21.04.2022 Views

COLLECT Belgique Mai 2022

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

<strong>COLLECT</strong><br />

Mensuel ne paraît pas en janvier, en juillet ni en août - 6,95 € - P608061<br />

N° 516 / MAI <strong>2022</strong><br />

TWENTY<br />

Entre Belle Epoque et Street Art<br />

Jean-Michel Folon<br />

La valeur d’une poétique<br />

Bouffons et Clowns<br />

Remède contre la morosité ?


EXPOSITION<br />

Clavier<br />

Virginaux, clavecins et orgues<br />

peints aux XVIe et XVIIe siècles<br />

26.03 – 26.06.<strong>2022</strong><br />

Musée Snijders&Rockox, Anvers<br />

Musée Vleeshuis, Anvers<br />

www.snijdersrockoxhuis.be – www.museumvleeshuis.be<br />

© Jan Miense Molenaer, De virginaalspeelster, Amsterdam, Rijksmuseum


Joos van Winghe Allégorie de la Fama. Huile sur toile, 82 x 64 cm. Vente le 21 mai à Cologne<br />

1798<br />

VENTES AUX ENCHÈRES COLOGNE/BERLIN/BRUXELLES<br />

7 mai Vente Prussienne (à Berlin)<br />

11 mai Arts d’Afrique et d’Océanie (à Bruxelles)<br />

9–21 mai Bijoux, Arts Décoratifs, Maîtres Anciens (à Cologne)<br />

1 juin Photographie 1–2 juin Art Moderne, Art Contemporain (à Cologne)<br />

11 juin Art Asiatique (à Cologne) 25 mai–16 juin Art Asiatique Online<br />

Expositions à Bruxelles: Arts d’Afrique et d’Océanie 6–10 mai<br />

Art Moderne, Art Contemporain, Art Asiatique 19–21 mai<br />

6 rue du Grand Cerf — 1000 Bruxelles — T 02-514 05 86 — bruxelles@lempertz.com


Sommaire<br />

46<br />

EST. 1971 / mai <strong>2022</strong> - N°516<br />

www.collectaaa.be<br />

L’étoile montante<br />

de Judith Leyster<br />

Le marché de<br />

l’Art précolombien<br />

42<br />

Les chandeliers<br />

Des porteurs de lumière<br />

54<br />

SUIVEZ-NOUS ÉGALEMENT<br />

SUR : @ARTMAGAZINE<strong>COLLECT</strong><br />

OURS<br />

Administration,<br />

Rédaction, Agenda<br />

Begijnhoflaan 464 G<br />

9000 Gand<br />

Tél. : 09/216.20.20<br />

Fax : 09/216.20.21<br />

collect@ips.be<br />

www.collectaaa.be<br />

ING 310-0657650-76<br />

IBAN BE91 3100 6576 5076<br />

SWIFT BBRU BE BB<br />

TVA BE 432.544.477<br />

PUBLICITÉ<br />

Secteur Art : Joris van Glabbeek<br />

Tél. : 09/216.20.24<br />

collect.net@ips.be<br />

Tout autre secteur : MAC-Strat SRL /<br />

Yves de Schaetzen<br />

Georges Huynenstraat 21A<br />

1560 Hoeilaart<br />

GSM : 0475/82.96.00<br />

yves@macstrat.be<br />

Rédacteur en Chef<br />

Christophe Dosogne<br />

Rédaction<br />

Els Bracke<br />

Celine De Geest<br />

Christophe Dosogne<br />

Collaborateurs<br />

Gilles Bechet<br />

Laurent de Hemptinne<br />

Thijs Demeulemeester<br />

Gwenaëlle de Spa<br />

Gwennaëlle Gribaumont<br />

Elien Haentjens<br />

Johan Frederik Hel Guedj<br />

Diane Hennebert<br />

Anne Hustache<br />

Christine Vuegen<br />

Traduction<br />

Dynamics Translations<br />

Didier Vanhede<br />

Mise en pages<br />

Renaldo Candreva<br />

Freek Lukas<br />

Impression<br />

Graphius, Gand<br />

Distribution<br />

Librairies<br />

AMP<br />

La Poste<br />

Abonnements<br />

Pays d’Abonnements<br />

Ambachtenlaan 21 - Unit 2A -<br />

3001 Heverlee - Tél. 02/808.55.23<br />

serviceclient@paysdabonnements.be<br />

<strong>Belgique</strong> 49,5 €, Europe 70 €<br />

Les abonnements sont à reconduction<br />

automatique, sauf avis contraire<br />

envoyé au minimum deux mois avant<br />

la date d’échéance. Un abonnement<br />

offert en cadeau se termine automatiquement<br />

au bout d’un an. Pour un<br />

changement d’adresse, une résiliation,<br />

un numéro manquant, ou toute<br />

autre question, surfez sur :<br />

www.paysdabo.be<br />

En couverture<br />

Sasha Frolova, Queen of Clowns, 2020, tirage<br />

photographique, 42 x 29,7 cm. © de l’artiste /<br />

The Clown Spirit / Belgian Gallery, Namur<br />

Membre de l’Union des Editeurs<br />

de la Presse Périodique<br />

www.wemedia.be<br />

Editeur responsable :<br />

Patrick Snoeck, Begijnhoflaan 464G - 9000 Gand<br />

Pour les auteurs d’art visuel et les photographes :<br />

© CISAC / SABAM Belgium <strong>2022</strong><br />

Portrait : © Silvie Bonne<br />

Nulle partie de cette publication ne peut être reproduite<br />

et/ou publiée par impression, photocopie ou de toute<br />

autre manière que soit, sans l’autorisation écrite de<br />

l’éditeur. Ni la rédaction ni l’éditeur ne peuvent être tenus<br />

pour responsables des opinions et faits contenus dans<br />

les articles signés ou les contributions de ce magazine,<br />

lesquels n’engagent que leurs auteurs. <strong>COLLECT</strong> ne peut<br />

être tenu pour responsable du contenu des annonces<br />

publicitaires publiées, la responsabilité en incombant uniquement<br />

à l’annonceur. © Arts Antiques Auctions, Gand


Édito<br />

Picasso, une star à la dérive…<br />

Il y a longtemps que cela couvait… Monstre<br />

sacré de l’art du XXe siècle, Pablo Picasso<br />

(1881-1973) est depuis belle lurette<br />

décrié par nombre de femmes pour sa<br />

prétendue misogynie, et la manière peu<br />

amène dont ils les a portraiturées. Pour<br />

ses laudateurs, au contraire, les épouses<br />

successives et les nombreuses maîtresses<br />

du maître, mais aussi les femmes en<br />

général, furent autant de muses lui ayant<br />

inspiré la quintessence de son art, des expérimentations<br />

cubistes des Demoiselles<br />

d’Avignon (1906-1907), au portrait tourmenté<br />

de Jacqueline (1961), en passant<br />

par les horreurs de la guerre incarnées<br />

dans Guernica (1937). Las, à l’heure de<br />

MeToo, l’argument ne passe plus, comme<br />

le rappelait L’Obs, dans son édition du<br />

14 avril, dont l’analyse paraît sans appel.<br />

S’intéressant d’abord au centre névralgique<br />

mondial de la recherche picassienne,<br />

son musée parisien, le constat de<br />

l’hebdomadaire français est particulièrement<br />

amer : le navire, sis en l’hôtel Salé,<br />

est aujourd’hui en pleine dérive, les salles<br />

sont vides et la billetterie de l’institution,<br />

visitée à 60 % par les touristes avant la<br />

pandémie, s’est effondrée. En cause, la<br />

désaffection d’un public désormais plus<br />

local, mais surtout une grande lassitude<br />

conséquente à une surexposition des œuvres<br />

du maître andalou, véritable Picassomania<br />

dont le fruit juteux fut, en France,<br />

pressé jusqu’aux pépins entre 2017 et<br />

2019. Les commissaires d’exposition ont<br />

de fait thématisé l’artiste « jusqu’au vertige<br />

» : après Picasso, l’effervescence des<br />

formes, accueillie ce printemps à la Cité<br />

du Vin de Bordeaux (jusq. 28-08) et qui<br />

s’intéresse au rapport de l’artiste au vin et<br />

à l’alcool, à quand Les chemises de Picasso<br />

ou Noël avec Picasso ? Peut-être en 2023,<br />

année d’un jubilé qui s’annonce particulièrement<br />

copieux pour commémorer,<br />

comme il se doit, les 50 ans de la mort du<br />

peintre ? De grâce, n’en jetez plus ! Or, s’il<br />

est l’artiste le plus connu dans toutes les<br />

couches de la société, particulièrement<br />

parmi les moins cultivées, Picasso est<br />

aussi de plus en plus victime d’un intense<br />

dénigrement qui, comme souvent, est né<br />

aux Etats-Unis, plus précisément dans<br />

les milieux universitaires, où on le décrit<br />

comme un « malade qui maltraitait les<br />

femmes ». En France, les militantes féministes,<br />

parmi les plus politisées, n’ont<br />

pas tarder à enfoncer le clou, considérant<br />

Picasso comme une « incarnation<br />

de la masculinité toxique, du privilège<br />

blanc, un misogyne absolu, pervers et<br />

tourmenteur, violeur, pédocriminel,<br />

raciste » et – crime suprême ! – grand<br />

voleur de cet esthétique africaine qui<br />

fit tant pour l’éclosion du cubisme et de<br />

ses dérivés modernistes. Impardonnable<br />

et particulièrement sensible, à l’heure<br />

du mouvement Black Lives Matter, des<br />

gender studies, des restitutions d’oeuvres<br />

spoliées et des violences sexistes, singulièrement<br />

à l’œuvre dans la conscience des<br />

moins de 30 ans. Alors, Picasso, ce vieux<br />

con ? Le purgatoire, en tout cas, semble<br />

à peine débuter. Un comble, certain.e.s<br />

venaient tout juste de découvrir son<br />

existence…<br />

Christophe Dosogne<br />

RUBRIQUES<br />

6 Up to date<br />

10 Personalia<br />

12 Musées<br />

16 Paroles de galeristes : Newchild Gallery<br />

17 Galeries<br />

21 Paroles de galeristes : Uitstalling<br />

22 L’artiste du mois : Shervin/e Sheikh Rezaei<br />

24 Zoom : August Sander<br />

82 Beaux-Livres<br />

DOSSIERS<br />

26 Jean-Michel Folon, la valeur d’une<br />

poétique<br />

30 TWENTY, de la Belle Epoque au Street Art<br />

34 Bouffons et clowns, contre la morosité ?<br />

40 Le trompe-l’œil selon<br />

Christoffel Pierson<br />

42 L’étoile montante de Judith Leyster<br />

46 Le marché de l’Art précolombien<br />

52 La nature par Tanabe Chikuunsai IV<br />

54 A travers l’Histoire : le chandelier<br />

58 Baranzate à Milan<br />

62 Au rythme de Rachel Jones<br />

VENTES<br />

66 Focus International<br />

70 La surprise du mois : Hendrick III<br />

van Cleve chez Cornette<br />

71 Ventes en <strong>Belgique</strong><br />

AGENDAS<br />

90 Auction calendar<br />

92 Fair calendar<br />

93 Expo calendar<br />

94 Gallery calendar<br />

96 Bonnes adresses & Sites web<br />

97 Petites annonces<br />

La rédaction de <strong>COLLECT</strong> envoie<br />

régulièrement une newsletter<br />

d’actualité des ventes, foires et salons...<br />

Inscrivez-vous y en faisant parvenir votre<br />

adresse électronique à : collect@ips.be


UP TO DATE<br />

Signa temporum, ars temporis…<br />

-><br />

La librairie d’Artcurial, à Paris, entièrement rénovée. © Artcurial<br />

-><br />

Hassan Hajjaj, Mandisa Dumezweni, 2011, photographie encadrée.<br />

© de l’artiste / Afropolitan<br />

Le Parlement de la Communauté française<br />

récompense, chaque année, un jeune<br />

artiste francophone dans le domaine des<br />

arts plastiques. Cette année, ce Prix sera<br />

attribué à la peinture et au dessin. Les<br />

dossiers doivent être envoyés avant le<br />

vendredi 20 mai à 12 h au plus tard, à<br />

l’adresse suivante : Parlement de la<br />

Communauté française, Secrétariat du Prix<br />

Jeunes Artistes, Rue Royale 72, 1000<br />

Bruxelles. www.pfwb.be Pour rappel,<br />

jusqu’au 26 juin se tient, à Anvers, en la<br />

<strong>Mai</strong>son Snijders & Rocko, l’exposition de<br />

toiles représentant des instruments comme<br />

le virginal, l’orgue et le clavecin, se mêlant à<br />

de vrais instruments d’époque, à leur tour<br />

ornés de diverses peintures. Cette exposition<br />

fait suite à la reconstitution, en 2018,<br />

d’un salon de musique inspiré de celui que<br />

le bijoutier portugais Gaspar Duarte avait<br />

installé dans sa demeure du Meir. La<br />

métropole fut, de 1560 à 1660, la capitale<br />

mondiale de la fabrication de clavecins et<br />

certains des instruments peints sur les<br />

tableaux de l’exposition sont d’origine<br />

anversoise… www.snijdersrockoxhuis.be<br />

De son côté, la maison Rubens annonçait<br />

début avril l’acquisition de deux œuvres (un<br />

tableau de Paul Bril et une sculpture<br />

antique, le trapézophore), ayant un lien<br />

remarquable avec l’histoire de la demeure<br />

de Rubens. www.rubenshuis.be A Ittre,<br />

c’est au musée Marthe Donas qu’il faut se<br />

rendre pour contempler (jusq. 05-06, www.<br />

museemarthedonas.be) l’exposition<br />

consacrée à Jean Rets (1910-1998), qui<br />

présente un riche aperçu du travail pictural<br />

de l’artiste, mis en relation avec une<br />

dimension d’une ampleur inédite de son<br />

œuvre, celle des intégrations dans l’architecture<br />

et l’espace urbain. Il est désormais<br />

partout, au point que les esprits chagrins le<br />

qualifient parfois de ‘‘poncif de la mode’’…<br />

L’art contemporain africain sera au cœur<br />

d’un important festival, à Bozar, Afropolitan<br />

(du 26 au 29-05, www.bozar.be), placé sous<br />

le titre de Woman Power. Cette cinquième<br />

édition célébrera la force créatrice des<br />

femmes artistes africaines et afro-descendantes,<br />

mais aussi leurs combats pour<br />

accroître leurs libertés et élargir leur champs<br />

d’action. En outre, un nouveau lieu de<br />

résidence, de travail et d’exposition, centré<br />

sur la pratique artistique des artistes<br />

émergents ou indépendants africains et<br />

européens, ouvrait le 28 avril sur le site de La<br />

Cambre, à bruxelles. L’endroit, intitulé<br />

SAFFCA, est une initiative du collectionneur<br />

belge Pierre Lombart. www.saffca.eu Il<br />

vous reste jusqu’au 13 mai pour découvrir les<br />

trésors coréens de <strong>Belgique</strong> (notamment<br />

ceux, méconnus, des musées Art et Histoire),<br />

exposés au Centre culturel coréen de<br />

Bruxelles (4 rue de la Régence, www.<br />

bruxelles.korean-culture.org) Alors qu’à<br />

Stavelot, la Galerie Le Triangle Bleu vient<br />

d’annoncer suspendre son activité jusqu’au<br />

moins la fin du mois de mars 2023 (www.<br />

trianglebleu.be), l’antenne bruxelloise de<br />

Nino Mier se dédouble et ouvre un second<br />

espace dans la même rue (41 rue Ernest<br />

Allard, www.miergallery.com). A Charleroi,<br />

le BPS22 fermera temporairement ses portes<br />

(du 13-06 au 05-05-2023) afin d’entamer les<br />

travaux de mise en conformité énergétique<br />

du bâtiment. www.bps22.be <strong>Mai</strong> est le<br />

mois du Kunstenfestivaldesarts (du 07 au<br />

28-05) qui, trois semaines durant, invite les<br />

artistes à redéfinir les mondes du théâtre, de<br />

la danse et de la performance. www.kfda.be<br />

C’est aussi le mois du traditionnel Parcours<br />

d’Artistes de Saint-Gilles (du 06 au 15-05),<br />

qui cette année aborde la thématique de la<br />

transmission. www.parcoursdartistes.be<br />

Après la maison Skinner, l’auctioneer<br />

Bonhams annonçait fin mars l’acquisition de<br />

Bruun Rasmussen, première salle de ventes<br />

danoises, dont le siège est établi à Copenhague.<br />

www.bruun-rasmussen.dk<br />

L’année <strong>2022</strong> marque les 20 ans de la<br />

création d’Artcurial. A cette occasion, le<br />

rez-de-chaussée de l’hôtel Marcel Dassault,<br />

à Paris, a été entièrement repensé afin d’y<br />

créer une ambiance plus chaleureuse,<br />

proche de celle d’un appartement privé et<br />

de redistribuer les espaces et les activités.<br />

www.artcurial.com Les 13, 14 et 15 mai, le<br />

Syndicat National des <strong>Mai</strong>son de Ventes<br />

Volontaires françaises (SYMEV) organise la<br />

seizième édition de ses Journées Nationales<br />

de l’Expertise (Journées Marteau), à<br />

l’intention du grand public, à Paris et en<br />

6


UP TO DATE<br />

Nadir, l’art<br />

au château<br />

-><br />

Le pavillon dessiné par Oscar Niemeyer, au château La Coste. © WE ARE CONTENT(S), <strong>2022</strong> / photo :<br />

Stéphane Aboudaram<br />

régions. Programme des expertises : www.<br />

symev.org Après des retards et des<br />

reports, c’est en ce mois de mai que devrait<br />

s’ouvrir, à Arles, la Fondation Lee Ufan (1936).<br />

L’artiste coréen, représentant des mouvements<br />

Mono Ha et Dansaekhwa, a investi<br />

l’Hôtel Vernon, demeure privée construite<br />

entre le XVIe et le XVIIIe siècle dans le centre<br />

historique de la ville. www.myamo.com<br />

Auteur de nombreux bâtiments officiels, le<br />

Brésilien francophile Oscar Niemeyer<br />

(1907-2012) aura signé son ultime œuvre<br />

pour la France, au domaine viticole du<br />

château La Coste, en Provence, pour lequel<br />

l’architecte brésilien a conçu, à partir de 2010,<br />

un pavillon inauguré ce printemps. Lové au<br />

creux d’un coteau, le projet posthume<br />

comprend, sur 500 m², un espace d’exposition<br />

et un auditorium de 80 places. www.<br />

chateau-la-coste.com De passage à<br />

Venise, ne manquez pas la visite du palais<br />

des Vieilles Procuraties (Procuratie Vecchie),<br />

sur le côté nord de la place Saint-Marc. C’est<br />

la première fois en 500 ans qu’elles sont<br />

accessibles au public ! Entièrement rénové<br />

sous l’égide de David Chipperfield, grâce au<br />

mécénat de Generali, le bâtiment de style<br />

vénéto-byzantin consacre son exposition<br />

d’ouverture à Louise Nevelson (jusq. 11-09,<br />

www.louisenevelsonvenice.com).<br />

À un jet de pierre de Gand, se dresse<br />

la forteresse de Laarne, un des<br />

châteaux-forts les mieux conservés<br />

du pays qui accueille une exposition<br />

d’art contemporain présentant des<br />

œuvres des artistes flamands les<br />

plus en vue du moment : Francis<br />

Alÿs, Thomas Bogaert, Michaël<br />

Borremans, Dirk Braeckman, David<br />

Claerbout, Berlinde De Bruyckere,<br />

Wim Delvoye, Kris Martin, Daniël<br />

Ost, Matthieu Ronsse, D.D.<br />

Trans et Jan Van Imschoot. C’est à<br />

l’artiste Kris Martin que l’on doit le<br />

concept de cette exposition qui vise<br />

à orienter le regard vers l’essentiel.<br />

Pour Nadir, l’artiste a donc entrepris<br />

de réunir la génération l’ayant<br />

lui-même formé et influencé, tant<br />

sur un plan artistique qu’amical. Kris<br />

Martin officie ici comme initiateur<br />

et inventeur d’un concept qui a fait<br />

appel à la créativité de ses pairs,<br />

avec certaines œuvres spécialement<br />

inspirées par le lieu, son histoire, ses<br />

légendes et sa singulière atmosphère.<br />

Château de Laarne<br />

www.nadir<strong>2022</strong>.be<br />

jusq. 22-05<br />

Un dessin de Michel-Ange<br />

en vente à Paris<br />

Un dessin de la jeunesse de Michel-Ange, probablement son premier nu connu,<br />

inspiré des fresques de Masaccio à la chapelle Brancacci de Florence, est proposé chez<br />

Christie’s à Paris le 18 mai, avec une estimation de 30 millions d’euros. Cette académie<br />

musclée, déjà passée en vente à l’hôtel Drouot en 1907 (alors attribuée à l’école de<br />

Michel-Ange), avait été identifiée en 2019 comme une œuvre autographe par Furio<br />

Rinaldi, un spécialiste de Christie’s. Ce qui avait motivé son classement au titre de<br />

trésor national pour permettre une éventuelle levée de fonds et son maintien sur le<br />

territoire français. Cette œuvre précoce constitue un témoignage de première main<br />

sur la pratique assidue, rapportée par Vasari, de relevés exécutés par Michel-Ange à<br />

partir d’œuvres de Masaccio, dont seuls quatre dessins, sur trois feuilles conservées à<br />

Munich, à Vienne et à Paris, sont connus. www.christies.com<br />

-><br />

Michel-Ange, Une Jeune homme nu (d’après Masaccio) et deux personnages derrière,<br />

plume et deux nuances d’encre brune, 33 x 20 cm. Christie’s, Paris, 18-05. © Christie’s<br />

Images ltd. - Est. 30.000.000 €<br />

7


UP TO DATE<br />

Quelques foires de mai<br />

-><br />

Jean Baptiste Greuze, Jeune femme en<br />

deuil, sanguine, 40 x 32 cm. Courtesy Galerie<br />

De Bayser / Salon Du Dessin<br />

-><br />

Laurids Gallée, Explosions in sky, 2021. © dee l’artiste / TABLEAU / <strong>COLLECT</strong>IBLE (MAIN) / photo :<br />

Michael Rygaard<br />

-><br />

Nico Krijno, The Mesentery, 2018. © de l’artiste /<br />

The Ravestijn Gallery / Art Rotterdam (Prospects)<br />

Voici un mois bien rempli, côté foires et<br />

salons, avec dans la capitale belge, le salon<br />

<strong>COLLECT</strong>IBLE (du 20 au 22-05), qui<br />

retrouve le bâtiment Vanderborght. Lors de<br />

ce moment d’échanges et de dialogue, sont<br />

présentées des pièces uniques et autres<br />

éditions limitées de grands créateurs<br />

internationaux ainsi que de jeunes talents,<br />

souvent en première mondiale. La section<br />

MAIN -présente des galeries en phase avec<br />

les dernières tendances et innovations en<br />

matière de design. Les lauréats de cette<br />

année sont MANIERA (Bruxelles), Atelier<br />

Ecru Gallery (Gand), Objects With Narratives<br />

(Genève), Movimento Club (Londres),<br />

TABLEAU (Copenhague) et Mia Karlova<br />

Gallery (Amsterdam). La section BESPOKE<br />

met en avant des designers indépendants<br />

et célèbre vette fois les matériaux nobles. La<br />

première collection de meubles de la<br />

designer d’intérieur belge Victoria Maria<br />

Geyer y sera présentée en avant-première.<br />

www.collectible.design Le troisième<br />

week-end de mai, on fait d’une pierre<br />

quatre coup à Paris ! On y annonce la<br />

Menart Fair (du 19 au 22-05), foire internationale<br />

d’art moderne et contemporain du<br />

Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, avec<br />

des galeries de ces régions ainsi que<br />

Nathalie Obadia, basée à Bruxelles et à<br />

Paris. www.menart-fair.com Le même<br />

week-end (du 19 au 22-05) se déroule pour<br />

la première fois la Paris Print Fair. 19<br />

exposants européens s’associent au sein du<br />

réfectoire du Couvent des Cordeliers, près<br />

de Montparnasse, pour la présentation<br />

d’œuvres de grands maîtres comme Dürer<br />

et Rembrandt, de créateurs modernes<br />

comme Hans Hartung et d’artistes<br />

contemporains comme Atsuko Ishii www.<br />

parisprintfair.fr Enfin, le Salon du Dessin<br />

et Drawing Now Art Fair fêteront tous deux<br />

un anniversaire ce même week-end : soit,<br />

respectivement, leurs 30 et 15 ans ! « A<br />

l’heure où les grandes foires d’art contemporain<br />

et les super-galeries anglo-saxonnes<br />

affluent à Paris, nous sommes fiers que<br />

deux organisations françaises parviennent à<br />

mettre en place deux salons du dessin.<br />

Ensemble, nous représentons une période<br />

couvrant le XVIe jusqu’au XXIe siècle »,<br />

indiquent les organisateurs de Drawing Now<br />

Art Fair. Au total, 111 galeries feront de Paris la<br />

capitale du dessin au Palais Brongniard et au<br />

Carreau du Temple. www.drawingnowartfair.com<br />

/ www.salondudessin.com Il y<br />

aura également beaucoup à faire, à<br />

Rotterdam, pour la Rotterdam Art Week<br />

(du 18 au 22-05). D’abord à Art Rotterdam,<br />

l’une des foires les plus importantes du nord<br />

de l’Europe en matière d’art actuel, qui<br />

propose un nouveau format pour la section<br />

vidéo Projections et une expansion substantielle<br />

de sa section Prospects consacrée à la<br />

jeune création. Le programme off est<br />

également des plus intéressants, avec<br />

Rotterdam Photo, OBJECT, Jewel.Rotterdam,<br />

TEC ART et de nombreuses expositions :<br />

www.rotterdamartweek.info Enfin, si vous<br />

êtes de passage à New York, la TEFAF s’y<br />

déroule, du 6 au 10 mai, au Park Avenue<br />

Armory (www.tefaf.com).<br />

8


FONDÉ EN 1707<br />

Jean Dubuffet, Vache, 1954, gouache et encre de chine sur papier, 49 x 50 cm<br />

€ 180.000 – 280.000, vente 1 juin <strong>2022</strong><br />

ART CONTEMPORAIN, ART MODERNE<br />

JOAILLERIE, MONTRES<br />

Ventes de prestige<br />

Palais Dorotheum à Vienne<br />

31 mai – 3 juin <strong>2022</strong><br />

Dorotheum Bruxelles<br />

Honorine d‘Ursel, +32 2 514 00 34<br />

honorine.dursel@dorotheum.be<br />

www.dorotheum.com<br />

Palais Dorotheum Vienne | +43 1 515 60-570<br />

Düsseldorf | Munich | Rome | Milano | Londres | Paris | Bruxelles | Prague | Genève<br />

9


Têtes de l’Art<br />

Andrew Fletcher<br />

Nomination : Après 20 ans chez Sotheby’s<br />

Londres, où il dirigeait depuis<br />

2013 le département des tableaux de<br />

maîtres anciens en Europe, le Britannique<br />

Andrew Fletcher a rejoint la<br />

maison concurrente, Christie’s, toujours<br />

à Londres, pour y assurer la<br />

même fonction, mais en tant que<br />

responsable mondial. Diplômé en<br />

histoire de l’art et en français à l’Université<br />

de Bristol, il avait débuté sa<br />

carrière en 2001 chez Christie’s Paris.<br />

Officiant chez Sotheby’s de 2003 à<br />

2021, ce spécialiste des premières<br />

écoles néerlandaises et italiennes<br />

s’est illustré dans le développement<br />

du marché des maîtres anciens en<br />

Asie et a contribué plus récemment<br />

(pandémie oblige) au renforcement<br />

des ventes en ligne.<br />

Patrick<br />

Demarchelier<br />

In memoriam : Le photographe de<br />

mode Patrick Demarchelier est décédé<br />

le 31 mars à l’âge de 78 ans. Né<br />

au Havre, connu pour ses clichés de<br />

la princesse Diana, de Madonna, de<br />

Beyonce, de Bella Hadid ou d’Angelina<br />

Jolie, il avait fait l’objet d’une<br />

exposition rétrospective en 2008, au<br />

Petit Palais à Paris. Auteur de couvertures<br />

de nombreux magazines<br />

comme Vogue ou Harper’s Bazaar,<br />

cité comme référence dans le film<br />

Le diable s’habille en Prada, il avait<br />

été accusé ces dernières années de<br />

harcèlement sexuel par plusieurs<br />

femmes.<br />

© Getty Images<br />

Budi Tek<br />

In memoriam : Sa richesse venait<br />

d’une entreprise d’élevage avicole,<br />

Sierad Produce TBK, au chiffre<br />

d’affaires annuel de l’ordre de 200<br />

millions de dollars. Budi Tek, né à<br />

Djakarta en 1957 et décédé le 18 mars<br />

à Hong Kong après six ans de combat<br />

contre le cancer du pancréas, a<br />

connu une carrière assez météoritique<br />

dans le monde de l’art, bâtissant<br />

en un peu plus de 15 ans une<br />

collection de près de 2000 œuvres,<br />

une fondation, deux musées (le premier<br />

dans sa ville natale en 2007, le<br />

second à Shanghai en 2014) et conclu<br />

des accords avec de grandes institutions<br />

internationales (le LACMA de<br />

Los Angeles et le Musée national du<br />

Qatar). Le partenariat avec le LAC-<br />

MA, négocié après avoir appris sa<br />

maladie, visait à assurer la continuité<br />

de sa collection d’art contemporain<br />

chinois après son décès.<br />

© Courtesy Yuz Foundation<br />

Donald Baechler<br />

In memoriam : Artiste américain et<br />

figure montante du mouvement néoexpressionniste,<br />

vivant à New York<br />

depuis les années 1970, David Baechler<br />

(1956) avait travaillé aux côtés<br />

de Keith Haring, Jean-Michel Basquiat<br />

et Kenny Scharf et incorporé<br />

une imagerie enfantine, le Pop art<br />

et une iconographie liée au commerce<br />

dans ses peintures colorées.<br />

Il décédait d’une crise cardiaque le<br />

4 avril dernier.<br />

© Getty Images / photo : Patrick<br />

McMullan<br />

Shesna<br />

Lyra Conrado<br />

Nomination : Après des expériences<br />

dans l’atelier du sculpteur français<br />

Xavier Veilhan, à la Galerie Perrotin<br />

et à la Galerie Bailly, puis deux années<br />

comme artist liaison de l’enseigne<br />

bruxelloise Super Dakota, la Brésilienne<br />

Shesna Lyra Conrado était<br />

nommée début avril à la tête de la<br />

galerie.<br />

© Super Dakota<br />

© Christie’s Images Ltd.<br />

10


Francis Kéré<br />

Gianni Jetzer<br />

Nomination : Le Zurichois Gianni<br />

Jetzer (1969), conservateur général<br />

du Hirshhorn Museum and Sculpture<br />

Garden à Washington (D. C.)<br />

depuis 2014, était nommé fin mars<br />

directeur du Kunstmuseum St. Gallen<br />

(Suisse) où il succède à Roland<br />

Wäspe, qui prendra sa retraite en<br />

novembre prochain, après trente<br />

années au sein de l’institution. Un<br />

retour aux sources pour celui qui fut<br />

un commissaire d’exposition prolifique,<br />

notamment de la section bâloise<br />

d’Art Unlimited.<br />

© D. R.<br />

Lauréat : Cette année encore, le Pritzker<br />

Prize, considéré comme le Nobel<br />

de l’architecture, s’affiche en phase<br />

avec l’évolution du monde, en couronnant<br />

l’activiste Diébédo Francis<br />

Kéré. Pour cet Africain, né en 1965 à<br />

Gando au Burkina-Faso, l’architecture<br />

est d’abord pensée comme un outil<br />

apte à favoriser le développement<br />

des communautés humaines. Pour<br />

ce faire, ce maître de l’approche vernaculaire,<br />

rompu à utiliser les procédés<br />

artisanaux et les matériaux<br />

locaux tels l’argile, ne cesse de réinventer<br />

les techniques traditionnelles.<br />

© Spain's News<br />

Marie Taevernier<br />

Nomination : Depuis le début du<br />

mois d’avril, après un parcours<br />

dans la mode et la communication<br />

de luxe, Marie Taevernier est<br />

la nouvelle CEO du club d’affaires<br />

privé bruxellois TheMerode. Projet<br />

singulier, lieu de vie et espace dédié<br />

aux relations humaines, porté par<br />

Bruno Pani, CEO de l’agence Profirst,<br />

le cercle a été entièrement relooké en<br />

jouant la carte de la socialisation, de<br />

l’apprentissage et du divertissement.<br />

© photo : Isabel Castelyn<br />

Ernest van Zuylen<br />

Nomination : Détenteur d’un master<br />

en gestion d’entreprise de la Louvain<br />

School of Management, après<br />

une expérience de trois ans au sein<br />

d’Allyum, entreprise financière de<br />

fusions et acquisitions, Ernest van<br />

Zuylen faisait ses grands débuts dans<br />

le marché de l’art, en intégrant en<br />

mars dernier le bureau de représentation<br />

bruxellois de la salle française<br />

Aguttes. Il est chargé de coordonner<br />

avec les spécialistes maison l’expertise<br />

et la mise en vente à Paris des<br />

biens confiés à la maison de ventes.<br />

Richard Aronowitz<br />

Nomination : Le 30 mars, Richard<br />

Aronowitz rejoignait Christie’s afin<br />

d’y diriger l’importante équipe de<br />

restitution, qui travaille notamment<br />

sur les spoliations d’œuvres par les<br />

nazis. Basé à Londres, il avait passé<br />

15 ans chez Sotheby›s, où il dirigeait<br />

le département de restitution,<br />

et était chargé d’établir des relations<br />

avec les avocats spécialisés, les chercheurs,<br />

les familles et les héritiers. Il<br />

a également travaillé chez Bloomsbury<br />

Auctions, à la Ben Uri Gallery<br />

et a été chef de recherche au sein du<br />

département d'art impressionniste<br />

et moderne de Sotheby's. Il est l'auteur<br />

de plusieurs romans et grand<br />

connaisseur de l’expressionnisme<br />

allemand.<br />

© D. R.<br />

© Aguttes<br />

11


MUSÉES<br />

Beyrouth.<br />

Les temps<br />

du design<br />

jusq. 14-08<br />

CID<br />

Hornu<br />

www.cid-grandhornu.be<br />

Ricardo Brey:<br />

Gap in the Clouds<br />

du 20-05 au 28-08<br />

Museum Hof van Busleyden<br />

Malines<br />

www.hofvanbusleyden.be<br />

Depuis les années 2000, le Liban vit dans<br />

une belle effervescence artistique dont le<br />

design porte le témoignage. Ce segment<br />

créatif cristallise le désir de s’emparer de<br />

son destin et de son image en proposant<br />

des objets à la croisée de multiples<br />

héritages bien que conçus dans une réalité<br />

complexe. Trois ensembles structurent<br />

cette exposition : le premier se concentre<br />

sur les années 1950 et 1970 alors qu’émerge<br />

cette discipline, le second sur les années<br />

1990 à aujourd’hui, qui voient son remarquable<br />

épanouissement. Un troisième<br />

volet est consacré au projet Minjara et à<br />

sa philosophie, avec un insert d’un projet<br />

mené sur place par le designer belge Bram<br />

Kerkhofs. (ah)<br />

Nada Debs, Pleated Secretaire, 2017 (détail). © de<br />

l’artiste / photo : Mansour Dib<br />

Natif de Cuba, Ricardo Brey (1955) vit en <strong>Belgique</strong> depuis 1990, après l’invitation de<br />

Jan Hoet à participer à la Documenta IX de Kassel. Dans son travail, il s’inspire de<br />

la richesse de la culture afro-cubaine, de ses souvenirs personnels et de mythes,<br />

légendes et histoires. Cette exposition souhaite offrir un signe d’espoir en ces temps<br />

troublés. En effet, les grandes problématiques qui ont secoué et secouent encore nos<br />

sociétés, à savoir la pandémie de coronavirus, les protestations en faveur de l’égalité<br />

raciale et l’égalité des genres, ont incité l’artiste à créer une série d’œuvres introspectives.<br />

Certaines de celles-ci entrent directement en résonance avec les chefs-d’œuvre<br />

du musée. Par ailleurs, de nouveaux travaux font référence au passé mais osent aussi<br />

se tourner vers l’avenir comme cette série de boîtes fermées, dont l’ouverture s’impose<br />

comme un rituel, suscitant surprise et émerveillement. (ah)<br />

Ricardo Brey, Sapphire Fluid, 2021, technique mixte. © de l’artiste / photo : WeDocumentArt<br />

Costa Lefkochir,<br />

le cheminement d’une quête<br />

du 06-05 au 07-08<br />

La Boverie<br />

Parc de la Boverie<br />

Liège<br />

www.laboverie.com<br />

Originaire de Grèce, Costa Lefkochir vit en <strong>Belgique</strong> depuis les années 1970. Cette exposition<br />

retrace 35 ans de son travail, soit celui mené depuis 1989. Non chronologique, le<br />

parcours de l’exposition se focalise sur des œuvres significatives, dans leurs thématiques<br />

et dans la permanence de la vision de l’artiste. De nombreuses peintures, dont de magnifiques<br />

grands formats, mais aussi des sculptures, des encres et des installations livrent un<br />

riche ensemble d’une pensée foncièrement humaniste. Plusieurs œuvres, émanant de<br />

collections privées, n’ont jamais été présentées en institution muséale et l’artiste a aussi<br />

créé quelques installations spécialement pour le lieu. Ce sera un pur bonheur de revoir<br />

ses peintures aux accents lyriques des années 1980 et de découvrir ses réalisations les plus<br />

récentes, qui témoignent toujours d’une quête spirituelle, désireuse de trouver la meilleure<br />

adéquation entre un idéal de vie humaniste et une expression artistique personnelle. (ah)<br />

Costa Lefkochir, Lettre à Dürkheim, 2020, acrylique<br />

et élément sculptural sur carton marouflé sur châssis.<br />

© de l’artiste / photo : Laura Lefkochir<br />

12


MUSÉES<br />

Pierres gravées.<br />

La Collection Guy Ladrière<br />

du 12-05 au 01-10<br />

L’Ecole des Arts Joailliers<br />

Paris<br />

www.lecolevan<br />

cleefarpels.com<br />

Christa Ehrlich<br />

Pionnière<br />

du design<br />

du 13-05 au 28-08<br />

Musée De Lakenhal<br />

Leyde<br />

www.lakenhal.nl<br />

La glyptique est un peu oubliée aujourd’hui. Pourtant, cet art de graver les<br />

pierres en miniature a livré de véritables chefs-d’œuvre, comme le démontre<br />

cette exposition qui en raconte l’histoire, de l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle.<br />

Intailles grecques et néoclassiques, camées antiques et médiévaux, petites<br />

sculptures d’époque impériale, bagues-signets mérovingiennes, anneaux<br />

épiscopaux sont réunis pour en évoquer toutes les facettes. Ces œuvres fascinantes,<br />

qui exaltent la beauté de certaines pierres, sont issues de la collection<br />

de Guy Ladrière, marchand spécialiste des arts premiers et de l’art médiéval,<br />

qui réunit depuis des années les camées, intailles et bagues qui le séduisent<br />

non pas pour leur valeur historique mais pour leur beauté. (ah)<br />

Élisabeth Ière, Milan, fin du XVIe siècle, camée en agate des Grisons. Collection Guy Ladrière.<br />

© photo : Didier Loire<br />

L’artiste visuelle Christina Anna (Christa) Ehrlich<br />

(1903-1995) devint célèbre en tant que créatrice de<br />

bijoux, photographe et orfèvre. Dans le cadre de<br />

sa formation à la Kunstgewerbeschule de Vienne<br />

(1922-1925), elle suivit entre autres les cours de Josef<br />

Hoffmann. Dans les décennies 1920 et 1930, elle se fit<br />

connaître par sa remarquable et élégante argenterie<br />

qui lui valut, en 1927, d’être envoyée aux Pays-Bas, à<br />

la demande de Carel Begeer, en qualité de créatrice<br />

d’argenterie pour intégrer la Zilverfabriek Voorschoten<br />

(filiale des Entreprises royales néerlandaises de<br />

métaux précieux qui fusionnaient en 1960 avec Van<br />

Kempen & Begeer). Elle y créa, entre autres, des services<br />

à thé géométriques au design épuré. La récente<br />

découverte d’une partie de ses archives personnelles<br />

a donné lieu à cette exposition. (eb)<br />

Christa Ehrlich, Service à thé et café, 1928-1941, argent.<br />

© Collection Zilvermuseum<br />

Pharaon des deux terres<br />

du 28-04 au 25-07<br />

Le Louvre<br />

Paris<br />

www.louvre.fr<br />

Egide à tête de lionne au nom du roi<br />

de Boubastis et de Ranefer Osorkon IV,<br />

Paris, musée du Louvre, département des<br />

Antiquités égyptiennes. © Musée du Louvre<br />

dist. RMN-Grand Palais / photo : Christian<br />

Décamps<br />

Cette exposition traite de la XXVe dynastie, qui régna sur l’Egypte du VIIIe siècle environ jusqu’en<br />

655 avant notre ère. Appelée ‘‘kouchite’’ car ses pharaons sont issus du pays de Kouch (situé au<br />

cœur du Soudan actuel), cette dynastie a contribué au renouvellement d’une belle production<br />

artistique comme en témoignent quelques objets spectaculaires : des stèles et statues monumentales<br />

en granit, des statuettes en bronze et en or, des amulettes, … Enfin, l’une des originalités de<br />

cette exposition est la présentation des répliques des statues de Doukki Gel, découvertes en 2003,<br />

telles qu’on peut les reconstituer au sortir de l’atelier des sculpteurs kouchites. C’est aussi l’occasion<br />

de commémorer le bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion... (ah)<br />

13


MUSÉES<br />

Cornelia<br />

Parker<br />

du 18-05 au 16-10<br />

Tate Britain<br />

Londres<br />

www.tate.org.uk<br />

Utopia<br />

du 14-05 au 02-10<br />

Lille<br />

www.lille3000.eu<br />

Voici la première rétrospective majeure,<br />

consacrée dans une institution muséale<br />

anglaise à Cornelia Parker, considérée<br />

comme l’une des plasticiennes britanniques<br />

les plus appréciées actuellement.<br />

La manière dont elle s’empare d’objets<br />

du quotidien pour les transformer, les<br />

assembler, questionne notre rapport<br />

au monde. Ainsi, quelques grandes<br />

thématiques de notre temps comme la<br />

violence, l’écologie et les droits humains<br />

sont au cœur de sa démarche. Comprenant<br />

des films, dessins et photos,<br />

le parcours réunit quelques travaux<br />

devenus iconiques comme Thirty Pieces<br />

of Silver (1988-1989), Cold Dark Matter:<br />

An Exploded View (1991), ou encore son<br />

installation immersive War Room (2015).<br />

En outre, quelques travaux dialoguent<br />

directement avec des œuvres historiques<br />

conservées dans les salles de la collection<br />

permanente. (ah)<br />

Cornelia Parker, Perpetual Canon, 2004. © de<br />

l’artiste<br />

Après le succès de Lille capitale européenne 2004, Lille 3000 a été constitué afin de prolonger<br />

le travail engagé. Pour cette sixième édition, l’événement se place sous le signe<br />

d’Utopia, un néologisme grec formé par l’écrivain anglais Thomas More, qui désigne<br />

habituellement un idéal inexistant ou inaccessible. À l’heure du changement climatique et<br />

des enjeux environnementaux, la proposition s’intéresse aux liens qui unissent l’homme<br />

aux vivants. Plutôt que de perpétuer la conception anthropocentriste du monde, elle se<br />

concentre sur les visions d’artistes, d’inventeurs, de créateurs et de scientifiques qui interrogent<br />

la hiérarchie entre les hommes et la nature. 35 expositions sont organisées dans la<br />

ville de Lille et dans toute la région. Parmi les artistes convoqués, citons entre autres Joana<br />

Vasconcelos, Bruno Novelli, Jean-François Fourtou, … (ah)<br />

Bruno Novelli, Adhafera, 2011, 172 x 254 cm. Collection privée (Sao Paulo). © de l’artiste<br />

Feminine power.<br />

The divine of the demonic<br />

du 19-05 au 25-09<br />

British Museum<br />

Londres<br />

www.britishmuseum.org<br />

Voilà une exposition fort ambitieuse qui se propose d’explorer comment la spiritualité<br />

féminine s’est exprimée depuis les temps immémoriaux. Déesses, saintes et démones sont<br />

ici réunies au travers d’objets issus de tous les continents : des estampes japonaises côtoient<br />

des sculptures romaines, non loin d’amulettes égyptiennes et de la traduction contemporaine<br />

en 3D de la déesse Kali par l’artiste Kaushik Ghosh. Afin d’approfondir le propos, les<br />

conservateurs du British Museum ont sollicité la collaboration de personnes de référence<br />

comme, entre autres, la psychothérapeute Leyla Hussein, l’auteure Mary Beard, ou l’avocate<br />

spécialisée en droits humain Rabia Siddique. (ah)<br />

John William Waterhouse, Circé offrant une coupe à Ulysse, 1891, huile sur toile. © Gallery Oldham<br />

14


MUSÉES<br />

François<br />

Morellet<br />

du 05-05 au 30-09<br />

Chasse Spleen Centre<br />

d’Art<br />

Moulins-en-Médoc<br />

www.chasse-spleen.com<br />

Vive le pastel !<br />

du 07-05 au 25-07<br />

Alte Pinakothek<br />

Munich<br />

www.pinakothek.de<br />

Figure majeure de l’abstraction géométrique<br />

et précurseur de l’art minimal, François Morellet<br />

(1926-2016) a exploré les possibilités de l’art<br />

cinétique et la participation du spectateur dans<br />

de nombreuses installations interactives. Cette<br />

exposition met bien en évidence ces caractéristiques<br />

en privilégiant un dialogue entre les<br />

œuvres et les espaces du Centre d’art du Château<br />

Chasse Spleen. Le parcours couvre toutes<br />

les périodes créatives du peintre et sculpteur,<br />

depuis 1950 aux années 2000. Le visiteur découvre<br />

ainsi combien François Morellet a fondé<br />

son travail sur des systèmes simples, introduisant<br />

le hasard, qui visent à limiter au maximum la<br />

subjectivité et les choix de l’artiste. Il s’est efforcé<br />

de démanteler les hiérarchies traditionnelles, de<br />

sortir le tableau de ses limites arbitraires, d’augmenter<br />

ainsi son champ d’investigation, d’associer<br />

l’angle et la courbe, l’ordre et le désordre,<br />

l’artificiel et l’organique, la tension et la fluidité,<br />

la contrainte et la fantaisie. (ah)<br />

Le pastel fut particulièrement<br />

prisé au XVIIIe<br />

siècle, et plus spécialement<br />

encore en<br />

France. On se souvient<br />

par exemple combien<br />

Rosalba Carriera<br />

(1675-1757) fut sollicitée<br />

par toute la bourgeoisie<br />

parisienne pour<br />

réaliser des portraits<br />

dans ce medium, lors<br />

de son séjour dans la<br />

capitale française. Des<br />

œuvres de l’artiste<br />

vénitienne sont évidemment<br />

présentes<br />

dans cette exposition<br />

qui s’est donné pour<br />

but d’explorer les<br />

raisons du succès du<br />

pastel à cette époque.<br />

Les œuvres d’autres<br />

fameux spécialistes en<br />

ce domaine donnent à<br />

cette exposition toute<br />

sa pertinence et son intérêt : Joseph Vivien, Maurice Quentin de La Tour et Jean-<br />

Etienne Liotard. Ces pastels proviennent des collections de l’Alte Pinakothek, mais<br />

aussi du Neues Schloss Schleisheim ainsi que de collections privées. (ah)<br />

Patrice Schmidt Joseph Vivien, Charles, Duke of Berry (1686-1714), 1700, pastel sur papier, 100,5 x<br />

81,5 cm. Staatsgalerie im Neuen Schloss Schleißheim. © Bayerische Staatsgemäldesammlungen,<br />

Munich<br />

François Morellet, Grands tiret 0°, 90 °, 1971. © Archives<br />

Morellet<br />

Lynette Yiadom-Boakye<br />

jusq. 05-09<br />

Mudam<br />

Luxembourg<br />

www.mudam.com<br />

Fly In League With The Night est la première exposition d’envergure consacrée à l’artiste<br />

britannique Lynette Yiadom-Boakye (1977). Travaillant à l’huile, sur toile ou sur lin brut,<br />

elle développe depuis plus de vingt ans une peinture figurative mettant en scène des personnages<br />

dans des décors délibérément énigmatiques, intemporels et souvent abstraits.<br />

Par ailleurs auteure de textes en prose et de poésies, l’artiste confie : « Lorsque je peins,<br />

il y a plein de choses que je fais ou auxquelles je pense et que je n’arrive pas à formuler<br />

verbalement. Toute tentative d’explication est vouée à être, au mieux, superficielle, au<br />

pire, totalement inexacte. » Aussi, nul cartel explicatif n’accompagne les tableaux. Au lieu<br />

de cela, le spectateur est invité à les approcher tels qu’ils se présentent à lui. (ah)<br />

Lynette Yiadom-Boakye, A passion like no Other,<br />

2012. Collection Lonti Ebers. © de l’artiste<br />

15


Paroles de galeristes #05.2021 — PART 1<br />

Newchild Gallery<br />

De l’anonymat<br />

au succès à Anvers<br />

Une galerie ouverte en pleine pandémie par<br />

trois personnalités à l’histoire et à la nationalité<br />

totalement différentes, cela ressemble à une<br />

folle aventure ! Une aventure visiblement<br />

couronnée de succès car, deux ans plus tard,<br />

leur désir de montrer des talents internationaux<br />

à Anvers n’a fait que s’amplifier.<br />

Comment expliquer une telle<br />

croissance ces deux dernières<br />

années ? Quelle vision nouvelle<br />

avez-vous acquise en tant<br />

que galerie ?<br />

Après des débuts dans des<br />

conditions imprévues, c’est-àdire<br />

une pandémie, nous avons<br />

vite appris à faire preuve de<br />

flexibilité tant dans la programmation<br />

que dans le fonctionnement<br />

quotidien de la galerie.<br />

Nous avons compris, ces deux<br />

dernières années, que la distance<br />

n’a en fait plus aucune<br />

importance. Les collectionneurs<br />

du monde entier ont su trouver<br />

notre galerie en dépit, ou peutêtre<br />

en raison, de l’obligation<br />

imposée à tous de se confiner<br />

et de rester chez soi.<br />

Des modifications<br />

fondamentales se sont-elles<br />

opérées ces deux dernières<br />

années ? Votre visibilité s’estelle<br />

rétrécie ou élargie ?<br />

Nous n’avons pas apporté de<br />

modifications fondamentales.<br />

Notre vision et notre mission<br />

en tant que galerie n’ont pas<br />

changé. Nous nous tournons<br />

vers des artistes prometteurs<br />

et des valeurs moins établies<br />

en Europe occidentale. Notre<br />

galerie fait venir à Anvers des<br />

artistes qui n’ont encore jamais<br />

exposé en <strong>Belgique</strong>, voire en<br />

Europe. Excellence technique et<br />

histoires fortes constituent les<br />

critères de notre sélection, de<br />

même que l’élaboration d’une<br />

œuvre cohérente et le sens de<br />

l’innovation.<br />

Comment décririez-vous la<br />

relation de votre galerie avec<br />

ses artistes ?<br />

Newchild a été fondée par<br />

Sarah Vanwelden (Belge,<br />

historienne de l’art), Chandler<br />

Noah (Américain, architecte)<br />

et Diego Castano (Colombien,<br />

artiste). Il s’agit donc d’une<br />

galerie très hétérogène, internationale<br />

et informelle. Ce qui<br />

se traduit également dans nos<br />

interactions avec les artistes.<br />

Nous constituons, à la fois, un<br />

interlocuteur de confiance et un<br />

conseiller pour nos artistes, tout<br />

en étant joignables et amicaux<br />

dans nos communications.<br />

Anvers possède-t-elle sa<br />

propre scène artistique,<br />

différente de celle de Bruxelles,<br />

et comment celle-ci se profilet-elle<br />

?<br />

Tout à fait ! L’une des raisons<br />

pour lesquelles nous avons<br />

établi notre galerie à Anvers,<br />

c’est justement à cause de la<br />

réputation internationale de<br />

la ville en tant que centre de<br />

design, d’architecture et d’art.<br />

Il y a, en <strong>Belgique</strong>, une énorme<br />

concentration de collectionneurs<br />

engagés qui contribuent<br />

au dynamisme de la scène<br />

artistique des différentes villes<br />

belges.<br />

Votre enseigne est-elle facile à<br />

trouver ?<br />

Nous collaborons avec un<br />

groupe de collectionneurs<br />

internationaux. Le monde s’est<br />

fortement restreint, grâce à des<br />

© photos : Piet Albert Goethals<br />

« La Newchild est une galerie<br />

très hétérogène, internationale<br />

et informelle. »<br />

canaux comme Instagram. Depuis<br />

la pandémie, la confiance<br />

des collectionneurs a également<br />

considérablement augmenté<br />

lorsqu’il s’agit d’acheter<br />

des œuvres au départ d’une<br />

photo ou d’une vidéo. Curieusement,<br />

nous avons davantage<br />

vendu la première année à<br />

des clients internationaux qu’à<br />

des collectionneurs locaux.<br />

L’équilibre commence juste à<br />

se rétablir.<br />

Quelles sont vos sources<br />

d’inspiration ?<br />

Nous observons les galeries<br />

ayant une vision très claire et<br />

osant prendre des risques dans<br />

leur programmation. Nous<br />

sommes très satisfaits de pouvoir<br />

organiser des expositions<br />

collectives ‘‘curatées’’ et considérons<br />

l’aspect organisationnel<br />

comme primordial.<br />

Quelles sont vos ambitions ?<br />

Notre ambition est de pouvoir<br />

présenter, à Anvers, un<br />

programme varié et surprenant.<br />

Nous souhaitons offrir au collectionneur<br />

belge l’occasion de<br />

découvrir des œuvres de talents<br />

internationaux. Nous espérons,<br />

bien entendu, dans le futur<br />

pouvoir aussi porter notre vision<br />

au niveau international, lors de<br />

foires et autres salons.<br />

L’Antwerp Art Weekend est<br />

prévu fin mai. Qu’est-ce que<br />

cela signifie pour vous ? Existet-il<br />

une communauté ?<br />

Notre première participation<br />

à l’Antwerp Art Weekend a eu<br />

lieu l’an dernier et nous avons<br />

été surpris par le grand nombre<br />

de visiteurs que nous avons<br />

accueillis durant ces quatre<br />

jours. C’est une merveilleuse<br />

initiative, qui permet à nombre<br />

d’amateurs d’art de franchir<br />

le seuil d’une galerie et qui<br />

contribue à créer un sentiment<br />

de communauté entre les différents<br />

galeristes.<br />

Shivering trees, Curling flames<br />

Alyina Zaidi (Delhi), Brittney<br />

Leeanne Williams (Chicago) et<br />

Madeleine Bialke (Brooklyn)<br />

jusq. 11-06<br />

Newchild Galery<br />

Anvers<br />

www.newchildgallery.com<br />

Antwerp Art Weekend<br />

du 26 au 29-05<br />

www.antwerpartweekend.be<br />

16


GALERIES<br />

Antoine<br />

Mortier<br />

jusq. 01-07<br />

Laurentin Gallery<br />

Bruxelles<br />

www.galerie-laurentin.com<br />

Cerf, Cerf !<br />

jusq. 29-05<br />

L’Orangerie, espace d’art<br />

contemporain<br />

Bastogne<br />

www.lorangerie-bastogne.be<br />

Depuis quelques temps, la Galerie Laurentin assure<br />

la représentation en exclusivité de l’estate d’Antoine<br />

Mortier (1908-1999), contribuant à la promotion et à<br />

la diffusion de son œuvre. De formation classique,<br />

Antoine Mortier a fait le lien entre les mouvements<br />

d’avant-garde étrangers, tels l’Action Painting ou l’Expressionnisme<br />

abstrait, et la peinture belge. À la sortie<br />

de la guerre, son œuvre a su dépasser un art national<br />

figuratif et rassurant qui prédominait en <strong>Belgique</strong>, au<br />

profit d’une peinture brossée à grands gestes. Figure<br />

majeure de l’art moderne belge, il a été surnommé ‘‘le<br />

peintre de l’absolu’’. Malgré diverses épreuves, rien<br />

n’a jamais détourné cet artiste rigoureux de sa voie<br />

de peintre et de sa ligne de recherches. À travers sa<br />

peinture, il a sans cesse visé la grandeur, la pureté, la<br />

force de l’âme et la force vitale. Ses œuvres peuvent<br />

être admirées dans les musées belges, américains,<br />

hollandais, français, japonais et brésiliens. (gg)<br />

Antoine Mortier, Sans titre (fruits), 1969, huile sur toile, 54 x 73<br />

cm. © Galerie Laurentin – Prix : entre 15.000 et 65.000 €<br />

Animal mythique,<br />

beau, fier et fort,<br />

le cerf a tout pour<br />

plaire. Il porte en lui<br />

une grande charge<br />

symbolique et fait<br />

l’objet de nombreuses<br />

représentations,<br />

de l’art pariétal à<br />

l’époque contemporaine.<br />

Objet de tous<br />

les fantasmes, présent<br />

dans de nombreux<br />

récits mythologiques<br />

et religieux, cet animal<br />

nocturne, mystérieux<br />

et silencieux se<br />

manifeste particulièrement<br />

en période de<br />

brame. « Je sculpte<br />

des lièvres parce<br />

qu’ils ont des choses<br />

à dire qui m’intéressent»,<br />

écrivait Barry<br />

Flanagan. Les artistes<br />

d’aujourd’hui peignent, sculptent, dessinent et photographient les cerfs<br />

parce qu’ils ont des choses à dire qui les intéressent... Dans cette exposition,<br />

trois sculpteurs, Stief Desmet, Myriam Hornard et François Lelong proposent,<br />

dans leur travail respectif, ce qui sous-tend leur relation au cerf. Les peintres<br />

Philibert Delécluse, Luc Doerflinger et Michael Dans peignent des cerfs parce<br />

qu’ils ont aussi des choses à dire qui les intéressent. Le cerf est un animal à la<br />

sexualité exacerbée en période de rut et de brame. Autres artistes exposés :<br />

Didier Comes, Edmond Dauchot, Charles Freger, Jean Gaspar, René Hausman,<br />

Claudie Hunzinger, Daniel Michiels, Gaëtan Nocq, Fernande Petitdemange et<br />

Jean-Claude Servais. (gg)<br />

Charles Fréger, Yokoshima, 2013-2015, photographie, 140 x 120 cm. © de l’artiste / L’Orangerie<br />

My Hair, My Soul, My Freedom<br />

du 07-05 au 09-07<br />

Gallery Fifty One<br />

Anvers<br />

www.gallery51.com<br />

Sandro Miller, Melody B. #1, Chicago, 2016,<br />

impression pigmentaire d’archive, 50 x 60<br />

cm. © de l’artiste / Courtesy Gallery Fifty<br />

One, Anvers. – Prix : de 3.500 à 14.500 €<br />

Pour sa série CROWNS, le célèbre photographe américain Sandro Miller a demandé à des<br />

femmes noires de raconter une ‘‘histoire de cheveux’’ personnelle. Une styliste a réalisé une<br />

coupe capable d’exprimer sa personnalité, sa créativité, sa liberté et sa force. L’arrière-plan<br />

des portraits change en fonction de la singularité du modèle et de la coupe de cheveux. Cette<br />

exposition présente la série en parallèle à des photos du Nigérian J.D. Okhai Ojeikere (1930-<br />

2014), lequel participait en 2013 à la Biennale de Venise et en 2007 à la Documenta 12 de Kassel.<br />

Ce dernier avait documenté la culture nigériane, à l’aide de gros plans sur des styles de coiffure<br />

locaux et d’un inventaire de ces ‘‘sculptures d’un jour’’. Fifty One Too présente en même temps<br />

des images inédites de Vivian <strong>Mai</strong>er. A partir du 8 juin, Bozar consacrera une grande exposition<br />

solo à cette photographe découverte peu après sa mort et aujourd’hui mondialement célèbre.<br />

(cv)<br />

17


GALERIES<br />

Johan Muyle<br />

jusq. 28-05<br />

Belgian Gallery<br />

Bruxelles<br />

www.belgiangallery.com<br />

Ariane<br />

de Rosmorduc<br />

du 12-05 au 25-06<br />

Zedes Art Gallery<br />

Bruxelles<br />

www.zedesart-gallery.be<br />

Johan Muyle (1956) est l’un des artistes belges les plus importants de sa génération.<br />

Cette exposition dévoile le résultat d’un travail d’atelier qui a débuté en<br />

mai 2021. Ces dernières installations sculpturales ont toutes pour dénominateur<br />

commun l’utilisation comme point de départ de la statuaire historique. Une<br />

démarche récente dans le travail de Johan Muyle, née de sa visite au musée Rodin.<br />

Le fait d’y avoir vu certaines œuvres, dont les interventions du sculpteur sur<br />

des vases étrusques, l’ont encouragé à poursuivre dans cette voie. Cette visite<br />

l’a également conforté dans l’idée de produire de nouvelles œuvres avec pour<br />

appui le travail de sculpteurs de la fin XIXe et du début du XXe siècles. Deux<br />

des œuvres de l’exposition ont pour point de départ des plâtres de Constantin<br />

Meunier. « Ces nouvelles propositions doivent être comprises comme des hommages<br />

à certains de mes pairs. » Les œuvres sont hybrides, par la diversité des<br />

sources des images utilisées, et allégoriques par la pensée qu’elles contiennent.<br />

L’œuvre d’Erik Satie, et particulièrement Vexations (consistant dans la répétition<br />

840 fois de suite du même motif musical), a accompagné la réalisation de ces<br />

sculptures. (gg)<br />

Johan Muyle, La restitution (détail), <strong>2022</strong>. © de l’artiste / photo : Ethel Lilienfeld –<br />

Prix : entre 4.000 et 60.000 €<br />

Après avoir célébré les mystères et fantasmagories<br />

d’un monde sous-marin imaginaire, Ariane de<br />

Rosmorduc (1967) reprend plaisir à la terre ferme.<br />

Tumbleweed est le titre de sa nouvelle exposition.<br />

Les tumbleweeds, typiques des déserts de l’ouest<br />

américain, sont des boules végétales touffues et<br />

légères qui, une fois desséchées, se détachent de<br />

leur racine et roulent au gré du vent. Les westerns<br />

et les médias visuels ont conduit à une signification<br />

symbolique de ces herbes mystérieuses qui<br />

s’agitent et tournent sur elles-mêmes en toute<br />

légèreté, dans des lieux désolés, vidés de leurs<br />

occupants. Ariane de Rosmorduc ne perd pas le fil<br />

quand il s’agit d’interpréter ce phénomène en une<br />

métaphore contemporaine sur le sort d’une partie<br />

de l’humanité. Cette migration végétale, l’artiste la<br />

sublime par des nuances chromatiques très riches<br />

et par un travail époustouflant de la matière. Ces<br />

vibrations matière/couleur jouent dans l’espace de<br />

la toile au point d’y insuffler le mouvement, provoquant<br />

ainsi la fuite en avant du ‘‘virevoltant’’. (gg)<br />

Ariane de Rosmorduc, Sans titre, 2021, technique mixte sur<br />

toile, 120 x 170 cm. © de l’artiste / Courtesy Zedes Art Gallery<br />

– Prix : entre 2.500 et 8.000 €<br />

Bilal Bahir &<br />

Lieven Decabooter<br />

jusq. 29-05<br />

Gallery Sofie Van den Bussche<br />

Bruxelles<br />

www.sofievandenbussche.be<br />

Bilal Bahir, Young poet, 2021, technique<br />

mixte sur papier, 33 x 25 cm. © de l’artiste /<br />

Gallery Sofie Van den Bussche –<br />

Prix : entre 1.500 et 8.500 €<br />

La démarche de Bilal Bahir (1988) s’intéresse à la diversité des cultures dans une vaste perspective<br />

chronologique. Il développe une dimension biographique et politique pour aboutir à<br />

des cycles de dessins et d’esquisses au caractère onirique et poétique. Il pose la question de<br />

l’état de guerre et de l’existence humaine à travers les nombreux changements de la société<br />

irakienne, qu’ils soient culturels, politiques ou économiques. Les éléments picturaux expriment<br />

le profond engagement de l’artiste face aux grandes questions de notre époque : la place de<br />

l’individu au milieu des conflits et des changements qui secouent le monde et touchent l’être<br />

humain au cœur de sa vie. Lieven Decabooter (1961) crée des compositions monumentales<br />

dans lesquelles se succèdent divers motifs, styles de peinture et intrigues. Une manière précise<br />

de peindre alterne avec des coups de pinceau rapides et impulsifs. L’effet est souvent écrasant<br />

et nous confronte à un monde théâtral, surtout chargé d’une logique visuelle parfois absurde.<br />

Des techniques de peinture très diverses se rencontrent sur une même toile et se superposent<br />

les unes aux autres. (gg)<br />

18


GALERIES<br />

Bers Grandsinge<br />

and friends<br />

jusq. 20-05<br />

La <strong>Mai</strong>son<br />

Commune<br />

Bruxelles<br />

www.culturesetpublics.be<br />

Miguel Sbastida<br />

jusq. 16-07<br />

LMNO<br />

Bruxelles<br />

www.lmno.be<br />

Bers Grandsinge,<br />

né Jean-Pierre Bers<br />

Mbalaka (1955), est<br />

le premier artiste<br />

congolais à s’installer<br />

en <strong>Belgique</strong> en 1985<br />

pour défendre l’art<br />

contemporain de<br />

son pays, sous les<br />

conseils de Jean Michel<br />

Basquiat. Bers<br />

‘‘Grandsinge’’ suit<br />

les cours de l’Académie<br />

des Beaux-Arts<br />

de Kinshasa avant de se lancer à la découverte<br />

de nouveaux horizons, d’abord des pays africains<br />

puis de New York. En 1985, lors d’une exposition<br />

consacrée à Andy Warhol, il rencontre Jean-Michel<br />

Basquiat et les autres peintres de la scène newyorkaise.<br />

Une rencontre qui sera déterminante<br />

dans l’orientation de son travail (c’est Basquiat<br />

qui lui donnera le surnom de Bers Grandsinge).<br />

Visionnaire, il compare ce voyage à une prospection<br />

éclairante pour annoncer l’épanouissement<br />

futur de l’art du Continent africain. À son retour,<br />

il pose ses valises à Bruxelles et y est rapidement<br />

découvert par la Galerie Hutse où il travaillera<br />

jusqu’au décès de son fondateur. Sa pratique<br />

explore différents domaines tels que la peinture, le<br />

design textile, la photographie… (gg)<br />

Bers Grandsinge, La Fin tragique d’une dictature, 1987, huile<br />

et polyuréthane sur toile, 120 x 180 cm. © de l’artiste / La<br />

<strong>Mai</strong>son Commune – Prix : entre 15.000 et 25.000 €<br />

Pour la première exposition personnelle de Miguel Sbastida (1989), LMNO<br />

présente une série d’œuvres intitulée High Tide. La pierre angulaire de ce<br />

projet est une performance réalisée en 2018 par l’artiste, dans laquelle il<br />

tente de joindre ses forces à celles de l’océan afin de contribuer au processus<br />

d’érosion d’une falaise. Une sorte d’association entre l’homme et son environnement,<br />

la nature. La performance consistait à jeter des centaines de litres<br />

d’eau de l’océan Atlantique contre des falaises, à l’aide d’un vase en verre.<br />

Cette performance reproduit sensiblement les vagues qui viennent se briser<br />

contre la roche à marée haute, d’où l’intitulé de la série. Dans l’espace de la<br />

galerie, la performance fait l’objet d’une installation vidéo, de photographies<br />

et d’une sculpture dessinée par l’artiste. Dans High Tide, celui-ci interroge les<br />

frontières traditionnelles entre le vivant et l’inerte, l’humain et le non-humain,<br />

le biologique et le géologique. Son travail s’efforce d’établir de façon poétique<br />

de nouvelles perspectives vers un sentiment d’appartenance et d’association<br />

avec l’organisme terrestre. (gg)<br />

Miguel Sbastida, High Tide (waves) 12, 2018, impression digigraphique sur papier Hahnemühle<br />

Baryté 315g, 41 x 61 cm, éd. 5 ex + 1 EA. © de l’artiste / LMNO - Prix : entre 1.500 et 7.000 €<br />

Babette Goossens<br />

du 06-05 au 04-06<br />

The Palm Beach<br />

Bruxelles<br />

www.thepalmbeach.be<br />

Née à Bruxelles en 1991, Babette Goossens entame en 2009 des études de peinture à<br />

l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles, achevées en 2014. En 2016, elle est lauréate<br />

de la bourse Spes lui permettant de se rendre à Florence pour y apprendre l’histoire et la<br />

technique de la fresque. « Par mon travail, je cherche à témoigner d’un métier et de ce qu’il<br />

implique dans l’ouverture de notre regard. Je cherche un rapport au temps et à la poésie<br />

du quotidien, un lieu mouvant d’où aborder le monde. Un engagement, enfin. L’art permet<br />

d’instaurer le temps comme une persévérance, source de dialogue avec nos ancêtres :<br />

comme l’ont fait, avant nous, d’autres artistes, poètes, observateurs et témoins du monde, en<br />

posant la matière, nous posons le temps. Je veux prendre part à l’élaboration d’une pratique<br />

toujours en évolution. La peinture est un art très ancien ; cette tradition et ce souffle<br />

qui me lient à d’anciennes générations d’artistes, d’êtres humains, sont essentiels dans mes<br />

recherches picturales. » Elle présente ici des dessins sur papier, complétés d’installations<br />

vidéo. (gg)<br />

Babette Goossens, Les endormis Romain II, s.d.,<br />

huile et émulsion cellulosique sur toile sur carton,<br />

24 x 30 cm. © de l’artiste / The Palm Beach<br />

– Prix : entre 500 et 4.500 €<br />

19


GALERIES<br />

Jonathan Wateridge<br />

jusq. 18-06<br />

Nino Mier Gallery Brussels<br />

Bruxelles<br />

www.miergallery.com<br />

Christine<br />

Clinckx<br />

du 26-05 au 25-06<br />

Galerie ESD<br />

Anvers<br />

www.deviations.evasteynen.be<br />

Les peintures de Jonathan<br />

Wateridge sont des nonévénements<br />

minutieusement<br />

conçus et entièrement<br />

fabriqués, qui ont les signes<br />

extérieurs d’un événement<br />

réel. Une partie importante<br />

de son travail des dernières<br />

années a consisté à reconfigurer<br />

ou à refaire un scénario<br />

donné ou une image<br />

trouvée. Cela implique de<br />

construire des décors à<br />

grande échelle et d’utiliser<br />

des interprètes pour jouer<br />

des rôles, dans le contexte<br />

du studio, afin de poser des<br />

questions sur la façon dont<br />

nous encadrons et comprenons<br />

les notions de réel.<br />

Son travail a d’abord utilisé<br />

le réalisme pictural comme<br />

cadre par défaut pour voir le<br />

monde, limitant tout excès<br />

de style pour souligner non seulement la qualité souvent éphémère, banale et<br />

quotidienne des scènes représentées, mais aussi la nature de leur construction.<br />

Plus récemment, il campe une utilisation plus lyrique de la peinture qui explore la<br />

tension entre la dimension sociale de la figuration et les qualités plus formelles et<br />

expressives de l’œuvre. (gg)<br />

Jonathan Wateridge, Night Terrace, <strong>2022</strong>, huile sur toile, 136 x 102 cm. © de l’artiste / Nino Mier<br />

Gallery – Prix : entre 10.000 et 100.000 €<br />

Il est possible<br />

de qualifier de<br />

souterrain l’art<br />

de Christine<br />

Clinckx (1969).<br />

Elle a commencé<br />

à surprendre le<br />

public dans les<br />

années 1990 avec<br />

des installations<br />

multimédias et<br />

des performances.<br />

La critique sociale<br />

est omniprésente<br />

chez cette<br />

artiste activiste.<br />

Abus de pouvoir, problèmes environnementaux,<br />

violences guerrière, destin de femme ou de<br />

réfugiés : l’engagement est total, plutôt viscéral et<br />

à couches multiples. Son deuxième solo chez Eva<br />

Steynen s’intitule Lover Boy, expression désignant<br />

les proxénètes qui séduisent des petites filles<br />

pour les exploiter par le biais de la prostitution ou<br />

de la criminalité. Une photo lugubre montre des<br />

jambes. Meurtries et obscures, mais séduisantes<br />

et oniriques, tel un esprit ou un spectre. L’artiste l’a<br />

prise avec une chambre noire de 1920 en utilisant<br />

le procédé du collodion humide du XIXe siècle.<br />

Cette nouvelle série fait partie d’un projet en<br />

cours avec des photos de famille recadrées et des<br />

images anonymes. Retour dans le passé et regard<br />

implacable sur le présent. (cv)<br />

Christine Clinckx, Lover Boy, 2019, photo sur métal. © de<br />

l’artiste / Courtesy Galerie ESD, Anvers<br />

Yulia Iosilzon<br />

du 14-05 au 27-06<br />

De Brock Gallery<br />

Knokke<br />

www.debrockgallery.com<br />

Yulia Iosilzon, Cheshire Cat Smiles, 2021, peinture<br />

à l’huile sur tissu transparent, 168 x 137 cm. © de<br />

l’artiste / De Brock Gallery, Knokke – Prix : de<br />

10.000 à 15.000 €<br />

La De Brock Gallery ne recule devant rien pour son nouveau talent, Yulia Iosilzon (1992),<br />

très vite repérée après sa formation artistique à Londres. Les expositions solo se sont succédées,<br />

entre autres à New York, Londres et Stockholm. En <strong>Belgique</strong>, l’enseigne présentait<br />

sa peinture en décembre dernier, dans le cadre de l’exposition solo Amanita Muscari, à<br />

Art Antwerp. Vous avez bien lu, il s’agit de l’amanite tue-mouche, probablement le plus<br />

célèbre champignon au monde, apparaissant dans les contes de fées et possédant des<br />

propriétés hallucinogènes. Un tableau de fausses oronges, dont les lamelles sous le chapeau<br />

font penser à des sourires béats ou du Chat de Cheshire, clin d’œil au chat souriant<br />

d’Alice au Pays des Merveilles. Yulia Iosilzon peint des paysages oniriques sur du tissu<br />

transparent. Là, tout n’est que fluidité et la figuration émerge de l’abstrait. L’artiste prépare<br />

de nouveaux tableaux et céramiques pour l’ouverture du second espace de la Galerie De<br />

Brock, dans la Strandstraat. (cv)<br />

20


Uitstalling<br />

Gallery<br />

Que se passe-t-il<br />

à Genk ?<br />

Danny Weckx est, avec la Uitstalling<br />

Gallery, un des précurseurs de la<br />

renaissance artistique du Limbourg. Il<br />

ouvrait, en avril, un troisième espace<br />

d’exposition, The Kube, sur une<br />

exposition de Koen Vanmechelen.<br />

Kendell Geers et Zanele Muholi sont<br />

également inscrits au programme. La<br />

thématique sud-africaine, par laquelle<br />

tout avait commencé, se poursuit donc.<br />

Comment une galerie du<br />

Limbourg a-t-elle pu s’attacher<br />

à une thématique sudafricaine<br />

?<br />

« Cela a démarré en 2019 avec<br />

deux salles d’exposition de<br />

ma propre collection. L’art<br />

sud-africain me fascine depuis<br />

des années : il a une grande<br />

profondeur émotionnelle,<br />

souvent avec des références à<br />

un contexte politique turbulent.<br />

Lorsque j’ai souhaité<br />

acquérir une grande œuvre du<br />

Sud-Africain Anton Smit, j’ai<br />

découvert qu’il était lié à une<br />

galerie française. Leurs relations<br />

s’étant détériorées, j’ai récupéré<br />

toutes les sculptures qui<br />

s’y trouvaient encore. Anton a<br />

alors eu l’envie d’organiser une<br />

exposition dans mon espace.<br />

Je n’envisageais pas de devenir<br />

galeriste, mais cela s’est fait<br />

de fil en aiguille. Le thème de<br />

l’Afrique du Sud nous distingue<br />

des autres galeries, de ce que<br />

vous voyez le plus souvent dans<br />

les grandes capitales comme<br />

Paris et Londres. »<br />

Uitstalling Gallery possède<br />

un emplacement unique, loin<br />

des grands centres artistiques.<br />

Pouvez-vous nous en dire plus<br />

sur le choix de ce lieu ?<br />

« Les choses ont beaucoup<br />

bougé à Genk, avec C-Mine,<br />

Siab ou les Ateliers Vonk. Koen<br />

Vanmechelen a commencé<br />

dans notre rue avec La Biomista,<br />

puis nous l’avons rejoint. Il a<br />

remarqué qu’il n’y avait pas encore<br />

de galerie de niveau international<br />

dans le Limbourg. Ce<br />

qui était dommageable, car cela<br />

poussait les artistes limbourgeois<br />

vers Anvers ou Bruxelles.<br />

J’aime opérer à partir de la<br />

périphérie. L’Euregio Meuse-<br />

Rhin constitue, en outre, un<br />

emplacement stratégique, à<br />

un jet de pierre des Pays-Bas<br />

et de l’Allemagne. J’espère que<br />

d’autres galeries suivront. Le<br />

Limbourg était, à la fin du XIXe<br />

siècle et au début du XXe, La<br />

Mecque des peintres paysagistes,<br />

mais a perdu cette position<br />

tout comme Laethem-Saint-<br />

Martin. J’essaie d’y remédier.<br />

C’est un travail de pionnier,<br />

mais au vu de l’immense<br />

enthousiasme qu’elle suscite,<br />

l’initiative paraît nécessaire. En<br />

tant que galerie marchande,<br />

nous ne recevons bien sûr aucun<br />

subside, tous nos revenus<br />

provenant de la vente. Nous ne<br />

nous plaignons pas, car notre<br />

tropisme sud-africain attire des<br />

collectionneurs de Hong Kong,<br />

de Francfort, du Canada, de<br />

Finlande et de Suisse. »<br />

Danny Weckx. © Uitstalling Gallery<br />

« Le nouvel espace s'appelle Le<br />

Kube, en référence au cube blanc,<br />

mais avec le "k" de la perception<br />

artistique. »<br />

DANNY WECKX<br />

En quoi le fonctionnement<br />

d’Uitstalling se différencie-t-il<br />

de celui d’autres galeries, plus<br />

traditionnelles ?<br />

« Je tente de suivre ma propre<br />

voie, sans penser à ce que font<br />

les autres galeries. Je me refuse<br />

à faire venir ici des artistes<br />

belges emblématiques, déjà<br />

programmés partout ailleurs. Je<br />

n’ai pas grand-chose à ajouter,<br />

sinon que je préfère me tourner<br />

vers l’international. Certains artistes<br />

ont, selon moi, tendance<br />

à s’accrocher un peu trop à un<br />

contrat de galerie. Je ne conclus<br />

pas tellement de contrats avec<br />

les miens, le courant passe ou<br />

pas. Quand un artiste se voit<br />

offrir de nouvelles possibilités<br />

à l’étranger, il faut le soutenir<br />

et ne pas essayer de le retenir<br />

à cause d’un contrat. A ce<br />

propos, mon approche est très<br />

pragmatique. »<br />

Pouvez-vous nous en dire plus<br />

sur le projet Uitgestald ?<br />

« Il y a quelques mois, nous<br />

avons lancé avec Kunst Zetter<br />

un appel pour la réalisation<br />

d’un livre sur les œuvres<br />

d’artistes limbourgeois. Dans<br />

l’ouvrage Uitgestald-1, nous<br />

en avons réuni dix-huit ayant<br />

un lien avec le Limbourg,<br />

parmi lesquels Gideon Kiefer et<br />

Gommaar Gilliams, qui expose<br />

maintenant en solo à New York<br />

à la De Buck Gallery. Nous nous<br />

réjouissons que Koen Vanmechelen<br />

parraine cette première<br />

édition. »<br />

Koen Vanmechelen:<br />

Couveuse<br />

Uitstalling Gallery<br />

Genk<br />

www.uitstalling.com<br />

jusq. 26-06<br />

Paroles de galeristes #05.<strong>2022</strong> — PART 2<br />

21


L’ARTISTE DU MOIS<br />

Shervin/e Sheikh Rezaei<br />

Dans cette série, <strong>COLLECT</strong> s’intéresse à la place occupée par les jeunes<br />

artistes dans le monde contemporain. Pourquoi ont-ils choisi cette<br />

voie, d’où leur vient leur inspiration et comment se positionnentils<br />

? Ce mois-ci, c’est au tour de Shervin/e Sheikh Rezaei (1994) de<br />

s’exprimer.<br />

TEXTE : ELIEN HAENTJENS<br />

PORTRAIT : GUY KOKKEN<br />

Elle s’est donné un an pour peaufiner<br />

sa pratique artistique. Neuf mois et<br />

trois expositions plus tard, Shervin/e<br />

Sheikh Rezaei s’exprime au passé<br />

comme au futur : « Même si j’ai étudié les<br />

mathématiques et les sciences, je passais<br />

tout mon temps libre à l’Académie de<br />

dessin et prenais des cours d’art dramatique.<br />

Je rêvais d’être scénographe de<br />

théâtre. J’ai donc choisi de faire des études<br />

d’architecture à Saint-Luc. Les disciplines<br />

artistiques, plus expérimentales, m’ont<br />

d’abord attirée. J’ai eu la chance de pouvoir<br />

réaliser quelques commandes durant mon<br />

stage chez les architectes Jan De Vylder et<br />

Inge Vinck qui m’ont poussée vers l’art. Ce<br />

n’est peut-être pas le cheminement le plus<br />

logique, mais ma formation architecturale<br />

m’est utile maintenant que je travaille<br />

davantage dans les arts plastiques. Cela<br />

se ressent sans doute dans ma pratique<br />

artistique. L’encadrement conceptuel<br />

compte beaucoup pour moi et je vais à<br />

chaque fois à l’essentiel. Il en résulte, dans<br />

mes dessins, des lignes plutôt rigides qui<br />

s’inspirent de grilles ou de statistiques mathématiques<br />

et l’amour de la matérialité et<br />

de la spatialité. J’ai récupéré des cadres de<br />

fenêtres mises au rebut, dans le bâtiment<br />

en face de mon atelier, pour réaliser une<br />

série de dessins. Le caractère plus spatial<br />

que je confère à mon œuvre porte celle-ci<br />

à un niveau supérieur. Ce sentiment vient<br />

peut-être de ma formation d’architecte. Un<br />

dessin consiste en une étude préliminaire<br />

qui continue à construire le rêve ultime.<br />

L’architecture m’a appris à observer la réalité<br />

et à chercher un équilibre entre logique<br />

et intuition. C’est la raison pour laquelle je<br />

me sens très attirée par les choses qui ne<br />

sont pas aussi strictes et rationnelles. La<br />

mer me fascine, de même que la vie qui<br />

s’y cache. Le film Les amours de la pieuvre<br />

(1965) a alimenté cette admiration de la<br />

nature et m’a incitée à utiliser les algues.<br />

Les formes organiques donnent à l’œuvre<br />

un caractère à la fois élégant et terrifiant.<br />

En intégrant ces plantes dans la structure<br />

rigide d’un aquarium, fermé par un de mes<br />

stricts dessins sur verre, j’ai tenté de contrôler<br />

l’incontrôlable. J’ai découvert que la<br />

nature ne se laisserait pas de sitôt enfermer<br />

dans une boîte. »<br />

ENTRE ÉMOTION ET RAISON<br />

Cet équilibre entre émotion et raison<br />

est un des traits de la personnalité de<br />

Shervin/e Sheikh Rezaei. D’un côté, il y a<br />

22


L’ARTISTE DU MOIS<br />

« J’ai sous-estimé<br />

l’impact mental<br />

du statut d’artiste. »<br />

ses racines et son éducation iraniennes,<br />

de l’autre elle aime tenir les rênes : « Cela<br />

tient peut-être à ma peur d’une perte de<br />

contrôle. Si des choses comme la santé<br />

sont difficiles à contrôler et si la femme n’a<br />

pas son mot à dire dans maints aspects de<br />

la société, il nous est possible de garder<br />

le contrôle de notre vie dans d’autres<br />

domaines. Il faut de l’entraînement pour<br />

lâcher un peu plus de lest. Ou pour être un<br />

peu plus punk, comme un ami l’a formulé,<br />

ce que je suis en réalité. Je laisse donc peu<br />

à peu les formes plus organiques empiéter<br />

dans mes dessins plutôt rigides. Ou j’ouvre<br />

mes pensées et sentiments aux spectateurs<br />

via des fragments de textes autobiographiques.<br />

Même si l’œuvre peut paraître<br />

distante au premier abord, elle ne l’est pas.<br />

De par leur immédiateté, mes dessins possèdent<br />

une sorte de sincère fragilité. Une<br />

installation qu’il faut penser avant de la<br />

réaliser en devient vite plus distante. Il est<br />

captivant de mêler réalité et fiction. C’est<br />

une des raisons pour lesquelles j’aime le<br />

cinéma, notamment celui de Jonas Mekas<br />

Installation : Analyse 01.23- 08: Anaesthetised, 2021,<br />

carton gris 3 mm, verre, eau, algues, paraffine<br />

liquide, différentes tailles. © de l’artiste<br />

Prix : 4.800 €<br />

Images d’archive, oubli/əˈblivēən, <strong>2022</strong>, crayon, marqueur, encre et impression sur papier encadré sous verre,<br />

différentes tailles. © de l’artiste<br />

Prix : 2.800 €<br />

ou Chantal Akerman. Avec des sons, des<br />

images et l’espace, ils entraînent les spectateurs<br />

vers leur réalité personnelle. Le<br />

langage rigide des formes de Sol Lewitt ou<br />

Georges Vantongerloo, ou la matérialité<br />

et la conceptualité dans l’œuvre de Dan<br />

Graham me fascinent également. Je suis<br />

sans cesse en quête du bon équilibre entre<br />

raison et émotion. Même si je suis instruite<br />

à l’occidentale et attachée aux principes<br />

du modernisme, je m’inspire de l’œuvre<br />

chaleureuse et personnelle d’une Lina Bo<br />

Bardi ou de l’architecture ornementale du<br />

Moyen-Orient. J’essaie d’intégrer ces différentes<br />

sphères d’influence à une œuvre<br />

plus universelle. Il me paraît plus intéressant<br />

d’évoquer les sentiments humains et<br />

les valeurs qui vont au-delà des frontières<br />

culturelles. C’est peut-être la raison pour<br />

laquelle je n’aime pas la nostalgie. Nous<br />

devons aller de l’avant. Je désire m’ancrer<br />

fermement dans la réalité contemporaine.<br />

D’où ma prédilection pour divers supports.<br />

C’est passionnant pour moi-même<br />

et pour les spectateurs. » Ces derniers<br />

mois, Shervin/e Sheikh Rezaei faisait ses<br />

premiers pas dans le circuit d’expositions,<br />

chez BLANCO et KIOSK à Gand, mais aussi<br />

dans l’univers des galeries chez Valerie<br />

Traan à Anvers : « C’est une expérience<br />

captivante de découvrir peu à peu ces<br />

univers. Comme je souhaite aussi me<br />

donner le temps de continuer à évoluer, je<br />

n’ai pas encore pris d’engagements fermes<br />

avec une galerie. Il n’est pas question pour<br />

moi de devenir un produit, je désire faire<br />

ce qui me plaît dans l’espoir que d’autres<br />

partageront mes sentiments et seront<br />

attirés par mon œuvre. Malgré la satisfaction<br />

d’avoir vendu des pièces et contribué<br />

à leur diffusion, j’éprouve toujours des<br />

difficultés à m’en séparer. J’aime bien<br />

savoir chez qui elles se trouvent. J’ai sousestimé<br />

l’impact mental du statut d’artiste.<br />

L’œuvre et la personnalité fusionnent avant<br />

même que nous en prenions conscience.<br />

C’est angoissant pour soi-même comme<br />

pour son entourage. Il s’agit de prendre<br />

ses distances à temps. D’où mon désir de<br />

collaborer avec des personnalités dans<br />

d’autres disciplines afin d’avoir une autre<br />

vision de moi et de mon œuvre. »<br />

VISITER<br />

Archive, images : oubli/e’blivē n<br />

Valerie Traan Gallery<br />

Anvers<br />

jusq. 30-04<br />

SURFER<br />

www.valerietraan.be<br />

www.shervinsheikhrezaei.com<br />

23


ZOOM<br />

August Sander<br />

L’esprit d’un temps rêvé<br />

La photographie documentaire,<br />

sobre et nue, d’August Sander force<br />

à s’accrocher à un regard qui, parfois,<br />

en dit long. L’interprétation est<br />

tentante, le photographe plaçant<br />

ses modèles sous un jour subtil. Le<br />

Centre Pompidou présente ses œuvres<br />

dans le cadre d’une exposition<br />

ayant pour sujet l’art et la culture de<br />

la Nouvelle Objectivité allemande.<br />

TEXTE : ELS BRACKE<br />

Secrétaire à la Westdeutscher Rundfunk de Cologne, 1931, tirage original, épreuve gélatino argentique,<br />

29 x 22 cm. © Die Photographische Sammlung / SK Stiftung Kultur – August Sander Archiv, Cologne /<br />

Adagp, Paris, <strong>2022</strong><br />

Fils de mineur, August Sander (1876-<br />

1964) suit d’abord les traces de son<br />

père en travaillant sur un terril à<br />

Herford, en Allemagne. Il se prend<br />

au jeu de la photographie lorsqu’il assiste<br />

un photographe employé par l’exploitation<br />

minière. Il parviendra ensuite, en<br />

tant qu’assistant photographe copropriétaire<br />

d’un studio et plus tard à son propre<br />

compte, à concilier carrière artistique et<br />

emploi rémunéré. En 1910, il déménage<br />

à Cologne où il passe le reste de sa vie. Il<br />

y rencontre d’importants artistes de sa<br />

génération, appartenant à des cercles<br />

avant-gardistes, à l’instar d’Otto Dix et de<br />

Raoul Haussman. Ses idées progressistes<br />

lui vaudront plus tard des ennuis sous le<br />

régime nazi et pendant la guerre. Son fils<br />

est arrêté en 1936 et mourra prisonnier,<br />

en 1944, en raison de ses opinions politiques.<br />

Sander est essentiellement connu<br />

pour ses portraits et ses paysages, mais<br />

en tant que photographe professionnel, il<br />

24


ZOOM<br />

Couple de peintres (Martha et Otto Dix), 1925-1926, tirage original, épreuve gélatinoargentique,<br />

20,6 x 24,3 cm. © Die Photographische Sammlung / SK Stiftung Kultur – August<br />

Sander Archiv, Cologne / Adagp, Paris, <strong>2022</strong><br />

Else Schuler, Tristan Rémy, Franz Wilhelm Seiwert, Gerd Arntz. Intellectuels<br />

du Prolétariat, ca. 1925, photographie, 26,9 x 21,4cm. © Die<br />

Photographische Sammlung / SK Stiftung Kultur – August Sander<br />

Archiv, Cologne / Adagp, Paris, <strong>2022</strong><br />

immortalise tout : des objets aux travaux<br />

publicitaires. S’inspirant de l’agitation de<br />

la communauté artistique et intellectuelle,<br />

il entreprend une tâche ambitieuse et<br />

généreuse : la cartographie de la société<br />

allemande de son temps, la République de<br />

Weimar, démocratie naissante et chancelante<br />

dans l’Allemagne de l’après Première<br />

Guerre mondiale. Ce projet, Menschen<br />

des 20. Jahrhunderts, constitue une sorte<br />

d’encyclopédie dans laquelle chacun tient<br />

sa place, de l’agriculteur au magistrat,<br />

du vagabond au soldat, du handicapé<br />

à l’homme politique et de l’acrobate au<br />

groom. Avec ses photos, réalisées comme<br />

photographe indépendant, il étoffe son<br />

panorama en recherchant les thèmes et<br />

catégories sociales manquant à son projet.<br />

Il réalise des images documentaires<br />

stylisées, dans lesquelles ses modèles sont<br />

souvent rendus de manière frontale, dans<br />

une certaine austérité, en leur appliquant<br />

toutes les connaissances techniques du<br />

travail en studio : poses groupées, éclairage<br />

et composition contrôlés. Cette approche<br />

est associée à la Neue Sachlichkeit ou Nouvelle<br />

Objectivité allemande, période de lassitude<br />

post-picturale où nombre d’artistes<br />

se tournent vers la photographie pour son<br />

aptitude à décrire le visible et à en rendre<br />

toute l’objectivité.<br />

ŒUVRE D’UNE VIE INACHEVÉE<br />

En 1929, August Sander publie Antlitz der<br />

Zeit, recueil de soixante portraits représentatifs<br />

de l’esprit du temps, chacun<br />

présentés avec son nom et illustrant une<br />

fonction sociale. Les pauvres y côtoient les<br />

riches, les handicapés trouvent leur place<br />

aux côtés d’artistes. Cet ouvrage fait partie<br />

de Menschen des 20. Jahrhunderts qui réunit<br />

environ six cents professions réparties<br />

en sept groupes. Son succès est immense,<br />

même auprès des artistes de l’avant-garde.<br />

Après la prise de pouvoir d’Hitler, August<br />

Sander continue discrètement à travailler,<br />

s’adaptant et se réorganisant. En raison de<br />

la situation politique, il n’achèvera jamais<br />

l’œuvre de sa vie. N’approuvant pas sa description<br />

à la fois simple et généreuse de la<br />

‘‘race allemande’’, les nazis la confisquent<br />

en 1936 et détruisent les exemplaires<br />

disponibles. Le fait qu’il ait, a posteriori,<br />

réservé une place aux persécuteurs et aux<br />

persécutés dans ses catégories et subdivisions<br />

des Allemands du XXe siècle était<br />

relativement méconnu jusqu’à ce jour. La<br />

guerre force Sander à se retirer, à maquiller<br />

ses négatifs et à se cacher. Il se consacre<br />

ensuite à la photographie de paysages,<br />

notamment dans la région de Cologne dévastée<br />

par les bombardements alliés. Son<br />

grand projet est donc demeuré inachevé.<br />

Malgré l’accueil enthousiaste réservé à son<br />

œuvre – il a exposé en 1956 au MoMA avec<br />

Manuel Álvarez Bravo, Walker Evans et<br />

Paul Strand –, August Sander n’est jamais<br />

parvenu à développer une grande carrière.<br />

La question se pose aussi de savoir si un<br />

projet comme Menschen des 20. Jahrhunderts<br />

était encore viable après la guerre,<br />

compte tenu des changements sociaux qui<br />

se sont succédés, notamment l’industrialisation,<br />

la Guerre Froide et la scission de<br />

l’Allemagne entre Est et Ouest. Son œuvre<br />

constitue un ensemble cohérent d’images,<br />

mais complexe dans son objectif : la distance<br />

d’une étude sociologique, associée à<br />

la proximité d’un portraitiste, mettant en<br />

valeur une dimension collective au départ<br />

d’un individu isolé.<br />

VISITER<br />

Allemagne / Années 1920 /<br />

Nouvelle Objectivité / August Sander<br />

Centre Pompidou<br />

Paris<br />

www.centrepompidou.fr<br />

du 11-05 au 05-09<br />

25


Jean-Michel Folon<br />

La valeur<br />

de la poésie<br />

universelle<br />

C’est un insigne honneur ! Plusieurs dizaines d’œuvres de l’artiste belge<br />

Jean-Michel Folon font l’objet d’une importante exposition à Rome, au<br />

cœur même des musées du Vatican. Accessible à l’ensemble des visiteurs<br />

et visiteuses des palais pontificaux, elle est présentée dans plusieurs salles<br />

qui bordent le chemin menant à la chapelle Sixtine. L’occasion de se<br />

pencher sur la cote de cet artiste, dont le talent fut parfois décrié, mais qui<br />

connaît une progression constante sur le marché.<br />

TEXTE : CHRISTOPHE DOSOGNE<br />

Sans-titre, s. d., encre de couleur et encre de Chine. © Fondation Folon / ADAGP, Paris, <strong>2022</strong><br />

Inédite, fruit de la collaboration entre<br />

les musées du Vatican et la Fondation<br />

Folon, l’exposition se veut rétrospective,<br />

qui propose une sélection de 80 dessins<br />

et aquarelles, depuis les œuvres militantes<br />

de jeunesse jusqu’aux grandes aquarelles<br />

des années 1980 et aux sculptures<br />

emblématiques de sa dernière période,<br />

perçues alors par la critique comme une<br />

dérive un peu mercantile… Pourtant, ce<br />

sont justement ces sculptures qui trouvent<br />

aujourd’hui le plus grâce aux yeux des collectionneurs.<br />

Alors qu’une estampe (63%<br />

des adjudications) s’échange souvent pour<br />

à peine quelques centaines d’euros, 2.000<br />

au maximum, les dessins peuvent dépasser<br />

les 20.000 euros, tandis que certaines<br />

sculptures s’échangent largement au-delà<br />

des 100.000 euros. Les premières sont<br />

régulièrement des aquarelles, des aquatintes,<br />

des eaux fortes et des sérigraphies, où<br />

l’artiste se plaisait à réaliser des dégradés<br />

ainsi qu’à schématiser des personnages<br />

énigmatiques dans des décors simplifiés<br />

symbolisant les grands questionnements<br />

de l’après <strong>Mai</strong> 68. Le plus souvent des<br />

aquarelles, les dessins de Folon illustrent<br />

notamment les œuvres de Kafka ou de<br />

Prévert, même si l’artiste mit également<br />

son art au service de magazines tels que<br />

The New Yorker et, on le sait moins, fut<br />

à l’origine du premier logo de la marque<br />

d’ordinateurs Apple. Comme pour ses<br />

estampes, les aquarelles, aux personnages<br />

en apesanteur, à l’air égaré, incarnent<br />

l’esprit post-soixante-huitard d’un<br />

monde empreint d’incertitudes. Exposés<br />

26


Dialogue, 1975, aquarelle. © Fondation Folon / ADAGP, Paris, <strong>2022</strong><br />

au MoMA de New York, ses dessins (19 %<br />

des enchères) s’échangent à partir de 1.000<br />

euros. Citons, entre autres, les 14.000 euros<br />

frappés en mars dernier par la salle De<br />

Vuyst de Lokeren pour un dessin aquarellé<br />

de 1990, intitulé La Tempête, tandis qu’en<br />

novembre 2018, Artcurial obtenait 22.000<br />

euros pour La forêt (1970), meilleur résultat<br />

d’enchères pour un dessin aquarellé.<br />

Comme ses gravures, les aquarelles de Folon<br />

sont peuplées de personnages en apesanteur,<br />

le regard inexpressif, incarnation de l'esprit<br />

post-<strong>Mai</strong> 68, dans un monde en proie aux<br />

incertitudes.<br />

DES BRONZES TRÈS COTÉS<br />

Grand admirateur du bronze, les sculptures<br />

de Folon en sont majoritairement<br />

composées. Il s’agit d’œuvres figuratives,<br />

profondément humanistes, imprégnées par<br />

l’art conceptuel et qui prônent les droits<br />

humains et l’urgence écologique. D’abord<br />

pensées en bois ou en plâtre, ces sculptures<br />

ont évidemment gagné en valeur avec<br />

l’usage du bronze. La <strong>Belgique</strong> représente<br />

près de la moitié (49,8 %) des enchères<br />

pour l’artiste. Le record est ainsi détenu<br />

par De Vuyst qui, en mars 2021, adjugeait<br />

340.000 euros (légèrement en dessous de<br />

l’estimation) un bronze à patine verte (éd.<br />

2/5) intitulé La fontaine aux poissons (2005).<br />

Selon l’Artprice Indicator®, la valeur actualisée<br />

de cette œuvre serait aujourd’hui plus<br />

proche des 260.000 euros au marteau. De<br />

Vuyst obtenait en outre 130.000 euros, au<br />

niveau de l’estimation basse, d’une grande<br />

sculpture en bronze en forme de valise<br />

creusée, intitulée Evasions (2002), enchère<br />

réalisée en mai 2021. Notons encore les<br />

150.000 euros générés par un Centaure<br />

(1996), homme-cheval au personnage<br />

caractéristique de l’art de Folon, à l’Hôtel<br />

des ventes de Monte-Carlo, à Monaco. Rappelons<br />

d’ailleurs, à ce propos, que la principauté<br />

fut longtemps le lieu de résidence<br />

de l’artiste qui y décédait. Evidemment,<br />

ces résultats demeurent l’exception, la<br />

majorité des lots proposés (des estampes)<br />

s’échangeant entre 100 et 500 euros. Toutefois,<br />

depuis le début du XXIe siècle, la valeur<br />

des œuvres de Folon connaît une embellie<br />

constante. Le site de référence Artprice<br />

mentionne une progression de +230 % entre<br />

2000 et 2021, avec une évolution des prix<br />

de +13,4 % rien que pour l’année 2021.<br />

27


Evasions, 2002, bronze à patine brune et rouge, éd. 8/8, 126,5 x 233 x 100 cm. De Vuyst, Lokeren, 15-05-2021. © De Vuyst - 130.000 €<br />

La forêt, 1970, aquarelle sur papier, 70 x 95 cm. Artcurial, Paris, 24-11-2018. © Artcurial - 22.000 €<br />

La Fontaine aux oiseaux, 2000, bronze, éd. 4/8, 165 x 140 x<br />

101 cm. Artcurial, Paris, 31-05-2017. © Artcurial - 169.000 €<br />

28


Les œuvres figuratives<br />

en bronze sont de<br />

nature nettement<br />

humaniste, clairement<br />

influencées par<br />

l'art conceptuel,<br />

et constituent<br />

un chaleureux<br />

plaidoyer pour les<br />

droits de l'homme<br />

et la conscience<br />

écologique.<br />

SUCCESS STORY<br />

S’il semble aujourd’hui fort prisé, son<br />

talent n’a pas toujours connu le même<br />

succès. Fils d’un marchand de papier,<br />

Jean-Michel Folon (1934-2005) apprend<br />

très tôt le dessin, pratique qu’il perfectionne<br />

à l’Académie de Braine-l’Alleud et à<br />

l’ENSAV La Cambre, à Bruxelles. C’est là<br />

qu’il s’imprègne de la ligne artistique défendue<br />

par l’architecte moderniste Ludwig<br />

Mies Van der Rohe, dont le ‘‘less is more’’<br />

deviendra sa ligne de conduite. D’abord<br />

versé dans l’illustration, il y campe des<br />

personnages schématiques qu’il confronte<br />

aux grandes réflexions sociétales de son<br />

temps, en usant de bandes de couleurs<br />

appliquées en dégradé. Dans les années<br />

1960, les premiers dessins qu’il tente de<br />

diffuser à Paris, où il s’est établi en 1955,<br />

ne séduisent guère. Il décide donc de les<br />

envoyer à New York, où son style unique<br />

attire l’attention des éditorialistes du New<br />

Yorker, d’Esquire et du magazine Time, qui<br />

les diffusent à une large échelle. Dès 1969,<br />

une première exposition est organisée<br />

à la Lefebre Gallery, dirigée par le collectionneur<br />

d’art français John Lefebre,<br />

qui assure à New York une large diffusion<br />

aux artistes européens. <strong>Mai</strong>s, ce sont<br />

les idéaux de l’après <strong>Mai</strong> 68 qui feront le<br />

Deep Deep Trouble, 1987, aquarelle. © Fondation Folon / ADAGP, Paris, 202<br />

succès de Folon et de son personnage au<br />

chapeau et manteau bleu. Les années 1970<br />

furent ainsi particulièrement fécondes<br />

pour l’artiste, qui illustre alors La Métamorphose<br />

de Kafka et l’intégrale de l’œuvre de<br />

Jacques Prévert. Ses paysages oniriques,<br />

teintés d’une poésie profonde, intense et<br />

accessible, séduisent le grand public. Des<br />

décorations murales lui sont ainsi confiées,<br />

notamment à la Waterloo Station de<br />

Londres et, pour l’inauguration du métro<br />

bruxellois en 1976, à la station Montgomery<br />

(Magic City, 1974), commande d’une<br />

commission artistique alors présidée par<br />

Emile Langui. Son engagement contre les<br />

injustices, l’universalité de son discours<br />

poétique, dont l’homme est la mesure,<br />

pour un monde à l’écoute des différences,<br />

pour les droits civiques et le respect<br />

de l’environnement, contribuent encore<br />

aujourd’hui au succès d’un art au message<br />

universel et abordable.<br />

VISITER<br />

Folon. L’éthique de la poésie<br />

Musées du Vatican<br />

Rome<br />

www.museivaticani.va<br />

du 06-05 au 27-08<br />

SURFER<br />

www.fondationfolon.be<br />

29


TWENTY<br />

De la Belle Epoque au Street Art<br />

Chaise de Renaat Braem, 1952. © Baewards<br />

30


« En l’espace d’un<br />

siècle, de grandes<br />

évolutions et des styles<br />

très différents se sont<br />

succédés. »<br />

LUC DARTE<br />

Weingrill pour Fassano, paire de boucles d’oreilles, or 18 carats et lapis-lazuli. © The Old Treasury<br />

L’équipe d’Antica Namur bouleverse<br />

le calendrier des foires avec le<br />

lancement de TWENTY. Pendant<br />

cinq jours, tous les regards se<br />

tournent vers l’art, le design et les<br />

bijoux du XXe siècle. Un créneau<br />

temporel non encore représenté in<br />

extenso et qui pourrait bien attirer<br />

un nouveau public.<br />

TEXTE : CELINE DE GEEST<br />

Les stigmates de deux années chaotiques<br />

n’ont pas empêché l’organisateur<br />

Luc Darte de prendre un<br />

nouveau départ : « Nous avons souhaité<br />

organiser une foire exceptionnelle en<br />

<strong>Belgique</strong>, un événement thématique qui<br />

se distingue de toutes les autres manifestations<br />

plus traditionnelles. » TWENTY se<br />

consacre au XXe siècle dans son ensemble<br />

et englobe de nombreux styles : la Belle<br />

Epoque, Art nouveau et Art déco, bien sûr,<br />

mais aussi le fauvisme brabançon, l’école<br />

de Laetem-Saint-Martin, le surréalisme,<br />

le mouvement CoBrA, la Jeune Peinture<br />

belge, l’abstraction et la période moderne,<br />

y compris l’art conceptuel, l’art contemporain<br />

et le street art. « Une période très<br />

intéressante », résume Luc Darte. « En<br />

l’espace d’un siècle, de grandes évolutions<br />

et des styles très différents se sont succédés.<br />

L’idée sous-jacente est d’offrir aux<br />

visiteurs la possibilité de revoir ce qu’ils<br />

connaissent peut-être par le biais de leurs<br />

parents ou grands-parents afin de redécouvrir<br />

l’esprit du XXe siècle. » Le profil du<br />

visiteur nouveau, plus jeune, visé est celui<br />

de la génération Y (née entre 1980 et 2000),<br />

de plus en plus active dans ce segment de<br />

marché.<br />

NOUVEAU SALON, NOUVEAUX<br />

CONTACTS<br />

Le public aura beau être neuf, les marchands<br />

d’art et de design n’en comptent<br />

pas moins sur quelques valeurs sûres, soit<br />

des galeries proposant une offre exclusive<br />

du XXe siècle : « Nous avons recherché<br />

de nouveaux participants, mais avons<br />

aussi sollicité des marchands que nous<br />

connaissions déjà et dont nous savions<br />

qu’ils offrent un niveau de qualité élevé »,<br />

explique Luc Darte. Une de ces vieilles<br />

connaissances est Polyedre,galerie de<br />

Boechout qui propose des antiquités et<br />

du design vintage et est spécialisée dans<br />

le mobilier et l’éclairage. Son propriétaire,<br />

Henri Hermans, a de nombreuses raisons<br />

d’envisager une première participation à<br />

TWENTY : « Comme sur chaque salon,<br />

l’objectif majeur est de nouer de nouveaux<br />

contacts, la vente se déroulant ensuite<br />

toute seule. Nous cherchons aussi à jauger<br />

l’enthousiasme de nouveaux clients pour<br />

ce nouveau salon, du premier au dernier<br />

jour. Les échanges entre marchands de<br />

qualité sont souvent enrichissants. Nous<br />

attendons une nouvelle dynamique au<br />

sein d’une organisation que nous connaissons<br />

depuis longtemps, que les clients se<br />

montrent curieux et furètent sur tous les<br />

stands et que le salon trouve son unité<br />

dans la beauté du XXe siècle. J’apporterai<br />

moi-même des pièces de créateurs<br />

connus, dont deux magnifiques fauteuils<br />

Guy Vandenbranden, gouache, 1991. © Claeys Gallery<br />

31


Ubald Klug pour De Sède, fauteuil Terrazza, 1973. © Polyèdre<br />

Jozef Mees, Tableau monumental, 1962, huile sur<br />

panneau. © Galerie Alain Hens<br />

terrazza créés en 1973 par Ubald Klug pour<br />

la marque suisse De Sède. » La <strong>Belgique</strong><br />

n’estpas le seul pays représenté, quelques<br />

galeristes étrangers tentant aussi leur<br />

chance à Bruxelles, telle Renée Claeys de<br />

la Claeys Gallery, établie à Saint-Raphaël,<br />

non loin de Saint-Tropez. Elle espère remporter<br />

un immense succès et a soigneusement<br />

sélectionné trente pièces pour<br />

le salon. Ce n’est du reste pas un hasard<br />

si de nombreux Belges figurent dans sa<br />

sélection : « Nous avons choisi des œuvres<br />

à l’huile du début du XXe siècle de peintres<br />

comme Theo Van Rysselberghe, Emiel<br />

Claus, Modest Huys, Lucien Frank, Alfons<br />

Proost et Albert Saverys, des tableaux<br />

surréalistes du milieu du XXe siècle par<br />

Felix Labisse, Jan Verdoodt, Willi Rondas,<br />

Raymond Coninckx et une exceptionnelle<br />

huile de Marthe Donas. De la période<br />

suivante, nous avons retenu des tableaux<br />

abstraits et gouaches, avec une belle<br />

collection de Pierre Alechinsky, André<br />

Lanskoy, Maurice Wyckaert, Guy Van Den<br />

Borre, Geer Van Velde et Plomteux. Sans<br />

parler de quelques remarquables œuvres<br />

sur papier de Paul Delvaux. De grands<br />

noms donc, mais à des prix abordables,<br />

entre 2.000 et 50.000 euros. »<br />

« L’idée sousjacente<br />

est d’offrir<br />

aux visiteurs la<br />

possibilité de revoir<br />

ce qu’ils connaissent<br />

peut-être par leurs<br />

parents ou grandsparents.<br />

»<br />

LUC DARTE<br />

CONNAISSEUR ET ACHETEUR<br />

Pour gagner la confiance de ce nouveau<br />

public, TWENTY a mis sur pied un comité<br />

de 25 experts spécialisés et indépendants<br />

pour contrôler les œuvres exposées<br />

avant l’ouverture du salon. En outre, trois<br />

conseillers experts y déambuleront en<br />

permanence. Ils joueront un rôle informatif<br />

et consultatif et délivreront le certificat<br />

d’authenticité des pièces exposées. Parmi<br />

ceux-ci figure Laure Dorchy, historienne<br />

32


Thierry van Rijswijck, Poulain, ca.1930-1958. © Dille Art<br />

de la joaillerie et experte indépendante en<br />

bijoux et joaillerie ancienne. Elle propose<br />

des cours sur l’histoire du bijou, procède<br />

à des évaluations et accompagne les antiquaires<br />

dans certains salons européens :<br />

«En tant que courtier, j’aide les gens à<br />

acheter des bijoux. J’essaie de trouver la<br />

méthode la plus facile et la plus honnête<br />

pour vendre, selon le type de bijoux ou<br />

l’orfèvre. Je serai l’experte en bijoux de<br />

TWENTY. Je n’interfèrerai pas dans les<br />

prix et me concentrerai uniquement sur la<br />

qualité ou l’origine du bijou, son histoire.<br />

Je serai présente pour les acheteurs ayant<br />

besoin de conseils. Je veillerai essentiellement<br />

à ce que le bijou soit conforme à<br />

la description et qu’il s’agisse d’or véritable.<br />

Chaque bijou ''dans le style de'', sans<br />

date, sera refusé. Imaginez un bijou de<br />

style Art déco qui ressemble à s’y tromper<br />

à un bijou Art déco, mais qui aurait<br />

été fabriqué avant-hier en Thaïlande.<br />

Cette pièce n’aura aucune chance d’être<br />

retenue. » On trouvera des bijoux authentiques<br />

du XXe siècle sur TWENTY, entre<br />

autres chez Bernard Bouisset (FR), Andrée<br />

Courdeau (FR), Sonia de Hauleville (BE),<br />

Runway Vintage (BE) et The Old Treasury<br />

(NL) ; du design chez Polyèdre (BE),<br />

Galerie Wattteeu (BE), New Hope (BE) et<br />

Zèbres (FR) ; des meubles Art déco et Art<br />

nouveau chez Rosat (BE), Art déco 1925<br />

(BE), Baewards (BE) ; des arts visuels chez<br />

Didier Brouwers (BE), Claeys Gallery (BE),<br />

Dille Art (NL), Collection by Sophie Derom<br />

(BE). Environ cinquante exposants belges<br />

et internationaux ont répondu à l’appel<br />

pour cette première édition. Dans les<br />

années à venir, une extension de l’événement<br />

n’est pas exclue. Est-ce le début d’un<br />

nouveau classique au calendrier ?<br />

VISITER<br />

TWENTY<br />

Brussels Expo / Palais 3<br />

www.twentyartfair.be<br />

du 11 au 15-05<br />

Piero Dorazio, Composition bleu, vert et rouge, 1961, aquarelle et crayon de papier noir sur papier, 38,7 x 57,5 cm. © Sophie Derom – Young Gallery<br />

33


Santiago Ydañez, Sans Titre, 2020, acrylique sur papier, 42 x 29,7 cm. © de l’artiste / The Clown Spirit


Bouffons & Clowns<br />

Antidotes à la morosité ?<br />

Bien qu’identifiée et parfois<br />

vivement incarnée, la figure du<br />

clown est encore très souvent<br />

taboue. Conscients des agitations<br />

du monde et de ses prétentions<br />

dérisoires, les artistes en usent<br />

comme d’un contrepoison ou d’un<br />

antidote au cirque des vanités.<br />

A la fois dépossédé et euphorique,<br />

risible et dangereux, repoussant et<br />

pourtant nécessaire, personne ne<br />

souhaite l’incarner véritablement.<br />

<strong>Mai</strong>s l’exposer, lui et ses tours,<br />

ne revient-il pas à condamner sa<br />

part la plus corrosive ? Plusieurs<br />

accrochages, de Namur à Paris en<br />

passant par Binche, lui font ces<br />

temps-ci honneur, aux côtés de ses<br />

comparses que sont le bouffon,<br />

le Fou et le saltimbanque.<br />

TEXTE : CHRISTOPHE DOSOGNE<br />

Traditionnellement, on use du jeu,<br />

du rire, de la farce ou du canular<br />

pour faire vaciller les ordres, les<br />

normes et les figures établies. Par<br />

le coup d’éclat médiatique, la provocation<br />

dans l’espace public, l’exagération de situations,<br />

le clown parvient à faire chanceler<br />

le réel. « Au fond, ce dernier est aussi un<br />

sage, trop conscient de notre finitude et de<br />

notre irréductible impuissance », soulignent<br />

les commissaires de l’exposition Le<br />

Royaume des Clowns, présentée à Paris en<br />

La <strong>Mai</strong>son du Danemark. « Face au désarroi<br />

terrestre, à l’horizon de la mort et des<br />

Champs-Elysées, il nous donne la force<br />

d’envisager l’existence sous des auspices<br />

plus légers. » Le théologien danois Søren<br />

Kierkegaard (1813-1855) prônait aussi cet<br />

humour habité par l’idiotie comme vertu<br />

salvatrice : « Ce rire, cette idiotie est donc<br />

conjuratoire face à notre horizon commun,<br />

car au royaume des humains, nous<br />

finissons tous triviaux et nus comme<br />

des asticots que l’on soit valet, clown ou<br />

roi. » Au sein de l’exposition, qui postule<br />

le clown comme une métaphore de la<br />

dérision scandinave, plusieurs facettes<br />

du personnage sont évoquées. Le clown<br />

se grime sous des formes filmiques avec<br />

l’ABC Cinema ou sous les traits de femmes<br />

vengeresses. Il est noir et grinçant<br />

chez le cinéaste Lars Von Trier, inquiète<br />

et embarrasse dans les satires cruelles<br />

d’Henrik Plenge Jakobsen. Pour la génération<br />

contemporaine, c’est une figure<br />

convoquée en chair et en os, faussement<br />

Il est noir et grinçant<br />

chez le cinéaste<br />

Lars Von Trier,<br />

inquiète et embarrasse<br />

dans les satires<br />

cruelles d’Henrik<br />

Plenge Jakobsen.<br />

naïf et grimaçant dans les peintures de<br />

Magnus Andersen; narcissique et gonflé à<br />

l’hélium chez Esben Weile Kjær ; sexuellement<br />

ambigu dans la figure du Pinocchio<br />

de Tora Schultz Larsen ; enfin il devient<br />

alternativement artiste et spectateur dans<br />

les performances de Christian Falsnaes.<br />

Un postulat qui n’est pas sans rappeler<br />

celui de l’artiste suisse Ugo Rondinone,<br />

dont les clowns faisaient l’objet en 2016<br />

d’une magistrale présentation au musée<br />

Boijmans van Beuningen de Rotterdam. 45<br />

d’entre eux décrivaient ainsi une journée<br />

dans la vie d’un individu, révélant dans<br />

cette installation grimaçante les différents<br />

aspects de l’existence humaine. Prégnante<br />

et facilement identifiable, la figure du<br />

clown est très présente dans les collections<br />

néerlandaises, du musée Van Gogh<br />

au virtuel Circus Museum, en passant<br />

par le Kröller Müller. Ce dernier conserve<br />

35


Fabien Mérelle, Manège, 2016, silicone, mécanisme<br />

de carrousel, textile, peinture, 100 x 18 x 12<br />

cm socle en bois 40 x 40 x 100 cm. © de l’artiste /<br />

The Clown Spirit<br />

Armand François Joseph Henrion, Pierrot fumant une pipe, ca. 1930, huile sur toile, 17,8 x 14 cm. Christie’s,<br />

Londres, 19-07-2017. © Christie’s Images Ltd. - 2.125 £ (2.420 €)<br />

Le Fou tourne<br />

en dérision ou<br />

dénonce les vices de<br />

l’Homme et les abus<br />

d’un monde qui<br />

tourne à l’envers.<br />

un terrible Clown, représenté par l’artiste<br />

hyperréaliste Charley Toorop (1891-1955)<br />

devant les ruines de Rotterdam, métropole<br />

quasiment anéantie en 1940 par l’armée<br />

allemande. Antidote ou satyre de la folie<br />

meurtrière d’un monde désaxé, la tradition<br />

y remonte au début du XVIe siècle, avec<br />

la fameuse figure du Fou riant (ca. 1500),<br />

attribuée au peintre d’Amsterdam Jacob<br />

Cornelisz van Oostanen (1470-1533).<br />

D’ABORD ÉTAIT LE BOUFFON…<br />

Si le substantif masculin clown, attesté<br />

depuis la seconde moitié du XVIe siècle<br />

(en français, dès le début du XIXe), est<br />

emprunté à l’anglais, le mot viendrait du<br />

germanique klönne, signifiant ‘‘homme<br />

rustique, balourd’’. Par extension, il<br />

va désigner un homme rustre, puis un<br />

bouffon ou un fou, avant d’évoquer plus<br />

spécifiquement, à partir du XVIIIe siècle,<br />

un pantomime ou un personnage des arlequinades<br />

et du cirque. Le musée international<br />

du Carnaval et du Masque de Binche<br />

s’intéresse justement à ces amuseurs<br />

professionnels que furent les bouffons.<br />

Depuis le Moyen Âge, ceux-ci occupent<br />

une place de choix dans l’imaginaire occidental.<br />

Fous du roi, clowns, valets, ils<br />

prennent de nombreuses formes, mais<br />

cherchent toujours à amuser en adoptant<br />

une attitude plutôt subversive. Car, sous<br />

ses airs de saltimbanque grotesque, le<br />

bouffon est une figure indispensable à de<br />

nombreuses représentations masquées.<br />

Ce mot de ‘‘bouffon’’ apparaît, lui aussi,<br />

au XVIe siècle et dérive du terme italien<br />

buffare qui signifie ‘‘gonfler les joues’’, grimace<br />

populaire consistant à remplir ses<br />

joues d’air puis à expirer en émettant un<br />

bruit grossier. À la Renaissance, le terme<br />

va désigner celui qu’on connaissait aussi<br />

sous le nom de ‘‘Fou du Roi’’. Amuseur<br />

professionnel, ‘‘fou-sage’’, marginal, mais<br />

aussi conseiller, le bouffon devient un personnage<br />

ambigu, proche de la folie tout<br />

en conservant une grande part d’équilibre<br />

et de sagesse. Roi du Carnaval, souvent<br />

masqué, le Fou s’autorise tout car, il est<br />

vrai, parfois la Folie est plus sage que la<br />

Sagesse… Aussi reconnaissable que le<br />

clown, le bouffon s’arme fréquemment<br />

d’un indispensable grelot qui l’empêche<br />

de se déplacer en silence, d’une vessie de<br />

porc remplie d’air qui évoque son absence<br />

de substance, d’une queue de renard<br />

illustrant sa duplicité ou sa perfidie, et<br />

d’une saucisse dont la forme phallique incarne<br />

les pulsions charnelles de l’homme<br />

de passion et de lubricité qui ne peut se<br />

36


maîtriser. Enfin son portrait-type, qui se<br />

cristallise vers le XVe siècle, le coiffe d’un<br />

coqueluchon aux excroissances grotesques<br />

qui renvoient aux cornes du Diable<br />

dont il serait parent… Dès le Moyen Âge,<br />

sous couvert de sa prétendue folie, il est<br />

le seul habilité à dire la vérité au souverain.<br />

Parlant avec franchise et dérision, il<br />

provoque rires et indignations. Oscillant<br />

entre folie artificielle et sagesse supposée,<br />

figure de proue de l’Humanisme qui choisit<br />

pour thème de prédilection la Folie,<br />

le Fou tourne en dérision ou dénonce les<br />

vices de l’Homme et les abus d’un monde<br />

qui tourne à l’envers. Abondamment illustré<br />

par les graveurs d’Europe du Nord,<br />

il continue de fasciner le monde contemporain<br />

en ce qu’il permet toujours de<br />

s’affranchir du sérieux des élites.<br />

THÉÂTRE, CIRQUE ET CLOWNS<br />

En Italie, au XVIe siècle, des valets<br />

s’affirment à travers une série de personnages<br />

de ce théâtre d’improvisation qu’est<br />

la Commedia dell’arte. Parmi les plus<br />

bouffonesques, Arlequin et Polichinelle<br />

connaissent un immense succès. Affublé<br />

d’une combinaison de losanges qu’il coud<br />

lui-même, la tenue de l’Arlequin devient le<br />

symbole de son ingéniosité diabolique et<br />

incarne sa résistance face aux dominants.<br />

La pantomime reprendra ce personnage<br />

qui deviendra le moteur des Arlequinades<br />

du XVIIIe siècle. Le clown, évoqué plus<br />

avant, aussi appelé pitre ou paillasse, personnage<br />

comique de l’univers du cirque,<br />

présente la même filiation. Dérivant lui<br />

aussi de la Commedia dell’arte, il apparaît<br />

pour la première fois en Angleterre au<br />

XVIIIe siècle, dans les cirques équestres.<br />

Les directeurs de ces établissements, afin<br />

d’étoffer leurs programmes, engageaient,<br />

pour entrecouper les performances des<br />

véritables cavaliers, des garçons de ferme<br />

qui ne savaient pas monter à cheval. Installés<br />

dans un rôle de serviteur benêt, ils<br />

faisaient rire autant par leurs costumes de<br />

paysans, contrastant avec les habits de lumière<br />

des autres artistes, que par les postures<br />

comiques qu’ils adoptaient, parfois à<br />

leurs corps défendant. Ces clowns suivaient<br />

le mouvement des numéros présentés,<br />

en les caricaturant pour faire rire. Devenu<br />

Abondamment illustrée par les graveurs<br />

d’Europe du Nord, la figure du Fou continue<br />

de fasciner le monde contemporain en ce<br />

qu’elle permet toujours de s’affranchir du<br />

sérieux des élites.<br />

Marina Abramović, The Sad Clown, 2020, tirage pigmentaire en couleur, 29,7 x 29,7 cm.<br />

© de l’artiste / Courtesy Marina Abramović Archives<br />

Charlery Toorop, Clown devant les ruines de Rotterdam, 1940-1941, huile sur<br />

toile, 150 x 110 cm. Otterlo, musée Kröller-Müller, inv. KM 101.426.<br />

37


Par le coup d’éclat<br />

médiatique,<br />

la provocation<br />

dans l’espace public,<br />

l’exagération de<br />

situations, le clown<br />

parvient à faire<br />

chanceler le réel.<br />

bientôt maîtres de la piste, ils évoluèrent<br />

pour devenir de moins en moins comiques.<br />

Distingués, adoptant des vêtements<br />

aux tissus nobles et de plus en plus lourds<br />

avec l’emploi de paillettes, souvent blancs,<br />

dotés du masque lunaire du Pierrot, ils<br />

finirent par faire équipe avec l’Auguste. Ce<br />

dernier, affublé d’un ridicule nez rouge et<br />

d’immenses souliers, devint le personnage<br />

comique par excellence, le clown servant<br />

de faire-valoir dans une configuration qui<br />

existe encore aujourd’hui. Même si, peu<br />

à peu, parvenant à faire rire la salle sans<br />

l’aide d’un auxiliaire, l’Auguste finit par<br />

prendre son autonomie en s’imposant<br />

comme vedette solitaire, il est celui que<br />

l’on retrouve le plus souvent, parfois de<br />

manière schizophrénique, dans les interprétations<br />

plastiques contemporaines.<br />

Dépressif, colérique, dégoûté, heureux,<br />

amoureux, ou tout cela en même temps,<br />

il s’appuie sur le public en lui montrant<br />

ce qu’il ressent, cassant les barrages des<br />

préjugés et des clichés qui les empêchent<br />

de voir de leurs propres yeux.<br />

DÉRIVES ET FASCINATION<br />

CONTEMPORAINE<br />

Personnage à la typologie forte, au fil<br />

du XXe siècle, le clown a vu son image<br />

détournée, entre l’archétype du triste<br />

sire, forcé de faire rire, et une créature de<br />

plus en plus maléfique qui, tel un nouvel<br />

ogre, à l’instar du monstre protéiforme<br />

du roman Ça (1986) de Stephen King,<br />

utilise l’attrait qu’ils exerce sur les enfants<br />

pour les tuer, les torturer ou même, dans<br />

certains cas, les violer… Des dérives qui<br />

ne sont pas sans provoquer une réelle<br />

coulrophobie, mais parviennent aussi à<br />

susciter une grande fascination. C’est le<br />

cas de la curatrice Joanna De Vos. Arrièrepetite-fille<br />

du directeur de cirque Frans<br />

De Vos (1880-1936), elle propose à Namur<br />

une double exposition, au Delta et à la<br />

Belgian Gallery, présentant la vision du<br />

clown dans l’œil d’artistes contemporains.<br />

« L’artiste mélancolique, le clown<br />

sérieux, l’artiste comique, le clown tragique,<br />

l’artiste idiot, le clown subversif,<br />

l’artiste réconfortant, tous ont le don de<br />

transcender la banalité de la vie, de faire<br />

voir, sentir, penser différemment leurs<br />

semblables », souligne celle qui a convié<br />

des artistes comme Carlos Aires, Kendell<br />

Katie O’Hagan, Media Circus, 2019, huile sur toile, 40,6 x 30,5 cm. © de l’artiste / The Clown Spirit<br />

Personnage à la<br />

typologie forte, au<br />

fil du XXe siècle, le<br />

clown a vu son image<br />

détournée, entre<br />

l’archétype du triste<br />

sire, forcé de faire<br />

rire, et une créature<br />

de plus en plus<br />

maléfique.<br />

38


Sasha Frolova, Queen of Clowns, 2020, tirage photographique, 42 x 29,7 cm.<br />

© de l’artiste / The Clown Spirit<br />

Dodi Espinosa, Saltimbanqui Profile, 2018, bronze et corde. © de l’artiste /<br />

Courtesy Trampoline Gallery / The Clown Spirit<br />

Geers, Marie-Jo Lafontaine, Johan Muyle,<br />

Femmy Otten, Erwin Olaf ou Hans Op<br />

de Beeck à réaliser un autoportrait en<br />

clown. Leurs réactions furent nombreuses,<br />

le clown, personnage qui met à mal<br />

l’honorabilité bourgeoise et politique en<br />

même temps qu’il représente un double<br />

critique et comique, ayant clairement<br />

touché une corde sensible, tant sur un<br />

plan artistique que symbolique. Plus classique<br />

et historique dans son approche,<br />

le musée Rops se plonge en contrepoint<br />

dans le XIXe siècle et met l’accent sur les<br />

conditions de vie de ces artistes de rue<br />

et des animaux qui les accompagnaient<br />

dans leur voyage. Car, à l’instar de<br />

Félicien Rops qui ne représentait pas les<br />

feux de la rampe mais bien les coulisses<br />

du monde du cirque, nombreux furent les<br />

peintres qui donnèrent une vision sociale<br />

de cet univers. Sans doute proche de celle<br />

qui préoccupe nos contemporains…<br />

VISITER<br />

Le Royaume des Clowns<br />

Le Bicolore – <strong>Mai</strong>son du Danemark<br />

Paris<br />

www.maisondudanemark.dk<br />

jusq. 08-05<br />

Bouffons! Eloge de la Fou’losophie<br />

Musée international du Carnaval et du<br />

Masque<br />

Binche<br />

www.museedumasque.be<br />

jusq. 11-09<br />

LIRE<br />

Coll., The Circus. 1870s-1950s, Taschen,<br />

Cologne, 2016, ISBN 978-3-83655-666-8<br />

The Circus We Are!<br />

Musée Félicien Rops / Le Delta / TreMa<br />

Namur<br />

www.museerops.be<br />

www.ledelta.be<br />

www.museedesartsanciens.be<br />

du 13-05 au 25-09<br />

The Clown Spirit<br />

Belgian Gallery<br />

Namur<br />

www.belgiangallery.com<br />

du 13-05 au 10-09<br />

SURFER<br />

www.circusmuseum.nl<br />

39


Christoffel Pierson, Niche avec matériel de fauconnerie, ca. 1660-1670, huile sur toile, 80,5 x 64,5 cm. Washington, National Gallery of Art, 2003.39.1.<br />

40


Trompe-l’œil<br />

Tranche de vie<br />

Le peintre de l’âge d’or Christoffel<br />

Pierson s’est attaqué, dans Niche<br />

avec matériel de fauconnerie, à l’un<br />

des thèmes les plus prisés dans<br />

les arts plastiques, le trompe-l’œil.<br />

L’artiste emprunte littéralement à la<br />

vie réelle les accessoires de chasse<br />

d’un fauconnier, espèrant nous faire<br />

tomber dans son piège optique,<br />

nous inciter à tendre en vain la<br />

main en direction de l’équipement<br />

illustré sur la toile.<br />

TEXTE : CELINE DE GEEST<br />

VISITER<br />

Hyperréel. L’Art du Trompe-l’œil<br />

Musée Thyssen-Bornemisza<br />

Madrid<br />

www.museothyssen.org<br />

jusq. 22-05<br />

Depuis l’Antiquité grecque, les<br />

artistes s’emploient à créer<br />

l’illusion de tridimensionnalité<br />

grâce à toutes sortes d’artifices<br />

optiques. L’objectif, à l’époque de la<br />

Renaissance, du baroque, du romantisme,<br />

y compris aujourd’hui, étant de tromper<br />

le spectateur et de lui jeter de la poudre<br />

aux yeux. Les premiers exemples de cette<br />

pratique se trouvent dans la littérature<br />

grecque. Une ancienne légende y évoque<br />

un concours entre deux peintres célèbres.<br />

L’un d’eux, Zeuxis (né vers 464 avant J.-C.),<br />

avait peint une grappe de raisin si réaliste<br />

que les oiseaux tentaient de s’en saisir.<br />

Son rival, Parrhasius, lui demanda alors de<br />

venir voir un de ses tableaux, caché derrière<br />

des rideaux dans son atelier. Zeuxis<br />

tenta en vain d’ouvrir les rideaux faisant<br />

en réalité partie du tableau et son rival fut<br />

donc proclamé vainqueur. Plus tard, les<br />

artistes italiens de la Renaissance furent<br />

également fascinés par la perspective<br />

appliquée dans les fresques devant faire<br />

paraître l’espace plus grand qu’en réalité.<br />

Aux Pays-Bas, le trompe-l’œil devint au<br />

XVIIe siècle un exercice populaire dans<br />

l’art de la nature morte. Le peintre de La<br />

Haye Christoffel Pierson (1631-1714) fut<br />

l’un des premiers à se spécialiser dans les<br />

trompe-l’œil d’équipement de chasse.<br />

CULTURE DE LA CHASSE<br />

Ce genre spécifique s’inspirait de la culture<br />

de la chasse, florissante à l’époque. La<br />

chasse était, au XVIIe siècle, un passetemps<br />

auquel la noblesse d’Europe<br />

s’adonnait volontiers. La fauconnerie en<br />

particulier connaît alors son acmé, demeurant<br />

réservée à l’aristocratie jusqu’en 1792.<br />

Dans les Pays-Bas, La Haye, ville natale de<br />

Pierson et lieu de résidence des princes<br />

d’Orange, était un centre de chasse réputé.<br />

Christoffel Pierson<br />

fut l’un des premiers<br />

artistes à se spécialiser<br />

dans les trompel’œil<br />

d’équipement<br />

de chasse.<br />

L’artiste ne commença toutefois à peindre<br />

des attributs de chasse qu’après son déménagement<br />

à Gouda et sa reconnaissance<br />

comme citoyen et bourgeois bénéficiant<br />

de droits politiques et économiques. Il est<br />

permis de penser qu’il s’inspira d’Anthonie<br />

Leemans (1631-1673), son confrère et<br />

concitoyen rendu célèbre par ses natures<br />

mortes de chasse. Dans ses trompel’œil,<br />

Christoffel Pierson souligne l’effet<br />

tridimensionnel en usant d’éléments de<br />

fauconnerie inscrits dans des cadres et des<br />

niches illusoires. Dans l’œuvre qui nous<br />

occupe, ces attributs s’articulent autour<br />

d’une niche au cadre de bois, ménagée<br />

dans un mur en stuc blanc. Un cor de<br />

chasse s’appuie contre une petite volière,<br />

tandis qu’un filet, une flèche et un arc sont<br />

disposés sous elle. La volière est surmontée<br />

d’un capuchon de faucon, reconnaissable<br />

à ses plumes rouges. Le fauconnier<br />

en couvrait la tête du rapace jusqu’à son<br />

lâcher. On notera la présence de divers<br />

types de sifflets accrochés à la volière,<br />

ainsi que celle d’un sac et d’une corne à<br />

poudre à gauche de la niche et, à droite,<br />

d’une besace. Ce sont les contrastes saisissants<br />

de lumière et d’ombre qui donnent<br />

vie au tableau et font penser que la clarté<br />

du jour inonde la scène.<br />

41


L’étoile montante<br />

de Judith Leyster<br />

Beaucoup considèrent Judith<br />

Leyster comme une élève de Frans<br />

Hals. Sauf qu’elle n’a absolument<br />

pas suivi de formation chez ce<br />

grand maître. Il s’agit d’un des<br />

nombreux malentendus et points<br />

d’interrogation qui subsistent<br />

dans la vie de cette peintre active<br />

à Haarlem au XVIIe siècle. Elle<br />

qui nous jette un regard confiant<br />

du haut de son remarquable<br />

autoportrait, qui était-elle ? Et<br />

qu’a-t-elle laissé à la postérité ?<br />

TEXTE : CELINE DE GEEST<br />

Judith Leyster a en réalité appris les<br />

bases du métier auprès de Frans<br />

Pieterszoon De Grebber, artiste aussi<br />

célèbre que Hals pour ses portraits<br />

de groupe. Pieter Biesboer, conservateur<br />

depuis 32 ans au Frans Hals Museum de<br />

Haarlem, nous éclaire sur la formation<br />

de la jeune artiste : « Maria, la fille De<br />

Grebber, qui avait également suivi une<br />

formation de peintre, a dirigé dans l’atelier<br />

une jeune fille répondant au nom de Judith<br />

Leyster. Au XVIIe siècle, les célibataires<br />

distinguées ne pouvaient se présenter en<br />

public sans chaperon. » Or, on peut sans<br />

le moindre doute qualifier Judith Leyster<br />

de femme distinguée. Son père était un<br />

prospère marchand de textiles. Il investit<br />

sa richesse dans une brasserie. « Ce fut<br />

hélas un fiasco », précise Pieter Biesboer.<br />

« Après cela, il se réfugia dans un<br />

sanctuaire de Zélande. Judith demeura à<br />

Haarlem, auprès de ses sœurs qui avaient<br />

épousé des bourgeois aisés. Elle put enfin<br />

ouvrir son propre atelier où elle dirigeait<br />

également quelques apprentis. Quelques<br />

mois plus tard, alors que l’un d’eux rejoignait<br />

l’atelier de Frans Hals, sa mère exigea<br />

le remboursement de l’apprentissage, ce<br />

que Judith Leyster refusa car l’élève n’avait<br />

pas respecté leur accord. » Cette anecdote<br />

témoigne du sens des affaires de l’artiste. Il<br />

ne pouvait d’ailleurs en être autrement, car<br />

une artiste peintre ne pouvait alors compter<br />

que sur elle-même. « Venant d’une<br />

famille d’artistes, vous pouviez suivre<br />

la trace de votre père », explique notre<br />

interlocuteur. « <strong>Mai</strong>s ce n’était pas le cas<br />

« Judith Leyster<br />

fut redécouverte<br />

à la fin du XIXe<br />

siècle par Cornelis<br />

Hofstede de Groot. »<br />

PIETER BIESBOER<br />

de Judith Leyster. Sa famille n’était du reste<br />

pas de Haarlem et y avait donc peu de relations.<br />

Suite à la faillite du père, l’opprobre<br />

avait rejailli sur sa parentèle. Elle dut donc<br />

se battre contre tous ces obstacles. »<br />

UN TABLEAU COMME<br />

PROFESSION DE FOI<br />

Son sens des affaires servit donc fort<br />

opportunément Judith Leyster. Elle suivit<br />

la mode de l’époque à Haarlem, en étudiant<br />

les œuvres de Frans et Dirck Hals,<br />

ainsi que celles de Jan Miense Molenaer<br />

qu’elle finira par épouser. Devenue peu<br />

à peu célèbre, elle fut admise en 1633<br />

parmi la Guilde de Saint-Luc et put vendre<br />

ses œuvres sans intermédiaire. Judith<br />

Leyster fut ainsi l’une des deux femmes à<br />

être admises dans cette guilde artistique<br />

de Haarlem au XVIIe siècle. Comment<br />

y est-elle parvenue ? Pieter Biesboer :<br />

« Vous deviez prouver que vos tableaux<br />

pouvaient se vendre, qu’ils avaient un<br />

potentiel commercial. Peut-être a-t-elle<br />

offert ses services à d’autres avant d’en<br />

42


Autoportrait, ca. 1630, huile sur lin, 74,6 × 65,1 cm. Washington D.C., National Gallery of Art, inv. 1949.6.1.<br />

devenir membre. Elle a pu être autorisée,<br />

en échange de ses services, à accrocher ses<br />

œuvres dans le vestibule d’autres peintres<br />

et ainsi parvenir à les vendre. » Dès 1630,<br />

avec son remarquable autoportrait, Judith<br />

Leyster fournit des preuves irréfutables de<br />

ses compétences. Elle s’y présente d’une<br />

manière extrêmement audacieuse, tenant<br />

une palette et des pinceaux, comme une<br />

enseigne de ce qu’elle est et de ce dont<br />

elle est capable. « Chacun sait ainsi à quoi<br />

vous ressemblez, ce qui peut inspirer<br />

confiance », souligne Pieter Biesboer. « La<br />

peinture de genre sur le chevalet, le musicien,<br />

tout cela est destiné à ses clients. Et<br />

on découvre tout à coup qu’il est possible<br />

de lui commander un portrait en bonne et<br />

due forme. La réalisation presque grandeur<br />

nature de certaines de ses premières<br />

peintures de genre témoigne d’une grande<br />

audace. Ce qui n’est pas une profession<br />

de foi approximative, car toile et peinture<br />

coûtent cher, tandis que la réalisation<br />

prend également beaucoup de temps. Elle<br />

43


Judith Leyster fut<br />

l’une des deux<br />

seules femmes à<br />

être admises dans<br />

la guilde artistique<br />

de Haarlem au<br />

XVIIe siècle.<br />

dut avoir la garantie qu’elle pouvait vendre<br />

ses œuvres. » Ses travaux ultérieurs rapetissent<br />

et deviennent plus simples. A partir<br />

de 1635, année où Judith Leyster épouse<br />

Jan Miense Molenaer, il n’existe pratiquement<br />

aucune œuvre connue. Après son<br />

mariage, elle s’installe dans l’atelier de son<br />

mari. Selon Pieter Biesboer, on retrouve<br />

dans les œuvres de ce dernier le coup de<br />

pinceau de Judith Leyster : « De temps à<br />

autre, elle se manifeste encore, dans son tableau<br />

d’une tulipe, par exemple. Elle a peutêtre<br />

réalisé d’autres œuvres, mais celles-ci<br />

se vendirent sous le nom de son mari. »<br />

DÉS-ATTRIBUTIONS…<br />

En résulte un corpus très restreint, pas<br />

uniquement en raison de la courte période<br />

d’activité de l’artiste, mais également suite<br />

à la perte d’une partie de ses œuvres. Ce<br />

qui, selon Pieter Biesboer, ne tient pas à la<br />

grande similitude de celles-ci avec celles<br />

d’autres maîtres de Haarlem, notamment<br />

son propre époux Jan Miense Molenaer et<br />

Dirck Hals : « Ils produisaient des tableaux<br />

en masse, dont beaucoup étaient d’une<br />

qualité médiocre. Vers la moitié du XVIIIe<br />

siècle, ce genre de scènes du XVIIe passe<br />

de mode. » <strong>Mai</strong>s la question se pose de<br />

savoir s’il existe des tableaux de Judith<br />

Leyster qui, comme cela arriva souvent<br />

par le passé aux œuvres d’artistes féminines,<br />

ne lui sont pas encore attribués.<br />

C’est peu probable, estime Pieter Biesboer.<br />

Dans les années 1980, l’historienne de l’art<br />

américaine Frima Fox Hofrichter suggéra<br />

que Judith Leyster avait dû être une élève<br />

de Frans Hals et lui attribua quelques<br />

toiles qui semblaient de la main du grand<br />

maître. Depuis lors, diverses œuvres sont<br />

régulièrement rejetées sur base d’analyses<br />

techniques : « Nous espérions attribuer un<br />

Jeune homme à la cruche à Judith Leyster,<br />

mais il est d’un copiste de Frans Hals, et<br />

l’examen approfondi d’un petit Joueur de<br />

rommelpot a confirmé qu’il provenait de<br />

l’atelier de Hals. Précédemment, un Joueur<br />

de luth avait également été rejeté. » L’affirmation<br />

selon laquelle Judith Leyster fut<br />

l’élève de Frans Hals paraît donc erronée.<br />

Celui-ci ayant été un maître très sollicité,<br />

certains peintres sont encore considérés<br />

comme ses ‘‘apprentis’’. « Nous ne pensons<br />

pas que Judith Leyster ait travaillé dans<br />

son atelier. Elle a étudié de très près son<br />

travail, mais sans en adopter la technique.<br />

Sa peinture est épaisse et opaque, tandis<br />

que Hals use d’une huile très légère et<br />

transparente, comme s’il s’agissait d’aquarelle.<br />

Dans les Deux enfants avec un chat,<br />

Judith Leyster tente clairement de se<br />

rapprocher de Hals, dont elle reprend les<br />

modèles de composition. Elle agit de la<br />

même façon avec les thèmes et modèles<br />

de composition de Dirck Hals. Sa faiblesse<br />

résidait clairement dans la conception de<br />

compositions spatiales. »<br />

Joyeuse Compagnie, ca. 1629, huile sur panneau, 74,4 × 62,9 cm. Londres et Maastricht, Collection Nortman.<br />

‘‘LEY-STER’’<br />

Ses plus grandes qualités résidaient ailleurs,<br />

dans le choix de ses thèmes, par<br />

exemple. Homme offrant de l’argent à une<br />

femme (1631) représente une femme occupée<br />

à coudre à la lumière d’une lampe.<br />

Un homme sort de l’ombre, s’approche<br />

et lui tend une main remplie de pièces.<br />

Il porte un chapeau de fourrure et son<br />

offre ne paraît guère honnête. La femme<br />

s’est-elle laissée séduire par l’argent qu’il<br />

44


Le premier Brabançon, fol. 29 ; in: Livre des tulipes,<br />

1643, pointe d’argent et aquarelle sur vélin, signé<br />

JL*, Haarlem, 38,2 × 27,2 cm. Haarlem, Frans Hals<br />

Museum.<br />

Homme offrant de l’argent à une femme, 1631, huile sur panneau, 30,8 cm × 24,2 cm. La Haye, Mauritshuis,<br />

inv. 564.<br />

Frans Hals ayant été un maître très sollicité,<br />

certains peintres sont encore considérés<br />

comme ses ‘‘apprentis’’.<br />

1980. Elles ont été corrigées ces dernières<br />

années, tout vient donc à point à qui sait<br />

attendre. Il y aura sans doute après moi un<br />

historien ou une historienne de l’art pour<br />

encore faire avancer les connaissances sur<br />

l’œuvre de cette grande artiste. »<br />

lui offrait ? « C’est un dilemme typique des<br />

femmes, au XVIIe siècle », admet Pieter<br />

Biesboer. « Elles recevaient toutes sortes<br />

de sollicitations et devaient faire des<br />

choix ; une décision importante offrant<br />

peu de garanties. Dans certains tableaux,<br />

la femme se méprend sur les intentions de<br />

l’homme. Judith Leyster adopte un tout<br />

autre point de vue. » Le plus grand point<br />

d’interrogation qui subsiste porte sur<br />

l’existence d’œuvres de Judith Leyster et le<br />

lieu où elles sont conservées. Tout grand<br />

collectionneur aimerait en posséder. « Les<br />

œuvres d’artistes féminines n’ont jamais<br />

été aussi demandées alors que l’offre est<br />

très restreinte », remarque Pieter Biesboer.<br />

« Judith Leyster ne fut redécouverte qu’à<br />

la fin du XIXe siècle par l’historien de l’art<br />

et collectionneur néerlandais Cornelis<br />

Hofstede de Groot qui identifia sa signature,<br />

un J avec l’étoile dessinée de ‘‘Leyster’’.<br />

Puis il y eut les attributions erronées<br />

de Juriana Harms dans les années 1930<br />

et de Frima Hofrichter dans les années<br />

VISITER<br />

Mauritshuis<br />

La Haye<br />

www.mauritshuis.nl<br />

45


Art précolombien<br />

Trésors du continent mystérieux<br />

D’une diversité phénoménale,<br />

les objets de l’art précolombien<br />

continuent à fasciner un public de<br />

niche. Dans un contexte délicat<br />

de demandes de restitution de<br />

la part des pays d’origine, son<br />

marché reste stable et offre déjà<br />

de très belles pièces pour des prix<br />

abordables.<br />

TEXTE : GILLES BECHET<br />

Grand Dignitaire à l’Eventail, Mexique, culture Jalisco, 100 av. – 300 ap. J.-C., terre cuite peinte en rouge,<br />

beige, noir et jaune, 51 x 30 x 22 cm. Courtesy Galerie Furstenberg / photo : Michel Gurfinkel<br />

Ces civilisations comptent peutêtre<br />

parmi les plus mystérieuses<br />

du monde, car hormis les objets<br />

on ne sait rien. Pas d’écrits qui<br />

renseignent sur l’organisation sociale et<br />

religieuse, ou sur les structures du pouvoir.<br />

On peut contempler une statuette sans<br />

savoir si c’est un chaman, une grande prêtresse,<br />

un souverain ou un autre personnage<br />

et être pourtant touché par la beauté<br />

brute de l’objet. On dit, par facilité, art<br />

précolombien pour couvrir en vérité une<br />

énorme diversité de cultures dans l’espace<br />

comme dans la chronologie. On a ainsi des<br />

pièces qui datent de deux à trois millénaires<br />

avant notre ère jusqu’à la conquête<br />

espagnole, de la pointe sud de l’Argentine<br />

au Nouveau-Mexique. De cet ensemble<br />

aussi vaste se détachent les deux noms<br />

qui reviennent le plus souvent, le Mexique<br />

et le Pérou, les Aztèques et les Incas. « Ce<br />

46


Masque funéraire représentant le visage d’Ai Apaec, Culture Mochica, 100 - 800 apr. J.-C., cuivre et coquillage de Strombus, 17,5 x 23,5 cm. © Musée Larco, Lima, Pérou<br />

ne sont pas les pièces les plus archéologiquement<br />

intéressantes, car ce sont des<br />

cultures tardives. Il y a une grande méconnaissance<br />

de ces civilisations. Il existe<br />

aussi des objets très intéressants provenant<br />

du Costa Rica, de l’Equateur ou du<br />

Panama. Et certains pays, comme le Brésil<br />

ou l’Argentine, ont été très peu fouillés »,<br />

confie Jean-Christophe Argillet, directeur<br />

de la Galerie Furstenberg.<br />

UN MARCHÉ DE NICHE<br />

L’art précolombien représente un marché<br />

de niche où circulent des objets sortis de<br />

terre il y a très longtemps pour rejoindre<br />

des collections privées. « On se procure<br />

les objets dans des collections du monde<br />

entier, et ils repartent dans des collections<br />

du monde entier, parfois jusqu’à Singapour,<br />

Taiwan ou la Russie », poursuit le<br />

galeriste. Les belles pièces peuvent être<br />

acquises à des prix relativement abordables<br />

si on compare avec l’art égyptien ou<br />

l’art africain classique. « Un premier achat<br />

pourrait se porter sur une petite déesse de<br />

la fertilité en terre cuite de culture Tlatilco<br />

du Mexique ou un vase étrier Mochica<br />

du Pérou, dans une fourchette allant de<br />

600 à 800 euros. Un amateur plus fortuné<br />

peut commencer par un beau masque en<br />

pierre de Teotihuacán au Mexique pour<br />

un prix oscillant entre 40.000 et 70.000<br />

euros. » La singularité de ces cultures leur<br />

permet d’intégrer des collections non<br />

archéologiques. Les stèles de la culture<br />

Valdivia, par exemple, sont de plus en plus<br />

demandées. Elles représentent, de façon<br />

abstraite et géométrique, des personnages<br />

qui convoquent de nombreuses références<br />

de l’art moderne. Les belles pièces<br />

tournent actuellement autour des 40.000<br />

à 60.000 euros. C’est, comme toujours, la<br />

« Cela fait quarante<br />

ans que je suis expert<br />

et je n’ai jamais dû<br />

rendre un des objets<br />

mis en vente. »<br />

JACQUES BLAZY<br />

rareté qui détermine le prix. Il en va ainsi<br />

des objets de la civilisation Olmèque, très<br />

recherchés mais très rares. Au sein d’une<br />

même civilisation, les fourchettes de prix<br />

sont très élastiques, pouvant passer de<br />

quelques centaines d’euros à plusieurs<br />

centaines de milliers suivant la qualité et<br />

l’intérêt de l’objet.<br />

47


48<br />

Urne anthropomorphe, Zapotèque, Monte Albán,<br />

Vallées Centrales de l’Oaxaca, Mexique, Monte<br />

Alban III, Epoque Classique, 500 – 900 ap. J.-C.,<br />

terre cuite grise, 21,5 x 14,5 cm. Courtesy Galerie<br />

Serge Schoffel Art Premier


« Certaines maisons<br />

de vente n’ont pas<br />

toujours l’oeil ou<br />

l’envie de faire appel<br />

à des experts pour<br />

analyser un objet. »<br />

YANNICK DURAND<br />

MARCHANDS ET MUSÉES<br />

En Europe, on compte peu de marchands,<br />

mais de très beaux musées. La <strong>Belgique</strong>,<br />

plus particulièrement, n’a pas à rougir avec<br />

la collection Paul et Dora Janssen-Arts<br />

conservée au MAS d’Anvers et celle du<br />

musée Art et Histoire, à Bruxelles. Dans la<br />

capitale, la disparition du grand marchand<br />

Emile Deletaille a laissé un vide. Quelques<br />

galeries vendent des pièces d’art précolombien<br />

aux côtés d’objets d’art premier ou<br />

d’antiquités. C’est le cas de Serge Schoffel<br />

qui a récemment exposé à Paris, dans le<br />

cadre du salon Parcours des Mondes, un<br />

ensemble de quatorze figurines en terre<br />

cuite et en pierre issues de la culture<br />

méconnue de Timoto-Cuita, au Venezuela.<br />

Pour le galeriste, l’initiative, le travail et le<br />

choix d’un tel sujet est la démonstration<br />

de l’utilité du marchand d’art : « La profession<br />

est aujourd’hui stigmatisée comme<br />

participant à une spoliation généralisée,<br />

mais on oublie que si les œuvres brillent<br />

aujourd’hui dans les vitrines des musées et<br />

ont suscité le développement de nombreuses<br />

recherches donnant lieu à une littérature<br />

prolifique, c’est grâce à la passion,<br />

la grande curiosité, l’œil et l’instinct avertis<br />

des marchands et des collectionneurs. »<br />

Il faut dire que le marché de l’art précolombien<br />

est confronté depuis plusieurs<br />

dizaines d’années aux revendications des<br />

pays d’origines qui réclament de manière<br />

systématique le retour de tout patrimoine<br />

mis en vente, ce qui pousse tous<br />

les acteurs du marché à la plus grande<br />

prudence.<br />

TENSIONS ET REVENDICATIONS<br />

En France, tout objet mis en vente doit<br />

être consigné dans le registre de l’OCBC<br />

(Office central de lutte contre le trafic<br />

des biens culturels). Légalement, la pierre<br />

angulaire est la convention de l’UNESCO<br />

de 1970, mais aussi la date de sa ratification<br />

qui, pour les Etats-Unis, est de 1983,<br />

de 1994 pour la France et de 2003 pour la<br />

<strong>Belgique</strong>. « Il faut prouver, par des publications<br />

scientifiques ou des catalogues<br />

d’exposition, que les objets sont sortis<br />

de leur pays d’origine avant 1970. Et les<br />

personnes qui achètent en vente publique<br />

sont définitivement propriétaires de leur<br />

pièces», assure Jacques Blazy, expert en art<br />

Ornements d’oreilles avec mosaïque de l’oiseau-guerrier, Culture Mochica, 100 – 800 apr. J.-C., or, turquoise massive verte, turquoise, sodalite, nacre, coquille de<br />

spondyle, 10 x 9,9 cm. © Musée Larco, Lima, Pérou<br />

49


« On se procure des objets<br />

issus de collections du<br />

monde entier qui repartent<br />

dans des collections du<br />

monde entier, parfois<br />

jusqu’à Singapour, à Taiwan<br />

et en Russie. »<br />

JEAN-CHRISTOPHE ARGILLET<br />

précolombien, notamment pour les ventes<br />

organisées par l’étude parisienne Binoche<br />

et Giquello : « Cela fait quarante ans que<br />

je suis expert et je n’ai jamais dû rendre un<br />

des objets mis en vente. » La dispersion,<br />

chez Sotheby’s en 2013, de la Collection<br />

Barbier-Mueller a marqué les esprits en<br />

exacerbant les tensions avec le Mexique et<br />

le Pérou, pays particulièrement en pointe<br />

dans les revendications de restitution. La<br />

vente était exceptionnelle ; le collectionneur<br />

suisse, qui avait prêté sa collection de<br />

300 pièces à la municipalité de Barcelone<br />

en 1997, avait souhaité s’en séparer après<br />

que la ville catalane ait renoncé à l’acquérir.<br />

Estimée à 15 millions d’euros, elle n’a<br />

pas atteint la somme espérée et moins<br />

de la moitié des lots trouvèrent preneur.<br />

« C’est dommage, analyse Jacques Blazy,<br />

mais ce n’est pas une catastrophe. Car, les<br />

objets les plus exceptionnels ont tous trouvé<br />

amateurs. » Parmi eux, il n’y avait pas de<br />

musée américain, car suite aux protestations<br />

dans la presse et de la part des deux<br />

états sud-américains, le Gouvernement<br />

fédéral a publié un décret empêchant les<br />

musées d’acquérir des pièces précolombiennes.<br />

On notera que, dans ce contexte<br />

délicat, le musée du Quai Branly a lui aussi<br />

renoncé à l’acquisition de nouvelles pièces<br />

d’art précolombien.<br />

Exceptionnel acrobate, Culture Olmèque, Mexique, Préclassique moyen, 900 – 400 av. J.-C., stéatite brune<br />

à belle patine, 23 x 26 cm. Binoche et Giquello, Paris, 29-06-2021. © Binoche et Giquello<br />

458.180 € (frais inclus)<br />

Coiffe frontale avec félin et condors, Culture<br />

Mochica, 100 – 800 apr. J.-C., or, 22,4 x 25,6 cm.<br />

© Musée Larco, Lima, Pérou<br />

50


« Si ces oeuvres<br />

brillent aujourd’hui<br />

dans les vitrines des<br />

musées, c’est grâce à<br />

la passion, la grande<br />

curiosité, l’oeil et<br />

l’instinct avertis des<br />

marchands et des<br />

collectionneurs. »<br />

SERGE STOFFEL<br />

Tête d’homme, Culture Aztèque, Mexique Central, Postclassique, 1325 – 1521 ap. J.-C., basalte gris et reste de<br />

pigment rouge, H. 18,5 cm. Binoche et Giquello, Paris, 11-02-<strong>2022</strong>. © Binoche et Giquello<br />

54.640 € (frais inclus)<br />

DES <strong>COLLECT</strong>IONNEURS PLUS JEUNES<br />

Du côté des collectionneurs, on assiste à<br />

une évolution lente des profils, les collectionneurs<br />

historiques disparaissant et ne<br />

trouvant pas toujours d’héritiers pour partager<br />

leur passion. Ceux qui réunissent des<br />

ensembles de quarante à cinquante pièces<br />

se font plus rares et on voit apparaître<br />

des collectionneurs plus jeunes, qui vont<br />

plutôt acquérir trois ou quatre très belles<br />

pièces précolombiennes comme ponctuation<br />

de leurs collections, entre un Hartung<br />

ou un Soulages, une console Louis XVI<br />

et un vase chinois. « Le voyage peut être<br />

déclencheur d’un coup de foudre. Je vois<br />

énormément de gens entrer dans ma gale-<br />

rie après un voyage au Mexique, où ils ont<br />

visité des sites et des musées et où cette<br />

culture a commencé à leur parler», note<br />

Jean-Christophe Argillet. Le nombre limité<br />

des marchands et l’essor du commerce<br />

en ligne favorisent les enchères. Aux<br />

côtés des ventes de grandes collections,<br />

on trouve aussi dans des maisons moins<br />

cotées des objets précolombiens au hasard<br />

d’une vente d’art premier. « Certaines<br />

maisons de vente n’ont pas toujours l’œil<br />

ou l’envie de faire appel à des experts pour<br />

analyser un objet. J’ai vu, par exemple, un<br />

chien Colima du Mexique, simplement<br />

référencé comme ‘‘petit chien assis’’ »,<br />

remarque Yannick Durand de la Galerie<br />

1492. Malgré ces turbulences, l’art précolombien<br />

demeure un marché stable, à l’abri<br />

des spéculations et attirant des amateurs<br />

passionnés séduits par des objets qui<br />

n’ont souvent rien d’autre à offrir que leur<br />

beauté intrinsèque et le témoignage d’une<br />

des plus grandes cultures de ce monde.<br />

VISITER<br />

Machu Picchu et les trésors du Pérou<br />

Cité de l’Architecture et du Patrimoine<br />

Paris<br />

www.expo-machupicchu.fr<br />

jusq. 04-09<br />

51


Tanabe<br />

Chikuunsai IV<br />

On pensait que les possibilités offertes par les matières naturelles<br />

avaient déjà été exploitées bien au-delà de leurs limites. Il n’en est rien !<br />

Sous la main de certains artistes, notamment Tanabe Chikuunsai IV, un<br />

renouvellement tant esthétique que symbolique se poursuit, qui n’a de<br />

cesse de surprendre.<br />

TEXTE : GWENAELLE DE SPA<br />

© de l'artiste / Courtesy Galerie Mingei, Paris / photo : D. R.<br />

52


Dans cette perspective, l’artiste<br />

japonais Tanabe Chikuunsai, quatrième<br />

du nom, s’intéresse depuis<br />

de nombreuses années au bambou,<br />

plante ligneuse dont il explore inlassablement<br />

les possibilités de tressage. Car le<br />

bambou à la particularité d’être un matériau<br />

à la fois souple et résistant qui peut être tissé,<br />

plié ou même sculpté. Tanabe Chikuunsai IV<br />

(1973) a choisi d’entremêler dans de savants<br />

chevauchements cette ressource endémique<br />

à l’Asie pour la transformer en produit hautement<br />

esthétique et délicat. Cette démarche<br />

se manifeste par le biais d’une réinterprétation<br />

contemporaine des objets de vannerie<br />

traditionnelle japonaise, mais aussi parfois<br />

au travers d’installations monumentales.<br />

Ainsi, en 2018, ce n’est sans aucun autre<br />

support que la résistance des fines lamelles<br />

de bambou minutieusement imbriquées les<br />

unes dans les autres que les trois colonnes<br />

qui composent l’œuvre Connexion s’élevaient<br />

dans les hauteurs de la Grange aux Abeilles<br />

du Domaine de Chaumont-sur-Loire, en<br />

Touraine. A l’image de trois souches à la<br />

base commune déployant leurs ramures<br />

en un entremêlement ascendant, la forme<br />

à la fois robuste et légère de cet ensemble<br />

évoque aussi les tourbillons. Inspirée par le<br />

«mouvement perpétuel de la Loire voisine»,<br />

l’impression de mouvement et d’énergie qui<br />

se dégage de l’œuvre est accentué par les<br />

lamelles aux motifs striés de noir du bambou<br />

tigré torachiku, une variété rare qui ne pousse<br />

que sur l’île de Shikoku. Le motif aérien choisi<br />

pour constituer le maillage de l’installation<br />

laisse quant à lui filtrer la lumière et produit,<br />

au fil de la journée, des motifs changeants<br />

sur les murs du bâtiment<br />

Connexion, 2018, vue de l’exposition au Domaine de Chaumont-sur-Loire.<br />

© de l’artiste / Courtesy Galerie Mingei, Paris / photo : Tadayuki Minamoto<br />

TRADITION ET MODERNITÉ<br />

« Pour cette installation, j’ai utilisé un élément<br />

de la Nature, le bambou, qui exprime<br />

ici ce lien, cette connexion entre la Nature,<br />

l’Homme et l’Histoire », explique l’artiste.<br />

Dans cette œuvre, on peut ainsi lire l’éloge de<br />

savoir-faire ancestraux que le père de Tanabe<br />

Chikuunsai IV lui a transmis. Fort de son<br />

apprentissage en beaux-arts à la Crafts High<br />

School d’Osaka, puis en sculpture à l’Université<br />

des Arts de Tokyo, on peut aussi voir<br />

dans son travail la volonté de concilier tradition<br />

et modernité. Par exemple, la conception<br />

de la nature et de l’œuvre d’art n’est pas<br />

la même en Occident et en Orient. Pour<br />

l’artiste occidental, la création présuppose<br />

une volonté d’intervention et de transformation<br />

de la nature alors que l’artiste oriental<br />

vise fréquemment une forme de respect<br />

envers celle-ci, qui le conduit à un “réarrangement»<br />

des choses comme du monde.<br />

Partant, Tanabe Chkuunsai IV a pour habitude<br />

de remployer pour d’autres projets le<br />

matériau constitutif de ses installations. Ses<br />

créations, dont cette œuvre imaginée pour le<br />

Festival International des Jardins et la saison<br />

d’art 2018, sont donc démontées à la fin de<br />

leur exposition, si bien qu’il n’en subsiste que<br />

le souvenir. Une mise en application tangible<br />

des concepts de continuité et de renaissance<br />

pour évoquer des liens avec l’espace qui<br />

transcendent le temps. La particularité du<br />

contexte historique du château de Chaumont-sur-Loire,<br />

ancienne demeure royale,<br />

ainsi que sa condition de centre d’art et de<br />

nature ont largement influencé la création<br />

de cette œuvre. Souhaitant témoigner du lien<br />

fort existant ici entre Nature, Homme et Histoire,<br />

mais aussi représenter les connexions<br />

entre sa famille et lui-même, de même<br />

qu’entre lui et le monde, Tanabe Chikuunsai<br />

IV propose une œuvre oscillant entre intime<br />

et universel. L’œuvre et les gestes de l’artiste<br />

ont pour seule fonction de nous rendre<br />

perméable à l’environnement, d’attiser notre<br />

sensibilité et de nous placer dans un état de<br />

fusion et de totale continuité avec la nature.<br />

VISITER<br />

Tanabe Chikuunsai IV<br />

Galerie Mingei<br />

Paris<br />

www.mingei-arts-gallery.com<br />

jusq. 28-05<br />

53


Les chandeliers<br />

Des porteurs de lumière<br />

À deux, à trois ou à multiples bras,<br />

les chandeliers furent, dans nos<br />

demeures, les principaux véhicules<br />

de la lumière avant l’arrivée du gaz,<br />

puis de l’électricité. De bronze ou de<br />

porcelaine, sobres ou sophistiqués,<br />

ils adoptèrent tous les styles et<br />

embrassèrent toutes les modes.<br />

Aujourd’hui encore, les chandeliers<br />

ont la cote, car rien n’est plus<br />

apaisant que la douce lumière<br />

irradiante de quelques bougies…<br />

TEXTE : ANNE HUSTACHE<br />

Le vie des noms est parfois erratique.<br />

Bougeoir, flambeau sont les<br />

ancêtres du chandelier. Ce mot de<br />

‘‘chandelier’’, en tant qu’accessoire<br />

portant des chandelles, n’est apparu qu’au<br />

XIIIe siècle. A l’époque, et depuis longtemps,<br />

le chandelier est un métier, celui<br />

qu’exerce le fabricant de chandelles, mot<br />

dont l’étymologie est issue du mot latin<br />

candela. D’ailleurs un ‘‘candélabre’’ est un<br />

support de grande taille, et à plusieurs<br />

branches, destiné à recevoir les bougies,<br />

les chandelles et les cierges. Chandeliers<br />

et candélabres jouissent donc de la même<br />

étymologie et, en somme, tout chandelier<br />

est un candélabre à la restriction stricto<br />

sensu qu’il est d’abord perçu comme « un<br />

grand bougeoir pouvant recevoir une<br />

ou plusieurs chandelles. » Les mots se<br />

compliquent encore à l’époque moderne,<br />

lorsque l’on se plaît à désigner par le terme<br />

de chandelier ce qui est en fait un lustre,<br />

soit un support de bougies, accroché au<br />

plafond. <strong>Mai</strong>s, finalement, cette abondance<br />

de termes n’est-elle pas délicieuse<br />

et justifiée ? Elle qui se rapporte à ces<br />

indispensables accessoires de la maison,<br />

sans qui, pendant des siècles, nous serions<br />

restés dans la nuit et n’aurions pas connu<br />

la magie du doux éclairage aux chandelles.<br />

Divin éclairage<br />

ca. 500–475 av. J.C.<br />

Souvent représentés ensemble, tant en<br />

Grèce à la même époque, qu’en Etrurie,<br />

Hercule et Minerve sont fièrement juchés<br />

au sommet de ce haut candélabre, dont la<br />

forme est typique de l’Antiquité méditerranéenne.<br />

Six éléments coulés à la cire perdue<br />

ont été assemblés pour construire ce luminaire<br />

qui comporte quatre bobèches. Les<br />

Etrusques maîtrisaient particulièrement<br />

bien les arts du feu et ils furent donc de remarquables<br />

travailleurs du métal, un savoir<br />

qu’ils transmirent d’ailleurs aux Romains,<br />

comme en témoignent, par exemple, les<br />

chandeliers de même silhouette retrouvés<br />

dans les vestiges de Pompéï.<br />

Candélabre étrusque, Italie, probablement Vulci,<br />

bronze, H. 154,9 cm. New York, The Metropolitan<br />

Museum of Art, inv. n° 61.11.3.<br />

Terrasser l’ombre<br />

ca. 1200-1250<br />

Le Moyen Âge a beaucoup aimé décorer<br />

ses objets domestiques d’animaux, qu’il<br />

s’agisse de monstres ou de bêtes exotiques<br />

comme l’éléphant et le lion. En témoignent<br />

particulièrement les aquamaniles et les<br />

pieds de chandelier. Le lion fut souvent<br />

représenté, notamment en compagnie de<br />

Samson. En effet, comme le relate le Livre<br />

des Juges, le héros biblique Samson tua un<br />

lion à mains nues, cet animal symbolisant<br />

la force et le courage. Cette thématique<br />

traversant toute l’histoire de l’art, offre<br />

ici au dinandier l’occasion de révéler son<br />

talent en soignant le rendu expressif de la<br />

gueule et de la crinière de l’animal.<br />

Chandelier avec Samson et le lion, probablement<br />

Dinant (<strong>Belgique</strong>), cuivre doré, H. 27,8 cm. Bruxelles,<br />

musées Art et Histoire, inv. n° 0A6937. © MRAH<br />

54


L’originalité de<br />

ce chandelier<br />

sophistiqué réside<br />

dans les deux anges<br />

qui soutiennent<br />

les bras de lumière<br />

et les deux autres<br />

qui soutiennent les<br />

bobèches.<br />

Anges de lumière<br />

ca. 1666–1699<br />

Les objets réalisés en Angleterre dans la<br />

seconde moitié du XVIIe siècle, selon la<br />

technique particulière du bronze émaillé,<br />

sont rares et ceux qui, comme ce chandelier,<br />

relèvent d’une même palette (blanc,<br />

noir, vert et bleu) et d’un même style de<br />

décor floral, étaient considérés comme<br />

originaire du Surrey, au sud de Londres.<br />

Récemment, ils furent réattribués à<br />

Anthony Hatch, membre de la Armourers<br />

and Braziers Company, et à son collaborateur<br />

Stephen Pilchard. De fait, tous<br />

deux avaient installé un four à émailler<br />

le bronze dans le siège de la compagnie.<br />

L’émail est ici disposés dans des niches<br />

moulées dans le bronze. L’originalité de ce<br />

délicat chandelier repose sur la présence,<br />

à la fois, de deux anges tenant les deux<br />

bras de part et d’autres du socle, et de deux<br />

autres soutenant les bobèches.<br />

Candélabre, Angleterre (Surrey), émail sur bronze,<br />

H. 27,3 cm. New York, The Metropolitan Museum of<br />

Art, don de Irwin Untermyer, inv. n° 64.101.1621.<br />

Putto et fleurs<br />

ca. 1759-1770<br />

Parmi les centaines de figurines inventées<br />

par la manufacture de porcelaine de<br />

Chelsea, celle du putto a connu une faveur<br />

particulière, d’autant qu’il est parfois<br />

doté des ailes de cupidon. Divers motifs<br />

concourent à rendre cet objet délicieusement<br />

séduisant : les guirlandes de fleurs<br />

roses et rouges qui parent le jeune garçon<br />

et émergent de son panier, les draperies<br />

aux couleurs similaires. Soutenant de ses<br />

mains les deux bras du chandelier, le putto<br />

adopte une pose spontanée et pleine de<br />

vie, qui s’intègre adéquatement à un socle<br />

de style rocaille. Cet objet n’était pas proposé<br />

seul, l’institution possédant son pendant,<br />

orné également d’un putto, petit frère<br />

adoptant une autre pose, mais arborant les<br />

mêmes bobèches sur un socle similaire.<br />

Candélabre, Angleterre, Manufacture de Chelsea,<br />

porcelaine, H. 26,7 cm. Londres, The Victoria &<br />

Albert Museum, inv. N° 772-1877.<br />

55


Transparence et couleurs<br />

XVIIIe siècle<br />

Pour inspirer les Lords<br />

ca. 1846<br />

La danse des demoiselles<br />

milieu du XIXe siècle<br />

Ce chandelier illustre à merveille l’excellence<br />

de la fabrication du verre à Venise,<br />

qui assura pendant des siècles à la Sérénissime<br />

sa prédominance en le domaine.<br />

Toute la structure centrale, les bras, les<br />

bobèches, sont fabriqués dans ce cristallo<br />

parfaitement transparent que les<br />

maîtres verriers de Murano avaient été les<br />

premiers à inventer. S’y rapportent divers<br />

éléments, réalisés séparément avant d’être<br />

assemblés, qui témoignent du goût des<br />

Vénitiens pour les couleurs vives. Ils sont<br />

décorés de fleurs rose tendre et de macarons<br />

rouge vif, parfois en verre transparent,<br />

parfois en version laiteuse, rehaussés de<br />

quelques fleurs de deux bleus différents.<br />

Chandelier, Italie, Venise (Murano), verre, H. 61,9<br />

cm. New York, The Metropolitan Museum of Art, inv.<br />

n° 81.8.269a-gg.<br />

Cet imposant chandelier fut dessiné par<br />

le célèbre architecte du palais de Westminster<br />

afin de décorer l’une de ses salles<br />

prestigieuses, la Chambre des lords. Fidèle<br />

au style néo-gothique, Augustus Pugin<br />

prit pour modèle les grands chandeliers<br />

d’église qui furent réalisés à la fin du<br />

Moyen Âge, tant en Allemagne que dans<br />

les Pays-Bas du Sud, à Dinant, et qu’il avait<br />

découverts lors de ses nombreux voyages<br />

sur le continent. Décoré de feuillages qui<br />

témoignent de sa libre interprétation du<br />

gothique, fabriqué avec soin et selon la<br />

technologie de l’électrolyse, considérée<br />

alors comme la plus novatrice, ce chandelier<br />

fut acquis par le musée lors de la<br />

fameuse Exposition universelle de 1851. Il<br />

ne prit donc pas le chemin de la Chambre<br />

des lords…<br />

Augustus Pugin, Chandelier, Manufacture Hardman<br />

and Co., Birmingham, bronze, H. 83,8 cm.<br />

Londres, The Victoria and Albert Museum, inv. N°<br />

2742-1851.<br />

Les trois danseuses qui évoluent de<br />

concert autour de la colonne centrale<br />

de ce lourd chandelier semblent tout<br />

autant de sympathiques musiciennes<br />

tenant leur instrument à la mains, que des<br />

muses antiques avec leur sein dénudé. Ne<br />

seraient-elles pas une nouvelle incarnation<br />

des trois Grâces, telles que Raphaël<br />

les a peintes au début du XVIe siècle ? La<br />

Renaissance est une source d’inspiration<br />

sous le règne de Louis-Philippe (1830-<br />

1848). La légèreté des figurines féminines<br />

contraste assez singulièrement avec la<br />

silhouette des bras de lumière, assez<br />

lourde et servie par un décor sans grande<br />

imagination.<br />

Chandelier à dix branches, France, style Louis-Philippe,<br />

bronze doré, H. 99 cm. Christie’s, New York,<br />

20-10-2021. © Christie’s Images Ltd.<br />

6.875 $ (5.915 €)<br />

56


Retour vers la nature<br />

2021<br />

Mobile<br />

1901<br />

Ce chandelier n’offre-t-il pas un mélange fascinant de modernité et de classicisme ?<br />

Une parfaite symétrie, une incomparable élégance, et pourtant une curieuse superposition<br />

d’anneaux et de formes arrondies… Le regard s’attarde et attend la mise en<br />

lumière. Si les bras peuvent s’ordonner dans un seul plan, il est aussi possible de les<br />

faire pivoter sur la tige centrale, de manière à disposer d’un chandelier plus ample,<br />

investissant l’espace. Bruno Paul fut un artiste d’avant-garde, participant avec ses<br />

dessins au magazine d’art Jugend, comme à la revue satirique Simplicismus. Architecte<br />

et décorateur, dès 1907, il sera membre du célèbre Deutsche Werkund. Avant<br />

cela, il livre avec ce chandelier l’une des créations les plus abouties de son travail de<br />

décorateur.<br />

La société néerlandaise Pols Potten<br />

insuffle depuis plusieurs années une note<br />

d’humour à nos intérieurs. Le chandelier<br />

Twiggy n’y déroge pas : en ces années de<br />

réchauffement climatique et de détérioration<br />

de la nature, il traduit la vivacité<br />

primesautière d’un écureuil sautant de<br />

branche en branche, celles-ci devenant<br />

les bras de ce chandelier, au port à la fois<br />

altier et naturel. Un accessoire aussi sympathique<br />

de jour, qu’inspirant de nuit.<br />

Studio Pols Potten, Twiggy, chandelier avec écureuil,<br />

métal doré. © Pols Potten<br />

Bruno Paul, Candélabre, Munich, bronze, H. 41 cm. Londres, The British Museum, inv. N° 1993,1012.5.<br />

Surréaliste ou pas ?<br />

1975<br />

A première vue, ces chandeliers s’imposent comme la synthèse cubiste de deux corps<br />

en mouvement. Ce qui ne correspond pas vraiment au délire illusionniste auquel Dalí<br />

s’est longtemps adonné. Toutefois, ces œuvres datent de 1975, époque où l’artiste avait<br />

été rejeté depuis longtemps de la sphère surréaliste. Lui-même d’ailleurs s’était engagé<br />

dans un travail égotique, nourri de sa méthode ‘‘paranoïa-critique’’, termes forgés par<br />

sa propre théorie. Ces intéressants chandeliers en portent la trace puisqu’ils incarnent<br />

respectivement Castor et Pollux, les deux frères de la mythologie grecque dont l’un<br />

renvoie à Dalí et l’autre à son frère aîné, disparu accidentellement quelques 9 mois<br />

avant sa naissance. Un dessin préparatoire pour ces chandeliers, daté de 1974, réunit<br />

d’ailleurs Castor et Pollux sous le soleil de Gala, épouse et muse de l’artiste.<br />

Salvador Dalí, Candélabres Castor & Pollux, bronze chromé, dim. 26 x 18 x 11 cm. Whright Auctions,<br />

Chicago, 27-02-2014. © Wright Auctions - 2.500 $ (1.830 €)<br />

57


Poésie d’un cadre<br />

post-apocalyptique<br />

Avec Baranzate Ateliers, Lionel<br />

Jadot, Zaventem Ateliers et<br />

quelques galeries et créateurs<br />

amis préparent l’un des plus<br />

intéressants projets du prochain<br />

salon du meuble de Milan.<br />

Ils œuvrent ainsi à la promotion<br />

du design de collection.<br />

TEXTE : ELIEN HAENTJENS<br />

Studio KRJST, Vénus, 2021, divers types de textiles, éd. 3 + EA, 200 x 200 cm. © des artistes<br />

Lors du dernier Fuorisalone, organisé<br />

en septembre 2021, événement qui<br />

regroupe les activités périphériques<br />

du Salone del Mobile, Zaventem Ateliers<br />

participait pour la première fois avec<br />

une exposition collective. A cette occasion,<br />

Alessandra Necchi découvrait le collectif<br />

belge : « Dans les années 1930, sa famille a<br />

construit la Villa Necchi désormais ouverte<br />

au public, et dans les années 1950, une<br />

grande usine à Baranzate, en dehors de<br />

Milan. Soucieuse d’offrir un avenir intéressant<br />

à ce lieu, elle fut immédiatement interpellée<br />

par l’histoire de Zaventem Ateliers »,<br />

explique le créateur et promoteur Lionel<br />

Jadot. « Après le salon, nous avons visité<br />

l’usine abandonnée qui, jadis, produisait<br />

en série des machines à coudre. Comme<br />

elle souhaitait offrir un avenir créatif à ces<br />

bâtiments, Alessandra nous a proposé de le<br />

faire revivre. En échange, nous organiserons<br />

lors du prochain salon une grande exposition<br />

et toutes sortes d’événements tels que<br />

dj-sets, danse contemporaine et dîners.<br />

Nous souhaitons faire revivre cet endroit.<br />

58


Studio Elémentaires, White Night #1, 2021, tube en<br />

verre et acrylique, aluminium, DEL 360°, éléments<br />

imprimés en 3D, moteur, éd. lim. de 8, 15 x 50 centimètres.<br />

© des artistes<br />

Pierre-Emmanuel Vandeputte, Abacus, 2020, table en acier revêtu de poudre et bois, 180 x 75 x 80 cm et<br />

Pausa, 2016, tabouret en chêne massif, H. 45, 65 ou 80 cm. © de l’artiste / photo : Stefania Zanetti<br />

Nous avons, par exemple, conclu un accord<br />

avec un restaurant voisin qui fournira des<br />

repas. Nous désirons recréer l’ambiance bon<br />

enfant de Zaventem à Baranzate. » À noter,<br />

l’intégration dans le projet de quelques<br />

sans-abris, qui ont élu domicile dans une<br />

partie des 10 000 m² du bâtiment. Lionel<br />

Jadot : « Ils nous aident à tout organiser et<br />

à préparer l’espace pour la venue du public.<br />

Il en résulte une dynamique intéressante,<br />

tandis que le projet prend une dimension<br />

sociale. » En contrepartie, Baranzate offre<br />

des salles d’exposition en centre-ville, un<br />

cadre brut pour présenter des pièces : « La<br />

lumière du Nord, qui pénètre par d’impressionnants<br />

sheds, mais aussi la patine de<br />

l’ancienne construction industrielle sont<br />

particulièrement belles. Les plantes qui, au<br />

fil des années, ont poussé dans les bâtiments,<br />

confèrent à cette exposition une<br />

dimension post-apocalyptique. En réunissant<br />

des designers, artistes et artisans,<br />

nous montrons ce à quoi un intérieur peut<br />

ressembler en <strong>2022</strong>. Grâce à ce bâtiment, le<br />

passé ne tombe pas dans l’oubli. »<br />

Baranzate offre, en contrepartie, des salles<br />

d’exposition élégantes en centre-ville,<br />

un cadre brut pour présenter des pièces.<br />

LAMPES THÉÂTRALES<br />

Les Français de Studio Élémentaires<br />

compteront parmi les dix-sept résidents<br />

de Zaventem Ateliers à montrer leurs<br />

œuvres à Milan. Gauthier Haziza et Apolline<br />

Couverchel ont fait connaissance lors<br />

de leur formation à l’Ecole de Théâtre de<br />

Lyon. Pendant que l’un étudiait un concept<br />

d’éclairage, l’autre suivait des cours en scénographie<br />

: « Nous avons d’abord travaillé<br />

dans le théâtre, mais manquions de liberté<br />

créative. Notre amour du mouvement et<br />

notre approche interdisciplinaire ont été<br />

inspirés par ce contexte. Nos objets de<br />

design revêtent un caractère très performatif<br />

» A Baranzate, Studio Élémentaires<br />

présente une installation sur base de la<br />

lampe System (2020). Dans une ample rotation<br />

à 360 degrés, la lumière s’éteint peu à<br />

peu en illustrant la transition entre le jour et<br />

la nuit. « Avec notre installation poétique,<br />

nous souhaitons faire réfléchir les visiteurs<br />

à notre relation au temps et les inviter à<br />

se détendre dans la foule du salon. Dans<br />

nos objets, nous associons des éléments<br />

high-tech à une finition artisanale et le<br />

design au théâtre. Plus qu’un simple produit<br />

fonctionnel, nous souhaitons créer une<br />

expérience qui sollicite plusieurs sens et<br />

apporte un peu de magie et de poésie dans<br />

un living-room. La beauté se trouve dans la<br />

coexistence entre lumière et mouvement. »<br />

59


Lionel Jadot. © D. R.<br />

Lionel Jadot, Lost Highway, 2021, métal, macadam, 100 x 62 x 70 cm. © de l’artiste / Everyday Gallery / photo :<br />

Seppe Elewaut<br />

« En réunissant<br />

designers, artistes<br />

et artisans, nous<br />

montrons ce à quoi<br />

un intérieur peut<br />

ressembler en <strong>2022</strong>. »<br />

LIONEL JADOT<br />

Quelques anciens résidents ont également<br />

renoué des liens avec Zaventem Ateliers, à<br />

l’instar de la designer portugaise Bela Silva :<br />

« Je n’ai pas pu demeurer dans l’atelier pour<br />

des raisons pratiques, mais je fais toujours<br />

partie de la famille Zaventem. C’est la<br />

raison pour laquelle j’ai volontiers rejoint<br />

l’équipe de Baranzate. » Elle présente deux<br />

nouvelles collections : une série de grands<br />

carreaux organiques en céramique, à poser<br />

sur le mur, et des tabourets : « J’utilise<br />

comme toujours la céramique, mais aussi<br />

pour la première fois la pierre. Ces deux<br />

séries sont parfaitement compatibles sur le<br />

plan du langage formel. »<br />

INSTALLATION IMMERSIVE<br />

Lionel Jadot a également invité quelques<br />

galeries amies. Everyday Gallery, qui possède<br />

aussi l’espace de résidence Alpha à<br />

Zaventem Ateliers, montrera des pièces<br />

de Serban Ionescu, Schimmel & Schweikle<br />

et Lionel Jadot lui-même. Boris Devis :<br />

« Lionel propose une suite à sa chaise Lost<br />

Highway, lancée à Design Miami. Il y a<br />

intégré les éléments d’une rue brisée qui<br />

semblent presque flotter sur la construction<br />

métallique. À Milan, il montera toute<br />

une salle à manger dans ce langage formel.<br />

En outre, le Roumain Serban Ionescu<br />

présentera une armoire modulaire et le<br />

duo Schimmel & Schweikle une version<br />

salon de sa Blown-up chair (2018), devenue<br />

entre-temps emblématique. Notre galerie<br />

travaille surtout avec des créateurs ayant<br />

un discours artistique personnel dont<br />

dérivent leurs pièces. Il importe peu qu’ils<br />

aient une expérience en design ou en art.<br />

Leurs créations possèdent souvent des<br />

qualités sculpturales, parfois fonctionnelles.<br />

D’où notre expression d’art fonctionnel.<br />

Elles s’inscrivent dans l’histoire<br />

de l’art et aident ainsi à élargir le spectre<br />

du design. » L’Anversoise Modern Shapes<br />

Gallery se rendra pour la première fois à<br />

Milan. Son instigateur, Michaël Francken,<br />

nous dévoile les raisons de ce déplacement<br />

: « Pendant le Fuorisalone, nous<br />

lancerons une nouvelle activité. Sous le<br />

dénominateur de Modern Shapes Editions,<br />

nous proposerons des éditions limitées<br />

d’objets en bois artisanaux. Cela représente<br />

un défi pour les artistes de notre<br />

galerie que de traduire leur langage formel<br />

en un nouveau matériau, à la fois chaud et<br />

tactile. Cela leur donne aussi l’occasion de<br />

produire des œuvres à plus grande échelle,<br />

d’étendre leur notoriété et d’avoir plus<br />

de temps pour créer. Le Canadien David<br />

Umemoto mettra aussi le cap sur Milan.<br />

Au départ de ses sculptures en béton<br />

d’inspiration architecturale, il a inventé<br />

des éléments modulaires, combinables de<br />

diverses manières. » Cette activité devrait<br />

permettre à la Modern Shapes Gallery de<br />

se profiler davantage au niveau international<br />

et de toucher un plus large public.<br />

Michaël Francken : « Beaucoup sont<br />

en phase avec le langage formel de nos<br />

artistes, mais comme il s’agit en général de<br />

pièces uniques, nécessitant beaucoup de<br />

travail, tout le monde ne peut se permettre<br />

d’en faire l’acquisition. La solution, ce sont<br />

les éditions. » Quant à elle, la Galerie Philia<br />

Internationale présente pour la première<br />

fois le design de collection de Studiopepe.<br />

60


La toute première<br />

présentation en<br />

design de collection<br />

de Studiopepe<br />

est attendue avec<br />

impatience.<br />

Un début attendu avec impatience, car les<br />

Milanais Arianna Lelli Mami et Chiara Di<br />

Pinto organisaient ces dernières années<br />

l’une des plus sensationnelles expositions<br />

du Fuorisalone. En une installation<br />

immersive de 220 m², appelée The Temple,<br />

Studiopepe présentera des pièces sculpturales,<br />

dont des chaises monolithiques, une<br />

console, un miroir, des lampes et objets.<br />

Cette collection découle de leur intérêt<br />

pour l’anthropologie et les artefacts culturels.<br />

Elle s’inspire des dimensions circulaires<br />

de lieux sacrés comme Stonehenge,<br />

mais aussi de l’œuvre de Constantin<br />

Brancusi, Isamu Noguchi et Le Corbusier.<br />

Studiopepe questionne ainsi la notion de<br />

sainteté dans un cadre anthropologique<br />

et historique et la manière dont les objets<br />

et meubles ont, au fil du temps, revêtu une<br />

dimension symbolique.<br />

Zaventem Ateliers, Blend, 2021, surplus de production des ateliers et matériau composite jesmonite, 40 x 38 x<br />

40 cm, éd. 100 (par couleur). © des artistes / photo : Stefania Zanetti<br />

VISITER<br />

Schimmel & Schweikle, Blown-up Chair, 2018, impression 3D par robot, plastique polypropylène recyclé,<br />

revêtement PU dur, 80 x 88 x 72 cm. © des artistes<br />

Baranzate Ateliers<br />

du 06 au 12-06<br />

Fuorisalone / Salone del Mobile<br />

Milan<br />

www.baranzateateliers.com<br />

61


Au rythme<br />

de Rachel Jones<br />

Une nouvelle étoile brille au<br />

firmament de l’art : Rachel Jones.<br />

Ces derniers mois, elle a connu une<br />

ascension fulgurante. <strong>COLLECT</strong><br />

s’est penché, aux côtés d’experts<br />

de Bonhams, sur le récent record<br />

mondial de l’artiste et souhaité<br />

connaître ce qui motive les<br />

collectionneurs.<br />

TEXTE : ELS BRACKE<br />

Lors de la vente d’art d’après-guerre et<br />

contemporain organisée à Londres<br />

par Bonhams, le 24 mars dernier,<br />

l’œuvre Spliced Structure (2019) de<br />

Rachel Jones, estimée 40.000 à 60.000 livres<br />

sterling, créait la surprise en s’adjugeant<br />

910.750 livres sterling (1.094.000 euros),<br />

frais inclus. Il s’agissait du deuxième montant<br />

le plus élevé de la soirée, propulsant<br />

l’artiste au rang des grosses pointures<br />

comme Fernando Botero ou Frank Auerbach.<br />

Seules deux des ses œuvres étaient<br />

jusqu’alors passées en vente, ce qui est tout<br />

à fait normal pour une artiste aussi jeune<br />

(elle est née en 1991). Le 2 mars, Sotheby’s<br />

London adjugeait A Slow Teething (2020)<br />

pour 617.400 livres sterling (741.000 euros).<br />

<strong>Mai</strong>s, en dehors de ces montants élevés,<br />

l’ascension rapide de Rachel Jones n’a pas<br />

manqué de retenir l’attention. Elle achevait<br />

des études à la Glasgow School of Art en<br />

2015, avant de fréquenter les Royal Academy<br />

Schools de Londres, de 2016 à 2019.<br />

Dès 2018, elle était repérée et participait<br />

à d’intéressantes expositions collectives,<br />

tant aux États-Unis qu’en Grande-Bretagne.<br />

On l’a vit, entre autres, dans The<br />

Artist Dining Room | Faith Ringgold chez<br />

Guest Projects à Londres, et dans Red<br />

Shaped Mouths à la Chinati Foundation,<br />

au Texas, en 2019. Un an plus tard, elle<br />

signait avec la Galerie Thaddaeus Ropac.<br />

Son premier solo londonien, SMIIIILLL-<br />

LEEE (décembre 2021-janvier <strong>2022</strong>) se<br />

déroulait à guichets fermés ! L’artiste participait<br />

également à l’exposition Mixing It<br />

L’œuvre de Rachel<br />

Jones présente<br />

beaucoup de couleurs,<br />

de lignes impétueuses<br />

et, a priori, des<br />

formes abstraites et<br />

fantaisistes disposées<br />

en patchwork.<br />

Up: Painting Today, largement acclamée,<br />

organisée fin 2021 à la Hayward Gallery<br />

de Londres. Cette exposition collective<br />

incluait quelques-uns des jeunes artistes<br />

les plus prometteurs de cette génération,<br />

dont Issy Wood, Oscar Murillo, Kudzanai-<br />

Violet Hwami, Lisa Brice et Allison Katz,<br />

mais aussi un vétéran comme Peter Doig.<br />

La Chisenhale Gallery présente à l’heure<br />

actuelle say cheeeeese, premier show institutionnel<br />

qui permet à Rachel Jones de<br />

conforter sa position en tant que peintre<br />

parmi les plus remarquables actuellement<br />

sur la scène internationale. Cette<br />

exposition s’accompagne d’une publication<br />

unique, la première sur l’artiste. Tous<br />

s’accordent à le dire, Rachel Jones excelle !<br />

Elle s’est singularisée par sa technique, son<br />

style, son langage et son message, mais<br />

aussi par sa manière originale de présenter<br />

62


Spliced Structure (7), 2019, signé et daté, crayon à la cire et pastel sur toile, 190,3 x 250,3 cm. Bonhams, Londres, 24-03-<strong>2022</strong>. © Bonhams - 910.750 £ (1.094.000 €)<br />

63


© photo : Adama Jalloh<br />

C’est un art qui<br />

donne envie de vivre<br />

avec, de le contempler,<br />

des toiles qui donnent<br />

envie de les voir<br />

accrochées en<br />

permanence autour<br />

de soi au lieu de<br />

les entasser dans<br />

un entrepôt.<br />

des œuvres non traditionnelles à un public<br />

varié, qui frappe par sa jeunesse et ses<br />

origines. Jouant avec les opinions traditionnelles<br />

au sujet de la peinture, elle n’use<br />

ni de formats rectangulaires ni de cadres<br />

sophistiqués, ses toiles étant souvent<br />

flasques et polymorphes. L’artiste défie<br />

aussi toutes les règles en matière d’accrochage<br />

en collant ses œuvres directement<br />

sur les murs ou en les laissant traîner par<br />

terre. Pour son exposition à la Chisenhale<br />

Gallery, elle a demandé à ouvrir les six<br />

fenêtres de l’espace, doté d’un éclairage<br />

artificiel depuis les années 1980, afin d’y<br />

laisser entrer la lumière du jour. Elle a en<br />

outre placé d’immenses autocollants sur<br />

les portes extérieures du bâtiment, afin<br />

d’inviter les passants et d’expliquer au<br />

moyen de textes l’influence des images et<br />

de la musique sur ses œuvres.<br />

NOUVEAU ET CONTEMPORAIN<br />

Rachel Jones use de craies grasses et de<br />

pastel à l’huile pour réaliser ses œuvres<br />

sur toile et papier. Une technique, selon<br />

elle, plus rapide et précise que la peinture<br />

à l’huile et le pinceau, qui dégage une<br />

énergie dynamique et directe, car elle lui<br />

permet de voir chaque ligne et chaque<br />

trait tracés par sa main. La composition,<br />

la rapidité d’exécution et ses couleurs, certaines<br />

chaudes, d’autres froides, suggèrent<br />

la quête d’une réaction émotionnelle. L’artiste<br />

souhaite, selon ses propres termes,<br />

laisser le spectateur ‘‘toucher avec ses<br />

yeux’’. <strong>Mai</strong>s que voit-on dans ses œuvres?<br />

Beaucoup de couleur, des lignes impétueuses<br />

et, a priori, des formes abstraites<br />

et fantaisistes disposées en patchwork. Les<br />

titres de ses deux expositions personnelles,<br />

SMIIIILLLLEEEE et say cheeeeese, sont<br />

suffisamment éloquents. Ses créations les<br />

plus récentes, dont certaines mesurent<br />

plus de sept mètres de large, mais qui<br />

peuvent aussi avoir le format d’une page<br />

A4, montrent des dents et des bouches,<br />

organe sensoriel lourd de sens. Il y a là,<br />

par exemple, une métaphore visuelle d’un<br />

critère utilisé jadis pour mesurer la condition<br />

physique des esclaves. Les couleurs<br />

se réfèrent aux pierres précieuses dont<br />

certains créateurs de mode et musiciens<br />

64


noirs ornent leurs dents. Chanter, flirter,<br />

rire, faire des grimaces, manger, vomir, on<br />

expérimente l’œuvre dans la bouche du<br />

narrateur d’une histoire neuve et contemporaine<br />

; les sentiments profonds se<br />

projettent à l’extérieur, en une explosion<br />

de couleurs et de textures. Pourquoi les<br />

collectionneurs se bousculent-ils pour voir<br />

ses œuvres et pourquoi sa première exposition<br />

s’est-elle ainsi déroulée à guichets<br />

fermés ? Christine de Schaetzen, Bonhams<br />

<strong>Belgique</strong>, et Cassi Young, responsable Modern<br />

& Contemporary Art chez Bonhams<br />

Londres, s’accordent à dire que le montant<br />

obtenu en vente pour une artiste aussi<br />

jeune est tout à fait exceptionnel : « Divers<br />

facteurs sont entrés en ligne de compte.<br />

L’intérêt pour la vente fut mondial, tant<br />

en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis<br />

où Rachel Jones a déjà exposé, mais les<br />

collectionneurs d’Europe et surtout d’Asie<br />

se sont rués sur Internet et le téléphone<br />

pour acquérir ses œuvres. Qui plus est,<br />

leur estimation basse était attractive pour<br />

les acheteurs, tandis que sa production<br />

relativement modeste a considérablement<br />

allongé la liste d’attente chez Thaddeus<br />

Ropac. » Bien entendu, la tendance dominante<br />

où les artistes femmes et de couleur<br />

s’engagent en faveur du Black Lives Matter<br />

a joué un immense rôle. Sa récente participation<br />

à Mixing It Up: Painting Today, dans<br />

la célèbre Haywarth Gallery, tapait dans<br />

le mille. <strong>Mai</strong>s, c’est surtout à son œuvre<br />

vibrante et passionnelle que l’artiste doit<br />

ce vibrant succès. Un art qui donne envie<br />

de vivre avec, de le contempler, des toiles<br />

qui donnent envie de les voir accrochées<br />

en permanence autour de soi et non stockée<br />

dans un entrepôt.<br />

CONSEIL AUX ACQUÉREURS<br />

Nul ne peut encore prédire l’évolution de<br />

ses prix après ce record mondial : « La<br />

vente du 24 mars a démontré que Rachel<br />

Jones avait le vent en poupe. On peut<br />

seulement supposer que son marché<br />

continuera d’être florissant tant qu’elle<br />

remportera du succès », précisent Christine<br />

de Schaetzen et Cassi Young. « L’intérêt<br />

pour ses œuvres était déjà manifeste<br />

avant la vente, mais rien ne dit que lors<br />

d’une vente future les enchérisseurs se<br />

disputeront pour en faire l’acquisition. On<br />

a clairement constaté ici que les collectionneurs<br />

étaient prêts à investir beaucoup<br />

pour s’en emparer. » Nombre d’entre<br />

eux recherchent des œuvres uniques et<br />

intéressantes. Comment s’y prennent-ils<br />

L’artiste joue avec les opinions traditionnelles<br />

au sujet de la peinture en ne choisissant ni<br />

formats rectangulaires ni cadres sophistiqués,<br />

ses toiles étant souvent flasques et<br />

polymorphes. Elle défie aussi toutes les règles<br />

en matière d’accrochage.<br />

pour repérer de pareilles perles ? Christine<br />

de Schaetzen et Cassi Young : « Avant de<br />

l’inclure dans une collection, il est crucial<br />

de bien examiner l’œuvre ou l’artiste en<br />

question. Il est également sage de se<br />

renseigner sur l’état actuel du marché<br />

international, ainsi que sur les expositions<br />

et les ventes. Les artistes géniaux,<br />

établis et émergents ne manquent pas,<br />

mais qui s’intéresse au marché de l’art<br />

contemporain ferait bien de commencer<br />

par surveiller les petites enseignes et les<br />

expositions à venir. » En attendant la suite<br />

des événements, il est urgent de découvrir<br />

l’univers de Rachel Jones.<br />

Say cheeeeese, 2021. © de l’artiste / Courtesy Chisenhale Gallery<br />

SURFER<br />

www.bonhams.com<br />

Thaddaeus Ropac Gallery<br />

www.ropac.net<br />

VISITER<br />

Rachel Jones — say cheeeeese<br />

Chisenhale Gallery<br />

London<br />

www.chisenhale.org.uk<br />

j. 12-06<br />

65


Focus<br />

International<br />

288.000 €<br />

Ecole flamande, Portrait d’un homme,<br />

XVe siècle, huile sur panneau transféré<br />

sur toile (?), 52,3 x 35,5 cm. La Suite<br />

Subastas, Barcelone, 03-03. © La Suite<br />

Subastas<br />

14.400.000 zł (3.071.000 €)<br />

Pierre Paul Rubens, Portrait de femme, 1620-<br />

1625, huile sur toile. Desa Unicum, Varsovie,<br />

17-03. © Desa Unicum<br />

55.900 €<br />

Max Ingrand, Lampadaire, ca. 1959, commande<br />

spéciale, éd. Fontana Arte, noyer laqué, laiton<br />

niquelé, verre sablé, 170 x 60 x 35 cm. Piasa, Paris,<br />

23-03. © Piasa<br />

ON A VENDU<br />

Un mystérieux<br />

tableau flamand à<br />

Barcelone<br />

Le portrait d’un homme flamand<br />

du XVe siècle faisait l’objet d’une<br />

longue bataille d’enchères à<br />

Barcelone, le 3 mars dernier, lors<br />

d’une vente organisée par la salle<br />

La Suite Subastas. Simplement<br />

décrite comme ’’École flamande<br />

du XVe au XVIe siècle, dans le<br />

goût de la Renaissance italienne’’,<br />

le tableau était catalogué comme<br />

‘‘huile, probablement sur papier, et<br />

appliquée sur panneau’’, l’annonce<br />

précisant également qu’il provenait<br />

d’une ‘‘distinguée collection<br />

privée’’. Dès l’annonce de la vente,<br />

des sources bien informées eurent<br />

tôt fait de rapprocher l’œuvre d’un<br />

portrait apparemment identique,<br />

attribué au peintre de Louvain Dirk<br />

Bouts (ca. 1415-1475) dans le catalogue<br />

des peintures flamandes,<br />

compilé à Bruxelles par l’Institut<br />

Royal du Patrimoine Artistique<br />

(IRPA). On y trouve même comme<br />

provenance la Collection Spiridon<br />

de Rome, constituée par Georges<br />

Spiridon, notamment grâce à ses<br />

achats effectués lors des ventes<br />

des collections du Cardinal Fesch,<br />

échelonnées entre 1841 et 1845,<br />

et dispersée à Amsterdam en<br />

1928. Dans le catalogue de cette<br />

dernière, l’œuvre était associée à<br />

un portrait féminin. Un marchand<br />

européen, ayant pu l’examiner,<br />

confiait à nos confrères de The Antiques<br />

Trade Gazette, sa certitude<br />

d’avoir eu entre les mains, non pas<br />

une copie du XIXe siècle comme<br />

évoqué par la salle barcelonaise,<br />

mais bien un original du XVe siècle,<br />

précisant qu’il s’agissait en fait<br />

d’une huile sur panneau transférée<br />

sur toile, pratique de restauration<br />

jadis très répandue. Fait curieux, les<br />

deux portraits d’homme connus<br />

de Dirk Bouts, l’un à la National<br />

Gallery de Londres, l’autre au<br />

Metropolitan Museum of Art de<br />

New York, portent également un<br />

bonnet de feutre rouge… Est-ce<br />

ce qui a décidé les enchérisseurs,<br />

essentiellement des marchands, à<br />

pulvériser les estimations, établies<br />

entre 8.000 et 12.000 euros, pour<br />

finalement porter l’adjudication à<br />

288.000 euros (hors frais) ? Plutôt<br />

cher pour une croûte du XIXe<br />

siècle… En revanche, si c’est un<br />

original de Bouts, la culbute promet<br />

d’être juteuse. La partie la plus<br />

passionnante du travail d’expertise<br />

vient juste de commencer !<br />

Tabac pour la<br />

Collection André<br />

Mourgues chez<br />

Sotheby’s<br />

Le 17 mars, chez Sotheby’s Paris,<br />

le marché rendait un vibrant<br />

hommage au goût éclectique<br />

et visionnaire qui fut celui<br />

d’Alexandre Iolas, en acquérant<br />

la totalité des lots provenant de<br />

la collection André Mourgues,<br />

compagnon pendant plus de<br />

25 ans du mythique galeriste,<br />

bien au-dessus de leur estimation<br />

haute. Les acheteurs furent<br />

particulièrement sensibles à la<br />

provenance et à la fraîcheur de<br />

cet ensemble, la vente générant<br />

pas loin de 10 millions d’euros,<br />

au triple de l’estimation. Des prix<br />

remarquables y étaient obtenus<br />

pour les artistes de la scène moderne<br />

contemporaine tels que<br />

René Magritte, Max Ernst, Victor<br />

Brauner ou encore Claude Lalanne,<br />

mais aussi pour les antiquités<br />

grecques et égyptiennes dont<br />

Alexandre Iolas et André Mourgues<br />

aimaient s’entourer. Après<br />

le record en peinture obtenu à<br />

Londres, René Magritte générait<br />

à nouveau un record d’enchères<br />

à Paris pour une œuvre sur papier.<br />

Disputé par 9 enchérisseurs,<br />

Le Viol (1951), dessin subversif et<br />

révolutionnaire de qualité muséale,<br />

triplait son estimation haute,<br />

à 1 million d’euros (est. 200.000-<br />

300.000 euros). La version initiale<br />

de cette œuvre, une huile sur<br />

toile, avait été peinte en 1934. Elle<br />

reprend tous les grands thèmes<br />

de Magritte et du Surréalisme<br />

et devient une œuvre d’art<br />

provocatrice qui sera utilisée à<br />

de nombreuses reprises comme<br />

reproduction dont, en 1934, pour<br />

la couverture de l’ouvrage majeur<br />

d’André Breton, Qu’est-ce que<br />

le Surréalisme ? Magritte en fera<br />

ensuite diverses versions dont<br />

celle-ci, à ce jour l’unique Viol au<br />

crayon sur papier aussi abouti.<br />

Un Rubens fait<br />

des étincelles à<br />

Varsovie<br />

Le soir du 17 mars, le Tout-<br />

Varsovie bruissait de la vente<br />

d’un portrait de Rubens pour<br />

le montant le plus cher jamais<br />

donné à une œuvre d’art aux<br />

enchères en Pologne. Ce Portrait<br />

de femme, exécuté par l’artiste<br />

vers 1620-1625, avait fait partie<br />

de la collection de Sir Peter Lely,<br />

mais avait disparu des cimaises<br />

depuis 1965. Mis en vente par<br />

un citoyen britannique, c’était<br />

aussi le premier Rubens à passer<br />

en vente dans le pays. Proposé<br />

par la maison d’enchères Desa<br />

Unicum, il était adjugé 14,4<br />

millions de zlotys (3,07 millions<br />

d’euros), largement en deçà des<br />

estimations. Exécuté à Anvers<br />

avec la participation de l’atelier<br />

du maître, il pourrait représenter,<br />

selon les experts, un portrait de<br />

la première épouse du peintre,<br />

Isabella Brant, un membre de<br />

la famille des bijoutiers Duarte,<br />

alors voisins de Rubens, ou<br />

encore un membre de la Cour<br />

d’Espagne.<br />

66


513.330 CHF (500.000 €)<br />

Jean Ramon le Jeune dit le Maître<br />

des Privilèges de Gand, bordures<br />

attribuées à Jacquemart Pilavaine,<br />

Livre d’heures en latin et français,<br />

manuscrit enluminé sur parchemin<br />

(18 grandes miniatures à mi-page),<br />

23,2 x 15,5 cm (feuillets). Beurret &<br />

Bailly. Widmer Auktionen, Bâle, 23-<br />

03. © Widmer Auktionen<br />

693.000 $ (631.000 €)<br />

Flacon à priser, Chine, Pékin, dynastie<br />

Qing, époque Qianlong, verre émaillé<br />

de famille rose et or ciselé, marque de la<br />

manufacture impériale. Christie’s, New<br />

York, 24-03. © Christie’s Images Ltd.<br />

239.400 £ (287.000 €)<br />

James Ensor, L’Entrée du Christ à Bruxelles le Mardi Gras en 1889, 1898, impression<br />

fine et coloriée à la main par l’artiste. Christie’s, Londres, 25-03. © Christie’s<br />

Images Ltd.<br />

Beaux résultats<br />

pour du design<br />

chez Piasa<br />

Grâce aux excellents résultats de<br />

ses ventes en design, organisées<br />

le 23 mars à Paris, la salle Piasa<br />

affirme un peu plus sa position et<br />

sa dynamique de premier plan sur<br />

le marché du design international.<br />

Si la vente Max Ingrand rencontrait<br />

un joli succès, de très beaux scores<br />

étaient également obtenus par<br />

les designers Gio Ponti, Angelo<br />

Lelii, Gino Sarfatti, ou encore Carlo<br />

Mollino pour la vente de design<br />

italien. Au total, celle-ci générait<br />

pas moins de 2,6 millions d’euros.<br />

Parmi les meilleures enchères,<br />

signalons les 55.900 euros donnés<br />

à une commande spéciale, éditée<br />

par Fontana arte, d’un rarissime<br />

lampadaire dessiné par Max<br />

Ingrand vers 1959. Quant à lui, le<br />

Modèle 2227 du même, suspension<br />

en laiton, verre et aluminium<br />

laqué, créée vers 1960, obtenait<br />

32.500 euros, près du double des<br />

estimations (12.000-18.000 euros).<br />

Un livre d’heures<br />

hennuyer enchante<br />

Bâle<br />

C’est un Maître des Privilèges de<br />

Gand et de Flandre au faîte de<br />

son art qui se manifeste au fil des<br />

pages de ce manuscrit remarquablement<br />

conservé, certainement<br />

antérieur à 1460, proposé à la<br />

vente le 23 mars par Beurret &<br />

Bailly. Widmer Auktionen, à Bâle.<br />

Les derniers mystères autour de<br />

l’homme derrière ce pseudonyme<br />

furent levés par les historiens de<br />

l’art Dominique Vanwijnsberghe<br />

et Erik Verroken : leurs recherches<br />

ont permis de découvrir le nom de<br />

Jean Ramont le Jeune, enlumineur<br />

actif à Gand et à Tournai au<br />

XVe siècle. Il tenait son nom du<br />

manuscrit qu’il exécuta vers 1453<br />

pour le duc de Bourgogne, celui<br />

des Statuts et privilèges de Gand<br />

et de Flandre, possession de la<br />

Bibliothèque nationale de Vienne<br />

en Autriche. Stylistiquement,<br />

ses compositions mais aussi sa<br />

palette et sa compréhension de la<br />

perspective sont encore solidement<br />

ancrées dans la production<br />

antérieure de la première moitié<br />

du XVe siècle, ce qui le distingue<br />

aisément de ses contemporains.<br />

Toutefois, il possède un vrai sens<br />

de la couleur. Le commanditaire<br />

est, hélas, inconnu, le manuscrit<br />

étant exempt de toute armoirie.<br />

<strong>Mai</strong>s l’ouvrage, marqué du sceau<br />

du luxe, a de toute évidence circulé<br />

dans le milieu aristocratique montois,<br />

puis en France puisqu’il hérita,<br />

au XVIIe siècle, d’une superbe<br />

reliure française en maroquin olive<br />

sur les ais d’origine. Jusqu’en 1967,<br />

il se trouvait dans la bibliothèque<br />

de Belœil, château des princes<br />

de Ligne. Ce livre d’heures est<br />

d’autant plus exceptionnel qu’une<br />

seconde main y a été identifiée :<br />

les miniatures sont toutes inscrites<br />

dans des bordures richement<br />

enluminées, attribuées au scribe,<br />

décorateur et relieur Jacquemart<br />

Pilavaine, actif à Mons. De nombreux<br />

éléments liturgiques témoignent<br />

également de cette origine<br />

montoise, avec un calendrier qui<br />

comprend un certain nombre de<br />

saints honorés localement, dont<br />

sainte Waudru, patronne de la cité<br />

du Doudou. Proposé contre une<br />

estimation de 400.000 à 600.000<br />

francs suisses, ce superbe ouvrage<br />

à quatre mains était finalement<br />

emportée contre 513.330 francs<br />

(500.000 euros).<br />

Un rarissime flacon<br />

chinois à priser<br />

chez Christie’s<br />

A la fin du mois de mars, une<br />

grande semaine de ventes en art<br />

asiatique était organisée par Christie’s<br />

New York, parmi lesquelles on<br />

notait, le 24, la dispersion de la collection<br />

de flacons à priser chinois<br />

de Rachelle R. Holden. Celle-ci<br />

générait pas moins de 2,25 millions<br />

de dollars (2,05 millions d’euros).<br />

On y notait, au rang des meilleures<br />

enchères, les 693.000 dollars<br />

(631.000 euros) donnés à un rare<br />

et somptueux flacon à priser daté<br />

du règne de l’empereur Qianlong<br />

(1736-1795), portant la marque de<br />

la manufacture impériale de Pékin.<br />

Extrêmement rare, cet élégant<br />

objet en verre émaillé au ravissant<br />

décor de fleurs et papillon, de<br />

famille rose, s’orne d’un superbe<br />

couvercle en or ciselé.<br />

Record du monde<br />

pour Ensor chez<br />

Christie’s<br />

La demande pour les œuvres<br />

d’Andy Warhol observée lors de<br />

la vente en ligne d’estampes et<br />

multiples organisée par Christie’s<br />

London, le 25 mars, souligne<br />

l’attrait mondial pour les œuvres<br />

de l’artiste, dans toutes les gammes<br />

de prix. Un tirage de Mick<br />

Jagger (1975) était ainsi vendu pour<br />

151.200 livres sterling (181.000 euros),<br />

plus du triple de son estimation<br />

haute, un record d’enchères<br />

pour l’artiste. La vente réalisait un<br />

total combiné de 4,8 millions de<br />

livres sterling (5,7 millions d’euros),<br />

et son plus haut prix, également<br />

un record du monde pour l’artiste,<br />

était atteint par une œuvre de<br />

James Ensor, L’entrée du Christ à<br />

Bruxelles le Mardi Gras en 1889<br />

(1898), adjugée 239.400 livres<br />

sterling (287.000 euros). Il s’agit<br />

de la plus importante gravure de<br />

James Ensor représentant le Christ<br />

en tant que messie socialiste laïc.<br />

Cette impression, fine et abondamment<br />

colorée à la main, est<br />

dédicacée à Charles Polydore de<br />

Mont (1857-1931), écrivain, poète et<br />

critique d’art, et premier directeur<br />

du Musée royal des Beaux-Arts<br />

67


Focus<br />

International<br />

46.250 €<br />

Jan Fris, Vanité, 1666, toile, signée et datée, 11,5<br />

x 87 cm. Briscadieu, Bordeaux, 26-03.<br />

© Briscadieu<br />

12.571 €<br />

Plaque de dévotion avec Vierge à l’Enfant (Marie<br />

de Zoeterwoude), Utrecht, seconde moitié du<br />

XVe siècle, terre de pipe estampée, patinée et<br />

polychrome, 40,5 x 20,7 cm. Tessier & Sarrou et<br />

Associés OVV, Paris, 01-04. © Tessier & Sarrou<br />

Est. 200.000.000-300.000.000 $<br />

(183.000.000-275.000.000 €)<br />

Andy Warhol, Shot Sage Blue Marilyn, 1964, acrylique et<br />

sérigraphie sur toile, 101,6 x 101,6 cm. Christie’s, New York,<br />

09-05. © Christie’s Images Ltd.<br />

d’Anvers. Outre les résultats<br />

exceptionnels obtenus par Andy<br />

Warhol, le Pop Art connaissait<br />

d’autres temps forts, notamment<br />

Forms in Space (1985) de Roy Lichtenstein,<br />

adjugé plus du double de<br />

l’estimation (113.400 livres sterling /<br />

136.000 euros).<br />

Belle vanité<br />

hollandaise à<br />

Bordeaux<br />

De Jan Fris (ca 1627-1672), maître<br />

hollandais des vanités, on ne<br />

connaît que peu de compositions,<br />

une quinzaine à peine étant<br />

aujourd’hui répertoriées. La toile<br />

que proposait, le 26 mars, l’étude<br />

Briscadieu de Bordeaux, suivant<br />

une expertise du Cabinet Turquin,<br />

vient compléter en beauté<br />

ce mince corpus, et pouvait<br />

donc prétendre à 46.250 euros,<br />

d’autant plus qu’elle affiche une<br />

signature et une date à droite,<br />

‘‘J Fris 1666’’. Autour d’un crâne<br />

et d’un humérus, l’artiste a placé<br />

les symboles de la fuite irréversible<br />

du temps et de la fragilité<br />

de la vie (sablier, bougie, verre),<br />

ainsi que ceux de la connaissance<br />

et de la richesse (globe terrestre,<br />

tapis). Quant à la vanité du<br />

paraître, elle est représentée par<br />

un casque emplumé, élément<br />

original que l’on retrouve dans<br />

trois autres tableaux de Fris.<br />

Une plaque de<br />

dévotion d’Utrecht<br />

à Drouot<br />

Si aujourd’hui ces plaques de<br />

dévotion sont peu nombreuses, à<br />

l’époque de leur création, dans la<br />

seconde moitié du XVe siècle, elles<br />

étaient répandues et réalisées dans<br />

des ateliers spécialisés d’Utrecht.<br />

Exécutées dans des moules, puis<br />

patinées, elles recevaient une attention<br />

particulière quant à leur<br />

qualité d’exécution alors même<br />

qu’elles étaient destinées à un<br />

usage domestique, et parfois employées<br />

comme ex-voto dans des<br />

chapelles. La Vierge est ici représentée<br />

avec l’Enfant sur un socle,<br />

dans un encadrement simulant un<br />

intérieur étroit, un texte de louanges<br />

les entourant, qui désigne par<br />

divers qualificatifs Marie et le Christ,<br />

renvoyant à la méditation et à la<br />

prière personnelles. Le musée du<br />

couvent Sainte-Catherine d’Utrecht<br />

conserve un modèle identique.<br />

Rappelons que la terre de pipe,<br />

nom ancien d’une argile plastique<br />

ou d’un kaolin, tire son nom de<br />

l’objet lié au tabac, qu’elle servait à<br />

produire, et que les Hollandais eurent<br />

longtemps la réputation d’être<br />

les seuls à savoir préparer et d’en<br />

posséder les meilleures carrières.<br />

Proposé à Drouot, le 1er avril, par<br />

l’étude Tessier & Sarrou et Associés,<br />

cet objet estimé entre 6.000 et<br />

8.000 euros quittait la salle contre<br />

12.571 euros (frais inclus).<br />

Beau prix pour un<br />

Bruegel à Zurich<br />

« Sans cette composition, le<br />

développement artistique des générations<br />

d’artistes suivantes, tels<br />

Hendrick Avercamp (1585-1634),<br />

Esaias Van der Velde (1587-1630) ou<br />

encore Aert Van der Neer (1603-<br />

1677), aurait été impensable »,<br />

précisait la Gazette Drouot dans<br />

son édition du 25 mars dernier<br />

(n°12). Pierre Bruegel le Jeune<br />

signait une œuvre décisive pour<br />

le paysage d’hiver et sa diffusion<br />

avec ce fameux Paysage d’hiver<br />

avec piège à oiseaux, qui fut l’un<br />

des plus populaires du XVIIe siècle.<br />

L’ensemble est directement inspiré<br />

du père, Pierre Bruegel l’Ancien<br />

(ca 1525-1569), et son Paysage<br />

d’hiver avec patineurs et trappe<br />

aux oiseaux (1565), aujourd’hui aux<br />

Musées royaux des Beaux-Arts de<br />

<strong>Belgique</strong> à Bruxelles. C’est grâce<br />

aux nombreuses déclinaisons<br />

exécutées par son fils et l’atelier<br />

Bruegel (127 recensées) que cette<br />

composition acquit une si grande<br />

popularité. Une version datée de<br />

1601, fort comparable à celle du<br />

Kunsthistorisches de Vienne, était<br />

proposée par la salle Koller de<br />

Zurich, le 1er avril. Depuis plusieurs<br />

générations au sein d’une collection<br />

privée luxembourgeoise, cet<br />

exemplaire avait été estimé entre<br />

800 mille et 1,2 millions de francs<br />

suisses. Car, s’ils ont été nombreux<br />

à avoir quitté l’atelier du peintre,<br />

les exemplaires en circulation sont<br />

rarissimes. C’est donc fort logiquement<br />

qu’il s’envolait à 1.615.000<br />

francs suisses (1.580.000 euros).<br />

ON VENDRA<br />

Une Marilyn<br />

de Warhol chez<br />

Christie’s<br />

Pléthore d’œuvres importantes,<br />

en art moderne, d’après-guerre et<br />

contemporain, sont au menu des<br />

grandes ventes organisées en ce<br />

mois de mai à New York, notamment<br />

au sein des collections de<br />

Thomas & Doris Ammann ou de<br />

Anne H. Bass. De la première, on<br />

notera chez Christie’s, le 9 mai, une<br />

version exceptionnelle, précoce<br />

et particulièrement réaliste de la<br />

fameuse Marilyn d’Andy Warhol.<br />

Datée de 1964, cette Shot Sage<br />

Blue Marilyn est estimée pour la<br />

somme faramineuse de 200 à<br />

300 millions de dollars (183 à 275<br />

millions d’euros). De la seconde,<br />

proposée le 12 mai toujours chez<br />

Christie’s New York, on retiendra<br />

une exceptionnelle paire de<br />

Rothko, mais aussi des œuvres<br />

signées Degas, Monet, Balthus,<br />

Morris Louis ou Vilhelm Hammershøi.<br />

Le 17 mai, Sotheby’s New<br />

York mettra en vente une Femme<br />

nue couchée (portrait de Marie-<br />

68


1.000.000-1.500.000 €<br />

Titien, La Madeleine pénitente, huile sur toile, 115<br />

x 96,7 cm. Dorotheum, Vienne, 11-05.<br />

© Dorotheum<br />

Est. 20.000.000-30.000.000 $<br />

(18.000.000-27.500.000 €)<br />

The Rock, diamant blanc D-Z de 228,31 carats.<br />

Christie’s, Genève, le 11-05. © Christie’s Images Ltd.<br />

Est. 150.000-200.000 €<br />

Charlotte Perriand, Bibliothèque à plots, prototype,<br />

1986, sapin brut, tôle d’aluminium, plots éclairants,173<br />

x 173 x 33cm. Christie’s, Paris, 25-05. © Christie’s Images<br />

Limited <strong>2022</strong> / photo : Anna Buklovska<br />

Thérèse Walter), peinte par Picasso<br />

en 1932 et estimée 60 millions<br />

de dollars (55,2 millions d’euros),<br />

tandis que Phillips proposera, le 18<br />

mai, une œuvre séminale de Jean-<br />

Michel Basquiat, Untitled (1982),<br />

en provenance de la collection de<br />

Yusaka Maezawa et qu’on estime<br />

à plus de 70 millions de dollars (64<br />

millions d’euros).<br />

Un Titien disparu<br />

resurgit au<br />

Dorotheum<br />

Un tableau disparu du peintre<br />

Titien, récemment redécouvert,<br />

constitue l’un des temps forts de<br />

la vente de tableaux de maîtres<br />

anciens organisée par Dorotheum,<br />

à Vienne, le 11 mai. Cette œuvre,<br />

représentant une Madeleine<br />

pénitente, fit autrefois partie des<br />

célèbres collections de la reine<br />

Christine de Suède (1629-1689),<br />

du régent de France Philippe, duc<br />

d’Orléans (1674-1723), et très probablement<br />

de l’empereur germanique<br />

Rodolphe II. Apparaissant<br />

sur le marché pour la première<br />

fois depuis plus de 150 ans, cette<br />

œuvre fait partie des sujets les<br />

plus populaires de Titien et le<br />

plus fréquemment demandé. Sa<br />

redécouverte a révélé une œuvre<br />

d’une qualité extraordinaire et<br />

qui constitue un ajout important<br />

à l’œuvre du Titien. On l’estime<br />

donc très normalement entre 1 et<br />

1,5 million d’euros.<br />

Le plus gros<br />

diamant blanc est<br />

pour Christie’s<br />

Surnommée The Rock, la pierre<br />

extraite et polie en Afrique du Sud<br />

il y a plus de 20 ans, est le plus<br />

grand diamant poire blanc D-Z<br />

jamais classé par l’Institut américain<br />

de gemmologie (GIA). Après<br />

un tour du monde qui l’a menée à<br />

Dubaï, Taipei et New York, elle est<br />

proposée à la vente par Christie’s<br />

à Genève, le 11 mai. « Le Moyen-<br />

Orient a toujours apprécié les<br />

bijoux et pierres précieuses de<br />

grande valeur », souligne Rahul<br />

Kadakia, responsable international<br />

de la joaillerie chez Christie’s.<br />

« Nous avons pensé qu’il était bien<br />

de dévoiler le diamant dans une<br />

région où il y a énormément de<br />

grands collectionneurs de pierres<br />

précieuses. » Le caillou, calibrant<br />

228,31 carats, a été estimé entre 20<br />

et 30 millions de dollars (18 à 27,5<br />

millions d’euros).<br />

Fans de sneakers,<br />

tous chez Millon !<br />

Le 15 mai, la maison de vente<br />

Millon, en partenariat avec Loving<br />

Sneakers, lance à Paris la première<br />

vente aux enchères publique<br />

exclusivement dédiée à la sneaker,<br />

actuel accessoire incontournable<br />

du streetwear. Éditions limitées,<br />

collab’ exclusives ou paires cultes,<br />

au total ce sont près de 200 modèles<br />

iconiques à l’état neuf qui sont<br />

soumis aux feux des enchères. Des<br />

Yeezy aux Air Max, en passant par<br />

les Air Force One ou encore les Jordan,<br />

l’apogée de la basket, atteinte<br />

ces dix dernières années, défile<br />

sous le marteau d’Alexandre Millon.<br />

Avec des estimations débutant<br />

à 200 euros et allant pour certaines<br />

paires jusqu’à plusieurs milliers<br />

d’euros, cette vente fait la part<br />

belle aux modèles emblématiques<br />

et/ou limités de la célèbre marque<br />

américaine à la virgule.<br />

Perriand by<br />

Perriand chez<br />

Christie’s<br />

À l’occasion de sa vente en design,<br />

le 25 mai prochain, Christie’s Paris<br />

proposera aux collectionneurs un<br />

rare ensemble issu du mobilier<br />

personnel de Charlotte Perriand.<br />

Récemment célébrée lors d’une<br />

grande rétrospective à la Fondation<br />

Louis Vuitton, cette créatrice<br />

visionnaire incarne le mouvement<br />

vers la modernité du XXe siècle et<br />

demeure l’une des rares femmes<br />

designer acclamées internationalement.<br />

Le produit de cette vente<br />

financera les efforts des Archives<br />

Perriand pour conserver, pérenniser<br />

et diffuser au plus grand nombre<br />

le travail de Charlotte Perriand,<br />

en harmonie avec sa vision et son<br />

approche. Les pièces de cette<br />

collection, que Charlotte Perriand<br />

a destinées à son propre usage,<br />

retracent les étapes cruciales du<br />

développement de ses principaux<br />

concepts à travers des pièces<br />

uniques et prototypes inédits.<br />

Sans nul doute l’un des ensembles<br />

les plus importants de Charlotte<br />

Perriand proposé aux enchères, la<br />

quinzaine de pièces présentée aux<br />

collectionneurs quitte pour la première<br />

fois l’appartement familial<br />

situé rue de Las-Cases, qui sera sa<br />

demeure jusqu’en 1970 et son atelier<br />

jusqu’à la fin de sa carrière. La<br />

vente présentera, entre autres, une<br />

rare paire d’imposantes potences<br />

métalliques datées de 1938 (est.<br />

120.000-180.000 euros chacune).<br />

On ne connaît que cinq exemplaires<br />

de ce système d’éclairage<br />

iconique imaginé par Charlotte<br />

Perriand. L’emblématique bibliothèque<br />

à plots (est. 150.000-<br />

200.000 euros), sera l’un des<br />

lots phares de la vente et illustre<br />

toute la modernité de l’esprit de<br />

Charlotte Perriand. Cette pièce<br />

dynamique, alternant vides et<br />

pleins, joue avec les couleurs et<br />

l’asymétrie. A la manière d’un<br />

totem, elle synthétise l’approche<br />

de la créatrice qui lie esthétisme<br />

et fonctionnalité, au cœur de ses<br />

recherches sur les modules de<br />

rangement. Ce modèle unique<br />

avec deux plots éclairants, utilisé<br />

comme cloison entre le salon et le<br />

bureau de son appartement, est<br />

le prototype qui servira de modèle<br />

pour la bibliothèque Plurima, éditée<br />

ultérieurement par Cassina.<br />

69


52.000 €<br />

La surprise du mois<br />

Peintre, dessinateur et créateur<br />

d’estampes, actif à la Renaissance,<br />

l’Anversois Hendrik III van Cleve<br />

(1525-ca. 1590) est connu pour ses<br />

vues topographiques, notamment de<br />

Rome et du Vatican, ainsi que pour ses paysages<br />

imaginaires. Si l’artiste s’est rendu<br />

en Italie, on ne sait exactement quand,<br />

même s’il y réalisa de nombreux dessins<br />

de vues de montagne, de bâtiments et de<br />

paysages urbains qu’il utilisera plus tard<br />

dans ses œuvres. Disparaissant des radars<br />

entre 1557 et 1582, on le retrouve dans sa<br />

ville natale en 1585, où il demeure jusqu’à<br />

son décès, devenu riche et influent. Sa<br />

production personnelle qui comprend un<br />

hiatus de trente ans mais est authentifiée<br />

par le monogramme HVC, compte notamment<br />

une série de paysages avec la tour<br />

de Babel et des vues de Rome, réalisées<br />

d’après des relevés in situ. Traditionnellement,<br />

un grand nombre de représentations<br />

de la construction de la tour de Babel lui<br />

ont été attribuées, même si seules trois<br />

représentations peuvent l'être de manière<br />

plus ou moins ferme. La plupart d’entre<br />

elles sont donc aujourd’hui données à des<br />

peintres flamands anonymes, désignés<br />

collectivement comme ‘‘Groupe Hendrik III<br />

van Cleve’’, sans doute actifs à Anvers entre<br />

1580 et 1600, auxquels on attribue une cinquantaine<br />

d’œuvres. C’est l’une d’elle que<br />

proposait, le 20 mars, l’antenne bruxelloise<br />

de Cornette de Saint Cyr, lors de la dispersion<br />

du contenu d’une collection privée.<br />

Conforme aux représentations, caractéristiques<br />

de la main de l’artiste, de cette<br />

histoire tirée du Livre de la Genèse (Gn 11,<br />

1-9), l’œuvre présente en son centre une<br />

tour dont la structure en forme de cône et<br />

l’allée pivotant en spirale vers le sommet,<br />

sont caractéristiques des représentations<br />

nombreuses de ce thème depuis le Moyen<br />

Âge, même si l’ornementation architecturale<br />

se réfère clairement à la Renaissance.<br />

Estimée 15.000 à 20.000 euros, elle est<br />

caractéristique de l’intérêt du maniérisme –<br />

mouvement auquel se rattache Hendrik III<br />

van Cleve – pour la création de panoramas<br />

de villes imaginaires. Ceci s’exprime dans<br />

la représentation d’un méli-mélo de styles<br />

architecturaux flamands et d’éléments classiques<br />

tels que aqueducs, demi-colonnes,<br />

palais, arcs de triomphe, arcs circulaires et<br />

autres sculptures. Ce qui intrigue toutefois<br />

ici, c’est la représentation à l’avant-plan<br />

d’une scène d’exécution publique par pendaison…<br />

Cela rend le prix obtenu d’autant<br />

plus surprenant, 52.000 euros (hors frais) !<br />

Hendrick III van Cleve, La tour de Babel, n. d., huile<br />

sur panneau parqueté, 53,1 x 7, cm. Cornette de<br />

Saint-Cyr, Bruxelles, 20-03. © Cornette<br />

70


Ventes<br />

<strong>Belgique</strong><br />

Collect-1/2pQ-mai.qxp_320 7/04/22 11:01 Page1<br />

VENTE PUBLIQUE<br />

MA. 17 & ME. 18 MAI<br />

à 18h30<br />

28.380 €<br />

Paire de vases carrés, Chine, qianjiang<br />

cai, XIXe-XXe siècle, décor de paysages<br />

et immortels. Coronari Auctions,<br />

du 09 au 11-03. © Coronari Auctions<br />

640.000 €<br />

Gustave De Smet, Le bateau de plaisance,<br />

1915. De Vuyst, 12-03.<br />

© De Vuyst<br />

ON A VENDU<br />

Vente de préprintemps<br />

chez<br />

Coronari Auctions<br />

La première vente de l’année<br />

pour Coronari Auctions se<br />

déroulait du 9 au 11 mars, et la<br />

salle gantoise surprenait grâce<br />

à plusieurs bons résultats. Dans<br />

le domaine de l’art asiatique, un<br />

impressionnant brûle-parfum<br />

chinois en bronze, avec dragons<br />

et perles flamboyantes, marque<br />

et période Qianlong, suscitait<br />

d’emblée l’intérêt en s’adjugeant<br />

plus de 216.000 euros (lire dans<br />

notre édition d’avril). Quant à<br />

eux, une paire de vases carrés<br />

chinois qianjiang cai, à décor<br />

de paysages et d’immortels<br />

suscitaient également beaucoup<br />

d’intérêt et atteignaient finalement<br />

28.380 euros. Plusieurs<br />

vases du XIXe siècle obtenaient,<br />

par ailleurs, des résultats<br />

bien supérieurs aux attentes,<br />

tel ce vase de famille rose, orné<br />

d’oiseaux parmi des branches<br />

fleuries et de marque Qianlong<br />

(7.095 euros) et deux vases céladon<br />

bleu et blanc, à décor floral,<br />

qui généraient plus de 15.000<br />

euros. Une peinture chinoise<br />

Qing, représentant un paysage<br />

de montagne avec chevaux,<br />

chèvres et personnages, obtenait<br />

également un bon résultat (9.275<br />

euros), tout comme une figurine<br />

en blanc de Chine de Guanyin,<br />

adjugée plus de 12.000 euros.<br />

La seconde partie de la vente<br />

était consacrée à l’art européen<br />

et islamique, et là aussi, les<br />

bons résultats se succédaient<br />

rapidement. Du côté des maîtres<br />

anciens, un paysage d’hiver<br />

flamand du XVIe siècle avec patineurs,<br />

une Adoration des Mages<br />

allemande du XVIe siècle et une<br />

Anna et Joachim visitant Marie<br />

et Jésus par le peintre allemand<br />

Hermann tom Ring (1521-1596)<br />

étaient respectivement emportés<br />

près de 16.000, 40.800 et plus<br />

de 49.000 euros. Dans la section<br />

contemporaine, la série de sept<br />

pièces Sans l’écorce de Pierre<br />

Alechinsky (1927) changeait, elle<br />

aussi, de mains contre 15.300<br />

euros. Ces résultats promettent<br />

beaucoup pour les prochaines<br />

ventes, à commencer par celle<br />

de la Collection Paul De Grande,<br />

en juin.<br />

Top enchères<br />

chez De Vuyst<br />

De Vuyst enregistrait des résultats<br />

inédits, le 12 mars dernier :<br />

sept œuvres se vendaient pour<br />

un montant supérieur à 100.000<br />

euros et quarante dépassaient<br />

les 25.000 euros. L’offre incluait,<br />

en particulier, quelques chefsd’œuvre<br />

de l’expressionisme<br />

belge. Ainsi de Jean Brusselmans,<br />

qui attirait les regards avec<br />

Dilbeek (1929) s’adjugeant 55.440<br />

euros, Jeune femme assise (1946)<br />

emportée 36.960 euros et Jeune<br />

femme au chapeau rouge (1941),<br />

"Buste de Suzon" en bronze à patine brune dorée<br />

Signé Rodin et portant la marque en creux de la Compagnie<br />

des Bronzes de Bruxelles. Ecole française. H.:+/-31,5cm.<br />

Huile sur toile "Elégante à la lecture devant le ruisseau aux canards"<br />

Signé en bas à droite Ev. Carpentier. Ecole belge. Dim.:+/-54,5x73,3cm.<br />

EXPOSITION<br />

13, 14 ET 15 MAI DE 10 HA18 H<br />

HOTEL DE VENTES VANDERKINDERE S.A.<br />

CHAUSSÉE D’ALSEMBERG 685-687-1180 BRUXELLES<br />

PARKING PRIVÉ • TÉL. 02 344 54 46<br />

info@vanderkindere.com<br />

w w w . v a n d e r k i n d e r e . c o m<br />

71


Ventes<br />

<strong>Belgique</strong><br />

12.000 €<br />

Andy Warhol, Photographies cousues, 1987.<br />

Damien Voglaire, 12-03. © Voglaire<br />

21.877 €<br />

Abel Grimmer, Le repas et le repos des moissonneurs, huile<br />

sur panneau de chêne. Soudant, 13-03. © Soudant<br />

104.140 €<br />

Ambrosius Benson (att.), Triptyque de la Crucifixion,<br />

avec à gauche, le portrait de Jean de<br />

Cruyninghe et Jacqueline de Bourgogne et à<br />

droite, des membres de la famille Van Der Hulst,<br />

Bruges, ca. 1549-1550, 182 x 88 cm (ouvert), 122 x<br />

88 cm (fermé). Carlo Bonte, du 15 au 17-03.<br />

© Carlo Bonte<br />

payée 43.860 euros. Quant à elle,<br />

La moisson (1932) de Constant<br />

Permeke rapportait 115.700 euros.<br />

Quelques tableaux d’Edgard<br />

Tytgat enregistraient également<br />

quelques beaux résultats : notons<br />

ainsi Les vieillards tragiques,<br />

œuvre cruciale de 1924 chargée<br />

de symboles en une composition<br />

narrative caractéristique, laquelle<br />

changeait de mains contre<br />

170.800 euros, soit le montant le<br />

plus élevé jamais enregistré pour<br />

une œuvre de l’artiste. Gustave<br />

De Smet était l’une des vedettes<br />

de la vente, avec ce magnifique<br />

tableau intitulé Le bateau de<br />

plaisance (1925), dont la composition<br />

magistrale, les couleurs<br />

splendides et une histoire riche<br />

faisaient un chef-d’œuvre. L’offre<br />

finale, soit 640.000 euros, était<br />

obtenue en ligne et constitue<br />

un record mondial aux enchères<br />

pour l'artiste. Venons-en au Jugement<br />

de Pâris (1949), magnifique<br />

dessin à l’encre de Chine de<br />

Paul Delvaux, dilemme onirique<br />

et mystérieux avec beautés dans<br />

un cadre antique, du pur Delvaux.<br />

L’œuvre, qui avait suscité<br />

un immense intérêt au préalable,<br />

générait finalement 218.100 euros.<br />

De son côté, un exemplaire<br />

de la sculpture mondialement<br />

célèbre, LOVE de Robert Indiana,<br />

une icône du Pop art, enregistrait<br />

le résultat phénoménal de<br />

275.000 euros. D’autres artistes<br />

américains attiraient également<br />

l’attention. Citons aussi la<br />

sérigraphie Mildred Scheel (1980)<br />

d’Andy Warhol qui rapportait<br />

10.000 euros, tandis que les<br />

sculptures de Jean-Michel Folon<br />

séduisaient également le public<br />

(lire par ailleurs). La somme de<br />

96.500 euros était déboursée<br />

pour l’homme en bronze intitulé<br />

La légèreté de l’être (2005) et on<br />

obtenait 54.180 euros pour les<br />

serre-livres Lire (2003). Enfin,<br />

Pierre Alechinsky suscitait un<br />

vif intérêt lors de cette vente<br />

qui dispersait une série de ses<br />

œuvres, gravures et peintures<br />

sur toile ou papier. La somme<br />

de 192.500 euros était donnée à<br />

L’invention de la brouette (1974),<br />

œuvre réalisée par Alechinsky<br />

dans l’atelier de son ami Bengt<br />

Lindström à Sundsvall (Suède).<br />

Warhol chez<br />

Damien Voglaire<br />

Quatre Photographies cousues<br />

d’Andy Warhol constituaient<br />

l’un des lots phares proposés le<br />

12 mars chez Damien Voglaire<br />

(anciennement Ferraton), à<br />

Bruxelles. Ces photographies<br />

ronéotypées faisaient partie de<br />

la dernière exposition à laquelle<br />

l’artiste a participé de son vivant,<br />

en 1987. Il s’agit de pièces rares<br />

et uniques, datées et signées.<br />

Elles se vendaient 12.000 euros,<br />

conformément à leur estimation.<br />

Une grande gouache (1964) de<br />

Gérard Schneider rapportait,<br />

quant à elle, 3.500 euros, tandis<br />

que deux œuvres monochromes<br />

de Francis Dusepulchre changeaient<br />

de mains contre 1.500 et<br />

1.600 euros, et qu’un immense<br />

et beau tableau d’Emile Salkin,<br />

Camion jaune (1975), quittait<br />

la salle contre 13.000 euros.<br />

Une magnifique huile d’André<br />

Beullens, Lignes d’or XIX (1967),<br />

retenait l’attention et générait<br />

2.800 euros. La vente incluait pas<br />

moins de cinq tableaux d’Yves<br />

Zurstrassen, dont un de 1985<br />

vendu 4.000 euros et un autre de<br />

1991 emporté 8.500 euros. Pour<br />

sa part, une gouache de Zoran<br />

Music obtenait 1.900 euros ; à<br />

noter enfin deux tableaux de Robert<br />

Giron, Au café (1923) vendu<br />

1.900 euros et Nu sortant du bain<br />

qui quittait la salle contre 2.100<br />

euros. L’œuvre de Robert Giron,<br />

peintre inconnu et peu productif,<br />

fut diffusée pendant une courte<br />

période. Avec son ami Paul Delvaux,<br />

il exposa à la Galerie Robert<br />

Giroux en 1923, puis à la Galerie<br />

Royale en 1925. Les deux artistes<br />

se sont retrouvés tous les lundis,<br />

pendant dix ans, pour comparer<br />

leurs œuvres avant que Robert<br />

Giron ne devienne directeur du<br />

Palais des Beaux-Arts de Bruxelles.<br />

La famille Peltzer<br />

chez Soudant<br />

Lors de la vente du 13 mars chez<br />

Soudant à Gerpinnes, 400 lots<br />

étaient adjugés, notamment au<br />

sein de la succession de Jacques<br />

Peltzer, fils de la comtesse<br />

Hélène de Breteuil et du célèbre<br />

industriel George Peltzer. Une<br />

œuvre du peintre brabançon<br />

Abel Grimmer (1570-1618 ou 1619),<br />

intitulée Le repas et le repos des<br />

moissonneurs, générait une offre<br />

à 21.877 euros (est. 8.000-12.000<br />

euros). Un vase soleil de 98 cm<br />

de haut en terre vernissée et<br />

émaillée, avec support en fer, de<br />

Jean Lurçat (1892-1966), artiste<br />

français connu pour son rôle<br />

dans le renouveau de la tapisserie<br />

contemporaine, s’adjugeait<br />

10.002 euros (est. 3.000-4.000<br />

euros). Enfin, Les armes de la<br />

nuit, tableau du peintre belge<br />

Jean Ransy (1910-1991), artiste<br />

largement considéré comme surréaliste,<br />

trouvait preneur à 5.002<br />

euros (est. 4.000-6.000 euros).<br />

Ensor chez<br />

Carlo Bonte<br />

La vente de pré-printemps<br />

organisée par Carlo Bonte réservait<br />

plusieurs surprises, dont<br />

un record pour une gravure de<br />

James Ensor de 1896, La Mort<br />

poursuivant la troupe des humains,<br />

où un squelette tient pour<br />

la première fois un rôle central.<br />

Après une série de surenchères<br />

acharnées, l’œuvre s’adjugeait<br />

57.150 euros. Quant à lui, Etienne<br />

Elias enregistrait également un<br />

record avec 20.320 euros déboursés<br />

pour son œuvre Les Hippies.<br />

Du côté des maîtres anciens, on<br />

notait le panneau La Crucifixion<br />

sur le Golgotha, triptyque daté<br />

vers 1549-1550, attribué à Ambrosius<br />

Benson (ca. 1490-1550). Un<br />

collectionneur belge en devenait<br />

l’heureux propriétaire après<br />

72


JOURS D’EXPO<br />

2 - 6 juin<br />

VENTES<br />

7 - 9 juin<br />

HERE<br />

COMES<br />

THE<br />

SUN<br />

CLASSIC<br />

VS.<br />

MODERN ART<br />

&<br />

WORKS<br />

ON PAPER<br />

I II III IV<br />

I Edward Portielje (1861-1949) € 3500 - 4500<br />

II Frits Van den Berghe (1883-1939) € 18 000 - 24 000<br />

III Ferdinand Schirren (1872-1944) € 500 - 700<br />

IV Rene Magritte (1898-1967) € 1500 - 2000 LIVE.BERNAERTS.EU<br />

HÔTEL DES VENTES BERNAERTS<br />

Verlatstraat 18<br />

2000 Anvers<br />

www.bernaerts.be<br />

Pièces exclusives<br />

17 mai <strong>2022</strong><br />

Art d’Asie<br />

18 mai <strong>2022</strong><br />

Willem Gerard Hofker<br />

(1902-1981)<br />

Bali, dec. 1940<br />

100 x 75 cm<br />

300.000 - 500.000 €<br />

Jan Zoetelief Tromp<br />

(1872-1947)<br />

Chine, Transition<br />

Hatcher Cargo<br />

Maurits Cornelis Escher<br />

(1898-1972)<br />

Dordrecht, 1749<br />

‘Admiraliteyt tot Rotterdam’<br />

Cornelis Ouderogge - 1658<br />

Exposition:<br />

Vendredi 13 mai 13 à 17 h.<br />

Samedi 14 mai 10 à 17 h.<br />

Lundi 16 mai 10 à 17 h.<br />

Mardi 17 mai 10 à 12 h.<br />

Chine, Kangxi<br />

Coll. Jhr. F. Beelaerts van Blokland (1872-1956)<br />

middelburg amsterdam tel. +31(0)118 - 650 680 info@zeeuwsveilinghuis.nl www.zeeuwsveilinghuis.nl


Ventes<br />

<strong>Belgique</strong><br />

8.500 €<br />

Corbeille néoclassique soutenue par deux Grâces, fabrique<br />

de porcelaine Frédéric Faber (1782-1844), Bruxelles. Vanderkindere,<br />

15 & 16-03. © Vanderkindere<br />

12.350 €<br />

Henri de Toulouse-Lautrec, La Troupe de Mademoiselle<br />

Églantine, 1896, lithographie en couleurs, 62,3 x 81 cm.<br />

Cornette, 20-03. © Cornette<br />

10.000 €<br />

Fernand Toussaint, Jeune femme de<br />

profil nue de dos, huile sur toile, 100 x<br />

80 cm. Horta, 21 & 22-03. © Horta<br />

avoir déboursé 104.140 euros.<br />

On proposait, en outre, une collection<br />

assez unique en faïence<br />

de Delft qui générait une somme<br />

assez importante. <strong>Mai</strong>s, les regards<br />

se tournaient surtout avec<br />

intérêt vers l’impressionnante<br />

sculpture de jardin d’Hercule,<br />

œuvre de 1727, de la main de<br />

l’artiste brugeois Hendrik Pulinx,<br />

qui changeait de mains contre<br />

88.900 euros. La section asiatique<br />

répondait, elle aussi, aux attentes<br />

avec notamment cet ensemble<br />

de coraux chinois qui générait de<br />

beaux résultats. Cette splendeur<br />

s’adjugeait 83.820 euros, tandis<br />

qu’un Bodhisattva Avalokiteshvara,<br />

bronze de la période Ming,<br />

obtenait 55.880 euros. Signalons<br />

encore ce thangka à la gouache,<br />

représentant le Panchen Lama,<br />

adjugé 40.640 euros.<br />

Antiquités<br />

religieuses chez<br />

Vanderkindere<br />

Un rare lit d’enfant napolitain<br />

séduisait le public lors de la<br />

vente cataloguée des 15 et 16<br />

mars chez Vanderkindere. Ce lit<br />

du XVIIIe siècle, doté d’une centaine<br />

d’ornements en terre cuite<br />

polychrome représentant des<br />

personnages et animaux, s’inscrit<br />

dans une tradition napolitaine<br />

médiévale toujours vivace. Ces<br />

lits étaient d’abord réservés aux<br />

églises, mais furent peu à peu<br />

adoptés par les particuliers. Un<br />

engouement qui suscita des<br />

concours entre églises, communes,<br />

bourgeois et aristocrates.<br />

La couche était adjugée 68.000<br />

euros (est. 10.000-15.000 euros).<br />

Une rare croix du XVIe siècle,<br />

en or jaune 18 carats, sertie<br />

d’émail polychrome, trouvait<br />

preneur contre 16.000 euros (est.<br />

9.000-12.000 euros), tandis que<br />

la statue en bronze d’une jeune<br />

femme, intitulée La Source, du<br />

sculpteur français Albert-Ernest<br />

Carrier-Belleuse (1824-1887), un<br />

des membres fondateurs de la<br />

Société Nationale des Beaux-<br />

Arts, quittait la salle contre 4.700<br />

euros (est. 2.500-3.000 euros).<br />

Enfin, une superbe corbeille<br />

néoclassique, soutenue par<br />

deux Grâces, de la fabrique de<br />

porcelaine bruxelloise de Frédéric<br />

Faber (1782-1844) s’adjugeait<br />

8.500 euros (est. 1.500-2.000<br />

euros).<br />

Une collection<br />

privée chez<br />

Cornette<br />

Cornette de Saint Cyr Bruxelles<br />

vendait, le 20 mars, une collection<br />

de meubles, de tableaux<br />

anciens et contemporains,<br />

d’objets scientifiques, de livres<br />

anciens et autres œuvres d’art.<br />

Le lot principal était un tableau<br />

de Robert Combas (1957), intitulé<br />

Pan dans ta gueule de Gaulois.<br />

Estimé 60.000 à 80.000 euros, il<br />

rapportait la coquette somme<br />

de 107.449 euros. Le lendemain,<br />

21 mars, une lithographie en<br />

couleurs d’Henri de Toulouse-<br />

Lautrec (1864-1901), intitulée La<br />

Troupe de Mademoiselle Églantine<br />

(1896), était vendue 12.350<br />

euros (est. 10.000-12.000 euros),<br />

tandis qu’une scène de chasse<br />

du peintre anversois de natures<br />

mortes Pieter Boel (1626-1674),<br />

collaborateur de Charles Le Brun<br />

dans le premier atelier de ce<br />

‘‘peintre ordinaire’’ du roi Louis<br />

XIV, était adjugée 17.550 euros<br />

(est. 8.000-10.000 euros).<br />

Bijoux chez Horta<br />

La vente des 21 et 22 mars chez<br />

Horta enregistrait des enchères<br />

étonnantes du côté des bijoux.<br />

Une bague en or blanc sertie<br />

d’un saphir de Ceylan de +/-<br />

21,85 carats était ainsi adjugée<br />

90.000 euros. Côtés tableaux,<br />

une Jeune femme de profil nue<br />

de dos de Fernand Toussaint<br />

(1873-1955), estimée 12.000-<br />

15.000 euros, était emportée<br />

10.000 euros, tandis qu’une<br />

marine de Permeke (1886-1952),<br />

estimée 3.500 à 8.000 euros,<br />

s’adjugeait 5.000 euros. Le clou<br />

de la vente était cependant un<br />

bouddha chinois du XIXe siècle,<br />

en bois et papier mâché. Malgré<br />

une estimation, fixée entre 500 et<br />

700 euros, un acheteur enthousiaste<br />

en offrait 26.000 euros.<br />

Art belge à<br />

l’honneur chez BA<br />

Auctions<br />

Diverses pièces majeures, issues<br />

de collections privées, faisaient<br />

partie de la vente proposée par<br />

BA Auctions le 22 mars. Deux<br />

œuvres d’Emile Claus quittaient<br />

ainsi la salle pour une belle<br />

offre. D’abord un chef-d’œuvre<br />

intitulé Le pommier, huile sur<br />

toile issue directement de<br />

l’atelier de l’artiste et appartenant<br />

à un descendant de celui-ci,<br />

s’adjugeait au prix marteau de<br />

320.000 euros, tandis que La Lys<br />

à Laethem-Saint-Martin sous la<br />

neige générait 26.000 euros. Une<br />

aquarelle intitulée Venise (1898)<br />

de Théo Van Rysselberghe (1862-<br />

1926) enregistrait, elle aussi, un<br />

résultat excellent puisque frappée<br />

11.500 euros. De son côté,<br />

Georges Lemmen (1865-1916),<br />

l’impressionniste de Schaarbeek<br />

influencé par le précédent, était<br />

représenté par quelques huiles<br />

qui trouvaient gentiment acquéreur,<br />

respectivement pour 5.000<br />

et 6.200 euros. Citons encore<br />

cette huile d’Anna Boch, intitulée<br />

La promenade du dimanche,<br />

provenant de la collection de<br />

descendants de l’artiste, qui créait<br />

la surprise grâce à une offre à<br />

10.000 euros, tandis qu’une huile<br />

cubiste de 1927 par Floris Jespers<br />

engrangeait 14.000 euros. Parmi<br />

les tableaux modernes et sculptures,<br />

en provenance du parc<br />

74


320.000 €<br />

Emile Claus, Le pommier, huile sur toile, 90 x 120 cm. BA<br />

Auctions, 22-03. © BA Auctions<br />

23.000 €<br />

Atelier de Lucas Cranach, Les Amours vénales, 34,5 x 25 cm<br />

(chaque). Haynault, 28-03. © Haynault<br />

22.000 €<br />

Victor Vasarely, Saint Jean, 1948. Bernaerts,<br />

du 29 au 31-03. © Bernaerts<br />

d’un château de Courtrai, citons<br />

deux œuvres emblématiques<br />

d’Eugène Dodeigne (1923-2015),<br />

une stèle en pierre de Soignies<br />

et un torse de femme en marbre,<br />

adjugés respectivement 11.000<br />

et 26.000 euros. Enfin, Jacques<br />

Moeschal (1913-2004) était<br />

également bien représenté avec<br />

ses sculptures Sur la colline et<br />

Étoile à trois branches, chacune<br />

obtenant un prix marteau de<br />

7.000 euros.<br />

Un Cranach chez<br />

Haynault<br />

La vente du 28 mars chez Haynault<br />

portait essentiellement<br />

sur une paire de panneaux de<br />

l’atelier de Lucas Cranach, datés<br />

vers 1535 et ayant pour thème<br />

les ‘‘amours vénales’’. On y voit,<br />

d’une part, une vieille femme<br />

tentant de séduire un beau<br />

jeune homme en lui donnant de<br />

l’argent qu’elle a tiré de son porte-monnaie<br />

et, d’autre part, une<br />

jeune femme plongeant la main<br />

dans le porte-monnaie d’un<br />

vieillard qui la désire. Il est rare<br />

que des panneaux de ce type se<br />

côtoient. Ils furent donc naturellement<br />

adjugés au prix marteau<br />

de 23.000 euros. Un superbe vase<br />

Daum Art nouveau, avec paysage<br />

polychrome, était pour sa part<br />

vendu 7.000 euros, tandis qu’un<br />

personnage de profil de 1970<br />

par Salvador Dalí, copie d’après<br />

Raphaël, au graphite sur papier,<br />

trouvait preneur à 5.000 euros.<br />

Citons encore l’œuvre L’amour<br />

vole le temps, monumentale<br />

décoration de cheminée dans le<br />

style Louis XVI composée d’une<br />

horloge et de deux chandeliers<br />

en bronze à patine dorée et noire<br />

et de socles en marbre rouge,<br />

signée de l’horloger du XVIIIe<br />

siècle Ferdinand Berthoud. Elle<br />

quittait la salle à 6.400 euros.<br />

Modernes contre<br />

classiques chez<br />

Bernaerts<br />

La maison Bernaerts mettait en<br />

vente, le 29 mars, une toile de<br />

l’artiste contemporain américain<br />

Kenny Scharf (1958), estimée<br />

8.000 à 12.000 euros. Cette œuvre<br />

caricaturale trouvait preneur<br />

à 22.000 euros. Citons aussi<br />

celle du Franco-Hongrois Victor<br />

Vasarely (1906-1997) réalisée<br />

sur ardoise, avec un message à<br />

son ami proche, le peintre Jean<br />

Deyrolle, adjugée 14.000 euros,<br />

conformément à l’estimation.<br />

Quant à elle, une composition<br />

abstraite du peintre flamand Felix<br />

De Boeck (1898-1995) de 1920,<br />

avec un paysage au dos, estimée<br />

5.000 à 6.000 euros, séduisait un<br />

collectionneur prêt à débourser<br />

8.500 euros pour en faire<br />

l’acquisition. <strong>Mai</strong>s, la plus grande<br />

surprise des ventes de printemps<br />

organisées par Bernaerts se<br />

déroulait le 30 mars, lorsqu’un<br />

bureau anglais vers 1720, époque<br />

Queen Anne, générait la somme<br />

étonnante de 100.000 euros. Ce<br />

bureau en loupe de noyer, avec<br />

dessus en cuir, provenait de la<br />

collection d’Axel Vervoordt et<br />

VENTES AUX<br />

ENCHÈRES<br />

D'OBJETS D'ART<br />

ET D'ANTIQUITÉS<br />

JORDAENS SA<br />

VENTES<br />

LES MARDI 24 ET MERCREDI 25 MAI<br />

À PARTIR DE 19H.<br />

EXPOSITION<br />

LES VENDREDI 20 ET SAMEDI 21 MAI<br />

DE 10H À 17H.<br />

Drabstraat 74 I 2640 Mortsel I info@jordaens.eu<br />

03 449 44 30 I Catalogues et livestream: www.jordaens.eu<br />

75


Ventes<br />

<strong>Belgique</strong><br />

EST. 15.000-20.000 €<br />

Francis Bacon, Study from the human<br />

body, 1987, aquatinte en couleurs signée et<br />

numérotée 64/90, 160 x 130 cm. Cornette<br />

de Saint-Cyr, le 01-05. © Cornette<br />

Superbe vase zoomorphe rituel, à libation,<br />

avec bec allongé, de la région d’Amlash,<br />

Iran, IIIe millénaire-VIIe siècle av. J.-C., céramique,<br />

H. 25 cm. Native, 07-05. © Native<br />

EST. 1.600-2.000 €<br />

Simonet, Bruxelles, Service à café, argent 900. MonsAntic, 08-05.<br />

© MonsAntic<br />

était estimé 4.000 à 5.000 euros.<br />

Au cours de la même vente, une<br />

toile anonyme représentant un<br />

Modèle dans l’atelier de l’artiste,<br />

de la seconde moitié du XIXe<br />

siècle surprenait l’audience en<br />

s’adjugeant 18.000 euros, contre<br />

une estimation de 800 à 1.200<br />

euros. Le 31 mars, on dispersait<br />

des œuvres sur papier, tel ce<br />

dessin à l’encre de Chine de<br />

Christian Dotremont (1922-1979),<br />

œuvre de 1978, emporté au-delà<br />

des attentes. Intitulé Printemps<br />

prend le pain du temps..., estimé<br />

entre 8.000 et 10.000 euros, il<br />

rapportait 43.000 euros. Citons<br />

encore ce dessin au fusain de<br />

2015 par Rinus Van de Velde,<br />

adjugé 22.000 euros (est. 14.000-<br />

16.000 euros).<br />

ON VENDRA<br />

Art belge, moderne<br />

et contemporain<br />

chez Cornette<br />

La maison de vente bruxelloise<br />

Cornette de Saint Cyr organise, le<br />

1er mai, la vente de la Collection<br />

de Monsieur D., ensemble<br />

privé d’art belge, moderne et<br />

contemporain qui mêle différents<br />

courants aussi bien belges<br />

qu’internationaux avec un intérêt<br />

particulier pour le mouvement<br />

CoBrA et sa gestuelle énergique.<br />

Les expressions artistiques<br />

y sont diverses et témoignent<br />

d’une certaine audace. Elle<br />

est complétée par un très bel<br />

ensemble d’estampes d’artistes<br />

contemporains (Andy Warhol,<br />

Anish Kapoor, Serge Poliakoff,<br />

Frank Stella, Sol Lewitt ou encore<br />

Georges Baselitz). Cette première<br />

partie de la vacation est suivie<br />

d’une vente d’éditions limitées,<br />

variée et de qualité, qui met à<br />

l’honneur le peintre inclassable à<br />

la personnalité complexe, Francis<br />

Bacon, à travers la présentation<br />

d’estampes de grand format.<br />

Ces pièces côtoient d’autres<br />

lithographies, sérigraphies,<br />

gravures sur bois et eaux fortes,<br />

en édition limitée, portant les<br />

signatures d’artistes tels que James<br />

Ensor, Pablo Picasso, Sonia<br />

Delaunay, Joan Miró, Salvador<br />

Dalí, Yves Klein, Victor Vasarely,<br />

Toko Shinoda, William Kentridge,<br />

Max Beckman, Pierre Alechinsky,<br />

Panamarenko et Banksy ; sans<br />

oublier nos artistes nationaux,<br />

tels que Jo Delahaut et Jean-<br />

Michel Folon. La maison de<br />

vente met en outre à l’honneur<br />

les multiples, sous la formes de<br />

sculptures de César, Arman ou<br />

Hans Arp, des objets d’Yves Klein,<br />

Roger Raveel, Bernar Venet,<br />

ou encore un bel ensemble de<br />

Miguel Berrocal.<br />

La Collection<br />

Colette Ghysels<br />

pour Native<br />

Depuis des décennies, Colette<br />

Ghysels nous fait voyager entre<br />

terre et mer, du Nord au Sud<br />

et d’Est en Ouest. Ses centres<br />

d’intérêt divers et sans frontières<br />

nous conduisent des sables du<br />

Sahara au cœur de la forêt équatoriale.<br />

Ils nous mènent aussi<br />

en Asie, de la Syrie au Japon, et<br />

plus brièvement en Océanie et<br />

dans les Amériques. Aux côtés<br />

de son époux Jean-Pierre, elle a<br />

réuni durant un demi-siècle un<br />

bel ensemble d’objets ethnographiques<br />

des cinq continents<br />

qui font l’objet d’une importante<br />

vente, orchestrée à Bruxelles<br />

le 7 mai par la salle Native.<br />

On y propose, entre autres, un<br />

superbe vase rituel zoomorphe,<br />

à libation, de la région d’Amlash<br />

en Iran (entre le 1er millénaire et<br />

le 7e siècle avant notre ère) ; un<br />

vase japonais Ikebana Hanakago,<br />

en bambou, réalisé en 1898 par<br />

Tanabe Chikuunsai I (1877-1937)<br />

et provenant du temple Kōfuku-ji<br />

de Nara ; ainsi qu’une très belle<br />

abaya d’homme, travail persan<br />

de la région de Kashar, datant<br />

de la seconde moitié du XIXe<br />

siècle. Elle est en soie brodée<br />

de fils d’or et d’argent. La vente<br />

se complète d’objets provenant<br />

d’une collection privée belge,<br />

incluant une chaise à un seul<br />

bras de l’Américano-japonais<br />

George Nakashima, commande<br />

de l’Ordre de Sainte-Hélène,<br />

ainsi qu’une rare table d’appoint,<br />

vers 1928, par Eugène Printz.<br />

Varia pour<br />

MonsAntic<br />

Lors de sa vente publique du 8<br />

mai, MonsAntic disperse plus de<br />

500 lots dont une sculpture en<br />

pierre de Soignies, Nu féminin<br />

monogrammée AB pour Arnould<br />

Beth (1930-2016) estimée entre<br />

400 et 600 euros, une bague en<br />

or jaune et blanc 18 carats sertie<br />

de trois diamants taille ancienne<br />

d’environ 1 carat chacun, estimée<br />

entre 1.500 et 2.000 euros, un<br />

service à café en argent 900 de<br />

la maison bruxelloise Simonet,<br />

incluant une cafetière, un sucrier,<br />

un pot à lait et un plateau estimé<br />

entre 1.600 et 2.000 euros, un<br />

tableau gouaché, intitulé La<br />

Lessive, monogrammé F.M.<br />

pour Frans Masereel (1889-1972),<br />

estimé entre 1.000 et 1.500 euros,<br />

une montre-bracelet d’homme<br />

par Ulysse Nardin, estimée entre<br />

1.500 et 2.000 euros, une sculpture<br />

en bronze à patine verte<br />

représentant des Vautours sur<br />

76


Léon Spilliaert<br />

Pierre Alechinsky<br />

VENTE AUX ENCHÈRES<br />

ART CONTEMPORAIN,<br />

MODERNE & MAÎTRES ANCIENS<br />

Samedi 21 mai <strong>2022</strong> - 13 h & 19 h 30<br />

Exposition : 11 au 18 mai - 10 h - 19 h<br />

Désirez-vous vendre ?<br />

Contactez Hervé Lescornez : +32 9 348 54 40<br />

ou herve.lescornez@de-vuyst.com. Rendez-vous à domicile<br />

Jean-Michel Folon<br />

Hôtel de Ventes De Vuyst - Kerkstraat 22-54 - 9160 Lokeren (<strong>Belgique</strong>) - +32 9 348 54 40 - info@de-vuyst.com - www.de-vuyst.com<br />

DEV_22_026_<strong>COLLECT</strong>_Maart<strong>2022</strong>_200x132_KL_FR.indd 1 21/03/<strong>2022</strong> 16:21<br />

Vente 31 mai <strong>2022</strong><br />

www.LOECKX.be<br />

INGELANDGAT 4 - GENT 09/223 37 93


Ventes<br />

<strong>Belgique</strong><br />

EST. 5.000-10.000 €<br />

Grande jardinière en faïence de Delft bleu et<br />

blanc avec Vénus et Adonis, première moitié du<br />

XVIIIe siècle. Rob Michiels, du 12 au 14-05.<br />

© Rob Michiels<br />

EST. 5.000-10.000 €<br />

Andries Daniels (att.), Le mariage de<br />

Joseph et Marie, dans un médaillon<br />

ovale avec guirlande de fleurs, huile<br />

sur toile. Rob Michiels, du 12 au 14-<br />

05. © Rob Michiels<br />

EST.<br />

30.000-50.000 €<br />

Walasse Ting, Sans<br />

Titre. Ladies with Flowers,<br />

peinture originale de très<br />

grand format, exceptionnellement<br />

bien conservée,<br />

monogramme rouge de<br />

l’artiste. ABACA, 14-05.<br />

© ABACA<br />

EST. 100.000-150.000 €<br />

Rik Wouters, James Ensor, 1913. De<br />

Vuyst, 21-05. © De Vuyst<br />

un rocher (1900), signée Charles<br />

Paillet (1871-1937), estimée entre<br />

500 et 700 euros et d’autres bonnes<br />

surprises.<br />

L’art asiatique<br />

chez Rob Michiels<br />

Les temps forts de la vente cataloguée,<br />

proposée les 12, 13 et 14<br />

mai chez Rob Michiels, comprennent<br />

une grande jardinière en<br />

Delft bleu et blanc avec Vénus<br />

et Adonis, datant de la première<br />

moitié du XVIIIe siècle, dont<br />

l’estimation est fixée entre 5.000<br />

et 10.000 euros. Côté peinture,<br />

on note une œuvre attribuée à<br />

Andries Daniels (ca. 1580-1640),<br />

Le mariage de Joseph et Marie,<br />

présentée dans un médaillon<br />

ovale avec guirlande de fleurs<br />

(est. 5.000-10.000 euros), et une<br />

Sainte Anne de l’Anversois Peter<br />

van Lint (1609-1690), à la plume<br />

et à l’encre brune sur papier (est.<br />

4.000-8.000 euros). Notons aussi<br />

une copie italienne de la Joconde<br />

d’après Léonard de Vinci, datant<br />

de 1839, estimée entre 6.000 et<br />

12.000 euros. Parmi les arts décoratifs<br />

chinois, un grand vase bleu<br />

et blanc avec décor de Sept Sages<br />

dans une forêt de bambous,<br />

daté du règne de Qianlong, est<br />

estimé entre 30.000 et 60.000<br />

euros, mais aussi un paravent<br />

en huit parties, en laque de<br />

Coromandel, du XVIIIe ou XIXe<br />

siècle (est. 4.000-8.000 euros), un<br />

vase en forme de bouteille bleue<br />

et blanche, avec quatre guerriers<br />

d’époque Transition (est. 6.000-<br />

12.000 euros), une paire de lions<br />

bouddhistes à glaçure turquoise<br />

et aubergine, avec monture de<br />

chandelier en bronze doré de<br />

marque Kangxi, œuvre du XIXe<br />

siècle (est. 1.000-2.000 euros) et<br />

un vase «dragon» wucai à couvercle<br />

d’époque Transition (est.<br />

2.000-4.000 euros).<br />

Livres et œuvres<br />

sur papier pour<br />

ABACA<br />

Créée tout récemment, la salle<br />

de ventes bruxelloise ABACA,<br />

située à Laeken, s’est spécialisée<br />

dans les livres et œuvres sur<br />

papier. Elle met en vente, le 14<br />

mai, environ 600 lots en deux vacations.<br />

Au menu livres d’Heures,<br />

manuscrits, livres imprimés et/<br />

ou illustrés du XVIe au XXe siècle,<br />

reliures, photographies, autographes<br />

ainsi que des œuvres<br />

originales d’artistes tels que<br />

Pierre Alechinsky, Jim Dine, René<br />

Magritte, Roger Raveel, Walasse<br />

Ting, Andy Warhol ou Tom Wesselmann.<br />

Entre autres pièces<br />

remarquables, citons l’édition<br />

originale du premier cycle du<br />

Clavier bien tempéré de Jean-<br />

Sébastien Bach ; le Liber Veritatis<br />

de Claude Gelée dit Le Lorrain,<br />

relié par Derome le Jeune, en<br />

maroquin rouge d’époque ou<br />

Les Bucoliques de Virgile illustrés<br />

par Jacques Villon, incluant deux<br />

dessins originaux, dans une<br />

reliure signée de Cretté.<br />

La succession de la<br />

Famille Taevernier<br />

chez De Vuyst<br />

Grâce à des contacts personnels<br />

avec des artistes tels que Gustave<br />

De Smet et Constant Permeke,<br />

mais aussi avec des marchands<br />

comme Paul van der Perre et la<br />

Galerie Georges Giroux, August<br />

Taevernier a pu constituer une<br />

collection d’une qualité sans<br />

précédent. Les bases de celles-ci<br />

furent posées dès ses études,<br />

lorsqu’il fit l’acquisition de<br />

dessins et gravures de Jules De<br />

Buycker et Dirk Baksteen. Il sema<br />

ainsi la graine qui continuera à<br />

pousser parmi les générations<br />

suivantes de sa famille. Lors de<br />

la vente aux enchères organisée<br />

par De Vuyst, le 21 mai, une large<br />

sélection d’œuvres du patrimoine<br />

de la famille Taevernier sera<br />

proposée. Au rang des œuvres<br />

d’Henri Evenepoel figure un<br />

tableau de sa période algérienne,<br />

Nègre dansant (1898), ainsi que<br />

de beaux dessins, une grande<br />

Etude d’homme nu à l’huile (ca.<br />

1894) et Le quai de Paris (1894).<br />

<strong>Mai</strong>s, une des œuvres les plus<br />

impressionnantes de la vente<br />

sera sans doute le volumineux<br />

buste de James Ensor (1913) par<br />

Rik Wouters. On proposera aussi<br />

un lumineux Jour d’été sur la Lys<br />

à Astène (1911) d’Emile Claus,<br />

tandis que Façade avec glycines<br />

(1912-1913) compose un charmant<br />

tableau par Anna De Weert où<br />

est représentée la façade colorée<br />

de sa propre maison. De Gustave<br />

De Smet, on trouvera, entre<br />

autres, Tête de pêcheur (1918)<br />

et Fille au nœud papillon rouge<br />

(1940). Plusieurs aquarelles de<br />

Léon Spilliaert, ainsi que deux<br />

peintures à l’huile de sa main<br />

seront également de la partie,<br />

tandis que de Felix De Boeck,<br />

on verra la peinture abstraite<br />

La chute du papillon (ca. 1923),<br />

peinte sur les deux côtés avec<br />

Synthèse de vie (ca. 1929) au dos.<br />

A noter pour finir quatre toiles<br />

de Louis Van Lint, et des œuvres<br />

d’Evelyne Axell, Roger Raveel,<br />

Raoul De Keyser, Bram Bogart,<br />

78


ABACA<br />

Association Brussels Art & Culture Auctions<br />

BOOKS & PRINTS<br />

LIVE AUCTION : SATURDAY 14 MAY <strong>2022</strong><br />

Session I : 9.30 A.M. / Session II : 2.00 P.M.<br />

VIEWING : by appointment : 2 - 7 MAY<br />

9 - 13 MAY : 10.00 A.M. - 6.00 P.M.<br />

Contact : Armelle Gasquet<br />

+32 468 46 51 28<br />

info@abaca.auction<br />

Live bidding<br />

Online catalogue : www.abaca.auction (starting : 14 April <strong>2022</strong>)<br />

Printed catalogue available on request<br />

325 Bld Emile Bockstael – 1020 Brussels – Belgium


Ventes<br />

<strong>Belgique</strong><br />

EST. 14.000-18.000 €<br />

Ben Storms, In Vein, 2015, pièce unique,<br />

table et miroir, plateau en marbre et<br />

revers en acier inoxydable poli miroir,<br />

tréteaux en fonte patinée et cuir, 74 x 299<br />

x 100 cm. Cornette, 23-05. © Cornette<br />

EST. 50.000-60.000 €<br />

Rembrandt Bugatti, Girafe, bronze à la cire<br />

perdue, patine foncée, signé ‘‘R. Bugatti’’,<br />

cachet de la fonderie A. Hébrard, numéroté 2,<br />

titré sur le socle de marbre, 13,5 x 18 x 18 cm.<br />

Horta, 23 & 24-05. © Horta<br />

EST. 1.000 €<br />

Vase et coupes de la collection Val Saint-Lambert, marqués. Jordaens, 24 &<br />

25-05. © Jordaens<br />

Olivier Strebelle, Lynn Chadwick,<br />

Pablo Atchugarry, Jean-Michel<br />

Folon, Koen van den Broek, Rinus<br />

Van de Velde, Hans Op de Beeck<br />

et Walter Swennen.<br />

Design des XXe et<br />

XXIe siècles chez<br />

Cornette<br />

En marge du salon <strong>COLLECT</strong>IBLE<br />

dont elle est partenaire, la salle<br />

de ventes Cornette de Saint-Cyr<br />

organisera, le 23 mai à Bruxelles,<br />

une vente en design des XXe<br />

et XXIe siècles, qui présentera<br />

du mobilier, des objets et des<br />

luminaires retraçant le XXe siècle<br />

et mettant en scène les grands<br />

noms du design international et<br />

belge ainsi qu’une sélection de<br />

design contemporain, sous la<br />

houlette de Jean-François Declercq.<br />

Elle fera également la part<br />

belle aux ‘‘designers – architectes’’<br />

avec des œuvres importantes<br />

et historiques comme, entre autres,<br />

des brise-soleils ou façades<br />

de placard de Jean Prouvé, des<br />

volets du Corbusier, des portes de<br />

Charlotte Perriand ; un important<br />

ensemble de mobilier constructiviste<br />

de bureau et salle à manger<br />

de Huib Hoste, architecte belge<br />

d’avant-guerre ; ou encore des<br />

micros-architectures et pièces<br />

artistiques. Parmi les lots phares<br />

on épinglera une collection de<br />

meubles de salle à manger de<br />

Pierre Chapo, dont une table et<br />

quatre chaises estimées entre<br />

9.000 et 12.000 euros, une grande<br />

console de Charlotte Perriand estimée<br />

12.000 à 15.000 euros ; une<br />

chauffeuse et son repose-pieds,<br />

modèle Alta d’Oscar Niemeyer, en<br />

laine bouclette et acier, estimée<br />

entre 9.000 et 12.000 euros ; une<br />

rare lampe à poser en bois laqué<br />

de Marcel Wolfers, estimée 7.000<br />

à 9.000 euros ; une importante<br />

table de salle à manger ‘‘grain<br />

de poivre’’, de trois mètres de<br />

longueur, par Ado Chale, estimée<br />

entre 30.000 et 40.000 euros,<br />

ou une table de salon, modèle<br />

Copeau, estimée entre 16.000<br />

et 20.000 euros, de même que<br />

du mobilier brésilien dont une<br />

table de salle à manger, modèle<br />

Guanabara de Jorge Zalszupin,<br />

estimée 10.000 à 15.000 euros,<br />

une iconique suspension Septima<br />

de Poul Henningsen, estimée<br />

15.000 à 20.000 euros, ou encore<br />

du mobilier de Poul Kjaerholm<br />

dont une table de salle à manger<br />

en marbre et bois estimée 10.000<br />

à 15.000 euros, ainsi que les sept<br />

chaises qui l’accompagnent<br />

(est. 18.000-25.000 euros) et un<br />

iconique lit de repos en cuir,<br />

estimé 20.000 à 30.000 euros.<br />

Dans la sélection contemporaine<br />

on pointera une paire de console<br />

de Pol Quadens, estimée 8.000 à<br />

10.000 euros ; une belle et grande<br />

table de Ben Storms en marbre et<br />

acier poli miroir (est. 14.000-18.000<br />

euros) ou une maquette en béton<br />

de Mattia Listowski (est. 4.000-<br />

6.000 euros).<br />

Un Rembrandt<br />

Bugatti chez Horta<br />

Quelques très beaux lots seront<br />

à prendre, les 23 et 24 mai,<br />

en la salle bruxelloise Horta.<br />

Parmi les bijoux, on signale<br />

une importante bague en or<br />

jaune agrémentée d’un diamant<br />

solitaire, taille brillant de ± 6,33<br />

carats, avec certificat, estimée<br />

entre 55.000 et 58.000 euros. Du<br />

côté des tableaux et des bronzes,<br />

rien moins qu’une belle girafe<br />

s’abreuvant, sculpture en bronze<br />

à patine foncée signée Rembrandt<br />

Bugatti, dont l’estimation<br />

est fixée entre 50.000 et 60.000<br />

euros. A prendre également,<br />

ces Coquillages (1911), technique<br />

mixte sur papier de Léon Spilliaert,<br />

estimés 12.000 à 15.000<br />

euros, mais aussi, du même, ces<br />

Potagers dans la ville, Ostende<br />

(1921), huile sur toile qu’on<br />

attend entre 10.000 et 12.000<br />

euros. Un troisième Spillaert sera<br />

proposé, Arbre solitaire, hiver<br />

(1917), technique mixte sur papier<br />

estimée 6.000 à 8.000 euros.<br />

Signalons encore des Moutons<br />

et poule à l’intérieur de l’étable<br />

par Eugène Verboeckhoven (est.<br />

10.000-15.000 euros) et ce pastel<br />

sur papier intitulé Les amies par<br />

André Lhote (est. 8.000-10.000<br />

euros). A ces deux jours de vente<br />

succédera un troisième consacré,<br />

le 25 mai, aux vins fins, Petrus,<br />

Château Haut-Brion, Château<br />

Lafite Rothschild et autres Clos<br />

de Tart ou Sassicaia<br />

Val Saint-Lambert<br />

chez Jordaens<br />

Les 24 et 25 mai, Jordaens disperse<br />

des pièces d'une énorme<br />

collection du Val Saint Lambert,<br />

dont une partie a été vendue en<br />

avril et une autre le sera probablement<br />

en juin. En jetant un<br />

coup d’œil au catalogue du Val<br />

Saint-Lambert lui-même, il apparaît<br />

qu'on y demande pas moins<br />

de 19.950 euros pour un vase<br />

haut de 60 cm. Chez Jordaens,<br />

tout partira au plus offrant et les<br />

principaux lots devraient atteindre<br />

environ 1.000 euros chaque. Outre<br />

80


Paire de vases, Canton, Chine, XIXe siècle, porcelaine, H.<br />

90 cm. Millon, 25-05. © Millon<br />

Collection d’œuvres bouddhistes, Tibet, Népal et Chine. Loeckx, 31-05. © Loeckx<br />

le Val Saint-Lambert, Jordaens<br />

proposera également des lots de<br />

valeur provenant de distingués<br />

propriétaires. Il est également<br />

devenu une tradition d’offrir<br />

trois cents lots online only (jusq.<br />

23-05).<br />

Deux ventes sinon<br />

rien chez Millon<br />

La salle Millon <strong>Belgique</strong> annonce<br />

pour mai, deux ventes cataloguées,<br />

programmées les 24 et 25<br />

du mois. La première concerne<br />

les bijoux et montres, et son<br />

lot-phare est une pièce émaillée<br />

entourée de diamants de la fin<br />

du XVIIIe siècle, travail de memorabilia<br />

vers 1885. La seconde,<br />

consacrée aux arts d’Asie, inclura<br />

entre autres une paire de grands<br />

vases chinois en porcelaine de<br />

Canton, datés du XIXe siècle.<br />

en art bouddhique du Tibet, du<br />

Népal et de la Chine, composé<br />

principalement de sculptures.<br />

Ensuite, une vaste collection de<br />

céramiques de Boch, soit plus de<br />

150 pièces, dont quelques rares<br />

pièces signées Charles Catteau<br />

(1880-1966), céramiste et designer<br />

de style Art déco, aux couleurs<br />

très singulières. En outre,<br />

la salle proposera une grande<br />

collection d’art religieux incluant<br />

une belle sélection d’icônes.<br />

L’un des points forts en est un<br />

paysage du XVIIe siècle, attribué<br />

à Alexander Keirincx (1600-1652),<br />

maître de la Guilde de Saint-Luc<br />

d’Anvers. Parmi les pièces exceptionnelles,<br />

figurent également<br />

une belle statue en bronze doré<br />

figurant Didon et Énée, œuvre du<br />

sculpteur français Jean-Baptiste<br />

Germain (1841-1910).<br />

PAYS INVITÉ<br />

LA<br />

CORÉE<br />

DU<br />

SUD<br />

대<br />

한<br />

민<br />

국<br />

-<br />

Art bouddhiste<br />

chez Loeckx<br />

Lors de la prochaine vente de<br />

la salle gantoise Loeckx, le 31<br />

mai, d’importantes collections<br />

seront proposées. Tout d’abord,<br />

un ensemble de grande qualité<br />

8 EXPOSITIONS INTERNATIONALES,<br />

STAGES, JOURNÉE DES FAMILLES,<br />

CONFÉRENCES, ....<br />

WWW.CERAMICARTANDENNE.BE<br />

81


Beaux-Livres<br />

André Butzer<br />

Opérant une fusion entre<br />

expressionnisme européen et<br />

culture populaire américaine,<br />

André Butzer (1973) inaugurait sa<br />

trajectoire créative en combinant<br />

les extrêmes artistiques et politiques<br />

du XXe siècle. Riche d’un<br />

large éventail d’influences, parmi<br />

lesquelles Friedrich Hölderlin,<br />

Edvard Munch, Walt Disney et<br />

Henry Ford, il a élaboré un univers<br />

fictif qui gravite autour de la<br />

planète NASAHEIM. Une colonie<br />

habitée par les ‘‘Siemens libres’’,<br />

sortes de grosses têtes joviales<br />

aux grands yeux, incarnations<br />

des idéaux utopistes et de la<br />

pensée économique qui engendra<br />

le consumérisme de masse.<br />

L’artiste s’est également autorisé<br />

des projections romantiques en<br />

invoquant la figure du Wanderer,<br />

affrontant le passé politique<br />

de son pays par le prisme de la<br />

honte. Cet univers confère aux<br />

toiles une profondeur thématique,<br />

ses personnages sont des<br />

protagonistes en peinture qui<br />

font la ronde autour de la <strong>Mai</strong>son<br />

N, où vivent toutes les couleurs,<br />

dans ce style que l’artiste qualifie<br />

alors d’‘‘expressionnisme de<br />

science-fiction’’.<br />

Hans Werner Holzwarth,<br />

André Butzer,<br />

Taschen, Cologne, 2021,<br />

ISBN 978-3-836-58933-8<br />

Tout l’impressionnisme<br />

!<br />

Ce coffret réunit l’essentiel de ce<br />

qui constitue l’impressionnisme,<br />

ce courant né en France autour<br />

des années 1870, qui revêtit des<br />

formes multiples aussi bien par<br />

la variété de ses sujets que par<br />

l’hétérogénéité des peintres qu’il<br />

a rassemblés. Monet, Renoir,<br />

Caillebotte, Cassatt, Degas,<br />

Morisot, Pissarro… autant de<br />

fortes personnalités artistiques<br />

qui s’exprimèrent et se retrouvèrent<br />

le plus souvent autour<br />

d’une même célébration de la<br />

modernité et du goût du plein<br />

air, du dessin pris sur le vif et des<br />

couleurs vibrantes. Accompagné<br />

d’un livret explicatif, ce coffret<br />

déploie en format accordéon<br />

cinquante-cinq œuvres majeures,<br />

évoquant au plus près<br />

l’un des mouvements les plus<br />

importants et les plus renommés<br />

de l’histoire de l’art mondial.<br />

Valérie Mettais,<br />

L’impressionnisme,<br />

Hazan, coffret L’Essentiel,<br />

Paris, <strong>2022</strong><br />

ISBN 978-2-75411-247-5<br />

Design graphique<br />

à la belge<br />

Au départ d’une multiplicité de<br />

perspectives, ce livre offre un panorama<br />

collaboratif de l’histoire<br />

du graphisme belge, avec entre<br />

autres sujets des essais sur le<br />

design de polices de caractères,<br />

la colonisation et les relations de<br />

travail. Ses contributeurs sont<br />

des historiens, des designers<br />

en exercice, des enseignants et<br />

des témoignages de première<br />

main. Par ce biais, la graphiste<br />

Sara De Bondt s’intéresse aux<br />

fondements de la conception<br />

graphique en <strong>Belgique</strong> dans<br />

les années 1960 et 1970, pan de<br />

l’histoire encore peu exploré<br />

jusqu’à présent. Elle y analyse<br />

comment mieux comprendre<br />

les aspects contemporains du<br />

design graphique, tels que<br />

l’hybridité et la paternité, dans<br />

une perspective historique. Aux<br />

côtés de centaines d’illustrations<br />

inédites telles que affiches, signalétique,<br />

typographie, design<br />

de livres, logos et photographies<br />

d’archives, l'ouvrage contient des<br />

entretiens avec Sophie Alouf-<br />

Bertot, Rob Buytaert, Boudewijn<br />

Delaere, Paul Ibou et Herman<br />

Lampaert.<br />

Sara De Bondt (dir.),<br />

Off The Grid. Histories of Belgian<br />

graphic design,<br />

Occasional Papers, <strong>2022</strong><br />

ISBN 978-0-99547-308-9<br />

Sur la route<br />

des chefferies<br />

du Cameroun<br />

Ce catalogue d’exposition met<br />

en valeur 300 trésors conservés<br />

par les chefs et lignages familiaux<br />

sélectionnés pour évoquer<br />

l’art vivant et dynamique des<br />

Grassfields, vaste étendue de<br />

hauts plateaux située dans<br />

l’ouest du Cameroun. L'ouvrage<br />

est divisé en trois grandes parties<br />

richement illustrées, tant par<br />

des images d'objets que par des<br />

photographies documentaires.<br />

La première partie présente la<br />

société bamiléké dans laquelle<br />

politique, religion et organisation<br />

sociale sont intrinsèquement<br />

liées en une cosmogonie<br />

complexe. La deuxième partie<br />

évoque les rapports entre art et<br />

pouvoir, à travers le rôle du chef<br />

et de la reine, véritable duo, pilier<br />

social, économique et politique<br />

du royaume. On évoque aussi les<br />

artistes au service du chef : l’art<br />

de la sculpture sur bois, les extraordinaires<br />

réalisations en perles<br />

de verre, la production textile<br />

et d’autres formes d’expression<br />

encouragés sur plusieurs siècles<br />

par les commandes royales.<br />

Enfin, la troisième partie évoque<br />

les autres forces politiques, celles<br />

des sociétés secrètes, à travers<br />

les masques et autres attributs.<br />

Coll., Sur la route des chefferies du<br />

Cameroun. Du visible<br />

à l’invisible,<br />

Skira, Paris, <strong>2022</strong>,<br />

ISBN 978-2-37074-182-0<br />

82


Disque astronomique de Nebra, ca. 1600 - 1560 av. J.-C. © State Office for Heritage Management and<br />

Archaeology Saxony-Anhalt / photo : Juraj Lipták<br />

60<br />

Wat koopt het Museum<br />

Portefeuille van Elsene<br />

Jonge antiekhandelaars<br />

Nieuwe garde is strijdvaardig<br />

JUNI 2021<br />

NR. 507 € 5,90 Nederlandstalige editie<br />

Gedrukte kunst<br />

Technieken op een rijtje<br />

Collectible<br />

Design walhala<br />

Kunst aan zet<br />

Kunst kopen op lening<br />

Maria van Oosterwyck<br />

Stilleven gesublimeerd<br />

Jean-Henri Riesener<br />

18e-eeuwse top meubilair<br />

Booming kunst<br />

Vrouwen uit Afrikaanse diaspora<br />

Période encore largement<br />

méconnue, les deux millénaires<br />

qui précédèrent l’apparition de<br />

l’écriture en Europe recèlent de<br />

nombreuses pièces largement<br />

abordables, ainsi que quelques<br />

trésors.<br />

TEXTE : GILLES BECHET<br />

’âge du bronze européen peut sans<br />

doute être considéré comme le<br />

premier âge d’or du continent. Cette<br />

période qui s’étend de 2700 à 800<br />

avant l’ère commune a vu se développer<br />

des populations réputées frustres qui<br />

nous ont pourtant laissé des objets d’une<br />

grande qualité et d’un grand raffinement<br />

d’exécution. En l’absence d’écriture, on dispose<br />

de peu d’éléments pour comprendre<br />

leur organisation sociale, politique et<br />

culturelle. Et ce que l’on ne connaît pas<br />

laisse souvent place aux fantasmes nourris<br />

par les récits fondateurs des Etats-nations.<br />

Un des nombreux paradoxes sur cette<br />

période plein d’inconnues, c’est la finesse<br />

d’exécution atteinte par des artisans qui<br />

vivaient généralement dans des hameaux<br />

d’une petite dizaine d’habitations. Malgré<br />

cela, les échanges étaient nombreux. La<br />

similitude des objets retrouvés sur des<br />

zones souvent fort éloignées indique que<br />

des forgerons voyageaient pour partager<br />

leurs techniques et que comme l’étain<br />

et le cuivre nécessaire pour former le<br />

bronze n’étaient pas disponibles partout,<br />

les échanges commerciaux devaient être<br />

nombreux. La quantité d’armes retrouvées<br />

nous laisse penser que le guerrier incarnait<br />

une des fonctions centrales de ces<br />

sociétés. Une des particularités de l’âge du<br />

bronze, c’est la multiplication des dépôts<br />

non funéraires qui rassemblent des objets<br />

métalliques, armes, bijoux ou objets de<br />

cérémonie sans que l’on en connaisse la finalité<br />

exacte. Certains ont parlé de dépôts<br />

de fondeurs, de marchands ou de dépôts<br />

votifs. C’est cette dernière hypothèse qui<br />

aujourd’hui est généralement retenue.<br />

Même si elle n’est pas entièrement satisfaisante<br />

puisqu’elle ne permet pas d’expliquer<br />

la variabilité importante de ceux-ci.<br />

BEAUCOUP D’OBJETS EN CIRCULATION<br />

Les antiquités représentent un marché<br />

de niche et la période protohistorique,<br />

qui n’a pas l’aura des antiquités grecques,<br />

romaines ou égyptiennes, intéresse des<br />

collectionneurs passionnés initiés par une<br />

lecture, l’enthousiasme d’un professeur<br />

d’histoire ou la visite d’une exposition.<br />

« L’âge du bronze correspond au début<br />

de la production en série. Il n’est pas rare<br />

de voir dans certains dépôts 500 à 800<br />

Berlin Gold Hat, ca. 1000 – 800 av. J.-C. Berlin, Neues<br />

Museum. © bpk - Photo Agency / Museum für Vor- und<br />

Frühgeschichte, Staatliche Museen zu Berlin<br />

Bronze twin horse–snake hybrid from hoard, 1200–1000 BC. Kallerup, Thy, Jutland, Denmark. National Museum<br />

of Denmark/Ofret Museum. CC-BY-SA, Søren Greve, National Museum of Denmark<br />

exemplaires d’une même hache », note<br />

ainsi Daniel Lebeurrier, expert en antiquités<br />

depuis vingt-cinq ans et fondateur<br />

de la Galerie Gilgamesh à Paris. C’est ce<br />

qui explique qu’il y a beaucoup d’objets en<br />

circulation dans des prix relativement raisonnables.<br />

On trouvera une belle épée ou<br />

une lame de hache pour environ 150 euros.<br />

Des maisons de vente françaises comme<br />

Aguttes ou Millon organisent régulièrement<br />

des ventes de collections d’antiquités<br />

préhistoriques. La France et la <strong>Belgique</strong><br />

regorgent d’objets de l’âge du bronze et,<br />

pour des raisons culturelles, les collectionneurs<br />

ont tendance à acheter ‘‘local’’.<br />

Si l’intérêt pour les objets de l’âge du<br />

bronze est d’abord européen, on verra aux<br />

Etats-Unis des descendants d’immigrés<br />

danois s’intéresser aux haches de pierre<br />

polie fréquentes au Danemark. « Ce sont<br />

des collections très liées à la typologie.<br />

On collectionnera les haches ou les épées<br />

d’époques et de provenances différents. Il<br />

y a beaucoup d’échanges entre collectionneurs<br />

qui ne passent pas nécessairement<br />

par les salles de vente ou les galeries. »<br />

Les belles pièces qui attirent les collectionneurs<br />

ne sont pas rares car le bronze<br />

de cette période est généralement très<br />

stable et de belle qualité. Pour ce qui est<br />

des objets exceptionnels, c’est autre chose.<br />

Certaines pièces peuvent présenter un<br />

intérêt purement archéologique sans rien<br />

avoir de tape-à-l’œil ou de spectaculaire<br />

qui suscitera la convoitise du plus grand<br />

nombre. Quand les pièces réunissent les<br />

deux qualités, elles finissent la plupart<br />

du temps dans un musée. C’est le cas de<br />

quelques unes de celles présentées cet<br />

hiver au British Museum dans l’exposition<br />

The world of Stonehenge.<br />

61<br />

Eclats de l’âge<br />

du bronze<br />

L<br />

Un des nombreux paradoxes de cette période<br />

pleine d'inconnues est la finesse d'exécution<br />

atteinte par des artisans qui vivaient<br />

généralement dans des hameaux d'une petite<br />

dizaine d'habitations.<br />

MAANDBLAD verschijnt niet in januari, juli en augustus - € 5,90 - Nr. 507 - P608061<br />

Un an de plaisir à la lecture !<br />

9 numéros pour 49,50 €<br />

ou 25 € sur tablette<br />

www.collectaaa.be


La bande dessinée<br />

Bien dans sa bulle<br />

Régulièrement, les enchères de<br />

planches ou dessins d’auteurs<br />

de bande dessinée battent des<br />

records en salle de vente. Au delà<br />

de ces grands classiques et de<br />

quelques modernes bien cotés, il<br />

s’agit d’un marché assez stable de<br />

collectionneurs passionnés.<br />

TEXTE : GILLES BECHET<br />

Todd McFarlane, The Amazing Spider-Man, #328, dessin original de couverture, Marvel, 1990. Heritage<br />

Auctions, Dallas, 26-07-2012. © Heritage Auctions - 657.250 $ (536.000 €)<br />

Plus que toute autre collection, la<br />

bande dessinée titille la fibre de la<br />

nostalgie. Celui ou celle qui achète<br />

une planche de BD s’empare d’un<br />

morceau d’enfance. C’est aussi, sans doute,<br />

un marqueur de l’âge adulte. Etre capable<br />

d’acquérir l’original d’un récit qui faisait<br />

rêver le petit garçon ou la petite fille est<br />

comme la récompense du parcours accompli.<br />

Et cela, même si depuis les années<br />

1970, déjà avec Pilote, Métal Hurlant et<br />

autres A Suivre, la BD était entrée dans un<br />

âge adulte. La BD est certes le Neuvième<br />

Art, mais encore mineur pour certains. Et<br />

puis aussi, la BD est, pour une très large<br />

partie de sa production, un art de masse,<br />

un art populaire. Pour faire la part des<br />

choses entre un produit de consommation<br />

omniprésent et la valeur artistique<br />

de ses originaux, il faut le filtre et le vernis<br />

du temps, dont ont à présent bénéficié<br />

les grands classiques de l’école francobelge<br />

que sont les Franquin, Will, Uderzo,<br />

Jacobs, Jacques Martin, Jean Graton. Et<br />

Hergé, bien sûr.<br />

84


« La bande dessinée<br />

est le seul art où<br />

des pièces muséales<br />

se trouvent<br />

encore chez des<br />

collectionneurs. »<br />

ALAIN HUBERTY<br />

UNE OFFRE TRÈS FERMÉE<br />

La BD demeure un marché de niche.<br />

« Lorsque j’ai commencé ma galerie en<br />

1986, on le qualifiait de marché de bulle.<br />

Même avec l’arrivée de nouveaux acheteurs,<br />

cela n’a pas changé. On est peu à s’en<br />

occuper, mais cela marche bien », se réjouit<br />

Thierry Goossens, expert en planches<br />

et dessins originaux chez Millon. En<br />

quinze ans, le groupe qui se pose comme<br />

un des acteurs incontournables du marché<br />

du Neuvième Art en France et en <strong>Belgique</strong>,<br />

recense 60 millions d’euros adjugés<br />

et plus de trente records. Sa dernière vente<br />

annuelle, en mars <strong>2022</strong>, a totalisé 920.000<br />

euros et 96 % de lots vendus. « C’est<br />

un marché qui évolue bien et qui peut<br />

atteindre des prix extraordinaires pour les<br />

pièces exceptionnelles. Le plus compliqué,<br />

c’est de trouver des belles pièces, pas de les<br />

vendre », précise Arnaud de Partz, directeur-général<br />

de Millon <strong>Belgique</strong>. Quand<br />

on aborde le marché de la BD, il y a Hergé<br />

et puis les autres. Ainsi, le dessin à l’encre<br />

de Chine réalisé pour la couverture initiale<br />

de l’album de Tintin, Le Lotus Bleu (1936),<br />

était adjugé 2,6 millions d’euros en janvier<br />

2021 lors d’une vente chez Artcurial, un<br />

record absolu pour la BD franco-belge qui<br />

s’explique par la rareté des pièces disponibles<br />

ainsi que par le statut de l’auteur du<br />

reporter à la houppe. « C’est un marché<br />

très sélectif, où les grands auteurs sont<br />

les plus demandés et certains lots partent<br />

Frank Frazetta, Egyptian Queen, 1969, peinture originale. Heritage Auctions, Dallas, 16-05-2019. © Heritage<br />

Auctions 5.400.000 $ (4.820.000 €) – record mondial<br />

plus vite que d’autres », note Eric Leroy, expert<br />

chez Artcurial. Les belles pièces sont<br />

rares. Pour une planche de Franquin, si on<br />

a de la chance, il faudra débourser entre<br />

40.000 et 100.000 euros, pour un planche<br />

d’Uderzo entre 150.000 et 200.000 euros,<br />

pour Asterix ou encore Enki Bilal, le mieux<br />

côté des auteurs vivants, entre 50.000<br />

et 100.000 euros la planche. La bande<br />

dessinée est un marché où l’offre est très<br />

fermée. De nombreuses œuvres sont protégées<br />

par des fondations qui verrouillent<br />

la sortie des planches, comme pour Hergé,<br />

E. P. Jacobs ou Jean Graton. Pour d’autres, il<br />

s’agit des ayant-droits, comme dans le cas<br />

de Franquin, Morris ou Peyo. Toutefois,<br />

des trésors peuvent toujours apparaître<br />

sur le marché lorsque des collections sont<br />

mises en vente. « La bande dessinée est le<br />

seul art où des pièces muséales se trouvent<br />

encore chez des collectionneurs. Il y a une<br />

vingtaine d’années, les musées ne s’y intéressaient<br />

pas encore», observe ainsi Alain<br />

Huberty de la Galerie Huberty & Breyne.<br />

MATURITÉ ET DIVERSIFICATION<br />

Aujourd’hui, la bande dessinée est devenue<br />

plus mature. C’est un acteur majeur de l’édition,<br />

il y a des musées, des fondations et des<br />

expositions. Ce ne sont plus des histoires<br />

pour enfants qu’on lisait parfois en cachette.<br />

« Il y a vingt ans, toutes les planches d’un<br />

même auteur valaient la même chose.<br />

Aujourd’hui, suivant qu’il y a de l’action ou<br />

des dialogues, si le personnage principal<br />

apparaît ou non, elles n’auront pas la même<br />

cote. Et quand un auteur vend pour la première<br />

fois, il a intérêt à ce que cela se vende<br />

85


« Le plus compliqué,<br />

c’est de trouver<br />

des belles pièces,<br />

pas de les vendre. »<br />

ARNAUD DE PARTZ<br />

entre ces deux mondes : « Il y a quelques<br />

années, j’ai organisé une rencontre entre<br />

Wim Delvoye et François Schuiten pour<br />

leur proposer une collaboration. C’était assez<br />

amusant de constater qu’ils avaient tous<br />

deux des désirs en miroir. Delvoye, qui était<br />

connu des collectionneurs pointus, aurait<br />

aimé être plus populaire, alors que Schuiten<br />

avait la popularité mais cherchait quelque<br />

part une reconnaissance de l’élite. »<br />

Christophe Chaboute, Yellow Cab, , encre de couleur sur papier pour la couverture de l'album Vents<br />

d'Ouest, 2021, 40 x 28,9 cm. © Huberty & Breyne. - Est. 2.000-4.000 €<br />

bien et donc à ne pas placer la barre trop<br />

haut pour pouvoir évoluer par la suite. »<br />

Chaque expert vous le dira, certains auteurs<br />

n’ont pas la cote qu’ils méritent. Pour<br />

Eric Leroy, ce sera Corto Maltese, Hausman<br />

pour Thierry Goossens, et pour Eric<br />

Verhoest, de la Galerie Champaka, ce seront<br />

les planches historiques de Philippe Druillet.<br />

« Tout dépend souvent de la manière<br />

dont les ayant-droits ont géré le patrimoine<br />

de l’auteur », relève ce dernier. A côté des<br />

planches, il y a aussi les albums dont le<br />

prix d’une première édition peut varier de<br />

1.000 à 20.000 euros suivant l’état. Pour être<br />

présents sur d’autres secteurs du marché,<br />

les auteurs contemporains cherchent à se<br />

diversifier. Les amateurs pourront ainsi acquérir<br />

des peintures d’Enki Bilal, de Druillet<br />

ou de Loustal, ou un fusain de Tardi. On a<br />

aussi vu se multiplier les éditions tournées<br />

vers le marché des galeries, avec des cases<br />

agrandies, tirées sur toile ou plexiglas, de<br />

Ric Hochet ou Michel Vaillant. Le profil du<br />

collectionneur évolue peu et le noyau reste<br />

le même. Il s’agit de passionnés qui, pour la<br />

BD franco-belge, sont encore essentiellement<br />

issus du monde francophone, même<br />

si cela commence un peu à changer. Il s’agit<br />

généralement aussi de collectionneurs<br />

très monomaniaques. Ainsi, rares sont les<br />

collectionneurs d’art contemporain qui<br />

intègrent des planches ou des dessins d’auteurs<br />

de BD dans leurs collections. Il s’agit<br />

de deux marchés assez hermétiques, au<br />

grand regret d’Alain Huberty qui a multiplié<br />

les tentatives afin de créer des passerelles<br />

MARCHÉ US<br />

De l’autre côté de l’Atlantique, les comics<br />

sont depuis longtemps un des piliers de la<br />

culture populaire. Au pays de Marvel et de<br />

DC Comics, le marché est également en<br />

plein boom. En janvier <strong>2022</strong>, une planche de<br />

Spiderman de 1984, dessinée par Mike Zeck,<br />

était adjugée pour 3,36 millions de dollars<br />

(3 millions d’euros). « C’était une planche<br />

iconique, car c’est la première fois que Spiderman<br />

adopte le fameux costume noir qui<br />

conduira à l’émergence du personnage de<br />

Venom », précise Olivier Delflas. Ce Belge<br />

est le directeur international du département<br />

International Comic Art & Anime et<br />

expert pour la BD internationale, notamment<br />

franco-belge, de la maison de vente<br />

Heritage Auctions, fondée à Dallas dans<br />

les années 1970. Couvrant pas moins de<br />

quarante départements, Heritage Auctions<br />

est le leader mondial du marché des ‘‘Collectibles’’,<br />

dont les planches originales et les<br />

US Comics. Les enchères se déroulent à un<br />

rythme hebdomadaire et exclusivement en<br />

ligne. La particularité de la maison, c’est de<br />

commencer sans prix de réserve, au prix de<br />

1 dollar. Pendant les 20 jours qui précèdent<br />

la vente, les amateurs peuvent consulter le<br />

86


catalogue en ligne jusqu’au jour de l’enchère<br />

que se tient en live, avec un commissairepriseur.<br />

« Durant cette période, ils ont<br />

l’occasion de tomber amoureux de la pièce<br />

qu’ils convoitent et éventuellement de se<br />

constituer un bas de laine pour enchérir.<br />

» Dans ces conditions, l’écart entre<br />

la première offre et le prix de vente peut<br />

être très important. On a pu ainsi voir une<br />

illustration de Moebius passer de 10.000 à<br />

118.750 dollars (108.000 euros), marquant<br />

un nouveau record mondial en mars <strong>2022</strong>,<br />

ou une illustration de Tintin passer de<br />

40.500 à 93.750 dollars. « Outre qu’il est très<br />

difficile d’évaluer un prix pour une pièce,<br />

dans un marché en constante évolution,<br />

certainement depuis l’apparition du coronavirus,<br />

le prix de réserve constitue un frein<br />

psychologique qui empêche la plupart des<br />

personnes de poser une grosse enchère de<br />

départ. » Traditionnellement, il y a toujours<br />

eu plus d’Européens qui achetaient des<br />

planches de comics que d’Américains achetant<br />

du franco-belge, mais avec 1,5 millions<br />

de clients répartis sur 195 pays, Heritage<br />

Auctions affirme être en mesure de changer<br />

la donne. « La bande dessinée reste<br />

assez méconnue sur le marché américain,<br />

mais aujourd’hui la culture franco-belge<br />

arrive dans des grandes villes comme<br />

New York, Los Angeles ou Dallas. Il y a des<br />

marques d’intérêt évidentes, c’est ainsi<br />

qu’on me pose beaucoup de questions<br />

sur le Festival d’Angoulême, par exemple,<br />

qui est complètement différent des<br />

conventions comics auxquelles le public<br />

américain est habitué. Et aujourd’hui, les<br />

originaux premium de la BD franco-belge<br />

partent huit fois sur dix aux USA.» Alors<br />

que les mangas sont, depuis une dizaine<br />

d’années, les champions incontestés<br />

des ventes de BD, les planches de bande<br />

dessinée japonaise n’apparaissent pour<br />

ainsi dire jamais en salle de vente ou en<br />

galerie. Ce paradoxe peut s’expliquer par<br />

plusieurs facteurs. D’abord, dans le monde<br />

du manga, l’éditeur reste généralement<br />

propriétaire des planches. En outre, socialement,<br />

c’est très mal vu. Si un auteur vend<br />

ses planches, c’est qu’il a besoin d’argent.<br />

Lorsqu’on y ajoute les fortes taxations<br />

pour la vente d’œuvres d’art à l’étranger, on<br />

comprend mieux pourquoi des planches<br />

de One Piece, de Naruto ou de Dragon Ball<br />

ne sont pas encore passées sous le marteau.<br />

<strong>Mai</strong>s ce n’est sans doute qu’une question de<br />

temps. En 20 ans, le marché a connu une<br />

évolution constante. Ceux qui ont acheté<br />

des planches il y a 20 ans ont ainsi fait une<br />

très belle affaire, le prix des grands auteurs<br />

ayant été multipliés par 20 ou 30. Certains<br />

grands noms continueront leur progression,<br />

mais sans doute pas dans les mêmes<br />

proportions. La BD restera dans sa bulle et<br />

très heureuse d’y être.<br />

SURFER<br />

www.artcurial.com<br />

www.millon.com<br />

www.ha.com<br />

VISITER<br />

Bulles de Louvre<br />

Centre belge de la Bande dessinée<br />

Bruxelles<br />

www.cbbd.be<br />

jusq. 11-09<br />

Hergé (Georges Remi dit), Bienvenue sur la Lune Mr. Armstrong ! Welcome !, encre de Chine, écoline et aquarelle<br />

pour un dessin représentant Tintin, Milou, le capitaine Haddock et le professeur Tournesol accueillant Neil<br />

Armstrong de la mission Apollo XI sur la Lune, 26 × 30 cm. Artcurial, Paris, 20-11-2021. © Artcurial<br />

573.000 € (frais inclus)<br />

Action Comics, #1, Rocket Copy, Washington DC,<br />

1938, copie scellée CGC FN 6.0, pages blanches.<br />

Heritage Auctions, Dallas, 13-01-<strong>2022</strong>. © Heritage<br />

Auctions - 3.180.000 $ (2.774.000 €), record mondial<br />

87


Marchands d’art et<br />

loi anti-blanchiment<br />

Où en est-on ?<br />

Conformément à la directive<br />

européenne, l’arrêté royal du 29<br />

septembre 2021 relatif à l’inscription<br />

des marchands d’art, salles de<br />

ventes, organisateurs de foires et<br />

salons, et entrepôts spécialisés,<br />

auprès du SPF Economie, afin<br />

d’accentuer la lutte contre le<br />

blanchiment, entrait en vigueur<br />

le 23 octobre dernier. Alors qu’un<br />

récent rapport américain minimise<br />

les risques de blanchiment sur<br />

le marché de l’art, comment ces<br />

nouvelles contraintes affectent-elles<br />

ses acteurs ? Le galeriste bruxellois<br />

Didier Claes, Vice-Président de la<br />

BRAFA et membre de la ROCAD,<br />

spécialiste de l’art africain, nous<br />

éclaire.<br />

Comme le précisait début mars<br />

La Gazette Drouot, forte d’un<br />

rapport officiel américain plutôt<br />

mesuré sur les risques qu’il présente<br />

en matière de blanchiment, la Confédération<br />

internationale des négociants<br />

en œuvres d’art (CINOA) appelait à une<br />

« réévaluation » des mesures de contrôle<br />

du marché de l’art en Europe. Dans cet<br />

appel, qui a reçu le soutien de l’Association<br />

internationale des antiquaires (IADAA)<br />

et de Drouot Patrimoine, la confédération,<br />

qui représente cinq mille marchands<br />

et maisons de ventes dans vingt pays,<br />

réclame notamment que « les règles<br />

anti-blanchiment ne soient pas étendues<br />

comme prévu au marché de l’art ». De fait,<br />

la Commission européenne a décidé de<br />

soumettre à ces contrôles toute transaction<br />

de bien culturel à partir de 10.000<br />

euros, quel que soit l’intervenant, une<br />

mesure que le rapport américain considère<br />

comme inadaptée, mais que la <strong>Belgique</strong><br />

s’est empressée de transcrire dans sa<br />

législation (voir les implications concrètes<br />

via https://bit.ly/3JnczPN). Ce, alors que<br />

les acteurs du marché de l’art n’ont guère<br />

été consultés dans les changements de<br />

politique les concernant et que l’on est<br />

en droit de douter du sérieux des études<br />

d’impact ayant présidé à la mise en œuvre<br />

de la directive européenne. La CINOA<br />

maintient ainsi que l’Europe se serait laissée<br />

gagner par un arsenal propagandiste,<br />

assorti de nouvelles sensationnalistes d’un<br />

dévoiement du marché – comme vient<br />

encore de le faire l’hebdomadaire Paris<br />

Match <strong>Belgique</strong> dans son édition du 7 avril<br />

dernier – pour fonder des stratégies qui<br />

s’avèrent inefficaces et, au final, dommageables<br />

au patrimoine culturel.<br />

« Ces quelques règles<br />

supplémentaires<br />

augmentent le degré<br />

de vigilance et<br />

de travail mais ont<br />

aussi la particularité<br />

de rassurer notre<br />

clientèle. »<br />

DIDIER CLAES<br />

FANTASME ET RÉALITÉ<br />

Daté de février, poursuit La Gazette Drouot,<br />

le rapport du Trésor américain n’exonère<br />

pas pour autant le marché de l’art de toute<br />

turpitude. Exemples à l’appui, il reconnaît<br />

que l’explosion de ce négoce ces dernières<br />

années fournit « une opportunité pour la<br />

dissimulation d’opérations illégales. (…)<br />

La valeur élevée de ces marchandises,<br />

la tradition d’opacité du marché de l’art,<br />

l’instabilité de la fixation des prix et son<br />

caractère subjectif, la facilité de transport<br />

de certaines œuvres à travers les frontières,<br />

la difficulté pour les autorités de retracer<br />

ces mouvements et d’évaluer les œuvres,<br />

le recours à une multiplicité d’intermédiaires<br />

(marchands, consultants, décorateurs,<br />

sociétés écrans, …) et l’anonymat<br />

de leurs clients » constituent autant de<br />

facteurs de dérives. Le Trésor prend quand<br />

même acte que, sans y être forcés par la loi,<br />

« nombre d’acteurs du marché recueillent<br />

spontanément des informations » sur « la<br />

provenance de l’objet ainsi que l’identifica-<br />

88


Didier Claes. © Courtesy Didier Claes Gallery / photo : Michel Figuet<br />

tion du vendeur et sa fiabilité ». Un point<br />

que Didier Claes confirme : « La majorité<br />

des marchands étaient déjà inscrits à la<br />

Banque-Carrefour des Entreprises, donc<br />

l’arrêté royal ne change pas grand-chose.<br />

De même, nos clients belges comme<br />

internationaux étaient déjà au fait de ces<br />

impératifs, même si certains très importants<br />

collectionneurs connus et reconnus<br />

restent récalcitrants quant au partage de<br />

leurs documents d’identité. En revanche,<br />

ils communiquent volontiers les statuts<br />

de société, par exemple. En amont, nous<br />

effectuons un travail de recherche avec les<br />

outils à notre disposition et tenons compte<br />

d’informations qui nous sont fournies pour<br />

établir si la transaction présente un risque<br />

ou non. Nous n’avons jamais été confrontés<br />

à une personnalité à risque ! » Pour ce<br />

qui est de l’opacité et de la sacro-sainte<br />

discrétion qui permettrait au négoce d’art,<br />

et de luxe en général, de prospérer, Didier<br />

Claes botte en touche : « Cette sacro-sainte<br />

discrétion est un fantasme ! Aujourd’hui,<br />

le marché de l’art est contrôlé comme tous<br />

les autres domaines. A ce titre, les banques<br />

jouent le premier rôle, car elles possèdent<br />

des outils dont les marchands ne disposent<br />

pas. En fait, ces quelques règles<br />

supplémentaires augmentent le degré de<br />

vigilance et de travail mais ont aussi la particularité<br />

de rassurer notre clientèle. »<br />

IMPOSSIBLE ENTENTE ?<br />

La seule pierre d’achoppement serait peutêtre,<br />

paradoxalement, les rapports avec<br />

l’administration fiscale belge, notamment<br />

la Cellule de Traitement des Informations<br />

Financières (CTIF) et le SPF Economie qui,<br />

pour l’heure, ne semblent pas vraiment les<br />

interlocuteurs les plus pertinents. Didier<br />

Claes : « C’est compliqué pour l’administration<br />

belge qui ne sait pas encore<br />

vraiment comment agir et est parfois prise<br />

de court tant les choses évoluent vite. Le<br />

SPF Economie a pour mission de protéger<br />

le consommateur et d’assainir le marché.<br />

On peut parfois critiquer à raison ses<br />

méthodes, mais je suis certain que lorsque<br />

ce service sera rodé, les interactions avec<br />

les acteurs du marché de l’art seront<br />

bénéfiques. » De fait, le rapport du Trésor<br />

américain précité, s’il minimise les risques<br />

de financement du terrorisme à l’encontre<br />

du marché de l’art, encourage le secteur<br />

privé à trouver les moyens d’un partage<br />

d’informations sur la clientèle, permettant<br />

de répertorier les sociétés et les personnes<br />

à risque ; et l’Etat à renforcer la formation<br />

dans ce domaine des agents des douanes,<br />

de la police judiciaire et des agents du fisc.<br />

Cela suffira-t-il pour réconcilier les deux<br />

parties ? Didier Claes : « Effectivement, ce<br />

rapport édifie une réalité sur le fantasme<br />

lié au financement du terrorisme par le<br />

marché de l’art. En <strong>Belgique</strong>, les services de<br />

contrôle de l’Etat voudraient faire porter<br />

aux marchands la charge d’une mission<br />

qu’ils n’arrivent pas à mener à bout, tout<br />

en sachant pertinemment que nous ne<br />

disposons pas des outils nécessaires. Or,<br />

il ne faudrait pas entrer dans une spirale<br />

psychotique qui aurait pour conséquence<br />

de faire fuir les acteurs du marché de l’art.<br />

Cela aurait pour résultat de faire bénéficier<br />

les capitales voisines d’un marché porteur,<br />

tant fiscalement que culturellement. »<br />

SURFER<br />

www.rocad.be<br />

www.economie.fgov.be<br />

www.didierclaes.com<br />

89


Auction calendar<br />

MAY / JUNE <strong>2022</strong><br />

Belgium<br />

MAY<br />

30-2 DVC<br />

klassieke kunst en antiek,<br />

modern, hedendaags, design<br />

GENT<br />

1 Cornette de Saint Cyr<br />

Collection de Monsieur D et à<br />

divers BRUSSEL<br />

3 Berg van Barmhartigheid<br />

Juwelen BRUSSEL<br />

6 <strong>Mai</strong>son des Huissiers de<br />

Justice<br />

Deurwaarderstukken BRUSSEL<br />

7 ABS Veilingen Mechelen<br />

Deurwaarderstukken<br />

MECHELEN<br />

7 Native Auctions<br />

Collecties BRUSSEL<br />

7-8 <strong>Mai</strong>son Jules<br />

Kunst, antiek en design GENT<br />

7-9 Bernaerts<br />

Here comes the sun<br />

ANTWERPEN<br />

8-9 Monsantic<br />

Art & Antiques BERGEN<br />

10 Berg van Barmhartigheid<br />

Juwelen, muziekinstrumenten<br />

en stripverhalen<br />

BRUSSEL<br />

10 Vanderkindere<br />

Vente Bourgeoise UKKEL<br />

12-14 Rob Michiels Auctions<br />

Rond de wereld BRUGGE<br />

13 <strong>Mai</strong>son des Huissiers<br />

de Justice<br />

Deurwaarderstukken BRUSSEL<br />

14 ABS Veilingen Mechelen<br />

Deurwaarderstukken<br />

MECHELEN<br />

16-21 Rops<br />

Art & Antiques NAMEN<br />

17 Berg van Barmhartigheid<br />

Juwelen BRUSSEL<br />

17-18 Vanderkindere<br />

Art & Antiques UKKEL<br />

20 <strong>Mai</strong>son des Huissiers<br />

de Justice<br />

Deurwaarderstukken BRUSSEL<br />

21 De Vuyst<br />

Hedendaagse, moderne en<br />

oude meesters LOKEREN<br />

21 Berg van Barmhartigheid<br />

Speciale veiling BRUSSEL<br />

21 ABS Veilingen Mechelen<br />

Deurwaarderstukken<br />

MECHELEN<br />

23 Cornette de Saint Cyr<br />

Design des Xxe et XXIe<br />

Siècles BRUSSEL<br />

23 Millon<br />

Cave d’amateurs (Drouot)<br />

PARIS<br />

23-24 Galerie Moderne<br />

Art & Antiques BRUSSEL<br />

23-24 Horta<br />

Art & Antiques BRUSSEL<br />

24-25 Jordaens<br />

Art & Antiques MORTSEL<br />

28 ABS Veilingen Mechelen<br />

Deurwaarderstukken<br />

MECHELEN<br />

30-31 Elysée Liège<br />

Art & Antiques LUIK<br />

31 Berg van Barmhartigheid<br />

Juwelen BRUSSEL<br />

31 Campo & Campo<br />

Klassieke veiling ANTWERPEN<br />

31 Loeckx<br />

Kunst en keramiek GENT<br />

JUNE<br />

3 <strong>Mai</strong>son des Huissiers de<br />

Justice<br />

Deurwaarderstukken BRUSSEL<br />

4 ABS Veilingen Mechelen<br />

Deurwaarderstukken<br />

MECHELEN<br />

4-5 Cnock<br />

Juwelen en oldtimers KNOKKE<br />

7 Antenor<br />

Antenor IV BRUSSEL<br />

7 Berg van Barmhartigheid<br />

Juwelen en fietsen BRUSSEL<br />

7-8 Galerie Athena<br />

Kunst en antiek BRUSSEL<br />

8 Antenor<br />

Juwelen BRUSSEL<br />

9 Legia Auction<br />

Grand Classique BERTRÉE<br />

10 <strong>Mai</strong>son des Huissiers de<br />

Justice<br />

Deurwaarderstukken BRUSSEL<br />

11 Morel de Westgaver<br />

Boeken, prenten,<br />

ansichtkaarten BRUSSEL<br />

11 ABS Veilingen Mechelen<br />

Deurwaarderstukken<br />

MECHELEN<br />

The Netherlands<br />

MAY<br />

30/4-1 Korst Van der Hoeff<br />

Inboedel en curiosa DEN<br />

BOSCH<br />

1-4 Botterweg<br />

Voorjaarsveiling AMSTERDAM<br />

2-16 Notarishuis Arnhem<br />

Voorjaarsveiling kunst en<br />

antiek ARNHEM<br />

4-18 De Zwaan<br />

Kunst en antiek<br />

AMSTERDAM<br />

9-12 Medusa<br />

Kunst en antiek ONLINE<br />

10-11 Burgersdijk en Niermans<br />

Boeken en prenten LEIDEN<br />

14 Veilinghuis Bouwman<br />

Vintage toys BRUMMEN<br />

16 Hessink’s Veilingen<br />

Asian Decorative Art Auction<br />

ZWOLLE<br />

16 Venduhuis Rotterdam<br />

Design ROTTERDAM<br />

17 Venduhuis Rotterdam<br />

Kunst en antiek ROTTERDAM<br />

17 Veilinghuis De Jager<br />

Kunst en antiek GOES<br />

17-18 Zeeuws veilinghuis<br />

Aziatica/Indonesian art<br />

MIDDELBURG<br />

17-20 Bubb Kuyper<br />

Boeken, prenten, tekeningen<br />

en schilderijen ONLINE<br />

17-31 Venduehuis Den Haag<br />

Moderne en contemporaine<br />

kunst<br />

18 Venduehuis Den Haag<br />

Old masters, 19th century &<br />

early modern art DEN HAAG<br />

18-19 Veilinghuis De Jager<br />

Aziatica GOES<br />

19 Venduehuis Den Haag<br />

Old masters, 19th century &<br />

early modern art<br />

DEN HAAG<br />

23-24 Van Zadelhoff Veilingen<br />

Kunst en antiek HILVERSUM<br />

30-31 Adams Amsterdam<br />

Auction<br />

Kunst AMSTERDAM<br />

JUNE<br />

1-2 De Ruiter<br />

Sieraden, horiloges en zilver<br />

KLAASWAAL<br />

France<br />

MAY<br />

1 Aguttes<br />

Un premier <strong>Mai</strong> à Cassel<br />

CASSEL<br />

1 Osenat<br />

Les Intérieurs de Versailles<br />

VERSAILLES<br />

2 May Associés<br />

Mobilier & objets d’art<br />

ROUBAIX<br />

2 Pierre Bergé<br />

Art moderne & Contemporain<br />

PARIS<br />

3 Nice Enchères<br />

Vente listée NICE<br />

4 Artcurial<br />

Bibliothèque Maurice<br />

Houdayer PARIS<br />

5 Coutau Begarie<br />

Vente Classique: tableaux,<br />

objets d’Art (Drouot) PARIS<br />

5 Tessier & Sarrou et Associés<br />

Tableaux, mobilier & objets<br />

d’art (Drouot) PARIS<br />

5 Lucien Paris<br />

Collection de Madame V<br />

NOGENT<br />

5 Thierry de <strong>Mai</strong>gret<br />

Vente Classique: tableaux,<br />

objets d’Art, mobilier, tapis<br />

(Drouot) PARIS<br />

6 Ader<br />

Orfèvrerie & Art de la table<br />

(Drouot) PARIS<br />

6 Gros & Delettrez<br />

Bijoux anciens et modernes<br />

(Drouot) PARIS<br />

6 Oger - Blanchet<br />

Importants Bijoux dont Van<br />

Cleef & Arpels (Drouot) PARIS<br />

6 Thierry Lannon<br />

Tableaux modernes PARIS<br />

9 May Associés<br />

Livres & Manuscrits ROUBAIX<br />

10 Aguttes<br />

Collection Michel Siméon<br />

AGUTTES NEUILLY<br />

10 Tajan<br />

Mobilier et Objets d’Art PARIS<br />

10 Drouot Estimations<br />

Classique (Drouot)<br />

PARIS<br />

10 Art Rémy Le Fur<br />

Vente Classique (Drouot)<br />

PARIS<br />

10 Cannes Enchères<br />

Vente Courante CANNES<br />

11 Piasa<br />

Africa + Modern and<br />

Contemporary Art PARIS<br />

11 Aguttes<br />

Mobilier & Objets d’Art<br />

(Drouot) AGUTTES NEUILLY<br />

11 Libert Damien<br />

Vente Cataloguée (Drouot)<br />

PARIS<br />

11 Vilanfray & Associés<br />

Art Contemporain & Design<br />

(Drouot)<br />

PARIS<br />

11 Siboni<br />

Matriel de Boulangerie PARIS<br />

11 Pierre Bergé<br />

Mobilier du XVIIIe siècle au<br />

Design PARIS<br />

12 Pierre Bergé<br />

Bibliotheque Pierre Collin<br />

PARIS<br />

12 Ader<br />

Collection Particulière PARIS<br />

12 Boisgirard Antonini<br />

Bijoux, mode & Accessoires<br />

NICE<br />

12 Artcurial<br />

Spring Sale PARIS<br />

12 Lynda Trouvé<br />

Orient (Drouot) PARIS<br />

12 Alde<br />

Reliures PARIS<br />

14 Cornette de Saint Cyr<br />

Bandes Dessinées BRUSSEL<br />

13 Ader<br />

Art de l’Islam et de l’Inde, Art<br />

Impressionniste PARIS<br />

13 De Baecque & Associés<br />

Collections Focillon<br />

Baltrusaitis (Drouot) PARIS<br />

13 Ferri & Associés<br />

Art Populaire et cu (Drouot)<br />

PARIS<br />

13 Binoche et Giquello<br />

Collection A.S. Labarthe<br />

Livres Modernes et<br />

Autographes (Drouot) PARIS<br />

13 Pescheteau-Badin<br />

Faïences Européennes<br />

Collections Particulieres<br />

(Drouot) PARIS<br />

14 Rouillac<br />

Collection Arsicaud de Coiffes<br />

Tourangelles<br />

NOIZAY<br />

14 Strasbourg Enchères<br />

Belle Déco & Mobilier<br />

STRASBOURG<br />

16 Artcurial<br />

Archéologie, Arts d’Orient &<br />

Art Précolombien PARIS<br />

17 Nice Enchères<br />

Vente Arts Decoratifs du Xxe<br />

NICE<br />

17 Artcurial<br />

Les Amérindiens vus par les<br />

Européens 1800-1960 PARIS<br />

17 Lynda Trouvé<br />

Ecrin de Mme T. (Drouot)<br />

PARIS<br />

17 Nouvelle Etude<br />

Tableaux Mobilier Objets<br />

d’Art (Drouot) PARIS<br />

17 L’Huillier & Associés<br />

Bijoux & Orfèvrerie (Drouot)<br />

PARIS<br />

90


Grotesteenweg<br />

Anno 1897<br />

17 Gros & Delettrez<br />

Atelier Claire Pichaud<br />

(Drouot) PARIS<br />

17 Aguttes<br />

Lettres Manuscrites &<br />

Autographes (Drouot)<br />

AGUTTES NEUILLY<br />

17 Tajan<br />

Arts d’Orient PARIS<br />

17 May Associés<br />

Luxe ROUBAIX<br />

17 Boisgirard Antonini<br />

Art & Deco NICE<br />

18 Cannes Enchères<br />

Bijoux anciens & Modernes<br />

CANNES<br />

18 Azures Enchères<br />

Collection de Tableaux<br />

CANNES<br />

19 Artcurial<br />

Collection Maurice Houdayer<br />

PARIS<br />

19 Piasa<br />

American Design PARIS<br />

19 Lucien Paris<br />

L’Entier Contenu d’Un<br />

Appartement Parisien NOGENT<br />

19 Alde<br />

Litérature PARIS<br />

19 Tessier & Sarrou<br />

et Associés<br />

Madame Sort ses Griffes<br />

(Drouot) PARIS<br />

19-22 Cornette de Saint Cyr<br />

Menart Fair PARIS<br />

20 Tessier & Sarrou et<br />

Associés<br />

Dessins et Tableaux, mobilier<br />

et objets d’art (Drouot)<br />

PARIS<br />

20 Thierry de <strong>Mai</strong>gret<br />

Dessins Anciens, Vitraux,<br />

Icônes PARIS<br />

20 Pierre Bergé<br />

Collection Bertolini PARIS<br />

20 Ader<br />

Dessins Anciens (Drouot)<br />

PARIS<br />

20 Art Rémy Le Fur<br />

Univers Napoléon III (Drouot)<br />

PARIS<br />

20 Gros & Delettrez<br />

Bijoux Anciens & Modernes<br />

(Drouot) PARIS<br />

20 Millon<br />

Instruments d’Ecriture Stylos<br />

de Collection (Drouot)<br />

PARIS<br />

21 Rouillac<br />

Atelier du Sculpteur Elsa<br />

Genèse NOIZAY<br />

21 Mercier Art<br />

Art du Xxe LILLE<br />

22 Siboni<br />

Tableaux, Bijoux,<br />

Argenterie, Objets d’art<br />

PARIS<br />

23-24 Ader<br />

Affiches PARIS<br />

24 Nice Enchères<br />

Vente de bijoux NICE<br />

24 Artcurial<br />

Art Déco/ Design PARIS<br />

24 L’Huillier & Associés<br />

Vente de Hifi (Drouot) PARIS<br />

24 Tajan<br />

Arts Impressionniste et<br />

Moderne PARIS<br />

24 Gros & Delettrez<br />

Hermès (Drouot) PARIS<br />

24 Daguerre<br />

Collections Privées (Drouot)<br />

PARIS<br />

24-25 Ader<br />

Arts Décoratifs du XVIe au<br />

XIXe Siècle (Drouot)<br />

PARIS<br />

25 Artcurial<br />

Design Scandinave PARIS<br />

25 Tajan<br />

Art Contemporain PARIS<br />

26 Alde<br />

Manuscrits & Autographes<br />

PARIS<br />

28 Osenat<br />

Mobilier & Objets d’Art<br />

FONTAINEBLEAU<br />

28 Artcurial<br />

Un Printemps Marocain PARIS<br />

28 Cannes Enchères<br />

Mode, vintage<br />

CANNES<br />

29 Osenat<br />

Les Intérieurs de Versailles<br />

VERSAILLES<br />

30 May Associés<br />

Mobilier & Objets d’Art<br />

ROUBAIX<br />

30 Cornette de Saint Cyr<br />

Chanel Vintage PARIS<br />

31 Thierry de <strong>Mai</strong>gret<br />

Vente Classique PARIS<br />

31 Tessier & Sarrou et Associés<br />

Marine & Voyage (Drouot)<br />

PARIS<br />

31 Edric Caudron<br />

Vente & Bijoux (Drouot) PARIS<br />

31 Aguttes<br />

Arts d’Asie AGUTTES NEUILLY<br />

31 Artcurial<br />

Un Printemps Marocain PARIS<br />

31 Boisgirard Antonini<br />

Arts d’Asie (Drouot)<br />

PARIS<br />

Vente d’art classique et d’antiquités 31 mai à 14h<br />

Exposition : 26 – 29/05/<strong>2022</strong> de 10h à 18h<br />

Catalogue en ligne: www.campocampo.be<br />

Grotesteenweg 19-21 - 2600 Anvers-Berchem - Tél 03 218 47 77 - guy@campocampo.be<br />

Collect 95x132mm.indd 2 14/04/<strong>2022</strong> 13:12<br />

Chsée de St-Job n° 638 - 1180 Bxl Tel : 02/372 92 19 - salledeventesaintjob@gmail.com<br />

H: 161 cm<br />

Dim : 183 x 183 cm


Auction calendar<br />

MAY / JUNE <strong>2022</strong><br />

31 Ader<br />

Arts Décoratifs du XVIe au<br />

XIXe Siècle (Drouot)<br />

PARIS<br />

JUNE<br />

1 Piasa<br />

Modern and Contemporary<br />

Art PARIS<br />

1 Osenat<br />

Les Intérieurs de Versailles<br />

VERSAILLES<br />

1 Daguerre<br />

Un appartement Rue des<br />

Belles Feuilles PARIS<br />

2 Aguttes<br />

Peintres d’Asie AGUTTES<br />

NEUILLY<br />

2 Cornette de Saint Cyr<br />

Bibliothèque d’un Grand<br />

Amateur PARIS<br />

2 Pierre Bergé<br />

Bijoux & Orfevrerie PARIS<br />

2 Lucien Paris<br />

Fonds de <strong>Mai</strong>sons NOGENT<br />

3 Aguttes<br />

Violons & Archets AGUTTES<br />

NEUILLY<br />

3 L’Huillier & Associés<br />

Mobiliers & Objets d’Art<br />

(Drouot) PARIS<br />

3 Beaussant Lefèvre<br />

& Associés<br />

Art Impressionniste et<br />

Moderne (Drouot)<br />

PARIS<br />

3 Craït + Müller<br />

Sculptures (Drouot) PARIS<br />

3 Ader<br />

Arts Décoratifs et Sculptures<br />

du Xxe Siècle (Drouot) PARIS<br />

5 Osenat<br />

Art de l’Europe de l’Est<br />

VERSAILLES<br />

6 May Associés<br />

Arts d’Asie ROUBAIX<br />

7 Cannes Enchères<br />

Vente Courante CANNES<br />

8 Artcurial<br />

Art d’Asie, Post-War<br />

& Contemporain,<br />

Impressionniste & Moderne<br />

PARIS<br />

8 Thierry de <strong>Mai</strong>gret<br />

Art Asiatique et céramiques<br />

Européennes (Drouot) PARIS<br />

9 De Baecque et Associés<br />

Bijoux Montres Orfevrerie<br />

(Drouot) PARIS<br />

9 Gros & Delettrez<br />

Arts décoratifs (Drouot)<br />

PARIS<br />

9 Alde<br />

Livres anciens et du XIXe<br />

siecle PARIS<br />

9 Piasa<br />

Liaigre, Contemporary Design<br />

PARIS<br />

United Kingdom<br />

MAY<br />

28-13 Christie’s<br />

Efie Gallery x Christie’s<br />

LONDON<br />

2-10 Sotheby’s<br />

The Samurai LONDON<br />

3-12 Sotheby’s<br />

Picasso ceramics LONDON<br />

6-12 Sotheby’s<br />

From Japan With Love LONDON<br />

6-17 Sotheby’s<br />

STYLE London<br />

LONDON<br />

9-10 Bonhams<br />

Asian Art (Knightsbridge)<br />

LONDON<br />

11 Sotheby’s<br />

Important Chinese Art<br />

LONDON<br />

11 Sotheby’s<br />

Important Chinese Art<br />

LONDON<br />

11 Phillips<br />

Wired: online LONDON<br />

12 Phillips<br />

Design LONDON<br />

12 Bonhams<br />

Fine Chinese & Japanese Art<br />

(New Bond)<br />

LONDON<br />

13-19 Sotheby’s<br />

Photographs LONDON<br />

18 Sotheby’s<br />

The Library of Henry Rogers<br />

LONDON<br />

18 Bonhams<br />

Picassomania (New Bond)<br />

LONDON<br />

24 Bonhams<br />

Modern & Contemporary Art<br />

(New Bond) LONDON<br />

25 Phillips<br />

Photographs LONDON<br />

25 Bonhams<br />

Antique Arms and Armour<br />

(Knightsbridge) LONDON<br />

25 Christie’s<br />

The Collection of Sir<br />

Nicholas Goodison<br />

LONDON<br />

26 Bonhams<br />

Rifles (Knightsbridge)<br />

LONDON<br />

27 Christie’s<br />

Private Collection LONDON<br />

Germany<br />

MAY<br />

7 Lempertz<br />

Preußen KÖLN<br />

7 Lempertz<br />

Berlin Salon BERLIN<br />

7-14 Schloss Ahlden<br />

Grosse Kunstauktion<br />

AHLDEN<br />

10 Quittenbaum<br />

Lalique Only, Jugendstil I<br />

MÜNCHEN<br />

11 Quittenbaum<br />

Jugendstil II MÜNCHEN<br />

13-14 Fischer<br />

Antiquitäten & Kunst<br />

HEILBRONN<br />

16-20 Hermann Historica<br />

Präsenzauktion MÜNCHEN<br />

17-18 Nagel Auktionen<br />

Antiquitäten & Kunst<br />

STUTTGART<br />

20 Lempertz<br />

Bedeutende Mörser der<br />

Sammlung Schwarzach IV<br />

KÖLN<br />

21 Auction Partners<br />

Auktion BERLIN<br />

28 Ruetten<br />

Antiquitäten & Kunst<br />

MÜNCHEN<br />

30 Ketterer<br />

Wertvolle Bücher HAMBURG<br />

JUNE<br />

30 Ketterer<br />

Zeitgenössische Kunst<br />

MÜNCHEN<br />

Fair calendar<br />

MAY / JUNE <strong>2022</strong><br />

Belgium<br />

MAY<br />

28-1/5_<br />

Brussels<br />

ART BRUSSELS<br />

28-1/5 Brussels<br />

SOLO PROJECT<br />

11-15 Brussels<br />

TWENTY<br />

14-12/6 Andenne<br />

CERAMIC ART ANDENNE<br />

20-22 Brussels<br />

<strong>COLLECT</strong>IBLE<br />

HUNTENKUNST<br />

20-22 Rotterdam<br />

OBJECT ROTTERDAM<br />

20-22 Rotterdam<br />

ROTTERDAM PHOTO<br />

20-22 Rotterdam<br />

TEC ART ROTTERDAM<br />

20-22 Rotterdam<br />

JEWEL.ROTTERDAM<br />

JUNE<br />

12 Waspil<br />

VERZAMELAARSBEURS VOOR<br />

TRIBALE KUNST EN CULTUUR<br />

26-29 Saint-Briac-sur-mer<br />

SALOND DU DESSINET DE<br />

L’EDITION<br />

Germany<br />

MAY<br />

28-1/5 Stuttgart<br />

KUNST & ANTIQUITÄTEN TAGE<br />

Austria<br />

MAY<br />

Italy<br />

MAY<br />

23-1/5 Assisi<br />

ASSISI ANTIQUARIATO<br />

28-1/5 Milano<br />

MILAN IMAGE ART FAIR<br />

Portugal<br />

MAY<br />

30-8/5 Lisboa<br />

LAAF<br />

The Netherlands<br />

MAY<br />

19-22 Rotterdam<br />

ART ROTTERDAM<br />

20-22 Ulft<br />

France<br />

MAY<br />

19-22 Paris<br />

PARIS PRINT FAIR<br />

19-22 Paris<br />

MENART FAIR PARIS<br />

23-1/5_WIEN<br />

WIKAM<br />

United Kingdom<br />

MAY<br />

4-8 London<br />

SPRING FAIR<br />

USA<br />

MAY<br />

6-10 New York<br />

TEFAF NEW YORK


Museum calendar<br />

MAY / JUNE <strong>2022</strong><br />

Belgium<br />

ANTWERPEN<br />

DIVA<br />

△ DIVA: Work in Progress<br />

t/m 27-11<br />

FOMU<br />

△ Bertien Van Manen -<br />

Diana Markosian<br />

t/m 28-08<br />

M HKA<br />

△ Mash Up - Anthea<br />

Hamilton<br />

t/m 15-05<br />

BINCHE<br />

Musée du Carnaval et<br />

du Masque<br />

△ Bouffons!<br />

j. 11-09<br />

BRUGGE<br />

Musea Brugge<br />

△ Verhalen uit de<br />

ondergrond. Brugge in<br />

het jaar 1000.<br />

t/m 27-10-2023<br />

BRUSSELS<br />

Art et marges musée<br />

△ Haute tension<br />

j. 16-06<br />

Atomium<br />

△ View from my<br />

window<br />

j. 29-05-2023<br />

Autoworld Museum<br />

△ 1,2,3,4 Cars &Rock’n<br />

Roll<br />

j. 26-06<br />

Bozar<br />

△ Un centenaire pour le<br />

Palais des Beaux-Arts<br />

j. 21-07<br />

Centrale<br />

△ Alien - Oussama Tabti<br />

j. 18-09<br />

△ Deeply, Madly - Helen<br />

Anna Flanagan<br />

j. 18-09<br />

△ This is what you came<br />

for. Els Dietvorst<br />

j. 18-09<br />

Centre Albert Marinus<br />

△ Projet Ommegang<br />

19-05 au 07-09<br />

Centre Culturel<br />

Coréen<br />

△ Trésors coréens<br />

en <strong>Belgique</strong> (re)<br />

découverts<br />

j. 13-05<br />

Centre d’art de<br />

Rouge-Cloître<br />

△ Baudouin Deville<br />

j. 15-05<br />

Charles Riva Collection<br />

△ Entre chien et loup<br />

j. 09-07<br />

CIVA<br />

△ Sick Architecture<br />

06-05 au 28-08<br />

△ Expo: le logis-floréal -<br />

un project coopératif<br />

j. 26-06<br />

Design Museum<br />

Brussels<br />

△ Charlotte Perriand.<br />

Comment voulonsnous<br />

vivre? Politique du<br />

photomontage<br />

j. 28-08<br />

Fondation A<br />

△ Belleville - Thomas<br />

Boivin<br />

j. 26-06<br />

ISELP<br />

△ New Horizons in Painting<br />

j. 28-05<br />

Jewish Museum of<br />

Belgium<br />

△ Sol Lewitt. Wall Drawings,<br />

Works on paper, Structures<br />

(1968-2002)<br />

j. 31-07<br />

KBR & MIM<br />

△ Toots 100. The Sound<br />

of a Belgian Legend<br />

j. 31-08<br />

<strong>Mai</strong>son de l’Histoire<br />

européenne<br />

△ Quand les murs parlent!<br />

j. 13-11<br />

Mima<br />

△ Mima reload<br />

j. 29-05<br />

Musée de la bande<br />

dessinée<br />

△ Bulles de Louvre -<br />

vingt auteurs de Bande<br />

Dessinée propose de<br />

découvrir le Louvre<br />

j. 11-09<br />

Musee Mode et<br />

Dentelle<br />

△ Brussels Touch<br />

j. 22-05<br />

Musées royaux des<br />

Beaux-Arts<br />

△ Christian Dotremont,<br />

Peintre de L’écriture<br />

j. 07-08<br />

△ Marat assassiné<br />

j. 07-08<br />

△ Voyage au-dèla de<br />

l’illusion - Omar BA<br />

j. 07-08<br />

△ Optics and Duration -<br />

Tanya GOEL<br />

j. 07-08<br />

Museum Kunst &<br />

Geschiedenis<br />

△ Shin Hanga - Nieuwe<br />

prenten van Japan 1900-<br />

1960<br />

14-10 t/m 15-01-2023<br />

△ Before Time Began<br />

t/m 29-05<br />

Villa Empain<br />

△ Portrait of a Lady<br />

j. 04-09<br />

△ Michel Polak<br />

j. 21-08<br />

CHARLEROI<br />

BPS22<br />

△ Teen Spirit<br />

j. 22-05<br />

Musée de la<br />

Photographie<br />

Charleroi<br />

△ Michel Vanden<br />

Eeckhoudt<br />

j. 15-05<br />

△ Soleil Noir - Gaëlle<br />

Henkens et Roger Job<br />

j. 15-05<br />

△ Arbres-Troncs - Zoé<br />

Van der Haegen<br />

j. 15-05<br />

△ Melanie De Biasio<br />

j. 15-05<br />

△ Danielle Rombaut<br />

j. 15-05<br />

EUPEN<br />

Museum für<br />

Zeitgenössische Kunst<br />

△ Kristina Benjocki<br />

j. 05-06<br />

△ Reinhard Doubrawa<br />

j. 29-05<br />

GEEL<br />

The Phoebus<br />

Foundation<br />

△ ZOT van DIMPNA. Een<br />

wereld vol passie, lief en<br />

rebellie<br />

t/m 28-08<br />

GENT<br />

Museum Dr. Guislain<br />

△ Circonstances. Fernand<br />

Deligny<br />

t/m 29-05<br />

S.M.A.K.<br />

△ POPART van Warhol<br />

tot Panamarenko Uit de<br />

Collectie Matthys-Colle<br />

& S.M.A.K.<br />

t/m 08-05<br />

HASSELT<br />

Cultuurcentrum<br />

Hasselt<br />

△ En toch is ook de nacht<br />

niet uitzichtloos zolang<br />

er sneeuw ligt<br />

t/m 22-05<br />

△ Genre ZERO - Diana Herz<br />

t/m 22-05<br />

△ Self-Portraits, Dated,<br />

Untitled - Mies Cosemans<br />

& Joke Timmermans<br />

t/m 22-05<br />

Z33<br />

△ Please do touch - Lore<br />

Langendries<br />

13-05 t/m 15-08<br />

△ Same Same but<br />

Different - BC architects<br />

& studies & materials<br />

t/m 07-08<br />

HORNU<br />

CID Grand Hornu<br />

△ Bricks beyond Walls<br />

j. 05-06<br />

△ Beirut. Eras of design<br />

j. 14-08<br />

MACS<br />

△ Gaillard & Claude. A<br />

Certain Decade<br />

j. 18-09<br />

△ Cruising Bye - Aline<br />

Bouvy<br />

j. 18-09<br />

ITTRE<br />

Musée Marthe Donas<br />

△ Jean Rets. Un<br />

constructeur inattendu<br />

j. 05-06<br />

KNOKKE-HEIST<br />

Cultuurcentrum<br />

Scharpoord<br />

△ Foto Knokke-Heist<br />

- Frieke Janssens &<br />

Servaas Van Belle<br />

t/m 12-06<br />

LA HULPE<br />

Fondation Folon<br />

△ Tomi Ungerer. Enfant<br />

terrible<br />

j. 26-06<br />

LA LOUVIÈRE<br />

Centre de la gravure<br />

et de l’Image<br />

imprimée<br />

△ Denicolai & Provoost.<br />

La stagione dell’amore<br />

j. 24-07<br />

△ Eleni Kamma. Qui<br />

Who Etes Are Vous les<br />

Louviérvoix ?<br />

j. 24-07<br />

△ Delphine Deguislage.<br />

Archetype Canon<br />

j. 24-07<br />

LA LOUVIÈRE<br />

Keramis - Centre de<br />

la Céramique de la<br />

Fédération Wallonie-<br />

Bruxelles (asbl)<br />

△ Les collections de<br />

Verviers à Keramis<br />

j. 28-08<br />

LEUVEN<br />

Museum M<br />

△ Prendre le temps<br />

t/m 23-04-2023<br />

△ Dry Culture Wet<br />

Culture - Wael Shawky<br />

t/m 28-08<br />

LIÈGE<br />

<strong>Mai</strong>son des Métiers<br />

d’Art<br />

△ Upcycling - Recycler<br />

avec style<br />

j. 25-06<br />

Trinkhall Museum<br />

△ Des lieux pour exister<br />

j. 05-03-2023<br />

△ Des visages et des<br />

lieux. Pedro Ribeiro<br />

j. 11-09<br />

MALDEGEM<br />

Sint-Annakasteel<br />

△ Johan Rotsaert<br />

t/m 02-05<br />

MECHELEN<br />

Kazerne Dossin<br />

△ Universal Human<br />

Rights. Why they matter<br />

t/m 11-12<br />

MONS<br />

Beaux-Arts Mons<br />

△ Anto-Carte. De terre<br />

et de ciel<br />

j. 21-08<br />

△ Souviens-toi -<br />

Emelyne Duval<br />

j. 29-05<br />

MORLANWELZ<br />

Musée Royal de<br />

Mariemont<br />

△ La Chine au féminin.<br />

Une aventure moderne<br />

j. 23-10<br />

OOSTENDE<br />

Mu.Zee<br />

△ België-Argentinië.<br />

Trans-Atlantische<br />

modernismen, 1910-1958<br />

t/m 12-06<br />

PUURS-SINT-AMANDS<br />

Emile Verhaeren<br />

Museum<br />

△ La Ville abandannée -<br />

Koen Broucke<br />

t/m 22-05<br />

SINT-MARTENS LATEM<br />

Museum Dhondt-<br />

Dhaenens<br />

△ Blindsight – Manon<br />

de Boer in dialoog met<br />

Latifa Laâbissi en Laszlo<br />

Umbreit<br />

t/m 22-05<br />

△ Time, and time again<br />

– Werk uit de collectie<br />

Vermeire-Notebaert<br />

t/m 22-05<br />

△ Yvan Derwéduwé -<br />

Antichambre<br />

t/m 22-05<br />

△ untitled 2018 (the infinite<br />

dimensions of smallness) -<br />

Rirkrit Tiravanija<br />

t/m 31-05<br />

SINT-NIKLAAS<br />

Mercatormuseum<br />

△ Kaarten aan de wand<br />

- (Her)ontdek oldschool<br />

platen en kaarten<br />

t/m 01-05<br />

SINT-PIETERS-<br />

WOLUWE<br />

Museum van de<br />

Boekkunsten en de<br />

Boekband<br />

△ Touching, Moving,<br />

Reading Books<br />

j. 22-05<br />

SOUMAGNE<br />

La galerie de Wégimont<br />

△ Déambulations au cœur<br />

du Comptoir d’estampes<br />

- Barzin, Dacos, Corbisier,<br />

Pace et quelques autres<br />

j. 08-05<br />

TOURNAI<br />

Musée des Beaux-<br />

Arts de Tournai<br />

△ Toute une histoire, regard<br />

sur les collections #3<br />

j. 02-2023<br />

△ Open Field - Raffaella<br />

Crispino<br />

j. 15-05<br />

TAMAT<br />

△ Asia E<br />

j. 29-05<br />

93


Gallery calendar<br />

MAY / JUNE <strong>2022</strong><br />

Belgium<br />

AALST<br />

Netwerk Aalst<br />

△ Rewinding<br />

Internationalism<br />

t/m 01-05<br />

ANTWERPEN<br />

Annie Gentils Gallery<br />

△ Current Affairs - Marc<br />

Vanderleen<br />

t/m 15-05<br />

Coppejans Gallery<br />

△ O₂ - Riki Mijling, solo<br />

exhibition<br />

t/m 21-05<br />

Galerie De Zwarte<br />

Panter<br />

△ Tomorrow is an other<br />

day - Fred Bervoets<br />

t/m 26-06<br />

△ Voorwoordelijk -<br />

Michel Buylen<br />

t/m 26-06<br />

Office Baroque<br />

△ Chambres d’Amis: Ikea<br />

t/m 30-06<br />

Tim Van Laere Gallery<br />

△ Jonathan Meese -<br />

Self Portraits and Nudes<br />

(Gesamtkunstwerk)<br />

t/m 14-05<br />

BEERSEL<br />

LKFF<br />

△ Hanneke Beaumont.<br />

The quiet between<br />

j. 30-06<br />

BONHEIDEN<br />

Art Depot Gallery<br />

△ April ontluikt, en bam …<br />

daar komt de kleur - JAS<br />

t/m 08-05<br />

BRUSSELS<br />

Almine Rech Brussels<br />

△ More - Brian Calvin<br />

j. 28-05<br />

△ The Wall: Peter Peri<br />

‘Night is also a sun’<br />

j. 28-05<br />

ArtContest<br />

△ Connexion #1<br />

j. 30-06<br />

Association du<br />

Patrimoine artistique<br />

△ La révolte de la<br />

couleur. Le Fauvisme<br />

belge 1904-1918<br />

j. 07-05<br />

Atelier 34zéro<br />

△ Marek Kus<br />

j. 13-06<br />

Atomium<br />

△ View from my window<br />

j. 29-05-2023<br />

△ Olivier Mosset<br />

j. 14-05<br />

△ The Last Cowboy<br />

Songs - Olivier Mosset<br />

j. 14-05<br />

Belgian Gallery<br />

△ A Bocca Chiusa - Johan<br />

Muyle<br />

j. 28-05<br />

Bruno Matthys<br />

Gallery<br />

△ Trublions - Petra Werlé,<br />

Michel Vranckx<br />

j. 28-05<br />

Brussels Expo<br />

△ Antoine de Saint-<br />

Exupéry. Le Petit<br />

Prince parmi les Hommes<br />

j. 30-06<br />

CLEARING<br />

△ Neïl Beloufa. Pandemic<br />

Pandemonium<br />

j. 15-05<br />

Contretype<br />

△ Hernie & Plume -<br />

Katherine Longly<br />

j. 22-05<br />

△ Retour à La Louvière -<br />

Pauline Vanden Neste<br />

j. 22-05<br />

△ D’ici là - Jérôme<br />

Hubert<br />

j. 22-05<br />

Dauwens & Beernaert<br />

Gallery<br />

△ 1 x 4 = 5 - Loïc Van<br />

Zeebroek, Toon<br />

Boeckmans, Isa De Leener,<br />

Charlotte Vandenbroucke<br />

j. 01-05<br />

Deodato Arte - Brussels<br />

△ Editions - Mr. Brainwash<br />

j. 24-06<br />

Esther Verhaeghe Art<br />

Concepts<br />

△ Idomes - Sébastien<br />

Pauwels<br />

j. 14-05<br />

Fondation Thalie<br />

△ Inner Bodies - Kiki Smith<br />

j. 01-05<br />

Galerie ABC<br />

△ Quentin Smolders<br />

j. 07-05<br />

Galerie Alice<br />

△ Bye Bye Bye, go away<br />

green - Jean Julien<br />

j. 21-05<br />

△ Nicholas Julien<br />

j. 21-05<br />

Galerie DYS<br />

△ Stil Leven. Natures<br />

silencieuses<br />

j. 29-05<br />

Galerie Emile Dujat<br />

△ Light my Fire. Atelier<br />

Haute Cuisine & J.-M. De<br />

Pelsemaeker<br />

j. 15-05<br />

Galerie Faider<br />

△ Échos de lumière -<br />

Guy Leclercq<br />

j. 14-05<br />

Galerie Horta<br />

△ Frida Khalo - The life of<br />

an icon<br />

j. 14-05<br />

Galerie La Forest<br />

Divonne<br />

△ L’Oeuvre au coprs. Un<br />

rencontre ente les arts et<br />

le goût<br />

19-05 au 18-06<br />

△ Singularités -<br />

Catherine François<br />

j. 15-05<br />

Galerie Martine Ehmer<br />

△ Transition - Rose Madone<br />

j. 22-05<br />

Galerie Nathalie Obadia<br />

△ The Traveler Walking<br />

On Tiptoes - Guillaume<br />

Leblon<br />

19-05 au 09-07<br />

△ Foolhardy Boarding A<br />

Lost State of Mind - Joris<br />

Van de Moortel<br />

j. 07-05<br />

Gallery Sofie Van den<br />

Bussche<br />

△ Inescapable - Bilal<br />

Bahir, Lieven Decabooter<br />

j. 29-05<br />

Grand-Place<br />

△ Pop Masters<br />

j. 29-05<br />

HANGAR- Photo Art<br />

Center<br />

△ Trance’n’dance - Isabel<br />

Muñoz<br />

j. 18-06<br />

△ Louise Bourgeois:<br />

Intimate Portrait - Jean-<br />

François Jaussaud<br />

j. 18-06<br />

Horst<br />

△ The Act of Breathing<br />

12-05 au 31-07<br />

Huberty & Breyne<br />

△ Olivier Ledroit<br />

j. 14-05<br />

Jan Mot<br />

△ Each Moment Presents<br />

What Happens - Johanna<br />

Billing<br />

j. 21-05<br />

KULT XL<br />

△ Hypnagogie -<br />

Robberto & Milena Atzori<br />

j. 22-05<br />

La Patinoire Royale -<br />

Galerie Valérie Bach<br />

△ Self-Play - Hannah De<br />

Corte<br />

j. 28-05<br />

△ Au gré de ses<br />

“déplacements” -<br />

Marthe Wéry<br />

j. 07-05<br />

△ Illimités - Sahar Saâdaoui<br />

j.07-05<br />

La Verrière<br />

△ Tactiques du rêve<br />

augmenté - Exposition<br />

collective<br />

j. 25-06<br />

Le Botanique - Galerie<br />

△ Portrait of a landscape -<br />

Pierre-Philippe Hofmann<br />

j. 08-05<br />

Le salon d’art<br />

△ arbo-naissance -<br />

Simon Outers<br />

j. 14-05<br />

L’Enfant Sauvage<br />

△ Matthieu Marre.<br />

Seules les pierres sont<br />

innocentes<br />

j. 21-05<br />

<strong>Mai</strong>son Commune à<br />

Ixelles<br />

△ Bers Grandsinge &<br />

Friends. Avis de recherche<br />

j. 20-05<br />

Marie-Laure Fleisch<br />

△ Unbroken Landscape -<br />

Alice Cattaneo<br />

j. 11-06<br />

Meessen De Clercq<br />

△ Sparrow Song - José<br />

María Sicilia<br />

j. 14-05<br />

Melissa Ansel<br />

△ Devenir l’estran -<br />

Alexane Sanchez, Hadrien<br />

Loumaye, Julia Renaudot<br />

j. 08-05<br />

Rodolphe Janssen<br />

△ Sky Gardens - Jason<br />

Saager<br />

j. 28-05<br />

Rossicontemporary<br />

△ Matrix Verbatim -<br />

Charlotte Flamand<br />

j. 07-05<br />

Spazio Nobile Gallery<br />

△ Serendipity - Kiki van<br />

Eijk & Joost van Bleisjwijk,<br />

Duo show<br />

17-05 au 04-09<br />

△ Arbre de Vie - Bela<br />

Silva & Vera Vermeersch,<br />

duo show<br />

j. 15-05<br />

Zedes Art Gallery<br />

△ Tumbleweed - Ariane<br />

de Rosmorduc<br />

12-05 au 25-06<br />

FLÉMALLE<br />

La Châtaigneraie -<br />

Centre wallon d’Art<br />

contemporain<br />

△ Nôtre – photographier<br />

l’intime<br />

21-05 au 10-07<br />

La Châtaigneraie -<br />

Centre wallon d’Art<br />

contemporain<br />

△ Paréidolies - en quête<br />

de formes<br />

j. 08-05<br />

GRIMBERGEN<br />

Cultuurcentrum<br />

Strombeek<br />

△ Open Source - Noah<br />

Latif Lamp<br />

t/m 01-05<br />

HASSELT<br />

Z33<br />

△ Charging Myths -<br />

On-Trade-Off<br />

t/m 21-08<br />

KNOKKE-HEIST<br />

Baronian<br />

△ Eric Poitevin<br />

j. 04-06<br />

△ Origin and Presence -<br />

Max Frintrop<br />

t/m 15-05<br />

Galerie Ronny<br />

Van de Velde<br />

△ Jean-Jacques Gailliard<br />

(1890-1976) in the Twenties<br />

t/m 29-05<br />

Muruani Mercier<br />

△ Memories we share -<br />

Cornelius Annor<br />

t/m 04-05<br />

Stephane Simoens<br />

Contemporary fine art<br />

△ Colour Shaping Form<br />

- Machteld Rullens,<br />

Masaaki Yamada<br />

t/m 17-05<br />

VCRB Gallery<br />

△ isarithms of life -<br />

Matthias Verginer<br />

t/m 22-05<br />

KORTRIJK<br />

Be-Part<br />

△ Black Sun - Ruben<br />

Bellinkx<br />

t/m 05-06<br />

LIÈGE<br />

Europaexpo - Gare<br />

de Liège Guillemins<br />

△ I LOVE JAPAN<br />

j. 31-08<br />

LIÈGE<br />

Galerie Christine Colon<br />

△ Julien Allègre & Sergio<br />

Moscona<br />

j. 08-05<br />

Les Brasseurs Art<br />

Contemporain<br />

△ Evan a stopped clock<br />

is right two times a day<br />

- Jan Duerinck, Bram<br />

Van Breda, Gerlinde Van<br />

Puymbroeck<br />

j. 21-05<br />

△ La déchirure du même<br />

- Alexane Sanchez<br />

j. 21-05<br />

LINKEBEEK<br />

Huize Lismonde<br />

△ Gaandeweg - Anne<br />

Marie Finné<br />

t/m 22-05<br />

LOUVAIN-LA-NEUVE<br />

Espace 001<br />

△ Emmanuel Kervyn<br />

j. 22-05<br />

OOSTEEKLO<br />

Galerie William Wauters<br />

△ Wim Biewenga<br />

t/m 15-05<br />

△ Christian Verhelst<br />

t/m 15-05<br />

STAVE (METTET)<br />

Pépinière Ortie-<br />

Culture<br />

△ Arts Emulsions de Namur<br />

j. 29-05<br />

TERVUREN<br />

Spazio Nobile At Home<br />

△ Inner Landscapes<br />

j. 29-05<br />

WAREGEM<br />

Be-Part<br />

△ Hips don’t lie -<br />

Hadassah Emmerich<br />

t/m 22-05<br />

WIJNEGEM<br />

Axel Vervoordt<br />

△ Shiro Tsujimura<br />

t/m 07-05<br />

△ Shen Chen<br />

t/m 07-05<br />

△ Chaos & Order -<br />

Group exhibition<br />

t/m 21-05<br />

94


Un constructeur inattendu<br />

Jusqu’au 5 juin <strong>2022</strong><br />

Jean Rets (1910-1998) a manifesté très tôt le goût de la recherche<br />

purement plastique, mettant au point un répertoire de signes,<br />

de formes et de couleurs qu’il mêle dans des compositions inventives.<br />

Sa production picturale est mise en relation avec une dimension<br />

d’une ampleur inédite de son œuvre, celle des intégrations dans<br />

l’architecture et l’espace urbain.<br />

Un regard nouveau à travers une sélection de 40 peintures, dessins,<br />

reliefs, ainsi que des esquisses et des documents d’archives inédits,<br />

issus de collections publiques et privées.<br />

Heures d’ouverture:<br />

Jeudis et samedis de 13 >à 17 h<br />

Dimanches de 11 > 17 h<br />

et sur rendez-vous (0471 21 63 88)


Chambre Royale Belgo –<br />

Luxembourgeoise des salles de ventes<br />

Aux enchères, commissaires-priseurs, courtiers et experts mobiliers<br />

asbl fondée en 1936<br />

Avenue Louise 500,<br />

1000 Bruxelles<br />

Tél. 0475-62 71 85<br />

Fax 02-741 60 70<br />

www.auctions-in-belgium.be info@auctions-in-belgium.be<br />

Extrait liste des membres (Liste complète disponible au sécretariat ci-dessus)<br />

ANTWERPEN 2000<br />

AMBERES b.v.b.a<br />

(Dir. Rik Dupain - Marc<br />

Royer)<br />

Terninckstraat 6-8-10<br />

T.03/226.99.69 -<br />

F.03/227.03.89<br />

www.amberes.be.<br />

Gecatalogeerde kunstveilingen,<br />

schattingen voor nalatenschappen<br />

en verzekering.<br />

Geïllustreerde catalogus.<br />

Wekelijkse burgerveilingen.<br />

Meer dan 35.000 loten<br />

toegewezen per jaar<br />

BERNAERTS<br />

Kunstveilingen<br />

(Dir. Ch. & P. Bernaerts)<br />

Verlatstraat 16-22<br />

T.03/248.19.21<br />

info@bernaerts.be<br />

www.bernaerts.be<br />

LIVE & ONLINE VEILINGEN<br />

Oude, Romantische &<br />

Moderne Meesters.<br />

Antiek, Toegepaste kunsten,<br />

Design, Werk op papier.<br />

Expertises voor verdeling en<br />

verzekering<br />

CAMPO & CAMPO<br />

(Dir. Guy Campo)<br />

Grote Steenweg 19-21 - 2600<br />

Berchem<br />

T.03/218.47.77<br />

F.03/218.53.63<br />

guy@campocampo.be<br />

www.campocampo.be - 5<br />

Gecatalogeerde kunst- en<br />

antiekveilingen - schilderijen<br />

- grafiek - beeldhouwkunstmeubelen<br />

- porselein - zilverwerk<br />

- tapijten - wijnen<br />

e.a.<br />

DVC<br />

(Dir. D. Van Cappel)<br />

Ellermanstraat 36-38 - 2060<br />

Antwerpen<br />

T.03/232.36.64<br />

F.03/234.22.14<br />

Gecatalogiseerde kunst- en<br />

antiekveilingen schattingen<br />

en expertises van nalatenschappen<br />

en verzekeringen<br />

e-mail: dvc@dvc.be<br />

www.dvc.be<br />

JORDAENS N.V.<br />

Drabstraat 74 - 2640 Mortsel<br />

T.03/449.44.30<br />

e-mail: info@jordaens.eu<br />

www.jordaens.eu<br />

Openbare verkopingen van<br />

kunst, antiek, juwelen, wijn,<br />

collecties en inboedels.<br />

Taxatie voor verdeling en<br />

verzekering<br />

BRUGGE 8000<br />

CARLO BONTE AUCTIONS<br />

Kardinaal Mercierstraat 20,<br />

8000 Brugge<br />

www.carlobonte.be<br />

info@carlobonte.be<br />

T. 050 33 23 55<br />

Internationale ONLINE<br />

Kunst- en Antiekveilingen.<br />

Asian Art, Western Art,<br />

Antiques, Design. Advies bij<br />

verkoop - expertise - schattingen<br />

Van de Wiele Auctions<br />

Groeninge 34<br />

T.050 49 07 69<br />

auctions.vandewiele@proximus.be<br />

www.marcvandewiele.com<br />

Zeldzame drukken en handschriften,<br />

oude kaarten,<br />

atlassen, grafiek en schilderijen.<br />

Schattingen voor verzekeringen<br />

en nalatenschap.<br />

BRUSSEL 1000<br />

ARENBERG AUCTIONS<br />

(dir. Johan Devroe § Henri<br />

Godts)<br />

Wolstraat 19 bus 2 - 1000<br />

Brussel<br />

T. 02-5441055<br />

info@arenbergauctions.com<br />

www.arenbergauctions.com<br />

Veilingen van zeldzame<br />

atlassen, boeken, prenten<br />

en tekeningen. Ook gehele<br />

bibliotheken, archieven en<br />

zeldzame manuscripten.<br />

Salle de Ventes du<br />

BEGUINAGE s.p.r.l.<br />

(Olivier Bolens - David Libotte)<br />

Rue Haute 161 (1000)<br />

T.02/218.17.42<br />

0475/87.06.77<br />

F.02/218.86.50<br />

www.salledeventesdubeguinage.be<br />

s.v.b@hotmail.be<br />

Online via Drouot digital<br />

HAYNAULT Kunstveilingen<br />

(dir. Rodolphe de<br />

Maleingreau d’Hembise)<br />

Stallestraat 9 - 1180 Brussel<br />

T.02/842.42.43<br />

www.haynault.be<br />

info@haynault.be<br />

Negen gespecialiseerde<br />

veilingen per jaar: juwelen,<br />

goud en zilverwerk (3x);<br />

munten penningen, verzamelingen<br />

en historische<br />

souvenirs (2x); schilderijen,<br />

kuntwerken uit Europa en<br />

Azië (4x)<br />

Lempertz 1798<br />

(dir. Henri Moretus Plantijn)<br />

Grote Hertstraat 6, 1000<br />

Brussel / Rue du Grand Cerf<br />

6, 1000 Bruxelles<br />

T. 02 514 05 86<br />

F. 02 511 48 24<br />

brussel@lempertz.com<br />

www.lempertz.com<br />

Schattingen en expertises<br />

van maandag tot vrijdag<br />

van 9:00 – 13:00 uur en van<br />

14:00 uur -17:00 uur.<br />

Hôtel de Ventes HORTA<br />

(Dir. Dominique de Villegas)<br />

70/74 Avenue de<br />

Roodebeek (1030)<br />

T.02/741.60.60<br />

F.02/741.60.70<br />

www.horta.be<br />

info@horta.be<br />

‘Ventes mensuelles cataloguées<br />

d’antiquitées, oeuvres<br />

d’art, bijoux et vins’<br />

Brussels Art Auctions<br />

Dir. Ph Serck & Is. Maenaut<br />

Rue Ernest Allardstraat 7-9 /<br />

Sablon - Zavel (1000).<br />

F. 02/503.62.10<br />

www.ba-auctions.com<br />

info@ba-auctions.com<br />

T.02/511.53.24<br />

Vente d’art et antiquités.<br />

Spécialiste en art Belge classique<br />

et moderne<br />

Galerie MODERNE<br />

(Dir. David & Jérôme Devadder)<br />

Rue du Parnasse 3 (1050) -<br />

T.02/511.54.15 - F.02/511.99.40<br />

www.galeriemoderne.be -<br />

info@galeriemoderne.be<br />

11 Ventes mensuelles cataloguées<br />

GENT 9000<br />

DVC<br />

(Dir. D. Van Cappel)<br />

Zandlopersstraat 10 - 9030<br />

Mariakerke<br />

T.09/224.14.40<br />

F.09/225.04.14<br />

e-mail: dvc@dvc.be -<br />

www.dvc.be<br />

Gecatalogiseerde Kunst- en<br />

Antiekveilingen<br />

Schattingen en expertises<br />

voor nalatenschappen en<br />

verzekeringen<br />

Galerie en Veilingzaal<br />

PICTURA b.v.b.a.<br />

Brusselsesteenweg 656<br />

9050 Gentbrugge<br />

T.0475/74.49.25<br />

henk.vervondel@telenet.be<br />

www.pictura.be<br />

LOECKX<br />

auctioneers Belgium<br />

(Dir. Cécile La Pipe,<br />

Peter en Natan Loeckx)<br />

Ingelandgat 4<br />

T.09/223.37.93<br />

F.09/233.76.71<br />

www.loeckx.be<br />

info@loeckx.be<br />

International art & antiques<br />

auctions. Expertises<br />

LIEGE 4000<br />

Hôtel des Ventes Elysée<br />

(Dir. Fairon)<br />

Boulevard Cuivre et Zinc 28<br />

T.04/221.09.09<br />

F. 04/221.15.05<br />

www.ventes-elysee.be<br />

info@ventes-elysee.be<br />

Ventes publiques mensuelles<br />

d’antiquités et objets<br />

d’art, Vintage, Maroquinerie,<br />

Bijoux. Expertises et accueil<br />

du lundi au vendredi de<br />

9h00 à 12h00 et de 13h00 à<br />

17h00. Fermé le mercredi<br />

Légia – Auction<br />

(Dir. Bruno de Wasseige<br />

& Vincent de Lange)<br />

Rue de Cras-Avernas, 12<br />

4280 Hannut<br />

Tél. : 019/63.55.59<br />

0495/87.99.01 - 0475/27.73.87<br />

www.legia-auction.com contact@legia-auction.com<br />

Ventes publiques d’Arts et<br />

d’Antiquités, tapis, mobiliers,<br />

bijoux, tableaux, Art d’Asie,…<br />

Expertises gratuites sur rendez-vous.<br />

Librairie LHomme<br />

(Dir. David Lhomme)<br />

Rue des Carmes 9<br />

T.04/223.24.63<br />

F.04/222.24.19<br />

www.michel-lhomme.com<br />

librairie@michel-lhomme.<br />

com<br />

Livres anciens et modernes<br />

de qualité - Gravures -<br />

Tableaux - Curiosités<br />

Hôtel des Ventes MOSAN<br />

(Dir. Maxence Nagant de<br />

Deuxchaisnes)<br />

Rue du Nord belge 9 (4020)<br />

T.04/344.91.70 - F.04/341.39.19<br />

www.hvm.be - Expertises<br />

gratuites tous les vendredi<br />

de 9h à 12h30 et de 14h à 18h<br />

LOKEREN 9160<br />

DE VUYST<br />

(Dir. Guy De Vuyst &<br />

Pascale Philips)<br />

Kerkstraat 22-54, 9160<br />

Lokeren<br />

T.09/348.54.40<br />

F.09/348.92.18<br />

www.de-vuyst.com<br />

info@de-vuyst.com<br />

Internationale Kunstveilingen<br />

en Tentoonstellingen van<br />

17de eeuw tot hedendaagse<br />

kunst.<br />

Schattingen en expertises<br />

van nalatenschappen en verzekeringen<br />

MONS - MAISIERES 7020<br />

MONSANTIC<br />

(Dir: Daniel Otten)<br />

Rue Grande 193b,<br />

7020 <strong>Mai</strong>sières (Mons)<br />

T.065/73.94.00<br />

F.065/73.94.09<br />

otten@monsantic.com<br />

www.monsantic.com<br />

Ventes publiques cataloguées<br />

Expertises le<br />

mercredi, le samedi ou sur<br />

rendez vous - déplacement<br />

gratuit à domicile<br />

NAMUR 5000<br />

Salle de Ventes ROPS<br />

(Dir. B. de Sauvage)<br />

Avenue d’Ecolys 2, 5020<br />

Suarlée (Namur)<br />

T.081/74.99.88<br />

F.081/74.99.86<br />

www.rops.be /<br />

www.rops-online.be<br />

Ventes publiques mensuelles<br />

d’antiquités et ventes bourgeoises.<br />

Expertises gratuites<br />

à domicile sur rendez-vous<br />

ou à la salle tous les jours<br />

de 9h à 12h, sauf les lundis<br />

et jeudis<br />

VERVIERS 4800<br />

Hôtel des Ventes LEGROS<br />

(Dir. Benoît Legros)<br />

Rue Peltzer de Clermont 41<br />

4800 Verviers<br />

T. 087/33.01.00 - F.087.30.19.00<br />

www.venteslegros.com<br />

benoit.legros@euronet.be.<br />

Ventes régulières d’antiquités<br />

et objets d’art<br />

96


Bonnes<br />

adresses<br />

Petites annonces<br />

Assurances<br />

INVICTA ART INSURANCE<br />

« L’assurance au service de l’art »<br />

Eeckman Jean-Pierre & Isabelle<br />

67-69 Bd.Reyerslaan – 1030 Bruxelles<br />

Tel : 02/735 55 92/ Fax: 02/734 92 30<br />

eeckman.jpe@portima.be<br />

eeckman.ie@portima.be<br />

invicta.belgium@portima.be<br />

Musées – Collections privées –<br />

Expositions – Fondations particuliers/<br />

professionnels – Séjours – Transports<br />

www.invicta-art.com<br />

Restauration<br />

RESTAURATION DE METAUX<br />

Restauration d’objets antiques en<br />

métal, appareils photo, projecteurs,<br />

microscopes, automates, ...<br />

Spécialisation : horloges et montres.<br />

Création de systèmes de présentation<br />

Geert Schumeth<br />

GeertSchumeth@hotmail.com<br />

www.metaalrestauratie.com<br />

ATELIER DE RESTAURATION<br />

TEMPERA<br />

Tempera sprl, Alost - Aurel<br />

Uytterhaegen & fils<br />

Restauration d’oeuvres d’art - toiles -<br />

panneaux - statues polychromes.<br />

Devis & expertise (sans engagement):<br />

tempera@telenet.be<br />

0494 47 60 32<br />

www.temperarestauratie.be<br />

Encadrements<br />

VAN THIENEN S.C.R.L.<br />

Rue de l’Enclume, 28<br />

1210 Bruxelles<br />

T. 02 230 27 16<br />

Fabrication de façon artisanale de<br />

cadres contemporains, modernes et<br />

de style ancien. Plus de 600 modèles,<br />

tous réalisés à la main. Restauration<br />

de cadres anciens et modernes.<br />

Dorure à la feuille d’or. Création de<br />

modèles uniques sur demande.<br />

www.van-thienen.be<br />

Art Handling<br />

ART ON THE MOVE<br />

Rue Henri-Joseph Genesse 1,<br />

1070 Bruxelles<br />

Tél. : 02 333 2411,<br />

georges.merz@art-onthemove.be &<br />

stephane.merz@art-onthemove.be<br />

Un service spécialisé et complet :<br />

avant, pendant et après le transport.<br />

Décrochage/accrochage, protection<br />

& emballage,entreposage sécurisé,<br />

assurance, transport/expédition<br />

nationale et internationale, formalités<br />

douanières, etc….<br />

www.art-onthemove.be<br />

Vide-grenier<br />

VIDEGRENIER<br />

Vide-grenier cherche bibelots et<br />

objets rigolos pour brocante.<br />

Prix à convenir.<br />

Service de vide-demeure disponible.<br />

Evrard de Villenfagne :<br />

evrard@haveso.be<br />

+32 (0)476/41.09.16<br />

Musée<br />

MUSÉE DE L’EROTISME ET<br />

DE LA MYTHOLOGIE<br />

Musée de l’Erotisme et de la<br />

Mythologie . Le musée, situé dans<br />

une maison ancienne du Sablon,<br />

offre un aperçu historique de l’art<br />

érotique de l’antiquité à nos jours.<br />

Cette collection privée, parmi les<br />

plus belles d’Europe, présente des<br />

pièces rares et uniques : ivoires,<br />

peintures, sculptures, antiquités greco-romaines,<br />

estampes japonaises,<br />

œuvres d’artistes belges et autres<br />

curiosités.<br />

Rue Sainte-Anne, 32<br />

1000 Bruxelles<br />

T : +32(0) 2/514.03.53<br />

E-<strong>Mai</strong>l : info@m-e-m.be<br />

www.m-e-m.be<br />

VOTRE PUB ICI ?<br />

Offre<br />

A vendre faute de place : banc d’assise/<br />

foyer en chêne du XVIIe siècle avec<br />

coffre. Dimensions : H 135 L 120 P 53.<br />

Hauteur d’assise 48 cm. Profondeur<br />

d’assise 38 cm. Photo sur demande.<br />

vdheydhi@gmail.com 0474906979<br />

Collectionneur offre : publications<br />

Hart (n°116-194), Art Press (n°116-194),<br />

Beaux-Arts (1990-1998), Museart (1992-<br />

1998). Tél. : +32/(0)2/428.32.60<br />

Offre : Revues Médecine de France,<br />

avec articles culturels intéressants ;<br />

mensuels de 1948 à 1958. GRATUIT.<br />

Tél. : +32/(0)498/50.76.44<br />

A vendre : Eugene Laermans, Le passant,<br />

1918, huile sur toile, colorée. Dimensions:<br />

63 x 44 cm (avec cadre d’origine 78 x 58<br />

cm). Dans de très bonnes conditions.<br />

Tél. : +32/(0)478/ 37.52.85<br />

Recherche<br />

Recherchons oeuvres design à insérer<br />

dans des ventes aux enchères ; expertise<br />

gratuite : 0473/86 05 01 et info@<br />

bvhart.com. Art moderne et contemporain,<br />

design, art du XIXe siècle et<br />

impressionniste.<br />

Cherche : bronze Pelican, signé Emile<br />

Adolphe Monier (1883–1970) sur pied<br />

en marbre, utilisé comme serre-livre.<br />

courriel : fa494506@skynet.be<br />

Cherche : détails sur la vie ou les<br />

oeuvres du peintre malinois Hubert<br />

Wolfs (1899-1937) pour catalogue et<br />

exposition : affiches, invitations aux<br />

expositions (de groupe ou individuelle),<br />

article de journaux, revues,<br />

magazines, lettres, photos, …<br />

courriel : karlineverreydt@hotmail.com<br />

Votre publicité sera publiée pendant une année complète<br />

au prix de 340 € (9 numéros) un placement coûte 45 €<br />

(tarifs hors TVA).<br />

Collectionneur recherche des<br />

bandes dessinées et magazines<br />

hebdomadaires pour sa collection. Je<br />

recherche exclusivement des articles<br />

exceptionnels et/ou rares d’avant<br />

1970, en parfait ou très bel état, par<br />

exemple Kuifje / Tintin, Nero, Suske<br />

en Wiske, Dupuis, Lombard et des<br />

hebdomadaires tels que Ons Volkske,<br />

‘t Kapoentje, Spirou, Heroic, Le Petit<br />

Vingtieme, ... Prix ​élevé pour les meilleurs<br />

états. courriel : jeanpaul.vonck@<br />

hotmail.com ou Tél. 0486/71.11.88<br />

Cherche : renseignements, documentations,<br />

peintures de Paul De<br />

Hauwere (belge, vers 1930, scènes de<br />

Bruxelles) courriel : l.rodembourg@<br />

busmail.net Tél. 0475/94.41.32<br />

Cherche : oeuvres de L.W.R.<br />

Wenckebach. Dessins, peintures et<br />

aquarelles. Tél. +33 /(0)6/53.75.14.08<br />

En préparation d’une exposition du<br />

Yper Museum en <strong>2022</strong> à l’occasion du<br />

centième anniversaire de la mort de<br />

l’artiste Louise De Hem, nous demandons<br />

aux propriétaires d’œuvres/<br />

documents sur cet artiste de contacter<br />

le conservateur Jan Dewilde (janv.<br />

dewilde@ieper.be - Tél. 057/23.94.50).<br />

Toutes les informations seront traitées<br />

avec la discrétion requise.<br />

Guy Poelvoorde cherche des tableaux<br />

de l’école de Bruges, l’école Irlandaise,<br />

Paul Permeke, Paul Klein, Gaston<br />

Bogaert, des chiens et des chevaux.<br />

tél 0475/39.34.98 www.guyart.com<br />

La famille de l’artiste est à la<br />

recherche d’œuvres de Renée<br />

Demeester, issues de collections<br />

privées, pour illustrer son prochain<br />

catalogue monographique. Merci de<br />

contacter son neveu Paul Gonze par<br />

email : paul.gonze@gmail.com ou par<br />

téléphone tél. : 0484/59.71.01<br />

Cherche : Oeuvres (tableaux, dessins)<br />

et détails (articles de journaux, lettres,<br />

photos, …) sur la vie du peintre<br />

belge Albert Dupuis (1923-2010) pour<br />

une prochaine exposition et catalogue<br />

au Musée Charlier. Contact :<br />

Michèle Schoonjans de la fondation<br />

F.A.D. - Tél. : 0478/71.62.96 ou courriel<br />

michele@micheleschoonjans.be /<br />

fondation.albert.dupuis.2010@gmail.<br />

com<br />

Renseignements : 09 216 20 20 ou collect@ips.be<br />

97


Decorative Art<br />

Fine Art<br />

Fine Jewels<br />

Vente:<br />

18. /19. mai <strong>2022</strong><br />

Exposition publique:<br />

13.–16. mai <strong>2022</strong><br />

OTTO VAN VEEN<br />

(1556 – 1629) – Attribué<br />

Portrait d‘un garçon de 11 ans<br />

Huile sur bois | 43,5 x 32 cm<br />

Estimation: 10.000 – 15.000 €<br />

Catalogues gratuits | Catalogues en ligne | Dates: www.van-ham.com<br />

VAN HAM | Hitzelerstr. 2 | 50968 Cologne/Allemagne | +49 (221) 925862-0 | info@van-ham.com


Henri Evenepoel<br />

(Nice 1872-1899 Paris),<br />

Charles met streepjestrui, 1898.<br />

DESKUNDIGHEID • COMPETENTIE • PROFESSIONALISME<br />

De ROCAD – Belgian Royal Chamber of Art Dealers – opgericht in 1919,<br />

is de Belgische professionele vereniging van kunsthandelaars. Zij telt 110 leden<br />

die erkend zijn om hun expertise in de diverse disciplines van de kunsthandel.<br />

De ROCAD is uw partner om een kunstwerk te evalueren, te (ver)kopen met<br />

strikte eerbiediging van een ethische code. Alle info op rocad.be<br />

Belgian Royal Chamber of Art Dealers<br />

Ernest Allardstraat 32, 1000 Brussel<br />

T +32 2 548 00 00 – info@rocad.be – www.rocad.be


Expertise & Taxaties<br />

Voor veilingen in Parijs, Londen, New York en Hong Kong<br />

Bonhams België en Luxemburg<br />

Contacteer ons voor accurate en vertrouwelijke<br />

schattingen. Wij raden u de beste locatie aan<br />

om uw verzameling te verkopen.<br />

Bonhams België en Luxemburg<br />

101 Sint-Michielslaan<br />

1040 Brussel<br />

CONTACT<br />

Christine de Schaetzen<br />

Constance Carakehian<br />

+32 (0)2 736 50 76<br />

belgium@bonhams.com<br />

sell.bonhams.com<br />

BERNAR VENET<br />

228.5˚ Arc x 5, 2009<br />

100 x 101.5 x 25 cm<br />

Verkocht voor €122,230 premium incl. *<br />

* Prices shown include buyer’s premium. Details can be found at bonhams.com