23.04.2021 Views

AUTOINSIDE Édition 5 – Mai 2021

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

ÉDITION 5 MAI 2021

Union professionelle suisse de l’automobile (UPSA)

AUTO

INSIDE

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

Faussaires

Comment distinguer les pièces

authentiques des contrefaçons

Pages 22 et 23

Cyberattaques

Comment un garage a perdu

30 000 francs à cause des

cybercriminels.

Pages 8 et 9

Abonnements automobiles

Pourquoi les garagistes

devraient s’y intéresser.

Pages 34 et 39

Modèle d’agence

Les conditions auxquelles

les membres de l’UPSA y

participeraient.

Pages 70 et 72


Les meilleurs

disponibles

de Ate

freins sont

chez nous

à Zimmermann


SOMMAIRE

Mai 2021

AUTOINSIDE | Édition 5

Votre partenaire

pour un garage

convivial:

AWS Architekten AG

AWS Architekten AG

Sommaire

5 Éditorial

6 En bref

Focus : sécurité

8 Cybercriminalité : dégâts coûteux

occasionnés rapidement

10 Comment se protéger des cyberattaques

12 Le système de remise de clés sécurisé

14 Planification soignée d’une fosse

d’essai

16 L’importance de la

maintenance et de l’entretien

18 Les vêtements de protection pour les

mécatroniciens

20 Un serveur de terminaux pour éviter les

pertes de données

Produits et prestations

34 Les avantages d’un abonnement automobile

40 Fibag fête ses 75 ans

42 ESA s’est numérisée nombreuses

commandes dans la boutique en ligne

44 Nouvelle étiquette pneus : ce qui

change pour les garagistes

Formation

46 L’importance des stages

préprofessionnels

48 Christian Böbner, coordinateur d’atelier

automobile, en vidéo

49 Gestionnaire du commerce de détail CFC

« Vente automobile » et « Après-vente »

54 UPSA Business Academy

56 Réunions d’information régionales

Profitez de notre longue et solide expérience:

Conseil et planification pour les

nouvelles constructions ou les

transformations de concessions

automobiles et de garages

Clarification des besoins et de site,

analyses

Solutions sur mesure, avec un

plafonnement clair des coûts

Optimisation des processus

d’exploitation

Evaluation des coûts, estimations de

la valeur vénale, études d’utilisation

Demandez un entretien sans engagement.

Focus : châssis, direction, freins

22 Comment les constructeurs luttent contre

les faussaires

24 Interview d’Armand Barras, de Carex

26 Les suspensions, championnes des

ventes

29 Liquides de frein : les derniers

développements

AUTO

ÉDITION 5 MAI 2021

INSIDE

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses

Union professionelle suisse de l’automobile (UPSA)

Politique et droit

58 Loi sur le CO 2

: vérification objective des

arguments des partisans

Focus : technique

60 Structure informatique dans le véhicule :

Tendances matérielles et logicielles

Commerce et service après-vente

66 René Kenel est à la fois garagiste et

entrepreneur de pompes funèbres

70 Le modèle d’agence, nouvelle opportunité

73 Interview de Michael Jost, ancien

responsable de la stratégie VW

74 Porsche Classic : exigences particulières

pour le commerce de pièces de rechange

et les garagistes

Faussaires

Comment distinguer les pièces

authentiques des contrefaçons

Pages 22 et 23

Association et sections

78 Reflet économique de la branche Figas

80 Des experts de la branche automobile

s’entraînent avec Dario Cologna

Cyberattaques

Comment un garage a perdu

30 000 francs à cause des

cybercriminels.

Pages 8 et 9

Abonnements automobiles

Pourquoi les garagistes

devraient s’y intéresser.

Pages 34 et 39

Modèle d’agence

Les conditions auxquelles

les membres de l’UPSA y

participeraient.

Pages 70 et 72

En couverture : les suspensions ont le

vent en poupe. Photo : médias de l’UPSA

AUTOINSIDE | Mai 2021

88 Garages

90 Sondage et mentions légales

AWS Architekten AG

Muristrasse 51 | CH-3006 Berne

T +41 31 351 33 55

architekten@aws.ch | www.aws.ch


Traitement des sinistres et

paiement à plein régime: Quality1.

Le sinistre est réglé en 15 minutes et le versement correspondant s’effectue dans les

10 jours. Simple, rapide et sympathique.

Le numéro 1 des garanties automobiles.

Si vous ne comptez pas encore parmi nos clients, appuyez sur l’accélérateur et appelez-nous:

+41 (0)55 254 74 05. Ou écrivez-nous: direct@quality1.ch.

www.quality1.ch


ÉDITORIAL

Chère, inutile et injuste : non à la loi ratée sur le CO 2

avec l’acceptation du fonds pour les routes

nationales (FORTA), ces amendes devraient

servir à étoffer et entretenir le réseau routier.

Chère lectrice, cher lecteur,

Le 13 juin, nous voterons sur la loi ratée

sur le CO 2

. Lors de son élaboration, les

politiciens de la Berne fédérale ont une

fois de plus échoué à faire preuve de sensibilité

pour les exigences de la population

dans son ensemble et de nombreuses

branches de l’économie. Ce fourre-tout

d’articles de lois, d’interdictions, de

nouveaux impôts et de taxes engendrera

des coûts supplémentaires considérables

et des restrictions en matière de mobilité.

Le litre d’essence et de diesel coûterait 12

centimes de plus. La taxe sur le mazout et

le gaz doublerait et un nouvel impôt serait

introduit sur les billets d’avion. Une famille

de quatre personnes devrait ainsi débourser

plus de 1000 francs supplémentaires

par an. Tout cela n’aurait pas un impact

décisif sur le climat, puisque seules 0,1 %

des émissions mondiales de CO 2

sont

produites en Suisse.

Au lieu d’introduire de nouvelles interdictions,

il faudrait encourager la place économique

suisse et soutenir les consommateurs

dans l’acquisition de produits

respectueux du climat. Par exemple en

stimulant la production de carburants synthétiques

issus d’énergies renouvelables. La

loi fait précisément le contraire : après 2023,

les carburants biologiques ou synthétiques

ne seraient plus exemptés d’impôts. Elle

n’encourage pas non plus l’achat de voitures

dotées de motorisations alternatives.

La nouvelle loi exige que 75 % des projets

de protection du climat soient réalisés en

Suisse. À l’étranger, ceux-ci contribueraient

bien plus à la protection du climat tout en

coûtant beaucoup moins cher. Les sanctions

massives sur le CO 2

à l’achat d’une nouvelle

voiture à essence ou diesel sont tout

aussi insensées. Et le fait que ces amendes

aillent alimenter un fonds pour le climat,

dont la définition des objectifs est soumise

aux décisions arbitraires du Parlement,

confine au grotesque. En même temps, on

ignore à nouveau la volonté du peuple, car

Une fois de plus, l’économie suisse est

divisée sur cette loi. L’industrie des

machines, la branche de la construction et

du second œuvre, les banques, la chimie

et les entreprises de conseil en énergie

veulent en profiter. Ce sont les populations

rurales, les commerçants et les familles,

qui dépendent de la mobilité, ainsi que

les propriétaires d’immeubles, qui devront

remplacer leurs installations de chauffage

avant l’heure, qui trinqueront.

On nous promet que la majeure partie des

coûts supplémentaires seront reversés

à la population. Mais à long terme, ces

surcoûts provoqueront une hausse des

prix. Nous paierons donc pour une loi dont

même l’accord de Paris sur le climat ne

voulait pas. Cet accord entend soutenir les

innovations et éviter les sanctions.

Il est important à présent que nous nous

engagions tous contre cette loi mal ficelée.

Vous trouverez davantage d’informations

et des conseils pour commander des supports

publicitaires sur loico2-ratee.ch.

Je vous remercie de votre soutien.

Meilleures salutations,

Urs Wernli

Président central

Technique Diesel | Turbocompresseur | Freins hydraulique

Climatisation | Electrique | Chauffages autonomes | Pièces moteur

E. Klaus SA est l’entreprise leader en Suisse dans le

domaine des révisions, des contrôles, des réparations,

de la remise en état et de la distribution de pièces.

Partenaires: Derendinger AG, Technomag AG, Matik AG, Wälchli + Bollier AG

E. Klaus AG

Sonnmattstrasse 9, 9532 Rickenbach bei Wil

www.klaus-ag.ch


EN BREF

Des news tous les jours :

upsa-agvs.ch

Coopération entre Solera

et Amag Import

Solera Audatex, leader mondial

des données, applications et

services pour la branche des

assurances et de l’automobile,

démarre une collaboration avec

Amag Import SA pour tester

« Qapter Intelligent Estimating »,

sa solution de calcul des dommages

basée sur l’intelligence

artificielle (IA). Après le premier

projet pilote, les partenaires

veulent examiner dans quelle

mesure cette solution peut

améliorer efficacement la

reconnaissance des dommages

dus à un accident et en réduire

la complexité. « Pour nous, l’IA

représente une véritable chance

d’automatiser et d’accélérer à

l’avenir la gestion des sinistres

simples », indique Roger

Allenspach, Senior Market Manager

ADM chez Amag Import.

Maserati et David Beckham

Icône mondiale du sport, philanthrope, homme d’affaires et influenceur :

pour Maserati, David Beckham est le partenaire idéal pour amener la

marque à la pointe de la branche de l’automobile de luxe du XXI e siècle.

Paolo Tubito, Chief Marketing Officer de Maserati, déclare à ce propos :

« La marque est en pleine croissance et est entrée dans une nouvelle

ère. De nature innovante, portée par la passion et unique en matière de

design, Maserati ne cesse de se remettre en question. Notre collaboration

avec David Beckham est la quintessence de toutes ces valeurs. »

L’ancienne star du football confirme qu’elle se réjouit de collaborer

étroitement avec la marque de voitures italienne dans une phase aussi

décisive de son histoire.

Franz SA, nouveau partenaire

à Wettswil

En s’associant à Franz SA, les

deux marques Volkswagen et VW

Véhicules Utilitaires intègrent un

partenaire solide à leur réseau

de concessionnaires. L’entreprise

Franz SA existe depuis plus

de 80 ans et possède cinq sites

dans les régions de Zurich, de

Winterthour et de Glaris. Michel

Tschanz reprendra également la

direction de Franz AG le 1 er juillet

2021. L’actuel directeur Pierino

Di Matteo quittera Franz SA

et reprendra la direction de l’association

d’entreprise de la Suisse

du nord-ouest d’Amag à partir du

1 er septembre 2021.

David Beckham est le nouvel ambassadeur mondial de la marque Maserati

Erratum : André Koch SA

emploie près de

60 collaborateurs

Dans le numéro d’avril

d’AUTOINSIDE, une erreur s’est

glissée dans l’article sur la stratégie

de croissance d’André Koch SA et

l’évolution de son actionnariat :

le principal fournisseur suisse de

peintures de réparation automobiles,

dirigé par Enzo Santarsiero,

CEO et copropriétaire, n’emploie

pas 35 collaborateurs, comme

nous l’écrivions à tort, mais près

de 60.

Imaweb rachète Stieger

Après Procar, l’un des leaders des logiciels automobiles de la région

DACH, Imaweb rachète à présent Stieger. Ainsi, Imaweb renforce sa

présence dans la région et développe sa stratégie pour l’ensemble de

l’Europe. Eugen Stieger, CEO de Stieger, déclare : « Nous sommes heureux

d’entrer dans l’équipe d’Imaweb. Nous sommes convaincus qu’en

unissant nos forces, Stieger deviendra un acteur plus fort et plus durable

dans ce marché en croissance. » Le cœur des activités de Stieger se

répartit en trois domaines : une spécialisation prioritaire dans l’industrie

automobile, des concepts à la carte et une standardisation systématique

de l’utilisation des logiciels. La maison d’édition de logiciels Stieger,

fondée en 1982, simplifie les processus de sa clientèle grâce à un logiciel

qui réunit des outils comme la saisie du temps ou le service des pneus.

La société emploie 60 collaborateurs sur six sites et possède un centre

de formation à Würenlos (AG).

Pierino Di Matteo

Audrey Harling promue

Tenneco annonce aujourd’hui

la nomination d’Audrey Harling

au poste de vice-présidente et

directrice générale de la division

DRiV-Motorparts, Europe,

Moyen-Orient et Afrique (EMEA).

Elle succède à Andrew Sexton,

qui avait été nommé viceprésident,

chargé du développement

et de l’excellence commerciale

Monde de la division

Motorparts.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ESA 2021 PAR VOIE ÉCRITE

En raison du coronavirus (Covid-19), le conseil d’administration de l’ESA a décidé que l’assemblée générale

de l’ESA aura lieu cette année par voie écrite.

Les copropriétaires ont reçu les documents nécessaires.


EN BREF

Des news tous les jours :

upsa-agvs.ch

Nouveaux membres

L’UPSA a accueilli 31 nouveaux

membres entre le 14 février et

le 7 avril 2021. Nous souhaitons

la bienvenue aux nouveaux

arrivants.

Section Argovie

Auto Fux AG, Abtwil AG

Bowman Automobile AG,

Schinznach Dorf

Garage Lichtsteiner GmbH,

Brittnau

Auto Technik Aarau GmbH,

Aarau

Section Berne

Garage Wüthrich GmbH, Worb

Niederhauser Fahrzeugbau AG,

Ostermundingen

Dähler Competition Line AG,

Belp

Sous-groupe BE Oberland bernois

RD Autowerk GmbH, Gwatt Thun

Sous-groupe BE

Emmental/Haute-Argovie

Garage Michel GmbH, Lyssach

Berg-Garage, Rütschelen

Garage Greub AG Riedtwil,

Riedtwil

Garage Casto GmbH, Burgdorf

Section des deux Bâle

Carmosphere GmbH, Pratteln

Section Grisons

Sportplatzgarage

Gutknecht GmbH, Davos Platz

Section Jura et Jura bernois

Garage Maniaci Sàrl, Sorvillier

Garage Erard Sàrl, Saignelégier

Section Neuchâtel

Groupe AFH Automobiles

Forges SA, La Chaux-de-Fonds

Groupe AFH Automobiles

Hauterive SA, Hauterive NE

Section Saint-Gall, Appenzell,

Principauté du Liechtenstein

Dorf-Garage Lüchinger GmbH,

Montlingen

Pneuhaus Staad, Staad SG

Ah Auto AG, Ebnat-Kappel

Section Thurgovie

Bärtsch Seegarage, Roggwil TG

Biasco & Suppa

Automobile GmbH, Tobel

Section Vaud

ASB Auto Secours

Lausanne S.A., Mont-sur-

Lausanne

Motortech Switzerland Sàrl,

Lausanne

Automobiles Milliet SA, Crissier

Groupe AFH Automobiles

Autosport SA, Yverdon-les-

Bains

Garage Enzian B&F AG,

Turtmann

Section Suisse centrale

Auto Fischer GmbH, Sarnen

Section Zurich

Garage W. & R. Albrecht, Saland

J & S Garage S. Alimi, Effretikon

BMW (Suisse) SA, Dielsdorf

Tous les importateurs des « véhicules utilitaires lourds » à Berne

Les organisateurs du salon suisse du véhicule utilitaire Transport-CH,

qui se tiendra du 10 au 13 novembre 2021 à Berne pour une première

édition parallèle au salon Aftermarket-CH, annoncent des nouvelles

réjouissantes : cette année encore, les importateurs des sept marques de

véhicules utilitaires lourds seront de la partie. Il s’agit de DAF Truckers

(Suisse) SA, d’Iveco (Schweiz) SA, de MAN Truck & Bus Suisse SA, de

Mercedes-Benz Trucks Suisse SA, de Renault Trucks (Suisse) SA, de

Scania Suisse SA et de Volvo Group (Suisse) SA. La pandémie de coronavirus,

toujours très présente, faisait craindre que de nombreux exposants

hésitent à s’inscrire. Le bilan intermédiaire de l’organisateur,

Expotrans SA, est donc d’autant plus positif puisque les exposants ont

d’ores et déjà réservé davantage de surfaces pour les deux salons qu’il y

a un an et demi, pour les 20 ans de la manifestation. « Nous remarquons

que la branche des véhicules utilitaires et de l’automobile aspire à un retour

à la normalité », explique le directeur du salon, Jean-Daniel Goetschi.

D’après lui, il est « grand temps de pouvoir se réunir à nouveau. Bien

entendu, nous gardons l’évolution de la pandémie à l’œil. »

Hommage à Ernst Ruckstuhl

L’ancien président du conseil

d’administration d’ESA, Ernst

Ruckstuhl, est décédé le 18 mars

2021 à l’âge de 93 ans. Le conseil

d’administration et la direction

d’ESA expriment toute leur

sympathie à sa famille et à ses

proches. Ernst Ruckstuhl avait

été élu en mai 1966 au comité

de l’Organisation d’achat de la

branche suisse de l’automobile et

des véhicules à moteur. Il en avait

pris la présidence en 1970 et a

dirigé l’entreprise pendant 14 ans

avec clairvoyance et un dynamisme

inépuisable. Son esprit

d’entreprise, son ouverture et sa

personnalité ont laissé une trace

bien palpable au sein d’ESA.

Ernst Ruckstuhl


FOCUS : SÉCURITÉ

Photo : iStock

Cybercriminalité

30 000 francs avaient

soudain disparu

Les PME sont des cibles privilégiées pour les cybercriminels. L’exemple d’une entreprise familiale implantée

sur le Plateau suisse montre que des dégâts coûteux peuvent être occasionnés rapidement. Un polar dans le

cyberespace. Sandro Compagno

R.S.* venait de se connecter à l’e-banking de la

banque de l’entreprise peu avant Noël. Il voulait

virer le 13 e mois de salaire avant les fêtes.

« Nombreux sont nos collègues qui paient

leurs impôts avec cette somme. Je tiens donc

à ce que le paiement leur parvienne à temps »,

déclare le garagiste à AUTOINSIDE. R.S. a

l’intention d’envoyer un document issu de la

comptabilité salariale directement à sa banque

dans l’e-banking.

Lorsqu’il tente de se connecter sur son PC

dans la matinée, une fenêtre, qui évoque

une opération de maintenance en cours à la

banque et lui demande de patienter, apparaît à

l’écran. « Je n’ai pas fait attention à ce message.

De tels travaux de maintenance ne sont pas

inhabituels », se souvient le garagiste. Le site

Internet de la banque fonctionne à nouveau

dans l’après-midi de ce funeste 17 décembre.

R.S. saisit son nom d’utilisateur et son mot

de passe. Une fenêtre d’identification s’ouvre

alors. Il se connecte à l’aide d’un code à six

chiffres qu’il reçoit sur son téléphone portable

et effectue le virement du 13 e mois de salaire.

Par souci de sécurité, le garagiste R.S. appelle

sa conseillère bancaire peu avant la fermeture

et lui demande si tout est en ordre. « Elle me

confirme que le virement a été déclenché. »

L’affaire semble réglée.

Pendant la semaine calme qui suit Noël, R.S.

s’occupe des comptes annuels de son entreprise

et contrôle les extraits de compte. Il remarque

un paiement de 30 000 francs qu’il

ne reconnaît pas. « J’ai d’abord pensé qu’un

de mes cadres avait acheté une voiture, mais

il n’y avait pas de facture pour cette écriture.

» R.S. contacte à nouveau sa banque.

On l’informe qu’il a déclenché le virement de

30 000 francs le 17 décembre. La somme arrive

sur un compte UBS le lendemain.

R.S. informe immédiatement son informaticien,

qui vérifie le système mais ne trouve

rien d’inhabituel. Le garagiste appelle ensuite

la police. Des spécialistes d’un service luttant

8

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : SÉCURITÉ

contre la cybercriminalité expertisent le PC et

constatent qu’un cheval de Troie a été installé

sur le système du garage le 12 décembre à

11 h 20. Un tel maliciel est généralement joint

à un e-mail. La personne qui ouvre la pièce

jointe donne accès au PC aux cybercriminels.

L’expéditeur de l’e-mail ne peut être identifié,

car l’informaticien a effacé le disque dur pendant

son travail. Il n’est pas non plus possible

de savoir qui a ouvert la pièce jointe à l’e-mail

incriminé. R.S. : « Je n’en suis pas mécontent.

Dans le cas contraire, nous aurions peut-être

pointé quelqu’un du doigt. »

Il n’en reste pas moins que R.S. n’avait pas

vu de fenêtre de maintenance de sa banque,

mais bel et bien une authentique copie créée

par les cybercriminels alors qu’il tentait de

virer le 13 e mois de salaire dans la matinée

du 17 décembre. Ils ont eu le temps de préparer

un virement de 30 000 francs jusque

dans l’après-midi. R.S. : « En saisissant ultérieurement

mes données d’accès, j’ai signé le

virement sans le savoir. » Il n’est pas non plus

étonnant qu’aucune alarme ne se soit déclenchée

à la banque. Le commerce de voitures est

une activité gourmande en capitaux et les virements

à cinq chiffres sont monnaie courante.

Les fonds détournés par de tels cybercriminels

atterrissent souvent sur des comptes associés

à de fausses adresses. Tel n’a pas été le

cas pour R.S. Son argent a en effet été viré sur

le compte d’un résident suisse. Cet homme de

paille a ensuite réacheminé les fonds, percevant

une petite commission au passage. Une

procédure a été initiée contre lui. R.S. ne s’attend

toutefois pas à revoir ses 30 000 francs ;

même pas en partie. « La police m’a dit que ces

hommes de paille sont généralement sans le

sou. Il n’y a rien à y gagner… »

R.S. se retrouve avec un préjudice de 30 000

francs. « Nous étions et sommes assurés

contre les cyberattaques, mais les virements

bancaires n’étaient pas couverts à l’époque. »

L’assureur a toutefois fait preuve de souplesse

: « Je n’ai pas pu travailler pendant 14

jours, car notre matériel était d’abord dans

les locaux de la police avant d’être entièrement

remplacé. L’assurance m’a partiellement

indemnisé pour cette perte de temps

de travail. » Elle a aussi pris en charge une

partie des dépenses du nouveau système in-

formatique. Le cheval de Troie n’a pas causé

d’autres dégâts, par exemple en chiffrant des

données importantes. Le virement était son

seul but.

R.S. a-t-il renforcé la sécurité informatique à

la suite de cet incident ? « Les policiers spécialistes

de la cybercriminalité m’ont confirmé

que nous nous étions suffisamment protégés

sur le plan technique. Nous avons naturellement

redoublé de prudence. » Chaque e-mail

dont l’expéditeur n’est pas confirmé à 100 %

est immédiatement supprimé. Au lieu d’effectuer

des virements, il passe des ordres de

paiement qui doivent être signés par un autre

membre de la direction habilité à signer.

« Nous avons introduit un double contrôle. »

Quels que soient les efforts entrepris pour

sécuriser davantage les systèmes informatiques,

il ne faut pas oublier que le principal

risque est systématiquement assis devant

l’écran. <

* La rédaction a modifié le nom. Bien que cet

exemple soit authentique, nous publions cet article

sous forme anonyme.

Voici comment apprendre

à vous prémunir contre les

cyberattaques

Le principal risque est systématiquement

assis devant l’écran. Il convient donc

de sensibiliser tout le personnel aux

cybermenaces et d’apprendre les bonnes

manipulations. La Mobilière propose par

exemple une formation de sensibilisation

aux cyberrisques pour les entreprises en

collaboration avec Lucy Security SA. Lors

de séquences de formation en ligne, les

participants y apprennent à faire face à

des menaces provenant d’Internet. Les

réactions des collaborateurs sont évaluées

à l’aide d’attaques d’hameçonnage

simulées, et un rapport contenant les

principaux résultats est établi à partir de

l’unité de formation.

La Mobilière offre en outre un check-up

gratuit permettant aux entreprises de

déterminer leur niveau de protection

contre les cyberrisques et de découvrir

les mesures susceptibles d’améliorer la

sécurité.

Plus d’informations sur :

mobiliar.ch/cyber-training

Social Engineering

La locution « Social Engineering » désigne

une démarche frauduleuse qui exploite les

faiblesses humaines. Les collaborateurs

d’une entreprise sont souvent invités à leur

insu à contourner les précautions de sécurité

normales et à révéler des informations

sensibles. Exemples de Social Engineering :

• Hameçonnage : expédition de masse

de courriers ou d’e-mails frauduleux

visant à récolter des données protégées

ou privées.

Exemple : un expéditeur digne de

confiance de prime abord (Google,

par exemple) invite l’utilisateur à modifier

rapidement son mot de passe.

La victime est dirigée vers une copie

du site Internet sur laquelle elle doit

d’abord confirmer son mot de passe

existant, ce qui permet aux criminels

de l’obtenir.

• Baiting (appâter) : le fraudeur appâte

sa victime en lui remettant une clé

USB contenant un maliciel.

Exemple : le criminel prétend vendre

un produit et confie à la victime une

clé USB, sur laquelle il a préalablement

installé un logiciel malveillant,

en guise de cadeau publicitaire.

• Physical Breaches/Tailgating : le délinquant

tire parti de la politesse de

la victime pour accéder à un espace

sécurisé.

Exemple : un fraudeur doté d’un

badge falsifié d’une société informatique

se manifeste à l’accueil et

prétend qu’il doit installer une mise à

jour de sécurité sur l’accès Internet

dans la salle des serveurs. Il y installe

en fait un maliciel.

• Pretexting : utilisation d’un scénario

fabriqué de toutes pièces pour

soutirer des informations à la victime

de la fraude, qui ne les révélerait

normalement pas.

Exemple : un inconnu appelle une

entreprise et raconte qu’un collaborateur

en congé a été arrêté ou a

été victime d’un accident et qu’il l’a

chargé d’organiser une caution ou

une avance de fonds.

AUTOINSIDE | Mai 20219


FOCUS : SÉCURITÉ

Entretien avec Jelena Moncilli, Fraud Manager chez Scout24

Comment réduire les risques

de fraude sur Internet ?

« Le nombre de fraudes est minime », déclare Jelena Moncilli, spécialiste de la lutte anti-fraude au sein

du groupe Scout24. Dans un entretien avec AUTOINSIDE, elle dévoile les aspects auxquels les garagistes

doivent être attentifs et les actions menées par Scout24 contre la fraude sur Internet. Sandro Compagno

Madame Moncilli, en quoi consiste

concrètement votre rôle de Fraud Manager

au sein du groupe Scout ?

Jelena Moncilli, Fraud Manager de Scout24 :

Je représente et défends les intérêts de nos

utilisateurs. En tant que spécialiste de la

lutte anti-fraude chez Scout24, je définis les

mesures nécessaires à la protection des utilisateurs.

L’objectif consiste à élaborer les solutions

techniques qui sont ensuite mises en

œuvre. Nous cherchons toujours à éviter la

publication d’annonces frauduleuses ou de

contacts inappropriés. Il s’agit ainsi avant tout

d’une approche technique destinée à aider la

validation manuelle des contenus après le tri

des données par les filtres automatiques.

Quelles sont les évolutions en lien avec

les fraudes sur Internet qui vous préoccupent

le plus ?

Sans aucun doute la manière dont les escrocs

prennent contact avec les utilisateurs honnêtes.

Ceux-ci ont de plus en plus recours à

des méthodes à première vue « fiables », telles

que des numéros de téléphone suisses ou des

noms d’entreprises réputées. Une démarche

préventive doit être menée. La prévention est

en effet le meilleur moyen de ne pas se faire

duper. Elle doit s’appliquer à toutes nos habitudes

en ligne et pas uniquement aux achats

sur Internet.

Parallèlement à AutoScout24, le groupe

Scout24 gère de nombreuses autres

places de marché en ligne. Sont-elles

toutes concernées de la même manière

par la cybercriminalité ou existe-t-il des

différences ?

Il y a bien entendu des différences importantes

dans le choix des méthodes, mais le

principe est souvent le même : un produit est

proposé à un prix très attractif. Ces bonnes

affaires attirent généralement des acheteurs

potentiels qui ont toujours rêvé d’un tel produit

sans jamais pouvoir se l’offrir. Il peut par

exemple s’agir d’une voiture haut de gamme

ou d’un appartement plus grand et mieux situé,

mais aussi d’une montre de marque ou

d’un smartphone. Pour les voitures ou

les logements, les prix sont évidemment

plus élevés que

pour les objets du quotidien.

Les utilisateurs

se montrent

ainsi plus prudents pour une dépense de plusieurs

milliers de francs que pour un petit

achat ou quelques centaines de francs tout au

plus. Avant toute transaction, une voiture est

généralement testée, un appartement visité.

Mais c’est hélas rarement le cas pour les objets

envoyés par la poste par exemple.

Quelle tendance se dessine sur AutoScout24

et pour les garagistes ? Les tentatives de

fraudes sont-elles en hausse ou plutôt en

recul ?

Le nombre de fraudes est minime. Je tiens

d’abord à le souligner. Mais le risque zéro

n’existe pas. Nous sommes toutefois convaincus

que chaque cas est un cas de trop, d’où

notre démarche et l’existence de mon poste.

Concernant AutoScout24 plus précisément,

il apparaît toutefois

que les garagistes sont davantage

touchés par les cas d’hameçonnage

que par les

« La prévention est le meilleur moyen

de ne pas se faire duper » : Jelena

Moncilli est spécialiste de la lutte anti-fraude

au sein du groupe Scout24.

Photo : Scout24

10

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : SÉCURITÉ

fausses bonnes affaires. L’hameçonnage est

un vol de leurs données de connexion consécutif

à un clic sur un lien dans un e-mail

frauduleux ou à l’utilisation des mêmes données

de connexion à plusieurs endroits,

par exemple sur les réseaux sociaux ou sur

d’autres sites de commerce de détail. Le côté

per-fide est que les escrocs peuvent ensuite

accéder à ces informations et les manipuler.

Il est toutefois facile de véri-fier si l’on a déjà

fait l’objet d’une attaque d’hameçonnage : les

victimes sont recensées sur le site https://

haveibeenpwned.com/. Le cas échéant, il

convient de modifier immédiatement tous

ses mots de passe.

À qui le garagiste peut-il s’adresser chez

AutoScout24 s’il pense être victime d’une

fraude ?

Mieux vaut qu’il contacte dès que possible le

service clientèle d’AutoScout24. Il pourra alors

obtenir des réponses à ses questions et une assistance

pour régler son problème.

Le profil « classique » est celui du petit

délinquant qui vend par exemple sur

Tutti, Ricardo ou anibis.ch des téléphones

portables qu’il ne possède pas. Quelles

sont les arnaques les plus fréquentes sur

AutoScout24 ?

Comme je l’ai dit, l’hameçonnage sur Auto-

Scout24 reste un phénomène marginal. En utilisant

les données de connexion dérobées,

les escrocs peuvent publier des annonces

sous un faux nom et se faire passer pour un

vendeur honnête, car ils disposent alors du

compte d’un prestataire sérieux. Autre aspect

que nous avons observé : l’arnaqueur exige un

paiement direct pour le véhicule proposé puis

disparaît sans laisser de traces. Résultat : plus

d’argent, pas de voiture et un vendeur dans la

nature. Il ne faut jamais s’embarquer dans ce

genre d’affaires. La règle du donnant donnant

s’applique ! Nous avons réalisé un guide à ce

sujet (ci-contre) qui recense les principales informations.

Mais quel que soit le degré de technicité,

le principal maillon faible est et reste

l’homme. Que fait AutoScout24 pour inciter

les garages à une plus grande prudence ?

Nous contactons directement nos clients par

le biais de l’équipe commerciale d’AutoScout24

et du service clientèle. Nous pouvons ainsi régulièrement

alerter les ateliers des dangers

éventuels. Nous poursuivons toutefois notre

travail visant à informer encore plus activement

nos clients, afin qu’ils puissent surfer sur

Internet de manière aussi sécurisée que possible.

De manière générale, le développement

du numérique dans leur activité les expose en

effet à des risques plus élevés. <

Plus d’informations sur :

autoscout24.ch

Guide des bonnes pratiques :

comment se protéger des

cybercriminels ?

La cybercriminalité est pénible et peut

rapidement coûter cher. Comment les

garagistes peuvent-ils se protéger des

cyber-criminels sur la plate-forme AutoScout

? Voici les principaux conseils de

Jelena Moncilli.

• N’utilisez jamais les données de

connexion à AutoScout24 ailleurs

que sur AutoScout24.ch.

• Ne divulguez jamais vos données de

connexion. AutoScout24 ne demande

jamais ces données en dehors de

l’espace de connexion.

• Avant de répondre à une invitation

à cliquer ou de saisir des données

sensibles, il est préférable, en cas de

doute, de contacter directement le

service clientèle d’AutoScout24 pour

demander conseil.

• Si vous recevez un e-mail vous invitant

à cliquer sur un lien : ne cliquez jamais

sans vérification préalable. Assurez-vous

dans un premier temps que

l’expéditeur et les liens sont fiables. En

cas de doute, supprimez directement

les e-mails et demandez éventuellement

à des collègues s’ils ont reçu un

message similaire.

• Ne saisissez jamais de données

sensibles à un endroit permettant une

usurpation d’identité. Une personne

pourrait alors agir en votre nom et à vos

dépens.

• Conservez vos données de carte de

crédit en lieu sûr et ne les partagez

jamais.

• Assurez-vous que vos mots de passe

contiennent au moins 8 caractères,

des majuscules et des minuscules, des

chiffres et des caractères spéciaux.

(Ex. : M3in?Pa55wor1#)

Command Livré.

Le N° 1 des dispositifs d’attelage et des solutions rapides. www.hirschi.com

rz_28700817002_Hirschi_187x29mm_Geliefert_f.indd 1 30.08.17 10:28

AUTOINSIDE | Mai 202111


FOCUS : SÉCURITÉ FOKUS

Remise de clés 24 h/24 dans les garages

Une cachette sûre

Contact avec la clientèle en dehors des horaires d’ouverture le système de remise de clés de Bopp Solutions

convient spécialement aux clés Keyless Go et permet aux garagistes de maintenir le service clientèle même

après la fin de la journée de travail. Mike Gadient

Un changement arrive rarement seul. On assiste d’une part au passage

à la société 24 h/24 qui touche aussi la Suisse et, d’autre part, à l’apparition

d’un nouveau format de clés de voitures, justement sans clé.

Ces deux évolutions poussent le garagiste à se poser des questions.

Comment les clients peuvent-ils déposer leur clé en dehors des horaires

d’ouverture et la reprendre une fois la révision achevée ? Comment

conserver en toute sécurité les clés Keyless Go onéreuses qui

sont même parfois munies d’un écran ? Par rapport aux anciens modèles

qu’il suffisait d’accrocher à un crochet sur un tableau, leur forme

est différente et elles sont plus lourdes.

« La demande de remises sans contact a augmenté. Les clients ont

de moins en moins de temps », confirme Denis Widmer, responsable

après-vente d’Amag Rheinfelden AG. C’est pourquoi le garage mise sur

la solution « KeyBox Strong » de Bopp Solutions AG sur son site de

Rheinfelden où elle a été installée devant l’entrée principale. Les casiers

de remise de clés peuvent être agencés de manière variable. Amag

Rheinfelden a installé 16 casiers dans lesquels les clés sont placées

avant d’être récupérées. Les casiers à clés permettent aussi bien aux

clients qu’aux collaborateurs de bénéficier de davantage de flexibilité,

d’après Denis Widmer. « Les mandats peuvent être préparés ou modifiés

en dehors des horaires d’ouverture sans stress, ce qui rend le travail

plus efficace. »

Il est même possible de programmer les créneaux horaires au cours

desquels le client peut récupérer sa clé dans le casier prédéfini de la

« KeyBox Strong ». L’atelier lui communique préalablement le code par

e-mail ou sur son smartphone. Il ne lui reste alors plus qu’à le taper sur

l’écran tactile du casier pour l’ouvrir. Si le client amène sa voiture en

vue d’une révision, il peut placer sa clé dans une enveloppe et la glisser

dans la fente de la « KeyBox Strong ». Selon M. Widmer, les clients

n’ont pas eu de réticences. « Les explications sont inutiles. Le système

est très facile à utiliser tant pour les clients que pour le personnel. »

De bons arguments permettent également de traiter les inquiétudes

portant sur la sécurité. Les casiers à clés sont fabriqués en acier thermopoudré

et représentent une cachette sûre. Le thermopoudrage les

rend résistants aux chocs, aux impacts et aux rayures. Bopp Solutions

AG promet par ailleurs une excellente résistance aux produits

chimiques et à la corrosion. <

Plus d’informations :

bopp-solutions.ch

Le système « KeyBox Strong » : le client glisse l’enveloppe contenant la clé dans la

fente à droite. Après la révision, il reçoit un code qu’il doit saisir sur l’écran tactile pour

ouvrir l’un des 16 casiers à clés et reprendre sa clé. Photos : médias de l’UPSA dessus,

Amag en bas

12

Mai 2021 | AUTOINSIDE


Le tissu de nettoyage

propre est à portée de

main immédiate.

NOUS EN CHARGEONS!

mewa.ch/fr/est-fiable


FOCUS : SÉCURITÉ

La fosse d’essai doit être planifiée proprement

afin que les ateliers puissent travailler

efficacement et sans risque. Photo : KSU

Pour une sécurité accrue

Planification correcte

d’une fosse d’essai

La fosse d’essai est la pierre angulaire d’un atelier. Afin d’éviter les accidents et les mauvaises

surprises financières, le strict respect des normes de sécurité est pris en compte dès la phase

de planification. Mike Gadient

Travailler de manière imprudente dans l’atelier

ou passer à côté d’une erreur de planification

sur une installation augmente considérablement

le risque d’accident du travail.

Ce risque peut être sensiblement réduit dès

la phase de planification, par exemple d’une

fosse d’essai. Comment limiter le risque de

glissement et de chute ? Que se passe-t-il si

des gaz sont brutalement libérés lors de travaux

dans la fosse ? Roland Strebel, chef de

projet en charge de la technique chez KSU

A-Technik AG, se penche sur ces questions

en amont. Le fournisseur de solutions globales

d’équipement d’atelier, de stations de

lavage et d’outils propose aux garages et aux

garages d’entreprise des fosses d’essai ainsi

que ses conseils de spécialiste en génie civil.

« Mon travail est varié. Chaque projet apporte

son lot de nouveaux défis et de contacts », déclare

Roland Strebel, qui apprécie de mener

à bien un projet de bout en bout. Au cours

d’une première étape, ce dernier couche en

effet les idées du client sur le papier et lui remet

pour finir le produit final dans le cadre

d’une visite sur place.

Les VBZ (transports urbains zurichois) ont eu

recours à une telle fosse d’essai pour leur garage

à bus situé à proximité du stade de football

du Letzigrund. Cette dernière s’étend sur

pas moins de 30 mètres. Selon Roland Strebel,

la prise en compte de la gamme complète

des véhicules des VBZ a constitué une difficulté.

Cinq nouveaux types de véhicules ont

été ajoutés après la mise au concours du projet

en 2016. « Nous avons intégré dans la planification

les futurs véhicules et ceux qui seront

retirés de l’inventaire », indique Roland

Strebel. Les longueurs variées des bus (articulés)

ont eu un impact sur la longueur et la

profondeur de la fosse. Tous les véhicules ont

été superposés sur un graphique, afin de permettre

le contrôle correct des essieux et des

freins une fois la fosse réalisée.

Les directives légales de sécurité ont également

été intégrées dès le départ dans le

concept. Les issues de secours, par exemple,

sont impératives. Comme pour les accès à la

fosse, l’inclinaison, la hauteur des marches

et la largeur des escaliers doivent être

conformes aux prescriptions. « En cas d’urgence,

devoir escalader une issue n’est d’aucun

secours. Des marches sont nécessaires »,

déclare Roland Strebel.

Compte tenu du risque d’émanations dans

un atelier de réparation, le système de ventilation

est particulièrement étudié. « Les gaz

s’accumulent toujours au point le plus bas et

doivent être aspirés à partir de là. » Les prescriptions

applicables pour le processus de circulation

sont prises en compte dès le début

des travaux pour éviter tout mélange explosif.

Les propriétés antidérapantes du sol, l’élimination

correcte de l’huile et l’éclairage optimal

de la fosse sont soigneusement étudiés.

Les fosses de travail non utilisées sont par

ailleurs sécurisées. Cette protection s’effectue

soit par le biais d’une couverture automatique,

soit par des chaînes de délimitation

placées au bord de la fosse. « Il est judicieux

de tenir compte de tous ces aspects dès le

départ », indique Roland Strebel, soulignant

par ailleurs l’impact financier. Les corrections

imposées par les inspecteurs de la sécurité

14

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : SÉCURITÉ

au travail sont onéreuses et compliquées à

mettre en œuvre.

Pendant les périodes de pointe, Roland Strebel

mène entre 20 et 30 projets à la fois. Si

les projets de petite envergure ne nécessitent

que quelques semaines, certains projets

de grande ampleur, tels que celui des VBZ,

peuvent s’étendre sur plusieurs années. Pour

Roland Strebel, l’interaction avec les planificateurs,

les architectes et l’entreprise ellemême

est l’une des clés du déroulement réussi

d’un projet. Les échanges lors de réunions

de chantier régulières sont importants pour

garder un œil sur le calendrier global et pour

pouvoir réagir de manière flexible. Selon le

chef de projet de KSU, tout réside dans le lien

direct : « Ce n’est que sur place et avec les personnes

impliquées que les projets deviennent

réalité. » <

Plus d’informations sur :

ksu.ch

Depuis près de 30 ans, Roland Strebel assure le suivi et la réalisation de projets pour KSU A-Technik. Photo : KSU

Tamlux FR_AGVS 1/2-Seite quer_5-21_Print.qxp_Layout 1 05.02.21 17:35 Seite 1

KEMI HI

UN ÉCLAIRAGE FIABLE POUR VOTRE STATION DE LAVAGE

Sécurité maximale, durabilité et éclairage optimal: voilà

la promesse du luminaire tubulaire à LED KEMI HI de

TAMLUX. Spécialement pensé pour les environnements

difficiles, il trouvera sa place partout où la robustesse est

de rigueur. Grâce à leur embout à visser muni d’un joint

d’étanchéité intégré, nos luminaires sont si étanches que

même un nettoyeur haute pression ne pourrait en venir

à bout (IP67 et IP69K).

Tous les luminaires TAMLUX séduisent par leur exceptionnelle

résistance face aux conditions environnementales

et aux contraintes mécaniques. Cela s’explique d’une part

par le choix de critères de conception exigeants, et d’autre

part par l’utilisation de matériaux de qualité, mis en œuvre

avec une précision absolue. Le luminaire KEMI HI s’appuie

sur des modules et drivers de LED de dernière génération

pour garantir un rendement lumineux maximal, quel que

soit l’environnement.

Les solutions d’éclairage de TAMLUX se démarquent par leur

extrême fiabilité et leur grande durabilité. Nécessitant un

minimum d’entretien, elles conviennent en particulier aux

endroits difficiles d’accès et constituent ainsi un investissement

absolument sûr. N’attendez plus, contactez-nous dès

aujourd’hui et trouvons la solution d’éclairage optimale pour

votre station de lavage!

TAMLUX GmbH

Dorfstrasse 30

5200 Brugg

T +41 44 481 85 11

info@tamlux.com

tamlux.com


FOCUS : SÉCURITÉ

Une confiance bâtie depuis des années : Erhard Luginbühl (à gauche) et Philipp Zumstein (à droite) évoquent les investissements et

les recettes pour des projets réussis. Photo : médias de l’UPSA

L’entretien et la maintenance renforcent la sécurité au travail

« Un atelier doit être

un espace interactif »

L’entreprise Luginbühl Fahrzeug- und Werkstatttechnik AG aide les garagistes à accroître leurs performances

grâce à de meilleurs processus à l’atelier, afin d’optimiser par exemple les systèmes de levage. Entretien avec

Erhard Luginbühl et son client Philipp Zumstein, propriétaire du groupe Robert Huber, établi à Muri, Windisch,

Villmergen et Brunegg. Mike Gadient

Monsieur Zumstein, vous avez remplacé

dernièrement plusieurs systèmes de levage au

Schlossgarage de Brunegg. Qu’est-ce qui vous

a poussé à engager ces investissements ?

Philipp Zumstein, propriétaire du groupe

Robert Huber : Lorsqu’on rachète une entreprise,

il y a toujours des investissements à faire.

Dans une optique de sécurité au travail, sur neuf

élévateurs, nous en avons remplacé six et modifié

deux.

Erhard Luginbühl, propriétaire de Luginbühl

Fahrzeug- und Werkstatttechnik AG : Concernant

les systèmes de levage, la conscience de

l’importance de la maintenance et de l’entretien

s’est renforcée ces dernières années. Mais

dans les ateliers suisses, il reste encore de

nombreux systèmes qui ont au moins vingt

ans et doivent être remplacés. Un nouvel achat

est pertinent, car les élévateurs sont en action

dix à douze fois par jour. Or les anciens modèles

ne sont pas conçus pour cette performance.

Cependant, la sécurité ne se résume

pas aux systèmes de levage.

À quoi pensez-vous d’autre ?

Erhard Luginbühl : Un atelier doit être moderne

et aménagé de façon fonctionnelle pour

que les mécatroniciens s’y sentent bien. On oublie

souvent que l’ambiance au sein de l’atelier

est un facteur de réussite. Je partage depuis

toujours l’idée qu’un atelier est aussi un

espace de vie. Un centre de services, qui réunit

la vente et l’atelier. Actuellement, on voit aussi

bien des garages qui ressemblent à des palaces

que des locaux sombres au sol graisseux. Je ne

dis pas que tout doit être flambant neuf. Mais

au moins propre.

Philipp Zumstein : On ne fait pas du travail

propre dans une entreprise qui ne l’est pas.

Nous devons répondre aux exigences que nous

nous sommes fixées, ainsi qu’à celles des importateurs

concernant l’équipement de l’atelier.

Il nous faut également satisfaire les besoins de

la clientèle. Par exemple, cela fait partie de nos

prestations de nettoyer les voitures. J’ai engagé

du personnel pour cette tâche. Les clients apprécient

de retrouver une voiture propre. Quant à

l’atmosphère de travail, c’est le supérieur hiérarchique

qui donne le ton. Il doit incarner un modèle,

de sorte que les collaborateurs se disent :

« je veux faire pareil, je veux savoir faire cela. »

Cela commence avec les apprentis, qui doivent

prendre exemple sur les mécatroniciens.

Erhard Luginbühl : Le style de management

agile, apprécié par les jeunes, est extrêmement

important. Le chef doit créer un climat qui

inspire confiance et incite les collaborateurs

à s’impliquer et se demander si tel système

déjà ancien doit être remplacé. Si des arguments

solides sont énoncés, l’achat sera certainement

budgétisé.

Philipp Zumstein : Sur ce point, notre système

de contrôle interne est très utile : nous sommes

certifiés ISO 9001 et ISO 14001. Je dispose de

valeurs de références qui indiquent quand le

matériel doit être remplacé. Aujourd’hui, acheter

de nouveaux équipements revient moins cher

que d’entreprendre des réparations coûteuses.

Monsieur Luginbühl, vous plaidez pour

une mise en valeur du système de levage

à l’atelier. Dans quelle mesure cela se

répercute sur le rendement ?

Erhard Luginbühl : Les processus complexes

gâchent de précieuses minutes. Ces minutes se

cumulent en heures, et représentent en fin de

compte d’énormes sommes d’argent. Nous évaluons

avec le chronomètre et indiquons ensuite

au client l’emplacement idéal du système de levage

dans son atelier, pour faciliter par exemple

l’accès à l’enrouleur de tuyaux ou au branchement

électrique. Il faut se poser les bonnes

questions : le système de levage est-il placé de

16

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : SÉCURITÉ

manière à éviter les pertes de temps lors des entrées

et des sorties de véhicules ? Est-ce que je

dois à chaque fois changer de niveau pour la vidange

d’huile ou le remplissage du lave-glace ?

Compte-tenu de la crise sanitaire actuelle,

les garagistes sont-ils prêts à investir

dans de nouveaux équipements ?

Philipp Zumstein : En période d’incertitude,

il vaut mieux investir, telle est ma devise. Si

l’on a confiance en l’avenir, il ne faut pas hésiter

non plus. Autrement les dépenses restent

bloquées, puis seront toutes effectuées en

même temps. Si toutes les entreprises agissent

ainsi, cela entrainera des problèmes de capacité

chez les artisans et les fournisseurs, et des

difficultés de livraison.

Erhard Luginbühl : indépendamment de

la pandémie, la conversion vers l’e-mobilité

entraîne une diminution des pièces mobiles,

et donc des réparations. Avec comme conséquence

pour nous : moins de systèmes de levage

vendus. Cette tendance est compensée par

la bonne tenue de la mobilité. Nous misons sur

nos atouts dans le domaine de la maintenance

et continuons à vendre de nouveaux élévateurs,

des appareils de diagnostic et des géométries

de direction. Je dis souvent à nos fabricants :

« Faites des produits de qualité, et cherchez

de nouvelles perspectives qui permettent de

conserver le sens du service. » Nous l’avons

écrit sur notre fanion, et proposons à nos

clients des ébauches, des conceptions et des

dessins techniques pour leurs projets de

constructions. Les plans par CAO sont transmis

par les architectes par voie numérique.

C’est ainsi que le projet du groupe Robert

Huber a été traité à Muri (AG). Selon vous,

que faut-il pour qu’un projet réussisse, à

l’instar de Muri ?

Philipp Zumstein : Notre site de Muri a

été agrandi, parce qu’il nous fallait plus de

place pour répondre aux nouveaux besoins

de nos clients. Après l’entretien, les véhicules

doivent être mis à disposition de sorte que

les clients puissent venir même en dehors

des heures d’ouverture. En outre, les différents

modèles neufs et d’occasion requièrent

une plus grande surface de vente.

Erhard Luginbühl : À Muri comme à Brunegg,

on a travaillé pendant l’activité de l’entreprise.

C’est une situation difficile, qui suppose que le

courant passe entre les partenaires.

Philipp Zumstein : Que ce soit pour un projet

de construction ou un nouvel achat, les processus

doivent être respectés, pour éviter les problèmes

et impliquer les collaborateurs. Il est primordial

que je sache clairement quel objectif je

poursuis et de quel argent j’ai besoin pour cela.

À mon avis, au début du projet, il ne faut pas

être trop nombreux. Si tout le monde s’y met,

l’importateur, les autorités, la banque et le personnel,

on n’avance pas.

Erhard Luginbühl : Je pense qu’il est décisif

que tous mes collaborateurs disposent de solides

compétences, également pour les produits

étrangers. Ils sont mes meilleurs vendeurs, car

eux seuls peuvent expliquer au client, du point

de vue de l’utilisateur, pourquoi tel système de

levage convient, ou tel autre doit être remplacé.

Pour réussir la mise en œuvre d’un projet, il

faut veiller à ces détails. À cela s’ajoute que mes

employés éliminent les déchets, on en revient à

l’importance d’avoir un atelier propre. <

Plus d’informations sur :

luginbuehl-ag.ch

roberthuber.ch

Be part of the

Christ Group

L‘INNOVATION est notre passion.

Tel. +41 56 648 70 80 • verkauf-ch@christ-ag.com

www.christ-ag.com


FOCUS : SÉCURITÉ

Sur le banc d’essai

Sécurité au travail pour les

mécatroniciens

L’ordre et la propreté sur le lieu de travail font partie des conditions préalables à la sécurité au travail.

La tenue adéquate joue également un rôle essentiel en la matière. Mais sait-on quels vêtements doit porter

un mécatronicien à l’atelier, et quelle est la définition précise d’un vêtement de protection ?

pd/sco. Le progrès technique, autrement dit

l’arrivée de nouveaux véhicules comme les

modèles hybrides et électriques, ainsi que les

nouvelles méthodes de travail, modifient les

risques d’accident dans les ateliers. La tenue

adéquate est une étape importante de l’amélioration

de la sécurité sur le lieu de travail.

Pour les garagistes, cela implique de définir

le domaine d’application et de connaître les

caractéristiques des tissus et des matières

élastiques utilisés pour les vêtements de protection.

Les vêtements assurent en effet une

fonction protectrice et, selon l’activité et l’environnement,

ils préviennent les accidents

et les maladies professionnelles, évitant ainsi

des coûts supplémentaires.

Les tâches d’un mécatronicien sont en général

multiples : diagnostics d’erreurs sur

un véhicule, travaux d’entretien et de maintenance,

etc. Il travaille sur différentes machines.

La tenue de travail doit être conçue de

façon à empêcher que les manches, la ceinture

ou d’autres parties ne s’accrochent dans

les machines. L’équipement de base d’un

mécatronicien se compose d’un pantalon et

d’une veste de travail en matériau résistant

ou d’une combinaison à manches longues.

Les pantalons sont souvent dotés de poches

spéciales pour que les outils soient près du

corps et à portée de main. En général, on privilégie

pour l’atelier les textiles fonctionnels

modernes, qui assurent un échange d’air et

de chaleur optimal et garantissent une bonne

liberté de mouvement.

comme des tissus ininflammables ou antistatiques

peuvent s’avérer indispensables.

Les vêtements professionnels innovants se

distinguent par leur marquage en tant que

tenue de protection certifiée. Conçus en tissu

high-tech léger, ils offrent à la fois confort

et protection. Ils sont particulièrement adaptés

aux travaux de carrosserie, de soudure,

de peinture ou de changement des batteries,

pour lesquels les vêtements doivent répondre

à des exigences ergonomiques spécifiques et

la tenue ne doit pas être gênante.

L’équipement de protection individuelle (EPI)

contribue considérablement à accroître la sécurité.

En effet, dans les garages, les blessures

aux mains, aux yeux ou aux pieds représentent

la majorité des accidents. Dans

les carrosseries, les gants anti-coupures protègent

des blessures. Pour traiter les arêtes

tranchantes et les changements de pneus, il

convient de porter des gants de montage en

latex ou en polyamide fin à picots. Les travaux

sur l’électronique sensible s’effectuent

idéalement avec des gants recouverts d’une

fine couche de polyuréthane (PU). Pour l’entretien

et les réparations des moteurs et des

boîtes de vitesse, des gants en nitrile (NBR)

sont préférables. Ils protègent notamment

les mains des mécatroniciens au moment

de remplir les batteries avec de l’acide ou de

changer les liquides de freins, qui sont des

produits agressifs. Il faut porter des manchettes,

une protection oculaire et un tablier

résistant aux acides pour éviter toute mauvaise

surprise.

Les fournisseurs de textile comme Mewa proposent,

outre les vêtements de travail, des lavettes

de nettoyage, des tapis absorbants (retenant

l’huile) ou des tapis de sol en location.

Cela garantit plus de sécurité et de propreté à

l’atelier. Un service complet est garanti, avec

la fourniture, la récupération, le lavage et le

remplacement au rythme convenu. <

Plus d’informations sur :

mewa.ch

Les vêtements de protection protègent

mieux que les habits ordinaires contre les

risques tels que les coupures, les produits

chimiques, l’électrostatique ou les flammes.

Selon le domaine, des matériaux robustes

Des vêtements de travail adéquats : un facteur de sécurité. Photo : Mewa

18

Mai 2021 | AUTOINSIDE


L’hydrogène

dans la mobilité

À découvrir maintenant

au Musée Suisse des

Transports

quz.swiss


FOCUS : SÉCURITÉ

Photos : médias de l’UPSA

Le serveur de terminal et le serveur web comme solution contre la perte de données

Pour que le sinistre ne devienne

pas un tigre de papier

Des feuilles volantes, un système de classement confus, des clients et assureurs en attente d’une réponse : le

scénario catastrophe du quotidien d’un atelier. Les solutions logicielles fournissent une structure et des interfaces.

À l’instar de deux ateliers de carrosserie, le numérique commence dès l’attribution des mandats. Mike Gadient

La crise liée au coronavirus a pointé des structures

obsolètes dans bien des entreprises.

Même la Confédération et les cantons communiquaient

encore parfois par fax. En conséquence,

la Confédération a chargé les cantons

de créer une base de données numérique et

d’assurer la transmission automatique des numéros

de dossier. Ce que tout le monde savait

déjà : mieux vaut ne pas manquer le coche du

numérique. Comme les administrations, les

garages et les entreprises de carrosserie sont

aussi confrontés à cette thématique.

Certaines entreprises gèrent déjà tout par voie

numérique, de la prise en charge d’un sinistre

à la facturation, en passant par le calcul. Ce

cycle commence par la saisie impeccable des

mandats. La carrosserie Gehrig GmbH à Kleinandelfingen

(ZH) est contactée par l’assurance

auto via un portail en cas de sinistre. « Nous recevons

toutes les données pertinentes concernant

le client, le véhicule et les dommages. Le

dossier de sinistre qui nous est confié peut être

saisi dans notre système en un clic », explique

Tobias Arn, directeur adjoint. Les données ne

doivent pas être saisies séparément et aucun

PDF n’est envoyé. Parmi les professionnels de

l’informatique, un PDF est considéré comme

un « obstacle à la numérisation » car les données

qu’il contient ne peuvent être modifiées

et doivent être transférées manuellement dans

une base de données. Le transfert de données

fonctionne également dans l’autre sens, quand

la carrosserie Gehrig est d’abord contactée par

le client et que les informations sont saisies

dans le système. « Les assurances nous demandent

de faire ce virage numérique. Il y a un

an, nous avons optimisé les processus de notre

entreprise de manière à ce que non seulement

l’administration mais aussi l’atelier en bénéficient

», explique Tobias Arn. Il fait allusion au

fait que le carnet de commandes physique a

été remplacé par un système de traitement des

mandats qui indique en permanence aux collaborateurs

de l’atelier ce qui doit être fait sur

tel ou tel véhicule et quand.

La pandémie a certes accéléré le virage numérique,

mais une certaine réticence reste perceptible.

Pour Marco Zehnder, propriétaire

de la carrosserie Zehnder à Grosshöchstetten

(BE), c’est une question de génération. Il se

rappelle encore son père utilisant pour la première

fois un ordinateur dans l’entreprise de

carrosserie. « C’était l’horreur pour lui », se souvient

Marco Zehnder, qui a été initié à l’univers

du PC en huitième année. « Pour mes

enfants, tout ça est normal. Les jeunes n’ont

plus besoin de papier. » L’entreprise de carrosserie

du Mittelland bernois donne à ses

clients la possibilité, sur le site web, de déclarer

le sinistre directement auprès des compagnies

d’assurance habituelles et de prendre

rendez-vous pour un contrôle. Toutefois, un

appel téléphonique reste actuellement l’option

préférée des clients en raison du contact personnel.

Les données initiales du client sont

saisies immédiatement dans le gestionnaire

de mandats, au lieu d’être enregistrées dans

un bloc-notes ou un formulaire. Le programme

vous permet même d’envoyer au client une

confirmation de rendez-vous et un rappel

par courrier ou par SMS. « Bien des choses

ont été simplifiées. Le mandat est classé de

manière compacte en quelques étapes seulement

», explique Marco Zehnder. Après l’appel

téléphonique, le client envoie à la carrosserie

Zehnder les premières photos du sinistre par

e-mail ou WhatsApp. « C’est précieux pour

notre planification : ça nous permet de prévoir

le type de travail à l’atelier. Souvent, nos

clients ne trouvent le temps d’apporter la voiture

que quelques jours plus tard. »

La capture numérique conduit parfois à la

question de la protection des données. « Les

dossiers de mandat numériques doivent être

protégés contre les attaques de hackers et

stockés à l’externe », affirme Marco Zehnder.

Sa société avait elle-même été victime d’un

20

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : SÉCURITÉ

virus qui avait rendu l’ordinateur inutilisable.

Aujourd’hui, un petit serveur de terminal se

trouve sous le bureau de la réception. La carrosserie

Gehrig mise elle aussi sur cette solution,

où les données sont stockées de manière

centralisée sur un serveur, et les programmes

exécutés. L’entrée et la sortie, par exemple des

données clients, sont effectuées de manière

décentralisée par le collaborateur sur les appareils.

En cas d’attaque virale, de panne ou de

vol de l’appareil final local, les données stockées

sur le serveur ne sont pas perdues, ce qui

est un avantage de taille. En outre, le logiciel

ne doit être installé et entretenu qu’une seule

fois sur le serveur de terminal. « Nous savions

que cet investissement était à prévoir lorsque

nous avons dit adieu à l’ancien système », déclare

Tobias Arn. La carrosserie Gehrig poursuit

l’adaptation de ses processus, sachant que

toute la procédure, de la reconnaissance du sinistre

à la restitution du véhicule au client,

peut être réalisée numériquement. <

Le DMS permet un traitement

numérique de bout en bout

Marco Zehnder (en haut) et Tobias Arn (en bas) réduisent les hautes piles de documents dans leurs entreprises.

Alors que le carnet de commandes physique est remplacé à la carrosserie Gehrig, Tobias Arn transfère les dernières

entrées dans le programme.

Les solutions logicielles permettent

d’accroître l’efficacité de la branche des

garages et des entreprises de carrosserie

dans le traitement administratif des mandats

de réparation. Dans une série de quatre

articles, AUTOINSIDE examine le sens et

les avantages des Dealer Management

Systems. Le numéro de juin montrera comment

le dommage est calculé numériquement

à la date de l’inspection et comment

la date de réparation définitive est fixée

avec le client.

Mesure de précision

du profil du pneu

En option

reconnaissance

de plaques

d’immatriculation

de véhicule

Spinnerei-Lettenstrasse 2

8192 Zweidlen ZH

Tel. +41 (0)44 867 02 78

www.gassnerag.ch


FOCUS : CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Les profanes n’y verraient que du feu :

Paolo Rezzaghi devant la vitrine comportant

un étrier de frein Brembo d’origine et

une contrefaçon. Photo : Brembo

Vérification de l’authenticité grâce à un code de sécurité

Chasse aux faussaires,

mais hi-tech

Les pièces automobiles contrefaites compromettent gravement la sécurité routière. Des fabricants tels que

Bosch et Brembo s’engagent vigoureusement dans la lutte contre les faussaires. Le garagiste peut les y aider en

restant attentif et en faisant preuve de bon sens. Mike Gadient

Des freins contrefaits portant le logo Brembo

apparaissent de plus en plus souvent sur le

marché. Ils sont fabriqués en Asie, en Chine,

à Taïwan, à Hong Kong ou en Thaïlande et

proposés dans le monde entier sur Internet à

prix cassés. D’après Paolo Rezzaghi, responsable

IPR chez Brembo, les plaquettes de frein

représentent la majeure partie des contrefaçons

de toute la gamme de pièces de rechange

sur le marché libre de la deuxième monte. A

contrario, les étriers de freins sont souvent

copiés sur le marché de la deuxième monte

haute performance pour lequel Brembo offre

divers kits de rétroéquipement. « La problématique

prend une dimension inquiétante, car les

freins sont des composants de sécurité de la

voiture dont dépend la santé du conducteur et

des passagers », déclare M. Rezzaghi.

L’équipementier Denso partage ces inquiétudes.

Il évoque des bougies d’allumage composées

de matériaux de moindre qualité dont

la sécurité n’est pas certifiée. Des bougies

contrefaites sont susceptibles de surchauffer,

puis de fondre et d’endommager gravement le

moteur. D’après Denso, la dissémination d’articles

contrefaits, pratiquement dans toutes les

catégories de produits, est liée à la popularité

croissante du commerce en ligne. Les prix des

pièces de rechange sur Internet sont trop intéressants

par rapport à ceux pratiqués par les

revendeurs spécialisés.

22

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

« Il faut se méfier si le prix est vraiment très

bas », affirme Ferdinando Imhof, Chief Product

Officer chez LKQ Europe, l’un des principaux

distributeurs de pièces de rechange d’Europe.

Pour le garagiste, il s’agit généralement

de déterminer si les pièces proviennent d’une

source fiable. « La situation devient délicate

si le client amène lui-même la pièce à l’atelier

pour que le garagiste la monte. Sa responsabilité

et la garantie de la sécurité sont alors

en cause. » Dans ce scénario, l’UPSA vient en

aide à ses adhérents en leur fournissant un

formulaire d’exclusion de responsabilité pour

les consommables et les pièces apportés par

les clients (voir l’encadré « Le garagiste UPSA

peut se protéger »).

M. Imhof note qu’il est pratiquement impossible

qu’un atelier reçoive des produits contrefaits

en ce qui concerne LKQ. L’entreprise ne

fait pas appel à des intermédiaires, mais obtient

ses produits directement auprès des industriels

ou de ses fournisseurs. À la demande

d’AUTOINSIDE, Bosch se veut aussi rassurante.

Par rapport à d’autres branches, telles

que le secteur des biens de consommation, la

part des contrefaçons est bien plus faible sur

le marché européen de la deuxième monte. La

branche œuvre énormément à cet effet. Dans

la lutte contre les contrefaçons, les sous-traitants

automobiles ont adopté collectivement

une solution de branche basée sur des codes

de sécurité (voir l’encadré « Comment reconnaître

facilement des contrefaçons »). En

quelques secondes, le garagiste ou l’acheteur

peut vérifier sur un site Internet ou une application

si la pièce de rechange est authentique.

Bosch utilise des étiquettes de sécurité

sur des emballages auxquels le code est intégré

pour des régulateurs de champ, des bougies

et d’autres produits. Un hologramme qui

recèle les derniers chiffres du code individuel

est un gage de sécurité supplémentaire.

Brembo mise aussi sur des codes QR, des hologrammes

et des étiquettes spéciales pour

lutter contre la contrefaçon. Année après année,

le spécialiste du freinage investit environ

330 000 francs dans des activités en et

hors ligne visant à endiguer la contrefaçon.

Un groupe de travail recherche des produits

suspicieux et collabore étroitement avec les

douanes et les autorités pénales. Il a pu trouver

80 000 offres de contrefaçons sur plus de

100 plates-formes. « Dans certains cas, les enquêtes

mènent jusque dans des ateliers d’arrière-cour

ou des magasins de pièces de voitures

en Chine ou aux Philippines », explique

Paolo Rezzaghi, le spécialiste Brembo. Des collaborateurs

de Brembo spécialement formés se

rendent également dans des salons et sur des

marchés pour attraper les auteurs en flagrant

délit. « La plupart du temps, la tâche des enquêteurs

est toutefois ardue, prévient M. Rezzaghi.

Les auteurs sont soit difficiles à appréhender

soit l’architecture juridique dans les

pays concernés leur offre des échappatoires. »

Reste à savoir pourquoi les composants de freins

Brembo sont si souvent contrefaits. M. Rezzaghi

d’expliquer : « Les faussaires copient Brembo

et d’autres marques haut de gamme à cause

de leur image sportive associée aux hautes performances.

» Le fabricant conseille donc aux

clients et aux garagistes de faire très attention à

la qualité et à l’origine des produits. <

L’inclinaison révèle que la bougie d’allumage Denso

est une contrefaçon (à gauche). Une vérification

grâce au code de sécurité sur Internet simplifie la vie.

Photo : Denso

Le garagiste UPSA peut se

protéger

Que faire si le client apporte ses propres

pièces de rechange et d’usure ? Il incombe

au garagiste de décider s’il souhaite

installer de telles pièces. En signant le

code d’honneur de l’UPSA, les garagistes

s’engagent « à effectuer les travaux

d’entretien et de réparation de manière

compétente, fiable et en vue d’assurer

une sécurité d’exploitation et de service

optimale des véhicules qui [leur] ont été

confiés ». En tant que partenaires de mobilité,

les ateliers de l’association suisse des

garagistes prennent leur décision au cas

par cas lors d’un entretien de conseil avec

le client. Outre les aspects pertinents pour

la sécurité, il faut également aborder les

questions d’ordre juridique. Le garagiste

peut se prémunir grâce à une exclusion

de responsabilité sur des consommables

et des pièces de rechange apportés par

ses clients.

Code QR : exclusion de

responsabilité sur des

pièces apportées par

les clients

Comment reconnaître

facilement des contrefaçons ?

Pour faire la différence entre des produits

authentiques et des contrefaçons, les produits

d’origine sont munis individuellement

d’un code de sécurité, soit sur l’article

lui-même, soit sur son emballage. Le garagiste

peut alors vérifier l’authenticité sur un

site Internet géré par l’alliance « Manufacturers

against Product Piracy » (Mapp) et

avec une application. À titre d’exemples,

Bosch, Mahle, Wabco et Continental

utilisent le numéro d’identification Mapp.

Des fabricants comme Bosch ou Brembo

proposent aussi la vérification sur le site

Internet. Avec la carte de protection contre

les contrefaçons, le spécialiste du freinage

mise en plus sur un nouvel élément et agit

constamment de manière exemplaire pour

lutter contre la contrefaçon. « Tous les

composants haute performance destinés à

la deuxième monte sont dotés d’une carte

à gratter spéciale qui se trouve dans une

boîte scellée », explique Paolo Rezzaghi.

Les clients doivent gratter les bandes

argentées sur la carte pour faire apparaître

un numéro à six chiffres.

Les professionnels dont l’œil est aiguisé

sont par ailleurs capables de reconnaître

les contrefaçons par la qualité. Si l’angle

d’une électrode de masse d’une bougie

d’allumage Denso est irrégulier, il s’agit

d’une contrefaçon. L’emballage peut

également fournir des indices, par exemple

si le logo du fabricant n’y est pas correctement

reproduit ou si la boîte a déjà été

ouverte. L’indication de l’origine peut aussi

être une indication solide. « Les bougies

Denso d’origine ne sont produites qu’au

Japon, en Indonésie, en Chine et aux États-

Unis », affirme l’entreprise.

Le prix permet lui aussi d’en savoir plus.

« Si la différence de prix est nettement

supérieure à 15 %, il faut se montrer sceptique

», déclare Paolo Rezzaghi. Il ne peut

en aucun cas s’agir d’un produit Brembo

d’origine si les remises dépassent la barre

extraordinaire des 50 %.

Voici le site Internet

de l’alliance « Manufacturers

against

Product Piracy ».

AUTOINSIDE | Mai 202123


FOCUS : CHÂSSIS/DIRECTION/FREINS

Entretien avec Armand Barras, responsable produits pour les pièces techniques chez Carex

Sportivité, esthétique...

Et parkings à plafonds bas

Depuis près de 20 ans, les suspensions à corps fileté sont disponibles sur le marché et connaissent un

engouement croissant. Armand Barras (Carex) explique ce qui distingue ces suspensions, et quel rôle peut

jouer le garagiste à ce propos. Échange approfondi sur le surbaissement. Sandro Compagno

à la fois le propriétaire de la « grosse voiture

familiale » et le conducteur de Porsche

qui ne veut pas renoncer à ses suspensions

PASM et trouve, avec la suspension à réglage

électrique « Plug & Play », la solution de suspension

à corps fileté idéale.

S’agit-il surtout d’un caractère plus

sportif, ou constatez-vous également une

tendance vers plus de confort et pour un

usage quotidien ?

L’accent est mis essentiellement sur le côté

sportif, l’individualisme et l’esthétique pure,

mais cela implique également un plus grand

confort. Ainsi, selon le véhicule, la conduite

sera moins fougueuse, notamment dans les

virages. Le confort est un concept subjectif :

pour certains, une conduite plus sportive est

plus confortable. Sur ce point, le garagiste

doit agir avec tact à l’égard de ses clients.

« Il faut avoir la fibre commerciale » : Armand Barras, de Carex. Photo : Carex

Monsieur Barras, les suspensions à corps

fileté ont le vent en poupe. Comment

le garagiste peut-il en tirer une activité

supplémentaire ?

Armand Barras, responsable produits

pour les pièces techniques chez Carex :

En démontrant efficacement leurs avantages.

Une suspension à corps fileté permet, par

exemple, de régler la hauteur du véhicule. Selon

les châssis, on ajuste les niveaux de compression

et de détente, ou bien on installe

un « Plug and Play », même avec des amortisseurs

adaptables. Une suspension à corps fileté

complète est souvent à peine plus chère

qu’un simple changement de ressorts avec les

amortisseurs ! Bien entendu, le garagiste doit

avoir la fibre commerciale. Mais nous l’aidons

volontiers pour qu’il puisse montrer à sa

clientèle les atouts de ces systèmes.

Quels types de clients le garagiste doit-il

cibler ? Sûrement pas le père de famille

avec son VW T6...

Si, justement, tous les segments peuvent

être désormais approchés ! Même un père

de famille sera plus à l’aise au volant, il retrouvera

peut-être le goût de la course et du

tuning, et pourra customiser son T6. Notamment

du côté des fourgonnettes et des

camping-cars, il faut tenir compte d’un aspect

important : grâce au surbaissement, le

problème souvent sous-estimé de la hauteur

admise dans les parkings et les garages est

réglé avec élégance. La clientèle comprend

Les fabricants de véhicules de sport et

haut de gamme font de gros efforts pour

adapter au mieux leurs suspensions. Avec

quels arguments un garagiste peut-il rendre

attrayantes les suspensions à corps fileté ?

Il est en effet impressionnant d’observer

qu’aujourd’hui, non seulement les véhicules

de luxe, mais également les modèles plus modestes

sont équipés de très bonnes suspensions.

L’avantage de nos suspensions et ressorts

filetés est que l’on peut régler la hauteur

à tout moment. Par rapport aux suspensions

de série, ils offrent un caractère plus sportif

et selon le type, le niveau de compression

et de détente peut être ajusté. À cela s’ajoute

que la plupart de nos suspensions sont testées

sur la Boucle Nord du Nürburgring, et

conçues pour une tenue de route optimale sur

ce lieu si particulier et si exigeant. De plus,

une petite partie de nos suspensions et ressorts

filetés est effectivement développée

24

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : CHÂSSIS/DIRECTION/FREINS

pour des clients qui veulent un plus grand

confort pour leur voiture de sport, car dans

ce domaine, les suspensions d’origine sont

parfois trop dures pour certains conducteurs,

ou montrent un comportement trop nerveux.

Lors du montage, à quoi faut-il veiller ?

On ne peut pas répondre d’emblée à cette

question, car chaque voiture a ses particularités,

c’est-à-dire ses pièces d’origine qu’il faut

remplacer, ou ses accessoires. Ce que nous

conseillons absolument : lisez très attentivement

les instructions de montage pour éviter

les problèmes !

La palette des différents montages d’essieux

s’est constamment élargie ces dernières

années. Est-ce qu’un bricoleur amateur est

encore capable de nos jours de modifier

lui-même ses suspensions ou son châssis,

ou faut-il l’œil expert d’un garagiste ?

En fonction du véhicule, le montage peut être

très complexe et nécessiter l’intervention

d’un garagiste. Mais le montage n’est pas le

seul élément qui requiert des compétences.

Pour les amateurs, identifier le bon kit pour

la bonne voiture est difficile. Aujourd’hui, il

peut y avoir jusqu’à dix kits de suspensions

compatibles avec un véhicule qui se distinguent

par des critères différents.

Comment le montage de ce type de

suspensions influe-t-il sur la garantie

constructeur ?

Tout dépend du constructeur. Autrement

dit, il faut demander directement au fabricant.

On estime en général qu’un constructeur

peut limiter sa garantie en cas d’utilisation

de pièces qui ne seraient pas d’origine.

Comment combiner ces suspensions avec

les systèmes électroniques toujours plus

complexes des voitures modernes, et

quelles sont les principales difficultés

pour les garagistes ?

Comme on l’a expliqué, la plupart des voitures

possèdent désormais des suspensions

à réglage électrique. Mais les constructeurs

suivent la tendance, et développent constamment

des pièces de suspensions pouvant être

montées ultérieurement, malgré ces innovations.

Ce sont les produits « Plug & Play »

dont on a parlé. Pour les autres produits, il

faut acheter des accessoires. Ce sont des difficultés

tout à fait surmontables pour les garagistes.

Nous clarifions les détails des cas les

plus complexes lors de l’entretien de conseil,

et les transmettons aux garagistes.

Vers quoi tend l’innovation ? Quelles

tendances se profilent ?

Très clairement vers les stabilisateurs des

modèles sport. De nombreux conducteurs de

voitures de sport connaissent ce problème :

les suspensions sont montées, les pneus accrochent

l’asphalte, mais dès qu’un virage

survient, le véhicule tangue. Il faut alors réagir

vivement et contrebraquer, ce qui donne

une conduite nerveuse. Avec les stabilisateurs,

la conduite est beaucoup plus fluide.

En outre, de nombreux modèles peuvent être

ajustés. C’est-à-dire que l’on peut affermir

ou assouplir les stabilisateurs pour pallier

les survirages ou les sous-virages. On peut

même, grâce au réglage des stabilisateurs,

provoquer ces effets dans les virages.

Cela va faire plaisir aux fabricants

de pneus !

(en riant) On peut voir les choses comme ça ! <

Plus d’informationes sur :

carex.ch

Pour un management

des occasions proactif

Vendez vos véhicules rapidement,

en toute transparence, et aux

meilleurs prix du marché.

www.carauktion.ch

+41 55 533 40 00

CARAUKTION Compétence en management des occasions


FOCUS : CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Modifications et optimisations de suspensions

Le succès des suspensions : voici

comment les garagistes en profitent

Peter Banz, directeur de KW Automotive (Schweiz) AG, et Thomas Bellin, propriétaire d’Autex AG, une

entreprise de tuning installée à Steffisburg (BE), expliquent pourquoi les suspensions constituent une

tendance lourde pour les garages depuis des années et comment ils peuvent proposer une plus-value aux

automobilistes grâce à elles. Carla Stampfli

Personne ne conteste qu’il existe de nombreuses

voitures équipées d’une excellente

suspension d’origine. Les automobilistes

peuvent se satisfaire de la suspension

de série ou à modifier le comportement de

conduite et l’apparence du véhicule en fonction

de leur propre conception comme le leur

propose par exemple Autex AG de Steffisburg

(BE). Partenaire de la première heure de KW

Automotive (Schweiz) AG, le garage fondé en

1989 s’est spécialisé dans les optimisations

de suspensions.

« Que la suspension d’origine soit trop haute,

trop fougueuse ou trop sportive, nous traitons

les préoccupations individuelles de nos

clients et veillons à ce que leur véhicule soit

non seulement esthétique, mais qu’il roule

dans de bonnes conditions et en toute sécurité

», déclare Thomas Bellin, le patron d’Autex

AG. Le garage spécialiste des optimisations

de suspensions construit jusqu’à 200 unités

par an. « L’individualisation est prioritaire.

L’automobiliste bénéficie d’une plus-value

évidente, car nous proposons la bonne suspension

pour chaque besoin. » Des garagistes

figurent toutefois aussi parmi la clientèle

d’Autex AG. « Certains garages ne peuvent ou

ne veulent pas installer de suspensions, par

exemple parce qu’ils n’ont pas de capacité ou

qu’ils ont décidé dès le début de ne pas s’occuper

de ce segment. Nous venons toutefois en

aide aux garages pour que les besoins de leurs

clients soient satisfaits », affirme M. Bellin.

Peter Banz (à g.) et Thomas Bellin avec la nouvelle suspension « ST XTA plus 3 » qui sera bientôt installée dans une

Golf VII R TCR pour un client de longue date. Photo : médias de l’UPSA

Autex AG mise depuis toujours sur les suspensions

de KW Automotive. « La raison

est simple », indique Thomas Bellin avant

d’ajouter : « D’après notre expérience de plus

de 30 ans, il n’y a rien de meilleur dans ce

domaine. La gamme variée nous permet en

particulier de proposer le bon produit pour

26

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

chaque exigence. » Tous les produits sont livrés

avec l’expertise et le rapport d’essai requis

pour que les suspensions puissent être

répertoriées auprès de l’office de la circulation

routière compétent. KW fournit en

outre toutes les suspensions réglables en

hauteur et les jeux de ressorts avec un manuel

de montage informatif qui peut aussi

être consulté sur son site Internet.

Le garage de Steffisburg est l’une des quelque

70 partenaires formés de KW dans tout le

pays. « Nous entretenons une relation très

étroite avec nos partenaires. Nous cherchons

à satisfaire tous les clients », martèle

Peter Banz, le directeur de KW Automotive

(Schweiz) AG, avant de poursuivre en souriant

: « Les retours montrent que c’est le

cas. » Tandis que d’autres accessoires tels que

la hi-fi et le spoiler ont perdu de leur importance,

il s’est avéré que les suspensions représentent

une tendance lourde depuis des

années. « Qu’il s’agisse du look, du comportement

de conduite ou de la sécurité, une nouvelle

suspension offre de nombreux avantages.

» D’innombrables clients s’en sont

rendu compte pendant la pandémie de coronavirus

au cours de laquelle la mobilité individuelle

s’est révélée plus pertinente.

KW et ses partenaires vendent des produits,

mais aussi des services. « Le service pour les

clients est essentiel », explique Peter Banz.

« La meilleure suspension ne sert à rien si le

service est mauvais », souligne Thomas Bellin.

Le client est accompagné tout au long

du processus : de l’analyse de ses besoins,

jusqu’au suivi. « Nous voulons fournir le meilleur

service possible conformément aux prétentions

de KW. Le bouche-à-oreille est la

meilleure publicité. Il nous aide à recruter de

nouveaux clients et à renforcer les relations

existantes. »

L’équipe d’Autex AG convertira prochainement

une Golf VII R TCR pour un client de

longue date et posera la nouvelle suspension

« ST XTA plus 3 ». Cette suspension à corps

fileté permet notamment un surbaissement

en continu. De plus, le client peut choisir la

couleur des ressorts et les faire personnaliser.

« Le cœur de l’automobiliste bat encore

plus vite s’il peut identifier son véhicule », déclare

Thomas Bellin qui se réjouit d’ores et

déjà de la réaction de ses clients. « KW est

une entreprise innovante. Grâce au développement

continu de notre gamme, nous proposons

la suspension optimale à chaque

client », conclut Peter Banz. <

Plus d’informations sur :

kwautomotive.ch

autexag.ch

Désinfecteur

contre les virus dans le véhicule

Conçu pour la désinfection des

véhicules

Testé contre les bactéries et les virus

y compris le Covid-19 selon protocole 24482

31 / 07 / 1996 et CNSA 27 / 10 / 2010

Générateur d’ozone O3 entièrement

automatique

Neutralisation des odeurs

Fournit le bon niveau de saturation de l’ozone

Prix : CHF 840.

Demandez une démonstration : info@luginbuehl-ag.ch

Bruneggerstrasse 45 | 5103 Möriken | T 062-893 24 24 | www.luginbuehl-ag.ch


FOCUS : CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Changement de liquide de frein

Il suffit d’une erreur pour que le

système de freinage tombe en panne

Les ateliers doivent constamment tenir compte des consignes du constructeur lorsqu’ils remplacent le

liquide de frein. Continental vient de développer un liquide (presque) universel. Mike Gadient

Comme chacun sait, la notice décisive qu’il

faut respecter lors d’un changement de liquide

de frein est inscrite sur le couvercle du

réservoir de compensation. Le constructeur

y indique la classe DOT de liquide de frein

dont le véhicule a besoin. Les véhicules dotés

de systèmes de freinage électroniques,

tels que l’ABS ou l’ESP, requièrent en général

des liquides de frein de viscosité inférieure

comme les classes DOT 4 ou 6 ou encore les

variantes DOT 5.1. Du liquide de frein DOT

3 doit en revanche être utilisé sur certains

véhicules plus anciens ainsi que sur de nombreux

modèles asiatiques.

Ces normes DOT définissent les exigences

minimales s’appliquant aux liquides de frein.

Elles se différencient par la viscosité et par

la température d’ébullition sèche et humide.

« Les garagistes n’en tiennent malheureusement

pas assez compte », déclare Michael

Schindler, Sales Manager chez Continental.

Le mauvais liquide peut entraîner la défaillance

complète du système de freinage. C’est

pourquoi Continental lance le liquide de frein

ATE Super DOT 5.1, qui est compatible avec

les classes DOT 3 et DOT 4, si bien qu’il peut

être utilisé sur presque tous les véhicules disposant

de l’homologation correspondante.

« Le produit associe une température d’ébullition

humide élevée de 180 °C à des viscosités

qui dépassent même les exigences des

liquides de frein de la classe DOT 5.1 », poursuit

M. Schindler. Il déconseille instamment

de mélanger des liquides. Les constructeurs

préconisent aussi fréquemment des liquides

caractérisés par une température d’ébullition

humide élevée pour leurs véhicules électriques

à cause du poids proportionnellement

plus élevé de ces derniers, sollicitant ainsi

plus intensément le système de freinage. Le

liquide de frein doit donc résister à des températures

plus élevées pour que les performances

intégrales des freins soient garanties.

Dans le même temps, le développement de

nouvelles technologies dans le domaine de la

récupération raréfie l’utilisation du système

de freinage, mais rend cette dernière plus intense

en cas d’urgence.

Concernant les systèmes d’assistance à la

conduite qui agissent directement sur les

freins, tout dépend en revanche de la viscosité

du liquide de frein. Pour que l’ABS ou

ESP fonctionne en toute sécurité et en toute

fiabilité, il faut que le liquide de frein passe

au travers des éléments hydrauliques du système

en une fraction de seconde. Comme les

liquides de frein de faible viscosité s’écoulent

mieux, ils aboutissent plus rapidement à l’endroit

où ils doivent agir, même lorsque les

températures sont basses. Conclusion : bien

que les véhicules électriques et hybrides ne

soient associés à aucune exigence particulière

relative aux liquides de frein du point de vue

purement technique, il convient là encore de

n’utiliser que le liquide recommandé par le

constructeur. <

Les classes DOT se différencient par la viscosité et la température d’ébullition sèche et humide. Photo : Continental

28

Mai 2021 | AUTOINSIDE


Systèmes de freinage

Liquides de frein pour

une sécurité maximale

Les systèmes de freinage modernes dotés de l’ESP, de l’ABS ou de l’ASR

et caractérisés par de courts temps de réaction nécessitent des liquides

de frein de faible viscosité. Les liquides de frein Bosch ENV4 et ENV6

répondent à ces exigences.

pd/sco. Depuis 90 ans, les ingénieurs de

Bosch améliorent la sécurité routière grâce à

des développements techniques, des inventions

et des brevets portant sur des systèmes

de freinage. Dès 1936, ils jettent les bases des

systèmes antiblocage modernes en déposant

un brevet pour un « dispositif de prévention

du blocage des freins des roues d’un véhicule

à moteur ». Cet ABS n’est produit en série que

depuis 1978, date à laquelle une technologie

numérique performante est disponible.

Le développement se poursuit, les véhicules

sont plus sûrs et plus confortables, y compris

grâce à des systèmes de freinage de plus

en plus performants et fiables. Bosch vient

de développer un disque de frein composite

pour BMW et Mercedes. Il s’agit d’un produit

innovant qui s’appuie sur le concept de

la construction légère. Il combine une coque

profilée en aluminium et un anneau de friction

en fonte grise carburée. La composition

du matériau et les valeurs de tolérance sont

parfaitement adaptées au système de freinage

des applications prises en charge. Le

faible poids permet de réduire la consommation

de carburant et les émissions de CO 2

.

La gamme complète

de produits

anti-fouines par

un seul fournisseur !

Traitement

préalable

Répulsifs

olfactifs

Les liquides de frein Bosch ENV4 et ENV6 conviennent

sur presque tous les systèmes de freinage fabriqués à

partir de 1990. Photos : Bosch

Les systèmes d’assistance à la conduite tels

que l’ABS, l’ESP ou l’ASR sont devenus incontournables

sur les véhicules modernes.

Ces systèmes de freinage aux temps de réaction

courts nécessitent des liquides de frein

à faible viscosité. C’est pourquoi le liquide

Bosch ENV4 et la version haute performance

ENV6 associent une viscosité bien plus faible

à un point d’ébullition plus élevé et une compressibilité

plus basse. Les liquides de frein

Bosch ENV4 et ENV6 couvrent presque tous

les systèmes de freinage modernes fabriqués

à partir de 1990 et leur permettent de déployer

l’intégralité de leurs performances à

tout moment.

Comme la masse non suspendue est plus

faible, la conduite est encore plus confortable.

La conception atténue aussi le bruit

et les vibrations. Le disque de frein certifié

ECE-R90 réduit non seulement les saccades

de freinage, notamment grâce aux excellentes

performances thermiques du matériau,

mais aussi les contractions et les fissures

thermiques. <

Plus d’informationes sur :

bosch.ch

Répulsifs à

ultrasons

Protection

mécanique

Répulsifs à

haute tension

Accessoires

L’excellente capacité de lubrification réduit le

bruit, protège le système de freinage contre

l’usure et minimise la corrosion.

AUTOINSIDE | Mai 2021

Le nouveau disque de frein composite pour BMW et

Mercedes.

ANS

GARANTIE

www.stop-go.de/fr


FOCUS : CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Les spécialistes du freinage de Ferodo prodiguent des conseils de professionnels à professionnels

Installer correctement des freins

Les freins d’un véhicule doivent satisfaire à de nombreuses exigences, tant en matière de sécurité et de longévité

que d’écologie et de confort. Pour qu’un système de freinage de qualité y parvienne, il faut qu’il soit correctement

installé, de préférence à l’aide des conseils professionnels des spécialistes du freinage de Ferodo.

pd. Une révision de freins est une opération

propre. Avant de poser les nouvelles pièces

des freins, il faut soigneusement nettoyer la

zone de montage. Si le disque de frein n’est

pas parfaitement installé sur le moyeu encore

recouvert de rouille ou de saleté, la voiture

risque de subir de fines vibrations susceptibles

d’user inégalement le disque et les

plaquettes, et d’occasionner des bruits de freinage

ou des saccades désagréables.

Lors du remplacement de plaquettes de frein,

il faut démonter tous les boulons de glissement

et de guidage de l’étrier de frein et les

nettoyer prudemment pour ne pas compromettre

la capacité de glissement de l’étrier,

faute de quoi les plaquettes pourraient s’user

inégalement aux deux extrémités de l’essieu

et le système pourrait connaître des

saccades et des couinements. Les boulons

doivent être lubrifiés à l’aide d’une graisse résistante

à la chaleur (pas de pâte au cuivre !)

pour qu’ils glissent bien et pour éviter qu’ils

ne se coincent dans le logement de l’étrier.

Il faut aussi que les manchettes de guidage

et de poussière soient intactes. Vérifiez que

les pistons se déplacent bien. Rétractez-les

toujours entièrement pour que la cale ou la

Grâce aux conseils des professionnels, la pose de

freins est un jeu d’enfant pour tout garagiste.

Photo : Ferodo

Les clients Ferodo inscrits profitent d’un espace exclusif contenant de nombreux outils techniques et d’autres

prestations d’assistance des « Garage Gurus ». L’inscription est gratuite. Photo : Ferodo

couche d’isolant vernie ne soit pas endommagée.

Sur des plaquettes de frein neuves, veillez

à respecter les marquages de direction. Les

plaquettes de frein directionnelles acoustiquement

optimisées de Ferodo disposent de

surfaces de friction chanfreinée sur un côté

ou des évidements en forme de demi-lune

du côté de la cale. Il faut toujours les monter

dans la direction dans laquelle le contact

avec le disque de frein se produit en premier

(c’est-à-dire dans le sens inverse de celui de

la marche). Les nouvelles plaquettes de frein

se posent-elles facilement et dans de bonnes

conditions dans le support des étriers ? Si tel

n’est pas le cas, elles risquent d’être en contact

léger, mais permanent avec le disque, ce qui

engendre une usure inégale prématurée et des

bruits parasites.

Si l’étrier est rouillé, il faut le nettoyer à l’aide

d’une brosse métallique et l’enduire de graisse

exempte de métaux (donc pas de pâte au

cuivre) aux points de contact entre la plaque

porteuse et les boulons de glissement. Vérifiez

en outre les instructions du constructeur

de la voiture et veillez à ce que la graisse

ne touche pas la surface de friction de la plaquette.

Connectez à nouveau les plaquettes

aux indicateurs d’usure et posez les vis des

étriers. Les vis dotées d’un frein de filetage

doivent être remplacées. Lors de l’installation,

respectez le couple de serrage prescrit et

l’ordre de serrage correct.

Lorsque l’étrier de frein est installé, pompez la

pédale de frein jusqu’à ce que le déplacement

corresponde à environ un tiers de la course

complète. Contrôlez le bon fonctionnement du

frein et assurez-vous que la plaquette est rétractée

normalement. Vous pouvez alors installer la

roue et vérifier qu’elle tourne librement. À l’occasion

d’une course d’essai, assurez-vous que les

freins fonctionnent bien et rappelez impérativement

au client qu’il doit les roder. <

Plus d’informations sur :

ferodo.de

Les conseils techniques

Ferodo fournit des conseils techniques et

vous trouverez tout ce que vous devez savoir

en tant que garagiste sur la chaîne YouTube

de Ferodo et des « Garage Gurus », ainsi

que de nombreuses descriptions détaillées

et des conseils d’installation de freins.

ou

30

Mai 2021 | AUTOINSIDE


AMÉLIORATION CONTINUE

DE NOS PLAQUETTES

AMÉLIORATION & RAJOUT

D’UNE CALE ANTI-BRUIT

SUR LES PLAQUETTES

DIRECTIONNELLES

CHANFREINS

RENFORCÉS SUR

LES RADIAUX

RÉDUCTION DU BRUIT

CONFORT AMÉLIORÉ - MOINS DE VIBRATIONS

OPTIMISATION DE LA PERFORMANCE

www.ferodo.fr

LES FREINAGES PARFAITS SE FONT EN FERODO.

Grâce aux dernières améliorations techniques apportées à nos plaquettes de

frein, comme les chanfreins radiaux, les découpes en arc et les cales anti-bruit,

nous garantissons un feinage exceptionnel sur votre véhicule. Testez vous-même.

CHOISISSEZ LA PUISSANCE DE FREINAGE.

CHOISISSEZ FERODO.

Ferodo ® est une marque déposée de Tennenco Inc. ou d’une ou plusieurs de ses filiales dans un ou plusieurs pays.

PRMFE2109-FR


FOCUS : CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Géométrie de direction : nouveauté mondiale

Le premier système en ligne de

contrôle des essieux au monde

Avec « Q.Lign », Beissbarth mise sur une toute nouvelle architecture matérielle et logicielle pour la mesure des

essieux. « Nous reléguons ainsi tous nos concurrents à la seconde position », déclare Thomas Küderli, directeur

de Gassner AG. Sandro Compagno

Cela fait plus de 40 ans que Gassner AG a

conclu un partenariat avec Beissbarth. Son

directeur Thomas Küderli est donc ravi de

présenter la dernière innovation de l’équipementier

d’atelier munichois. Premier système

en ligne de contrôle des essieux au monde,

« Q.Lign » repose sur une toute nouvelle architecture

matérielle et logicielle.

Le temps, c’est de l’argent, surtout dans les

ateliers. C’est pourquoi « Q.Lign » met l’accent

sur la vitesse et la connectivité. L’approche

en ligne déplace l’ensemble du traitement

d’image et de la puissance de calcul vers le

capteur de mesure et remplace complètement

le chariot. Les valeurs mesurées peuvent être

affichées sur tout terminal disposant d’un

navigateur : TV, tablette, smartphone ou PC

classique (stream-to-X).

Grâce à de puissantes batteries Li-ion, « Q.

Lign » est entièrement mobile et peut être

installé sur n’importe quel(le) pont élévateur

ou fosse. En raison de l’interaction croissante

entre châssis complexes, systèmes de phares

intelligents et capteurs de caméras et de radars

installés, Beissbarth se concentre sur

l’approche système et veille avec « Q.Lign » à

un espace permanent devant le pont pour le

réglage des phares ou le calibrage des aides

à la conduite.

La mesure des essieux de demain : ultrarapide, compacte, connectée. Photo : Gassner AG

En plus de « Q.Lign », Beissbarth présente

« Q.Grip », qui est probablement la solution la

plus rapide pour fixer les dispositifs de mesure

sur la roue, sans contact avec la jante. Le

principe de serrage sophistiqué permet une

adaptation aux différentes tailles de roues

en quelques secondes, garantissant ainsi un

maintien sûr et des résultats de mesure reproductibles.

« Les systèmes de géométrie de direction

sont certainement le cœur de métier de

Gassner AG », selon Thomas Küderli. « Mais

nous nous sommes imposés depuis bien

longtemps comme un pro de l’équipement de

l’atelier complet. »

« On peut aujourd’hui dire que c’est notre cheval

de bataille. » Outre la géométrie de direction,

Gassner propose des machines de montage

de pneus, d’équilibrage des roues et de

nettoyage des roues, ainsi que des dispositifs

de mesures du profil des pneus, des ponts

élévateurs et bien plus encore. <

Plus d’informationes sur :

gassnerag.ch

32

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : CHÂSSIS / DIRECTION / FREINS

Ferodo

ferodo.de

Freinage moins bruyant Freinage plus performant

pd. La performance et la qualité sont une tradition chez Ferodo depuis

1897 toujours dans le but de garantir un freinage sûr et fiable à tout

moment et en tout lieu. Lors de la conception de plaquettes de frein

hautes performances pour la première monte et l’après-vente, des

solutions innovantes sont mises en œuvre à plusieurs reprises dans

nos sites de production et nos centres de recherche en Allemagne

et en Italie. De plus, tous les produits sont soumis à des tests stricts,

à la fois dans des laboratoires et sur route pour des résultats

contrets. C’est le seul moyen de garantir une conduite fiable, sûre et

confortable et des performances inégalées même dans des conditions

extrêmes. Vous pouvez avoir confiance en cela.

Rien n’arrête Ferodo. Vos véhicules le font. Faites confiance à Ferodo.

Les dernières avancées technologiques des plaquettes de frein Ferodo

permettent non seulement de stopper les véhicules, mais elles impressionnent

également car elles réduisent significativement le bruit

et offrent des performances de freinage optimales. Selon l’application,

les plaquettes de frein sont fabriquées avec un sens de montage, présentent

des chanfreins parallèles ou radiaux, des rainures spécifiques ou

des cales antibruit.

Rien n’arrête Ferodo. Vos véhicules le font. Faites confiance à Ferodo. Photo : Ferodo

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog Ferodo.

Abonnez-vous à la lettre d’information Ferodo pour ne

rien manquer : https://bit.ly/3dGFqlz <

Programme de formation 2021

Le savoir vous fait avancer

• Travailler en sécurité sur véhicules électriques et hybrides

• Avec adhérence et génie comprendre, entretenir et réparer

des systèmes de traction intégrale

• Site internet & réseaux sociaux pour garages automobiles

Réservez ces formations et d’autres cours techniques et

commerciaux rapidement et simplement sur notre plateforme

de formation numérique: www.autotechnik.ch/training

hostettler autotechnik ag

Haldenmattstrasse 3 // 6210 Sursee

T 041 926 62 36 // schulung@autotechnik.ch

www.autotechnik.ch


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / PRESTATIONS

Interview exclusive des fondateurs de Carify Sergio Studer et Raffael Fiechter

Canal de vente supplémentaire

Les abonnements automobiles permettent aux automobilistes d’utiliser plusieurs véhicules sans engagement

à long terme. La demande de tels concepts de mobilité flexible est en augmentation. Les médias de l’UPSA

ont demandé à Carify, un prestataire d’abonnements, pourquoi les garagistes devraient aussi s’intéresser aux

abonnements automobiles. Jürg A. Stettler

Des études estiment que les voitures en abonnement pourraient

conquérir jusqu’à 40 % du marché des véhicules neufs d’ici 2030. Pour

tenir compte des besoins croissants, l’UPSA et la start-up zurichoise Carify

ont signé un accord de coopération. « Avec Carify, l’UPSA a trouvé

un partenaire neutre qui a recours à l’offre de véhicules des garagistes

et qui loue des véhicules qui sont immobilisés dans leur garage et donc

immédiatement disponibles », explique Markus Aegerter, membre de la

direction de l’UPSA chargé de la représentation de la branche. L’entreprise

fondée par Sergio Studer et Raffael Fiechter a séduit l’UPSA, mais

également les investisseurs de l’émission de télévision Die Höhle der

Löwen Schweiz (La fosse aux lions Suisse). Pas moins de trois « lions »,

Roland Brack, expert du commerce en ligne, Bettina Hein, cheffe d’entreprise

dans le secteur technologique et le DJ Antoine, ont promis

des financements à six chiffres. Comme les abonnements automobiles

sont également intéressants pour les garagistes, les médias de l’UPSA

ont voulu en savoir plus en interrogeant les deux fondateurs de Carify,

Raffael Fiechter et Sergio Studer.

Quels sont les avantages des abonnements ?

Raffael Fiechter : La flexibilité est le principal avantage. La durée minimale

d’un abonnement peut être d’un, trois, six ou douze mois. Plus

la durée est courte, plus l’abonnement est cher. De nos jours, les gens

ne veulent plus planifier leur vie plus d’un an à l’avance. Or lorsque

j’achète une voiture, je m’engage à long terme. La crise du coronavirus

l’a confirmé : j’ai un emploi aujourd’hui, mais peut-être plus demain... Et

même un contrat de leasing est un engagement alors qu’un abonnement

est synonyme de flexibilité et de diversité.

Sergio Studer : Il y aura toujours des achats et du leasing, mais l’abonnement

deviendra une nouvelle source de revenus pour les garagistes.

D’où proviennent les voitures proposées sur la plate-forme Carify ?

M. Studer : De garages partenaires dans toute la Suisse. Nous avons

développé une plate-forme qui permet aux garagistes de devenir des

prestataires d’abonnements. Nous faisons donc monter délibérément

les garagistes à bord. Ils ont déjà une clientèle, et nous voulons collaborer

avec eux pour rendre l’offre d’abonnements disponible à tous les

clients en plus de la vente et du leasing.

Un abonnement automobile doit-il satisfaire à certains critères

tels qu’un kilométrage maximal ? L’année de construction ?

M. Fiechter : Plus de 91 % de nos voitures datent de 2021, 2020 et 2019.

En théorie, un garagiste pourrait aussi proposer des voitures plus anciennes,

mais la plupart sont des véhicules de démonstration ou ont

tout au plus deux ans. Le garagiste n’a pas intérêt à placer une voiture en

fin de course sur notre plate-forme, car elle reviendrait dans son atelier

toutes les deux semaines

pour y être

réparée dans le cadre

d’un paquet complet. Notre

flotte se développe en même

temps que le marché. Si de nouveaux

modèles électriques arrivent sur le marché, il y

aura automatiquement plus de voitures électriques sur Carify.

Les fondateurs de Carify Raffael Fiechter (à g.) et Sergio Studer avec le chien Zora

dans le bureau du prestataire d’abonnements et, en bas, lors d’une poignée de mains

avec DJ Antoine lors de l’émission de TV Die Höhle der Löwen Schweiz. Photo : médias

de l’UPSA/Andrea Carmen

34

Mai 2021 | AUTOINSIDE


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / PRESTATIONS

Carify a-t-elle choisi un partenaire de service fixe ?

M. Studer : Notre assureur nous assiste directement. Si la voiture d’un

client tombe en panne, l’assureur s’occupe de tout. La voiture revient

alors simplement au garage pour y être réparée et le client reçoit un véhicule

de remplacement.

De plus en plus de nouveaux prestataires, y compris des

constructeurs, font leur entrée sur le marché des abonnements.

Y aura-t-il assez de place pour Carify ?

M. Fiechter : (rires) Oui, et nous y sommes déjà ! Nous avons un

avantage : n’importe quel garagiste peut participer à Carify.

Nous avons déjà plus de 250 garages partenaires

dont nous avons fait des prestataires

d’abonnements. La liste

s’allonge de cinq à dix noms

chaque semaine. La plupart

du temps, un nouveau détenteur

d’abonnement

peut choisir le garage

dont il est déjà

client de longue

date. Le marché

des abonnements

est

encore dans une phase au cours de laquelle l’offre se fait connaître,

et de nouveaux acteurs apparaissent.

Faut-il répondre à des exigences spécifiques pour devenir partenaire

de Carify ?

M. Fiechter : De fait, tout le monde peut participer jusqu’à présent.

Les partenaires sont très divers : les besoins d’un petit garage sont différents

de ceux d’une grande entreprise. Les garages d’arrière-cour classiques

ne viennent pas chez nous, car ils préfèrent vendre les voitures.

Nous voulons que notre plate-forme reste ouverte et que tous les garagistes

puissent la rejoindre.

Carify contacte-t-elle activement des garagistes pour être

présente dans tout le pays ?

M. Studer : Grâce au partenariat avec l’UPSA, nous avons déjà recruté

beaucoup de partenaires dans toute la Suisse. Nous avons aussi une

équipe qui s’occupe des garages, qui admet les nouveaux sur la plateforme

et qui leur explique l’essentiel sur les abonnements.

M. Fiechter : Si un garagiste est intéressé, il suffit de 20 minutes pour

tout lui expliquer. Nous avons une procédure d’admission standard

pour que tout se déroule toujours de la même façon. Nous avons beaucoup

appris au cours de notre forte croissance.

Vous avez fait une apparition dans l’émission de télévision Die Höhle

der Löwen pour trouver des investisseurs. Qu’en avez-vous tiré ?

M. Studer : Cette apparition a été très importante pour nous. L’émission

a été diffusée en octobre 2020 et les demandes ont explosé dans

la foulée. L’opération a été très utile pour l’entreprise. Nous avons pu

nous présenter à un large public pendant l’émission. Une publicité nous

permettant d’obtenir la même présence nous aurait coûté très cher.

La croissance de Carify est-elle une malédiction ou une bénédiction ?

M. Studer : Les deux. C’est toujours comme ça pour une jeune pousse.

Nous pouvons toutefois nous appuyer sur de bons partenaires tels que

l’UPSA pour développer Carify et la plate-forme. De nombreux garagistes

nous témoignent de l’intérêt et partagent leurs idées de développement.

ABO

Suite en page 36

Les offres ne fonctionnent pas d’elles-mêmes

Les abonnements automobiles ont le vent en poupe, mais ils ne

fonctionnent pas d’eux-mêmes, comme le montre l’exemple de Juicar,

une start-up lancée par Alpiq, le groupe du secteur de l’électricité.

Environ deux ans après le lancement, l’abonnement pour

voitures électriques promu initialement par l’ancienne Miss Suisse

Melanie Winiger et par d’autres célébrités a été abandonné. Début

2020, Alpiq avait annoncé que l’offre d’abonnement enregistrait une

demande croissante et que l’entreprise voulait également la lancer

en Italie et en Allemagne. Le groupe électrique a ensuite tout arrêté

par surprise en affirmant que le marché n’était pas suffisamment

mûr pour une offre pure d’abonnement pour voitures électriques

et que la location de voitures ne relevait pas du cœur de métier

d’Alpiq. « Book by Cadillac », le service d’abonnement et de mobilité

de Cadillac qui permettait aux clients de changer de modèles de

la marque américaine haut de gamme, a lui aussi été abandonné.

René Kreis, Director of Communications GM Strategic Markets,

Alliances & Distributors, explique : « La raison de cet abandon est

simple : le portefeuille exclusif Cadillac en Europe ne comporte que

la Cadillac XT4 pour le moment. »

AUTOINSIDE | Mai 202135


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / PRESTATIONS

Ce sont des concessionnaires, mais aussi des entrepreneurs.

On se moque souvent d’eux à tort.

Pourquoi venez-vous d’embaucher Jochen

Rudat, l’ancien patron de Tesla Europe ?

M. Fiechter : VW et sa stratégie électrique

ont réveillé jusqu’au dernier garagiste ! Les voitures

électriques arrivent. La tendance se dessine

aussi chez nous. Et les abonnements automobiles

la favorisent même, car ils permettent

aux clients de tester facilement une nouvelle

technologie de propulsion et de s’assurer qu’elle

leur convient. C’est pourquoi nous avons demandé à

Jochen Rudat de nous rejoindre suite à un échange informel.

Il dispose de solides connaissances des voitures électriques

et d’un excellent carnet d’adresses dans l’industrie, mais aussi dans

d’autres secteurs tels que celui de l’infrastructure.

M. Studer : Les réservations de voitures électriques ne cessent de se multiplier.

Les cycles technologiques de plus en plus courts y aident. Avec un

abonnement, il est possible de passer bien plus rapidement à une voiture

électrique de grande autonomie. Un modèle actuel de 350 km d’autonomie

en aura 600 à la sortie de l’usine dans deux ans. Nous le constatons déjà sur

la plate-forme : nos clients recherchent peu les voitures électriques des anciennes

générations, car ce sont les nouveaux modèles qui les intéressent.

Raffael Fiechter (à g.) et

Sergio Studer en interview.

Photo : médias de l’UPSA

de l’étranger, de la part d’acteurs du marché qui veulent

jouer un rôle plus important dans le domaine des

voitures électriques et des abonnements, que ce

soient des entreprises de presse, des garages ou

des assureurs. Nous nous demandons donc s’il

serait judicieux d’étendre notre plate-forme

à l’étranger et si nous le désirons. Le système

est facile à implémenter, y compris sur

d’autres marchés. En tant que plate-forme logicielle,

nous pourrions le faire nous-mêmes ou

au moyen d’un système de franchise. Cela dépend

aussi des partenaires avec qui nous collaborons.

Certains de nos partenaires suisses travaillent

déjà à l’international. Des groupes de garages romands

nous ont ainsi demandé si nous étions prêts à proposer le système

d’abonnement en France.

M. Studer : Nous étudions actuellement ces opportunités, mais la Suisse

restera sans doute notre marché principal. Nous avons diverses idées

telles que des boutiques de mobilité. De nombreuses entreprises ne proposent

plus de véhicules de société à leurs collaborateurs, mais elles

veulent tout de même les encourager à se déplacer en voiture électrique

ou de manière aussi neutre en CO 2

que possible. Il suffit aux entreprises

de définir avec nous les conditions spéciales auxquelles les abonnements

peuvent être contractés et le tout est traité dans la boutique de mobilité. <

Quelles sont les prochaines étapes chez Carify ?

M. Fiechter : Nous engrangeons actuellement beaucoup de demandes

Plus d’informations sur :

carify.me

Les avantages des amortisseurs haute performance BILSTEIN B6

SPONSORED CONTENT

Pour une conduite sportive adaptée

De nombreux automobilistes souhaitent une conduite sportive. Les garages peuvent proposer une alternative

intéressante au rabaissement grâce aux amortisseurs haute performance.

Le modèle BILSTEIN B6 est un exemple

intéressant qui présente les mêmes cotes

fonctionnelles que la pièce originale. Un

gros avantage : c’est toujours une adaptation

individuelle avec des essais routiers

élaborés qui a lieu.

BILSTEIN B6 apporte une force d’amortissement

nettement supérieure avec un confort

élevé et il est entièrement sans maintenance.

Il permet ainsi des réserves de puissance élevées

dont l’effet positif se remarque lors des

changements de charge rapides. C’est tout

particulièrement valable pour les véhicules

fortement chargés, les voitures avec des réservoirs

de gaz supplémentaires ou avec des

semi-remorques ou des mobile homes. Le B6

offre en même temps une réaction confortable

sur les véhicules non chargés. Le réglage

actif des amortisseurs en usine ne constitue

pas non plus un obstacle pour lui. Alors que

dans un tel cas les concurrents ont souvent

recours à un kit de désactivation, toutes les

fonctions de série du châssis sont préservées

avec les produits de BILSTEIN.

C’est ce que garantit la technologie DampTronic®

partout où c’est nécessaire. Cet amortisseur

à gaz s’adapte également aux youngtimers

et aux voitures de collection : qu’il s’agisse

d’une Porsche série G ou d’une BMW E9. Vous

trouverez un aperçu de toutes applications de

véhicule dans le Catalogue en ligne. <

Le BILSTEIN B6 avec amortisseur.

Plus d’informations sur :

bilstein.com

36

Mai 2021 | AUTOINSIDE


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / PRESTATIONS

Deux questions aux autres prestataires d’abonnements

La demande de concepts de

mobilité flexibles tels que les abonnements

automobiles augmente.

Pour tenir compte de ce besoin,

l’UPSA et Carify ont signé un

accord de coopération qui permet

aux automobilistes d’utiliser le parc

automobile de garages partenaires

dans toute la Suisse. Il existe toutefois

d’autres acteurs sur le marché

des abonnements automobiles qui

pourraient intéresser les garagistes.

C’est pourquoi AUTOINSIDE leur a

aussi demandé d’énumérer les possibilités

de ces offres et d’expliquer

qui est responsable de l’entretien

des véhicules.

Auto Kunz AG

Quelles opportunités recèlent vos abonnements

automobiles pour les garagistes ?

Les garagistes intéressés peuvent nous contacter

pour participer à notre modèle d’abonnements.

À quel garagiste vos clients détenant un abonnement

doivent-ils s’adresser en cas de problème ?

Nous n’avons pas de partenaire de service dédié,

mais nous nous occupons de tout pour les clients :

service, atelier, immatriculation, etc

Plus d’informations sur

autokunz.ch/auto-abo

Carvolution

Avez-vous un partenaire de service dédié ?

Nous collaborons avec plus de 900 garages partenaires

dans toute la Suisse pour que nos clients

puissent rapidement contacter un garage. En cas de

problème ils peuvent s’adresser à ce réseau, mais

aussi à la Mobilière et à son assistance 24 sur 24.

Quelles opportunités pour les garagistes ?

Les abonnements offrent aux garages membres

en croissance constante, des commandes de

clients supplémentaires tels que pour le service, la

maintenance, les réparations et les changements de

pneus. Effet positif, nous fournissons une sécurité de

planification et d’exploitation de leurs ressources.

Plus d’informations sur:

carvolution.com

Benny Reinhold, Chief Marketing Officer et chef de

projets informatiques, Auto Kunz AG.

Léa Miggiano, Chief Marketing Officer et cofondatrice

de Carvolution.

Timo Nührich, directeur de Clyde.

Clyde

Vers qui vos clients détenteurs d’un abonnement

doivent-ils se tourner en cas de problème ?

Les clients Clyde peuvent contacter n’importe

quel garage de la marque en Suisse en cas de

problème de service tel qu’une inspection, un

changement de roues, des travaux de garantie ou

d’usure. Si le client est en voyage, il peut même

demander une consultation dans toute l’Europe.

Outre les FAQ sur notre site Internet, nos conseillers

clientèle quadrilingues se feront également un

plaisir d’assister les clients par téléphone ou par

e-mail.

Quelles opportunités recèlent vos abonnements

automobiles pour les garagistes ?

Clyde est un service fonctionnant essentiellement

de manière numérique. Les véhicules sont livrés

gratuitement n’importe où en Suisse. Les garagistes

envoient souvent des clients chez Clyde s’ils ont

besoin d’une mobilité-relais si la livraison s’éternise

ou si le client veut tester un modèle précis sur

plusieurs mois. C’est également très intéressant

pour l’électromobilité. Certains clients ne sont pas

encore sûrs et souhaitent s’assurer que cette forme

de propulsion leur convient avant un achat.

Plus d’informations sur :

clyde.ch

Marco Venturini, Managing Director, Enterprise

Schweiz/Helvetic Mobility AG.

Enterprise Schweiz/Helvetic Mobility

Avez-vous un partenaire de service dédié ?

En cas de problème le client peut contacter notre

service clientèle local à toute heure du jour ou de la

nuit. Cela n’arrive toutefois que très rarement, car

nous proposons uniquement des voitures neuves

ou des véhicules de moins de six mois. En tant que

fournisseur neutre et indépendant, nous envoyons

toujours le client chez le concessionnaire le plus

proche si des réparations sont nécessaires.

Comment un garagiste peut-il profiter ?

Nous proposons essentiellement aux garagistes

une mobilité de remplacement flexible pour leur

clientèle. Ils comptent souvent sur leur propre parc

et en ignorent les coûts. Une alternative consiste

à externaliser la mobilité de remplacement à

un spécialiste. Cette approche est avantageuse,

car la gestion des véhicules de remplacement est

assurée par des experts formés à cet effet, ce qui

permet aux garagistes de se concentrer sur leur

cœur de métier. Ils ne sont pas tenus de déployer

de capitaux, ils n’ont ni charges de personnel ni

frais administratifs et ne prennent pas de risques

financiers. Les clients ne déboursent rien de plus,

car ce sont toujours les entreprises qui s’occupent

de la location sur place malgré l’externalisation,

par exemple par le biais de la location dans le cadre

d’un abonnement automobile ou d’une livraison

spontanée des véhicules associée à une validation

numérique des détails du contrat.

Plus d’informations sur :

enterpriseminilease.ch

Matthias Eggenschwiler, directeur de FlatDrive.

FlatDrive

Avez-vous un partenaire de service dédié ?

Notre partenaire favori est le garage Gautschi AG

à Langenthal (BE). Comme nous étoffons constamment

notre réseau de partenaires dans tout le

pays, nous envoyons nos clients chez leur concessionnaire

de marque le plus proche qui leur sert

alors de partenaire de service dans leur région.

Quelles opportunités recèlent vos abonnements

automobiles pour les garagistes ?

En tant que partenaire FlatDrive, le garagiste profite

d’une plate-forme qu’il peut exploiter dans le cadre

de ses efforts de marketing, surtout pour améliorer

sa notoriété en première instance. Nous transmettons

également à nos garagistes partenaires

des commandes de réparation, de service et

d’entretien. Chaque entreprise a intérêt à tirer

parti de cet avantage.

Suite en page 38

Plus d’informations sur :

flatdrive.ch

AUTOINSIDE | Mai 202137


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / PRESTATIONS

Navigas Mobility

Vers quels garagistes les détenteurs d’un abonnement

peuvent-ils se tourner en cas de problème ?

Ils disposent d’un large réseau de partenaires. Ils

peuvent amener leur voiture au garage qui leur a

livré la voiture ou à n’importe quelle autre concession

officielle pour une révision. Un véhicule de

remplacement est à leur disposition au besoin. Ils

peuvent contacter notre hotline de n’importe où en

Europe à toute heure du jour ou de la nuit en cas de

panne ou d’urgences similaires.

Comment un garagiste peut-il profiter ?

Un partenariat est aussi avantageux pour les entreprises

partenaires grâce à des échanges réguliers

et à des processus communs. Les concessions

officielles sont dédommagées pour le traitement de

la livraison, la remise, le service et l’entretien, les

réparations et les véhicules de remplacement. Ils

profitent de forfaits de service et ne prennent aucun

risque de recouvrement, si bien qu’ils peuvent à

nouveau se concentrer sur leur cœur de métier.

Plus d’informations sur :

navigas-mobility.ch

CFF Green Class

Vers quels garagistes les détenteurs d’un abonnement

peuvent-ils se tourner en cas de problème ?

Les clients peuvent choisir le partenaire de service

qui leur convient, soit près de l’endroit où ils

se trouvent soit près de leur domicile ou de leur

lieu de travail. Ils peuvent choisir un partenaire

de service Arval et profiter d’un vaste réseau de

points de contact.

Comment un garagiste peut-il profiter de vos

abonnements automobiles ?

Pour nos abonnements automobiles, les garagistes

prennent en charge la livraison, le service

et les réparations. Nous nous occupons de

conseiller la clientèle et du recouvrement.

Plus d’informations sur :

sbb.ch/greenclass

Sixt+

Vers qui les détenteurs d’un abonnement Sixt

peuvent-ils se tourner en cas de problème ?

À douze stations Sixt en Suisse. L’appli Sixt

affiche une notification de maintenance ou

de service. Au besoin, les clients reçoivent

un nouveau véhicule à la station Sixt+ qui les

prend en charge. Le véhicule est également

remplacé si une révision s’avère nécessaire.

Quelles opportunités recèlent vos abonnements

automobiles pour les garagistes ?

Comme tous les clients, les garagistes associés

à Sixt+ bénéficient d’une mobilité flexible et

individuelle et des derniers modèles du parc Sixt

premium. Avec son abonnement automobile Sixt+,

Sixt propose un pack sérénité comprenant l’assurance

responsabilité civile, l’assurance casco

complète, l’immatriculation, les frais d’atelier et

bien plus encore.

Plus d’informations sur :

sixt.ch/plus

Diana von Burg, Navigas Mobility.

Stefan Gebhardt, Intrapreneur Mobilité,

CFF Green Class.

Christoph Beisheim, Managing Director

de Sixt Suisse et Autriche.

Björn Müller, PR Toyota SA.

Jessyca Isidoro, gérante d’Axa Mobility

Services AG/Upto.

Mathias R. Albert, fondateur et CEO

de ViveLaCar Swiss AG.

Toyota/Lexus Rent

Avez-vous un partenaire de service dédié ?

Les clients peuvent se rendre chez n’importe

quel partenaire Toyota officiel en Suisse pour

une révision. Il y en a près de 200.

Comment les garagistes profitent-ils de ces

abonnements automobiles ?

Le garagiste peut s’adresser à de nouveaux

groupes de clients dont nous ne pouvions pas

nous occuper jusqu’à présent ou qui préféraient

conduire un autre type de véhicules. Les clients

non desservis profitent en outre d’une offre étendue

sous la forme d’une course d’essai prolongée

ou d’une expérience hybride. Les véhicules

proposés sont des voitures suisses importées

par Toyota SA, ce qui est particulièrement

pertinent pour notre offre « Test & Buy ».

Plus d’informations sur :

toyotarent.ch

Axa Mobility Services AG/Upto

Vers quels garagistes les clients d’Upto peuvent-ils

se tourner en cas de problème ?

Nous collaborons étroitement avec les garagistes

et les carrossiers suisses. Nous nous appuyons sur

un vaste réseau de partenaires comprenant une

multitude de garages. Les clients nous font directement

part de leur problème et nous les envoyons

chez le garagiste partenaire le plus proche.

Quelles opportunités recèlent pour les garagistes ?

Comme Axa Mobility Services AG et sa marque

Upto proposent une solution de mobilité complète,

le potentiel de synergies est énorme, non seulement

dans le domaine des abonnements automobiles,

grâce auquel nos entreprises partenaires peuvent

trouver de nouveaux clients, mais également dans

celui de la gestion de flottes, dans lequel nous

aidons les entreprises à acheter et à gérer leurs

véhicules. Cette collaboration est intéressante

pour les deux parties, d’autant que les garages, qui

étaient traditionnellement des réparateurs purs, se

transformeront en prestataires de mobilité intégraux

ces prochaines années. Nos concepts de mobilité

permettent aux garagistes d’interagir différemment

avec la clientèle et d’accéder à de nouvelles

sources de revenus.

Plus d’informations sur :

upto.ch

ViveLaCar Swiss AG

Avez-vous un partenaire de service dédié ?

Dans le cadre de l’abonnement officiel BMW ou

Mini de ViveLaCar en coopération avec BMW

(Suisse) SA, le garage BMW ou Mini s’occupe

naturellement toujours directement du service.

Nous nous assurons ainsi que le chiffre d’affaires

est généré chez le garagiste. En cas de problème,

l’abonné s’adresse d’abord à nous. Nous coordonnons

ensuite le rendez-vous et la gestion du sinistre.

Quelles opportunités recèlent vos abonnements

automobiles pour les garagistes ?

D’une part, le concept ViveLaCar permet de mobiliser

les véhicules immobilisés et aux concessionnaires

BMW et Mini de gagner de l’argent.

Le lead que nous proposons au garagiste est

en outre très précieux, car de nouveaux clients

potentiels entrent en contact de la marque et de

son univers. Les clients peuvent ainsi conduire

de nouveaux modèles et tester de nouvelles

propulsions comme lors d’une course d’essai

prolongée. Les jeunes occasions sont amorties

dans l’abonnement et se vendent mieux.

Plus d’informations sur :

bmw-abo.ch

38

Mai 2021 | AUTOINSIDE


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / PRESTATIONS

Von Rotz ose faire cavalier seul

Auto Welt von Rotz AG ne collabore avec aucun des prestataires d’abonnements connus. L’entreprise de Suisse

orientale exploite son abonnement automobile en tant que projet pilote et souhaite accumuler ses propres expériences.

Andrej Rüegg, directeur de Jungwagen von Rotz AG, clarifie le contexte.

Pourquoi ne collaborez-vous pas avec l’un

des différents prestataires automobiles ?

Andrej Rüegg, directeur de Jungwagen

von Rotz AG : Nous sommes ouverts aux

nouveaux modèles commerciaux et aux nouvelles

technologies. Nous lançons souvent

un projet pilote pour déterminer comment le

marché accueille le nouveau produit. L’abonnement

automobile en est un. Nous ne l’exploitons

délibérément pas sous la forme d’un

centre de profit. Le projet pilote nous permet

d’étudier sérieusement la question, d’accumuler

de l’expérience, de découvrir les défis

et d’établir de nouvelles structures et procédures

dans l’entreprise. Nous voulons aussi

savoir si ce nouveau produit répond à un besoin

durable de la clientèle ou juste à une exigence

passagère. En tant que prestataire intégral

qui couvre toute la chaîne de création

de valeur dans l’automobile, nous sommes en

mesure de mener à bien nous-mêmes de tels

projets pilotes et nous n’avons pas besoin de

partenaires externes. Cette approche nous

permet de conserver notre agilité et l’intégralité

de notre pouvoir de décision.

Andrej Rüegg, directeur de Jungwagen von Rotz AG.

Quelles ont été vos expériences au

cours de la première année ?

Le marché des abonnements automobiles

s’est fortement développé. De nombreux

nouveaux acteurs l’ont pénétré. Les clients

détenteurs d’abonnements ont eux aussi

connu beaucoup de changements. Nous ne

discernons aucune structure claire dans la

demande. Le détenteur d’abonnement type

n’existe pas. Il s’agit tant de particuliers aux

profils démographiques variés que d’entreprises.

Nous ne comprenons pas non plus ce

qui pousse ces clients à souscrire un abonnement

automobile. Est-ce la flexibilité qu’ils

gagnent en pouvant changer de véhicule à

court terme, le décompte de tous les coûts

sur une mensualité prévisible ou simplement

l’absence d’engagement ? Nous constatons

par ailleurs que les limites entre les divers

modèles d’utilisation que sont la vente,

le leasing et l’abonnement sont de plus en

plus fluides et que des formes mixtes font

leur apparition. Nous estimons actuellement

que l’abonnement doit faire la preuve de sa

valeur ajoutée par rapport à d’autres modèles

à long terme.

Quels sont vos autres projets concernant

l’abonnement automobile ?

Il est clair que l’abonnement automobile ne

peut être exploité de manière rentable que

s’il est géré avec professionnalisme, si le prix

d’achat des voitures est bas et si les dépenses

courantes sont basses. Nous sommes en position

de force, parce que nous détenons l’ensemble

des stations du parcours client en

tant que prestataire intégral et que nous pouvons

réaliser des comparaisons internes de

leur rentabilité et de leur attractivité avec nos

différents départements. Nous déciderons

vraisemblablement en 2022 si nous transformerons

l’abonnement automobile en centre

de profit à titre stratégique. <

Plus d’informations sur :

vonrotz.ch/dienstleistungen/auto-abo

Parce que la sécurité est

plus qu'un sentiment

Des technologies pour la vie

Fiabilité en toute situation:

Systèmes de freinage Bosch

bosch-werkstattwelt.ch


PRODUITS & PRESTATIONS

Le siège actuel de l’entreprise Fibag, à Härkingen.

L’importation des motos Kawasaki est elle aussi organisée

et coordonnée depuis Härkingen. Photo : Fibag

Fibag fête ses 75 ans

L’entreprise renaît de ses cendres

Ce titre pourrait paraître quelque peu mélodramatique à l’aimable lecteur, mais il fait référence à une date

décisive dans les 75 ans d’histoire de Fibag. Et il montre l’extraordinaire entrepreneur qu’était Emil Frey, le

fondateur de l’entreprise. Sandro Compagno

« Une nuit, la sonnerie du téléphone m’a tiré

de mon sommeil », se souvient Emil Frey dans

son excellente « Auto-Biographie » parue en

1988. Au bout du fil, c’était la police municipale

: « Il y a le feu chez Fibag ! »

Emil Frey avait fondé l’entreprise en 1946.

Il voulait désormais se consacrer exclusivement

au commerce automobile sous son

propre nom et avait donc créé une nouvelle

filiale pour le commerce des motos et des

accessoires pour voitures et motos, également

en plein essor. L’entrepreneur ne

s’était pas cassé la tête pour lui trouver un

nom. Comme l’entreprise vendait des fournitures

pour les véhicules et l’industrie, en

allemand « Fahrzeug- und Industriebedarf

AG », il avait rapidement opté pour l’acronyme

« Fibag ». Au début de son existence,

Fibag importe des motos anglaises et allemandes

(BSA, Victoria, Zündapp) ainsi

que leurs accessoires. Plus tard, elle ajoute

à sa palette des scooters Rumi et Heinkel

et une voiturette Heinkel. Grâce à la taille

du réseau d’Emil Frey, d’autres produits rejoignent

rapidement son assortiment, notamment

des pièces de rechange et des

accessoires automobiles issus du marché

anglais. À cette époque, les véhicules sont

loin d’être intégralement équipés, ce qui

fait que Fibag ne tarde pas à remplir son

carnet de commandes et à enregistrer des

résultats réjouissants.

La jeune entreprise a installé ses entrepôts

et ses bureaux dans une ferronnerie

désaffectée sur le Sihlquai, non loin de la

gare principale de Zurich. Le terrain appartient

à la ville. L’entrepôt abrite des

motos, des pneus, des bougies et d’autres

accessoires. Le rez-de-chaussée est loué

pour moitié par un commerce d’alimentation

et pour moitié par un magasin de

meubles qui possède un atelier de décapage.

C’est là qu’a lieu l’incident qui déclenche

l’incendie.

Cette nuit de 1948, Emil Frey enfile ses vêtements

à la hâte et se précipite en ville. Son

directeur, Hans Halswick, est déjà sur place.

« Je lui ai juste demandé : avez-vous les papiers

? Il a secoué la tête. J’ai dévalé le talus

jusqu’à la rivière, trempé mon mouchoir dans

l’eau froide, puis je l’ai appliqué sur mon visage

avant de grimper à toute vitesse l’escalier

en feu jusqu’au premier étage. Je suis

parvenu à ouvrir le coffre de justesse et à

mettre en sécurité les livres qu’il contenait.

Je ne pouvais pas imaginer ce qui se serait

passé s’ils avaient disparu ! Des entrepre-

40

Mai 2021 | AUTOINSIDE


PRODUITS & PRESTATIONS

Des motos brûlées après l’incendie de 1948. Peu après, Fibag a trouvé un nouveau domicile dans le « Kreis 4 » de Zurich. Photo : Fibag

neurs s’étaient déjà retrouvés dans des situations

plus que délicates après avoir perdu

les documents liés à leurs débiteurs : on ne

peut jamais vraiment compter sur le fait que

ceux qui vous doivent de l’argent se manifestent

de leur plein gré. » Tels sont les souvenirs

qu’Emil Frey a gardés de cette nuit de

1948. Hormis quelques cadres de motos, rien

n’a pu être sauvé.

Heureusement, l’histoire de l’entreprise,

au cours des 73 ans qui suivront, sera

un peu moins dramatique et débouchera

même sur un beau succès. Après avoir

passé quelque temps dans des locaux provisoires,

Emil Frey trouve rapidement un

nouveau site pour Fibag, à la Kernstrasse,

dans le quartier zurichois du « Kreis 4 ».

Grâce à ses connexions avec la branche

des fournisseurs automobiles, il noue aussi

des contacts dans des secteurs industriels.

Ainsi, Fibag est en mesure d’étoffer

sans cesse son assortiment. Il apparaît que

les matériaux céramiques ne servent pas

qu’à isoler les bougies, mais qu’ils peuvent

aussi rendre des services précieux dans

l’industrie textile en raison de leur résistance

à l’usure. L’entrepreneur développe

donc ce domaine d’activité, tout comme,

plus tard, celui des équipements d’atelier.

En revanche, Fibag cesse d’importer des

motos anglaises, dont la qualité ne satisfait

plus aux exigences élevées du marché

suisse. En 1978, Fibag rachète l’entreprise

Goldschmied et peut ainsi intégrer à son

portefeuille de produits les marques de

pneus General Tire et Ohtsu (aujourd’hui

Falken). Sans le savoir, elle pose ainsi

le socle de l’entreprise moderne qu’on

connaît aujourd’hui. La filiale d’Emil Frey

se fait un nom dans la branche avec ses accessoires

sportifs, en particulier ses jantes

en métal léger.

En 1975, Fibag quitte Zurich pour s’installer

à Safenwil (AG). En même temps, elle se remet

à vendre des scooters. La marque japonaise

de motos Kawasaki est aujourd’hui l’une des

marques d’importation les plus connues de

Fibag. Il y a tout juste 20 ans, elle se met à coopérer

avec des fabricants comme Continental

(pneus), Banner (batteries), Exxon Mobil (lubrifiants)

et Wynn’s (additifs). À la fin de 2005,

Fibag reprend officiellement le commerce des

pièces de rechange pour les marques Cadillac,

Corvette et Chevrolet, du constructeur américain

General Motors. Un an plus tard, elle en

fait de même pour les pièces de rechange des

marques anglaises MG et Rover. Et en 2007,

Fibag devient concessionnaire autorisée des

pièces de rechange Ford.

Cette croissance continue a permis d’engager

davantage de personnel ; par conséquent,

l’entreprise se sent à l’étroit dans

ses bureaux de Safenwil. Le rachat par le

groupe Emil Frey de l’entrepôt central du

groupe Erb, en faillite, permet à Fibag de

déménager en 2008 dans de grands bureaux

modernes à Härkingen (SO).

C’est là qu’en 2010, un jalon important est

posé en matière de numérisation, avec la

mise en ligne de la boutique Fibag. Au début,

l’intérêt des clients est plutôt timide.

Mais l’entreprise continue résolument de développer

sa boutique en ligne. Aujourd’hui,

celle-ci est devenue un outil quotidien indispensable

pour de nombreux garagistes. Cela

s’exprime aussi dans la croissance continue

de l’assortiment et de l’entreprise elle-même.

En 2013, Fibag rachète la société Chemuwa

Autozubehör AG et en fait sa filiale. Elle

signe ensuite de nouvelles coopérations avec

des fournisseurs comme Motorex, Castrol,

Panolin ou BASF. En 2016, Fibag devient

la représentante officielle des pièces de rechange

des marques Toyota et Lexus, puis

Subaru et Daihatsu. L’an dernier, un accord a

été conclu avec la marque Total pour la distribution

de lubrifiants. La filiale Chemuwa

a été dissoute et intégrée entièrement à Fibag.

Aujourd’hui, la plus ancienne filiale du

groupe Emil Frey compte 30 collaborateurs,

plus les treize qui s’occupent de l’importation

des motos Kawasaki.

Fibag fête en 2021 ses 75 ans d’existence.

Son fondateur, Emil Frey, n’a jamais oublié

à qui il devait son succès : à ses clients satisfaits

et à ses collaborateurs professionnels et

investis. Cette philosophie qui place le client

et ses besoins au cœur des priorités est toujours

aussi présente au sein du groupe Emil

Frey aujourd’hui qu’elle l’était il y a trois

quarts de siècle. <

Plus d’informationes sur :

fibag.ch

AUTOINSIDE | Mai 202141


PRODUITS & PRESTATIONS

Entretien avec Giorgio Feitknecht, CEO d’ESA

Le COVID encourage la numérisation

parmi les clients d’ESA

Les clients d’ESA effectuent 70 % de leurs commandes dans la boutique en ligne. Et en période de pandémie,

ESA est obligée de s’appuyer davantage sur des réunions en ligne et des e-mails au lieu de réunions en

présentiel. La numérisation s’est imposée au sein d’ESA, indique son CEO, Giorgio Feitknecht, dans un entretien

avec AUTOINSIDE. Sandro Compagno

Monsieur Feitknecht, 2020 a été une année très difficile pour les

garagistes, et 2021 ne s’annonce pas sous de meilleurs auspices.

Comment s’est passé ce début d’année pour ESA ?

Giorgio Feitknecht, CEO d’ESA : Si l’on tient compte de la poursuite

de la pandémie, le chiffre d’affaires du premier trimestre 2021

a été plutôt positif. Le paquet de mesures adopté par ESA sous le

slogan « Pour être plus forts 2021 » a sans doute, parallèlement au

fort attachement de nos clients à ESA et aux conditions hivernales

qui ont perduré jusqu’à mars, également contribué à ce bon résultat.

Que pensez-vous des mesures adoptées par le Conseil fédéral ?

Trop strictes, trop souples ou adéquates ?

La Suisse, comme de nombreux autres pays, n’a hélas pas réussi

à prévenir de nouvelles vagues d’infection, ce qui montre à quel

point le sujet est complexe. Je ne me risquerais pas à me prononcer

du point de vue épidémiologique sur les mesures adoptées. En

tant que citoyen, je peux comprendre que des mesures soient nécessaires

et me réjouis qu’elles aient été jusqu’ici moins restrictives

en Suisse que dans la majorité des autres pays européens. Ce n’est

bien sûr pas une consolation pour tous ceux qui travaillent dans

des secteurs fortement et durement touchés par ces mesures et dont

l’existence est menacée.

Lors de ma dernière visite chez vous à Berthoud en septembre 2020,

j’ai été impressionné par la discipline avec laquelle les règles d’hygiène

étaient appliquées. Compte tenu de la lassitude grandissante

de nombreux citoyens suisses vis-à-vis du coronavirus, a-t-il fallu et

faut-il encore faire preuve de persuasion pour imposer ces règles ?

Comme dans la conduite automobile, la fatigue entraîne des dangers.

C’est la raison pour laquelle les voitures modernes sont équipées de

systèmes d’alarme. Selon moi, les autorités se doivent par conséquent

de sensibiliser constamment la population à l’importance des mesures

d’hygiène et de protection ainsi qu’à celle du vaccin, de la même manière

qu’un système d’alarme dans une voiture. Au sein d’ESA, nous essayons

de protéger au mieux nos collaborateurs.

Comment procédez-vous concrètement ?

Par le recours au télétravail dès qu’il est possible, le port du masque

obligatoire, un rappel régulier des règles de conduite et une adaptation

de l’infrastructure et des processus. Toutes ces mesures sont

bien acceptées par les collaborateurs et respectées de manière disciplinée.

ESA est-elle aujourd’hui une société différente de celle

de janvier 2020 ?

À l’instar de bien des sociétés, ESA affronte une période particulière,

difficile et incertaine. Une telle aventure renforce l’esprit

d’équipe et la solidarité. Travailler pour une entreprise comme ESA,

qui peut compter sur des clients connectés et fidèles, et qui a également

pu réaliser un résultat annuel positif durant l’année COVID

2020, est à la fois gratifiant et motivant. Rien n’a changé dans notre

culture d’entreprise et notre compréhension de notre mission fondamentale

: servir nos clients. Mais nous j’entends par là les collaborateurs

et les clients sommes certainement devenus encore plus

proches les uns des autres. Cela rend ESA encore plus forte qu’avant.

Vous dirigez une entreprise de 600 personnes. Quels changements

la pandémie a-t-elle entraînés au cours des douze derniers mois

dans votre fonction de dirigeant ?

Depuis un an, la pandémie est à l’ordre du jour de chaque réunion

de direction. Nous analysons constamment la situation et les mesures

appliquées au sein d’ESA, afin de nous adapter si nécessaire et

ainsi de garantir la capacité d’action d’ESA. Les contacts personnels

devant être évités et le télétravail étant obligatoire depuis la mi-janvier,

l’information et la communication internes ont beaucoup évolué.

Nous communiquons actuellement de manière plus intensive,

mais généralement par e-mail ou lors de réunions en ligne. Au sein

d’ESA, nous avons ainsi appris à gérer ces nouveaux moyens de

communication. Tout fonctionne bien actuellement, même si rien

ne remplace le contact personnel.

Vous avez tout à l’heure évoqué le paquet de mesures d’ESA

visant à soutenir les garagistes et les carrossiers en cette période

difficile. Pouvez-vous tirer un premier bilan intermédiaire ?

Les retours des clients sont extrêmement positifs, comme le

confirme l’analyse de l’utilisation des différentes offres du paquet

de mesures. Le bilan intermédiaire est ainsi très positif et nous

sommes ravis, en cette période de difficultés économiques, de pouvoir

tendre la main à nos copropriétaires et à nos clients, conformément

à notre approche coopérative « Pour être plus forts ».

42

Mai 2021 | AUTOINSIDE


PRODUITS & PRESTATIONS

Vous proposez notamment des possibilités étendues de financement

d’investissements et de leasing à 0 % sur les biens d’investissement.

Vos clients sont-ils en mesure d’investir ?

De manière générale, nous observons un recul des investissements

dans de grands projets, tels que des constructions nouvelles ou des

rénovations. Les garages et les carrossiers poursuivent en revanche

leurs achats de remplacement. Nos solutions de financement permettent

d’investir là où c’est nécessaire sans que nos clients ne rencontrent

de problèmes de liquidités ou n’aient à supporter des frais

supplémentaires.

La pandémie a accéléré la numérisation de notre société. Est-ce

également le cas au sein d’ESA ?

ESA s’est également initiée à la numérisation, a mis en œuvre des

projets et a poursuivi son développement. Voici quelques exemples :

de nombreux collaborateurs utilisent désormais Zoom et travaillent

à distance, ce qui n’était pas le cas avant la pandémie. Pour des raisons

d’hygiène et de sécurité, ESA a à l’automne dernier suspendu

les paiements en espèces et les a remplacés par des moyens de

paiement électroniques. Le pourcentage de commandes passées sur

esa.ch n’avait par ailleurs jamais été aussi élevé : plus de 70 % !

Quels seront selon vous, indépendamment du coronavirus, les

plus grands défis pour ESA et pour la branche automobile suisse

dans les prochaines années ?

La branche automobile traverse une phase de mutation profonde qui

va nous accompagner et nous occuper dans les prochaines années.

L’enjeu porte sur des sujets tels que les nouvelles technologies, les

nouvelles formes de mobilité, la numérisation des processus de travail

et de vente, la conduite autonome, etc., mais également sur des

sujets d’ordre politique et économique comme l’environnement, la

mobilité ou les nouveaux modèles de travail. Toute la branche doit

s’adapter de manière flexible à ces évolutions. Cela suppose toutefois

une libre concurrence sur le marché des véhicules et des pièces

de rechange, de la maintenance et de la réparation. Dans l’intérêt

de tous les acteurs de la branche et des consommateurs, il est nécessaire

que les lois continuent de garantir à long terme à toutes

les entreprises du secteur un accès illimité, simple et abordable aux

informations générales et techniques concernant les véhicules, à la

formation continue, aux logiciels, aux outils spéciaux, etc.

L’AG d’ESA aura une nouvelle fois lieu par voie de circulaire.

Comment réussissez-vous à maintenir le contact avec vos

sociétaires ?

Les mesures de lutte contre le coronavirus posent des limites. Nous

utilisons les canaux classiques comme la poste ou les médias en ligne

comme la newsletter ou l’e-mail. Nous avons aussi organisé des réunions

et des formations en ligne avec des groupes de clients spécifiques.

Le contact personnel s’effectue par téléphone et dans le cadre

de visites individuelles de clients, toujours dans le respect des mesures

de protection. Nous attendons impatiemment un retour à la

« normalité », afin de pouvoir à nouveau rencontrer personnellement

nos copropriétaires et clients dans le cadre d’événements intéressants

et conviviaux. Je suis convaincu que la situation va rapidement évoluer

grâce à la campagne de vaccination et je m’en réjouis. <

Plus d'informations sur :

esa.ch

« Nous voulons tendre la main à nos copropriétaires et à nos clients » :

Giorgio Feitknecht. Photo : ESA

ESA rejoint le partenariat Gold

L'ESA utilisera la plateforme des deux salons transport-CH et aftermarket-CH

et le portail de la branche associée pour ses activités. Sept mois

avant le début des deux salons phares transport-CH et aftermarket-CH

à Berne (10.11. au 13.11.2021) plus de 200 exposants ont déjà réservé

plus de surface d'exposition qu'il y a deux ans. L'organisation d’achat de

la branche suisse de l’automobile et des véhicules à moteur, ESA, sera

également l’un des principaux exposants à Berne. Avec « l'ESA-Piazzalpina

», le leader du marché s’est assuré une place de choix dans les

halles d’exposition pour accueillir et conseiller les clients.

AUTOINSIDE | Mai 202143


REPRÉSENTATION PRODUITS DE & LA PRESTATIONS

BRANCHE / PRESTATIONS

Nouvelle étiquette pneus

Ce que vous devez savoir !

La nouvelle étiquette pneus est entrée en vigueur au 1 er mai 2021. Valable dans toute l’UE et reprise par la

Suisse, elle change pas mal de choses pour les garagistes. Sandro Compagno

Elle adopte entre autres un nouveau design.

Celui-ci doit permettre de s’assurer que les

consommateurs disposent d’informations

transparentes sur l’efficacité du carburant, la

sécurité et le bruit de roulement des pneus

proposés et puissent en tenir compte dans

leur décision d’achat. La classification dans les

trois domaines est représentée comme suit :

• Efficacité du carburant : échelle des

classes d’efficacité du carburant, de A à E

• Sécurité : échelle des classes d’adhérence

sur sol mouillé, de A à E

• Bruit de roulement : indication de la valeur

en dB et classification de A à C

Jusqu’ici, l’étiquetage était obligatoire pour

les pneus des voitures de tourisme (classe

C1) et des véhicules utilitaires légers (classe

C2). La nouvelle étiquette pneus est désormais

aussi valable pour les véhicules utilitaires

lourds (classe C3).

Comme certains propriétaires de véhicules

veulent pouvoir choisir leurs pneus avant de

se rendre au garage ou les acheter sur Internet,

l’UE oblige les fabricants à établir une

fiche d’information sur le produit. Elle complète

l’étiquette pneus et doit être mise à la

disposition des clients. Les pneus sont enregistrés

dans la base de données sur les produits

de l’UE. Les informations pertinentes

pour les acheteurs et les concessionnaires

sont accessibles dans la partie publique de

la base de données, grâce à un code QR. La

base de données devrait être consultable à

partir du 1 er mai 2021 à l’adresse https ://eprel.ec.europa.eu/

La nouvelle étiquette pneus au 1 er mai 2021. Source :

Office fédéral de l’énergie

De nouvelles réglementations pour le

commerce

Pas mal de choses changent dans la vente de

pneus, y compris pour les garagistes :

• Au point de vente, l’étiquette pneus sous

forme d’autocollant doit être apposée

sur les pneus de manière clairement visible

et entièrement lisible. La fiche d’information

sur le produit doit également

être disponible, y compris, sur demande,

sous forme imprimée.

• Lorsque des pneus ne sont pas visibles

par l’utilisateur final au moment de la

vente, il faut veiller à lui fournir une copie

de l’étiquette avant la vente.

• Lors des ventes sur Internet, il faut s’assurer

que l’étiquette pneus est affichée à

proximité du prix et que la fiche d’information

sur le produit peut être consultée.

L’étiquette doit être suffisamment

grande pour être clairement visible et

lisible.

• Si les pneus sont présentés sous forme

de tableau dans des brochures commerciales,

les informations de l’étiquette

pneus peuvent également être présentées

sous forme de tableau. L’important

est que les renseignements soient complets

et que les contenus de l’étiquette

pneus soient expliqués au début de la

brochure.

La nouvelle réglementation modifie également

quelques aspects de la publicité et de

la vente de voitures neuves :

• Si des pneus spécifiques (marque et modèle)

sont mentionnés dans une publicité

ou dans les documents de vente de

voitures neuves, les informations de

l’étiquette pneus doivent être indiquées.

• Si, lors de la vente de voitures neuves,

plusieurs pneus sont explicitement proposés

au choix (avec la marque et le modèle),

les informations des étiquettes

pneus doivent être affichées.

• L’étiquette des pneus montés doit être

fournie lors de la remise du véhicule.

Si des pneus sont encore munis de l’ancienne

étiquette, ils peuvent continuer d’être proposés

et vendus en l’état, il n’est pas nécessaire

de remplacer leur étiquette pneus. <

depuis

1964

CORTELLINI &

MARCHAND AG

Le plus complet des services de

réparation de boîtiers

électroniques pour auto

de Cortellini & Marchand AG

www.auto-steuergeraete.ch

061312 40 40

Rheinfelderstrass 6, 4127 Birsfelden

Vous cherchez, nous trouvons

Votre service de recherche pour

pièces automobiles d’occasion

www.gebrauchte-fahrzeugteile.ch

44

Mai 2021 | AUTOINSIDE


Nous fêtons 75 ans.

Célébrez avec nous!

Depuis 75 ans, nous sommes engagés pour vous en tant que fournisseur

dans le secteur des pièces et accessoires automobiles. Profitez

chaque mois pendant l’année jubilaire 2021 de notre promotion

anniversaire*.

Nous remercions sincèrement nos partenaires pour leur soutien lié aux actions de notre jubilé:

* Vous trouverez les détails des conditions et des promotions

dans notre newsletter. Il suffit de scanner le Code

QR et de s’abonner gratuitement à notre newsletter.


FORMATION

Découvrir un métier d’apprentissage de A à Z : le

stage préprofessionnel, un moyen qui a fait ses

preuves. Photo : médias de l’UPSA

L’importance des stages préprofessionnels

Cela commence par une candidature

Malgré la crise due à la pandémie, bon nombre de garagistes ont permis la tenue de stages

préprofessionnels durant l’automne 2020. Une approche fructueuse, comme le révèle un sondage

d’AUTOINSIDE : les places d’apprentissage de cet été pourront être affectées à des candidats au

profil adéquat. Mike Gadient

Les stages préprofessionnels restent gravés

dans les mémoires, en raison de l’afflux de

nouvelles impressions et de la nervosité inhérente

à la première expérience dans le monde

professionnel des adultes. Le stage représente

un enjeu de taille, car il façonne le départ du

processus d’orientation professionnelle. « Il est

essentiel que les jeunes puissent se faire, malgré

la pandémie, une idée du monde du travail

lors de cette importante phase de l’orientation

professionnelle. Et en respectant les plans de

protection, cela est tout à fait possible », affirme

la vice-directrice de l’Union suisse des

arts et métiers (usam) et responsable de la formation

professionnelle Christine Davatz. Au

cours des derniers mois, il n’a pas été possible

d’accueillir des élèves dans toutes les branches.

Dans le domaine de la gastronomie et de l’hôtellerie,

ou dans l’événementiel ou les clubs de

fitness par exemple, le processus de recrutement

était au point mort. Les garages, de leur

côté, ont dévoilé leurs activités sur site, dans

le cadre des possibilités légales. La plupart

ont reconnu l’importance des stages préprofessionnels,

et assument l’effort que cela implique

malgré la pandémie. « Nous respectons

toutes les mesures de protection. Par exemple,

à l’heure actuelle, aucun groupe ne peut venir,

uniquement des personnes une par une », explique

Gesa Gaiser, responsable de la formation

professionnelle chez Amag Group SA.

Amag enregistre dans toute la Suisse une

demande en stages toujours « très forte ».

Tandis que le Garage Georges Bovet SA

de Grolley (FR) confirme cette tendance,

Tognetti Auto SA à Gordola (TI) ainsi qu’Emil

Frey à Berne constatent un recul. « Les élèves

ont vraisemblablement considéré qu’il était

inutile de postuler en raison du confinement »,

suppose Andreas Schär, directeur d’Emil Frey.

Alors que fin décembre, seulement deux des

cinq places d’apprentissage pour cet été étaient

pourvues, il a commencé à se faire du souci.

« Ensuite, il y a eu brusquement une vague de

candidatures. » Le dernier contrat d’apprentissage

a été signé fin mars ; en août, le site de

Berne accueillera ainsi un nouveau mécatronicien,

un mécanicien en maintenance, un gestionnaire

du commerce de détail, un tôlier en

carrosserie et un peintre automobile, qui feront

leur entrée dans le monde du travail.

Pour tous les garagistes interrogés, pas question

de renoncer aux stages préprofessionnels

sur site. « Le stage est centré sur l’élève.

Il est d’autant plus important de connaître ses

aspirations et ses talents », déclare Andreas

Schär. Georges Bovet, qui a pu lui aussi pourvoir

toutes ses places d’apprentissage, apporte

dans la discussion le point de vue des jeunes

gens : « Ils voient leur futur poste de travail et

l’environnement dans lequel ils vont évoluer. »

Les élèves doivent se faire une idée précise

des tâches et du lieu de travail, renchérit Piero

Colatruglio, originaire du Tessin. Tognetti

Auto SA a encore des places d’apprentissage à

pourvoir. De même qu’Amag à l’échelle de la

Suisse. « Nous sommes convaincus de pouvoir

attribuer nos 250 places d’apprentissage au

mois d’août », estime Gesa Gaiser. Elle recommande

d’organiser les stages préprofessionnels

de manière authentique, pour faire connaissance

dans les meilleures conditions. « Nous

montrons exactement de quoi il s’agit. »

Ces déclarations laissent deviner pourquoi

les rencontres virtuelles ne sont pas une alternative

pertinente. Le déroulement d’un

stage préprofessionnel chez Tognetti Auto l’il-

46

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FORMATION

lustre parfaitement. « Le stage dure trois jours.

Les élèves accompagnent le collaborateur

de l’atelier dans son travail », explique Piero

Colatruglio. Les candidats à une place d’apprentissage

bénéficient d’un avant-goût d’une

semaine. « Ils peuvent effectuer de petites

tâches en étant supervisés. » Le collaborateur

partage ensuite ses impressions avec le responsable

de la formation.

Observer et agir ensuite : depuis toujours, les

entreprises formatrices tiennent compte de différents

éléments pour leurs stages préprofessionnels.

L’UPSA les a recensés dans une liste

de contrôle. Le Garage Georges Bovet SA se sert

du guide qui décrit le déroulement complet du

stage préprofessionnel. Pour une candidature

à une place d’apprentissage, les entreprises romandes

demandent en outre que le test d’aptitude

de l’UPSA soit fourni. Au vu des résultats,

les candidats découvrent quelle formation

leur convient. Les abandons sont ainsi

réduits au minimum. « Le test d’aptitude de

l’UPSA est une bonne chose, parce que les résultats

représentent la même valeur pour tous

les confrères », se félicite Andreas Schär. Selon

lui, les personnes impliquées occupent

une fonction-clé pour un stage préprofessionnel

réussi. Chez Emil Frey à Berne, les élèves

passent la journée généralement avec des collaborateurs

âgés de 18 à 30 ans, qui peuvent se

baser sur leur propre expérience ou ont euxmêmes

des enfants. « Tous ceux à qui cela fait

plaisir peuvent s’impliquer. » Amag partage la

même approche et intègre ses apprentis aux

stages. Gesa Gaiser explique : « Les élèves qui le

souhaitent accompagnent nos apprentis dans

le métier-découverte choisi, et peuvent participer

activement. Les apprentis leur expliquent

par ailleurs ce qu’ils apprennent aux cours

interentreprises et à l’école professionnelle. »

Suite à leur engagement, les garages ne voient

pas uniquement des stagiaires enchantés.

Les retombées sont bien plus nombreuses,

Andreas Schär en est certain : « Cela commence

par un dossier de candidature, et se termine

avec une personne expérimentée aux

multiples compétences. Les jeunes gens mûrissent

à travers leurs tâches et la branche se

dote de nouvelles recrues. » <

Journal de stage d’orientation

L’UPSA propose un journal

de stage d’orientation pour

les formations initiales

techniques. Téléchargeable

gratuitement, il contient un

programme sous la forme de check-lists.

Module didactique « Sélectionner

les personnes en formation »

Les formateurs professionnels

doivent être toujours à jour.

Avec son module didactique,

l’UPSA propose de l’aide dans

ce contexte.

WEKA Formations pratiques

Formation continue pratique

destinée aux cadres et dirigeants

Notre programme complet vous propose

plus de 95 thèmes de formations

dans les domaines suivants:

• Ressources humaines

• Gestion des salaires

• Droit du travail

• Assurances sociales

• Finances, TVA et fiscalité

• Management, gestion et leadership

• Communication

• Assistance

Informations et inscription:

www.workshoppratique.ch

NOUVEAU!

WORKSHOPPRATIQUE DIGITAL

Formations digitales en direct sur des

sujets d’actualité! Le programme actuel:

workshoppratique.ch/workshoppratique-digital

AUTOINSIDE | Mai 202147


FORMATION

Christian Böbner a réussi la formation de

coordinateur d’atelier automobile. Photo :

OnAir/médias de l’UPSA

Vidéo

Une fonction clé entre

la clientèle et l’atelier

Les coordinateurs d’atelier automobile travaillent à l’interface entre le service à la clientèle et l’atelier. En tant que

spécialistes, cadres ou personnes en formation, ils jouent un rôle clé dans le service après-vente d’un garage.

Reinhard Kronenberg

Un état d’esprit entrepreneurial et une profonde

compréhension de la technique : telle est la

combinaison idéale de qualités que doit posséder

quiconque souhaite exercer ce métier fascinant

qu’est le coordinateur d’atelier automobile

dans un garage. Mais ce n’est pas tout : « Il faut

également être endurant et savoir bien coordonner

et bien communiquer », note Christian

Böbner. Les coordinateurs d’atelier automobile

sont en effet des partenaires commerciaux

compétents pour les clients, les assurances et

les fournisseurs, et ils doivent être capables de

conseiller la clientèle de manière aimable, adéquate

et dans un langage compréhensible.

Les coordinateurs d’atelier automobile sont à

la tête de toute une équipe au sein de l’atelier.

Ils sont responsables du budget et de l’atteinte

des objectifs de celui-ci. Ils sont également tenus

de planifier de façon efficace et de coordonner

à la perfection les processus d’atelier.

Ils font intervenir leur personnel de manière

ciblée, supervisent les travaux et répondent

du respect du cadre fixé en matière de coûts et

de délais. Et le plus important, d’après Christian

Böbner : « Ils doivent dans tous les cas

avoir du plaisir à ce qu’ils font. »

Les diagnosticiens d’automobiles peuvent obtenir

le brevet de coordinateur d’atelier automobile

en effectuant une année supplémentaire,

car la première année des deux

formations continues est identique. La première

année se concentre sur les compétences

techniques, tandis que la deuxième met l’accent

sur les domaines de compétences que

sont les processus d’atelier, la gestion du personnel,

le droit, le contact avec les clients et

l’administration.

Christian Böbner, 32 ans, travaille au garage

Autohaus Steffen à Oberkirch. En décembre

2017, il a réussi l’examen professionnel de

coordinateur d’atelier automobile avec brevet

fédéral. Il en est fier, et a des raisons de l’être,

car effectuer une formation continue comme

il l’a fait, et le font désormais des milliers de

personnes dans la branche automobile, n’est

pas une promenade de santé. « Cela demande

beaucoup de temps », dit-il avec le recul. Malgré

sa famille et ses deux enfants, Christian

Böbner y est tout de même parvenu, dit-il,

parce qu’il a toujours réussi à trouver des petits

moments libres pour apprendre.

Bien sûr, il faut avoir une bonne raison de se

lancer. Christian Böbner, lui, avait pour objectif

d’endosser davantage de responsabilités professionnelles.

« En même temps, je voulais contribuer

au succès commercial de l’entreprise et à

la hausse de la satisfaction de la clientèle, ce

qui est intrinsèquement lié, en général. » Pouvoir

compter sur un soutien à la maison et en

entreprise est toutefois indispensable. « On m’a

beaucoup aidé pendant toute ma formation

continue », relève Christian Böbner. À chaque

fois qu’il était bloqué ou ne savait plus quoi

faire, il savait à qui s’adresser. « J’éprouve encore

beaucoup de reconnaissance aujourd’hui. »

La formation continue de Christian Böbner a

servi à toutes les parties prenantes : tandis que

lui est à présent en mesure d’exercer un métier

encore plus intéressant et diversifié et a pu

élargir son réseau personnel, son entreprise

en a aussi tiré des bénéfices. « Nous pouvons

compter sur des collaborateurs encore plus qualifiés,

que nous pouvons faire intervenir de manière

encore plus ciblée dans leurs domaines »,

confirme le chef de Christian Böbner, Daniel

Steffen, qui est également propriétaire du garage

avec sa femme. Il apprécie que ses collaborateurs

s’intéressent à la formation continue et

les encourage activement dans ce sens.

Naturellement, Christian Böbner n’aurait pas

songé à relever ce défi s’il n’était pas persuadé

que sa branche offre des perspectives intéressantes

: « Quel que soit le futur mode de

propulsion des voitures, il y aura toujours des

dégâts et des réparations à effectuer. C’est

pourquoi il est certain que notre branche a un

bel avenir devant elle. » <

Tout sur la formation continue

Vous trouverez des informations

complémentaires et

une vidéo sur le cursus de

« coordinateur/trice d’atelier

automobile avec brevet fédéral

» en scannant le code QR :

Scannez le code QR pour

obtenir des détails sur les

partenaires de formation et

les soirées d’information :

48

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FORMATION

« Vente 2022+ » : gestionnaire du commerce de détail CFC « Vente automobile » et « Après-vente automobile »

Pour tous ceux qui aiment le contact

avec la clientèle et le conseil en mobilité

Avec les nouvelles formes de mobilité, les motorisations alternatives et les systèmes d’assistance à la conduite,

le conseil à la clientèle et la vente de véhicules dans les garages revêtent une importance toujours plus grande.

L’UPSA tient compte de l’évolution du métier de garagiste en prestataire de mobilité en offrant à partir de 2022

les nouvelles formations de la branche « Vente automobile » et « Après-vente automobile ». Mike Gadient et Olivier Maeder

Des gestionnaires du commerce de détail,

qui conseillent et servent les clients dans les

showrooms, au téléphone ou en ligne : le recrutement

de ces spécialistes pour la vente

automobile, le secteur le plus prospère des

garages, s’effectuera à l’avenir via une formation

en commerce de détail CFC de trois ans

spécifique à la branche. Dès l’été 2022, l’UP-

SA proposera la formation initiale dans la

branche de formation et d’examens « Vente

automobile ». Parallèlement, la branche existante

« Après-vente automobile » (jusqu’ici :

logistique de pièces détachées) reverra son

positionnement.

Le premier jalon de la nouvelle branche

« Vente automobile » a été posé en 2019, dans

le cadre du projet « Vente 2022+ ». L’UPSA et

ses membres avaient alors obtenu le feu vert

de la Commission pour le développement

professionnel du commerce de détail, de la

CSFP et du SEFRI. L’UPSA a apporté suffisamment

d’arguments pour démontrer les exigences

croissantes envers les professionnels

de la vente. Du fait des nouvelles motorisations

comme l’électrique, l’hydrogène, le GNL

ou le GNC, l’activité de conseil est de plus en

plus complexe. Les clients veulent en outre

des informations sur les différents systèmes

d’assistance à la conduite et sur les nouvelles

prestations comme l’autopartage ou les abonnements

automobiles.

Le repositionnement de la branche « Aprèsvente

automobile » était nécessaire car la

nouvelle réalité des métiers du commerce

de détail implique des entretiens de vente

avec la clientèle exigeante dans toutes les

branches. Le conseil jouera un rôle accru

également pour les apprentis de la branche

« Après-vente automobile ». <

Nouveauté !

Gestionnaire du commerce de détail CFC Vente automobile

Pour cette formation, la scolarité obligatoire doit être terminée, degré

supérieur ou intermédiaire. Les gestionnaires du commerce de détail

conseillent et servent les clients dans les showrooms, au téléphone

ou en ligne. Ils créent une expérience client agréable lors de la vente

de véhicules ou de prestations de mobilité. Au cours de l’entretien

de vente, ils expliquent avec clarté les atouts, variantes et options du

véhicule ou de la prestation. Ils font le point sur les avantages et les

inconvénients des différentes modalités de financement, et précisent

les investissements supplémentaires nécessaires selon les concepts

de propulsion. Ils coordonnent le processus d’acquisition du véhicule,

de la commande à la livraison. Ils élaborent en outre les concepts

de présentation des véhicules et des prestations sur les platesformes

en ligne ou sur les réseaux sociaux, calculent les prix de vente des

véhicules d’occasion, établissent des offres d’achat et de reprise de

véhicules.

Voici les six domaines de compétences opérationnelles :

• Élaboration des relations avec la clientèle

• Gestion et présentation des produits et prestations

• Acquisition, apport et développement de connaissances sur les

produits et prestations

• Interactions dans l’entreprise et dans la branche

• Élaboration d’expériences d’achat agréables

• Gestion de la boutique en ligne

- Une langue étrangère de niveau B1 (PEL) est enseignée

- 3 ans d’apprentissage

- 1 à 2 jours par semaine à l’école professionnelle

- 14 jours de cours interentreprises

- 6 domaines de compétences opérationnelles

Plus d’informations,

également sur les

gestionnaires du commerce

de détail AFP

Gestionnaire du commerce de détail CFC Après-vente

automobile

Pour cette formation, la scolarité obligatoire doit être terminée, degré

supérieur ou intermédiaire. Les gestionnaires du commerce de détail

CFC « Après-vente automobile » conseillent et servent les clients dans le

domaine des pièces de rechange et des accessoires. Le travail se fait

par contact téléphonique, en ligne ou sur place. À l’aide des données

spécifiques au véhicule ou au produit, ils recherchent, présentent

et commandent pour les clients internes et externes les pièces de

rechange et les accessoires nécessaires, et offrent des prestations

complémentaires. Ils traitent les reprises et les cas de garantie avec

professionnalisme. Les gestionnaires du commerce de détail présentent

leurs produits et prestations de manière attrayante, élaborent

les promotions et les expositions saisonnières. Ils surveillent le processus

d’acquisition des marchandises, de la commande à la livraison.

Voici les six domaines de compétences opérationnelles :

• Élaboration des relations avec la clientèle

• Gestion et présentation des produits et prestations

• Acquisition, apport et développement de connaissances sur les

produits et prestations

• Interactions dans l’entreprise et dans la branche

• Élaboration d’expériences d’achat agréables

• Gestion des boutiques en ligne

- Une langue étrangère de niveau B1 (PEL) est enseignée.

- 3 ans d’apprentissage

- 1 à 2 jours par semaine à l’école professionnelle

- 14 jours de cours interentreprises

- 6 domaines de compétences opérationnelles

Exigences minimales requises page 50

Nouveau

positionnement

AUTOINSIDE | Mai 202149


FORMATION

Vente 2022+ : gestionnaire du commerce de détail CFC « Vente automobile » et « Après-vente automobile »

Critères à remplir par les

entreprises formatrices

En plus de la formation de gestionnaire du commerce de détail CFC « Après-vente automobile » (anciennement

logistique de pièces détachées), l’UPSA proposera dès 2022 la nouvelle formation de gestionnaire du commerce

de détail « Vente automobile ». Pour être habilitées à former des apprentis dans les deux branches de

formation et d’examen, les entreprises formatrices devront remplir les conditions définies. Carla Stampfli

Les gestionnaires du commerce de détail CFC Vente automobile les experts en vente de demain. Photo : médias de l’UPSA

AEROLIFT - ABARTH - ALFA ROMEO - BANNER - BRIDGESTONE - CASTROL - CFC - CHRYSLER - CONTINENTAL - DAIHATSU - DODGE - DUNLOP

1 shop en ligne - 16 marques de pièces de divers constructeurs

Chez nous vous recevez des pièces détachées d‘origine de 16 marques de véhicules renommées - tout d‘une seule source.

Produits de qualité à des prix équitables - livrés dans toute la Suisse jusqu‘à trois fois par jour.

MG - MICHELIN - MOBIL - MODULA - MOTOREX - MONT BLANC - NOKIAN - NORDRIVE - OSRAM - PACKLINE - PANOLIN - PETEX - 4PETS


FORMATION

Dès l’année prochaine, les jeunes auront la

possibilité de se former dans le secteur des

ventes et d’acquérir ainsi un savoir-faire en

matière de conseil à la clientèle et de vente

de véhicules. Pour être autorisées à proposer

la nouvelle formation initiale, les entreprises

devront disposer de l’équipement et de l’assortiment

minimums correspondants.

« Les exigences minimales ont été définies par

la commission Commerce de détail de l’UPSA »,

déclare Olivier Maeder, responsable de la formation

à l’UPSA. L’organisation faîtière Formation

du commerce de détail suisse (FCS) examine

actuellement cette proposition. « Les exigences

minimales ne sont ainsi pas encore définitivement

adoptées. Nous souhaitons toutefois que

les entreprises formatrices soient informées

dès maintenant et connaissent les critères à

remplir en plus des exigences techniques, afin

que les apprentis puissent se former dans ce

secteur si important pour les entreprises. »

Les exigences minimales fixées pour les entreprises

qui disposent d’un stock de pièces de rechange

exploité activement intégrant des zones

d’exposition pour les pièces de rechange et les accessoires

sont indiquées sur le site metiersauto.ch.

« Nous tiendrons régulièrement nos membres

informés de l’évolution des négociations avec

l’association faîtière FCS par le biais des canaux

en ligne de l’UPSA », indique Olivier

Maeder. Brigitte Hostettler, responsable de

la formation commerciale initiale et du commerce

de détail, se tient à votre disposition

pour toute question en lien avec les exigences

minimales : brigitte.hostettler@agvs-upsa.ch

ou 031 307 15 28. <

Plus d’informations sur :

metiersauto.ch

Gestionnaires du commerce de détail CFC « Vente automobile » : exigences minimales susceptibles de s’appliquer

Infrastructure et personnel : 200 postes à

plein temps dans la vente, dont une personne

habilitée à former ; showroom pour quatre véhicules

; zone d’exposition extérieure pouvant

accueillir dix véhicules ; point de livraison de

véhicule ; point de vente disposant d’un propre

atelier ou entreprise partenaire disposant

d’un atelier ; atelier interne ou atelier avec

une entreprise partenaire ; borne de recharge

électrique ; poste de travail dans la zone de

vente équipé d’un ordinateur fixe ou portable

et d’un accès au système et à Internet ; poste

de travail de vendeur avec outil de prospection,

CRM, configuration et évaluation des

véhicules, offres et contrats.

Écologie : concept d’élimination et approche

environnementale.

Gestion de véhicules : en interne, dans l’entreprise

principale ou partenaire.

Produits et prestations : voitures neuves ou

d’occasion ; prestations, p. ex. de financement

et d’assurance, location de véhicules, offres

d’abonnement automobile, location d’accessoires

ou de prestations de service.

Accessoires : possibilité de présentation d’accessoires

et d’articles de merchandising.

Outils de vente : brochures et catalogues

imprimés ou numériques, présentation par le

biais d’expositions, de systèmes en ligne ou

d’échantillons de tissu, de cuir, de couleur ou

de peinture.

Procédure de paiement : proposition de diverses

méthodes de paiement : espèces, carte

bancaire, leasing ou vente sur facture.

Gestionnaires du commerce de détail CFC et Assistant/-e du commerce de détail AFP « Après-vente automobile » :

exigences minimales susceptibles de s’appliquer

Exigence générale : concept d’élimination et

approche environnementale

Technologie et technique : pièces de groupes

moteurs provenant notamment de moteurs à

combustion et électriques ; pièces de la chaîne

cinématique ; suspensions telles que les jantes et

les pneus ou les freins et la direction ; composants

électriques, notamment les batteries de

démarrage, les accumulateurs, le démarreur

et l’alternateur ; systèmes d’éclairage tels que

les ampoules ou les composants des systèmes

d’éclairage.

Offre de services : prestations telles que la

maintenance et la réparation de véhicules, l’hôtel

à pneus ou la location d’accessoires.

Gamme de pièces de rechange : pièces de

rechange mécaniques et électroniques, pièces

de service ; pièces d’usure ; pièces de carrosserie

; produits tels que les lubrifiants, le produit

lave-glace ou le liquide de refroidissement ;

consommables.

Gamme d’accessoires : systèmes de support

tels que les coffres de toit, les porte-skis, les

porte-vélos, les supports de base ou les barres

de toit ; dispositifs de traction fixes, amovibles ou

abaissables électriquement ; accessoires de protection

intérieurs et extérieurs tels que tapis de

coffre, tapis de sol, tapis en caoutchouc, bandes

de protection, housses de voiture toutes saisons,

protections de seuil de chargement, garde-boue

ou dispositif de maintien des bagages ; accessoires

de sécurité tels que sièges auto enfant,

triangle, gilet de sécurité, trousse de premiers

secours, extincteur ou produits pour le transport

d’animaux, produits saisonniers tels que chaînes

à neige, spray dégivrant, grattoir à glace, glacière

ou pare-soleil pour le pare-brise ; produits

d’entretien pour l’intérieur et l’extérieur du véhicule

; articles de mode et de merchandising tels

que vestes, t-shirt, polo, casquette, chaussures,

lunettes de soleil, porte-monnaie, coupe-papier,

tasse, porte-clés ou lampe de poche.

Outils de vente : brochures et catalogues

imprimés ou numériques, présentation par le

biais d’expositions, de systèmes en ligne ou

d’échantillons de tissu, de cuir, de couleur ou de

peinture.

Caisse : proposition de diverses méthodes de

paiement : espèces, carte bancaire, leasing ou

vente sur facture.

- EAL - FALKEN - FIAT - FIAT PROFESSIONAL - FORD - GEV - GOODYEAR - JEEP - KIA - KLEINMETALL - LAMPA - LANCIA - LEXUS - LLUMAR

À commander ici:

shop.fibag.ch

@ orders@fibag.ch

062 285 61 30

Fibag SA

Lischmatt 17

4624 Härkingen

- PIRELLI - ROVER - SHELL - SIMONI RACING - SUBARU - SWISS KLICK - THULE - TOYOTA - UEBLER - VREDESTEIN - WYNNS - YOKOHAMA


SPONSORED CONTENT

Gestion des leads

Révéler l’éclat des diamants

Grâce aux mesures publicitaires, les garages parviennent facilement à acquérir de nouveaux

prospects. De tels leads sont des diamants à l’état brut. Ils recèlent un énorme potentiel, mais doivent

d’abord être façonnés. Une gestion professionnelle des leads révèle l’éclat de ces diamants.

Hugo considère depuis un certain temps déjà

l’achat d’une voiture électrique. Voilà pourquoi

il remarque immédiatement le prospectus

déposé dans sa boîte aux lettres, sur

lequel un concessionnaire promeut une nouvelle

voiture électrique. Avant de s’inscrire à

un parcours d’essai, il a quelques questions

concernant la batterie. Pour cela, il remplit le

formulaire de contact disponible sur le site

web du concessionnaire.

Mais malheureusement, Hugo n’est pas

contacté comme il l’avait souhaité : pas d’email,

pas d’appel. Au bout de quelques jours,

il prend contact avec le garagiste et s’étonne.

En effet, on lui dit ne pas avoir reçu de demande

de sa part. Elle a dû passer à la trappe

dans le stress des affaires courantes. De toute

évidence, l’entreprise investit essentiellement

dans la publicité, mais pas suffisamment

dans l’accompagnement des prospects, autrement

dit dans la gestion des leads.

Optimiser l’encadrement

Afin d’améliorer l’efficacité publicitaire et

l’image, cela vaut donc la peine d’optimiser

la gestion des leads. Markus Aegerter, de la

direction de l’association centrale UPSA, déclare

à ce propos : « De nos jours, une gestion

professionnelle des leads est une obligation

pour chaque garagiste. Ainsi, chaque

franc consacré à la publicité est utilisé de

manière efficace. »

Pour une gestion des leads réussie

Primo, une gestion des leads efficace requiert

une culture du service dans l’entreprise.

Pour cela, on peut fixer des objectifs

précis aux collaborateurs : quantitatifs,

comme les taux et temps de réponse, et

qualitatifs, comme la qualité du service. Secundo,

la gestion des leads nécessite des

processus clairs, impliquant tous les points

de contact et répondant aux besoins des

personnes intéressées.

Tertio, des systèmes informatiques adaptés

sont indispensables. Dans l’idéal, le Marketing

et la Vente exécutent les processus de

gestion des leads à l’aide d’un logiciel dédié.

Aujourd’hui, les systèmes des canaux

de communication sont eux aussi le plus

souvent intégrés. Une telle solution intégrale

garantit que chaque prise de contact

effectuée par le logiciel de gestion des leads

est automatiquement attribuée au bon collaborateur.

De cette façon, les clients potentiels

comme Hugo reçoivent toujours

une réponse dans les meilleurs délais par

exemple concernant la batterie des voitures

électriques. <

Voici comment transformer de manière

ciblée des prospects en clients

La liste de contrôle gratuite de la Poste pour

la gestion des leads vous montre ce que

vous faites déjà correctement et ce que vous

pouvez encore améliorer. Profitez maintenant

des nombreuses informations concrètes

pour que votre gestion des leads devienne

encore plus efficace.

Plus d’informationes sur :

poste.ch/lead-mgmt

52

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FORMATION

À la pointe

Ici, on forme des

spécialistes du GNC

Les garagistes qui veulent entretenir des véhicules GNC et GNL doivent obtenir la certification correspondante.

À l’instar de Michael Steiner, concessionnaire Fiat à Thoune, qui a suivi un cours de recertification d’Autef à

Reiden (LU). Sandro Compagno

La marque Fiat propose des véhicules GNC

en Suisse depuis 1997 et a connu des succès

et des revers au fil de ces années. Les modèles

peu puissants de la fin des années 1990

et du début des années 2000 peinaient à séduire

les Suisses. La Fiat Panda TwinAir Natural

Power a marqué un virage en 2012. Son

modeste moteur turbo de 0,9 litre développait

une remarquable puissance de 85 ch, ce

qui faisait de la petite Italienne la citadine

idéale. « Ces Pandas GNC se sont vendues

comme des petits pains », se souvient Michael

Steiner. « Ces voitures sont pratiques et

simples. La technologie fonctionne. » Deux

stations-service permettent actuellement de

faire le plein de GNC ou de biogaz à Thoune.

Fiat propose aujourd’hui quatre modèles GNC

en Suisse : la Panda, le Doblò, le Fiorino et le

Ducato. Mais Michael Steiner et son équipe

entretiennent et réparent aussi des véhicules

GNC d’autres constructeurs. L’avenir de Fiat

dans le domaine du GNC est pour l’instant incertain

; après la fusion de FCA avec le Français

PSA, le nouveau groupe baptisé Stellantis

doit d’abord se remettre à flot.

Les spécialistes entre eux : le responsable du cours Fredy Heinzler (à droite) présente au garagiste Michael Steiner un

outil spécial pour les bouteilles de gaz des véhicules GNC. Photo : Autef

Propriétaire du garage Bärfuss AG à Thoune

et garagiste Fiat, Michael Steiner connaît la

technologie GNC depuis des années. S’il a assisté

à la formation de la société Autef au début

du mois de mars, c’est tout simplement

parce que les personnes qui travaillent sur

des véhicules GNC doivent suivre un cours de

recertification tous les cinq ans pour rafraîchir

leurs connaissances. « On apprend toujours

quelque chose », dit-il du cours d’une

journée.

Il a aussi apprécié les échanges avec les autres

participants. Douze mécaniciens et mécatroniciens

étaient présents, parmi lesquels des

employés d’atelier d’Amag, d’Iveco, de Bernmobil

et de l’armée, qui utilise également

des véhicules GNC. Le cours était assuré par

Fredy Heinzler, cofondateur d’Autef, que Michael

Steiner qualifie de « sommité dans le

domaine du gaz naturel ».

Michael Steiner n’en est pas moins convaincu

par la technologie GNC : « Elle est adaptée

à la vie quotidienne, abordable et, avec

du biogaz, quasiment imbattable en termes

d’émissions de CO 2

. » Depuis 2017, la STEP de

Thoune produit du biogaz à partir des boues

d’épuration et l’injecte dans le réseau de gaz

d’Energie Thun AG. Les déchets de la région

sont transformés en énergie locale, avec un

bilan carbone presque neutre.

Le garagiste constate pourtant que les ventes

de véhicules GNC sont en recul ces dernières

années. « À mon sens, la politique est trop

axée sur la mobilité électrique, à l’exclusion

de toutes les autres. » L’intérêt croissant du

secteur des transports pour les véhicules

GNC et GNL constitue toutefois un espoir :

« Il donnera peut-être une nouvelle impulsion

à la technologie ». <

Plus d’informations sur :

autef.ch

AUTOINSIDE | Mai 202153


FORMATION

UPSA Business Academy

Photo : Shutterstock

En raison de la situation actuelle, l’UPSA propose

aussi certains cours sous forme de webinaires. Il

suffit d’avoir un ordinateur avec accès à Internet

et un endroit calme à la maison ou au bureau

pour suivre le cours sans être dérangé(e). En

fonction des décisions du Conseil fédéral, les

cours peuvent être décalés ou digitaux.

MAI

Lehrgang DAB+

In Zusammenarbeit mit der Schweizer Radiobranche,

DAB+-Experten der SRG sowie DAB+-

Fahrzeugspezialisten wurde ein DAB+-Lehrgang

mit AGVS-Kompetenzausweis entwickelt.

> > 7. Mai 2021, Lenzburg

> > 11. August 2021, St. Gallen

> > 8. Oktober 2021, St. Gallen

Webinar Social Media im Autohaus.

Facebook, Instagram und Youtube.

Keine Likes, sondern Leads

Die verschiedenen Social-Media-Plattformen wie

Facebook, Instagram, Youtube und WhatsApp

eröffnen uns neue Möglichkeiten, mit unseren

Kunden zu kommunizieren, neue Kunden zu

gewinnen und langfristig zu binden.

> > 10. Mai 2021, online

Webinar 2 x 90 Minuten

Elektromobilität im Verkauf

> > 10./18. Mai 2021, online

Occasionsmanagement

Die Teilnehmer lernen, wie sie ihre Occasionsfahrzeuge

richtig bewirtschaften. Dazu gehören

unter anderem die Präsentation, der Eintauschprozess

und die dynamische Preisstrategie.

> > 12. Mai 2021, St. Gallen

54

Sécurité informatique un défi pour

les garagistes (webinaire gratuit)

Les pirates accèdent à votre réseau en 4 minutes.

Votre entreprise a toutefois besoin de plus de

99 jours pour constater qu’une attaque a eu lieu.

Comment protégez-vous votre PME contre les

attaques issues du Web ?

> > 19 mai 2021, online (gratuit)

Séminaire de gestion des occasions

> > 20 mai 2021, Paudex

Cours DAB+

La FM sera prochainement remplacée par le

DAB+. À l’avenir, il ne sera plus possible de

recevoir la radio que par le biais du DAB+. Tous

les véhicules ne disposant pas encore d’une radio

DAB+ doivent changer leur équipement pour

passer à cette nouvelle technologie.

> > 21 mai 2021, Yverdon

> > 22 octobre 2021, Berne

Webinar Das neue Schweizer

Datenschutzgesetz : Das müssen

Sie jetzt wissen !

> > 25. Mai 2021, online

Basisseminar für Automobil-

Verkaufsberater /-innen

In 10 Tagen werden die jungen oder angehenden

Automobil-Verkaufsberater/-innen im Detail mit

den eigentlichen Verkaufsbelangen wie Verkaufspsychologie,

Kommunikation und Verkaufsmethodik

auf ihre tägliche Arbeit vorbereitet.

> > 31. Mai bis 11. Juni 2021, Bern

> > 23. August bis 3. September 2021, Bern

Nur noch wenige Plätze frei !

JUNI

Elektro-Instruktion für Hochvolt-Systeme

in Elektro- und

Hybrid-fahrzeugen

> > 4./5. Juni 2021, Lenzburg

> > 30. Juni/1. Juli 2021, St. Gallen

> > 8./9. Juli 2021, Bern

> > 13./14. August 2021, Chur

> > 31. August/1. September 2021, Winterthur

> > 6./7. September 2021, Horw

Weitere Daten online.

Dialog, das neue Mitarbeitergespräch

Nach dem Kurs sind Sie in der Lage, auch heikle

Mitarbeitergespräche für beide Seiten erfolgreich

zum Abschluss zu bringen.

> > 1. Juni 2021, Bern

> > 6. Oktober 2021, St. Gallen

Webinaire Facebook, Instagram,

Linkedin et WhatsApp dans la vente

automobile

Les différentes plateformes des réseaux sociaux

comme Facebook, Xing, Twitter et WhatsApp

nous offrent de nouvelles possibilités pour

communiquer avec nos clients, en gagner de

nouveaux et les fidéliser sur le long terme.

> > 3 juin 2021, online

Meine Wirkung als Führungsverantwortliche

/-r

Führungspersonen setzen sich mit ihren aktuellen

Situationen und Rollen konkret auseinander und

erarbeiten zielführende Lösungen.

> > 17. Juni 2021, Bern

> > 17. November 2021, St. Gallen

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FORMATION

Verkauf- und Beratungskompetenz

von E- Fahrzeugen und deren Ladeinfrastruktur

Die Elektromobilität drängt in grossen Schritten

auf den Fahrzeugmarkt. Der grosse Unterschied

zu den Verbrennerfahrzeugen sind die Vielfalt und

die unterschiedlichen Systeme dieser Fahrzeuge.

Es braucht aber nicht nur das Wissen über die

Fahrzeugsysteme, sondern auch Know-how über

die Ladeinfrastruktur. Dieser Kurs richtet sich

speziell an die Automobil-Verkaufsberater und

Automobil-Serviceberater.

> > 18. Juni 2021, Bern

JULI

Instruction électrique sur la sécurité

des travaux sur les systèmes haut

voltage en technique automobile

> > 5 / 6 juillet 2021, UPSA Genève

Steigerung der Produktivität und

Rentabilität im Aftersales-Geschäft

Die Teilnehmer verstehen die Bedeutung einer

aktiven Steuerung des Aftersales Geschäftes mit

ausgewählten Kennzahlen.

> > 7. Juli 2021, Lenzburg

AUGUST

Automobil-Verkaufsberater /-in mit

eidg. Fachausweis

Verkaufsberater sind gefordert. Sie wirken

als Mobilitäts- und Finanzberater. Eine persönliche

Weiterbildung ist deshalb unabdingbar. Diese

branchenspezifische Weiterbildung unterstützt

Sie dabei, verkaufs-, marktorientiert und betriebswirtschaftlich

zu denken und zu handeln.

Der Lehrgang umfasst acht Module, die einzeln

abgeschlossen werden. Dauer : drei Semester,

berufsbegleitend

> > Start : 24. August 2021, Winterthur

> > Start : 26. August 2021, Bern

NOVEMBER

MwSt-Grundkurs

Der Kurs richtet sich an Personen, die sich neu

mit der Mehrwertsteuer im Automobilgewerbe

beschäftigen müssen oder im Alltag einige

Unsicherheiten mit der Anwendung der Mehrwertsteuer

haben.

> > 3. November 2021, Bern

MwSt-Fortsetzungs- und

Vertiefungskurs

Der Kurs richtet sich an Personen, die sich

vertiefte Kenntnisse über die Mehrwertsteuer

aneignen möchten und bereits den Grundkurs

besucht haben.

> > 9. November 2021, Bern

AGVS DIDAKTIK-

MODULE

Die eintägigen Didaktikmodule des AGVS vermitteln

Berufsbildnern kompaktes Wissen für

die konkrete Umsetzung in ihrem Betrieb und

helfen mit, eine qualitativ hochstehende und

zeitgemässe Grundbildung anzubieten.

« Lernende selektieren »

Das Tagesseminar geht auf verschiedene

Themen ein, darunter Lehrstellenmarketing,

Phasen des Selektionsprozesses und Interpretation

des AGVS-Eignungstests. Danach

sind die Teilnehmenden in der Lage, den

Selektionsprozess mit geeigneten Instrumenten

zu planen und durchzuführen ; sie können ein

geeignetes Programm für eine Schnupperlehre

zusammenstellen sowie Lernende auswählen,

die zum Betrieb passen und den Anforderungen

des Berufs entsprechen.

> > 7. Juni 2021, St. Gallen

« Junge Erwachsene führen und

Krisen überwinden »

> > 8. Juni 2021, Bern

Weitere Daten werden laufend online ergänzt.

UPSA module didactique « Sélectionner

les personnes en formation »

> > 18 juin 2021, Berne

> > 23 août 2021, Yverdon

Retrouvez ces thèmes, et bien d’autres,

dans la Business Academy en ligne.

Les cours sont proposés dans la langue

correspondante. D’autres cours seront proposés

ultérieurement. Mise à jour sur upsa-agvs.ch.

Rubrique : Formation, UPSA Business

Academy

Diese und weitere interessante Themen

finden Sie online in der Business Academy.

Die Kurse sind in der Kurssprache ausgeschrieben.

Andere Kurse werden zu einem

späteren Zeitpunkt angeboten. Laufende Kursupdates

finden Sie auf agvs-upsa.ch.

Rubrik : Berufsbildung, AGVS Business

Academy

La formation continue est la route qui nous permet de

rouler vers notre avenir

L’offre de formations continues de l’UPSA est certifiée et de haute qualité. Profitez-en !

www.agvs-upsa.ch, Rubrique : Formation/UPSA Business Academy

AUTOINSIDE | Mai 202155


FORMATION

Photo : médias de l‘UPSA

Votre santé nous tient à

cœur ! En raison de la crise

sanitaire, vos cours peuvent être

reportés ou donnés à distance.

Nous informons les participants

par e-mail.

Événements régionaux à venir

AARGAU

Automobildiagnostiker/-in

Informationsabende :

Mittwoch, 12. Mai 2021, 18 Uhr

Dienstag, 15. Juni 2021, 18 Uhr

Start Lehrgang : Mittwoch, 8. September 2021

> > wbzlenzburg.ch

BERN

Automobildiagnostiker/-in BP

Nächster Studienbeginn im August 2021

Betriebswirt/-in im Autogewerbe HFP

Anmeldeschluss : 28. Mai 2021

Nächster Studienbeginn im August 2021

Automobil-Werkstattkoordinator/-in

Nächster Studienbeginn im August 2021

Alle Lehrgänge finden an der Gewerblich-

Industrielle Berufsschule Bern (GIBB) statt.

> > www.gibb.ch

Automobil-Verkaufsberater/-in mit

eidg. Fachausweis

Informationsabend :

Donnerstag, 3. Juni 2021

Start Lehrgang : Donnerstag, 26. August 2021

Ort : Mobilcity, Bern

Anmeldung : online

> > agvs-upsa.ch

CHUR / ZIEGELBRÜCKE

Lehrgang Automobildiagnostiker/-in

Informationsabend : online

Dienstag, 4. Mai 2021, 19 Uhr

Ort : ibW Höhere Fachschule Südostschweiz, Chur

> > ibw.ch/beratung/infoabende

HORW

Automobildiagnostiker/-in und

Automobil-Werkstattkoordinator/-in

Vorbereitungskurse für die BP zum

Automobildiagnostiker.

Ort : AGVS-Ausbildungszentrum Horw

> > agvs-zs.ch

ST. GALLEN

Automobildiagnostiker/-in

Neu mit Einführungstagen

Informationsabende :

Donnerstag, 20. Mai 2021, 19 Uhr

Donnerstag, 24. Juni 2021, 19 Uhr

Ort : AGVS-Ausbildungszentrum St. Gallen

> > agvs-abz.ch

WINTERTHUR

Kundendienstberater/-in im

Automobilgewerbe

Lehrgangsstart : 5. Juni 2021

Automobil-Verkaufsberater/-in

Lehrgangsstart : 24. August 2021

Betriebswirt/-in im

Automobilgewerbe

Lehrgangsstart : 25. August 2021

Automobildiagnostiker/-in /

Automobil-Werkstattkoordinator/-in

Lehrgangsstart : 6./7. September 2021

Informationsabend für die Weiterbildungen

Dienstag, 10. Juni 2021, 19.00 bis 20.30 Uhr

Alle Lehrgänge finden an der Schweizerischen

Technischen Fachschule Winterthur STFW statt.

> > www.stfw.ch

56

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FORMATION

ZÜRICH

Informationsabende Weiterbildung

Automobiltechnik :

Donnerstag, 20. Mai, und Mittwoch,

23. Juni 2021, online

Betriebswirt/-in im

Automobilgewerbe

jeweils freitags

Kursbeginn : August 2022

Automobil-Werkstattkoordinator/-in

mit Zertifikat AGVS

Tageskurs oder Abendkurs

Lehrgangsstart : September 2021

> > tbz.ch

OLTEN

Lehrgang Fahrzeugrestaurator/-in

Start Lehrgang : jeweils im Oktober

Informationsabend :

Donnerstag, 17. Juni 2021, Olten

> > fahrzeugrestaurator.ch

PAUDEX

Coordinateur d’atelier automobile

> > romandieformation.ch

Restaurateur de véhicules

Séance d’information : 25 mai 2021 à 19 h 00

Centre Patronal, Paudex

fahrzeugrestaurator.ch

SION

Diagnosticien d’automobiles

Coordinateur d’atelier automobile

> > formationcontinuevalais.ch

GENÈVE

Diagnosticien d’automobiles

Centre de formation UPSA Genève

> > formation-upsa-ge.ch/web/

formations-4-2/

YVERDON

Diagnosticien d’automobiles

Centre de formation UPSA Vaud,

Yverdon-les-Bains

> > formation-upsa-vd.ch

Les sections nous informent

Vous trouverez les informations relatives

à toutes les formations continues sur :

metiersauto.ch

Formation de secouriste routier/ère avec brevet fédéral

La formation continue de secouriste routier/ère vous donne la possibilité de suivre, en l’espace

d’un an, un cours délivrant un diplôme reconnu sur le plan fédéral. Vous pouvez terminer la

formation avec la spécialisation « Dépannage » ou « Assistance accident ».

Les dates de cours sont affichées sur notre site et vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire

pour le cursus complet sur www.roadranger.ch.

Le secrétariat se tient volontiers à votre disposition pour tout complément d’information par

e-mail ou par téléphone.

Association de soutien RoadRanger

Secrétariat, Wölflistrasse 5 3006 Berne, Téléphone : 031 370 85 62, E-mail : office@roadranger.ch

AUTOINSIDE | Mai 202157


POLITIQUE & DROIT

Photo: www.parlament.ch

Nouvelle loi sur le CO 2

Voici les raisons pour

lesquelles vous devez voter non !

Le 13 juin 2021, le peuple suisse se prononcera sur la nouvelle loi sur le CO 2

. Mais les partisans ne

s’en tiennent pas strictement à la vérité. Au Conseil fédéral, la ministre de l’environnement Simonetta

Sommaruga se bat au front pour le projet. Il est temps d’examiner les faits. Rédaction AUTOINSIDE

Commençons par l’interview de la cheffe du Département fédéral de

l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication

paru en mars dans le journal « Neue Zürcher Zeitung ».

« Une famille de quatre personnes qui prend l’avion

une fois par an pour ses vacances en Europe,

conduit une voiture à essence et se chauffe au mazout,

pourra avoir des frais supplémentaires de 100

francs en moyenne par an jusqu’en 2030. Elle paiera

moins ou même rien si elle ne fait rien de cela. Selon

une étude externe, la taxe sur les billets d’avion

n’entraînera un surplus de charges que pour 10 % de

la population. »

(NZZ, 11.03.2021)

S. Sommaruga

LES FAITS : C’est trompeur. Rien que les surcoûts jusqu’à 12

centimes par litre d’essence et de diesel devraient coûter, selon la

consommation, de 100 à 200 francs. Cet argent ne sera pas remboursé

par la Berne fédérale dans l’appareil de redistribution à

mettre en place. Ensuite, cette famille paiera jusqu’à 900 francs

de plus en raison de la taxe sur le CO 2

pour le mazout et près de

200 francs de plus pour le vol de ses vacances en Europe. En résumé,

il faut donc escompter des frais supplémentaires de plus

de 1000 francs. Même en tenant compte du remboursement de

la taxe de CO 2

via la caisse maladie aujourd’hui 74 francs par

personne et par année, à l’avenir au maximum le double , les

chiffres prononcés par la conseillère fédérale Sommaruga sont

encore de cinq à dix fois trop bas.

Outre les lecteurs de la NZZ, les partisans influencent aussi le public

cible des jeunes votantes et votants, comme par exemple lorsque la

conseillère fédérale PS a répondu en avril personnellement aux questions

des lecteurs et lectrices de « 20 minutes ». Ici aussi, elle a défendu

sa déclaration qu’une « famille moyenne » devra compter avec des

frais supplémentaires de 100 francs par année.

« Les familles qui prennent souvent l’avion paieront

plus de 100 francs. Les passagers fréquents paient

plus pour leur billet. Mais 90 % des personnes ne

paieront pas davantage. Plus de la moitié de la taxe

sur les billets d’avion sera rendue à la population,

ce qui est très social. Mais la loi est aussi bonne

pour les automobilistes. Elle crée une infrastructure

pour les voitures électriques. Nous ne voulons rien

imposer aux individus. Ceux qui seront respectueux

de l’environnement en bénéficieront financièrement,

mais ceux qui ne se soucient pas du

climat et qui ont beaucoup d’argent paieront plus. »

S. Sommaruga

LES FAITS : Presque chaque Suisse prend l’avion au moins une

fois par an. Qui prend l’avion est soumis à une taxe. Dire que l’on

recevra plus que ce que l’on paie est une fausse déclaration, le

système ne pourrait pas fonctionner ainsi, notamment si seule la

moitié est remboursée. L’autre moitié est une pure taxe qui soutire

chaque année un milliard à la population et au secteur aéronautique.

C’est tout sauf social.

58

Mai 2021 | AUTOINSIDE


POLITIQUE & DROIT

Une autre question d’un lecteur concernait la hausse des coûts de carburant.

Ce dernier reproche au Conseil fédéral de rendre tout plus cher

au lieu de se pencher sur les réels besoins des individus.

Et finalement, un utilisateur a fait une passe haute à la Conseillère fédérale

PS, en lui demandant si elle regrettait que la politique en matière

de climat fût supplantée dans l’agenda politique par la crise du

coronavirus.

« Ce sont les importateurs de carburant qui décident

si le prix de l’essence augmente. Grâce à la loi sur le

CO 2

, le marché propose un nombre accru d’automobiles

qui consomment moins d’essence. Cela permet

d’économiser. Les voitures électriques sont en plein

essor. L’an dernier, les ventes ont connu un record

en Suisse. »

(20 Minutes, 13.04.2021)

S. Sommaruga

« C’est un fait que le coronavirus nous préoccupe

tous. Mais il ne supprime pas la crise climatique.

Elle interpelle de nombreuses jeunes personnes,

car il s’agit de leur avenir. Nous voyons déjà les

conséquences de la crise climatique, c’est dangereux.

C’est pourquoi je suis heureuse qu’en juin

nous voterons sur la loi sur la protection du climat,

car elle est bonne pour le climat et sécurise

les postes de travail en Suisse. »

S. Sommaruga

LES FAITS : C’est une affirmation unilatérale et enjolivante. Les

importateurs de carburant ont peu d’influence sur l’évolution du

prix du carburant, car ils sont tenus de compenser 90 % des émissions

de CO 2

dues à la consommation d’essence et de diesel. Cela

coûte beaucoup et conduira à une augmentation de prix jusqu’à

12 centimes, prévue par la loi. Lors des débats au Conseil national,

les Verts étaient même d’avis que le prix du carburant augmenterait

de 20 centimes en raison de cette mesure.

LES FAITS : La loi sur le CO 2

est pratiquement inutile pour le climat.

Tant que les grands pollueurs tels que la Chine, les USA, voire

même déjà l’Allemagne, ne réduiront pas leurs émissions de CO 2

(ce

qui n’est vraiment pas en ligne de mir pour le moment), l’onéreuse

action isolée de la Suisse ne servira à rien. La déclaration concernant

les postes de travail est elle aussi une fable : tout au plus, des

places de travail subventionnées proches de l’État seront créées,

tandis que des taxes élevées et des prescriptions lourdes pèseront

sur de nombreux domaines de l’économie libre. <

Une utilisatrice s’inquiétait de ce que les frais supplémentaires dus à la

loi sur le CO 2

pourraient conduire à une augmentation des coûts de production

en Suisse et demandait à la ministre de l’environnement comment

celle-ci assurera que la production ne sera pas déplacée vers des

pays moins restrictifs.

« Les produits ne deviendront pas plus chers

à cause de la loi. La loi sur le CO 2 prévoit que

chaque entreprise puisse être libérée des taxes

si elle prend des mesures. Jusqu’à présent, cela

n’est possible que pour une poignée d’entreprises.

La loi le permettra aussi aux boulangeries et à de

nombreuses autres entreprises. »

(20 Minutes, 13.04.2021)

S. Sommaruga

LES FAITS : La nouvelle loi sur le CO 2

renchérira avec certitude les

marchandises et services, car quelqu’un doit bien payer les surcoûts

pour l’essence, le diesel, le gaz et les billets d’avion. Finalement,

seule une partie sera remboursée à la population. Si les consommateurs

ne paient pas directement au distributeur d’essence, alors ils

le feront via des prix de marchandises plus élevés. La déclaration

de la conseillère fédérale Sommaruga est même fausse à double

titre, car il va de soi que les mesures qu’une entreprise peut prendre

pour être libérée de la taxe sur le CO 2

ne sont pas gratuites.

loico2-ratee.ch

Le 13 juin 2021, le peuple suisse se prononcera sur la nouvelle loi

sur le CO 2

. Une large alliance d’associations issues des milieux économiques

combat cette loi coûteuse, inefficace et antisociale. Vous

trouverez encore davantage d’informations et d’arguments sur le

site Internet loico2-ratee.ch. Vous pouvez également y commander

gratuitement des supports publicitaires: dépliants, affiches, rollups,

bâches, divers autocollants ainsi que logos et avis d’exclusion de

responsabilité pour e-mails et médias sociaux. Aidez-nous à rejeter

vigoureusement cette loi ratée et inutile !

Plus de 110 000 signatures ont été récoltées en faveur du référendum

contre la loi sur le CO 2

et déposées le 12 janvier auprès de la Chancellerie

fédérale. Il s’agit là d’un message fort à l’attention du Conseil

fédéral et du Parlement, indiquant que cette loi est tout simplement

un échec. Elle impose de nouvelles taxes inutiles aux automobilistes,

aux locataires et aux propriétaires immobiliers, aux entrepreneurs et

aux employés !

AUTOINSIDE | Mai 202159


FOCUS : TECHNIQUE

Structure informatique dans le véhicule : tendances matérielles et logicielles

À l’avenir,

Photo : Audi

moins sera plus

La réduction du nombre d’appareils de commande simplifie la structure de bus, l’interconnexion et les configurations

matérielles. Ce qui semble trivial, et que Tesla développe elle-même, s’établit entretemps chez de plus

en plus de constructeurs. Il s’agit avant tout de réduire le nombre d’appareils de commande et donc celui des

structures d’interconnexion, mais aussi de disposer de son propre système d’exploitation pour plus de flexibilité

et des avantages conséquents. Andreas Senger

Impressionnant : le confort, la sécurité, l’assistance

à la conduite et des propulsions

optimisées dépendent de quelque 140 appareils

de commande. En moyenne, ce sont

près de 40 petits ordinateurs qui sont installés

à bord des véhicules pour réaliser diverses

tâches au prix de quelque 8 km de

câbles par véhicule. L’équipementier Bosch

estime que le poids de l’électronique et du

câblage atteint 50 à 100 kg par véhicule en

fonction du niveau d’équipement.

Les constructeurs automobiles établis,

c’est-à-dire ceux qui développent et produisent

des véhicules depuis des décennies,

confient normalement la conception

de ces systèmes à des fournisseurs qui se

sont spécialisés et qui ont poursuivi le développement

de leurs modules de façon à

pouvoir modérer leurs prix. Les FEO font

continuellement en sorte que les différents

composants puissent coopérer harmonieusement

et échanger des informations.

Tesla est une entreprise technologique

avant d’être un constructeur automobile.

Il n’est donc pas surprenant qu’Elon Musk,

son CEO, ait identifié la tendance et embauché

les meilleurs spécialistes du développement

matériel et logiciel. Ainsi, les

ingénieurs ont non seulement développé

les composants matériels pour établir

des normes informatiques uniformes sur

les quatre séries actuelles, mais aussi dimensionné

le matériel de telle sorte que le

client puisse actualiser sa voiture à l’aide

d’une mise à jour logicielle comme sur un

smartphone.

Citons, par exemple, l’ordinateur central

chargé de l’assistance à la conduite et de

l’info-divertissement qui a été entièrement

conçu en interne et qui est même équipé

de puces conçues par Tesla. Contrairement

aux constructeurs établis, M. Musk

a misé sur le développement interne depuis

le début et choisi de collaborer avec le

moins de fournisseurs possible. L’investissement

porte manifestement ses fruits. Le

savoir-faire de l’entreprise en matière de reconnaissance

de l’environnement, de l’analyse

de photos et de vidéos et du calcul de

la trajectoire est unique dans le secteur. Il

est donc naturel que l’entreprise affirme

délibérément que les quatre modèles S, X,

3 et Y (qui sera aussi bientôt disponible en

Europe) sont capables de se déplacer de manière

autonome, mais que la législation l’interdit

pour l’instant. Outre le savoir-faire en

matière de commande de propulsion électrique

à batterie, de stratégie de charge et

de simplification de l’utilisation de la voiture

grâce à un pavé tactile, Tesla est aussi

à l’avant-garde du matériel et du logiciel.

L’industrie automobile européenne est particulièrement

à la traîne. Vus de l’extérieur,

ses acteurs se sont appuyés sur les innovations

des fournisseurs et ont perdu leurs

propres compétences de processus et de

Le véhicule n’est plus juste un simple moyen de transport.

Il faut y intégrer de plus en plus de fonctions informatiques.

De nos jours, le client veut un smartphone sur

roues. Les FEO doivent donc investir dans le développement

du matériel et des logiciels. Photo : Mercedes-Benz

60

Mai 2021 | AUTOINSIDE


FOCUS : TECHNIQUE

En 2006, l’électronique était encore gérable : voici l’architecture électronique du matériel de la BMW Série 3.

Les faisceaux de câbles, les systèmes de bus et le matériel ont progressé exponentiellement depuis. Photo : BMW

Tesla n’est pas seulement un pionnier des VEB. La société d’Elon Musk mise aussi résolument sur le développement

interne de matériel et de logiciels. Elle a été le premier FEO présentant un système d’assistance central à architecture

informatique redondante qui permet aux véhicules de s’actualiser pendant des années grâce à des mises à jour

logicielles. Le matériel doit aussi maîtriser la conduite partiellement et entièrement autonome. Photo : Tesla

stratégies de développement en matière

d’informatique et de logiciel. Quiconque visite

l’usine Porsche constate que seule la

sellerie en cuir y est encore produite. Tous

les autres composants sont achetés prêts

à l’emploi et simplement installés sur la

chaîne de montage. Bien que les moteurs

à combustion soient encore assemblés sur

le site de Stuttgart Zuffenhausen, chaque

vis et chaque pièce en fonte proviennent de

fournisseurs. Avec son centre technique de

Weissach, Porsche dispose néanmoins d’un

important outil d’innovation. Les développements

destinés aux premières voitures

de sport du groupe VW y sont étudiés.

Le recours à des fournisseurs et l’externalisation

du développement ont atteint leurs

limites au point qu’une nouvelle approche

a été abordée. De nombreux constructeurs

ont depuis conçu leur propre système d’exploitation

de véhicule et considérablement

étoffé leur capacité de production de logiciels

et de matériels. La raison est évidente

: moins les appareils de commande

sont nombreux à bord d’une voiture et plus

les systèmes de bus sont uniformes pour

le câblage, moins la production coûte cher.

Les constructeurs livrent depuis longtemps

leurs véhicules neufs dotés de toute la panoplie

de capteurs et de composants et non

plus avec des configurations disparates. La

configuration technique du client est réalisée

à l’aide d’éléments logiciels qui activent

ou désactivent des fonctions.

Pour ne pas submerger la capacité de calcul,

la commande de la propulsion, l’info-divertissement

et les systèmes de confort et

d’assistance à la conduite sont actuellement

répartis en trois appareils de commande

principaux. La baisse du nombre de composants

matériels réduit la complexité du

Pour simplifier l’architecture informatique, il faut réduire le nombre d’appareils de commande et minimiser leur

câblage. Les connexions Ethernet s’imposeront de plus en plus en tant que système de bus. Photos : Bosch/Continental

Suite en page 62

QUALITÉ SUISSE

DEPUIS 1880. MIDLAND.CH


FOCUS : TECHNIQUE

câblage. Jusqu’à présent, chaque fournisseur

devait être intégré à l’infrastructure

informatique grâce à un cahier des charges

des interfaces. Avec un système d’exploitation

élaboré par le constructeur, le secteur

automobile se rapproche de celui de l’informatique

et de l’électronique grand public.

Cela vaut aussi pour les technologies de

bus qui sont chargées d’assurer le trafic

harmonieux des données entre les appareils

de commande, les capteurs et les actionneurs.

Les technologies de bus utilisées

jusqu’à présent (environ dix variantes

différentes) ont atteint les limites de leurs

capacités sur le plan de la vitesse et des

débits de données. Plutôt que de développer

d’autres structures d’interconnexion

spécifiques à l’automobile, les constructeurs

sélectionnent de plus en plus des variantes

de transfert de données établies issues

du monde de l’électronique. La norme

Ethernet, connue dans chaque foyer et dans

chaque garage et caractérisée par la fabrication

de masse de composants matériels et

par des débits de données élevés, s’impose

de plus en plus et remplace des systèmes

de bus spécifiques à l’automobile. Bosch estime

qu’environ 90 % des innovations dans

le secteur automobile concernent les logiciels

et l’électronique. D’ici 2025, le coût des

composants électroniques passera de 3000

à 7000 dollars par véhicule.

Les fournisseurs étaient normalement chargés du développement des logiciels. Grâce à la réduction du nombre d’appareils de commande,

ils intégreront de plus en plus des unités logicielles fonctionnelles à des appareils de commande centraux. Photo : Bosch

Les mises à jour « Over the Air », c’est-à-dire du système d’exploitation et des logiciels, sont effectuées souvent grâce à des

connexions Internet. Les FEO développent à cet effet leurs propres logiciels, le fameux système d’exploitation. Photo : BMW

Les lignes bougent également dans le domaine

des logiciels. Alors que le nombre de lignes

de code n’était que d’environ 10 millions en

2010, ce chiffre a désormais atteint la barre

des 100 millions. Bosch s’attend à entre 300

et 500 millions de lignes de code sur les véhicules

autonomes de demain. Un million de

lignes correspondent à quelque 18 000 pages

A4. Pour un véhicule autonome, il s’agirait ainsi

de 9 millions de pages A4.

Comme sur les smartphones, le constructeur

automobile prépare de plus en plus le

matériel et le système d’exploitation, et les

fournisseurs de modules supplémentaires

doivent modifier leur logiciel en fonction

du système d’exploitation. Il en résulte une

diminution des temps de développement

et un retour de la suprématie des données

chez le FEO. Le changement de cap s’explique

facilement. Le constructeur gagne en

effet de l’argent grâce aux prestations supplémentaires

et aux données de ses clients.

Le transfert continu de données du véhicule

sur des serveurs appartenant au constructeur

est monnaie courante depuis longtemps. Plusieurs

cartes SIM et des liaisons de téléphonie

mobile assurent un flux continu de données

sur lequel le client n’a aucun contrôle.

Les données des clients récoltées permettent

d’optimiser des systèmes tels que l’assistance

à la conduite ou la gestion de la batterie sur

des VEB. Le constructeur se familiarise avec le

comportement des utilisateurs grâce aux données

issues du parc. Si le client commande sa

voiture sans ACC, il peut le louer pendant un

mois pour ses vacances à l’aide d’un abonnement.

Il lui suffit de le télécharger, de l’installer

à bord et de l’utiliser. Si la fonction lui plaît,

il peut faire l’acquisition d’une licence et utiliser

le service durablement.

Sur le plan technique, les mises à jour sur Internet

destinées à améliorer le système ou à

optimiser le système d’exploitation et les logiciels

installés constituent le principal avantage.

Tandis qu’une mise à jour des logiciels

n’était jusqu’à présent possible qu’à l’atelier à

l’aide d’un ordinateur de diagnostic destiné à

installer le nouveau logiciel, les FEO établis

adoptent eux aussi la mise à jour « Over the

Air ». Cette méthode permet aussi d’installer

les améliorations sur des véhicules plus

anciens sans visite à l’atelier, si bien que le

client profite de systèmes optimisés et de

l’élimination d’erreurs. <

62

Mai 2021 | AUTOINSIDE


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / TECHNIQUE ET ENVIRONNEMENT

Photo : Istock

Élimination des pneus usagés

Voici comment protéger

l’environnement et la santé

L’élimination dans les règles de l’art de pneus usagés et de la saleté issue d’installations de lavage de

roues fait partie intégrante de l’activité des garagistes et des revendeurs de pneus. Voici ce à quoi il faut

faire attention. Carla Stampfli

Les vieux pneus appartiennent à la catégorie

des « autres déchets soumis à contrôle », selon

l’ordonnance sur les mouvements de déchets

(OMoD). Les pneus sont composés de caoutchouc

synthétique ou naturel ainsi que de suie,

de silice, d’acier et de tissu. Ils contiennent

aussi des plastifiants et des adjuvants, tels

que l’oxyde de zinc et le soufre. Ces adjuvants

et les résidus de poussière de freinage déposés

sur les pneus constituent un risque considérable

pour la santé et l’environnement en

cas de stockage ou d’élimination inadéquate.

Pour éliminer correctement leurs pneus, les

garagistes et les revendeurs de pneus doivent

s’adresser à des entreprises agréées de gestion

des déchets. L’UPSA conseille à ses membres

de faire appel aux entreprises figurant dans le

tableau. Outre les pneus, il faut aussi se débarrasser

proprement de la saleté issue des installations

de lavage de roues. Markus Peter,

responsable Technique et environnement à

l’UPSA, explique comment procéder.

Monsieur Peter, comment les garagistes

doivent-ils s’y prendre pour éliminer correctement

leurs déchets et les eaux usées provenant

d’installations de lavage de roues ?

Markus Peter : Différentes méthodes de

nettoyage sont utilisées en fonction du type

Markus Peter, responsable Technique et

environnement à l’UPSA.

d’installation de lavage de roues. Ce sont ces

méthodes qui déterminent le procédé d’élimination

correct. Si le nettoyage s’effectue à

l’eau et avec des granulats, mais sans ajouter

de produits de nettoyage, l’installation peut

être raccordée à la canalisation des eaux usées

par l’intermédiaire d’un collecteur de boue

adapté. Si nécessaire, les granulats doivent

être éliminés dans la catégorie des déchets.

Si des produits de nettoyage sont employés,

l’eau doit circuler en circuit fermé ou être acheminée

dans la canalisation en passant par un

collecteur de boue, un séparateur d’huile, un

empilement de bassins et un système de prétraitement

d’eaux usées comme dans une installation

de floculation ou une bioinstallation.

Dans le cas de produits de nettoyage acides

ou alcalins, il faut éventuellement les neutraliser

et éliminer les métaux lourds. Les résidus

provenant de collecteurs de boue ou de séparateurs

d’huile être les déchets spéciaux et éliminés

en tant que tels.

Pourquoi importe-t-il de traiter correctement

les eaux usées provenant d’installations de

lavage de roues ?

Parce que de la poussière de freinage incrustée

et des particules d’usure de freinage passent

dans les eaux usées dans le cadre du processus

de nettoyage et qu’elle est susceptible de

contenir des substances dangereuses pour

l’environnement et toxiques pour la santé

humaine. Lors de l’utilisation de produits de

nettoyage, ces substances se dissolvent dans

les eaux usées. Il faut donc prétraiter celles-ci

avant qu’elles n’aboutissent dans la canalisation.

Que conseille l’UPSA en la matière ?

En cas de questions détaillées concernant

les prescriptions locales, je conseille aux garagistes

de contacter le service de l’environnement

de leur canton ou de leur commune,

surtout pendant la phase de conception d’une

installation de lavage de roues. Les garagistes

qui souhaitent utiliser une telle installation

devraient recourir à des granulats et à des produits

de nettoyage homologués. <

Entreprise Localité Téléphone Site Internet

AABA AG 5620 Bremgarten 079 207 86 61 aaba.ch

Agir AG 8910 Affoltern a. Albis 044 762 44 88 agir.biz

Eurogomma GmbH 3072 Ostermundigen 031 731 22 55 eurogomma.ch

ESA 3401 Burgdorf 034 439 02 04 esa.ch

G. Marelli AG Pneuhandel 4127 Birsfelden 061 311 61 07 marelli.ch

Häfeli-Brügger AG 5313 Klingnau 056 267 55 55 haefeli-bruegger.ch

Jura-Cement-Fabriken AG 5103 Wildegg 062 887 76 66 juracement.ch

PM Ecorecycling SA 6850 Mendrisio 091 630 27 40 pmecorecycling.ch

Rizzi Giorgio Sagl 6593 Cadenazzo 027 458 38 52 rizzigiorgio.ch

Rubbertec AG 5053 Staffelbach 062 739 20 15 rubbertec.ch

Zimmermann Umweltlogistik AG 6374 Buochs 041 624 91 94 zimgroup.ch

AUTOINSIDE | Mai 202163


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / TECHNIQUE ET ENVIRONNEMENT

Partenaire de l’exposition, Hyundai expose le modèle

Nexo, dernière génération de son véhicule électrique à

hydrogène produit en série.

Exposition « Powerfuel » au Musée des Transports

Sur la piste

des carburants du futur

Le Musée des Transports à Lucerne est le musée le plus visité de Suisse : c’est donc le lieu idéal pour

sensibiliser le grand public aux carburants durables. La nouvelle exposition permanente le fait en misant

sur l’interactivité. Mike Gadient

Quel carburant sert à quel usage ? Comment

l’électricité verte arrive-t-elle dans les citernes ?

Comment fonctionne un véhicule à pile à combustible

? C’est à ces questions et à bien d’autres

que répond le nouvel îlot thématique « Powerfuel

» dans la halle du Transport routier du Musée

des Transports à Lucerne. Cette exposition

permanente sur les carburants durables du futur

a été mise sur pied en collaboration avec l’Empa,

Hyundai et Avenergy Suisse, l’association des

importateurs suisses de combustibles et carburants

liquides. « Je suis fier de pouvoir montrer

au public, à côté des véhicules historiques, des

solutions plus efficientes en énergie », relève le

directeur du musée, Martin Bütikofer.

Les visiteurs découvrent que pour faire baisser

les émissions de CO 2

, il est nécessaire de diversifier

les carburants. Électricité, hydrogène,

produits de synthèse : tous les avantages et

les inconvénients de ces carburants sont révélés.

« Pour produire des carburants neutres en

CO 2

, il faut utiliser l’électricité excédentaire issue

des énergies renouvelables, par exemple les

installations solaires, les parcs d’éoliennes ou

les centrales au fil de l’eau », explique Brigitte

Buchmann, membre de la direction de l’Empa.

L’objectif du Laboratoire de recherche est de jeter

des ponts entre la recherche axée sur l’application

et la mise en œuvre. Les visiteurs sont,

d’une part, initiés à la thématique au moyen

d’un écran géant sur lequel ils peuvent admirer

les premiers véhicules ferroviaires et avions

à hydrogène. D’autre part, un véhicule à pile à

combustible de la marque Hyundai Nexo Fuel

Cell est exposé. Ce modèle électrique suscite l’intérêt

parce qu’il tire son énergie de l’hydrogène,

qui est transformé en eau pure et en oxygène

dans le véhicule même au moyen de la pile

à combustible. L’énergie électrique ainsi libérée

alimente le moteur électrique et la batterie tampon.

Certains visiteurs s’étonneront peut-être de

découvrir que la Hyundai Nexo fait le plein en

cinq minutes, pour une autonomie de plus de

660 kilomètres.

Avenergy Suisse explique où la Suisse acquiert

son carburant aujourd’hui, et où elle l’acquerra

demain. « Faire le plein est un sujet émotionnel

», ose le directeur Roland Bilang. Une pompe

des années 1970, qui rappelle le concept de service

d’une station d’essence, symbolise cela, tout

comme une pompe à hydrogène sur laquelle les

visiteurs peuvent s’essayer à faire le plein. Les

nouvelles technologies sont présentées au grand

public, notamment au moyen d’un film instructif.

« En dépit de toutes les projections d’avenir,

on ne doit pas oublier qu’il faut assurer l’approvisionnement

permanent en énergie aujourd’hui

aussi », souligne Roland Bilang. C’est la raison

pour laquelle Avenergy Suisse fournit également

des informations sur la dernière raffinerie

de Suisse, qui produit de l’essence, du diesel

et du mazout. Près de 25 % de tous les produits

pétroliers vendus en Suisse sont en effet fabriqués

à Cressier (NE). L’approvisionnement en pétrole

brut s’effectue via l’oléoduc sud-européen

(SPSE), qui part du terminal maritime de Fossur-Mer,

au sud de la France.

Les adultes seront ravis d’obtenir toutes ces informations.

Les enfants, quant à eux, pourront

se défouler sur une place de jeu interactive et

faire le plein d’un véhicule avec de l’hydrogène

respectueux du climat en divisant des molécules

d’eau virtuelles en hydrogène et en oxygène

avec leurs pieds. L’exposition permanente

« Powerfuel » permet donc à toutes les classes

d’âge de s’initier aux carburants du futur. <

Plus d’informations sur :

verkehrshaus.ch

L’îlot thématique Powerfuel avec un divertissement

interactif. Photos : Musée suisse des Transports

64

Mai 2021 | AUTOINSIDE


READY FOR A NEW

CHALLENGE?

www.peace-support.ch


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

Deux mondes différents, un seul patron : René Kenel

est à la fois mécanicien automobile et entrepreneur de

pompes funèbres. Photos : médias de l’UPSA

Petit-déjeuner des garagistes au Rigi-Garage Kenel GmbH

Métier secondaire : entrepreneur

de pompes funèbres

René Kenel dirige simultanément deux entreprises familiales à Arth (SZ) en tant que mécanicien automobile et

entrepreneur de pompes funèbres. Le garagiste UPSA se préoccupe, d’une part, de la mutation dans la branche

automobile et, d’autre part, de la manière d’accorder aux morts un départ digne dans l’au-delà. Mike Gadient

Deux métiers entièrement différents qui

font toutefois appel à la même qualité. René

Kenel doit en effet faire preuve de doigté

aussi bien dans son atelier que lorsqu’il s’occupe

des morts. En tant que propriétaire du

Rigi-Garage Kenel, on lui demande de déployer

l’habileté artisanale requise pour réparer

un défaut sur une voiture. « Réparer

le défaut puis expliquer au client ce que j’ai

fait me passionne », déclare le garagiste de

51 ans, qui est également entrepreneur de

pompes funèbres à Arth (SZ) et dans six

communes des environs. Dans ce rôle, il fait

preuve de compassion pour les personnes

endeuillées. « Il s’agit de soulager tant que

possible les proches et de rendre les derniers

honneurs aux défunts. »

Un double engagement hors normes qui

mérite un retour en arrière. La famille

Kenel répare en effet les toutes premières

voitures qui circulent sur les routes d’Arth

dans sa forge. Elle se concentre à l’époque

sur son cœur de métier, les charrettes et les

fers à cheval. Le garage, associé à sa propre

station-service Shell, est mis en service

en 1927. René Kenel incarne la quatrième

génération de dirigeants de l’entreprise. Il

effectue un apprentissage de monteur automobile

et de mécanicien automobile dans

l’entreprise familiale. Il fait non seulement

ses débuts dans la branche automobile, mais

son père l’initie également au métier d’entrepreneur

de pompes funèbres. Malgré sa

peur initiale de toucher les morts, l’adolescent

participe aux travaux de préparation

66

Mai 2021 | AUTOINSIDE


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

Le Rigi-Garage Kenel en 1927, l’année de sa fondation, et aujourd’hui. Les environs pittoresques du lac de Zoug sont restés immuables.

dès l’âge de 15 ans. « Il me fallait de l’argent

pour rajeunir ma mobylette », affirme-t-il

pour expliquer son revirement. Trois ans

plus tard, après avoir décroché son permis

de conduire, il transporte pour la première

fois lui-même un défunt à l’aide d’une Ford

LTD, et non pas d’une calèche et d’un cheval

contrairement à son arrière-grand-père.

Lorsque le père de René Kenel décède

en 1993, sa mère reprend la gestion de l’entreprise

de pompes funèbres et du garage,

une concession Peugeot. René Kenel succède

à sa mère au moment où la marque

française impose continuellement de nouvelles

exigences à ses concessionnaires.

« Nous n’étions en mesure ni d’atteindre les

chiffres de vente exigés ni de respecter les

contraintes dans le showroom », poursuit

René Kenel. Peugeot rétrograde alors le garage

au rang de centre de service, un statut

pour lequel les exigences se sont d’ailleurs

également durcies ces dernières années. « Je

devais fréquenter de plus en plus de formations

pour devenir technicien Peugeot, puis

diagnosticien, etc. Tout cela m’a coûté près

de 20 000 francs. » Au lieu de rentrer dans

ce jeu à somme nulle, il quitte le réseau français

en mai 2019. René Kenel se sent mieux

maintenant. Il a adopté le concept d’atelier

Le Garage d’ESA et propose des révisions et

des réparations pour toutes les marques.

Il emploie actuellement un collaborateur

dans son atelier et invite les jeunes intéressés

par un apprentissage de mécanicien(ne)

en maintenance d’automobiles CFC, orientation

voitures de tourisme, à le contacter.

« Nous donnons leur chance aux jeunes

depuis toujours. Nous voulons former des

spécialistes pour notre métier », affirme

M. Kenel. Il importe de passer du temps

avec les apprentis pour qu’ils puissent tenir

le rythme à l’école. M. Kenel fait lui aussi

régulièrement l’acquisition de nouvelles

connaissances. Il a passé avec succès des

formations continues dans les domaines du

contrôle climatique et des systèmes haute

tension pour véhicules hybrides.

Bien qu’il suive les débats portant sur les

propulsions alternatives et qu’il les trouve

intéressants, il ne s’en inquiète pas. « Mes

clients estiment que l’électromobilité n’est

pas encore mûre. Ils se demandent comment

et où ils doivent trouver l’électricité.

» Le fait que la majorité de ses clients

conduisent des véhicules plus anciens à essence

lui convient. « Je suis un mécanicien

de la vieille école qui préfère se pencher sur

des injecteurs et des carburateurs plutôt

que sur des capteurs et des schémas électriques

de marques tierces. » C’est pourquoi

il s’est spécialisé dans les voitures rétro. Il

vient d’ailleurs de restaurer entièrement une

vieille Dodge.

Le garagiste, et propriétaire d’un bateau à

voile, ne se préoccupe pas de sa comptabilité,

une activité dévolue à sa mère et à

une collaboratrice au bureau et à l’accueil.

Cette main-d’œuvre supplémentaire est

également intéressante pour l’entreprise de

pompes funèbres, qui partage son accueil

avec le garage. Au téléphone, il explique préalablement

aux proches qui ont perdu un

des leurs qu’ils sont à la bonne adresse au

Zugerstrasse 17 malgré le logo Shell qu’ils

ne sauraient manquer. Il les reçoit ensuite

dans une salle de réunion qu’il avait installée

à cause des obligations de Peugeot.

« Nous avons réduit la taille de l’atelier pour

satisfaire aux prescriptions relatives à l’accueil.

Sans la double utilité pour l’entreprise

de pompes funèbres, nous ne l’aurions pas

fait », indique M. Kenel. Il lui arrive de venir

de l’atelier pour participer directement

à un entretien funèbre. Dans une telle situation,

il ne s’agit pas d’être pimpant, mais

de faire preuve de tact. Il faut, par exemple,

informer les personnes endeuillées au sujet

Suite en page 68

Une Volvo 740 attend sa révision dans l’atelier et des cercueils de différentes tailles sont entreposés au sous-sol.

AUTOINSIDE | Mai 202167


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

de diverses prescriptions telles que la paix

des morts. Dans la plupart des cantons,

48 heures minimum doivent s’écouler entre

le décès et la crémation.

« La vie est un cadeau, un départ plein

d’amour aussi », tel est le slogan de l’entreprise

de pompes funèbres, qui propose

toutes les prestations, de l’entretien funèbre

à l’organisation de cartes funéraires

et de bouquets de fleurs en passant par la

mise en bière, le retour de l’urne funéraire

et l’habillement du mort. « Le tout dans la

discrétion, la piété et le respect », poursuit

M. Kenel. La plupart du temps, il prépare,

lave, maquille et habille la dépouille mortelle

sur place. Il dissimule également les

éventuelles blessures.

Le garage et l’entreprise de pompes funèbres

sont chacun une Sàrl depuis 2009. Les collaborateurs

de cette dernière sont rémunérés

à l’heure, René Kenel, qui est toujours d’astreinte,

ne faisant pas exception. « Si la police

m’appelle, j’ai 30 à 40 minutes pour me

rendre auprès du cadavre. » Il arrive alors

que le dernier pneu d’été à monter sur un

véhicule reste à terre. La charge de travail

des pompes funèbres n’a pas augmenté à la

suite de la pandémie de coronavirus. Le professionnel

de 51 ans évoque 20 décès dus

au COVID-19. L’année écoulée, c’est le garage

qui l’a occupé le plus, comme à l’accoutumée.

« C’est ma source de revenus principale et

il fonctionne de lui-même. Mais la charge

de travail est malheureusement insuffisante

début 2021. » René Kenel a eu beaucoup de

travail fin 2020. Au bout de 25 ans de bons

et loyaux services, son Peugeot Expert, qui

faisait office de corbillard, était arrivé en fin

de vie. Il a d’abord fallu convertir son successeur,

un Peugeot Traveller 4x4. « Nous

n’avons encore jamais acheté de véhicule

de transport standard. Traditionnellement,

nous faisons appel à des entreprises locales

pour l’aménagement intérieur », indiquet-il.

La menuiserie de Küssnacht (SZ) a été

chargée de l’habillage latéral en bois et de la

cloison de séparation vis-à-vis du chauffeur,

et l’entreprise de construction métallique

de Goldau (SZ) a posé le plancher en acier

chromé. Il tient à cœur à la famille Kenel

de collaborer avec des acteurs de la région

pour s’entraider. Les urnes, qui sont entreposées

avec les cercueils dans un local sous

le garage, proviennent elles aussi d’ateliers

pour handicapés de la région. Le curé de la

paroisse d’Arth a en outre béni le véhicule

en février.

René Kenel, garagiste et entrepreneur de

pompes funèbres, est-il devenu la personnalité

la plus connue du village ? « Ceux qui

ne connaissent pas mon nom connaissent

au moins le garage et la station-service

Shell sur la route principale », répond le garagiste

UPSA. Pour ne pas tomber dans l’oubli,

il publie des annonces dans le journal

local, le Rigi Post, et renforce sa présence en

ligne. Outre un nouveau site Internet, il optimise

sans cesse son classement sur Google

et sa présence sur les réseaux sociaux. Depuis

quatre ans, il rappelle activement à ses

clients que leur révision est due à l’aide d’un

courrier. « Mon expérience est positive, car

je peux mieux échelonner les rendez-vous

des clients. »

Nombreux devraient donc être les clients qui

seront présents à l’occasion du centenaire

en 2027. René Kenel n’a encore rien prévu,

mais il imagine une journée portes ouvertes

conviviale et un barbecue. Peu lui importe

que l’entreprise familiale soit un jour dirigée

par la cinquième génération. « Mes enfants

doivent exercer le métier qu’ils aiment. » Ses

deux filles sont devenues respectivement

coiffeuse et peintre, dans d’autres branches,

et son fils n’est que dans le degré supérieur.

Ce dernier semble apprécier les métiers de

l’automobile. Un stage préprofessionnel a

confirmé qu’il adore écouter le bruit que font

les moteurs. Le doigté devrait faire partie de

son héritage génétique. <

Plus d’informations :

rigi-garage-kenel.ch

Des entreprises locales ont participé à l’aménagement intérieur du véhicule de transport. Photos : médias de l’UPSA

68

Mai 2021 | AUTOINSIDE


DOUBLEMENT

EXPERT

Les enfants de René Kenel reprendront-ils un jour le garage et l’entreprise de pompes

funèbres ? Ce n’est pas important pour lui, assure-t-il.

Solutions de réparation pour double embrayage par le

leader du marché.

• Pour les doubles embrayages à sec et humides

• Contient des composants parfaitement adaptés les unes

aux autres, assistance technique comprise

• Présente un grand potentiel commercial à croissance

annuelle

www.repxpert.ch

AUTOINSIDE | Mai 2021


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / VENTE

En Allemagne, pour commercialiser les modèles de sa

gamme ID 100 % électrique, Volkswagen recourt exclusivement

au modèle d’agence. Source : Volkswagen

Nouveaux canaux de distribution

Un modèle d’agence ?

Seulement s’il en vaut la peine !

Le concessionnaire deviendra-t-il l’agent d’une marque dans un futur proche ? La fédération faîtière

européenne, le Cecra, a débattu des éventuelles conséquences du modèle d’agence sur la branche automobile.

L’UPSA a participé à la visioconférence. Sandro Compagno

De nombreux constructeurs cherchent à entrer

en contact direct avec les acheteurs de

voitures. Des entreprises, telles que le groupe

Volkswagen ou Mercedes, transforment leurs

réseaux de concessions en agences dans plusieurs

pays. Le concessionnaire intervient

alors comme intermédiaire entre l’automobiliste

et le constructeur.

VW commercialisera l’ID.3 et l’ID.4, ses modèles

électriques, dans le cadre du nouveau

modèle de distribution en Allemagne. Cupra,

la marque sportive de Seat, réfléchit elle aussi

à un modèle d’agence. « Je suis absolument

persuadé qu’il s’agit là de la bonne solution

pour les clients, pour les concessionnaires et

pour nous, déclare Wayne Griffiths, président

du directoire chez Seat. Il nous importe de

piloter efficacement le canal de distribution,

mais aussi d’étoffer et de préserver la relation

entre le client et la marque. Cette approche

n’est possible que grâce à des agences. »

Dans le cadre de ce modèle, les garagistes

s’occupent de l’acquisition, du conseil, des

courses d’essai, du traitement administratif

et de la remise des véhicules. Le constructeur

leur verse une commission et une prime pour

cela. Responsable de la facture et de la gestion

du paiement, le constructeur remplace le garagiste

en tant que partenaire contractuel de

l’acheteur de la voiture. VW définit les prix

de ses véhicules électriques ID.3 et ID.4, les

finance et assume le risque lié aux véhicules

restitués et à la valeur résiduelle. Les concessionnaires

ne sont plus tenus de préfinancer

les véhicules, car VW s’en charge, au même

titre que les coûts d’entreposage et d’exposition.

Le garagiste, entrepreneur indépendant,

se transformera-t-il ainsi en agent commercial

pur dans un avenir proche ? En Suisse,

certains constructeurs court-circuitent également

les garagistes pour vendre leurs véhicules.

Tesla, par exemple, ne vend ses véhicules

qu’en ligne. Aussi chez Polestar, qui n’a

que deux showrooms en Suisse pour le moment,

le contrat d’achat est conclu exclusivement

en ligne. Le service et l’entretien sont

assurés par quelque 70 représentants Volvo en

Suisse, les Polestar Service Points.

La tendance au modèle d’agence s’inscrit

dans un contexte simple : les constructeurs

cherchent le contact direct avec le client final,

70

Mai 2021 | AUTOINSIDE


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / VENTE

l’acheteur automobile. Ils veulent accompagner

directement leurs clients tout au long de

leur parcours global, de la perception à l’achat

puis à l’expérience après ce dernier, en passant

par le choix et le financement. Le Cecra,

l’organisation faîtière des associations européennes

de concessionnaires et de garagistes,

s’est penché sur cette évolution et en mars,

lors d’une réunion en ligne à laquelle ont participé

des représentants de l’UPSA, il a informé

des dernières tendances, des avantages et

des inconvénients du modèle d’agence.

Ce dernier se caractérise par cinq critères :

1. L’agence doit atteindre un objectif défini

pour le constructeur et reçoit une

commission en contrepartie. Cela

peut concerner les livraisons et/ou les

courses d’essai.

2. Ce n’est pas le garagiste qui possède les

véhicules, mais le constructeur. Il paie

le transport, les frais de stockage et la

préparation. La facture d’achat est éta-

Les avantages et les inconvénients du modèle d’agence

Selon le rapport réalisé par la société de conseil stratégique icdp à la demande du Cecra, le

modèle d’agence marque un changement fondamental dans la relation entre le constructeur et le

concessionnaire. Mais le nouveau modèle a aussi du bon pour le garagiste. Le rapport indique les

avantages et les inconvénients du système pour les deux parties :

Avantages constructeur :

+ Contrôle via les prix et les ventes

+ Relation directe avec le client final

+ Vente directe dans sa propre organisation

de vente

+ Processus et systèmes de vente homogènes

+ Contrôle via la concurrence au sein de sa

propre marque

+ Intégration des canaux en ligne et des

données clients

+ Meilleure gestion de la chaîne d’offres

Avantages concessionnaire/agence :

+ Pas de risque commercial, hormis le temps

de travail

+ Réduction des actifs immobilisés et des

moyens d’exploitation

+ Frais de stockage potentiellement inférieurs

+ Revenus du commerce de voitures neuves

prévisibles, ce qui permet de se concentrer

sur le marché de l’occasion et l’après-vente

+ Compensation si la relation commerciale

avec le constructeur se termine

blie au nom du constructeur, pas par le

biais du garagiste.

3. Dans le modèle d’agence, le constructeur

paie tous les investissements afférents

à la relation commerciale avec

l’agent.

4. Si la relation commerciale entre le

constructeur et le garagiste prend fin,

des paiements compensatoires sont

prévus.

5. L’agent, à savoir le garagiste, dévoile ses

chiffres commerciaux au constructeur.

À l’UPSA, Markus Aegerter, directeur chargé

de la représentation de la branche, et la juriste

Olivia Solari se penchent sur le dossier. Ils ont

participé à la réunion du Cecra et ont présenté

la situation qui prévaut en Suisse. Markus

Aegerter s’attend à un « immense besoin de

discussion » entre les associations de concessionnaires

et les constructeurs pour savoir si

un véritable modèle d’agence constitue bel et

bien la bonne approche pour nos garagistes.

Olivia Solari a pointé du doigt certains obstacles

juridiques : « Reste à savoir si le modèle

d’agence qui provient de l’UE est applicable

dans le cadre du droit suisse. »

Markus Aegerter a alors précisé les conditions

auxquelles l’UPSA et ses membres seraient

prêts à utiliser un tel modèle : « Pour l’UPSA, il

faut impérativement que les concessionnaires

soient indemnisés correctement pour toutes

leurs dépenses liées au modèle d’agence et

qu’ils ne doivent pas préfinancer les véhicules.

Les coûts de l’entreposage et des véhicules

d’exposition ne doivent plus non plus

être à la charge des concessionnaires. Et un

véritable modèle d’agence devrait être indépendant

de la réalisation contraignante d’objectifs

de volumes. »

Inconvénients constructeur :

Le constructeur supporte tous les coûts du

marché

Il n’y a plus de grossiste

Responsabilité de compenser les investissements

du concessionnaire

Affaires d’arbitrage internationales potentielles,

si le modèle d’agence ne couvre pas

tout le territoire UE

Format non réalisable dans des pays interdi

sant les ventes directes du constructeur.

Inconvénients concessionnaire :

Perte d’autonomie

Refinancement des investissements

existants douteux

Complexité du système accrue pour les

concessionnaires multimarques

Impact de la baisse de chiffre d’affaires sur

l’évaluation de l’entreprise

Le message a le mérite d’être clair pour les

constructeurs : les garagistes suisses sont

ouverts à de nouveaux modèles de distribution

et d’indemnisation, mais seulement si le

compte y est. <

Suite en page 72

AUTOINSIDE | Mai 202171


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / VENTE

Markus Aegerter à propos du modèle d’agence

De nouveaux défis,

de nouvelles opportunités

Chez nos voisins européens, certaines marques ont déjà mis en œuvre le modèle d’agence. En Suisse

aussi, ce nouveau modèle de distribution pourrait tôt ou tard être abordé. Markus Aegerter (membre de la

direction de l’UPSA chargé de la représentation de la branche) prend position. Sandro Compagno

Markus Aegerter, directeur de l’UPSA

Responsable de la représentation de la branche.

Monsieur Aegerter, dans quelques pays, les

constructeurs misent de plus en plus sur le

modèle d’agence. Qu’en est-il en Suisse ?

Markus Aegerter, membre de la direction

de l’UPSA chargé de la représentation de

la branche : Actuellement, à l’exception de

Polestar je ne connais aucune marque ayant

déjà introduit le modèle d’agence en Suisse.

Mais je présume que ce sujet sera à l’ordre du

jour pour les marques l’ayant déjà réalisé ailleurs,

comme le groupe Volkswagen, Volvo

ou Mercedes.

Quelle est la position de l’UPSA concernant

le modèle d’agence ?

Pour l’UPSA, les concessionnaires doivent impérativement

être indemnisés correctement

pour toutes leurs dépenses liées au modèle

d’agence et ne doivent avoir à préfinancer ni

les véhicules ni l’infrastructure. Les coûts

de l’entreposage et des véhicules d’exposition

ne doivent plus non plus être à la charge

des concessionnaires. Un véritable modèle

d’agence devrait être indépendant de la réalisation

contraignante d’objectifs de volumes.

Comment percevez-vous la position

des garagistes de l’UPSA lorsque vous

discutez avec eux ?

Pour le moment, ils sont encore plutôt timides

et ont une attitude attentiste, car de nombreuses

questions sont ouvertes. Il convient

notamment de vérifier si le modèle d’agence

qui provient de l’UE est applicable dans le

cadre du droit suisse. Sans oublier la motion

Pfister qui cherche à protéger les automobilistes

et les garagistes des pratiques biaisant

la concurrence et isolant certains domaines.

Comme le Conseil national a accepté cette motion

à une nette majorité l’automne dernier,

elle sera probablement traitée par le Conseil

des États lors de sa session d’été.

Comment l’UPSA défend-elle les intérêts de

ses membres envers les constructeurs ?

Au sein de la Commission des marques, nous

sommes actuellement en train d’élaborer une

notice contenant toutes les informations utiles

sur ces nouveaux modèles de collaboration.

Nous la mettrons à la disposition des représentants

des associations de concessionnaires

de marques pour leurs entretiens avec les importateurs/constructeurs.

Et nous soutenons

les représentants des associations de concessionnaires

de marques par l’intermédiaire de

nos conseillers juridiques.

Le Cecra a étudié un autre modèle, le modèle

de franchise, dans lequel le garagiste

dispose d’une plus grande liberté entrepreneuriale,

mais prend aussi plus de risques.

Est-ce une alternative judicieuse ?

Il est vrai que l’analyse réalisée à la demande

du Cecra est arrivée à la conclusion qu’un

concept de franchise pourrait tout à fait être

une alternative. En fonction de la disposition

des garagistes à prendre des risques en tant

que franchisés, ce modèle pour leur assurer

un revenu plus intéressant. Mais comme nous

l’avons déjà mentionné, il faut attendre de voir

quels concepts seront présentés aux importateurs/constructeurs

par les garagistes suisses.

Les associations de concessionnaires, et au

bout du compte aussi, tous les garagistes de

marque, devront examiner attentivement les

conditions imposées par chaque modèle.

Tous les concessionnaires VW allemands

ont signé un contrat d’agence avec le

constructeur pour la vente des véhicules

électriques de la gamme ID. Manifestement,

cela présente plus d’intérêt pour eux qu’une

solution indépendante.

Je ne connais pas encore la teneur de ses

contrats que les concessionnaires VW allemands

ont signés pour la gamme ID. Toutefois,

nos collègues de l’association allemande

ZDK m’ont donné à entendre que du

côté des associations de concessionnaires,

d’âpres négociations avec le constructeur

ont été menées.

De manière générale, le garagiste en tant

que chef d’entreprise libre est-il aujourd’hui

une espèce menacée ?

Non. Mais le modèle commercial en vigueur

depuis de longues années, avec des variantes

de rémunération et des canaux de vente bien

connus, est en train de changer. Je pars du

principe qu’avec les nouvelles motorisations,

et surtout les voitures 100 % électriques, de

nouveaux concepts caractérisés par un basculement

vers la vente en ligne seront progressivement

mis en œuvre. Pour le garagiste, cela

entraînera de nouveaux défis, mais aussi de

nouvelles opportunités ! <

72

Mai 2021 | AUTOINSIDE


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

5 questions à Michael Jost, ancien responsable de la stratégie chez VW

L’invention de la machine

à remonter le temps

Au mois de mars dernier, Michael Jost annonçait qu’il quittait ses fonctions de Chief Strategy Officer au

sein du groupe Volkswagen. L’Allemand qui était intervenu lors de la Journée des garagistes suisses en

2020 revient sur ses motivations et ses projets. Son successeur est Andreas Walingen. Reinhard Kronenberg

Michael Jost, Chief Strategy Officer chez Volkswagen

jusqu’en avril 2021.

Monsieur Jost, comment en arrive-t-on à

quitter l’un des postes les plus passionnants

de la branche automobile ?

Michael Jost : J’ai eu l’opportunité de façonner

l’avenir des marques et du groupe Volkswagen

pendant plus de dix ans, aux côtés

d’une équipe remarquable. Ce fut une période

mouvementée et émouvante, c’est indéniable.

Nous avons mis en place de redoutables stratégies,

essentielles pour les marques et le

groupe. Bien sûr, notre engagement clair en

faveur des objectifs climatiques des accords de

Paris occupe la première place dans l’opinion

publique et fut d’ailleurs le moteur de la stratégie

de décarbonation à l’échelle de l’entreprise.

Nous avons lancé la plus grosse offensive

électrique de l’industrie automobile. Mais

pour se transformer, il ne suffit pas de passer

à l’électromobilité : la numérisation est également

essentielle. Et le projet « Trinity » y associe

désormais la vision de la conduite autonome

comme machine à remonter le temps

pour l’Homme. Se rendre d’un point A à un

point B sera désormais l’occasion de s’adonner

à d’autres activités. Nous offrons aux Hommes

du temps de vie en plus. Le temps, c’est un sujet

qui me concerne. Après plusieurs années

à n’être chez moi que les week-ends, je veux

davantage me consacrer à ma famille et à mes

projets d’entreprise personnelle. Je vois ces

deux éléments de ma vie comme deux yachts

électriques en conduite autonome.

L’un des grands défis de l’industrie

automobile est l’électrification rapide

des véhicules. À l’échelle globale et sans

parler de marques en particulier : est-ce

que cela avance suffisamment ?

Volkswagen a livré énormément de véhicules,

avec l’ID.3 et l’ID.4. La gamme ID sera

étendue au fur et à mesure. L’e-tron d’Audi est

un modèle à succès dans son segment. Avec

la Taycan, Porsche électrifie le sport automobile,

tandis que Skoda et Seat proposent des

voitures tout électriques attrayantes. C’est indéniable

: l’électromobilité s’est imposée.

L’électromobilité semble avoir atteint son

apogée : que faut-il de plus ?

Il y a cinq ans, nous commencions à transformer

la marque Volkswagen. Depuis, elle s’est

clairement positionnée en faveur des propulsions

électriques. D’ici 2030, nous comptons

doubler la part de voitures Volkswagen 100 %

électriques en Europe pour qu’elle représente

70 % de notre chiffre d’affaires. On est donc

loin de l’apogée mais nous sommes en bonne

voie pour la mobilité neutre en CO 2

pour

tous. Mais pour cela, une infrastructure de

recharge adéquate est incontournable.

Vu de l’extérieur, il semble que la sphère

politique s’acharne contre l’industrie

automobile allemande et l’un des maîtresmots

qui ne cesse de revenir sur la table

est « norme antipollution Euro 7 ». Où cela

s’arrêtera-t-il et de quelle manière ?

Nous avons déjà commencé à miser sur une

meilleure efficience des moteurs à combustion.

Les valeurs Nox de nos véhicules EU6

sont déjà réduites à leur minimum. Prendre

d’autres mesures reviendrait à investir énormément

mais sans réels avantages écologiques.

Au bout du compte, cela demanderait

d’investir en prenant dans l’enveloppe prévue

pour le passage à l’électromobilité. Mais

il semblerait que la Commission européenne

s’active sur ce thème.

Parmi vos futures activités, vous allez vous

occuper de l’électrification des bateaux.

Qu’est-ce qui vous incite à vous engager

autant dans la voie de l’électrique ?

Je vois le changement climatique comme l’un

des plus grands défis de l’humanité et nous devons

le relever tous ensemble. La Conférence

des Nations Unies sur le changement climatique

Paris 2015 a clairement ouvert la voie. Si

l’on regarde à grande échelle, nous cherchons

à atteindre en 2050 une société neutre en CO 2

,

et cela ne sera possible qu’en passant par la

mobilité individuelle électrique. <

CarNet Management AG Zürcherstrasse 6 CH-8952 Schlieren Tel. +41 44 733 60 10 www.car-net.com info@car-net.com

AUTOINSIDE | Mai 202173


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

Porsche Classic n’a pas encore entamé la restauration de cette 911 S Targa dans son atelier. Photos : Porsche

Porsche Classic

De vieilles pièces pour

une nouvelle dynamique

Chez Porsche, la célèbre marque allemande de voitures de sport, tradition et innovation sont étroitement liées,

ce qui soumet l’après-vente et les garagistes à des exigences particulières. Jürg A. Stettler

Plus de 70 % de toutes les Porsche jamais fabriquées

circulent encore aujourd’hui à travers

le monde au quotidien et pas seulement

à l’occasion d’événements consacrés aux voitures

rétro. Par conséquent, le commerce de

pièces de rechange, l’après-vente et les garagistes

sont soumis à des exigences particulières

concernant les réparations. Tout un

chacun ne maîtrise en effet pas les subtilités

d’un moteur boxer de 2 litres refroidi à l’air et

doté de deux doubles carburateurs Solex. Des

Porsche datant des années 1970 passent toutefois

régulièrement dans les ateliers suisses.

« Environ 17 000 Porsche classiques sont immatriculées

en Suisse actuellement », révèle

Michael Glinski, CEO de Porsche Suisse SA.

« Les voitures de sport historiques de notre

marque sont très prisées en Suisse depuis

Les spécialistes des voitures rétro et plus récentes

d’Orchid Sports Cars SA à Genève, le quatrième centre

Porsche Classic dans le monde et le premier en Suisse,

s’occupent désormais des restaurations.

nos débuts. La première voiture de sport Porsche

de série a d’ailleurs été vendue à une

Zurichoise. »

Porsche s’efforce aussi d’être à la hauteur de

cette réputation en matière de service et de

pièces de rechange. La gamme de Porsche

Classic comprend plus de 60 000 pièces qui

sont disponibles chez n’importe quel partenaire

Porsche Classic et dans chaque centre

Porsche dans le monde. Quelque 300 nouvelles

éditions de pièces sortent chaque année.

Elles doivent correspondre aux pièces

montées sur les véhicules à l’usine à l’époque

tout en répondant aux prescriptions et aux

tests actuels. Les blocs optiques arrière des

Porsche 911/912 à empattement court, qui

étaient posés jusqu’à l’année-modèle 1968

74

Mai 2021 | AUTOINSIDE


Porsche Classic comble une lacune dans l’approvisionnement des pièces de rechange :

le bloc optique arrière des 911/912 à empattement court est à nouveau disponible.

incluse, sont par exemple de nouveau disponibles depuis le début

de l’année 2021. En collaboration avec Bosch Classic, l’équipementier

de l’époque, les pièces, ornées de la découpe caractéristique des feux

de recul, brillent à nouveau en qualité d’origine, tant dans leur version

européenne que sur la variante américaine. Tous les feux arrière

des modèles classiques 911 (jusqu’à la 996 incluse) peuvent donc être

à nouveau commandés dans n’importe quel centre Porsche dans le

monde entier.

Pour que les modèles rétro et plus récents de sa marque puissent être

entretenus, révisés et restaurés au mieux, Porsche étoffe en outre son

réseau international de concessionnaires et de service grâce au programme

des partenaires Porsche Classic. Le centre Porsche de Genève

vient d’ouvrir ses portes. Il s’agit du quatrième centre Classic dans le

monde et du premier en Suisse. Il complète son activité de voitures

neuves et d’occasion par les prestations d’un centre de compétences

consacré aux Porsche classiques. « Nous en sommes très fiers. Nous

investissons dans l’avenir depuis le début pour développer et améliorer

continuellement notre savoir-faire », déclare Guy Meyohas, propriétaire

d’Orchid Sports Cars SA. Et Patrick Losch, le copropriétaire,

d’ajouter : « Nous cherchons à proposer le meilleur service possible

dans tous les domaines, que ce soit à l’achat d’une voiture neuve, lors

de la révision d’une voiture d’occasion ou lors de la maintenance d’une

très vieille de sport Porsche. » Dans l’atelier genevois ultramoderne,

quatre emplacements sont réservés aux véhicules historiques. L’un

d’eux est dévolu aux travaux de carrosserie et de restauration.

UN MOBILIER BIEN PENSÉ

CONCEPT AVEC STYLE POUR

LES PLUS HAUTES EXIGENCES

EXPÉRIMENTEZ LE MOBILIER

INDUSTRIEL DEA AU KSU !

Dans les « Centres Classic », le service, l’atelier et la vente de voitures

de sport classiques sont réunis sous le même toit pour garantir une

prise en charge complète des acheteurs de classiques. Outre les quatre

centres Porsche Classic, il existe 71 partenaires Porche Classic sur la

planète. En Suisse, ils sont implantés à Zoug (depuis 2015) et à Zurich-Schlieren

(depuis 2016). Outre six restaurations partielles, ces

centres de compétences consacrés aux voitures rapides rétro et plus

récentes ont déjà réalisé onze restaurations intégrales sur des Porsche

légendaires qui profitent ainsi d’une nouvelle vie et d’une nouvelle

dynamique. <

Notre clientèle exigeante s‘appuie sur nos

normes de qualité, sur nos nombreuses années

d‘expérience et de compétence..

Plus d’informations sur :

porsche.com/swiss

AUTOINSIDE | Mai 2021

KSU A-Technik AG Lägernstrasse 11 5610 Wohlen

• •

T 056 619 77 22 tools@ksu.ch ksu.ch

• •


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE

Pièces de rechange pour les modèles américains

« Ce n’est pas une activité ordinaire »

Les anciennes Muscle cars, tout comme les gros pick-ups américains, sont toujours très en vogue, même à

l’ère du boom des véhicules électriques. Les fans de V8 n’ont pas disparu, mais peu de modèles du légendaire

constructeur américain d’autrefois circulent encore en Europe. Ce qui veut dire que la recherche de pièces de

rechange devient de plus en plus critique. L’aide la plus précieuse reste l’expérience. Jürg A. Stettler

Les garagistes ne dénichent pas seulement

sur Internet les pièces de rechange, d’usure et

d’entretien destinées aux véhicules américains,

mais également auprès de prestataires comme

Amoparts AG. Grâce à son vaste assortiment

en pièces détachées, le spécialiste des modèles

US propose freins, moteurs, châssis, boites de

vitesse automatiques, tuyaux, essuie-glaces et

autres composants électroniques pour véhicules

américains. Autre atout majeur, l’équipe

de trois personnes, avec à sa tête Ernesto Koller,

dispose de longues années d’expérience et

d’un excellent réseau. Même les souhaits les

plus insolites peuvent être réalisés. « Ce n’est

pas une activité ordinaire, mais c’est très intéressant.

Aucune commande ne ressemble à

une autre », révèle le patron d’Amoparts. « Certains

de nos fournisseurs n’ont pas d’Internet.

Pour des commandes spécifiques, nous devons

envoyer nos contacts aux États-Unis sur place

chez les distributeurs, pour acheter les pièces. »

Chez les gros fournisseurs, la quantité minimale

de commande est un obstacle presque

insurmontable pour la petite entreprise suisse.

Le plus grand défi pour Amoparts à ce jour a

été l’achat d’un pare-brise pour un camping-car

américain. « Il a même fallu demander de

l’aide à l’ambassade américaine à Berne, car

le fournisseur américain ne voulait pas nous

Le stock de pièces détachées du spécialiste US à Urdorf comprend plus de 30 000 références. Photo : Amoparts

donner ses coordonnées bancaires pour le virement

», explique Ernesto Koller. Les spécialistes

des pièces américaines ont cependant

toujours trouvé une solution, et tirent profit de

l’accès aux catalogues d’origine.

L’activité marche bien pour le moment, mais

les délais de livraison leur donnent du fil à

retordre. « Contrairement à la concurrence,

nous possédons certes un stock de pièces de

rechange de 30 000 références, mais commander

un jeudi une pièce aux États-Unis et la recevoir

lundi chez nous à Urdorf (ZH), ce n’est

plus possible », explique le chef d’entreprise.

En raison du manque de capacité du fret, on

fait venir beaucoup moins de matériel par

avion, et l’entreprise en subit directement les

conséquences. « Il faut parfois attendre deux

semaines pour recevoir une pièce. » Amoparts

rechigne par ailleurs à rechercher de très

vieilles pièces. « Les difficultés sont colossales,

et le risque d’une erreur de livraison est réel »,

avoue sans détour Ernesto Koller. Reste que

les pièces neuves ne sont pas toujours faciles à

obtenir non plus. Notamment en cas de dommages

dus au transport sur les nouvelles voitures

américaines importées. « On a parfois

un pare-brise qui n’existe pas encore sur l’aftermarket

aux US. » La petite équipe d’Urdorf

trouve généralement toujours une solution,

grâce à sa longue expérience et à ses solides

compétences. <

Auto_Inside_0521_GZD.indd 1 06.04.2021 17:32:12

76

Mai 2021 | AUTOINSIDE


ASSOCIATION & SECTIONS

Coup d’envoi du premier « Digital Auto Show Aargau »

Personnel, régional, numérique : la section UPSA Argovie lance un format d’exposition innovant

crc. Du 1 er au 16 mai 2021, la section UPSA Argovie lance la première

édition de son format d’exposition innovant, le « Digital Auto Show

Aargau ». Sur le nouveau site web digital-auto-show.ch, plus de 20 garagistes

de renom de tout le canton d’Argovie se présentent avec près

de 200 véhicules de 25 marques automobiles connues. D’après Martin

Sollberger, président de la section UPSA Argovie, « cette exposition

s’adresse exclusivement aux membres de l’UPSA du canton d’Argovie.

Ils ont à présent la possibilité de nouer de nouvelles relations avec la

clientèle et d’en profiter personnellement par la suite. »

automobile trouveront en outre un podcast ainsi que des articles de

blog sur le site web.

Les visiteurs du site peuvent participer à un concours et gagner tous

les jours un prix différent, par exemple du pain d’épices, pour goûter

un peu à l’ambiance réelle d’un salon. À la fin de l’exposition automobile

virtuelle, un grand prix sera tiré au sort entre tous les participants

: quatre pneus d’été ou d’hiver Pirelli jusqu’à 18 pouces d’une

valeur de 1200 francs. <

Avec le « Digital Auto Show », la section UPSA Argovie offre à ses

membres une véritable alternative aux expositions physiques ordinaires

qu’elle organise depuis plus de dix ans dans différents lieux du

canton. Martin Sollberger complète : « Avec ce nouveau format d’exposition,

notre association donne un signe positif : nous soutenons

nos membres même en temps de crise et montrons que la branche

automobile ne se laisse pas abattre, malgré la situation actuelle. Avec

le concept innovant que nous venons de développer, nous allons de

l’avant et envisageons l’avenir avec optimisme. À l’heure actuelle, les

gens misent sur le trafic individuel et recherchent la proximité avec

leur garagiste sur place. »

Le directeur du salon, Chris Regez, indique que « les clients découvriront

sur le site web près de 200 véhicules présentés par des garagistes

des régions du Fricktal, du Freiamt, d’Aarau, de Baden, de Brugg, de

Wettingen et de Döttingen. » Chaque garage propose une sélection de

ses voitures neuves, ses coordonnées, des photos ainsi que des liens

menant à son site web et à ses réseaux sociaux.

Toutes les voitures proposées sont assorties de photos et des données

importantes, et les personnes ayant envie d’essayer une voiture

peuvent prendre contact directement avec le garage concerné. Certains

exposants vont même plus loin et se présentent avec des vidéos,

un showroom virtuel et des sessions en direct. Dans la situation

actuelle, le concept global de cette nouvelle plate-forme séduit, car

les gens, qui sont encore et toujours limités dans leurs mouvements,

passent beaucoup de temps à la maison et s’informent en ligne. Les

personnes qui désirent s’informer sur les thèmes actuels de la branche

Moins de tracas pour

les indépendants.

Demandez

une offre:

0848 820 820

L’assurance des chefs d’entreprise de la Suva offre une protection

financière unique en son genre aux personnes exerçant une activité

lucrative indépendante en cas de maladies professionnelles

et d’accidents du travail ou durant les loisirs. Les membres de

la famille travaillant dans l’entreprise sans percevoir de salaire soumis

à l’AVS peuvent également en bénéficier. Infos complémentaires:

www.suva.ch/chefsentreprise.

SuvaRisk_Gips_187x63_f_coa_0001 1 18.01.18 10:58

AUTOINSIDE | Mai 202177


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / PRESTATIONS

L’effondrement du commerce de voitures neuves a touché

plus durement les grandes entreprises que les petites : coup

d’œil dans un showroom. Photo : médias de l’UPSA

Interview d’Jvan Hutter, responsable Business Management/Controlling Figas

Une situation aussi

réjouissante que trompeuse

Un reflet économique de la branche signé Figas Fiduciaire de la branche automobile suisse a rarement été attendu

avec autant de suspense. Quel a été l’impact de la pandémie sur les chiffres des garages suisses ? Jvan Hutter,

économiste et responsable Business Management chez Figas, évoque les résultats. Sandro Compagno

Jvan Hutter, responsable

Business Management/Controlling Figas.

Jvan Hutter, le nouveau reflet économique de la branche témoigne

de l’année 2020 marquée par le coronavirus dans la branche

automobile suisse. Quel chiffre vous a le plus réjoui ?

Jvan Hutter : De prime abord, la hausse de la marge bénéficiaire brute

dans le commerce des occasions. C’est une valeur très réjouissante

qui ne me surprend pas totalement. Comme la demande de bonnes

occasions a fortement augmenté en 2020, les garagistes ont pu imposer

des prix plus élevés. Ce sont surtout les jeunes occasions en état

pratiquement neuf qui étaient et qui sont encore très demandées. En

2020, nous avons aussi constaté une préférence croissante de la voiture

par rapport aux TP à cause du coronavirus, ce qui a aussi renforcé

la demande d’occasions.

78

Mai 2021 | AUTOINSIDE


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE / PRESTATIONS

Après un raffermissement de la rentabilité des capitaux propres des

garages suisses ces dernières années, cette demande a de nouveau

baissé à 2,6 % en 2020. Le cash-flow n’a atteint que 1,6 % du chiffre

d’affaires. Devons-nous nous inquiéter pour les garages suisses ?

Toute la branche automobile suisse a vécu une année difficile. La pandémie

et les mesures visant à l’endiguer ont surtout affecté le commerce

de véhicules neufs, ce qui laisse des traces. Il faut surtout se

faire du souci pour les entreprises qui s’adaptent trop peu, voire pas

du tout, aux nouvelles conditions-cadres. Ce n’est pas tant le coronavirus

que la mutation que connaît le secteur de la mobilité qui l’explique.

Je fais allusion aux technologies de propulsion alternatives et

aux nouvelles formes de la mobilité individuelle.

Les petites entreprises s’en sont étonnamment mieux tirées que

les garages de moyenne et de grande taille. Pourquoi ?

En première instance, les petits garages sont moins dépendants du

commerce de voitures neuves. Les baisses de chiffre d’affaires dans

l’après-vente étaient relativement modérées, si bien que de nombreuses

petites entreprises ont traversé la crise sans encombre.

Avez-vous déjà des signes ou des données indiquant comment se

sont déroulés les premiers mois de l’année 2021 ?

Les concessions ont eu un début d’année délicat. Le commerce de

voitures neuves s’est de nouveau effondré à cause de la fermeture des

showrooms du 18 janvier à la fin du mois de février. Leur réouverture,

au mois de mars, s’est accompagnée d’une lueur d’espoir. C’est la première

fois depuis le début de la crise du coronavirus qu’un mois était

meilleur que le précédent. Les ateliers tournent à peu près comme

aux troisième et quatrième trimestres 2020. Il est difficile d’extrapoler

pour toute l’année sur la base des trois premiers mois. L’évolution

dépendra du succès de la vaccination comme mesure d’endiguement

final de la pandémie. <

Plus d’informationes sur :

figas.ch

Il est également surprenant de constater que le chiffre d’affaires des

ateliers a lui aussi baissé, tant en valeur absolue que par collaborateur.

Or les ateliers ont été largement moins touchés par le confinement

que la vente de voitures. Comment l’expliquez-vous ?

Au début du confinement au printemps 2020, les chiffres d’affaires

avaient fortement chuté, y compris dans les ateliers. La mobilité a

généralement reculé avec le confinement, si bien que les gens ont eu

moins besoin d’entretenir leurs voitures. Au début, les clients rechignaient

par ailleurs à se rendre dans les ateliers. Les révisions ont

donc été repoussées et certaines d’entre elles n’ont pas été rattrapées.

Bien que les garagistes aient rapidement et en grande partie mis en

œuvre les mesures de protection requises, ils n’ont pas pu compenser

durant le reste de l’année les pertes qu’ils ont subies au printemps.

Notons également que le Quick Ratio, c’est-à-dire le rapport entre

les liquidités et les engagements à court terme est passé de 61,3 à

71,1 %. Est-ce dû aux crédits COVID de la Confédération qui ont été

contractés, mais qui ne servent que de réserves de liquidités ?

Les crédits-relais COVID-19 ont beaucoup contribué à l’amélioration

des liquidités. De nombreuses entreprises en ont manifestement profité

pour contracter un emprunt jusqu’à 500 000 francs. Parmi elles,

il y en a certainement qui ont demandé ces crédits sans toutefois les

utiliser jusqu’à présent. Nous constatons également des niveaux de

stock plus bas chez de nombreux garagistes, ce qui a aussi conduit à

une amélioration des liquidités. Les crédits COVID-19 devront toutefois

être remboursés ces prochaines années. Il faut donc s’attendre à

une détérioration des liquidités.

Le degré de couverture des immobilisations a lui aussi augmenté.

Il semble donc que les garages suisses soient très stables.

Cela est aussi dû aux crédits COVID-19 qui ont converti des capitaux de

tiers à court terme en des capitaux de tiers à long terme. La situation actuellement

très réjouissante est donc aussi trompeuse, car il faudra rembourser

ces crédits dans les années à venir. Par ailleurs, des investissements

qui avaient été prévus ont été repoussés à cause de la crise. Certaines entreprises

ont désormais besoin de capitaux à long terme supplémentaires

pour les réaliser. Il faut donc là aussi s’attendre à une détérioration du degré

de couverture des immobilisations ces prochaines années.

ACTUALITÉS

pour les garagistes

Rendez-vous sur

le portail des

garagistes suisses

www.agvs-upsa.ch

Vous avez des nouvelles portant sur votre section ou votre

entreprise ? Communiquez-les nous le plus rapidement possible !

Téléphone 043 499 19 81 ou e-mail newsdesk@agvs-upsa.ch

AUTOINSIDE | Mai 202179


ASSOCIATION & SECTIONS

Dario Cologna, ambassadeur de l’UPSA, a accueilli douze participants à un

entraînement de ski de fond à Davos. Photos : médias de l’UPSA

Des experts automobiles à ski de fond

« Nous aimerions bien que Dario

reste ambassadeur de l’UPSA »

Dario Cologna, quadruple médaillé d’or olympique et ambassadeur de l’UPSA, a invité des garagistes et de

jeunes professionnels à un entraînement de ski de fond à Davos. Outre les réjouissances sportives, les échanges

entre experts sont allés bon train. Carla Stampfli

Dario Cologna est arrivé en trombe sur ses

skis de fond avec déjà une heure d’entraînement

dans les jambes. Le quadruple médaillé

d’or olympique et ambassadeur de l’UPSA de

l’efficience et des performances de pointe a salué

les douze gagnants du concours de l’UPSA,

qui s’étaient réunis au centre de ski de fond de

Davos pour s’entraîner sous sa houlette sur les

pistes entourant la station.

Mais avant de chausser les lattes, les participants

ont pris des forces avec un café et des croissants

offerts par la commune de Davos sur la terrasse

du centre de ski de fond qui porte le nom

de l’athlète grison. Dario Cologna leur a aussi

fait brièvement visiter le centre de performance

dans lequel il s’entraîne régulièrement. À cette

occasion, un premier échange informel a eu lieu

entre le sportif professionnel et les experts de

la branche automobile et, bien qu’ils évoluent

dans des univers professionnels différents, ils

présentent des similitudes : lorsqu’ils veulent atteindre

l’efficience et réaliser des performances

de pointe, ils ont en effet tous besoin d’enthousiasme,

de persévérance, d’ambition, de ténacité

et d’engagement. Les participants ont ensuite

rejoint les pistes, où ils ont pu tester leurs limites

avec Dario Cologna dans des conditions

météorologiques et d’enneigement idéales.

« Nous avons profité d’astuces et de conseils

sympathiques de la part du champion olympique.

Ce n’est pas une expérience que l’on vit

tous les jours. L’entraînement nous a beaucoup

plu. Je ressens déjà de l’excitation à l’idée de la

prochaine saison de ski de fond », a déclaré

Michael Büchel, du Blatten Garage Büchel AG

à Oberriet (SG). « Dario Cologna est un ambassadeur

fantastique, surtout lorsqu’il s’agit de

travailler dans un but précis et de tout faire

pour l’atteindre sans pour autant oublier de

rester humain », a relevé Michael Büchel, qui

a fait plus de ski de fond que d’habitude pendant

la pandémie de coronavirus.

« Cet entraînement était génial », a résumé Urs

Amacher, d’Emil Frey SA à Zurich-Altstetten,

en soulignant que le champion olympique avait,

tout à fait comme il se l’était imaginé, « les pieds

sur terre ». Karin Carigiet, qui accompagnait Urs

Amacher, a complété dans un sourire : « Nous

aimerions bien que Dario Cologna reste ambas-

80

Mai 2021 | AUTOINSIDE


sadeur de l’UPSA. » Angelika Küng, du Garage

Küng AG à Däniken (SO), a beaucoup apprécié

suivre Dario Cologna sur les pistes de ski de

fond : « L’entraînement, la météo, le décor, tout

était simplement parfait. » René Krieger, chef

de projet pour les motorisations alternatives

à la Section UPSA Suisse centrale, a appris les

trois principaux mouvements de skating avec

le professionnel du ski de fond et a reçu des

conseils pour améliorer sa technique.

Le mécatronicien d’automobiles Damian Schmid

n’a pas non plus laissé passer sa chance : « Dario

Cologna nous a donné des conseils géniaux

et a veillé à consacrer du temps à chacun de

nous. » Le Toggenbourgeois a en outre saisi

l’occasion, après l’entraînement, d’aborder

les thèmes de la compétition et de l’entraînement

mental avec le quadruple médaillé d’or

olympique. En 2019, aux WorldSkills de Kazan,

dans un environnement ultra-compétitif,

Damian Schmid a décroché une honorable

cinquième place et un diplôme, qui a cependant

légèrement déçu celui qui s’attendait à

une médaille. Avait-il manqué d’entraînement

mental ? « Pendant l’entretien, il s’est avéré que

Dario Cologna n’en a pas non plus. J’ai donc

compris que ce n’est pas impératif, même chez

les professionnels », a souligné l’étudiant en

technologie automobile à la Haute école spécialisée

bernoise à Bienne (BFH).

L’ambassadeur de l’UPSA s’est montré satisfait

de ses protégés, qui ont reçu un dossard

signé en souvenir : « Ils ont tous bien maîtrisé

l’entraînement. » Le champion a souligné qu’il

avait tenté de donner divers conseils aux participants.

« Je me suis bien amusé », a-t-il résumé

après l’entraînement avec les garagistes.

« En tant qu’athlète de sports d’hiver, la nature

et l’environnement me tiennent à cœur. » Dario

Cologna se déplace toutefois aussi beaucoup en

voiture et entend bien montrer qu’il n’y a là aucune

contradiction. Il a souligné qu’il adorait intervenir

pour l’UPSA, que ce soit à la Journée des

garagistes suisses, avec de jeunes professionnels

ou, comme aujourd’hui, lors d’une journée de ski

de fond avec les gagnants du concours à Davos.

Dario Cologna, qui a achevé la saison sur une

victoire en ski de fond classique sur 50 km en

départ groupé aux championnats suisses, s’offre

désormais un peu de repos et recharge ses batteries

pour la nouvelle saison, dont les préparatifs

commencent dès le mois de mai. <

En souvenir de l’entraînement de cross-country, chacun

a reçu un dossard signé.

Dario Cologna a également pris le temps de faire des

photos souvenirs.

FCA &

RENAULT

Security

Gateway

Système d’exploitation LINUX

Affichage OLED intégré

PassThru

SAE J2534-1

SAE J2534-2

Communication intelligente

WI-FI, USB,

Protection améliorée BLUETOOTH

IP53 &

ETHERNET

MIL-STD 810G

Ciao, je suis le NOUVEAU!

TXT MULTIHUB

Plaisir maximum pendant l’entraînement de cross-country.

AUTOINSIDE | Mai 2021

www.texadeutschland.com


LES MÉTIERS

viva.ch

DE L’AUTOMOBILE

ONT DE L’AVENIR

Informez-vous sur

les nouvelles formations

de la branche

« Vente automobile »

et « Après-vente

automobile »

Bienvenue dans le monde fascinant de l‘automobile ! La branche automobile recherche des talents

amateurs de technique ultramoderne. Tous les jours, tu trouveras dans un garage des activités stimulantes

et d’une grande diversité ainsi que des collègues partageant ta passion pour les voitures.

Une formation professionnelle initiale dans l‘une des six professions automobiles proposées sera

un véritable tremplin pour ta carrière dans une branche polyvalente et passionnante. Les professions

automobiles ont de l‘avenir. www.metiersauto.ch


SALON DE L’AUTO

Nouvelle date pour le GIMS 2022

Le Salon de l’auto avancé à la mi-février

Après deux annulations, le Geneva International Motor Show (GIMS) rouvrira ses portes en 2022 grâce à un

accord conclu avec un partenaire étranger. Selon Sandro Mesquita, directeur du GIMS, son organisation a déjà

commencé. Jürg A. Stettler et Mike Gadient

Reportée à deux reprises, la 90 e édition du

Salon de l’auto aura finalement lieu en 2022.

Les visiteurs devraient flâner dans le complexe

d’expositions Palexpo à Genève et découvrir

les nouveautés automobiles et les tendances

en matière de mobilité plus tôt que

d’habitude. La nouvelle a été évoquée début

mars à Genève, lors de la retransmission en

direct du prix « Car of the Year 2021 », puis

confirmée dans un courrier aux exposants :

le GIMS durera moins longtemps et débutera

dès février 2022. « En raison du calendrier

et de l’occupation de Palexpo, nous avons dû

avancer le GIMS d’une semaine. Le salon se

déroulera donc du 17 au 27 février 2022 », explique

Sandro Mesquita, directeur du GIMS.

« Je pense que les changements de dates rentreront

dans les mœurs », déclare François

Launaz, directeur d’auto-suisse et vice-président

du comité d’exposition. Le décalage

d’un mois ne pose aucun problème aux exposants.

Des constructeurs de renom avaient

d’ailleurs déjà annoncé qu’ils souhaitaient

participer au salon. La voiture et les nouveautés

automobiles seront à nouveau au centre

Depuis son bureau à domicile, Sandro Mesquita, directeur

du GIMS, a commencé à organiser le Salon de l’auto

2022. Source : GIMS

de la prochaine édition, mais pas seulement,

indique le directeur du GIMS : « Nous comptons

étendre l’expérience numérique et présenter

tout l’écosystème de la mobilité. »

Les désaccords, liés à l’annulation de dernière

minute du salon en 2020, entre les propriétaires

des halles du salon de Genève et

la fondation GIMS en tant qu’organisatrice

ne semblent plus compromettre une nouvelle

édition du GIMS. En février dernier, le

Conseil d’État genevois avait invité les parties

à dialoguer et joué le rôle de médiateur. « On

ne peut effacer une histoire de 90 ans à Genève,

recommencer ailleurs avec un nouveau

projet et rebâtir une réputation », avait alors

déclaré François Launaz.

L’organisation du plus grand salon public de

Suisse est rendue possible par l’arrivée d’un

nouvel investisseur étranger. C’est ce qu’ont

confirmé le directeur et plusieurs membres

du conseil de fondation du GIMS, sans toutefois

le nommer. « Je ne peux pour l’instant

malheureusement pas en dire plus, le partenaire

concerné n’étant pas encore prêt à s’exprimer

à ce sujet », a déclaré Sandro Mesquita

mi-avril aux médias de l’UPSA, avant d’ajouter

: « Mais une chose est sûre : les préparatifs

du GIMS 2022 ont commencé ! » <

Plus d’informations sur :

gims.swiss


PRODUITS & PRESTATIONS

Répertoire des fournisseurs UPSA

Dans le répertoire multisupports des fournisseurs UPSA, des fournisseurs de premier plan de la branche

automobile présentent de façon claire leurs produits et prestations de services classés par catégories.

Onze fois par an dans le magazine AUTOINSIDE, mais aussi toute l’année sur le site Internet upsa-agvs.ch, les

4000 membres UPSA, les garages et les ateliers automobiles internes aux entreprises ainsi que 8000 ateliers

automobiles de Suisse y trouvent les nombreux articles dont ils ont besoin au quotidien. Les entreprises suivantes

vous recommandent leurs services en tant que partenaires de la branche automobile suisse.

Formation initiale et continue

Cherch Trouvé.

Le numéro 1 grâce au stock le plus vaste

et l’agréable shop en ligne.

Carrosserie et tôlerie

automobile

shop.hirschi.com

Construction et rénovation

www.techspirit.ch

Accessoires automobiles

et tuning

Votre partenaire

pour un

garage convivial.

Your Car. Your Style.

Your Suspension.

MON ESA MON

PARTENAIRE

POUR UNE CARROS-

SERIE RÉUSSIE

esa.ch

www.st-suspensions.ch

www.gcsag.ch

Telefon 058 521 30 30

Software- und Informatik-

Lösungen für das Carrosserieund

Garagen Gewerbe.

...die passende IT-Lösung

www.carex.ch

++ Partenaire du garagiste ++


PRODUITS & PRESTATIONS

Élimination et recyclage

Huiles et lubrifiants

L’ÉLIMINATION

INTELLIGENTE

PERSONNELLE, DURABLE, CONFORME À LA LOI

Graisseux et fier

de l’être.

Parcs de véhicules

esa.ch

Stieger Software AG

Hauptstrasse 71

9422 Staad

071 858 50 80

stieger.ch

Stieger Academy

Grundstrasse 1

5436 Würenlos

056 437 68 68

stieger.academy

1 shop en ligne

6 marques de lubrifiants

Castrol, Mobil, Motorex, Panolin,

Total, Shell

ch noch nie

car-net.com

Finances et assurances

serer Webseite https://car-net.com/

QAPTER L’INTELLIGENCE

ARTIFICIELLE,

LA VOIE DE L’AVENIR.

shop.fibag.ch

Pour plus d’informations, consultez: www.audatex.ch

Email: kontakt@audatex.ch

Le numéro 1 des garanties

véhicules en Suisse.

Quality1 AG

Bannholzstr. 12 • CH-8608 Bubikon

+41 (0)55 254 30 00 • www.quality1.ch

www.gcsag.ch

Telefon 058 521 30 30

Software- und Informatik-

Lösungen für das Carrosserieund

Garagen Gewerbe.

...die passende IT-Lösung

Matériel informatique

et de bureau

Véhicules utilitaires

Informations

pertinentes pour

votre réussite

AGVS Bezugsquellen Inserat 60x45mm_01122020

Hirschi

accouple tout.

Le numéro 1 des accouplements d’attelages.

www.hirschi.com

Bezugsquellen_60x60.indd 1 20.01.21 10:46


PRODUITS & PRESTATIONS

Pneus, roues et châssis

Service et pièces d’usure

1 Shop en ligne

16 marques de pièces de

divers constructeurs

Abarth, Alfa Romeo, Chrysler, Daihatsu, Dodge,

Fiat, Fiat Professional, Ford, Jeep, Kia, Lancia,

Lexus, MG, Rover, Subaru, Toyota

shop.fibag.ch

Ergonomie

Processus rapides

Également pour roues

très grandes

IREGA AG

®

Allmendweg 8

Mega

4528 Zuchwil

+41 32 621 88 92

info@irega.ch

Les pneus:

ma passion.

www.Irega.ch

esa.ch

1 shop en ligne

10 marques de pneus

Lavage et entretien

Bezugsquellen_60x60.indd 4 20.01.21 10:46

Bridgestone, Continental, Dunlop,

Falken, Goodyear, Nokian, Michelin,

Pirelli, Vredestein, Yokohama

shop.fibag.ch

NE FAITES

QU’UN AVEC

VOS PNEUS

Bezugsquellen_60x60.indd 2 20.01.21 10:46

UNE SOLUTION

A CHAQUE DEMANDE!

EN EXCLUSIVITÉ CHEZ VOTRE ESA:

LA TECHNIQUE DE LAVAGE

AUTO DU LEADER MONDIAL

WASHTEC.

esa.ch

www.KWautomotive.ch

86

Mai 2021 | AUTOINSIDE


PRODUITS & PRESTATIONS

Be part of the

91219_auto_inside_branchenverzeichnis_60x60mm_v1.indd 1 19.12.19 13:11

Christ Group

....die PROFIS

für den PROFI....

CARROSSERIE-EINRICHTUNGEN von A-Z

CAR-O-LINER - Mess- und Richtanlagen,

Hebetechnik, Zentral Absauganlagen,

Schweisstechnik, Klimawartungsgeräte,

Handwerkzeuge, und vieles mehr!

…rufen Sie uns an, wir beraten Sie gerne…

191219_auto_inside_branchenverzeichnis_60x60mm_v1.indd 2 19.12.19 13:11

www.christ-ag.com

Équipements d’atelier

GA_Bezugsquelle_Anz.2.CH_60x60mm.indd 1 17.12.20 10:51

Outils et appareils

Réservez ici votre annonce

dans le répertoire multisupport

des fournisseurs UPSA !

Réservez votre annonce à l’adresse e-mail :

www.hella-gutmann.ch

vermarktung@agvs-upsa.ch

Bezugsquellen_60x60.indd 3 20.01.21 10:46

S’abonner maintenant à la newsletter de l’UPSA !

pertinent • actuel • gratuit

Abonnez-vous maintenant à la newsletter de l’UPSA pour rester informés des actualités et des principales

nouveautés de la branche automobile qui ne cesse d’évoluer. Chaque semaine, du contenu concret, détaillé

et actuel grâce à la newsletter la plus consultée de la branche automobile suisse.

https://www.agvs-upsa.ch/fr/newsletter

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT !

Médias UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Tél +41 (0)43 499 19 81 | www.upsa-agvs.ch

AUTOINSIDE | Mai 202187


Brembo SpA

brembo.com

GARAGES

Brembo est synonyme de mobilité durable

pd. Brembo, leader mondial et moteur d’innovation reconnu dans le

domaine de la technologie des systèmes de freinage, est synonyme

de mobilité durable. Chaque nouveau produit est conçu pour être

plus « vert » que le précédent. Le disque Greentive qui présente un

revêtement spécial, une résistance élevée à la corrosion et un effet

miroir unique, est le résultat de plusieurs années de recherche et de

développement afin de réduire davantage les émissions de particules.

Grâce à sa surface de friction spéciale, Greentive garantit une

usure très faible, ce qui permet de prolonger sensiblement la durée

de vie du disque de frein. La réduction de la poussière de freinage

contribue à une diminution des émissions de freins. Cette propriété

est particulièrement avantageuse pour la nouvelle génération de

voitures électriques.

Une autre innovation est Enesys (Energy Saving System), une technologie

avancée de ressort de frein qui réduit la friction résiduelle et

contribue ainsi à la réduction du CO 2

. Une fois que la pédale de frein

est relâchée, le ressort permet aux plaquettes de frein de revenir à

leur position initiale dans l’étrier. Cela permet d’éviter toute friction

indésirable entre les plaquettes et le disque de frein. <

Le disque Greentive avec un revêtement spécial. Photo : Brembo

Bopp Solutions AG

bopp-solutions.ch

Coffres avec certification de sécurité

pd. Les clés des véhicules, l’argent liquide, les appareils de diagnostic,

les documents importants et les objets de valeur sont-ils rangés

en toute sécurité dans les garages ? Bopp Solutions AG propose

des coffres à clés et pour meubles avec certification de sécurité.

La nouvelle série « Venus » permet un stockage peu coûteux mais

absolument sûr. Elle offre un niveau élevé de protection anti-effraction

conformément à la norme EN1143-1, degré de résistance I ECB

S. L’ouverture s’effectue au moyen d’une clé électronique certifiée

elle aussi. Bopp a conçu le coffre à combinaison spécialement pour

les garages. Les clés, les documents du véhicule et la caisse y sont

enfermés en toute sécurité.

La conception du coffre à combinaison : facture robuste avec une

protection définie de 30/50 RU contre les tentatives d’effraction

avec des outils mécaniques et thermiques. Verrouillage centralisé à

pênes ronds solides. Porte à double paroi, épaisseur 87 mm, panneau

de porte en acier de 10 mm, logement à double paroi avec renfort

spécial, douilles pour ancrage dans la paroi arrière et le sol. L’intérieur

du coffre à clés offre de la place pour plus de 250 clés. <

Le coffre à clés et pour meubles. Photo : Bopp

88

Mai 2021 | AUTOINSIDE


GARAGES

Management textile Mewa

mewa.ch

Vêtements de protection pour soudeurs

pd. Une équation simple s’applique aux vêtements de protection :

plus ils sont confortables, plus ils sont portés avec plaisir. C’est

pourquoi Mewa a conçu une collection particulièrement légère pour

les soudeurs. Les vêtements de protection confortables contre la

chaleur et les flammes existent en trois versions : pour les soudures

occasionnelles, fréquentes et constantes. La variante de base

« Mewa Dynamic Flame » convient aux soudures occasionnelles. Les

vêtements protègent contre de petits éclats de métal et contre la

chaleur due au rayonnement, mais aussi lors de contacts brefs avec

des flammes. Les électriciens, les mécatroniciens et les personnes

entretenant des véhicules qui ne soudent qu’occasionnellement sont

ainsi bien équipés.

La deuxième variante, la « Mewa Flame Advanced », est conçue pour

ceux qui soudent régulièrement, et la « Mewa Dynamic Flame Extreme

» pour ceux qui soudent en permanence. Le tissu robuste protège

très bien contre la chaleur lors de travaux de traitement thermique de

métaux. La construction de machines, de véhicules et métallique, la

fabrication d’installations et les chantiers navals constituent des domaines

d’application typiques. Ces trois modèles se distinguent des

concurrents par leur confort. Les vêtements sont exceptionnellement

légers et faciles à enfiler. Et en plus ils sont jolis : un autre atout. <

Mewa Dynamic Flame protège tout en étant confortable. Photo : Mewa

Motiondata

motiondata-vector.com

Protection contre les menaces modernes pourquoi l’antivirus seul ne suffit plus

pd. Le groupe Motiondata Vector, en tant que fournisseur de solutions

informatiques complètes, propose, outre un Dealer Management

System ultramoderne, des applications supplémentaires

et des solutions web, bien plus qu’un logiciel complet pour les

garages de toutes tailles. Grâce au DMS Motiondata associé aux

solutions de sécurité du fournisseur de services informatiques,

les opérations sont toujours à jour et protégées par les normes de

sécurité les plus élevées.

Ainsi, outre les terminaux (PC, serveurs, ordinateurs portables),

l’ensemble du réseau restant doit aussi être sécurisé. Un pare-feu

moderne joue un rôle essentiel dans la protection de votre réseau.

En tant que fournisseur de services complets, le groupe Motiondata

Vector peut non seulement conseiller au mieux en matière de DMS,

mais fournit également une assistance sur les questions de sécurité

informatique et de réseau. <

« Mais pourquoi mon entreprise serait-elle la cible d’une attaque ? »

Le fait est que les hackers ne sont pas particulièrement sélectifs,

mais qu’ils empruntent plutôt la voie de la moindre résistance. Il ne

suffit plus de fournir un antivirus aux seuls terminaux. De plus en

plus d’appareils, tels que les imprimantes, les points d’accès WiFi

ou les caméras, sont connectés au réseau et pourraient également

être infectés par des logiciels malveillants. Et de plus en plus souvent,

les failles des logiciels ou du matériel utilisés sont attaquées.

Avec le DMS Motiondata, les opérations sont toujours protégées. Photo : Motiondata

AUTOINSIDE | Mai 202189


SONDAGE DU MOIS

Pourriez-vous envisager de travailler en tant

qu’agence pour un constructeur/importateur ?

De plus en plus de véhicules électriques empruntent les

routes suisses, ce qui redéfinit les demandes faites aux garagistes.

AUTOINSIDE a voulu savoir si les garages pouvaient

envisager de travailler en qualité d’agences pour un constructeur/importateur.

44 % des personnes interrogées ont répondu

par l’affirmative, dans la mesure où les conditions sont

équitables. 24 % d’entre elles ont au contraire déclaré qu’« en

aucun cas » elles ne le feraient. 31 % pensent que le modèle

d’agence s’imposera tôt ou tard.

État : 15 avril 2021

44 %

Absolument, dès maintenant si les conditions sont équitables.

31 %

Cela arrivera de toute manière tôt ou tard.

24 %

En aucun cas.

APERÇU D’AUTOINSIDE NUMÉRO 6 JUIN 2021

Le prochain numéro paraîtra le 2 juin 2021 et abordera les thèmes suivants :

Photo : médias de l’UPSA Photo : BAZ Photo : Istock

Un état d’esprit entrepreneurial

Des règlements de succession favorables, un

personnel motivé et un peu de chance dans les

investissements : AUTOINSIDE se penche sur des

thématiques et des solutions inspirantes liées à

la gestion d’une entreprise.

Les systèmes automobiles

Appareils de diagnostic, batteries ou technique

d’éclairage : tour d’horizon des changements

et des défis actuels concernant les systèmes

automobiles.

Chaque voix compte

La campagne de votation pour la nouvelle loi

sur le CO 2

entre dans une phase décisive. Avant la

votation du 13 juin 2021, les opposants à cette loi

mettent en avant d’autres arguments percutants

en faveur du non.

Le magazine spécialisé au plus fort tirage de la branche automobile suisse

93 e année, 11 numéros en allemand et en français.

Tirage septembre 2020 certifié REMP : 12 558 exemplaires dont 9507 en allemand et 3051 en français.

Éditeur

Union professionelle suisse de

l’automobile (UPSA)

upsa-agvs.ch

Éditions

AUTOINSIDE

Wölflistrasse 5, CH-3006 Berne

Téléphone : +41 (0)31 307 15 15

verlag@agvs-upsa.ch, autoinside.ch

Administration et gestion des abonnements

Abonnement annuel

CHF 110. (TVA incluse)

Numéro à l’unité

CHF 11. (TVA incluse)

Contact : Serina Danz

Téléphone : +41 (0)31 307 15 43

serina.danz@agvs-upsa.ch

agvs-upsa.ch

S’abonner maintenant !

upsa-agvs.ch/fr/abo

Rédaction

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 81

newsdesk@agvs-upsa.ch

Rédaction : Sandro Compagno (sco,

responsable Gestion du contenu), Reinhard

Kronenberg (kro, responsable Journalisme),

Jürg A. Stettler (jas, rédacteur responsable

mobilité), Mike Gadient (mga, rédacteur

mobilité), Carla Stampfli (cst, rédacteur

mobilité), Jean-Philippe Pressl-Wenger

(jppw, correspondant Suisse romande),

Andreas Senger (se, domaine technique),

Bruno Sinzig (si, domaine spécial Formation),

Raoul Studer (rst, domaine spécial Politique)

Autres contributions : Chris Regez, Olivier

Maeder

Conception : Robert Knopf, Corinna Vogt,

Fatma Bindal

Commercialisation

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Contact : Erich Schlup, Key Account Manager

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 83

Portable : +41 (0) 79 256 29 23

vermarktung@agvs-upsa.ch

Responsabilité générale

Rédaction et commercialisation

Georg Gasser

Supports médiatiques de l’UPSA

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich

Téléphone : +41 (0)43 499 19 99

ggasser@agvs-upsa.ch

Impression / envoi

Galledia Print AG

Burgauerstrasse 50, CH-9230 Flawil

galledia.ch

Contact : Michael Rottmeier

Téléphone : +41 (0)58 344 97 44

michael.rottmeier@galledia.ch

Réimpression ou reproduction d’articles,

même partielle, uniquement avec l’accord

des médias de l’UPSA. Nous déclinons toute

responsabilité pour les manuscrits et les

photos envoyés spontanément. L’administrateur

des pages auxquelles renvoient les liens

est seul responsable de leur contenu.

90

Mai 2021 | AUTOINSIDE


Pour

une sécurité

parfaite

dans votre

entreprise

PROTECTION

ET HYGIÈNE

LA SOLUTION

COMPLÈTE

• UNICID Aqua désinfection des surfaces et des mains,

aqueux, sans éthanol, sans matière dangereuse,

très agréable pour la peau, doux pour le plexiglas et

les textiles, acrylique et cuir

• DESICID désinfection des mains

• PLANICID désinfection des surfaces

• Distributeur sans contact

Tous les produits avec l‘approbation BAG (CH)

Prix et commandes à l›e-mail : desicid@motorex.com ou directement au 062 919 76 07


Les meilleurs

disponibles

pneus sont

chez nous

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!