25.11.2021 Views

contact_office_magazine_#33_french

Nos bureaux devraient être décontractés et agréables, non ? Ce qui était jusqu‘à récemment la tendance dominante dans l‘architecture moderne des bureaux est de plus en plus teintée d’une nouvelle aspiration : la redécouverte de l‘amour vert. Découvrez dans notre article en une comment le design biophilique revitalise les bureaux. En toute logique, nous vous montrons comment un bâtiment vieux de 600 ans a été transformé en un lieu au concept novateur. En parlant de l‘avenir, nous avons demandé à Horst Steinbacher, PDG d‘officeMedia, comment la numérisation va changer la face du bureau. Nous prouvons également que l‘environnement spatial peut favoriser la capacité d‘apprentissage et nous vous en donnons un exemple avec le Corporate Campus (Campus d’entreprise). Les conseils pour faire bonne figure lors des vidéoconférences sont aussi au coeur de notre attention dans ce numéro. Enfin, nous jetons un coup d‘oeil au bureau de Manuelle Gautrand, l‘une des architectes les plus célèbres de France, et nous vous présentons quelques options de travail à distance décontractées, loin de l‘ordinaire des bureaux. Dans cet esprit, asseyez-vous, détendez-vous et profitez des pages qui suivent.

Nos bureaux devraient être décontractés et agréables, non ? Ce qui était jusqu‘à récemment la tendance dominante dans l‘architecture moderne des bureaux est de plus en plus teintée d’une nouvelle aspiration : la redécouverte de l‘amour vert. Découvrez dans notre article en une comment le design biophilique revitalise les bureaux. En toute logique, nous vous montrons comment un bâtiment vieux de 600 ans a été transformé en un lieu au concept novateur. En parlant de l‘avenir, nous avons demandé à Horst Steinbacher, PDG d‘officeMedia, comment la numérisation va changer la face du bureau. Nous prouvons également que l‘environnement spatial peut favoriser la capacité d‘apprentissage et nous vous en donnons un exemple avec le Corporate Campus (Campus d’entreprise). Les conseils pour faire bonne figure lors des vidéoconférences sont aussi au coeur de notre attention dans ce numéro. Enfin, nous jetons un coup d‘oeil au bureau de Manuelle Gautrand, l‘une des architectes les plus célèbres de France, et nous vous présentons quelques options de travail à distance décontractées, loin de l‘ordinaire des bureaux. Dans cet esprit, asseyez-vous, détendez-vous et profitez des pages qui suivent.

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

Numéro 33

La conception biophilique dans

l’architecture de bureaux.

Référence :

Maison de la durabilité.

© www.greenovergrey.com

Que trouve-t-on sur votre

bureau, Manuelle Gautrand ?


La redécouverte de

l‘amour vert.

Nos bureaux devraient être décontractés et agréables, non ? Ce qui était

jusqu‘à récemment la tendance dominante dans l‘architecture moderne

des bureaux est de plus en plus teintée d’une nouvelle aspiration :

la redécouverte de l‘amour vert. Découvrez dans notre article en une

comment le design biophilique revitalise les bureaux. En toute logique,

nous vous montrons comment un bâtiment vieux de 600 ans a été

transformé en un lieu au concept novateur.

En parlant de l‘avenir, nous avons demandé à Horst Steinbacher,

PDG d‘officeMedia, comment la numérisation va changer la face du

bureau.

Nous prouvons également que l‘environnement spatial peut favoriser la

capacité d‘apprentissage et nous vous en donnons un exemple avec le

Corporate Campus (Campus d’entreprise). Les conseils pour faire bonne

figure lors des vidéoconférences sont aussi au cœur de notre attention

dans ce numéro.

Enfin, nous jetons un coup d‘œil au bureau de Manuelle Gautrand,

l‘une des architectes les plus célèbres de France, et nous vous présentons

quelques options de travail à distance décontractées, loin de l‘ordinaire

des bureaux.

Dans cet esprit, asseyez-vous, détendez-vous et profitez des pages

qui suivent.

Laura et Markus Wiesner


La conception biophilique dans l‘architecture de bureaux ............... .04

Interview d’Horst Steinbacher, PDG d’officeMedia ............................ 08

Référence : Maison de la durabilité ................................................... 10 .

Campus d‘entreprise. L‘esprit universitaire au bureau ...................... 14

Comment faire bonne figure dans les vidéoconférences ................... 16

Tuyaux utiles pour le quotidien au bureau. ...................................... 18

Que signifie le partage du travail pour le bureau ?........................... 19

Bureaux à travers le monde : Siège de SPERBANK à Moscou............ 20

Que trouve-t-on sur votre bureau, Manuelle Gautrand ? ................ 2 3 .

Travail à distance loin du domicile et du bureau ............................... 24

Showroom ......................................................................................... 26

Éditeur : Wiesner-Hager Möbel GmbH, Linzer Straße 22, A-4950 Altheim, T +43/(0)7723/460-0, altheim@wiesner-hager.com, www.wiesner-hager.com,

thinknewwork.com ; Conception/Correction : Wiesner-Hager, mintmind Communication GmbH ; Mise en page : mintmind Communication GmbH,

Auteur invité : Wojciech Czaja ; Sous réserve d’erreurs de composition et d’impression ; 11/2021.

contact 3


La redécouv

de l‘amour

Architecture intérieure

© www.greenovergrey.com

4 contact


erte

vert.

Ces dernières années, les bureaux sont devenus

plus décontractés et plus confortables.

Mais ce cycle semble être arrivé à terme maintenant.

Grâce à l‘évolution récente de la numérisation

et de la culture du bureau post-corona,

de plus en plus de personnes aspirent à

la verdure, aux matériaux naturels et à un lien

plus fort avec Mère Nature. Une déclaration

d‘amour au design biophilique.

Steve Mitrione, de l‘université du Minnesota, a observé

que ses patients regardant une haie verte présentent

une activité alpha plus importante. En d‘autres termes,

ils se sentent détendus. Les patients qui regardent un

mur en béton, en revanche, ont une activité bêta plus

importante. Ils ressentent du stress.

Roger S. Ulrich, professeur d‘architecture au Healthcare

Building Research Center de l‘université technologique

de Chalmers à Göteborg, a constaté que les

patients ayant une vue sur un jardin se rétablissent plus

rapidement que ceux qui doivent regarder un mur de

briques. Le séjour à l‘hôpital s‘en trouve raccourci.

Et Clare Cooper Marcus, professeure émérite d‘architecture

paysagère à l‘université de Californie à

Berkeley, a de son côté observé que les patients vivant

dans un environnement vert ont besoin de beaucoup

moins d‘analgésiques et quittent en moyenne l‘hôpital

quelques jours plus tôt que les patients sans environnement

naturel.

Dans le domaine de la construction hospitalière, les

études scientifiques des années 1990 et 2000 ont

trouvé un écho depuis un certain temps. La planification

des hôpitaux serait aujourd‘hui impensable sans

les lignes directrices de l‘architecture dite biophile, et

leur fonctionnement serait bien plus inefficace et donc

aussi plus coûteux, car chaque lit inutilement occupé

dévore des biens économiques − en Autriche, un lit

d‘hôpital coûte actuellement 682 euros par jour.

Les avantages d‘un aménagement intérieur biophile

peuvent également être transposés à l’univers des

bureaux, car des lieux de travail mal conçus sont

source d‘insatisfaction, d‘une atmosphère de travail

désagréable, de dommages pour la santé, d‘une augmentation

des jours d’absence pour maladie et, en fin

de compte, d‘un faible niveau d‘efficacité au travail.

Comme l‘explique Andreas Gnesda, directeur général

de teamgnesda : « Les êtres humains existent depuis

deux millions d‘années, nous vivons dans des maisons

depuis 12 000 ans, et ce n‘est qu‘au cours des dernières

décennies que nous avons commencé à priver de

nombreuses personnes de leur lien avec la nature sur le

lieu de travail. Comment pouvons-nous sérieusement

supposer que cela peut rester sans conséquences ? »

Après de nombreuses années de numérisation et de

virtualisation croissantes, ainsi qu‘un aménagement de

bureau de plus en plus „cool“ et axé sur le marketing,

s’accompagnant de belles images promues au premier

plan par les médias, le désir d‘un certain apport naturel

sur le lieu de travail renaît, explique Gnesda. « Le

divertissement photogénique par la société de l‘information

est arrivé à son terme. Les gens veulent enfin

retrouver le contact avec la nature. Ils veulent pouvoir

regarder dans le vert, ils veulent être en contact avec

des matériaux naturels et authentiques, et ils veulent

être à nouveau stimulés olfactivement sans sentir

uniquement des vernis, des colles et des assouplissants.

» Les plantes, la proximité de l‘eau, la conception de

l‘éclairage, les matériaux de construction naturels et

les stimulations sensorielles irrégulières et dynamiques

qui changent tout au long de la journée, comme

la lumière, la vue et la température, jouent un rôle

particulièrement important. Les éléments les plus

importants ont été répertoriés par la société de conseil

américaine Terrapin Bright Green et un groupe de

recherche composé de Christopher Alexander, Judith

Heerwagen, Stephen Keller et Roger S. Ulrich (oui,

c‘est bien lui, le maître des études hospitalières) dans

les „14 modèles de design biophile“. De nombreuses

entreprises utilisent déjà ces 14 principes directeurs

comme base pour la conception de leurs immeubles

de bureaux.

contact 5


Architecture intérieure

© www.greenovergrey.com

« L‘un des exemples les plus subtils,

mais également cohérent, de design

biophilique est l‘ameublement des

boutiques Apple dans le monde

entier », explique Christian Prasser,

dont le cabinet CP Architektur est

spécialisé dans l‘aménagement intérieur

de bureaux, de boutiques, d‘hôtels

et de restaurants. „Les produits

ultramodernes d‘Apple sont présentés

au milieu de plantes d‘intérieur

et d‘une chorégraphie de lumière

chaude sur des tables en bois plutôt massives. Le bois

de chêne naturel, avec son grain prononcé, forme un

contraste parfait avec les produits de haute technologie.

Sur des surfaces blanches, propres et sans caractère,

les iPhones, iPads et MacBooks seraient complètement

galvaudés dans l‘atmosphère. C‘est précisément pour

ces raisons, dit M. Prasser, qu‘il faut aussi repenser

l‘aménagement des bureaux. Si les surfaces lisses et

brillantes étaient encore nécessaires pour le travail

analogique, elles constituent plutôt un obstacle à l‘ère

des processus de travail numériques et des appareils

toujours mieux éclairés. « Le mobilier de bureau lisse

et les halls d‘entrée parfaits et minimalistes, tels que

nous les connaissons depuis les années 2000, lorsque

des sociétés connues sont devenues des créateurs de

tendances mondiales avec leur langage architectural

épuré, sont impensables aujourd‘hui. Avec la numérisation

croissante, des produits haute-technologie de

plus en plus performants et l‘ennui absolu du travail

virtuel post-corona, nous aspirons aujourd‘hui à nouveau

au naturel et à l‘imparfait. » A quoi cela pourrait-il

ressembler exactement ? « Le linoléum au lieu

Les plantes dans les

espaces de bureau

apportent fraîcheur

et légèreté, elles nous

recentrent et nous

calment, et elles

sont carrément de

parfaits symboles

de l‘individualité.

du Formica, le placage bois au lieu de

l‘imitation du bois, de nombreuses

couleurs différentes au lieu d‘une palette

de couleurs monochrome », explique

M. Prasser. Et surtout, il insiste

sur l‘utilisation de la flore : « Dans

les bureaux, les plantes apportent

fraîcheur et légèreté, elles nous

recentrent et nous calment, et elles

sont carrément de parfaits symboles

d‘individualité, car elles contrebalancent

le sériel et célèbrent l‘imparfait.

Rien sans exception dans la nature n‘est parfait.

Et les personnes faisant partie d‘une plus grande

organisation sont également tout sauf parfaites. Il faut

respecter cet aspect dans la conception des bureaux

et l‘intégrer subtilement dans le design. » Mais les

bureaux de conception biophile, cités et souhaités par

de nombreux experts, comportent également des dangers.

« Tout ce qui est naturel n‘est pas vraiment bon

pour les gens », déclare l‘architecte viennoise Ursula

Schneider, directrice générale de POS Architecture.

« Certains bois contiennent du formaldéhyde, et il

ne faut pas non plus sous-estimer les ingrédients tels

que les colles et les produits chimiques utilisés pour

augmenter la durabilité. En fait, certains matériaux

artificiels et matériaux de surface ont des émissions

polluantes bien plus faibles et sont donc plus adaptés

à un usage intérieur. » Si vous voulez être prudent,

Schneider vous conseille de procéder à un inventaire

complet des produits pendant la phase de planification

et de construction − que vous utilisiez un enduit

d‘argile, un enduit de chaux, des peintures naturelles,

de l‘huile, de la cire ou des matériaux d‘ameublement

6 contact


naturels tels que le bois, le linoléum ou les textiles. La sécurité

absolue est obtenue en contrôlant les valeurs dites COV. Les

composés organiques volatils fournissent des informations sur

le comportement des différents produits en matière d‘émissions.

Schneider : « Si un bâtiment récemment achevé diffuse la même

odeur qu’une voiture neuve, alors c‘est suspect. »

Pour Bernhard Kern, directeur général de Roomware Consulting

GmbH, le design biophilique, l‘utilisation de matériaux recyclés

et le caractère naturel de la pensée économique circulaire n‘en

sont encore qu‘à leurs balbutiements. « En théorie, nous sommes

déjà très avancés, l‘industrie et les médias spécialisés présentant

le design biophile comme un élément indispensable de la culture

du bureau d‘aujourd‘hui, mais en pratique, nous sommes encore

un peu à la traîne. » Alors, tout cela n‘est-il qu‘une bulle?

« Non, bien sûr, mais en fait, j‘observe que de nombreuses

entreprises misent sur le design biophile parce qu‘elles ont besoin

de bonnes valeurs et d‘autant de points actifs sur le plan climatique

que possible. En fin de compte, il s‘agit de choisir le bon

paradigme. » Les premières idées, impulsions et initiatives sont

déjà en train de germer, cela ne fait aucun doute. Les entreprises

innovantes et pionnières du secteur privé donnent − comme

souvent − le bon exemple. Mais il faudra plusieurs années

avant que le design biophilique ne touche les masses et ne soit

utilisé par les entreprises avec autant de conviction, comme c‘est

déjà le cas aujourd‘hui dans la planification et l‘aménagement

intérieur des hôpitaux. Pourtant, les études correspondantes et

les avantages appropriés selon le domaine d’activités sont sur

la table depuis longtemps. Cary Cooper, professeur de psychologie

organisationnelle et de santé à l‘université de Lancaster, a

constaté que les performances, la créativité et l‘activité cognitive

augmentent lorsque le lieu de travail est conçu avec des motifs et

des tissus naturels. Interface, le fabricant

de revêtements de sol, a constaté que

les employés ayant une vue sur

des arbres prennent moins de

jours de congé en moyenne

que ceux qui ont une vue

sur la rue ou même aucune

référence visuelle extérieure.

Et l‘étude „Creating Positive

Spaces“ d‘Oliver Heath et

Well Building Standard

conclut que l‘utilisation de la

végétation dans un contexte

de bureau entraîne un retour

sur investissement plus

rapide. Biophilie : Avec des

chiffres pareils, comment ne

pas aimer la nature ?

© Ema Peter

Wojciech Czaja

Murs d‘habitation conçus par Gustavson Wylie

Architects (www.gwa.ca) en collaboration avec

Green over Grey (www.greenovergrey.com)

contact 7


Interview

Les bureaux

numériques

changent la

donne.

Quel est le standard technique nécessaire

dans les bureaux ? Quelles sont les exigences

dans les lieux de travail modernes ? La technologie

assumera-t-elle un jour notre travail ?

Horst Steinbacher est chef de la direction

d’officeMEDIA et offre dans son entreprise

des concepts de bureaux numériques. Il nous

fournit des réponses sur le futur numérique

du bureau.

A quoi ressemble un concept de bureau numérique

moderne ?

Une vue globale – disons holistique – sur les choses

est absolument nécessaire. Pour atteindre cet objectif

il faut rassembler à la même table tous les experts des

domaines suivants : Human, Space & Technology

autour d’une table. De nos jours les entreprises ont

l’intention d’adapter les espaces de travail, de réunion

et d’équipe, ainsi que les locaux sociaux au besoin des

employés et non l’inverse. Nous l’appelons People

Centric Design. L’un des problèmes qui se posent

est que de nombreuses entreprises pensent encore en

termes de structures passées, très hiérarchiques ou

exclusivement axées sur les processus. C’est un facteur

qui freine énormément et qui empêche les potentiels

de se développer pleinement. En outre la transformation

sociale s’intensifiera avec les générations futures.

Nous conseillons donc de vérifier l’organisation globale

en appliquant un User Journey Map et ensuite de

discuter ouvertement et à hauteur de vue. Des Process

& Collaboration-Tools vifs et créatifs tel que Miro.com

sont des instruments dédiés à cette fin. Au terme de

cette phase Workspace la technique entre en scène !

Sans connaître les exigences des employés, des clients

et des partenaires, il nous est impossible de construire

un environnement numérique sur mesure.

Quels sont les effets de l’essor du travail à distance

sur la conception des bureaux ?

La pandémie a contraint les entreprises au travail à

distance. Pour nous le développement du travail à distance

était déjà perceptible bien avant et entre-temps

il s’est établi dans le monde de travail. Dans l’ensemble

nous constatons, que dans le futur, les zones pour

Activity Based Working auront des équipements de

meilleure qualité. Les postes de travail standard, donc

un bureau fixe par employé, seront remarquablement

réduits. Les zones dans le bureau offrent plus de possibilités

de pouvoir choisir et d’être flexible, malgré la

surface totale réduite. Des espaces pour la communication

tels que salles de réunion, espaces créatifs, zones

d’événements au bureau et des lieux pour un échange

social sont très en vogue.

Quel est l’équipement numérique nécessaire dans

le bureau à domicile ?

Les conditions techniques et ergonomiques requises

sont identiques à celles du bureau hybride. Il en va

de même pour le support des services informatiques

8 contact


appartenant à l’entreprise.

Les services informatiques de

nos clients ont déjà étendu le

service d’assistance en matière

de technologies de communication

sur le lieu de travail

au bureau à domicile de leurs

employés. Ce qui signifie

que chaque employé dispose,

pour son travail à domicile et

à portée de main, des mêmes

conditions de service que

pour un ordinateur portable,

vidéo-conférence etc. Le thème

de l’équipement est plus compliqué.

Nous supposons qu’en

2022 plus de 80 pourcents de

tous les employés au bureau utiliseront

un ordinateur portable

pour le travail et la communication.

Le choix des instruments

appropriés pour vidéoconférences

ou collaboration est déjà

plus difficile. L’offre est assez variée, mais peu de ces

instruments sont faits pour une utilisation de longue

durée. Nous recommandons le global leader sur le

marché poly.com combiné avec des applications MS-

Teams. A propos de Microsoft Teams: Comme plus de

90 pourcents des entreprises locales utilisent le logiciel

Microsoft, il est évident que l’outil pour vidéo-conférences

ou collaboration poly.com fonctionne en réseau

étroit et de manière fluide avec les applications de

MS-Teams. Dans ce but Microsoft et poly.com ont

formé une alliance, qui représentent parfaitement et

harmonieusement l’échange des données. Easy to use,

facile à utiliser.

© officeMedia

Horst Steinbacher est le PDG

d’officeMEDIA à Vienne et

Munich. Il est un moteur d’innovation

et un scientifique, lorsqu’il

s’agit de technologies dans un

monde de travail et d’apprentissage

de plus en plus hybride.

officeMEDIA est bien représenté

en tant que société de conseil et de

planification parmi les entreprises

de taille moyenne et ATX.

www.officemedia.at

ronnement numérique optimal

est en train de changer complètement

la donne. Des robots ne

pourront pas remplacer notre

travail, mais des technologies

intelligentes sont déjà capables

de nous soulager de certaines

routines ennuyeuses et de nous

assister. Nous, à officeMEDIA,

pensons que c‘est plutôt cool.

C‘est pourquoi nous testons

ces petits auxiliaires dans nos

ambiances de travail à Vienne et

à Munich, pour engranger des

indications précieuses pour nos

clients.

Pour conclure imaginez-vous la

situation suivante : Marie de la

génération Y travaille dans un

bureau intégré dans un campus

moderne. Elle est connectée via

l’application MS-Teams avec ses

collègues dans le monde entier et elle peut travailler

indépendamment du lieu. Aujourd’hui elle ne peut

rejoindre physiquement à temps la réunion et ses

collègues. Ainsi elle participe déjà sur le chemin au travail

à la réunion via MS Teams. Dès que Marie arrive

au campus, le logiciel garantit une transition vers la

réunion physique sans heurts.

Quels développements numériques attendent

les bureaux à l’avenir ?

L’intelligence artificielle (IA), la réalité augmentée

(RA) et la représentation virtuelle (RV) de bureaux

entiers, les espaces de conférence et de réunion complets

en combinaison avec une haute attente d’expérience

numérique entraînent un rapide développement

de la technologie sur le poste de travail. Une entreprise

qui ne s’occupe pas de formes de travail hybrides dans

une relation symbiotique avec des technologies numériques-collaboratives

aura des difficultés à susciter de

l’intérêt auprès de collaborateurs potentiels. L’envi-

Dans l’ensemble

nous constatons,

que dans le futur, les

zones pour Activity

Based Working

auront des équipements

de meilleure

qualité.

contact 9


Référence

Maison de la durabilité :

Un concept jugé prometteur

dans un écrin historique.

La maison Hofmann à Ried im Innkreis en Haute Autriche, qui a été construite au quinzième

siècle et qui hébergeait une fonderie de cloches, se distingue à l’extérieur déjà par son charme

historique. En pénétrant la fonderie, tel est son nom encore aujourd’hui, une combinaison

d’un design moderne, et surtout durable, incorporé dans des murs anciens vous accueille.

© raumpixel

La fonderie porte depuis peu le nom « maison de la

durabilité et de la régionalité ». Par conséquence ses

utilisateurs sont des entreprises avec une orientation

durable. Des magasins et prestataires de services

divers sont complétés par un Coworking Space, ainsi

que par des espaces pour événements et workshops.

Wiesner-Hager était le fournisseur pour la plus grande

partie du mobilier. Au café on a surtout misé sur le

siège en bois créatif font, ainsi que sur les tabourets

de bar nooi et les tables m.zone. Le responsable de ce

projet est l’organisation TRAFOS qui veut introduire

et encourager des styles de vie durables dans la région.

Restauration écologique.

La maison de la durabilité représente un projet exemplaire

en ce qui concerne une restauration bien réussie

et écologique. « La maison a été classée bonne pour la

démolition par la plus grande partie des développeurs

d’immeubles et des experts en bâtiment. Ni la hauteur

des pièces, ni l’équipement électrique et sanitaire ne

correspondaient dans la moindre mesure aux normes

courantes. Après maintes réflexions et eu égard à

l’émergence de la durabilité et de la conservation de

l’héritage architecturale, le groupe de planification a

décidé de restaurer le bâtiment existant et de réaliser

10 contact


L’enchaînement

fluide des espaces et

concepts à utiliser,

notamment la gastronomie

et la boutique.

© raumpixel

la combinaison réussie d’une substance traditionnelle

du bâtiment et d’un concept architectural moderne »,

explique Karl Weilhartner, l’adjoint du président de

TRAFOS. La réalisation de l’architecture d’intérieur

a été confiée à Verena Waidmann et Lukas

Gstöttner du studio de design bonpart. « La fonderie

étant conçue pour devenir une « maison de durabilité

», l’aménagement devait au mieux être une

interprétation pionnière du sujet et dépasser l’esprit

contemporain. Un look qui se présenterait ostensiblement

écologique l’aurait poussé dans une niche où

il n’y plus de place pour ce thème. Une bonne raison

de mettre l’accent sur la modernité, la qualité et la

convivialité pour s’adresser au plus grand nombre de

personnes et ainsi les enthousiasmer », expliquent les

deux architectes d’intérieur.

© bonpart

L’ancien rencontre le nouveau.

Le café au premier étage du bâtiment incarne le point

culminant de l’ouvrage. Les poutres historiques

confèrent un charme particulier à l’espace. Assis près

d’une des petites fenêtres rondes, on peut laisser vagabonder

son regard sur les ruelles du centre-ville. Les

sièges en bois foncé avec leur forme ronde et ludique

installent une ambiance confortable. Des tabourets de

bar modernes avec des tables hautes créent un contrepoint

stimulant et décontracté. Tout près du café une

petite boutique offre des délicatesses régionales et des

produits durables. « Une particularité est l’enchaîne-

contact 11


Référence

© raumpixel

ment fluide des espaces et concepts à utiliser,

notamment la gastronomie et la boutique. Dans la

phase de planification nous avons pris soin de créer

des espaces qui se complètent harmonieusement »,

souligne Waidmann.

© raumpixel

Dès qu’on quitte l‘espace café et qu’on emprunte l’escalier

en bois, qui a été construit en frêne local, on arrive

à l’étage supérieur, où des postes coworking et des

espaces pour événements et des congrès sont situés.

« L’espace coworking est intégré formidablement

sous la charpente historique. La fusion des postes de

travail modernes et clairs conçus par Wiesner-Hager

et les poutres séculaires y donnent le ton au niveau du

concept. Les éléments architecturaux tels que le sol

en béton ciré et les poutres en bois, appuyées sur des

montants en métal lors de la rénovation, créent une

atmosphère particulière entre le confortable et l’aéré.

Une paroi vitrée avec des portes coulissantes divise

l’espace en zone coworking et en zone pour événements.

L’étage est également caractérisé par les deux

atriums avec balustrade en verre et une sculpture flottante

d’une forme organique dans la charpente », explique

Waidmann. « La technique de réparation japonaise‚

Kintsugi‘ n’essaie pas de couvrir et de cacher les

endroits endommagés, mais de les réparer habilement

12 contact


Pour être franc notre préoccupation

était de démontrer tout ce qu’implique

e sujet au-delà des stéréotypes écologiques

calculables. Grâce à nos impressions obtenues

sur la scène du design industriel international

en tant que concepteurs de produit,

nous voyons une tendance nette qui nous

encourage : dans le futur de plus en plus de

choses existeront, qui ne révèleront plus à

première vue les valeurs intrinsèques et leur

durabilité. Tout cela deviendra plus banal et

installera un nouveau standard écologique.

La durabilité est en train de s’éloigner

définitivement d’un thème de niche.

avec des matériaux sélectionnés. Tel est également le

résumé de l’approche pour les travaux dans la fonderie.

L’esprit et la beauté du bâtiment datant de plusieurs

siècles ont été conservés au maximum et complétés

par des matériaux esthétiques et fonctionnels. Ceci fut

possible grâce aux 70 membres de l’association et aux

associés qui ont investi des milliers d’heures de travail

gratuitement », conclut Weilhartner.

© bonpart

© Lothar Prokop

Données de projet :

Surface totale : 716,51 m²

Maître d’ouvrage et exploitant : TRAFOS

Architecture intérieure : Studio bonpart Design

Ameublement :

Wiesner-Hager

bonpart, Lukas Gstöttner & Verena Waidmann

contact 13


Office Concepts

© Studio Perspektiv, Prague

Campus d’entreprise.

L‘esprit universitaire au bureau.

La littérature sur le management regorge de titres qui traitent de l’organisation apprenante. L’accent

est porté sur la méthode de développement des organisations favorisant la capacité d’apprendre. Un

aspect est souvent négligé : l’environnement spatial et son importance sous-estimée dans le soutien

de la capacité d’apprentissage. Le campus d’entreprise est un nouveau concept d’aménagement

intérieur qui favorise la collaboration créative − et donc l’apprentissage mutuel.

14 contact


en tête-à-tête ou d’un lieu de manifestation à part

entière. En termes de conception tout est permis : les

structures en forme d’escalier, qui invitent à s’attarder,

sont particulièrement appréciées, elles peuvent aussi

être utilisées de manière idéale pour des présentations,

des conférences ou des briefings. Meubles rembourrés,

chaises longues, chaises de cafétéria, tables de bistrot,

canapés – l’éventail des possibilités d’accueil dans une

atmosphère informelle est large.

La liberté de conception n’est pas une fin en soi. Elle

sert à changer les perspectives en s’éloignant de la

pensée traditionnelle du bureau et vise à déclencher la

créativité et l’innovation. Toute personne souhaitant

se détacher d’un lieu de travail basé sur un bureau

trouvera dans le campus un espace où se retirer pour

travailler entre deux réunions. Bien entendu, le campus

est également propice aux pauses actives et aux

interactions sociales. En fonction de son emplcement,

elle devient à la fois un lieu de rencontre aléatoire et

un lieu de pause-café ou autre. L’animation de cette

zone intermédiaire fonde ses caractéristiques. Dans

Alors que les tâches routinières seront de plus

en plus automatisées à l’avenir, les processus

créatifs deviendront beaucoup plus importants.

Au cœur de ce phénomène se trouve

le pouvoir d’innovation des organisations

apprenantes qui ont des structures agiles et

sont constamment en mouvement. Cela nécessite

également des lieux de réunion moins

conventionnels, loin du bureau classique.

L’attention se porte sur des zones et des espaces de

l’immeuble de bureaux qui n’ont guère été pris en

compte jusqu’à présent : zones médianes ou périphériques

sous-éclairées, cages d’escalier, zones d’entrée

ou passages transversaux. Le campus d’entreprise est

une forme créative de conception des zones centrales.

En termes de conception, les analogies avec un campus

universitaire apparaissent ici : des lieux qui combinent

l’apprentissage, le travail, l’intimité et la sphère

publique. Dans le plus pur style universitaire, les zones

inutilisées dans des salles sont transformées en lieux de

collaboration créative ou de communication détendue.

L’ambiance du campus supprime le caractère parfois

inhibiteur des salles de réunion et de conférence

formelles. Le campus devient ainsi un lieu de rencontre

central, qu’il s’agisse de discussions informelles

la pratique, cependant, les employeurs sont encore

souvent méfiants face à trop de confort, de liberté

spatiale et donc trop peu d’efficacité. Cependant,

les études sur le travail basé sur l’activité prouvent le

contraire : les zones de rencontre conçues de manière

attrayante sont un avantage pour tous. L’innovation

et la créativité sont favorisées lorsque les employés ont

de nombreuses occasions de rencontres et de conversations

spontanées. Des croisements et des points de

rencontre bien conçus peuvent être plus prometteurs

que bien des mesures élaborées de renforcement de

l’esprit d’équipe. Cependant, il est important que

le design respectif corresponde à la philosophie de

l’entreprise. Le campus d’entreprise devient ainsi un

élément central des bureaux modernes, car c’est là que

le new work peut réellement se déployer.

© raumpixel

contact 15


Office Life

Comment faire

bonne figure lors des

vidéoconférences ?

© shutterstock

Des experts en organisation promeuvent depuis des années déjà la communication à distance via

vidéoconférence. Les avantages sont clairs en ce qui concerne, d’une part l’économie de temps et

la réduction des coûts grâce à la réduction des voyages d’affaires, et d’autre part la protection de

l’environnement : deux vols entre Vienne et Londres provoquent plus de CO 2

que l’aménagement

d’une salle de conférence complète pour son cycle de vie complet. Il fallait d’abord qu’une pandémie

se déchaîne pour faire sortir du bois les réunions à distance et les placer soudainement sous les

projecteurs. A propos du feu de la rampe : tout le monde n’est pas conscient que certains critères de

qualité s’appliquent à leur présence en ligne comme ils s’appliquent aux réunions physiques en face

à face. Vous trouverez ci-dessous quelques recommandations sur la manière de faire bonne figure

lors des appels en visio également.

16 contact


Une technique moderne pour la collaboration

est une condition fondamentale.

L’image qui vacille au cours de l’entretien commercial

en ligne, le ton qui coupe ou la réunion qui commence

avec un retard de 15 minutes dû à la connexion qui

ne fonctionne pas – c’est pénible. Mais ce n’est pas

une fatalité, car ces dernières années les entreprises

de technologie ont fait un travail excellent au niveau

du matériel et du logiciel pour les conférences. Elles

offrent désormais des produits bien élaborés et faciles

à manier avec qualité vidéo et audio excellente. Dans le

secteur professionnel les prix ont un niveau nettement

plus bas que dix ans auparavant. Il reste encore

le problème de la connexion internet : une condition

préalable pour des entretiens en ligne de qualité sont

des lignes solides et une bande passante adéquate. La

vitesse de transmission dépend étroitement du type

de travail et des applications et ne peut donc pas être

généralisée. Celui qui ne veut pas prendre de risques,

demande à l’opérateur réseau une garantie pour la

bande passante la plus large, qui sera évidemment

la plus chère.

Une ambiance positive créée par

un contexte pensé en amont.

La première impression compte – également en ligne :

cette première impression commence par vous-même,

car plus de 50 pourcents de la communication se font

de manière non verbale. Si, par exemple, vous organisez

votre réunion vidéo depuis votre bureau à domicile

en pyjama, cela peut (ou ne peut pas) être apprécié

lors de la réunion d’équipe avec vos collègues. Pour

des réunions plus formelles il faudrait veiller à ce que

les vêtements soient adéquats. La tenue et également

le concept du décor ont une influence importante sur

l’ambiance visuelle et sur la qualité de transmission.

Des contrastes forts – tel qu’un haut noir devant un

fond blanc – sont à éviter. Il faudrait plutôt utiliser

des coloris doux, pas trop forts. L’arrière-plan par

contre, peut être légèrement structuré. L’un ou l’autre

des accents créatifs – p.ex. photos ou illustration

visuelle – attire l’attention de l’interlocuteur et sert de

brise-glace pour l’entretien. Dans l’ensemble pourtant

l’atmosphère dans la pièce devrait être la plus calme

possible. Il en va de même pour les meubles visibles,

tels que tables ou surfaces des meubles de rangement.

L’arrangement adéquat de l’espace

pour des réunions hybrides.

Lors des conférences hybrides dans des salles de

réunion avec des personnes physiquement présentes

et des participants virtuels, l’installation spatiale des

configurations de tables doit être choisie de manière

que la communication Face-to-Face entre les interlocuteurs

reçoive un soutien visuel. En bref : que tous

les participants soient bien visibles. Ceci est valable

pour des pièces conçues pour de petits groupes ainsi

que pour de grands groupes. Même si des caméras modernes

pour les conférences peuvent s’orienter selon

l’orateur, il faudrait éviter une permanente orientation

de la caméra que l’on trouve souvent dérangeante et

qui peut détériorer la qualité de l’image. Cela signifie

pour l’installation : il faut éviter des alignements trop

larges et de longues configurations ou de grandes

pièces nécessitent des micros supplémentaires. Enfin

et surtout : ne pointez pas la caméra vers des sources

luminaires claires et des fenêtres.

Une installation typique mais pas idéale dans

une salle de réunion pour une communication

hybride : la distance entre le premier siège

(utilisé) et la caméra doit être de deux et trois

mètres afin que la caméra n’ait pas à pivoter.

La caméra d’ambiance doit être placée à une

hauteur d’environ 120 à 140 centimètres – de

préférence sous l’écran – pour permettre une

conversation à hauteur des yeux.

contact 17


Observatoire des tendances

Tuyaux utiles pour le

quotidien au bureau.

© bose

© Trello

Trello. Pour mettre fin au chaos.

Trello est un outil simple, flexible et visuel pour gérer

et organiser des projets. Des millions d’utilisateurs

dans le monde entier lui font pleinement confiance.

Son prix varie entre gratuité et 10 dollars par mois et

par utilisateur dans sa version premium.

www.trello.com

Un sac pour ordinateur portable qui

était autrefois une bâche pour un camion !

Les sacs pour ordinateurs portables de

„Freitag“ viennent d’une idée géniale.

Des bâches mises au rancart sont

transformées en sacs uniques très

fonctionnels. L’idée n’est plus

nouvelle (le premier prototype

a été déjà fabriqué en 1993),

mais néanmoins toujours géniale.

Chacun de ces modèles est unique.

Le modèle F304 MOSS a été spécifiquement

conçu pour un équipement

mobile.

Ils sont disponibles dans tous les shops

FREITAG, chez des distributeurs

sélectionnés et sur le site freitag.ch.

Redécouvrir des

casques sans fil.

Les QuietComfort Earbuds sont convaincants à tous

égards. Un pilote premium très efficace garantit une expérience

sonore extraordinaire. Des micros sur la partie

intérieure et extérieure saisissent tous les bruits,

y réagissent immédiatement et produisent un signal

opposé pour une très efficace réduction du bruit.

Les QC Earbuds sont disponibles dans les couleurs

Triple Black, Soapstone et dans deux éditions limitées

Sandstone et Stone Blue et offrent une durée de fonctionnement

de la batterie de 18 heures au maximum.

© Bruno Alder

18 contact


Office Life

Job Sharing :

Le travail partagé

reste du travail à

part entière.

Travail à plein temps ou travail à temps partiel ?

De nos jours les possibilités sont plus multiples

que jamais. De nouveaux modèles tel que le

soi-disant Job Sharing, permettent l’intégration

des formes de temps de travail, temporaire ou

travail à plein temps, qui sont profitables à tous:

employeur et employé.

Le Job Sharing implique un poste de travail à plein

temps qui sera partagé entre deux personnes en ce qui

concerne la présence physique ainsi que la répartition

des tâches. En général, il s’agit d’un poste très exigeant

avec un large portefeuille de compétences. Contrairement

au poste de travail à temps partiel classique les

tâches seront accomplies en commun.

Du Pairing au Splitting.

Le Job Sharing pourtant peut se présenter sous

différentes formes. Job Pairing p.ex. signifie que deux

personnes assument la responsabilité de toutes les

tâches conjointement sur un poste de travail à plein

temps. De plus il y a le Job Splitting. C’est un poste

où les tâches sont divisées de manière exacte. Chaque

partenaire reçoit ses propres domaines de responsabilité.

On parle de Top Sharing quand le travail des

cadres supérieurs est effectué en équipe. La répartition

classique d’un poste complet est moitié/moitié pour

chacun des deux employés.

En pratique il y a d’autres formes de répartition du

travail, p. ex. 40/60. La répartition exacte doit être

adaptée à la situation individuelle. Le Job Sharing est

souvent un simple recours temporaire pour finaliser

un projet important ou pour préparer un successeur

à la reprise d’un poste. Il est important de définir les

conditions générales du modèle Job Sharing dans le

contrat du travail. Les avantages pour l’employeur vont

d’un savoir-faire double à une efficacité augmentée.

Les employés profitent d’un partage de temps dynamique

et d’un échange d’expérience avec le partenaire

professionnel. Ce modèle est également parfait pour la

réintégration des parents après un congé de maternité

ou de paternité. Il est évident que le Job Sharing ne

présente pas seulement des avantages, mais il entraîne

également un effort d’organisation élevé. La communication

entre les partenaires doit bien fonctionner, ce

qui requiert harmonie et sympathie dès de la composition

de l’équipe.

Exigences d’espace pour Job Sharer.

Beaucoup de Job Sharer ne se partagent pas seulement

les tâches avec leurs partenaires, mais également le

poste de travail ou travaillent dans le même bureau. Les

Job Splitter peuvent profiter du Desk Sharing grâce à

la répartition des secteurs d’activité et utiliser une table

de bureau commune. Une condition préalable est que

les deux partenaires fixent des horaires de présence. Au

bureau les Top Sharer et les Job Pairer ont besoin des

zones pour la communication et la collaboration, car ils

s’occupent du travail en collaboration et ils prennent

les décisions respectives en commun.

Des zones centrales exploitées intelligemment, des

espaces prévus pour la collaboration dans les bureaux

d’équipe, des Silents Rooms en tant que lieu de retraite

pour un travail concentré ou des espaces pour un

travail créatif sont parfaitement destinés au Job Sharing

facile et efficace.

contact 19


Bureaux à travers le monde

D’une ruine

à un diamant.

© Sergey Melnikoff / Sberbank

Pendant 13 ans, l’immeuble de bureaux s’est dressé dans le quartier financier de Moscou

comme une coquille jamais achevée. La banque russe Sberbank a repris la ruine et y a créé

un univers de bureaux insolent et joyeux. La pièce maîtresse est une salle de conférence

suspendue comme un diamant poli à 20 câbles d’acier dans l’atrium. Audacieux !

20 contact


© Sergey Melnikoff / Sberbank

Tels des téléviseurs colorés, les niches polygonales en

surplomb s’imposent dans la cour intérieure froide

et sans fioritures. Les boîtes en acier expressives, au

nombre de six, abritent les salles de réunion internes

des différents départements. « En contraste avec

l’architecture autrement froide de l’atrium, nous

avons décidé de remplir les salles de réunion de vie

et d’énergie », explique Tanya Ruegg, directrice de

création du bureau de planification Evolution Design,

basé à Zurich, « non seulement dans le mobilier, mais

aussi au sol, au mur et au plafond. » Il s’agit de cavités

chaudes et douillettes à la croisée du travail concentré

intime et de l’exposition au public.

Le siège de la Sberbank, la plus grande institution

financière de Russie et d’Europe de l’Est, n’est pas

situé dans un nouveau bâtiment comme celui de ses

concurrents, dont la plupart se trouvent de l’autre côté

de la rivière dans le quartier futuriste des gratte-ciels

de Moscou, mais dans un bâtiment déjà existant mais

peu visible, construit en 2007 et jamais achevé. Pendant

des années, la coquille abandonnée s’est dressée

sur Kutuzovsky Prospekt, sur les rives de la Moskova,

avant que la Sberbank décide de ne pas construire un

nouveau bâtiment et, pour des raisons de ressources,

de rénover la ruine et de l’agrandir avec un concept de

bureau contemporain.

« La structure du bâtiment était donc prédéterminée »,

explique M. Ruegg. « Notre tâche consistait à créer

un univers de bureau aussi ouvert et accueillant que

possible pour un travail agile et basé sur l’activité dans

cette matrice existante et stricte. » Les bureaux sont

dominés par des moquettes grises, des sols en linoléum

de couleur crème, des bois clairs et accueillants et des

plafonniers en forme d’anneau. Cette structure très

neutre est entrecoupée à plusieurs reprises de groupes

de travail meublés de manière colorée, de boîtes de

verre informes avec différents ornements sur les vitres,

et d’un jeu d’espaces ouverts et de zones de régénération

légèrement décalées, séparées par des écrans

incurvés.

« Dans le secteur bancaire en particulier, on trouve

généralement des bureaux au design neutre et calme,

mais notre idée était de refléter la culture d’entreprise

fluide et agile dans les pièces. C’est pourquoi il n’y a

pratiquement pas de pièces orthogonales dans tout le

bâtiment, mais principalement des pièces courbes et

triangulaires ou polygonales. Nous voulions donner

un certain mouvement aux pièces. » Cela se reflète

également dans les postes de travail flexibles et dans

© Sergey Melnikoff / Sberbank

contact 21


Bureaux à travers le monde

l’ambiance généralement très conviviale de la structure

du bureau, qui peut généralement être utilisé de

diverses manières.

Cet étage dispose également de sa propre réception et

peut être découplé du reste du bâtiment et fonctionner

de manière autonome si nécessaire. Cependant, le

cœur incontestable de tout le bâtiment est la salle de

réunion centrale pouvant accueillir douze à quatorze

personnes. Tel un diamant poli et taillé dans le verre et

l’acier inoxydable, cette construction audacieuse flotte

© Sergey Melnikoff / Sberbank

dans le vide et est maintenue en l’air − comme une

toile d’araignée géante − par un total de 20 câbles tendus

dans les airs. « Vous ne trouverez pas ailleurs en

Europe une pièce suspendue de cette taille », déclare

Polina Voevodina, chef de projet au sein du bureau

partenaire moscovite, T+T Architects, qui était principalement

chargé de la mise en œuvre technique et de

l’interface auprès des autorités.

Derrière cette légèreté apparente se cache une technologie

de surveillance complexe : chaque câble d’acier

est équipé d’un capteur de tension et est surveillé 24

heures sur 24. S’il y a la moindre irrégularité, un signal

est immédiatement transmis au centre technique.

Autre détail pour l’anecdote : bien que les planificateurs

d’Evolution Design et de T+T Architects aient

suivi les critères stricts de LEED et de Breeam dans la

sélection des produits et des matériaux de construction,

le bâtiment n’a pas été certifié. Tanya Ruegg :

« Nous n’avions honnêtement pas le temps pour cela.

Nous nous déplacions à la vitesse de l’éclair. De la

conception à la remise des clés, il a fallu exactement 20

mois. »

Wojciech Czaja

© Sergey Melnikoff / Sberbank

22 contact


What’s on your desk?

02

01

10

05

04

03

09

07

06

08

Que trouve-t-on sur votre

bureau, Manuelle Gautrand ?

Boulevard de la Bastille, directement sur le Canal Saint-Martin,

à quelques pas de l’Opéra. C’est exactement ici que Manuelle

Gautrand, l’une des architectes les plus réputées en France, a installé

son bureau depuis une quinzaine d’années. « J’adore ce bâtiment »,

dit la femme au sourire permanent. « C’est un bâtiment industriel

simple, mais magnifique, des années 1920, une construction

industrielle à ossature de béton armé avec des murs en briques et de

longs rubans de fenêtres. Et comme à l’époque, un certain nombre

d’entreprises manufacturières y sont encore hébergées aujourd’hui

− imprimeurs, fabricants de jouets et petits ateliers de bijouterie qui

exploitent même leurs propres fours de fusion. Et puis il y a aussi

nous, les créatifs − cabinets d’architecture, studios de design, startups,

espaces de coworking et incubateurs d’entreprises. C’est un bon

mélange sauvage. » L’atelier de Manuelle Gautrand se trouve au quatrième

étage, 300 mètres carrés au total. À plusieurs reprises déjà, elle

a réaménagé et transformé le bureau, qu’elle utilise elle-même comme

un laboratoire expérimental de son propre langage architectural.

Son propre espace de travail, qu’elle n’utilise que pour des entretiens

confidentiels et des conférences Zoom, est séparé du bureau ouvert

de ses collègues par des murs en contreplaqué et en verre. Cela correspond

au charme industriel de l’ensemble du bâtiment, dit-elle. Et

cela correspond à la philosophie de son entreprise, qui se veut simple,

transparente et égalitaire. Nous avons rendu visite à l’architecte parisienne

et l’avons interrogée sur la conception de son lieu de travail.

Wojciech Czaja

© Studio Gaudin Ramet

© Manuelle Gautrand Architecture

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

J’aime l’esthétique brute et la sensation de chaleur du contreplaqué.

C’est un matériau bon marché et en même temps très sensuel qui

s’accorde à merveille avec l’esprit industriel de la structure squelette en

béton armé utilisée ici.

Une photo de notre projet de rénovation de la Gaité Lyrique à Paris, que

nous avons achevé en 2011. Vous pouvez voir un espace rose vif avec

de grandes sculptures de sièges mobiles.

Je ne peux pas travailler sans papier. Et pas sans un certain chaos

non plus. Il m’arrive de consulter de vieilles brochures conceptuelles

des années plus tard pour vérifier ce qu’il est advenu des plans et

des concepts et comment un bâtiment a réellement évolué après son

achèvement.

Nous travaillons beaucoup avec des maquettes, principalement en bois,

en plâtre et en carton. Je construis moi-même certaines miniatures pour

mieux connaître le projet.

J’aime les plantes. Et surtout les cactus ! Il y a quatre ans, j’étais en

vacances au Mexique pour la première fois. Depuis, j’ai une passion

pour les cactus. Nous avons également une énorme plante grimpante

dans le bureau qui s’accroche aux poutres en béton armé, aux gaines

de câbles et aux panneaux acoustiques et qui continue de croître

d’année en année.

Ma table Eero Saarinen : j’aime le marbre sous toutes ses formes. Et la

table est pour moi la symbiose parfaite entre géométrie et sensualité.

Chaises Panton blanches assorties.

Un sac à main Bambi ? Pourquoi pas ? En tant qu’architecte, vous

passez une partie de votre temps à rêver. Un privilège de la fonction est

d’être autorisé à rester un enfant au fond de soi.

Nous avons beaucoup de livres et de magazines dans le bureau. Dans

ma propre salle de travail, j’ai principalement des catalogues d’art,

des livres d’urbanisme, des écrits sur la théorie de l’architecture et des

publications sur la nature, le paysage et la conception de jardins.

Voici la maquette en plastique imprimée en 3D d’un magasin conceptuel

avec une grille de construction radiale et circulaire que nous avons

conçu pour Le Caire. Malheureusement, le projet n’a pas été réalisé.

Rêver en vain fait aussi partie de mon travail.

contact 23


Office Life

Camping, jardin

et café.

Travail à distance lors

du bureau et du domicile.

© shutterstock

Le travail à distance, donc le travail indépendant du lieu, est souvent

assimilé au travail à domicile. Il existe pourtant une foule

de lieux pour un travail mobile. Nous vous présentons quelques

possibilités en dehors du travail au bureau habituel.

24 contact


Outdoor : Le poste de travail

dans la nature.

Lorsque nous étions encore enfants

on nous disait : sortez prendre l’air !

Actuellement cependant nous passons

jusqu’à neuf heures par jour au bureau. Tous ceux qui

travaillent à distance ont la possibilité de transférer

temporairement leur poste de travail vers l’extérieur.

La mauvaise nouvelle : un bain de soleil n’est pas

compatible avec le travail sur écran. Cherchez donc

un coin tranquille, par exemple dans un parc ou un

café-restaurant avec terrasse à l’ombre, pour que vous

puissiez lire tout ce que vous saisissez sur votre ordinateur

portable et que votre appareil ne vous abandonne

pas complètement des suites d’une surchauffe.

Bateau de croisière :

Le poste de travail

en haute mer.

Si nous parlons du travail

mobile : que penseriez-vous d’une croisière ? Le

voyage maritime pendant des jours n’offre pas des

paysages variés – des circonstances parfaites pour

pouvoir travailler de façon décontractée et sans

aucune distraction. Mais attention : le confort en

cabine n’est pas vraiment garanti. Vérifiez au préalable

le lieu où vous pouvez vous installer avec votre bureau.

L’accès internet pourra également être un problème.

Encore une chose : Etes-vous facilement sujet

au mal de mer ?

Café : être productif avec

cappuccino et gâteau.

Depuis toujours le café est un lieu

inspirant, qui accueillait beaucoup

d’écrivains et leur offrait l’ambiance

parfaite pour leur travail. Une raison suffisante pour

prendre l’ordinateur portable et se plonger dans une

tâche avec café et gâteau. Il faut bien avouer que le

travail dans cet endroit à distance n’est pas aussi facile.

Pour travailler au café quelques mesures préparatoires

sont nécessaires. Il faut d’abord trouver le café adéquat

pour cette expérience professionnelle et gourmande.

Il faut s’assurer de l’accès internet, de l’existence des

prises, et d’un nombre suffisant de sièges, ainsi que

d’un faible niveau sonore. Si vous avez l’intention

d’occuper votre place de travail temporaire plus longtemps,

n’oubliez pas de commander au moins toutes

les heures et demie un petit en-cas ou une boisson. Le

propriétaire du café doit au moins en profiter un peu.

Dès que vous avez repéré votre place to be, n’oubliez

pas d’emmener non seulement les clés et le portemonnaie,

mais également le câble de recharge, les écouteurs

et le dossier de travail en cours.

Train : le voyage est le but.

Vous êtes souvent en déplacement et

vous vous énervez à cause des heures

gaspillées en voiture ? Le trajet par train

peut être une solution pour faire des

travaux importants durant le voyage. La plupart

des trains sont équipés de WLAN et de prises. La

réservation d’un siège vous garantit votre table de

bureau mobile. En plus vous serez un héros de la cause

climatique.

Camping-car :

Work and Travel.

Vous désirez une vue de votre

bureau qui change tous les jours ?

Dans ce cas un voyage en camping-car est parfait pour

changer un peu d’horizon dans le train-train quotidien

– en l’occurrence un travail mobile au sens propre

du terme. Tout d’abord ça semble excitant, mais il faut

préparer ce voyage en détail. Pour un travail efficace

une connexion internet solide est indispensable. Ne

vous déplacez pas dans des endroits trop lointains. En

outre l’espace dans une caravane est limité. Ainsi vous

vous sentez coincé sur le poste de travail et l’accomplissement

des tâches deviendra difficile.

Workation : Cap au sud.

Nous connaissons tous les images des gens

avec leurs ordinateurs sous les palmiers. Ça

semble tentant, la réalité est pourtant moins

romantique que ce qui est suggéré. On sait

bien qu’il n’a y pas compatibilité entre l’écran et le

soleil. Vous êtes donc souvent relégué aux espaces

intérieurs (une conséquence également des températures

qui sont souvent hautes). Vous pouvez vivre une

vie de vacances et profiter de la mer après le travail et le

week-end. Il n’est pourtant pas recommandé de partir

trop loin, car un décalage horaire rend la coopération

avec les collègues plus difficiles.

contact 25


Showroom

m.zone –

Fondation pour

le new work.

Open Units, zones centrales ou havres de

détente : avec m.zone Wiesner-Hager a créé

des éléments flexibles pour les bureaux professionnels

modernes afin de répondre ainsi

aux exigences des mondes du new work.

Les bureaux du futur offrent à leurs utilisateurs un

environnement professionnel très varié, en constante

évolution, qui crée une ambiance dédiée au travail. Les

structures rigides disparaîtront et les critères d’ambiance

de travail seront de plus en plus influencés par les

activités mêmes. Le mot d’ordre est « Activity Based

Working ». En élaborant m.zone Wiesner- Hager a créé

un concept pour bureaux entièrement nouveau, qui

s’intègre parfaitement à l’organisation des entreprises

dynamiques. m.zone est composé de modules individuels

tels que des paravents, des meubles individuels ou

des meubles à combiner qui seront configurés selon les

idées créatives de l’entreprise et qui laisseront toujours

émerger des environnements de travail inédits. Le

rayon d’action dans l’architecture de bureaux s’élargit

considérablement : m.zone s’intègre dans les bureaux

open space, les zones intermédiaires, les crossways et les

lounges ainsi que dans les zones d’accueil et d’attente.

26 contact


m.zone soutient la philosophie d‘Activity Based Working.

Quelle est la tâche actuelle ? Quel est l’espace nécessité ?

Quel est le lieu idéal pour ces activités ? Contrairement au

poste de travail partagé classique, l’accent d’Activity Based

Working est mis sur le choix idéal du lieu de travail qui est

le plus approprié pour le profil professionnel respectif. Dans

les bureaux modernes de plus en plus d’espace est disponible

pour la collaboration. Le bureau est de plus en plus un lieu

de rencontre. De nouvelles formes d’espace garantissent un

travail hors de la table de bureau classique. Des unités de

coopération ouvertes en petites structures sont parfaitement

conçues pour le travail en équipe et pour le travail par projet,

ainsi que pour le développement d’idées. Pour mettre à

disposition un choix parmi ces zones de travail, m.zone offre

trois catégories différentes de modules pour ce new work :

work.

Des modules pour un travail intense et

temporaire. Inspiré du poste classique, ces

meubles offrent des places de travail individuelles

qui sont plus ou moins isolées pour

une tâche ponctuelle.

meet.

Zones pour collaboration et communication.

Des paravents assemblés selon le besoin sont

la base pour des utilisations flexibles telles que

des réunions (travail en équipe), des entretiens

informels ou des workshops pour mettre au

point des idées. Selon l’utilisation souhaitée

l’ameublement peut être choisi

individuellement.

relax.

Zones calmes et îlots pour se retirer.

Des meubles confortables pour s’asseoir,

combinés avec des paravents isolants,

créent une atmosphère décontractée pour

des pauses, des entretiens informels et

une communication sociale.

contact 27


Repenser votre bureau.

Sept scénarios pour la

conception du bureau post corona.

Surmonter des difficultés de santé (à court terme) n’est pas la seule tâche sur la voie du retour à une

normalité dans le monde de travail. Il est bien aussi question de redévelopper des méthodes durables

dans l’organisation conceptuelle des bureaux. Tandis que nous sommes actuellement surtout occupés

par les mesures de distanciation sociale au bureau, les entreprises se verront confrontées à des changements

profonds à long terme après la crise sanitaire. Sept scénarios pour un monde du travail au bureau

présentent un intérêt particulier.

Téléchargez

ici notre livre

blanc détaillé.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!