25.11.2020 Views

Maintenance & Entreprise n° 628

Spécial maintenance expo 2012

Spécial maintenance expo 2012

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

628 - Octobre – Novembre – Décembre 2012

25 euros

Les services à l’industrie

EXCLUSIF :

www.maintenance-entreprise.com

SIVECO

en toute

indépendance

page 8

IMPRIMERIE :

Gérer

l’urgence

au quotidien

page 20

PRATIQUE :

Gestion des

déchets et

énergie

page 38

TERTIAIRE :

Sécurité

incendie à

Arte TV

page 57

Spécial maintenance

expo 2012

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

84

pages


Lavettes

industrielles MEWA :

La solution la plus

propre pour votre

entreprise.

www.mewa.fr

Certaines choses ne révèlent leur vraie valeur qu’au moment de leur utilisation. Prenez l’exemple

de nos lavettes d’essuyage : elles permettent un essuyage parfait tout en préservant l’environnement.

En effet, nous les ramassons, les lavons et vous les rapportons au moment même où vous

en avez besoin. L’avantage pour vous : plus d’achat coûteux de chiffons à usage unique, de

traitement des déchets à gérer, le tout dans le respect des réglementations environnementales.

Vous êtes Octobre-Novembre-Décembre convaincus ? Appelez nous 2012 au +33 – N°628 4 70 35 34 01 et découvrez nos produits.


S

Sommaire

L’Actualité

> EDITORIAL

Salons,

pour gagner du temps et plus.........5

> ACTUALITES

Colloque performance CIMI............6

Siveco en toute indépendance.......8

Brammer et la gestion de pièces...10

Les Français et l’industrie.............12

GIM à l’IUT de Sénart...................14

L’ERP SAGE et la GMAO.............16

Les lancements Carl Software.....18

Références

> La GMAO dans tous ses états

Secteur Imprimerie :

Sud Ouest, le quotidien.................20

Hôpital :

réorganisation multisites..............26

Total :

un développement mondial...........28

Transports :

une gmao pour le ferroviaire.........31

Carrières :

une migration réussie....................33

Agroalimentaire :

un outil sur mesure......................35

> Technologies pratiques

La valorisation des déchets........38

Limitation du couple.....................39

> Retour d’expérience

Petitjean sauvé

par la mondialisation....................41

La plateforme de Vatry.................44

> Méthode

Le manager de proximité...............46

Le lean en pratique.......................47

> Tertiaire

Maintenance du bâtiment

Actualités tertiaires.......................50

Directive efficacité énergétique....53

La fonction éclairage

La RT 2012 dans le tertiaire..........54

Eclairage, GTB

et économie d’énergie.................55

Arte TV sécurise ses installations..57

Une problématique HQE.............60

L’exploitation du bâtiment HQE......62

Maîtriser la qualité

de l’air intérieur.............................64

Magazine

> PRODUITS & SERVICES......65

> L’AGENDA.............................77

> BIBLIO...................................79

> INDEX.....................................82

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

3


A chaque besoin de GMAO …

sa solution Mister Maint !

La GMAO qui a tout d’une grande

Osez la puissance 10

Web Evolution

Adoptez la web 2.0 attitude

60, Rue Négrier - 59420 MOUVAUX - Tél. : 33 328 36 84 84

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

contact : infos@itm.fr - La gamme de GMAO Mister Maint est éditée par ITM


S

Edito

Les services à l’industrie

CONCEPTION ÉDITORIALE

& RÉALISATION

MRJ-Presse

54, boulevard Rodin

92130 Issy-les-Moulineaux

Tél. 01 73 79 35 67 . Fax 01 34 29 61 02

(La rédaction n’est pas responsable des documents qui

lui sont adressés, sauf demande express, ceux-ci ne

sont pas retournés)

RÉDACTION

Rédacteur en chef

Jean-François Romain

(jf.romain@mrj-corp.fr)

Ont participé à ce numéro :

Rolf Beckmann, Bertrand Dusehu-Becker,

Didier Dufournet, Hèlène Fernandez, Uwe

Krause, Cinthia Lefort, Robert Paternoster,

Marc Pierrepont, François Précope,

Jérémie Roboh, Mohand Tazerout.

Maquette

RVJ-WEB (www.rvj-web.com)

Couverture : Sandrine Weyland

PUBLICITÉ

Tél. 01 73 79 35 67

Chargé de clientèle

Patrick Barlier (p.barlier@mrj-corp.fr)

DIFFUSION ET ABONNEMENTS

www.maintenance-entreprise.com

Prix du numéro : 25 €

Abonnement 4 numéros : 85 €

Etranger : 100 €

Règlement par chèque bancaire

à l’ordre de MRJ

COMITÉ D’ORIENTATION

Pr A. Aoussat (ENSAM - CPI), Mme F.

Asensio (AFSM), M. P. Cros (FIM), Me A.-J.

Darmon (avocat au Barreau de Paris), Mme

D. Eyraud (FIEEC),M. Fabiani (SNCT), M.

Gabriel (ESSTIN-Univ. Nancy I), M. Guy

Planchette (IMdR-SdF), Pr Tahiri (ENIM,

Maroc), Pr Zwingelstein (Univ. Paris XII)

IMPRESSION

Imprimerie de Champagne

ZI les Franchises – 52200 Langres

Trimestriel Octobre-Novembre-Décembre

2012 – N°628

N° ISSN : 1154-6433

Commission paritaire : 0414 T 86493

Dépôt légal : à parution

Toute reproduction partielle ou globale est soumise à

l’autorisation écrite préalable de MRJ

Membre du REPM-EMPN (Réseau Européen

de la Presse spécialisée en Maintenance – European

Professional Maintenance Press Network

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION

Jérémie Roboh

Maintenance & Entreprise

est éditée par MRJ,

Ce comporte deux encarts, SIGNALS et

DENIOS, et un collage MEWA

Photo de couverture : CAT Eneria

Salons,

pour gagner du temps et plus !

Que ce soit comme exposants ou visiteurs, les industriels français se déplacent

peu sur les grands salons internationaux qui, il est vrai, sont rarement

organisés chez nous. C’est sans conteste l’Allemagne qui compte

les plus grandes surfaces d’exposition en Europe et les plus nombreux parcs. Le

succès de nos voisins repose sur des fédérations professionnelles puissantes,

auxquelles adhèrent tous les acteurs d’une filière, et qui sont impliquées dans le

financement et l’organisation des évènements ; et sur l’implication forte des collectivités

territoriales dans l’investissement des infrastructures et des bâtiments.

Ajoutez à cela, évidemment le poids économique du pays…

Mais la sous-représentation de la France dans les salons d’outre-Rhin ne laisse

pas d’étonner pour le premier partenaire de l’Allemagne (talonné désormais par la

Chine, pays où l’Allemagne compte aujourd’hui 3500 filiales, quand la France en

compte, pour sa part, à peine 500…). Les salons allemands n’ont guère besoin des

exposants et visiteurs Français… C’est plutôt nos industriels qui font preuve d’une

négligence coupable.

Contrairement à la plupart des salons hexagonaux, les salons allemands sont

avant tout techniques. Ils constituent ainsi des outils incomparables de veille technologique,

R&D et d’innovations. Offrant un spectre très large d’applications industrielles,

un salon est un concentré d’alertes pour trouver des points de performance,

un stimulant pour la réflexion industrielle. Si elle n’est pas première, la préoccupation

commerciale et marketing sera néanmoins satisfaite : les salons constituent

une ouverture sur le marché mondial.

C’est pourquoi l’on doit encourager les industriels français à faire le voyage en Allemagne,

avant que l’on s’y lasse de nous : nous y jouissons encore d’un capital de

sympathie assoupi mais dont la flamme ne demande qu’à être ravivée… Contrairement

aux ressortissants d’autres nations, nous n’y sommes pas complétement

des étrangers mais des voisins et parfois des amis.

Mais ce que l’on vient de dire des salons allemands doit aussi s’appliquer aux évènements

professionnels organisés chez nous. En France, ce sont les salons régionaux

voire locaux qui se sont le mieux développé en s’appuyant sur les réseaux

et le tissu économique de proximité. Evidemment ces opportunités de réseautage

doivent être soutenues. Enfin, l’on ne saura trop encourager les industriels à se

déplacer comme visiteurs sinon comme exposants sur les évènements professionnels

: montrer des savoir-faire, valoriser l’innovation, échanger et trouver des partenaires,

assurer une veille concurrentielle, des raisons qui valent le déplacement…

Jean-François Romain

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

5


Actualités

Connections >

Weidmüller sur les

routes de France

Le spécialiste du raccordement

électrique

et de la connectivité

Weidmüller sillonne la France

depuis septembre afin de

présenter ses innovations

produits et solutions, et sa

nouvelle identité visuelle avec

deux bus de démonstration

au nouveau « look ». Equipés de bancs de démonstration

fonctionnels et d’écrans plats pour la projection de vidéos,

ces bus permettent d’assurer des présentations dynamiques

auprès des entreprises rencontrées tout au long de ce périple.

Evènement maintenance >

Colloque national

sur la performance

Le CIMI (Centre de conseil et de formation spécialisé

dans les domaines de la production, de la maintenance

et des techniques industrielles) organise à l’occasion

de ses 30 ans, un Colloque National sur la Performance

Industrielle. Cet événement réunira des experts et des industriels

pour partager leur retour d’expérience sur la mise

en place de méthodes et d’outils axés sur la performance,

sur l’utilisation de nouvelles technologies disponibles pour la

maintenance et sur le rôle de cette dernière dans les actions

dédiées à l’efficacité énergétique. L’évènement se déroulera

à Blois le 13 décembre prochain (www.cimi.fr).

Nomination >

LGM s’offre « une épée »

en ferroviaire

Christian Maquaire rejoint

le groupe d’ingénierie

LGM comme conseiller

industriel au département ferroviaire.

Ingénieur INPG Grenoble,

Ch.Maquaire a débuté sa carrière

à la société des Mines de Potasse

d’Alsace avant d’être nommé

DG des Ateliers de Construction

et de Réparation de Richwiller.

En 1991, les NMMP font appel à

ses talents pour réorganiser leur

réseau de distribution de la presse. En 1999, il entre chez

Eurotunnel où il dirigera la division Maintenance puis la direction

industrielle. Il introduit les process d’optimisation de

la maintenance, un tournant dans la bataille de l’amélioration

de la disponibilité du matériel roulant que mène Eurotunnel.

Confronté à l’incendie du 11 septembre 2008, il parvient à

ré-ouvrir le tunnel à la circulation après seulement 3,5 mois

de travaux. Dans la foulée, il contribue au développement du

concept (breveté) des Stations d’Attaque du Feu (SAFE). En

2011, le président Jacques Gounon le nomme son conseiller

industriel sur des questions d’innovation et de maintenance.

Christian Maquaire va soutenir avec succès le projet Railénium

et son futur centre européen d’études sur les infrastructures

ferroviaires (prévu en 2017). Convaincu que l’avenir

du ferroviaire français réside dans la délivrance de concessions

soumises à des autorités régulatrices, Ch. Maquaire

commentait ses nouvelles fonctions : « Des sociétés comme

LGM sont en mesure de favoriser l’émergence de nouvelles

organisations performantes, capables d’apporter plus de disponibilité

des matériels ».

Formation aux métiers de la maintenance >

Création en Alsace d’un parcours professionnalisant

Cinq entreprises implantées en Alsace - Cryostar,

DS, Endress+Hauser, Novartis et Sappel - crée l’Institut

de formation inter-entreprises aux métiers de la

maintenance pour pallier les difficultés à recruter des techniciens

formés à leurs réels besoins. Elles ont donc décidé

de créer leur propre formation, incluant recherche definancement,

choix des programmes, interventions théoriques des

dirigeants… Projet soutenu par la Région Alsace, le GRETA,

l’OPCA Intergros, l’OPCAIM et Pôle Emploi. En contrat de

professionnalisation, les stagiaires seront formé en alternance

entreprises/GRETA, la formation débouchant sur un

Certificat de qualification professionnelle interbranches et

sera rémunérée. Pré-requis : niveau Bac à Bac +2 ou expérience

professionnelle dans le domaine, anglais, permis B.

Constituée de deux phases modularisées de pré-qualification

puis de qualification, la formation est en alternance : 50% du

temps en théorie dispensée par le GRETA et les professionnels

partenaires, et 50% du temps enstage en entreprises.

La première promotion de 15 stagiaires commencera en janvier

2013 pour un cursus d'un an. (Rens. Philippe Genevé,

Directeur des Services d’Endress+Hauser France, philippe.

geneve@fr.endress.com, tél. : 03 89 69 55 09 / Sonia Razgallah,

Directrice Déléguée duGRETA Haute-Alsace, srgha@

greta-haute-alsace.com, tél.: 03 89 59 02 68).

6

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Le 6 e sens

de la maintenance

UNE GAMME ÉVOLUTIVE DE 4 SOLUTIONS

Ultra économique

et très complet

Puissance

et simplicité

Performance et

personnalisation

Puissance et

ergonomie 100% web

Disponibles en 11 langues

Seules GMAO certifiées NF Logiciel

Faciles à utiliser & rapides à déployer

Ouvertes et complémentaires aux ERP

1600 clients dans le monde & 400 projets menés à l’international

Adaptées aux spécificité de chaque métier (industrie, services, santé, transport, hôtellerie…)

www.gmao.com

Contactez-nous au +33(0)4 37 24 28 26 ou par mail : contact@dimomaint.com

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

www.coxinelis.fr


Actualités

L’entretien >

Siveco trace sa feuille de route en toute indépendance

Après l’annonce par Carl International d’une prise de participation à hauteur de

34 % dans le capital de Siveco Group, nous avons demandé à Carlo Fichera, PDG

de Siveco, comment devait être interprétée la nouvelle composition de l’actionnariat

de son groupe.

Pouvez-vous nous retracer

le contexte de votre retour,

il y a quelques mois,

aux commandes de Siveco ?

Carlo Fichera. Comme vous le savez

je suis cofondateur de Siveco Group

que j’ai dirigé de la création en 1986

sans discontinuer jusqu’à mi 2007.

Actionnaire minoritaire à l’époque, j’ai

décidé de me retirer et de céder mes

parts de l’entreprise, quand l’actionnaire

majoritaire a manifesté sa volonté

de changer de stratégie.

Dans la période qui a suivi mon

départ, l’entreprise s’est maintenue

tant au niveau de son offre produits

que de ses marchés. En revanche,

au plan de la gestion, vous avez pu

constater la succession de plusieurs

directeurs généraux. Le dynamisme

commercial en a souffert, l'organisation

est devenue plus complexe, les

coûts de structure se sont envolés et,

naturellement, le résultat s'est effondré.

Il s’en est suivi que l’année passée,

j’ai été rappelé par l’actionnaire principal

du groupe, et je suis donc revenu,

mais en acquérant la majorité des

actions du groupe.

Je me suis attaché à corriger les dérives,

sans plan de restructuration ni

licenciement. J’ai par contre rappelé

d’anciens collaborateurs et reconstitué

une équipe qui s’était perdue

en chemin pendant mon absence.

Aujourd’hui nous constatons avec

satisfaction que la confiance de nos

clients est toujours là. Le chiffre d’affaires

est reparti à la hausse et les

résultats sont redevenus fortement

positifs.

Quels sont aujourd’hui vos

objectifs et, désormais seul

maître à bord, que comptezvous

faire ?

C. Fichera. Les équipes dirigeantes

précédentes nous ont quitté. Aujourd’hui,

en tant qu’unique directeur

général et président, je contrôle les

destinées de ce groupe et entends

bien encore longtemps faire en sorte

que Siveco Group mérite la confiance

de ses clients. Comment ? En lui redonnant

stabilité et cohérence car je

connais le groupe sans doute mieux

que quiconque, puisque c’est moi qui

l’ai construit et dirigé. En lui redonnant

aussi des perspectives de croissance

et retrouvantdurablement la forte rentabilité

que nous avons connue par le

passé : tels sont les objectifs que je

me suis fixés à mon retour.

Ces objectifs ont déjà été atteints et

nous les poursuivrons. Sur les 9 premiers

mois de l’année 2012, nous

avons gagné d’importants contrats

en France et à l’étranger, racheté les

49% des parts minoritaires de Siveco

Brazil pour qu’elle devienne 100%

Siveco Group, signé des accords de

distribution dans les Emirats et obtenu

le « go live » de Coswin sur les centrales

électriques au Koweït et équipé

cinq autres centrales en Algérie et

en Tunisie. Ce sont des exemplesde

dynamique et de complexité des opérations

que l’on réalise.

Pouvez-vous rappeler le périmètre

du groupe et ses résultats

?

C. Fichera. La maison mère Siveco

Group réalise, au dernier bilan publié,

un chiffre d’affaires de 6,365 millions

d’euros avec un bénéfice net de

1,654 million après impôts. Comme

vous le savez, nous avons également

des filiales- Brésil, Tunisie, Royaume-

Uni, Italie et Bénélux - que nous détenons

pratiquement toutes à 100%.

Le C.A. consolidé du groupe atteint

ainsi 7,8 millions d’euros. Nous avons

également une participation au sein

de Siveco Chine, et un réseau mondial

de distribution. Toutes les entités

détiennent localement leurs propres

compétences commerciales et techniques,

de conseil et de support dans

les différentes langues selon les pays

d’implantation. Ce qui me permet

d’affirmer que Siveco Group n’a pas

seulement une politique d’export mais

une réelle présence locale à l’international.

Cela ne date pas d’hier, c’était

ma volonté depuis l’origine et cela a

nécessité de forts investissements et

avec constance pendant de longues

années. Vous devinez les difficultés

à surmonter pour s’implanter dans

un pays, créer une structure dans un

marché de niche et dans un environnement

où vous n’êtes ni connu ni

attendu…

Pour faire face au ralentissement industriel

en France, nous avons ouvert

de nouveaux créneaux de marché.

Mais, dans le contexte économique

actuel, où la croissance est portée par

les pays émergents plutôt qu’ici, notre

potentiel international nous permettra

effectivement de préserver notre

croissance à deux chiffres.

La prise de participation annoncée

récemment par Carl

Software a-t-elle été concertée

?

C. Fichera. Carl détient aujourd’hui

indirectement environ 34 % des actions

de Siveco Group, une participation

qui a pu être acquise auprès

d’une société qui avait elle-même

acquis ces actions lors de mon départ

8

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


GATES VOUS

PROPOSE UNE LARGE

GAMME DE PRODUITS

conçus pour atteindre des

performances optimales,

réduire les temps d’arrêt et

respecter l’environnement.

› Composants de systèmes

hydrauliques

› Composants de systèmes de

transmission par courroies

› Tuyaux industriels

Pour en savoir plus, rendez-vous

sur le site Gates.com/europe

POWERING PROGRESS

Gates.com/europe

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Actualités

en 2007. Il s'agit d'une participation minoritaire mais qui témoigne

de la confiance placée dans le groupe Siveco et ses

équipes. Quoi qu'il en soit, cette évolution de notre actionnariat

ne changera rien à la stratégie que j'entends développer

ni à la politique que je mène.

Je vous confirme qu’il n’y a pas eu d’accord stratégique préalable

ou actuel entre les sociétés ou leurs dirigeants. Il ne

m’appartient pas d’expliquer ou de commenter les objectifs

de cet actionnaire, si ce n’est d’y voir un signe de sa

confiance à faire fructifier son investissement.

Sans doute pouvez-vous cependant vous interroger

sur d’éventuelles synergies de développement

entre vos deux sociétés ?

C. Fichera. En fait, il n’y en a pas car il n’y aurait pas de doublons

à exploiter. En effet, il ne peut être question de trahir

la confiance de nos clientèles, qui ont parfois lourdement

investi sur nos produits respectifs - en France, certains de

nos clients comptent jusqu’à 9000 utilisateurs. J’ai toujours

considéré, hier comme aujourd’hui, que les solutions que

nous mettons en œuvre nous donnent une responsabilité industrielle

énorme et que nous ne pouvons pas jouer avec les

investissements et les engagements de continuité de service

que nous prenons vis-à-vis de nos clients. En outre, nous

avons atteint une taille suffisante, qui nous a déjà permis

de faire jouer les économies d’échelle pour que l’entreprise

soit bien gérée. A vrai dire une fusion me semblerait difficile

à mettre en œuvre et ce, pour un bénéfice client très hypothétique.

Même à l’international, pour prendre un exemple,

Coswin a une courbe d’expérience très importante sur les réseaux

étendus (la solution Coswin étant hébergée de façon

centralisée et irriguée dans des sites à travers le monde).

Ce genre de produit passe nécessairement par une solution

technologique complexe en termes de sécurité, bande

passante, transfert de données etc. Coswin est une belle

réussite car c'est un produit, qui par capitalisation de l'expérience

maitrise remarquablement ces difficultés inhérentes

à l'objectif poursuivi. Il ne peut être question de mettre en

danger un tel acquis. D’ailleurs à ce jour personne ne parle

d’alliance ni de rapprochement d’aucune sorte.

Quoi qu’il en soit de notre côté, nous allons de l’avant, avec

des contrats importants à travers le monde, et le lancement

prochain de la version Coswin 8i qui sera présentée au prochain

salon de la maintenance.

Propos recueillis par Jean-François Romain

SIVECO GROUP annonce le lancement de Coswin 8i

Presque une décennie après avoir sorti son logiciel de GMAO 100% web Coswin 7i, Siveco Group s’apprête aujourd’hui à lancer

Coswin 8i. Cette nouvelle version majeure, accessible via un simple navigateur internet, bénéficiera à la fois de la performance en

réseau étendu et d'une ergonomie innovante. En effet, l’interface utilisateur unique alliera les performances d'une version HTML à

la convivialité d'une version JAVA. Fidèle à sa culture, Siveco Group a fait en sorte que cette version ne soit pas en rupture avec

la précédente, à savoir Coswin 7i. Les clients pourront donc évoluer simplement vers Coswin 8i, sans que cela ne représente pour

eux de grosses contraintes techniques et un coût élevé, généralement liés à une migration. Une pré-version sera présentée lors

du salon Maintenance Expo et Coswin 8i sera commercialisé à partir de mars 2013.

Pièces détachées >

Gestion externalisée

Brammer offre une solution d’externalisation de la

fonction d’approvisionnement et de gestion MRO :

Insite, sous la direction en France deMatthias Kessely,

un ancien de Roulements Services. A ce jour, Brammer

compte 235 Insiteen Europe dont près de 30 en France. Le

concept:une mini-agence localisée sur le site industriel client,

au cœur du magasin. Un technicien, au minimum, connecté

à l’ERP de Brammer est dédié à l’entreprise. Il a accès à l’ensemble

du stock des principaux fabricants et apporte ainsi

une réponse en temps réels aux besoins du client.

Selon Julien Monteiro, DG de Brammer France, «…dans

un magasin, 50 % des pièces stockées ne représentent

que 10 % de la valeur totale, ce qui fait que les entreprises

perdent souvent beaucoup de temps et d’énergie à sourcer

leurs fournisseurs au détriment de leur productivité et de leur

rentabilité. »

Au-delà de la rationalisation et de l’optimisation des stocks

de pièces détachées, l’Insite permet une approche de fiabilisation

avec les personnels de maintenance.

Nomination >

Guillaume Savornin délégué

général du CNPP

Succédant à Benoît Clair, Guillaume Savornin a pris ses

nouvelles fonctions de délégué général duCNPP en

octobre. Ingénieur agronome titulaire d’un master Essec,

Guillaume Savornin (44 ans) a débuté à la Générale des

Eaux, et a ensuite évolué au sein de sociétés d'ingénierie,

tout d'abord au sein du groupe Linde puis au sein du groupe

Ginger-Grontmij. Après plusieurs années en charge du développement

de grands projets à l'international pour Ginger, M.

Savornin a assumé ensuite des fonctions de directeur général

adjoint au sein de la branche expertise Ginger CEBTP

puis de directeur général de la branche environnement.

Créé il y a un demi-siècle par la profession de l’assurance,

le CNPP est un acteur incontournable de la prévention

et en maîtrise des risques. Employant 300 personnes, le

CNPP mène plusieurs métiers : études et recherches en

laboratoires,évaluation de conformité,formation, certification,

audit, conseil et assistance technique.

10

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Réduction

des coûts

d’exploitation

et de

maintenance

Pilotage de

votre

portefeuille

immobilier

Optimisation de

l’environnement

de travail

Gestion des

services aux

collaborateurs

SamFM et Planon Accelerator tm :

de la gestion de patrimoine aux services à l’occupant,

des solutions métier dédiées à votre performance

sitealpha.com

planonsoftware.com

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Actualités

Perspective >

Les Français croient encore dans l’industrie française

A l’occasion de son bicentenaire, le groupe Fives a sondé les Français sur leurs perceptions

de l’industrie et des usines françaises. Menée par l’Ifop, cette étude iconoclaste

montre que 73 % des Français ont confiance en l’avenir de notre industrie.

Loin de se laisser parasiter par les discours ambiants,

plutôt moroses et négatifs, les Français interrogés dans

l’étude témoignent d’une perception réaliste et lucide

des forces et faiblesses de l’industrie française. Si 65 % des

Français sont conscients que l’industrie n’est pas un secteur

économique aujourd’hui attractif pour les jeunes et 68 %

qu’elle n’est pas compétitive par rapport aux autres pays,

54 % estiment qu’elle est respectueuse des contraintes environnementales

actuelles.

L’énergie, l’industrie aéronautique etaérospatiale, l’industrie

pétrolière et l’industrie de la défense sont les secteurs jugés

les plus stratégiques pour le pays.Les Français gardent une

perception relativement positive de l’usine et de son apport

technologique : 86 % d’entre eux considèrent que les usines

concentrent beaucoup de technologies ; 82 % estiment

qu’elles font partie du patrimoine français et qu’elles sont

un lieu de création de valeur.

Autres données rassurantes : les Français ont une vision

positive des acteurs et des valeurs liées àl’usine : l’innovation

(95 %), le travail (90 %), l’ingénieur (90 %), l’entreprise

(90 %), l’ouvrier (81 %) et l’usine (61 %) sont des termes

connotés positivement pour une très large majorité de Français.

Cet attachement fort à l’industrie se traduit également

dans les perceptions réalistes et lucides qu’affichent les Français

sur les problématiques sociales : si 65% considèrent que

les ouvriers ont des conditions de travail meilleures que par

le passé et 70 % qu’ils ont des métiers qualifiés, 63 % estiment

à l’inverse que les ouvriers n’ont pas de bonnes relations

avec leur encadrement.

Renouveler le discours sur l’industrie

C’est l’un des enseignements les plus surprenants de l’étude :

les Français ont soif d’information sur le monde industriel.

86 % d’entre eux estiment que les usines sont trop méconnues.

62 % s’estiment même mal informés et près de 80 %

expriment leur souhait d’être mieux informés.

D’ailleurs, certains résultats de l’étude, en apparence paradoxaux,

sont justement la conséquence directe de ce déficit

d’informations sur le monde industriel. « Les Français ne sont

pas satisfaits de l’information qu’ils reçoivent », commentait

Frédéric Sanchez, Président du directoire de Fives.« Ces

résultats nous obligent à valoriser davantage nos métiers,

nos savoir-faire, notre histoire et à réapprendre à rouvrir les

portes de l’usine. »

Les Français demandent un autre discours sur l’usine, plus

proche de leurs préoccupations et qui s’éloigne du « prêtà-penser

» médiatique et politique. Près de 70 % estiment

que les politiques ne parlent pas assez de l’industrie et de la

ré-industrialisation en France (malgré les discours de campagne

électorale).

L’industrie française a de l’avenir

Pour les Français, l’usine de demain doit être innovante

(88 %), tournée vers l’international (85 %), économe en

énergie (81 %), propre (77 %) et sûre (74 %). Si 81 % des

Français considèrent que l’industrie française est aujourd’hui

en perte de vitesse, 86 % pensent qu’elle a de l’avenir si

elle mise sur les industries de pointe. De même, 81 % des

Français estiment que l’industrie ne peut pas s’envisager

sans une dimension internationale. « Ces résultats sont une

bonne surprise. Les Français l’ont bien compris : l’innovation

et l’international demeurent les deux leviers majeurs pour

surmonter les crises et renouveler nos industries. », explique

M. Sanchez. Au final, 73 % des Français ont confiance en

l’avenir de l’industrie hexagonale.

La santé et la sécurité sont les premières valeurs qu’une

usine devrait respecter (29 % des Français citent ces deux

items en premier lieu, devant la protection de l’environnement,

14 %). Par ailleurs, une très large majorité de Français

(77 %) pensent que l’usine « propre » est possible dès

aujourd’hui en France. Son premier objectif : éviter tout rejet

toxique (64 % en première citation ; 81 % sur le total des

citations).

Fives, 200 ans d’histoire industrielle

Au cœur de l’écosystème des grandes entreprises industrielles,

Fives conçoit depuis 2 siècles les équipements de procédés,

les ateliers ou les lignes de production complètes, partout dans

le monde. « Depuis 200 ans, nous misons sur l’alliance entre

innovation et dimension internationale pour nous développer.

Les pays qu’on dit aujourd’hui émergents (Chine, Inde, Brésil…),

nous leur fournissions des ponts, des locomotives et

des sucreries il y a… 150 ans ! C’est cette histoire qui nous

rend optimiste pour l’avenir : l’industrie se renouvelle en permanence.

», confie Frédéric Sanchez.

« La question de la formation est centrale. Toutes les industries

souffrent aujourd’hui de ne plus trouver de jeunes qualifiés

sur certains métiers ; il y a un net décalage entre les besoins

réels des industriels etla formation des jeunes. Actuellement,

les industriels n’hésitent pas à prendre directement en charge

ces questions et dispensent des formations spécialisantes pour

adapter le savoir-faire de leur opérateurs aux besoins : chez

Fives, nous avons par exemple créé des écoles de formation

dédiées à certains métiers. »

12

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


CARL SOURCE :

toute l’énergie d’une

GMAO libérée !

CARL SOURCE

Un nouveau progiciel, une nouvelle technologie pour la gestion de vos équipements

En 1985, nous lancions un des tous premiers logiciels de GMAO. Plus

que jamais spécialistes de ce domaine, nous sommes aujourd’hui

1 en France * . Plus de 25 ans d’expérience nous ont amenés à

créer une toute nouvelle génération de progiciel : CARL Source.

Avec son architecture native internet (Web 2.0), CARL Source

concilie les exigences technologiques de dernière génération (Java,

XML, Web Services, SOA…) aux préoccupations métiers des

utilisateurs. CARL Source bénéficie d’une interface 100% web,

intuitive et extrêmement paramétrable.

Du monoposte aux réseaux les plus sophistiqués, CARL Source

a été optimisé pour fonctionner avec les plus grands standards

informatiques (BEA, BusinessObjects, Microsoft, Oracle,

SAP...) mais aussi au sein d’architectures 100% Open Source.

En plus de la gestion de maintenance classique, CARL Source a

l’objectif de prendre en charge l’intégralité des processus financiers,

techniques, réglementaires, qualités et patrimoniaux associés aux

équipements de l’entreprise. Pour cela, CARL Source est proposé

en plusieurs versions métier : Factory (équipements industriels et

techniques), Facility (immobilier et patrimoine), Santé (hôpitaux),

Transport (bus, métro, train, infrastructures)…

La nouvelle version de CARL Source intègre également un Système

d’Information Géographique (gestion des plans, géo-localisation)

et des solutions de mobilité encore plus performantes.

CARL Software, c’est plus de 25 ans d’expérience au service de

la maintenance, des milliers d’utilisateurs et un niveau de service

maximal qui font la différence.

www.arbonne-laurencin-ssii.com - V0210

* Comparaison des CA France des sociétés spécialisées en GMAO, publiés au15/02/2010.

Avec CARL Software, choisissez la sécurité du 1 *.

Pour nous joindre, composez le :

0811 88 77 88

Prix Appel Local d’un poste fixe

N°1 EN FRANCE

www.carl-software.fr

En France, agences sur Paris et Lyon.

Dans le monde, Octobre-Novembre-Décembre agences en Allemagne, Canada, 2012 Espagne, – N°628 Etats-Unis, Italie.


Actualités

Formation >

La maintenance à l’IUT Sénart Fontainebleau

Les départements Génie Electrique et Informatique Industrielle (GEII)

et Génie Industriel et Maintenance (GIM) accueillent près de 800 étudiants

Créé en 1988, l’IUT Sénart

Fontainebleau accueille près

de 2500 étudiants dont 625

en alternance sur ses deux sites. Il

accueille également 300 adultes en

reprise d’études et 100 en VAE. Il

propose six spécialités de DUT et 21

licences professionnelles réparties

en quatre pôles : gestion, commerce,

management ; économie sociale et

solidaire ; maintenance, sécurité et

génie électrique ; informatique et réseaux.

Les départements Génie Electrique

et Informatique Industrielle (GEII) et

Génie Industrielle et Maintenance

(GIM) accueillent près de 800 étudiants

et proposent des formations en

rapport avec la maintenance et la domotique

: DUT GEII et GIM ainsi que

les licences professionnelles Gestion

Rationnelle de l’Énergie Électrique

(GRENEL), administration des systèmes

et réseaux, systèmes automatisés

et réseaux industriels, techniques

avancées de maintenance,

maintenance nucléaire, chargé d’affaires

en contrôle électrique et chargé

d’affaires en contrôle des bâtiments.

Toutes ces formations sont accessibles

en alternance.

Ces deux départements hébergent

également des antennes de deux

laboratoires de l’UPEC dans le domaine

industriel : le CERTES (Centre

d'Études et de Recherche en Thermique,

Environnement et Systèmes),

spécialisé en thermographie et analyse

vibratoire et le LISSI (Laboratoire

Images Signaux & Systèmes Intelligents),

spécialisé en intelligence artificielle.

Des formations qualifiantes organisées

pour des entreprises

En plus de son activité en formation

diplômante, le Département Génie Industriel

et Maintenance propose des

formations qualifiantes à des entreprises.

Parmi elles, Snecma (groupe

Safran) fait appel à l’IUT depuis plus

de quinze ans afin de former ses collaborateurs,

principalement dans les

domaines de l’équilibrage et de la

maintenance. Entre 2003 et 2012, ce

sont près de 114 collaborateurs qui

sont passés par l’IUT. « Nous avons

un grand besoin de formation de nos

opérateurs, en réponse à une exigence

de qualité, de fiabilité et d'efficacité

dans les tâches quotidiennes

de travail dans un secteur concurrentiel

et de pointe, explique-t-on chez

Snecma. Il nous arrive également de

solliciter les enseignants-chercheurs

dans des actions de recherche et

développement. C'est ainsi que nous

faisons appel à leur savoir-faire pour

analyser nos gammes de montage

ou nos équipements de production.

Leur appui nous permet d'améliorer

en continu nos procédés de fabrication.

»

Responsable du pôle équilibrage,

expert en empilage et assemblage

des rotors chez Snecma, Alain Luinaud

témoigne encore : « Nous avons

trouvé à l'IUT toutes les compétences

nécessaires, une écoute et une réactivité

qui nous ont permis de satisfaire

ces besoins dans les domaines de

la production et de la maintenance

Rens. www.iutsf.u-pec.fr

de nos équipements. Voilà pourquoi

nous avons fait appel à l'IUT avec qui

nous avons par ailleurs un partenariat

de longue date et un contact privilégié.

»

14

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


35 000 produits d’une

qualité irréprochable. La

marque RS, une solution

bénéfique à votre activité.

Découvrez sans plus

attendre l’intégralité de

notre offre sur Internet.

rswww.fr/marquers

0 825 034 034 (0,15€ TTC/mn)

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Actualités

Spécial GMAO >

Carl Software s’invite

au capital de Siveco

Le groupe CARL Software, 1 français de la GMAO et

de l’Asset Management (CA 2011 de 7 411 K€ dont

6 531 K€ réalisés en France), a pris une participation

de 33,34% (via une filiale à 100% de CARL International

SA) au sein de la société SIVECO Group, 2 sur ce marché

avec un CA de 6 365 K€ (dont 4 300 K€ réalisés en France).

Cette participation constitue une minorité de blocage. CARL

Software et SIVECO Group sont tous deux demeurés indépendants

depuis leur création, il y a plus de 25 ans.« Depuis

le temps que nos deux entreprises se côtoient, il était naturel

d’envisager un rapprochement », commentait Eric Bonnet,

PDG fondateur de CARL Software, précisant : « cette prise

de participation ne change rien à court terme : il n’est envisagé

à ce stade aucun changement dans les politiques, les

produits ou les méthodes de chacun. » A plus long terme,

une alliance des deux leaders pourrait déboucher sur la

création d’un groupe « capable de rivaliser avec les poidslourds

américains du marché sur leurs propres terres, et pas

seulement en Europe comme nous le faisons déjà », envisageait

néanmoins M. Bonnet.

DIMO Maint s’enrichit

d’un progiciel de gestion

SAV

DIMO Gestion annonce l’acquisition de la solution Full

Web eServices pour la gestion du SAV développée

par BBM Soft, ce qui permet de renforcer la filiale

DIMO Maint dédiée aux solutions de maintenance.« Après

les rachats de CIRIS en 2001 et Ithec International en 2009,

DIMO Maint compte désormais 2000 clients utilisant quotidiennement

nos solutions au service de la maintenance

interne (GMAO) ou externe (SAV) d’équipements», indiquait

Jean Paul Genoux, DG de DIMO Gestion. La solution

e-Services s´adresse autant aux PME/PMI qu´aux grands

groupes dans un grand nombre de secteurs (grande distribution,

stations techniques, téléphonie, médical, climatisation,

chauffage, aéronautique…). S’appuyant sur un réseau

de partenaires, la société compte doubler en moins de 3 ans

le nombre de clients utilisateurs. Responsable commercial

GMAO DIMO Maint, Jean Luc Sanjose propose désormais

une solution métier complète et pertinente et se réjouit de

pouvoir répondre aux demandes liées à la gestion du SAV.

La GEDT Audros

intégrée à DimoMaint

Facilement connectée à DIMO Maint, la solution de gestion

des données et documents techniques d’Audros-

Technology permet de stocker et de rechercher tous

types de documents depuis l’application, afin d’apporter en

temps réel toute l’information nécessaire à une intervention

rapide (notices techniques, fiches d’intervention, gammes

opératoires, rapports…). La GMAO bénéficie ainsi de toute

la puissance de la GED pour la gestion des indices, des statuts

et des droits, assurant ainsi le haut niveau de qualité

et de traçabilité exigé notamment par les organismes de

contrôle et de certification.

Les deux solutions bénéficient de nombreuses interfaces

avec les principaux ERP du marché(DIMO Maint et Audros

sont partenaires ISV SAGE ERP X3).

AVM Logiciels

trace les matériels

L’outillage doit être géré comme tous les équipements

de l’entreprise : il doit faire l’objet d’opérations de maintenance

et, si possible, d’une gestion informatisée.

L’éditeur AVM Logiciels propose « Winstox »,une gamme

pour la gestion complète et intégrale du parc matériel, outillage

et véhicules : la caisse à outils spécifique et collective,

matériel unitaire, lots, consommables et véhicules jusqu’aux

équipements de diagnostic des pannes.

Les modules de gestion des affectations et des mouvements

permettent de tracer le matériel et sa disponibilité.

Le module de suivi et de réalisation de la maintenance permet

de ne plus oublier d’interventions et d’avoir une traçabilité

assurée : tenir à jour l'historique des interventions et, par

conséquent, les coûts d'entretien de l'outillage…

La solution est modulable et paramétrable. Elle est complétée

par la solution WINSTOX Mobile pour une traçabilité des

mouvements de matériels par code à barres.

Outre les équipes de maintenance, le logiciel vise les gérants

de société, les responsables qualité et sécurité et tous les

gestionnaires et autres collaborateurs rattachés à la gestion

du matériel et qui doivent disposer d’outillages en bon état

de fonctionnement et accessibles à tout moment..

SAGE enrichit

son ERP d’une GMAO

Après la sortie de Sage 100 Gestion de Production i7

en octobre 2011, Sage lance 3 nouvelles solutions à

destination des 200 000 PMI françaises : Sage 100

GMAO i7, Sage Suite Industrie i7 et Sage100 Entreprise

Industrie. Sage 100 GMAO i7est une solution de gestion de

maintenance préventive et curative.

En « isolant » les machines en maintenance, le logiciel permet

au planificateur de ne prendre en compte que les ressources

disponibles. Cette solution permet également de

mesurer les coûts de maintenance par machine.

Enfin, les achats de pièces détachées et de consommables

sont automatiquement transmis à Sage 100 Gestion Commerciale

via le module de CBN (Calcul de Besoin Net).

16

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


GMAO

• Gestion du patrimoine

• Gestion des interventions

• Gestion des achats / stocks

• Gestion des projets d’investissement

www.apisoft.fr

Demandez sans aucun engagement de votre part et gratuitement votre

CD-ROM DE

DEMOnSTRATIOn

Les ventes d'OptiMaint ont une progression

constante de plus de 30% par an,

sans doute la plus forte progression des éditeurs de GMAO !

Adapté à tous les secteurs : Industrie – Tertiaire –

Collectivités – Laboratoires pharmaceutiques – Services –

Hôpitaux – Transports – Services généraux ...

Apisoft International - 5 Rue du tertre

44477 Carquefou Cedex – France

Tél. 33 (0)2.40.25.15.16 – Fax 33 (0)2.40.25.12.05

info@apisoft.fr

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Actualités

Intervention itinérante >

Quand Carl Touch révolutionne la mobilité

On se souvient que, fin 2011, CARL Software a lancé la GMAO mobile « CARL Touch »

dédiée aux techniciens de maintenance. CARL Touch s'implémente sur un Smartphone

ou une tablette numérique et satisfait les besoins terrain des techniciens et

les exigences de pilotage de leurs managers. Retour sur un an d’exploitation.

CARL Touch se différencie des

solutions mobiles traditionnelles

par plusieurs aspects.

Simple d'utilisation, elle dispense

le technicien de toute formation : la

navigation s'opère d'un seul doigt

et il est quasiment inutile d'utiliser le

clavier. Elle met fin aux comptes rendus

incomplets et inexploitables et

ses possibilités multimédia associent

nativement texte, photos, vidéos et

messages vocaux.

Elle est disponible même en l'absence

de réseau 3G ou de Wifi : dès qu'un

réseau est disponible, les informations

se synchronisent automatiquement

de manière transparente et sécurisée,

sans intervention.Facilement

configurable, CARL Touch se déploie

sur tout nouveau matériel simplement

en scannant un code barre d'installation.

Projets en secteur santé

L'Assurance Maladie possède 13

UGECAM (Union pour la gestion des

établissements des Caisses d'Assurance

Maladie), gérant 250 établissements

sanitaires et médico-sociaux.

Au terme d'une procédure de marché

public, L'UGECAM PACA et Corse

achoisi de s'équiper du logiciel CARL

Source fin 2010 pour gérer la maintenance

et les achats.Ce projet transversal

a démarré début 2011 avec la

mise en place de CARL Source pour

administrer les achats de 20 établissements,

dans différents domaines

(technique, biomédical, bureautique,...).

A ce jour, environ 260 utilisateurs

réalisent et suivent leurs demandes

d'achats et commandes sur CARL

Source. Le logiciel permet la gestion

des commandes sur 10 sites différents

ainsi que la mise à disposition

informatisée d'environ 500 marchés

publics en cours d'exécution.Depuis

le début de l'année 2012, l'UGECAM

PACA a géré via CARL Source plus de

8000 commandes d'investissement et

de fonctionnement pour un montant

d'environ 12 millions d'euros. Depuis

septembre 2012, le projet estentre

dans sa deuxième phaseet étendu à

la gestion de la maintenance et principalement

sur le secteur biomédical.

Aujourd'hui, CARL Source Santé

couvre le processus des interventions

urgentes avec une hot line pour le

correctif. La maintenance préventive,

la maintenance corrective programmée,

la gestion des demandes

d'amélioration sont en cours de déploiement.

F. P.

Un outil support pour la mobilité

d’intervention

En contact permanent avec son back

office, le technicien peut à tout moment

solliciter une assistance (appel

d'un expert, affichage de schéma

technique, documentation...). Des

alertes et des messages, l'assistent

aussi dans la bonne conduite de sa

mission. Ultime avantage, pour les

gestionnaires de maintenance qui

maitrisent l'activité des agents en

temps réel, la solution accélère l'affectation

des tâches et optimise leurs

déplacements grâce aux fonctions de

géolocalisation.

CARL Software poursuit son développement

sur le secteur de la santé

avec de nouvelles références hospitalières

enregistrées cette annéescomme

CH Alpes Léman, Béziers,

Forbach, le Mans, le CHBS (Centre

Hospitalier Bretagne Sud), les CHI

Eure Seine et de Meulan, UniSanté...

CARL Source 4 : une évolution majeure

Fruit des expériences de milliers d'utilisateurs depuis la première version en 2008,

CARL Source 4 présente une nouvelle interface utilisateur et un design intégrant les

dernières technologies du web offrant une application encore plus intuitive et facile

d'accès.Parmi les améliorations : indicateurs graphiques personnalisables sur la page

d'accueil, arborescence équipement plus complète et intuitive, mise à jour de données

en masse, intégration d'une fonction « Mémo » exclusive ...Plus spécialement, CARL

Source 4 intègre de nombreuses améliorations métier : gestion étendue des biens et

des surfaces intégrant de nouvelles notions spécifiques à la gestion de patrimoine,

gestion des sinistres et import consommation carburant pour la version Transport, de

nouvelles fonctionnalités orientées SAV...

En exclusivité CARL Source 4 offre aussi le téléchargement et l’intégration des rapports

des contrôles réglementaires directement depuis les plateformes des organismes.

La GMAO déclenche les actions de maintenance nécessaires à la levée des

réserves formulées lors du contrôle.

Soulignons de plus l’intégration de Google Maps et d’Autocad. Dans la même fenêtre

que l'arborescence des équipements, CARL Source affiche directement les plans

Autocad au format dwg (nomenclatures machines, plan des locaux...) : par simple

clic sur une partie d'un plan, des actions de maintenance sont lancées directement

sur l'équipement pointé (création d'une demande d'intervention, d'un compte rendu

d'intervention...). CARL Source 4 intègre de la même façon toutes les applications

externes capables de gérer des plans via un service web : Système d'Information

Géographique (SIG) interne ou externe (ex : Google Maps...), ou d'autres outils de

gestion de plans.

18

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


TEXROPE® HFX Plus

Plus de performance. Plus d’économie.

Adoptez la nouvelle courroie TEXROPE® HFX Plus et la rentabilité de votre transmission sera immédiatement

augmentée. Cette nouvelle génération de courroies vous garantit l’accroissement de la durée de vie de votre

transmission, y compris à des températures extrêmes, et ce quelle que soit la gamme de courroies trapézoïdales

d’origine. HFX Plus vous permet de gagner sur tous les fronts: durée de vie supérieure, diminution des arrêts

de production, moins de remplacements, consommation énergétique en baisse. En bref, les courroies

TEXROPE® HFX Plus vous permettent de prendre un avantage sans pareil sur vos concurrents.

Contactez votre distributeur local et découvrez comment

les courroies TEXROPE® HFX Plus peuvent rendre vos

équipements plus rentables.

www.texrope.com/hfxplus

infotex@texrope.com

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


GMAO

Presse et imprimerie >

Gérer l'urgence au quotidien

Le monde de la presse et de l'imprimerie est un parfait exemple des contraintes

pesant sur l’industrie de type process. La problématique majeure est de pouvoir

maîtriser l’évolution de la production, et ce, quasiment en temps réel, afin d’avoir

une haute réactivité. Un défi relevé avec la GMAO.

Les enjeux logistiques du secteur de la presse, au regard

des délais d’impression et de livraison, du coût des matières

premières, de l’entretien des machines et de la

conduite des process automatisés nécessitent la mise en place

d’une GMAO, outil stratégique en matière de maintenance sur

des équipements particuliers de haute technicité.

L'espace productif d'un quotidien se singularise par le caractère

particulier du travail en situation d'urgence, qui pénètre

tous les groupes d’activité de l’entreprise pour aboutir à la diffusion

du journal auprès des lecteurs. Par définition le quotidien

est un "produit frais", dont la durée de vie n’excède pas les 24

heures de sa parution. Puisque le quotidien parle de lui-même,

il est également périssable : la vitesse d'acheminement et la

ponctualité de livraison sont fondamentales pour assurer la

régularité de mise à disposition du lecteur.

Une planification rigoureuse

Afin que le journal soit disponible très tôt le matin en kiosque

ou chez l’abonné à l’heure du café crème, la gestion du process

de fabrication et l'organisation de la production donnent

lieu à une planification rigoureuse qui supporte très mal la

moindre anicroche. C'est dire le rôle essentiel que jouent les

équipes de maintenance qui, au cœur du process, assurent,

avant, pendant, et après, le bon fonctionnement de la production,

prêtes à parer tout incident. Des contrariétés essentiellement

techniques - telles que le papier qui casse ou une pièce

qui lâche par exemple - pour lesquelles tout arrêt momentané

de la production ne saurait être permis.

Au final, tout va dépendre de la réactivité des équipes d’entretien

et de la planification de la maintenance. Ici comme ailleurs

sur d'autres segments du process, rien ne peut être laissé au

hasard. Outre les matières premières fragiles qu'ils manient,

les hommes de la maintenance dépendent de plus en plus,

dans cet espace, de l’entretien des outils machines de grandes

fiabilités qu'ils utilisent, dont les gains indéniables qu'ils produisent

n'excluent pas certaines règles de fonctionnement.

Le matériel d’imprimerie

Les installations du Journal Sud Ouest (rotatives et chaînes

de conditionnement et d’expédition) présentent des spécificités

importantes à prendre en compte dans la GMAO : cadences

de fonctionnement très élevées (défilement du papier à environ

60 km/h et cadence de production de 86 000 exemplaires

par heure), durée de vie accrue et grande robustesse. En raison

du grand nombre d’éditions locales du quotidien, soit 21

éditions diffusées dans huit départements du Sud-Ouest de la

France, de nombreux changements de plaques d’impression

sont réalisés sur les machines, compliquant la productivité.

Deuxième quotidien régional français de par sa diffusion,

le journal Sud Ouest est un utilisateur « historique », depuis

1989, de la solution Coswin de Siveco. A l’origine, la GMAO

était utilisée par le service de maintenance avant de s’ouvrir

progressivement à d’autres services. En 22 ans de fidélité, Sud

Ouest a suivi l’évolution des versions logicielles de l’éditeur.

Un service stratégique au cœur du process

Le centre d’impression de Sud Ouest situé quai de Brazza à

Bordeaux, bâti sur trois niveaux, pour une superficie de 17

000m2, assure depuis le 15 décembre 2001 l’ensemble de

la production du journal. Exclusivement industriel, il sert au

stockage de papier brut, à l’impression des journaux et à leur

expédition. Le site regroupe 250 personnes parmi les services

suivants : les rotatives, le service expédition, le service méthodes,

le service informatique, la maintenance, le magasin et

le garage.

20

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


GMAO

Une équipe de 50 techniciens et soustraitants

est chargée quotidiennement

d’assurer et de coordonner les opérations

de maintenance du Journal Sud

Ouest. Le département maintenance

est subdivisé en trois services distincts :

deux équipes opérant de jour, l’une pour

l’entretien mécanique et l’autre pour l’entretien

électrique, et une équipe de nuit

mixte qui regroupe les deux entités.

Pour ce qui est du service méthodes,

il gère tous les achats consommables

de l’imprimerie : de l’encre aux pièces

détachées jusqu’au papier. « Notre problématique

d’entretien des machines

réside dans le croisement des équipes,

explique Gilbert Gavello, Adjoint Responsable

Méthodes. En fait, l’équipe

d’entretien de jour a pour objectif d’assurer

la mise à disposition des installations

c’est-à-dire qu’elle réalise les interventions

sur les machines, dont le nettoyage

des rotatives, avant de quitter les locaux

en début d’après-midi. L’équipe de nuit,

quant à elle, arrive progressivement en

fin de journée. Son rôle est d’assurer le

dépannage d’urgence et le constat technique

des défaillances via les demandes

d’intervention qui seront réalisées le lendemain.»

Les dépenses de maintenance se partagent

entre la maintenance corrective

qui doit faire face à l'usure du matériel et

ses avaries, et la maintenance préventive

effectuée pour réduire l'usure et prolonger

la durée de vie des installations.

Comme l’explique Gilbert Gavello, « le

challenge du journal est de tout mettre

en œuvre en journée pour qu’il n’y ait

pas d’arrêt de 23h30, heure à laquelle

l’impression démarre, jusqu’à 4h00 du

matin. Pour tenir ces objectifs, la priorité

est donnée à la maintenance préventive

dont la part se situe aux environs

des deux tiers des opérations totales de

maintenance.»

Fiabiliser la circulation des informations

« Avant la GMAO, les problèmes techniques

constatés étaient consignés dans

des cahiers de liaison, se remémore

Gilbert Gavello. L’anecdote dont je me

souviens le mieux est celle de ce jeune

technicien que j'ai envoyé pour une intervention

sur une machine en panne. A

l'époque, les demandes d’intervention

étaient rédigées à la main sur des bons

papier. Le technicien est d’abord intervenu

une première fois sur la machine, puis

le lendemain et le jour suivant. Il a fallu

trois jours au technicien pour détecter

cet incident répétitif. Non pas que le problème

fut trop complexe à résoudre mais

tout simplement parce qu’il n’intervenait

pas sur la bonne machine ! En effet, la

demande formulée sur le cahier était mal

rédigée et le technicien s’était trompé de

machine. Une telle erreur ne pourrait se

reproduire aujourd'hui avec la GMAO. »

A l’époque, le système de maintenance

proposé par le fournisseur des rotatives

était très limité. « Quand je suis arrivé au

Journal, il y a 22 ans de cela, on commençait

tout juste à entendre parler du

préventif. Ce travail se faisait suivant

les recommandations du fournisseur, il

s’agissait d’un travail très fastidieux via

une check-list à vérifier. Nous étions

d’abord chargés de mettre de l’ordre

dans les bons papier avant de tout rentrer

informatiquement. C’est une des raisons

qui nous a motivés à implanter un

outil de GMAO.»

C’est pourquoi, dès les années 1990,

s’est mis en place un comité de pilotage

de l’ensemble des ateliers, posant

ainsi la volonté d’une structuration de la

maintenance. « En juin 1989, nous avons

commencé avec le logiciel Comac, que

proposait alors l’éditeur, avant de passer

sur Cosman en décembre de la même

année. Puis, nous avons successivement

installé les premières versions de

Coswin. »

Un GRAND quotidien régional

Sud Ouest, dont le siège est à Bordeaux (Gironde) est le deuxième quotidien

régional français. Il appartient au Groupe Sud Ouest. Les 21 éditions du journal

sont diffusées dans huit départements (Charente, Charente-Maritime, Dordogne,

Gers, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne et Pyrénées-Atlantiques). Les

294 journalistes, répartis dans les 32 agences départementales, le bureau parisien

et le siège bordelais, sont épaulés par 1100 correspondants.

Trois rotatives (régulées par ordinateur) sont capables de tirer chacune 86 000

journaux par heure. 55 tonnes de papier et 700 kilos d’encre sont utilisés chaque

nuit dans cette imprimerie où les bobines de papier sont désormais acheminées

par des robots. A la sortie des rotatives, des chaînes à pinces transportent les

350 000 journaux au service expéditions. Là sont conditionnés les 5 000 à 6 500

paquets envoyés aux dépositaires et sont remplis les 800 sacs postaux avec

les 35 000 exemplaires mis sous film plastique distribués aux abonnés postés.

La livraison des 115 000 abonnés à domicile mobilise 650 porteurs qui accomplissent

chaque jour 39 000 km.

36 camions partent chaque nuit du quai de Brazza à Bordeaux pour acheminer

les journaux vers les 30 points d’éclatement répartis sur les 8 départements

de la zone de diffusion. Ils effectuent au total 6 500 km. Les 28 dépositaires

prennent le relais entre ces points de livraison et les 4000 points de vente. Ils

accomplissent 182 tournées de transport, soit 22 000 kilomètres. Les 4 000

diffuseurs de Sud Ouest sont le dernier maillon de la chaîne.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 21


GMAO

d’une GMAO englobant tous ses acteurs. C’est pourquoi, dès

2001, la GMAO est étendue aux ateliers de production. Pour

Gilles Marty, responsable rotative jour, « la mise en place de

la GMAO a permis une meilleure organisation du travail et

un gain de temps considérable dans les interventions. Avec

Coswin nous pouvons analyser les incidents, les recouper et

mettre en évidence des pannes récurrentes ».

Etablir un référentiel des équipements

L’implémentation d’un logiciel de GMAO, aussi puissant soit-il,

exige une arborescence des équipements. La première étape

consistait en un recensement des équipements, de manière à

effectuer un découpage par ateliers et une codification précise

de toutes les installations concernées par les interventions de

maintenance. Pour ce faire, une codification rigoureuse par

famille d’équipements a été validée dans la GMAO. Ces codes

sont aussi étiquetés sur chaque équipement, limitant considérablement

le risque d’erreur de dépannage sur une machine.

Ce sont plus de 5800 équipements techniques (rotatives, machines

expédition, outillage de la maintenance, portes, portails,

climatisation, chauffage, chaudière, etc.) qui sont référencés

dans Coswin. L’intérêt est donc à la fois de bien identifier l’équipement

et le lieu d’intervention.

Concrètement lorsque le technicien récupère une fiche comprenant

un ordre de travail, celui-ci est obligatoirement rattaché

à un code équipement qui lui permet de savoir précisément où

se situe la machine sur laquelle il doit intervenir. « Il nous a fallu

près d’un an pour établir une codification des équipements, à

partir des préconisations des constructeurs. Grâce à ce travail

fastidieux, nous bénéficions aujourd’hui d’un historique du

matériel, ce qui nous a permis de renouveler les machines il y a

10 ans en prenant en compte le chiffrage réalisé au fil des ans

et les défaillances de certains modèles. »

Déploiement progressif

La mise en place du progiciel a d’abord démarré dans le

magasin avec la gestion des pièces détachées, avant d’être

déployé, au fur et à mesure, aux autres services. Dans un premier

temps, « Coswin a été intégré au magasin afin d’améliorer

le processus des commandes. Aujourd’hui, Coswin permet

de gérer près de 7500 pièces détachées et nous savons faire

des historiques de consommation sur toutes les pièces », nous

explique Michel Rittling, magasinier. L’application Coswin Mobile

est également utilisée au magasin pour la sortie d’articles.

« L’utilisation du lecteur à code-barres est très ponctuelle au

magasin. La version fournie était jugée trop complexe par les

utilisateurs, nous avons demandé à l’éditeur de réaliser pour

nous une version simplifiée de l’application. » La chaîne complexe

de production, qui réalise, dans des délais très brefs,

des travaux différents, entraîne bien vite avec elle le besoin

Mais le principal changement est l’extension du préventif. « J’ai

mis en place Coswin à mes débuts à Sud Ouest, je connais

bien le produit et la principale différence d’utilisation réside

dans l’intégration du préventif. A l’époque, on n’intervenait

qu’en curatif, on se mettait autour d’une table et la distribution

des bons papier commençait... Aujourd’hui, sous l’impulsion de

la direction, nous effectuons davantage de préventif, même si

demeure le rôle « pompier » du technicien dans une entreprise

aussi particulière que l’imprimerie. »

Le bâtiment et le parc de véhicules…

Fort de son succès, le logiciel initialement installé en version

client-serveur s’applique aujourd’hui à l’ensemble des services

de l’imprimerie, dont le garage pour la gestion du parc véhicule

et la maintenance des infrastructures (bâtiments, climatisation,

etc.). « Le garage, c’est une entreprise dans l’entreprise »,

explique Franck Bélard, responsable garage. Le service comprend

6 personnes dont plusieurs utilisateurs de Coswin, à différents

niveaux. Le parc véhicule se compose de 140 matériels

(vélos, scooters, voitures et camions) pour lesquels le garage

assure l’entretien dans Coswin, du contrat de location, en passant

par les interventions mécaniques sur les véhicules c’est-àdire

la révision, jusqu’au carburant. « Nous disposons de notre

propre carburant, géré par un automate dont les comptages de

consommation sont réinjectée dans Coswin».

Le garage utilise plusieurs modules de l’application, de la

simple saisie d’équipement au plan d’entretien. « Nous établissons

des états mensuels pour les arrêts de fin de mois que

nous communiquons à la comptabilité poursuit M. Bélard. Et

annuellement, nous effectuons un rapport sur l’état du parc,

c’est-à-dire que nous qualifions le matériel selon plusieurs

états : restitué, état, épave, vendu et normal (tous les véhicules

qui sont en activité), ce qui nous permet de construire un

dialogue avec l’assureur. »

« Les techniciens au garage n’avaient pas d’a priori sur l’outil,

les utilisateurs ont découvert le produit et l’ont fait évoluer... La

version actuelle est bien plus conviviale que les précédentes

mais elle peut être aussi paradoxalement plus compliquée pour

certains utilisateurs. En effet, il y a beaucoup plus de champs à

renseigner mais les possibilités sont décuplées. » L’ensemble

des services demandeurs au sein du Journal Sud Ouest apprécie

de pouvoir en quelques minutes remplir une demande

d’intervention et en suivre son évolution. Chaque année sont

gérées dans la GMAO près de 5500 interventions et plus de

1100 fiches de maintenance préventive.

Une gestion full web

C’est désormais la dernière version full web de l’application

Coswin 7i qui est déployée. Depuis 2010, le projet de migra-

22

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


GMAO

tion s’est articulé autour de quatre temps forts : préparation et

installation de la nouvelle version, paramétrage et interfaçage,

tests de migration et formation des utilisateurs.

Selon Hengamé Shakiba, responsable du service informatique,

« la version Coswin 7i a amené une modification majeure

sur la base de données, il nous a fallu repartir sur une

infrastructure vierge. Nous avons donc confié le transfert des

données existantes dans le nouvel environnement à l’éditeur.»

Sud Ouest a réalisé deux types d’interfaces : l’une pour le

garage avec un logiciel interne pour les entrées du gasoil, et

l’autre avec la comptabilité. Le travail de paramétrage a demandé

d’effectuer des adaptations et de créer des accès et

profils utilisateurs par service afin de faciliter l’utilisation de la

GMAO. « Le déploiement de la version full web a nécessité six

mois de travail, précise M. Shakiba.

« Demain nous souhaitons aller plus loin dans l’utilisation du

logiciel, notamment en termes de fonctionnalités. Pour cela

nous devons réaliser des paramétrages par ateliers et exploiter

l’interface graphique de Coswin. » Après l’intégration du

parc informatique et la gestion des pièces mécaniques du

garage, ce sont les bobines de papier dont la gestion pourrait

être géré dans la GMAO : « Cela représente 1600 tonnes de

consommation par mois, des poids et types de papier différents.

C’est un projet que l’on envisage à plus long terme. »

H. F.

Industrie Facility Management Transport Santé

GMAO Coswin 7i

Notre logiciel au service de votre maintenance

U GMAO ,

> Gestion Maintenance

> Gestion Stocks

> Gestion Achats

Interfaçable avec votre Système d’Information

Versions adaptées aux spécificités de votre métier : Industrie, FM, Transport, Santé

Version mobile : Coswin Nom@d

Disponible en mode hébergé et en mode SaaS

www.siveco.com @SivecoGroup

01 30 45 98 80 contact@ siveco.com

24

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


GMAO

Secteur hospitalier >

Accompagner une réorganisation multisites

Le Centre Hospitalier de Jury souhaitait améliorer l’organisation et la gestion de la

maintenance de ses 21 unités d’hospitalisation implantées sur la région Lorraine.

La nouvelle solution devait également permettre à l’établissement de préparer efficacement

un projet d’envergure : le regroupement à terme d’une vingtaine d’unités

existantes sur quatre sites.

Le Centre Hospitalier de Jury (Moselle)

est un établissement public

spécialisé dans l’hospitalisation

en psychiatrie adulte, l’hospitalisation

de courte durée, les services de soins

aux toxicomanes et l’hospitalisation pour

adolescents. Ses unités de soin – qui

représentent au total près de 400 lits –

sont réparties sur trois hôpitaux de jours

pour la psychiatrie, une structure pour

l’hospitalisation de nuit et 17 structures

extérieures. Cette organisation s’appuie

sur environ 50 médecins et internes et

plus de 750 personnels non médicaux,

et gère un budget annuel de 52 millions

d’euros (budget 2011).

Une telle structure génère un grand

nombre d’activités. Avec plus de 11 000

patients adultes et adolescents pris en

charge chaque année, le Centre Hospitalier

de Jury doit, par exemple, gérer la

préparation de quelques 320 000 repas

annuels ou encore le traitement de près

d’une tonne et demi de linge chaque

jour. Entretien des locaux, réparations

courantes, suivi des équipements (sanitaires,

mobilier, cuisines, machines à

laver, parc automobile, etc.), gestion des

stocks, … sont autant d’opérations quotidiennes

nécessitant une orchestration

efficace et rationalisée, et ce à l’échelle

des multiples sites du Centre Hospitalier

de Jury.

Un outil de modernisation et d’optimisation

de la maintenance

« Nous souhaitions mettre en place une

véritable gestion des équipements et des

stocks afin de répondre à plusieurs objectifs

stratégiques », commente Daniel

Ludwig, Ingénieur chargé des services

techniques au Centre Hospitalier de Jury.

« Tout d’abord, l’harmonisation des opérations

de maintenance entre les services

et entre les sites. Nous utilisions jusquelà

sur un système de bons d’intervention

papier, qui non seulement ne permettait

pas une gestion homogène et rationalisée,

mais qui pénalisait également le suivi

efficace des actions de maintenance

et des historiques des équipements. Il

nous fallait donc harmoniser la gestion

des opérations de maintenance et des

stocks, dans un souci d’efficacité tout

autant que de maîtrise des dépenses ».

M. Ludwig poursuit : « Second objectif

principal, nous souhaitions prendre appui

sur le nouveau système de GMAO pour

accentuer notre engagement dans la démarche

de qualité et de développement

durable mise en place au sein du Centre

En bref

Les objectifs du projet

Hospitalier de Jury depuis plusieurs années,

consistant par exemple à planifier

et à mettre en application le remplacement

progressif de certains équipements

par de nouveaux moins gourmands en

énergie, l’amélioration du tri des différents

types de déchets ou encore l’optimisation

des déplacements ».

• Mise en place d’une vraie gestion des équipements et des stocks.

• Harmonisation de rationalisation d la maintenance sur tous les sites du CH de

Jury.

• Mise en place des conditions optimales pour le futur regroupement des sites.

• Facilité de déploiement de la GMAO en modèle full web répondant aux besoins

de déploiement et de compatibilité avec les équipements IT (Apple) du

CH de Jury.

La solution retenue

Les solutions retenues, Altaïr full web et la mobilité Altaïr, sont des applications

éditées par DSDSYSTEM, 100% full web ne nécessitant pas d'installation sur

les postes utilisateurs, offrant compatibilité avec les navigateurs les plus courants

du marché (Firefox, Chrome, IE8, Safari), utilisation parfaitement nomade,

installation centrale et sécurisée…

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 25


Maintenance&Entreprise_90x274_MULTIS_1012.indd 1 24/08/12 10:36

GAIN DE TEMPS ET

CONNEXION DURABLE

FACILITÉ DE MISE EN ŒUVRE

Le sertissage vous assure une solution

économique et durable grâce au gain de

temps à l’installation, à la qualité de la

connexion et à la conductivité optimale.

MARECHAL ELECTRIC vous présente

une gamme complète de connecteurs

multicontacts à sertir : DS37C, PN12C et

DSN24C.

Grâce à ces gammes contrôlecommande,

le passage d’informations

et de signaux bas niveaux est à portée

de main. La robustesse des matériaux

leur permet de s’adapter aux différentes

configurations de votre industrie

agroalimentaire ou automobile.

marechal.com

CONNECTEURS

MULTICONTACTS

A SERTIR

Mais ce n’est pas tout. « L’adoption d’une nouvelle solution

de GMAO répondait à un troisième objectif lié au futur

regroupement de nos multiples sites sur quatre sites principaux.

Un projet d’envergure nécessitant une localisation et

une connaissance très précise de l’ensemble de nos équipements.

»

Un cahier des charges fonctionnel et technologique

Daniel Ludwig ajoute : « Parallèlement

à ses qualité fonctionnelles, la

nouvelle solution devait également

remplir des critères d’ordre technologique,

ce afin de répondre à deux

besoins centraux : la capacité de

la solution à être accessible et utilisable

facilement depuis n’importe

lequel de nos sites ; et sa compatibilité en tant que logiciel

avec notre infrastructure IT, entièrement basée sur les produits

Apple. »

En tant qu’établissement public, le Centre Hospitalier de Jury

a procédé à une définition de ses besoins et lancé un appel

d’offres auprès d’une présélection de fournisseurs. Au terme

de l’évaluation, la solution Altaïr de DSDSYSTEM a été retenue

comme nouveau système de GMAO.

L’enregistrement des principales catégories de données –

description des bâtiments, des locaux et des pièces, liste des

équipements affectés, etc. – a été effectué au cours du dernier

trimestre 2011 et va se poursuivre pour intégrer, notamment,

le parc automobile du Centre Hospitalier de Jury, composé

de plus de 90 véhicules.

« L’architecture 100% web de la

GMAO nous permet de l’utiliser

sans contrainte de déploiement

et de compatibilité, et la solution

offre l’évolutivité nécessaire à une

utilisation progressive et facile

d’accès. Nous disposons désormais

de la visibilité et de la précision

qui nous permettent de piloter

beaucoup plus efficacement

nos équipements, nos équipes,

nos stocks et nos opérations de

maintenance. Tout ce travail de

rationalisation et d’optimisation

nous permet également d’aborder

notre prochain chantier de regroupement des sites avec

une plus grande sérénité, ce qui représente un atout précieux

pour un projet de cette ampleur ». Un projet dont M&E rendra

compte…

F. P.

26

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Une GMAO, deux formules

15 € par utilisateur

Abonnez-vous à la puissance d’Altair Enterprise

En savoir plus : bit.ly/gmao-saas

Licence dès 1950 €

Installez en interne la GMAO Altair Enterprisee

En savoir plus : bit.ly/tarif-gmao

Le choix Full Web

La mobilité, partout

Gestion de l’EHS

Modules avancés

Oubliez les installations

longues... avec Altair Enterprise,

accédez à la GMAO

depuis votre navigateur

internet, de n’importe quel

poste !

Scannez un code-barre et

accédez à l’historique d’un

équipement, rédigez un

compte-rendu au pied de

l’installation... Accédez à la

GMAO en 3G !

Parce que la protection du

personnel et de l’environnement

est primordiale,

Altair Enterprise propose

un module EHS complet.

Le progrès continue avec

des modules innovants

améliorant l’efficacité de la

maintenance. Découvrez le

nouveau module 3D de la

GMAO.

bit.ly/gmao-web

bit.ly/gmao-mobile

bit.ly/gmao-ehs

bit.ly/gmao-3D

Augmentez la rentabilité de vos équipements. Réduisez vos

dépenses énergétiques et vos rejets. Centralisez toutes vos

informations et votre documentation dans un seul logiciel !

Gérez les réglementations et suivez la conformité des installations

aux normes ISO, FDA, Seveso...

Connectez vous, échangez en direct vos mesures, gérez vos stock

d’un clic... Libérez-vous des contraintes de la gestion de

maintenance !

L’intuitivité d’Altair Enterprise optimise votre gestion de

maintenance avec une facilité et une efficacité sans égal.

www.altairsystem.com

Home

Éditeur du logiciel www.dsdsystem.com

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

+33 (0)3 20 51 47 29 - contact@dsdsystem.com


GMAO

Secteur des énergies >

Une application mondiale pour TOTAL

La direction Afrique Moyen Orient du groupe pétrolier a placé la GMAO au cœur de

sa politique d’homogénéisation de la maintenance au niveau international.

Premier contribuable français, TOTAL est un groupe pétrolier

et gazier de dimension mondiale, 5ème groupe pétrolier

intégré coté dans le monde et acteur majeur dans

le domaine de la chimie, TOTAL est présent dans plus de 130

pays avec 97 000 collaborateurs. Le groupe intervient sur tous

les segments de l’industrie pétrolière à travers ses activités

dans l’amont et l’aval de la filière. Le secteur aval couvre l’ensemble

desactivités du raffinage et du marketing des produits

pétroliers (carburants, combustibles et spécialités, GPL, lubrifiants,

etc.) mais aussi la vente (trading) et le transport maritime

(Shipping) de ces produits. Au cœur d’un réseau de près de16

425 stations-services dans lemonde, la direction TOTAL Afrique

Moyen Orient exploite plus de 4000 stations réparties dans plus

de 40 pays.

Plusieurs spécificités complexifient la gestion du réseau opérée

par les 43 filiales locales :

• La configuration multi-sites,

• la différence de taille des réseauxvariant de quelques stations-service

àplus de 500 points de vente,

• la différence de mode de gestion du patrimoine, soit en contrat

de marque, soit en toute propriété (TOTAL est propriétaire des

constructions) et du niveau d’implication contractuel du groupe

dans l’entretien des infrastructures.

Une politique maintenance uniformisée au niveau

mondial

A l’occasion du rapprochement TOTALFina et Elf en 2000, la

direction informatique du groupe remet en question l’ensembledes

systèmes d’information. Aussi, une réflexion Outre-Mer

est engagée sur les bonnes pratiques de la gestion de la maintenance

et fixe comme principaux objectifs :

• la mise en place d’outils communs entre les différentes filiales

pour éviter les développements spécifiques ;

• la définition d’une structure de base de données la plus commune

possible ;

• la réalisation des prestations maintenance par des sous-traitants

; la division Marketing de TOTAL n’ayant pas pour métier

d’assurer en direct la maintenance des équipements.

« Nous vous

offrons notre

expertise »

Spécialiste mondial

de la lubrifi cation industrielle,

FUCHS LUBRIFIANT vous

apporte aussi son savoir-faire,

sa proximité et son service en :

- dégraissage industriel

- protection anticorrosion

- fontaines de nettoyage

FUCHS LUBRIFIANT FRANCE

Division Industrie

83, rue de l’Industrie - 92500 Rueil Malmaison

Tél. : +33 1 41 37 79 00

info-industrie-fr@fuchs-oil.com

www.fuchs-oil.fr

28

FUCHS 180x125_eau.indd Octobre-Novembre-Décembre 1 2012 – N°628

11/05/11 09:48


GMAO

Le groupe sélectionne une solution du commerce à forte notoriété

et…rencontre de grosses difficultés de miseen place au

sein des filiales pilotes. En effet, l’hétérogénéité dans la taille

desfiliales, le faible niveau de connaissances informatiques

des utilisateurs représentent des freins considérables dans le

déploiement de la solution. Aussi en 2003, les premières filiales

pilotes arrêtent sur un constat d’échec. Dès lors, décision est

prise de s’orienter vers le choix d’une solution avant tout simple

et facile à utiliser.

Le choix et le déploiement groupe d’une GMAO facile

Suite à une consultation des différents acteurs du marché,

l’équipe projet retient MicroMaint (de l’éditeur Dimo Gestion)

en raison de :

• la possibilité de monter en gamme : couverture idéale du

besoin pour les petites filiales et possibilité d’évoluer vers une

version réseau multi-sites ;

• son faible coût d’acquisition.

Toute la partie technique du projet Afrique Moyen Orient était

gérée au démarrage depuis le siège, à la direction Logistique,

essentiellement en charge des travaux dans les dépôts et les

usines de lubrifiants. Les stations-services, de petites unités

en somme, étaient suivies presqu’en totalité par les filiales

et, considérées comme autonomes, se contentaient souvent

des instructions diffusées par le siège. Aussi, seules quelques

filiales motivées comme la Tunisie ou le Maroc passent commande

en 2004. D’autres laissent l’activité en jachère comme

l’explique Thierry Le Gallo, Retail Engineering and Maintenance

Manager.

En 2007, une nouvelle vague d’équipement s’amorce grâce à

lacréation d’un poste dédié Réseau decoordinateur technique

rattaché à la Direction Développement Commercial du siège,

qui a besoin d’informations sur les activités techniques des

filiales Afrique Moyen Orient et ainsi decollecter des données.

Fort d’une expérience en maintenance de 4 ans en France puis

5 ans en Europe, Thierry Le Gallose fixe deux objectifs prioritaires

:

1- Le respect de la réglementation et la sécurité :

• obtenir une information suffisante pour identifier le matériel à

contrôler ;

• assister les filiales pour l’aspect contrôle et réglementation

(contrôle des réseaux enterrés, etc.).

2- La disponibilité des équipements :

• tracer et obtenir une information pertinente pour établir des

analyses ;

• acquérir une meilleure rentabilité des équipements, une optimisation

desinstallations et le meilleur rapport disponibilité /

coût.

Profession electricien

faites le choix de la sécurité !

Multimètre compact trMs c.a 5233

Pince multimètre trMs f205

CAT IV : La classification nécessaire

pour intervenir sur toutes vos installations

TRMS : La qualité de mesure quel

que soit le signal

Confort de lecture : Grand afficheur

6 000 points rétro-éclairé

IP

600 V CAT III 54 600 V 65 CAT IV 1000 V CAT III 1000 V CAT IV

Découvrez notre offre sur www.chauvin-arnoux.fr

Chauvin Arnoux

Tél : 01 44 85 44 85

info@chauvin-arnoux.fr

www.chauvin-arnoux.fr

IP

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 29

Pub Multimètres 190x125.indd 1 19/07/2012 11:52:20


GMAO

Premier constat, premiers résultats

A ce jour, plus de 33 filiales utilisent les solutions MicroMaint

et MiniMaint de Dimo Maint réparties sur l’ensemble des territoires

Afrique, Moyen Orient et Caraïbes. Au quotidien, les

filiales sont capables decapter les demandes d’intervention, de

les tracer, de vérifier la réalisation des travaux, de conserver

l’historique et par là même piloter les prestataires.

Au niveau de la Direction, Thierry Le Gallo continue à encourager

les filiales à poursuivre le déploiement des solutions DIMO

Maint malgré la réticence de certaines filiales soient trop petites

pour estimer nécessaire de tracer leurs interventions de maintenance,

soient trop grosses pour juger intéressant de compléter

leur gestion par un outil métier spécifique.

Il s’assure également de la pérennité du projet en évaluant

l’application des bonnes pratiques, en mesurant le niveau des

connaissances et en gérant de façon uniforme les demandes

d’évolution du produit émanant des différentes filiales. M. Le

Gallo étudie également la possibilité de mettre en place des

tableaux de bord consolidés et des indicateurs de mesure pour

obtenir une vision globale de l’activité maintenance et des budgets

associés.

F. P.

La naissance de MicroMaint TOTAL AMO

Réflexions sur les principes d’organisation de la Maintenance chez TOTAL

Une organisation centrale légère…mais qui a besoin d’information

Des filiales nombreuses et de taille très variable

Des filiales très opérationnelles exigeant une forte réactivité

Une offre de prestations de maintenance très variable (disponibilité, maturité)

Des obligations réglementaires ou internes en croissance

Objectifs globaux du projet Maintenance :

Positionner la Maintenance comme partie intégrante et essentielle des opérations, prise en compte des besoins réels,

évaluation de la performance et contribution au résultat, assurer le respect de la réglementation et de nos règles internes.

Améliorer le processus de Maintenance: prise en charge de la totalité des demandes, respect des délais d’interventions

contractuels, gestion des pièces détachées critiques, évolution vers une gestion préventive et prévisionnelle des équipements,

réduction nos coûts opératoires

Facteurs clés de succès :

Un système d’information puissant mais évolutif: une base « équipements » décrivant précisément les assets à maintenir ;

une base «évènements » permettant d’enregistrer et tracer jusqu’à achèvement tous lesévénements pouvant intervenir

sur lesassets. « Nous gardons la maîtrise de notre système d’information, nous sommes propriétaires des données et

nous développons les interfaces avec nos prestataires ».

Au quotidien, une station est confrontée à :

• des pannes sur les équipements, des détériorations sur les infrastructures, des accidents, des réaménagements, de nouveaux

concepts commerciaux, sans oublier les carburants par nature dangereux et polluants, et la vente de produits alimentaires.

Les intervenants impliqués : le personnel interne, réparateurs, responsables techniques, prestataires, bureaux

de contrôle, acteurs du commerce et le « Service Client ».

Le groupe sélectionne une solution du commerce à forte notoriété. C’est l’échec, du fait de la complexité de l’outil, la faible

connaissance informatique des équipes, la taille trèshétérogène des filiales… Le virage est constitué par le choix de mettre

en place une solution facile à déployer et àutiliser : « MicroMaint » se révèle une GMAO bien adaptée aux besoins, au

faible coût d’acquisition, multilingue, offrant une possibilité de monter en gamme, souple et adaptable.

Ainsi naît « MicroMaint TOTAL AMO »: les interfaces sont modifiées et des fonctionnalités sont ajoutées pour répondre le

plus précisément possible aux exigences de TOTAL AMO et enparticulier pour l’activité « réseau », c’est-à-dire le vaste

ensemble des stations-services couvrant un territoire.

30

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


GMAO

Transports >

Une plateforme maintenance pour le ferroviaire

Le 2 européen de la location de locomotives AKIEM a présenté à INNOTRANS

Berlin une nouvelle solution de maintenance assistée par ordinateur réalisée avec

Carl Software.

Filiale de SNCF GEODIS fondée

en 2009, AKIEM est aujourd’hui le

2ème loueur de locomotives le plus

important d’Europe avec une flotte diversifiée

de 300 locomotives électriques et

Diesel.Pour faire face au développement

de son activité, AKIEM s’est doté d’outils

informatiques de gestion et, en 2010, a

choisi la solution GMAO CARL Source

Transport. L’éditeur CARL Software s’est

en effet spécialisé dans le secteur des

transports depuis une dizaine d’années

et propose une solution logicielle dédiée,

exploitée par plusieurs constructeurs et

opérateurs comme Alstom, Colas Rail,

RATP Développement, Siemens, Véolia-Transdev.

Lors du dernier salon IN-

NOTRANS qui se tenait en septembre

à Berlin, les deux sociétés ont présenté

conjointement la plateforme informatique

GMAO réalisée pour AKIEM.

Un projet maintenance de grande

envergure

Le projet GMAO revêt pour AKIEM une

importance stratégique puisqu’il structure

et pilote le développement de son

offre de services en maintenance. L’outil

logiciel de GMAO doit en effet permettre

à l’équipe technique de gérer la maintenance

du parc roulant aussi bien que la

gestion des stocks et les contrats avec

les clients et les fournisseurs.

Le projet GMAO AKIEM entrera pleinement

en production en fin d’année 2012,

début 2013. Les modules exploités de

CARL Source Transport seront alors,

outre la maintenance et les équipements,

la planification et la gestion des

ressources, la gestion des contrats et

la facturation, le budget, la gestion des

stocks de pièces et composants.

AKIEM a développé une offre de services

maintenance tout à fait innovante dans le

secteur ferroviaire, offre qui s’appuie, qui

est pilotée et garantie par la GMAO. Le

loueur propose des prestations en maintenance

« à la carte » à l’ensemble de

ses clients. Celles-ci couvrent l’ensemble

des besoins, de la maintenance lourde

des locomotives à la prise en charge

complète des besoins en maintenance

d’exploitation (pour le curatif et le préventif)

pendant toute la durée du contrat de

location. Il faut savoir que la périodicité

des interventions réalisées va de 4 à 15

ans et dépasse souvent la durée de location

auprès de l’opérateur ferroviaire.

AKIEM répond ainsi au plus près aux

besoins de ses clients quelles que soient

leur situation géographique, leur taille,

leur propre organisation en maintenance.

Il propose également un entretien

contractuel de qualité.

Des contrats de maintenance pilotés

par la GMAO

Pour gérer les contrats de maintenance

passés avec ses clients et ses différents

prestataires locaux, AKIEM s’appuie sur

la GMAO CARL Source Transport. Le

logiciel permet au coordinateur technique

AKIEM de contrôler le respect des

contrats, d’assurer la traçabilité des interventions

réalisées sur les locomotives,

de suivre les coûts de maintenance, de

garantir les contrôles réglementaires

et de renforcer ainsi sa bonne connaissance

et la maitrise de son parc roulant.

La GMAO, ses indicateurs, ses rapports

d’analyses etc. permettent ainsi à AKIEM

de garantir le niveau de qualité de l’entretient

à son client final.

A terme, les objectifs du périmètre fonctionnel

fixés à l’outil logiciel et prévu pour

2013 sont ambitieux. La GMAO devra

assurer la maîtrise du parc d’équipements

en traçant, historisant et planifiant

les interventions ; piloter la maintenance

du parc et de ses processus associés

(financiers, techniques, ressources,

contrats, réglementaires…); contrôler

les prestations de maintenance soustraitées

pour garantir la qualité des interventions

effectuées sur les locomotives ;

contractualiser la partie maintenance

auprès de ses clients et de ses prestataires

ainsi que la facturation ; gérer les

stocks de la future plateforme logistique;

planifier de manière fiable et pertinente

les coûts de maintenance associés aux

matériels.

En bref

François Précope

N°2 européen de la gestion de locomotives,

AKIEM a vu son parc de locomotives

(EMD, Alstom, Siemens, Bombardier)

doubler depuis 2009 et comprend

à ce jour 320 machines récentes électriques

et Diesel aptes à circuler sur un

grand nombre de réseaux européens.

AKIEM est présent en Allemagne,

France, Italie, Maroc, Slovaquie. Quatrième

opérateur européen de transport

et de logistique, SNCF Geodis totalise

un effectif de 47 700 personnes et dispose

d’un réseau couvrant 120 pays.

Éditeur informatique expert en GMAO

depuis 1985, Carl emploie 80 collaborateurs.

Son application spécifique dans le

secteur des transports compte de nombreuses

références tant en France qu’à

l’étranger : Algérie (métro d’Alger), Corée

(métro de Séoul), Égypte (métro du

Caire) ; Espagne (tramway de Tenerife),

France (Clermont Ferrand, Grenoble,

Marseille, Metz, Mulhouse, Nantes, Poitiers…),

États Unis (métro de New York),

Gabon (transport ferroviaire frêt), Italie

(métro de Turin), Maroc (tramway de

Rabat), Tunisie (tramway de Tunis)…

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 31


Progiciel de gestion de la lubrification

LES FONCTIONNALITES

MODULE PLAN DE LUBRIFICATION

Multi sites & multi langues

Arborescence illimitée

Fiche technique détaillée de chaque équipement

Récupération des plans de lubrification existants

Plan de charge, Historique & Statistiques

Mise à jour automatique du plan en cas de

changement de lubrifiant

MODULE NOMADE

Tournées de graissage sur PocketPC

Identification codes à barres ou RFID

MODULE ANALYSES

Caractéristiques physicochimiques des lubrifiants

Intégration automatique des rapports d'analyses

physicochimiques et spectrochimiques

Ne minimisez pas le rôle de la

lubrification dans la maintenance !

ProgiLub ® vous permet de diminuer

les casses et de réduire les

consommations de lubrifiants.

Contactez nous : contact@tribofilm.fr – Tél:+33 (0)5 46 56 75 75 – www.tribofilm.fr

Multi lingues, multi dossiers, multi magasins et multi sites

Mobile, tactile, identification code à barres & Rfid

Interfaçable avec vos logiciels existants (ERP, compta, supervision,...)

Pour en savoir plus, flashez le QRCode

Contactez nous : contact@tribofilm.fr – Tél:+33 (0)5 46 56 75 75 – www.tribofilm.fr

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


GMAO

Retour d’expérience >

Un logiciel sur site et carrières

Après avoir accompli sa migration sur la version la plus récente de MaintiMedia.

Net, Rocamat se lance dans un développement multisites en s’appuyant sur l’architecture

serveur de l’outil.

Créée en 1853 sous le nom de

Civet Fils et Cie, la société Rocamat

est depuis ses origines un

important producteur de pierre calcaire

pour la construction. Elle a complété plus

récemment son portefeuille de carrières

et a étendu ses activités à l’ensemble

des matériaux naturels, pierres calcaires,

marbres et granits. Elle compte

une dizaine d’agences commerciales

en France et six sites industriels. Le

site historique et aussi le plus important

de Rocamat est situé à Ravières dans

l’Yonne où il emploie 115 personnes. Le

rythme de travail en 3x8 impose naturellement

des astreintes à l’équipe de huit

personnes du service Maintenance.

Carrières de Massangis. (c) Franck Charel

Le site de Ravières utilise la GMAO

MaintiMedia (de l’éditeur Tribofilm) depuis

2005, dans sa version .Pro. Thierry

Trannoy, Responsable Achats non productifs

et Services généraux, explique

que c’est un étudiant qui, lors de son

stage professionnel, avait alors mené

une étude ayant débouché sur le choix

et la mise en place du logiciel comme

outil de GMAO. « Nous recherchions un

produit parfaitement paramétré d’origine

et ne nécessitant aucun développement

spécifique », un objectif auquel le logiciel

de l’éditeur Tribofilm répondait parfaitement.

« MaintiMedia présentait de nombreuses

fonctionnalités intéressantes

et nous avons notamment décidé de

développer la fonction Achats », poursuit

M. Trannoy. « Cette année nous avons

décidé de réaliser la migration vers la

solution MaintiMedia.Net, principalement

sur cette fonction Achats qui s’est révélée

stratégique pour nous ». A souligner

que c’est l’ensemble des achats de l’entreprise

et de ses différents sites qui est

ainsi pris en charge.

Concernant la GMAO proprement dite,

la migration a également été assurée

cette année vers la nouvelle version. En

revanche, à part sur l’usine de Ravières,

la solution GMAO n’est pas encore opérationnelle

sur les autres sites de production.

Le plan de mise en œuvre de

la GMAO prévoit un déploiement sur

l’ensemble des sites industriels sur 2013

– 2014, en fonction de la structure, des

besoins et de l’organisation de chacun

des différents sites.

La GMAO, facteur d’évolution

« Nous avons sensiblement évolué en

suivant le rythme d’évolution du logiciel

lui-même, précise encore M. Trannoy.

Le support du logiciel est en effet passé

d’une base Access à une base sur serveur

SQL qui nous a particulièrement

intéressée en fonction de notre structure

multisite: cela nous permet en effet de

centraliser l’outil et de générer des applications

sur nos différents sites à travers

la France ».

Thierry Trannoy a parfaitement rempli

son rôle de pilote de ce projet, notamment

en faisant l’interface entre l’éditeur

et les services internes, et notamment

avec le service informatique (trois personnes).

Car MaintiMedia remplit un rôle important

dans le système d’information, étant

interfacé avec le logiciel de comptabilité

de l’entreprise, un produit développé spécifiquement

il y de nombreuses années

et maintenu par le SI interne. « Il serait

logique qu’à terme on passe à un produit

de comptabilité plus standard ».

Outre le développement multisite de

la GMAO, le logiciel devrait également

permettre de gérer le suivi de la mise en

conformité, des levées d’observation et

des vérifications générales périodiques

(VGP) auxquelles sont soumis les sites

industriels et carrières.

J.-F. Romain

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 33


Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


GMAO

Témoignage >

Une GMAO taillée sur mesure

Le site Fala de Strasbourg utilise le même outil de gestion de la maintenance depuis

1994, une fidélité rare… mais qui s’explique par la satisfaction d’utilisateurs

dont les demandes d’évolution ont toujours été prises en compte. Rencontre avec

Pierre Poiret, responsable Méthodes Maintenance.

La Société Industrielle de Levure

Fala, du groupe Lesafre, est fabricant

de levures fraîches pour la panification,

pour tous les types de boulangeries,

artisanales comme industrielles

mais également pour les ménagères et

pâtissiers particuliers ! Le groupe est

présent sur une quarantaine de sites employant

près de 7000 personnes dans le

monde, produisant des levures fraîches

et sèches et des exhausteurs de goût.

Le site Fala de Strasbourg produit, avec

un peu moins de deux cent personnes,

entre 90 et 100.000 tonnes de levures

par an, ce qui en fait la plus grosse levurerie

française.

Pierre Poiret, responsable technique en

charge notamment mais pas exclusivement

des Méthodes Maintenance, insiste

sur cette fonction trop souvent assimilée

- à tort - aux méthodes de production…

Il rappelle que c’est depuis 1994 que le

logiciel Mainta de Apave est opérationnel

sur le site. La proximité de l’éditeur

(Apave Alsacienne) et ainsi la possibilité

d’avoir un développeur rapidement disponible

sur le site ont certes joué dans

les choix de la solution. Il est tout naturel

de privilégier les acteurs locaux pour

s'assurer une bonne réactivité. « Il était

important d’établir une collaboration suivie

avec l’éditeur afin de faire réaliser

un certain nombres de modifications ou

d’adaptations au produit d’origine. Car

nous souhaitions modeler, conformer

pour ainsi dire, la GMAO à la configuration

de notre entreprise », justifie M.

Poiret.

Modeler la gmao à la configuration

de l’entreprise

« Une GMAO est le plus souvent au départ

un package brut. La solution Mainta

offrait, et offre toujours, cette faculté de

paramétrage et d’évolution : cette évolutivité

et cette ouverture ont également

été déterminants pour nous ». Enfin

l’existence d’un réseau d’utilisateurs en

France a constitué un autre atout déterminant.

Ont ainsi été écartés des progiciels

de GMAO développés au niveau

mondial mais qui semblaient offrir moins

de capacité d’adaptation localement.

Il n’y a pas de politique centralisée au

niveau du groupe en matière de GMAO,

explique M. Poiret : « d’autres sites du

groupe utilisent Coswin ou Carl Pro, certains

ayant même développé leur propre

outil logiciel ». Des échanges de bonnes

pratiques et des transferts de compétences

sont tout de même réalisés au

sein de la société. Si fonctionnellement

la plupart des outils les plus réputés du

marché présentent des caractéristiques

très proches, Mainta a cependant paru

avoir une meilleure lisibilité du métier de

la maintenance : « développé dès l’origine

par un praticien de maintenance

plutôt que par des informaticiens, cette

solution nous a paru coller vraiment aux

caractéristiques du métier ».

Parmi les adaptations réalisées, c’est au

niveau du magasin et de la gestion de

stock que les modifications demandées

ont été parmi les plus importantes. « A

l’occasion des échanges que nous avons

lors des clubs utilisateurs, nous avons

soumis des développements et des amé-

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 35


GMAO

liorations qui ont été jugés particulièrement pertinents et donc

introduits dans les releases suivantes… ».

Satisfaire des demandes spécifiques

Un exemple : « Nous avons ainsi demandé des programmes

spécifiques, par exemple pour identifier et isoler les stocks «

dormants » (c’est-à-dire les pièces de rechange n’ayant pas

connu de mouvement dans un laps de temps donné, NDLR).

La fonctionnalité du programme de base de gestion des stocks

a donc été affinée conformément à notre exigence.

Suivant le rythme des trois huit, avec équipe du matin, d’aprèsmidi

et de nuit et avec des périodes d’astreintes, le service

maintenance sur le site Fala de Strasbourg compte 35 personnes

qui opèrent également sur le site voisin de Bio Springer,

autre membre du groupe Lesaffre. Les deux usines sont reliées

par un pipe permettant à Fala d’alimenter son voisin en crème

de levure utilisée par Bio Springer dans la fabrication d’exhausteurs

de saveurs et d’aromatisations pour les industries agroalimentaires

ou la pharmacie.

Les équipements critiques exigeant une maintenance particulièrement

attentives ne manquent pas : « Nous produisons

nous-mêmes nos énergies, de la vapeur, de la pression, de l’air

comprimé et surpressé, du froid… Les équipements concernés

dans ces productions sont évidemment particulièrement

critiques pour le site, comme les compresseurs ou encore les

pompes car nous utilisons beaucoup d’eau dans nos process. »

Les centrifugeuses, les palettiseurs pour l’emballage constituent

d’autres familles d’équipements exigeant une attention

particulière. Des contrats de maintenance sont passés avec

des prestataires extérieurs, notamment pour les automatismes

et des machines particulières. « En raison d’obligations réglementaires,

nous devons aussi faire appel à des prestataires de

services certifiés, par exemple pour les groupes froid », précise

M. Poiret.

Un outil « démocratique » ouvert à tous

L’accès à la GMAO est ouvert à tout le monde au sein de

l’usine : « Dès le départ, nous n’avons pas voulu que la GMAO

soit réservée à une « élite » de la maintenance », explique M.

Poiret. Chacun peut ainsi faire une demande d’intervention,

via son encadrant contremaître ou chef d’équipe. La demande

transmise au service maintenance sera, selon les critères et

36

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


les niveaux d’urgence, soit prise immédiatement en charge

par un électricien ou un mécanicien d’équipe ou bien relayée

auprès du contremaître qui affectera un délai d’intervention et

des moyens en fonction de la disponibilité des ressources…

Chaque technicien peut enregistrer directement les données

de l’intervention, émettre les bons de sortie, consulter l’historique

de l’équipement… L’arborescence usine a été refaite il y

a trois ans lors d’une évolution majeure de la GMAO Mainta

et comporte à ce jour huit mille références. La GMAO permet

naturellement d’établir des indicateurs de performance, importants

pour justifier de l’activité d’un service dont on sait bien

qu’il est souvent vu comme un centre de coûts et dont on voit

rarement les apports concrets et la valeur ajoutée dans l’entreprise.

1400 interventions en moyenne sont réalisées par mois, du

préventif pour un tiers et autant pour les interventions amélioratives

(amélioration de production, de sécurité…). Les

contrôles préventifs, et les indicateurs d’intervention, permettent

de détecter les équipements vieillissants et joue un

rôle dans la fiabilisation de l’outil de production, souligne M.

Poiret. « Les contrôles et les analyses vibratoires sont réalisés

à l’interne, on fait appel à l’Apave ou d’autres prestataires

spécialisés pour la thermographie ou d’autres contrôles non

destructifs (CND), d’épaisseur ou ultrasonores ».

La GMAO permet de gérer le planning annuel et le suivi des

nombreux contrôles réglementaires concernant les chaudières,

les bacs sous pression, les équipements électriques et

de levage, les eaux et les rejets…

Préserver la capacité d’évolution

« Tout progiciel doit savoir évoluer et suivre les changements

et les contraintes nouvelles de l’entreprise », rappelle M. Poiret.

« Il y a 14 ans, il s’agissait d’accompagner la structuration

de l’entreprise notamment à travers la démarche de certification

ISO 9001, formaliser l’organisation et les pratiques

pour en assurer la pérennité et la transmission ». La GMAO

a alors fortement contribué à structurer l’organisation du service

de la maintenance. « Nous sommes pleinement devenus

des prestataires de services, contraints à la transparence et à

rendre des comptes à nos clients à l’interne. Nous avons pu

également progresser dans nos interventions et notre pratique

grâce à l’analyse des indicateurs fournis par la GMAO. »

Aujourd’hui, le logiciel doit intégrer les nouvelles contraintes

liées par exemple à de nouvelles réglementations agroalimentaires

ou encore contribuer aux actions de l’usine en faveur

des économies d’énergie. La GMAO doit permettre d’identifier

les équipements vieillissants, à la fois énergivores et à la maintenance

coûteuse. Et permettre d’établir le rapport de coûts

entre la poursuite d’une maintenance de plus en plus onéreuse

en regard de l’investissement dans un matériel neuf. On

le voit, la GMAO est devenu le premier soutien aux nouveaux

défis de la maintenance…

Jean-François Romain

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

37


Technologie

Gestion des déchets >

La recherche en valorisation énergétique

Beaucoup d’industriels deviennent, qu’ils le veuillent ou non, de véritables gestionnaires

de déchets. Mais la technologie peut transformer cette contrainte réglementaire

en opportunité. Le point sur les avancées de la recherche en matière de valorisation

énergétique, par Mohand Tazerout, de l’Ecole des Mines de Nantes.

L’industrie agroalimentaire de l’Ouest de la France où

l’on dispose de quantités très importantes de déchets

d’élevage et de transformation de produits, est particulièrement

concernée. La majeure partie de ce potentiel, souvent

pollué, n’a actuellement que très peu de possibilité de

valorisation. Ces déchets ont un contenu énergétique faible. Il

faut donc éviter de transporter cette « biomasse» qui doit être

valorisée localement, en mettant en œuvre des installations de

petite puissance.

Les travaux de recherche, dans ce domaine, ont pour objectif,

d’une part, la formulation ou la production de biocarburants/

biocombustibles et, d’autre part, l’optimisation des rendements

des installations de valorisation énergétique des déchets. Elle

est centrée sur la valorisation énergétique des résidus solides

ou liquides. Les technologies les plus prometteuses, qui sont

explorées au sein du laboratoire de l’EMN (Ecole des Mines de

Nantes), sont la pyrolyse, la solvolyse et la gazéification.

La pyrolyse est une technologie simple et peu coûteuse, capable

de traiter une grande variété de matières premières, produisant

des gaz, des liquides (hydrocarbures et autres produits

chimiques), et du charbon. Une approche prometteuse est la

production d'un produit liquide qui peut être utilisé dans les

installations énergétiques existantes. L'intérêt majeur de cette

technique est que ces produits sont hautement valorisables.

L'association par exemple de la pyrolyse en four tournant et de

la gazéification permet d'obtenir du gaz de synthèse, mélange

de CO et H2, pouvant servir de matière première à un très large

éventail de synthèses de chimie organique.

D'autres gaz issus de la pyrolyse peuvent servir de combustible

pour alimenter en énergie le système, ou fabriquer de la vapeur

pour la production d'électricité. Les déchets huileux sont valorisables

en combustibles pouvant alimenter les moteurs stationnaires.

Les études menées portent sur l’optimisation des

conditions opératoires de pyrolyse au regard de la composition

des matériaux précurseurs (les déchets), de la composition des

gaz émis et des résidus solides de la pyrolyse.

Dans ce cadre, la valorisation des déchets graisseux en biocombustibles

pour moteur diesel a été effectuée dans le cadre

d’une thèse de doctorat. Pour cela, nous avons utilisé le craquage

catalytique comme procédé thermochimique de valorisation

de ces déchets en biocarburant. Les propriétés physicochimiques

du biocarburant produit sont conformes aux normes

européennes et américaines relatives au diesel.

Traitement au gaz

La solvolyseest la décomposition d’un déchet solide en présence

d’un solvant. Elle s’effectue dans un réacteur sous pression

et température variant en fonction du déchet à valoriser et

des caractéristiques des coproduits souhaitées.

Les recherches menées concernent surtout l’identification des

cinétiques de dégradation mises en jeu afin d’accéder à l’optimisation

de ces procédés vis- -à- -vis des propriétés

recherchées pour les produits obtenus (tant solides que liquides),

et ainsi maîtriser à terme la nature des produits de

dégradation.Pour le cas des déchets composites, l’objectif est

de rechercher les meilleurs paramètres de décomposition de la

matière première pour l’obtention des phases solide, liquide et

gaz réutilisables.

La gazéification, quant à elle, paraît être une alternative intéressante

à l’utilisation de l’énergie fossile. Elle permet la transformation

thermochimique de la biomasse solide directement

en gaz combustible valorisable dans les moteurs à combustion

interne. L'installation de petites unités locales et même déplaçables

pour valoriser le résidu à l'endroit où il est produit permet

l’optimisation du bilan énergétique. Le résidu est une ressource

dont le contenu énergétique est faible. Il ne faut donc pas envisager

de le transporter. Il doit être valorisé localement par des

installations de faibles puissances pour lesquelles le gazogène

couplé à un moteur se prête bien.

L’activité scientifique consiste en une connaissance fine des

caractéristiques thermiques du processus de gazéification et

en une meilleure compréhension du processus thermochimique

afin de limiter la production des goudrons.

Actuellement, des études de modélisation des différentes

étapes du procédé sont en cours, d’une part pour optimiser les

paramètres physicochimiques des phénomènes mis en jeu et

d’autre part optimiser les paramètres géométriques des procédés

en fonction de la puissance désirée et de la qualité de la

biomasse en entrée.

Mohand Tazerout

38

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Technologie

Expertise >

Limitation du couple contrôlée par API

à l’aide d’un élément de glissement

Le démarrage de grosses machines d’entraînement telles que les moteurs synchrones

est souvent associé à des pics de couple momentanés. Afin de tenir

compte de cette charge de démarrage dans la construction, les couples de démarrage

sont spécifiés comme étant 5 à 8 fois supérieurs au couple nominal. Cette

charge de démarrage provoque donc le surdimensionnement de toute l’installation.

Grâce à un élément de glissement commandé par automate, cette charge peut être

limitée de manière sûre et être sensiblement réduite.

Le dimensionnement d’une chaîne

d’entraînement dépend la plupart

du temps des charges de démarrage

et des charges par choc. La charge

de démarrage est générée par la brusque

mise en marche de la machine motrice

ainsi que par la dynamique élevée en traversant

les plages de vitesses critiques.

Même un coûteux surdimensionnement

de l’installation n’est pas toujours une

protection efficace contre les désagréables

surprises de la mise en service.

Ces pointes de couple peuvent être maîtrisées

et éliminées de manière sûre

grâce au Hyguard® Control System. Ce

système se compose d’un accouplement

Hyguard(transformé en élément de glissement),

d’une surveillance électronique

et d’un interrupteur avec commande à

distance.

Fonctionnement de l’Hyguard-

Control System

L’accouplement modifié Hyguard ® est

réglé au couple de glissement souhaité

grâce à une pression hydraulique. Ce

couple est généralement de 2,5 à 3 fois

le couple nominal.

Si, lors du démarrage, les couples de

pointe momentanés atteignent la valeur

réglée du couple de glissement,

l’accouplement patine. Ce phénomène

de glissement contrôlé et momentané

limite les pointes de couple aux valeurs

admissibles.L’encoche de friction des

surfaces de glissement est revêtue d’un

bronze spécial. Ce revêtement dispose

d’un coefficient de friction constant et

reproductible.

La course de glissement maximale admissible

par phénomène de glissement

est limitée afin d’éviter toute surcharge

thermique. La course de glissement est

surveillée par un automate. Quand la valeur

limite est dépassée, l’accouplement

Hyguardest enclenché en quelques millisecondes

via l’interrupteur avec commande

à distance.

Après séparation, l’accouplement tourne

librement dans ses paliers et la masse

importante du moteur d’entraînement est

séparée du reste de l’installation.

HyguardControl System intégré

dans l’accouplement

L’accouplement de sécurité Hyguard

fonctionne principalement comme un

assemblage à frettage qui peut être ouvert

à l’aide d’un interrupteur avec télécommande.

Cet assemblage à pression

se produit en générant une pression

hydraulique dans une gorge annulaire

et peut être réactivé après le déclenchement

de l’accouplement.

Ensuite, l’automate de l’HyguardControl

System peut émettre, vers l’automate

central de l’installation, un signal “Accouplement

interrompu”, ce qui arrête le

moteur.

Des informations importantes concernant

l’installation sont stockées dans

l’automate. Des données telles que la

distance de glissement par procédure de

démarrage individuelle sont disponibles

et peuvent être utilisées.

L’HyguardControl System fonctionne

avec un automate programmable fiable

qui peut éventuellement être adapté à

l’installation.

Description du fonctionnement de

l’accouplement Hyguard

Deux bagues emboîtées l’une dans

l’autre sont fermées de façon hermétique

à leurs extrémités (formant une chambre

annulaire). Cette chambre annulaire est

mise sous pression par l’huile hydraulique

via un injecteur. Ceci conduit à une

expansion diamétrale, engendrant ainsi

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

39


Technologie

« Même un coûteux surdimensionnement de

l’installation n’est pas toujours une protection

efficace contre les désagréables surprises

de la mise en service »

le fonctionnement en bague de serrage. La variation de la pression

d’huile produit un serrage particulièrement fort. L’utilisation

d’une valve d’isolement permet de désengager l’accouplement

depuis l’extérieur. En désactivant la valve d’isolement la pression

d’huile disparaît en quelques millisecondes.

La désactivation de la valve d’isolement a lieu via l’interrupteur

avec commande à distance, au moyen d’une broche faisant

saillie. Une interruption est uniquement réalisée via l’automate

si, par exemple, l’angle de glissement prescrit est dépassé.

D’autres paramètres peuvent toutefois être également fixés

comme conditions d’interruption: “arrêt d’urgence”, dépassement

d’une vitesse de rotation maximale, etc.

Avantages de l’HyguardControl System

La surveillance électronique de l’Hyguardprocure des renseignements

sur le comportement de glissement de l’accouplement.

Pour chaque glissement, les données correspondantes

telles que la vitesse de rotation, la durée et la course de glissement

sont mémorisées. La longueur de la course de glissement

peut être adaptée sur site aux exigences de l’installation.

L’Hyguard Control System peut émettre des signaux à l’attention

de l’automate du moteur et de l’installation (par exemple:

“Arrêt moteur” en cas de grandes courses de glissement non

admissibles). Ensuite, le système Hyguard déjà éprouvé depuis

presque 20 ans protège l’installation d’une manière sûre

contre les surcharges en service.

Uwe Krause,

Rolf Beckmann,

Robert Paternoster

PARTENAIRE

EXCLUSIF DE RENK

AZ Hollink est le distributeur et partenaire de

préférence de RENK pour la France, la Belgique, le

Luxembourg, les Pays-Bas et l’Afrique subsaharienne.

RENK est le leader de marché pour les paliers lisses,

accouplements à broches, accouplements à denture

bombée et réducteurs/multiplicateurs haute

vitesse, bref des produits de qualité supérieure.

Chaque marché, chaque application

Notre très vaste programme de produits contient

des solutions adéquates pour chaque marché et

application. Avec une connaissance spécialisée, AZ

Hollink est le partenaire idéal pour l’utilisateur final,

l’ OEM ainsi que le distributeur.

Programme de livraison

- Accouplements de transmission

- Paliers lisses

- Réducteurs et multiplicateurs haute vitesse

A.Z. Hollink Belgium b.v.b.a. | Abtsdreef 10 | 2940 Stabroek Belgique | T. +32 (0)3 722 11 18 | F. +32 (0)3 722 11 19 | belgium@azhollink.eu | www.azhollink.eu | Part of the AZ Hollink Group

40

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Retour d’expérience

Visite de site >

Quand la ré-industrialisation passe par la mondialisation

La mondialisation peut aussi avoir des aspects positifs pour nos industries. Une

entreprise en perdition, au management erratique et à l’un outil industriel en

manque d’investissements a su séduire un repreneur étranger par des savoirs faire

incontestables, un sens de l’innovation produits et en misant sur le haut de gamme

made in France…

Entreprise créée en 1946 et dont

l’unique site de production est

toujours à Troyes (Aube), Petitjean

est une référence dans l’univers de

l’éclairage public, secteur pour lequel

elle fournit les indispensables mâts qui,

généralement, embellissent les chaussées

de nos villes grandes et petites. Le

mât décoratif est en effet le fer de lance

de sa production : en faisant appel à des

designers de renom, Petitjean a d’ailleurs

fortement concouru à faire de cet équipement

strictement fonctionnel un véritable

élément distinctif du décor urbain

qui donne une personnalité à une ville,

un quartier, un village. Le second marché

de l’entreprise, plus banalisé, concerne

les poteaux pour le transport de l’énergie

électrique, les télécommunications (notamment

pour les réseaux de téléphonie

mobile) ou pour soutenir les caméras de

vidéo-sécurité… Encore peu importants

dans l’activité, les mâts d’éoliennes ne

constituent que des niches.

Mais ces dernières années, passant

de mains en mains et voyant se succéder

les managers (huit en une vingtaine

d’années), Petitjean a traversé bien des

vicissitudes. Les repreneurs successifs

se sont gardés de tout investissement.

Aucune maintenance digne de ce nom

n’étant plus assurée, l’outil de production

– essentiellement des presses, des

postes de soudage et un atelier de galvanisation

– a vieilli et, plus grave, s’est

inexorablement dégradé.

Le sauveur venu d’Orient

On comprend que la reprise, en février

dernier, par le groupe industriel saoudien

Al Babtain ait été salué comme un

véritable sauvetage, et tout d’abord par

les salariés dont l’essentiel des emplois

a été préservé. Le Saoudien a d’ailleurs

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

41


Retour d’expérience

ayant, au côté de l’Etat et de l’Ademe, apporté au projet un

soutien qui a conforté M. Ibrahim H. Ababtain dans sa décision

de reprise.

Il est à noter que, si environ 20% du capital de Al-Babtain est

placé à la Bourse de Riyad, la société dont M. Ababtain est le

PDG demeure une affaire familiale, cinq membres de la famille

siégeant au conseil d’administration. Ce qui est de bon augure

pour la stabilité retrouvée du management et la mise en œuvre

d’une stratégie pérenne de développement pour l’entreprise

créée par M et Mme Petitjean au siècle dernier.

La maintenance, des compétences critiques

été préféré à un éventuel repreneur allemand comme offrant

de meilleures synergies tout à la fois au plan commercial et

de production. Les deux sites d’Al-Babtain à Riyad et au Caire

produisent en effet essentiellement des tours en treillis et des

pylônes de fortes dimensions pour le transport d’électricité. Ses

marchés sont essentiellement au Moyen-Orient, en Afrique et

en Russie.

Avec une clientèle essentiellement européenne (et française à

60%), mais porteur d’un design « made in France » susceptible

de séduire à l’étranger, Petitjean représente une bonne opportunité

de complémentarité et de développement international

sur le haut de gamme du mât.

Le point noir, c’est la nécessité d’une importante remise à niveau

des équipements. Al-Babtain a une logique non de financier

mais véritablement d’industriel soucieux de s’engager sur

le long terme. Le Saoudien connaît en outre parfaitement les

exigences de production du site de Petitjean puisque sa société

assure une production similaire au Moyen-Orient. Les premiers

investissements – 20 millions d’euros au 1er septembre 2012 –

font la preuve de la volonté de conserver la production de Petitjean

en France, en élevant la qualité produits et la satisfaction

clients. Ce sont là deux thèmes – liés à l’obsolescence de l’outil

- sur lesquels Petitjean courrait le risque de dégrader rapidement

son image. Avant la reprise, seules 60% des commandes

étaient servies dans les délais…

Revenons à la maintenance. Comme dans l’ensemble des industries

traditionnelles dans notre pays, la moyenne d’âge est

relativement élevée. Et les départs, trop souvent non remplacés,

touchent tout particulièrement les effectifs de maintenance,

comme le souligne Thierry Ehrhardt, le directeur de production :

« Suite au dépôt de bilan, le site a souffert d’une importante

perte de compétences, notamment en maintenance ».

De plus, la galvanisation est un métier très particulier exigeant

des opérateurs mais aussi des techniciens de maintenance une

expertise particulière. Pour la durée des travaux de rénovation

de l’atelier de galvanisation, ses effectifs sont venus rejoindre et

renforcer l’équipe de maintenance générale des autres ateliers.

Ils rejoindront leur poste à la galvanisation lors de la remise

en production. 5 à 6 recrutements viendront alors compléter

les effectifs de maintenance qui sera alors d’au moins 25 personnes

(pour environ trois cents personnes en production sur

un effectif global de 460 personnes). Chaque recrutement sera

Un nouvel atelier de galvanisation

Les nouveaux repreneurs ont reconstitué une nouvelle équipe

de management avec un directeur de site (Paul Quéveau) et un

directeur de production (Thierry Ehrhardt), un directeur financier,

un responsable marketing, et, plus récemment, un responsable

QSE… La protection de l’environnement est un enjeu fort

du site de production, notamment pour ce qui concerne l’atelier

de galvanisation dont les bains d’acide et les opérations génèrent

des rejets comme les vapeurs chargées en zinc qu’une

réglementation de plus en plus stricte exige de traiter. Seule

l’emprise de l’atelier sera conservé, mais il sera recouvert à

neuf et l’ensemble des équipements seront renouvelés : 9,5

millions d’euros supplémentaires vont être investis dans la galvanisation

et la finition. Le nouvel atelier sera opérationnel dans

six mois, d’ici là la galvanisation fait l’objet de sous-traitance.

Alors que les capacités françaises en galvanisation tendent à

se réduire en France, c’est un autre signal fort que le repreneur

étranger a envoyé de sa volonté et de son soutien au maintien

d’une production industrielle dans l’hexagone. Les pouvoirs

publics ne s’y sont pas trompés, les collectivités territoriales

42

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Retour d’expérience

associé à un plan de formation de six mois à un an, prévient

M. Ehrhardt. Indispensable pour retrouver et reconstituer les

savoir faire perdus ou menacés.

Les matières entrent pour 40% dans le prix de revient des mâts

d’éclairage, un taux plutôt faible qui s’explique par la valeur

ajoutée apportée par le design. Le nouveau directeur du site –

il vient du secteur automobile où il a été rodé à la démarche - va

d’ailleurs entreprendre une politique systématique de dépôt de

brevets afin de défendre et préserver les avantages compétitifs

de Petitjean en matière de design de produits, un atout visà-vis

des concurrents sur le marché de l’équipement urbain.

L’entreprise subit néanmoins le contrecoup de l’augmentation

des métaux et du prix de l’acier, fournis par Arcelor Mittal. Le

stock de matière première à l’usine couvre un mois et demi des

besoins de la production, ce qui équivaut aux six semaines de

délais de livraison qu’exigent les fournisseurs d’acier.

Le responsable Qualité qui arrive va devoir préparer l’audit de

reconduction de la certification qualité ISO 9001, à intervenir

d’ici la fin de l’année. Il devra également entreprendre très vite

la démarche de qualification selon la norme environnementale

ISO 14000, démarche qui sera évidemment très liée à la rénovation

et à la mise en production de l’atelier de galvanisation.

Les sites d’Al-Babtain détiennent déjà ces deux certifications.

Jean-François Romain

Mise en œuvre du lean

La nouvelle direction a entrepris de réorganiser le cheminement

de la chaîne de production, actuellement par lots, vers un

flux continu de façon à éviter les ruptures et reprises, les stockages

tampons, les manutentions contraignantes de produits

lourds et très volumineux.

Rien ne remplace l’expérience du terrain, reconnaît de façon

pragmatique le directeur : c’est en regardant et en écoutant

les opérateurs eux-mêmes que les changements sont mis en

œuvre.

MM. Ibrahim H. Ababtain et Paul Quéveau

+ de 34 000

Produits sur mesure

pour travailler en sécurité

Retrouvez nous sur

votre smartphone !

Tél. 03 20 01 96 78 • Fax 03 20 01 06 07

www.seton.fr

Demandez

notre catalogue,

IL EST GRATUIT !

FL_ENC-AQ4-FR_190x125.indd 1 Octobre-Novembre-Décembre 2012 – 18/10/2012 N°628 15:59:29 43


Logistique et manutention

Gestion de parc >

Norbert Dentressangle optimise la plateforme de Vatry

Logisticien des hypermarchés Cora, le groupe Norbert Dentressangle a déployé

sur la plateforme de Vatry des outils de contrôle d’accès et de gestion de parc afin

d’optimiser la prestation. Rencontre avec Pierre Taumort, directeur du site de Vatry.

carte, dans le cadre du service de gestion de parc

informatique FleetManager proposé par le fournisseur

de chariots. «Chaque cariste peut conduire

un chariot déterminé, dont il prend un grand soin,

explique-t-il. Point essentiel : la validité d’une carte

est liée directement à celle du CACES » (certificat

d'aptitude à la conduite en sécurité d’un cariste,

ndlr). Et de préciser que sur le site de Vatry, organisé

en binômes pour des périodes de travail de 2

x 8 heures, un appareil est utilisé par deux caristes.

Depuis l’an dernier, la nouvelle plate-forme logistique

de Norbert Dentressangle à Vatry (Marne) est entièrement

équipée par le fournisseur de chariots élévateurs

Still. Dédiée aux hypermarchés Cora, cette base de 55 000

m2 compte 12 000 m2 occupés par du gros électroménager

depuis le mois de mars 2011. « En avril, nous avons acquis

quatre chariots Still à pinces de technologie avancée : des

modèles RX60-25, se félicite Pierre Taumort, directeur du site

Norbert Dentressangle de Vatry. Les pinces sont munies de

capteurs volumétriques capables d’adapter la pression exercée

selon le type de machine à transporter ». Ces pinces intelligentes

capturent aussi bien des fours à micro-ondes que des

lave-linge à hublot gerbés en lots de 12, jusqu’à des hauteurs

de 5,5 mètres !

« Nous exploitons au total 55 matériels, dont 8 chariots à mât

rétractable FMX-14 dédiés à notre activité flux stockés, 13 préparateurs

de commande, 9 transpalettes à conducteur porté

EXU-S 22 et 24 ainsi que 12 préparateurs de commandes à

fourches courtes et levée ergonomique, expose Pierre Taumort.

Ces derniers permettent de lever une charge à hauteur

d’homme, afin de faciliter les opérations de picking. « Réduire

la pénibilité des caristes est une exigence dans notre métier. »

Un plébiscite pour le contrôle d’accès

Afin de responsabiliser les utilisateurs et de mieux contrôler

l’exploitation des matériels, Pierre Taumort a choisi d’équiper

l’ensemble du parc d’un système de contrôle d’accès par

Les caristes sont les premiers satisfaits du système

d’affectation. « Leur retour est clair : non seulement

ils se sentent responsabilisés, mais en plus, ils

affirment mieux s’approprier leur machine », affirment

le directeur et le responsable d’exploitation

Benoît Joseph. A l’exploitation, le journal des événements

de FleetManager permet de vérifier qu’un

cariste ne tourne pas avec une carte qui n’est pas

la sienne, et si nécessaire, de contrôler l’usage

d’un chariot heure par heure, en prélevant les données

de sa mémoire interne.

Baisse de 40% des coûts d’exploitation

Logiquement, la maintenance a ainsi pu être

réduite au minimum. « Les chiffres le prouvent,

constate M. Taumort, nous avons d’ores et déjà

réalisé l’objectif fixé pour 2011. Quant à l’immobilisation

des chariots, elle est quasi-nulle. Un technicien

de chez Still effectue un suivi journalier sur

notre site. Il faut reconnaître que la maintenance

préventive est pointue. »

Pierre Taumort se réjouit d’un partenariat efficace

avec son fournisseur. Outre l’électroménager, le

site stocke du textile, de l’outillage, et des produits

multimédia de haute valeur. « Notre activité est

très saisonnière, rythmée par des pics d’activité,

qui demandent 50% de chariots supplémentaires,

six mois par an. Nous exploitons alors plus de 75

matériels ».

Pierre Taumort souligne ici un aspect majeur de

son contrat : la réactivité du fournisseur, indispensable

pour satisfaire l’exigence de flexibilité

demandée par Cora. « Le forunisseur s’est engagé

– et cela fut l’un des points clés de notre partena-

44

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


iat – à nous fournir sous 24

heures des chariots en location

courte durée. A l’inverse,

lorsque l’activité retombe, le

forunisseur récupère rapidement

les chariots non utilisés.

Le contrat est parfaitement

rempli.»

Emporter l’adhésion

des hommes de terrain

« Grâce à la qualité des chariots,

l’anticipation des ressources,

et l’excellent niveau

de formation de nos caristes,

Pierre Taumort

nous avons, depuis trois mois,

enregistré zéro casse de marchandises

! » note pour sa part le directeur logistique. « Ce résultat

est crucial, car nous avons défini une charte, avec notre

client Cora, qui stipule le zéro défaut en entrée de magasin. »

Pierre Taumort l’affirme : la gestion de flotte participe activement

à sa propre qualité de service. « Le logiciel de gestion

FleetManager permet de responsabiliser les hommes et

d’améliorer la qualité d’exploitation des machines. Tout cela a

une incidence très nette sur les comportements, sur la sécurité

des caristes – qui engage ma propre responsabilité pénale - et

au final, sur notre qualité de service et la satisfaction client.

Le cercle est vertueux ! » Et de préciser un point essentiel :

la technologie, l’outil que représente FleetManager, demande

l’adhésion des hommes sur le terrain. « Nos chefs d’équipes

ont su passer le relais aux caristes, pour une exploitation optimale.

»

En toute transparence, Pierre Taumort estime le coût de Fleet-

Manager à 3% de son poste chariot. « Le retour sur investissement

a été réalisé en 4 à 5 mois », affirme-t-il.

F.P.

La plate-forme de Vatry

La plate-forme logistique Norbert Dentressangle de Vatry

a été conçue pour accompagner les activités de Cora. La

gamme de produits traitée sur la plate-forme recouvre les

produits textile, consommable auto, gros et petit multimédia,

outillage, petit électroménager, gros électroménager

et carte Cora pour leur distribution en France, dans les

DOM TOM, la Belgique, la Hongrie et la Roumanie. Cette

plate-forme est conforme aux principes du développement

durable.

La société a en effet réalisé ce bâtiment en y intégrant un

maximum de qualités environnementales : charpente en

bois lamellé collé, éclairage naturel important, panneaux

solaires, cellules photovoltaïques, récupération des eaux

pluviales pour les sanitaires…

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

45


Méthode

Management des équipes >

Le nouveau rôle du manager de proximité

Fonction longtemps contestée au sein des équipes, dévalorisée aux yeux mêmes

de la hiérarchie, la maîtrise se voit aujourd’hui réhabilité mais ce management de

proximité renouvelé exige des compétences très spécifiques.

Dans un univers industriel de plus en plus compétitif et

exigeant, la place et la fonction des différentes strates

managériales a fortement évolué. La structuration des

entreprises est aujourd’hui de plus en plus pointue avec, par

exemple, la mise en place de méthodes issues du Lean, qui

tendent à se généraliser dans des entreprises de toutes tailles.

De ce fait, les managers voient leurs contributions se transformer.

Ainsi, le manager de proximité qui souvent n’était qu’un chainon

parfois peu utile parce que mal (ou pas) formé,parfois

même sous-estimé voire délégitimé par sa hiérarchie, devient

aujourd’hui un manager à part entière avec des prérogatives

qu’il n’avait pas auparavant : son hiérarchique direct est pris

par la mise à jour d’indicateurs en tout genre, la mise en place

de nouvelles méthodes de travail, le reporting permanent envers

sa propre hiérarchie, les réunions de travail diverses, etc.

tellement qu’il ne peut plus être sur le terrain comme avant et

qu’il doit donc envisager sa mission de manager comme une

mission beaucoup plus stratégique qu’elle ne l’était jusqu’à

maintenant.

Cela amène le manager de proximité à devoir faire preuve de

beaucoup plus d’exigence en matière de gestion des personnes

et du travail, mais aussi en matière de communication, ascendante,

descendante et même latérale, puisque les équipes ne

doivent plus être en compétition les unes avec les autres, mais

dans une complémentarité participative. Et pour que ces exigences

accrues soient respectées, il devient primordial que le

manager de proximité ait une personnalité et un caractère faits

pour conduire une équipe.

Un véritable manager

Le hiatus le plus flagrant, qui malheureusement perdure encore

de nos jours, est de rencontrer des personnes promues manager

alors qu’elles n’en n’ont pas l’étoffe (et parfois pas même

l’envie). Le schéma type de ce genre de promotion est de croire

que le technicien d’excellence donnera nécessairement un manager

adéquat. C’est aussi absurde que de croire que le plus

doué des pianistes pourra devenir ne serait-ce qu’un bon chef

d’orchestre.

Cette confusion est issue du management paternaliste de nos

grands-pères où le manager devait tout « bêtement » faire appliquer

des ordres venus d’en haut, de manière militaire, sans

réfléchir et sans qu’il y ait une quelconque résistance de la part

des ouvriers. La tâche est aujourd’hui nettement plus ardue,

voire parfois périlleuse : le manager ne donne plus d’ordres,

mais des directives ; il n’exige plus systématiquement, il négocie,

il influence ; il ne flique plus, il fait du contrôle positif ; il

n’enguirlande plus, il réprimande de façon factuelle, et en plus

il doit aussi savoir féliciter, encourager ses collaborateurs à bon

escient ; il ne fait plus tout le travail par lui-même (surtout le

travail que les employés rechignent à faire), il délègue, il distribue

les tâches ; il ne résout plus les problèmes, il les fait

résoudre par les employés, parfois en les accompagnant ; il ne

baisse plus les yeux pour ne rien voir quand un désaccord ou

un conflit éclate, il gère les différents, il « tue les conflits dans

l’œuf » parfois.

Et en plus de tout cela, s’il travaillait auparavant dans l’équipe

en tant qu’ouvrier, il doit aussi faire face aux remarques désobligeantes,

aux tentatives de récupération de ses anciens pairs,

voire à l’intimidation de certains, la culpabilisation d’autres et en

plus de tout cela il doit gérer le trouble de ne pas savoir à quel

monde il appartient : le monde de la productivité, ou le monde

de la maîtrise ?

Biblio

Bertrand Dusehu-Becker

L’encadrement de premier niveau

Les « contremaîtres » d’antan que l'on taxait parfois

de "petits chefs" sont aujourd'hui au cœur de la performance

de l'entreprise. Hommes et femmes de terrains,

à la fois gestionnaires et encadrants, ils constituent la

courroie de transmission entre la direction et les salariés.

En première ligne pour faire partager les objectifs

de l'organisation mais aussi contrôler, évaluer, motiver

les collaborateurs et faire accepter le changement, leur

rôle est loin d'être évident car ils doivent concilier cette

mission de management avec leur propre contribution à

l'activité de l'entreprise. Fort de ce constat issu de son

expérience au côté de managers de premier niveau,

l'auteur propose une vision nouvelle du management

de proximité. Il explique comment accompagner ces

encadrants pour leur permettre de révéler et exercer

leur leadership tout en gagnant en autonomie et en responsabilité.

« Le manager de proximité. Au cœur de la performance

de l'entreprise », Bertrand Duséhu, GERESO Édition,

162 pages, 2012.

46

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Méthode

Retour d’expérience >

Le Lean dans la pratique

Optimiser l'efficacité de son système de production tout en améliorant les conditions

de travail des équipes au quotidien, notamment en renforçant la prévention

des troubles musculo-squelettiques : un défi relevé par les pécialiste français du

modulaire aluminium.

Dès son arrivée au poste de dirigeant,

il y a un peu plus d'un an,

dans le groupe elcom, Eric Vergne

a clairement annoncé son projet de développement

: s'appuyer sur les savoir-faire

existant et s'engager dans une démarche

de Lean avec pour objectifs d’augmenter

la productivité tout en améliorant la qualité

des produits mais également la sécurité

et le bien-être des collaborateurs.

Objectif visé tant en interne que pour

les clients. Depuis plus d'un an, elcom a

ainsi lancé un plan d'amélioration continue.

La démarche a permis à l’entreprise

et à ses collaborateurs de progresser,

et reflète pleinement la volonté d'elcom

d'être une entreprise innovante et dynamique,

comme le commente M. Vergne.

« Nous souhaitons approfondir et continuer

à convaincre nos clients de notre

fiabilité que ce soit par nos produits, nos

services ou encore notre organisation »

rappelle Eric Vergne, grand promoteur

de la démarche. « Flexible et réactif, tel

est le leitmotiv d'elcom. »

En parfait adéquation avec la philosophie

interne de la société, elcom propose

désormais une gamme de profilé tubulaire

appelée D30. Associée aux autres

gammes de produits - des profilés au

poste de travail ergonomique, en passant

par des convoyeurs ou encore

des systèmes de transfert modulaires à

palette, ces applications répondent aux

nombreuses problématiques de flux rencontrées

par les entreprises, tout en apportant

une touche d'esthétisme unique

sur le marché. Enrichie régulièrement

par des nouveautés, les possibilités sont

illimitées en termes de modularité industrielle.

Transfert de compétences Lean

Recruté par M. Vergne en tant que responsable

Lean, Matveï Gaschet (25 ans)

est un ancien élève de l’INSAD Lyon en

génie électrique et a suivi en complément

le master de formation animateur démarche

Lean. Outre la formation et l’animation

du Lean, Matveï est responsable

de la gamme de produits tubulaires D30

et des poste de travail ergonomiques. Il

explique que les produits proposés par

elcom impactent directement la qualité

de la production car ils constituent un

rouage essentiel de la fluidité des flux de

matière et de produits tout au long de la

chaîne de fabrication ou de montage sur

un site industriel.

Appliquer le Lean dans le montage de

ces équipements parfaitement modulaires

permet d’optimiser « la chasse

aux gaspi » et d’optimiser les flux et les

charges. La mise en œuvre du Lean dans

l’installation des structures de convoyage

permet ainsi d’optimiser l’ergonomie

d’ensemble des postes de travail, et de

réduire les mouvements des opérateurs

(gestes inutiles ou incommodes susceptibles

de provoquer des TMS). C’est cette

expertise Lean qu’elcom est désormais

en mesure de transmettre à travers son

offre produits. Récemment, elcom est intervenu

chez JTEKT Automotive pour différentes

applications Lean, comme des

nouveaux systèmes Karakuri ou des étagères

dynamiques. « Le système Karakuri

permet de déplacer des produits sur

plusieurs dizaines de mètres, avec des

virages à 90°, sans intervention humaine,

Prestataire

ni besoin d'énergie si ce n'est la gravité »

explique Matveï Gaschet, responsable

Lean chez elcom. « Dans le Lean, on favorise

le rond-point vis-à-vis du feu tricolore.

Le rond-point n'est jamais en panne,

les utilisateurs l'approchent plus prudemment

et les accidents sont moins graves.

Le Karakuri est une application qui reflète

parfaitement cette philosophie ».

Retour d’expérience

« Chez JTEKT Automotive, à Irigny, poursuit-il,

nous avons accompagné notre

client de la définition à la réalisation de

la structure en tubes D30. Le plus intéressant

a été la phase d'assemblage où

nous avons formé des techniciens de

chez JTEKT à l'utilisation de nos produits.

Au cours du montage, il est apparu

un besoin de faire évoluer l'étagère dynamique.

A ce moment-là, les techniciens

étaient un peu désabusés et démotivés.

Ils ont été étonnés de la rapidité et la

simplicité avec laquelle nous avons pu,

ensemble, modifier la structure afin de

répondre aux nouvelles contraintes. Malgré

ces modifications, nous avons tenu

les délais sans aucun problème et toutes

les parties prenantes du projet étaient

ravies. »

Partenaire exclusif du fabricant allemand « item », elcom est riche de plus de 25 ans

d'expérience dans la distribution et l’installation des solutions modulaires pour l'industrialisation.

Son approche offre une liberté totale de conception avec une gamme

unique de profilés aluminium et d'accessoires. Le nouveau dirigeant Eric Vergne est

résolu à mettre en œuvre des méthodes associant satisfaction de la clientèle et bienêtre

au travail de ses 80 collaborateurs.

Dans la logique « Lean » qui s'appuie sur la souplesse et la réactivité, elcom a mis

en place plusieurs niveaux de services proposés à ses clients : un site internet dédié

aux problématiques Lean (lean.elcom.fr), un outil de configuration en ligne de poste de

travail ergonomique, la réalisation sur site de structures Lean étudiées préalablement

en bureau d'étude, la formation depuis la conception jusqu'à la réalisation de structure

optimisant les flux, une garantie d’expédition des produits standards sous 24h depuis

l'un des trois sites français (deux sites à Bourgoin-Jallieu et un site francilien).

F. P.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

47


MAINTENANCE

PRODUCTION

TECHNIQUES

INDUSTRIELLES

MANAGEMENT

OPERATIONNEL

MAITRISE

DES ENERGIES

Partenaire de vos formations industrielles depuis 30 ans

Management & Organisation,

Méthodologie & Techniques, Gestion technico-économique,

Méthodes & Outils analytiques,

Stocks, Contrat, Facilities & Immobilier,

Sécurité dans les interventions de Maintenance,

Maintenance dans les établissements de santé,

Cycles de formation associés à des certifications (Responsables, Techniciens & Méthodes Maintenance).

Conduite & Réglage des équipements,

Pré-diagnostic & Méthodologie d’intervention,

Méthodes & outils de la performance (TPM, 5S, Lean, Six Sigma...)

Achats de production, Indicateurs & Tableaux de bord,

Sécurité en production.

Automatismes/Supervision/Réseaux, Informatique appliquée,

Electrotechnique/Variation de vitesse, Régulation/Instrumentation,

Mécanique, Oléohydraulique, Pneumatique, Pompes/Vide,

Froid/Climatisation, Evaluations et délivrance d’attestations d’aptitude.

Soudage.

Management de proximité, Gestion de projets,

Transfert de compétences, Communication,

Résolution de problème ...

Réduction des consommations d’ énergies,

Efficacité énergétique,

Gestion Technique des Bâtiments...

www.cimi.fr

CIMI - 8 rue de l’Azin - 41018 BLOIS CEDEX

02 54 74 65 15 ventes@cimi.fr

5 plateaux industriels

6000 m 2 de locaux techniques

1,5 M€ de matériel

Parcours de formation adaptés

à chaque niveau et besoin

50 à 75 %

de pratique

Pédagogie éprouvée &

formateurs expérimentés

Ingéniérie de formation, Conseil

Formations/action Interentreprises (+ de 220 stages) &

Intra-entreprise sur mesure

Evaluations de compétences

Programme de diffusion technologique.

ESPACE SANTÉ / ENVIRONNEMENT

Ici se joue

La Santé de vos Salariés

Risques Professionnels / Risques Environnementaux

Santé / Bien-être Au Travail

n o u v e a u

4-7 décembre 2012 - Pavillon 7.2

www.expoprotection.com

Contact : Juliette Bonk

juliette.bonk@expoprotection.com

48

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


ance Tertiaire

Sécurité incendie p.57

Comment Arte TV

sécurise ses installations

Sommaire

Actus..........................................................................50

Planon Site Alfa, un an après....................................52

La directive pour l’efficacité énergétique.....................53

Expérience p.60

Une problématique HQE

La fonction éclairage

• La RT 2012 dans le tertiaire...................................54

• Eclairage, GTB et économie d’énergie..................55

L’exploitation du bâtiment HQE...................................62

Maîtriser la qualité de l’air intérieur..............................64

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Maintenance Tertiaire

actus

Multiservice et FM >

Denis Szkobel, nouveau

président du SYPEMI

Al'occasion de son assemblée générale le 21 septembre ,

le SYPEMI (Syndicat Professionnel des Entreprises de

Multiservice immobilier et de FM) a élu Denis Szkobel à

sa présidence. Déjà très impliqué dans les activités du SYPEMI,

il succède à Philippe Chey pour un mandat de 3 ans. Après dix

ans chez France Télécom (maîtrise d’ouvrage), Denis Szkobel

(52 ans) a rejoint Bouygues Construction en 1994 comme

directeur de l'activité maintenance. Il est aujourd'hui directeur

du développement et du marketing d'Exprimm, la filiale du

pôle énergies et services. Le SYPEMI regroupe 20 entreprises

et 20 000 salariés exerçant des activités liées aux service, à

la maintenance, à la gestion technique et administrative d'ensemble

immobiliers.

Performance énergétique >

Le SYPIM nouveau

syndicat du pilotage

et de la mesure

Le SYPIM, Syndicat du Pilotage et de la Mesure de la Performance

Energétique, membre de FEDENE, regroupe

les opérateurs d'efficacité énergétique qui ont développé

une ingénierie spécialisée dans le pilotage intelligent des installations

du bâtiment et le management de l'énergie. Leurs technologies

permettent de mesurer et vérifier les consommations

et les économies d'énergies réalisées notamment à travers le

Contrat de Performance Energétique (CPE), axe prioritaire de la

FEDENE. Les engagements de résultats, assortis d'indemnisation

par l'opérateur en cas de non-respect, impliquent une méthode

normalisée et transparente de mesure de la consommation.

Présidé par Olivier Salvat, le SYPIM (anciennement S2TI)

vient déjà de publier un guide relatif aux principes d'un Plan de

Mesure et Vérification (PMV) de la performance énergétique.

Multiservice Multitechnique >

La famille Julien

reprend 100% d’Atalian

Le groupe Atalian avait ouvert son capital, en 2009, à Marceau

Capital, à hauteur de 8.22%. Franck Julien, Président

du Directoire et Jean-Pierre Julien, Président du Conseil

de Surveillance, détenteurs de 92% du capital du groupe, ont

annoncé la reprise de la totalité des parts détenues par Marceau

Capital. Marceau Capital avait alors souscrit à l’augmentation de

capital dans le cadre des rachats de Veolia Propreté Nettoyage

et Multiservices (VPNM), et d’Eurogem, filiale du groupe Icade.

Normalisation >

L’élargissement de la

certification BREEAM

à l’international

Après l’annonce récente de l’élargissement à l’international

de la certification HQE portée par Certivea, c’est

le système d’origine britannique BREEAM qui souhaite

également se élargir son audience en dehors du Royaume Uni.

Destinée aux bâtiments existants, la certification « BREEAM In-

Use » a pour but d’aider les gestionnaires d'immeubles à réduire

les coûts de fonctionnement et à améliorer la performance environnementale.

Visant les groupes multinationaux, elle permettra

ainsi à l’ensemble des bâtiments d’un parc immobilier international

de s’aligner sur les mêmes standards de performances en

menant une démarche RSE cohérente partout dans le monde.

Soutenue par Bureau Veritas, la certification est déjà disponible

en France. http://www.breeam.org/

Contrat PPP >

38 % d'économie d'énergie

SPIE Sud-Est a signé un partenariat public-privé pour

l’éclairage avec la ville de Chasse-sur-Rhône. D'une durée

de 15 ans et d'un montant de 4,365 millions d'euros,

ce contrat porte sur le renouvellement et l'entretien de l'éclairage

de la commune, la mise en lumière de son patrimoine et les

illuminations festives. 90 % des installations seront remplacées

50

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


actus

dont 70 % des armoires, mâts et points lumineux les deux premières

années. Au fil des années, 210 points lumineux seront

ajoutés aux 1 622 existants. De nombreux luminaires à LED

de faibles consommations seront également mis en place. En

éclairant juste et en éclairant mieux, SPIE Sud-Est s'engage

sur une économie d'énergie de 38% au terme du contrat dont

une grande partie sera obtenue dès la seconde année, à la fin

des travaux de reconstruction. Parmi les autres garanties, un

taux de panne des points lumineux inférieur à 2 % par an et un

temps d'intervention allant d'1 heure à 24 heures selon le type

de dysfonctionnement.

Economie verte >

Testez vos

connaissances

SPIE propose une application permettant de tester son

niveau de connaissance dans le domaine de l’économie

verte qui prend en compte la rareté des ressources

naturelles et les enjeux liés aux changements climatiques. Initialement

distribué aux 30 000 collaborateurs du groupe avec

le magazine interne à l’occasion du déploiement de son projet

d’entreprise « SPIE, acteur de l’économie verte », le jeu

MyGreenSPIE se présente sous forme d’une application mobile

et d’une page Facebook dédiée. Disponible gratuitement

en cinq langues sur les plateformes App Store, Android market,

BlackBerry World ainsi que sur Facebook, cet outil ludique

de sensibilisation à l’économie verte vous permettra d’évaluer

votre niveau en économie verte, Mini Green, Smart Green ou

Green Master…

Protocole du bâtiment >

Rexel rejoint

l’association KNX

Rexel France a signé son adhésion à l’association KNX

France, le standard ouvert pour toutes les applications

domotiques et immotiques. Il s’agit du premier distributeur

professionnel à rejoindre l’association. Rexel s’engage

ainsi à promouvoir auprès des installateurs et électriciens ce

protocole qui permet la communication et l’interopérabilité

entre marques différentes et se positionne comme intégrateur

de solutions. .

Maintenance Tertiaire

Contrat de performance énergétique >

Le guide de FEDENE

FEDENE (Fédération des services énergie environnement) publie le guide « Les éléments

essentiels du Contrat de Performance Energétique appliqué aux bâtiments ».

Destiné aux maîtres d'ouvrage publics et privés, aux maître d'œuvre, entreprises de

bâtiment, opérateurs d'efficacité énergétique, ce guide a vocation à accompagner l'ensemble

des parties prenantes dans la rédaction et le suivi d'un Contrat de Performance Energétique.

Depuis plusieurs années, les entreprises membres de FEDENE proposent des contrats de

performance énergétique (CPE) à leurs clients soucieux d'aller vers une optimisation et une

diminution de leur consommation d'énergie. Ces contrats garantissent une amélioration de

l'efficacité énergétique d'un bâtiment, mesurée et vérifiée, dans la durée. Il s'agit d'un contrat

engageant, puisque le prestataire devra verser une indemnisation si l'amélioration de la

performance énergétique n'est pas atteinte. Consciente que ce type de contrat représente

un enjeu majeur pour la transition écologique, Fedene a fait de la promotion du CPE un axe

prioritaire. (Le guide est téléchargeable à l'adresse : http://crea.seitosei.biz/fedene_essentiels_cpe/).

Veille réglementaire pour le bâtiment

AFNOR et Le Moniteur créent un service d’information en ligne rassemblant les textes

réglementaires (codes, décrets, arrêtés…), toutes les normes et leur analyse. Kheox

concerne tous types de bâtiments (écoles, hôtels, hôpitaux…), toutes les techniques

de construction (gros œuvre, second œuvre, urbanisme…), de la conception à l’entretien

(réhabilitation, gestion, conception, maintenance…). Cette solution en ligne, mise à jour en

continu, permet de respecter les dernières exigences réglementaires, d’assurer une mise en

œuvre fidèle aux règles de l’art, d’être en conformité avec les normes et d’évaluer parfaitement

la faisabilité de tout type de projet. Pas moins de 2 500 textes officiels, 1 300 normes

dont des NF DTU, Eurocodes, règles de calcul, 5 classeurs à mises à jour, 30 ouvrages et

articles issus des revues du groupe Moniteur sont déjà accessibles ( www.kheox.fr est disponible

sur abonnement à partir de 1 660 €/an pour deux accès simultanés).

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

51


Maintenance Tertiaire

actus

Certification HQE >

Certivéa sans frontières

Certivéa a lancé la certification HQE à l’international pour

les bâtiments non résidentielsen juin dernier à Bruxellesen

présence notamment d’Evelyne Huytebroeck, Ministre

bruxelloise de l’Environnement, de l’énergie et de la rénovation

urbaine. Depuis sa création en 2006, Certivéa est devenu

le référent sur le marché français en matière de certification des

bâtiments non résidentiels : plus de 1 000 opérations, représentant

13 millions de m², sont ainsi aujourd’hui certifiées HQE. Dix

opérations sont également certifiées par Certivéa en Belgique,

au Luxembourg, en Italie, en Algérie auxquelles il faut ajouter 30

opérations certifiées par la FCAV, partenaire brésilien.

Un référentiel générique a été spécifiquement conçu pour

s’adapter aux contraintes et spécificités de chaque pays(zone

climatique, réglementation, habitudes de construction, systèmes

d’organisation…) et permettant d’utiliser des principes d’équivalences.

La certification a également été expérimentée via des

projets tests et opérations pilotes menés à la fois au Royaume-

Uni, au Maroc, en Allemagne, au Luxembourg, en Belgique et

en Italie. Les performances des bâtiments sont valorisées par

un certificat indiquant le niveau global atteint, Pass, Bon, Très

bon, Excellent et Exceptionnel.

Toujours en avance sur les règlementations à venir, l’approche

de Certivéa repose sur des fondements scientifiques et techniques

solides et sur un long travail de concertation et de retours

d’expérience avec les professionnels de la construction et

de l’immobilier. Une adaptation à tous les projets et une liberté

d’innovation : la certification est basée sur une approche contextuelle

où le maître d’ouvrage peut choisir ses objectifs de performance

en fonction de chaque projet. Elle lui donne aussi la

possibilité de bénéficier d’une totale autonomie dans le choix de

ses process, de ses matériaux, et de ses solutions architecturales

et techniques.

Auditeurs indépendants et impartiaux

Les performances des bâtiments sont vérifiées par des auditeurs

indépendants et impartiaux. La mise en œuvre du système

de management et les réunions d’audit sont des moments

d’échanges où tous les acteurs sont fédérés autour des mêmes

objectifs de chaque opération.

Ce système permet aussi d’avoir une certification avec le plus

haut niveau de confiance, reconnu par les normes internationales

ISO. Des professionnels Référents, qualifiés par Certivéa

pour leur maîtrise du référentiel de la certification peuvent

conseiller le demandeur et le faire bénéficier d'un dispositif allégé

et économique.

La certification HQE se veut ainsi l’assurance d’une valeur patrimoniale

élevée et maintenue dans le temps, plus d’opportunités

de louer ou revendre les surfaces, une moindre dépendance

face au coût de l’énergie et la possibilité d’améliorer son image

de marque. La certification a mis la santé et le confort au cœur

de son offre, permettant de proposer des bâtiments qui assurent

un confort maximum aux occupants et évitant ainsi les risques

sanitaires.

Planon Site Alpha un an après

Alors que Site Alpha réunit ses clients et utilisateurs

lors de sa traditionnelle Master Class d’octobre, nous

avons rencontré Johan Van Nimmen, General Manager

Planon Belgique, France et Luxembourg.

Quel bilan faites-vous de l’intégration

de Site Alpha au sein du groupe Planon ?

Johan Van Nimmen. Le bilan est

très positif pour fêter la première

année d’intégration de Planon

Site Alpha au groupe Planon.

L’intégration dans le groupe Planon

ne s’est pas faite sans mal

mais le chiffre d’affaires réalisé

cette année est de bon augure

pour la suite, avec un CA de 5,5

millions d’euros en France, soit

une croissance de 25% de 2011 à 2012. L’acquisition

a été bénéfique pour Planon sur le marché français

grâce à la présence de SamFM en tant que leader

pour la GMAO.

Les équipes ont été renforcées - développeurs, commercial,

marketing -, ces renforts ayant entraîné

un déménagement. La rencontre culturelle entre le

groupe hollandais et l’équipe française s’est traduite

par une bonne synergie propre à répondre à l’énorme

potentiel du groupe en France.

Quelle évolution dans votre stratégie

produits et marchés ?

J. V. N. Avec la gamme Planon Accelerator nous

étions absent des marchés publics en France, sauf

dans les PPP avec nos partenaires. Or, dans les marchés

matures, le groupe Planon réalise 30 à 50% de

son CA sur ce secteur. Mais nous espérons désormais,

grâce à la puissance de l’équipe Planon Site

Alpha, renforcer cette présence.

Notre clientèle, dont une partie est commune, nous

est restée fidèle. Le support d’un grand groupe tel

que Planon a permis la signature de partenariats importants

(EDF, BNPP REPM).

Nous avons identifié qu’environ 70% du CA réalisé

en France l’était grâce à nos principaux partenaires

et revendeurs, mainteneurs et prestataires multitechniques,

ces derniers utilisant souvent nos deux

gammes de produits complémentaires.

Et vos perspectives pour 2013 ?

J. V. N. Notre priorité pour le groupe passe par la croissance

externe en Amérique du Nord et, en France, la

poursuite de l’intégration de Site Alpha. Pour 2013-

2016, nous nous fixons des objectifs de croissance

importants, avec la volonté de doubler le CA d’ici 3 à

4 ans. Nous prévoyons de lancer des produits innovants

notamment autour des solutions mobiles et des

applications. La réalisation de ces objectifs ambitieux

passera par la croissance des équipes.

52

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


actus

Directive européenne >

L'efficacité énergétique

pour un avenir durable

20% de l'énergie consommée dans les bâtiments européens est gaspillée, en grande partie à cause d’une

maintenance insuffisante… Les propositions de l’association européenne pour la régulation, représentée

en France par ACR.

La question clé pour l'Union Européenne est aujourd'hui de

s'assurer que les investissements sont rentables, qu'ils

n'affectent pas les finances publiques et qu'ils génèrent

de la croissance. Le déploiement de moyens qui garantissent

un retour sur investissement et qui garantissent en même

temps l’amélioration de la vie des citoyens est donc essentiel.

Ce sont exactement les objectifs de l'efficacité énergétique et

c’est pourquoi il nous faut une Directive ambitieuse sur l'efficacité

énergétique. Il est important de concilier l'objectif de la Directive,

à savoir l’amélioration de l'efficacité énergétique, avec

comme ambition à long terme pour l'UE sa croissance durable.

«L'efficacité énergétique est fondamentalement un moyen

d'améliorer l'efficience de l‘activité industrielle. « La question

clé de la Directive devrait donc être combien nous tenons à

gagner, plutôt que combien nous sommes prêts à dépenser »,

conclut Jean-Yves Blanc, président d’eu.bac (European Building

Automation and Controls Association - Association européenne

pour la régulation et la GTB).

Nous savons que l'UE risque de passer à côté de son objectif

concernant l'efficacité énergétique pour 2020 : à l'heure

actuelle, l'UE est à la traîne à seulement 9%. Outre le fait que

des économies d’énergie ne seront pas réalisées, cela signifie

également que nous passerons à côté d’opportunités de création

de plus de 400.000 emplois verts. Et nous allons maintenir

une dépense des capitaux de l'UE due aux importations

d'énergie, qui l'année dernière s'élevait à environ 400 milliards

d'euros. Nous savons aussi que même si les États membres

se prévalent de la Directive, compte-tenu de la crise financière

actuelle, les capitales sont frileuses à l’idée de signer un quelconque

accord ayant une implication financière.

Cinq points clés

pour une Directive efficiente

1. Une feuille de route à long terme englobant

la rénovation des bâtiments publics, tertiaires et

résidentiels. Parce que seule une stratégie cohérente

à long terme, sous la forme d'une feuille

de route de rénovation du bâtiment, permettra de

garantir la croissance du marché qui sera bénéfique

à tous.

2. Un ensemble harmonisé de politiques ayant

pour objectifs que les bâtiments soient prêts

pour les réseaux intelligents. Parce que, vous

avez besoin de garantir un réel focus sur la demande,

pour que les clients finaux deviennent

des utilisateurs actifs et pour optimiser les économies

d'énergie. Les compteurs intelligents ne

deviennent intelligents que s’ils sont liés à la

régulation et à la GTB.

3. Une définition plus claire des contrats de performance

énergétique (CPE) et des Entreprises

de Services Energétiques (ESCO) ainsi que

des mesures fortes afin de promouvoir leur utilisation.

Parce que des définitions précises sont

nécessaires pour les termes clés pour assurer

la cohérence et la confiance dans le modèle des

CPE.

Maintenance Tertiaire

Selon Frédéric Melchior, Directeur des relations gouvernementales

d’eu.bac, «environ 20% de l'énergie consommée dans

les bâtiments européens est gaspillée, principalement à cause

d’une maintenance insuffisante, d’un manque de mesures basiques

pour l’efficacité énergétique, et d’un faible intérêt pour

l’efficacité énergétique de la part des occupants. Ces déchets

représentent un coût d'environ 270 milliards d'euros chaque

année, un chiffre qui est appelé à augmenter de 53% d'ici 2030

si aucune mesure n'est prise pour y mettre fin. »

Nous sommes maintenant à une étape cruciale dans les négociations

: les États membres ont donné à la Présidence danoise

un mandat pour négocier avec le Parlement européen et avec

la Commission européenne. eu.bac a développé cinq points

clés qui permettront d’augmenter de manière significative le niveau

d'ambition de la Directive sans engendrer de coûts directs

ou associés. Ils contribueront tous, s’ils sont mis en place, à

ouvrir la voie à une énergie plus efficiente en Europe, qui sera

prête à affronter l'avenir.

4. Une plus grande reconnaissance de la nécessité

de combiner les audits énergétiques avec les

systèmes de gestion de l'énergie. Parce que les

normes européennes et internationales existent

déjà pour les systèmes de gestion de l'énergie,

les entreprises devraient donc être libres de pouvoir

les utiliser, selon leur préférence. La flexibilité

est essentielle et va encourager leur adoption.

5. Une analyse entière du cycle de vie lorsque

les organismes publics achètent des produits,

systèmes, services et bâtiments. Parce que

mettre l'accent sur l'ensemble du cycle de vie

des investissements encouragera l'adoption de

solutions économes en énergie qui seront aussi

rentables à moyen ou long terme.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

53


Maintenance Tertiaire

Eclairage

La RT 2012 dans les bâtiments tertiaires >

L’éclairage premier poste de consommation

Le décret et l’arrêté introduisant la Réglementation thermique 2012 pour les immeubles de bureaux et d’enseignement

sont entrés en vigueur depuis octobre 2011. L’administration considère que l’éclairage devient

le premier usage de l’énergie dans ces bâtiments tertiaires.

Si l’orientation et l’isolation des bâtiments sont réalisées

en respectant la RT, le besoin de chauffage et de climatisation

s’en retrouve d’autant diminué et l’éclairage

devient ainsi le premier poste de consommations. Les enjeux

sont donc tels que la profession souhaite proposer à l’ensemble

de la filière bâtiment quelques principes qui devraient permettre

de mieux décoder la RT 2012 et d’éviter les contre références.

donc encore la RT 2005 qui s’applique pour tous ces bâtiments.

La RT 2012 exige que les concepteurs du bâtiment recherchent

les meilleurs moyens de profiter des ressources naturelles gratuites,

en particulier la lumière du jour. Cette prédisposition du

bâtiment, avant même d’aborder la question des équipements

techniques qui y seront installés pour le chauffage, ou l’éclairage,

s’appelle le « Bbio ».

Rappelons tout d’abord les principes généraux. La RT 2012

ne concerne que les bâtiments neufs et ne s’applique encore

qu’aux immeubles de bureaux, d’enseignement ou d’accueil de

la petite enfance. La règlementation pour les autres bâtiments

non résidentiels (commerces, bâtiments industriels, musées,

équipements sportifs ou culturels, etc.) n’est pas publiée. C’est

Obligation de résultats, liberté de moyens

La RT 2012 impose une exigence de consommation globale,

pour les espaces chauffés, et pour les seuls 5 usages suivants

: éclairage, chauffage, climatisation-refroidissement, eau

chaude sanitaire et auxiliaires liés aux usages thermiques. Les

consommations des ascenseurs ainsi que des espaces éclairés

mais non chauffés (parkings, certaines parties communes) sont

exclues du calcul. Comme pour la RT 2005, ces espaces sont

traités directement dans l’arrêté, avec des exigences renforcées

d’automatismes pour la prise en compte de la présence des personnes

et des apports gratuits de lumière du jour.

Le modèle de calcul réglementaire THB CE contient également

des exclusions, comme celle des consommations de l’éclairage

de mise en valeur des objets. L’exigence de base annoncée de

50 kWh d’énergie primaire par an et par m² est en fait variable

selon les types de bâtiments, la région, l’altitude, et parfois la

surface. Il n’y a aucune exigence de consommation annuelle

spécifique à l’éclairage ou à un autre des usages.

La RT 2012 n’impose pas de limite de puissance électrique

installée (watts par mètre carré), seules comptent les consommations

d’énergie annuelles globales des 5 usages. Mais elle

impose un comptage des consommations pour l’éclairage et un

affichage pour que l’utilisateur puisse se rendre compte de ses

éventuels excès de consommations.

F. P.

* Décret no 2010-1269 du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques

thermiques et à la performance énergétique des constructions (JORF

du 27 octobre 2010)

** Arrêté du 26 octobre 2010 relatif aux caractéristiques thermiques et

aux exigences de performance énergétique des bâtiments nouveaux et

des parties nouvelles de bâtiments (JORF du 27 octobre 2010)

54

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Eclairage

Cluster Lumière >

La GTB et l’optimisation de l’éclairage

Le Cluster Lumière et le Cluster Rhône-Alpes Eco-énergies ont réuni le 6 mars dernier à Lyon six experts

pour faire le point sur les enjeux et méthodes de la GTB. Le débat était animé par Georges Delorme, Président

de PISEO, plateforme d’innovation pour la filière industrielle de l’éclairage.

Le Bastien Faure-Brac, directeur Energie Climat au sein

du bureau d‘études FGE (ingénierie et conseil en matière

d'énergie et d'environnement), a décrit le cadre réglementaire

et normatif qui concerne la maîtrise de l’énergie, soit

le Grenelle de l’Environnement et la RT 2012 ainsi que les

normes EN 15232 et EN 15500. Il a insisté sur la dimension

d’outil de pilotage de la GTB, un outil devenant indispensable à

l’exploitant pour contrôler les systèmes énergétiques en place :

« C’est un outil formidable qui valide la conception et la réalisation

d’un bâtiment et permet de comprendre les comportement

des occupants. Mais il ne se substitue en aucun cas aux comportements

écologiques, de même qu’il ne corrige pas tous les

défauts de conception d’un immeuble. »

Le spécialiste a décrit cette piscine publique en montagne,

consommant chaque année 1500 MWh, gérée par un gestionnaire

présent sur le site en permanence. La GTB a permis de

réduire de plus de 30 % la consommation d'énergie du bâtiment.

Dans ce cas précis, le bon fonctionnement énergétique

des systèmes est lié au facteur humain. La GTB apparaît alors

bien comme un outil, qu’il revient à l’usager d’utiliser au mieux.

« Il est donc indispensable qu’un pilote formé au fonctionnement

du bâtiment soit en place dès que les économies d'énergie

engendrées permettent de financer son poste, cela bien sûr

à partir d’un certaine taille critique », souligne Bastien Faure-

Brac.

Steeve Gallien d’Inovalia a présenté le système de GTB d’un

bâtiment à énergie passive de dix logements collectifs HLM,

dans le Grand Lyon, et d’une villa labellisée BBC (bâtiment à

basse consommation) dans le Gers. Une offre modulaire et

En bref

Créé en 2008 à l'initiative de l’ENTPE, de Philips, de

Sonepar, de CDO et de la Chambre de Commerce

et d'Industrie de Lyon, le Cluster Lumière rassemble

120 adhérents dont une majorité de PME. La filière se

constitue de fabricants de modules d'éclairage, de laboratoires

et de centres techniques, de bureaux d'étude et

d’architectes, de concepteurs éclairagistes, de maîtres

d'œuvre, d’installateurs et de distributeurs.

Cluster Rhône-Alpes Éco-énergies fédère plus de 800

acteurs privés et publics (dont 230 membres) qui souhaitent

contribuer au développement des filières de la

maîtrise de l'énergie et des énergies renouvelables en

Rhône-Alpes (www.ecoenergies-cluster.fr).

packagée assure la production et la distribution du chauffage

et de l’eau chaude sanitaire. Evolutif, le procédé peut recevoir

un module solaire...

Jean-François Fister, de la société Louss, créateur de lumière

LED, a présenté le dispositif mis en place dans le nouveau site

d’une entreprise de la région de Dijon, Best Electronique, qui a

mis en place un éclairage 100% LED pour l’ensemble du site,

atelier, bureaux et stockage.

Il a évoqué l’éclairage de trois halls de stockage d'une surface

totale d'environ 15 400 m² par des luminaires LED suspendus,

avec un système de fixation adapté pour montage sur chemin

de câble situé à 10 mètres de hauteur.

Plaidoyers pour des solutions

ouvertes et évolutives

L’outil GTB* est avant tout un dispositif de supervision complet,

d’un fonctionnement simple, facilement configurable et

riche en systèmes de contrôle. Les solutions sans fil ou les

solutions web ouvertes ont le vent en poupe car elles permettent

les réglages à distance. Philippe Raynaud, de Distech

Controls (automatismes du bâtiment), a présenté les produits

qui permettent d’intégrer, superviser et évaluer l’efficience d’un

bâtiment : « plateformes web multi-protocoles, contrôleurs CVC

programmables et lignes de boîtiers de commande permettant

à l’occupant de régler ses paramètres de confort, outils de programmation

et d’amélioration de la productivité, contrôleurs

configurables pour la régulation des terminaux CVC, pilotage

de l’éclairage et des stores, les solutions de re-cloisonnement

des locaux, solutions intégrées et boîtiers de commande de

nouvelle génération... »

Sylvain Braine (expert en ingénierie spécialisée GTEB - gestion

technique et énergétique de bâtiment, BE Indea), met en

avant : « l’importance de déployer des solutions selon un critère

élevé de robustesse et de haute résistance aux perturbations

car une GTB doit être fonctionnelle à tout moment.

Nous devons également accorder une grande importance à la

durée de vie et aux possibilités d'évolution des technologies et

des matériels que nous sélectionnons. Ce qui compte, ce n’est

pas seulement de mettre en place un système GTB : c’est de

prendre en compte l'aspect global de la vie du bâtiment. Dans

le but d'une gestion financière et technique pérenne, il faut prévoir

la mise en place d'outils intuitifs pour suivre et optimiser

l'utilisation des énergies, et ainsi rationaliser le coût global du

bâtiment tout en respectant l'environnement intérieur et extérieur.

»

Maintenance Tertiaire

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

55


Maintenance Tertiaire

DU 19 AU 22 NOVEMBRE 2012

PARIS NORD VILLEPINTE - FRANCE

4 jours de salon100%

INTRALOGISTIQUE au service

de votre compétitivité

MANUTENTION / LEVAGE

Manutention / levage, équipements spéciaux,

composants & accessoires de manutention, équipements

& accessoires de levage, d’arrimage et de sécurité...

CHARIOTS ET COMPOSANTS

Chariots automoteurs, tracteurs, porteurs, manuels, transpalettes

et gerbeurs, composants et accessoires...

STOCKAGE ET RAYONNAGES

Rayonnages fixes, statiques, stockage mobile, rotatif,

dynamique, conteneurs, bacs, palettes...

ÉQUIPEMENTS D’ENTREPÔTS

Sécurité des personnes et matériels, éléments d’entrepôts,

entretien des entrepôts, équipements d’ateliers...

PRESTATIONS LOGISTIQUES

Conseil en logistique, ingénierie, maintenance, location,

autres services...

MANUTENTION CONTINUE

Manutention mécanique, pneumatique, machines de tri, pièces

et composants...

SYSTÈMES AUTOMATISÉS

Transtockeurs, systèmes de palettisation, manipulateurs et robots, AGV,

constructeurs-ensembliers, manutention et tri de bagages, cartons, bacs,

systèmes automatisés de chargement et déchargement de véhicules...

SYSTÈMES D’INFORMATION

Logiciels de gestion d’entrepôts, des stocks, des commandes,

préparation des commandes, gestion des flux, solutions

et matériels d’identification, informatique embarquée...

En savoir plus et réservez votre badge

www.manutention.com

Lautrestudio

Le réseau électrique intelligent

s’adapte aux besoins

Réseau électrique intelligent, le Smart Grid s’inscrit dans une

perspective de renouvellement des infrastructures de réseau

et de production. Il répond à la nécessité de faire face à une

consommation accrue et d’atteindre des objectifs environnementaux.

Bernard Genest, d’EDF, a présenté le cocktail de

compteurs et d’équipements communicants, de tarification

adaptée... et de consommateurs avertis (devenus des smart

consumers) qui permettra progressivement de pouvoir ajuster

la production du réseau à des actions volontaires du client.

L’effacement des consommations électriques, déjà fortement

sollicité pendant la vague de froid de février 2012, a déjà permis

d’illustrer ces nouvelles pratiques de délestage que tout système

de GTB opérationnel pourra demain prendre en compte.

Bernard Genest a annoncé qu’un projet, déposé à l’ADEME en

décembre 2011, vise à expérimenter le réseau intelligent d’EDF

à grande échelle, auprès de 10000 clients dans le Grand Lyon.

F. Précope

*GTB (gestion technique du bâtiment) : système informatique qui permet de

contrôler à distance l’activité du site et de superviser l’ensemble des équipements

qui y sont installés, alarmes techniques, optimisation des énergies, accès, ascenseurs...

Trophées de l’Excellence >

Les démarches

Qualité récompensées

À

l’occasion du Carrefour

de l’Excellence, premier

rendez-vous national

commun au bâtiment non résidentiel,

à l’habitat collectif et à

la maison individuelle, les trois

acteurs de la qualité certifiée,

CERTIVÉA, CERQUAL et CÉ-

QUAMI, ont décerné les Trophées de l’Excellence. Parmi les

lauréats dans la section bâtiments non résidentiels : Trophées

de l’Excellence Multicritère Construction (performances énergétiques,

environnementales, de santé et de confort) : en neuf,

Bouygues et le Département du Nord ; en rénovation BNP Paribas,

groupe ayant obtenu le premier certificat NF HQE rénovation

en phase réalisation ; et en exploitation, Gecina considéré

le plus dynamique en matière d’exploitation NF HQE avec plus

de 201 000 m² certifiés. L’attention portée par la société Gecina

aux consommations énergétiques et aux empreintes environnementales,

a également été saluée.

Avec le soutien du

With the support of

un événement

Tenue conjointe avec

Held jointly with

Trophées de l’Excellence Qualité pour les prestations offertes :

le bureau d’études Bastide & Bondoux (Rhône-Alpes), premier

acteur à avoir obtenu la certification NF Études thermiques.

CERTIVÉA, CERQUAL et CÉQUAMI ont collectivement attribué

un trophée au Département de Seine-et-Marne, collectivité

comptant le plus grand nombre de m² certifiés (tertiaires, collectifs

et individuels confondus), proportionnellement au nombre

d’habitants. Ce trophée récompense sa politique volontariste en

termes de développement durable avec notamment des certifications

pour toutes ses constructions publiques.

56

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Sécurité incendie

Sécurité incendie >

Comment ARTE sécurise ses installations

Pour répondre aux impératifs de maintien en continu del'alimentation électrique de la chaîne, le siège

d'Arte à Strasbourg s’est équipé d’une solution d'extinction par brouillard d'eau capable d'éteindre un foyer

en moins de deux minutes dans un groupe électrogène.

Le système Sinorix H2O Jet de Siemens Industry Building

Technologies utilise de l'eau sous forme pulvérisée etfinement

divisée, permettant d'éteindre et de contrôlerles

feux ouverts et des feux à développement rapide. L'équipement

au sein de lachaîne de télévision est la toute première

référence du type en France.

Maintenance Tertiaire

Depuis 2006, la version haute définition de la chaîne estarrivée

en France, ce qui en fait la toute premièretélévision à diffuser

en full HD. Cette dernière révolutiontechnique a contraint les

services généraux d'Arte àrevoir entièrement son dispositif

électrique et à le faireévoluer. La chaine s'impose une qualité

de diffusionsans égal et doit donc assurer la continuité de service24h/24

dans les mêmes conditions. Aussi elledéveloppe

un dispositif de haute sécurité qui va mêmejusqu'à dépasser

celui des hôpitaux, en doublant l'alimentation électrique et climatique

del'ensemble des espaces techniques.

En cas de défaillance et/ou de dysfonctionnement sur le premier

ou second niveau d'alimentation, un groupe électrogène,

situé à l'écart des locaux dusiège, vient prendre le relais.

Préchauffé en permanence, il est capable de se déclencher

enmoins de 14 secondes

Du brouillard d'eau pour garantir la continuité de

l'alimentation électrique

La nouvelle architecture électrique d'Arte a nécessité, dès

2007, la mise en place d'un auditsécurité complet. Face au

volume et à la complexité de celle-ci, aux enjeux et pertesfinancières

d'une coupure brutale de diffusion, il s'est avéré nécessaire

de renforcer ledispositif de lutte contre le feu autour

du groupe électrogène. En effet, en cas de départ defeu sur

ou autour de l'équipement, il faut pouvoir intervenir instantanément

pour l'éteindre etl'empêcher de se propager. Cependant

le local qui abrite le groupe offrait peu de solutions.

Disposant d'importants orifices de ventilation, il était impossible

de contourner les problèmesd'étanchéité et de prévoir une

extinction au gaz CO2 ou azote. Siemens, qui accompagne

Arte depuis plusieurs années dans la sécurité incendie de son

bâtiment (SSI, CMSI,détecteurs…) a profité du lancement sur

le marché français du Sinorix H2O Jet pourproposer cette solution

d'extinction par brouillard d'eau. Le système de Siemens

Industry Building Technologies utilise de l'eau sous forme pulvérisée

etfinement divisée, permettant d'éteindre et de contrôlerles

feux ouverts et des feux à développement rapide.

Le principe vise à diminuer parvaporisation le pourcentage

d'oxygène dans le cœur du foyer en même temps qu'abaissersa

température par absorption de l'énergie calorifique. La

solution consisteen la création de fines gouttelettes (50 à 200

μm), le transport de celles-ci jusqu'au cœur dufoyer, et l'extinction

du feu. L'innovation réside dans l'écoulement diphasique

à basse pression (5 à15 bars), dans le transport de la solution

effervescente gaz/eau dans une tuyauterie (simpleet basique

monotube) vers la buse (titre massique : 6% de gaz) et dans

l'accélération et ladétente du mélange gaz/eau dans celle-ci.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

57


Maintenance Tertiaire

Retour d’expérience

Le principe

Une combustion est générée par la réunion de trois composants, le combustible,

lecomburant et l'énergie d'activation. Cette combustion ne peut être

arrêtée ou réduite que si l'on agit sur l'un ou plusieurs de ces composants.

Cependant, dans la pratique,agir sur le combustible est impossible. Le principe

d'extinction vise donc à diminuer le pourcentage d'oxygène dans l'air ou à diminuer

la température du foyer.

En solution d'extinction automatique, il existe trois techniques pour gérer un

début d'incendie dès qu'il est détecté : l'extinction de l'incendie (élimination

complète de tout feu à flamme vive ou de feucouvant), la réduction de l'incendie

(réduction significative du débit calorifique et prévention de la reprise du feu), le

contrôle de l'incendie (limitation du développement de l'incendie et prévention

des dommages structurels par refroidissement des objets, des gaz présents à

proximité et/ou par pré-mouillage des éléments combustibles présents à proximité).

La solution mise au point par Siemens (IBT), concerne en d’abord l'extinction

de l'incendie.Les principes clefs de la solution SINORIX H2O Jet consistent en

la création de fines gouttelettes (50 à 200 μm), le transport de celle-ci jusqu'au

cœur du foyer, et l'extinction du feu. L'innovation réside dans l'écoulement

diphasique à basse pression (5 à 15 bars), dans le transport de la solution

effervescente gaz/eau dans une tuyauterie (simple et basique monotube) vers

la buse (titre massique : 6% de gaz) et dans l'accélération et la détente du

mélange gaz/eau dans celle-ci.

Buse d'extinction

Un système de sécurité incendie

selon les normes les plus strictes

Arte a été convaincu par les résultats de

la campagne d'essais effectuéesur une

maquette à échelle 1 (groupe électrogène

de 1 200 KVA) au CNPP (Centre nationalde

prévention et de protection) et de

leur validation par le centre*. L'installation

du système a eu lieu en 2011 par un soustraitant

Siemens de larégion et selon les

plans issus de l'analyse de risque de

l'expert extinction Siemens. L'ensemble

du système lutte contre le feu a été remis

aux normes.

Plus de 600 détecteurs incendie Siemens

équipent le site. Tous sont reliés au SSI

(Système de sécurité incendie) que le

Sinorix H2O Jet est venu naturellement

intégrer grâce à la compatibilité des produits.Le

siège d'Arte à Strasbourg est

ainsi devenu la toute première référence

de la solution enFrance.

Les fines gouttelettes, créées à la sortie

58

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


16-19 AVRIL

EUREXPO LYON

Maintenance Tertiaire

Groupe éléctrogène

de la buse, atteignent une portée de jet de brouillard pouvant

aller de 2 mètres à 10 mètres (pour les buses directionnelles) et

sont capables decouvrir une surface d'environ 28m² (pour les

buses volumétriques). La très faible taille des gouttes, leur densité

et leur vitesse permettent d'étouffer et derefroidir le cœur

du foyer. La buse de type directionnelle TDJB (Tuyère Diphasique

à Jet deBrouillard) a fait,pour sa part, l'objet d'un brevet

conjoint entre Siemens et le CNRS-UJF (laboratoire du CNRS).

Le diamètre important des trous sur les buses (volumétrique)

réduit considérablement le risque debouchage de ces buses

(quelques mm contre quelques centièmes de mm pour un système

classique par rapport à des buses brouillard d’eau HP).

En cas de départ de feu, l'incendie serait totalement éteint en

moins de 2 minutes. Le système utilise moins de buses qu'un

système brouillard d'eau conventionnel et réduit les dommages

liés à l'eau (10 fois moins d'eau qu'un système d'extinction

standard).

F. P.

*Le système, utilisable avec une eau qualité "eau de ville", a fait l’objet d’essais

d’évaluation des performances au CNPP surdes scénarios représentatifs de feux

de groupes électrogènes de forte puissance (1250 KVA). Ces essais ont fait l’objet

d’unrapport d’essais privé du CNPP N° PE 09 8076.

B.P. 223

F-47305 Villeneuve-sur-Lot Cedex

FRANCE

T +33 (0)5 53 36 78 78

F +33 (0)5 53 36 78 79

industrie@gl-events.com

www.industrie-expo.com

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 59


Maintenance Tertiaire

Retour d'expérience

Remise à niveau >

La problématique HQE chez SANOFI à Tours

Chauffage, ventilation et climatisation : comment remettre à niveau une installation qui

n’est plus adaptée à des besoins en énergie très variables ? Retour d’expérience sur le site

Sanofi de Tours.

« L’installation ne savait s’adapter aux modifications apportées

sur le circuit et n’était donc plus dimensionnée pour faire face

aux besoins, ce qui causait des dysfonctionnements », commente

M. Audin, pointant notamment « un sur-débit à l’origine

de mélanges entre les réseaux aller et retour entraînant une élévation

de la température de départ de l’eau glacée ».

Car pour répondre le mieux possible à toutes les demandes,

l’installation fonctionnait au maximum en permanence (4

pompes centrifuges de 200 m3/h chacune), d’où une surconsommation

en électricité et une sollicitation supplémentaire des

groupes de production d’eau glacée.

Pour résoudre ce problème, M. Audin, a fait appel à la société

Belimo, spécialiste suisse des servomoteurs et vannes pour le

chauffage, la ventilation et la climatisation. Pour réaliser des

économies d’énergie et obtenir une meilleure gestion du foisonnement

des puissances appelées, Belimo a proposé une

solution à débit variable qui a convaincu Sanofi Tours par les

économies énergétiques qu’elle engendre mais aussi par ses

fonctionnalités et sa simplicité de mise en œuvre.

Economies d’énergie et adaptabilité avec une solution

à débit variable

Avec deux milliards de comprimés et gélules fabriqués

chaque année, soit 65 millions de boîtes, SANOFI Tours

est l’un des premiers établissements industriels de la

région Centre.

Depuis dix ans, ce site disposait d’une installation de production

et de distribution d’eau glacée, en débit constant, indispensable

tant pour la climatisation que le process (échangeurs, doubles

enveloppes de cuve…). Mais avec les années, de nombreux

consommateurs ont été rajoutés sur le circuit sans qu’il puisse

être recalibré, ce qui a entraîné des dysfonctionnements et une

surconsommation.

« L’installation en débit constant comprenant trois groupes de

production d’eau glacée en cascade de 3400 kW a subi diverses

modifications avec l’ajout de nouveaux consommateurs au fil

des années », explique M. Audin, responsable maintenance

générale chez SANOFI Tours, « sans qu’aucun équilibrage n’ait

pu être fait en raison de la lourdeur de ce type d’intervention ».

En effet, ce type d’intervention aurait perturbé la production car

il faut arrêter les consommateurs et implique l’emploi d’une personne

à temps complet durant plusieurs semaines.

Pour remédier à cette situation, il a été proposé de remplacer

les vannes de régulation 3 voies à débit constant en place par

des vannes de régulation 2 voies à débit variable. Pour optimiser

les fonctionnalités, Belimo a proposé des vannes indépendantes

de la pression type PICCV pour les consommateurs dont

les débits vont jusqu’à 18 m3/h, et des vannes type EPIV pour

les débits jusqu’à 162 m3/h. Elles permettent de ne produire

que l’énergie nécessaire en s’adaptant au foisonnement de tous

les utilisateurs. La consommation des pompes de diffusion et le

phénomène de mélange qui entraîne la dégradation du régime

de température diminuent donc. La consommation énergétique

s’en trouve optimisée : Sanofi Tours n’utilise plus que 2 pompes

(au lieu de 4) et la production d’eau glacée a été réduite de

15 %.

Sanofi Tours a également apprécié la souplesse offerte par ces

vannes qui permettent à l’installation de s’adapter quasi seule à

l’arrivée de nouveaux consommateurs. Les fonctionnalités inhérentes

à leur technologie confèrent aux équipements la capacité

de travailler à 100% de leur efficacité énergétique indépendamment

de ces changements.

Les vannes intègrent une électronique

avec mesure de débit

intégrée et s’auto-adaptent à

la pression du réseau. Il n’est

donc plus nécessaire de faire

un équilibrage de l’installation.

Aucune intervention humaine

n’est indispensable pour les

réglages ou l’entretien d’où un

gain de temps énorme.

D’ailleurs, depuis la fin des travaux,

Sanofi Tours a rajouté une

quinzaine de centrales de traite-

60

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


ment d’air sans faire de rééquilibrage, et sans que cela ne perturbe

notablement le comportement de l’installation.

De plus, les informations relatives au débit (mesure et réglage)

se font par liaison électronique grâce à l’interface ZTH-GEN*.

Contrairement aux technologies de mesure et de réglage habituelles

qui sont en contact

du fluide, ce système plugand-play

offre une technologie

propre : tout risque de

fuite ou d’écoulement est

éliminé.

Maintenance Tertiaire

Une solution simple à

mettre en œuvre

Afin de perturber le moins possible la production et de s’adapter

au budget de Sanofi Tours, le fournisseur a remplacé progressivement

les vannes en place (débit constant) par des vannes

à débit variable. Cela s’est fait simplement au rythme souhaité

par Sanofi Tours.

Les produits se sont alors facilement adaptés au système de

gestion technique centralisé en place. Le fournisseur a juste

effectué un contrôle par un simple calcul, lui permettant de vérifier

la bonne adaptation de la pompe aux nouvelles vannes et

un équilibrage de l’installation.

Au fur et à mesure du remplacement des vannes, le débit variable

prend la main sur le débit constant et offre des performances

de plus en plus importantes. Chaque vanne de régulation

installée travaille de manière optimum (autorité Pv-1) et

garanti la bonne répartition du débit avec son dispositif d’équilibrage

dynamique embarqué. Cette solution est donc idéale

pour les industriels car elle se développe dans le respect du

budget et du timing imposés.

Si le responsable de maintenance du site est globalement très

satisfait des solutions mises en œuvre, il avoue regretter quand

même que parfois les vannes n’ai pas été suffisamment dimensionnées

- débit supérieur à 18 m3/h et diamètre supérieur à

50 - et qu’il ait été alors nécessaire d’installer deux vannes en

parallèle. A noter que le fabricant a depuis étoffé sa gamme qui

s’étend désormais du DN15 au DN150 (jusqu’à 162 m3/h). Les

responsables du site Sanofi de Tours mènent maintenant une

nouvelle réflexion, cette fois-ci sur le réseau de chaleur…

F. P.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

61


Maintenance Tertiaire

Retour d'expérience

Conseil >

L'exploitation du bâtiment HQE

Nous demandé à Didier Dufournet, président de la société Azimut Monitoring, quels sont les

enjeux d’une exploitation responsable du bâtiment HQE.

Quels sont, pour une entreprise, les enjeux du

développement durable,en termes économiques,

de bien-être au travail, de productivité,

etc. ?

Didier Dufournet. L’entreprise a plusieurs enjeux concernant le

caractère « durable » d’un bâtiment.Cela dépend notamment de

son lien patrimonial avec celui-ci.

En tant que propriétaire, l’entreprise occupante a avant tout

réalisé un investissement économique, basé sur un retour sur

investissement dans la durée (versus location de locaux).

En cas de revente recherchée du bien, ce retour sur investissement

dépendra de bien des paramètres, mais notamment de la

capacité de l’entreprise à démontrer la valeur de son patrimoine.

Deux facteurs seront alors essentiels :un bâtiment « vertueux »

en termes énergétiques : configuration d’exploitation en occupation

nominale, faibles ré-investissements nécessaires… ; et

« vertueux » en terme de bien vivre : aucun matériau dangereux

intégré,ventilation procurant confort aux occupants, satisfaction

des occupants quant au « bien vivre » dans le bâtiment.

En tant qu’occupant, l’entreprise a des enjeux globaux, d’ordre

économiques par la maîtrise des charges d’exploitation (conforts

d’été et d’hiver, choix des sources d’énergie) ; des enjeux sociaux

par la qualité de vie procurée aux occupants : espace,

confort, expositions aux polluants sont autant de facteurs de

productivité et de limitation d’absentéisme des salariés (donc

impacts économiques également).Le bien-être au travail (non

seulement sous l’angle managérial) est un facteur clé de préservation

de la paix sociale dans l’entreprise.

Moins ou pas du tout soumises aux lois du marché

et à la concurrence, les organisations publiques

sont-elles plus engagées dans des démarches environnementales

?

Plus que la nature de l’organisation (privée ou publique), on

constate que les démarches environnementales sont avant tout

engagées dans des terreaux rendus favorables par des personnes

sensibilisées et éveillées à la démarche.

Certes les réglementations concernent souvent en premier lieu

les établissements publics sensibles ou recevant du public,

mais la rapidité du processus de mise en œuvre est parfois

très décalée avec les volontés affichées d’intervention.Pour les

entreprises privées, on constate des enjeux qui dépassent aujourd’hui

ceux du « greenwashing ». Il s’agit pour elles d’affirmer

et de prouver des facteurs différenciant à forte valeur ajoutée

pour leurs clients et prescripteurs.

La prise en compte environnementale est notamment considérée

comme une diminution du facteur « risque d’exploitation »,

et d’une prise en compte en amont par les décideurs de maîtrise

de ce risque de rupture avec le marché.Le rapprochement entreprise-client

au travers de l’environnement est encore flou, notamment

en comparaison avec une Europe du Nord où la population

semble plus mûre sur sa démarche. Les leviers des coûts

d’exploitation et la qualité de vie sont vus avanttout comme des

investissements possibles si un retour sur investissement est lui

aussi possible à moyen terme. Une certaine défiance perdure

dans des attitudes plus marquées vis-à-vis des engagements

environnementaux « gratuits ».

Selon vous, les réglementations européennes sontelles

un frein à la compétitivité de nos entreprises ou

au contraire un stimulant à l'innovation ?

Nous agissons dans un contexte qui est avant tout en marge

du réglementaire. Parce que la voie réglementaire est souvent

trop généraliste bien que nécessaire comme ligne directrice.Les

entreprises réellement engagées vont par ailleurs bien souvent

au-delà des réglementations, car elles n’attendent pas d’agir

sous contraintes et recherchent des facteurs différenciant avant

tout.Aussi je dirais que la présence réglementaire est stimulante

pour les « déjà bons élèves » et perçue comme une contrainte

non tenable pour les autres.

Les entreprises sont-elles aujourd'hui suffisamment

conscientes de ces enjeux ou devez-vous encore

convaincre, et quels sont alors vos arguments ?

Pour compléter ce que je viens de dire, j’ajouterai que, pour

convaincre des engagements nécessaires, il faut avant tout

convaincre du bien-fondé de ce pari dans les valeurs et le métier

de nos clients. On ne vend pas de « l’environnement », on vend

une « prise en compte adaptée de l’environnement » dans le

quotidien économique et social et la stratégie moyens termes de

nos clients. Il faut donc avant tout comprendre leurs enjeux et y

glisser les « éléments verts » nécessaires.

62

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Retour d'expérience

Selon vous, quelles actions doivent être mises en

œuvre en priorité ? Et pour quels objectifs et quels

résultats ?

Plus que des réglementations nouvelles, il faut redonner du

sens et de la lisibilité aux engagements environnementaux.

Pour nous, les actions pédagogiques et incitatives restent prioritaires.

La « valeur verte » n’est pas unique et se matérialise de

façon différente pour chacun dans son quotidien d’être humain,

de salarié, de décideur.Il est avant tout essentiel de repenser

le partage de cette valeur verte entre les différents acteurs et

d’accompagner les entreprises et lieux d’échanges sociaux

dans cette animation.Les objectifs d’une telle gouvernance

verte seraient avant tout de clarifier les enjeux pour l’entreprise,

les salariés et les clients et de communiquer sur les engagements

pris.

Quels indicateurs mettre en place et quels outils

pour en assurer la mesure et le suivi ?

Nous pensons que les indicateurs et outils à mettre en place

sont avant tout des outils qui doivent être partagés entre les

différents cercles d’acteurs de l’entreprise (dirigeants, salariés,

clients avant tout).Nous adaptons nos tableaux de bord et indicateurs

à chaque problématique, en recherchant avant tout la

valeur réelle de production de ces informations dans l’organisation

quotidienne de nos clientset surtout dans l’exploitation

de ces indicateurs avec leur entourage économique et social.

Les sociétés de conseil se sont multipliées sur ces

thématiques : quels sont les points réellement différenciant

de votre offre ?

Entreprise très active en matière de R&D, technologies et

méthodologies, nous mettons avant tout l’accompagnement

de nos clients dans la prise en compte des enjeux de qualité

de vie dans leurs activités. La définition de nos technologies

n’est pas dictée par une surenchère fonctionnelle mais par une

analyse de la valeur d’usage et d’utilité dans nos interventions.

Nos prestations intègrent une phase de co-construction de

rapports décisionnelset d’indicateurs dédiés pour nos clients.

Nous produisons un service technologique et informationnel

destiné souvent au dialogue entre les différentes parties, et à

la production d'une valeur ajoutée partagée entre les acteurs.

Nous animons la production de ces informations et intervenons

également souvent en médiation auprès de nos clients et de

leurs interlocuteurs. Nous désirons avant tout favoriser l’accessibilité

des informations produites et de leur mode de diffusion.

F. P.

Maintenance Tertiaire

met plus de nature

dans votre environnement

RCS 397 566 860 000 29 - POINTVIRGULE 03 44 23 48 48

Particulièrement attaché au principe de développement durable et soucieux de préserver la santé des utilisateurs,

KF vous propose aujourd’hui la gamme de produits respectueux de l’environnement la plus complète et la plus

performante du marché. Pour nettoyer, lubrifier, graisser ou souder, vous bénéficiez de produits facilement

biodégradables*. Et si vous aussi vous passiez au vert ?

KF est une marque de crc industries france

BP 90028 - 95102 arGenteuiL

Tél : +33(0)1 34 11 20 00

Fax : +33(0)1 34 11 09 96

E.mail : kf.industrie@crcind.com

www.crcind.com

*Selon la norme européenne OCDE 301B.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

63


Maintenance Tertiaire

Qualité de l'air intérieur

Expertise >

Maîtriser la qualité par la maintenance

Dans un précédent article (M&E 627), nous évoquions la sensibilisation quant à la biocontamination

de l'air intérieur. Il s'agit, à présent, d'évoquer les conditions de la maîtrise

d'une bonne qualité de l'air intérieur et le rôle essentiel d’une bonne maintenance préventive.

La réglementation définit certaines "valeurs-guides" concernant

les substances considérées comme prioritaires pour

la qualité de l'air. La pollution intérieure doit être aussi

réduite en prenant en considération ses sources. Ainsi dans

l'agencement des salles de travail, bureaux, etc., il conviendra

de privilégier les matériaux et produits répertoriés comme "faiblement

émissifs". Nous avons déjà vu que le Code du Travail

définit également les conditions dans lesquelles un salarié doit

se trouver, en fonction de son activité et de son environnement

professionnel.

La maintenance selon la norme EN 13306

Les règles de la maintenance sont régies par la norme NF EN

13306 qui définit notamment sept types de maintenance. Ces

règles s'appliquent également à la climatisation et plus particulièrement

aux réseaux aérauliques mais il convient également

de prendre en considération que chacun d'entre nous aura besoin

en une seule journée de 10 à 15 000 litres d'air et qu'il y

va de la santé publique. Il est donc particulièrement important

de demeurer dans une logique de maintenance préventive, afin

d’éviter tout risque biologique.

Nos poumons et leur 300 millions d'alvéoles représentent une

surface d'échanges de 70 à 200 m². Ce qui explique la sensibilité

de tout individu à la qualité de l'air (et plus particulièrement

pour les personnes allergiques). Le bien-être d'un individu

passe par le maintien – dans une enceinte considérée – d'une

ambiance thermique adaptée à son confort. Cette ambiance est

la résultante de 3 paramètres : température / air / hygrométrie.

Ventilation

La ventilation permet un simple renouvellement de l'air. Une

ventilation non adéquate provoquera systématiquement le

confinement, l'excès d'humidité avec la succession de plusieurs

phénomènes : développement des moisissures et des acariens,

dégradation des revêtements, rétention des allergènes, des polluants

chimiques et des micro-organismes.

La ventilation d'une pièce s'effectue très simplement en ouvrant

périodiquement les fenêtres 10 minutes ce qui assure le renouvellement

de l'air, un geste simple à effectuer régulièrement et à

exiger du personnel chargé du ménage.

Rafraîchissement

Le rafraîchissement permet d'abaisser la température d'un lieu

par rapport à l’extérieur. Des appareils prenant l'air dans une

pièce puis le faisant circuler au travers d'un système de refroidissement

rediffusent ensuite dans la même pièce cet air refroidi.

Le système est réversible (froid/chaud). Les influences sur

l’hygrométrie ou le renouvellement de l’air sont approximatives.

Climatisation

La climatisation permet de maintenir une température constante

quelles que soient les variations de température extérieure,

d'activité ou de fréquentation à l'intérieur. L'air de la climatisation

est filtré, son hygrométrie contrôlée en permanence, son

débit adapté en continu et il est renouvelé en permanence. La

climatisation est conçue pour tous les types de sites et agit sur

les 3 paramètres du bien-être. Notons que le terme "climatisation"

n'existe pas en anglais qui utilise confort air conditioning

(conditionnement d'air pour le confort).

La maîtrise de la qualité de l'air intérieur passe par la maîtrise

de sa pollution (aérobiocontamination). Aussi, en plus des interventions

de maintenance classique, il convient de vérifier la

propreté des :

• arrivées d'air neuf,

• centrales de traitement d'air (CTA),

• jeux de filtres équipant les CTA,

• conduits et gaines par lesquels l'air circule,

• diffuseurs et bouches de diffusion ou reprise.

Faute d'une série de contrôles réguliers et d'une intervention

- tous les 5/7 ans - de mise en propreté des conduits et des

gaines composant les réseaux aérauliques, l'air desservant les

secteurs climatisés passera sur un substrat polluant sur lequel il

se chargera. Le retrait de cette contamination bactérienne participe

directement à la maîtrise de l'aérobiocontamination des

réseaux aérauliques et donc des sites qu'ils desservent.

Des analyses d’air, avec des recherches ciblées peuvent également

être effectuées à certains moments. Toutefois, leur exploitation

ne sera en rapport qu’avec une situation précise à un

moment déterminé. Elle ne peut être un engagement sur l’avenir

et singulièrement sur les mutations biologiques au sein des

substrats présents dans les conduits et gaines.

Solidarité des résultats

En conclusion, seul un réseau aéraulique ne bénéficiant pas

d’une maintenance préventive régulière peut rencontrer des

dysfonctionnements et générer une mauvaise qualité de l’air

intérieur. Cette logique de résultat participe activement à ce

nouveau concept qu’est « la qualité de vie professionnelle ».

Elle s'inscrit également dans le cadre de la législation en vigueur

dont fait partie la « Responsabilité Sociétale des Entreprises ».

Marc Pierrepont

Directeur de Clim Air, enseignant Université Paris XIII

64

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


communiqué

Produits & Services

Propreté industrielle >

Des machines propres

pour des impressions de grande qualité

Le nettoyage impeccable des machines utilisées pour l’impression offset, l’héliogravure

et la flexographie avec les lavettes MEWA

Pour obtenir un résultat d’impression

optimal, nettoyer régulièrement

les machines d’impression

est absolument incontournable. MEWA

offre aux imprimeurs une solution de

rechange,alternative parfaite aux produits

de nettoyage jetables : les lavettes

MEWA associées à un service complet.

Que ce soit pour le nettoyage des machines

pour l’impression offset, l’héliogravure

ou la flexographie, ou bien pour

les stations de lavage des blanchets –les

lavettes MEWATEX sont utilisablespartout

où il y a de la saleté.

MEWATEX – La lavette robuste et

résistante pour tous usages

Les lavettes MEWA sont parfaites pour

éliminer les salissures de pétrole, de

peinture, de solvant ou d’huile. Ainsi

la lavette MEWATEX est parfaitement

adaptée aux exigences de l’industrie

du secteur graphique car aucune salissure

ne lui résiste, pas même les encres

d’impression. Tous usages, elle se prête

bien au nettoyage des machines d’impression.

Grâce à sa haute résistance

et à son absorption maximale et rapide,

la lavette MEWATEX est nettement plus

avantageuse que les produits à usage

unique : en effet l’élimination des lavettes

jetables représente un important facteur

de temps et de coût. Alors pourquoi ne

pas trouver d’autres solutions plus économiques

et plus pratiques et, lorsque

c’est possible, s’en remettre auspécialiste

?

Economiser du temps et penser

à l’environnement avec le service

complet de MEWA

L’usage des lavettes MEWA dans le

domaine de l’imprimerie constitue également

un réel avantage pour l’environnement

: les lavettes, souvent imprégnées

d’huiles, sont placées dans des conteneurs

sécurisés, les MEWA SaCon. Ces

lavettes sont ensuite collectéespar un

agent de service et MEWA se charge de

les laver ; les déchets résiduels sont réutilisés

ou éliminés de façon écologique.

Simple, pratique et adapté aux besoins

de chaque client, le service complet de

MEWA dispense de l’achat de matériaux

jetables et des travaux d’organisation

et d’administration, protège l’environnement

et assure un travail confortable et

pratique.

Nettoyage des machines : propreté

optimale et respect de l’environnement

grâce aux lavettes et au

service complet MEWA

Les lavettes destinées au nettoyage de

machines dans l’industrie métallurgique

doivent répondre à des exigences élevées.

Le service complet MEWA garantit

une qualité constante et irréprochable

des lavettes, contribue à préserver l’environnement

et réduit les frais de l’entreprise.

La propreté tout en un

Les lavettes du service complet MEWA

sont spécialement conçues pour l’industrie

et sont adaptées à divers usages.

Par exemple, dans l’industrie métallurgique,

les lavettes réutilisables servent

au nettoyage de machines telles que les

appareils de soudage ou les automates

de cintrage. Elles peuvent également

servir de support souple et propre pour

les pièces délicates.

Poussières de métal et copeaux métalliques,

lubrifiants, émulsions de perçage,

huiles ou graisses : la lavette MEWATEX

est idéale partout où la saleté tenace doit

être éliminée. Ainsi, elle se prête bien

au nettoyage des machines de l’industrie

métallurgique. La lavette MEWATEX

existe en trois versions de qualité haut de

gamme :

MEWATEX – la lavette robuste tous

usages

MEWATEX PLUS – la lavette douce pour

surfaces délicates

MEWATEX ULTRA – la lavette fine pour

surfaces sensibles

Gagner du temps et penser à l’environnement

avec le service complet

MEWA

L’utilisation de lavettes MEWA représente

par ailleurs un gain de temps et un

plus pour l’environnement. Une fois usagées,

les lavettes sont entreposées dans

des conteneurs spéciaux, sécurisés et

réglementaires : les conteneurs MEWA

SaCon. Ces lavettes sont ensuite collectées

par un agent de service et MEWA

se charge de les laver pour éliminer les

limailles de métal et les salissures et ce,

toujours dans le respect de l’environnement.

Simple, pratique et adapté aux besoins

de chaque client, le service complet

MEWA dispense les utilisateurs de recourir

aux produits jetables traditionnels,

réduit les frais d’organisation et de gestion,

protège l’environnement et contribue

à faciliter le travail.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

65


Produits & Services

Gestion des vêtements de travail >

Se protéger avec style

Le catalogue MEWA décline les gammes de vêtements

pour la sécurité au travail.

Dans son nouveau catalogue, MEWA,fournisseur allemand

d’équipement de sécurité,propose des vêtements

de travail et de protection à la fois élégants et de très

bonne qualité. Au rayon chaussures, par exemple, les bottes et

les chaussures avec semelle de sécurité et embout protecteur

ressemblent aux chaussures de sport les plus modernes et

décontractées.« Au travail, les gens ont de plus en plus envie

de porter les mêmes vêtements que dans leur temps libre »,

observe MargharetFeldgiebel, directrice du département sécurité

au travail. « Les vêtements les plus tendance du marché

se retrouvent dans notre catalogue. Notre département achat

est à l’affût des produits les plus attractifs de la protection au

travail. Et à des prix inférieurs à ceux de l’industrie du sport et

des loisirs. »

Dans son nouveau catalogue, MEWA pense également à la

GRESSIER directrice GRAPHAEL de production 20/07/11 branchée 17:08 : des bottes Page 1femmes de la

catégorie de sécurité S3 avec semelle à talon compensé ou

avec les chaussures de sécurité adaptées au style des vêtements

féminins. Pour ceux qui cherchent à se différencier de

la tête aux pieds, le catalogue propose également des idées

originales. Pour la première fois, MEWA propose des chaussures

de la catégorie S2 personnalisable, par exemple avec

un logo d’entreprise.

Des solutions particulières pour le monde du travail

De plus en plus de sociétés attachent de l’importance à la

reconnaissance et à l’identité de leur entreprise, la « Corporateidentity

».« Ce n’est pas le T-shirt blanc en taille M, qui

est difficile à trouver mais la très grande taille dans la couleur

de l’entreprise rose, violet ou jaune. Pour qu’un employé avec

une taille 5XL ne renonce pas à l’uniforme de sa société, nous

offrons des solutions adaptées », explique MmeFeldgiebel.

Comment MEWA choisit-elle les produits? En analysant

les commandes etles demandes des utilisateurs dans toute

l’Europe. Ainsi, encore plus d’articles d’équipement de protection

spécifiques tels que ceux destinés aux vitriers et aux

électriciens sont venus enrichir la nouvelle gamme. MEWA a

aussi sélectionné des produits très pratiques, comme des surchaussures

ou des coques en acier que les visiteurs de sites

sécurisés peuvent simplement enfiler par-dessus leurs chaussures

de ville.Contact catalogue email service7046@mewa.

fret le site www.mewa.fr.

66

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


communiqué

Isys, une solution complète

de gestion d’alertes

Le Chesnay, le 13 septembre 2012 – La société e*Message

spécialisée dans les solutions de gestion de l’alerte pour les

professionnels commercialise le système d’alerte Isys.

Isys, la maîtrise de la chaîne de l’alerte

Développée notamment pour les industries et les sociétés

de service, Isys est une solution externalisée permettant le

traitement complet d’une alerte : déclenchement, diffusion,

traitement, historisation. Isys est une solution fonctionnant en

mode hébergé et ne nécessitant aucune installation d’équipements

ou de logiciels.

Principales caractéristiques de la solution :

• Déclenchement de l'alerte via différents moyens : pupitre de

boutons poussoirs, téléphone, interface web...

• Diffusion de l'alerte multi supports : téléphonie fixe, mobile,

SMS, email, récepteur radio...

• Gestion intelligente des destinataires : la solution permet la

diffusion d'alerte individuelle ou collective

• Gestion de plusieurs scénarii d'alerte : alerte simple ou complexe

• Gestion de planning

• Traitement instantané de l'acquittement pour une évaluation

optimale des compétences disponibles

• Solution hébergée et maintenue par la société e*Message,

24h/24 et 7j/7

• Historisation/traçabilité : édition de rapports en temps réel

Les solutions applicatives e*Message sont

construites autour de 4 modules majeurs :

• Serveur Vocal Interactif (SVI)

• Serveur d'applications

• Serveur d'interfaces

• Système de télé-action

Pour toute information complémentaire et /ou envoi de fichiers

en haute définition (schéma, logo, photos), veuillez

nous contacter aux coordonnées ci-dessous.

www.isys-alerte.fr

Le choix 1.

FARO Laser Scanner

Focus 3D

Simplifi ez et accélérez vos projets de numérisation

grâce au 1 de la documentation 3D ! Ce scanner

3D au design compact et à l’écran tactile primés

permet de relever en détail et facilement usines et

bâtiments. Des capteurs acquièrent des nuages de

points 3D denses, fi dèles copies de la réalité, qui

peuvent être traités avec le logiciel SCENE.

Pas étonnant que ce soit l’option préférée de tous.

Contactez-nous au 00 800 3276 7253 pour profi ter

d’une démonstration gratuite.

Plus d’information sur le Laser

Scanner sur : www.faro.com/focus

En savoir plus

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

67


Produits & Services

Maintenance vibratoire >

Equilibrage sur site

Outillage >

Le coffre à outils selon Peli

Plus de 50 % des défauts et pannes des machines tournantes

sont liés au balourd des rotors. Le SmartBalancer

de Schenck permet d’identifier et d’éliminer facilement

et simplement ce balourd, et ainsi de fiabiliser les machines.

Quelle que soit la taille et le poids des rotors, le SmartBalancer

permet de les équilibrer rapidement et précisément sans

les démonter. Toutes les fonctions sont contenues dans une

routine avec des pictogrammes

affichés sur

écran couleur haute résolution.

L’équipement de

base comprend tous les

accessoires nécessaires à

la pratique immédiate d’un

équilibrage avec 2 voies de

mesure (accéléromètres,

cellule laser de référence

longue portée avec son

pied magnétique, tous les

câbles de raccordement,

le câble de connexion PC/

USB, l’alimentation/chargeur,…).

Le coffre à outils mobile 1460 TOOL de Peli est équipé d‘un

système de compartiments à deux niveaux, très profond,

entièrement personnalisable pouvant être soulevé hors

de la valise sur des supports en acier inoxidable renforcé. Les

plateaux, avec leurs cloisons interchangeables, offrent nombre

de configurations pour protéger et organiser les outils et les accessoires

utiles aux mécaniciens et techniciens en réparation

sur le terrain. Lorsque la valise est complètement fermée, son

couvercle forme un joint qui maintient parfaitement en place

toutes les pièces même si la valise est retournée.

68

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


InspectBox

L’inspection de vos installations

Simple. Fiable. Abordable.

Sécurité >

La gamme Werma

de feux ATEX

Le boîtier antidéflagrant compact, commun pour la nouvelle

gamme de feux ATEX série 700 de WERMA pour

zones explosibles, facilite le câblage avec son boîtier

de raccordement intégré (étrier de fixation fourni). La gamme

compte 6 nouveaux modèles : feux fixes à Leds, double flash

à Leds, feu flash à Leds avec effets aléatoires rapides et

puissants, feu tournant à Leds, feu flash au Xénon 5 Joules,

feu tournant halogène 20 W. très visibles, les LEDs haute

intensité ne nécessitent aucune maintenance. Leur durée de

vie va jusqu’à 50.000 heures pour une faible consommation

(quelques mA seulement). Ces feux ATEX conviennent pour

zones gaz et poussières (G et D), agréments IIC T5 ou T6, et

indice de protection IP 66. Recommenadés en zones dangereuses

pour signaler un risque, un défaut, une information, un

statut, une installation en hauteur, une évacuation. En standard,

ils fonctionnent à température de +50°C/-30°C (jusqu’à

-50°C avec accessoire), et résistent à la corrosion marine.

favorisent l'évacuation des copeaux.

Traq360 InspectBox est un logiciel

d’inspection sur terminaux mobiles pour la

saisie de vos données de maintenance

directement sur le terrain.

Gagnez du temps,

Améliorez la qualité de vos données terrain,

Réduisez vos coûts de maintenance.

Powered by

www.itirion.com

04 82 53 38 60

contact@itirion.com

Manutention >

Transpalette à plate-forme

par Aprolis

Le Cat NPV20N2 proposé par Aprolis est équipé d'une

plate-forme et de protections latérales rabattables, ce

qui le rend idéal pour transporter des charges et le cariste

sur des distances de 20 à 50 mètres et pour charger/

décharger des véhicules. Une fois la plate-forme et les protections

latérales repliées, il convient alors parfaitement bien

aux opérations en mode accompagnant, notamment dans les

espaces restreints.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

69


L’extinction par aérosol

La riposte efficace

contre les feux naissants

Eco-friendly

Sans impact

sur l’environnement

• Pas d’arrêt de la

chaîne de production.

• Non toxique.

• Ne diminue pas

le taux d’oxygène

dans l’air.

• Installation facile

et rapide.

Compact, propre, rapide et économique

L’aérosol agit dans les secondes qui suivent le

début d’incendie. Les dégâts dus au feu sur les

équipements sont quasi nuls !

Le déclenchement de ce système est beaucoup plus

économique que le déclenchement d’un système

traditionnel.

2 méthodes d’extinction :

Extinction ciblée sur un

composant d’un système

Noyage total d’un local

Enregistreur Chauvin Arnoux >

Pour optimiser

l’efficacité énergétique

Conçus, développés et fabriqués

par Chauvin Arnoux,

les PEL100 sont des enregistreurs

de puissance et d'énergie

économiques et simples à utiliser.

Un enregistreur PEL100 est

un outil idéal pour les électriciens,

les ingénieurs et les techniciens

qui travaillent dans le domaine de

la surveillance et de l'amélioration

de la gestion technique des bâtiments

et des systèmes, ainsi que

les audits énergétiques. La famille

PEL100 comprend deux modèles,

le PEL102 sans afficheur ou le

PEL103 avec afficheur numérique

rétro-éclairé. Aimantés, adaptés à

tous types d’armoires électriques,

ils conviennent aux applications sur

les systèmes monophasés, diphasées ou triphasés (Y, Δ).

Inédit, leur mise en place ne nécessite pas l’ouverture du réseau

électrique, donc plus besoin d’interrompre le processus

industriel. Ils permettent de mesurer, d'enregistrer et d'analyser

toutes les données énergétiques importantes, et de générer

des rapports certifiés après un travail de configuration

rapide. La forme du boîtier permet de les installer avec leurs

capteurs de courant sur un tableau de distribution sans gêner

la fermeture de la porte. Nombreux capteurs de courant sont

compatibles avec les PEL100, et reconnus automatiquement

à la connexion.

Système d’extinction révolutionnaire pour :

• Armoires et locaux électriques.

• Machines de production.

• Cuisines industrielles.

• Groupes électrogènes.

• Centres serveurs télécoms.

• Locaux de stockage.

• Eoliennes.

Outillage >

Coffret à inventaire

instantané de Facom

Pour répondre aux spécifications FOD (Foreign Objet

Damage) exigées par certaines industries soucieuses

de ne pas oublier des outils dans des endroits qui

pourraient endommager des machines, le nouveau coffret «

Detection Box » de Facom permet de faire un inventaire en un

coup d’oeil, même coffret fermé. Avec ces nouveaux coffrets

SL.DBOX, le professionnel peut détecter instantanément s’il

lui manque un outil.

En savoir plus sur le produit

http://www.cordia-protection.fr/aerosols

Tél. : 01 60 21 51 31 - contact@cordia-protection.fr

Fax : 01 60 21 51 39 - www.cordia-protection.fr

70

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Werma_AP-CNPP_85x110:Mise en page 1 14/12/11 15:19 P

Vêtement de travail >

Confort ultra-résistant

en denim de Blåkläder

La marque Cordura de Invista et la

marque de vêtements suédoise

Blåkläder ont collaboré avec Artistic

Milliner afin de développer un nouveau

pantalon tendance et performant.

Le denim renoue avec les vêtements de

travail avec l’avantage d’être doté d’une

résistance à l’abrasion quatre fois supérieure

à celle d’un denim 100 % coton

de poids comparable, ce qui le rend parfaitement

adapté aux environnements

de travail actuels les plus difficiles. Le

tissu Cordura Denim incorporé dans le

pantalon Blåkläder X1500 est un tissu

à armure sergé 3x1 pesant 375 g/m2,

composé de 12 % de fibre polyamide 6.6

haute ténacité T420 de INVISTA et de

88 % de coton.

Santé sécurité >

Se protéger

des ondes nocives

Après 8 ans de recherche et de nombreux tests en laboratoire,

la jeune société française Techvonix vient de

mettre au point la puce Radisafe qui absorbe 99,95 %

des radiations électromagnétiques et 80% de la chaleur des

téléphones mobiles sans perturber leur fonctionnement. Cette

puce a reçu les certifications internationales, européennes

et françaises. Composée d’un minerai volcanique enrobé de

céramique, Radisafe se présente sous la forme d’un élégant

bouton noir à coller au dos de l’appareil (www.radisafe.fr ).

Mesure >

Clé dynamométrique

révolutionnaire

Fabricant d’avertisseurs

optiques & sonores

Toute la gamme d’avertisseurs WERMA est désormais

disponible en France !

• feux à leds (flashes, rotatifs, fixes)

• colonnes lumineuses et balises

• feux tournants, feux clignotants, feux à éclats

• feux de trafic

• feux pour agro-alimentaire & salles blanches

• sirènes, buzzers, trompes, cloches

• combinés sonores et lumineux

• avertisseurs ATEX pour zones explosives

• tous modes d’intégration, de fixations,

choix des tensions, couleurs et puissances

Demandez le catalogue gratuit

WERMA - 56 rue Colière - 69780 MIONS - www.werma.fr - Tél. 04 72 22 37 37

protégez vos

employés

Les systèmes

de consignation

Master Lock ® sont

conçus pour isoler

efficacement toute

source d’énergie.

Stahlwille France a présenté au salon Industrie 2012 un

nouveau produit révolutionnaire dans le monde de la

dynamométrie, Manoskop 714, destiné à l’industrie,

l’aéronautique, l’automobile et l’énergie. Suite au lancement

de son banc de calibrage Perfectcontrol en mars 2011, qui a

reçu le prix « Product Design Award 2011 IF », cette nouvelle

clé à la technologie innovante est destinée aux industriels

qui ont besoin de moyens dynamométriques précis, fiables,

traçables, mais néanmoins simples et robustes. Pour la première

fois, sont réunis, dans un produit extrêmement compact,

la mesure d’angle et de coupe, le déclenchement (clic),

avec une précision de +/- 2% pour la mesure et de 1° pour la

mesure d’angle.

email: safetyeu@mlock.com

www.safetyseries.fr

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 71


ME2012-90x274_Mise en page 1 02/02/12 16:41 Page1

> 6 au 9 novembre 2012 <

Paris Nord Villepinte

8 e

édition

Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

6 > 9 NOVEMBRE - Paris Nord Villepinte - France

* Travailler ensemble

MIDEST est la plate-forme mondiale de référencement

et d’échanges entre donneurs d’ordres et sous-traitants

MIDEST, VITRINE TECHNIQUE ET COMMERCIALE

DE LA SOUS-TRAITANCE MONDIALE

42 769 professionnels venus de 65 pays et

de tous les secteurs de l’industrie

1 724 exposants venus de 36 pays en 2011.

> Travaux de maintenance > Fourniture de produits

et outillages > Lubrification > Fabricants et loueurs

de matériels > Logistique et manutention > GMAO

> TMAO > EAM > Aides au diagnostic > NTIC >

Traçabilité > Outils de mobilité > Énergies

et utilités > Sécurité au travail > Qualification

> Contrôle > Hygiène, santé > Ingénierie, conseil

> Formation > Documentation technique

Ils ont visité Maintenance Expo 2011 :

3M, ABB France, Aéroports de Paris, Air France Industrie, Air liquide

engineering, Alstom, ArcelorMittal, Axima GDF Suez, Bouygues Telecom,

Cadbury, Carbone Lorraine, Cegelec, Chanel, Chronopost international, Club

Med Gym, Dalkia France, Disneyland Paris, EDF R&D, Faurecia, France

Telecom, Galeries Lafayette, Henkel France, Hôpital Cochin, Hutchinson

France, INRS, Johnson & Johnson, Lafarge, Mairie de Paris, Manoir

Industries, Ministère de la Défense, Poclain Hydrolics, PSA, Renault, Rolex,

Saint-Gobain Sekurit France, Sanofi Aventis, Service des achats de l’Etat,

Siemens, SNCF, Sodexo, Thales Air System, Total Petrochemicals, Veolia Eau…

Simultanément :

www.maintenance-expo.com

Le N°1 mondial des salons de sous-traitance industrielle

Lexitis - Illustrations : David Marchal-Bubaone – PaulPaladin/istockphoto

TOUS LES SECTEURS DE LA SOUS-TRAITANCE

INDUSTRIELLE PRÉSENTS

Transformation des métaux / Transformation des plastiques, caoutchouc,

composites / Transformation du bois / Transformation des autres

matières et matériaux / Électronique et électricité / Microtechniques /

Traitements de surfaces / Fixations industrielles / Services à l’industrie /

Maintenance industrielle

MIDEST, ACCÉLÉRATEUR DE RENCONTRES

ET DE DIVERSIFICATION COMMERCIALE

De réelles opportunités de business, confirmées par les exposants* :

81% sont satisfaits de leur participation par rapport à leurs objectifs

commerciaux.

93% affirment que MIDEST permet de rencontrer de nouveaux prospects.

92% sont très satisfaits ou satisfaits de leur participation 2011.

Des visiteurs décisionnaires et porteurs de projets* :

84% affirment que MIDEST permet de trouver des réponses à leurs

besoins de sourcing.

81% viennent au MIDEST pour référencer de nouveaux sous-traitants.

* Sources : Enquête Sesa Marketing 2011

Informations, formules d’exposition et tarifs sur

www.midest.com

info@midest.com – Tél. : +33 (0)1 47 56 52 34

@MidestParis

hub MIDEST

72

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

MIDEST 2012_PUB type colonne_FR.indd 1 29/02/12 11:53


Produits & Services

Chaussures >

Pour travaux et interventions en extérieur

La chaussure Freelander S3 de Lemaître est dotée d’une semelle « 4x4 Parabolic

» en PU2D : la déformation parabolique permet à la semelle d’épouser le relief du

sol. Optimisée par des crampons à profil modulable, l’adhérence est exceptionnelle

sur des terrains meubles, pentus et instables, comme sur des sols industriels ou

souillés (ciment, hydrocarbures, graisses, …). Effet antifatigue : après la phase d’écrasement,

l’énergie est restituée provocant ainsi un effet dynamique lors de la marche. La

structure exclusive ajoute souplesse et confort à l’adhérence.

Sécurité du travailleur >

Protection des arcs électriques

PWG présente un nouvel équipement de protection contre les arcs électriques

conçu en DuPont Nomex et disponible sous le nom de « High Energy Arc Kit ».

Résistante aux arcs électriques, cette combinaison garantit une ATPV (valeur de

performance thermique d’arc) > 40 cal/cm2 conformément à la norme IEC 61482-1-1 et

une protection de classe 2 certifiée d’après l’IEC 61482-1-2.

Comprenant une veste, un pantalon, une cagoule et des gants, elle peut être associée

à un équipement respiratoire adapté.

EVOLUTION INDUSTRIELLE

Pour bien compléter une tâche, il faut commencer par avoir de bons outils. Ces outils portent le

nom de Peli pour les produits d’éclairage et les valises de protection. Ils sont innovants et solides

et ils ont fait l’objet de la confiance de personnes travaillant dur pendant plus de 35 ans.

PELITM

Valises haute performance

Fabriquées en polymères de très haute qualité, les valises Peli sont les plus robustes du marché

et se déclinent en plus de 60 modèles différents, conçus pour protéger les équipements sensibles

de toute taille.

Systèmes d’éclairage avancés

La vaste gamme d'outils d’éclairage avancés de Peli (près de 60 modèles, dont 16 homologués

ATEX) propose une solution d’éclairage pour quasiment toutes les applications. Les éclairages

Peli se distinguent par leur longévité, leurs homologations de sécurité (ATEX) et leur haut niveau

technologique. La série de Systèmes d'éclairage des zones difficiles d'accès permet d'utiliser des

technologies d’éclairage entièrement portables, puissantes, à faible consommation et

respectueuses de l’environnement.

> VALISES DE PROTECTION > SYSTÈMES D’ÉCLAIRAGE

LED POUR ZONES

INACCESSIBLES

PLUS DE 60

TAILLES, ÉTANCHES

À L'EAU ET AVEC

SOLUTIONS OEM

8 MODÈLES UNIQUES

POUR UNE ÉMISSION

DE 750 À 12 000 LUMENS

> TORCHES FRONTALES ET

TORCHES DE SÉCURITÉ

HOMOLOGUÉES ATEX

TECHNOLOGIE LED

ET IMPERMÉABLES

Visitez-nous

au Salon

Expoprotection

Suivez-nous sur:

Peli Products France SAS • 487, rue Léopold Le Hon • 01000 • Bourg en Bresse, France

• Tel +33 (0) 4 74 22 80 40 • Fax +33 (0) 4 74 22 09 34 • www.peli.com

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

73


eurexpo lyon FrANCe

19/22 février 2013

expobiogaz

Le SaLoN De ToUTe La FiLiÈRe

biogaz

ErgoFrance >

Tapis anti-fatigue pour

les ateliers de production

Le tapis antifatigue facilite

un travail en station debout

prolongée tout en évitant les

troubles musculo-squelettiques.

L'élasticité de ces tapis amortit

les pressions sur sol dur et réduit

nettement la charge corporelle.

Le côté sol du tapis est recouvert

d'un enduit antidérapant en polyuréthane/élastomère

ce qui prévient

des chutes. Isolants, ils constituent

une barrière efficace contre le froid

des sols industriels bétonnés. Ils

permettent également de réduire la

transmission du bruit et des vibrations.

Ils amortissent en outre les

chocs, ce qui protège les équipements

des chutes d’outils.

MÉDiaCiTÉ - Photos : Alain Foucha, Élisabeth Rull, Benoit Michou

ici se développent

vos projets biogaz

expobiogaz est devenu l’événement français de

référence de la filière, en rassemblant tous les

acteurs du biogaz, du monde agricole, industriel,

traitement des déchets, stations d’épuration. Les

« Journées techniques du Biogaz », organisées

par le Club Biogaz ATEE, viennent renforcer

sa pertinence et favoriser les échanges entre tous

les acteurs du marché européen.

Le salon expobiogaz s’associe au rendezvous

, un événement unique en France où se

rencontrent toutes les solutions permettant de

répondre aux grands enjeux de la construction, de

la transformation du bois et du management de

l’énergie. En participant à l’un des 8 salons ,

vous faites le choix d’un rendez-vous expert,

dédié à vos secteurs d’activité et bénéficiez

des synergies d’un dispositif unique en France,

apte à attirer des visiteurs porteurs de projets.

un salon

bâtiment énergie positive

Tél. +33 (0)4 78 176 219 batiment@gl-events.com

bepositive-events.com @bepositiveevent

Locaux techniques >

Shelters légers de Grolleau

Traditionnellement conçus en

béton, les shelters existent

aussi en format plus léger,

notamment en acier galvanisé ou

en aluminium, ainsi que le propose

Grolleau. Sur mesure, pré-équipés,

facilement transportables et directement

installables sur site, le shelter

est modulable et léger (entre 1 et

1,3 tonne), et permet aux entreprises

de minimiser les coûts de transport et de grutage. Par

ailleurs, l’ossature autoportante l’aluminium garantit une tenue

dans le temps plus importante qu’un acier galvanisé peint

et diminue les problèmes de corrosion (10 ans).

Mesure >

Pour interventions sur site

Les nouveaux amplificateurs

de mesure EspressoDAQ de

HBM ont été spécialement

conçus pour les interventions SAV.

Ces amplificateurs de mesure

légers, au format poche, peuvent

être alimentés en tension via le

port USB de l’ordinateur portable.

Les modules espressoDAQ fonctionnent

selon le principe « plug & measure », ce qui permet

au technicien d’obtenir rapidement des résultats de mesure

exploitables.

74

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Produits & Services

Traitement de l’air >

Une très grande efficacité

de filtration

Fonctionnant selon le système

« Triopticlean »

conçu par DELTA NEU, le

« JETLINE K » est équipé d’un

système de décolmatage automatique

par air comprimé. Les

cartouches, placées horizontalement,

optimisent l’efficacité

de la filtration. Leur nouveau

positionnement, couplé à un

système d’alimentation d’air de

haut en bas, facilite en effet la

décantation des poussières

dans la trémie. Le media filtrant,

d’une structure parfaitement

homogène, permet une filtration

optimale : le taux de rejet

extrêmement faible (inférieur au

mg/m3) peut permettre le recyclage de l’air dans les locaux.

Convient en particulier pour la filtration de fumées de soudage,

de poussières de découpes laser et plasma, et de poussières

liées aux traitements de surface. Sa capacité de filtration des

poussières fines le rend particulièrement adapté aux secteurs

de la métallurgie, de la chimie et de l’agroalimentaire.

Rangement >

L’armoire coupe-feu

personnalisable Denios

La majorité des

armoires de sécurité

coupe-feu

sont jaunes en relation

avec les produits

inflammables. DENIOS

innove en lançant l’armoire

coupe-feu personnalisable

SELECT

qui conserve toutes les

propriétés des armoires

coupe-feu classiques

DENIOS. L’armoire

est coupe-feu 90 minutes

selon la norme

EN 14470-1. Elle est

disponible en largeur

1200, 900 ou 600 millimètres pour convenir à tous les emplacements.

L’intérieur de l’armoire est pourvu de bacs-tiroirs

ou d’étagères. La serrure à combinaison multiple sécurise le

contenu. Disponible en version One Touch, l’ouverture des 2

portes se fait avec une seule main et un signal sonore est émis

avant la fermeture automatique des portes afin de protéger

l’opérateur.

MAINTENANCE

PRODUCTION

TECHNIQUES

INDUSTRIELLES

MANAGEMENT

OPERATIONNEL

MAITRISE

DES ENERGIES

CIMI - Formation/Conseil

en Performance Industrielle

Pour ses 30 ans, votre partenaire

vous invite

Jeudi 13 décembre 2012 à Blois, au

Colloque national

de la

Performance Industrielle

Renseignements :

02 54 74 65 15

info@cimi.fr

www.cimi.fr

Ingéniérie de formation, Conseil

Formations/action

Interentreprises (+ de 220 stages)

& Intra-entreprise sur mesure

Evaluations de compétences

Programme de

diffusion technologique

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

75


LE POUVOIR D’ÉTANCHER

LES FILETAGES MÉTALLIQUES !

InS Registered

No: 1796072

DU FABRICANT À L’UTILISATEUR

30 TECHNICO-COMMERCIAUX

À VOTRE SERVICE

1 Nettoyez... 2 Appliquez... 3 Vissez...

INFORMATIONS

ET ÉCHANTILLONS GRATUITS

www.orapi-maintenance.com

contact@orapi.com

FABRICATION

FRANÇAISE

R.C.S. 352 321 285 - 12060444 - Crédits photos : Orapi ® – 10/2012

AP_190x270_ORAPI tublock_V02.indd 1 24/10/12 11:53

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Agenda / Manifestations

Attention : afin de s’assurer de la tenue des manifestations annoncées, nous invitons nos

lecteurs à se renseigner auprès des organisateurs avant de planifier une visite.

Pollutec 2012

Rendez-vous

mondial des éco-industries

Le salon international des équipements, des technologies et

des services de l’environnement se tiendra du 27 au 30 novembre

2012 à Lyon Eurexpo et réunira 2 400 exposants de

tous les secteurs - eau, air, énergie, déchets, sols, risques et

analyse/mesure/contrôle. Il présentera un programme varié de

conférences ainsi que des rendez-vous d’affaires internationaux.

Au chapitre des nouveautés, Pollutec met l’accent cette

année sur le thème résolument transverse de la ville durable

avec, entre autres, un événement phare et un espace entièrement

dédié et sur le thème de l’industrie durable avec un forum

spécifique principalement axé sur l’éco-performance des procédés

et des utilités liés à la production. L’Argentine sera le

pays invité d’honneur.

SIFER 2013

L'événement incontournable

de la filière ferroviaire en France

Pour sa 8ème édition, SIFER, le seul salon international français

dédié à l’industrie ferroviaire, donne rendez-vous aux

grands donneurs d’ordre, équipementiers, fournisseurs, soustraitants,

opérateurs et gestionnaires de transport public les

26, 27 et 28 mars 2013 à Lille Grand Palais. Pendant 3 jours,

des rencontres, des conférences et des séminaires animeront

les allées du salon et des visites techniques de sites ferroviaires

régionaux seront organisées au sein de lieux emblématiques,

dont Eurotunnel. Les exposants auront l’opportunité

de valoriser leur savoir-faire et leurs innovations en matière de

matériel roulant, d’infrastructure, de technologies du transport

passager et d’aménagement intérieur. Organisé au cœur de

la première région ferroviaire de France, le salon est désormais

identifié comme l’événement majeur pour des acteurs

confrontés à de nombreux enjeux : libéralisation du marché,

recherche de compétitivité, course à l’innovation …

Le rendez-vous des technologies

de production

La région Rhône-Alpes

reçoit l’industrie française

Du mardi 16 avril au vendredi 19 avril 2013, Eurexpo Lyon

se transformera en véritable usine en fonctionnement avec

850 exposants et 20 000 visiteurs attendus. Parmi les 10 secteurs

représentés lors de ce rassemblement biennal, la soustraitance

fait son entrée officielle. Trois animations phares :

l’Espace Formation, l’Espace Financement et les Trophées

de l’Innovation qui reflèteront la réalité des métiers de la mécanique.

La région Rhône-Alpes est 1ère région industrielle

française, 1ère région mécanicienne française, 1ère région

sous-traitante française, elle regroupe 20 % des entreprises

industrielles du pays et 16 % des effectifs nationaux. La région

se place également au 6ème rang mondial de la mécanique.

Riches de leurs pôles de compétitivité et d’excellence, Lyon et

sa région sont un carrefour naturel et transrégional des grands

axes d’Europe du Sud.

NOVEMBRE

Du 6 au 9

MIDEST

Plate-forme mondiale de référencement

et d’échanges entre donneurs d’ordres

et sous-traitants : fabricants, équipementiers

et assembleurs rencontrent

les fournisseurs de solutions en transformation

des métaux, plasturgie, électronique,

microtechniques et services à

l’industrie.

Paris Nord Villepinte (Ile-de-France)

www.midest.com

Du 6 au 9

MAINTENANCE EXPO 2012

Le seul salon de toutes les solutions

pour la maintenance des équipements

et des actifs industriels et immobiliers.

Paris Nord Villepinte (Ile-de-France)

www.maintenance-expo.com

Du 19 au 22

MANUTENTION 2012

Pour sa 31ème édition, le salon Manutention

2012, salon international des

équipements et systèmes pour la manutention

et la logistique (levage, stockage,

équipements d’entrepôt etc.) se

tient conjointement au salon international

Emballage. Alliant interactivité et

pédagogie, Manutention propose trois

animations pour maîtrise les process

de l’intralogistique de autour de l’expertise

des exposants : Manut’Ateliers, 4

jours de conférences en plein cœur du

salon ; Manut'Innovations, nouveautés

et innovations des exposants à l’honneur

; Manut’Demo, un programme de

démonstrations dynamiques.

Paris Nord Villepinte (Ile-de-France)

www.manutention.com

Du 27 au 29

SPS IPC Drives 2012

SPS IPC Drives 2012.

Parc des expositions, Nuremberg

(Allemagne)

www.mesago.de/sps

DECEMBRE

Du 4 au 7

EXPOPROTECTION

24ème édition du salon de la prévention

et de la gestion des risques. Nouveau

lieu, nouvelle date…

Paris Expo Porte de Versailles

www.expoprotection.com

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 77


Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Biblio

La fonction sécurité

Ce guide pratique, concret et facile à consulter pour comprendre

toutes lesbases de la fonction sécurité est destiné à tous les

collaborateurs impliqués dans la sécurité de leur entreprise.

Cette deuxième édition comprend des mises à jour sur la réglementation

et des nouveaux sujets (les facteurs de risques des

déplacements, la mission ducoordonnateur de sécurité, l’habilitation

électrique, le permis de travail, les risquespsychosociaux,

le transport des matières dangereuses, le permis de feu, etc.).

La transversalité de ce guide permet un usage au quotidien.

Il est articulé autourde neuf parties qui permettent d’appréhender

l’ensemble des questions relativesaux risques d’accidents,

à la lutte contre la malveillance, à la prévention desrisques

pour l’environnement, à l’emploi des produits dangereux, aux

risquesroutiers et à la sécurité incendie. Les aspects financiers

et juridiques (responsabilités pénales et civiles) sont également

détaillés.

« La Fonction sécurité, Guide pour la gestion de la santé, de

la sécurité, de la sûreté et de l’environnement », 2ème édition,

CNPP éditions, 512 pages

Tout sur la robinetterie industrielle

Profluidannonce la nouvelle édition du

« Guide de la robinetterie industrielle »,

un document de référence rédigé par ses

experts techniques et validé par ses adhérents

fabricants de robinetterie industrielle.

Ce guide d’utilisation de 100 pages

s’adresse aussi bien aux concepteurs,

qu’aux utilisateurs et prescripteurs amenés

à travailler sur la robinetterie industrielle.

Véritable source d’information détaillée,

il peut également s’avérer être un

document utile pour les formateurs dans

les domaines de la maintenance et de la conception en robinetterie.

Vous trouverez dans ce guide complet toute l’information

sur les différents types de vannes, le contexte réglementaire

et normatif à connaître ainsi que des recommandations sur la

conception, le transport, l’installation et la mise en service.

Le « Guide de la robinetterie industrielle » est accessiblesur le

site www.profluid.org/fr/publications.html

La révolution ToC

Lean Six Sigma

La Chine et son industrie « usine du Comprendre,

analyser et améliorer la performance

de sa relation de service : pour

la première fois en France est publié un

ouvrage sur le ToC (Theory of Constraints

– théorie des contraintes) Lean Six Sigma.

Une approche qui connait depuis plusieurs

années un succès croissant à l’étranger,

comme peut en témoigner la parution du

best seller Epiphanized: Integrating TOC,

Lean & Six Sigma, numéro un des ventes aux USA. Comment

amener la transformation Lean dans son entreprise? Et faire en

sorte que tout le monde travaille sur les vrais flux de valeur au

lieu de perdre son temps à réarranger les transats sur le pont

supérieur de son Titanic… Voici une méthode puissante qui va

augmenter de manière significative et durable la performance

des processus tout en réduisant leurs coûts opérationnels.

« La Révolution ToC Lean Six Sigma dans les services »,

Florent A. Meyer, éditions Lexitis, collection Les Pratiques de la

performance, 400 pages.

Financer l’innovation

Destiné principalement aux PME-PMI

et aux entreprises de taille intermédiaire

(ETI), ce guide pratique accompagnera les

dirigeants, directeurs techniques et responsables

R&D, dans la structuration de leur

démarche, les différents mécanismes et les

financements les plus adaptés. Ce vademecum

permet de comprendre, maîtriser

et optimiser le financement de la R&D et

de l’innovation (R&I) selon une approche

globale et méthodologique inédite des différents

dispositifs de soutien. De plus 19 fiches pratiques décrivent

une trentaine de dispositifs.

« Guide pratique du financement de l’innovation - Cadre légal,

méthodes et sources de financement », Franck Debauge, directeur

associé ACIES, avec la participation d’OSEO, collection

« Finance / DFCG », éditions Eyrolles, 340 pages.

Mettre les équipes en

mouvement

comment font les dirigeants qui parviennent

à mettre les équipes en mouvement

? Comment convaincre de la

nécessité du changement ? Comment

faire évoluer la culture d’une organisation

? Comment déployer un projet stratégique

? Ce livre astucieux et provocateur,

déjà traduit et diffusé aux États-Unis,

en Grande-Bretagne et en Inde, apporte

à ces questions des réponses pertinentes, concrètes et originales.

Dans cette nouvelle édition, enrichie d’un nouveau chapitre

sur le rôle du web 2.0 dans les projets de changement, il

vous présente pas-à-pas les étapes pour passer de la stratégie

à l’action. La première édition de ce livre a été publiée sous

le titre : Mais qu’est-ce qu’ils attendent tous pour déployer ma

stratégie ?

« De la stratégie à l'action. Comment mettre les équipes en

mouvement », Christine Antunes, Philippe Korda, Christophe

Korda, Collection Stratégies et Management, Dunod 2012,

2ème édition, 224 pages.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 79


LE NOUVEAU RENDEZ-VOUS DE L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE INDUSTRIELLE

Conférence Exposition Rendez-vous d’affaires

Les 5 & 6 Décembre 2012

Cité Universitaire Internationale de Paris

• Maîtrisez votre consommation en énergie

• Limitez l’impact écologique de votre usine

• Optimisez votre outil de production

2 jours de débats et d’exposition pour vous accompagner

dans l’optimisation de votre efficacité énergétique.

Demandez

votre badge sur

www.congres-sef.com

50 speakers / 25 fournisseurs /500 participants

Un événement organisé par :

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

www.congres-sef.com


Biblio

L’espace,

le temps et l’univers

Un passionnant périple au cœur de la

physique moderne avec le physicien

Brian Greene à la découverte d’une réalitérenversante

: sous la surface de notre

perception quotidienne, se cache unmonde

étonnant. La série en 4 épisodes«

La Magie du cosmos » (d’après le livre

du même titre), mêlant des théories, expériences et histoires

audacieuses à des explicationslimpides et des métaphores imaginatives,

nous entraîneaux frontières de la physique et montre

comment les scientifiquesassemblent les pièces du puzzle.

Cette captivante série dresse le portrait le pluscomplet jamais

réalisé en vidéo, de l’espace, du temps et de l’univers. Coffret 2

dvd &bluray, La Magie du cosmos (Qu'est-ce que l'espace, l'illusion

du temps, le saut quantique) ; L'univers élégant (La théorie

des cordes, l'illusion du temps, dans la 11e dimension), durée

totale 5 heures 40 min, Arte Editions, collection l’Odyssée des

sciences (diffusion sur ARTE à partir du 13 octobre 2012).

Les 28 métiers

des Compagnons du Devoir

Entrer chez les Compagnons du Devoir et du Tour de France,

c’est acquérir une solide qualification et un savoir-faire au

contact de professionnelsau travers d’expériences variées en

entreprise. Chaque année, plus de 10 000 jeunes sont formés

par les Compagnons à l’un de leurs 28 métiers dans les secteurs

de l’industrie, du bâtiment, du goût ou encore des matériaux

souples. Chez les Compagnons, la formation se fait exclusivement

par alternance. On peut y entrer à différents niveaux.

Les diplômes dispensés vont du CAP à la licence professionnelle,

avec une année à l’étranger.

Les métiers des Compagnons du Devoir et du Tour de France,

éditions Onisep

S’instruire au réveil !

Sur un ton à la fois drôle et sérieux,

l’auteure nous fait découvrir

l’histoire d’un produit, les origines

de ses composants,les réactions

chimiques pour arriver à un tel

résultat et son utilisation... bref la

petite chimie du matin ! Chaque

partie estconstruite autour d’une

thématique. Les explications

sont claires et concises et les

illustrations décalées nous emportentdans

le monde de Marie

Curieuse.

« Café, crème, savon et Cie »,

Muriel Chiron-Charrier, éditions

EDP Sciences, 160 pages

L’excellence produits

par le tolérancement

inertiel

Une démarche de rupture dans l'approche

de la qualité des produits, une nouvelle

façon de concevoir la conformité d'une

caractéristique et des outils pour maîtriser

les processus de production les plus

innovants, enfin une approche globale et

cohérente de la spécification au contrôle

pour garantir la qualité aux clients. Le tolérancement inertiel vise

à garantir une excellente qualité des produits, tout en laissant le

plus de liberté possible à la production. Il limite ainsi la variabilité

dimensionnelle des pièces mécaniques. L'usage veut que l'on

délimite la variabilité par un intervalle de conformité. Or cette approche

centenaire est en passe d'être dépassée par le tolérancement

inertiel, récemment normalisé, qui donne plus de liberté

à la production, tout en garantissant une excellente fonctionnalité

des produits assemblés.Les outils de la maîtrise inertielle

des processus (MIP) avec les cartes de contrôles inertielles très

performantes, associées à des indicateurs de capabilité et un

pilotage multicritère rendent très simple le pilotage sur la cible

des processus, afin de garantir l'inertie maximale admise.Cet

ouvrage décrit de façon pragmatique l'ensemble de la chaîne

inertielle, depuis la spécification des tolérances jusqu'au pilotage

des machines, en passant par la maîtrise des moyens de

mesures.

« Améliorer la productivité, Déploiement industriel du tolérancement

inertiel », Maurice Pillet, Editions d'Organisation, 220

pages

L’ABC du stockage et de la manipulation

des produits dangereux

Un stockage non conforme des produits dangereux peut avoir

des conséquences désastreuses

pour les employés, les

bâtiments et l’environnement.

L’expert asecos propose, dans

son catalogue « Le meilleur pour

l’industrie », d’approfondir ses

connaissances sur la thématique

du stockage et de la manipulation

de produits dangereux.

Cet ouvrage de référence répertorie

près de 1.700 solutions de

produits permettant la manipulation

en toute sécurité des produits dangereux : de l’armoire de

sécurité en laboratoire aux systèmes de bacs à rétention… Le

catalogue détaille informations techniques et conseils pratiques

pour la manutention quotidienne sécurisée de produits dangereux.

Catalogue asecos « Le stockage et la manipulation des produits

dangereux »

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628 81


Les services à l’industrie

N°624 - Octobre - Novembre - Décembre 2011

Abonnez-vous en ligne sur www.maintenance-entreprise.com

25 euros

PRÉVENTIF :

Les services à l’industrie

Le diagnostic

sur site

page 34

EXPERTISE :

Le management

du risque

page 36

PRESTATAIRE :

Traitement

de l’air

page 40

NETTOYAGE :

Le boum de la

cryogénie

page 48

N°625 - Janvier - Février - Mars 2012

25 euros

location :

gestion :

siRMelec :

teRtiaiRe :

Dossier

Les services à l’industrie

Une solution

anti-crise

page 27

les pièces de

rechange

page 32

electricité et

maintenance

page 42

Qualité de

l’air intérieur

page 48

Dossier

www.maintenance-entreprise.com

N°626 - Avril - Mai - Juin 2012

Pourquoi les arrêts

sont incontournables p.19

Maintenance Expo

Spécial GMAO p.18

25 euros

pratique :

MetHODe :

tertiaire :

Les services à l’industrie

www.maintenance-entreprise.com

Nettoyage & epi

hygiène

sur mesure

page 30

LeanSixSigma

un nouveau

regard

page 34

pas de coupure

d’antenne

à la télé

page 48

eNVirONNeMeNt :

Les avions

passent au

bionettoyage

page 54

Dossier

De la maintenance nucléaire

au grand carénage p.18

www.maintenance-entreprise.com

Offre spéciale

Bénéficiez d’un abonnement

découverte d’un an

80€*TTC

au lieu de 100€**

Index des entreprises et

organismes cités dans ce numéro

ACR...........................................53

AFNOR..................................51

AKIEM.........................................31

Al Babtain..............................41-43

Alstorm......................................31

Apave..................................35-37

Arte TV...................................57-59

Atalian........................................50

AVM Logiciels.............................16

AUDROS Technology..................16

Bombardier................................31

Brammer..................................10

Carl Software...................16, 18, 31

Certivéa.................................50, 52

CIMI............................................6

CNPP......................................10

Cryostar.....................................6

DIMO Gestion.............14, 16, 29-30

Distech Contros...........................55

DSD System..........................25-26

Ecole des Mines de Nantes.........38

Elcom...................................47

Endress+Hauser.......................6

Eu.bac...................................53

FEDENE..................................51

FIVES.......................................12

Geodis (SNCF)...........................31

Index des annonceurs

APAVE ........................................34

Apisoft .........................................17

AZ HOLLYNC .............................40

CARL Software ...........................13

Chauvin Arnoux ..........................29

CIMI ......................................48, 75

CORDIA ......................................70

CRC ............................................63

DBvib ..........................................23

Denios ..................................encart

DIMO Gestion ...............................7

DLR .............................................54

DSD System ...............................27

DYMO ............4ème de couverture

E Message ISYS .........................68

ExpoProtection ............................48

EMZ ............................................69

FARO ..........................................67

FUCHS LUBRIFIANTS ...............28

GATES ..........................................9

GL EVENTS ................................59

GRESSIER .................................66

IT CONCEPTS ............................36

ITIRION ......................................69

Greta....................................6

Icade.....................................52

Inovalia.....................................55

Item....................................47

IUT Sénart Fontainebleau...........14

JTECK Automotive.....................47

LGM.........................................6

Louss...................................55

N. Dentressabgle...................44-45

Peli Products...............................68

Petitjean.............................41-43

Planon Site Alpha........................52

Rexel.......................................51

Rocamat....................................33

SAGE........................................16

SIEMENS Buiding..................57-59

SIL Fala..................................35-37

SIVECO........................8, 10, 20-24

Würth France..............................60

Snecma (Safran).........................14

Spie.......................................50, 51

Still.....................................44-45

SYPEMI......................................50

SYPIM.....................................50

TOTAL.................................28-30

Tribofilm................................33

Weidmuller...................................6

ITM ...............................................4

KLUBER LUBRICATION ............37

Maintenance&co.com .................61

MARECHAL ELECTRIC .............26

MASTER LOCK ..........................71

MEWA ...........2ème de couverture

ORAPI .........................................76

PELI Products ............................73

PLANON Site Alpha ....................11

Pollutec .......................................78

RS ...............................................15

Salon Be Positive .......................74

Salon Manutention ......................56

Salon Smart Energy ....................80

SAMR .........................................45

SART VON ROHR..........................

......................3ème de couverture

Seton ..........................................43

Signals .................................encart

SIVECO ......................................24

TEXROPE ..................................19

TRIBOFILM ................................32

WERMA ......................................71

Bulletin d’abonnement................82

82

Cet abonnement peut être pris en compte

dans vos frais généraux ou votre budget formation

* Pour tout paiement en ligne par carte bleue

**TVA 2,10%. Offre réservée à la France métropolitaine.

DOM-TOM et étranger : 100€

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

Au sommaire du prochain numéro

Numéro 629 – Janvier-Février-Mars 2013

Outils & services pour la maintenance

Les outils électro-portatifs ; les outils d’Interventions rapides

Les systèmes d’entraînement

Reconditionnement et rebobinage ; les pièces d’usure

Tuyauterie, chaudronnerie et soudure

La corrosion ; colles et fixations

TERTIAIRE & MAINTENANCE DU BATIMENT

Les systèmes d’alarmes ; les compteurs intelligents


Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628


Conquérez tous les aspects de votre travail.

AÊchaqueÊfoisÊqueÊvousÊallezÊauÊtravail,ÊunÊnouvelÊimprŽvuÊvousÊattend.ÊTraiterÊlesÊ

urgencesÊenÊplusÊduÊtravailÊquotidien,ÊcÕestÊleÊjeuÊ!ÊLaÊseuleÊfaçonÊdeÊgagnerÊestÊ

deÊtoutÊgarderÊenÊordre.ÊLesÊimprimantesÊetÊŽtiquettesÊDYMOÊIndustrielÊpeuventÊ

vousÊaiderʈÊmaintenirÊvotreÊtravailÊorganisŽÊetÊenÊsŽcuritŽ.

Explorez ce que DYMO Industriel peut offrir—incluant notre assortiment

d’étiqueteuses et d’étiquettes—partout où les outils industriels sont vendus

ou sur dymo.com/Maintenance.

Octobre-Novembre-Décembre 2012 – N°628

EtiqueteuseÊRHINOªÊ4200

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!