Des petits tests qui mènent à de grandes découvertes

venturelab

Les histoires de prétotypage : apprenez comment tester vos idées entrepreneuriales grâce à l'expérience de 17 start-up.


Préface

Au VentureLab, incubateur de start-up à

destination des étudiants et des jeunes

diplômés, on croit profondément que

la valeur d’un projet entrepreneurial naît

de sa capacité à répondre à un besoin

réel du marché. Une question de bon

sens, nous direz-vous?

Encore faut-il pouvoir détecter le besoin

réel, comprendre ses mécanismes, et

prouver qu’il existe chez suffisamment

d’individus pour que l’entreprise devienne

pérenne.

En réalité et même si cela est déplaisant

à lire , il est plus probable qu’une startup

échoue qu’elle ne réussisse. Frédéric

Ooms, chercheur en créativité, nous

rappelle à ce propos une loi universelle

à laquelle aucune entreprise ne peut se

soustraire : « C’est la loi de l’échec. En

effet, 80% des idées échouent même si

elles sont extrêmement bien exécutées

et que des millions d’euros y ont été investis

».

Pour illustrer son propos, il cite avec

humour le « Google Graveyard » qui

répertorie plusieurs dizaines de projets

lancés par Google avant d’être abandonnés

par manque de succès.

Il existe 3 causes principales d’échec

selon Alberto Savoia, directeur du service

innovation chez Google et auteur

de l’ouvrage The Right it :

1.

Votre start-up peut échouer à cause

d’une mauvaise communication. Votre

produit ou service pourra être le meilleur

au monde, si personne n’est au courant

qu’il existe, votre projet n’atteindra jamais

son marché.

2.

L’échec de votre start-up peut aussi

venir d’un problème d’exécution. Votre

restaurant offre une nourriture excellente,

mais le service est mauvais, votre

application innovante crashe constamment

ou votre mobilier design est

superbe, mais trop inconfortable.

3.

La troisième cause d’échec d’une startup

peut tout simplement être la suivante :

les personnes ne sont pas intéressées

par votre idée.

Or, on constate que c’est le plus souvent

cette dernière raison qui conduit

la plupart des projets à échouer. En

bref, vous vous acharnez à construire

un produit ou un service que personne

ne veut. Alors, comment faire

en sorte que les start-up minimisent

leur risque d’échec ?

En validant leurs idées le plus rapidement

possible, avant même de réaliser

des investissements élevés !

Pour un incubateur, amener l’entrepreneur

à valider ses idées sur le terrain,

c’est s’assurer que la future start-up

s’attèle à développer une solution qui

répond à un problème réel, plutôt que

de seulement reposer sur « un rêve »

de l’entrepreneur. Ne serait-ce pas là,

la condition fondamentale à la création

d’un impact économique pérenne ?

Les Étudiants Entrepreneurs ont la

chance d’être à la tête de structures

encore légères et flexibles, capables

de s’adapter très rapidement aux signaux

du marché. Pour maximiser

cette chance, le VentureLab, à l'initiative

de Romain Simar, a implémenté en

2017 au sein de l'incubateur des méthodes

de prétotypage. Ces méthodes

permettent aux jeunes entrepreneurs

| 2


de capter efficacement ces signaux sur

le terrain, par l'échange avec leurs futurs

clients, et ce, dès leurs premières

semaines d'incubation.

Grâce, entre autres, à cet accompagnement,

ce sont aujourd’hui 72 entreprises

qui ont quitté le VentureLab et sont toujours

pérennes (représentant 82,8% des

entreprises sorties de l’incubateur). Elles

pourvoyaient ainsi, en novembre 2020,

plus de 300 emplois, et s’appuient sur des

relations continues avec leurs clients.

Au travers de ce recueil d’histoires et

d’expériences, nous vous souhaitons de

pouvoir à votre tour être à la tête d’entreprises

pérennes et utiles pour le monde.

A propos du VentureLab

Le VentureLab est un éco-système de soutien à

l’entrepreneuriat à destination de tous les étudiants

et jeunes diplômés de l’Enseignement

supérieur du pôle académique Liège-Luxembourg.

Créé en 2014, il a pour mission de favoriser

le passage à l’acte entrepreneurial de la

nouvelle génération, dans le respect de leurs

parcours de vie.

Pour atteindre sa mission, l’incubateur poursuit

trois rôles indissociables : un rôle éducationnel

(amener des étudiants à devenir des entrepreneurs),

un rôle économique (accompagner la

création d’entreprises pour créer de la plus-value économique

et de l’emploi) et enfin, un rôle sociétal (répondre

aux enjeux sociétaux par l’accompagnement

d’entrepreneurs, dans un monde en changement).

Pour remplir ses différents rôles, le VentureLab

s’appuie sur un accompagnement entrepreneurial

à quatre mains :

1.

2.

3.

4.

Une équipe d’Entrepreneurs en résidence

qui mettent leur expérience et leur carnet

d’adresses aux services des jeunes entrepreneurs

en vue d’accélérer le développement de

leurs projets.

Une équipe pluridisciplinaire qui a développé

une méthodologie et des outils innovants, imaginés

pour booster leurs compétences et leurs

projets, tout en leur permettant de créer des

solutions aux enjeux sociétaux.

Un réseau de plus de 180 experts, spécialisés

dans des domaines précis liés à la création

d’entreprise (comptabilité, propriété intellectuelle,

finance, marketing, audit, branding, etc.).

Des entreprises partenaires, désireuses de

construire l’avenir aux côtés de la nouvelle

génération d’entrepreneurs, de créer des liens

avec leurs start-up naissantes et de s’inspirer

de leur esprit d’innovation et de résilience, dans

le but d’initier des changements vertueux pour

l’avenir de leur entreprise et de la société.

www.venturelab.be

Hugo

Jamin

Chargé de projet accélération des

réseaux et ventes au VentureLab.

hugo.jamin@venturelab.be

Aude

Bonvissuto

Business Developer, chargée de la relation

avec les entreprises partenaires du

VentureLab. aude.bonvissuto@venturelab.be

3 |


SOMMAIRE

Préface ___________________________________________________________________________________________________________02

Le prétotypage _____________________________________________________________________________________________________06

Les techniques de prétotypage ________________________________________________________________________________________08

Les histoires de prétotypage __________________________________________________________________________________________16

Comment identifier votre cible et ses besoins dans son contexte ?

Dimension quatre __________________________________________________________________________________________________22

Takura ____________________________________________________________________________________________________________24

Comment atteindre votre cible ?

Sendo

____________________________________________________________________________________________________________28

Votre cible comprend-elle votre offre ?

Wesehi ___________________________________________________________________________________________________________32

ForSit ____________________________________________________________________________________________________________34

Rush _____________________________________________________________________________________________________________36


Est-ce que votre cible exprime un intérêt pour votre solution ?

Combien de personnes sont concernées ?

Foot 24.7 __________________________________________________________________________________________________________40

GoPeda __________________________________________________________________________________________________________42

Dessentiel ________________________________________________________________________________________________________44

Green Student _____________________________________________________________________________________________________46

Ecopoon __________________________________________________________________________________________________________48

Norah Blake _______________________________________________________________________________________________________50

Yaka _____________________________________________________________________________________________________________52

Est-ce que votre cible est prête à payer pour votre solution ?

Les binettes _______________________________________________________________________________________________________56

Broptimize _________________________________________________________________________________________________________58

Est-ce que votre cible sera fidèle à votre solution ?

Huggy’s Bar

_______________________________________________________________________________________________________62

Est-ce que des investisseurs croient en votre projet ?

Ferme de Bawepuce

________________________________________________________________________________________________66

Des histoires sans fin _______________________________________________________________________________________________68

À vos histoires _____________________________________________________________________________________________________69

BONUS : Votre plan d’action pour tester vos hypothèses ___________________________________________________________________70

BONUS 2 : Les 12 commandements pour bien tester votre idée _____________________________________________________________71


LE

Vous vouliez dire

prototype ?

Commencer par réaliser un prototype,

c’est le réflexe de nombreux futurs entrepreneurs.

C’est un réflexe cohérent, qui

trouve sa source dans la discipline des

sciences de l’ingénieur. Celle-ci consiste

à analyser un problème, à imaginer un

objet pour le solutionner et à développer

le premier exemplaire d’un produit pour

se rendre compte de sa faisabilité.

Avantage de cette démarche ? Elle part

d’un problème, et elle se frotte à la réalité

industrielle : quels matériaux, quel poids,

quelles techniques de fabrication ?

L’inconvénient, c’est qu’il s’agit bien souvent

d’un processus long et coûteux.

Il n’est pas rare de voir des projets être

totalement abandonnés pour cause de

budgets épuisés après un ou deux prototypes

infructueux.

Et si on prenait le problème à l’envers ?

Et si au lieu de réaliser le prototype pour

voir à quoi la solution ressemblera, on

commençait par bien confirmer et comprendre

le problème à résoudre ?

| 6


Qu’est-ce qu’un

prétotype ?

On parle de « prétotype » en analogie au

« prototype ». Si le prototype consiste à

vérifier la faisabilité technique de votre

produit/service - la performance, le

coût de fonctionnement - le prétotype

permet quant à lui de valider que votre

futur produit/ service répond à un réel

besoin du client : est-ce utile pour votre

client ? Si vous le produisez, le client

va-t-il l’acheter, encore et encore ?

Ainsi, le prétotype permet d’évaluer le

potentiel de votre idée à moindre coût

et dans un laps de temps très court.

En fonction de votre produit/service,

il existe une multitude de prétotypes

possibles et adaptés.

Pourquoi réaliser

un prétotype ?

Au départ, le prétotype est choisi afin de répondre

à une question précise.

À l’usage, le prétotype permet de :

1.

2.

3.

4.

Identifier les problèmes

et tuer les mauvaises idées tôt.

Penser avec vos mains.

Faire émerger de nouvelles idées

et spécificités.

Faire comprendre votre projet

et recevoir du feedback

7 |


Look !

En résumé, voici un descriptif de

différentes techniques de prétotypage

évoquées tout au long du recueil,

ainsi que quelques autres techniques.

Appliquées à votre projet, celles-ci

vont vous permettre de tester

rapidement et à moindres coûts

vos hypothèses.

_____________________________________

|

8


L’ENTRETIEN «EXPERIENCE»

Objectif : recueillir des informations importantes

au sujet des besoins de la cible potentielle du projet,

ou bien sur l’orientation du projet lui-même. Vous

posez des questions de manière détournée à votre

cible, et en lui faisant vivre une expérience ludique.

Cas d’utilisation : adapté pour mieux connaitre

votre cible et ses besoins, particulièrement lors du

début du projet afin de poser de bons choix et de

mieux définir votre proposition de valeur.

Outils :

1.

2.

Préparer votre entretien : prenez contact avec

Hugo Jamin afin de vous aider à concevoir

votre entretien en testant vos hypothèses clés

de manière ludique.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Réaliser votre entretien «expérience» lors du Sommet

des Entrepreneurs qui se tient chaque année

en mars. Vous pouvez disposer d’un des 25 stands

disponibles lors de l’activité Testing Place du Sommet

des Entrepreneurs.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Exemple : DIMENSION 4 - p.22.

CROWDFUNDING

Objectif : faire appel à un grand nombre de personnes

pour lever des fonds indispensables au lancement

ou au développement de votre projet. Identi-

fier, avant de les produire en masse, les produits qui

récoltent le plus de succès afin de réduire le risque

d’échec suite au lancement de vos produits.

Cas d’utilisation : le financement participatif

permet de valider votre concept et votre marché en

mesurant le degré d’implication de la foule, son engouement.

Dans le cas du don avec contrepartie.s,

vous pouvez prévendre un produit et donc mesurer

l’intérêt de votre cible, tout en préfinançant votre activité.

Qui plus est, il s’agit là d’un moyen efficace

de gérer vos premières commandes. Avec le crowdfunding,

vous pourrez mesurer la confiance que vos

investisseurs ont en la réussite de votre projet.

Outils :

1.

2.

3.

Stratégie du crowdfunding : faites-vous aider

au VentureLab par Isaline Thirion ou un des entrepreneurs

en résidence du VentureLab expert

en la matière. Vous pouvez également compter

sur l’aide de notre partenaire expert Crowd’In.

Contact : isaline.thirion@venturelab.be

Communication du crowdfunding : bénéficiez

des conseils et du soutien de Valentine Collet,

la chargée de communication du VentureLab.

Contact : valentine.collet@venturelab.be

Lancement du crowdfunding : profitez des

avantages et de l’expérience de l’un de nos

partenaires, Ulule ou Crowd’In, pour lancer

votre crowdfunding en fonction de vos objectifs

et du type de projet concerné.

Contact : isaline.thirion@venturelab.be

Exemple : FERME DE BAWEPUCE - p.66.

FAUSSE PORTE

Objectif : faire croire que votre produit existe et

qu’il est prêt à être vendu, avant de dire à votre client

qu’il n’est pas disponible (rupture de stock). Il est possible

à ce moment que votre client expime un sentiment

de frustration. C’est une très bonne nouvelle,

cela signifie que le besoin est bel est bien là. Par

contre, il est important de garder le lien avec ce client

et de traiter au mieux son sentiment de frustration

pour qu’il devienne l’un de vos premiers acheteurs

(contrepartie, précommande, tenir informé, etc.).

Cas d’utilisation : adapté pour tester vos hypothèses

« réelles » avant la décision de lancement :

confirmer l’adéquation entre la cible, le prix et certaines

fonctionnalités. Particulièrement recommandé lorsqu’on

hésite entre plusieurs versions du produit ou du

service (grands magasins, boutiques spécialisées…).

Outils :

1.

2.

Flyers ou brochures commerciales : créez rapidement

et à moindres frais vos documents

grâce à www.canva.com et puis imprimez-les

chez un de nos partenaires.

Test digital : lorsque vous êtes convaincus que

le digital est un canal adéquat pour mesurer

l’intérêt de vos clients, vous pouvez réaliser

un test digital en créant par exemple une campagne

de publicité sur les réseaux sociaux ou

via un moteur de recherche qui renvoie vers

une landing page. Recevez l’aide de notre expert

Make-it pour mettre en place votre testing

digital. Participez au programme de testing digital

du MVP Lab organisé par notre partenaire

Engine (http://www.engine-cw.be/mvplab).

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

9 |


2.

3.

4.

Landing page : développez votre page web

par vous-même en utilisant des outils commeWordpress,

Wix, Odoo, etc. Vous pouvez

entrer en contact avec l’un de nos experts pour

vous y aider.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Vous pouvez aussi faire appel à un de nos partenaires

afin de réaliser votre landing page :

Deuse (m.deuse@deuse.be), Produweb,

(laurent.dicarlo@produweb.be), Sirius web

(davidh@sirius-hub.be).

Pré-contrat : réalisez des préventes en proposant

à vos clients un avant-contrat de vente

avec l’aide de notre expert partenaire.

Contact : isaline.thirion@venturelab.be

Exemples : SENDO ; GREEN STUDENT ;

DESSENTIEL ; BROPTIMIZE.

FOCUS GROUP

Outils :

1.

2.

Accompagnement au focus group : profitez de

l’expertise de notre partenaire Plug-r en vue d’organiser

votre focus group.

Contact : a.kara@idcampus.be

Réaliser un focus group digital et analyser les

résultats obtenus en vue de prendre les bonnes

décisions : prenez contacts avec Hugo Jamin.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Exemple : TAKURA

INFILTRATEUR

Objectif : introduire votre produit/service dans un

lieu de vente existant pour en tester l’attrait.

Cas d’utilisation : produits ou services qui pourraient

être proposés comme « extension de gamme »

par de potentiels partenaires ayant de la clientèle

(grands magasins, boutiques spécialisées, etc.).

2.

3.

(Uhoda, Wattitude) pour infiltrer votre offre durant

une période déterminée dans un magasin en

lien avec votre secteur d’activité.

Contact : hugo.jamin@venturelab.

Le réseau des incubés pour vous aider : le VentureLab

est une grande famille, faites-vous aider

par une start-up déjà créée pour pouvoir

tester votre prétotype.

Contact : groupe Facebook privé du VentureLab.

Infiltrer votre offre lors du Sommet des Entrepreneurs

: utilisez l’espace disponible lors du

prochain Sommet des Entrepreneurs afin d’intégrer

votre offre et d’obtenir des retours de vos

clients potentiels.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Objectif : méthode qualitative de recherche sociale

qui favorise l’émergence de toutes les opinions.

Cette méthode, qui est à la fois orale et collective, ne

poursuit donc pas la recherche du consensus.

Cas d’utilisation : adapté pour le recueil des

perceptions, des attitudes, des croyances, des zones

de résistances des groupes cibles. Elle permet de

répondre aux« pourquoi ? » et aux « comment ? ».

Outils :

1.

Votre offre dans un magasin partenaire de notre

réseau : profitez du réseau des Entrepreneurs

en Résidence du VentureLab (Galler, D’ici, Vin

de Liège) ainsi que de celui des entreprises

sponsors du Venture-

Lab (Galler, BNP Paribas Fortis,

Trends tendances, etc.) ou des

autres magasins partenaires

| 10


MECHANICAL TURK

Objectif : remplacer des ordinateurs ou des machines

complexes et chères par des êtres humains.

Cas d’utilisation : adapté pour les produits technologiques

nécessitant un coût de développement

onéreux, comme une application ou un algorithme par

exemple. Permet aussi d’obtenir un retour client sur

l’utilisation, sans dépenser dans le développement du

prototype technique.

PINOCCHIO

Objectif : construire une version très basique de

votre produit en vue de tester sa taille, son poids, etc.

Cette technique fut, par exemple, utilisée pour concevoir

les smartphones actuels en utilisant des petites pièces

de bois, d’où le nom de la technique : le pinocchio.

Cas d’utilisation : adapté pour les produits dont

vous voulez valider l’intérêt fonctionnel, la taille, le poids,

la forme, la proposition.

PRETEND-TO-OWN

Objectif : littéralement « prétendre posséder » un

local ou une ressource clé en les louant ou en les empruntant

avant d’investir dans l’achat de quoi que ce

soit. Par l’habillage, ou l’accessoirisation, vous donnez

l’impression que cette ressource fait partie de votre entreprise.

Cas d’utilisation : cas où vos investissements

de départ sont importants (ex. lieu, machines, stock…).

la forme, la proposition.

Outils : Outils :

1. 1.

2.

3.

4.

Flyers ou brochures commerciales : créez rapidement

et à moindres frais vos documents

grâce à www.canva.com et puis imprimez-les

chez un de nos partenaires.

Livraison des produits : louez un vélo cargo

chez Kaméo Bikes à tarif préférentiel.

Contact : julien.jamar@kameobikes.com.

Utilisation téléphone : profitez de l’utilisation

offerte des téléphones du VentureLab pour

contacter vos clients potentiels.

Contact : emilie.eussen@venturelab.be

Carte de visite : obtenez gratuitement vos

cartes de visite suite à votre jury d’entrée.

2.

3.

Imprimante 3D : développez un modèle 3 dimensions

de votre produit grâce à l’accompagnement

de notre partenaire du FabLab. Contact :

s.hochede@idcampus.be

Design de produit : développez le design et les

premières versions de votre produit grâce à

notre partenaire IOL. Contact : francois@iol.be

Chèque création conseil : obtenez de l’aide pour

la réalisation de votre prétotype.

Contact :

www.cheques-entreprises.be/cheques/

conseil-a-lacreation-dentreprise

Exemple : FORSIT -p.34.

Contact : valentine.collet@venturelab.be.

Exemples : FOOT 24-7 - p.40 ; GOPEDA - p.42.

11 |


Outils :

1.

2.

| 12

Location d’un espace commercial

vide : profitez d’un

espace pop-up à tarif préférentiel chez

un de nos centres commerciaux partenaires :

Galeries Saint-Lambert et centre commercial de

la Médiacité.

Autres locations : utilisez la plateforme

www.toutseloue.be.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be.

Exemple : NORAH BLAKE - p.50.

PROVINCIAL

Objectif : tester votre produit ou votre service sur

un territoire limité avant de vous étendre.

Cas d’utilisation : adapté pour les services et les

produits pour lesquels le déploiement à grande échelle

est coûteux

2.

3.

4.

5.

Outils :

1.

Location d’un espace commercial vide : profitez

d’un espace pop-up à tarif préférentiel

chez un de nos centres commerciaux partenaires

: Galeries SaintLambert et centre

commercial de la Médiacité.

Votre offre visible au centre-ville de Liège : grâce

à notre partenariat avec l’ASBL Liège centre,

vous pouvez proposer vos produits sur un

stand lors de l’événement estival Place Making.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Votre offre visible lors du Sommet des Entrepreneurs

: vous pouvez disposer d’un des 25 stands

disponibles lors de l’activité Testing Place organisée

lors du Sommet des Entrepreneurs.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Étude de marché : obtenez des informations essentielles

(nombre de passants sur une période

donnée par rue, chiffre d’affaires moyen des

commerces d’une rue, etc.) au sujet du potentiel

d’un espace de location pour votre projet grâce

à notre partenariat avec l’ASBL Liège centre.

Contact : secretariat@liegecentre.be

Stand de test : empruntez un des deux stands

de test que le VentureLab met à votre disposition.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Exemple : HUGGY’S BAR - p.62.

RE - LABEL

Objectif : mettre votre étiquette sur un produit existant

qui ressemble au produit que vous voulez créer

afin de tester l’intérêt et la réaction de votre cible face

au produit concerné.

Cas d’utilisation : adapté pour les produits où il

existe déjà un produit / service proche de l’idée et pouvant

être soumis à de légères modifications pour donner

une idée du nouveau produit/service.

Outils :

1.

2.

Kit de communication minimum : créez rapidement

et à moindres frais vos premières

étiquettes grâce à www.canva.com et puis

imprimez-les chez un de nos partenaires.

Design de votre étiquette : recevez les conseils

de notre partenaire Wallonie Design pour créer

une étiquette qui rassemble les informations

légales nécessaires ainsi que votre proposition

de valeur.

Contact : boris.antoine@walloniedesign.be

Exemple : ECOPOON - p.48.

STORYBOARD

Objectif : réaliser une maquette simplifiée du parcours

de l’utilisateur d’une application ou d’une plateforme.


Cas d’utilisation : adapté lorsqu’il s’agit de faire

comprendre le concept d’un projet à travers un scénario

en histoire. Exemple : les projets de site ou d’application,

car le storyboard permet de décrire les actions qui pourront

être effectuées sur la plateforme sans, au préalable,

devoir développer cette plateforme. Cela permet aussi

de raconter l’expérience client et d’y intégrer des éléments

concrets ainsi que des étapes clés.

Outils :

1.

Développer vos recettes de produit alimentaire :

notre partenaire du Smart Gastronomy Lab vous accompagne

tout au long du développement de votre

recette/produit; de la rédaction de votre cahier des

charges à la réalisation d’un prétotype.

Outils :

1.

2.

Structurer votre storyboard : utilisez la méthode

du crazy 8 qui consiste à diviser un support visuel

(A3 ou A2 ou autres) en 8 parties et à les

remplir rapidement (ex : 2 minutes par partie)

pour identifier rapidement les principales étapes

de votre storyboard.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Créer votre storyboard : créer rapidement

votre storyboard grâce à des sites comme

www.canva.com ou bien www.storyboardthat.com.

Exemples : WESEHI - p.32.

MINIMUM VIABLE PRODUCT

2.

3.

4.

Contact : dorothee.goffin@ulg.ac.be

Construire votre MVP : faites-vous accompagner par

notre partenaire IOL afin de créer un premier produit

fonctionnel de votre idée.

Contact : francois@iol.be

Aide chèque-entreprise : obtenez de l’aide pour financer

votre prétotype grâce au chèque entreprise sur

www.chequesentreprises.be/cheques/conseil-a-lacreation-dentreprise.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Tester votre MVP lors du Sommet des Entrepreneurs

: vous pouvez disposer d’un des 25 stands

disponibles lors de l’activité Testing Place organisée

lors du Sommet des Entrepreneurs.

Objectif : créer une version fonctionnelle simplifiée

du produit/service en se concentrant uniquement sur

ses fonctions de base, au cœur de la proposition.

Cas d’utilisation : à réaliser après avoir déjà fait

une ou deux expériences de prétotypage ayant confirmé

l’intérêt. Le Minimum Viable Product permet de recueillir

une vraie expérience client, il peut se vendre ou

être proposé en test avant le produit final.

5.

Contact : hugo.jamin@venturelab.be

Vendre votre MVP et vos premiers produits grâce au

Catalogue Cadeaux des Start-up wallonnes : chaque

année, ce catalogue rassemble les 20 meilleures idées

de cadeaux créés par des Étudiants Entrepreneurs.

Contact : aude.bonvissuto@venturelab.be

Exemples : RUSH - p.36 ; YAKA - p.52.

13 |


| 14

No

way !


LE CARROUSSEL :

pouvoir présenter en version miniature,

avec des Lego ou des Playmobil, par

exemple, votre idée de projet.

Toutes autres méthodes qui vous

permettent de tester et valider vos

hypothèses sans devoir investir trop

de temps et trop d’argent.

LE REMOTE :

démarrer par la distribution du produit

ou service, de manière ambulante, pour

comprendre comment fonctionnent les

clients, voir leur environnement et pouvoir

les fidéliser. Cela permet ensuite

de faire un choix éclairé sur la localisation

la plus adaptée, en fonction, par

exemple, de la provenance des clients.

LA VIDÉO :

utiliser le support vidéo pour mesurer

la compréhension et l’engagement de

votre cible par rapport à votre concept.

Demandez-vous : comment tester cette hypothèse en douze heures et avec

moins de cent euros plutôt que de le faire en plusieurs semaines après avoir investi des

milliers d’euros ? Faites confiance à votre créativité et à celle des autres, elle n’a aucune

limite !

Mais comment s’assurer que la technique de prétotypage choisie sera la plus adéquate,

la plus efficace ?

La bonne technique de prétotypage sera celle qui vous permet d’entreprendre une/ des

action(s) sur base des informations collectées auprès de vos clients.

Exemple : Vous aviez une hypothèse sur le prix de vente de votre lampe design produite

en petite unité. Votre A/B testing dans deux magasins de la région vous permet de réaliser

qu’un prix de vente moins cher n’entraine pas forcément une augmentation des ventes.

Mais il est difficile sur base de cette seule expérience de fixer votre prix de vente A.

En effet, la valeur perçue a certainement été influencée par le magasin dans lequel votre

lampe était exposée. Du coup, quel aspect de votre business model votre prétotype a-t-il

cherché à tester, est-ce la valeur perçue par vos clients ? Le prix de vente ? Le canal de

distribution ? Ce n’est plus si clair.

Il faut éviter les situations où vous ne savez pas quoi faire des informations récoltées

suite à votre prétotypage. Le risque est alors de tourner en rond.

Au contraire, demandez-vous toujours, lorsque vous choisissez votre méthode de prétotypage,

ce que celle-ci va vous permettre de tester précisément. Et aussi : quelles pourraient

être les actions à entreprendre suite aux résultats observés ? En résumé, est-ce que les

informations que vous cherchez à obtenir via le prétotypage seront actionnables ?

15 |


LES HISTOIRES

DE PRÉTOTYPAGE

Les histoires de prétotypage, c’est un recueil simple, pratique,

raconté sous forme d’histoires pour tous celles et ceux qui souhaitent

entreprendre ou qui entreprennent déjà, qu’ils soient

étudiants, jeunes diplômés ou déjà dans la «vie active». Le recueil

est également destiné aux structures qui accompagnent

les entreprises et qui facilitent leur création en leur permettant

de se nourrir d’exemples concrets et réels. Enfin, ces exemples

intéresseront aussi les entreprises qui souhaitent, grâce à des

méthodes agiles appliquées, apprendre à innover dans un environnement

toujours plus volatile et incertain.

Objectif ? Mettre en avant l’utilité et l’importance de la démarche

de tester l’intérêt de vos clients vis-à-vis de votre solution.

Ceci avant d’investir trop de temps et trop d’argent dans

la construction de cette solution.

Découvrez les histoires d’entreprises qui ont cherché à répondre

à des défis grâce à des méthodes appliquées de prétotypage.

Les histoires se structurent autour des principales hypothèses

et des principaux défis qui se posent fréquemment aux entreprises

lors des premières étapes de vie du projet :

| 16


7.

Est-ce que des investisseurs

croient en votre projet ?

6.

Est-ce que votre cible sera fidèle

à votre solution ?

1.

Comment identifier votre cible et

ses besoins dans son contexte ?

2.

Comment atteindre votre cible ?

3.

4.

5.

Votre cible comprend-elle votre offre ?

Est-ce que votre cible exprime un intérêt pour votre solution ? Combien de personnes sont concernées ?

Est-ce que votre cible est prête à payer pour votre solution ?

17 |


Hypothèse

à tester.

L’hypothèse

à tester :

80 % des consommateurs interrogés

comprennent-ils le concept de couverts

comestibles et 50% d’entre eux sont-ils

prêts à les utiliser pour un apéro dans un

contexte privé ou professionnel ?

Premier défi

de la start-up.

Une analyse des tendances des consommateurs

et l’avènement d’une nouvelle

règlementation européenne qui limite l’utilisation

Premier des matières défi plastiques de à usage

unique confirme l’existence d’un marché

la start-up :

pour lancer une gamme de couverts comestibles.

Mais, avant de développer sa

propre gamme de produits, Ecopoon aimerait

s’assurer que les consommateurs

sont prêts à utiliser ce genre de couverts :

comment passer de l’opinion à la preuve

avant d’investir plus de temps et d’argent ?

Ustensiles (cuillères, fourchettes,

L’idée :

mélangeurs à café, etc.) comestibles,

biodégradables et solides.

c’est la mission de l’entreprise,

sa solution différenciante pour

le public auquel elle s’adresse,

c’est-à-dire, sa cible. En gros, le

rêve de l’entrepreneur.

c’est la traduction de cette inconnue

sous la forme d’une

hypothèse critique qui doit être

aussi précise que possible, car

l’objectif est de pouvoir y répondre,

par le test.

c’est l’élément incertain, l’inconnue

prioritaire que la start-up

doit chercher à connaitre pour

pouvoir avancer sur son projet

avant d’investir plus de temps et

plus d’argent.

Test

réalisé

Pour confirmer son hypothèse, Ecopoon

a acheté chez un concurrent

un lot de couverts se rapprochant

de leur idée. Maxime et Cyril, les

fondateurs d’Ecopoon, sont ensuite

partis Le test à la rencontre réalisé des consommateurs.

Objectif : tester les cou-

:

verts dans des conditions réelles

pour voir si ces consommateurs

comprennent le concept et ensuite,

mesurer le pourcentage d’entre eux

qui seraient prêts à tester la solution

dans le cadre d’une dégustation ou

d’un apéro.

Et après ?

Après avoir eu la confirmation

que les consommateurs comprenaient

le concept des couverts

comestibles

Et après

et qu’ils

?

étaient

prêts à l’utiliser par la suite, Ecopoon

a pu créer son premier prototype

grâce à l’aide du Smart

Gastronomy Lab de Gembloux.

Plus

Plus

d’informations

d’informations :

www.ecopoon.be

| 18


c’est l’expérience, l’action mise en place par

l’entreprise pour répondre à l’hypothèse critique.

Il est important d’adapter ce test pour optimiser

les résultats obtenus et pour limiter lles biais d’erreurs

lors de l’expérience. C’est ce « test » que l’on

appelle le prétotypage.

Comment l’entreprise a-t-elle pu avancer suite aux

tests réalisés ? Quels ont été les enseignements

tirés par l’entreprise ?

Pour chaque type

d’hypothèses,

les histoires

d’entreprises sont

structurées autour

des éléments

suivants.

toutes les informations au sujet de l’avancée

du projet.

19 |


|20


21 |


Hypothèse

à tester.

Quels sont les besoins prioritaires des

personnes qui se renseignent sur tout ce

qui entoure le contexte de la fin de vie ?

Quelles sont les difficultés rencontrées,

ainsi que les bénéfices attendus pour ces

personnes ?

Premier défi

de la start-up.

«Dimension quatre» a comme premier

défi de chercher à mieux comprendre les

besoins de sa cible. Lorsqu’il s’agit des

questions relatives à la fin de vie, qu’est-ce

que les personnes cherchent à exprimer ?

Quels sont leurs besoins et qu’est-ce qui

compte le plus pour elles ? Ce défi est un

challenge particulier puisque c’est un sujet

sur lequel les personnes ne s’expriment

pas facilement.

Service qui accompagne et aide les

personnes qui désirent préparer tout

ce qui peut toucher à leur fin de vie.

Test

réalisé.

Djena Dresse, la porteuse du projet,

a profité du Sommet des Entrepreneurs

pour interroger différentes

personnes. Concrètement, son test

visait à identifier leurs besoins (valeurs,

cérémonials, mémoires, budgets,

administratifs, environnementaux)

par rapport à leur fin de vie.

Ce jeu de question-réponse s’est

effectué grâce à une expérience

ludique type «black jack». La personne

interrogée avait l’opportunité

de placer ses jetons en nombre

limité en fonction de ce qui était le

plus important pour elle. L’entretien

s’est donc déroulé dans une atmosphère

légère et conviviale, loin de

ce qu’on pourrait imaginer de prime

abord lorsqu’on évoque la fin de vie.

De la sorte, Dimension quatre a pu

faire ressortir plus facilement des

informations cruciales autour des

principaux besoins des personnes

interrogées face à la thématique de

la fin de vie.

|22


Et après ?

Dimension quatre a pu prioriser son

offre et définir une proposition de

valeur plus encline à répondre aux

besoins de sa cible. Désormais,

Djena arpente les salons dédiés à

la thématique en vue de tester cette

proposition de valeur et voir si les

personnes rencontrées expriment

un intérêt suffisant. En attendant,

Djena continue de collecter des

informations cruciales pour faire

grandir son projet d’entreprise.

Plus

d’informations.

www.dimensionquatre.com

23|


Hypothèse

à tester.

Le public cible identifié, à savoir les

hommes urbains de 20 à 35 ans, exprimet-il

un intérêt vis-à-vis d’une chemise au

textile hydrophobe ?

Premier défi

de la start-up.

Takura est entré au VentureLab avec

l’idée de vendre des vêtements utilisant

un textile innovant. Pour Éric et Loïc, les

deux fondateurs du projet, il était crucial

de vérifier s’il existait réellement une demande

de la part du marché pour ce type

de textile avant de produire du stock qui

pourrait ne jamais être vendu. Le premier

défi pour Takura a donc été de vérifier si

les clients exprimaient un intérêt vis-à-vis

de la solution.

Concept de marque de vêtements,

revisitant les classiques du vestiaire

masculin avec des matériaux techniques.

Test

réalisé.

Après avoir mené plusieurs entretiens

qualitatifs avec leur cible afin

de recueillir des avis pertinents sur

l’orientation du projet, Takura a réalisé

un premier prototype en cherchant

à optimiser les coûts, sans

devoir produire la chemise en série.

Takura a enfin réalisé un focus

group, avec l’aide de Plug-R, en réunissant

15 personnes ciblées. Objectif

: recueillir les avis, les idées,

les réflexions en vue d’affiner son

cahier des charges, la sensibilité au

prix ainsi que les marques d’intérêt

de son public cible avant de s’engager

dans des frais de réalisation.

Et après ?

À la suite du focus group, Takura est

ressorti avec la conviction de vouloir

tester à plus grande échelle l’intérêt

de sa proposition de valeur auprès

de son public cible. Loïc et Éric

avaient ainsi envisagé de réaliser un

prétotypage digital grâce à une landing

page. Finalement, comme cela

peut parfois arriver, les deux fondateurs

ont décidé de mettre le projet

de côté suite à des aspirations personnelles

différentes.

|24


Plus

d’informations.

ericniyimpa@gmail.com

25|


|26


27|


Hypothèse

à tester.

Est-ce qu’un nombre suffisant d’entreprises

sont prêtes à tester le concept

du ZenPod , et via quel canal privilégié

atteindre ces entreprises ?

Premier défi

de la start-up.

Les principaux clients identifiés sont les

entreprises. Lors des premiers entretiens

qualitatifs, celles-ci se montrent

curieuses et cherchent à en savoir plus

sur le concept malgré le fait que la sieste

«au travail» reste souvent tabou. L’objectif

pour SenDo est, à présent, de mesurer

l’engagement du marché autour de son

concept de cocon ZenPod. Est-ce que

les entreprises auront envie de tester le

concept, et par la suite de l’acheter ? Comment

passer de l’opinion à la preuve avant

d’investir plus de temps et d’argent ?

Concept de cocon qui permet une isolation

sensorielle afin de se déconnecter et de

bénéficier d’une microsieste réparatrice.

Test

réalisé.

SenDo a fait réaliser une maquette

visuelle 3D de son projet, ainsi qu’un

kit de support de communication

minimal (brochure physique et digitale).

SenDo a, ensuite, été rencontrer

les entreprises chez elles,

lors d’événements B2B ou sur LinkedIn,

pour expliquer le concept du

ZenPod et leur proposer une offre.

Et après ?

Les entreprises, toute tailles

confondues, s’intéressent au projet,

mais souhaitent avoir la preuve de

l’efficacité du cocon. L’employeur

exprime un besoin d’être rassuré

et de savoir que le produit ZenPod

aura réellement un impact sur l’épanouissement

et le travail de ses

employés. La prochaine étape du

projet sera, dès lors, de construire

un Minimum Viable Product (Produit

Minimum Viable) pour tester

cette nouvelle hypothèse au sein

même des entreprises intéressées.

Plus d’informations.

SenDo Belgium

|28


29|


|30


31 |


THE KINGSLAYERS

Hypothèse

à tester.

Est-ce que les joueurs rencontrés

comprennent le concept proposé

(co-construction et amélioration du gameplay)

grâce au storyboard, et est-ce

que cela leur donne envie de tester la

première version du jeu ?

Premier défi

de la start-up.

Lionel et Davy Maingé souhaitent éditer

un jeu vidéo MOBA : The KingSlayers.

Étant des joueurs, ils ont une idée assez

précise du produit qu’ils veulent proposer

aux autres joueurs. Dans un premier

temps, Wesehi cherche à rencontrer sa

cible afin de voir si elle serait prête à s’engager

un peu plus en testant une première

version du jeu.

Wesehi est un studio de jeu vidéo de type MOBA (Multiplayer Online

Battle Arena), pensé de façon à redonner de la fraîcheur au genre.

Ceci grâce à un système de co-construction des jeux qui donne la

parole aux joueurs ainsi qu’un mode de jeu qui vise à développer et

faire s’exprimer les talents et les compétences de chaque joueur.

Test

réalisé.

Wesehi a posé le scénario du jeu et

ses principaux éléments différenciant

grâce à un storyboard s’appuyant

sur des images et quelques

brèves explications. Cette méthode

de test a permis d’expliquer le

concept sans devoir investir trop de

temps ni trop d’argent. Wesehi est

ensuite allé recueillir les impressions

dans les lieux propices au jeu vidéo.

Et après ?

Forts des premiers retours positifs,

Lionel et Davy souhaitent réaliser

des focus groups avec leur cible

en leur faisant tester un Minimum

Viable Product (voir définition page

13) du jeu. Objectif : vérifier si les

grandes fonctionnalités, et en particulier

la singularité du gameplay,

respectent les promesses du jeu

et satisfont les joueurs. Les deux

créateurs comptent utiliser des

bruitages, des musiques et des éléments

graphiques déjà existants

pour tester uniquement les fonctions

principales de leur jeu.

Plus d’informations.

@wesehithekingslayer

|32


33|


Hypothèse

à tester.

Quelles sont les fonctionnalités minimales

à proposer pour convaincre les

clients d’acheter le ForSit ?

Premier défi

de la start-up.

Dans un premier temps, ForSit a récolté

rapidement un nombre important de visiteurs

sur sa landing page grâce à une

publicité autour d’un visuel en trois dimensions

du produit. Sur base de cet intérêt,

ForSit aimerait confronter son idée

de produit à de premiers utilisateurs pour

voir comment ceux-ci se l’approprient.

Comment le faire sans devoir investir ni

trop de temps ni trop d’argent ?

Une pochette PC qui se transforme en coussin ergonomique

pour améliorer l’assise des étudiants aux cours.

La pochette est également dotée d’une batterie

en vue de charger ordinateur et téléphone.

Test

réalisé.

En vue de tester la proposition de

valeur auprès des étudiants et de

récolter leur feedback, Martin Fortemps

a créé une version minimale

de son produit ForSit à l’aide de carton

mousse et gel commandé sur

internet, ainsi qu’une pochette pour

faire office de housse PC. Martin a

ensuite mené un entretien auprès

des étudiants en auditoire pour

évaluer leur expérience, en termes

d’usage et de confort, avec cette

version minimale qui lui a coûté

seulement quelques euros.

Et après ?

Sur base des premiers retours encourageants,

ForSit a décidé de

développer, avec l’aide d’IOL, une

agence de design industriel, un prototype

du produit plus évolué en vue

de répondre aux besoins exprimés

des étudiants.

Plus d’informations.

martinfortemps@gmail.com

|34


35|


Hypothèse

à tester.

Premier défi

de la start-up.

Réduire le nombre de personnes qui ne

déjeunent pas en Belgique en proposant

des petits déjeuners pratiques.

Quel est le meilleur public cible pour Rush ?

Et, est-ce que les clients comprennent bien

le message et la proposition de valeur de

Rush : un déjeuner plus sain et plus adapté ?

Rush a identifié, sur bases d’études et

d’observations réelles, que bon nombre

de personnes ne déjeunent pas. Plusieurs

causes sont identifiées. Rush souhaite solutionner

ce problème en proposant un déjeuner

buvable et consistant. Les premiers

retours récoltés lors des entretiens sont

positifs, mais en sera-t-il autant lorsque

les consommateurs testeront le produit

en conditions réelles ? Et qui seront les

consommateurs prioritaires du produit ?

Comment passer de l’opinion à la preuve

avant d’investir plus de temps et d’argent ?

Test

réalisé.

Rush a fait tester son produit de déjeuner

buvable en conditions réelles

aux entrepreneurs du Greenbizz.

brussels. Rush s’est servi d’une

première recette de son produit réalisée

dans les cuisines du Smart

Gastronomy Lab ainsi que d’un kit

de communication minimal comprenant

une identité visuelle et un

packaging simple, mais efficace. La

date limite de consommation n’est

que d’un jour pour le test, mais cela

est suffisant à ce stade.

Et après ?

Rush continue d’affiner son produit

et de le tester dans le but d’identifier

qui sont leurs meilleurs clients à ce

stade : les étudiants, les employés,

les indépendants, les femmes ou

les hommes ? Ces premiers résultats

seront déterminants pour la

suite du projet.

Plus d’informations.

www.rushsmartfood.be

|36


37|


|38


39|


Hypothèse

à tester.

Premier défi

de la start-up.

Plateforme de mise en relation de joueurs de football et de

futsal visant à faciliter la recherche de joueurs, de parties

et d’équipes à affronter. Le slogan : « Finies les parties de

football annulées au dernier moment, joue quand tu veux, où tu

veux et avec qui tu veux ! »

Valider le besoin de mise en relation

pour trouver des joueurs, créer des parties

et trouver des lieux de pratique.

En moyenne, est-ce que 20% des étudiants

footeux rencontrés sur le campus

de l’ULiège feraient appel à ce service de

mise en relation ?

Les premières personnes interrogées expriment

un intérêt pour ce type de solution.

Comment s’assurer que l’intérêt exprimé

se traduise par une réelle utilisation

du service ? Comment s’assurer qu’il y

aura suffisamment d’utilisateurs intéressés

par ce service? Comment passer de

l’opinion à la preuve avant d’investir plus

de temps et d’argent ?

Test

réalisé.

Rayan Kassir, le fondateur de foot

24.7, est allé rencontrer ses utilisateurs

potentiels sur le campus de

l’ULiège en leur proposant de trouver,

à leur place, des joueurs, des

parties de football et des terrains.

Rayan a d’abord distribué des cartes

de visite et, dans un second temps,

des flyers en invitant à le contacter

pour qu’il fasse, ensuite, le travail de

mise en relation. Grâce à cette expérience,

Foot 24.7 a pu confirmer

qu’un nombre significatif de joueurs

de football étaient intéressés par le

service. L’intérêt de créer un site internet

est réel, ensuite une application

lorsque le nombre d’utilisateurs

sera suffisant.

Et après ?

Désormais, l’application rassemble

une communauté de plus de 10000

utilisateurs avec des dizaines de

parties de football créées par mois.

Plus d’informations.

www.foot24-7.com

|40


41 |


Hypothèse

à tester.

Premier défi

de la start-up.

Achat et vente en ligne de ressources

pédagogiques de seconde main

entre particuliers.

Valider qu’il existe une demande pour le

matériel pédagogique de seconde main

et évaluer le potentiel de marché pour ce

type de bien.

Delphine et Benoit, les deux porteurs

du projet, sont enseignants. Ils sont

convaincus qu’il existe une seconde vie

pour tout le matériel pédagogique stocké

inutilement ou destiné à la poubelle.

Il leur faut désormais s’assurer que leur

conviction n’est pas juste une intuition,

mais qu’il existe bel et bien un intérêt et

une demande pour ce type de produit sur

le marché.

Test

réalisé.

Delphine et Benoit se sont rendus à

une brocante organisée à Bruxelles.

Ils y ont installé leur stand en proposant

du matériel pédagogique de

seconde main (une centaine d’articles

variés : livres, manuels, jeux

de société, d’apprentissage, créations

pédagogiques, meubles sur

roulette, bancs, ballons assis, etc.).

Leur objectif : avant d’investir plus de

temps et d’argent dans le projet et

de développer une plateforme web,

vérifier que les parents et les jeunes

enseignants expriment un intérêt

concret vis-à-vis de leurs produits de

seconde vie. Résultats ? GoPeda a

vendu tout son matériel scolaire en

moins de trois heures pour un montant

total de 350 euros dans un milieu

peu favorisé. GoPeda a aussi pu

vérifier les types de produits qui se

vendent le plus.

Et après ?

Ce retour positif et d’autres expériences

ont, à chaque fois, confirmé

l’existence d’une demande

suffisamment forte pour le matériel

pédagogique de seconde main.

|42


Delphine et Benoit ont alors été

trouver l’entreprise Deuse. Cette ancienne

start-up accompagnée par le

VentureLab les a aidés à construire

une première version viable de

leur site internet. Désormais, www.

gopeda.com est en ligne pour le

bonheur des plus petits, des plus

grands et de l’environnement.

Plus d’informations.

www.gopeda.com

43|


Hypothèse

à tester.

Premier défi

de la start-up.

Dessentiel propose aux parents, grâce à

un commerce en ligne, des jeux permettant

de stimuler l’apprentissage de base

de leurs enfants.

Est-ce que 25% des personnes à qui l’on

propose la solution expriment un intérêt

concret ? Par quel aspect de la proposition

de valeur ces personnes sont-elles

le plus intéressées ?

Dessentiel a rencontré plusieurs personnes

dans le cadre d’entretiens qualitatifs.

Conclusion : les futurs clients ont des

besoins différents. Désormais, Dessentiel

souhaite faire émerger des informations

de manière plus quantitative. Surtout, elle

souhaite voir quel aspect de sa proposition

de valeur répond le plus aux besoins des

clients en ligne. Est-ce que la cible de Dessentiel

exprime un intérêt pour sa solution ?

Et quel est l’aspect de la solution qui fait réagir

le plus positivement sa cible ? Combien

de personnes sont concernées ?

Test

réalisé.

Pour tester sa proposition de valeur

sans devoir, pour autant, développer

tout un site internet, Dessentiel

a réalisé une landing page reprenant

l’essentiel de sa proposition de

valeur ainsi qu’un « call to action »

visible et clair. Pour promouvoir sa

landing page, Dessentiel a réalisé en

parallèle 2 campagnes de publicité

sur Facebook en mettant en avant

deux messages différents autour de

sa proposition de valeur, grâce à la

méthode du A/B testing.

Et après ?

Dans les deux cas de figure, les résultats

ont été plutôt mitigés. Si le

taux de clic était relativement bon,

très peu de personnes ayant visité

le site ont ensuite exprimé l’envie

d’acheter un produit. Le coût d’acquisition

s’est révélé si élevé que

Dessentiel n’aurait pas été rentable.

La porteuse de projet a décidé d’y

mettre fin.

Plus d’informations.

dkbinene@gmail.com

|44


45|


Hypothèse

à tester.

Est-ce que les étudiants de 12 à 18 ans

expriment un intérêt (taux de clic et taux

de conversion) significatif, c’est-à-dire

au-dessus de la moyenne comparable,

concernant la proposition de valeur de

Green Student ?

Premier défi

de la start-up.

Face aux enjeux climatiques et suite

aux marches pour le climat, Edin Spahic

a une intuition : aider les jeunes à

passer à l’action en leur proposant une

gamme de fournitures scolaires écoresponsables.

Au passage, ces achats

aident les associations de protection

de l’environnement et des animaux, car

une partie des bénéfices leur seront reversés.

Pour fonctionner, Green Student

a besoin d’avoir la confirmation qu’il

existe un intérêt de la part des étudiants

Marque de fournitures scolaires écoresponsable

visant à promouvoir le local et à sensibiliser

les jeunes à leurs habitudes de consommation.

du fondamental et du secondaire

pour ce type de fournitures scolaires.

Comment passer de l’opinion

à la preuve avant d’investir

plus de temps et plus d’argent ?

Test

réalisé.

Edin, le fondateur du projet Green

Student, a participé au programme

du MVP Lab organisé par Engine

afin de réaliser une landing page sur

Instapage. La landing page se structurait

autour d’une proposition de valeur

différenciante forte, un « call to

action » clair, des éléments visant à

crédibiliser le projet et une rubrique

FAQ. Pour tester la réaction de public

face à son projet, Green Student

a mené une campagne de publicité,

principalement sur Facebook.

Et après ?

Après une campagne de publicité

d’environ 10 jours, les résultats

obtenus par Green Student ont dépassé

les espérances. Le taux de

clic et le taux de conversion étaient

au-dessus de la moyenne comparable.

Le taux de conversion était

même proche des 24%. Cependant,

|46


comme le produit n’est pas encore

disponible, les clients potentiels

n’ont pas pu aller jusqu’au bout de

la procédure d’achat en encodant

leurs données bancaires. C’est donc

la prochaine étape du projet : permettre

aux clients de précommander

tout en développant un premier

MVP du produit.

Plus d’informations.

spahh137@gmail.com

47|


Alimentaire

Hypothèse

à tester.

80 % des consommateurs interrogés

comprennent-ils le concept de couverts

comestibles et 50% d’entre eux sont-ils

prêts à les utiliser pour un apéro dans un

contexte privé ou professionnel ?

Premier défi

de la start-up.

Une analyse des tendances des consommateurs

et l’avènement d’une nouvelle

règlementation européenne qui limite l’utilisation

des matières plastiques à usage

unique confirme l’existence d’un marché

pour lancer une gamme de couverts comestibles.

Mais, avant de développer sa

propre gamme de produits, Ecopoon aimerait

s’assurer que les consommateurs

sont prêts à utiliser ce genre de couverts :

comment passer de l’opinion à la preuve

avant d’investir plus de temps et d’argent ?

Ustensiles (cuillères, fourchettes,

mélangeurs à café, etc.) comestibles,

biodégradables et solides.

Test

réalisé.

Pour confirmer son hypothèse, Ecopoon

a acheté chez un concurrent

un lot de couverts se rapprochant

de leur idée. Maxime et Cyril, les

fondateurs d’Ecopoon, sont ensuite

partis à la rencontre des consommateurs.

Objectif : tester les couverts

dans des conditions réelles

pour voir si ces consommateurs

comprennent le concept et ensuite,

mesurer le pourcentage d’entre eux

qui seraient prêts à tester la solution

dans le cadre d’une dégustation ou

d’un apéro.

Et après ?

Après avoir eu la confirmation

que les consommateurs comprenaient

le concept des couverts

comestibles et qu’ils étaient

prêts à l’utiliser par la suite,

Ecopoon a pu créer son premier

prototype grâce à l’aide du Smart

Gastronomy Lab de Gembloux.

Plus

d’informations.

www.ecopoon.be

|48


49|


|50

Hypothèse

à tester.

Est-ce que la majorité des clientes ont

le sentiment de vivre une expérience

d’achat unique et améliorée grâce au

concept de Norah Blake ?

Premier défi

de la start-up.

Le concept de Norah Blake veut se différencier

en voulant offrir à ses clientes

une expérience unique. Les deux fondatrices

pensent que présenter des

vêtements haut de gamme dans une

caravane type « Airstream », en offrant

des conseils avant de commander en

ligne, permettra d’atteindre cette expérience

unique. Mais, à ce stade, cela

reste de l’ordre de l’opinion. Comment

passer de l’opinion à la preuve avant

d’investir plus de temps et d’argent ?

Essayer des vêtements dans une ambiance originale, et finaliser

l’achat en ligne. Les essais se déroulent dans une caravane de type

« Airstream » offrant une expérience d’achat unique. La clientèle

entre et essaie des vêtements ; si elle est conquise, elle finalise

l’achat avec une vendeuse et est ensuite livrée à domicile.

Test

réalisé.

Norah Blake a loué, le temps d’un

week-end, une caravane type

« Airstream ». L’objectif est resté le

même, c’est à dire offrir un concept

qui améliore l’expérience d’achats

des vêtements haut de gamme. La

caravane était bien entendu agencée

et décorée pour réellement faire

croire à une boutique mobile. Qu’en

ont pensé les clientes ?

Et après ?

Le retour des clientes était mitigé. Il y

avait autant d’avis positifs que d’avis

négatifs. Malheureusement, les retours

négatifs déploraient le manque

d’espace dans la caravane pour pouvoir

circuler et pour essayer les vêtements.

En bref, le test n’a pas pu

confirmer l’amélioration significative

de l’expérience d’achat chez la majorité

des clientes. Après quelques

pivots suite à ce prétotypage, les

fondatrices ont décidé de mettre un

terme au projet Norah Blake. Heureusement

qu’elles n’avaient pas

acheté de caravane !

Plus d’informations.

florence.burtin@gmail.com


51 |


|52

Hypothèse

à tester.

Premier défi

de la start-up.

Restaurant afro-caribéen, authentique,

qualitatif et moderne, qui se positionne comme

une alternative aux autres restaurants,

la plupart traditionnels.

Est-ce que suffisamment de clients sont

prêts à goûter à la cuisine africaine grâce

au concept Yaka ?

Yaka est convaincu de son concept : offrir

l’expérience de la cuisine africaine,

accessible au plus grand nombre. Mais

être convaincu, seul, de son concept ne

suffit pas. Aris, le porteur du projet, doit

maintenant vérifier que Yaka répond

réellement aux besoins d’un nombre suffisant

de futurs clients. Mais ouvrir un

restaurant demande beaucoup d’investissements.

Comment passer de l’opinion

à la preuve avant d’investir plus de

temps et d’argent ?

Test

réalisé.

Proposer un service de chef à domicile

et de traiteur lors d’événements

d’entreprises et recevoir, en direct,

les commentaires des consommateurs.

Une méthode beaucoup plus

efficace que de se calfeutrer dans la

cuisine professionnelle d’un restaurant

flambant neuf. Ensuite, le test

a consisté à créer les bases d’une

communauté via Facebook, en publiant

des photos de la future carte

et en racontant les histoires liées

aux plats. Ce qui a permis d’évaluer

l’intérêt et animer un réseau de futurs

clients pour le restaurant.

Et après ?

Après une longue période de prétotypage

et d’entretiens quantitatifs

(sondage en ligne) et qualitatifs (interviews

dans la rue) qui ont permis

à Aris d’obtenir un nombre important

de feedbacks, souvent positifs, le

projet Yaka s’est finalement concrétisé.

En novembre 2019, Yaka signait

les contrats de bail de son futur restaurant

de cuisine africiane. Le restaurant

a ouvert officiellement ses

portes à Liège durant le printemps

2020 juste après le premier confinement

imposé à la population.


Plus d’informations.

www.yaka-liege.be

53|


|54


55|


Hypothèse

à tester.

Existe-t-il une demande suffisante pour

ce type de produits auprès de la clientèle

soucieuse de bien s’alimenter en produits

sains et biologiques ?

Premier défi

de la start-up.

Au démarrage du projet, l’idée était de

produire et commercialiser des légumes

fermentés à l’ancienne. Cette technique de

conservation des aliments semble faire son

grand retour dans les habitudes de consommation

et présente beaucoup d’avantages,

notamment nutritionnels. Sur papier, c’est la

nouvelle tendance de consommation. Mais

sur le terrain, est-ce que les clients allaient

répondre présents ? Comment passer de

l’opinion à la preuve avant d’investir plus de

temps et d’argent ?

Faire redécouvrir le goût de notre région grâce à des recettes

authentiques (la choucroute, le confit d’oignons, la ratatouille,

la compote, etc.) et plus audacieuses (légumes fermentés). Cette

conserverie travaille en direct avec les producteurs wallons.

Elle s’engage à présenter, à travers ses réseaux, les visages

(binettes) et les histoires d’hommes et de femmes passionnés qui

sont au cœur de notre système alimentaire.

Test

réalisé.

Après avoir mis une série de produits

au point, les Binettes a contacté

des magasins afin de proposer

une dégustation aux clients et de

pouvoir obtenir les réponses à ses

questions. La porteuse du projet a

choisi d’aller dans 2 magasins bio

de la région liégeoise (Al Binète et Vibio)

pendant une journée. Ce choix

était réfléchi : les clients cibles sont

des personnes très attentives à leur

santé et ne fréquentent guère les

supermarchés classiques.

Et après ?

Cette première étape de test s’est

révélée très utile. Les Binettes a pu

réaliser que les légumes fermentés

(même s’ils ont effectivement

le vent en poupe) ne représentent

actuellement qu’une très petite

niche de marché. Cette niche ne

permettrait probablement pas au

projet d’atteindre un niveau d’activité

suffisant. Cela a aussi permis

de mieux comprendre quel était

le profil des clients concernés et

d’adapter le projet en conséquence.

Grâce à ces tests, les Binettes a

|56


décidé d’étendre la gamme de ses

produits et de ne plus se concentrer

uniquement sur la lactofermentation

des légumes.

Plus d’informations.

les30binettes

57|


Hypothèse

à tester.

Un nombre significatif (25%) de commerçants

est-il prêt à signer un contrat

avec Broptimize visant à renégocier leur

contrat d’énergie existant ?

Premier défi

de la start-up.

Les fondateurs de Broptimize sont allés

interroger leur cible de commerces en

ville en prétextant la réalisation d’un travail

de fin d’études. Ils se sont rapidement

rendu compte que le système de carte

de fidélité mutualisée n’intéressait pas

assez les commerces en centre-ville. Par

contre, durant leur entretien, les commerçants

exprimaient systématiquement un

intérêt pour la question de l’énergie (besoin

de mieux comprendre et de faire des

économies de facture). Broptimize y a vu

une opportunité de business. Mais, est-ce

que les commerces qui ont exprimé cet

A l’origine, le projet voulait favoriser la visibilité

et la fidélisation des clients des commerces

et des indépendants en ville en créant une carte de

fidélité unique. L’idée a ensuite bien évolué…

intérêt sont prêts à aller jusqu’à la

signature d’un contrat ? Comment

passer de l’opinion à la preuve

avant d’investir plus de temps et

d’argent ?

Test

réalisé.

Les fondateurs de Broptimize ont

créé une première version de leur

contrat sur base d’un logo qu’ils

avaient trouvé sur Google. Leur

contrat ne mentionnait pas leur numéro

de TVA, car leur entreprise

n’existait pas encore. Broptimize

est, ensuite, allé rencontrer des

commerçants et indépendants en

leur proposant de signer le contrat.

Sur leurs 7 premiers rendez-vous, 4

commerces ont donné leur accord

en apposant leur signature en bas

du document. Ils étaient par la suite

contactés par Broptimize pour leur

indiquer que l’entreprise n’existait

pas encore, mais qu’ils seraient rappelés

dès que cela serait le cas.

Et après ?

Avec un taux de signature proche

des 70% lors des entretiens, les fondateurs

de la start-up Broptimize ont

|58


pu convaincre des investisseurs et

lever des fonds pour faire avancer

leur projet. Ils ont pu créer une équipe

d’experts chargés de renégocier les

contrats d’énergie des indépendants

et des PME. Et ceci en offrant la garantie

d’un travail transparent, optimal

et toujours en faveur des clients

finaux qui se comptent aujourd’hui

par milliers (environ 2000 clients aux

dernières nouvelles).

Plus d’informations.

www.broptimize.be

59|


|60


61 |


Hypothèse

à tester.

Valider si les clients du concept de restauration

novateur se fidélisent : en moyenne,

est-ce que 30% des personnes reviennent

consommer plus de 3 fois en 1 an ?

Premier défi

de la start-up.

Nous sommes en 2012. Les premiers

tests avec les consommateurs donnent

des résultats positifs. L’idée semble plaire

et les créateurs du concept récoltent

les préférences gustatives de leurs futurs

clients. Mais sur le long terme, ces

clients vont-ils revenir pour consommer

des burgers et boire des bières belges au

sein du restaurant, ou est-ce juste un effet

de mode ? Comment passer de l’opinion

à la preuve avant d’investir plus de

temps et d’argent ?

Un concept de restaurant à burgers qui

associe des hamburgers gourmets, originaux

et faits maison avec des bières belges.

Au menu, plus de 40 hamburgers premium et

8 bières maison en Beer pairing.

Test

réalisé.

Avant de se développer au niveau

régional puis au niveau national,

Huggy’s Bar a lancé un unique restaurant

de burgers sur le boulevard

d’Avroy à Liège. Il a ainsi pu vérifier

que son concept répondait à une

demande récurrente et pas juste à

un effet de curiosité. Le restaurant a,

en outre, profité du feedback de ses

nombreux clients locaux en vue de

perfectionner sa stratégie de vente,

avant de reproduire le concept dans

d’autres villes.

Et après ?

En l’espace de 7 ans, Huggy’s Bar a

déjà ouvert 10 restaurants en Belgique

francophone et envisage de

doubler la mise.

Plus d’informations.

www.huggysbar.com

|62


63|


|64


65|


Hypothèse

à tester.

Est-ce que 100% des fonds de la campagne

de crowdfunding seront levés

avant le délai imparti des 2 mois ?

Premier défi

de la start-up.

Lionel et Amaury Masson souhaitent

donner un second souffle à la ferme familiale.

Ils ont l’idée de valoriser un ensemble

de produits sains et de qualité,

localement. Mais est-ce que l’intérêt pour

ce type de concept est suffisamment important

? Comment passer de l’opinion à

la preuve avant d’investir plus de temps

et d’argent ?

Valoriser des productions (viandes, jus de pomme)

d’une ferme familiale à travers la vente en circuit

court. Les produits sains et de qualité respectent

autant les hommes que l’environnement.

Test

réalisé.

La Ferme de Bawepuce a créé une

campagne de crowdunfing via la

plateforme Crowd’in. Objectif ? Tester

si le concept de ferme en circuit

court suscitait l’enthousiasme du

public et en particulier de sa cible.

Résultat de la campagne : en moins

d’un mois, la Ferme de Bawepuce a

récolté 7470 euros au lieu des 3600

euros espérés. Plus de 77 contributeurs

ont participé à la campagne et

ont ainsi prouvé leur intérêt pour le

projet.

Et après ?

Sur base de cette campagne de

crowdfunding fructueuse, Lionel et

Amaury ont pu produire et emballer

plusieurs lots de produits afin

de rentrer dans une démarche de

commercialisation auprès de leur

cible. Les premières ventes se sont

révélées positives.

Plus d’informations.

www.fermedebawepuce.be

|66


67|


DES HISTOIRES

SANS FIN

Les histoires de prétotypage que vous venez de lire sont

toutes réelles. Bien sûr, il en existe encore beaucoup d’autres

et les techniques évoquées au fil du recueil ne sont pas les

seules à exister. Chaque histoire, chaque projet peut, en soi,

faire l’objet d’une expérience unique de prétotypage. Ceci lors

de sa phase de validation, mais aussi plus tard dans la durée

de vie d’une entreprise, lorsqu’on souhaite innover par le lancement

d’un nouveau service ou d’un nouveau produit. Ainsi,

il existe, par exemple, des projets qui utilisent les Lego pour

faire comprendre l’offre à des clients. D’autres préféreront se

servir de supports vidéo pour montrer le produit ou le service

comme s’il existait afin de voir les réactions.

Vous vous en doutez, les histoires de prétotypage n’aboutissent

pas toujours à la création d’une entreprise. Mais elles

ont le mérite de faire avancer les choses quitte à, souvent,

pousser le porteur du projet à faire pivoter sa proposition de

valeur en vue de trouver la bonne adéquation produit/marché.

Parfois, un projet s’arrête simplement faute de motivation, ou

faute d’intérêt du marché. Mais n’est-ce pas un moindre mal

que d’échouer sans avoir dépensé trop d’argent et trop d’attaches

émotionnelles, plutôt que d’échouer une fois que l’on

a investi tout ce que l’on avait ? C’est cela, la philosophie du

prétotypage : échouer vite pour mieux réussir !

Nous voudrions encore vous

partager quelques conseils afin

de vous aider à mener vos expériences

de prétotypage de la

meilleure des manières :

Formulez bien votre hypothèse

à tester : bien choisir et bien

formuler l’hypothèse permet

de recueillir des informations

utiles pour la suite du projet.

Créez une hypothèse testable

afin de pouvoir tirer de vrais

constats suite aux résultats

que vous allez obtenir. Tâchez

d’être le plus SMART (simple,

mesurable, ambitieux, réaliste,

avec un timing défini) possible

dans la formulation de votre

hypothèse. En principe, plus

votre projet avance, plus il vous

faudra être précis sur les hypothèses

à valider.

Vérifiez à qui vous adressez

votre prétotype. Si le choix du

prétotypage en fonction de l’hypothèse

est important, le choix

de la cible auprès de laquelle

vous irez prétotyper est crucial.

C’est cette cible qui vous donne

le réel signal du marché. Ne tirez

donc pas de conclusions

trop rapides (négatives ou positives)

si vous avez un doute sur

la cible.

Faites attention aux faux positifs.

N’oubliez pas, les personnes

parlent plus facilement

que ce qu’elles n’ouvrent leur

portefeuille. Assurez-vous qu’il

y ait un engagement suffisant

de la part de votre cible à l’égard

de votre proposition de valeur

(temps, argent, réputation). Plus

l’engagement réalisé est important,

plus l’intérêt est confirmé.

Il n’y a pas de prétotypage parfait.

Si l’on en croit la littérature,

vous devriez presque avoir un

peu honte de votre prétotypage

dans la mesure où vous l’avez

réalisé avec peu de temps et

peu de moyens. Il est clair que

ce n’est pas la version finalisée

de votre projet que vous allez

prétotyper, mais bien une partie

du projet, une fonction vitale

de celui-ci. Bref, le prétotypage

parfait, c’est celui qui permet

d’avancer.

|68


Prétotypez autant de fois que cela

vous est nécessaire. Il n’y a pas de

raison de prétotyper une seule fois

durant la réalisation de votre projet.

Prétotypez autant de fois que

cela vous aidera à valider des hypothèses

importantes. Vous pouvez,

par exemple, prétotyper en

début de projet pour apprendre à

bien connaitre les besoins de votre

cible. Tout comme vous pouvez

prétotyper plus tard pour vérifier

grâce à la méthode du A/B testing

si votre positionnement prix est le

bon, ou si la couleur de votre packaging

correspond aux attentes

de votre cible. De la sorte, vous

continuerez à dé-risquer votre projet

tout au long du processus de

création. Vous augmenterez ainsi,

à coup sûr, vos chances de succès

sur le marché.

ÉCRIVEZ VOTRE

PROPRE HISTOIRE

Learning by doing : c’est la philosophie du Design

Thinking et l’on ne peut que vous encourager à tester par

vous-même, à aller sur le terrain rencontrer vos futurs

clients. Si, à la lecture de ce recueil, vous avez appris

certaines choses, vous en apprendrez beaucoup plus en

testant vos propres hypothèses grâce à votre propre expérience

de prétotypage auprès de vos clients.

Et comme on est sûrs que vous allez en apprendre beaucoup,

et que cela vous aidera à faire avancer/pivoter/

changer/confirmer votre projet, on vous propose ensuite

de nous partager votre histoire. Elle pourra, peutêtre,

venir compléter ce recueil et donner de nouvelles

idées à de nouvelles start-up. Il y a toujours plus d’idées

dans la tête de plusieurs personnes que dans celle d’une

seule personne. On appelle cela l’intelligence collective.

Racontez votre histoire : À présent, à vous de jouer !

1.

2.

3.

4.

5.

La mission de votre entreprise

et l'idée de votre projet

Le premier défi de votre entreprise

L'hypothèse à tester

Le test réalisé

Et après ? Quels ont été les résultats

et la suite donnée au projet

Envie de partager votre expérience à la

communauté ?

Envoyez votre histoire à l’adresse suivante :

hugo.jamin@venturelab.be

69|


BONUS 1 :

VOTRE PLAN D’ACTION POUR TESTER

VOS HYPOTHÈSES - Copyright Plug-R

|70


BONUS 2 :

LES 12 COMMANDEMENTS

POUR BIEN TESTER VOTRE

IDÉE

La raison d’ETre de votre entreprise

vous travaillerez.

vos segments client

vous identifierez.

Les informations issues de votre BMC

pour lesquelles vous souhaitez

obtenir une preuve, vous identifierez.

Ces informations en hypotHEses

testables vous transformerez.

Sur votre Value Proposition Canvas,

vos idees vous structurerez.

Vos hypotHEses cLEs

vous prioriserez.

Votre guide d’entretien pour aller

rencontrer votre cible vous pREparerez.

Sur le terrain, a questionner et mieux

comprendre votre cible vous veillerez.

Sur base de vos retours d’entretien,

votre VPC et votre Business Model

Canvas, vous affinerez.

Un plan d’action avec les difFErentes

ETApes - hypotHEse, action, rEsultat

souhaitE, REsultat obtenu,

pour vErifier vos hypothEses

vous ELaborerez.

Un bon pretotypage grace

a ce recueil vous construirez.

Sur le terrain de l’engagement

de la part de vos clients vous obtiendrez.

71 |


BIBLIOGRAPHIE


• BROWN Tim, L’esprit design : Comment le design

thinking transforme l’entreprise et inspire l’innovation,

Paris, Pearson France, 2019.

• J. BLAND David, OSTERWALDER Alexander, Testing

Business Ideas: How to Get Fast Customer Feedback,

Iterate Faster and Scale Sooner, Wiley, 2019.

• KNAPP Jake, ZERATSKY John, KOVWITZ Braden,

Sprint : Comment résoudre les problèmes et trouver

de nouvelles idées en cinq jours, Paris, Groupe Eyrolles,

2017.

• OSTERWALDER Alexander, PIGNEUR Yves, BERNAR-

DA Greg, SMITH Alan, La méthode Value Proposition

Design : Comment créer les produits et les services que

veulent vos clients, Paris, Pearson France, 2015.

• OSTERWALDER Alexander, PIGNEUR Yves, Business

Model Nouvelle Génération, Paris, Pearson France, 2011.

• RIES Eric, The Lean Startup, Londres, Penguin Books

Ltd, 2011.

• SAVOIA Alberto, The Right It : Why So Many Ideas Fail

and How to Make Sure Yours Succeed, New-York, HarperCollins

Publishers, 2019.

• « #5: An Introduction to Pretotyping Part II—Smart

Beans » YouTube video, 7 : 29. Posted by «YouTube »

March 11 2019.

www.youtube.com/watch? v=WmkriCzHFgA

• « #6: Skin In the Game for Entrepreneurs, Inventors, and

Innovators. » YouTube video, 9 : 45. Posted by «YouTube »

April 2, 2019. www.youtube.com/watch? v=uNnLj10cNQc

• « #10 : The XYZ Hypothesis—ten minutes that will

change how you’ll evaluate any business idea. » You-

Tube video, 9 : 44. Posted by «YouTube » May 22, 2019.

www.youtube.com/watch?v=4sZMHAMN0DQ.


Ils soutiennent le VentureLab toute l’année :

POUVOIRS PUBLICS

DONATEURS

Ils financent le prétotypage

des Étudiants Entrepreneurs

PARTENAIRES

Avec la participation de :

SPONSORS ALUMNI


© 2021 - VentureLab

Auteurs : Aude Bonvissuto et Hugo Jamin

Editeur : Venturelab

Imprimeur : Atelier Numérique

Graphisme : Christian Mon

Copywriting : Madeleine Dembour

Tous droits réservés. Toute reproduction ou utilisation sous quelque forme et par quelque moyen électronique, photocopie, enregistrement ou autre

que ce soit est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.


En réalité, il est plus probable qu’une start-up échoue qu’elle ne réussisse.

En effet, 80% des idées entrepreneuriales n’atteindront jamais leur marché ou alors

finiront par, rapidement, disparaître, même si elles sont extrêmement bien exécutées

et que beaucoup d’argent y est investi.

Cet échec est généralement lié au fait que l’idée initiale ne répond pas à un besoin réel

de la part du marché. Par conséquent, l’entrepreneur.euse s’acharne à développer un

produit ou un service dont personne ne veut.

Comment minimiser ce risque d’échec ? Comment s’assurer que le besoin sur le

marché existe ? Comment s’assurer de l’intérêt réel de la part de vos clients ?

Les Histoires de Prétotypage vous propose, à travers l’expérience de 17 start-up, une

série de techniques et d’outils pour vous aider à diminuer le risque à entreprendre.

Validez votre idée et l’intérêt de vos clients le plus rapidement possible, avant même

de réaliser des investissements trop élevés. Le but ? Développez une solution qui

réponde à un problème réel ou à un besoin de vos clients. Évitez de tomber amoureux

de votre solution, coûte que coûte. Testez rapidement et échouer tôt pour réussir

durablement.

Destiné à tous ceux et toutes celles qui souhaitent entreprendre

ou qui entreprennent déjà, ce recueil pratique et simple vous

emmène à la rencontre de ces entrepreneurs créatifs qui ont

expérimenté différentes techniques de prétotypage. Le recueil

est également destiné aux structures qui accompagnent les

entreprises et qui facilitent leur création en leur permettant

de se nourrir d’exemples concrets et réels. Enfin, ce recueil

s’adresse aussi aux entreprises qui souhaitent, grâce à des

méthodes agiles appliquées, apprendre à innover dans un

environnement toujours plus volatile et incertain.

Le VentureLab, auteur de ce recueil, est un

éco-système de soutien à l’entrepreneuriat,

à destination de tous les étudiants

et jeunes diplômés de l’Enseignement

supérieur du pôle académique

Liège-Luxembourg. Créé en 2014, il

a pour mission d’accompagner leur

passage à l’acte d’entreprendre, dans

le respect de leur parcours de vie.

More magazines by this user