26.11.2020 Views

Maintenance & Entreprise n°618

Dossier : Arrêts et interventions de maintenance

Dossier : Arrêts et interventions de maintenance

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

N°618 - Avril-Mai-Juin 2010<br />

25 euros<br />

www.maintenance-entreprise.com<br />

Les services à l’industrie<br />

▼<br />

Transports :<br />

L’activité<br />

maintenance du<br />

métro de Turin<br />

page 28<br />

▼<br />

Solution :<br />

Le stockage<br />

des produits<br />

dangereux<br />

page 30<br />

▼<br />

Mesure :<br />

Les contrôles<br />

par les ultrasons<br />

page 38<br />

▼<br />

Focus :<br />

Prévention<br />

et sécurité<br />

page 50<br />

Dossier<br />

Arrêts et interventions<br />

de maintenance<br />

p.18


SOMMAIRE<br />

L’actualité<br />

> ÉDITORIAL<br />

Prévention : ne pas baisser la garde.......... 5<br />

> ACTUALITÉS<br />

• SEPEM Industries veut maîtriser<br />

son succès ............................... 8<br />

• Le Cetim double les capacités de son laboratoire<br />

nantais de contrôle non destructif.........13<br />

• <strong>Maintenance</strong> des éoliennes<br />

KSB crée un service dédié................14<br />

• Risque industriel. Sécuriser les réservoirs<br />

de stockage.............................15<br />

• Forum Dimo Gestion<br />

DIMO Maint,. un an après................16<br />

Références<br />

> Arrêts de maintenance<br />

• Bases-vie. Une prestation très particulière. 18<br />

• Sécuriser les intervenants extérieurs.......22<br />

> GMAO, ERP<br />

• Siveco. Rencontre avec son dirigeant<br />

Koen Beckers............................26<br />

• Transports. L’activité maintenance<br />

du métro de Turin.......................28<br />

DR<br />

> PRATIQUE<br />

• Produits dangereux<br />

Une solution de stockage en conteneurs.. . 30<br />

> SOLUTION<br />

• Mobilité. ADEUZA développe <br />

de nouvelles gammes Movalys............32<br />

> EXPÉRIENCE<br />

• Location de matériels.<br />

Les loueurs dans la tourmente............34<br />

> ÉVÉNEMENT<br />

• Mesure. Le contrôle ultrason..............38<br />

• Surveillance vibratoire...................44<br />

> FOCUS<br />

• Entretien avec Antoine Fabre,<br />

délégué général du SYNAMAP............48<br />

• Prévention et sécurité.<br />

Indispensables EPI .......................50<br />

Magazine<br />

> NOUVEAUX PRODUITS ........55<br />

> L’Agenda FORMATION........64<br />

DR<br />

> BIBLIO...............................66<br />

> INDEX ENTREPRISES CITÉES<br />

INDEX ANNONCEURS..........66<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618 3


Edito<br />

Les services à l’industrie<br />

CONCEPTION ÉDITORIALE<br />

& RÉALISATION<br />

MRJ – 24, rue Firmin-Gillot<br />

75015 Paris<br />

Tél. 01 56 08 59 00<br />

Fax 01 56 08 59 01<br />

(La rédaction n’est pas responsable des documents qui<br />

lui sont adressés, sauf demande express, ceux-ci ne<br />

sont pas retournés)<br />

RÉDACTION<br />

01 56 08 59 00<br />

RÉDACTEUR EN CHEF<br />

Jean-François Romain<br />

(jf.romain@mrj-webagency.com)<br />

Ont participé à ce numéro<br />

O. Cousinard<br />

V. Meunier, Thomas Murphy<br />

François Précope<br />

Maquette/secrétariat de rédaction<br />

Philippe Guérin Communication<br />

(06 74 29 31 70)<br />

PUBLICITÉ<br />

01 56 08 59 00<br />

CHARGÉ DE CLIENTÈLE<br />

Patrick Barlier<br />

(p.barlier@mrj-webagency.com)<br />

DIFFUSION ET ABONNEMENTS<br />

Prix du numéro : 25 euros<br />

Abonnements 4 numéros : 85 euros<br />

Étranger : 100 euros<br />

Règlement par chèque bancaire<br />

à l’ordre de MRJ<br />

COMITÉ D’ORIENTATION<br />

l Pr A. Aoussat (ENSAM -CPI)<br />

l Mme F. Asensio (AFSM)<br />

l M. P. Cros (FIM),<br />

l Me A.-J. Darmon (avocat au Barreau de Paris)<br />

l Mme D. Eyraud (FIEEC),<br />

l M. Fabiani (SNCT)<br />

l M. Gabriel (ESSTIN-Univ. Nancy I)<br />

l Guy Planchette (IMdR-SdF)<br />

l Pr Tahiri (ENIM, Maroc)<br />

l Pr Zwingelstein (Univ. Paris XII)<br />

IMPRESSION<br />

Jouve 2 - 33, rue Saint-Léonard BP3<br />

53100 Mayenne<br />

N° ISSN : 1154-6433<br />

Dépôt légal : à parution<br />

Membre du REPM-EMPN (Réseau Européen<br />

de la Presse spécialisée en <strong>Maintenance</strong> – European<br />

Professional <strong>Maintenance</strong> Press Network)<br />

Prévention :<br />

ne pas baisser la garde<br />

La sécurité des intervenants extérieurs sur<br />

un site industriel est un sujet particulièrement<br />

sensible. Vous verrez comment M. Bouquet,<br />

responsable maintenance du verrier Owens<br />

Corning à Laudun (près d’Avignon), a mis en<br />

œuvre une stratégie de protection du réseau<br />

électrique sur l’ensemble de l’usine. Un investissement<br />

dont profitent aussi bien les équipes<br />

permanentes.<br />

On sait que les professionnels de la maintenance<br />

sont parmi les plus exposés aux accidents du travail. C’est pourquoi<br />

nous présentons régulièrement de nouveaux produits de protection. En<br />

marge des salons Préventica, nous avons rencontré M. Fabre, délégué général<br />

du Syndicat national des acteurs du marché de la prévention et de la<br />

protection. Il insiste avec raison sur la nécessité de maintenir la vigilance en<br />

matière de sécurité, y compris en des temps où les entreprises pourraient<br />

être tentées de baisser la garde.<br />

Le salon MesurExpoVision qui se tient du 1 er au 3 juin prochain (à Paris<br />

Expo) est l’occasion d’approfondir deux techniques de maintenance préventive,<br />

le contrôle par les ultrasons et la surveillance vibratoire. La matière peut<br />

sembler ingrate au non initié. Mais elle est suffisamment importante pour<br />

nos métiers pour que nous ayons décidé de publier les deux articles que<br />

vous trouverez dans ce numéro.<br />

Selon le dernier indicateur Symop disponible, l’amélioration des commandes<br />

en biens de production constatée en fin d’année dernière se poursuit :<br />

« L’indice se relève à 67 en février soit une hausse de 20 % par rapport au<br />

mois précédent (54). L’évolution sur les 12 mois glissants montre un redressement<br />

de la tendance, ramenant la chute des commandes à – 43 %<br />

en progression de 6 points par rapport à la tendance observée fin 2009<br />

(– 50 %) », remarque l’analyse du Symop, poursuivant : « Il est par ailleurs<br />

intéressant de noter que toutes les composantes de l’indicateur profitent<br />

de cette amélioration de la demande. » Enfin un indice d’espoir…<br />

Jean-François Romain<br />

Rédacteur en chef<br />

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION<br />

Jérémie Roboh<br />

MAINTENANCE & ENTREPRISE est édité<br />

par MRJ<br />

24, rue Firmin-Gillot - 75015 Paris<br />

Photo de couverture : Lafont<br />

Dans ce numéro : un encart broché abonnement<br />

et un encart jeté «catalogue Watco» de 32 pages<br />

<strong>Maintenance</strong> & <strong>Entreprise</strong> est membre<br />

du Syndicat de la presse professionnelle<br />

Janvier-Février-Mars 2010 - N°617<br />

5


Actualités<br />

Taxe carbone ><br />

Le GFI a été<br />

entendu<br />

«<br />

La décision du Conseil constitutionnel annulant<br />

la taxe carbone a au moins un mérite : celui de<br />

reconnaître qu’il est juridiquement impossible<br />

de concilier la création d’une taxe carbone nationale sur<br />

la production avec l’objectif de préserver la compétitivité<br />

de l’industrie localisée en France par rapport à celles<br />

des autres pays européens qui en sont pratiquement<br />

exonérées », martèle Yvon Jacob, président du Groupe<br />

des fédérations industrielles. L’industrie manufacturière<br />

(hors production d’électricité) compte aujourd’hui pour<br />

25 % des émissions de dioxyde de carbone (CO 2<br />

) et,<br />

depuis 1990, l’industrie est le secteur qui a le plus réduit<br />

ses émissions (-25 % à -30 % en moyenne) en engageant<br />

d’importants investissements. Sous présidence<br />

française, l’Union européenne avait décidé d’un paquet<br />

climat-énergie qui prévoit une nouvelle réduction pour<br />

l’Europe de 20 % des émissions d’ici à 2020, en décidant<br />

des moyens adéquats pour y parvenir. L’échec relatif<br />

de la Conférence de Copenhague amène à considérer<br />

que les engagements pris par l’Europe handicapent<br />

les industries françaises et européennes par rapport<br />

au reste du monde. « En situation de crise, soyons cohérents<br />

pour l’emploi, l’investissement, l’exportation,<br />

le niveau de vie de nos concitoyens », prévient Yvon<br />

Jacob. Un message qui a été entendu par le président<br />

Sarkozy qui a conditionné une éventuelle taxe carbone<br />

à la concertation, improbable à court terme, avec nos<br />

partenaires européens. n<br />

Énergie ><br />

Areva joue la<br />

transparence<br />

L<br />

e<br />

nouveau site internet Areva a nécessité 18<br />

mois de développement. Plus complet, interactif<br />

et pédagogique, areva.com manifeste la démarche<br />

de l’entreprise en terme de transparence et de<br />

dialogue. Grâce à des contenus riches et variés, Areva<br />

entend sensibiliser le grand public à ses problématiques<br />

et lui permettre, ainsi qu’aux partenaires industriels<br />

et commerciaux du groupe, d’avoir accès à une<br />

information toujours plus riche sur ses activités et son<br />

actualité. Les visiteurs pourront s’inscrire à des flux de<br />

contenus et recevoir des réponses adaptées. Les internautes<br />

pourront aussi poser toutes leurs questions à<br />

des collaborateurs du groupe, qui répondront sur leur<br />

domaine d’expertise, et échanger avec une communauté<br />

intéressée par ses activités et les enjeux énergétiques<br />

(areva.com). n<br />

GMAO ><br />

CORIM Web Designer<br />

100% Web et<br />

personnalisable<br />

L<br />

e<br />

module CORIM Web Designer (CWD) a été spécialement<br />

conçu pour la création et la personnalisation totale des<br />

applications en mode Web. « Les utilisateurs apprécieront<br />

de pouvoir sélectionner les éléments qu’ils souhaitent voir<br />

apparaître sur leur interface et créer leurs propres pages HTML.<br />

En plus de l’application Web, une bibliothèque de composants<br />

graphiques et métiers est disponible en standard pour une personnalisation<br />

à volonté », explique Alain Rouanet, DG de CORIM<br />

Solutions. Parfait ensemble fonctionnel et technologique, ce kit<br />

de développement répond aux contraintes de déploiement et<br />

de mise à jour des services informatiques, mais également aux<br />

besoins des acteurs maintenance, toujours plus attentifs à l’ergonomie<br />

et à la simplicité d’utilisation de leur solution GMAO<br />

(www.corim-solutions.com). n<br />

Carrefour choisit<br />

Coswin<br />

L<br />

’enseigne<br />

de distribution mondiale Carrefour a retenu le<br />

logiciel de GMAO Coswin 7i pour fédérer la gestion de<br />

ses magasins français (soit un total de 805 hypermarchés<br />

et supermarchés) et bâtir un nouveau système de gestion<br />

de la maintenance. Le périmètre du projet concerne les approvisionnements,<br />

la gestion des entrepôts et celle des 805 établissements.<br />

La souplesse du progiciel ainsi que la possibilité<br />

de bénéficier d’indicateurs et de tableaux de bords de pilotage,<br />

grâce à l’application Coswin B.I., auraient été déterminantes<br />

dans le choix. n<br />

Carl Software en<br />

Espagne<br />

A<br />

près un premier contrat remporté avec le tram de Ténérife,<br />

CARL Software souhaite s’implanter durablement<br />

sur le marché espagnol. Participant au salon BCN Rail à<br />

Barcelone en décembre dernier, Carl a présenté le logiciel CARL<br />

Source Transport, dédié à la gestion des parcs roulants et des installations<br />

fixes. CARL Transport est notamment exploité pour la<br />

maintenance du Métro d’Alger, Madrid, Séoul, les tramways de<br />

Clermont Ferrand, Grenoble, Montpellier, Mulhouse, ou encore<br />

les métros de Marseille et l’Orlyval. Déjà également présent en<br />

Italie depuis peu (métro de Turin), CARL Software s’appuie désormais<br />

sur une agence à Barcelone. n<br />

6<br />

M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Actualités<br />

Événement ><br />

SEPEM Industries veut maîtriser<br />

son succès<br />

À<br />

Colmar, les 1er, 2 et 3 juin prochains, le SEPEM<br />

accueille 282 exposants. La politique menée depuis<br />

4 ans par l’organisateur de salons régionaux<br />

EVEN Pro est axée sur la gestion de la croissance de ses événements<br />

en tenant compte de tous les paramètres (nombre<br />

de visiteurs, actualité économique…) afin de continuer<br />

d’assurer sur chacun de ses salons un bon ratio contacts/<br />

visiteurs pour l’ensemble des exposants, « même s’il est toujours<br />

difficile de refuser une cinquantaine de nouveaux exposants,<br />

l’objectif prioritaire est de satisfaire les 282 exposants<br />

qui nous ont fait confiance », explique Philippe Dutheil, directeur<br />

des SEPEM.<br />

Cette année, afin de faciliter le déplacement des visiteurs<br />

depuis tous les axes du grand Est de la France, chaque jour<br />

des navettes gratuites assureront des allers-retours entre<br />

Colmar et 8 grands pôles industriels de la région : Metz/St-<br />

Avold – Phalsbourg – Reichtett ; Nançy/Lunéville – St Dié ;<br />

Besançon – Monbéliard – Belfort (aller le matin et retour en<br />

fin d’après-midi).<br />

À Colmar, une offre toujours aussi complète et diversifiée<br />

permettra à tous les responsables opérationnels et quelles<br />

que soient leur fonction et leur industrie de référence, de<br />

trouver des solutions pour leur site de production. « Ce salon<br />

“national” en région va certainement dépasser les 3 500 visiteurs<br />

», estime M. Dutheil. Des conférences seront animées<br />

par Carl Software (gmao, MES), Pompes Grundfos, Audissee<br />

(Cognex), Balogh RFID, Harting, supervision Red Lion, Stil,<br />

Phoenix Contact… Au cœur du salon, un espace sera dédié<br />

à la présentation du SEPEM Industries sur le Net, un salon<br />

virtuel permanent (www.sepem-industries.com) donnant<br />

accès rapidement et gratuitement à une plate-forme d’équipements<br />

industriels satisfaisant aux besoins récurrents (plus<br />

de 700 exposants à ce jour). n<br />

Rens. EVEN Pro, contact@even-pro.com<br />

www.sepem-industries.com<br />

DR<br />

DR<br />

Salon ><br />

L’intralogistique à<br />

Manutention 2010<br />

L<br />

e<br />

salon international des<br />

équipements et systèmes<br />

pour la manutention<br />

et la logistique, organisé par<br />

Comexposium avec le soutien du<br />

CISMA, se dote d’une nouvelle<br />

équipe sous la direction de Mario<br />

Fiems, directeur des salons du<br />

pôle transport et logistique du<br />

groupe Comexposium qui regroupent<br />

Manutention, Equip Auto et<br />

Solutrans. La prochaine édition<br />

du salon se déroulera du 22 au 25 novembre 2010,<br />

conjointement au salon international Emballage donnant<br />

ainsi à Manutention une nouvelle dimension plus<br />

internationale et renforçant son impact auprès de tous<br />

les secteurs industriels et de la distribution pour encore<br />

mieux valoriser et promouvoir l’intralogistique. n<br />

Défense ><br />

Un milliard d’e pour le<br />

MCO des sous-marins<br />

La Marine nationale a confié à DCNS le maintien en condition<br />

opérationnelle (MCO) de ses sous-marins. Un premier<br />

contrat d’une durée de 5 ans porte sur la maintenance des<br />

6 sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) de type Rubis, pour un<br />

montant de plus de 500 Ms, et consiste à assurer à Toulon l’entretien<br />

courant, les prestations d’ingénierie et de logistique ; le<br />

grand carénage de trois sous-marins : chantier de 18 mois permettant<br />

d’effectuer la visite complète du sous-marin. DCNS devra<br />

également réaliser le MCO et la modernisation des installations<br />

nucléaires de base de la zone Missiessy à Toulon ainsi que les plates-formes<br />

d’entraînement et le simulateur tactique de l’École<br />

de navigation sous-marine (ENSM).<br />

Le second contrat concerne les sous-marins nucléaires lanceurs<br />

d’engins de la Force océanique stratégique. D’un montant de<br />

près de 500 Ms sur 5 ans et demi, les prestations réalisées à<br />

Brest couvrent l’entretien courant des SNLE, la maintenance des<br />

plates-formes d’entraînement, des outillages spécifiques et des<br />

services à terre. n<br />

8 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Manitou se réorganise ><br />

Un projet de sortie<br />

de la crise<br />

Manitou a présenté à son comité de groupe<br />

le projet d’une nouvelle organisation<br />

industrielle et sociale en France. Selon<br />

Jean-Christophe Giroux, directeur général, ce projet<br />

vise à « clarifier les missions » de chaque site industriel<br />

en définissant des centres de compétences<br />

à masse critique autour des compétences locales,<br />

des métiers, et des nouveaux enjeux opérationnels ;<br />

à « simplifier l’organisation » en fusionnant les entités<br />

légales Aumont BSBH, CIMM, BTMI et MLM dans<br />

Manitou BF afin d’alléger le cadre administratif, fluidifier<br />

les pratiques de rémunération et encourager<br />

les mobilités. Enfin, il vise à « amplifier la réactivité,<br />

la responsabilité et la productivité ». La ligne de produits<br />

magasinage, actuellement implantée à Saint-<br />

Ouen-l’Aumône (95) devrait migrer vers le site de<br />

Beaupréau (49) entièrement dédié à la division IMH<br />

(manutention industrielle). n<br />

Réglementation ><br />

La directive Machines<br />

avec le Cetim<br />

L<br />

a<br />

directive Machines 2006/42/CE qui porte sur les machines<br />

neuves commercialisées en 2010 est entrée en<br />

vigueur le 29 décembre 2009. La directive pose des exigences<br />

termes de sécurité, d’ergonomie, de poste de travail,<br />

d’information, de protection contre le retournement, etc. Elle<br />

comporte des points nouveaux, par exemple sur les « quasimachines<br />

» et impose une évaluation des risques. Parmi les<br />

nouvelles exigence, les protecteurs fixes doivent dorénavant<br />

être munis de systèmes de fixation imperdables. De même,<br />

les moyens d’accès pour la maintenance doivent être prévus<br />

par le constructeur. La FIM, le Cisma et le Cetim ont organisé<br />

des réunions d’information et les experts du Cetim peuvent<br />

accompagner les entreprises sur la durée afin de faciliter<br />

l’appropriation des évolutions techniques dans la conception<br />

des produits (analyse de risques, intégration des automates et<br />

fonctions de sécurité, rédaction de la documentation technique,<br />

réception des machines, évaluation de la conformité des<br />

équipements, etc.). n<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618 9


Actualités<br />

BRÈVES<br />

Rectification<br />

La nouvelle adresse postale du<br />

siège du groupe SOCODA est<br />

31 rue Mogador, 75311 Paris<br />

Cedex 09 (téléphone inchangé :<br />

01 44 83 67 89).<br />

Site : www.socoda.com<br />

Ingénierie :<br />

LGM recrute dans<br />

les métiers de<br />

maintenance<br />

LGM qui vient d’emménager<br />

dans de nouveaux bureaux à<br />

Vélizy (78) devrait procéder à<br />

125 recrutements destinés<br />

au siège francilien comme<br />

aux directions régionales.<br />

De nombreux recrutements<br />

sont liés aux métiers de la<br />

maintenance sur les profils<br />

suivants : ingénieurs confirmés<br />

(4 à 6 ans d’expérience) en<br />

soutien logistique intégré,<br />

techniciens confirmés (5 à 10<br />

ans d’expérience) spécialisés<br />

en rédaction de documentation<br />

technique/documentation de<br />

maintenance (automatisme,<br />

électronique, génie civil,<br />

mécanique, chaudronnerie). LGM<br />

se dote également d’une nouvelle<br />

direction du développement<br />

confiée à Xavier Allégrini,<br />

ingénieur Centrale Paris.<br />

Sensibilisation :<br />

alerte aux TMS<br />

Chariots ><br />

Nouvelle direction chez STILL <br />

P<br />

ierre<br />

Pierre Guillaumot<br />

Guillaumot (47 ans) succède à<br />

Thomas Fischer à la direction de STILL<br />

France. Entré chez STILL en 1998 comme<br />

responsable de la fabrication après 10 ans passés<br />

chez Renault, P. Guillaumot devient en 2002<br />

directeur de l’usine de Montataire (Oise) puis de<br />

l’usine de Reutlingen en Allemagne en 2008. « La<br />

stratégie de proximité client et de services porte<br />

ses fruits et va nous permettre de sortir renforcés<br />

de la crise », explique M. Guillaumot.<br />

Thomas Fischer (50 ans) rejoint Hambourg où il devient directeur général ventes, marketing<br />

et services du groupe STILL. Cette nomination récompense le travail réalisé depuis<br />

5 ans en France par ce fédérateur d’équipe parfaitement trilingue (allemand, anglais,<br />

français). Il a su anticiper les grandes tendances du marché en orientant la stratégie de<br />

STILL sur les services (à travers notamment les programmes de maintenance) tout en<br />

développant le réseau de distribution. Après avoir commencé sa carrière en 1988 chez<br />

Lenze au sein du service marketing, T. Fisher entre en 1992 chez Mercedes Benz puis<br />

Renault Poids Lourds à la direction des ventes. Entré chez STILL en 1995 où il occupe<br />

différentes fonctions de direction au sein du service commercial, il avait été nommé<br />

en 2005 à la direction de STILL France. n<br />

Organisation professionnelle ><br />

Un nouveau président<br />

pour le DLR<br />

Thomas Fischer<br />

Bernard Pointet a été élu président de la Fédération des distributeurs, loueurs<br />

et réparateurs de matériels de BTP et de manutention le 25 mars à l’occasion<br />

du 45 e Congrès du DLR. Il succède à Michel Gable. M. Pointet a dirigé Locanacelle,<br />

puis la société LEV jusqu’à sa fusion dans le groupe LOXAM en 2009. Aujourd’hui<br />

administrateur de société et consultant, ce professionnel de la nacelle a également<br />

participé au Comité européen de normalisation dans le domaine des élévateurs de<br />

personnes et dirigé Locapel et Locatime, sociétés de location de matériel de BTP et de<br />

véhicules utilitaires légers. n<br />

DR<br />

Mesure ><br />

Formation HBM Academy 2010<br />

DR<br />

L’OPPBTP, en association avec<br />

les services de santé du BTP,<br />

lance une campagne nationale<br />

de sensibilisation pour informer<br />

les professionnels du danger<br />

et des coûts des TMS, troubles<br />

musculo-squelettiques<br />

(tmsbtp-attentionfrangile.fr).<br />

HBM lance une série de séminaires et formations pour parfaire sa connaissance<br />

des techniques de mesure. Depuis de nombreuses années, HBM organise des<br />

stages de formation, au titre de la formation continue, sur la technique des<br />

jauges de contraintes et sur le logiciel de mesure et de traitement catman. Il s’agit de<br />

faire partager toutes les connaissances techniques nécessaires au choix des jauges pour<br />

répondre aux applications souhaitées, de savoir les mettre en œuvre et les utiliser de<br />

façon optimale de manière à réaliser des mesures correctes. Il en va de même pour les<br />

logiciels d’acquisition, de simulation et de traitement du signal de HBM-nCode, afin<br />

de les utiliser au mieux de leurs capacités. n<br />

(Rens. : info@fr.hbm.com, site www.hbm.com/fr)<br />

10 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


CP France ><br />

Distributeur exclusif<br />

de CP Cases<br />

Fondée par CP Cases, CP France était devenue indépendante<br />

jusqu’à ce CP Cases et CP France décident<br />

de mettre en commun leurs forces respectives, CP<br />

France devenant le distributeur exclusif pour la France de la<br />

totalité des produits CP Cases. Toutes les opérations commerciales<br />

en France seront effectuées par CP France qui devient<br />

le fournisseur direct des revendeurs et clients français. Un<br />

stock sera établi en France, permettant une nette amélioration<br />

en termes de délais et de coût de livraison. n<br />

Transfert industriel ><br />

Démépool avec<br />

Grimaldi Transferts<br />

En signant un contrat de concession avec la société<br />

Grimaldi Transferts, le réseau Démépool renforce<br />

son offre de levage et de transport industriel,<br />

transfert et manutention industrielle, déconnexion et reconnexion<br />

de machines. Le transfert industriel exige une<br />

expérience reconnue, un savoir-faire en ingénierie spécifique,<br />

des équipes de techniciens compétentes et surtout<br />

le matériel technique idoine à disposition, toutes choses<br />

qu’apporte Grimaldi Transferts. Avec 60 concessionnaires<br />

sur toute la France, Démépool devient un réseau national<br />

majeur du transfert administratif. n<br />

Ferroviaire<br />

Un PPP pour le<br />

GSM-R avec VINCI<br />

L<br />

e<br />

premier contrat de partenariat public – privé dans<br />

le domaine ferroviaire concerne le système GSM-R,<br />

un réseau de télécommunication numérique qui<br />

permettra d’assurer les communications entre les conducteurs<br />

de trains et les équipes au sol en mode conférence.<br />

D’environ un milliard d’euros et une durée de 15 ans, il a<br />

été signé par Synerail, société détenue par VINCI (30 %),<br />

SFR (30 %), AXA (30 %) et TDF (10 %) avec Réseau Ferré<br />

de France (RFF). Le GSM-R (Global System for Mobile<br />

communication - Railway) remplacera l’ancien réseau de<br />

communication analogique Radio Sol Train (RST) et sera<br />

interopérable et compatible au niveau européen. Le contrat<br />

couvre le financement, la construction, l’exploitation et la<br />

maintenance du système GSM-R qui sera déployé jusqu’en<br />

2015 sur 14 000 km de lignes ferroviaires. n<br />

Janvier-Février-Mars 2010 - N°617<br />

11


Actualités<br />

Événement ><br />

Amorce de reprise à Industrie 2010<br />

Exposants et visiteurs<br />

du salon Industrie Paris<br />

2010 qui s’est tenu du<br />

22 au 26 mars ont salué comme<br />

une amorce de reprise perceptible<br />

dans les allées du parc<br />

des expositions de Villepinte.<br />

Projets qui se concrétisent, besoin<br />

d’investir pour disposer de<br />

matériels innovants et compétitifs<br />

« pour être prêts à la reprise<br />

», telles sont les motivations<br />

qu’ont manifestées des<br />

donneurs d’ordres venus « sentir<br />

» le marché à l’occasion du<br />

premier grand rendez-vous industriel<br />

de l’année et après la<br />

conclusion des États généraux<br />

de l’industrie. La revalorisation<br />

de l’industrie française a été l’un<br />

des sujets qui a le plus fait parler<br />

de lui dans le salon. Les professionnels<br />

saluent généralement<br />

la considération nouvelle dont<br />

jouit l’industrie auprès d’un gouvernement<br />

qui ne rechigne pas<br />

à faire montre d’un peu d’opti-<br />

Benoît Gauthier,<br />

directeur du<br />

salon Industrie,<br />

guidant<br />

Yvon Jacob,<br />

président du<br />

GFI, et Christian<br />

Estrosi,<br />

ministre de<br />

l’Industrie.<br />

Soudure ><br />

Randstad patronne le<br />

championnat de France<br />

Métier méconnu, le soudage connaît un manque de maind’œuvre<br />

important. En 2008, près de 7 600 postes de<br />

soudeurs en équivalent temps plein étaient à pourvoir.<br />

En 2009 le marché a connu une baisse de 36 % mais avec la reprise<br />

annoncée pour 2010, c’est près de 7 000 postes de soudeurs qui seront<br />

à pourvoir. C’est pour motiver les demandeurs d’emploi que<br />

Randstad organise le championnat de soudure avec son centre expert<br />

Métallurgie, Chaudronnerie, Soudure (MCS). Cet événement réunit<br />

pendant un mois des soudeurs qui s’affrontent via une plate-forme<br />

de soudage virtuel développée par la société CS Wave. Originellement<br />

destiné à l’apprentissage des gestes de soudage, le simulateur de soudage<br />

intègre désormais un système de vidéo projection qui permet<br />

de retranscrire en simultané la progression de chaque soudeur. Les<br />

prétendants sont évalués sur les plates-formes de soudage virtuel soit<br />

en soudage à l’arc à l’électrode enrobée (SAEE), soit en soudage MAG<br />

semi-automatique sur des exercices prédéfinis. En récompense, des<br />

cagoules de soudage électro-optique et, pour le vainqueur national,<br />

un week-end en Relais et Châteaux. n<br />

misme. Un signe qui a été bien<br />

reçu par tous, Christian Estrosi,<br />

ministre de l’Industrie, a consacré<br />

deux heures à une visite très<br />

détaillée du salon. Il a pu échanger<br />

avec des jeunes en visite, apprécier<br />

le degré d’innovation des<br />

exposants et a présidé la remise<br />

des Trophées Industrie et Mécas-<br />

phère. Il a également profité du<br />

salon pour confirmer la nomination<br />

prochaine d’un « Monsieur<br />

» sous-traitance industrielle,<br />

la tenue d’une convention de<br />

l’industrie avant l’été et surtout<br />

la mise en route d’un chantier<br />

sur l’aide au financement des<br />

entreprises. n<br />

Portables ><br />

Getac garantit<br />

5 ans ses durcis<br />

L<br />

ogic Instrument annonce une garantie à<br />

5 ans sur toute la gamme d’ordinateurs<br />

portables et de tablettes tout-terrain de<br />

la marque Getac, livrés à partir du 1 er janvier<br />

2010. Cette nouvelle garantie de 5 ans permettra<br />

aux clients de bénéficier d’une extension de<br />

garantie de 2 ans sans coût supplémentaire :<br />

une offre bien plus intéressante que les garanties<br />

de 3 ans généralement proposées dans le<br />

secteur des ordinateurs durcis. En général, les<br />

ordinateurs sont remplacés sur un cycle de trois<br />

ans. Mais dans le climat économique actuel,<br />

les clients décident de conserver leurs actifs<br />

les quatrième et cinquième années. Cette extension<br />

de garantie permet de mieux planifier<br />

les budgets d’achats, évitant tout coût caché<br />

et garantissant l’utilisation totale de l’équipement<br />

sur toute sa durée de vie. n<br />

DR<br />

12 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Contrôle non destructif ><br />

Le Cetim double les capacités<br />

de son laboratoire nantais<br />

L<br />

e Cetim vient de doubler les capacités de son laboratoire<br />

nantais dédié au contrôle non destructif (CND).<br />

Ce nouveau laboratoire permet de mieux répondre à<br />

l’augmentation des demandes et aux besoins de proximité et<br />

de réactivité des industriels du grand ouest et notamment des<br />

Pays de la Loire. Il constitue le second site du Cetim dédié aux<br />

CND avec celui basé à Senlis. Outre de nouveaux moyens humains,<br />

Nantes est doté de systèmes utilisant les ultrasons, la<br />

radiographie, la magnétoscopie, le ressuage, le TOFD, les multiéléments,<br />

la thermographie pulsée et l’émission acoustique.<br />

Le grand Ouest et notamment la région des Pays de la Loire<br />

comptent un grand nombre d’entreprises mécaniciennes : fabricants<br />

de pièces et de machines, sous-traitants de l’aéronautique,<br />

de l’automobile, de l’énergie, du ferroviaire ou encore du<br />

nautisme… Elles pourront désormais utiliser les équipements<br />

dernier cri du laboratoire pour leurs propres essais, pour des<br />

demandes d’expertise même complexes, solliciter des spécialistes<br />

hautement qualifiés et expérimentés pour une plus grande<br />

réactivité sur place, et enfin pour la formation. Le Cetim est<br />

DR<br />

centre de formation reconnu pour le CND – avec une<br />

trentaine de sessions par an - et dispense des formations<br />

certifiantes Cofrend (voir aussi rubrique formation en fin<br />

de ce numéro). n<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618 13


Actualités<br />

> <strong>Maintenance</strong> des éoliennes<br />

KSB crée<br />

un service dédié<br />

Spécialiste en maintenance de pompes, machines tournantes<br />

et robinetterie, KSB Service a créé officiellement en 2010 un nouveau<br />

département, « KSB Service Éolien ».<br />

DR<br />

La puissance installée<br />

dans l’Hexagone doit<br />

passer de quelque<br />

4 000 mégawatts à ce<br />

jour à 25 000 mégawatts dans<br />

les dix années qui viennent. Ce<br />

sont quelque 500 nouvelles éoliennes<br />

qui sortent de terre en<br />

France chaque année. Déjà les<br />

premiers parcs éoliens français<br />

arrivent aujourd’hui en fin de la<br />

période de garantie constructeur.<br />

Ils se tournent donc vers<br />

des prestataires capables d’assurer<br />

la maintenance de la chaîne<br />

cinématique complète. Par<br />

ailleurs, certains constructeurs<br />

cherchent des prestataires fiables<br />

pour épauler leur SAV fortement<br />

sollicité.<br />

Après plusieurs mois d’expérience<br />

très prometteurs sur<br />

ce marché de maintenance en<br />

DR<br />

Réparation<br />

d’un<br />

multiplicateur<br />

dans l’un des<br />

26 ateliers<br />

régionaux de<br />

KSB Service.<br />

Carte des<br />

implantations<br />

KSB Service.<br />

pleine expansion, KSB Service<br />

a créé officiellement un nouveau<br />

département, « KSB Service<br />

Éolien ». S’appuyant sur<br />

les compétences en électricité<br />

et en mécanique de ses 26 ateliers<br />

régionaux, KSB Service est<br />

particulièrement bien doté pour<br />

garantir une prestation globale<br />

de maintenance de proximité.<br />

La prestation concerne tout à<br />

la fois le multiplicateur, la génératrice<br />

et les paliers. Les éoliennes<br />

concernées sont de tous<br />

types, de toutes tailles, jusqu’à<br />

des puissances de plusieurs mégawatts.<br />

Cette prestation entièrement<br />

assurée par KSB, dont<br />

les techniciens assurent aussi<br />

la dépose-repose des machines<br />

en hauteur, est une garantie de<br />

réactivité, et donc d’optimisation<br />

des durées d’immobilisation<br />

des éoliennes.<br />

KSB EITB Sitelec (Avignon) est<br />

présent sur le marché de la maintenance<br />

électrique des éoliennes<br />

KSB Service Éolien<br />

assure la dépose,<br />

l’entretien et la repose<br />

des génératrices<br />

et des multiplicateurs<br />

d’éoliennes.<br />

depuis 2007. Les Ateliers mécaniques<br />

de KSB ont commencé à<br />

intervenir en 2008. KSB est présent<br />

depuis ces dates sur les parcs<br />

« historiques » de Midi-Pyrénées,<br />

Languedoc-Roussillon, Bretagne,<br />

Pays de la Loire et poursuit son<br />

développement en Nord-Pas-de-<br />

Calais, région Centre, Auvergne,<br />

Lorraine, Picardie et Champagne<br />

Ardenne. KSB Service Éolien intervient<br />

sur des opérations de réparation<br />

ponctuelles et dans le<br />

cadre de contrats de maintenance<br />

préventive, avec des sociétés<br />

exploitantes et avec de grands<br />

constructeurs dans le cadre de<br />

leur SAV. n<br />

DR<br />

DR<br />

14 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Actualités<br />

> Risque industriel<br />

Sécuriser les réservoirs<br />

de stockage<br />

La sécurisation des réservoirs verticaux de stockage de liquides inflammables<br />

comme les hydrocarbures, les produits chimiques ou les alcools<br />

industriels, est soumise à une réglementation renforcée à compter de 2011.<br />

veloppe dans les parties hautes (toit, liaison<br />

robe-toit, virole haute, etc.) qui ne sont pas<br />

en contact direct avec le produit contenu.<br />

L’objectif est d’assurer le confinement du<br />

produit afin de limiter les risques et d’éviter<br />

sa dissémination dans l’environnement.<br />

Le SNCT et le Cetim<br />

sur le terrain<br />

Rendue obligatoire pour les réservoirs<br />

construits à partir de 2007, cette frangibilité,<br />

décrite dans le Code de construction des<br />

réservoirs de stockage cylindriques verticaux<br />

(Codres 2007), reste à réaliser ou à vérifier sur<br />

tous les réservoirs actuellement en exploitation<br />

et construits avant cette date. Un vaste<br />

chantier pour lequel les experts du Cetim se<br />

sont mobilisés depuis plusieurs années.<br />

Membre du comité de rédaction du Codres<br />

édité par le SNCT (Syndicat de la chaudronnerie,<br />

de la tuyauterie et de la maintenance<br />

industrielle), le Cetim intervient depuis plus<br />

P<br />

résenté par<br />

le gouvernement<br />

en janvier<br />

dernier,<br />

le plan de modernisation<br />

des canalisations et des<br />

installations industrielles<br />

vient renforcer les dispositions<br />

réglementaires en<br />

matière de sécurisation<br />

des réservoirs verticaux<br />

de stockage de liquides<br />

inflammables comme<br />

les hydrocarbures, les<br />

produits chimiques ou<br />

les alcools industriels.<br />

Ainsi, afin d’assurer une<br />

meilleure maîtrise du risque<br />

industriel, les entreprises,<br />

tous secteurs industriels<br />

confondus, devront<br />

avoir réalisé d’ici<br />

l’été 2011 un état zéro de<br />

leur parc de stockage de<br />

bacs de liquides inflammables<br />

ou dangereux<br />

pour l’environnement.<br />

Une opération qui va<br />

évidemment de pair avec<br />

une mise en sécurité des<br />

réservoirs actuellement<br />

en service via l’implantation<br />

d’évents de secours<br />

ou la réalisation de leur<br />

frangibilité.<br />

Rappelons que la frangibilité<br />

d’un réservoir, c’est,<br />

lors d’une élévation brutale<br />

et accidentelle de<br />

la pression intérieure, sa<br />

capacité à délimiter les<br />

zones de rupture de l’ende<br />

vingt ans sur les études de frangibilité.<br />

Aujourd’hui, et afin de répondre aux demandes<br />

des industriels soucieux d’assurer la<br />

sécurité de leurs installations et la mise en<br />

conformité de celles-ci aux nouvelles réglementations,<br />

les équipes du Cetim réalisent<br />

des études de terrain sur la frangibilité des<br />

réservoirs installés avant 2007 et encore en<br />

exploitation : appui technique à la collecte des<br />

données nécessaires à l’étude de frangibilité ;<br />

simulation du comportement mécanique des<br />

réservoirs par éléments finis ; proposition de<br />

modification de réservoirs (frangibilité, mise<br />

en place d’organes de sécurité) ; accompagnement<br />

vis-à-vis des autorités ministérielles.<br />

Ces études et cette mise en sécurité concernent<br />

tous les réservoirs cylindriques verticaux<br />

à toit fixe « hors code » et les réservoirs cylindriques<br />

verticaux construits en inox. n<br />

(Renseignements auprès<br />

du Cetim, Michel Poyen,<br />

tél. : 03 44 67 36 82.)<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

15


Actualités<br />

> Forum Dimo Gestion<br />

DIMO Maint,<br />

un an après<br />

800 participants, dont plus d’une<br />

centaine venue de Paris malgré la grève<br />

annoncée dans les transports, se sont<br />

retrouvés le 23 mars au centre<br />

des congrès de la Cité internationale<br />

de Lyon : la 9 e édition de son Forum<br />

a confirmé l’attrait de la formule<br />

pour les partenaires comme pour<br />

les clients de Dimo Gestion.<br />

DR<br />

Deux ateliers du Forum<br />

Dimo Gestion<br />

2010 étaient spécifiquement<br />

dédiés à<br />

la maintenance. Le premier, animé<br />

par Thierry Le Gallo, responsable<br />

ingénierie et maintenance<br />

réseau du groupe Total, avait pour<br />

thème le déploiement d’un projet<br />

GMAO à l’international. Le groupe<br />

pétrolier a déployé une solution<br />

GMAO dans pas moins de<br />

35 pays… Un projet d’envergure<br />

dont le récit a captivé l’auditoire.<br />

Consacré à la gestion des pièces<br />

de rechange (40 % d’un budget<br />

de maintenance en moyenne), le<br />

second atelier était illustré par<br />

les témoignages de la coopérative<br />

Le Gouessant, Air Liquide,<br />

l’Imprimerie nationale et Saint-<br />

Gobain Isover.<br />

Ces ateliers étaient organisés par<br />

DIMO Maint, entité créée il y a<br />

maintenant une année, au moment<br />

de la reprise de l’éditeur<br />

Ithec par DIMO Gestion. Doté<br />

d’une très large autonomie au<br />

sein du groupe, Dimo Maint propose<br />

une offre très bien structurée,<br />

issue à la fois du progiciel<br />

Axel et des produits d’Ithec.<br />

« Dimo Maint est la fusion de<br />

deux philosophies, explique Jérôme<br />

Perrin, ancien dirigeant et<br />

fondateur d’Ithec et aujourd’hui<br />

à la tête de la nouvelle entité<br />

Dimo Main. Et ça fonctionne ! »<br />

Il est vrai qu’il a fallu réunir deux<br />

équipes naguère concurrentes.<br />

Mais la greffe a pris, une quinzaine<br />

de membres d’Ithec – soit<br />

une large majorité – ayant rejoint<br />

Dimo Maint qui compte<br />

aujourd’hui une trentaine de<br />

collaborateurs, « dont les deux<br />

tiers travaillent au développement<br />

technique », précise Jérôme<br />

Perrin. Car il s’agit s’assurer<br />

la pérennité des outils logiciels<br />

tout en conservant la simplicité<br />

d’approche qui a fait le succès de<br />

logiciels tels que Mini Maint.<br />

Deux gammes<br />

complémentaires<br />

Jérôme Perrin<br />

dirige la nouvelle<br />

entité Dimo<br />

Maint au sein de<br />

Dimo Gestion :<br />

« Dimo Maint<br />

s’appuie sur les<br />

deux philosophies<br />

GMAO développées<br />

par Axel<br />

et Ithec qui se<br />

révèlent plus<br />

complémen taires<br />

que concurrentes<br />

»<br />

Donc, on trouve aujourd’hui quatre<br />

produits : d’une part, Axel résolument<br />

développé Web, indispensable<br />

notamment dès qu’il<br />

s’agit de répondre à des impératifs<br />

et à des besoins de mobilité.<br />

Et d’autre part Micro, Mini et<br />

Maxi Maint, des outils résolument<br />

terrain, conçus pour fournir « une<br />

GMAO facile ». Un développement<br />

en mode ASP chez Axel face<br />

à une philosophie plus traditionnelle<br />

de client serveur…<br />

Les deux familles de produits se<br />

sont révélées particulièrement<br />

complémentaires plutôt que<br />

concurrentes : il faut voir là sans<br />

doute une raison de l’intégration<br />

réussie au sein de Dimo Maint<br />

des équipes et des produits. Les<br />

gammes devraient être parfaitement<br />

fusionnées d’ici trois ans,<br />

annonce M. Perrin. Un pragmatisme<br />

et une prudence d’approche<br />

où l’on reconnaît également<br />

la philosophie même du groupe<br />

Dimo Gestion, soucieux d’« un<br />

développement qui ne brûle pas<br />

les étapes », selon les termes de<br />

Guillaume Mulliez et de Jean-<br />

Paul Ginoux.<br />

Cette simplicité revendiquée et<br />

cette facilité d’utilisation, aux<br />

ambitions mesurées ou, plutôt,<br />

contrôlées, ne sont pas dénuées<br />

d’un haut niveau d’exigence dans<br />

16 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


les applications. Car l’objectif<br />

est bien d’offrir une GMAO qui<br />

réponde aux habitudes et aux<br />

comportements des utilisateurs<br />

et non aux fantasmes des développeurs.<br />

Ainsi a été développé<br />

le « BT Scanné » (avec Readsoft),<br />

une application originale – une<br />

hérésie selon certains –, mais qui<br />

permet de bénéficier des avantages<br />

de la GMAO même en l’absence<br />

d’ordinateur ! Le mieux est<br />

souvent en la matière l’ennemi<br />

du bien et mieux vaut un outil<br />

imparfait, mais qui est utilisé correctement<br />

et avec satisfaction,<br />

qu’une merveille logicielle surdimensionnée.<br />

On assiste certes à une tendance<br />

vers le cloud computing et le<br />

Web 2.0 chez les éditeurs logiciels,<br />

mais ces développements<br />

ont sans doute plus d’attraits<br />

auprès des informaticiens que<br />

chez les industriels. « Il est encore<br />

trop tôt pour en tirer aujourd’hui<br />

des applications utilisables au<br />

quotidien par les techniciens de<br />

maintenance », juge M. Perrin. Le<br />

temps du réseau social appliqué<br />

à la maintenance n’est pas encore<br />

venu…<br />

De très grandes entreprises (Total<br />

a déployé la solution Dimo<br />

dans 35 pays !) aussi bien que<br />

des PME, voire des projets très limités,<br />

ont retenu le modèle proposé<br />

par Dimo Maint qui satisfait<br />

aujourd’hui pas moins de 1 500<br />

sociétés (« des clients actifs », insiste<br />

Jérôme Perrin). Précisons encore<br />

que les solutions sont utilisées<br />

en environnement industriel<br />

de production aussi bien qu’en application<br />

dans le tertiaire. Et Dimo<br />

Maint gagne chaque année une<br />

centaine de nouveaux clients, en<br />

conquête directe comme à travers<br />

un réseau de distributeurs et<br />

intégrateurs externes au nombre<br />

d’une quinzaine. L’an passé a ainsi<br />

vu un accord important avec<br />

SAGE dont l’ERP X3 porte l’offre<br />

Dimo Maint.<br />

C’est « la technique de l’éléphant<br />

», chère au groupe et<br />

qu’il applique aussi bien dans<br />

sa stratégie de développement<br />

de tous ses produits (la maintenance,<br />

mais aussi les logiciels<br />

de gestion de notes de frais et<br />

de voyages, etc.). De même que<br />

l’éléphant et les grands animaux<br />

de la jungle ont besoin d’animaux<br />

plus petits et coopératifs<br />

comme l’oiseau pique-bœuf pour<br />

remplir des tâches que la force et<br />

la puissance ne permettent pas<br />

de remplir, ainsi Dimo Gestion<br />

développe des expertises fines,<br />

indispensables à certains métiers<br />

opérés par de grandes structures,<br />

mais périphériques à leur activité,<br />

des expertises qui viennent<br />

compléter des ensembles plus<br />

vastes et plus puissants mais,<br />

sans cela, incomplets. n<br />

Jean-François Romain<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

17


Arrêts et interventions<br />

> Bases-vie<br />

Une prestation très<br />

particulière<br />

Les grands arrêts de maintenance supposent une logistique<br />

appropriée et souvent la mise en œuvre d’une base-vie<br />

temporaire, de quelques semaines à plusieurs mois,<br />

susceptibles de faire face à un afflux d’intervenants extérieurs<br />

sur un site industriel. Sodexo s’est fait une spécialité<br />

des bases-vie sur les chantiers d’envergure…<br />

SODEXO<br />

Une base-vie est un<br />

lieu de vie situé<br />

à proximité d’un<br />

chantier dans une<br />

zone souvent très isolée. Outre<br />

des sites en grand arrêt de maintenance,<br />

les plates-formes pétrolières<br />

ou les mines constituent<br />

autant d’activités qui nécessitent<br />

l’installation de structure de vie<br />

de qualité et sécurisée, pour proposer<br />

les meilleures conditions<br />

aux différents intervenants sur<br />

le site et contribuer à la réussite<br />

du projet. Dans ces bases-vie<br />

cohabitent de très nombreuses<br />

nationalités et cultures : une opportunité<br />

unique de s’ouvrir aux<br />

autres quand on travaille dans ces<br />

lieux de vie.<br />

Sodexo<br />

dans les bases-vie<br />

L’activité bases-vie est historiquement<br />

un des premiers segments<br />

d’activité de Sodexo. Dès<br />

1966, date de création de l’entreprise<br />

par Pierre Bellon à Marseille,<br />

Sodexo devient partenaire<br />

du Centre spatial guyanais à Kourou,<br />

dans un premier temps pour<br />

la restauration. Mais, très rapidement,<br />

ce contrat joue un rôle de<br />

L’activité<br />

bases-vie est<br />

historiquement<br />

un des premiers<br />

segments<br />

d’activité de<br />

Sodexo (Base-<br />

Vie de Sodexo<br />

pour Rio Tinto<br />

en Australie )<br />

déclencheur : Sodexo proposera<br />

à la future base de lancement<br />

d’Ariane de multiples prestations<br />

pour améliorer la qualité de vie<br />

des expatriés et des travailleurs<br />

locaux opérant à Kourou.<br />

Une préparation<br />

scrupuleuse<br />

et une analyse<br />

exhaustive<br />

En 1973, le premier choc pétrolier<br />

marquera le début du développement<br />

des infrastructures au<br />

Moyen-Orient. La multiplication<br />

de ces projets d’envergure, transports,<br />

hôpitaux, grandes universités,<br />

dans des zones jusque-là<br />

désertiques comme en Arabie<br />

Saoudite, conduira naturellement<br />

Sodexo à proposer de construire<br />

et d’assurer l’ensemble des services<br />

de qualité de vie pour ces<br />

véritables villes à proximité des<br />

chantiers pour y accueillir l’ensemble<br />

des intervenants. La société<br />

conseille ses clients et leur<br />

fait bénéficier de ses expériences<br />

dans les endroits les plus retirés<br />

du monde : pour un chantier fixe<br />

(plates-formes pétrolières, chantier<br />

naval) comme pour un chantier<br />

mobile (autoroute, pipeline,<br />

voies ferrées, chantiers itinérants<br />

18<br />

M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Photo Grégoire Korganow<br />

Chantiers<br />

Des conditions extrêmes<br />

Sur l’île de Sakhaline, l’usine de liquéfaction<br />

de gaz naturel de Prigorodnoe est exploitée<br />

par – 30° en hiver. Pour renforcer la<br />

sécurité des 6 000 personnes travaillant sur<br />

le site et simplifier la gestion du camp, Sodexo<br />

a mis en place le système de contrôle<br />

d’accès SOKeez. À la fois carte d’accès,<br />

d’identification et de paiement, SOKeez offre<br />

d’autres fonctionnalités comme la surveillance<br />

en temps réel, la traçabilité des<br />

repas et des services, l’analyse des catégories<br />

de personnel, la mesure des heures<br />

travaillées sans accidents. Sur ce camp,<br />

SOKeez est une solution facile à utiliser et<br />

de géophysique en amont des<br />

chantiers pétroliers…).<br />

Le défi pour Sodexo est de proposer<br />

aux industriels la structure de<br />

vie la mieux adaptée au chantier.<br />

Et tout d’abord, par des conseils<br />

et des expertises bien spécifiques.<br />

Il s’agira d’évaluer les infrastructures<br />

nécessaires, en fonction du<br />

nombre de personnes, de la nature<br />

et de la durée du chantier,<br />

des conditions géographiques<br />

et climatiques. Puis de définir,<br />

à partir des besoins particuliers<br />

de l’entreprise, la nature des services<br />

à fournir aux habitants de<br />

la base-vie. Il faudra également<br />

évaluer la main-d’œuvre nécessaire<br />

au bon fonctionnement du<br />

lieu de vie, en repérant d’abord<br />

le potentiel d’emploi local.<br />

La phase étude devra encore<br />

étudier l’impact de la base-vie<br />

sur l’environnement local tant<br />

social, économique qu’environnemental.<br />

Il faudra s’attacher à<br />

connaître et appliquer les réglementations<br />

locales au plan social<br />

et droit du travail (salaire, temps<br />

de travail…), de la formation, de la<br />

sécurité, des obligations environnementales,<br />

sanitaires, concernant<br />

le stockage et le traitement<br />

des déchets…<br />

La grande leçon, facile à définir,<br />

mais plus difficile à appliquer :<br />

Base-vie de<br />

Sodexo pour<br />

la plate-forme<br />

pétrolière<br />

Total au<br />

Congo.<br />

qui nécessite peu de maintenance. Conçue<br />

pour des conditions extrêmes, elle est adaptée<br />

aux impératifs des bases-vie.<br />

Autre exemple. En Indonésie, BP a fait appel<br />

à Sodexo pour l’installation du camp de<br />

Tangguh Papua, support de ses opérations<br />

de forage en mer. L’enjeu : héberger 150<br />

personnes en pleine jungle, à 300 km de la<br />

première ville en respectant des conditions<br />

draconiennes en matière de coûts encadrés,<br />

de normes hygiène, santé et environnement,<br />

de respect de date de livraison impérative,<br />

car BP devait être en mesure de réceptionner<br />

sa plate-forme de forage…<br />

« Travailler en harmonie avec les<br />

communautés locales, une priorité<br />

! » Pour le bon fonctionnement<br />

d’une base-vie, Sodexo a besoin<br />

des travailleurs locaux et représente<br />

en même temps pour ces<br />

communautés une opportunité<br />

pour se former et travailler. C’est<br />

le respect de ces grands principes<br />

qui permet de proposer une<br />

base-vie « clé en main » en garantissant<br />

sa bonne intégration<br />

dans l’environnement local.<br />

Une gestion<br />

réactive et de<br />

grande proximité<br />

La gestion du site proprement<br />

dite représente un gros défi. Il<br />

convient en effet d’apporter aux<br />

femmes et aux hommes vivant<br />

sur place le confort et la sérénité<br />

nécessaires à la réussite de leurs<br />

missions. Les maîtres mots sont<br />

souplesse du client, réactivité du<br />

prestataire… Les solutions apportées<br />

par Sodexo sont modulaires,<br />

car elles doivent s’adapter de<br />

manière très réactive aux aléas<br />

du projet. Car un chantier d’envergure,<br />

c’est la gestion des défis<br />

au quotidien et des surprises de<br />

tous les jours.<br />

L’organisation décentralisée de<br />

Sodexo trouve tout son sens sur<br />

les contrats bases-vie, ou le rôle<br />

des responsables sur le terrain<br />

est primordial. Un très bon exemple<br />

concerne le nombre d’intervenants<br />

sur le chantier qui évolue<br />

sans cesse. C’est là une des<br />

problématiques principales pour<br />

le prestataire qui doit s’adapter<br />

et se réadapter (mobiliser et démobiliser<br />

de la main-d’œuvre) en<br />

fonction des besoins ponctuels,<br />

des aléas et du cycle de vie du<br />

projet.<br />

Sodexo propose sur ses basesvie<br />

une gamme complète de<br />

prestations, réunies en quatre<br />

grandes catégories de services.<br />

En tout premier lieu, la sécurité<br />

(sécurité du site, sécurité incendie,<br />

contrôle d’accès, etc.), la<br />

maintenance légère qui concerne<br />

tous les petits travaux du quoti-<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

19


Arrêts et interventions<br />

SODEXO<br />

dien, la maintenance technique<br />

plus importante qui comprend<br />

les générateurs, le traitement<br />

des eaux usées, des déchets, les<br />

équipements CVC (chauffage,<br />

ventilation et conditionnement<br />

de l’air). Et, en dernier lieu, mais<br />

non le moindre, l’hospitalité, à<br />

savoir les services de réception,<br />

nettoyage, blanchisserie, restauration,<br />

loisirs…, bref, tous les services<br />

hôteliers.<br />

Ces services hôteliers intégrés<br />

tiennent compte des contraintes<br />

de ces lieux souvent reculés<br />

et proposent tout un éventail de<br />

prestations qui s’adaptent aux<br />

hommes et aux femmes et à<br />

leurs différences. À titre d’exemple,<br />

pour la restauration, les menus<br />

sont mis au point en fonction<br />

des populations de nationalités,<br />

de religions et de cultures différentes.<br />

Toute une série d’activités<br />

ludiques et sportives sont<br />

également mises à disposition des<br />

habitants du chantier pour occuper<br />

leur vie en dehors du travail.<br />

Souvent surprenant quand il s’agit<br />

d’installer une salle de cinéma sur<br />

une plate-forme pétrolière dans<br />

La palette de<br />

services peut<br />

comprendre<br />

aussi les<br />

prestations<br />

d’entretien<br />

des espaces<br />

verts (basevie<br />

Rio Tinto<br />

en Australie)<br />

des recoins perdus de l’Alaska, ou<br />

de construire un bowling en plein<br />

désert saharien… des services<br />

exigeant une réelle expertise de<br />

pointe sont également indispensables.<br />

Il s’agit des services supports<br />

comme la maintenance de<br />

la base-vie elle-même, l’entretien<br />

des véhicules, la gestion des transports,<br />

la sécurité, la logistique, la<br />

chaîne d’approvisionnement, ou<br />

encore la gestion des déchets qui<br />

contribuent au bon fonctionnement<br />

de la base-vie. C’est évidemment<br />

un atout pour l’entreprise<br />

cliente de s’adresser à un interlocuteur<br />

unique pour tous ces besoins<br />

pourtant très différents.<br />

La sécurité<br />

avant tout<br />

Compte tenu de la situation géographique<br />

de nombreux chantiers,<br />

la sécurité des personnes<br />

constitue une priorité. À l’étranger,<br />

cette confiance passe obligatoirement<br />

par la mise en place<br />

de processus et de standards internationaux.<br />

La sécurité alimentaire<br />

est un exemple probant. Sodexo,<br />

qui est là dans son savoirfaire<br />

historique le plus reconnu,<br />

applique automatiquement les<br />

standards les plus exigeants.<br />

Sodexo forme également son<br />

personnel à la sécurité, les formations<br />

étant sélectionnées en<br />

fonction de l’environnement local.<br />

Dans le désert, par exemple,<br />

une formation spécifique de<br />

conduite automobile est imposée<br />

pour réduire les risques d’accident.<br />

Des responsables QHSE<br />

(qualité, hygiène, sécurité, environnement)<br />

veillent à la mise en<br />

place des procédures. Un système<br />

de reporting très poussé sur les<br />

risques et les accidents de travail<br />

est également mis en place<br />

sur chaque base-vie, regroupant<br />

des statistiques très précises, les<br />

mesures prises, puis l’évaluation<br />

de l’impact de ces mesures. Ces<br />

statistiques très détaillées permettent<br />

de réduire sensiblement<br />

les accidents.<br />

Primordiales en milieu hostile,<br />

elles sont obligatoirement fournies<br />

aux clients pour les appels<br />

d’offres.<br />

La gestion<br />

de la fin de vie<br />

du chantier<br />

« Un chantier d’envergure,<br />

c’est la gestion des défis au quotidien<br />

et des surprises de tous les<br />

jours »<br />

À la fin d’un contrat, que devient<br />

la base-vie ? Le démantèlement<br />

du camp est la phase ultime d’un<br />

chantier. On distingue trois possibilités.<br />

Dans le premier cas, la<br />

base-vie devient propriété du<br />

client, qui continue à l’utiliser, par<br />

exemple pour la phase de production.<br />

Dans un second scénario,<br />

la base-vie est remise aux autorités<br />

locales qui la réutilisent pour<br />

d’autres activités. Dernier cas, le<br />

camp est scrupuleusement démonté.<br />

Ce cas est le plus rare, car<br />

de telles installations trouvent<br />

souvent une seconde vie.<br />

Outre la destruction matérielle<br />

des installations, l’aspect humain<br />

est ici encore primordial. À travers<br />

les contacts entretenus avec<br />

la communauté locale, Sodexo<br />

peut, à l’issue du chantier, recommander<br />

ses salariés à d’autres entreprises<br />

de la région. Ces salariés<br />

bénéficient alors d’un bel atout,<br />

les formations reçues et leur expérience<br />

acquise. n<br />

F. P.<br />

20 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Arrêts et interventions<br />

> Pratique<br />

Sécuriser les<br />

intervenants extérieurs<br />

Garantir la sécurité des intervenants extérieurs amenés à travailler<br />

sur un site industriel est un défi, surtout quand on ne peut s’assurer que tous<br />

possèdent l’expérience et les compétences relatives aux dangers électriques.<br />

Le verrier Owens Corning a eu recours à une solution de sécurisation<br />

des centaines de prises de courant accessibles dans l’usine.<br />

DR<br />

S<br />

ur son site de l’Ardoise<br />

à Laudun près<br />

d’Avignon, Owens<br />

Corning Fiberglas<br />

France (OCFF), société rattachée<br />

à l’activité « OCV Reinforcements<br />

» du groupe Owens<br />

Corning, fabrique des fibres de<br />

verre destinées au renforcement<br />

de très nombreux matériaux tels<br />

que les plastiques rigides, légers<br />

et les isolants thermiques… Implantée<br />

dans le sud de la France<br />

depuis 1972, cette société est<br />

très vigilante en matière de sécurité<br />

et de conditions de travail<br />

de ses employés.<br />

Les messages de sécurité sont<br />

omniprésents dès l’entrée de<br />

l’usine d’Owens Corning. Reflet<br />

d’une véritable culture d’entreprise,<br />

ils sont clairement affichés<br />

à chaque étape de production<br />

tout comme sur le site Internet<br />

de la société. Ainsi, collaborateurs<br />

et visiteurs de l’usine sontils<br />

immédiatement interpellés sur<br />

l’importance du sujet.<br />

La sécurité, une<br />

véritable culture<br />

d’entreprise<br />

« Notre engagement envers la<br />

sécurité est inconditionnel », insistent<br />

les dirigeants d’Owens<br />

Corning. Pourtant, en termes de<br />

danger, cette usine ne présente<br />

Prises Maréchal<br />

en milieu humide<br />

au niveau du<br />

refroidissement<br />

du verre.<br />

pas le même niveau de risque<br />

que les usines chimiques et pétrochimiques<br />

présentes dans la<br />

vallée du Rhône. « Notre usine<br />

est extrêmement rigoureuse sur<br />

la sécurité et celle-ci fait partie<br />

intégrante de la culture du<br />

groupe Owens Corning », déclare<br />

Robert Bouquet, responsable<br />

maintenance d’OCFF, à la<br />

tête d’un service d’une quarantaine<br />

de personnes sur un total<br />

de 300 collaborateurs dans<br />

l’usine. « Et dans ce même état<br />

d’esprit, il était primordial pour<br />

nous de ne pas se tromper sur le<br />

choix de nos prises de courant industrielles<br />

», poursuit-il.<br />

Le process de fabrication comporte<br />

deux fours dans lesquels<br />

sont fondus une demi-douzaine<br />

de minéraux à environ 1 400 °C.<br />

Le verre en fusion passe ensuite<br />

au travers de plaques microperforées<br />

et se rigidifie immédiatement<br />

sous l’effet de l’abaissement<br />

de la température pour se<br />

transformer en un ruban de fibres<br />

de verre. Il est ensuite conditionné<br />

en bobines, puis séché en<br />

étuve avant d’être emballé pour<br />

expédition aux clients. Les divers<br />

équipements de cette chaîne<br />

continue ne doivent à aucun<br />

moment être arrêtés.<br />

Le procédé verrier à feu continu<br />

ne s’arrête jamais : contrairement<br />

à ce qui se pratique dans beau-<br />

22 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Une usine exemplaire<br />

Alimentation directe en énergie hydroélectrique<br />

Fondée il y a plus de 35 ans, l’usine de<br />

l’Ardoise produit de la fibre de verre et<br />

appartient à OCV Reinforcements. Depuis<br />

le 22 janvier 2008, elle a trouvé son<br />

autonomie en électricité en se raccordant<br />

à l’usine hydroélectrique à Caderousse<br />

gérée par la Compagnie nationale du<br />

Rhône (CNR). La principale raison de<br />

ce changement tient surtout à la qualité<br />

du courant électrique. Des technologies<br />

de pointe sont appliquées aux différents<br />

process. « Les creux de tension ou les<br />

microcoupures provoquent des anomalies<br />

qui impactent l’outil de production »,<br />

explique Robert Bouquet, responsable<br />

maintenance de l’usine. « C’est le cas<br />

notamment des filières de production qui<br />

sont pilotées par des automates eux-mêmes<br />

associés à des boucles de régulation<br />

dont la précision de température est proche<br />

du degré. Des incidents sur le réseau<br />

électrique traditionnel affectaient tous les<br />

automatismes et entraînaient des pertes<br />

de production importantes. Notre région<br />

subit régulièrement des perturbations<br />

atmosphériques et il était essentiel de<br />

trouver une solution. Le raccordement<br />

direct par câbles enterrés avec l’usine<br />

hydraulique CNR de Caderousse a permis<br />

d‘éliminer pratiquement la totalité des<br />

défauts sur notre réseau électrique. »<br />

Créé en 1938, Owens Corning est un<br />

spécialiste mondial en matériaux de<br />

construction, en renforts fibres de verre<br />

et matériaux techniques pour les systèmes<br />

composites. Classé parmi les 500<br />

premières sociétés depuis 55 années<br />

consécutives, selon le classement Fortune,<br />

Owens Corning réalise un chiffre<br />

d’affaires de 6 milliards de dollars (en<br />

2008) et emploie 16 500 personnes dans<br />

30 pays. Le groupe a deux grandes divisions<br />

: matériaux de construction et<br />

« Composites » (OCV Reinforcements).<br />

Cette dernière s’est renforcée en 2007<br />

avec l’acquisition de l’activité renforcement<br />

du groupe Saint-Gobain. La division<br />

« Composites », à la laquelle appartient<br />

OCFF, compte des usines dans 15 pays<br />

dans le monde.<br />

coup de sites industriels, il<br />

n’y a pas ici d’arrêt technique<br />

triennal ou quinquennal. Il est<br />

donc impératif de maintenir<br />

en parfait état de fonctionnement<br />

tous les équipements<br />

du site, ce qui nécessite des<br />

opérations de maintenance<br />

préventive et « prédictive »<br />

en permanence afin d’éviter<br />

les arrêts machines qui engendreraient<br />

des pertes de<br />

production.<br />

quand il nous a fallu faire des modifications<br />

pour nous adapter au décret du 14 novembre<br />

1988 sur la sécurité des travailleurs, nous<br />

avons redoublé de précautions », se souvient<br />

Robert Bouquet.<br />

Afin de garantir la qualité de sa fourniture<br />

électrique, OCFF est associée à la CNR<br />

(Compagnie nationale du Rhône, groupe<br />

GDF-Suez) qui lui permet d’être alimentée<br />

en direct par une centrale hydraulique de<br />

proximité (voir encadré). Pour la mise en<br />

conformité du réseau des prises industrielles<br />

d’OCFF, Maréchal Electric s’est alors imposé<br />

très rapidement comme la solution technique<br />

la plus adaptée. Le responsable régional<br />

de cette société a su rapidement convaincre<br />

et rassurer l’usine d’OCFF : la solution<br />

des prises de courant industrielles du type<br />

« décontacteur » présente en effet la double<br />

fonctionnalité de prise de courant et de<br />

dispositif d’interrupteur. La conception du<br />

décontacteur Maréchal rend impossible tout<br />

contact avec les pièces sous tension grâce<br />

à son disque de sécurité. Cette caractéristi-<br />

Assurer<br />

une maintenance<br />

en continu<br />

Les diverses opérations d’entretien<br />

et de nettoyage sont<br />

réalisées grâce à des appareils<br />

et équipements électroportatifs<br />

qu’il faut pouvoir<br />

raccorder facilement, simplement<br />

et en toute sécurité.<br />

« Il fallait en plus tenir<br />

compte de notre contexte<br />

particulier. Nous avons des<br />

intervenants extérieurs, qui<br />

ne sont pas forcément aussi<br />

sensibles que nous en matière<br />

de sécurité. Alors, dans<br />

les années quatre-vingt-dix,<br />

Schéma directeur :<br />

• Audit technique<br />

• Etudes<br />

• Réalisation<br />

• Assistance technique<br />

Nos expertises en ingénierie & travaux :<br />

• Usinage sur site:<br />

(Surfaçage / Coupe et chanfrein / Rectification / Perçage / Fraisage…)<br />

• Serrage hydraulique / tensionnement<br />

• Réparation de vannes et soupapes (Site / Atelier)<br />

www.furmanite.com<br />

Savoir-faire et réactivité aux services de<br />

l’industrie<br />

7 agences en France et une astreinte 24H/24 7J/7 - A votre écoute !<br />

FURMANITE S.A.S - Z.I. Douai Dorignies - 158 rue Jean Perrin B.P. 308 - 59351 Douai Cedex France<br />

Tel. : + 33 (0)3 27 99 89 79 - Fax : + 33 (0)3 27 99 89 71 - E-mail : Contact@furmanite.com<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

23


Arrêts et interventions<br />

que intrinsèque au produit a été<br />

déterminante pour OCFF.<br />

Lors de la phase de réflexion de<br />

la mise aux normes de l’installation<br />

électrique, le site de l’Ardoise<br />

a reçu des équipements<br />

venant des États-Unis et qui<br />

se trouvaient déjà équipés…<br />

de fiches de marque Maréchal<br />

« made in USA » ! Dès lors,<br />

plus d’hésitation. « La possibilité<br />

d’établir un standard, pour<br />

une majorité de nos machines de<br />

production fut un autre point déterminant,<br />

insiste M. Bouquet.<br />

Les bénéfices liés aux produits<br />

comme la robustesse, l’étanchéité<br />

automatique IP66/IP67,<br />

la protection contre les UV ont<br />

également apporté un gage de<br />

fiabilité supplémentaire. »<br />

700 prises de<br />

courant électrique<br />

sécurisées<br />

Certaines zones de l’usine sont<br />

très humides et les prises électriques<br />

sont alors particulièrement<br />

sujettes à la corrosion.<br />

Celle-ci engendre l’échauffement<br />

des contacts jusqu’à la détérioration<br />

du matériel, il était donc<br />

indispensable d’installer des prises<br />

qui résistent à cette humidité<br />

ambiante. Grâce à ses contacts<br />

en bout en argent nickel et au<br />

Robert Bouquet,<br />

responsable<br />

maintenance du<br />

site de Laudunl’Ardoise<br />

de<br />

Owens Corning<br />

(Owens Corning<br />

Fiberglas<br />

France).<br />

Equipements<br />

matériau utilisé, le décontacteur<br />

résiste à la corrosion et garantit<br />

une conductivité électrique<br />

idéale dans le temps. Des caractéristiques<br />

qui s’imposent pour<br />

raccorder les équipements situés<br />

en extérieur.<br />

La modularité des prises Maréchal<br />

permet toutes les combinaisons<br />

possibles de montage<br />

(prolongateur, fixation murale ou<br />

sur tableau…), tout en conservant<br />

la fonction « sécurité » du décontacteur.<br />

Enfin, point non négligeable,<br />

Maréchal utilise une<br />

technologie – très innovante –<br />

qui permet de brancher sur un<br />

seul et même socle tétraphasé<br />

plusieurs fiches de tensions différentes<br />

(socles de prises bitension<br />

230/400 V) pour une plus grande<br />

souplesse de l’installation électrique.<br />

On fait rarement attention<br />

aux prises de courant lorsque l’on<br />

visite des usines… Cependant, sur<br />

le site de l’Ardoise, il y a un parc<br />

La prise décontacteur avec interrupteur<br />

incorporé<br />

Maréchal Electric propose une gamme complète<br />

de prises de courant et de connecteurs<br />

industriels de 5 à 700 A jusqu’à<br />

1 000 V et de 1 à 37 contacts. Son produit<br />

phare est le décontacteur qui permet potentiellement<br />

de brancher et de débrancher<br />

en charge et en toute sécurité des équipements<br />

de 16 à 250 A. Les décontacteurs<br />

sont équipés d’un dispositif d’interruption,<br />

en conformité avec l’article 2.8 de la norme<br />

internationale CEI 60309-1 des prises<br />

de courant industrielles. Une simple pression<br />

sur l’organe de commande du socle<br />

de la prise permet de séparer potentiellement<br />

en charge les contacts du socle et de<br />

la fiche et de mettre cette dernière ainsi<br />

hors tension.<br />

La plupart des socles de prises du type<br />

décontacteur disposent d’un disque de sécurité<br />

verrouillé qui assure la protection<br />

des parties sous tension alors que la fiche<br />

d’environ 700 prises de courant<br />

industrielles dont 90 % de couleur<br />

bleue, identité visuelle de la<br />

marque Maréchal.<br />

Le site Owens Corning Fiberglas<br />

a fait le choix d’un fournisseur à<br />

la pérennité reconnue de longue<br />

date sur le marché et a pu aussi<br />

faire l’expérience de sa réactivité<br />

: « Il y a quelques années, nous<br />

avons subi une inondation, Maréchal<br />

Electric nous a remplacé,<br />

dans un délai record, une bonne<br />

centaine de prises », témoigne<br />

encore M. Bouquet.<br />

Tous les intervenants extérieurs<br />

ont été amenés à s’équiper de<br />

décontacteurs Maréchal Electric<br />

afin de s’harmoniser avec le site<br />

de production de l’Ardoise. Une<br />

décision qui n’a posé aucun problème,<br />

bien au contraire, certains,<br />

convaincus de l’intérêt de la solution,<br />

font du prosélytisme auprès<br />

de leurs autres clients… n<br />

F. P.<br />

mâle a été retirée. Seule la fiche électriquement<br />

compatible avec son socle femelle<br />

peut déverrouiller le disque de sécurité. Les<br />

contacts du socle sont maintenus propres et<br />

inaccessibles, même lorsque le couvercle<br />

de protection reste ouvert.<br />

Semblables à ceux utilisés dans les interrupteurs<br />

et contacteurs de qualité, les<br />

contacts des décontacteurs Maréchal Electric<br />

utilisent la technologie du contact en<br />

bout en argent-nickel. Cette technologie<br />

de contact permet une coupure brusque du<br />

courant entre les contacts du socle et de la<br />

fiche, évitant ainsi la formation d’arc électrique.<br />

Le contact en bout garantit une excellente<br />

conductivité dans le temps.<br />

Enfin, l’alliage argent-nickel des pastilles<br />

de contact assure une excellente conductivité<br />

électrique, il ne chauffe donc pas et<br />

ne se déforme pas. Il résiste aussi très bien<br />

à la corrosion.<br />

24 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


GMAO, ERP<br />

> La rencontre<br />

Constance et<br />

renouvellement<br />

Depuis près d’un quart de siècle, Siveco se maintient sur<br />

le secteur de la GMAO avec une constance qui assure<br />

son succès. Alors que vient d’être lancée une application particulièrement<br />

innovante, nous avons rencontré son dirigeant, Koen Beckers.<br />

DR<br />

<strong>Maintenance</strong> & <strong>Entreprise</strong>. Quel est<br />

votre positionnement spécifique sur le<br />

marché de la GMAO et comment définissez-vous<br />

votre différenciation par<br />

rapport à vos compétiteurs ?<br />

Koen Beckers. Il faut dire tout d’abord<br />

que la société Siveco a été créée il y a<br />

24 ans et s’est toujours maintenue sur<br />

son métier qui est la GMAO. Depuis<br />

le début et jusqu’à aujourd’hui, Siveco<br />

a su demeurer et se développer dans<br />

son domaine, un domaine que nous<br />

connaissons bien et dont nous maîtrisons<br />

les technologies et les applications.<br />

Cette constance donne à nos clients<br />

l’assurance de la pérennité des solutions<br />

et des outils de gestion que nous<br />

proposons.<br />

Notre autre point fort, c’est la stabilité<br />

de notre actionnariat et notre<br />

entière indépendance en tant qu’éditeur,<br />

toujours tenu par le fondateur.<br />

Monsieur Quintin Thom est toujours,<br />

depuis 24 ans, l’actionnaire majoritaire<br />

et a récemment encore renforcé<br />

sa participation dans le capital de la<br />

société.<br />

Tout en demeurant attachés exclusivement<br />

à la GMAO, nous avons su faire<br />

évoluer nos outils et nos offres. Ainsi,<br />

depuis 2007, nous avons développé une<br />

stratégie différenciatrice de verticalisation<br />

des solutions que nous proposons,<br />

avec des solutions dédiées à des applications<br />

par secteur et par métiers. Cela<br />

nous a permis de répondre à la demande<br />

de clients qui, sur des secteurs particuliers,<br />

souhaitaient mettre en œuvre<br />

rapidement une GMAO adaptée à leurs<br />

problématiques propres et à leurs besoins<br />

spécifiques, une GMAO qui colle<br />

à leur environnement réglementaire et<br />

technique, sans devoir passer par des<br />

développements complexes, longs et<br />

onéreux.<br />

On sait que les hôpitaux et les équipements<br />

biomédicaux sont régis par<br />

une réglementation très stricte et ont<br />

des obligations de qualité de services<br />

draconiennes. Les premiers outils et applications<br />

spécifiques que nous avons<br />

proposés ont concerné le secteur de la<br />

santé où Siveco occupe aujourd’hui en<br />

France le premier rang avec plus de cinquante<br />

références en CHU, cliniques et<br />

maisons de santé. Coswin Santé a été<br />

le premier des outils verticalisés dédiés<br />

à ce marché.<br />

Autre application particulière, dédiée<br />

au secteur de la gestion du bâtiment<br />

et de l’immobilier, Coswin FM. L’outil<br />

est déployé, par exemple, sur l’ensemble<br />

des sites du Parlement européen,<br />

à Bruxelles comme à Strasbourg et au<br />

Luxembourg. De grands opérateurs de<br />

la maintenance technique du bâtiment<br />

ont retenu Coswin FM, comme Spie,<br />

Axima ou le groupe Bouygues.<br />

Enfin, nous venons d’être sélectionnés<br />

lors d’un important appel d’offres du<br />

groupe Carrefour visant à gérer la maintenance<br />

multitechnique de quelque 805<br />

sites en France ! Et il n’est pas impossible<br />

que notre filiale Siveco Chine accompagne<br />

également Carrefour dans<br />

ce pays…<br />

M&E. Quel bilan tirez-vous de l’année<br />

écoulée et comment avez-vous adapté<br />

votre stratégie à la crise ?<br />

Koen Beckers. Il serait mensonger de<br />

dire que nous n’avons pas connu la<br />

crise qui a frappé toutes les économies.<br />

Nous en avons subi également<br />

l’impact, comme tous les acteurs. À<br />

partir du mois de février 2009, nous<br />

avons ressenti un fort ralentissement<br />

de l’activité qui s’est manifesté sinon<br />

par des annulations, du moins par des<br />

reports dans les décisions d’investissement<br />

et les affectations de budget.<br />

Mais je dirai que nous avons su faire<br />

face. Et tout d’abord, en bon gestionnaire,<br />

en dimensionnant nos ressources<br />

et en adaptant notre organisation en<br />

fonction de l’activité.<br />

D’autre part, nous avons bénéficié de<br />

l’impact de la très bonne année antérieure.<br />

En effet, après 2008 qui avait été<br />

une année record pour nous en termes<br />

de commandes, 2009 a néanmoins pu<br />

engranger les facturations qui en découlaient.<br />

Enfin, au dernier trimestre de l’année<br />

passée, nous avons connu un vrai rebondissement<br />

des affaires. Nous avons<br />

réalisé jusqu’à un tiers d’activité de<br />

plus que la même période de l’année<br />

précédente qui avait pourtant été<br />

bonne.<br />

M&E. Quels sont les secteurs qui, selon<br />

vous, résistent le mieux ?<br />

Koen Beckers. Il est vrai que certains<br />

secteurs comme les transports ont été<br />

26


particulièrement touchés… En revanche<br />

nous sommes très présents sur<br />

des secteurs relativement bien protégés<br />

des effets de la crise. Ainsi de<br />

la santé dont je viens de parler et où<br />

nous occupons une place de leader. Les<br />

activités de Défense sont restées également<br />

à l’abri des turbulences. Nous<br />

sommes particulièrement bien implantés<br />

au côté de Thalès et de DCNS<br />

(naval). Coswin est utilisé aussi bien<br />

pour les frégates et les sous-marins<br />

que pour les bâtiments à quai. Dans<br />

le secteur spatial, nous pouvons tabler<br />

également sur deux projets d’envergure,<br />

avec Telespazio en Guyane et, au<br />

Chili, le projet ALMA avec la gestion de<br />

la maintenance d’un parc de 66 télescopes<br />

situés à une altitude de plus de<br />

5 000 m, ce qui doit faire de Coswin la<br />

GMAO la plus haute du monde !<br />

M&E. Quels sont vos projets et vos objectifs<br />

pour l’année qui vient ?<br />

Koen Beckers. Monsieur Thom a travaillé<br />

sur un projet de conception entièrement<br />

nouvelle et qui va contribuer<br />

à renforcer notre différenciation sur le<br />

marché et nous permettre de conserver<br />

notre avance technologique dans<br />

le domaine de la GMAO. Il s’agit de la<br />

« <strong>Maintenance</strong> TV » ou Mtv, une application<br />

parfaitement innovante, extension<br />

de l’instrument GMAO du futur.<br />

Nous sommes particulièrement<br />

enthousiastes et confiants dans le développement<br />

de ce produit nouveau,<br />

et persuadés de l’accueil qu’il va recevoir.<br />

n<br />

<br />

Propos recueillis par<br />

Jean-François Romain<br />

Un réseau social dédié à la maintenance<br />

Pour un euro par jour et par technicien<br />

En partenariat avec IDSL, Siveco<br />

Group a développé le premier réseau<br />

social de connaissances dédié<br />

à la maintenance. « Mtv, c’est<br />

vraiment nouveau : probablement<br />

l’un des outils les plus novateurs<br />

dédiés à la maintenance depuis ces<br />

30 dernières années », a pu déclarer<br />

un utilisateur enthousiaste. Le<br />

principe de Mtv est pourtant simple<br />

: fournir à chaque technicien<br />

de maintenance l’expertise métier<br />

appropriée dont il a besoin, à tout<br />

moment et en tout lieu, en mutualisant<br />

les savoir-faire de sa communauté<br />

professionnelle. Différent<br />

d’un moteur de recherche qui livre<br />

des pages d’information qu’il faut<br />

ensuite trier et vérifier, Mtv donne<br />

accès à des données analysées,<br />

commentées et répertoriées par les<br />

techniciens eux-mêmes.<br />

Véritable outil de mutualisation, il<br />

permet de transmettre et de recevoir<br />

des données à partir de tout média<br />

(1). Car cette nouvelle génération<br />

de plate-forme intègre trois technologies<br />

fondamentales. La première<br />

permet de documenter facilement<br />

une information multimédia avec<br />

photos et annotations, d’inclure un<br />

dessin numérique, de prendre une<br />

vidéo ou d’enregistrer un commentaire<br />

(audio). Ensuite, le serveur Mtv<br />

et l’intégration réseau utilisent une<br />

plate-forme cloud computing (ou un<br />

serveur local) accessible depuis tout<br />

ordinateur connecté au Web. Enfin,<br />

les outils d’intégration propre à Mtv<br />

sont connectés à Coswin (ou à toute<br />

autre application de GMAO/EAM)<br />

accroissant ainsi l’efficacité de la<br />

maintenance (3).<br />

Les avantages sont évidents en gain<br />

de temps dans la recherche d’informations,<br />

l’établissement de diagnostics<br />

métiers rapides et la mise en<br />

œuvre de solutions adaptées à une<br />

panne technique. Les bonnes pratiques<br />

et astuces sont enfin accessibles<br />

et diffusées largement. Les<br />

techniciens partageront leurs expériences,<br />

diffuseront leur expertise<br />

et participeront à l’élaboration des<br />

meilleures pratiques. La capitalisation<br />

d’un savoir-faire centralisé facilite<br />

la formation et le transfert de<br />

compétences (2).<br />

Mtv est une offre de service, donc<br />

sans coût à l’achat. L’accès à la plate-forme<br />

d’échange revient à 1 euro<br />

par jour et par technicien.<br />

❶<br />

Mtv permet de<br />

transmettre son<br />

savoir-faire à l’aide de<br />

n’importe quel média.<br />

❷<br />

Avec Mtv, chaque<br />

technicien est<br />

connecté à<br />

un serveur de<br />

connaissances<br />

centralisé.<br />

❸<br />

Mtv est un service de<br />

cloud computing, qu’il<br />

suffit de connecter<br />

à Coswin ou toute<br />

autre application de<br />

GMAO/EAM pour<br />

1 €/jour.<br />

DR<br />

27


GMAO, ERP<br />

> Transports<br />

L’activité maintenance<br />

du métro de Turin<br />

Pour les JO d’hiver 2006, le Groupe des Transports de Turin inaugurait<br />

sa ligne de métro. La maintenance du VAL est gérée par le logiciel CARL<br />

Transport, porté par Siemens. L’ouverture de la filiale italienne de l’éditeur<br />

CARL Software a été l’occasion de faire le bilan de l’exploitation de GTT.<br />

G<br />

ian Piero Fantini, directeur<br />

du Metro -<br />

GTT, explique que,<br />

longue de 9 km, la<br />

ligne du métro de Turin compte<br />

une quinzaine de stations, toutes<br />

conçues selon le même standard<br />

architectural, conférant au métro<br />

une harmonie de ses infrastructures.<br />

La ligne relie le centre<br />

de Turin et le parking extérieur<br />

de Fermi. Chaque jour, plus de<br />

85 000 passagers empruntent le<br />

métro qui effectue 700 trajets<br />

par jour. Les trains qui font une<br />

longueur de 52 m peuvent transporter<br />

jusqu’à 440 passagers. Aux<br />

heures de pointe, la fréquence est<br />

de 2 minutes. En 2011, la ligne<br />

sera étendue au sud et atteindra<br />

alors un trajet de 13,2 km avec<br />

21 stations.<br />

DR<br />

Une maintenance<br />

franco-italienne<br />

C’est la technologie SIEMENS<br />

sans conducteur du VAL (Véhicule<br />

Automatique Léger) qui est<br />

exploitée à Turin. Le VAL roule sur<br />

pneumatiques, ce qui lui confère<br />

des qualités dynamiques d’accélération<br />

et de freinage supérieures<br />

à un système classique sur<br />

rails. À Turin, la flotte se compose<br />

de 58 véhicules qui peuvent<br />

former jusqu’à 29 trains (chaque<br />

train étant composé de 2 rames<br />

de 26 m chacune).<br />

Le réseau est découpé en sections<br />

indépendantes contrôlées automatiquement<br />

ce qui permet de<br />

laisser le trafic s’écouler même si<br />

une anomalie est constatée sur<br />

un véhicule. Ce dernier sera dévié<br />

et mis à l’arrêt pour intervention.<br />

Le pilotage automatique se<br />

trouve dans un local technique de<br />

la station, ainsi que les systèmes<br />

de sonorisation et vidéo, téléphonie,<br />

réseau radio, et le système<br />

d’énergie qui assure l’alimentation<br />

des trains en 750 volts.<br />

Placé sous l’autorité de Salvatore<br />

L’atelier de<br />

maintenance<br />

compte 7<br />

lignes de<br />

maintenance<br />

comprenant<br />

chacune un<br />

pont élévateur<br />

avec 8 vérins,<br />

une passerelle<br />

pour travailler<br />

sur le toit<br />

des trains,<br />

des marbres<br />

pour vérifier<br />

le niveau des<br />

rames...<br />

Spoto, responsable de la maintenance<br />

du VAL – Siemens et de<br />

Davide Sasia, coordinateur maintenance,<br />

le service maintenance<br />

du métro de Turin est composé<br />

de trois services respectivement<br />

dédiés à l’alimentation de la ligne<br />

et des bâtiments, aux installations<br />

fixes et enfin aux matériels<br />

roulants. 70 personnes travaillent<br />

à la maintenance aux côtés des<br />

sociétés françaises qui ont fourni<br />

les équipements stratégiques<br />

du métro, à savoir Siemens, fournisseur<br />

du système VAL et de la<br />

28 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


GMAO, Cegelec fournisseur de la<br />

partie électronique. Ces sociétés<br />

ont des contrats de maintenance<br />

et d’assistance sur site. « Siemens<br />

gère la maintenance des équipements<br />

du système de la voie, des<br />

automatismes fixes et embarqués<br />

», développe M. Spoto.<br />

Priorité à<br />

la maintenance<br />

préventive<br />

L’atelier de maintenance compte<br />

sept lignes de maintenance comprenant<br />

chacune un pont élévateur<br />

avec huit vérins, une passerelle<br />

pour travailler sur le toit<br />

des trains, des marbres pour vérifier<br />

le niveau des rames, des tapis<br />

pour la simulation de la voie.<br />

« La maintenance préventive est la<br />

priorité du service maintenance »,<br />

développe M. Sasia. Pour se faire,<br />

deux indicateurs sont à la disposition<br />

de la maintenance.<br />

Un premier indicateur consiste à<br />

contrôler toutes les opérations<br />

de maintenance préventive enregistrées<br />

grâce aux ordres de travail<br />

transmis dans la GMAO. Il<br />

a été ainsi constaté qu’en 2008<br />

(année pour laquelle étaient disponibles<br />

des statistiques complètes),<br />

100 % des prestations<br />

prévues ont effectivement été<br />

réalisées sur les matériels roulants.<br />

Un autre indicateur mesure<br />

la satisfaction de l’exploitation<br />

du métro : il affichait un résultat<br />

de 100 %.<br />

Retenue par Siemens, la GMAO<br />

CARL Transport centralise la gestion<br />

de la maintenance de l’ensemble<br />

des infrastructures. Les<br />

phases d’implantation de CARL<br />

ont débuté fin 2004, se remémore<br />

Nicolas Chanclou, directeur<br />

VAL Transportation Services chez<br />

Siemens et responsable de l’exploitation<br />

de la GMAO sur site. Le<br />

logiciel est entré en exploitation<br />

un an plus tard, après formation<br />

du personnel GTT qui sera appelé<br />

à l’exploiter.<br />

Le module équipement comprend<br />

15 000 matériels décomposés<br />

en plusieurs niveaux de<br />

l’arborescence. Le module travaux<br />

permet de contrôler les interventions<br />

préventives et curatives.<br />

Le module est divisé en trois<br />

parties qui couvrent la gestion<br />

de la signalisation créée par le<br />

superviseur PCC, la gestion des<br />

ordres de travaux de la création à<br />

la saisie des ressources humaines<br />

et matérielles, les plans préventifs.<br />

Depuis 2006, 21 000 ordres<br />

de travaux préventifs et curatifs<br />

ont été traités dans la base. En<br />

moyenne, le service maintenance<br />

gère 350 ordres de travaux par<br />

mois.<br />

Le module ressources gère le<br />

planning des 100 opérateurs<br />

internes et des 40 opérateurs<br />

externes ainsi que les contrats<br />

des entreprises sous-traitantes.<br />

Concernant le module stocks,<br />

le magasin de pièces détachées<br />

compte environ 4 000 articles<br />

dans la base CARL Master qui<br />

gère les entrées/sorties de pièces,<br />

l’inventaire, les contrôles de tous<br />

les mouvements de pièces, les niveaux<br />

minimaux et maximaux de<br />

stock avec déclenchement automatique<br />

des réappros… Le logiciel<br />

fournit également l’emplacement<br />

des pièces dans le magasin<br />

et la documentation technique<br />

liée aux pièces de remplacement<br />

ainsi que les informations sur les<br />

fournisseurs.<br />

Fonctions<br />

et indicateurs<br />

de pilotage<br />

Cristiana Burdino, consultante<br />

CARL Software au sein de la filiale<br />

italienne, explique que GTT<br />

s’appuie sur CARL interfacé avec<br />

le logiciel SCADA pour gérer<br />

conjointement les relevés des<br />

compteurs kilométriques avec<br />

les compteurs de maintenance<br />

du même équipement afin d’optimiser<br />

le déclenchement des actions<br />

de maintenance préventive<br />

et réglementaire sur ses équipements.<br />

Parmi les fonctions, relevons la<br />

« pose/dépose » qui permet de<br />

tracer tous les mouvements des<br />

DR<br />

Le poste<br />

de contrôle<br />

central suit<br />

en temps<br />

réel par<br />

vidéo l’état<br />

du trafic et<br />

les incidents<br />

éventuels sur<br />

l’ensemble de<br />

la ligne.<br />

éléments sérialisés appelés par<br />

matricule. Par exemple, en cas<br />

de remplacement d’une carte<br />

électronique du système de pilotage<br />

automatique défectueuse<br />

par une carte neuve, l’arborescence<br />

crée un point virtuel qui<br />

prévient de la mise en réparation<br />

de ladite carte. En même<br />

temps, la matricule de la carte<br />

de remplacement vient compléter<br />

l’arborescence. Une fois la<br />

carte réparée, l’arborescence indique<br />

ce nouvel état et le point<br />

virtuel indique qu’elle doit être<br />

validée après test de bon fonctionnement<br />

et avant de réintégrer<br />

le stock du magasin.<br />

GTT tire deux bénéfices de cette<br />

fonction : disposer d’une mise à<br />

jour de la configuration de toute<br />

l’installation en temps réel ;<br />

assurer la traçabilité de tous les<br />

mouvements de carte et en tirer<br />

des statistiques.<br />

Siemens et GTT s’appuient sur<br />

CARL et ses outils de pilotage<br />

intégrés comme pour analyser<br />

l’activité maintenance, ses<br />

coûts, sa qualité… et vérifier en<br />

continu le respect des objectifs<br />

fixés. Siemens a par exemple<br />

obligation de garantir 95 % de<br />

la maintenance préventive par<br />

mois sur les interventions liées<br />

à la sécurité et de garantir 80 %<br />

des interventions sur l’ensemble<br />

de la maintenance. CARL permet<br />

également de générer un indicateur<br />

MKBF calculé pour l’ensemble<br />

de la flotte et pour chacun<br />

des véhicules. n<br />

F. P.<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

29


Pratique<br />

> Produits dangereux<br />

Une solution de<br />

stockage en conteneurs<br />

Pour le stockage de ses peintures et vernis dans le respect de la sécurité<br />

des opérateurs et de la réglementation environnementale, le site Airbus de<br />

Finkenwerder, près de Hambourg, a retenu les conteneurs de stockage des<br />

produits dangereux de Denios.<br />

Le site Finkenwerder (Hambourg,<br />

Allemagne) d’Airbus<br />

(groupe EADS) souhaitait<br />

construire une salle dédiée aux<br />

mélanges des peintures dans la « Long<br />

Range », autrement dit la salle de montage<br />

des modules hydrauliques et pneumatiques.<br />

La solution devait être développée<br />

à partir de deux objectifs. D’un<br />

côté, le stockage devait être conforme<br />

à la réglementation en vigueur et devait<br />

permettre une manipulation des produits<br />

polluants et inflammables en toute<br />

sécurité. De l’autre côté, le système de<br />

stockage devait être certifié pour passer<br />

le contrôle administratif et – en conséquence<br />

– pour pouvoir être couvert par<br />

l’assurance. De plus, Airbus demandait la<br />

construction d’un conteneur coupe-feu<br />

jusqu’à 120 minutes et une table de travail<br />

ventilée pour assurer la protection<br />

en cas de feu ainsi que la bonne ventilation<br />

du lieu de travail. Pour protéger<br />

les collaborateurs des vapeurs nocives, il<br />

était nécessaire d’intégrer un établi avec<br />

ventilation en supplément de la table de<br />

travail ventilée. Dans ce contexte, la solution<br />

devait naturellement être conforme<br />

aux normes d’usines Airbus.<br />

Pour une solution<br />

complète<br />

Pour assurer un bon fonctionnement de<br />

la salle dédiée aux mélanges de peintures<br />

et vernis, un changement d’air dix<br />

fois par heure devait être réalisé. En plus<br />

des contraintes de ventilation, un système<br />

de tuyauterie et d’aspiration devait<br />

être construit pour pouvoir intégrer<br />

un bidon plongeur aspiré consacré au<br />

nettoyage des pièces. L’important était<br />

de trouver un fournisseur de système<br />

qui pouvait remplir toutes les exigences<br />

Table de travail pour<br />

produits dangereux<br />

avec système de flux d’air<br />

en direction de la conduite<br />

d’aspiration.<br />

DR<br />

DR<br />

Vu d’intérieur<br />

du conteneur de<br />

stockage coupefeu<br />

jusqu’à<br />

120 minutes<br />

de plain-pied<br />

avec table de<br />

travail (au fond)<br />

et établi aspiré<br />

avec système<br />

des tuyaux<br />

d’aspiration.<br />

avec une solution clé en main complétée<br />

par un accompagnement de projet du<br />

cahier des charges jusqu’au contrôle administratif<br />

par les organismes publics et<br />

d’usine. Ce sont les compétences clés en<br />

matière de coupe-feu et de techniques<br />

de ventilation qui ont fait pencher la balance<br />

en faveur de la société Denios.<br />

Les ingénieurs experts de Denios ont<br />

proposé un conteneur coupe-feu de<br />

plain-pied avec une table de travail ventilée<br />

intégrée. Il s’agissait d’un conteneur<br />

coupe-feu jusqu’à 120 minutes<br />

du type BMC-K840X en version coupefeu<br />

de tous les côtés, à l’intérieur et à<br />

l’extérieur. Ce conteneur a été équipé<br />

30 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


d’une ventilation forcée, d’un contrôle<br />

d’aération, d’un système de blocage des<br />

portes, d’un centre de contrôle de signalement<br />

des erreurs et d’un capteur<br />

de mouvement. Tous les éléments de<br />

construction ont été choisis en version<br />

Atex. La table de travail ventilée<br />

contient un capteur de vapeurs nocives<br />

du type AT-20 en version Atex et un plan<br />

de travail de 2,00 x 0,80 m.<br />

Airbus a obtenu une salle multifonctionnelle<br />

pour les mélanges des peintures<br />

dans laquelle le stockage des<br />

produits dangereux ou polluants est<br />

assuré en conformité avec la législation<br />

et en toute sécurité – tout en<br />

remplissant les exigences du client. La<br />

manipulation des peintures en toute<br />

sécurité a été garantie dès le premier<br />

jour de fonctionnement pour tous les<br />

opérateurs. Grâce à un emplacement<br />

avantageux du conteneur de stockage,<br />

une optimisation des coûts et du<br />

temps a pu être réalisée. Entre-temps,<br />

d’autres usines Airbus ont adapté une<br />

solution similaire. n F. P.<br />

DR<br />

produit<br />

Bac de rétention en<br />

polyéthylène pour cuves<br />

Le stockage de produits chimiques<br />

répond à des règles de sécurité strictes<br />

destinées notamment à protéger<br />

les opérateurs et l’environnement en<br />

cas de fuites. À cette fin, tout produit<br />

chimique doit être placé sur rétention.<br />

Les règles de stockage diffèrent selon<br />

la nature et l’activité des sites industriels.<br />

Pour le stockage de quantités<br />

importantes de liquides en cuve de<br />

1 000 litres (IBC), Denios recommande<br />

l’utilisation d’un bac de rétention<br />

« écologique » anticorrosion en polyéthylène<br />

(PE). Cela assure la rétention<br />

des fuites éventuelles tout en gardant<br />

une flexibilité d’emplacement grâce<br />

au faible poids du bac. Il est résistant<br />

aux huiles, acides et bases et permet<br />

ainsi un stockage sûr de produits dangereux.<br />

Selon les modèles, le stockage<br />

se réalise directement dans le bac, sur<br />

caillebotis (acier ou PE) ou sur palette<br />

PE. Pour faciliter le soutirage, certains<br />

modèles sont pourvus d’une avancée<br />

pour poser un bidon ou d’une surélévation<br />

inclinée. Les modèles pour<br />

le stockage d’une ou deux cuves sont<br />

disponibles.<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

31


Solution<br />

> Mobilité<br />

ADEUZA développe<br />

de nouvelles gammes<br />

Movalys<br />

L’éditeur Adeuza a fait évoluer son produit Movalys dont la nouvelle version<br />

se décline désormais en plusieurs packs pour répondre aux exigences<br />

particulières des différents secteurs de marché. Entretien avec M. Zaldivar<br />

(président du directoire) et M. Hoguet (directeur de la production).<br />

<strong>Maintenance</strong> & <strong>Entreprise</strong>.<br />

Quels sont aujourd’hui les principaux<br />

secteurs utilisateurs de<br />

solution de gestion de mobilité ?<br />

Et quelle est votre stratégie visà-vis<br />

de ces marchés ?<br />

Pedrito Zaldivar. Movalys couvre<br />

les fonctions de planification,<br />

d’optimisation et de mobilité pour<br />

les itinérants… Nos solutions<br />

s’adressent à tous les métiers qui<br />

nécessitent des interventions sur<br />

le terrain : les prestataires de service<br />

dans les secteurs des télécoms<br />

et réseaux, énergie (eau, gaz, pétrole,<br />

éolien, solaire…) pour tout<br />

ce qui concerne, par exemple, l’entretien<br />

des réseaux et des canalisations,<br />

mais aussi la maintenance<br />

de bâtiments ou de matériels pour<br />

la plomberie, l’électricité, le chauffage<br />

et la climatisation, etc. Movalys<br />

répond parfaitement également<br />

aux besoins des ascensoristes,<br />

aux sociétés de maintenance<br />

informatique, tous les systèmes<br />

automatisés comme les portes<br />

automatiques, escalators et autres<br />

DAB et équipements monétiques.<br />

Ou encore le secteur médical et<br />

des services à la personne…<br />

Nous avons mené une réflexion<br />

stratégique en juin 2009 sur le<br />

bilan de notre activité au cours<br />

des années précédentes. L’analyse<br />

des réactions de nos clients<br />

et des attentes de nos marchés<br />

nous ont conduits à redéfinir et<br />

à repositionner notre stratégie.<br />

Nous étions jusqu’alors présents<br />

essentiellement sur les grands<br />

comptes et les grosses PME. Il<br />

nous est apparu que la maturité<br />

de notre produit et l’expertise que<br />

nous avons acquise d’une part et,<br />

d’autre part, les attentes du marché<br />

nous invitaient à élargir notre<br />

cible de clientèles en direction des<br />

PME avec moins de salariés, voire<br />

des TPE. Nous avons été convaincus<br />

que les fonctionnalités très<br />

riches de notre application, destinées<br />

dans un premier temps au<br />

haut du marché, pouvaient parfaitement<br />

être déclinées à tous les<br />

niveaux de marché. C’est ainsi que<br />

nous avons décliné notre offre en<br />

trois packs distincts.<br />

M&E. Pouvez-vous décrire les<br />

principes de cette déclinaison<br />

de votre offre ?<br />

P. Zaldivar. Destinée aux plus petites<br />

entreprises, Movalys InPack<br />

est une solution « prête à l’emploi<br />

» en plate-forme SaaS. Comme<br />

en mode ASP, l’infrastructure<br />

informatique est externalisée,<br />

mais le SaaS induit toute une notion<br />

de services apportés, en toute<br />

transparence, et facturés en<br />

mensualités. Le service comprend<br />

MM. Hoguet,<br />

directeur de<br />

la production<br />

et Zaldivar,<br />

président du<br />

directoire.<br />

le droit d’utilisation de Movalys,<br />

l’hébergement, les migrations<br />

et mises à jour, les correctifs, le<br />

support et la hot line, la formation,<br />

etc. Movalys InPack convient<br />

parfaitement pour moins d’une<br />

dizaine d’utilisateurs. Mais nous<br />

avons également des entreprises<br />

de trente usagers qui ont retenu<br />

cette solution et qui se satisfont<br />

parfaitement d’une facturation<br />

de service par mensualités.<br />

La solution Movalys InSize s’adresse<br />

aux entreprises de type PME,<br />

aux administrations et aux collectivités<br />

possédant une structure<br />

informatique susceptible d’héberger<br />

la solution et souhaitant des<br />

adaptations du produit c’est-à-dire<br />

un niveau de paramétrage et de<br />

personnalisation plus grand. Enfin,<br />

la solution Movalys InFinity<br />

DR<br />

32 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


DR<br />

est destinée aux grands comptes<br />

ayant plusieurs centaines, voire<br />

milliers d’usagers.<br />

Nous avons également élargi le cadre<br />

de nos partenariats. Nous avons<br />

souhaité apporter une offre plus<br />

globalisée qui inclut le conseil et la<br />

recommandation dans le choix des<br />

terminaux, mais aussi la capacité à<br />

pouvoir fournir les matériels. C’est<br />

pourquoi nous avons noué des partenariats<br />

avec les constructeurs et<br />

distributeurs de terminaux de façon<br />

à pouvoir être l’interlocuteur<br />

unique que souhaitent de plus en<br />

plus souvent les entreprises. Cela<br />

nous permet de certifier les terminaux<br />

en amont et de garantir à<br />

nos clients que les terminaux retenus<br />

sont parfaitement compatibles<br />

avec nos versions de produits.<br />

Jusqu’à présent, nous faisions de la<br />

prescription, mais non de la certification<br />

des matériels.<br />

Mettre en œuvre une solution de<br />

mobilité est une opération très<br />

structurante pour une entreprise.<br />

Nous avons voulu pouvoir accompagner<br />

nos clients dans ce changement<br />

que ce soit dans l’intégration<br />

de la solution au sein du<br />

système d’information comme<br />

auprès des techniciens qui doivent<br />

s’approprier ces nouveaux<br />

matériels que sont les terminaux<br />

mobiles et appliquer de nouveaux<br />

process de fonctionnement. On<br />

sait aujourd’hui comment accompagner<br />

les entreprises dans ces<br />

problématiques de changement.<br />

M&E. Quelles sont les principales<br />

fonctionnalités apportées par<br />

la nouvelle version Movalys ?<br />

Pascal Hoguet. La nouvelle version<br />

Movalys 2.4 apporte des innovations<br />

significatives, notamment<br />

à destination des petites<br />

entreprises. Les nouvelles interfaces<br />

d’administration fonctionnelle<br />

donnent à des utilisateurs non informaticiens<br />

une autonomie dans<br />

l’utilisation de la solution Movalys,<br />

leur offrant une mise en œuvre<br />

rapide, la capacité de créer leurs<br />

données initiales par eux-mêmes<br />

(clients, contrats, équipes…). Une<br />

autre évolution vise à améliorer<br />

la productivité dans l’utilisation<br />

de l’outil par une meilleure ergonomie<br />

de gestion du planning. La<br />

nouvelle interface facilite la planification<br />

grâce à des « échelles de<br />

temps glissantes », des horizons à<br />

la journée, à la semaine, au mois<br />

et plus si nécessaire.<br />

L’autre évolution de la nouvelle<br />

version concerne les gammes, la<br />

réalisation de regroupements fonctionnels<br />

d’interventions. En outre,<br />

pour aider au pilotage de l’activité,<br />

nous avons créé des rapports standards<br />

à destination des managers<br />

et des décideurs. De plus, si nécessaire,<br />

une interface simple, intuitive<br />

Planning de<br />

charges<br />

Mettre en œuvre une<br />

solution de mobilité<br />

est très structurant<br />

et conviviale permet désormais de<br />

créer des rapports personnalisés.<br />

Au-delà de la simple affectation<br />

des intervenants, Movalys a été<br />

amélioré sur l’aspect tactique de<br />

la planification, c’est-à-dire la<br />

mise en adéquation des ressources<br />

et capacités avec la charge de<br />

travail nécessaire aux interventions<br />

programmées. Une fonction<br />

particulièrement sensible pour<br />

les prestataires programmant des<br />

opérations de maintenance préventive.<br />

Enfin, notre client pourra<br />

mettre la planification de l’ensemble<br />

des interventions et leur<br />

état à disposition de ses clients<br />

finaux à travers un extranet.<br />

Movalys 2.4 a été rendu compatible<br />

avec les nouvelles normes<br />

de terminaux mobiles et autres<br />

PDA. Les données pourront ainsi<br />

être affichées quelle que soit la<br />

taille d’écran du terminal utilisé,<br />

en VGA, WVGA, WQVGA, etc. Ce<br />

qui répond à l’attente de clients<br />

parfois perdus dans la diversité<br />

des normes des constructeurs.<br />

M&E. Au plan commercial, quelle<br />

stratégie de distribution allez-vous<br />

mettre en œuvre en fonction des<br />

différents segments de marché<br />

que vous souhaitez toucher ?<br />

P. Zaldivar. Tout d’abord, nous<br />

avons entrepris une stratégie<br />

d’accords de partenariat avec les<br />

grands éditeurs d’ERP afin que Movalys<br />

s’intègre de façon native à<br />

leur produit dont les entreprises se<br />

sont dotées tels que SAGE, Cegid…<br />

Nous avons structuré notre organisation<br />

commerciale pour aborder<br />

les trois types de marchés que nous<br />

avons identifiés. Nous passons des<br />

accords de distribution pour Movalys<br />

InPack. Pour Movalys InFinity,<br />

nous nouons des partenariats avec<br />

de grands intégrateurs. Movalys In-<br />

Size fera appel à une double approche,<br />

par prospection commerciale<br />

directe et à travers des réseaux de<br />

distribution - intégration à valeur<br />

ajoutée, notamment en régions.<br />

Nous nous rapprochons également<br />

d’éditeurs de solutions connexes et<br />

complémentaires de la nôtre. n<br />

Propos recueillis par J.-F. R.<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

33


Expérience<br />

> Location de matériels<br />

Les loueurs<br />

dans la tourmente<br />

La baisse de l’activité économique a entraîné un fort ralentissement des<br />

chantiers et des interventions qui, par contrecoup, s’est répercuté sur la<br />

location des équipements et matériels.<br />

A<br />

u-delà des baisses de<br />

tarifs dont profitent les<br />

utilisateurs, les loueurs<br />

mettent en œuvre des<br />

solutions innovantes pour répondre<br />

à de nouveaux besoins et à de nouveaux<br />

comportements. Mais le secteur<br />

est sans doute appelé à une profonde<br />

restructuration.<br />

Depuis un an ont été regroupés, au sein<br />

d’un même immeuble de l’avenue de la<br />

Grande-Armée à Paris, des services de<br />

Loxam, premier loueur français, auparavant<br />

éparpillés sur une douzaine d’implantations<br />

de la région parisienne (du<br />

Plessis-Robinson à Châtenay-Malabry…).<br />

Mis en œuvre avant la crise actuelle, ce<br />

regroupement autorise des facilités de<br />

management et de gestion et, notamment,<br />

une optimisation du back-office<br />

aujourd’hui particulièrement bienvenue.<br />

Car, comme tout le secteur de la location,<br />

Loxam a été confronté à une baisse<br />

drastique de son activité. À compter de<br />

fin 2008, tous les secteurs où le loueur<br />

compte ses clients ont été successivement<br />

touchés, tout d’abord la construction,<br />

puis le second œuvre, les travaux<br />

publics et la voirie, enfin les industries.<br />

La location de matériel en France aura<br />

connu une baisse globale de chiffre<br />

d’affaires de 13 % en 2009 (après des<br />

hausses annuelles jusqu’à 10 et 11 %<br />

en 2006 et 2007). Pour sa part, le chiffre<br />

d’affaires du groupe Loxam accuse une<br />

baisse de 17,5 % en 2009 à 698 millions<br />

d’euros. Si le pôle spécialiste limite la<br />

casse à – 14 % et le pôle généraliste à<br />

– 16 %, en revanche l’étranger s’effondre<br />

de 27 %, soit une perte du quart du<br />

chiffre d’affaires.<br />

Réduire la voilure<br />

L’entreprise dirigée par Gérard Déprez,<br />

Pdg, a su, sans doute mieux que d’autres,<br />

mettre en œuvre les actions correctives<br />

susceptibles d’amortir le cataclysme. Parmi<br />

les mesures qui ont été prises pour<br />

s’adapter à l’activité, baisse des coûts,<br />

réduction du temps de travail et des effectifs<br />

qui sont passés de 4 400 en 2008<br />

à 3 900 personnes fin 2009. Certaines<br />

agences ont été fermées (528 agences fin<br />

Développement durable<br />

Loxam est engagé de longue date dans<br />

une démarche de développement durable<br />

qui s’est concrétisée le 8 février dernier<br />

par l’obtention de la certification ISO<br />

14001 pour l’ensemble de ses agences<br />

en France. Loxam est ainsi le premier<br />

réseau de location certifié ISO 14001.<br />

<strong>Entreprise</strong> indépendante, et ce, depuis<br />

plus de 40 ans, Loxam a toujours entrepris<br />

ses actions sur le long terme,<br />

indépendamment des cycles économiques<br />

qui ponctuent son activité. Ainsi,<br />

malgré un contexte économique que l’on<br />

sait difficile, l’entreprise n’a pas hésité<br />

à s’engager dans une démarche environnementale<br />

globale. Symbolisée par le<br />

logo «Loxgreen» et la signature «Loxam<br />

s’engage pour l’avenir», cette politique<br />

est le fruit de l’implication et de la sensibilisation<br />

de l’ensemble des équipes<br />

autour des valeurs du développement<br />

durable. Regroupant les dimensions environnementales,<br />

économiques et sociales<br />

du groupe, cet engagement s’illustre<br />

par la mise en place d’un système de<br />

management environnemental et qualité,<br />

une politique sécurité renforcée, des<br />

choix responsables et une valorisation du<br />

capital humain. En complément de son<br />

système qualité conforme à la norme ISO<br />

9001, Loxam collabore avec les principaux<br />

constructeurs afin de proposer des<br />

matériels respectueux de l’environnement,<br />

mène différentes actions au sein<br />

de ses agences en termes de gestion des<br />

déchets et d’économie des ressources<br />

naturelles, offre de nombreux services<br />

d’accompagnement sur chantiers afin de<br />

garantir à ses clients une exploitation<br />

dans des conditions optimales de sécurité,<br />

d’hygiène et de respect de l’environnement.<br />

Cette politique volontariste<br />

s’est vue confirmée par l’obtention de<br />

la certification ISO 14001, le 8 février<br />

dernier. Comme ce fut le cas en 1997<br />

avec l’obtention de la certification 9001,<br />

Loxam devient le premier réseau de location<br />

certifié ISO 14001 pour l’ensemble<br />

de ses agences en France.<br />

34 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


2009 contre 543 un an avant). À l’étranger, l’Irlande conserve<br />

une unique agence à Dublin, contre quatre précédemment.<br />

« En Espagne, on s’interroge, prévient M. Déprez, je ne vois<br />

rien venir d’ici 5 ans… » La filiale espagnole et ses 11 agences<br />

pourraient néanmoins profiter de la politique de relance des<br />

chantiers d’infrastructures initiée par l’État.<br />

Enfin, réduction du parc des matériels, essentiellement par<br />

non-renouvellement des machines réformées. En valeur<br />

brute, le parc Loxam a été réduit de 10 % par le jeu des<br />

équipements anciens retirés du circuit et qui n’ont pas été<br />

remplacés par des neufs. La valeur de remplacement représente<br />

ainsi quelque 170 millions d’euros, y compris les frais<br />

d’assurances. « Pourquoi conserver, maintenir et assurer des<br />

matériels anciens dont on sait qu’ils ne seront pas loués ? »,<br />

s’interroge M. Déprez. La durée de vie des équipements n’est<br />

pas prolongée, pour préserver le niveau de qualité et la récence<br />

du parc. « Le service, le choix ne sont pas dégradés<br />

puisqu’ils correspondent bien à la demande réelle. »<br />

Bien entendu, face à une offre pléthorique et des loueurs<br />

aux abois, les prix de location ont dégringolé d’au moins<br />

8 %. « Il serait souhaitable que disparaissent les acteurs qui<br />

dépendent d’actionnaires défaillants et qui sont de toute façon<br />

condamnés à plus ou moins brève échéance. » C’est le prix à<br />

payer pour permettre la reprise de l’activité des survivants.<br />

Autrement dit, on devrait assister prochainement à une<br />

restructuration importante du secteur… Les entreprises les<br />

plus solides financièrement et jouissant d’une autonomie<br />

de décision et de gestion, comme Loxam, seront les plus à<br />

même pour participer à ce redéploiement.<br />

Faire de nécessité vertu<br />

« Cette crise nous a appris la nécessité de la souplesse », se<br />

félicite M. Déprez. Le bon de la crise, si l’on ose dire, c’est<br />

qu’elle oblige à faire preuve d’initiative et d’imagination.<br />

Patrick Rizzo, directeur marketing et commercial, met ainsi<br />

en place de nouveaux services comme le centre d’appel personnalisé<br />

« Loxcall », et une stratégie plus sophistiquée de<br />

« pricing ». « Loxam global service », permet d’adapter le<br />

prix en fonction de l’activité réalisée avec les clients louant<br />

plusieurs équipements. La prestation et la facturation sont ca-<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

35


Expérience<br />

librées en fonction du taux d’utilisation,<br />

des réductions étant consenties sur le<br />

volume global du chiffre réalisé. Encore<br />

peu développé, le canal Internet pourrait<br />

constituer un média plus important de<br />

relation avec la clientèle, même<br />

s’il demeure limité dans la mesure<br />

où les clients restent très attachés<br />

au contact humain et aux<br />

modes de communication traditionnels,<br />

fax et téléphone. Autre<br />

innovation, le recours à des circuits<br />

de distribution, comme un<br />

accord avec Leroy Merlin qui permet<br />

de toucher plus largement<br />

les artisans, avec des matériels plus accessibles.<br />

La location s’ouvre d’ailleurs à<br />

de nouvelles typologies d’équipements<br />

comme les caméras thermiques (en l’occurrence<br />

Flir) pour le diagnostic industriel<br />

ou du bâtiment.<br />

Mais la crise ne devrait pas affecter le<br />

mouvement dont bénéficie la location<br />

depuis plusieurs années. « La location<br />

est en voie de se banaliser. Ce n’est déjà<br />

plus un acte exceptionnel de gestion,<br />

mais devient une pratique habituelle. »<br />

Tout comme le vélo en libre-service<br />

dont on paie l’usage s’oppose au vélo<br />

qu’on achète. La valeur d’usage et la<br />

« Pourquoi conserver<br />

et assurer des matériels<br />

anciens qui ne seront<br />

pas loués ? »<br />

satisfaction d’un besoin ont démonétisé<br />

la valeur de possession.<br />

Les perspectives pour 2010 sont encore<br />

moroses ou tout au moins très incertaines,<br />

constate Gérard Déprez. La récession<br />

dans le BTP n’a sans doute pas<br />

atteint son pic et une reprise favorable<br />

n’est pas à espérer avant 2011. Le Pdg de<br />

Loxam sait que les comportements ont<br />

été durablement transformés par cette<br />

crise et que la location devra continuer<br />

à faire face à l’avenir à « une grande volatilité<br />

». Ses priorités : maintenir l’intégrité<br />

de l’outil de production et préserver<br />

la rentabilité. « Pas question d’anticiper<br />

la reprise » en l’absence<br />

de signes tangibles et durables<br />

de retournement de la conjoncture.<br />

Aussi Loxam fera-t-il preuve<br />

d’un grand « pragmatisme de<br />

gestion ». Les solutions passeront<br />

par un « reformatage » de<br />

l’entreprise, l’adaptation serrée<br />

de l’offre à la demande clients,<br />

l’ajustement des prix. Le prix dit<br />

de référence devient désormais une sorte<br />

de prix plafond ouvert à négociations<br />

en fonction d’un volume d’affaires. Enfin,<br />

les ressources informatiques seront mises<br />

à contribution pour faciliter ce nouveau<br />

mode de management. Après avoir<br />

été installé en Belgique, l’ERP Rentelman<br />

sera déployé en France. n<br />

<br />

Jean-François Romain<br />

LPR<br />

Certification ISO 9001 pour toutes ses filiales européennes<br />

LPR est une société de location-gestion de palettes destinées<br />

aux industriels et aux enseignes de la grande distribution. De dimension<br />

européenne, le groupe LPR accompagne et garantit aux<br />

partenaires et destinataires européens de ses clients un service<br />

complet. Il gère près de 40 millions de mouvements de palettes<br />

par an à travers toute l’Europe. Son chiffre d’affaires dépasse des<br />

100 millions d’euros. LPR Benelux vient de se voir attribuer la<br />

certification ISO 9001 pour sa gestion de la qualité. Une démarche<br />

que LPR est en train d’étendre à toutes ses filiales à travers<br />

l’Europe. Une première dans le secteur de la location-gestion<br />

de palettes. Avoir une certification ISO 9001 pour ses activités<br />

« groupe » et, localement, pour chacune de ses filiales… C’est<br />

la démarche entreprise par LPR, le numéro 2 européen de la location-gestion<br />

de palettes. Une première dans le secteur. « LPR<br />

est un acteur reconnu pour la qualité de ses palettes et de son<br />

service. Plusieurs enquêtes et études menées auprès des grands<br />

distributeurs et industriels des produits de grande consommation<br />

sur nos différents marchés (France, Espagne, Portugal, Royaume-Uni,<br />

Benelux et Allemagne) l’attestent. La décision que nous<br />

avons prise va encore renforcer notre position dans ce domaine »,<br />

explique Torsten Wolf, président de LPR.<br />

LPR France, maison mère de LPR, est certifiée ISO 9001 depuis<br />

plus de 10 ans. LPR Portugal a obtenu sa certification en 2008.<br />

LPR Benelux est maintenant la deuxième filiale à remporter le<br />

précieux sésame. La filiale a été auditée par SGS, un organisme<br />

indépendant, en décembre dernier. Au Benelux, LPR est la seule<br />

société de son secteur à être certifiée ISO 9001 !<br />

Michiel de Kort, Responsable qualité de LPR Benelux, explique :<br />

« Nous travaillons selon les normes ISO depuis de nombreuses<br />

années. Le contrôle qualité et les démarches d’amélioration continue<br />

sont présents depuis toujours. Nos préoccupations premières<br />

ont toujours été le client et la qualité de service. L’obtention de<br />

la certification officielle vient conforter tout notre travail. »<br />

LPR et ses prestataires logistiques travaillent continuellement<br />

à l’optimisation des process sur l’intégralité de la supply chain.<br />

LPR Benelux organise régulièrement ateliers et sessions de<br />

formation avec ses clients pour être parfaitement à l’écoute<br />

de leurs besoins et les sensibiliser à la démarche qualité du<br />

groupe. Avec ses partenaires, LPR travaille également au développement<br />

de nouveaux process pour optimiser l’efficacité et<br />

la qualité des prestations.<br />

Plus d’informations : www.lpr.eu<br />

36 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

37


Événement<br />

> Mesure<br />

Le contrôle ultrason<br />

Quels problèmes un programme<br />

de contrôle ultrason permet d’identifier<br />

Les ultrasons sont utilisés comme outil de diagnostic depuis plus de 35 ans.<br />

Malgré cela, l’utilisation (et la maîtrise même de cette technologie) est<br />

toujours peu répandue. Cet article a pour objectif d’explorer la vaste gamme<br />

d’applications de la technologie aéroportée, des applications simples aux<br />

plus compliquées. <br />

Par Thomas Murphy<br />

Un ultrason peut se<br />

définir très simplement<br />

comme<br />

un son dont la fréquence<br />

dépasse 20 kHz, c’est-àdire<br />

au-delà de la fréquence la<br />

plus élevée audible par un jeune<br />

adulte. Cela représente une plage<br />

de fréquences phénoménale. Les<br />

instruments médicaux à ultrasons<br />

utilisent par exemple souvent<br />

des ultrasons de l’ordre des<br />

mégahertz. La plage de fréquences<br />

types utilisée par les systèmes<br />

à ultrasons de maintenance<br />

préventive est toutefois beaucoup<br />

plus faible, généralement<br />

de l’ordre de 30-40 kHz.<br />

L’ultrason est inaudible. Les systèmes<br />

à ultrasons utilisent traditionnellement<br />

des techniques<br />

d’hétérodynage ou de mixage<br />

pour présenter un signal à un<br />

casque d’écoute ayant généralement<br />

lui-même une gamme<br />

de fréquences audible de<br />

2 kHz.<br />

Passés les systèmes à ultrasons<br />

bas de gamme (qui généralement<br />

émettent des cliquetis ou<br />

des bruissements pour représenter<br />

la présence d’un signal<br />

à ultrason), les instruments à<br />

ultrasons qui utilisent la technologie<br />

du mixage permettent<br />

de réellement écouter des sons<br />

bien au-delà du champ audible<br />

humain. Certains instruments<br />

du marché permettent<br />

même de changer la fréquence<br />

du mixer de manière à pouvoir<br />

écouter des fréquences pouvant<br />

aller jusqu’à pratiquement<br />

200 kHz.<br />

Une prouesse fascinante puisqu’elle<br />

permet d’entendre des<br />

sons bien au-delà de ce dont<br />

l’oreille est capable. S’il y a un<br />

clic, un cognement, un froissement<br />

ou un bruissement à<br />

40 kHz, vous l’entendez si l’instrument<br />

a été configuré dans<br />

une plage de 2 kHz de cette<br />

fréquence.<br />

L’auteur<br />

Un spécialiste incontesté<br />

« Merci à Allan Rienstra de SDT Amérique<br />

du Nord pour m’avoir fourni certains signaux<br />

de temps reproduits dans cet article, et plus<br />

particulièrement pour son travail d’édition »,<br />

tient à préciser Tom Murphy. Ce diplômé en<br />

acoustique de l’université de Salford bénéficie<br />

de plus de 25 ans d’expérience dans le<br />

monde de l’ultrason industriel et de la mesure<br />

des vibrations, dont 15 passés à l’utilisation<br />

de techniques de l’Operating Deflection<br />

Shape dans les industries du papier,<br />

de l’impression, de la pétrochimie, de la<br />

génération électrique, de la pharmacie et de<br />

l’alimentation. Tom est directeur général de<br />

Adash 3TP Limited (Manchester, Angleterre),<br />

spécialisée dans l’application des technologies<br />

vibratoire, infrarouge et ultrasonique<br />

pour améliorer la maintenance.<br />

Mesure de<br />

l’ultrason<br />

L’ultrason est traité, à juste titre,<br />

comme un son, ce qui signifie<br />

que lorsque nous quantifions<br />

le niveau du signal ultrasonique<br />

que nous écoutons, nous utilisons<br />

l’échelle des décibels.<br />

Malheureusement, l’arrivée de<br />

la calculette électronique dans<br />

les années soixante-dix a permis<br />

de résoudre des problèmes<br />

d’arithmétique compliqués sans<br />

l’aide de tables logarithmiques.<br />

En conséquence, très peu de per-<br />

38 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


TOURELLES POUR TOURS CN<br />

SYSTÈMES ET COMPOSANTS<br />

HYDRAULIQUES<br />

TRM-N<br />

CT-20<br />

SM-BA<br />

Porte-outils fixes<br />

et motorisés<br />

Disques porte-outils<br />

Valves CETOP<br />

et cartouches<br />

Tourelle à axe ‘B’<br />

• SAV assuré dans toute la France et le Benelux<br />

Stock important de pièces détachées<br />

• Formation assurée sur les tourelles DUPLOMATIC<br />

• Composants et centrales hydrauliques<br />

• Fabrication de blocs forés spécifiques<br />

et standards pour valves Cetop et Cartouches<br />

Retrouvez toute notre gamme sur notre site<br />

Hydrauma Industries<br />

Route de Saint-Loup de Naud- 77650 Sainte Colombe<br />

Tél. : 33 (0)1 64 08 85 58 Fax : 33 (0)1 64 08 85 66<br />

hydrauma@hydrauma.fr - www.hydrauma.fr<br />

Hydrauma Industries<br />

une société du<br />

Cartouches


Événement<br />

sonnes comprennent aujourd’hui<br />

les décibels.<br />

Les tables logarithmiques ont<br />

aidé à réaliser toutes sortes de<br />

prouesses en ingénierie. Ces<br />

calculs arithmétiques relativement<br />

simples reposent sur deux<br />

principes clés, à savoir :<br />

Tout nombre peut être représenté<br />

selon une puissance de 10. Par<br />

exemple, nous savons tous que<br />

10 000 = 10 4 . Le logarithme de<br />

10 000 est 4. Le logarithme de<br />

20 000 serait 4,3.<br />

Pour multiplier deux nombres,<br />

il suffit d’ajouter leurs logarithmes.<br />

Pour les diviser, il suffit de<br />

soustraire leurs logarithmes. En<br />

d’autres termes, toute multiplication<br />

ou division de nombres<br />

peut être réduite à des additions<br />

ou de soustractions plus simples<br />

en utilisant simplement les tables<br />

de logarithmes.<br />

Le détecteur SDT 270<br />

Le premier détecteur véritablement<br />

polyvalent<br />

« Je pense sincèrement que<br />

le détecteur SDT 270 avec<br />

le logiciel “Ultranalysis<br />

Suite” sont profondément<br />

innovants », déclare sans<br />

ambages Jean-Marc Singer,<br />

directeur de Synergys<br />

Technologies, partenaire<br />

exclusif en France de SDT<br />

International (www.synergys-technologies.com).<br />

« C’est le 1 er appareil capable<br />

de détecter, mesurer<br />

avec précision, enregistrer,<br />

analyser et comparer des<br />

ultrasons produits par toutes<br />

sortes de machines et<br />

d’équipements. » L’objectif<br />

recherché est double :<br />

« faire enfin de la technologie<br />

de la détection d’ultrasons<br />

» le troisième pilier<br />

dans le domaine des outils<br />

de diagnostics à côté de la<br />

thermographie infrarouge<br />

et de l’analyse vibratoire ;<br />

pouvoir, avec un seul appareil,<br />

effectuer toutes les<br />

mesures nécessaires à un<br />

programme de maintenance<br />

conditionnelle, avec convivialité<br />

et simplicité. Le détecteur<br />

SDT 270 est encore<br />

le premier appareil à ultrason<br />

à intégrer un capteur<br />

de température et un tachymètre<br />

laser ; c’est aussi le<br />

premier doté d’une base<br />

de données SQL intégrée<br />

permettant d’enregistrer<br />

et de gérer les mesures et<br />

données collectées par les<br />

rondiers. « C’est le premier<br />

appareil à ultrason adressable<br />

par IP », poursuit M.<br />

Singer, et c’est encore le<br />

premier appareil à ultrason<br />

capable d’enregistrer des<br />

données statiques et dynamiques<br />

(fichiers sons)<br />

pour une analyse temporelle<br />

et spectrale avec le<br />

logiciel Ultranalysis Suite.<br />

Enfin, c’est le premier appareil<br />

à ultrasons équipé<br />

de deux canaux d’entrée.<br />

Vous l’avez compris, ce<br />

détecteur est aujourd’hui<br />

unique.<br />

DR<br />

La méconnaissance de l’échelle<br />

des décibels s’étant étendue,<br />

il convient de revoir quelques<br />

points sur les dB. Par exemple,<br />

les dB ne sont jamais multipliés<br />

ni divisés.<br />

Le dB est une échelle de rapport<br />

logarithmique, et un rapport<br />

doit avoir une valeur de<br />

référence. Ce n’est pas en soi<br />

une unité de mesure. L’unité de<br />

mesure est la partie située à la<br />

fin. Ainsi, dB(A), dBm, dBV ou<br />

dBμV peuvent être considérés<br />

comme des unités de mesure,<br />

mais dB seul n’a aucun sens. Par<br />

exemple, l’équation qui définit<br />

le dBμV utilisée dans l’ultrason<br />

de SDT est la suivante : 20log10<br />

(V1/V0). Où V0 est la tension<br />

de référence du détecteur à ultrasons,<br />

à savoir 1μV. Mentionner<br />

dB sans mentionner de référence<br />

porte donc à confusion<br />

puisque, sans valeur de référence,<br />

il est impossible de savoir ce<br />

que l’on compare.<br />

Selon cette échelle, l’augmentation<br />

de l’ultrason d’un facteur<br />

de 2 augmenterait le niveau<br />

de l’ultrason de 6 dBμV.<br />

L’augmentation de 20 à 26 dBμV<br />

est identique à l’augmentation<br />

de 50 à 56 dBμV étant donné<br />

qu’il s’agit d’une augmentation<br />

de 6 dBμV, ce qui correspond à<br />

doubler l’amplitude de l’ultrason<br />

mesuré.<br />

Voilà pour les explications fastidieuses,<br />

quoiqu’importantes.<br />

Sachant cela, à quoi peut servir<br />

l’ultrason ?<br />

Détection de fuite<br />

d’air comprimé<br />

Un système à ultrasons permet<br />

d’entendre une partie différente<br />

du spectre audio par rapport à<br />

l’audition normale. Autrement<br />

dit, un instrument à ultrasons<br />

n’entend pas ce qui est dans la<br />

plage audible humaine. Cela signifie<br />

que je peux emporter un<br />

système à ultrasons dans un environnement<br />

ultrabruyant sans<br />

que cela ne change en rien à la<br />

capacité du détecteur à ultrasons<br />

de détecter les sources de<br />

signaux ultrasoniques.<br />

Il existe de nombreuses applications<br />

pour l’ultrason aéroporté.<br />

Le plus courant est peut-être la<br />

détection des fuites de gaz comprimé.<br />

Le gaz est généralement<br />

de l’air, mais il peut aussi s’agir<br />

d’azote, d’oxygène, d’hydrogène,<br />

de dioxyde de carbone, d’argon<br />

ou d’autres gaz.<br />

Devant ce procédé de détection,<br />

les sceptiques répliquent souvent<br />

qu’ils entendent les fuites<br />

d’air. Dans certains cas très particuliers,<br />

cela peut être vrai. S’il<br />

n’y a pas de bruit de fond, une<br />

fuite relativement importante<br />

sera audible. Toutefois, si l’on<br />

considère la plage de fréquences<br />

du bruit généré par une fuite<br />

d’air, environ 10 % seulement<br />

de l’énergie produite se trouve<br />

dans la plage audible. Le pic de la<br />

plage de fréquences est de l’or-<br />

40 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Le dB est un rapport,<br />

pas une unité de mesure<br />

dre de 30-40 kHz. Les sceptiques<br />

entendent donc peut-être certaines<br />

fuites d’air qui se produisent<br />

dans une usine désaffectée,<br />

mais certainement pas toutes,<br />

tant s’en faut.<br />

Il existe un parallèle entre les fuites<br />

d’air et le profil de défaillances<br />

des machines, que l’on pourrait<br />

qualifier de « mort à petit<br />

feu ».<br />

Dans un monde où la fiabilité<br />

est un facteur très important<br />

pour les entreprises, nous savons<br />

que ce n’est pas une grosse défaillance<br />

isolée qui ruine la fiabilité<br />

d’une entreprise, mais plutôt<br />

les défaillances chroniques et répétées<br />

dont l’impact individuel<br />

est faible.<br />

Il en va de même pour les fuites<br />

d’air. Trouver et réparer les<br />

quelques grosses fuites d’air est<br />

une chose, mais il est tout aussi<br />

important de trouver les dizaines<br />

(voire les centaines) de petites<br />

fuites d’air inaudibles. Ces<br />

petites fuites chroniques, ajoutées<br />

les unes aux autres, deviennent<br />

rapidement un drain dans<br />

votre système à air comprimé.<br />

Cette phrase bien souvent répétée<br />

« Nous avons fait des économies,<br />

nous n’avons pas acheté de<br />

système à ultrasons. Nous nous<br />

contentons d’écouter et de détecter<br />

les fuites le week-end »<br />

devrait aujourd’hui être considérée<br />

dans toute son absurdité.<br />

Simple à mettre<br />

en œuvre<br />

Une fuite d’air émet un ultrason<br />

particulier. Elle génère un<br />

bruit strident similaire à un<br />

moteur d’avion. Ce que nous<br />

écoutons précisément, c’est<br />

l’écoulement, ainsi que la friction.<br />

Trouver une fuite d’air est<br />

très simple. Tellement simple en<br />

fait que n’importe qui peut le<br />

faire après une simple formation.<br />

Étant donné qu’il ne s’agit<br />

pas d’un travail de spécialiste,<br />

c’est une technologie inclusive.<br />

Un programme complet de<br />

détection des fuites peut aider<br />

une entreprise à augmenter sa<br />

rentabilité, et donc à être plus<br />

• Spécialement conçus pour manipuler en<br />

toute sécurité des équipements très lourds.<br />

• Grâce à une simple, double ou triple articulation,<br />

les anneaux CODIPRO sont utilisables dans toutes<br />

les directions et dans toutes les positions.<br />

• Brevetés et conformes aux normes de sécurité les<br />

plus strictes, ils sont particulièrement appropriés à la<br />

manutention, au levage et à la rotation de charges lourdes.<br />

• Longueurs spécifiques et pas spéciaux sur demande.<br />

• Plus de 300 références en stock livrables dans un<br />

délai très court.<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

41


Événement<br />

Figure 1.<br />

Isolateur d’un<br />

transformateur<br />

abaisseur de<br />

13,8 kV avant<br />

nettoyage.<br />

Figure 2.<br />

Le même<br />

isolateur<br />

après<br />

nettoyage.<br />

Tous les<br />

problèmes<br />

n’ont pas été<br />

éliminés.<br />

compétitive. L’air comprimé est coûteux, bien souvent la<br />

source d’énergie la plus coûteuse de l’entreprise. Il peut<br />

parfois être intéressant de se livrer à un petit exercice<br />

consistant à rapporter le coût des fuites d’air au coût<br />

de votre processus de fabrication.<br />

Prenons l’exemple d’un producteur de chips fabriquant<br />

des millions de paquets par an, vendus à 5 cents de profit<br />

par paquet. Supposons maintenant que le coût annuel<br />

de production (et de fuite) d’air comprimé s’élève<br />

à 100 000 $. Cela signifie que le producteur doit vendre,<br />

produire, emballer, acheminer, facturer et encaisser l’argent<br />

de 2 millions de paquets de chips rien que pour payer<br />

les fuites d’air !<br />

Si le coût de ces fuites d’air est réduit à 10 000 $ par an, les<br />

économies réalisées pourraient par exemple être utilisées pour<br />

financer une campagne de promotion pour laquelle 1 800 000<br />

paquets de chips seraient distribués gratuitement sans que<br />

les recettes en pâtissent ! Imaginez les avantages compétitifs<br />

pour cette entreprise !<br />

Détecter la fuite de vide<br />

Si vous utilisez un système à vide, vous savez combien il est<br />

difficile de détecter une fuite sans appareil à ultrasons. Le<br />

mécanisme de génération ultrasonique est similaire à celui<br />

d’une fuite de pression positive, mais, dans le cas du vide, le<br />

son ne se déplace pas vers vous, mais au contraire retourne<br />

dans les tuyaux.<br />

Le son d’une fuite de vide est similaire à celui d’une fuite<br />

d’air, mais plus silencieuse. Si vous essayez de détecter<br />

une fuite de vide en présence d’une fuite d’air, vous risquez<br />

d’avoir des difficultés. Une formation peut vous y aider, et<br />

une certification à l’ultrason de niveau 1 peut se révéler un<br />

bon investissement si vous risquez de vous retrouver dans<br />

ce genre de situation.<br />

Pour définir précisément une fuite de vide, vous devez faire en<br />

sorte d’augmenter la sensibilité de votre détecteur, de bloquer<br />

les autres sources d’ultrasons, ou les deux. Pour cette raison,<br />

nombre de fabricants d’équipements à ultrasons produisent<br />

un capteur parabolique, un instrument très utile en acoustique,<br />

et toujours largement utilisé aujourd’hui dans l’industrie<br />

des enceintes. L’intérêt du capteur parabolique réside dans le<br />

fait que, en contrôlant la dimension relative du profil de la<br />

parabole, il est possible de la régler à une plage de fréquences<br />

relativement étroite. Dans l’effet, il résonne.<br />

L’avantage du capteur parabolique est qu’il permet de produire<br />

une amplification de plus de 26 dBμV, soit un facteur de 20x<br />

de sensibilité accrue. Toutefois, cette amplification a un prix.<br />

La plage de fréquences sur laquelle l’amplification sera présente<br />

est très restreinte. Au dehors de cette plage, le capteur<br />

pourrait même réduire votre sensibilité à un niveau inférieur<br />

à celui que vous auriez sans lui.<br />

Les systèmes à vide sont assez répandus. Les processus chimiques<br />

et pharmaceutiques nécessitent souvent un vide pour<br />

initier une réaction chimique. Sans vide, pas de réaction, et<br />

donc pas de production. C’est pour cette raison que ces industries<br />

portent un intérêt tout particulier aux appareils à<br />

ultrasons. Étant donné l’environnement actuel, pauvre en<br />

énergie, il est bien entendu inconcevable d’acheter une autre<br />

42 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


pompe pour pallier le manque<br />

de vide.<br />

Les fuites de<br />

vapeur<br />

Les fuites de vapeur à haute<br />

pression sont potentiellement<br />

mortelles. Si vous<br />

utilisez des surchauffeurs<br />

par exemple, les températures<br />

peuvent atteindre<br />

plus de 300 °C, voire pratiquement<br />

600 °F. Une fuite<br />

haute pression peut donc<br />

se transformer en une véritable<br />

lance invisible capable<br />

de transpercer une<br />

personne.<br />

Face à un tel danger, un bon<br />

système de détection devrait<br />

être en place. Et pourtant,<br />

il n’est pas rare que le<br />

contrôle des fuites soit fait<br />

par des employés munis de<br />

perches, voire de balais munis<br />

d’un chiffon au bout. Si<br />

le chiffon se soulève, il y a<br />

fuite. Il y a quelques années<br />

au Royaume-Uni, cette méthode<br />

a failli coûter la vie<br />

à deux personnes, entraînant<br />

son interdiction et son<br />

remplacement par des systèmes<br />

d’inspection par ultrason.<br />

Aussi bruyante que puisse<br />

être une fuite d’air comprimé,<br />

la turbulence générée<br />

par une fuite de vapeur est<br />

encore plus grande, ce qui<br />

signifie qu’il y a encore plus<br />

de bruit ultrasonique.<br />

L’inspection<br />

électrique par<br />

l’ultrason<br />

L’ultrason peut être utilisé<br />

pour détecter trois problèmes<br />

électriques courants :<br />

l’effet de couronne, le cheminement<br />

et l’arc.<br />

L’effet de couronne résulte<br />

de l’ionisation des molécules<br />

d’air et d’une décharge<br />

partielle à la surface. L’ionisation<br />

de l’air a peu de<br />

chance de se produire à<br />

des tensions inférieures à<br />

4 kV. La présence de couronne<br />

met en évidence un<br />

problème qui nécessite une<br />

attention immédiate afin<br />

d’éviter qu’il n’empire. L’effet<br />

de couronne est particulièrement<br />

problématique<br />

dans les appareils de commutation<br />

à haute tension<br />

et les composants de transmission.<br />

Malheureusement<br />

pour les thermographistes,<br />

la couronne ne génère pas<br />

de chaleur et n’est donc pas<br />

détectable à l’aide d’une caméra<br />

à infrarouge.<br />

Depuis quelques années, le<br />

cheminement et l’arc sont<br />

devenus très importants<br />

dans le milieu de l’inspection<br />

infrarouge d’armoires<br />

électriques. L’inspection<br />

ultrasonique d’un<br />

panneau avant de l’ouvrir<br />

est aujourd’hui considérée<br />

comme la meilleure<br />

pratique à adopter, et à<br />

juste titre. L’ultrason est<br />

un son, et en tant que tel<br />

traverse les brèches entre<br />

les portes et le dormant<br />

et rebondit à l’intérieur<br />

de l’armoire. L’utilisation<br />

d’un capteur à ultrasons<br />

sur une porte non étanche<br />

permet donc d’identifier les<br />

craquements à l’intérieur<br />

de l’armoire, lesquels craquements<br />

pourraient indiquer<br />

un arc ou un cheminement.<br />

La figure 1 est un exemple<br />

de transformateur abaisseur<br />

de 13,8 kV dont l’isolateur<br />

présente un problème<br />

de cheminement, avant<br />

et après nettoyage. Comme<br />

le montre la figure 2, la présence<br />

d’activité après le<br />

nettoyage indique que le<br />

problème persiste, lequel<br />

nécessitera une réparation<br />

plus poussée. n<br />

(Suite dans le prochain<br />

numéro de la revue)<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

43


Événement<br />

> Mesure<br />

Surveillance vibratoire<br />

Une procédure de surveillance<br />

vibratoire de roulements<br />

sur une presse transfert<br />

Cette communication s’inscrit dans un contrat de recherche dont le but est<br />

d’établir une procédure de suivi par analyse vibratoire des roulements sur<br />

l’arbre transfert d’une presse d’emboutissage du secteur automobile.<br />

Cette presse de 5 000 tonnes fonctionne à faible vitesse et génère un choc<br />

d’amplitude très importante. Ainsi, les signaux vibratoires sont fortement<br />

pollués, dû à la frappe. Il est donc capital d’analyser attentivement les signaux<br />

temporels afin d’en isoler certaines phases avant de pouvoir les traiter.<br />

Le concept du juste<br />

à temps oblige les<br />

constructeurs d’automobiles<br />

à ne pas<br />

consentir de retard ou d’arrêt de<br />

production non maîtrisé. L’optimisation<br />

de la production dépend<br />

aussi en partie de la méthode de<br />

maintenance utilisée. La ligne de<br />

presses de transfert à ventouses<br />

est unique sur un site de production<br />

de carrosserie d’automobiles<br />

et bénéficie d’une maintenance<br />

conditionnelle. L’arbre, qui commande<br />

le transfert, est équipé<br />

de roulements qui font l’objet<br />

d’une surveillance vibratoire depuis<br />

déjà quelques années. Suite<br />

Figure 1.<br />

Plan de coupe<br />

de l’arbre<br />

transfert.<br />

à deux avaries identiques qui se<br />

sont produites sur l’un des roulements,<br />

la production fut stoppée<br />

durant plusieurs semaines. Ainsi,<br />

le service de maintenance a remis<br />

en cause la méthode de suivi de<br />

ces roulements, n’ayant pas été<br />

capable d’anticiper les pannes.<br />

Nous allons donc présenter une<br />

procédure permettant de mettre<br />

en place une surveillance vibratoire<br />

sur ce type de presse.<br />

1. fonctionnement<br />

de la presse<br />

Pour réaliser une pièce de carrosserie<br />

de voiture, à partir d’un<br />

flan (tôle plane prédécoupée),<br />

cinq outils sont nécessaires en<br />

moyenne pour lui donner sa forme<br />

finale. Il faut d’abord engager<br />

le flan dans un outil d’emboutissage,<br />

puis de détourage, de tombage,<br />

de renvoi pour terminer en<br />

général sur un outil de calibrage<br />

final. Deux gros volants d’inertie<br />

commandent la cinématique de<br />

la presse d’emboutissage et des<br />

presses de reprise. Ils commandent<br />

aussi le transfert des tôles<br />

ainsi que le bras dépileur qui dépose<br />

les flans dans l’outil d’emboutissage.<br />

Les mouvements du<br />

bras dépileur et des bras de transfert<br />

à ventouses sont générés<br />

pas des cames rotatives. L’arbre<br />

transfert fait la liaison entre la<br />

partie commande de la presse et<br />

la partie transfert, il est présenté<br />

dans la figure 1.<br />

2. Pannes<br />

antécédentes<br />

C’est le roulement NU348M (figure<br />

1) qui est à l’origine de deux<br />

défaillances (écaillage et fissuration<br />

de la bague extérieure). Ce<br />

roulement à rouleau cylindrique<br />

est pourtant instrumenté d’un<br />

capteur thermique et de quatre<br />

capteurs accéléromètres piézoélectriques<br />

(deux radiaux et deux<br />

axiaux représentés en figure 1)<br />

raccordés à un boîtier déporté.<br />

Mais le suivi vibratoire « classique<br />

» n’a pas permis d’anticiper<br />

les endommagements sur ce<br />

roulement, et la montée rapide<br />

44 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


du capteur de température n’a<br />

pas permis de stopper à temps la<br />

production. Cette ligne de presse<br />

peut produire environ 8 800<br />

pièces par jour (estimation d’une<br />

heure d’arrêt à 2 500 €).<br />

Figure 2.<br />

Le montage<br />

vidéo.<br />

de l’arbre transfert. Les prochaines<br />

acquisitions vibratoires seront<br />

alors tronquées dans cet<br />

espace temporel afin de réaliser<br />

le diagnostic des composants de<br />

l’arbre transfert.<br />

3. Analyse du<br />

cycle de la presse<br />

L’acquisition de signaux temporels<br />

avec une chaîne d’acquisition<br />

de laboratoire est nécessaire pour<br />

avoir un aspect général quant à<br />

sa forme. Ils doivent être d’assez<br />

longue durée (environ 10 à<br />

20 secondes) pour contenir plusieurs<br />

cycles de presse, dans une<br />

gamme de fréquence de 20 kHz.<br />

Aussi, il est préférable de réaliser<br />

d’autres acquisitions en simultané<br />

avec un collecteur industriel<br />

(celui servant aux rondes de<br />

surveillance vibratoire actuelle)<br />

et la chaîne d’acquisition de laboratoire.<br />

Ces signaux temporels<br />

pourront être analysés et comparés<br />

en amplitude.<br />

Un film, réalisé durant certaines<br />

acquisitions temporelles, nous a<br />

permis de décrypter le signal en<br />

fonction de la cinématique de<br />

la presse. Pour plus de précision,<br />

nous avons effectué un montage<br />

vidéo, synchronisant le film<br />

du cycle de la presse et l’image<br />

de l’acquisition du signal temporel<br />

(figure 2) avec affichage<br />

d’un curseur avançant au fil du<br />

temps. Suite à analyse, il s’avère<br />

que cinq chocs cycliques sont<br />

dus au fonctionnement du transfert<br />

de la presse et un choc est<br />

dû soit au contact de la matrice<br />

sur le serre flan (lors de la descente<br />

du coulisseau de presse),<br />

soit au PMB (Point Mort Bas :<br />

frappe). La visibilité de l’un et<br />

de l’autre dépend de la puissance<br />

de l’impact (figure 3). Cette<br />

analyse a permis d’identifier un<br />

espace temporel de 1,6 s (entre<br />

le PMB et le premier choc de la<br />

came) assez long pour réaliser<br />

les prochaines acquisitions dédiées<br />

à la surveillance vibratoire.<br />

Le temps minimum des acquisitions<br />

dépend de la plus faible des<br />

Figure 3.<br />

Les chocs dans<br />

le cycle de la<br />

presse.<br />

fréquences de défauts caractéristiques<br />

du roulement NU348M,<br />

et du nombre de chocs contenu<br />

dans le signal, il est défini comme<br />

le ∆t troncature suivant l’équation<br />

suivante :<br />

∆t troncature = (1/fr +faible<br />

)*N choc<br />

Pour notre exemple, le ∆t troncature<br />

sera de 0,41s car fr +faible<br />

=<br />

24,7 Hz (pour le rouleau) et, il<br />

est admis qu’il faut une dizaine<br />

de chocs répétitifs [1] pour avoir<br />

une valeur significative de l’indicateur<br />

global (N choc<br />

= 10). Cette<br />

première analyse nous permet<br />

de comprendre l’inefficacité des<br />

rondes de suivi vibratoire accomplies<br />

jusqu’à ce jour. En effet, les<br />

différents chocs identifiés précédemment<br />

masquaient la signature<br />

vibratoire des composants<br />

montés sur l’arbre transfert.<br />

De plus, le calcul du spectre<br />

en fréquence du signal temporel<br />

tronqué nous montre que les fréquences<br />

d’engrènements des pignons<br />

sont les plus prépondérantes.<br />

Elles pourraient, à leur tour,<br />

masquer un éventuel défaut sur<br />

un élément d’un des roulements<br />

4.<br />

Le déclen chement<br />

automatique<br />

des acquisitions<br />

L’objectif est d’effectuer le déclenchement<br />

des acquisitions<br />

vibratoires en automatique,<br />

lors des futures rondes de surveillance,<br />

afin d’enregistrer un signal<br />

temporel toujours au même<br />

endroit dans l’espace temporel<br />

défini précédemment. Le collecteur<br />

industriel possède plusieurs<br />

options de déclenchement dont<br />

celui sur top tour via une lunette<br />

tachymétrique. L’idée est de se<br />

servir du port de cette lunette,<br />

et de commander le déclenchement<br />

par un capteur (inductif ou<br />

contact sec) alimenté, avec un<br />

relais séparant les deux circuits<br />

électriques. Avec un capteur positionné<br />

au PMB, le coulisseau supérieur<br />

de la presse déclenchera<br />

le départ des acquisitions en<br />

actionnant ce dernier. Le temps<br />

d’acquisition sera réglé de façon<br />

à ne pas dépasser la zone temporelle<br />

définie.<br />

5. Le diagnostic<br />

5.1. Calculs des<br />

indicateurs temporels<br />

Différentes acquisitions de 8 192<br />

points ont été réalisées dans différentes<br />

gammes de fréquences,<br />

avec le collecteur industriel et la<br />

chaîne d’acquisition, en simultanée<br />

et sur les quatre voies. Les indicateurs<br />

temporels seront calculés<br />

dans la troncature et pourront<br />

être comparés entre les deux matériels.<br />

Les gammes de fréquences<br />

choisies : [0 - 200 Hz], [0 -<br />

500 Hz], [0 - 1 kHz], [0 - 2 kHz], [0<br />

- 5 kHz], Le choix des indicateurs<br />

s’oriente sur le Kurtosis (rappel<br />

des seuils : si K = 3, le roulement<br />

est en bon état ; si 3 < K > 6, le<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

45


Événement<br />

roulement est faiblement dégradé<br />

; si K > 6 avec retour à 3,<br />

le roulement est dégradé) et le<br />

facteur crête (rappel des seuils : si<br />

F crête<br />

≤ 5, le roulement est en bon<br />

état ; si F crête<br />

> 5, le roulement est<br />

faiblement dégradé ; si F crête<br />

décroît,<br />

le roulement est dégradé),<br />

couramment utilisés [2]. Après<br />

calculs, les valeurs des indicateurs<br />

temporels sont correctes.<br />

5.2. Les filtrages sur les<br />

signaux temporels<br />

Plusieurs acquisitions temporelles<br />

en gamme [0 - 10 kHz] et [0<br />

- 20 kHz] ont été réalisées sur les<br />

quatre voies, dans l’espace temporel<br />

défini. Puis, des filtrages<br />

numériques ainsi que les calculs<br />

des indicateurs seront faits. Le<br />

tableau I affiche un exemple des<br />

valeurs obtenues.<br />

Il est intéressant d’observer les<br />

indicateurs et les signaux temporels<br />

filtrés. On remarque que les<br />

valeurs des indicateurs diminuent<br />

(divisé par six pour cet exemple)<br />

en filtre passe-bande [5 - 10 kHz],<br />

le fait de filtrer, les fréquences<br />

d’engrènement des pignons, diminue<br />

et « tasse » le signal temporel.<br />

Plus le passe-bande sera<br />

haut en fréquence, plus l’amplitude<br />

du signal temporel diminuera,<br />

mais quelques pics resteront apparents<br />

(phénomène de leakage).<br />

Ce phénomène fait obligatoirement<br />

accroître les indicateurs<br />

en gamme [10 - 15 kHz] et [15<br />

- 20 kHz]. À travers ces remarques,<br />

nous pouvons supposer que<br />

le filtrage sera important lors du<br />

futur suivi vibratoire.<br />

Dans le même temps, par sécurité,<br />

nous avons réalisé des enveloppes<br />

[3] (transformée de<br />

Hilbert) sur le signal temporel<br />

filtré, afin d’éventuellement y<br />

retrouver une fréquence de défaut<br />

de roulement. Pour calculer<br />

les fréquences caractéristiques<br />

des défauts des roulements, nous<br />

devons connaître la vitesse de rotation<br />

précise de l’arbre transfert.<br />

Elle peut être obtenue simplement<br />

à la lecture des spectres, la<br />

fréquence d’engrènement du pignon<br />

28 (de 139 Hz) dents nous<br />

permet de calculer la fréquence<br />

d’arbre, ici 4,96 Hz, le tableau II<br />

nous indique les fréquences de<br />

défaut pour les roulements :<br />

Les spectres d’enveloppe des<br />

signaux ne révèlent pas la présence<br />

de défauts. Les indicateurs<br />

globaux calculés précédemment<br />

étant corrects, alors nous pouvons<br />

conclure sur le diagnostic,<br />

qu’aucun défaut de roulement<br />

n’est constaté. À présent, nous<br />

pouvons définir le paramétrage<br />

de la surveillance vibratoire.<br />

6. Le paramétrage<br />

des rondes de<br />

surveillance<br />

vibratoire<br />

Nous venons de conclure qu’il n’y<br />

avait pas de défauts de roulement,<br />

alors comment effectuer un paramétrage<br />

efficace sans avoir observé<br />

de défauts ? Ne pouvant dégrader<br />

un roulement et observer<br />

la conséquence sur les indicateurs,<br />

la simulation de défaut peut être<br />

une méthode de substitution.<br />

Roulement<br />

Fréq. déf. bag. Fréq. déf. bag. Fréq. déf.<br />

int. (Hz) ext. (Hz) rouleau. (Hz)<br />

NU 348 M 46,2 33,2 29,7<br />

32038T 81,6 67,3 49,7<br />

32064T 84 70 51,7<br />

NU 2224 48,7 35,7 31,6<br />

Gamme<br />

(kHz)<br />

0-20 0-5 5-10 7-12 10-15 15-20<br />

Kurtosis 4,0 4,2 3,0 2,9 11,0 15,5<br />

F crete<br />

5,8 5,7 4,1 4,9 12,6 15,7<br />

Tableau II.<br />

Calculs des<br />

les fréquences<br />

de défaut des<br />

roulements.<br />

La simulation analytique<br />

de défauts<br />

L’idée est de simuler un signal<br />

temporel comportant un défaut<br />

sur une bague du roulement<br />

NU348M. Puis, ce signal temporel<br />

simulé serait ajouté à une acquisition<br />

vibratoire déjà réalisée<br />

sur un accéléromètre équipant ce<br />

roulement. Ainsi, en variant à la<br />

hausse l’amplitude du choc du signal<br />

simulé, nous pourrons alors<br />

observer l’évolution des indicateurs<br />

temporels.<br />

Pour la création d’un signal temporel<br />

comportant un défaut, il faut<br />

réaliser en théorie un produit de<br />

convolution entre un signal d’une<br />

force excitatrice et la réponse impulsionnelle<br />

de la structure. Ne<br />

connaissant pas exactement les<br />

efforts appliqués à ce roulement,<br />

et ne pouvant effectuer une analyse<br />

structurelle proche de l’arbre<br />

transfert, nous nous sommes appuyés<br />

sur l’équation de déplacement<br />

relatif à la force d’impulsion<br />

[4, 5] pour obtenir ensuite une<br />

équation dépendante d’une amplitude<br />

(2) et des modes propres<br />

des bagues des roulements.<br />

ÿ n<br />

(t)= A·w n<br />

.cos(w n·t)·e –ξwnt (2)<br />

Avec A, l’amplitude que l’on fera<br />

varier ; w n<br />

, la pulsation propre<br />

des bagues du roulement ; ξ, le<br />

facteur d’amortissement ; t, le<br />

temps. La pulsation propre des<br />

bagues est donnée par l’équation<br />

(3) [6, 7].<br />

ω<br />

n<br />

=<br />

n⎡<br />

⎣n<br />

1<br />

2<br />

Tableau I. Calculs des<br />

indicateurs du signal<br />

filtré sur la voie 1.<br />

−1 ⎤<br />

⎦ E.<br />

I<br />

µ . R<br />

2<br />

4<br />

+ n <br />

(3)<br />

Où w n<br />

est la pulsation naturelle<br />

de la bague [rad/s], E est le module<br />

longitudinal d’élasticité<br />

(module d’Young) [N/m 2 ], I est<br />

le moment d’inertie de la section<br />

de la bague [m4], µ est la masse<br />

par unité de longueur [kg/m], R<br />

est le rayon moyen de la bague<br />

[m], et n est l’ordre du mode de<br />

vibration en flexion.<br />

Dans un premier temps, nous<br />

allons construire la réponse au<br />

choc impulsionnel comportant la<br />

46 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Figure 4.<br />

Signal choc<br />

simulé, bague<br />

extérieure.<br />

somme des trois réponses impulsionnelles<br />

venant des trois premiers<br />

modes propres de la bague<br />

extérieure. Ensuite, nous allons<br />

répéter ce choc au pas de la fréquence<br />

de défaut de la bague extérieure<br />

(figure 4). Puis, ce signal<br />

sera ajouté à celui déjà acquis sur<br />

la presse auparavant, pour obtenir<br />

alors une réponse temporelle<br />

totale (figure 5) comportant la<br />

signature vibratoire de la presse<br />

et un défaut de roulement.<br />

Dans un second temps, la<br />

construction de signaux temporels<br />

pour la bague intérieure est<br />

légèrement différente. En effet, si<br />

la charge est verticale et dirigée<br />

vers le bas, elle se répartit sur les<br />

billes, l’amplitude de la force n’est<br />

donc pas constante et suit une ondulation<br />

de Stribeck [8] (figure 6).<br />

La réponse temporelle totale (figure<br />

7) comportera donc moins<br />

de chocs de défauts.<br />

Ainsi, avec l’aide de ces simulations,<br />

les indicateurs temporels<br />

tels que le Kurtosis et le facteur<br />

crête peuvent être à nouveau<br />

calculés. Sans réaliser de filtrage,<br />

nous observerons alors l’évolution<br />

des indicateurs par rapport<br />

aux fréquences d’engrènements<br />

des pignons qui étaient les plus<br />

prépondérantes.<br />

Figure 6. Ondulation de Stribeck.<br />

Conclusion et<br />

perspectives<br />

Cette étude nous a permis de définir<br />

une méthodologie de surveillance<br />

vibratoire sur un arbre<br />

transfert d’une ligne de presse<br />

d’emboutissage (presse de transfert<br />

à ventouses). La simulation<br />

analytique d’un défaut donne une<br />

approche sur la capacité de détection<br />

de défauts de type écaillage<br />

sur les roulements de l’arbre transfert.<br />

Il s’avère qu’il est également<br />

possible de réaliser un suivi de l’endommagement<br />

des engrenages sur<br />

le même principe d’acquisition du<br />

signal vibratoire. Notre méthodologie<br />

de suivi est actuellement en<br />

place sur le site industriel, nous attendons<br />

un retour d’expérience à<br />

ce sujet, pour ensuite le dupliquer<br />

sur les autres sites du constructeur<br />

d’automobiles.<br />

Nous travaillons actuellement<br />

sur l’optimisation de notre modèle<br />

analytique de simulation de<br />

défauts. n<br />

Meunier V. (AltéAd Industrie,<br />

v.meunier@altead.com)<br />

Cousinard O. (Laboratoire de<br />

mécanique appliquée, URCA/<br />

GRESPI de Reims,<br />

o.cousinard@univ-reims.fr)<br />

Figure 5.<br />

Addition des<br />

signaux, bague<br />

extérieure.<br />

Figure 7.<br />

Addition des<br />

signaux, bague<br />

intérieure.<br />

Références<br />

bibliographiques<br />

[1] Boulanger A., Pachaud C.,<br />

Diagnostic vibratoire en maintenance<br />

prédictive, 1998, Dunod,<br />

Paris.<br />

[2] Arques P., Diagnostic prédictif<br />

de l’état des machines, 1996,<br />

Éditons Masson.<br />

[3] Boulanger A., <strong>Maintenance</strong><br />

conditionnelle par analyse des<br />

vibrations. Les techniques de<br />

l’ingénieur, Vol. MT 9 285.<br />

[4] Preumont A., Vibrations<br />

aléatoires et analyse spectrale,<br />

1990, p. 81-86. Presses polytechniques<br />

et universitaires<br />

romandes.<br />

[5] Thomas M., Laville F., Simulation<br />

des vibrations mécaniques,<br />

2005, Bibliothèque<br />

nationale du Québec, pp 141-<br />

145.<br />

[6] Sassi S., Badri B., Thomas M.,<br />

« A numerical model to predict<br />

damaged bearing vibrations »,<br />

2007, Journal of Vibration and<br />

Control, Vol. 13, n°11, p 1603-<br />

1628. Sage publications.<br />

[7] Tandon N., Choudhury A.,<br />

« An analytical model for the<br />

prediction of the vibration response<br />

of rolling element bearings<br />

due to a localized defect »,<br />

1997, Journal of Sound and Vibration,<br />

205(3), pp. 275-292.<br />

[8] Mc Fadden P. D., Smith J. D.,<br />

« Model for the vibration produced<br />

by a single point defect<br />

in a rolling element bearing »,<br />

1984, Journal of Sound and Vibration,<br />

96(1), pp 69-82.<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

47


FOCUS<br />

> Sécurité & prévention<br />

Entretien avec Antoine Fabre,<br />

délégué général du SYNAMAP<br />

<strong>Maintenance</strong> & <strong>Entreprise</strong>. Le Synamap<br />

représente les prestataires et fournisseurs<br />

d’équipement de protection. En quoi la profession<br />

a-t-elle été affectée par la crise ?<br />

Antoine Fabre. Les adhérents du SYNA-<br />

MAP, comme l’ensemble des acteurs économiques<br />

mondiaux, ont naturellement<br />

été frappés par une crise dont il faut souligner<br />

à la fois l’exceptionnelle gravité et<br />

le caractère inédit. Gravité, parce que tous<br />

les pays développés et industrialisés ont<br />

connu une dégradation industrielle plus<br />

importante que celle observée lors des crises<br />

de 1975 ou de 1993. À titre d’exemple,<br />

150 000 emplois directs ont disparu dans<br />

l’industrie manufacturière entre mi 2008<br />

et mi 2009.<br />

Caractère inédit, parce que la crise a d’abord<br />

été localisée à l’été 2007 aux États-Unis sur<br />

le marché des crédits immobiliers à risques<br />

(subprimes) avant que d’avoir, au quatrième<br />

trimestre 2008, des conséquences gravissimes<br />

(contraction des échanges mondiaux,<br />

restriction de l’accès au crédit et impact<br />

sur l’investissement des entreprises, notamment)<br />

sur l’ensemble du commerce mondial.<br />

Dans ce contexte, il est indéniable que les<br />

entreprises de notre filière ont passé des<br />

mois difficiles.<br />

M&E. Quel rôle peut jouer le Synamap au<br />

service de ses adhérents dans la conjoncture<br />

actuelle ?<br />

Antoine Fabre. Quant au SYNAMAP, et audelà<br />

de ses activités traditionnelles de veille,<br />

de conseil, et d’information, il a fait un très<br />

gros travail sur le plan institutionnel afin<br />

que tous les acteurs de notre écosystème<br />

prennent conscience que ce qui les unit est<br />

plus important que ce qui les divise. Ce travail<br />

est en train de porter ses fruits et nous<br />

sommes certains que le fait d’avoir noué<br />

ou renoué un dialogue fructueux avec des<br />

acteurs aussi importants que l’OPPBTP, la<br />

CNAMTS, et d’autres organisations professionnelles,<br />

bénéficiera, à court terme, aux<br />

activités de nos adhérents.<br />

Par ailleurs, très conscients de la nécessité de<br />

renforcer sa capacité de services, le conseil<br />

d’administration du SYNAMAP, et son président,<br />

M. Bernard Cuny, ont décidé de densifier<br />

les services que notre organisation<br />

peut apporter à ses<br />

adhérents. C’est ainsi qu’une<br />

personne supplémentaire sera<br />

notamment recrutée à très<br />

court terme et à plein temps<br />

afin d’offrir une assistance renforcée<br />

à nos adhérents sur le<br />

plan technique aussi bien que<br />

sur celui de la normalisation.<br />

M&E. Quels sont les secteurs<br />

qui ont été le plus touchés<br />

et ceux qui ont le mieux<br />

résisté ?<br />

Antoine Fabre. Il est certain<br />

que la crise n’a pas affecté de<br />

façon homogène tous les secteurs,<br />

mais les chiffres dont<br />

nous disposons ne permettent<br />

pas de répondre en toute rigueur<br />

à cette question. Nous<br />

avons d’ailleurs l’intention de<br />

donner une suite à l’étude de<br />

marché que nous avions diligentée<br />

en 2009 et peut-être<br />

que celle-ci nous apportera<br />

des éclairages précis sur le<br />

sujet. On peut cependant estimer<br />

– mais ce n’est qu’une<br />

estimation prudente – que les<br />

activités liées au textile ont<br />

subi un ralentissement plus<br />

net que les autres.<br />

DR<br />

48 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


M&E. Quels sont les évolutions de la réglementation et<br />

leurs impacts sur la profession ? Comment évolue le dossier<br />

de la durée de validité des AET ?<br />

Antoine Fabre. Les évolutions de la réglementation sont<br />

devant nous puisque le processus de révision de la Directive<br />

EPI a été lancé. Nous y sommes naturellement très<br />

attentifs même si l’on peut présumer des informations en<br />

provenance de Paris ou de Bruxelles que celle-ci se fera<br />

a minima. Quant au dossier relatif à la durée de validité,<br />

nous avons tiré la sonnette d’alarme après avoir observé<br />

le relatif désordre qui règne dans les organismes notifiés<br />

européens à ce sujet, et il fera l’objet d’une discussion au<br />

Cabinet de M. Xavier DARCOS (que nous avions alerté par<br />

courrier) à la fin du mois de mars. Je profite d’ailleurs de<br />

cette tribune pour rappeler que le SYNAMAP n’a pas d’hostilité<br />

de principe à l’idée de mettre en place une durée de<br />

validité des AET limitée dans le temps. Le SYNAMAP demande<br />

simplement que la mise en place d’une telle mesure,<br />

si elle doit avoir lieu, se fasse conformément aux principes<br />

fondamentaux du Droit positif, selon une procédure élaborée<br />

et formalisée en concertation avec les industriels, et<br />

de façon harmonisée et transparente. C’est-à-dire, pour le<br />

dire en quelques mots, dans le respect de l’esprit des pères<br />

de la « nouvelle approche ». n<br />

Propos recueillis<br />

par J.F. Romain<br />

Réglementation<br />

Les antichutes dans le<br />

vide… juridique<br />

Le retrait (par ailleurs parfaitement légitime) de la norme<br />

EN 353-1 crée une situation préoccupante dans le secteur<br />

de l’antichute. Suite à l’activation d’une clause de<br />

sauvegarde par le Royaume-Uni, la Commission européenne<br />

a décidé, en décembre 2009, du retrait de la<br />

norme EN 353-1 de la liste des normes harmonisées.<br />

L’EN 353-1, qui concerne les équipements antichutes<br />

mobiles incluant un support d’assurance rigide (rail ou<br />

câble tendu) ne donne donc plus présomption de conformité<br />

aux exigences essentielles de sécurité contenues<br />

dans la directive EPI. Le SYNAMAP a tenu à alerter l’ensemble<br />

des acteurs du marché (fabricants, utilisateurs,<br />

installateurs, pouvoirs publics…) sur la situation très<br />

préoccupante que crée ce vide « juridique » et sur les<br />

nombreuses questions qu’il ne manque pas de poser.<br />

L’organisation professionnelle rappelle par ailleurs que<br />

le TC 160 du CEN a été missionné pour travailler de façon<br />

urgente sur cette norme, mais que, compte tenu du<br />

temps que prend l’élaboration d’un nouveau référentiel<br />

technique, cette situation risque de durer.<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

49


FOCUS<br />

> Prévention et sécurité<br />

Indispensables EPI<br />

Une sélection des dernières nouveautés en matière d’équipements<br />

pour la protection individuelle.<br />

Protection oculaire<br />

Le verre minéral trempé<br />

selon Infield<br />

DR<br />

On ignore trop souvent que les lunettes<br />

de protection avec oculaires en<br />

verre minéral trempé offrent à la fois<br />

protection oculaire et visibilité durables<br />

en milieux très abrasifs. En effet, il<br />

est démontré que les verres minéraux<br />

trempés offrent une résistance mécanique<br />

et chimique bien plus grande que<br />

les verres polycarbonate. Ils résistent<br />

Protection auditive<br />

Communication téléphonique<br />

en milieu bruyant<br />

DR<br />

mieux aux poussières abrasives et aux<br />

produits chimiques, conservant ainsi<br />

leur transparence et augmentant leur<br />

longévité. Les personnes travaillant avec<br />

le carrelage, la pierre ou le béton, ainsi<br />

que les peintures et les produits chimiques,<br />

doivent protéger leurs yeux contre<br />

d’éventuelles projections. Elles rencontrent<br />

souvent des problèmes avec des<br />

verres de lunettes de protection qui se<br />

rayent rapidement, gênant fortement<br />

la visibilité et remettant en question<br />

la précision des gestes ou la sécurité<br />

si les lunettes sont alors enlevées. En<br />

outre, les projections de poussières et<br />

de petites particules rayent facilement<br />

les verres en polycarbonate, de même<br />

que le simple fait de les nettoyer avec<br />

un chiffon (ou le plus souvent avec un<br />

pan de vêtement). Pour prévenir ce<br />

problème, Infield Safety propose différents<br />

modèles de lunettes de protection<br />

équipées d’oculaires en verre<br />

minéral trempé offrant une protection<br />

renforcée des yeux contre les impacts<br />

et les projections solides et une durée<br />

de vie prolongée des verres (5 à 10 fois<br />

plus longue que le polycarbonate même<br />

Présenté à Preventica Marseille par<br />

Auditech Innovations, « EarPro Tel »<br />

est un équipement de protection individuelle<br />

acoustique antibruit très performant<br />

disposant de filtres sélectifs<br />

spécifiques (15 et 25), destinés à favoriser<br />

la communication et l’écoute<br />

téléphonique dans des environnements<br />

particulièrement bruyants comme les<br />

chaînes de production, tous secteurs<br />

confondus, ou encore les chantiers du<br />

bâtiment et des TP. n<br />

traité anti-rayure). Ces modèles, pour<br />

homme comme pour femme, peuvent<br />

aussi être livrés avec verres correcteurs.<br />

Ces lunettes sont conformes à la norme<br />

EN 166. n<br />

Protection auditive<br />

Protection moulée<br />

de taille réduite<br />

INFIELD Safety propose des protections<br />

auditives moulées spécifiquement<br />

adaptées à chaque utilisateur, une solution<br />

efficace pour lever les freins au<br />

port de ce type de protection et prévenir<br />

les lésions auditives qui sont le<br />

plus souvent indolores et toujours irréversibles.<br />

Ces protections auditives<br />

sont fabriquées en silicone médicale,<br />

un matériau léger et flexible, doux et<br />

souple au toucher. Il est stable mécaniquement<br />

et chimiquement, et disponible<br />

dans différents coloris. D’un grand<br />

confort, il est très bien accepté par les<br />

utilisateurs. Les protections auditives<br />

sont de taille réduite, elles n’occupent<br />

pas toute la conque de l’oreille. Elles<br />

sont ainsi mieux acceptées, surtout<br />

pour de longues périodes de port. Or<br />

une protection auditive n’est efficace<br />

que si elle est portée pendant toute la<br />

durée de l’exposition au bruit. n<br />

DR<br />

50 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


DR<br />

Chaussures de sécurité<br />

Look tendance sécurité by Lemaître<br />

Parce qu’une chaussure de sécurité ne protège que si elle est<br />

portée, Lemaitre Sécurité innove régulièrement en terme de<br />

design et de confort. La collection « Crazy by Lemaître » va<br />

encore plus loin dans les prouesses techniques<br />

de l’injection de semelles pour des chaussures<br />

au look ultra tendance. En cuir lisse<br />

pleine fleur hydrofuge et cuir<br />

velours hydrofuge, les modèles<br />

WildYellow, WildRed<br />

et WildBlue de la série WILD<br />

souples et résistantes. Et elles<br />

osent la couleur (qui peut s’assortir aux couleurs d’une d’entreprise<br />

et compléter, en toute sécurité, une tenue image).<br />

Tous les modèles sont S2. L’embout, en aluminium, est très<br />

léger (meilleur équilibre de la chaussure) et résistant. La<br />

doublure SPACER en textile tridimensionnel respirant et<br />

souple offre plus de ventilation. La semelle intérieure en<br />

polyuréthane injecté est anti moisissure, anti bactérienne et<br />

antiodeur. La semelle en polyuréthane semi-compact, légère<br />

et très souple, est résistante à l’hydrolyse et à l’abrasion. Adhérente,<br />

elle est certifiée SRC (antiglisse) selon la nouvelle<br />

norme EN ISO 20345 : 2007. n<br />

Casque antibruit<br />

Pit-Stop électronique de Venitex<br />

Venitex propose un<br />

casque pliable qui<br />

permet l’atténuation<br />

électronique des<br />

bruits. Finition mate<br />

au look moderne, arceau<br />

en Coolmax, tissu<br />

agréable au contact,<br />

réglable en hauteur.<br />

Il possède un bouton<br />

on/off et volume sur<br />

chaque coquille, pour<br />

une utilisation droite/gauche séparément ; 2 microphones<br />

omni directionnels à l’extérieur, connectés à 2 haut-parleurs<br />

à l’intérieur des coquilles pour une meilleure écoute ; un système<br />

d’amplification des voix et donc des signaux d’alerte,<br />

pour éviter le risque d’isolement au poste de travail ; un<br />

système d’amplification bloqué automatiquement avec<br />

un passage en mode casque antibruit passif dans le cas<br />

de bruits impulsifs qui dépassent 80/82 dB pour une protection<br />

contre les sons dangereux. Il fonctionne sans fil à<br />

l’extérieur. n<br />

DR<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

51


FOCUS<br />

DR<br />

Optimus<br />

Sonomètre nouvelle<br />

génération par<br />

Cirrus<br />

DR<br />

Le sonomètre « Optimus » de Cirrus<br />

utilise les dernières technologies pour<br />

apporter plus de fonctionnalités, de flexibilité<br />

et une plus grande facilité d’utilisation.<br />

« Seules trois actions sont nécessaires<br />

pour lancer une mesure, explique<br />

Vincent Langlard, directeur de Cirrus<br />

Évacuation<br />

La solution de sauvetage de la<br />

prochaine génération Miller<br />

SafEscape ELITE est un équipement<br />

conçu pour une opération<br />

de sauvetage ou d’évacuation<br />

d’un travailleur en<br />

hauteur. Ce nouveau système<br />

s’applique lors de<br />

travaux sur éoliennes,<br />

antennes, pylônes haute<br />

tension, grues… l’équipement<br />

est conforme à<br />

France, allumer, calibrer puis mesurer.<br />

L’instrument calcule toutes les valeurs<br />

nécessaires en même temps en affichant<br />

les résultats sur le grand écran couleur<br />

OLED. L’« Optimus » permet d’enregistrer<br />

un commentaire audio afin d’aider<br />

les utilisateurs lors de la révision des mesures.<br />

L’utilisateur pourra s’il le souhaite<br />

faire évoluer son sonomètre en commandant<br />

de nouvelles fonctionnalités. » Parallèlement<br />

à l’enregistrement classique<br />

d’une mesure, les sonomètres Optimus<br />

sauvegardent automatiquement les paramètres<br />

les plus importants dans une<br />

mémoire qui peut être consultée et téléchargée.<br />

La garantie « 2 à 12 ans » inclut<br />

une garantie de base de 24 mois et la<br />

possibilité de la prolonger annuellement<br />

pendant 12 ans lorsque l’équipement est<br />

maintenu et recalibré annuellement par<br />

un centre de services Cirrus. n<br />

la nouvelle norme EN 341/2008 qui<br />

détermine les essais les plus complets<br />

pour les équipements de secours : descente<br />

de 8 000 m pour 100 kg (16 x<br />

500 m), hauteur maximum de descente<br />

de 500 m, usage en cas d’urgence<br />

pour deux personnes pesant jusqu’à<br />

environ 250 kg. Miller SafEscape ELITE<br />

est certifié CE et répond aux exigences<br />

ANSI et OSHA. La re-certification est<br />

requise uniquement après sept ans de<br />

service. n<br />

Filtrer l’air en espace<br />

confiné<br />

Le Buss de Spasciani<br />

Leader international de la protection<br />

respiratoire, Spasciani lance le Buss, un<br />

système de protection mobile adapté au<br />

travail dans les ambiances confinées. Il<br />

s’agit d’une unité d’alimentation montée<br />

sur chariot, équipée d’une unité de<br />

filtration de l’air comprimé et de soupapes<br />

qui basculent automatiquement<br />

sur les bouteilles en cas de panne du<br />

compresseur auquel l’utilisateur est relié.<br />

Le Buss peut bénéficier du système<br />

de sécurité Spasciani MK2 qui permet<br />

de prévenir, à distance, l’utilisateur de<br />

la fin imminente de l’autonomie, grâce<br />

à un signal sonore intégré à la soupape<br />

(à la demande). n<br />

DR<br />

Mesure du bruit en zone ATEX<br />

DoseBadge Cirrus<br />

DR<br />

Pour la mesure de l’exposition au bruit<br />

dans les zones à atmosphère explosible,<br />

Cirrus France propose le doseBadge, exposimètre<br />

acoustique sans fil, en version<br />

ATEX, indispensable pour les industries<br />

pétrochimiques et minières. Cette version<br />

ATEX du doseBadge a été spécialement<br />

conçue pour réaliser des mesurages<br />

acoustiques sur 8 heures dans des<br />

atmosphères explosibles. Mais les différentes<br />

certifications et homologations<br />

disponibles pour la sécurité intrinsèque<br />

peuvent porter à confusion. La directive<br />

européenne ATEX 94/9/EC introduit<br />

une approche commune dans l’Union<br />

pour l’équipement de sécurité intrinsèque,<br />

afin de permettre le libre-échange<br />

des équipements marqués ATEX et des<br />

systèmes de protection en enlevant le<br />

besoin de séparer les essais et la do-<br />

cumentation pour chaque état. La directive<br />

est une exigence pour l’équipement<br />

pétrolier vendu dans l’Union<br />

européenne (obligatoire depuis 2003).<br />

L’exposimètre doseBadge ATEX est proposé<br />

en kit incluant badges, lecteur calibreur,<br />

chargeur, logiciel et accessoires.<br />

Le logiciel fourni en standard permet de<br />

configurer le système, de télécharger<br />

les données et produire des rapports. La<br />

garantie de 2 à 12 ans inclut le support<br />

technique, les licences des logiciels et<br />

leurs futures mises à jour. n<br />

52 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


La tête c’est la vie<br />

Casques industriels V-Gard de MSA<br />

DR<br />

Les casques MSA équipent les pompiers (avec le célèbre<br />

casque F1 Gallet), les forces armées et de police ou encore<br />

les pilotes de chasse et d’hélicoptères. Dans le domaine des<br />

casques industriels, MSA vend plus de 6 millions de casques<br />

V-Gard chaque année aux États-Unis. En Europe la fabrication<br />

est assurée à Châtillon-sur-Chalaronne (Ain). V-Gard<br />

est le casque industriel le plus vendu au monde : calotte en<br />

polyéthylène non ventilée, harnais Staz-on, design robuste<br />

et coiffe textile. Le modèle V-Gard 200 est à la fois le plus<br />

stylisé et le plus fonctionnel avec une calotte en ABS ventilée,<br />

profilée et légère, un harnais à crémaillère Fas-Trac et<br />

une visière très courte adaptée aux travaux en hauteur (BTP,<br />

travaux forestiers…). Le plus performant, V-Gard 500 dispose<br />

d’une gouttière de protection contre la pluie ou la projection<br />

de liquides. Il est recommandé aux travaux en extérieur et<br />

sur les sites pétrochimiques et métallurgiques. n<br />

DR<br />

Masques Advantage 400<br />

Toujours prêts à l’emploi<br />

La famille de masques Advantage de Messer Gallet compte<br />

désormais un nouveau produit, le demi-masque Advantage<br />

400 rapidement et facilement<br />

ajustable. Ses trois composants<br />

(harnais, pièce faciale et étrier 4<br />

points) peuvent être facilement<br />

nettoyés. Le système breveté de<br />

harnais avec une seule bride, intuitif<br />

à mettre en place, est unique.<br />

L’option “sangle d’attente”<br />

permet d’enlever le masque sans<br />

avoir à retirer les autres équipements<br />

de protection (casque,<br />

casque antibruit ou lunettes). La<br />

pièce faciale monobloc MultiFlex<br />

est fabriquée à partir de silicone<br />

souple et de plastique rigide, composition unique qui<br />

apporte une grande stabilité sur le visage. L’Advantage<br />

400 est disponible soit en version monofiltre à pas de vis<br />

standard EN 148-1 ou bifiltres à baïonnettes (Advantage<br />

420). MSA propose une large gamme de filtres adaptés à<br />

toutes les applications. n<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

53


FOCUS<br />

Gants de protection<br />

Polyco pour la gamme Herock<br />

Solution haute visibilité<br />

aux ouvriers de<br />

l’industrie<br />

Protection<br />

Maillot haute visibilité<br />

DR<br />

DR<br />

Polyco vient de mettre au point toute une<br />

série de solutions en matière de gants de<br />

protection pour Van Laere International,<br />

dans le cadre de sa nouvelle gamme Herock.<br />

Herock est un nouveau concept de marque<br />

de vêtements de travail mis au point par<br />

Van Laere International pour mettre à disposition<br />

des ouvriers l’équipement personnel<br />

de protection qui leur est nécessaire,<br />

gants, vêtements, chaussures de travail, Hi-<br />

Viz ainsi que des équipements de sécurité.<br />

Polyco fournira une gamme de 21 modèles<br />

de gants différents de grande qualité à<br />

un prix très compétitif et ceci pour une à<br />

une grande variété d’utilisation. La marque<br />

Herock est distribuée suivant le concept :<br />

« un magasin dans un magasin ». 32 unités<br />

sont actuellement ouvertes et l’objectif est<br />

d’atteindre les 150 unités dans le Benelux<br />

en 2010 ainsi que l’ouverture de magasins<br />

dans le nord de la France. n<br />

Kits de nettoyage colabellisés<br />

STILL se met au vert<br />

Les ouvriers de l’industrie et les entreprises<br />

exerçant dans des milieux à hauts risques<br />

demandent de plus en plus à être équipés<br />

de vêtements conformes à la norme<br />

EN 471 (haute visibilité) et conférant une<br />

protection supplémentaire contre la chaleur<br />

et les flammes. À l’aide de la très réputée<br />

fibre « Nomex », DuPont Personal<br />

Protection a élaboré une solution à haute<br />

visibilité de couleur jaune appelée « Nomex<br />

ProVis ». Celle-ci offre une protection<br />

inhérente contre la chaleur et les flammes,<br />

les projections de métal fondu ainsi que la<br />

chaleur d’arcs électriques. Ce matériau antistatique<br />

est également efficace dans des<br />

environnements où une haute visibilité en<br />

plein jour est requise. n<br />

Après avoir développé des chariots économes en énergie (chariot RX70 dont la consommation<br />

est la plus faible au monde et le RX20 avec la touche Blue Q qui permet une économie<br />

d’énergie ciblée), STILL poursuit sa démarche écoresponsable en fournissant à ses<br />

techniciens et clients des kits de nettoyage respectueux de l’environnement : des produits<br />

certifiés Eco-Labels pour nettoyer les chariots, dégraisser les chaînes, lustrer les tableaux<br />

de bord, etc. Ce kit de nettoyage comprend un pulvérisateur dégraissant, un nettoyant de<br />

surfaces vitrées et plastiques et des serviettes d’essuyage.<br />

L’Eco-Label prend en considération le cycle de vie du produit à partir de l’extraction des<br />

matières premières, la fabrication, la distribution et l’utilisation jusqu’à son recyclage ou<br />

son élimination après usage. De plus le carton d’emballage composé de 75 % minimum de<br />

papiers recyclés, l’adhésif en papier Kraft non siliconé, l’étiquette en papier 100 % recyclé,<br />

blanchi sans chlore et la colle à base d’eau utilisés sont eux-mêmes recyclables.<br />

DR<br />

Déclinée en deux couleurs fluorescentes,<br />

orange ou jaune, et en<br />

deux modèles, t-shirt ou polo,<br />

la gamme Clim R+ de Chatard<br />

garantit la haute visibilité indispensable<br />

à la sécurité des personnels<br />

travaillant aux bords des<br />

voies, sur les tarmacs, dans les<br />

entrepôts. Ces vêtements sont<br />

conformes aux normes EN340<br />

et EN471 classe 2.2. n<br />

Antichute<br />

Le Protector<br />

de Froment<br />

Froment propose<br />

une nouvelle génération<br />

d’antichute à<br />

rappel automatique,<br />

Protector ABS.<br />

Elle se distingue par sa<br />

forme triangulaire et grâce<br />

à ses 2 poignées ergonomiques<br />

intégrées, elle<br />

est facile à utiliser, à porter<br />

et à connecter sur la structure.<br />

Cette nouvelle version est réalisée<br />

avec des matériaux plus<br />

résistants et plus légers de<br />

15 %. Elle utilise toujours les<br />

carters en matériaux composites<br />

« ABS » haute résistance,<br />

ce qui lui vaut d’être actuellement<br />

une des plus légère et<br />

robuste du marché. Elle intègre<br />

de nouvelles fonctions : témoin<br />

d’ouverture, témoin de<br />

chute, utilisation à l’horizontal<br />

et utilisation intensive. Cette<br />

gamme s’élargit par la création<br />

des PROTECTOR ABS sangle en<br />

longueur 6 m et 8 m et existe<br />

avec différentes versions de<br />

connecteurs, notamment le<br />

« Fasten clip ». n<br />

DR<br />

54 M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Travaux en hauteur<br />

Des<br />

équipements<br />

adaptés<br />

Les interventions de maintenance en hauteur sont<br />

régis par une réglementation de plus en plus sévère.<br />

Audinnov propose une nouvelle gamme d’échelles<br />

portables avec plate-forme pour travailler en toute<br />

sécurité, dans le respect de la réglementation.<br />

Nouveaux produits<br />

Les chutes de hauteur restent<br />

une des premières causes d’accidents<br />

du travail, graves et<br />

mortels. Celles à partir d’échelles<br />

ou d’échafaudages représentent une<br />

part importante de ces accidents qui ne<br />

sont pas limités au seul secteur du BTP<br />

mais concernent tous les travaux temporaires.<br />

Selon le décret n° 2004-924 du<br />

1er septembre 2004, « sont considérés<br />

comme temporaires les travaux qui ne<br />

s’effectuent pas dans le cadre d’un poste<br />

de travail permanent. Soit le travailleur<br />

occupe successivement des postes géographiquement<br />

différents, soit il peut<br />

intervenir sur le même poste, mais de<br />

façon discontinue et occasionnelle. Quelques<br />

exemples de travaux temporaires :<br />

travaux du BTP, interventions ponctuelles<br />

sur un bâtiment ou sur un équipement<br />

pour maintenance de toute nature ou<br />

modification, remplacement de luminaires,<br />

lavage de vitres… ».<br />

Un contexte<br />

réglementaire en<br />

pleine évolution<br />

Le décret N° 2004-924 du 1er septembre<br />

2004 stipule en outre que « les travaux<br />

temporaires en hauteur doivent<br />

être réalisés à partir d’un plan de travail<br />

conçu, installé ou équipé de manière à<br />

garantir la sécurité des travailleurs et à<br />

préserver leur santé. Le poste de travail<br />

doit permettre l’exécution des travaux<br />

dans des conditions ergonomiques ».<br />

Cela implique l’interdiction d’utiliser de<br />

simples échelles ou escabeaux comme<br />

poste de travail. Ils ne peuvent être que<br />

des moyens d’accès.<br />

Déjà sensibilisé aux problèmes de sécurité<br />

lors de travaux temporaires en<br />

hauteur, Yves Bugy, PDG de la société<br />

Audinnov, lance le concept d’AEROSTEP,<br />

des échelles techniques avec plateforme<br />

sécurisée répondant parfaitement<br />

au décret tout en offrant un très grand<br />

confort de travail. C’est en toute logique<br />

qu’il s’est ensuite activement impliqué<br />

dans le groupe de travail européen sur<br />

la prEN 50528 : échelles isolantes pour<br />

utilisation sur ou à proximité des installations<br />

électriques basse tension (<<br />

100V). La gamme Aerostep s’enrichit<br />

de nouveaux modèles, anticipant les<br />

exigences de cette nouvelle norme qui<br />

entre en application courant 2010.<br />

Prévention<br />

et protection du<br />

travailleur<br />

Aerostep est une nouvelle génération<br />

d’échelles portables avec plate-forme de<br />

travail qui répond parfaitement à l’évolution<br />

de la législation en matière de prévention<br />

et de protection. Dans de très<br />

nombreuses interventions, AEROSTEP<br />

permet l’intervention d’une personne<br />

seule, sans avoir recours à une nacelle ou<br />

à l’installation d’un échafaudage. Tous les<br />

modèles de la gamme ont été conçus en<br />

étroite collaboration avec les utilisateurs<br />

tels que Le Grand Lyon, ERDF, La RATP,<br />

des filiales du groupe VINCI.<br />

Légers et portables, ces équipements<br />

sont manipulables par un seul agent.<br />

Rapide et simple, la mise en œuvre se<br />

fait en moins de trois minutes. L’échelle<br />

est d’une grande stabilité et s’adapte à<br />

tous les terrains (versions en appui ou<br />

autoportante, jambes télescopiques réglables).<br />

La plateforme de travail réglementaire<br />

est ergonomique avec un plancher<br />

anti-dérapant et une rambarde. À<br />

noter l’isolation pour une sécurité optimale,<br />

les profils en fibre de verre isolants<br />

conformes à la spécification EDF : KR 78<br />

CB 216. Aerostep décline ces modèles<br />

adaptés pour différents types d’intervention,<br />

travaux électriques, maintenance<br />

de sprinklers, travaux sur poteaux et façades,<br />

entretien de réseaux extérieurs,<br />

remplacement de luminaires…<br />

DR<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

55


Nouveaux produits<br />

Prévention acoustique :<br />

le SoundSign s’affiche<br />

sur Internet<br />

Conçu pour informer et indiquer clairement lorsqu’une ambiance<br />

sonore dépasse un seuil prédéfini, « SoundSign » est<br />

un panneau d’affichage qui réagit au niveau de bruit ambiant.<br />

Le site internet www.soundsign.fr de Cirrus France<br />

fournit toutes les informations utiles pour évaluer en détail<br />

le fonctionnement, les options possibles, l’installation et la<br />

tarification de cette signalétique originale.<br />

Surveillance acoustique :<br />

01dB-Metravib<br />

propose la<br />

location<br />

01dB-Metravib a développé une offre<br />

adaptable et accessible pour contrôler<br />

le niveau sonore par des mesures<br />

de courtes ou longues durées. 01dB<br />

Web Monitoring consiste en la location<br />

des stations de mesure de bruit<br />

DR<br />

Oper@ métrologiques sans engagement dans le temps. Les<br />

données mesurées sont mises à disposition dans le logiciel<br />

de traitement dBTrait, au format Word et sur un site<br />

Web personnalisé à accès privatif. Cette solution permet<br />

de contourner un grand nombre de problèmes techniques<br />

liés au transfert des données et de réduire les coûts liés à<br />

la gestion d’un serveur de données, d’une ligne téléphonique,<br />

etc. Simple à déployer, ce service est garanti fiable<br />

et métrologique.<br />

Outillage Facom :<br />

Des coupes nettes,<br />

précises et sans effort<br />

Pour les réparateurs et les travaux de coupe, Facom propose<br />

le coupe-tout multi-usage à lame dégagée, le ciseau spécial<br />

travaux intensifs et le ciseau d’électricien. Le nouveau coupe-tout<br />

est spécialement adapté aux grandes surfaces permettant<br />

de faire une coupe régulière, précise et nette tout le<br />

long de la matière. Une lame dégagée permet de positionner<br />

la main au-dessus de la coupe. À noter 2 positions d’ouverture<br />

pour s’adapter à la taille de chaque main, système de<br />

blocage en position fermée, lame striée évitant les risques de<br />

dérapage, poignée exclusive Facom constituée d’une gaine<br />

bi-matières antidérapante et d’un système anti-pince doigts.<br />

Le ciseau spécialement dédié aux travaux intensifs est idéal<br />

sur de la fibre carbone Kevlar ou fibre de verre et pour des<br />

coupes très précises sur d’autres matières comme l’aluminium<br />

(jusqu’à 0,2 mm), les cartons épais, le caoutchouc et le<br />

cuir (jusqu’à 3 mm), la moquette (jusqu’à 5 mm), etc. Enfin<br />

le ciseau d’électricien est un outil indispensable pour tous<br />

les intervenants du métier de l’électricité pour couper des<br />

fils électriques monobrins (de 0.5 à 6 mm) ou multibrins (de<br />

0,75 mm 2 à 6 mm2).<br />

DR<br />

<strong>Maintenance</strong> des chariots<br />

Toutes les pièces sont chez MANUPIECE<br />

Filiale française du groupe TVH Thermote<br />

& Vanhalst, présent dans le monde<br />

entier, MANUPIECE est le fournisseur de<br />

référence de pièces détachées pour les<br />

professionnels de la maintenance des<br />

chariots élévateurs industriels, chariots<br />

de magasinage, chariots télescopiques<br />

tout terrain et les nacelles élévatrices.<br />

Ses clients sont naturellement les réparateurs,<br />

mais également les loueurs aussi<br />

bien que le réseau des constructeurs.<br />

Autrement dit des clients exigeants dotés<br />

d’un savoir-faire technique.<br />

Son équipe de vente qualifiée, et à<br />

l’écoute des clients, propose toute marque<br />

de pièces détachées pour la manutention<br />

et l’élévation de personnes,<br />

tous les accessoires de même des pièces<br />

détachées hors contrat (casse, roulabilité,<br />

équipements). Outre les chariots,<br />

Manupiece propose aussi les équipements<br />

et le matériel de magasinage :<br />

transpalettes, gerbeurs, diables, crics…<br />

À noter que la société assure l’achat et<br />

la vente de chariots d’occasion. Les<br />

techniciens de Manupiece sont dotés<br />

d’équipement de garage Beta et d’outil<br />

de mesure Fluke.<br />

Pour les internautes, TVH Quick Source, un<br />

outil de commande en ligne, permet l’identification<br />

des pièces, demande de prix et<br />

d’effectuer la commande. Gratuit et disponible<br />

24 heures/24, l’outil sera bientôt<br />

100 % web, accessible en langage HTML<br />

à partir d’une simple connexion Internet.<br />

On ne serait pas complet si l’on ne précisait<br />

pas que Manupiece, qui est également<br />

centre de formation, se distingue par son<br />

exigence de qualité avant tout.<br />

56<br />

M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


DR<br />

Lessive de nettoyage<br />

pour sols et machines<br />

FUCHS Lubrifiant formule,<br />

fabrique et commercialise<br />

depuis plus<br />

de 30 ans des produits<br />

de nettoyage : solvants,<br />

lessives de process, lessives<br />

de maintenance,<br />

fontaines de nettoyage<br />

et décapants. Lancée<br />

en début d’année, « Renoclean<br />

Spezial 2000 »<br />

est une lessive de nettoyage<br />

de sols et bâtis<br />

machines. Cette solution<br />

détergente alcaline<br />

possède un excellent<br />

pouvoir nettoyant pour le nettoyage des salissures grasses<br />

sur tout type de sols et de matériel. Son excellente<br />

mouillabilité la rend efficace à température ambiante.<br />

Biodégradable à plus de 95 %, elle est parfaitement<br />

compatible avec les plastiques et tous les revêtements<br />

(résines, peinture, etc.). Homologuée FORD et PSA, Renoclean<br />

Spezial 2000 peut être utilisé pour le nettoyage<br />

extérieur des véhicules.<br />

Vibratoire :<br />

Le conditionnel en<br />

liberté et sur mesure<br />

LiveProd de 01 dB-<br />

Metravib permet<br />

l’installation et<br />

l’exploitation de la<br />

maintenance conditionnelle<br />

sans ressource<br />

dédiée : c’est<br />

l’équipe OneProd qui<br />

installe sur site un<br />

système d’acquisition<br />

de données, composé sur mesure selon les besoins<br />

de chaque entreprise, la nature et la criticité de ses machines…<br />

Ensuite, les mesures effectuées sont directement<br />

transférées vers une base de données. La surveillance et<br />

les diagnostics s’effectuent depuis cette base de données.<br />

Les recommandations de maintenance pour chaque machine<br />

surveillée sont fournies à l’exploitant. Cette solution<br />

permet à l’exploitant de piloter sa maintenance pour<br />

éviter les défaillances tout en maîtrisant les dépenses<br />

et en bénéficiant d’un support continu. LiveProd n’exige<br />

aucun investissement : un simple loyer finance les appareils<br />

de mesure et d’analyse ainsi que la prestation des<br />

experts 01 dB-Metravib.<br />

DR<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

57


Nouveaux produits<br />

DR<br />

Dans son catalogue<br />

2010, Lafont<br />

met en scène<br />

« des vrais gens »<br />

Le catalogue 2010 de<br />

Lafont présente six secteurs<br />

d’activité, découpés<br />

par métier. Work Paint<br />

est une nouvelle gamme<br />

dédiée aux plâtriers,<br />

peintres et plaquistes, et<br />

développe la « Work Attitude<br />

» avec une nouvelle<br />

combinaison double<br />

zips. Pour l’industrie<br />

une gamme « location »<br />

a été conçue pour résister<br />

aux contraintes de<br />

l’entretien industriel.<br />

Des tenues modulables et « lookées » sont destinées<br />

au transport, à la maintenance et à la logistique. Pour<br />

les environnements normés, Work Vision est une gamme<br />

d’EPI haute visibilité (Norme EN 471 : 2003) avec<br />

pantalon et blouson en 8 coloris tenus sur stock ainsi<br />

qu’une combinaison double zips et une gamme maille.<br />

La gamme Food Collection est adaptée aux nouveaux<br />

métiers des soins à la personne et du secteur cuisine &<br />

hygiène et agroalimentaire. Les nouveaux produits sont<br />

mis en scène par des « mannequins d’un jour », de véritables<br />

travailleurs en action. À noter un nouveau logo,<br />

une nouvelle charte graphique et une nouvelle approche<br />

des métiers respectifs. Lafont s’est engagée auprès de<br />

l’association Max Havelaar et s’approvisionne en tissus<br />

de coton issus du commerce équitable.<br />

Préventif :<br />

Caméras<br />

thermiques<br />

Testo 875 et<br />

881<br />

Les caméras thermiques Testo 875 et 881 permettent<br />

la détection rapide et sans contact des<br />

points chauds ou d’anomalies engendrant des<br />

échauffements sur les installations industrielles,<br />

dans le cadre de la maintenance préventive ou<br />

de production. La très bonne résolution permet<br />

de visualiser les plus petites différences<br />

de température entre deux points. L’objectif<br />

interchangeable permet d’avoir constamment la<br />

bonne image à l’écran avec le bon angle de vue, quelles que<br />

soient les conditions de prise de vue. L’appareil photo numérique<br />

intégré permet un archivage efficace en comparant<br />

vue réelle et visualisation infrarouge. Caractéristiques de la<br />

caméra Testo 875 : sensibilité thermique < 110 mK, détection<br />

automatique des points chaud et froid, affichage de<br />

la répartition d’humidité en surface, lentille de protection<br />

en germanium, appareil photo numérique intégré, plage de<br />

mesure -20 à +280 °C. Caractéristiques de la caméra Testo<br />

881 : sensibilité thermique < 80mK, enregistreur vocal, avec<br />

casque et micro intégré, pour enregistrer un commentaire<br />

avec chaque thermogramme ; appareil photo numérique intégré<br />

équipé de deux LED pour un éclairage optimal des zones<br />

sombres lors de l’acquisition des images réelles, fonction<br />

isotherme, pour afficher directement sur l’écran de la<br />

caméra, grâce à un code couleur, les zones à risques ou de<br />

surchauffe, détection sur site des valeurs Min/Max de la sélection<br />

d’image, focus motorisé automatique (manipulation<br />

à une seule main), option haute température pour des mesures<br />

jusqu’à plus de 550° C.<br />

DR<br />

58<br />

Lubrifiants :<br />

ExxonMobil redéploie ses gammes<br />

ExxonMobil, département Mobil Industrial Lubricants, a présenté sur le dernier salon de la machine-outil (EMO) de<br />

Milan, une nouvelle version de sa gamme d’huiles glissières Mobil Vactra, lubrifiants destinés à l’usinage. Ces huiles<br />

ont été reformulées et couvrent aussi bien les glissières horizontales que les glissières verticales des machines-outils,<br />

quelles que soient les opérations d’usinage et les métaux travaillés :<br />

fonte, acier, métaux non ferreux, etc.<br />

Vente Réparation Location<br />

Fabrication sur mesure<br />

Solutions personnalisées<br />

de tout emballage logistique pour différents secteurs<br />

Rolls, Chariots, Palettes, Racks<br />

Armoires pour déménagement, etc.<br />

neufs et occasions<br />

Tél. : 01 64 56 72 05 - Fax : 01 64 56 23 52<br />

Site Web : www.rollsrapides.com<br />

Email : DBOULEAU@aol.com<br />

M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010<br />

Elles sont conformes, selon les grades de viscosité, aux spécifications<br />

DIN 51524 Partie 2 (hydraulique) et DIN 51517 Partie III (engrenages),<br />

ce qui autorise également leur emploi sur les circuits hydrauliques<br />

et boîtes de vitesses, en fonctionnement normal. ExxonMobil<br />

propose aussi une gamme d’huiles hydrauliques nouvelle génération,<br />

Mobil DTE 10 Excel conçue pour la lubrification des systèmes hydrauliques<br />

industriels fixes ou mobiles et fonctionnant sous haute<br />

pression, utilisable à des basses températures (les navires de commerce<br />

par exemple). Enfin, les Mobil SHC Pegasus forment une nouvelle<br />

gamme d’huiles spécialement conçues les moteurs fonctionnant<br />

au gaz naturel.


Nouveaux produits<br />

DR<br />

Sécurité et prévention<br />

Protection grillagée<br />

dans l’agroalimentaire<br />

Schmersal<br />

France ajoute<br />

une gamme<br />

complète<br />

de protection<br />

grillagée Inox<br />

homologuée<br />

« Agro » selon<br />

HACCP/<br />

GMP. Le système<br />

de clôture<br />

de protection<br />

Econfence Hygiène Line est plus spécialement destiné à une<br />

utilisation dans l’industrie alimentaire. Les grilles de protection<br />

garantissent une séparation optimale entre l’homme<br />

et la zone à risque de production ou la zone de stockage.<br />

Ecofence est une protection périmétrique grillagée INOX-<br />

304 offrant toute une gamme de poteaux, grilles, portes et<br />

accessoires pour réaliser des enceintes de protection aux<br />

normes alimentaires.<br />

Manutention<br />

Grâce au Manipulateur<br />

DALMEC PARTNER PM,<br />

aménagé sur colonne<br />

fixée au sol, l’opérateur<br />

est à même de pouvoir<br />

soulever et déplacer<br />

sans aucun effort et<br />

avec une sécurité maximale,<br />

un bloc moteur<br />

de plus de 70 kg, en le<br />

maniant avec aisance<br />

et une grande précision.<br />

Fixé au sol par des alésages<br />

qui ont été aménagés<br />

avec fixations<br />

par chevilles, le manipulateur Dalmec Partner PM est<br />

équipé d’un dispositif de préhension à pince pneumatique<br />

adapté spécifiquement pour la manipulation de<br />

charges lourdes, afin d’assister complètement un opérateur<br />

lors du levage et de la manipulation d’un moteur<br />

dans un centre de lavage. Tous les mouvements sont<br />

obtenus par simple action directe sur la charge ou sur<br />

l’outil, conférant aux gestes la précision nécessaire au<br />

positionnement du moteur.<br />

DR<br />

DR<br />

Dickies recrée le look<br />

des chantiers<br />

Avec la gamme<br />

1922, Dichies renouvelle<br />

le vêtement<br />

professionnel,<br />

notamment pour<br />

les professionnels<br />

du bâtiment. L’offre<br />

1922 joue la carte<br />

du « streetwear »<br />

et révèle le savoirfaire<br />

d’une société qui sait se renouveler et répondre aux<br />

attentes des nouvelles générations. Fabriquée à partir de<br />

fibres végétales et grâce au renforcement de surpiqûres jaunes,<br />

cette tenue est agréable à porter en toute saison. Ainsi<br />

le blouson de travail DT 250000, léger, présente une coupe<br />

contemporaine avec de nombreuses poches harmonieusement<br />

réparties : deux poches ventrales à soufflet pratiques<br />

pour l’utilisateur et deux poches poitrine à pression<br />

fonctionnelles. À noter la fermeture éclair YKK recouverte<br />

d’une double patte à pression est aussi un gage de fonctionnalité.<br />

On a également aimé le maillot de corps TH50100 et<br />

le caleçon long TH50000, très doux conçus à partir de deux<br />

matières 100 % naturelles, le « Tencel » et le bambou. La<br />

première est une fibre naturelle aux propriétés thermorégulatrices<br />

qui procurent au tissu une grande respirabilité.<br />

Le bambou, antibactérien et anti-UV, est un tissu moelleux,<br />

drainant et confortable.<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

59


Nouveaux produits<br />

Gestion des accès au sein de l’entreprise :<br />

Système de fermeture électronique Hoffmann<br />

DR<br />

Les entreprises désireuses de protéger leurs équipements<br />

tout en permettant à leur personnel d’y accéder sont tributaires<br />

d’un système de fermeture personnalisable en fonction<br />

de leurs installations. Le nouveau système « Garant<br />

LockingSystem », G-LS, du groupe Hoffmann est sûr et son<br />

logiciel permet de gérer aisément les accès et de consulter<br />

le rapport de log dans le journal du système. Le système<br />

G-LS peut être mis en œuvre avec tous les établis, armoires<br />

à tiroirs et armoires de stockage Garant. Fonctionnant sur<br />

pile et très économe, il contribue à la mobilité maximale<br />

des équipements d’atelier. Doté d’un cryptage à 128 bits, le<br />

transpondeur (« clé ») répond aux normes de sécurité les<br />

plus élevées. Très maniable par sa taille (format clé USB), il<br />

trouve parfaitement sa place sur le porte-clés et est donc<br />

toujours à portée de main lorsque le collaborateur souhaite<br />

ouvrir ses armoires. Autorisé sur toutes les armoires d’une<br />

usine, le transpondeur peut servir de clé principale.<br />

<strong>Maintenance</strong><br />

conditionnelle<br />

Nouvelle version<br />

OneProd System 3.2<br />

La nouvelle version de la plateforme de maintenance conditionnelle<br />

OneProd System de 01dB-Metravib version 3.2<br />

se concentre sur les besoins des utilisateurs. Premier grand<br />

atout : le ShockFinder. Cet indicateur innovant permet de<br />

détecter automatiquement la présence de chocs anormaux,<br />

même sur les machines à très faible vitesse de rotation.<br />

Cette capacité de surveillance automatique des arbres lents<br />

s’avère vraiment utile pour le secteur éolien où les techniques<br />

classiques de surveillance vibratoire demandent de longues<br />

analyses avec des résultats peu satisfaisants. Deuxième<br />

grand atout : une réactivité accrue. Si OneProd System 3.2<br />

est particulièrement adapté aux rotations lentes, le système<br />

réagit plus rapidement en cas d’apparition brutale d’un défaut.<br />

Davantage de mesures sont réalisées, et il est possible<br />

de multiplier les indicateurs afin d’affiner la surveillance. Des<br />

atouts qui répondent aux besoins de secteurs comme l’énergie<br />

éolienne, les radars, la papeterie (rouleaux de presse), les<br />

laminoirs, la chimie, les cimenteries…<br />

DR<br />

Easy-to-Maintain<br />

Opérations de<br />

maintenance mécanique<br />

des robots<br />

Avec « Easy-to-Maintain », ABB lance, la première solution de<br />

vidéo-guidage interactif dédiée à la maintenance mécanique<br />

de robots. Easy-to-Maintain se présente sous la forme d’un<br />

Tablet PC à écran tactile rétro-éclairé intégrant une base de<br />

données complète : processus de guidage, démonstrations<br />

et explications techniques. L’interface affiche les photos, vidéos,<br />

schémas techniques et commentaires pour accompagner<br />

l’opérateur étape par étape et l’aider ainsi à assurer la<br />

bonne réalisation des opérations de maintenance mécanique,<br />

du changement de câbles à celui d’un réducteur ou d’autres<br />

remplacements d’organes du robot. Easy-to-Maintain facilite<br />

l’acquisition de compétences et la capitalisation des connaissances<br />

de même que la standardisation dans la réalisation des<br />

opérations de maintenance (préventive et corrective).<br />

LAVAGE – NETTOYAGE<br />

DÉGRAISSAGE<br />

Une gamme complète<br />

de machines et de solutions<br />

de lavage automatiques, semiautomatiques<br />

ou manuelles<br />

En standard,<br />

charges de 40 cm à 3 m.<br />

Aspersion – Immersion<br />

Ultrasons<br />

Tél. : 03 88 80 95 09<br />

contact@mafac.fr – www.mafac.fr<br />

Aspiration et filtration<br />

des brouillards d’huiles,<br />

des brouillards d’émulsion<br />

Dépoussiérage<br />

Filtre à copeaux<br />

Une gamme de filtres<br />

modulaires et de centrales<br />

de filtrations<br />

Tél. : 03 88 80 95 09<br />

contact@arodex.com – www.arodex.com<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

61


Nouveaux produits<br />

DR<br />

Stockage :<br />

Protection coupe-feu<br />

Denios<br />

Pour le stockage de produits<br />

dangereux, les organismes<br />

d’assurances<br />

ne reconnaissent que<br />

les installations dotées<br />

d’une validation officielle.<br />

Le BMC de Denios est<br />

le seul conteneur coupefeu<br />

jusqu’à 120 minutes<br />

du marché avec une validation<br />

d’EFECTIS (anciennement<br />

CTCIM). Il<br />

permet de stocker les produits inflammables à proximité des<br />

bâtiments et en limites de propriété et en cas d’incendie, le<br />

BMC garantit la résistance au feu pendant 120 minutes à l’intérieur<br />

ou à l’extérieur du conteneur. Délai qui l’intervention<br />

afin de contrôler le feu. Le BMC convient pour le stockage sur<br />

rétention de fûts et petits récipients à proximité de la chaîne<br />

de production. Une large gamme d’accessoires et un équipement<br />

en version ATEX permettent d’adapter le conteneur à<br />

des besoins très larges.<br />

Éclairage sécurisé<br />

Lampes ATEX<br />

professionnelles<br />

Conçus exclusivement<br />

pour les professionnels,<br />

la qualité des lampes<br />

ATEX proposées par<br />

ADF surpasse la norme<br />

actuelle. Ces lampes<br />

couvrent les besoins<br />

en lampes de poche :<br />

gamme ML-600 étanche<br />

et ML-800 ATEX,<br />

lampe portable IL-60<br />

étanche et IL-80 ATEX<br />

ainsi que frontale (HL-100 étanche et HL-800 ATEX).<br />

L’ingénierie de ces lampes se retrouve dans un design<br />

robuste et efficace grâce à l’intégration des technologies<br />

LED et halogène, de batteries NiMH ou NiCd et d’un<br />

chargeur intelligent.<br />

La variété des lampes proposées permet de répondre aux<br />

besoins classiques de la lumière dans le spectre visible,<br />

mais aussi aux besoins en ultra-violet et Infrarouge (inspection<br />

de soudure, de document de sécurité, besoins<br />

militaires…). Ces lampes possèdent la fonction EM qui<br />

lui permet de s’allumer lors d’une coupure de courant,<br />

ce qui est très utile.<br />

DR<br />

Bagagerie :<br />

Conteneurs haute<br />

sécurité<br />

Rollerbox propose les<br />

conteneurs Amazon garantis<br />

« haute sécurité »<br />

grâce à la technique du<br />

rotomoulage. Ce procédé<br />

permet la fabrication<br />

de produits particulièrement<br />

résistants et étanches<br />

grâce à l’utilisation<br />

d’un polymère de haute<br />

qualité (polyéthylène<br />

haute densité) ; celui-ci<br />

s’épaissit sur les bords<br />

et dans les coins, ce qui<br />

confère une résistance<br />

accrue et une absorption<br />

des chocs optimale. En outre, ce matériau reste stable<br />

à des températures comprises entre –40 °C et +70 °C<br />

et se révèle à l’épreuve de la corrosion et résistant aux<br />

solvants et acides.<br />

DR<br />

62<br />

M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Outillage : Frein-filet<br />

en toute sécurité<br />

Elaborés par Henkel, le frein-filet moyen Loctite 2400 et<br />

le frein-filet fort Loctite 2700 sont en avance car il ont<br />

tous deux une fiche de données de sécurité « vierge ».<br />

Cela signifie, que conformément à la norme européenne<br />

No. 1907/2006 - ISO 11014-1, les deux frein-filets ne<br />

portent aucun symbole de risque, aucune phrase de risque<br />

ou de sécurité. En outre, ils ne contiennent aucune<br />

substance carcinogène, mutagène ou reprotoxique à un<br />

niveau déclarable.<br />

DR<br />

DR<br />

CATALOGUES<br />

Nouveau catalogue<br />

Denios<br />

Sur 660 pages, le catalogue Denios<br />

contient plus de 7 000 références,<br />

dont plus de 500<br />

nouveaux produits concernant<br />

la protection de l’environnement<br />

et la sécurité sur le lieu<br />

de travail. À noter 16 pages présentant<br />

des solutions engineering déjà réalisées<br />

pour des clients sur mesure dans le domaine de stockage<br />

de produits dangereux, thermotechnique et stockage<br />

coupe-feu.<br />

Le catalogue général<br />

Schaeffler Industrie en<br />

français<br />

Après les versions anglaise et allemande déjà été distribuées<br />

à 140 000 exemplaires, le catalogue général HR1<br />

du groupe Schaeffler Industrie est désormais disponible<br />

en français. Sur plus de 1 600 pages,<br />

il fournit une information sur<br />

les caractéristiques, dimensions<br />

et capacités de charge de plus de<br />

40 000 références INA et FAG ainsi<br />

que les accessoires et autres<br />

variantes de pièces. Le catalogue<br />

HR1 est conçu comme un résumé<br />

technique complet sur les roulements.<br />

Il permet de sélectionner<br />

les produits adéquats selon l’application, les tolérances<br />

des constructions adjacentes à respecter ainsi que les<br />

consignes de montage et d’entretien. Il donne en outre<br />

des informations détaillées sur le calcul de la durée vie,<br />

les températures et les charges et fournit les conseils<br />

de lubrification.<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

63


Agenda<br />

Formations<br />

Air Liquide Welding<br />

Formations en<br />

soudage et coupage<br />

Le brasage, le soudo-brasage, le soudage oxyacétylénique,<br />

le soudage électrode enrobée, le TIG, le MIG, le MAG, le<br />

fil fourré, l’arc submergé, le plasma, le microplasma, le<br />

faisceau d’électrons, le coupage plasma, l’oxycoupage sont<br />

enseignés au Centre de Formation Air Liquide Welding,<br />

sans oublier les notions d’électricité et de métallurgie appliquées<br />

au domaine du soudage. Le Centre de Formation<br />

Air Liquide Welding est une école professionnelle dont les<br />

outils sont élaborés et adaptés aux techniques modernes<br />

de l’enseignement. Ils font corps avec les procédés qu’ils<br />

décrivent, depuis le travail à la flamme jusqu’au soudage<br />

automatique ou robotisé. Les stages de perfectionnement<br />

sont proposés avec présentation à la qualification de soudeur<br />

voulue en entrées/sorties permanentes. Air Liquide<br />

Welding a établi un partenariat avec le Bureau Veritas qui<br />

intervient dans ses locaux de Saint-Ouen l’Aumône (95) ou<br />

sur site client pour délivrer les qualifications de soudeurs<br />

requises reconnues en Europe. Les stages sont dispensés<br />

en inter ou intra-entreprise. Leur durée varie en fonction<br />

du niveau de base et des objectifs à atteindre. Ils vont de<br />

l’initiation au perfectionnement de tous les procédés. Le<br />

centre de formation est ISO 9001:2008. (Rens. www.airliquidewelding.com/fr/fdsfsd/formation.html)<br />

Contrôle non destructif<br />

Le Cetim à Nantes et à Senlis<br />

Présente à Nantes comme à Senlis, la filière des formations<br />

au contrôle non destructif (CND) du Cetim comprend deux<br />

axes majeurs : les formations CND et les formations certifiantes<br />

Cofrend. Les formations CND comprennent huit stages<br />

(de la définition et du choix des méthodes aux domaines<br />

novateurs comme le contrôle TOFD ou les multi-éléments<br />

« phased-array »). En 2010, deux nouvelles formations ont<br />

été initiées, la radiographie sur écrans photostimulables<br />

et la thermographie infrarouge. Les formations certifiantes<br />

Cofrend, second axe de la filière, visent le contrôle par ressuage,<br />

magnétoscopie, radiographie, ultrasons et émissions<br />

acoustiques. Le Cetim participe à la qualification des personnels<br />

selon les normes EN 473 et ISO 9712 par le biais<br />

de ses deux centres d’examens agréés : Cofrend et CIFM<br />

à Senlis et à Nantes. D’autres stages sont également proposés.<br />

Ils concernent notamment les personnes ne visant<br />

pas une certification, les agents certifiés depuis moins de<br />

dix ans et qui doivent repasser les épreuves de certification<br />

ou encore les personnes désirant préparer l’examen de<br />

base ou l’examen de niveau trois. (Contact Michel Poyen,<br />

tél.03 44 67 36 82 - sqr@cetim.fr).<br />

Training Center KSB<br />

Programme de maintenance<br />

des pompes et systèmes<br />

Refondé en 2001 dans sa forme et sous son nom actuels,<br />

le Training Center KSB a acquis sur ces années auprès de<br />

quelque 430 nouveaux clients de l’industrie, de l’eau et<br />

du tertiaire, la réputation d’un lieu de « savoir-faire » et<br />

de « partage des connaissances ». En effet, il a la particularité<br />

d’ouvrir aux entreprises les portes de ses stages<br />

internes, les mêmes qui sont dispensées aux techniciens<br />

et ingénieurs « maison ». Ceci permet au constructeur de<br />

garantir un haut niveau technique sans contenu « commercial<br />

». Le fabricant allemand de pompes, robinetterie et<br />

systèmes revendique également le premier rang comme<br />

maintenancier-réparateur du secteur. Cette expertise explique<br />

le grand nombre de stages « utilisateurs », 9 au total,<br />

destinés aux exploitants et aux services maintenance.<br />

Autre particularité, 47 % des formations sont dispensées<br />

sur les sites mêmes des clients, afin de prendre en compte<br />

leurs impératifs de disponibilité du personnel formé et<br />

de réduction des coûts. Cette formule peut s’avérer très<br />

avantageuse pour des groupes à partir de 5 à 6 stagiaires.<br />

Le catalogue programme 2010 comprend 22 stages,<br />

dont 6 nouveaux (intervenir sur les systèmes automatisés<br />

de pompage, les pompes de forage, intervention en zone<br />

ATEX ou en zone à risques sur des matériels électriques ou<br />

mécaniques, l’électricité appliquée au pompage, le pompage<br />

en usine à neige). Les contenus détaillés et modalités<br />

de stages sont disponibles sur la brochure « Formations<br />

Clients 2010 » ainsi que sur le site internet (www.ksb.fr<br />

rubrique/Produits & Services/Formation).<br />

DLR 2010<br />

Calendrier des<br />

rencontres régionales<br />

Ces réunions du DLR (fédération<br />

nationale des distributeurs,<br />

loueurs et réparateurs<br />

de matériels de bâtiment, de<br />

travaux publics et de manutention)<br />

sont l’occasion de<br />

présenter aux professionnels<br />

de chaque région les principales<br />

actions menées par la<br />

fédération dans ses différents<br />

domaines d’intervention<br />

et d’évoquer les sujets<br />

d’actualité. Mais elles sont<br />

aussi, et avant tout, des lieux<br />

de rencontre de proximité,<br />

d’échange d’expérience et<br />

de convivialité entre confrères<br />

d’une même région et<br />

avec les experts de la fédération<br />

: le 18 mai à Paris<br />

(Mercure Ivry Quai de Seine),<br />

le 1 er juin à Fey dans l’Est, le<br />

4 juin à Bordeaux (Mercure<br />

Aéroport), le 8 juin à Amiens,<br />

le 15 juin à Nantes (Cité des<br />

congrès), le 18 juin à Lyon et<br />

le 24 juin à Marseille.<br />

Rens. www.dlr.fr<br />

64<br />

M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010


Manifestations & Salons<br />

Agenda<br />

Juin 2010<br />

Du 1 er au 3<br />

SEPEM INDUSTRIES EST<br />

3 e édition à Colmar du salon des<br />

services, process, équipements et<br />

maintenance pour toutes les industries.<br />

Rendez-vous incontournable<br />

du grand Est industriel.<br />

Colmar<br />

www.sepem-industries.com<br />

Du 1 er au 3<br />

MESUREXPOVISON<br />

Les salons Mesurexpo, Forum de<br />

l’électronique, Vision Show et<br />

le Forum Radiocoms changent<br />

de date et de lieu en 2010 et<br />

deviennent Mesurexpovision,<br />

salon de la mesure, du test, de<br />

la simulation et des solutions<br />

de vision (le salon OPTO se déroulera<br />

quant à lui avec PriPhoton<br />

Recherche Industrie au Parc<br />

floral Esplanade du Château de<br />

Vincennes, Paris XII e , du 26 au<br />

29 octobre prochain).<br />

Paris Expo Porte de Versailles<br />

www.mesurexpovision.com<br />

Les 3 & 4<br />

PREVENTICA NORD<br />

EUROPE<br />

Congrès & salon pour la qualité<br />

de vie au travail.<br />

Parc des expositions Grand<br />

Palais, Lille<br />

www.preventica.com<br />

Du 8 au 10<br />

ENVIRONORD<br />

À l’initiative de la région Nord<br />

– Pas-de-Calais, un salon multirégional<br />

et européen des solutions<br />

pour l’environnement,<br />

accueillant entreprises, collectivités<br />

territoriales et centres<br />

de recherche. Avec un village<br />

eco-contruction et éco-rénovation,<br />

un village « sédiments<br />

», et la remise des<br />

Trophées de la performance<br />

environnementale.<br />

Lille Grand Palais<br />

www.salon-environord.com<br />

Du 8 au 10<br />

TRANPORTS PUBLICS<br />

2010<br />

Le salon européen de tous les<br />

acteurs du transport public et<br />

des modes de déplacement durable.<br />

Paris Porte de Versailles<br />

www.transport-publics-expo.<br />

com<br />

Du 14 au 18<br />

EUROSATORY 2010<br />

Le salon européen international<br />

de la défense terrestre et<br />

de la sécurité.<br />

Paris Nord Villepinte<br />

www.eurosatory.com<br />

150 formations<br />

pour les acteurs de la construction<br />

<strong>Maintenance</strong> et économies d’énergie<br />

• Pathologie du bâtiment : fondations, structures, enveloppe - 21 au 23 juin 2010<br />

• <strong>Maintenance</strong> et gestion de l’entretien des bâtiments - 29 et 30 juin 2010<br />

• Rédiger un contrat d’exploitation et de maintenance bâtiment - 1 er et 2 juillet 2010<br />

• Intégrer les énergies renouvelables dans le bâtiment / Solaire, Géothermie, PAC… - 14 et<br />

15 juin 2010<br />

• Amélioration énergétique des bâtiments - 5 au 8 juillet 2010<br />

Réglementation des bâtiments<br />

• Réglementation technique de la construction - 21 au 23 juin 2010<br />

• Réglementation handicap et accessibilité - 24 juin 2010<br />

• Réglementation incendie dans les ERP, bureaux, installations classées… - 19 au 21 mai<br />

Et nos formations Route, VRD, Génie Civil, Supervision de chantier, Gestion des marchés…<br />

GINGER FORMATION est une filiale de GINGER CEBTP<br />

16 & 17<br />

SVTM 2010<br />

Salon des technologies du vide<br />

et des traitements des matériaux,<br />

pour toutes les industries.<br />

Centre des congrès, Metz<br />

www.svtm.eu/svtm2010<br />

Du 16 au 18<br />

SALONS DES<br />

ÉNERGIES<br />

RENOUVELABLES<br />

8e édition de l’événement de<br />

références pour toutes les énergies<br />

renouvelables. Organisé en<br />

collaboration avec l’ADEME et<br />

le syndicat des énergies renouvelables.<br />

Paris Porte de Versailles<br />

www.energie-ren.com/2010<br />

Du 23 au 24<br />

CLEANMECA 2010<br />

4 e édition du congrès européen<br />

des technologies propres et sûres<br />

en mécanique.<br />

Espace Tête d’Or, Lyon<br />

www.cleanmeca.org<br />

Septembre<br />

9 & 10<br />

JOURNÉES DU<br />

LEVAGE<br />

Les journées du levage, de<br />

l’élévation de personnes, de<br />

la manutention, et du transport<br />

exceptionnel.<br />

Disneyland, Paris<br />

www.lesjourneesdulevage.fr<br />

Recevez notre catalogue en nous contactant au 01 30 85 21 00<br />

ou consultez nos formation sur www.ginger-formation.fr<br />

Attention : afin de s’assurer de<br />

la tenue des manifestations<br />

annoncées, nous invitons nos<br />

lecteurs à se renseigner auprès<br />

des organisateurs avant de<br />

pla nifier une visite.<br />

Du 28 au 30<br />

SAFI CENTRE 2010<br />

Le salon des équipements, de<br />

l’environnement, de la maintenance,<br />

du process, des services<br />

et de la sous-traitance.<br />

Le rendez-vous industriel et<br />

des services de la région Centre<br />

: fournisseurs de matériels,<br />

produits et services spécialisés<br />

pour l’industrie.<br />

Parc des expositions, Orléans<br />

www.saficentre.com<br />

Du 28 au 30<br />

ESOPE<br />

Organisé par l’Association française<br />

des ingénieurs en appareils<br />

à pression (créée à l’initiative de<br />

CETIM, SNCT et IS), ESOPE traite<br />

des technologies, codes, normes<br />

et directives européennes pour<br />

les équipements sous pression<br />

fixes et transportables.<br />

Palais des Congrès, Paris<br />

www.afiap.org<br />

Octobre<br />

Du 12 au 14<br />

MAINTAIN<br />

Salon international pour la<br />

maintenance industrielle.<br />

M,O,C, Munich (Allemagne)<br />

www.maintain-europe.com<br />

Novembre<br />

Du 2 au 4<br />

EXPOPROTECTION<br />

Le salon de la gestion globale<br />

des risques.<br />

Paris Nord Villepinte<br />

www.expoprotection.com<br />

Du 2 au 5<br />

MAINTENANCE EXPO<br />

- MIDEST<br />

Le salon des solutions de maintenance,<br />

conjointement au salon<br />

de la sous-traitance industrielle.<br />

Paris Nord Villepinte<br />

www.maintenance-expo.com<br />

Avril-Mai-Juin 2010 - N°618<br />

65


Biblio<br />

> Sécurité au travail<br />

Formation :<br />

un manuel pour les<br />

sauveteurs<br />

Editeur spécialisé<br />

en prévention<br />

et secourisme,<br />

France-Sélection<br />

a sorti un manuel pédagogique<br />

destiné aux stagiaires<br />

de la formation sauveteur<br />

– secouriste du travail<br />

(SST). Les différentes<br />

techniques sont détaillées<br />

et illustrées pas à pas pour<br />

faciliter la compréhension<br />

et la mémorisation. Des arbres<br />

de décision récapitulent<br />

les actions de secours<br />

à mettre en place selon les<br />

conditions et circonstances<br />

DR<br />

concrètes. Un médecin du<br />

service de santé au travail, un médecin urgentiste sapeurpompier<br />

et deux instructeurs et deux moniteurs SST ont<br />

mis en commun leurs expériences et leurs compétences<br />

de façon à fournir un manuel pratique et adapté à toutes<br />

les situations (« Sauveteur Secouriste du travail », par Rozenn<br />

Dulieu, Thierry Fuzelier, C. Martin-Wester, Ph. Gouéry,<br />

P. Cocault, Y. Guyomarc’h, édition France-Sélection 2009,<br />

104 pages, 110 illustrations).<br />

Index des entreprises<br />

et organismes<br />

cités dans ce numéro<br />

01dB-Metravib 5 6<br />

ABB 6 0<br />

Adeuza 32, 33<br />

ADF 62<br />

Air Liquide Welding 6 5<br />

Airbus EADS 30, 31<br />

Altéad 47<br />

Areva 6<br />

Audinnov 56, 57, 60<br />

Auditech<br />

Innovations 5 0<br />

Carl Software 6, 28, 29<br />

Cegelec 2 9<br />

Cetim 9, 13, 15, 65<br />

Chatard 54<br />

Cirrus 52, 56<br />

CNAMTS 4 8<br />

CNR (Compagnie nationale<br />

du Rhône) 23<br />

Corim 6<br />

Coswin 6<br />

CP Cases 11<br />

CP France 11<br />

Dalmec 5 9<br />

DCNS 8<br />

Demepool 11<br />

Denios 30, 31, 62, 63<br />

Dickies 5 9<br />

Dimo Gestion 16, 17<br />

Dimo Maint 16, 17<br />

DLR 10<br />

DuPont Personal<br />

Protection 54<br />

ExxonMobil 58<br />

Facom 56<br />

Froment 54<br />

Fuchs Lubrifiants 57<br />

Getac 12<br />

GFI 6<br />

Grimaldi Transferts 11<br />

HBM 10<br />

Hoffmann 60<br />

Industrie 2010 12<br />

Infield Safety 50<br />

KSB 14, 65<br />

Lafont 58<br />

Lemaître 51<br />

LGM 10<br />

Loctite / Henkel 63<br />

Loxam 34-36<br />

LPR 36<br />

Manitou 9<br />

Manupiece 56<br />

Manutention 2010 8<br />

Marechal Electric 22-24<br />

Marine nationale 8<br />

Messer Gallet 53<br />

Miller 52<br />

Index des annonceurs<br />

AE&T 9<br />

Adeuza 4 e couv.<br />

Altead 13<br />

Ansell 31<br />

Bosch 17<br />

Carl 2 e couv.<br />

CIEN 63<br />

Codipro 41<br />

Comasec 42<br />

Corim 11<br />

ExpoProtection 49<br />

Fluitec 7<br />

Fuchs 37<br />

Furmanite 23<br />

Gates 21<br />

Ginger 65<br />

Hydrauma 39<br />

Hytorc 62<br />

ITM 4<br />

Lavendon 35<br />

Lemaître Sécurité 59<br />

Mafac 61<br />

<strong>Maintenance</strong> Expo 60<br />

Marechal 48<br />

MSA 53<br />

OPPBTP 48<br />

Owens Corning <br />

Fiberglass 22-24<br />

Polyco 54<br />

Randstad 12<br />

Rollerbox 62<br />

SAGE 17<br />

Schaeffler 63<br />

Schmersal France 59<br />

SDT International 52<br />

SEPEM Industries 8<br />

Siemens 28, 29<br />

Siveco 26, 27<br />

SNCT 15<br />

Socoda 10<br />

Sodexo 18-20<br />

Spasciani 52<br />

Still 10<br />

Synamap 48, 49<br />

Synergis 40<br />

Testo 58<br />

Total 17<br />

VAL Transportation 28,<br />

29<br />

Van Laere<br />

International 54<br />

Veritex 51<br />

Vinci 11<br />

Master Lock 43<br />

MesurExpoVision 39<br />

Midest 60<br />

Montanhydraulik 51<br />

Nergeco 35<br />

Preventica Lille 53<br />

Rolls Rapide 58<br />

Sart von Rohr 3 e couv.<br />

SEPEM 57<br />

Synergis 25<br />

Vitelec 15<br />

Watco 37<br />

Méthode<br />

Comprendre et<br />

appliquer l’AMDEC<br />

L<br />

’ouvrage<br />

de Jean Faucher, décrit et explique étape<br />

par étape la méthode AMDEC, autrement dit l’analyse<br />

des modes de défaillances, de leurs effets et de<br />

leur criticité. Il permet de comprendre la méthode<br />

et ses domaines d’application, bâtir les outils d’analyse et<br />

d’évaluation des défaillances (tableaux AMDEC) adaptés ;<br />

conduire une étude AMDEC, maîtriser les différents types<br />

d’AMDEC, produits, process, machines… Cette nouvelle<br />

édition est illustrée de nombreux exemples empruntés à<br />

différents secteurs d’activité et d’un cas réel de réalisation.<br />

(« Pratique de l’AMDEC, Assurez la qualité et la sûreté de<br />

fonctionnement de vos produits, équipements et procédés<br />

», Jean Faucher, éditions Dunod, collection Fonctions<br />

de l’entreprise, série Performance industrielle, 2 e édition<br />

2009, 195 pages).<br />

Au sommaire<br />

du prochain numéro<br />

Numéro 619 - juillet / août / septembre 2010<br />

• L’Année <strong>Maintenance</strong><br />

Spécial innovations : les produits et services qui facilitent<br />

et améliorent la maintenance<br />

Prestataires et sous-traitants : l’externalisation de<br />

la fonction<br />

• Focus<br />

Compresseurs - groupes électrogènes<br />

Mesure & contrôle - thermographie<br />

Outils de mobilité<br />

66<br />

M & E - N°618 - Avril-Mai-Juin 2010

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!