Programme francisation COMPLX

complx


Programme de formation

Présentation

Le programme de formation de Complexe X inc. est construit selon le programme en francisation

du Ministère de l’Éducation et respecte en tout point les domaines généraux de formation ainsi

que les compétences à développer, et ce, en milieu de travail.

La communication en milieu de travail est un élément important pour les entreprises puisque cela

permet d’abord une intégration de l’employé parmi les équipes de travail ensuite, elle permet de

comprendre les consignes et les tâches à effectuer. Enfin, elle permet de réduire les erreurs et

les risques d’accidents qui peuvent ralentir et même arrêter la production, ce qui peut coûter

très cher à une compagnie. Lors de la francisation en milieu de travail, il est important d’avoir la

participation des collègues francophones et des superviseurs ou patrons pour aider l’apprenant

dans l’acquisition de cette nouvelle langue en parlant plus lentement, en le reprenant

respectueusement lorsqu’il fait des erreurs (prononciation, vocabulaire, structure) et en lui

parlant d’abord en français même si cela prend plus de temps à comprendre au début. La

francisation en milieu de travail est donc un travail d’équipe incluant l’apprenant, l’enseignant ainsi

que l’équipe de travail.

Ce programme permet, par le fait même, de préparer les apprenants à la passation des examens

TCF et TCFQ offerts par le centre Complexe X inc. Cet examen est obligatoire pour tous les

immigrants qui veulent rester au Québec ou dans le reste du Canada.

Les 4 compétences langagières

L’apprentissage du français au Québec est la responsabilité de chaque immigrant allophone. La

maitrise de la communication orale et écrite permet à l’apprenant de s’épanouir dans toutes les

sphères de la vie sociale et professionnelle de la belle province. Il ne s’agit pas ici de seulement

être fonctionnel à l’oral puisque cela pourrait être considéré comme l’équivalent d’un analphabète

fonctionnel. Complexe X propose d’aller plus loin en poussant la maitrise de la phonétique pour

s’exprimer clairement, en développant les compétences en écriture et en lecture. Par exemple,

l’employé qui lit un bon de commande écrit par un francophone doit faire face à plusieurs défis.

D’abord il doit décoder les graphiques, ensuite comprendre le sens des mots malgré le fait que

même les francophones font des erreurs d’orthographe et de syntaxe en écrivant et enfin, donner

un sens général à ce qui est demandé pour l’exécuter correctement ou pour poser des questions

s’il y a des informations manquantes.

Page | 1

© Toute reproduction interdite


Voici les 4 compétences langagières proposées par le Ministère de l’éducation du Québec qui

sont celles évaluées lors de la passation du TCF / QCFQ et enseignées chez Complexe X inc.

1. La compréhension orale (CO)

La compréhension d’un message entendu est déterminée par plusieurs éléments. L’apprenant doit

avoir une bonne discrimination auditive de la phonétique de la langue ainsi que des mots et avoir

acquis beaucoup de vocabulaire afin de donner un sens aux mots. Mais les mots seuls ne

permettent pas de comprendre le sens général puisqu’en français, un même mot peut avoir

plusieurs significations selon le contexte dans lequel il est utilisé. De plus, il doit connaitre les

différentes structures de phrases qui peuvent être employées ainsi que leur utilité en situation de

communication. Par exemple, il doit savoir reconnaitre une question d’une affirmation.

Il sera important pour l’apprenant de prendre conscience de son intention d’écoute selon la

situation dans laquelle il se trouve. Il écoute pour apprendre, pour se divertir, pour s’informer,

pour comprendre une consigne ou pour repérer une information, etc. Selon la situation, il pourra

se servir du langage corporel qu’il voit ainsi que des différents tons et rythmes qu’il entend afin

d’en interpréter la signification.

2. L’expression orale (EO) (aussi appelée la production orale PO)

S’exprimer dans une langue qui n’est pas la nôtre est une situation qui active différentes émotions

chez l’apprenant comme la peur de se tromper et la peur de faire rire de lui. De plus, un manque

de confiance en soi est souvent observé ce qui freine l’envie de se lancer.

Afin de surmonter ces obstacles, il faut que les connaissances de l’apprenant soient solides tant

sur le plan phonétique que lexical. Si l’apprenant parle mais qu’on lui demande toujours de répéter

parce qu’il ne prononce pas bien, cela diminuera sa confiance en lui et il tentera d’éviter les

situations de communication comme des appels téléphoniques par exemple.

Communiquer dans une seconde langue exige la maitrise des sons, du vocabulaire ainsi que des

différentes structures employées. Il faut sensibiliser l’apprenant au fait que la même phrase dite

avec une intonation différente peut vouloir dire quelque chose de complètement différent.

Le plus grand stress en communication orale est l’inconnu lorsqu’il y a des échanges avec d’autres

personnes. Contrairement à un monologue où tout dépend de notre préparation personnelle, en

situation de conversation, il faut être capable de répondre, d’ajouter de l’information, d’exprimer

son opinion et tout cela selon le sujet qui sera développé entre les deux interlocuteurs.

Le Québec est un endroit où le français se distingue de celui parlé en France. Les expressions

sont différentes, le sens des mots peut varier et les sons ainsi que les structures peuvent différer

selon le niveau de langue.

La langue populaire est très employée dans plusieurs secteurs de la vie sociale et professionnelle

au Québec selon les contextes. L’apprenant doit donc non seulement connaitre le français

standard, mais aussi pouvoir comprendre et, à la limite, utiliser la langue populaire pour s’adapter

aux différents contextes dans lequel il se trouve.

Page | 2

© Toute reproduction interdite


Complexe X propose des apprentissages de la langue populaire en parallèle avec le français

standard. Par exemple, l’expression « au Québec on dit » est souvent utilisée pour faire le

parallèle entre la bonne formulation et celle entendue dans différentes situations sociales.

La compréhension et l’utilisation de la langue populaire est un moyen qui permet à l’apprenant

de se sentir intégré dans les milieux qu’il fréquente.

3. La compréhension écrite (CE)

Celle-ci représente le fait de lire un texte, d’en comprendre le sens et de pouvoir répondre à des

questions portant sur ce dernier.

La bonne maitrise des signes linguistiques et du décodage des mots sont les bases qui sont en lien

avec la communication orale et la compréhension orale. Apprendre à lire, à écrire et à parler

sont des compétences interreliées.

Il est important d’avoir intégré correctement les sons associés aux signes graphiques afin de

transférer ces connaissances dans l’apprentissage de la lecture. Les associations graphèmesphonèmes

sont donc très importants au début de l’apprentissage de la langue afin d’être capable

de lire des mots et des phrases et de les entendre intérieurement de la même manière que

lorsqu’ils sont prononcés. Une fois le décodage réussi, il est important d’amener l’apprenant à

reconnaitre le plus grand nombre de mots possible afin d’accélérer sa lecture et de pouvoir se

concentrer non pas sur l’assemblage des lettres, mais sur le sens des mots et de la phrase. Si le

décodage est encore très présent, la lecture pourrait devenir une tâche trop difficile et amener

le découragement.

Complexe X permet aux apprenants de développer des stratégies d’étude pour développer

l’association graphèmes-phonèmes pour décoder de manière syllabique pour ensuite mener à la

reconnaissance des mots par différents moyens. L’enseignement des différentes structures de

textes courants et littéraires ainsi que l’apprentissage des différents éléments typographiques que

l’on retrouve permettent au lecteur d’anticiper la structure d’un texte et de pouvoir déjà

comprendre l’organisation générale de ce qu’il va lire.

Les textes littéraires, souvent écrits au passé, sont des références qui permettent d’avoir des

modèles pour raconter des évènements passés ce qui est généralement une grande difficulté pour

les apprenants. L’analyse des temps choisis ainsi que le sens que représentent ces temps

permettent de mieux comprendre les textes, mais aussi d’apprendre à choisir les bons temps

lorsqu’il faut raconter des évènements.

L’enseignement des différentes stratégies de lecture que l’on peut utiliser avant, pendant et après

la lecture d’un texte est importante, surtout pour ceux qui ont eu des difficultés d’apprentissage

dans leur langue maternelle.

Page | 3

© Toute reproduction interdite


4. L’expression écrite (EO) (aussi appelée production écrite PE)

La production écrite est la capacité de quelqu’un à mettre sur papier des idées, des informations,

des messages. En milieu de travail, l’employé peut avoir besoin de donner une information, de

laisser un message important, d’écrire une note, d’écrire des descriptions de ses besoins. Par

exemple, un chauffeur de camion peut écrire une note de service à un mécanicien pour expliquer

le problème qu’il rencontre avec son véhicule. Plus la description est précise et claire, plus

l’employeur sauvera du temps puisque les réparations à faire seront comprises plus facilement.

Selon la provenance de l’apprenant, il devra peut-être commencer à la base et apprendre à former

les lettres de l’alphabet. Il devra par la suite maitriser le vocabulaire ainsi que les différentes

structures de phrases et de textes. Le respect des codes de la langue sera appris au fur et à

mesure que ses apprentissages avancent (orthographe, règles d’accords, ponctuation,

organisation des textes, respect de la situation de communication).

Conclusion

La maitrise des compétences ne s’acquiert pas en une semaine. L’apprenant doit apprendre des

connaissances et la mémorisation est la principale stratégie à développer, mais par la suite, il doit

développer des stratégies d’analyse pour pouvoir transférer ses apprentissages et développer sa

communication. Pour ce faire, l’apprenant doit utiliser autant les aspects cognitifs que

métacognitifs de l’apprentissage. Tous ne sont pas capable, même dans leur langue maternelle, de

faire ce travail. Il faut considérer que les difficultés d’apprentissage existent dans tous les pays du

monde et que l’apprentissage d’une deuxième langue fait souvent remonter à la surface de

mauvais souvenirs, du découragement, un manque de confiance en soi pour plusieurs. Apprendre

une langue amène son lot de défis et la plupart du temps, ce n’est pas la langue elle-même qui est

difficile, mais le vécu qui se cache à l’intérieur de chacun des apprenants.

Les domaines généraux de formation

Le Ministère de l’Éducation propose six domaines dans lesquels l’adulte évolue dans la société

et qui demandent l’utilisation de la communication. Complexe X utilise ces domaines proposés

pour faire évoluer l’apprenant dans son apprentissage de la langue française au Québec.

1. Santé et bien-être

• Décrire des symptômes.

• Nommer les différents lieux et intervenants du système de santé québécois.

• Consulter un pharmacien, un docteur, un pédiatre.

• Comprendre la posologie écrite sur les contenants de médicaments.

Page | 4

© Toute reproduction interdite


2. Éducation et monde du travail

• Communiquer une absence ou un abandon.

• Communiquer la raison d’une absence ou d’un abandon.

• Demander une rencontre avec l’enseignant, la direction pour des informations.

• Comprendre et remplir des formulaires d’inscription, de demande d’emploi.

• Faire une entrevue.

• Comprendre et donner des consignes (oral / écrit)

• Demander un congé à son employeur.

• Demander de l’aide à l’enseignant, à un collègue, à son supérieur.

• Participer aux discussions sociales en milieu de travail, à l’école ou avec des amis.

3. Culture et médias

• L’égalité des femmes et des hommes.

• Les fêtes célébrées pendant l’année.

• Les artistes québécois.

• La cabane à sucre.

• Les festivals.

• La cueillette des pommes.

• La guignolée.

• L’histoire du Québec

• La langue populaire.

• Les stations de télévision francophones (TVA, Radio-Canada, Radio-Québec)

• Les stations de radio francophones

4. Habitations et déplacements

• Demander des informations pour la location d’un logement, l’achat d’une maison au

téléphone et pendant une visite.

• Comprendre les renseignements (oral / écrit) sur le logement /maison.

• Lire des annonces de location de logement.

• Lire des annonces de maison à vendre.

• Comprendre le vocabulaire lié à la location d’un logement ou l’achat d’une maison.

• Comprendre le contexte hydroélectrique du Québec pour la provenance de

l’électricité.

• Comprendre et s’informer pour des assurances.

• Comprendre et utiliser le système de transport de la ville (autobus/métro/train).

• Lire et comprendre le système de signalisation routier du Québec.

Page | 5

© Toute reproduction interdite


5. Vie personnelle et citoyenneté

• Se présenter et présenter quelqu’un.

• Parler de son état de santé, de la météo et des activités quotidiennes.

• Parler des activités de divertissement (cinéma, musique, spectacles, musées, etc).

• Comprendre une invitation et en rédiger une (fête, mariage).

• Dire, lire, écrire et comprendre une description d’objet, de personne ou de lieu.

• Recevoir des compliments et complimenter quelqu’un.

• Lire un horaire, une recette, un résumé de livre ou de film.

6. Consommation et environnement

• Demander de l’aide pour trouver un produit.

• Demander des informations sur un produit et comprendre l’information.

• Demander un prix, le montant total.

• Retourner un produit défectueux.

• Comprendre l’utilité des circulaires et être capable de les lire.

• Lire les instructions et des mises en garde sur les produits.

• Lire et comprendre une facture avec TPS et TVQ.

• Commander à l’auto ou au comptoir pour emporter.

• Commander au restaurant.

• Demander un menu, une facture.

• Lire une étiquette de vêtement.

Page | 6

© Toute reproduction interdite


Description des savoirs

Immersion

La phonétique - immersion/niveau 1

Les connaissances :

• Le nom des lettres de l’alphabet.

• Classer les lettres par voyelles et consonnes.

Les compétences phonétiques :

• Lire, dire et écrire les lettres de l’alphabet.

• Produire le son de chaque lettre de l’alphabet.

• Distinguer le c dur et doux et les prononcer correctement selon la situation.

• Distinguer le g dur et doux et les prononcer correctement selon la situation.

• Prononcer le résultat de l’assemblage d’une consonne et d’une voyelle.

Les connaissances :

• Le nom des différents accents sur le e.

• Les différents sons de la lettre s selon sa position dans le mot.

• Les différents sons du ch.

• Le h aspiré et muet.

Les compétences phonétiques :

• Reconnaitre et produire le son du e selon son accent.

• Reconnaitre et produire le son consonne + e selon son accent.

• Produire le son du s selon sa position dans le mot.

• Produire les sons voyelle + n (on, un, en/an, in.

• Produire les sons des combinaisons de voyelles (ou, o/au/eau, oi, eu, ui)

• Produire les sons débutant par une consonne + l (bl, cl, fl, gl, pl).

• Produire les sons débutant par une consonne + r (br, cr, dr, fr, gr, pr, tr, vr).

• Produire le son ch comme dans chat.

• Produire le son ch comme un K.

• Produire le son ph.

• Prononcer des mots commençant par h et ajouter le, la ou l’ devant.

• Prononcer des mots qui contiennent dh et th.

Page | 7

© Toute reproduction interdite


Les connaissances :

• Les sons qui se terminent par r et les exceptions.

• Les lettres muettes d, t, s en position finale après le r.

• Les situations dans lesquelles le e se prononce è.

Les compétences phonétiques :

• Associer les graphèmes et les phonèmes.

• Choisir et produire le son er selon sa position dans le mot.

• Produire les sons ir, or, oir, ar, air, ur, uir, our, eur.

• Lire et bien prononcer des mots qui se terminent par les sons ir, or, oir, ar, air, ur, uir,

our, eur.

• Choisir et produire le son du e dans un mot.

Les connaissances :

• Les sons qui se terminent par l.

• Les sons qui se terminent par lle.

• Les mots d’exception du son ille.

• Un mot d’exception dont le son eil se prononce euil.

Les compétences phonétiques :

• Produire les sons al, ail, el, ille, ul, eil, euil, ouil.

• Lire et bien prononcer des mots qui se terminent par le son al.

• Lire et bien prononcer des mots qui se terminent par le son ail.

• Lire et bien prononcer des mots qui se terminent par le son el.

• Lire et bien prononcer des mots qui se terminent par le son ille.

• Lire et bien prononcer des mots qui se terminent par le son ul.

• Lire et bien prononcer des mots qui se terminent par le son eil.

• Lire et bien prononcer des mots qui se terminent par le son euil.

• Lire et bien prononcer des mots qui se terminent par le son ouil.

Les attentes à la fin du programme de phonétique :

Après avoir terminé ce programme de phonétique, l’apprenant doit maitriser les tâches

suivantes en prononçant correctement les sons.

• Dire l’alphabet et associer des lettres à leur nom.

• Épeler des mots et dire des numéros de téléphones.

Page | 8

© Toute reproduction interdite


• Reconnaitre les sons entendus et les écrire (dictées de sons).

• Reconnaitre les nombres entendus et les écrire (dictées de nombres).

• Prononcer les sons lus.

• Utiliser la méthode syllabique pour lire des nouveaux mots.

• Lire les listes de mots proposées et bien les prononcer.

• Lire des phrases contenant des mots et des verbes étudiés et bien les prononcer.

Le vocabulaire

En immersion, l’apprenant a tout un univers de mots à apprendre. Il doit apprendre le sens des

mots, leur genre et pouvoir les lire en prononçant correctement. Il doit les reconnaitre lorsqu’il

les entend et savoir les écrire. L’apprenant doit utiliser ces mots pour produire des phrases

courtes (sujet, verbe, complément) et des questions (phrases interrogatives totales) en utilisant

les déterminants selon le genre et le nombre. Il est important d’intégrer le sens des verbes, des

adverbes et des prépositions et ne pas s’arrêter seulement aux noms.

Mots de salutation et souhaits pour des fêtes au Québec

Bonjour, bonsoir, bonne journée, bon après-midi, bon weekend, bonne fin de semaine, bonne

soirée, bonne nuit, à demain, merci, bienvenu, bonne semaine.

Joyeux Noël, bonne année, joyeuse Pâques, joyeux Halloween, bonnes vacances,

Langage lié à l’apprentissage du français :

Le féminin, la lettre, le livre, le masculin, la majuscule, la minuscule, le mot, le nombre, la phrase,

le son, la syllabe, le verbe, le temps de verbe, les personnes du verbes, le nombre du verbe, le

genre du verbe, la voyelle, la négation, positif/positive, négatif / négative, la conjugaison, conjuguer,

le déterminant, le nom, un adjectif, le verbe, la préposition, le pronom, le sujet, le prédicat, le

groupe du nom, le groupe du verbe, la fonction.

Matériel utilisé en classe :

Le crayon, le stylo, le surligneur, une efface, la feuille mobile, le cartable, le séparateur, la feuille

blanche, le cahier de notes, un ordinateur, la tablette, le cellulaire, le cours, un internet.

Le mobilier :

La chaise, la table, le plancher, le plafond, la porte, la fenêtre, le sofa, la télévision, le microondes,

le réfrigérateur (frigidaire).

Page | 9

© Toute reproduction interdite


Le temps :

Jour, mois, saison, dimanche, lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, janvier, février, mars,

avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre, printemps, été, automne,

hiver.

Aujourd’hui, hier, avant-hier, demain, après-demain, ce matin, cet après-midi, le soir, la nuit, le

jour, hier matin / après-midi / soir, demain matin / après-midi / soir.

L’heure sur un mode de 24 heures.

Les couleurs :

Bleu, blanc, rouge, rose, orange, jaune, brun, vert, mauve, noir, gris, cuivre, argent, or.

Les formes :

Le cercle, le carré, le triangle, le rectangle, le pentagone, l’octogone, le parallélogramme, le

trapèze, un ovale, la sphère, la pyramide, le cube, le cône.

Les nombres et les mesures:

De o à 100, les fractions (1/4, ½, 1/3) et les unités de mesure (métriques, impériales) pour le

poids, la superficie, le volume, la longueur, la largeur, l’épaisseur, la grosseur, la hauteur.

Les lieux :

La salle de bain, le magasin, un aéroport, dans la rue, la cuisine, le salon, la chambre, le sous-sol,

la maison, la ville (nom des villes au Canada), le pays (nom des pays)

L’orientation spatiale :

À gauche, à droite, en haut, en bas, au-dessus, en dessous, Nord, Sud, Est, Ouest.

Relations humaines :

Un homme, la femme, la fille, le garçon, le parent, la maman, la mère, le papa, le père, un enfant,

le fils, le cousin, la cousine, un oncle (mononcle (Qc)) , la tante (matante (Qc)), le grand-parent,

le grand-père, le grand-papa, la grand-mère, la grand-maman, le beau-père, la belle-mère, le

gendre, la brue.

Page | 10

© Toute reproduction interdite


Les véhicules :

La voiture, le camion, un autobus, un avion, un hélicoptère, la fusée, le train, le taxi, le métro, le

vélo/ la bicyclette, la moto, le bateau, la rue, la roue, un autoroute, le boulevard.

Mots de position :

La premier / la première, le/la deuxième, le/la troisième, le dernier / la dernière.

La météo :

La pluie, le vent, le nuage, le soleil, la neige, le flocon, la température, le thermomètre, le ciel, le

froid, la chaleur, la grêle, la tornade, la tempête de neige, le verglas, à la hausse, à la baisse, la

chute de, la bordée de neige, violent, un ouragan, une averse, moins, Celsius, le mercure.

Le corps humain :

La tête, un cheveu, le poil, la main, le pied, le bras, la jambe, le cou, le genou, le coude, les yeux,

un œil, le nez, la bouche, le sourcil, le menton, la joue, le doigt, un ongle, un orteil, une oreille, le

ventre, le poumon, le cœur, un intestin, un os, des os, le squelette, le crâne.

Quelques prépositions :

À, assez, avec, aussi, chaque, dans, donc, et, sans, ou.

Les verbes usuels à l’infinitif :

Acheter, ajouter, aller, allumer, appeler, arrêter, associer, avoir, boire, brancher, changer,

commander, commencer, compter, conduire, demander, dire, dormir, écrire, écouter, enlever,

envoyer, épeler, éteindre, fermer, être, lire, louer, manger, marcher, ouvrir, parler, payer,

pouvoir, prendre, recevoir, remplacer, rester, réparer, répéter, téléphoner, trouver, vouloir.

Quelques adverbes :

Plus, moins, plus fort, moins fort, plus vite, moins vite, plus grand que, plus petit que, plus gros

que, moins gros que, toujours, jamais.

Vocabulaire pour des feuilles d’inscriptions ou d’informations personnelles :

Le nom, un âge, le lieu de naissance, la date de naissance, la nationalité, la langue maternelle, la

langue seconde, un état civil (titre de civilité), le nom du conjoint, une adresse, la rue, la ville, le

code postal, la province, le numéro de téléphone, le numéro de cellulaire, le numéro en cas

d’urgence, le numéro d’assurance maladie, le numéro de permis de conduire, le numéro

d’assurance sociale, marié, conjoint de fait, divorcé, veuf /veuve, le tuteur légal, une allergie, une

Page | 11

© Toute reproduction interdite


maladie grave, le revenu net, revenu brut, courriel, le nombre d’enfants, fille, garçon, un homme,

une femme, la signature, la date.

Quelques abréviations : Qc (Québec), app. (appartement), boul. (boulevard), rte (route),

C.P.(casier postal), F (femme), H (homme), tel. (numéro de téléphone)

h. (heure), $ (dollars), NAS (numéro d’assurance sociale),

N/A (non applicable).

En milieu de travail :

Il est à noter, qu’en milieu de travail, il est important de vérifier le vocabulaire et les verbes utilisés

par l’apprenant. Cette liste peut se faire avec les apprenants (ils connaissent souvent les mots en

anglais et on peut les traduire) et les superviseurs ou patrons.

Les attentes de fin de programme du volet vocabulaire :

L’apprenant doit avoir mémoriser le sens des mots, pouvoir les reconnaitre à l’écoute, être

capable de les écrire, de les prononcer et de les utiliser correctement.

Il pourra compléter des feuilles d’inscription scolaires (pour lui ou ses enfants) et

gouvernementales et envoyer des lettres par la poste en inscrivant correctement les adresses. Il

sera aussi en mesure de lire des petites annonces pour la location d’un logement, de poser

quelques questions précises et d’en comprendre les réponses.

Il sera aussi en mesure de se présenter brièvement en utilisant les bons verbes et sera aussi

capable de présenter son conjoint / mari ou enfant. Il pourra répondre aussi à des questions

formulées de différentes façons pour comprendre la variété de la langue française et qu’il existe

plusieurs façons de poser des questions pour arriver à une même réponse (Quel est ton nom?

Comment t’appelles-tu?).

Enfin, il pourra décrire des images en utilisant des phrases complètes et les mots de vocabulaire

appris.

‣ À tout moment, l’apprenant doit s’impliquer dans l’apprentissage du vocabulaire. Les

mots entendus qu’il ne connait pas doivent être notés et traduits. Il doit réviser, utiliser

le matériel d’apprentissage et pratiquer afin de maitriser le programme de vocabulaire.

Pour reconnaitre les mots, il doit les écouter souvent dans le but de développer sa

mémoire auditive.

En milieu de travail :

L’apprenant pourra mieux comprendre les tâches et poser des questions (interrogatives totales).

Par le fait même, il sera en mesure de comprendre quelques mots à l’intérieur des conversations

sociales et pourra lentement s’intégrer aux discussions.

Page | 12

© Toute reproduction interdite


Conjugaison

Infinitif présent

• Lire les verbes en les prononçant correctement.

• Faire les liaisons nécessaires entre les mots.

• Mémoriser le sens des verbes à l’infinitifs (traduire).

• Prononcer correctement les verbes sans les lire.

• Reconnaitre les verbes à l’écoute et à l’écrit.

• Écrire les verbes correctement.

• Associer les verbes conjugués au présent et au passé composé à leur infinitif.

Acheter, ajouter, aller, allumer, appeler, apprendre, arrêter, associer, avoir, boire, brancher,

changer, chercher, choisir, commander, commencer, comprendre, compter, conduire, déjeuner,

demander, diner, dire, dormir, écrire, écouter, enlever, épeler, éteindre, étudier, fermer, écouter,

effacer, être, lire, louer, manger, marcher, neiger, ouvrir, parler, pleuvoir (mouiller), pouvoir,

prendre, remplacer, regarder, rester, réparer, répéter, souper, téléphoner, traduire, travailler,

trouver, venter, vouloir.

Présent de l’indicatif

‣ Formes positives et négatives

• Lire les verbes en les prononçant correctement.

• Mémoriser chaque verbe avec les pronoms de conjugaison.

• Réciter à voix haute en prononçant correctement les sons.

• Prononcer correctement les liaisons qui font le son S et celles qui font le son Z.

• Reconnaitre les verbes à l’écoute et à l’écrit.

• Écrire les verbes correctement avec les pronoms de conjugaison.

• Bien prononcer les liaisons entre les mots.

Avoir, être, aller, faire, finir, vouloir, pouvoir, mettre.

Page | 13

© Toute reproduction interdite


Passé composé

‣ Formes positives et négatives

• Lire les verbes en les prononçant correctement.

• Mémoriser chaque verbe avec les pronoms de conjugaison.

• Réciter à voix haute en prononçant correctement les sons.

• Prononcer correctement les liaisons qui font le son S et celles qui font le son Z.

• Reconnaitre les verbes à l’écoute et à l’écrit.

• Écrire les verbes correctement avec les pronoms de conjugaison.

• Bien prononcer les liaisons entre les mots.

Avoir, être, aller, faire, finir, vouloir, pouvoir, mettre.

En milieu de travail :

La liste varie selon le travail de l’apprenant. Enseigner ces verbes à l’infinitif, au présent et au

passé composé en utilisant les formes positives et négatives. S’assurer de la compréhension du

sens des verbes.

Les pronoms de conjugaison :

Comprendre le sens de chacun et pratiquer à les utiliser à l’oral et à l’écrit.

‣ Je, tu, il, elle, on, nous, vous, ils, elles.

Les attentes de fin de programme du volet conjugaison :

‣ L’apprenant peut réciter tous les verbes au présent sans erreurs de prononciation ou de

liaison de manière fluide et spontanée dans les formes positives et négatives.

‣ L’apprenant peut réciter tous les verbes au passé composé sans erreurs de

prononciation ou de liaison de manière fluide et spontanée dans les formes positives et

négatives.

‣ L’apprenant prononce correctement les pronoms de conjugaison sans créer

d’ambigüités (je (e ), j’ai (é), tu (u), nous (ou), vous (ou), ils (i), elles (è).

‣ L’apprenant prononce correctement la négation (ne (e )) et la place au bon endroit dans

le groupe selon le temps récité.

‣ L’apprenant prononce correctement tous les sons qui sont liés aux mots et aux liaisons.

‣ L’apprenant peut produire une phrase courte (sujet, verbe, complément), à l’oral et à

l’écrit, selon le temps et la forme demandés.

Page | 14

© Toute reproduction interdite


‣ L’apprenant peut écrire les verbes appris sans erreurs d’orthographe ou de

terminaisons.

‣ L’apprenant peut créer un sujet GN et bien accorder le verbe avec celui-ci en utilisant la

pronominalisation.

‣ L’apprenant utilise les bonnes prépositions après les verbes.

La construction de phrases

La phrase déclarative

• Apprendre les constituants obligatoires de la phrase (sujet et prédicat).

• Construire des phrases sur le modèle Sujet + Prédicat.

• Varier les sujets en utilisant des pronoms de conjugaison ou des GN.

• Pronominaliser les GN sujets pour faire l’accord des verbes.

La phrase interrogative totale

• Utiliser Est-ce que + pronom + verbe + complément

• Inverser le sujet et le verbe

La forme de la phrase

Écrire la phrase à la forme positive ou négative selon ce qu’on veut dire avec l’adverbe de

négation ne…pas.

Le temps de verbe

Choisir le passé composé lorsqu’on raconte quelque chose qui a été fait dans le passé et qui est

terminé dans le temps.

L’utilisation des conjonctions Et /ou

• Utiliser la conjonction Et pour ajouter un élément dans un groupe ou une information

supplémentaire.

• Utiliser la conjonction Ou pour faire un choix.

Le choix de la bonne préposition avec le verbe aller

Choisir la bonne préposition après le verbe aller selon le complément de lieu qui suit (ville,

pays, province, nom masculin, nom féminin, nom qui commence par une voyelle).

Page | 15

© Toute reproduction interdite


L’utilisation des prépositions

À, avant /après, à l’intérieur /à l’extérieur, au-dessus /en dessous, dans, derrière /devant, donc,

dedans, sur, sous.

Les attentes de fin de programme du volet construction de phrases :

L’apprenant peut prononcer et écrire correctement les mots qu’il entend. Il est aussi capable de

les reconnaitre lorsqu’il les voit.

L’orthographe des mots

La transformation des pronoms de conjugaison au féminin.

• Il = elle

• Ils = elles

• On = masculin et féminin

La transformation des adjectifs de couleur au féminin.

• Ajouter un E à la fin du mot.

Bleu / bleue, noir / noire, vert / verte, gris / grise.

• Transformer le C pour CHE.

Blanc / blanche

• Certaines couleurs ne changent pas au féminin.

Rose, orange, rouge, jaune, mauve, or, argent, cuivre.

La transformation des mots de position au féminin.

• Premier / première,

• Dernier / dernière.

Page | 16

© Toute reproduction interdite


La transformation de noms de métier au féminin.

Boulanger/boulangère, boucher / bouchère, charcutier/ charcutière, pâtissier / pâtissière,

caissier / caissière.

Infirmier / infirmière, docteur / docteure, préposé / préposée.

Camionneur/ camionneuse, chauffeur / chauffeuse, mécanicien / mécanicienne, technicien /

technicienne, électricien / électricienne, plombier / plombière.

Pompier / pompière, informaticien / informaticienne, enseignant / enseignante, professeur /

professeure, directeur / directrice, facteur / factrice, auteur / auteure, chanteur / chanteuse,

danseur / danseuse, acteur / actrice, animateur / animatrice, écrivain / écrivaine, fermier /

fermière.

La transformation de certaines nationalités au féminin.

Africain / africaine, allemand / allemande, américain / américaine, amérindien / amérindienne,

anglais / anglaise, australien / australienne, brésilien / brésilienne, canadien/ canadienne, chinois /

chinoise, coréen / coréenne, espagnol / espagnole, français / française, grec / grecque, indien /

indienne, irakien / irakienne, iranien / iranienne, italien / italienne, japonais / japonaise, libanais /

libanaise, mexicain / mexicaine, philippin / philippine, québécois / québécoise.

Autres : Tous les mots de la section vocabulaire incluant la mémorisation de leur genre.

Les attentes de fin de programme du volet orthographe des mots :

‣ L’apprenant peut écrire et prononcer les mots de la section orthographe.

‣ L’apprenant peut transformer les couleurs, les noms de métier et les nationalités au

féminin.

‣ L’apprenant écrit et dit le déterminant approprié associé au genre du nom.

Page | 17

© Toute reproduction interdite


Les variations de la langue populaire au Québec

Les pronoms de

conjugaison avec le

verbe être

Les pronoms de

conjugaison avec le

verbe avoir

• Je suis = chu

• Tu es = t’es

• Il est = ié

• Elle est = è

• Nous sommes = on é

• Vous êtes (reste pareil)

• Ils sont = i sont

• Elles sont = sont

• J’ai (reste pareil)

• Tu as = t’as

• Il a = ia

• Elle a = al a

• Nous avons = on a

• Vous avez (reste pareil)

• Ils ont (iont)

• Elles ont (iont)

• Le pronom il est prononcé i.

• Elle devant une voyelle est prononcé al et devant une consonne a.

• Le pronom je est prononcé j’.

Le coordonnant

Et

Doubler le pronom

Tu dans les

questions

J’ai une fille et un garçon = J’ai une fille pi un garçon.

• T’as-tu

• T’es-tu

• Tu veux-tu

• Tu peux-tu

• Tu penses-tu

Attentes de fin de programme sur le volet langue populaire au Québec :

• Reconnaitre les formes de la langue populaire.

• Comprendre le sens de ce qui est dit en langue populaire.

Page | 18

© Toute reproduction interdite


Les attentes à la fin du cours de 90 heures 1

1. L’expression orale (40 heures)

À la fin des 90 heures, l’apprenant doit pouvoir nommer les réalités qui lui sont présentées sans

chercher. La mémorisation des mots de vocabulaire doit être solide afin de ne pas ralentir le

rythme lorsqu’il fait des phrases ou en situation de conversation. Les sons appris sont

correctement utilisés dans la prononciation des mots.

• Il utilise les formules de salutation et de souhaits.

• Il utilise des pronoms de conjugaison ainsi qu’un groupe du nom en position sujet et

ajoute un verbe et un complément pour exprimer son idée.

• Il formule des phrases interrogatives totales en utilisant est-ce que ainsi que l’inversion

du sujet et du verbe lorsqu’il a besoin d’une réponse oui/non et lorsqu’il doit demander

à quelqu’un de faire quelque chose en utilisant les verbes vouloir et pouvoir.

• Il compte jusqu’à 100, dit des quantités et lit l’heure (24 heures).

• Il décrit des objets en parlant de leur forme, de leur couleur, de leur mesure.

• Il se présente (nom, nationalité, pays d’origine, âge, état civil, famille proche, ville où il

habite).

• Il dit son adresse clairement.

• Il utilise correctement le présent et le passé composer des 8 verbes à maitriser dans les

formes positives et négatives.

En milieu de travail :

• Il pose des questions à ses collègues et patron en lien avec un problème ou une tâche à

effectuer.

• Il nomme rapidement les objets qui font partie de son environnement de travail.

• Il donne des quantités et des mesures lorsque cela est nécessaire.

• Il énumère les tâches qui ont été accomplies au passé composé.

• Il donne des directives pour s’orienter dans l’entreprise et nomme les lieux.

1 Les heures pour chaque compétence peuvent varier en cours de formation selon les besoins de l’apprenant en respectant le

cadre de 90 heures.

Page | 19

© Toute reproduction interdite


2. La compréhension orale (20 heures)

La compréhension orale est étroitement liée à l’expression orale. Une fois la formation

complétée, l’apprenant doit pouvoir comprendre les messages en liens avec les apprentissages

dans un débit moyen. Même s’il ne comprend pas tous les mots, il peut reconnaitre ceux qu’il a

appris et essayer de donner un sens général à ce qu’il entend.

• Il distingue les phrases déclaratives des phrases interrogatives par leurs formes. Il peut

aussi utiliser l’intonation, mais cette dernière n’est pas toujours évidente pour l’oreille.

• Il reconnait les temps de verbes au présent et au passé composé. Il comprend que l’action

est en cours ou qu’elle est terminée.

• Il associe des images aux situations qu’il entend.

• Il associe des réponses à leurs questions respectives à partir de situations qu’il entend.

• Il fait la distinction entre le singulier et le pluriel.

• Il fait la distinction entre le féminin et le masculin.

• Il discrimine le verbe avoir et le verbe être à la 3 e personne du pluriel au présent.

En milieu de travail :

• Il reconnait les mots de vocabulaire propres à son emploi.

• Il comprend le sens des verbes utilisés pour les tâches à accomplir.

• Il comprend les éléments de temps (heure, date, horaire, calendrier) pour les remises de

travaux, les délais, les rendez-vous.

3. La compréhension écrite (15 heures)

L’apprenant qui apprend à lire doit non seulement pouvoir utiliser une méthode syllabique, mais

aussi pouvoir reconnaitre les mots qu’il voit afin de maintenir un niveau d’attention axé plus sur

le sens des mots que sur leur décodage. À la fin du programme, l’apprenant peut lires des

textes simples 2 et répondre à des questions sur ce texte.

• Il lit près de 500 mots 3 et en connait la signification.

• Il peut lire des phrases utilisant le vocabulaire appris dans la forme sujet, prédicat,

complément et en comprendre le sens.

• Il lit un texte d’une trentaine de mots, en comprend le sens général. Il répond à des

questions interrogatives totales ainsi qu’aux questions quand et où.

• Il repère le temps, le lieu et l’action principale.

2 Les textes simples sont l’équivalent des textes lus au premier cycle du primaire pour le français langue d’enseignement.

3 Les 500 mots font partie de différentes classes de mots (noms, verbes, adjectifs, adverbes, prépositions).

Page | 20

© Toute reproduction interdite


En milieu de travail :

• Il comprend les tâches écrites sur les bonds de travail.

• Il reconnait les mots de descriptions.

• Il sait lire l’heure, l’horaire de travail, l’horaire du transport en commun, le calendrier.

• Il reconnait et comprend certains mots dans de courts courriels qu’il reçoit.

4. L’expression écrite (15 heures)

La maitrise de l’écriture est une tâche complexe qui demande plusieurs compétences pour

exprimer ses idées. Voici ce qu’il peut faire à la fin de la formation.

• Il écrit les mots étudiés qu’il entend parce qu’il les reconnait et utilise l’orthographe

approprié.

• Il écrit les phrases qu’il entend en utilisant l’orthographe approprié et les règles d’accord

dans le groupe du nom et les règles d’accord entre le sujet et le verbe.

• Il écrit une carte d’invitation pour un anniversaire.

• Il complète des feuilles d’inscription pour lui et/ou pour son enfant, son conjoint.

En milieu de travail :

• Écrire un courriel pour donner ou prendre rendez-vous.

• Écrire une question simple (interrogative totale).

• Prendre des notes dans son agenda.

Page | 21

© Toute reproduction interdite


COMPLX.CA

info@complx.ca

Page | 22

© Toute reproduction interdite



More magazines by this user
Similar magazines