Magazine Valais Hiver 2020

valais

NUMÉRO 11 9 DÉCEMBRE 2020

VALAIS

GRAVÉ DANS MON CŒUR

Grâce à Florent, Reck devient

un chien pisteur Germaine Cousin

et les herbes médicinales

Le Valais sur Instagram En toute liberté

sur les freetracks Offres hivernales

1


Changez d’air!

Regardons les choses en face. Si nous savions que le Covid-19

s’annonçait comme un marathon, nous n’avions aucune idée de ce

que nous allions réellement traverser. Dans la situation actuelle, il est

particulièrement important de se faire du bien, de s’accorder des

pauses pour recharger les batteries, de se dépenser et de prendre

le temps de respirer. Nous sommes là pour vous offrir ces moments

particuliers.

Avec le slogan «Changez d’air», nous souhaitons vous faire vivre

l’énergie particulière du Valais dans toute sa diversité. Qu’il s’agisse

de s’adonner aux classiques activités d’hiver ou simplement d’une

envie de dépaysement, on commence par sortir du brouillard des

villes avant d’entrer dans un village romantique valaisan pour ensuite

glisser dans la poudreuse des pistes «freetracks» ou pour profiter de

l’hiver avec sa famille à skis de fond ou en raquettes.

Nous mettons tout en oeuvre sur www.valais.ch afin de vous

permettre de trouver rapidement et aisément ce qui vous convient.

En quelques clics seulement, découvrez des offres intéressantes et

adaptées à vos désirs. Il est également possible d’en réserver un

grand nombre directement depuis le site. Même si ce n’est que pour

une petite excursion hivernale sous le soleil valaisan.

Nous faisons de notre mieux afin de rendre votre séjour en Valais

aussi agréable que possible. Le canton du Valais et les prestataires

de services appliquent de manière optimale les mesures de protection

nécessaires. Nous nous réjouissons de votre visite et vous souhaitons

un agréable séjour en Valais.

Avez-vous un souvenir

particulièrement beau

de l’hiver en Valais?

Partagez-le sur Facebook,

Twitter ou Instagram avec

le hashtag

#MonHiverEnValais

ÉDITO

Cordialement, Damian Constantin

Directeur Valais/Wallis Promotion

impressum

Couverture Marco Schnyder

Le magazine «Valais» paraît comme supplément

de «L’illustré» du 9 décembre 2020.

Rédaction | «Valais», Schweizer Illustrierte, Dufourstrasse

23, 8008 Zürich, Tel. 044 259 63 63, info@

schweizer-illustrierte.ch Direction Valais | Urs Heller

Responsable des magazines | Stefan Regez

Directrice de la rédaction | Monique Ryser

Layout / production | Kathrin Hefel (resp.) Director

Print & Digital | Frank Zelger Designkonzept |

Beling Thoenen Design Rédaction images |

Regula Revellado (resp.), Sanfra Sutter Correction |

Géraldine Schönenberg (resp.) Collaborateurs |

Manuela Lavanchy Photographes | The Alpinists,

Dario Andenmatten, David Boraley, David

Carlier, Arnaud Dorsaz, Guillaume Dorsaz,

Thomas Luisier, Sedrik Nehmet, Marco

Schnyder, Silvan Widmer Photolithographie |

Ringier Redaktions-Services Edition | Ringier Axel

Springer Schweiz AG, Flurstrasse 55, Postfach,

8021 Zurich, tél. 058 269 20 00 Marketing | Admeira

SA, Flurstrasse 55, Postfach, 8021 Zürich,

Tel. +41 58 909 99 62, salesservices@ringier.ch

Prix des annonces et conditions générales |

www.admeira.ch Responsable des partenariats de

marketing | Thomas Passen Head of Sales RASCH |

Beniamino Esposito Head of Sales People &

Family | Tobias Hunziker Sales | Tanja Schwarz

Media Service Print | Esther Staub

Directeur de production | Nico Kutsomanolakis

Impression | Swissprinters AG, 4800 Zofingue

3


20

Germaine Cousin-

Zermatten collectionne

les vieilles recettes depuis

des décennies.

SOMMAIRE

50

44

Paul-Victor Amaudruz,

veille à la sécurité

des pistes.

Les gourmets en ont pour

leur argent aussi bien

à la montagne qu’en plaine.

6

OUVERTURE

#MonHiverEnValais

Découvrez la photo gagnante du concours.

12

FREERIDE

Les joies de la poudreuse

Grâce à Paul-Victor Amaudruz, chef de la

sécurité, les amateurs de poudreuse peuvent

s’adonner à leur passion sans danger.

20

LESAVOIRDESANCÊTRES

Germaine Cousin

A 95 ans, elle connaît les recettes de santé

d’antan et les plantes qui nous aident

à rester en forme.

24

SÉVERINEPONT-COMBE

Ski-alpinisme à Crans-Montana

Sur les traces de la championne

de la Patrouille des Glaciers.

30

CHRISTOPHECLIVAZ

Visitez aussi les villes

Entretien avec le premier conseiller

national vert du Valais.

34

PORTFOLIO

Le Valais sur Instagram

De nombreux photographes postent

leurs images du Valais sur Instagram.

Sélection des plus belles photos.

4

44

GASTRONOMIE

Randonner et déguster

Idées de randonnées avec plaisir

gastronomique à la clé.

49

ÉCONOMIE

Vaccin valaisan

La Lonza construit une nouvelle unité de

production destinée à la fabrication du vaccin

de Moderna sur le bioparc Ibex de Viège.

50

FLORENTMASSY

Jeune chien en formation

Reck, le chien du patrouilleur Florent Massy,

apprend à devenir chien d’avalanche.


34

Le Valais et sa nature

sauvage sont très présents

sur Instagram.

11

Sommaire

70

La vallée de Conches

est le paradis du ski

de fond.

56

VINS

Certifiés marque Valais

Désormais la marque Valais garantit la

qualité des vins produits dans le canton.

60

ANNIVERSAIRE

Verbier Xtreme

L’événement du Bec des Rosses a donné

naissance au Freeride World Tour.

63

KTGORIQUE

Rappeuse valaisanne

La meilleure rappeuse de Suisse aux

racines ivoiriennes habite à Martigny.

A 27 ans, elle fait un tabac.

64

INDUSTRIE

Machines à tricoter

Steiger SA produit à Vionnaz des machines

destinées à l’industrie du luxe

et au domaine médical.

70

SKIDEFOND

Agréablement sportif

Les pistes de ski de fond de la vallée de

Conches sont les plus ensoleillées de Suisse.

72

RAQUETTES

A pas de géant

Le plaisir de prendre son temps

au milieu de la nature..

74

SPÉCIALHIVER

Du matin jusqu’au soir

Passez la journée dans la neige, sous le soleil,

à respirer l’air frais. Glissez-vous dans les

bulles d’un bain thermal ou détendez-vous

au spa avant de déguster un bon repas.

Ou pourquoi ne pas tenter quelque chose

de complètement nouveau? Pour

des vacances ou une courte excursion

en Valais, découvrez les offres spéciales

de l’hiver qui vous correspondent..

82

SIPROCHE

Sur les pistes en deux heures

Le Valais est plus proche qu’on ne le pense et

facilement accessible en transports publics.

Photos David Carlier, Sedrik Nemeth, Silvan Widmer, Pascal Gertschen

5


ÉTOILES

#MonHiverEnValais

David Boraley est le vainqueur de notre concours de photo.

Vous aussi, postez vos clichés du Valais!

Concours | Le lac de Taney, au début du

mois de décembre. «Proche de mon

domicile, c’est le lieu où je vais me

ressourcer», raconte David Boraley. S’il se

rend souvent sur ses rives, il a réalisé

l’ascension tout exprès en ce début

décembre pour photographier le lac aux

premières heures de la journée. «Je voulais

saisir le paysage au premier rayon du soleil,

assez tôt dans la saison pour que sa surface

ne soit pas encore gelée et recouverte par

la neige, précise-t-il. Je me représentais la

scène sous un abord un peu mystique, et

c’est exactement ainsi qu’elle m’est

apparue.» David Boraley est cuisinier de

métier, mais il a rangé ses couteaux l’an

6

dernier et travaille désormais à plein temps

comme photographe. «C’est la naissance

de ma fille qui m’a donné le déclic

que j’attendais.» Il a posté son cliché sous

le hashtag #MonHiverEnValais. Devenez

vous aussi membre de la communauté et

publiez vos images d’hiver avec le même

hashtag..


Livre d’images

valaisan

Travailler

au paradis

des vacances

Commeire | Travailler et se détendre au

cœur des Alpes valaisannes. L’offre Workation

de Montagne Alternative conjugue

confort et tradition afin de combiner le télétravail

et le plaisir de se retrouver en

pleine nature. Avec la recommandation de

pratiquer le télétravail et l’observation des

règles d’hygiène et de comportement actuellement

en vigueur, cette proposition arrive

véritablement à point nommé. En effet,

même si la technologie le permet, il n’est

pas toujours simple d’être efficace depuis

son domicile. Pourquoi donc ne pas le faire

à distance, en bénéficiant d’une connexion

internet à haut débit, depuis sa chambre

d’hôtel à 1450 mètres d’altitude? C’est désormais

possible avec Workation, le

concept hôtelier novateur mis au point par

Montagne Alternative. L’établissement propose

des logements dans d’anciennes

granges rénovées dans les règles de l’art.

L’idyllique hameau de Commeire, au-dessus

d’Orsières, au cœur du Pays du Saint-

Bernard, assure des conditions idéales

pour se concentrer et reconstituer ses réserves

d’énergie. Des chambres ou des chalets

entiers sont proposés à la location.

www.montagne-alternative.com

Album | Les enfants aiment les livres dont

les images leur font découvrir toutes

sortes de personnages, objets et paysages.

A chaque fois qu’ils prennent le livre

en main, de nouveaux détails apparaissent.

Phil Schüpbach et Julien Valentini sont devenus

de grands fans de ces ouvrages

grâce au fils de Phil. «Je me suis cependant

rendu compte que les ouvrages existants

avaient un côté un peu vieillot», déclare

Phil Schüpbach, qui a dès lors souhaité

réaliser ses propres albums. Il y a toutefois

rapidement renoncé face à l’ampleur

de la tâche et a contacté Julien Valentini,

spécialiste en illustration numérique. Ensuite,

tout est allé très vite: un premier album

consacré aux lieux touristiques, aux

paysages et aux coutumes du Valais a vu

le jour en 2018. Il a été suivi par un deuxième

sur les manifestations sportives valaisannes,

alors que le troisième volume

accorde la part belle à l’industrie et à l’innovation.

www.valexperience.com

Une garderie

pour les enfants

des hôtes

Crans-Montana | Géraldine Bestenheider-Patterson

a rarement le temps de

s’ennuyer. Elle est déléguée de l’Association

des communes de Crans-Montana,

dirige l’Hôtel de l’Etrier, est mère de trois

filles et a fondé la garderie de Crans-

Montana, qui est aussi ouverte aux hôtes

de la station. De décembre à avril, les

enfants des vacanciers et des employés

saisonniers peuvent y passer de beaux

moments. La garderie Bibi a vu le jour

en moins de deux mois au cœur de son

hôtel. Avec le soutien de la commune

de Crans-Montana, Géraldine Bestenheider-Patterson

a réuni et aménagé

deux studios contigus au rez-de-chaussée

de l’établissement afin d’accueillir

les jeunes hôtes de la destination. Entre

activités indoor, jeux dans la neige, ateliers

de cuisine, lecture de contes et une

petite sieste, les enfants de 2 à 8 ans sont

comblés. Car, comme le rappelle Géraldine

Bestenheider-Patterson, «quand les

enfants sont heureux, les parents

passent de bonnes vacances».

www.hoteletrier.ch

Photos David Boraley, Sedrik Nemeth (2)

7


La sorcière

Véro

chasse le blues

ÉTOILES

Start-up

valaisannes

à foison

Innovation | Avec quatre start-up de technologie

dans le top 100 suisse, le Valais a

conquis cette année la quatrième place

parmi les cantons lors du Startup Award.

Le jury a ainsi distingué Eyeware Tech, de

Martigny, un spin-off de l’institut de recherche

Idiap et de l’EPFL, qui a développé

un logiciel capable de reconnaître les

mouvements de l’œil afin de faciliter la collaboration

entre les robots et les êtres humains.

Dufour Aerospace, de Viège,

construit des taxis-drones qui pourront

transporter cinq personnes à une vitesse

de 350 km/h. Pour sa part, GRZ Technologies,

de Sion, offre une solution pour

stocker l’hydrogène de manière sûre et

pour un coût raisonnable. Enfin, Depoly a

mis au point un procédé qui permet de recycler

le PET à l’issue d’une décomposition

chimique écologique. Toutes ces startup

sont soutenues par The Ark, la fondation

pour l’innovation en Valais. Depuis

2004, le canton favorise le développement

de nouvelles technologies par l’intermédiaire

de The Ark et de divers instituts

de recherche (Idiap, EPFL Valais, HES-SO

Valais-Wallis, Icare, CREM).

www.theark.ch

Belalp | Rien ne peut arrêter la sorcière

Véro. Elle ne cesse de mettre au point

de nouvelles attractions pour l’hiver.

Ainsi, un quatrième tapis magique et un

tunnel attendent déjà les enfants. Le

pays des sorcières se trouve à côté de

la station d’arrivée et peut être rejoint

en empruntant la télécabine des

sorcières, qui se révèle une excellente

alternative au téléphérique. Depuis

toujours, la sorcière Véro – qui vit depuis

105 ans dans la région de Blatten-Belalp

– se consacre à divertir les enfants. Avec

le corbeau Raspoutine, elle propose de

nombreuses aventures sur le snowtubing,

dans la forêt enchantée, au cœur

de la forteresse ou au point photo.

www.belalp.ch

Le boulanger

et les pépins

de raisin

La Souste | Lorsque les vendangeurs

valaisans se mettent à l’ouvrage, une

période d’intense activité commence

également pour le boulanger Paul

Mathieu. Il recueille dans les caves de la

région les résidus du pressage, composés

de peau, de rafles et de pépins. Dans son

laboratoire, il tamise le mélange et sèche

les pépins, riches en antioxydants

particulièrement bénéfiques pour la

peau. A partir des galettes qui résultent

du pressage, le boulanger produit de la

farine de pépins de raisin. L’huile de

pépins de raisin s’écoule pour sa part de

l’autre côté de la presse. «Quelques

gouttes sur une salade ou dans une

fondue confèrent à ces mets une saveur

particulière», relève Anneliese Mathieu.

Et ce n’est pas tout: avec la farine, Paul

Mathieu confectionne aussi du pain.

Même s’il ne contient pas de levure, il est

aéré et rempli de vitamine C. Le pain,

l’huile et les produits cosmétiques sont

bons pour la peau et ils sont obtenus à

partir de restes! Et pour couronner le

tout, Paul Mathieu expédie ses articles

par la poste dans toute la Suisse.

www.baeckerei-mathieu.ch

8


Rock’n’roll jusqu’au

moindre détail

Priscilla Mayor s’est spécialisée dans

la fabrication de sangles pour guitare.

Précision

et esprit

d’équipe

Anzère | Aux Etats-Unis, c’est un

business florissant et c’est au pays de

tous les possibles que Priscilla Mayor a

découvert des sangles de guitare

minutieusement réalisées à la main.

Aussitôt, elle a su qu’elle se consacrerait

à cet artisanat. La jeune trentenaire n’a

pas hésité longtemps et s’est lancée dans

cette nouvelle aventure. Ce n’est

pourtant pas le fruit du hasard si cette

excellente chanteuse et guitariste a

choisi cette activité, car son père n’est

autre que le rockeur, bluesman et

amoureux de la Suisse romande Paul

Mac Bonvin. Grâce à sa créativité,

Priscilla Mayor – qui est récemment

devenue maman – parvient à conjuguer

toutes ses passions. Sa marque Blackdust

propose différents modèles, mais la

spécialiste réalise volontiers des sangles

en fonction des désirs de ses clients.

www.blackdust.ch

Curling | Le curling séduit un nombre

croissant de fans et s’est aujourd’hui imposé

comme un sport populaire. Plusieurs

destinations et halles de curling convient

en hiver leurs hôtes à pratiquer ces

disciplines ou à faire leurs premiers pas sur

la glace. Il s’agit notamment de l’Iischi Arena,

à Brigue-Glis, des patinoires de Saas-Fee,

de Zermatt, d’Obergoms, de l’Aletsch

Arena, de Verbier, de Champéry, de Crans-

Montana et d’Hérémence. A l’Iischi Arena,

par exemple, des joueurs actifs, des

débutants, des amateurs, des enfants et

des jeunes peuvent profiter de temps de

jeu adaptés, d’un équipement de qualité,

de remarquables conditions de glace et de

prix attractifs. Sans oublier à Champéry la

piste de curling du Palladium, la patinoire

où Stéphane Lambiel entraîne des athlètes

de niveau mondial. Les enfants dès 9 ans

peuvent aussi s’y essayer au curling, une

discipline qui requiert précision, esprit

d’équipe et concentration. Pour toutes les

catégories et tous les âges, il s’agit d’une

excellente occasion de découvrir un

nouveau sport et d’apporter un changement

bienvenu dans le programme des vacances.

www.valais.ch/curling

Photos: ©Valais/Wallis Promotion - Sedrik Nemeth, HO, Getty Images

9


ÉTOILES

Bien équipé pour l’hiver

Avec son tour de cou, le Valais propose une protection

confortable et sûre contre le virus.

Sécurité | Un tour de cou au design valaisan

pour vivre un hiver sans souci et

se protéger de manière optimale sans

devoir renoncer au confort pendant les

journées passées sur les pistes. Il peut

être porté comme protection pour la

bouche et le nez, satisfait aux recommandations

de la Swiss National Covid-19

Science Task Force de l’OFSP et

il est soumis aux contrôles des Swiss

Quality Testing Services. Il est produit

par la jeune société valaisanne Hä?. «En

cette époque difficile, nous voulions aider

les entreprises locales à prendre un

nouveau départ. La collaboration avec

la maison Hä?, établie dans le Haut-Valais,

représente un signe clair à cet

égard», relève Raphaël Favre, directeur

10

du secteur Brand Activation de Valais/

Wallis Promotion. Lavable à 60°C, le tour

de cou se décline en quatre motifs. Il est

disponible auprès de diverses destinations

valaisannes et partenaires. Valais/

Wallis Promotion le propose également

sur www.valais.ch au prix spécial de 29 fr.

90 au lieu de 39 fr. 90.

www.valais.ch


Cosmétiques

naturels

Musées,

concerts,

dialectes

Culture | De nombreuses destinations

valaisannes offrent des activités culturelles

gratuites et certaines organisent

même des visites thématiques, comme

Hérémence, qui convie à découvrir le village

entre passé et présent. Divers musées

bénéficient d’une entrée libre, dont

le Musée de Bagnes, le Musée en plein

air de Champéry, l’Espace Ella Maillart

à Chandolin ou les anciens greniers à céréales

du val d’Illiez. La passionnante exposition

multimédia Le monde de glace

du Bettmerhorn, dans l’Aletsch Arena,

peut aussi être visitée sans bourse délier.

La langue fait également partie de

la culture. Dans le Haut-Valais, Conches

fait figurer sur son site internet quelques

mots pour servir d’introduction au dialecte

local. Le Théâtre La Poste, à Viège,

propose régulièrement des pièces en

dialecte valaisan. Sur Instagram, le

compte Walliserditsch publie chaque

jour des expressions typiques des dialectes

du Haut-Valais. Le calendrier de

Culture Valais donne la liste de toutes

les manifestations culturelles du canton.

www.valais.ch/culture

www.culturevalais.ch

www.instagram.com/walliserditsch.ch

Sierre | Marion Constantin a trouvé sa

voie. Elle a monté de toutes pièces un

atelier pour confectionner des savons et

des produits cosmétiques. Le nom Le

Skáli de Khatone est inspiré par la mythologie

nordique. Les matières premières

sont entièrement naturelles et,

dans toute la mesure du possible, de

qualité bio. Marion Constantin a commencé

cette activité dans sa cuisine avec

l’appui de son mari, Olivier, droguiste de

formation. «Nous aimerions faire redécouvrir

la simplicité grâce aux recettes

et aux connaissances de nos ancêtres»,

explique Marion. Les produits portent

des noms tels que Walkyrie, Walhalla ou

Freyja. «Nous les réalisons notamment

avec du miel du Valais et du lait de

chèvre.» Les shampoings sous forme solide

contiennent de l’argile et des tensioactifs

extraits de la noix de coco.

www.skali.ch

Le Cervo ouvre

une nouvelle

décennie

Zermatt | Le Cervo Moutain Resort a développé

un concept d’accueil adapté au

temps du coronavirus sous le nom de Democratic

Mountain Community. Les

membres enregistrés sur ce site bénéficient

d’un accès exclusif pour les réservations

en ligne à l’espace dédié à l’aprèsski.

En retenant une table pour six personnes

au maximum, le convive évite les

files d’attente et ses données de contact

pour le tracing sont automatiquement saisies

à son arrivée. De surcroît, le Cervo

fête l’entrée dans une nouvelle décennie.

Pendant l’été, l’établissement a été rénové,

transformé et agrandi. Le Mountain

Ashram Spa, les trois restaurants ainsi

que des chambres et des suites supplémentaires

ont permis d’élaborer une offre

qui s’adapte parfaitement aux exigences

et aux désirs des hôtes. Les principes du

développement durable figurent toujours

au cœur de l’attention. Avec une pompe

à chaleur, un système de récupération de

la chaleur et des panneaux photovoltaïques,

l’hôtel parvient à couvrir jusqu’à

95% de l’énergie requise pour la production

d’eau chaude et le chauffage.

www.cervo.ch

Photos: @Valais/Wallis Promotion - Sedrik Nemeth, Bernard van Dierendonck

11


L I B E RT É

ET SECURITÉ

Afin que les skieurs puissent dévaler les pentes

en toute sérénité, des professionnels comme

Paul-Victor Amaudruz veillent à la sécurité.

Texte Monique Ryser Photos David Carlier

FREETRACK

Avec une trentaine de collaborateurs,

Paul-Victor Amaudruz sécurise le domaine

skiable de Verbier, y compris les freetracks,

les secteurs réservés aux freeriders.

12


13


FREETRACK

L

es journées de Paul-Victor Amaudruz,

responsable de la sécurité et des

pistes de Téléverbier, commencent

tôt le matin, entre 6 h et 6 h 30. Il est l’un

des premiers à arriver au bureau et à

procéder à une première évaluation de la

situation: enneigement, conditions

météorologiques, température, tout est

analysé. «Nous devons parfois faire sauter

une congère ou fermer partiellement un

secteur», explique-t-il. Ensuite, il chausse ses

skis et emprunte les pistes qui requièrent

un contrôle plus détaillé. «Cette étape peut

donner lieu à des adaptations sur les

parcours.» Le responsable est secondé par

une trentaine de collaborateurs qui ne

ménagent pas leurs efforts, jour après jour,

pour assurer la sécurité des skieurs.

Paul-Victor Amaudruz effectue ce travail

depuis presque trente ans. Il connaît

parfaitement la montagne, voit et perçoit

davantage que les gens de la plaine. Il sait

qu’un principe s’impose en altitude: respect

et précaution. A Verbier, les skieurs et les

snowboardeurs peuvent s’élancer sur 250

kilomètres de pistes. Néanmoins, les fans

de poudreuse sont de plus en plus

nombreux à s’écarter des tracés balisés afin

d’évoluer sur les pentes vierges du domaine

skiable. «Cette attitude peut être

problématique», relève Paul-Victor

Amaudruz. Conscient de cette tendance, il

admet cependant être lui aussi sensible à

l’appel des vastes étendues d’or blanc.

«Quand il a neigé pendant la nuit, il n’est rien

de plus beau que de dessiner son sillage sur

ce tapis d’un blanc étincelant.» Toutefois,

cette liberté ne peut exister qu’à la condition

de ne pas courir de risques soi-même ni

d’exposer les autres au danger. Actuellement,

environ un quart du domaine skiable entre

dans la catégorie des freetracks. Ces

secteurs clairement signalés ne sont pas

préparés, mais uniquement sécurisés. «Je

recommande à tous les adeptes du freeride

de choisir cette option, qui permet de

goûter aux sensations procurées par le horspiste

sans pour autant mettre les autres

skieurs en péril.» En effet, il arrive que les

freeriders déclenchent des avalanches qui,

dans le pire des cas, peuvent atteindre des

pistes intensément fréquentées.

De nombreux skieurs ignorent que des

vérifications quotidiennes sont effectuées

dans tous les domaines skiables et qu’il est

souvent nécessaire de déclencher des

coulées afin de garantir leur sécurité. «En

fonction des conditions météorologiques,

nous utilisons jusqu’à 10 tonnes d’explosifs

par année», explique Paul-Victor Amaudruz.

Quelque 250 dispositifs fixes assurent les

zones qui doivent être sécurisées en

permanence, tandis que des charges

complémentaires sont acheminées par

hélicoptère. Dans les endroits difficiles

d’accès, les spécialistes recourent au

Gazex. Les réservoirs contenant ce mélange

explosif sont remplis au cours de l’été. Il

suffit dès lors d’un signal radio pour

provoquer une explosion contrôlée

pendant l’hiver, à environ 3 mètres au-

2

1 La télécabine

de Téléverbier

conduit le personnel

de sécurité au sommet

de la montagne. 2 Paul-Victor

Amaudruz et l’un de ses collaborateurs

préparent une charge explosive utilisée

de manière préventive pour écarter

le danger de possibles avalanches

ou congères. 3 Les freetracks

sont réservés

aux skieurs

confirmés!

1

14


3

«En montagne,

respect

et précaution

sont

des principes

directeurs.»

Paul-Victor

Amaudruz

15


FREETRACK

16


Paul-Victor Amaudruz, responsable de la sécurité,

se montre attentif. Avec près de 30 années

d’expérience, ce véritable montagnard peut

«lire» les pentes du domaine skiable de Verbier.

Il sécurise ici les pistes et les freetracks situés

en contrebas de zones rocheuses.

17


FREETRACK

1

«Avec

les freetracks,

nous avons

développé

une offre

qui allie sécurité

et liberté»

18


1 Une

liberté absolue

dans le silence d’une

nature intacte. 2 Paul-Victor

Amaudruz dans le téléphérique

du Mont-Fort à 3330 mètres d’altitude.

La vue est à couper le souffle. 3 Le

responsable de la sécurité comprend

l’envie des freeriders. Il précise

cependant: «La liberté n’existe

que si je ne mets

personne en

péril.»

2

3

dessus du manteau neigeux. «Nous utilisons

également le Gazex sur les parcours des

dameuses utilisées par nos collaborateurs

pour préparer les pistes aux petites heures

de la nuit.»

Les patrouilleurs sont minutieusement formés.

Ils apprennent à connaître les propriétés

de la neige, ils se familiarisent avec le

maniement des explosifs et acquièrent des

connaissances médicales de base ainsi que

des notions fondamentales de droit.

Chaque année, les professionnels du domaine

skiable de Verbier 4 Vallées prennent

en charge entre 600 et 800 blessés. Les

jours de forte affluence, 25 000 personnes

peuvent se trouver silmultanément sur cet

immense paradis pour skieurs.

Les responsables de la sécurité de tout le

Valais entretiennent des contacts fréquents

et réguliers. Ils sont regroupés au sein d’une

19

association qui accueille également leurs

confrères des régions avoisinantes de

France et d’Italie. «C’est essentiel, car nous

sommes confrontés aux mêmes défis.» Partout,

l’envie de skier hors des pistes s’est accentuée

et les sportifs sont toujours plus attirés

par une nature vierge. «Avec les freetracks,

nous avons élaboré une offre qui associe

sécurité et liberté.»

Le domaine de Verbier 4 Vallées n’est pas

le seul à s’être transformé en un paradis du

freeride. A Zinal comme à Zermatt, les

adeptes de liberté trouvent désormais des

espaces sécurisés pour la pratique du horspiste.

Neuf places d’atterrissage dédiées à l’héliski

permettent aux freeriders confirmés de

tracer leur sillage dans une neige immaculée.

Plusieurs domaines skiables valaisans

proposent en outre des descentes rapides

sur des fatbikes plutôt qu’à skis. Les

passionnés de montagne qui souhaitent se

familiariser avec les instruments de

recherche de victimes d’avalanche (DVA)

avant de s’élancer dans la neige peuvent le

faire dans les Safety Parks valaisans, qui sont

désormais au nombre de trois: à Verbier, à

Zinal et aux Crosets.

Cependant, il est toujours aussi agréable de

dévaler les pistes, surtout lorsqu’on partage

ce plaisir en famille. Le Valais compte pas

moins de 36 domaines skiables et 2000

kilomètres de tracés balisés. Les

45 majestueux sommets qui culminent à

plus de 4000 mètres composent un décor

unique et un terrain d’aventures presque

infini pour les fans de sports d’hiver. Le

Valais possède les domaines skiables les

plus hauts de Suisse et garantit ainsi

d’excellentes conditions d’enneigement.

Pour varier les plaisirs, les skieurs peuvent

aussi délaisser les pentes vierges pour

emprunter une descente de rêve qui s’étend

sur 25 kilomètres sans recourir au moindre

remonte-pente. Cette piste mythique se

trouve dans la région du Cervin et débute

à la station Matterhorn Glacier Paradise

pour s’achever à Zermatt. Et si vous préférez

rester à Verbier, lancez-vous sur la piste de

10 kilomètres qui relie Les Attelas à Verbier.

Vos jambes s’en souviendront – presque

autant qu’après une descente en freeride.


Germaine Cousin-

Zermatten a retrouvé

et réuni des recettes

de santé séculaires.

VALAISANNE

20


Un savoir

ancestral

Germaine Cousin-Zermatten a 95 ans, mais

elle affiche la forme d’une jeune fille. Son secret:

la prévention à l’aide de remèdes naturels.

Texte Monique Ryser Photos Sedrik Nemeth

Astragale pois chiche

(«Astragalus cicer»)

Elle est aussi appelée herbe

miraculeuse. En bain, pommade, huile,

elle soulage en cas d’abcès, de foulure,

de blessure et de douleur. Parties

utilisées: fleurs, feuilles, racines.

A

la fin de notre conversation,

Germaine Cousin-Zermatten prononce

une phrase dont on ne sait

s’il convient de la prendre au sérieux ou de

l’accueillir avec un bon rire: «Comme nous

apprenons chaque jour, il vaut mieux mourir

le soir que le matin afin d’avoir l’occasion

d’étendre encore nos connaissances.»

Nous retrouvons Germaine Cousin-

Zermatten avec son fils Raymond dans un

petit chalet situé juste au-dessous de leur

maison de Saint-Martin. C’est là, sur une

pente qui surplombe le val d’Hérens, qu’ils

ont installé leur bureau. Depuis quelques

années, Raymond Cousin seconde sa mère

et il lui appartient de poursuivre son œuvre.

Il y a fort longtemps que Germaine Cousin-

Zermatten s’intéresse aux plantes, à leurs

usages et à la manière d’en extraire la substance

active. «Ma mère et ma grand-mère

possédaient de vastes connaissances sur

le recours aux remèdes naturels. Un jour,

j’ai réalisé que ce savoir était en voie de disparition.»

Germaine Cousin a donc résolu

de se rendre de village en village afin de recueillir

les recettes, les conseils et les astuces

des anciennes. Les sages-femmes ont

représenté une autre source d’informations,

car elles étaient souvent les seules à

posséder des connaissances médicales

dans leur région. Elle a également consulté

des ouvrages sur de récentes découvertes

scientifiques, elle n’a pas hésité non

plus à se familiariser avec d’autres traditions

séculaires et a suivi une cure ayurvédique

en Inde. «J’ai longuement conversé

avec le médecin sur place et nous nous

sommes rendu compte que nous partagions

de nombreux principes communs.

Pour nous préserver des maladies, nous devons

prendre soin de notre santé.» Pendant

plusieurs années, Germaine Cousin a par-

Photo: DR

21


Remèdes

naturels

Abricots secs

(fatigue et cholestérol)

Ingrédients | Abricots secs, eau.

Recette | Mettre dans un grand verre

d’eau le soir au coucher 3 à 6 moitiés

d’abricots secs. Laisser tremper toute

la nuit. Le matin, à jeun, manger

les fruits trempés et boire toute

l’eau de trempage. Cure de 3 semaines,

qui peut être prolongée sans pause

en cas de nécessité.

Thé aux oignons (grippe et rhume)

VALAISANNE

Ingrédients | 1,5 l d’eau, 6 oignons,

1 poignée de baies de genièvre,

2 pointes de couteau de muscade

râpée, 4 feuilles de laurier, 10 clous

de girofle, 5 bâtons de cannelle, miel,

6 citrons.

Recette | Cuire les oignons coupés

en 4 ou en 6 à feu doux pendant

25 min avec les épices. Filtrer, ajouter

le jus de citron, verser dans

un thermos et le boire dans

la journée. Sucrer chaque tasse

avec 1 c. c. de miel.

Rhume

Sauge («Salvia officinalis»)

Aussi appelée herbe sacrée ou thé

de Provence. Elle possède

des propriétés antiseptiques

et antispasmodiques, elle agit

contre la transpiration excessive.

Utilisée en tisane, huile, sirop ou liqueur.

Ingrédients | 1 pincée de sauge

officinale, impératoire ou de thuya,

un bol d’eau chaude, térébenthine

médicinale.

Recette | Faire une infusion avec

une pincée de l’une ou l’autre

des plantes et rajouter quelques

gouttes de térébenthine médicinale.

Se pencher sur le bol, recouvrir

la tête d’un linge et respirer

profondément la vapeur de l’infusion

pendant 5 min.

Enrouement

Ingrédients | 1 pincée d’aigremoine

ou de géranium robert, 1 c. c. de miel,

1 citron, 1 tasse d’eau.

Recette | Faire l’infusion avec la plante

choisie, infuser 10 min, ajouter le jus de

citron et le miel. Se gargariser plusieurs

fois par jour, et en prendre plusieurs

fois par jour (1 c. s. pour adulte,

1 c. c. pour enfants).

22


Raymond Cousin

avec sa mère

Germaine

lors de leur

promenade

quotidienne.

Impératoire

(«Peucedanum ostruthium»)

Elle possède des propriétés apéritives,

dépuratives et expectorantes,

sous forme de bain, cataplasme,

huile, pommade, sirop ou tisane.

Parties utilisées: fleurs, feuilles, racines.

ticipé à de nombreuses émissions de télévision.

Aujourd’hui, elle continue à donner

régulièrement des cours.

Au fil des années, elle a réuni un immense

trésor de recettes qui agissent de manière

préventive et a publié un ouvrage afin de

partager son savoir. «Il est illusoire de vouloir

guérir une maladie sans prêter attention

à son alimentation et à son mode de

vie.» Raymond Cousin met ce principe en

pratique et jeûne un jour par semaine.

«Cette trêve bienvenue pour le corps nous

aide également à choisir nos aliments avec

davantage de conscience.» Pour sa part,

Germaine Cousin-Zermatten suit systématiquement

une cure au printemps et en

automne. «En premier lieu, il s’agit de

désintoxiquer les organes et, dans une

deuxième étape, de renforcer le corps dans

son ensemble. Les changements de saison

représentent un moment idéal à cet effet,

car l’organisme doit s’adapter à de nouvelles

conditions.» Germaine Cousin sait

qu’elle bénéficie d’une situation privilégiée.

Ici, dans les montagnes, l’eau et l’air sont encore

purs et l’environnement immédiat lui

procure tout ce dont elle a besoin. Elle

cueille elle-même les plantes qu’elle utilise

et, comme tous les montagnards, elle est

sans cesse en mouvement. Dans un tel

contexte, il est plus simple d’éviter les maladies

dites de civilisation.

Malgré son âge, elle ne s’imagine pas mourir

dans un proche avenir. La spécialiste des

plantes se confie: «Je n’ai pas peur de la

mort et je sais que je m’en irai en parfaite

santé», déclare-t-elle avec une lueur

espiègle dans le regard. Souhaitons-lui

donc de quitter cette terre le plus tard

possible, mais au soir venu afin de profiter

de cette dernière journée pour étendre

encore son savoir.

Photos: DR (2)

23


SKIDE

RANDONNÉE

R E TO U R

AUX SOURCES

Séverine Pont-Combe est l’une

des meilleures ski-alpinistes

du monde. Partons à la découverte

de ses traces à Crans-Montana.

Texte Monique Ryse Photos David Carlier

24


Le Rando Parc

de Crans Montana

propose 15 parcours différents.

Les débutants peuvent s’initier au ski

de randonnée et les pros profiter

de parcours d’entraînement pour

les grandes courses. Les chemins

sont sécurisés mais

non préparés.

25

Séverine Pont-Combe est l’une des

meilleures représentantes d’une

discipline très peu médiatisée: le ski

de randonnée, appelé officiellement skialpinisme.

Une dénomination explicite. Il

s’agit bien d’escalader des montagnes autrement

inaccessibles sinon chaussé de

skis de randonnée garnis de peaux de

phoque avec le plaisir d’être le premier à

laisser ses traces dans la neige là où peutêtre

personne n’est jamais allé auparavant

ou du moins très peu avant nous. Cela

semble épuisant? Ça l’est. La légendaire

Patrouille des Glaciers représente la plus

ardue de ces courses de montagne. Inventée

par les militaires pour les militaires, elle

est aujourd’hui ouverte à tout le monde.

Par deux fois, Séverine Pont-Combe a

mené le groupe des femmes de la Patrouille

et l’a remportée les deux fois avec

des temps record. En 2006 avec Catherine

Mabillard et Gabrielle Magnenat et

en 2008 avec Nathalie Etzensperger et

Gabrielle Magnenat. Elle est également

montée deux fois sur le podium de la compétition

de la Pierra Menta, en Savoie, un

des parcours les plus difficiles avec celui

de la Patrouille. Elle détient aussi un titre

de championne du monde ainsi que de

nombreuses victoires dans différentes

courses. Nous la rencontrons aujourd’hui

chez elle au Rando Parc de Crans-Monta-


SKIDE

RANDONNÉE

1

2

1 Se

reposer,

admirer le paysage

et se restaurer

sont également importants

lors d’une randonnée à skis. Séverine

Combe-Pont et son mari n’y

manquent pas. 2 Séverine montre sur la carte

les 15 kilomètres du parcours balisé du Rando

Parc. Les traces sont laissées par

les premiers randonneurs du

matin. 3 Séverine fait un

tour de contrôle

du Rando

Parc.

26


«L’équipement doit être léger,

tout spécialement pour

les enfants. Mieux vaut

d’abord le louer afin

de pouvoir le tester»

3

na, où petits et grands, jeunes et plus âgés

peuvent se laisser séduire par sa passion.

Séverine et son mari, Nicolas Combe, ont

souhaité rendre le ski de randonnée

accessible à tout le monde. «Nous avons

reçu le soutien de Crans-Montana

Tourisme, des remontées mécaniques et

de Crans-Montana Exploitation. C’est

grâce à ces collaborations que nous avons

pu réaliser notre rêve», explique Séverine

Combe-Pont. Les visiteurs ont le choix

entre 15 itinéraires de ski de randonnée, du

bleu au noir. «Chacun et chacune devrait

s’essayer au ski de randonnée, conseille-telle.

C’est un retour à la source des sports

d’hiver. Avec des peaux sous les skis, on

avance à son rythme, en dehors des pistes

balisées, jusqu’au sommet des montagnes.»

Certes, c’était souvent difficile en

compétition, mais elle s’est toujours

dépassée en se disant: «Quelle chance j’ai

de pouvoir aller de l’avant en pleine nature

grâce à mes propres forces.»

Elle offre aujourd’hui quelques conseils aux

débutants: «Le matériel doit être léger.

L’équipement, sans être nécessairement

professionnel, doit être adapté.» Le mieux

est de commencer par louer son équipement

afin de le tester et de se rendre

compte avec lequel on se sent le mieux. Et

surtout, l’important, c’est «de le faire tranquillement,

de ressentir son corps et

d’avoir du plaisir». Mieux vaut commencer

par les parcours bleus adaptés à tous les

27

niveaux et ensuite s’engager sur un chemin

plus difficile. «Sinon, on risque de perdre

le plaisir.» Les enfants aussi peuvent faire

de la randonnée à skis. Les Combe ont

deux filles qui, depuis leur plus jeune âge,

les accompagnent en randonnée. Au village,

Séverine et son mari proposent

chaque mercredi un entraînement pour les

enfants, qui est très apprécié.

Bruno Huggler, le directeur de Crans-

Montana Tourisme, s’est laissé séduire

par la randonnée à skis. «Grâce à Séverine,

nous avons été parmi les premiers à

proposer un Rando Parc. Cela m’a motivé.»

Bruno Huggler s’est préparé, à l’aide

de spécialistes, à la petite Patrouille

des Glaciers, allant d’Arolla à Verbier.

«Nous constatons que de plus en plus de

gens s’intéressent au ski de randonnée.

C’est le sport idéal actuellement, qui

permet d’être dans la nature, d’éviter les

foules et de s’offrir une belle descente sur

les pistes.» Le Rando Parc de Crans-

Montana dispose de plus de 40 km de

chemins balisés et sécurisés. Les plus

expérimentés qui souhaitent marcher sur

les traces de Séverine choisiront le

parcours X’trême, avec 3000 de d+ et

quatre montées.

www.crans-montana.ch

D’autres destinations de randonnée

à skis avec Rando Parcs

en page suivante.


SKIDE

RANDONNÉE

AROLLA

Comparer son temps grâce aux balises

à code QR

Le parcours balisé Arolla Rando fait environ

4,5 kilomètres et longe la piste des Fontanesses

jusqu’à la Buvette des 3000. Il faut

entre 1 h 30 et 2 h 30 pour la montée, selon

le rythme de chacun. Le parcours est

équipé de balises à code QR, qui permettent

de se chronométrer et de se comparer

avec les autres randonneurs sur l’application

Evotrail. Pour les sorties nocturnes,

un parcours entre Lannaz et Chemeuille

est proposé le mercredi soir.

www.arolla.com

VERBIER

Grimper à 2200 mètres d’altitude

Le domaine skiable de Verbier propose

sept Touring Tracks sécurisées. La longueur,

entre 1 h 30 et 3 h 30, ainsi que le niveau

de difficulté sont très différents d’un parcours

à l’autre. Certaines montées accusent

un dénivelé de 1000 mètres et

culminent à 2200 mètres. Le tracé sécurisé

reliant La Barmassse à la cabane Brunet

est l’un des tronçons de l’Intégrale du Rogneux,

célèbre course de ski-alpinisme. Dès

le mois de janvier, le secteur de Savoleyres

et le restaurant de Savoleyres sont ouverts

aux amateurs de randonnée nocturne

jusqu’à 21 h.

www.verbier.ch

VEYSONNAZ

Avaler 740 mètres de dénivelé

Au départ de la route des Mayens-del’Ours,

un itinéraire de randonnée intermédiaire

balisé en jaune et noir est conçu spécialement

pour les randonneurs à skis. La

montée s’effectue en dehors des pistes

entre chalets et forêt et requiert environ

deux heures pour 740 mètres de dénivelé.

La station offre également une randonnée

de nuit tous les mardis entre décembre et

fin mars sur la piste des Mayens, une montée

nocturne sans dameuses de 17 h à

21 h 30. Cette ascension de deux heures nécessite

une lampe frontale. A cette occasion,

le restaurant Mont Rouge, situé au

sommet de la piste, est ouvert jusqu’à

21 h 30.

www.veysonnaz.ch

NENDAZ

Découvrir les nouveaux itinéraires de

randonnée

Cet hiver, Nendaz propose pour la première

fois quatre itinéraires de ski de randonnée

d’une distance totale de 15 kilomètres. Ces

parcours, balisés en partenariat avec Movement

Skis, sont de niveaux différents, bleu,

rouge et noir. L’un des tracés débute à

Haute-Nendaz, les trois autres à Siviez. Les

descentes se font sur le domaine skiable.

www.nendaz.ch

TORGON

Randonnées balisées et sécurisées

Le Rando Parc de Torgon est constitué de

trois itinéraires de randonnée balisés de

différents niveaux (bleu, rouge et noir). L’ensemble

du parcours de 15 kilomètres est

prévu pour les débutants comme pour les

avancés. Pour réaliser chaque itinéraire, il

faut compter entre 1 h 15 et 1 h 45.

www.torgon.ch

ANNIVIERS

Découvrir le parcours entretenu par

des pros

Le domaine skiable de Saint-Luc/Chandolin

offre 27 km de randonnées balisées

pour tous les niveaux avec plus de

4000 m de dénivelé au total. Les itinéraires

sont entretenus par deux athlètes

de renom: Florent Troillet, ancien champion

du monde et vainqueur de la Patrouille

des Glaciers, et Maximilien

Drion, vainqueur de la petite Patrouille

des Glaciers en 2018.

www.valdanniviers.ch

28

VERCORIN

Randonner de nuit le mardi

Le nouveau Rando Parc de Vercorin

offre deux itinéraires balisés pour les

adeptes de ski de randonnée. Les deux

parcours comptent 1000 mètres de dénivelé

positif chacun et se terminent au

restaurant d’altitude du Crêt-du-Midi.

D’une difficulté moyenne, ces tracés

passent par l’alpage de Tracuit ou par

l’entrée du vallon de Réchy. A noter également

que tous les mardis soir la piste

principale Vercorin-Crêt-du-Midi est ouverte

jusqu’à 22 h pour la rando nocturne.

www.valdanniviers.ch

MORGINS

S’initier à la randonnée à skis

Le Rando Parc powered by Movement

Skis du domaine skiable des Portes du

Soleil à Morgins s’adresse aux randonneurs

à skis de toute catégorie avec deux

pistes bleues, trois rouges et une noire.

Les randonnées au dénivelé moyen de

600 mètres durent entre 1 h 30 et 2 h 45.

C’est le lieu d’entraînement idéal avant

d’entamer une expédition autour du massif

des Dents-du-Midi.

www.regiondentsdumidi.ch

L E S

MARÉCOTTES

Monter à son rythme

Au départ de la Chaulée, dans la vallée

du Trient, le parcours se compose de

trois tronçons différents: la Chaulée d’en

bas, la Chaulée d’en haut et la Chaulée

neuve. Une partie est facile à réaliser,

l’autre un peu plus ardue. Le chemin, intégralement

balisé en rose, se situe hors

des pistes, à l’exception de quelques traversées

signalées. Il faut compter environ

2 h 30 pour le parcourir dans son intégralité

à un rythme moyen.

www.telemarecottes.ch


Il est le premier conseiller national vert du Valais:

Christophe Clivaz a été élu au parlement après avoir

été chargé du Département de l’urbanisme pendant

onze ans au Conseil municipal du chef-lieu valaisan. Le

politologue et professeur d’économie touristique évoque

les changements intervenus dans le secteur du voyage

avec le coronavirus, l’esprit d’innovation, le foisonnement

de start-up et le caractère urbain du Valais.

INTERVIEW

Christophe

Clivaz

Interview: Monique Ryser

Photos: Sedrik Nemeth

30


31


INTERVIEW

L

a Suisse a manifesté son étonnement

lors de l’élection d’un Vert valaisan au

Conseil national. Le Valais lui-même

a été moins surpris, car cet homme de

51 ans s’était déjà forgé une solide réputation

comme membre de l’exécutif de la ville

de Sion. Christophe Clivaz est politologue

et enseigne à l’Institut de géographie et durabilité

de l’Université de Lausanne, qui

possède une antenne à Sion. Spécialiste du

tourisme dans les régions alpines, il s’intéresse,

avec ses étudiants, à la pandémie de

coronavirus et à ses répercussions sur le

secteur du voyage. Il se demande notamment

si la crise actuelle peut représenter

une chance pour promouvoir un tourisme

plus durable et plus écologique.

32

Abordons immédiatement la question

fondamentale: la crise que nous

traversons modifiera-t-elle notre relation

aux vacances et aux escapades

de quelques jours?

CHRISTOPHE CLIVAZ: Nous l’avons

déjà constaté cette année. En raison de

la fermeture des frontières, des restrictions

de voyage et des quarantaines, de

nombreux Suisses ont redécouvert leur

pays. Des personnes qui avaient l’habitude

de se rendre régulièrement dans

des pays lointains se sont soudainement

rendu compte que la Suisse abonde en

régions et lieux superbes. Personne ne

peut cependant prédire si cet engouement

entraînera des changements durables.

Néanmoins, plus les mesures

s’imposeront dans la durée, plus nos

comportements se modifieront à long

terme. Au cours des dernières années,

les Suisses ont dépensé environ 1 milliard

de francs de plus pour des vacances

à l’étranger que dans le tourisme

national. Ce secteur possède donc un

indéniable potentiel de croissance.

Les voyages et la découverte de

contrées inconnues permettent pourtant

d’élargir ses horizons.

CC: Oui, en théorie, mais ce n’est certainement

pas le cas quand on prend un

vol de dix heures à destination des Seychelles

ou de l’île Maurice pour simplement

bronzer sur une plage. Avec la loi


«Notre pépinière

de start-up

fait partie

des meilleures

de Suisse»

Christophe Clivaz

à la médiathèque

de Sion. «Le Valais

est aussi urbain et riche

en activités culturelles.»

sur le CO 2

, le parlement a désormais

adopté une taxe sur les billets d’avion.

Elle contribuera à rendre plus attractives

les vacances en Suisse. Il ne faut pas oublier

que les comportements que nous

jugeons normaux dans le domaine de la

mobilité datent d’une trentaine d’années

seulement. L’humanité n’a jamais autant

voyagé qu’aujourd’hui. L’effondrement

du bloc de l’Est, l’ouverture des frontières

et la baisse des tarifs dans le secteur

aérien ont conduit à cette situation

unique dans une perspective historique.

Comment rendre le tourisme de montagne

encore plus attractif ?

CC: Il est nécessaire de mieux associer

les offres et de proposer de vivre des

expériences. De nombreuses personnes

sont venues en Valais comme touristes

et ont fini par s’y établir, car elles sont

tombées sous son charme. Aujourd’hui,

les visiteurs souhaitent connaître les

mêmes expériences et cette attitude est

assurément bénéfique pour une région

telle que le Valais. Il est possible

d’atteindre cet objectif par le sens de

l’accueil, les produits du terroir et une

qualité de vie. Il nous faut cependant

mieux associer les offres et les lieux. Les

voyageurs apprécieraient de séjourner

dans une localité de montagne, de

dévaler les pistes ou de faire une

randonnée pendant la journée avant

d’aller au cinéma ou d’assister à un

concert en soirée. Des discussions sont

en cours afin de relier par des télécabines

les villes de la vallée du Rhône aux

villages sur les hauteurs. Un tel projet

peut sembler fou au premier abord mais

33

il aurait un impact favorable sur

l’environnement et représenterait une

attraction.

Quels sont vos conseils pour découvrir

le Valais?

CC: La visite en train des villes de la vallée

du Rhône: Brigue, Viège, Sierre, Sion,

Martigny. Ces cités historiques ont beaucoup

à offrir. Le Valais possède un vaste

éventail culturel et de nombreux lieux

intéressants d’un point de vue urbanistique.

Notre canton n’est pas uniquement

composé de montagnes et de glaciers,

nous sommes urbains, compétitifs économiquement

et avons de remarquables

instituts de formation avec des antennes

universitaires. Nous sommes aussi novateurs

et notre pépinière de start-up appartient

aux meilleures de Suisse.

Comme membre du Conseil municipal,

vous étiez responsable de l’urbanisme

à Sion. Quel aspect vous tenait

le plus à cœur?

CC: Septante pour cent de la population

valaisanne vit dans un environnement urbain.

Les habitants de la plaine du Rhône

ont besoin de cheminements rapides qui

puissent être parcourus à pied ou à vélo.

Avec le changement climatique, nous

devons en outre planifier davantage de

surfaces vertes, de zones arborées et de

végétalisations verticales afin de rafraîchir

les villes. A cet effet, nous travaillons

à un projet aux dimensions nationales.

Qu’est-ce qui vous manque quand

vous n’êtes pas en Valais?

CC: La lumière, car elle possède un éclat

particulier en Valais. Il est difficile de s’en

passer.


L E VA L A I S

SUR INSTAGRAM

PORTFOLIO

Le Valais inspire aussi les instagrameurs. On trouve sur

la très suivie plateforme populaire d’innombrables photos

de nature, plus impressionnantes les unes que les autres.

Sélection des plus belles images du Valais sur Instagram.

34


Lumière du soir sur le glacier

inférieur du Théodule, photo prise

depuis le lac de Riffel par Silvan

Widmer. @silvan_widmer

Le col du Grand-Saint-Bernard en

plein hiver. La photo est de David

Boraley, qui y est monté pour trouver

la tranquillité. @davidboraley

Photos: Silvan Widmer, David Boraley

35


PORTFOLIO

Photos: Dario Andermatten, Thomas Luisier

36


Des randonneurs à skis sur le glacier

d’Aletsch. La photo de Dario

Andenmatten rend compte

de la mesure de l’homme dans

la nature. @dario.andenmatten

Un lac rempli de magie. Le lac

de Derborence photographié par

Thomas Luisier. @thomas.luisier

37


«C’est pour

les montagnes

et les glaciers que

je reviens toujours

en Valais»

PORTFOLIO

38


Le glacier du Mont-Miné,

dans le val d’Hérens,

photographié en contre-jour

par Joni Hedinger, membre

du collectif The Alpinists.

@thealpinists

Photo: Joni Hedinger / The Alpinists

39


PORTFOLIO

Photos: Arnaud Dorsaz, Guillaume Dorsez

40


Une grotte naturelle du glacier

d’Arolla, dans le val d’Hérens,

vue par Arnaud Dorsaz. @nonodors

Vue aérienne du barrage d’Emosson,

dans la vallée du Trient. Guillaume

Dorsaz a saisi les derniers instants

avant la fermeture de la route

pour l’hiver. @gulph_

41


Le Valais comme

source s’inspiration

Texte Monique Ryser

PORTFOLIO

Grâce à Instagram, les amateurs de

photographie ont la possibilité de

partager leurs images avec un

grand nombre d’internautes. Le compte @

valaiswallis compte plus de 77 000 abonnés.

Près de 10 000 photographies ont été

publiées avec les hashtags #monhiverenvalais

et #meinwinterimwallis. Pour célébrer le

dixième anniversaire de la plateforme,

Valais/Wallis Promotion a souhaité publier

quelques photos postées sur Instagram.

Leurs auteurs nous racontent ici ce qui les

fascine en Valais.

Thomas Luisier: «Je viens souvent en Valais,

il y a tant à découvrir. Parfois, je me demande

si je vais avoir suffisamment de temps pour

tout voir», raconte le social media manager

originaire de Massongex, dans le Bas-Valais,

photographe amateur passionné. Le jeune

homme de 23 ans est fasciné par la diversité

du Valais, où il y a toujours quelque chose

de nouveau à découvrir.

David Boraley: A 35 ans et grâce à Instagram,

il a pu transformer sa passion en métier. «Je

suis autodidacte, j’ai tout appris à l’aide de

livres et de vidéos sur YouTube.» Il habite

à Port-Valais et passe son hiver chaussures

de ski aux pieds et snowboard sur le dos à

la recherche de belles descentes. Il aime

les montagnes, les forêts et… les apéros

valaisans!

Silvan Widmer: Le Saint-Gallois visite le

Valais au moins une fois par an. Il aime

particulièrement se rendre à Zermatt,

«parce que c’est l’endroit idéal pour ralentir

le rythme et que j’y ai rencontré beaucoup

de gens sympathiques». Le propriétaire et

directeur artistique d’une agence de

communication partage sur Instagram son

amour des montagnes.

Guillaume Dorsaz: Menuisier de 24 ans

originaire de Vollèges, en Valais, Guillaume

a une passion, la photographie. Il a d’ailleurs

à son actif une exposition collective avec

Steven Carrier, soutenue par Culture Valais.

Il aime les randonnées nocturnes: «Je

cherche toujours une ambiance particulière.»

Devant une fondue à la cabane Brunet, au

pied des Dents-du-Midi, aucun doute, «on

ne peut qu’aimer le Valais».

Joni Hedinger: Les montagnes, les glaciers

et les paysages exceptionnels attirent le

photographe de Rapperswil en Valais. Le

Saint-Gallois de 28 ans fait partie du

collectif The Alpinists et a fait la

connaissance de certains de ses collègues

sur Instagram. Il a d’abord pris ses photos

avec son iPhone. «L’aventure et les histoires

liées à chaque image m’attirent encore et

encore dans les montagnes.»

Arnaud Dorsaz: Les lieux encore vierges de

présence humaine fascinent l’étudiant de

Fully. Comme les grottes, avec leurs

empilements de murs de glace, qui lui

rappellent des églises. «C’est incroyable tout

ce que l’on peut découvrir au cours d’une

randonnée en Valais

Dario Andenmatten: Biologiste moléculaire

et cellulaire, le Valaisan habite et travaille à

Zurich. Tous les week-ends, il retrouve son

canton d’origine. «On rentre d’une excursion

en montagne le sourire aux lèvres et les

batteries rechargées. Depuis que j’habite à

Zurich, je remarque à quel point les

montagnes me manquent.»

Fabio Zingg: Il est l’un des influenceurs les

plus populaires de Suisse. «Je capture les

meilleurs moments de ma vie.» C’est ainsi

que le jeune homme de 21 ans explique son

succès. Si, en Valais, il existe encore des

vallées intactes, le Thurgovien avoue

apprécier aussi «ses châteaux, son vignoble,

ses lacs de montagne et son délicieux

fromage à raclette».

Les

photographes

aiment

la nature,

les montagnes,

les ambiances

et la diversité

qu’offre

le Valais.

Le Goms Bridge, pont suspendu

qui traverse le Rhône dans la vallée

de Conches, photographié

par Fabio Zingg du collectif

The Alpinists. @thealpinists

42


43

Photos: Fabio Zingg / The Alpinists


Promenades

et saveurs hivernales

KULINARIK

Pourquoi ne pas faire une agréable randonnée dans

la neige avant de s’accorder une pause gourmande

avec une vue à couper le souffle? Le Valais compte

75 restaurants mentionnés au GaultMillau, répartis

entre la plaine et les domaines skiables. En hiver,

il est possible de rejoindre certains d’entre eux par

des sentiers pédestres balisés. La marche à travers

les paysages hivernaux vers un restaurant

gastronomique ouvre l’appétit. «Zermatt est un cas

unique dans les Alpes, s’exclame Urs Heller, rédacteur

en chef du GaultMillau, et les cuisiniers n’hésitent pas

à relever les innombrables défis logistiques et

techniques afin d’assurer le bien-être de leurs hôtes.»

A lui seul, le hameau de Findeln compte non moins de

trois établissements figurant dans le célèbre guide

gastronomique: Chez Vrony, le Findlerhof chez Franz

et Heidi et le Paradies. Depuis Zermatt, le chemin

de Sunnegga conduit à ce paradis des gourmets.

A Crans-Montana, on peut se rendre directement de

Cry d’Er à l’hôtel Chetzeron. Et, sur

la route qui relie Belalp à Aletschbord, l’hôtel Belalp

accueille les randonneurs pour une halte historique

et gourmande.

Texte Manuela Lavanchy

Paradies: le petit mais excellent restaurant de

montagne est depuis peu géré par Chez Vrony et

porte désormais le nom @paradies. Vous y serez

reçu par Elias, le fils de Pirmin Zurbriggen.

www.paradies-zermatt.ch

44


45

Photo DR


KULINARIK

Photos Thomas Andenmatten, Tamara Berger, David Birri (2), Sedrik Nemeth, DR

RANDONNÉE HIVERNALE SUNNEGGA

Zermatt

Avec cette superbe vue, il est encore

plus agréable de gravir la montagne.

Après avoir passé le quartier de Winkelmatten,

le chemin continue dans la forêt

de Bann, qui offre une belle luminosité

en hiver alors que les mélèzes ont perdu

leurs aiguilles. De temps à autre, l’horizon

s’ouvre sur le Cervin. Une fois dépassé

la limite des arbres, les étendues de

neige scintillent. Arrivé à Findeln, le randonneur

est confronté à un choix cornélien:

dans quel restaurant reprendre des

forces? Car Findeln est tout bonnement

la Mecque des gourmets dans les Alpes.

Après une pause gourmande bienvenue,

il est temps de se remettre en chemin en

longeant la piste jusqu’à Sunnegga. De là,

le train permet de regagner confortablement

Zermatt. Consultez les horaires, ou

comptez environ une heure et demie

pour revenir en marchant à votre point

de départ.

Difficulté: moyenne

Longueur: 3,7 km

Durée: 2 heures

Point de départ et d’arrivée: Zermatt

en direction de Sunnegga

(par Winkelmatten)

Restaurants: dans le hameau

de Findeln Chez Vrony, Findlerhof

chez Franz et Heidi

R A N D O N N É E H I V E R N A L E

ALETSCHBORD

Blatten-Belalp

Depuis Blatten, près de Naters, le téléphérique

vous emmène jusqu’à Belalp, à

2094 mètres d’altitude. Sur la route qui

conduit à Aletschbord, à 2130 mètres,

vous ne vous élèverez que de 36 mètres.

Ainsi, l’essoufflement ne risque guère de

vous gâcher le plaisir lors de randonnée

hivernale. Il ne fait toutefois aucun doute

que vous aurez le souffle coupé en

contemplant le grand glacier d’ Aletsch, le

plus long des Alpes avec ses 23 kilomètres,

qui fait partie du site Jungfrau-

Aletsch inscrit au patrimoine mondial de

l’Unesco. Avec sa terrasse panoramique,

l’hôtel Belalp offre une vue exceptionnelle

sur les sommets valaisans qui culminent à

plus de 4000 mètres. Cet établissement

a ouvert ses portes en 1858 et a été minutieusement

restauré en 2015. Au début,

l’hôtel accueillait essentiellement des touristes

britanniques, souvent passionnés

d’alpinisme, à l’image du naturaliste irlandais

John Tyndall, qui a passé non moins

de 44 étés à Belalp.

Difficulté: moyenne

Longueur: 2,8 km

Durée: 50 minutes

Point de départ et d’arrivée: station

d’arrivée de Belalp en direction

d’ Aletschbord Belalp

Restaurants: hôtel Belalp

RANDONNÉE HIVERNALE CRY D’ER

Crans-Montana

Avec le téléphérique, vous atteignez Cry

d’Er, où vous trouverez le Cry d’Er Club

et le restaurant d’altitude. Depuis la

station, descendez en direction de

Chetzeron. Une grande partie du trajet

longe la piste de ski. Sur votre droite,

vous apercevrez au fond de la vallée le

barrage de Tseuzier, qui est formé par le

mur de retenue du Rawyl et produit de

l’électricité pour la région. Vous arriverez

bientôt au prestigieux hôtel Chetzeron,

dont la superbe terrasse offre une vue

dégagée. Poursuivez la randonnée

jusqu’à Merbé, la station intermédiaire

du téléphérique de Cry d’Er. Vous

pouvez raccourcir le parcours en prenant

la télécabine pour retourner à Crans-

Montana. La terrasse du restaurant

Merbé est aussi une invitation à une halte

détente. Vous parviendrez ensuite

au lac de Chermignon, où plusieurs

places de pique-nique sont à la

disposition des promeneurs. La dernière

descente vous amènera au centre de

Crans-Montana.

Difficulté: facile

Longueur: 7,3 km

Durée: 2 heures

Point de départ et d’arrivée:

Cry d’Er vers Crans-Montana

Restauration: hôtel Chetzeron

46


Findlerhof chez Franz et Heidi: une

harmonie parfaite entre la traditionnelle

cuisine suisse et des spécialités italiennes –

en été comme en hiver. L’établissement

affiche 14 points au GaultMillau..

www.findlerhof.ch

Hôtel Belalp: la demeure historique est située au

cœur du site Jungfrau-Aletsch inscrit au patrimoine

mondial de l’Unesco. Le restaurant panoramique

sert des produits et des vins du terroir avec

une vue unique sur le grand glacier d’Aletsch.

www.hotel-belalp.ch

Chetzeron: l’hôtel-restaurant Chetzeron, au-dessus

de Crans-Montana, occupe l’ancienne station

de Chetzeron du téléphérique du même nom

à 2112 mètres d’altitude. Il affiche 12 points

au GaultMillau et propose une vaste terrasse

avec une superbe vue sur les Alpes..

www.chetzeron.ch

Chez Vrony: situé à Findeln, à 2100 mètres

d’altitude, le restaurant est géré depuis plus

de cent ans par la famille Julen. Heinz, le frère

de Vrony, a conçu son aménagement. Récompensé

par 14 points au GaultMillau, cet établissement

propose la célèbre soupe au foin de Findeln et

des mets classiques.

www.chezvrony.ch

47


En collaboration avec

le Club des Entreprises

Production de vaccins contre le Covid-19:

le monde se tourne vers Viège

Grâce à un partenariat avec l’entreprise américaine Moderna,

Lonza produira prochainement un vaccin contre

le Covid-19. L’usine de Viège se prépare à l’installation

de plusieurs chaînes de production dans son bioparc Ibex.

Photo: DR

Grâce à un partenariat avec l’entreprise

américaine Moderna, Lonza

produira un vaccin contre le Covid-19.

L’usine de Viège se prépare à l’installation

de plusieurs chaînes de production

dans son bioparc Ibex.

Le 1er mai 2020, Lonza et Moderna ont annoncé

leur collaboration pour dix ans dans

le domaine de la production de vaccins, dont

le candidat de Moderna (mRNA-1273)

contre le nouveau coronavirus. Les vaccins

à ARNm présentent des avantages significatifs

par rapport aux sérums traditionnels. La

plupart des vaccins nécessitent de produire

le virus proprement dit ou des parties du virus.

Ils sont développés à l’extérieur de l’organisme

puis injectés afin de solliciter une

réponse du système immunitaire. Un vaccin

à ARNm, en revanche, utilise l’ARN messager

afin d’amener les propres cellules du

corps humain à développer une protéine virale

et ainsi à provoquer une réponse du système

immunitaire. Par rapport à d’autres

vaccins, le vaccin à ARNm a l’avantage d’être

particulièrement économique à fabriquer:

une zone de production relativement petite

et un personnel limité suffisent à l’élaboration

d’un nombre important de doses. Lonza

produit le principe actif au bioparc Ibex,

à Viège (trois chaînes de production), ainsi

qu’aux Etats-Unis, à Portsmouth, dans le

New Hampshire. Ibex® Solutions à Viège a

été conçu pour répondre à ces défis. Ce bioparc

permet à Lonza de réduire considérablement

le temps nécessaire à la construction

du site de production et lui donne la

D’abord producteur d’énergie, l’entreprise Lonza Group Ltd, créée il y a plus

de cent vingt ans, est aujourd’hui le partenaire mondial privilégié des marchés

de la pharmaceutique, des biotechnologies et des spécialités chimiques.

Le site de Viège est le plus grand de l’entreprise, avec plus de 3600 employés,

faisant de Lonza l’employeur de plus important du canton du Valais.

flexibilité d’installer un large éventail de technologies

de fabrication. Ces avantages sont

particulièrement importants aujourd’hui en

période de pandémie. Les chaînes de production

mises en place dans le cadre de

cette collaboration devraient être capables

de produire entre 500 millions et 1 milliard

de doses par an, dont environ 300 millions

fabriquées à Viège dans un premier temps.

Si nécessaire, il est également possible

d’étendre la production à des sites supplémentaires

au sein du réseau Lonza.

Aucune certitude encore quant à savoir

si le vaccin sera lancé sur le marché. Le

vaccin vient de passer le test de la phase

clinique 3, il devra encore répondre aux

procédures d’approbation réglementaires.

Ce serait d’ailleurs le premier vaccin à

ARNm à recevoir une autorisation

commerciale. A Viège, la production se

tient prête pour un usage commercial dès

la fin de cette année.

L’investissement dans ce projet sur le site de

Viège s’élève à 200 millions de francs suisses,

Lonza prenant en charge un tiers et Moderna

deux tiers des coûts engagés. De plus, la

production de vaccins sur ce site en pleine

expansion créera 200 nouveaux emplois.

Dans l’éventualité où Moderna gagnerait la

course au vaccin contre le coronavirus, le

gouvernement fédéral a déjà pris des dispositions

et commandé 4,5 millions de doses.

ÉCONOMIE

49


AMITIÉ

50


L E N O U V E AU

COPAIN DE FLO

Florent Massy et Reck attendent l’hiver

avec impatience. Le golden retriever

du patrouilleur-pisteur commencera bientôt

sa formation de chien d’avalanche.

Texte Manuela Lavanchy Photos Marco Schnyder

51

Reck est le successeur

de Shadow, qui a participé

à l’émission «Gens

d’hiver» de la RTS.


AMITIÉ

52


Reck remplace désormais

Shadow, célèbre pour

sa participation à l’émission

«Gens d’hiver» de la RTS.

Prendre congé de son fidèle

compagnon fut une épreuve

pour Florent Massy mais,

heureusement, Reck est

aujourd’hui à ses côtés.

U

ne dame s’adresse à Florent Massy

lorsque nous arrivons au barrage

de Moiry. «C’est le nouveau?»

Depuis la diffusion de l’émission de la RTS

Gens d’hiver, les passants le reconnaissent.

Florent acquiesce et présente son jeune

golden retriever: «Il s’appelle Reck et il fête

aujourd’hui son septième mois.» Plusieurs

fois par jour, des inconnus l’abordent. Il

n’est heureusement plus nécessaire de

toujours expliquer que Reck est le

successeur de Shadow. «Entre-temps, le

gens ont appris que Shadow n’est plus

parmi nous. Au début, c’était vraiment

difficile de devoir toujours raconter ce qui

lui est arrivé.» Shadow fut le compagnon

de Florent pendant onze ans, son collègue

de travail et son ami fidèle, celui qui le

suivait partout comme une ombre. Ils ont

participé ensemble à une dizaine

d’interventions à la recherche de victimes

d’avalanche. C’est ce duo que les

téléspectateurs ont découvert dans Gens

d’hiver. En janvier 2019, la RTS les a suivis

pendant leur semaine de préparation au

certificat permettant au maître et à son

chien de poursuivre leur travail de

sauveteurs en cas d’avalanche. Entre le

tournage et la diffusion de l’émission une

53

année plus tard, un malheur est arrivé.

Shadow a avalé quelque chose qui a

perforé son estomac et entraîné une

mauvaise infection. Bien qu’opéré à deux

reprises, Shadow ne s’en est pas remis. Il

souffrait, son cœur s’affaiblissait. Florent

et sa famille ont donc décidé d’abréger les

souffrances du chien et l’ont laissé partir.

«C’était horrible, comme si j’avais perdu un

fils, se souvient Florent. J’ai mis des

semaines à faire le deuil.» Aujourd’hui

encore, en racontant cette tragique

histoire, il a les larmes aux yeux. «Shadow

était un chien extraordinaire, extrêmement

chaleureux et sociable.»

Shadow était devenu un peu la mascotte

de Gens d’hiver. Lorsque ce fut au tour

de Flo, comme l’appellent ses amis,

d’accueillir dans son coin du val

d’Anniviers les six autres participants de

l’émission, Shadow a démontré une fois

encore ses compétences. En chien

d’avalanche expérimenté, il a réussi à

retrouver en un rien de temps les

fausses victimes d’avalanche jouées par

les participants. Florent, qui rêvait

depuis toujours d’être conducteur de

chiens d’avalanche, s’est lancé dans

l’aventure alors que Shadow était encore

jeune. Pendant toutes ces années

d’entraînement, une relation de

confiance et une forte connivence se

sont développées entre eux. «Nous

comptions l’un sur l’autre, raconte

Florent. Il savait parfaitement quand

c’était sérieux. Un regard suffisait pour

qu’il s’impatiente que je termine de lui

enfiler son harnais de travail afin de

pouvoir partir en mission.» Pour le chien,

ces interventions s’apparentent à un jeu,

avec en plus un généreux morceau de

cervelas offert une fois la tâche

accomplie. Le plus grand honneur pour

un conducteur de chiens est bien

entendu de pouvoir sauver la vie d’une

victime d’avalanche. Cela n’est jamais

arrivé à Florent et à Shadow. Un jour

peut-être son successeur aura-t-il cet

honneur? Dans un premier temps, Reck

doit être formé. En décembre, il passera

l’examen d’admission à la semaine de

formation de chien d’avalanche prévue


AMITIÉ

à la fin janvier 2021. Il doit prouver

qu’il est prêt à marcher sur les traces

de Shadow. Florent est confiant.

Reck est un chien équilibré,. Parent

lointain de Shadow, il provient du même

élevage. A 7 mois cependant, un chien

est encore en pleine puberté et teste les

limites.

Ce qui se remarque lors de notre

promenade au barrage de Moiry. «Viens

ici, copain», lui rappelle gentiment

Florent dès que Reck n’est plus dans son

champ de vision. «Avec un golden

retriever, il faut toujours être attentif

à ce qu’il mange, car ces chiens ont

une fâcheuse tendance à avaler tout ce

qu’ils trouvent, explique-t-il. Samedi

dernier, j’ai eu une grosse frayeur.

Reck a rongé du bois et a avalé un bout,

qui est resté coincé dans sa gorge à

quelques millimètres de l’artère carotide.

L’endroit a enflé. Cette mésaventure m’a

rappelé ce qui s’est passé avec Shadow.

Et le pire, dans cette histoire, c’est que

Shadow a été endormi ce même weekend

il y a un an. J’ai été tellement soulagé

de voir que Reck mangeait et jouait

normalement, donc qu’il allait bien!»

Reck a quand même dû être opéré

quelques jours après cette mésaventure

afin de retirer le bout de bois de sa

gorge. Depuis, il est de nouveau en

pleine santé.

Si Reck s’entend bien avec ses collègues

à quatre pattes de l’école de chiens

d’avalanche, il devrait pouvoir

entreprendre sa formation. C’est une

condition de base pour devenir chien

d’avalanche, il faut être sociable. Il doit

également connaître les ordres de base,

comme assis, couché et au pied. Ces

derniers mois, Florent, sa femme, Julie,

et leur fils de 12 ans ont travaillé ces

différentes injonctions avec leur chien.

«Pour que Reck s’habitue au froid, il dort

dehors, dans sa niche, et non pas avec

nous dans la maison», ajoute Florent.

C’est important pour ces chiens, qui sont

mis à rude épreuve lors d’une

intervention, mais également pendant la

semaine de formation, où l’animal doit

pouvoir passer plusieurs heures dans la

neige. Pendant son entraînement, il

devra apprendre à localiser le plus

rapidement possible les personnes

enfouies ou des objets leur appartenant

et à creuser de manière efficace. Le chien

va également devoir s’habituer à voler en

hélicoptère, où il doit rester tranquille

afin de ne pas actionner par inadvertance

des leviers ou des boutons de l’appareil

avec ses pattes ou en remuant la queue.

«Il faut trois ou quatre ans pour qu’un

chien d’avalanche arrive au meilleur

niveau, explique Florent. Shadow était

au top. Il méritait sa retraite.»

Pendant la saison d’hiver, Reck

accompagne Florent au travail tous les

jours mais reste dans le chenil de la

station afin de préserver ses forces s’il

devait intervenir. Pendant ce temps, son

maître, le patrouilleur-sauveteur, assure

la sécurité des pistes du domaine de

Grimentz-Zinal ou vient en aide aux

skieurs accidentés. A l’heure du

déjeuner, Florent retrouve son copain

Reck et les deux s’amusent dans la neige.

«Dès qu’il est loin de moi, il me manque»,

dit Florent en riant.

L’école de Siviez forme

les chiens d’avalanche.

Chaque année, trois

ou quatre nouveaux

conducteurs suivent

la semaine de formation

avec leur chien.

En janvier 2022, Reck

passera son examen

d’admission à l’école.

54


55


1

VIN

De véritables

cépages valaisans

La marque Valais est un symbole de qualité,

d’authenticité et de raffinement. Le païen de Madeleine

et Jean-Yves Mabillard-Fuchs fait désormais

partie de l’éventail de ce label.

Photos: Sedrik Nemeth

56


2

1 Madeleine et Jean-Yves

Mabillard-Fuchs

dans leur cave

de Venthône.

2 Moût de syrah dans

des barriques en bois.

Il se compose de la chair,

de la peau, des pépins

et du jus.

57


1

VIN

Etudiante, elle travaillait déjà dans

les vignes pour gagner son argent

de poche. Depuis toujours,

Madeleine Mabillard-Fuchs savait qu’elle

deviendrait vigneronne. «C’est un état

d’esprit, une manière d’être, et simplement

le plus beau métier du monde», déclare

la viticultrice, qui préside depuis 1993

avec son mari Jean-Yves aux destinées du

domaine qui porte leur nom. Auparavant,

l’œnologue, qui s’est formée à l’Ecole de

viticulture de Changins, a exercé son art

comme vigneronne indépendante.

Entre Sierre et Venthône, le couple

cultive 3,5 hectares de vignes selon les

principes de la production intégrée. Ils

utilisent uniquement des substances

organiques en guise d’engrais et l’herbe

prospère entre les ceps. La végétation

qui pousse naturellement n’est pas

arrachée, mais fauchée dès qu’elle atteint

une certaine hauteur. «Le Valais compte

plus de 300 jours de soleil par an et les

pluies sont rares. Il faut donc veiller à ce

que la précieuse eau ne soit pas absorbée

en excès par les autres plantes au

détriment des vignes», explique

Madeleine Mabillard-Fuchs.

Les deux vignerons ont résolu de faire

certifier l’un de leurs vins, le païen, par la

marque Valais. «Nous commençons dans

un premier temps par une parcelle et

réunissons des expériences», poursuit

l’œnologue. En effet, les règles qui

encadrent la marque Valais sont

particulièrement strictes. Le label entend

promouvoir une viticulture biologique et

durable. Il proscrit ainsi l’usage de tout

herbicide et comporte des dispositions

destinées à favoriser la biodiversité. Il

porte l’accent sur les traditionnels

cépages indigènes.

La plupart des vignobles valaisans sont

situés sur des terrains en pente et

nombre d’entre eux sont stabilisés par

des murs en pierre sèche. Leur entretien

représente une tâche à la fois minutieuse

et onéreuse. Ils sont cependant essentiels

à la biodiversité, leur conservation relève

donc d’une évidence. Enfin, comme il est

58

La marque

Valais souhaite

promouvoir

la viticulture

biologique

et durable.


1 L’ensemble du domaine

est cultivé selon

les principes de la

production intégrée.

2 Brassage du moût.

Le raisin est ensuite

pressé et le marc retiré.

2

beaucoup plus difficile de travailler la

vigne sur un versant abrupt, ce facteur

doit également être pris en considération.

Une vingtaine de viticulteurs, dont les

domaines présentent des dimensions très

variées, ont adhéré au cahier des charges

du label et se soumettent à des contrôles

systématiques. «Les consommateurs

attachent une grande importance à

l’éthique, au respect de la nature et à

l’observation de normes sociales,

soulignent les responsables de la marque

Valais. Nous devons démontrer que ces

principes sont pris au sérieux dans le plus

vaste canton vinicole suisse où prospèrent

une cinquantaine de cépages.»

Madeleine et Jean-Yves Mabillard-Fuchs

produisent aussi d’autres vins appréciés

des connaisseurs. Ils sont désormais

représentés au sein de la marque Valais

avec leur païen, disponible depuis mai

2020.

59


VERBIER

U N E

ICÔNE

Le Bec des Rosses est le versant

le plus abrupt pour les «freeriders».

C’est là que le World Tour

a commencé avec l’Xtreme.

Photos David Carlier

60


61

Le Bec des Rosses dans

le val de Bagnes culmine

à 3223 mètres d’altitude.

La face nord présente une

déclivité de 55 à 60 degrés.


VERBIER

Seuls les meilleurs

athlètes du Freeride

World Tour sont

autorisés à prendre

part à l’Xtreme

de Verbier devant des

spectateurs sidérés.

Le coronavirus a eu raison des célébrations

autour du 25 e anniversaire.

Pour la première fois depuis un

quart de siècle, la course légendaire a dû

être annulée. Néanmoins, le Freeride

World Tour a rendu hommage à son fondateur,

Nicolas Hale-Woods. Un versant

du Becs des Rosses a été éclairé par 25

torches, brandies par les stars de cette

compétition mythique qui se tient depuis

1996. L’Xtreme de Verbier a constitué lles

débuts du Freeride World Tour à la dimension

devenue planétaire et qui oppose

à chaque reprise l’élite de la discipline

en cinq ou six compétitions. Au titre

de course la plus difficile, le Bec des

Rosses représente l’épreuve ultime du

Tour et seuls les meilleurs athlètes sont

62

autorisés à affronter cette pente abrupte.

Nicolas Hale-Woods avait des larmes

dans les yeux pendant la cérémonie

lorsqu’il a vu des stars comme les Valaisans

Jérémie Heitz et Yann Rausis ou le

Français Xavier de Le Rue dévalant la

montagne avec à la lampe frontale en dessinant

un sillon de lumière. De Victor, 17

ans, fils de Nicolas Hale-Woods, à Jean

Troillet, 72 ans, toute la famille du freeride

était réunie. Le fondateur du Tour ainsi

que tous les fans de la discipline espèrent

se retrouver en 2021 à Verbier pour le

point culminant de la saison. «Afin que

nous puissions souffler tous ensemble les

25 bougies de ce bel anniversaire»,

comme le déclare Nicolas Hale-Woods.

www.freerideworldtour.com


Une rappeuse dans le vent

Rien n’arrête KT Gorique, la rappeuse la plus populaire

de Suisse. Une artiste de Martigny aux multiples facettes

que ses fans ont surnommée «le couteau suisse».

Sorti en mai,

«Akwaba», le nouvel

album de KT Gorique,

rassemble tout ce qu’elle aime

et prouve ainsi sa polyvalence

et son talent. La bande-annonce

officielle est à découvrir sur

YouTube.

En mars dernier, la jeune Valaisanne

a emménagé dans son nouvel appartement

de Martigny, quelques

jours seulement avant le début du premier

confinement. KT Gorique a pris avec humour

le fait d’être obligée de vivre pendant

un moment avec rien d’autre que quelques

chaises, comme elle l’a raconté lors d’une

émission à la radio suisse Virus. «Martigny

me plaît beaucoup, c’est l’une des villes les

plus multiculturelles du Valais.» Il n’y a

qu’une chose qu’elle n’apprécie pas: le vent

qui souffle fréquemment dans ses rues,

«même si c’est aussi un avantage quand je

me déplace en skateboard», reconnaît-elle

en souriant.

Tirer le meilleur parti de ce que l’on a. C’est

la philosophie de KT Gorique, qui a quitté

la Côte d’Ivoire à 11 ans en compagnie de

ses parents pour s’installer en Valais. «Les

tensions sociales m’interpellent et je ne

peux pas m’empêcher d’écrire sur les

absurdités de la vie.» Son nouvel album

s’intitule Akwaba, ce qui veut dire

«bienvenue» en dialecte baoulé ivoirien.

Son amour pour l’écriture, la musique et

tout particulièrement le reggae s’est

transformé en passion pour le rap. A 21 ans,

ayant déjà remporté plusieurs prix

nationaux, elle est la première femme, la

première Suissesse et la plus jeune

compétitrice à remporter la battle freestyle

End of the Weak à New York. A 27 ans, la

jeune femme, également brillante danseuse

de hip-hop, écrit ses textes et compose sa

musique. Son style de musique personnel,

qu’elle définit comme future roots, consiste

à «combiner la modernité de la musique du

XXI e siècle avec les racines et les éléments

qui m’ont influencée». En 2019, KT Gorique

remporte le Prix suisse de la musique et

chauffe le public du Hallenstadion en

première partie de la star hip-hop Nicki

Minaj. Même en période de crise sanitaire,

elle ne manque pas d’imagination: KT

Gorique a réuni en un temps record 20

rappeuses internationales pour un «Biggest

Female Allstars Cypher», une performance

commune de hip-hop freestyle disponible

sur son compte Facebook et encensée par

les stations de radio. Une énergie inaltérable

qui mérite bien des éloges.

RAP

Photo Sedrik Nemeth

63


INDUSTRIE

Les pros

du tricot

64


Vous avez acheté

un vêtement tricoté

récemment?

Il est fort probable qu’il

ait été fabriqué sur une

machine de l’entreprise

Steiger de Vionnaz.

1 2

1 Porte-cames

d’une machine à tricoter

de l’entreprise Steiger.

Chaque épaisseur de fil

nécessite une aiguille

spécifique.

2 Pierre-Yves Bonvin dirige

l’entreprise depuis 2006.

65


INDUSTRIE

Texte Monique Ryser Photos Sedrik Nemeth

Si l’on y regarde de plus près, on

s’aperçoit vite que tous les textiles

élastiques, du jean stretch au survêtement

de sport, sont tricotés et non tissés.

Les pulls en laine, les plaids moelleux

ainsi que les chaussettes les plus fines sont

évidemment tricotés. Par contre, lorsqu’il

s’agit de tissus délicats, il est difficile de savoir

s’ils sont tissés ou tricotés; la différence

est presque invisible. Il est encore plus mystérieux

de savoir qui tricote quoi. Peut-être

une machine de l’entreprise Steiger, l’un des

fabricants de machines à tricoter les plus

réputés du monde. Dans les ateliers de

Vionnaz, à côté de Monthey, dans le Bas-

Valais, des machines à tricoter sont produites

depuis 1963. Pierre-Yves Bonvin, le

directeur de l’entreprise, relate l’installation

de Steiger dans la région: «Le fondateur de

l’entreprise, qui avait son domicile en

France, voulait s’agrandir. La commune lui

a fait une offre avantageuse, dans le but de

gagner des places de travail pour le village.»

Les experts de l’entreprise ont toujours été

des pionniers: en 1979, Steiger Participations

SA développe la première machine à

tricoter entièrement électronique au

monde, baptisée, comme une évidence,

Electra. En 1999, une nouvelle innovation

mondiale, la Vesta Multi, première machine

avec guide-fils motorisés. Une année plus

tard, l’entreprise dépose le brevet d’une aiguille

à coulisse révolutionnaire. En 2015,

elle développe la première machine qui

permet de tricoter des fibres de carbone

ou de verre avec des formes en 3D. Des réalisations

qui ne disent pas grand-chose aux

profanes, mais qui ont en revanche convaincu

de grands créateurs, tels que Max Mara,

Dior ou Hermès, de tricoter leurs tissus précieux

sur des machines Steiger. «La haute

couture constitue environ 25% de notre

clientèle», explique Pierre-Yves Bonvin.

Bien que le secteur soit synonyme de prestige

et connu du grand public, le développement

du tricot à but médical représente

une part de production encore plus importante

de l’entreprise. Les concepteurs de

machines à tricoter de Vionnaz sont des experts

de la fabrication de combinaisons intégrales

destinées au traitement des grands

brûlés. Il a en effet été prouvé que la blessure

guérit mieux si elle peut être rapidement

et entièrement couverte. Dans ce domaine

également, Steiger a fait preuve d’innovation

grâce à ses informaticiens, «qui

ont développé un logiciel permettant aux

médecins de scanner les mensurations du

patient. Les données sont transmises directement

à la machine, qui peut rapidement

tricoter une combinaison adaptée.» Ces applications

médicales, qui comprennent également

la fabrication de bandages de compression

pour les genoux ou les coudes, représentent

la plus grande partie de la production

de Steiger.

L’avenir est aussi tourné vers le développement

du tricotage de fibres de carbone et

de fibres de verre. Cette technique permet

par exemple de réaliser des casques ultralégérs,

dont la forme tricotée sera solidifiée

par de la résine. Steiger développe aussi

des projets destinés à l’aéronautique. Une

forme de tricot durci offrirait au nez de

l’avion beaucoup plus de légèreté avec tout

autant de résistance. «Les constructeurs

aéronautiques cherchent toujours des solutions

pour gagner en légèreté. Nous

sommes en train de tester un prototype»,

raconte Pierre-Yves Bonvin.

66

Une machine

à tricoter est

composée de

39 000 pièces.

Le coeur

de la machine

est la fonture,

constituée

de 700 à 1900

aiguilles.

1 Bruno Neves contrôle

le bon fonctionnement du

guide-fils de la machine.

2 La fonture d’aiguilles

est la pièce maîtresse

de chaque machine

à tricoter. Elle se compose

d’environ 15 000 pièces.

3 Depuis le début

de la pandémie,

l’entreprise s’est lancée

dans la production

de masques de protection

textiles en divers coloris.


1

2

3

67


INDUSTRIE

L’entreprise a déjà expérimenté l’utilisation

du tricot dans la construction grâce à Mariana

Popescu, une doctorante de l’EPFZ.

Pour sa thèse, l’architecte a développé des

algorithmes qui traduisent automatiquement

une conception architecturale en une

forme textile. Les machines industrielles

peuvent tricoter la forme en quelques

heures avec l’avantage d’avoir au final un

produit léger et flexible. En collaboration

avec ses collègues, elle a réussi à concevoir

un système de câblage métallique permettant

à la forme de rester en place tandis

qu’elle est recouverte de béton. Pour finaliser

son projet, elle a trouvé l’appui nécessaire

chez Pierre-Yves Bonvin et ses collaborateurs.

«Elle est venue chez nous pour

apprendre le tricotage, nous l’avons soutenue

avec nos connaissances et nos machines.

C’était une expérience passionnante,

pour elle comme pour nous», affirme

le directeur de l’entreprise.

Depuis 2010, Steiger Participations SA appartient

au groupe chinois Ningbo Cixing.

Les deux entreprises collaboraient déjà

avant le rachat. Aujourd’hui, Vionnaz fournit

le marché européen et Ningbo Cixing,

le marché asiatique. «Nous avons dû nous

habituer à travailler ensemble», reconnaît

Pierre-Yves Bonvin en souriant. Cette vente

a d’abord suscité de la crainte chez les

quelque 50 employés du site de Vionnaz.

La peur que les Chinois ne souhaitent acquérir

le savoir-faire de l’entreprise pour

ensuite fermer le site. «J’ai alors informé les

propriétaires de l’entreprise que la meilleure

option serait d’acheter les bâtiments

de notre usine, dont nous étions jusqu’ici

locataires, ce qui représentait un engagement

à long terme. Et nous l’avons fait.» Aujourd’hui,

cette situation se révèle bénéfique

pour les deux entreprises. Pierre-Yves

Bonvin se rend en moyenne quatre fois par

année en Chine pour discuter avec le

conseil d’administration. «Là-bas, ça ne

«Nous

produisons

maintenant

avec fierté

des masques

de protection

textiles.»

Pierre-Yves

Bonvin

fonctionne pas exactement comme en

Suisse, explique-t-il dans un sourire. Ici, il

faut arriver avec une présentation claire et

être bref. En Chine, les discussions personnelles

sont plus importantes, les chiffres

seuls ne suffisent pas.»

Cette année, le chef du site de Vionnaz ne

s’est pas encore rendu en Chine. La

pandémie n’a pas seulement empêché les

déplacements, elle a également causé de

nombreuses annulations de commandes.

«Nous sommes en chômage partiel, car

nous ne pouvons livrer aucune machine

pour le moment.» L’ambiance en a pris un

sacré coup, reconnaît le directeur. Il a donc

développé un projet novateur pour l’usine

de machines à tricoter: se lancer dans la

production de masques de protection

textiles. Il se charge de fournir les matériaux

de base et ses équipes les assemblent sur

leurs propres machines à tricoter. «Ce n’est

absolument pas notre domaine d’activité,

nous sommes des constructeurs de

machines. Nous nous sommes réinventés

et cela a créé un véritable élan de motivation

dans l’entreprise. Nous produisons

maintenant avec fierté des masques de

protection textiles. Et nos masques 3D sont

même certifiés.»

1 Motif tricoté produit

par une des machines

Steiger.

2 Les produits médicaux,

comme les bandages

de compression, sont

également tricotés

sur les machines

construites à Vionnaz.

3 Une machine

est composée

de 39 000 pièces.

68


1

2

3

69


La Mecque des amateurs

de ski de fond

Activité nordique dans le sud du pays. En version

classique ou en skating, le ski de fond est un

des sports d’hiver les plus populaires, et le Valais

est l’endroit idéal pour se faire plaisir sur les pistes.

Texte Monique Ryser

SKIDEFOND

Photo: ©Valais/Wallis Promotion - Pascal Gertschen

Après une journée de ski de fond

réussie, on a fait le plein de soleil

et d’air frais et on entend encore

la neige crisser sous les skis. Une

expérience à vivre sur les pistes de fond

en Valais. Le soleil illumine le canton de

ses rayons en moyenne 300 jours par an

et la neige est assurée chaque hiver en

raison de l’altitude. En route pour la vallée

de Conches, la Mecque des fondeurs.

Le visiteur peut choisir son parcours

parmi les quelque 100 kilomètres

de pistes parfaitement préparées entre

Niederwald (à 1243 mètres) et Oberwald

(à 1363 mètres) grâce au forfait saison

Loipe Goms, qui permet de circuler gratuitement

sur la ligne du Matterhorn

Gotthard Bahn. Les pros connaissent

bien la région puisque c’est ici que se déroulent

de nombreuses compétitions,

des courses juniors aux épreuves de la

FIS, en passant par la course internationale

Gommerlauf. Les pistes sont entretenues

au quotidien, les dameuses parcourant

16 000 kilomètres chaque hiver.

Les vallées latérales du canton offrent

également d’innombrables pistes de

fond adaptées à tous les niveaux.

Gommer Sonnenloipe

Difficulté facile Longueur 8,8 km

Durée environ 1 h 30

Départ gare d’Obergesteln (1352 m)

Arrivée village de Münster (1395 m)

La piste, ponctuée de petites montées,

passe à proximité de restaurants, de cafés

et de mazots traditionnels valaisans

au bois bruni par le soleil.

Gommer Rottenloipe

Difficulté difficile Longueur 19,4 km

Durée environ 3 h

Départ gare d’Oberwald (1363 m)

Arrivée gare de Niederwald (1243 m)

La piste peut se faire en plusieurs étapes

et est toujours possible de prendre le

train depuis l’un des villages de la vallée

pour revenir au point de départ.

Blatten-Fafleralp

Difficulté moyenne Longueur 10,4 km

Durée environ 3 h

Départ poste de Blatten (1533 m)

Arrivée Blatten (1533 m)

La piste sinueuse traverse un paysage inscrit

au patrimoine mondial de l’Unesco et

monte jusqu’à Fafleralp.

Le ski de fond calme aussi l’esprit

puisqu’il permet d’apprécier

vraiment le paysage.

Infos sur les pistes:

www.valais.ch/ski-de-fond

70


4

Les pistes de fond sont interdites

aux chiens, sauf sur 4 kilomètres

entre Obergesteln

et Oberwald.

71


ÀPIED

Photo: ©Valais/Wallis Promotion - Pascal Gertschen

72


Balades

dans la neige

181

itinéraires locaux sont recensés par

l’app SuisseMobile. De brèves

descriptions sont aussi

proposées sur l’app

Outdooractive.

Pour la pratique

de ce sport proche

de la nature, il est

préférable de porter

des chaussures

confortables

et étanches.

D’année en année, les randonnées à raquettes

connaissent un succès grandissant. Ce sport

hivernal est ouvert à tous, que ce soit pour

un itinéraire sportif ou une agréable promenade

à travers les paysages enneigés.

Avec leur cadre en bois, elles

ressemblaient naguère à des

raquettes de tennis. Aujourd’hui,

elles sont confectionnées en aluminium et

en plastique dur, elles sont plus légères,

maniables et munies de crampons

métalliques qui leur confèrent une bonne

adhérence sur les névés ou les pentes

abruptes de haute montagne. Les peuples

indigènes d’Amérique du Nord et d’Asie

centrale les utilisent depuis des siècles

pour éviter de s’enfoncer dans la neige

profonde.

Les sentiers raquettes entraînent les

randonneurs loin de l’agitation des pistes

vers des forêts enchanteresses, de vastes

étendues et des sommets alpins. Ce sport

ne requiert aucune préparation particulière

ou connaissance technique préalable. Il

convient simplement d’adapter la durée et

la difficulté de la randonnée à sa condition

physique. Une pratique régulière ne stimule

pas uniquement l’endurance, mais renforce

également la musculation des jambes et

des bras. Balisés, les trails homologués sont

sécurisés et entretenus. Cependant, il est

aussi conseillé de s’élancer un jour ou l’autre

sur un itinéraire plus long et plus difficile

sous la conduite d’un guide expérimenté.

Texte Manuela Lavanchy

Lauchern-Trail, Lötschental

Difficulté facile Longueur 2,2 km

Dénivelé +145 m/-145 m

Durée env. 1 heure

Départ et arrivée à la station d’arrivée

de Lauchernalp. Cet itinéraire facile

offre de superbes points de vue sur le

Lötschental depuis la chapelle de

Lauchernalp à 2110 mètres d’altitude.

Rothwald-Trail, région du Simplon

Difficulté moyenne Longueur 6,3 km

Dénivelé +470 m/-502 m

Durée env. 3 heures

Départ et arrivée: de Rothwald Post à

Rothwald Ganterwald. Le trail traverse

la forêt de mélèzes la plus haute

d’Europe pour rejoindre les gorges du

Durstbach.

Wannihorn-Trail, Grächen

Difficulté élevée Longueur 2,3 km

Dénivelé +476 m/-2 m

Durée env. 1,5 heure

Départ et arrivée: de l’Hannigalp au

Wannihorn. Une bonne condition

physique est requise pour la montée. La

vue depuis le Wannihorn est à couper le

souffle.

73


Changer

d’air, respirer à

plein poumons et

contempler la neige scintillante.

Concrétisez vos rêves de féérie

hivernale lors de vacances consacrées

à des activités sportives en plein air. Une pause

dans un restaurant de montagne est toujours

bienvenue afin de déguster

une fondue sur une terrasse

ensoleillée. Le Valais

vous attend.

OFFRES

O F F R E S

H I V E R N A L E S

En Valais, l’hiver nous attire irrésistiblement

à l’extérieur du matin au soir – pour dévaler

les pistes, prendre un bain thermal ou entreprendre

un périple à la découverte des produits du terroir.

Créez la carte de vos plus beaux souvenirs

de vacances d’hiver en Valais.

74


75

Photo: Yves Garneau


DU MATIN AU SOIR

Amateurs de sports d’hiver soyez prêts au départ: ces offres vous inciteront

à respirer le bon air du matin au soir, que vous préfériez chausser des skis

ou parcourir les étendues blanches en raquettes. Terminez votre escapade

hivernale en beauté avec un bain thermal bienfaisant ou une soirée conviviale

autour d’une fondue ou d’une raclette.

1

OFFRES

PAC K AG E SA FA R I À S K I S

Tout le Valais

L’extrême diversité du Valais vous permet

de découvrir chaque jour un nouveau

domaine skiable. Vous séjournez dans l’un

des nombreux hébergements proposés,

qui bénéficient tous d’une position

stratégique en station ou dans la vallée.

Le pass exclusif Skisafari vous donne

libre accès à toutes les pistes du Valais.

En fonction de vos envies, vous

découvrirez de petits domaines skiables

ou de prestigieuses destinations à la

renommée internationale. Grâce à

des altitudes élevées qui culminent

à 3883 mètres, d’excellentes conditions

d’enneigement sont garanties tout au

long de la saison. Vous pourrez aussi

dévaler des pistes qui s’étirent sur

25 kilomètres ou tracer votre sillage dans

de la poudreuse dans les nombreux

espaces sécurisés réservés au freeride.

Avec le pass Skisafari, vous partez chaque

jour à la conquête du domaine skiable de

votre choix.

Offre: quatre nuitées en chambre double

dans l’hôtel de votre choix, un pass

Skisafari de trois jours valable sur tous les

domaines skiables valaisans (un jour par

domaine skiable) à utiliser sur une

période de cinq jours consécutifs.

Validité: selon ouverture

des domaines skiables

76


1 et 2

Sur les pistes et,

au retour, un bon bain

chaud. Quand on a goûté

à ce plaisir à Loèche-les-Bains,

on ne peut plus

s’en passer.

2

Prix: dès 455 fr. par personne

Réservation: valais.ch/skisafari

S K I E T F O N D U E P O U R L E S O I S E AUX

D E N U I T

Champéry

Avec cette offre, votre week-end de ski

commence sous les meilleurs auspices!

L’après-midi, vous prenez le train à

Monthey en direction de Champéry,

vous faites quelques descentes sur les

pistes du domaine de Champéry-Les

Crosets jusqu’à 20 heures. Vous

dégustez ensuite une fondue ou une

croûte au fromage dans la station avant

de reprendre le train pour Monthey le

soir même. Et toutes ces prestations

sont proposées dans un forfait de moins

de 50 francs.

Offre: aller et retour en train de

Monthey à Champéry dès 15 heures

(dernier départ de Champéry à

22 h 26), forfait de ski nocturne sur la

piste de Champéry-Les Crosets de

15 h à 20 h, fondue ou croûte au

fromage y compris une boisson.

Validité: le vendredi et le samedi, selon

ouverture du domaine skiable.

Prix: 49 fr. 90 par personne (tarif

normal adulte)

Réservation:

www.rddm.ch/fondueski/fr

PA SS N E I G E E T BA I N S

Loèche-les-Bains

Que vous recherchiez le grand frisson

sur les pistes, que vous préfériez goûter

au romantisme des balades hivernales

ou que vous projetiez simplement de

vous détendre dans les eaux thermales

de Loèche-les-Bains, le pass Neige et

Bains associe la féerie des paysages de

montagne aux bienfaits des eaux

thermales naturelles en vous donnant

accès à ces deux univers.

Offre: libre accès aux téléphériques de

la Gemmi et de Torrent et entrée aux

bains thermaux.

Validité: selon ouverture du domaine

skiable

Prix: dès 66 fr. par personne avec

carte de séjour (sans carte

de séjour 74 fr.)

Réservation: leukerbad.ch/neigeetbain

R A N D O N N É E E N R AQ U E T T E S

À L A P L E I N E LU N E

Aletsch Arena

Cette randonnée accompagnée en

raquettes, destinée à de petits groupes

de cinq personnes au minimum, vous

conduit au clair de lune de Riederalp à

une cabane de montagne où vous

attendent des produits valaisans et un

vin chaud. Pendant ce temps, un conteur

vous narrera une ancienne légende

valaisanne avant que vous ne retrouviez

le silence de la montagne et le

scintillement des étoiles au firmament.

Offre: cinq personnes au minimum,

rendez-vous à 17 h devant le bureau de

l’école de ski de Riederalp. Randonnée

d’environ trois heures, jusqu’à 20 h.

Validité: voir sur aletscharena.ch/

gratzugrandonnee.

Prix: 65 fr. par personne

Réservation: un jour à l’avance

jusqu’à 17 h, info@skischule-riederalp.

ch, 027 927 10 01,

aletscharena.ch/gratzugrandonnee

Photos: ©Valais/Wallis Promotion - David Carlier

77


LA PREMIÈRE FOIS…

Si vous ne vous lancez pas maintenant, alors quand? En cette année

de confinement si particulière, peut-être aspirez-vous à vivre des expériences

inédites, hors du commun? Nul besoin de traverser des océans pour se découvrir

une nouvelle passion. Laissez-vous inspirer par notre sélection d’activités insolites

à pratiquer pour la première fois en Valais.

OFFRES

1 Le pain de

seigle valaisan AOP

possède une saveur unique.

Mais quel est donc son secret de

fabrication? Vous trouverez la réponse

à ces questions dans diverses destinations.

2 Avec la First Ski Experience, tout est

prévu afin que vous puissiez

découvrir en toute sécurité

le plaisir de skier.

SUR LES SKIS

Saas-Fee, Crans-Montana,

Aletsch Arena

Vous en avez toujours eu envie, mais n’avez

jamais eu l’occasion de concrétiser ce rêve?

Quels que soient votre âge et votre

condition physique, découvrez de nouvelles

sensations sur la neige. C’est votre première

expérience, vous n’avez ni skis ni vêtements

adaptés? Aucun problème, nous nous

occupons de tout. Votre moniteur vous

accompagnera au magasin de sport et vous

aidera à vous équiper pour votre First Ski

Experience. Vêtements, chaussures, skis et

bâtons, sans oublier le casque et les

lunettes, seront mis à votre disposition pour

que votre première expérience à skis reste

gravée dans votre mémoire.

Offre: la First Ski Experience comprend

la location de l’équipement, le forfait de

ski ainsi que deux heures de cours avec

un moniteur.

Validité: selon ouverture des domaines

skiables

Prix: dès 205 fr.

Réservation: myswitzerland.com/firstski-experience-valais

FOXTRAIL DANS LA NEIGE

Saas-Fee

Le premier Foxtrail du Valais a été inauguré

l’été dernier dans la vallée de Saas. Suivez

le renard à travers les paysages enneigés

et partez sur les traces du légendaire curé

Imseng. Afin de découvrir ses secrets, les

équipes doivent résoudre diverses énigmes

pour trouver le chemin de sa demeure

historique, Le trajet en véhicule électrique

rend cette expérience inoubliable.

Offre: Foxtrail, environ une heure et

demie, y compris trajet en véhicule

électrique.

Validité: de novembre 2020 à fin avril

2021

Prix: adultes 26 fr.; enfants jusqu’à 16 ans

14 fr.; ticket famille 59 fr.

Réservation: saas-fee.ch/winterfoxtrail

EN PROMENADE AVEC DES YAKS

Crans-Montana

Pendant une demi-journée, vous partez à

l’aventure en compagnie de yaks himalayens

à travers de superbes paysages de

montagnes. Cette randonnée vous

permettra de respirer un air pur et d’admirer

la nature en progressant à votre rythme.

Vous serez accompagné par deux

professionnels qui vous permettront, si vous

le souhaitez, de mener les yaks au licol. Pour

cette excursion, nul besoin d’être un

randonneur expérimenté. Cette activité est

idéale pour des familles avec des enfants à

partir de 6 ans.

Offre: randonnée guidée d’une demijournée

avec deux professionnels

et des yaks.

78


Validité: du 19 décembre 2020 au 30 avril

2021, pendant les week-ends, à partir

de quatre personnes.

Prix: 37 fr. par personne

Réservation: inscription jusqu’à quatre

jours à l’avance sur cmtc.cc/randoyak

1

2

CUIRE DU PAIN DE SEIGLE

DANS LE FOUR BANAL

Divers lieux

Le seigle est cultivé depuis des siècles en

Valais où il trouve des conditions favorables:

un terrain montagneux et des altitudes

élevées. Laissez-vous tenter par cette

expérience culinaire insolite et enfournez

le traditionnel pain de seigle valaisan dans

les fours banals historiques des villages

d’Ausserberg, Grächen, Grimentz,

Erschmatt, Blatten, Nax, Obergoms ou

Saint-Luc. Vous trouverez des offres

correspondantes dans ces destinations.

Offre: explications, pétrissage

du pain de seigle et cuisson.

Validité: selon les indications dans les

destinations

Prix: selon les indications dans les

destinations

Réservation: valais.ch/

experiencepaindeseigle

Photos: ©Valais/Wallis Promotion - Pascal Gertschen

79


LE PÉRIPLE DES GOURMETS

Le Valais est connu pour ses vins et son fromage

à raclette AOP. Découvrez les autres délices que ce terroir

peut offrir et les secrets de leur fabrication. Prêt à partir?

Chaussez vos skis pour un voyage gastronomique.

1

OFFRES

S K I D E F O N D P O U R G O U R M E T S

Conches

Destiné aux fins becs, ce tour a pour

cadre la vallée de Conches, paradis du

ski nordique. Progressez tranquillement

à travers les paysages enneigés et faites

une halte dans trois restaurants

gastronomiques. Lancez-vous sur les 20

kilomètres de pistes de fond qui séparent

Oberwald de Niederwald et découvrez,

d’un restaurant à un autre, le menu à trois

plats qui met à l’honneur les saveurs du

Valais. Planifiez la journée à votre guise.

En fin d’après-midi, le Matterhorn-

Gotthard Bahn vous reconduira

confortablement à votre point de départ.

Offre: ticket de ski de fond (y compris

trajet en train Oberwald-Fiesch)

et menu à trois plats à déguster dans

les restaurants gastronomiques sélectionnés

entre Oberwald et Niederwald.

Validité: de la mi-décembre 2020

à la mi-mars 2021

Prix: 81 fr. par personne. Offre pour

personnes disposant déjà d’un ticket de

ski de fond: 65 fr. par personne

Réservation:

obergoms.ch/ski-de-fond-gourmand

G O R N E R G R AT T I C K E T G O U R M A N D

Zermatt

Le ticket groumand du Gornergrat allie

un voyage à travers de superbes

80


1 La vallée

de Conches est

le paradis du ski de

fond. Lors du périple des

gourmets, l’impression de bienêtre

est encore accentuée par les

haltes gastronomiques. 2 Une dégustation

est un must, pas seulement pour tester

d’excellents vins, mais également

pour rencontrer

des vignerons

passionnés.

2

paysages et les plaisirs du palais. Vous

montez dans le train à Zermatt pour un

agréable voyage. Vous arrivez au

Gornergrat à l’heure de l’apéritif, vous

continuez en direction du Riffelberg

pour le menu gastronomique avant de

prendre le café et le dessert sur la

Riffelalp. En chemin, vous pouvez vous

balader en raquettes à travers le paysage

hivernal ou vivre quelques émotions

fortes en dévalant en luge la plus longue

piste de Suisse.

Offre: trajet en train Zermatt-Gornergrat-

Riffelberg-Riffelalp-Zermatt, apéritif au

3100 Kulmhotel Gornergrat, menu

gastronomique à trois plats à l’hôtel

Riffelhaus, café et dessert à l’auberge de

montagne Alphitta à Riffelalp. Piste de

luge Rotenboden-Riffelberg y compris la

location de la luge ou de raquettes.

Validité: tous les jours du 19 décembre

2020 au 28 mars 2021

Prix: dès 115 fr. par personne

Réservation: gornergrat.ch/gourmand

S U R L E S T R AC E S

D E L A P E T I T E A RV I N E

Fully, Saillon

Le départ de ce périple viticole est donné

à la vinothèque Fol’terres avec une dégustation

commentée de quelques vins

valaisans et de produits du terroir. Vous

emprunterez ensuite le sentier didactique

viticole «Le chemin des vignes et

des guérites» jusqu’à Fully, la patrie de la

petite arvine. Vous arriverez à destination

au cœur du village viticole pour le repas

de midi. Enfin, vous pourrez achever

agréablement cette mémorable journée

dans les bains thermaux de Saillon.

Offre: dégustation de vins et de produits

régionaux, repas de midi, entrée aux

Bains de Saillon, trajet en car postal

(aller et retour) Martigny-Saillon.

Validité: toute l’année

Prix: dès 79 fr. 50 par personne

Réservation:

valais.ch/fully-experience-vin

VA L A I S W I N E PA SS

Divers lieux

En Valais, les amateurs de vin peuvent

acquérir leur sésame personnel de

dégustation. Le pass des vins valaisans

est valable dans divers caves, bars à vin

et vinothèques du canton. Il est délivré

sous la forme d’un carnet de bons qui

vous permet de déguster dix vins

différents (1 dl chacun) auprès des

entreprises partenaires. Les passionnés

et les curieux peuvent ainsi déguster

librement de nombreux cépages et

découvrir les trésors du vignoble valaisan.

Offre: dégustation commentée de dix

verres de vin (1 dl chacun).

Validité: toute l’année

Prix: 49 fr. par personne

Réservation: valais.ch/winepass

W I N E B U S

Sion

Le bus du vin circule tous les samedis sans

interruption de cave en cave entre 11 h et

18 h. Vous pouvez monter et descendre à

n’importe quel arrêt, faire une halte dans

la vieille ville de Sion ou vous promener à

travers les superbes vignobles, avant

d’entrer dans une cave pour une

dégustation. Vous planifiez votre itinéraire

à votre guise. Ainsi, vous pouvez vous

déplacer librement pendant toute la

journée et déguster les vins proposés par

les caves participantes. Le ticket pour le

Wine Bus peut être acheté auprès des

entreprises partenaires.

Avantage supplémentaire: lors de l’achat

de 12 bouteilles de vin, le prix du ticket

de bus vous sera remboursé.

Offre: trajet en bus vers les sept caves

participantes, dégustation: 35 vins au

choix (au minimum cinq vins par cave).

Validité: le samedi, toute l’année

Prix: 30 fr. par personne

Réservation: sionwine.ch

Photos: ©Valais/Wallis Promotion - Pascal GertschenPromotion

81


SI PROCHE!

Plus proche que l’on pense. Depuis pratiquement toute la Suisse, le trajet vers

les stations valaisannes ne dure rarement plus de trois heures. Depuis la Suisse

alémanique, le voyage en train est particulièrement rapide par le tunnel

de base du Lötschberg ou en chargeant sa voiture sur le train à Kandersteg.

Si vous souhaitez vous faire plaisir, prenez le «Lötschberger» de la compagnie BLS

à la découverte de paysages spectaculaires le long de sa ligne historique.

Crans-Montana

LOèche-les-bains

Sion

Zurich 2:30 h 2:50 h

Berne 1:30 h 1:30 h

Lucerne 2:50 h 2:40 h

Bâle 2:50 h 2:30 h

Genève 1:45 h 1:50 h

Lausanne 1:00 h 1:05 h

Neuchâtel 2:10 h 1:50 h

Zurich 3:10 h 3:15 h

Berne 2:05 h 2:05 h

Lucerne 3:10 h 3:10 h

Bâle 3:10 h 3:05 h

Genève 2:40 h 2:15 h

Lausanne 1:50 h 1:35 h

Neuchâtel 2:40 h 2:20 h

Zurich 3:05 h 3:30 h

Berne 2:00 h 2:20 h

Lucerne 3:10 h 3:10 h

Bâle 3:10 h 3:20 h

Genève 3:05 h 2:20 h

Lausanne 2:20 h 1:40 h

Neuchâtel 3:05 h 2:25 h

Champéry

Zurich 3:50 h 2:40 h

Berne 2:45 h 1:30 h

Lucerne 4:20 h 2:30 h

Bâle 3:50 h 2:30 h

Genève 2:20 h 1:35 h

Lausanne 1:30 h 1:15 h

Neuchâtel 2:45 h 1:30 h

Riederalp

Zurich 2:50 h 2:40 h

Berne 1:40 h 2:20 h

Lucerne 2:50 h 2:25 h

Bâle 2:50 h 3:20 h

Genève 3:10 h 2:40 h

Lausanne 2:30 h 2:00 h

Neuchâtel 2:50 h 2:45 h

Nendaz/

Veysonnaz Zermatt Saas-Fee

Zurich 3:20 h 3:15 h

Berne 2:15 h 1:50 h

Lucerne 3:30 h 3:00 h

Bâle 3:30 h 2:50 h

Genève 2:25 h 2:10 h

Lausanne 1:40 h 1:25 h

Neuchâtel 2:25 h 2:00 h

Zurich 3:10 h 3:45 h

Berne 2:05 h 2:30 h

Lucerne 3:10 h 3:15 h

Bâle 3:15 h 3:30 h

Genève 3:40 h 2:55 h

Lausanne 2:50 h 2:15 h

Neuchâtel 3:10 h 3:00 h

Zurich 2:50 h 3:45 h

Berne 1:50 h 2:30 h

Lucerne 3:05 h 3:15 h

Bâle 3:05 h 3:30 h

Genève 3:30 h 2:55 h

Lausanne 2:45 h 2:15 h

Neuchâtel 3:05 h 3:00 h

Infographie Laura Bendixen, Simona Guarino

More magazines by this user
Similar magazines