

Dans l’ancien «Consdorfer Bahnhof»

à Consdorf, sur la piste cyclable PC2,

une nouvelle fontaine d’eau potable a

été installée en plus d’une station de

réparation de vélos. Après le parcours

exigeant entre Echternach et Consdorf,

les cyclistes et les randonneurs peuvent

désormais remplir leur bouteille avec

de l’eau potable fraîche et effectuer de

légères réparations sur leurs montures.

Source: consdorf.lu

ECHTERNACH

Dormir comme au Moyen Âge,

c’est l’idée originale de la ville

d’Echternach pour attirer les visiteurs.

En effet la ville met en location toute

l’année trois tours médiévales de

l’ancien mur d’enceinte situé en plein

centre d’Echternach. Les tours sont

équipées de manière fonctionnelle

et ont une capacité d’accueil de 4 à 6

personnes. Les amoureux de la vieille

pierre seront comblés.

Source: echternach.lu

GREVENMACHER

Lors d’une séance d’information

datée du 24 septembre dernier, la

ville de Grevenmacher a présenté ses

projets les plus emblématiques en

cours de réalisation. La revalorisation

du Centre culturel est un projet

ambitieux et d’envergure. Le budget

avoisine les 27 millions d’euros.

L’ensemble comporte une salle de

spectacle de 1.500 places, une salle

de conférence, plusieurs salles de

musique et un parking souterrain

pouvant accueillir une centaine de

véhicules.

Source: grevenmacher.lu

REMICH

La ville de Remich encourage ses

habitants à adopter la mobilité douce.

Elle offre une subvention pour tout

achat d’un nouveau vélo ou d’un vélo

à pédalage assisté. Les vélos ordinaires

sont subventionnés à hauteur de 10%

de leur prix d’achat, plafonné à 100

euros. Pour les électriques, le montant

de la subvention correspond aussi

à 10% avec un plafond à 250 euros.

Cette subvention s’adresse à tous les

habitants de la ville à partir de l’âge de

dix ans.

Source: remich.lu


CONSTRUIRE

DE MANIÈRE

DURABLE

avec la construction

modulaire ALHO

Construction modulaire ALHO

CONSTRUIRE L’AVENIR POUR DES GÉNÉRATIONS !

La durabilité plaide en faveur de la construction modulaire.

Car grace à ce mode de construction, vous ne ménagez pas seulement

l’environnement avec votre bâtiment, mais vous réduisez également les

life cycle costs d’environ 12% :

▪ utilisation des ressources optimisée

▪ matériaux sains et respectueux de l’environnement

▪ site de construction propre et silencieuse

▪ utilisation flexible

▪ 100% recyclable

Coûts fixes. Délais fermes. Qualité supérieure.

ALHO Systembau S.à r.l.

4, Avenue des Hauts

Fourneaux

4362 Esch-sur-Alzette

www.alho.lu


62 LG

OCTOBRE 2020

Manternach joue l’anticipation

PAR STÉPHANE ETIENNE

Située à l’est du Luxembourg, la commune, qui regroupe les villages de Manternach, Berbourg,

Lellig et Munschecker, fait partie des plus anciennes du pays. Son histoire remonte au temps

des Celtes. Fière de son passé, Manternach ne néglige pas pour autant son avenir. «Nous

préférons prévoir plutôt que subir», explique son bourgmestre Jean-Pierre Hoffmann.

Jean-Pierre Hoffmann

Dans les dix prochaines années, la

commune est appelée à connaître des

modifications importantes, notamment en

ce qui concerne sa population. «Au 1er

janvier 2020, Manternach comptait 2.102

habitants. D’ici la prochaine décennie, nous

escomptons en avoir 500 de plus, soit une

augmentation de 25%». Pour faire face à ce

défi démographique, la commune multiplie

les projets.

Priorité aux enfants et à la mixité sociale

Un meilleur accueil pour l’enfance et la

petite enfance figure dans les cartons du

conseil communal. «Actuellement, nous

disposons d’une crèche pour les enfants

résidant dans les communes de Bech et de

Manternach. Mais les places sont limitées et

la liste d’attente n’en finit pas de s’allonger.

De nombreux parents attendent déjà depuis

plus d’un an! Pour remédier à ce problème,

nous allons prochainement ériger dans

la localité de Manternach une nouvelle

structure d’accueil. La Maison-Relais à

Berbourg sera également élargie».

La mixité sociale constitue une autre

priorité. «Comme partout ailleurs, nous

sommes conscients que les prix de vente

des terrains sur le territoire de notre

commune ont connu une progression

importante ces dernières années. C’est

pourquoi nous sommes en pourparlers avec

le Fonds du Logement pour la construction

de 16 logements à coûts modérés dans

le PAP an Harnisch à Berbourg. Ceux-ci

regrouperont aussi bien des appartements

que des maisons unifamiliales et jumelées

et seront destinés pour moitié à la vente et

pour moitié à la location».

Un effort continu pour la sécurité

routière

Viennent ensuite la sécurité routière

et l’assainissement. «Même si nous ne

souffrons pas comme d’autres communes

d’un trafic intense aux heures de pointe,

certaines de nos rues et de nos artères

restent dangereuses en raison de la conduite

imprudente de certains automobilistes.

Depuis plusieurs années déjà, nous avons

pris différentes mesures en vue de diminuer

la vitesse, notamment aux abords des arrêts

de bus et de notre école fondamentale, mais

nous devons continuer dans cette voie, car

le trafic ne diminuera pas dans les années

à venir. Nous poursuivons également les

travaux de canalisation et d’assainissement

de nos routes. Quant à la station

d’épuration située sur notre commune, elle

sera également bientôt modernisée en vue

d’augmenter sa capacité».

Un nouveau bâtiment pour le CGDIS

Le bourgmestre espère que d’ici 2022

pourra enfin débuter la construction

à Berbourg d’une nouvelle caserne de

catégorie 2 pour le Corps grand-ducal

d’incendie et de secours (CGDIS). «Les

agents du CGDIS font un travail formidable

et très performant, mais malheureusement,

les infrastructures existantes ne sont plus à

la hauteur de leurs missions». n


Le port du masque est une obligation…

…comme son recyclage !

sidor.lu

TOGETHER ON


64 LG

OCTOBRE 2020

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Accompagner la transition

énergétique du pays

Le plan national climat et énergie fixe des objectifs en

matière de réduction de la production de gaz à effet de serre,

d’efficacité énergétique et de production et consommation

d’énergies renouvelables à l’horizon 2030. Active à ces trois

niveaux, Enovos accompagne particuliers et entreprises

dans leur transition énergétique et veille également à

développer des sources d’énergies renouvelables à travers le

territoire. Explications avec Laurent Magi, Head of Energy

Efficiency and Business Development chez Enovos Services

S.A., et Anouk Hilger, Head of Renewables pour Enovos

Luxembourg.

poste de consommation d’une habitation – en

offrant la possibilité de le piloter à distance.

Par ailleurs, «nous sommes en train de

développer une première communauté

énergétique dans le cadre d’un projet

pilote en développement avec la SNHBM.

Neuf maisons témoins sont ainsi équipées

de panneaux solaires, de batteries et

d’une solution permettant l’optimisation

des échanges énergétiques entre les

différentes maisons. L’objectif de ce projet

est de préparer des solutions en vue d’une

autoconsommation lorsqu’un cadre légal

lui permettra de devenir réalité», évoque

Laurent Magi.

Supporter la transition énergétique des

entreprises et particuliers

Depuis plusieurs années, Enovos a développé

des services pour accompagner ses clients

dans leur transition énergétique que ce

soit au niveau de l’efficacité énergétique

de leur bâtiment, de leurs habitudes de

consommation ou encore de leur mobilité.

Cette sensibilisation à l’économie d’énergie

passe notamment par des campagnes de

communication. «Par exemple, à l’occasion

de la semaine du logement, nous avons prévu

une campagne incitant à la rénovation, car

cela reste le meilleur moyen de faire baisser

sa consommation», explique Laurent Magi.

La société propose également du conseil en

efficacité énergétique auprès des particuliers

et des entreprises de tout type de secteur

(artisanat, PME, industrie,…). Ses experts

analysent leurs comportements et donnent

des recommandations pour réduire leur

consommation énergétique. Ils les informent

ensuite des subsides qui pourraient les aider

à poursuivre leurs démarches. Les clients

sont enfin accompagnés dans la mise en

œuvre de leurs projets.

Les demandes en mobilité connaissent par

ailleurs une forte croissance. Mais la mobilité

durable nécessite toutefois le développement

de l’infrastructure permettant la recharge

de son véhicule à domicile, à des stations

publiques ou sur son lieu de travail,

qu’Enovos aide alors à déployer. Laurent

Magi développe: «Enovos accompagne les

entreprises dans leurs démarches et leur

propose, de même qu’aux particuliers, de

nombreuses solutions».

Par exemple, la solution enodrive zen a

été revue et développée pour permettre

aux usagers de recharger leur voiture non

seulement au Luxembourg mais également

partout en Europe, et ce, à l’aide d’une

application mobile.

“Tout projet relatif

à une économie

d’énergie vérifiable

est éligible

aux enoprimes”

Le digital au service des particuliers

Enovos est en pleine transformation digitale,

avec pour objectif de s’adapter aux besoins

de ses clients, de gagner en agilité et de

faciliter le traitement de certaines demandes.

Une directive européenne a imposé l’installation

de compteurs intelligents afin de

mettre les données de consommation à

disposition du client. Si leur déploiement

est en cours, Enovos fait évoluer ses outils

(par exemple son portail client) pour

que les clients aient une vue plus simple

et transparente sur leur consommation

d’énergie.

Pour un contrôle accru, le produit enosmart

tado° permet par exemple de réduire la

consommation en chauffage – plus grand

Compenser ses émissions carbones

Après avoir étudié l’impact carbone global

d’une société et réduit au minimum ses

émissions internes à différents niveaux

(amélioration des procédés de production,

politique d’achat responsable, déplacements

bas carbone,…), Enovos aide également les

entreprises à compenser les émissions de

CO 2

résiduelles à travers son programme

eno4climate, en les encourageant à investir

dans des projets responsables au sein de

pays en voie de développement. Ces actions

débouchent sur l’obtention de certificats qui

attestent de l’investissement des entreprises

participantes dans des projets durables qui

compensent leurs propres émissions.

Financer les projets d’efficacité énergétique

«Nous avons une obligation réglementaire

de faire faire des économies d’énergie à

nos clients, c’est pourquoi nous avons

lancé notre programme enoprimes pour

les aider à financer leurs projets d’efficacité

énergétique via un système de subventions.

En 2019, nous avons financé pour 130

GW/h d’économie d’énergie et nous

sommes sur une bonne courbe pour l’année

2020», souligne Laurent Magi. Et tout

projet relatif à une économie d’énergie

vérifiable est éligible! En cas d’accord,

Enovos finance entre 5 et 30% du montant

de l’investissement suivant les technologies

utilisées. Il est toutefois nécessaire que le

client ait connaissance de la prime qui lui

sera versée et l’accepte contractuellement

avant de signer une commande.


Laurent Magi


66 LG

OCTOBRE 2020

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Dr Anouk Hilger

Le programme «Neistart Lëtzebuerg» a

renforcé les possibilités de subsides pour les

entreprises et les particuliers d’ici à la fin

de l’année 2020. Le fournisseur d’énergie

accompagne ainsi les intéressés à suivre

les procédures pour débloquer les aides

étatiques et offre les siennes, également

revues à la hausse, en complément. Pour

qu’elles soient plus facilement accessibles

et cumulables, les calculs d’enoprimes ont

été alignés sur ceux des subventions PRIMe

House. Avec ces changements, une réelle

opportunité de débloquer des fonds pour

réaliser des travaux d’efficacité énergétique

est donnée aux particuliers et entreprises.

Enovos, producteur d’énergies renouvelables

Dans le cadre du plan national climat et

énergie, le Luxembourg s’est fixé l’objectif

ambitieux d’atteindre une part de 23 à 25%

de consommation d’énergies renouvelables

d’ici 2030. L’objectif de 11% pour la fin

2020 sera bientôt atteint, mais ces efforts

devront être doublés en dix ans. Pour y

parvenir, Enovos mise sur le développement

de l’éolien et le photovoltaïque.

«Nous disposons actuellement de 42

éoliennes réparties sur 7 parcs avec une

capacité installée de 91 MW pour une

production de 185 GWh par an et de

11 installations photovoltaïques pour

une capacité totale installée de 13 MW.

Quant à l’hydroélectrique, nous avons une

production de 32 MW qui ne pourra pas être

augmentée car le pays n’offre pas davantage

d’opportunité de développement à grande

échelle. Nous nous concentrons donc

sur l’éolien et le photovoltaïque pour nos

prochains efforts», détaille Anouk Hilger.

Pour ce faire, le département Renewables

analyse le potentiel de zones, terrains ou

encore toitures propices à de nouvelles

installations en vue d’un appel d’offres. Il

négocie ensuite avec leur propriétaire la

location de toitures ou terrains ou bien

leur propose de nouer un partenariat de

développement pour ce projet. Après

avoir réalisé les études de faisabilité et de

connexion au réseau, les permis nécessaires

sont demandés. Une fois l’appel d’offre

remporté, la phase de planification peut

ensuite débuter de manière à respecter les

délais imposés de 18 mois maximum. Anouk

Hilger précise: «Par exemple, en avril

dernier, nous avons remporté l’appel d’offres

du ministère de l’Energie concernant de

grandes installations photovoltaïques. Nous

sommes donc en pleine phase de planification

pour l’installation de 19,4 MW en 2021.

Nous réaliserons ensuite l’entretien et la

gestion des installations pendant au moins

20 ans afin de garantir un rendement de

production énergétique maximum».

Le photovoltaïque est la technologie qui

continue de croître à un rythme élevé et

qui offre énormément d’opportunités de

développement au Luxembourg, que ce soit

chez les particuliers ou bien dans les grandes

centrales. «Nous disposons d’installations

en toiture et au sol et explorons également

de nouvelles pistes comme les carports ou

les installations photovoltaïques flottantes

sur bassins industriels. Nous avons ainsi

noué un partenariat avec ArcelorMittal qui

met à disposition son bassin de rétention

d’eau industriel à Differdange pour une

installation flottante de 3 MW en 2021. Il

s’agira d’une première au Luxembourg!»,

conclut Anouk Hilger. n

Enovos

2 Domaine du Schlassgoard

4327 Esch-sur-Alzette

www.enovos.lu


Besoin d’aides financières

pour la rénovation énergétique

de votre habitation ?

Offre cumulable avec les subventions étatiques « PRIMe House »

enoprimes

enoprimes, un programme qui vous soutient financièrement dans vos travaux de rénovation.

Bénéficiez par exemple de primes pour :

Isolation de toiture : 1 500 €*

Isolation de façades : 1 300 €*

Pompe à chaleur : 2 500 €*

Alors n’attendez plus, rénovez !

Découvrez le montant de votre prime sur simulateur.enoprimes.lu

Chaudière à condensation : 500 €*

… et pour bien d’autres projets encore !

* Exemples soumis à conditions. Travaux éligibles et montants sur enoprimes.lu

Energy for today. Caring for tomorrow.


68 LG

OCTOBRE 2020

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Plus de gestion des déchets

pour plus de durabilité

Quelques 195.000 tonnes de déchets résiduels sont produites

chaque année au Grand-Duché et sont traitées par trois

syndicats intercommunaux: le SIDEC, le SIGRE et le SIDOR.

Patrick Goldschmidt, président du SIDOR depuis 2018,

présente les missions ainsi que les défis futurs du syndicat

pour un monde plus durable et soucieux de l’environnement.

Quelles sont les principales missions du

SIDOR?

Il s’agit de la gestion et du traitement des

déchets résiduels et nous sommes l’un des

plus grands acteurs du pays en la matière.

Le SIDOR regroupe 34 communes et est

dirigé par un comité. Quant à l’exploitation

des installations, elle est confiée à une société

privée, EEWL (EEW Energy from Waste

Leudelange s.à.r.l.), qui mobilise près de 50

collaborateurs assurant le bon fonctionnement

de l’usine d’incinération de déchets. En

les brûlant et en utilisant leur potentiel

énergétique, nous parvenons à produire de

l’électricité et de la chaleur thermique. Cela

permet de fournir de l’électricité à 30.000

ménages et du chauffage à 5.000 ménages.

Au Luxembourg, 195.000 tonnes de déchets

encombrants et assimilés sont produites et le

SIDOR est assigné au traitement de 167.000

tonnes, soit 86% de la production globale est

traitée à ici, à Leudelange.

Par ailleurs, et exceptionnellement, nous

intervenons dans la gestion des déchets liés

à la crise du Covid-19 comme l’incinération

des vêtements de sécurité (masques, costume

Tyvek, gants) jusqu’à ce que la pandémie soit

terminée.

Nous sommes également impliqués dans

l’information et la sensibilisation du public par

rapport à la gestion des déchets. Le moyen le

plus efficace pour mieux les gérer n’est autre

que la réduction de leur production.

Dans ce cadre, le SIDOR a notamment

lancé sa campagne «Mission Zéro» il y

a plus d’un an. En quoi consiste-t-elle?

Cela ne date pas d’hier, mais les habitants

sont aujourd’hui beaucoup plus ouverts aux

thématiques du développement durable et de

la gestion des déchets. Cette campagne vise

à sensibiliser les citoyens en amont de leurs

achats et à repenser leur comportement

pour diminuer au maximum leurs déchets.

Nous les incitons à trier et à privilégier les

produits avec le moins d’emballage possible.

La démarche de la Commission européenne

qui vise à interdire les plastiques à usage

unique va dans ce sens.

Nous organisons également des rencontres

grand public dans les centres commerciaux.

Si tout le monde connaît les services

communaux, peu connaissent le SIDOR et

ses activités dans le traitement des déchets.

Il est important d’aller à la rencontre du

grand public pour les informer, changer

leurs habitudes, les sensibiliser et surtout

responsabiliser les consciences! C’est

à petite échelle et grâce aux efforts de

tout un chacun que nous parviendrons à

gérer nos déchets de façon optimale. Les

communes ont aussi un grand rôle à jouer

car ce sont elles qui sont au plus proches

des citoyens.

Le tri revêt donc d’une importance capitale

puisque la population au Luxembourg ne

cesse de croître tous les ans…

Les réponses aux questions précédentes

sont intimement liées à celle-ci. Toutes

nos démarches sont réalisées suivant ce

paradigme pour justement éviter que la

part des déchets augmente et sature le

bon fonctionnement de l’usine. Il faudrait

également d’autres coefficients car les

statistiques actuelles ne sont pas très

représentatives du poids réel par habitant.

Avec les zones d’activités et les frontaliers,

les chiffres deviennent rapidement conséquents.

On passe par exemple de 323 kg

de déchets par an et par habitant pour la

Ville de Luxembourg à 133 kg pour ceux de

Reckange-sur-Mess!

Quels sont les prochains défis du SIDOR?

Nos prochains défis seront plutôt interne.

Notre usine est en marche depuis 2011

et elle a une durée de vie d’une vingtaine

d’années. Il est nécessaire de réfléchir

dès maintenant, et en coopération avec

les autres syndicats intercommunaux, à

la gestion future des déchets. A l’est du

pays, le SIGRE est en charge de la gestion

des déchets et exploite une décharge

pour déchets prétraités. Le SIDEC, actif

au Nord, possède une installation de

traitement mécano-biologique qui prétraite

les déchets et qui ramène ensuite une partie

des déchets au SIDOR et l’autre partie au

SIGRE.

“Sensibiliser

et responsabiliser

les consciences

par rapport au tri

des déchets”

Des discussions très importantes à ce

sujet auront lieu ces prochaines années

pour optimiser la gestion des détritus.

Qu’en sera-t-il de la nouvelle taxe CO2,

du nouveau projet de loi au niveau des

déchets? Il est encore difficile de répondre

à cette question de façon précise. Nous

réfléchissons également en termes de

«Smart City» avec l’idée de trier et peser

les déchets grâce aux poubelles connectées

où des badges permettront sans doute de

faciliter le tri dans les résidences. n

SIDOR

Route de Bettembourg

L-3346 Leudelange

Boîte postale 9

L-3205 Leudelange

www.sidor.lu


Patrick Goldschmidt


70 LG

OCTOBRE 2020

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Mertzig s’imprègne

de l’Économie pour

le Bien commun

En 2019, la commune de Mertzig s’engageait dans le concept

de l’Économie pour le Bien commun à travers son projet

#mertzig4all. Ce modèle économique alternatif a pour

vocation de placer l’humain et l’environnement au centre

des préoccupations. Mike Poiré, bourgmestre de la première

commune luxembourgeoise qui a entamé les démarches

de certification, revient sur une année vécue au rythme de

l’Économie pour le Bien commun et sur les avantages d’un tel

modèle au quotidien.

En quoi consiste le projet #mertzig4all

lancé en février 2019?

Le projet #mertzig4all a été unanimement

lancé début février 2019 par le Conseil

communal de Mertzig, en vue de promouvoir

le concept de l’Économie pour le Bien

commun ou «Gemeinwohl-Ökonomie».

Ce modèle économique internationalement

reconnu constitue, sur le plan économique,

une alternative concrète et réalisable pour les

entreprises, mais également pour les entités

du secteur public, dont les communes. En

effet, selon ce modèle, l’action politique

est orientée sur base de valeurs qui font la

promotion d’une Économie pour le Bien

Commun: la dignité humaine, la solidarité,

la durabilité écologique, la cohésion sociale,

la participation citoyenne, la transparence et

la démocratie. Il s’agit d’un projet novateur

pour une commune luxembourgeoise

qui se base sur les projets, les visions et le

programme politique dont la mise en œuvre

répond aux principes fondamentaux de la

matrice de ce modèle économique alternatif.

Ensuite, avec l’appui du groupe d’action

locale LEADER Atert-Wark dont Mertzig

fait partie, nous sommes allés encore plus

loin pour en faire un projet LEADER

(Liaison Entre Actions de Développement

de l’Économie Rurale), une initiative de

l’Union européenne qui vise à créer des

liens entre des projets et des acteurs de

l’économie en milieu rural. L’objectif

est donc de mobiliser les habitants de la

commune, de les soutenir pour réaliser

leurs idées et d’expérimenter de nouvelles

méthodes.

Grâce à ses valeurs, ce projet renforce les

critères sociaux et environnementaux ainsi

que la cohésion sociale dans l’économie,

dans une société individualiste où l’esprit

de solidarité et du bien commun se délite.

Cela fait donc un an et demi que vous

contribuez au développement de ce concept.

Comment évaluez-vous le travail

effectué sur l’année écoulée?

Etant donné que le projet se développe

dans une démarche ouverte et participative,

différents «workshops» ont été organisés, par

exemple un atelier général d’introduction à la

thématique et aux objectifs. Différents groupes

de travail ont été constitués: l’environnement

sociétal en général, les élus, les membres

des commissions consultatives, le personnel

communal, les entrepreneurs, les visiteurs,

les fournisseurs et les partenaires financiers.

Pour chaque groupe, les valeurs et principes

fondamentaux précités de la matrice du

concept de l’Économie pour le Bien commun

ont été analysés et évalués sur quatre échelles:

débutant, avancé, expérimenté ou exemplaire.

La commune était accompagnée par un

conseiller indépendant. Quant aux citoyens,

ils étaient tous informés du développement du

processus, toujours dans un cadre participatif.

Le processus est révélateur car il oblige à une

auto-analyse profonde du fonctionnement

de la commune. Il incite ainsi à se mettre

sans cesse en question, ce que je considère

comme un devoir essentiel pour toute

commune en vue de s’améliorer et affronter

les défis de demain.

La commune de Mertzig espère décrocher

sa certification prochainement. Quelles

sont les étapes à franchir pour l’obtenir?

Tout comme les entreprises, les communes

peuvent être certifiées. Elles doivent se faire

évaluer sur base des valeurs de la matrice du

modèle économique regroupant plusieurs

sous-objectifs concrets. À Mertzig, à la

suite des ateliers participatifs, le conseiller

indépendant rédige le rapport et l’audit

externe aura lieu en fin d’année. Celui-ci

sera suivi d’une présentation publique sous

forme de conférence/débat. L’audit externe

est essentiel car il renforce la crédibilité du

processus pour aboutir à la certification

officielle de «Commune de l’Économie

pour le Bien commun», une première au

Luxembourg. La certification servira de

base pour nous améliorer en suivant les

valeurs en question dans le but de servir le

Bien commun dans le sens noble du terme.

Finalement, la commune de Mertzig

pourra promouvoir le développement d’un

réseau afin de collaborer et d’échanger

davantage dans le but d’élargir ce concept

au Luxembourg et - pourquoi pas - dans la


grande région, les entités de droit public,

les entreprises. Et pourquoi pas chercher

à obtenir, dans un esprit de solidarité et

d’impact sociétal, la création d’un label de

qualité pour toute une région ou même le

pays? Nous avons déjà entamé les premières

démarches au sein des ministères concernés

afin d’obtenir la meilleure promotion et

collaboration possible.

Enfin, vous avez affirmé que l’Économie

pour le Bien commun offrirait des

pistes de réponses pour affronter les

conséquences économiques et sociales

de la pandémie. Quelles seraient ces

pistes selon vous?

L’Économie pour le Bien commun est

dérivée de la crise financière de 2008 et s’est

considérablement développée dans le monde

entier au cours de cette dernière décennie.

En réponse au séisme économique et aux

conséquences sociales associées, Christian

Felber, co-fondateur de l’initiative, a

publié plusieurs ouvrages dont «Change

everything: creating an Economy for the

Common Good» et «Trading for Good».

Il y plaide pour une économie basée sur

la coopération et le bien commun. Ces

derniers mois, avec la nouvelle crise, ce sont

les valeurs précitées qui ressurgissent dans

tous les débats et analyses. Alors pourquoi

ne pas finalement tenter de les mettre en

œuvre à petits ou grands pas? Il revient

au secteur public, dont les 102 communes

du Grand-Duché de Luxembourg, de

montrer l’exemple pour ensuite inciter les

entreprises locales et régionales à faire de

même. À côté de nombreuses initiatives,

théories et modèles, le but de l’Économie

pour le Bien commun est le bien-être pour

tous, au lieu de la concurrence interminable

et féroce. Donnons finalement la priorité

au commerce local et régional et soutenons

les sociétés d’impact sociétal où les valeurs

de solidarité et d’altruisme sont mises en

valeur comme des éléments déterminants

de l’activité économique dans un but de

renforcer la cohésion sociale.

L’Économie pour le Bien commun cherche

à établir ce modèle économique éthique où

l’être humain, la nature et l’environnement

deviennent l’objectif primordial de l’activité

économique. Au centre de ce modèle ne se

Mike Poiré

trouve plus la recherche du profit, ni un

bilan financier équilibré, mais le bien-être

du plus grand nombre d’acteurs, gravitant

dans et autour de l’entreprise et en

coopérant avec les autres, tout en sauvant

la planète pour les générations futures. Le

modèle donne de l’espoir et une vision, et

cherche à établir des réseaux avec d’autres

initiatives qui travaillent dans le même sens.

Osons-le! n

Administration communale de Mertzig

22, rue Principale

L-9168 MERTZIG

www.mertzig.lu


72 LG

OCTOBRE 2020

Inegalitéiten

um Terrain an awer och

vun hei aus bekämpfen

D’Florence Burette schafft fir Les Amis du Tibet au Luxembourg zënter 2015. D’Defense

vun de Mënscherechter an d’Defense vun der Tibetanescher Kultur ass eng passionant

Erausfuerderung.

Rencontre avec une jeune étudiante dans une école

tibétaine en Inde et visite d’une serre biologique financée

via des fonds de la coopération luxembourgeoise

“D’Iddi war:

D’Inegalitéiten

tëschent

Nord a Süd ze

verréngeren, zur

Bewosstwerdung

ze encouragéieren

an e Changement

vun eisem

Behuelen

unzepeilen”

Studium

Fir Englesch ze léieren an eppes vun der

Welt ze gesinn, sinn ech nom Lycée 1 Joer a

Kanada wunne gaangen. Ech hunn do aner

Manéiere kennegeléiert fir ze liewen. Eng

Renconter mat indogenen Amerindianer,

déi ëm hir Kultur gekämpft hunn, hat mech

déif markéiert.

Wéi ech erëm zeréck an d’Belsch komm

sinn, hat ech just eppes am Kapp, erëm fort!

D’Iddi vun der Entwécklungskooperatioun

huet sech bei mir awer net direkt

manifestéiert.

Wärend menge Studien, hat ech fir

d’éischte Kéier, d’Chance an engem

Echangeprogramm mat Philippinnesche

Schüler matzeschaffen.

Méi spéit, hu weider Coursen an der

‘Anthropologie vun der Entwécklung’

mir kloer gemaach, datt verschidden

Inegalitéiten, nëmmen iwwert eng duebel

Schinn, um Terrain an awer och vun hei

aus, ze bekämpfe wieren.

Engagment

Ech hunn du ‘sozial Kommunikatioun’

studéiert an hu mech fräiwëlleg fir

Educatiouns- an Entwécklungsprojete

gemellt. D’Iddi war: D’Inegalitéiten

tëschent Nord a Süd ze verréngeren,

zur Bewosstwerdung ze encouragéieren

an e Changement vun eisem Behuelen

unzepeilen. Fir meng Ofschlossaarbecht,

sinn ech an de Burkina Faso «Protektioun

vum biologesche Kotteng an dären Impakt

op d’Konditioun vun de Fraen am Burkina

Faso» studéiere gaangen.

Wéi ech dunn diploméiert war, hunn

ech als Responsabel fir d’Educatioun an

der Entwécklung bei Vétérinaires sans

Frontières an Eclosio geschafft. Am Ufank

hunn ech et bal net gegleeft datt ech géif

bezuelt gi fir eng Aarbecht, déi ech och

fräiwëlleg gemaach hätt. Mä den Domaine

vun der Entwécklungszesummenaarbecht

ass gutt organiséiert. Et gi spezifesch

Kompetenze verlaangt, sou wéi och

Experienz um Terrain; et geet net duer gutt

Intentiounen ze hunn, fir effikass ze sinn.

Zënter 2015, sinn ech bei der ONG ‘les

Amis du Tibet au Luxembourg’ agestallt.

D’Defense vun de Mënscherechter an

d’Defense vun der Tibetanescher Kultur

als Thema huet mech net lassgelooss. Säit

ech wärend menger éischter Indierees op

e jonken Tibetaner am Exil gestouss war.

Dëse war an de Prisong komm, wëll en eng

Foto vum Dalaï-Lama gekuckt hat.

Motivatioun

Säit Kuerzem, hunn ech de Conseil

d’Administration vum Cercle de

Coopération des ONGD integréiert.

Hier Missiounen, si menger Meenung

no, weesentlech am Secteur vun der

Koopératioun zu Lëtzebuerg. Ausserdeem,

engagéieren ech mech benevole an enger

ganzer weiderer Rëtsch vun Associatiounen,

wéi z.B. an der Schoul där meng Kanner

ginn. Och wann et un Zäit feelt, ass et mir

wichteg, fir un der stänneger Verbesserung

vun der Welt an där mir liewen, aktiv mat

deelzehuelen. n

Méi Information: www.amisdutibet.org


#mertzig4all

MERTZIG

entend L’Économie devenir pour le Bien la 1ère commun commune

propose

un modèle économique éthique fondé sur

de l’Economie pour le Bien commun

la cohésion du sociale Luxembourg et la participation ! citoyenne.

la dignité humaine, la solidarité, la durabilité écologique,

Ces valeurs deviennent le fondement de toute action.


74 LG

OCTOBRE 2020

BRÈVES MINISTÉRIELLES

PAR RAOUF HATIRA

Ministère de l’Agriculture

À l’occasion de la journée internationale

de sensibilisation aux pertes

et gaspillage alimentaires, le 29

septembre, le ministre de l’Agriculture,

Romain Schneider, a lancé un appel à

projets afin de soutenir la réduction

du gaspillage alimentaire à travers

l’émergence de projets locaux et

innovants sur cette thématique.

Cet appel à projets s’inscrit dans

la campagne de sensibilisation du

ministère, “Ensemble contre le

gaspillage alimentaire” intitulée “124

kg d’aliments sont gaspillés par an et

par personne: 124 raisons de changer

quelque chose”.

Source: gouv.lu

Ministère de l’Energie

À côté de la mise en place d’un réseau

de bornes de recharge publiques

“Chargy” et de bornes de recharge

rapide, le gouvernement vient

d’instaurer un régime de soutien à

l’installation de bornes de recharge

privées alimentées, comme tous les

ménages au Grand-Duché, par de

l’électricité verte. Le Luxembourg

favorise désormais la mise en place

d’un réseau dense et pratique de

solutions de recharge et devient

un des précurseurs en Europe.

Les montants de la prime (de 750 à

1.650 euros) varient en fonction du

nombre d’emplacements rattachés

à un bâtiment et de l’intelligence de

l’installation de recharge.

Source: SIP

Ministère du Développement

durable

La ministre du Développement durable,

Carole Dieschbourg, a présenté le 23

septembre dernier, la stratégie “Null

Offall Lëtzebuerg”. Celle-ci fournit

une vision et un cadre de travail pour

une gestion plus responsable et plus

durable des ressources et des déchets

dans l’avenir, en s’appuyant sur les

principes de l’économie circulaire. Un

des grands piliers de cette stratégie

est la prévention de déchets, en

s’appuyant sur des mesures qui

prolongent le premier emploi et

favorisent le réemploi.

Source: SIP

Ministère de l’Education

La rentrée des classes à l’heure la crise sanitaire est synonyme

de vigilance. Les ministères de l’Education et de la Santé ont

mis en place un dispositif à trois niveaux pour faire face à toutes

les situations. Si un seul élève est testé positif dans une classe,

il sera isolé. Les autres élèves ainsi que les enseignants ne sont

pas mis en quarantaine. La quarantaine s’applique si plusieurs

cas sont détectés dans une même classe. Lorsqu’une chaîne

de contamination est détectée, des mesures supplémentaires

plus strictes sont décidées, pouvant aller jusqu’à la fermeture

de l’école.

Source: SIP

Ministère de la Digitalisation

Le ministre délégué à la Digitalisation, Marc Hansen, s’est

adressé par vidéoconférence, le 15 septembre dernier, au public

de l’ICT Spring 2020, le rendez-vous mondial incontournable

des innovations technologiques. Le ministère, conjointement

avec le Centre des technologies et de l’information de l’État

(CTIE), entend collecter des idées, des compétences ou des

technologies innovantes provenant d’entreprises, de startups,

d’indépendants ou bien de chercheurs désireux de soutenir et

de renforcer l’innovation au sein des services publics.

Source: SIP

Ministère de l’Egalité

entre les femmes et les hommes

La ministre de l’Égalité entre les femmes et les hommes,

Taina Bofferding, a reçu le 28 septembre les représentantes

du Conseil national des femmes du Luxembourg (CNFL). La

ministre a notamment mis en exergue les engagements pour

développer les bonnes pratiques au niveau communal. En

effet, en intégrant l’égalité entre les sexes dans leurs actions et

réflexions, les communes peuvent assurer que les femmes et

les hommes profitent à parts égales de leurs services.

Source: SIP

© MinDigital

Ministère de l’Intégration

et à la Grande Région

Selon la ministre de l’Intégration et

à la Grande Région, Corinne Cahen,

élargir les possibilités de télétravail

pour les frontaliers doit prendre en

compte non seulement l’aspect fiscal,

mais également celui lié à la protection

des données, à la sécurité sociale,

etc. Et la ministre d’ajouter: “offrir la

possibilité aux frontaliers de recourir

au télétravail une fois par semaine me

semble être un bon compromis entre

l’augmentation de la qualité de vie de

ces travailleurs et le maintien d’une

certaine culture d’entreprise”.

Source: SIP

Ministère de l’Intérieur

Le site du futur Centre national

d’incendie et de secours (CNIS) au

boulevard de Kockelscheuer sera

bientôt opérationnel. Le chantier

d’une des casernes les plus modernes

d’Europe sera complétement achevé

en 2021. Le Centre d’incendie et

de secours Luxembourg, installé

depuis de longues années à la

route d’Arlon, déménagera vers le

nouveau site. Même si les travaux

ne seront pas complètement achevés

d’ici la fin de l’année, les locaux du

CNIS, pourront prochainement être

mis à disposition d’une partie des

services de l’administration, dont la

direction générale du CGDIS qui y

emménagera déjà en fin d’année.

Source: SIP

Ministère du Logement

Lors de sa visite de terrain à Junglinster

en date du 28 septembre, le ministre du

Logement, Henri Kox, s’est entretenu

avec les responsables des projets de

logements en cours dans la commune.

Le ministre a profité de l’échange

pour expliquer les grandes lignes et

les instruments du nouveau Pacte

Logement qui définit la coopération

future entre l’État et les communes.

“Il est essentiel qu’ensemble avec les

communes, l’État et les promoteurs

publics s’investissent pleinement dans

l’augmentation du parc immobilier en

main publique”, a souligné le ministre

du Logement.

Source: SIP


On emménage

tous les deux !

Visitez ing.lu/immo

ING Luxembourg S.A. - 26, Place de la Gare, L-2965 Luxembourg - R.C.S. Luxembourg B.6041 - TVA LU 11082217 - ing.lu


76 LG

OCTOBRE 2020

Un budget dans la continuité

des actions pour lutter

contre le Covid-19

Suite à la proclamation de l’état de crise en mars 2020, le gouvernement avait introduit des

mesures ambitieuses qui s’articulent autour de deux axes: la protection sanitaire et sociale

de la population d’un côté et l’assouplissement du fardeau économique de la crise pour les

entreprises et les salariés de l’autre. Le renforcement des capacités du système de santé fut une

priorité absolue pour protéger au mieux la population. Les initiatives comprenaient des aides

directes en faveur des entreprises de toute taille, des mesures liées à l’emploi et à la sécurité

sociale, des reports ou remboursements de paiements d’impôts, de taxes et de cotisations

sociales et la mise à disposition de garanties publiques supplémentaires.

Pierre Gramegna

©MFIN


LG

OCTOBRE 2020

77

Au mois de mai, le gouvernement a mis en

place le paquet «Neistart Lëtzebuerg». Les

actions s’articulent notamment autour des

trois axes prioritaires suivantes: encourager

l’emploi, soutenir les entreprises dans les

secteurs les plus touchés et promouvoir une

relance économique verte.

Le budget 2021 s’inscrit dans la continuité

de ces mesures ambitieuses pour lutter

contre la pandémie du Covid-19 et

accompagner une relance durable. Il met

l’accent sur cinq priorités: maintenir

les investissements à des niveaux élevés,

assurer la solidarité, favoriser le logement

abordable, renforcer la compétitivité du

pays et promouvoir une économie durable.

Un paquet cohérent de mesures fiscales

vient renforcer et compléter ces priorités.

Les investissements à un niveau record

Un programme d’investissement ambitieux

constitue l’épine dorsale du budget 2021.

Pour favoriser une reprise durable, le taux

d’investissement s’établira à 4,3% du PIB

en 2021, soit 2,7 milliards euros, ce qui

constitue un record historique (abstraction

faite des investissements complémentaires

liés à la pandémie en 2020). En effet, ce

niveau dépasse de loin celui de l’avant-crise,

qui oscillait autour de 3,7% du PIB.

Assurer la solidarité

Pratiquement la moitié des dépenses (48%)

du budget 2021 est dédiée aux prestations

sociales, subsides et subventions dans le

domaine social. En particulier, les fonds

nécessaires pour renforcer le système

sanitaire public et les services de soins

seront substantiellement revus à la hausse en

2021. De même, le «Fonds pour l’emploi»

et le «Fonds pour les investissements sociofamiliaux»

se verront dotés des moyens

nécessaires pour leur permettre de soutenir

le marché du travail et aider les plus

démunis à faire face aux défis liés à la crise.

Dans ce même esprit, le budget introduit

une série de mesures fiscales en faveur de

l’équité sociale. En particulier, afin de

contrecarrer les abus issus de l’utilisation

du régime fiscal applicable aux FIS et

autres fonds pour des investissements dans

le secteur immobilier au Luxembourg, il

est introduit un prélèvement immobilier

à partir du 1er janvier 2021. Les revenus

immobiliers (loyers et plus-values

immobilières) luxembourgeois réalisés

par les fonds d’investissement seront ainsi

imposés au taux de 20 pour cent, sans

possibilité de faire valoir des déductions.

Favoriser le logement abordable

L’enveloppe budgétaire du ministère du

Logement sera considérablement augmentée

(+11%) et le nouveau «Fonds spécial de

soutien au développement du Logement»

bénéficiera d’un budget de 150 millions euros

pour créer et financer du logement abordable.

Au niveau fiscal, le budget propose plusieurs

mesures pour lutter contre la spéculation

foncière, et pour inciter à la rénovation

énergétique, dont notamment la réduction

du taux de l’amortissement accéléré en

cas d’investissement dans un logement

neuf dédié à location et l’introduction

du taux d’amortissement de 6% en cas de

rénovation énergétique pour les immeubles

affectés au logement locatif.

“Pratiquement

la moitié

des dépenses

du budget 2021

est dédiée

aux prestations

sociales, subsides

et subventions

dans le domaine

social”

Promouvoir une économie durable

Le budget 2021 prévoit une enveloppe de 547

millions d’euros pour des investissements

dans le domaine de la mobilité et du climat.

L’accent est mis notamment sur le développement

continu du réseau ferroviaire et du

tram, de même que sur la mobilité douce.

L’introduction d’une taxe d’abonnement

réduite pour les fonds d’investissements

durables permettra de stimuler davantage les

investissements verts et à caractère social, et

de consolider la position de leader de la place

financière en matière de finances durables.

Le principe pollueur/payeur en matière

climatique trouve une application concrète

par l’introduction en 2021 d’une taxe CO2

à hauteur de 20 euros la tonne, qui sera

progressivement augmentée à 30 euros la

tonne d’ici 2023.

Le budget veille toutefois à assurer l’équité

sociale en prévoyant des mesures de

compensation sociales, dont notamment

une augmentation des crédits d’impôts de

l’ordre de 96 euros par an, ainsi qu’une

augmentation de 10% de l’allocation de vie

chère dès 2021.

Renforcer la compétitivité

Le budget 2021 prévoit de nombreuses

mesures en vue de renforcer davantage la

compétitivité du pays. En particulier, un

montant total d’un milliard d’euros est

prévu sur la période 2021-2024 pour faire

avancer la digitalisation de l’économie

luxembourgeoise.

Pour attirer et retenir les talents indispensables

au développement économique

continu du Luxembourg, deux instruments

fiscaux innovants sont prévus, à savoir: une

prime de participation, que les employeurs

auront la possibilité d’octroyer à leurs

salariés méritants, ainsi qu’un régime

actualisé des «impatriés», comprenant

notamment la possibilité pour l’employeur

d’octroyer une prime d’impatriation qui

bénéficiera d’une exemption fiscale à

hauteur de 50%.

«Un budget exceptionnel pour une

époque exceptionnelle»

Pierre Gramegna commente: «Le budget

2021 est un budget exceptionnel pour une

époque exceptionnelle. Le gouvernement a

su ficeler un paquet à la hauteur des défis

que représente cette crise inédite pour notre

pays. Le budget 2021 met l’accent sur la

solidarité avec les salariés et les entreprises,

le renforcement des infrastructures, le

logement et la relance durable, grâce à des

investissements à un niveau record». n

Communiqué par le ministère des Finances


78 LG

OCTOBRE 2020

BRÈVES ÉCONOMIQUES

PAR RAOUF HATIRA

Le secteur financier

résiste mieux à la crise

Le solde du compte courant du

premier semestre 2020 s’élève à 706

millions d’euros, soit une baisse de

1.4 milliard par rapport à la même

période 2019. Les exportations et

importations ont affiché une baisse

d’environ 17% au premier semestre

2020, avec comme point le plus bas

le mois d’avril. Les services financiers

ont relativement tiré bien leur épingle

du jeu avec une augmentation de 4.5%

pour les exportations et 6.4% pour les

importations, par rapport au premier

semestre 2019.

Source: BCL

Nouveau bureau commercial

à Casablanca

Le renforcement du réseau international

de promotion économique

s’est matérialisé avec l’ouverture

officielle d’un neuvième Luxembourg

Trade & Investment Office (LTIO)

à Casablanca (Maroc), le tout

premier en Afrique. La mission

des bureaux LTIO est double:

d’une part, ils visent à soutenir

les entreprises luxembourgeoises

désireuses de s’implanter dans la

région. D’autre part, ils accompagnent

les entreprises étrangères du marché

local intéressées à se développer au

Luxembourg.

Source: Ministère de l’Economie

Tarification incitative

pour les énergies renouvelables

Avec l’objectif de soutenir davantage

le développement de l’énergie solaire

au Luxembourg, le gouvernement

a adapté le système de tarification.

Ainsi, les aides pour les installations

photovoltaïques au-dessus de 30 kW

et jusqu’à un maximum de 200 kW sont

maintenant accessibles directement

aux agriculteurs, aux petites et

moyennes entreprises et aux bâtiments

tertiaires sans passer par une société

civile ou coopérative. Cependant, les

sociétés coopératives gardent un tarif

légèrement préférentiel. Les projets

plus grands, de 200 à 500 kW et de

500 kW à 5 MW, seront toujours soumis

à un appel d’offres.

Source: gouv.lu

Triple A confirmé pour le Luxembourg

Après DBRS Morningstar et Fitch, l’agence Standard & Poor’s

a confirmé à son tour le “AAA” avec perspective stable du

Luxembourg. S&P constate l’efficacité des efforts déployés par

le gouvernement pour faire face à la pandémie de Covid-19

et estime que les finances publiques du pays disposent de la

capacité nécessaire pour absorber l’impact négatif de la crise.

Le pays a su réagir rapidement à travers un vaste ensemble de

mesures pour protéger les salariés et les entreprises.

Source: gouv.lu

Le gouvernement soutient

financièrement les communes

Lors de la réunion entre le gouvernement et le bureau du

Syvicol, la ministre de l’Intérieur Taina Bofferding a tenu à

rassurer les communes quant à leur situation financière. “Nous

observons de près la situation financière des communes, qui a

été impactée par la crise sanitaire. Les services du ministère sont

à la disposition des communes pour effectuer un conseil financier

et jusqu’à présent, aucune commune n’a signalé des problèmes

de liquidités”. Afin d’encourager les communes à continuer

d’investir, la ministre a récemment augmenté les subsides pour

les équipements collectifs dans le secteur communal.

Source: SIP

L’emploi salarié peine en temps de crise

Les branches ayant moins souffert de la crise sont les

administrations et services publics avec une hausse de 5.6% et

le secteur de la construction qui enregistre une hausse de 3.2%

sur un an. Toutes les autres branches présentent des évolutions

trimestrielles négatives. Parmi les plus impactés de la crise, les

agences de travail temporaire ont vu leur nombre de salariés

reculer de 35.9% sur l’année.

Source: Statec

Le projet de la place de l’Etoile se concrétise

Lors d’une conférence de presse, les développeurs de la place de

l’Etoile ont présenté d’un côté le concept urbanistique du projet,

à savoir la création d’un quartier mixte avec logements, bureaux,

commerces et services et de l’autre côté un concept de mobilité

qui prendra en compte les différents moyens de transport. Ce

projet d’envergure a pu voir le jour grâce à la mise à disposition

de terrains de la part de l’État et de la Ville de Luxembourg.

Source: gouv.lu

© SIP / Emmanuel Claude, tous droits réservés

L’Expo 2020 Dubaï

reportée d’une année

Malgré le report d’une année de l’Expo

2020 Dubaï, l’ensemble des partenaires

du GIE Luxembourg @Expo 2020

Dubaï (Chambre de Commerce, SES

et POST), de même que les sponsors

(ArcelorMittal, Cargolux, RAK porcelain,

Guardian Glass, MCM Steel et ULT),

ont tous confirmé le maintien de leur

participation. L’Expo 2020 Dubaï, une

des plus grandes expositions universelles

jamais organisées, débutera finalement

le 1 er octobre 2021.

Source: Ministère de l’Economie

Le sérieux de Luxexpo

The Box récompensé

Luxexpo The Box a été retenu pour

accueillir plusieurs des moments-phares

du congrès annuel l’association internationale

du secteur des congrès et

conventions. Cette association fondée

en 1963 regroupe l’ensemble de la filière

des professionnels des événements

associatifs internationaux. “C’est le concept

créatif, l’expérience de l’équipe

et son sérieux en matière sanitaire qui

ont convaincu à la fois le Luxembourg

Convention Bureau et les décisionnaires

de l’ICCA” indique Morgan Gromy, CEO

de Luxexpo The Box.

Source: Chambre de Commerce

Le Luxembourg

limite les dégâts

Le PIB luxembourgeois a enregistré

un recul historique de 7,2% au 2 e

trimestre. Cette chute apparaît malgré

tout limitée par rapport aux résultats

relevés dans la zone euro. Un rebond

est attendu au 3 e trimestre, mais la

dégradation de la situation sanitaire

va venir peser sur la dynamique de la

reprise. Les résultats du 3 e trimestre

restent toutefois tributaires de

l’évolution de la situation sanitaire d’ici

la fin de l’année.

Source: Statec

Decathlon au Royal-Hamilius

Avec certes du retard pour cause de

pandémie de Covid-19, l’enseigne de

sport Decathlon s’installera le 12 janvier

2021 au centre-ville de Luxembourg

dans le complexe Royal-Hamilius, sur

une surface de 630 m 2 répartie sur

deux niveaux. Désormais, il n’est plus

nécessaire de se déplacer en dehors des

frontières pour acheter les produits de la

marque.

Source: Decathlon


Soutenir ceux qui font l’économie,

de près comme de loin.

Nous finançons votre avenir.

www.snci.lu


80 LG

OCTOBRE 2020

ICT

«Avec le numérique,

les RH deviennent un réel

support au management»

En s’appuyant sur des outils numériques de gestion des ressources humaines, Fund Channel,

prestataire de service de l’industrie des fonds, peut mieux envisager l’avenir et parvient à

s’adapter plus efficacement aux évolutions organisationnelles et réglementaires. Sandrine

Quetel, Head of Human Resources, nous explique comment la technologie transforme son

métier et permet de le positionner à un niveau stratégique.

Pouvez-vous brièvement nous présenter

Fund Channel?

Fund Channel est un acteur incontournable

de l’industrie des fonds au Luxembourg et

à l’international. Notre plateforme B-to-B,

qui supporte la distribution de fonds à

l’échelle internationale, est aujourd’hui

l’une des plus importantes au monde.

Nous accompagnons une large diversité

de clients, comme des distributeurs de

fonds institutionnels, des gestionnaires, des

banques privées ou encore des acteurs de

l’assurance-vie, établis dans quatorze pays

différents. Si tout notre développement est

aujourd’hui piloté depuis Luxembourg, il

s’appuie aussi sur des entités en Suisse, en

Italie ou encore à Singapour, avec la volonté

de soutenir aussi bien des acteurs locaux de

l’industrie des fonds que des distributeurs

internationaux. Aujourd’hui, Fund Channel

compte 70 collaborateurs.

En tant que responsable RH, quels sont

vos principaux défis au regard du développement

de Fund Channel?

Je suis arrivée au sein de la structure en

2011. A l’époque, l’administration des

ressources humaines s’effectuait encore au

départ de tableurs Excel et nécessitait le

recours à beaucoup de papier. Les demandes

du personnel, quelle que soit leur nature,

s’effectuaient par e-mail. Cette organisation

m’est directement apparue peu efficiente

et très chronophage pour les responsables

des ressources humaines comme les

managers. Un des premiers chantiers a été

de fluidifier les processus en s’appuyant

sur les outils technologiques disponibles à

l’époque. Rapidement, il nous est apparu

indispensable de mettre en œuvre un

système d’information RH (HRIS).

“Davantage

de temps

pour mener

des projets

et prodiguer

un conseil en lien

avec la stratégie

de l’entreprise”

En quoi le numérique est-il un allié des

gestionnaires des ressources humaines?

Un des premiers défis auxquels nous

sommes confrontés, quand une structure

se développe, réside dans le suivi des

informations, des demandes. A partir d’un

moment, l’administration des ressources

humaines ne parvient plus à suivre. Il faut

donc parvenir à fluidifier les processus, à

se passer du papier, à éliminer des étapes

de validation superflues. Avec un système

d’information adapté, comme la solution

Gesper de Microtis pour laquelle nous

avons opté, l’ensemble des données sont

rassemblées à un même endroit et il

devient aisé d’en gérer les accès. Chaque

collaborateur est responsable de la mise

à jour des informations le concernant et

peut y accéder directement au moyen d’un

portail RH. Par ailleurs, on peut facilement

établir des processus de validation pour

diverses demandes, en définissant des rôles

entre les managers et les gestionnaires

RH. Par exemple, un collaborateur

pourra introduire une demande de congé

directement dans le système et le manager,

une fois notifié, sera invité à la valider ou

non. Le responsable RH n’a par exemple

plus à intervenir dans ce processus. La

comptabilisation des jours restants se fait

automatiquement.

Quels sont les bénéfices directs de la

digitalisation des processus liés à la

gestion des ressources humaines?

Avant tout, le traitement des demandes

est beaucoup plus rapide. Cela contribue

grandement à la satisfaction des

collaborateurs. Au niveau de l’équipe RH,

qui compte deux personnes, nous disposons

de plus de temps pour mener des projets

et prodiguer un conseil en lien avec la

stratégie de l’entreprise. La crise que nous

avons traversée, avec la propagation du

coronavirus, a permis de mettre en évidence

toute l’importance de disposer d’un tel

système de gestion de l’information RH.

Comment les outils numériques ont-ils

facilité la gestion de la crise?

D’abord en permettant un accès sécurisé

aux données à distance. Les processus

étant en place, comme ceux liés aux

demandes de congés, il a été plus facile

de s’adapter et d’effectuer un suivi, même

si les collaborateurs n’étaient plus sur site.

L’autre grand avantage d’un outil comme

Gesper, c’est qu’il s’adapte avec l’évolution

des réglementations et du code du travail.

L’outil permet de rapidement intégrer les

changement réglementaires et d’évaluer

leur impact. Un tel outil, en outre, permet

de faire remonter des indicateurs et

d’établir des tableaux de bord qui facilitent

le suivi des équipes.


LG

OCTOBRE 2020

81

En quoi la crise traversée pourrait-elle

changer les pratiques au sein de votre

organisation?

Sandrine Quetel

Comme tout le monde, nous avons dû

nous adapter. Suite à la mise en œuvre

du télétravail, nous avons pu en apprécier

les aspects positifs et négatifs et tirer

certaines leçons. Notre volonté est

d’essayer de proposer aux collaborateurs

qui le souhaitent de continuer à pouvoir

télétravailler, en tenant évidemment

compte des impacts fiscaux qui peuvent en

découler et des règles en vigueur au niveau

de la sécurité sociale. Il ne faut pas oublier

que nous évoluons dans un secteur régulé.

Les outils informatiques que nous utilisons,

par exemple, vont nous aider à nous adapter,

en permettant à chaque collaborateur de

facilement demander à pouvoir prester

une journée en télétravail. On pourra plus

aisément assurer le suivi des collaborateurs

en tenant compte des enjeux fiscaux et

sociaux inhérents à la pratique. Ces outils

vont aussi faciliter la mise en œuvre d’un

système de gestion du temps, comme nous

y oblige la réglementation européenne.

Comment la fonction RH a-t-elle évolué

ces dernières années au niveau de Fund

Channel?

Le temps gagné au niveau de

l’administration permet aux RH de se

positionner au service d’enjeux stratégiques

pour le développement de l’activité,

comme le recrutement, l’intégration des

nouveaux venus, la formation et l’évolution

des compétences, l’employabilité des

collaborateurs, l’évolution de l’organisation

pour plus d’efficience et un meilleur

épanouissement de chacun. Notre rôle

est de définir de nouveaux projets, mais

aussi d’être en mesure d’en démontrer

la pertinence, en rendant compte des

évolutions et des gains de performance

obtenus à travers des indicateurs. En ce

sens, nous sommes un vrai support au

management, en établissant des rapports

utiles au pilotage de l’entreprise et

pouvant contribuer à l’amélioration de

l’organisation. n

Microtis S.A.

55, Route d’Arlon

L-8410 Steinfort

www.microtis.lu


82 LG

OCTOBRE 2020

ICT

Exploiter les capacités cognitives

des outils d’automatisation

Observant une demande croissante au niveau de l’automatisation

des processus auprès de ses clients, Fujitsu a veillé à perfectionner

ses outils pour apporter des solutions concrètes aux entreprises.

Misant sur les opportunités qu’offre la «Cognitive Automation»,

l’entreprise s’appuie sur de solides partenariats avec les

principaux éditeurs du marché pour accompagner sa clientèle

dans l’implémentation de technologies innovantes. Steve

Heggen, Head of Operations Automation, nous détaille les

fonctionnalités qu’il est possible d’exploiter.

Que pensez-vous de la situation des

entreprises en matière de digitalisation

des processus?

Ma première observation est que

l’intervention humaine est encore fort

présente pour effectuer certaines tâches

répétitives, faute d’outils adaptés. C’est

le cas notamment dans le traitement des

documents scannés et d’e-mails entrants,

dans l’analyse d’images ou encore dans

le support aux utilisateurs. Néanmoins,

j’observe et entends de la part de différents

clients que cette façon de faire n’est plus

adaptée aux besoins actuels et futurs.

Je pense, par exemple, à la qualité de

l’expérience utilisateur, à l’accès et à la

qualité des données, aux volumes croissants

de documents à traiter, etc.

Alors que nous nous efforçons toujours de

rendre nos processus plus automatiques

et efficaces, certaines barrières techniques

peuvent dorénavant être levées. C’est

pourquoi les technologies à base d’«intelligence

cognitive» connaissent un succès

croissant sur le marché. Nous voulions faire

partie de ce changement.

Qu’est-ce que le «traitement intelligent

du contenu»?

Cela s’opère directement après la numérisation

brute des documents. Afin de ne pas

rompre la chaîne d’automatisation par un

traitement manuel, nous répondons d’abord

au besoin d’OCR (reconnaissance optique

de caractères), qui est à la base de la dématérialisation

du contenu des documents,

puis au besoin de classification et pour

finir s’opère l’extraction automatique des

informations contenues (dans un format

structuré).

Prenons l’exemple classique du traitement

des factures. Nous savons qu’elles proviennent

toujours d’un fournisseur et qu’elles

contiennent probablement le même type

d’informations, comme un numéro de

TVA, un montant à payer, une date limite

de paiement, etc.

Lors du traitement d’un lot de documents,

cette technologie a la capacité de déterminer

de quel type de document il s’agit et d’où il

provient. Elle aura également la capacité

d’extraire des informations importantes

de manière structurée. Il sera alors simple

d’automatiser l’archivage et de permettre

le traitement associé des données, par

exemple avec un outil RPA («Robotic

Process Automation»).

Il y a donc trois étapes principales: la

reconnaissance optique des caractères et

des paternes, la classification du contenu

et l’extraction des données structurées en

fonction du type de document. Pour entrainer

le système grâce au «Machine Learning»,

l’opérateur doit simplement «montrer» où

se trouvent les informations à extraire et

indiquer le type de document. L’amélioration

du système cognitif se fait ainsi en continu.

Est-ce que le terme «Cognitive Automation»

comporte d’autres aspects?

En effet, d’autres capacités sont aujourd’hui

à notre disposition pour aller encore plus

loin dans l’automatisation. On parle souvent

de «Natural Language Processing» (NLP)

et de «Natural Language Understanding»

(NLU) qui ont pour but de permettre aux

machines de comprendre le langage des

humains, leurs intentions et le contexte du

message. La machine pourra également

formuler des réponses, avec une syntaxe et

un vocabulaire qui sont les nôtres.

Dès lors, les applications possibles sautent

aux yeux. L’une des premières à laquelle

nous avons apporté toute notre attention

concerne le support automatique des

emails entrants. Les courriels peuvent

être dispatchés aux bonnes personnes en

fonction de leur intention, des processus

peuvent être déclenchés automatiquement,

des propositions de réponse vont être

composées intelligemment, afin que

l’humain n’ait plus qu’à prendre la décision

finale, si cela s’avère encore nécessaire. En

extrapolant, il est facile de comprendre

l’intérêt que cela représente également

pour les plateformes de ticketing, d’instant

messaging, etc.

Quels sont les bénéfices apportés concrètement

aux organisations?

Les principaux avantages sont le gain

de temps d’exécution et d’efficacité des

processus. Cela apporte de meilleurs

rendements et une plus grande satisfaction

des clients et des employés. Il existe d’autres

avantages comme la protection des données

privées, la réduction des risques d’erreurs

liés à la saisie manuelle, l’absorption de

volumes croissants, le support multilingue,

la conversion automatique des données

(dates, devises, etc.). De toute évidence,

cela nous permet de supprimer les dernières

limitations au «tout numérique».

Cela pourrait donc être un élément

important de l’infrastructure numérique…

En effet, ce sont des composants importants,

mais ils ne fonctionnent pas seuls. Ces

technologies innovantes ne couvrent

qu’une partie de la chaîne. Afin d’exploiter

pleinement leur potentiel, nous devons

les combiner avec d’autres outils. Je pense

notamment à l’utilisation de robots (RPA),

de plateformes de gestion des processus

métier (BPM), d’outils de signature

électronique pour combler certains besoins

juridiques liés aux transactions,… C’est

l’assemblage intelligent de ces outils qui

offre des possibilités incroyables en termes

d’automatisation. Nous couvrons désormais

des besoins fonctionnels pour lesquels seul

un traitement manuel était possible jusqu’à

présent.


LG

OCTOBRE 2020

83

“Les principaux

avantages sont

le gain de temps

d’exécution et

d’efficacité des

processus”

Steve Heggen

Nous sommes de plus en plus enthousiastes

de constater que le développement de

l’intelligence artificielle est un moteur

important de la digitalisation, notamment

en raison des capacités cognitives des outils

qui ne font que s’améliorer.

Qu’est-ce que Fujitsu apporte de plus

aux clients?

Je pense que notre vision transversale, notre

expérience confirmée sur ces sujets, notre

approche très pragmatique et nos solides

partenariats avec les principaux éditeurs du

marché sont autant d’atouts précieux que

nous partageons avec nos clients.

L’adoption de ces technologies innovantes

n’est pas toujours un parcours facile

et rectiligne. Elle peut même s’avérer

périlleuse sans le soutien d’un partenaire

expérimenté. C’est la raison pour laquelle

Fujitsu s’est beaucoup investi dans ce

secteur et est aujourd’hui en mesure

d’accompagner ses clients de bout en

bout, de la revue de leurs processus à la

mise en œuvre complète de la chaîne de

traitement. n

Fujitsu

Parc d’Activités Capellen

89 C, rue Pafebruch

L-8308 Capellen

www.fujitsu-luxembourg.lu


84 LG

OCTOBRE 2020

BRÈVES COMMUNALES – NORD

PAR RAOUF HATIRA

BETTENDORF

Conformément aux dispositions

légales de l’article 16 de la loi relative

aux établissements classés, il est porté

à la connaissance du public que par

arrêté ministériel daté du 7 septembre,

l’administration communale de

Bettendorf a obtenu l’autorisation de

modifier une maison relais. Le public

pourra consulter le texte de la décision

ministérielle à la maison communale

pendant un délai de 40 jours.

Source: bettendorf.lu

DIEKIRCH

La ville de Diekirch accorde des

primes d’encavement aux personnes

isolées ou ménages à petits revenus.

Les demandes ont été déposées du

1 er au 30 septembre via un formulaire

prédéfini au guichet d’accueil de

l’Hôtel de Ville ou par courrier électronique.

La prime d’encavement sert

à aider les ménages à petits revenus.

Elle est cumulable avec l’allocation de

vie chère.

Source: diekirch.lu

ELL

Le collège des bourgmestre et échevins

porte à la connaissance du public que

suite à des travaux de réfection du pont

OA303, la route CR303 entre Colpach-

Bas et Oberpallen sera barrée et toute

circulation sera interdite dans les deux

sens et cela jusqu’au 15 février 2021.

Les usagers doivent prendre leur mal

en patience. Une déviation sera mise

en place.

Source: ell.lu

ERPELDANGE-SUR-SÛRE

L’administration d’Erpeldange-sur-Sûre

organise des élections communales complémentaires

le 22 novembre prochain.

Les électeurs désireux de voter par

correspondance devront en aviser le

collège des bourgmestre et échevins le 28

octobre 2020 au plus tard. Le formulaire

y étant relatif est téléchargeable via le

site internet www.erpeldange.lu ou via

la plateforme étatique sécurisée www.

myguichet.lu. Le vote est obligatoire

pour tous les électeurs inscrits sur les

listes électorales.

Source: erpeldange.lu

VALLÉE DE L’ERNZ

Le conseil communal a édicté un règlement relatif aux aides financières

pour les personnes physiques concernant la promotion de la

durabilité, de l’utilisation rationnelle de l’énergie et des ressources

naturelles et de la mise en valeur des énergies renouvelables

dans le domaine du logement. Les aides financières accordées

par la commune prennent en compte les rénovations, l’isolation

thermique, l’installation de capteurs solaires photovoltaïques et

thermiques, l’installation de pompes à chaleur et de collecteurs

d’eau de pluie. La commune prend en charge entre 25 et 50% de

la subvention accordée par l’Etat, plafonnée à 500 euros.

Source: aerenzdall.lu

CLERVAUX

Afin de renforcer la mobilité douce dans la région du Nord, un

passage souterrain de la Vennbahn a été inauguré. Ce projet

s’intègre dans la réalisation de la piste cyclable du Nord PC21

qui prend son départ à Ettelbruck pour rejoindre le territoire

belge près de la Schmiede. Le passage inférieur pour cyclistes

relie le centre de Clervaux avec la gare ferroviaire, la nouvelle

gare routière et le lycée Edward Steichen. Le tracé rejoint la

future piste cyclable qui longera la Nationale 7.

Source: clervaux.lu

WILTZ

Le Circular Innovation HUB ouvrira ses portes en octobre 2020 à

l’ancien atelier communal. La commune de Wiltz et le Fonds du

Logement sont à l’origine de ce projet dont l’objectif est d’offrir

une plateforme nationale pour faciliter et promouvoir l’échange

des connaissances et des expériences autour de la thématique de

l’économie circulaire. Le HUB permettra de mieux communiquer

et d’informer sur les projets qui sont en cours d’élaboration et de

réalisation sur le territoire de la commune.

Source: wiltz.lu

LAC DE LA HAUTE-SÛRE

Les mesures effectuées ont révélé la présence de cyanobactéries

toxiques et de toxines pouvant causer des troubles de santé

chez l’homme et les animaux. La commune rappelle toutefois

qu’il n’existe aucun risque lié à la consommation d’eau potable

issue du lac de la Haute-Sûre.

Source: lac-haute-sure.lu

© MMTP

ESCH-SUR-SÛRE

Le conseil communal d’Esch-sur-Sûre,

en coopération avec la commission du

commerce et du tourisme, a organisé un

concours de photographie/dessin dont

les lots gagnants ont servi à soutenir les

commerces situés sur le territoire de la

commune, suite aux pertes subies à cause

de la crise sanitaire. Toute personne ayant

sa résidence habituelle sur le territoire

de la commune d’Esch-sur-Sûre a pu

soumettre cinq photographies ayant pour

objet la crise sanitaire de Covid-19.

Source: esch-sur-sure.lu

ETTELBRUCK

Dans le cadre des journées européennes

du patrimoine, l’a.s.b.l. «Al

Synagog Ettelbréck» a organisé, le 4

octobre dernier, une journée porte

ouverte afin de découvrir le patrimoine

architectural juif de la ville d’Ettelbruck.

Le programme de la journée consistait

en des visites guidées de l’ancienne

synagogue et du cimetière juif. Ces

manifestations permettent non seulement

de découvrir le patrimoine

architectural de la ville, mais également

de rapprocher les communautés et

de promouvoir le vivre-ensemble et la

tolérance.

Source: ettelbruck.lu

REDANGE/ATTERT

Le complexe aquatique du syndicat

intercommunal ‘’Réidener Schwämm’’

a annoncé la réouverture de son

espace wellness au public, à partir

du 1 er octobre 2020, et cela tout en

respectant les dispositions sanitaires

applicables en matière de Covid-19.

Pour de plus amples informations,

les personnes intéressées peuvent

contacter le Réidener Schwämm par

téléphone ou bien consulter le site

internet (www.reidener-schwemm.lu).

Source: redange.lu

BECKERICH

Avis aux chasseurs: dans le cadre des

adjudications publiques des droits de

chasse pour la période allant du 1 er

avril 2021 au 31 mars 2030, le public

est informé que les plans des treize

lots de chasse couvrant le territoire

de la commune de Beckerich sont

déposés pour consultation publique au

secrétariat communal, cela à partir de

septembre 2020 et jusqu’au 31 janvier

2021. Les plans sont en outre publiés

sur le site internet de la commune.

Source: beckerich.lu


+352 26 51 61

DIGITAL

www.educdesign.lu

@educdesign

EDUCATION

„Et geet net duer einfach Tablets a Computer fir d‘Schoulen ze kafen!“

D‘Integratioun vun Technologien a Schoulgebaier an a Maison Relais ass komplex,

opwänneg a brauch vill Geld. Vill Aspekter hänken zesummen a musse matenee

funktionéieren:

Gebaier

Networkinfrastruktur

Hardware &

Multimedia

Security

Maintenance &

Support

Finanzéierung

Website

Softwaretools

Pedagogescht

Konzept

Formatioun &

Begleedung

EDUCDESIGN

Mir hëllefen de Gemengen zënter 20 Joer all

d‘Aspekter ronderëm den Informatik- a Multimediapark an

hire Schoulgebaier bzw. SEA professionel ze plangen an ze managen.

EducDesign s.a. · 46 rue Jean Jaurès · L-3490 Dudelange · +352 26 51 61 · support@educdesign.lu


86 LG

OCTOBRE 2020

A Roeser, penser le futur sans

effacer son caractère «rurbain»

PAR EMILIE DI VINCENZO

Pour son bourgmestre Tom Jungen, la commune de Roeser

doit programmer son aménagement et encadrer son essor

démographique en conservant sa spécificité «rurbaine».

Proches de la capitale, Roeser et ses villages ne manquent

pas d’atouts. Mais il faut que leur mutation concilie nouvel

habitat et environnement verdoyant.

Tom Jungen

Il convient par ailleurs d’attendre les études

d’impact environnemental (éventuels

biotopes à préserver, gestion des eaux de

surface) et de trafic routier (qui dit nouveaux

quartiers dit nouveaux flux de circulation).

Dans le PAG actuel de la commune,

environ 4,5 hectares du site Hieschterbierg

sont classés dans le périmètre constructible.

Cette surface constituera certainement une

première phase du futur nouveau quartier

de la commune. «Nous commençons à

négocier avec les propriétaires des terrains

pour construire nous-mêmes, comme

opérateurs publics. Comme le prévoit le

plan sectoriel «logement», la construction

d’au moins 30% de logements dits

abordables doit être atteinte…»

6.600 habitants sur sept villages, une superficie

de 24 km² s’étirant de la périphérie de

Luxembourg-Ville à la frontière française,

traversée par deux axes de communication

majeurs (l’autoroute A3 vers Dudelange et la

ligne ferroviaire Luxembourg-Bettembourg):

Roeser dispose d’atouts indéniables.

Reste à dessiner l’avenir en intégrant

les problématiques du pays (essor

démographique, pression immobilière,

développement durable) tout en conservant

son «identité rurbaine», insiste volontiers

le bourgmestre Tom Jungen. «Notre plan

d’aménagement est entré en vigueur dès

2017» note l’élu. «Nous étions alors la 16 e

commune luxembourgeoise à se doter d’un

PAG nouvelle génération. Le principe étant

de définir des orientations sur douze ans,

quitte à faire un bilan d’étape à mi-chemin,

comme le préconise la loi».

Dans les faits, il faut aussi être en phase

avec les plans sectoriels du gouvernement.

En l’espèce, à Roeser, ce sont les dossiers

logement et transports (avec l’autoroute et la

voie ferrée) qui sont concernés. Ainsi, entre

les villages de Berchem (où se situe la gare)

et Bivange, 23 hectares ont été identifiés

comme réserve foncière, qui seront aménagés

en plusieurs phases. «Il s’agit du site de

Hieschterbierg qui a été identifié comme

prioritaire dans le cadre du projet de plan

sectoriel ‘’logement’’», explique Tom Jungen.

La population consultée

Lequel entend jouer la carte de la

transparence: «Nous voulons associer la

population. Un premier atelier participatif

a permis à chacun d’exprimer ses désirs ou

réticences: préserver des coulées vertes,

aménager des parcs, penser aux commerces

et services de proximité. Le confinement a

renforcé ces attentes... Nous les avons donc

intégrées. Avec le confinement nous avons

pris quelques retards, mais nous entendons

organiser en automne un deuxième atelier

participatif pour présenter les premiers

résultats».

Déjà 50 logements sociaux

Ailleurs dans la commune, même

philosophie. «60% des terrains classés

constructibles en 2017 – autres que les 23

hectares de Hieschterbierg – dans le cadre de

«nouveaux quartiers» sont en phase d’être

lotis voire bâtis. Complémentairement, de

nouvelles constructions dans les quartiers

existants vont densifier l’actuel tissu urbain,

notamment les centres. Pour notre part,

comme acteur public, un premier projet

d’immeuble est achevé, deux autres le seront

en fin d’année avec le réaménagement

de l’ancien presbytère à Peppange et

ainsi la création de trois logements et

l’achat de trois appartements dans une

résidence. Mais le projet phare se situe

dans le centre de Peppange avec environ

20 logements sociaux et une résidence

intergénérationnelle. Résultat, à la fin de

cette mandature, en 2023, nous espérons

atteindre un parc de logements sociaux de

40 unités en propriété communale, plus

7 logements déjà réalisés par l’Association

du monastère. Soit autour de 50 au total.

Au Grand-Duché, cela nous situe en haut

de l’échelle».

Quant au projet d’Hieschterbierg: «Le

gouvernement a son mot à dire. Mais il y

aura de quoi faire, avec par exemple une

voie cyclable rejoignant celle qui longe la

ligne ferroviaire. Nous saurons, je l’espère,

relever le défi: préserver un cadre de vie

de qualité pour conserver notre caractère

rurbain». C’est dit et redit. n


LG

INTERACTIVE

VISITES VIRTUELLES 360° ET IMAGERIE AÉRIENNE PAR DRONE

DÉCOUVREZ NOTRE OFFRE

DESTINÉE AUX BUREAUX

D’ARCHITECTES

ET INGÉNIEURS-CONSEILS

Présentez gratuitement

votre bureau dans notre

nouvelle rubrique

«Bâtisseurs de demain»

Dévoilez votre conception

de l’architecture et mettez

vos projets en valeur

dans un reportage

360°

Renforcez votre présence

sur le web grâce à nos visites

virtuelles à 360°, fonctionnelles

sur tous supports

LG INTERACTIVE

24 rue Michel Rodange

L-4660 Differdange

secretariat@euroeditions.lu

Planning ré

LG 219

Février

LG 220

Mars

RH – LEARNING SOLUTIONS

LG 22

Avril

IMMOBILI


88 LG

AVRIL OCTOBRE 2020 2020

PORTRAIT

Se reconstruire face à la crise

PAR MARTINA CAPPUCCIO

La construction, pourtant l’un des premiers secteurs à avoir repris ses activités, peine toujours

à se remettre de son confinement. Avec au compteur cinq semaines d’arrêt des chantiers suivies

d’une perte de rendement de 10% due à la mise en place des mesures sanitaires, le secteur se

heurte aujourd’hui à l’incertitude des investisseurs quant à la planification de nouveaux projets

de construction. Roland Kuhn, président de la Fédération des entreprises luxembourgeoises

de construction et de génie civil, et Patrick Koehnen, secrétaire général adjoint, nous dressent

le portrait d’un paysage de la construction luxembourgeois marqué par la crise sanitaire et

économique.

Repenser le cadre de travail

Accompagnant 19.000 entreprises à travers

le pays, la Fédération des entreprises

luxembourgeoises de construction et de

génie civil, chapeautée par la Fédération

des artisans, a assuré la fonction de relais

d’informations entre ses membres et le

gouvernement dès les prémices de la crise.

«Après l’annonce gouvernementale du 17

mars, nous avons bénéficié de quelques

jours pour sécuriser les chantiers en cours

avant le confinement. Tout le secteur a

ensuite été à l’arrêt jusqu’au 20 avril», se

souvient Patrick Koehnen.

La Fédération s’est alors très vite attelée à la

conception d’un cadre de travail sécurisé et

à la création d’outils favorisant une reprise

rapide des activités. «Nous avons collaboré

avec le Service de Santé au Travail de

l’Industrie (STI) et l’Institut de Formation

Sectoriel du Bâtiment (IFSB) pour réunir les

mesures obligatoires et recommandations

du gouvernement dans une «Toolbox

Covid-19 -Construction» que nous avons

mise à disposition des entreprises. C’est

notamment grâce à la garantie que les

entrepreneurs assureraient la sécurité et la

santé des employés sur leur lieu de travail

que le gouvernement s’est montré favorable

à la reprise des chantiers dans le respect des

mesures énoncées dans cette Toolbox»,

détaille Roland Kuhn. Ces consignes ont

d’ailleurs très bien été accueillies par les

collaborateurs et unanimement respectées

sur le terrain.

“Sur les 6.700

tests réalisés

au retour

des congés

collectifs,

seuls 9 se sont

révélés positifs

au Covid-19”

Covid positif: quarantaine et isolement

«Sur les 6.700 tests réalisés au retour des

congés collectifs, seuls 9 se sont révélés

positifs au Covid-19», dévoile Patrick

Koehnen. Ces chiffres semblent indiquer

une tendance encourageante, toutefois,

la réalité est bien plus morose puisque de

nombreuses équipes ont tout de même été

mises à l’arrêt selon les règles de quarantaine

imposées par le ministère de la Santé.

«Les collaborateurs ayant été en contact

avec une personne testée positive sont

automatiquement mis en quarantaine…

ainsi que toute leur équipe de travail,

même si aucun d’entre eux ne montre des

symptômes de la maladie ou a passé un

test qui prouve sa contamination au virus.

Beaucoup d’entreprises sont fortement

touchées par cette mesure qui implique

souvent l’arrêt complet d’un chantier,

faute d’effectifs», déplore Roland Kuhn,

avant de poursuivre: «Nous émettons des

réserves contre ces dispositions que nous

jugeons trop drastiques et qui impactent

lourdement nos membres. Nos équipes

appliquent des mesures de distanciation et

d’hygiène strictes, notamment le port du

masque, qui réduisent fortement le risque

de propagation de la maladie. Tant qu’un

employé ne présente aucun symptôme ou

qu’il n’a pas été testé positif, nous estimons

que le risque de contamination est beaucoup

trop faible pour justifier l’arrêt total d’une

équipe et a fortiori d’un chantier». Une

mesure qui semble d’autant plus abusive

qu’elle n’est pas appliquée à tous les

secteurs, comme celui de l’enseignement

où les professeurs ne sont pas écartés pour

ce même motif et qui côtoient pourtant

des classes entières dans l’exercice de leur

métier. Tout le milieu de la construction,

pénalisé alors qu’il respecte toutes les

recommandations qu’on lui impose,

éprouve comme un sentiment d’injustice.

«C’est pourquoi nous demandons au

ministère de la Santé d’apporter davantage

de cohérence à ces mesures, d’un secteur

à l’autre. Nous pourrions par exemple

imaginer que seul l’employé concerné

par un contact à haut risque soit isolé en

attendant d’être testé», propose Patrick

Koehnen. La loi et les dispositions prises

dans la Toolbox prévoient d’ailleurs que

les salariés à faible risque s’auto-surveillent

tout en étant autorisés à travailler.


LG

OCTOBRE 2020

89

Roland Kuhn et Patrick Koehnen


90 LG

OCTOBRE 2020

PORTRAIT

“Appliquer

des mesures

de distanciation et

d’hygiène strictes

qui réduisent

fortement le risque

de propagation

de la maladie”

En plus de la perte financière causée par

l’arrêt des chantiers, les entreprises doivent

aussi financer une partie de la quarantaine

de leurs employés. En effet, depuis le mois

de juillet, la CNS n’assume plus la totalité

des salaires des personnes testées positives

au Covid-19 et laisse ainsi les entreprises

assumer 20% de cette charge, ce qui

représente pour ces dernières un poids

économique supplémentaire.

Impact organisationnel et économique

L’engouement généré par la reprise des

chantiers a très vite laissé place à la difficulté

de revenir au «rythme d’avant». Toute

une organisation et un planning doivent

quotidiennement être déployés sur le

terrain pour éviter que les différents corps

de métier ne se croisent et ainsi limiter les

contacts entre différentes bulles de travail.

Roland Kuhn ajoute: «Les mesures de

sécurité qui nous sont imposées ralentissent

substantiellement notre cadence si bien que

nous estimons à un minimum de 10% la

baisse de productivité. Chaque changement

de masque, chaque lavage de main, chaque

nettoyage sur chantier nous fait perdre du

temps qu’il nous est impossible de rattraper

par la suite». Si la Fédération comprend

la nécessité de ces mesures, elle déplore

toutefois qu’aucun moyen ne soit déployé

pour compenser ce manque à gagner qui

accentue les difficultés rencontrées par le

secteur.

A l’instar de cette perte de rendement, celle

des cinq semaines d’arrêt total des activités

sera impossible à combler. Son impact

devrait se faire ressentir dans les prochains

mois, lorsqu’il faudra rembourser certaines

aides étatiques et payer les taxes et impôts

laissés en suspens en début d’année.

Si jusqu’ici les entreprises avaient pu

survivre en rattrapant leur retard dans la

facturation, elles feront bientôt face à ce

vide économique laissé par le confinement.

Pour les soutenir, la Fédération aurait par

exemple espéré davantage de flexibilité de

la part du gouvernement dans les modalités

de remboursement du chômage partiel,

des impôts, de la TVA et des cotisations

sociales.

Roland Kuhn se montre toutefois reconnaissant

envers l’Etat pour le maintien de

ses investissements: «François Bausch,

ministre des Travaux publics, a veillé à ce que

les chantiers soient maintenus et puissent

reprendre et Pierre Gramegna, ministre des

Finances, a assuré le maintien des budgets

dans ce secteur». Comme l’explique Patrick

Koehnen, la tendance est toutefois bien

différente du côté des investisseurs privés

qui font preuve de davantage de prudence

et mettent en attente de nombreux projets:

«Certaines entreprises de construction

sont spécialisées dans les chantiers publics,

d’autres dans les chantiers privés, mais en

moyenne, elles consacrent 50% de leurs

effectifs dans chaque secteur. La plupart

de nos entreprises membres vont donc

rencontrer de grandes difficultés, voire

pour certaines mettre la clé sous la porte».

S’il est encore trop tôt pour constater une

augmentation du nombre de faillites, les

mois à venir s’annoncent toutefois difficiles.

Entre difficultés financières et organisationnelles,

c’est tout un secteur qui

est aujourd’hui confronté à l’incertitude

du redémarrage des investissements. Face

à un futur incertain, la Fédération attend

surtout de l’Etat qu’il maintienne ses

investissements à un niveau élevé pour

soutenir la relance que ce soit à travers

des travaux d’infrastructure ou via le

maintien des budgets des communes. En

effet, chacun de ces chantiers occupe des

entreprises pendant plusieurs années; tous

les projets conclus aujourd’hui leur donnent

une garantie financière tout au long de

cette période! Reste à espérer que cette

relance soit suffisante pour maintenir les

entreprises en difficulté à flot dans l’attente

de jours meilleurs… n


VALENTINY hvp architects

BIJOU

Cloche d’Or

Luxembourg

www.soludec.lu

RÉALISATION SOLUDEC

TOUS CORPS D’ÉTAT


Envie de devenir

propriétaire ?

SPUERKEESS.LU

Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat, Luxembourg, établissement public autonome, 1, Place de Metz, L-2954 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B30775


Lëtzebuerger Gemengen 239 Octobre 2020

More magazines by this user
Similar magazines