21.05.2021 Views

AUTOINSIDE Édition 6 – Juin 2021

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

É DITION 6 <strong>–</strong> JUIN <strong>2021</strong><br />

Union professionelle suisse de l'automobile (UPSA)<br />

AUTO<br />

INSIDE<br />

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses<br />

Systèmes automobiles<br />

Les tendances concernant les batteries,<br />

les appareils de diagnostic et l’éclairage<br />

Pages 34 à 42<br />

Plus de marque. Que faire ?<br />

Le garage Fellmann a choisi une<br />

nouvelle voie après la dissolution<br />

du contrat de concession.<br />

Pages 16 et 17<br />

Nouvelle loi sur le CO 2<br />

Dernière ligne droite pour<br />

la bataille de la votation :<br />

votez non !<br />

Pages 66 et 67<br />

Nouvelles formes de distribution<br />

Le système d’agences devrait<br />

redéfinir le rôle des conces sions.<br />

Pages 68 et 69


FIDÉLISATION OPTIMALE DES CLIENTS<br />

EN PÉRIODE DE TRANSITION<br />

CarGarantie vous soutient en cette période de changements avec des produits de<br />

garantie et des services de haute qualité. Parce qu‘une technologie complexe<br />

requiert des prestations premium.<br />

CG CAR-GARANTIE<br />

VERSICHERUNGS-AG<br />

TEL 061 426 26 26<br />

www.cargarantie.ch


SOMMAIRE<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong><br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Édition</strong> 6<br />

Votre partenaire<br />

pour un garage<br />

convivial:<br />

AWS Architekten AG<br />

AWS Architekten AG<br />

Sommaire<br />

5 Éditorial<br />

6 En bref<br />

Focus : gestion d’entreprise<br />

8 Aperçu exclusif : la succession du<br />

Garage Müller AG<br />

12 Diriger une entreprise pendant la pandémie<br />

14 Quand mettre en place un contrat de<br />

sponsoring ?<br />

18 Aftersales : ce qui attend les garagistes<br />

22 « Car For You » : présence en ligne et valeur<br />

ajoutée<br />

26 Quality1 et les nouvelles technologies<br />

29 Calculer les prix de reprise et en tirer profit<br />

30 Reconnaître et prévenir le burnout<br />

Focus : systèmes automobiles<br />

34 Électromobilité : la batterie, un défi<br />

38 Faut-il équiper les ampoules de LED ?<br />

39 Continental conjugue savoir-faire et filiales<br />

40 Appareil de diagnostic : l’aide au<br />

quotidien<br />

42 DAB+ et enceintes cultes pour voitures<br />

rétro<br />

Technique et environnement<br />

43 CEA : une valeur ajoutée pour le client<br />

Formation<br />

44 La CFP garantit l’attrait et la compétitivité<br />

de la formation initiale et continue<br />

48 Places d’apprentissage : situation<br />

réjouissante<br />

51 Cursus de conseiller/ère de vente<br />

57 Cours CAS « Gestion de garage basée<br />

sur des données »<br />

58 Inscrivez-vous maintenant et gérez<br />

bientôt un atelier<br />

62 Business Academy<br />

64 Événements régionaux à venir<br />

Politique et droit<br />

66 Le président central de l’UPSA : il faut<br />

refuser la loi sur le CO 2<br />

Profitez de notre longue et solide expérience:<br />

<strong>–</strong> Conseil et planification pour les<br />

nouvelles constructions ou les<br />

transformations de concessions<br />

automobiles et de garages<br />

<strong>–</strong> Clarification des besoins et de site,<br />

analyses<br />

<strong>–</strong> Solutions sur mesure, avec un<br />

plafonnement clair des coûts<br />

<strong>–</strong> Optimisation des processus<br />

d’exploitation<br />

<strong>–</strong> Evaluation des coûts, estimations de<br />

la valeur vénale, études d’utilisation<br />

Demandez un entretien sans engagement.<br />

AUTO<br />

É DITION 6 <strong>–</strong> JUIN <strong>2021</strong><br />

INSIDE<br />

Le magazine spécialisé pour les garagistes suisses<br />

Union professionelle suisse de l'automobile (UPSA)<br />

Commerce et service après-vente<br />

68 Système d’agences : une introduction<br />

controversée<br />

72 Entretien avec Olivier Wittmann d’Amag<br />

Import SA<br />

Systèmes automobiles<br />

Les tendances concernant les batteries,<br />

les appareils de diagnostic et l’éclairage<br />

Pages 34 à 42<br />

Plus de marque. Que faire ?<br />

Le garage Fellmann a choisi une<br />

nouvelle voie après la dissolution<br />

du contrat de concession.<br />

Pages 16 et 17<br />

Nouvelle loi sur le CO 2<br />

Dernière ligne droite pour<br />

la bataille de la votation :<br />

votez non !<br />

Pages 66 et 67<br />

Nouvelles formes de distribution<br />

Le système d’agences devrait<br />

redéfinir le rôle des conces sions.<br />

Pages 68 et 69<br />

En couverture : Systèmes automobiles : des<br />

avantages, mais aussi des défis. Photo : Volvo<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong><br />

Association et sections<br />

76 Un environnement propice à l’automobile<br />

77 Pourquoi schnuppy.ch est-il novateur<br />

Produits et prestations<br />

78 Le « tout numérique » lors de l’inspection<br />

80 Rapid Box : la boutique en ligne<br />

82 Rapport annuel d’ESA<br />

88 Garages<br />

90 Aperçu et mentions légales<br />

AWS Architekten AG<br />

Muristrasse 51 | CH-3006 Berne<br />

T +41 31 351 33 55<br />

architekten@aws.ch | www.aws.ch


www.osram.fr/am<br />

Plus de chiffre d’affaires grâce à l’éclairage<br />

Motivez vos clients avec les bons arguments<br />

Plus de lumière? Plus de design, de durée de vie? Posez les bonnes questions! Avec vos conseils avisés,<br />

chaque réparation offre une opportunité de générer davantage de chiffre d’affaires. Vous pouvez également<br />

compter sur OSRAM pour avoir des produits premium, qu’il s’agisse d’halogène ou de xénon. Vous remarquerez<br />

que l’éclairage automobile moderne offre des opportunités professionnelles inattendues. Et comme les lampes<br />

doivent toujours être changées par paires, vous multipliez par deux chaque transaction.<br />

La lumière est OSRAM<br />

PERFORMANCE<br />

DESIGN<br />

COMFORT<br />

Rouge pour plus de lumière et de sécurité Bleu pour un effet design et un look xénon Vert pour une durée de vie prolongée<br />

et une garantie plus importante


ÉDITORIAL<br />

Défi du coronavirus : le personnel mérite de la reconnaissance<br />

rapporte souvent, les apprentis et apprenties<br />

des entreprises n’ont rien perdu de<br />

leur détermination et continuent d’obtenir<br />

de bons résultats à l’école.<br />

Chère lectrice, cher lecteur,<br />

Depuis plus d’un an, la pandémie de<br />

coronavirus exige une discipline et une<br />

persévérance extraordinaires de la part<br />

de la population et de l’économie. Enfin,<br />

nous pouvons à nouveau respirer un peu.<br />

La vaccination apporte de plus en plus<br />

d’aide, et de nouveaux assouplissements<br />

sont en vue. La branche automobile a<br />

bien tenu dans cette situation difficile. Le<br />

Conseil fédéral a rapidement reconnu que<br />

les entreprises travaillant dans le secteur<br />

de la voiture, des poids lourds, de la<br />

carrosserie et des deux-roues sont d’une<br />

importance systémique pour l’entretien<br />

des véhicules et la sécurité de leur utilisation.<br />

Par conséquent, les ateliers sont<br />

restés ouverts en tout temps pour assurer<br />

services et prestations. Cela a permis à la<br />

branche automobile de tirer son épingle<br />

du jeu malgré le recul massif de la vente<br />

de voitures neuves. Notre secteur a été<br />

épargné par les fermetures d’entreprises<br />

et les licenciements. Les aides d’urgence<br />

de la Confédération et des cantons ont<br />

été bienvenues pour atténuer la gravité<br />

de la situation. Le Reflet de la branche,<br />

diffusé à la fin mai avec <strong>AUTOINSIDE</strong>, l’a<br />

également confirmé.<br />

Cela n’avait pourtant rien d’évident dans<br />

ces conditions extrêmement difficiles.<br />

Ce sont les collaborateurs et collaboratrices<br />

qui ont apporté la contribution la<br />

plus importante à cette évolution réjouissante.<br />

Malgré les conditions imposées<br />

par les plans de protection, avec le port<br />

du masque et les mesures d’hygiène, ils<br />

et elles ont fourni un travail exceptionnel.<br />

Ce sont les collaboratrices et les collaborateurs<br />

qui aident les responsables à<br />

assurer que l’entreprise puisse honorer<br />

ses mandats, même en cas d’absence<br />

imprévisible d’un membre du personnel.<br />

L’engagement supérieur à la moyenne<br />

de nombreux responsables est souvent<br />

cité en exemple. Les garagistes sont très<br />

satisfaits de leur personnel et reconnaissants<br />

que la cohésion des équipes soit<br />

bonne au sein des garages même dans<br />

des conditions difficiles. Comme on me le<br />

Le secrétariat de l’UPSA s’est beaucoup<br />

investi et s’investit encore pendant cette<br />

période particulière, notamment au sein<br />

d’une task force, de manière à pouvoir<br />

épauler nos membres. Dans l’équipe de<br />

communication aussi, les échanges ont<br />

été plus nourris que jamais, et jamais<br />

encore la demande d’information dans les<br />

médias de l’UPSA, dans <strong>AUTOINSIDE</strong> et<br />

sur Internet n’avait été aussi forte. Cela<br />

montre aussi que les collaborateurs et les<br />

collaboratrices des entreprises ont à<br />

cœur de se tenir au courant des dernières<br />

nouveautés pour pouvoir offrir le meilleur<br />

service possible à la clientèle.<br />

Il est certain qu’ils et elles méritent toute<br />

notre reconnaissance, tous nos compliments<br />

et tous nos remerciements pour<br />

leur engagement.<br />

Dans l’espoir que la pandémie continuera à<br />

reculer et que la vie quotidienne reprendra<br />

son cours normal, je vous remercie pour<br />

votre intérêt et votre attachement à l’UPSA.<br />

Meilleures salutations,<br />

Urs Wernli<br />

Président central<br />

Technique Diesel | Turbocompresseur | Freins hydraulique<br />

Climatisation | Electrique | Chauffages autonomes | Pièces moteur<br />

E. Klaus SA est l’entreprise leader en Suisse dans le<br />

domaine des révisions, des contrôles, des réparations,<br />

de la remise en état et de la distribution de pièces.<br />

Partenaires: Derendinger AG, Technomag AG, Matik AG, Wälchli + Bollier AG<br />

E. Klaus AG<br />

Sonnmattstrasse 9, 9532 Rickenbach bei Wil<br />

www.klaus-ag.ch


EN BREF<br />

Plus d’informations sur :<br />

upsa-agvs.ch<br />

Nouveau directeur de l’unité<br />

Peinture auto de série<br />

Le 1 er mai <strong>2021</strong>, Frank Naber<br />

a pris la direction de l’unité<br />

Peinture auto de série EMEA de<br />

la division Coatings de BASF. Il<br />

succède à Thomas Kloster, qui<br />

occupe un nouveau poste au<br />

sein du groupe BASF depuis le<br />

1 er février <strong>2021</strong> et qui dirige la<br />

division Performance Chemicals<br />

à Ludwigshafen en tant que<br />

président. M. Naber a étudié<br />

l’économie d’entreprise et a<br />

rejoint BASF en 2004, d’abord<br />

au marketing régional, puis au<br />

marketing stratégique de la<br />

division Polyuréthane. Il entre à<br />

la division Coating en <strong>2021</strong>.<br />

ESA fête son 400 e partenaire Le Garage<br />

ESA exploite son concept de garage Le Garage depuis plus de 20 ans. Le<br />

réseau s’étoffe constamment. Huber Automobile AG, à Mellingen (AG)<br />

en est le 400 e partenaire. Markus Bigler, responsable commercial des<br />

concepts de garage d’ESA, souhaite la bienvenue à Philipp Huber et à<br />

Huber Automobile AG, Mellingen, en présence des responsables régionaux<br />

ESA Remo Müller et Bekim Dragaj en tant que 400 e membre de la<br />

famille Le Garage. Philipp Huber, propriétaire d’Huber Automobile AG,<br />

explique pourquoi il a décidé de rejoindre Le Garage : « Notre histoire de<br />

concessionnaire de marques est longue. Avec Le Garage, nous voulons<br />

montrer à notre clientèle que d’autres marques sont aussi les bienvenues<br />

dans notre atelier. » Le concept Le Garage souligne la philosophie<br />

d’ESA basée sur les partenariats.<br />

Recomposition du comité<br />

d’auto-suisse<br />

Nouveau membre du comité, nouveau<br />

vice-président : les élections<br />

ont occupé le devant de la scène<br />

de la 63 e AG d’auto-suisse, l’association<br />

des importateurs suisses<br />

d’automobiles. Lors de l’assemblée<br />

qui s’est tenue numériquement,<br />

Helmut Ruhl, CEO d’Amag Group<br />

AG, a été élu au comité en<br />

remplacement de son prédécesseur,<br />

Morten Hannesbo. Jusqu’à<br />

présent président, Donato<br />

Bochicchio, Chairman of the Bord<br />

et MD de Ford Motor Company<br />

(Switzerland) SA, reprend cette<br />

fonction de vice-président.<br />

Le réseau de partenaires du concept de garage à succès « Le Garage » est en<br />

constante expansion.<br />

Anja Linder.<br />

Nouvelle collaboratrice de<br />

l’UPSA<br />

Anja Linder a pris son poste de<br />

collaboratrice à la formation<br />

professionnelle le 5 mai <strong>2021</strong>. Nous<br />

souhaitons la bienvenue à Anja<br />

Linder et beaucoup de joie et de<br />

succès dans son nouveau domaine<br />

d’activité passionnant et varié.<br />

Volvo Suisse coopère avec Publibike<br />

Volvo Suisse s’engage à nouveau en faveur de solutions de mobilité<br />

novatrices et durables avec un nouveau partenariat. Quiconque achète<br />

une Volvo XC40 Recharge Twin entièrement électrique profite d’un abonnement<br />

annuel gratuit du prestataire suisse de vélopartage Publibike.<br />

Les bienfaits des avantages de divers moyens de transport en fonction<br />

des besoins individuels, tel est le principe de la mobilité combinée que<br />

soutient Volvo Suisse. Le constructeur automobile coopère avec Publibike,<br />

le principal prestataire suisse de vélopartage. Tous les acheteurs<br />

d’une Volvo XC40 Recharge Twin entièrement électrique bénéficient d’un<br />

abonnement annuel Publibike, qui garantit une mobilité urbaine simple,<br />

rapide et adaptée aux besoins individuels des utilisateurs dans le strict<br />

respect de la neutralité climatique. La coopération s’inscrit parfaitement<br />

dans la stratégie de Volvo. Volvo Cars souhaite en effet réduire ses<br />

émissions de CO 2<br />

par véhicule de 40 % d’ici 2025. Elle souhaite atteindre<br />

la mobilité électrique pure d’ici 2023 et la neutralité climatique en tant<br />

qu’entreprise d’ici 2040.<br />

Andreas Schmidt.<br />

Nouveau responsable de<br />

la division Automobile de<br />

Honda Suisse<br />

Andreas Schmidt, 55 ans, dirige<br />

la division Automobile de Honda<br />

Suisse depuis le 3 mai <strong>2021</strong>. Il est<br />

responsable de l’activité automobile<br />

de Honda à ce titre. Fort de<br />

près de 30 ans d’expérience dans<br />

l’industrie automobile, il connaît<br />

aussi bien la branche que le marché<br />

suisse aux niveaux national et<br />

international.<br />

PIÈCES DE RECHANGE ET D‘USURE<br />

DE VOTRE ESA.


EN BREF<br />

Plus d’informations sur :<br />

agvs-upsa.ch<br />

Nouveaux membres Entre le 8 et le 30 avril <strong>2021</strong>,<br />

l’UPSA a accueilli 8 nouveaux<br />

membres employant 24 personnes.<br />

Nous souhaitons la bienvenue<br />

aux nouveaux arrivants.<br />

MEMBRE<br />

Section des deux Bâle<br />

<strong>–</strong> Regioauto gmbh, Oberwil<br />

<strong>–</strong> Thommen Automobile AG,<br />

Rümlingen<br />

<strong>–</strong> Garage Nadarajah, Duggingen<br />

<strong>–</strong> Garage Wagner-Cottiati, Therwil<br />

Section Grisons<br />

<strong>–</strong> Auto Wittwer AG, Klosters<br />

Section Jura et Jura bernois<br />

<strong>–</strong> Garage RM Evoluzione Sàrl,<br />

Courgenay<br />

Section Vaud<br />

<strong>–</strong> Garage de la Place Large Sàrl,<br />

Leysin<br />

Section Zurich<br />

<strong>–</strong> Dorfgarage Fiorentino GmbH,<br />

Gundetswil<br />

Lukas Rüfenacht.<br />

De 0 à 100 en un an<br />

« eGarage » est le premier concept<br />

d’atelier pour l’électromobilité en<br />

Suisse et s’adresse également aux<br />

garages indépendants qui cherchent<br />

une connexion dans ce domaine.<br />

Selon Michelle Herzog, responsable<br />

des concepts chez Hostettler Autotechnik<br />

AG, le domaine de la technologie<br />

et de la formation est l’un<br />

des éléments centraux du concept.<br />

Entre-temps, plus de 100 garages<br />

font déjà partie du concept d’atelier<br />

pour l’électromobilité. Le garage<br />

BRW Langnau AG a atteint le cap<br />

des cent ans. Elle se concentre sur<br />

la marque Mazda depuis huit ans<br />

et a déjà eu des contacts avec des<br />

formes de conduite alternatives,<br />

comme l’explique Lukas Rüfenacht,<br />

responsable du marketing et des<br />

ventes chez BRW Garage.<br />

Duo sportif<br />

Lorsque la pilote de course suisse<br />

et ambassadrice de la marque VW<br />

Jasmin Preisig ne cherche pas à<br />

décrocher de nouveaux records à<br />

bord de la Golf GTI TCR sur la boucle<br />

Nord du Nürburgring, elle conduit<br />

son véhicule de service VW en privé,<br />

une nouvelle Golf GTI Clubsport.<br />

La sportive de haut niveau a pris<br />

possession de sa nouvelle voiture<br />

chez Amag Winterthour. La Golf GTI<br />

Clubsport est également disponible<br />

chez les concessionnaires VW pour<br />

une course d’essai. « La Golf GTI<br />

Clubsport correspond précisément<br />

à mes goûts. Elle partage l’ADN de<br />

ma Golf GTI TCR sur les circuits »,<br />

déclare Jasmin Preisig au terme<br />

de la première sortie devant Amag<br />

Winterthour.<br />

Jasmin Preisig.<br />

Les membres de la direction d’auto-i-dat ag (de g. à dr.) :<br />

Wolfgang Schinagl (CEO), Pascal Holzer (COO), Georg Bütler (Database<br />

Manager) et Eric Besch (responsable des ventes de détail).<br />

auto-i-dat ag renforce sa direction<br />

auto-i-dat ag renforce sa direction. Pascal Holzer siège désormais au sein<br />

de ce comité. En tant que Chief Operating Officer, il sera notamment responsable<br />

des finances et du personnel. La société auto-i-dat ag a été fondée<br />

par Bernadette Langenick en 1990. Depuis, cette célèbre société suisse<br />

active dans le développement logiciel en lien avec les données de véhicules<br />

et l’évaluation des sinistres n’a cessé de croître. Elle est leader de sa<br />

branche en Suisse depuis 15 ans environ. Aujourd’hui, elle occupe plus<br />

de 30 collaboratrices et collaborateurs. Né le 19 décembre 1972, Pascal<br />

Holzer, le nouveau COO, a d’abord suivi une formation d’informaticien avant<br />

de boucler un MBA en management stratégique. M. Holzer vient compléter<br />

la direction actuelle composée de Wolfgang Schinagl, CEO, d’Eric Besch,<br />

responsable des ventes de détail, et de Georg Bütler, Database Manager.<br />

Fondation de Swissdrive, l’association pour plus de sécurité<br />

routière<br />

La sécurité routière est la priorité de Swissdrive. La nouvelle association<br />

s’engage en faveur de la prévention, de l’écologie et de la formation pour<br />

la sécurité routière suisse. Dans le cadre d’un dialogue constructif avec les<br />

défenseurs des intérêts des secteurs concernés, Swissdrive souhaite réunir<br />

les forces nécessaires à une mobilité sûre dans le contexte de la mutation<br />

en perspective du monde de la mobilité déclenchée par la numérisation,<br />

l’interconnexion et la conduite automatisée.<br />

Je veux tout.


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Petit déjeuner des garagistes au Garage Müller AG d’Erlenbach (BE)<br />

« Nous ne réfléchissons pas en termes<br />

de problèmes, mais de solutions »<br />

Situé à un endroit idyllique au pied du Stockhorn, le Garage Müller d’Erlenbach (BE) est sur le point d’être<br />

remis à la quatrième génération. En 2022, à l’occasion du centenaire, Sven Müller (24 ans) reprendra le<br />

flambeau de ses parents, Martin Müller et Anna Müller-Peter. Avec AUTOINISIDE, la propriétaire parle des<br />

préparatifs, des partenariats sur un pied d’égalité et des facteurs de motivation liés à Ferrari. Carla Stampfli<br />

Au Garage Müller AG, à Erlenbach (BE),<br />

la transmission à la quatrième génération<br />

aura lieu en 2022. Les propriétaires<br />

Anna Müller-Peter et Martin Müller<br />

la préparent déjà depuis des années.<br />

Photos : Garage Müller AG<br />

8<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

La troisième génération<br />

En décembre 1992, le Garage Müller d’Erlenbach<br />

(BE) avait fêté ses 70 ans avec sa clientèle<br />

ainsi que l’ensemble de ses collaborateurs,<br />

actuels et anciens. Cette fête avait marqué un<br />

jalon dans l’histoire de l’entreprise familiale,<br />

car elle avait coïncidé avec le passage de la<br />

deuxième à la troisième génération. Les nouveaux<br />

propriétaires s’étaient préparés à cette<br />

occasion : Martin Müller, mécanicien d’automobiles<br />

et électricien sur automobiles, avait<br />

réussi son examen de maîtrise et sa femme<br />

Anna Müller-Peter avait suivi une formation<br />

d’employée de commerce. De plus, le bureau<br />

et la réception avaient été entièrement<br />

réaménagés.<br />

L’entreprise familiale sera transmise à Sven Müller par étapes à compter de 2022.<br />

Ils ont créé l’entreprise au pied du Stockhorn :<br />

Anna Müller-Pfahrer et Wilhelm Müller.<br />

« Mes beaux-parents avaient beaucoup de<br />

doutes au sujet de ces transformations et<br />

pensaient que ce serait la fin », se souvient<br />

Anna Müller-Peter, qui s’occupe de l’administration<br />

et de la comptabilité du garage<br />

Müller. Mais leurs inquiétudes étaient injustifiées.<br />

« Les clients ont été enthousiasmés<br />

par la réception lumineuse et accueillante.<br />

À la fin de la journée, les parents de mon<br />

mari étaient incroyablement fiers et extrêmement<br />

heureux. » Pour Anna Müller-Peter,<br />

aujourd’hui âgée de 60 ans, c’était un signe<br />

clair : « Cela m’a confirmé que j’étais prête à<br />

exercer ma fonction. Et plus important encore<br />

: les clients voyaient que les affaires se<br />

poursuivaient. »<br />

Le plan<br />

Aujourd’hui, Anna Müller-Peter et Martin<br />

Müller se retrouvent dans la même situation<br />

que Willi Müller et Margrit-Müller Rohrbach<br />

à l’époque : en 2022, quand le plus ancien garage<br />

du Simmental, qui est un point de vente<br />

Subaru, fêtera son centenaire, la quatrième<br />

génération incarnée par le fils cadet prendra<br />

les commandes. La reprise se fera par étapes.<br />

Il est prévu que Sven (24 ans), qui travaille<br />

dans l’entreprise familiale comme mécatronicien<br />

d’automobiles et suit actuellement sa<br />

formation continue de diagnosticien d’automobiles,<br />

prendra, pour commencer, la direction<br />

de l’atelier. En parallèle, son père, Martin<br />

Müller, qui prendra sa retraite l’année prochaine,<br />

continuera à travailler dans la vente<br />

et prêtera main-forte à temps partiel. « Nous<br />

prendrons les décisions stratégiques à trois.<br />

Peu à peu, Sven assumera ensuite l’ensemble<br />

de ses responsabilités », explique Anna Müller-Peter.<br />

Elle-même prévoit de prendre sa retraite<br />

fin 2024 et d’ici là, elle épaulera son fils.<br />

Il est prévu qu’à partir de ce moment-là, Sven,<br />

s’il le souhaite, reprenne l’activité et la direction<br />

des affaires à 100 %.<br />

Car, d’une part, les Müller ont à cœur que<br />

tous les membres de la famille, et donc aussi<br />

les deux autres enfants ne travaillant pas<br />

dans la branche automobile, soient d’accord<br />

avec cette succession. D’autre part, ils ont<br />

envie de remettre à leur fils une entreprise<br />

saine. « Le départ à la retraite se prépare sur<br />

plusieurs années, avec un paiement ou versement<br />

échelonné sur le compte 3a. De cette<br />

manière, le capital de l’entreprise est intact<br />

au moment de la remise », explique Anna<br />

Müller-Peter. L’essentiel dans l’ensemble du<br />

processus est de communiquer ouvertement<br />

en permanence et de se faire entièrement<br />

confiance.<br />

Les premières années<br />

La loyauté et la confiance sont d’ailleurs des valeurs<br />

que le garage Müller a toujours cultivées.<br />

Quand l’entreprise a été créée, il n’y avait pas un<br />

seul garage dans la région. Le grand-père de Martin<br />

Müller, Wilhelm Müller, avait identifié dans<br />

les années 1920 l’opportunité de l’émergence de<br />

la mobilité et était devenu concessionnaire pour<br />

Fiat. Jusqu’à l’après-guerre, le garage Müller était<br />

le seul garage entre Wimmis et Zweisimmen. À<br />

l’époque, il vendait et réparait aussi des vélos et<br />

des motos. La femme de Wilhelm, Anna Müller-Pfahrer,<br />

l’a toujours secondé. Pendant la guerre<br />

surtout, elle était le pilier du garage Müller. « À<br />

80 ans, elle servait encore à la station-service. »<br />

Pour la deuxième génération, la situation était<br />

similaire. « En tant qu’employée d’administration<br />

qualifiée, Margrit-Müller Rohrbach maîtrisait<br />

bien les tâches de bureau », se rappelle Anna<br />

Müller-Peter, qui, grâce à sa formation d’employée<br />

de commerce avec option calcul/comptabilité et<br />

sa formation continue en administration et correspondance,<br />

a également pu assumer parfaitement<br />

sa nouvelle tâche dans l’entreprise.<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>9


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Le secret de la réussite<br />

Comme l’explique cette dernière, bien des<br />

facteurs doivent être remplis pour qu’une<br />

entreprise traverse les années jusqu’à atteindre<br />

le centenaire : ne pas avoir peur<br />

des défis, être enthousiaste, positif et faire<br />

preuve de cohésion. « Depuis la reprise, mon<br />

mari et moi sommes des partenaires égaux,<br />

et cela a été tout à fait décisif. » D’une part,<br />

les domaines de responsabilités sont clairement<br />

séparés et chacun peut se fier à l’autre.<br />

D’autre part, nous prenons toujours les décisions<br />

stratégiques ensemble. « Pour une<br />

petite entreprise de six collaborateurs, c’est<br />

indispensable. » Les autres facteurs de succès<br />

sont la formation des apprentis, la transmission<br />

des connaissances spécialisées et le<br />

contact étroit avec la clientèle. « Au fil des<br />

ans, nous avons réussi à nouer beaucoup de<br />

beaux liens et avons eu des échanges très<br />

personnels. » C’est encore le cas actuellement.<br />

Certains clients prennent même un<br />

jour de congé pour déposer leur voiture pour<br />

le service au garage, qui jouit d’un emplacement<br />

idyllique au pied du Stockhorn, et<br />

prennent un véhicule de remplacement pour<br />

découvrir la région de l’Oberland bernois.<br />

Cette relation étroite, le garage Müller essaie<br />

de la préserver au mieux, malgré Internet.<br />

« Chez nous, le client est roi, même à l’ère du<br />

numérique. Aujourd’hui encore, des valeurs<br />

comme l’honnêteté, les compétences spécialisées<br />

et le conseil personnalisé sont les<br />

piliers de notre activité. » Les changements<br />

ont en effet été nombreux ces 30 dernières<br />

années, et la branche est en pleine mutation.<br />

Mais cela n’empêchera pas les Müller<br />

de continuer. « Nous ne réfléchissons pas en<br />

termes de problèmes, mais de solutions. »<br />

La solution successeur<br />

En parlant de solutions, le fait que le fils Sven<br />

marche dans le sillon de son père s’est imposé<br />

comme une évidence. Il a toujours été passionné<br />

par les moteurs, car le garage Müller<br />

est à la fois une entreprise et un lieu de vie.<br />

« Quand nous organisions des expositions,<br />

nos trois enfants étaient toujours présents<br />

sur le site. C’était un grand moment pour la<br />

famille, les enfants s’amusaient, préparaient<br />

du café et le servaient aux clients. » Sven était<br />

particulièrement intéressé par le parc de véhicules<br />

devant la porte de la maison. « Je me<br />

souviens qu’il disait à mon mari : papa, moi<br />

aussi je vais réparer des voitures, mais que<br />

Avec Margrit Müller-Rohrbach et Willi Müller, la deuxième<br />

génération a repris le flambeau en 1962 jusqu’en 1992, quand<br />

les propriétaires actuels Anna Müller-Peter et Martin Müller<br />

ont pris la suite.<br />

des Ferrari ! », dit Anna Müller-Peter en riant<br />

de bon cœur. Aujourd’hui, il ne répare pas de<br />

voitures de rêve italiennes, mais des voitures<br />

de toutes les marques, en plus des Subaru et<br />

des Fiat, désormais aussi dans le cadre du<br />

concept de garage Le Garage. « Nous n’avons<br />

jamais forcé Sven à quoi que ce soit. C’était<br />

son souhait de travailler dans l’entreprise familiale.<br />

» D’ailleurs, le jeune de 24 ans a suivi<br />

sa formation de mécatronicien d’automobiles<br />

dans un autre garage, avec succès. « Il est encore<br />

très jeune et il lui faut encore un peu de<br />

temps, dont il doit pouvoir bénéficier.<br />

L’organisation d’une succession est un processus<br />

qui doit être mûrement réfléchi et doit<br />

s’étaler sur plusieurs années, explique-t-elle.<br />

C’est le cas aujourd’hui et cela n’était pas différent<br />

en 1992. » Par exemple, quand il a fallu<br />

qu’Anna Müller-Peter emboîte le pas à sa<br />

belle-mère, les premiers ordinateurs faisaient<br />

leur apparition. Pour elle, il était clair qu’elle<br />

ne voulait pas travailler avec l’ancien système<br />

comme sa prédécesseur, mais passer à la<br />

technique ultramoderne. « Mais Margrit-Müller<br />

Rohrbach ne s’y connaissait pas dans ce<br />

domaine et ne pouvait pas me mettre au courant,<br />

alors il nous a fallu trouver un autre<br />

moyen. » Le garage Müller a donc externalisé<br />

sa comptabilité pendant un an, délai pendant<br />

lequel il a pu introduire son système informatique.<br />

« Après cette phase de transition,<br />

notre équipement était ultramoderne. » L’entreprise<br />

a joué un rôle de pionnier dans la région.<br />

« Bien des garagistes sont venus à Erlenbach<br />

pour savoir comment nous effectuions<br />

notre travail de bureau. » Aujourd’hui, l’entreprise<br />

familiale collabore avec Stieger Software.<br />

« Grâce aux mises à jour régulières du<br />

système, nous disposons toujours de la dernière<br />

version disponible. De plus, toutes nos<br />

données sont enregistrées et peuvent être facilement<br />

retrouvées, même si elles remontent<br />

à plusieurs années. »<br />

Les perspectives<br />

La quatrième génération sera confrontée<br />

à d’autres défis que Martin Müller et Anna<br />

Müller-Peter l’ont été à l’époque. « Dans notre<br />

branche, la seule constante est le changement<br />

», affirme-t-elle. Elle le confirme, les<br />

temps ne sont pas faciles. « Une chose est<br />

sûre : les gens ne renonceront plus à leur mobilité.<br />

» Nul ne sait de quoi l’avenir sera fait.<br />

« D’où toute l’importance de disposer d’une<br />

solide formation. Grâce à une formation technique<br />

et en gestion d’entreprise, nous espérons<br />

que l’entreprise pourra demain faire<br />

partie de cette mobilité. » Mais il est aussi<br />

possible qu’à un moment donné, cela ne<br />

vaille plus la peine de continuer. « Dans ce<br />

cas, il se présentera quelque chose de nouveau.<br />

Il faut être ouvert à ce que la vie nous<br />

apporte. Nous conservons toutefois notre attitude<br />

de base positive et sommes prêts à relever<br />

les défis. »<br />

Tout à fait selon le credo qui anime les Müller<br />

depuis 1922. Ne pas réfléchir en termes de<br />

problèmes, mais de solutions. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

mueller-garage.ch<br />

10<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


Le succès ensemble<br />

C’est comme ça qu’on vend des voitures aujourd’hui<br />

Modèle de prix basé sur les ventes effectives<br />

Interlocuteur personnel<br />

Vente en ligne<br />

info@carforyou.ch<br />

bit.ly/cfy-register


FOCUS: GESTION D’ENTREPRISE<br />

Christian Müller, propriétaire des entreprises<br />

Autowehntal, en entretien avec Ivan Delle<br />

Donne (à g.), directeur du Ford-Garage Wehntal.<br />

Photo : médias de l’UPSA<br />

La pandémie de coronavirus rend les garagistes inventifs<br />

Le rôle du chef ? Inciter à la réflexion<br />

Plus le temps passe, plus les méthodes de direction hiérarchiques s’avèrent un modèle dépassé. Les<br />

cadres aujourd’hui recherchés sont ceux qui offrent à leurs collaborateurs une plate-forme idéale pour<br />

résoudre eux-mêmes leurs problèmes. Un coup d’œil dans les garages de l’UPSA montre que si l’échelon<br />

supérieur a le courage de la nouveauté, l’échelon inférieur l’accueille avec reconnaissance. Mike Gadient<br />

De nombreux membres de l’UPSA ont <strong>–</strong><br />

poussés par l’urgence <strong>–</strong> profité de la pandémie<br />

pour numériser leurs processus et revoir<br />

leurs structures et toutes leurs stratégies.<br />

Dans les entreprises zurichoises d’Autowehntal,<br />

en revanche, on a continué à travailler<br />

sans précipitation. Il y a des années déjà que<br />

les bons jalons ont été posés, avec la mise en<br />

service, par exemple, de bornes de recharge<br />

électriques. Par ailleurs, dans le cadre du service<br />

de l’UPSA, le garage est devenu un partenaire<br />

de Mobility. « Nous voulons être présents<br />

sur tous les fronts », relève Christian<br />

Müller, propriétaire de l’entreprise, en ajoutant<br />

que la décision d’acquérir des bornes de<br />

recharge électriques, justement, n’a pas été<br />

simple, « car on investit des sommes qui ne<br />

seront amorties que des années plus tard<br />

peut-être ». Christian Müller pense que, dans<br />

le domaine de la mobilité électrique, il s’agit<br />

d’être prêt pour le moment où elle prendra<br />

vraiment son essor. « La mobilité électrique<br />

est souvent décrite comme une opportunité.<br />

Je ne considère pas que ce soit le cas, car la<br />

perte de revenus est assez importante pour<br />

les garagistes. Mais c’est un fait : nous devons<br />

nous pencher sur cette thématique. »<br />

Pour le président de la section zurichoise de<br />

l’UPSA, le facteur décisif du succès d’une entreprise<br />

et de l’enthousiasme des collaborateurs<br />

est la formation continue systématique<br />

du personnel : « Nous avons en permanence<br />

des collaborateurs en formation, qui insufflent<br />

ainsi de nouvelles idées dans les processus<br />

d’entreprise. » D’après Christian Müller,<br />

les cadres doivent donner l’exemple de cette<br />

ouverture face à la nouveauté. Récemment,<br />

Autowehntal <strong>–</strong> qui, à côté de sa concession<br />

principale Ford, représente aussi les marques<br />

Peugeot et Fiat <strong>–</strong> a initié un processus stratégique<br />

: le service à la clientèle des trois entreprises<br />

doit adopter un positionnement plus<br />

fort et savoir encore mieux déterminer quel<br />

type de motorisation convient à quel client.<br />

« Aujourd’hui, on attribue à tout des étoiles<br />

de satisfaction : nous sommes une entreprise<br />

cinq étoiles, et nous avons tout fait pour être<br />

à la hauteur. »<br />

Christian Müller n’a pas noté de changement<br />

dans son attitude de direction durant la pandémie.<br />

Comme dans certains autres garages,<br />

les réunions d’équipe ont eu lieu sur place,<br />

dans un plus grand espace et dans le respect<br />

des mesures de protection en vigueur. Les<br />

règles de quarantaine ont davantage sollicité<br />

l’échelon des cadres, car ils ont dû réagir<br />

rapidement aux absences des collaborateurs.<br />

Mais la cohésion de l’équipe n’en a pas souf-<br />

12<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS: GESTION D‘ENTREPRISE<br />

fert, même si le repas de Noël a dû être annulé<br />

et que les sorties spontanées après le<br />

travail ont disparu. Les employés ont pris<br />

davantage le temps de discuter pendant les<br />

heures de travail : il s’agit là d’un des avantages<br />

du fait que le télétravail peut difficilement<br />

être mis en œuvre dans les garages. « Je<br />

ne peux pas dire à mon mécatronicien d’automobiles<br />

d’installer la plate-forme élévatrice<br />

dans son appartement », plaisante Christian<br />

Müller. Le propriétaire s’est fixé pour règle<br />

d’or de tirer le meilleur parti de chaque situation,<br />

car il est convaincu que se plaindre<br />

ne sert à rien.<br />

Sur ses cinq sites de la région de Bâle, Hoffmann<br />

Automobile a adopté la même attitude.<br />

« Ronchonner n’est pas dans nos habitudes »,<br />

relève Gregor Hoffmann, responsable du<br />

marketing. Les compétences et l’offre dans<br />

le domaine des ventes en ligne ont été largement<br />

étoffées durant la pandémie chez ce<br />

représentant des marques VW, Audi et Skoda.<br />

« Nous n’avons donc pas dû nous arrêter<br />

totalement. » Yasmin Bürgi, directrice du<br />

City-Garage GmbH à Aarau, a elle aussi opté<br />

pour une attitude positive. La nouvelle fermeture<br />

des showrooms a mis tout le monde à<br />

rude épreuve, alors son entreprise a essayé de<br />

garder autant que possible le contact avec les<br />

clients par e-mail et par téléphone. « Malgré<br />

les conditions difficiles, nous y sommes assez<br />

bien parvenus. » Autowehntal aussi a profité<br />

de la moindre fréquentation de ses sites pour<br />

se consacrer à son fichier clients. L’entreprise<br />

a appelé un aussi grand nombre de clients que<br />

possible pour « prendre leur température » de<br />

manière informelle. Elle a également présenté<br />

les courses d’essai sans contact et le plan<br />

de protection sur ses réseaux sociaux. Tous<br />

ces exemples ont poussé Georg Bucher, directeur<br />

du City-Garage AG de Saint-Gall, à féliciter<br />

sa branche dans <strong>AUTOINSIDE</strong> en début<br />

d’année. La gestion de la pandémie lui a<br />

fait voir que ses confrères étaient à la hauteur<br />

des défis rencontrés. De nombreuses vidéos<br />

sur les réseaux sociaux lui ont permis de se<br />

rendre compte à quel point la mise en œuvre<br />

des plans de protection de l’UPSA a été exemplaire<br />

et riche en idées.<br />

Et cette lancée innovante s’est poursuivie<br />

après les premières étapes d’ouverture en<br />

mars <strong>2021</strong>. Le centre pour véhicules utilitaires<br />

de Mercedes-Benz à Schlieren a, par<br />

exemple, pris part à une campagne de Radio<br />

Energy à la mi-avril. Pendant une semaine,<br />

des entreprises de différentes branches ont<br />

été présentées et des places d’apprentissage,<br />

proposées aux jeunes auditeurs. « Notre but<br />

est d’atteindre la relève là où elle se trouve.<br />

Nous avons donc saisi l’opportunité que nous<br />

offrait la radio », indique Rino Bernasconi,<br />

responsable du service, qui a aujourd’hui<br />

trouvé des apprentis pour toutes les places<br />

offertes. Pour toucher leur groupe cible, plus<br />

de 20 garagistes argoviens ont organisé une<br />

exposition automobile virtuelle entre le 1 er et<br />

le 16 mai <strong>2021</strong>. Les clients ont ainsi pu découvrir<br />

près de 200 véhicules, avec toutes leurs<br />

données importantes, sur le site web de l’exposition.<br />

En cas d’intérêt pour un véhicule,<br />

ils ont pu contacter directement le garage<br />

pour faire une course d’essai. « Nous soutenons<br />

nos membres même en temps de crise<br />

et montrons que la branche automobile ne<br />

se laisse pas abattre, malgré la situation actuelle<br />

», indique Martin Sollberger, président<br />

de la section UPSA Argovie.<br />

De telles innovations sont possibles quand<br />

les cadres les permettent et en donnent<br />

l’exemple. Christian Müller est persuadé<br />

que les expositions virtuelles et le conseil à<br />

la clientèle par appel vidéo peuvent être un<br />

bon complément. « Mais la vente automobile<br />

se nourrit du contact physique et des<br />

émotions. » Christian Müller se décrit luimême<br />

comme un employeur social et loyal,<br />

désireux d’être proche de ses collaborateurs.<br />

L’équipe est consultée, les décisions ne sont<br />

pas prises de manière unilatérale à l’échelle<br />

des cadres. « Nos employés apprécient le fait<br />

de pouvoir endosser des responsabilités et<br />

participer ainsi au développement de l’entreprise<br />

», note-t-il encore. Davantage d’idées<br />

émergent ainsi, dont la mise en œuvre peut<br />

être répartie entre plusieurs personnes : il<br />

s’agit là d’une approche précieuse pour les défis<br />

à venir. <<br />

Pour un management<br />

des occasions proactif<br />

Vendez vos véhicules rapidement,<br />

en toute transparence, et aux<br />

meilleurs prix du marché.<br />

www.carauktion.ch<br />

+41 55 533 40 00<br />

CARAUKTION <strong>–</strong> Compétence en management des occasions


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Le vainqueur de l’Ironman Jan van Berkel apprécie le<br />

soutien qu’il reçoit de BMW et Hutter Dynamics. Photo :<br />

Thomas von Meyenburg<br />

Les garagistes marquent des points dans le sport<br />

Les sponsors en tête de course<br />

La branche automobile et le monde du sport font très bon ménage. Ils sont synonymes de passion,<br />

d’émotion, de dynamique. Ces points communs posent une base idéale pour des contrats de sponsoring,<br />

dont les garagistes peuvent tirer profit. Mike Gadient<br />

Le sport suisse existe grâce au soutien de nombreux<br />

garages. Martin Landolt, président du<br />

champion suisse au palmarès record « Biogas<br />

Volley Näfels », également conseiller national<br />

(Le Centre), fait l’éloge de cette étroite collaboration<br />

: « Grâce à la générosité de nombreux<br />

sponsors, parfois depuis des décennies, nous<br />

suscitons l’enthousiasme des inconditionnels<br />

du volley de toute la région. » Ce qui motive<br />

ces sociétés ? Sponsoriser les clubs et les talents<br />

locaux renforce la notoriété et l’image.<br />

Le garage Tondo AG situé à Mitlödi (GL) s’appuie<br />

ainsi depuis 15 ans sur la vitrine attractive<br />

offerte par le volley-ball masculin. « Nous<br />

voulons mieux diffuser la marque Seat dans<br />

le canton de Glaris. Cela nous réussit », analyse<br />

Silvio Tondo, le dirigeant. Le montant du<br />

sponsoring, conclu pour trois ans, s’élève à<br />

150 000 francs. L’accord prévoit que les joueurs<br />

du Biogas Volley Näfels utilisent six véhicules<br />

roulant au GNC. « Neutralité sportive, neutralité<br />

carbone : c’est le message que nous transmettons<br />

ensemble, et qui amène les clients<br />

à acheter nos voitures », déclare Silvio Tondo,<br />

qui affiche le logo de son garage et celui<br />

de Seat dans le gymnase, sur les maillots des<br />

joueurs et sur le bord du filet de volley.<br />

Pour les réseaux sociaux, l’entreprise familiale<br />

Hutter Dynamics et le club d’unihockey HC<br />

Rychenberg Winterthour ont lancé une course<br />

contre la montre. Qui sera le plus rapide dans<br />

la traversée de Winterthour, les sportifs ou<br />

la Mini électrique du concessionnaire BMW ?<br />

Les séquences vidéos sont présentées lors des<br />

matchs à domicile, pendant les pauses des<br />

tiers-temps. Le message diffusé : adoptez un<br />

nouveau style de vie électrique. « Nous voulons<br />

sponsoriser des clubs et des sports bien<br />

ancrés dans la région, et qui attirent les spectateurs<br />

», explique Sophie Hutter, responsable<br />

marketing chez Hutter Dynamics. L’art<br />

consiste à choisir les bons profils parmi les<br />

nombreuses demandes de sponsoring. « Les<br />

clubs doivent correspondre aux valeurs de<br />

notre entreprise et à nos moyens financiers. »<br />

Hutter Dynamics est également le partenaire<br />

de mobilité de l’équipe championne de<br />

handball Kadetten Schaffhausen, ainsi que<br />

des triathlètes Tobias Bachmann et Jan van<br />

Berkel. Ce dernier, vainqueur de l’Ironman,<br />

conduit une BMW 330e hybride, et se félicite<br />

de cette collaboration : « Le partenariat<br />

est personnel, il est par conséquent fiable et<br />

source de joie. » Le triathlète spécialiste de<br />

l’Ironman évoque la performance au plus haut<br />

niveau et poursuit les mêmes objectifs que<br />

BMW et Hutter Dynamics : « Mobiliser mon<br />

énergie le plus durablement possible et fournir<br />

la meilleure performance pour franchir au<br />

plus vite à la ligne d’arrivée. »<br />

14<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

À l’âge de 35 ans, l’ambassadeur de la marque<br />

est également à la disposition de Hutter Dynamics<br />

pour des manifestations avec les clients,<br />

et propose de participer à des entraînements<br />

communs. Pour établir un partenariat, la compréhension<br />

mutuelle est indispensable, précise<br />

Sophe Hutter. « L’expérience montre qu’il<br />

est absolument nécessaire que les collaborateurs<br />

ou les membres de la direction s’identifient<br />

avec l’équipe et avec le sport pratiqué. »<br />

Ils doivent assister régulièrement aux matchs<br />

de championnat et aux compétitions. Verser<br />

uniquement de l’argent, cela ne suffit pas.<br />

Silvio Tondo, qui invite souvent des clients<br />

aux matchs de Biogas Volley Näfels à la<br />

Lintharena et organise des séances d’autographes,<br />

abonde dans ce sens : « C’est un outil<br />

de fidélisation clients idéal. À travers le déroulement<br />

du jeu sur le terrain et les discussions,<br />

nous pouvons transmettre nos valeurs<br />

sportives et notre engagement pour l’environnement<br />

», ajoute-t-il. Mais la pandémie de coronavirus<br />

a contrecarré les échanges et la présence<br />

des marques. Les membres de l’UPSA<br />

étaient parfois présents uniquement sur les réseaux<br />

sociaux des clubs ou pendant les diffusions<br />

en live. Le garage Tondo AG tout comme<br />

Hutter Dynamics ont malgré tout prolongé<br />

leurs contrats de sponsoring, signés de toute<br />

façon pour plusieurs années. Sophie Hutter<br />

explique : « Cet engagement signifie également<br />

une sécurité de visibilité pour tous nos partenaires.<br />

Précisément en temps de crise, nous<br />

ne voulons pas nous retirer. » Reste que Hutter<br />

Dynamics ne signera pas de nouveau contrat<br />

de sponsoring. Silvio Tondo laisse également<br />

entendre : « Certes, nous avons prolongé d’une<br />

saison, mais s’il n’y a aucun spectateur dans<br />

les gradins, le sponsoring n’a plus beaucoup<br />

d’intérêt pour nous. »<br />

Le sponsoring doit être considéré comme un<br />

outil de marketing qui permet d’obtenir une<br />

contrepartie définie. « L’impact du sponsoring<br />

doit être mesuré et comparé avec les objectifs<br />

définis au préalable », détaille Giovanni Gatto,<br />

responsable pédagogique et enseignant<br />

dans les écoles professionnelles de Berne et<br />

de Winterthour pour le cursus « Gestionnaire<br />

d’entreprise diplômé(e) de la branche automobile<br />

» (voir l’entretien). Aujourd’hui, une présence<br />

sous forme de logo classique ne suffit<br />

pas pour augmenter la notoriété. Il est impératif<br />

d’adopter des mesures créatives, innovantes<br />

et axées sur le groupe cible. C’est ce que font<br />

le garage Tondo et Hutter Dynamics à travers<br />

différentes manifestations clients. <<br />

« La somme de toutes ces activités mène au succès »<br />

Monsieur Gatto, quelle est l’importance de l’ancrage local et de la visibilité pour un garage ?<br />

Giovanni Gatto, responsable pédagogique du cursus « Gestionnaire d’entreprise diplômé(e)<br />

de la branche automobile » : C’est essentiel, car de nombreux importateurs mesurent le rapport<br />

entre « pump-in » et « pump-out ». Le « pump-in » recense tous les véhicules vendus par un garage<br />

de la même marque et dans la même zone de vente. Le « pump-out », en revanche, désigne tous<br />

les véhicules que le garage vend en dehors de sa zone. À partir de ces statistiques, on peut vérifier<br />

l’efficacité des actions de marketing. Les résultats peuvent soulever des questions délicates : pourquoi<br />

un garage vend-il plus de voitures hors de sa région ? Pourquoi les concurrents réussissent-ils<br />

à vendre un nombre élevé de véhicules dans sa région ? Une entreprise qui bénéficie d’une grande<br />

notoriété, d’une image positive et d’une bonne réputation réalisera plus facilement un bon chiffre<br />

d’affaires. Il lui sera également plus facile de trouver de nouveaux clients, de recruter et garder<br />

son personnel. Pour toutes ces raisons, l’ancrage local et la visibilité d’un garage sont essentiels.<br />

Quand un garage est-il idéalement implanté ?<br />

Dès lors qu’il vit dans la région, s’approvisionne localement et emploie des résidents des environs.<br />

Il est également important de s’engager dans les associations économiques et dans le tissu politique<br />

du territoire. Cela permet de bâtir un réseau durable et de considérer le garagiste comme un acteur<br />

de la région. Un contrat de sponsoring sportif peut augmenter localement la visibilité d’un garage.<br />

Le garagiste gagne en sympathie dans l’entourage du sportif, et consolide son ancrage.<br />

Quand est-il pertinent de mettre en place un contrat de sponsoring ?<br />

Cela dépend principalement des objectifs de l’entreprise et du groupe cible défini. Les objectifs du<br />

sponsoring, y compris du message à diffuser, doivent être clairement formulés, les ressources financières<br />

adéquates doivent être disponibles. Les expériences tirées des engagements précédents<br />

doivent être intégrées dans l’évaluation, afin de mieux préparer les mesures futures. Un contrat de<br />

sponsoring peut créer des synergies positives pour un garage, dès lors qu’au sein d’un groupe cible<br />

défini ou d’une région, l’enjeu est d’augmenter la notoriété et de créer une image positive. C’est la<br />

somme de toutes ces activités, et non des mesures isolées, qui mènent au succès.<br />

Lorsqu’on signe un contrat de sponsoring, à quoi faut-il faire attention ?<br />

Tout d’abord aux aspects juridiques comme la durée et l’objet du contrat, le montant convenu et les<br />

clauses de résiliation. Il faut prêter une attention particulière aussi à l’image incarnée par le sportif<br />

ou par le club, car cette image se reflétera sur le garage du fait du partenariat. Enfin, il est essentiel<br />

de savoir si le partenaire du contrat utilise déjà les produits ou les prestations du garagiste, et<br />

si celui-ci peut convoquer des joueurs ou des sportifs pour ses manifestations. C’est ainsi que l’on<br />

estime le potentiel du contrat. Est-ce que les sportifs ou les clubs s’identifient avec l’entreprise ? Si<br />

l’identification est faible, je déconseille de conclure un contrat.<br />

Que conseillez-vous à ceux qui, en raison de la situation délicate due à la crise sanitaire,<br />

ne veulent pas prolonger leur contrat de sponsoring ?<br />

Si c’est tenable financièrement, je suggère de prolonger le contrat jusqu’à son terme et de le résilier<br />

ensuite en bonne et due forme. Avant de le résilier, il convient d’en discuter avec les parties<br />

concernées, afin de chercher des solutions gagnant-gagnant à court terme. Cette démarche évite<br />

des problèmes et des tracas, et préserve la réputation de l’entreprise. Je recommande en outre aux<br />

garagistes de bien s’informer des conséquences d’une résiliation. Le sponsoring permet en effet<br />

de soutenir les clubs locaux, qui proposent à de nombreux jeunes une activité de loisir enrichissante.<br />

Si une entreprise se rétracte soudainement, cela aura un impact négatif sur sa réputation.<br />

Plus d’informations sur le cursus de « gestionnaire d’entreprise diplômé(e) de la branche<br />

automobile » :<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>15


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Plus de marque. Que faire maintenant ?<br />

« C’était la meilleure chose<br />

qui puisse nous arriver ! »<br />

Dagmersellen, un petit village dans le canton de Lucerne. Deux garages UPSA s’occupent des véhicules des<br />

4600 habitants du bourg. L’un d’eux est le garage Fellmann, fondé en 1955, désormais géré par la deuxième<br />

génération. Après plus de 50 ans passés à représenter la marque Opel, l’entreprise familiale a rejoint en 2019 le<br />

concept d’atelier Garage Plus. Sandro Compagno<br />

La séparation il y a deux ans a été douloureuse,<br />

admet le garagiste Stefan Fellmann,<br />

lors d’un entretien à <strong>AUTOINSIDE</strong>.<br />

« Dès mon plus jeune âge, il n’y a toujours<br />

eu qu’Opel pour moi. » Lorsque Stefan Fellmann<br />

est venu au monde en 1965, l’entreprise<br />

était le concessionnaire d’Opel depuis<br />

deux ans. Pendant des décennies, la marque<br />

à l’éclair iconique a été la voiture préférée<br />

des Suisses. À son apogée en 1990, Opel<br />

avait atteint le chiffre mirobolant de 45 000<br />

véhicules vendus en Suisse. En 2019, ce<br />

chiffre est tombé à tout juste 10 000 (l’année<br />

2020 ne peut pas être comparée en raison<br />

de la pandémie). « Nous nous étions pleinement<br />

identifiés avec la marque, et avons<br />

cru qu’Opel pouvait se rétablir, déclare Stefan<br />

Fellmann. Mais la concurrence n’est<br />

pas restée passive, et malgré la très grande<br />

qualité désormais atteinte, il a été difficile<br />

de retrouver le succès passé. » Ce que l’on<br />

constate à grande échelle dans les chiffres<br />

en Suisse se reflète aussi à petite échelle :<br />

dans les années 1990, Stefan Fellmann vendait<br />

« trois fois plus de véhicules neufs », en<br />

tant que concessionnaire, qu’au cours des<br />

dernières années.<br />

« Personne ne me dicte ce que je dois faire » : Stefan Fellmann s’occupe d’un moteur Daimler. Photos : médias de l’UPSA<br />

« À vrai dire, nous n’avons jamais été entièrement<br />

axés sur les ventes », ajoute Judith<br />

Fellmann, qui s’occupait de l’administration<br />

et de la comptabilité. Car le service a<br />

toujours été et reste encore au premier plan<br />

pour le garage Fellmann. Une approche qui<br />

s’est révélée un atout pour la petite entreprise<br />

durant la crise sanitaire. En effet, les<br />

clients n’ont pas cessé de venir pour des<br />

tâches de réparation et d’entretien, les recettes<br />

sont restées stables. L’effectif est le<br />

même depuis des années, avec deux mécatroniciens<br />

à l’atelier, aux côtés du couple<br />

Fellmann. « Nous ne souhaitons pas grandir,<br />

cela n’a jamais été notre objectif », confie<br />

le dirigeant.<br />

Retour en 2017, lorsque Opel annonce vouloir<br />

restreindre le réseau de distribution<br />

en Suisse. « La marque voulait se séparer<br />

des petits concessionnaires situés non<br />

loin d’une plus grande concession Opel. En<br />

tout cas, c’est ainsi qu’on nous l’a justifié »,<br />

se souvient le garagiste. Avec un délai de<br />

deux ans, le contrat pour la vente a été résilié,<br />

puis le contrat de service un an plus<br />

tard. « C’était la suite logique. Lorsqu’on veut<br />

soutenir les gros concessionnaires, outre la<br />

vente, on leur confie l’activité de l’atelier »,<br />

explique sobrement Stefan Fellmann.<br />

Le contrat de service courait normalement<br />

jusqu’en 2020, mais les Fellmann ont préféré<br />

tourner la page et ont insisté pour mettre<br />

fin aux deux contrats en 2019. Opel a accepté.<br />

Pour le garagiste, il est devenu rapi-<br />

16<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Depuis 2019, le garage de Judith et Stefan Fellmann a<br />

rejoint le concept Garage Plus de SAG.<br />

dement évident qu’il ne pouvait rester isolé<br />

; il a donc cherché un concept approprié :<br />

« C’est un véritable défi de réparer toutes<br />

les marques. Un concept d’atelier nous aide<br />

dans l’approvisionnement des pièces de rechange,<br />

dans l’offre de formations, et avec<br />

des spécialistes à notre disposition via la<br />

hotline en cas de problèmes. » Il a trouvé<br />

son bonheur sur le site Internet de l’UPSA,<br />

qui présente un aperçu de tous les concepts<br />

et offre un guide d’aide à la décision.<br />

Stefan Fellmann a choisi le concept Garage<br />

Plus de Swiss Automotive Group (SAG) :<br />

« Pour les marques étrangères, nous passions<br />

déjà nos commandes de pièces chez<br />

Derendiger. En outre, la filiale de Reiden<br />

n’est qu’à cinq kilomètres, idéal en cas d’urgence.<br />

» L’expérience des deux années passées<br />

comme partenaire Garage Plus se révèle<br />

tout à fait positive, selon Stefan Fellmann :<br />

« On est reconnu en tant que partenaire<br />

et client. » Illustration de cette reconnaissance<br />

: des invitations à des soirées raclettes<br />

ou des événements basés sur l’aventure ou<br />

la découverte.<br />

L’entreprise a évolué depuis que Stefan Fellmann<br />

ne représente plus la marque Opel. À<br />

la suite de la disparition des ventes de véhicules<br />

neufs, le chiffre d’affaires s’est effondré.<br />

Cependant un garage ne doit pas son<br />

existence au seul chiffre d’affaires, mais au<br />

bénéfice réalisé. « La rentabilité s’est nettement<br />

améliorée au cours des deux dernières<br />

années, annonce le dirigeant du garage Fellmann.<br />

Grâce aux multiples marques étrangères,<br />

notre portefeuille clients s’est étoffé<br />

de 20 %, et nous avons plus de travail à<br />

l’atelier. » Lorsque l’éclair emblématique<br />

d’Opel s’affichait encore sur le garage de la<br />

Werkstrasse de Dagmersellen, bon nombre<br />

de clients potentiels n’osaient pas venir avec<br />

des véhicules d’autres marques pour l’entretien<br />

ou les réparations. Avec le logo indépendant<br />

Garage Plus, les choses ont changé.<br />

« Nous sommes aujourd’hui plus à l’aise<br />

qu’avant, ajoute Judith Fellmann, l’abandon<br />

de la marque et l’adhésion au concept ont été<br />

la meilleure chose qui puisse nous arriver ! »<br />

Les Fellmann apprécient leur liberté d’entreprendre.<br />

« Personne ne me dicte ce que je<br />

dois faire, je décide moi-même de ce que je<br />

veux ou ne veux pas », affirme Stefan Fellmann.<br />

Reste que la diversité des marques<br />

constitue un véritable défi pour le travail<br />

quotidien de l’atelier. Notamment pour les<br />

véhicules présentant des problèmes particuliers,<br />

par exemple liés à l’électronique : la<br />

remise en état est souvent complexe. « Le<br />

système de diagnostic Bosch, acquis récemment,<br />

nous aide grandement, de même que<br />

la Hotline de Derendinger. » Et si ça coince<br />

malgré tout, les garagistes des environs s’entraident.<br />

« Les relations avec les confrères<br />

de la région sont très bonnes, écrivez bien<br />

cela dans votre article ! » C’est chose faite. <<br />

Plus d'informations sur :<br />

sag-ag.ch/fr<br />

Solution de diagnostic KTS 350<br />

Avantages de la KTS 350 :<br />

Fonctionnement parallèle et prise en charge<br />

detoutes les interfaces du véhicule<br />

Travail rapide et efficace grâce à unetechnologie<br />

PC performante avec Windows 10<br />

Système Windows ouvert permettant<br />

d‘installerd‘autres applications<br />

„Plug and Play“ grâce à ESI[tronic] 2.0<br />

pré-installé et configuré<br />

bosch-werkstattwelt.ch


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Perspectives de l’activité après-vente<br />

« La formation<br />

sécurise l’avenir »<br />

En tant que principal fournisseur européen du secteur de la réparation, LKQ n’envisage pas d’évolution<br />

importante de l’activité après-vente dans un avenir proche. Celle-ci n’est attendue qu’après 2030. Elle sera<br />

donc conséquente. <strong>AUTOINSIDE</strong> s’est entretenu à ce propos avec Arnd Franz, directeur de LKQ Europe, et<br />

avec Christoph Kissling, CEO de Rhiag, pour savoir ce à quoi les garagistes devront faire face. Reinhard Kronenberg<br />

LKQ Europe Sàrl, installée à Zoug, est une filiale de LKQ Corporation. LKQ Europe est le grossiste leader des pièces de rechange pour voitures, véhicules utilitaires et véhicules<br />

industriels en Europe. L’entreprise emploie aujourd’hui quelque 26 000 personnes dans plus de 20 pays. En 2020, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 5,49 milliards d’euros. LKQ<br />

Europe exploite un réseau de plus de 1000 succursales et approvisionne environ 100 000 ateliers indépendants. Photo : LKQ/Stahlgruber<br />

Monsieur Franz, Monsieur Kissling, l’âge<br />

moyen d’une voiture a augmenté ces dix<br />

dernières années. Elle est passée à 11 ans<br />

en Europe et à 8,4 ans en Suisse. C’est une<br />

bonne nouvelle pour vous, n’est-ce pas ?<br />

Arnd Franz, directeur de LKQ Europe : Oui<br />

absolument. Ce sont généralement les ateliers<br />

indépendants qui s’occupent des voitures<br />

moins jeunes plutôt que les concessions.<br />

Elles ont davantage besoin d’entretien et de<br />

réparations que les voitures neuves. C’est une<br />

activité lucrative pour nos clients.<br />

Les garages indépendants de marques profitent-ils<br />

du fait que de nombreux véhicules<br />

passent chez eux au terme de la période de<br />

garantie au lieu de subir des révisions dans<br />

la concession d’origine ?<br />

Christoph Kissling, CEO de Rhiag : De<br />

nombreux facteurs affectent la décision du<br />

client quant à l’endroit où il amène sa voiture<br />

pour la faire réparer. Si le client est satisfait<br />

de son concessionnaire, il sera disposé à lui<br />

confier sa voiture même après la période de<br />

garantie. Les Suisses misent sur la qualité et<br />

aiment se rendre chez un concessionnaire.<br />

N’oublions toutefois pas les concepts d’atelier<br />

tels que le nôtre, « just drive ». Ils offrent<br />

à leurs clients un certificat de qualité et représentent<br />

une excellente alternative pour les<br />

garagistes.<br />

Dans quelle mesure le COVID-19 a-t-il affecté<br />

l’après-vente ? La baisse du nombre de<br />

véhicules neufs vendus a-t-elle directement<br />

un impact sur l’après-vente ?<br />

Christoph Kissling : Absolument. Nous<br />

18<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

ressentons la pandémie en ce sens que de<br />

nombreux automobilistes y réfléchissent à<br />

deux fois avant d’acheter une voiture neuve<br />

en temps de crise. Ils se demandent d’ailleurs<br />

si le garagiste peut la livrer. Nombreux<br />

sont ceux qui décident de ne pas procéder<br />

à l’achat, mais de faire réparer leur voiture.<br />

Depuis fin 2020, LKQ est membre d’eFuel<br />

Alliance, qui s’engage en faveur de la<br />

promotion des carburants synthétiques afin<br />

de réduire les émissions de CO 2<br />

du parc automobile<br />

existant. Vous le faites également<br />

pour sauver les voitures diesel et essence ?<br />

Arnd Franz : Non. Nous le faisons parce que<br />

nous sommes persuadés que nous ne pourrons<br />

réduire rapidement les émissions de CO 2<br />

que si nous disposons d’une solution pour le<br />

parc. Les carburants synthétiques en sont<br />

une. Nous promouvons également la neutralité<br />

technologique afin d’atteindre les objectifs.<br />

C’est très bien de construire, de vendre<br />

et conduire des véhicules électriques à batterie.<br />

Ils représentent une bonne solution pour<br />

les trajets courts à moyens, mais pas pour les<br />

longues distances et pas non plus pour les<br />

utilitaires qui doivent couvrir de longs itinéraires,<br />

alourdis de charges supplémentaires.<br />

Notre vision est claire : ne mettons pas tous<br />

nos œufs dans le même panier.<br />

Dans le cadre du plan de la Commission<br />

européenne visant à déployer 30 millions<br />

de voitures sans émissions sur les routes<br />

d’Europe d’ici 2030, une étude conclut que<br />

le diesel et l’essence ne représenteront plus<br />

qu’une niche modeste sur le marché. Qu’estce<br />

qui attend les garagistes ?<br />

Arnd Franz : Les voitures produites actuellement<br />

et à l’avenir sont une chose, les voitures<br />

qui seront réparées et entretenues chez les<br />

garagistes en sont une autre. En Europe, par<br />

exemple, la part des propulsions haute tension<br />

atteindra 20 % en 2030, dont la moitié se<br />

constituera de voitures électriques à batterie.<br />

Parmi ces dernières, 4 % seront entretenues<br />

dans des ateliers indépendants. Autrement<br />

dit, il ne se passera pas grand-chose pour nos<br />

clients avant 2030. Les changements auront<br />

lieu après 2030, alors que les véhicules produits<br />

et immatriculés en 2025 auront de plus<br />

en plus besoin de pièces de deuxième monte.<br />

C’est à ce moment-là que la transformation<br />

commencera au plus tard pour les ateliers indépendants.<br />

En d’autres termes, ces derniers<br />

doivent s’attendre à une forte chute de leur<br />

chiffre d’affaires au cours de la décennie suivante.<br />

Le garagiste qui voudrait que son fils<br />

ou sa fille lui succède n’a pas le droit de voter<br />

pour un parti qui affirme que le véhicule<br />

électrique à batterie est la seule solution au<br />

problème du CO 2<br />

.<br />

La Suisse ne fera pas exception ici...<br />

Christoph Kissling : Assurément non. Il est<br />

donc d’autant plus important pour les garagistes<br />

indépendants d’avoir un partenaire solide<br />

à leurs côtés lors de cette transformation.<br />

Et ils doivent instamment investir dans la<br />

formation. Ceux qui pensent que cette mutation<br />

se produira lentement, voire pas du tout<br />

feront partie des perdants ces prochaines années.<br />

Nous estimons donc que notre mission<br />

consiste à expliquer aux ateliers ce qui les attend<br />

et à faire en sorte que chaque entreprise<br />

soit préparée au mieux pour l’avenir.<br />

Que faites-vous concrètement ?<br />

Christoph Kissling : En tant que principal<br />

fournisseur dans le domaine des réparations<br />

en Europe, LKQ observe attentivement les<br />

évolutions. Nous sommes engagés dans un<br />

échange technologique étroit avec nos partenaires<br />

industriels. Nous les sensibilisons<br />

de manière ciblée à ce qui les attend d’après<br />

nous. Et nous les encourageons à s’informer<br />

par eux-mêmes. Concrètement, notre nouvelle<br />

plate-forme de formation numérique<br />

LKQ-Academy sera lancée cet automne.<br />

Le Boston Consulting Group estime que l’activité<br />

d’après-vente ne progressera que très<br />

lentement ces prochaines années et que<br />

ce seront surtout les garages indépendants<br />

qui seront en danger. Votre expérience vous<br />

permet-elle de le confirmer ?<br />

Arnd Franz : Absolument pas, bien au<br />

contraire. Nous sommes certains que l’âge<br />

croissant des véhicules et les nouvelles qualifications<br />

dans les ateliers maintiendront la<br />

croissance jusqu’à la fin de la décennie. Le<br />

parc automobile s’étoffera de 1 % à 2 % par an.<br />

En principe, deux facteurs s’opposent à<br />

l’activité après-vente : l’électromobilité et la<br />

diffusion croissante de systèmes d’assistance<br />

à la conduite qui réduiront la part<br />

d’accident de 20 % maximum. Lequel des<br />

deux l’emportera ?<br />

Arnd Franz : Les systèmes d’assistance à la<br />

conduite débarquent plus rapidement que<br />

l’électromobilité. Nous avons déjà des véhicules<br />

hautement assistés qui fonctionnent<br />

très bien et qui permettent de réduire encore<br />

plus les taux d’accidents. Même s’il y a<br />

moins d’accidents et si les dégâts sont moins<br />

étendus, la valeur des réparations augmente.<br />

L’un compense l’autre. Nous ne sommes<br />

pas les seuls à le penser. Nous ne souscrivons<br />

pas aux prédictions apocalyptiques selon<br />

lesquelles les systèmes d’assistance à la<br />

conduite entraîneront un effondrement de<br />

l’activité après-vente.<br />

Le règlement d’exemption par catégorie<br />

arrivera à échéance dans l’UE en 2023.<br />

Jusqu’à présent, il a permis aux garagistes<br />

indépendants d’accéder aux données si<br />

précieuses pour les réparations sur toutes<br />

les marques. Que font LKQ et Rhiag pour<br />

les garagistes dans ce domaine ?<br />

Arnd Franz : La liberté de choix du client<br />

et celle de l’entreprise sont des exigences<br />

éthiques de premier ordre pour nous. C’est<br />

pourquoi nous nous battons pour ces principes<br />

dans l’arène politique, surtout lorsqu’il<br />

s’agit de mise à disposition des données et<br />

d’accès à celles-ci. Nous proposons à nos<br />

clients une offre de prestations inédite. Le<br />

lancement imminent de la LKQ-Academy<br />

n’est que la première étape parmi d’autres.<br />

Christoph Kissling et moi-même restons à<br />

la disposition des garagistes qui souhaitent<br />

faire des propositions d’amélioration de l’accès<br />

aux données.<br />

Christoph Kissling : Nous discutons également<br />

avec l’association Swiss Automotive Aftermarket,<br />

qui s’engage en faveur d’un accès<br />

libre aux données automobiles. Il est impensable<br />

que les constructeurs et leurs concessionnaires<br />

jouissent à eux seuls de la suprématie<br />

des données. Nous nous engageons<br />

fermement en faveur d’un marché libre et de<br />

l’accès aux données pour tous.<br />

Suite en page 20<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>19


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Arnd Franz, directeur de LKQ Europe.<br />

Christoph Kissling, CEO de Rhiag.<br />

En tant que fournisseurs de l’après-vente,<br />

vous êtes logés à la même enseigne que les<br />

garagistes. Vous connaissez l’activité sur<br />

le bout des doigts. Que feriez-vous si vous<br />

étiez garagiste ?<br />

Arnd Franz : Je réfléchirais bien à mon positionnement.<br />

Qui sont mes clients et quelles<br />

sont mes prestations ? Je me concentrerais<br />

ensuite sur les domaines dans lesquels ma<br />

contribution serait maximale. Une position<br />

claire permet à toute entreprise de réussir.<br />

Beaucoup de choses vont évoluer ces prochaines<br />

années. Il importe donc de disposer<br />

de personnel qualifié et de partenaires qualifiés.<br />

Que fait LKQ pour que les garagistes indépendants<br />

continuent d’accéder aux données<br />

automobiles de manière aussi libre que<br />

possible ?<br />

Arnd Franz : Nous participons en principe<br />

à toutes les initiatives qui se préoccupent<br />

de l’accès libre aux données automobiles.<br />

En tant que défenseurs des intérêts de nos<br />

clients, nous savons précisément ce que devrait<br />

contenir la directive qui remplacera le<br />

règlement d’exemption par catégorie. Cela inclut<br />

aussi les futures mises à jour logicielles.<br />

Dans l’intérêt d’un accès au marché sans obstacle<br />

et sans discrimination, nous discutons<br />

notamment avec la Commission européenne<br />

et le Parlement européen, en partie au travers<br />

des associations.<br />

Plus la technologie automobile se complexifie,<br />

plus l’entretien sera cher, car les<br />

composants sont de plus en plus onéreux.<br />

La marge des garagistes augmentera-t-elle<br />

ou est-ce que seule la vôtre augmentera ?<br />

Christoph Kissling : Nous ne savons pas<br />

encore dans quelle mesure les marges augmenteront.<br />

Si la nôtre augmente, celle de nos<br />

clients connaîtra la même tendance.<br />

Arnd Franz : Nous sommes convaincus que<br />

l’activité des ateliers restera attractive à l’avenir.<br />

En tant que commerçant, nous pensons<br />

qu’il nous incombe d’éliminer les inefficacités<br />

tout au long de la chaîne de création de<br />

valeur ajoutée, du fabricant de pièces jusqu’à<br />

l’atelier en passant par toute la chaîne logistique.<br />

En d’autres termes, nous aidons les ateliers<br />

à commander les bons produits et à les<br />

installer correctement pour éviter de les approvisionner<br />

une seconde fois. Nous veillons<br />

à être en mesure de livrer rapidement et à ce<br />

que les ateliers ne doivent pas patienter ou<br />

constituer de stocks. Nous estimons que l’organisation<br />

et la planification pourraient être<br />

améliorées. Là encore, notre mission consiste<br />

à emmener les ateliers vers un avenir sûr et<br />

rentable.<br />

Des portails d’ateliers ont tenté d’implanter<br />

leur activité dans divers pays d’Europe, dont<br />

la Suisse. Grâce à vos plates-formes, vous<br />

recommandez à des clients de se rendre<br />

dans les ateliers des garagistes. Force est<br />

de constater que l’activité ne démarre pas,<br />

ni en Allemagne ni en Suisse. Pourquoi ?<br />

Christoph Kissling : Le lien fort qui unit le<br />

client au garagiste joue un rôle important.<br />

Diverses plates-formes ont cherché en vain<br />

de faire le grand écart. N’oublions pas que<br />

l’entretien d’une voiture est avant tout une<br />

question de confiance. En Suisse, il n’est<br />

en outre pas rare de se rendre chez le garagiste<br />

du village. La plupart de ces petits<br />

garagistes font un excellent travail, et les<br />

clients l’apprécient.<br />

Christoph Kissling : Si j’exploitais un atelier,<br />

j’accorderais la priorité à la formation continue<br />

permanente. Je me positionnerais sur des<br />

prestations qui renforcent la satisfaction et<br />

qui approfondissent la confiance, telles que<br />

le lavage de la voiture après la révision ou<br />

un service d’enlèvement et de livraison. Ce<br />

sont souvent des détails, mais ils font toute<br />

la différence. Car tel est bien l’enjeu. Je suis<br />

persuadé qu’un atelier doit actuellement définir<br />

de manière précise les prestations qu’il<br />

souhaite étoffer et comment se démarquer de<br />

ses concurrents. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

lkqeurope.com<br />

Le plus grand fournisseur<br />

mondial<br />

L’entreprise américaine LKQ Corporation est<br />

le plus grand fournisseur mondial en deuxième<br />

monte. En 2020, l’entreprise enregistre<br />

des ventes de 10,5 milliards de francs et emploie<br />

plus de 50 000 personnes, dont la moitié<br />

en Europe. Elle implante son siège à Zoug en<br />

<strong>2021</strong>. Au cours de la décennie écoulée, LKQ<br />

a racheté près de 80 entreprises en Europe,<br />

dont des fournisseurs connus comme Stahlgruber<br />

en Allemagne et le groupe Rhiag en<br />

Suisse. De nationalité allemande, Arnd Franz<br />

dirige depuis l’automne 2019 les affaires en<br />

Europe, tandis que Christoph Kissling est CEO<br />

du groupe Rhiag, à Baar, depuis l’été 2016.<br />

Plus d’information sur :<br />

rhiag.ch<br />

20<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


SPONSORED CONTENT<br />

Photo : Istock<br />

Transformer les prospects en clients<br />

10 conseils pour votre gestion des leads<br />

Recevez-vous souvent des demandes sur vos voitures ? Toutes nos félicitations ! Dans ce cas, vous<br />

avez franchi le premier obstacle de la gestion des leads : vous en avez généré. Maintenant, il s’agit de<br />

transformer le plus de personnes intéressées possible en clients rentables. Vous y parviendrez en suivant<br />

les conseils ci-après.<br />

1. Définissez pour votre gestion des leads ce<br />

qui caractérise un lead de haute qualité.<br />

Pour cela, fixez les critères que les personnes<br />

intéressées doivent remplir.<br />

2. Déterminez suffisamment tôt le potentiel<br />

des leads générés. Vérifiez par exemple<br />

l’adresse postale, l’adresse e-mail et l’orthographe<br />

du nom des clients potentiels.<br />

Enrichissez les données du système CRM<br />

avec des informations pertinentes, par<br />

exemple sur la solvabilité.<br />

3. Si vous achetez des données existantes<br />

pour la génération de leads, assurez-vous<br />

que les personnes ont donné<br />

leur accord au prestataire sur l’utilisation<br />

de leurs données.<br />

4. Créez un « plan de construction » sous<br />

forme de diagramme de processus.<br />

Quelles actions des clients potentiels<br />

déclenchent quelles mesures de dialogue<br />

suivantes, et quand ?<br />

5. Créez un inventaire de vos contenus existants<br />

et attribuez-les aux étapes du<br />

Customer Journey. Ainsi, vous identifiez<br />

également les contenus que vous devez<br />

encore créer pour votre gestion des leads.<br />

6. Effectuez régulièrement un lead scoring.<br />

Vous évaluez ainsi aussi bien le lead en<br />

lui-même que ses activités. De ce fait,<br />

vous déterminez l’importance qu’a la<br />

personne intéressée en ce qui concerne<br />

vos objectifs de vente. Par ailleurs, vous<br />

identifiez la phase du processus d’information<br />

et de décision dans laquelle se<br />

trouve l’acheteur potentiel.<br />

7. Définissez à partir de quelle évaluation<br />

un lead passe du marketing à la vente, et<br />

standardisez ou automatisez les étapes<br />

suivantes.<br />

8. Assurez-vous que les collaborateurs et les<br />

collaboratrices de la vente disposent dans<br />

le CRM de toutes les informations que le<br />

marketing a collectées. Ils obtiennent ainsi<br />

une image complète et peuvent contacter<br />

des acheteurs potentiels individuellement,<br />

selon leurs besoins.<br />

9. Demandez régulièrement le feed-back<br />

de la vente sur la gestion des leads. Discutez<br />

de la manière dont les interfaces<br />

entre le marketing et la vente peuvent<br />

être améliorées.<br />

10. Fixez un set de chiffres clés concrets<br />

pour le contrôle des résultats de votre<br />

gestion des leads. Des KPI typiques sont<br />

par exemple le taux de conversion, la durée<br />

entre le premier contact et la conclusion<br />

du contrat (cycle de vente), les coûts<br />

par lead et les coûts par conclusion. <<br />

Voici comment transformer de<br />

manière ciblée des prospects<br />

en clients<br />

La Poste est le principal fournisseur de solutions<br />

de marketing de dialogue en Suisse.<br />

Une gestion des leads qui fonctionne est<br />

la condition préalable pour un marketing<br />

de dialogue efficace. La liste de contrôle<br />

gratuite de la Poste pour la gestion des<br />

leads vous montre ce que vous faites<br />

déjà correctement et ce que vous pouvez<br />

encore améliorer. Profitez dès maintenant<br />

des nombreuses informations concrètes<br />

pour que votre gestion des leads devienne<br />

encore plus efficace.<br />

www.poste.ch/B1-liste-leadmanage<br />

ment<br />

Scannez le code QR pour<br />

demander la liste de<br />

contrôle gratuitement.<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>21


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Un duo bien rôdé depuis des années : Marcel Heimberg<br />

(à dr.) et le chef d’atelier, Herbert Gurtner. Photos :<br />

Daniela Thielecke<br />

Ouvert à la nouveauté en général, et à la numérisation en particulier<br />

Un garagiste qui ne laisse<br />

rien au hasard<br />

Le garage Heimberg, dans le canton d’Obwald, ne recule devant rien pour vendre des véhicules. Sur la<br />

plate-forme « Car For You », la concession Ford et Kia cherche notamment à attirer de nouveaux clients hors<br />

de la région, tandis que Marcel Heimberg réalise assidûment des vidéos pour assurer le positionnement<br />

prometteur. Mike Gadient<br />

Ce sont des instantanés dans le travail quotidien<br />

ordinaire d’un garagiste de l’UPSA. Le téléphone<br />

de Marcel Heimberg sonne soudain<br />

pendant l’interview. Une cliente sollicite le service<br />

de dépannage, car son véhicule inutilisé<br />

depuis le mois de novembre refuse de démarrer.<br />

Il faut alors coordonner l’intervention au<br />

sein de l’équipe de neuf personnes. Dix minutes<br />

après la dernière photo prise pour cet<br />

article, Marcel Heimberg s’apprête à participer<br />

à une formation en ligne dispensée par<br />

Kia. Il en suit une deuxième l’après-midi, organisée<br />

par Ford. L’entreprise familiale représente<br />

la marque Ford depuis près de 40 ans<br />

et également Kia depuis 2015, mais aussi Rollersteam<br />

pour les camping-cars. Dans un coin<br />

du showroom, on trouve un ancien logo Ford,<br />

que Marcel Heimberg, fier de ce long partenariat,<br />

aimerait accrocher et utiliser comme arrière-plan<br />

pour les vidéos. Mais le garagiste<br />

de 40 ans n’en a pas encore eu le temps, car<br />

il s’est consacré à d’autres tâches. Sur la page<br />

Facebook du garage, il a téléversé une vidéo<br />

portant ce titre : « Une Kia Picanto X-Line offerte<br />

avec ce sac ». Cette annonce cocasse présentant<br />

un sac d’une valeur de quelque 23 000<br />

francs sur le toit de la voiture a été vue près de<br />

3000 fois. « Nous voulons nous différencier »,<br />

explique Marcel Heimberg. Tous ses confrères<br />

de la branche sont sympathiques et s’engagent<br />

en faveur de la qualité. « Nous voulons être<br />

plus spécialisés et plus innovants. »<br />

Il a découvert l’approche et les messages vidéo<br />

lors d’une formation dispensée par Beat<br />

Jenny, formateur en vente enseignant notamment<br />

à l’UPSA Business Academy. « Il nous a<br />

encouragés à téléverser des vidéos, même si<br />

on n’aime pas trop se voir sur un écran. » Dans<br />

le showroom, des tablettes trônent à côté des<br />

brochures. Sur le Camper Ford Transit Nugget<br />

par exemple, il est plus efficace de montrer<br />

une vidéo du déploiement du toit plutôt<br />

que d’effectuer la manipulation à chaque fois.<br />

L’entreprise familiale a toujours tenu à faire<br />

preuve d’ouverture à l’égard de la nouveauté<br />

en général, et de la numérisation en particulier.<br />

Le garage Heimberg a présenté des véhicules<br />

électriques lors de l’événement consacré<br />

à la mobilité « Bewegt 18 » qui s’est déroulé sur<br />

l’aérodrome de Sarnen. « Nous proposions dès<br />

2014 un modèle électrique d’une autonomie de<br />

220 kilomètres, la Kia EV Soler. Aujourd’hui,<br />

la Kia EV6 affiche une autonomie de 500 kilomètres<br />

entre deux recharges », déclare Marcel<br />

Heimberg. Cette évolution justifie l’implanta-<br />

22<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

tion d’une infrastructure de recharge à la disposition<br />

des clients sur le site de Sachseln.<br />

Pour s’adresser aux nouveaux clients ou à la<br />

clientèle existante, le garage situé près du pittoresque<br />

lac de Sarnen mise sur le marché automobile<br />

en ligne. Grâce à la plate-forme « Car<br />

For You », des clients qui ne résident pas dans<br />

la région à la recherche de voitures neuves ou<br />

d’occasion peuvent consulter les offres. « Des<br />

particuliers et des entreprises de Suisse romande,<br />

du Tessin ou de Saint-Gall font partie<br />

de notre clientèle. Certains continuent de venir<br />

jusqu’à Sachseln pour l’entretien. Un bon<br />

point pour nous », juge Marcel Heimberg.<br />

La joint-venture « Car For You », créée en janvier<br />

2018 par le groupe de médias TX Group<br />

et l’assureur Axa, se définit essentiellement<br />

comme un partenaire et un intermédiaire<br />

pour les garagistes. La plate-forme aide les<br />

personnes qui ne sont pas spécialistes de l’automobile<br />

à choisir une voiture et un comparateur<br />

de prix indique si le prix est équitable<br />

par rapport à des offres similaires. « La plateforme<br />

a pris son essor au cours des deux dernières<br />

années. La technologie et le design se<br />

sont modernisés et s’adressent aux jeunes<br />

comme aux moins jeunes », se félicite Marcel<br />

Heimberg. Il est notamment impressionné par<br />

les vues extérieures et intérieures à 360 degrés<br />

de ses véhicules. Il a participé à ce projet pilote<br />

de nouvelle expérience de recherche qui<br />

donne l’impression au client d’examiner le véhicule<br />

sur place. Le garagiste de l’UPSA apprécie<br />

le penchant de « Car For You » pour la nouveauté,<br />

un trait de caractère que possède aussi<br />

l’entreprise : « J’ai suggéré au conseiller clientèle<br />

de ‹ Car for You › de lancer une formule de<br />

location. Cela me semble très intéressant pour<br />

moi, notamment pour les camping-cars. Nous<br />

sommes en train d’étudier cette opportunité.<br />

Il y a quelques mois, « Car For You » a modifié<br />

sa tarification pour la rendre plus flexible.<br />

Chaque vente de voiture est facturée 200<br />

francs. Si le plafond des coûts qui dépend de<br />

la taille de l’entreprise est atteint, toutes les<br />

autres ventes sont gratuites pendant l’année<br />

en cours. La redevance de base de 200 francs<br />

couvre la première vente et sont imputés au<br />

garagiste.<br />

Marcel Heimberg utilise la place de marché<br />

automobile en ligne pour doper ses ventes,<br />

mais il ne veut pas renoncer au contact direct<br />

avec la clientèle et à l’ambiance du showroom.<br />

C’est pourquoi lui et un confrère auquel il s’est<br />

lié d’amitié ont décidé d’exposer mutuellement<br />

des véhicules sur leur site respectif, une<br />

preuve de plus que Marcel Heimberg ne laisse<br />

rien au hasard. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

garageheimberg.ch<br />

carforyou.ch/fr<br />

La marque Kia est représentée depuis 2015 dans le<br />

paysage pittoresque du lac de Sarnen. La concession<br />

Ford y est implantée depuis près de 40 ans.<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> 23


FOCUS: GESTION D’ENTREPRISE<br />

La marque indépendante allemande Big Blocks communique uniquement sur les réseaux sociaux<br />

Regarder Youtube avant<br />

d’acheter une voiture<br />

Grâce à Youtube, Facebook et Instagram, Benjamin Jakob a réussi à faire connaître sa marque Big Blocks en<br />

quelques années. Ce concessionnaire de grosses cylindrées américaines a établi une véritable base de fans.<br />

Les garagistes suisses pourraient s’inspirer de leur confrère allemand. Mike Gadient<br />

Le portail de l’atelier s’ouvre, et une sorte de<br />

brume flottante s’élève, comme sur la piste de<br />

danse d’une discothèque. Un éclairage rouge<br />

se projette, pour conférer à l’instant encore<br />

plus d’intensité pour les inconditionnels de la<br />

Dodge Challenger SRT Hellcat déjà séduits. Incrédule,<br />

le client du concessionnaire allemand<br />

Big Blocks jette un œil vers la caméra, puis se<br />

réjouit intérieurement des nouvelles jantes et<br />

du vrombissement du moteur. Les émotions<br />

immortalisées sur Youtube depuis fin février<br />

de cette année ont déjà été vues 4000 fois.<br />

« Sur Youtube, nous pouvons susciter des émotions,<br />

informer les clients, donner des explications.<br />

Cela nous permet de nous démarquer<br />

des autres concessionnaires et de donner une<br />

première impression positive », déclare Benjamin<br />

Jakob, fondateur de la marque indépendante<br />

Big Blocks et dirigeant du garage Jakob,<br />

situé à Petersberg (Allemagne).<br />

Une cession de véhicule parfaitement mise en scène, avec un fort impact publicitaire sur Youtube. Photos : Capture<br />

d’écran Youtube<br />

Benjamin Jakob veut devenir l’un des plus<br />

gros concessionnaires de « Muscle Cars » d’Allemagne.<br />

Pour atteindre cet objectif, il mise<br />

massivement et exclusivement sur les différents<br />

réseaux sociaux. 65 000 followers sur<br />

Facebook, plus de 3100 abonnés sur Youtube<br />

et près de 6000 sur Instagram sont des chiffres<br />

éloquents. Avec ces trois canaux, Big Blocks<br />

attire l’attention de plus d’un million d’utilisateurs<br />

par mois. Quel est l’impact de cette ampleur<br />

sur les ventes de véhicules ? « Impossible<br />

à mesurer avec précision. Pour être exacts,<br />

nous ne disposons que des retours des acheteurs<br />

», explique Benjamin Jakob. Cependant,<br />

environ 85 % des clients ont déjà vu une vidéo<br />

sur Youtube avant de se rendre à Petersberg,<br />

ils connaissent ainsi les noms des collaborateurs<br />

de Big Blocks. « Ils savent même comment<br />

s’appelle le chien de la maison. Youtube<br />

est vraiment un média très prometteur. »<br />

24<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS: GESTION D’ENTREPRISE<br />

Comment les garagistes suisses peuvent-ils<br />

s’inspirer de leur confrère allemand ? Beat<br />

Jenny, formateur de vente et responsable de<br />

cours à la Business Academy de l’UPSA, martèle<br />

: « Des storys, des storys, et encore des<br />

storys. En produisant régulièrement du contenu,<br />

on gagne en visibilité. » Les vidéos de Big<br />

Blocks fonctionnent parce qu’elles montrent<br />

les bons personnages, et que tout est authentique.<br />

« Elles exploitent remarquablement bien<br />

la niche des Muscle Cars et l’indépendance du<br />

garage. » À noter que pour chaque réseau social,<br />

il faut jouer sur un autre tableau. Benjamin<br />

Jakob explique : « Tandis que Facebook<br />

se prête aux interactions, Instagram est plutôt<br />

une mise en bouche pour les clients. Les<br />

photos sont en général très vite regardées et<br />

ne laissent qu’un bref souvenir. » Les chances<br />

de vendre des prestations connexes comme le<br />

tuning ou la transformation de véhicules sont<br />

donc plus minces sur Instagram que sur Facebook.<br />

En nombre de followers, Facebook apparaît<br />

comme le réseau le plus porteur pour Big<br />

Blocks, mais Youtube est le plus important en<br />

raison des émotions qu’il transmet.<br />

Big Blocks a ouvert son compte Youtube le<br />

2 février 2020 et a déjà enregistré 3 millions de<br />

minutes de tournage. Au début, c’était un employé<br />

qui, après son travail, s’installait devant<br />

son Mac et découpait des séquences vidéos.<br />

Depuis, Benjamin Jakob et son équipe sont<br />

aidés par un studio de la région, qui tourne<br />

une vidéo par semaine. Un certain nombre de<br />

contenus réguliers est nécessaire pour conserver<br />

l’intérêt des abonnés spécifiques au média.<br />

« Aujourd’hui, chaque atelier possède sa page<br />

Facebook, mais le dernier post remonte souvent<br />

à des semaines. Ce n’est pas assez. Les<br />

internautes veulent voir qu’il se passe du nouveau<br />

», déclare Benjamin Jakob, partageant<br />

ainsi l’opinion de Beat Jenny (voir l’entretien).<br />

Les vidéos de cession de véhicules sont celles<br />

qui plaisent le plus, car elles montrent la relation<br />

entre l’acheteur et le vendeur au niveau<br />

personnel. « Grâce à cette proximité, on bâtit<br />

une communauté de fans. »<br />

L’équipe de Big Blocks consacre trois heures à<br />

chaque vidéo, des prises de vue à l’assemblage<br />

final. Il faut déployer un maximum d’efforts,<br />

car le diable se cache dans les détails. « Même<br />

si l’on pense que l’image est décisive, le son<br />

change tout », estime Benjamin Jakob. En effet,<br />

selon l’entrepreneur âgé de 35 ans, plus<br />

de 80 % des vidéos sur Youtube sont visionnées<br />

sur un écran de télévision, et non sur un<br />

terminal mobile. Comme les téléviseurs modernes<br />

sont en général équipés d’une barre<br />

de son ou d’un dispositif similaire, les bruits<br />

parasites peuvent facilement couvrir le texte<br />

parlé. « Notamment pour les voitures, c’est un<br />

problème complexe, car on change souvent de<br />

lieu et on doit lutter notamment à l’extérieur<br />

contre les bruits du vent. » Les professionnels<br />

de Big Blocks maîtrisent le sujet puisqu’ils ont<br />

reçu le prix du Digital Dealer Award 2020 de<br />

l’AEC (Auto Export Corporation) dans la catégorie<br />

du meilleur réseau social. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

bigblocks.de<br />

« Les garagistes peuvent se partager les services d’un spécialiste des réseaux sociaux »<br />

Beat Jenny, formateur en vente et responsable<br />

de cours de la Business Academy de l’UPSA<br />

Monsieur Jenny, comment un réseau<br />

social peut-il être utilisé pour booster<br />

les ventes et entretenir la relation avec<br />

la clientèle ?<br />

Beat Jenny : Nous distinguons l’acquisition<br />

de nouveaux clients et l’entretien de la relation<br />

avec la clientèle existante. Dans le premier<br />

cas, les prestations de Google sont les plus efficaces.<br />

Les réseaux sociaux contribuent à fidéliser<br />

la clientèle, ils sont un outil de communication<br />

et doivent être considérés comme un journal<br />

quotidien pour les clients. Le garagiste décide de<br />

ce qu’il veut publier, et à quel moment. Si le post sur<br />

le réseau social ne correspond pas aux attentes de<br />

la clientèle existante, il sera difficile de s’adresser<br />

à de nouveaux clients. Lorsqu’on a compris cette<br />

approche, on sait comment positionner les réseaux<br />

sociaux dans sa communication d’entreprise. Ce<br />

peut être Instagram, Facebook, LinkedIn ou Tiktok : il<br />

faut utiliser la plate-forme qui correspond au groupe<br />

cible et celle que les collaborateurs préfèrent pour<br />

préparer et poster leurs contenus.<br />

Combien de temps un garagiste doit-il<br />

consacrer par semaine aux réseaux sociaux<br />

?<br />

Je pense qu’il faut publier un post au moins deux<br />

fois par semaine. Au préalable, il faut s’interroger<br />

sur les contenus : comment est-ce que je veux<br />

être perçu ? Sur quels points puis-je aider mes<br />

clients dès aujourd’hui ? Une méthode simple pour<br />

commencer consiste à répondre directement aux<br />

questions des clients, et montrer l’envers du décor.<br />

De nombreux garagistes ont l’impression qu’ils<br />

doivent parler de vente. Mais la clé du succès<br />

se situe dans le domaine de l’après-vente, car<br />

la plupart des contacts avec la clientèle ont lieu<br />

à l’atelier.<br />

Quels outils recommandez-vous pour<br />

augmenter le nombre d’abonnés ?<br />

Ce nombre augmente lorsqu’on est actif.<br />

Beaucoup de garagistes suisses ont environ<br />

1500 followers sur LinkedIn. Il faut des idées<br />

créatives, les contenus doivent porter sur<br />

des thèmes pertinents. Enfin, une question se<br />

pose systématiquement : qui s’occupe de<br />

ces nouveaux canaux de communication ? Un<br />

exemple de solution : quatre garagistes qui ne<br />

sont pas concurrents pourraient se partager les<br />

services d’un spécialiste des réseaux sociaux.<br />

On n’est pas obligé d’embaucher quelqu’un en<br />

contrat fixe.<br />

NOUS AVONS<br />

LA BONNE SOLUTION<br />

POUR VOS REMISES<br />

DE CLEFS<br />

BOPP Solutions AG<br />

Industriestrasse 6 | 8305 Dietlikon | Schweiz<br />

T +41 44 883 33 88 | F +41 44 883 33 89<br />

info@bopp-solutions.ch | www.bopp-solutions.ch


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Entretien avec Marc Kessler, CEO de Quality1 AG<br />

Interactions entre les marchés des<br />

voitures neuves et d’occasion<br />

Quality1 AG est le leader du marché suisse des garanties automobiles. Marc Kessler, son CEO, nous parle ici<br />

de 2020 et de ses effets liés au coronavirus encore perceptibles aujourd’hui ainsi que de la numérisation de<br />

sa société, et annonce qu’il restera le sponsor principal de la Journée des garagistes suisses. Sandro Compagno<br />

M. Kessler, l’année du coronavirus a laissé<br />

des traces dans les comptes de résultat de<br />

bien des garagistes. Le Reflet de la branche<br />

de Figas constate un recul des rendements<br />

et du cash-flow. En tant que CEO du plus<br />

grand assureur de garantie, comment<br />

évaluez-vous la situation ?<br />

Marc Kessler, CEO de Quality1 AG : Cela<br />

confirme nos impressions à la suite des<br />

discussions que nous avons eues avec nos<br />

clients et surtout avec les concessionnaires.<br />

Les retards de livraison des véhicules neufs<br />

ont eu des conséquences graves. Aujourd’hui,<br />

les micro-puces sont un problème pour les<br />

constructeurs : il y a une pénurie et un ralentissement<br />

de la production dans le monde<br />

entier. Nous sentons par ailleurs toujours les<br />

incertitudes des consommateurs et une certaine<br />

réserve en matière d’investissements,<br />

comme pour l’achat d’une voiture neuve.<br />

« Le passage des voitures neuves aux occasions nous a permis en particulier de finir sur un bon résultat » :<br />

Marc Kessler, CEO de Quality1 AG. Photo : Quality1 AG<br />

En tant qu’assureur de garantie, Quality1<br />

évolue surtout sur le marché de l’occasion.<br />

Cette situation ne devrait que peu toucher<br />

vos affaires…<br />

Vous oubliez les interactions entre les marchés<br />

des voitures neuves et d’occasion. Les<br />

occasions ont bien sûr gagné en attractivité<br />

à la suite des problèmes de livraison des<br />

constructeurs. Mais l’offre de modèles d’occasion<br />

intéressants est de moins en moins étoffée.<br />

Le recul du nombre de nouvelles voitures<br />

sur les routes affecte le marché de l’occasion,<br />

car il faut vendre de nouveaux modèles pour<br />

créer des occasions. Et nous sommes aussi<br />

actifs sur le marché des voitures neuves, surtout<br />

pour les séries spéciales qui sont vendues<br />

en option avec une durée de garantie de<br />

cinq ans. Pour ces séries, les 4 e et 5 e années<br />

sont assurées en collaboration avec Quality1.<br />

26<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Comment se sont déroulées les affaires de Quality1 en 2020 ?<br />

Nous avons aussi été pris au dépourvu par le 1 er confinement et enregistré<br />

des pertes. Mais nous avons profité du 1 er semestre 2020 pour<br />

investir dans des projets et développements actuels. Nous avons ainsi<br />

pu boucler des affaires qui restent souvent en suspens au quotidien.<br />

Nous avons petit à petit senti une légère reprise. Le passage des voitures<br />

neuves aux occasions nous a permis en particulier de finir sur<br />

un bon résultat. Ceci est aussi dû à la réactivité de la branche face<br />

à la situation imposée par le coronavirus avec des propositions de<br />

conseils numériques, de courses d’essai sans contact et de livraisons<br />

sans contact aux clients finaux. Nous profitons de l’occasion pour<br />

complimenter les garagistes et toute la branche !<br />

Vous avez parlé d’investissements dans des projets et<br />

développements. Pouvez-vous être plus concret ?<br />

Nous avons surtout investi dans l’informatique : bases de données,<br />

nouveau système de demande pour clients finaux sur notre site et<br />

nouvelles technologies. Nous nous concentrerons aussi à l’avenir sur<br />

les renouvellements et les développements.<br />

Les nouvelles technologies concernent bien sûr les garagistes,<br />

mais aussi l’assureur de garantie qu’est Quality1. Comment Quality1<br />

réagit-elle à cette dynamique de la branche ?<br />

Nous avons l’avantage de miser depuis des années sur la numérisation<br />

avec notre propre département informatique. Pas besoin d’acheter<br />

des prestations IT, nous avons tout chez nous. Nous sommes donc<br />

à même de réagir rapidement aux nouveaux besoins en utilisant de<br />

nouveaux outils.<br />

Continuons dans les nouvelles technologies et passons à la motorisation.<br />

Les véhicules purement électriques sont très récents et donc<br />

toujours couverts par la garantie du constructeur. Il en va autrement<br />

des variantes hybrides qui recourent à deux technologies différentes.<br />

Sont-elles donc plus sujettes à des dommages ?<br />

Dans les véhicules électriques, il faut distinguer le véhicule de la batterie.<br />

Les véhicules ont souvent une garantie du constructeur de deux<br />

ou trois ans, comme pour les voitures à moteur thermique. La durée<br />

de la garantie de la batterie est plus longue, avec un standard actuel<br />

semblant se fixer à huit ans ou 160 000 km. Ici aussi, nous proposons<br />

des contrats séparés pour les batteries haute tension au terme de la<br />

garantie du constructeur. Je dois cependant avouer que ce segment<br />

n’est pas encore très pertinent pour nous aujourd’hui : la plupart des<br />

véhicules électriques sont encore si récents que leur batterie est assurée<br />

par le constructeur. Il en va différemment des véhicules hybrides.<br />

Le recours à deux technologies entraîne effectivement un risque plus<br />

élevé de réparations.<br />

En matière d’électromobilité, plusieurs garagistes s’inquiètent du<br />

recul potentiel du service après-vente. Avez-vous déjà une idée et<br />

des statistiques de l’orientation prise par ce segment ainsi que de<br />

l’importance de cette évolution ?<br />

Comme déjà dit, nous avons peu d’expérience avec les batteries, car<br />

peu de modèles ont dépassé les huit ans de garantie d’usine. Dans la<br />

branche, le coût de remplacement d’une batterie est estimé à un tiers<br />

de la valeur du véhicule. Si les prix et les technologies ne connaissent<br />

pas de révolution à l’avenir, les charges et par conséquent les coûts<br />

augmenteront. Et les véhicules électriques sont équipés de systèmes<br />

électroniques de plus en plus complexes. Le podium de nos statistiques<br />

des sinistres est d’ailleurs occupé par l’électronique, les suspensions<br />

et les appareils de commande. On constate donc que tout<br />

ne change pas entièrement du jour au lendemain. Mais il ne faut pas<br />

être dans le déni. Il est possible que ces défauts disparaissent à long<br />

terme et que le service après-vente des garagistes en subisse les conséquences.<br />

Différents constructeurs proposent ainsi déjà des mises à<br />

jour logicielles « over the air ».<br />

La direction de Quality1 a connu d’importants changements avec le<br />

départ de Stefan Amstutz, Chief Business Development Officer, et<br />

l’arrivée de Torsten Schmidt au poste de Chief Information Officer.<br />

Qu’est-ce qui change pour les garagistes ?<br />

Stefan Amstutz a décidé de s’engager dans son entreprise familiale.<br />

Nous regrettons sa décision, mais sommes aussi contents pour lui. Le<br />

rôle de Torsten Schmidt en tant que Chief Information Officer souligne<br />

notre intention d’intégrer encore plus l’informatique et la numérisation<br />

dans la stratégie de l’entreprise. Quality1 AG a déjà atteint un<br />

niveau élevé en termes de numérisation. Nous voulons tout de même<br />

profiter encore des potentiels numériques pour encore mieux soutenir<br />

les concessionnaires et la branche.<br />

Cet entretien était prévu dans le cadre de la Journée des garagistes<br />

suisses, que Quality1 soutient depuis de nombreuses années en tant<br />

que sponsor. Ce rendez-vous est malheureusement tombé à l’eau et<br />

devrait avoir lieu le 18 janvier 2022. Serez-vous encore son sponsor<br />

principal ?<br />

<strong>2021</strong> a été une année très exigeante pour nous, aussi bien sur le plan<br />

privé que commercial. Après des contacts personnels restreints avec<br />

nos clients pendant des mois, nous nous réjouissions de participer<br />

à ce rendez-vous. Mais comme aucune manifestation publique avec<br />

plus de 15 participants n’était autorisée au début mai, il était logique<br />

d’annuler cet événement. Nous avons déjà accepté d’être le sponsor<br />

principal pour 2022. Nous n’avons jamais remis en question cet engagement.<br />

<<br />

Plus d’informations sur :<br />

quality1.ch/fr<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>27


Christian Müller<br />

Garagiste<br />

Coûts supplémentaires<br />

avec la loi CO 2 :<br />

5’800.<strong>–</strong><br />

Ruiner<br />

les entreprises ?<br />

«<br />

Je travaille dans un secteur à forte consommation d’énergie. J’ai besoin d’environ 18’000 litres<br />

de carburant par an pour mon activité. Mais aussi de 12’000 litres de mazout pour chauffer<br />

mon garage.<br />

Les taxes et prélèvements supplémentaires prévus par la loi sur le CO2 me coûteraient environ<br />

5’800 francs par an. Je devrais économiser cet argent quelque part ou répercuter les coûts<br />

sur mes clients.<br />

De plus, pour des raisons techniques, je ne peux pas chauffer les grandes surfaces et les pièces<br />

hautes de mon garage avec des énergies renouvelables et dois recourir au mazout. Avec<br />

la nouvelle loi sur le CO2, les systèmes de chauffage au mazout et au gaz seraient presque<br />

inutilisables.»<br />

Coûteuse.<br />

Inefficace.<br />

Antisociale.<br />

www.loico2-ratee.ch<br />

Soutenez notre campagne !<br />

@LoiCO2NON<br />

Non<br />

à la loi ratée<br />

sur le CO2


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE<br />

Selim Ülgür, Richard Deak et Felix Fröhlich (de g. à dr.)<br />

photographiés devant une Porsche 911 pour l’application<br />

« Best Car Price ». Photo : médias de l’UPSA<br />

L’application « Best Car Price » permet de vendre plus de voitures<br />

Le garage avec le meilleur<br />

prix de reprise gagne<br />

La frontière qui sépare une acceptation d’un refus par un client est mince. Pour vendre plus de voitures, le<br />

centre Porsche Zoug utilise la nouvelle application « Best Car Price ». Mike Gadient<br />

Un client qui décline : la hantise des concessionnaires.<br />

Au centre Porsche Zoug de<br />

Rotkreuz, les vendeurs prodiguent aux clients<br />

des conseils professionnels et éloquents toujours<br />

avec le sourire. La somme que le client<br />

obtient pour la reprise de son véhicule détermine<br />

largement s’il signe le contrat d’achat de<br />

sa future Porsche. « Si le client potentiel n’est<br />

pas satisfait du prix de reprise, nous devons<br />

proposer d’autres services sur le véhicule neuf<br />

ou d’occasion pour faire affaire », explique Felix<br />

Fröhlich, responsable des ventes du centre<br />

Porsche Zoug. Pour éviter ce scénario et faire<br />

en sorte que le client ne quitte pas les lieux<br />

si le prix de reprise proposé est trop bas, les<br />

vendeurs de Porsche ont recours à l’application<br />

« Best Car Price ». Ainsi, les prix des reprises<br />

sont plus élevés, ce qui simplifie considérablement<br />

la vente.<br />

Pourquoi le centre Porsche Zoug utilise-t-il<br />

l’application ? « Par le passé, nous nous renseignions<br />

auprès de trois à cinq concessionnaires<br />

au sujet d’éventuels véhicules de reprise<br />

qui ne devaient pas être revendus sur l’un de<br />

nos sites. Nous n’étions alors pas en mesure<br />

de savoir si les prix proposés étaient corrects.<br />

Mais je savais que deux grandes entreprises<br />

automobiles du pays utilisaient déjà une plateforme<br />

maison avec de nombreux concessionnaires…<br />

et bénéficiaient donc de tarifs de reprise<br />

attractifs », déclare Felix Fröhlich. Grâce<br />

à la solution « Best Car Price », il peut proposer<br />

aux clients de meilleurs prix de reprise<br />

dans un laps de temps plus court. « Au lieu<br />

de quelques concessionnaires, nous avons<br />

désormais accès à un réseau de plus de 100<br />

garages situés aux quatre coins du pays qui<br />

recherchent des véhicules très différents. »<br />

« Best Car Price » a notamment pour grand<br />

avantage de permettre au vendeur de créer<br />

une annonce en quelques minutes pendant le<br />

processus de vente. Il y indique alors jusqu’à<br />

quand il a besoin du prix de reprise ferme<br />

pour pouvoir le communiquer au client avant<br />

la signature du contrat. Dès que l’annonce est<br />

créée, les concessionnaires du réseau « Best<br />

Car Price » reçoivent une notification et/ou un<br />

e-mail et peuvent faire une offre pour cette annonce.<br />

Felix Fröhlich le constate : « Notre expérience<br />

montre que le vendeur peut tout à<br />

fait conclure la vente s’il publie l’annonce en<br />

ligne alors que le client est encore en train de<br />

tester le véhicule et qu’il obtient les premières<br />

enchères sur l’application à ce moment-là. »<br />

Richard Deak, cofondateur de « Best Car<br />

Price », explique : « Nous nous sommes rendu<br />

compte que le prix de reprise constitue un critère<br />

important pendant l’entretien de vente. »<br />

Ce prix de reprise est un levier qu’il est encore<br />

possible d’actionner en cette période de sensibilité<br />

croissante aux prix des clients et de<br />

pression croissante que subissent les marges<br />

des concessionnaires. Richard Deak et son associé<br />

Selim Ülgür savent de quoi ils parlent,<br />

car ils peuvent tous les deux se targuer d’une<br />

longue expérience de la vente de voitures. « En<br />

tant que vendeur, tu peux être aussi sympathique<br />

et proposer autant de cafés que tu le<br />

souhaites, c’est en fin de compte le prix qui<br />

détermine tout. C’est pourquoi nous avons développé<br />

cette application. Le vendeur dispose<br />

ainsi constamment d’un outil sur son smartphone<br />

», ajoute Selim Ülgür.<br />

Les deux jeunes entrepreneurs ont financé<br />

eux-mêmes leur start-up. L’application développée<br />

par une société de services informatiques<br />

zurichoise est disponible sur n’importe<br />

quel smartphone depuis le début de l’année<br />

<strong>2021</strong>. Elle est continuellement améliorée sur<br />

la base des retours des garagistes du réseau. Ce<br />

réseau devrait quant à lui poursuivre son expansion<br />

puisque plus de 200 garages devraient<br />

rejoindre la plate-forme d’ici la fin de l’année.<br />

Des réseaux personnalisés sont possibles<br />

pour les grandes chaînes de garages. D’après<br />

les dires des fondateurs, le garagiste peut déjà<br />

amortir son abonnement annuel avec une à<br />

deux reprises.<br />

« Participer à Best Car Price a été une décision<br />

intelligente pour nous, car les prix de reprise<br />

bien plus favorables nous permettent d’augmenter<br />

très facilement nos ventes », conclut<br />

Felix Fröhlich. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

bestcarprice.ch<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>29


FOCUS : GESTION D’ENTREPRISE FOCUS<br />

La transition du stress au burnout est fluide. Photo : Istock<br />

Interview d’Erich Scheibli, expert du burnout<br />

Comment vous prémunir, vous et vos<br />

collaborateurs, contre un burnout<br />

Le burnout et la dépression résultent parfois du durcissement de la cadence, des exigences et de<br />

l’intensité du travail. D’après Promotion Santé Suisse, le stress anéantit chaque année des prestations<br />

d’une valeur d’environ 7,6 milliards de francs. Erich Scheibli, expert du burnout, évoque les signes<br />

avant-coureurs et les mesures de prévention. Carla Stampfli<br />

Erich Scheibli, membre du conseil d’administration du<br />

Réseau suisse d’experts sur le burnout (SEB) et responsable<br />

Care Management de l’assurance-maladie Swica.<br />

Monsieur Scheibli, les délais sont de plus en plus serrés dans le<br />

monde du travail, la branche automobile ne faisant pas exception,<br />

mais les ressources des collaborateurs restent inchangées. Ce<br />

déséquilibre est-il le reflet de notre époque ?<br />

Erich Scheibli, membre du conseil d’administration du Réseau<br />

suisse d’experts sur le burnout (SEB) et responsable Care Management<br />

de l’assurance-maladie Swica : En effet. Nous devons notamment<br />

notre croissance économique à notre productivité élevée qui<br />

accroît la pression sur les ressources des collaborateurs. Il est donc<br />

d’autant plus important de déployer ces ressources de manière aussi<br />

ciblée que possible et d’optimiser continuellement les processus. La<br />

numérisation joue un rôle important. Mais je pense que des équipes<br />

motivées et fonctionnant bien contribuent tout autant à l’amélioration<br />

de la productivité. Il convient d’examiner la culture de management<br />

de l’entreprise et de l’adapter à cette époque de plus en plus<br />

complexe et véloce.<br />

Qu’est-ce qui est « juste » du stress et quand se transforme-t-il en<br />

burnout ?<br />

Nous connaissons tous le stress. Il fait partie de notre vie. S’il persiste,<br />

une situation à risque aiguë se développe dans le cadre d’un processus<br />

continu, si bien que le stress se convertit en toute fluidité en burnout<br />

qui menace notre système nerveux et qui est susceptible d’engendrer<br />

une dépression due à l’épuisement ou des angoisses. Les individus atteints<br />

de burnout doivent consulter un médecin sans tarder.<br />

Comment reconnaître un burnout émergent ?<br />

En général, c’est l’entourage de la personne qui perçoit le burnout émergent,<br />

et non la personne elle-même. Les individus concernés perçoivent<br />

négativement leur environnement. Ils s’agacent rapidement et leur carapace<br />

semble de plus en plus mince. On constate aussi souvent un retrait<br />

social. Il importe que l’entourage professionnel ou privé en parle<br />

à la personne concernée, qu’il la « prenne par la main » et qu’il l’encourage<br />

à consulter un médecin ou un spécialiste dans les plus brefs délais.<br />

Quelles mesures peuvent prendre les entreprises pour prémunir<br />

leurs collaborateurs contre un épuisement chronique ?<br />

La question de la santé en entreprise et donc la gestion de la santé en<br />

entreprise doivent être solidement ancrées dans l’entreprise. En tant<br />

qu’assureur-maladie, nous proposons diverses offres de soutien. Il faut<br />

aussi une culture de management transparente et axée sur les solu-<br />

30<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


tions. Les conflits font par exemple partie de notre quotidien professionnel.<br />

Ils exigent l’attention des cadres et du personnel. Ceux qui<br />

ne sont pas résolus sur une période prolongée peuvent déclencher un<br />

burnout. La prévention du burnout n’est en revanche pas que l’affaire<br />

de l’employeur. Les collaborateurs doivent eux aussi faire attention à<br />

leur santé et avoir assez de temps pour se reposer dans leur vie privée.<br />

Les cadres sont particulièrement touchés par le burnout. La plupart<br />

du temps, ils n’en reconnaissent pas les signes ou rechignent à<br />

demander de l’aide. Que peuvent faire les cadres ?<br />

C’est une affaire délicate pour les cadres. Ils n’aiment pas aborder la<br />

question avec leur N+1. En entreprise, le burnout reste un signe de<br />

faiblesse et d’échec. Les entreprises peuvent proposer à leurs collaborateurs<br />

des séances de conseil externes, qui leur viennent rapidement<br />

en aide, au besoin sous couvert d’anonymat.<br />

Qui prend en charge les conséquences financières d’un burnout ?<br />

Si un médecin porte un collaborateur malade, l’assurance d’indemnités<br />

journalières de l’employeur s’acquitte des coûts liés à l’incapacité<br />

de travail. De même, l’assurance-maladie règle les coûts liés au<br />

traitement requis.<br />

En moyenne, combien de temps faut-il avant qu’un collaborateur<br />

en burnout revienne au travail ? Peuvent-ils regagner leur poste<br />

de travail ?<br />

Cela dépend de la gravité de la maladie. Plus le burnout est détecté précocement,<br />

plus la réinsertion est rapide. La durée moyenne de l’incapacité<br />

de travail en cas de maladie physique est d’environ 36 jours, soit<br />

presque deux fois plus que pour des maladies de l’appareil locomoteur.<br />

L’absence en cas de burnout est comprise entre quelques semaines et<br />

plusieurs mois, voire un à deux ans. Par chance, de nombreux collaborateurs<br />

peuvent se réinsérer au travail. Les entreprises et les particuliers<br />

clients de Swica peuvent compter sur l’aide prodiguée par notre Care<br />

Management. Il importe de créer des conditions facilitant une réinsertion<br />

réussie. Il arrive parfois qu’un changement de poste soit la bonne<br />

solution. Un burnout peut être à l’origine d’une réorientation générale<br />

pour la personne concernée.<br />

La branche automobile est-elle aussi touchée que d’autres<br />

secteurs ?<br />

Le burnout affecte toutes les branches. Certains groupes professionnels<br />

sont toutefois exposés à un risque accru de burnout. Citons par<br />

exemple les enseignants, les soignants, les travailleurs sociaux et les<br />

médecins. Les métiers dans lesquels un soutien direct d’individus occupe<br />

le devant de la scène sont confrontés à des défis particuliers en<br />

matière de stress. <<br />

MA STAR 5.5<br />

LA QUALITÉ PRÉVAUT.<br />

La sécurité maximale se trouve dans les détails.<br />

KSU A-Technik AG est l‘un des principaux fournisseurs Suisses<br />

d‘équipements d‘atelier, de station de lavage et d‘outillage.<br />

Comme la MA Star 3.5, la nouvelle MA Star 5.5 dispose également<br />

d‘une triple sécurité. Ceci est assuré par l‘ensemble<br />

éprouvé d‘écrous de broche avec filetage autobloquant, le<br />

système unique de détection de casse d‘écrou „Girafe“ et le<br />

frein moteur intégrés en standard.<br />

Notre clientèle exigeante s‘appuie sur nos normes de<br />

qualité, notre longue expérience et notre compétence.<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong><br />

KSU A-Technik AG · Lägernstrasse 11 · 5610 Wohlen<br />

T 056 619 77 00 · F 056 619 77 11 · equipment@ksu.ch · ksu.ch


SPONSORED CONTENT<br />

AutoScout24<br />

Boom des voitures électriques sur<br />

les plates-formes électroniques<br />

Il y a quelques années encore, on se retournait sur chaque voiture électrique qui passait. Aujourd’hui, avec<br />

leur ronronnement discret, elles sont devenues normales dans le paysage routier. Sur AutoScout24, une voiture<br />

neuve sur dix est déjà une voiture électrique. Leur proportion a augmenté de manière ultra-rapide ces deux<br />

dernières années. C’est pourquoi la plate-forme propose une aide à la recherche aux personnes qui souhaitent<br />

trouver un tel véhicule sans se perdre dans la jungle des offres.<br />

Maurice Acker, National Sales Director AutoScout24.<br />

La mobilité électrique devient une réalité. Certains<br />

constructeurs ont déjà annoncé qu’ils<br />

abandonneraient complètement le moteur à<br />

combustion (Volvo), quand d’autres étoffent<br />

à toute allure leur palette de modèles électriques<br />

(groupe Volkswagen, Renault, etc.). Le<br />

programme de soutien et la réglementation<br />

du côté de la politique montrent leur efficacité.<br />

Il y a trois ans, moins d’une voiture neuve<br />

sur cent proposée sur AutoScout24 était dotée<br />

d’un moteur électrique. Aujourd’hui, c’est<br />

déjà une voiture de tourisme sur dix qui l’est.<br />

La demande augmente aussi<br />

Chose réjouissante : la demande aussi se développe<br />

continuellement. À la mi-2018, la<br />

part des recherches spécifiques de voitures<br />

électriques s’élevait à moins de 2,5 % sur AutoScout24.<br />

Fin 2019, ce chiffre est passé à<br />

près de 5 % et a même parfois dépassé 7,5 %<br />

fin 2020. Et la tendance est nettement à la<br />

hausse. En 2020, les marques de voitures<br />

électriques les plus recherchées sur AutoScout24<br />

étaient Hyundai, VW, Mercedes, Tesla<br />

et Renault. Pendant les premiers mois de<br />

cette année, VW a pris la tête du classement<br />

devant BMW, Hyundai, Fiat et Mercedes.<br />

Encore peu de critères<br />

de recherche spécifiques utilisés<br />

Sur AutoScout24, la plupart des gens recherchent<br />

simplement une voiture électrique,<br />

sans aucune autre spécification. Ou alors ils<br />

effectuent une recherche par marque, comme<br />

Tesla, ou par modèle, comme la Renault Zoe.<br />

« Nous sommes persuadés que cela va changer,<br />

déclare Maurice Acker, National Sales<br />

Director d’AutoScout24, c’est pourquoi nous<br />

optimisons continuellement notre plateforme.<br />

» AutoScout24 part du principe que les<br />

clients sauront bientôt mieux ce qu’ils souhaitent<br />

et que leurs critères de recherche s’affineront,<br />

comme c’est déjà le cas aujourd’hui<br />

pour les voitures à essence. « À l’heure actuelle,<br />

les clients peuvent uniquement comparer<br />

l’autonomie des véhicules électriques,<br />

et ils le font beaucoup. Mais bientôt, nous<br />

pourrons nous consacrer à d’autres critères et<br />

arrêter de parler de la puissance de la batterie<br />

», relève Maurice Acker avec un clin d’œil.<br />

Le but d’AutoScout24 est de pouvoir conseiller<br />

au mieux les personnes intéressées dans<br />

le processus de recherche d’un véhicule.<br />

Grâce à la plate-forme, elles doivent pouvoir<br />

32<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


SPONSORED CONTENT<br />

prendre les bonnes décisions en matière de<br />

mobilité électrique, avec ou sans batterie,<br />

mais aussi dans le domaine des technologies<br />

de transition comme les véhicules hybrides<br />

ou hybrides légers, et ce, qu’il s’agisse de voitures<br />

neuves ou d’occasion. Maurice Acker<br />

l’exprime ainsi : « AutoScout24 présente déjà<br />

au client l’offre de mobilité en temps réel et<br />

aux véritables prix du marché. Il peut donc<br />

y rechercher ce qui correspond à ses besoins.<br />

Pour les véhicules électriques aussi, l’image<br />

se précise de plus en plus. »<br />

Davantage de voitures électriques,<br />

mais encore peu d’occasions<br />

Début mai <strong>2021</strong>, près de 6700 véhicules électriques<br />

étaient disponibles sur AutoScout24,<br />

dont quatre sur cinq construits en 2020 et<br />

<strong>2021</strong>, c’est-à-dire neufs. À peine 12 % des véhicules<br />

avaient plus de deux ans. Le marché<br />

des occasions électriques est donc encore relativement<br />

restreint, ce qui n’est guère surprenant<br />

si l’on considère la part que représentaient<br />

les véhicules électriques parmi les<br />

voitures neuves il y a encore trois ans. AutoScout24<br />

s’attend à une évolution analogue<br />

à celle des voitures neuves, soit à une forte<br />

croissance, mais avec un peu de retard.<br />

Le marché change : les temps sont<br />

durs pour les concessionnaires<br />

La numérisation a un impact nettement plus<br />

fort sur les voitures électriques qu’elle n’en a<br />

jamais eu sur celles à essence. Pour des raisons<br />

d’efficacité, des fonctionnalités spéciales<br />

seront probablement intégrées à chaque modèle.<br />

Il faudra ensuite les activer au moyen de<br />

mises à jour logicielles dans le magasin d’applications.<br />

Le changement s’invite cependant<br />

aussi dans les garages : si les mécaniciens ont<br />

aujourd’hui les mains dans le cambouis dans<br />

les ateliers, demain on aura besoin d’électriciens<br />

qui connaissent bien les logiciels et la<br />

haute tension dès l’usine. Il s’agit là d’une réorganisation<br />

structurelle complète. Toutefois,<br />

l’expert d’AutoScout24 reste là aussi optimiste<br />

: « Malgré tous les défis que cela représente,<br />

les concessionnaires qui se préparent<br />

d’ores et déjà à la mobilité électrique de demain<br />

peuvent développer un avantage compétitif.<br />

» Il convient pour cela de former son<br />

personnel, de mettre en place l’infrastructure<br />

et d’avoir un plan pour le positionnement de<br />

son entreprise. Car pour Maurice Acker, une<br />

chose est claire : « La question n’est pas de<br />

savoir si la mobilité électrique se propagera,<br />

mais quand elle le fera et à quel rythme. » Là<br />

encore, AutoScout24 est prête, en aidant les<br />

concessionnaires à numériser leurs ventes et<br />

à offrir à leur clientèle toutes les options. <<br />

Plus d’informations sur<br />

autoscout24.ch/fr<br />

Sur AutoScout24, une voiture neuve sur dix est déjà une<br />

voiture électrique. Photos : Getty Images<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> 33


FOCUS: SYSTÈMES AUTOMOBILES<br />

Accumulation électrochimique, défi pour l’électromobilité<br />

Le défi de l’accumulation d’électricité<br />

La batterie est le talon d’Achille de l’électromobilité. Le moteur à combustion l’emporte face au moteur<br />

électrique il y a plus de 120 ans, alors qu’ils sont au coude à coude. Il ne doit pas sa victoire à ses gaz<br />

d’échappement nauséabonds, mais à sa maniabilité pour l’utilisateur. La mutation actuelle qui frappe les<br />

propulsions dans le but de rouler sans dégager de CO 2<br />

localement montre que le problème de l’accumulation<br />

d’énergie n’est pas résolu. Andreas Senger<br />

L’offre de véhicules rechargeables, tels que<br />

les véhicules électriques à batterie (BEV) ou<br />

les hybrides rechargeables, ne cesse de se<br />

développer. La pression visant à réduire les<br />

émissions de CO 2<br />

et le passage à une propulsion<br />

exempte d’émissions encouragent<br />

les constructeurs et les importateurs à<br />

rendre l’électromobilité intéressante pour<br />

la clientèle. Bien que les prises électriques<br />

ne délivrent pas d’électricité dépourvue de<br />

CO 2<br />

sur le long terme, les BEV sont « bénis<br />

à 0 g/km de CO 2<br />

et permettent de réduire la<br />

consommation du parc à 95 g/km.<br />

Il est rafraîchissant que la publication spécialisée<br />

« Auto Motor und Sport » ait révisé<br />

ses critères pour les rapports d’essai de<br />

véhicules électriques et qu’elle publie les<br />

émissions de CO 2<br />

aux 100 km en fonction<br />

du mix d’électricité allemand. En moyenne,<br />

les centrales au charbon rejettent 401 g de<br />

CO 2<br />

par kWh d’énergie électrique, malgré<br />

les parcs éoliens et les panneaux solaires<br />

qui sont exempts de CO 2<br />

. En dépit<br />

de l’indication de 0 g/km, une grosse BEV<br />

consomme environ 25 kWh aux 100 km,<br />

soit 25 kWh x 401 g/kWh : 100 km =<br />

100 g/km, donc plus que la limite de<br />

consommation du parc de 95 g/km. La<br />

Suisse a le privilège de profiter d’une électricité<br />

largement dépourvue de CO 2<br />

. Or les<br />

émissions ne s’arrêtent toutefois pas à la<br />

frontière, et le pays importe de l’électricité<br />

d’Allemagne.<br />

Tous les constructeurs automobiles installent actuellement la batterie entre les essieux sous forme d’élément de la<br />

plate-forme (en partie comme pièce porteuse de la caisse). Le centre de gravité du véhicule est donc surbaissé, ce<br />

qui optimise le comportement de conduite. La sécurité en cas de collision s’en trouve améliorée et les éventuels dégâts<br />

que pourrait subir la batterie haute tension ne sont envisageables que dans des cas extrêmes. Photo : Porsche<br />

Les différentes cellules sont réunies dans un module.<br />

Pour que la production ne soit pas dangereuse, la tension<br />

totale d’un module ne dépasse généralement pas<br />

60 V. Photo : Mercedes-Benz<br />

Les recharges rapides permettent de réduire le nombre<br />

d’arrêts de ravitaillement, mais ils sollicitent durement<br />

la batterie haute tension. Elles sont indispensables lors<br />

de longs trajets. Photo : Audi<br />

Langwiesenstrasse 2 | CH-8108 Dällikon | Téléphone 044 847 64 64 | www.baumgartnerag.ch | garagen@baumgartnerag.ch<br />

ASSISTANTS<br />

BAUMGARTNER SA <strong>–</strong> APPAREILS DE GARAGE ET D’ATELIER


FOCUS: SYSTÈMES AUTOMOBILES<br />

Pour les clients, le passage à l’électromobilité<br />

ne pose aucun problème d’utilisation.<br />

Pour autant qu’ils disposent d’un chargeur<br />

à leur domicile et, dans le meilleur des cas,<br />

au travail, aspect important pour les pendulaires,<br />

seule l’autonomie est un critère<br />

limitatif. Pour des autonomies généreuses<br />

pouvant atteindre 500 km, il faut emporter<br />

une batterie d’une tonne pour avoir suffisamment<br />

d’énergie électrique à bord. Dans<br />

la variante actuelle la plus performante<br />

(lithium-ions), cette batterie de propulsion<br />

affiche une densité énergétique de quelque<br />

100 Wh/kg et une densité de puissance<br />

d’environ 1000 W/kg. Quiconque souhaite<br />

déplacer son SUV de 2,5 t de manière sportive<br />

doit disposer d’une densité de puissance<br />

suffisante et d’une densité énergétique<br />

élevée pour l’autonomie.<br />

Partie supérieure du logement<br />

Modules de cellules<br />

Logement de la batterie<br />

Plaque au plancher assortie d’un<br />

refroidissement/chauffage<br />

Protection du soubassement<br />

Contrôleur de gestion des cellules<br />

Connecteur haute tension<br />

Barre omnibus<br />

Système de gestion de la batterie<br />

Si un véhicule aussi lourd consomme<br />

25 kWh/100 km pour un comportement de<br />

conduite modéré, il faut 125 kWh d’énergie<br />

pour une autonomie de 500 km, ce qui<br />

alourdit la batterie. Du point de vue physique,<br />

il vaudrait mieux électrifier les petites<br />

voitures plutôt que les véhicules<br />

lourds. La puissance requise ne baisse<br />

que si le véhicule s’allège. La consommation<br />

d’énergie permet d’installer des batteries<br />

bien plus petites pour des autonomies<br />

réduites. Dans le segment des compactes,<br />

les différences de prix entre les véhicules<br />

électriques et ceux dotés d’un moteur thermique<br />

sont trop élevées. Les véhicules onéreux<br />

permettent d’autre part d’assurer un<br />

rendement.<br />

Autre obstacle technique : une batterie<br />

lithium-ion ne devrait être utilisée qu’entre<br />

30 et 80 % de sa capacité de stockage pour<br />

garantir une durée de vie aussi longue que<br />

possible et pour que les pertes de capacité<br />

restent faibles. Les batteries li-ions sont<br />

sensibles à la décharge profonde et la puissance<br />

de charge maximale absorbée n’est<br />

pas favorable à sa longévité. Ce SOC (State<br />

of Charge) doit être pris en compte par la<br />

Une batterie haute tension comporte des cellules, mais aussi des modules reliés en série par des connecteurs haute<br />

tension pour que la tension nominale soit atteinte. La gestion thermique et la gestion de la charge sont essentielles<br />

pour la durée de vie de la batterie et pour en minimiser les pertes de capacité. Photo : Volkswagen<br />

gestion de la charge. Si le tableau de bord<br />

indique un niveau de charge de 100 %, il<br />

s’agit d’un SOC d’environ 80 %. S’il n’indique<br />

que 5 %, le SOC est d’environ 30 %.<br />

Le véhicule transporte donc un accumulateur<br />

d’énergie dont la capacité ne peut jamais<br />

être entièrement utilisée, ce qui serait<br />

comparable à une voiture essence dont<br />

le niveau du réservoir ne pourrait fluctuer<br />

qu’entre 30 et 80 %. Pour bénéficier d’une<br />

autonomie suffisante, il faudrait emporter<br />

plusieurs centaines de litres d’essence.<br />

La gestion thermique a également fort<br />

à faire. Une batterie li-ions ne peut fonctionner<br />

que sur une plage de température<br />

étroite. La conversion de l’énergie électrique<br />

(électricité) en énergie chimique<br />

(conversion ionique) et vice versa se déroule<br />

au mieux entre 30 et 40 °C. Des températures<br />

trop basses inhibent la conversion<br />

ionique et réduisent la puissance de la<br />

batterie. Des températures trop élevées détruisent<br />

la chimie des cellules. Pour que la<br />

La gestion thermique pour les batteries à haute<br />

tension, l’électronique de puissance et le refroidissement<br />

des machines électriques sont primordiaux. Les<br />

températures de fonctionnement des batteries li-ions<br />

constituent un point sensible (pas en-dessous de 10°C,<br />

idéalement entre 30 e 40°C). Photo : Hyundai<br />

température de fonctionnement évolue sur<br />

cette plage, il faudrait installer des fonctions<br />

de chauffage et de refroidissement<br />

efficaces. Un chauffage électrique alimenté<br />

depuis une prise électrique assure une<br />

température optimale en hiver. Pendant<br />

le fonctionnement du véhicule, les rejets<br />

de chaleur de l’onduleur (électronique de<br />

puissance) et du moteur électrique servent<br />

à chauffer la batterie. À l’heure actuelle, les<br />

pompes à chaleur de chauffage et de refroi-<br />

Suite en page 36


FOCUS: SYSTÈMES AUTOMOBILES<br />

Différence de consommation d’électricité entre l’ordinateur de bord et la réalité<br />

Les avantages de l’électromobilité sont<br />

toutefois évidents : l’excellent rendement<br />

du moteur à courant alternatif lors de la<br />

propulsion et de la récupération. En cas<br />

de conduite habile, cette dernière permet<br />

d’augmenter significativement l’autonomie<br />

en stockant l’énergie cinétique avant<br />

de la réutiliser, du moins en partie. Les<br />

pertes que subit la batterie sont rapidement<br />

compensées par l’excellent rendement<br />

du moteur électrique. C’est là-dessus<br />

que les chercheurs mettent l’accent. Ils étudient<br />

de nouveaux matériaux de cellules à<br />

cause de la densité énergétique encore trop<br />

faible. L’électrolyte du futur devrait être solide<br />

plutôt que liquide. Le remplacement du<br />

lithium, qui est essentiellement récupéré<br />

dans les lacs salés d’Amérique du Sud, processus<br />

affectant l’environnement, devrait<br />

permettre de minimiser la dépendance. Le<br />

cobalt ou les terres rares, utilisés respectivement<br />

dans les batteries et les moteurs<br />

électriques, des machines synchrones à excitation<br />

continue, représentent des enjeux<br />

géopolitiques.<br />

Point intéressant, si une BEV est chargée à une borne (en particulier à une borne de recharge rapide), la différence<br />

entre la quantité d’énergie chargée et indiquée à la borne et celle calculée par l’ordinateur de bord peut atteindre 25 %<br />

à cause de la dépense énergétique requise pour refroidir efficacement la batterie pendant la charge. Graphique : ADAC<br />

Voici ce à quoi les ateliers des garages ressembleront<br />

à l’avenir : quiconque travaille sur des batteries haute<br />

tension devra respecter de strictes consignes de sécurité<br />

au travail (au fond). Les réparations de modules et<br />

de cellules feront partie du quotidien des collaborateurs<br />

des ateliers. La formation initiale et continue occupe le<br />

devant de la scène dans ce domaine. Photo : Audi<br />

dissement constituent la forme la plus efficace<br />

de gestion thermique. Le circuit du<br />

fluide frigorigène est inversé à l’aide de<br />

vannes de commutation. Au lieu de prélever<br />

de l’énergie dans l’environnement pour<br />

le refroidissement, la chaleur lui est cédée<br />

via un refroidisseur comme dans un système<br />

de refroidissement. La batterie et les<br />

composants électriques sont souvent refroidis<br />

à l’air ou à l’aide d’un système de refroidissement<br />

basse température.<br />

La charge pose elle aussi problème. S’il y a<br />

assez de temps, la batterie ne chauffe pas<br />

excessivement du fait de la faible puissance<br />

de charge, si bien que la conversion d’énergie<br />

s’effectue en douceur. Lors de la charge<br />

et de la décharge, la chaleur provient de<br />

la résistance interne de la batterie. Plus le<br />

courant de charge ou de décharge est élevé<br />

pendant les accélérations, plus la cellule, le<br />

module et donc la batterie haute tension<br />

s’échauffent.<br />

Dans le cas d’une charge normale lente, il<br />

faut des heures jusqu’à ce que le SOC atteigne<br />

80 %. C’est pourquoi les clients exigent<br />

des modalités de recharge rapide qui<br />

sollicitent fortement la batterie sur le plan<br />

thermique, mais qui occasionnent d’importantes<br />

pertes de charge. L’ADAC estime<br />

qu’environ un quart de la puissance<br />

de charge est dissipée en rejets de chaleur<br />

lorsque la Tesla Model 3 subit une recharge<br />

rapide. Sur une voiture essence, cela<br />

correspondrait à arroser le sol de 2,5 litres<br />

d’essence pour un plein de 10 litres, cette<br />

énergie n’étant donc pas disponible pour la<br />

propulsion.<br />

Le recyclage du véhicule en fin de vie<br />

reste délicat. Par chance, rares sont les cas<br />

connus dans la branche pour lesquels il a<br />

fallu remplacer précocement une batterie.<br />

Grâce à la surveillance et à la compensation<br />

des cellules lors de la charge, l’uniformité<br />

de la capacité peut être maintenue jusqu’au<br />

niveau cellulaire, si bien que les batteries<br />

durent plus longtemps que prévu. Si un défaut<br />

se manifeste (court-circuit cellulaire,<br />

dégâts dus à un accident), la batterie doit<br />

être réparée (remplacement d’un module,<br />

voire de la batterie) ou éliminée, opération<br />

onéreuse. Le recyclage constitue donc un<br />

obstacle de taille. Une batterie haute tension<br />

transportée sur un camion est considérée<br />

comme une matière dangereuse. Le<br />

transport de batterie de Suisse jusqu’à un<br />

centre de recyclage coûte au moins 10 000<br />

francs. Les constructeurs automobiles<br />

cherchent par conséquent à donner une seconde<br />

vie aux batteries sous forme d’accumulateur<br />

photovoltaïque ou d’accumulateur<br />

décentralisé.<br />

Il y aura aussi des changements dans les ateliers.<br />

En principe, il devrait être facile de réparer<br />

des batteries chères, pourvu que les<br />

collaborateurs travaillent en toute sécurité<br />

et que les pièces de rechange soient disponibles.<br />

Les moteurs électriques, les onduleurs<br />

et l’électronique de puissance peuvent aussi<br />

être entretenus. À l’heure actuelle, ce sont<br />

surtout les constructeurs ou les importateurs<br />

qui réparent les batteries. Des ateliers spécialisés<br />

s’acquitteront de cette tâche à l’avenir,<br />

au prix toutefois d’efforts consentis dans la<br />

formation initiale et continue.<br />

L’UPSA met l’accent sur cette activité. Elle a,<br />

par exemple, défini de nouveaux contenus<br />

pédagogiques dans l’actuelle formation de<br />

diagnosticien d’automobiles qui seront mises<br />

en œuvre dès l’été <strong>2021</strong> dans trois classes pilotes.<br />

Diverses formations portant sur les<br />

propulsions alternatives et de nombreux<br />

cours spécialisés complètent l’offre. Dans un<br />

futur proche, la branche devra cependant<br />

évoluer davantage pour proposer des formations<br />

initiales et continues ciblées dans<br />

la vente, le service à la clientèle, la maintenance<br />

et la réparation. Les propulsions alternatives<br />

mettent en effet toute la branche à<br />

rude épreuve. <<br />

36<br />

Juni <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


Nous fêtons 75 ans.<br />

Célébrez avec nous!<br />

Depuis 75 ans, nous sommes engagés pour vous en tant que fournisseur<br />

dans le secteur des pièces et accessoires automobiles. Profitez<br />

chaque mois pendant l’année jubilaire <strong>2021</strong> de notre promotion<br />

anniversaire*.<br />

Nous remercions sincèrement nos partenaires pour leur soutien lié aux actions de notre jubilé:<br />

* Vous trouverez les détails des conditions et des promotions<br />

dans notre newsletter. Il suffit de scanner le Code<br />

QR et de s’abonner gratuitement à notre newsletter.


FOCUS: SYSTÈMES AUTOMOBILES<br />

Première ampoule de rechange à LED sur les routes allemandes<br />

Les garagistes devront patienter<br />

Tandis que les ampoules à LED sont aujourd’hui presque devenues la<br />

norme dans les voitures neuves, on attend toujours une homologation<br />

internationale pour les ampoules de rechange à destination des voitures<br />

d’occasion. Malgré ses efforts, le fabricant Osram n’a toujours pas obtenu<br />

d’autorisation en Suisse. Mike Gadient<br />

Osram parle de révolution dans l’éclairage automobile<br />

: depuis l’automne 2020, le spécialiste<br />

allemand de l’éclairage propose en effet<br />

des ampoules de rechange homologuées à base<br />

de LED pour le marché allemand. Le modèle<br />

Night Breaker LED H7 est le premier à avoir<br />

passé la procédure de test de Tüv Süd et obtenu<br />

une homologation routière. L’instance de<br />

certification a testé l’ampoule d’Osram dans<br />

les phares de nombreux modèles de véhicules<br />

pour vérifier si elle remplissait les exigences<br />

techniques d’éclairage requises aux fins d’une<br />

homologation. Elle a conclu que c’était bien<br />

le cas, et le produit est désormais considéré<br />

comme un modèle de rechange légal des ampoules<br />

halogènes H7 sur les modèles de voitures<br />

testés. Cela a été confirmé par l’office fédéral<br />

allemand de la circulation des véhicules<br />

automobiles à Flensbourg, qui lui a accordé<br />

l’homologation ABG.<br />

Cette homologation concerne pour l’instant<br />

les feux de croisement de modèles comme la<br />

BMW Série 2, l’Audi A3, la VW Passat ou la<br />

Ford Mondeo. « Cette homologation routière<br />

est une étape importante, pour laquelle nous<br />

travaillons depuis des années. Avec nos ampoules<br />

à LED, les automobilistes peuvent remplacer<br />

légalement et facilement leur éclairage<br />

halogène par une technologie de pointe », indique<br />

Hans-Joachim Schwabe, CEO d’Osram<br />

Automotive. Il est prévu d’étendre le spectre<br />

des modèles de véhicules concernés par des<br />

tests et des procédures d’homologation continus.<br />

Les garagistes suisses pourront-ils eux<br />

aussi faire de bonnes affaires en remplaçant<br />

l’éclairage halogène par des LED et, par la<br />

même occasion, œuvrer en faveur de l’environnement<br />

? La réponse est : pas tout de suite.<br />

D’après l’article 73 alinéa 1 de l’ordonnance<br />

concernant les exigences techniques requises<br />

pour les véhicules routiers (OETV, RS 741.41),<br />

les sources lumineuses remplaçables doivent<br />

être conformes aux prescriptions internationales.<br />

Il n’existe cependant pas de prescriptions<br />

internationales pour les ampoules de<br />

rechange à LED. « Ces ampoules n’ont fait l’objet<br />

d’aucune homologation internationale, par<br />

exemple sur la base d’un règlement des Nations<br />

unies. Par conséquent, en équiper les voitures<br />

en Suisse est interdit », explique Thomas<br />

Rohrbach, porte-parole de l’Office fédéral des<br />

routes (OFROU).<br />

Les éclairages à LED font face à deux difficultés<br />

du point de vue du rayonnement et<br />

de la génération de chaleur. Il faut certaines<br />

connaissances pour obtenir d’une source de lumière<br />

ponctuelle comme une ampoule à LED le<br />

même rayonnement qu’avec le filament d’une<br />

ampoule halogène, qui éclaire uniformément<br />

dans toutes les directions. En outre, les ampoules<br />

à LED génèrent de la chaleur au niveau<br />

de la diode et de l’électronique. Cette chaleur<br />

doit être dissipée dans un espace compact,<br />

par exemple au moyen d’un corps de refroidissement.<br />

On ne peut pas simplement dévisser<br />

une ampoule halogène et la remplacer par<br />

une ampoule à LED. Jusqu’ici, il n’était pas prévu<br />

de remplacer les ampoules halogènes par<br />

des ampoules à LED, les phares n’étant homologués<br />

que pour une seule technologie d’éclairage<br />

<strong>–</strong> halogène, xénon ou LED. Ils sont donc<br />

intrinsèquement liés à leur source d’éclairage.<br />

Osram a par conséquent dû concevoir son ampoule<br />

à LED de telle manière qu’elle ressemble<br />

Osram travaille depuis 2012 au développement<br />

d’ampoules de rechange à LED, et n’a cessé<br />

d’améliorer la technique depuis lors. Ainsi, à<br />

l’automne 2020, l’entreprise est parvenue à<br />

remplir les exigences strictes liées aux ampoules<br />

de rechange à LED et à commercialiser<br />

le modèle Night Breaker LED en Allemagne.<br />

Photo : Osram<br />

à l’ampoule halogène d’un phare halogène et<br />

lui soit même supérieure en termes de performances.<br />

Le fait que le fabricant ait obtenu une<br />

homologation spécifique en Allemagne est dû<br />

à la sophistication de son produit. L’éclairage<br />

de la nouvelle ampoule Night Breaker LED est<br />

jusqu’à trois fois plus puissant que requis par<br />

les exigences minimums légales : il est comparable<br />

à la lumière du jour. D’après les informations<br />

du fabricant, cette ampoule éclaire<br />

jusqu’à cinq fois plus longtemps qu’un modèle<br />

halogène comparable : elle doit donc être remplacée<br />

moins souvent et consomme en outre<br />

moins d’énergie.<br />

Osram a fait confirmer les résultats du test de<br />

Tüv Süd par un institut de contrôle suisse. Fort<br />

de l’expertise positive reçue et de l’homologation<br />

allemande, Osram a contacté l’OFROU,<br />

qui l’a cependant éconduit pour l’instant en<br />

raison de l’absence d’homologation internationale.<br />

« L’homologation a été délivrée pour des<br />

véhicules immatriculés en Allemagne et ne<br />

couvre que certains types de véhicules qu’Osram<br />

indique sur Internet au moyen d’une liste<br />

de conformité », précise Thomas Rohrbach, en<br />

ajoutant que chez notre voisin allemand non<br />

plus, l’utilisation universelle de l’ampoule de<br />

rechange d’Osram n’est pas possible. Il est nécessaire<br />

de consulter au préalable la liste de<br />

conformité d’Osram pour s’assurer qu’on peut<br />

bien monter l’ampoule sur un certain type de<br />

véhicule, sans quoi l’éclairage pourrait ne pas<br />

être optimal en raison d’une géométrie inadaptée<br />

des phares. Bien que les instances internationales<br />

concernées se penchent déjà sur<br />

l’homologation internationale d’ampoules de<br />

rechange à LED, il faudra probablement encore<br />

patienter un moment avant qu’elles donnent<br />

leur feu vert. Entre-temps, des solutions nationales<br />

sont nécessaires, avance Osram. Il est<br />

probable que l’Autriche suive l’exemple de l’Allemagne<br />

prochainement. <<br />

38<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS : SYSTÈMES AUTOMOBILES<br />

Le PDG de la spin-off de Continental est Andreas Wolf.<br />

Photo : Vitesco Technolgies<br />

Vitesco Technologies plutôt que Continental<br />

L’électromobilité stimule la mutation<br />

D’ici 2030, la mobilité subira une transformation massive jusqu’à l’électrification des systèmes de propulsion.<br />

L’ensemble de la société sera concerné, et les conditions-cadres économiques seront bouleversées. C’est pourquoi<br />

Continental a décidé de desservir ce nouveau marché au travers d’une nouvelle filiale. Jürg A. Stettler<br />

Continental est l’un des rares fournisseurs<br />

mondiaux capables de proposer la totalité des<br />

niveaux d’électrification de la chaîne cinématique,<br />

du système 48 V aux propulsions fonctionnant<br />

purement sur batterie ou à celles<br />

basées sur l’hydrogène en passant par les hybrides<br />

rechargeables. Des systèmes extrêmement<br />

complexes d’électronique de puissance,<br />

des capteurs intelligents, des entraînements<br />

d’essieu intégrés, des systèmes de gestion de<br />

batterie, d’énergie et de chaleur font partie<br />

du portefeuille du fournisseur allemand, au<br />

même titre que des produits électroniques et<br />

mécatroniques visant à commander et à optimiser<br />

les chaînes cinématiques.<br />

Le fournisseur regroupe désormais son<br />

savoir-faire et ses produits dans ce domaine<br />

sous la marque Vitesco Technologies. La création<br />

de la filiale conforme au plan approche à<br />

grands pas. Elle est prévue en septembre <strong>2021</strong>.<br />

À partir du 1 er janvier 2022, les deux secteurs<br />

« Autonomous Mobility » et « Safety » devraient<br />

être gérés sous forme d’activités autonomes<br />

chez Continental. Andreas Wolf sera le<br />

CEO de Vitesco Technologies : « Notre activité<br />

se fonde sur un engagement clair en faveur de<br />

la réduction des émissions. Nos solutions de<br />

propulsion rendent la conduite plus efficace,<br />

plus propre et plus confortable. » La nouvelle<br />

filiale emploiera quelque 40 000 personnes sur<br />

50 sites répartis dans le monde. Les composants<br />

de Vitesco Technologies sont actuellement<br />

implantés dans 90 % des plates-formes<br />

entièrement électriques, et les Allemands produisent<br />

l’entraînement d’essieu haute tension<br />

intégré pour plus de cinq constructeurs et plus<br />

de 20 modèles de voitures différents. Les garagistes<br />

suisses tomberont donc eux aussi<br />

bientôt sur divers composants qui seront ornés<br />

du badge Vitesco Technologies et non plus<br />

de celui de Continental. « Nous faisons partie<br />

des pionniers de l’électrification de la propulsion.<br />

Nous la mettons à la portée des masses<br />

et la rendons abordable », explique Thomas<br />

Stierle, responsable de l’activité Electrification<br />

Technology. Le fournisseur discerne un immense<br />

potentiel dans le domaine de l’hybridation<br />

48 V, qui permet d’économiser 10 à 20 %<br />

de carburant en fonction de l’application et<br />

du trajet, et dans l’entraînement d’essieu électrique<br />

intégré EMR3, une combinaison légère,<br />

compacte et performante composée d’un moteur<br />

électrique, d’un onduleur et d’un réducteur.<br />

L’entraînement d’essieu haute tension<br />

modulaire est très intéressant pour de nombreux<br />

constructeurs entre 135 et 200 chevaux<br />

compte tenu de l’encombrement, du poids, de<br />

la puissance et des coûts. Cette modularisation<br />

cohérente permet en outre de démultiplier<br />

de manière rentable les entraînements<br />

sur de nombreux types de véhicules. Malgré la<br />

nouvelle raison sociale, Vitesco Technologies<br />

peut se targuer de plus de dix ans d’expérience<br />

du développement et de la fabrication de systèmes<br />

de transmission hybrides et électriques.<br />

Elle a déjà équipé plus de deux millions de<br />

véhicules de ses solutions d’électromobilité. <<br />

La suspension parfaite,<br />

et maintenant même dans<br />

la couleur de mon choix !<br />

Merci ST !<br />

Choisissez votre<br />

couleur préférée<br />

Choisissez parmi 18<br />

couleurs différentes<br />

Ajoutez votre<br />

inscription<br />

Sélectionnez le texte à<br />

marquer sur le ressort<br />

www.st-suspensions.ch


FOCUS: SYSTÈMES AUTOMOBILES<br />

Le TXT Multihub est plus<br />

maniable et plus léger que son<br />

prédécesseur. Il reste toutefois<br />

robuste et résistant à la poussière<br />

et aux éclaboussures.<br />

Photo : Garage Schützenmatt<br />

Un nouvel appareil de diagnostic facilite le quotidien à l’atelier<br />

Le diagnostic sans<br />

problèmes de connexion<br />

Une nouvelle interface automobile multimarques de diagnostic vient d’être lancée sur le marché pour les ateliers.<br />

Équipé d’un système d’exploitation, le TXT Multihub inclut les derniers protocoles de diagnostic. Mike Gadient<br />

Le Garage Schützenmatt à Entlebuch (LU) était<br />

à la recherche d’un testeur multimarques. Il a<br />

choisi le TXT Mulithub. « Comme nous tenons<br />

compte de presque tous les constructeurs automobiles,<br />

nous avons examiné divers appareils<br />

de diagnostic et testé leurs fonctions à l’atelier.<br />

Le Multihub est muni d’un logiciel rapide<br />

et peut être commandé sur la nouvelle tablette<br />

Axone Nemo 2 de Texa », explique Christian<br />

Duss, le propriétaire de la concession Suzuki.<br />

L’appareil est désormais doté d’un système d’exploitation<br />

Linux et recherche automatiquement<br />

la meilleure connexion. Les données de diagnostic<br />

entre l’interface et l’appareil d’affichage<br />

sont échangées par l’intermédiaire du Wi-Fi, de<br />

Bluetooth, d’un câble USB ou d’un câble Ethernet<br />

RJ-45. Tous les protocoles de diagnostic actuels,<br />

tels que DoIP, CAN FD ou Passthru, sont<br />

pris en charge. Son prédécesseur n’était compatible<br />

avec DoIP qu’avec un adaptateur supplémentaire.<br />

Texa, le fabricant, a lancé le TXT Multihub en<br />

début d’année. L’entreprise le présente comme<br />

une interface de diagnostic unique qui peut<br />

être utilisée dans cinq applications de diagnostic<br />

: les voitures de tourisme, les camions et les<br />

bus, les motos, les bateaux, les machines agricoles<br />

et les engins de chantier. Cette nouvelle<br />

conception est un jalon pour l’entreprise allemande<br />

qui fabrique des appareils de diagnostic<br />

multimarques depuis 2005. Au cours des années<br />

écoulées, elle n’a procédé qu’à des liftings<br />

en renouvelant l’électronique et en peignant le<br />

boîtier en noir. Avec Linux, le TXT Multihub<br />

dispose dorénavant de son propre système<br />

d’exploitation, renforçant ainsi la sécurité du<br />

diagnostic.<br />

Hostettler Autotechnik AG le distribue en<br />

Suisse. « Dès que la connexion Wi-Fi est configurée<br />

dans l’entreprise, plus rien ne s’oppose à<br />

40<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FOCUS: SYSTÈMES AUTOMOBILES<br />

l’utilisation de l’appareil », déclare Martin Joller,<br />

responsable de l’assistance en technique automobile<br />

chez Hostettler. D’après lui, les garages<br />

ne peuvent s’acquitter de leurs tâches quotidiennes<br />

telles que les inspections ou le remplacement<br />

de freins ou de batteries que s’ils disposent<br />

d’une solution de diagnostic actuelle. « Il<br />

faut toujours utiliser un appareil de diagnostic<br />

dans ce genre de travaux. »<br />

Le TXT Multihub qu’utilise le Garage Schützenmatt<br />

communique la plupart du temps grâce<br />

au Wi-Fi. Comme il recherche constamment la<br />

meilleure connexion, le mécatronicien ne perd<br />

pas son temps et reste concentré sur son diagnostic.<br />

De nouvelles mises à jour logicielles<br />

sont d’ailleurs installées en permanence. « Je<br />

pense que l’appareil communique la plupart<br />

du temps grâce au Wi-Fi ou au Bluetooth », estime<br />

Martin Joller. Et d’ajouter : « Hormis sur les<br />

programmations Passthru futures, une liaison<br />

à l’aide d’un câble USB est assurément avantageuse,<br />

car elle est plus résistante aux interruptions.<br />

» Le garagiste doit être en mesure d’appliquer<br />

de nouveaux protocoles de diagnostic,<br />

tels que le Passthru et DoUP, et de procéder<br />

à des diagnostics automobiles authentifiés. Il<br />

s’agit là de la seule et unique manière d’entretenir<br />

à l’avenir des véhicules modernes de toutes<br />

les marques conformément aux consignes des<br />

constructeurs.<br />

Lors d’une programmation, il convient de tenir<br />

compte du type de transmission de données,<br />

mais il faut aussi que la batterie délivre une tension<br />

d’alimentation stable que le collaborateur<br />

de l’atelier peut consulter sur l’écran intégré.<br />

« Un chargeur de batterie puissant et capable<br />

de fournir assez de courant est naturellement<br />

nécessaire », précise Martin Joller. Plus de 40<br />

messages différents sont visibles sur l’écran du<br />

TXT Mulithub. Ils informent l’utilisateur de la<br />

tension de charge de la batterie du véhicule et<br />

du type de protocole utilisé, par exemple. Les<br />

retours du Garage Schützenmatt sont très positifs.<br />

L’utilisation de l’interface automobile<br />

multimarques est intuitive, d’autant plus que<br />

l’écran indique constamment au mécatronicien<br />

le mode de fonctionnement de la connexion et<br />

la tension actuelle de la batterie. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

autotechnik.ch/fr<br />

Le bon canal de connexion<br />

L’interface du TXT Multihub communique<br />

avec l’unité d’affichage grâce à divers<br />

protocoles et canaux de connexion. Voici<br />

un aperçu des canaux de connexion qui<br />

conviennent pour telle ou telle tâche :<br />

• Le module Wi-Fi fonctionne bien pour des<br />

diagnostics CAN standard, CAN FD ou<br />

DoIP (Diagnostics over IP, diagnostic par<br />

l’intermédiaire du protocole Internet).<br />

• Un câble réseau (Ethernet) permet de réaliser<br />

des diagnostics d’après ISO 13400.<br />

• Tous les types de diagnostics, y compris<br />

le Passthru d’après SAE J2534-1 et SAE<br />

J2534-2, peuvent être effectués grâce à<br />

un câble USB.<br />

• Les diagnostics conventionnels sont<br />

possibles en mode Bluetooth.<br />

Intelligence<br />

à bord<br />

Moins d'accidents grâce<br />

aux aides à la conduite<br />

smartrider.ch<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>41


FOCUS : SYSTÈMES AUTOMOBILES<br />

Un son authentique pour les jeunes et les moins jeunes<br />

comme la VW Golf I grâce aux haut-parleurs sphériques<br />

de conception nouvelle. Photo : Volkswagen/Blaupunkt<br />

DAB+ et enceintes boules<br />

55 watts de pure nostalgie au volant<br />

Dans les années 1970 et 1980, les enceintes sphériques de Blaupunkt diffusaient un son parfait dans les<br />

voitures de l’époque, les VW Golf, Ford Capri et autres Opel Manta. Aujourd’hui, ces haut-parleurs culte<br />

font leur réapparition. C’est le moment idéal pour équiper les véhicules rétro et plus récents d’un récepteur<br />

DAB+ et de les propulser avec le plus d’authenticité possible dans le futur de l’autoradio. Jürg A. Stettler<br />

Le Blaupunkt LAZ 6525 faisait partie des enceintes<br />

préférées de son époque. Le haut-parleur<br />

boule était vissé sur la plage arrière des légendaires<br />

Opel Manta ou VW Golf et diffusait le son<br />

idéal pour une ambiance insouciante au volant.<br />

10 watts suffisaient à l’époque pour une qualité<br />

inégalée. Aujourd’hui, c’est différent. 40 ans plus<br />

tard, la nouvelle édition du « globe speaker »<br />

offre jusqu’à 55 watts.<br />

Le célèbre haut-parleur à large bande de 3,5<br />

pouces dispose d’une puissance nominale de 25<br />

watts pour une impédance de 4 ohms. Son domaine<br />

de fréquence se situe entre 100 et 20 000<br />

hertz. Pour que le son soit diffusé dans la direction<br />

souhaitée, le haut-parleur possède un pied<br />

pivotant stable. La membrane est en papier renforcé<br />

et le panier, en acier, pour que l’impression<br />

et l’esthétique de l’époque soient préservées et<br />

fournissent, grâce à la technologie moderne, un<br />

média audio élégant dans les véhicules anciens<br />

et plus récents. Un gabarit de perçage et des vis<br />

sont fournis avec le haut-parleur boule de Blaupunkt,<br />

disponible au prix de 60 francs dans les magasins<br />

spécialisés ou, par exemple, chez Krautli<br />

(Suisse) SA.<br />

Pour que les enceintes cultes, qui se prêtent notamment<br />

aux voitures rétro et plus récentes, diffusent<br />

en même temps que les autres baffles du<br />

véhicule, il faut disposer d’un récepteur DAB+.<br />

Les autoradios analogiques ne pourront plus<br />

recevoir de radio au plus tard en 2023. À partir<br />

de mi-2022, les programmes radio de la SSR,<br />

par exemple, ne seront plus diffusés en analogique.<br />

Les radios privées, après l’accord récent<br />

sur une date de débranchement anticipée, vont<br />

à leur tour basculer rapidement vers le DAB+.<br />

Par conséquent, le rééquipement pour le DAB+<br />

offre aux garagistes une activité connexe intéressante.<br />

Tandis que, dans les showrooms, tous les<br />

véhicules sont équipés de récepteur numérique<br />

DAB+, 40 % du parc existant n’en ont pas. Outre<br />

un nouveau récepteur, de nouveaux systèmes de<br />

réception (antenne, amplificateur) sont nécessaires<br />

dans les véhicules pour pouvoir assurer la<br />

réception radio numérique sans perdre en qualité.<br />

Beaucoup de clients ignorent de surcroît que<br />

seul un récepteur entièrement intégré permet<br />

de continuer à utiliser des options confortables<br />

comme la commande tactile de la radio via le système<br />

d’infodivertissement, la commande au volant<br />

ou le dispositif mains libres.<br />

Afin d’aider les garagistes à se lancer dans une<br />

activité connexe attractive, et notamment avant<br />

que les clients posent des questions sur le débranchement<br />

avancé, l’UPSA Business Academy<br />

propose d’ores et déjà aux garagistes qui le<br />

souhaitent un cours d’une journée focalisé sur le<br />

DAB+. Ce cours sera conçu en partenariat avec le<br />

secteur radiophonique suisse, des experts DAB+<br />

de la SRG et des spécialistes des véhicules DAB+ ;<br />

il fournira les connaissances indispensables à la<br />

conversion au DAB+. <<br />

Informations concernant<br />

les prochains cours<br />

Dates des prochains cours DAB+ : mercredi<br />

6 juillet <strong>2021</strong> à la Mobilicity de Berne ;<br />

mercredi 11 août et vendredi 8 octobre au<br />

centre de formation de l’UPSA à Saint-Gall ;<br />

mardi 2 novembre à la Mobilicity de Berne<br />

et mercredi 15 décembre au Centre de<br />

formation UPSA de Lenzburg. Laurence<br />

Favre, conseillère UPSA, se tient à votre<br />

disposition pour toute question : laurence.<br />

favre@agvs-upsa.ch, tél. 031 307 15 44.<br />

42<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE : TECHNIQUE ET ENVIRONNEMENT<br />

Normalement, le principal potentiel d’économies<br />

est lié aux pneus, essentiellement à leur pression.<br />

Photo : médias de l’UPSA<br />

Le CheckEnergieAuto est apprécié<br />

Comment le garagiste aide son<br />

client à économiser de l’argent<br />

Quelque 200 garagistes UPSA délivrent un certificat personnalisé à leurs clients une fois le CheckEnergieAuto<br />

accompli. Le garage JB Automobile, de Villigen (AG), a lui aussi décidé de montrer avec professionnalisme le<br />

potentiel d’économies à ses clients. Mike Gadient<br />

Jan Bergamin veut proposer quelque chose à<br />

ses clients que le garage moyen ne fait pas.<br />

Les clients de JB Automobile peuvent ainsi<br />

demander un CheckEnergieAuto (CEA)<br />

depuis le début de l’année. Le CEA est un<br />

service développé par l’UPSA en étroite collaboration<br />

avec l’Office fédéral de l’énergie<br />

(OFEN), grâce auquel les automobilistes<br />

peuvent réduire leur consommation d’énergie<br />

de 20 %, avec autant d’économies à la clé.<br />

Le garagiste vérifie onze points susceptibles<br />

de conduire à des économies sur chaque véhicule.<br />

Le check et l’entretien de conseil personnel<br />

durent environ une demi-heure. Ils<br />

s’intègrent à une révision normale ou à des<br />

offres existantes, tels qu’un changement de<br />

roues ou des contrôles saisonniers.<br />

L’UPSA recommande aux garagistes de facturer<br />

un CEA 49 francs, un prix sans engagement.<br />

Étant donné que le CEA ne cesse<br />

d’évoluer et que l’un ou l’autre point passe<br />

à la trappe au fil du temps, les automobilistes<br />

sont encouragés à le répéter tous les<br />

deux ans. Jan Bergamin a décidé de proposer<br />

le CEA en ces termes : « Nous voulons<br />

faire quelque chose pour ménager l’environnement<br />

tout en générant des revenus supplémentaires.<br />

» Le CEA permet idéalement<br />

de discuter du développement durable avec<br />

des clients sensibles aux questions liées à<br />

l’environnement et à la consommation. Une<br />

transition aux feux diurnes et aux LED, par<br />

exemple, fait son effet. De plus, le client se<br />

voit automatiquement proposer un stage de<br />

conduite Eco-Drive.<br />

Les conseillers clientèle de l’UPSA forment<br />

personnellement les garagistes pour qu’ils<br />

puissent délivrer des certificats CEA. Ils leur<br />

permettent aussi d’accéder au portail web nécessaire<br />

à cet effet. La partie supérieure du<br />

certificat CEA personnalisé décrit les valeurs<br />

de consommation théoriques et réelles ainsi<br />

que les émissions de CO 2<br />

du véhicule. Le<br />

document présente par ailleurs les points<br />

contrôlés : l’électronique du moteur, la performance<br />

de refroidissement de la climatisation,<br />

les éventuelles pertes d’huile et de<br />

liquide de refroidissement, le système de<br />

carburant, l’étanchéité du système d’échappement,<br />

la pression des pneus ainsi que l’âge<br />

et le profil des pneus. La partie inférieure indique<br />

les économies de carburant, de CO 2<br />

et<br />

d’argent qui peuvent être obtenues grâce aux<br />

différentes mesures. Le garagiste explique à<br />

son client le potentiel d’économie à l’aide du<br />

certificat clairement rédigé. Les clients apprécient<br />

ces conseils personnels qui constituent<br />

le cœur du CheckEnergieAuto.<br />

Ce sont généralement les pneus qui permettent<br />

de profiter du potentiel d’économie<br />

le plus important. « La pression des pneus est<br />

souvent trop faible », confirme Jan Bergamin.<br />

La pression est légèrement relevée pendant le<br />

check pour réduire la résistance au roulement<br />

des pneus. Cette seule mesure permet d’engranger<br />

des économies d’environ 50 litres de<br />

carburant par an. « L’argent revient sans cesse<br />

sur la table. Il est donc d’autant plus intéressant<br />

que je puisse aider le client à faire des<br />

économies. » Grâce au CEA et à ses mesures,<br />

l’automobiliste peut économiser en moyenne<br />

environ 300 francs par an, soit 180 litres de<br />

carburant, et quelque 400 kg de CO 2<br />

en moins<br />

dans l’air. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

autoenergiecheck.ch/fr<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>43


FORMATION<br />

Formation professionnelle UPSA : rétrospective et perspectives<br />

« L’union fait la force ! »<br />

Comme l’ont constaté clairement les participants à la réunion annuelle de la CFP à Mobilcity, la commission de la<br />

formation professionnelle (CFP) de l’UPSA fait tout ce qui est en son pouvoir pour que la relève et les spécialistes<br />

actuels profitent d’une formation initiale et continue attractive et compétitive. Carla Stampfli<br />

À l’heure actuelle, près d’un véhicule neuf<br />

sur six en Suisse et au Liechtenstein est<br />

doté d’une propulsion électrique. La formation<br />

professionnelle UPSA réagit à cette<br />

mutation technologique. « Les voitures diesel<br />

et essence dominent encore clairement<br />

dans les ateliers, mais les chiffres des nouvelles<br />

immatriculations montrent que la<br />

clientèle demande de plus en plus de véhicules<br />

équipés d’une propulsion alternative.<br />

C’est pourquoi nous intégrons ces compétences<br />

à la formation de base et à la formation<br />

professionnelle supérieure », a déclaré<br />

Olivier Maeder, membre de la direction de<br />

l’UPSA et directeur de la CFP.<br />

Tandis que les apprentis mécatroniciens<br />

d’automobiles font l’acquisition des connaissances<br />

requises depuis l’entrée en vigueur<br />

de l’ordonnance sur la formation 2018, les<br />

mécaniciens en maintenance d’automobiles<br />

seront également préparés à travailler sur<br />

des véhicules électriques et hybrides dès le<br />

début de l’apprentissage 2022. Les votants<br />

ont pris cette décision novatrice à l’unanimité,<br />

sous les yeux du président de la CFP<br />

Charles-Albert Hediger, qui a dirigé la réunion<br />

à Mobilcity dans le strict respect des<br />

mesures de lutte contre le COVID-19 en vigueur.<br />

À partir de 2022, les commerciaux<br />

et les gestionnaires du commerce de détail<br />

de la branche automobile spécialistes<br />

de l’après-vente et ceux qui suivront la nouvelle<br />

formation de base « Vente automobile<br />

» seront également formés aux propulsions<br />

alternatives. Le même processus<br />

concerne la formation professionnelle supérieure.<br />

Dès <strong>2021</strong>, les compétences seront intégrées<br />

aux formations pilotes de diagnosticien(ne)<br />

d’automobiles et de coordinateur/<br />

trice d’atelier automobile. À partir de l’année<br />

2022, elles le seront aussi à la formation<br />

continue de conseiller/ère de service automobile<br />

(conseiller/ère de service à la clientèle<br />

actuellement).<br />

La réunion de la CFP, à laquelle se sont retrouvés<br />

les membres de la commission,<br />

des délégués de toutes les sections ainsi<br />

que des représentants de groupes d’intérêt,<br />

de la Confédération et des cantons, a<br />

été l’occasion de diffuser des informations<br />

concernant la formation professionnelle de<br />

l’UPSA. Hans Pfister, président de la commission<br />

de la formation commerciale de<br />

base (C-FCB), a informé l’assistance de l’ordonnance<br />

de formation révisée des commerciaux<br />

de la branche automobile. « Pour<br />

les entreprises, il sera plus simple de former<br />

des apprentis », a-t-il affirmé. La nouvelle<br />

formation mettra encore davantage l’accent<br />

sur les compétences opérationnelles.<br />

Alors que les apprentis disposent d’un portefeuille<br />

de prestations personnel, les entreprises<br />

travailleront à l’avenir avec des<br />

mandats pratiques. « Les préparatifs sont<br />

en bonne voie. Nous sommes persuadés<br />

que nous pourrons proposer une formation<br />

adaptée au marché et tournée vers celui-ci<br />

dès 2022. » Les formations de base dans le<br />

commerce de détail connaissent elles aussi<br />

des évolutions. Andreas Billeter, président<br />

de la commission Commerce de détail (C-<br />

CD), a notamment évoqué la nouvelle formation<br />

de base de gestionnaire du commerce<br />

de détail « Vente automobile ». Il a<br />

expliqué : « Nous serons en mesure de proposer<br />

aux jeunes une formation fortement<br />

axée sur la vente pour laquelle nous utiliserons<br />

une plate-forme d’apprentissage multimédia<br />

attractive et sympathique. » Pour<br />

former des apprentis, les entreprises devront<br />

satisfaire à diverses exigences minimales<br />

(voir l’article dans <strong>AUTOINSIDE</strong><br />

5/<strong>2021</strong>). L’association faîtière Formation<br />

du Commerce de Détail Suisse (FCS) vient<br />

de les adopter. L’orientation « Élaboration<br />

d’expériences d’achat agréables » exige notamment<br />

que les apprentis sachent mener<br />

des entretiens de vente difficiles et gérer<br />

des clients exigeants. Werner Bieli, président<br />

de la commission assurance qualité<br />

des diagnosticiens d’automobiles et coordi-<br />

44<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FORMATION<br />

En action pour la formation professionnelle de<br />

l’AGVS : quelques représentants de la commission<br />

et de l’association. Photo : médias de l’UPSA<br />

nateurs d’atelier automobile, a présenté le<br />

modèle à deux niveaux « Systèmes de propulsion<br />

alternatifs » : l’ancien domaine de<br />

compétences Z4 « Relations avec la clientèle<br />

» est converti en « Systèmes de propulsion<br />

alternatifs » au premier niveau. « Dès<br />

l’automne <strong>2021</strong>, des formations pilotes organisées<br />

par trois partenaires de formation<br />

existants sont prévues. » Un an plus tard,<br />

les autres partenaires de formation actuels<br />

devront également intégrer le domaine de<br />

compétences « Systèmes de propulsion alternatifs<br />

» à leurs cursus de DA et de CAA.<br />

Concernant la formation de conseiller/ère<br />

de service à la clientèle dans la branche automobile,<br />

une révision totale du règlement<br />

d’examen ainsi qu’un changement de nom<br />

sont attendus prochainement. Peter Linder,<br />

président de la commission assurance qualité<br />

des conseillers de service à la clientèle<br />

(CAQ CSC), et Thomas Jäggi, de l’UPSA, ont<br />

souligné qu’il s’agit de mettre en place une<br />

formation destinée à de jeunes professionnels<br />

qui crée non seulement des incitations,<br />

mais repose aussi sur des cours axés sur les<br />

compétences. « La formation doit uniquement<br />

porter sur des enseignements applicables<br />

en pratique », poursuit M. Jäggi. Le<br />

profil de qualification, le règlement d’examen<br />

et les directives sont actuellement en<br />

consultation auprès du Secrétariat d’État<br />

à la formation, à la recherche et à l’innovation<br />

(SEFRI). La formation remaniée de<br />

conseiller/ère en service automobile doit<br />

démarrer dès 2022. Le règlement d’examen<br />

de conseiller/ère de vente automobile doit<br />

elle aussi être révisée, d’une part à cause de<br />

la numérisation qui modifie les processus<br />

dans les garages, et d’autre part du fait de<br />

l’arrivée sur le marché du travail des diplômés<br />

de la nouvelle formation de base GCD<br />

Vente automobile à partir de 2025. « Il en<br />

résulte une toute nouvelle structure à laquelle<br />

la formation professionnelle supérieure<br />

doit s’adapter », a indiqué Thomas<br />

Jäggi, secrétaire de la commission assurance<br />

qualité des conseillers de vente automobile<br />

(CAQ CVA), en évoquant brièvement<br />

le processus de révision qui devrait vraisemblablement<br />

débuter l’année prochaine.<br />

Urs Wernli, le président central de l’UPSA,<br />

était présent pour la dernière fois à la réunion<br />

de la CFP. Au terme de 18 années de<br />

bons et loyaux services à la tête de l’UPSA,<br />

il devrait passer le relais à Thomas Hurter,<br />

conseiller national, à l’automne <strong>2021</strong>. L’élection<br />

se tiendra à Safenwil le 8 septembre, à<br />

l’occasion de l’assemblée des délégués. Lors<br />

de son allocution, Urs Wernli a salué le travail<br />

de la formation professionnelle de l’UP-<br />

Nouvelles des commissions<br />

Différents changements de postes ont été<br />

annoncés lors de la réunion annuelle de<br />

la CFP : Marcel Hurter et Marc Stettler<br />

ont rejoint la commission Commerce de<br />

détail (C-CD). En outre, Andreas Billeter, le<br />

président de la C-CD, quittera ses fonctions<br />

en 2022. La recherche d’un successeur a<br />

été lancée. Une succession s’impose aussi<br />

pour la commission assurance qualité<br />

Examen professionnel supérieur (CAQ-<br />

EPS), car son président de longue date,<br />

Peter Baschnagel, en démissionnera le 31<br />

décembre <strong>2021</strong>. Bruno Sinzig démissionne<br />

de son poste de président de la commission<br />

d’examen de restaurateur/trice de<br />

véhicules. Marcel Wyler, responsable de<br />

la troisième partie de l’examen jusqu’à<br />

présent, reprendra la présidence. Franz<br />

Uetz est nommé nouveau responsable de<br />

la troisième partie de l’examen. Andreas<br />

Senger quitte ses fonctions de responsable<br />

de la quatrième partie de l’examen. Urs<br />

Wartenweiler lui succède. Bruno Leibundgut,<br />

responsable de l’examen professionnel de<br />

secouriste routier/ère, a déposé sa démission.<br />

L’UPSA participe à la recherche d’un<br />

successeur. Les participants ont pris congé<br />

de Beat Schmid et de Beat Lerch. Tandis<br />

que Beat Schmid quitte la commission pour<br />

le développement professionnel et la qualité<br />

(DP&Q), Beat Lerch démissionne de sa<br />

fonction de responsable CFP de la section<br />

Jura et quitte par la même occasion la CFP.<br />

Alexander Gerber succède à Beat Lerch et<br />

rejoint la CFP.<br />

SA : « Vous avez tous fait de l’excellent travail<br />

et contribué à actualiser nos formations<br />

initiales et continues. » Or, selon lui, cela<br />

ne va pas de soi. « L’union fait la force ! »<br />

a martelé Urs Wernli en encourageant les<br />

participants à poursuivre leur engagement<br />

en faveur de la formation professionnelle.<br />

Charles-Albert Hediger, le président de la<br />

CFP, a rappelé une fois de plus la puissance<br />

de la démarche commune à la fin de la réunion.<br />

« Le monde de l’automobile évolue rapidement.<br />

Nous devons nous adapter, faire<br />

preuve de flexibilité et réagir. » L’électrification<br />

s’accompagnera de changements,<br />

mais ne révolutionnera pas la planète. La<br />

recherche et l’innovation occuperont le devant<br />

de la scène, d’après Charles-Albert Hediger.<br />

Avec Thomas Hurter qui fera le lien<br />

avec les milieux politiques, l’UPSA aura l’opportunité<br />

de mieux défendre ses intérêts à<br />

Berne. Dans ce contexte, il a invité les participants<br />

à voter contre la loi sur le CO 2<br />

le<br />

13 juin. « Un grand merci pour votre engagement.<br />

»<br />

La prochaine réunion de la CFP aura lieu le<br />

jeudi 27 janvier 2022. <<br />

Brèves de la CFP<br />

Séminaire des femmes de l’UPSA : le<br />

séminaire anniversaire aura lieu du 25 au<br />

27 octobre à Lenk (BE).<br />

AGVS Business Academy : le module didactique<br />

« Utiliser avec professionnalisme<br />

les instruments de la nouvelle OrFo » est<br />

désormais également disponible en italien.<br />

Les préparatifs sont en cours.<br />

Formation de restaurateur/trice de véhicules<br />

: démarre désormais également en<br />

Suisse romande le 13 novembre <strong>2021</strong>.<br />

Examen quinquennal : démarrage des<br />

révisions partielles Assistant(e) en maintenance<br />

d’automobiles, mécanicien(ne) en<br />

maintenance d’automobiles et mécatronicien(ne)<br />

d’automobiles au printemps 2022.<br />

Entrée en vigueur de l’OrFo probablement<br />

le 1 er janvier 2025.<br />

Secouriste routier/ère : la formation ne<br />

sera plus dispensée que sous forme de<br />

cursus complet. L’examen professionnel<br />

central aura lieu à Mobilcity dès 2022.<br />

Procédure de qualification <strong>2021</strong> : les sections<br />

envisagent d’organiser des examens<br />

ordinaires. Elles sont tenues de réserver<br />

des places pour les éventuels candidats<br />

en quarantaine. L’examen pratique peut<br />

se dérouler dans d’autres cantons en cas<br />

d’urgence.<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>45


SPONSORED CONTENT<br />

La direction de FIGAS (de g. à dr.) : Andreas Kohli, André Frey et David Regli. Jvan Hutter est absent sur la photo. Photos : Figas<br />

FIGAS Fiduciaire de la branche automobile suisse SA<br />

Gros plan sur le spécialiste<br />

de la branche<br />

Depuis 70 ans, FIGAS agit en tant que fiduciaire de la branche dans toute la Suisse. Le jubilé qui s’approche<br />

nous donne l’occasion de nous entretenir avec la direction de FIGAS.<br />

André Frey, directeur<br />

Expert-comptable diplômé<br />

a.frey@figas.ch<br />

André Frey, vous êtes responsable de<br />

mandats depuis 23 ans, et à la tête de FIGAS<br />

depuis 10 ans. Qu’appréciez-vous particulièrement<br />

dans votre activité ?<br />

André Frey : De pouvoir relever les défis<br />

quotidiens avec une équipe motivée, dans<br />

un environnement passionnant mais qui<br />

connaît des difficultés économiques. Notre<br />

objectif prioritaire est d’accompagner les<br />

entreprises et les entrepreneurs avec succès<br />

et professionnalisme à travers toutes les<br />

phases de la création à l’organisation de la<br />

succession.<br />

Quel est le principal segment de clientèle<br />

de FIGAS ?<br />

André Frey : J’estime globalement que 80 % de<br />

nos clients sont des garages gérés par leur propriétaire,<br />

avec un effectif de 5 à 30 salariés. Ajoutons<br />

à cela des entreprises plus grandes, des groupements<br />

de garages et des entreprises proches<br />

de la branche comme les sociétés d’importation.<br />

Qu’est-ce qui relie FIGAS et l’UPSA ?<br />

André Frey : FIGAS et l’UPSA sont certes totalement<br />

indépendantes, mais entretiennent<br />

un partenariat étroit. Grâce à l’UPSA, et au reflet<br />

économique de la branche suisse, nous<br />

touchons une grande partie des garagistes.<br />

De plus, nous intervenons de temps en temps<br />

pour des conférences à la Business Academy.<br />

Pouvez-vous présenter brièvement les prestations<br />

de FIGAS ?<br />

André Frey : FIGAS offre des prestations de<br />

conseils dans les domaines fiduciaires, expertise<br />

comptable, conseil d’entreprise, marché<br />

des garages et Business Management. L’établissement<br />

des comptes annuels fait toujours<br />

partie de notre cœur d’activité.<br />

Andreas Kohli, vous travaillez depuis 22 ans<br />

chez FIGAS. Vous étiez tout d’abord responsable<br />

de mandats et depuis 10 ans, vous<br />

êtes responsable du département fiduciaire.<br />

Qu’attendent les clients de FIGAS de votre<br />

équipe ? Qu’est-ce qui vous distingue des<br />

autres sociétés fiduciaires ?<br />

Andreas Kohli : Mon credo est le suivant :<br />

l’avantage pour nos clients doit être nettement<br />

plus élevé que les coûts engendrés. Grâce<br />

à notre spécialisation et à notre longue expérience,<br />

nous connaissons parfaitement le travail<br />

quotidien des clients et les pièges inhérents.<br />

Lorsque nous établissons les comptes<br />

annuels, nous voyons tout de suite où se situent<br />

les écarts par rapport à la moyenne des<br />

entreprises, et discutons avec les clients des<br />

mesures d’amélioration. En règle générale, nos<br />

bilans comprennent, outre la marge brute,<br />

l’analyse de l’atelier, les indicateurs clés et le<br />

tableau des flux financiers. Même avec ces<br />

prestations complémentaires, nos honoraires<br />

se situent dans une fourchette moyenne.<br />

En outre, les bilans, les audits, les budgets et<br />

les autres documents marqués d’un tampon FI-<br />

GAS bénéficient d’un bon indice de confiance<br />

auprès des instituts financiers, des administrations<br />

fiscales et des importateurs, ce qui se<br />

répercute favorablement sur nos clients. Si des<br />

discussions avec des banques ou des autorités<br />

doivent se tenir (impôts directs, AVS ou<br />

TVA), nous pouvons obtenir la meilleure solution<br />

pour nos clients, du fait de notre longue<br />

expérience.<br />

46<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


SPONSORED CONTENT<br />

David Regli : Nos prestations englobent tous les<br />

domaines de l’audit, notamment les contrôles ordinaires<br />

et restreints, ainsi que les audits spécifiques.<br />

Nous nous efforçons d’offrir à nos clients<br />

une véritable valeur ajoutée, en plus de l’activité<br />

d’expertise prévue par la loi. Nous discutons également<br />

avec les clients des opportunités et des<br />

risques, et les accompagnons dans la tenue de<br />

leur comptabilité et dans leur stratégie fiscale.<br />

Notamment concernant les nouveaux mandats<br />

de révision, nous décelons souvent, dans<br />

le cadre de l’audit, un vaste potentiel d’optimisation<br />

pour l’augmentation de la rentabilité ou<br />

la réduction des impôts. Sans connaissance de<br />

la branche, ces aspects passent généralement<br />

inaperçus.<br />

Nos cadres<br />

Andreas Kohli, responsable du département fiduciaire<br />

Expert fiduciaire diplômé<br />

a.kohli@figas.ch<br />

Qu’en est-il du numérique et de l’externalisation<br />

?<br />

Andreas Kohli : Grâce à OBT, la société mère,<br />

notre système IT est à la pointe de la technologie.<br />

Le client peut ainsi télécharger tous les<br />

documents électroniques sur une plate-forme<br />

interne. Les bilans et rapports de révision sont<br />

envoyés uniquement par voie électronique si<br />

le client le souhaite. Les mandats d’externalisation<br />

ou les rapports d’activité sont de plus en<br />

plus effectués via l’accès à distance ou par la<br />

transmission électronique des données. Avec<br />

Abacus, nous disposons en outre d’un logiciel<br />

de comptabilité salariale très performant, avec<br />

des interfaces complètes.<br />

À l’avenir, les tâches administratives seront<br />

davantage externalisées pour que les entreprises<br />

puissent se concentrer sur leur cœur<br />

d’activité. Nous disposons des ressources et<br />

des outils numériques nécessaires pour offrir<br />

aux garagistes une solution sur mesure.<br />

Monsieur Kohli, la branche automobile va<br />

connaître de profonds changements. Les<br />

questions liées au numérique, à la rentabilité<br />

et aux règles de succession vont dominer<br />

les débats au cours des prochaines années.<br />

Que peut offrir FIGAS à ses clients ?<br />

Andreas Kohli : Dans ce processus, il est important<br />

d’avoir un interlocuteur qui parle le<br />

même langage, qui possède l’expérience des<br />

changements et connaît les tendances de la<br />

branche. Nous disposons de l’expérience nécessaire<br />

et du savoir-faire dans l’analyse d’entreprise,<br />

les audits, les règles de succession et<br />

les prévisions de financement.<br />

Monsieur Frey, le siège de FIGAS se trouve<br />

à Oberwangen près de Berne. Vous n’êtes<br />

pas trop loin de vos clients ?<br />

André Frey : Il y a toujours quelques garagistes<br />

qui préfèrent avoir un agent fiduciaire à proximité<br />

pour le voir plus rapidement. Du reste,<br />

nous ne voyons pas plus les clients de Berne<br />

que ceux de Saint-Gall ou de Genève. Résoudre<br />

les problèmes via les canaux numériques est<br />

beaucoup plus efficace que par un rendez-vous<br />

en présentiel. Et si une visite urgente s’impose,<br />

nous nous rendons aussitôt sur place.<br />

Un dernier mot pour conclure, monsieur Frey ?<br />

André Frey : Nous sommes tout à fait prêts<br />

à relever les défis à venir, et nous sommes<br />

ravis d’accompagner nos clients vers un futur<br />

prospère. <<br />

Jvan Hutter, responsable Business Management<br />

Haute école / MBA économie d’entreprise<br />

j.hutter@figas.ch<br />

David Regli, responsable du département révision<br />

Expert-comptable diplômé<br />

d.regli@figas.ch<br />

Stefan Stocker, membre de l’encadrement<br />

Expert-comptable diplômé<br />

s.stocker@figas.ch<br />

Corinne Abbühl, membre de l’encadrement<br />

Experte fiduciaire diplômée<br />

c.abbuehl@figas.ch<br />

Monsieur Regli, vous êtes responsable du<br />

département révision chez FIGAS depuis neuf<br />

ans. Vous êtes également chargé du suivi et<br />

du développement de la clientèle en Suisse<br />

romande. Que proposez-vous à vos clients<br />

dans le domaine de l’expertise comptable ?<br />

Plus d’informations sur :<br />

figas.ch<br />

Anita Werren, membre de l’encadrement<br />

Spécialiste en finance et comptabilité avec brevet fédéral<br />

a.werren@figas.ch<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>47


FORMATION<br />

L’apprentissage dans la branche automobile se porte bien<br />

3000 contrats d’apprentissage<br />

L’intérêt pour les métiers de la branche automobile reste élevé, comme le montre un coup d’œil porté sur<br />

les contrats d’apprentissage conclus ces dernières années. Et pour les apprentissages commençant cet été<br />

aussi, les garages ont trouvé des candidates et candidats adéquats. Les efforts des entreprises formatrices<br />

et de l’UPSA portent leurs fruits. Mike Gadient<br />

La signature d’un contrat d’apprentissage<br />

constitue un premier jalon de taille dans un<br />

parcours professionnel. À l’été 2020, 2764<br />

écoliers et 200 écolières ont fêté la signature<br />

d’un contrat d’apprentissage dans un garage.<br />

Fait particulièrement réjouissant : à la rentrée<br />

2020, 741 jeunes ont opté pour un CFC de mécatronicien(ne)<br />

d’automobiles dans le domaine<br />

des voitures de tourisme et 167 pour la même<br />

formation de base dans le domaine des véhicules<br />

utilitaires. Il s’agit là d’une nette hausse<br />

par rapport à la moyenne calculée de 2015 à<br />

2019 (voir encadré). « Le fait que nous n’ayons<br />

pas passé la barre magique des 3000 contrats<br />

d’apprentissage en 2020 est notamment dû à<br />

la pandémie, qui a ralenti le processus de recrutement<br />

», explique Olivier Maeder, responsable<br />

de la formation de l’UPSA. La crainte de<br />

voir beaucoup moins de places d’apprentissage<br />

trouver preneur s’est heureusement avérée infondée.<br />

« L’UPSA, ses sections et ses entreprises<br />

formatrices ont pris de bonnes mesures<br />

en permettant notamment la signature de<br />

contrats jusqu’en octobre 2020 pour un début<br />

d’apprentissage en août de la même année. »<br />

Les chiffres le montrent : les métiers de l’automobile<br />

suscitent un intérêt constant. 2994<br />

jeunes <strong>–</strong> dont 200 femmes <strong>–</strong> ont débuté un<br />

apprentissage dans la branche en 2019. Ils<br />

étaient 3026 <strong>–</strong> dont 215 femmes <strong>–</strong> en 2018.<br />

Et pour l’été <strong>2021</strong>, il reste à peine plus de 500<br />

places d’apprentissage disponibles, qui sont<br />

proposées sur orientation.ch (état à la mi-mai).<br />

Ainsi, la situation de la branche automobile<br />

est similaire à celle de toute la Suisse sur le<br />

marché des places d’apprentissage en <strong>2021</strong>.<br />

D’après les tendances relevées par les cantons,<br />

le nombre de contrats d’apprentissage conclus<br />

est proche de celui des années précédentes<br />

malgré la pandémie.<br />

La constance des chiffres enregistrés dans<br />

la branche automobile, tous métiers confondus,<br />

est notamment due aux efforts accrus de<br />

tous ses acteurs. Pendant la pandémie, l’UP-<br />

Photo : Istock<br />

SA a par exemple davantage parlé des places<br />

d’apprentissage disponibles et des stages possibles<br />

dans les médias. Des portraits multimédias<br />

de jeunes diplômé(e)s et des vidéos de<br />

présentation des formations de base de l’UP-<br />

SA sur les réseaux sociaux ont complété le tableau.<br />

« Compte tenu de l’annulation de divers<br />

salons, sessions d’information et événements<br />

professionnels en raison du coronavirus, créer<br />

de nouveaux formats a été la bonne décision »,<br />

relève Olivier Maeder.<br />

L’un des éléments clés pour que les métiers<br />

de l’automobile continuent d’attirer les jeunes<br />

est de leur offrir la possibilité d’une formation<br />

continue. Dès l’an prochain, les apprenti(e)s<br />

pourront se former aussi dans le secteur des<br />

ventes et acquérir un savoir-faire en matière de<br />

conseil à la clientèle et de vente de véhicules.<br />

Pour appréhender la diversité des technologies<br />

de motorisation, l’UPSA et ses sections ont remanié<br />

plusieurs formations de base avec le<br />

concours d’autres établissements de formation.<br />

Le bilan d’Olivier Maeder : « Pour que<br />

nous puissions maintenir ces chiffres à ce<br />

niveau à l’avenir, nous devrons prendre plus<br />

de mesures de recrutement chaque année. »<br />

Il faudrait toutefois aussi tenter d’augmenter<br />

la part de jeunes diplômé(e)s qui restent dans<br />

la branche automobile : « Il s’agit de développer<br />

un sentiment d’appartenance à la branche<br />

et à l’entreprise formatrice et de montrer aux<br />

jeunes diplômé(e)s les perspectives qu’ils ont. »<br />

Avec la création d’un réseau « metiersauto.ch »<br />

sur un large éventail de canaux, l’UPSA progresse<br />

au niveau national. <<br />

Situation des places<br />

d’apprentissage en 2020<br />

Mécatronicien(ne) d’automobiles<br />

CFC <strong>–</strong> voitures de tourisme<br />

741 apprentis, dont 37 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 709 apprentis<br />

Mécatronicien(ne) d’automobiles<br />

CFC <strong>–</strong> véhicules utilitaires<br />

167 apprentis, dont 5 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 159 apprentis<br />

Mécanicien(ne) en maintenance d’automobiles<br />

CFC <strong>–</strong> voitures de tourisme<br />

1193 apprentis, dont 49 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 1216 apprentis<br />

Mécanicien(ne) en maintenanced’automobiles<br />

CFC <strong>–</strong> véhicules utilitaires<br />

163 apprentis, dont 0 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 174 apprentis<br />

Assistant(e) en maintenance d’automobiles<br />

AFP<br />

354 apprentis, dont 13 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 380 apprentis<br />

Apprenti(e) de commerce CFC E <strong>–</strong><br />

branche de l’automobile<br />

81 apprentis, dont 43 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 80 apprentis<br />

Apprenti(e) de commerce CFC B <strong>–</strong><br />

branche de l’automobile<br />

24 apprentis, dont 16 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 29 apprentis<br />

Gestionnaire du commerce de détail<br />

CFC <strong>–</strong> conseil <strong>–</strong> logistique des pièces<br />

détachées<br />

101 apprentis, dont 17 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 105 apprentis<br />

Gestionnaire du commerce de détail<br />

CFC <strong>–</strong> gestion des marchandises <strong>–</strong><br />

logistique des pièces détachées<br />

112 apprentis, dont 15 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 131 apprentis<br />

Assistant(e) du commerce de détail<br />

AFP <strong>–</strong> logistique des pièces détachées<br />

28 apprentis, dont 5 femmes<br />

Moyenne de 2015 à 2019 : 30 apprentis<br />

Tout ce qui concerne<br />

les nouvelles formations<br />

initiales professionnelles<br />

à partir de 2022 :<br />

48<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FORMATION<br />

« J’ai obtenu de nombreuses<br />

informations importantes » : Florent<br />

Lacilla, ici aux SwissSkills Championships<br />

2020, a suivi l’un des trois<br />

modules didactiques de l’UPSA.<br />

Photo : médias de l’UPSA<br />

Module didactique pour les formateurs professionnels<br />

« Un cours pour apprendre des<br />

choses passionnantes »<br />

Avec l’ordonnance de formation 2018, les formateurs professionnels doivent obligatoirement suivre<br />

l’un des trois modules didactiques de l’UPSA. Florent Lacilla, mécatronicien d’automobiles, a passé le<br />

module « Utiliser avec compétence les instruments de la nouvelle OrFo 2018 » fin avril : « Je ne peux<br />

que recommander cette formation. » Sandro Compagno<br />

Il est inutile d’expliquer à Florent Lacilla l’importance<br />

d’une formation professionnelle initiale<br />

de qualité. Le mécatronicien d’automobiles<br />

du canton de Fribourg est double champion<br />

suisse des métiers (2018 et 2020) et représentera<br />

la branche automobile suisse aux World­<br />

Skills de Shanghai repoussés à 2022. Le jeune<br />

homme de 21 ans forme actuellement un mécanicien<br />

en maintenance d’automobiles dans<br />

l’entreprise de ses parents, le Garage de l’Autoroute<br />

J-F. Lacilla SA à Matran. L’ordonnance de<br />

formation 2018 stipule qui a le droit de former<br />

des apprentis dans les formations techniques<br />

de base. Il faut soit une formation dite tertiaire<br />

(celle de diagnosticien d’automobiles et de coordinateur<br />

d’atelier notamment) ou suivre et terminer<br />

l’un des trois modules didactiques proposés<br />

par l’UPSA Business Academy.<br />

Florent Lacilla a opté pour le module « Utiliser<br />

avec compétence les instruments de<br />

la nouvelle OrFo 2018 ». La formation dure<br />

une journée et s’est déroulée sous forme de<br />

webinaire à cause du coronavirus. Avec le<br />

recul, Florent Lacilla affirme qu’il lui a été<br />

pénible de se concentrer pendant des heures<br />

sur l’écran : « Mais j’ai obtenu de nombreuses<br />

informations importantes sur la formation.<br />

Aussi, les travaux en groupe et les discussions<br />

avec les confrères étaient captivants. »<br />

Le contenu du module porte sur les compétences<br />

opérationnelles qui ont remplacé les matières<br />

scolaires dans la nouvelle ordonnance de<br />

formation, sur la structure et sur les contenus<br />

des documents de mise en œuvre pertinents,<br />

sur la planification de la formation des apprentis,<br />

sur la conduite d’entretiens de feedback ou<br />

de définition des objectifs et sur la protection<br />

des jeunes travailleurs et sa mise en application.<br />

Le module qualifie le Fribourgeois et ses<br />

confrères pour déterminer quand telle ou telle<br />

compétence opérationnelle doit être introduite<br />

et approfondie dans l’entreprise à l’aide d’un programme<br />

de formation. Il permet de mener des<br />

entretiens semestriels tournés vers le développement,<br />

d’utiliser le rapport de formation pour<br />

dresser un bilan et d’aider les apprentis à tenir<br />

une documentation d’apprentissage. « Je ne peux<br />

que recommander cette formation », constate le<br />

mécatronicien d’automobiles : « Il s’agit d’une introduction<br />

précieuse pour de jeunes participants<br />

comme moi et d’un bon rafraîchissement pour<br />

des collègues chevronnés. »<br />

En principe, tous les responsables des formations<br />

techniques de base sans diplôme tertiaire<br />

auraient dû suivre l’un des trois modules didactiques<br />

d’ici fin 2020. Comme la pandémie de coronavirus<br />

a toutefois bouleversé ce programme,<br />

l’UPSA propose encore ses cours. Outre le module<br />

« Utiliser les instruments de la nouvelle<br />

OrFo 2018 » fréquenté par Florent Lacilla, il en<br />

existe deux autres :<br />

• « Sélectionner les personnes en<br />

formation » et<br />

• « Diriger de jeunes adultes et surmonter<br />

les crises »<br />

Les formateurs professionnels peuvent choisir<br />

librement le module d’une journée qui répond<br />

à leurs besoins. « L’UPSA conseille aux formateurs<br />

de suivre d’autres modules, sous forme de<br />

webinaire ou dans leur région », ajoute Manuela<br />

Jost, responsable de l’UPSA Business Academy.<br />

« Les formateurs professionnels doivent être<br />

des exemples et sont sans cesse mis à l’épreuve.<br />

Il s’agit de trouver l’apprenti qui convient à l’entreprise,<br />

de l’accompagner et de mener des entretiens<br />

difficiles. L’échange d’expérience avec<br />

des individus de la branche ayant les mêmes intérêts<br />

et les conseils des enseignants facilitent<br />

l’application dans l’entreprise et remotivent les<br />

troupes. Nous remercions les entreprises formatrices<br />

pour leur excellent travail pour la relève<br />

dans nos métiers. » <<br />

Plus d’informations sur :<br />

agvs-upsa.ch/fr/formation/upsabusiness-academy<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>49


SPONSORED CONTENT<br />

Collaboration entre l’UPSA et le Groupe Mutuel<br />

Un partenariat gagnant pour<br />

votre entreprise<br />

Des conditions exclusives et très avantageuses pour les membres de l’UPSA dans le domaine des assurances<br />

de personnes, tels sont les avantages du partenariat avec le Groupe Mutuel et ses assurances perte de gain en<br />

cas de maladie et complémentaires LAA.<br />

• Couverture des réductions opérées sur<br />

les prestations LAA pour cause de faute<br />

grave de l’assuré, de dangers extraordinaires<br />

ou d’entreprises téméraires<br />

• Frais de traitement, comprenant notamment<br />

une couverture illimitée dans le<br />

monde entier, un séjour hospitalier en<br />

division semi-privée ou privée<br />

Notons que l’employeur peut également s’assurer<br />

auprès de ce contrat en incluant le<br />

risque accident pour autant qu’il n’est pas<br />

soumis à la couverture LAA obligatoire.<br />

Des conditions exclusives pour les membres de l’UPSA dans le domaine des assurances de personnes. Photo : Groupe Mutuel<br />

Pourquoi assurer la perte de gain en<br />

cas de maladie ?<br />

Pour l’employeur, l’absence prolongée d’un<br />

collaborateur engendre des coûts non prévisibles,<br />

qui portent aussi bien sur le salaire de<br />

l’employé absent que sur les coûts de la formation<br />

de son remplaçant et du salaire de<br />

celui-ci. La loi exige en effet que si l’un de<br />

vos collaborateurs est absent pour cause de<br />

maladie, c’est vous qui êtes tenu de lui verser<br />

son salaire.<br />

Compléments à<br />

l’assurance-accidents LAA<br />

La SUVA couvre l’indemnité journalière en<br />

cas d’accident de vos collaborateurs. Avec<br />

l’assurance-accidents complémentaire à la<br />

LAA, vous pouvez offrir à vos collaborateurs<br />

une couverture optimale et ainsi compléter<br />

la couverture légale LAA. Plusieurs options<br />

sont proposées par le Groupe Mutuel, de<br />

même que des prestations modulables selon<br />

vos besoins. Ainsi :<br />

Le bon moment pour y penser<br />

Grâce au partenariat UPSA et Groupe Mutuel,<br />

toutes vos assurances de personnes<br />

sont gérées auprès d’un seul interlocuteur.<br />

Tous les membres de l’UPSA ont la possibilité<br />

de conclure leur assurance perte de gain<br />

en cas de maladie et leur assurance complémentaire<br />

LAA à des conditions exclusives et<br />

très avantageuses !<br />

L’automne est la période de renouvellement<br />

de vos contrats d’assurance. Aujourd’hui est<br />

donc le moment idéal pour analyser les besoins<br />

de votre entreprise et exploiter les<br />

possibilités d’optimisation des conditions et<br />

des prestations. Bénéficiez ainsi d’un conseil<br />

global et découvrez les nombreuses plus-values<br />

proposées par le Groupe Mutuel.<br />

Grâce à l’assurance indemnité journalière en<br />

cas de maladie, vous permettez à vos collaborateurs<br />

de bénéficier d’une protection de<br />

leur revenu, puisque leur salaire est versé ou<br />

complété jusqu’à leur retour au travail ou au<br />

versement d’une éventuelle rente AI ou LPP.<br />

Cette prestation sociale majeure est ainsi de<br />

nature à renforcer la fidélité de vos collaborateurs.<br />

• Complément jusqu’à 100 % du salaire assuré<br />

par l’assurance-accidents obligatoire<br />

LAA (80 %)<br />

• Gain assuré excédant le maximum LAA<br />

(fixé à Frs. 148 200.-)<br />

• Prestations en cas d’invalidité ou de décès<br />

N’hésitez pas à contacter sans engagement<br />

: Willy Lerjen, Relationship Manager,<br />

058 758 31 80, wlerjen@groupemutuel.ch. <<br />

Plus d’informations :<br />

groupemutuel.ch/agvs<br />

50<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FORMATION<br />

Conseiller/-ère de vente automobile avec brevet fédéral<br />

« Il n’y a pas de plus beau métier »<br />

L’activité dans les showrooms devient de plus en plus complexe et exigeante, entre les différentes technologies<br />

de motorisation, les systèmes d’assistance à la conduite et des clients bien informés, qui ont du mal à choisir<br />

dans la palette de modèles de plus en plus vaste. Cela pose au personnel de vente de nouveaux défis en termes<br />

de conseil en mobilité. La solution : suivre le cursus de conseiller de vente avec brevet fédéral. Reinhard Kronenberg<br />

La condition pour réussir dans cette profession<br />

n’est pas seulement d’être ouvert et de s’intéresser<br />

à autrui, mais de sonder par ailleurs les<br />

besoins des visiteurs concernant la mobilité<br />

motorisée. Une communication assurée, une<br />

attitude aimable et compétente sont nécessaires<br />

pour créer une relation de confiance.<br />

Il faut aussi une connaissance solide des produits<br />

de la marque représentée ; dans le cas de<br />

Noemi, il s’agit de Volvo. La formation transmet<br />

les connaissances indispensables sur les<br />

questions d’assurance et de financement. L’organisation<br />

du travail et de l’entreprise fait également<br />

partie du programme de la formation,<br />

de même que la gestion des occasions et les<br />

bases de la comptabilité. La préparation d’expositions<br />

et d’événements ou le lancement<br />

d’un nouveau produit, la pratique du marketing<br />

et des connaissances sur le marché de<br />

l’automobile complètent cette formation approfondie.<br />

Noemi Gähler a réussi sa formation continue de conseillère de vente automobile il y a deux ans.<br />

Photo : OnAir/médias de l’UPSA<br />

« Les voitures m’ont toujours fascinée »,<br />

confie Noemi Gähler. Depuis toute petite,<br />

elle fréquente l’entreprise ; haute comme trois<br />

pommes, elle distribuait déjà des prospectus ;<br />

aujourd’hui, elle fait partie de l’entreprise et<br />

déclare : « Pour moi, il n’y a pas de plus beau<br />

métier que celui de conseillère de vente automobile.<br />

» Et lorsqu’on voit briller ses yeux, on<br />

la croit sur parole. Noemi Gähler a suivi avec<br />

succès la formation de conseillère de vente automobile<br />

avec brevet fédéral. Elle travaille désormais<br />

dans les deux entreprises familiales<br />

d’Aesch et de Füllinsdorf.<br />

Le contact avec la clientèle est très important<br />

pour elle : « C’est le cœur de mon travail. » Tout<br />

comme savoir conseiller la clientèle. C’est-àdire<br />

avec le plus de perspectives de succès possible.<br />

« Durant ma formation de conseillère de<br />

vente automobile, j’ai appris comment aborder<br />

les clients, comment leur parler et leur présenter<br />

des modèles. J’ai appris à communiquer au<br />

téléphone, et j’ai bénéficié d’une multitude de<br />

conseils très utiles pour conclure efficacement<br />

une vente. »<br />

Dans le contact avec ses clients, Noemi Gähler<br />

mise sur l’ambiance familiale. C’est tout à fait<br />

l’environnement où elle se trouve : la société<br />

Halbeisen AG est une entreprise familiale par<br />

excellence. La mère de Noemi dirige la société,<br />

sa sœur travaille à l’administration, elle-même<br />

est responsable des ventes. L’accueil est simple<br />

et chaleureux, on le remarque d’emblée, également<br />

franc et dévoué.<br />

La formation de Noemi est considérée comme<br />

positive non seulement par elle-même, mais<br />

par son entreprise, où l’on est convaincu<br />

qu’elle en a tiré profit à bien des égards : « Elle<br />

est devenue plus ouverte », dit-on dans son<br />

entourage. Dans ce contexte, elle a également<br />

amélioré sa manière de communiquer et élargi<br />

son réseau.<br />

Lorsqu’on lui demande ce qui l’a motivée à<br />

suivre la formation, Noemi répond qu’elle voulait<br />

« apprendre encore quelque chose ». Au<br />

travail, elle a pu appliquer ce qu’elle a appris à<br />

l’école. Le résultat compense le temps consacré<br />

à la formation « et ce n’était pas rien », précise-t-elle,<br />

avant de décrire comment elle a<br />

passé ses soirées et ses week-ends à réviser,<br />

pour retenir le plus de choses possible de la<br />

formation et devenir une conseillère en vente<br />

compétente. Nul doute que cet objectif n’attendra<br />

pas des années avant d’être rempli : il<br />

l’est déjà. <<br />

Conseiller/-ère de vente<br />

automobile<br />

Vous trouverez ici plus d’informations sur<br />

le cursus :<br />

Vous trouverez ici les partenaires de la formation,<br />

ainsi que les soirées d’information :<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>51


FORMATION<br />

Se protéger contre les cyberattaques<br />

Pour ne pas se faire arnaquer<br />

Mots de passe, mises à jour de logiciel, sauvegardes, etc : les garagistes doivent tenir compte de beaucoup de<br />

choses pour se protéger des hackers. Lors du webinaire de l’UPSA Business Academy, plus de 150 participants<br />

ont été sensibilisés aux dangers de l’Internet. Matthias Strebel et Mike Gadient<br />

C’est un chiffre qui laisse songeur : en 2020,<br />

rien que pour la Suisse, plus de 10 600 cyberattaques<br />

ont été signalées au NCSC, le<br />

Centre national pour la cybersécurité. La<br />

vague criminelle sur le web prend de l’ampleur.<br />

En comparaison avec le nombre d’habitants,<br />

les cantons de Zurich, d’Obwald<br />

et de Vaud sont les plus touchés par ces<br />

infections informatiques. Les attaques ne<br />

proviennent pas seulement de la zone asiatique,<br />

mais souvent d’Europe ou des États-<br />

Unis. Les conséquences sont énormes : dégradation<br />

de l’image, pannes du système<br />

informatique, perte des données, dégâts financiers.<br />

Les PME sont les cibles favorites, car elles<br />

n’entreprennent pas assez de mesures de<br />

sécurité et servent d’étapes pour attaquer<br />

les grandes entreprises. « Les attaques par<br />

force brute, qui visent à voler les mots de<br />

passe, sont plus fréquentes chez les PME<br />

en raison des failles dans la sécurité. Et la<br />

plupart des PME travaillent avec des sociétés<br />

plus importantes », explique Max Klaus,<br />

responsable adjoint de la cybersécurité opérationnelle<br />

au NCSC. Lors du webinaire de<br />

l’UPSA Business Academy, il a montré aux<br />

membres de l’UPSA, aux côtés d’Yves Arnosti,<br />

expert IT chez Swisscom, comment<br />

les garagistes pouvaient se protéger contre<br />

les dangers d’Internet.<br />

Les participants ont réalisé que l’humain<br />

était le maillon faible de la chaîne en matière<br />

de sécurité sur Internet. Plus de 80 %<br />

des cyberattaques sont dues à des erreurs<br />

commises par le personnel, à commencer<br />

par les mots de passe. Les mots de passe<br />

les plus fréquents sont en effet « Bonjour »,<br />

« 123456 », « 1234 » ou « motdepasse ». Du<br />

pain bénit pour les hackers. « Les mots de<br />

passe sont les clés d’accès à nos données »,<br />

rappelle Yves Arnosti. Il recommande d’autoriser<br />

uniquement des mots de passe élaborés<br />

et de définir, via un concept de rôles,<br />

qui a accès à quelles données.<br />

52<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FORMATION<br />

Les hackers demandent souvent une rançon<br />

en Bitcoins. Photo : Shutterstock<br />

Les collaborateurs doivent en outre être<br />

formés et sensibilisés à ce problème. Ainsi,<br />

on pourra garantir qu’ils détecteront les<br />

mails d’hameçonnage sur la base d’un expéditeur<br />

obscur, de fautes d’orthographe ou de<br />

pièces jointes suspectes. Yves Arnosti attire<br />

également l’attention sur la caractéristique<br />

la plus évidente de l’hameçonnage : « Ne<br />

donnez jamais par mail de mots de passe,<br />

d’identifiants, d’adresse ou de données de<br />

cartes de crédit. » Les pièces jointes que<br />

l’on n’attend pas ne doivent jamais être ouvertes.<br />

On peut vérifier le sérieux des liens<br />

en passant la souris dessus, ce qui permet<br />

d’afficher les URL.<br />

Pendant la présentation en ligne, les deux<br />

intervenants en appellent d’une part au bon<br />

sens commun, d’autre part à la nécessité de<br />

prendre des mesures. Max Klaus précise :<br />

« Il faut avoir des mots de passe solides, les<br />

changer régulièrement, se protéger par des<br />

pare-feu, procéder régulièrement aux mises<br />

à jour de tous les systèmes et aux sauvegardes.<br />

» Mais les mesures techniques à<br />

elles seules ne suffiront pas. Le « plan de<br />

continuité d’activité » est une notion cruciale.<br />

Cela signifie remettre en question et<br />

ajuster en permanence la stratégie de lutte<br />

contre les cyberattaques. Il faut remplacer<br />

les systèmes trop anciens, mettre à jour systématiquement<br />

les logiciels (y compris les<br />

imprimantes reliées au réseau), s’informer<br />

des nouveautés et des technologies. Yves<br />

Arnosti préconise même d’effectuer une<br />

sauvegarde plusieurs fois par jour.<br />

Pour illustrer les dangers réels, Max Klaus<br />

a raconté la mésaventure d’une PME suisse,<br />

victime d’un cheval de Troie. Toutes les<br />

données de l’entreprise se sont retrouvées<br />

cryptées et n’étaient plus accessibles. Il a<br />

fallu huit mois pour en venir à bout, bien<br />

que pratiquement toutes les données aient<br />

pu être restaurées grâce à la sauvegarde.<br />

« La plupart du temps, dans de tels cas, une<br />

rançon est demandée sous forme de bitcoins,<br />

qui permet d’obtenir une clé sur le<br />

darknet pour pouvoir récupérer ses données<br />

», explique Max Klaus. Le NCSC exhorte<br />

à ne jamais payer de rançon : « On<br />

n’est pas sûr du tout de récupérer ses données<br />

après le paiement. » Et si l’on montre<br />

que l’on est prêt à payer, « on risque d’être<br />

rançonné sans arrêt. »<br />

Un deuxième cas concret montre comment<br />

des hackers avaient pris des informations<br />

sur l’entreprise, via les rapports annuels<br />

publiés en ligne et les réseaux sociaux. Ils<br />

cherchaient les noms d’un des membres de<br />

la direction et d’un employé de la comptabilité.<br />

Sous couvert du nom d’un de ces<br />

cadres, les hackers ont avisé la comptabilité<br />

par mail qu’une transaction importante<br />

allait avoir lieu pour racheter une société.<br />

La transaction était confidentielle et ne devait<br />

en aucun cas être ébruitée. « Dans un<br />

deuxième mail, l’employé de la comptabilité<br />

a reçu des coordonnées bancaires et le<br />

montant à régler immédiatement », raconte<br />

Max Klaus.<br />

L’histoire s’est bien terminée, car l’employé<br />

s’est méfié, et a pu empêcher l’attaque. Il a<br />

agi en faisant preuve de bon sens, s’est rappelé<br />

les consignes claires concernant les virements<br />

et s’est renseigné auprès de la direction.<br />

<<br />

Le NCSC et Swisscom viennent<br />

en aide<br />

Si, en tant que garagiste, vous êtes victime<br />

d’une cyberattaque ou que vous soupçonnez<br />

d’être concerné, veuillez vous adresser<br />

au Centre national pour la cybersécurité<br />

(NCSC). En cas d’attaque, il faut au minimum<br />

déposer plainte contre X auprès de la<br />

police cantonale. Vous pouvez vous informer<br />

sur les cybermenaces actuelles sur le<br />

site ncsc.ch ou via la newsletter du NCSC.<br />

Vous y trouverez également des listes de<br />

contrôles et divers documents.<br />

Swisscom propose aux entreprises<br />

automobiles des solutions informatiques<br />

et de communication sur mesure qui leur<br />

permettent de travailler efficacement et de<br />

manière moderne tout en leur garantissant<br />

une protection intégrale contre les cyberattaques.<br />

Les données sont stockées en toute<br />

sécurité sur le cloud, si bien que le garage<br />

est délesté des sauvegardes. Plus de<br />

renseignements et des conseils gratuits sur :<br />

depuis<br />

1964<br />

CORTELLINI &<br />

MARCHAND AG<br />

Le plus complet des services de<br />

réparation de boîtiers<br />

électroniques pour auto<br />

de Cortellini & Marchand AG<br />

www.auto-steuergeraete.ch<br />

061312 40 40<br />

Rheinfelderstrass 6, 4127 Birsfelden<br />

Vous cherchez, nous trouvons <strong>–</strong><br />

Votre service de recherche pour<br />

pièces automobiles d’occasion<br />

www.gebrauchte-fahrzeugteile.ch<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>53


SPONSORED CONTENT<br />

JobCloud<br />

Conseils pour une offre d’emploi efficace<br />

L’offre d’emploi joue un rôle très important pour le recrutement. C’est souvent la première chose que les<br />

candidates et candidats apprennent sur un employeur potentiel. L’annonce détermine aussi si la personne va<br />

ou non postuler. À quoi ressemble une offre d’emploi attrayante et comment réussir à convaincre le plus de<br />

candidats possibles de postuler ? Voici quelques conseils essentiels.<br />

Choisir un titre précis<br />

Le titre de votre offre d’emploi devrait être précis.<br />

Les candidats potentiels doivent savoir<br />

d’emblée de quoi il est question. L’indication du<br />

taux d’occupation devrait aussi figurer dans le<br />

titre. Il est également important que l’offre d’emploi<br />

soit rédigée de façon neutre quant au genre.<br />

Rédiger une offre d’emploi pertinente<br />

Le domaine de responsabilités du poste devrait<br />

être décrit brièvement par les informations<br />

suivantes : champ d’activité et niveau de<br />

fonction, durée de l’occupation et taux d’occupation.<br />

Le profil de candidat recherché devrait<br />

contenir des compétences décrites en<br />

détail ainsi que les qualifications impérativement<br />

requises, qui tiennent lieu de prérequis<br />

pour le poste. Les qualifications supplémentaires<br />

devraient également être mentionnées.<br />

Éviter le langage familier et les mots<br />

vides de sens<br />

Si elle comporte des descriptions compliquées<br />

et des phrases creuses, l’offre d’emploi<br />

sera difficile à lire. Des adjectifs qualificatifs<br />

comme « dynamique » ou « énergique » sont<br />

peu informatifs. Essayez plutôt de convaincre<br />

par la crédibilité et l’authenticité. Renoncez<br />

aux phrases à rallonge, aux propositions subordonnées<br />

trop nombreuses, aux lieux communs<br />

et aux formulations compliquées.<br />

Veiller à une belle mise en page<br />

Une offre d’emploi devrait être moderne et<br />

plaisante. Trouvez une mise en page qui est<br />

surtout claire et agréable. Utilisez des énumérations,<br />

des tirets ou des mises en valeurs pour<br />

mettre en évidence ce qui est important. Les<br />

vidéos donnent une idée authentique de votre<br />

culture d’entreprise. N’oubliez pas non plus<br />

que plus d’un utilisateur sur deux recherche<br />

un emploi sur son smartphone, d’où l’importance<br />

que l’annonce s’affiche parfaitement en<br />

version mobile.<br />

Utiliser des mots-clés pertinents<br />

Pour que votre offre d’emploi soit trouvée sur<br />

les moteurs de recherche, il est important de<br />

l’enrichir de quelques mots-clés pertinents. Réfléchissez<br />

en amont aux termes de recherche<br />

que les candidats utilisent souvent et placez-les<br />

dans votre annonce. La fréquence de consultation<br />

de vos offres d’emploi sur Google en sera<br />

d’autant plus élevée.<br />

Se positionner comme un employeur<br />

attrayant<br />

Présentez brièvement votre entreprise et ce<br />

qui la caractérise. Ainsi, vous convaincrez<br />

les bonnes candidates et bons candidats de<br />

choisir votre entreprise. Restez authentique<br />

et crédible. Ajoutez en outre ce que vous avez<br />

à proposer aux candidats, comme des formations<br />

continues, des avantages ou d’autres<br />

prestations.<br />

Décrire le processus de candidature<br />

Dans l’offre d’emploi, veuillez mentionner les<br />

documents dont vous avez besoin. Comment<br />

la postulation doit-elle être soumise ?<br />

Souhaitez-vous que le dossier de candidature<br />

vous parvienne par e-mail ? En guise d’alternative,<br />

il est également possible d’utiliser une<br />

URL de candidature avec un lien vers un formulaire<br />

de candidature bien structuré et pouvant<br />

s’afficher sur le téléphone portable. De<br />

plus, les utilisateurs apprécient que l’offre<br />

d’emploi les renseigne sur la manière dont le<br />

processus de recrutement se poursuivra et sur<br />

la date limite de dépôt des candidatures.<br />

Leader sur le marché de l’emploi en ligne<br />

suisse, JobCloud, forte d’une expérience de<br />

plus de 20 ans exploite entre autres jobup.ch<br />

et jobs.ch, les plateformes d’emploi préférées<br />

en Suisse romande et en Suisse alémanique.<br />

Rendez-vous sur www.jobcloud.ch/leblog pour<br />

de plus amples informations, des conseils, des<br />

check-lists et des articles sur les thèmes du recrutement<br />

et de la politique RH. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

jobcloud.ch/c/fr-ch/<br />

54<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FORMATION<br />

Photo : médias de l’UPSA<br />

Formation professionnelle de base<br />

Making-of du nouveau flyer<br />

« Regarde la caméra ! Tourne-toi légèrement vers moi ! Relève le menton ! » Le photographe Peter Fuchs est<br />

dans son élément. La nouvelle version du flyer présentant toutes les formations professionnelles de base<br />

de la branche automobile est en cours de finalisation dans le showroom moderne et lumineux de l’entreprise<br />

Franz SA à Wettswil (ZH). Sandro Compagno<br />

Le flyer qui présente clairement et succinctement<br />

toutes les formations de base de la<br />

branche automobile suisse est diffusé depuis<br />

2017. « C’est l’un de nos principaux outils de<br />

communication », déclare Olivier Maeder,<br />

responsable de la formation de l’UPSA.<br />

Le shooting organisé à Wettswil est largement<br />

justifié : dans le cadre de la mise en<br />

œuvre du projet « Vente 2022+ », une nouvelle<br />

formation de base de « Gestionnaire du<br />

commerce de détail CFC, vente automobile »<br />

complètera à partir de l’été 2022 les six offres<br />

actuellement proposées. Même à l’ère du numérique,<br />

le conseil et la vente continueront<br />

à jouer un rôle central dans les garages. Les<br />

produits vendus sont de plus en plus complexes<br />

: les technologies de propulsion et les<br />

systèmes d’assistance à la conduite variés<br />

intensifient les prestations de conseil. De<br />

nouvelles prestations de mobilité, telles que<br />

l’autopartage ou les abonnements automobiles,<br />

étendent parallèlement les services<br />

existants, comme le financement ou les assurances.<br />

« Les professionnels de la vente<br />

doivent répondre à des exigences de plus en<br />

plus élevées », indique Olivier Maeder.<br />

Tout comme Serina Danz, responsable<br />

de la communication à l’UPSA, et Robert<br />

Knopf, responsable du design et de la production<br />

chez Viva AG, en charge du contenu<br />

et de la conception du flyer, le membre<br />

de la direction de l’UPSA observe attentivement<br />

la séance de shooting dans l’entreprise<br />

Franz SA et apporte ses idées.<br />

En ce samedi printanier à Wettswil, le personnage<br />

principal est Viktor Cenaj, apprenti<br />

gestionnaire du commerce de détail en deuxième<br />

année d’apprentissage. La branche automobile<br />

est le secteur le plus intéressant, affirme<br />

le jeune homme de 17 ans, expliquant<br />

pourquoi il a choisi cette formation professionnelle<br />

de base : « Mon métier est très varié<br />

et le contact avec la clientèle me permet<br />

de rencontrer beaucoup de monde. » Dans un<br />

an, Viktor Cenaj terminera sa formation de<br />

base avec l’obtention du certificat fédéral de<br />

capacité. Il se verrait bien rejoindre ensuite la<br />

vente automobile, « comme beaucoup de gestionnaires<br />

de commerce ».<br />

Parallèlement à la formation de base « Gestionnaire<br />

du commerce de détail CFC, vente<br />

automobile », qui complètera dès 2022 l’offre<br />

actuelle, des modifications sont apportées au<br />

contenu de trois autres formations de base :<br />

désormais nettement plus axée sur la vente,<br />

la formation de base « Gestionnaire du commerce<br />

de détail CFC, après-vente automobile »<br />

repositionne la formation « Gestionnaire du<br />

commerce de détail CFC en logistique de<br />

pièces détachées ». Il en va de même pour la<br />

formation de base « Assistant(e) du commerce<br />

de détail, après-vente automobile », qui remplace<br />

celle d’« Assistant(e) du commerce de détail<br />

AFP en logistique des pièces détachées ».<br />

Les métiers du commerce de détail et la formation<br />

de base « Employé(e) de commerce<br />

CFC dans la branche automobile » sont désormais<br />

beaucoup plus tournés vers l’action.<br />

Le nouveau flyer présentant les sept formations<br />

de base sera utilisé dès juillet et peut<br />

être commandé via la boutique en ligne de<br />

l’UPSA. « Le flyer actualisé doit être diffusé<br />

cet été. L’ancienne version sera obsolète<br />

à partir du mois d’août », indique Olivier<br />

Maeder, invitant les membres de l’UPSA, et<br />

plus particulièrement les formateurs professionnels,<br />

à passer commande dès l’été. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

autoberufe.ch/fr/fr-nouvelles-formationsinitiales-professionnelles-<strong>2021</strong><br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>55


SPONSORED CONTENT<br />

Photo : Gettyimages<br />

SWICA<br />

Bonne nuit, pour une bonne journée après<br />

Dormir est l’une des clés de la santé et de l’activité. Des troubles du sommeil fréquents peuvent mettre<br />

en danger le bien-être et la performance. Les conseils suivants vous permettront de mieux dormir.<br />

Quiconque se couche fatigué le soir et s’endort<br />

soudainement n’a aucune idée de la difficulté<br />

qu’ont de nombreuses personnes à trouver<br />

le sommeil. Le sommeil est une chose<br />

sensible : les horaires de travail irréguliers,<br />

le stress et la pression liée à la performance,<br />

les problèmes privés et les troubles physiques<br />

peuvent tous l’affecter. Irritabilité, maux de<br />

tête, difficultés de concentration et baisse de<br />

la performance sont la conséquence directe<br />

d’un manque de sommeil. Celui-ci augmente<br />

également l’appétit pour les aliments énergétiques<br />

et le risque d’infections.<br />

En moyenne, une personne sur quatre ne<br />

trouve pas un sommeil profond et sain. Si vous<br />

faites également partie de ces personnes, ne désespérez<br />

pas ! Une bonne qualité de sommeil<br />

n’est pas seulement un don de la nature, mais<br />

dépend aussi de votre mode de vie. Les conseils<br />

suivants vous permettront de mieux dormir.<br />

Combien d’heures ?<br />

La plupart des adultes ont besoin de sept à<br />

neuf heures de sommeil par nuit.<br />

Notre conseil : Pendant plusieurs jours où<br />

vous n’avez pas besoin de mettre votre réveil<br />

à sonner, essayez de vous coucher toujours à<br />

la même heure. Les premiers jours, vous dormirez<br />

plus pour compenser le manque de sommeil.<br />

Dès que votre horloge naturelle se sera<br />

calée, vous pourrez calculer votre durée de<br />

sommeil idéale.<br />

Rechercher la lumière<br />

La lumière du jour favorise la production de<br />

sérotonine, l’hormone du bonheur. Lorsque<br />

le taux de sérotonine est bas, l’organisme<br />

produit moins de mélatonine, l’hormone du<br />

sommeil, et s’endormir est plus difficile.<br />

Notre conseil : Sortez vous promener quotidiennement,<br />

en journée, pendant au moins 30<br />

minutes. Si cela n’est pas possible, offrez-vous<br />

une lampe de luminothérapie de 10 000 Lux et<br />

exposez-vous entre 20 et 30 minutes par jour.<br />

Supprimer les sources de distraction<br />

Utiliser son ordinateur et son mobile tard le<br />

soir freine la production de mélatonine et réduit<br />

le besoin de sommeil. La lumière bleue<br />

de l’écran est principalement en cause.<br />

Notre conseil : Utilisez un filtre ou des lunettes<br />

anti-lumière bleue. Le plus efficace est<br />

d’éteindre l’ordinateur ou le téléphone mobile<br />

au moins une heure avant d’aller se coucher,<br />

car il n’y a pas que la lumière de l’écran<br />

qui nous éloigne du sommeil, mais aussi les<br />

contenus que nous consultons.<br />

Éviter les stimulants<br />

Saviez-vous que la caféine a une demi-vie<br />

de 7 heures ? Après ce laps de temps, l’organisme<br />

n’a éliminé que la moitié de la caféine<br />

présente dans le sang, ce qui empêche<br />

le sommeil.<br />

Notre conseil : Renoncez au café après<br />

15 heures, mais aussi au thé noir comme<br />

vert, au coca-cola et aux boissons énergétiques<br />

contenant de la caféine. Si le mécanisme<br />

de l’alcool est différent, il perturbe<br />

tout autant l’architecture du sommeil et est<br />

donc à consommer avec modération.<br />

Avantages pour les entreprises<br />

clientes de SWICA<br />

En tant que membre de l’UPSA, votre<br />

entreprise bénéficie de toute une série<br />

d’avantages.<br />

• Sécurité financière et solutions sur mesure<br />

: indemnités journalières de maladie,<br />

assurance-accidents et de soins.<br />

• Gestion de la santé en entreprise : nos<br />

spécialistes analysent les risques en matière<br />

de santé dans votre entreprise et vous<br />

soumettent des mesures individuelles<br />

pour éliminer les causes d’absences.<br />

• Suivi des collaborateurs malades ou accidentés<br />

: 85 Care Managers expérimentés<br />

veillent au meilleur traitement médical des<br />

collaborateurs et à leur retour à l’emploi.<br />

• Package attrayant dans l’assurance<br />

collective de personnes.<br />

Plus d’infos sur les avantages pour<br />

votre entreprise :<br />

swica.ch/fr/upsa-agvs<br />

Avantages pour les membres de<br />

l’UPSA et particuliers<br />

• Remises exclusives sur des assurances<br />

complémentaires pour vous et votre famille.<br />

• Généreuses contributions pour la prévention<br />

et le fitness.<br />

• Conseil compétent dans votre région.<br />

• Service clientèle et conseil santé 24<br />

heures sur 24.<br />

Plus d’infos sur les avantages pour<br />

vous et votre famille :<br />

swica.ch/fr/upsa<br />

56<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FORMATION<br />

Cours CAS « Gestion de garage basée sur des données »<br />

La réussite peut être planifiée<br />

Le cours CAS « Gestion de garage basée sur des données » débutera le 27 août <strong>2021</strong> à la ZHAW de Winterthour<br />

sous la devise « Pour la pratique à partir de la pratique ». Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 27 juillet.<br />

Sandro Compagno<br />

Andreas Block, l’enseignant en informatique de gestion à la Haute école des sciences<br />

appliquées de Zurich (ZHAW).<br />

présent dans les deux modules : « Ma mission consiste à mettre en<br />

avant les interactions, à jouer le rôle de sparring-partner, et à accompagner<br />

les participants dans le travail de projet. » Ces derniers<br />

élaborent un projet concret dans leur entreprise. Aspect très apprécié<br />

des participants : « La possibilité de travailler avec les données<br />

de leur propre entreprise confère à ce CAS une véritable valeur ajoutée<br />

», déclare David Stauffacher, propriétaire de l’Axpert Mobility<br />

Center à Zurich, qui suivi le cours CAS à l’automne 2020.<br />

Le cours sera dispensé par Andreas Block, enseignant en informatique<br />

de gestion à la Haute école des sciences appliquées de Zurich<br />

(ZHAW). Cet ancien manager de Volvo et conseiller pour diverses<br />

marques pendant de longues années propose des concepts pratiques<br />

basés sur les données, des contenus et des méthodes destinés à différents<br />

secteurs du garage : gestion du fichier clientèle, acquisition<br />

de nouveaux clients, planification et pilotage des ventes, satisfaction<br />

des prospects et des clients, numérisation, gestion des processus<br />

et rentabilité. « Nous avons décrypté l’ADN de garages prospères<br />

et proposons aux participants un kit de formation optimisé<br />

au format ‘Best Practice’ pour leur propre entreprise. » Dispensé<br />

pour la première fois à l’automne 2020, le cours CAS a été très bien<br />

accueilli par les participants : « Enfin un CAS sur mesure pour la<br />

branche automobile. Ce CAS colle au mieux aux défis quotidiens »,<br />

déclare Antonio De Francesco d’Amag Import SA.<br />

Organisée sur six mois environ, la formation en cours d’emploi<br />

s’adresse à tous les cadres des garages, et plus particulièrement aux<br />

directeurs ainsi qu’aux responsables des ventes, de l’exploitation, de<br />

l’informatique, du marketing, du personnel et des finances. Elle est<br />

également destinée au personnel des constructeurs et des importateurs<br />

qui accompagnent étroitement les garages et sont en contact<br />

régulier avec eux.<br />

Elle est ouverte aux diplômés d’une haute école spécialisée et d’une<br />

université disposant d’au moins trois années d’expérience professionnelle.<br />

Les professionnels non titulaires d’un diplôme d’études<br />

supérieures peuvent être admis sous réserve d’au moins cinq ans<br />

d’expérience professionnelle et des attestations de formation continue<br />

correspondantes (haute école spécialisée ou examen professionnel<br />

supérieur avec brevet/diplôme fédéral).<br />

En dépit de l’usage du masculin dans cet article, les participantes<br />

sont bien entendu les bienvenues, assure Andreas Block : « J’encourage<br />

toutes les femmes du secteur à s’inscrire à ce cours. Une plus<br />

grande représentation des femmes à des postes de direction profiterait<br />

à la branche automobile suisse ! » <<br />

Plus d’informations sur :<br />

zhaw.ch<br />

ACTUALITÉS<br />

pour les garagistes<br />

Rendez-vous sur<br />

le portail des<br />

garagistes suisses<br />

www.agvs-upsa.ch<br />

Le cours comprend deux modules, chacun permettant l’obtention<br />

de six crédits ECTS. Le module 1 est axé sur la gestion stratégique<br />

du garage à partir de données et d’indicateurs, le module 2 est<br />

consacré au niveau opérationnel. Divers intervenants proposent des<br />

cours en parallèle d’Andreas Block, mais le responsable de cours est<br />

Vous avez des nouvelles portant sur votre section ou votre<br />

entreprise ? Communiquez-les nous le plus rapidement possible !<br />

Téléphone 043 499 19 81 ou e-mail newsdesk@agvs-upsa.ch<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>57


FORMATION<br />

Diagnosticien(ne) d’automobiles et coordinateur/trice d’atelier automobile EP<br />

« Nous sommes fiers des diplômés »<br />

175 diagnosticiennes et diagnosticiens d’automobile et coordinateurs d’atelier automobile ont réussi leur<br />

examen professionnel l’année dernière. Si la remise des brevets fédéraux a dû être annulée en raison de la<br />

pandémie, il convient toutefois de saluer la performance des jeunes professionnels. Carla Stampfli<br />

Coordinateur/trice<br />

d’atelier automobile :<br />

S’INSCRIRE<br />

DÈS MAINTE-<br />

NANT !<br />

Avez-vous déjà envisagé de<br />

reprendre la direction d’un atelier ?<br />

Si vous avez suivi un apprentissage<br />

de mécatronicien(ne) d’automobiles<br />

ou de mécanicien(ne) en maintenance<br />

d’automobiles, vous pouvez obtenir le<br />

diplôme de coordinateur/trice d’atelier<br />

automobile en deux ans (modules Z1 à Z4<br />

et W1 à W4 : processus d’atelier, gestion<br />

du personnel, responsabilités juridiques,<br />

contact avec la clientèle et administration).<br />

10 coordinateurs d’atelier automobile... ... et 165 diagnosticiennes et diagnosticiens d’automobile<br />

ont obtenu leur examen en 2020. Photos : médias de l’UPSA<br />

Les longues heures de travail, l’assiduité<br />

et la persévérance ont été récompensées :<br />

132 diagnosticiens d’automobile avec orientation<br />

voitures de tourisme, 33 diagnosticiens<br />

d’automobile avec orientation véhicules utilitaires,<br />

et 10 coordinateurs d’atelier automobile<br />

ont réussi leur examen professionnel l’année<br />

dernière (leurs noms figurent dans le tableau<br />

ci-dessous). En raison de la pandémie de coronavirus,<br />

la traditionnelle cérémonie de remise<br />

des brevets fédéraux n’a pu avoir lieu. Mais<br />

les jeunes diplômés n’ont pas démérité pour<br />

autant. Bien au contraire : les diagnosticiens<br />

d’automobiles et les coordinateurs d’atelier automobile<br />

jouent un rôle clé dans l’activité du<br />

garage. Ils se distinguent notamment par leurs<br />

compétences élevées, y compris en matière de<br />

conseil, par leur sens de l’organisation et par<br />

leur goût pour les concepts techniques.<br />

« L’UPSA félicite tous les diplômés de la<br />

formation professionnelle supérieure. Ils<br />

peuvent être fiers et nous le sommes aussi !<br />

Nous avons besoin de spécialistes qualifiés<br />

qui contribuent à donner une image positive<br />

de la branche automobile et apportent ainsi<br />

leur soutien à nos entreprises et à notre<br />

branche », déclare Arnold Schöpfer, responsable<br />

de la formation continue de diagnosticien(ne)<br />

d’automobiles et coordinateur/trice<br />

d’atelier automobile à l’UPSA. <<br />

Les jeunes diplômés : coordinateur<br />

d’atelier automobile<br />

Hitz Simon, Bülach ZH; Hürzeler Roger,<br />

Lyss BE; Mahrow Nicolas, Altdorf UR;<br />

Massaro Pino, Bubikon ZH; Meister Silvan,<br />

Merishausen SH; Osman Rega, Basel;<br />

Rohner Philipp, Balgach SG; Rüegg Adrian,<br />

Bauma ZH; Rytz Patrick, Finsterhennen BE;<br />

Zurwerra Manuel, Ittigen BE.<br />

Si vous êtes déjà titulaire de l’examen<br />

professionnel de diagnosticien(ne) d’automobiles,<br />

vous pouvez obtenir votre brevet<br />

fédéral en un an seulement (modules<br />

W1 à W4). Il est par ailleurs possible<br />

de suivre la formation sans examen<br />

professionnel (modules W1 à W4) (avec<br />

le certificat UPSA). La formation continue<br />

est proposée chaque année en Suisse<br />

alémanique.<br />

En Suisse romande, le cursus (W1 à W4)<br />

démarre tous les deux ans. Le prochain<br />

débutera en août 2022, en collaboration<br />

avec Carrosserie Suisse. Le lieu exact<br />

de la formation n’est pas encore fixé,<br />

mais il s’agira sans doute de la région de<br />

Lausanne.<br />

Les personnes intéressées qui souhaitent<br />

valider toute la formation peuvent suivre<br />

les modules Z1 à Z4 dans d’autres centres<br />

de formation DA. Le transfert vers un<br />

centre de formation CAA (GIBB Berne,<br />

TBZ Zurich ou STFW à Winterthour pour<br />

les modules W1 à W4) peut ensuite être<br />

effectué.<br />

Pour de plus amples informations sur la<br />

formation, scannez le code QR :<br />

Des informations sur les centres de<br />

formation sont disponibles sur :<br />

• gibb.ch<br />

• tbz.ch<br />

• stfw.ch<br />

58<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FORMATION<br />

Les jeunes diplômés : diagnosticien(ne) d’automobiles<br />

Orientation voitures de tourisme<br />

Ackermann Randy, Dürnten ZH<br />

Aemmer Michael, Goldiwil (Thun) BE<br />

Aeschlimann Lukas, Burgistein BE<br />

Althaus Simon, Ebikon LU<br />

Araz Zafer, Suhr AG<br />

Baralija Adnan, Jonschwil SG<br />

Barletta Giuseppe, Zürich ZH<br />

Barmettler Andreas, Biglen BE<br />

Bärtsch Samuel, Pragg-Jenaz GR<br />

Baselgia Fabio, St. Moritz GR<br />

Becci Elia, Berschis SG<br />

Beutler Bernhard, Aegerten BE<br />

Bielow Oliver Sebastian, Wollerau SZ<br />

Bieri Timon, Goldiwil (Thun) BE<br />

Bieri Patrick, Kleindietwil BE<br />

Bigler Dominik, Thörigen BE<br />

Bischof Martin, Nassen SG<br />

Blättler Nicolas, Sachseln OW<br />

Böhlen Stefan, Amsoldingen BE<br />

Bosshard Dominic, Worben BE<br />

Bosshard Sandro, Bettlach SO<br />

Buchli Stefan, Maienfeld GR<br />

Bürgisser Ernst, Oberägeri ZG<br />

Cadonau Claudio, St. Moritz GR<br />

Cantieni Ursina, Bonaduz GR<br />

Crüzer Daniele, Stampa GR<br />

Dähler Robin, Winterthur ZH<br />

De Lucia Antonio, Schlieren ZH<br />

Dibiasi Lukas, Marbach SG<br />

Diethelm Marc, Eggersriet SG<br />

Dubach Yannick, Birrwil AG<br />

Ebnöther Kilian, Willerzell SZ<br />

Fiorito Luca, Thayngen SH<br />

Flückiger Philip, Krauchthal BE<br />

Frutschi Lukas, Moosseedorf BE<br />

Fuhrer Jeffrey, Adelboden BE<br />

Gamma Marc, Näfels GL<br />

Gehri Luca, Biel/Bienne BE<br />

Geisser Ramon, Dübendorf ZH<br />

Gisler Ramun, Frauenfeld TG<br />

Gobithasan Gopinath, Riggisberg BE<br />

Gössi Remo, Neuheim ZG<br />

Grossen Martin, Steffisburg BE<br />

Haderka Alexander, Grabs SG<br />

Häfliger Robin, Ottikon ZH<br />

Haizmann Kevin, Jona SG<br />

Hasani Arber, Niederurnen GL<br />

Häsler Marco, Müllheim Dorf TG<br />

Haslimeier Sandro, Wattwil SG<br />

Hengartner Adrian, Läufelfingen BL<br />

Herberich Yannick, Matten (St.Stephan) BE<br />

Hess Aaron, Oeschenbach BE<br />

Hofer Dominik, Altnau TG<br />

Hofer Roland, Schwanden i. E. BE<br />

Hörnlimann Benjamin, Tuttwil TG<br />

Huber Manuel, Adliswil ZH<br />

Jörg Noel, Weesen SG<br />

Jost Stefan, Ostermundigen BE<br />

Jutzi Nico, Zimmerwald BE<br />

Käslin Reto, Beckenried NW<br />

Kaspar Patrick, Oberkulm AG<br />

Kathriner Raffael, Sachseln OW<br />

Kaurinovic Tomislav, Nussbaumen AG<br />

Kemmler Nigel, Latterbach BE<br />

Kissling Jeffrey, Zunzgen BL<br />

Koller Joel, Ebikon LU<br />

Koller Simon, Appenzell AI<br />

Kölliker Michael, Bettlach SO<br />

Krieger Fabio, Emmenbrücke LU<br />

Kunz Evelyn, Adetswil ZH<br />

Ladner Simon, Igis GR<br />

Lien En Ken, Winznau SO<br />

Mäder Joël, Port BE<br />

Mahler Mike, Nottwil LU<br />

Marantelli Mirco, Campocologno GR<br />

Martinovic Slavko, Wiedlisbach BE<br />

Matalone Osvaldo, Baar ZG<br />

Messerli Raphael, Reutigen BE<br />

Milicevic Darko, Rheineck SG<br />

Milici Marco, Schlieren ZH<br />

Mock Andres, Uster ZH<br />

Muzzarelli Carlo, Grüsch GR<br />

Niederer Thierry, Seuzach ZH<br />

Oertig Michaela, Uznach SG<br />

Oetiker Julian, Boniswil AG<br />

Ramseier Fabian, Bützberg BE<br />

Räss Marcel, Faulensee BE<br />

Riedhauser Lucas, Zillis GR<br />

Rudolf von Rohr Tobias, Urnäsch AR<br />

Rütter Manuel, Mühlau AG<br />

Sajo Szabolcs, Unterägeri ZG<br />

Scheidegger Benjamin, Thun BE<br />

Schmid Jonathan, Paspels GR<br />

Schmid Luca, Speicherschwendi AR<br />

Schmid Sandro, Uttwil TG<br />

Schmitt David, Greifensee ZH<br />

Schneider Patrick, Bertschikon ZH<br />

Schnider Patrick, Flühli LU<br />

Schranz Beat, Kandersteg BE<br />

Schröder Jeremy, Forst Längenbühl BE<br />

Setz Lukas, Zollikofen BE<br />

Siegenthaler Jan, Bad Ragaz SG<br />

Stalder Lars, Schönenwerd SO<br />

Stockar Marc, Adlikon ZH<br />

Straub Tobias, Winterthur ZH<br />

Strüby Mathias, Gersau SZ<br />

Tinner Martina, Triesen FL<br />

Tonet Gian Andrea, Zürich ZH<br />

Truffer Mike, Turtmann VS<br />

Waldenmaier Lukas, Zürich ZH<br />

Wespi Sascha, Wäldi TG<br />

Yagiz Andreas, Amriswil TG<br />

Zahnd Jannick, Schwarzenburg BE<br />

Zurbuchen Manuel, Aeschi b. Spiez BE<br />

Barbosa Daniel, Châtelaine GE<br />

Bel Hammar Marc, Les Avanchets GE<br />

Biollay Franck, Massongex VS<br />

Corbaz Thomas, Lausanne VD<br />

Heritier Mathieu, Sion VS<br />

Huguet Joseph, Givisiez FR<br />

Lippuner Arnaud, Onnens FR<br />

Mabica Jonathan, Villarzel VD<br />

Marending Andy, Chevroux VD<br />

Mariéthoz Damien, Aproz VS<br />

Mendes Davide, Boudry NE<br />

Morard Maëla, Chapelle-s-Moudon VD<br />

Panchaud Etienne, Vauderens FR<br />

Prélaz Cyril, Corcelles-Payerne VD<br />

Trollux Cyril, Bouveret VS<br />

Trotti Jean, Noréaz FR<br />

Vaucher Sylvain, Ursy FR<br />

Vianney-Liaud, Joseph Biel/Bienne BE<br />

Orientation véhicules utilitaires<br />

Andermatt Elvin, Allenwinden ZG<br />

Borer Ronny, Brislach BL<br />

Brülisauer Lukas, Untereggen SG<br />

Bulut Haris, Eglisau ZH<br />

Cantieni Mario, Chur GR<br />

Chastan Cédric Laurens,<br />

Lenzerheide/Lai GR<br />

Donath Björn, Ruswil LU<br />

Dysli Samuel, Luterbach SO<br />

Fasciati Timoteo, Sils/Segl Maria GR<br />

Gadient Remo, St. Gallenkappel SG<br />

Gerber Nick, Bösingen FR<br />

Herrmann Marcel, Gossau ZH<br />

Hug Daniel, Untervaz GR<br />

Kälin Andreas, Oberbuchsiten SO<br />

Lang Silvan, Urswil LU<br />

Lang Fabian, Urswil LU<br />

Leutwyler Roman, Reinach AG<br />

Lochmatter Luca, Zermatt VS<br />

Lüönd Thomas, Rothenthurm SZ<br />

Marthaler Michael, Hochfelden ZH<br />

Mazenauer Adrian, Winterthur ZH<br />

Messmer Tobias, Chur GR<br />

Pfister Dominic, Walliswil b.Wangen BE<br />

Reichenbach Simon, Gstaad BE<br />

Rudolf von Rohr Jan, Selzach SO<br />

Rüeger Ralf, Beringen SH<br />

Stettler Martin, Stels GR<br />

Suter Dominic André, Seon AG<br />

Trüb Christian, Oberrieden ZH<br />

Venzin Manuel, Othmarsingen AG<br />

Weyermann Michael, Lotzwil BE<br />

Wicki Benjamin, Zufikon AG<br />

Zimmermann Fabian,<br />

Mettmenstetten ZH


FORMATION<br />

En octobre <strong>2021</strong>, le séminaire des femmes de l’UPSA<br />

fêtera ses 30 ans. Photo : Istock<br />

Le séminaire des femmes de l’UPSA a 30 ans<br />

Développement personnel et<br />

développement de son entreprise<br />

Le séminaire des femmes de l’UPSA, toujours très prisé, aura lieu en octobre <strong>2021</strong> pour la 30 e fois. Le groupe<br />

de travail a de nouveau conçu avec dévouement un séminaire captivant et riche en enseignements pour les<br />

collaboratrices du secteur des garages. Ne le manquez sous aucun prétexte. Carla Stampfli et Laurence Favre<br />

Qu’il s’agisse du recrutement de collaborateurs,<br />

d’évaluations en ligne, de harcèlement<br />

ou de science des fascias, les sujets de<br />

cours du séminaire anniversaire <strong>2021</strong> intéresseront<br />

toutes les femmes travaillant dans<br />

des garages de l’espace germanophone qui<br />

s’acquittent de tâches administratives ou de<br />

gestion des RH et qui souhaitent développer<br />

leur entreprise grâce à des concepts ciblés<br />

et efficaces.<br />

Les participantes peuvent s’attendre à des<br />

contenus passionnants du 25 au 27 octobre<br />

<strong>2021</strong>. Lors du séminaire des femmes de l’UP-<br />

SA, Beat Baumgartner d’Eurotraining GmbH<br />

prodiguera de précieux conseils permettant<br />

aux garages d’optimiser le recrutement<br />

et de mener correctement leurs entretiens<br />

d’embauche. Les participantes recevront un<br />

guide qui explique comment rédiger des<br />

offres d’emploi, embaucher une nouvelle recrue<br />

et bien plus encore. Une bonne préparation<br />

s’avère très utile pour le recrutement.<br />

En effet, le marché du travail a beaucoup<br />

évolué ces dernières années, si bien qu’il<br />

est plus difficile de trouver des spécialistes<br />

qualifiés. Thomas Hasenfratz, copropriétaire<br />

de Cloudweb GmbH, expliquera aux<br />

participantes comment et où encourager<br />

des évaluations en ligne de manière ciblée<br />

et comment les utiliser adéquatement pour<br />

fidéliser plus de clients. Elles profiteront de<br />

suggestions utiles pour traiter des évaluations<br />

positives et négatives.<br />

La coach Jenny Vaccaro montrera qu’il est<br />

important d’avoir des tissus conjonctifs<br />

sains et souples non seulement pour faire<br />

du sport, mais aussi pour travailler. Grâce<br />

à un entraînement guidé et à des exemples<br />

pertinents, les participantes apprendront à<br />

quel point il est simple d’avoir un impact positif<br />

sur le système des fascias. Enfin, Alex<br />

Oesch, responsable de la sécurité à la prison<br />

de St. Johannsen indiquera comment détecter<br />

le harcèlement et comment s’en prémunir.<br />

Il s’agit de rejeter l’acte de harcèlement<br />

et de prendre les mesures nécessaires au<br />

bon moment.<br />

Parallèlement aux exposés, les échanges et<br />

la convivialité seront au rendez-vous du séminaire<br />

des femmes de l’UPSA. Une soirée<br />

d’anniversaire agrémentée d’invités parachèvera<br />

la formation continue de trois jours.<br />

Souhaitez-vous également profiter du réseau<br />

des femmes dans notre branche ? Dans ce<br />

cas, inscrivez-vous sans tarder. Nous nous<br />

réjouissons de vous accueillir personnellement<br />

au séminaire. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

agvs-upsa.ch/de/30-frauenseminar<br />

30 e séminaire des femmes de<br />

l’UPSA<br />

• Date : du lundi 25 au mercredi 27<br />

octobre <strong>2021</strong><br />

• Lieu : Hotel Lenkerhof, Badstrasse 20,<br />

3775 Lenk, lenkerhof.ch<br />

• Frais : CHF 560.<strong>–</strong> hors TVA<br />

• Forfait hôtelier : chambre simple 374<br />

francs hors TVA, chambre double 374<br />

francs hors TVA par personne, taxe de<br />

séjour de 5 francs par personne et par<br />

jour en sus<br />

• Date limite d’inscription : 25 juin <strong>2021</strong><br />

• Inscription en ligne : agvs-upsa.ch/<br />

de/30-frauenseminar<br />

• Informations et inscriptions : UPSA/<br />

AGVS, Laurence Favre, Wölflistrasse 5,<br />

3006 Berne, tél. 031 307 15 44,<br />

laurence.favre@agvs-upsa.ch<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>60


le<br />

courage<br />

c‘Est faire<br />

COnfiANcE<br />

NOS AVANTAGES POUR VOUS!<br />

Grâce au partenariat avec Allianz Suisse, profitez de<br />

conditions préférentielles sur certaines couvertures.<br />

Cette offre a été spécialement conçue pour les<br />

membres de la UPSA.<br />

Des avantages vous sont réservés. Saisissez cette<br />

occasion et demandez-nous de plus amples informations.<br />

Nous vous fournirons volontiers un conseil<br />

gratuit et vous établirons une offre concrète.<br />

Contactez-nous<br />

maintenant<br />

pour en profiter!<br />

Pour les clients privés<br />

<strong>–</strong> Assurance ménage<br />

<strong>–</strong> Assurance responsabilité<br />

civile privée<br />

<strong>–</strong> Assurance objets de valeur<br />

<strong>–</strong> Assurance bâtiments<br />

<strong>–</strong> Assurance de protection<br />

juridique<br />

Pour les entreprises<br />

<strong>–</strong> Assurances de choses<br />

<strong>–</strong> Assurances de patrimoine<br />

<strong>–</strong> Assurances de personnes<br />

Allianz Suisse<br />

Contrats de faveur pour entreprises/associations<br />

Tél. +41 58 358 50 50, contrats.faveur@allianz.ch<br />

ou l’agence générale près de chez vous <strong>–</strong> allianz.ch


FORMATION<br />

UPSA Business Academy<br />

Photo : Google<br />

En raison de la situation actuelle, l’UPSA propose<br />

certains cours sous forme de webinaires. Il suffit<br />

d’avoir un ordinateur avec accès à Internet et un<br />

endroit calme à la maison ou au bureau pour<br />

suivre le cours sans être dérangé(e). En fonction<br />

des décisions du Conseil fédéral, les cours<br />

peuvent être décalés ou organisés à distance.<br />

JUNI<br />

Elektro-Instruktion für Hochvolt-<br />

Systeme in Elektro- und Hybridfahrzeugen<br />

> > 4./5. Juni <strong>2021</strong>, Lenzburg<br />

> > 30. Juni/1. Juli <strong>2021</strong>, St. Gallen<br />

> > 8./9. Juli <strong>2021</strong>, Bern<br />

> > 13./14. August <strong>2021</strong>, Chur<br />

> > 31. August/1. September <strong>2021</strong>, Winterthur<br />

> > 6./7. September <strong>2021</strong>, Horw<br />

> > 29./30. Oktober <strong>2021</strong>, Zürich<br />

Weitere Daten online.<br />

Webinaire <strong>–</strong> Facebook, Instagram,<br />

Linkedin et WhatsApp dans la vente<br />

automobile<br />

Les différentes plates-formes des réseaux<br />

sociaux comme Facebook, Xing, Twitter<br />

et WhatsApp nous offrent de nouvelles<br />

possibilités pour communiquer avec nos<br />

clients, en gagner de nouveaux et les fidéliser<br />

sur le long terme.<br />

> > 3 juin <strong>2021</strong>, en ligne<br />

Meine Wirkung als Führungsverantwortliche<br />

/-r<br />

Führungspersonen setzen sich mit ihren aktuellen<br />

Situationen und Rollen konkret auseinander und<br />

erarbeiten zielführende Lösungen.<br />

> > 17. Juni <strong>2021</strong>, Bern<br />

> > 17. November <strong>2021</strong>, St. Gallen<br />

Verkauf- und Beratungskompetenz<br />

von E-Fahrzeugen und deren Ladeinfrastruktur<br />

Die Elektromobilität drängt in grossen Schritten<br />

auf den Fahrzeugmarkt. Der grosse Unterschied<br />

zu den Verbrennerfahrzeugen sind die Vielfalt und<br />

die unterschiedlichen Systeme dieser Fahrzeuge.<br />

Es braucht aber nicht nur das Wissen über die<br />

Fahrzeugsysteme, sondern auch Know-how über<br />

die Ladeinfrastruktur. Dieser Kurs richtet sich<br />

speziell an die Automobil-Verkaufsberater und<br />

Automobil-Serviceberater.<br />

> > 18. Juni <strong>2021</strong>, Bern<br />

JULI<br />

Lehrgang DAB+<br />

In Zusammenarbeit mit der Schweizer Radiobranche,<br />

DAB+-Experten der SRG sowie DAB+-<br />

Fahrzeugspezialisten wurde ein DAB+-Lehrgang<br />

mit AGVS-Kompetenzausweis entwickelt.<br />

> > 6. Juli <strong>2021</strong>, Bern<br />

> > 11. August <strong>2021</strong>, St. Gallen<br />

> > 2. November <strong>2021</strong>, Bern<br />

> > 15. Dezember <strong>2021</strong>, Lenzburg<br />

Steigerung der Produktivität und<br />

Rentabilität im Aftersales-Geschäft<br />

Die Teilnehmer verstehen die Bedeutung einer<br />

aktiven Steuerung des Aftersales-Geschäftes mit<br />

ausgewählten Kennzahlen.<br />

> > 7. Juli <strong>2021</strong>, Lenzburg<br />

Instruction électrique pour des<br />

travaux en sécurité sur les systèmes<br />

haut voltage en technique automobile<br />

> > 5 / 6 juillet <strong>2021</strong>, UPSA Genève<br />

AUGUST<br />

Das Google Basics Training für den<br />

Autohandel<br />

In diesem Training erfahren Sie, wie Sie Google<br />

MyBusiness, Google SEO und Google SEA<br />

zielgerichtet und erfolgreich für Ihr Autohaus<br />

einsetzen. Der Google-Basics-Einsteigerkurs gibt<br />

einen Einblick in die wichtigsten Werkzeuge und<br />

Massnahmen für eine verbesserte Sichtbarkeit in<br />

Google. Sie lernen, wie Sie Ihr Unternehmen dort<br />

präsentieren und mögliche Marketingangebote<br />

wie Google Adwords selbst steuern können.<br />

> > 16. August <strong>2021</strong>, online<br />

Basisseminar für Automobil-<br />

Verkaufsberater /-innen<br />

In 10 Tagen werden die jungen oder angehenden<br />

Automobil-Verkaufsberater/-innen im Detail mit<br />

den eigentlichen Verkaufsbelangen wie Verkaufspsychologie,<br />

Kommunikation und Verkaufsmethodik<br />

auf ihre tägliche Arbeit vorbereitet.<br />

> > 23. August bis 3. September <strong>2021</strong>, Bern<br />

Nur noch wenige Plätze frei !<br />

62<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FORMATION<br />

Automobil-Verkaufsberater /-in mit<br />

eidg. Fachausweis<br />

Verkaufsberater sind gefordert. Sie wirken<br />

als Mobilitäts- und Finanzberater. Eine persönliche<br />

Weiterbildung ist deshalb unabdingbar. Diese<br />

branchenspezifische Weiterbildung unterstützt<br />

Sie dabei, verkaufs-, marktorientiert und betriebswirtschaftlich<br />

zu denken und zu handeln.<br />

Der Lehrgang umfasst acht Module, die einzeln<br />

abgeschlossen werden. Dauer : Drei Semester,<br />

berufsbegleitend<br />

> > Start : 24. August <strong>2021</strong>, Winterthur<br />

> > Start : 26. August <strong>2021</strong>, Bern<br />

OKTOBER<br />

Dialog, das neue Mitarbeitergespräch<br />

Nach dem Kurs sind Sie in der Lage, auch heikle<br />

Mitarbeitergespräche für beide Seiten erfolgreich<br />

zum Abschluss zu bringen.<br />

> > 6. Oktober <strong>2021</strong>, St. Gallen<br />

Jubiläumsseminar <strong>–</strong> 30 Jahre<br />

AGVS-Frauenseminar<br />

Mit dem Seminar werden alle Mitarbeiterinnen<br />

im Garagengewerbe des deutschsprachigen<br />

Raums angesprochen, die administrative und<br />

personelle Aufgaben wahrnehmen und ihren Betrieb<br />

weiter entwickeln wollen.<br />

> > 25. bis 27. Oktober <strong>2021</strong>, Lenk BE<br />

Cours DAB+<br />

La FM sera prochainement remplacée par le<br />

DAB+. À l’avenir, il ne sera plus possible de<br />

recevoir la radio que par le biais du DAB+. Tous<br />

les véhicules ne disposant pas encore d’une radio<br />

DAB+ doivent changer leur équipement pour<br />

passer à cette nouvelle technologie.<br />

> > 22 octobre <strong>2021</strong>, Berne<br />

> > 19 novembre <strong>2021</strong>, Yverdon<br />

NOVEMBER<br />

MwSt-Grundkurs<br />

Der Kurs richtet sich an Personen, die sich neu<br />

mit der Mehrwertsteuer im Automobilgewerbe<br />

beschäftigen müssen oder im Alltag einige<br />

Unsicherheiten mit der Anwendung der Mehrwertsteuer<br />

haben.<br />

> > 3. November <strong>2021</strong>, Bern<br />

> > 5. November <strong>2021</strong>, St. Gallen<br />

MwSt-Fortsetzungs- und<br />

Vertiefungskurs<br />

Der Kurs richtet sich an Personen, die sich<br />

vertiefte Kenntnisse über die Mehrwertsteuer<br />

aneignen möchten und bereits den Grundkurs<br />

besucht haben.<br />

> > 9. November <strong>2021</strong>, Bern<br />

> > 10. November <strong>2021</strong>, St. Gallen<br />

AGVS-DIDAKTIK-<br />

MODULE<br />

Die eintägigen Didaktikmodule des AGVS vermitteln<br />

Berufsbildnern kompaktes Wissen für<br />

die konkrete Umsetzung in Ihrem Betrieb und<br />

helfen mit, eine qualitativ hochstehende und<br />

zeitgemässe Grundbildung anzubieten.<br />

« Lernende selektieren »<br />

Das Tagesseminar geht auf verschiedene<br />

Themen ein, darunter Lehrstellenmarketing,<br />

Phasen des Selektionsprozesses und Interpretation<br />

des AGVS-Eignungstests. Danach<br />

sind die Teilnehmenden in der Lage, den<br />

Selektionsprozess mit geeigneten Instrumenten<br />

zu planen und durchzuführen ; sie können ein<br />

geeignetes Programm für eine Schnupperlehre<br />

zusammenstellen sowie Lernende auswählen,<br />

die zum Betrieb passen und den Anforderungen<br />

des Berufs entsprechen.<br />

> > 7. Juni <strong>2021</strong>, St. Gallen<br />

> > 18. August <strong>2021</strong>, Winterthur<br />

> > 1. Dezember <strong>2021</strong>, Bern<br />

« Junge Erwachsene führen und<br />

Krisen überwinden »<br />

> > 8. Juni <strong>2021</strong>, Bern<br />

> > 24. September <strong>2021</strong>, Horw<br />

> > 26. Oktober <strong>2021</strong>, Mülenen<br />

> > 10. Dezember <strong>2021</strong>, St. Gallen<br />

« Die Instrumente der neuen Bivo<br />

kompetent einsetzen »<br />

> > 22. September <strong>2021</strong>, St. Gallen<br />

> > 13. Oktober <strong>2021</strong>, Bern<br />

Weitere Daten werden laufend online ergänzt.<br />

UPSA module didactique « Sélectionner<br />

les personnes en formation »<br />

> > 18 juin <strong>2021</strong>, Berne<br />

> > 23 août <strong>2021</strong>, Yverdon<br />

Retrouvez ces thèmes, et bien d’autres,<br />

dans la Business Academy en ligne.<br />

Les cours sont proposés dans la langue<br />

correspondante. D’autres cours seront proposés<br />

ultérieurement. Mise à jour sur agvs-upsa.ch.<br />

Rubrique : Formation, UPSA Business<br />

Academy<br />

Diese und weitere interessante Themen<br />

finden Sie online in der Business Academy.<br />

Die Kurse sind in der Kurssprache ausgeschrieben.<br />

Andere Kurse werden zu einem<br />

späteren Zeitpunkt angeboten. Laufende Kursupdates<br />

finden Sie auf agvs-upsa.ch.<br />

Rubrik : Berufsbildung, AGVS Business<br />

Academy<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>63


FORMATION<br />

Photo : médias de l’UPSA<br />

Votre santé nous tient à<br />

cœur ! En raison de la crise<br />

sanitaire, vos cours peuvent être<br />

reportés ou donnés à distance.<br />

Nous informons les participants<br />

par e-mail.<br />

Événements régionaux à venir<br />

AARGAU<br />

Automobildiagnostiker/-in<br />

Informationsabend :<br />

Dienstag, 15. Juni <strong>2021</strong>, 18 Uhr<br />

Start Lehrgang : Mittwoch, 8. September <strong>2021</strong><br />

> > wbzlenzburg.ch<br />

BERN<br />

Automobildiagnostiker/-in BP<br />

Nächster Studienbeginn im August <strong>2021</strong><br />

Betriebswirt/-in im Autogewerbe HFP<br />

Anmeldeschluss : 28. Mai <strong>2021</strong><br />

Nächster Studienbeginn im August <strong>2021</strong><br />

Automobil-Werkstattkoordinator/-in<br />

Nächster Studienbeginn im August <strong>2021</strong><br />

Alle Lehrgänge finden an der Gewerblich-<br />

Industriellen Berufsschule Bern (GIBB) statt.<br />

> > www.gibb.ch<br />

Automobil-Verkaufsberater/-in mit<br />

eidg. Fachausweis<br />

Informationsabend :<br />

Donnerstag, 3. Juni <strong>2021</strong><br />

Start Lehrgang : Donnerstag, 26. August <strong>2021</strong><br />

Ort : Mobilcity, Bern<br />

Anmeldung : online<br />

> > agvs-upsa.ch<br />

CHUR / ZIEGELBRÜCKE<br />

Lehrgang Automobildiagnostiker/-in<br />

Informationsabend :<br />

Dienstag, 17. Juni <strong>2021</strong>, 19 Uhr<br />

Ort : Berufsfachschule, Ziegelbrücke<br />

> > ibw.ch/beratung/infoabende<br />

HORW<br />

Automobildiagnostiker/-in und<br />

Automobil-Werkstattkoordinator/-in<br />

Vorbereitungskurse für die BP zum<br />

Automobildiagnostiker.<br />

Ort : AGVS-Ausbildungszentrum Horw<br />

> > agvs-zs.ch<br />

ST. GALLEN<br />

Automobildiagnostiker/-in<br />

Neu mit Einführungstagen<br />

Informationsabende :<br />

Donnerstag, 24. Juni <strong>2021</strong>, 19 Uhr<br />

Ort : AGVS-Ausbildungszentrum St. Gallen<br />

> > agvs-abz.ch<br />

WINTERTHUR<br />

Kundendienstberater/-in im<br />

Automobilgewerbe<br />

Lehrgangsstart : 5. Juni <strong>2021</strong><br />

Automobil-Verkaufsberater/-in<br />

Lehrgangsstart : 24. August <strong>2021</strong><br />

Betriebswirt/-in im<br />

Automobilgewerbe<br />

Lehrgangsstart : 25. August <strong>2021</strong><br />

Automobildiagnostiker/-in /<br />

Automobil-Werkstattkoordinator/-in<br />

Lehrgangsstart : 6./7. September <strong>2021</strong><br />

Informationsabend für die Weiterbildungen<br />

Dienstag, 10. Juni <strong>2021</strong>, 19.00 bis 20.30 Uhr<br />

Alle Lehrgänge finden an der Schweizerischen<br />

Technischen Fachschule Winterthur STFW statt.<br />

> > www.stfw.ch<br />

64<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


FORMATION<br />

ZÜRICH<br />

Informationsabende Weiterbildung<br />

Automobiltechnik :<br />

Mittwoch, 23. Juni <strong>2021</strong>, online<br />

Betriebswirt/-in im<br />

Automobilgewerbe<br />

jeweils freitags<br />

Kursbeginn : August 2022<br />

Automobil-Werkstattkoordinator/-in<br />

mit Zertifikat AGVS<br />

Tageskurs oder Abendkurs<br />

Lehrgangsstart : September <strong>2021</strong><br />

> > tbz.ch<br />

OLTEN<br />

Lehrgang Fahrzeugrestaurator/-in<br />

Start Lehrgang : jeweils im Oktober<br />

Informationsabend :<br />

Donnerstag, 17. Juni <strong>2021</strong>, Olten<br />

> > fahrzeugrestaurator.ch<br />

PAUDEX<br />

Coordinateur d’atelier automobile<br />

> > romandieformation.ch<br />

SION<br />

Diagnosticien d’automobiles<br />

Coordinateur d’atelier automobile<br />

> > formationcontinuevalais.ch<br />

GENÈVE<br />

Diagnosticien d’automobiles<br />

Centre de formation UPSA Genève<br />

> > formation-upsa-ge.ch/web/<br />

formations-4-2/<br />

YVERDON<br />

Diagnosticien d’automobiles<br />

Centre de formation UPSA Vaud,<br />

Yverdon-les-Bains<br />

> > formation-upsa-vd.ch<br />

Les sections nous informent<br />

Vous trouverez les informations relatives<br />

à toutes les formations continues sur :<br />

metiersauto.ch<br />

COMMANDEZ DÈS<br />

MAINTENANT<br />

LE SAFETY BAG<br />

Safety Bag avec chaussures de sécurité:<br />

Prix membre SAD 121.<strong>–</strong><br />

non-membre 169.<strong>–</strong><br />

Safety Bag avec chaussures de sécurité:<br />

Prix membre SAD 39.<strong>–</strong><br />

non-membre 59.<strong>–</strong><br />

Le set sécurité / Safety Bag comprend<br />

l’équipement de protection individuelle<br />

(EPI) qui est prescrit par la loi comme une paire de<br />

lunettes de sécurité, chaussures de sécurité, bouchons<br />

d’oreilles de sécurité et gants de sécurité.<br />

Fourni dans un sac à dos pour tout transporter pratiquement.<br />

Vous pouvez commander le Safety Bag<br />

avec ou sans chaussures de sécurité.<br />

Vous trouverez sur www.safetyweb.ch, rubrique:<br />

Adhésion / Avantages des informations complémentaires<br />

ainsi qu’un formulaire de commande.<br />

be safe!


POLITIQUE & DROIT<br />

Votations du 13 juin sur la nouvelle loi sur le CO 2<br />

« Un mépris de la volonté<br />

populaire ! »<br />

Urs Wernli, président central de l’UPSA, craint des charges plus importantes pour la branche automobile en<br />

cas d’acceptation de la loi sur le CO 2<br />

. Et c’est bien mal venu dans la situation actuelle. Il regrette par ailleurs<br />

la position du TCS en faveur de la loi. Raoul Studer<br />

Urs Wernli, président central de l’UPSA.<br />

Plus précisément ?<br />

À coup d’interdictions, de prescriptions et de projets de loi, on tente<br />

d’obliger l’économie et la population à adopter de nouveaux comportements.<br />

C’est préoccupant.<br />

M. Wernli, nous voterons bientôt sur la loi sur le CO 2<br />

. Que pensez-vous<br />

de ces votations ?<br />

Urs Wernli, président central de l’UPSA : La Suisse est un beau pays.<br />

Nous avons une qualité de vie élevée et un environnement intact.<br />

Nous devrions être contents. La révision de la loi sur le CO 2<br />

risque<br />

d’entraîner une augmentation de la bureaucratie et des coûts. Nous<br />

devrions éviter cela.<br />

Quel est le point de la loi sur le CO 2<br />

qui vous déplaît le plus ?<br />

Il s’agit surtout de l’augmentation des prix des carburants, jusqu’à<br />

12 centimes par litre. C’est injuste et disproportionné. Cela engendre<br />

des charges plus élevées pour bien des PME et pour nos membres,<br />

charges qui rendent la situation actuelle encore plus difficile.<br />

Et quels autres aspects ne vous plaisent pas ?<br />

La révision de la loi sur le CO 2<br />

méprise la volonté du peuple, car les<br />

citoyens avaient décidé, lors des votations du 12 février 2017, d’alimenter<br />

le fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération<br />

(FORTA) avec les recettes des sanctions sur le CO 2<br />

payées par<br />

les importateurs. Un peu plus de quatre ans plus tard, c’est déjà de<br />

l’histoire ancienne. La moitié des recettes seront reversées dans le<br />

futur fonds pour le climat dont la définition des objectifs est sou-<br />

« La loi n’influence pas le changement climatique<br />

! Mille nouvelles centrales au charbon sont<br />

aujourd’hui construites dans le monde entier. La<br />

Suisse et ses émissions de CO 2<br />

sont si insignifiantes<br />

qu’on ne les constate pas ! »<br />

Christian Imark, conseiller national UDC<br />

Blick-TV, 12 mai <strong>2021</strong><br />

« Les émissions de CO 2<br />

de la Suisse ne cessent<br />

de diminuer : le recul par personne est de 24 %<br />

au cours des dix dernières années. Nous pouvons<br />

poursuivre sur cette voie et n’avons pas<br />

besoin de bureaucratie supplémentaire. »<br />

Roland Bilang,<br />

Directeur d’Avenergy Suisse<br />

Tages-Anzeiger, 10 mai <strong>2021</strong><br />

66<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


POLITIQUE & DROIT<br />

mise aux décisions arbitraires, aux humeurs et aux majorités du<br />

Parlement. La volonté populaire n’est ici pas seulement dédaignée,<br />

mais clairement méprisée.<br />

Quelles sont les conséquences d’un rejet de la loi sur le CO 2<br />

pour<br />

la branche automobile ?<br />

En cas de refus, il faudra se pencher rapidement sur des thèmes importants<br />

tels que la production de carburants de synthèse issue de<br />

sources d’énergie renouvelables, le développement des stations de recharge<br />

électriques, la promotion des carburants alternatifs tels que le<br />

gaz et les programmes d’efficacité énergétique pour les parcs automobiles<br />

existants tels que le CheckEnergieAuto de l’UPSA.<br />

La valeur limite CO 2<br />

a été fixée dès <strong>2021</strong> à 118 g par km, et avec<br />

elle les amendes CO 2<br />

. En fin de compte, qui assume ces taxes ?<br />

Au bout du compte, c’est le client qui achète un véhicule avec un moteur<br />

puissant.<br />

Les projets de protection du climat doivent être réalisés à au<br />

moins 75 % dans le pays. Les coûts ou le bilan coûts-bénéfices ne<br />

seraient-ils pas plus intéressants à l’étranger ?<br />

Bien sûr ! Des dépenses moindres permettraient de faire plus. La part<br />

nationale prévue rate clairement sa cible. Cette répartition est surtout<br />

coûteuse et n’est pas très utile.<br />

Il ne faut pas sous-estimer les conséquences négatives du changement<br />

climatique. Il est aussi indéniable que la part causée par<br />

la Suisse est de moins de 1 %. Pourquoi donc une telle hystérie<br />

sur la question ?<br />

D’un côté, parce que les médias culpabilisent les êtres humains au<br />

sujet du changement climatique et qu’un sentiment de fin du monde<br />

est largement diffusé. De l’autre, une représentation des conséquences<br />

dramatiques du changement climatique permet de créer de la peur au<br />

sein de la population.<br />

Les opposants estiment qu’en cas d’acceptation de la loi, une famille<br />

de quatre personnes devrait assumer des charges supplémentaires<br />

de CHF 1000.<strong>–</strong> par année. Ce chiffre est-il issu de calculs sérieux ?<br />

Je n’ai pas connaissance de ces calculs. Mais il est sans doute vrai<br />

que tout sera plus cher. L’Association suisse des propriétaires fonciers<br />

(HEV) prévoit que les assainissements obligatoires entraînent un renchérissement<br />

moyen du loyer d’un appartement de 100 m2 de CHF<br />

140.<strong>–</strong> par mois selon une étude de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN).<br />

Regrettez-vous que le TCS, la plus grande association du secteur,<br />

ait prôné le « oui » à la loi sur le CO 2<br />

?<br />

Oui, beaucoup. Chaque allié supplémentaire est utile pour refuser<br />

cette loi inutile.<br />

L’orientation générale de la politique des transports de l’UPSA<br />

changera-t-elle en fonction du résultat du 13 juin <strong>2021</strong> ?<br />

Non. L’UPSA est et reste ouverte à l’innovation, mais refuse des mesures<br />

engendrant une distribution unilatérale et aucune amélioration.<br />

Que dites-vous aux citoyens qui vont voter ?<br />

Dans tous les cas, votez et refusez la loi. Encouragez vos amis et vos<br />

connaissances à voter dans ce sens.<br />

Une question pour finir : que faites-vous personnellement pour<br />

protéger le climat ?<br />

Ma femme et moi avons fait poser une installation solaire sur le toit<br />

de notre maison et contribuons ainsi à l’utilisation des énergies renouvelables.<br />

Et je conduis une voiture écologique avec une motorisation<br />

raisonnable. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

agvs-upsa.ch/fr/representation/affaires-politiques-actuelles<br />

Comment expliquer que l’Union suisse des arts et métiers (usam)<br />

ait participé à la récolte des signatures pour le référendum, mais<br />

décide finalement d’accorder la liberté de vote ?<br />

C’est dû à la structure des membres de l’usam. Plusieurs membres profiteraient<br />

de la nouvelle loi sur le CO 2<br />

: le bâtiment, le second-œuvre,<br />

les conseillers en énergie, etc. Ils ont réussi à obtenir une très faible<br />

majorité des membres de la Chambre suisse des arts et métiers en faveur<br />

de la liberté de vote. Je regrette cette décision.<br />

Coûteuse, inefficace et antisociale<br />

Vous trouverez sur le site Internet de l’UPSA (cf. ci-dessus) les arguments<br />

de l’UPSA, justifiant pourquoi elle s’engage contre cette loi. Sur<br />

le site loico2-ratee.ch, vous trouverez une page de contrôle des faits<br />

(en allemand) mise à jour en permanence et qui liste les allégations<br />

erronées ou mensongères relatives à cette loi ratée. Vous avez aussi<br />

la possibilité de commander ici du matériel de campagne.<br />

Plus d'informations sur:<br />

loico2-ratee.ch<br />

« Avec les taxes prévues sur le CO 2<br />

, nous retirons<br />

les fonds des poches des entreprises qui<br />

disposent ainsi de moins d’argent pour l’innovation.<br />

Nous nous ingérons dans le marché et privilégions<br />

certaines technologies de propulsion,<br />

ce qui est en soi contraire à l’innovation. »<br />

Thomas Hurter, président de l’ACS<br />

SonntagsBlick, 14 mars <strong>2021</strong><br />

« Mais au lieu de promouvoir des systèmes de<br />

conduite alternatifs, tel que le font nombre de<br />

pays européens, le Parlement a décidé unilatéralement<br />

d’augmenter le prix des carburants fossiles<br />

et des véhicules à la technologie éprouvée. »<br />

François Launaz, président auto-suisse<br />

Touring Magazine, mars <strong>2021</strong><br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>67


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE : VENTE<br />

Photo : Daimler.com<br />

Nouvelles formes de distribution<br />

Le système d’agences : un cas pour<br />

les gardiens de la concurrence ?<br />

Différents constructeurs automobiles envisagent d’introduire des systèmes d’agences ou l’ont déjà fait.<br />

Ces plans sont controversés, et pas seulement auprès des concessionnaires concernés. Sandro Compagno<br />

« Dans le sillage de la numérisation, d’une<br />

part, et du changement du comportement de<br />

la clientèle, d’autre part, le rapport entre les<br />

constructeurs automobiles et leurs concessionnaires<br />

agréés continuera de se transformer<br />

au détriment du commerce. Il faut en<br />

effet s’attendre à ce que les constructeurs<br />

automobiles soient de plus en plus souvent<br />

en contact direct avec les clients finaux et<br />

se chargent eux-mêmes d’une partie des opérations<br />

commerciales. Le rôle du commerce<br />

automobile dans la chaîne de création de valeur<br />

sera ainsi redéfini. » Cet extrait est tiré<br />

d’une prise de position de la Fédération de la<br />

branche des véhicules à moteur ZDK, le pendant<br />

allemand de l’UPSA. Le document est signé<br />

par Antje Woltermann, directrice du département<br />

gestion d’entreprise, économie et<br />

produits de la ZDK.<br />

Datant de 2017, il est plus d’actualité que jamais.<br />

Ainsi, en Allemagne, Volkswagen distribue<br />

ses modèles électriques ID.3 et ID.4<br />

par l’intermédiaire d’agences, et est ainsi partenaire<br />

contractuel des acquéreurs des véhicules.<br />

Daimler a introduit un véritable<br />

système d’agences en Suède, il le fera en Autriche<br />

cet été, et l’envisage aussi pour l’Allemagne.<br />

Pour les concessionnaires allemands<br />

de Mercedes, cela n’est pas totalement nouveau.<br />

Depuis des décennies, ils vendent des<br />

véhicules de la marque à l’étoile dans le cadre<br />

d’un modèle mixte, mélange entre un système<br />

de concessions agréées et d’agences.<br />

Les voitures neuves qu’ils vendent, ils le font<br />

au nom et pour le compte de Daimler AG.<br />

« Daimler prend en charge certains coûts<br />

et certains risques, par exemple ceux liés<br />

au stock de véhicules, explique Antje Wol-<br />

AEROLIFT - ABARTH - ALFA ROMEO - BANNER - BRIDGESTONE - CASTROL - CFC - CHRYSLER - CONTINENTAL - DAIHATSU - DODGE - DUNLOP<br />

1 shop en ligne - Plus de 14 marques d‘accessoires automobiles<br />

Chez nous vous recevez des accessoires de haute qualité de plus 14 fabricants renommés - tout d‘une seule source. Produits<br />

de qualité à des prix équitables - livrés dans toute la Suisse jusqu‘à trois fois par jour.<br />

MG - MICHELIN - MOBIL - MODULA - MOTOREX - MONT BLANC - NOKIAN - NORDRIVE - OSRAM - PACKLINE - PANOLIN - PETEX - 4PETS


REPRÉSENTATION DE LA BRANCHE : VENTE<br />

même marché, à la fois en tant qu’agents et<br />

en tant que concessionnaires indépendants<br />

pour différents produits du même constructeur.<br />

Ce document cite trois types de risques<br />

financiers ou commerciaux liés au système<br />

d’agences :<br />

termann. Et les représentants de Mercedes<br />

ont, contrairement à ce qu’il se passe dans<br />

un véritable système d’agences, une certaine<br />

marge de manœuvre dans la fixation<br />

des prix. » D’après la responsable de la ZDK,<br />

les concessionnaires allemands de Mercedes<br />

sont satisfaits et pourraient se contenter du<br />

modèle actuel.<br />

Mais il est prévu que ce modèle mixte devienne<br />

un véritable système d’agences commerciales.<br />

Daimler s’aventure là sur un<br />

terrain juridiquement ardu en raison du privilège<br />

de l’agent commercial, à propos duquel<br />

la Commission européenne avait déjà formulé<br />

des recommandations dans le droit des cartels<br />

en 2010. Ce privilège prévoit que l’agent<br />

commercial n’endosse aucun risque économique<br />

et juridique. La seule exception est le<br />

risque de perte de commission si une vente<br />

venait à avorter. Dans un véritable système<br />

d’agences, tous les autres risques et coûts, par<br />

exemple ceux liés aux directives relatives à<br />

l’aménagement du show-room, aux formations<br />

obligatoires du personnel ou à certaines<br />

prestations de services, doivent être<br />

supportés, dit la Commission européenne,<br />

par le constructeur. « Si et seulement si ces<br />

Antje Woltermann, directrice du département gestion<br />

d’entreprise, économie et produits de la ZDK.<br />

coûts sont complètement pris en charge, une<br />

marge de 5 % est viable », affirme un connaisseur<br />

de la branche, cité par la revue spécialisée<br />

allemande « Automobilwoche ». Il reste à<br />

voir comment Mercedes-Benz résoudra cette<br />

problématique.<br />

Le groupe VW a quant à lui opté pour une<br />

autre voie : il entend distribuer ses modèles<br />

électriques ID par l’intermédiaire d’agences,<br />

et conserver son système traditionnel de<br />

concessions de marques pour la vente des véhicules<br />

à essence. Mais même dans un tel<br />

système mixte, la question de la répartition<br />

des coûts se pose. Les contrats du nouveau<br />

modèle de distribution ont été signés il y a<br />

un an déjà. « La totalité de nos partenaires<br />

commerciaux a signé les contrats d’agence »,<br />

se réjouissait le service de presse du groupe<br />

VW, en citant Holger B. Santel, responsable<br />

de la distribution et du marketing pour l’Allemagne<br />

: « La large adhésion de nos partenaires<br />

commerciaux au système d’agences est<br />

un signal fort pour l’avenir. » Toutefois, cela<br />

n’a pas été aussi simple que cela, révèle Antje<br />

Woltermann : « L’association des concessionnaires<br />

a beaucoup débattu de ces nouveaux<br />

contrats avec VW avant qu’un accord soit<br />

trouvé. » La ZDK observe l’évolution « d’un<br />

œil critique ».<br />

Apparemment, les gardiens de la concurrence<br />

de l’Union européenne en font de<br />

même. Un document de travail de la Commission<br />

européenne, qu’<strong>AUTOINSIDE</strong> est<br />

parvenu à se procurer, se penche explicitement<br />

sur les modèles de distribution dans<br />

lesquels les concessionnaires agissent, sur le<br />

1. les risques directement liés aux<br />

contrats conclus et/ou négociés par<br />

l’agent commercial au nom du constructeur.<br />

Il peut s’agir, par exemple, du financement<br />

des voitures en stock ;<br />

2. les risques liés à des investissements<br />

spécifiques au marché. Il s’agit là d’investissements<br />

qui sont spécialement<br />

requis pour le type d’activité dont le<br />

constructeur a mandaté l’agent, par<br />

exemple pour l’aménagement du showroom<br />

;<br />

3. les risques liés à d’autres activités<br />

exercées par l’agent commercial sur le<br />

même marché de produits, dans la mesure<br />

où le mandant exige de l’agent<br />

qu’il exerce ces activités non en tant<br />

qu’agent au nom du mandant, mais à<br />

ses propres risques. Il s’agit ici, pour reprendre<br />

l’exemple de Volkswagen, du<br />

fait que les garagistes distribuent les<br />

modèles ID en tant qu’agents, tandis<br />

qu’ils vendent les voitures à essence en<br />

tant qu’entrepreneurs indépendants et à<br />

leurs propres risques.<br />

« Les constructeurs ne doivent pas trop tirer<br />

la couverture à eux », souligne Antje Woltermann,<br />

qui précise que si le constructeur détermine<br />

les prix de vente, il doit en contrepartie<br />

endosser la totalité des coûts et des<br />

risques. Et dans le cas d’une double fonction<br />

d’agent et de concessionnaire indépendant, la<br />

question se pose aussi de savoir qui assume<br />

quelle partie des coûts. VW devra-t-il payer<br />

à l’avenir une location pour exposer ses modèles<br />

ID dans les show-rooms de ses partenaires<br />

commerciaux ? L’avenir le dira. <<br />

- EAL - FALKEN - FIAT - FIAT PROFESSIONAL - FORD - GEV - GOODYEAR - JEEP - KIA - KLEINMETALL - LAMPA - LANCIA - LEXUS - LLUMAR<br />

et plus<br />

encore ...<br />

À commander ici:<br />

shop.fibag.ch<br />

@ orders@fibag.ch<br />

062 285 61 30<br />

Fibag SA<br />

Lischmatt 17<br />

4624 Härkingen<br />

- PIRELLI - ROVER - SHELL - SIMONI RACING - SUBARU - SWISS KLICK - THULE - TOYOTA - UEBLER - VREDESTEIN - WYNNS - YOKOHAMA


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE<br />

Entretien avec Christoph Beisheim, Managing Director de Sixt Suisse et Autriche<br />

L’utilisation plutôt que la possession<br />

Face à la demande d’offres de mobilité plus flexibles, l’entreprise de location de voitures Sixt se lance à son<br />

tour, avec Sixt+, dans l’activité d’abonnement automobile. Christoph Beisheim, directeur de Sixt Suisse,<br />

explique les projets du loueur automobile et l’intérêt qu’ils peuvent présenter pour les garagistes. Jürg A. Stettler<br />

M. Beisheim, les besoins en termes de<br />

mobilité ont-ils évolué sous l’effet de la<br />

pandémie, et quelle est l’approche adoptée<br />

par Sixt ?<br />

Christoph Beisheim, Managing Director<br />

de Sixt Suisse et Autriche : Nous constatons,<br />

surtout dans les villes, un changement<br />

au niveau de la mobilité et une demande<br />

accrue d’offres flexibles et individuelles.<br />

Nous avons immédiatement réagi en proposant<br />

des locations attractives à la journée,<br />

à la semaine et au mois, ainsi qu’une nouvelle<br />

offre d’abonnement automobile appelée<br />

Sixt+. Dans le secteur de l’autopartage,<br />

nous avons, au début de la pandémie, augmenté<br />

notre flotte de location de 1000 véhicules<br />

dans toute l’Allemagne. Les besoins<br />

en termes de mobilité ont globalement évolué<br />

sous l’effet de la situation actuelle. Une<br />

voiture personnelle ou de location constitue<br />

pour beaucoup une alternative sûre par<br />

comparaison aux transports publics. Beaucoup<br />

redoutent toutefois les risques qu’implique<br />

un achat automobile : un crédit est<br />

souvent nécessaire, l’acquisition, l’immatriculation<br />

et l’assurance entraînent des coûts,<br />

et beaucoup craignent surtout un engagement<br />

sur plusieurs années, des frais d’atelier<br />

et un versement final souvent élevé.<br />

Disponible sans paperasserie pénible, Sixt+<br />

est un abonnement automobile tout compris<br />

qui constitue la solution idéale pour un<br />

nombre croissant de personnes qui utilisent<br />

un véhicule particulier, mais souhaitent éviter<br />

l’engagement sur plusieurs années d’un<br />

achat automobile.<br />

Le coronavirus a-t-il entraîné un élan numérique<br />

dans le secteur de la mobilité ?<br />

Nous constatons surtout une tendance<br />

à l’utilisation, au détriment de la possession.<br />

Les offres telles que l’autopartage et<br />

les abonnements automobiles ont le vent en<br />

poupe, d’où la popularité grandissante des<br />

plates-formes numériques qui proposent ces<br />

Christoph Beisheim, Managing Director de Sixt<br />

Suisse et Autriche.<br />

offres. Les produits Sixt Rent, Sixt Share,<br />

Sixt Ride et Sixt+ proposent à nos clients,<br />

via l’appli Sixt, différentes prestations de<br />

mobilité d’une durée allant de quelques minutes<br />

à plusieurs mois. Nos clients souhaiteront<br />

toujours se déplacer de manière indépendante<br />

dans leur propre véhicule après<br />

la crise. Avant la pandémie, nous avions en<br />

outre déjà développé des services et produits<br />

numériques, tels que Sixt Fastlane,<br />

qui permettent une location de véhicules<br />

sans contact et sans passage à la station ou<br />

au comptoir. Ces offres aussi rencontrent<br />

un très grand succès aujourd’hui.<br />

Quels sont vos projets en Suisse ?<br />

Nous souhaitons continuer à étendre nos<br />

parts de marché en Suisse et conforter<br />

notre position de prestataire de mobilité<br />

hautement innovant et offrant à nos clients<br />

les bons produits.<br />

Sur combien de sites l’abonnement automobile<br />

Sixt+ est-il disponible et comment<br />

fonctionne-t-il ?<br />

Les clients ont le choix entre de nombreuses<br />

catégories de véhicules et de motorisations<br />

(petite voiture ou berline de luxe,<br />

véhicule hybride ou électrique) et toujours<br />

parmi des modèles ultramodernes. Après<br />

la conclusion du contrat, les voitures sont<br />

mises à disposition à la station Sixt souhaitée<br />

dans un délai de quelques jours seulement.<br />

L’échange de véhicule ne pose aucun<br />

problème non plus : si les besoins évoluent<br />

à court ou long terme et qu’une autre catégorie<br />

est nécessaire, les clients peuvent<br />

à tout moment effectuer un changement.<br />

L’abonnement automobile est résiliable<br />

chaque mois après une durée minimale de<br />

30 jours seulement. Sixt+ est actuellement<br />

proposé sur 12 sites en Suisse, notamment<br />

à Zurich, Genève, Bâle, Lausanne, Berne,<br />

Lucerne, Saint-Gall et Lugano, les principales<br />

villes du pays. D’autres sites suivront<br />

prochainement.<br />

La nouvelle offre Sixt+ a-t-elle été conçue<br />

en collaboration avec les importateurs ?<br />

Nous ne nous considérons pas comme<br />

des concurrents, mais suivons, avec les<br />

constructeurs, une approche axée sur le<br />

partenariat. Comme toujours, nous nous<br />

sommes appuyés sur les besoins des clients<br />

pour l’élaboration de Sixt+. Nous offrons<br />

ainsi une alternative à l’achat automobile<br />

et les échos positifs indiquent que nous<br />

sommes sur la bonne voie.<br />

Comment un garagiste suisse peut-il<br />

profiter de l’offre d’abonnement ?<br />

Comme tous les clients, les garagistes associés<br />

à Sixt+ bénéficient d’une mobilité<br />

flexible et individuelle et des derniers modèles<br />

du parc Sixt premium. Avec son abonnement<br />

automobile, Sixt propose un pack<br />

sérénité comprenant l’assurance responsabilité<br />

civile, l’assurance casco complète,<br />

l’immatriculation, les frais d’entretien et<br />

bien plus encore.<br />

Comment l’entretien de la voiture est-il<br />

pris en charge ?<br />

L’appli Sixt affiche une notification de<br />

maintenance ou de service. Les clients reçoivent<br />

si besoin un nouveau véhicule à la<br />

station Sixt+ qui les prend en charge. Le véhicule<br />

est également remplacé si une révision<br />

s’avère nécessaire. <<br />

70<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE<br />

Photo : Genesis<br />

Hyundai tente de conquérir le marché européen avec Genesis, sa marque haut de gamme<br />

Nouveau luxe coréen<br />

Hyundai a lancé Genesis, sa marque de luxe, fin 2015. Outre la Corée, son pays d’origine, celle-ci s’est<br />

entre-temps établie en Amérique du Nord, en Russie, au Moyen-Orient, en Australie et en Chine. L’année <strong>2021</strong><br />

sera à la fois celle de l’électrification de la marque et de l’offensive des Sud-Coréens sur le marché européen<br />

et suisse du luxe. Jürg A. Stettler<br />

Les marques asiatiques premium ont du mal<br />

à séduire le marché européen. Lexus et Infiniti,<br />

qui s’en est déjà retirée, l’ont appris à<br />

leurs dépens. Un nouvel acteur asiatique, Genesis,<br />

la filiale haut de gamme de Hyundai,<br />

tente maintenant l’aventure, mais avec une<br />

approche différente. « Nous pensons que c’est<br />

le bon moment pour écrire le chapitre suivant<br />

de l’histoire de notre marque. Nous nous réjouissons<br />

de présenter notre identité et notre<br />

offre unique de véhicules de luxe en Europe »,<br />

a déclaré Jaehoon (Jay) Chang, Global Head of<br />

Genesis Brand.<br />

L’année <strong>2021</strong> est donc une année très importante<br />

pour Genesis, puisque c’est celle de son<br />

électrification, mais aussi de son entrée sur le<br />

plus impitoyable des marchés des voitures de<br />

luxe et premium : l’Europe. Les Coréens, qui<br />

ont vendu 130 000 véhicules dans le monde<br />

l’an dernier, ont décidé de se lancer en Angleterre,<br />

en Allemagne et en Suisse.<br />

Mauvaise nouvelle toutefois pour les concessionnaires<br />

suisses intéressés par une nouvelle<br />

marque haut de gamme : il s’agira de<br />

ventes directes. Les clients de Genesis pourront<br />

acheter leur voiture en ligne ou dans<br />

les « studios » de Londres, Munich et Zurich.<br />

Chaque acheteur se verra en outre attribuer<br />

un assistant personnel Genesis, « une<br />

personne en chair et en os, pas un chatbot !<br />

Nous accordons au client toute notre attention<br />

et tout notre temps afin que lui en perde<br />

le moins possible », explique Dominique<br />

Boesch, Managing Director de Genesis Motor<br />

Europe. « À son domicile ou au bureau,<br />

nous récupérons la voiture et la rapportons<br />

au client. Il n’a plus besoin de se rendre luimême<br />

chez le garagiste. Plus qu’un véhicule,<br />

Genesis se veut une expérience. »<br />

Non contente de lancer les berlines G70<br />

et G80 et les SUV GV70 et GV80 cet été, la<br />

marque premium coréenne a annoncé trois<br />

modèles électriques pour l’année commerciale<br />

<strong>2021</strong>. Genesis bénéficie à cet égard de la<br />

vaste expérience acquise par le groupe Hyundai<br />

dans ce domaine ces dernières années. La<br />

G80 électrifiée, présentée en avril dernier au<br />

salon Auto Shanghai, ouvrira le bal. Et l’un<br />

des deux modèles électriques suivants reposera<br />

même sur une plate-forme électrique<br />

conçue spécialement. En signe d’engagement<br />

envers l’Europe et pour tenir compte des besoins<br />

spécifiques de sa clientèle, les modèles<br />

Genesis ont également été soumis à des tests<br />

approfondis au centre de développement de<br />

la marque et adaptés aux routes européennes.<br />

Des dizaines de milliers de kilomètres ont<br />

pour cela été parcourus dans 15 pays, sur<br />

certaines des routes les plus difficiles et exigeantes<br />

d’Europe et, wbien sûr, sur le circuit<br />

du Nürburgring.<br />

« Genesis est synonyme de design unique, de<br />

technologie de pointe et de qualité de service<br />

exceptionnelle, c’est pourquoi nous sommes<br />

très confiants dans le succès de la marque<br />

auprès de la clientèle européenne », déclare<br />

Dominique Boesch. Et d’ajouter : « Nous proposons<br />

un excellent service tout au long de<br />

l’achat et de la détention. » C’est sur cet aspect<br />

que Genesis compte pour faire la différence<br />

par rapport aux marques établies telles<br />

que BMW, Mercedes et Cie. Les clients européens<br />

doivent également découvrir une nouvelle<br />

forme de luxe grâce au « Five-Year Care<br />

Plan » de Genesis, qui inclut pendant cinq<br />

ans la garantie, le service, le dépannage et la<br />

mise à disposition d’un véhicule de remplacement,<br />

mais aussi les mises à jour du système<br />

de navigation et « over-the-air ».<br />

Même si Genesis annonce qu’elle n’est pas<br />

simplement une marque de luxe de plus du<br />

fait de ses outils en ligne conviviaux, de prix<br />

totalement transparents et de studios de<br />

vente parfaitement situés, il faut attendre de<br />

voir si la touche personnelle de l’assistant<br />

Genesis sera suffisante pour lui permettre de<br />

percer. En effet, ni la concurrence, ni les garages<br />

suisses, qui assurent eux aussi un excellent<br />

service tout au long de l’achat et de la<br />

détention, ne se reposent sur leurs lauriers. <<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>71


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE<br />

Entretien avec Olivier Wittmann, directeur général d’Amag Import SA<br />

« Les gens achètent à nouveau<br />

des voitures »<br />

Olivier Wittmann est à la tête d’Amag Import depuis octobre 2020. À 53 ans, il est responsable des contacts<br />

avec les usines à l’étranger et fait office d’interlocuteur pour les garages Amag et les partenaires contractuels<br />

indépendants. Il aborde avec <strong>AUTOINSIDE</strong> les défis à relever pour le commerce, les nouveaux services de mobilité<br />

ainsi que le modèle d’agence et le recyclage des batteries. Jürg A. Stettler<br />

à la fin du mois d’avril. Dans la branche automobile,<br />

nous vivons grâce aux produits<br />

et aux émotions qu’ils suscitent. Le lancement<br />

d’un produit fait donc toujours le bonheur<br />

des concessionnaires, surtout s’il est accueilli<br />

avec beaucoup d’intérêt par les clients.<br />

Olivier Wittmann, directeur général d’Amag Import SA. Photo : médias de l’UPSA<br />

M. Wittmann, êtes-vous satisfait des émissions<br />

de CO 2<br />

de vos marques Amag et que<br />

faut-il encore faire pour éviter des sanctions<br />

sur le CO 2<br />

atteignant des millions ?<br />

Olivier Wittmann, Managing Director<br />

d’Amag Import SA : Difficile de parler de satisfaction<br />

à ce sujet. Nous pouvons toujours<br />

nous améliorer en matière d’émissions de<br />

CO 2<br />

. Mais nous sommes clairement mieux<br />

lotis pour <strong>2021</strong> en termes de modèles, qu’ils<br />

soient électriques ou hybrides rechargeables.<br />

C’est un vrai feu d’artifice qui nous attend.<br />

Nous lancerons cette année huit modèles purement<br />

électriques et sept hybrides rechargeables.<br />

La VW ID.4 a ouvert le bal et la Škoda<br />

Enyaq va suivre... Puis ce sera au tour de<br />

l’Audi Q4 e-tron et à la fin de l’année, de la<br />

Cupra el-Born, la sous-marque de Seat. Des<br />

produits très émotionnels tels que l’Audi<br />

e-tron GT sont aussi prévus dans le segment<br />

électrique.<br />

Un feu d’artifice et donc beaucoup de<br />

travail pour les concessionnaires qui<br />

pourront lancer ces produits.<br />

Oui, mais ils sont tous enthousiastes ! Par<br />

exemple, l’ID.3 est devenu la voiture électrique<br />

la plus vendue de Suisse et du Liechtenstein<br />

Il y a une pénurie de batteries et de micropuces<br />

dans le monde entier. Obtenez-vous<br />

tout de même les modèles dont vous avez<br />

besoin pour le marché suisse ?<br />

La pénurie de semi-conducteurs et de puces<br />

nous touche comme toute l’industrie internationale.<br />

Le groupe VW ne fait pas exception.<br />

Pour résumer, nous aimerions plus de<br />

véhicules pour la Suisse. Nous sommes sur<br />

la bonne voie pour les véhicules à batterie.<br />

Nous avons les modèles électriques souhaités,<br />

ce qui est très important pour nous,<br />

mais aussi pour les volumes, les concessionnaires<br />

et surtout les clients. La part de<br />

marché des véhicules rechargeables neufs<br />

atteint aujourd’hui 16 %. C’est un chiffre élevé...<br />

Il y avait plus de modèles électriques<br />

que de diesel en avril. C’est incroyable ! Qui<br />

aurait pu l’envisager il y a peu ? Les véhicules<br />

électriques sont donc décisifs pour<br />

nos affaires, mais aussi pour les calculs des<br />

valeurs de CO 2<br />

.<br />

Amag Import compte désormais une marque<br />

supplémentaire avec Cupra, la marque sportive<br />

de Seat. Ne risque-t-elle pas de « voler »<br />

des clients aux autres marques d’Amag ?<br />

Cupra a très bien démarré et son puissant<br />

coupé SUV, la Formentor, est un modèle<br />

parfait pour le marché suisse. Le fait est<br />

que nous ne constatons pas de cannibalisation<br />

par Cupra. La marque est un atout pour<br />

nous comme pour les concessionnaires. La<br />

part de marché d’Amag se situait à 30,1 %<br />

72<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE<br />

fin 2020, un véritable record ! Nous sommes<br />

à 30,6 % fin avril. Cupra nous permet donc<br />

de nous adresser à de nouveaux groupes<br />

cibles et a déjà trouvé sa place sur le marché<br />

suisse.<br />

Les clients ont-ils à nouveau envie d’acheter<br />

ou préfèrent-ils des offres de mobilité telles<br />

que l’abonnement automobile Clyde ?<br />

La tendance est positive, aussi bien pour les<br />

véhicules neufs que les occasions. Les gens<br />

achètent à nouveau des voitures. Le marché<br />

de l’occasion a aussi connu un développement<br />

très dynamique. Les voitures neuves<br />

réalisent un meilleur résultat que l’année<br />

précédente, qui comptait cependant des<br />

mois de confinement. Nous ne sommes pas<br />

encore au niveau de 2019, mais la tendance<br />

qui se dessine pour les contrats de vente est<br />

réjouissante. Les clients témoignent un réel<br />

intérêt pour les nouveaux véhicules et services<br />

tels que Clyde. Il y a de quoi se réjouir !<br />

La pandémie a provoqué des baisses de production<br />

et des retards pour le groupe VW.<br />

Comment aidez-vous les concessionnaires<br />

dans leur relation client ?<br />

Nous avons des discussions intenses et des<br />

contacts réguliers avec les usines. La transparence<br />

est importante pour les clients qui<br />

attendent. Ils doivent savoir quand leur véhicule<br />

sera livré. Nous essayons de trouver<br />

une solution nous-mêmes ou via le réseau<br />

des concessionnaires, car la satisfaction de<br />

nos clients est primordiale.<br />

Comment absorbez-vous la baisse des<br />

ventes de ces derniers mois chez Amag ?<br />

Avez-vous reporté d’éventuels investissements<br />

dans la numérisation ou le réseau ?<br />

Non, nous regardons vers l’avenir. La numérisation<br />

est incontournable pour notre<br />

branche. Notre CEO dit souvent que les<br />

« données sont le nouveau pétrole ». Nous<br />

devons passer par la numérisation, simplement<br />

parce que les clients l’exigent. Mais<br />

le commerce « phygital » est encore plus<br />

important. Il s’agit ici de marier numérisation<br />

et contacts physiques directs entre garagistes<br />

et clients. Nous investissons, car<br />

la numérisation permet aussi d’augmenter<br />

la productivité, d’améliorer l’expérience<br />

des clients et de simplifier ainsi plusieurs<br />

points pour les clients.<br />

VW mise entièrement sur l’électrique.<br />

Quelles sont les conséquences pour Amag<br />

et son réseau de concessionnaires ?<br />

Chez Amag, nous avons une équipe spécialisée<br />

dans l’électromobilité pour toutes<br />

les marques. L’Amag Academy nous fournit<br />

par ailleurs les ressources nécessaires à la<br />

formation de nos concessionnaires dans la<br />

vente et le service après-vente du secteur<br />

de l’électromobilité. Nous offrons un soutien<br />

solide aux vendeurs. Chez Audi, nous<br />

avons des vendeurs, mais nous avons de<br />

nouveaux experts Audi par exemple qui se<br />

chargent de l’accueil des clients, organisent<br />

des courses d’essai et répondent aux premières<br />

questions. Le vendeur n’entre en jeu<br />

qu’en cas de réel intérêt d’achat. Nous avons<br />

donc ici une approche différente du processus<br />

de vente.<br />

En d’autres termes…<br />

Les clients sont aujourd’hui très bien informés<br />

et nous devons donc pouvoir compter<br />

sur des concessionnaires parfaitement<br />

formés dans le domaine de l’électrique. Ce<br />

sont toujours les mêmes questions qui reviennent<br />

: puis-je recharger ma voiture<br />

au travail ? Puis-je la recharger chez moi<br />

<strong>–</strong> même en tant que locataire ? Quelle infrastructure<br />

me permet de recharger ma<br />

voiture en route ? Chez Amag, nous pouvons<br />

prodiguer des conseils professionnels à nos<br />

clients qui s’intéressent à l’électrique.<br />

Plus de véhicules électriques, c’est aussi<br />

moins de services. Comment compensez-vous<br />

cela pour vos partenaires et<br />

quelles perspectives leur offrez-vous ?<br />

Il faut noter ici que nous avons le temps<br />

de nous adapter. Les Suisses entretiennent<br />

leurs véhicules et le parc automobile roule<br />

donc un certain temps. Le marché de l’occasion<br />

est par ailleurs très actif et je ne discerne<br />

pas de problème pour les années à<br />

venir malgré la croissance du segment électrique.<br />

Mais nous devons bien nous préparer<br />

à ce tournant de l’électromobilité. Je<br />

pense ici aux offres et aux services de mobilité<br />

ainsi qu’aux occasions comme éléments<br />

de base de notre futur. Nous avons encore<br />

beaucoup de travail devant nous.<br />

Le recyclage des batteries est un autre<br />

« chantier en cours ». La branche automobile<br />

devra avoir trouvé une solution de recyclage<br />

dès la fin <strong>2021</strong>. Où en êtes-vous ?<br />

Nous ne savons pas encore s’il s’agira d’une<br />

solution sectorielle ou d’une solution distincte.<br />

Le temps presse et nous devrons<br />

bientôt prendre une décision. Nous sommes<br />

en discussion avec l’Association des importateurs<br />

automobiles officiels auto-suisse et<br />

avec d’autres acteurs pour trouver la meilleure<br />

solution pour nous tous.<br />

En Allemagne, l’ID.3 purement électrique<br />

est le premier modèle VW distribué via un<br />

modèle d’agence. Est-ce aussi prévu en<br />

Suisse ?<br />

Jusqu’à présent, nous misons sur notre réseau<br />

de concessionnaires pour la famille ID<br />

tout comme pour nos véhicules à essence.<br />

Nous parlons bien sûr aussi de ce modèle<br />

avec le constructeur. Mais aucune décision<br />

n’a été prise pour le moment. Un modèle<br />

d’agence ne signifie par ailleurs pas que les<br />

concessionnaires disparaîtront du jour au<br />

lendemain. Les concessionnaires mettront<br />

également le modèle d’agence en œuvre.<br />

Ces concessionnaires et d’autres vendeurs<br />

seront intégrés et continueront à jouer un<br />

rôle important !<br />

De quelles autres tâches les garagistes<br />

devront-ils encore s’acquitter ?<br />

Il y aura de toutes nouvelles tâches, mais<br />

pas uniquement à cause du nouveau modèle<br />

commercial. C’est une évolution normale<br />

pour un concessionnaire. Auparavant,<br />

il s’occupait surtout de la vente et du<br />

service après-vente. Puis les garagistes ont<br />

de nouvelles cordes à leur arc telles que la<br />

vente de voitures d’occasion ou la carrosserie.<br />

Il y a de nouveaux besoins aujourd’hui.<br />

La mobilité et les services qui y sont associés<br />

sont des domaines beaucoup plus<br />

vastes. Les clients recherchent de plus en<br />

plus des packs complets à la Netflix. Un<br />

concessionnaire doit proposer un tel pack<br />

aujourd’hui. <<br />

Son parcours : Olivier Wittmann<br />

Olivier Wittmann (53 ans) assure la fonction<br />

de directeur général d’Amag Import SA<br />

depuis le 1 er octobre 2020. Fort d’une expérience<br />

internationale et fin connaisseur de<br />

la branche, il travaille chez Renault dès 1991<br />

après des études à l’ESCP-EAP, une école<br />

de commerce parisienne. Après une période<br />

consacrée à la vente au détail et aux<br />

achats, il rejoint la direction commerciale<br />

européenne de la marque française en 2006<br />

en tant que directeur régional pour l’Europe<br />

du Nord (Allemagne, Suisse, Autriche,<br />

Belgique et Pays-Bas). Le 1 er mai 2008,<br />

il est nommé directeur du service client et<br />

de la qualité chez Renault Österreich GmbH.<br />

Deux ans plus tard, il reprend la direction<br />

des ventes. Il est directeur général pour la<br />

Suisse et l’Autriche de 2016 à 2020.<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>73


COMMERCE & SERVICE APRÈS-VENTE<br />

M. Friedli : « Nous vendons des émotions et du plaisir.<br />

Le client doit le ressentir. » Photo : médias de l’UPSA<br />

Le plaisir de conduire sur trois roues<br />

Vanderhall débarque en Suisse et<br />

cherche des concessionnaires<br />

Aucun doute possible, les gadgets sont voyants. Le fabricant américain Vanderhall débarque sur le<br />

marché suisse avec ses roadsters puristes à trois roues. Patrick Friedli, son importateur, prévoit de<br />

développer un petit réseau de concessionnaires. Sandro Compagno<br />

En un peu plus de 20 ans, Friedli Fahrzeuge AG à Wohlenschwil (AG)<br />

s’est fait un nom en tant qu’importateur de divers véhicules, mais<br />

surtout d’engins tout-terrain. Les véhicules à trois roues pour se faire<br />

plaisir signés Vanderhall s’ajoutent désormais à la palette de quads,<br />

de Side-by-Sides, de motos à trois roues, de motoneiges, de jetboats<br />

et de moteurs de bateaux.<br />

Les roadsters sont actuellement disponibles en trois variantes : le Venice<br />

puriste, livré sans portes ni toit, ainsi que le Carmel, légèrement<br />

plus confortable et doté d’un toit amovible, sont propulsés par un moteur<br />

turbo de 1,5 litre fabriqué par GM. Le petit bolide de 640 kg passe<br />

de 0 à 100 km/h en 4,5 secondes grâce aux 185 chevaux du moteur,<br />

grondements vigoureux de l’échappement qui serpente à l’extérieur de<br />

la carrosserie inclus. L’accélération est presque encore plus impressionnante<br />

: il ne faut que 30 m à la Vanderhall pour accomplir ce sprint.<br />

L’Edison 2 est même un peu plus rapide. Accompagnée d’un sifflement,<br />

cette Vanderhall entièrement électrique accélère de 0 à 100 km/h en 4,4<br />

secondes. « Il est très important pour moi que nous proposions aussi des<br />

véhicules électriques, car ils sont incontournables en zone urbaine », souligne<br />

Patrick Friedli. L’homologation suisse est prête depuis la mi-mai.<br />

Les Vanderhall sont immatriculées sous forme de véhicules motorisés à<br />

trois roues assortis d’un numéro de moto bien qu’elles puissent être pilotées<br />

facilement et en toute sécurité avec un permis de conduire normal.<br />

La fourchette de prix s’étend de 39 000 francs pour le modèle de base<br />

Venice BlackJack à 64 900 francs pour la Carmel GTS, le modèle haut de<br />

gamme. La variante électrique est disponible pour 52 900 francs. Dotée<br />

d’une batterie de 28,8 kW, elle devrait garantir une autonomie de 320 km.<br />

Patrick Friedli est convaincu qu’il existe une demande pour les trois<br />

roues américaines voyantes en Suisse. Pas étonnant, car il vendait<br />

déjà ses premiers véhicules avant même le démarrage officiel des<br />

ventes. Une voiture sur deux est une Edison 2. M. Friedli : « Les clients<br />

sont essentiellement des conducteurs de Tesla qui veulent allier plaisir<br />

de conduire et bonne conscience. »<br />

Pour assurer la distribution et le service, M. Friedli prévoit de développer<br />

un petit réseau de concessionnaires. « Deux concessionnaires<br />

en Suisse romande, un au Tessin et trois en Suisse alémanique en plus<br />

de la concession de Wohlenschwil, de préférence dans la région de<br />

Berne, en Suisse centrale et dans les Grisons », affirme-t-il pour clarifier<br />

son objectif. Le réseau ne devrait pas comporter plus de huit partenaires.<br />

Pour rejoindre le réseau, tout garagiste intéressé doit faire<br />

preuve d’enthousiasme. M. Friedli : « Nous vendons des émotions et<br />

du plaisir. Le client doit le ressentir. »<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> a pu déterminer si le roadster cool au look rétro est capable<br />

de susciter l’enthousiasme : l’essai à bord de l’Edison 2, un roadster<br />

électrique qui plait à coup sûr, est passé par la vallée montagneuse<br />

et sinueuse de la Reuss. Plaisir garanti. <<br />

Elle attire tous les regards : l’Edison 2. Photo : Vanderhall<br />

Plus d’informations sur :<br />

powersports.ch/fr<br />

74<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


ASSOCIATION & SECTIONS<br />

Les garagistes UPSA solides durant la pandémie<br />

La section UPSA Oberland bernois accueille deux nouveaux membres au sein de son comité<br />

Marco Frozza (à g.) et Kevin Weiss font désormais partie du<br />

comité de la section UPSA Oberland bernois. Photos : màd<br />

bg. Le monde entier devra encore relever les<br />

défis posés par le coronavirus en <strong>2021</strong>. L’UPSA<br />

s’est énormément engagée pour ses membres<br />

en ces temps difficiles. Malgré les fermetures<br />

temporaires de leurs espaces de vente, les garagistes<br />

ont pu fournir leurs services à cause<br />

de leur importance systémique. « En agissant<br />

ensemble et solidairement, nous réussirons<br />

aussi à relever ces défis avec succès », a affirmé<br />

avec engagement Martin Wildhaber, président<br />

de la section UPSA Oberland bernois,<br />

dans le rapport annuel de la section.<br />

Dans la branche automobile, la pandémie de<br />

coronavirus est à l’origine du pire résultat qu’a<br />

connu le marché automobile de Suisse et du<br />

Liechtenstein depuis 40 ans. Seuls 236 828<br />

véhicules de tourisme ont été mis en circulation<br />

en 2020. Les véhicules à propulsion alternative<br />

ont enregistré une forte croissance<br />

(63,8 % par rapport à 2019). Près d’un véhicule<br />

sur deux est équipé d’une transmission intégrale.<br />

Stefan Gasser, président de la formation professionnelle<br />

de la section UPSA Oberland<br />

bernois, revient brièvement sur cette année<br />

mouvementée : « Nous nous en sommes tout<br />

de même sortis avec un ‹œil au beurre noir ›<br />

au niveau du centre de formation. » Les cours<br />

n’ont connu qu’une brève interruption et ont<br />

tous pu être rattrapés. Il était particulièrement<br />

réjouissant que, malgré le coronavirus,<br />

les examens pratiques de fin d’apprentissage<br />

aient pu avoir lieu (sous une forme raccourcie)<br />

et que la section UPSA Oberland bernois ait<br />

pu féliciter les diplômés en personne à l’occasion<br />

d’une petite fête.<br />

Afin que la branche dispose aussi à l’avenir<br />

d’une main-d’œuvre suffisante, la promotion<br />

des métiers a été activement mise en œuvre<br />

dans la section et dans le canton. Le nombre<br />

d’apprentis affiche un niveau stable réjouissant.<br />

Stefan Gasser remercie les diplômés des<br />

formations continues pour leur engagement<br />

et leur fidélité à la branche.<br />

L’assemblée des membres s’est déroulée dans<br />

un format numérique à cause de la situation<br />

actuelle. Tous les points ont été approuvés<br />

et les comptes annuels se sont soldés par un<br />

résultat positif. La participation active des<br />

membres était très satisfaisante.<br />

Le comité se réjouit d’accueillir deux nouveaux<br />

membres en son sein : Marco Frozza,<br />

directeur de la société Auto Tempel AG à<br />

Thoune (vice-président), et Kevin Weiss, chef<br />

d’exploitation chez Autohaus Zweisimmen<br />

AG (membre du comité). <<br />

23 garages argoviens, 25 marques et 200 voitures neuves<br />

« Digital Auto Show Aargau » : une première réussie de l’exposition automobile en ligne de la section UPSA Argovie<br />

crc. L’exposition automobile en ligne de la section<br />

UPSA Argovie s’est tenue du 1 er au 16 mai<br />

<strong>2021</strong>. 23 garages argoviens se sont présentés<br />

avec 25 marques et 200 voitures neuves sur<br />

www.digital-auto-show.ch.<br />

La section UPSA Argovie a lancé cette forme<br />

virtuelle d’exposition automobile pour remplacer<br />

les vraies expositions si prisées à Aarau-West,<br />

Stein, Wettingen et Wohlen (AG),<br />

annulées à cause de la pandémie. D’après Martin<br />

Sollberger, président de la section UPSA<br />

Argovie, « le coup d’envoi a été donné le 23 février<br />

<strong>2021</strong>. Les opérations se sont ensuite enchaînées<br />

: appel d’offres, période d’inscription,<br />

programmation, publicité et démarrage le 1er<br />

mai <strong>2021</strong>. » Il était encore trop tôt pour tirer<br />

un bilan définitif à la clôture de la rédaction,<br />

« mais l’évaluation intermédiaire se révèle très<br />

positive ».<br />

à ses réseaux sociaux. Les visiteurs ont pu se<br />

renseigner auprès des garages à l’aide du formulaire<br />

de contact. D’après le directeur de l’exposition,<br />

Chris Regez, certains exposants ont<br />

présenté leurs véhicules en vidéo. Cinq garages<br />

ont organisé une séance Zoom en ligne<br />

et ont accueilli le public de cette manière dans<br />

leur showroom. Ils ont également répondu<br />

aux questions du directeur de l’exposition et à<br />

celles que les membres de l’assistance ont posées<br />

via la messagerie instantanée.<br />

Les visiteurs du site Internet ont pu faire<br />

tourner la roue de la fortune et remporter<br />

des prix chaque jour. Le prix principal,<br />

quatre pneus d’été ou d’hiver Pirelli jusqu’à 18<br />

pouces d’une valeur de 1200 francs, a incité<br />

les participants à tenter leur chance. <<br />

Chaque garage a présenté une sélection de ses<br />

voitures neuves, ses coordonnées, des photos<br />

ainsi que des liens menant à son site web et<br />

Photos de la séance Zoom du 11 mai <strong>2021</strong> au garage Häusermann AG à Aarau. Photo : crc<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>75


ASSOCIATION & SECTIONS<br />

Nouveau lieu de rencontre pour passionnés d’automobile<br />

Des expositions à Motorworld, des simulateurs de F1 chez Racing Unleashed et une formation continue STFW au même endroit<br />

pd/jas. Sous la houlette des nouveaux propriétaires,<br />

le lieu de travail et de rencontre « The<br />

Valley », caractérisé par un mélange varié de<br />

locataires et une large offre de services, sort<br />

de terre sur l’ancien site Maggi de Kemptthal.<br />

Ce sont surtout les passionnés d’automobile<br />

qui en auront pour leur argent.<br />

La vénérable bâtisse en briques abrite désormais<br />

la manufacture Motorworld de la région<br />

de Zurich. Andreas Dünkel, fondateur et président<br />

de Motorworld Group, se réjouit : « Le<br />

concept de notre centre pour voitures rétro<br />

et haut de gamme répond au mot d’ordre ‹De<br />

l’espace pour la passion mobile › et regroupe<br />

des ateliers, des commerces, des vitrines et<br />

des prestataires consacrés à l’automobilité<br />

soignée. » La start-up d’e-sport suisse Racing<br />

Unleashed de l’ancienne patronne de l’écurie<br />

Sauber Monisha Kaltenborn y est représentée<br />

depuis 2020. Son entreprise permet aux<br />

aficionados de vivre les sports motorisés d’une<br />

toute nouvelle manière sur plusieurs sites en<br />

Suisse, mais aussi à Madrid et à Munich.<br />

Même des professionnels de la compétition<br />

tels que Jasin Ferati, pilote de F3 originaire<br />

de Winterthour, utilisent les simulateurs de<br />

F1 : « Je peux me familiariser avec des circuits<br />

tels que celui de Monaco avant même<br />

que je ne doive moi-même m’asseoir au volant<br />

d’une voiture de F3. » Il s’agit d’une méthode<br />

d’entraînement exceptionnelle pour le jeune<br />

homme de 17 ans. « Les sensations dans le<br />

cockpit d’un simulateur sont très similaires,<br />

explique l’apprenti assistant en maintenance<br />

d’automobiles, le système s’améliore d’année<br />

en année ! » Ce n’est pas surprenant compte<br />

tenu du tempo de l’évolution des simulateurs<br />

de course, si bien que les trajets parcourus<br />

chez Racing Unleashed sont de plus en plus<br />

réalistes.<br />

Christian Müller, président de la section<br />

Zurich de l’UPSA, est d’ailleurs ravi que des<br />

diagnosticiens d’automobiles puissent suivre<br />

une formation continue dans cet environnement<br />

très porté sur l’automobile : « L’école<br />

technique suisse de Winterthour (STFW)<br />

a loué un étage pour ses cours dans le bâtiment.<br />

» <<br />

Jasin Ferati, apprenti assistant en maintenance d’automobiles de Winterthour, est passé en Formule 3 cette année. Du showroom du Schloss-Garage Winterthur AG à Wülflingen,<br />

il ne cesse de se rendre sur l’ancien site Maggi de Kemptthal pour s’entraîner sur les simulateurs de Racing Unleashed. Photo : médias de l’UPSA<br />

Vivre l’ambiance des courses de F1<br />

Le pilote de F3 émergent Jasin Ferati n’est pas le seul à affiner ses compétences dans les simulateurs<br />

de Racing Unleashed implantés dans le complexe immobilier de Motorworld à Kemptthal (ZH).<br />

Les locaux sont en effet également à la disposition de fans de sports motorisés, par exemple pour<br />

l’« ACS Challenge <strong>2021</strong> ». Les courses de qualification se tiennent de mai à octobre sur le circuit<br />

de Formule 1 virtuel d’Imola. Tout le monde peut participer, aucune expérience de course n’étant<br />

requise. L’« ACS Challenge <strong>2021</strong> » s’adresse à des débutants des deux sexes qui souhaitent vivre au<br />

plus près la fascination des courses de Formule 1. Les courses de qualification et les courses finales<br />

se déroulent en mode automatique avec une ligne idéale affichée en guise d’aide à la<br />

conduite. Au terme d’un tour de chauffe de huit minutes dans le simulateur du cockpit<br />

de F1, les pilotes passent à une course de 15 minutes. Pour davantage de renseignements<br />

concernant l’« ACS Challenge <strong>2021</strong> », il suffit de numériser le code QR.<br />

S’asseoir soi-même dans un cockpit de F1, c’est possible<br />

grâce à l’« ACS Challenge <strong>2021</strong> ». Photo : ACS<br />

76<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


ASSOCIATION & SECTIONS<br />

Voici comment les jeunes peuvent trouver un stage préprofessionnel<br />

Le canton de Zurich s’engage sur une nouvelle voie avec la plate-forme en ligne schnuppy.ch<br />

Marcel Lüthi est l’initiateur et le président de l’association<br />

schnuppy.ch. Photo : màd<br />

sco. Le stage préprofessionnel constitue la<br />

première étape de toute formation professionnelle<br />

initiale. Avec schnuppy.ch, le district<br />

de Dielsdorf (ZH) a mis sur pied un projet<br />

captivant, qui doit désormais être étendu<br />

à tout le canton.<br />

La plate-forme de stages préprofessionnels<br />

schnuppy.ch existe depuis 2017. Le projet<br />

communautaire des écoles et des associations<br />

professionnelles du district de Dielsdorf, dans<br />

l’Unterland zurichois, a permis à plus de 6500<br />

jeunes de décrocher un stage préprofessionnel.<br />

« Il y a assez de bonnes plates-formes pour<br />

chercher une place d’apprentissage », déclare<br />

Marcel Lüthi, ingénieur en génie électrique à<br />

la retraite et pilote Swissair de longue date qui<br />

a lancé le projet. « Trouver un stage préprofessionnel<br />

est un peu plus délicat. » Les entreprises<br />

proposant des métiers demandés<br />

sont submergées de requêtes, tandis que les<br />

jeunes s’intéressent à peine aux métiers moins<br />

connus.<br />

C’est pourquoi l’école secondaire de Regensdorf<br />

a demandé, il y a cinq ans, au Rotary Club<br />

local si celui-ci pouvait lui prêter son carnet<br />

d’adresses. Marcel Lüthi : « Nous avons analysé<br />

les causes des difficultés à trouver et à<br />

transmettre des stages préprofessionnels et<br />

avons développé le concept avec plus de 50<br />

personnes lors d’un atelier. » À l’heure actuelle,<br />

la forme juridique de schnuppy.ch est celle<br />

d’une association présidée par Marcel Lüthi.<br />

La branche automobile est représentée au sein<br />

de son comité par Christian Müller, président<br />

de la section Zurich de l’UPSA.<br />

Facteur de différenciation de la plate-forme,<br />

elle indique la disponibilité de stages préprofessionnels<br />

dans les entreprises participantes,<br />

évitant ainsi que des jeunes se portent candidats<br />

à des stages déjà attribués, voire indisponibles.<br />

Les entreprises s’épargnent le temps<br />

passé à refuser les candidatures et les jeunes,<br />

la frustration qui accompagne de tels refus.<br />

Les entreprises peuvent publier et modifier<br />

leurs stages sur un tableau de bord en saisissant<br />

quelques renseignements et accepter ou<br />

refuser des candidatures en quelques clics.<br />

Les parents et les jeunes sont informés par des<br />

e-mails automatisés qui leur indiquent les raisons<br />

d’un refus. L’offre est gratuite. Environ<br />

60 métiers, du mécatronicien d’automobiles au<br />

charpentier, dans 17 branches, sont proposés<br />

dans le district de Dielsdorf depuis 2017.<br />

Plusieurs entreprises de la branche automobile<br />

sont également à bord. Près de 250 jeunes ont<br />

ainsi postulé à des stages dans un garage ou<br />

un atelier de carrosserie depuis le lancement<br />

de la plate-forme : 160 mécatroniciens d’automobiles,<br />

50 assistants en maintenance d’automobiles<br />

et 40 carrossiers-peintres et carrossiers-tôliers<br />

stagiaires. Marcel Lüthi : « On<br />

voit clairement que l’offre est exploitée. Les<br />

jeunes veulent découvrir la branche automobile,<br />

mais les offres sont généralement trop<br />

peu nombreuses. »<br />

L’étape suivante est désormais en cours. Le<br />

succès de schnuppy.ch a encouragé ses créateurs<br />

à transformer l’association en nouvelle<br />

plate-forme moderne et attrayante qui sera<br />

testée en ligne à Dielsdorf en mai. Le district<br />

de Bülach et la ville de Zurich seront les deux<br />

premières régions qui pourront ensuite profiter<br />

de la nouvelle plate-forme. Dès qu’elle aura<br />

été lancée en juin, le service pourra aussi être<br />

proposé dans les autres districts du canton. <<br />

Susanne Metzger a pris sa retraite<br />

Pour la clientèle du centre de test UPSA de Kleindöttingen (AG), Susanne Metzger était un visage bien connu depuis des années<br />

crc. Depuis 2007, Susanne Metzger travaillait<br />

comme responsable de l’équipe de gestion à<br />

Kleindöttingen et pendant cette période, elle<br />

a coordonné avec son équipe plus de 250 000<br />

contrôles de véhicules. Elle a exercé ses fonctions<br />

de façon exemplaire avec beaucoup de<br />

plaisir, d’engagement, de fiabilité et de loyauté.<br />

Lors de sa dernière journée de travail, une<br />

délégation du comité composée de Toni Mancino,<br />

président de la coopérative Testcenter<br />

AGVS Aargau, et Felix Emmenegger, membre<br />

du comité, lui a remis un cadeau de départ et<br />

un bouquet de fleurs. Ils ont remercié Susanne<br />

Metzger pour son engagement et lui ont souhaité<br />

une bonne continuation. Peter Schreiber<br />

et Beat Widmer se sont joints aux remerciements.<br />

Peter Schreiber, qui dirige les deux<br />

centres de test depuis des années, prendra lui<br />

aussi sa retraite cette année et passera le flambeau<br />

à son successeur, Beat Widmer. <<br />

Felix Emmenegger, Beat Widmer, Susanne Metzger et Peter Schreiber (de g. à dr.). Photo : Toni-Fotos<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>77


PRODUITS & PRESTATIONS<br />

Elmedin Murati, collaborateur de la carrosserie Gehrig,<br />

prend des notes sur sa tablette lors d’une inspection.<br />

Photo : médias de l’UPSA<br />

Dommages aux véhicules : le « tout numérique » lors de l’inspection<br />

La tablette, nouvelle compagne fidèle<br />

En cas de sinistre, la responsabilité administrative des garages et entreprises de carrosserie augmente. Les<br />

clients et assureurs exigent une documentation numérique et correcte qui comprend l’état du véhicule ainsi<br />

qu’un calcul. L’inspection joue un rôle important, comme le montre l’exemple de la carrosserie Gehrig GmbH.<br />

Mike Gadient<br />

Lorsque le client se présente à l’atelier avec<br />

le véhicule endommagé, le collaborateur s’y<br />

tient prêt, tablette en main. Sur celle-ci, il peut<br />

consulter le dossier de sinistre avec toutes les<br />

données pertinentes concernant le client,<br />

le véhicule et le sinistre (voir <strong>AUTOINSIDE</strong><br />

d’avril <strong>2021</strong>). L’enregistrement initial était effectué<br />

soit par la compagnie d’assurance du véhicule,<br />

soit par l’entreprise elle-même lorsque<br />

le client la contactait par téléphone. « Nos<br />

clients sont surpris que nous prenions les photos<br />

avec la tablette. Cette approche est perçue<br />

comme professionnelle », affirme Tobias<br />

Arn, directeur adjoint de la carrosserie Gehrig<br />

GmbH à Kleinandelfingen (ZH).<br />

Cela a d’une part des conséquences sur la satisfaction<br />

de la clientèle. Les résultats de l’enquête<br />

dans le secteur de la prise en charge se<br />

sont une nouvelle fois améliorés. Et d’autre<br />

part, les collaborateurs aussi en voient les<br />

avantages. « La charge de service après-vente<br />

devient beaucoup moins importante », explique<br />

Tobias Arn. Avant ce changement, les<br />

photos devaient encore être chargées de l’appareil<br />

photo vers l’ordinateur et, si nécessaire,<br />

les notes manuelles sur l’état du véhicule devaient<br />

être ajoutées. La carrosserie Gehrig a<br />

éliminé les doublons grâce à la transition vers<br />

les Dealer Management Systems du partenaire<br />

en solutions informatiques GCS.<br />

Depuis plus d’un an également, les collaborateurs<br />

de la carrosserie zurichoise peuvent demander<br />

la confirmation de la déclaration de<br />

protection des données et vérifier la disponibilité<br />

du véhicule de remplacement sur leur tablette.<br />

La remise du véhicule de remplacement<br />

est traitée et enregistrée dans le dossier de sinistre<br />

numérique. Le client signe directement<br />

sur la tablette. Un procédé déjà mis en place<br />

par les services postaux et les banques dans<br />

toutes les tranches d’âge et qui n’a rencontré<br />

aucune réticence.<br />

Si le véhicule a été confié à l’entreprise de réparation<br />

par un propriétaire de flottes ou une<br />

compagnie d’assurance, le devis créé directement<br />

dans le dossier de sinistre numérique<br />

peut être transmis avec les photos. Les coûts<br />

doivent être expliqués de manière plausible à<br />

la compagnie d’assurance. « Une documentation<br />

propre et claire entraîne moins de litiges<br />

et, en général, moins de demandes de renseignements<br />

», affirme Tobias Arn. La compagnie<br />

d’assurance peut facilement approuver la réparation<br />

en cliquant sur un bouton. Quand l’expert<br />

en assurances arrive sur place, il a déjà pu<br />

lire le dossier qui lui a été envoyé en préparation.<br />

« Le traitement est beaucoup plus rapide.<br />

Les experts apprécient de pouvoir se préparer<br />

de la meilleure façon possible. » Le carnet de<br />

commandes physique ne manque à personne<br />

à Kleinandelfingen. <<br />

Série : le DMS permet un traitement<br />

numérique de bout en bout<br />

Les solutions logicielles permettent<br />

d’accroître l’efficacité de la branche des<br />

garages et des entreprises de carrosserie<br />

dans le traitement administratif des<br />

mandats de réparation. Dans une série de<br />

quatre articles, <strong>AUTOINSIDE</strong> examine le<br />

sens et les avantages des Dealer Management<br />

Systems. Le numéro de septembre<br />

montre comment le travail en atelier<br />

peut être simplifié. Après l’approbation de<br />

la réparation, les étapes de travail individuelles<br />

sont affectées aux collaborateurs<br />

dans le gestionnaire de ressources.<br />

78<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


Le spécialiste de<br />

vitres automobiles au<br />

service des garagistes<br />

simple, rapide, professionnel<br />

Remplacement | Réparation |<br />

Vitres teintées | Service à domicile<br />

Calibrage des systèmes<br />

d’assistance à la conduite<br />

Grâce à ses équipements de diagnostic et de calibrage ultra<br />

modernes et à son personnel bien formé, bénéficiant d’une<br />

formation continue, DESA AUTOGLASS SA est en mesure<br />

d’effectuer les calibrages conformément aux prescriptions des<br />

constructeurs afin de pouvoir garantir un bon fonctionnement<br />

des systèmes de sécurité correspondants.<br />

www.desa-autoglass.ch


PRODUITS & PRESTATIONS<br />

« Je commandais jusqu’ici certaines pièces de rechange avec les<br />

doigts tremblants » : Luca Ceretti scanne le numéro VIN d’une VW<br />

Golf derrière le pare-brise. Photos : médias de l’UPSA<br />

Rapid Box<br />

Tout le monde y gagne<br />

« C’est tout simplement génial », déclare Luca Ceretti en balayant son téléphone portable de l’index. Depuis<br />

deux mois, le chef d’atelier de l’entreprise Auto Corti GmbH établie à Bülach et ses collègues utilisent la<br />

Rapid Box de Derendinger. Sandro Compagno<br />

Avec la Rapid Box, les mécaniciens transportent<br />

pour ainsi dire dans leur poche<br />

toute la boutique en ligne de Derendinger.<br />

La recherche des pièces s’effectue à l’aide<br />

des données du véhicule (homologation), du<br />

descriptif et de l’année du véhicule, mais<br />

surtout du numéro VIN. Ce numéro VIN<br />

(numéro de châssis) identifie chaque véhicule<br />

et équivaut à notre numéro AVS. L’application,<br />

qui consiste simplement en une<br />

liaison directe entre le téléphone mobile et<br />

la boutique en ligne de Derendinger, a été<br />

lancée par Swiss Automotive Group (SAG)<br />

en septembre 2020 et fonctionne sur téléphone<br />

portable ou tablette iOS et Android.<br />

« L’application facilite considérablement<br />

mon travail quotidien », indique Luca Ceretti,<br />

illustrant ses propos en désignant la<br />

VW Golf Plus 1,4 TSI couleur argent qui se<br />

trouve devant lui dans l’atelier. Le mécatronicien<br />

d’automobiles cherche un pare-brise<br />

pour la voiture : s’il saisit le numéro d’homologation<br />

de la VW sur la Rapid Box, pas<br />

moins de neuf pare-brise différents s’affichent.<br />

Mais s’il scanne le numéro VIN,<br />

seul le pare-brise qui correspond réellement<br />

à ce véhicule apparaît. « C’est un gain de<br />

temps considérable », déclare Luca Ceretti,<br />

rappelant qu’il y a encore deux mois, il commandait<br />

ces pièces détachées « les doigts<br />

tremblants » dans la boutique en ligne de<br />

Derendinger. Toute erreur a en effet un coût<br />

en termes de temps et d’argent et agace le<br />

propriétaire qui souhaite récupérer son véhicule<br />

le plus vite possible.<br />

80<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


PRODUITS & PRESTATIONS<br />

Le numéro VIN peut être scanné, saisi manuellement<br />

ou dicté. Après sa saisie dans<br />

la Rapid Box, toutes les données enregistrées<br />

depuis cette date apparaissent dans<br />

l’historique du véhicule et sont mises à la<br />

disposition des mécaniciens. En plus des réparations,<br />

la Rapid Box les aide également<br />

pour les travaux d’entretien réguliers en affichant,<br />

conformément aux indications du<br />

constructeur, les pièces à vérifier et à remplacer<br />

lors de la maintenance. « L’application<br />

propose par ailleurs d’autres interventions<br />

ou pièces de rechange, ce qui génère<br />

des ventes supplémentaires », ajoute Primus<br />

Jauch, Projet Manager chez SAG, société<br />

mère de Derendinger. « En concertation<br />

avec le propriétaire du véhicule, le garagiste<br />

peut ainsi proposer et vendre d’autres<br />

pièces, telles qu’un feu arrière, à partir de<br />

la Rapid Box. »<br />

En plus des délais de livraison, le prix de<br />

vente conseillé du fournisseur Derendinger<br />

et les prix nets pour le garagiste sont<br />

également indiqués dans la liste des pièces<br />

nécessaires. « Je peux éventuellement faire<br />

un petit geste pour un client », indique Luca<br />

Ceretti. Dès qu’il dépose les pièces dans le<br />

panier de la boutique en ligne de Derendinger<br />

via la Rapid Box, il peut générer une<br />

offre concrète et réaliste, intervention incluse.<br />

La facture est ensuite établie à partir<br />

de ce devis.<br />

Chacun s’y retrouve : le client, qui veut une<br />

réparation rapide et peu onéreuse, le garagiste,<br />

qui souhaite travailler efficacement,<br />

et Derendinger, car les erreurs de commande<br />

pénibles et coûteuses sont évitées.<br />

Une situation gagnant-gagnant en somme.<br />

En plus d’aider le garagiste à trouver les<br />

bonnes pièces de rechange, la Rapid Box facilite<br />

également l’achat de consommables.<br />

Luca Ceretti en fait la démonstration avec<br />

un lubrifiant pour cuivre de CRC. Il lui suffit<br />

de scanner le code-barres du fabricant<br />

et le produit est immédiatement ajouté au<br />

panier. Les fusibles, les joints d’étanchéité<br />

ou encore les vis de vidange soigneusement<br />

rangés dans un chariot d’atelier sont également<br />

dotés d’un code-barres. « Chacun de<br />

mes mécaniciens peut enregistrer le matériel<br />

correspondant dans le panier. En tant<br />

qu’administrateur de notre Rapid Box, je visionne<br />

l’ensemble des paniers et déclenche<br />

chaque commande », explique Luca Ceretti.<br />

Il profite alors souvent des remises supplémentaires<br />

accordées dans le cadre des<br />

« Happy Days ».<br />

« Le garagiste peut ainsi numériser son entrepôt<br />

», ajoute-t-il. « Les quatre livraisons<br />

quotidiennes à Bülach nous permettent de<br />

maintenir un très bas niveau de frais de<br />

stockage et d’augmenter nos liquidités pour<br />

d’autres commandes d’atelier. »<br />

Les coûts sont très raisonnables pour les<br />

utilisateurs de la Rapid Box. Derendinger<br />

devant dédommager les constructeurs automobiles<br />

pour les données, les demandes de<br />

numéros VIN sont en principe payantes. La<br />

règle est simple : si un garagiste demande<br />

un numéro de châssis sans passer ensuite<br />

commande chez Derendinger, sa demande<br />

est payante. En cas de commande, les frais<br />

sont pris en charge par Derendinger.<br />

Avec la Rapid Box, SAG et ses garagistes<br />

font un pas de plus vers la numérisation de<br />

la branche automobile. « Nous disposons<br />

ainsi d’un outil qui nous permet d’établir<br />

rapidement une offre fiable, de commander<br />

des pièces puis de facturer notre travail<br />

», indique Luca Ceretti. À une époque<br />

où l’achat de pièces de rechange devient de<br />

plus en plus compliqué, la Rapid Box offre<br />

une véritable valeur ajoutée. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

sag-ag.ch/fr<br />

Muni de son téléphone, le mécanicien<br />

n’a plus à quitter la voiture (et surtout le<br />

client avec lequel il examine le véhicule)<br />

pour chercher une pièce sur l’ordinateur,<br />

mais peut directement discuter avec lui<br />

des éventuels travaux et pièces nécessaires<br />

dans l’atelier. « Cela crée une relation de<br />

confiance ! », indique Luca Ceretti.<br />

Les batteries peuvent, par exemple, être<br />

identifiées à l’aide d’un code Datamatrix<br />

(code du fabricant de pièces détachées) et<br />

directement commandées. « Je n’ai plus<br />

besoin de notes et peux commander rapidement<br />

la batterie qui correspond à l’électronique<br />

du véhicule, ce qui me permet de<br />

travailler plus vite et d’éviter les erreurs »,<br />

ajoute-t-il.<br />

La boutique en ligne de Derendiger se glisse dans toutes les poches. La Rapid Box trouve les pièces de rechange à<br />

partir du numéro VIN, des données et du descriptif du véhicule.<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>81


PRODUITS & PRESTATIONS<br />

AG d’ESA<br />

Markus Hutter : « ESA sort<br />

renforcée de la pandémie »<br />

L’assemblée générale d’ESA a dû être organisée par voie de circulaire pour la seconde fois. La pandémie<br />

a conduit à une légère baisse du chiffre d’affaires et du bénéfice. Markus Hutter, président du conseil<br />

d’administration, reste toutefois fier de l’exercice 2020. Sandro Compagno<br />

Monsieur Hutter, ESA fêtait un chiffre<br />

d’affaires record en 2019. Votre entreprise<br />

a enregistré une baisse de 3,4 % en 2020.<br />

Que ressentez-vous ?<br />

Markus Hutter, président du conseil<br />

d’administration d’ESA : Nous constatons<br />

qu’ESA sort renforcée de cette grave crise.<br />

Elle a en effet terminé l’exercice 2020 sur<br />

un résultat positif. Nous avons profité de la<br />

confiance indéfectible de nos copropriétaires<br />

et de nos clients, mais aussi de l’immense<br />

dévouement et de l’incroyable flexibilité de<br />

notre personnel. Nous avons ainsi pu maîtriser<br />

la détérioration dramatique des conditions-cadres<br />

due à la pandémie au niveau du<br />

chiffre d’affaires et des bénéfices.<br />

Vis-à-vis des médias, ESA ne s’exprime<br />

pas au sujet du bénéfice réalisé.<br />

Pouvez-vous nous en dire plus ?<br />

L’excédent enregistré est légèrement en deçà<br />

du niveau de l’année précédente. Le résultat<br />

positif permet à ESA de consentir des investissements<br />

indispensables et de développer<br />

l’activité avec ses propres moyens financiers.<br />

En 2020, l’activité pneus d’ESA a profité d’un<br />

hiver précoce. Dans quels autres domaines<br />

avez-vous également progressé ?<br />

Pendant cet exercice, ESA a réussi à gagner<br />

des parts de marché, surtout dans notre<br />

cœur de métier, les pneus, mais aussi en<br />

termes de pièces de service et d’usure. Ce<br />

résultat est très satisfaisant, sachant que<br />

la mobilité générale a fortement reculé, de<br />

près d’un cinquième, en 2020.<br />

Dans quels domaines n’avez-vous pas<br />

atteint vos prévisions ?<br />

On ne peut affirmer que nos prévisions n’ont<br />

pas été atteintes du fait de la pandémie. Il est<br />

Une photo datant de 2019 : Markus Hutter (à droite) aux côtés du CEO, Giorgio Feitknecht, à l’AG d’ESA à Interlaken.<br />

Photo : médias de l’UPSA<br />

toutefois vrai que le chiffre d’affaires dans<br />

les biens d’équipement a baissé par rapport<br />

à 2019, car d’importants projets ont été réduits,<br />

voire annulés à cause de la pandémie<br />

de coronavirus et des incertitudes qui l’ont<br />

accompagnée.<br />

Quels sont les chiffres et les perspectives<br />

pour l’année en cours ?<br />

Il est difficile de faire un pronostic. Nous souhaitons<br />

tous que la situation se stabilise au<br />

plus vite. ESA continuera d’investir pour servir<br />

ses clients encore mieux et encore plus<br />

rapidement et leur proposer des prix moins<br />

élevés, tout comme nous le faisons depuis<br />

90 ans. Nous le prouvons notamment avec<br />

la construction de l’agence de Saint-Gall. À<br />

titre général, la pandémie n’a pas incité ESA<br />

à garder ses distances par rapport à sa clientèle.<br />

Nous cherchons bien au contraire à nous<br />

rapprocher d’elle. Nous nous appuyons sur de<br />

meilleurs instruments, tels que la boutique en<br />

ligne de plus en plus performante qui permet<br />

aux clients d’acheter rapidement et aisément<br />

les produits qu’ils souhaitent. <<br />

Plus d’informations sur :<br />

esa.ch/fr<br />

Chiffre d’affaires de<br />

369,4 millions de francs en<br />

2020, l’année du coronavirus<br />

pd. En 2020, ESA a réalisé un chiffre<br />

d’affaires total de 369,4 millions de francs.<br />

Compte tenu de la pandémie de coronavirus,<br />

l’assemblée générale s’est tenue par<br />

écrit pour la seconde fois au cours des<br />

90 ans d’existence d’ESA.<br />

En 2020, ESA a réalisé un chiffre d’affaires<br />

total de 369,4 millions de francs (recettes<br />

brutes) sur toutes ses gammes et prestations<br />

ainsi que sur l’ensemble de ses<br />

canaux de distribution, soit une baisse d’à<br />

peine 3,4 % par rapport à 2019. Toutes les<br />

propositions du comité directeur à l’ordre<br />

du jour ont été acceptées. Citons notamment<br />

la rémunération à 2,5 % des parts<br />

d’ESA ainsi que l’élection de Nicole Küng,<br />

de Gebenstorf, au comité directeur d’ESA.<br />

Par ailleurs, tous les membres de l’organe<br />

de révision ont été réélus pour une année<br />

supplémentaire.<br />

82<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


PRODUITS & PRESTATIONS<br />

Yourwheels AG<br />

Des rendez-vous en<br />

ligne pour les garages<br />

Yourwheels lance un nouveau système de réservation<br />

en ligne avec agenda d’atelier numérique. Cette<br />

solution développée spécifiquement pour les ateliers<br />

propose une gestion numérique des rendez-vous<br />

dans un format tout à fait unique.<br />

Les réservations en ligne<br />

simplifient les processus dans<br />

les ateliers. Photo : Istock<br />

pd. Que ce soit pour un restaurant, un salon<br />

de coiffure ou un cabinet de physiothérapie,<br />

les réservations en ligne connaissent un succès<br />

grandissant. Ce service est aussi de plus en<br />

plus attendu dans les garages. Ainsi une enquête<br />

menée par LINK sur mandat de l’UPSA<br />

indiquait déjà au début 2020 que selon les générations,<br />

30 % à 40 % des personnes interrogées<br />

souhaitaient que leur garage propose<br />

cette fonction. Outre le fait de répondre à ce<br />

besoin des clients, les réservations en ligne<br />

simplifient également les processus dans les<br />

ateliers, car il est ainsi possible de réduire le<br />

temps nécessaire à la prise de rendez-vous par<br />

téléphone durant des périodes bien remplies<br />

telles que la saison des pneus.<br />

Selon Marcel Stocker, directeur de Yourwheels<br />

AG, ce système de réservations en ligne ne<br />

s’est pas encore vraiment imposé dans les garages,<br />

car il n’est que très rarement relié à un<br />

agenda d’atelier numérique : « Une réservation<br />

en ligne sans connexion à un agenda d’atelier<br />

n’est guère plus qu’un formulaire de contact.<br />

Le client ne peut jamais être sûr que la date<br />

désirée est effectivement disponible et le garage<br />

doit prendre beaucoup de temps pour la<br />

coordination, puisqu’il faut déplacer et confirmer<br />

les rendez-vous. »<br />

C’est ce qui a poussé l’équipe de Yourwheels,<br />

avec à sa tête Kilian Renner, chef d’équipe<br />

E-Commerce, à développer sa propre solution.<br />

« Lors de nos discussions avec les ateliers, nous<br />

avons appris qu’il existait déjà quelques offres<br />

sur le marché, mais qu’aucune d’entre elles ne<br />

couvrait réellement les besoins très divers des<br />

garages. » Ainsi, de nombreux garages font toujours<br />

confiance au bon vieil agenda d’atelier, qui<br />

n’est par nature pas compatible avec un outil de<br />

réservation en ligne. « Nous avons par conséquent<br />

collaboré avec une série de garages afin<br />

de connaître les différents besoins et processus<br />

des ateliers et d’en tirer un cahier des charges<br />

pour notre système de réservation en ligne avec<br />

agenda d’atelier numérique. » Yourwheels propose<br />

aujourd’hui le fruit de son travail en deux<br />

versions. La version d’entrée de gamme gratuite<br />

contient toutes les fonctions essentielles. La<br />

version complète est quant à elle proposée avec<br />

un abonnement annuel avantageux, peut être<br />

configurée dans ses moindres détails et comporte<br />

de nombreuses fonctions complémentaires.<br />

Dans les deux cas, chaque client de Yourwheels<br />

bénéficie d’une assistance personnelle lors de<br />

l’installation de sa solution. Yourwheels collabore<br />

ainsi avec ses clients pour configurer les<br />

processus spécifiques à chaque garage : quels<br />

types de réservations faut-il proposer ? Combien<br />

de temps durent les différentes réservations<br />

et quelles sont les ressources à mobiliser<br />

dans ce cadre ? Quelles réservations et combien<br />

de réservations peuvent être réalisées en<br />

parallèle ? Combien de temps un véhicule de<br />

remplacement est-il réservé ? Ces questions et<br />

bien d’autres sont ainsi clarifiées et définies<br />

dans le calendrier. Yourwheels AG fait partie<br />

du Hostettler Group. Bien qu’il s’agisse d’un<br />

produit numérique, ce lien est un gage de service<br />

personnalisé porté par une collaboration<br />

à long terme. <<br />

Plus d’informations sur w<br />

calendrieratelierenligne.ch<br />

GESTION ET COMMANDE<br />

DIGITALISÉES DES PIÈCES<br />

QAPTER <strong>–</strong> L’INTELLIGENCE<br />

ARTIFICIELLE, LA VOIE DE L’AVENIR.<br />

ÉVALUATION COMPLÈTE, RAPIDE ET PRÉCISE DES DOMMAGES POUR LES PETITES<br />

ET MOYENNES RÉPARATIONS LOCALISÉES ET LES REMPLACEMENTS DE VITRES.<br />

Générez de nouvelles sources de revenus pour votre activité en connectant votre<br />

DMS actuel à Qapter. Réalisez en toute simplicité des pré-estimations avec l'appui<br />

de l’Intelligence Artificielle.<br />

API<br />

BASE DE DONNÉES CENTRALISÉE<br />

INTÉGRÉE À TOUS DMS VIA UNE<br />

API FLEXIBLE<br />

FACILE ET SIMPLE D’UTILISATION<br />

EXPLOITEZ LA PUISSANCE DE L’INTELLIGENCE<br />

ARTIFICIELLE POUR ACCÉLÉRER VOS RÉPARATIONS<br />

ET OPTIMISER LA SATISFACTION DE VOS CLIENTS.<br />

Pour plus d’informations, consultez: www.audatex.ch Email: kontakt@audatex.ch


PRODUITS & PRESTATIONS<br />

Répertoire des fournisseurs UPSA<br />

Dans le répertoire multisupports des fournisseurs UPSA, des fournisseurs de premier plan de la branche<br />

automobile présentent de façon claire leurs produits et prestations de services classés par catégories.<br />

Onze fois par an dans le magazine <strong>AUTOINSIDE</strong>, mais aussi toute l’année sur le site Internet upsa-agvs.ch, les<br />

4000 membres UPSA, les garages et les ateliers automobiles internes aux entreprises ainsi que 8000 ateliers<br />

automobiles de Suisse y trouvent les nombreux articles dont ils ont besoin au quotidien. Les entreprises suivantes<br />

vous recommandent leurs services en tant que partenaires de la branche automobile suisse.<br />

Formation initiale et continue<br />

Cherch Trouvé.<br />

Le numéro 1 grâce au stock le plus vaste<br />

et l’agréable shop en ligne.<br />

Carrosserie et tôlerie<br />

automobile<br />

shop.hirschi.com<br />

Construction et rénovation<br />

www.techspirit.ch<br />

Accessoires automobiles<br />

et tuning<br />

Votre partenaire<br />

pour un<br />

garage convivial.<br />

Your Car. Your Style.<br />

Your Suspension.<br />

MON ESA <strong>–</strong> MON<br />

PARTENAIRE<br />

POUR UNE CARROS-<br />

SERIE RÉUSSIE<br />

esa.ch<br />

www.st-suspensions.ch<br />

www.gcsag.ch<br />

Telefon 058 521 30 30<br />

Software- und Informatik-<br />

Lösungen für das Carrosserieund<br />

Garagen Gewerbe.<br />

...die passende IT-Lösung<br />

www.carex.ch<br />

++ Partenaire du garagiste ++


PRODUITS & PRESTATIONS<br />

Élimination et recyclage<br />

Huiles et lubrifiants<br />

L’ÉLIMINATION<br />

INTELLIGENTE<br />

PERSONNELLE, DURABLE, CONFORME À LA LOI<br />

Graisseux et fier<br />

de l’être.<br />

Parcs de véhicules<br />

esa.ch<br />

Stieger Software AG<br />

Hauptstrasse 71<br />

9422 Staad<br />

071 858 50 80<br />

stieger.ch<br />

Stieger Academy<br />

Grundstrasse 1<br />

5436 Würenlos<br />

056 437 68 68<br />

stieger.academy<br />

1 shop en ligne<br />

6 marques de lubrifiants<br />

Castrol, Mobil, Motorex, Panolin,<br />

Total, Shell<br />

ch noch nie<br />

car-net.com<br />

Finances et assurances<br />

serer Webseite https://car-net.com/<br />

QAPTER <strong>–</strong> L’INTELLIGENCE<br />

ARTIFICIELLE,<br />

LA VOIE DE L’AVENIR.<br />

shop.fibag.ch<br />

Pour plus d’informations, consultez: www.audatex.ch<br />

Email: kontakt@audatex.ch<br />

Le numéro 1 des garanties<br />

véhicules en Suisse.<br />

Quality1 AG<br />

Bannholzstr. 12 • CH-8608 Bubikon<br />

+41 (0)55 254 30 00 • www.quality1.ch<br />

www.gcsag.ch<br />

Telefon 058 521 30 30<br />

Software- und Informatik-<br />

Lösungen für das Carrosserieund<br />

Garagen Gewerbe.<br />

...die passende IT-Lösung<br />

Matériel informatique<br />

et de bureau<br />

Véhicules utilitaires<br />

Informations<br />

pertinentes pour<br />

votre réussite<br />

AGVS Bezugsquellen Inserat 60x45mm_01122020<br />

Hirschi<br />

accouple tout.<br />

Le numéro 1 des accouplements d’attelages.<br />

www.hirschi.com<br />

Bezugsquellen_60x60.indd 1 20.01.21 10:46


PRODUITS & PRESTATIONS<br />

Pneus, roues et châssis<br />

Service et pièces d’usure<br />

1 Shop en ligne<br />

16 marques de pièces de<br />

divers constructeurs<br />

Abarth, Alfa Romeo, Chrysler, Daihatsu, Dodge,<br />

Fiat, Fiat Professional, Ford, Jeep, Kia, Lancia,<br />

Lexus, MG, Rover, Subaru, Toyota<br />

shop.fibag.ch<br />

Ergonomie<br />

Processus rapides<br />

Également pour roues<br />

très grandes<br />

IREGA AG<br />

®<br />

Allmendweg 8<br />

Mega<br />

4528 Zuchwil<br />

+41 32 621 88 92<br />

info@irega.ch<br />

Les pneus:<br />

ma passion.<br />

www.Irega.ch<br />

esa.ch<br />

1 shop en ligne<br />

10 marques de pneus<br />

Lavage et entretien<br />

Bezugsquellen_60x60.indd 4 20.01.21 10:46<br />

Bridgestone, Continental, Dunlop,<br />

Falken, Goodyear, Nokian, Michelin,<br />

Pirelli, Vredestein, Yokohama<br />

shop.fibag.ch<br />

NE FAITES<br />

QU’UN AVEC<br />

VOS PNEUS<br />

Bezugsquellen_60x60.indd 2 20.01.21 10:46<br />

UNE SOLUTION<br />

A CHAQUE DEMANDE!<br />

EN EXCLUSIVITÉ CHEZ VOTRE ESA:<br />

LA TECHNIQUE DE LAVAGE<br />

AUTO DU LEADER MONDIAL<br />

WASHTEC.<br />

esa.ch<br />

www.KWautomotive.ch<br />

86<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


PRODUITS & PRESTATIONS<br />

Be part of the<br />

91219_auto_inside_branchenverzeichnis_60x60mm_v1.indd 1 19.12.19 13:11<br />

Christ Group<br />

....die PROFIS<br />

für den PROFI....<br />

CARROSSERIE-EINRICHTUNGEN von A-Z<br />

CAR-O-LINER - Mess- und Richtanlagen,<br />

Hebetechnik, Zentral Absauganlagen,<br />

Schweisstechnik, Klimawartungsgeräte,<br />

Handwerkzeuge, und vieles mehr!<br />

…rufen Sie uns an, wir beraten Sie gerne…<br />

191219_auto_inside_branchenverzeichnis_60x60mm_v1.indd 2 19.12.19 13:11<br />

www.christ-ag.com<br />

Équipements d’atelier<br />

GA_Bezugsquelle_Anz.2.CH_60x60mm.indd 1 17.12.20 10:51<br />

Outils et appareils<br />

Réservez ici votre annonce<br />

dans le répertoire multisupport<br />

des fournisseurs UPSA !<br />

Réservez votre annonce à l’adresse e-mail :<br />

www.hella-gutmann.ch<br />

vermarktung@agvs-upsa.ch<br />

Bezugsquellen_60x60.indd 3 20.01.21 10:46<br />

S’abonner maintenant à la newsletter de l’UPSA !<br />

pertinent • actuel • gratuit<br />

Abonnez-vous maintenant à la newsletter de l’UPSA pour rester informés des actualités et des principales<br />

nouveautés de la branche automobile qui ne cesse d’évoluer. Chaque semaine, du contenu concret, détaillé<br />

et actuel grâce à la newsletter la plus consultée de la branche automobile suisse.<br />

https://www.agvs-upsa.ch/fr/newsletter<br />

ABONNEZ-VOUS MAINTENANT !<br />

Médias UPSA<br />

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich<br />

Tél +41 (0)43 499 19 81 | www.upsa-agvs.ch<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>87


GARAGES<br />

Motiondata<br />

motiondata-vector.com<br />

En plus des solutions logicielles et infrastructurelles modernes, un<br />

large éventail d’interfaces permet aux clients de communiquer et<br />

d’échanger des données avec des systèmes externes, ce qui conduit<br />

à long terme à un gain de temps et à des baisses de coûts dus à la<br />

prévention des doubles saisies.<br />

Le DMS Motiondata protège l’entreprise. Photo : Motiondata<br />

Pourquoi changer de DMS est justement intéressant à<br />

l’heure actuelle<br />

pd. La période pandémique est l’occasion idéale pour investir dans<br />

un DMS du groupe Motiondata Vector qui perdurera une décennie.<br />

Grâce à sa structure modulaire, il peut être adapté à n’importe<br />

quelle taille d’entreprise et à tous les besoins d’un garage, qu’il<br />

s’agisse d’un atelier indépendant ou d’une concession multimarque.<br />

La solution de cloud permet notamment de réduire les coûts d’investissement<br />

et de stocker toutes les données dans des centres de<br />

calcul sécurisés.<br />

Le DMS Motiondata affiche toutefois bien d’autres avantages. Des<br />

mises à jour continuelles et de nombreuses fonctions parachèvent<br />

en effet le produit. Grâce aux solutions web et aux applications<br />

modernes, le garagiste peut contacter ses clients précisément là<br />

où ils passent le plus de temps : sur Internet, leur smartphone ou<br />

leur tablette. Ceux-ci peuvent prendre un rendez-vous à l’atelier ou<br />

réserver une course d’essai en ligne d’un simple clic. Le garagiste<br />

profite ainsi d’une hausse à long terme de la charge de travail de son<br />

atelier et d’une amélioration de la satisfaction et de la fidélité de ses<br />

clients.<br />

Motiondata Vector Suisse (office@motiondata-vector.ch) se ferait<br />

un plaisir de conseiller les entreprises pour qu’elles sortent renforcées<br />

de la crise du coronavirus. <<br />

Würth AG<br />

wuerth-ag.ch<br />

Würth Xtra, le nouveau programme de primes de Würth AG<br />

pd. Depuis le 1 er avril, les clients peuvent accumuler des points lors<br />

de leurs achats chez Würth AG et les faire valoir sur des primes<br />

sous le slogan « Simplement plus ». Le nouveau programme propose<br />

aux participants une palette de primes variée. « Avec notre nouveau<br />

programme de primes Würth Xtra, nous souhaitons remercier<br />

nos clients pour leur fidélité, leur témoigner notre estime et<br />

leur offre une expérience de premier ordre sur tous nos canaux de<br />

distribution », déclare Matthias Schlatter, responsable marketing<br />

et membres de la direction de Würth AG.<br />

Outre des primes matérielles sur des produits triés sur le volet dans<br />

les domaines des loisirs, des arts de la table, des médias, de la<br />

technologie ou des accessoires, Würth Xtra propose aussi des expériences<br />

et des bons d’achat. Les offres attrayantes sont sans cesse<br />

élargies. Les entreprises artisanales installées en Suisse peuvent<br />

s’informer sur www.wuerth-ag.ch/xtra et s’inscrire gratuitement au<br />

programme. Il leur suffit de disposer d’un compte client à cet effet.<br />

Le nouveau<br />

programme de<br />

bonus de Würth<br />

Quiconque s’inscrit à Würth Xtra d’ici le 30 juin <strong>2021</strong> profite de 50<br />

points de prime supplémentaires en guise de cadeau de bienvenue. <<br />

wuerth-ag.ch/xtra<br />

Le nouveau programme de bonus de Würth. Photo : Würth<br />

88<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


GARAGES<br />

Bott Schweiz AG<br />

bott-schweiz.ch<br />

Organiser son atelier avec Bott<br />

pd. Qui donc n’apprécie pas l’ordre et l’organisation à son poste de<br />

travail ? Le mot « kaizen » est la fusion de deux mots japonais : « kai »<br />

(modification, changement) et « zen » (meilleur). Il s’agit d’un ensemble<br />

de principes simples permettant d’améliorer le travail. Mais<br />

c’est aussi une philosophie qui a révolutionné bien des réflexions et<br />

des actions dans les entreprises. Il n’est pas question ici d’innovations<br />

incroyables ou de changements de fond, mais plutôt d’intégration<br />

de tous les collaborateurs, de diversité des solutions proposées,<br />

d’application rapide et de succès visibles.<br />

La gamme de produits Bott Cubio permet de préparer des postes de travail sur mesure.<br />

Photo : Bott<br />

Pour y parvenir, Bott propose une grande sélection de systèmes de<br />

postes de travail et d’équipements techniques spéciaux. Ce large<br />

assortiment comporte tout le nécessaire pour un garagiste : stations<br />

de recharge de batterie, armoires de tri, établis réglables en hauteur,<br />

tables d’emballage ou encore armoires à tiroirs. Les lignes de<br />

produits sont sans cesse adaptées aux exigences croissantes des<br />

clients. La palette d’entrée de gamme Bott Verso se distingue par sa<br />

conception solide et son côté abordable. Les gammes de produits<br />

Bott Cubio et Avero permettent de préparer des postes de travail sur<br />

mesure, y compris dans les couleurs de votre entreprise. Nous avons<br />

éveillé votre curiosité ? Vous trouverez de plus amples informations<br />

sur www.bott.ch ou www.bottshop.ch. <<br />

Carex<br />

carex.ch<br />

Jack Wheels roue de secours pour l’atelier <strong>–</strong> pour le travail flexible<br />

pd. La roue de secours pour les services de dépannage, les garages,<br />

réparateurs de jante, les carrosiers et les peintres. Tous les<br />

ponts élévateurs sont occupés, l’atelier est surchargé, les jantes<br />

manquent, les travaux de peinture et de carroseire ne peuvent être<br />

effectués à temps, les jantes doivent être réparées ou la voiture doit<br />

être récupérée après un accident. Et maintenant ? C’est là que Jack<br />

Wheels entre en jeu.<br />

• Applicable universellement pour tous les entraxes de 3, 4 et 5<br />

trous<br />

• Fixation avec vis d’origine<br />

• Capacité de charge de 1000 kg<br />

• Fabriqué dans l’UE avec une garantie de 3 ans<br />

Données techniques :<br />

• Diamètre : 540 mm<br />

• Surface de roulement : 60 mm<br />

• Largeur totale : 110 mm<br />

• Vitesse maximale : 8 km/h<br />

• Pas utilisable dans le trafic routier<br />

UVP : CHF 348.00 TVA incl. / PCE. www.carex.ch. <<br />

Jack Wheels, la roue de secours pour l’atelier. Photo : Carex<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> | <strong>Juin</strong> <strong>2021</strong>89


SONDAGE DU MOIS<br />

Comment la pandémie<br />

influence-t-elle vos activités<br />

de sponsoring ?<br />

La passion, les émotions et le<br />

dynamisme jouent un rôle important<br />

dans la branche automobile et dans le<br />

sport. Ces points communs constituent<br />

une base idéale pour des partenariats<br />

de sponsoring. <strong>AUTOINSIDE</strong><br />

a voulu savoir comment la pandémie<br />

affecte les activités de sponsoring<br />

des garages. 44 % des personnes<br />

interrogées affirment qu’elles les ont<br />

restreintes alors que 12 % affirment<br />

qu’elles les ont même interrompues.<br />

Bonne nouvelle : 22 % indiquent<br />

qu’elles ont en revanche étoffé leur<br />

sponsoring. Les 22 % restantes<br />

déclarent qu’elles ne font pas de<br />

sponsoring.<br />

État : 17 mai <strong>2021</strong><br />

Je les ai limitées.<br />

44 %<br />

Je les ai<br />

interrompues.<br />

12 %<br />

Je ne fais pas<br />

de sponsoring.<br />

22 %<br />

Je les ai même<br />

intensifiées.<br />

22 %<br />

APERÇU <strong>AUTOINSIDE</strong> NUMÉRO 7 / 8 <strong>–</strong> JUILLET / AOÛT <strong>2021</strong><br />

Le prochain numéro paraîtra le 5 juillet <strong>2021</strong> et abordera les thèmes suivants :<br />

Photo : VDA<br />

Photo : médias de l‘UPSA<br />

Photo : 123rf<br />

Le lavage et l’entretien en ligne de mire<br />

Comment entretenir la peinture au mieux ? Quand<br />

faut-il acheter une installation de lavage et<br />

laquelle ? <strong>AUTOINSIDE</strong> se penche sur ces questions<br />

et bien d’autres en juin.<br />

Batteries, éclairage et accessoires<br />

La batterie prend de plus en plus d’importance<br />

avec l’électromobilité, et pas seulement pour le<br />

recyclage. <strong>AUTOINSIDE</strong> présente les tendances<br />

dans les batteries, l’éclairage et les accessoires.<br />

La branche automobile redémarre<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong> recense les salons et les événements<br />

prévus à l’automne dans la branche automobile.<br />

Qu’est-ce qui est prévu et qu’est-ce qui inspire les<br />

garagistes au quotidien ?<br />

Le magazine spécialisé au plus fort tirage de la branche automobile suisse<br />

93 e année, 11 numéros en allemand et en français.<br />

Tirage septembre 2020 certifié REMP : 12 558 exemplaires dont 9507 en allemand et 3051 en français.<br />

Éditeur<br />

Union professionelle suisse de<br />

l’automobile (UPSA)<br />

upsa-agvs.ch<br />

<strong>Édition</strong>s<br />

<strong>AUTOINSIDE</strong><br />

Wölflistrasse 5, CH-3006 Berne<br />

Téléphone : +41 (0)31 307 15 15<br />

verlag@agvs-upsa.ch, autoinside.ch<br />

Administration et gestion des abonnements<br />

Abonnement annuel<br />

CHF 110.<strong>–</strong> (TVA incluse)<br />

Numéro à l’unité<br />

CHF 11.<strong>–</strong> (TVA incluse)<br />

Contact : Serina Danz<br />

Téléphone : +41 (0)31 307 15 43<br />

serina.danz@agvs-upsa.ch<br />

agvs-upsa.ch<br />

S’abonner maintenant !<br />

agvs-upsa.ch/fr/abo<br />

Rédaction<br />

Supports médiatiques de l’UPSA<br />

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich<br />

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 81<br />

newsdesk@agvs-upsa.ch<br />

Rédaction : Sandro Compagno (sco,<br />

responsable Gestion du contenu), Reinhard<br />

Kronenberg (kro, responsable Journalisme),<br />

Jürg A. Stettler (jas, rédacteur responsable<br />

mobilité), Mike Gadient (mga, rédacteur<br />

mobilité), Carla Stampfli (cst, rédacteur<br />

mobilité), Jean-Philippe Pressl-Wenger<br />

(jppw, correspondant Suisse romande),<br />

Andreas Senger (se, domaine technique),<br />

Bruno Sinzig (si, domaine spécial Formation),<br />

Raoul Studer (rst, domaine spécial Politique)<br />

Autres contributions : Barbara Germann,<br />

Chris Regez<br />

Conception : Robert Knopf, Corinna Vogt,<br />

Fatma Bindal<br />

Commercialisation<br />

Supports médiatiques de l’UPSA<br />

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich<br />

Contact : Erich Schlup, Key Account Manager<br />

Téléphone : +41 (0) 43 499 19 83<br />

Portable : +41 (0) 79 256 29 23<br />

vermarktung@agvs-upsa.ch<br />

Responsabilité générale<br />

Rédaction et commercialisation<br />

Georg Gasser<br />

Supports médiatiques de l’UPSA<br />

Flurstrasse 50, CH-8048 Zurich<br />

Téléphone : +41 (0)43 499 19 99<br />

ggasser@agvs-upsa.ch<br />

Impression / envoi<br />

Galledia Print AG<br />

Burgauerstrasse 50, CH-9230 Flawil<br />

galledia.ch<br />

Contact : Michael Rottmeier<br />

Téléphone : +41 (0)58 344 97 44<br />

michael.rottmeier@galledia.ch<br />

Réimpression ou reproduction d’articles,<br />

même partielle, uniquement avec l’accord<br />

des médias de l’UPSA. Nous déclinons toute<br />

responsabilité pour les manuscrits et les<br />

photos envoyés spontanément. L’administrateur<br />

des pages auxquelles renvoient les liens<br />

est seul responsable de leur contenu.<br />

90<br />

<strong>Juin</strong> <strong>2021</strong> | <strong>AUTOINSIDE</strong>


www.andrekoch.ch<br />

www.standox.ch<br />

André Koch SA<br />

8902 Urdorf-Zürich<br />

Tel. 044 735 57 11<br />

DES ÉCONOMIES<br />

D’ÉNERGIE XTREME.<br />

LE SYSTÈME XTREME: UN SÉCHAGE ÉCONOMIQUE À 40°C OU 20°C.<br />

Avec le système Xtreme, vous pouvez sécher l‘ensemble de la peinture appliquée<br />

à 40°C ou même à 20°C. Cela vous permettra d‘économiser jusqu‘à 70% des<br />

coûts d‘énergie. Le nouveau Apprêt Mouillésur-Mouillé VOC-Xtreme U7650 est<br />

prêt à être recouvert d‘une couche de base après seulement 5 minutes de temps<br />

de séchage. Après application de le vernis VOC-Xtreme K9580, le véhicule peut<br />

quitter la cabine après seulement 15 minutes à 40°C <strong>–</strong> la cabine est donc libérée<br />

pour la prochaine mission. Le temps total de traitement est de 75 minutes sans<br />

séchage forcé <strong>–</strong> il n’y a pas plus économique !<br />

NEU!<br />

An Axalta Coating Systems Brand


Les meilleurs<br />

disponibles<br />

<strong>–</strong> de Ate<br />

freins sont<br />

chez nous<br />

à Zimmermann

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!