WS22

dave2000

L A FEMME ES T L’AV ENIR DU SP O RT

N°22 Octobre - Novembre - Décembre 2021 4,90 €

SOFT POWER

FACE À

LA MALADIE,

LE SPORT

EST MON

L 12919 - 22 - F: 4,90 € - RD

www.womensports.fr

ARME !

DOSSIER SPÉCIAL

SPORT-SANTÉ

CAMILLE LACOURT ET

ALICE DETOLLENAERE

L’AMOUR

CONTRE LE

CANCER

TRIBUNE

BRIGITTE

HENRIQUES

© LightField Studios / Shutterstock


Choisissez votre sport sur

lebonsportpourmoi.sports.gouv.fr


ÉDITORIAL

LE SPORT-SANTÉ, UN ENJEU MAJEUR

POUR LES FEMMES !

Octobre Rose nous rappelle chaque automne

les ravages du cancer du sein et la nécessité

d’être solidaire pour combattre ce fléau.

Les femmes sont également les premières

victimes de maladies cardio-vasculaires.

Pour ces deux grands types de pathologies,

la pratique du sport est unanimement

conseillée par le corps médical pour

prévenir les risques et accompagner la

sortie de soin.

Dans cette nouvelle édition de

Women Sports, nous avons

décidé de consacrer un dossier

à cette thématique du sport-santé.

Parce que le sport est le meilleur des

médicaments !

Bruno Lalande

Président-fondateur de Women Sports

et Women Sports Africa

© LightField Studios / Shutterstock

NOS PARTENAIRES DE DIFFUSION

Women Sports est édité par

Sport & Sponsoring Media Group

16, avenue Hoche - 75008 Paris

FONDATEURS / ASSOCIÉS

BRUNO LALANDE,

DAVID TOMASZEK,

LORRAINE DELOISON,

DAVID DONNELLY,

DJEDJIGA KACHENOURA,

PHILIPPE DARDELET,

LAURIE CHAMPIN

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION

ET RÉDACTEUR EN CHEF

DAVID TOMASZEK

dtomaszek@womensports.fr

DIRECTEUR ARTISTIQUE

XAVIER CHAMBON

RÉDACTION

LÉA BORIE, VANESSA MAUREL,

RUBEN DIAS, DAVID TOMASZEK

CONTRIBUTIONS

BRIGITTE HENRIQUES,

OIF, UNESCO

PARTENARIATS

BRUNO LALANDE

blalande@womensports.fr

ABONNEMENTS

MEENA CHANOINE

mchanoine@womensports.fr

PUBLICITÉ

RÉGIE SPORT.FR

sport.fr/regie | regie@sport.fr

CPPAP 0918 K 93187

Imprimé par Rotimpres

17181 Girona - Espagne

Prolongez chaque article sur

WWW.WOMENSPORTS.FR

Facebook @womensports.fr

Twitter @WomenSports_fr

Instagram @womensports.fr

LinkedIn @womensports

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 3


N°22 Octobre - Novembre - Décembre 2021 4,90 €

18

08

30

SOMMAIRE

WOMEN SPORTS N°22

L A FEMME ES T L’AV ENIR DU SP O RT

SOFT POWER

FACE À

LA MALADIE,

LE SPORT

EST MON

ARME !

DOSSIER SPÉCIAL

SPORT-SANTÉ

CAMILLE LACOURT ET

ALICE DETOLLENAERE

L’AMOUR

CONTRE LE

CANCER

L 12919 - 22 - F: 4,90 € - RD

www.womensports.fr

06TRIBUNE

Brigitte Henriques

08 DOSSIER SPÉCIAL

SPORT-SANTÉ

PRÉVENIR

10 BIEN MANGER

pour être en bonne santé

14 CRASH-TEST !

La corde à sauter provoque-t-elle

(entre autres) des descentes

d’organes ?

30TOP 5 des spots pour soulager

son asthme

36MÉDITATION ÉQUINE

Ils soulagent leurs maux avec des

chevaux

RECONSTRUIRE

40ROSE PILATES

Une pratique sportive adaptée après

un cancer du sein

42DRAGON BOAT

Un coup de rame contre le cancer !

44LE STADE TOULOUSAIN

accueille les malades post-cancer

TRIBUNE

BRIGITTE

HENRIQUES

© LightField Studios / Shutterstock

16 YOGA PRÉNATAL

Faire du sport avant même

d’être né !

46NÉLIA KECIRI réalise

« l’impensable » malgré son amputation

GUÉRIR

18 QUAND LE SPORT

S’INVITE À L’HÔPITAL

26DANSE THÉRAPIE

« Un jeu sérieux »

4 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


50

10 62

64

50COVID : le sport pour s’en sortir,


SOUTENIR

52 LES COURSES

SOLIDAIRES


56CAMILLE LACOURT

ET ALICE DETOLLENAERE

L’amour contre le cancer

60PEUT-ON PRATIQUER

LE SPORT AVEC UNE

GENOUILLÈRE ?

Vous avez dit orthèse ?

62CÉCILE HERNANDEZ

La sclérose en plaques ne

l’empêche pas de « rider »

DÉTENTE

64SHOPPING SPÉCIAL

SPORT-SANTÉ

66LIVRES & PODCASTS

68#GOODVIBES

Top 3 des comptes Instagram


70DESTINATION SPORT

Lloret de Mar, le spot idéal pour

votre stage sportif

72COUPS DE CŒUR

Jeux Olympiques et Paralympiques

de Tokyo : trois belles histoires

74CHAMPIONNE

FRANCOPHONE

Catherine Beauchemin-Pinard, des

Jeux de la Francophonie à la

médaille olympique !

76CLUB WOMEN SPORTS

L’UNESCO mise sur le sport

FEMMES D’INFLUENCE

78GABRIELA RAMOS

« L’égalité des genres est un

relais de croissance méconnu

pour l’économie mondiale »

SUIVEZ-NOUS :

@WomenSports_fr

facebook.com/womensports.fr

womensports.fr

womensports.fr/video

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 5


TRIBUNE

BRIGITTE HENRIQUES :

« Le CNOSF accompagnera

les fédérations qui avancent sur

le chemin de la mixité »

e 29 juin dernier, l'Assem-

générale du Comité Lblée

National Olympique et

Sportif Français m'a élue

à sa présidence. Pour

la première fois de son histoire, les représentants

des 108 fédérations ont

désigné une femme à la tête de cette

institution.

J’ai dédié cette victoire à toutes les

femmes, à toutes celles qui m’ont inspirée

et accompagnée. Mon élection doit

aussi adresser aux femmes un message

positif et constituer un marqueur pour

toutes celles qui, aujourd’hui encore,

n’osent pas se lancer, candidater à des

postes de responsabilité dans le monde

du sport, et plus largement dans tous

les milieux.

Je mesure pleinement la responsabilité

qui est la mienne et le symbole que

revêt cette élection. Pour autant, ma

présidence ne sera pas qu’un symbole :

ce doit être un mandat d’actions pour

favoriser la mixité, tant des pratiques

sportives, qu’au sein des instances dirigeantes

fédérales.

Sur ce point, le mouvement sportif doit

encore progresser. Les 108 fédérations

ont d’ores et déjà engagé des actions

pour féminiser leurs instances. Je veux

que sous ma mandature, le CNOSF soit

représentatif de la mixité que nous souhaitons

instaurer au sein des instances

fédérales. C’est pourquoi, comme je m’y

étais engagée dans mon programme

« Rassembler, Innover, Gagner », le

nouveau bureau exécutif du CNOSF est

D.R.

paritaire. De même, les Commissions

visent à être co-présidées par un binôme

femme/homme.

Le CNOSF se doit d’être exemplaire

et accompagnera les fédérations qui

avancent sur le chemin de la mixité.

Dans cette optique, le « Club de la Mixité

», composé d’hommes et de femmes,

aura la charge de mesurer celle-ci,

de promouvoir et d’accompagner les

femmes dans leur engagement vers des

postes à responsabilités. Dès cet été,

j’ai lancé une consultation afin d’avoir un

état des lieux précis sur cette question

dans les instances fédérales nationales

et ainsi que dans les CROS/CDOS/

CTOS, nos entités territoriales. Cela permettra

d’identifier les aspirations et les

potentiels des futures candidates. Pour

cela, je m’appuierai sur le programme Dirigeantes

qu’anime Sarah Ourahmoune.

Il faudra également faire évoluer les

pratiques et les mentalités, en développant

le sport féminin. Je souhaite

que, plus jamais aucune petite fille ne

se voie fermer les portes d’un club,

comme cela a été le cas quand, enfant,

j’ai voulu rejoindre le club de foot dans

lequel jouaient mes frères. Pour cela

nous accompagnerons tous les acteurs

concernés afin d’élaborer un programme

spécifique visant à développer le sport

féminin.

Ce dernier progressera aussi grâce aux

exploits des athlètes. Les Jeux Olympiques

de Tokyo ont été en cela la plus

belle des vitrines. Avec les exploits

de Clarisse Agbegnenou en judo, de

l’équipe de France féminine de handball

et de toutes les sportives qui nous

ont fait vibrer, je ne doute pas que de

nombreuses vocations aient vu le jour

chez les jeunes françaises. Dans ce

contexte sanitaire inédit, les Jeux ont

aussi constitué une parenthèse salvatrice

qui nous a permis de nous retrouver

et de célébrer ensemble et avec enthousiasme

les exploits des sportives

et sportifs français.

En ma qualité de Présidente, ces Jeux

m’ont également permis de nouer des

liens forts avec mes homologues des

comités olympiques nationaux, avec les

élus du CIO et les représentants des fédérations

internationales que j’ai eu le

6 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Brigitte Henriques,

présidente du

Comité National

Olympique et

Sportif Français

D.R.

«LES JEUX DE PARIS 2024 SERONT

LES PREMIERS JEUX PARITAIRES DE

L’HISTOIRE.»

plaisir d’accueillir au Club France. Ces

rencontres essentielles contribuent au

rayonnement de la France et de son modèle

sportif. Je souhaite susciter des vocations

afin que davantage de femmes

puissent rejoindre des instances internationales.

Une ambition que je soutiendrai

durant cette olympiade.

Dès le mois de juillet, une nouvelle

équipe ainsi qu’un nouveau mode de

fonctionnement ont été mis en place

au CNOSF. Ils incarnent la volonté d’une

gouvernance partagée avec les représentants

des 108 fédérations membres,

désormais consultés sur tous les dossiers.

A Tokyo, les présidents de fédérations

ont ainsi pu échanger directement avec

le Président de la République lors de son

passage au Club France, ainsi qu’avec

les ministres Jean-Michel Blanquer et

Roxana Maracineanu sur les grands dossiers

de la rentrée et les problématiques

concrètes des clubs.

Les Jeux de Tokyo 2020 se sont conclus

avec émotion par le retour en France,

100 ans après, du drapeau olympique.

Depuis la rentrée, avec toutes les fédérations

concernées, nous nous projetons

vers les Jeux de Paris 2024 pour définir,

ensemble, les actions à mener afin que

nos performances sportives soient à la

hauteur de ce rendez-vous historique.

Les Jeux de Paris 2024 seront aussi les

premiers Jeux paritaires de l’histoire, une

évolution qui a valeur d’exemple et de

chemin à suivre. Il nous appartient donc

désormais, toutes et tous, de contribuer

à ce que les valeurs du sport inspirent la

société de demain. WS

Brigitte Henriques

Présidente du Comité National

Olympique et Sportif Français

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 7


Spécial sport-santé

"Le sport est bon

pour la santé", une

affirmation qu'on

entend partout. On a

cherché à en avoir le

coeur net.

8 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Cedossier est résolument non didactique et définitivement non

exhaustif ! Nous avons approché sans règle précise et encore moins plan

établi une thématique qui nous touche toutes et tous : le lien entre le

sport et la santé, plus particulièrement pour les femmes. Voici le fruit de

nos enquêtes. Un fruit très bon pour la santé !

PRÉVENIR

10 BIEN MANGER

pour être en bonne santé

14 CRASH-TEST !

La corde à sauter provoque-t-elle

(entre autres) des descentes

d’organes ?

16 YOGA PRÉNATAL

Faire du sport avant même

d’être né !

28TOP 5 des spots pour soulager

son asthme

34MÉDITATION ÉQUINE

Ils soulagent leurs maux avec des

chevaux

RECONSTRUIRE

40ROSE PILATES

Une pratique sportive adaptée après

un cancer du sein

52 COVID : le sport pour s’en sortir,


SOUTENIR

54LES COURSES

SOLIDAIRES


58CAMILLE LACOURT

ET ALICE DETOLLENAERE

L’amour contre le cancer

GUÉRIR

18 QUAND LE SPORT

S’INVITE À L’HÔPITAL

24DANSE THÉRAPIE

« Un jeu sérieux »

44DRAGON BOAT

Un coup de rame contre le cancer !

46LE STADE TOULOUSAIN

accueille les malades post-cancer

48NÉLIA KECIRI réalise

« l’impensable » malgré son amputation

62 PEUT-ON PRATIQUER

LE SPORT AVEC UNE

GENOUILLÈRE ?

Vous avez dit orthèse ?

64CÉCILE HERNANDEZ

La sclérose en plaques ne

l’empêche pas de « rider »

© Mariia Korneeva / Shutterstock

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 9


Spécial sport-santé

PRÉVENIR

© Mariia Korneeva / Shutterstock

BIEN

MANGER

POUR ÊTRE

EN BONNE

SANTÉ

Attention aux faux

amis ! En termes

d’alimentation acide,

on confond souvent

goût acide et ce qui

va se produire dans le

corps.

A l’occasion de la sortie du livre

« Cuisiner pour se soigner »,

Estel Barrellon, son auteure,

pharmacienne et naturopathe,

nous dévoile les grands

principes d’une alimentation

santé. De quoi nous rappeler les

vertus du bien manger. Et ainsi

toujours garder en tête qu’une

alimentation naturelle est le

meilleur des médicaments.

Décorticage. PAR LÉA BORIE

Pharmacienne de profession,

Estel Barrellon est

installée sur une colline

lyonnaise, la Croix-Rousse,

depuis 8 ans. Elle a dès

lors eu à cœur d’œuvrer pour un laboratoire

d’expérimentation. « Pour moi, la


D.R.

combler les attentes des personnes qui

passent le pas de ma porte. » D’autant

que quelques mois après l’ouverture de

sa pharmacie, la gérante a connu d’importants

soucis de santé, et s’est interrogée

sur ses habitudes alimentaires.

C’est ainsi qu’elle a commencé une formation

de naturopathe. « Je sais bien les

vies qu’on mène, on n’a pas trois heures

pour se préparer de bons petits plats,

pact

de l’alimentation sur l'organisme

m'est apparu crucial. » D’où l’intérêt de

pides

à mettre en place. Pour ce faire,

Estel Barrellon s’est tout simplement

appuyée sur les problèmes les plus

courants pour lesquels elle voyait les

personnes s’approcher de son comptoir,


thèmes : le sommeil, le rhume, les douleurs

et la fatigue.

Sa méthode : proposer une action curative,

une semaine de recettes pour com-



Son crédo : résonner à l’envers, « partir

de ce qui va nous manquer dans l’assiette

si l’on souffre d’une pathologie

bénigne, et se demander ce qu’il nous

faudrait éviter d’apporter, pour trouver la

juste balance entre les aliments ».

10 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Des conseils nutritionnels

qui cassent les codes

Pour mettre sur pied ses différentes recettes,

la pharmacienne s’est entourée

d’une naturopathe spécialisée en phytonutrition,

Audrey Ligot-Ange, co-autrice

du livre. Ce sont aussi 12 chefs locaux

de la région lyonnaise qui se sont chacun

penchés sur la question en respectant

un cahier des charges précis, à l’image

de Franck Blanc, du restaurant Le Canut

et les Gones, ou encore de Maëlle Polidori

de Traboule Kitchen.

Leur objectif à tous : trouver des solutions

d’aller mieux à travers l’alimentation, en

se référant à deux grands paramètres :

On confond

souvent goût acide et ce qui va se produire

dans le corps ». Pour ce premier

paramètre, elle évoque notamment le

parmesan, l’un des aliments les plus

trouvent

globalement dans la viande, les

produits laitiers, les céréales et le sucre.

Ce qui nécessite, d’après la naturopathe,

de déconstruire toutes les croyances. « Si

vous souffrez d’une tendinite et que vous

mangez des spaghettis au fromage avec

un steak, vous n’aiderez pas votre organisme.

» À l’inverse, les fruits et légumes

mande

donc ponctuellement, lorsque

l’état de santé le nécessite, d’augmenter


La classe reine pour ça est l’oméga-3,

qu’on trouve dans les maquereaux et les

sardines, ainsi que dans les huiles de colza,

de noisette, de noix, ou encore dans

les graines de chia.

Dans les grandes lignes, en cas de soucis

de sommeil, Estel préconise de recourir

à des féculents au dîner. « Mais ça

ne veut pas dire manger des pâtes tous

les soirs. Tout est une question d’équilibre

! » On peut aussi aller puiser dans

les oméga-3 et le magnésium, qu’on

consomme davantage quand on est

stressé. Cela joue sur l’émotionnel.

Pour le rhume, il est recommandé de

manger des aliments souffrés qui amélioreraient

les symptômes, en puisant

dans les oligo-éléments et les vitamines.

Quant aux aliments « detox » pour nettoyer

le corps, la pharmacienne entend

« COMME UNE CIGARETTE, LES ALIMENTS

DOUDOU SONT VIDES ET RÉPONDENT AU

SCHÉMA DE LA RÉCOMPENSE. »

La team à l'origine de la parution de "Cuisiner pour se soigner"

par là les asperges et les endives, ainsi

que les artichauts et les radis noirs pour

leur action sur le foie.

En cas de fatigue, la recommandation

est d’observer une alimentation la moins

acide possible le temps de la phase dif-


Côté sport, dans le volet douleur, la

question de l’acidité se pose, car en

pratiquant une activité sportive à haute

dose, le corps en produit davantage.

D’où l’intérêt d’avoir une alimentation

qui contrebalance ce déséquilibre, et de

veiller à son pH.

Attention aux tendances

alimentaires dites healthy

et Cie

Bien sûr que ça fait envie des maxi

smoothies sur les comptes Instagram


rappelle que si c’est instagramable, c’est

aussi très sucré ! C’est d’ailleurs en cela

qu’Estel continue de lutter contre les

idées reçues ‘‘mainstream’’. Un porridge

par exemple est intéressant s’il est à

base de lait végétal. « Il apporte un côté

fun et créatif avec des toppings fruits

rouges ou banane ».

Varier les plaisirs

Bien qu’il soit question de rééquilibrer

tion

de ses douleurs et de son état global,

il faut garder en tête la variété dans

l’assiette. « Les Japonais disent qu’il faut

manger une trentaine d’aliments dans

sentiel

de couvrir un spectre large. » Tout


sucrés et gras. « Comme une cigarette,

ce sont des aliments vides qui répondent

au schéma de la récompense ».

Un dernier secret alimentation avant de

partir ? « tuitive.

Un lendemain de "bringue", l’aliment

doudou comme un burger/frites


qu’une petite diète ou une bonne soupe

permettrait de se remettre plus vite sur

pied ! » WS

D.R.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 11


Spécial sport-santé

PRÉVENIR

RECETTE CRUE

,

,

L E GATEAU

AU CHOCOL AT

SANS CUISSON,

SANS OEUF

NI BEURRE !

Une idée de dessert facile et gourmand ciblé douleur, livrée par

la naturopathe et pharmacienne Estel Barrellon, extrait du livre

« Cuisiner pour se soigner ». Un bon choix pour démarrer une

alimentation différente anti-inflammation, et prendre sa santé

en main, même sur une collation plaisir ! PAR LÉA BORIE ET ESTEL BARRELLON

Les ingrédients :

Gâteau

• 20 dattes

• 50 noix de cajou ou noix de Grenoble

• 4 c. à s. de cacao en poudre

• 2 c. à s. de lait de coco

Glaçage

• 1 tablette de chocolat noir 70 %

• 1 c. à s. d’huile de coco

• quelques copeaux de noix de coco

ou un peu de noix de coco râpée

Recette :

À préparer à l’avance !

B Dans un blender, mixer les noix de cajou,

les dattes dénoyautées, le cacao et le lait

de coco. Répartir le mélange dans un moule

siliconé ou en verre.

C Préparer le glaçage au bain-marie en

faisant fondre le chocolat et l’huile de coco.

D Répartir le glaçage sur la préparation

dans le moule.

E Réserver au frigo deux heures.

F Démouler au dernier moment. Décorer

avec copeaux de noix de coco.

À noter

Le gâteau ne gonfle pas et reste peu épais, ça n’enlève rien à sa gourmandise !

Pour épater vos proches, posez le gâteau sur la table sans préciser sa spécificité

pour éviter que les préjugés ne prennent le dessus sur les papilles !

D.R.

12 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


D.R.

L’ÉCLAIRAGE

D’ESTEL BARRELLONLON

« Sans cuisson et riche en bonnes

graisses, pas de sucres ajoutés

pour ce gâteau hyper gourmand

facile à faire ! C’est une recette

qui est née dans la cuisine de

mes parents, un essai réussi

devenu un classique de nos

anniversaires en famille, à servir

avec une salade de fruits de

saison. L’intérêt est de modifier

les composantes classiques du

gâteau au chocolat en trouvant

des ersatz : le corps gras est

remplacé par les noix de cajou,

le sucre par les dattes, le liant

par le lait de coco. Avec une

pointe de gourmandise dans le

glaçage chocolat. Son rôle dans

la lutte contre une douleur ? Peu

acide, il limite l’inflammation

grâce à sa base végétale. »

L’AVIS DE LÉA DE

WOMEN SPORTS :

Impressionnant d’arriver à

un tel résultat en étant si loin

des composants de base

d’un gâteau au chocolat !

Concernant les dattes, riches

en vitamines/oligoéléments

et pauvres en graisses, elles

sont une source d’énergie pour

l’organisme. Aussi, de quoi faire

plein d’antioxydants avec le

cacao, riche en polyphénols.

POUR ALLER PLUS LOIN

Découvrez toutes les recettes

pour traiter sommeil, rhume,

douleurs et fatigue dans l’ouvrage

"Cuisiner

pour se

soigner"

d’Estel

Barrellon

et Audrey

Ligot-Ange,

paru en

octobre aux

Editions

Kiwi, 25 €

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 13


Spécial sport-santé

PRÉVENIR

CRASH-TEST !

LA CORDE

À SAUTER

PROVOQUE-T-ELLE

(ENTRE AUTRES)

DES DESCENTES

D’ORGANES ?

Salut à tous !

Me revoilà, encore

une fois pleine

d’ambition. Après

avoir testé le Top

Body Challenge,

le vélo en réalité

virtuelle ou le zoom

entre copines,

place à... la corde à

sauter. L’occasion de

répondre à toutes

les questions que

vous n’avez jamais

osé poser sur ce petit

accessoire sportif.

PAR VANESSA MAUREL,

JOURNALISTE ET COBAYE !

«

La corde à

sauter, c’est le

sport le plus

complet pour

tonifier tout

son corps et travailler le

cardio. » Il n’en fallait pas

plus à mon copain, déjà

accro de la discipline, pour

me convaincre. J’attaque

ce nouveau défi non sans

mal. Je commence petit

à petit, une minute par-ci,

une minute par-là. Jusqu’à

ce que je raconte à mon

entourage ma nouvelle

passion. Et c’est là que ma

curiosité est titillée.

« Tu sais que ce n’est

vraiment pas bon pour les

filles ? Ça provoque des

descentes d’organes ! »

J’accuse le coup. Mais

cette affirmation est-elle

réelle ?

« Oui et non », m’explique

Ella Lefebvre, 30 ans,

coach sportive. « Tout

dépend de la pratique. Si on

en fait mal, effectivement

cela peut être mauvais

pour les organes, mais pas

seulement chez les filles,

c’est également dangereux

pour les hommes. » Alors

comment éviter un tel

problème ? « Les petits

rebonds que l’on fait en

corde à sauter engagent nos

organes, qui rebondissent

sur le plancher pelvien,

ce qui peut causer des

problèmes notamment au

niveau des fuites urinaires.

Pour éviter cela, il faut

absolument engager les

abdominaux et contracter

le périnée tout au long de

notre pratique. Si on ne

le fait pas, c’est comme

si on piétinait la vessie et

l’ensemble de nos organes.

Donc non, ce n’est pas

vraiment une idée reçue,

mais si on le fait bien il n’y

a pas de problème. »

BIM, le genou !

Au bout de seulement

deux petites semaines de

pratique, devinez quoi ? Je

me blesse au genou. Coup

de malchance, coup du

destin : je suis finie. Après

avoir pleuré sur mon sort,

je me remets en question.

Et si c’était ma façon de

faire qui avait causé ce

traumatisme ? Je rappelle

Ella, qui me le confirme.

« C’est comme pour la

descente d’organes. Oui, la

corde à sauter peut abîmer

les articulations si elle est

mal pratiquée. Tout dépend

de la façon dont on en fait. »

Qu’ai-je donc fait de mal ?

« Si on fait la réception

pieds à plat, il n’y a pas

d’amortis. Les vertèbres,

les genoux et les chevilles

sont les parties du corps qui

amortissent le choc, et qui

par conséquent souffrent.

Il faut absolument rebondir

sur la pointe de pieds et

être léger sur ses appuis. »

Si seulement j’avais eu ces

conseils plus tôt… WS

14 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR


LES BIENFAITS

Maintenant que nous avons balayé

ensemble les risques de la corde à

sauter, attaquons-nous aux bienfaits.

«Il y en a beaucoup ! assure Ella.

Ça permet notamment de travailler

la coordination entre les bras et les

jambes, le cardio (on sollicite le coeur,

avec les petits sauts à répétition), et

les poumons. Au niveau musculaire, on

travaille le bas du corps, les mollets,

les cuisses et les fessiers. Si on le fait

correctement, le fait d’engager les

abdos et le périnée, va permettre de

travailler la posture. »

CONSEILS POUR

DÉBUTER PAR

ELLA LEFEBVRE

Travailler la

posture, le périnée,

les abdominaux : la

corde à sauter a plus

d'un tour dans son

sac. Encore faut-il la

manier correctement !

© Gorodenkoff / Shutterstock

D.R.

« Pour les femmes qui ont eu des

enfants, il faut attentivement discuter

avec leur médecin pour savoir si la

rééducation du périnée est bien faite.

Pour tout le monde, il est essentiel

d’avoir du bon matériel avec une

corde à sauter de longueur adaptée à

notre taille.

Ensuite, il faut y aller à son rythme. Il

n’y a pas une cadence précise, mais

on peut d’abord intégrer la corde

à sauter à son circuit training, ou à

l’échauffement. Il ne faut pas trop

vouloir en faire. Avec la fatigue, on

a tendance à mal se placer, donc

rien ne sert de vouloir démarrer en

faisant 30/40 mn de corde. Déjà c’est

rébarbatif, c’est long et surtout on

va se faire mal. L’idéal est de faire

ça sous forme de fractionné. Par

exemple, on peut faire de la corde

à sauter pendant 1 minute, puis on

récupère pendant 30 secondes à 1

minute. »

Remerciements à Géraldine et l’agence

Crew Up pour la mise en relation

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 15


Spécial sport-santé

PRÉVENIR

DÉCOUVERTE

YOGA

PRÉNATAL

FAIRE DU SPORT

AVANT MÊME

D’ÊTRE NÉ !

Le yoga prénatal,

des bienfaits pour

la mère et l'enfant,

et la relation en

construction entre les

deux êtres.

Le yoga prénatal est devenu

un incontournable des

femmes enceintes. Réputée

pour ses effets relaxants,

cette pratique présente de

nombreuses vertus lors de la

grossesse. Véronique Nicolai,

médecin pédiatre, aujourd’hui

enseignante de yoga en Inde,

nous l’a confirmé.

PROPOS RECUEILLIS PAR VANESSA MAUREL

QUELS SONT LES BIENFAITS

DU YOGA PRÉNATAL POUR LA

MAMAN ?







-


-

-



D.R.




-





-


Y-A-T-IL DES BIENFAITS POUR

LE BÉBÉ ?



-

-



-


-

-


16 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


© ZephyrMedia / Shutterstock

D.R.

ELLE A TESTÉ

ET ELLE L’A ADOPTÉ !

Laetitia Bucci, 30 ans, s’est prêtée

au jeu du yoga prénatal lors de sa

première grossesse. Une expérience

qu’elle garde comme un merveilleux

souvenir.

« J’ai démarré le yoga prénatal à mon

7 ème mois de grossesse sous les conseils

de ma sage-femme. Je ne connaissais

pas le yoga, c'était l'occasion de tester.

Les séances m'ont permis de me poser,

de me recentrer surmon bébé et moi, et

de doucement me préparer à la suite,

grâce à des postures adaptées. C’est un

moment de bien-être, de détente et de

connexion à soi ainsi qu’à son corps qui

évolue. »

LE YOGA PRÉNATAL EST-IL OUVERT

À TOUTES LES FEMMES ?

Y-A-T-IL DES CONTRE-INDICATIONS ?



-


-




D.R.

-








D.R.


-







-






-



WS

Remerciements à l’agence Crew Up et à Géraldine

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 17


Spécial sport-santé

GUÉRIR

QUAND

LE SPORT

S’INVITE

À L’HÔPITAL

Concept encore trop peu usité, le sport à l’hôpital se développe depuis quelques années.

Nécessitant des fonds, des accords, des partenariats, de l’espace et du personnel, il trouve peu à

peu sa place. Et pour cause, les bénéfices à pratiquer une activité physique pendant une maladie

sont nombreux. PAR LÉA BORIE

Voilà maintenant plus de 20

ans que la pratique sportive

a commencé à se développer

à l’hôpital. Cela a

été rendu possible grâce

à de multiples études qui ont attesté

de l’intérêt du sport dans la guérison du

patient. On en a terminé de croire qu’il

faut que la personne malade reste alitée

à se reposer. Au contraire, quand sa pathologie

le lui permet, elle doit bouger, se

dépenser, rester active !

L’activité, une façon de ne pas

se sentir que malade ou handicapé

Pratiquer un sport à l’hôpital demande

aux enseignants APA (activités physiques

adaptées) de faire passer une envie

avec humour et légèreté, pour se défouler,

penser à autre chose, progresser…

Ainsi, le patient devient acteur de sa

maladie, comme si ce n’était plus elle

qui commandait, et qu’il fallait relever la

tête plutôt que d’attendre que la maladie

gagne du terrain. L’apport social des

cours collectifs n’est pas à négliger. C’est

une manière de rompre l’isolement. Sur

le plan santé, on maintient une condition

physique, ce qui diminue la fatigue et la

prise de poids. Dans le cas d’un cancer,

les études montrent qu’une pratique sportive

diminue le risque de récidive de 34 %.

Chez les plus jeunes, fragilisés psychologiquement

et physiquement par la maladie,

c’est un moyen de retrouver confiance.

18 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Le sport pratiqué

dans les hôpitaux,

pour garder le

moral...

et retrouver

la santé.

© Africa Studio / Shutterstock

© H_Ko / Shutterstock

« Les sports qui ont le plus la cote auprès

des jeunes : les sports de combat. On affronte

un adversaire comme on peut affronter

la maladie, on met en jeu des qualités

de combativité et en même temps de

défense », détaille Viva Magazine.

Cela ne vient pas de nulle part. La mise

en place de tels protocoles se base

sur diverses recommandations, comme

celle de l’Institut national du cancer

(INCA), qui suggère 5 séances de 30 minutes

d’activité physique par semaine,

d’intensité modérée à élevée type aérobie,

associée à du renforcement musculaire.

Des bienfaits dont s’est saisi

le Centre Léon Bérard

Le Centre Léon Bérard (CLB), centre

de lutte contre le cancer à Lyon, étudie

depuis 2016 les effets de l’APA auprès

d’une population de patients. Une première

européenne baptisée « Able ».

Cette même année a été mis en place

un nouveau programme APA en partenariat

avec l’Institut d’hématologie et

d’oncologie pédiatrique de Lyon, dédié

aux jeunes de 15 à 25 ans atteints de

cancer.

Cette prise en charge spécifique a pris

de l’ampleur en 2018 grâce à des travaux

permettant l’installation d’une salle

de sport dédiée au sein de l’établissement

de santé. Premier centre d’Auvergne-Rhône-Alpes

à se doter d’une

telle structure, le CLB s’est appuyé du

Comité du Rhône de la Ligue contre le

cancer et de l’association Courir POUR

ELLES (dont on vous parle pages 52-55

dans les courses solidaires).

Quantité d’associations

et hôpitaux se mobilisent

D’autres centres hospitaliers ne sont

pas en reste. Ils sont de plus en plus

nombreux à dispenser de la réhabilitation

à l’effort pour améliorer la qualité

de vie. À Paris notamment. La Maison

de l’enfant de l’Hôpital Robert-Debré

propose des animations pour les jeunes

à l’hôpital. De même pour les adultes

à l’Hôpital Saint-Louis, avec des activités

au sein de ses salles et gymnases.

D’autres CHU comme à Montpellier, Lille

ou Marseille, ont leur espace de sport

dédié.

© Pixel-Shot / Shutterstock

« PLUS ON EST

ACTIF, PLUS ON A

DE CHANCE

DE SE RÉTABLIR »

Interview de

Rodolf Mongondry,

responsable APA au

Centre Léon Bérard

© Valeria Quinci

« Avant l’espace

sport dédié

‘‘Pyramide’’, les

activités étaient

externalisées

ou organisées

en chambre.

Depuis décembre 2018, dans

cet espace de 300 m 2 , nous, les

huit enseignants APA, dispensons

marche nordique, zumba, pilates,

parcours santé, yoga, mais aussi

foot, basket, ping pong pour

les plus jeunes… En trois ans,

quelque 1 000 patients ont pu

bénéficier d’un accompagnement

sportif.

Certains, isolés en chambre

stérile, continuent d’avoir un suivi

personnalisé. Quand d’autres,

qui peuvent être en extérieur,

pratiquent du cardio-training

en groupe. Pour tous, il est

d’abord question d’un bilan des

capacités physiques, afin de

qualifier la ou les activités les

plus adaptées sur ordonnance.

Même pendant les confinements

dus à la pandémie, on n’a jamais

arrêté d’être mobilisés, via des

cours en live sur les réseaux

sociaux, qu’on poursuivra,

notamment pour les patients qui

n’habitent pas à côté. »

Centre Léon Bérard - Lyon

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 19


Spécial sport-santé

GUÉRIR

Au CHU d’Angers, des partenariats

existent entre l’hôpital et les

clubs de sport, avec notamment des

cours d’éducation pour patients obèses.

Quant à Caen, le CHU a même été récompensé

en décembre 2020 pour sa

salle d’activité physique. Il a reçu le prix

national « Sentez-vous sport » du Comité

national olympique et sportif français

pour sa salle dédiée au personnel. Mais

cet espace sert aussi de support aux

protocoles de recherche clinique. Il accueille

des patients atteints de pathologies

diverses nécessitant la pratique

sportive. Un double emploi suffisamment

précurseur en France pour être

salué.

Côté associations, Premier de cordée

s’investit depuis 1999 auprès des enfants.

Depuis le lancement de cette

initiative, 17 000 jeunes ont bénéficié

de la pratique d’une activité. Un maillot

pour la vie, créé en 2006, organise des

goûters-dédicaces dans les services

pédiatriques avec des sportifs de haut

niveau. Pour les adultes, et notamment

les femmes, l’association Siel Bleu

intervient à l’Institut Curie avec le programme

Activ’ composé de cours de

danse, gym, step ou vélo. WS

LE COIN DES

SOURCES ET

RESSOURCES :

• Page activité sportive du Centre

Léon Bérard (actifcontrelecancer.fr,

centreleonberard.fr)

• Le CHU de Caen récompensé pour

sa salle d’activité physique (Malades

de sport, 10/12/2020)

• Sport à l’hôpital, les associations

s’engagent (sportanddev.org)

ZOOM SUR SOURIRE

À LA VIE, AVEC L’HÔPITAL

DE LA TIMONE À MARSEILLE

• Sport à l’hôpital : bouffée d’oxygène

pour les malades (Viva Magazine,

5/09/2014)

• Premier de cordée

(premierdecordee.org)

• Sourire à la vie (sourirealavie.fr)

• Siel Bleu (sielbleu.org)

© Sourire à la Vie

association

marseillaise Sourire

L’ à la vie accompagne

chaque année quelques

350 enfants, ados et jeunes

adultes atteints du cancer.

Pour les 10 000 interventions

sportives qu’elle a à son actif,

elle s’appuie sur les médecins

du service d’oncologie

pédiatrique pour proposer

des soins de support et de

répit, que ce soit en secteur

protégé, en hôpital de jour,

en service de chirurgie ou

en unité de greffe. Et depuis

cette année, après s’être

implantée à Nice en 2018,

Sourire à la vie intervient

également en Bourgogne-

Franche-Comté, au sein du

Centre hospitalier régional

universitaire de Besançon et

à Dijon. En 2022, ce sera au

tour de Nantes et Montpellier.

© Sourire à la Vie

RENCONTRE AVEC

MORGANE HARLÉ,

PORTE-PAROLE DE

L’ASSOCIATION

« SOURIRE À LA VIE »

« Un enfant hospitalisé

passe moins d’une heure

debout par jour. Quand

le diagnostic tombe, tout

s’arrête, le mouvement

avec. C’est en se rendant

au chevet de ces enfants

cloués au lit que Frédéric

Sotteau, ex champion de

voile, a commencé, il y a

15 ans, à faire bouger les

choses en région Paca où

se concentre un important

service cancéro-pédiatrique,

pour offrir un vrai exutoire

aux enfants. Pour voir

prospérer ces interventions

sur le territoire français, il

a fallu mettre en place un

modèle simple à dupliquer,

dans de petits services, afin

qu’on nous alloue une salle,

un espace, ou même que

l’on investisse les couloirs

des hôpitaux. A l’extérieur,

l’association convie les

enfants aux Phare des

sourires à Marseille, une

sorte de colonie des enfants

malades, où tous apprennent

l’autonomie malgré les

séquelles. Plus loin encore,

une poignée de jeunes met le

cap sur la Laponie en chien

de traineau, en Polynésie,

ou en Méditerranée via

un catamaran. Des sorties

extraordinaires pour

contrebalancer avec tout ce

que vivent les enfants, et les

challenger. »

Même si les restrictions liées

à l’épidémie de Covid-19 ont

rendu plus compliquées les

actions de ces associations,

toutes ont fait preuve

d’adaptabilité pour continuer,

malgré tout.

20 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


PORTFOLIO

LA BONNE

ÉNERGIE

MALGRÉ LA

MALADIE

Shooting photo

contre le cancer

au cœur du Centre

Léon Bérard

Certains diront que ce sont des

forces de la nature, d’autres qu’elles

ont choisi de dédramatiser la

situation pour mieux l’accepter.

Le point commun de toutes ces

femmes sur les pages qui vont

suivre, bien agrippées sur leurs

machines au Centre Léon Bérard ?

Cette force dans leur poigne,

cette détermination incroyable

dans le regard, ce sourire en coin

qui montre qu’elles préfèrent

regarder loin. Et surtout, la

sensation d’« avoir de la chance »,

malgré tout. La chance d’avoir

été diagnostiquées à temps de

leur cancer, la chance qu’on leur

propose un programme sportif qui

les pousse sans les brusquer dans

un cercle vertueux… Et nous, nous

avons eu l’immense chance de

croiser leur chemin. À toutes ces

sportives du jour et à leurs coachs

APA (activité physique adaptée),

un grand merci.

MARIE LOU

A 60 ans, Marie Lou souffre encore de

douleurs de son ablation suite à son

cancer du sein, diagnostiqué en 2012. Elle

regrette de ne pas avoir suivi de thérapie

post-chirurgicale comme le lui conseillaient

les médecins. « Je pensais qu’après mon

opération c’était terminé, mais il y a des

conséquences, psychiques et physiques,

que je n’imaginais pas. » C’est pourquoi

on lui a recommandé de suivre six mois de

programme sportif.

PAR LÉA BORIE, PHOTOS : VALERIA QUINCI

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 21


Spécial sport-santé

GUÉRIR

SYLVIE

En plein confinement, à 56 ans, Sylvie apprend qu’elle

souffre d’un cancer du sein triple négatif. « C’est grâce

à la Covid que j’ai été diagnostiquée. Fonctionnaire

hospitalière, j’ai eu un covid long qui m’a demandé de

prolonger mon arrêt maladie. Le service radiologie

de Sallanches a tout de suite su identifier la cause de

ma brûlure au sein. » Prise de poids, arrêt forcé de la

randonnée, effets secondaires des traitements douloureux…

Sylvie est soulagée de pouvoir bénéficier de ses

26 séances d’APA.

22 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


VÉRONIQUE

« Avec l’APA, on va à l’hôpital pour autre chose que la

maladie. » Opérée en avril, sur les machines depuis

juin, Véronique fait tout ce qui est en son pouvoir

pour limiter les risques de récidives d’un cancer plus

agressif. Elle voit la maladie et son cancer du sein

diagnostiqué à l’âge de 47 ans comme le moyen de

renaître, d’intégrer définitivement le sport dans sa

vie. Des séances qui lui permettent aussi d’entretenir

des contacts avec d’autres patients, « de parler de la

maladie mais pas que et de voir autre chose ».

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 23


Spécial sport-santé

GUÉRIR

MARION

A 31 ans, en pleine chimio pour traiter

un cancer du sein, pour Marion,

participer à notre shooting, c’est

passer outre de ne plus avoir de

cheveux.

« Jeune et active, on se sent bloquée

par la maladie, alors le sport est une

bouffée d’oxygène. Il nous fait nous

dire que notre vie ne s’arrête pas, qu’il

faut apprendre à vivre avec et penser

à l’après. » Pour cette pharmacienne,

l’important est la sensibilisation

des jeunes femmes, parce que non,

les cancers à cet âge ne sont pas

spécialement dus à des antécédents

familiaux.

24 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


MARIE-ANGE

Suivie depuis 2012 pour un carcinome

(cancer de la peau), une opération en 2019,

et plusieurs récidives, à 74 ans, Marie-Ange

ne lâche rien. Cet été, cette ancienne kiné

a décidé de bénéficier des cours APA du

Centre Léon Bérard, et ce 4h par semaine,

pendant la pause estivale annuelle de ses

cours de gym associatifs habituels, qu’elle

anime depuis les années 70 !

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 25


Spécial sport-santé

GUÉRIR

Danse

Thérapie

« Un jeu sérieux »

On emploie souvent l’expression « mener la danse ». Parfois, le mouvement est salutaire pour

traverser une épreuve, une maladie, un handicap. Pour mieux comprendre les champs de

compétences sur lesquelles interviennent ces thérapeutes pas comme les autres, nous sommes

allés à la rencontre de deux d’entre elles. Nathalie Chazeau, en séance individuelle en cabinet, et

Shéhérazade Boyer Tami, en séance collective en institut médical. Si la danse thérapie est née dans

le champ des maladies mentales, on constate aujourd’hui que son action est vaste et profonde.

PAR LÉA BORIE

LA DANSE THÉRAPIE

INDIVIDUELLE

Pour se saisir de l’ambiance, sans pouvoir

s’immiscer dans une séance aussi personnelle

et intime que la danse thérapie,

nous nous sommes rendus au cabinet de

Nathalie Chazeau, praticienne de danse

thérapie à Lyon (69). Nous pénétrons

dans une pièce aussi immense qu’intimiste.

Un sol en parquet accueillant, plusieurs

hautes fenêtres avec des voilages

qui préservent de l’extérieur.

Deux fauteuils en osier se font face près

d’une ancienne cheminée, c’est là que

Nathalie nous attend pour notre entretien,

les pieds reposant sur un coussin. Elle

nous retrace alors ce qui l’a conduit là où

elle est aujourd’hui, à sa juste place.

Des danses, des approches

La danse a toujours fait partie de la vie

de Nathalie Chazeau. De son enfance

dansée, elle se souvient surtout de mo-

26 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


La danse thérapie,

un traitement par le

mouvement.

© Eugene Titov / Shutterstock

«ON NE TRAVAILLE PAS IMPUNÉMENT

SUR LE CORPS, IL Y A DES CHOSES

QUI SORTENT.»

D.R.

ments forts lors des temps d’impro’.

Après avoir fait danse étude, elle se

lance en tant que médiatrice dans le

milieu du handicap. Une soudaine blessure

au genou la pousse à remettre

en question sa manière de danser, lui

apporte une envie d’aller vers autre

chose. Sa formation à la Body Mind

Centuring lui permet de retrouver l’expérience

du système du corps qu’elle

avait vécu enfant, quand le Tamalpa

Institute (Life Art Process) lui fait travailler

les zones d’ombres. En parallèle,

elle pratique la thérapie psychocorporelle

et se sert de tous ces outils

pour accompagner sa patientèle, afin

© Pixel-Shot / Shutterstock

que chacun aborde son corps et le soin

différemment. « Souvent, on essayera

de solutionner une tension chez un

kiné ou un psy, mais le mouvement actif

et expressif peut être une autre voie à

creuser, notamment chez les personnes

au parcours de soin complexe, avec des

problèmes résurgents. » Et si la thérapeute

détient plusieurs formations et

tient à transmettre ce qu’elle a reçu,

elle est toujours à l’écoute de conseils.

C’est pourquoi elle est super-

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 27


Spécial sport-santé

GUÉRIR

visée une fois par mois par une

psychologue à Paris sur les patients vus

en danse thérapie, « pour être sûre de

ne pas être passée à côté de quelque

chose », grâce à une base filmée pendant

ses séances.

Accompagner un mieux-être

Nathalie Chazeau insiste, « on ne travaille

pas impunément sur le corps, il y

a des choses qui sortent. En atelier de

danse, on est là pour le fun alors qu’en

danse thérapie, c’est parfois moins

évident. Il faut s’accrocher, c’est un jeu

mais un jeu sérieux ». Ce qui explique,

d’après la danse thérapeute, que cette

pratique ne soit pas pour tout le monde,

« cela dépend du degré de tolérance ».

Si la durée du suivi est très variable

d’une personne à l’autre, la constante

est la définition d’un objectif en début

de cycle. Aucun code pour démarrer

ses séances. Fonction de son ressenti,

la praticienne peut utiliser les jeux

de miroir, de distance, de contact si

nécessaire pour activer et remettre en

mouvement ce qui a besoin de l’être.

Au sein d’une même séance, elle y insère

des phases, un climat, afin que le

moment douloureux ne soit pas celui de

la conclusion.

Un engagement entier

du praticien

Pour Nathalie Chazeau, cette danse

contact investie représente un engagement

sans concession. Ce qui peut

donner lieu à des transferts de douleurs

de patients. Ne pouvant se cacher,

la praticienne reçoit les choses et

doit les encaisser. C’est pourquoi elle a

mis en place des exercices d’encrage et

de recentrage entre ses consultations.

Si elle reste prudente sur le mot guérison,

Nathalie est persuadée que cette

pratique aide à être plus présent à soi.

Elle accompagne ainsi des personnes

souffrant d’anorexie, de trisomie 21, de

burn out ou tout autre « problème suffisamment

important pour avoir envie de

s’investir dans un tel suivi ».

© Eugene Titov / Shutterstock

LA DANSE

THÉRAPIE

COLLECTIVE

Vous l’aurez compris, la

danse thérapie aide à se

réparer d’une faille, d’une

blessure… Nous avons

cherché à comprendre les

mécanismes mis en place

dans le cadre de maladies

plus lourdes, au sein d’un

groupe. C’est comme ça que

nous avons frappé à la porte

de l’Institut Rafaël, maison

de l’après cancer à Levallois-

Perret (92), et précisément

auprès de la praticienne

spécialisée, Shéhérazade

Boyer Tami. Interview.

D.R.

WS : QU’EST-CE QUI VOUS

A MENÉ À LA DANSE

THÉRAPIE COLLECTIVE ?

Shéhérazade Boyer Tami :

Nord-Africaine de culture, la

danse a toujours fait partie de

ma vie, de mon ADN même. Je

la perçois comme un moyen

de réconciliation, un moyen

de penser ses émotions.

Elle nous accompagne dans

tous nos moments de vie.

Elle est synonyme de joie et

de spiritualité. C’est même

un moyen de guérir, de se

réguler comme dans la danse

transe marocaine chez les

Gnawa. Petite, j’avais appris

la danse classique mais

mon corps n’en a pas voulu.

Je suis donc allée chercher

d’autres danses, pour arriver

à la danse orientale, à mes

20 ans. Ça a été pour moi le

moyen de me réconcilier avec

mon moi féminin. J’ai ensuite

monté mon collectif, La

danse des femmes, devenue

méthode de développement

personnel. J’ai eu ensuite

besoin de trouver la liberté

du mouvement ailleurs que

dans la danse orientale, que

je trouvais très codifiée. J’ai

tissé un univers autour du

bien-être, en me formant

à la danse thérapie, à la

méditation et à la sophrologie.

Dans le même temps, un

proche a été touché par le

cancer. J’ai fait un spectacle

pour soutenir la recherche

pour la santé des femmes,

ai participé à Octobre Rose...

pour finir par investir une salle

de soins de l’Institut Rafaël en

2018, afin de permettre aux

soignés de mieux appréhender

leur traitement.

28 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


« Un bon

thérapeute doit

faire danser le

patient sans qu’il

ne s’en rende

compte. »

QU’EST-CE QUE

LA DANSE THÉRAPIE POUR

VOUS ?

Cette pratique d’art

thérapie, à la croisée

entre la psychomotricité

et la thérapie à médiation

corporelle, engage tout

le corps et crée une

résonnance avec la psyché

afin de libérer son corps

de ses « cuirasses ». À la

différence de l’art, la danse

ne laisse pas de trace mais

résonne en soi et permet de

mieux se comprendre. Ce

n’est pas un cours de danse

avec une fin esthétique

pour satisfaire un public. On

désigne ici un moment où

on se raconte à soi.

D.R.

EN QUOI LA DANSE

THÉRAPIE PEUT-ELLE AIDER

CES PERSONNES QUI

SOUFFRENT D’UN CANCER ?

L’adhésion thérapeutique peut

être difficile. Dans la danse

thérapie, on crée un moment

de pleine présence. On quitte

l’émotion de la peur de la

maladie pour être dans son

corps. Je me souviens de

l’expérience d’une patiente

qui m’avait expliqué avoir

été tellement déconnectée

de son corps qu’elle n’avait

pas vu qu’elle avait un sein

énorme, presque défiguré ;

parce que vivant dans une

société qui cultive le mental.

Or la danse nous renvoie à

notre énergie vitale qui circule

à l’intérieur de nous, cette joie

spinozienne. Sur un corps figé,

elle permet d’ouvrir le geste,

notamment chez les patients

qui viennent d’apprendre leur

maladie, moment traumatisant

de vulnérabilité exacerbée.

Contrairement à un suivi de

kiné par exemple, ce type

d’activité rend la personne

actrice, consciente d’un corps

capable et autonome.

QU’EST-CE QUI EST

PROPOSÉ À L’INSTITUT

RAFAËL ?

Une thérapie de groupe fermé

de 6 à 12 patients pour

7 séances de 2 heures une

à deux fois par semaine. Ce

soin-atelier démarre par un

entretien individuel afin de

définir un objectif. Je vais

alors chercher à comprendre

les blocages du patient, et

mettre un point d’honneur à

rappeler qu’il ne se définit pas

uniquement par son histoire

médicale. Je cherche à définir

ses forces, ses ressources,

sa relation à ses proches, ses

symptômes, etc. et ainsi lui

donne les clés pour traverser

au mieux ses traitements.

Ce processus est là pour

lui rappeler que le cancer

n’est qu’une étape, qu’un

moyen de faire l’expérience

de ce que Boris Cyrulnik a

appelé la résilience. La vie

ne sera jamais celle d’hier

mais aujourd’hui, il faut ouvrir

le champ des possibles, et

se constituer une boîte à

outils dans laquelle puiser au

quotidien, afin de vivre avec un

corps partenaire et non avec

un corps qui semble trahir.

Chaque séance se décompose

en trois temps : l’accordage

à soi, comme on accorde un

piano, afin de jouer de sa

pleine musique, avec toutes

ses gammes. Ce grâce à des

exercices de méditation pour

arriver à l’état de conscience

modifiée et des exercices

de respiration en visitant les

articulations du corps, souvent

les yeux fermés pour entendre

le vent dans la poitrine. Vient

le temps des jeux, régressifs,

pour se reconnecter à notre

enfant intérieur oublié. Pour

finir avec un temps d’échange.

POURQUOI AVOIR CHOISI

UN ACCOMPAGNEMENT EN

GROUPE ? EST-CE UN FREIN

POUR CERTAINS ?

La rencontre avec l’autre est

quelque chose qui rassure.

Ça peut aussi avoir ce côté

motivant de voir une personne

à un stade de guérison plus

avancé que soi, de projeter ce

qu’on sera, grâce à l’altérité

fondamentale. On parle peu de

la maladie pour laisser place à

une dynamique de joie. Je ne

dis pas que tout est rose, il y

a des pleurs, de la colère, de

la peur, mais aussi beaucoup

de bienveillance. Toutes les

pathologies de cancer sont

concernées, à tous les stades,

pour tous les âges. En trois

ans, 1 000 patients ont dansé

à l’Institut Rafaël. Les groupes

sont pensés pour être mixtes

mais très peu d’hommes

s’inscrivent, pensant à tort que

ce n’est pas pour eux. WS

POUR ALLER

PLUS LOIN :

UN CONSEIL LECTURE

« Faites danser votre

cerveau », Lucy Vincent,

Editions Odile Jacob,

18,90 €

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 29


Spécial sport-santé

GUÉRIR

La pneumologue Marie-Pascale

Schuller nous éclaire sur un point

capital : l’asthme peut être dû aux

acariens. Si c’est le cas, l’altitude

peut permettre de soulager l’asthme

puisque ces derniers ne survivent pas

au-dessus de 1500 m altitude. Voici

donc un top 5 des villages où partir en

vacances à la montagne !

PAR VANESSA MAUREL

30 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


D.R.

TROIS QUESTIONS

À LA PNEUMOLOGUE

MARIE-PASCALE

SCHULLER

SAINT-VÉRAN

HAUTES-ALPES

Perché à 2042 m d’altitude en plein coeur du Parc naturel

régional du Queyras, Saint-Véran est considéré comme le village

habité le plus haut d’Europe.

© BTWImages / Shutterstock

L’ALTITUDE EST-ELLE

1

BÉNÉFIQUE POUR L’ASTHME ?

Oui, mais attention, pas pour

tous les patients. L’altitude va

être bénéfique particulièrement

pour les personnes souffrant de

l’asthme en raison d’allergie aux

acariens. En effet, les acariens

diminuent en altitude, on dit même

qu’ils disparaissent à plus de

1500m. Mais il faut que toutes les

conditions soient réunies pour que

les asthmatiques voient des effets

bénéfiques. S’ils restent enfermés

dans des dortoirs, entassés les

uns aux autres, dans une pièce

humide et sans aération, on ne verra

aucun effet. Il faut que toutes les

conditions soient réunies.

PEUT-ON MESURER

2

CE BÉNÉFICE ?

Ce n’est pas quelque chose de

quantifiable. Ce qui soulage

vraiment, c’est avant tout le

traitement adapté à chaque asthme.

Certaines personnes vont à la

montagne et assurent s’y sentir

très bien au point de diminuer

leur traitement, mais rien n’est

médicalement prouvé.

LE SPORT À LA MONTAGNE

3

EST-IL INDIQUÉ POUR

DES PERSONNES

ASTHMATIQUES ?

Contrairement à ce que l’on pourrait

penser, les asthmatiques peuvent

pratiquer absolument tous les

sports. Il n’y a aucune restriction.

Il faut seulement en parler avec

son pneumologue pour pouvoir

adapter le traitement à la pratique.

Le sport est au contraire bénéfique

puisqu’il permet de faire du bien aux

fonctions respiratoires des patients.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 31


Spécial sport-santé

GUÉRIR

© GranTotufo / Icon Sport

MEGÈVE

HAUTE-SAVOIE

Megève est un petit village des Alpes en plein cœur du massif du Mont-Blanc,

aussi réputé pour sa station de ski, situé entre 1 027 m et 2 485 m d’altitude.

32 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


MÉRIBEL

SAVOIE

Situé sur le territoire communal des Allues, ce village s’échelonne de 1500

à 1600 m. Sa station fait partie du domaine skiable des Trois Vallées (point

culminant 3561 m - Aiguille de Péclet).

© nikolpetr / Shutterstock

EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 33


Spécial sport-santé

GUÉRIR

© Pierre-Olivier / Icon Sport

SAINT-LARY-SOULAN

HAUTES-PYRÉNÉES

C’est à la fois une station de ski et une station thermale :

Saint-Lary culmine entre 791 et 3 087 m d’altitude.

34 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR


BONNEVAL-SUR-ARC

SAVOIE

La commune, qui fait partie des « plus beaux villages de France »,

a une altitude qui varie de 1 759 à 3 642 m.

© Christophe Cappelli / Shutterstock

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 35


Spécial sport-santé

GUÉRIR

MÉDIATION

ÉQUINE

ILS SOULAGENT

LEURS MAUX AVEC

DES CHEVAUX

Un ancien séchoir à tabac typique du Sud-Ouest, des bruits

de sabots, l’odeur du foin et les champs à perte de vue : nous

y sommes. C’est dans cet endroit idyllique que Lucie Merci,

coach professionnelle certifiée, organise des séances de

médiation équine. Un moment privilégié entre l’animal, la

coach et les bénéficiaires. REPORTAGE PAR VANESSA MAUREL ET RUBEN DIAS

I

ci, la clientèle est variée.

La thérapie avec les

animaux, particulièrement

reconnue pour les

personnes atteintes de

troubles autistiques, est aussi ouverte à

d’autres pathologies. Aujourd’hui, deux

personnes vont travailler de manière individuelle

avec les chevaux : un homme

de 75 ans, qu’on appellera René, et

Ykael, 13 ans.

« René souffre de la maladie à corps de

Lewy, nous explique sa femme, Béatrice.

Il est perdu dans le temps et l’espace.

Mais le cheval lui apporte beaucoup », et

ça se voit. Aussitôt descendu de la voiture,

René se dirige vers son compagnon

du jour, Vanille. La petite ponette permet

à l’homme de 75 ans d’avoir un repère.

« Chaque semaine, il sait qu’il va retrouver

Lucie et Vanille. Ça lui fait du bien.


pour discuter avec sa famille, ses amis,

» D’ailleurs, le retraité

prend rapidement ses marques. Toujours

accompagné de la bienveillante

Lucie, René équipe Vanille, la brosse,

la caresse. Des automatismes qu’il ac-


expérience passée.

adoré les chevaux », nous assure son

épouse, qui l’accompagne à chaque

séance.

« CE N’EST PAS SUR LE CHEVAL QUE

SE DÉROULE LA SÉANCE, MAIS À

CÔTÉ. UN TRAVAIL PREMIÈREMENT

PSYCHOLOGIQUE. »

36 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


La méditation équine,

c'est un instant de

partage fort entre soi

et l'animal qui agit sur

le plan psychologique.

© Ruben Dias

Le cheval pour retrouver

la mémoire

Aujourd’hui, ce n’est pas sur le cheval

que se déroule la séance, mais à côté.

Un travail premièrement psychologique.

« Le parcours lui demande beaucoup de

concentration, même s’il faut souvent

répéter les mêmes consignes parce qu’il

les oublie. » Mais il s’agit aussi d’un travail

physique. « À cause de sa maladie,

René a du mal à marcher. » Pourtant,

Lucie se montre ferme, bien que compréhensive,

à l’écoute et patiente. « René,


que le cheval », lui lance-t-elle. « Et n’ou-


de la corde. »

© Ruben Dias

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 37


Spécial sport-santé

GUÉRIR

© Ruben Dias

Le visage de René se décrispe.

Petit à petit, les mouvements sont plus


gueur

de René ressort. «

vous êtes responsable », rigole-t-il auprès

de Lucie. Mais pas de chute, bien

au contraire. Après avoir raccompagné

son poney jusqu’au ranch, René prend

plaisir à le récompenser. « Vous lui donnez

la pomme ? », il n’hésite pas une

seconde. Rendez-vous est pris pour la

semaine suivante.

Ykaël doit affirmer son

caractère

Ykaël, 13 ans, a

besoin de reprendre

confiance en lui. En

prenant les rênes du

poney Elvis, il fait

un pas de géant vers

l'autonomie.

son grand frère, Ykaël a besoin de re-


l’intérêt de ces séances. « Il a tout de

suite adhéré !, se réjouit sa maman.


semaine. » Pendant son heure de cours,

Lucie adopte une approche différente

de celle avec René. Cette fois-ci, le but

est de laisser l'ado le plus autonome

possible. Après le rituel brossage, qu'il a

réalisé seul, sans aide, Ykaël doit maintenant

s’imposer et faire ressortir son

caractère pour pouvoir travailler avec

son cheval.

jourd’hui,

se montre un peu plus ronchon.

Mais Ykaël fait preuve d’énergie

et d’envie. « J’aime beaucoup faire les

parcours

avait du mal à s’imposer auprès des

chevaux, il y a de nettes améliorations.

«

mieux ! » déclare-t-il... tout en sollicitant

par le regard l'approbation de sa coach.

Car désormais, pas question de se laisser

faire. Le jeune homme persiste et

parvient jusqu’au manège. Là, Lucie

lui demande de réaliser plusieurs circuits.

Courir, puis marcher, puis courir.

Tout repose sur l’entente et la compréhension

avec le cheval. « Les chevaux

sont incroyables, précise Lucie. Ils ont

une capacité assez extraordinaire à

comprendre ce que nous ressentons.

Ils absorbent toutes nos émotions, et

Ykaël succède à René. Du haut de ses

13 ans, l’adolescent présente un pro-

-


Ruben Dias

38 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


© Ruben Dias

« LES CHEVAUX SONT INCROYABLES.

ILS ONT UNE CAPACITÉ À COMPRENDRE

CE QUE NOUS RESSENTONS ASSEZ

EXTRAORDINAIRE. »

sont capables de s’adapter.

ses preuves. Cette médiation équine

apporte beaucoup à l’adolescent. « Il



Désormais il prend la parole, chose qu’il

» nous assure sa

maman. WS

© Ruben Dias

MIEUX CONNAITRE

LUCIE

Lucie Merci a toujours baigné

dans le monde du cheval. D’abord

compétitrice à haut niveau, elle s’est

ensuite consacrée au journalisme du

monde équin avant de se spécialiser

dans le coaching. À Saint-Pierred’Eyraud

(en Dordogne), Lucie,

enseignante BEES 1 Equitation,

propose du coaching, de

l’équicoaching, de la médiation, de

la préparation mentale ainsi que des

cours d’équitation. Pour en savoir

plus et découvrir le reportage que

nous avons réalisé en exclusivité

à Equ’Idée (réseau « Cheval et

Différences »), rendez-vous sur

notre chaine Youtube :

womensports.fr/video

Aller plus

loin avec

l’équicoaching

abord mis en

place pour les

D' entreprises et

tout ce qui concerne le

management et la cohésion

d’équipe, l’équi-coaching

est aujourd’hui un outil à

la portée des particuliers.

Le but est de travailler la

confiance en soi, l’estime

de soi, mais aussi la

gestion des émotions, via

l’intelligence émotionnelle.

« On travaille avec le

cheval plus en liberté »

« Le travail avec le cheval

est tout à fait adapté et

recommandé pour ce genre

de problématiques. Il a

des aptitudes naturelles

pour valoriser ces

comportements, révéler

les atouts, les qualités et

les failles de chacun, nous

explique Lucie. C’est une

expérience valorisante.

Je veille à ce que les

clients retirent toujours

de ces séances des

choses positives. Nous

ne sommes pas là pour

pointer seulement ce qui

ne va pas. » Comme avec

la médiation équine, les

personnes vont travailler

sur des exercices simples,

mais Lucie ne sera pas

là pour les assister. « Je

vais avoir une attitude

différente. Les personnes

trouvent elles-mêmes les

solutions. Je suis seulement

là pour les guider mais

je ne donnerai pas les

miennes. On travaille

également avec le cheval

plus en liberté. Le but

est de responsabiliser

davantage qu’en médiation,

qui a besoin d’un vrai

accompagnement. »

Pour en savoir plus :

www.equidee-coaching.com

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 39


Spécial sport-santé

RECONSTRUIRE

Rose Pilates

Une pratique sportive adaptée

après un cancer du sein

Il n’y a pas de baguette magique, tout n’est pas rose... Mais il existe des petits

coups de pouce qui aident à aller de l’avant après avoir subi un cancer du sein,

à réduire les douleurs et les craintes, pour gagner en souplesse, en force et

reprendre confiance en soi. Portrait d’une pratique pas comme les autres avec

la coach qui l’a mise en place, Jocelyne Rolland. PAR LÉA BORIE

«

D.R.

Quand le corps,

les sensations


sont déconstruits,

il faut

miser sur leur remise en

route. C’est avec cet objectif

audacieux que Jocelyne

Rolland, kinésithérapeute,

a commencé à construire le

pilates adapté au cancer du

sein, en 2012. Une pratique

qui existait déjà aux Etats-

Unis ou en Australie, mais qui

n’était pas encore implantée

de la sorte en France.

Le pilates, en soi, est une pratique

douce, qui travaille les

muscles en profondeur. Dans

le cas d’une chimiothérapie,

cela permet de récupérer les

muscles que celle-ci a fait

fondre et a enraidi, pour une

reconstruction globale. Parce

qu’on ne le répètera jamais

assez, le sport est le meilleur

des remèdes. Cette routine le

prouve, une fois encore.

Concept Rose

Pilates : œuvrer pour

les femmes

C’est un peu par hasard que

Jocelyne en est venue à travailler

sur ce concept, en

traitant des femmes atteintes

de cancer du sein à son cabinet.

Elle a d’abord longtemps

observé les réactions des

personnes souffrant de cette

maladie pour comprendre

cits

de l’épaule qui limitent

l’amplitude et créent des

douleurs, la crainte de

s’allonger sur le

ventre, la peur

40 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR


de souffrir des cicatrices sur

le dos… Tout ça non pas pour

immobiliser les zones douloureuses

mais au contraire

pour mettre en jeu les parties

du corps meurtries et pour

apprendre à la pratiquante

à s’en servir à nouveau, progressivement.

« Je mets un

point d’honneur à ce que ces

femmes puissent s’allonger

sur le ventre ou sur le creux

de l’aisselle sans appréhension

! J’ai construit mes cours

sur ce que les femmes avaient

du mal à faire, en déconstruisant

le schéma féminin, pour

aider les femmes à prendre

» Et ainsi,



Le Rose Pilates, une

« gymnastique de

reconstruction » pour

que la récupération

post-chimiothérapie

due à un cancer du

sein prévienne de la

rechute.

Un cours dédié


bienfaits du pilates chez ses


leur suggère de se joindre à

des cours collectifs, mais très

vite, elle se rend compte des


Les refus sont nombreux, à

cause de complexes multiples

par rapport aux autres pratiquantes

«non malades» - port

de perruque, prise ou perte

de poids - pour ces femmes

qui ne reconnaissent plus leur

tention

et une pratique toute

particulière.

Des options du Pilates


craintes de patientes tou-




postures pilates pour les aider

sans les abîmer. « Le pilates,

ce sont des milliers d’exercices,

avec des adaptations

et des libertés possibles, tout

en respectant les référentiels

pilates listés par son

taines

positions appuient sur


solutions pour travailler les


de redresser et de détendre

le pectoral, ce dernier étant

trop douloureux post cancer

du sein, trop court pour être

travaillé avec insistance ».

C’est le cas des mouvements



sur le sol, qu’elle oriente de

suite vers le plafond. Idem


sur le ventre ; pour aider à


vers une position des bras en

chandelier, les coudes à 90°.

Quant au « Shoulder Bridge »

(demi-pont en appui sur les


pourra proposer de monter

sur demi-pointes si les orteils

s’avèrent raides. Il s’agit donc


roses » pour une pratique


Jocelyne peut aussi mettre en


ballon paille (petit ballon gon-

-


ter

d’autres options.

Les coachs Rose

Pilates

C’est Jocelyne qui forme les

futurs enseignants en Rose



-


Matwork 1 (la formation initiale

de Pilates, premier ni-



et de la chirurgie. Aujourd’hui,

ce sont pas moins de 1 700

professionnels qui sont


coachs peuvent aussi s’appuyer

sur son ouvrage, «Belle

et en forme après un cancer

du sein». WS

UNE PRATIQUE

À COMPLÉTER

Jocelyne a par

ailleurs réalisé le

manque du Rose

Pilates : l’endurance.

C’est pourquoi elle

a également lancé

l’Avirose, un rameur

adapté qui apporte la

dépense énergétique.

D.R.

La méthode Rose Pilates, de

Jocelyne Rolland, Editions

Ellébore, 34 €

sereconstruireendouceur.com/

rose-pilates

© Paul Aiken / Shutterstock

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 41


Spécial sport-santé

RECONSTRUIRE

Dragon boat

Un coup de rame

contre le cancer !

Tout droit venu de Chine, le Dragon Boat est une

embarcation ancestrale dont la pratique est désormais

répandue aux quatre coins de la planète. Aujourd’hui, la

pratique est aussi connue pour ses bienfaits, notamment

pour les personnes qui ont été touchées par le cancer. En

France, tandis que les Dragon Boat Ladies prennent de plus

en plus d’assurance, à Belfort, les Drag’lionnes font preuve

d’une détermination sans égal. Estelle, 41 ans, fait partie de

cet équipage. Rencontre. PAR VANESSA MAUREL

D.R.

WOMEN SPORTS : QU’EST-CE QUE

LE DRAGON BOAT VOUS A APPORTÉ

ET APPORTE À L’ÉQUIPAGE ?

ESTELLE : Il faut savoir que je ne suis

pas du tout sport d’eau à la base. Bien au

contraire ! Quand le Dragon Boat tangue,

ce n’est pas toujours évident (rires). Mais

depuis que j’ai essayé, je ne suis jamais

redescendue du bateau. Quand on nous

annonce un cancer, on ne sait jamais trop

ce qui nous arrive, mais c’est très important

de continuer à faire du sport et d’être

entouré pendant et après le traitement.

C’est ce que le Dragon Boat nous apporte.

Cette pratique mobilise les bras et quand

on a été atteinte d’un cancer de sein et

qu’on nous a enlevé les ganglions, on peut

vite avoir les épaules qui se bloquent donc

si on ne bouge pas, ça fait mal. Les mouvements

de pagaie permettent aussi de

relancer le drainage lymphatique. De plus,

le Dragon Boat participe à la prévention

de la récidive.

Nous sommes dix pagayeuses, et nous

savons chacune ce par quoi les autres

sont passées, il y a énormément de bienveillance.

Dès que l’une d’entre nous est

fatiguée, elle peut respirer, arrêter un

peu. Le reste de l’équipage continuera de

pagayer et le bateau continuera d’avancer

quoi qu’il arrive.C’est un sentiment de



Les premières fois qu’on essaye, on se

dit qu’on en est incapable, qu’on ne parviendra

pas à faire un seul tour. Mais on

« LES PREMIÈRES FOIS QU’ON ESSAYE,

ON SE DIT QU’ON EN EST INCAPABLE,

QU’ON NE PARVIENDRA PAS À FAIRE UN

SEUL TOUR. »

42 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


LE DRAGON BOAT,

QU’EST-CE QUE

C’EST ?

« Dragon Boat ça commence par une

légende qui vient de la Chine antique.

Nous, nous pratiquons sur un DB12, ce

qui signifie que nous sommes douze sur le

bateau, dont 10 pagayeuses (dans l’équipe

nous sommes 28 au total). Nous sommes

un équipage composées de femmes qui

ont été touchées par le cancer, de près ou

de loin. Des cours sont donnés à travers

le monde, et on compte pas moins de 50

fédérations nationales ! »

Isabelle Petitlaurent, l’Est Républicain

D.R.

se rend compte qu’on est bien plus fortes

que ce que l’on croit.

COMMENT GARDEZ-VOUS CETTE

DÉTERMINATION ?

Ce n’est pas parce qu’on a été malades,

qu’on s’est senties diminuées à un moment,

qu’il faut penser qu’on restera mal.

On peut remonter la pente. Il faut de la

patience, beaucoup de patience. Parfois,

quand on nous annonce des rechutes on a

l’impression de devoir tout recommencer

une nouvelle fois, mais on y arrive, j’en

suis la preuve !

Y-A-T-IL DES CONTRE-INDICATIONS ?

Aucune ! Bien sûr, il faut s’écouter, écouter

son corps. Par exemple, après une opération,

il faut prendre du temps pour soi et

faire une petite pause. Mais contrairement

à ce que l’on pourrait penser, quand on

a un cancer, il faut absolument bouger !

C’est primordial. WS

OBJECTIF VOGALONGA 2022

« Au début, on pratiquait le Dragon Boat en simple loisir, on faisait vraiment de la balade. Mais aujourd’hui, on se donne de

nouveaux objectifs plus compétitifs. Le plus important est de participer à la Vogalonga (longue rame) en 2022 à Venise. C’est

un parcours assez long - environ 32 km - mais qui représente beaucoup pour nous. On travaille dur pour ça. C’est également

l’envie de montrer que la maladie n’est pas une fatalité et peut être le début d’un dépassement. »

Pour participer à cet événément, les Drag’lionnes ont ouvert une cagnotte :

https://bit.ly/drag-lionnes

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 43


Spécial sport-santé

RECONSTRUIRE

PACK SOLIDAIRE

LE STADE

TOULOUSAIN

ACCUEILLE

LES MALADES

POST-CANCER

Depuis 2018, le Stade

Toulousain et l’IUCT Oncopole

de Toulouse ont lancé un

partenariat structurant visant à

faire la promotion de l'activité

sportive dans le parcours

de soins en cancérologie.

Concrètement : des malades

post-cancer sont accueillis

dans le centre d’entraînement

du club pour pratiquer le sport.

Un acte à la fois emblématique,

solidaire et surtout très utile !

PAR DAVID TOMASZEK

e département Soins de

Lsupport de l'IUCT-O, en

collaboration avec la CAMI

Sport & Cancer, propose

ainsi aux patients de

venir pratiquer des séances de thérapie

sportive deux fois par semaine au Stade

Ernest-Wallon à Toulouse, dans un cadre

stimulant leur permettant de bénéficier

d'infrastructures de qualité. Pas question

de pratiquer le rugby, bien sûr ! Mais de la

gymnastique posturale, du renforcement

musculaire ou des exercices de

coordination. Ces patients sont incités à

faire du sport un allié pendant et après

les traitements anticancéreux.

« C'EST UNE FAUTE PROFESSIONNELLE

DE NE PAS AMENER NOS PATIENTS VERS

CETTE PRATIQUE. »

« L'activité physique réduit la fatigue

et agit sur les douleurs pulmonaires,

nerveuses et tendineuses. Elle réduit

l'incidence de rechute jusqu'à 50 %.

Je ne connais aucun médicament

capable d'un tel résultat. C'est une faute

professionnelle de ne pas amener nos

patients vers cette pratique », souligne le

Pr Michel Attal, directeur de l'IUCT-O.

« Être accueillie dans un club de haut

niveau, dans un autre univers que celui

de l'hôpital, ça fait du bien », affirme de

son côté Michelle, une Toulousaine de

55 ans, traitée pour un cancer du sein.

Le club organise également des

journées « Sport et Cancer » et multiplie

les opérations de sensibilisation en

marge des matches et tout au long de

l’année. « Le rugby est une discipline

où, sans le sens de l’engagement et

du collectif, rien ne saurait aboutir.

L’empathie n’a de sens que si elle

s’accompagne d’actes concrets. Le

cancer ne nous définit pas, à l’inverse

de notre action aux côtés de celles et

ceux qui se battent au quotidien contre

cette maladie », affirme Didier Lacroix,

Président du Stade Toulousain, très fier

de porter ce projet au quotidien, depuis

maintenant plus de trois ans. WS

© Anthony Dibon / Icon Sport

44 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Pratiquer le sport aux

côtés des rugbymen

professionnels du

Stade Toulousain

est une source

de motivation

supplémentaire pour

ces patients.

D.R.

© Manuel Blondeau / Icon Sport

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 45


Spécial sport-santé

RECONSTRUIRE

Rencontre

Nélia Keciri

réalise « l’impensable » malgré

son amputation

Victime d’un grave accident de la route à l’aube de ses 12 ans, Nélia Keciri est restée dans le coma

artificiel pendant 3 jours. Elle a ensuite subi une greffe de muscles puis de peau et enfin d’os, en

juin 2017, sur sa jambe malade. Suite à une infection neuf mois après son accident, le corps médical

s’est vu dans l’obligation de l’amputer. Une épreuve dont l’actuelle influenceuse de 16 ans parle avec

beaucoup de recul et de maturité. Rencontre inspirante. PAR VANESSA MAUREL

«

L’accident m’a apporté

énormément de positif.

» Les mots sont

posés. Nélia Keciri,

vous l’aurez compris,

fait preuve d’un mental sans égal. Pourtant,

elle le sait mieux que personne, la

reconstruction est semée d’embûches.

Nélia ne le nie pas. Bien au contraire.

La jeune femme partage sur les réseaux

sociaux, où elle compte plus de 115 000

abonnés, ses réussites comme ses

échecs. « C’est très important pour moi,

nous assure-t-elle. Les personnes sur

les réseaux sociaux me demandent souvent

comment je fais pour marcher aussi

bien, comment je fais pour toujours

avoir le sourire. Mais ce n’est pas le cas.

Si en rééducation, j’avais vu quelqu’un

sur les réseaux sociaux qui ne postait

que les bons moments, je me serais découragée…

»

2017 : le début d’une nouvelle

vie

Si aujourd’hui Nélia semble plus épanouie

que jamais, il faut retourner en

juin 2017 pour parler du début de sa

reconstruction. Un épisode de sa vie

qu’elle aborde avec beaucoup de sérénité

et d’honnêteté. « Au début on idéalise

énormément, mais tout met du temps.

J’ai appris à marcher avec une prothèse,

» Une

nouvelle épreuve qu’elle prend au jour le

jour, sans se poser de véritables questions

sur l’avenir. « On n’a pas le temps


monde, un autre système, au milieu de

gens plus âgés, et mon seul objectif était

de remarcher. Tout était automatique. »

Et tout ça en s’inspirant que d’une seule

personne : elle-même. « Tout ce qui m’a

aidé à ce moment-là était de voir ma

propre évolution. »

Le sport entre par la grande

porte dans sa vie

Quelques mois après son amputation,

Nélia est transférée dans un autre centre

de rééducation. « Il y avait plus d’accidentés

graves, mais il y avait aussi énormément

d’équipements sportifs, des salles

d’escalades, etc. » Elle ne se considérait

alors comme pas du tout sportive,

«

attendait que le prof se retourne pour

pouvoir arrêter de courir ». Mais elle a

eu un déclic. « De voir tous ses équipements,

ça m’a vraiment donné envie de

m’y mettre », nous explique-t-elle. Petit à

petit, elle prend goût à la pratique sportive,

qui la sort « des cadres médicaux »,

mais qui, elle le sait, lui font le plus grand

bien. Jour après jour, elle réalise toutes

les activités qui s’offrent à elle. Le surf,

la boxe, l’équitation, l’escalade. Aucune

limite. Rien ne peut lui résister.

Avec elle, on dit adieu au monde des

Bisounours, aux fabulations. « Il faut ar-


du handicap. Aujourd’hui, on veut nous

faire croire que le handicap est normal.

Alors oui, il faut que ça devienne banal,

mais non, il ne faut pas croire que c’est

simple. Il faut en parler. »

« NON, TOUT N’EST PAS BEAU TOUT

ROSE, MAIS TOUT A UNE SOLUTION, UN

BOUT. J’AI RÉUSSI À LE PROUVER. »

46 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


« Tout ce qui m’a

aidé à ce momentlà

était de voir ma

propre évolution » :

la force de

Nélia Keciri est

saisissante.

© Sonia SACOMANT

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 47


Spécial sport-santé

RECONSTRUIRE

C’est “grâce” à son

accident et à tout

ce qui s’en est suivi

que Nélia s’est mise

au sport, pour finir

par y prendre goût.

© Nélia Keciri

«QUAND LES GENS VIENNENT ME VOIR

ET ME DISENT QUE JE LES AIDE AVEC

MON CONTENU, C’EST UNE TELLE

SATISFACTION »


se dit aujourd’hui « reconnaissante » de

réaliser tous ces projets. « Je ne pensais

jamais pouvoir pratiquer tous ces

sports », s’exclame-t-elle. Mais, à force

de renseignements et grâce à la magie

des réseaux sociaux qui ont le pouvoir

de nous mettre en relations avec des

personnes des quatre coins du monde «

qu’elles soient en situation de handicap

ou amputées », Nélia a pris conscience

de tout ce qui était réalisable.

monde. « J’ai réalisé des choses que je

n’aurais jamais pu réaliser en étant une

personne dite lambda. Quand les gens

viennent me voir et me disent que je les

aide avec mon contenu, c’est une telle

satisfaction… » WS

«Tout a une solution »

Exemple malgré elle, Nélia Kéciri est bien

trop modeste pour le reconnaître d’ellemême.

Pourtant, ses followers pourraient

en témoigner. « Non tout n’est pas beau

tout rose, mais tout a une solution, un

bout. J’ai réussi à le prouver. Sans pour

autant avoir un message cucul et irréaliste,

je veux montrer la réalité et les

belles choses qu’on peut faire. », nous

gerait

d’ailleurs son destin pour rien au

© Sonia SACOMANT

48 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


D.R.

NÉLIA KECIRI,

STAR DES RÉSEAUX

SOCIAUX MAIS AUSSI

DES MÉDIAS

Nélia Keciri n’a jamais cherché la

notoriété. C’est la notoriété qui

est venue à elle. Comme toutes

les jeunes filles de son âge, Nélia

s’est créée un compte Instagram

pour poster des photos. Un jour,

après avoir posté des photos de sa

jambe et montré des progrès de

sa rééducation, les followers sont

arrivés en masse. Depuis, sa vie a

changé du tout au tout. Désormais,

son quotidien est rythmé par les

shooting photos, les interviews, les

plateaux télé. Elle a par exemple

témoigné dans l’émission « Ça

commence aujourd’hui », mais aussi

sur la chaîne Youtube du célèbre

Tibo In Shape. Une célébrité qu’elle

vit de la meilleure des façons. « À

chaque fois que j’ai répondu à des

journalistes ou que j’ai participé à

des émissions, c’était désiré donc ça

s’est très bien passé. Les gens ont

toujours été très respectueux envers

moi et mon histoire. »

© Nélia Keciri

Quant à Instagram et les réseaux

sociaux, Nélia ne peut plus s’en

passer. « Ça fait entièrement partie

de mon travail. Grâce à ça, je reste

une femme indépendante, libre, qui

peut vivre ma vie tout en restant

moi-même et en étant créative. Je

n’ai jamais été dans une démarche

de raconter ce qui m’était arrivé mais

aujourd’hui ça m’aide beaucoup.

J’aide les autres, je rencontre des

gens, entends d’autres histoires. Je

me construis aussi à travers ça ».

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 49


Spécial sport-santé

RECONSTRUIRE

TÉMOIGNAGE

COVID LONG,

LE SPORT EST

LA SOLUTION !

Les effets à long terme. Non

pas ceux du vaccin, mais ceux

du Covid-19 ! Voilà à quoi sont

confrontés d'innombrables

patients : des symptômes qui

persistent, parfois plus d'un an

après l'infection. Pour lutter

contre ce "Covid long", le sport

semble être la solution.

PAR DAVID TOMASZEK

es malades n'ont pas

Cfréquenté les salles de

réanimation des hôpitaux.

Mais plusieurs mois après

avoir été infectés par le

Covid-19, ils souffrent au quotidien. « J’ai

souvent des courbatures. Je n’arrive pas

à récupérer et je n’avance plus », raconte

Brigitte, 59 ans. « Arrivée en haut de

l’escalier, je vois tout noir, je n’ai pas de

jambes », témoigne pour sa part Maryline,

61 ans. Ce sont les symptômes les plus

courants des ces « Covid longs » : fatigue,

douleurs musculaires, essoufflement,

sensation de « brouillard » cérébral... Pour

le dire en termes profanes : le souffle

court et les jambes lourdes !

Pour soigner ce mal, aucun médicament

n'existe à ce jour. Les professionnels

sont unanimes : se remettre

progressivement au sport est la solution. on.

Le monde s'adapte à cette nouvelle

réalité. Les salles de fitness aussi.

Par exemple, à Rennes, les salles de

sport Elancia ont lancé un programme

de rééducation spécialement dédié

aux patients atteints de symptômes

persistants du coronavirus.

Au programme : trois mois d'exercices

de musculation et de cardio, en douceur.

Laura, infirmière de la région victime de

Covid long, a souscrit à ce programme et

témoigne « Après ma maladie, je n'avais

plus de force, j'arrivais à peine à soulever

une cuillère pour manger un yaourt ! Après

quelques semaines de programme sportif,

je récupère de mieux en mieux. Après,

c'est sûr, on a pas encore la forme d'une

jeune de trente ans ! »

Les initiatives se multiplient aux quatre

coins de la France. La Maison Sport

Santé Pays Basque Adour (MSSPBA)

a ainsi mis au point un programme

de rééducation expérimental dit

« Rééducation Covid Long ». Là encore :

aucune médication mais du sport, rien

que du sport. Le ministère des Sports

étudie de près cette expérimentation

et pourrait donner prochainement des

directives au niveau national en matière

de sport adapté au Covid long.

Mais attention : la clé, c'est la

progressivité. « N’hésitez pas à partir

pour un petit tour du pâté de maisons,

conseille le Dr Stéphane Cascua.

«LA CLÉ, C'EST LA PROGRESSIVITÉ.

N’HÉSITEZ PAS À PARTIR POUR UN

PETIT TOUR DU PÂTÉ DE MAISONS.»

Vous reviendrez sans difficulté si les

symptômes se déclenchent et deviennent

gênants. Les salles de sport accessibles

pour raisons médicales vous offrent la

possibilité de faire un peu de tapis et de

vous arrêter dès que vous le souhaitez.

Les séances de méditation en marchant,

disponibles sur de nombreuses

applications, vous donnent l’opportunité

d’accueillir le fonctionnement de votre

corps et d’accepter ses imperfections

provisoires. »

Une chose est sûre : si le sport est le

meilleur des médicaments, face au Covid

long, c'est (pour l'instant) le seul ! WS

50 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021

EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR


La clé pour gérer

les méfaits de son

Covid long, c'est

justement d'y aller

progressivement, sans

brûler les étapes.

© Aleksandar Malivuk / Shutterstock

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 51


Spécial sport-santé

SOUTENIR

© Vincent Krieger

TRIATHLON

DES ROSES

La 8 e édition de cette course

féminine made in Octobre Rose

a été organisée en septembre à

Toulouse et Paris, et parrainée

par Denis Brogniart, animateur

de Koh-Lanta. Des épreuves

consistant à 100 m de natation à

Toulouse, 200 m à Paris, 6 km de

vélo à Toulouse, 8 km à Paris, et 2

km de course à Toulouse, 5 km à

Paris. Un évènement en individuel

ou en équipe engagé pour la

Fondation Arc afin de faire avancer

la recherche.

© Vincent Krieger

LES COURSES

SOLIDAIRES

FLEURISSENT

À L’AUTOMNE

16 millions de Français pratiqueraient la course à pied. Une manne

financière pour les associations investies pour la lutte contre les

cancers féminins. Odyssea, La Parisienne, Courir POUR ELLES…

les courses solidaires au profit des femmes en soin ne cessent de

prospérer dans tout l’Hexagone, soutenues par un nombre de

bénévoles remarquable, n’en déplaise à la pandémie de Covid-19 !

En voici quelques-unes qui ont retenu notre attention. PAR LÉA BORIE

ODYSSEA


Aujourd’hui, chaque année en

octobre, pas moins d’une dizaine

de villes sont dans le process de

cet évènement créé en 2002 : de

Nantes à Bayonne, en passant

par Chambéry, Cannes, Dijon, ou

L’Étang-Salé (La Réunion), les

femmes s’élancent, pour parcourir

près de 7 millions de kilomètres,

afin de collecter plus de

10 millions d’euros sur près d’un

million de participantes !

52 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


D.R

LA PARISIENNE

En septembre, la capitale est envahie d’une vague rose sur 7 km.

Grâce à quoi, 33 projets de recherches ont été financés depuis 2006 !

Le yoga est aussi une activité qui fait partie prenante de l’évènement

désormais.


© Y. Kellerman

OCTOBRE

ROSE

La première campagne de

sensibilisation contre le cancer

du sein est née aux Etats-Unis

en 1985. Le concept a été

repris en France en 1994. Dès

lors, de nombreux évènements

se sont associés à la cause du

1 er au 31 octobre de chaque

année avec un triple objectif :

collecter, informer, sensibiliser.

Gravitent autour de cela des

courses caritatives pour rappeler

à toutes les participantes

les bienfaits du sport pour

combattre la maladie.

Clermont en

Rose

4 ème édition

Soutenez la lutte contre le cancer du sein !

CLERMONT EN ROSE

4 e édition en octobre de Clermont en Rose avec un format de 5 km de

marche ou de course dans la ville auvergnate.


5 km

D.R.

Dimanche 10 octobre 2021 à 10 h

Place de Jaude, Clermont-Ferrand

Village officiel du ven. 8 au dim. 10 octobre

Réalisation : Agence Com’ Commerce. Photo Franck Boileau - La Montagne

CHOISISSEZ VOTRE FORMULE :

• CHRONO SOLO FEMME

• CHRONO DUO MIXTE OU FÉMININ

• ALLURE LIBRE

• DOSSARD SOLIDAIRE

2 CHALLENGES POSSIBLES

• CHALLENGE ENTREPRISES

• CHALLENGE SCOLAIRE

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 53


Spécial sport-santé

SOUTENIR

© oneinchpunch / Shutterstock

D.R.

L’AMAZONE


Une course au Havre réservée aux femmes, labellisée Le Havre en forme.

La 13 e édition organisée en septembre défiait les runneuses sur 6 km.

D.R.

LA JOSÉPHINE

Une course de 5 km à son rythme à la Roche-sur-Yon dont la 7 e édition a

lieu à cheval sur septembre et octobre.


LA

2021

Conception - réalisation : Ville et Agglomération de La Roche-sur-Yon - Juillet 2021

jesuisjosephine

au profit de la Ligue contre le cancer

larochesuryon.fr

D.R.

54 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


LA MARSEILLAISE DES FEMMES

En partenariat avec Amnesty International France et la Fondation pour la recherche

médicale, la course a lieu en octobre. L’association marseillaise Complètement Fadades

y forme une team de malades du cancer guérie ou en rémission.


LA SCINTILLANTE

La 2 e édition de la course du Centre Léon Bérard des Foulées solidaires contre le

cancer a lieu à Lyon en novembre, pour une marche de 5 km ou une course/

marche rapide de 9 km.


© Baxou

COURIR

POUR ELLES

L’association lyonnaise de lutte contre

les cancers féminins s’investit depuis

2010 dans la prévention des cancers

par l’activité physique et le soutien des

femmes en soin. Tous les ans en mai,

rendez-vous est donné au Parc de Parilly

(banlieue lyonnaise) pour une course de 5

ou 10 km, ou un combo marche et yoga.

L’occasion de témoignages et prises de

paroles, dont précédemment celle de

deux marraines, Wendie Renard et Marie-

Sophie Obama. Cette année, l’édition

était ouverte aux hommes. Hors Covid, ce

sont pas moins de 600 bénévoles et près

de 20 000 inscrites ! Il y en a pour tous

les goûts : en septembre, Rouler POUR

ELLES, en mars Danser POUR ELLES, et

depuis cette année, Nager POUR ELLES,

avec l’Open Swim Stars en août !

D.R.

D.R.

© oneinchpunch / Shutterstock

D.R.

D.R.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 55


Spécial sport-santé

SOUTENIR

Témoignage

Camille Lacourt

et Alice Detollenaere,

l’amour contre le cancer

Le célèbre nageur Camille Lacourt est très actif sur les réseaux sociaux dans la lutte contre le

cancer du sein. Celui de son épouse, Alice Detollenaere, a été diagnostiqué en octobre 2019. Depuis

ce jour, Camille Lacourt a fait lui aussi de ce cancer un combat quotidien. PAR VANESSA MAUREL

devait faire des contrôles pour une petite

boule dans le sein. Elle a ensuite fait une

mammographie, durant laquelle il y eu un

prélèvement. Trois semaines plus tard,

alors qu’on avait presque oublié ces examens,

le docteur nous a rappelés. C’est

là que nous avons appris la nouvelle. »

Abasourdi par le verdict, l’ancien nageur

est directement entré dans la lutte. « On

ne s’attend pas à ce que ça nous arrive à

nous. Mais j’ai compris qu’Alice allait être

en état de choc et que je devais absolument

écouter et enregistrer tout ce que le

médecin nous disait. Je me suis dit qu’il

fallait que je sois dans le combat, même

si je ne savais pas combien de temps il

».

© Instagram Alice Deto

«

Je t’ai déjà tout dit, mais

nos enfants ont beaucoup

de chance d’avoir

une mère comme toi. »

Aujourd’hui, Camille Lacourt

est plus amoureux que jamais. Et

pour cause. Il y a deux ans, son épouse

Alice Deto apprend qu’elle est atteinte

d’un cancer du sein. Un diagnostic soudain

et inattendu. « Elle a eu un rendez-vous

banal chez le docteur, qui lui a dit qu’elle

Camille Lacourt s’est donné corps et âme

aux côtés d’Alice pour l’éloigner psychologiquement

de sa maladie. « Ce n’est

pas tous les jours facile, car même si

nous, les aidants, n’avons pas le droit de

se plaindre car on n’est pas malade, on

encaisse une charge émotionnelle assez

lourde. Mais j’ai essayé d’être toujours à

ses côtés, et je suis ravi d’être cette personne

qui pouvait lui apporter du réconfort.

Mon rôle était de continuer à la faire

rire et à relativiser. Je trouve qu’on a eu

de la chance, car Alice n’a pas eu besoin

de chimio. Oui elle a subi une opération

et une ablation, mais dans cette

« CE TRAUMATISME D’AVOIR UN

NOUVEAU SEIN QUI N’EST PAS LE SIEN. »

56 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


LE SPORT

POUR SE

RECONSTRUIRE…

MAIS PAS TOUT DE

SUITE

Si le sport fait entièrement partie de

leur vie, Camille et Alice l’ont mis de

côté pendant de longs mois.

« Pendant la maladie, le coeur n’était

vraiment pas au sport. On l’avait un

peu abandonné. Mais après, il a été

vraiment important. Il nous a permis

de reprendre une vie normale. »

© Aude Alcover - Icon Sport

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 57


Spécial sport-santé

SOUTENIR



mieux ». Camille s’est plié aux désirs de

sa compagne, autant que possible. «




-


»

Ce travail a payé. Quand Alice a commencé

à rigoler d’elle-même, Camille

a su que c’était gagné. «


«


».

die

». Quelques mois plus tard, en janvier

2020, Alice décide de rendre son cancer

public, via les réseaux sociaux. « Je




»

À cette même date, le nageur publie sur

Instagram un long texte dans lequel il

épaule déjà d’une manière exemplaire

sa compagne. «




© Instagram Alice Deto

«GUÉRIE

PAR TON

AMOUR. »

Alice

Detollenaere,

compagne de

Camille Lacourt,

mannequin de

renom élue Miss

Bourgogne en 2010, a annoncé son

cancer et son opération sur ses

réseaux en janvier 2020. Elle revient

sur cette épreuve, mais aussi sur

le rôle de l’ancien nageur dans sa

reconstruction, dans son premier

livre titré « Guérie par ton amour ».

Cet ouvrage témoignage vient de

paraître aux Éditions Leduc.

(…)



-





Quelques mois après avoir

annoncé son cancer sur

les réseaux sociaux, Alice

Detollenaere a dévoilé

une incroyable nouvelle :

l’arrivée d’un enfant dans

leur foyer. Marius est né le

1 er juin 2021. « Cette épreuve

nous a créé des liens

indéfectibles, nous confie

Camille Lacourt. On était

un jeune couple, cela faisait

seulement deux ans qu’on

était ensemble. On parlait

écrivait-il.





-


» WS

« ON PARLAIT DÉJÀ D’ENFANTS,

MAIS TOUT EST DEVENU PLUS ÉVIDENT

APRÈS LE CANCER »

déjà d’enfants, mais tout

est devenu beaucoup plus

évident après. Elle sait que

je serai là, quoi qu’il arrive.

On a malheureusement

eu le cancer pour nous le

prouver. »

58 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


« Mon rôle était de

continuer à la faire

rire et à relativiser.

On a eu de la chance,

car Alice n’a pas eu

besoin de chimio. »

© Dave Winter - Icon Sport

D.R.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 59


Spécial sport-santé

SOUTENIR

LA QUESTION

PEUT-ON PRATIQUER

LE SPORT AVEC

UNE GENOUILLÈRE ?

Vous avez dit orthèse ?

Sous ce nom barbare

d’«orthèse », on cherche à

remettre l’articulation dans l’axe

pendant une pratique sportive

pour permettre une réassurance.

Pourquoi porter une genouillère

post blessure ou opération ?

Laquelle choisir ? Combien de

temps la garder et pour quelle

activité ? Quand est-elle contreindiquée

? On fait le point pour

ficeler tout ça. PAR LÉA BORIE

REPRISE SPORTIVE : TOUT

EST SOUS CONTRÔLE !

Olivier Grosjean, sport brand manager

chez Thuasne Sport, marque française

d’orthopédie, qualifie l’orthèse de

« solution non intrusive », en regard des

médicaments, anti-douleurs et crèmes,

pour pratiquer son sport en réduisant les

douleurs. « La personne s’inscrit dans une

démarche de reprise sportive après une

blessure ou une chirurgie, ou elle souffre

d'une pathologie récurrente, avec douleurs

et instabilités cycliques. Elle a alors

connaissance de sa fragilité et s’équipe

pour maintenir le muscle et le tendon,

afin d’assister l’articulation et d’éviter la

blessure. »

La différence entre orthèse et attelle ?

La première permet le mouvement en

l’accompagnant, quand la seconde

immobilise. Dans la famille des orthèses,

la genouillère est ciblée sur le genou,

l’une des articulations des plus fragiles

et complexes du corps humain avec la

cheville. Sa composition, faite d’os, de

ligaments, de tendons et de cartilages,

contribue au maintien et à la flexibilité

du genou. Mais si certains éléments

du rouage sont abîmés ou fragilisés,

c’est tout le système qui en pâti et qui

souffre. Ce qui peut donner lieu à des

pathologies plus ou moins limitantes –

entorse, arthrose, lésions méniscales

ou cartilagineuses, ligaments croisés,

syndrome fémoro-rotulien, etc.

BIEN S’ENTOURER

Il est essentiel avant toute chose,

lorsqu’on pratique un sport, a fortiori

lorsque cela se fait à haute intensité et

haute fréquence, de se construire une

équipe médicale adaptée, d’un personnel

de santé qualifié, bien au fait des

pathologies de sportifs.

TESTER, SE FAIRE SON IDÉE

Une fois qu’on a son ordonnance du

médecin pour le port d’une genouillère de

tel type, le mieux, pour bien choisir, est

encore d’essayer, de tester, de pratiquer,

pour voir quelle est la plus adaptée. Il se

peut que ça ne soit pas la première, mais

la 3 e genouillère essayée qui convienne !

Et le professionnel de santé ne sera pas

avec vous pour l’acheter à vous tenir la

main. Ce qui demande d’apprendre à se

connaître et à s’écouter. Notamment en

fonction de la phase du traitement et de

guérison où l’on en est.

« En France, on le dit souvent, on est

assisté, rappelle Olivier Grosjean. On

a cette logique d'une santé qui ne

coûte rien, qui nous est gratuite.

Alors on se repose beaucoup sur

les professionnels de santé pour

trouver des solutions adaptées à sa

pathologie, mais cela doit être avant

tout une démarche volontariste du

patient de maîtriser les choses, de

prendre en main sa santé pour aller

mieux. »

LES DIFFÉRENTES

GENOUILLÈRES

SUR LE MARCHÉ

Il existe deux grandes familles,

les genouillères médicales,

qui s’achètent en pharmacie,

parapharmacie et magasin

spécialisé, délivrées sur

ordonnance. Et les genouillères

de sport, des alternatives

non remboursées distribuées

dans les magasins sportifs

en automédication ou en

pharmacie en vente libre. En

fonction de la pathologie, des

douleurs et de l’expérience

du patient, un kiné ou un

médecin du sport pourrait

orienter la personne vers un

magasin de sport si besoin.

60 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR


Différentes genouillères en

fonction de sa pathologie et de

l’activité pratiquée :

Niveau 1

Blessure légère, douleur chronique

légère, séquelle d’entorse

du genou, gonarthrose, pour

une activité linéaire avec peu

d’impacts

Genouillère de maintien avec

effet antalgique, en tricot avec

de l’élasthanne pour un effet

compressif doux. Un tricotage

plus relâché à l’arrière du genou

pour libérer la flexion et évacuer

la transpiration.

Niveau 2

Famille de genouillère

intermédiaire, pour le

« jumper’s knee » (syndrome

du sauteur), les

problèmes de cartilages

et de ménisques, les

tendinites et les luxations,

pour une activité

de pivot

Genouillère avec

baleines souples

qui accompagne le

mouvement du genou, et

anneau rotulien ouvert ou plein

qui stabilise la rotule.

Niveau 3

Blessures graves, qui nécessitent

d’assister l’articulation

Genouillère presque apparentée à

l'attelle, en fonction de sa rigidité, avec

baleines rigides en métal, en titane ou en

carbone, afin de reproduire le mouvement

du genou, et bande de strapping en

«x» ou autour du genou pour ajouter en

compression et en maintien.

Au-dessus du niveau 3, on viendra

immobiliser complètement le

genou avec des genouillères

d’immobilisation, et régler

manuellement l’amplitude du

genou.

La bonne taille de

genouillière

Le choix de la taille est crucial. Une

genouillère s’essaye à même la peau,

après avoir mesuré la circonférence du

genou, la jambe semi-fléchie. Trop petite,

ça cisaille et fait un effet garrot qui

compresse et empêche le mouvement.

Trop lâche, elle n’est que psychologique.

« Souvent, on ne tape pas juste du premier

coup. Le plus important est d’avoir posé

le bon diagnostic, après examens, radios,

IRM, et avis appuyés de professionnels

aguerris». Olivier Grosjean prend l’exemple

de l’essuie-glace, 2 e blessure des

runners : « C’est une blessure difficile à

soigner car les causes sont multiples. Elles

peuvent venir de la voûte plantaire, des

lombaires, du bassin… » C’est pourquoi

il faut titiller les différentes solutions,

essuyer des premiers échecs pour

retrouver de bonnes sensations.

Dans la famille des genouillère médicales,

on fonctionne par entonnoir, avec

des niveaux de compression et une

proprioception progressifs, mais avec

un point commun : avoir une meilleure

perception de l’articulation et moins

d’appréhension pour pratiquer son sport et

se remuscler.

NE PAS IMMOBILISER

L’ARTICULATION QUAND CE

N’EST PAS NÉCESSAIRE

On immobilise lorsqu’on rentre dans le

protocole de Rice, que nous détaille

Olivier Grosjean : « R rest, on s’arrête, I ice

on glace, C compression, et E élévation du

membre. » En effet, l’immobilisation vaut

quand l’articulation doit être complètement

au repos. À ce moment-là, on fait une

croix sur le sport. À l’inverse, quand

l’articulation souffre de petites instabilités,

il ne faut pas se suréquiper. Lorsqu’on a

repris, que l’articulation est stabilisée, il

faut savoir se détacher de son orthèse

quand celle-ci n’est plus nécessaire et

qu’elle n’est là que pour rassurer. Car

dans le cas de genouillère au maintient

important, il y risque de démuscler ou

de compenser sur l’autre jambe, de

déséquiliber la cheville, etc. Au niveau

des sensations, cela enverrait de mauvais

signaux au cerveau.

Une fois encore, si les signaux médicaux

sont au vert, le professionnel de santé

saura confirmer les impressions du patient

pour lui conseiller d’ôter une genouillère

qui n'est plus utile. WS

© vectorfusionart / Shutterstock

EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 61


Spécial sport-santé

SOUTENIR

Rencontre

Cécile Hernandez

La sclérose en plaques

ne l’empêche pas de « rider »

2002. Cécile Hernandez se réveille. Ses jambes ne répondent plus. Après une batterie d’examens,

le verdict est sans appel : la jeune femme est atteinte de sclérose en plaques. Depuis, la

snowboardeuse handisport, triple médaillée paralympique, fait de cette maladie un combat.

Pour elle comme pour les autres. PAR VANESSA MAUREL

Marraine du Téléthon

2020, Cécile Hernandez

hausse la voix.

« Osez, bougez. Bougez

à votre manière » :

Cécile Hernandez ne cessera jamais de

vous motiver. Mais avant d’en arriver à

cette philosophie de vie, la sportive a eu

besoin de temps, beaucoup de temps,

« 10 ans pour être précise ». Une fois

le diagnostic posé, ses rêves se sont

écroulés. « On m’a dit qu’il fallait que je

tire une croix sur le sport. Ça a été vraiment

compliqué. » Mais, après avoir été

invitée sur un raid, Cécile Hernandez a

un déclic.

« Cette course regroupait des personnes

valides et des personnes en

situation de handicap. Je me suis rendue

compte que les personnes handicapées

faisaient du vélo, certes de manière

différente, mais elles en faisaient

quand même. Lorsque j’ai essayé le

vélo couché, j’ai compris que moi aussi,

je pouvais. Au retour de ce raid, j’ai

recommencé à courir en piscine, sur

trampoline. J’ai recommencé à faire


en faisait mieux que moi. Je tombais…

mais je me suis relevée, encore et encore,

et j’ai retrouvé cette passion. Personne

ne m’avait parlé du handisport

auparavant. Cela a été un déclic. »

© Icon Sport

« Au sein d’une

même journée

sportive, mes

jambes peuvent me

lâcher. »

62 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


© Icon Sport

« Il y a une vie avec le

handicap qui peut être

belle ! »

« MALGRÉ LES DOULEURS, AUJOURD’HUI

JE PEUX LE DIRE : JE N’ÉCHANGERAIS

PAS MA VIE AVEC UNE VIE DE VALIDE. »

Depuis, Cécile Hernandez prête son

image pour de nombreuses causes, la

lutte contre la sclérose en plaques, mais

pas seulement. Elle est ainsi présente

sur des événements partout en France :

des courses, des trails… « Je veux dire

aux gens que le sport c’est possible ! Ça

l’est simplement autrement. Si je pouvais

leur donner un conseil, c’est qu’il

ne faut « simplement » pas chercher

à comparer notre situation actuelle à

celle d’avant. Ce sont deux choses complètements

différentes. » Un discours

Ce n’est pas facile

de se dire qu’il va falloir arrêter de se

comparer, accepter nos nouveaux corps

avec ses limites, mais l’important c’est

de repousser ses limites sans pour autant

se mettre en danger. Oui, ça peut

être dur ce qui nous arrive, mais il y a

une vie avec le handicap qui peut être

belle. Malgré les douleurs, aujourd’hui

je peux le dire : je n’échangerais pas ma

vie avec une vie de valide. »

« 80 % des handicaps sont

invisibles »

Aux Jeux Paralympiques de Sotchi

(2014), Cécile s’est fait connaître en

tant que sportive. Mais en 2018, Pyeongchang

lui a aussi permis de montrer

la réalité de sa maladie. « Après les

mencé

à me jouer des tours. Je suis

» Une chute qui

a montré au monde l’évolution rapide

du handicap. « Au sein d’une même

journée sportive, mes jambes peuvent

me lâcher. C’est ça, la réalité de la sclérose

en plaques. Aujourd’hui, 80 % des

handicaps sont invisibles. Ce n’est pas

parce que je ne suis pas en fauteuil roulant

que je ne suis pas handicapée. Il

faut faire évoluer ce regard et arrêter

les stigmatisations. » WS

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 63


SHOPPING

Shopping de soin :

guérir par et

pour le sport

S’il y a une chose que nous apprennent les douleurs et les maladies, c’est

d’essayer de s’adapter, sans jamais céder ni baisser les bras. Voici un panel de

solutions techniques, cosmétiques, électroniques, pour accepter, lutter, gravir,

et vaincre. Parce qu’on a toute cette petite voix au fond de nous qui nous dit

de nous accrocher. PAR LÉA BORIE

1 / ELECTRODES ANTI-DOULEURUR

Qui aurait cru qu’un petit boitier renferme un

précepte pareil ? Positionnez les électrodes sur

la zone endolorie, appairez votre smartphone,

et laissez les micro-impulsions électriques agir.

Cette solution naturelle anti-médicament courtcircuite

le message de la douleur. Une méthode

d’électrothérapie connectée utilisée par les

kinés, qui arrive dans votre salon avec ses 1000

programmes. Arthrose, lombalgie, tendinite,

névralgie, etc. tout y passe !

Bluetens

classique, 149 €, bluetens.com

ens.

2 / SE (RE)METTRE AU SPORT

MAINTENUE

Une brassière adaptée aux femmes

atteintes de cancer de sein en grande

distribution : Decathlon l’a fait. En

partenariat avec le Centre Oscar

Lambret, centre régional de lutte

contre le cancer des Hauts de France,

la marque Kalenji a mis au point ce

soutien-gorge post-mastectomie qui

sécurise le maintien, et est doté d’une

poche pour prothèse externe. À l’étude

depuis 2017, il est le fruit de réflexions

entre soignants et patientes pour

contourner les difficultés des agrafes à

l’arrière et des matières non adaptées.

Jog Kokoon+, Decathlon, XS à 3XL,

40 €, decathlon.fr

64 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR


3 / TENIR À DISTANCE LES PETITS MOTS

DU QUOTIDIEN

La consoude vous dites ? Cette plante

médicinale peu connue a visiblement tout

bon pour soigner bobos et blessures plus

sérieuses. Un coup de baume viendra

soulager entorse, cicatrice, crevasse… Alliée

des jardiniers et des bricoleurs, elle l’est aussi

pour les sportifs ! Son secret depuis

2000 ans ? Un savant mélange d’huile

d’olive, de racine et feuilles de la

grande consoude, de cire d’abeille

et d’huiles essentielles de

lavande et de romarin, sans

conservateur !

Baume de consoude,

B-actif, 50 ml,

11,30 €, b-actif.fr

4 / REVITALISER SON REGARD

RevitaLash ® Cosmetics, ce sont

des produits revitalisant pour cils et

sourcils. La marque est née d’une

histoire émouvante, celle d’un

mari dont la femme, atteinte d’un

cancer du sein, a développé des

cosmétiques pour que son épouse

s’accepte davantage. Aujourd’hui,

malgré le décès de sa compagne,

il continue d’accompagner les

femmes dans plus de 70 pays.

L’édition limitée pendant Octobre

Rose reverse des bénéfices à des

assos et organisations caritatives.

Revitabrow Advanced,

RevitalLash, 3 ml, 90 €,

revitalash.fr

5 / LE LEGGING

QUI ME MASSE

Installez-vous dans

votre legging, bougez,

et laissez-faire le tissu

Power Fabric à relief

tridimensionnel. On

se croirait dans la 3 e

dimension dit comme

ça. Encore plus si on

vous dit qu’il préviendrait

de blessures. La

compression du tissu

contribue à stabiliser

articulations et muscles

pour un sentiment de

sécurité en endurance.

De quoi réduire la fatigue

musculaire.

Legging Sport tights

massage, Anita, 36 à 50,

99,95 €, anita.com

6 / PRESSION = RELAXATION GARANTIE

Un système de récupération les doigts de pied en éventail devant

la TV ! Voici un appareil pour stimuler la circulation, diminuer la

raideur, soulager la fatigue musculaire et réduire les courbatures.

Tout ça par compression pneumatique pour relâcher les tensions et

oxygéner son sang.

Une sorte de bottes magiques…

RecoveryAir, TheraBody, 3 tailles, 699 €, therabody.com

© Jacob Lund / Shutterstock

EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 65


CULTURE

LIVRES ET PODCASTS PAR LÉA BORIE

DES VOIX ET DES LIGNES

POUR AVANCER

On a parfois besoin d’un déclic, d’une lecture électrochoc, d’un audio qui nous

trouble et nous transcende, ou juste de mots qui nous accompagnent

et nous font grandir, voire qui nous font avancer sur le chemin de la

résilience ou de la guérison. Voici quelques suggestions sélectionnées

par l’équipe Women Sports, parce qu’elles nous ont profondément

parlé, touché, et qu’on souhaite vous les partager. Bonne lecture,

prenez soin de vous.

S’ouvrir au

développement naturel

Se reconnecter à Soi, à l’Autre,

à l’Invisible, à la Nature

de Céline de Lamberterie, Ed. Véga/Tredaniel,

mai 2021, 19,90 €

« Ce qui ne s’exprime pas s’imprime,

et nous ne le dirons jamais assez,

car il en va de notre santé ! » En

s’appuyant de techniques modernes

mais aussi de sagesses ancestrales,

Céline de Lamberterie se donne

corps et âme pour nous faire passer

le message d’être nous-même, plus

conscient à soi pour trouver ses

propres clés de résilience. Elle nous parle notamment

du stress et de sa relation à l’adaptabilité, de

l’activité physique en nous conseillant

d’être « corporellement intelligents »,

ou encore des bienfaits trop

souvent laissés pour compte

d’une marche en forêt, et

nous détaille différentes

techniques de méditations.

Elle parsème ses pages

d’activités méditatives et

d’exercices de réflexion,

disponibles en audio et

vidéo. Pour que chacun

retrouve son rythme.

66 WOMEN SPORTS N°20 N°22 • Octobre Avril-Mai-Juin - Novembre 2021 - Décembre EN SAVOIR 2021 PLUS EN SUR SAVOIR WWW.WOMENSPORTS.FR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Ma meilleure

amie a un cancer

du sein

de Charlotte Pascal, Ed. Flammarion,

septembre 2021, 16,90 €

« Petit guide

pratique pour

celles et ceux qui

accompagnent

leur amie dans le

combat contre la

maladie ». A travers

des mots justes,

parce que ce sont

les siens, ceux

qui ont traversé la maladie, Charlotte

Pascal guide sa lectrice sur ce qu’il faut

ne pas dire ou au contraire sur ce qu’on

peut souffler à l’oreille de sa meilleure

amie porteuse d’un cancer du sein. Un

ton décalé et inattendu qui aborde avec

un autre regard un sujet sensible. Et

cette façon admirable de toujours voir le

verre qui déborde et non à moitié plein.

L’occasion pour l’auteure de raconter

son parcours, de remercier toutes celles

et ceux qui l’ont accompagnée dans ce

tunnel, et de se servir de son histoire pour

en aider d’autres.

Bien manger

pour guérir

Les 200 aliments qui

soignent et préservent votre

santé

de Dr William W.Li, Ed. Hugo& Cie,

mars 2019, 22 €

« Nous sommes

ce que nous

tirons de notre

alimentation ». Vous

êtes ainsi prévenu.

Si vous comptiez

vous défiler en

continuant de nier

l’impact de ce que

vous mettez dans

votre assiette sur votre santé, avec cet

ouvrage, vous vous sentirez vite au pied

du mur ! À partir d’appuis scientifiques

complexes, le docteur W.Li nous

détaille en 450 pages les mécanismes

antivieillissement, anti-infectieux ou

contre les failles génétiques. Vous

pourrez puiser dans une liste de recettes

fournie comme base de lancement pour

vous hisser vers une alimentation plus

élcairée.

Bigorexie,

Le sport, ma prison sans

barreaux

de Servane Heudiard, Ed. Bold/

Amphora, mars 2021, 17,50 €

On connait bien

les dangers

des troubles

alimentaires du

type anorexie/

boulimie, on

entend parler de

flexitarisme, mais

assez peu de la

bigorexie. Elle

n’est reconnue

comme maladie par l’OMS (Organisation

mondiale de la santé) que depuis 2011.

Et pourtant, cette addiction au sport est

dévastatrice. Une notion difficile à faire

accepter sans doute car, dans notre

société, on véhicule une image du sport

qui est bonne voire nécessaire à la santé.

Mais tout est une question de dosage.

Dans son livre, Servane Heudiard,

sportive amatrice devenue sportiveaddict,

témoigne la lente évolution de ce

processus destructeur qu’est la pratique

du sport à haute dose.

Cheminements

Podcast santé

podcast.ausha.co/cheminements

Danser sous la pluie

Le podcast de Même Cosmetics sur le cancer du sein

bit.ly/PODCAST-MEME

Marguerite de Rodellec tend le

micro à ces femmes qui parlent

de leurs pathologies sans frein. À

ce jour, le podcast compte plus de

30 épisodes à son actif. Parmi ceux

qui nous ont marqué : « Marie-Rose,

l’endométriose, ‘‘Je me suis prise

un mur de sexisme médical’’ »,

« Agathe, la spondylarthrite ankylosante, l’art de lever les

tabous », et « Noémie de Lattre, leadership féministe, les

règles, le clitoris ». Un podcast produit par MedShake Studio,

spécialisé dans la santé.

Sous ce titre aussi poétique que parlant, ses

conceptrices, Judith Levy et Juliette Couturier,

entendent faire parler du cancer autrement.

À chaque enregistrement, on entend ainsi

pendant une heure un témoignage sans

tabou, un parcours de vie, de soin, de

souffrance… Des histoires inacceptables,

difficiles à entendre parce qu’invivables, qui

redonnent malgré tout du courage face à des vies chamboulées,

bouleversées mais accrochées. Un podcast porté par la marque

de soins dermo-csométiques Même pour peaux fragilisées par les

traitements anticancéreux.

© MIA Studio / Shutterstock

EN SAVOIR PLUS EN SUR SAVOIR WWW.WOMENSPORTS.FR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre N°20 • Avril-Mai-Juin - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 67


#GoodVibes

Top 3 des comptes

Instagram

influenceuses fitness

JUJU FITCATS @JUJUFITCATS

La bienveillante

Naturelle, c’est le mot qui décrit sans doute le mieux Juju Fitcats.

L’influenceuse et youtubeuse pousse ses «petits chats» (ses followers,

NDLR), à s’assumer et s’aimer comme ils sont. Victime de troubles

alimentaires et plus particulièrement d’anorexie lorsqu’elle était plus

jeune, Justine s’est épanouie à force de sport et d’encouragement de

son premier coach. Elle est allée encore plus loin, en se donnant pour

objectif de participer à un concours de culturisme, qu’elle a (bien

évidemment) remporté (1 ère toutes catégories), à force de ténacité.

« La seule chose importante, c’est que quoi que vous fassiez, faites-le

avec PASSION », écrit-elle en se remémorant son sacre.

Aujourd’hui, c’est dans un domaine précis que la jeune femme de

24 ans s’épanouit : le cross fit (mélange de cardio, d’haltérophilie

et de gym), ainsi que la musculation.Sur Youtube, Justine partage

sa passion et propose de nombreux exercices à pratiquer à son tour,

avec ou sans matériel, mais surtout casser les idées reçues (comme

sur cette vidéo nommée « Perdre le gras du ventre (ceci est un

mensonge) ».

Pour autant, rien ne sert de faire du sport comme une acharnée

si l’alimentation ne suit pas. Et, comme toute «fitness girl» qui se

respecte, Justine est une cuisinière «healthy» hors pair (et une

accro à la patate douce, ça a son importance). Ainsi, Juju FitCats

a sorti plusieurs livres de recettes «saines et gourmandes» dont un

nommé… « 50 nuances de patates douces ».

68 WOMEN SPORTS N°20 N°22 • Octobre Avril-Mai-Juin - Novembre 2021

- Décembre EN SAVOIR 2021 PLUS

EN SUR SAVOIR WWW.WOMENSPORTS.FR

PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR

.FR


SISSY MUA @SISSYMUA

La déterminée

Suivie par presque 1,5 millions de

personnes sur Insta, Sissy nous fait

rêver via ses photos, que ce soit

d’elle, de son couple ou même de

ses repas. Mais surtout, son énergie

permet à quiconque de trouver la

motivation. Grâce aux petits conseils

et aux vidéos concrètes de son

compte Instagram, il est très facile de

reproduire ses exercices à la maison.

Mais si Sissy Mua est surtout

réputée, c’est pour la qualité de sa

chaîne Youtube. Malgré le fait qu’elle

montre là encore des exercices pour

se muscler les fessiers, les jambes,

les bras ou encore le dos, la chaîne youtube de Sissy Mua comporte bien d’autres atouts. Sur cette dernière,

l’influenceuse parle d’alimentation, de routine beauté ou même de ses voyages, tout en ajoutant une note

« fun » pour montrer toutes les facettes de la jeune femme bien assumée qu’elle est.

Au vue de la popularité de la fitness girl sur le réseau social Instagram, la jeune femme a décidé d’écrire

plusieurs livres. Du « Beach Body »à « Sissy Fitness Body Book », « Sissy Strong », et enfin le plus récent

« Mon Cahier Objectif Bikini en 12 semaines », Sissy Mua se confie, à travers ces lignes, sur « sa méthode, son

programme, son parcours (…) donne ses conseils de fille au mental d’acier et au corps d’athlète dans un livre

photo à l’esthétique sport, léchée, sombre. »

JUSTINE GALLICE @JUSTINEGALLICE

La force tranquille

Zéro excuse.

Justine Gallice a fait

sa place parmi les

fitness girl les plus

suivies sur les réseaux

sociaux. Et pour

cause. L’influenceuse,

sans langue de bois

et sans tabou, donne

envie de se dépasser.

Pour autant, elle le

sait, faire du sport

régulièrement ce n’est

pas simple. Ni pour

nous… Ni pour elle.

Justine Gallice ne

cache pas ses baisses de motivations et c’est ça qui la rend si « réelle ».

L’influenceuse a créé son propre programme répondant au nom d’Objectif Zéro Excuse. Elle y propose

onze tutos fitness qui permettent de travailler le corps entier grâce à des séances à la fois courtes et intenses,

prévues également sans équipement. Elle propose aussi des cours sur les réseaux sociaux gratuitement et via

sa chaîne youtube.

Comme Juju FitCats et Sissy Mua, Justine Gallice est une youtubeuse aguerrie. Sur sa chaîne, la sportive nous

partage ses meilleures recettes healthy et gourmandes, mais aussi des cours spécifiques à savoir du yoga ou

encore des séances spéciales fessiers, abdominaux intenses, ou encore spécial culotte de cheval. Pour aller

encore plus loin, Justine Gallice propose aussi de la méditation et des vidéos plus « cool » et personnelles sur

sa relation avec Thibault Geoffray.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 69


DESTINATION SPORT

DÉCOUVERTE

Lloret

de Mar

Le spot ideal

pour votre

stAGe sportif

Nous avons découvert le meilleur endroit

pour une « mise au vert ». La ville

espagnole de Lloret de Mar, située sur

la Costa Brava, a développé une offre

parfaitement adaptée pour les stages

sportifs. Au programme : du soleil, des

infrastructures sportives de qualité,

des hôtels labellisés… et des prix très

compétitifs !

PAR DAVID TOMASZEK

Lloret de Mar

est situé sur la

Costa Brava, à

1h de la frontière

française.

Au bord de la mer, à proximité des montagnes, dans un environnement

naturel exceptionnel bercé par un climat méditerranéen

reconnu comme le meilleur pour la santé par les plus grands chercheurs,

Lloret de Mar est l’endroit idéal pour un séjour sportif. Depuis

quelques années, la municipalité de cette petite cité catalane a

mis en place une offre à destination des fédérations et clubs sportifs,

afin de mettre en valeur ses atouts. Voici les 5 points-clés qui font de

Lloret de Mar la destination idéale pour votre prochain stage sportif.

70 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


1.

LE LIEU IDÉAL

4.

2.

Lloret de Mar se trouve à 1h de la frontière française, au bord de

la mer Méditerranée, sur la Costa Brava. Il y règne tout au long

de l’année un climat idéal pour la pratique sportive : nombre

d’heures de soleil optimal, températures douces. La ville est de

petite taille. Il est donc possible de se déplacer à pied tout au

long de votre séjour pour vous rendre de votre hôtel à l’installation

sportive de votre choix, puis de celle-ci à la plage, pour

un bain bien mérité. L’environnement est d’ailleurs idéal pour

toutes les pratiques outdoor.

UNE OFFRE HÔTELIÈRE

DE QUALITÉ

Qui dit station balnéaire, dit offre hôtelière considérable ! A fortiori

si vous organisez votre stage en dehors de la haute saison

de juillet-août. La ville a attribué à 14 hôtels le label « Tourisme

sportif ». Ces établissements sont parfaitement adaptés à l’accueil

de groupes lors d’un séjour sportif.

3.

APRÈS LE SPORT,

LE RÉCONFORT !

Lloret de Mar est l’endroit idéal pour se détendre après une tense séance sportive. Selon vos goûts, vous opterez pour une

in-

promenade en bord de mer ou dans les superbes jardins de ta Clotilde, une excursion culturelle, une session de shopping...

ou une petite soirée gastronomique

San-

!

DES SÉQUIPEMENTS

SPORTIFS

EXCEPTIONNELS

Le sport est une véritable « religion » à Lloret de Mar. La ville dispose

de plusieurs terrains de football, gymnases équipés pour l’ensemble des

sports collectifs (basket, handball, volley, rink hockey...), pistes de tennis

et de padel. La ville s’est en outre dotée d’une piscine olympique couverte

éclairée en lumière naturelle, qui fait sa fierté ! Cette dernière est

adossée à une immense salle de fitness flambant neuve. Mais Lloret de

Mar est aussi et surtout un site idéal pour le cyclisme, le running et tous

les sports outdoor !

5.

UN RAPPORT QUALITÉ-

PRIX IMBATTABLE

Votre stage sportif ne vous coûtera pas cher. Les tarifs sont tout à fait

raisonnables pour l’hébergement, les repas, l’accès aux installations

sportives et toutes autres prestations annexes.

VENEZ VOUS FAIRE

UNE IDÉE SUR PLACE !

L’agence de Tourisme de la Catalogne, avec l’Organisation Mondiale du

Tourisme (OMT), organise le Congrès Mondial du Tourisme Sportif les 25 et 26

novembre prochains à Lloret de Mar. Cet événement compte également sur

le soutien de la Mairie de Lloret de Mar ainsi que du Département de tourisme

Costa Brava Girona. Le lieu choisi est l’Evenia Olympic Congress Center.

Contact : Cristina Rebled

crebled@lloret.cat

Tel. +34 972 36 57 88

Informations sur les prestations de tourisme sportif de Lloret de Mar :

https://professionals.lloretdemar.org/fr/produits-touristiques/tourisme-sportif

D.R.

EN SAVOIR PLUS SURWWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 71


COUPS DE CŒUR

PAR VANESSA MAUREL ET RUBEN DIAS

RETOUR SUR...

Jeux Olympiques et

Paralympiques de Tokyo

belles

histoires

Haven Shepherd, qui se surnomme ellemême

« Bomb Survivor » (« Survivante

d’une bombe », NDLR) , a disputé, à

18 ans, ses premiers jeux paralympiques

à Tokyo. La nageuse a une histoire hors du

commun. L’Américaine a en effet survécu

à une tentative de suicide de ses parents,

alors qu’elle n’était âgée que de 14 mois.

Le couple vietnamien a fait détoner une

bombe en tenant leur enfant dans les

bras. Celle-ci a survécu, mais le bas de ses

jambes a été arraché.

© PA Images / Icon Sport

72 WOMEN SPORTS N°22 •

Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


À 13 ans, la Japonaise Momiji Nishiya, sacrée en

skateboard, est devenue l’une des plus jeunes

championnes olympiques de l’histoire à Tokyo.

En remportant l’épreuve de street, l’adolescente

est la première championne olympique de

l’histoire en skateboard, sport qui fait ses grands

débuts olympiques à Tokyo. La vice-championne

du monde 2021, qui a fêté ses 14 ans le 30

août, peu après son sacre, n’a toutefois pas

battu le record olympique de précocité. Il est

détenu depuis 1936 par l’Américaine Marjorie

Gestring, qui avait 13 ans et 267 jours quand elle

a remporté son titre au plongeon.

© Icon Sport

Ce n’est pas une mais deux demandes en

mariage qu’ont connues les Jeux cette

année ! Maria Belen Perez Maurice,

escrimeuse venue d’Argentine, a eu

droit à une magnifique demande de

son compagnon. Lucas Saucedo s’est

en effet mis derrière elle, lors d’une

interview après sa disqualification, avec

une pancarte où il était écrit : « Veux-tu

m’épouser ? S’il te plaît. ». Le journaliste a

alors suggéré à la sportive de se retourner

et… Surprise ! Maria Belen Perez Maurice

a alors crié de joie, en enlevant son

masque, avant d’accepter la demande.

De son côté, l’athlète paralympique Keula

Nidreia Pereira Semedo a également eu

droit à une jolie demande en mariage,

après son élimination lors des séries du

200 m T11 (déficients visuels). Juste

après avoir franchi la ligne d’arrivée, son

guide et compagnon, Manuel Antonio Vaz

da Veiga, a posé le genou à terre et lui a

fait sa demande. La sprinteuse a accepté

sous les applaudissements.

© Instagram @belenperezmaurice

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 73


CHAMPIONNES FRANCOPHONES

Catherine

Beauchemin-Pinard,

des Jeux de la Francophonie

à la médaille olympique !

Médaillée de bronze aux VII es Jeux de la Francophonie France/Nice 2013, dans la

catégorie de poids des moins de 57 kg, la judokate canadienne Catherine Beauchemin-

Pinard a cette année réalisé son rêve en décrochant une médaille olympique aux

Jeux Olympiques de Tokyo, en moins de 63 kg !

PAR LA RÉDACTION DE WOMEN SPORTS EN COLLABORATION AVEC LES ÉQUIPES DE L’OIF

atherine a

Ccommencé à

pratiquer le

judo à l’âge

de 9 ans

avec une amie d’enfance,

apres avoir lu combien le

champion canadien de

judo, Nicolas Gill, était épris

de ce sport. Née dans une

famille de trois enfants, à

cet âge, elle était la seule

qui ne pratiquait pas un

© Anthony Dibon - Icon Sport

sport. Elle a ainsi trouvé

son sport à elle, différent

de ceux pratiqués par ses

frères.

En 2013 et en 2014,

elle participe aux

Championnats du monde

Juniors et remporte à

chaque fois une médaille,

notamment une d’argent

en 2013 et une de bronze

en 2014. Elle est la seule

Catherine

Beauchemin-

Pinard nous a

prouvé à plusieurs

reprises qu’une

médaille, ça

s’arrache !

judokate canadienne ayant

obtenu deux médailles à

cette compétition.

L’année des Jeux de la

Francophonie de 2013,

elle commence aussi à

participer aux compétitions

Seniors et remporte le titre

de championne cu Canada.

L’année d’après Jeux est


lui apportant plusieurs

médailles, dont trois

d’or aux Championnats

panaméricains de San

Salvador, au Grand Prix

de Mongolie et au Grand

Chelem de Russie.

En 2015, elle tente sa

chance aux Championnats

du monde Seniors où elle

obtient la 5e place, soit le

meilleur résultat de l’équipe

du Canada. Une année

plus tard, à l’âge de 22

ans, elle se classe à la 8 e

position dans sa catégorie

de poids dans le monde, ce

qui lui permet de réussir la


Olympiques de Rio, dans

la catégorie de poids de

moins de 57 kg.

En 2017, elle change de

catégorie, en passant à

63 kg. Un pari gagnant !

En 2019 et en 2020, elle

remporte les Championnats

Panaméricains. Et en 2021,

son rêve se réalise. Aux

Jeux Olympiques de Tokyo,

cet été, elle a décroché la

médaille de bronze ! WS

74 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 75

© Sipa USA Photo - Icon Sport


CLUB WOMEN SPORTS

L’UNESCO

MISE SUR

LE SPORT

© Graham Aubrey

L’agence des Nations

Unies fait du sport un

outil indispensable pour

l’éducation, la santé et

l’égalité

Grâce à son pouvoir transformateur, le sport est un outil incontournable pour le développement,

l’inclusion sociale et l’égalité des genres. Il occupe une place centrale au sein de l’UNESCO, agence

des Nations Unies cheffe de file pour l’éducation physique et le sport. De fait, l’agence onusienne

assure une mission de coordination et de plaidoyer pour l’intégration systématique du sport dans

les politiques publiques d’éducation, de santé, d’égalité et de jeunesse au niveau international et

national. Elle intervient également auprès de ses États membres pour favoriser les investissements

des gouvernements, des partenaires de développement et du secteur privé dans le sport pour le

développement. PAR LA RÉDACTION DE WOMEN SPORTS, EN COLLABORATION AVEC LES ÉQUIPES DE L’UNESCO

Dans l’ombre de la

COVID-19, trois crises

contemporaines majeures

Chute de l’activité physique,

déclin de la santé mentale, accélération

des inégalités de genre,

la COVID-19 a mis en lumière et

démultiplié ces trois phénomènes

préexistants, interdépendants

mais trop souvent sous-estimés.

81 % des adolescents ne


d’activité physique selon l’OMS,

ce taux étant encore plus élevé

ment

constaté que les troubles

d’anxiété et les états dépressifs

chez les jeunes ont bondi de plus

de 200 %. Aujourd’hui plus que

jamais, l’activité physique et sportive

est nécessaire pour cultiver

la résilience physique, mentale et

socio-émotionnelle.

Pourtant, de nombreux obstacles

à la pratique systématique

du sport persistent partout dans

le monde, notamment pour les

femmes, victimes d’inégalités en

termes d’accès et de participation

au sport et à une éducation phy-


les premières victimes de harcèlement

et de violences sexuelles

dans le sport, rencontrent des


LE SPORT C’EST :

+80%

de confiance

chez les filles

+40%

de réussite

aux examens

responsabilité dans l’écosystème

sportif et subissent un écart de

rémunération conséquent par rap-


© Girard Olivier

n’est pas exempt de ces inégalités

genrées : le continent africain

compte aujourd’hui une seule

joueuse de rugby professionnelle

76 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


– Babalwa Latsha – et les ligues

professionnelles de football féminin

sont quasiment absentes.

Bien que, sur le continent africain,

les habitudes sportives varient selon

les cultures, l’histoire coloniale

et les zones linguistiques, des obstacles

communs à tous les pays

persistent, ralentissant la promotion

et l’accessibilité du sport : lacunes

politique, juridique, institutionnelle,

manque d’infrastructure


Le sport, une solution

facile d’accès et à fort

impact

Des preuves solides démontrent

le pouvoir transformateur du sport

pour améliorer la vie des individus,


et des femmes. L’investissement

dans le sport et son écosystème

est donc un chemin prometteur

pour atteindre un développement

durable, inclusif et égalitaire en

Afrique. La stratégie de développement

durable de l’Union Afri-

les politiques publiques nationales

de façon systématique.

L’UNESCO accompagne ainsi

ses Etats membres dans cette

démarche à travers la mise

en place de plans d’actions,

l’organisation de sommets interministériels

(MINEPS) et de

comités intergouvernementaux

(CIGEPS) pour l’activité physique,

l’éducation physique et le sport.

Par ailleurs, l’UNESCO appuie

le développement de politiques

sportives ciblées, notamment

grâce à la génération de données

à travers les différents projets

qu’elle porte.

Les inégalités structurelles, les

conditions d’insécurité, la peur

des agressions et les expériences

de harcèlement nuisent à l’engagement

des femmes dans le

sport. L’UNESCO est engagée

dans l’élaboration et la mise en

œuvre de directives pour la sécurité

des sportifs professionnels et


des mécanismes de protection au

FIT FOR LIFE en bref

Intégrer

les politiques

d’égalité,

de sport,

d’éducation,

de jeunesse

et de santé

Encourager

et permettre la

participation

des jeunes

dans le sport,

une éducation

physique de

qualité et

des bonnes

habitudes

alimentaires

Eduquer

aux valeurs

du sport pour

changer les

comportements,

surpasser les

stéréotypes

de genre

et favoriser

l’inclusivité et le

respect

Fit for Life sera lancée officiellement en novembre 2021 lors de la

Conférence Générale de l’UNESCO.

Mesurer

l’impact des

interventions afin

d’accroître les

investissements

Stiliani “Ani” Chroni présente

l’Observatoire Mondial

des Femmes et du Sport

Stiliani “Ani” Chroni est Professeure de psychologie du sport, de

pédagogie et d’entraînement sportif à l’Université des Sciences

Appliquées Inland Norway - INN University. Ancienne présidente

de Women Sport International, elle a été récemment nommée

Manager par intérim de l’Observatoire Mondial des Femmes et du

Sport. Elle nous en parle en quelques mots.

UNE DATE

2021 bien sûr ! L’idée de l’Observatoire Mondial des Femmes et du Sport

est née lors de la 4 ème Conférence internationale des ministres et hauts

fonctionnaires responsables de l’éducation physique et du sport (MINEPS

IV) et a mûri lors de la 6 ème Conférence (MINEPS VI). L’idée a été accueillie

favorablement par le mouvement international pour les femmes et le

sport, et beaucoup d’entre nous ont travaillé sans relâche partout dans

le monde pour la rendre réelle et concrète. Voir cette idée se matérialiser

en Suisse en 2021 est une étape importante pour les droits des femmes,

leur autonomisation et l’équité dans et par le sport.

TROIS MOTS

L’Observatoire Mondial des Femmes et du Sport aura pour mission de :

UNIR ET FÉDÉRER

Fédérer le mouvement international pour les femmes et le sport et unir

toutes les voix féminines et les efforts des parties prenantes dans toutes

les régions du monde afin de faire caisse de résonnance et porter au-devant

de la scène les réalisations des femmes dans le sport.

PROUVER ET AMÉLIORER

Soutenir les avancées de la recherche sur des données concrètes et développer

des méthodologies de suivi et d’évaluation pour prouver que les

engagements et les actions en faveur de l’égalité des genres dans l’éducation

physique et le sport progressent et améliorent la vie des filles et des

femmes dans le monde entier.

GUIDER ET CONSEILLER

Guider et conseiller les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux

dans chaque pays pour réaliser des analyses sectorielles, développer,

mettre en œuvre, évaluer et suivre des plans d’action en faveur de

l’égalité des genres dans le sport.

UNE AMBITION

Nous espérons de tout cœur que l’Observatoire Mondial des Femmes et

du Sport transformera le monde. Inspirer, influencer, engager et miser sur

le changement pour faire progresser la vie de toutes les filles et femmes

dans et par le sport est ce à quoi nous aspirons. Que le sport soit le catalyseur

de changements durables, qu’il favorise le progrès et soit porteur

d’opportunités dans toutes les régions du monde !

D.R.

caine «reconnait le sport comme

un élément de culture et un contributeur

majeur au développement

humain, au renforcement de la cohésion

nationale et au rapprochement

des peuples». Les recommandations

d’Antanarivo de 2019

concrétisent cette reconnaissance

en déclinant le plan d’action de

Kazan de l’UNESCO pour le continent

Africain.

Le rôle de l’UNESCO

Les plans de relance post-COVID

sont une opportunité indéniable

pour intégrer le sport dans

niveau international, et s’engage

à accompagner les gouvernements

et organisations sportives

pour prioriser la protection des


et des femmes. De plus, un Observatoire

Mondial des Femmes

et du Sport a été lancé en juillet

2021 sous la coordination de

sence

de données dans ce domaine

et d’atteindre l’égalité des

genres dans et à travers le sport.

Ces données serviront à encourager

les investissements dans

le sport pour le développement,

notamment à travers la Coalition

pour le développement durable

à travers le sport, menée

par l’AFD et dont l’UNESCO est

un membre fondateur.

Cette Coalition rassemble les

banques de développement

du monde entier pour les en-


autour du sport qui contribuent

aux avancées sociales et économiques.

Les expériences positives précoces

en matière de sport,

notamment à l’école et dans

la communauté, sont essentielles

pour favoriser une participation

régulière et à long

terme des femmes dans le


expériences, l’UNESCO lancera

prochainement son initiative Fit

for Life (En Forme pour la Vie).

Solution à faible coût et fort impact,

Fit for Life a pour objectif

d’autonomiser les jeunes, de

renforcer leur résilience et de

développer leurs compétences

de vie et leur esprit critique à

travers une éducation physique

de qualité basée sur les valeurs

du sport. WS

EN SAVOIR PLUS EN SUR SAVOIR WWW.WOMENSPORTS.FR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre N°20 • Avril-Mai-Juin - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 77


FEMMES D’INFLUENCE

L’INTERVIEW

Gabriela Ramos :

« L’égalité des genres est un relais de croissance

méconnu pour l’économie mondiale »

Nous avons eu l’immense honneur de nous entretenir avec Gabriela Ramos, Sous-Directrice

générale pour les sciences sociales et humaines à l'UNESCO. Cette femme mexicaine méconnue

du grand public est l’une des personnalités les plus influentes dans le monde ! Elle a contribué aux

côtés des plus hauts dirigeants de la planète à affronter la crise financière mondiale de la précédente

décennie. Aujourd’hui, elle met son talent au service des grandes causes portées par l’UNESCO,

comme pour l’égalité des genres. Gabriela Ramos revient en exclusivité pour Women Sports sur les

moments forts de sa brillante carrière. PROPOS RECUEILLIS PAR DAVID TOMASZEK

WOMEN SPORTS : GABRIELA

RAMOS, AVANT DE PRENDRE VOS

FONCTIONS À L’UNESCO, VOUS

ÉTIEZ DIRECTRICE DE CABINET DU

SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’OCDE ET

SHERPA POUR LE G20. QUEL EST LE

CHEMIN QUI VOUS A MENÉ VERS UNE

FONCTION AUSSI PRESTIGIEUSE ?

GABRIELA RAMOS : Le point de dé-






nous dépasser dans nos études et nos





-




-







-


VOUS AVEZ DONC DÉMARRÉ VOTRE

CARRIÈRE AU MEXIQUE. COMMENT

S’EST FAITE VOTRE TRANSITION VERS

L’OCDE ?


-


-

-




-



-




-






-




CHACUNE DES GRANDES ÉTAPES DE

VOTRE CARRIÈRE VOUS RAMÈNE À

DES DILEMMES QUANT À VOTRE VIE

DE FAMILLE. EST-IL DONC SI DIFFICILE

DE CONCILIER VIE PROFESSIONNELLE

ET VIE FAMILIALE À CE NIVEAU DE

RESPONSABILITÉ ?

«CONSTRUISEZ JEUNE VOTRE CARRIÈRE

POUR VOUS RENDRE INDISPENSABLE

LE JOUR OÙ LE BÉBÉ ARRIVERA »

78 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


Gabriela Ramos

fut numéro 2 de

l'OCDE et sherpa

pour le G20 avant

de devenir Sous-

Directrice générale

de l'UNESCO.

D.R.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 79


FEMMES D’INFLUENCE


-




-

-



-

-




-



VOUS ÊTES DONC DEVENUE

NUMÉRO 2 DE L’OCDE ET « SHERPA

POUR LE G20 ». EN QUOI CONSISTE

CE POSTE ?

-

-




-







-





-

-

-







IRONIE DU SORT, À L’OCDE VOUS

AVEZ ŒUVRÉ POUR UNE DIMENSION

SOCIALE DE L’ÉCONOMIE ET

UN OBJECTIF « GENRE », ET

AUJOURD’HUI À L’UNESCO, VOUS

POUVEZ APPORTER UNE DIMENSION

ÉCONOMIQUE À UNE AGENCE DONT

L’ACTION SOCIALE ET LA LUTTE POUR

L’ÉGALITÉ DES GENRES SONT LA

RAISON D’ÊTRE !

-





-

«LES FEMMES NE DOIVENT PAS

ÊTRE DES VICTIMES : LA CLÉ, C'EST

L'INDÉPENDANCE ÉCONOMIQUE.»




-







-



EN TANT QUE SOUS-DIRECTRICE

GÉNÉRALE POUR LES SCIENCES

SOCIALES ET HUMAINES À L'UNESCO,

COMMENT UTILISEZ-VOUS LE SPORT

DANS VOS PROGRAMMES ?



-

-





-

-

GABRIELA RAMOS

en bref

Gabriela Ramos est Sous-Directrice

générale pour les sciences sociales et

humaines à l'UNESCO.

Précédemment, elle occupait les

fonctions de Directrice de Cabinet

du Secrétaire général de l’OCDE

et Sherpa pour le G20, et Chef du

Centre de l’OCDE à Mexico pour

l’Amérique latine, où elle a coordonné

la préparation de différents rapports

sur le Mexique en vue de promouvoir la

réforme dans le domaine de l’éducation

et de la santé. Elle a organisé le Forum

de l’OCDE dans ce même pays et a

aussi préparé et lancé la série phare des

publications « Getting it right ».

Avant de rejoindre l’OCDE, Gabriela

Ramos a occupé plusieurs postes

auprès du gouvernement mexicain,

notamment celui de Directrice des

affaires économiques (chargée entre

autres des relations avec l’OCDE)

au sein du ministère des Affaires

étrangères, et de Secrétaire technique

au sein du Cabinet du ministre

du Budget. Elle a également été

Professeur d’économie internationale

à la Universidad Iberoamericana et à

l’Instituto Tecnológico Autónomo de

Mexico. Madame Ramos est titulaire

d’un master en politiques publiques de

l’Université de Harvard, et a bénéficié

de bourses d’études de Fulbright et

Ford MacArthur. Elle a été décorée

de l’Ordre national du mérite par le

Président de la République française,

Monsieur François Hollande, en 2013.



-




-


-



-

-


WS

D.R.

80 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR


LES BONS PLANS

Page réalisée par le service commercial de Women Sports

NEON LIGHTS (NBA)

Inspiré par les lumières fluorescentes du paysage

urbain, le drop NEON LIGHTS (NBA) de New Era

propose une version futuriste des logos les plus

emblématiques du basket.

Sur le terrain, dans la rue - et maintenant sur les logos

des équipes les plus médiatiques de la NBA. Imitant

la signalisation lumineuse du paysage urbain électrifié

à la nuit tombée, NEON LIGHTS (NBA) porte les

emblèmes des équipes à un niveau supérieur avec

des broderies à effet lumineux sur des fonds noirs et

des couleurs vives. La gamme de t-shirts, débardeurs,

sweats à capuche et casquettes 9FORTY présente une

conception repensée de ces logos emblématiques.

Les logos sont tous mis en valeur par un traitement de

type halo appliqué à leurs couleurs clés habituelles.

Ainsi, les L.A. Lakers brillent de mille feux, tandis que

les Chicago Bulls et les L.A. Clippers s’illuminent d’un

blanc éclatant. Quant au drapeau New Era, il flotte

dans un éclair de couleur accrocheur.

La nouvelle collection NEON LIGHTS (NBA) est

maintenant disponible sur www.neweracap.eu et

auprès de certains commerçants.

BEATS STUDIO BUDS

Profitez d’une expérience d’écoute

immersive où que vous alliez grâce

aux Beats Studio Buds, des écouteurs

totalement sans fil à la fois puissants, légers

et confortables, qui offrent une expérience audio

et un design incomparable. Les Beats Studio Buds sont

également polyvalents (trajets quotidiens/usage sportif

puisque résistants à l’eau et à la transpiration (indice

IPX4)) et ont une autonomie maximale de 24 heures. Ils

intègrent également deux modes d’écoute, Réduction

active du bruit et Transparence, et peuvent être jumelés

d’un seul geste aussi bien à un appareil iOS qu’à un

appareil Android.

Les Beats Studio Buds sont disponibles sur

Beatsbydre.com et chez les revendeurs agréés au

prix de 149,95 € dans trois couleurs Beats classiques :

Noir, Blanc et Rouge Beats.

EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 WOMEN SPORTS 81


égie

Vous souhaitez communiquer

dans l’un des médias

de notre groupe ?

Pôle B2C : plus de 20 millions de visiteurs en digital, plus de 15 millions de lecteurs en print

Sport.fr : plus de 2 millions de visiteurs uniques par mois

e.Sport.fr | Women Sports | Women Sports Africa

Pôle B2B : plus de 20.000 acteurs du sport business abonnés

Sponsoring.fr : magazine, lettre hebdo, newsletter push, site web, base de données


Publicité print ou digitale, publi-éditorial, articles sponsorisés, annonces légales / DSP,

communiqués de presse, offres d’emploi, brand content…

Contactez la régie Sport.fr pour une campagne

adaptée à vos besoins et à votre budget :

regie@sport.fr

www.sport.fr/regie


NOUVEAU PROGRAMME

FIDÉLITÉ*

VALABL

ABLE DANS

VOS 6 ENSEI

SEIGNE

GNES

RENDEZ-VOUS SUR LACARTE.SPORT2000.FR

D’AVANTAGES

FIDÉLITÉ

DE POINTS AVEC

LE LIVRET SPORT

D’OFFRES

EXCLUSIVES

*Voir conditions sur lacarte.sport2000.fr


© Photo : T. Maheux - La Française des Jeux - 315 065 292 RCS Nanterre

Pour faire gagner

le cyclisme féminin

FDJ est fière de poursuivre son accompagnement

du cyclisme féminin de haut niveau en devenant

Partenaire Officiel du premier Paris-Roubaix Femmes.

84 WOMEN SPORTS N°22 • Octobre - Novembre - Décembre 2021 EN SAVOIR PLUS SUR WWW.WOMENSPORTS.FR

JOUER COMPORTE DES RISQUES : ISOLEMENT, ENDETTEMENT... APPELEZ LE 0974751313 (APPEL NON SURTAXÉ)

More magazines by this user